#Réseaux sociaux

Les règles du “je” : Rowling, reflet d'un monde patriarcal

L’affaire Rowling prend des proportions inquiétantes : après la fronde des personnels de Hachette UK, voici que des auteurs de l’agence littéraire décident de quitter le navire. Plusieurs auteurs ont claqué la porte de Blair Partnership, suite aux propos de la romancière sur les personnes transgenres. Et maintenant, les politiques se servent de ses propos comme arguments législatifs.

Le 24/06/2020 à 12:43 par Nicolas Gary

28 Réactions | 7 Partages

Publié le :

24/06/2020 à 12:43

Nicolas Gary

28

Commentaires

7

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Tout a débuté en ce mois de juin : Rowling prend la parole sur Twitter, avec des propos jugés « transphobes » par les internautes. Son idée : affirmer que l'on appelle “femmes” ces personnes qui ont des menstruations. Et soudainement, la toile, comme on s’y attend, s’est enfemmée.

« “Les personnes qui ont leurs règles”. Je suis sûre qu’il y avait un mot autrefois pour ces gens. Que quelqu’un m’aide. Wumben ? Wimpund ? Woomud ? [variations autour de Women, femme en anglais, NdR] » 

Comme l’écrit la journaliste et écrivaine Nassira Belloula : « Mais que lui reproche-t-on ? D’avoir déclaré que les femmes sont celles qui ont des menstrues. Et alors, les règles ne sont-elles pas un élément lié à la biologie des femmes ? L’évoquer devient-il criminel ? Doit-on avoir peur dorénavant de parler de nos ovaires et de notre utérus ? Doit-on accepter d’être dépouillées de notre substance originelle, car des hommes transformés en femmes — c’est leur droit, le problème n’est pas là — s’imaginent offensés par notre nature ? » L'enjeu social et culturel est plus large.

“We have found a witch, may we burn her ?”

Le premier point, pour prendre un peu de hauteur, est de rappeler que JK n’a jamais affirmé qu’un homme, devenu femme, ne pouvait pas être une femme. Elle a simplement souligné que les règles étaient le propre d’une femme en tant qu’être biologique. Une idée, en apparence raisonnable, qui se révèle en fin de compte maladroite et source de confusion.

Pire : des salariés du groupe Hachette UK ont menacé, en soutien aux trans qui n’en demandaient peut-être pas tant, de ne plus travailler sur son nouveau livre, The Ickabog. L’éditeur s’est retrouvé très embarrassé : d’un côté, la meilleure vendeuse de livres de tous les temps, de l’autre, des salariés qui prennent position… au milieu, des remarques qui interrogent.

Bien entendu, d’autres n’ont pas manqué le coche, accusant Rowling de surfer sur sa notoriété pour espérer jouir d’une impunité totale, quand elle tient des propos transphobes. 

L'intervention de Daniel Radcliffe même, le monsieur Potter au cinéma, tentait pourtant d'apaiser les tensions : « Les femmes transgenres sont des femmes. Toute déclaration contraire efface l’identité et la dignité des personnes transgenres et va à l’encontre de tous les conseils donnés par des associations professionnelles de la santé qui ont beaucoup plus d’expertise sur ce sujet que Jo ou moi. » En vain.

La conjuration des (pas tout à fait) imbéciles

Dans ce contexte, Fox Fisher, Drew Davies et Ugla Stefanía Kristjönudóttir Jónsdóttir signent une déclaration pour dénoncer le comportement de leur agence littéraire. Un quatrième auteur, qui a préféré rester anonyme, s'est joint à eux. Tous quatre lui demandait la publication d'un message pour « réaffirmer son attachement aux droits des transgenres et à l’égalité ». En l’absence de réaction de Blair Partnership, le silence vaudrait approbation... de l'interprétation des intentions prêtées à Rowling. On finit par marcher sur la tête.

Les écrivains dégainent alors leur propre communiqué, par lequel ils affirment ne plus pouvoir être représentés par l’agence : « La liberté d’expression ne peut être respectée que si les inégalités structurelles qui entravent l’égalité des chances pour les groupes sous-représentés sont remises en question et modifiées. »


JK Rowling - domaine pubic

Acculé, indique le Guardian, Blair Partnership a diffusé sa réponse, assurant qu’il ne transigerait pas sur la liberté de ses auteurs à exprimer pensées et convictions – toujours sur la base de propos dénaturés. De la marche, on bascule vers la course de haies sur la tête…

Parmi les auteurs, plusieurs points appellent des éclaircissements : Drew Davies se revendique par exemple comme gay. Il indique savoir « ce que c’est de figurer dans une minorité, et je sais aussi ce que c’est que d’appartenir à une industrie où vous devez être conscient de votre personnalité publique ». Choix qui pourrait affecter les ventes, insiste-t-il.

Jónsdóttir, de son côté, se définit comme trans non binaire, et surtout activiste dans son domaine. Elle compte parmi les porte-paroles des droits des transidentitaire en Islande et par-delà les frontières depuis plus d’une décennie. Elle-même se sent trahie par le comportement de l’agence, et déplore « une question de valeurs ».

Pour les quatre, le sujet plonge dans la lutte pour la reconnaissance et le droit à exister tel qu'on se veut. Sauf qu'à prendre une position clivante, on en oublie souvent d'exposer une vision plus globale, permettant d'éclairer un public qui méconnaît ces sujets.

Blair “Witch Project” Partnership 

Le premier des nœuds gordiens réside dans le silence de Blair Partnership — qui découle de sa création. L’agence fut fondée en 2011, avec Rowling comme première cliente, quand elle quitta son agent historique, Christopher Little, de Christopher Little Literary Agency. Et Neil Blair, qui avait emboîté le pas, fondait alors sa propre structure, pour accompagner la maman d’Harry Potter. 

L’agence compte désormais 80 auteurs, avec des figures et personnalités publiques majeures. Son refus tacite est de diffuser un communiqué de soutien aux personnes trans, ce qui n’aurait certainement pas fait de mal. Parce que Rowling n’a jamais attaqué la communauté trans frontalement : tous les procès en sorcellerie qu’on a pu lui tenir découlent d’extrapolations qui devraient faire glousser. Les propos de Rowling en disent en réalité long sur notre société, dont elle témoigne, probablement malgré elle. 

Les auteurs démissionnaires, emboîtant le pas à la vox populi (vox dei…), en commettent une plus flagrante : s'acharner sur un principe physiologique, monté en épingle. Les témoignages de trans ne manquent d’ailleurs pas à ce sujet : ne pas avoir ses règles est quelque chose qui manque, comme le rapportait Vice :

 « J’ai dû faire le deuil de plusieurs expériences de femme que je ne vivrai jamais. Les menstruations en font partie », raconte Marianne Cloutier. Cette fonctionnaire de 56 ans a fait son changement de sexe il y a environ quatre ans, mais, comme femme trans, elle n’a pas d’utérus ni d’ovaires. Il est donc impossible pour elle d’avoir des menstruations, une expérience pourtant importante à ses yeux. « Je désire vivre autant les bons que les mauvais côtés de la féminité », dit-elle.

Or, par assimilation malheureuse, la vox populi rapproche “trans” et “opération chirurgicale”. Et pour cause : notre image du transidentitaire est faussée par une détermination stricte. Probablement trop – la faute à quelques carcans sociologiques qui ont la peau dure.

À ce titre, le récit de Cass Bliss, en septembre 2018, offre quelques nuances. Se présentant comme « trans non binaire », Cass évoque le désagrément que provoquent ses règles, chaque mois. Une biologie de femme, un esprit « de garçon manqué », mais elle revendique de n’être « ni l’un ni l’autre et ça me va. Mon corps idéal, c’est celui qui renverse l’idée du genre et brouille cette fausse ligne qui existe entre homme et femme. Je suis heureux de vivre entre les deux ».

Avoir ses règles, sans être femme 

En l’état actuel de la science, aucun traitement hormonal ni acte médical ne parvient à créer un utérus, des ovaires, et donc un cycle de menstruations. En février 2018, on apprenait — et l’évolution était marquante — qu’un transgenre était parvenu à allaiter son enfant, durant six semaines. Exploit louable, qui rapproche de toute évidence la personne de ce que peut être l’expérience “femme”, en tant qu'être biologique.

Ainsi, des serviettes, des tampons hygiéniques ou des coupes menstruelles ne serviront pas à un homme devenu femme par intervention chirurgicale. La vaginoplastie a ses limites, même si en matière de chirurgie de réattribution — ou réassignation — sexuelle, les avancées sont constantes. Elle permet de reconstituer un vagin, un clitoris (tout de même !) et des lèvres. Mais pour le reste, il faudra attendre de nouvelles méthodes. Sachant qu'à l'avenir, il se trouvera alors des opposants pour refuser ce changement, pour lequel il faudra se battre avant d’en faire un droit.


gagnonm1993 CC 0

Sauf que, d'ores et déjà, “transgenre” ne se limite pas à celle seule acception : il existe une diversité de situations spécifiques — en voici un témoignage passionnant parmi d'autres, pour approfondir intelligemment le sujet.

En somme, on peut reprocher à Rowling de n’avoir pas évoqué tous les transidentitaires, de n’avoir peut-être pas appréhendé suffisamment l’ensemble des êtres. On lui reprochera même ce glissement de sens qui assimile trans à opération — et donc de passer sous silence la diversité existante. Toutefois, ces informations sont relativement nouvelles : elles nécessiteront quelques années pour être intégrées et ingérées par la société. Rowling, c'est un peu nous tous...

Avoir ses règles sans être femme

Contactée par ActuaLitté, Delphine Ravisé-Giard, Présidente de l’Association Nationale Transgenre, l’explique sans peine. « Nous vivons dans un monde hétéropatriarcal, où une personne transgenre ne parvient pas à trouver sa place. Simplement parce que les modèles établis depuis toujours s’accommodent mal de la diversité des genres. »

Selon elle, les propos de Rowling « sont transphobes, mais plus globalement, sexistes : une femme ménopausée, qui n’a donc plus de règles, ne serait plus une femme ? En fait, son raisonnement est fondamentalement idiot. Une maladresse totalement ridicule et qui découle, hélas, du mythe de l’hétérosexualité posé comme norme et sur lequel la société s’est développée. » 

En somme, Rowling est le reflet d’une société véhiculant un discours transphobe, au sein d'une structure sociale qui « classe les personnes par réflexe patriarcal. Comment une personne qui ne se reconnaît dans l’adéquation supposée — ce genre attribué à la naissance du fait de ses organes génitaux — y trouverait sa place » ?

Ce qui permet, pour revenir aux propos de Rowling, de répéter qu’une femme n’est définie que par ses seules règles — une victime d’anorexie, dont le cycle est détruit, n'en serait plus une ? Le raisonnement, s'il était tenu, serait défaillant. En revanche, quand la romancière souligne qu’avoir ses règles est, à ce jour et en attendant des progrès dans la chirurgie, le propre de la femme entité biologique, pointe tout le progrès cuturel autant qu'intellectuel qu'il reste à parcourir.

Un patriarcat écrasant

« Même la plus ouverte de toutes les sociétés occidentales qui soit reste sexiste, et transphobe, c’est une perpétuation ancestrale des canons — que l’on peut ramener à des choses simples, comme la relation dominant/dominé », reprend Delphine Ravisé-Giard. « En termes anthropologiques, les femmes prépubères ou ménopausées ont longtemps été vues comme inutiles : elles ne servaient pas ou plus la transmission patrimoniale, parce qu’incapables d’assurer l’acte de procréation pour ce faire. »

Sauter à la gorge de Rowling n’aide cependant en rien à mieux faire comprendre ni faire évoluer les mentalités. Oui, il existe un principe biologique par lequel l'appareil génital féminin des mammifères est conçu pour avoir un cycle d'ovulation. Le point est irréfutable. Mais le genre n'est pas biologique. Ce qui l’est tout autant, c’est que l’être humain peut « sortir des principes hétéropatriarcaux, pour affirmer autre chose. Cela passe par un changement au niveau des États, qui n’ont rien mis en place de pérenne ni efficace pour lutter contre la transphobie et l’inclusion de la diversité des genres », conclut Delphine Ravisé-Giard.

Le besoin de lois, claires et précises, pour endiguer une transphobie systémique ? On retrouve bien là l’enjeu commun qu’évoquait Rowling :

Les choses sont dites avec maladresse, mais Rowling l’indique bien : c’est une question de respect, pour les uns comme pour les autres, au sein d’une société patriarcale oppressante. Tout le problème vient de la notoriété de la romancière, qui ne peut se permettre des expressions trop hâtives. Pour preuve, un sénateur républicain, James Lankford, s’est emparé de ses propos pour justifier le refus du droit de vote aux LGBTQ+. Et ainsi parvenir à limiter les mesures anti-discrimination en cours de discussions aux États-Unis.

La réalité de ces échanges se nuance ainsi, mais les principes se rejoignent : autant que pour les femmes, les droits des transidentitaires ont besoin d'être consolidés, et respectés. 

crédit photo : Karolina Grabowska CC 0

28 Commentaires

 

Constance

24/06/2020 à 14:18

Bonjour,

Je vois bien que vous avez fait des recherches mais vous avez loupé l'information la plus importante pour mettre en contexte les déclarations de JKR et les réactions vives qu'elles sont suscité. Rowling exprime ainsi son soutien à un mouvement virulent au Royaume-Uni, qui se désigne comme "gender critical" et vise à empêcher l'avancement des droits des personnes trans.

Je vous invite à lire cet article détaillant point par point les mensonges écrits par JK Rowling.
https://medium.com/@completelykaty/addressing-the-claims-in-jk-rowlings-justification-for-transphobia-7b6f761e8f8f

Aymerix

24/06/2020 à 17:11

Et, vous n'en avez pas marre de faire ce genre d'articles de propagande ?

Si vous êtes devenu un site politique, merci de le mettre en page d'accueil.

Nicolas Gary

24/06/2020 à 17:15

Bonjour (ce n'est pas de la propagande pour vous inciter à passer une bonne journée, simplement de la politesse),

Il y a de la politique dans le sens "vie de la cité et des citoyens". J'ignore en quoi cela peut vous incommoder : nous avons, juste aujourd'hui, 30 autres articles qui concernent plus directement le livre, la lecture, les prix littéraires et l'édition.
Vous devriez pouvoir y puiser de quoi vous contenter

Bien à vous

Coré-Perséphone

24/06/2020 à 17:30

Contrairement à ce qui est indiqué dans votre article, ce n'est pas tant pour les femmes trans que pour les hommes trans et autres personnes trans assigné-e-s femme à la naissance (AFAB), qui peuvent avoir un utérus, des ovaires et des menstrues, que les propos de JK Rowling son problématiques.

Est-ce de votre part une simple erreur due à l'ignorance ou de la malveillance sous forme de malhonnêteté intellectuelle ?

Car, les homme trans, même s'ils ont leurs menstrues, ne sont pas des femmes.Idem pour les personne AFAB non-binaire, agenre, etc... Il est donc faux d'affirmer que les menstrues sont le propre des femmes.


La réalité, c'est que toutes les femmes n'ont pas leurs règles, et toutes les personnes qui ont des règles ne sont pas des femmes.

Nicolas Gary

24/06/2020 à 17:34

Bonjour (avec ou sans menstrues, c'est toujours apprécié)

Je me permets de reciter les propos du billet : "Ce qui permet, pour revenir aux propos de Rowling, de répéter qu’une femme n’est définie que par ses seules règles — une victime d’anorexie, dont le cycle est détruit, n'en serait plus une ? Le raisonnement, s'il était tenu, serait défaillant. En revanche, quand la romancière souligne qu’avoir ses règles est, à ce jour et en attendant des progrès dans la chirurgie, le propre de la femme entité biologique, pointe tout le progrès cuturel autant qu'intellectuel qu'il reste à parcourir."

Excellente journée.

Alina Reyes

25/06/2020 à 21:33

Voilà, merci de le dire. Et c'était exactement ce dont il était question dans l'article que Rowling avait incriminé. Sans l'avoir compris apparemment. L'article citait les filles, les femmes et les transgenres comme personnes susceptibles d'avoir leurs règles, et auxquelles il fallait assurer un accès aux protections périodiques et à l'hygiène spécifique. L'article employait les mots justes, contrairement à Rowling qui écrit que les personnes qui ont leurs règles sont des femmes. Un très grand nombre de femmes et de filles n'ont pas leurs règles, et des femmes devenues hommes continuent à les avoir (comme certains en ont témoigné sur les réseaux sociaux). Ce n'est pourtant pas sorcier à comprendre !
L'obsession de Rowling contre les transgenres est d'autant plus suspecte qu'elle-même signe ses polars d'un nom d'homme. Il y a vraiment problème quand on voit le nombre de like reçus par ses propos, visant des personnes déjà fragilisées.

Coré-Perséphone

24/06/2020 à 17:58

Oh, pardonnez moi d'avoir oublié de vous saluer, Bien le bonjour, donc,

"En revanche, quand la romancière souligne qu’avoir ses règles est, à ce jour et en attendant des progrès dans la chirurgie, le propre de la femme entité biologique, pointe tout le progrès cuturel autant qu'intellectuel qu'il reste à parcourir."

Ce qui reste scientifiquement faux, puisque les personnes trans AFAB qui peuvent avoir leurs règles ne sont pas des femmes

Et tout cela n'explique en rien pourquoi vous portez le sujet sur les personne trans assigné-e-s homme à la naissance alors que le sujet de la discorde était le fait que les personnes trans assigné-e-s femme à la naissance pouvaient avoir leurs règles sans être des femmes ? Méconnaissance du sujet, ou malveillance ?

Cordialement

Lully

24/06/2020 à 19:41

C'est un peu triste comme article et je suis peu surprise de voir qu'il est écrit par un homme. Malheureusement ce n'est pas la première fois que Rowling écrit des propos transphobes et attaque de façon totalement gratuites ces personnes. Vous la faites passer pour une ignorante qui ne sait pas trop ce qu'elle dit parce que la société deviendrait quoi ? Trop complexes et qu' on est tous alors ignorants ? Non Rowling sait très bien ce qu'elle dit et votre article, sous couverts de vos recherches, ne replacent jamais les propos de l'autrice dans son contexte, et pire encore les cautionne puisque c'est un peu nous tous... Plot twist non tout le monde ne pense pas comme ça.

Lavande

24/06/2020 à 20:14

Je trouve très dommage que vous n'ayez pas contacté une asso féministe ou defendant les droits des lesbiennes pour faire contrepoids à l'asso trans à laquelle vous avez fait appel.
JK Rowling exprime très bien, dans son texte que je vous encourage à lire, les craintes des lesbiennes et feministes, et les attaques qu'elles subissent du mouvement trans.
La question de redéfinir le mot femme pour y laisser entrer les hommes ne posent pas seulement que des problèmes d'aberration de language et de biologie, et d'appropriation de l'oppression que les femmes subissent depuis la nuit des temps, mais aussi un problème de droit et de protection des minorités.
Contrairement à ce que vous affirmez, JKR ne s'est pas concentrée sur les chirurgies de transition, elle a longuement exprimé les dangers, pour les femmes, que representent la loi permettant aux hommes d'être considérés comme femmes sur simple déclaration.
Je comprends que ne montrer qu'une once de doute ever le mouvement trans est risqué (j'ai moi-même reçu des menaces de mort et des photos d'animaux torturés juste pour avoir dit qu'en tant que lesbienne, je ne souhaitais pas interagir avec un penis) mais j'espère toujours voir un jour un peu plus de soutien pour les femmes.

JKR n'est pas un produit d'un autre temps qui a mal compris. C'est une femme brave qui, contacté par des milliers de femmes inquiètes dont moi-même, a eu le courage de parler d'un problème auquel personne ne s'intéresse, puisque personne ne s'inquiète du sort des femmes, à moins qu'elles soient des hommes

Delphine

24/06/2020 à 21:00

Je suis une femme, menstruée, et j'aurai écrit cette article de la même façon : certains de vos commentateurs dénoncent la mauvaise foi mais continuent eux-mêmes de confondre (ou font mine de confondre) genre, dont vous débattez dans votre article, et sexe : les personnes de sexe féminins ont, vont avoir ou ont eu leur règles. C'est biologique et irréfutable. Je trouve aberrant à l'heure actuelle où des enjeux d'urgence, climatiques par dessus-tout, mettent en danger l'ensemble de la population humaine (quel que soit le sexe ou le genre), on en soit à dire qu'une personne de sexe masculin qui désire changer de sexe doit se sentir offensé d'être rappelé à des limites biologiques. Mais peut-être l'aspect patriarcal (qui a toujours opprimé la femme dans sa représentation corporelle) est-elle tacitement à l'oeuvre ?

Sandrine

24/06/2020 à 23:21

C'est sanglant par ici

NAUWELAERS

24/06/2020 à 23:45

Je ne comprends pas bien que le genre ou sexe,tout bêtement,ne soit pas biologique.
Je suis né garçon et me sens comme tel.
Pas «assigné» à cela: telle est mon expérience on ne peut plus banale.
Je sais que ce n'est pas vrai pour l'humanité entière.
Je respecte les orientations sexuelles de tout le monde,donc trans compris et comprises,comme on veut.
Quelle est la différence entre transgenre et transsexuelle -terme quasi disparu -comme la très fameuse Coccinelle ?
Mais des histoires d'amour banales et hétéros ne sont pas toujours et nécessairement «oppressantes».
Si on arrêtait de fabriquer de nouveaux dogmes tout le temps ?
Cela est négatif et malhonnête.
Que les trans et homos vivent leur vie en jouissant du respect à accorder aux êtres humains tels qu'ils sont.
Je crois et applique cela conformément à mes valeurs.
Mais ne tombons pas dans «l'hétérophobie», je vous prie.
Tout cela devient hystérique et incompréhensible.
Et puis ces fatwas des réseaux sociaux tout le temps...lâchez-nous un peu svp, la vie est trop courte...

CHRISTIAN NAUWELAERS

JMB

25/06/2020 à 01:06

A ce niveau, ça relève du terrorisme intellectuel !

Une femme n'est pas un homme pour savoir ce que ça fait que d'être un homme. Et inversement.

Sally

25/06/2020 à 07:48

L'immense majorité des associations lesbiennes en Grande-Bretagne soutiennent les femmes trans contre la transphobie d'une JK Rowling... D'ailleurs en Grande Bretagne, toutes les sections LGBTI des grands partis (Labour, Tory, Lib-dems, Plaid Cymru (Pays de Galles), Verts, et peut-être bien le SNP aussi) viennent de sortir un texte commun pour l'égalité des droits, pour les droits des personnes trans et pour la mise en place de la réforme de l'état-civil combattue par JKR et le mouvement "Gender Critical".

On pourrait d'ailleurs questionner les liens de ces "féministes" qui prétendent défendre les lesbiennes et sont financées par l'extrême-droite conservatrice et chrétienne américaine, complètement homophobe, au travers. Vous pourrez trouver quelques liens ici:
https://www.vox.com/identities/2019/9/5/20840101/terfs-radical-feminists-gender-critical
https://www.nbcnews.com/feature/nbc-out/conservative-group-hosts-anti-transgender-panel-feminists-left-n964246
https://www.nytimes.com/2019/02/07/opinion/terf-trans-women-britain.html
https://www.advocate.com/transgender/2019/1/30/anti-trans-feminists-appear-panel-right-wing-heritage-foundation

Ou comment aux Etats-Unis, elles soutenaient devant la cour suprême l'employeur qui avait licencié une femme trans, au risque que la jurisprudence permette ainsi de licencier des personnes homosexuelles parce qu'homosexuelles; voire de renverser une jurisprudence qui interdit de licencier une femme "pas assez féminine". (Heureusement elles ont perdu https://en.wikipedia.org/wiki/Bostock_v._Clayton_County )

JKR elle-même, est tellement intéressée par les droits des lesbiennes qu'elle s'est associée à la Baronne Nicholson, hostile au mariage pour tous et toutes...

Les mêmes en France essayent de nous faire croire qu'il y a la même hostilité et division à cause des femmes trans alors que c'est faux. L'ensemble du mouvement féministe français, dans toute sa diversité, allant de sections du Planning Familial à Rokhaya Diallo, de Pénélope Bagieu à de nombreux collectifs de colleuses, sans oublier l'ensemble du mouvement LGBTI (dont les co-présidentes de l'European Lesbian Conference, SOS Homophobie, etc.), a signé cette tribune contre l'instrumentalisation transphobe du féminisme https://www.liberation.fr/debats/2020/02/26/le-debat-sur-la-place-des-femmes-trans-n-a-pas-lieu-d-etre_1779708

https://toutesdesfemmes.fr/signataires/

stats

25/06/2020 à 08:33

4 auteurs sur... 80. Soit 5%
Encore une fois, une minorité (ultra minoritaire : dans une démocratie représentative, elle n'existerait tout simplement pas !) arrive à faire du bruit comme si elle était majoritaire. Qui soutient ? Qui relaie ? Qui PAIE ? Se poser les bonnes questions est peut-être comprendre le pourquoi de cette affaire...

NAUWELAERS

25/06/2020 à 11:12

J'essaie de comprendre ce que signifie le message de Delphine...
Elle nous précise qu'elle est menstruée mais pourquoi ?
Qu'elle le soit ou non,cela ne regarde qu'elle et son médecin s'il y a un problème que je ne lui souhaite pas du tout.
Cela ne devrait pas apparaître dans un débat sensé,me semble-t-il.
Chacune et chacun sa vie à la fin...
On n'est pas dans le voyeurisme augmenté de façon exponentielle par la Toile...
Enfin pas envie,moi.
Un homme désirant devenir femme doit se sentir offensé d'être rappelé (par qui ?) à ses limites biologiques.
Eh bien,suggestion: il devenu elle s'en fout !
Comme Coccinelle,ex-homme devenu femme et reine du tout-Paris des années cinquante-soixante et que tout le monde appréciait.
Loin des polémiques à l'infini qui semblent combler un vide existentiel et intellectuel intersidéral contemporain mais passons...
Une femme ne doit pas se sentir victime systématiquement non plus.
Pour toutes celles qui ne sont pas victimes de mauvais traitements réels et authentiques.
«...opprimé la femme dans sa représentation corporelle»: mais plein de femmes vivent très bien le fait d'être femme(s),Delphine !
Réveillez-vous !
Elles sont fières,heureuses d'être femmes !
Moi j'en connais,figurez-vous.
Qui n'en croiraient pas leurs yeux de lire votre texte.
Elles n'y pigeraient rien.
Aucune hostilité larvée et quasi obligatoire entre hommes et femmes dont les règles et menstruations ne regardent qu'elles.
Pour celles que je connais et fréquente avec des mâles blancs hétéros qui sont totalement décents et corrects et normaux.
Cela existe et est même très courant.
Les règles et menstruations des femmes sont hors sujet dans nos relations et notre façon de vivre ensemble.
C'est de l'ordre de l'intime et de la pudeur.
J'aime la pudeur,c'est classe et plein de charme.
Les femmes sont souvent fortes,libres dans leur tête et savent se défendre si on les cherche.
Sauf les vraies victimes notamment celles qui ne peuvent voir un garçon qui leur plaît sous peine de «crime d'honneur» soit de déshonneur.
Cela existe et celles et ceux qui le nient ont tort.
Sus à la tartufferie et aux indignations trop sélectives.
L'esclavage dont on parle tant existe bel et bien ou vilainement et mal en 2020 dont sont victimes -et atrocement victimes -des femmes et des hommes ainsi fatalement que leurs enfants.
Et des trans et homos sont persécutés c'est vrai.
Mais arrêtons de peindre tout en noir: on met le nez dehors, on ne voit pas que des dysfonctionnements partout: c'est faux.

Puis il y a les enjeux effectivement cruciaux dont climatiques mentionnés dans le message de Delphine.
On ne peut plus vrai mais quel rapport avec le sujet initial ?
Les temps sont très durs,l'écologie risque d'être martyrisée par la crise du coronavirus alors on ne peut broyer du noir du matin au soir.
De l'hygiène mentale et de la volonté de vivre pour tout le monde dont les femmes et trans,c'est ce que je souhaite,moi.
Et ne pas se sentir blessé,traumatisé par le premier commentaire venu sinon on n'en sort pas.
Cela devient du nombrilisme pénible.
On peut s'en moquer, des railleries et commentaires désagréables !
On a un esprit qui doit servir notamment à cela: à se défendre.
Plutôt que de cultiver des réflexions débilitantes et de les répandre partout.
Il faut vivre vite car la mort vient tôt,ça vous dit ?
Vivons bordel !
Courage !
CHRISTIAN NAUWELAERS

réac de service

25/06/2020 à 11:33

Bonjour à tous !

De ce que j'ai compris, JKR critique le fait de pouvoir changer de sexe par simple auto déclaration, sans obligation de modification médicale irréversible.

Puisque nous sommes sur un site de fiction, voici donc quelques scénarios prévisibles :

John Doe, hétérosexuel banal, veut entrer à l’université. Sa famille ne peut pas payer les 50000 dollars annuels nécessaires, sa seule option est donc le sport universitaire. Il est bon basketteur, mais enfin, ce n’est pas le meilleur de tous, il lui manque quelques centimètres, un peu d'explosivité... Qu’à cela ne tienne, il se déclare transgenre : John Doe devient donc Jane Doe, et là, bien sûr, c’est la meilleure ! (et tant pis pour Venus Perez ou Serena Jackson qui comptaient elles aussi sur cet ascenseur social). Et comme Jane Doe a le droit d’être lesbienne, il/elle peut même continuer sa relation passionnée avec sa petite amie.

Ayant obtenu son Bachelor, Jane Doe cherche du travail. Qu’elle trouve sans difficulté ! En effet, pour un employeur, c’est le rêve : une femme transgenre et lesbienne (deux minorités, + 2 sur les compteurs !) qui ne sera jamais enceinte, et dont on peut présupposer qu’elle ne sera pas sujette à ces désagréables variations hormonales mensuelles auxquelles tout macho attribue la moindre absence d'obéissance. Une femme qui aimera la bière et le foot ! Une femme qui ne fera pas tous ces chichis, et qui, dans diverses occasions comme par exemple sur un chantier, pourra pisser debout au besoin ! Une femme qui sera, enfin, un homme comme les autres !

Dans ces conditions, quelles chances restera-t-il à Venus Perez ou Serena Jackson ?

Délire d’auteur, pensez-vous ? Imaginez-vous que les américains dans le cas de John Doe soient plus vertueux que les allemandes de l’est des années 70, lorsqu'elles démontraient quelques talents en natation ? ("C'est ça ou les mines de sel" au cas où elles auraient montré un peu d'hésitation....)

Il existe des gens qui souffrent d'un décalage entre leur état civil et leur ressenti. La médecine leur procure un c. Mais changer d'état civil sur simple déclaration ? c'est offensant pour eux comme pour tous les autres. On le sait depuis La Fontaine "Je suis oiseau, voyez mes ailes, je suis souris, vivent les rats" : c'est un peu trop facile...

Mes pensées vont à ceux qui souffrent du décalage entre leur état civil et leur ressenti intime, auxquels la médecine apporte un soulagement, réel mais limité. A eux comme à ceux qui ne sont pas confrontés à ce problème particulier, bref, à tous les humains qui assument avec courage les limites de la biologie, doit on dire de la condition humaine ? De la rage de dents au vieillissement, des maladies aux accidents.

Méryl

25/06/2020 à 11:42

Soutien inconditionnel à Rowling.
Le lobby trans est puissant, intrinsèquement misogyne, et bâillonne ses adversaires féministes en les accusant de "transphobie".
Mais le monde commence à réagir. Aux USA par exemple, où des jeunes filles qui excellaient dans un sport n'ont plus accès aux podiums depuis qu'y concourent les filles trans. Une injustice criante de plus, une atteinte abjecte de plus aux droits des femmes.
Le mouvement trans n'est rien de moins que le nouvel emballage du patriarcat misogyne.

NAUWELAERS

25/06/2020 à 12:06

Suite au message de Méryl...
Combien de posts outragés de trans vont suivre ?
Et de féministes qui s'écharperont avec les trans qui partiront bille en tête etc. en un carrousel devenu fou?
Et moi,bête hétéro blanc banal et décent et qui le revendique,je demande qu'on arrête de me/nous coller ce cliché permanent de «patriarcat misogyne» avec d'ailleurs un mot utilisé de façon impropre: il s'agit non de patriarcat (sauf intégrisme religieux) mais de machisme...
Les machos,vous connaissez ?
Non et mille fois non,tous les hommes ne le sont pas.
Surtout pas en 2020.
Vous nous «essentialisez» et je n'accepte pas.
On combat à juste titre le racisme et l'essentialisation de certaines communautés.
Eh bien il en est de même pour la gent masculine qui ne doit pas être victime de misandrie: la misogynie à l'envers.
Pas d'accord avec cette généralisation abusive (périssologie !) et inacceptable.
Respectez un peu votre prochain svp.
Si vous considérez que cette réflexion est misogyne,je jette l'éponge !
Ne peux rien pour vous.
On toucherait le fond mais j'espère bien que non.
Quant à la polémique essentielle et indispensable «Trans contre femmes», vrai ou faux,je n'ai absolument aucune opinion.
Aucune compétence en la matière.
Le soleil brille,si on en profitait toutes et tous,loin des obsessions incessantes et malsaines ?
SVP ?
La jeunesse et la vie passent si vite !
Que l'on soit hétéro,trans,homo,hermaphrodite,bi,transsexuel(le), indéterminé et tout ce qu'on veut !
De simples membres de l'humanité,point barre.
Il faudrait garder cela à l'esprit en permanence.
C'est mon cas depuis pas mal de temps déjà.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Sally

25/06/2020 à 12:32

On a exactement un exemple ici de ce qu'il se passe en Grande-Bretagne.

Des groupes minoritaires de "féministes" qui essayent de créer une focalisation sur les femmes trans, comme si leurs vies ou leurs places étaient un objet de débat.

Tout le mouvement féministe français les rejette - je renvoie à nouveau à cette tribune https://www.liberation.fr/debats/2020/02/26/le-debat-sur-la-place-des-femmes-trans-n-a-pas-lieu-d-etre_1779708 et https://toutesdesfemmes.fr/ - les seuls journaux et réseaux qui les accepte sont des journaux plutôt orientés à droite (La revue des deux mondes, Marianne, Le Figaro); c'est quand même assez significatif.

C'est significatif et à l'image des liens entre ces "féministes" et l'extreme-droite chrétienne américaine regroupée notamment autour de l'Heritage Foundation https://www.vox.com/identities/2019/9/5/20840101/terfs-radical-feminists-gender-critical

Comme on le voit, elles envahissent la section commentaire de cet article pour essayer de faire croire qu'il y a un enjeu et une menace trans "Regardez il faut parler des trans il faut parler des trans c'est dangereux"... Marginalisées dans le mouvement féministe, elles essayent de forcer l'accès aux médias en saturant internet de fausses informations.

Liyn

25/06/2020 à 14:37

Je pense qu'il faut reprendre le contexte anglais ou la question transgenre est devenue une obsession au point que plusieurs décisions judiciaires ont été prononcées pour contrer la discrimination et la violence dont sont victimes les personnes transgenres.

Ces décisions, très nombreuses, ont été commentées et souvent remises en cause par certains mouvements conservatismes qui sont généralement contre les droits des femmes (trans et cis), contre l'IVG, contre la contraception...
Les féministes qui soutiennent les thèses contre les personnes trans sont complices des mouvements conservateurs et antifeministes.

Ce n'est pas la première fois que JKR cible les personnes transgenre. Je suppose que c'était la goutte qui a fait déborder le vase. D'autant plus qu'elle avait l'habitude d'utiliser un pseudo d'un docteur qui faisait des thérapies de reconversion. De toute évidence, JKR a une sorte de crainte d'une communauté assez minoritaire finalement.

Elle a souhaité utiliser sa liberté d'expression, elle doit comprendre qu'elle n'est pas la seule à pouvoir le faire. Surtout qu'elle est très privilégiée à la différence des personnes dont elle souhaite restreindre les droits.

Après elle a peut être été victime de harcèlement, d'insultes... Mais c'est la vie. Les gens qui se battent pour avoir plus de droit savent très bien que discuter avec leurs oppresseurs ne sert à rien du tout.

Les personnes transgenres n'ont pas à se montrer courtois face à quelqu'un qui milite pour la restriction de leurs droits. C'est ce que JKR fait depuis des années, pas seulement les deux trois tweets en cause dans cet article.

Chaque lutte pour gagner des droits et mettre fin à des discriminations implique la violence. C'est la réalité pour l'antiracisme, le féminisme...

Jamais des oppresseurs se sont réveillés un matin en se disant: tiens si je donnais des droits égaux aux femmes/noirs/étrangers/transgenres/gays...Souvenez-vous des militants pacifistes antiracistes tel que Martin Luther King et comment ça s'est terminé pour lui. Certes, maintenant qu'il est le mort il a une bonne image médiatique mais ce n'était pas du tout le cas de son vivant.

JKR paie les conséquences de son militantisme de très longue date contre la communauté transgenre. Ils ont essayé à de nombreuses reprises d'engager le dialogue avec sans résultat.

Elle est la seule responsable de sa situation.

Audrey

25/06/2020 à 16:47

Bonjour,

Je tenais simplement à saluer votre courage d'avoir publié un article sur ce sujet.

Les formes de discrimination sous toutes ses formes me tiennent à coeur, et j'imagine à quel point cela peut être compliqué pour l'équipe de rédacteur.ices de parler de ces sujets quand je vois le nombre de commentaires "réac'" sous la plupart des articles de ce site. Votre parti pris me rassure, car à force de lire des commentaires parfois dérangeants par leur fermeture d'esprit, je commençais à me dire que décidément, la communauté autour d'ActuaLitté ne me correspondait pas.

C'est un sujet délicat, qui oppose même certains courants féministes entre eux, mais je trouve que vous avez particulièrement bien relaté les événements et la situation.

Au plaisir de lire d'autres articles de ce genre,
Audrey

Nicolas Gary

25/06/2020 à 17:28

Bonjour et merci. Merci beaucoup !

NAUWELAERS

25/06/2020 à 18:42

Audrey,
Vous parlez de «la» communauté autour d'ActuaLitté...
Erreur de votre part !
Ce site doit s'adresser à un public varié -j'insiste fort: divers et varié- uni par l'amour des livres et non par le goût des polémiques et excommunications.
La tolérance se pratique à 360° sinon elle n'est qu'une coquille vide.
Il ne faut pas que ce site se mette à pratiquer l'exclusion et à ne concerner qu'un certain public au risque d'appauvrir le lectorat.
Merci de vous en souvenir.
Ou alors ActuaLitté finirait par devenir autre chose mais j'espère qu'on n'en prend pas le chemin.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Des retards de livraison en librairie et la chaîne du livre menace d'exploser

La crise du papier et de son approvisionnement continue d’angoisser, à raison. Car avec elle, une autre pénurie sévit : celle des recrutements pour les entrepôts. Emplois mal payés, éprouvants… les candidats ne se bousculent pas au portillon. Et depuis des semaines, les transporteurs ne suivent plus : une carence de chauffeurs routiers est partout observée.

24/11/2021, 15:58

ActuaLitté

Maison du dessin satirique : “S’il te plaît, dessine-moi un serpent de mer…”

Le 15 janvier 2020, à l’occasion de ses vœux à la presse, le Président Macron annonçait la création d’une maison du dessin satirique et du dessin de presse. Depuis, rien, ou presque. L’annonce du lieu choisi pour cette maison devait être faite en janvier 2021, puis au printemps, puis à l’automne et… rien. ActuaLitté mène l’enquête, à la recherche du dessin perdu.

16/11/2021, 11:34

ActuaLitté

Prix du livre et frais de port : “Le marché va en souffrir, pas Amazon”

Arrivée à l’Assemblée nationale pour son adoption, la loi concernant les frais de port fera florès : qui, après l’année 2020, refuserait un projet de soutien aux libraires ? Qui, devant le vorace Amazon, éconduirait l’effort pour rétablir une concurrence saine sur la vente à distance de livres ? En somme, qui aurait intérêt à ce que les frais d’envois postaux d’un livre n’augmentent pas ? De fait… quelques nuances s’imposent.

06/10/2021, 11:33

ActuaLitté

Dicker, Zemmour et Sattouf : comment l'indépendance des auteurs effraie l'édition

Dicker, Zemmour, Sattouf : trois noms significatifs dans l’édition puisqu’ils pèsent à eux seuls plusieurs millions d'euros de chiffre d’affaires. Ils ont tous opté pour un changement de paradigme, mais réellement en rupture avec l’industrie du livre jusqu’à lors connue ? Pour point commun, un outil de diffusion et distribution qui leur ouvrira les portes des libraires, grandes surfaces culturelles et autres enseignes… Bref, les points de vente du livre. Un schéma disruptif, supposément, qui provoque des sueurs froides dans l’ensemble du milieu. Panique à Saint-Germain ?

10/09/2021, 11:52

ActuaLitté

Issues de la collection de Stefan Zweig, deux partitions inédites de Schumann retrouvées

Il est des vieux papiers que l’on exhume, avec une odeur d’antan, mais dont on ne soupçonne pas que leur histoire nous emportera loin, bien loin. Au sein de la Fondation Martin Bodmer (Cologny, canton de Genève), quatre pièces inédites ont été retrouvées. Muriel Brandt, chargée de mission pour la mise en valeur des partitions autographes en aurait dansé au son des lieder de Robert Schumann, ainsi que deux autres pièces, de Georges Bizet et Charles Gounod. 

03/09/2021, 13:17

ActuaLitté

Vente d'épreuves non corrigées : collectionneur illuminé ou attrape-nigaud ?

Le marché du livre d’occasion fait pousser des soupirs désabusés aux organisations d’auteurs depuis bien longtemps. C’est pourtant en toute légalité que l’acheteur de livre papier peut revendre on exemplaire. Il existerait en revanche un autre marché, navigant dans une zone grise nettement plus contestable, installé sur le net français : celui des épreuves non corrigées. Des textes et des ouvrages non-commercialisables, mais qui servent aux éditeurs à faire connaître leurs publications très en amont…

31/08/2021, 13:04

ActuaLitté

Crise du papier en France : pourra-t-on imprimer le prix Goncourt ?

En 2019, l’industrie papetière représentait 5,4 milliards €, incluant papiers et cartons, selon Copacel, organisation patronale. En somme, un douzième de ce que pèse la filière forêt-bois, matière première essentielle. Or, depuis fin 2019, plusieurs facteurs distincts provoquent une pénurie de papier. Et si les usages graphiques — incluant la production de livres — ne représentaient que 1,6 million de tonnes sur les 7,3 millions globales, la situation va en s’aggravant depuis la pandémie. 

 

24/08/2021, 14:47

ActuaLitté

France : Amazon assigné en justice pour concurrence déloyale

EXCLUSIF – Le confinement a révélé, à son insu, quelques secrets de fabrication et autres télescopages douteux chez Amazon France. Un différend juridique entre une éditrice et son prestataire a mis en lumière de manière flagrante les arrangements de la firme, aboutissant à une distorsion de concurrence. Tout à la fois revendeur et fournisseur de services, elle aura rendez-vous avec la justice française pour en répondre.

02/03/2021, 15:10

ActuaLitté

L'infernale circulaire 2016, ou la retraite à prix d'or pour les auteurs

Ah, la retraite : paisible repos après une dure vie de labeur, accompagnée d’un pécule qui permettra d’offrir les étrennes de fin d’année ou la petite enveloppe d’anniversaire. Ou dans certains cas, plus rares, de faire creuser la piscine rêvée. Pour les artistes-auteurs, l’Agessa se vit confier le soin de collecter les sommes, avec l’incurie que l’on a fini par découvrir… Et qui n’en finit pas. 

17/02/2021, 15:58

ActuaLitté

Poésie et livre numérique : la délicate transition du mot à l'écran

Si vous avez déjà acheté de la poésie au format numérique, et à plus forte raison de la poésie en vers, vous vous êtes sans doute rendu compte que les contraintes formelles propres à ce genre littéraire se heurtent aux contraintes techniques de l’ebook. Face à ce constat, les éditeurs de poésie adoptent différentes stratégies, allant de la non-publication de leurs titres en numérique à une réflexion sur la manière dont le numérique peut servir la poésie.

16/02/2021, 14:46

ActuaLitté

Moniteurs étudiants : entre la “procédure” et la “bienveillance", Paris 3 balance

Ce mardi 2 février, les moniteurs étudiants de la bibliothèque Sainte-Barbe, rattachée à l'université Sorbonne Nouvelle — Paris 3, débrayaient une nouvelle fois, accompagnés par des bibliothécaires permanents et des professeurs de l'université. Alors que la crise sanitaire frappe de plein fouet les étudiants, ils réclament le maintien de leur rémunération en cas de confinement et de fermeture de l'établissement. Une partie du personnel de la bibliothèque les soutient et réclame plus de moyens.

05/02/2021, 17:41

ActuaLitté

Gabriel Matzneff publie Vanessavirus, son ultime livre

EXCLUSIF – Ce mois de janvier ne manque définitivement pas de rebondissements : alors que le titre de Camille Kouchner, La familia grande, vient de sortir en grand format, sa parution fait écho à la sortie en poche du Consentement, l’ouvrage de Vanessa Springora. L’éditrice avait dénoncé avec force les actes de Gabriel Matzneff, et toute la complaisance autour du personnage. Quelque peu oublié des médias, l’auteur n’a pour autant pas quitté la plume. Et s'apprête même à publier son prochain titre, Vanessavirus.

02/02/2021, 09:30

ActuaLitté

Financement, structure, Livre Paris : les Grandes espérances 2021 du SNE

Livre Paris 2020 compte parmi les premiers salons victime de la crise sanitaire. Pas de manifestation pour la capitale française, et pas de revenus pour le Syndicat national de l’édition, coorganisateur avec Reed Expositions France. Au cours des dernières semaines, les messages promotionnels n’ont pourtant pas manqué, rassurants ou tentant de l'être. Ainsi, la programmation se dévoile pour partie : l’Inde reste le pays à l’honneur, quand le monde d’après servira de fil rouge à l'ensemble. 

27/01/2021, 16:20

ActuaLitté

Lisimachio, le PDG de Hachette Livre qui voulut racheter Amazon

Jean-Louis Lisimachio a laissé une profonde empreinte sur le groupe Hachette Livre, qu’il quitta brutalement en mai 2003. Depuis, il vit quelque part entre les massifs alpins et Nice, « désintéressé de ce qui concerne l’édition et au courant de tout ». Ses anciens collaborateurs décrivent une personnalité fascinante, admirée ou haïe. Incontestablement, l’ex-PDG de Hachette filiale de Lagardère, avant qu’elle ne soit renommée Lagardère Publishing, a marqué plus que son époque. Une figure d’autant plus intrigante qu’elle ne frayait pas avec le gotha littéraire, bien au contraire.

14/01/2021, 14:20

ActuaLitté

La chaîne du livre face à la crise sanitaire, dans neuf régions françaises

Dès le début de la pandémie, les agences régionales du livre ont conseillé les acteurs concernés, mais se sont aussi lancées dans des consultations, pour rester au plus près des besoins. La Fédération interrégionale du livre et de la lecture propose une synthèse des actions et réactions du monde du livre, dans neuf régions françaises, au cours de la tumultueuse année 2020.

11/01/2021, 16:50

ActuaLitté

Marseille : Actes Sud cédera la librairie du MuCEM à Arteum, “une perspective adaptée”

En janvier 2013, le groupe Actes Sud remportait l’appel d’offres concernant le MuCEM — Musée des civilisations de l’Europe et de la méditerranée de Marseille. En juin de cette même année, la boutique-librairie allait être associée à la librairie Maupetit, propriété du groupe depuis 1998. Mais la concession changerait prochainement de mains, dans le cadre d’un AOT qui bénéficierait à la société Arteum, spécialisée dans les boutiques de musées. 

17/12/2020, 15:45

ActuaLitté

Étude : les Français et la lecture pendant le premier confinement

Trois organismes du secteur du livre, la Sofia, le SNE et la SGDL, ont commandé à l'institut Médiamétrie une étude consacrée aux pratiques des Français en matière de lecture pendant le premier confinement, celui du printemps 2020. Il en ressort un attachement certain pour l'activité, avec une volonté de tester d'autres manières de lire.

14/12/2020, 16:43

ActuaLitté

La lecture, loisir le plus pratiqué par les enfants de 9 ans durant le confinement

Dans quelques années, on se souviendra de cette étrange période avec quelques souvenirs flous : avions-nous réellement été enfermés, durant un confinement mondial ? Pour les enfants, dont 98 % restèrent chez eux, cette période eut des répercussions sur le travail et les loisirs. Le ministère de la Culture a procédé à une enquête, portant sur les jeunes de 9 ans.

07/12/2020, 09:38

ActuaLitté

Sondage : les Français ont lu 2,5 livres durant le confinement

EXCLUSIF – À partir de ce 11 mai, les librairies ont l'autorisation de réouvrir. Or, la lecture fut, durant le confinement, l’une des vertus refuges. Privés dans un premier temps de librairies, les Français ont pourtant opté pour les livres, pour se divertir, s’évader ou s’enrichir. Un sondage réalisé par Harris pour ActuaLitté/La Journée du manuscrit francophone dévoile quelle place le livre a véritablement occupé lors de ces semaines à domicile.

11/05/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Français achètent de plus en plus de livres d'occasion

Le livre d'occasion, une aubaine
En attendant le communiqué annuel de PriceMinister annonçant que le livre a encore été le produit le plus revendu après Noël, voici un bref pronostic de Recommerce. Spécialiste de la vente de smartphones et produits reconditionnés, l’entreprise avance que les Français passeront massivement par les cadeaux d’occasion.

20/12/2018, 12:03

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Auteurs : une pétition pour “sortir une bonne fois pour toutes de l'insécurité sociale”

La Société des Gens de Lettres (SGDL) invite à signer une pétition, lancée par un collectif d’auteurs, afin de permettre aux hommes et femmes de lettres « d’être entendus, enfin, par l’URSSAF et ses tutelles administratives ». Dans un communiqué, reproduit ici dans son intégralité, l’organisme partage son inquiétude.

01/12/2021, 15:59

ActuaLitté

12e année de prison du poète Trần Huỳnh Duy Thức dans “le goulag vietnamien”

Le 55e anniversaire du poète vietnamien Trân Huỳnh Duy Thức coïncide avec sa 12ème année en prison. Il lui reste encore 4 ans à vivre douloureusement loin de sa femme, ses enfants, ses parents et ses amis. Pour l'occasion, un texte en hommage est proposé dans nos colonnes. Par Nguyên Hoàng Bảo Việt.

30/11/2021, 12:57

ActuaLitté

Pour la lecture des jeunes, “il est urgent d’agir”

Les liens entre le livre, le numérique et la capacité dont nous disposons aujourd’hui de faire converger les deux au profit de la lecture intéressent de nombreuses personnes. Encore faut-il s’accorder sur l’idée que les nouvelles technologies représentent une véritable opportunité, pour le grand public, et les enfants. Les signataires de cette tribune soulignent qu’il s’agit d’un enjeu de souveraineté, de rayonnement, de développement intellectuel, économique et démocratique. 

30/11/2021, 08:32

ActuaLitté

Des oniomanes et des livres : bande de malades...

Battre le fer tant qu’il est chaud ? Chez un forgeron, ou un maréchal-ferrand, l’expression s’entend sans peine. Généralement, cette invitation à rejeter la procrastination se comprend sans difficulté : le risque est d’accumuler les tâches, au point de se trouver fort dépourvu quand la bise pointera son nez. Dans l’édition, on tarde encore à adopter le terme japonais, tsundoku – qui, littéralement, désigne l’empilation de livres non lus. 

26/11/2021, 17:50

ActuaLitté

Pass sanitaire : des libraires défendent l'accès aux bibliothèques pour tous

Il y a un an, le secteur du livre et le monde de la culture se mobilisaient pour que les librairies restent ouvertes lors du deuxième confinement, autour d'une pétition lancée par François Busnel et un appel commun du Syndicat de la Librairie Française, du Syndicat National de l'Édition et du Conseil Permanent des Écrivains. Aujourd'hui, des bibliothécaires appellent à une quatrième journée de mobilisation nationale ce mercredi 1er décembre, pour permettre à tous les publics et notamment tous les enfants d’accéder aux bibliothèques sans pass sanitaire, et des libraires de toute la France apportent leur soutien à cette lutte.

26/11/2021, 12:39

ActuaLitté

L'écrivain face aux censures et violences de la société civile

Dans le cadre de la célébration du Centenaire du PEN Club français, un colloque s’est tenu à la Bibliothèque nationale de France, le 12 octobre 2021, sur le thème Censures et autocensures : les littératures aujourd’hui. L’ensemble de cette demi-journée, ouverte par Laurence Engel et Antoine Spire, a fait l’objet d’une captation par les services de la BnF. Nous reproduisons avec son aimable autorisation l'intervention d’Antoine Spire, président du PEN Club français.

26/11/2021, 09:34

ActuaLitté

Gisèle Sapiro : “La question des sensibilités se pose depuis que l’édition existe”

Le monde du livre n'échappe pas à des rapports de force, qui s'expriment aussi bien dans des choix éditoriaux que dans des logiques de concentration, ou encore dans la réception publique de certains livres. La sociologue Gisèle Sapiro, directrice d'études à l'EHESS et directrice de recherche au CNRS, autrice de Peut-on dissocier l'œuvre de l'auteur ? (Seuil, 2020), revient avec nous sur quelques questionnements récents de l'édition, avant son intervention aux Assises internationales de l'édition indépendante, ce mercredi 24 novembre.

23/11/2021, 16:50

ActuaLitté

Bubble Tea raffinés, patisseries japonaises et mangas : bienvenue au Renard Café

L’épidémie Covid a vu naître de splendides collaborations — certaines aboutissant même à des créations d’entreprises. Tout commence quand, durant le Confinement 2, Romain Gaia, propriétaire de Tomo, maison de dorayaki (les succulentes pâtisseries japonaises) contacte Mickaël Brun-Arnaud, propriétaire de la librairie Le Renard doré, spécialisée dans les manga et la culture japonaise. Un dénominateur commun qui, près d’un an et demi plus tard, débouche sur Le Renard Café… Rencontre avec ces entrepreneurs, sur les lieux du crime.

22/11/2021, 15:19

ActuaLitté

Samar Haddad : “Les éditrices en Syrie se comptent sur les doigts d'une main”

Du 23 au 26 novembre 2021, l'Alliance internationale des éditeurs indépendants organise les Assises internationales de l'édition indépendante à Pampelune. Liberté d'expression, bibliodiversité, place accordée aux langues « minorées » font notamment partie des sujets abordés au cours de tables rondes, tout comme la place des femmes dans l'édition. Sur ce dernier sujet, Samar Haddad, directrice de la maison d'édition Atlas Publishing, nous livre son expérience en Syrie.

22/11/2021, 13:01

ActuaLitté

Krisztina Tóth : “La société hongroise est malheureusement malade”

La romancière hongroise Krisztina Tóth aura passé six semaines de résidence d’écriture à Cognac, sous les auspices de Jean Monnet. Elle signe, dans le cadre du Festival des littératures européennes, un texte émouvant et personnel, comme une adresse aux lieux et aux personnes rencontrées. Il est ici reproduit, avec son autorisation (qu’elle soit remerciée) dans son intégralité.

18/11/2021, 19:33

ActuaLitté

Profession : petites (et grandes) mains d'un festival littéraire

Débarquer à la gare, trouver un sosie de George RR Martin qui attend, panneau dans les mains, béret vissé sur la tête et longue barbe débordant sous le masque. « Je suis votre chauffeur », assure-t-il avec le sourire que l’on devine. Marc* est l’un des cinquante bénévoles qui mèneront durant six jours les navettes, l’installation des tables, des décorations et tant d’autres détails. Profession : bénévoles. Option : passionnés.

18/11/2021, 16:25

ActuaLitté

Devenir une femme auteur, “c'est s'exposer à une grande violence sociale” (Titiou Lecoq)

Titiou Lecoq, qui a récemment publié Les grandes oubliées — Pourquoi l’Histoire a effacé les femmes (L’iconoclaste), a pu constater l'invisibilisation des autrices de l'histoire littéraire, malgré des parutions et des succès multiples. Alors qu'elle signe la préface pour les éditions Talents hauts de La femme auteur (1802), roman de Félicité de Genlis, qui incitait les femmes à prendre la plume, elle revient avec nous sur les multiples obstacles à une reconnaissance littéraire des autrices.

18/11/2021, 16:08

ActuaLitté

“La littérature est imaginaire”

A Paris, dans le 14ème arrondissement, il existe une librairie appelée La petite Lumière. Le nom vient d’un livre de l’auteur italien Antonio Moresco, qui a tardé à s’affirmer dans le panorama littéraire italien. En France, depuis 2014, il est accueilli avec un grand enthousiasme, de la part de tout le monde : libraires, critiques, lecteurs. Verdier, son éditeur, a sorti en septembre 2021 Les ouvertures, son dernier livre traduit en français. Entretien avec l’auteur et son traducteur Laurent Lombard. 

17/11/2021, 11:15

ActuaLitté

Cotisations URSSAF : des “montants souvent exorbitants” pour les créateurs

À quelques semaines des fêtes, les services de l’État poursuivent leur quête zélée : les artistes auteurs viennent de recevoir des relevés de cotisations hors-sol, après un traitement 2020 passablement défavorable. Outre les éternels dysfonctionnements de l’outil URSSAF, devenus tristement proverbiaux, les demandes formulées s’avèrent imbittables. Dans un communiqué commun de l’intersyndicale, reproduit ici dans son intégralité, les organisations clament leur indignation.

17/11/2021, 09:38

ActuaLitté

Suisse : “Pour le secteur de la culture, le certificat sanitaire est essentiel”

Ce 28 novembre, la Suisse devra s'exprimer sur le renforcement de la loi Covid-19. L'Association professionnelle des autrices et auteurs de Suisse, Ad*S poursuit sa mobilisation et réitère l'appel, finalement fructueux, lancé en mai dernier. Dans une tribune diffusée ci-dessous, l'Ad*S insiste sur les enjeux de la législation pour les créateurs.  

15/11/2021, 13:57

ActuaLitté

Suisse : Gaston Lagaffe, ou la clownerie des antivax (avec un L pour être poli)

EDITO – Révélation : pour le plus grand bonheur des amateurs, le président de la Confédération suisse, Guy Parmelin, compte parmi les Gastonophiles avisés et autres adeptes de la Franquintescence. Et il le démontre. Durant une conférence de presse, le président helvète a employé les grands moyens, ayant recours à l’unique argument audible (et salvateur) quand toute forme d’intelligence a déserté : Gaston Lagaffe. M'enfin ?

11/11/2021, 18:28

ActuaLitté

De Léna Situations à Beigbeder : les nouveaux critères de la qualité littéraire

Vous souvenez-vous ? Il y a un an, la YouTubeuse Lena Situations publiait Toujours plus + = +. Son livre connut un grand succès (355.308 exemplaires, donnée Edistat) et Frédéric Beigbeder écrivit une chronique épicée qui indigna les fans de la jeune plume. Pendant quelques jours, le chroniqueur fut moqué, considéré comme un homme de l’Ancien Monde qui ne supportait pas qu’une influenceuse puisse être n° 1 des ventes. Une interprétation facile, simple variation sur le thème du vieux con contre le jeune con. Par Arthur Constance.

11/11/2021, 10:20

ActuaLitté

Pass sanitaire en bibliothèque : des auteurs et autrices BD “préoccupés” et “solidaires”

Plus d'une centaine d'auteurs et d'autrices de bandes dessinées, dessinateurs, coloristes, scénaristes ou éditeurs et éditrices cosignent une tribune sur le site L'Insatiable. Reproduite ci-dessous, elle appelle à la levée du Pass sanitaire dans les bibliothèques territoriales pour les usagers. Le 10 novembre prochain, des bibliothécaires et d'autres professionnels des services publics culturels participeront à une nouvelle journée d'action nationale, pour pousser les pouvoirs publics à réagir.

08/11/2021, 11:28

ActuaLitté

Pour un accès sans entraves à la Bibliothèque des Abattoirs

Des chercheurs, enseignants et artistes cosignent une tribune collective appelant à une plus grande ouverture de la Bibliothèque des Abattoirs, lieu d'exposition d'art moderne et contemporain de la ville de Toulouse. Un accès réduit à cette dernière lèsera les enseignants, les étudiants, mais aussi les artistes et les amateurs et amatrices d'art, soulignent les signataires.

05/11/2021, 10:34

ActuaLitté

Montreuil : des éditeurs indépendants réclament “une baisse du coût” du SLPJ

La Fédération des éditions indépendantes vient de communiquer à ActuaLitté un courrier adressé aux organisateurs du Salon du livre de Montreuil. Le courrier du président, Dominique Tourte, est ici reproduit dans son intégralité. Il souligne les dysfonctionnements que constate la Fédération, et les impératifs pour les exposants.

03/11/2021, 15:32

ActuaLitté

En Occitanie, une agence pour librairies vise proximité et digital

« Avec la librairie, j’ai repensé mon activité et ma formation première, de graphiste. J’avais quitté mon travail et entamé une formation pour devenir libraire », commence Flore Cutuli Lebertre. Aujourd’hui, après des stages, arrivé post-confinement, elle se lance dans une autre aventure : la communication digitale, pour les librairies d’Occitanie. « J’avais des rêves en tête, sans savoir où j’allais : maintenant, cela se dessine », sourit-elle.

02/11/2021, 11:54

ActuaLitté

“Le petit monde schizophrène de l'Imaginaire“

Auteurs et éditeurs de l’imaginaire — francophones — vivent dans une dimension parallèle au commun des mortels. Une dimension qu’ils sont les seuls à connaître. Par Guilhem Meric. 

29/10/2021, 12:08

ActuaLitté

Ken Follett : “L’histoire la plus réaliste que j’aie jamais écrite”

Ken Follett est aujourd’hui considéré comme l’écrivain le plus populaire du monde. Les romans de sa saga, Kingsbridge se sont vendus à 47 millions d’exemplaires. Avec son dernier roman, Pour rien au monde (trad. Odile Demange, Jean-Daniel Brèque, Nathalie Gouyé-Guilbert, Dominique Haas et Christel Gaillard-Paris), il explore une nouvelle voie : celle d’un chaos qui menace, et il ne faudrait pour rien au monde que ce qu’il a imaginé prenne forme…

26/10/2021, 06:45

ActuaLitté

Des livres traduits par des robots : "Quid de la sensibilité ?"

L'éditeur scientifique Springer met désormais à disposition de ses auteurs un outil de traduction automatique, DeepL AI, permettant de traduire articles scientifiques et manuscrits depuis différentes langues vers l'anglais. Plus encore, il devrait traduire des livres en intégralité, qui seront ensuite commercialisés par l'éditeur. Pour le Conseil européen des associations de traducteurs littéraires (CEATL), une telle confiance dans l'intelligence artificielle dénote « un manque flagrant de professionnalisme ».

25/10/2021, 10:31

ActuaLitté

Ma toute première page, toute, toute première page 

Elles se ressemblent, passé le carton de la couverture, dont le dos gémit dans un mouvement inconnu encore. Ces premières pages passées distraitement, avant de parvenir au sésame : le premier chapitre d’une nouvelle histoire. Ces premières pages, à peine regardées, dégagées du pouce, dans un feuilletage méthodique : une, deux, trois peut-être, quatre rarement, recto-verso méticuleusement évacuées… Ah, ces toutes premières pages.

22/10/2021, 16:31

ActuaLitté

Manuscrits musicaux : le nécessaire rééquilibrage de la relation avec les éditeurs

Le Syndicat français des compositrices et compositeurs de musique contemporaine (SMC) vient de réagir suite à la vente aux enchères de manuscrits de compositrices et compositeurs vivants. Le syndicat dénonce notamment les dérives non-déontologiques entraînées par certaines clauses abusives dans les contrats d’édition musicale et appelle à un rééquilibrage des relations entres les éditeurs et les compositrices et compositeurs.

22/10/2021, 12:50

ActuaLitté

Sexisme, harcèlement : “Moi aussi, j'aurais dû être protégée.”

Institution dans le milieu de l’Imaginaire, le festival d’Épinal représente un moment précieux pour les professionnels. Au point de parvenir à faire la pluie et le beau temps sur des carrières, suivant que l’on soit accepté ou blacklisté. Nombre de livres s’y sont décidés lors de rencontres informelles, tandis qu’au cours de ses quatre journées, la manifestation rassemble une véritable communauté – le Fandom. L’édition 2021, elle, aura marqué un tournant.

21/10/2021, 15:06

ActuaLitté

Rencontres avec ces libraires qui s’en foutent de la rentrée littéraire

REPORTAGE – Avec ses chiffres clinquants, ses stars qui pavoisent, ses nouveautés « jubilatoires » et ses jurys qui polémiquent, la rentrée littéraire devrait tous nous passionner. Et quand on dit “tous”, on pense en premier lieu, bien évidemment, aux libraires. Et pourtant… ActuaLitté est allé à la rencontre de plusieurs commerçants du livre, à Strasbourg. Il s'en dégage comme une odeur d'indifférence pugnace.

18/10/2021, 10:35

ActuaLitté

Lettres du monde : Essentiel !, comme une évidence

Festival des littératures du monde, la prochaine et 18e édition de Lettres du monde se tiendra du 19 au 28 novembre, à travers la métropole bordelaise et la Nouvelle-Aquitaine. Partenaires privilégiés de cet événement où auteurs et lecteurs convergent, les librairies de toute la Région. Cécile Bory, Présidente des Librairies Indépendantes en Nouvelle-Aquitaine et Directrice de la librairie Georges (Talence), nous en dit quelques mots.

15/10/2021, 13:18

ActuaLitté

Fils de Zeus, Dionysos s'étonne : “Une brigade des mœurs pour festival, vraiment ?”

LA VRAIE-FAUSSE INTERVIEW – En littérature, la prosopopée consiste à faire parler les morts, les entités divines ou autres abstractions. Joueurs, nous avons invoqué les mânes de Dionysos, dieu accessoirement dédicataire de la première scène antique. En effet, son théâtre à Athènes accueillit les chants rituels préfigurant les tragédies classiques. Ce qui en fait aussi le premier organisateur de manifestations littéraires en Europe. Vous avez dit événementiel ?

14/10/2021, 15:32

ActuaLitté

“L'édition indépendante est une fiction”

L’indépendance éditoriale, entendue comme une liberté de publier, ne se laisse pas définir facilement. Elle est affaire de jugement, d’auteur(e)s, d’éditeurs(trices), selon des critères qui leur appartiennent, et des publics aussi — et de la nature du régime politique en cours. Par Gilles Kujawski, ancien commercial d’Editis, militant à La France Insoumise.

12/10/2021, 12:47

ActuaLitté

Agnès Ledig : “J'aime l'image du livre comme un lien de cœur à cœur “

Elle attend souriante : l’heure matinale n’affecte en rien l’immédiate bienveillance. Partager quelques instants avec Agnès Ledig, c’est une mise en danger quand on ne la connaît pas. Elle saisit les nuances, les allusions : elle écoute et l’on perçoit que ses questions ne sont pas des marques d’intérêts feints. Son dernier livre, Se le dire enfin, est sorti en poche en mars dernier (J’ai lu) : mais elle, que nous dira-t-elle finalement ?

12/10/2021, 11:30

ActuaLitté

Jean-Claude Mourlevat : ”Auteur jeunesse, cela m'agace quand c'est méprisant“

Il a remporté le prix Astrid Lindgren, qui allait pour la première fois de son histoire à un auteur français. Cette récompense littéraire et suédoise est souvent présentée comme le Prix Nobel consacrant la littérature pour la jeunesse. Jean-Claude Mourlevat, lauréat 2021 était avec nous à Gradignan, pour le salon Lire en Poche. Opportunité rare…

10/10/2021, 20:29

ActuaLitté

Villon, Rimbaud ou Verlaine, de “sales types” : Crénom, Teulé !

Jean Teulé, président. Voilà qui claque, et aurait peut-être même de la gueule : avec lui, une palanquée de poètes rentrerait à l’Élysée. Mais en attendant que l’écrivain prenne la tête de l’État, c’est à Gradignan qu’il pose ses valises, pour Lire en Poche, comme parrain de l’édition 2021. Rendez-vous pris avec celui qui revendique, comme Aragon, « ce sale type », de n’avoir jamais appris à écrire. En avant la musique.

09/10/2021, 12:05

ActuaLitté

“Quand t’auras 12 ans, tu seras privé de bibliothèque”

Depuis les extensions du Pass sanitaire dans les lieux culturels à des tranches d’âge plus jeunes, les phénomènes d’exclusion s’amplifient. Si bien des gens n’avaient pas mesuré ce que ces décisions impliqueraient, voici les effets pervers qui se profilent. Alors qu’une nouvelle mobilisation nationale est annoncée pour mercredi 13 octobre dans les bibliothèques municipales, un collectif de professionnels signe dans nos colonnes une tribune allant dans ce sens diffusée ci-dessous dans son intégralité.

09/10/2021, 10:20

ActuaLitté

“Le Salon de Turin n’a pas de public : il rassemble une communauté”

#SALTO21 – Une nouvelle fois, les organisateurs du Salon du livre de Turin ont jonglé entre les difficultés, pour que la manifestation piémontaise ait lieu. Son commissaire général, également romancier, Nicola Lagioia, accorde à ActuaLitté un entretien exclusif. Du 14 au 18 octobre, le Lingotto célébrera le livre, la lecture, les auteurs, avec passion.

07/10/2021, 15:22