#Salons / festivals

Salons et festivals du livre : quand Paris méprise la province

ENQUÊTE – « Estomaqués. » « Aberrant. » « Marasme. » Les termes qui viennent à la bouche des organisateurs de salons du livre déclinent à l’envi l’exaspération. Découvrant les nouvelles dates de Livre Paris présentées en fin de semaine dernière, plusieurs d'entre eux ont fait part à ActuaLitté de leur vif mécontentement. Pour dire le moins. L'événement parisien n'a clairement pas regardé où il posait ses valises. Ni quand.

Le 21/10/2020 à 16:47 par Nicolas Gary

13 Réactions |

Publié le :

21/10/2020 à 16:47

Nicolas Gary

13

Commentaires

linkedin mail print
ActuaLitté

Épinal, avec ses Imaginales, ou encore le Festival du livre de Nice, celui consacré au Premier Roman à Chambéry, Oh les beaux jours à Marseille, et d'autres… Plusieurs manifestations ont retenu leurs dates pour 2021, en jonglant avec les contraintes sanitaires connues. En vertu des territoires, cette profusion autour du 28 au 31 mai impliquerait des adaptations – habituelles pour beaucoup.

Mais que soudainement, le salon du livre de Paris décide de reporter précisément à cette période son rendez-vous prévu du 20 au 23 mars, voilà qui bouleverse tout. Quelle que soit la taille de la manifestation alors concernée.

De même, la Comédie du livre échappe à la sanction : Philippe Saurel, président de Montpellier Méditerranée Métropole, avait décidé l’annulation de 2020, se projetant sur 2021. Ainsi, la fête s'établira du 4 au 6 juin. « Donc le déplacement du Salon du Livre Paris n’aura pas d’incidence sur notre manifestation », indique-t-on à ActuaLitté. Soupir de soulagement. Idem pour Étonnants voyageurs, qui intervient durant le week-end de la Pentecôte, juste avant.

Toutefois, la Croatie doit toujours en être l’invitée d’honneur : quid de la proximité des événements pour les responsables croates ? Faudra-t-il choisir pour éviter l'épuisement ? Mais pour deux qui en réchappent, ils sont légion à voir d'un oeil sombre « un coup pendable », annonce-t-on.

Mieux vaut en rire, alors...

Fabienne Pochart, responsable de Époque, le salon du livre de Caen, en charge de la Direction de la Culture pour la ville, ne pouvait pas être contactée au moment de la parution. Pour autant, l’événement doit se tenir du 28 au 31 mai 2021. À la mairie, ce revirement n'est pas spécialement apprécié : d’une année sur l’autre, les dates sont positionnées, et celles de 2021 n'avaient pas fait défaut.

Emmanuelle Dormoy, première adjointe à la Culture pour la mairie, suggère pour sa part« de réagir avec ironie, car il n’y a rien d’étonnant à tout cela. On apprend par la presse non une annulation, mais un report sans aucune concertation, et l’on découvre les dates, consternés ». Or, si règne une profusion en ce mois de mai, « les auteurs acceptent assez facilement de partager leur temps » pour intervenir sur une même période à deux endroits .

« Livre Paris, sans même une information préalable ni des avis pris auprès des organisateurs de salons démontre que la décentralisation est loin d’être accomplie dans le pays. En dehors de la capitale, c’est connu, rien ne vit, rien ne bouge », poursuit-elle. 

Époque n’a pour le moment pris aucune décision : prendre en compte, attendre, « cela découlera aussi des actions des autres villes, mais une réaction collective semble nécessaire pour dénoncer une manière de faire que personne n’apprécie ». 

Pareille mobilisation dépasserait d’ailleurs – et aisément – les clivages politiques qui peuvent exister entre municipalités, selon elle. « Leur choix a des conséquences qui dépassent les orientations de chacun. Et nuisent aux actions que mènent tous ces territoires, dont les événements ont une véritable stature », analyse l’adjointe à la Culture. 

« Et je ne m’avance pas en affirmant que les auteurs se sentent plus considérés dans nos manifestations. Et des auteurs satisfaits, ce sont des éditeurs satisfaits. » Cependant, pour Époque, qui a opté pour des débats, la présence des auteurs devient indispensable. « Notre projet est de donner la priorité à la création, et pour ce faire, nous montrons une extrême attention aux problématiques connues — comme celle de la rémunération », souligne-t-elle. 

« Les créateurs ont en effet besoin des salons, en tant qu’ils les rapprochent du public, mais permettent également une rémunération. Tout cela est fort dommageable, quand le champ entier de la création artistique aurait besoin de soutiens. »

“Là, on prend une averse !”

Jean-Marie Gourio, qui organise depuis une dizaine d’années la fête du livre de Talloires, sur les bords du lac d’Annecy, le souligne. « Habiter, c’est faire. Et comme je suis un artisan du livre, j’ai voulu organiser une fête du livre. J’aurais monté celle des abeilles si j’avais été apiculteur. » Avec près de 25 auteurs invités chaque année, et quelque 6000 personnes qui viennent sur les deux journées de la manifestation, l’arrivée du mastodonte Livre Paris « devient catastrophique ».

Et d'ajouter : « Nous avons toujours conçu les dates de la Fête pour nous glisser entre les grands événements : Saint-Malo, Marseille… D’ordinaire, on passe entre les gouttes : là on prend une averse ! Serge Joncour avait accepté l’invitation, François Morel également : comment maintenir leur présence si l’on doit lutter avec Livre Paris ? »

Tout cela pour un salon parisien « qui est trop cher, où les éditeurs renâclent à venir et qui pourtant s’installe et pose ses valises sans crier gare », déplore Jean-Marie Gourio. « Paris, cette grosse machine qui broie, et finit par s’effondrer… Définitivement, pour nous, c’est une catastrophe. À Talloires, tout le village est impliqué, jusque dans le financement, parce que le CNL ne nous soutient pas — seules la région, la mairie et quelques aides privées nous permettent de mener l’organisation à bien. »

Avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête : comment faire ? Repousser ? Reporter ? « Et s’ils ne parviennent pas à faire l’événement, vont-ils le rebouger ? Quelle avanie pour nous ! »

“C'est irresponsable”

Certains mâchent moins encore leurs mots : « On s’attendrait à ce que des initiatives fortes soient portées par le Syndicat national de l’édition [coorganisateur de Livre Paris, NDLDR] : là, ils font tout le contraire. Alors oui, on est furax. Obéir et respecter les contraintes qui émanent du gouvernement, c’est une chose : se faire écraser de la sorte par un salon d’ampleur nationale, c’est minable », entend-on dans le sud.

« En fait, c’est irresponsable : tout le secteur est touché, et voilà que Paris, sans se préoccuper des répercussions, annonce des dates dont on se demande même s’ils ont prêté attention aux conséquences qu’elles auront. Ce n’est pas fair-play de priver ainsi des territoires d’opportunités : évidemment, les maisons devront faire des choix. C’était déjà le cas, puisque nous sommes plusieurs à intervenir sur cette période. Simplement là, c’est l’éléphant dans le magasin de porcelaine. »

Plus loin, à Nice, le festival nous indique que « nous ne bougerons pas nos dates. Nice se déroule depuis des années fin mai, rien ne changera ». Acté. Et l'enthousiasme du maire Christian Estrosi pour cette fête ne sera pas terni par les dates parisiennes.

Aucune concertation préalable

Depuis Marseille, Fabienne Pavia et Nadia Champesme, coorganisatrice de Oh les beaux jours, ne cachent pas leur déception. Ces nouvelles dates de Livre Paris sont clairement problématiques pour le festival. « Nous avons en effet été surprises d'apprendre par la presse ces nouvelles dates. Il semble qu'aucune des manifestations qui se tiennent en région à ces dates n'ait été prévenue et qu'il n'y ait eu aucune concertation initiée par les organisateurs de Livre Paris... »


crédit Festival Oh les breaux jours, Marseille

Néanmoins, Oh les beaux jours ! est un festival littéraire, non un salon du livre. Autrement dit, pas de stands d'éditeurs : seuls les auteurs sont invités et leurs livres vendus par les librairies partenaires. Ainsi, « les auteurs sont là pour des temps longs de rencontres avec le public et pour des formes scéniques enrichies que nous imaginons en lien étroit avec eux ». À cette heure, le programme est « déjà très avancé et aucun auteur n'a pour le moment annulé. Et puis Paris n'est qu'à trois heures de train de Marseille », glissent-elles, sereines.

Est-ce à dire que certains éditeurs ne se rendraient qu'à un des deux événements ? « Le salon du livre de Paris accueille de moins en moins d'éditeurs, du moins parmi ceux qui sont concernés par nos invitations. Et puis rares sont les éditeurs qui restent cinq jours derrière leur stand… », observent-elles.

« Quant aux auteurs, là encore nous sommes confiantes et pensons qu'une invitation à Marseille, aux beaux jours, constitue pour eux un vrai temps de création et de rencontre qui leur fera davantage envie. Nombreux sont les invités qui en profitent pour venir accompagnés et entrecoupent leur participation au festival par un petit plongeon dans la Méditerranée ! » 

Surtout, la manifestation phocéenne échange régulièrement avec les organisateurs d'événements qui se tiennent aux mêmes dates – comme les Assises du roman à Lyon. « Nous essayons de mutualiser intelligemment  la venue d'auteurs, étrangers notamment. Nous en ferons de même avec les éditeurs. » Mais pour ce qui est des dates, elles ne bougeront pas : « Nous travaillons avec des institutions comme le MUCEM. Nous avons opté pour la fin mai afin de les sanctuariser. »

L'espace médiatique monopolisé

Du côté de Chambéry, la directrice Olivia Benoît-Bombled grince des dents. « Le festival ne sera pas vraiment mis à mal, parce que nous invitons strictement des primo-romanciers. En revanche, nous comptons toujours sur 7 ou 8 auteurs confirmés qui reviennent pour accompagner les lauréats. Là, ce sera plus délicat. »

Chapiteau du festival
photo : ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Structurellement, la manifestation fait aussi appel à un grand nombre de modérateurs issus de la presse littéraire, « et là, ce sera plus compliqué : certains seront immanquablement sollicités par Livre Paris, ce qui nous rendra la tâche plus ardue ». Pour le reste, les mêmes causes provoquent les mêmes effets, indique-t-elle : « Nous tâchons d’éviter les dates des grands rassemblements, pour garantir l’existence et la visibilité du festival. »

Avec un projet monté sur cinq années, jonglant sur les différents événements de la ville, Chambéry se retrouve contraint. « L’arrivée de Livre Paris fait peur, c’est évident. Avec les autres manifestations présentes sur ce créneau, nous cherchons à collaborer pour simplifier la logistique et les déplacements. C’est clairement du mépris, qui ignore ce qui se passe dans le pays. »

Mais plus gênant, la directrice pointe les difficultés à exister médiatiquement dans la perspective où Livre Paris accaparera toute l’attention. « On se bat déjà pour avoir un minimum de présence, jusque dans la presse nationale : en mai prochain, personne n’existera d’autre que Livre Paris. Même les chaînes régionales focaliseront leur attention sur ce qu'il s’y passe. »

Or, pour un événement dédié aux primo-romanciers, qui ont besoin de cet espace dans les journaux, « l’omniprésence de Livre Paris provoquera un goulot d’étranglement. Faire exister les jeunes auteurs dans la presse fait aussi partie de nos missions, et c’est qui rend des festivals comme le nôtre indispensables ». Rivaliser avec le mastodonte de la Porte de Versailles « ajoute une problématique dont on se serait volontiers passés ».

Imaginales the people... Living life in peace...

À 150 km de Verdun, Épinal se souvient bien des enjeux médiatiques : « Quand le centenaire de la Guerre de 14 a réuni tous les chefs d’État, ça a pris de la place dans les journaux, alors que les Imaginales battaient leur plein. Il a fallu composer avec… », note Stéphane Wieser, directeur affaires culturelles de la ville et de la manifestation, consacrée aux littératures de l'imaginaire. « Certainement, les journalistes privilégieront le plus efficace… » Donc le plus gros ?

« Bien sûr, on se pose des questions sur la manière de faire, quand un organisme comme le SNE, impliqué dans la filière, prend ces décisions », reconnaît-il. « Cependant, c’est difficile pour tout le monde : la période nous épuise, chacun essaye d’exister, de faire. Je suppose qu’ils ont leurs obligations – qui n’empêchent pas de prendre des contacts préalables. »

Du reste, le changement de dates ne gênera pas les Imaginales de 2021. « Pour les maisons, l’embarras serait réel : toutes celles de l’imaginaire font leurs plus grosses ventes avec Livre Paris et les Imaginales. Il ne reste que l’ubiquité pour les éditeurs. Quant aux auteurs, on sait qu’il y aura des choix – de même pour les visiteurs qui ne quitteront pas Paris pour nous rejoindre. » Dans une moindre mesure toutefois.


Imaginales - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

« Nous vivons une telle sidération depuis des mois, entre les annulations en cascade, le confinement, le couvre-feu, les menaces sanitaires : on a avant tout besoin de solidarité, vis-à-vis des libraires et des auteurs. Plutôt que fatalistes, prôner la philosophie. » Épinal, qui pose ses options de dates sur 4 années ne bougera rien : « Ça plongerait tout le monde dans des imbroglios de calendriers, avec plus de prise de tête encore. »

Un gros salon, en plein Covid...

Quant aux circonstances, « elles sont ce qu’elles sont. Livre Paris a mis en place un îlot de l’Imaginaire en 2018, peut-être que nous n’y sommes pas étrangers ? Notre projet s’inscrit sur le long terme et nous accompagnons depuis des années ces littératures de mauvais genres – jusque dans le domaine universitaire. » De la sorte, les relations avec les éditeurs et les auteurs « nous les avons bâties sur autre chose qu’une simple zone de chalandise. À ce titre, Livre Paris représente plus de visiteurs : j’imagine que chacun observera son compte d’exploitation avant de se décider ».

Avec à l’esprit que cette course à l’échalote du salon aux plus gros chiffres possible ne fait plus sens. « On s’en rend bien compte : la crise actuelle nous interroge tous, et le déballage de dizaines de milliers de festivaliers ne fera pas recette à l’époque de la distanciation sociale », ajoute Stéphane Wieser. 

« C’est la capacité d’accueillir dans les meilleures conditions qui distinguera – convivialité, chaleur, ambiance… En mai, on peut imaginer que les masques seront toujours là, les gestes barrière encore à respecter. Dans ce contexte, être un gros événement ne représente plus un avantage. » Sauf que le volet économique du salon du livre de Paris est fondamental pour le Syndicat des éditeurs…

La dichotomie entre Régions et Paris

À Lyon, doivent enfin se tenir les Assises du roman. Lucie Campos, directrice, et Rozenn Le Bris, directrice adjointe de la Villa Gillet, « s’associent pleinement à cet étonnement, de ne pas avoir été au moins informées en amont, sinon consultées. Comment ne pas envisager une concertation entre les différents acteurs du livre sur nos territoires » ? 


crédit : Villa Gillet

Les dates des Assises furent annoncées il y a un an et rappelées voilà trois semaines à la demande du Centre national du livre, qui consulte l’ensemble des événements pour avoir un calendrier. 

Et de souligner la richesse hexagonale qui vient de « l’ensemble des propositions littéraires, en regard d’autres pays déficitaires en matière d’événement autour du livre. Époque, Oh les beaux jours ou les Assises, sont autant de rendez-vous qui redessinent les échanges entre territoires et littérature. Et quand on travaille en région, la conquête d’un public est plus complexe ».

La Villa rejoint donc les organisateurs des autres festivals touchés : disposée à échanger avec eux pour faire entendre leur voix, la Villa se veut aussi à l’écoute « des autorités compétentes pour Livre Paris ».

Et d’ajouter : « Nous avons envie de croire que cette coïncidence n’entraînera pas de difficultés, mais restons estomaquées du procédé. Et nos tutelles et financeurs — le président de Région, la Drac, la mairie de Lyon et la Métropole — seront évidemment informés. » Association, la Villa Gillet déplore surtout « cette dichotomie entre les Régions et Paris. Nous interviendrons de concert avec nos confrères pour faire entendre notre étonnement ».

Et le combat cessera, faute de combattants ?

Pour une souris grise qui a longtemps arpenté les allées de la manifestation parisienne, la conclusion s'impose : « Le plus drôle, c’est que ces événements vont avoir lieu quand Livre Paris sera annulé faute d’exposants ! » 

L’absence proverbiale du groupe Hachette — dont seules les structures Livre de Poche et Audiolib sont présentes, toutes deux filiales partagées avec Albin Michel —, celle désormais actée ou quasi d’Editis, sont à prendre en compte.

L’épisode de 2019 avait aussi provoqué la colère d’Antoine Gallimard, qui découvrait juste à côté de l’espace Madrigall (Gallimard, Flammarion, Casterman) Amazon en guise de voisin. En réaction, la voilure devait être largement réduite pour 2020 — seules les maisons poche, Folio et J’ai lu étaient prévues —, mais le salon annulé, personne n’en saura rien. 

Qu’en penseront Actes Sud, Delcourt, Glénat ou d’autres maisons ? Réponse prochainement…

ActuaLitté apprend également, en dernière minute, qu’un dernier acteur risque de se fâcher tout rouge. Le festival international de la BD d’Angoulême, qui a prévu de se scinder en deux pour 2021 — une première salve du 28 au 31 janvier et une seconde « dans la période printemps-été ». Or, ce sont, semble-t-il, les dates posées par Livre Paris qui devaient être retenues…

mise à jour 23/10 - 15h30 : 

Franck Bondoux, directeur de Neuvième Art +, organisateur du Festival International de la BD d'Angoulême, répond aux questions de ActuaLitté sur cette problématique calendaire. « La catastrophe, on y sera si Angoulême et Livre Paris arrivent en frontal l’une de l’autre. »

crédit photo : Incredible Hulk, ErikaWittlieb CC 0

13 Commentaires

 

Jujube

21/10/2020 à 17:45

Quelle tristesse, tous ces reports et imprévus, ça fait mal et ça vexe. C'est tellement moche de se sentir impuissants et subir telle dépendance. Chacun choisira sa manière personnelle d'encaisser ce malheur. Accepter et conserver patience n'est pas une si mauvaise idée, après tout. Oui, ça énerve, mais cette saloperie de virus finira par crever un jour.

Jean-Pierre Duval

21/10/2020 à 17:46

Quand au CNL c'est pire ! il y a un soutien "covid" automatique (de plusieurs millions d'euros) aux maisons d'éditions françaises... enfin celles qui font plus d'un demi-million de chiffre d'affaires... les autres maisons d'éditions ont droit à zéro euro... c'est pourtant bien les petites et moyennes maisons qui sont souvent les plus créatives... le CNL a fait le choix d'engraisser celles qui publient des livres de recettes au Nutella, etc. Ecœurant !

Gilles kujawski

21/10/2020 à 18:10

La sortie de Covid 1 a apporté la preuve que les libraires d'abord, toute l'économie du livre ensuite, peuvent se passer de "Livre Paris" (que je continuerai mordicus de nommer "le salon du livre de Paris"). Il faut cependant en refonder l'idée : les livres, ce sont aussi des professionnel(le)s qui aiment à se retrouver, échanger, débattre, des publics qui retrouvent ou découvrent les éditeurs et les auteur(e)s et profitent d'une production non-dématérialisée, une ambiance de fête... C'est tout celà qu'un nouveau salon du livre devrait proposer.

Sinon, laissons Amazon se faire le salon du livre seul. Congélation et inhumanité garanties. Ou qu'Amazon convertisse le salon de la porte de Versailles en parking pour ses camions, et en cage géante pour salarié(e)s surexploité(e)s.

Ismaël

21/10/2020 à 20:38

Sans doute, comme dirait Shakespeare, « beaucoup de bruit pour rien »… Livres Paris c’est, en 2019, 160 000 visiteurs sur trois jours. Quelqu’un ici croit vraiment que les mesures sanitaires, en mai, comme en mars, auront disparues ??? Il y a 99Þ probabilités que non… Port du masque, gel hydroalcoolique, mais aussi distanciation, interdiction de restauration debout, etc. et enfin et surtout jauge maximum dans un lieu clos (ce qu’est la Porte de Versailles pour rappel) seront de rigueur. Donc quoi ? Dans le meilleur des cas, ce sera une jauge à 5000 personnes maximum. Cela signifie quoi ? Que Livre Paris devra instaurer des comptages à l’entrée pour s’assurer qu’il n’y ait, à un instant T, pas plus de 5000 personnes dans les lieux… Casse-tête sans nom à organiser (et sans doute cher de surcroît) avec des portiques de comptage, des files d’attente à l’extérieur en maintenant un mètre de distance entre chaque personne, la gestion différenciée des entrées payantes et des gratuites ou sur invitations, etc… Sans compter le manque à gagner évident pour finir, avec beaucoup moins de public et des recettes de ventes encore plus médiocres que d’habitude (puisque chacun sait qu’il est rare que les ventes de Livres Paris puisse couvrir les frais de location de stands pour les éditeurs…), et donc aussi des éditeurs absents et un salon réduit à peau de chagrin (l’espace va déjà en décroissant depuis bien des années). Résumons : contraintes sanitaires, casse-tête logistique, surcoût, manque d’éditeurs exposants, public en berne, ventes médiocres… Livres Paris… je ne vois pas comment il aurait lieu l’an prochain.
N’oublions pas, pas de vaccin avant l’été au mieux, et même si un vaccin existe à cette date, il faudra des mois pour une vaccination suffisante (si tant est que les gens l’acceptent) afin de faire reculer l’épidémie. Or, le problème n’est plus l’épidémie en tant que telle aujourd’hui, mais la saturation des hôpitaux. Le temps que chacun se vaccine, qu’un niveau raisonnable soit atteint dans la population pour éviter cette saturation, les mesures sanitaires auront cours… et impacteront fortement les manifestations de très grande taille (pour exemple, la plupart des grands festivals de musique parlent d’une reprise « à la normale » pas avant 2022 ou 2023).
Small is beautiful : les autres événements, de la Fête du livre de Talloire au Festival du premier roman de Chambéry, en passant par la Villa Gillet ont des jauges beaucoup plus réduites et éventuellement bien plus compatibles avec les mesures sanitaires, sans compter l’éclatement des lieux de rencontres et un rapport de gestion du public beaucoup plus maîtrisé (on est loin des foules s’amassant à l’entrée de Livres Paris et se collant dans les allées du salon le soir de l’inauguration pour ensuite s’engouffrer dans un métro où elles s’agglutineront à nouveau…). Ils ont raison de maintenir leurs dates en l’état. Livres Paris ne leur fera de l’ombre que jusqu’au début de l’année, au pire jusqu’au printemps… ensuite ce sera annulé, mais les événements de province eux, réadaptés pour la plupart, se tiendront.

Editions Evalou

21/10/2020 à 21:36

Zut alors!! :gulp:
Les éditions EVALOU auraient bien pris un stand au salon du livre de Paris 2021, non sans avoir préalablement hypothéqué nos pavillons et voitures personnelles pour financer la location du stand, mais nous avons justement piscine à ces dates là! :)
Du 2O au 23 mars, on ne pourra donc pas être présents!!
Comme c'est ballot... On passe notre tour! :cheese:

Gilles Kujawski

21/10/2020 à 22:17

Issue optimale pour les éditions Evalou, qui leur donnerait accès à un stand au salon du livre et en place stratégique : la prise de contrôle sans délai des groupes Hachette et Editis. Ne resterait qu'à interdire l'accès du salon aux autres éditeurs des deux groupes, et le tour serait joué.
A quand le tour de table ?

Poil à gratter

22/10/2020 à 07:59

C'est bien cette fronde unitaire : je voudrais juste poser une question. Est-ce que tous les auteurs invités sont défrayés et payés pour leur journée de présence ?

crocblanc

22/10/2020 à 09:30

On peut critiquer Livre Paris sur bien des aspects mais là c'est absolument ridicule. "L'évènement parisien n'a clairement pas regardé où il posait ses valises. Ni quand."... Il y a des centaines voir des milliers de salons et autres événements littéraires chaque année en France, quelles qu'aient été les dates retenues par Livre Paris, il y aurait eu des mécontents.

Gilles Kujawski

22/10/2020 à 10:55

L'article de Nicolas Gary me paraissait bien poser le problème, qui n'est pas tant la date retenue que l'absence de concertation du SNE avec les autres salons pour la déterminer, et le soupçon inévitable de centralisme qui en découle.
Et qu'on en finisse avec "Livre Paris", qui est une marque, non une appellation. Il s'agit du salon du livre de Paris.

Bubu

18/03/2021 à 21:31

Je prends le train en retard. Ce qui me permet d'être le premier à annoncer que le salon du livre de Paris est définitivement annulé, la Covid aura eu raison de lui. Justice est faite aux régions. Mais imaginons que Reed n'aurait pas pris cette décision. Que se serait serait-il passé ?Rien. En région on aurait continué à être mécontent et cela n'aurait fait ni chaud ni froid à Reed et ses comparses parisiens de l'écrit. De toute manière c'est toujours comme ça, Paris agit à sa guise ,à tous égards et constamment, sans discontinuer, et les régions sont sagement invitées à faire avec. Pourtant, n'y aurait il pas eu moyen de se révolter contre cette attitude cavalière de Reed ?Bien sûr que oui. Et ce en portant l'affaire devant la justice,de manière collective. Et là c'est Paris qui se serait retrouvé dans l'embarras. Mais voilà, la France des régions a tellement l'habitude d'être tenue en lisière que pareille idée ne lui serait pas venue. Paris adore quand les regions passent sous ses fourches caudines sans moucheter. Tant que la France des régions n'aura aucun amour propre, aucun sens de l'honneur, Paris à souhait et plaisir la piétinera. Il n'y a qu'une seule solution à la triste situation de notre pays. Qu'est elle.?C'est le fédéralisme, cest aussi simple que ça. C'est l'antidote au centralisme, au jacobinisme, au parisianisme, ces cancers qui font tant souffrir la France des régions. Dans une France fédérale, les régions ne financeront plus la culture parisienne,ce qui est là un incommensurable scandale. France des régions, réveille toi, étrille Paris, ce lieu qui pour toi n'a toujours eu que mépris.

Crocblanc

19/03/2021 à 10:53

Attaquer Reed en justice ? Et sur quel fondement je vous prie ?

Gilles Kujawski

19/03/2021 à 12:24

L'annulation du Salon du livre n'est pas une surprise. Mais elle est l'occasion de constater que la formule avait du plomb dans l'aile, entre les désistements de groupes d'édition, l'impossibilité pour la petite et moyenne édition de prendre le relais financier, les stands Amazon, McDo et des émirats arabes sans un livre dedans... Il est temps de refonder, en partant de l'exigence d'un lieu d'échange (et de fête) professionnel et public, de la couverture de toute l'édition, et d'une accessibilité financière. Ce qui pose la question du lieu (la porte de Versailles est-elle indispensable) ou des lieux : c'est le moment d'imaginer un salon du livre par région, qui tiendrait compte des salons existants (Angoulême, Saint-Malo...) et enlèverait à celui de Paris son rang de bibendum - même si on ne peut pas laisser à Francfort ou Londres le monopole du marché. Mais un salon du livre tout entier au service du marché, quelle horreur. Il faut que les livres soient l'affaire de tout le monde !

Serge Le Guilloux

19/03/2021 à 15:23

L'annulation du salon parisien doit être l'occasion pour les manifestations ailleurs en region de fortifier leur présence dans le paysage hexagonal de l'écrit,et ainsi de rendre le rendez-vous parisien de 2022 complètement inutile !Un rêve en Somme, pour celles et ceux qui n'acceptent pas le parisianisme de l'industrie du livre.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #7 - Premiers dictionnaires et encyclopédies en ligne

Disponibles en ligne au tournant du millénaire, les premiers dictionnaires et encyclopédies de référence émanent de versions imprimées, par exemple le Dictionnaire universel francophone (Hachette), WebEncyclo (Atlas) ou encore le site de l’Encyclopaedia Universalis. Suivent des outils de référence conçus directement pour le web, par exemple le Grand dictionnaire terminologique (GDT) du Québec et WordReference.com. Wikipédia fera l’objet d’un article spécifique.

21/06/2021, 09:28

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #6  - E Ink, une technologie d'encre électronique

Les recherches sur l’encre électronique débutent à la fin des années 1990 au sein de la société E Ink pour offrir un meilleur écran aux liseuses en attendant le papier électronique. E Ink présente le prototype de son écran en 2002 et le commercialise en 2004. Un projet un peu différent est la technologie Gyricon développée par Xerox. Radicalement novateur lui aussi dans un domaine connexe, le projet @folio voit le jour en France dès 1996 mais reste malheureusement à l’état de prototype faute de soutien financier.

19/06/2021, 11:19

ActuaLitté

Histoire de l'ebook #5 - Les premières liseuses    

Sans surprise, les premières liseuses voient le jour dans la Silicon Valley, terre des projets technologiques les plus fous, avec les fonds nécessaires pour les développer. Ces liseuses sont le Rocket eBook (de NuvoMedia) et le SoftBook Reader (de SoftBook Press), qui virent le jour en 1998. D'autres modèles suivent, par exemple le Gemstar eBook (de Gemstar) en 2000, le LIBRIe (de Sony) en 2004, le Cybook Gen2 (de Bookeen) à la même date, le Sony Reader (de Sony) en 2006, le Kindle (d'Amazon) en 2007, le Nook (de Barnes & Noble) en 2009 et l'iPad (d'Apple) en 2010. 

 

18/06/2021, 11:31

ActuaLitté

Histoire de l'ebook #4 - Du PDA au smartphone

En 2001, la liseuse n’a pas encore gagné son pari. On compte 17 millions de PDA (Personal Digital Assistants) dans le monde pour seulement 100.000 liseuses, d'après un Seybold Report publié en avril 2001. 13,2 millions de PDA sont vendus en 2001, dont le Palm Pilot (lancé en mars 1996) et le Pocket PC de Microsoft (lancé en mars 2000). En 2005, le PDA laisse progressivement la place au smartphone. L’iPhone d’Apple (lancé en juin 2007) devient le produit phare de toute une génération.

17/06/2021, 09:43

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #3 - Les débuts de Gallica, bibliothèque numérique de la BnF

Gallica est inauguré en octobre 1997 avec des textes et des images du XIXe siècle francophone, « siècle de l’édition et de la presse moderne, siècle du roman mais aussi des grandes synthèses historiques et philosophiques, siècle scientifique et technique ». Gallica élargit ensuite son champ d’action et devient rapidement l’une des grandes bibliothèques numériques mondiales.

16/06/2021, 13:19

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #2 - Gabriel, portail des bibliothèques nationales européennes

Mis en ligne en janvier 1997, Gabriel est un portail trilingue (anglais, allemand, français) offrant un point d’accès unique aux services internet des bibliothèques nationales européennes. Sans les patients efforts de Gabriel (et de l’European Library), la bibliothèque numérique européenne Europeana n’aurait peut-être jamais vu le jour dix ans plus tard.

15/06/2021, 09:29

ActuaLitté

Librairie Les mots à la bouche : transmettre culture et héritage LGBT+, inlassablement

Nouvellement installée dans le XIe arrondissement de Paris, la librairie LGBT+ Les mots à la bouche lançait ce 31 mai un crowdfunding pour changer son modèle économique et devenir une société coopérative. Avec 40.000 euros réunis en à peine trois jours, les membres de la SCOP sont aujourd’hui assurés de pouvoir reprendre l'entreprise. Une façon pour le lieu de continuer à vivre dans les mains d’une nouvelle génération de libraires engagés, ayant à cœur de prolonger l’héritage LBGT. Mais aussi de proposer une littérature qui raconte ses luttes et son histoire.

14/06/2021, 18:01

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #1 - Le PDF, format pionnier lancé par Adobe

L’ebook aura bientôt 50 ans. Non, il ne fait pas son âge. Mais pour mieux contextualiser son existence, ActuaLitté vous propose de retrouver une série d’articles, rédigés par Marie Lebert, pour bien mener les célébrations. Peu après les débuts du web en 1990, la société Adobe lance en juin 1993 le format PDF (Portable Document Format), tout comme l’Acrobat Reader (gratuit, pour lire les PDF) et l’Adobe Acrobat (payant, pour créer les PDF).

14/06/2021, 09:51

ActuaLitté

Des dessins inédits de Milan Kundera exposés à Paris

« Par mes expériences et mes goûts je suis centre-européen […], mais au milieu de ma vie, ma femme et moi avons émigré en France. Cet événement est le plus décisif de toute mon existence : il est la clef de ma vie et de mon travail », écrivait Milan Kundera. Français, Tchèque, et Centre-européen, l’écrivain est au cœur d’une exposition organisée par le Centre tchèque de Paris, offrant un regard inédit sur les dessins de l’auteur.

21/05/2021, 10:25

ActuaLitté

Marcel Proust devenu auteur de science-fiction

Chercher, Pierre-Carl Langlais adore : il s’est lancé dans des études en histoire de la presse, mobilisant les ressources de l’Intelligence Artificielle pour analyser des corpus entiers. Et au fil des morceaux de code, s’est intéressé à l’outil GPT-2 – logiciel de traitement automatique du langage, produit par OpenAI (société de Elon Musk). « À partir d’un corpus, on propose à la machine un début de phrase, et elle génère le texte qui suit. On peut ainsi croiser deux types de textes, pour emprunter un style à l’un et un univers à l’autre », nous explique le post-doctorant.

13/05/2021, 16:24

ActuaLitté

Covid : fatigue et inquiétude gagnent des bibliothèques

Depuis le 28 novembre, les bibliothèques, aux côtés des services d'archives et centres de documentation, font partie des seuls lieux culturels de proximité à être ouverts au public, malgré le contexte sanitaire. Ce sort réservé aux établissements de lecture publique, qui reconnaît leur caractère essentiel, en vient toutefois à peser sur certains professionnels des bibliothèques, qui craignent pour leur santé et soulignent une fatigue générale. À ce contexte viennent souvent s'ajouter des revendications plus larges, sur les conditions de travail.

09/04/2021, 16:32

ActuaLitté

Avec ou sans pandémie, le difficile accès aux livres des détenus français

La pandémie de Covid-19 aura fait vivre à l'ensemble de la population l'expérience du confinement, de la privation de liberté et des difficultés qui les accompagnent. Parmi ces dernières, l'accès aux livres et à la lecture. Pour les détenus des prisons françaises, ce droit reste très difficile à faire appliquer, les progrès sont timides et le statu quo souvent de mise. La crise sanitaire, évidemment, n'améliore pas les conditions.

02/04/2021, 11:53

ActuaLitté

Antonio Tabucchi, “le plus italien des écrivains portugais”

Écrivain, certes, mais aussi traducteur de Fernando Pessoa en italien, Antonio Tabucchi a lié avec le Portugal une relation particulière. Enseignant tout à la fois la langue et la littérature lusophone, à Sienne, il est décédé à Lisbonne en mars 2012. Comme si quelque chose devait s’écrire ainsi. Clelia Bettini, de l’université de Coimbra, faculté de Lettres, nous en offre un portrait inédit.

01/04/2021, 16:33

ActuaLitté

Québec : dix ans après, revient l'idée d'un prix unique du livre

La sortie de la députée Ruba Ghazal (Québec solidaire) a pris de court bien des observateurs et acteurs de l’industrie québécoise du livre. Pour autant, sa demande, « est pleinement pertinente », assure Katherine Fafard, directrice générale de l’Association des Libraires du Québec. Et pour cause, un prix réglementé sur la vente de livres intéresse. Et le Québec, de par sa position au sein du Canada, aurait toutes les armes pour se lancer dans la procédure législative.

02/03/2021, 09:12

ActuaLitté

Le Pass Culture et la lecture : et si ça fonctionnait ?

Toujours en phase d'expérimentation, le Pass Culture doit prochainement révéler les conditions de sa généralisation à tous les jeunes Français et Françaises de 18 ans, doté de 300 € et non 500 € comme prévu. Dans les librairies, les niveaux des réservations sont généralement très bons, malgré certaines réserves sur les effets concrets du Pass dans la promotion de la lecture.

26/02/2021, 13:00

ActuaLitté

Ankama, c’est aussi de la bande dessinée

RENCONTRE – Ankama Éditions fête ses quinze ans cette année. Occasion de revenir sur une initiative éditoriale née un peu par hasard. Ankama, c’est avant tout des jeux vidéo en ligne, mais aussi des livres. Si la société roubaisienne est toujours associée à Dofus, elle s’est aussi fait une place dans le monde de l’édition, et plus particulièrement de la bande dessinée, en une quinzaine d’années. 

09/02/2021, 13:06

ActuaLitté

Hélène Gaudy : une écriture, un abri

PORTRAIT – Chaque année, l’association de libraires Initiales édite un texte inédit d’un écrivain, dont le travail est suivi pas à pas. Avec le projet de mieux le ou la faire connaître à leurs lectrices et lecteurs. Hélène Gaudy a trouvé sa place naturellement et a offert le texte Névés. Née en 1979 à Paris, elle a étudié à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg. Autrice de divers articles et nouvelles parus dans des ouvrages et albums collectifs ou des revues, elle a également publié des romans et albums pour la jeunesse et des livres d’art. Elle est membre du collectif Inculte et vit à Paris. 

12/01/2021, 11:07

ActuaLitté

Utopia, Mauvais Livres et FVE : trois éditeurs nés pendant la pandémie

Ouvrir une maison d’édition pendant la pandémie ? Ce qui pourrait sembler un pari complètement fou est devenu une réalité pour trois maisons d’édition italiennes. Et la surprise… c’est que ça marche. Utopia, Mauvais Livres et FVE : voici les noms de trois maisons d’édition, situées dans deux villes différentes — Milan et Rome — et qui, malgré des identités très spécifiques, ont beaucoup de choses en commun : toutes les trois indépendantes, elles ont débuté leur activité pendant le confinement, et, depuis leurs premières parutions, ont rencontré un bon succès auprès du public.

30/12/2020, 16:15

ActuaLitté

Les Yeux qui pétillent : la jolie promesse d’une librairie valenciennoise

En septembre dernier, Céline Dereims a ouvert une librairie généraliste et indépendante, en plein cœur de Valenciennes. Baptisée Les Yeux qui pétillent, celle-ci a vu le jour dans le cadre d’une reconversion professionnelle, savamment conjuguée avec une passion de longue date pour la lecture.

28/12/2020, 10:04

ActuaLitté

Book d’Oreille, une nouvelle voie pour le livre

PORTRAIT – Passionné par le son, par la voix et par la littérature, Olivier Carpentier poursuit depuis 2009 une entreprise de développement du livre audio. Le Lillois se considère comme un libraire indépendant. Sa société Book d’Oreille propose aujourd’hui une nouvelle solution pour le prêt numérique de livres audio, à destination des bibliothèques et médiathèques.

24/12/2020, 11:08

ActuaLitté

Olivier Tallec : c'est MON auteur !

PORTRAIT – Olivier Tallec est breton d’origine et, après l’École supérieure des arts appliqués Duperré, il a beaucoup voyagé, notamment en Asie, au Brésil ou au Chili.Si aujourd’hui, il agrémente de ses dessins la presse nationale (Libération, Elle, Les Inrockuptibles), il est également l’auteur de nombreux livres pour la jeunesse ainsi que de livres d’illustration pour adultes aux éditions Rue de Sèvres comme

04/12/2020, 15:35

ActuaLitté

Dropshipping : ces intermédiaires qui vendent les livres à des prix prohibitifs

Présenté par ses promoteurs comme le moyen simple de devenir riche grâce à internet, le dropshipping flirte de très près avec l'arnaque, et pose des questions morales évidentes. Un « dropshipper » s'impose comme un intermédiaire entre un fournisseur et un acheteur, et s'attache à collecter la plus importante commission possible pour assurer le lien entre les deux. Le livre et les libraires ne sont pas épargnés, loin de là.

18/11/2020, 12:35

ActuaLitté

Librairie : Riad Sattouf, Houellebecq, stars des marchés parisiens

REPORTAGE – « Mettez m’en un kilo, si elles ont de belles feuilles. » Un maraîcher, un poissonnier, quelques fromages alléchants, cet enfant qui pleure dans les bras de son père, sans plus vraiment se souvenir pourquoi… et un libraire. Sur les marchés parisiens, on en attendait des dizaines, pour ce week-end des 7 et 8 novembre. Ils ne seront que cinq à prendre part à l’initiative de la mairie de Paris.

07/11/2020, 14:36

ActuaLitté

“Ce n'est pas eux qui sont mis en danger” : ces libraires inquiets d'une réouverture

ENQUÊTE – Depuis l'annonce du reconfinement et la fermeture des librairies, contraintes au système click and collecte (étrangement francisé en “clique et collecte”), les injonctions au gouvernement pour l'ouverture au public de ces points de vente se multiplient. Pourtant, des libraires se disent inquiets d'une telle réouverture. Ils déplorent même une campagne qui vient brouiller les messages quant au livre, au virus et même au maintien de l'activité des librairies. Et, derrière les discours, la lutte des classes et les inégalités face au coronavirus se révèlent à nouveau... 

03/11/2020, 12:13

ActuaLitté

La vérité sur les fameux 511 romans de la rentrée littéraire 2020

FACT-CHECKING – 13 romans de moins que l’année passée. Peut-être bien 14 ou 15, parce que des désistements surviendront certainement. Entre mi-août et octobre 2020, 511 romans à sortir – c’est du moins ce que répète allègrement toute la presse, enthousiaste ou dépitée. L’avantage, avec les chiffres, c’est qu’ils souffrent rarement l’épreuve des faits.

21/08/2020, 17:36

ActuaLitté

Le château de Vascoeuil, habité par la présence de Jules Michelet

À l’orée de la forêt de Lyons, au cœur de la vallée de l’Andelle, dans l’Eure, se dresse le château de Vascœuil. Avec sa tour octogonale du XIIe, ses bâtiments annexes du XVIIe  et son magnifique colombier doté d’un système d’échelle tournante d’origine, le lieu est encore imprégné de la présence de Jules Michelet.

04/08/2020, 11:10

ActuaLitté

Affaire Internet Archive : “Les bibliothèques n'enrichissent pas les actionnaires”

Un important procès se profile dans le monde de l'édition : quatre éditeurs attaquent en justice une plateforme patrimoniale, Internet Archive. Ils accusent cette dernière d'avoir enfreint le droit d'auteur en prêtant des exemplaires numériques d'œuvres sous droits, sans licence ni autorisation. Au-delà des faits, le procès est révélateur du dialogue particulièrement difficile entre les bibliothèques et les éditeurs, dès qu'il s'agit des ressources numériques.

03/07/2020, 17:14

ActuaLitté

Budgets, fréquentation, sécurité... Les défis du déconfinement pour les bibliothèques

Malgré le confinement et la crise sanitaire liée au coronavirus, les bibliothèques se sont efforcées de maintenir un service public de la lecture. Ressources numériques, services de commande et de retrait, services « dégradés » pour garantir la sécurité des usagers : les solutions se sont multipliées, mais de nombreux défis se dessinent pour les prochains mois, dans un contexte toujours très incertain.

26/06/2020, 10:15

ActuaLitté

La crise sanitaire ouvre-t-elle une nouvelle ère pour la vente de livres en ligne ?

La période de confinement aura vérifié un fait assez évident : en 2020, vendre des livres en ligne est devenu quasi indispensable. Alors que les commerces fermaient leurs portes, les lecteurs se sont tournés vers leurs ordinateurs et smartphones pour commander des ouvrages auprès de différentes plateformes, qui ont toutes observé une croissance de leur fréquentation et de leurs ventes. Pour un certain nombre d'acteurs du secteur, l'épisode coronavirus pourrait marquer un tournant.

12/06/2020, 12:56

ActuaLitté

“Une catastrophe” : la librairie d'occasion fragilisée par la crise sanitaire

Particulièrement mise en avant et évoquée pendant le confinement, la vente de livres neufs aura occulté un autre marché cher aux cœurs des lecteurs, celui de l'occasion. Pourtant, les librairies spécialisées dans les livres de seconde main sortent particulièrement fragilisées de la crise sanitaire, quand des plateformes internet, elles, auront pu profiter de la période.

05/06/2020, 16:46

ActuaLitté

Aucune commande de nouveautés “livre” chez Fnac, sauf de best-sellers ?

ENQUÊTE – « On ne peut pas dire qu’ils jouent le jeu de la reprise. » Cet éditeur d’imaginaire n’a rien d’un cas isolé : depuis la réouverture partielle des boutiques Fnac, les maisons assistent à un étrange ballet de livres. Des retours, en masse, des commandes de nouveautés annulées pour les points de vente, et pourtant, un site internet hyperactif.

29/05/2020, 15:17

ActuaLitté

D’Agadir au Caire, les libraires d’Afrique du Nord s’adaptent et se déconfinent

La pandémie du Covid 19 aura affecté les libraires du monde entier. En Afrique du Nord, la situation varie d’un pays à l’autre. « Les libraires s’adaptent au risque sanitaire et aux mesures gouvernementales prises par ces différents états. L’AILF est en lien avec les librairies francophones du monde entier pour informer les pouvoirs publics français et l’interprofession sur la réalité dans ces zones, car plus que jamais le soutien à ce formidable réseau pour sa survie, mérite une attention constante », déclare Agnès Debiage, secrétaire générale de l’AILF.

15/05/2020, 10:00

ActuaLitté

Les éditions Nous, un élan collectif qui dure depuis deux décennies

Poésie ancienne et moderne, philosophie : des ouvrages qui comptent parmi les plus difficiles à faire connaitre et lire, dans le secteur de l'édition. Aussi, les 20 ans des éditions Nous pourraient passer pour une anomalie, mais ils s'expliquent au vu d'un catalogue de qualité, solide, et d'un travail qui ne ménage pas ses efforts pour des textes qui les méritent. Rencontre avec Benoît Casas, fondateur de la maison, qui s'efface volontiers derrière le « nous ».

10/04/2020, 10:38

ActuaLitté

Des outils solides pour les auteurs : bilan du hackathon de la Ligue

24 heures chrono pour réinventer la protection des auteurs. La Ligue des auteurs professionnels, cofondée par la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse et les États Généraux de la BD, s’est alliée avec la Guilde des scénaristes, les Juspi et l’Institut des sciences du travail de l’ouest pour cet événement. Les 13 et 14 mars, des auteurs du livre et de l’audiovisuel ont travaillé non-stop avec des juristes, avocats et universitaires spécialisés en propriété intellectuelle et en droit du travail.

16/03/2020, 09:24

ActuaLitté

Pour la justice sociale, le Book Bloc brandit des livres dans les manifestations

Mobilisé depuis le 5 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites, ce collectif de bibliothécaires défile avec son arme la plus puissante : le livre. Surnommés le Book Bloc, ces manifestants se retrouvent chaque semaine au cœur d’un squat d’artistes parisien pour confectionner leurs livres-boucliers. 

06/03/2020, 16:37

ActuaLitté

À Paris, cette nouvelle librairie vend des poèmes... au gramme

La librairie Lettres a ouvert ses portes le 10 février 2020 au cœur du Quartier latin dans le Ve arrondissement de Paris. Spécialisée dans les romans étrangers et français, elle fait également la part belle à la poésie des quatre coins du monde. Notamment à travers un concept inédit, la vente de poèmes au gramme. 

25/02/2020, 11:24

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Italie et France : le livre en partage

Les liens qui rattachent la France et l’Italie se mesurent autant à la passion dévorante dont témoignait Stendhal qu’aux centaines de lecteurs venus à Turin, en 2017, assister à une rencontre avec Daniel Pennac. Dans les allées du Salon du livre, une file d’attente colossale, impatiente, témoignait d’une authentique ferveur.

21/06/2021, 09:00

ActuaLitté

La lecture dans les établissements de santé, “espace d’intimité, d’évasion, de liberté”

La Fédération interrégionale du livre et de la lecture (Fill) s'engage dans une vaste opération de rapprochement entre les professionnels de la santé et ceux de la lecture publique, pour multiplier les projets culturels autour du livre et de la lecture dans les établissements de santé. Nous reproduisons ci-dessous le plaidoyer de la fédération, destiné à convaincre de l'importance cruciale de la lecture dans le parcours de soins.

18/06/2021, 15:06

ActuaLitté

La justice pardonne-t-elle les critiques élogieuses de livres dangereux pour la santé ?

La justice nous porte souvent vers les confins du sublime, dans une langue magique. La Cour de Justice de l’Union européenne, régulièrement évoquée dans nos colonnes, donne l’occasion d’un petit sourire, voire d’un clin d’œil, facétieux. En effet, l’arrêt dans l’affaire C-65/20 autoriserait, selon un de nos lecteurs, que les mauvais livres — indigestes pour l’esprit — puissent malgré tout être encensés. Attention, mauvaise foi et bonne humeur exigées…

10/06/2021, 12:52

ActuaLitté

FIBD : les Autrices et Auteurs en Action “demandent maintenant des actes”

Le collectif AAA (Autrices et Auteurs en Action) entend attirer l'attention des pouvoirs publics sur les suites données au rapport Racine sur la condition des auteurs, qu'il estime « enterré ». Après une proposition de boycott du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême 2021, le collectif a proposé un vote pour Bruno Racine, pour le Grand Prix. Vote qui ne sera pas comptabilisé, a confirmé l'organisation. Le collectif prend acte, mais demande à présent au festival de démontrer son soutien aux auteurs, lors de la prochaine édition. Nous reproduisons le courrier de réponse au FIBD ci-dessous.

09/06/2021, 14:49

ActuaLitté

D'Amélie à Mademoiselle Nothomb : “Tu es encore là toi ?!’

Amélie Nothomb rencontrera pour la première fois depuis très longtemps son public ce samedi 12 juin, dans le cadre du Festival Les mots libres à Courbevoie. On sait combien elle entretient un rapport très particulier, dans tous les sens du terme, avec ses lecteurs, et son impatience à l’idée de les revoir n’était pas feinte. En attendant la rentrée littéraire et son prochain titre, Premier Sang, discussion autour de son dernier roman paru, Les aérostats, des monstres et de l’écriture, et de ses lecteurs.

04/06/2021, 11:47

ActuaLitté

Les auteurs de Suisse s'expriment en faveur de la loi Covid-19 

La Suisse doit prochainement s’exprimer sur une législation et les débats vont bon train. Le secteur de la Culture touché au même titre que d’autres reste en demande d’actions. Et le collectif Suisse Culture, dont l’association des auteurs partage le message, demande donc que la loi Covid-19 fasse l’unanimité. « Qui dit non à la loi Covid-19 rend impossible tout soutien aux branches les plus durement touchées : la culture, l’événementiel, la gastronomie et le sport. » Leur appel est ici reproduit dans son intégralité.

31/05/2021, 17:01

ActuaLitté

Voutch : “Un dessin d’humour, c’est un rébus, entre le texte et le visuel”

Avec une exposition en trois parties, Voutch régalera le public des Mots libres, festival qui s’ouvre ce 1er juin à Courbevoie. Une composition réunissant ses dessins réalisés pour un livre sur les Fables de La Fontaine en 2018, ainsi que des dessins de son dernier album De surprise en surprise. Et puis, des strips, ces petites BD commencées en 2016 sur un blog du Monde, avant de devenir deux livres au Cherche midi.

31/05/2021, 09:13

ActuaLitté

Affaire Marsan : huit autrices de Bragelonne “rappellent la société à ses obligations”

Une enquête de Mediapart, en avril dernier, a fait état des témoignages d'une vingtaine de femmes, qui pointaient le comportement « déplacé » de l'éditeur Stéphane Marsan, directeur du groupe Bragelonne, dans un cadre professionnel, à l'occasion de réunions ou lors de festivals. Depuis, la société n'a pas réagi publiquement, et aucune mesure ne semble avoir suivi ces révélations. Huit autrices de livres publiés par le groupe rappellent la société à ses obligations, menaçant de reprendre leurs droits sur leurs créations. Nous reproduisons ci-dessous, en intégralité, leurs revendications et leur lettre ouverte.

28/05/2021, 09:00

ActuaLitté

En Biélorussie, la liberté d'expression et l'opposition en danger

Le détournement d'un avion de ligne par un appareil militaire, pour arrêter l'opposant et journaliste Roman Protassevitch, constitue le dernier « coup d'éclat » du régime autoritaire d'Alexandre Loukachenko. Depuis les résultats des élections présidentielles de 2020, contestés par une partie de la population, la répression s'intensifie. Le PEN Club français fait part de son inquiétude pour la liberté d'expression, dans un texte que nous reproduisons ci-dessous.

27/05/2021, 09:26

ActuaLitté

Pass Culture : unique réussite d'un Emmanuel Macron tout schuss ?

L’éducation et la culture étaient les pans prioritaires du programme d’Emmanuel Macron candidat à la présidence. Et sur le second point, la mesure probablement la plus novatrice consistait à copier le Bonus Cultura mis en place par Matteo Renzi, Premier ministre italien, en octobre 2016. Baptisé par les équipes Macron Pass Culture, il promettait un bifton numérique de 500 € aux jeunes atteint de majorité, pour des dépenses folles en biens culturels…

21/05/2021, 17:05

ActuaLitté

Perdue en mer de Chine ? Roselyne Bachelot face à ses contradictions

Voilà quelques jours, la ministre de la Culture se lançait dans d’hasardeuses comparaisons : d’un côté les tensions en mer de Chine, de l’autre celles entre organisations représentatives des artistes-auteurs, qui seraient plus ardues à résoudre que les premières. Les intéressés — les artistes-auteurs, pas les Chinois… — ont décidé de répondre à Roselyne Bachelot, considérant que le mépris avait des limites… Leur texte est ici proposé dans son intégralité. 

17/05/2021, 15:21

ActuaLitté

HoomBand : lectures et ambiances pour les angoissés du sommeil

TEST – Le soleil revient, repart, les terrasses restent vides, les pro et anti-vaccins s’empoignent… tout cela donne envie de faire une belle sieste. Mais difficile de s’endormir avec un tel vacarme en bruit de fond ? Taratata, ActuaLitté vous a dégoté un petit gadget presque sexy, qui aide à l’endormissement. Une sorte d’assistant-conteur, capable de vous plonger dans une ambiance sonore, ou une œuvre, afin de favoriser le sommeil. En avant.

10/05/2021, 16:40

ActuaLitté

Karl Zéro : l'absence de pub “donne une indépendance éditoriale”

À 59 ans, le journaliste Karl Zéro se lance dans une nouvelle aventure : il vient de lancer avec les éditions Télémaque L’Envers des affaires, un trimestriel décidé à prendre son temps. Une revue consacrée aux grandes enquêtes de notre époque, entre décryptages, analyses et théories. Et qu’il nous présente, avec élégance et sourires.

10/05/2021, 09:10

ActuaLitté

“Essentiel c’est-à-dire absolument nécessaire” : des libraires privés d'activité

Malgré les menaces de la crise sanitaire, le retour des beaux jours ouvre des perspectives plus heureuses, avec une reprise d'activité. Certains libraires, notamment ceux proposant des livres d'occasion, se trouvent toutefois privés de participation aux marchés en extérieur. Une situation incompréhensible, portée à la connaissance de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, par Frédéric Mignon et Pascale Chassang, libraires à la Librairie Sans Nom, au Mans, dans une lettre ouverte publiée dans nos colonnes, en intégralité.

07/05/2021, 14:56

ActuaLitté

Une loi sur les bibliothèques, “un marqueur fort et une opportunité”

Déposée au Sénat le 3 février dernier, la proposition de loi de Sylvie Robert (Ille-et-Vilaine), relative aux bibliothèques et au développement de la lecture publique, a bien sûr attiré l'attention des professionnels du secteur. Trois associations professionnelles saluent cette proposition de loi dans un communiqué, reproduit intégralement ci-dessous.

07/05/2021, 11:29

ActuaLitté

Rembourser l'avance perçue : quand l'éditeur devient banquier des auteurs

Il plane dans l’atmosphère comme une odeur de faillites rances, dans certaines maisons d’édition. Au point que leurs dirigeants imaginent toutes les manœuvres à leur portée pour récupérer un peu d’argent — une fois la liquidation prononcée. Plusieurs témoignages concordants font état de demandes, parfois adressées par l’intermédiaire d’avocats, réclamant la restitution d’avances sur droits. Au moins deux structures y ont récemment eu recours, provoquant l’inquiétude des auteurs concernés. 

07/05/2021, 11:23

ActuaLitté

Institut du service public : les conservateurs généraux des bibliothèques volontaires

Dans la foulée de l'Association des directrices et directeurs des bibliothèques municipales et groupements intercommunaux des villes de France, l'Association française des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation plaide pour une intégration des conservateurs généraux des bibliothèques au sein du futur Institut du service public (ISP). Nous reproduisons le texte de l'association ci-dessous.

06/05/2021, 11:24

ActuaLitté

“Oui, on le savait. Mais personne n’a rien dit, surtout par peur”

Le 21 avril dernier, un article de Médiapart dévoilait les nombreux témoignages de professionnelles. Chacune pointait, dans ses relations, le responsable éditorial des éditions Bragelonne, Stéphane Marsan. Après la vague de révélations viennent les interrogations, les inquiétudes, les attentes. Adrien Tomas, auteur de fantasy, avait vivement réagi, et accepte de nous confier son texte. Le voici publié dans son intégralité.

04/05/2021, 11:32

ActuaLitté

#MeToo dans l'édition : “Je suis Jeanne”, une témoin se dévoile

« Je suis Jeanne, l’une des témoins cités sous pseudo par Médiapart dans son enquête du 21 avril 2021. M. Marsan a répondu à cet article en identifiant les témoins, les unes après les autres, dans un exercice d’intimidation qui doit figurer dans un chapitre du Nécronomicon. Dans l’un des derniers paragraphes et sous couvert d’éloges contrits, il rend mon identité publique en citant Albin Michel, ma maison d’édition. Déjà, tout le monde s’en fout, de mon identité, donc joke’s on you. » Par Marguerite Imbert.

01/05/2021, 12:50

ActuaLitté

En ce 1er mai, “Hommage à tous mes collègues précaires”

Marie Lebert est traductrice et auteure. Depuis des années, elle propose dans nos colonnes des réflexions sur les métiers du livre, l'évolution numérique de l'objet et bien d'autres. Son dernier dossier, Portraits de traductrices et traducteurs du passé portait l'accent sur l'un des rôles invisibles et cruciaux de l'édition. Aujourd'hui, elle souhaite rendre un hommage « à tous mes collègues précaires ». 

01/05/2021, 11:12

ActuaLitté

Haute fonction publique : les conservateurs des bibliothèques attentifs

Après la suppression de l'École nationale d'administration (ENA), Emmanuel Macron propose une réforme de la haute fonction publique, avec pour principale mesure la « fonctionnalisation » de l’Inspection générale des Finances (IGF), de l’Inspection générale de l’Administration (IGA) et de l’Inspection générale des Affaires sociales (Igas). Les conservateurs et conservatrices des bibliothèques saisissent l'occasion pour demander une prise en considération de certaines revendications, portées par l'Association des directrices et directeurs des bibliothèques municipales et groupements intercommunaux des villes de France (ADBGV), dont nous reproduisons le texte ci-dessous.

29/04/2021, 16:20

ActuaLitté

Harcèlement sexuel : soutien à "celles et ceux qui osent témoigner publiquement" 

Dans le contexte de l'enquête menée par Médiapart publiée le 21 avril dernier, où plusieurs autrices, auteurs et anciens salariés de la maison d'édition Bragelonne témoignent d'une attitude déplacée de Stéphane Marsan, directeur des éditions. Une pétition a été initiée sur le site de Chance.org par Lionel Evrard pour mettre fin à cette « omerta ». Nous reproduisons ici ses propos, dans leur intégralité. 

28/04/2021, 17:40

ActuaLitté

Écouter des bandes dessinées, l'audacieux pari de Blynd

La jeune société de production audiovisuelle Blynd, installée à Lyon, s'est lancée dans un projet relevé : adapter des bandes dessinées au format audio, en s'affranchissant du support graphique. Tim Borne, cofondateur, revient avec nous sur les enjeux et les défis de ces adaptations sonores.

27/04/2021, 14:58

ActuaLitté

La Grange Batelière : éditer “de la littérature populaire dans des livres précieux”

Antoine Cardinale collabore aux Ensablés depuis plusieurs année : cette interview qu'il nous propose a été réalisée suite à la publication d'un livre "oublié" d'Alexandre Dumas, Black, par une maison d'édition courageuse, qui soigne en outre la présentation de ses livres.. Par ailleurs, les Ensablés cherchent également à promouvoir les maisons d'édition pas forcément très connues, mais qui ont le courage de publier des livres... perdus dans les sables.

25/04/2021, 10:23

ActuaLitté

“Le livre résiste partout, en France et en Italie” (Vincent Raynaud)

ENTRETIEN – « Je suis devenu traducteur d’italien parce que c’est l’une des langues que je lisais et quand j’ai commencé, il y a 20 ans, fin 2001, bizarrement il n’y avait pas beaucoup de traducteurs de l’italien. Il y avait d’excellents traducteurs, mais ils n’étaient pas très nombreux », nous explique Vincent Raynaud, qui officie également en espagnol et en anglais. Un entretien croisé entre France et Italie, autour de la littérature et de ses auteurs.

23/04/2021, 14:10

ActuaLitté

Archives : le déménagement qui interroge

Le ministère de la Culture a récemment annoncé le dépôt des archives municipales de Troyes et des archives de Troyes Champagne Métropole aux Archives départementales de l’Aube, dans le cadre des dispositions prévues par le Code du patrimoine. Cette situation, inédite à cette échelle, soulève des questions sur la responsabilité et l’investissement des collectivités envers leur patrimoine archivistique, ainsi que le détaille l'Association des archivistes français dans une tribune, ici reproduite en intégralité.

23/04/2021, 09:21

ActuaLitté

“Face à la détresse scolaire des étudiants, faire de l’enseignement supérieur une priorité”

Devant l'ampleur de la crise sanitaire, le groupe des éditeurs universitaires du Syndicat national de l'édition lance un appel, voire un cri d'alerte. Leur message est ici reproduit dans son intégralité. 

19/04/2021, 09:33

ActuaLitté

Égypte : un chercheur détenu pour son travail sur les droits des femmes

74 organisations non gouvernementales internationales cosignent une tribune pour exiger la libération de l'étudiant et chercheur égyptien Ahmed Samir Santawy. Le 1er février dernier, il a été interpelé alors qu'il rendait visite à sa famille en Égypte, et reste aujourd'hui en détention provisoire, pour des motifs non expliqués. Nous reproduisons ci-dessous le texte des ONG, en intégralité.

16/04/2021, 16:57

ActuaLitté

Québec : le devenir des écrivains au coeur des préoccupations

L’Union des écrivaines et écrivains québécois fait état de la publication de deux sondages convergents. Le premier, auprès de la population du Québec, le second auprès des écrivains, mais tous deux font état d’une prise de conscience et d’un réel soutien aux artistes. Nous reproduisons ici leur tribune, dans son intégralité. 

16/04/2021, 13:29

ActuaLitté

Les bibliothèques universitaires demandent “une offre riche et diversifiée” d'ebooks

Les bibliothèques françaises des établissements de l’Enseignement Supérieur et des écoles de management, soutenues par le consortium Couperin, qui négocie les accès aux œuvres au format numérique, demandent dans une tribune un accès plus large et économiquement viable aux catalogues numériques des éditeurs. Nous reproduisons ci-dessous, en intégralité, leur texte.

15/04/2021, 16:58

ActuaLitté

Voyage dans la Rome de Gianfranco Calligarich, avec sa traductrice

Voici l’un des textes « intemporels » de la littérature italienne : Le dernier été en ville de Gianfranco Calligarich. Depuis 1973, date de sa parution, l’ouvrage du cinéaste et dramaturge, L'ultima estate in città, était resté inédit en France. Ancré à Rome, dans les années 60, il suit les déboires du jeune milanais Leo Gazzarra, perdu dans une vie privée de sens. Entretien avec la traductrice Laura Brignon.

13/04/2021, 09:51

ActuaLitté

Roselyne Bachelot et l'Observatoire des métiers : “Un problème de méthode”

ActuaLitté reproduit ici une lettre ouverte de l’intersyndicale signée par 20 organisations professionnelles d’artistes-auteurs. Datée du 8 avril, elle concerne l’une des rares promesses de la ministre Roselyne Bachelot sur un Observatoire des métiers. Une annonce qui semble déjà fortement compromise compte tenu de la méthodologie du ministère, analysent-elles.

08/04/2021, 10:19

ActuaLitté

“L'émotion suscitée par les événements les plus minuscules” : hommage à Gil Jouanard

Gil Jouanard est mort le 25 mars dernier à l'âge de 83 ans. Directeur de la Maison du Livre et des Écrivains pendant deux décennies, à l'origine de nombreux événements littéraires, le poète s'investissait considérablement dans la vie de l'écrit. L'écrivain Antoine Spire, président du PEN Club français, lui rend hommage dans un texte que nous reproduisons ci-dessous.

07/04/2021, 14:37

ActuaLitté

“Le poids parfaitement illégitime de la commandite” d'Arnaud Lagardère

En tant qu’actionnaires minoritaires des Éditions Calmann-Lévy aux côtés de Hachette Livre, Éliane et Christopher Calmann-Lévy ont pris acte du départ d’Arnaud Nourry qui présidait aux destinées de Hachette Livre depuis 18 années. Dans un message communiqué à ActuaLitté, ils évoquent cette rupture, pour l’ex-PDG passé de « l’homme fort » au « maillon faible ».

03/04/2021, 17:24

ActuaLitté

Ouverture des bibliothèques : “Aucune solution unique ne saurait être imposée”

Après les annonces présidentielles de ce mercredi 31 mars, les mêmes questions reviennent, du côté des professionnels des bibliothèques. Encore une fois, les associations interprofessionnelles apporteront des réponses, mais l'Association des Bibliothécaires de France (ABF) tient à avertir les autorités de la situation et des difficultés actuelles. Nous reproduisons ci-dessous le message de l'organisation.

02/04/2021, 14:47

ActuaLitté

Bientôt morts, vivants en sursis : Pré-Mortem, à découvrir en 6 séries et films

Patrick McSpare vient de faire paraître aux éditions Leha son dernier roman, Pré-Mortem. Ce passionné de mythologie celtique fait toujours naviguer ses univers entre un monde réel et des créatures fantastiques, pas toujours commodes. Dans ce livre, l’humanité tout entière apprend le jour précis de sa mort, lors de l’apparition de Banshees, le 31 octobre. Joyeux Hallloween…

02/04/2021, 09:43