#Librairie

Boycott, représailles, vengeance : la colère des librairies BD contre MDS

Marasme, calamité, vaste bordel… les qualificatifs ne manquent pas chez les libraires pour décrire la situation, alors que les fêtes de fin d’années approchent. Pris de court, les voici entre le marteau et l’enclume, avec la ferme intention de ne pas prendre de coups de la part de lecteurs mécontents. Conclusion, s'il n'est pas possible pour eux d'être fournis en bandes dessinées, et autres titres dont s'occupe MDS, ils sont bien décidés à se passer des titres que distribue la filiale de Média Participations.

Le 25/11/2021 à 23:43 par Antoine Oury

18 Réactions | 8224 Partages

Publié le :

25/11/2021 à 23:43

Antoine Oury

18

Commentaires

8224

Partages

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

Depuis l’échange de politesses entre le directeur général de MDS, Olivier Barbé et la présidente du Syndicat de la Librairie française, certains ont pris les armes, au propre comme au figuré. Et chez les spécialisés BD, on grogne plus fort encore : l’autorité de la concurrence, en mai 2018, indiquait que le groupe Média Participations (Dargaud, Dupuis, Lombard, Kana), sur le segment des droits français de bandes dessinées, atteignait les les 30-40 %. Un opérateur non négligeable donc. 

À LIRE: retards de distribution, la chaîne du livre explose

Canal BD, qui regroupe 130 librairies spécialisées préfère pour sa part attendre. Bruno Fermier, son directeur, nous précise que « rien n’est encore établi, et les évolutions interviennent au jour le jour. Pour le moment, nous ne souhaitons pas faire de commentaires ». Dont acte, d’autres ne s’en priveront pas.

Mépris pour la librairie ?

Sollicité par ActuaLitté, Xavier Ollivrin de BDfugue à Nice peste : « Nous sommes impliqués dans l’association Librairies du Sud et beaucoup proposent, en réaction, de boycotter les offices de janvier et refuser les notés. » [Ndlr : le noté est une commande supplémentaire, faite par le détaillant auprès du représentant, d'ouvrages mis à l'office] Réaction violente, à l’aune de la communication du groupe : ce dernier, pour rétablir les multiples retards accumulés, a indiqué qu’il ne livrerait en réassort que les commandes de trois exemplaires, minimum. Aucune commande unitaire. 

Ce 25 novembre, une réunion avec Média diffusion, MDS et le SLF se tenait : quelques premiers éléments en ressortent, comme les 30 jours supplémentaires accordés sur les offices et réassorts de novembre et décembre. Les conditions jusqu’au 30 décembre devaient encore faire l’objet d’éclaircissements — au moins, dans la perspective « de maintenir une bonne relation commerciale », précisait un courriel de représentants.

Car personne n’ignore le contexte ni le fait que la situation vire au cauchemar, pour tout le monde.

Le risque ? Que les grandes librairies soient favorisées de fait : la trésorerie et la capacité de stockage sont là. « En parallèle, il y a un sérieux retard sur les traitements des retours, qui va lourdement frapper la trésorerie », reprend Xavier Ollivrin. « On sent un profond mépris pour la librairie indépendante, pour la seconde fois — la première, c’était l’an passé, quand le groupe avait maintenu, temporairement, ses grosses sorties, avant d’y renoncer quand les rayons livres des enseignes ont été fermés. »

Baril de lessive et crédits de retours

Chacun y va de son analyse, et toutes finissent par se recouper : « Il n’est pas normal que les autres distributeurs, Hachette ou Flammarion, conservent leurs délais de livraisons, parfois avec un ou deux jours de retard. Et que Média soit à la traîne : ça sent le manque d’investissement, de toute évidence », pointe Xavier Ollivrin. Si le problème touchait tous les opérateurs de la distribution, « on ne pourrait qu’être compréhensifs ».

Alors, la colère monte, assure-t-il : « Quoique négocie le SLF, cela portera sur des questions financières, sans régler les urgences de fin d’année. Et les répercussions, dans le métier, viendront : les conséquences se mesureront sur le long terme, parce que la confiance est rompue. » Et pour cause : comment appréhender la suite ? « Je prends trop d’ouvrages, lors de l’office, j’ai un crédit avec 6 mois de retard. Inversement, je n’en prends pas assez, je n’aurai pas de réassort », questionne Xavier Ollivrin ?

Unanimement, les libraires BD le clament : « Nous ne manquons pas de livres à proposer. Personne ne commandera trois exemplaires pour en vendre un. Comme notre activité repose essentiellement sur le conseil, nous recommanderons les titres des autres maisons, des autres distributeurs. » Il ne s’agira pas de substituer, mais d’orienter vers une autre offre. « Ce n’est pas un baril de lessive qui remplace un autre : c’est notre métier de pouvoir proposer des alternatives, particulièrement dans ces conditions. » 

Et la petite musique du boycott de revenir, regrettant par avance les conséquences sur les éditeurs et les auteurs. « Mais comment se faire entendre ? Si MDS voulait travailler efficacement, il reporterait ses offices de janvier, pour rattraper le retard. Mais ces offices justement rapportent de l’argent, et personne ne veut s’asseoir dessus. Conclusion : ce sera une perte importante de chiffre d’affaires pour le groupe. »

Procédés scandaleux

Loin des groupements de librairies, qui apportent une certaine sécurité, d’autres professionnels, responsables de rayon dans des boutiques généralistes ont tout autant de mal à avaler la pilule. Avec plus de difficultés pour parler ouvertement et à visage découvert. Marc* analyse le marché sans concession (*les prénoms ont été modifiés) : « Asterix [distribué par Hachette Livre] est en phase descendante, Blaker et Mortimer va encore exploser et Goldorak confirme sa réussite. Mais comme je vous parle, l’ouvrage est toujours indiqué comme épuisé. Impossible de le commander, à l’unité ou par trois exemplaires. »

Et d’ajouter : « Entre nous, on se dit qu’on va appliquer la méthode Barbé [directeur général de MDS] : fermer le rideau, et n’ouvrir que pour les clients qui achèteront trois exemplaires au moins. Et nous verrons bien. »

Certains n’hésitent pas à parler de vengeance, tout bonnement : « Pour le lecteur, ça va devenir inaudible : ceux qui viennent pour le cadeau à papa, avec un titre précis en tête, se heurteront à un refus, qui n’est pas de notre fait. Tout simplement parce que les clients sont habitués au tout, tout de suite. Et quand ils ont une envie spécifique, on ne pourra pas leur proposer autre chose », nous glisse Marie*.

Et pour ce gérant de librairie de niveau 2, dans le sud de la France, l’action en justice s’impose : « Ils modifient les conditions générales de vente unilatéralement, nous imposent des procédés scandaleux. Au minimum, saisir le Médiateur du livre pour dénoncer ce comportement… » 

Vincent Montagne PDG de Média Participations

Quelques libraires nous précisent que, voilà un mois, un mois et demi, les chargés de relation libraire insistaient sur la nécessité de commandes en amont. Des recommandations qui ressemblaient plutôt à une réponse face aux pénuries papier, justement. « Sauf que personne n’avait conscience de ce qui se tramait… Un accident industriel, oui, c’est bien cela. Mais est-ce que MDS s’en relèvera ? S’ils ne gèrent pas la hausse d’activité, ils finiront par perdre le bénéfice ce cette hausse », estime l’un d’eux. 

Une faute de gestion ?

Patrick Corbet, retenu parmi les libraires de l’année 2021 (mais hélas, pas choisi), est le cofondateur de la première librairie Momie, en 1985, devenue depuis un réseau de 17 établissements, partout en France, avec quelque 110 salariés (contre 65 en septembre 2020). Chez eux, la ligne de conduite sera simple : « Ce sera zéro – oui, 0 – commande. D’autant qu’avec des délais de livraison de quatre semaines, il devient inutile de commander, l’ouvrage arrivera après Noël. » La communication s’opérera sur le site, ainsi que dans les points de vente. « Après tout, nous ne sommes pas même en mesure de savoir si les commandes seront enregistrées. »

Lui-même ne comprend pas : « Voilà des mois que le chiffre d’affaires augmente, avec deux chiffres, et personne ne l’a pris en compte ? Les instances dirigeantes auraient-elles manqué une marche ? En regard de l’importance de l’augmentation de titres vendus, pour moi, cela tient de la faute de gestion. » Et d’insister : « Comme si nous, en librairie, n’avions pas mis en place de nouveaux lieux de stockage pour augmenter le volume ni engagé de salariés pour répondre aux clients. »

Plusieurs interlocuteurs, qui en avaient les moyens, et anticipant alors les pénuries annoncées de papier, sont passés à des quantités 10 fois supérieures pour certains titres.

Reste que, reprend Patrick Corbet, « la logistique est leur problème. Celui de nos équipes, c’est de vendre les livres que MDS doit distribuer — même à l’unité et à un maximum de libraires possible ». Les délais, entre quinze jours et trois semaines, associés aux retards de crédits (« Je n’ose même pas y penser », plaisante-t-il, jaune), amplifient les tensions. « D’autant que MDS s’était bien rattrapé sur le recrédit des avoirs, après d’énormes efforts. »

Les délais, tout le monde les a vu augmenter : les lignes de commandes, ennemies jurées du logisticien, ont fini par déborder. « Alors que nous sommes dans les fins de budget des bibliothèques, nous recevons 4 à 5 demandes, unitaires, chaque jour. Nous voici obligés de dire non. » Les collectivités comprendront que ce refus ne dépend pas du libraire, mais tout de même...

Alors, cette question économique revient : « Si on a besoin d’un exemplaire, que l’on en prend trois, outre les questions de bilan carbone, on opère une avance au distributeur qui va puiser dans notre trésorerie. Sans assurance sur les crédits de retours, personne ne prendra un tel risque. »

Et à l’instar des librairies BDfugue, Momies entend tout miser sur la puissance de conseil : « Nous sommes en mesure de vendre autre chose que du Média [Participations]. Ce qui me dérange, ce sont les auteurs, les petits, pas les best : durant les fêtes, ils peuvent ressortir. Là, ils seront éjectés et n’apparaîtront même pas. La sanction sera identique pour les éditeurs distribués… »

Avec toujours l’ombre du géant américain qui plane : « Je n’aime pas parler d’eux, mais pour combattre Amazon, il faut du fonds. Or, ce fonds, on le prend à l’unité, pas par trois exemplaires. Le message de MDS, c’est de privilégier la nouveauté, de liquider le fonds. Mais, quand même !, l’augmentation qu’ils évoquent, elle n’est pas apparue voilà trois semaines. Depuis combien de temps la constatent-ils sans réagir ? »

Alors que pour Noël, le traditionnel nerf de la guerre réside dans le stock, 2021 risque d'être complexe.

Les équipes “à leur maximum

Stéphane Aznar, directeur général de Média Diffusion a accepté de répondre aux différentes problématiques posées. 

La situation, déjà évoquée longuement dans votre article, était absolument critique et mettait en danger MDS dans son ensemble. Si aucune décision n’avait été prise pour régler le retard de réassorts non traités, c’est toute la fin d’année et le début de l’année 2022 qui étaient en danger.

Nous aurions pu choisir de ne rien changer, ne rien annoncer, et continuer à servir toutes les commandes avec des retards croissants et des livraisons en janvier…

Annoncer la réalité, prendre des décisions difficiles pour préserver le maximum les commandes de Noël sur les bests, notamment en librairies, sont des choix assumés, et, de notre point de vue, contraire au mépris et à la dissimulation dont on nous accuse aujourd’hui quelquefois.

Certains libraires, d’ailleurs, le comprennent.

D’autres, vous l’avez noté, ne l’acceptent pas et leur colère prend des proportions qui, je dois le dire, me dépassent : nos équipes commerciales essuient souvent de violentes attaques, voire des insultes, et certains libraires refusent de prendre toute nouvelle commande, y compris pour les nouveautés de janvier. Ou annulent les commandes déjà passées.

Cela relève d’un sentiment de vengeance incompréhensible face à une situation qui ne relève en aucun cas d’une volonté de nuire de MDS, mais d’une impossibilité physique.

J’en appelle réellement à un apaisement général et au sens des responsabilités de chacun : ne plus commander les nouveautés des éditeurs diffusés par Média Diffusion et distribués par MDS nuira aux éditeurs, aux auteurs… et fera grand plaisir à d’autres opérateurs de la chaîne du livre (notamment d’e-commerce) qui verront venir à eux des clients qui n’auront pas trouvé les nouveautés de Dargaud, Dupuis, Seuil, Points, L’Olivier, Métailié, etc.

C’est exactement faire le lit de ce dont on nous accuse aujourd’hui, de manière assez absurde d’ailleurs (car les commandes supprimées par MDS concernent TOUS les réseaux). C’est aussi nourrir, potentiellement, à nouveau la machine à réassorts sur janvier, car de grosses nouveautés seront demandées par des clients…

Curieuse réponse que celle d’envisager de telles extrémités.

Cet apaisement général, nous l’appelons de nos vœux, avec, également, le bureau du SLF avec qui nous sommes en constantes relations depuis 48 heures pour répondre au mieux à leurs attentes. Nous discutons également avec d’autres libraires en permanence, et avec l’ensemble des clients.

Nous avons de nombreuses réunions pour trouver des alternatives acceptables à cette crise inédite, et trouver des solutions — sans dévier de notre objectif : retrouver un niveau de service MDS normal. Nous ne pourrons atteindre cet objectif sans supprimer de manière conséquente le niveau d’encours de réassorts actuel.

Les équipes de MDS et de Média Diffusion travaillent à leur maximum, dans des conditions extrêmement tendues, et nous accuser de mépris est assez difficile à entendre. Mais nous faisons front, tous ensemble, et espérons sortir par le haut de cette crise.

La rédaction attend désormais les conclusions de la réunion avec le SLF.

crédits photo : ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

18 Commentaires

 

Ismaël

26/11/2021 à 10:14

Il est vrai qu'il y a un côté absurde à cette histoire... Tous les libraires indépendants crient en cœur « Amazon, Amazon, c'est le grand méchant loup, il ne faut rien faire qui puisse, de près ou de loin, lui ramener des clients ! », et que décident-ils ? De punir le distributeur en refusant de prendre les commandes de la rentrée de janvier... S'ils boycottent l'office et refusent de prendre les notés (comme le dit explicitement le représentant de l'asso des libraires du Sud), cela revient à pousser les clients à trouver les titres souhaités ailleurs... et pourquoi pas... en les commandant sur Amazon bien sûr ! Parce que Amazon, lui, ne va certainement pas refuser de prendre les parutions de janvier... Où comment les libraires, en plus de subir un accident industriel les pénalisant, se tirent une balle dans le pied supplémentaire, dans une tentative inutile de « montrer leurs muscles » (il est bien dit d'ailleurs qu'ils souhaitent agir « en réaction »). Ubuesque et contre-productif.
Des problèmes de distribution dans le livre, il y en a eu un paquet depuis vingt ans... avec des accidents très pénalisants et d'autres moins. Que, sans conteste, le distributeur ait fait des erreurs, mal calculé son coup, et que toute la machine se soit grippée... c'est un fait, et il est le premier à le reconnaître, et il va lui aussi en payer les pots cassés, au prix fort... Que le libraire se retrouve lésé, et que les clients déchantent au moment des fêtes, là aussi, personne ne revient là-dessus dans le contexte. Mais là, plutôt que les uns et les autres essaient de réparer ENSEMBLE le bazar en question, en acceptant forcément des concessions à faire de part et d'autre, non, il vaut mieux bien envenimer la situation, menacer, prendre des décisions ridicules juste pour montrer que le libraire aussi, s'il le veut, peut gêné le distributeur ! Mais on est où là ? Dans une cour d'école ?

Mati

27/11/2021 à 09:40

Bonjour,
Je crois que vous sous-estimez le problème d'Amazon à long terme
Avec Amazon nous allons vers une pensée unique
Mais il ne s'agit pas d'entrer dans une bagarre stérile
Cela convient à certains très bien qu'ils ne se croient pas obligés d'aller dans les librairies indépendantes
C'est une question de conscience
Bonne journée

Pensée unique ?

29/11/2021 à 10:31

La pensée unique se trouve justement chez le libraire qui écarte toute production qui n’est pas dans la chaîne. Tout passe par les mêmes décideurs des mêmes maisons d’édition qui ont toutes des gens formés dans les mêmes écoles.
Les libraires réduisent encore en écartant des diffuseurs. Vivement que ce système s’écroule de lui même.
Nous lecteurs voulons avoir la liberté de lire ce que l’on veut et ne pas être tributaire de votre système.

blacksad

20/12/2021 à 18:47

Le libraire (indépendant) qui ne peut passer de commande pendant les deux mois de l'année où il y a beaucoup de monde en librairie et qui est pris en otage, ne peut qu'espérer trouver un dénouement. Selon vous, il serait plus sage de laisser faire ! La pensée unique, c'est la vôtre : où vous travailler pour le géant d'internet, où vous n'avez jamais mis les pieds dans une librairie. Notre profession est attaquée de toute part. Par les auteurs sous-rémunérés, par le gouvernement qui nous juge comme commerce non-essentiel avant de se raviser, pas un distributeur comme MDS qui préfère vendre en grande quantité, et maintenant par un pseudo lecteur qui nous attribue une pensée unique...Je ne sais quel est votre métier, mais j'espère que vous serez confronté un jour à ce problème de concurrence irréversible. Amazon l'a démontré au Canada, une fois les librairies fermées, les prix d'Amazon sont décuplé, les livraisons aléatoires. C'est ce monde "libre" que vous préconisez ?

Trinitro

19/01/2022 à 18:32

Absolument pas ! Il ne faut pas confondre les libraires indépendants et les chaines...
C'est justement nous, les libraires indépendants qui avons la possibilité de commander ce que nous voulons, et permettre à tous les auteurs/éditeurs de trouver leur public et particulièrement aux petites maisons d'édition, auteurs locaux et beaucoup de choses que vous ne trouverez pas ailleurs.
Elle est justement là la force des petits libraires !
En plus du conseil, (car certains vrais libraires lisent les ouvrages qu'ils vendent... :) )
ne pratiquent pas de censure.
Nous n'écartons personne.
C'est bien mal connaitre le monde de la librairie.

Un libraire

26/11/2021 à 12:42

"et continuer à servir toutes les commandes avec des retards croissants et des livraisons en janvier…"

bah c'est déjà ce qui se profile, mais en nous contraign

"est vrai qu'il y a un côté absurde à cette histoire... Tous les libraires indépendants crient en cœur « Amazon, Amazon, c'est le grand méchant loup, il ne faut rien faire qui puisse, de près ou de loin, lui ramener des clients ! », et que décident-ils ? De punir le distributeur en refusant de prendre les commandes de la rentrée de janvier... S'ils boycottent l'office et refusent de prendre les notés"

C'est maintenant que les clients se tournent vers Amazon pour recevoir leur guide touristique et leur carte Michelin par exemple. On ne va pas les commander par 3 à chaque fois. Et pour les recevoir quand ? La commande par 3 minimum est un cassus belli.
Rien n'est dit concernant les retours (et donc avoirs). Quel libraire va relancer la machine des offices en janvier "comme d'habitude", dans le flou en buvant simplement les paroles de MDS ? Il faut créer l'office par 3 minimum : ) (au détriment des "petites nouveautés)

Un libraire

26/11/2021 à 13:28

(mail précédent parti en cours de rédaction)

"Le risque ? Que les grandes librairies soient favorisées de fait : la trésorerie et la capacité de stockage sont là. "
En effet. C'est aussi vrai des plateformes type Amazon dont la zone de chalandise se compte en millions de clients quand nous libraires rayonnons à l'échelle d'un quartier, d'une ville/village et alentours.

" Et pour cause : comment appréhender la suite ? « Je prends trop d’ouvrages, lors de l’office, j’ai un crédit avec 6 mois de retard. Inversement, je n’en prends pas assez, je n’aurai pas de réassort », questionne Xavier Ollivrin ?" je souligne

"Alors, cette question économique revient : « Si on a besoin d’un exemplaire, que l’on en prend trois, outre les questions de bilan carbone, on opère une avance au distributeur qui va puiser dans notre trésorerie. Sans assurance sur les crédits de retours, personne ne prendra un tel risque. »"
oui

" Chez eux, la ligne de conduite sera simple : « Ce sera zéro – oui, 0 – commande. D’autant qu’avec des délais de livraison de quatre semaines, il devient inutile de commander, l’ouvrage arrivera après Noël. "
Nous sommes déjà le vendredi 26/11. En effet l'incertitude sur les délais remet de toute façon en cause les commandes.


"Les équipes à leur maximum"
Eclairez-nous svp Actualitté. MDS parle de la croissance de la charge de travail, de toutes ses équipes à fonds. Mais quelles équipes ? L'effectif est-il habituel ? Manque t-il de personnel ?
https://www.ecommercemag.fr/Thematique/retail-1220/Diaporamas/visite-ory-centre-distribution-amazon-bretigny-orge-343417/ruban-rouge-343418.htm
Merci.

wiwi

26/11/2021 à 13:59

Scandaleux aussi pour les auteurs et éditeurs indés, ou non-bankable, dont les librairies ne prennent généralement qu'un ou deux exemplaires...

Bibliothécaire en colère

26/11/2021 à 13:59

Les bibliothécaires, ils s’en tapent de l’arrivée de la BD au pied du sapin.
Les fins de budget, c’est comme le 13e mois : ça arrive fin novembre / décembre et pas avant.
Je suis très très en colère par l’attitude désinvolte de MDS.
Même s’ils ont beaucoup réfléchi avant, arriver à cette décision, c’est d’une nullité absolue.
On aura tout vu. Le distributeur qui après avoir beaucoup réfléchi, choisit de ne pas distribuer, et tant pis si dans le sillage il met par terre des auteurs, des maisons d’édition, et des libraires.

L'auteur masqué

26/11/2021 à 23:54

Quand on se souvient d'où vient Media participation historiquement, on n'est beaucoup moins étonné par cette attitude méprisable. Ils s'en foutent des petits libraires, il est beaucoup plus rentable pour eux de travailler avec des centrales d'achat comme amazon.

Yetet

28/11/2021 à 11:28

Trop d'intermédiaires !

Trop de BDs sur le marché !

Trop de choix en grandes quantités en tous les cas et un lecteur lambda qui ne sait plus où donner de la tête !

Un libraire

28/11/2021 à 13:15

"Trop d'intermédiaires !"

auteur - éditeur (imprimeur) - diffuseur/distributeur - libraire

ça n'est pas énorme comme chaine, elle est assez logique dans sa forme, ce sont des rôles, fonctions, missions, métiers assez différents. La répartition du poids c'est autre chose et je n'en débattrai pas par écrit.

"Trop de BDs sur le marché !"

Ah ça c'est un autre débat pas simple :)

"Trop de choix en grandes quantités en tous les cas et un lecteur lambda qui ne sait plus où donner de la tête !"

C'est un avis "personnel", il y a des "lecteurs lambda" pour qui l'offre n'est pas un problème. Ca n'est pas bien grave. On peut choisir d'être guidé. D'ailleurs dans les magasins l'offre est toujours plus limitée que sur les plateformes. Finalement, moins on cherche plus on a de chance de trouver :)

Jean-Robert

28/11/2021 à 15:00

Et sinon, MDS, c'est quoi, c'est qui ?

Rice

28/11/2021 à 21:05

@Ismaël - Amazon a les MOYENS FINANCIERS d'accéder aux requêtes de MDS et d'avancer les fonds pour financer ces stocks supplémentaires.
On se demande même si ce n'est pas Amazon qui a écrit ces nouvelles règles histoire d'accélérer la disparition des petits libraires que le prix unique du livre protège encore...
Mais si vous avez la solution financières et non morale ("les libraires si tirent une balle dans le pied"), ne vous gênez pas de la proposer.

Ismaël

29/11/2021 à 10:12

@Rice. Voici les chiffres de l'année 2021.
- 50% des librairies ont augmenté leur trésorerie au 3eme trimestre 2021, les stocks et les retours diminuent toujours, les ventes progressent de 3% (seuls les hypermarchés sont en baisse). Les librairies de 1er niveau et celles de 2e niveau enregistrent une hausse de leur activité respectivement de + 0,6 % et + 4,3 %.
- 40% des librairies ont augmenté leur trésorerie au 2eme trimestre 2021, les stocks et les retours diminuent encore, les ventes progressent de 27% ! Les librairies de 1er niveau et celles de 2e niveau enregistrent une hausse de leur activité respectivement de + 37,1 % et + 46,1 %.
- 42% des librairies ont augmenté leur trésorerie au 1er trimestre 2021, les stocks et les retours diminuent, les ventes progressent de 23% en moyenne ! Les librairies de 2e niveau et celles de 1er niveau enregistrent une hausse de leur activité respectivement de 51,2 % et 40,8 %.
Evidemment, ce sont des moyennes, et évidemment certains points de vente n'ont pas la même dynamique. Cependant, avant de lancer de soit-disant grandes vérités sur les capacités de trésorerie et de financement de la librairie indépendante EN GENERAL qui seraient désespérément nulles comparativement à Amazon selon vous, merci de vérifier la réalité des chiffres. La question n'est donc pas que « morale »... l'appel à Boycott des offices et des notés de janvier est, de fait, pour les libraires une manière de vengeance qui profitera au final à la vente en ligne. En ce sens, oui, ils se contredisent dans leur discours de défense du commerce indépendant face à des plateformes comme Amazon.
Quant à proposer une solution, la première serait de « travailler » avec le distributeur qui met tout le monde en difficulté (les libraires, mais aussi ses propres personnels) plutôt que de le boycotter, ce qui pour le coup est pour le moins stérile comme comportement et n'aide personne : ni les libraires, ni les éditeurs, ni les auteurs, ni encore moins tous les manutentionnaires des centres de distribution. A vouloir faire payer « les patrons » de la distribution, je crains que la libraire ne se trompe de combat, d'autant plus venant d'une profession qui a appelé toute la chaîne du livre à la solidarité au moment du confinement, mais qui semble avoir oublié ce terme quand il s'agit de ne pas enfoncer la tête sous l'eau de ceux qui triment dans la distribution, des petites maisons d'édition fragiles et pénalisées si on refuse leurs parutions de janvier, et de leurs auteurs qui survivent à peine dans le meilleur des cas... Chercher des solutions professionnelles à cette crise me paraît tout de même préférable au simple « bras d'honneur » du boycott proposé.

Un libraire

29/11/2021 à 11:24

"Evidemment, ce sont des moyennes, et évidemment certains points de vente n'ont pas la même dynamique. Cependant, avant de lancer de soit-disant grandes vérités sur les capacités de trésorerie et de financement de la librairie indépendante EN GENERAL qui seraient désespérément nulles comparativement à Amazon selon vous, merci de vérifier la réalité des chiffres. La question n'est donc pas que « morale »..."

La trésorerie meilleure n'améliore pas la faible rentabilité: combien est retiré de l'augmentation de chiffre d'affaire (CA) ? Rappel, article du monde récent :
https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/11/25/pour-les-librairies-un-etonnant-miracle-lie-a-la-pandemie_6103549_3234.html
La librairie reste le commerce de détail le moins rentable de France. A coup de 1 et quelques poussières de % de rentabilité, combien faut t-il de CA pour s'enrichir ? :-)
Voir les coûts fixes (transport et cie).

MAIS SURTOUT : pour beaucoup de librairies concernées, le remboursement du PGE n'a pas encore commencé, car nous avons souvent demandé le report d'un an après le moment supposé de son démarrage au printemps 2021. Cela à un effet bénéfique sur nos retours et les prises de risque (je parle personnellement mais ça me semble extrapolable). Cela ne durera pas éternellement ... Et les tensions reviendront.

"l'appel à Boycott des offices et des notés de janvier est, de fait, pour les libraires une manière de vengeance qui profitera au final à la vente en ligne. En ce sens, oui, ils se contredisent dans leur discours de défense du commerce indépendant face à des plateformes comme Amazon."

Je pense qu'il faut suivre quelque nouveautés mais je pense surtout que MDS est un puits sans fond et incertain et qu'il ne faut pas le remplir, offices ou pas office.

"Quant à proposer une solution, la première serait de « travailler » avec le distributeur qui met tout le monde en difficulté"

Euh on voudrait bien.

"A vouloir faire payer « les patrons » de la distribution, je crains que la libraire ne se trompe de combat"

C'est le maillon fort qui à pouvoir sur les libraires et les éditeurs, ce combat, si on peut appeler ça un combat, n'est pas déplacé.

Niko

29/11/2021 à 09:33

Écoeurant ce discours langue de bois de MDS qui ne répond à aucune des préoccupations des distributeurs. Il y a un sérieux coup de pied à mettre dans le monde dans l'édition quand on voit en plus que ces grands patrons ont des comptes en banque dans les paradis fiscaux quand les auteurs ont du mal à avoir un SMIC.

Yoann

04/01/2022 à 13:57

Décembre est passé, le coup de sang est retombé, cette idée absurde du boycott a disparu des discours des libraires une fois l'esprit plus clair (enfin, je l'espère) mais reste cette frustration de justement n'avoir aucun poids ou pouvoir face à une faute professionnel d'une ampleur rarement égalée.
Seul "geste" effectué pour l'instant par MDS, une suréchéance de 30 jours, cadeau en partie empoisonné car si elle peut permettre de récupérer du crédit retour, elle retarde le paiement d'une grosse échéance à une période plutôt calme en librairie pouvant provoquer des difficultés financières pour certains.
La question de se passer de MDS ne se pose même pas pour un libraire, c'est plutôt d'obtenir réparation face à des choix douteux d'une entreprise qui joue la carte de l'innocence pour pallier à ses problèmes. On peut excuser les indisponibilités de fin d'année, entre les pénuries, engorgements de réimpression et une demande exponentielle mais voir que le 2e plus gros distributeur de bandes dessinées ne parvient pas à assurer un service que ces congénères réalisent tant bien que mal (avec également des difficultés, ils l'ont bien signalés) parce qu'ils ont préférés s'engraisser sur la bête au lieu de prendre des mesures pour s'adapter au futur, l'accélération a été déjà significative fin 2020 et dès le premier trimestre, c'était une réalité. Ne pas avoir réussi à anticiper et prévoir, c'est juste ne pas faire correctement son travail dans ce cas précis.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Face à l'urgence climatique, faire bonne impression

Dans une mobilisation sans précédent, les membres du World Print & Communication Forum (WPCF), organisation mondiale d'imprimeur, ont déclaré leur engagement à réduire significativement l'empreinte carbone de l'industrie graphique. Face à l'urgence climatique et à la prise de conscience accrue du public concernant les enjeux environnementaux, l'initiative du WPCF pourrait marquer un tournant important pour le secteur de l'imprimerie, consommateur intensif de ressources.

14/02/2024, 13:15

ActuaLitté

Après une cyberattaque dévastatrice, le distributeur Socadis reprend ses activités

Socadis (Madrigall), un des principaux distributeurs de livres au Canada, a été victime, le 17 décembre dernier, d'une cyberattaque qui a autant révélé la vulnérabilité de sa sécurité informatique, qu'elle l'a contrainte de suspendre toutes ses activités. Il aura fallu attendre début janvier pour que le responsable de la distribution d'éditeurs tels que La Pastèque, Fides, Ulysse ou des groupes Flammarion et Editis au Québec, annonce le retour progressif de ses services.

06/02/2024, 13:05

ActuaLitté

Le distributeur allemand Bookwire investit l'Italie avec Bookrepublic

Le distributeur allemand Bookwire, qui fournit des solutions logicielles de production, de suivi des ventes et de marketing à ses partenaires éditeurs, annonce son entrée sur le marché italien avec l'acquisition des activités de distribution de Bookrepublic, axées sur le livre numérique.

02/02/2024, 11:17

ActuaLitté

Editis s'appuie sur AZAP pour optimiser la distribution Interforum

Interforum - Editis, distributeur de livres pour plus de 300 éditeurs et 13.700 points de ventes, a fait appel à AZAP, éditeur et intégrateur de logiciels de pilotage et d’optimisation des flux de la Supply Chain, pour mettre en œuvre un nouveau service de la Gestion Partagée des Approvisionnements de magasins. Cette collaboration fructueuse a permis aux enseignes concernées d’augmenter leur part de marché de 6 points, tout en réduisant dans les mêmes proportions les retours et le niveau de stock.

23/01/2024, 13:27

ActuaLitté

MDS Benelux en sursis : “Nous avons plongé dans le rouge”

Le distributeur MDS Benelux, filiale du groupe Média-Participations, se trouve dans une posture délicate, au point d'évoquer la possible cessation de ses activités, lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire. En cause, une situation économique complexe, aggravée par le départ d'un client néerlandophone important.

17/01/2024, 16:28

ActuaLitté

Hachette annule le déménagement de sa distribution, pour l'instant

En février dernier, Hachette annonçait que les plus de 600 salariés installés dans les Yvelines déménageraient courant 2026 dans la commune de Germainville, en Eure-et-Loir. Le groupe nous confirme une information révélée par Les Échos : il annule finalement son projet, initié par l'ancien directeur général d'Hachette Livre, Arnaud Nourry.

17/01/2024, 13:19

ActuaLitté

Les livres mettent-ils la planète en danger ?

Pour une autrice, un auteur, de même qu'une illustratrice ou un illustrateur jeunesse sensible aux questions d’écologie, le constat annuel est simple :  le volume de nouveautés publiées chaque année, à découvrir en salons ou librairies de même que le nombre d’exemplaires partis au pilon sur ses relevés de ventes interroge : nos livres détruiraient-ils la planète ? (Spoiler : pas tout à fait !)

03/11/2023, 17:46

ActuaLitté

En plein “désastre social”, y'a-t-il “un pilote chez Editis” ?

À quelques heures de la décision concernant le rachat d’Editis par CMI France, que l’on attend depuis hier, de la Commission européenne, le repreneur risque de déchanter. Au terme d’échanges houleux ce 31 octobre, on mesure combien le navire Editis et sa filiale Interforum voguent avec une direction qui a déserté. Dernier et sinistre rebondissement : un ralentissement de l’activité, avec pour conséquences un sévère coup de rabot sur les salariés.

31/10/2023, 13:08

ActuaLitté

La Générale Librest s'allie à Nosoli (Furet du Nord / Decitre)

Face aux défis à venir, les propriétaires de la GL, plus ou moins sexagénaires, passent la main en cédant la société au groupe Nosoli, acteur majeur et puissant de la distribution du livre, apte à lui assurer pérennité et développement.

20/10/2023, 16:26

ActuaLitté

Marc Levy introuvable en librairie : son roman menacé de grève

Les employés d'Editis envisagent de débrayer, et pas n’importe quand : à la parution du 25e opus de Marc Levy, La Symphonie des monstres, prévue ce 17 octobre. En empêchant la commercialisation du livre, les syndicats visent la direction d'Editis, pour la forcer à respecter les engagements salariaux pris. Car ces augmentations tardent toujours à se refléter sur les revenus. Et Marc Levy, servant d'otage, en fera donc les frais.

30/09/2023, 11:55

ActuaLitté

Les éditions du Cerf quitteront Interforum

Comptant parmi les principaux éditeurs religieux en France, Le Cerf annonçait leur arrivée chez Interforum au 1er janvier 2019. La filiale d'Editis aurait la charge de la diffusion et de la distribution de plus de 6000 ouvrages. Quatre ans plus tard, la maison a décidé de changer de crémerie.

24/08/2023, 22:45

ActuaLitté

Monica Irimia, de la librairie à la surdiffusion

Monica Irimia saute le pas : l’ancienne libraire pendant près de 15 ans est devenue « surdiffuseuse » au service du livre depuis février. Enfin, d’ouvrages en particulier, car il s’agit de ceux qui naissent dans cette partie du continent que les Français connaissent souvent si peu : l’Europe de l’Est. Monica Irimia provient elle-même de cette parcelle de la vieille Europe, puisqu’elle est originaire du pays d’Emil Cioran.

17/06/2023, 09:30

ActuaLitté

Anne Drouinaud est nommée Secrétaire Générale chez Hachette Livre

Hachette Livre a nommé Anne Drouinaud en tant que Secrétaire Générale du Programme de Transformation Polaris. Sous l’autorité de Philippe Lamotte, Directeur Général de la Branche Services et Opérations et Directeur de la Transformation, elle supervisera l’ambitieux programme Polaris du groupe Hachette Livre. Elle en dirigera les aspects financiers, juridiques, contractuels et de contrôle interne.

17/05/2023, 16:06

ActuaLitté

Auteurs, éditeurs : Amazon augmente ses coûts d'impression de livres

La crise d’approvisionnement du papier tend à se calmer depuis quelques mois. Les problématiques de stock s’apaisent également : tous les papiers sont peu ou prou disponibles. De fait, grincent certains, les ventes diminuent et les volumes de tirages se montreraient plus modestes. Or, pendant ce temps, Amazon révise certaines de ses conditions commerciales… pour la production de livres.

16/05/2023, 18:33

ActuaLitté

Le distributeur allemand Bookwire met ChatGPT au service des éditeurs

L'usage des technologies d'intelligence artificielle ne se limite pas à la génération d'œuvres littéraires, graphiques ou audiovisuelles : ChatGPT peut devenir l'allié d'un éditeur pour la mise en forme et la commercialisation d'un livre. Le distributeur allemand Bookwire en est persuadé, et a intégré l'outil dans sa solution logicielle.

04/05/2023, 11:38

ActuaLitté

Recyclivre enrichit sa plateforme en ligne Superway

En collaboration avec Origami Marketplace, Recyclivre améliore sa plateforme Superway créée l'année dernière. L’objectif étant de rendre l’économie circulaire plus attrayante en accompagnant « les vendeurs pour une consommation globale plus responsable ».

 

19/04/2023, 12:09

ActuaLitté

Label Emmaüs : repenser la loi Lang à l'aune des enjeux climatiques

#LabelEmmaus - Acheter, c’est voter. Partant de ce constat, Label Emmaüs transforme la vente en ligne en acte militant. Et s’appuie sur les livres pour conférer plus de poids à son action. « Un livre en ligne, plus éthique », voilà tout l’objet de la campagne qui s’ouvrira ce 18 avril. Ou favoriser la solidarité plus que la destruction de livres.

17/04/2023, 16:54

ActuaLitté

Sipour Box propose désormais des livres grands formats

Créé en 2021, Sipour Box poursuit sa lancée dans le marché des box littéraires. Cette année, elle ajoute une nouvelle offre, « La littéraire », avec des livres grand format d’auteurs moins connus par les lecteurs.

13/04/2023, 15:06

ActuaLitté

Papier : Christian Ribeyrolle nouveau Président de COPACEL

Au terme du Conseil d’Administration du 8 mars 2023, Christian Ribeyrolle, de la société RYAM, est devenu Président de COPACEL (Union Française des Industries des Cartons, Papiers et Celluloses), succédant ainsi à Philippe d’Adhémar de la société Sylvamo, qui occupait ce poste depuis le 21 mars 2019. 

09/03/2023, 14:28

ActuaLitté

Fnac quitte la Suisse allemande et mise tout sur le marché français

L’enseigne avait opté pour un développement à travers des corners implantés dans différents centres commerciaux du territoire de la confédération hélvétique. Changement de braquet radical : dix points de vente alémaniques fermeront. Et la stratégie se réoriente massivement vers l’espace francophone.

28/01/2023, 15:38

ActuaLitté

“Harcèlement et comportements inappropriés” chez Interforum  

La trêve des confiseurs n’avait pas commencé que les instances syndicales recevaient un rapport d’analyse. En cause, un « risque grave » dans le département Relations éditeurs d’Interforum — la filiale diffusion/distribution d’Editis. La procédure, déclenchée début octobre, s’était heurtée à quelques résistances.

29/12/2022, 15:17

ActuaLitté

Emme Promo Junior, nouveau service pour promouvoir l’édition jeunesse

Emme Promozione est une société italienne, créée en 2014 à partir d'une scission de la branche promotion de Messaggerie Libri, le principal distributeur italien. Elle est spécialisée dans les services de marketing, de communication et d'analyse de données, aux éditeurs. Suite au succès grandissant de la littérature jeunesse, elle vient de créer un nouveau service, appelé Emme Promo Junior, consacré à la promotion de l’édition pour enfants. 

19/12/2022, 15:33

ActuaLitté

Mr Tan & Co, nouvelle maison d'édition de Mortelle Adèle, signe avec Interforum

Exclusif - L’écrivain Antoine Dole, plus connu sous le nom de Mr. Tan à travers les bandes dessinées Mortelle Adèle, en collaboration avec Diane Le Feyer, a choisi l’indépendance. En créant sa propre maison d’édition, il a également signé avec le groupe Editis, confiant la diffusion-distribution à Interforum. La maison, baptisée Mr Tan & Co, a été fondée en août dernier, quelques mois après l'annonce du départ de Bayard.

16/12/2022, 10:46

ActuaLitté

Pierre Coursières élu président du Syndicat des Distributeurs de Loisirs Culturels

À l’issue de l’assemblée générale extraordinaire du 2 décembre 2022, les membres du SDLC ont élu à l’unanimité Pierre Coursières Président du Conseil Syndical. La durée du mandat est fixée à deux ans, les membres sortants sont rééligibles.

06/12/2022, 12:40

ActuaLitté

Appel à une grève nationale dans les magasins Cultura ce 3 décembre

Annoncé pour ce 3 décembre, période de plus en plus cruciale dans le commerce du livre, un vaste débrayage surviendra dans les magasins Cultura. La demande est simple : l’augmentation des salaires pour les employés revendique la CGT Cultura. De 15 à 17h, tous les personnels des boutiques sont invités à faire front ensemble.

02/12/2022, 16:41

ActuaLitté

À Tigery, les salariés d'Interforum demandent l'équité des primes

Ce lundi 21 novembre, une quarantaine de salariés du site Interforum de Tigery (Essonne) ont débrayé pour réclamer une plus grande équité entre les salariés des différents sites de la filiale du groupe Editis. À Malhesherbes, une prime transport sera en effet prochainement mise en place, et les employés de Tigery souhaitent eux aussi une révision des primes qui leur sont accordées.

23/11/2022, 15:17

ActuaLitté

Fédération de randonnée pédestre : la distribution, tout un cirque ?

À la suite d’une consultation menée au cours de l’année 2022, la FFRandonnée a renouvelé son contrat de partenariat avec la Sofédis, pour la diffusion et la distribution de son catalogue à partir du 1er janvier 2023. Un partenariat qui s’inscrit dans la stratégie déployée par la FFRandonnée depuis 2021. Les deux sociétés travailleront de concert jusqu'en 2026. 

04/11/2022, 10:58

ActuaLitté

France : Amazon se rêve désormais imprimeur de livres

Le jour de la fête des morts, la nouvelle aura quelque chose d’un brin sinistre : à Brétigny-sur-Orge (Essonne), ce 2 novembre, est inaugurée la première… imprimerie d’Amazon sur territoire français. Implanté dans son entrepôt logistique, il s’agit d’un déploiement, et non des moindres, dans le fonctionnement de l’entreprise.

01/11/2022, 10:04

ActuaLitté

Les éditions d'en bas arrivent en France et Belgique grâce à Serendip/Paon

Depuis 1976, les éditions d’en bas développent un catalogue engagé et militant. Elles explorent le champ du social à partir des marges de l’histoire, de la politique et de la société; elles font émerger des voix singulières et originales de destinées oubliées et des thématiques délaissées. Depuis 2001, elles ont renforcé le champ des publications aux littératures de Suisse et à la traduction. 

28/10/2022, 13:32

ActuaLitté

L'Imaginaire se fait la malle : quatre éditeurs quittent Média Participations

En août 2019, ActuaLitté dévoilait l’arrivée massive d’éditeurs chez Média Diffusion : Mnémos, les Moutons électriques et ActuSF, regroupés sous le collectif Les Indés de l’Imaginaire, marquaient ainsi une nouvelle étape dans leur développement. Et ce, deux ans après que Leha éditions avait choisi la diffusion/distribution du groupe. Mais en 2023, tout le monde part. 

28/10/2022, 11:06

ActuaLitté

Mort d'un ouvrier dans un entrepôt d'Amazon en Pologne : l'enquête interdite

10 heures de travail en une journée, voilà qui démontre bien l’intérêt porté aux salariés d’Amazon. Jean-Baptiste Malet a signé pour L’Humanité Magazine un nouveau reportage. Cette fois, c’est en Pologne qu’il s’est rendu pour constater les conditions de travail. Et ce, après le décès d’un salarié et le licenciement de la syndicaliste qui voulait trop en savoir sur les circonstances de ce drame…

11/10/2022, 11:52

ActuaLitté

Le développement de Feltrinelli, entre numérique et formation

Après un accord avec Kobo, Feltrinelli ajoute à son offre numérique, déjà très riche, un plan d'abonnement « all you can enjoy », et se positionne aux côtés d’acteurs déjà implantés en Italie, tels qu'Audible et Storytel. En même temps, une offre est proposée, via Feltrinelli Education, pour former les professionnels des industries créatives et culturelles. 

16/08/2022, 15:54

ActuaLitté

Neutralité carbone en 2040 : Amazon n'en prend pas le chemin 

Les promesses n’engagent généralement que ceux qui les gobent, avait assuré un connaisseur en la matière. Celles d’Amazon — ici pointées, mais assurément pas le seul en la matière — auront fait long feu. Malgré ses engagements visant à une neutralité carbone, la firme est parvenue à augmenter de 18 % ses émissions au cours de l’année 2021. De fait : la taille de son réseau de distribution a doublé au cours de la période.

02/08/2022, 15:03

ActuaLitté

Rachat dans le monde du podcast italien : Chora Media achète Will

En mars, Il Sole 24 Ore, quotidien économique et politique italien, avait annoncé cette opération, qui s’est concrétisée cet été et a donné naissance, pour citer le communiqué de presse, au « premier pôle italien d'information numérique native en audio et vidéo ».

21/07/2022, 15:22

ActuaLitté

Madrigall ouvre la commande urgente en 24h chez Union Distribution

RNL22 — À l'occasion des Rencontres nationales de la librairie, le groupe Madrigall a annoncé l'ouverture d'un service de commande en 24 heures pour les libraires indépendants. À l'aide d'un code, ils signaleront au distributeur une commande urgente, permettant de la prioriser.

03/07/2022, 18:01

ActuaLitté

Hugo Publishing quitte Interforum

Suite au rachat annoncé fin octobre 2021 du groupe Hugo Publishing, rejoignant Glénat, les grands mouvements débutent. Diffusée et distribuée par Interforum, la maison qu’avait fondée Hugues de Saint-Vincent rejoignait la société aujourd'hui dirigée par Marion Glénat, fille du fondateur. Et fort logiquement, Hugo allait se détacher d’Editis, à plus ou moins court terme.

30/06/2022, 11:08

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Si la Romance commence à parler italien...

Après le succès, il y a plus de dix ans, du best-seller international Cinquante Nuances de Grey (JC Lattès, 2012), la romance est un genre qui s'apprête à conquérir une nouvelle fois les lecteurs du monde entier. L'Italie n'échappe pas au phénomène, comme les chiffres l'illustrent... L'autrice qui a vendu le plus de livres, en 2023, dans le pays : Felicia Kingsley, pseudonyme d'une architecte italienne qui publie des romances à succès depuis 2016. 

23/02/2024, 17:55

ActuaLitté

Gérard Miller : une enquête ouverte pour viols et agressions sexuelles

Le 31 janvier dernier, le magazine Elle rendait publique une enquête dans laquelle trois femmes témoignaient d'agressions sexuelles commises par Gérard Miller. Quelques jours plus tard, Mediapart donnait la parole à dix nouvelles femmes, se considérant victimes du psychanalyste et chroniqueur. Le parquet indique qu'une enquête a été ouverte pour « viols et agressions sexuelles, parfois sur victimes mineures ».

23/02/2024, 17:44

ActuaLitté

La Route : Manu Larcenet adapte le best seller de feu Cormac McCarthy

La Route (trad. François Hirsch), c'est d'abord un roman post-apocalyptique publié en 2006, Prix Pulitzer de la fiction l'année suivante. L'auteur de ce best seller, Cormac McCarthy, est lui décédé le 13 juin dernier. Le créateur de Blast, Manu Larcenet, et Dargaud, ont choisi d'adapter son plus célèbre ouvrage en bande dessinée. En librairie le 29 mars.

23/02/2024, 16:56

ActuaLitté

Donnez à lire : 22 000 livres offerts à des enfants

Mise en place pour la première fois en 2016, l'opération caritative Donnez à lire a gagné en puissance au fil de ses éditions annuelles. En 2023, 22.000 livres ont ainsi été collectés par les libraires, donnés au Secours populaire et enfin offerts aux enfants. C'est onze fois plus que le bilan de l'édition inaugurale...

23/02/2024, 15:56

ActuaLitté

Virginie Duby-Muller chargée d'une mission sur la culture en milieu rural

Vice-présidente du parti Les Républicains, députée de Haute-Savoie, Virginie Duby-Muller a été chargée d'une mission temporaire ayant pour objet l'ingénierie culturelle des collectivités territoriales en milieu rural par le Premier ministre, par un décret du 22 février 2024.

23/02/2024, 15:52

ActuaLitté

Grégoire Delacourt prolongera la liste de ses envies chez Albin Michel

Le 17 avril 2024, les éditions Albin Michel publient La liste 2 mes envies, le dernier roman de Grégoire Delacourt et le premier dans la maison de Francis Esmenard. Cette publication survient dix ans après le triomphe public de La liste de mes envies, qui a connu un succès retentissant avec plus de 1,5 million d'exemplaires vendus, des traductions dans 35 pays, y compris l'Angleterre et les États-Unis, et des adaptations au théâtre et au cinéma. 

23/02/2024, 15:10

ActuaLitté

Économies de l'État : la Culture perd plus de 200 millions €

Il aura suffi de quelques points sur des prévisions de croissance pour pousser le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a décrété 10 milliards € de coupes dans le budget de l'État. Le ministère de la Culture n'y échappe pas, avec une annulation de crédits à hauteur de 200 millions € dans son budget.

23/02/2024, 12:26

ActuaLitté

Avec La Bourse aux Livres, l'occasion fait le larron

Aidé par la multiplication des plateformes spécialisées, le tarif minimum des frais de port à 3 € pour les livres neufs, mais aussi l'inflation générale et la hausse des prix des livres, le marché du livre d'occasion se développe. Avec une problématique centrale : ces ventes ne rémunèrent pas les auteurs, lesquels commencent à déplorer cette situation... La Bourse aux Livres, acteur de la seconde main, avance sa solution.

23/02/2024, 11:05

ActuaLitté

Street football, basket ou golf : la langue française à la rue ?

L'année est décidément très sportive pour la Commission d'enrichissement de la langue française. Jeux olympiques et paralympiques obligent, elle s'est récemment penchée sur des termes français liés à différentes disciplines. Dans une nouvelle recommandation, elle évoque cette fois les sports de rue, comme le football, le basket, ou même le golf.

23/02/2024, 10:13

ActuaLitté

Lise Boëll dirigera Mazarine, qui s'émancipe de Fayard

Arnaud Lagardère, le PDG de Hachette Livre, a confié à Lise Boëll le poste de directrice générale chez Mazarine. Avec une carrière dédiée à rendre la littérature accessible à tous et à promouvoir la diversité, elle est chargée d'enrichir le catalogue de l'éditeur avec des titres de fiction et de non-fiction.

22/02/2024, 22:03

ActuaLitté

Gaza : une nouvelle bibliothèque part en fumée

Ce 19 février, Ramy Abdu, président de l'Euro-Med Human Rights Monitor (Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme), révèle la destruction de la maison d'édition et bibliothèque d'Al-Kalima par les forces israéliennes. Le bâtiment était situé dans le quartier Sheikh Radwan, à Gaza.

22/02/2024, 16:46

ActuaLitté

Le célèbre égyptologue allemand Jan Assmann n'est plus

Né le 7 juillet 1938 à Langelsheim, Jan Assmann était un éminent égyptologue, universitaire en études religieuses et spécialiste en culture allemande. Il a contribué de manière significative à l'élaboration, l'édition et l'interprétation de sources sur la religion égyptienne, intégrant les analyses philologiques des textes dans leur contexte archéologique, culturel et socio-économique. Il s'est éteint dans la nuit du 18 au 19 février, à l'âge de 85 ans.

22/02/2024, 12:16

ActuaLitté

Un libraire au tribunal pour le manuscrit de “Hotel California”

Ce mercredi 21 février s'est déroulé à Manhattan un procès inhabituel, avec des accusés peu familiers des cours de justice. Parmi eux, Glenn Horowitz, un libraire spécialisé dans les pièces rares et uniques. Avec deux autres hommes, il est accusé d'avoir obtenu et revendu, de manière illégale, des manuscrits de chansons du groupe Eagles, dont le fameux « Hotel California ».

22/02/2024, 10:04

ActuaLitté

“Les librairies sont des endroits magiques, irremplaçables”

#Noshorizonsdesirables – La signature de conventions réunissant l’interprofession du livre des Hauts-de-France intervenue ce 21 février précédait une autre séance de signatures. En effet, un contrat de filière réunissant la DRAC, le CNL, la Région et l’AR2L était au programme des Rencontres régionales qui se tiennent actuellement à Boulogne-sur-Mer.

21/02/2024, 20:42

ActuaLitté

Le livre Vous ne me trouverez pas sur Amazon ! disponible... sur Amazon ?

Certaines maisons d'édition ont de la suite dans les idées pour garder leur indépendance, mais la frontière entre affranchissement total et dépendance, par exemple à un distributeur, s'avère parfois poreuse. Les éditions Divergences en ont fait les frais : l'un de leurs derniers ouvrages à paraître, Vous ne me trouverez pas sur Amazon !, s'avère pourtant bien « disponible à la précommande »... sur Amazon.

21/02/2024, 18:31

ActuaLitté

Une 13e librairie Decitre s'installe à Saint-Etienne

La chaîne de librairies Decitre a jeté son dévolu sur Saint-Étienne pour l'ouverture de sa treizième librairie au niveau national, et une dixième dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Cet établissement verra le jour en juin. Il s'installera au rez-de-chaussée du centre commercial Centre Deux, dans un espace de plus de 850 m2, précédemment occupé par un H&M, et libéré en décembre dernier.

21/02/2024, 15:53

ActuaLitté

Librairie : mort de Fadi Zahar, fondateur de La Chambre Claire

Le libraire et galeriste Fadi Zahar, fondateur en 1980 de La Chambre Claire, est mort, annonce La Nouvelle Chambre Claire, qui a pris la relève de son enseigne, dans le 5e arrondissement de Paris. Il faisait figure de référence dans le domaine.

21/02/2024, 14:56

ActuaLitté

Cancer ou assassinat, l'enquête sur la mort de Neruda rouverte

Un long feuilleton qui connait aujourd'hui un nouveau rebondissement. La justice chilienne a ordonné ce mardi 20 février la rouverture de l'enquête sur la mort du plus fameux poète du pays, et ancien sénateur communiste : Pablo Neruda.

21/02/2024, 14:13

ActuaLitté

Libraires, éditeurs, auteurs : “On ne peut pas vivre seul”

#Noshorizonsdesirables – Réunir les partenaires de la Région des Hauts de France, autour d’une envie, c’est déjà, pour paraphraser Jacques Brel, faire preuve d’un certain talent. Dans le cadre des deux journées professionnelles qu’organise l’Agence régionale du livre et de la lecture, cinq structures s’engagent dans un contrat de filière pour trois années. Mais pourquoi et dans quelle perspective ?

21/02/2024, 13:05

ActuaLitté

Pierre Loti, amoureux du Pays Basque

Pierre Loti était un voyageur. Il aimait les lieux atypiques : Tahiti, le Sénégal, le Japon, la Turquie... c'est d'eux qu'il puisait l'inspiration de ses écrits. Parmi ces régions exotiques, le Pays Basque eut une place toute particulière dans son coeur, il tirera de son attachement à cette terre le roman Ramuntcho. Une exposition en cours jusqu'au 1er septembre 2024 au musée Basque et de l'histoire de Bayonne retrace l'amour de l'écrivain pour le patrimoine naturel et culturel de l'Euskal Herria.

20/02/2024, 16:53

ActuaLitté

Les deux acteurs de Roméo et Juliette récidivent au tribunal

Olivia Hussey et Leonard Whiting, acteurs vedettes du film Roméo et Juliette (1968) de Franco Zeffirelli, persistent auprès des tribunaux. Tous deux ont de nouveau porté plainte contre le studio Paramount, cette fois autour des éditions DVD et Blu-Ray de la Criterion Collection, parues en février 2023.

20/02/2024, 16:25

ActuaLitté

Antoinette Fouque : une vie féministe

Il y a 10 ans s'éteignait Antoinette Fouque. Figure historique du féminisme au XXe siècle, elle était psychanalyste, essayiste et militante au sein du Mouvement de Libération des Femmes (MLF). C'est aussi elle qui fonda les Éditions des femmes en 1972, dans le but de promouvoir la littérature et les luttes féminines.

20/02/2024, 13:11

ActuaLitté

Ukraine : le lourd tribut payé par la culture en temps de guerre

UkraineUnderAttack - L'UNESCO, organe des Nations Unies centré sur la culture et la science, entre autres, a dressé un bilan économique de la guerre en Ukraine, deux ans après les premières agressions russes. Le coût total des dégâts sur les secteurs de la culture et du tourisme s'élève désormais à près de 3,5 milliards $ et au moins 9 milliards $ seront nécessaires, sur les 10 prochaines années, pour les redresser.

20/02/2024, 10:02

ActuaLitté

Missak Manouchian, la littérature comme pays d'adoption

Missak Manouchian entrera au Panthéon, avec sa femme Mélinée, ce mercredi 21 février. Ouvrier communiste arménien immigré en France, directeur de journal et leader d'un groupe de résistants dont la plupart des membres, Manouchian compris, furent exécutés le 21 février 1944, il était aussi poète et amoureux de littérature. Manouchian sera le premier résistant étranger, et communiste, à recevoir un tel hommage. 

19/02/2024, 17:14

ActuaLitté

La Bibliothèque à remonter le temps, nouvelle collection pour les ados

Les éditions du Cerf lancent en mars une collection à destination des jeunes à partir de 14 ans. « Les plus grands historiens » entendent rendre l'histoire accessible à tous, couvrant des périodes allant de la Préhistoire au monde moderne, incluant l'Antiquité, le Moyen Âge et le siècle des Lumières. Chaque livre résume les connaissances essentielles, présente les dates importantes et explore les théories encore sujettes à discussion, le tout en une dizaine de chapitres enrichis d'illustrations.

19/02/2024, 13:05

ActuaLitté

Délais de paiement et retours : les librairies “menacées”

Pour protéger les petites et moyennes entreprises, la Commission européenne a avancé en septembre 2023 un projet de règlement encadrant les délais et retards de paiement. L'enfer est pavé de bonnes intentions, dénonce à présent le Syndicat de la librairie française. Sans exception claire pour le secteur de la librairie, un tiers des commerces français seraient menacés de disparition...

19/02/2024, 11:17

ActuaLitté

"Je me suis demandé jusqu'où pouvait aller le pardon"

PrixdulivredelavilledeLausanne24 – Du 1er janvier au 29 février 2024, vous pouvez élire votre roman favori parmi cinq œuvres en lice pour le Prix du Livre de la Ville de Lausanne. Les titres nominés peuvent être lus en ligne et sont également disponibles en version audio. Jean-François Haas, auteur nominé pour son roman La folie du Pélican (Bernard Campiche Éditeur), revient en vidéo sur son parcours et sur son travail d'écriture.

17/02/2024, 14:02

ActuaLitté

Réseaux sociaux, POD, promos : la recette gagnante des éditions 38

Fondées en 2015, les Éditions du 38 ont récemment révélé ses résultats 2023, impressionnants : une croissance du chiffre d'affaires de 39 % et des ventes de 32 % par rapport à 2022. Quelles sont les raisons de ce succès, déjà en germe en 2021 avec une augmentation de 10 % du CA ? Entre autres, en deux mots, les réseaux sociaux.

16/02/2024, 18:10

ActuaLitté

Editis, "en faveur d'une chaîne du livre écoresponsable"

En 2023, Editis a publié son premier bilan global et intégral des émissions de gaz à effet de serre (BEGES), couvrant les scopes 1, 2 et 3, avec l'appui de SOCOTEC Environnement, chef de file dans le secteur de la durabilité.

16/02/2024, 16:45

ActuaLitté

En Hongrie, une virgule ridiculise l'homophobie d'État

La deuxième plus grande librairie de Hongrie, Lira, avait écopé en juillet 2023 d'une lourde amende, reconnue coupable d'avoir vendu des livres « au contenu LGBT » sans emballages plastiques, et disponibles pour les moins de 18 ans. Elle violait ainsi une loi homophobe adoptée en 2021, qu'elle a contestée à son tour devant la justice. Avec succès...

16/02/2024, 15:33

ActuaLitté

“Le plus beau film jamais réalisé en costumes” a son beau livre

Certains diront que si le théâtre a Shakespeare, le roman Dostoïevski, la poésie Rimbaud ou la philosophie Kant, le cinéma a Stanley Kubrick. Le cinéaste a adapté de nombreux livres durant sa carrière, toujours signés par de grands auteurs. Son film de 1975 est ainsi tiré du roman picaresque de William Makepeace Thackeray, Mémoires de Barry Lyndon (trad. Léon de Wailly), paru en 1844. Le réalisateur avait souhaité qu'il soit « le plus beau film jamais réalisé en costumes ».

16/02/2024, 11:29

ActuaLitté

L'Académie française reporte l'élection au fauteuil de VGE

Le mois de février s'annonçait chargé pour l'Académie française, qui devait élire deux nouveaux Immortels. Après le choix du philosophe Christian Jambet pour occuper le fauteuil 6, ce 8 février, l'institution repousse la seconde échéance de février, pour le fauteuil de Valéry Giscard d'Estaing, à une date ultérieure.

16/02/2024, 10:55

ActuaLitté

Le piège de papier : quand littérature et amitié ne font pas bon ménage

PrixdulivredelavilledeLausanne24 – Du 1er janvier au 29 février 2024, les lecteurs sont appelés à voter pour le roman de leur choix parmi une liste de cinq candidats au Prix du Livre de la Ville de Lausanne. Les œuvres nominées sont accessibles pour lecture en ligne à cette adresse, et disponibles également en format audio ici. Retrouvez ci-dessous les présentations en vidéo de Kyra Dupont Troubetzkoy et de son livre Le piège de papier (Éditions Favre).

16/02/2024, 10:42

ActuaLitté

La Bibliothèque publique juive renonce à la censure d'Élise Gravel

Les prises de position d'Élise Gravel contre la guerre à Gaza, sur les réseaux sociaux, lui avaient valu une mise à l'index au sein de la Bibliothèque publique juive de Montréal, au Québec. Sans mentionner le nom de l'illustratrice, l'institution a diffusé un communiqué indiquant que « l’ensemble des collections [...] demeure accessible ».

16/02/2024, 10:27

ActuaLitté

Changement de programme pour le prochain Édouard Louis 

La prochaine sortie d'Édouard Louis était initialement prévue pour le 5 janvier 2024. La publication du texte, qui a pour titre L'Effondrement, avait ensuite été reportée au printemps sur décision de l'auteur. Nous apprenons aujourd'hui que, si l'écrivain fera bien son retour fin avril de cette année, ce sera finalement avec un autre texte : Monique s'évade.

15/02/2024, 17:45

ActuaLitté

Un éditeur jeunesse arnaqué : sa banque BRED-ouille

La recrudescence d’arnaques en ligne n’épargne plus personne. La mondialisation, simplifiant le commerce par-delà les frontières, offre toute latitude à l’imagination galopante des cybercriminels. Et comme le dirait la fable, tout escroc vit aux dépens de celui qu’il entourloupe…

15/02/2024, 12:55