#Salons / festivals

Financement, structure, Livre Paris : les Grandes espérances 2021 du SNE

Livre Paris 2020 compte parmi les premiers salons victime de la crise sanitaire. Pas de manifestation pour la capitale française, et pas de revenus pour le Syndicat national de l’édition, coorganisateur avec Reed Expositions France. Au cours des dernières semaines, les messages promotionnels n’ont pourtant pas manqué, rassurants ou tentant de l'être. Ainsi, la programmation se dévoile pour partie : l’Inde reste le pays à l’honneur, quand le monde d’après servira de fil rouge à l'ensemble. 

Le 27/01/2021 à 16:20 par Nicolas Gary

0 Réactions | 15 Partages

Publié le :

27/01/2021 à 16:20

Nicolas Gary

0

Commentaires

15

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

« À travers une riche délégation d’écrivains vous aurez l’opportunité unique de rencontrer les voix de l’Inde d’aujourd’hui, et ce qu’elles ont à dire de leur pays et du monde. Nous souhaitons que la littérature indienne, qui n’occupe pas encore dans nos librairies toute la place qu’elle mérite, rayonne désormais et suscite de plus en plus de traductions chez les éditeurs français. Et que la relation entre nos deux pays qui, eux, ont beaucoup en commun, en sorte renforcée », indique Gauthier Morax, directeur de la programmation.

N’oublions en effet pas que dans le cadre des échanges entre Livre Paris et l’Inde, la France doit être, en janvier 2022, mise à l’honneur de la foire de New Delhi. Crise sanitaire oblige, cette année le salon se tiendra fin mai, décision prise en octobre dernier. 

L’autre volet sera donc ce monde d’après, tant évoqué à l’occasion du premier confinement, et dont le salon de Paris entend faire son sujet fort, décliné en trois approches. D’abord, « le monde tel qu’il s’offre à nous aujourd’hui est dans une impasse et il est urgent de penser celui d’après ». Ensuite, souligner que la littérature devient un écho plus fort des problématiques « sociales, culturelles, sociétales qui traversent notre époque ». À ce titre, convoquer les auteurs et leur vision apporte une aide pour l’avenir.

Enfin, rappelant que Livre Paris bénéficie encore d’une certaine popularité auprès du public, le directeur de la programmation insiste sur le « formidable écrin » que la manifestation représente, afin de « réfléchir collectivement au temps qui vient ». L’idée sera donc de proposer au public « dans son extraordinaire diversité, des espaces de dialogue avec des figures littéraires et intellectuelles reconnues comme avec des écrivains, des chercheurs et intellectuels renouvelant la pensée critique ». Alléchant.

Conditions sanitaires obligent

En 2020, Livre Paris fut frappé de plein fouet : le Covid a rapidement balayé toute possibilité de tenir l’événement. Reporter 2020 en 2021, voilà le défi qui se pose, à plusieurs niveaux. Et le premier d’entre eux est économique.

« Le SNE est obligé de faire le salon, car le contrat Reed s’achève en 2021. Et ils veulent se débarrasser de Reed. Sinon ils sont obligés de prolonger jusqu’en 2022 », soulignait récemment un observateur. Ce qu’il n’ose dire, même hors micro, c’est que la gabegie est totale, après l’annulation de 2020. « Le SNE a bénéficié d’une aide du ministère de la Culture, mais le salon représente un revenu important pour le syndicat. Et la compensation de la rue de Valois n’a fait que retarder l’échéance. »

Selon les informations obtenues — le ministère de la Culture, pas plus que le SNE ne nous ont confirmé ni communiqué la somme — le coup de pouce ministériel équivaudrait à quelque 300.000 €. La prudence s’impose — certaines sources évoquent pour leur part 350.000 €. En revanche, assure un proche du dossier, « le SNE bute sur des questions budgétaires, privé des revenus du salon. Le constat ne date pas d’hier : il n'est pas sain, économiquement, que la manifestation finance pour partie le syndicat des éditeurs ». Car, qui dit trou dans le budget, dit piocher dans les réserves.

Du pain et des jeux, et des livres

« Tant qu’ils n’installeront pas une dizaine de food-trucks avec des ateliers de cuisine dirigés par des auteurs qui ont de gros titres en la matière, je n’y remettrai plus les pieds », nous assure un éditeur parisien. « Durant 20 années, l’organisation s’est contentée de laisser vendre des sandwichs rassis hors de prix, sans endroit pour s’asseoir convenablement et rien d’un peu fun dans les animations. Que les éditeurs désertent est naturel. »

Et d’ajouter : « Nous faire payer une fortune pour vendre des livres à des gens qui payent un droit d’entrée, c’est un peu “monde d’avant”, justement… Allez, ne serait-ce qu’un vrai food market à l’extérieur, et la journée de tous les visiteurs et exposants est améliorée. Des choses bêtes, non : acheter un hot-dog à ses enfants, pouvoir boire une bière avec des amis… Dans le business numérique, on appelle cela la User Experience. L’expérience utilisateur. Ou visiteurs ici… »

D’un côté, ceux qui n’iront plus. De l’autre, ceux qui se trouvent écartelés parce que d’autres manifestations avaient, bien avant Livre Paris, posé des dates sur lesquelles l’événement parisien est venu s’installer sans trop de précautions. Face à eux, une ribambelle de maisons, dévoilées dans une newsletter très commerciale, pour attirer les exposants.

« Cela va si mal dans les inscriptions qu’ils aient besoin de produire cette longue liste ? », s’interroge un ancien exposant.

Aux abonnés absents...

« Rejoignez les éditeurs déjà inscrits à Livre Paris et participez au premier grand événement littéraire qui aura lieu en 2021. Livre Paris est un festival littéraire avec des rendez-vous inédits, riches et diversifiés. Vivez une expérience unique et saisissez l’opportunité de rencontrer à nouveau vos publics », clame en effet le message expédié. 

Plus de 350 exposants sont cités, pêle-mêle, entre éditeurs, régions, pays, prestataires — on en comptait plus de 1200 pour l’édition 2018, d’après les chiffres communiqués par Reed Expo.

Si l’on taille à la serpe, pour ne retenir que des éditeurs, on se demande où ont pu passer les maisons : bien évidemment, celles littéraires du groupe Hachette Livre ont disparu depuis des années. De même, Editis a promis qu'il serait aux abonnés absents. Plus étonnant que Le Seuil, pourtant devenu filiale de Média Participations, (dont le PDG, Vincent Montagne, préside le Syndicat national de l’édition) n'y figure pas non plus.

A contrario, les trois maisons BD de MP, Lombard, Dupuis, Dargaud, répondent présentes. D’autres également comme Gallimard (et sa filiale jeunesse), ou Flammation, certes, mais pas de Casterman. Et on en passe et on en oublie. Le clivage est avéré.

« Sont-ce des maisons qui n’ont pas demandé le remboursement de leur stand, comme promis par Reed, ou qui exposent gratuitement ? », raille-t-on à Saint-Germain-des-Près. « Ce qui se passe, qui interroge tout de même, c’est que le Syndicat vit avec les cotisations des adhérents ET les revenus du salon. Or, le budget du SNE a pris du plomb dans l’aile. »

Avec un sourcil qui se dresse : si le syndicat chargé de représenter et défendre la profession ne rentre pas dans ses frais sans Livre Paris, quelle alternative ? « Augmenter les cotisations, on l’entend bruisser depuis un moment », nous confirme un éditeur membre. « Ce qui pose un problème : si je vais au salon et que je suis adhérent, alors j’abonde deux fois aux finances du syndicat. Un groupe comme Hachette, dont plus aucune maison littéraire ne s’y rend, a, certes, une cotisation plus importante. Mais, finalement, il ne paye qu’une fois. »

La représentativité et son financement

Rectifier le tir impliquerait-il de considérer que la cotisation au SNE doit suffire ? « C’est entendu, mais nous nous trouvons donc avec une partie des structures qui garantissent l’équilibre économique du syndicat — ce qui profite à toute la profession —, en adhérant et par la prise d’un stand. Et une autre partie qui adhère, sans exposer à Livre Paris. Et enfin, ceux qui exposent, mais ne sont pas adhérents… ignorant parfois que l’argent alimente certes Reed, mais aussi le SNE. » Surtout que la hausse des cotisations ne fait pas l'unanimité : un grand, très prestigieux, éditeur parisien a signalé clairement son refus, de même qu'une éditrice indépendante.

Chez les auteurs, on doit sourire d’imaginer que le SNE endure les affres de ces questionnements, alors même que la question de la représentativité et de son financement est brandie depuis des mois.

Côté éditeurs, les commentaires tombent, comme des hallebardes : le sentiment « d’être une vache à lait » pour certains, tout à la fois membre et exposant. « Le syndicat doit trouver comment impliquer tout le monde : adhésion et salon, dans un même package. »

Or, si d'aucuns fulminent, d’autres plaident pour « une sainte solidarité de l’artisanat », simplement parce que les alternatives n’emballent pas les foules. « L’option A, c’est de jouer le front commun, et considérer que tout se passera bien : de la méthode Coué comme l’édition sait si bien la pratiquer. L’option B, en revanche, consiste à voir que les avances faites en 2020 à Reed Expo ne seront pas différées éternellement : comment récupérera-t-on l’argent ? », demande une responsable marketing.

« Personne ne se voile la face : avec le reconfinement qui se profile, à cause du variant britannique, on repart pour quoi, une, deux, trois semaines ? Un mois ? Et au sortir de là, qui aura l’envie de s’enfermer Porte de Versailles ? Ou l’audace ? Qui imaginerait d’ailleurs un salon avec un protocole sanitaire aussi strict qu’on peut le redouter ? »

La rue de Valois pas très loin ?

Quant aux communications rassurantes — ou paniquées, au choix — de l’opérateur Reed, « elles tiennent la route parce que la parole est encore libre. Il s’agit de montrer que tout a été mis en œuvre pour que le salon ait lieu. Cependant, les équipes commerciales nous ont mis sous pression pour qu’en décembre, on confirme. Alors que l’an passé, les paiements s’étaient effectués de janvier pour mars… »

De plus, nul n’imagine qu’en plein reconfinement soit évoquée la manifestation parisienne. « Impossible ! » Et de conclure : « Sans compter que l’état d’urgence a été prolongé jusqu’au 1er juin. Garder espoir, ça tient de la foi, à ce niveau. » Emmanuel Macron est attendu pour une intervention prochaine : le troisième confinement pointe le bout de son nez...

Il se trouve en revanche quelques sages prophètes pour augurer que le sort du SNE, économiquement, n’a rien de si tragique. L’un d’entre eux détaille : « Ils ont changé de date pour tenter de maintenir Livre Paris, comme un gage de bonne volonté. Aujourd’hui, le secteur a peut-être mieux résisté que pans culturels, mais à quel prix ? Comment croire que le ministère de la Culture resterait insensible aux plaintes du SNE ? »

Autrement dit : la rue de Valois remettrait au pot, tout aussi opaquement, pour garantir que, même sans manifestation, l’impact financier soit limité. « Ce serait un casus belli si Roselyne Bachelot n’agissait pas, au nom de l’exception culturelle française, de la loi Lang, du droit d’auteur, et de tout ce qui servira d'excuse. Le ministère de la Culture en France n’abandonnerait certainement pas le syndicat des éditeurs en le laissant se noyer. » 

Dossiers et grands travaux

Trop d’économies en jeu, une symbolique toute puissante. « Je ne me figure pas le Bureau du SNE trop inquiet : ce sera une décision gouvernementale, qui ne dépend pas d’eux, mais certainement déjà discutée. Inquiets, non : stoïciens, plutôt.Et le directeur général a d'autres plans. »

Restent alors les chagrins, qui déplorent que le SNE ne se suffise pas à lui-même pour assurer son fonctionnement. Revoir les aspirations à la baisse, revenir à un strict travail de lobbying. « En l’état, l’équilibre économique du syndicat repose sur ceux qui le veulent bien », lance une éditrice dépitée. Avec plus de 1,6 million € de cotisations en 2018, pour plus de 700.000 € de recettes générées par Livre Paris, sur cette même année, on mesure l’impact de l'annulation sur les comptes de 2020 – et a fortiori une seconde année consécutive. 

On s’imaginerait à tort que la situation s’enlise dans un drame dickensien, et depuis plusieurs mois, la direction générale du SNE est à l’œuvre, pour garantir la pérennité de la structure. À commencer par un changement de gouvernance, qui, par ruissellement, provoquera des économies. « La question du siège revient depuis un moment : déménager n’est plus une simple option — à moins que les éditeurs du Bureau ne prennent en charge les coûts. » Il paraît que cette idée a fait long feu…

Bailleur aux corneilles ?

« Changement de local, équipe plus réduite, hausse des cotisations », tout un programme qui se profilerait, ainsi que le possible départ à la retraite de l’actuel directeur général, Pierre Dutilleul. Accompagner le mandat de l'actuel président, et partir serait l'option la plus plausible. Au doigt mouillé, un observateur indique : « Avec 30 % de l’équipe en mois, une baisse de salaire de 30 % également pour le prochain DG et une hausse des cotisations de 10 %, tout devrait rentrer dans l’ordre. » Des estimations qui semblent faire mouche. 

À ces hypothèses de travail, certes, récurrentes s'ajoute que le Bureau international de l’édition française, présidé par Antoine Gallimard, “sous-loue” son espace de travail au SNE. En cas de départ, du premier, le second suivrait. Partirait-il de son propre chef ? Nicolas Roche, le directeur, n'aurait pas de projets immédiats allant dans ce sens. 

« La question maintenant, il faut la poser au Cercle de la librairie : le SNE et le BIEF rapportent des loyers importants… » Qu’en sera-t-il de la structure qui pilote tout à la fois la base Electre et le journal Livres Hebdo ? Un départ des locataires ? Peut-être pas si vite. 

« Ce qui est assuré, c’est qu’une négociation des loyers est en cours avec le bailleur. Si les conditions financières deviennent trop compliquées, alors l’option du départ s’envisage. Mais pour l’heure, le SNE semble décidé à rester en place », indique un voisin. L’idée qu’un créateur de mode installe son quartier général à la place du siège du Syndicat ne fait sourire personne — et ne semble pas non plus être à l’ordre du jour pour le Cercle de la librairie. « Mais comme quantité de structures, il s’agit de trouver comment réduire les coûts en cette période. »

Hélas, aucun des interlocuteurs n'a souhaité nous répondre. 

 

Mise à jour 3/02 13 h :

L’Assemblée nationale vient de voter à 164 voix contre 94 en faveur d’une prolongation de l’état d’urgence sanitaire, au 1er juin. Il doit cependant encore faire une navette au Sénat — considérant qu’en cas de désaccord, le Palais Bourbon aura le dernier mot. L’autre chambre, majoritairement à droite, avait en effet demandé que l’état d’urgence soit prolongé uniquement jusqu’au 3 mai. Pour les manifestations, la nouvelle est mauvaise.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

crédits photo : Vincent Montagne, président du SNE - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

0 Commentaires

 

Aucun commentaire.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

France : Amazon assigné en justice pour concurrence déloyale

EXCLUSIF – Le confinement a révélé, à son insu, quelques secrets de fabrication et autres télescopages douteux chez Amazon France. Un différend juridique entre une éditrice et son prestataire a mis en lumière de manière flagrante les arrangements de la firme, aboutissant à une distorsion de concurrence. Tout à la fois revendeur et fournisseur de services, elle aura rendez-vous avec la justice française pour en répondre.

02/03/2021, 15:10

ActuaLitté

L'infernale circulaire 2016, ou la retraite à prix d'or pour les auteurs

Ah, la retraite : paisible repos après une dure vie de labeur, accompagnée d’un pécule qui permettra d’offrir les étrennes de fin d’année ou la petite enveloppe d’anniversaire. Ou dans certains cas, plus rares, de faire creuser la piscine rêvée. Pour les artistes-auteurs, l’Agessa se vit confier le soin de collecter les sommes, avec l’incurie que l’on a fini par découvrir… Et qui n’en finit pas. 

17/02/2021, 15:58

ActuaLitté

Poésie et livre numérique : la délicate transition du mot à l'écran

Si vous avez déjà acheté de la poésie au format numérique, et à plus forte raison de la poésie en vers, vous vous êtes sans doute rendu compte que les contraintes formelles propres à ce genre littéraire se heurtent aux contraintes techniques de l’ebook. Face à ce constat, les éditeurs de poésie adoptent différentes stratégies, allant de la non-publication de leurs titres en numérique à une réflexion sur la manière dont le numérique peut servir la poésie.

16/02/2021, 14:46

ActuaLitté

Moniteurs étudiants : entre la “procédure” et la “bienveillance", Paris 3 balance

Ce mardi 2 février, les moniteurs étudiants de la bibliothèque Sainte-Barbe, rattachée à l'université Sorbonne Nouvelle — Paris 3, débrayaient une nouvelle fois, accompagnés par des bibliothécaires permanents et des professeurs de l'université. Alors que la crise sanitaire frappe de plein fouet les étudiants, ils réclament le maintien de leur rémunération en cas de confinement et de fermeture de l'établissement. Une partie du personnel de la bibliothèque les soutient et réclame plus de moyens.

05/02/2021, 17:41

ActuaLitté

Gabriel Matzneff publie Vanessavirus, son ultime livre

EXCLUSIF – Ce mois de janvier ne manque définitivement pas de rebondissements : alors que le titre de Camille Kouchner, La familia grande, vient de sortir en grand format, sa parution fait écho à la sortie en poche du Consentement, l’ouvrage de Vanessa Springora. L’éditrice avait dénoncé avec force les actes de Gabriel Matzneff, et toute la complaisance autour du personnage. Quelque peu oublié des médias, l’auteur n’a pour autant pas quitté la plume. Et s'apprête même à publier son prochain titre, Vanessavirus.

02/02/2021, 09:30

ActuaLitté

Lisimachio, le PDG de Hachette Livre qui voulut racheter Amazon

Jean-Louis Lisimachio a laissé une profonde empreinte sur le groupe Hachette Livre, qu’il quitta brutalement en mai 2003. Depuis, il vit quelque part entre les massifs alpins et Nice, « désintéressé de ce qui concerne l’édition et au courant de tout ». Ses anciens collaborateurs décrivent une personnalité fascinante, admirée ou haïe. Incontestablement, l’ex-PDG de Hachette filiale de Lagardère, avant qu’elle ne soit renommée Lagardère Publishing, a marqué plus que son époque. Une figure d’autant plus intrigante qu’elle ne frayait pas avec le gotha littéraire, bien au contraire.

14/01/2021, 14:20

ActuaLitté

La chaîne du livre face à la crise sanitaire, dans neuf régions françaises

Dès le début de la pandémie, les agences régionales du livre ont conseillé les acteurs concernés, mais se sont aussi lancées dans des consultations, pour rester au plus près des besoins. La Fédération interrégionale du livre et de la lecture propose une synthèse des actions et réactions du monde du livre, dans neuf régions françaises, au cours de la tumultueuse année 2020.

11/01/2021, 16:50

ActuaLitté

Marseille : Actes Sud cédera la librairie du MuCEM à Arteum, “une perspective adaptée”

En janvier 2013, le groupe Actes Sud remportait l’appel d’offres concernant le MuCEM — Musée des civilisations de l’Europe et de la méditerranée de Marseille. En juin de cette même année, la boutique-librairie allait être associée à la librairie Maupetit, propriété du groupe depuis 1998. Mais la concession changerait prochainement de mains, dans le cadre d’un AOT qui bénéficierait à la société Arteum, spécialisée dans les boutiques de musées. 

17/12/2020, 15:45

ActuaLitté

Étude : les Français et la lecture pendant le premier confinement

Trois organismes du secteur du livre, la Sofia, le SNE et la SGDL, ont commandé à l'institut Médiamétrie une étude consacrée aux pratiques des Français en matière de lecture pendant le premier confinement, celui du printemps 2020. Il en ressort un attachement certain pour l'activité, avec une volonté de tester d'autres manières de lire.

14/12/2020, 16:43

ActuaLitté

La lecture, loisir le plus pratiqué par les enfants de 9 ans durant le confinement

Dans quelques années, on se souviendra de cette étrange période avec quelques souvenirs flous : avions-nous réellement été enfermés, durant un confinement mondial ? Pour les enfants, dont 98 % restèrent chez eux, cette période eut des répercussions sur le travail et les loisirs. Le ministère de la Culture a procédé à une enquête, portant sur les jeunes de 9 ans.

07/12/2020, 09:38

ActuaLitté

Sondage : les Français ont lu 2,5 livres durant le confinement

EXCLUSIF – À partir de ce 11 mai, les librairies ont l'autorisation de réouvrir. Or, la lecture fut, durant le confinement, l’une des vertus refuges. Privés dans un premier temps de librairies, les Français ont pourtant opté pour les livres, pour se divertir, s’évader ou s’enrichir. Un sondage réalisé par Harris pour ActuaLitté/La Journée du manuscrit francophone dévoile quelle place le livre a véritablement occupé lors de ces semaines à domicile.

11/05/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Français achètent de plus en plus de livres d'occasion

Le livre d'occasion, une aubaine
En attendant le communiqué annuel de PriceMinister annonçant que le livre a encore été le produit le plus revendu après Noël, voici un bref pronostic de Recommerce. Spécialiste de la vente de smartphones et produits reconditionnés, l’entreprise avance que les Français passeront massivement par les cadeaux d’occasion.

20/12/2018, 12:03

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Développement rural et de sécurité alimentaire : La dernière mission

Auteur de l’essai La faim du monde (Balland 2019), Nasser Brahimi travaille auprès d’agences internationales et pour des programmes liés aux Nations Unies. Le consultant, fils de parents algériens, a vécu à Paris, avant de retourner à Alger et de s’installer finalement à Rome. Expert en communication, il travaille au développement de deux agences, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture et le Fonds international de développement agricole. Son texte raconte un moment de ces expériences.

07/03/2021, 17:31

ActuaLitté

Seuss, le vivre-ensemble et la cancel culture

Cesser la commercialisation de livres du Dr Seuss, accusés de véhiculer un « racisme infect » par certains commentateurs, voilà qui donne à réfléchir. Les ouvrages jeunesse de l’Américain n’ont pas connu en France le succès d’outre-Atlantique. Pourtant, leur traducteur français s’inquiète, à plus d’un titre, de ces comportements. D’autant que Stephen Carrière, qui a traduit une dizaine d’oeuvres de Seuss, est également éditeur, directeur des éditions Anne Carrière. Il nous répond.

05/03/2021, 14:37

ActuaLitté

Objet : atteinte aux droits sociaux des artistes-auteurs et autrices

Il n’y aura pas de confinement du week-end, ainsi l’a voulu Emmanuel Macron. Voilà qui laissera plus de temps encore aux ministres interpellés par une vingtaine d’organisations professionnelles, sur la question des cotisations sociales. Un courrier enlevé et senti, qui remet l’église au centre du village. Leur texte est ici relayé dans son intégralité.

04/03/2021, 14:31

ActuaLitté

#AdopteUnLibraire : “Il n’y a pas d’écrivain sans librairie”

Les librairies ont été hissées au rang de commerces essentiels dans le décret n° 2021-217. Ou plus précisément « les commerces de détail de livres ». Contraint et forcé, comme tant d'autres, non plus d'imaginer, mais de vivre dans un pays aux librairies fermées, le romancier Gilles Marchand, auteur entre autres d’un Funambule sur le sable, adresse à ActuaLitté un texte passionné. 

03/03/2021, 11:10

ActuaLitté

La Commission européenne en conflit avec les éditeurs et auteurs belges 

Depuis 2019, La Commission européenne refuse de verser une rémunération aux éditeurs belges pour la photocopie de leurs œuvres par des entreprises et des institutions publiques. L'organisme de gestion collective des ayants droit belges Reprobel publie aujourd'hui un communiqué pour protester contre cette décision. Selon eux, la Commission prétendrait à tort que cette rémunération constituerait une "taxe" dont elle-même et les institutions européennes qu'elle représente en sont exonérées. Nous publions ici leur texte dans son intégralité. 

 

 

03/03/2021, 11:09

ActuaLitté

Rapport Racine : “Un an plus tard, nous n’oublions pas”

« Un an après la remise du rapport Bruno Racine, rien ne bouge plus. Notre situation économique et sociale n’a jamais même été aussi catastrophique ! Vous êtes donc nombreux et nombreuses à vouloir agir. Des actions sont nées spontanément de toutes parts (BD, audiovisuel, etc.), et ont été plus ou moins bien médiatisées. Mais, malgré des problèmes communs, rien n’avait encore été rédigé pour l’ensemble des créateurs et créatrices, qui sont pourtant unis par un même statut social et fiscal », indique la Ligue des Auteurs Professionnels.

02/03/2021, 15:43

ActuaLitté

Les bibliothèques, “des biens communs au service de tous” (ABF)

L'Association des Bibliothécaires de France (ABF) et d'autres organisations rappellent, dans un communiqué, la politique documentaire qui constitue le cadre du travail des bibliothécaires, garants des « équilibres de toutes sortes, à l’indispensable pluralisme des goûts, genres et orientations, sans jamais faire prévaloir leurs propres opinions ». Cette piqûre fait suite à deux événements récents qui illustrent une possible ingérence d'une hiérarchie administrative dans ce cadre et ces missions... Nous reproduisons ci-dessous l'intégralité du texte communiqué.

02/03/2021, 14:45

ActuaLitté

Québec : dix ans après, revient l'idée d'un prix unique du livre

La sortie de la députée Ruba Ghazal (Québec solidaire) a pris de court bien des observateurs et acteurs de l’industrie québécoise du livre. Pour autant, sa demande, « est pleinement pertinente », assure Katherine Fafard, directrice générale de l’Association des Libraires du Québec. Et pour cause, un prix réglementé sur la vente de livres intéresse. Et le Québec, de par sa position au sein du Canada, aurait toutes les armes pour se lancer dans la procédure législative.

02/03/2021, 09:12

ActuaLitté

Lise Caillat, traductrice : “Aujourd’hui, quand je ne traduis pas, je lis”

Après une Maîtrise de Langue, Littérature et Civilisation italiennes (Université Stendhal-Grenoble III) et un DESS Édition (Université Paris XIII), Lise Caillat a travaillé pendant dix ans dans l’édition puis en librairie, tout en développant son activité de traduction littéraire. Depuis 2017, elle se consacre totalement à cette dernière ainsi qu’à la recherche d’auteurs et d’ouvrages italiens à faire découvrir au public français. Elle anime également des ateliers de traduction qui visent à sensibiliser les lecteurs et les amoureux des mots aux joies et aux défis du métier.

01/03/2021, 09:10

ActuaLitté

Vivants à l'unisson : à la défense du spectacle et des artistes

Ne pas laisser mourir les artistes et le spectacle : voici en quelques mots le sens du texte écrit et diffusé par le chanteur Cali, la thérapeute Anne-Laure Buffet et le poète Éric Poindron. Plus qu’un mouvement d’humeur, un appel à l’aide, parti à la défense (et illustration ?) du spectacle vivant. Un manifeste que ActuaLitté diffuse dans son intégralité.

28/02/2021, 10:35

ActuaLitté

Édition : M. le ministre, “les procédures bâillons menacent l’information”

La liberté d'information, mais aussi la liberté de publier, sont toutes deux menacées par un processus judiciaire vieux de cent quarante ans, dénonce l'éditeur Florent Massot dans un courrier envoyé au Garde des Sceaux, ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti. D'après Florent Massot, le coût pour l'accusé de la citation directe, dans le cadre d'une plainte en diffamation, est dangereux pour la liberté d'informer. Nous reproduisons ci-dessous le courrier envoyé par l'éditeur au ministre de la Justice, en intégralité.

26/02/2021, 15:11

ActuaLitté

La “censure politique et idéologique” menace en Pologne

Le PEN Club polonais vient de communiquer à ActuaLitté une déclaration officielle sur la situation juridique du pays. Au cœur de cette intervention, un exercice de censure « politique et idéologique ». Une situation d’autant plus délicate qu’elle découle d’une destruction méthodique du travail universitaire, autant que d’une réécriture de l’Histoire. Le texte est ici présenté dans son intégralité.

26/02/2021, 14:16

ActuaLitté

Le Pass Culture et la lecture : et si ça fonctionnait ?

Toujours en phase d'expérimentation, le Pass Culture doit prochainement révéler les conditions de sa généralisation à tous les jeunes Français et Françaises de 18 ans, doté de 300 € et non 500 € comme prévu. Dans les librairies, les niveaux des réservations sont généralement très bons, malgré certaines réserves sur les effets concrets du Pass dans la promotion de la lecture.

26/02/2021, 13:00

ActuaLitté

“La responsabilité sociale et environnementale est au cœur de notre projet”, Éditions Leduc

Les éditions Leduc viennent de communiquer un détail, non exhaustif, de leurs engagements écoresponsables, « mis en pratique depuis des années maintenant ». Et d’ajouter : « Comme toujours, ce sont tous nos services et chacun de nos salariés qui portent individuellement et collectivement ces engagements. » Le texte est proposé dans son intégralité.

25/02/2021, 09:54

ActuaLitté

Recherche universitaire : une “police de la pensée” bientôt à l'oeuvre ?

Quand les situations économiques et sociales des étudiants et des universités frisent la catastrophe, les responsables politiques évoquent l'« islamo-gauchisme » qui orienterait de nos jours la recherche universitaire. Un concept aux contours flous, adopté par Jean-Michel Blanquer, Gérald Darmanin et désormais Frédérique Vidal, dont la Ligue des Droits de l'Homme pointe la dangerosité. Nous reproduisons ci-dessous le texte que nous a fait parvenir l'organisation.

23/02/2021, 15:01

ActuaLitté

Étudier la Shoah en Pologne et risquer un procès en diffamation...

Pour défendre la liberté d’expression et exprimer sa solidarité avec les professeurs et historiens Barbara Engelking et Jan Grabowski, le Centre PEN suisse romand interpelle le président de la République de Pologne. L’organisation fait part d’une grave inquiétude au sujet du procès en diffamation contre ces deux chercheurs de renommée internationale et co-auteurs d’une publication intitulée Night without End (Plus loin, c’est encore la Nuit) et publiée en 2018.

23/02/2021, 10:04

ActuaLitté

Le PEN Club français condamne les violations évidentes des droits humains par le Maroc

Le jeudi 28 janvier dernier, l'historien et intellectuel Maâti Monjib a été condamné à un an d'emprisonnement, jugé coupable de « fraude » et d'« atteinte à la sécurité de l'État ». Un verdict qui survient plusieurs années après le début du procès en question, ouvert en 2015, et qui évoque une « mesure arbitraire » au PEN Club français. Nous reproduisons ci-dessous, en intégralité, le texte diffusé par l'organisation.

22/02/2021, 16:44

ActuaLitté

Traduire Dante : “En poésie, le rythme impose un sens supérieur au sens.”

Coutumier des grands noms de la littérature italienne, Michel Orcel a fréquenté Giacomo Leopardi, aussi bien que Lorenzo Da Ponte. En 2019, La Dogana publiait sa traduction de La Divine Comédie (Enfer, Purgatoire, celle du Paradis arrivera au printemps), en édition bilingue. Alors que 2021 rime avec les célébrations du 700e anniversaire de la mort de Dante, le traducteur revient avec nous sur ce travail du texte d’Aligheri, les choix opérés et la relation au poète italien. Propos recueillis par Federica Malinverno.

22/02/2021, 12:28

ActuaLitté

Portrait des bibliothèques en ”sociétés d'émulation“, ou laboratoires d'idées

Les bibliothèques auraient l'environnement nécessaire pour devenir des think tank modernes – quoique le terme soit désormais connoté. L'auteur Jean Behue le suggère : il présente une invitation à réinventer les bibliothèques en sociétés d'émulation, ces cercles d'amateurs et de passionnés qui ont fleuri dès le XVIIIe siècle, et se sont prolongés par la suite dans un bel élan de libération individuelle et collective. Un billet à savourer.

22/02/2021, 09:36

ActuaLitté

Aramebook : précurseur du livre numérique pour les lecteurs d'Algérie

Créée en 2018, la plateforme Aramebook propose des livres numériques au format PDF. Première du genre en Algérie, cette plateforme dont le nom vient de Aram – ces grosses pierres qui servaient de repères aux voyageurs –, et ebook, a pour vocation de promouvoir la lecture et la littérature algérienne à travers le monde. Rencontre avec sa fondatrice, Nacéra Khiat, également éditrice chez Sedia.

Propos recueillis par Chloé Martin pour ActuaLitté

19/02/2021, 13:09

ActuaLitté

Biélorussie : créateurs, artistes, auteurs “particulièrement visés par la répression“

Depuis plusieurs mois, la Biélorussie traverse une forte période d'instabilité politique : si le président Alexandre Loukachenko a été réélu en août 2020, une partie de la population conteste les résultats de cette élection. Et, plus largement, dénonce le climat liberticide dans le pays. Le PEN Club français témoigne de sa solidarité avec les manifestants, et en particulier les créateurs et artistes, dans un texte que nous reproduisons ci-dessous.

19/02/2021, 11:19

ActuaLitté

Éditeur indépendant : passion ou profession ?

« En avril 2021, cela fera 10 ans que je fais officiellement des livres, au sein de ma petite maison d’édition indépendante de livres d’art : les Éditions Hartpon. Si cette date anniversaire est une bonne occasion de constater que la “passion“ reste intacte, je me dis qu’elle pourrait l’être également pour faire un premier bilan de ma manière de considérer cette “profession“, aujourd’hui. » Par Caroline Perreau, fondatrice des Éditions Hartpon.

18/02/2021, 12:56

ActuaLitté

Tribune : lettre ouverte à “Mon Amie L'Urssaf“

« Tu dois fredonner Dalida chaque matin au petit déj, mon Amie (cf : Paroles paroles) À l'autre bout du téléphone, l'AA (cf : Artiste Auteur) songe à se reconvertir. Moine Bouddiste ou Sado Maso ? Macramé ou bilboquet ? On hésite. » Virginie Jouannet est écrivaine et dépend du statut Artiste Auteur. Dans son texte que nous reproduisons ici en intégralité, elle évoque un quotidien fait d'infinies mésaventures administratives. 

17/02/2021, 12:06

ActuaLitté

Territoires, collectivités et culture : “On ne peut plus attendre”

L’urgence se dessine. La Fédération nationale des collectivités pour la culture (FNCC) alerte le gouvernement, alors que l'été se profile.... et que, déjà, des festivals annoncent l’annulation de leur édition 2021. Le désarroi s’ancre dans le monde des arts et de la culture. Une colère légitime grandit. Dans un tribune, la FNCC demande instamment à Roselyne Bachelot d'être reçue, et entendue. Leur texte est ici diffusé dans son intégralité.

16/02/2021, 11:37

ActuaLitté

Les avanies des auteurs face à l'URSSAF : “C'est de mal en pis”

« L'impéritie informatique et téléphonique de l'Urssaf vis-à-vis des auteurs se perpétue. Matinées perdues à tenter de parler à un humain, site informatique nase, lettre comminatoire vous enjoignant de faire une déclaration en ligne sous peine de lourdes amendes, journées en vain perdues à tenter de le faire... » Dominique Sels est autrice, et comme d’autres, en proie aux affres de l’URSSAF. Dans un billet, elle évoque les difficultés rencontrées « avec ces bandits de grand chemin ».

16/02/2021, 09:22

ActuaLitté

Rustica et Système D interpellent leur PDG, Vincent Montagne

Le groupe Lagardère n’est pas seul à s’interroger sur le devenir de ses médias. Au sein de Média Participations, groupe éditorial comptant plusieurs magazines et présidé par Vincent Montagne, certaines structures tirent la sonnette d’alarme. En effet, la direction du magazine de jardinage Rustica et du magazine de bricolage Système D a décidé de contraindre ses journalistes à accepter des tâches publicitaires ou de « placements de produits ».

12/02/2021, 12:27

ActuaLitté

Droit de réponse d'Emmanuel Pierrat : des accusations “diffamatoires” et “grotesques”

Suite à un article publié le 8 février dernier, qui évoquait le dépôt d'une plainte pénale par le PEN Club français contre son ancien président, Emmanuel Pierrat, ce dernier a fait parvenir un droit de réponse à la rédaction d'ActuaLitté. Nous le reproduisons ci-dessous, dans son intégralité. Emmanuel Pierrat avait pourtant été contacté, préalablement à la publication de l'article en question, mais n'avait pas donné suite.

09/02/2021, 16:35

ActuaLitté

Ankama, c’est aussi de la bande dessinée

RENCONTRE – Ankama Éditions fête ses quinze ans cette année. Occasion de revenir sur une initiative éditoriale née un peu par hasard. Ankama, c’est avant tout des jeux vidéo en ligne, mais aussi des livres. Si la société roubaisienne est toujours associée à Dofus, elle s’est aussi fait une place dans le monde de l’édition, et plus particulièrement de la bande dessinée, en une quinzaine d’années. 

09/02/2021, 13:06

ActuaLitté

Pour avoir préféré la croyance à la pensée, et pour le reste : “Ni oubli ni pardon”

Depuis des mois maintenant, le monde de la culture et de la création ne cesse de hurler  à la mort. La sienne. Mille fois, du plus humble au plus célèbre, les créateurs, auteurs ou interprètes, dans une unanimité inédite, ont répété partout que fermer durablement les lieux de spectacles, de monstration, de vente, était un désastre. Désastre culturel, désastre économique, désastre personnel, désastre social, désastre psychologique, désastre à tous les étages. Par Yves Frémion, écrivain animateur de PEPS-Culture.

09/02/2021, 11:10

ActuaLitté

Les Sept Péchés capitaux, entre “parfum d’éternité et aperçu d’anthropologie”

7... chiffre sacré, mystique, évocateur s’il en est ! Il se trouve tout aussi bien associé aux merveilles du monde antique, qu’aux péchés capitaux. À ce titre, sept écrivains ont été mis au défi : produire un texte, libre, s’emparant de l’un de ces péchés sur un mode contemporain, dans le cadre d’une aventure collective et totalement incarnée. La collection regroupant leurs œuvres vient de sortir aux éditions du Cerf, sous l'appellation, Les Sept Péchés capitaux. 

06/02/2021, 12:55

ActuaLitté

Édition : “Le livre et la revue de théâtre souffrent actuellement”

Plusieurs marchés du livre dans le monde, notamment anglophones ou européens (en partie), font petit à petit état d'une année 2020 pas si catastrophique, économiquement parlant. On ne le répétera toutefois jamais assez : un chiffre d'affaires global masque de fortes disparités, notamment selon les tailles des maisons d'édition. Ou les secteurs : 12 maisons d'édition de théâtre alertent ainsi sur leur situation, et celle du livre et de la revue de théâtre. Leur texte est reproduit ci-dessous, en intégralité.

29/01/2021, 10:00

ActuaLitté

Auteurs : des “pratiques injustes et inéquitables”

Le ministère de la Culture et des Communications du Québec procède actuellement à une consultation en ligne sur la révision des deux lois sur le statut de l’artiste. Dans son mémoire déposé aujourd’hui au ministère, l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) affirme que la loi qui régit le statut des écrivain·e·s est injuste, inéquitable et inapplicable, et revendique un nouvel encadrement législatif. L'association accompagne son intervention d'un texte reproduit ici dans son intégralité.

26/01/2021, 13:06

ActuaLitté

FIBD d'Angoulême : “[N]ous avons plutôt le sentiment d’être exemplaires”

Un an après le dévoilement du Rapport Racine, destiné à améliorer la condition des artistes-auteurs, le collectif Artistes Auteurs en Action (AAA) levait le poing et appelait à un boycott du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême (FIBD). L'organisation pointait le manque d'engagement politique et d'effets, après ce rapport, mais critiquait aussi la posture du FIBD. Franck Bondoux, délégué général de la manifestation, leur répond dans un texte, reproduit ici dans son intégralité.

26/01/2021, 09:28

ActuaLitté

Et si se remettre à lire était aussi génial qu'arrêter de fumer ?

Personne n’a raté l’intervention du ministre de la Santé : avec l’arrivée du variant britannique – qui n’a rien d’un patient anglais – se profile un reconfinement. Ces mesures durcies, en regard d’un couvre-feu déjà plombant, résonnent avec les propos de décembre dernier : nous étions avertis. Alors, comment préparer cette prochaine période de disette, quand on a abandonné la lecture ? Aujourd’hui, petit traité d’optimisme.

22/01/2021, 17:26

ActuaLitté

“Les romans épuisés, oubliés que je souhaite publier furent des histoires d’amour pour moi”

À la tête de la rubrique Les Ensablés, Hervé Bel s'efforce chaque semaine de redécouvrir un ouvrage injustement oublié et perdu dans le flot des années et des nouvelles parutions. Parfois, un éditeur se décide à rendre justice à ces livres, en leur offrant une nouvelle vie. Cette semaine, rencontre avec Philippe Guyot-Jeannin, libraire et éditeur dans le Jura. Il a créé les Éditions de la Belle étoile, qui ont récemment attiré l'oeil de notre chroniqueur.

21/01/2021, 11:45

ActuaLitté

Secret défense : une classification d'archives sans limite de temps ?

Depuis un an, l’association des archivistes français se bat pour faire la lumière sur les archives classées Secret défense. En cause, l’avenir des documents, pour lesquels l’AAF demande une déclassification. L’association vient d’entamer une nouvelle procédure, en déposant un recours au Conseil d’État « contre la nouvelle version de l’IGI 1300 et pour l’accès aux archives selon les termes de la loi ». Leur tribune est diffusée en intégralité ci-dessous.

20/01/2021, 11:51