#Economie

Prix du livre et frais de port : “Le marché va en souffrir, pas Amazon

Arrivée à l’Assemblée nationale pour son adoption, la loi concernant les frais de port fera florès : qui, après l’année 2020, refuserait un projet de soutien aux libraires ? Qui, devant le vorace Amazon, éconduirait l’effort pour rétablir une concurrence saine sur la vente à distance de livres ? En somme, qui aurait intérêt à ce que les frais d’envois postaux d’un livre n’augmentent pas ? De fait… quelques nuances s’imposent.

Le 06/10/2021 à 11:33 par Nicolas Gary

17 Réactions | 710 Partages

Publié le :

06/10/2021 à 11:33

Nicolas Gary

17

Commentaires

710

Partages

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

Le récent plaidoyer de Frédéric Duval, directeur général d’Amazon France, contre les frais de port uniques bientôt imposés à tous, rappelle quelques souvenirs. Il s’agit de « la reproduction, presque à l’identique, de celui mis en avant par André Essel, PDG de la Fnac, et Edouard Leclerc, PDG des centres portant son nom, en 1981. La loi Lang sur le prix unique, en supprimant le discount de 20 % accordé à la Fnac et de 25 % souvent chez Édouard Leclerc, allait augmenter la dépense des consommateurs et tuer l’achat de livres en France », se souvient Jean-Yves Mollier, Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Paris Saclay/Versailles Saint-Quentin.

La loi pour changer la loi

Or, non seulement il n’en fut rien, mais les libéraux de l’époque, Jacques Delors, ministre de l’Économie et des Finances, et Catherine Lalumière, ministre de la Consommation, virent leurs pronostics rabroués. Car « le prix du livre est demeuré à son niveau et les libraires n’ont pas connu le sort des disquaires. Les partisans de la “liberté” des prix sont les mêmes que ceux qui affirment (ou croient, et cela relève de la foi) que la main invisible du marché corrige toutes ses défaillances, mais c’est une illusion », reprend l’universitaire.

Benoit Bougerol, de la librairie La Maison du livre, était président du Syndicat de la librairie française entre 2006 et 2011. Il se remémore l'un des combats menés : le SLF « s’était battu pour que les frais de port soient logiquement considérés comme un élément lié au livre donc devant aussi ne pas être un produit d’appel au profit de la grande distribution. Il est apparu, après avoir gagné en première instance puis en appel, que la Cour de cassation considérait à l’inverse que les frais de port ne relevaient pas du prix unique et qu’offrir ces frais ne relevait pas de la vente à perte ». C'était l'affaire Alapage.

En l’état, « seule la loi pouvait changer la loi. Donc le SLF a ensuite défendu le projet d’une régulation complémentaire. Le projet porté par Laure Darcos va évidemment dans ce sens ».

Jean-Yves Mollier abonde : « Il est souhaitable que la main visible du législateur corrige les concurrences déloyales qui sévissent sur les marchés. » D’autant que la firme américaine est réputée pour ses exercices d’optimisation fiscale, les subventions de collectivités, partout où s’ouvrent des entrepôts. « La suppression des frais de port (un centime le plus souvent) est une aide évidente à la perpétuation d’une situation d’abus de position dominante, pourtant interdite par la Commission européenne », insiste-t-il.

Le coût du dumping

Cette distorsion de concurrence existe bel et bien : Benoît Bougerol pose quelques chiffres éloquents. « Un livre en colissimo coûte environ 7 euros. Et la poste interdit l’envoi de marchandises, donc d’un livre acheté, au tarif lettre. »

Or, un livre de poche à 2 ou 5 € « donne une marge brute de 0,80 à 2 euros au libraire. Un carton d’expédition coûte aussi. Donc offrir 7 euros de frais de port reste économiquement une vente à perte. Il s’agit de dumping et non pas de promotion du livre. Il s’agit d’écraser les librairies pour prendre leur place comme toute la grande distribution le fait partout. »

En outre, des centaines de librairies ont des sites internet complets. « Des dizaines de librairies ont en stock 50, 100 ou 120.000 livres et reçoivent en quelques jours les autres livres commandés... comme Amazon... Les librairies font vivre et découvrir les nouveautés et le fond à portée de main et non pas en devant chercher sur un écran qui ne présente que 10 à 15 livres ».

Pourtant, il s’agit moins d’apparaître en première page des résultats de recherche, que de familiariser les lecteurs et clients avec son outil de vente en ligne. « Beaucoup de librairies demeurent fascinées par cette idée de résultats de recherche. C’est méconnaître une grande partie du fonctionnement internet : tout site vise à la fidélisation — placer dans ses favoris, inscription aux newsletter, etc. — de ses clients, plutôt que cette première place », nous indique un responsable e-commerce.

« La première place, c’est 100 % de clics, mais très peu de transformations en vente : l’internaute regarde, consulte, s’informe et s’en va… surtout s’il ne connaît pas la marque au préalable. » N’en déplaise au SLF, il y a donc quelque chose du Far West sur la toile.

Ruralité et vente en ligne

Ainsi, tout le monde souhaite, voire prédit, que la nouvelle loi saura rétablir un marché à la concurrence totalement corrigée : resteront deux points, note Jean-Yves Mollier. Promouvoir le savoir-faire de la librairie, en tant que « mieux-disant culturel » et résoudre le temps de traitement des commandes.

Car, « Amazon continuera à faire travailler ses juristes pour trouver des failles dans la législation ou la jurisprudence. Être juriste au service d’Amazon consiste en effet à chercher à tourner les lois à l’avantage de ce géant, ce qui est, peut-être, une bien étrange façon de concevoir le rôle du droit en démocratie, mais Amazon n’est pas le seul groupe industriel ou financier à agir de la sorte… »

Et probablement pas ce rôle de chevalier blanc, sauveur de la lecture publique en France, et dans les territoires ruraux, tel que Frédéric Duval, le DG d’Amazon France, entendait faire passer le message. « Si une telle mesure était adoptée [les frais uniques de port], elle pénaliserait la diffusion des livres sur notre territoire et la lecture en général. En effet, nous n’aurions pas d’autre choix que d’ajouter ces frais d’expédition au prix unique du livre, fixé par la loi. »

En outre, un sondage IFOP abondait : « 45 % des Français qui achètent des livres en ligne le font en raison de l’éloignement des points de vente physiques. Cette proportion atteint même 81 % dans les communes rurales. »

Si le Syndicat de la librairie française n’a pas rétorqué « Bullshit ! », c’est qu’il est trop poli. « Selon l’INSEE, au contraire, ce sont les personnes les plus aisées qui achètent le plus sur internet : parmi les Français les plus modestes, 55 % achètent sur internet contre 79 % parmi les Français les plus aisés. Les personnes n’ayant aucun diplôme ou le CEP sont 31 % à acheter sur internet contre 88 % parmi les personnes disposant d’un diplôme supérieur au bac », notait le Syndicat dans un communiqué. Acheter, oui, mais quoi : des culottes ou des livres ?

En revanche, quand Amazon avance, sondage IFOP toujours à l’appui, que 25 % des Français n’achèteraient plus de livres, en cas de hausse du prix, conséquence des frais de port revus à la hausse, le SLF n’a soudainement plus rien à opposer. N'oublions pas non plus que le syndicat a fait d'Amazon sa bête noire, même quand Fnac cumulait frais de port et remise de 5 % : l'acteur français était légèrement mis de côté, les efforts engagés portaient tous sur l'acteur américain.

Le marché d'occasion, grand gagnant

Un économiste pose le débat, de ce point de vue, avec un peu de distance : « L’impact principal du prix unique pour Amazon, ce sont des marges extrêmement élevées, alors qu’avec un marché dérégulé ils seraient en concurrence. » Or, l’obligation de frais de ports uniques aboutira… « logiquement à plus de marges encore, comme ce fut le cas pour Leclerc voilà 40 ans ». 

Si l'on souhaite en rajouter une couche, des sources internes d'Amazon confirment le point : jusqu'en 2017/2018, hors marketplace, la firme n'était rentable... que grâce aux ventes de livres, avec plusieurs centaines de millions d'euros générés. Et tout cela, grâce au prix unique et malgré la quasi-gratuité des frais de port. 

De plus, entre 1981 et aujourd'hui, un monde entier s’est dévoilé : celui du commerce d’occasion, amplement favorisé par la vente en ligne. « Le marché du livre souffrira de cette législation, pas Amazon. La vente de seconde main va exploser, tout simplement. Et avec sa marketplace, ils ont du stock pour fournir en occasion. » D'autre part, « Amazon n'envoie pas en Colissimo ses livres : il a son propre réseau de distribution, ne passe pas par La Poste : une expédition leur coûte à peu près un euro. Il faut comparer ce qui peut l'être. »

En juin 2017, les chiffres du ministère de la Culture montraient que le livre d’occasion était 60 % moins cher que le neuf en moyenne. Un livre sur deux était alors acheté sur la toile, avec six enseignes qui concentraient 50 % des ventes – Amazon, eBay, Le Bon Coin et PriceMinister, ainsi que Fnac et Gibert Joseph. Depuis, de nouveaux entrants ont fait leur trou : Momox, par exemple, affichait 21 % de croissance en 2020, pour 72 % de commandes de plus que l’année passée. Un constat généralisé, par ailleurs.

« La réalité, que n’importe qui constate, c’est le poids d’Amazon après 2020 : voilà un client qui coûte de plus en plus cher aux éditeurs, et aux diffuseurs-distributeurs. Or, quand un client se retrouve avec une telle incidence, les autres en pâtissent. Et l’on finit par donner des conditions de vente moins importantes aux autres revendeurs », reconnaît une éditrice.

Depuis la Suisse, Pascal Vandenberghe, PDG des librairies Payot, se souvient : « Stratégiquement, la gratuité des frais de ports est devenue un impératif pour exister sur internet. » A ce titre, Payot.ch avait dans un premier temps mis en place une participation de 3 à 4 francs suisses sur les expéditions. Attendu que l’enseigne romande est facturée au colis et non au poids, la crainte était de voir le panier moyen diminuer avec le franco.

Rien du tout. En 2008, les bénéfices réalisés par le site furent réinvestis dans le franco de port : « Nous avons alors connu une croissance de 30 % pendant trois ans. La difficulté tient à ce qu’internet a rendu gratuits certains services auparavant payants, avec désormais une incidence psychologique pour les acheteurs. »

Courage... fuyons ?

« Le lieu unique c’est la librairie, ce n’est pas la vente en ligne. La vente en ligne, moi je crois que c’est ça qui, peu à peu, va détourner le vrai lecteur de son libraire et donc de la littérature. » Tout le monde a oublié ces virulents propos de Jean-Marc Roberts, président des éditions Stock à l’époque, en août 2011. Polémique, certes, et plutôt réactionnaire dans ses positions, il indiquait toutefois la posture : la nécessité de défendre la librairie contre la vente en ligne. 

Décédé en mars 2013, il pressentait l’avalanche à venir, avec des mesures radicales. « Lutter contre Amazon… la position des éditeurs, du syndicat — que le président, Vincent Montagne, avait présenté comme un libraire parmi d’autres – est ambigüe. Ce combat ne relève pas de la librairie, mais bien des éditeurs, ou des distributeurs », pointe un ancien libraire. 

« Il existe des accords depuis 1991 — le protocole Cahartt, refondu en 2001 et mis à jour en juin 2008 — qui pose certaines règles. Lesquelles sont indissociables de la loi Lang et donnent de véritables outils aux distributeurs. » Il s’agit de critères permettant de définir le montant global de la remise concédée au revendeur. « Dans un territoire à prix unique, doublé d’une distribution exclusive, qui fixe les règles, le libraire ou l’éditeur ? Amazon ne peut pas s’approvisionner auprès d’un autre grossiste, comme c’est le cas en Allemagne. Avec un peu de courage, les éditeurs, acceptant de perdre durant un temps les 10 % de chiffre d’affaires que représente Amazon, pourraient leur tordre le bras. Mais il faut du courage. »

En revanche, « accorder la remise qualitative, voilà qui est délirant : les critères existent, Amazon n’en respecte aucun. Ce seul point deviendrait un atout pour faire diminuer les marges brutes du cybermarchand ».

Chronique d'un échec annoncé 

« Nous ne sommes plus en 1981 », s'agace un observateur. « La vente en ligne, c’est l’expédition gratuite, c’est entré dans les mœurs. Fixer un port engendrera une hausse des prix, donc une moindre consommation… de livres neufs : les lecteurs se rabattront vers l’occasion. » De fait, aucune étude n’a montré à ce jour qu’en augmentant les frais de port, la consommation serait répercutée vers les librairies physiques. Et les livres de seconde main ne profitent ni aux auteurs ni à personne dans la chaîne.

Il poursuit : « Le click and collect ? Peut-être. Mais le gros des achats en ligne relève du fonds de catalogue — et donc pas l’achat d’impulsion ou de découverte. Il me semble que ni le SLF, ni le syndicat des éditeurs ne voient le danger pour le marché. Le véritable enjeu, c’est un modèle calqué sur la presse, avec un prix très bas ! »

D’ailleurs, depuis Bruxelles, on entend déjà ourdir dans les couloirs les documents des lobbyistes d’Amazon. « L’idée de ce rapprochement entre Vivendi et Lagardère les ennuie fortement. Ils auraient face à eux un gros groupe pour la France, comme ils n’en ont jamais connu », nous assure un proche de la Commission européenne. « Or, le SLF a déjà évoqué ses inquiétudes face à cette fusion pour des raisons différentes. Mais ont-ils plus à gagner de voir un Amazon triomphant ? »

Depuis une dizaine d’années, la force commerciale d’Amazon n’a cessé d’augmenter en France – sans pour autant que les impôts, de par les règles européennes, ne soient perçus sur le territoire français. « Ils modulent les règles à leur convenance, imposent des critères unilatéraux. Bientôt, ils nous demanderont de faire les cartons qu’ils enverront à leurs clients », peste une éditrice.

Philosophe, mais pessimiste, un libraire conclut : « On n’oblige pas un âne à boire s’il n’a pas soif. Avec cette loi, la librairie dans tout son ensemble, gagnerait peut-être un ou deux pour cent sur la vente en ligne. Mais si le marché se reporte vers l’occasion, ce seront des points chèrement gagnés sur un chiffre d’affaires global moindre. »

De son côté, le législateur n'est pas non plus certain de la réussite de l'entreprise, et a prévu un contrôle régulier des effets de la loi. Le principe d'une évaluation régulière, tous les deux ans, a fait son chemin, permettant d'ajuster le prix plancher des frais de port du livre, voire de le supprimer.

crédits photos : Towfiqu barbhuiya/ Unsplash ; Mark Williams/ Unsplash ; Leslie Lopez Holder/ Unsplash

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

17 Commentaires

 

Al

06/10/2021 à 12:03

On peut être contre le mastodon Amazon mais un volume de vente réduit du livre neuf ne ferait que des perdants et à commencer par les auteurs.

PERCEVAL

06/10/2021 à 16:34

AMAZON a bon dos. La FNAC a bon dos. Je me souviens des discussions avec MAX THERET qui avait des difficultes identiques avec les libraires, les editeurs, lors de l ouverture de la FNAC rennes.
Au lieu de conservatisme, de l imagination, encore de l imagination.

LOL

07/10/2021 à 08:07

« un livre de poche à 2 ou 5 € « donne une marge brute de 0,80 à 2 euros au libraire. »

Ça 25% à 40% de marge... 110% des auteurs rêveraient seulement de la moitié de ce rapport :-(

Ali

07/10/2021 à 08:33

Sauf que le bénéfice est inférieur à 1% en librairie, la marge brute ne signifie pas grand-chose quand on prend en considération les frais qu'un libraire assume.
Arrêtez avec cette comparaison aussi fautive qu'idiote : libraires et auteurs sont tous deux de chaque côté de la chaine du livre, et tout aussi mal placés les uns que les autres.
Entretenir ce mythe du libraire qui gagne plus que l'auteur, c'est aux limites de la désinformation. Soyez sérieux !

ninja

07/10/2021 à 13:55

Regardons les chiffres ...
Selon le Ministère de la culture dans son rapport sur le secteur du livre (2018). Il recense 88000 auteurs pour des droits d'auteur en moyenne de 5318 euros par an, avant prélèvement sociaux dont santé et retraite,

soit 443 euros brut par mois.

Selon diverses sources statistiques facilement vérifiables sur le net, le salaire médian d'un bibliothécaire est de 2803 euros brut par mois.

Le salaire moyen d'un employé de librairie est de 2123 euros brut par mois.

Le salaire médian d'un libraire possédant une libraire est de 3016 euros brut par mois.

Il faudrait pour que la comparaison soit correcte augmenter les chiffres des bibliothécaires et des librairies employés des cotisations sociales payées par leur employeurs ou des droits à la retraite acquis par les fonctionnaires.

Vous disiez donc "Entretenir ce mythe du libraire qui gagne plus que l'auteur, c'est aux limites de la désinformation. Soyez sérieux !"

Vous avez dit désinformation ? vraiment ?

Brouard Emmanuel

07/10/2021 à 23:56

heuuuuu... un détail : La grande majorité du personnel en bibliothèque gagne plutôt autour de 1500 euros par mois. Les bibliothécaires au sens strict (catégorie A de la fonction publique) sont une toute petite minorité, à vu de nez autour de 5 à 8% du personnel. Quant au personnel des librairies, c'est souvent moins : on les voit venir travailler en bibliothèques comme contractuels, car tant qu'à être mal payés, ils préfèrent avec un week-end sur deux pour eux.

LOL

08/10/2021 à 08:36

« La grande majorité du personnel en bibliothèque gagne plutôt autour de 1500 euros par mois. »

99% des auteurs qui permettent ce salaire à ce personnel en rêveraient.

Pour info, la plupart des auteurs travaillent tous les jours. Je n'ai pas pris de vacances depuis plusieurs années et je m'arrête moins d'une semaine par an (souvent pour faire... des travaux).

Swann

09/10/2021 à 17:16

Voilà une vision pour le moins réductrice, pour ne pas dire étriquée.
Mais sans doute allez-vous détailler ? Savez-vous seulement ce qu'on entend par "marge brute" ? Êtes-vous vous même entrepreneur, auteur peut-être ? Alors racontez-nous, de grâce, ça nous intéresse. Mais sans doute, petit cachottiére, nous préparez-vous un business modèle immédiatement applicable à la libraire française et qui permettrait alors aux libraires de se payer grassement ? Allez, ne vous faites pas prier. C'est promis, point de LOL de notre part.

sandra ZTL

07/10/2021 à 08:36

Ne voir que par un bout de la lorgnette, encore !
Grands groupes, Amazon, libraires ... quid des petits éditeurs ?
Des frais de port moindres nous aideraient à survivre !
C'est la mort de la petite édition indépendante qui va arriver... et de la bibliodiversité.

Latrille Sylvie

07/10/2021 à 10:05

Et toujours rien pour les éditeurs qui envoient leurs livres aux libraires qui les commandent ? C'est une demi-loi ! Et ce sont les petits éditeurs qui en pâtiront : les libraires ne voudront plus commander leurs livres.

Thierry Bodin-Hullin

08/10/2021 à 09:12

Oui, Sandra, je te suis complètement. Les éditeurs qui possèdent un site en ligne sont-ils concernés par la mesure ?

Éditrice

07/10/2021 à 09:38

Et pourquoi ne pas travailler à une baisse des frais postaux ? Il existe un tarif livre pour l'étranger, pourquoi pas pour la France ? Sur certains poids le prix a plus que doublé en 8 ans. Les prix de la poste ne suivent pas l'inflation nationale. Le prix du livre ne bougeant pas d'une année sur l autre, c'est la marge du vendeur (libraire et éditeur possédant un site marchant) qui fond.

Marie

07/10/2021 à 19:22

Oui, c'est çà la bonne idée, La Poste achemine bien la presse pour un coût dérisoire, pourquoi pas les livres. Perso, si je dois ajouter 7€ à un livre à 25 €... gloupsss Je vis en campagne, et j'ai 30 km A/R pour une librairie, avec un choix trop restreint.

Pic

08/10/2021 à 08:40

La presse est payée... par vos impôts. La plupart des journaux ont des subventions (qui vont jusqu'à 90% du prix unitaire du journal, sans compter la publicité de complaisance et la distribution de complaisance). 90% des journaux ne survivent que grâce aux subventions de l'État (donc nos impôts). Donc la presse indépendante est surtout une légende : la grande majorité des journalistes sont des fonctionnaires non assumés.

Faire baisser le prix du colis par la Poste qui est devenue un système bâtard, mi-privé, mi-étatique revient à faire financer le coût de transport par les impôts.

En quoi les Français ont-ils besoin d'un impôt de plus ?

sandra ZTL

08/10/2021 à 10:06

En effet, envoyer un livre en Belgique ou Suisse coûte moins cher que de l'envoyer à Marseille !!!
l'idée ? promouvoir la culture à l'étranger... et si on commençait par appliquer cette loi en France pour toutes les personnes qui n'ont pas accès à la lecture, celles qui sont en dys.fficulté etc. il y a un taux d’illettrisme en France incroyable. Tout est argent et politique comme toujours.
Pour un de nos romans, je facture plus cher de frais de port que de livre !!! Hallucinant ! si on continu dans ce sens je peux mettre la clé sous la porte... et dire adieu à la bibliodiversité que mes petits enfants ne connaitront pas d'ici quelques années.
Cordialement,
Sandra E.dys.trice

Aradigme

08/10/2021 à 12:24

J'habite à la campagne et je ne dispose pas d'un budget lecture indéfiniment extensible. La plus proche librairie se situe à plus de vingt kilomètres. Je veux continuer à lire régulièrement. Ma solution? Je vais à regret abandonner le livre papier et me rabattre sur la liseuse Amazon. Le lobby des libraires n'y aura rien gagné.

Arthur Magnus

12/10/2021 à 08:54

Le saviez-vous ?

1/ Vous pouvez commander des livres papier qui vous seront livrés gratuitement (du moins, pour des frais de port réduits à 0,01 € en France) à votre domicile rural. Et sans passer par Amazon ! Je parle de Lireka, dont les fidèles lecteurs d'ActuaLitté ont récemment appris l'existence : https://actualitte.com/article/102597/librairie/lireka-librairie-en-ligne-qui-vend-des-livres-en-francais-dans-le-monde-entier

2/ Il existe des liseuses non inféodées au système/format fermé d'Amazon (dont les aléas sont connus).

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Une sociologie des jurés des prix de la rentrée littéraire

#PrixAutomne23 - Événement sans doute plus commercial et médiatique que littéraire, la rentrée de septembre réjouit les éditeurs. Mais pas que : au cœur de Saint-Germain-des-Prés, des jurés usent de leur influence pour désigner quelques heureux et heureuses élues... Un examen sociologique de ces personnalités renseigne sur la manière dont la culture littéraire légitime se définit, à cette période de l'année. Et, surtout, par qui : en majorité des hommes blancs, souvent fils de notables, âgés de 63 ans en moyenne et... de droite ?

20/09/2023, 09:38

ActuaLitté

Auteurs, salariés ou éditeurs : Hachette interdit de racoler chez Editis

Le sujet embarrasse à Bruxelles, autant qu’il intrigue dans le Landerneau et inversement. Dans la torpeur des congés estivaux les esprits s'échauffent, pas encore partis en congés ou déjà revenus... Maintenant que Vivendi a obtenu l'autorisation de fusionner avec Lagardère, on redoute d'assister à une vague migratoire vers Hachette Livre. Et dans les couloirs, on jase, méconnaissant les interdits déjà actés.

14/08/2023, 15:14

ActuaLitté

Marc Levy, Tatiana de Rosnay : signer avec Albin Michel, valeur refuge ?

L’industrie du livre aime se raconter des histoires — certains éditeurs en feraient même commerce. Voilà comment le mercato des auteurs, partant d’une maison vers l’autre, demeure sujet de conversation le plus prisé devant la machine à café. Des bruissements, parfois anecdotiques, qui en disent toujours long sur le secteur.

05/07/2023, 09:58

ActuaLitté

Festival du livre et géométrie euclidienne : bien choisir ses convives

REPORTAGE – Pour 2023, le Festival du Livre de Paris accueillera les lettres italiennes. La proximité culturelle entre les deux pays relève de l'évidence et les relations politiques et commerciales sont étroites. Pour l'organisation, les défis ne manquent pas : quels auteurs, quels secteurs éditoriaux, quels éditeurs mettre en avant ? 

29/03/2023, 16:08

ActuaLitté

Denis Olivennes : l'homme médiatique de Kretinsky, futur patron d'Editis ?

Depuis quelques années, le binôme Denis Olivennes / Daniel Kretinsky va à l’amble. Cette association connut un point d’orgue quand le second signa un chèque de 14 millions € à Libération, dont le premier était directeur général. Avec la perspective du rachat d’Editis, dans son intégralité, le nom du haut fonctionnaire revient, revient, revient…

24/03/2023, 17:32

ActuaLitté

Sarkozy et les contrats de Jean d'Ormesson : une langue trop bien pendue ?

« Si la vérité blesse, c’est la faute de la vérité », assurait le frais ministre de l'Économie lors d’une conférence de presse. Mai 2004, Nicolas Sarkozy prenait fraîchement ses quartiers à Bercy et l’Élysée était encore loin. Depuis, et sans rouler des épaules — plutôt des mécaniques — le voici prodigue de conseils aux professionnels du livre. Administrateur du groupe Lagardère, donc de Hachette Livre, la fonction lui donnerait des ailes ?  

21/12/2022, 16:26

ActuaLitté

Le futur Festival du livre de Paris : “Une bascule incongrue, irréfléchie, sans vision” 

FLP2022 – La question des éditeurs indépendants et des Régions est définitivement réglée. La Fédération interrégionale du livre et de la lecture (Fill) vient d'opposer une ultime fin de non-recevoir aux organisateurs de l'événement parisien, malgré une tentative de conciliation, réelle, mais « insuffisante ». Le Festival du livre de Paris se recentre donc sur les éditeurs, appelés à tenir stand. Les convaincre ne sera pas chose beaucoup plus aisée.

11/02/2022, 10:01

ActuaLitté

Inflation sur les mangas d'occasion : les algorithmes devenus fous ?

La crise du papier entraînera une hausse de prix de vente des mangas. Plusieurs éditeurs ont déjà averti de cette situation — les matières premières, ainsi que l’encre ou encore les coûts du transport se répercutent logiquement sur le consommateur. Mais une autre inflation surgit, cette fois régie par les algorithmes, et concerne strictement les ventes d’occasion. Ou comment la machine produit des bulles spéculatives totalement hors de contrôle…

29/12/2021, 14:31

ActuaLitté

Harcèlement, éviction et représailles : ce qui se trame vraiment chez Plon

Quand on en vient aux sujets connexes à Vincent Bolloré, tout prend des allures de trames ourdies sur un indéchiffrable métier. Au tisserand avisé de saisir jusqu’aux fils secrets, pour donner forme à la tapisserie. Justement, chez Plon, filiale d’Editis, on rejoue La Dame à la Licorne, avec pour fil conducteur comme sur l’oeuvre authentique, « Mon seul désir ». Or, en la matière, on sait combien les passions s’emmêlent

17/12/2021, 11:04

ActuaLitté

Bûche glacée, dinde de Noël : à qui appartiennent les recettes de cuisine ?

Les fêtes de fin d’année — toute une histoire ! Il ne faut rien laisser au hasard : les décorations, la musique, les boissons, les cadeaux… et le dîner – voire les dîners ! Plus que tout, l’objectif est que les convives repartent le ventre plein, sourire aux lèvres. Mais que faire lorsque l’inspiration manque ? Un tour sur internet, dénicher « la recette de Noël pour les éblouir » et le tour est joué… Oui, mais à qui donc est cette recette ? Monté en neige ou non, voler un oeuf serait voler un émincé de boeuf ?

11/12/2021, 13:40

ActuaLitté

Des retards de livraison en librairie et la chaîne du livre menace d'exploser

La crise du papier et de son approvisionnement continue d’angoisser, à raison. Car avec elle, une autre pénurie sévit : celle des recrutements pour les entrepôts. Emplois mal payés, éprouvants… les candidats ne se bousculent pas au portillon. Et depuis des semaines, les transporteurs ne suivent plus : une carence de chauffeurs routiers est partout observée.

24/11/2021, 15:58

ActuaLitté

Maison du dessin satirique : “S’il te plaît, dessine-moi un serpent de mer…”

Le 15 janvier 2020, à l’occasion de ses vœux à la presse, le Président Macron annonçait la création d’une maison du dessin satirique et du dessin de presse. Depuis, rien, ou presque. L’annonce du lieu choisi pour cette maison devait être faite en janvier 2021, puis au printemps, puis à l’automne et… rien. ActuaLitté mène l’enquête, à la recherche du dessin perdu.

16/11/2021, 11:34

ActuaLitté

Dicker, Zemmour et Sattouf : comment l'indépendance des auteurs effraie l'édition

Dicker, Zemmour, Sattouf : trois noms significatifs dans l’édition puisqu’ils pèsent à eux seuls plusieurs millions d'euros de chiffre d’affaires. Ils ont tous opté pour un changement de paradigme, mais réellement en rupture avec l’industrie du livre jusqu’à lors connue ? Pour point commun, un outil de diffusion et distribution qui leur ouvrira les portes des libraires, grandes surfaces culturelles et autres enseignes… Bref, les points de vente du livre. Un schéma disruptif, supposément, qui provoque des sueurs froides dans l’ensemble du milieu. Panique à Saint-Germain ?

10/09/2021, 11:52

ActuaLitté

Issues de la collection de Stefan Zweig, deux partitions inédites de Schumann retrouvées

Il est des vieux papiers que l’on exhume, avec une odeur d’antan, mais dont on ne soupçonne pas que leur histoire nous emportera loin, bien loin. Au sein de la Fondation Martin Bodmer (Cologny, canton de Genève), quatre pièces inédites ont été retrouvées. Muriel Brandt, chargée de mission pour la mise en valeur des partitions autographes en aurait dansé au son des lieder de Robert Schumann, ainsi que deux autres pièces, de Georges Bizet et Charles Gounod. 

03/09/2021, 13:17

ActuaLitté

Vente d'épreuves non corrigées : collectionneur illuminé ou attrape-nigaud ?

Le marché du livre d’occasion fait pousser des soupirs désabusés aux organisations d’auteurs depuis bien longtemps. C’est pourtant en toute légalité que l’acheteur de livre papier peut revendre on exemplaire. Il existerait en revanche un autre marché, navigant dans une zone grise nettement plus contestable, installé sur le net français : celui des épreuves non corrigées. Des textes et des ouvrages non-commercialisables, mais qui servent aux éditeurs à faire connaître leurs publications très en amont…

31/08/2021, 13:04

ActuaLitté

Crise du papier en France : pourra-t-on imprimer le prix Goncourt ?

#PenuriePapier – En 2019, l’industrie papetière représentait 5,4 milliards €, incluant papiers et cartons, selon Copacel, organisation patronale. En somme, un douzième de ce que pèse la filière forêt-bois, matière première essentielle. Or, depuis fin 2019, plusieurs facteurs distincts provoquent une pénurie de papier. Et si les usages graphiques — incluant la production de livres — ne représentaient que 1,6 million de tonnes sur les 7,3 millions globales, la situation va en s’aggravant depuis la pandémie. 

 

24/08/2021, 14:47

ActuaLitté

France : Amazon assigné en justice pour concurrence déloyale

EXCLUSIF – Le confinement a révélé, à son insu, quelques secrets de fabrication et autres télescopages douteux chez Amazon France. Un différend juridique entre une éditrice et son prestataire a mis en lumière de manière flagrante les arrangements de la firme, aboutissant à une distorsion de concurrence. Tout à la fois revendeur et fournisseur de services, elle aura rendez-vous avec la justice française pour en répondre.

02/03/2021, 15:10

ActuaLitté

L'infernale circulaire 2016, ou la retraite à prix d'or pour les auteurs

Ah, la retraite : paisible repos après une dure vie de labeur, accompagnée d’un pécule qui permettra d’offrir les étrennes de fin d’année ou la petite enveloppe d’anniversaire. Ou dans certains cas, plus rares, de faire creuser la piscine rêvée. Pour les artistes-auteurs, l’Agessa se vit confier le soin de collecter les sommes, avec l’incurie que l’on a fini par découvrir… Et qui n’en finit pas. 

17/02/2021, 15:58

ActuaLitté

Poésie et livre numérique : la délicate transition du mot à l'écran

Si vous avez déjà acheté de la poésie au format numérique, et à plus forte raison de la poésie en vers, vous vous êtes sans doute rendu compte que les contraintes formelles propres à ce genre littéraire se heurtent aux contraintes techniques de l’ebook. Face à ce constat, les éditeurs de poésie adoptent différentes stratégies, allant de la non-publication de leurs titres en numérique à une réflexion sur la manière dont le numérique peut servir la poésie.

16/02/2021, 14:46

ActuaLitté

Moniteurs étudiants : entre la “procédure” et la “bienveillance", Paris 3 balance

Ce mardi 2 février, les moniteurs étudiants de la bibliothèque Sainte-Barbe, rattachée à l'université Sorbonne Nouvelle — Paris 3, débrayaient une nouvelle fois, accompagnés par des bibliothécaires permanents et des professeurs de l'université. Alors que la crise sanitaire frappe de plein fouet les étudiants, ils réclament le maintien de leur rémunération en cas de confinement et de fermeture de l'établissement. Une partie du personnel de la bibliothèque les soutient et réclame plus de moyens.

05/02/2021, 17:41

ActuaLitté

Gabriel Matzneff publie Vanessavirus, son ultime livre

EXCLUSIF – Ce mois de janvier ne manque définitivement pas de rebondissements : alors que le titre de Camille Kouchner, La familia grande, vient de sortir en grand format, sa parution fait écho à la sortie en poche du Consentement, l’ouvrage de Vanessa Springora. L’éditrice avait dénoncé avec force les actes de Gabriel Matzneff, et toute la complaisance autour du personnage. Quelque peu oublié des médias, l’auteur n’a pour autant pas quitté la plume. Et s'apprête même à publier son prochain titre, Vanessavirus.

02/02/2021, 09:30

ActuaLitté

Financement, structure, Livre Paris : les Grandes espérances 2021 du SNE

Livre Paris 2020 compte parmi les premiers salons victime de la crise sanitaire. Pas de manifestation pour la capitale française, et pas de revenus pour le Syndicat national de l’édition, coorganisateur avec Reed Expositions France. Au cours des dernières semaines, les messages promotionnels n’ont pourtant pas manqué, rassurants ou tentant de l'être. Ainsi, la programmation se dévoile pour partie : l’Inde reste le pays à l’honneur, quand le monde d’après servira de fil rouge à l'ensemble. 

27/01/2021, 16:20

ActuaLitté

Lisimachio, le PDG de Hachette Livre qui voulut racheter Amazon

Jean-Louis Lisimachio a laissé une profonde empreinte sur le groupe Hachette Livre, qu’il quitta brutalement en mai 2003. Depuis, il vit quelque part entre les massifs alpins et Nice, « désintéressé de ce qui concerne l’édition et au courant de tout ». Ses anciens collaborateurs décrivent une personnalité fascinante, admirée ou haïe. Incontestablement, l’ex-PDG de Hachette filiale de Lagardère, avant qu’elle ne soit renommée Lagardère Publishing, a marqué plus que son époque. Une figure d’autant plus intrigante qu’elle ne frayait pas avec le gotha littéraire, bien au contraire.

14/01/2021, 14:20

ActuaLitté

La chaîne du livre face à la crise sanitaire, dans neuf régions françaises

Dès le début de la pandémie, les agences régionales du livre ont conseillé les acteurs concernés, mais se sont aussi lancées dans des consultations, pour rester au plus près des besoins. La Fédération interrégionale du livre et de la lecture propose une synthèse des actions et réactions du monde du livre, dans neuf régions françaises, au cours de la tumultueuse année 2020.

11/01/2021, 16:50

ActuaLitté

Marseille : Actes Sud cédera la librairie du MuCEM à Arteum, “une perspective adaptée”

En janvier 2013, le groupe Actes Sud remportait l’appel d’offres concernant le MuCEM — Musée des civilisations de l’Europe et de la méditerranée de Marseille. En juin de cette même année, la boutique-librairie allait être associée à la librairie Maupetit, propriété du groupe depuis 1998. Mais la concession changerait prochainement de mains, dans le cadre d’un AOT qui bénéficierait à la société Arteum, spécialisée dans les boutiques de musées. 

17/12/2020, 15:45

ActuaLitté

Étude : les Français et la lecture pendant le premier confinement

Trois organismes du secteur du livre, la Sofia, le SNE et la SGDL, ont commandé à l'institut Médiamétrie une étude consacrée aux pratiques des Français en matière de lecture pendant le premier confinement, celui du printemps 2020. Il en ressort un attachement certain pour l'activité, avec une volonté de tester d'autres manières de lire.

14/12/2020, 16:43

ActuaLitté

La lecture, loisir le plus pratiqué par les enfants de 9 ans durant le confinement

Dans quelques années, on se souviendra de cette étrange période avec quelques souvenirs flous : avions-nous réellement été enfermés, durant un confinement mondial ? Pour les enfants, dont 98 % restèrent chez eux, cette période eut des répercussions sur le travail et les loisirs. Le ministère de la Culture a procédé à une enquête, portant sur les jeunes de 9 ans.

07/12/2020, 09:38

ActuaLitté

Les règles du “je” : Rowling, reflet d'un monde patriarcal

L’affaire Rowling prend des proportions inquiétantes : après la fronde des personnels de Hachette UK, voici que des auteurs de l’agence littéraire décident de quitter le navire. Plusieurs auteurs ont claqué la porte de Blair Partnership, suite aux propos de la romancière sur les personnes transgenres. Et maintenant, les politiques se servent de ses propos comme arguments législatifs.

24/06/2020, 12:43

ActuaLitté

Sondage : les Français ont lu 2,5 livres durant le confinement

EXCLUSIF – À partir de ce 11 mai, les librairies ont l'autorisation de réouvrir. Or, la lecture fut, durant le confinement, l’une des vertus refuges. Privés dans un premier temps de librairies, les Français ont pourtant opté pour les livres, pour se divertir, s’évader ou s’enrichir. Un sondage réalisé par Harris pour ActuaLitté/La Journée du manuscrit francophone dévoile quelle place le livre a véritablement occupé lors de ces semaines à domicile.

11/05/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Français achètent de plus en plus de livres d'occasion

Le livre d'occasion, une aubaine
En attendant le communiqué annuel de PriceMinister annonçant que le livre a encore été le produit le plus revendu après Noël, voici un bref pronostic de Recommerce. Spécialiste de la vente de smartphones et produits reconditionnés, l’entreprise avance que les Français passeront massivement par les cadeaux d’occasion.

20/12/2018, 12:03

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

“Nos points communs sont simples : le territoire et le livre.”

#Noshorizonsdesirables – Durant cinq années de librairie au Québec chez Pantoute, Benoît Vanbeselaere est passé de la communication et de l’événementiel à la direction générale d’une des deux succursales. Depuis avril 2023, il a pris ses fonctions comme coordinateur de l’Association des éditeurs des Hauts-de-France. En marge des Rencontres régionales du Livre et de la Lecture 2024, à Boulogne-sur-Mer, il revient avec nous sur les actions menées et à mener.

26/02/2024, 15:13

ActuaLitté

"Les IA génératives menacent aujourd’hui l’activité des auteurs des arts visuels"

L'ADAGP l'affirme : « Les systèmes d’intelligence artificielle (IA) générative, capables de produire instantanément des contenus visuels à la demande des utilisateurs, menacent aujourd’hui l’activité des auteurs des arts visuels. » En réaction à ce constat, la société de perception et de répartition des droits d'auteur a publié une déclaration générale d’opposition. Elle s'explique dans un communiqué, reproduit ici par ActuaLitté.

23/02/2024, 17:08

ActuaLitté

Partage de la valeur : cette étude “apporte des éléments de compréhension” (SNE)

L'étude du Syndicat national de l'édition (SNE) consacrée au partage de la valeur entre auteurs et éditeurs, présentée au début de ce mois de février, a été accueillie froidement par les organisations d'auteurs. Ces dernières reprochaient une approche « biaisée » et des résultats qui masquaient la situation économique des écrivains. Renaud Lefebvre, directeur général du SNE, répond aux critiques.

22/02/2024, 11:49

ActuaLitté

Librimania : le jeu que toute l'édition va s'arracher

#Noshorizonsdesirables – Foin des IUT et autres Masters pros Métiers du livre : voici le futur compagnon et prochain best-seller en librairie — s’il est un jour commercialisé — Librimania plonge les joueurs dans l’univers impitoyable… du monde du livre. Accrochez-vous à un dictionnaire ou une encyclopédie, ça décoiffe !

21/02/2024, 19:22

ActuaLitté

Barbara Kingsolver, Prix Pulitzer 2023 : “Je ne crois pas au talent”

Le Prix Pulitzer de la fiction, qui récompense un roman qui raconte cette démente Amérique, a été décerné à deux auteurs ex-aequo en 2023 : Hernan Diaz pour son texte sur les coulisses de la Grande Dépression des années 30, Trust, et Barbara Kingsolver. D’un côté, le gros argent, de l'autre, les prolos d'une campagne des Appalaches, à travers les aventures de Demon Copperhead. Un David Copperfield contemporain dans les terres contrariées de l'OxyconTin et des champs de tabac…

21/02/2024, 16:00

ActuaLitté

Pour le livre de Turin, "un salon qui aide au dialogue"

Du 9 du 13 mai, le Salon international du livre de Turin incarne un événement majeur autour du livre sur le territoire italien. Entre défis antérieurs et direction nouvelle, Annalena Benini, directrice du Salon pour cette édition, fait part à Actualitté des conditions à réunir, pour mener à bien les ambitions prochaines, notamment quant à la jeunesse. 

19/02/2024, 12:07

ActuaLitté

Mort d'Alexeï Navalny : “Il n’a jamais reculé devant le pouvoir”

Le décès d’Alexeï Navalny, survenu ce 16 février au centre pénitentiaire de Kharp à l'âge de 47 ans, provoque un soulèvement — et les regards fusent vers Vladimir Poutine, qui se serait définitivement débarrassé d’un opposant. Le Pen Club français a diffusé un hommage, ici proposé en intégralité.

17/02/2024, 10:49

ActuaLitté

Une nuit dans une yourte kirghize, bercés par la pluie

#AVeloEntreLesLignes — Partis à la conquête de nouveaux horizons, Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek pédalent à travers une odyssée littéraire. Leur défi ? Explorer le plus grand nombre possible de librairies sur un itinéraire qui les mène à vélo de Paris jusqu'à Oulan-Bator. Ils partagent avec ActuaLitté leurs aventures et découvertes dans ce journal de voyage.

16/02/2024, 15:24

ActuaLitté

“Le livre et la lecture comme biens communs”

Noshorizonsdesirables – Dans le paysage littéraire des Hauts-de-France, une révolution jusqu’alors silencieuse entend faire grand bruit. François Annycke, directeur de l’Agence Régionale du Livre Hauts-de-France (AR2L), inaugurera les 21 et 22 février deux journées professionnelles. Objectif : collaborer, en redéfinissant le rôle de l’Agence et de ses partenaires, pour plus d’efficacité.

16/02/2024, 12:00

ActuaLitté

L'étude sur le partage de la valeur du SNE, “un éclairage partiel et biaisé”

Dévoilée le 1er février dernier, l'étude sur le partage de la valeur du livre, commandée par le Syndicat national de l'édition, n'a pas vraiment convaincu. La quasi-totalité des organisations d'auteurs ont dénoncé ses résultats, assimilés à une pure et simple tentative de manipulation. L'Association des traducteurs littéraires français (ATLF) ajoute sa voix revendicative, dans un texte reproduit ci-dessous.

15/02/2024, 10:03

ActuaLitté

Une étude sur les revenus qui “ne reflète en rien la réalité” des auteurs

Le Syndicat national de l'édition, organisation patronale du secteur, a présenté le 1er février les données de son étude sur le partage de la valeur du livre entre les maisons d'édition et les auteurs. Une étude dont les méthodes et la présentation des résultats ont été largement décriées par les auteurs et leurs représentants. Le Conseil Permanent des Écrivains (CPE), dans un texte reproduit ci-dessous, signifie ses propres réserves, mais aussi ses attentes vis-à-vis du ministère de la Culture.

14/02/2024, 11:46

ActuaLitté

À vélo entre les montagnes et les yourtes

#AVeloEntreLesLignes — Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek se sont lancés dans une aventure exceptionnelle, celle de parcourir la distance entre Paris et Oulan-Bator à vélo. Tout au long de leur parcours, ils font escale dans autant de librairies que possible. Leur odyssée est couverte par ActuaLitté, qui partage leurs histoires au fur et à mesure.

14/02/2024, 10:33

ActuaLitté

Livres audio : saga, c'est plus fort que toi

Dans un nouvel article, Nathan Hull, responsable de la stratégie de Beat Technology, s'intéresse aux sagas littéraires et à leur capacité à captiver les lecteurs sur le long terme. Comment expliquer ce succès durable ? Et, surtout, comment le reproduire dans un domaine bien particulier, celui du livre audio numérique ?

13/02/2024, 12:48

ActuaLitté

“Le lecteur français veut comprendre l'Italie à travers sa littérature”

Dans une interview menée par Federica Malinverno, Florence Raut revient sur la création de La libreria, librairie-café parisienne cofondée aux côtés d'Andrea De Ritis en 2006, se définissant comme un « espace petit mais riche dédié à l’Italie, situé dans le cœur du IXe arrondissement de Paris ».

13/02/2024, 11:38

ActuaLitté

“Il faut tenir sur le fil, à la frontière, et c’est de là que nait la littérature”

#PrixFrontieres2024 – L'édition 2024 du prix Frontières a été lancée, avec la liste des 10 titres retenus. La lauréate de 2023, la romancière Dima Abdallah avait été été saluée pour son deuxième roman Bleu nuit aux éditions Sabine Wespieser. Présidente d'honneur du jury de cette édition 2024, elle nous délivre un texte, en exclusivité pour ActuaLitté, sur ce terme étrange... frontières...

12/02/2024, 16:35

ActuaLitté

Durant les JO, il est important de rester à Paris... en télétravail

Les usagers occasionnels du métro parisien n’ont pas manqué la campagne de communication orchestrée dans les rames : l’invitation au RTT – Reste chez Toi Travailler. À l’approche des Jeux olympiques, les injonctions contradictoires pleuvent : rester ou ne pas rester sur Paris, prendre ou ne pas prendre les transports, travailler ou ne pas travailler… On ne fait pas d’Hamlet, sans casser des noeuds….

12/02/2024, 14:46

ActuaLitté

“Pour être un libraire, il faut porter la casquette d’agent culturel”

Pleine d’énergie et toute souriante, Prudientienne Gbaguidi est une figure de la librairie francophone en Afrique de l’Ouest. Très engagée pour faire rayonner son métier, elle suit tout ce qui se publie dans la sous-région. A la tête de la librairie Savoir d’Afrique (Bénin), elle est aussi présidente de l’Association des Libraires professionnels du Bénin (ALPB) et vice-présidente de l’Association internationale des Libraires francophones (AILF). Propos recueillis par Agnès Debiage, fondatrice d’ADCF Africa.

06/02/2024, 13:07

ActuaLitté

“La juste rémunération des auteurs et autrices est cruciale”

La Ligue des auteurs professionnels a pris connaissance de l'étude du Syndicat National de l'Édition (SNE) publiée le 1er février dernier. Dans une tribune adressée à ActuaLitté, l'organisation remet en cause la méthodologie, déjà amplement pointée. Leur texte est ici diffusé dans son intégralité.

06/02/2024, 11:03

ActuaLitté

L'étude irréelle où “les éditeurs sont moins payés que les auteurs”

Au moment même où l’Europe envisage de légiférer sur un statut professionnel pour les auteurs, incluant notamment de meilleures rémunérations et une lutte contre les contrats abusifs, le Syndicat national de l’édition a publié une enquête sur « le partage de la valeur entre auteurs et éditeurs ». Or, la présentation des données a révélé un biais tel qu’il laisse entendre que les éditeurs sont moins bien payés que les auteurs. La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse réagit dans les colonnes de ActuaLitté.

04/02/2024, 10:15

ActuaLitté

L'industrie du livre redoute le projet européen sur les délais de paiement

En Belgique, l'interprofession s'est regroupée pour interpeller les députés européens, sur la question des retards de paiements. Le projet qu’examinent en effet le Parlement et le Conseil ramènerait à 30 jours le délai maximum. Une modification que l’industrie du livre ne supportera pas sans de lourdes conséquences.

31/01/2024, 10:19

ActuaLitté

“Nutri-score du livre” et autres projets d’avenir pour une édition écologique

D’après Erri de Luca, l’impossible caractérise « ce qui n’a pas encore été fait » (trad. Danièle Valin). La chaîne du livre — mais par cette dénomination, ne réduit-on pas ses acteurs à des maillons ignorants les uns des autres ? — était conviée à une journée de réflexion, ce 29 janvier. Dans les locaux du groupe Bayard, on se réunissait pour « décarboner le livre et l’édition ». 

29/01/2024, 20:08

ActuaLitté

Au-delà de la polémique Tesson, “faire vivre le Printemps des poètes”

« Au-delà des polémiques de toutes sortes, il nous appartient de faire vivre cette édition du Printemps des Poètes coûte que coûte, et de penser d'abord au public », déclarent les cofondateurs des éditions Doucey. Cette réaction intervient peu après l'annonce de la démission de Sophie Nauleau, directrice artistique du Printemps des Poètes. 

27/01/2024, 12:21

ActuaLitté

Vers le Kirghizistan, à la recherche de la fraicheur perdue

#AVeloEntreLesLignes — C'est l'aventure de Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek, deux cyclistes qui se sont donné pour challenge de rejoindre Oulan-Bator depuis Paris, à la force de leurs cuisses. En chemin, ils visitent autant de librairies qu'ils peuvent. ActuaLitté suit ce périple en publiant leurs récits.

26/01/2024, 14:40

ActuaLitté

IA : les industries culturelles veulent rencontrer Attal “sans délai”

Quelques jours après une missive adressée à Rachida Dati pour l'exhorter à garantir « l'avenir du droit d'auteur » face au développement de l'intelligence artificielle, les industries culturelles maintiennent la pression. Elles communiquent cette fois avec Gabriel Attal, directement, pour faire part de leurs inquiétudes et solliciter « un échange sans délai ». Nous reproduisons ci-dessous le courrier envoyé au Premier ministre, ce 25 janvier 2024.

25/01/2024, 15:38

ActuaLitté

“Il faut être un idiot majuscule pour écrire de la poésie”

La protestation virera bientôt au Tessongate, tant opposants et défenseurs de Sylvain Tesson en parrain du Printemps des poètes s’écharpent. Poliment. Avec le récent soutien de la ministre de la Culture, Rachida Dati, le débat se colore définitivement de politique. Le romancier et poète Patrick Varetz suggère ce qui serait une alternative à la discorde ambiante.

22/01/2024, 13:35

ActuaLitté

Statut européen des artistes-auteurs : “C'est un nouvel espoir”

Depuis plusieurs semaines, des organisations françaises d'auteurs de l'écrit se sont lancées dans une campagne de soutien à une initiative législative du Parlement européen. L'objectif ? Inciter la Commission européenne à agir pour améliorer les conditions de vie des artistes-auteurs, notamment par la création d'un statut. 

18/01/2024, 15:15

ActuaLitté

“Icône réactionnaire” : parrain du Printemps des poètes, Sylvain Tesson dérange

Le printemps des poètes, manifestation qui se déroule chaque année à Paris – du 9 au 25 mars 2024 –, a choisi Sylvain Tesson comme parrain de son édition 2024. Un coup pour l’événement poétique, puisqu’il s’agit par ailleurs de la 25e édition. Le choix, que la directrice artistique depuis 2017, Sophie Nauleau, a amplement salué… mais que nombre de poètes et artistes contestent vivement.

17/01/2024, 18:52

ActuaLitté

Pas de visa, pas de chocolat

#AVeloEntreLesLignes — Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek se sont lancés dans une aventure folle : rallier Paris et Oulan-Bator à vélo, visitant au passage des librairies dans chaque pays, périple qu'ils racontent pour ActuaLitté. Cela faisait quelques semaines que les deux cyclistes pédalaient en silence, nous les retrouvons aujourd'hui à Samarcande, au bout de l'Ouzbékistan.

17/01/2024, 17:02

ActuaLitté

Résolument ancré dans la Fantasy, Leha crée Majik sa collection poche

ENTRETIEN – Apparu en 2017 dans le paysage des Littératures de l’Imaginaire, Leha Editions amorce 2024 avec un gros dossier : la création d’une collection de poche, Majik. Un pari audacieux, autant qu’une nouvelle corde à l’arc de cet éditeur, installé à Marseille depuis quelques années. 

17/01/2024, 10:08

ActuaLitté

Québec : l’industrie du livre se prononce sur l’intelligence artificielle et le droit d’auteur  

Dans le cadre de la consultation publique en cours sur l'intelligence artificielle générative et le droit d'auteur, les associations du milieu du livre rappellent au gouvernement canadien l’importance cruciale de favoriser un développement responsable de l’intelligence artificielle et de promouvoir le respect du droit d’auteur.

15/01/2024, 16:22

ActuaLitté

Pendant la crise, “c’est avant tout la création qui trinque”

Consacrée à la littérature contemporaine, la maison d'édition Onlit, « reposant exclusivement sur une petite équipe d’indépendants », nous informe de la fin de ses activités. Pierre de Mûelenaere, à la tête de la structure, en explique les raisons, et en profite pour remercier tous ceux qui ont participé au projet, ou l'ont soutenu.

15/01/2024, 11:35

ActuaLitté

Livre audio : détourner la loi des séries, à son avantage

Secteur des plus dynamiques depuis plusieurs années, le livre audio numérique est porteur de mille promesses pour les éditeurs. Mais serait-il déjà calcifié dans des habitudes tirées de l'âge de la lecture imprimée ? Nathan Hull, responsable de la stratégie de Beat Technology, revient sur l'intérêt, pour l'éditeur et l'auditeur, de faire un peu de découpage...

10/01/2024, 09:06

ActuaLitté

Louise Boudonnat : traduire, “c’est aussi une rencontre avec soi-même”

Dans une interview menée par Federica Malinverno, Louise Boudonnat revient sur son travail de traduction (de l'italien) de l'ouvrage Absolutely Nothing. Histoires et disparitions dans les déserts américains, de Giorgio Vasta et Ramak Fazel, paru aux éditions Verdier en 2023.

02/01/2024, 14:52

ActuaLitté

Domaine public : Disney a fini par se faire “Mickey”

Dans les studios Disney, la poule aux œufs d’or serait plutôt un rongeur, qui après un siècle de bons et loyaux services a bien mérité une retraite non commerciale. Car ce 1er janvier 2024, Mickey Mouse entrera dans le domaine public. Autrement dit, la plus grande entreprise de divertissement de la planète perd l’exclusivité de sa manne financière. Émouvants adieux…

30/12/2023, 12:35

ActuaLitté

Line Papin et les Lettres Zola : "Cette démarche me garde constamment en éveil"

LaLettreZola — La première Lettre Zola est toujours disponible à la prévente sur la plateforme KissKissBankBank. La première romancière à offrir aux futurs lecteurs un texte inédit, entre réel et fiction, est Blandine Rinkel. Mais chaque mois est l'occasion de découvrir une nouvelle plume, et pour ce faire, Louis Vendel, créateur de ce singulier et enthousiasmant concept, a dû façonner une véritable équipe autour de lui. Une trentaine de trentenaires, parmi lesquels Line Papin, qui triche un peu, puisqu'elle a 27 ans, mais déjà six ouvrages derrière elle.

26/12/2023, 17:06

ActuaLitté

AI Act : les industries culturelles sollicitent Elisabeth Borne

L'Union européenne tente d'encadrer le secteur des intelligences articielles, avec un texte inédit, travaillé depuis plusieurs mois, l'IA Act. La France fait partie des pays où une opposition à une régulation trop stricte s'exprime, ce qui n'est pas pour satisfaire les représentants des industries culturelles, attentifs au respect du droit d'auteur. Dans un courrier à la Première ministre reproduit ci-dessous, ils font part de leurs inquiétudes.

22/12/2023, 16:33