#Réseaux sociaux

Les règles du “je” : Rowling, reflet d'un monde patriarcal

L’affaire Rowling prend des proportions inquiétantes : après la fronde des personnels de Hachette UK, voici que des auteurs de l’agence littéraire décident de quitter le navire. Plusieurs auteurs ont claqué la porte de Blair Partnership, suite aux propos de la romancière sur les personnes transgenres. Et maintenant, les politiques se servent de ses propos comme arguments législatifs.

Le 24/06/2020 à 12:43 par Nicolas Gary

34 Réactions | 12 Partages

Publié le :

24/06/2020 à 12:43

Nicolas Gary

34

Commentaires

12

Partages

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

Tout a débuté en ce mois de juin : Rowling prend la parole sur Twitter, avec des propos jugés « transphobes » par les internautes. Son idée : affirmer que l'on appelle “femmes” ces personnes qui ont des menstruations. Et soudainement, la toile, comme on s’y attend, s’est enfemmée.

« “Les personnes qui ont leurs règles”. Je suis sûre qu’il y avait un mot autrefois pour ces gens. Que quelqu’un m’aide. Wumben ? Wimpund ? Woomud ? [variations autour de Women, femme en anglais, NdR] » 

Comme l’écrit la journaliste et écrivaine Nassira Belloula : « Mais que lui reproche-t-on ? D’avoir déclaré que les femmes sont celles qui ont des menstrues. Et alors, les règles ne sont-elles pas un élément lié à la biologie des femmes ? L’évoquer devient-il criminel ? Doit-on avoir peur dorénavant de parler de nos ovaires et de notre utérus ? Doit-on accepter d’être dépouillées de notre substance originelle, car des hommes transformés en femmes — c’est leur droit, le problème n’est pas là — s’imaginent offensés par notre nature ? » L'enjeu social et culturel est plus large.

“We have found a witch, may we burn her ?”

Le premier point, pour prendre un peu de hauteur, est de rappeler que JK n’a jamais affirmé qu’un homme, devenu femme, ne pouvait pas être une femme. Elle a simplement souligné que les règles étaient le propre d’une femme en tant qu’être biologique. Une idée, en apparence raisonnable, qui se révèle en fin de compte maladroite et source de confusion.

Pire : des salariés du groupe Hachette UK ont menacé, en soutien aux trans qui n’en demandaient peut-être pas tant, de ne plus travailler sur son nouveau livre, The Ickabog. L’éditeur s’est retrouvé très embarrassé : d’un côté, la meilleure vendeuse de livres de tous les temps, de l’autre, des salariés qui prennent position… au milieu, des remarques qui interrogent.

Bien entendu, d’autres n’ont pas manqué le coche, accusant Rowling de surfer sur sa notoriété pour espérer jouir d’une impunité totale, quand elle tient des propos transphobes. 

L'intervention de Daniel Radcliffe même, le monsieur Potter au cinéma, tentait pourtant d'apaiser les tensions : « Les femmes transgenres sont des femmes. Toute déclaration contraire efface l’identité et la dignité des personnes transgenres et va à l’encontre de tous les conseils donnés par des associations professionnelles de la santé qui ont beaucoup plus d’expertise sur ce sujet que Jo ou moi. » En vain.

La conjuration des (pas tout à fait) imbéciles

Dans ce contexte, Fox Fisher, Drew Davies et Ugla Stefanía Kristjönudóttir Jónsdóttir signent une déclaration pour dénoncer le comportement de leur agence littéraire. Un quatrième auteur, qui a préféré rester anonyme, s'est joint à eux. Tous quatre lui demandait la publication d'un message pour « réaffirmer son attachement aux droits des transgenres et à l’égalité ». En l’absence de réaction de Blair Partnership, le silence vaudrait approbation... de l'interprétation des intentions prêtées à Rowling. On finit par marcher sur la tête.

Les écrivains dégainent alors leur propre communiqué, par lequel ils affirment ne plus pouvoir être représentés par l’agence : « La liberté d’expression ne peut être respectée que si les inégalités structurelles qui entravent l’égalité des chances pour les groupes sous-représentés sont remises en question et modifiées. »


JK Rowling - domaine pubic

Acculé, indique le Guardian, Blair Partnership a diffusé sa réponse, assurant qu’il ne transigerait pas sur la liberté de ses auteurs à exprimer pensées et convictions – toujours sur la base de propos dénaturés. De la marche, on bascule vers la course de haies sur la tête…

Parmi les auteurs, plusieurs points appellent des éclaircissements : Drew Davies se revendique par exemple comme gay. Il indique savoir « ce que c’est de figurer dans une minorité, et je sais aussi ce que c’est que d’appartenir à une industrie où vous devez être conscient de votre personnalité publique ». Choix qui pourrait affecter les ventes, insiste-t-il.

Jónsdóttir, de son côté, se définit comme trans non binaire, et surtout activiste dans son domaine. Elle compte parmi les porte-paroles des droits des transidentitaire en Islande et par-delà les frontières depuis plus d’une décennie. Elle-même se sent trahie par le comportement de l’agence, et déplore « une question de valeurs ».

Pour les quatre, le sujet plonge dans la lutte pour la reconnaissance et le droit à exister tel qu'on se veut. Sauf qu'à prendre une position clivante, on en oublie souvent d'exposer une vision plus globale, permettant d'éclairer un public qui méconnaît ces sujets.

Blair “Witch Project” Partnership 

Le premier des nœuds gordiens réside dans le silence de Blair Partnership — qui découle de sa création. L’agence fut fondée en 2011, avec Rowling comme première cliente, quand elle quitta son agent historique, Christopher Little, de Christopher Little Literary Agency. Et Neil Blair, qui avait emboîté le pas, fondait alors sa propre structure, pour accompagner la maman d’Harry Potter. 

L’agence compte désormais 80 auteurs, avec des figures et personnalités publiques majeures. Son refus tacite est de diffuser un communiqué de soutien aux personnes trans, ce qui n’aurait certainement pas fait de mal. Parce que Rowling n’a jamais attaqué la communauté trans frontalement : tous les procès en sorcellerie qu’on a pu lui tenir découlent d’extrapolations qui devraient faire glousser. Les propos de Rowling en disent en réalité long sur notre société, dont elle témoigne, probablement malgré elle. 

Les auteurs démissionnaires, emboîtant le pas à la vox populi (vox dei…), en commettent une plus flagrante : s'acharner sur un principe physiologique, monté en épingle. Les témoignages de trans ne manquent d’ailleurs pas à ce sujet : ne pas avoir ses règles est quelque chose qui manque, comme le rapportait Vice :

 « J’ai dû faire le deuil de plusieurs expériences de femme que je ne vivrai jamais. Les menstruations en font partie », raconte Marianne Cloutier. Cette fonctionnaire de 56 ans a fait son changement de sexe il y a environ quatre ans, mais, comme femme trans, elle n’a pas d’utérus ni d’ovaires. Il est donc impossible pour elle d’avoir des menstruations, une expérience pourtant importante à ses yeux. « Je désire vivre autant les bons que les mauvais côtés de la féminité », dit-elle.

Or, par assimilation malheureuse, la vox populi rapproche “trans” et “opération chirurgicale”. Et pour cause : notre image du transidentitaire est faussée par une détermination stricte. Probablement trop – la faute à quelques carcans sociologiques qui ont la peau dure.

À ce titre, le récit de Cass Bliss, en septembre 2018, offre quelques nuances. Se présentant comme « trans non binaire », Cass évoque le désagrément que provoquent ses règles, chaque mois. Une biologie de femme, un esprit « de garçon manqué », mais elle revendique de n’être « ni l’un ni l’autre et ça me va. Mon corps idéal, c’est celui qui renverse l’idée du genre et brouille cette fausse ligne qui existe entre homme et femme. Je suis heureux de vivre entre les deux ».

Avoir ses règles, sans être femme 

En l’état actuel de la science, aucun traitement hormonal ni acte médical ne parvient à créer un utérus, des ovaires, et donc un cycle de menstruations. En février 2018, on apprenait — et l’évolution était marquante — qu’un transgenre était parvenu à allaiter son enfant, durant six semaines. Exploit louable, qui rapproche de toute évidence la personne de ce que peut être l’expérience “femme”, en tant qu'être biologique.

Ainsi, des serviettes, des tampons hygiéniques ou des coupes menstruelles ne serviront pas à un homme devenu femme par intervention chirurgicale. La vaginoplastie a ses limites, même si en matière de chirurgie de réattribution — ou réassignation — sexuelle, les avancées sont constantes. Elle permet de reconstituer un vagin, un clitoris (tout de même !) et des lèvres. Mais pour le reste, il faudra attendre de nouvelles méthodes. Sachant qu'à l'avenir, il se trouvera alors des opposants pour refuser ce changement, pour lequel il faudra se battre avant d’en faire un droit.


gagnonm1993 CC 0

Sauf que, d'ores et déjà, “transgenre” ne se limite pas à celle seule acception : il existe une diversité de situations spécifiques — en voici un témoignage passionnant parmi d'autres, pour approfondir intelligemment le sujet.

En somme, on peut reprocher à Rowling de n’avoir pas évoqué tous les transidentitaires, de n’avoir peut-être pas appréhendé suffisamment l’ensemble des êtres. On lui reprochera même ce glissement de sens qui assimile trans à opération — et donc de passer sous silence la diversité existante. Toutefois, ces informations sont relativement nouvelles : elles nécessiteront quelques années pour être intégrées et ingérées par la société. Rowling, c'est un peu nous tous...

Avoir ses règles sans être femme

Contactée par ActuaLitté, Delphine Ravisé-Giard, Présidente de l’Association Nationale Transgenre, l’explique sans peine. « Nous vivons dans un monde hétéropatriarcal, où une personne transgenre ne parvient pas à trouver sa place. Simplement parce que les modèles établis depuis toujours s’accommodent mal de la diversité des genres. »

Selon elle, les propos de Rowling « sont transphobes, mais plus globalement, sexistes : une femme ménopausée, qui n’a donc plus de règles, ne serait plus une femme ? En fait, son raisonnement est fondamentalement idiot. Une maladresse totalement ridicule et qui découle, hélas, du mythe de l’hétérosexualité posé comme norme et sur lequel la société s’est développée. » 

En somme, Rowling est le reflet d’une société véhiculant un discours transphobe, au sein d'une structure sociale qui « classe les personnes par réflexe patriarcal. Comment une personne qui ne se reconnaît dans l’adéquation supposée — ce genre attribué à la naissance du fait de ses organes génitaux — y trouverait sa place » ?

Ce qui permet, pour revenir aux propos de Rowling, de répéter qu’une femme n’est définie que par ses seules règles — une victime d’anorexie, dont le cycle est détruit, n'en serait plus une ? Le raisonnement, s'il était tenu, serait défaillant. En revanche, quand la romancière souligne qu’avoir ses règles est, à ce jour et en attendant des progrès dans la chirurgie, le propre de la femme entité biologique, pointe tout le progrès cuturel autant qu'intellectuel qu'il reste à parcourir.

Un patriarcat écrasant

« Même la plus ouverte de toutes les sociétés occidentales qui soit reste sexiste, et transphobe, c’est une perpétuation ancestrale des canons — que l’on peut ramener à des choses simples, comme la relation dominant/dominé », reprend Delphine Ravisé-Giard. « En termes anthropologiques, les femmes prépubères ou ménopausées ont longtemps été vues comme inutiles : elles ne servaient pas ou plus la transmission patrimoniale, parce qu’incapables d’assurer l’acte de procréation pour ce faire. »

Sauter à la gorge de Rowling n’aide cependant en rien à mieux faire comprendre ni faire évoluer les mentalités. Oui, il existe un principe biologique par lequel l'appareil génital féminin des mammifères est conçu pour avoir un cycle d'ovulation. Le point est irréfutable. Mais le genre n'est pas biologique. Ce qui l’est tout autant, c’est que l’être humain peut « sortir des principes hétéropatriarcaux, pour affirmer autre chose. Cela passe par un changement au niveau des États, qui n’ont rien mis en place de pérenne ni efficace pour lutter contre la transphobie et l’inclusion de la diversité des genres », conclut Delphine Ravisé-Giard.

Le besoin de lois, claires et précises, pour endiguer une transphobie systémique ? On retrouve bien là l’enjeu commun qu’évoquait Rowling :

Les choses sont dites avec maladresse, mais Rowling l’indique bien : c’est une question de respect, pour les uns comme pour les autres, au sein d’une société patriarcale oppressante. Tout le problème vient de la notoriété de la romancière, qui ne peut se permettre des expressions trop hâtives. Pour preuve, un sénateur républicain, James Lankford, s’est emparé de ses propos pour justifier le refus du droit de vote aux LGBTQ+. Et ainsi parvenir à limiter les mesures anti-discrimination en cours de discussions aux États-Unis.

La réalité de ces échanges se nuance ainsi, mais les principes se rejoignent : autant que pour les femmes, les droits des transidentitaires ont besoin d'être consolidés, et respectés. 

crédit photo : Karolina Grabowska CC 0

34 Commentaires

 

Constance

24/06/2020 à 14:18

Bonjour,

Je vois bien que vous avez fait des recherches mais vous avez loupé l'information la plus importante pour mettre en contexte les déclarations de JKR et les réactions vives qu'elles sont suscité. Rowling exprime ainsi son soutien à un mouvement virulent au Royaume-Uni, qui se désigne comme "gender critical" et vise à empêcher l'avancement des droits des personnes trans.

Je vous invite à lire cet article détaillant point par point les mensonges écrits par JK Rowling.
https://medium.com/@completelykaty/addressing-the-claims-in-jk-rowlings-justification-for-transphobia-7b6f761e8f8f

Aymerix

24/06/2020 à 17:11

Et, vous n'en avez pas marre de faire ce genre d'articles de propagande ?

Si vous êtes devenu un site politique, merci de le mettre en page d'accueil.

Nicolas Gary

24/06/2020 à 17:15

Bonjour (ce n'est pas de la propagande pour vous inciter à passer une bonne journée, simplement de la politesse),

Il y a de la politique dans le sens "vie de la cité et des citoyens". J'ignore en quoi cela peut vous incommoder : nous avons, juste aujourd'hui, 30 autres articles qui concernent plus directement le livre, la lecture, les prix littéraires et l'édition.
Vous devriez pouvoir y puiser de quoi vous contenter

Bien à vous

Coré-Perséphone

24/06/2020 à 17:30

Contrairement à ce qui est indiqué dans votre article, ce n'est pas tant pour les femmes trans que pour les hommes trans et autres personnes trans assigné-e-s femme à la naissance (AFAB), qui peuvent avoir un utérus, des ovaires et des menstrues, que les propos de JK Rowling son problématiques.

Est-ce de votre part une simple erreur due à l'ignorance ou de la malveillance sous forme de malhonnêteté intellectuelle ?

Car, les homme trans, même s'ils ont leurs menstrues, ne sont pas des femmes.Idem pour les personne AFAB non-binaire, agenre, etc... Il est donc faux d'affirmer que les menstrues sont le propre des femmes.


La réalité, c'est que toutes les femmes n'ont pas leurs règles, et toutes les personnes qui ont des règles ne sont pas des femmes.

Nicolas Gary

24/06/2020 à 17:34

Bonjour (avec ou sans menstrues, c'est toujours apprécié)

Je me permets de reciter les propos du billet : "Ce qui permet, pour revenir aux propos de Rowling, de répéter qu’une femme n’est définie que par ses seules règles — une victime d’anorexie, dont le cycle est détruit, n'en serait plus une ? Le raisonnement, s'il était tenu, serait défaillant. En revanche, quand la romancière souligne qu’avoir ses règles est, à ce jour et en attendant des progrès dans la chirurgie, le propre de la femme entité biologique, pointe tout le progrès cuturel autant qu'intellectuel qu'il reste à parcourir."

Excellente journée.

Alina Reyes

25/06/2020 à 21:33

Voilà, merci de le dire. Et c'était exactement ce dont il était question dans l'article que Rowling avait incriminé. Sans l'avoir compris apparemment. L'article citait les filles, les femmes et les transgenres comme personnes susceptibles d'avoir leurs règles, et auxquelles il fallait assurer un accès aux protections périodiques et à l'hygiène spécifique. L'article employait les mots justes, contrairement à Rowling qui écrit que les personnes qui ont leurs règles sont des femmes. Un très grand nombre de femmes et de filles n'ont pas leurs règles, et des femmes devenues hommes continuent à les avoir (comme certains en ont témoigné sur les réseaux sociaux). Ce n'est pourtant pas sorcier à comprendre !
L'obsession de Rowling contre les transgenres est d'autant plus suspecte qu'elle-même signe ses polars d'un nom d'homme. Il y a vraiment problème quand on voit le nombre de like reçus par ses propos, visant des personnes déjà fragilisées.

Coré-Perséphone

24/06/2020 à 17:58

Oh, pardonnez moi d'avoir oublié de vous saluer, Bien le bonjour, donc,

"En revanche, quand la romancière souligne qu’avoir ses règles est, à ce jour et en attendant des progrès dans la chirurgie, le propre de la femme entité biologique, pointe tout le progrès cuturel autant qu'intellectuel qu'il reste à parcourir."

Ce qui reste scientifiquement faux, puisque les personnes trans AFAB qui peuvent avoir leurs règles ne sont pas des femmes

Et tout cela n'explique en rien pourquoi vous portez le sujet sur les personne trans assigné-e-s homme à la naissance alors que le sujet de la discorde était le fait que les personnes trans assigné-e-s femme à la naissance pouvaient avoir leurs règles sans être des femmes ? Méconnaissance du sujet, ou malveillance ?

Cordialement

Lully

24/06/2020 à 19:41

C'est un peu triste comme article et je suis peu surprise de voir qu'il est écrit par un homme. Malheureusement ce n'est pas la première fois que Rowling écrit des propos transphobes et attaque de façon totalement gratuites ces personnes. Vous la faites passer pour une ignorante qui ne sait pas trop ce qu'elle dit parce que la société deviendrait quoi ? Trop complexes et qu' on est tous alors ignorants ? Non Rowling sait très bien ce qu'elle dit et votre article, sous couverts de vos recherches, ne replacent jamais les propos de l'autrice dans son contexte, et pire encore les cautionne puisque c'est un peu nous tous... Plot twist non tout le monde ne pense pas comme ça.

Lavande

24/06/2020 à 20:14

Je trouve très dommage que vous n'ayez pas contacté une asso féministe ou defendant les droits des lesbiennes pour faire contrepoids à l'asso trans à laquelle vous avez fait appel.
JK Rowling exprime très bien, dans son texte que je vous encourage à lire, les craintes des lesbiennes et feministes, et les attaques qu'elles subissent du mouvement trans.
La question de redéfinir le mot femme pour y laisser entrer les hommes ne posent pas seulement que des problèmes d'aberration de language et de biologie, et d'appropriation de l'oppression que les femmes subissent depuis la nuit des temps, mais aussi un problème de droit et de protection des minorités.
Contrairement à ce que vous affirmez, JKR ne s'est pas concentrée sur les chirurgies de transition, elle a longuement exprimé les dangers, pour les femmes, que representent la loi permettant aux hommes d'être considérés comme femmes sur simple déclaration.
Je comprends que ne montrer qu'une once de doute ever le mouvement trans est risqué (j'ai moi-même reçu des menaces de mort et des photos d'animaux torturés juste pour avoir dit qu'en tant que lesbienne, je ne souhaitais pas interagir avec un penis) mais j'espère toujours voir un jour un peu plus de soutien pour les femmes.

JKR n'est pas un produit d'un autre temps qui a mal compris. C'est une femme brave qui, contacté par des milliers de femmes inquiètes dont moi-même, a eu le courage de parler d'un problème auquel personne ne s'intéresse, puisque personne ne s'inquiète du sort des femmes, à moins qu'elles soient des hommes

Delphine

24/06/2020 à 21:00

Je suis une femme, menstruée, et j'aurai écrit cette article de la même façon : certains de vos commentateurs dénoncent la mauvaise foi mais continuent eux-mêmes de confondre (ou font mine de confondre) genre, dont vous débattez dans votre article, et sexe : les personnes de sexe féminins ont, vont avoir ou ont eu leur règles. C'est biologique et irréfutable. Je trouve aberrant à l'heure actuelle où des enjeux d'urgence, climatiques par dessus-tout, mettent en danger l'ensemble de la population humaine (quel que soit le sexe ou le genre), on en soit à dire qu'une personne de sexe masculin qui désire changer de sexe doit se sentir offensé d'être rappelé à des limites biologiques. Mais peut-être l'aspect patriarcal (qui a toujours opprimé la femme dans sa représentation corporelle) est-elle tacitement à l'oeuvre ?

Sandrine

24/06/2020 à 23:21

C'est sanglant par ici

NAUWELAERS

24/06/2020 à 23:45

Je ne comprends pas bien que le genre ou sexe,tout bêtement,ne soit pas biologique.
Je suis né garçon et me sens comme tel.
Pas «assigné» à cela: telle est mon expérience on ne peut plus banale.
Je sais que ce n'est pas vrai pour l'humanité entière.
Je respecte les orientations sexuelles de tout le monde,donc trans compris et comprises,comme on veut.
Quelle est la différence entre transgenre et transsexuelle -terme quasi disparu -comme la très fameuse Coccinelle ?
Mais des histoires d'amour banales et hétéros ne sont pas toujours et nécessairement «oppressantes».
Si on arrêtait de fabriquer de nouveaux dogmes tout le temps ?
Cela est négatif et malhonnête.
Que les trans et homos vivent leur vie en jouissant du respect à accorder aux êtres humains tels qu'ils sont.
Je crois et applique cela conformément à mes valeurs.
Mais ne tombons pas dans «l'hétérophobie», je vous prie.
Tout cela devient hystérique et incompréhensible.
Et puis ces fatwas des réseaux sociaux tout le temps...lâchez-nous un peu svp, la vie est trop courte...

CHRISTIAN NAUWELAERS

JMB

25/06/2020 à 01:06

A ce niveau, ça relève du terrorisme intellectuel !

Une femme n'est pas un homme pour savoir ce que ça fait que d'être un homme. Et inversement.

Sally

25/06/2020 à 07:48

L'immense majorité des associations lesbiennes en Grande-Bretagne soutiennent les femmes trans contre la transphobie d'une JK Rowling... D'ailleurs en Grande Bretagne, toutes les sections LGBTI des grands partis (Labour, Tory, Lib-dems, Plaid Cymru (Pays de Galles), Verts, et peut-être bien le SNP aussi) viennent de sortir un texte commun pour l'égalité des droits, pour les droits des personnes trans et pour la mise en place de la réforme de l'état-civil combattue par JKR et le mouvement "Gender Critical".

On pourrait d'ailleurs questionner les liens de ces "féministes" qui prétendent défendre les lesbiennes et sont financées par l'extrême-droite conservatrice et chrétienne américaine, complètement homophobe, au travers. Vous pourrez trouver quelques liens ici:
https://www.vox.com/identities/2019/9/5/20840101/terfs-radical-feminists-gender-critical
https://www.nbcnews.com/feature/nbc-out/conservative-group-hosts-anti-transgender-panel-feminists-left-n964246
https://www.nytimes.com/2019/02/07/opinion/terf-trans-women-britain.html
https://www.advocate.com/transgender/2019/1/30/anti-trans-feminists-appear-panel-right-wing-heritage-foundation

Ou comment aux Etats-Unis, elles soutenaient devant la cour suprême l'employeur qui avait licencié une femme trans, au risque que la jurisprudence permette ainsi de licencier des personnes homosexuelles parce qu'homosexuelles; voire de renverser une jurisprudence qui interdit de licencier une femme "pas assez féminine". (Heureusement elles ont perdu https://en.wikipedia.org/wiki/Bostock_v._Clayton_County )

JKR elle-même, est tellement intéressée par les droits des lesbiennes qu'elle s'est associée à la Baronne Nicholson, hostile au mariage pour tous et toutes...

Les mêmes en France essayent de nous faire croire qu'il y a la même hostilité et division à cause des femmes trans alors que c'est faux. L'ensemble du mouvement féministe français, dans toute sa diversité, allant de sections du Planning Familial à Rokhaya Diallo, de Pénélope Bagieu à de nombreux collectifs de colleuses, sans oublier l'ensemble du mouvement LGBTI (dont les co-présidentes de l'European Lesbian Conference, SOS Homophobie, etc.), a signé cette tribune contre l'instrumentalisation transphobe du féminisme https://www.liberation.fr/debats/2020/02/26/le-debat-sur-la-place-des-femmes-trans-n-a-pas-lieu-d-etre_1779708

https://toutesdesfemmes.fr/signataires/

stats

25/06/2020 à 08:33

4 auteurs sur... 80. Soit 5%
Encore une fois, une minorité (ultra minoritaire : dans une démocratie représentative, elle n'existerait tout simplement pas !) arrive à faire du bruit comme si elle était majoritaire. Qui soutient ? Qui relaie ? Qui PAIE ? Se poser les bonnes questions est peut-être comprendre le pourquoi de cette affaire...

NAUWELAERS

25/06/2020 à 11:12

J'essaie de comprendre ce que signifie le message de Delphine...
Elle nous précise qu'elle est menstruée mais pourquoi ?
Qu'elle le soit ou non,cela ne regarde qu'elle et son médecin s'il y a un problème que je ne lui souhaite pas du tout.
Cela ne devrait pas apparaître dans un débat sensé,me semble-t-il.
Chacune et chacun sa vie à la fin...
On n'est pas dans le voyeurisme augmenté de façon exponentielle par la Toile...
Enfin pas envie,moi.
Un homme désirant devenir femme doit se sentir offensé d'être rappelé (par qui ?) à ses limites biologiques.
Eh bien,suggestion: il devenu elle s'en fout !
Comme Coccinelle,ex-homme devenu femme et reine du tout-Paris des années cinquante-soixante et que tout le monde appréciait.
Loin des polémiques à l'infini qui semblent combler un vide existentiel et intellectuel intersidéral contemporain mais passons...
Une femme ne doit pas se sentir victime systématiquement non plus.
Pour toutes celles qui ne sont pas victimes de mauvais traitements réels et authentiques.
«...opprimé la femme dans sa représentation corporelle»: mais plein de femmes vivent très bien le fait d'être femme(s),Delphine !
Réveillez-vous !
Elles sont fières,heureuses d'être femmes !
Moi j'en connais,figurez-vous.
Qui n'en croiraient pas leurs yeux de lire votre texte.
Elles n'y pigeraient rien.
Aucune hostilité larvée et quasi obligatoire entre hommes et femmes dont les règles et menstruations ne regardent qu'elles.
Pour celles que je connais et fréquente avec des mâles blancs hétéros qui sont totalement décents et corrects et normaux.
Cela existe et est même très courant.
Les règles et menstruations des femmes sont hors sujet dans nos relations et notre façon de vivre ensemble.
C'est de l'ordre de l'intime et de la pudeur.
J'aime la pudeur,c'est classe et plein de charme.
Les femmes sont souvent fortes,libres dans leur tête et savent se défendre si on les cherche.
Sauf les vraies victimes notamment celles qui ne peuvent voir un garçon qui leur plaît sous peine de «crime d'honneur» soit de déshonneur.
Cela existe et celles et ceux qui le nient ont tort.
Sus à la tartufferie et aux indignations trop sélectives.
L'esclavage dont on parle tant existe bel et bien ou vilainement et mal en 2020 dont sont victimes -et atrocement victimes -des femmes et des hommes ainsi fatalement que leurs enfants.
Et des trans et homos sont persécutés c'est vrai.
Mais arrêtons de peindre tout en noir: on met le nez dehors, on ne voit pas que des dysfonctionnements partout: c'est faux.

Puis il y a les enjeux effectivement cruciaux dont climatiques mentionnés dans le message de Delphine.
On ne peut plus vrai mais quel rapport avec le sujet initial ?
Les temps sont très durs,l'écologie risque d'être martyrisée par la crise du coronavirus alors on ne peut broyer du noir du matin au soir.
De l'hygiène mentale et de la volonté de vivre pour tout le monde dont les femmes et trans,c'est ce que je souhaite,moi.
Et ne pas se sentir blessé,traumatisé par le premier commentaire venu sinon on n'en sort pas.
Cela devient du nombrilisme pénible.
On peut s'en moquer, des railleries et commentaires désagréables !
On a un esprit qui doit servir notamment à cela: à se défendre.
Plutôt que de cultiver des réflexions débilitantes et de les répandre partout.
Il faut vivre vite car la mort vient tôt,ça vous dit ?
Vivons bordel !
Courage !
CHRISTIAN NAUWELAERS

réac de service

25/06/2020 à 11:33

Bonjour à tous !

De ce que j'ai compris, JKR critique le fait de pouvoir changer de sexe par simple auto déclaration, sans obligation de modification médicale irréversible.

Puisque nous sommes sur un site de fiction, voici donc quelques scénarios prévisibles :

John Doe, hétérosexuel banal, veut entrer à l’université. Sa famille ne peut pas payer les 50000 dollars annuels nécessaires, sa seule option est donc le sport universitaire. Il est bon basketteur, mais enfin, ce n’est pas le meilleur de tous, il lui manque quelques centimètres, un peu d'explosivité... Qu’à cela ne tienne, il se déclare transgenre : John Doe devient donc Jane Doe, et là, bien sûr, c’est la meilleure ! (et tant pis pour Venus Perez ou Serena Jackson qui comptaient elles aussi sur cet ascenseur social). Et comme Jane Doe a le droit d’être lesbienne, il/elle peut même continuer sa relation passionnée avec sa petite amie.

Ayant obtenu son Bachelor, Jane Doe cherche du travail. Qu’elle trouve sans difficulté ! En effet, pour un employeur, c’est le rêve : une femme transgenre et lesbienne (deux minorités, + 2 sur les compteurs !) qui ne sera jamais enceinte, et dont on peut présupposer qu’elle ne sera pas sujette à ces désagréables variations hormonales mensuelles auxquelles tout macho attribue la moindre absence d'obéissance. Une femme qui aimera la bière et le foot ! Une femme qui ne fera pas tous ces chichis, et qui, dans diverses occasions comme par exemple sur un chantier, pourra pisser debout au besoin ! Une femme qui sera, enfin, un homme comme les autres !

Dans ces conditions, quelles chances restera-t-il à Venus Perez ou Serena Jackson ?

Délire d’auteur, pensez-vous ? Imaginez-vous que les américains dans le cas de John Doe soient plus vertueux que les allemandes de l’est des années 70, lorsqu'elles démontraient quelques talents en natation ? ("C'est ça ou les mines de sel" au cas où elles auraient montré un peu d'hésitation....)

Il existe des gens qui souffrent d'un décalage entre leur état civil et leur ressenti. La médecine leur procure un c. Mais changer d'état civil sur simple déclaration ? c'est offensant pour eux comme pour tous les autres. On le sait depuis La Fontaine "Je suis oiseau, voyez mes ailes, je suis souris, vivent les rats" : c'est un peu trop facile...

Mes pensées vont à ceux qui souffrent du décalage entre leur état civil et leur ressenti intime, auxquels la médecine apporte un soulagement, réel mais limité. A eux comme à ceux qui ne sont pas confrontés à ce problème particulier, bref, à tous les humains qui assument avec courage les limites de la biologie, doit on dire de la condition humaine ? De la rage de dents au vieillissement, des maladies aux accidents.

Méryl

25/06/2020 à 11:42

Soutien inconditionnel à Rowling.
Le lobby trans est puissant, intrinsèquement misogyne, et bâillonne ses adversaires féministes en les accusant de "transphobie".
Mais le monde commence à réagir. Aux USA par exemple, où des jeunes filles qui excellaient dans un sport n'ont plus accès aux podiums depuis qu'y concourent les filles trans. Une injustice criante de plus, une atteinte abjecte de plus aux droits des femmes.
Le mouvement trans n'est rien de moins que le nouvel emballage du patriarcat misogyne.

drawingrainbows

07/07/2022 à 01:17

Pardon ? Le "lobby" trans ? Il faut arrêter de mettre ce mot n'importe commebt à tort et à travers.
Je reconnais le vrai dilemme cornélien qu'est l'acceptation des personnes transgenres dans des compétitions sportives avec des personnes cisgenres (et je parle ici en tant qu'homme trans) mais aucune personne trans n'accusera quelqu'un de transphobie sans raison. On n'a jamais été mysogine : les hommes transgenres ont aussi vécu et vivent avec le sexisme dont souffrent les femmes (comment pourrions nous être mysogines après cela, je vous le demande ?) et les femmes transgenres, étant elles mêmes des femmes ne sont pas non plus mysogines.
Ce qui est réellement transphobe c'est votre commentaire. Ramener la transidentité à un lobby oppresseur est terriblement éloigné de la réalité et qui manque profondément de respect. Remettez-vous en question un peu.

NAUWELAERS

07/07/2022 à 17:52

Le problème étant que des hallalis en meutes numériques, le lynchage peut-être virtuel (encore heureux) dont une Rowling est la victime fait reculer et non avancer la cause trans.
Et toute cause dévaluée par des extrémistes toxiques de ce genre.
Pas un mot dans votre commentaire contre ces pratiques abjectes, drawingrainbows.
Le mantra «la parole se libère» ne peut servir d'excuse hypocrite aux pires dérives !
Ce que j'écris est humaniste et non transphobe.
Les lynchages et menaces puent, quels et quelles que soient les responsables de ces ignominies qui sont lâches et veules.
Et font du tort aux causes censées être défendues.
Quel aveuglement !
CHRISTIAN NAUWELAERS
CHRISTIAN NAUWELAERS
chrinau@gmail.com

NAUWELAERS

25/06/2020 à 12:06

Suite au message de Méryl...
Combien de posts outragés de trans vont suivre ?
Et de féministes qui s'écharperont avec les trans qui partiront bille en tête etc. en un carrousel devenu fou?
Et moi,bête hétéro blanc banal et décent et qui le revendique,je demande qu'on arrête de me/nous coller ce cliché permanent de «patriarcat misogyne» avec d'ailleurs un mot utilisé de façon impropre: il s'agit non de patriarcat (sauf intégrisme religieux) mais de machisme...
Les machos,vous connaissez ?
Non et mille fois non,tous les hommes ne le sont pas.
Surtout pas en 2020.
Vous nous «essentialisez» et je n'accepte pas.
On combat à juste titre le racisme et l'essentialisation de certaines communautés.
Eh bien il en est de même pour la gent masculine qui ne doit pas être victime de misandrie: la misogynie à l'envers.
Pas d'accord avec cette généralisation abusive (périssologie !) et inacceptable.
Respectez un peu votre prochain svp.
Si vous considérez que cette réflexion est misogyne,je jette l'éponge !
Ne peux rien pour vous.
On toucherait le fond mais j'espère bien que non.
Quant à la polémique essentielle et indispensable «Trans contre femmes», vrai ou faux,je n'ai absolument aucune opinion.
Aucune compétence en la matière.
Le soleil brille,si on en profitait toutes et tous,loin des obsessions incessantes et malsaines ?
SVP ?
La jeunesse et la vie passent si vite !
Que l'on soit hétéro,trans,homo,hermaphrodite,bi,transsexuel(le), indéterminé et tout ce qu'on veut !
De simples membres de l'humanité,point barre.
Il faudrait garder cela à l'esprit en permanence.
C'est mon cas depuis pas mal de temps déjà.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Sally

25/06/2020 à 12:32

On a exactement un exemple ici de ce qu'il se passe en Grande-Bretagne.

Des groupes minoritaires de "féministes" qui essayent de créer une focalisation sur les femmes trans, comme si leurs vies ou leurs places étaient un objet de débat.

Tout le mouvement féministe français les rejette - je renvoie à nouveau à cette tribune https://www.liberation.fr/debats/2020/02/26/le-debat-sur-la-place-des-femmes-trans-n-a-pas-lieu-d-etre_1779708 et https://toutesdesfemmes.fr/ - les seuls journaux et réseaux qui les accepte sont des journaux plutôt orientés à droite (La revue des deux mondes, Marianne, Le Figaro); c'est quand même assez significatif.

C'est significatif et à l'image des liens entre ces "féministes" et l'extreme-droite chrétienne américaine regroupée notamment autour de l'Heritage Foundation https://www.vox.com/identities/2019/9/5/20840101/terfs-radical-feminists-gender-critical

Comme on le voit, elles envahissent la section commentaire de cet article pour essayer de faire croire qu'il y a un enjeu et une menace trans "Regardez il faut parler des trans il faut parler des trans c'est dangereux"... Marginalisées dans le mouvement féministe, elles essayent de forcer l'accès aux médias en saturant internet de fausses informations.

Liyn

25/06/2020 à 14:37

Je pense qu'il faut reprendre le contexte anglais ou la question transgenre est devenue une obsession au point que plusieurs décisions judiciaires ont été prononcées pour contrer la discrimination et la violence dont sont victimes les personnes transgenres.

Ces décisions, très nombreuses, ont été commentées et souvent remises en cause par certains mouvements conservatismes qui sont généralement contre les droits des femmes (trans et cis), contre l'IVG, contre la contraception...
Les féministes qui soutiennent les thèses contre les personnes trans sont complices des mouvements conservateurs et antifeministes.

Ce n'est pas la première fois que JKR cible les personnes transgenre. Je suppose que c'était la goutte qui a fait déborder le vase. D'autant plus qu'elle avait l'habitude d'utiliser un pseudo d'un docteur qui faisait des thérapies de reconversion. De toute évidence, JKR a une sorte de crainte d'une communauté assez minoritaire finalement.

Elle a souhaité utiliser sa liberté d'expression, elle doit comprendre qu'elle n'est pas la seule à pouvoir le faire. Surtout qu'elle est très privilégiée à la différence des personnes dont elle souhaite restreindre les droits.

Après elle a peut être été victime de harcèlement, d'insultes... Mais c'est la vie. Les gens qui se battent pour avoir plus de droit savent très bien que discuter avec leurs oppresseurs ne sert à rien du tout.

Les personnes transgenres n'ont pas à se montrer courtois face à quelqu'un qui milite pour la restriction de leurs droits. C'est ce que JKR fait depuis des années, pas seulement les deux trois tweets en cause dans cet article.

Chaque lutte pour gagner des droits et mettre fin à des discriminations implique la violence. C'est la réalité pour l'antiracisme, le féminisme...

Jamais des oppresseurs se sont réveillés un matin en se disant: tiens si je donnais des droits égaux aux femmes/noirs/étrangers/transgenres/gays...Souvenez-vous des militants pacifistes antiracistes tel que Martin Luther King et comment ça s'est terminé pour lui. Certes, maintenant qu'il est le mort il a une bonne image médiatique mais ce n'était pas du tout le cas de son vivant.

JKR paie les conséquences de son militantisme de très longue date contre la communauté transgenre. Ils ont essayé à de nombreuses reprises d'engager le dialogue avec sans résultat.

Elle est la seule responsable de sa situation.

Audrey

25/06/2020 à 16:47

Bonjour,

Je tenais simplement à saluer votre courage d'avoir publié un article sur ce sujet.

Les formes de discrimination sous toutes ses formes me tiennent à coeur, et j'imagine à quel point cela peut être compliqué pour l'équipe de rédacteur.ices de parler de ces sujets quand je vois le nombre de commentaires "réac'" sous la plupart des articles de ce site. Votre parti pris me rassure, car à force de lire des commentaires parfois dérangeants par leur fermeture d'esprit, je commençais à me dire que décidément, la communauté autour d'ActuaLitté ne me correspondait pas.

C'est un sujet délicat, qui oppose même certains courants féministes entre eux, mais je trouve que vous avez particulièrement bien relaté les événements et la situation.

Au plaisir de lire d'autres articles de ce genre,
Audrey

Nicolas Gary

25/06/2020 à 17:28

Bonjour et merci. Merci beaucoup !

NAUWELAERS

25/06/2020 à 18:42

Audrey,
Vous parlez de «la» communauté autour d'ActuaLitté...
Erreur de votre part !
Ce site doit s'adresser à un public varié -j'insiste fort: divers et varié- uni par l'amour des livres et non par le goût des polémiques et excommunications.
La tolérance se pratique à 360° sinon elle n'est qu'une coquille vide.
Il ne faut pas que ce site se mette à pratiquer l'exclusion et à ne concerner qu'un certain public au risque d'appauvrir le lectorat.
Merci de vous en souvenir.
Ou alors ActuaLitté finirait par devenir autre chose mais j'espère qu'on n'en prend pas le chemin.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Moon Knight, justicier lunaire et passablement tordu

L’identité secrète est le propre du super héros – ça et les collants trop moulants. Apparu dans Werewolf by Night #32 en 1975, Marc Spector fêtera ses 50 ans de lutte contre le crime à New York : il protège les voyageurs, chers au dieu égyptien qui l’a choisi pour avatar. Non sans l’avoir sauvé de la mort. Mais ce personnage, atteint d’un trouble dissociatif, coexiste mentalement avec trois autres personnes. De quoi en faire un justicier atypique, dont les méthodes effraient.

06/03/2024, 12:16

ActuaLitté

Une sociologie des jurés des prix de la rentrée littéraire

#PrixAutomne23 - Événement sans doute plus commercial et médiatique que littéraire, la rentrée de septembre réjouit les éditeurs. Mais pas que : au cœur de Saint-Germain-des-Prés, des jurés usent de leur influence pour désigner quelques heureux et heureuses élues... Un examen sociologique de ces personnalités renseigne sur la manière dont la culture littéraire légitime se définit, à cette période de l'année. Et, surtout, par qui : en majorité des hommes blancs, souvent fils de notables, âgés de 63 ans en moyenne et... de droite ?

20/09/2023, 09:38

ActuaLitté

Auteurs, salariés ou éditeurs : Hachette interdit de racoler chez Editis

Le sujet embarrasse à Bruxelles, autant qu’il intrigue dans le Landerneau et inversement. Dans la torpeur des congés estivaux les esprits s'échauffent, pas encore partis en congés ou déjà revenus... Maintenant que Vivendi a obtenu l'autorisation de fusionner avec Lagardère, on redoute d'assister à une vague migratoire vers Hachette Livre. Et dans les couloirs, on jase, méconnaissant les interdits déjà actés.

14/08/2023, 15:14

ActuaLitté

Marc Levy, Tatiana de Rosnay : signer avec Albin Michel, valeur refuge ?

L’industrie du livre aime se raconter des histoires — certains éditeurs en feraient même commerce. Voilà comment le mercato des auteurs, partant d’une maison vers l’autre, demeure sujet de conversation le plus prisé devant la machine à café. Des bruissements, parfois anecdotiques, qui en disent toujours long sur le secteur.

05/07/2023, 09:58

ActuaLitté

Festival du livre et géométrie euclidienne : bien choisir ses convives

REPORTAGE – Pour 2023, le Festival du Livre de Paris accueillera les lettres italiennes. La proximité culturelle entre les deux pays relève de l'évidence et les relations politiques et commerciales sont étroites. Pour l'organisation, les défis ne manquent pas : quels auteurs, quels secteurs éditoriaux, quels éditeurs mettre en avant ? 

29/03/2023, 16:08

ActuaLitté

Denis Olivennes : l'homme médiatique de Kretinsky, futur patron d'Editis ?

Depuis quelques années, le binôme Denis Olivennes / Daniel Kretinsky va à l’amble. Cette association connut un point d’orgue quand le second signa un chèque de 14 millions € à Libération, dont le premier était directeur général. Avec la perspective du rachat d’Editis, dans son intégralité, le nom du haut fonctionnaire revient, revient, revient…

24/03/2023, 17:32

ActuaLitté

Sarkozy et les contrats de Jean d'Ormesson : une langue trop bien pendue ?

« Si la vérité blesse, c’est la faute de la vérité », assurait le frais ministre de l'Économie lors d’une conférence de presse. Mai 2004, Nicolas Sarkozy prenait fraîchement ses quartiers à Bercy et l’Élysée était encore loin. Depuis, et sans rouler des épaules — plutôt des mécaniques — le voici prodigue de conseils aux professionnels du livre. Administrateur du groupe Lagardère, donc de Hachette Livre, la fonction lui donnerait des ailes ?  

21/12/2022, 16:26

ActuaLitté

Le futur Festival du livre de Paris : “Une bascule incongrue, irréfléchie, sans vision” 

FLP2022 – La question des éditeurs indépendants et des Régions est définitivement réglée. La Fédération interrégionale du livre et de la lecture (Fill) vient d'opposer une ultime fin de non-recevoir aux organisateurs de l'événement parisien, malgré une tentative de conciliation, réelle, mais « insuffisante ». Le Festival du livre de Paris se recentre donc sur les éditeurs, appelés à tenir stand. Les convaincre ne sera pas chose beaucoup plus aisée.

11/02/2022, 10:01

ActuaLitté

Inflation sur les mangas d'occasion : les algorithmes devenus fous ?

La crise du papier entraînera une hausse de prix de vente des mangas. Plusieurs éditeurs ont déjà averti de cette situation — les matières premières, ainsi que l’encre ou encore les coûts du transport se répercutent logiquement sur le consommateur. Mais une autre inflation surgit, cette fois régie par les algorithmes, et concerne strictement les ventes d’occasion. Ou comment la machine produit des bulles spéculatives totalement hors de contrôle…

29/12/2021, 14:31

ActuaLitté

Harcèlement, éviction et représailles : ce qui se trame vraiment chez Plon

Quand on en vient aux sujets connexes à Vincent Bolloré, tout prend des allures de trames ourdies sur un indéchiffrable métier. Au tisserand avisé de saisir jusqu’aux fils secrets, pour donner forme à la tapisserie. Justement, chez Plon, filiale d’Editis, on rejoue La Dame à la Licorne, avec pour fil conducteur comme sur l’oeuvre authentique, « Mon seul désir ». Or, en la matière, on sait combien les passions s’emmêlent

17/12/2021, 11:04

ActuaLitté

Bûche glacée, dinde de Noël : à qui appartiennent les recettes de cuisine ?

Les fêtes de fin d’année — toute une histoire ! Il ne faut rien laisser au hasard : les décorations, la musique, les boissons, les cadeaux… et le dîner – voire les dîners ! Plus que tout, l’objectif est que les convives repartent le ventre plein, sourire aux lèvres. Mais que faire lorsque l’inspiration manque ? Un tour sur internet, dénicher « la recette de Noël pour les éblouir » et le tour est joué… Oui, mais à qui donc est cette recette ? Monté en neige ou non, voler un oeuf serait voler un émincé de boeuf ?

11/12/2021, 13:40

ActuaLitté

Des retards de livraison en librairie et la chaîne du livre menace d'exploser

La crise du papier et de son approvisionnement continue d’angoisser, à raison. Car avec elle, une autre pénurie sévit : celle des recrutements pour les entrepôts. Emplois mal payés, éprouvants… les candidats ne se bousculent pas au portillon. Et depuis des semaines, les transporteurs ne suivent plus : une carence de chauffeurs routiers est partout observée.

24/11/2021, 15:58

ActuaLitté

Maison du dessin satirique : “S’il te plaît, dessine-moi un serpent de mer…”

Le 15 janvier 2020, à l’occasion de ses vœux à la presse, le Président Macron annonçait la création d’une maison du dessin satirique et du dessin de presse. Depuis, rien, ou presque. L’annonce du lieu choisi pour cette maison devait être faite en janvier 2021, puis au printemps, puis à l’automne et… rien. ActuaLitté mène l’enquête, à la recherche du dessin perdu.

16/11/2021, 11:34

ActuaLitté

Prix du livre et frais de port : “Le marché va en souffrir, pas Amazon”

Arrivée à l’Assemblée nationale pour son adoption, la loi concernant les frais de port fera florès : qui, après l’année 2020, refuserait un projet de soutien aux libraires ? Qui, devant le vorace Amazon, éconduirait l’effort pour rétablir une concurrence saine sur la vente à distance de livres ? En somme, qui aurait intérêt à ce que les frais d’envois postaux d’un livre n’augmentent pas ? De fait… quelques nuances s’imposent.

06/10/2021, 11:33

ActuaLitté

Dicker, Zemmour et Sattouf : comment l'indépendance des auteurs effraie l'édition

Dicker, Zemmour, Sattouf : trois noms significatifs dans l’édition puisqu’ils pèsent à eux seuls plusieurs millions d'euros de chiffre d’affaires. Ils ont tous opté pour un changement de paradigme, mais réellement en rupture avec l’industrie du livre jusqu’à lors connue ? Pour point commun, un outil de diffusion et distribution qui leur ouvrira les portes des libraires, grandes surfaces culturelles et autres enseignes… Bref, les points de vente du livre. Un schéma disruptif, supposément, qui provoque des sueurs froides dans l’ensemble du milieu. Panique à Saint-Germain ?

10/09/2021, 11:52

ActuaLitté

Issues de la collection de Stefan Zweig, deux partitions inédites de Schumann retrouvées

Il est des vieux papiers que l’on exhume, avec une odeur d’antan, mais dont on ne soupçonne pas que leur histoire nous emportera loin, bien loin. Au sein de la Fondation Martin Bodmer (Cologny, canton de Genève), quatre pièces inédites ont été retrouvées. Muriel Brandt, chargée de mission pour la mise en valeur des partitions autographes en aurait dansé au son des lieder de Robert Schumann, ainsi que deux autres pièces, de Georges Bizet et Charles Gounod. 

03/09/2021, 13:17

ActuaLitté

Vente d'épreuves non corrigées : collectionneur illuminé ou attrape-nigaud ?

Le marché du livre d’occasion fait pousser des soupirs désabusés aux organisations d’auteurs depuis bien longtemps. C’est pourtant en toute légalité que l’acheteur de livre papier peut revendre on exemplaire. Il existerait en revanche un autre marché, navigant dans une zone grise nettement plus contestable, installé sur le net français : celui des épreuves non corrigées. Des textes et des ouvrages non-commercialisables, mais qui servent aux éditeurs à faire connaître leurs publications très en amont…

31/08/2021, 13:04

ActuaLitté

Crise du papier en France : pourra-t-on imprimer le prix Goncourt ?

#PenuriePapier – En 2019, l’industrie papetière représentait 5,4 milliards €, incluant papiers et cartons, selon Copacel, organisation patronale. En somme, un douzième de ce que pèse la filière forêt-bois, matière première essentielle. Or, depuis fin 2019, plusieurs facteurs distincts provoquent une pénurie de papier. Et si les usages graphiques — incluant la production de livres — ne représentaient que 1,6 million de tonnes sur les 7,3 millions globales, la situation va en s’aggravant depuis la pandémie. 

 

24/08/2021, 14:47

ActuaLitté

France : Amazon assigné en justice pour concurrence déloyale

EXCLUSIF – Le confinement a révélé, à son insu, quelques secrets de fabrication et autres télescopages douteux chez Amazon France. Un différend juridique entre une éditrice et son prestataire a mis en lumière de manière flagrante les arrangements de la firme, aboutissant à une distorsion de concurrence. Tout à la fois revendeur et fournisseur de services, elle aura rendez-vous avec la justice française pour en répondre.

02/03/2021, 15:10

ActuaLitté

L'infernale circulaire 2016, ou la retraite à prix d'or pour les auteurs

Ah, la retraite : paisible repos après une dure vie de labeur, accompagnée d’un pécule qui permettra d’offrir les étrennes de fin d’année ou la petite enveloppe d’anniversaire. Ou dans certains cas, plus rares, de faire creuser la piscine rêvée. Pour les artistes-auteurs, l’Agessa se vit confier le soin de collecter les sommes, avec l’incurie que l’on a fini par découvrir… Et qui n’en finit pas. 

17/02/2021, 15:58

ActuaLitté

Poésie et livre numérique : la délicate transition du mot à l'écran

Si vous avez déjà acheté de la poésie au format numérique, et à plus forte raison de la poésie en vers, vous vous êtes sans doute rendu compte que les contraintes formelles propres à ce genre littéraire se heurtent aux contraintes techniques de l’ebook. Face à ce constat, les éditeurs de poésie adoptent différentes stratégies, allant de la non-publication de leurs titres en numérique à une réflexion sur la manière dont le numérique peut servir la poésie.

16/02/2021, 14:46

ActuaLitté

Moniteurs étudiants : entre la “procédure” et la “bienveillance", Paris 3 balance

Ce mardi 2 février, les moniteurs étudiants de la bibliothèque Sainte-Barbe, rattachée à l'université Sorbonne Nouvelle — Paris 3, débrayaient une nouvelle fois, accompagnés par des bibliothécaires permanents et des professeurs de l'université. Alors que la crise sanitaire frappe de plein fouet les étudiants, ils réclament le maintien de leur rémunération en cas de confinement et de fermeture de l'établissement. Une partie du personnel de la bibliothèque les soutient et réclame plus de moyens.

05/02/2021, 17:41

ActuaLitté

Gabriel Matzneff publie Vanessavirus, son ultime livre

EXCLUSIF – Ce mois de janvier ne manque définitivement pas de rebondissements : alors que le titre de Camille Kouchner, La familia grande, vient de sortir en grand format, sa parution fait écho à la sortie en poche du Consentement, l’ouvrage de Vanessa Springora. L’éditrice avait dénoncé avec force les actes de Gabriel Matzneff, et toute la complaisance autour du personnage. Quelque peu oublié des médias, l’auteur n’a pour autant pas quitté la plume. Et s'apprête même à publier son prochain titre, Vanessavirus.

02/02/2021, 09:30

ActuaLitté

Financement, structure, Livre Paris : les Grandes espérances 2021 du SNE

Livre Paris 2020 compte parmi les premiers salons victime de la crise sanitaire. Pas de manifestation pour la capitale française, et pas de revenus pour le Syndicat national de l’édition, coorganisateur avec Reed Expositions France. Au cours des dernières semaines, les messages promotionnels n’ont pourtant pas manqué, rassurants ou tentant de l'être. Ainsi, la programmation se dévoile pour partie : l’Inde reste le pays à l’honneur, quand le monde d’après servira de fil rouge à l'ensemble. 

27/01/2021, 16:20

ActuaLitté

Lisimachio, le PDG de Hachette Livre qui voulut racheter Amazon

Jean-Louis Lisimachio a laissé une profonde empreinte sur le groupe Hachette Livre, qu’il quitta brutalement en mai 2003. Depuis, il vit quelque part entre les massifs alpins et Nice, « désintéressé de ce qui concerne l’édition et au courant de tout ». Ses anciens collaborateurs décrivent une personnalité fascinante, admirée ou haïe. Incontestablement, l’ex-PDG de Hachette filiale de Lagardère, avant qu’elle ne soit renommée Lagardère Publishing, a marqué plus que son époque. Une figure d’autant plus intrigante qu’elle ne frayait pas avec le gotha littéraire, bien au contraire.

14/01/2021, 14:20

ActuaLitté

La chaîne du livre face à la crise sanitaire, dans neuf régions françaises

Dès le début de la pandémie, les agences régionales du livre ont conseillé les acteurs concernés, mais se sont aussi lancées dans des consultations, pour rester au plus près des besoins. La Fédération interrégionale du livre et de la lecture propose une synthèse des actions et réactions du monde du livre, dans neuf régions françaises, au cours de la tumultueuse année 2020.

11/01/2021, 16:50

ActuaLitté

Marseille : Actes Sud cédera la librairie du MuCEM à Arteum, “une perspective adaptée”

En janvier 2013, le groupe Actes Sud remportait l’appel d’offres concernant le MuCEM — Musée des civilisations de l’Europe et de la méditerranée de Marseille. En juin de cette même année, la boutique-librairie allait être associée à la librairie Maupetit, propriété du groupe depuis 1998. Mais la concession changerait prochainement de mains, dans le cadre d’un AOT qui bénéficierait à la société Arteum, spécialisée dans les boutiques de musées. 

17/12/2020, 15:45

ActuaLitté

Étude : les Français et la lecture pendant le premier confinement

Trois organismes du secteur du livre, la Sofia, le SNE et la SGDL, ont commandé à l'institut Médiamétrie une étude consacrée aux pratiques des Français en matière de lecture pendant le premier confinement, celui du printemps 2020. Il en ressort un attachement certain pour l'activité, avec une volonté de tester d'autres manières de lire.

14/12/2020, 16:43

ActuaLitté

La lecture, loisir le plus pratiqué par les enfants de 9 ans durant le confinement

Dans quelques années, on se souviendra de cette étrange période avec quelques souvenirs flous : avions-nous réellement été enfermés, durant un confinement mondial ? Pour les enfants, dont 98 % restèrent chez eux, cette période eut des répercussions sur le travail et les loisirs. Le ministère de la Culture a procédé à une enquête, portant sur les jeunes de 9 ans.

07/12/2020, 09:38

ActuaLitté

Sondage : les Français ont lu 2,5 livres durant le confinement

EXCLUSIF – À partir de ce 11 mai, les librairies ont l'autorisation de réouvrir. Or, la lecture fut, durant le confinement, l’une des vertus refuges. Privés dans un premier temps de librairies, les Français ont pourtant opté pour les livres, pour se divertir, s’évader ou s’enrichir. Un sondage réalisé par Harris pour ActuaLitté/La Journée du manuscrit francophone dévoile quelle place le livre a véritablement occupé lors de ces semaines à domicile.

11/05/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Français achètent de plus en plus de livres d'occasion

Le livre d'occasion, une aubaine
En attendant le communiqué annuel de PriceMinister annonçant que le livre a encore été le produit le plus revendu après Noël, voici un bref pronostic de Recommerce. Spécialiste de la vente de smartphones et produits reconditionnés, l’entreprise avance que les Français passeront massivement par les cadeaux d’occasion.

20/12/2018, 12:03

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Gallimard et Olivennes contre la pub pour les livres à la télé

Voilà plus de 30 ans que le sujet était plié : interdiction de faire de vendre de la publicité à la télévision pour les livres. Tout le monde s’était entendu sur le sujet, ou presque, mais l’arrivée d’un décret ouvrant la porte à une expérimentation de deux ans fait grincer des dents. Ou comment la ministre de la Culture, Rachida Dati, se met à dos les grands faiseurs de l’édition.

13/04/2024, 15:47

ActuaLitté

Des chevaux, des yourtes et nous : premiers pas en Mongolie

#AVeloEntreLesLignes – Partir à la découverte du plus grand nombre de librairies possible, entre Paris et Oulan-Bator, le défi est de taille. À vélo, c'est confirmé : c'est de la folie douce. C’est pourtant l’aventure que Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek ont démarrée en août 2022. ActuaLitté les accompagne, en publiant leur récit de ce périple, À vélo, entre les lignes.

13/04/2024, 12:17

ActuaLitté

“Au Québec, la censure ne meurt jamais”, par Jean-Yves Mollier

Alors que la France s’apprête à accueillir le Québec au Festival du livre de Paris en avril prochain, et que paraît au même moment une édition revue d'Interdiction de publier. La censure d’hier à aujourd’hui (éditions Double ponctuation, 2024, Prix Charles-Aubert d’Histoire), l’historien spécialiste du livre et de l’édition Jean-Yves Mollier revient sur les différentes formes de censure du livre au Québec. 

08/04/2024, 11:45

ActuaLitté

Grégoire Delacourt : “Croire en la générosité, dans une époque où l’égoïsme tue”

Dans l'univers littéraire, peu d'auteurs parviennent à tisser une connexion aussi profonde et réfléchie avec leur œuvre et leur lectorat que Grégoire Delacourt. Ce 17 avril, il publiera La liste 2 mes envies, suite des aventures de la mercière d’Arras, Jocelyne, qui avait conquis 1,5 million de lecteurs. En avant-première, le romancier évoque son parcours, son écriture et bien d’autres choses.

08/04/2024, 11:45

ActuaLitté

Glorieuse et cruelle : Tisser la langue des contes

Carnetdebord – Peau-de-Sang sera le prochain ouvrage d’Audrée Wilhelmy, romancière et artiste québécoise, que publieront les éditions du Tripode. Voici le chapitre 2 de son Carnet de Bord, tout à la fois prélude d'un roman attendu et récit d'une attente, qui nous entraîne dans un monde enchanteur.

08/04/2024, 09:48

ActuaLitté

“Nous croyons que la poésie peut captiver les coeurs”

Partout dans le monde, la poésie peut exprimer l'indicible, sans en avoir l'air. Cette puissance en fait aussi une cible de tous les extrêmes, et en particulier des régimes liberticides. Dans un texte prononcé à l'Université de Lille, le 22 mars 2024, la poète, écrivaine et militante des droits des femmes en Afghanistan Somaia Ramish célèbre la poésie et appelle à la défendre, encore et toujours.

05/04/2024, 12:28

ActuaLitté

Livres pour malvoyants : “Il ne suffit pas d’agrandir la police de caractères”

La Librairie des Grands Caractères, basée dans le 5e arrondissement de Paris, publie ici son « coup de gueule » sur certains éditeurs dont les pratiques lui semblent douteuses. L'établissement pointe notamment le fait que certaines règles à suivre dans l'édition de livres pour malvoyants sont trop régulièrement ignorées par des acteurs du secteur.

02/04/2024, 13:15

ActuaLitté

Bibliocollector vise le record de cartes de bibliothèque

Adolescent lyonnais de 16 ans, Adam s'est lancé dans un projet fou : battre un record du monde en collectant le plus grand nombre de cartes de bibliothèques du monde entier. Pour que sa collection soit officiellement reconnue, plusieurs critères s'imposent, mais qu'importe, le Bibliocollector est lancé dans son projet. Entretien.

 

 

01/04/2024, 11:06

ActuaLitté

Pause soupe de nouilles à minuit : ultimes heures avant la Mongolie

#AVeloEntreLesLignes – Partir à la découverte du plus grand nombre de librairies possible, entre Paris et Oulan-Bator, le défi est de taille. À vélo, c'est confirmé : c'est de la folie douce. C’est pourtant l’aventure que Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek ont démarrée en août 2022. ActuaLitté les accompagne, en publiant leur récit de ce périple, À vélo, entre les lignes.

01/04/2024, 08:03

ActuaLitté

“J’habite une maison vieille qui embrasse les formes de mon corps”

Carnetdebord – Pour la rentrée littéraire 2024, les éditions du Tripode publieront le nouveau roman d'Audrée Wilhelmy. Pour accompagner cette parution, la romancière a trouvé dans nos colonnes une place à part : un Carnet de Bord pour raconter cette aventure, jusqu'aux librairies.

30/03/2024, 17:05

ActuaLitté

Pour un renouveau documentaire dans les universités françaises  

L'Association des Directeurs et des personnels de direction des Bibliothèques Universitaires et de la Documentation (ADBU) et le Syndicat National de l'Édition (SNE) s'unissent pour interpeller le gouvernement et les autorités sur la nécessité critique d'un élan majeur en faveur des ressources documentaires. Ils insistent sur la nécessité d'investissements immédiats pour assurer le développement d'une documentation universitaire compétitive au niveau européen, et de maintenir la France au cœur des débats scientifiques et éducatifs mondiaux.

27/03/2024, 12:51

ActuaLitté

IA : un rapport “équilibré” remis à Emmanuel Macron

Alors que la « Commission IA » remettait son rapport au Président de la République le 13 mars 2024, les réactions continuent d'affluer concernant le positionnement de la France face aux enjeux de l'intelligence artificielle. Si des associations de traducteurs telles que En Chair et en Os et l'Association des traducteurs littéraires de France appelaient à sauver « le geste humain », une nouvelle tribune d'un collectif rassemblant divers acteurs des milieux culturels salue, elle, « un rapport équilibré ».

27/03/2024, 10:08

ActuaLitté

Peau-de-sang, expérience physique et sensorielle: “Bienvenue, Audrée...”

Carnetdebord – Au cours des prochaines semaines, ActuaLitté accueillera le Carnet de Bord d'Audrée Wilhelmy. Romancière québécoise, elle publiera son prochain ouvrage aux éditions du Tripode. Ce seront tout à la fois les récits d'une attente, d'un espoir, d'une envie. Ce seront les récits d'un à-venir. En guise de prélude, Frédéric Martin, fondateur de la maison, nous présente cette autrice, d'ores et déjà adoptée.

27/03/2024, 08:01

ActuaLitté

Annonciation faite à Dati : les auteurs ressuscitent le rapport Racine

Devant la Comédie française, ce 25 mars – date de l'annonce à Marie de sa maternité divine –, ils étaient près de deux cents présents pour le retour d’un vieux compagnon. La première Nuit des auteurs et autrices aura vibré au son des les mariachis qui abreuvaient la place Colette de musiques. La promesse d’un rassemblement politique, collectif et festif était tenue… mais les soirées parisiennes prennent parfois des tournures inattendues.

26/03/2024, 11:56

ActuaLitté

“Produire un livre écologique n’est pas possible”

La Volte annonce donc son vingtième anniversaire : vingt ans d'aventures éditoriales où se retrouvent des histoires d'émancipation, de la science-fiction sociale et politique, avec une passion pour les jeux de langage. Elle avait déjà annoncé en janvier qu'elle renforcerait cette année son engagement écologique et affirmerait son identité visuelle. Maintenant, place aux projets.

23/03/2024, 15:38

ActuaLitté

La zone secrète entre Russie et Chine, blague de géographe

#AVeloEntreLesLignes – Partir à la découverte du plus grand nombre de librairies possible, entre Paris et Oulan-Bator, le défi est de taille. À vélo, c'est confirmé : c'est de la folie douce. C’est pourtant l’aventure que Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek ont démarrée en août 2022. ActuaLitté les accompagne, en publiant leur récit de ce périple, À vélo, entre les lignes.

23/03/2024, 15:25

ActuaLitté

Sacrilège ! Une histoire française de l’offense au pouvoir  

Aux Archives nationales à l’Hôtel de Soubise, du 20 mars au 1er juillet prochain, plongez au cœur de l'histoire tumultueuse du sacrilège, où le spirituel et le temporel travaillent à ne faire qu’un, mais lequel ? Le dernier discours de Robespierre, l'œil de Léon Gambetta, le testament de Louis XVI… Des trésors historiques et autres documents d'archives inédits, pour une expérience solennelle, et parfois moqueuse, aux frontières du divin et du pouvoir.

22/03/2024, 17:32

ActuaLitté

“Faire front commun face à la massification annoncée des IA dans le travail”

Après le collectif En Chair et en Os, c'est au tour de l'Association des traducteurs littéraires de France (ATLF) de réagir au rapport, IA : notre ambition pour la France, remis au Président de la République le 13 mars dernier. Ces membres, après l'avoir lu « avec beaucoup de colère », appellent les pouvoirs publics à « ne pas céder aux sirènes de la compétitivité mondiale, et l’ensemble des artistes-auteurs à faire front commun face à la massification annoncée des intelligences artificielles dans leur travail ».

22/03/2024, 13:31

ActuaLitté

Bastien Vivès, condamnable ou martyr de la liberté d'expression ?

L’Observatoire de la liberté de création (OLC) dénonce « une loi absurde et son application ubuesque » dans l’affaire Bastien Vivès. Dans une tribune, ses membres justifient leur positionnement : à chacun de se faire un point de vue...

22/03/2024, 11:26

ActuaLitté

Pour une traduction humaine : “Il en va de l'avenir de nos professions”

Quelques jours après la présentation du rapport de la commission IA au Président de la République, qui en salue les recommandations prônant le tout-IA dans de nombreux domaines, le collectif En Chair et en Os, « pour une traduction humaine », s'adresse aujourd'hui à toute l'édition, et appelle le monde du livre et de la culture à se mobiliser pour préserver le geste humain, sans céder au technosolutionnisme.

18/03/2024, 11:42

ActuaLitté

De l'Altaï russe à la Mongolie en passant par l'édition kirghize

#AVeloEntreLesLignes — Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek ont entrepris un voyage en vélo entre Paris et Oulan-Bator en août 2022, avec l'objectif de visiter le maximum de librairies sur leur route. ActuaLitté documentera cette expédition en publiant le récit intitulé "À vélo, entre les lignes".

17/03/2024, 12:13

ActuaLitté

Géopolitique, conspirations : “XIII est un survivant” (Yves Sente)

AnniversaireXIII – Le plus amnésique des héros apparut en 1984, sous l’impulsion du scénariste Jean Van Hamme et du dessinateur William Vance : à la recherche d’un passé fuyant, accusé d’assassinat d’un président des États-Unis et toujours pris dans une conspiration politique sans fin, XIII fête ses quarante années d’aventures, de manipulation et de faux-semblants. Retour avec Yves Sente, le scénariste qui prolonge depuis 13 ans déjà cette épopée américaine avec le dessinateur Iouri Jigounov.

14/03/2024, 15:43

ActuaLitté

Nancy Huston : “Tout romancier qui se respecte est trans”

L'autrice française d'origine canadienne, Nancy Huston et l'écrivain, réalisateur, poète et militant écologiste, Cyril Dion, se connaissent, ils sont amis. Ils éprouvent l’un pour l’autre de l’affection et de l’estime. Les éditions Actes Sud ont proposé une rencontre pour parler de Francia, le dernier texte de Nancy Huston, publié par la maison le 6 mars dernier. Propos recueillis par Estelle Lemaître.

14/03/2024, 15:24

ActuaLitté

À Madagascar, Karné offre une évasion aux jeunes insulaires

Tout sourire et pleine d’entrain, Ravaka a l’air de fonctionner à mille à l’heure. Dès qu’elle s’exprime, on sent un grand enthousiasme et une vraie curiosité. Une envie de comprendre et d’agir se dégage d’emblée de sa personnalité positive. Elle a créé Karné, un concept unique : un magazine bilingue (malgache-français), coloré, vivant, instructif, ludique qui sait prendre sa place sur ce marché. Propos recueillis par Agnès Debiage, fondatrice d’ADCF Africa.

14/03/2024, 13:17

ActuaLitté

Expression, publication, lecture : des libertés à défendre

Depuis la Foire du Livre de Londres, cinq organisations internationales représentant les auteurs, éditeurs, libraires et bibliothécaires cosignent une déclaration. Ce texte, reproduit en intégralité ci-dessous, constitue un appel aux gouvernements et aux sociétés dans leur ensemble à veiller sur des libertés fondamentales autour des textes et de leurs auteurs : expression, publication et lecture.

14/03/2024, 11:14

ActuaLitté

Traduire par l'IA, le risque d'“un appauvrissement sensible de la langue”

Face à la montée de l'intelligence artificielle dans le domaine de la traduction, l'Association des Autrices et Auteurs de Suisse (AdS) tire la sonnette d'alarme. Lors de son 15e Symposium suisse, l'association a publié une prise de position vigoureuse, soulignant les limites de l'IA en matière de traduction littéraire et réclamant une régulation claire pour protéger les droits et la valeur du travail humain.

06/03/2024, 12:54

ActuaLitté

Où en est la lecture dans les campagnes françaises de 2024 ?

En février 1967, l'ORTF diffusait un numéro de sa Bibliothèque de poche, dans lequel le journaliste disparu en 2012, Michel Polac, partait à la rencontre de bergers pour discuter de leurs lectures. ActuaLitté reprend le principe à l'occasion du Salon de l'Agriculture, en interrogeant des acteurs du secteur primaire, afin de vérifier : où en est le rapport au livre dans les campagnes de 2024 ?

01/03/2024, 18:53

ActuaLitté

Frédéric Taddeï : "L’âge est un sujet qui n’existe pas"

« Quand on vous dit que François Ier a gagné la bataille de Marignan en 1515 on ne vous dit pas quel âge il avait, il avait 20 ans ». Le présentateur Frédéric Taddeï a une obsession qu’on ne lui connaissait pas encore : l’âge. Nous l’avons rencontré pour la sortie des Birthday books le 6 mars 2024, l’occasion de discourir sur ces « quartiers de la vie que l’on habite tous ensemble ».

29/02/2024, 15:46

ActuaLitté

Plutôt BFM que CNews : Isabelle Saporta, bientôt la porte ?

Dans quel monde une salariée dénigrerait publiquement l’une des sociétés de son employeur, sans se faire tirer l’oreille ? Mieux : présenterait comme plus brillante une entreprise concurrente, du même secteur d’activité ? Eh bien… soit les anti-Bolloré reverront leur copie quant aux “méthodes” (censure, liberté de parole brimée, etc.) chez Vivendi… Soit Isabelle Saporta prépare son départ de chez Fayard ?

29/02/2024, 15:42

ActuaLitté

“Nos points communs sont simples : le territoire et le livre.”

#Noshorizonsdesirables – Durant cinq années de librairie au Québec chez Pantoute, Benoît Vanbeselaere est passé de la communication et de l’événementiel à la direction générale d’une des deux succursales. Depuis avril 2023, il a pris ses fonctions comme coordinateur de l’Association des éditeurs des Hauts-de-France. En marge des Rencontres régionales du Livre et de la Lecture 2024, à Boulogne-sur-Mer, il revient avec nous sur les actions menées et à mener.

26/02/2024, 15:13

ActuaLitté

"Les IA génératives menacent aujourd’hui l’activité des auteurs des arts visuels"

L'ADAGP l'affirme : « Les systèmes d’intelligence artificielle (IA) générative, capables de produire instantanément des contenus visuels à la demande des utilisateurs, menacent aujourd’hui l’activité des auteurs des arts visuels. » En réaction à ce constat, la société de perception et de répartition des droits d'auteur a publié une déclaration générale d’opposition. Elle s'explique dans un communiqué, reproduit ici par ActuaLitté.

23/02/2024, 17:08

ActuaLitté

Partage de la valeur : cette étude “apporte des éléments de compréhension” (SNE)

L'étude du Syndicat national de l'édition (SNE) consacrée au partage de la valeur entre auteurs et éditeurs, présentée au début de ce mois de février, a été accueillie froidement par les organisations d'auteurs. Ces dernières reprochaient une approche « biaisée » et des résultats qui masquaient la situation économique des écrivains. Renaud Lefebvre, directeur général du SNE, répond aux critiques.

22/02/2024, 11:49

ActuaLitté

Librimania : le jeu que toute l'édition va s'arracher

#Noshorizonsdesirables – Foin des IUT et autres Masters pros Métiers du livre : voici le futur compagnon et prochain best-seller en librairie — s’il est un jour commercialisé — Librimania plonge les joueurs dans l’univers impitoyable… du monde du livre. Accrochez-vous à un dictionnaire ou une encyclopédie, ça décoiffe !

21/02/2024, 19:22

ActuaLitté

Barbara Kingsolver, Prix Pulitzer 2023 : “Je ne crois pas au talent”

Le Prix Pulitzer de la fiction, qui récompense un roman qui raconte cette démente Amérique, a été décerné à deux auteurs ex-aequo en 2023 : Hernan Diaz pour son texte sur les coulisses de la Grande Dépression des années 30, Trust, et Barbara Kingsolver. D’un côté, le gros argent, de l'autre, les prolos d'une campagne des Appalaches, à travers les aventures de Demon Copperhead. Un David Copperfield contemporain dans les terres contrariées de l'OxyconTin et des champs de tabac…

21/02/2024, 16:00

ActuaLitté

Pour le livre de Turin, "un salon qui aide au dialogue"

Du 9 du 13 mai, le Salon international du livre de Turin incarne un événement majeur autour du livre sur le territoire italien. Entre défis antérieurs et direction nouvelle, Annalena Benini, directrice du Salon pour cette édition, fait part à Actualitté des conditions à réunir, pour mener à bien les ambitions prochaines, notamment quant à la jeunesse. 

19/02/2024, 12:07

ActuaLitté

Mort d'Alexeï Navalny : “Il n’a jamais reculé devant le pouvoir”

Le décès d’Alexeï Navalny, survenu ce 16 février au centre pénitentiaire de Kharp à l'âge de 47 ans, provoque un soulèvement — et les regards fusent vers Vladimir Poutine, qui se serait définitivement débarrassé d’un opposant. Le Pen Club français a diffusé un hommage, ici proposé en intégralité.

17/02/2024, 10:49