#Librairie

Auteurs, éditeurs : “De l'argent ! Ah ! Ils n'ont que ce mot à la bouche !”

ÉDITO – Harpagon, avare notoire, vibrait de détresse dans l’acte III de L’avare : « De l'argent, de l'argent de l'argent ! Ah ! Ils n'ont que ce mot à la bouche ! De l'argent ! Toujours de l'argent ! » Le livre n’aime pas parler d’argent, mais boude rarement son plaisir à rappeler qu'il est la première des industries culturelles. 2,67 milliards € de chiffre d’affaires pour les éditeurs sur 2018 (données SNE), avec une croissance attendue de 2 % pour 2019. Amusant, pour la première fois, YouTube vient de communiquer sur ses propres résultats…

Le 07/02/2020 à 13:10 par Nicolas Gary

4 Réactions |

Publié le :

07/02/2020 à 13:10

Nicolas Gary

4

Commentaires

linkedin mail print
ActuaLitté

pixabay licence

L’an passé, la plateforme vidéo d’Alphabet (anciennement Google), a généré 15,15 milliards $ – dont plus d’un quart réalisé au cours du seul 4e trimestre, 4,72 milliards $. Pour l’utilisateur qui fait profession de ses productions sur cette plateforme, les données de monétisation varient trop pour établir des statistiques.

Encore une fois, ce ne sont pas les prospecteurs qui firent fortune durant la ruée vers l’or, mais bien les vendeurs de pelles et de pioches.

Ô Tempura, ô mauresque

Dans une tribune récente, Antoine Gallimard tirait à boulets rouges sur le rapport Racine, déformant ostensiblement le propos du conseiller maître à la Cour des comptes. « Nous ne nous résignerons jamais à une société qui choisit de publier moins pour lire moins », assure le grand patron de Madrigall. Rien dans le rapport ne préconise cette option : on n’y parvient que par un habile glissement de sens.

En effet, le propos du rapport est de recommander une rémunération fixe minimale pour les artistes-auteurs. Pour faire barrage, le SNE indique que payer plus reviendrait à publier moins d’auteurs. Donc à produire moins. Donc, entraîner une diminution de la lecture en France. Horribile auditu !

Le sophisme est spécieux : Milou a quatre pattes, une chaise a quatre pattes, donc Milou est une chaise. Pour l’éditeur de Tintin, l’analogie est éloquente. Or, le non-dit, le tabou véritable c’est que produire moins fait redouter aux grands groupes de gagner moins d’argent. Cela parce que les auteurs obtiendraient une meilleure rémunération.

En revanche, les données sont formelles : entre 2007 et 2018, la production de nouveaux titres commercialisés est passée de 60.376 à 67.492 en 2018. Une hausse de 10 % qui, de toute évidence, n’a pas fait augmenter le nombre de lecteurs en France. (données ministère de la Culture)

“Less is more”

Décortiquons : aujourd’hui, un auteur BD court après les contrats, enchaîne les nouveaux projets, signés dans l’urgence. Mieux payé, poursuivrait-il ce rythme effréné ? Tout porte à croire que non. De fait, il prendrait le temps de la préparation, avec plus de sérénité : en réalité, il s’autorégulerait. Avec la perspective d’un travail plus soigné, débarrassé de l’obligation d’efficacité — du productivisme actuel.

Et pour son éditeur, un temps de collaboration bonifié, pour aboutir à des œuvres dont la qualité s’en ressentirait. En somme, la rentabilité grimperait pour les best-sellers, et pour les primo-entrants, l’accompagnement s’en ressentirait. Il n’est pas même assuré, économiquement, que le groupe éditorial perdrait de l’argent. « Less is more », comme se plait à le répéter depuis des années un certain François Schuiten.

Quelle serait l’autre approche ? Des auteurs qui perdront — y compris chez les gros vendeurs — l’illusion symbolique de la grande maison, puisque les enjeux économiques de productivité dépassent aujourd’hui ceux de professionnalisme. Et donc ? Eh bien des auteurs qui basculeront vers d’autres systèmes éditoriaux, associatifs, financements participatifs ou autopublication.

Là, oui, il y aura une perte de valeur qui échappera aux éditeurs, quand les auteurs renoueront avec un plus grand contrôle de leur œuvre. Certes, les revenus ne seront peut-être pas revus à la hausse, mais pour quel confort de travail ?

On assisterait alors à un déplacement de la ressource première, qui échapperait alors aux grands groupes — qui perdrait conséquemment quelques potentiels tickets gagnants à la grande loterie du best-seller.

Chasse ou accours ?

La force d’un éditeur réside dans l’éditorial, son terrain de chasse et de prédilection, son coeur de métier osera-t-on dire : quand Amazon signe un Dean Koontz, c’est un auteur confirmé qui rejoint le GAFA. Le boulot est fait, en somme. Chercher les nouveaux talents, baliser le segment éditorial, la réflexion sur les textes, les œuvres, c’est le propre de l’éditeur. Parce que pour le reste, les solutions existent.


pixabay licence

Un auteur indépendant nous expliquait récemment sa méthodologie : acheter via CreateSpace, l’outil d’impression à la demande d’Amazon, les 30 ou 50 titres dont il a besoin quand il se déplace en salon. Pas de stock, pas d’éditeur, pas de diffusion/distribution. Mais des revenus qui sont directs. Tout le modèle d’Amazon prend forme : la publication, numérique ou papier — comprendre la vente auprès du public — et certainement pas l’édition de texte.

Kindle Direct Publishing relève précisément du modèle YouTube (tiens, rebonjour !), bien plus que de celui des éditeurs : tout le monde est le bienvenu, l’entreprise ne fait que mettre à disposition les tuyaux, avec l’outil de vente. Et une fois encore, le vendeur de pelles ramasse le magot.

Le rythme forcené de l’auteur de BD ne sera pas tenable — et le vivier n’est pas à ce point inépuisable. Combien faudra-t-il d’exemples de gros vendeurs hors éditeurs pour inspirer les nouvelles générations d’auteurs, les convaincre que publier avec un logo d’éditeur n’a finalement plus tant d’attraits ?

Canaux raccourcircuités

Un dernier point, qui se mesure certainement mal auprès des libraires : si les auteurs désertent progressivement le circuit classique, les points de vente du livre perdront autant de moments de rencontres. Non seulement les créateurs inventeront des circuits courts — ou profiteront de ceux déjà à leur portée —, mais plus encore, ils réduiront le temps de présence dans les librairies. Un coup supplémentaire porté.

Aujourd’hui, l’importance de la production épuise tout le monde : l’éditeur est dévoré par le nombre d’ouvrages qu’il doit publier, l’auteur par ceux qu’il doit fournir, le libraire par ces stocks qui vont et viennent sans cesse, le bibliothécaire regarde cela avec épuisement… et le lecteur ne s’y retrouve plus.

Nous voici très éloignés d’un monde où l’on publierait moins, avec pour conséquence de donner moins à lire. C’est tout le contraire. Les lecteurs s’indépendantisent : ils vont chercher ailleurs, ou apprennent à le faire. Antoine Gallimard révèle la plus grande crainte des groupes : perdre plus encore un lectorat qui déserterait les ornières d'antan.

Personne ne lira moins pour autant. L’argent circulera entre d'autres mains, moins parisiennes peut-être… Allô, Seattle ?

4 Commentaires

 

Ismaël

07/02/2020 à 15:49

De 1979 à 2013, le nombre d'auteurs/illustrateurs recensés en France a triplé. En 2013, derniers chiffres officiels accessibles, on en compte 101600 sur le territoire (88000 auteurs de l'écrit, 7400 illustrateurs/dessinateurs/coloristes, et 6200 traducteurs), voir cet article https://www.actualitte.com/article/monde-edition/les-auteurs-francais-en-une-infographie/65803. Et il est peu probable que ce chiffre ait diminué sur les sept dernières années, au mieux il s'est maintenu, ou il a augmenté.
Du côté des éditeurs, ceux-ci publiaient, en 1999, 38657 ouvrages (nouveautés et nouvelles éditions). Vingt ans plus tard, en 2018, cette production est passée à 82313 ouvrages sur l'année (dont 67942 nouveautés et nouvelles éditions). La production, en 20 ans, a donc quasiment doublé, en revanche le tirage moyen lui a été divisé par deux (8403 ex en 1999, 4720 ex en 2018). Après avoir connu une forte progression entre 1999 et 2008 (passant de 346,8 millions à 468,3 millions), le nombre d'exemplaires vendus est en baisse régulière depuis 10 ans (avec 419 millions d'exemplaires en 2018, soit près de 50 millions de moins qu'en 2008, et même si 2019 devrait signer un léger regain).
On a donc d'un côté une offre d'ouvrages pléthorique, portée par un nombre d'auteurs/illustrateurs qui a progressé en conséquence (il faut bien des créateurs derrière tous ces ouvrages publiés), et d'un autre côté une baisse du nombre d'exemplaires vendus et un tirage moyen qui s'effondre. Dans le même temps, avec le changement des habitudes de loisirs et d'activités culturelles, on est passé en France de 74 % Français lisant entre 1 et 5 ouvrages par an en 1999, à 66% en 2018, soit 8 % « petits lecteurs » en moins, ceux qui constituent le socle premier des acheteurs (la grande majorité des ventes s'effectue sur ce lectorat, là où les grands lecteurs, qui achètent le plus d'ouvrages, se maintiennent autour de 18%, ce qui ne permet pas de rattraper la baisse du nombre de lecteurs/acheteurs moyens).

Au regard de ces chiffres, qui sont de simples réalités statistiques, sans affects, sans jugement moral ni qualitatif sur la production éditoriale, ni sur l'investissement ou le professionnalisme des auteurs/illustrateurs, comment ne pas aboutir à une crise ? Si on comptait environ 88600 auteurs en 2011, avec comme chiffre officiel de droits qui leur ont été reversés par les éditeurs 466 Millions d'euros, 7 ans plus tard, alors qu'il doit y avoir plus des 101600 auteurs (chiffre de 2013), le SNE indique en 2018 avoir reversé en droits d'auteurs... 466,8 Millions d'euros, soit peu ou prou la même somme globale.

Un « gâteau » identique (même somme de droits totale reversée environ), mais un nombre de parts beaucoup plus important (40% d'auteurs en plus pour assurer une production exponentielle mise en place par les éditeurs), donc des parts toujours plus petites pour les créateurs. « Pas d'auteurs = pas de livres », c'est un fait, basique, impossible à contredire. Mais trop de livres, avec plus d'auteurs et moins de lecteurs/acheteurs = une baisse des tirages moyens et des ventes moyennes = malgré la fuite en avant d'une surproduction, pour tenter de palier une baisse du CA des éditeurs (2830 Millions d'euros en 2008, 2670 Millions d'euros en 2018), et pour finir = une baisse du revenu des auteurs.

Si on veut prendre une image tendance écolo, on pourrait dire qu'on a ici une forêt, avec à l'orée de ces bois de grands et gros arbres bien épais (en BD les Astérix, Blake et Mortimer et consorts ; en littérature générale, les Musso, Lévy, et consorts). Des arbres qui étaient là dans les années 2000, qui ont soit grandi soit ce sont maintenus à leur taille (best-sellers). Derrière eux, il y a vingt ans, nous avions d'autres arbres moins importants, mais qui gagnaient assez pour se maintenir en vie dans un écosystème à peu près équilibré (une forêt pas trop dense, qui pouvait respirer, nourrie de l'eau d'un lectorat relativement large et du soleil d'un réseau de librairies adapté). Aujourd'hui, nous avons les mêmes gros arbres en lisière (avec quelques autres qui sont venus les rejoindre, comme le manga en BD par exemple, la romance et le feelgood en littérature, etc.), et derrière eux une immense forêt, devenue dense, mêlée d'arbustes et de plantes (augmentation du nombre d'auteurs dans tous les genres), dans un éco-système touffu qui ne respire plus assez (production éditoriale démultipliée), qui manque de soleil (librairies étouffées sous les parutions) et qui de surcroît est en déficit d'eau en quantité suffisante (perte de lecteurs).

Que se passe-t-il si les éditeurs publient moins ? : la présence des arbres sur le devant du bois ne changera pas (il y aura sans doute toujours des best-sellers pour nourrir l'édition), et le niveau du lectorat ne s'améliorera sans doute pas (malgré toutes les actions menées dans le sens du soutien à la lecture, tant auprès des jeunes générations que des plus anciennes), en revanche l'éco-système se remettra sans doute à mieux respirer, le réseau de vente reprendra des couleurs et redonnera de la lumière, les arbres que l'on a maintenu se remettront à grandir ou, a minima, ne tomberont plus malades ou ne chercheront pas à replanter leurs racines ailleurs (auto-édition, circuit court).

En revanche, il y aura un revers à la médaille, d'une part, si on plantera moins de nouveaux arbres, d'autres seront aussi élagués ou abattus (moins de livres produits, moins d'auteurs publiés), d'autre part une production en baisse permettra sans doute un gain de coûts (impressions, diffusion, stockage, etc.) mais une augmentation des charges de personnel pour une production moindre, et donc des suppressions de postes (en édition, comme au commercial, la diffusion etc.), donc de la casse sociale, tant du côté des auteurs/illustrateurs que des éditeurs. Cependant, n'est-ce pas à ce prix que cet éco-système peut survivre et, à tout le moins, s'éviter d'aller dans le mur vers lequel il se dirige à toute vitesse ? Le SNE a beau jeu de dire que publier moins impliquerait de lire moins... D'une part parce que, de facto, il y a moins de lecteurs qu'autrefois, et que ce n'est donc pas en proposant plus de livres différents qu'on augmentera pour autant le nombre de lecteurs ou qu'on enrayera sa baisse... sic..., d'autre part parce que, quand ce même SNE publiait deux fois moins de titres il y a 20 ans, on ne l'a jamais entendu clamé que la lecture était en péril parce qu'eux-mêmes, les éditeurs, ne parvenaient pas à publier deux fois plus... !
Et il n'est d'ailleurs pas certain que publier moins impacterait tant que cela la rentabilité des grands groupes éditoriaux (rappelons tout de même que 80% du CA de l'édition est effectué par les 10 plus grands éditeurs...) : il est tout à fait envisageable de faire autant, voire plus de ventes, mais sur moins de titres, impliquant une remontée des tirages moyens, et une remontée des droits moyens versés aux auteurs.

Black Bullet

08/02/2020 à 03:10

Mais on ignore si YouTube est quand même rentable malgré son faramineux CA.

Alphabet.inc lui est rentable (34,3$ milliards), mais ils ont quand même pas assez pour s'acheter un vrai Death Note :P

Black Bullet

22/02/2020 à 05:00

Pour y voir plus clair sur les 15 milliards de YouTube : https://alain.le-diberder.com/la-deflation-a-venir/

Jujube

08/02/2020 à 05:17

Si la sagesse parle, les oreilles qui l'écoutent ne sont pas toujours sages. Elles peuvent être sourdes aussi. Ou y a plus d'oreilles du tout.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Italie et France : le livre en partage

Les liens qui rattachent la France et l’Italie se mesurent autant à la passion dévorante dont témoignait Stendhal qu’aux centaines de lecteurs venus à Turin, en 2017, assister à une rencontre avec Daniel Pennac. Dans les allées du Salon du livre, une file d’attente colossale, impatiente, témoignait d’une authentique ferveur.

21/06/2021, 09:00

ActuaLitté

La justice pardonne-t-elle les critiques élogieuses de livres dangereux pour la santé ?

La justice nous porte souvent vers les confins du sublime, dans une langue magique. La Cour de Justice de l’Union européenne, régulièrement évoquée dans nos colonnes, donne l’occasion d’un petit sourire, voire d’un clin d’œil, facétieux. En effet, l’arrêt dans l’affaire C-65/20 autoriserait, selon un de nos lecteurs, que les mauvais livres — indigestes pour l’esprit — puissent malgré tout être encensés. Attention, mauvaise foi et bonne humeur exigées…

10/06/2021, 12:52

ActuaLitté

Pass Culture : unique réussite d'un Emmanuel Macron tout schuss ?

L’éducation et la culture étaient les pans prioritaires du programme d’Emmanuel Macron candidat à la présidence. Et sur le second point, la mesure probablement la plus novatrice consistait à copier le Bonus Cultura mis en place par Matteo Renzi, Premier ministre italien, en octobre 2016. Baptisé par les équipes Macron Pass Culture, il promettait un bifton numérique de 500 € aux jeunes atteint de majorité, pour des dépenses folles en biens culturels…

21/05/2021, 17:05

ActuaLitté

Rembourser l'avance perçue : quand l'éditeur devient banquier des auteurs

Il plane dans l’atmosphère comme une odeur de faillites rances, dans certaines maisons d’édition. Au point que leurs dirigeants imaginent toutes les manœuvres à leur portée pour récupérer un peu d’argent — une fois la liquidation prononcée. Plusieurs témoignages concordants font état de demandes, parfois adressées par l’intermédiaire d’avocats, réclamant la restitution d’avances sur droits. Au moins deux structures y ont récemment eu recours, provoquant l’inquiétude des auteurs concernés. 

07/05/2021, 11:23

ActuaLitté

Et si se remettre à lire était aussi génial qu'arrêter de fumer ?

Personne n’a raté l’intervention du ministre de la Santé : avec l’arrivée du variant britannique – qui n’a rien d’un patient anglais – se profile un reconfinement. Ces mesures durcies, en regard d’un couvre-feu déjà plombant, résonnent avec les propos de décembre dernier : nous étions avertis. Alors, comment préparer cette prochaine période de disette, quand on a abandonné la lecture ? Aujourd’hui, petit traité d’optimisme.

22/01/2021, 17:26

ActuaLitté

Conspiration des imbéciles ? Amazon, accusé à son tour : Apple s'esclaffe

Amazon paierait-il enfin sa position dominante sur le marché du livre – numérique, papier ou audio ? En tout cas, l’histoire semble vilainement se répéter alors que le vendeur et cinq groupes éditoriaux américains sont accusés d’entente. La même procédure que celle endurée en 2013 par Apple entraînera-t-elle les mêmes effets ? Ou dévoile-t-elle une vaste fumisterie en matière de droit ?

18/01/2021, 12:16

ActuaLitté

Pour 2021, on peut aussi croiser les doigts

« J’ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot… » Peut-être notre époque nécessite-t-elle un peu plus d’un mot unique pour accomplir de fantastiques périples. Parce que les sollicitations ne manquent pas, dès lors qu’internet propose un foisonnement d’œuvres, autant qu’une multitude de raisons de faire autre chose que lire. Pour autant, que cette année 2021 soit placée sous des augures de Balzac ne fera de mal à personne… Sauf qu'il n'est pas seul à prophétiser.

01/01/2021, 18:42

ActuaLitté

ActuaLitté, un nouveau média pour le livre

Penser/Classer. Inutile d’avoir lu Georges Perec pour imaginer les difficultés qu’implique une tentative pour ordonner le monde autour de soi. Ces derniers mois, du fait de la pandémie et malgré le cocooning à domicile, la rédaction n’a pas chômé. Dans une délicate exaltation, nous avons mené à bien un des projets qui nous tenait à cœur. 

11/12/2020, 07:12

ActuaLitté

Portrait de l'écrivain en partenaire publicitaire : à vos marques...

Verra-t-on demain Marc Levy prêter son image à un lunetier ? Guillaume Musso promouvoir, avec modération, des crémants de la région d’Antibes ? Après tout le best-seller Cyril Lignac s’est bien engagé dans la valorisation du foie gras… Ce dernier n’est pas ouvertement écrivain, certes, mais néanmoins. L'auteur en homme sandwich, oui : faut bien gagner sa croute pour la casser !

22/10/2020, 15:35

ActuaLitté

2020, année pandémique : qui, autre que Stephen King, au Nobel de Littérature ?

Les prix Nobel de l’année 2020 renoueront avec un fonctionnement plus académique. Ces deux dernières années, l’académie a été chahutée par des démissions, des affaires d’agression sexuelle… 2020, année de pandémie, qui pourrait-on bien mettre à l’honneur en littérature ? 

18/09/2020, 18:36

ActuaLitté

Passer du singe au nègre : Dans la tête de Nicolas Sarkozy

L’ancien président nous avait habitués aux sorties de route, et aux dérapages, rapidement nettoyés au karcher. Mais invité dans l’émission Quotidien, Nicolas Sarkozy opère une association d’idées qui laisse songeur. Contestant une bien-pensance qui empêcherait de prononcer certains termes, il nous ouvre une fois de plus une porte sur son subconscient. Pas brillant.

11/09/2020, 12:31

ActuaLitté

Tragique et véritable histoire du roman de rentrée littéraire ouvert et fermé 100 fois

Avec la profusion de la rentrée littéraire, certains titres deviennent des passages obligatoires. Par conscience professionnelle autant que assurer une honnête veille concurrentielle : difficile de ne pas savoir ce que vaut le Nothomb annuel de fin août, par exemple. D’ailleurs : spoiler, il est plutôt très très  bon. 

15/08/2020, 12:22

ActuaLitté

En 2020, un mariage gay dans un comic, la belle affaire...

ÉDITO – Chouette, un mariage : l’occasion de célébrations, de réjouissances, de discours émouvants et de bons mots. De retrouver des amis perdus de vue, ou encore de se fâcher définitivement — mais discrètement, ne gâchons pas la fête. Parce que c’est avant tout une fête…

07/08/2020, 13:03

ActuaLitté

Le Syndicat national de l’édition en guerre contre la liberté de la presse ?

Certains épisodes rappellent que la liberté de parole n’autorise pas chacun à dire n’importe quoi : le Syndicat National de l’Édition, au nom de ses 767 adhérents, s’arroge le droit d’accuser notre média de « procédé illégal ». Et ce, en dépit de la mission d’information du public.

03/07/2020, 15:37

ActuaLitté

Anti-PMA : quand La Manif pour tous racole chez les auteurs

EDITO – « On n’a pas le con d’être aussi droit », avait clamé Gainsbourg, renchérissant sur la définition d’Audiard : les cons seraient aisément reconnaissables à ce qu’ils osent tout. Partie en guerre contre la loi Taubira en son temps, et le projet de loi sur la bioéthique, La Manif pour tous ne recule devant aucune méthode. Quitte à racoler aux quatre vents. 

19/06/2020, 09:37

ActuaLitté

L'histoire de cet écrivain, populaire de centaines de milliers de fans

EDITO – « Nous ne sommes pas populaires sans raison », bramait la réclame d'une banque dans les années 90. À l’ère des influenceurs, que vaut ce slogan, sinon pour la jolie punchline, facile à rentrer dans le crâne ? On lui opposerait volontiers Hugo : être nécessaire, plutôt que populaire. Et dans une époque de machine, où se retrouve le peuple, dans cette popularité ?

06/03/2020, 12:49

ActuaLitté

Censure : quand un livre fait trembler Apple, jaloux de ses secrets

EDITO – Apple franchirait-il la ligne rouge ? En cherchant à interdire la commercialisation d’un ouvrage, publié par un ancien employé, la firme de Cupertino frappe fort. Ce dernier, Tom Sadowski, a fait paraître App Store Confidential, qui dévoilerait des secrets commerciaux inavouables, se justifie-t-on chez Apple. Alors ?

21/02/2020, 10:24

ActuaLitté

Cette virgule du Brexit qui plonge les Britanniques dans le comma

Le Brexit est consommé, le parlement britannique s’est décidé à quitter l’Union européenne, sous les applaudissements de Boris Johnson. Et ce 31 janvier, date définitive, les Britanniques partent, sans un regard amer ni un salut. Ligne d’arrivée, mais une fois passée, les ennuis reviennent.

31/01/2020, 15:11

ActuaLitté

Mais de quoi tu t'email ? L'art délicat de la newsletter...

Y’a des vendredis soirs qui ressemblent à des descentes aux Enfers. Alors que le week-end vous ouvre des bras accueillants, se referme soudainement un étau puissant — type mâchoire de pitbull jouant guilleret avec une barre à mine. Et là, on sent bien que la joie et l’allégresse tant sabbatiques que dominicales s’éloignent méchamment.

17/01/2020, 18:28

ActuaLitté

Un livre jeunesse pour invoquer des démons fait peur à des exorcistes

EDITO – On ne joue pas avec les forces obscures, même dans un livre — et encore moins dans un guide ludique. Surtout, il est interdit de fournir à des enfants des renseignements pour invoquer des démons à leur propre bénéfice. Et pourtant, Aaron Leighton vient d’offrir à la jeunesse un manuel pour tout fan d’occultisme – sérieux s’abstenir. Enfin, aurait dû s’abstenir.

20/12/2019, 15:17

ActuaLitté

GPA, PMA : depuis quand la censure fait-elle la République ?

ÉDITO – Voici trois semaines, la conférence de la philosophe Sylviane Agacinski, prévue à l’université Bordeaux 3 (Michel de Montaigne, qui s’en retourne dans sa tombe), a été annulée. Parler de GPA et de PMA ne serait pas possible ? L’acte de censure fait définitivement froid dans le dos.

08/11/2019, 11:50

ActuaLitté

Femme, synonyme : “coquine”, “salope”, ou la trahison du dictionnaire

EDITO – Les lecteurs, frange de plus en plus vindicative de la population, ne supportent désormais plus les entrées de termes obsolètes dans le dictionnaire. Et plus encore, celles qui, outre leur odeur surannée de naphtaline, fleurent bon, voire très bon le sexisme ordinaire. Mais la trahison du langage sévit, toujours un peu plus pernicieuse.

20/09/2019, 08:45

ActuaLitté

Prix Goncourt, antisémitisme et réseaux sociaux

EDITO – Jacques Dutronc doit se demander s’il ne serait pas légitime à réclamer réparation, tant la déformation de son refrain, « Et moi, et moi, et moi », avec le nom de Yann Moix, fait recette. Rendons à César ce qui lui revient : Dutronc est une figure splendide, Moix, moins. Le bonhomme revient beaucoup ces derniers temps : fallait-il encore l’associer au prix Goncourt ?

06/09/2019, 13:32

ActuaLitté

Ces vacances, abandonnez les livres que vous n'avez pas aimés

EDITO – Pleinement dans leur fonction, les médias — et ActuaLitté n’a pas manqué le coche — ont publié leurs conseils de lecture, plus ou moins honnête, plus ou moins intéressés, plus ou moins intéressants. Et ActuaLitté n’a pas non plus dérogé à cette observation, si, si, il faut le reconnaître. Mais après tout, les goûts et les couleurs, c’est comme les barils de lessive : ça frise l’irrationnel. 

02/08/2019, 16:48

ActuaLitté

La science-fiction, bientôt dans toutes les bonnes librairies

EDITO – Il en va des chiffres comme de toutes boissons alcoolisées : il faut les consommer avec modération. Mais dans une période où l’année 2018 accuse encore un recul du chiffre d’affaires, les contrôleurs de gestion n’ont même plus besoin de fomenter des putschs pour prendre le pouvoir : on leur remet volontiers. 

12/07/2019, 10:22

ActuaLitté

Le couturier Jean-Paul Gaultier très critique sur l'industrie du... livre ?

EDITO – Créer et produire, de plus en plus, comme s’il existait une sorte de concours attribuant les lauriers à celui ou celle qui aura le plus inondé le marché. La Fashion Week parisienne fait la part belle à la haute couture, mais une voix dissonante se fait entendre. Un certain Jean-Paul Gaultier, qui œuvre dans la mode depuis plus de 40 ans. Et dont les propos résonnent étrangement…

05/07/2019, 09:51

ActuaLitté

Hachette et la librairie : rendez-vous Tinder manqué pour Achille et Pâris

EDITO – Marseille, ses calanques, sa bouillabaisse, sans oublier les films de Marcel Pagnol. Le décor idyllique est planté : voici donc que point l’industrie du livre dans la cité phocéenne, à l’occasion des Rencontres nationales de la librairie. Un rendez-vous où convergeront 600 libraires, 200 éditeurs et 200 autres acteurs professionnels, pour une cinquième édition déjà entachée.

28/06/2019, 14:02

ActuaLitté

Grève des femmes en Suisse : Lysistrata fait des émules, 2500 ans plus tard

Phallus pas m'quitter, tu vois, il est beau le ré-sultat

14/06/2019, 09:24

ActuaLitté

“J'ai tuer Netflix”, histoire de désintoxication et de mafia

Au feu, les pompiers, la maison qui brûle...

17/05/2019, 11:15

ActuaLitté

Le Gook, ou la “rencontre fortuite” d'un geek avec un book

ÉDITO / TRANCHE DE VIE – Il est tard, dans la journée, au point qu’elle s’appellerait plutôt nuit. Les chats sont gris, certainement, les journalistes éreintés : une vague ambiance de tabac froid et de fumée âcre, entrecoupée des ding, ding de la messagerie email. « Les parfums, les couleurs et les sons se répondent », lâche quelqu’un. 

05/04/2019, 19:37

ActuaLitté

Du pluralisme à la surproduction : la longue nuit d'hiver approche

Bientôt quarante ans de joyeux enthousiasme

29/03/2019, 10:24

ActuaLitté

D'un monde d'infox au royaume des Tièdes : where is my mind...

Redouter le faux pas, ou la vindicte publique ?

22/03/2019, 08:55

ActuaLitté

Après #PayeTonAuteur, la rémunération des auteurs reste en chantier

Fiat Lux : et la colère fut ÉDITO – Voilà un an, Livre Paris était au cœur d’une polémique rarement vue : les auteurs réclamaient une rémunération pour leur présence lors de tables rondes. Inimaginable : jusqu’à lors, la promotion était gracieusement assurée. Une révolution, mais un an après, qu’en est-il ?

15/03/2019, 10:28

ActuaLitté

L'Italie invitée en 2021 ? Livre Paris, outil politique de Macron, à nouveau

Ma che cazzo dici ?EDITO – La presse italienne est unanime : en 2021, c’est le Bel Paese qui sera invité d’honneur du Salon du livre de Paris. Une information qui découle de la visite du ministre de la Culture, Franck Riester, rendue à son homologue italien des Biens culturels, Alberto Bonisoli. Sauf que personne n’est au courant... Du tout.

05/03/2019, 16:20

ActuaLitté

Des directeurs de collection aux agents littéraires : histoire d'un tsunami

You know it's time for the hammer to fall ” (Queen)

22/02/2019, 08:39

ActuaLitté

Netflix et GAFA : une grille, deux lectures

Ecran, mon doux écran, ne vois-tu rien venir ?

25/01/2019, 18:12

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

La loi Climat et résilience briderait inutilement “l’activité de l’industrie papetière”

La « Convention citoyenne pour le climat » est, depuis sa création, présentée comme un moyen pour accélérer la lutte contre le changement climatique. LObjectif premier : réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici 2030, partout en France. Bien qu’engagée dans cet effort vers une industrie plus « verte », l’Union Française des Industries des Cartons, Papiers et Celluloses a exprimé ses inquiétudes. Nous publions ici leur réaction dans son intégralité.

22/07/2021, 13:17

ActuaLitté

Un procès insensé : “L’Internet Archive a un cœur, et sait s’en servir”

Lorsque j'ai entendu parler des poursuites judiciaires pour non-respect du droit d’auteur intentées le 1er juin 2020 aux États-Unis par quatre grands éditeurs (Hachette, Penguin Random House, Wiley, HarperCollins) à l’Internet Archive pour son Open Library, et ce en pleine pandémie, je n’arrivais pas à y croire. Et ce mauvais rêve se transforme en cauchemar puisqu'un procès retentissant doit débuter le 12 novembre 2021.

22/07/2021, 10:42

ActuaLitté

Maroc : le procès Radi et Stitou dévoile “une gouvernance par la terreur”

Reporters Sans Frontières parlent d’un « procès de la honte » après que le verdict ait été rendu : la justice marocaine condamne Omar Radi et Imad Stitou au terme d’une « procédure entachée d’irrégularité ». Accusés de viol, d’espionnage ou encore de non-dénonciation d’un crime, la cour de Casablanca n’a pas fait dans la demi-mesure. Jean-Philippe Domecq, Président au PEN Club français du Comité des écrivains persécutés livre ici un texte pétri d’indignation.

21/07/2021, 14:53

ActuaLitté

Aux auteurs biélorusses, “nous redisons notre admiration” (Pen Club français)

Les citoyens, militants de la démocratie et auteurs biélorusses viennent de subir une nouvelle vague répressive, en Biélorussie. Sur ordre du président Alexandre Loukachenko, plusieurs centaines d'organisations non gouvernementales ont été visées par des perquisitions, le 14 juillet dernier. Parmi celles-ci, l'Union des écrivains biélorusses et le Pen Club local. Le Pen Club français exprime sa solidarité, dans nos colonnes.

19/07/2021, 09:47

ActuaLitté

Luca di Fulvio : “Mes personnages veulent suivre leur propre chemin”

Son sourire enjôleur et lutin fascine : rencontrer Luca Di Fulvio, c’est plonger dans le charme d’une autre langue, et dans une littérature d’un autre monde. Les lecteurs qui l’ont découvert avec Le Gang des rêves auront le bonheur de le retrouver dans un roman plus italien cette fois. Conversation avec un dilettante particulièrement attaché à son art…

15/07/2021, 16:46

ActuaLitté

Les auteurs existent-ils vraiment ?

Avons-nous réellement progressé depuis le bureau de législation dramatique par Beaumarchais, précurseur de la Sacd ou de la Sacem ? Nous en sommes toujours à « Compose Le Boléro ou Born to be alive… scénarise un block-buster… Sois téléchargé un million de fois ou tais-toi ! » ! par Olivier Cohen, membre du conseil syndical de la Ligue des auteurs professionnels.

15/07/2021, 12:23

ActuaLitté

Brewster Kahle, archiviste ultra

PORTRAIT – Bientôt au cœur d'un tonitruant procès intenté par quatre grands groupes d'édition américains, la plateforme Internet Archive célèbre, en 2021, ses 25 ans. Depuis 1996, elle abrite des sauvegardes du web mondial, mais aussi des exemplaires numériques de films, enregistrements audio, jeux vidéo, journaux ou encore livres. Portrait du bâtisseur de cette bibliothèque d'Alexandrie, Brewster Kahle.

14/07/2021, 14:53

ActuaLitté

“Nous sommes des centaines, chaque année, à rencontrer élèves et étudiants”

La Maison des écrivains est soutenue par les auteurs et les autrices qui la font vivre, qui travaillent avec son équipe au quotidien, et qui rencontrent, avec elle, leurs lecteurs, notamment grâce aux actions importantes, uniques au plan national, que conduit la Maison pour l'éducation artistique et culturelle. Une lettre ouverte au Président de la République le rappelle au moment où celui-ci vient, ce 17 juin, de déclarer vouloir faire de la lecture une grande cause nationale.

14/07/2021, 09:23

ActuaLitté

“40 ans après la loi Lang, c’est toute la chaîne du livre qu’il faut securiser”

Parce qu'un peu d'histoire ne fait jamais de mal, surtout à une époque de contre-vérités rapidement disséminées, Gilles Kujawski, ancien commercial d’Editis, militant à La France Insoumise nous propose un retour dans le temps. Et de ramener de ce voyage quelques éléments pour éclairer le présent. Voire, qui sait : trouver des perspectives pour consolider la chaîne du livre dans son ensemble.  

10/07/2021, 10:14

ActuaLitté

“En réalité, Milan Kundera écrivait déjà en français dans ses romans tchèques”

Paru en italien en 2013, puis aux éditions Gallimard en avril 2014, La fête de l’insignifiance fait désormais l’objet d’une édition en tchèque. Anna Kareninová — traductrice éminente et reconnue — a la responsabilité de rendre les textes de Milan Kundera en tchèque. Elle signe également la postface de cette édition (dans une traduction opérée par Anna Kubišta). Les éditions Atlantis, qui ont publié ce livre en 2020, nous offrent ainsi un regard inédit, personnel et complexe sur le travail même de traduction.

06/07/2021, 13:50

ActuaLitté

La littérature, cet outil de connaissance

Le PEN Club, au carrefour international des cultures, est de ce fait bien placé pour constater que la littérature est au croisement de la création et de la connaissance. Ayant pour mission fondatrice la défense de la liberté d’expression et celle-ci n’étant pas divisible, le réseau solidaire des PEN Clubs nationaux a à connaître et faire connaître toute forme d’expression qui est opprimée parce qu’elle porte l’émancipation, la pensée mobile, donc critique, et les mutations de la sensibilité — autant dire : la littérature. Par Jean-Philippe Domecq.

06/07/2021, 10:07

ActuaLitté

Philipp Weiss : “Nous n’avons pas de langue pour décrire le temps présent”

Pour la rentrée littéraire, certains se satisfont d’un roman. Avec Le grand rire des hommes assis au bord du monde, dans une traduction de l'allemand par Olivier Mannoni, Philipp Weiss s'aventure dans une oeuvre totale : cinq livres, dont un manga, à travers les 1200 pages d'une épopée rare. Rencontre avec cet auteur à l'oeuvre hors norme. 

05/07/2021, 10:38

ActuaLitté

Le livre numérique, 50 ans d'existence et de lectures

Il fut le compagnon des lecteurs, au cours de cette année pandémique 2020, certains en ont découvert les vertus, par l’offre gratuite et libre de droit, d’autres le coût avec des titres plus récents. Mais le livre numérique, ou ebook, n’est pas ce jeune premier que la presse présente depuis quelques années. Voilà désormais 50 ans que ce format se construit, évolue, à travers les progrès technologiques et les investissements d’entreprises. Bon anniversaire, petit cinquantenaire.

03/07/2021, 11:35

ActuaLitté

Des éditions collector de mangas victimes de la spéculation

Depuis le début de l'année 2021, le manga bat tous les records de vente dans les librairies françaises. Pour entretenir l'engouement et s'assurer la fidélité d'un public qui pourrait se contenter de versions numériques, voire de scans illégaux, les éditeurs n'hésitent pas à publier des versions collector, en quantité limitée. Maisons d'édition et libraires ne peuvent toutefois que constater le développement d'un marché parallèle, où la revente se fait au prix d'une intense spéculation.

02/07/2021, 13:23

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #17 - Les grandes dates du Projet Gutenberg

« Nous considérons le texte électronique comme un nouveau médium, sans véritable relation avec le papier. Le seul point commun est que nous diffusons les mêmes œuvres, mais je ne vois pas comment le papier peut concurrencer le texte électronique une fois que les gens y sont habitués, particulièrement dans les établissements d’enseignement. » (Michael Hart, fondateur du Projet Gutenberg et père de l’ebook)

02/07/2021, 09:21

ActuaLitté

Feel good books ? “Est-ce que Sagan, Duras, écrivaient pour faire du bien ?”

Écrire ne m'a jamais fait manger.J'ai fait ce que l'on appelle délicatement des "succès d'estime", ce qui veut dire que je n'ai eu aucune critique négative - quelle chance !-  mais que mes livres se sont vendus au mieux à 2000 ex. Tout cela en étant publiée par de belles maisons. Par Cathy Galliegue.

01/07/2021, 09:09

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #15 - Un hommage aux bibliothécaires

Le/la bibliothécaire a toujours eu un rôle charnière dans le monde du livre, y compris numérique. Les bibliothèques sont largement couvertes par les médias, mais qu’en est-il de ceux et celles qui les font fonctionner ? Une première version de ce texte fut publiée dans ActuaLitté en 2016. Voici aujourd'hui une version revue et actualisée pour inclure les ultimes développements de la profession. L’auteure fut elle-même bibliothécaire avant d’être traductrice.

30/06/2021, 10:29

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #14 - L’ebook vu par quelques pionniers

Voici le sentiment de plusieurs pionniers du livre numérique interviewés par courriel au fil des ans pour mes articles et livres sur le sujet: Michael Hart (Projet Gutenberg), John Mark Ockerbloom (The Online Book Page), Robert Beard (A Web of Online Dictionaries), Jean-Paul (Cotres.net), Nicolas Pewny (Le Choucas), Marc Autret (Indiscripts), Pierre Schweitzer (@folio), Denis Zwirn (Numilog) et Henri “Henk” Slettenhaar (Silicon Valley Association).

29/06/2021, 09:23

ActuaLitté

Amis auteurs, “ne nous trompons pas de combat”

Avant même le rapport Racine, remis en janvier 2020 au ministre de la Culture, qui reconnaissait la paupérisation des artistes-auteurs, ces derniers alertaient sur une baisse de leurs revenus et une dégradation de leurs conditions de travail et de vie. Selon Paola Appelius, traductrice littéraire et présidente de l'Association des traducteurs littéraires de France, les préoccupations ont été entendues, et le travail d'amélioration a bel et bien commencé. Nous reproduisons ci-dessous sa lettre ouverte aux auteurs.

29/06/2021, 09:04

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #13 - L'Internet Archive, une bibliothèque planétaire

L’Internet Archive est fondée en avril 1996 par Brewster Kahle à San Francisco (Californie) pour préserver un historique de l’internet. D'abord « bibliothèque de l’internet » avec la Wayback Machine, qui permet de voir l’évolution d’un site web depuis 1996, elle devient ensuite « une bibliothèque numérique à but non lucratif destinée à procurer un accès universel au savoir humain ». Elle propose deux millions de livres numérisés en mars 2010. Dix ans plus tard, elle est la plus grande bibliothèque numérique publique mondiale.

28/06/2021, 09:32

ActuaLitté

Rentrée littéraire : la critique, le lecteur, le libraire et le quatre-quart

Encore deux mois de patience avant de trouver sur les tables de librairies, dans les dossiers ventrus de la presse, les titres de la prochaine rentrée littéraire. Alors parleront auteurs, éditeurs, journalistes, parfois quelques lecteurs dont la notoriété médiatique fera croire à une influence réelle sur les envies mouvantes des lecteurs. Qui mieux qu'un libraire, artisan besogneux de cette grand'messe dont il ne retirera lui-même ni lauriers ni couronne, pour poser un regard distancié, frondeur, amusé, bienveillant sur ce rituel que d'aucuns conspuent à loisir, avant que de s'y sacrifier ?

27/06/2021, 11:04

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #12 - De Google Print à Google Books

Google lance Google Print en mai 2005 en partenariat avec des éditeurs et des bibliothèques, puis le suspend trois mois plus tard suite à un conflit avec les associations américaines d'auteurs et d'éditeurs. Le programme reprend en août 2006 sous le nom de Google Books (Google Livres) et numérise les milliers de livres de bibliothèques partenaires. Mais Google continue de numériser des livres sous droits sans l'autorisation préalable des ayants droit, et le conflit se poursuit. Après une longue saga judiciaire de près de dix ans, la justice américaine tranche en octobre 2015 en faveur de Google.

27/06/2021, 10:34

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #11 - La licence Creative Commons

Créée en 2001 à l'initiative de Lawrence “Larry” Lessig, la licence Creative Commons a pour but de favoriser la diffusion et la réutilisation d'œuvres numériques tout en protégeant le droit d'auteur. De nombreux auteurs et autres créateurs souhaitent en effet utiliser le réseau de diffusion qu’offre l’internet tout en contrôlant les droits sur leurs œuvres, mais le copyright traditionnel leur semble trop restrictif. Creative Commons fête ses 20 ans en juin 2021 avec 2 milliards d’œuvres sous licence Creative Commons.

25/06/2021, 09:58

ActuaLitté

Le livre, bien essentiel : “L’une des plus importantes victoires” de 2020

Près de soixante-dix maisons françaises et italiennes auront pris part aux journées d’échanges organisées à l’initiative de l’Association des éditeurs italiens. Engagé à la tête de cette organisation depuis 2017, Ricardo Franco Levi intervient régulièrement dans nos colonnes, apportant éclairages et interventions sur le marché italien. Depuis Milan, il revient sur ces trois jours, manifestement riches.

24/06/2021, 15:36

ActuaLitté

Histoire de l'ebook #10 - Wikipédia, une encyclopédie planétaire

Lancée en janvier 2001 par Jimmy Wales et Larry Sanger, Wikipédia est une encyclopédie gratuite en ligne écrite collectivement et dont le contenu est librement réutilisable. Rédigés par des milliers de volontaires dans des dizaines de langues, les articles et les illustrations restent la propriété de leurs auteurs. Leur libre utilisation est régie par la licence GFDL puis par la licence Creative Commons. Wikipédia comprend 17 millions d’articles dans 270 langues en 2011, avec 400 millions de visiteurs par mois. D'autres encyclopédies collaboratives suivent, par exemple l’Encyclopedia of Life.

24/06/2021, 09:42

ActuaLitté

Chris Ware : “Aux États-Unis, la BD n'est même pas considérée comme un art”

Grand Prix de la ville d'Angoulême 2021, l'auteur américain Chris Ware rejoint un panthéon qui réunit déjà Emmanuel Guibert, Rumiko Takahashi, Katsuhiro Ōtomo, Art Spiegelman ou encore François Schuiten. Dans une lettre reproduite ci-dessous, il salue l'affection et la déférence que la France consacre au 9e art.

23/06/2021, 10:28

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #9 - L’EPUB devient le format standard

Le format EPUB succède au format OeB (Open eBook) en avril 2005 en tant que standard du livre numérique et supplante peu à peu le format pionnier PDF. « Totalement différent du PDF, le format EPUB permet d’afficher un texte ajusté au tout dernier moment en fonction de l’écran et des choix du lecteur au moment précis de la lecture. Plusieurs applications permettent de créer un fichier EPUB directement, dont des logiciels libres. La plupart des liseuses sont compatibles avec le format EPUB. » (Nicolas Pewny, consultant en édition électronique)

23/06/2021, 09:27

ActuaLitté

Entretien avec Emanuela Canali, responsable des droits étrangers de Mondadori Libri

Le site NewItalianBooks, qui promeut les maisons d'édition et la culture italiennes à l'étranger, a réalisé un entretien avec Emanuela Canali, responsable des droits étrangers chez Mondadori Libri. Ce dernier est le groupe de presse le plus influent en Italie. Interrogée par Paolo Grossi, directeur du site, elle revient sur l'influence du livre italien à l'étranger. Par Paolo Grossi.

22/06/2021, 12:25

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #8 - Premières expériences d’auteurs de best-sellers

Le maître du suspense américain Stephen King est le premier auteur de best-sellers à se lancer dans l’aventure numérique en 2000, malgré les risques commerciaux encourus. Il autopublie un roman épistolaire inédit en plusieurs épisodes sur un site web créé à cet effet, avec un résultat mitigé, avant de nouvelles expériences avec son éditeur. D'autres auteurs de best-sellers tentent eux aussi l’aventure numérique avec leurs éditeurs, par exemple Frederick Forsyth en Grande-Bretagne, Arturo Pérez-Reverte en Espagne et Paulo Coelho au Brésil.

22/06/2021, 10:05

ActuaLitté

Queenie, histoire d'une gangster venue de Martinique, pour conquérir Harlem

Stephanie Saint-Clair. Avec un nom pareil, elle aurait pu faire du music-hall. Et d’une certaine manière, elle fut la reine de la nuit. Au cœur de Harlem, elle devint Queenie, cheffe de gang respectée au sein de Harlem : protectrice d’une communauté noire contre les policiers — déjà ! —, elle mena tambour battant une carrière dans la loterie clandestine. Nous sommes en 1933, la prohibition a pris fin, et cette Martiniquaise, ayant migré une vingtaine d’années plus tôt à New York affronte la mafia italienne, regardant les hommes droit dans les yeux. Queenie, plus qu’une gangster généreuse : un symbole.

22/06/2021, 08:05

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #7 - Premiers dictionnaires et encyclopédies en ligne

Disponibles en ligne au tournant du millénaire, les premiers dictionnaires et encyclopédies de référence émanent de versions imprimées, par exemple le Dictionnaire universel francophone (Hachette), WebEncyclo (Atlas) ou encore le site de l’Encyclopaedia Universalis. Suivent des outils de référence conçus directement pour le web, par exemple le Grand dictionnaire terminologique (GDT) du Québec et WordReference.com. Wikipédia fera l’objet d’un article spécifique.

21/06/2021, 09:28

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #6  - E Ink, une technologie d'encre électronique

Les recherches sur l’encre électronique débutent à la fin des années 1990 au sein de la société E Ink pour offrir un meilleur écran aux liseuses en attendant le papier électronique. E Ink présente le prototype de son écran en 2002 et le commercialise en 2004. Un projet un peu différent est la technologie Gyricon développée par Xerox. Radicalement novateur lui aussi dans un domaine connexe, le projet @folio voit le jour en France dès 1996 mais reste malheureusement à l’état de prototype faute de soutien financier.

19/06/2021, 11:19

ActuaLitté

La lecture dans les établissements de santé, “espace d’intimité, d’évasion, de liberté”

La Fédération interrégionale du livre et de la lecture (Fill) s'engage dans une vaste opération de rapprochement entre les professionnels de la santé et ceux de la lecture publique, pour multiplier les projets culturels autour du livre et de la lecture dans les établissements de santé. Nous reproduisons ci-dessous le plaidoyer de la fédération, destiné à convaincre de l'importance cruciale de la lecture dans le parcours de soins.

18/06/2021, 15:06

ActuaLitté

Histoire de l'ebook #5 - Les premières liseuses    

Sans surprise, les premières liseuses voient le jour dans la Silicon Valley, terre des projets technologiques les plus fous, avec les fonds nécessaires pour les développer. Ces liseuses sont le Rocket eBook (de NuvoMedia) et le SoftBook Reader (de SoftBook Press), qui virent le jour en 1998. D'autres modèles suivent, par exemple le Gemstar eBook (de Gemstar) en 2000, le LIBRIe (de Sony) en 2004, le Cybook Gen2 (de Bookeen) à la même date, le Sony Reader (de Sony) en 2006, le Kindle (d'Amazon) en 2007, le Nook (de Barnes & Noble) en 2009 et l'iPad (d'Apple) en 2010. 

 

18/06/2021, 11:31

ActuaLitté

Histoire de l'ebook #4 - Du PDA au smartphone

En 2001, la liseuse n’a pas encore gagné son pari. On compte 17 millions de PDA (Personal Digital Assistants) dans le monde pour seulement 100.000 liseuses, d'après un Seybold Report publié en avril 2001. 13,2 millions de PDA sont vendus en 2001, dont le Palm Pilot (lancé en mars 1996) et le Pocket PC de Microsoft (lancé en mars 2000). En 2005, le PDA laisse progressivement la place au smartphone. L’iPhone d’Apple (lancé en juin 2007) devient le produit phare de toute une génération.

17/06/2021, 09:43

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #3 - Les débuts de Gallica, bibliothèque numérique de la BnF

Gallica est inauguré en octobre 1997 avec des textes et des images du XIXe siècle francophone, « siècle de l’édition et de la presse moderne, siècle du roman mais aussi des grandes synthèses historiques et philosophiques, siècle scientifique et technique ». Gallica élargit ensuite son champ d’action et devient rapidement l’une des grandes bibliothèques numériques mondiales.

16/06/2021, 13:19