#Distribution

Des retards de livraison en librairie et la chaîne du livre menace d'exploser

La crise du papier et de son approvisionnement continue d’angoisser, à raison. Car avec elle, une autre pénurie sévit : celle des recrutements pour les entrepôts. Emplois mal payés, éprouvants… les candidats ne se bousculent pas au portillon. Et depuis des semaines, les transporteurs ne suivent plus : une carence de chauffeurs routiers est partout observée.

Le 24/11/2021 à 15:58 par Nicolas Gary

22 Réactions | 821 Partages

Publié le :

24/11/2021 à 15:58

Nicolas Gary

22

Commentaires

821

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Dès septembre, les premiers signes de rouages grippés apparaissaient chez les distributeurs : le travail tournait au ralenti, la surcharge se faisait sentir, malgré une rentrée littéraire relativement calme. « Nous avons eu des plaintes de libraires, souvent remontées en réunion, mais l’on se demande si la direction a conscience du retard accumulé », nous indiquait mi-octobre une responsable d’Interforum.

Le volume d’envoi, doublé des problèmes logistiques de livraison, n’est cependant pas allé en s’améliorant : le représentant de la Fédération des transporteurs routiers en Limousin donnait le ton du territoire entier. « Aujourd’hui on a des marchés, des contrats auxquels les entreprises ne peuvent plus répondre. C’est des véhicules qui restent arrêtés sur les parkings et c’est des clients qui peuvent être insatisfaits puisqu’il y a des retards de livraison. Il y a d’ailleurs des pénuries, ça se ressent dans les commerces », assurait François Cenut auprès de France Bleu début novembre.

Chauffeur ? Non ?

D’autant qu’eux-mêmes affrontent une hausse du coût des carburants, fragilisant des entreprises déjà en proie aux manques de personnels. Dans ce contexte, un peu plus largement, le directeur général de MDS (Média Participations) a adressé un courrier aux libraires de l’Hexagone. Plusieurs points en ressortent, illustrant les difficultés globales.

D’abord, la hausse de l’activité de 84 % en regard de 2020 et des « progressions inhabituelles [ayant] considérablement impacté nos délais habituels de préparation de commandes ». La société a d’ailleurs tenté de pallier cette recrudescence, avec plusieurs mesures — allongement des horaires en semaine, travail tous les samedis et les jours fériés, mise en place d’une équipe de nuit pour le réapprovisionnement et le rangement. Mais rien n’y fait. Et cela entraîne de nouvelles mesures.

« À l’approche des fêtes, nous sommes parfaitement conscients que les commandes enregistrées chez MDS jusqu’au lundi 13 décembre, 9 heures, doivent impérativement être livrées avant le 24 décembre dans vos librairies. Nous vous garantissons tout mettre en œuvre pour tenir cet engagement », note le directeur général. « Pour toutes les commandes de réassort, les titres dont la quantité commandée est inférieure ou égale à 2 exemplaires ne seront pas préparés. »

Crédits : Robson Hatsukami Morgan/Unsplash

Jusqu’au 30 décembre, donc, 3 titres minimum commandés, pour maintenir l’approvisionnement des points de vente. En outre, indique le courrier, cette approche aurait des vertus écologiques, puisque des expéditions fractionnées augmentent le bilan carbone des ouvrages. Le retour à la normale sera permis par les investissements technologiques réalisés, et s’accompagnera, pour les quatre offices de janvier 2022, d’une échéance de 60 jours. Autrement dit, les quatre temps de sorties des ouvrages.

La règle de 3, à la poubelle

Trois exemplaires minimum pour les réassorts, voilà qui n’a pas manqué de faire bondir le Syndicat de la librairie française. « Nous sommes très surpris du manque d’anticipation de votre part », répondent dans un courrier Anne Martelle, Présidente du SLF, et Amanda Spiegel, Présidente de la commission commerciale . D’autant que les décisions qu’énonce MDS auront des conséquences sur « la relation à nos clients ».

Et d’énumérer, dans un inventaire à la Prévert, une série d’interrogations bien pimentées :

Savez-vous que l’interdiction des commandes à l’unité nous empêche de répondre aux commandes de nos clients comme des bibliothèques avec lesquelles nous sommes en marché ?

Comment faisons-nous pour annuler les commandes unitaires passées sur nos sites internet ? Comment faisons-nous pour expliquer à un client qui attend sa commande depuis plusieurs semaines qu’il va falloir l’annuler ? Comment faisons-nous pour expliquer à un client que nous refusons sa commande alors qu’il peut se servir auprès d’Amazon ?

Comment faisons-nous pour refuser les commandes à l’unité alors que la loi nous fait obligation de les servir ? Comment faisons-nous pour expliquer à un client impatient d’acheter son cadeau que ce n’est pas de notre faute, mais de celle d’un distributeur ? Comment faisons-nous pour expliquer à une bibliothèque que nous n’honorerons pas ses commandes, en infraction avec le contrat qui nous lie à elle ?

Courrier du SLF à MDS

Mais la réponse du berger à la bergère s’accompagne également de revendications : le SLF rejette ainsi l’idée de commandes par trois, demande que les commandes unitaires soient honorées jusqu’au 30 novembre — de fait, toute commande après cette date serait livrée… après Noël.

Et dans le même temps, le Syndicat réclame des compensations, qui vont au-delà des échéances proposées :

• un crédit immédiat pour les retours saisis à partir de novembre 2021 et jusqu’à ce que la situation revienne à la normale ;

• 30 jours d’échéance supplémentaire sur le réassort, à partir de novembre 2021 et jusqu’à un retour à la normale ;

• des mesures commerciales, à partir de janvier 2022, sous forme de points de remises supplémentaires sur le réassort et l’office, afin de compenser le préjudice financier subi par les libraires.

Quand la logistique est sous l'eau...

Plusieurs constats s’opèrent, communs à l’ensemble de la chaîne de distribution. « Nous avons recours à des intérimaires, avec un problème de pérennisation de l’embauche — parfois des débutants, au risque de provoquer des accidents », souligne-t-on chez Interforum (filiale diffusion/distribution d'Editis). « La disparition des salles des ventes dans les différents groupes a également pesé sur les échanges avec les libraires. »

Côté librairies, on fait état, chez MDS « d’une catastrophe depuis plusieurs semaines ». Mais ils sont nombreux à se sentir solidaires vis-à-vis des salariés : « On leur demande de soutenir un rythme éprouvant, sans qu’ils parviennent à résorber les retards. Certaines des nouveautés de début novembre ne me sont toujours pas parvenues », indique un libraire en région. « On l’a bien vu durant le premier confinement : quand la logistique est sous l’eau, ça devient l’enfer pour tout le monde. »

L’approche de MDS s’avère radicale, « mais on comprend qu’ils aient besoin d’agir : les salariés en entrepôts vivent un enfer, on redoute les burn-out… Mais est-ce que le problème ne viendrait pas de l’outil logistique, pas au point ? », s’interroge-t-on chez un libraire spécialisé BD.

Vincent Montagne, PDG de Média Participations - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Amazon ? Le problème est ailleurs...

Quant à ces commandes par trois exemplaires, on fronce les sourcils : « Sur des titres à rotation très faible, en commander trois, c’est l’assurance qu’il y en aura deux au retour », pointe une libraire aguerrie de la région parisienne. « Commander des articles dont je n’ai pas besoin, cela revient à faire peser leurs difficultés sur ma trésorerie. Et le retard de crédits des retours MDS finira par être énorme. »

D’autant qu’à compter du 1er janvier, l’ensemble des catalogues Le Seuil/La Martinière passera définitivement chez MDS. « Qu’ils invoquent la hausse des flux, on le saisit : tous les distributeurs l’ont senti passer, à différents niveaux. On imagine bien que pour eux, l’intégration de ces ouvrages ajoute de la complexité à l’ensemble », conclut la libraire.

En revanche, plusieurs autres se montrent sceptiques, à l’idée que cette situation serve les intérêts des grandes plateformes. « La vente en ligne fait du volume, et commande donc beaucoup. Mais pour le coup, ce sont des expéditions unitaires — précisément ce que souhaite éviter MDS. Une typologie de réassort pénible à traiter, niveau logistique. En l’état, les plateformes seraient plutôt desservies. »

Sauf que, selon les informations obtenues par ActuaLitté, cette question des réassorts unitaires serait réglée depuis plusieurs semaines : Amazon favoriserait désormais les commandes hebdomadaires. En revanche, l’ouverture d’un entrepôt Amazon à Dourdan (91), où se trouve également celui de MDS, aurait-il conduit à des vases communicants chez les salariés ? Difficile à dire… « On dit que les salaires seraient significativement supérieurs chez Amazon… on le dit… »

La Bourse ou la Vie !

Le gérant de plusieurs librairies sur Paris souligne pour sa part toute l’incongruité de la décision : « Pour les petits et moyens, l’alternative est simple : mettre en péril sa boutique en commandant plus de titres que nécessaire, ou se mettre hors la loi — le tout sans même savoir quand il recevra sa commande. C’est incroyable qu’un fournisseur, pour la première fois, nous mette en porte-à-faux vis-à-vis de la loi Lang. »

La loi Lang ? Celle sur le prix unique du livre ? Précisément. Article 1, elle stipule « Tout détaillant doit offrir le service gratuit de commande à l’unité. » En clair, un libraire n’a pas le droit de refuser la commande d’un lecteur — mais l’obligation qu’impose MDS de trois exemplaires a des répercussions financières… ou légales. « On serait obligé de prendre trois livres pour un seul que l’on n’a pas en stock », s’étrangle une libraire parisienne.

Et comment expliquer aux clients ce dilemme économico-juridique ? « Les gros vont massifier leurs commandes, les petits substitueront un ouvrage de ce distributeur par celui d’un autre », tout simplement, poursuit notre interlocutrice. « Sans pour autant régler la question des retours qui s’accumuleront. Ce n’est pas un accident industriel, mais cela a quelque chose de méprisant de la part d’un de nos importants fournisseurs. »

En outre, s’il l'on retourne deux livres, après en avoir commandé, et donc fait livrer, 3, le bilan carbone est sérieusement malmené. Beaucoup plus qu’avec un seul exemplaire transporté lors d’une commande unique…

Le sujet de ces commandes unitaires ne sort d’ailleurs pas de nulle part : la Commission de liaison interprofessionnelle du livre (CLIL), qui réunit un collège d’éditeurs, distributeurs et libraires le déplore régulièrement. La librairie représenterait un vrai problème, du fait de ces demandes de réassort à l’unité… mais qui découlent de ce qu’un client souhaite acheter le livre.

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Et avec un peu de recul ?

Et la résistance s’organise, d’ores et déjà. « En raison de problèmes logistiques manifestement irrésolubles de la part d’un grand distributeur de livres (MDS) d’ici le 24 décembre, l’ensemble de la chaîne du livre ne peut fournir en moins de 3 exemplaires à la commande les titres des éditeurs suivants », explique la librairie de Boulogne-Billancourt Les mots et les choses. Et de fournir les noms des différentes maisons du groupe Média Participations.

« Nous en sommes profondément navrés et vous recommandons de vous reporter sur d’autres éditeurs », achève-t-elle, tout en assurant que les titres clefs de ces éditeurs restent en stock.

« Les reports de ventes, c’est le cœur de métier du libraire : le conseil au client. N’importe quel professionnel se sortira aisément de ce 3 ou rien. Il suffit d’expliquer que la commande n’arrivera que dans un mois, et le client acceptera bien volontiers de se faire recommander un autre ouvrage », s’agace-t-on sur des groupes de libraires. Or, depuis le message de MDS, certains libraires ne manquent pas de s’en prendre à la diffusion. Que les représentants payent les pots cassés d’une communication très maladroite, voilà qui en dit long…

Nul doute, d’ailleurs, que Média Participations a déjà pris en compte les pertes financières, aussi bien que le déficit d’image qu’entraîneraient des reports de ventes. « Personne ne se souvient, voilà une quinzaine d’années, que Volument, justement à la période des fêtes, avait connu un accident informatique du même genre ? Ces choses arrivent : que les libraires nous tombent dessus, c’est dingue. »

Éditeurs, auteurs : dernière roue du carrosse

Plusieurs petites maisons nous ont fait part de leurs inquiétudes. « Sous la partie visible de l’iceberg, il y a la réalité des ventes de Noël : un libraire aura tôt fait de substituer un ouvrage à un autre, en comprenant que le distributeur ne peut pas assurer la livraison. Ou impose ces conditions commerciales étonnantes », nous confie l’un d’eux. « Il faut bien occuper les tables, et disposer d’une offre pour les fêtes de fin d’année. »

Suivant les segments éditoriaux, ces ventes de fin d'année pèsent jusqu'à 15 % du chiffre d'affaires annuel, tout de même. « Donc des droits perdus pour les auteurs, sur une période cruciale. »

Conclusion ? « L’impact pourrait être limité sur les titres qui se vendent bien. Mais pour ceux qui, justement, sont achetés par les points de vente à l’unité, c’est la fin. Aucun libraire ne commandera trois ouvrages s’il n’a de demande que pour un seul », se désole l’éditeur.

« Il faudra sérieusement parler avec MDS des conséquences de leur décision, et des compensations induites pour nous. Le manque à gagner sur les cadeaux de Noël — le livre comme achat d’impulsion — c’est uniquement durant les fêtes. Si les livres n’existent pas, c’est une perte significative », reprend-il. Et d'insister : « D’autant que, rêvons tout haut : si une commande de trois exemplaires est passée, et que deux sont renvoyés, qui paye ces frais de retours ? L’éditeur. »

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Quand l'impensable se produit

Reste en effet à poser clairement les faits de l’année 2021, pour mieux comprendre. D’abord, le recrutement chez MDS, un épineux souci que personne ne remet en cause. D’autre part, l’arrivée du Seuil/La Martinière, qui a achevé de tendre la situation. « Il y a des erreurs de préparations, bien entendu, mais une hausse de 84 % de l’activité, qui l’aurait encaissé en évitant la sortie de piste ? », questionne un observateur.

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

« Ils sont bel et bien victimes d’un accident industriel… positif : quand on commercialise le tome 6 de Blacksad, le nouveau Goldorak et le tome 28 de Blake Mortimer, cela représente plus de ventes que le prix Goncourt. Nettement plus. » Données à l’appui, 90.813 et 80.148 ventes pour les deux premiers titres. Le tome 28 de Blake et Mortimer vient juste de sortir, mais le précédent avait réalisé 233.224 exemplaires. À titre de comparaison, La plus secrète mémoire des hommes, prix Goncourt 2021 affiche 86.595 exemplaires (chiffres : Edistat).

Et impossible de passer à côté de la déferlante manga qu’a enregistrée l’année 2021. Selon l’institut GfK, 28 millions d’exemplaires écoulés entre janvier et août 2021, soit une hausse de 124 % des ventes. Le groupe Média Participations compte tout de même la maison Kana (Naruto et ses déclinaisons, Death note, etc.), celui-ci a pu “subir” l’explosion des ventes, que le Pass Culture a accentuée. Pour mémoire, Naruto avait fait près de 1,2 million d’exemplaires en 2020 — le dernier tome étant sorti en 2016.

À LIRE : 71 % des achats Pass Culture sont des mangas

Troisième plus grand vendeur de mangas en France, après Glénat (leader) et Pika/Nobi-Nobi, Kana aura vécu l’effet levier du Pass, comme d’autres. Pourtant, Hachette assure la distribution de tous les autres faiseurs du segment (Glénat, Delcourt, Bambou) et Interforum reste très solide : « Mieux structurés, peut-être », poursuit l’observateur.

Alors quid ? « La logique des trois exemplaires ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt : d’abord, c’est un effort de transparence assez rare dans la distribution. Ensuite, et de toute évidence, cela privilégiera les best-sellers. Donc, assure aux libraires que les titres qui se vendront durant les fêtes seront bien là », reprend-il. « Mais il ne faut pas avoir la mémoire trop courte : au sortir du premier confinement, ces mêmes libraires ont opté pour les best-sellers, avec des retours massifs. »

Autre époque, autres mœurs ? Notre observateur conclut : « La chaîne du livre est globalement crispée, on cherche, plus que d’habitude, des fautifs. La question est : cela fonctionnera-t-il ? »

mise à jour 26/11 - 13h41 : 

Les réseaux de librairies BDfugue et Momies, ainsi que plusieurs responsables de rayon BD et gérants de librairies spécialisées ont été sollicités. Marasme, calamité, vaste bordel… les qualificatifs ne manquent pas chez les libraires pour décrire la situation, alors que les fêtes de fin d’années approchent.

Pris de court, les voici entre le marteau et l’enclume, avec la ferme intention de ne pas prendre de coups de la part de lecteurs mécontents. Conclusion, s'il n'est pas possible pour eux d'être fournis en bandes dessinées, et autres titres dont s'occupe MDS, ils sont bien décidés à se passer des titres que distribue la filiale de Média Participations. 

Retrouver notre article

 

22 Commentaires

 

RP

24/11/2021 à 16:32

Des mails, des appels, avec une forme d'arrogance que l'on ne connaissait pas à la profession de libraire. Jamais vu ça... Et merci de préciser que nous, représentants, n'y sommes pour rien !

Acharlotte

26/11/2021 à 10:07

Pour nous libraires c'est du jamais vu non plus. Merci à MDS de nous mettre autant dans l'embarras et de rendre cette fin d'année encore plus compliquée et surchargée qu'elle ne l'ait habituellement. Et la communication de MDS n'aide vraiment pas à se détendre. A chaque fois on hallucine un peu plus. Les responsables de tout cela sont vraiment de tristes sires :(

Un libraire

24/11/2021 à 18:00

Bonjour,

"3 titres minimum commandés, pour maintenir l’approvisionnement des points de vente. En outre, indique le courrier, cette approche aurait des vertus écologiques, puisque des expéditions fractionnées augmentent le bilan carbone des ouvrages".

Si nous triplons les commandes unitaires, plus de poids plus de colis, puis renvoi des deux exemplaires surnuméraire donc re- camion, re-colis. Je vois mal l'aspect écolo ce va-et-vient.

" quand on commercialise le tome 6 de Blacksad, le nouveau Goldorak et le tome 28 de Blake Mortimer, cela représente plus de ventes que le prix Goncourt. Nettement plus. "

MDS, en BD, c'est du lourd chaque Noël ! Quand ça n'est pas Blacksad ce sont les Vieux Fourneaux, etc. etc. La BD MDS c'est toujours un enjeu en fin d'année.

"D’autant que, rêvons tout haut : si une commande de trois exemplaires est passée, et que deux sont renvoyés, qui paye ces frais de retours ? L’éditeur. "

Et le libraire paie le transporteur à l'aller, le réceptionnaire et le transporteur dans l'autre sens. Et puis, les avoirs ne sont pas évoqués. Quand verrons-nous le crédit de ces doublons retournés ? On ne sait rien de ce retard. Ils ont délaissé le traitement des colis de retour au profit des expéditions ?

"Mais il ne faut pas avoir la mémoire trop courte : au sortir du premier confinement, ces mêmes libraires ont opté pour les best-sellers, avec des retours massifs. " Pas tous.

Il vaut mieux du retard que de refuser de servir des livres commandés à l'unité. S'en prendre aux représentants est absurde. Les clients ont du mal à digérer l'info également.

Si vis pacem, para bellum

24/11/2021 à 20:12

Juste une question : le groupe a dealé la fin de la distribution Volumen par Interforum à l’arrivée de Vivendi, il y a donc trois ans. Le temps pour moderniser l’outil industriel.
Pourquoi cela n’a-t-il pas été fait ?

ex-Volumen

24/11/2021 à 22:28

Je me souviens parfaitement du marasme dans lequel Volumen avait pataugé en 2004. Fallait le vivre pour le croire.
L'impératif de regrouper La Martinière avec Le Seuil avait conduit à multiplier les boulettes grotesques, entraînant, dans le volet informatique de la distribution, des conséquences funestes.
A la différence que le groupe MP n'a pas vraiment pour lui ni la précipitation ni l'urgence que Hervé de la Martinière et ses équipes faisaient peser. La vente de Seuil/LM s'est faite en septembre 2017, validée peu après : cela fait au moins trois ans, voire un petit quatre, que l'intégration est en cours.
On met de côté les négocations avec Editis et on se pose une seule question : ils ont fait quoi ?

CHRISTOPHE AUBERT

25/11/2021 à 07:04

Si je me souviens bien, les problèmes d'alors étaient venus du fait que la direction de La Martinière n'avait à aucun moment préparé avec les spécialistes du Seuil, les changements informatiques qui avaient suscités les problèmes logistiques, en gros ils avaient vu bien trop petit par rapport à la réalité des mouvements. Est-ce que ce ne serait pas le cas encore une fois chez MDS, avec une direction qui passerait à coté de la réalité ? Celle-ci avec la venue des livres du Seuil pour janvier, et l'augmentation très rapide de ses ventes, et la modification tout aussi rapide de ses équipes, n'aurait peut-être pas assez pris en compte que derrière chaque décision de dirigeants, il y a forcément une réalité à construire, qui si on la minore en se disant "que cela passera" finit toujours par accrocher les murs ?

Mb

24/11/2021 à 22:36

Juste un petit mot pour dire que c'était Volumen et non Volument et tout le monde se souvient parfaitement que c'est ce qui avait signé la fin du groupe logistique en question. (Qui a été repris ensuite par Interforum).

Ismaël

25/11/2021 à 11:19

Mb, juste une petite précision, vous allez vite en besogne en indiquant que "l'accident" informatique de 2004 chez Volumen, et qui avait grandement pénalisé la rentrée littéraire de l'époque et les ventes de fin d'année, a ensuite signé, dites-vous "la fin du groupe logistique en question"... C'est faux. Volumen s'est tout à fait remis en ordre de marche par la suite, et la diffusion/distribution ne fut vendue à Interforum qu'en 2015, soit 11 ans après l'épisode calamiteux de 2004... Alors certes, cela a fini par impacter le groupe de l'époque, avec le départ de certains éditeurs diffusés importants (mais pas seulement à cause de l'incident en question), mais cela n'a pas signé "la fin du groupe" qui a continué à fonctionner de longues années, il ne faut pas exagérer.

lettres Vives

25/11/2021 à 01:22

Tout est absurde dans cette situation.
On essaie de justifier un accident industriel dû à la concentration capitalistique incontrôlée du secteur (voilà que je me réveille insoumis, n'importe quoi !) par des éléments factuels.

La progression du secteur n'est pas imprévisible ni soudaine, elle est constante et importante depuis des mois. La BD a le vent en poupe grâce en partie au manga et au pass culture, les articles de presse, même pas spécialisée, sont surabondants sur ce sujet depuis des mois.

Noël se déroule encore cette année en décembre, contre toute attente, et cela depuis des années, et depuis des années ce distributeur est alerté sur ses faiblesses par les équipes de diffusion.

Le planning des grosses sorties en BD est connu des mois à l'avance, et à part peut-être Goldorak, il n'y a pas de succès inattendu, seulement de la grosse artillerie.

L'arrivée en distribution de groupes de diffusion comme Auzou ou le Seuil Jeunesse n'est pas non plus une surprise, sauf à croire en l'apparition d'un variant contagieux de la maladie d'Alzheimer chez les dirigeants.

La solution proposée, l'augmentation du nombre d'ouvrages commandés, en triplant le volume à préparer sur certains titres et créant des ruptures fictives, parachèverait la paralysie totale du groupe par l'augmentation des volumes traités à l'aller et au retour.

Alors quoi ?

D'abord dire que cette situation est lamentable et qu'elle affectera durablement les liens avec ce distributeur.

Ensuite que nous libraires avons besoin d'une parole forte du SNE et de son Président (futur-ex ?!) pour désavouer ces pratiques, évidemment contraires à la diversité éditoriale, et à la confiance nécessaire entre acteurs de la chaîne du livre et à loi sur le prix unique.

Et il est impossible de penser travailler des nouveautés de début d'année alors même que nous ne savons pas dans quelles conditions elles seront traitées et mises en place : chez qui, quand, quelle égalité des dates de livraisons pour les mises en place...

Alors les demandes formulées par le SLF ne devraient même pas être discutées mais appliquées immédiatement.

Donc dans l'attente il n'est pas pensable que les commandes passées par des plateformes en ligne puissent être traitées jusqu'à règlement de cette situation. Il n'y a pas de rupture d'égalité de traitement puisqu'il y a d'un côté des clients librairies, de l'autre des plateformes.

Et enfin, il est vraisemblable que la course à "c'est moi qui ait la plus grosse", montre encore une fois ses limites et ses faiblesses dues à ses excès, et il est vraisemblable qu'une reflexion doit s'ouvrir sur la question du diktat du prix bas du livre, en questionnant de manière sérieuse l'élasticité-prix, et par la même occasion la répartition de la valeur dans la chaîne entre ceux qui ont le pouvoir mais pas même la capacité de bien faire leur métier et les autres acteurs.






Pop corn

25/11/2021 à 06:19

Le spectacle est joli et j'y assiste depuis mon canapé, avec un peu de pop-corn.

Signé : un maillon (vraiment) faible.

Gintoki

25/11/2021 à 06:20

vu ça sur Twitter (@librairesecache).

Donc pour garder leurs clients (normal donc) les libraires vont commander en triple et renvoyer 2/3 des commandes dans 2-3 mois (bravo le bilan carbone), j'espère que les librairies signaleront mieux ces livres en surplus (pour éviter les retours).

les retours sont bien payés par les éditeurs (il me semble), "drôle" de stratégie.

pour mon Noel se sera du Blu-ray et UHD avec :
-BAC Nord - 4K Ultra HD + Blu-ray
-Battle Royale [4K Ultra HD Édition Ultimate]
-Citizen Kane - Edition Collector Limitée Blu-ray 4K Ultra HD
-Coffret Audrey Hepburn Exclusivité Fnac Blu-ray
-Conan, le fils du futur - L'intégrale Blu-ray
-Detective Conan : The Scarlet Bullet - Edition Collector Combo Blu-ray DVD
-Free Guy - Edition Spéciale Fnac Steelbook Blu-ray 4K Ultra HD
-Incassable - Edition Spéciale Fnac Steelbook Blu-ray 4K Ultra HD
-Jungle Cruise - Edition Spéciale Fnac Steelbook Blu-ray 4K Ultra HD
-Kaamelott : Premier Volet - Edition Epique Blu-ray 4K Ultra HD
-Les Sorcières d'Akelarre [Blu-Ray]
-Mad Max Anthologie [4K Ultra HD Édition boîtier SteelBook]
-Mulholland Drive - Édition Collector - 4K Ultra HD + Blu-ray
-OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire Edition Spéciale Fnac Steelbook Blu-ray
-Pandora [Blu-Ray]
-Qui veut la peau de Roger Rabbit? - Edition Spéciale Fnac Steelbook Blu-ray 4K Ultra HD
-Rick and Morty - Saisons 1-4 - Blu-ray
-Rick and Morty - Saison 5 - Édition SteelBook
-Supergirl [Blu-Ray]
-Terminator 2 [4K Ultra HD SteelBook-30ème Anniversaire]
-The Suicide Squad - Edition Spéciale Fnac Steelbook Blu-ray 4K Ultra HD

peu de livres :
-A Certain Scientific Railgun T3
-Aria The Masterpiece T4 à T7
-Escale à Yokohama T1 à T6
-Gintama T70
-Isabella Bird - Femme exploratrice T8
-Jujutsu Kaisen T12
-Kaiju N°8 T2
-Kowloon Generic Romance T3
-L'Histoire de l'Empereur Akihito
-Natsuko no Sake T6
-Neon Genesis Evangelion - Nerv Edition T1 (la date est douteuse)
-Saotome - Love & Boxing T5
-Shikimori n'est pas juste mignonne T1 & T2
-Unsung Cinderella T5

(peu de livres) mais du réassort avec Aria et Escale à Yokohama (bon les Meian je les achètent sur leur site), reste Evangelion dont je suis par certain de la sortie (31 Décembre)

Toinou

25/11/2021 à 08:02

J'aime bien la réaction de libraires disant qu'ils allaient "simplement substituer un titre à un autre ou pousser le client vers un autre titre.
Je dois apparemment être un type de client très atypique : lorsque je veux un titre, c'est celui-là exactement et pas un autre, on ne me fera pas substituer. Après, je suis rarement pressé, donc je ne devrais pas trop poser de problème.

Un autre observateur

25/11/2021 à 08:56

Bonjour monsieur Gary,

C'est bien de prendre l'avis de MDS mais pourquoi les appeler "un observateur" ?

Ce qui serait mieux, c'est de prendre sa voiture et d'aller sur place, interroger les salariés, les intérimaires, enquêter sur les conditions de travail, vérifier les déclarations des uns et des autres.

On a besoin de savoir, merci de nous informer !

Nicolas Gary

25/11/2021 à 09:13

Bonjour cher observateur
L'accès aux entrepôts n'est pas chose aisée sans un Virgile pour vous guider à travers les Enfers – et si même Dante en eut besoin, imaginez ce qu'il en serait pour moi.
Aussi, avant de prendre une voiture, il importe de préparer son voyage, comme pour tout périple.
J'enfonce peut-être là une porte ouverte.

Pascha

25/11/2021 à 09:19

Bonjour,
Ce distributeur a clairement manqué d'anticipation, (on aurait du mal à croire que sa situation soit lié à un problème financier). Il aurait pu encourager le minimum de commande via gratification plutôt que choisir une solution vécue comme pénalisante.
Mais je trouve la réaction et les revendications des libraires disproportionnées par rapport au préjudice théorique causé par les mesures de ce distributeur. Une posture classique dans leur relation à la distribution, dont les libraires ne connaissent pas du tout la complexité. Un libraire qui ne peut pas faire 2 commandes par semaine auprès de MDS auxquelles joindre ses commandes clients a du souci à se faire.

Libraire5363

25/11/2021 à 09:31

84% d'activité en plus depuis octobre ! Ce chiffre est relayé partout. Mais quelqu'un peut-il donner la part de l'intégration d'Auzou par MDS dans cette augmentation. Je ne suis pas sûr que les ventes de livres en librairie ont bénéficiées de la même progression... Attention aux messages qui pourraient être contreproductifs. On ne peut pas dire que le mois de novembre soit ultra dynamique en librairie.

Marianne

25/11/2021 à 10:03

"Les reports de ventes, c’est le cœur de métier du libraire : le conseil au client. N’importe quel professionnel se sortira aisément de ce 3 ou rien. Il suffit d’expliquer que la commande n’arrivera que dans un mois, et le client acceptera bien volontiers de se faire recommander un autre ouvrage », s’agace-t-on sur des groupes de libraires."

Alors là, quel mépris souverain des libraires, des représentants ou des distributeurs pour les lecteurs ... parce que bien sûr, si je veux un livre pour Noël, il suffit qu'un librairie me montre celui qu'il a en tête de gondole à la place pour que je change d'avis ?! Ben voyons ... Et ça c'est mon avis en tant que lectrice ...

En tant que professionnelle du livre, étagère "bibliothécaire", je reste aussi confondue par ce diktat du distributeur pour les livres commandés ... ma libraire vient de m'informer qu'une partie des titres commandés il y a 10 jours ne sera pas livrés en fin d'année ... elle m'a expliqué pourquoi ... je lui ai demandé les éditeurs concernés pour leur faire un courrier, et j'hallucine : Le Seuil Jeunesse, La Poule qui pond (petit éditeur de ma région) et j'ai oublié le troisième concerné ... donc, je ne peux plus acheter de livres chez eux, sauf leur dernière nouveauté qui, si j'ai de la chance, sera en stock dans les deux petites librairies où nous faisons nos achats !? Parce que je ne risque pas de commander leurs livres en 3 exemplaires, et je comprends parfaitement que ma libraire rechigne à le faire et à se retrouver avec 2 exemplaires sur les bras ...

Et pendant ce temps-là, sur Amazon, les lecteurs lambdas peuvent commander tout ce qu'ils veulent ... ils auraient tort de se priver ... et quand les petites librairies auront disparu, ces messieurs les distributeurs devront composer avec les conditions de l'ogre, ça devrait leur plaire ...

Hélas

25/11/2021 à 10:26

La situation est terrible. Et elle nous rappelle que la librairie est un commerce, et que ce commerce, s'il a ses spécificités, est aussi un commerce rattrapé par les travers de la société et de la consommation. Parce que, même si cela fait mal à dire, plus que lire nous consommons du livre et l'économie du livre s'articule autour de cette consommation. L'acheteur veut tout tout de suite (succès des plateformes de commande en ligne), Noël devient une période cruciale pour les finances de tous... Et les collectivités, parce qu'il faut des critères aux marchés, peuvent aussi mettre des impératifs de délais.
La balle est peut-être aussi dans le camp des clients (qui ne sont pas toujours les lecteurs d'ailleurs).

Ant Editions

26/11/2021 à 09:05

Il y a un certain paradoxe dans cette histoire, qui illustre bien les différents soucis de la chaîne du livre.
Etant indépendant et assurant ma propre diffusion/distribution, je connais parfois des difficultés avec quelques libraires : certains disent à leur client qu'ils commandent (mais ils ne le font pas car c'est contraignant en terme de facturation), les frais de port sont un épineux problème et le règlement de la commande peut être long, très long (parfois un an pour une commande de moins de 20€ !).

Il y a tout un système à revoir, bien plus vertueux pour l'ensemble des acteurs de la chaîne du livre (des autrices/auteurs jusqu'aux libraires).

Nous sommes tous dans la même galère, donc autant se serrer les coudes.

Marie-christine Courteille

26/11/2021 à 13:25

Et bien, comme le reste de l'économie : privilégiez le circuit court en commandant des livres au petit éditeur le plus proche de chez vous....

Marianne

27/11/2021 à 06:22

Mme Courteille, excusez-moi, mais ce genre de conseil est un peu réducteur (vous voyez une bibliothèque qui ne proposerait que de l'éditeur/auteur régional sur ses étagères ? je ne suis pas sûre que les lecteurs seraient ravis, et ils auraient bien raison. Diversifier, c'est bien, cantonner à, ça l'est moins).
Et d'autre part, comme je le signalais dans mon précédent commentaire, les petits éditeurs régionaux sont aussi concernés, puisque La Poule qui pond, par exemple, dans ma région, passe par ce distributeur ...
Si vous conseillez à tous les éditeurs d'arrêter de passer par des distributeurs et de traiter en direct avec tous les libraires (voir avec les particuliers), ça risque d'être compliqué pour eux ...

Un libraire

28/11/2021 à 10:31

Madame, merci pour ce commentaire clair et utile.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Maison du dessin satirique : “S’il te plaît, dessine-moi un serpent de mer…”

Le 15 janvier 2020, à l’occasion de ses vœux à la presse, le Président Macron annonçait la création d’une maison du dessin satirique et du dessin de presse. Depuis, rien, ou presque. L’annonce du lieu choisi pour cette maison devait être faite en janvier 2021, puis au printemps, puis à l’automne et… rien. ActuaLitté mène l’enquête, à la recherche du dessin perdu.

16/11/2021, 11:34

ActuaLitté

Prix du livre et frais de port : “Le marché va en souffrir, pas Amazon”

Arrivée à l’Assemblée nationale pour son adoption, la loi concernant les frais de port fera florès : qui, après l’année 2020, refuserait un projet de soutien aux libraires ? Qui, devant le vorace Amazon, éconduirait l’effort pour rétablir une concurrence saine sur la vente à distance de livres ? En somme, qui aurait intérêt à ce que les frais d’envois postaux d’un livre n’augmentent pas ? De fait… quelques nuances s’imposent.

06/10/2021, 11:33

ActuaLitté

Dicker, Zemmour et Sattouf : comment l'indépendance des auteurs effraie l'édition

Dicker, Zemmour, Sattouf : trois noms significatifs dans l’édition puisqu’ils pèsent à eux seuls plusieurs millions d'euros de chiffre d’affaires. Ils ont tous opté pour un changement de paradigme, mais réellement en rupture avec l’industrie du livre jusqu’à lors connue ? Pour point commun, un outil de diffusion et distribution qui leur ouvrira les portes des libraires, grandes surfaces culturelles et autres enseignes… Bref, les points de vente du livre. Un schéma disruptif, supposément, qui provoque des sueurs froides dans l’ensemble du milieu. Panique à Saint-Germain ?

10/09/2021, 11:52

ActuaLitté

Issues de la collection de Stefan Zweig, deux partitions inédites de Schumann retrouvées

Il est des vieux papiers que l’on exhume, avec une odeur d’antan, mais dont on ne soupçonne pas que leur histoire nous emportera loin, bien loin. Au sein de la Fondation Martin Bodmer (Cologny, canton de Genève), quatre pièces inédites ont été retrouvées. Muriel Brandt, chargée de mission pour la mise en valeur des partitions autographes en aurait dansé au son des lieder de Robert Schumann, ainsi que deux autres pièces, de Georges Bizet et Charles Gounod. 

03/09/2021, 13:17

ActuaLitté

Vente d'épreuves non corrigées : collectionneur illuminé ou attrape-nigaud ?

Le marché du livre d’occasion fait pousser des soupirs désabusés aux organisations d’auteurs depuis bien longtemps. C’est pourtant en toute légalité que l’acheteur de livre papier peut revendre on exemplaire. Il existerait en revanche un autre marché, navigant dans une zone grise nettement plus contestable, installé sur le net français : celui des épreuves non corrigées. Des textes et des ouvrages non-commercialisables, mais qui servent aux éditeurs à faire connaître leurs publications très en amont…

31/08/2021, 13:04

ActuaLitté

Crise du papier en France : pourra-t-on imprimer le prix Goncourt ?

En 2019, l’industrie papetière représentait 5,4 milliards €, incluant papiers et cartons, selon Copacel, organisation patronale. En somme, un douzième de ce que pèse la filière forêt-bois, matière première essentielle. Or, depuis fin 2019, plusieurs facteurs distincts provoquent une pénurie de papier. Et si les usages graphiques — incluant la production de livres — ne représentaient que 1,6 million de tonnes sur les 7,3 millions globales, la situation va en s’aggravant depuis la pandémie. 

 

24/08/2021, 14:47

ActuaLitté

France : Amazon assigné en justice pour concurrence déloyale

EXCLUSIF – Le confinement a révélé, à son insu, quelques secrets de fabrication et autres télescopages douteux chez Amazon France. Un différend juridique entre une éditrice et son prestataire a mis en lumière de manière flagrante les arrangements de la firme, aboutissant à une distorsion de concurrence. Tout à la fois revendeur et fournisseur de services, elle aura rendez-vous avec la justice française pour en répondre.

02/03/2021, 15:10

ActuaLitté

L'infernale circulaire 2016, ou la retraite à prix d'or pour les auteurs

Ah, la retraite : paisible repos après une dure vie de labeur, accompagnée d’un pécule qui permettra d’offrir les étrennes de fin d’année ou la petite enveloppe d’anniversaire. Ou dans certains cas, plus rares, de faire creuser la piscine rêvée. Pour les artistes-auteurs, l’Agessa se vit confier le soin de collecter les sommes, avec l’incurie que l’on a fini par découvrir… Et qui n’en finit pas. 

17/02/2021, 15:58

ActuaLitté

Poésie et livre numérique : la délicate transition du mot à l'écran

Si vous avez déjà acheté de la poésie au format numérique, et à plus forte raison de la poésie en vers, vous vous êtes sans doute rendu compte que les contraintes formelles propres à ce genre littéraire se heurtent aux contraintes techniques de l’ebook. Face à ce constat, les éditeurs de poésie adoptent différentes stratégies, allant de la non-publication de leurs titres en numérique à une réflexion sur la manière dont le numérique peut servir la poésie.

16/02/2021, 14:46

ActuaLitté

Moniteurs étudiants : entre la “procédure” et la “bienveillance", Paris 3 balance

Ce mardi 2 février, les moniteurs étudiants de la bibliothèque Sainte-Barbe, rattachée à l'université Sorbonne Nouvelle — Paris 3, débrayaient une nouvelle fois, accompagnés par des bibliothécaires permanents et des professeurs de l'université. Alors que la crise sanitaire frappe de plein fouet les étudiants, ils réclament le maintien de leur rémunération en cas de confinement et de fermeture de l'établissement. Une partie du personnel de la bibliothèque les soutient et réclame plus de moyens.

05/02/2021, 17:41

ActuaLitté

Gabriel Matzneff publie Vanessavirus, son ultime livre

EXCLUSIF – Ce mois de janvier ne manque définitivement pas de rebondissements : alors que le titre de Camille Kouchner, La familia grande, vient de sortir en grand format, sa parution fait écho à la sortie en poche du Consentement, l’ouvrage de Vanessa Springora. L’éditrice avait dénoncé avec force les actes de Gabriel Matzneff, et toute la complaisance autour du personnage. Quelque peu oublié des médias, l’auteur n’a pour autant pas quitté la plume. Et s'apprête même à publier son prochain titre, Vanessavirus.

02/02/2021, 09:30

ActuaLitté

Financement, structure, Livre Paris : les Grandes espérances 2021 du SNE

Livre Paris 2020 compte parmi les premiers salons victime de la crise sanitaire. Pas de manifestation pour la capitale française, et pas de revenus pour le Syndicat national de l’édition, coorganisateur avec Reed Expositions France. Au cours des dernières semaines, les messages promotionnels n’ont pourtant pas manqué, rassurants ou tentant de l'être. Ainsi, la programmation se dévoile pour partie : l’Inde reste le pays à l’honneur, quand le monde d’après servira de fil rouge à l'ensemble. 

27/01/2021, 16:20

ActuaLitté

Lisimachio, le PDG de Hachette Livre qui voulut racheter Amazon

Jean-Louis Lisimachio a laissé une profonde empreinte sur le groupe Hachette Livre, qu’il quitta brutalement en mai 2003. Depuis, il vit quelque part entre les massifs alpins et Nice, « désintéressé de ce qui concerne l’édition et au courant de tout ». Ses anciens collaborateurs décrivent une personnalité fascinante, admirée ou haïe. Incontestablement, l’ex-PDG de Hachette filiale de Lagardère, avant qu’elle ne soit renommée Lagardère Publishing, a marqué plus que son époque. Une figure d’autant plus intrigante qu’elle ne frayait pas avec le gotha littéraire, bien au contraire.

14/01/2021, 14:20

ActuaLitté

La chaîne du livre face à la crise sanitaire, dans neuf régions françaises

Dès le début de la pandémie, les agences régionales du livre ont conseillé les acteurs concernés, mais se sont aussi lancées dans des consultations, pour rester au plus près des besoins. La Fédération interrégionale du livre et de la lecture propose une synthèse des actions et réactions du monde du livre, dans neuf régions françaises, au cours de la tumultueuse année 2020.

11/01/2021, 16:50

ActuaLitté

Marseille : Actes Sud cédera la librairie du MuCEM à Arteum, “une perspective adaptée”

En janvier 2013, le groupe Actes Sud remportait l’appel d’offres concernant le MuCEM — Musée des civilisations de l’Europe et de la méditerranée de Marseille. En juin de cette même année, la boutique-librairie allait être associée à la librairie Maupetit, propriété du groupe depuis 1998. Mais la concession changerait prochainement de mains, dans le cadre d’un AOT qui bénéficierait à la société Arteum, spécialisée dans les boutiques de musées. 

17/12/2020, 15:45

ActuaLitté

Étude : les Français et la lecture pendant le premier confinement

Trois organismes du secteur du livre, la Sofia, le SNE et la SGDL, ont commandé à l'institut Médiamétrie une étude consacrée aux pratiques des Français en matière de lecture pendant le premier confinement, celui du printemps 2020. Il en ressort un attachement certain pour l'activité, avec une volonté de tester d'autres manières de lire.

14/12/2020, 16:43

ActuaLitté

La lecture, loisir le plus pratiqué par les enfants de 9 ans durant le confinement

Dans quelques années, on se souviendra de cette étrange période avec quelques souvenirs flous : avions-nous réellement été enfermés, durant un confinement mondial ? Pour les enfants, dont 98 % restèrent chez eux, cette période eut des répercussions sur le travail et les loisirs. Le ministère de la Culture a procédé à une enquête, portant sur les jeunes de 9 ans.

07/12/2020, 09:38

ActuaLitté

Les règles du “je” : Rowling, reflet d'un monde patriarcal

L’affaire Rowling prend des proportions inquiétantes : après la fronde des personnels de Hachette UK, voici que des auteurs de l’agence littéraire décident de quitter le navire. Plusieurs auteurs ont claqué la porte de Blair Partnership, suite aux propos de la romancière sur les personnes transgenres. Et maintenant, les politiques se servent de ses propos comme arguments législatifs.

24/06/2020, 12:43

ActuaLitté

Sondage : les Français ont lu 2,5 livres durant le confinement

EXCLUSIF – À partir de ce 11 mai, les librairies ont l'autorisation de réouvrir. Or, la lecture fut, durant le confinement, l’une des vertus refuges. Privés dans un premier temps de librairies, les Français ont pourtant opté pour les livres, pour se divertir, s’évader ou s’enrichir. Un sondage réalisé par Harris pour ActuaLitté/La Journée du manuscrit francophone dévoile quelle place le livre a véritablement occupé lors de ces semaines à domicile.

11/05/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Français achètent de plus en plus de livres d'occasion

Le livre d'occasion, une aubaine
En attendant le communiqué annuel de PriceMinister annonçant que le livre a encore été le produit le plus revendu après Noël, voici un bref pronostic de Recommerce. Spécialiste de la vente de smartphones et produits reconditionnés, l’entreprise avance que les Français passeront massivement par les cadeaux d’occasion.

20/12/2018, 12:03

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Auteurs : une pétition pour “sortir une bonne fois pour toutes de l'insécurité sociale”

La Société des Gens de Lettres (SGDL) invite à signer une pétition, lancée par un collectif d’auteurs, afin de permettre aux hommes et femmes de lettres « d’être entendus, enfin, par l’URSSAF et ses tutelles administratives ». Dans un communiqué, reproduit ici dans son intégralité, l’organisme partage son inquiétude.

01/12/2021, 15:59

ActuaLitté

12e année de prison du poète Trần Huỳnh Duy Thức dans “le goulag vietnamien”

Le 55e anniversaire du poète vietnamien Trân Huỳnh Duy Thức coïncide avec sa 12ème année en prison. Il lui reste encore 4 ans à vivre douloureusement loin de sa femme, ses enfants, ses parents et ses amis. Pour l'occasion, un texte en hommage est proposé dans nos colonnes. Par Nguyên Hoàng Bảo Việt.

30/11/2021, 12:57

ActuaLitté

Pour la lecture des jeunes, “il est urgent d’agir”

Les liens entre le livre, le numérique et la capacité dont nous disposons aujourd’hui de faire converger les deux au profit de la lecture intéressent de nombreuses personnes. Encore faut-il s’accorder sur l’idée que les nouvelles technologies représentent une véritable opportunité, pour le grand public, et les enfants. Les signataires de cette tribune soulignent qu’il s’agit d’un enjeu de souveraineté, de rayonnement, de développement intellectuel, économique et démocratique. 

30/11/2021, 08:32

ActuaLitté

Des oniomanes et des livres : bande de malades...

Battre le fer tant qu’il est chaud ? Chez un forgeron, ou un maréchal-ferrand, l’expression s’entend sans peine. Généralement, cette invitation à rejeter la procrastination se comprend sans difficulté : le risque est d’accumuler les tâches, au point de se trouver fort dépourvu quand la bise pointera son nez. Dans l’édition, on tarde encore à adopter le terme japonais, tsundoku – qui, littéralement, désigne l’empilation de livres non lus. 

26/11/2021, 17:50

ActuaLitté

Pass sanitaire : des libraires défendent l'accès aux bibliothèques pour tous

Il y a un an, le secteur du livre et le monde de la culture se mobilisaient pour que les librairies restent ouvertes lors du deuxième confinement, autour d'une pétition lancée par François Busnel et un appel commun du Syndicat de la Librairie Française, du Syndicat National de l'Édition et du Conseil Permanent des Écrivains. Aujourd'hui, des bibliothécaires appellent à une quatrième journée de mobilisation nationale ce mercredi 1er décembre, pour permettre à tous les publics et notamment tous les enfants d’accéder aux bibliothèques sans pass sanitaire, et des libraires de toute la France apportent leur soutien à cette lutte.

26/11/2021, 12:39

ActuaLitté

L'écrivain face aux censures et violences de la société civile

Dans le cadre de la célébration du Centenaire du PEN Club français, un colloque s’est tenu à la Bibliothèque nationale de France, le 12 octobre 2021, sur le thème Censures et autocensures : les littératures aujourd’hui. L’ensemble de cette demi-journée, ouverte par Laurence Engel et Antoine Spire, a fait l’objet d’une captation par les services de la BnF. Nous reproduisons avec son aimable autorisation l'intervention d’Antoine Spire, président du PEN Club français.

26/11/2021, 09:34

ActuaLitté

Gisèle Sapiro : “La question des sensibilités se pose depuis que l’édition existe”

Le monde du livre n'échappe pas à des rapports de force, qui s'expriment aussi bien dans des choix éditoriaux que dans des logiques de concentration, ou encore dans la réception publique de certains livres. La sociologue Gisèle Sapiro, directrice d'études à l'EHESS et directrice de recherche au CNRS, autrice de Peut-on dissocier l'œuvre de l'auteur ? (Seuil, 2020), revient avec nous sur quelques questionnements récents de l'édition, avant son intervention aux Assises internationales de l'édition indépendante, ce mercredi 24 novembre.

23/11/2021, 16:50

ActuaLitté

Bubble Tea raffinés, patisseries japonaises et mangas : bienvenue au Renard Café

L’épidémie Covid a vu naître de splendides collaborations — certaines aboutissant même à des créations d’entreprises. Tout commence quand, durant le Confinement 2, Romain Gaia, propriétaire de Tomo, maison de dorayaki (les succulentes pâtisseries japonaises) contacte Mickaël Brun-Arnaud, propriétaire de la librairie Le Renard doré, spécialisée dans les manga et la culture japonaise. Un dénominateur commun qui, près d’un an et demi plus tard, débouche sur Le Renard Café… Rencontre avec ces entrepreneurs, sur les lieux du crime.

22/11/2021, 15:19

ActuaLitté

Samar Haddad : “Les éditrices en Syrie se comptent sur les doigts d'une main”

Du 23 au 26 novembre 2021, l'Alliance internationale des éditeurs indépendants organise les Assises internationales de l'édition indépendante à Pampelune. Liberté d'expression, bibliodiversité, place accordée aux langues « minorées » font notamment partie des sujets abordés au cours de tables rondes, tout comme la place des femmes dans l'édition. Sur ce dernier sujet, Samar Haddad, directrice de la maison d'édition Atlas Publishing, nous livre son expérience en Syrie.

22/11/2021, 13:01

ActuaLitté

Krisztina Tóth : “La société hongroise est malheureusement malade”

La romancière hongroise Krisztina Tóth aura passé six semaines de résidence d’écriture à Cognac, sous les auspices de Jean Monnet. Elle signe, dans le cadre du Festival des littératures européennes, un texte émouvant et personnel, comme une adresse aux lieux et aux personnes rencontrées. Il est ici reproduit, avec son autorisation (qu’elle soit remerciée) dans son intégralité.

18/11/2021, 19:33

ActuaLitté

Profession : petites (et grandes) mains d'un festival littéraire

Débarquer à la gare, trouver un sosie de George RR Martin qui attend, panneau dans les mains, béret vissé sur la tête et longue barbe débordant sous le masque. « Je suis votre chauffeur », assure-t-il avec le sourire que l’on devine. Marc* est l’un des cinquante bénévoles qui mèneront durant six jours les navettes, l’installation des tables, des décorations et tant d’autres détails. Profession : bénévoles. Option : passionnés.

18/11/2021, 16:25

ActuaLitté

Devenir une femme auteur, “c'est s'exposer à une grande violence sociale” (Titiou Lecoq)

Titiou Lecoq, qui a récemment publié Les grandes oubliées — Pourquoi l’Histoire a effacé les femmes (L’iconoclaste), a pu constater l'invisibilisation des autrices de l'histoire littéraire, malgré des parutions et des succès multiples. Alors qu'elle signe la préface pour les éditions Talents hauts de La femme auteur (1802), roman de Félicité de Genlis, qui incitait les femmes à prendre la plume, elle revient avec nous sur les multiples obstacles à une reconnaissance littéraire des autrices.

18/11/2021, 16:08

ActuaLitté

“La littérature est imaginaire”

A Paris, dans le 14ème arrondissement, il existe une librairie appelée La petite Lumière. Le nom vient d’un livre de l’auteur italien Antonio Moresco, qui a tardé à s’affirmer dans le panorama littéraire italien. En France, depuis 2014, il est accueilli avec un grand enthousiasme, de la part de tout le monde : libraires, critiques, lecteurs. Verdier, son éditeur, a sorti en septembre 2021 Les ouvertures, son dernier livre traduit en français. Entretien avec l’auteur et son traducteur Laurent Lombard. 

17/11/2021, 11:15

ActuaLitté

Cotisations URSSAF : des “montants souvent exorbitants” pour les créateurs

À quelques semaines des fêtes, les services de l’État poursuivent leur quête zélée : les artistes auteurs viennent de recevoir des relevés de cotisations hors-sol, après un traitement 2020 passablement défavorable. Outre les éternels dysfonctionnements de l’outil URSSAF, devenus tristement proverbiaux, les demandes formulées s’avèrent imbittables. Dans un communiqué commun de l’intersyndicale, reproduit ici dans son intégralité, les organisations clament leur indignation.

17/11/2021, 09:38

ActuaLitté

Suisse : “Pour le secteur de la culture, le certificat sanitaire est essentiel”

Ce 28 novembre, la Suisse devra s'exprimer sur le renforcement de la loi Covid-19. L'Association professionnelle des autrices et auteurs de Suisse, Ad*S poursuit sa mobilisation et réitère l'appel, finalement fructueux, lancé en mai dernier. Dans une tribune diffusée ci-dessous, l'Ad*S insiste sur les enjeux de la législation pour les créateurs.  

15/11/2021, 13:57

ActuaLitté

Suisse : Gaston Lagaffe, ou la clownerie des antivax (avec un L pour être poli)

EDITO – Révélation : pour le plus grand bonheur des amateurs, le président de la Confédération suisse, Guy Parmelin, compte parmi les Gastonophiles avisés et autres adeptes de la Franquintescence. Et il le démontre. Durant une conférence de presse, le président helvète a employé les grands moyens, ayant recours à l’unique argument audible (et salvateur) quand toute forme d’intelligence a déserté : Gaston Lagaffe. M'enfin ?

11/11/2021, 18:28

ActuaLitté

De Léna Situations à Beigbeder : les nouveaux critères de la qualité littéraire

Vous souvenez-vous ? Il y a un an, la YouTubeuse Lena Situations publiait Toujours plus + = +. Son livre connut un grand succès (355.308 exemplaires, donnée Edistat) et Frédéric Beigbeder écrivit une chronique épicée qui indigna les fans de la jeune plume. Pendant quelques jours, le chroniqueur fut moqué, considéré comme un homme de l’Ancien Monde qui ne supportait pas qu’une influenceuse puisse être n° 1 des ventes. Une interprétation facile, simple variation sur le thème du vieux con contre le jeune con. Par Arthur Constance.

11/11/2021, 10:20

ActuaLitté

Pass sanitaire en bibliothèque : des auteurs et autrices BD “préoccupés” et “solidaires”

Plus d'une centaine d'auteurs et d'autrices de bandes dessinées, dessinateurs, coloristes, scénaristes ou éditeurs et éditrices cosignent une tribune sur le site L'Insatiable. Reproduite ci-dessous, elle appelle à la levée du Pass sanitaire dans les bibliothèques territoriales pour les usagers. Le 10 novembre prochain, des bibliothécaires et d'autres professionnels des services publics culturels participeront à une nouvelle journée d'action nationale, pour pousser les pouvoirs publics à réagir.

08/11/2021, 11:28

ActuaLitté

Pour un accès sans entraves à la Bibliothèque des Abattoirs

Des chercheurs, enseignants et artistes cosignent une tribune collective appelant à une plus grande ouverture de la Bibliothèque des Abattoirs, lieu d'exposition d'art moderne et contemporain de la ville de Toulouse. Un accès réduit à cette dernière lèsera les enseignants, les étudiants, mais aussi les artistes et les amateurs et amatrices d'art, soulignent les signataires.

05/11/2021, 10:34

ActuaLitté

Montreuil : des éditeurs indépendants réclament “une baisse du coût” du SLPJ

La Fédération des éditions indépendantes vient de communiquer à ActuaLitté un courrier adressé aux organisateurs du Salon du livre de Montreuil. Le courrier du président, Dominique Tourte, est ici reproduit dans son intégralité. Il souligne les dysfonctionnements que constate la Fédération, et les impératifs pour les exposants.

03/11/2021, 15:32

ActuaLitté

En Occitanie, une agence pour librairies vise proximité et digital

« Avec la librairie, j’ai repensé mon activité et ma formation première, de graphiste. J’avais quitté mon travail et entamé une formation pour devenir libraire », commence Flore Cutuli Lebertre. Aujourd’hui, après des stages, arrivé post-confinement, elle se lance dans une autre aventure : la communication digitale, pour les librairies d’Occitanie. « J’avais des rêves en tête, sans savoir où j’allais : maintenant, cela se dessine », sourit-elle.

02/11/2021, 11:54

ActuaLitté

“Le petit monde schizophrène de l'Imaginaire“

Auteurs et éditeurs de l’imaginaire — francophones — vivent dans une dimension parallèle au commun des mortels. Une dimension qu’ils sont les seuls à connaître. Par Guilhem Meric. 

29/10/2021, 12:08

ActuaLitté

Ken Follett : “L’histoire la plus réaliste que j’aie jamais écrite”

Ken Follett est aujourd’hui considéré comme l’écrivain le plus populaire du monde. Les romans de sa saga, Kingsbridge se sont vendus à 47 millions d’exemplaires. Avec son dernier roman, Pour rien au monde (trad. Odile Demange, Jean-Daniel Brèque, Nathalie Gouyé-Guilbert, Dominique Haas et Christel Gaillard-Paris), il explore une nouvelle voie : celle d’un chaos qui menace, et il ne faudrait pour rien au monde que ce qu’il a imaginé prenne forme…

26/10/2021, 06:45

ActuaLitté

Des livres traduits par des robots : "Quid de la sensibilité ?"

L'éditeur scientifique Springer met désormais à disposition de ses auteurs un outil de traduction automatique, DeepL AI, permettant de traduire articles scientifiques et manuscrits depuis différentes langues vers l'anglais. Plus encore, il devrait traduire des livres en intégralité, qui seront ensuite commercialisés par l'éditeur. Pour le Conseil européen des associations de traducteurs littéraires (CEATL), une telle confiance dans l'intelligence artificielle dénote « un manque flagrant de professionnalisme ».

25/10/2021, 10:31

ActuaLitté

Ma toute première page, toute, toute première page 

Elles se ressemblent, passé le carton de la couverture, dont le dos gémit dans un mouvement inconnu encore. Ces premières pages passées distraitement, avant de parvenir au sésame : le premier chapitre d’une nouvelle histoire. Ces premières pages, à peine regardées, dégagées du pouce, dans un feuilletage méthodique : une, deux, trois peut-être, quatre rarement, recto-verso méticuleusement évacuées… Ah, ces toutes premières pages.

22/10/2021, 16:31

ActuaLitté

Manuscrits musicaux : le nécessaire rééquilibrage de la relation avec les éditeurs

Le Syndicat français des compositrices et compositeurs de musique contemporaine (SMC) vient de réagir suite à la vente aux enchères de manuscrits de compositrices et compositeurs vivants. Le syndicat dénonce notamment les dérives non-déontologiques entraînées par certaines clauses abusives dans les contrats d’édition musicale et appelle à un rééquilibrage des relations entres les éditeurs et les compositrices et compositeurs.

22/10/2021, 12:50

ActuaLitté

Sexisme, harcèlement : “Moi aussi, j'aurais dû être protégée.”

Institution dans le milieu de l’Imaginaire, le festival d’Épinal représente un moment précieux pour les professionnels. Au point de parvenir à faire la pluie et le beau temps sur des carrières, suivant que l’on soit accepté ou blacklisté. Nombre de livres s’y sont décidés lors de rencontres informelles, tandis qu’au cours de ses quatre journées, la manifestation rassemble une véritable communauté – le Fandom. L’édition 2021, elle, aura marqué un tournant.

21/10/2021, 15:06

ActuaLitté

Rencontres avec ces libraires qui s’en foutent de la rentrée littéraire

REPORTAGE – Avec ses chiffres clinquants, ses stars qui pavoisent, ses nouveautés « jubilatoires » et ses jurys qui polémiquent, la rentrée littéraire devrait tous nous passionner. Et quand on dit “tous”, on pense en premier lieu, bien évidemment, aux libraires. Et pourtant… ActuaLitté est allé à la rencontre de plusieurs commerçants du livre, à Strasbourg. Il s'en dégage comme une odeur d'indifférence pugnace.

18/10/2021, 10:35

ActuaLitté

Lettres du monde : Essentiel !, comme une évidence

Festival des littératures du monde, la prochaine et 18e édition de Lettres du monde se tiendra du 19 au 28 novembre, à travers la métropole bordelaise et la Nouvelle-Aquitaine. Partenaires privilégiés de cet événement où auteurs et lecteurs convergent, les librairies de toute la Région. Cécile Bory, Présidente des Librairies Indépendantes en Nouvelle-Aquitaine et Directrice de la librairie Georges (Talence), nous en dit quelques mots.

15/10/2021, 13:18

ActuaLitté

Fils de Zeus, Dionysos s'étonne : “Une brigade des mœurs pour festival, vraiment ?”

LA VRAIE-FAUSSE INTERVIEW – En littérature, la prosopopée consiste à faire parler les morts, les entités divines ou autres abstractions. Joueurs, nous avons invoqué les mânes de Dionysos, dieu accessoirement dédicataire de la première scène antique. En effet, son théâtre à Athènes accueillit les chants rituels préfigurant les tragédies classiques. Ce qui en fait aussi le premier organisateur de manifestations littéraires en Europe. Vous avez dit événementiel ?

14/10/2021, 15:32

ActuaLitté

“L'édition indépendante est une fiction”

L’indépendance éditoriale, entendue comme une liberté de publier, ne se laisse pas définir facilement. Elle est affaire de jugement, d’auteur(e)s, d’éditeurs(trices), selon des critères qui leur appartiennent, et des publics aussi — et de la nature du régime politique en cours. Par Gilles Kujawski, ancien commercial d’Editis, militant à La France Insoumise.

12/10/2021, 12:47

ActuaLitté

Agnès Ledig : “J'aime l'image du livre comme un lien de cœur à cœur “

Elle attend souriante : l’heure matinale n’affecte en rien l’immédiate bienveillance. Partager quelques instants avec Agnès Ledig, c’est une mise en danger quand on ne la connaît pas. Elle saisit les nuances, les allusions : elle écoute et l’on perçoit que ses questions ne sont pas des marques d’intérêts feints. Son dernier livre, Se le dire enfin, est sorti en poche en mars dernier (J’ai lu) : mais elle, que nous dira-t-elle finalement ?

12/10/2021, 11:30

ActuaLitté

Jean-Claude Mourlevat : ”Auteur jeunesse, cela m'agace quand c'est méprisant“

Il a remporté le prix Astrid Lindgren, qui allait pour la première fois de son histoire à un auteur français. Cette récompense littéraire et suédoise est souvent présentée comme le Prix Nobel consacrant la littérature pour la jeunesse. Jean-Claude Mourlevat, lauréat 2021 était avec nous à Gradignan, pour le salon Lire en Poche. Opportunité rare…

10/10/2021, 20:29

ActuaLitté

Villon, Rimbaud ou Verlaine, de “sales types” : Crénom, Teulé !

Jean Teulé, président. Voilà qui claque, et aurait peut-être même de la gueule : avec lui, une palanquée de poètes rentrerait à l’Élysée. Mais en attendant que l’écrivain prenne la tête de l’État, c’est à Gradignan qu’il pose ses valises, pour Lire en Poche, comme parrain de l’édition 2021. Rendez-vous pris avec celui qui revendique, comme Aragon, « ce sale type », de n’avoir jamais appris à écrire. En avant la musique.

09/10/2021, 12:05

ActuaLitté

“Quand t’auras 12 ans, tu seras privé de bibliothèque”

Depuis les extensions du Pass sanitaire dans les lieux culturels à des tranches d’âge plus jeunes, les phénomènes d’exclusion s’amplifient. Si bien des gens n’avaient pas mesuré ce que ces décisions impliqueraient, voici les effets pervers qui se profilent. Alors qu’une nouvelle mobilisation nationale est annoncée pour mercredi 13 octobre dans les bibliothèques municipales, un collectif de professionnels signe dans nos colonnes une tribune allant dans ce sens diffusée ci-dessous dans son intégralité.

09/10/2021, 10:20

ActuaLitté

“Le Salon de Turin n’a pas de public : il rassemble une communauté”

#SALTO21 – Une nouvelle fois, les organisateurs du Salon du livre de Turin ont jonglé entre les difficultés, pour que la manifestation piémontaise ait lieu. Son commissaire général, également romancier, Nicola Lagioia, accorde à ActuaLitté un entretien exclusif. Du 14 au 18 octobre, le Lingotto célébrera le livre, la lecture, les auteurs, avec passion.

07/10/2021, 15:22