#Economie

Sondage : les Français ont lu 2,5 livres durant le confinement

EXCLUSIF – À partir de ce 11 mai, les librairies ont l'autorisation de réouvrir. Or, la lecture fut, durant le confinement, l’une des vertus refuges. Privés dans un premier temps de librairies, les Français ont pourtant opté pour les livres, pour se divertir, s’évader ou s’enrichir. Un sondage réalisé par Harris pour ActuaLitté/La Journée du manuscrit francophone dévoile quelle place le livre a véritablement occupé lors de ces semaines à domicile.

Le 11/05/2020 à 09:00 par Nicolas Gary

7 Réactions | 0 Partages

Publié le :

11/05/2020 à 09:00

Nicolas Gary

7

Commentaires

0

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Pexels CC 0

Le confinement mis en place le 17 mars sur le territoire a nécessité de trouver des occupations. Et les Français se sont réfugiés rapidement vers une valeur sure : la lecture. En effet, 76 % d’entre eux assurent lire au moins un livre au cours de l’année. Mais durant les semaines à la maison, 54 % de la population a lu au moins un ouvrage. 

En moyenne, durant les semaines de confinement, les Français ont lu 2,5 livres. 26 % en ont dévoré 1 à 2, 10 % entre 3 et 4, et 7 % ont passé 5 à 6 lectures. Chose plus intéressante : 11 % ont englouti 7 et plus — soit une sacrée moyenne d’un livre par semaine, peu ou prou.

À titre de comparaison, 24 % des interrogés assurent lire moins d’un ouvrage par an. 

Privés de librairies, avant que les premières initiatives de drive ou de click & collect ne se mettent en place, les Français ont opté pour la commande en ligne. 22 % ont acheté sur internet en moyenne. Plus spécifiquement, les femmes à 25 % et les personnes diplômées bac+2 à 27 %. Ils sont 7 % à s'être fournis chez leur librairie (drive, click & collect), et 3 % y ont eu recours à plusieurs reprises.

Au cours des 12 prochains mois, 54 % des Français déclarent d'ailleurs leur intention de continuer à acquérir des livres, cette fois, principalement auprès des librairies (40 %), plutôt que sur internet (33 %) ou en grandes surfaces (25 %). On bascule à 57 % chez les femmes, et 67 % chez les diplômés bac+2.

Enfin, la période aura abouti à une légère modification des comportements : près d’un Français sur 10 pense désormais opter pour la librairie pour ses achats de livres (9 %). A contrario, 14 % ne souhaitent plus passer par internet et 15 % se rendront moins souvent en grandes surfaces.

Le goût de l’écrit, découlant de la lecture

« Bien sûr, il existe une dimension de confinement dans l’écriture. Il existe une dimension un peu monacale obligatoire pour écrire des livres, mais précisément, cela n’a rien à voir avec le confinement que l’on vit. Le confinement des écrivains est un confinement choisi. Ils décident de se cloîtrer, ils organisent leur retraite à certains moments, avec des rituels qui leur sont propres. Il s’agit d’un confinement volontaire, alors que là, c’est un confinement imposé », expliquait la romancière Gaëlle Nohant à ActuaLitté, pour le podcast Les Mots en Boîte.

Pour autant, le confinement a encouragé une partie de la population à écrire. Un Français sur dix s’est mis à l’écriture d’un texte (roman, essai, poésie, biographie, journal, etc.) durant la période.

Voici peut-être le début de vocation, ainsi que la Journée du Manuscrit y encourage, en publiant chaque année les manuscrits reçus et retenus, le 24 octobre. (Enquête établie sur 1166 personnes de 18 ans et plus, réalisée en ligne les 4 et 5 mai.)

“Les libraires sont présents en ligne !”

« Les lecteurs sont globalement plus nombreux et plus lecteurs durant cette période, ce qui n’est pas surprenant : c’est une activité qui nécessite temps et attention, cette parenthèse a permis de se poser et le temps disponible pour soi a été en partie utilisé pour la lecture », note Xavier Moni, président du Syndicat de la librairie française, en réaction à ce sondage.

« Ce qui est intéressant pour nous c’est l’intention de continuer à acheter des livres et pour une grande partie en librairie, même si les changements de pratiques d’achats semblent être assez réduits. »

Or, si 33 % des sondés ont l’intention de procéder à leurs achats sur la toile, « les libraires sont présents en ligne », rappelle-t-il. « Et si le gouvernement retenait l’idée d’un tarif postal livre, c’est évident que nous pourrions conquérir ce marché. C’est un enjeu majeur pour la profession que de pouvoir rivaliser avec les pure players en pouvant obtenir ce tarif », reprend le directeur de la librairie chez Comme un roman (Paris).

Une donnée le frappe par ailleurs : près de la moitié des sondés n’a pas lu de livres durant cette période. « Cela devrait aussi pousser à une politique publique encore plus forte en faveur de la lecture, comme je l’ai déjà dit, tout n’a pas été fait. »

Enfin, beaucoup de lecteurs ont lu des livres qu’ils avaient déjà (différence forte entre lecture et achats de livres durant la période). Il y aurait alors là matière à approfondir : relecture, achats de précaution avant le confinement prévisible, ou accumulation de retard.... « Sans doute y aurait-il un rebond des achats les jours suivant la réouverture pour renouveler et refaire du stock… »

“Renforcer le goût de la lecture à l'école”

Vincent Montagne, président du SNE, note surtout que « les angoisses et les incertitudes liées au confinement. Il est difficile de lire sereinement dans de telles conditions. Lire suppose une certaine capacité de concentration, ce qui ne fait pas bon ménage avec l’inquiétude ». Il n’en demeure pas moins encourageant de découvrir que certains ont pu lire près d’un ouvrage par semaine. 

« Dans ce contexte pas si propice en réalité, avons-nous conquis de nouveaux lecteurs ? Pas vraiment ! Les grands lecteurs ont continué à beaucoup lire et la lecture sur support numérique s’est logiquement accélérée, les librairies étant fermées. Nos amis libraires savent aussi faire une place au numérique. L’important reste de savoir écouter son libraire sur les bons choix. Les lecteurs viendront ou reviendront vers les textes que les auteurs et leurs éditeurs leur proposent s’ils savent les captiver, les faire voyager en dehors de leur quotidien », indique-t-il. 

D’ailleurs, du confinement, il retient trois choses :
• le temps objectivement disponible (55 jours !),
• la capacité réelle de prescription de lecture des parents à l’égard de leurs enfants,
• une presse emplie de conseils de lectures. 

Ainsi, « le constat n’est pas très brillant... Il est plus qu’urgent de renforcer le goût de la lecture à l’école, la promotion du livre à la télévision par des émissions littéraires et le soutien aux achats de livres ». 

En effet, si seuls 20 % ont acheté un livre, c’est la moitié de ceux qui ont lu. « Même si les achats n’étaient pas facilités, on est loin du raz-de-marée de lecture qui aurait été naturel il y a seulement 20 ans. » Alors que dans le même temps, « la consommation de télévision a explosé, à près de 5 h par jour. Avec celle des jeux vidéo et d’Internet bien entendu ».

Alors, quid ? Eh bien, « un élément nouveau et très encourageant : si 10 % des Français se décident à écrire, c’est une excellente nouvelle qui confirme l’importance de l’écrit, du développement de l’imaginaire et de l’épanouissement personnel qui en découle ». 

Et le PDG de Média Participations de se féliciter : « Des pépites sont sûrement en gestation ! » 

Cependant, comment faire de la place à tous ces nouveaux talents ? « C’est le rôle de régulation des éditeurs, en lien avec les libraires et aussi de l’autoédition qui pourra absorber un nombre élevé de manuscrits ne trouvant pas leur chemin sur les linéaires des librairies. La maîtrise éditoriale ne doit pas freiner la création ni réduire la diversité littéraire. »

mise à jour 12/05 - 17h :

On peut retrouver le communiqué officiel, ainsi que l'étude à cette adresse

7 Commentaires

 

Eric Dubois

11/05/2020 à 11:59

Et après le confinement les gens continueront-ils à lire ? Rien n'est sûr.

Poil à gratter

12/05/2020 à 07:50

"Ainsi, « le constat n’est pas très brillant... Il est plus qu’urgent de renforcer le goût de la lecture à l’école, la promotion du livre à la télévision par des émissions littéraires et le soutien aux achats de livres »."

C'est sûr que des émissions littéraires, les jeunes vont s'y précipiter et ensuite lire plein de livres... Comme tous ceux qui ne lisent pas.
Il faudrait peut-être avoir les pieds sur terre et se demander pourquoi les gens ne lisent pas (hors tous facteurs culturels).
- Le livre coûte cher, très cher.
- l'offre est pléthorique : il est rigoureusement impossible de choisir quelque chose sans y passer des heures.
- paradoxalement, malgré cette pseudo-abondance, l'originalité est l'exception, et ne parlons même pas du beau !
- la thématique générale est tellement politiquement correcte (politique, bien-pensance, etc.) que les gens n'ont pas envie de dépenser un rond pour avoir BFM dans les doigts alors que c'est gratuit à la télé.
J'ai énormément lu quand j'étais gamin, parfois un livre par jour. Ces livres me faisaient rêver. Je m'imaginais toujours le héros, qu'il soit fille ou garçon. À l'époque, aucun éditeur n'avait décidé qu'il fallait un garçon comme héros pour qu'un lecteur puisse s'identifier (et vice-versa... C'est tout bonnement pathétique et ne rien comprendre à l'empathie ni ce qu'est le conflit d'un arc dramatique). Je lisais des romans d'aventures ou des aventures avec des héros sans parent, politiquement incorrects, qui se disputaient puis se réconciliait. Et horresco referens, les textes étaient bien écrit, au passé-simple, avec des emprunts au subjonctif imparfait qui ne dérangeaient pas.
Aujourd'hui, je n'achèterai presque aucun livre. Quel enfant narcissique voudrait lire des problèmes d'homosexualité, de migrants, de pollution, de maladie (quand on n'a pas affaire à un bouquet commun), le tout écrit du premier jet et illustré par des images débilitantes (pardon, artistiques) qu'un gamin de CP pourrait effectuer de la main gauche (désolé pour les gauchers : c'est... stigmatisant) ?

Comme qui dirait, « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. ». Bossuet n'a pas fini de rigoler là-haut !

Guy Boisberranger

12/05/2020 à 08:11

Je rejoins la préoccupation du PDG de Média Participation: "Comment faire de la place à tous ces nouveaux talents" (Les 10 % de Français qui prévoient d'écrire). Que font les éditeurs? Et surtout QUE FONT LES LIBRAIRES?

Harmony

12/05/2020 à 12:12

Tiens, on dirait que je fais partie des 11% de tête de proue, avec mes 9 livres lus pendant le confinement... Dire que je me disais que je lisais encore trop lentement et pas assez, parce que j'ai fait encore plein d'autres choses à côté. Je ne sais pas si c'est très rassurant, mais au moins ça fait plaisir !

Cenorp

12/05/2020 à 17:08

Les emprunts en médiathèque n'ont pas été pris en compte ? Pourtant pendant le confinement certaines bibliothèques ont permis l'emprunt de livres via des Drive ou des services de livraison et ce n'est pas négligeable. Effectivement les livres papiers et numériques coûtent chers. Nous sommes une famille de 4 lecteurs et ce serait un budget conséquent si nous devions acheter tous les livres que nous voulons lire ! N'empêche contente de voir que j'ai pu rattraper mon retard et faire partie des 11% :)

Muriel

13/05/2020 à 01:47

Livres lus:Indian café, B Letts.D'un bord à l'autre,A Maupin.Jeunes littératures du Pacifique sud, S Facel ....



et des tas de policiers !!!!

Tybalt

29/05/2020 à 18:33

Dès le début du confinement, il y a eu une vaste fiction généralisée dans les médias, fiction selon laquelle les gens confinés avaient forcément beaucoup de temps, du temps qu'il fallait nécessairement occuper.

Personnellement, je n'en ai pas vu la couleur, et nombre de mes amis non plus. Entre télétravail envahissant pour les uns, soins aux enfants ou aux parents pour d'autres, ou travail sur place pour les gens qui n'ont pas eu le choix, le temps pour lire ne s'est pas étiré par magie pour tout le monde pendant le confinement. Il faut s'en souvenir avant de tirer des conclusions hâtives.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Lisimachio, le PDG de Hachette Livre qui voulut racheter Amazon

Jean-Louis Lisimachio a laissé une profonde empreinte sur le groupe Hachette Livre, qu’il quitta brutalement en mai 2003. Depuis, il vit quelque part entre les massifs alpins et Nice, « désintéressé de ce qui concerne l’édition et au courant de tout ». Ses anciens collaborateurs décrivent une personnalité fascinante, admirée ou haïe. Incontestablement, l’ex-PDG de Hachette filiale de Lagardère, avant qu’elle ne soit renommée Lagardère Publishing, a marqué plus que son époque. Une figure d’autant plus intrigante qu’elle ne frayait pas avec le gotha littéraire, bien au contraire.

14/01/2021, 14:20

ActuaLitté

La chaîne du livre face à la crise sanitaire, dans neuf régions françaises

Dès le début de la pandémie, les agences régionales du livre ont conseillé les acteurs concernés, mais se sont aussi lancées dans des consultations, pour rester au plus près des besoins. La Fédération interrégionale du livre et de la lecture propose une synthèse des actions et réactions du monde du livre, dans neuf régions françaises, au cours de la tumultueuse année 2020.

11/01/2021, 16:50

ActuaLitté

Marseille : Actes Sud cédera la librairie du MuCEM à Arteum, “une perspective adaptée”

En janvier 2013, le groupe Actes Sud remportait l’appel d’offres concernant le MuCEM — Musée des civilisations de l’Europe et de la méditerranée de Marseille. En juin de cette même année, la boutique-librairie allait être associée à la librairie Maupetit, propriété du groupe depuis 1998. Mais la concession changerait prochainement de mains, dans le cadre d’un AOT qui bénéficierait à la société Arteum, spécialisée dans les boutiques de musées. 

17/12/2020, 15:45

ActuaLitté

Étude : les Français et la lecture pendant le premier confinement

Trois organismes du secteur du livre, la Sofia, le SNE et la SGDL, ont commandé à l'institut Médiamétrie une étude consacrée aux pratiques des Français en matière de lecture pendant le premier confinement, celui du printemps 2020. Il en ressort un attachement certain pour l'activité, avec une volonté de tester d'autres manières de lire.

14/12/2020, 16:43

ActuaLitté

La lecture, loisir le plus pratiqué par les enfants de 9 ans durant le confinement

Dans quelques années, on se souviendra de cette étrange période avec quelques souvenirs flous : avions-nous réellement été enfermés, durant un confinement mondial ? Pour les enfants, dont 98 % restèrent chez eux, cette période eut des répercussions sur le travail et les loisirs. Le ministère de la Culture a procédé à une enquête, portant sur les jeunes de 9 ans.

07/12/2020, 09:38

ActuaLitté

Les Français achètent de plus en plus de livres d'occasion

Le livre d'occasion, une aubaine

20/12/2018, 12:03

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Prix des livres : avertissement sans frais des libraires belges aux groupes français

Au 1er janvier 2021, le prix unique du livre arrivait enfin en Belgique. Des années de combats, avant d'obtenir un texte de loi, et un échelonnement au terme duquel la tabelle allait disparaître. Finie, donc, cette excroissance économique, qui conduisait un livre vendu à Bruxelles à se retrouver plus cher qu'à Lille. Pourtant, quelques problèmes tarifaires demeurent...

14/01/2021, 16:57

ActuaLitté

Auteurs : “Si vous n’êtes pas à la table, c’est que vous êtes au menu.”

Début décembre, l’auteur et illustrateur Henri Fellner faisait parvenir à ActuaLitté et au CSPLA (ou inversement), un courrier passablement désabusé. Le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique, organisme chargé d’éclairer le ministère de la Culture sur des points de droit, venait de renouveler la liste des membres de sa commission consultative. Et au grand dam de l’écrivain, les représentants directs des auteurs faisaient défaut. Voici donc une seconde missive, plus claire peut-être...

12/01/2021, 12:13

ActuaLitté

Hélène Gaudy : une écriture, un abri

PORTRAIT – Chaque année, l’association de libraires Initiales édite un texte inédit d’un écrivain, dont le travail est suivi pas à pas. Avec le projet de mieux le ou la faire connaître à leurs lectrices et lecteurs. Hélène Gaudy a trouvé sa place naturellement et a offert le texte Névés. Née en 1979 à Paris, elle a étudié à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg. Autrice de divers articles et nouvelles parus dans des ouvrages et albums collectifs ou des revues, elle a également publié des romans et albums pour la jeunesse et des livres d’art. Elle est membre du collectif Inculte et vit à Paris. 

12/01/2021, 11:07

ActuaLitté

Résonances de femmes : trilogie en poche du postféminisme

PORTRAIT – Pourquoi le post-féminisme en poche sous la forme d’une trilogie embrassant plusieurs décennies de combats ? Parce qu’une édition ramassée révèle la densité d’un déploiement, l’intensité d’un engagement indéfectible au fil des années, la concision d’un message doté de la force d’un mouvement : le MLF, mouvement de libération des femmes, dont Antoinette Fouque a été la cofondatrice en 1968.

11/01/2021, 09:58

ActuaLitté

Pour 2021, on peut aussi croiser les doigts

« J’ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot… » Peut-être notre époque nécessite-t-elle un peu plus d’un mot unique pour accomplir de fantastiques périples. Parce que les sollicitations ne manquent pas, dès lors qu’internet propose un foisonnement d’œuvres, autant qu’une multitude de raisons de faire autre chose que lire. Pour autant, que cette année 2021 soit placée sous des augures de Balzac ne fera de mal à personne… Sauf qu'il n'est pas seul à prophétiser.

01/01/2021, 18:42

ActuaLitté

Utopia, Mauvais Livres et FVE : trois éditeurs nés pendant la pandémie

Ouvrir une maison d’édition pendant la pandémie ? Ce qui pourrait sembler un pari complètement fou est devenu une réalité pour trois maisons d’édition italiennes. Et la surprise… c’est que ça marche. Utopia, Mauvais Livres et FVE : voici les noms de trois maisons d’édition, situées dans deux villes différentes — Milan et Rome — et qui, malgré des identités très spécifiques, ont beaucoup de choses en commun : toutes les trois indépendantes, elles ont débuté leur activité pendant le confinement, et, depuis leurs premières parutions, ont rencontré un bon succès auprès du public.

30/12/2020, 16:15

ActuaLitté

Les voeux du Syndicat des éditeurs passent des chocolats à la soupe

L’année 2021 commencera avec la traditionnelle présentation des vœux du Syndicat national de l’édition. Mais, contraintes sanitaires obligent, ils se dérouleront par internet — et en visioconférence avec l’interview réorganisée de son président, Vincent Montagne. Pour nombre de librairies, subitement invitées à cette Grand-Messe, quelque chose cloche. Simple : un télescopage entre le syndicat patronal et le média le moins indépendant de la profession.

28/12/2020, 17:55

ActuaLitté

Les Yeux qui pétillent : la jolie promesse d’une librairie valenciennoise

En septembre dernier, Céline Dereims a ouvert une librairie généraliste et indépendante, en plein cœur de Valenciennes. Baptisée Les Yeux qui pétillent, celle-ci a vu le jour dans le cadre d’une reconversion professionnelle, savamment conjuguée avec une passion de longue date pour la lecture.

28/12/2020, 10:04

ActuaLitté

“S'emparer des jouets laissés par Lovecraft était très plaisant” (Alex Nikolavitch)

Arkham, 1941. Le corps déchiqueté du détective Mike Danjer est retrouvé au milieu d'un monceau de papiers. Il pourrait s'agir à première vue d'un banal meurtre en chambre close. L'examen des feuillets souillés, un dossier qu'il avait constitué au fil d'une très longue enquête, démontre qu'il avait mis au jour un indicible complot. Dans le Dossier Arkham, Alex Nikolavitch nous embarque dans une aventure lovecraftienne passionnante. Et nous en dévoile ici les arcanes.

28/12/2020, 09:41

ActuaLitté

“Une petite page pour l’Homme, une grande page pour l’Humanité” : Joyeux Noël 

Au terme d’une année pas vraiment conciliante, les fêtes vécues sous contrainte, à l’image des mois passés, apportent un petit souffle. L’occasion pour toute la rédaction de vous les souhaiter excellentes – autant que faire se pourra. En tout cas, de partager avec chacune et chacun un moment pour remercier nos lecteurs de leur présence, à nos côtés.

24/12/2020, 23:59

ActuaLitté

Book d’Oreille, une nouvelle voie pour le livre

PORTRAIT – Passionné par le son, par la voix et par la littérature, Olivier Carpentier poursuit depuis 2009 une entreprise de développement du livre audio. Le Lillois se considère comme un libraire indépendant. Sa société Book d’Oreille propose aujourd’hui une nouvelle solution pour le prêt numérique de livres audio, à destination des bibliothèques et médiathèques.

24/12/2020, 11:08

ActuaLitté

L'Iconopop, pour plus de poésie : “Nous sommes l’allumette”

L’Iconopop est la nouvelle collection de L’Iconoclaste. Plus que de poésie, il y est question d’une parole qui vibre, qu’on lit et qui se vit à la scène, dans la rue, dans un pré, sur la toile... qu’importe ! Juste des mots sans tabou à déguster, à crier, à partager. Partout et surtout pas dans les sages cercles d’initiés. Un duo éditorial de choc se charge de coucher sur papier l’électricité contenue dans ces rumeurs éclatantes : Cécile Coulon, romancière, poète, et Alexandre Bord, ancien camarade libraire.

22/12/2020, 08:00

ActuaLitté

Corona Papers : Écriture virale

Je m’appelle Corona Typewriters. Et je m’apprête à subir Noël. Un de plus dans la longue liste des années déjà encaissées sur ma tôle toute cabossée. Pour l’heure, mon maître-écrivain est sorti de sa quarantaine. Rassurons-nous. Il n’est pas question de virologie en l’espèce. Plutôt d’une léthargie éditoriale. D’une quarantaine littéraire. 

21/12/2020, 08:00

ActuaLitté

Noël coquin : 4 BD érotiques à mettre sous le sapin

Cette année, beaucoup ne fêteront pas Noël en famille en raison du COVID-19. C’est l’occasion d’offrir une BD sexy à son amoureux ou son amoureuse ! Voici notre sélection des bandes dessinées pour adultes à mettre sous le sapin. Comics, mangas, romans graphiques, la BD érotique conjugue fantasmes et divertissement. A travers un dessin les auteurs et autrices font monter la température. Il y en a pour tous les goûts : BD historiques, de science-fiction, sadomasochistes ou sur l’intimité des couples.

18/12/2020, 09:55

ActuaLitté

Culture : “La logique et la cohérence des décisions nous échappent”

Ouvertes au public depuis le 28 novembre, au même titre que les librairies, les bibliothèques et médiathèques font partie des équipements culturels qui ont échappé à la prolongation de la fermeture sanitaire jusqu'au 7 janvier prochain, au moins. Une exception que questionne l'Association des Bibliothécaires de France (ABF), dans un texte publié ici dans son intégralité.

17/12/2020, 11:39

ActuaLitté

Les artistes-auteurs appellent le gouvernement à l'aide

Dans cette crise sans précédent du secteur de la culture, la quasi-totalité des organisations d’auteurs, toutes disciplines confondues, s’unit pour parler d’une même voix sur les questions essentielles qui les rassemblent. « La culture pèse plus lourd dans notre PIB que l’industrie automobile. C’est l’un des moteurs de l’économie française et il repose en premier lieu sur le travail des créateurs », rappellent ainsi 36 organismes, dans un appel global.

15/12/2020, 15:34

ActuaLitté

Auteurs : pour en finir avec les outils de facturation sans existence légale

Les artistes seraient-ils·elles au-dessus des lois ? Formeraient-ils·elles une catégorie de citoyens et citoyennes à part, trop créatifs et créatives pour s’accommoder des règles ou s’acquitter de leurs tâches administratives ? C’est ce que semble vouloir démontrer une tribune signée par le président de la Société des gens de lettres, et publiée ce mercredi dans les colonnes de Livre Hebdo. La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse réagit vivement à cette publication. 

14/12/2020, 10:13

ActuaLitté

Les impôts contre les papillons : auteur, contribuable comme un autre

Récemment, Christophe Hardy, président de la Société des Gens de lettres, élu en mai dernier, a fait vrombir. Fin novembre, le ministère de la Culture exposait les conclusions de la mission Fiscalité, touchant aux revenus des artistes-auteurs. Pour les facturations qu’un auteur peut effectuer, une zone grise manifestement confortable existe — arrangeant certains, en dérangeant beaucoup d’autres. Frédéric Maupomé, écrivain et scénariste intervient ici en réponse à la tribune et aux étonnants propos du président de la SGDL dans Livres Hebdo.

12/12/2020, 10:33

ActuaLitté

ActuaLitté, un nouveau média pour le livre

Penser/Classer. Inutile d’avoir lu Georges Perec pour imaginer les difficultés qu’implique une tentative pour ordonner le monde autour de soi. Ces derniers mois, du fait de la pandémie et malgré le cocooning à domicile, la rédaction n’a pas chômé. Dans une délicate exaltation, nous avons mené à bien un des projets qui nous tenait à cœur. 

11/12/2020, 07:12

ActuaLitté

“Le CSPLA a-t-il oublié que le droit d’auteur est avant tout le droit des auteurs ?”

Auteur-illustrateur œuvrant en littérature jeunesse, Henri Fellner se présente volontiers comme n’étant « pas le plus énervé des énervés ». Au contraire même. Pourtant, à la découverte des organismes chargés de représenter les professionnels au sein du CSPLA, un doute l’a envahi. 

Comme un sentiment de fermeture du système, et d’asphyxie, alors que ce Conseil est supposé éclairer les décisions et orientations du ministère de la Culture, et de sa locataire, Roselyne Bachelot. Alors, il a décidé d’écrire une lettre, qu’il a également confiée à ActuaLitté.

 

10/12/2020, 10:46

ActuaLitté

Elena Ferrante et les 40 coups de bâton pour 20 Minutes, Figaro, RTBF

Les cons d’Audiard avaient cela pour eux qu’on les reconnaissait à leur audace sans borne : il en apparaît une espèce plus sournoise, celle dont le sentiment d’impunité, — doublé d’un « on sait jamais sur un malentendu ça peut passer » — sévit sur la toile. On l’appelle également la race des « vas-y on s’en fout », au prétexte que sur internet, personne ne vous entend crier.

10/12/2020, 09:46

ActuaLitté

Michèle Benbunan : avec Vivendi, Editis “est présent dans tous les univers médias”

« Voilà un an, Editis était place d’Italie, avec une fin d’année marquée en France par de nombreux évènements, très perturbants pour l’activité... » Michèle Benbunan, directrice générale du groupe aux 49 maisons d’édition, boucle une première année dense. Elle revient avec nous sur ces 12 mois passés.

07/12/2020, 11:27

ActuaLitté

Olivier Tallec : c'est MON auteur !

PORTRAIT – Olivier Tallec est breton d’origine et, après l’École supérieure des arts appliqués Duperré, il a beaucoup voyagé, notamment en Asie, au Brésil ou au Chili.Si aujourd’hui, il agrémente de ses dessins la presse nationale (Libération, Elle, Les Inrockuptibles), il est également l’auteur de nombreux livres pour la jeunesse ainsi que de livres d’illustration pour adultes aux éditions Rue de Sèvres comme

04/12/2020, 15:35

ActuaLitté

“Ouverture immédiate, non négociable et radicale des lieux de culture”

Dans l’urgence et suite à la décision gouvernementale d’ouvrir les lieux de culte avant ceux de culture, dans un contexte de répressions policières et de régression des libertés publiques et sociales, la Cave Poésie, haut lieu du théâtre vivant fondé par René Gouzenne, a décidé de demander l’ouverture immédiate, non négociable et radicale des lieux de culture. 

30/11/2020, 14:30

ActuaLitté

Des festivals de BD menacés, en 2021, par Livre Paris et le FIBD

L'année 2021 sera encore marquée, pour les événements publics, par la crise du coronavirus et les mesures sanitaires. Deux festivals importants, Livre Paris et le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, se sont adaptés en déplaçant leurs événements en juin 2021. Mais ils menacent d'autres festivals, notamment Lyon BD et les Rendez-Vous de la Bande Dessinée d’Amiens. Les directeurs de ces événements, Mathieu Diez et Pascal Mériaux, signent une tribune adressée aux pouvoirs publics.

27/11/2020, 10:39

ActuaLitté

Le fonds de formation continue des auteurs en état de “paralysie financière”

Plusieurs organisations représentant les auteurs s'alarment de l'état préoccupant du fonds destiné à financer la formation continue des auteurs. Depuis la mi-novembre, ce fonds, géré par l'AFDAS, ne serait plus en capacité de financer des formations, à une période où les auteurs sont pourtant amenés à acquérir de nouvelles compétences pour assurer l'avenir de la création. Nous reproduisons ci-dessous l'intégralité du message des organisations.

26/11/2020, 16:18

ActuaLitté

Dans quelle France empêche-t-on des enfants hospitalisés de lire ?

Lors de son allocution du 28 octobre, Emmanuel Macron indiquait que le pays replongeait : d’abord dans la pandémie, ensuite dans les contaminations, enfin dans le confinement. Triple peine. Une nouvelle salve douloureuse pour les citoyens, après l’accalmie estivale. Mais il fallait préserver le milieu hospitalier d’une crise approchant.

18/11/2020, 16:48

ActuaLitté

Dropshipping : ces intermédiaires qui vendent les livres à des prix prohibitifs

Présenté par ses promoteurs comme le moyen simple de devenir riche grâce à internet, le dropshipping flirte de très près avec l'arnaque, et pose des questions morales évidentes. Un « dropshipper » s'impose comme un intermédiaire entre un fournisseur et un acheteur, et s'attache à collecter la plus importante commission possible pour assurer le lien entre les deux. Le livre et les libraires ne sont pas épargnés, loin de là.

18/11/2020, 12:35

ActuaLitté

Les libraires des Pays de la Loire prennent le virage de la vente en ligne

ENTRETIEN – Les librairies des Pays de la Loire opèrent une transition numérique majeure, avec ce second confinement. L’association au service des librairies indépendantes des Pays de la Loire, ALIP, a observé un envol des chiffres de vente liés au click and collect.

17/11/2020, 16:32

ActuaLitté

Carl Norac : “ L’exception culturelle française est morte”

Une lettre ouverte sur les librairies fermées en France. Et une triste annonce de décès : l’exception culturelle française est morte. 

Pendant vingt ans en France, j’ai vécu souvent grâce aux Salons du livre, deux en moyenne par mois, bonheur non confiné qui me manque du contact avec lecteurs, adolescents, enfants, enseignants, bibliothécaires et libraires. 

16/11/2020, 14:35

ActuaLitté

Pigeon Pigeon : plus drôle qu'un dîner de cons

JEU DE SOCIÉTÉ – Ça roucoule sec dans les chaumières : Pigeon Pigeon, jeu autoédité avec brio, propose d’exercer son imaginaire et de lui lâcher totalement la bride. Entre mises effrénées et bluff façon poker face, voici de quoi contenter votre penchant pour les fake news. Et les gros bobards, plus généralement.

14/11/2020, 14:20

ActuaLitté

Bye bye Amazon : “Il en va de la responsabilité de chaque éditeur”

Zones sensibles est une maison d’édition belge de taille modeste, qui publie des ouvrages de sciences humaines. Elle a décidé de ne plus vendre ses ouvrages chez Amazon à partir de novembre 2020, et s’en explique dans cette tribune qui détaille par ailleurs quelques chiffres clefs sur l’économie du livre et sur l’importance des librairies indépendantes qui soutiennent la maison d’édition.

10/11/2020, 14:45

ActuaLitté

Le livre et La Poste : 12 années de lutte pour des frais postaux décents

« Tarif postal pour le livre. Les petits éditeurs : premiers concernés, encore oubliés. » Le constat semble évident, alors que les libraires mêmes doutent désormais du bien-fondé de la mesure. Initiée par Roselyne Bachelot pour favoriser la vente à distance, la réduction des frais postaux n’intervient que sous la forme d'un remboursement — dont on ignore combien de temps il prendra. 

09/11/2020, 10:23

ActuaLitté

Librairie : Riad Sattouf, Houellebecq, stars des marchés parisiens

REPORTAGE – « Mettez m’en un kilo, si elles ont de belles feuilles. » Un maraîcher, un poissonnier, quelques fromages alléchants, cet enfant qui pleure dans les bras de son père, sans plus vraiment se souvenir pourquoi… et un libraire. Sur les marchés parisiens, on en attendait des dizaines, pour ce week-end des 7 et 8 novembre. Ils ne seront que cinq à prendre part à l’initiative de la mairie de Paris.

07/11/2020, 14:36

ActuaLitté

“L'univers de Pagnol représente la vie normale, celle qu'on ne peut avoir en ce moment”

Après avoir adapté en bandes dessinées les quatre ouvrages du cycle des Souvenirs d’enfance, les éditions Grand Angle poursuivent leur entreprise : en tout, 15 bandes dessinées sont déjà sorties dans la collection. C'est à présent avec la pièce Marius que la maison poursuit son travail autour de l'oeuvre de l’écrivain provençal. À l’occasion de la sortie du second volume de la série, nous nous sommes entretenus avec Nicolas Pagnol, petit-fils de Marcel, et garant des ayants droit de l’œuvre familiale. 

05/11/2020, 16:02

ActuaLitté

Livres et librairies : tout et son contraire, pourvu que l'on parle fort

Oui nous sommes confinés. Tentons de ne pas être des cons finis. Le débat a fait rage, le lobbying fut actif. Résultat des courses ? Tout le pays a la nette impression qu’en France on ne peut plus acheter de livres. Il n’y a rien de plus faux. En revanche, ô infortune, il nous faut fournir plus d’efforts pour les obtenir. Las ! n’est-ce donc que cela ?

05/11/2020, 10:04