#Edition

Harcèlement, éviction et représailles : ce qui se trame vraiment chez Plon

Quand on en vient aux sujets connexes à Vincent Bolloré, tout prend des allures de trames ourdies sur un indéchiffrable métier. Au tisserand avisé de saisir jusqu’aux fils secrets, pour donner forme à la tapisserie. Justement, chez Plon, filiale d’Editis, on rejoue La Dame à la Licorne, avec pour fil conducteur comme sur l’oeuvre authentique, « Mon seul désir ». Or, en la matière, on sait combien les passions s’emmêlent

Le 17/12/2021 à 11:04 par Nicolas Gary

20 Réactions | 711 Partages

Publié le :

17/12/2021 à 11:04

Nicolas Gary

20

Commentaires

711

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

L’idée de justice, de faute et de sanction revêt d'étonnantes acceptions. Se retrouve mis au coeur de l’histoire, le licenciement par les éditions Albin Michel pour faute grave de Mickaël Palvin, ancien directeur marketing. Les bruits de couloir dans l'empire Editis, même avant sa nomination, n'avaient pas manqué de circuler : son arrivée dans la filiale Plon, au titre de directeur général adjoint suivait celle de Lise Boëll, nommée directrice générale de Plon. Le tout quelques semaines après que le livre d'Éric Zemmour est pris en distribution par Interforum. Et s’opérait dans un climat de défiance, tant dans la maison, que dans le groupe. 

En atteste le compte-rendu d’un comité Editis du 8 octobre : apprenant le transfert, les délégués du personnel d’Albin Michel avaient au préalable pris contact avec ceux d’Editis pour partager leur étonnement. Durant la séance, des salariés d'Editis relatent des « bruits [qui] courent sur du harcèlement […] de grosses et lourdes rumeurs ». Présente en séance, Michèle Benbunan, directrice générale du groupe, pose sa ligne de conduite : « Que les choses soient extrêmement claires, les personnes qui travaillent dans ce groupe doivent être exemplaires. Aucune exception n’est faite. C’est valable à tous les niveaux hiérarchiques, il n’y a aucune tolérance. En revanche, on ne va pas jeter en pâture les gens sous prétexte qu’il y a une rumeur. »

Les suites des dicussions font état des craintes des représentants du personnel, avec une cristallisation sur le futur DGA, pas encore arrivé. Au passage, aucune enquête CHSCT pour harcèlement moral chez Albin n’aurait eu lieu le concernant, précise Jean Spiri, secrétaire général d'Editis. Il ajoute, comme un appel à la raison : « Vous rendez-vous compte que nous sommes en train de parler de quelqu’un qui n’est pas encore arrivé ? »

Face à une condamnation quasi actée — sur la base d’éléments passés et rappelés dans un récent article de Mediapart — la direction d'Editis plaide pour « laisser sa chance ». Tout ce beau monde était averti qu’une fois dans l’entreprise, il faudrait que les choses filent droit.

Quand on voit ce qu'on voit...

Savoir ou ne pas savoir, voilà qui intrigue : que Mickaël Palvin taise les raisons de son départ d'Albin, sans y être convié, se comprendrait. Table rase du passé, autre groupe, nouvelles perspectives. Or, lors d'un entretien avec la direction d’Editis, il aurait omis de les mentionner, assure-t-on. Une version qui ne fait pourtant pas l'unanimité.

Dans l’enquête de Mediapart, Albin Michel assurait pour sa part n’avoir pas pris langue avec Editis sur les motifs du licenciement, avant qu'il ne soit recruté. Et la direction de préciser : « Nous avons tenu à rester discrets sur ce dossier. ». Dans la presse, l'éditrice Lise Boëll déclarait elle aussi ne rien savoir des causes du licenciement de son collaborateur : elle a toutefois quitté Albin cinq mois plus tard après lui. Qu’elle ignorât tout de la situation devient tout aussi étonnant que les déclarations d’Editis, tombant des nues, en l’apprenant dans Mediapart. 

De fait, il apparaît évident que la direction d’Editis était alertée de l'existence de rumeurs, d’une part. D’autre part, il y avait toujours la possibilité de procéder à de plus amples vérifications. Lesquelles auront consisté à croire Lise Boëll sur parole. Elle s'était « portée garante du bon comportement passé de son adjoint », assurait un porte-parole d’Editis à Mediapart. Sauf que personne ne le lui aurait demandé de devenir la garante de cette probité.

« Le recruteur n’est pas comptable des fautes commises par un salarié dans une autre entreprise, et moins encore quand elles se sont accompagnées de sanctions », pointe un avocat spécialisé en droit du travail. « Puisqu’il a écopé d’un licenciement, on peut considérer qu’il s’agit d’une peine purgée. Être sanctionné une seconde fois dans une autre entreprise pour ces faits antérieurs, alors oui, cela reviendrait à une double peine. » L'exposition dans Mediapart, les salariés la redoutaient déjà dans le Comité du 8 octobre : assez pour conduire à des mesures extrêmes ? 

Le 11 octobre dernier, l’arrivée dans la maison Plon des trois transferts Albin Michel est officialisée : une directrice générale, deux DG adjoints. Et Céline Thoulouze, nommée directrice générale des éditions Plon un an plus tôt, se trouvait rétrogradée, tout en restant dans la maison. Avec l’arrivée de Lise Boëll, Mickaël Palvin et Estelle Cerutti, elle perdait ses fonctions, mais l’équipe constituée demeurait – près de la moitié des effectifs de la structure était en poste depuis moins d’un an. Au fil des semaines, des plaintes se font jour et l’ambiance de travail se tend. 

Attention terrain miné ?

La question s'impose : le harcèlement moral a-t-il recommencé ? Débarquer dans un milieu qu’on devine défiant, sinon hostile, implique de rallier les troupes avec délicatesse, “patience et longueur de temps, etc.”, sauf à vouloir jouer les cowboys. Dans les faits, les trois entrants découvrent une rentrée d'hiver, totalement organisée par la précédente direction – et saluée par certains auteurs. Que faire : laisser passer cette salve ou réviser tout le travail ? Seconde option : titres de livres, couvertures, approche commerciale, tout est repensé, aboutissant à exacerber plus encore les tensions. Et dans le même temps, des projets éditoriaux retirés sur mars-avril, parfois avec trop de célérité, parfois sans ménagement.

« Des nouvelles méthodes, qui contredisent les choix effectués, avec des arguments fermes… évidemment, cela finit par être perçu et vécu comme de l’humiliation », indique une observatrice. « Et suivant le degré de violence ressenti, alors on peut s'estimer victime de harcèlement. Surtout quand on a appris qu'il y avait eu un précédent. » Conclusion, quatorze personnes de l'équipe Plon demandent à quitter la maison, sur 18, nous indique la direction d'Editis.

Sur cette question de départs, on nous oppose pourtant qu’ « une personne a répondu favorablement à une opportunité courant septembre. Tout le reste de l’équipe Plon a accueilli la nouvelle équipe dirigeante avec la meilleure volonté du monde ». En outre, le groupe a pour politique de favoriser une logique de mobilité interne – autre élément susceptible d'expliquer ces mouvements. Peut-être pas pour tous, puisqu’une personne a affirmé qu’elle ne voulait pas travailler avec la nouvelle équipe.

Une direction qui aurait alors commis quelques erreurs de management vis-à-vis des équipes… poussée par la nécessité de résultats ? Selon nos informations, le bilan financier de Plon sur 2021 n'est en effet pas reluisant, avec de très forts taux de retour sur certains titres. Céline Thoulouze, pas encore reclassée, aurait été informée de ce que les résultats en non-fiction ne convenaient pas, de même que ses expérimentations en matière de littérature ne s'avéraient pas concluantes. Afin de muscler la maison, le groupe envisageait donc un recrutement pour la direction générale : ce sera Lise Boëll. 

La directrice générale d'Editis, Michèle Benbunan, a insisté sur le fait que cette nomination découlait de son propre choix. « Le fait que Thoulouze descende d’un cran, moins d’un an après sa nomination, cela ressemble fortement à une instruction, et pas vraiment à la stratégie », nuance toutefois un observateur. Durant deux mois, une guerre larvée se met en place, où les idées des nouveaux venus sont ressenties comme une remise en cause profonde du travail réalisé, jusqu'à pointer des choix éditoriaux sans potentialité : douloureux. 

La contre-réaction fut à la mesure du sentiment d'incompétence véhiculé. Le 3 décembre, l’équipe dirigeante est convoquée : elle apprend la mise en place d’une enquête interne, présentée comme un moyen de faciliter le départ des personnes vers d’autres entités du groupe. La suite est connue désormais : une mise à pied pour Mickaël Palvin , devenu le fusible idéal. Estelle Cerutti et Lise Boëll sont écartées un temps, avant réintégration en catastrophe et l'ouverture de l'enquête. 

Incertitudes à répétition

Au sein de Plon, coule une rivière d’auteurs, et pas des moindres : Françoise Bourdin ou François-Xavier Dillard, transferts de la précédente vie de Céline Thoulouze chez Belfond, ou encore Raphaëlle Giordano, Karine Giebel, etc. Selon des témoignages, la pression s’est exercée, à différents niveaux : « Certains auteurs refusent de venir chez Plon, voire protestent de ce que l’éditrice de Zemmour en est DG. De l’autre, un conflit de loyauté s’est dessiné : rester chez Plon, ou partir avec Céline Thoulouze », indique une source. 

Aucune confirmation n’est donnée chez Editis, mais Céline Thoulouze finit par être fortement pressentie chez Nil — au grand dam de Robert Laffont, qui abrite la structure.

Dilemme cornélien pour des auteurs historiques : rejoindre leur éditrice, ou rester avec la nouvelle équipe. « Il y a un ramdam, de toute évidence : les nouveaux dirigeants avec l’impératif de se fondre dans l’équipe, tout en apportant ce pour quoi ils avaient été recrutés. Arrivait la Rolls d’Albin, il fallait que ça bouge, sinon ils auraient été vus comme des pétards mouillés », analyse une autre source.

Si l’on tient compte de quelques-uns des résultats de Lise Boëll chez Albin, l'appât financier se justifiait : David Khayat, entre 2018 et 2020, publie deux livres, avec 47.277 exemplaires vendus, François Langlais, entre 2016 et 2020, trois titres, 78.363 exemplaires. Même François Baroin, et deux ouvrages 2017 et 2019, réalise 24.000 ventes (données : Edistat). Et que dire d’un Philippe de Villiers, aux idées et positions souvent douteuses, qui en 10 ouvrages (entre 2003 et 2021) aura pesé 552.325 exemplaires écoulés, pour plus de 11,45 millions € ?

Mais au cours de sa carrière chez Albin, Lise Boëll n’a pas non plus laissé que de bons souvenirs. « Cela était plus lié à ses méthodes de travail qu’aux titres publiés. En effet, le turn-over du service était astronomique et les conditions de travail effrayantes à tel point que plusieurs salariés partaient, à bout », avait attesté une ancienne collaboratrice auprès de ActuaLitté. En 25 années de carrière, en regard du rythme de production autonome qu'elle avait chez Albin, comment ne pas imaginer qu'il n'y ait pas eu d'altercations ?

« On pouvait le lire de deux manières : soit tout était nul de ce qui avait été réalisé à leurs yeux avant leur venue, soit ils mettaient en place des méthodes ou étayaient des approches radicalement différentes », poursuit une interlocutrice. Différentes, au point de bousculer l'équipe en place. L'enquête interne doit éclairer cela, mais dans quel climat ? Et dans quelle perspective ?

Meute contre meute

Un délégué syndical s’interroge : « La maison s’est retrouvée avec deux groupes — littéralement, puisque les bureaux étaient séparés —, confrontés l’un à l’autre. Une équipe consolidée autour d’une année de collaboration, l’autre débarquée parce qu’il fallait redresser les finances. Comment ne pas imaginer qu’il y aurait des dissensions ? » Des résultats économiques 2021 qu’on nous suggère de relativiser : tous les auteurs de Belfond de Céline Thoulouze n’avaient pas encore rejoint leur éditrice chez Plon.

L'ambiance de travail collégiale, qu'elle avait instaurée, revient souvent dans les récits : un groupe soudé, avec une forte cohésion. Presque un esprit de famille, qui, à l’époque du salon du livre de Brive, avait fait sourire à la lecture d’un article de La Montagne. L’éditrice expliquait pourquoi elle louait une demeure chaque année, pour y loger les auteurs invités. « L’idée c’est qu’ils dorment bien, qu’ils mangent bien », expliquait-elle, considérant que « dans maison d’édition, il y a maison ». La Maison Belfond, ainsi nommée par le passé à Brive, incarnait un certain état d'esprit.

Dans ces circonstances, la cohabitation qui s'impose – parce que le modèle initial avec une direction confié à Céline Thoulouze ne donnait pas satisfaction –, ne pouvait aller de soi. « Les arrivants débarquaient avec un certain passif : il y avait aussi de quoi se poser des questions », note une éditrice. « Par conséquent, il ne régnait pas un climat de confiance – jusque chez les auteurs. C’est tout de même l’équilibre fragile de ces rapports humains qui régit nos métiers. Si des rumeurs circulent, cela affaiblit l’édifice. » Dans le même temps, certains auteurs ont rallié, assez spontanément, la nouvelle dirigeante, séduits par le nouveau projet, malgré une certaine pression...

Des bruits discordants, il s’en est trouvé : Céline Thoulouze aurait vu s’ouvrir des portes de sortie, Sonatine et Nil — il semblerait que même Seuil ait été évoqué. La première n’aboutit pas, la seconde est en instance — le groupe entendant scinder Nil de Robert Laffont pour qu’il prenne son envol. Or, durant cette période, tant les auteurs que l’équipe Plon naviguent dans une certaine confusion. Deux mois de tentative d'exfiltration, qui ont induit des incertitudes, des doutes, des appréhensions : définitivement pas de quoi entretenir la sérénité. 

Ce départ annoncé serait cependant prématuré : à cette heure, Céline Thoulouze est toujours chez Plon. Son transfert avant l’arrivée de la nouvelle équipe est catégoriquement réfuté, mais surtout, n’aurait jamais été envisagé. « Céline Thoulouze est jugée très compétente : elle est là pour encourager un travail sur la fiction », précise une source proche du dossier. « L’hypothèse Nil revient à l’aventure de Seghers, Seguiers ou du Cherche Midi : Editis entend autonomiser ces structures. Mais entre Nil et Céline Thoulouze, rien n’est décidé. » Sollicitée, l’éditrice n’a pas souhaité faire de commentaires.

Le drame, ajoute la salariée d’une autre maison, « c’est qu’il y a bien deux équipes, toutes deux sympathiques. On ne comprend pas ce qui a généré ce climat ». Certains, proches de l’ancienne équipe, admettent ne pas avoir eu de confidences ni de révélations sur des cas avérés de harcèlement moral. « On en aurait eu vent : quand un changement intervient, et celui-ci était de taille, cela ne va pas toujours dans le sens de ceux déjà en poste. Mais quand les gens sont agréables des deux côtés… ça aurait dû fonctionner », conclut-on. Mais deux côtés cependant.

« On entendait parler de tensions durant les réunions, d’une atmosphère compliquée… mais comment est-il possible d’aboutir à du harcèlement moral en deux mois à peine ? » Pas de fumée sans feu ? « Certainement, oui… De même qu’il est très facile de tirer sur l'ambulance… », nuance un éditeur du groupe. Dans les couloirs, le fameux article de Médiapart est aussi évoqué, plusieurs jours avant sa sortie.

De même, certaines précautions ont pu être surinterprétées : peu après l’embauche de Mickaël Palvin, le secrétaire général Jean Spiri avait indiqué aux équipes de lui remonter tout problème. « Le comportement de chacun doit être exemplaire, c’est un mot d’ordre du groupe. C’était surtout une réaction aux personnes venues évoquer les rumeurs, afin d’apaiser les craintes. »

Albin non loin...

Surtout que la direction du groupe Editis avait des raisons de croire en cette nouvelle donne. Suite à son licenciement, l'ex-directeur marketing d'Albin Michel avait l'intention de monter une agence littéraire, chose qui fit parfois perdre raison à son ancien employeur. Dans un échange de courriels de début octobre, consultés à l'époque par ActuaLitté, se lisent des menaces et tentatives d’intimidation à peine voilées : « Je ne suis pas sûr que vous vous y preniez au mieux et que vous ne vous exposiez pas à un effet boomerang. Vous avez un petit pouvoir de nuisance, mais d’autres en ont sûrement de plus grands encore », signe l’un des responsables du groupe.

Albin Michel aurait redouté que l’activité d’agent ne fonctionne et que l’on assiste alors à une fuite des auteurs ? Que Lise Boëll fasse venir d’anciens auteurs de la maison, cela tombait sous le sens : le cas est classique dans l'édition, le transfert de Karina Hocine chez Gallimard a conduit à la publication de Delphine de Vigan après leur départ de JC Lattès. On nous indique pourtant chez Editis que les attentes vis-à-vis de Boëll auraient été déçues : en deux mois, rien de convaincant, et surtout, des doléances qui s'accumulent à l'égard d'un management qualifié de musclé – certains parleront de sentiment d'oppression. 

Pas concluant ? Plusieurs auteurs ont déjà affirmé avoir signé en non fiction avec Plon – ils seraient en tout près de 25, pour un chiffre d’affaires en année 1 autour de 10 millions d’euros. Ce qui aurait été appréciable chez Albin, deviendrait négligeable chez Plon ?

Par ailleurs, Editis avait conçu une alternative à la direction de Plon : proposer à Lise Boëll de construire sa propre structure au sein du groupe, comme d’autres l’ont fait. Un projet qui aurait impliqué d’arriver avec quelques auteurs solides et un choix manifestement repoussé par l’éditrice. « Paradoxalement, quand on s’adosse à une maison, cela revient à s’appuyer sur une marque. Et l’on peut avoir à cœur de donner le nom d’une structure historique aux ouvrages de ses auteurs : cela aide à les convaincre », note un directeur de collection.

Lise Boëll aurait-elle craint, sous son propre étendard, de ne pas arriver à rallier les troupes ? Un éditeur chevronné décrypte les choses autrement : « Des auteurs à forte notoriété — ceux de Lise Boëll en sont — ont besoin d’une identité éditoriale forte. Soyons lucides : les auteurs qui montent leur propre structure disposent d’une aura importante – Dicker, Sattouf, etc. L’époque de Bernard Fixot est finie : peu nombreuses sont les maisons qui se lancent sous la marque d’un éditeur, sans s’attacher à un groupe, quand ils ont des auteurs de renom. » Et certainement cela pouvait-il aider à redonner du lustre à Plon. « Je le lirais plutôt comme un gage de professionnalisme et de connaissance du marché de la part de madame Lise. »

En revanche, la proximité de Lise Boëll avec le président du conseil d'administration d'Editis, Arnaud de Puyfontaine, souvent mise en avant, est balayée d'un revers de manche par la direction d'Editis.

Michèle Benbunan, Directrice générale d'Editis, et Arnaud de Puyfontaine, président du conseil d'administration

Inextricable m**dier 

Et voici le directeur général adjoint lâché par sa supérieure, auparavant désignée “garante”, puis le groupe Editis qui coupe également l’herbe sous les pieds de Lise Boëll. « On pensait qu’ils allaient tout faire pour sauver le soldat Boëll : actuellement, ils tentent plutôt de l'exfiltrer », observe un éditeur du groupe. « Dans les couloirs, on entendait que personne ne voulait bosser avec celle qui incarnait les auteurs de la réacosphère. »

Céline Thoulouze, ex-directrice générale de Plon, rétrogradée au poste de directrice générale adjointe chargée de la fiction, aurait pu « savonner la planche », comme cela se dit, apparaît compréhensible, en regard de la situation. « Quatorze personnes qui souhaiteraient partir, c’est inédit dans une entreprise », acquiesce un proche du dossier. Et assez logiquement, l'enquête en cours devrait aligner les récits à charge. 

Après cinq changements de direction en trois ans, les salariés sont usés, admet-on du côté des représentants du personnel – et justement à considérer avec plus de bienveillance. Des rattachements à des pôles, des responsables de maisons partis avec leurs équipes et leurs auteurs : Plon vivrait un énième changement qui serait celui de trop, en somme. « En outre, le repositionnement n’est pas simple : la maison a su faire de la fiction et de la non fiction, mais au fil des changements, l’équilibre a peut-être été un peu perdu », admet un proche du dossier. Avec Lise Boëll, la perspective était bien de renforcer la non fiction.

« Politiquement, cette situation n’a rien de neutre : d’un côté, un salarié qui était jugé avant d’arriver, et aura à peine eu le temps de s’installer que la tempête Albin lui revient en pleine face. Cela doublé par des récriminations de salariées de la maison – et Lise Boëll ne serait pas épargnée par les reproches », analyse ce même interlocuteur.

« Enfin, le groupe aurait intérêt à agir vite pour que l'on évite d'établir un lien entre un actuel candidat à la présidentielle, son éditrice et le collaborateur, empêtrés dans des affaires de harcèlement au travail. Là, ça ferait carrément tache. »

Éric Zemmour aurait à perdre, et dans la foulée Vincent Bolloré, s'interroge-t-on dans les couloirs ? « Des managers qualifiés d'excessifs, le tout servi sur fond de pression médiatique et de conflits internes à la maison d'édition... » Car, on ne se débarrasse jamais de la marque de Caïn... Du reste, le candidat Zemmour a créé une structure éditoriale pour publier son dernier livre, et continuerait sur cette voix, indique Editis. Quant à Vincent Bolloré, patron de Vivendi, dont Editis est la filiale, il a fort à faire avec le rachat de Lagardère.

« La réalité est tapie quelque part dans tout cela : les impératifs économiques, les stratégies de groupe, les projets à long terme, les plans de vengeance », conclut cet interlocuteur. Sans oublier la fusion Editis-Hachette Livre qui se profile. Avec les dernières nouvelles de Vivendi, qui a indiqué avoir accéléré plus encore le rythme en annonçant le rachat des parts qu'Amber Capital détenait dans le groupe Lagardère... 

crédits photos : ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Ndr : Du fait de l’enquête en cours, plusieurs personnes, s’estimant trop exposées, ont refusé de nous apporter leur éclairage, même sous couvert d’anonymat. Nous avons cependant pu consulter différents éléments, communiqués par emails, captures d’écran et SMS. Les témoignages rapportés émanent de différents interlocuteurs, dont les fonctions ont été préservées quand ils nous y ont autorisés. 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

20 Commentaires

 

Ed

17/12/2021 à 11:23

Analyse... aussi détonante que fleuve.
Mais le fait que l'éditrice rétrogradée soit enceinte, vous pensez que cela a pesé dans la balance pour le groupe ?

Nicolas Gary - ActuaLitté

17/12/2021 à 11:25

Bonjour Ed.
Sur ce point, aucune déclaration ni information à fournir. Je n'imagine personnellement pas que l'on puisse instrumentaliser une grossesse.

Ed

17/12/2021 à 11:50

Je ne suggérais pas une instrumentalisation, mais plutôt une mesure, voire un excès de prudence : débarquer une personne enceinte peut coûter cher, si l'intéressée estime qu'une procédure peut s'envisager. Surtout en période de fusion. Une histoire de grain de sel...

Marianne

18/12/2021 à 07:28

Waouh, je viens de lire ce long article assez touffu, et je lisais les commentaires par curiosité, sans penser mettre mon grain de sel nulle part mais votre réponse me fait bondir M. Gary !
Sérieusement, en 2021, vous "n'imagine[z] personnellement pas que l'on puisse instrumentaliser une grossesse." ... c'est beau de vivre au pays des bisounours ...
Vous pensez sincèrement que même à notre époque, les recruteurs et les patrons ne se disent pas "oh mince, une femme enceinte (ou en âge de procréer, ou avec des enfants en bas âge), ça va demander des congés parentaux, des aménagements de poste ou de temps de travail, ça va être absente quand le bébé/l'enfant sera malade ..." ?
Je vous envie votre optimisme sur l'égalité homme-femme au travail ...

Désolée pour cet aparté qui n'a rien à voir avec l'article, mais il fallait que ça sorte ...
Bonne journée !

Cerf_Volant Volé

24/12/2021 à 04:22

On peut et on doit penser que vous, vous êtes très optimiste...le monde de'l'édition commence celui de la mode cinéma enfin disons l'art ennemi général autorisé tout même à son insu

Quand on voit fonctionner une maison d'édition avec ses relations presse....on ressort convaincu que l'on s'est trompé sur les organisateurs de la création ..ce sont des commerçants

Créer est une folie, la seule qui tienne debout et vous fasse tenir debout

ceux qui gravitent autour ou organisent le deviennent, fous. Sans pouvoir se justifier de l'œuvre produite. Le manque
On dit c'est un exemple dans le monde éditorial, que les critiques littéraires sont des écrivains ratés..alors c'est un excellent début pour organiser le délire

Au final , longue vie à l'édition artisanale, aux Petits éditeurs. Ils grandissent le métier, ils nous grandissent
Car les autres, s'ils se dévorent qui pleurera ? Petit à petit les concentrations de Maison ne produit plus que des auteurs médiocres sans parler du fonds éditorial, acquis , mais sous la houlette de visionnaires eux, talentueux

rez

18/12/2021 à 13:31

dès qu'on lache zemmour dans la nature on peut instrumentaliser n'importe quoi...

plondanlel

17/12/2021 à 11:49

Je n'ai pas trop saisi l'allusion à la Dame à la Licorne, mais ce n'est pas le principal.
Ce qui m'effraie, c'est que le groupe semble se cacher derrière une enquête, motivée par un mensonge (vraiment ?).
C'est bô, une logique de groupe !

Nicolas Gary - ActuaLitté

17/12/2021 à 11:52

Bonjour Plondanlel (sans commentaire).
Un groupe ne peut pas s'exprimer sur une enquête en cours, quel que soit le secteur d'activité. On peut le lire comme vous le fait, "se cacher" ou autrement : respect de la procédure.

Deux poids, etc.

17/12/2021 à 11:57

A la lecture (vous auriez pu faire moins long, peut-être, ou découper l'article, on n'a pas l'habitude de les découvrir aussi denses chez vous), je reste entre deux eaux : la direction du groupe qui a manqué le coche, les nouveaux entrants qui se sont comportés comme des margoulins ou l'ancienne équipe qui a fait de la résistance ? Cette absence de conclusions un peu claires me perturbe.
Du reste, les trois concernés ne vous ont pas répondu ?

Nicolas Gary - ActuaLitté

17/12/2021 à 11:59

Bonjour
nous ne sommes pas un tribunal : pas de verdict. Et la situation est suffisamment confuse, entraînant des souffrances de part et d'autre de l'équipe, pour ne pas trancher à la hâte ni à la hache.
Les concernés, comme vous les appelez n'ont en effet pas répondu à nos demandes.

rez

18/12/2021 à 13:33

ce qui certains énergumènes appellent "droit de réserve" ou, pire encore, "éthique" et qui n'est qu'une omerta pure et dure.

NAUWELAERS

18/12/2021 à 00:47

Deux poids...cet article est un poids lourd, remarquable !
Pourquoi toujours faire plus court ?
Non moi j'apprécie fort cet article exceptionnellement bien informé.
L'écran ne doit pas être un grand équarrissage de l'écriture, même si cette tendance lourde existe et de façon prégnante.
Quant à la dimension authentiquement littéraire du chapeau, c'est une belle et magnifique plume haute et multicolore qui trône sur ce couvre-chef scriptural: même sur l'écran voire surtout...sachons apprécier !
Le langage infuse du talent et de l'âme dans une langue -française en l'occurrence -lorsqu'il se hisse au-dessus du niveau de la simple communication banale et standardisée, en déployant les ailes de l'inspiration littéraire, ou poétique qui elle est parfaitement personnelle et unique.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Cerf_Volant Volé

24/12/2021 à 04:27

Votre réponse à deux lectures possibles:

l'éloge au prochain défunt

ou réponse destinée à illustrer votre talent de fleurettiste

Emphase ou esquive ?

rez

18/12/2021 à 13:32

j'allais lire votre commentaire mais je le trouve trop long.

NAUWELAERS

18/12/2021 à 21:29

Des emojis pour vous, rez ?
Pour certains, tout est toujours trop long.
ActuaLitté est un site littéraire...
CHRISTIAN NAUWELAERS

Cerf Volant Volé

18/12/2021 à 07:22

l 'article en son début cite les zinzins de Mediapart, enquêtant, " sous Maigret " en planqué et cabat à ragots en bandoulière, on quitte la lecture.

Avec le lourd passé et passif de son créateur, ancien directeur du journal Le Monde, dans l'affaire Baudis. Il a détruit Baudis et il est toujours en possession d'une carte de presse.

Quand on travaille chez Bolloré, la seule issue pour le personnel est de quitter son emploi chez ce maniacobidouilleur. L'episode rappelle le carnage de Bouygues quand Chirac à "offert "TF1 à Bouygues, étape qui a signé la mort d'une forme de télévision de qualité, introduisant la télé réalité.

Mais pas besoin de Bolloré, ou autres il suffit de voir ce qu'est devenu Arte qui n'a plus rien de culturel , naufrage complet, l'émission "28 minutes" en est l'exemple..féminisme outrancier de son animatrice - ex Figaro de chez Dassault-

kujawski

18/12/2021 à 10:56

Il ressort de tout ce fatras que le caporalisme a du plomb, et non du Plon, dans l'aile. Le temps où un(e) manageur(euse) pouvait n'en faire qu'à ses tyrannies et ses chaos, et les justifier par ses résultats - Editis connaît ça depuis des lustres - ce temps-là doit céder la place. Le stress, la dépression et le burn out sont les mauvais prétextes des encadrements de bas étage et de leurs défaites morales. A cette aune, les ex-Albin réfugiés chez Plon mériteraient des ARE de Pôle Emploi.

Qu'Editis ait tant de mal à se dépêtrer de cette affaire, et à trancher, est symptomatique de l'emprise du vieux monde managerial sur la vénérable entreprise. Tétanisation devant l'actionnaire, crainte de la perte de poste, croisant toujours l'avidité de pouvoir et de domination des équipes, pour donner un management hystérique, tempétueux, ignorant les lois humaines de respect et de solidarité.

En fait, ce fatras a ceci de réjouissant qu'il introduit chez Editis/Vivendi/Bolloré le poison du doute, comme les oppositions à Orban et Bolsonaro le font en Hongrie et au Brésil. On ne voit pas le rapport ? Il est, hélas, évident.

Kin

20/12/2021 à 21:04

En voilà un beau torchon.

Faut maintenant comprendre que le recrutement effectuer était une erreur.

On donne les reines à des personnes sans méthodologie. 0 management et on s'étonne des répercussions A-ha. 🤡

L'harcelement est réel et doit être banni au plus vite.

IL n'est pas trop tard. Réveillez vous.

Un article copain coquin. :)

Pion

23/12/2021 à 18:39

Deux rectifications/corrections d'importance : François Baroin et François Lenglet (mal orthographié dans l'article) ne sont pas des auteurs de Lise Boëll. Ils sont certes chez Albin mais avec un autre éditeur.

Ne restent donc comme auteurs importants de Lise Boëll que : Zemmour, De Villiers, Khayat... Programme particulier disons...

Quant au management de Lise Boëll, je vous renvoie vers différents articles déjà publiés sur elle et sa toxicité, ce qui vous fera, j'espère changer cette phrase : "en regard du rythme de production autonome qu'elle avait chez Albin, comment ne pas imaginer qu'il n'y ait pas eu d'altercations ?"

Jujube

02/01/2022 à 21:58

Quel plaisir de lire 19 commentaires pour le texte, forgé avec précision et patience, de Monsieur Gary!
Loin de moi l'idée d'être lèche-cul, lèche-m**de (étoiles de mon coeur, je vous adore) ou lèche-galoches. Mais, sous ce tropique où je vis, j'ai très peu l'occasion de lire le français et ActuaLitté, son équipe et ses commentateurs, m'offrent ce cadeau de lire en ma langue maternelle en voie de perdition.
Français de France, vous n'avez pas idée des privilèges qui vous tombent dessus!

A tous, l'équipe d' ActuaLitté et ses commentateurs, je vous souhaite ce qu'il y a de meilleur pour vous en 2022 - qui continuera à être difficile ( le virus nous aime avec passion et ne nous lâchera pas de sitôt)! Que vous et votre famille soyez heureux malgré tout, que votre vie soit douce et tranquille et que chaque jour vous soit bonté et beauté.
Prenez grand soin de vous!

Cordialement,
Jujube















Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Inflation sur les mangas d'occasion : les algorithmes devenus fous ?

La crise du papier entraînera une hausse de prix de vente des mangas. Plusieurs éditeurs ont déjà averti de cette situation — les matières premières, ainsi que l’encre ou encore les coûts du transport se répercutent logiquement sur le consommateur. Mais une autre inflation surgit, cette fois régie par les algorithmes, et concerne strictement les ventes d’occasion. Ou comment la machine produit des bulles spéculatives totalement hors de contrôle…

29/12/2021, 14:31

ActuaLitté

Bûche glacée, dinde de Noël : à qui appartiennent les recettes de cuisine ?

Les fêtes de fin d’année — toute une histoire ! Il ne faut rien laisser au hasard : les décorations, la musique, les boissons, les cadeaux… et le dîner – voire les dîners ! Plus que tout, l’objectif est que les convives repartent le ventre plein, sourire aux lèvres. Mais que faire lorsque l’inspiration manque ? Un tour sur internet, dénicher « la recette de Noël pour les éblouir » et le tour est joué… Oui, mais à qui donc est cette recette ? Monté en neige ou non, voler un oeuf serait voler un émincé de boeuf ?

11/12/2021, 13:40

ActuaLitté

Des retards de livraison en librairie et la chaîne du livre menace d'exploser

La crise du papier et de son approvisionnement continue d’angoisser, à raison. Car avec elle, une autre pénurie sévit : celle des recrutements pour les entrepôts. Emplois mal payés, éprouvants… les candidats ne se bousculent pas au portillon. Et depuis des semaines, les transporteurs ne suivent plus : une carence de chauffeurs routiers est partout observée.

24/11/2021, 15:58

ActuaLitté

Maison du dessin satirique : “S’il te plaît, dessine-moi un serpent de mer…”

Le 15 janvier 2020, à l’occasion de ses vœux à la presse, le Président Macron annonçait la création d’une maison du dessin satirique et du dessin de presse. Depuis, rien, ou presque. L’annonce du lieu choisi pour cette maison devait être faite en janvier 2021, puis au printemps, puis à l’automne et… rien. ActuaLitté mène l’enquête, à la recherche du dessin perdu.

16/11/2021, 11:34

ActuaLitté

Prix du livre et frais de port : “Le marché va en souffrir, pas Amazon”

Arrivée à l’Assemblée nationale pour son adoption, la loi concernant les frais de port fera florès : qui, après l’année 2020, refuserait un projet de soutien aux libraires ? Qui, devant le vorace Amazon, éconduirait l’effort pour rétablir une concurrence saine sur la vente à distance de livres ? En somme, qui aurait intérêt à ce que les frais d’envois postaux d’un livre n’augmentent pas ? De fait… quelques nuances s’imposent.

06/10/2021, 11:33

ActuaLitté

Dicker, Zemmour et Sattouf : comment l'indépendance des auteurs effraie l'édition

Dicker, Zemmour, Sattouf : trois noms significatifs dans l’édition puisqu’ils pèsent à eux seuls plusieurs millions d'euros de chiffre d’affaires. Ils ont tous opté pour un changement de paradigme, mais réellement en rupture avec l’industrie du livre jusqu’à lors connue ? Pour point commun, un outil de diffusion et distribution qui leur ouvrira les portes des libraires, grandes surfaces culturelles et autres enseignes… Bref, les points de vente du livre. Un schéma disruptif, supposément, qui provoque des sueurs froides dans l’ensemble du milieu. Panique à Saint-Germain ?

10/09/2021, 11:52

ActuaLitté

Issues de la collection de Stefan Zweig, deux partitions inédites de Schumann retrouvées

Il est des vieux papiers que l’on exhume, avec une odeur d’antan, mais dont on ne soupçonne pas que leur histoire nous emportera loin, bien loin. Au sein de la Fondation Martin Bodmer (Cologny, canton de Genève), quatre pièces inédites ont été retrouvées. Muriel Brandt, chargée de mission pour la mise en valeur des partitions autographes en aurait dansé au son des lieder de Robert Schumann, ainsi que deux autres pièces, de Georges Bizet et Charles Gounod. 

03/09/2021, 13:17

ActuaLitté

Vente d'épreuves non corrigées : collectionneur illuminé ou attrape-nigaud ?

Le marché du livre d’occasion fait pousser des soupirs désabusés aux organisations d’auteurs depuis bien longtemps. C’est pourtant en toute légalité que l’acheteur de livre papier peut revendre on exemplaire. Il existerait en revanche un autre marché, navigant dans une zone grise nettement plus contestable, installé sur le net français : celui des épreuves non corrigées. Des textes et des ouvrages non-commercialisables, mais qui servent aux éditeurs à faire connaître leurs publications très en amont…

31/08/2021, 13:04

ActuaLitté

Crise du papier en France : pourra-t-on imprimer le prix Goncourt ?

En 2019, l’industrie papetière représentait 5,4 milliards €, incluant papiers et cartons, selon Copacel, organisation patronale. En somme, un douzième de ce que pèse la filière forêt-bois, matière première essentielle. Or, depuis fin 2019, plusieurs facteurs distincts provoquent une pénurie de papier. Et si les usages graphiques — incluant la production de livres — ne représentaient que 1,6 million de tonnes sur les 7,3 millions globales, la situation va en s’aggravant depuis la pandémie. 

 

24/08/2021, 14:47

ActuaLitté

France : Amazon assigné en justice pour concurrence déloyale

EXCLUSIF – Le confinement a révélé, à son insu, quelques secrets de fabrication et autres télescopages douteux chez Amazon France. Un différend juridique entre une éditrice et son prestataire a mis en lumière de manière flagrante les arrangements de la firme, aboutissant à une distorsion de concurrence. Tout à la fois revendeur et fournisseur de services, elle aura rendez-vous avec la justice française pour en répondre.

02/03/2021, 15:10

ActuaLitté

L'infernale circulaire 2016, ou la retraite à prix d'or pour les auteurs

Ah, la retraite : paisible repos après une dure vie de labeur, accompagnée d’un pécule qui permettra d’offrir les étrennes de fin d’année ou la petite enveloppe d’anniversaire. Ou dans certains cas, plus rares, de faire creuser la piscine rêvée. Pour les artistes-auteurs, l’Agessa se vit confier le soin de collecter les sommes, avec l’incurie que l’on a fini par découvrir… Et qui n’en finit pas. 

17/02/2021, 15:58

ActuaLitté

Poésie et livre numérique : la délicate transition du mot à l'écran

Si vous avez déjà acheté de la poésie au format numérique, et à plus forte raison de la poésie en vers, vous vous êtes sans doute rendu compte que les contraintes formelles propres à ce genre littéraire se heurtent aux contraintes techniques de l’ebook. Face à ce constat, les éditeurs de poésie adoptent différentes stratégies, allant de la non-publication de leurs titres en numérique à une réflexion sur la manière dont le numérique peut servir la poésie.

16/02/2021, 14:46

ActuaLitté

Moniteurs étudiants : entre la “procédure” et la “bienveillance", Paris 3 balance

Ce mardi 2 février, les moniteurs étudiants de la bibliothèque Sainte-Barbe, rattachée à l'université Sorbonne Nouvelle — Paris 3, débrayaient une nouvelle fois, accompagnés par des bibliothécaires permanents et des professeurs de l'université. Alors que la crise sanitaire frappe de plein fouet les étudiants, ils réclament le maintien de leur rémunération en cas de confinement et de fermeture de l'établissement. Une partie du personnel de la bibliothèque les soutient et réclame plus de moyens.

05/02/2021, 17:41

ActuaLitté

Gabriel Matzneff publie Vanessavirus, son ultime livre

EXCLUSIF – Ce mois de janvier ne manque définitivement pas de rebondissements : alors que le titre de Camille Kouchner, La familia grande, vient de sortir en grand format, sa parution fait écho à la sortie en poche du Consentement, l’ouvrage de Vanessa Springora. L’éditrice avait dénoncé avec force les actes de Gabriel Matzneff, et toute la complaisance autour du personnage. Quelque peu oublié des médias, l’auteur n’a pour autant pas quitté la plume. Et s'apprête même à publier son prochain titre, Vanessavirus.

02/02/2021, 09:30

ActuaLitté

Financement, structure, Livre Paris : les Grandes espérances 2021 du SNE

Livre Paris 2020 compte parmi les premiers salons victime de la crise sanitaire. Pas de manifestation pour la capitale française, et pas de revenus pour le Syndicat national de l’édition, coorganisateur avec Reed Expositions France. Au cours des dernières semaines, les messages promotionnels n’ont pourtant pas manqué, rassurants ou tentant de l'être. Ainsi, la programmation se dévoile pour partie : l’Inde reste le pays à l’honneur, quand le monde d’après servira de fil rouge à l'ensemble. 

27/01/2021, 16:20

ActuaLitté

Lisimachio, le PDG de Hachette Livre qui voulut racheter Amazon

Jean-Louis Lisimachio a laissé une profonde empreinte sur le groupe Hachette Livre, qu’il quitta brutalement en mai 2003. Depuis, il vit quelque part entre les massifs alpins et Nice, « désintéressé de ce qui concerne l’édition et au courant de tout ». Ses anciens collaborateurs décrivent une personnalité fascinante, admirée ou haïe. Incontestablement, l’ex-PDG de Hachette filiale de Lagardère, avant qu’elle ne soit renommée Lagardère Publishing, a marqué plus que son époque. Une figure d’autant plus intrigante qu’elle ne frayait pas avec le gotha littéraire, bien au contraire.

14/01/2021, 14:20

ActuaLitté

La chaîne du livre face à la crise sanitaire, dans neuf régions françaises

Dès le début de la pandémie, les agences régionales du livre ont conseillé les acteurs concernés, mais se sont aussi lancées dans des consultations, pour rester au plus près des besoins. La Fédération interrégionale du livre et de la lecture propose une synthèse des actions et réactions du monde du livre, dans neuf régions françaises, au cours de la tumultueuse année 2020.

11/01/2021, 16:50

ActuaLitté

Marseille : Actes Sud cédera la librairie du MuCEM à Arteum, “une perspective adaptée”

En janvier 2013, le groupe Actes Sud remportait l’appel d’offres concernant le MuCEM — Musée des civilisations de l’Europe et de la méditerranée de Marseille. En juin de cette même année, la boutique-librairie allait être associée à la librairie Maupetit, propriété du groupe depuis 1998. Mais la concession changerait prochainement de mains, dans le cadre d’un AOT qui bénéficierait à la société Arteum, spécialisée dans les boutiques de musées. 

17/12/2020, 15:45

ActuaLitté

Étude : les Français et la lecture pendant le premier confinement

Trois organismes du secteur du livre, la Sofia, le SNE et la SGDL, ont commandé à l'institut Médiamétrie une étude consacrée aux pratiques des Français en matière de lecture pendant le premier confinement, celui du printemps 2020. Il en ressort un attachement certain pour l'activité, avec une volonté de tester d'autres manières de lire.

14/12/2020, 16:43

ActuaLitté

La lecture, loisir le plus pratiqué par les enfants de 9 ans durant le confinement

Dans quelques années, on se souviendra de cette étrange période avec quelques souvenirs flous : avions-nous réellement été enfermés, durant un confinement mondial ? Pour les enfants, dont 98 % restèrent chez eux, cette période eut des répercussions sur le travail et les loisirs. Le ministère de la Culture a procédé à une enquête, portant sur les jeunes de 9 ans.

07/12/2020, 09:38

ActuaLitté

Les règles du “je” : Rowling, reflet d'un monde patriarcal

L’affaire Rowling prend des proportions inquiétantes : après la fronde des personnels de Hachette UK, voici que des auteurs de l’agence littéraire décident de quitter le navire. Plusieurs auteurs ont claqué la porte de Blair Partnership, suite aux propos de la romancière sur les personnes transgenres. Et maintenant, les politiques se servent de ses propos comme arguments législatifs.

24/06/2020, 12:43

ActuaLitté

Sondage : les Français ont lu 2,5 livres durant le confinement

EXCLUSIF – À partir de ce 11 mai, les librairies ont l'autorisation de réouvrir. Or, la lecture fut, durant le confinement, l’une des vertus refuges. Privés dans un premier temps de librairies, les Français ont pourtant opté pour les livres, pour se divertir, s’évader ou s’enrichir. Un sondage réalisé par Harris pour ActuaLitté/La Journée du manuscrit francophone dévoile quelle place le livre a véritablement occupé lors de ces semaines à domicile.

11/05/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Français achètent de plus en plus de livres d'occasion

Le livre d'occasion, une aubaine
En attendant le communiqué annuel de PriceMinister annonçant que le livre a encore été le produit le plus revendu après Noël, voici un bref pronostic de Recommerce. Spécialiste de la vente de smartphones et produits reconditionnés, l’entreprise avance que les Français passeront massivement par les cadeaux d’occasion.

20/12/2018, 12:03

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Plus de 600 acteurs de la culture dénoncent la politique sanitaire, “outil puissant de division”

L’appel à sortir du silence lancé par des bibliothécaires le 14 janvier dernier, et que nous avions relayé, semble avoir été entendu. Plus de 600 artistes, professionnels et professionnelles du secteur culturel (dont nombre d’acteurs du livre) s’associent pour dénoncer une politique sanitaire « dangereuse » et stigmatisante.

18/01/2022, 12:39

ActuaLitté

Editis/Hachette : “C’est notre sort et celui de nos oeuvres qui est en jeu”

Le rapprochement programmé des groupes Hachette (Lagardère) et Editis (Vivendi) donne des sueurs froides à tous les acteurs du livre, ou presque. Après les inquiétudes des éditeurs face à la création d'un monopole, celles des auteurs s'expriment désormais, dans une tribune collective du Conseil Permanent des Écrivains (CPE), que nous reproduisons en intégralité ci-dessous.

17/01/2022, 13:15

ActuaLitté

Pour 2022, se profile une dangereuse réduction de droits sociaux des auteurs 

Un décret de fin d’année 2021, supposé améliorer la protection sociale des artistes-auteurs, aggrave leur insécurité sociale ! Dans un tribune intersyndicale, les organisations d'auteurs alertent sur une situation proche de la bouffée délirante. Leur texte est ici proposé dans son intégralité. 

14/01/2022, 12:44

ActuaLitté

Le plus terrifiant voleur de livres du siècle, une âme romantique de glouton littéraire

L’industrie du livre semble avoir repris son souffle : un vil criminel a été appréhendé, même s’il a plaidé non coupable. Caution de 300.000 $ — on se croirait dans une série juridico-gaudriolesque américaine — et un doute qui subsiste : pourquoi rechercher des manuscrits et brouillons encore non publiés ? 

 

14/01/2022, 10:35

ActuaLitté

Pass en bibliothèque : “En temps de crise, la culture est d’autant plus essentielle”

Ce mercredi 12 janvier, le Sénat a adopté le projet de loi instituant notamment le pass vaccinal, en limitant sa mise en place à des conditions sanitaires bien particulières. Toutefois, celui-ci s'appliquerait bien aux bibliothèques, où la présentation d'un pass sanitaire est déjà obligatoire, pour les usagers et les agents, depuis plusieurs mois. Dans la tribune reproduite ci-dessous, des bibliothécaires appellent à la mobilisation contre une « loi scélérate » qui va dans le sens de « l’exclusion généralisée ».

13/01/2022, 10:14

ActuaLitté

”Vincent Bolloré joue avec les nerfs du monde de l’édition”

Le dossier Lagardère-Hachette/Vivendi-Editis, et surtout Bolloré, a remis en avant la question de la concentration dans le monde de l’édition. Question d’une grande acuité, dans cette chaîne du livre écrasée par l'hyper-puissance des deux groupes, et dans laquelle le poids stratégique et effectif de la distribution est décisif. Michel Larive, député de l'Ariège et membre de la commission des affaires culturelles de l'Assemblée, et Gilles Kujawski, ancien commercial d'Editis, militant de la France Insoumise, signent ici une tribune diffusée dans son intégralité.

12/01/2022, 16:33

ActuaLitté

Médiation animale : nos amis les bêtes s’invitent en bibliothèque  

Il existe des chiens guides pour les personnes malvoyantes, d’autres apportent assistance aux personnes épileptiques : C’est connu, le chien est le meilleur ami de l’Homme. Un constat qui ne date pas d'hier mais tarde à s'accompagner de nouvelles synergies. Ainsi, la présence d'animaux, encore problématique dans certains établissements de culture, mériterait amplement d'être réévaluée.

07/01/2022, 10:36

ActuaLitté

Saint-Paul-Trois-Châteaux : la Fête du livre jeunesse 2022 annulée, le calvaire reprend

Nouveau coup dur pour l’association du Sou des écoles laïques, porteuse de la Fête du livre jeunesse de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Serpentant entre les divers protocoles, arrêtés, obligations et craintes, l’équipe s’épuise à force de révisions, d’adaptation et de projections malmenées. La manifestation (dont l’organisation commence 10 mois plus tôt) est une nouvelle fois menacée par la reprise épidémique et ses conséquences lourdes.

06/01/2022, 15:50

ActuaLitté

Le Festival du livre de Paris “conscient de l’attente des éditeurs indépendants” 

 

La Fédération des Éditions Indépendantes, par l’intermédiaire de son président Dominique Tourte, interpellait récemment l’organisation du Festival du livre de Paris. Cette nouvelle formule, née des cendres de Livre Paris entend offrir une nouvelle orientation à l’événement. « Nous considérons que cette nouvelle formule proposée porte un coup sévère à la dynamique de l’édition indépendante », indiquait cependant le président de la FEI.

05/01/2022, 20:37

ActuaLitté

Festival du livre de Paris : “Un coup sévère porté à l’édition indépendante”

Pas de salon du livre de Paris sans polémique, disait-on voilà quelques années — avant le Covid, en somme. L’événement procède à une mue, décidant entre autres de changer de lieu pour rallier le Grand Palais Ephémère pour 2022. Mais le fonctionnement de la manifestation provoque chez les éditeurs indépendants un étrange sentiment d’exclusion. 

04/01/2022, 11:10

ActuaLitté

Pour un réveillon anti-Covid, restez seul avec un livre (bon, mauvais, qu'importe)

Dans les bibliothèques fut instauré un régime drastique de nettoyage et de quarantaine pour le retour des documents : on redoutait que le Covid soit transmissible par les livres. Toute une littérature a fleuri pour indiquer comment désinfecter ses ouvrages, le temps d’infectiosité des couvertures. L’une des rares certitudes en la matière fut que passer un livre au micro-ondes n’était pas la meilleure des options.

31/12/2021, 17:37

ActuaLitté

Belgique : “La Culture, victime expiatoire des errances d’un gouvernement”

Ce 27 décembre, des milliers de personnes occupaient les rues de Bruxelles. Une protestation organisée contre un décret imposant la fermeture des salles de spectacle. La mesure, prise par les autorités devant la recrudescence du variant Omicron, semble avoir péché par excès de zèle. Jean-Yves Delitte, dessinateur, nous livre le fond de sa pensée…

28/12/2021, 12:09

ActuaLitté

L'ouverture des archives de la guerre d’Algérie “à surveiller dans sa mise en oeuvre”

L'accès aux archives avait fait l'objet d'intenses débats parlementaires, ces deux dernières années. Finalement, en décembre 2021, Roselyne Bachelot a annoncé une ouverture anticipée des accès aux archives portant sur la guerre d'Algérie, bien que partielle. L'association de défense des droits humains la Ligue des Droits de l'Homme (LDH), qui se donne pour objectif de défendre et promulguer les droits humains au sein de la République française, se réjouit de cette décision, tout en continuant à surveiller de près les suites à cette annonce faite par la ministre de la Culture. Nous reproduisons ci-dessous le communiqué de l'organisation.

24/12/2021, 15:23

ActuaLitté

Pour Noël, visiter la librairie qui a presque inspiré Rowling et Harry Potter (Porto)

Pour avoir vécu dans le début des années 90 à Porto, quelques années avant de publier le premier tome des aventures d’Harry Potter, JK Rowling se vit prêter un lien entre l’œuvre et la librairie Lello. Située non loin de la Tour des Clercs — fascinant édifice, gorgée d’une histoire, elle, tout à fait vérifiée — la librairie fait recette depuis des années. Établissement historique de la ville portugaise, elle a célébré son 115e anniversaire en 2021, après un sauvetage in extremis.

23/12/2021, 12:38

ActuaLitté

David Ferré, Actualités Éditions : Le théâtre se lit aussi

Si un modèle économique peut être difficile à trouver pour nombres d'éditeurs indépendants, cette affirmation n’est que plus juste lorsqu’on est un éditeur indépendant de théâtre. Actualités Éditions, porté par son fondateur, David Ferré, également traducteur, membre du comité directeur du Pen Club, et depuis peu, Président du Réseau européen de traduction théâtrale, Eurodram, propose des collections de théâtre hispanophones organisées par pays. L'esprit du projet éditorial de cette maison d'édition : « Le théâtre doit se lire dans le livre ». Sur quel modèle économique peut-on s'appuyer pour faire vivre un tel projet ?

22/12/2021, 12:37

ActuaLitté

Au Togo, des journalistes visés par une justice politique ?

Le Pen Club France, qui milite et agit pour la liberté d'expression des auteurs et journalistes en France et dans le monde entier, s'inquiète de poursuites judiciaires engagées à l'encontre de plusieurs journalistes au Togo, après un débat dans lequel ils évoquaient le passe sanitaire. Nous reproduisons ci-dessous l'alerte émise par le Pen Club France.

21/12/2021, 10:21

ActuaLitté

Collections des bibliothèques : “Nul bord n’a le monopole de la censure”

Aux États-Unis, les bibliothèques, notamment celles des établissements et districts scolaires, connaissent une recrudescence inédite des tentatives de censure à l'égard de leurs collections. Les ouvrages visés, qui évoquent surtout les expériences LGBTQIA+ ou le racisme, sont parfois retirés des étagères, sous une importante pression politique... Une telle situation est-elle envisageable en France ? L'Association des bibliothécaires de France (ABF) apporte quelques éléments.

20/12/2021, 11:05

ActuaLitté

Au Québec, "la patience n’a plus de temps" pour le statut des artistes

Au Québec, l'Union des écrivaines et écrivains québécois (UNEQ) a mené une longue bataille afin d'obtenir une tant espérée révision des lois sur le statut de l’artiste. Bien que l'horizon semble s'être dégagé, grâce à une promesse d'amendement par le gouvernement, le combat est loin de toucher à sa fin. Dans un communiqué, reproduit ici dans son intégralité, la présidente de l'UNEQ Suzanne Aubry s'est exprimée.

17/12/2021, 14:49

ActuaLitté

Censure de livres aux États-Unis : “Nous faisons face à une plus grande mobilisation”

Les États-Unis connaissent depuis plusieurs mois une vague de tentatives de censure sans précédent, qui implique désormais des personnalités politiques, en campagne ou non. Accusés d'être immoraux ou pornographiques, des livres sont pointés du doigt, et parfois retirés des collections de bibliothèques scolaires : nombre d'entre eux évoquent les expériences de personnes issues de la diversité ou se rattachant à la communauté LGBTQIA+. Deborah Caldwell-Stone, directrice du bureau de la liberté intellectuelle de l'Association des bibliothèques américaines (American Library Association, ALA) revient avec nous sur cette inquiétante situation.

17/12/2021, 10:40

ActuaLitté

Pour une distribution du livre à l'unité, et une chaine solidaire

Les difficultés d'organisation du distributeur MDS, filiale du groupe Média-Participations, et leur conséquence sur les libraires au moment des fêtes de fin d'année posent de sérieuses questions sur la solidarité de la chaine du livre. Et sur d'éventuelles mesures à prendre pour garantir l'équité de tous les vendeurs de livres du territoire... L'Agence Livre Cinéma et Audiovisuel en Nouvelle-Aquitaine (ALCA), l'association des Librairies Indépendantes en Nouvelle-Aquitaine (LINA) et l'association des éditeurs de Nouvelle-Aquitaine (AENA) suggèrent une mesure de protection particulière, dans une tribune reproduite ci-dessous.

16/12/2021, 15:29

ActuaLitté

Abonnement, liseuses, audiolivres : Kobo, “un club de lecture 2.0”

En novembre, Fnac et Rakuten-Kobo ont lancé leur abonnement ebooks, Kobo Plus by Fnac. L’idée : s’inscrire dans le développement, de tous les secteurs des industries culturelles, de l'abonnement catalogue. Marc Sarfati, manager Marketing chez Rakuten-Kobo et Agnès Panquiault, directrice du développement catalogue Europe de l'enseigne canadienne, nous présentent les spécificités de cet abonnement, mais également la stratégie de l'entreprise pour se faire une place entre l’abonnement Kindle porté par le mastodonte Amazon, et l’abonnement Youboox, porté par le suédois Nextory. Une présentation qui s'étend aux deux nouvelles liseuses de la marque, les Kobo Libra 2 et Kobo Sage.

16/12/2021, 11:34

ActuaLitté

Julie Doucet for president !

Chaque année, le festival international de la bande dessinée (FIBD) d’Angoulême remet un Grand Prix, longtemps contesté pour son aspect quasi uniquement français et masculin. Il a été régulièrement réformé et, après divers psychodrames, est depuis plusieurs années laissé au vote des auteurs. Par Maël Rannou.

13/12/2021, 09:32

ActuaLitté

Loi Lang : obligation de l'unité et devoir de solidarité

À quelques semaines de Noël, les libraires ont appris qu'ils ne pourraient pas être approvisionnés en livres, sinon sous des conditions commerciales difficiles à avaler. L'accident industriel que traverse MDS, filiale de distribution du groupe, a provoqué bien des réactions depuis ce premier courrier parvenu aux librairies. Christian Thorel, Jean-Marie Ozanne, Olivier Lhostis et Benoît Bougerol signent ici une tribune portant une remarque essentielle, dans les relations commerciales... et les impératifs législatifs.

08/12/2021, 18:04

ActuaLitté

Auteurs : une pétition pour “sortir une bonne fois pour toutes de l'insécurité sociale”

La Société des Gens de Lettres (SGDL) invite à signer une pétition, lancée par un collectif d’auteurs, afin de permettre aux hommes et femmes de lettres « d’être entendus, enfin, par l’URSSAF et ses tutelles administratives ». Dans un communiqué, reproduit ici dans son intégralité, l’organisme partage son inquiétude.

01/12/2021, 15:59

ActuaLitté

12e année de prison du poète Trần Huỳnh Duy Thức dans “le goulag vietnamien”

Le 55e anniversaire du poète vietnamien Trân Huỳnh Duy Thức coïncide avec sa 12ème année en prison. Il lui reste encore 4 ans à vivre douloureusement loin de sa femme, ses enfants, ses parents et ses amis. Pour l'occasion, un texte en hommage est proposé dans nos colonnes. Par Nguyên Hoàng Bảo Việt.

30/11/2021, 12:57

ActuaLitté

Pour la lecture des jeunes, “il est urgent d’agir”

Les liens entre le livre, le numérique et la capacité dont nous disposons aujourd’hui de faire converger les deux au profit de la lecture intéressent de nombreuses personnes. Encore faut-il s’accorder sur l’idée que les nouvelles technologies représentent une véritable opportunité, pour le grand public, et les enfants. Les signataires de cette tribune soulignent qu’il s’agit d’un enjeu de souveraineté, de rayonnement, de développement intellectuel, économique et démocratique. 

30/11/2021, 08:32

ActuaLitté

Des oniomanes et des livres : bande de malades...

Battre le fer tant qu’il est chaud ? Chez un forgeron, ou un maréchal-ferrand, l’expression s’entend sans peine. Généralement, cette invitation à rejeter la procrastination se comprend sans difficulté : le risque est d’accumuler les tâches, au point de se trouver fort dépourvu quand la bise pointera son nez. Dans l’édition, on tarde encore à adopter le terme japonais, tsundoku – qui, littéralement, désigne l’empilation de livres non lus. 

26/11/2021, 17:50

ActuaLitté

Pass sanitaire : des libraires défendent l'accès aux bibliothèques pour tous

Il y a un an, le secteur du livre et le monde de la culture se mobilisaient pour que les librairies restent ouvertes lors du deuxième confinement, autour d'une pétition lancée par François Busnel et un appel commun du Syndicat de la Librairie Française, du Syndicat National de l'Édition et du Conseil Permanent des Écrivains. Aujourd'hui, des bibliothécaires appellent à une quatrième journée de mobilisation nationale ce mercredi 1er décembre, pour permettre à tous les publics et notamment tous les enfants d’accéder aux bibliothèques sans pass sanitaire, et des libraires de toute la France apportent leur soutien à cette lutte.

26/11/2021, 12:39

ActuaLitté

L'écrivain face aux censures et violences de la société civile

Dans le cadre de la célébration du Centenaire du PEN Club français, un colloque s’est tenu à la Bibliothèque nationale de France, le 12 octobre 2021, sur le thème Censures et autocensures : les littératures aujourd’hui. L’ensemble de cette demi-journée, ouverte par Laurence Engel et Antoine Spire, a fait l’objet d’une captation par les services de la BnF. Nous reproduisons avec son aimable autorisation l'intervention d’Antoine Spire, président du PEN Club français.

26/11/2021, 09:34

ActuaLitté

Gisèle Sapiro : “La question des sensibilités se pose depuis que l’édition existe”

Le monde du livre n'échappe pas à des rapports de force, qui s'expriment aussi bien dans des choix éditoriaux que dans des logiques de concentration, ou encore dans la réception publique de certains livres. La sociologue Gisèle Sapiro, directrice d'études à l'EHESS et directrice de recherche au CNRS, autrice de Peut-on dissocier l'œuvre de l'auteur ? (Seuil, 2020), revient avec nous sur quelques questionnements récents de l'édition, avant son intervention aux Assises internationales de l'édition indépendante, ce mercredi 24 novembre.

23/11/2021, 16:50

ActuaLitté

Bubble Tea raffinés, patisseries japonaises et mangas : bienvenue au Renard Café

L’épidémie Covid a vu naître de splendides collaborations — certaines aboutissant même à des créations d’entreprises. Tout commence quand, durant le Confinement 2, Romain Gaia, propriétaire de Tomo, maison de dorayaki (les succulentes pâtisseries japonaises) contacte Mickaël Brun-Arnaud, propriétaire de la librairie Le Renard doré, spécialisée dans les manga et la culture japonaise. Un dénominateur commun qui, près d’un an et demi plus tard, débouche sur Le Renard Café… Rencontre avec ces entrepreneurs, sur les lieux du crime.

22/11/2021, 15:19

ActuaLitté

Samar Haddad : “Les éditrices en Syrie se comptent sur les doigts d'une main”

Du 23 au 26 novembre 2021, l'Alliance internationale des éditeurs indépendants organise les Assises internationales de l'édition indépendante à Pampelune. Liberté d'expression, bibliodiversité, place accordée aux langues « minorées » font notamment partie des sujets abordés au cours de tables rondes, tout comme la place des femmes dans l'édition. Sur ce dernier sujet, Samar Haddad, directrice de la maison d'édition Atlas Publishing, nous livre son expérience en Syrie.

22/11/2021, 13:01

ActuaLitté

Krisztina Tóth : “La société hongroise est malheureusement malade”

La romancière hongroise Krisztina Tóth aura passé six semaines de résidence d’écriture à Cognac, sous les auspices de Jean Monnet. Elle signe, dans le cadre du Festival des littératures européennes, un texte émouvant et personnel, comme une adresse aux lieux et aux personnes rencontrées. Il est ici reproduit, avec son autorisation (qu’elle soit remerciée) dans son intégralité.

18/11/2021, 19:33

ActuaLitté

Profession : petites (et grandes) mains d'un festival littéraire

Débarquer à la gare, trouver un sosie de George RR Martin qui attend, panneau dans les mains, béret vissé sur la tête et longue barbe débordant sous le masque. « Je suis votre chauffeur », assure-t-il avec le sourire que l’on devine. Marc* est l’un des cinquante bénévoles qui mèneront durant six jours les navettes, l’installation des tables, des décorations et tant d’autres détails. Profession : bénévoles. Option : passionnés.

18/11/2021, 16:25

ActuaLitté

Devenir une femme auteur, “c'est s'exposer à une grande violence sociale” (Titiou Lecoq)

Titiou Lecoq, qui a récemment publié Les grandes oubliées — Pourquoi l’Histoire a effacé les femmes (L’iconoclaste), a pu constater l'invisibilisation des autrices de l'histoire littéraire, malgré des parutions et des succès multiples. Alors qu'elle signe la préface pour les éditions Talents hauts de La femme auteur (1802), roman de Félicité de Genlis, qui incitait les femmes à prendre la plume, elle revient avec nous sur les multiples obstacles à une reconnaissance littéraire des autrices.

18/11/2021, 16:08

ActuaLitté

“La littérature est imaginaire”

A Paris, dans le 14ème arrondissement, il existe une librairie appelée La petite Lumière. Le nom vient d’un livre de l’auteur italien Antonio Moresco, qui a tardé à s’affirmer dans le panorama littéraire italien. En France, depuis 2014, il est accueilli avec un grand enthousiasme, de la part de tout le monde : libraires, critiques, lecteurs. Verdier, son éditeur, a sorti en septembre 2021 Les ouvertures, son dernier livre traduit en français. Entretien avec l’auteur et son traducteur Laurent Lombard. 

17/11/2021, 11:15