#Distribution

Des retards de livraison en librairie et la chaîne du livre menace d'exploser

La crise du papier et de son approvisionnement continue d’angoisser, à raison. Car avec elle, une autre pénurie sévit : celle des recrutements pour les entrepôts. Emplois mal payés, éprouvants… les candidats ne se bousculent pas au portillon. Et depuis des semaines, les transporteurs ne suivent plus : une carence de chauffeurs routiers est partout observée.

Le 24/11/2021 à 15:58 par Nicolas Gary

22 Réactions | 2962 Partages

Publié le :

24/11/2021 à 15:58

Nicolas Gary

22

Commentaires

2962

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Dès septembre, les premiers signes de rouages grippés apparaissaient chez les distributeurs : le travail tournait au ralenti, la surcharge se faisait sentir, malgré une rentrée littéraire relativement calme. « Nous avons eu des plaintes de libraires, souvent remontées en réunion, mais l’on se demande si la direction a conscience du retard accumulé », nous indiquait mi-octobre une responsable d’Interforum.

Le volume d’envoi, doublé des problèmes logistiques de livraison, n’est cependant pas allé en s’améliorant : le représentant de la Fédération des transporteurs routiers en Limousin donnait le ton du territoire entier. « Aujourd’hui on a des marchés, des contrats auxquels les entreprises ne peuvent plus répondre. C’est des véhicules qui restent arrêtés sur les parkings et c’est des clients qui peuvent être insatisfaits puisqu’il y a des retards de livraison. Il y a d’ailleurs des pénuries, ça se ressent dans les commerces », assurait François Cenut auprès de France Bleu début novembre.

Chauffeur ? Non ?

D’autant qu’eux-mêmes affrontent une hausse du coût des carburants, fragilisant des entreprises déjà en proie aux manques de personnels. Dans ce contexte, un peu plus largement, le directeur général de MDS (Média Participations) a adressé un courrier aux libraires de l’Hexagone. Plusieurs points en ressortent, illustrant les difficultés globales.

D’abord, la hausse de l’activité de 84 % en regard de 2020 et des « progressions inhabituelles [ayant] considérablement impacté nos délais habituels de préparation de commandes ». La société a d’ailleurs tenté de pallier cette recrudescence, avec plusieurs mesures — allongement des horaires en semaine, travail tous les samedis et les jours fériés, mise en place d’une équipe de nuit pour le réapprovisionnement et le rangement. Mais rien n’y fait. Et cela entraîne de nouvelles mesures.

« À l’approche des fêtes, nous sommes parfaitement conscients que les commandes enregistrées chez MDS jusqu’au lundi 13 décembre, 9 heures, doivent impérativement être livrées avant le 24 décembre dans vos librairies. Nous vous garantissons tout mettre en œuvre pour tenir cet engagement », note le directeur général. « Pour toutes les commandes de réassort, les titres dont la quantité commandée est inférieure ou égale à 2 exemplaires ne seront pas préparés. »

Crédits : Robson Hatsukami Morgan/Unsplash

Jusqu’au 30 décembre, donc, 3 titres minimum commandés, pour maintenir l’approvisionnement des points de vente. En outre, indique le courrier, cette approche aurait des vertus écologiques, puisque des expéditions fractionnées augmentent le bilan carbone des ouvrages. Le retour à la normale sera permis par les investissements technologiques réalisés, et s’accompagnera, pour les quatre offices de janvier 2022, d’une échéance de 60 jours. Autrement dit, les quatre temps de sorties des ouvrages.

La règle de 3, à la poubelle

Trois exemplaires minimum pour les réassorts, voilà qui n’a pas manqué de faire bondir le Syndicat de la librairie française. « Nous sommes très surpris du manque d’anticipation de votre part », répondent dans un courrier Anne Martelle, Présidente du SLF, et Amanda Spiegel, Présidente de la commission commerciale . D’autant que les décisions qu’énonce MDS auront des conséquences sur « la relation à nos clients ».

Et d’énumérer, dans un inventaire à la Prévert, une série d’interrogations bien pimentées :

Savez-vous que l’interdiction des commandes à l’unité nous empêche de répondre aux commandes de nos clients comme des bibliothèques avec lesquelles nous sommes en marché ?

Comment faisons-nous pour annuler les commandes unitaires passées sur nos sites internet ? Comment faisons-nous pour expliquer à un client qui attend sa commande depuis plusieurs semaines qu’il va falloir l’annuler ? Comment faisons-nous pour expliquer à un client que nous refusons sa commande alors qu’il peut se servir auprès d’Amazon ?

Comment faisons-nous pour refuser les commandes à l’unité alors que la loi nous fait obligation de les servir ? Comment faisons-nous pour expliquer à un client impatient d’acheter son cadeau que ce n’est pas de notre faute, mais de celle d’un distributeur ? Comment faisons-nous pour expliquer à une bibliothèque que nous n’honorerons pas ses commandes, en infraction avec le contrat qui nous lie à elle ?

Courrier du SLF à MDS

Mais la réponse du berger à la bergère s’accompagne également de revendications : le SLF rejette ainsi l’idée de commandes par trois, demande que les commandes unitaires soient honorées jusqu’au 30 novembre — de fait, toute commande après cette date serait livrée… après Noël.

Et dans le même temps, le Syndicat réclame des compensations, qui vont au-delà des échéances proposées :

• un crédit immédiat pour les retours saisis à partir de novembre 2021 et jusqu’à ce que la situation revienne à la normale ;

• 30 jours d’échéance supplémentaire sur le réassort, à partir de novembre 2021 et jusqu’à un retour à la normale ;

• des mesures commerciales, à partir de janvier 2022, sous forme de points de remises supplémentaires sur le réassort et l’office, afin de compenser le préjudice financier subi par les libraires.

Quand la logistique est sous l'eau...

Plusieurs constats s’opèrent, communs à l’ensemble de la chaîne de distribution. « Nous avons recours à des intérimaires, avec un problème de pérennisation de l’embauche — parfois des débutants, au risque de provoquer des accidents », souligne-t-on chez Interforum (filiale diffusion/distribution d'Editis). « La disparition des salles des ventes dans les différents groupes a également pesé sur les échanges avec les libraires. »

Côté librairies, on fait état, chez MDS « d’une catastrophe depuis plusieurs semaines ». Mais ils sont nombreux à se sentir solidaires vis-à-vis des salariés : « On leur demande de soutenir un rythme éprouvant, sans qu’ils parviennent à résorber les retards. Certaines des nouveautés de début novembre ne me sont toujours pas parvenues », indique un libraire en région. « On l’a bien vu durant le premier confinement : quand la logistique est sous l’eau, ça devient l’enfer pour tout le monde. »

L’approche de MDS s’avère radicale, « mais on comprend qu’ils aient besoin d’agir : les salariés en entrepôts vivent un enfer, on redoute les burn-out… Mais est-ce que le problème ne viendrait pas de l’outil logistique, pas au point ? », s’interroge-t-on chez un libraire spécialisé BD.

Vincent Montagne, PDG de Média Participations - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Amazon ? Le problème est ailleurs...

Quant à ces commandes par trois exemplaires, on fronce les sourcils : « Sur des titres à rotation très faible, en commander trois, c’est l’assurance qu’il y en aura deux au retour », pointe une libraire aguerrie de la région parisienne. « Commander des articles dont je n’ai pas besoin, cela revient à faire peser leurs difficultés sur ma trésorerie. Et le retard de crédits des retours MDS finira par être énorme. »

D’autant qu’à compter du 1er janvier, l’ensemble des catalogues Le Seuil/La Martinière passera définitivement chez MDS. « Qu’ils invoquent la hausse des flux, on le saisit : tous les distributeurs l’ont senti passer, à différents niveaux. On imagine bien que pour eux, l’intégration de ces ouvrages ajoute de la complexité à l’ensemble », conclut la libraire.

En revanche, plusieurs autres se montrent sceptiques, à l’idée que cette situation serve les intérêts des grandes plateformes. « La vente en ligne fait du volume, et commande donc beaucoup. Mais pour le coup, ce sont des expéditions unitaires — précisément ce que souhaite éviter MDS. Une typologie de réassort pénible à traiter, niveau logistique. En l’état, les plateformes seraient plutôt desservies. »

Sauf que, selon les informations obtenues par ActuaLitté, cette question des réassorts unitaires serait réglée depuis plusieurs semaines : Amazon favoriserait désormais les commandes hebdomadaires. En revanche, l’ouverture d’un entrepôt Amazon à Dourdan (91), où se trouve également celui de MDS, aurait-il conduit à des vases communicants chez les salariés ? Difficile à dire… « On dit que les salaires seraient significativement supérieurs chez Amazon… on le dit… »

La Bourse ou la Vie !

Le gérant de plusieurs librairies sur Paris souligne pour sa part toute l’incongruité de la décision : « Pour les petits et moyens, l’alternative est simple : mettre en péril sa boutique en commandant plus de titres que nécessaire, ou se mettre hors la loi — le tout sans même savoir quand il recevra sa commande. C’est incroyable qu’un fournisseur, pour la première fois, nous mette en porte-à-faux vis-à-vis de la loi Lang. »

La loi Lang ? Celle sur le prix unique du livre ? Précisément. Article 1, elle stipule « Tout détaillant doit offrir le service gratuit de commande à l’unité. » En clair, un libraire n’a pas le droit de refuser la commande d’un lecteur — mais l’obligation qu’impose MDS de trois exemplaires a des répercussions financières… ou légales. « On serait obligé de prendre trois livres pour un seul que l’on n’a pas en stock », s’étrangle une libraire parisienne.

Et comment expliquer aux clients ce dilemme économico-juridique ? « Les gros vont massifier leurs commandes, les petits substitueront un ouvrage de ce distributeur par celui d’un autre », tout simplement, poursuit notre interlocutrice. « Sans pour autant régler la question des retours qui s’accumuleront. Ce n’est pas un accident industriel, mais cela a quelque chose de méprisant de la part d’un de nos importants fournisseurs. »

En outre, s’il l'on retourne deux livres, après en avoir commandé, et donc fait livrer, 3, le bilan carbone est sérieusement malmené. Beaucoup plus qu’avec un seul exemplaire transporté lors d’une commande unique…

Le sujet de ces commandes unitaires ne sort d’ailleurs pas de nulle part : la Commission de liaison interprofessionnelle du livre (CLIL), qui réunit un collège d’éditeurs, distributeurs et libraires le déplore régulièrement. La librairie représenterait un vrai problème, du fait de ces demandes de réassort à l’unité… mais qui découlent de ce qu’un client souhaite acheter le livre.

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Et avec un peu de recul ?

Et la résistance s’organise, d’ores et déjà. « En raison de problèmes logistiques manifestement irrésolubles de la part d’un grand distributeur de livres (MDS) d’ici le 24 décembre, l’ensemble de la chaîne du livre ne peut fournir en moins de 3 exemplaires à la commande les titres des éditeurs suivants », explique la librairie de Boulogne-Billancourt Les mots et les choses. Et de fournir les noms des différentes maisons du groupe Média Participations.

« Nous en sommes profondément navrés et vous recommandons de vous reporter sur d’autres éditeurs », achève-t-elle, tout en assurant que les titres clefs de ces éditeurs restent en stock.

« Les reports de ventes, c’est le cœur de métier du libraire : le conseil au client. N’importe quel professionnel se sortira aisément de ce 3 ou rien. Il suffit d’expliquer que la commande n’arrivera que dans un mois, et le client acceptera bien volontiers de se faire recommander un autre ouvrage », s’agace-t-on sur des groupes de libraires. Or, depuis le message de MDS, certains libraires ne manquent pas de s’en prendre à la diffusion. Que les représentants payent les pots cassés d’une communication très maladroite, voilà qui en dit long…

Nul doute, d’ailleurs, que Média Participations a déjà pris en compte les pertes financières, aussi bien que le déficit d’image qu’entraîneraient des reports de ventes. « Personne ne se souvient, voilà une quinzaine d’années, que Volument, justement à la période des fêtes, avait connu un accident informatique du même genre ? Ces choses arrivent : que les libraires nous tombent dessus, c’est dingue. »

Éditeurs, auteurs : dernière roue du carrosse

Plusieurs petites maisons nous ont fait part de leurs inquiétudes. « Sous la partie visible de l’iceberg, il y a la réalité des ventes de Noël : un libraire aura tôt fait de substituer un ouvrage à un autre, en comprenant que le distributeur ne peut pas assurer la livraison. Ou impose ces conditions commerciales étonnantes », nous confie l’un d’eux. « Il faut bien occuper les tables, et disposer d’une offre pour les fêtes de fin d’année. »

Suivant les segments éditoriaux, ces ventes de fin d'année pèsent jusqu'à 15 % du chiffre d'affaires annuel, tout de même. « Donc des droits perdus pour les auteurs, sur une période cruciale. »

Conclusion ? « L’impact pourrait être limité sur les titres qui se vendent bien. Mais pour ceux qui, justement, sont achetés par les points de vente à l’unité, c’est la fin. Aucun libraire ne commandera trois ouvrages s’il n’a de demande que pour un seul », se désole l’éditeur.

« Il faudra sérieusement parler avec MDS des conséquences de leur décision, et des compensations induites pour nous. Le manque à gagner sur les cadeaux de Noël — le livre comme achat d’impulsion — c’est uniquement durant les fêtes. Si les livres n’existent pas, c’est une perte significative », reprend-il. Et d'insister : « D’autant que, rêvons tout haut : si une commande de trois exemplaires est passée, et que deux sont renvoyés, qui paye ces frais de retours ? L’éditeur. »

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Quand l'impensable se produit

Reste en effet à poser clairement les faits de l’année 2021, pour mieux comprendre. D’abord, le recrutement chez MDS, un épineux souci que personne ne remet en cause. D’autre part, l’arrivée du Seuil/La Martinière, qui a achevé de tendre la situation. « Il y a des erreurs de préparations, bien entendu, mais une hausse de 84 % de l’activité, qui l’aurait encaissé en évitant la sortie de piste ? », questionne un observateur.

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

« Ils sont bel et bien victimes d’un accident industriel… positif : quand on commercialise le tome 6 de Blacksad, le nouveau Goldorak et le tome 28 de Blake Mortimer, cela représente plus de ventes que le prix Goncourt. Nettement plus. » Données à l’appui, 90.813 et 80.148 ventes pour les deux premiers titres. Le tome 28 de Blake et Mortimer vient juste de sortir, mais le précédent avait réalisé 233.224 exemplaires. À titre de comparaison, La plus secrète mémoire des hommes, prix Goncourt 2021 affiche 86.595 exemplaires (chiffres : Edistat).

Et impossible de passer à côté de la déferlante manga qu’a enregistrée l’année 2021. Selon l’institut GfK, 28 millions d’exemplaires écoulés entre janvier et août 2021, soit une hausse de 124 % des ventes. Le groupe Média Participations compte tout de même la maison Kana (Naruto et ses déclinaisons, Death note, etc.), celui-ci a pu “subir” l’explosion des ventes, que le Pass Culture a accentuée. Pour mémoire, Naruto avait fait près de 1,2 million d’exemplaires en 2020 — le dernier tome étant sorti en 2016.

À LIRE : 71 % des achats Pass Culture sont des mangas

Troisième plus grand vendeur de mangas en France, après Glénat (leader) et Pika/Nobi-Nobi, Kana aura vécu l’effet levier du Pass, comme d’autres. Pourtant, Hachette assure la distribution de tous les autres faiseurs du segment (Glénat, Delcourt, Bambou) et Interforum reste très solide : « Mieux structurés, peut-être », poursuit l’observateur.

Alors quid ? « La logique des trois exemplaires ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt : d’abord, c’est un effort de transparence assez rare dans la distribution. Ensuite, et de toute évidence, cela privilégiera les best-sellers. Donc, assure aux libraires que les titres qui se vendront durant les fêtes seront bien là », reprend-il. « Mais il ne faut pas avoir la mémoire trop courte : au sortir du premier confinement, ces mêmes libraires ont opté pour les best-sellers, avec des retours massifs. »

Autre époque, autres mœurs ? Notre observateur conclut : « La chaîne du livre est globalement crispée, on cherche, plus que d’habitude, des fautifs. La question est : cela fonctionnera-t-il ? »

mise à jour 26/11 - 13h41 : 

Les réseaux de librairies BDfugue et Momies, ainsi que plusieurs responsables de rayon BD et gérants de librairies spécialisées ont été sollicités. Marasme, calamité, vaste bordel… les qualificatifs ne manquent pas chez les libraires pour décrire la situation, alors que les fêtes de fin d’années approchent.

Pris de court, les voici entre le marteau et l’enclume, avec la ferme intention de ne pas prendre de coups de la part de lecteurs mécontents. Conclusion, s'il n'est pas possible pour eux d'être fournis en bandes dessinées, et autres titres dont s'occupe MDS, ils sont bien décidés à se passer des titres que distribue la filiale de Média Participations. 

Retrouver notre article

 

22 Commentaires

 

RP

24/11/2021 à 16:32

Des mails, des appels, avec une forme d'arrogance que l'on ne connaissait pas à la profession de libraire. Jamais vu ça... Et merci de préciser que nous, représentants, n'y sommes pour rien !

Acharlotte

26/11/2021 à 10:07

Pour nous libraires c'est du jamais vu non plus. Merci à MDS de nous mettre autant dans l'embarras et de rendre cette fin d'année encore plus compliquée et surchargée qu'elle ne l'ait habituellement. Et la communication de MDS n'aide vraiment pas à se détendre. A chaque fois on hallucine un peu plus. Les responsables de tout cela sont vraiment de tristes sires :(

Un libraire

24/11/2021 à 18:00

Bonjour,

"3 titres minimum commandés, pour maintenir l’approvisionnement des points de vente. En outre, indique le courrier, cette approche aurait des vertus écologiques, puisque des expéditions fractionnées augmentent le bilan carbone des ouvrages".

Si nous triplons les commandes unitaires, plus de poids plus de colis, puis renvoi des deux exemplaires surnuméraire donc re- camion, re-colis. Je vois mal l'aspect écolo ce va-et-vient.

" quand on commercialise le tome 6 de Blacksad, le nouveau Goldorak et le tome 28 de Blake Mortimer, cela représente plus de ventes que le prix Goncourt. Nettement plus. "

MDS, en BD, c'est du lourd chaque Noël ! Quand ça n'est pas Blacksad ce sont les Vieux Fourneaux, etc. etc. La BD MDS c'est toujours un enjeu en fin d'année.

"D’autant que, rêvons tout haut : si une commande de trois exemplaires est passée, et que deux sont renvoyés, qui paye ces frais de retours ? L’éditeur. "

Et le libraire paie le transporteur à l'aller, le réceptionnaire et le transporteur dans l'autre sens. Et puis, les avoirs ne sont pas évoqués. Quand verrons-nous le crédit de ces doublons retournés ? On ne sait rien de ce retard. Ils ont délaissé le traitement des colis de retour au profit des expéditions ?

"Mais il ne faut pas avoir la mémoire trop courte : au sortir du premier confinement, ces mêmes libraires ont opté pour les best-sellers, avec des retours massifs. " Pas tous.

Il vaut mieux du retard que de refuser de servir des livres commandés à l'unité. S'en prendre aux représentants est absurde. Les clients ont du mal à digérer l'info également.

Si vis pacem, para bellum

24/11/2021 à 20:12

Juste une question : le groupe a dealé la fin de la distribution Volumen par Interforum à l’arrivée de Vivendi, il y a donc trois ans. Le temps pour moderniser l’outil industriel.
Pourquoi cela n’a-t-il pas été fait ?

ex-Volumen

24/11/2021 à 22:28

Je me souviens parfaitement du marasme dans lequel Volumen avait pataugé en 2004. Fallait le vivre pour le croire.
L'impératif de regrouper La Martinière avec Le Seuil avait conduit à multiplier les boulettes grotesques, entraînant, dans le volet informatique de la distribution, des conséquences funestes.
A la différence que le groupe MP n'a pas vraiment pour lui ni la précipitation ni l'urgence que Hervé de la Martinière et ses équipes faisaient peser. La vente de Seuil/LM s'est faite en septembre 2017, validée peu après : cela fait au moins trois ans, voire un petit quatre, que l'intégration est en cours.
On met de côté les négocations avec Editis et on se pose une seule question : ils ont fait quoi ?

CHRISTOPHE AUBERT

25/11/2021 à 07:04

Si je me souviens bien, les problèmes d'alors étaient venus du fait que la direction de La Martinière n'avait à aucun moment préparé avec les spécialistes du Seuil, les changements informatiques qui avaient suscités les problèmes logistiques, en gros ils avaient vu bien trop petit par rapport à la réalité des mouvements. Est-ce que ce ne serait pas le cas encore une fois chez MDS, avec une direction qui passerait à coté de la réalité ? Celle-ci avec la venue des livres du Seuil pour janvier, et l'augmentation très rapide de ses ventes, et la modification tout aussi rapide de ses équipes, n'aurait peut-être pas assez pris en compte que derrière chaque décision de dirigeants, il y a forcément une réalité à construire, qui si on la minore en se disant "que cela passera" finit toujours par accrocher les murs ?

Mb

24/11/2021 à 22:36

Juste un petit mot pour dire que c'était Volumen et non Volument et tout le monde se souvient parfaitement que c'est ce qui avait signé la fin du groupe logistique en question. (Qui a été repris ensuite par Interforum).

Ismaël

25/11/2021 à 11:19

Mb, juste une petite précision, vous allez vite en besogne en indiquant que "l'accident" informatique de 2004 chez Volumen, et qui avait grandement pénalisé la rentrée littéraire de l'époque et les ventes de fin d'année, a ensuite signé, dites-vous "la fin du groupe logistique en question"... C'est faux. Volumen s'est tout à fait remis en ordre de marche par la suite, et la diffusion/distribution ne fut vendue à Interforum qu'en 2015, soit 11 ans après l'épisode calamiteux de 2004... Alors certes, cela a fini par impacter le groupe de l'époque, avec le départ de certains éditeurs diffusés importants (mais pas seulement à cause de l'incident en question), mais cela n'a pas signé "la fin du groupe" qui a continué à fonctionner de longues années, il ne faut pas exagérer.

lettres Vives

25/11/2021 à 01:22

Tout est absurde dans cette situation.
On essaie de justifier un accident industriel dû à la concentration capitalistique incontrôlée du secteur (voilà que je me réveille insoumis, n'importe quoi !) par des éléments factuels.

La progression du secteur n'est pas imprévisible ni soudaine, elle est constante et importante depuis des mois. La BD a le vent en poupe grâce en partie au manga et au pass culture, les articles de presse, même pas spécialisée, sont surabondants sur ce sujet depuis des mois.

Noël se déroule encore cette année en décembre, contre toute attente, et cela depuis des années, et depuis des années ce distributeur est alerté sur ses faiblesses par les équipes de diffusion.

Le planning des grosses sorties en BD est connu des mois à l'avance, et à part peut-être Goldorak, il n'y a pas de succès inattendu, seulement de la grosse artillerie.

L'arrivée en distribution de groupes de diffusion comme Auzou ou le Seuil Jeunesse n'est pas non plus une surprise, sauf à croire en l'apparition d'un variant contagieux de la maladie d'Alzheimer chez les dirigeants.

La solution proposée, l'augmentation du nombre d'ouvrages commandés, en triplant le volume à préparer sur certains titres et créant des ruptures fictives, parachèverait la paralysie totale du groupe par l'augmentation des volumes traités à l'aller et au retour.

Alors quoi ?

D'abord dire que cette situation est lamentable et qu'elle affectera durablement les liens avec ce distributeur.

Ensuite que nous libraires avons besoin d'une parole forte du SNE et de son Président (futur-ex ?!) pour désavouer ces pratiques, évidemment contraires à la diversité éditoriale, et à la confiance nécessaire entre acteurs de la chaîne du livre et à loi sur le prix unique.

Et il est impossible de penser travailler des nouveautés de début d'année alors même que nous ne savons pas dans quelles conditions elles seront traitées et mises en place : chez qui, quand, quelle égalité des dates de livraisons pour les mises en place...

Alors les demandes formulées par le SLF ne devraient même pas être discutées mais appliquées immédiatement.

Donc dans l'attente il n'est pas pensable que les commandes passées par des plateformes en ligne puissent être traitées jusqu'à règlement de cette situation. Il n'y a pas de rupture d'égalité de traitement puisqu'il y a d'un côté des clients librairies, de l'autre des plateformes.

Et enfin, il est vraisemblable que la course à "c'est moi qui ait la plus grosse", montre encore une fois ses limites et ses faiblesses dues à ses excès, et il est vraisemblable qu'une reflexion doit s'ouvrir sur la question du diktat du prix bas du livre, en questionnant de manière sérieuse l'élasticité-prix, et par la même occasion la répartition de la valeur dans la chaîne entre ceux qui ont le pouvoir mais pas même la capacité de bien faire leur métier et les autres acteurs.






Pop corn

25/11/2021 à 06:19

Le spectacle est joli et j'y assiste depuis mon canapé, avec un peu de pop-corn.

Signé : un maillon (vraiment) faible.

Gintoki

25/11/2021 à 06:20

vu ça sur Twitter (@librairesecache).

Donc pour garder leurs clients (normal donc) les libraires vont commander en triple et renvoyer 2/3 des commandes dans 2-3 mois (bravo le bilan carbone), j'espère que les librairies signaleront mieux ces livres en surplus (pour éviter les retours).

les retours sont bien payés par les éditeurs (il me semble), "drôle" de stratégie.

pour mon Noel se sera du Blu-ray et UHD avec :
-BAC Nord - 4K Ultra HD + Blu-ray
-Battle Royale [4K Ultra HD Édition Ultimate]
-Citizen Kane - Edition Collector Limitée Blu-ray 4K Ultra HD
-Coffret Audrey Hepburn Exclusivité Fnac Blu-ray
-Conan, le fils du futur - L'intégrale Blu-ray
-Detective Conan : The Scarlet Bullet - Edition Collector Combo Blu-ray DVD
-Free Guy - Edition Spéciale Fnac Steelbook Blu-ray 4K Ultra HD
-Incassable - Edition Spéciale Fnac Steelbook Blu-ray 4K Ultra HD
-Jungle Cruise - Edition Spéciale Fnac Steelbook Blu-ray 4K Ultra HD
-Kaamelott : Premier Volet - Edition Epique Blu-ray 4K Ultra HD
-Les Sorcières d'Akelarre [Blu-Ray]
-Mad Max Anthologie [4K Ultra HD Édition boîtier SteelBook]
-Mulholland Drive - Édition Collector - 4K Ultra HD + Blu-ray
-OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire Edition Spéciale Fnac Steelbook Blu-ray
-Pandora [Blu-Ray]
-Qui veut la peau de Roger Rabbit? - Edition Spéciale Fnac Steelbook Blu-ray 4K Ultra HD
-Rick and Morty - Saisons 1-4 - Blu-ray
-Rick and Morty - Saison 5 - Édition SteelBook
-Supergirl [Blu-Ray]
-Terminator 2 [4K Ultra HD SteelBook-30ème Anniversaire]
-The Suicide Squad - Edition Spéciale Fnac Steelbook Blu-ray 4K Ultra HD

peu de livres :
-A Certain Scientific Railgun T3
-Aria The Masterpiece T4 à T7
-Escale à Yokohama T1 à T6
-Gintama T70
-Isabella Bird - Femme exploratrice T8
-Jujutsu Kaisen T12
-Kaiju N°8 T2
-Kowloon Generic Romance T3
-L'Histoire de l'Empereur Akihito
-Natsuko no Sake T6
-Neon Genesis Evangelion - Nerv Edition T1 (la date est douteuse)
-Saotome - Love & Boxing T5
-Shikimori n'est pas juste mignonne T1 & T2
-Unsung Cinderella T5

(peu de livres) mais du réassort avec Aria et Escale à Yokohama (bon les Meian je les achètent sur leur site), reste Evangelion dont je suis par certain de la sortie (31 Décembre)

Toinou

25/11/2021 à 08:02

J'aime bien la réaction de libraires disant qu'ils allaient "simplement substituer un titre à un autre ou pousser le client vers un autre titre.
Je dois apparemment être un type de client très atypique : lorsque je veux un titre, c'est celui-là exactement et pas un autre, on ne me fera pas substituer. Après, je suis rarement pressé, donc je ne devrais pas trop poser de problème.

Un autre observateur

25/11/2021 à 08:56

Bonjour monsieur Gary,

C'est bien de prendre l'avis de MDS mais pourquoi les appeler "un observateur" ?

Ce qui serait mieux, c'est de prendre sa voiture et d'aller sur place, interroger les salariés, les intérimaires, enquêter sur les conditions de travail, vérifier les déclarations des uns et des autres.

On a besoin de savoir, merci de nous informer !

Nicolas Gary

25/11/2021 à 09:13

Bonjour cher observateur
L'accès aux entrepôts n'est pas chose aisée sans un Virgile pour vous guider à travers les Enfers – et si même Dante en eut besoin, imaginez ce qu'il en serait pour moi.
Aussi, avant de prendre une voiture, il importe de préparer son voyage, comme pour tout périple.
J'enfonce peut-être là une porte ouverte.

Pascha

25/11/2021 à 09:19

Bonjour,
Ce distributeur a clairement manqué d'anticipation, (on aurait du mal à croire que sa situation soit lié à un problème financier). Il aurait pu encourager le minimum de commande via gratification plutôt que choisir une solution vécue comme pénalisante.
Mais je trouve la réaction et les revendications des libraires disproportionnées par rapport au préjudice théorique causé par les mesures de ce distributeur. Une posture classique dans leur relation à la distribution, dont les libraires ne connaissent pas du tout la complexité. Un libraire qui ne peut pas faire 2 commandes par semaine auprès de MDS auxquelles joindre ses commandes clients a du souci à se faire.

Libraire5363

25/11/2021 à 09:31

84% d'activité en plus depuis octobre ! Ce chiffre est relayé partout. Mais quelqu'un peut-il donner la part de l'intégration d'Auzou par MDS dans cette augmentation. Je ne suis pas sûr que les ventes de livres en librairie ont bénéficiées de la même progression... Attention aux messages qui pourraient être contreproductifs. On ne peut pas dire que le mois de novembre soit ultra dynamique en librairie.

Marianne

25/11/2021 à 10:03

"Les reports de ventes, c’est le cœur de métier du libraire : le conseil au client. N’importe quel professionnel se sortira aisément de ce 3 ou rien. Il suffit d’expliquer que la commande n’arrivera que dans un mois, et le client acceptera bien volontiers de se faire recommander un autre ouvrage », s’agace-t-on sur des groupes de libraires."

Alors là, quel mépris souverain des libraires, des représentants ou des distributeurs pour les lecteurs ... parce que bien sûr, si je veux un livre pour Noël, il suffit qu'un librairie me montre celui qu'il a en tête de gondole à la place pour que je change d'avis ?! Ben voyons ... Et ça c'est mon avis en tant que lectrice ...

En tant que professionnelle du livre, étagère "bibliothécaire", je reste aussi confondue par ce diktat du distributeur pour les livres commandés ... ma libraire vient de m'informer qu'une partie des titres commandés il y a 10 jours ne sera pas livrés en fin d'année ... elle m'a expliqué pourquoi ... je lui ai demandé les éditeurs concernés pour leur faire un courrier, et j'hallucine : Le Seuil Jeunesse, La Poule qui pond (petit éditeur de ma région) et j'ai oublié le troisième concerné ... donc, je ne peux plus acheter de livres chez eux, sauf leur dernière nouveauté qui, si j'ai de la chance, sera en stock dans les deux petites librairies où nous faisons nos achats !? Parce que je ne risque pas de commander leurs livres en 3 exemplaires, et je comprends parfaitement que ma libraire rechigne à le faire et à se retrouver avec 2 exemplaires sur les bras ...

Et pendant ce temps-là, sur Amazon, les lecteurs lambdas peuvent commander tout ce qu'ils veulent ... ils auraient tort de se priver ... et quand les petites librairies auront disparu, ces messieurs les distributeurs devront composer avec les conditions de l'ogre, ça devrait leur plaire ...

Hélas

25/11/2021 à 10:26

La situation est terrible. Et elle nous rappelle que la librairie est un commerce, et que ce commerce, s'il a ses spécificités, est aussi un commerce rattrapé par les travers de la société et de la consommation. Parce que, même si cela fait mal à dire, plus que lire nous consommons du livre et l'économie du livre s'articule autour de cette consommation. L'acheteur veut tout tout de suite (succès des plateformes de commande en ligne), Noël devient une période cruciale pour les finances de tous... Et les collectivités, parce qu'il faut des critères aux marchés, peuvent aussi mettre des impératifs de délais.
La balle est peut-être aussi dans le camp des clients (qui ne sont pas toujours les lecteurs d'ailleurs).

Ant Editions

26/11/2021 à 09:05

Il y a un certain paradoxe dans cette histoire, qui illustre bien les différents soucis de la chaîne du livre.
Etant indépendant et assurant ma propre diffusion/distribution, je connais parfois des difficultés avec quelques libraires : certains disent à leur client qu'ils commandent (mais ils ne le font pas car c'est contraignant en terme de facturation), les frais de port sont un épineux problème et le règlement de la commande peut être long, très long (parfois un an pour une commande de moins de 20€ !).

Il y a tout un système à revoir, bien plus vertueux pour l'ensemble des acteurs de la chaîne du livre (des autrices/auteurs jusqu'aux libraires).

Nous sommes tous dans la même galère, donc autant se serrer les coudes.

Marie-christine Courteille

26/11/2021 à 13:25

Et bien, comme le reste de l'économie : privilégiez le circuit court en commandant des livres au petit éditeur le plus proche de chez vous....

Marianne

27/11/2021 à 06:22

Mme Courteille, excusez-moi, mais ce genre de conseil est un peu réducteur (vous voyez une bibliothèque qui ne proposerait que de l'éditeur/auteur régional sur ses étagères ? je ne suis pas sûre que les lecteurs seraient ravis, et ils auraient bien raison. Diversifier, c'est bien, cantonner à, ça l'est moins).
Et d'autre part, comme je le signalais dans mon précédent commentaire, les petits éditeurs régionaux sont aussi concernés, puisque La Poule qui pond, par exemple, dans ma région, passe par ce distributeur ...
Si vous conseillez à tous les éditeurs d'arrêter de passer par des distributeurs et de traiter en direct avec tous les libraires (voir avec les particuliers), ça risque d'être compliqué pour eux ...

Un libraire

28/11/2021 à 10:31

Madame, merci pour ce commentaire clair et utile.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Le futur Festival du livre de Paris : “Une bascule incongrue, irréfléchie, sans vision” 

FLP2022 – La question des éditeurs indépendants et des Régions est définitivement réglée. La Fédération interrégionale du livre et de la lecture (Fill) vient d'opposer une ultime fin de non-recevoir aux organisateurs de l'événement parisien, malgré une tentative de conciliation, réelle, mais « insuffisante ». Le Festival du livre de Paris se recentre donc sur les éditeurs, appelés à tenir stand. Les convaincre ne sera pas chose beaucoup plus aisée.

11/02/2022, 10:01

ActuaLitté

Inflation sur les mangas d'occasion : les algorithmes devenus fous ?

La crise du papier entraînera une hausse de prix de vente des mangas. Plusieurs éditeurs ont déjà averti de cette situation — les matières premières, ainsi que l’encre ou encore les coûts du transport se répercutent logiquement sur le consommateur. Mais une autre inflation surgit, cette fois régie par les algorithmes, et concerne strictement les ventes d’occasion. Ou comment la machine produit des bulles spéculatives totalement hors de contrôle…

29/12/2021, 14:31

ActuaLitté

Harcèlement, éviction et représailles : ce qui se trame vraiment chez Plon

Quand on en vient aux sujets connexes à Vincent Bolloré, tout prend des allures de trames ourdies sur un indéchiffrable métier. Au tisserand avisé de saisir jusqu’aux fils secrets, pour donner forme à la tapisserie. Justement, chez Plon, filiale d’Editis, on rejoue La Dame à la Licorne, avec pour fil conducteur comme sur l’oeuvre authentique, « Mon seul désir ». Or, en la matière, on sait combien les passions s’emmêlent

17/12/2021, 11:04

ActuaLitté

Bûche glacée, dinde de Noël : à qui appartiennent les recettes de cuisine ?

Les fêtes de fin d’année — toute une histoire ! Il ne faut rien laisser au hasard : les décorations, la musique, les boissons, les cadeaux… et le dîner – voire les dîners ! Plus que tout, l’objectif est que les convives repartent le ventre plein, sourire aux lèvres. Mais que faire lorsque l’inspiration manque ? Un tour sur internet, dénicher « la recette de Noël pour les éblouir » et le tour est joué… Oui, mais à qui donc est cette recette ? Monté en neige ou non, voler un oeuf serait voler un émincé de boeuf ?

11/12/2021, 13:40

ActuaLitté

Maison du dessin satirique : “S’il te plaît, dessine-moi un serpent de mer…”

Le 15 janvier 2020, à l’occasion de ses vœux à la presse, le Président Macron annonçait la création d’une maison du dessin satirique et du dessin de presse. Depuis, rien, ou presque. L’annonce du lieu choisi pour cette maison devait être faite en janvier 2021, puis au printemps, puis à l’automne et… rien. ActuaLitté mène l’enquête, à la recherche du dessin perdu.

16/11/2021, 11:34

ActuaLitté

Prix du livre et frais de port : “Le marché va en souffrir, pas Amazon”

Arrivée à l’Assemblée nationale pour son adoption, la loi concernant les frais de port fera florès : qui, après l’année 2020, refuserait un projet de soutien aux libraires ? Qui, devant le vorace Amazon, éconduirait l’effort pour rétablir une concurrence saine sur la vente à distance de livres ? En somme, qui aurait intérêt à ce que les frais d’envois postaux d’un livre n’augmentent pas ? De fait… quelques nuances s’imposent.

06/10/2021, 11:33

ActuaLitté

Dicker, Zemmour et Sattouf : comment l'indépendance des auteurs effraie l'édition

Dicker, Zemmour, Sattouf : trois noms significatifs dans l’édition puisqu’ils pèsent à eux seuls plusieurs millions d'euros de chiffre d’affaires. Ils ont tous opté pour un changement de paradigme, mais réellement en rupture avec l’industrie du livre jusqu’à lors connue ? Pour point commun, un outil de diffusion et distribution qui leur ouvrira les portes des libraires, grandes surfaces culturelles et autres enseignes… Bref, les points de vente du livre. Un schéma disruptif, supposément, qui provoque des sueurs froides dans l’ensemble du milieu. Panique à Saint-Germain ?

10/09/2021, 11:52

ActuaLitté

Issues de la collection de Stefan Zweig, deux partitions inédites de Schumann retrouvées

Il est des vieux papiers que l’on exhume, avec une odeur d’antan, mais dont on ne soupçonne pas que leur histoire nous emportera loin, bien loin. Au sein de la Fondation Martin Bodmer (Cologny, canton de Genève), quatre pièces inédites ont été retrouvées. Muriel Brandt, chargée de mission pour la mise en valeur des partitions autographes en aurait dansé au son des lieder de Robert Schumann, ainsi que deux autres pièces, de Georges Bizet et Charles Gounod. 

03/09/2021, 13:17

ActuaLitté

Vente d'épreuves non corrigées : collectionneur illuminé ou attrape-nigaud ?

Le marché du livre d’occasion fait pousser des soupirs désabusés aux organisations d’auteurs depuis bien longtemps. C’est pourtant en toute légalité que l’acheteur de livre papier peut revendre on exemplaire. Il existerait en revanche un autre marché, navigant dans une zone grise nettement plus contestable, installé sur le net français : celui des épreuves non corrigées. Des textes et des ouvrages non-commercialisables, mais qui servent aux éditeurs à faire connaître leurs publications très en amont…

31/08/2021, 13:04

ActuaLitté

Crise du papier en France : pourra-t-on imprimer le prix Goncourt ?

#PenuriePapier – En 2019, l’industrie papetière représentait 5,4 milliards €, incluant papiers et cartons, selon Copacel, organisation patronale. En somme, un douzième de ce que pèse la filière forêt-bois, matière première essentielle. Or, depuis fin 2019, plusieurs facteurs distincts provoquent une pénurie de papier. Et si les usages graphiques — incluant la production de livres — ne représentaient que 1,6 million de tonnes sur les 7,3 millions globales, la situation va en s’aggravant depuis la pandémie. 

 

24/08/2021, 14:47

ActuaLitté

France : Amazon assigné en justice pour concurrence déloyale

EXCLUSIF – Le confinement a révélé, à son insu, quelques secrets de fabrication et autres télescopages douteux chez Amazon France. Un différend juridique entre une éditrice et son prestataire a mis en lumière de manière flagrante les arrangements de la firme, aboutissant à une distorsion de concurrence. Tout à la fois revendeur et fournisseur de services, elle aura rendez-vous avec la justice française pour en répondre.

02/03/2021, 15:10

ActuaLitté

L'infernale circulaire 2016, ou la retraite à prix d'or pour les auteurs

Ah, la retraite : paisible repos après une dure vie de labeur, accompagnée d’un pécule qui permettra d’offrir les étrennes de fin d’année ou la petite enveloppe d’anniversaire. Ou dans certains cas, plus rares, de faire creuser la piscine rêvée. Pour les artistes-auteurs, l’Agessa se vit confier le soin de collecter les sommes, avec l’incurie que l’on a fini par découvrir… Et qui n’en finit pas. 

17/02/2021, 15:58

ActuaLitté

Poésie et livre numérique : la délicate transition du mot à l'écran

Si vous avez déjà acheté de la poésie au format numérique, et à plus forte raison de la poésie en vers, vous vous êtes sans doute rendu compte que les contraintes formelles propres à ce genre littéraire se heurtent aux contraintes techniques de l’ebook. Face à ce constat, les éditeurs de poésie adoptent différentes stratégies, allant de la non-publication de leurs titres en numérique à une réflexion sur la manière dont le numérique peut servir la poésie.

16/02/2021, 14:46

ActuaLitté

Moniteurs étudiants : entre la “procédure” et la “bienveillance", Paris 3 balance

Ce mardi 2 février, les moniteurs étudiants de la bibliothèque Sainte-Barbe, rattachée à l'université Sorbonne Nouvelle — Paris 3, débrayaient une nouvelle fois, accompagnés par des bibliothécaires permanents et des professeurs de l'université. Alors que la crise sanitaire frappe de plein fouet les étudiants, ils réclament le maintien de leur rémunération en cas de confinement et de fermeture de l'établissement. Une partie du personnel de la bibliothèque les soutient et réclame plus de moyens.

05/02/2021, 17:41

ActuaLitté

Gabriel Matzneff publie Vanessavirus, son ultime livre

EXCLUSIF – Ce mois de janvier ne manque définitivement pas de rebondissements : alors que le titre de Camille Kouchner, La familia grande, vient de sortir en grand format, sa parution fait écho à la sortie en poche du Consentement, l’ouvrage de Vanessa Springora. L’éditrice avait dénoncé avec force les actes de Gabriel Matzneff, et toute la complaisance autour du personnage. Quelque peu oublié des médias, l’auteur n’a pour autant pas quitté la plume. Et s'apprête même à publier son prochain titre, Vanessavirus.

02/02/2021, 09:30

ActuaLitté

Financement, structure, Livre Paris : les Grandes espérances 2021 du SNE

Livre Paris 2020 compte parmi les premiers salons victime de la crise sanitaire. Pas de manifestation pour la capitale française, et pas de revenus pour le Syndicat national de l’édition, coorganisateur avec Reed Expositions France. Au cours des dernières semaines, les messages promotionnels n’ont pourtant pas manqué, rassurants ou tentant de l'être. Ainsi, la programmation se dévoile pour partie : l’Inde reste le pays à l’honneur, quand le monde d’après servira de fil rouge à l'ensemble. 

27/01/2021, 16:20

ActuaLitté

Lisimachio, le PDG de Hachette Livre qui voulut racheter Amazon

Jean-Louis Lisimachio a laissé une profonde empreinte sur le groupe Hachette Livre, qu’il quitta brutalement en mai 2003. Depuis, il vit quelque part entre les massifs alpins et Nice, « désintéressé de ce qui concerne l’édition et au courant de tout ». Ses anciens collaborateurs décrivent une personnalité fascinante, admirée ou haïe. Incontestablement, l’ex-PDG de Hachette filiale de Lagardère, avant qu’elle ne soit renommée Lagardère Publishing, a marqué plus que son époque. Une figure d’autant plus intrigante qu’elle ne frayait pas avec le gotha littéraire, bien au contraire.

14/01/2021, 14:20

ActuaLitté

La chaîne du livre face à la crise sanitaire, dans neuf régions françaises

Dès le début de la pandémie, les agences régionales du livre ont conseillé les acteurs concernés, mais se sont aussi lancées dans des consultations, pour rester au plus près des besoins. La Fédération interrégionale du livre et de la lecture propose une synthèse des actions et réactions du monde du livre, dans neuf régions françaises, au cours de la tumultueuse année 2020.

11/01/2021, 16:50

ActuaLitté

Marseille : Actes Sud cédera la librairie du MuCEM à Arteum, “une perspective adaptée”

En janvier 2013, le groupe Actes Sud remportait l’appel d’offres concernant le MuCEM — Musée des civilisations de l’Europe et de la méditerranée de Marseille. En juin de cette même année, la boutique-librairie allait être associée à la librairie Maupetit, propriété du groupe depuis 1998. Mais la concession changerait prochainement de mains, dans le cadre d’un AOT qui bénéficierait à la société Arteum, spécialisée dans les boutiques de musées. 

17/12/2020, 15:45

ActuaLitté

Étude : les Français et la lecture pendant le premier confinement

Trois organismes du secteur du livre, la Sofia, le SNE et la SGDL, ont commandé à l'institut Médiamétrie une étude consacrée aux pratiques des Français en matière de lecture pendant le premier confinement, celui du printemps 2020. Il en ressort un attachement certain pour l'activité, avec une volonté de tester d'autres manières de lire.

14/12/2020, 16:43

ActuaLitté

La lecture, loisir le plus pratiqué par les enfants de 9 ans durant le confinement

Dans quelques années, on se souviendra de cette étrange période avec quelques souvenirs flous : avions-nous réellement été enfermés, durant un confinement mondial ? Pour les enfants, dont 98 % restèrent chez eux, cette période eut des répercussions sur le travail et les loisirs. Le ministère de la Culture a procédé à une enquête, portant sur les jeunes de 9 ans.

07/12/2020, 09:38

ActuaLitté

Les règles du “je” : Rowling, reflet d'un monde patriarcal

L’affaire Rowling prend des proportions inquiétantes : après la fronde des personnels de Hachette UK, voici que des auteurs de l’agence littéraire décident de quitter le navire. Plusieurs auteurs ont claqué la porte de Blair Partnership, suite aux propos de la romancière sur les personnes transgenres. Et maintenant, les politiques se servent de ses propos comme arguments législatifs.

24/06/2020, 12:43

ActuaLitté

Sondage : les Français ont lu 2,5 livres durant le confinement

EXCLUSIF – À partir de ce 11 mai, les librairies ont l'autorisation de réouvrir. Or, la lecture fut, durant le confinement, l’une des vertus refuges. Privés dans un premier temps de librairies, les Français ont pourtant opté pour les livres, pour se divertir, s’évader ou s’enrichir. Un sondage réalisé par Harris pour ActuaLitté/La Journée du manuscrit francophone dévoile quelle place le livre a véritablement occupé lors de ces semaines à domicile.

11/05/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Français achètent de plus en plus de livres d'occasion

Le livre d'occasion, une aubaine
En attendant le communiqué annuel de PriceMinister annonçant que le livre a encore été le produit le plus revendu après Noël, voici un bref pronostic de Recommerce. Spécialiste de la vente de smartphones et produits reconditionnés, l’entreprise avance que les Français passeront massivement par les cadeaux d’occasion.

20/12/2018, 12:03

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

“L’Europe fourmille de peuples. On ne prend jamais congé des peuples”

Dans sa lettre de décembre 2022, le PEN Club français diffuse une adresse poignante de Chus Pato, de son nom d’écrivaine. María Xesús Pato Díaz, dans sa vie universitaire, est originaire de Galice : poétesse parmi les plus remarquées dans sa langue, elle interpelle l’Europe tout entière. 

07/12/2022, 09:19

ActuaLitté

"Chez Grasset, ce sont vraiment les coups de cœur qui guident nos choix"

Nous avons rencontré Audrey Scarbel, responsable du domaine italien aux éditions Grasset, pour découvrir sa vision de la littérature italienne ainsi que les choix éditoriaux qui guident la publication des auteurs transalpins au sein de la maison. En 1982, cette même maison a publié Le nom de la rose de Umberto Eco. Quarante ans plus tard, l'ouvrage est republié dans une édition augmentée avec un habillage graphique renouvelé.

06/12/2022, 12:45

ActuaLitté

Pass Culture : le CNL défend son engagement à l'égard des auteurs

DROIT DE RÉPONSE – Un récent article de ActuaLitte, suite à un communiqué de presse conjoint de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, de la Ligue des auteurs professionnels, le Trait et CAAP, appelait un sérieux correctif. En effet, le Centre national du Livre, mis en cause, propose une offre de Masterclasses du livre et de l’écrit dans le cadre de la part collective du Pass culture, depuis l’ouverture de cette dernière en janvier 2022. Et ce afin de jouer un rôle de facilitateur dans l’organisation de rencontres d’auteurs en milieu scolaire. 

02/12/2022, 10:07

ActuaLitté

Jérémie Guez : “Je n'ai jamais eu ce dilemme entre littérature et cinéma”

Auteur de plusieurs ouvrages publiés aux éditions La Tengo et 10/18, Jérémie Guez est aussi un cinéaste dont le style s'affirme rapidement. Kanun, la loi du sang, en salles le 7 décembre prochain, constitue une nouvelle occasion de s'en apercevoir, après Bluebird (2018), Sons of Philadelphia (2020) et la mini-série, BRI (2022).

02/12/2022, 10:01

ActuaLitté

La science-fiction, de la pop culture à “l'art contemporain”  

Un lieu d’enregistrement de l’angoisse ? De révélation d’une société sous couvert d’évasion et de divertissement ? Analyse plus véritable que vraisemblable des ressorts qui transforment le réel ? Toutes ces dimensions caractérisent la science-fiction. Si la littérature, la bande dessinée et le cinéma ont été les importants réceptacles du genre, les arts plastiques ne sont pas en reste. 

01/12/2022, 13:07

ActuaLitté

Diane de Selliers, “une quête de perfection”

Saluer le travail des éditeurs tant de livres que de presse, voilà tout l’objet de la Confrérie Gutenberg. À l’occasion d’une récente réunion, les compagnons ont intronisé comme Chevalier l’éditrice Diane de Selliers, parrainée par Vincent Montagne et Philippe Jourdan. Leur laudatio est proposée ici en intégralité.

01/12/2022, 10:06

ActuaLitté

Des livres vierges : l'industrie du livre menacée d'asphyxie

Sans une révision de la loi sur le droit d’auteur, l’édition canadienne se trouve devant une page blanche. À ce titre, l'Association nationale des éditeurs de livres, représentant les éditeurs de langue française au Québec et dans le Canada tire la sonnette d'alarme. Et presse le gouvernement d'agir. À ses côtés, plusieurs autres organisations rallient le mouvement.

29/11/2022, 17:24

ActuaLitté

Suisse : recours des librairies Payot auprès du conseil d’État du Valais

Après avoir proposé au service de la culture du Valais de revenir sur les critères qui ont été fixés pour l’opération de soutien aux librairies qu’il a annoncée et lancée le 14 novembre, et qui excluent les librairies Payot du périmètre, Payot SA a décidé de faire recours auprès du Conseil d’État à défaut d’avoir obtenu une réponse satisfaisante. Par Pascal Vandenberghe, PDG de Payot.

29/11/2022, 11:21

ActuaLitté

Du père de famille au psychanalyste : dans l'intimité de Sigmund Freud

La famille Freud vivait au rythme des consultations que Sigmund donnait dans cet appartement au coeur de Vienne. Rouvert depuis août 2020, le Sigmund Freud Museum s’inscrit dans un héritage pluriel : celui de la médecine, de l’oeuvre et de la vie quotidienne. Au coeur de l’immeuble situé au Berggasse 19, les visiteurs remontent le temps, entre publications et travaux du père de la psychanalyse.

28/11/2022, 14:51

ActuaLitté

Odessa l’éclaireuse, qui “a jalousement pris soin de sa liberté”

#WeekEndEst — S’expliquer la guerre ? Une tentative souvent rendue vaine par le désarroi qu’elle suscite. Prendre conscience de ce que la guerre sème et produit comme sentiments afin de les transcender et de les élever contre la guerre à travers la culture est une nécessité, beaucoup plus qu’un pari utopique, de l’équipe du festival Un week-end à l’Est créé en 2016 dans le Quartier latin. Par Brigitte Bouchard, directrice artistique.

22/11/2022, 10:21

ActuaLitté

“J’écris pour aller chercher cet enfant abandonné voilà longtemps”

À paraître le 25 novembre 2022, Monstrueuse féérie est ce récit de fin d’année de Laurent Pépin où se côtoient à la fois enchantement et tragédie, férocité et poésie, entraînant le lecteur dans un vertige monstrueux — monstrueusement attachant. Entretien avec Laurent Pépin ; chronique d’un écrivain parti à la recherche de l’enfant, de l’adolescent meurtri abandonné sur le bord de la route, il y a bien longtemps… Propos recueillis par Guylian Dai. 

22/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Iran : la vie de Hossein Ronaghi est en danger

Libérez Hossein Ronaghi ! Le Comité de défense des auteurs en danger du PEN Club français apporte son plein soutien à l'auteur, emprisonné en Iran, et actuellement dans un terrible danger. Antoine Spire, président du Pen Club français et Jean-Philippe Domecq, président au Pen club français du Comité des écrivains persécutés adressent à ActuaLitté une tribune d'importance.

18/11/2022, 14:41

ActuaLitté

Nicolas Feuz : “Je n’ai jamais rêvé d’être quelqu’un d’autre… sauf peut-être Dark Vador !”

Ce 10 novembre, Nicolas Feuz publie Les larmes du lagon, aux éditions Slatkine & Cie. Un polar qui nous entraîne en Polynésie française, où la tranquillité du motu de Bora Bora est perturbée par la découverte d’un corps. Ce nouveau roman nous offre l’occasion d’en apprendre plus sur l’écrivain, dans un questionnaire de Proust revu, corrigé et bien soigné !

18/11/2022, 10:59

ActuaLitté

Écrire contre la haine et l'intolérance, l’injustice et la barbarie

La liberté d'expression ne connaît pas de frontières, mais, aujourd'hui, elle est en grand danger. En Suisse ou en France, écrire est un acte si simple. Mais, dans de nombreux pays, les auteurs risquent d'être accusés d'espionnage ou considérés comme des ennemis publics. À cause de leurs écrits, leurs paroles, leurs dessins, leurs récits, leurs témoignages, leurs chansons, la liste des écrivains, des journalistes, des blogueurs, des traducteurs, des artistes harcelés, arrêtés, torturés, tués ou contraints à l'exil ne cesse de s’allonger tristement. 

18/11/2022, 09:04

ActuaLitté

“La Bibliothèque Doucet est devenue un lieu de conservation vivant”

La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet (BJD) avait attiré l'attention de l'Inspection générale des bibliothèques, qui pointait des problématiques liées à la gestion des collections et de l'espace disponible. En octobre dernier, une enquête du Monde pointait des responsabilités dans les dysfonctionnements, avant le suicide d'une ancienne directrice adjointe de l'établissement. Des écrivains, universitaires, chercheurs, conservateurs et bibliothécaires, directeurs de musée et de galeries, commissaires d’exposition apportent leur soutien à la directrice de la BJD et tiennent à « témoigner » des collaborations qu’ils ont eues avec cette institution et son équipe de direction. Nous reproduisons ci-dessous leur lettre.

15/11/2022, 16:56

ActuaLitté

Le château de Chantilly célèbre le “plus grand bibliophile de son temps”

À l’occasion du bicentenaire de la naissance d’Henri d’Orléans, dit le duc d’Aumale, grand bibliophile et reconstructeur du château de Chantilly, plusieurs expositions ont été organisées dans l’ancienne demeure des Condé. Depuis le 5 octobre et jusqu’au 2 octobre 2023, le cabinet des livres du fils du « roi des Français », Louis Philippe, se présente, de sa création aux plus précieux de ses trésors. Le tout sous le regard pénétrant du buste du grand Condé.

14/11/2022, 16:48

ActuaLitté

“Tous les usages possibles d’une bibliothèque sont à préserver”

Stéphanie Khoury, bibliothécaire, et Maël Rannou, ancien directeur de bibliothèques, auteur et critique de bande dessinée, s'interrogent dans un court ouvrage, didactique et synthétique, sur les missions et les enjeux des établissements de lecture publique. Les bibliothèques de proximité (Presses universitaires Blaise Pascal) évoque également ces usages créés par les citoyens, avec la complicité ou à l'insu des bibliothécaires et des pouvoirs publics eux-mêmes.

14/11/2022, 11:37

ActuaLitté

Jón Kalman Stefánsson : “Je veux saisir l'univers dans mes écrits”

LECFestival22- Jón Kalman Stefánsson est le lauréat 2022 du Prix Jean Monnet de Lectures Européeennes pour Ton absence n’est que ténèbres, traduit par Éric Boury. Son 13e opus, publié chez Grasset, avait déjà remporté le Prix du livre étranger. L’islandais est tout à la fois romancier, poète, mais également traducteur. Nous lui avons posé quelques questions.

10/11/2022, 17:16

ActuaLitté

Galien Sarde : “C’est après l’écoute d’images oniriques que la dystopie a surgi”

Surprenant premier roman : enfermés dans un monde souterrain surveillés par une mystérieuse milice, plusieurs hommes et femmes parviennent à s’échapper, et sillonnent le désert à bord d’une jeep. Apocalyptique, effrayant, le livre se situe à mi-chemin entre le roman de science-fiction et le récit poétique. Galien Sarde, quarante-six ans, agrégé ès lettres, y déploie une langue riche, en une sorte de lyrisme sombre, sinon apocalyptique. Deuxième ouvrage publié par Fables fertiles, la toute jeune maison de Guylian Dai, Échec, et Mat, loin des grosses machines littéraires et des prix de la rentrée, tranche par son originalité, sa force onirique. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

10/11/2022, 11:36

ActuaLitté

Comment la traduction a contribué à la libération des femmes

PORTRAITS – La traduction contribue à la libération des femmes depuis des siècles. Voici quelques portraits de femmes qui ouvrent la voie aux traductrices contemporaines, de Marie de Cotteblanche (première traductrice française) à Shirin Daneshvar (traductrice iranienne) en passant par Anne Dacier (première traductrice d’Homère), Claudine Picardet (première traductrice scientifique) et Clémence Royer (première traductrice de Darwin). 

10/11/2022, 10:25

ActuaLitté

Des églises à l'art urbain : cheminement littéraire et historique dans Porto

LECFestival22 – Créée en 2016, la résidence d’écriture Jean Monnet est dédiée à la création littéraire européenne et accueille en priorité des auteurs émergents, en lien avec la thématique du LEC Festival. Elle est soutenue par la Ville de Cognac et dotée d’une bourse de résidence de 2000 €. Cette année, Nuno Gomes Garcia, auteur de La Domestication (trad. Clara Domingues chez IXe Editions), en est le bénéficiaire. Et il poursuit avec nous son tour littéraire et historique de Porto. (retrouver l'épisode précédent)

07/11/2022, 10:05

ActuaLitté

Arthur de Pins : “Zombillénium dévoile le monstre qu'on abrite”

Quatorze ans, six albums, un film d’animation et une attraction plus tard, c’est tout un cycle de Zombillénium – ce parc d'attractions aux authentiques zombies et vrais démons – qui touche à sa fin. Ce dernier opus sportif et haletant promet d’effroyables surprises et de diaboliques retournements de situation – avec un final à la hauteur de la série. Nous avons rencontré Arthur de Pins, toujours aux commandes de la machinerie infernale et ses milliers d’âmes prisonnières.

04/11/2022, 12:23

ActuaLitté

La fin du tableur Excel pour la gestion des droits d'auteurs ?

Quand on se penche sur la gestion des droits d’auteur, on s’aperçoit que les petites et moyennes structures sont rapidement débordées — faute de disposer d’un outil sur mesure ou de moyens pour souscrire à un logiciel dédié. Conclusion : c’est avec un bon vieux tableur Excel que cela se résout. Et pourtant…

03/11/2022, 12:55

ActuaLitté

“La Chine me met de bonne humeur”

Ma relation à la Chine a été d’emblée une relation sensible, sans connaissances préalables, sans curiosité particulière pour ce pays où je n’avais pas envie d’aller. Je m’y suis rendue par amour non pas de la Chine, mais de l’homme qui m’invitait à l’y retrouver. Par Christine Cayol.

03/11/2022, 10:41

ActuaLitté

Jacques Cauda : “Prose comme poésie. J’écris.”

Initiateur du mouvement surfiguratif, Jacques Cauda, soixante-sept ans, manie la plume comme il manie le pinceau, soit avec passion, gourmandise, frénésie. Ancien étudiant en philosophie, ancien documentariste professionnel, l’homme publie depuis 2002, à un rythme soutenu, tout en dirigeant « La Bleu-Turquin », collection des éditions Douro. Privilégiant les formes expérimentales, riche de nombreuses références, l’homme poursuit une œuvre singulière, loin des modes du moment. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

02/11/2022, 10:39

ActuaLitté

Face au péril nucléaire en Ukraine, agir, “avant qu'il ne soit trop tard”

UkraineUnderAttack – « Avant qu'il ne soit trop tard. » Cet appel à la raison et à l'humanisme réunit à cette heure plus de 130 poètes, écrivains, artistes, universitaires et intellectuel(le)s (français mais pas seulement) : toutes et tous l'ont signé afin de mettre en garde l'opinion publique devant le péril nucléaire qui menace en raison de la Guerre en Ukraine. ActuaLitté le propose ici dans son intégralité.

30/10/2022, 14:18

ActuaLitté

Mieux que l’auteur mort : l’auteur pauvre ?

Ce 24 octobre, un nouveau rendez-vous réunissant auteurs, éditeurs et ministère de la Culture fut annulé. Un délai de plus dans la signature d’accords qui n’en finissent plus de traîner. Denis Bajram fait parvenir un texte à ActuaLitté, pour signaler un changement de paradigme des plus cyniques : un bon auteur n’est plus un auteur mort, mais un auteur pauvre…

27/10/2022, 17:03

ActuaLitté

Voyage littéraire et historique à Porto, avec Nuno Gomes Garcia

LECFestival22 – Depuis le 24 octobre, l’écrivain d’origine portugaise, Nuno Gomes Garcia, auteur de La Domestication (trad. Clara Domingues chez IXe Editions), est en résidence d’auteur à la villa Jean Monnet de Cognac. Il y séjournera jusqu’au 20 novembre, date de clôture du festival des littératures européennes de Cognac. Il nous invite à un voyage dans la ville de Porto, dont il est originaire, entre littérature, archéologie et découvertes… Première étape : la librairie Lello. Et bien d'autres arrêts à prévoir.

27/10/2022, 10:38

ActuaLitté

Odile Cohen-Abbas : ”Dans les à-côtés, on trouve les choses qui nous intéressent”

Née en 1957, ancienne danseuse professionnelle, Odile Cohen-Abbas participa longtemps de l’aventure Supérieur Inconnu, revue fondée par le surréaliste Sarane Alexandrian. Collaborant régulièrement aux "Hommes sans épaules", périodique fondé en 1953 par Jean Breton, et dirigé depuis 1997 par Christophe Dauphin, auteure de nombreux recueils et récits, Odile vient ici nous surprendre avec Perditio, nouvel opus hybride décrivant un monde infernal, peuplé de chimères, de monstres, se livrant à de singuliers rites. Déroutant peut-être, riche à coup sûr, le livre étonne, détonne. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

27/10/2022, 09:16

ActuaLitté

“Les monstruosités en Ukraine dépassent même les scénarios les plus noirs”

« Considérée de seconde main par les Russes, la langue des Moldaves a été mutilée. Si, dans un amphithéâtre, il y avait 50 étudiants moldaves et un seul étudiant russe, le cours devait avoir lieu en langue russe. » Entretien avec Tatiana Țîbuleac, écrivaine roumaine (originaire de la République de Moldavie), Prix de littérature de l'Union européenne pour Le Jardin de verre, éd. des Syrtes, traduction de Philippe Loubière.

25/10/2022, 10:05

ActuaLitté

Salman Rushdie vivra, ”c'est la chose la plus importante“

AttaqueRushdie - En marge de la Foire du livre de Francfort, l’agent littéraire Andrew Wylie a répondu à quelques questions de El Pais. Une rare apparition dans les médias pour Le Chacal, surnommé ainsi pour sa manière abrupte de traiter avec les éditeurs. Et au cœur du sujet, Salman Rushdie, victime d’une tentative de meurtre.

24/10/2022, 10:47

ActuaLitté

“Publier n’est pas un droit, c’est un devoir”

Et Archimède s'écria : « Eurêka ! » Il avait trouvé une idée... Qu’est qui vous met une idée en tête ? Pourquoi dit-on qu’une idée « traverse l’esprit » ? Elle viendrait d’on ne sait où et repartirait immédiatement ? Pour se rendre où, alors ? Dans un autre esprit qui l’attend ailleurs, dans un autre espace ou dans un autre temps. Pourquoi pas...

23/10/2022, 23:12

ActuaLitté

“Écrire, lire tout autant c’est retrouver une terre d’enfance”

PORTRAIT – Né en 1964, libraire dans le Poitou, Stéphane Émond rend une nouvelle fois hommage à sa région d’origine. Seize ans après Pastorales de guerre, l’homme revient avec un nouveau récit au titre programmatique, géographique. Magnifique évocation de la région Est, Argonne raconte également l’Histoire : le récit officiel et les tragédies familiales, l’une et l’autre intimement mêlées.

21/10/2022, 15:54

ActuaLitté

Écologie et sobriété : quelles actions dans les bibliothèques ?

Le Plan Sobriété du gouvernement, présenté au début du mois d'octobre, ne concerne que de loin les bibliothèques territoriales, placées sous la responsabilité des collectivités. Heureusement pour la planète, la réflexion écologique des bibliothécaires est en cours depuis quelques années désormais, et les idées fusent, même si les moyens d'action restent encore limités.

21/10/2022, 11:16

ActuaLitté

Du livre au film : les souffrances d’un romancier

Son roman Pleurer des rivières, paru en 2018, a été porté à l’écran par Léopold Legrand, sous le titre Le Sixième enfant. Dans les salles depuis le 28 septembre, ce film fut coadapté avec l’aide de Catherine Paillé. Mais la métamorphose d’un roman en oeuvre audiovisuelle n’a rien d’un chemin tranquille. Alain Jaspard raconte, pour ActuaLitté, cette aventure.

14/10/2022, 15:47

ActuaLitté

La musique en bibliothèque n'est pas “une variable d’ajustement pratique”

L'annonce de la fermeture de la Médiathèque musicale de Nanterre par la municipalité, concrétisée le 2 juillet 2022 mais aussi les disparitions des collections musicales dans certains établissements constituent « des signaux très inquiétants », indique l'ACIM, Association pour la Coopération des professionnels de l'Information Musicale. Dans un texte reproduit ci-dessous, l'organisation rappelle que les supports musicaux restent indispensables en bibliothèque.

14/10/2022, 07:55