#Salons / festivals

Bastien Vivès accusé : “Représenter des tabous est donc désormais interdit

En l’espace de quelques jours, le revirement a presque pris de court. Le FIBD, évoquant des « menaces physiques » proférées contre Bastien Vives, a décidé d’annuler l’exposition qui lui était consacrée dans le cadre de son édition 2023. Une décision prise sur fond de vive polémique, où l’auteur s’est vu reprocher dessins et déclarations, qualifiés de « pédopornographiques ». 

Le 15/12/2022 à 12:19 par Auteur invité

46 Réactions | 461 Partages

Publié le :

15/12/2022 à 12:19

Auteur invité

46

Commentaires

461

Partages

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

À l’approche de la 50e édition du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, le scandale explosait de nouveau : une pétition réclamait que soit annulée l’exposition prévue pour l’événement. Elle a depuis récolté plus de 110.000 signatures. 

« Nous dénonçons la banalisation et l’apologie de l’inceste et de la pédocriminalité organisée par le dessinateur de BD Bastien Vivès à travers ses ouvrages et ses propos dangereux », indique Arnaud Gallais, cofondateur du mouvement Be Brave France, engagé contre les violences sexuelles contre les enfants.

Création artistique, liberté d’expression contre protection de l’enfance ? Bertrand Morisset, longtemps commissaire général du Salon du livre de Paris et organisateur d’événements, prend la parole dans nos colonnes. Son texte est ici reproduit en intégralité.

Censeurs snipers !

Ma plume peut décrire l’immonde, mais c’est son devoir de le retranscrire d’une belle manière

Charles Baudelaire

Ils ont été censurés !

Jean-Jacques Pauvert – Régine Deforges – Nabokov – Sade – Claude Tchou – Boris Vian – Victor Hugo – Voltaire – Molière – Flaubert – Yves Le Bonniec – Louis Aragon — François Maspero — Jérôme Lindon – Cavanna — Choron…

La liste est loin de s’arrêter à ces quelques noms.

Depuis une semaine, les moralisateurs de tous bords clouent au pilori un auteur/artiste : Bastien Vivès.

Son tort ? Oser retranscrire dans des albums de bande dessinée une œuvre de l’esprit : son esprit. Représenter des tabous est donc désormais interdit par un clan bien-pensant, prompt à s’indigner en s’arrogeant le droit de vie ou de mort d’une œuvre d’un créateur.

Cette okhrana a décidé d’instaurer un contrôle des pensées nauséabond. À qui le tour ?

Tout cela fait peur. Organisateur d’événements littéraires où le bonheur du public lecteur est de rencontrer des auteurs et autrices divers et créatifs, j’ai honte pour ces pétitionnaires puritains. Ils détestent nos libertés.

Continuez, cher Bastien Vivès, à créer et à nous étonner. Faites confiance à vos éditeurs qui ne se laissent pas dépasser par des pétitions à répétition.

Le FIBD a décidé d’annuler votre exposition devant les risques encourus. Cela peut se comprendre. J’espère que vous pourrez la montrer prochainement, quand ces petits juges seront passés à un autre combat, ce qui ne saurait tarder.

Ils trouveront une nouvelle cible. Ils ont la gâchette facile.

Bertrand Morisset, fondateur de l'agence Tome 2

Crédits photo : Andre Hunter/ Unsplash

Ndlr : Proposées dans nos colonnes pour garantir une diversité de l'expression, les humeurs et tribunes publiées n'engagent pas la rédaction, pas plus qu'elles n'expriment l'avis de ses membres.

 
 
 
 

46 Commentaires

 

Platypus

15/12/2022 à 14:19

Je pensais avoir lu les pires idioties cette semaine sur le sujet, merci de prouver qu’on peut toujours aller plus loin dans la mauvaise foi, la bêtise et les exemples mal à propos (Nabokov !!!).

Lutr

15/12/2022 à 17:48

De même pour Aragon ou Cavanna... dans une même liste que Vives... Sic transit, etc....

jc

24/12/2022 à 19:17

Pourquoi la comparaison avec Nabokov vous parait-elle déplacée? " Fin janvier 1956, le rédacteur en chef du Sunday Express, John Gordon, dénonça Lolita en ses termes : « The filthiest book I have ever read. Sheer unrestrained pornography. » " ( extrait de " Nabokov et la censure ", par Julie Loison-Charles - https://journals.openedition.org/miranda/11223 )

Numenor

25/12/2022 à 18:34

Pour ma part, je vois plutôt une « filiation » avec Matzneff 😉

jc

25/12/2022 à 22:49

Vivès a donc abusé d'enfants? Ce serait une révélation...

Léon

26/12/2022 à 10:37

Mazneff revendiquait clairement les relations avec des mineurs. Il a eu des rapports sexuels avec des mineurs et en fait clairement l'apologie dans ses livres. Il n'y a pas de doute le concernant.

B Vivès n'a jamais eu de relation avec des mineurs. Il y n'a jamais eu d'affaire contre lui pour abus sexuel sur mineur. Il montre un tabou mais n'est pas dans une volonté de défendre la pédophilie.

jpk

29/12/2022 à 13:46

Attention à ne pas amalgamer enfants et mineurs . La pédophilie de Matzneff n est manifeste qu avec des enfants philippins, curieusement des petits garçons , alors qu en ce qui concerne "les moins de 16 ans" , des jeunes filles exclusivement, dont V. Springora , on ne peut parler de pédocriminalité .. au pire d atteinte sexuelle , ce qui à l époque n envoyait personne en prison ..Et encore sur le plan strictement juridique - morale mise a part - si Matzneff a stoppé son tourisme pédo-sexuel aux philippines , avant que ne saute la nécessité de la double incrimination - pour condamner un français pour des actes sexuels commis à l étranger , il fallait que ce soit un délit dans ce pays - je crois vers les années 1994 , la justice ne peut rien contre lui, sans compter la prescription . Je pense que la justice attends sa mort sans doute prochaine - encore que les mauvaises herbes - pour délivrer un non lieu logique et clore une affaire qui a trop duré ..

numenor

27/12/2022 à 17:54

Au vu des dessins et des propos du personnage, l'avenir nous le dira...

Norf974

15/12/2022 à 14:22

Est ce que vous allez aussi laisser parler dans vos colonnes l autrice Emma qui a popularisée la charge mental par raport a ce qui s est passé ???...

Elle aurais de quoi dire sur vives aussi mais ça n ira pas du tout dans le même sense....

Ne pas parler des violences qu'elle a subis de lui... Voilà une autre forme de cencure bien plus commune, plus perverse et destructrice que 'celle subit par ce pauvre vives'.....

Numenor

25/12/2022 à 18:45

Bonne idée !
Bastien Vivès l’a violemment agressée sur les réseaux sociaux. Ce serait bien de lui offrir un droit de réponse .

Voir ici:

https://pbs.twimg.com/media/Fjw8FXmWYAApAdD?format=jpg&;name=medium

jc

25/12/2022 à 22:56

La même Emma qui a aidé à avoir la peau de "On a chopé la puberté" et de la dessinatrice de cet ouvrage, il y a quatre ans?

https://positivr.fr/emma-puberte-livre-petition/


https://actualitte.com/article/20345/tribunes/apres-la-polemique-on-a-chope-la-puberte-j-arrete-de-dessiner-les-pipelettes/commentaires/8

Léon

26/12/2022 à 10:43

Je reconnais qu'il n'y a pas d'excuse aux propos qu'il a tenu contre Emma. La faute lui est totale.

Même si nous voyons qu'Emma est dans une vision de censure de tout ce qui n'est pas de sa vision féministe.
Elle ne laisse pas place à l'humour et à la nuance. Elle est premier degré et ne fait aucune concession. Pourtant, ça me rappelle à l'inverse, les mouvements anti mariage homosexuel.
Le livre qu'elle a critiqué pouvait être maladroit mais n'était pas dangereux pour les enfants. Il pouvait y avoir de la naïveté mais le livre ne méritait pas la pétition et le dossier à charge qu'Emma à fait contre elle.

Camomille

15/12/2022 à 14:27

C'est quand même navrant de faire sembler d'ignorer que, ce qui pose question dans ce cas précis, ce n'est pas (uniquement) que Bastien Vivès représente de façon complaisante des scènes d'inceste dans plusieurs de ses livres, c'est aussi toutes ses déclarations publiques tendancieuses (cf l'interview à madmoizelle) et l'outrance dont il (a) fait preuve sur les réseaux sociaux (comme ses menaces à l'encontre de sa consœur Emma : "j'aimerais qu'un de ses gosses la poignarde [...] et qu'il se fasse enculer à chaque like").
Est-ce qu'il faut interdire les BD concernées ? Je n'en sais rien, j'imagine que si elles étaient considérées comme de la pédopornographie (ce qui est interdit en France), elles ne seraient plus en rayon. Est-ce qu'on peut s'interroger sur la mise en avant de cet artiste en particulier ? A mon sens, oui.
Mais bon, traiter ceux qui ne pensent pas comme soi de puritains moralisateurs et citer des artistes censurés (le rapport ? X a été censuré alors il ne faut censurer personne ?) tient apparemment lieu de pensée construite.

Alyss

15/12/2022 à 14:49

Vous pouvez mettre pédopornographie entre guillemets autant que vous voulez, les faits ne changent pas. Bastien Vives a bien dessiné et scénarisé trois albums, deux sortis dans une collection explicitement pornographique et un autre vendu et reconnu comme tel par son éditeur, mettant en scène des mineurs, explicitement identifiés comme tel (deux enfants de 10 ans et une adolescente de 15 ans, si je me souviens bien), dans des situations sexuelles explicites.

C'est la définition même de la pédopornographie. C'est illégal et un grand nombre de personnes trouvent ça immoral.

Reste l'intention, l'intéressé s'est beaucoup exprimé à ce sujet et ressort de ses différentes interviews des intentions humoristiques, une volonté de choquer, mais aussi celle de dessiner ses propres fantasmes, particulièrement l'inceste, et de provoquer des réflexions sur le rapport au corps d'enfants, et dans ce but d'exciter les lecteurs face à des corps d'enfants sexualisés.
Il me semble donc, et je ne suis pas juriste, que son intention peut aussi être caractérisé comme pédopornographique.

De mon point de vue, cela ne change rien qu'il soit un artiste talentueux ou admiré, son travail ne mérite pas d'être mis en avant par le FIBD et ses BDs pornographiques n'auraient pas du être publiés. L'existence de ses œuvres constitue un délit en soit et je suis d'avis que cela devrait le rester tant que leur innocuité sociale n'a pas été démontré puisque la seule liberté de création absolue de l'artiste ne dépasse pas le fait de banaliser la pédophilie dans notre société, ce qui peut faciliter le passage à l'acte de pédophiles ou re-traumatiser des victimes.

Aurelien Terrassier

26/12/2022 à 07:15

Je suis entièrement d'accord avec vous. Le talent n'excuse pas tout et il serait raisonnable aussi de ne pas comparer le Matzneff de la BD avec des grands auteurs comme Victor Hugo ou Charles Baudelaire entre autres qui eux ont vraiment été censurés pour le coup. Dans le cas de Bastien Vives, il y a clairement apologie de pedopornographie, ce qui est puni par la loi fort heureusement et deux associations ont déposé deux plaintes pour trois de ses ouvrages. L'apologie de la pedopornographie ne relève en aucun cas de la liberté d'expression mais d'un délit. Je ne suis pas juge ça sera au tribunal de trancher. Affaire à suivre.

Léon

26/12/2022 à 10:32

Comme vous dites, ce sera au tribunal de trancher et je suis intéressé de connaître le résultat.

Cependant, cette lecture de l'apologie de la pédopornographie ne tient qu'à vous. Nous voyons bien ici comme sur d'autres sites internet traitant du sujet qu'il y a un clivage. Ceux qui y voit l'apologie de l'inceste et de la pédophilie et d'autres qui n'y voit qu'une représentation de la pédophilie sous le ton de l'humour. Il y a de la nuance dans ses œuvres et ses propos qu'il faut prendre en compte aussi provoquant soit-il.
Nous ne sommes pas en mesure, au niveau du droit de juger donc évitons de dire qui a raison et qui a tort au niveau de la loi. Faisons la distinction entre les jugements moraux et les jugements de droit qui se confondent ici.

Je comprend que ce sujet soit clivant et épidermique et agresse certaines personnes de part le sujet mais selon moi il reste dans la limite du droit. Il choque mais ne va pas plus loin. Il ne faut pas voir autre chose. Si on devait supprimer tout ce qui doit choquer, le monde serait bien stérile.
Surtout qu'un certain nombre des personnes qui jugent Bastien Vivès n'ont pas lu ses œuvres ou ont une vision biaisé du personnage à travers des citations tronquées de tout contexte.

Primeur

15/12/2022 à 15:05

Placer Vivès au même niveau que "Jean-Jacques Pauvert – Régine Deforges – Nabokov – Sade – Claude Tchou – Boris Vian – Victor Hugo – Voltaire – Molière – Flaubert – Yves Le Bonniec – Louis Aragon — François Maspero — Jérôme Lindon – Cavanna — Choron", n'est-ce pas lui gonfler encore plus le melon?

Lutr

15/12/2022 à 16:47

Défendre la pedopornographie au nom de la liberté d’expression est-ce malaisant ou est-ce simplement s’égarer dans un mauvais débat qui n’a pas lieu d’être... Vives ou la banalisation de la pedopornographie et du viol ?

Akaia

15/12/2022 à 17:27

Oh non, nous ne "passerons pas à un autre combat". D'abord parce qu'on en a plusieurs, que l'ordre réactionnaire et phallocrate veut maintenir en place coûte que coûte. Et ensuite parce qu'on ne lâchera rien contre la pédocriminalité, car c'est bien de cela dont il s'agit.

Lyo

15/12/2022 à 17:32

La pedocriminalité et pedopornographie, c'est illégal. Ce n'est pas un "tabou", c'est un crime.
Par ailleurs, vous semblez ignorer toutes les déclarations que Vives a pu faire sur le sujet en-dehors de ses BD.

Bref, renseignez-vous quoi.

Je ne sais pas si c'est juste de le censurer, le bannir, c'est déjà pas mal. Pour moi, ce type a sérieusement un problème.

Marien

15/12/2022 à 17:58

Une tribune insensée (et insensible) forte heureusement rattrapée par les premiers commentaires.
Défendre la pédopornographie au nom de la liberté d'expression, c'est juste honteux !
Quant à Monsieur Vivès, qu'il garde ses fantasmes pour lui et pour son psychiatre. J'espère qu'il n'a ni frère ni sœur, entendre de tels propos d'un membre de sa famille doit être terrifiant. Je ne peux même pas imaginer ce que ses enfants en penseraient...
Toutes mes pensées vont aux trop nombreuses victimes de pédocriminels ou d'actes incestueux (pour lesquelles être violées n'était évidemment pas un fantasme).

Numenor

25/12/2022 à 18:54

Vous avez bien fait de revenir sur les victimes et leurs traumatismes.

Léon

26/12/2022 à 10:50

Je comprends que cela puisse faire du mal aux victimes d'agressions sexuelles mais ne mélangez pas tout.
Dans énormément d’œuvres nous voyons des actes d'agression et ce n'est pas pour autant qu'ils sont critiqués. B. Vivès est certes dans les limites de ce qui peut être fait mais il n'appelle pas agresser sexuellement des femmes et des enfants.
Évidemment qu'il faut être du côté des victimes mais c'est pas pour autant que ses œuvres sont à ranger du côté des bourreaux.

Marien

27/12/2022 à 17:48

Je vous invite à lire Petit Paul (facilement trouvable en PDF gratuit), vous verrez alors qu'il n'y a aucune condamnation de l'inceste ou de la pédocriminalité, ni même aucune réflexion sur l'absence de consentement. Bastien Vivés y dépeint l'enfant comme une chose dédiée au plaisir des adultes.
C'est cela qui dérange, non la représentation de tabous.

jpk

27/12/2022 à 19:10

Comme si l objet d une œuvre d art était de donner des leçons de morale et de relayer la bien-pensance d une époque ...

numenor

28/12/2022 à 16:18

L'art est une partie de la culture et la culture est un des ciments de nos sociétés ; donc l 'art a bien son rôle à jouer dans la morale et surtout dans la façon dont les humains se traitent mutuellement. La protection des plus fragiles d'entre nous - ici les enfants - est donc primordiale.



Jpk

15/12/2022 à 20:38

Le qualificatif d "art" ne devrait être employé qu au sujet d oeuvres qui représentent plus ou moins explicitement des tabous qui sont ,presque par définition, les fantasmes les mieux partagés . Me rassure le fait que les BD de cet homme que je ne connaissais pas , certes peut-être un peu allumé , restent publiées car si l on n autorise plus à exister que les faiseurs proprets dans leur tête et leur propos, gare au nivellement par le bas . Ce qui d ailleurs est la tendance actuelle quand on voit qui est récompensé au détriment des meilleurs dans leur domaine - inutile de citer des noms
! - ,condamnés au silence par des minorités à qui les réseaux sociaux donnent une importance disproportionnée.

Mimi cracra

15/12/2022 à 22:34

Ce qui est vraiment nauséabond c'est de penser qu'au nom de la fameuse "liberté d'expression", toute expression, même la plus monstrueuse, puisse être largement diffusée, publiée, et donc légitimée. Les phantasmes de Mr Vivès, qui instrumentalise et objective des corps de personnes mineures, peuvent rester dans sa caboche à l'état d'ébauche. C'est la publicité de ses pensées qui est nauséabonde. Allez, Mr Morisset, allez vous acheter un savon et évitez de nous expliquer ce qui sent mauvais ou bon.

koinsky

16/12/2022 à 08:33

Je ne connais pas ce dessinateur et n'ai pas lu la BD en question, mais ce qui est condamnable ce sont les actes pédocriminels, leur captation, leur commerce, leur diffusion, leur partage, pas la représentation artistique et l'exposition de nos failles et de nos tabous, qui serait plutôt un acte cathartique de bravoure salutaire pour la préservation et l'optimisation de nos droits humains. Regarder les choses en face, éclairer nos zones d'ombre, sans censure ni autocensure est le rôle de l'artiste.

Antoine D.

16/12/2022 à 13:18

Je partagerais votre avis si , comme vous, je ne connaissais ni le travail ni les propos du dessinateur.
Lisez, je vous en prie, ses BD. On y voit, par exemple, un enfant de dix ans dont on "cache" contre son gré le sexe géant dans le vagin d'une amie danseuse pour ne pas le voir dépasser d'une armoire, et qui finit par éjaculer en une montagne de sperme. C'est un viol de mineur.
Un père qui ejacule au visage de sa fille de dix ans. C'est une agression sexuelle incestueuse sur mineure.
(Et j'en passe)
Oui, vérifiez.

Ces images tombent sous le coup de la loi contre la pédocriminalité. L'étonnant étant qu'aucune plainte n'ait été déposée. Pourquoi donc aucune ? C'est là que la réponse blesse. Je vous laisse la trouver.

Les propos de ce dessinateur choquent également , par exemple à l'encontre de la dessinatrice Emma et de sa famille: il souhaite officiellement et sans vergogne que l'enfant d'Emma la poignarde et se fasse sodomiser à chaque like donné au post de sa mère.
Menaces qui tombent aussi sous le coup de la loi.
Alors oui, Vivès subit aujourd'hui le retour de bâton.
Bien tardif, et très léger au regard des lois enfreintes. "Selon que vous serez puissants ou misérables, les jugements de cour vous diront blanc ou noir. "
La liberté d'expression n'est pas la liberté d'enfreindre la loi. Ce dessinateur commet des délits. Il est dangereux. Il est normal que la société réagisse. Demandons-nous pourquoi certains le défendent. La réponse nous écoeure.

koinsky

16/12/2022 à 16:56

Bon, au final je crois que je vais devoir lire cette BD pour me faire une idée plus précise des choses... Ce qui est sûr, de mon point de vue de dessinateur, au vu de ce que Google montre de son travail en général, c'est un dessinateur talentueux.

JPK

16/12/2022 à 17:54

C est la captation , possession et transmission de l image pornographique d un mineur qui sont explicitement interdits . Quant à ce qu on appelle représentation , je sais qu au moment du vote de cette loi , par ailleurs dangereuse par un de ses amendements qui dans les faits , inverse la charge de la preuve , il y a eu discussion au sujet de ce qu il fallait entendre par là . Et il est possible qu on ait laissé le problème pendant de peur justement d avoir à interdire certaine œuvres d art , comme celle de Vives ? Il y a aussi peut-être certaines des scènes que vous décrivez échappent à la définition juridique de la pornographie qui, exige pénétration non simulée .... Quant à ses menaces à l autrice , il est évident qu elle contreviennent à la loi . La femme a-t-elle porté plainte ?

Klein9

18/12/2022 à 11:14

Ce sont des délits. Dans ce cas le ou les éditeurs devraient être également condamnés. Ils ne lisent pas avant de publier ? Cultura avait classé ces livres comme pornographiques.

Numenor

25/12/2022 à 19:01

Plusieurs plaintes viennent d’être déposées (par des associations luttant contre la pedocriminalité )contre Vivès et certains de ses éditeurs.

Numenor

25/12/2022 à 20:01

Je propose de demander à Bastien Vivès de nous expliquer -au nom de la liberté d’expression et de la création artistique- ses intentions créatrices concernant ce dessin où l’on voit une fillette d’environ 10 ans recevoir une ejaculation en plein visage...(cf. « La décharge mentale » B.Vivès)

Je suis curieux de voir sa réponse, connaissant les propos de ce personnages lors d’interviews : "Un gamin, quand tu lui montres un bouquin et il y a la scène de cul, il reste dessus et c'est normal. Au moins, les gamins même s'ils comprennent pas, ils apprécieront les scènes de cul. Ils seront contents, ils auront vu une fellation"...


Dans l’attente de la réponse dudit génie (qui ne viendra probablement pas !), je vous propose, Monsieur Morisset, de nous éclairer sur ce sujet.

Léon

26/12/2022 à 10:54

Je suis en effet pour un éclaircissement de ses propos car je suis certain que sa réflexion est plus profonde que vous ne l'imaginez.
Évidemment, il y a de la provocation dans ses propos mais il y a du recul à avoir et pour avoir lu pas mal de ses interviews pour comprendre, je me rend compte que cette question renvoie plus au domaine de l'artistique et de la philosophie que de l'envie de faire de la pédopornographie.

Hdvzisvfuz

16/12/2022 à 09:30

Vraiment rien qui va dans cette tribune. Notamment sa brièveté, sur un sujet qui demanderait la présentation d'une réflexion plus longue et recherchée (quid des propos passés de Vives, une explication quant à la comparaison proposée avec cette liste d'auteurs (pourquoi eux et pas d'autres?)).

Romain

16/12/2022 à 19:45

J’avais vaguement entendu parler de ce dessinateur. C’est un post d’une blogueuse littéraire qui a attiré mon attention sur la polémique. Alors je suis allé me faire ma propre idée des dessins et autres déclarations de VIVES. Je n'ai pas été déçu du voyage. Il n'a rien à faire dans sur un tel événement. A quel moment peut-il parler de censure quand il vulgarise l'inceste, la pedopornographie ? c'est censé nous faire rire ? nous choquer ? Il n'y a pas de censure, il y a juste un personnage médiocre qui essaie de faire parler de lui mais qui ne va pas en profondeur dans la réflexion philosophique qu'entraine l'inceste. Il ne doit pas oublier ce sinistre dessinateur que l'inceste n'est jamais consenti par l'enfant et entraîne de lourdes séquelles chez les victimes.

jpk

17/12/2022 à 17:07

Je ne connaissais pas le personnage non plus , n etant pas amateur de BD et je ne suis pas allé voir
 - en admettant que ce soit encore possible - me contentant des discussions .. Je crois donc qu il fantasme plutôt autour d un inceste avec une grande sœur a priori pubère et ayant peut-être atteint l age du consentement ce qui change pas mal de chose et en tout cas le fait sortir de la pédocriminalité .. . Attention au continuum .. En tout cas l homme a l air de savoir godiller entre les récifs de la loi ..

tony

18/12/2022 à 16:15

La palme de l'article le plus nul, orienté, idiot, douteux, incomplet et gênant, qui ait été écrit sur le sujet. Bravo.

JarJar

19/12/2022 à 10:08

La honte cette tribune... Chevalier blanc de la pédocriminalité, bravo Bertrand. A défendre des principes de manière absolue on en oublie de penser. Il faut prendre un peu de recul Bertrand. L'inceste et la pédocriminalité sont des tabous du fait de ceux qui perpétuent ces violences inacceptables, pas parce que la société trouve ça coquin et excitant et à garder derrière les rideaux. Vivès semble penser comme ça et c'est immonde et l'honorer dans le plus grand festival de BD du monde est une honte. Ca parle beaucoup de vous ce texte Bertrand.

Photonicoski

20/12/2022 à 10:25

Un auteur de BD s'exprime à travers un art. L'art c'est le dernier rempart contre l'oppression. Je suis contre toute forme de censure dans l'art. Par contre, cet auteur aurait été bien inspiré de ne laisser parler que son stylo... Pour le reste, si la pedo-pornographie devait disparaître en BD alors faisons disparaître avant toute forme de violence (meurtre, torture, viol) dans l'art, le cinéma, les jeux vidéos, etc.... Et si notre monde devenait la Corée du Nord ?

lecnac erutluc

21/12/2022 à 02:37

Je suis d'accord. Tout acte de censure, même contre des œuvres que l'on considère comme immorale risque d'ouvrir la boîte de Pandore. On ne sait pas sur quoi ça va aboutir. A priori, à un monde aseptisé de tout. Des compromis peuvent se faire mais la discussion doit primer.

Par contre, je ne comprends pas la référence à la Corée du Nord. ^^

lecnac erutluc

21/12/2022 à 02:29

Je comprend tout à fait que ses propos et ses trois livres puissent choquer mais il faut comprendre ce qu'est l'importance de la liberté d'expression et à mon sens, le censurer est une mauvaise chose. Car c'est en commençant par là que la censure s'insinuera dans nos sociétés, se développera et nous interdira de nous exprimer sur tout.

Les mouvements tels que #Me Too sont nécessaires mais il ne faut tout mélanger pour autant. Cela fait des années que la liberté d'expression est mise à mal en France, notamment depuis Charlie Hebdo car une censure et une autocensure se met en place et s'est très mauvais pour tout le monde. Et ne croyez pas que cela ne touchera que les personnes que vous qualifiez d'immonde.

Il faut des débats sains et ne pas se jeter dans des vindictes populaires comme cela. La loi est là pour nous protéger et il ne faut pas qu'une police des mœurs interviennent car c'est ce qui se passe ici.

Si une œuvre ou des propos déplaisent, on en discute, on en débat, on boycotte, on ignore mais on ne censure pas. L'exposition est annulée, cela veut donc dire qu'elle a été censurée et cela est très grave. D'autant plus que son contenu n'était apparemment pas lié à ses 3 œuvres problématiques.
Il n'a rien montré qu'on le condamne déjà et je trouve cela très grave.

Je comprends tout à fait que ses propos concernant Emma soient grave et il n'y a aucun moyen de les excuser mais il ne faut pas tout mélanger. Bien que cela puisse paraître risible pour certains, il s'en est quand même excusé, se rendant compte de ses erreurs passées. Dans ce cas, une plainte aurait tout à fait été justifié.

Dans le cas de ses ouvrages, c'est à la justice de décider et depuis leur sortie, il n'a aucunement été inquiété. Petit Paul a eu une plainte mais elle n'a pas abouti. J'ai découvert récemment qu'une plainte a été posée contre lui. Je suis curieux de voir ce que cela va donner mais j'ai pas envie d'être dans un pays qui comme les états-unis ont des autodafés et des censures (https://actualitte.com/article/103370/international/aux-etats-unis-les-appels-a-la-censure-et-aux-autodafes-se-multiplient).

La discussion et le débat prévaudront toujours et il faut condamner toutes les violences. Voulez-vous vivre dans ce monde où on obtient ce que l'on veut par la violence ? Les dérives sont là et pourraient très bien se retourner contre ceux qui condamnent Bastien Vivès. Voyez comment ça se retourne contre lui, au final, avec Emma.
Il faut se battre mais avec méthode et avec les mots et non pas par la censure. Les sujets de pédopornographie et de viols sont graves mais réfléchissez à l'importance de la liberté d'expression et aux conséquences de ses restrictions car elles concernent tout le monde.
Énormément d'exemple de régimes répressifs et d’œuvres dystopiques montre les dérives de ce modèle de censure tout en se prévalant du côté du Bien, de la morale.

jc

22/12/2022 à 00:33

Il y a quatre ans, Emma a participé à la destruction ( je ne vois pas d'autre mot ) d'un ouvrage illustré par Anne Guillard, la dessinatrice des Pipelettes, et nommé " On a chopé la puberté ". La technique était la même qu'avec Vivès: pétition ( 150000 signatures, alors que le livre n'avait été vendu qu'à 3000 exemplaires ), et attaques sur le net. Anne Guillard a cessé de dessiner les Pipelettes, et l'éditeur a renoncé à réimprimer le livre. Il est donc mort. Où se trouve donc la liberté d'expression dans tout cela?

lecnac erutluc

23/12/2022 à 00:00

Je vais prendre le temps de regarder tout ceci pour me faire mon opinion mais le peu que j'en ai lu m'attriste. Pourquoi interdire ? Autant laisser l'ouvrage aux dérives de l'oubli. Pourquoi ne pas être capable de comprendre l'humour et le seconde degré ? Pourquoi être premier degré et ne pas comprendre les subtilités d'un ouvrage ?

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Une année de lecture, en bordure d'océan : “Le voyage, enfin, commence”

#LectureetLittoral – Oubliée, la tempête Gérard, le soleil est glorieux, la grande plaine horticole de Bray-Dunes étincelle de givre. De la route de Furnes où circule le bus direction la frontière, l’on peut voir le maillage serré des canaux du polder. Les fortes pluies des derniers jours ont inondé les champs. L’eau stagne en de petits étangs d’argent où les mouettes profitent du calme. Par Marc Roger.

02/02/2023, 15:32

ActuaLitté

“Éradication linguistique” ? Langue française contre idéologie anglo-saxonne

« La langue française est sacrifiée en ce moment sur l’autel d’une “anglolâtrie” qui ne fait que croître tous azimuts et qui pervertit même l’esprit le plus réfractaire à tout endoctrinement. » Le propos est virulent, la situation en deviendrait critique. Défense et illustration de la langue française, nous revoilà ? Par Philippe Carron.

02/02/2023, 13:03

ActuaLitté

“J’ai redonné une voix à cette femme, réduite au silence”

« C’est tellement juste que ce doit être vécu. » Il n’y a rien qui m’énerve plus que cette phrase prononcée à propos de mes deux premiers romans. Eh bien non, si une scène est juste, c’est parce que j’ai fait mon job d’écrivain : rendre présents mes personnages, donner un décor à voir, à sentir, à toucher. Par Stéphanie Dupays.

01/02/2023, 11:41

ActuaLitté

Omar Sy et les Tirailleurs, ”loin de l'image assez floue, et caricaturale“

Film de Mathieu Vadepied avec Omar Sy sorti début janvier, Tirailleurs revient sur une douloureuse époque. En pleine Première Guerre mondiale, des forces armées issues des colonies françaises grossissent les rangs. Combattre les troupes allemandes, dans les tranchées : la Der des Ders ne nous a-t-elle pas tout dit ? Par Jean-Baptiste Dufour.

28/01/2023, 11:35

ActuaLitté

Dans les bourrasques de la tempête Gérard

#LectureetLittoral – Du 21 janvier 2023 au 16 décembre 2023, Marc Roger, lecteur public, avancera livres en main, sur les côtes atlantiques. 5000 km de marche à pied et à chaque arrêt, des lectures. ActuaLitté aura le plaisir d'accompagner et suivre cette route en caravelle médiatique d'un tour de France insolite. À quelques heures du départ, voici un ultime texte, liminaire à son départ, que Marc Roger nous propose.

19/01/2023, 10:47

ActuaLitté

“Selon que vous serez puissant ou misérable” : l'art subtil des lois adoptées

Des sénateurs ont récemment cherché à introduire un cavalier législatif dans la loi DADUE, qui aurait conduit à une modification du Code de la Propriété Intellectuelle. Jugé irrecevable, car contraire à la Constitution, l'amendement n'aura donc pas été discuté en séance. Pour Katerine Louineau, représentante du CAAP (Comité Pluridisciplinaire des Artistes-Auteurs·trices), voilà qui interroge : certains cavaliers tiendraient mieux sur leur selle que d'autres ?

11/01/2023, 14:33

ActuaLitté

“L’appel au SAMU s’impose comme un dernier recours”

Maud Santini publiera en février aux éditions Globe un récit résultat d'une année passée en immersion avec le SAMU de Paris. Son livre est une plongée au coeur de la médecine d'urgence, du côté des centres d'appel d'un côté, et des interventions de l'autre. Anthropologue, elle travaille depuis longtemps sur la notion de déplacement, comment le déplacement modifie les rapports entre personnes, objets, et pas seulement changement de lieu. 

11/01/2023, 13:28

ActuaLitté

150e anniversaire de la naissance de Colette : rendez-vous avec l'Histoire

Les éditions des femmes -Antoinette Fouque , « militantes de l’écriture et de la cause des femmes », et Colette, femme indépendante, grande écrivaine aimée d’un immense public, avaient un rendez-vous nécessaire, au-delà du temps qui passe. De nombreuses publications, choisies dans une œuvre féconde, en attestent. Par Catherine Guyot.

10/01/2023, 15:18

ActuaLitté

“On peut l’affirmer : le paysage de la lecture publique en France est sinistré”

#LectureetLittoral – Aventurier impénitent, soucieux de partager sa passion, Marc Roger entamera ce 21 janvier un périple inédit : un parcours de 5000 km, longeant la côte atlantique. À la limite invite au voyage, à la découverte, sans pour autant décrocher du monde. Le lecteur itinérant adresse à Rima Abdul-Malak un courrier, qui salue une louable initiative : la consultation citoyenne pour développer le goût de la lecture.

05/01/2023, 14:56

ActuaLitté

De la fiction au réel : Bastien Vivès, auteur de bande dessinée

Chaque personne qui a eu accès aux médias ces derniers jours est informée d’au moins deux faits d’actualité. L’Argentine a remporté la Coupe du monde de football, et Bastien Vivès est dans la tourmente. Suite à plusieurs pétitions, l’exposition du dessinateur, prévue pour la prochaine édition du Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême, est annulée. Par Vivian Petit.

21/12/2022, 11:23

ActuaLitté

“À quoi pensez-vous lorsque vous regardez la mer ?”

#LectureetLittoral – Une année de marche sur les côtes du littoral atlantique, entre embruns et et marées, et l’horizon pour compagnon. Oh, quelques livres, bien entendu, et des lectures — donc, des auditeurs, voire des lecteurs. Marc Roger s’apprête à donner le coup d’envoi de À la limite, sa nouvelle aventure littéraire, entre terres et mers…

13/12/2022, 09:00

ActuaLitté

La littérature jeunesse à l’épreuve du Grand Méchant Mot !

Christian Bruel est un pilier de la littérature jeunesse en France. Depuis quarante ans, il a écrit une quarantaine de titres, sans oublier ceux qu’il a publiés comme éditeur du Sourire qui mord (1975-1996) puis des éditions Être (1997-2012). Parallèlement à son activité d’auteur et d’éditeur, il a consacré nombre d’analyses et de réflexions à ce secteur de l’édition. Par Fulvio Caccia.

12/12/2022, 10:31

ActuaLitté

“En Inde, une femme est violée toutes les 20 minutes”

Décembre 2012. Comme beaucoup d'autres en Inde où je vivais depuis 7 ans, je découvrais avec horreur le viol brutal, commis à l'encontre d'une jeune femme dans un bus de New Delhi. Jyoti Singh, que l'Inde a renommée symboliquement Nirbhaya, celle qui est sans peur, est morte de ses blessures, dans une agonie dont la presse s'est délectée, voyant là une nouvelle occasion de rappeler à quel point le pays, figé dans une psyché patriarcale et misogyne, était dangereux pour les femmes. Par Clea Chakraverty.

08/12/2022, 10:59

ActuaLitté

Diane de Selliers, “une quête de perfection”

Saluer le travail des éditeurs tant de livres que de presse, voilà tout l’objet de la Confrérie Gutenberg. À l’occasion d’une récente réunion, les compagnons ont intronisé comme Chevalier l’éditrice Diane de Selliers, parrainée par Vincent Montagne et Philippe Jourdan. Leur laudatio est proposée ici en intégralité.

01/12/2022, 10:06

ActuaLitté

Odessa l’éclaireuse, qui “a jalousement pris soin de sa liberté”

#WeekEndEst — S’expliquer la guerre ? Une tentative souvent rendue vaine par le désarroi qu’elle suscite. Prendre conscience de ce que la guerre sème et produit comme sentiments afin de les transcender et de les élever contre la guerre à travers la culture est une nécessité, beaucoup plus qu’un pari utopique, de l’équipe du festival Un week-end à l’Est créé en 2016 dans le Quartier latin. Par Brigitte Bouchard, directrice artistique.

22/11/2022, 10:21

ActuaLitté

La fin du tableur Excel pour la gestion des droits d'auteurs ?

Quand on se penche sur la gestion des droits d’auteur, on s’aperçoit que les petites et moyennes structures sont rapidement débordées — faute de disposer d’un outil sur mesure ou de moyens pour souscrire à un logiciel dédié. Conclusion : c’est avec un bon vieux tableur Excel que cela se résout. Et pourtant…

03/11/2022, 12:55

ActuaLitté

“La Chine me met de bonne humeur”

Ma relation à la Chine a été d’emblée une relation sensible, sans connaissances préalables, sans curiosité particulière pour ce pays où je n’avais pas envie d’aller. Je m’y suis rendue par amour non pas de la Chine, mais de l’homme qui m’invitait à l’y retrouver. Par Christine Cayol.

03/11/2022, 10:41

ActuaLitté

Mieux que l’auteur mort : l’auteur pauvre ?

Ce 24 octobre, un nouveau rendez-vous réunissant auteurs, éditeurs et ministère de la Culture fut annulé. Un délai de plus dans la signature d’accords qui n’en finissent plus de traîner. Denis Bajram fait parvenir un texte à ActuaLitté, pour signaler un changement de paradigme des plus cyniques : un bon auteur n’est plus un auteur mort, mais un auteur pauvre…

27/10/2022, 17:03

ActuaLitté

“Publier n’est pas un droit, c’est un devoir”

Et Archimède s'écria : « Eurêka ! » Il avait trouvé une idée... Qu’est qui vous met une idée en tête ? Pourquoi dit-on qu’une idée « traverse l’esprit » ? Elle viendrait d’on ne sait où et repartirait immédiatement ? Pour se rendre où, alors ? Dans un autre esprit qui l’attend ailleurs, dans un autre espace ou dans un autre temps. Pourquoi pas...

23/10/2022, 23:12

ActuaLitté

Du livre au film : les souffrances d’un romancier

Son roman Pleurer des rivières, paru en 2018, a été porté à l’écran par Léopold Legrand, sous le titre Le Sixième enfant. Dans les salles depuis le 28 septembre, ce film fut coadapté avec l’aide de Catherine Paillé. Mais la métamorphose d’un roman en oeuvre audiovisuelle n’a rien d’un chemin tranquille. Alain Jaspard raconte, pour ActuaLitté, cette aventure.

14/10/2022, 15:47

ActuaLitté

“Le terrorisme de l’URSSAF cherche à m’extorquer des cotisations indues”

Dominique Sels écrit depuis toujours : son premier livre est paru en 1989, chez Denoël, Eden en friche. Elle avait tout juste trente ans. Et quelque trente années plus tard, la voici, comme tant d’autres, confrontée aux errances d’un système administratif qui n’en finit plus de chanceler. Dans un courrier adressé à l'URSSAF et transmis à ActuaLitté, elle raconte, entre Charybde et Scylla et Charybde encore… ad nauseam.

12/10/2022, 10:22

ActuaLitté

“Défendre le Wokistan, c’est défendre la liberté”

Repli sur soi, communautarisme, revendication identitaire, séparatisme, cancel culture… Voilà quelques-uns des termes qui restent accolés au "wokisme" dans le débat public, et y compris jusque dans cet espace de réflexion. Bref, c’est un concept qui fait peur, et pour ses détracteurs, l’enjeu est clairement que ce mot soit systématiquement associé à des notions, pas seulement négatives, mais surtout contraires à ce qui est censé constituer l’identité française. Par David Carzon.

12/10/2022, 08:21

ActuaLitté

“N'oublions pas Anna Politkovskaïa”

Anna Politkovskaïa, éminente journaliste d’investigation et écrivain russe, a été tuée par balles le 7 octobre 2006, dans sa cage d’escalier, à Moscou. Ses dénonciations des horribles et cruels crimes de guerre et des violations des droits de l’homme en Russie et en Tchétchénie ont entraîné des menaces permanentes contre sa vie de la part des autorités russes. Par Nguyên Hoàng Bao Viêt.

08/10/2022, 12:00

ActuaLitté

“Quand la culture ne soutient plus le peuple, alors il se soumet”

Que reste-t-il d’un être, à sa disparition ? Il reste les souvenirs communs, les photographies, les objets qui ont émaillé sa vie et témoignent pour l’absent, comme autant de preuves de son ancienne présence. De la même façon, si la culture d’un pays venait à disparaître, quels vestiges survivraient à cette absence ? Ceux-ci formeraient-ils un socle suffisant pour qu’un peuple y prenne encore appui ? Par Alexandra Koszelyk, auteure de L'Archiviste (ed. Aux Forges de Vulcain).

04/10/2022, 12:18

ActuaLitté

Louis Pasteur, ou comment la vaccination fit “rage”

Paola Nicolas publiera ce 6 octobre Les Enragés, un ouvrage retraçant les recherches de Louis Pasteur autour d’un vaccin contre la rage. Un premier roman qui éclaire le présent, à la lumière du passé, alors que les débats demeurent houleux autour de la vaccination contre le Covid-19. L'autrice revient sur son projet, dans un texte proposé à ActuaLitté.

26/09/2022, 12:40

ActuaLitté

“Nous luttons contre la malnutrition culturelle des enfants”

Chaque année, l’association Lire et Faire Lire sollicite des structures d’accueil où se rendront les bénévoles pour des séances de lectures aux plus jeunes. Et chaque année, de nouveaux bénévoles rejoignent l’organisme, donnant de leur temps pour partager le goût et le plaisir des livres. 

03/09/2022, 11:54

ActuaLitté

Les bibliothécaires, héros méconnus ? Un hommage en images

Que ferait-on sans les bibliothécaires ? Illustré par Denis Renard, illustrateur et auteur BD qui vit près de Caen, en Normandie, ce court album disponible en trois langues est dédié aux bibliothécaires du monde entier. Il fait suite à notre hommage récemment publié dans ActuaLitté.

29/08/2022, 14:50

ActuaLitté

Editions AFITT : “La mort est véritablement notre métier”

Depuis 11 ans, AFITT publie un ensemble d’ouvrages techniques dédiés à la formation des spécialistes de la mort que l’on nomme « thanatopracteurs ». Et il faut reconnaître, toute plaisanterie mise à part, que la mort leur va si bien... Pour cette rentrée, l'éditeur a mandaté un Charon, pour aborder les rives de la fiction. Il a choisi ActuaLitté pour l'annoncer, et exposer leur projet. Mais pas que... 

25/08/2022, 12:20

ActuaLitté

La voix d’Ahmet Altan est immortelle

Les vacances sont un moment propice à la lecture et aux livres : l'afflux de temps libre ouvre de nouvelles perspectives, multiples. L'occasion de lâcher prise, mais aussi de sortir de ses habitudes en matière de littérature, d'explorer des sentiers méconnus... Sur son lieu de vacances, Henri Mojon, président des Éditions du Net, a ainsi fait une rencontre inattendue... et inoubliable.

12/08/2022, 16:58

ActuaLitté

Hommage au bibliothécaire, héros des temps modernes

Que ferait-on sans les bibliothécaires? Le/la bibliothécaire a un rôle charnière dans le monde du livre, preuve que les vrais héros des temps modernes sont rarement ceux que l’on croit. Les bibliothèques sont largement couvertes par les médias, mais qu’en est-il de ceux et celles qui les font fonctionner? 

16/07/2022, 12:52

ActuaLitté

Le wokisme, un « isme » de trop ?

Apparu principalement sur les campus américains des universités de l’Ivy League aux abords des années 2010, ce que l’on nomme désormais communément « le wokisme », a désormais franchi les frontières d'outre-Atlantique pour progressivement s’implanter dans toute l’Europe, y compris en France.

25/06/2022, 15:49

ActuaLitté

Cinq raisons de ne pas doter les bibliothèques d'une enseigne nationale

Faut-il une enseigne pour les bibliothèques publiques ? L’enfer est pavé de bonnes intentions, et le paradis d’opinions contraires. David-Jonathan Benrubi, directeur du Réseau des médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole, s'interroge. À plus d'un titre. Ou cinq bonnes raisons de froncer les sourcils...

23/06/2022, 15:51

ActuaLitté

“L’auteur et son casier judiciaire”, par Éric Pessan

Voilà quelque temps déjà, une association qui voulait m’inviter pour des ateliers d’écriture a demandé à un libraire s’il était d’accord pour organiser, un soir, une rencontre-signature autour de mes livres. Réponse du tac au tac du libraire : « Pessan ? Bien sûr. » Puis, quelques jours plus tard, rétraction du libraire, trop occupé en cette période pour pouvoir organiser la soirée. Par Éric Pessan

20/06/2022, 11:37

ActuaLitté

Raccord(s) : une vision “farouchement indépendante du métier d’éditeur”

L’association des Éditeurs associés a été créée en 2004 par un groupe d’éditeurs ayant en commun une vision qualitative et farouchement indépendante du métier d’éditeur, afin de promouvoir collectivement leurs catalogues respectifs. Cette mutualisation se traduit par des actions organisées en librairie, en bibliothèque ou sur des salons. Le point commun de ces propositions est de se construire à partir de et avec le livre et la lecture, en s’adressant autant au grand public qu’aux professionnels. En cela, le festival est emblématique des événements organisés par l’association.

17/06/2022, 13:45

ActuaLitté

Vaccin anti-Covid : les effets boomerang

Ndlr : Ce texte est proposé en tant que témoignage émanant d’un auteur, faisant état de ce qu’il considère comme l’incidence de la vaccination sur son état de santé. Il atteste autant d’une douleur que d’un drame personnel, dont on comprend qu’ils soient vécus avec crainte et appréhension. S’il devient nécessaire de rappeler que la peur entraîne des réactions parfois irrationnelles, elle peut aussi engendrer une colère qui n’en est pas moins compréhensible. Si le propos semble excessif, c’est qu’il reflète plus la détresse d’une personne que sa volonté d’apporter de la confusion dans un débat où la prudence doit demeurer la ligne de conduite. Proposées dans nos colonnes pour garantir une diversité de l'expression, les humeurs et tribunes publiées n'engagent pas la rédaction, pas plus qu'elles n'expriment l'avis de ses membres.

22/05/2022, 15:59

ActuaLitté

“La Comédie du Livre – Dix jours en mai continue d'écrire son histoire”

Imaginée au milieu des années 80 par des libraires qui rêvaient de rencontres au grand air, la Comédie du Livre à Montpellier a connu, au cours des 37 dernières années, de nombreuses métamorphoses. Attentive à l’évolution des pratiques, à celle des attentes du public, des autrices et auteurs, des libraires, des éditeurs, la manifestation a su se réinventer régulièrement, étoffer sa programmation, accueillir des écrivains venus du monde entier. Par Régis Penalva Directeur littéraire et artistique.

19/05/2022, 11:27

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Une Fédération des éditeurs indépendants : “J’en ai eu les larmes aux yeux”

#AssisesEditionsIndépendantes23 – La notion d’édition indépendante, qui s’est imposée dans le vocabulaire du monde du livre, se rapporte aux structures ne relevant pas d’un grand groupe. Mais encore ? Qu’est-ce qui lie Actes Sud, 9e maison française en termes de taille, et un humble éditeur de Colmar ? C’est pourquoi, à l’occasion des 1ères assises de l’édition indépendante, nous sommes allés interroger ces acteurs qui font vivre cette fameuse « bibliodiversité », et leur demander : qu’est-ce que signifie pour vous, « être indépendant » ?

03/02/2023, 09:54

ActuaLitté

Il fit entrer la photo contemporaine à la BnF : hommage à Jean-Claude Lemagny

Ancien conservateur général du département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France, le conservateur Jean-Claude Lemagny est décédé le 17 janvier 2023. L'établissement public patrimonial salue cette figure qui a marqué sa politique et ses collections par une attention inédite portée à la photographie contemporaine.

02/02/2023, 09:15

ActuaLitté

“Rien de plus important que de se nourrir des fictions des autres”

Politiquement engagée, féministe, Laurence Biava est aussi et peut-être d’abord essayiste et romancière, comme en témoigne une production variée, abondante, et originale. Née en 1964, chroniqueuse pour divers médias (dont ActuaLitté), coach littéraire, animatrice d’ateliers d’écriture, Laurence Biava a notamment créé le prix Rive gauche à Paris en 2011. Par Étienne Ruhaud.

01/02/2023, 13:58

ActuaLitté

Éditions indépendantes : “Nous incarnons une mosaïque, pas un monolithe”

#AssisesEditionsIndépendantes23 – Deux journées consacrées aux éditions indépendantes — une formulation dont le pluriel évoque déjà la diversité autant que la difficile définition. Éditeur indépendant, en regard de quoi, comment et quelle identité ? Dominique Tourte, président de la Fédération qui regroupe les associations nationales d’éditeurs, ouvrira les échanges à Aix-en-Provence.

01/02/2023, 12:22

ActuaLitté

Serge Gainsbourg : portrait d'un esthète aux airs de pochtron  

Ronsard 59, Le sonnet d’Arvers, Victor Hugo, Baudelaire, Musset, Nabokov… L’immense œuvre, en quantité, mais aussi en qualité, de Serge Gainsbourg, est nourrie de lectures ressassées. Gainsbourg en quête du mot exact, voilà ce que met en scène une exposition de la Bibliothèque publique d’information (BPI) depuis le 25 janvier, jusqu’au 8 mai. 

30/01/2023, 14:40

ActuaLitté

Céline Laurens : “Anoblir le quotidien, en le ré-enchantant”

ENTRETIEN – En 2021, paraissait chez Albin Michel le premier roman de Céline Laurens, Là où la Caravane passe : s'y révélait une approche entre réalisme et onirisme, à la Jean-Jacques Beineix, saluée par le prix Roger Nimier. Après le pèlerinage à Lourdes en plein air, direction le métro parisien avec Sous un ciel de faïence. Humour, drame et poésie : la romancière s’intéresse toujours à tous ces « autres », et à travers eux, poursuit sa quête du primordial.

27/01/2023, 12:57

ActuaLitté

L’Attaque des Titans : mise en lumière d’une œuvre colossale  

#FIBD23 – Du 25 au 29 janvier se tient, à l’Alpha Médiathèque d’Angoulême, une exposition consacrée à l’œuvre maîtresse de Hajime Isayama, L’Attaque des Titans : De l’ombre à la lumière. Accompagnée de la venue de l’auteur dans l’Hexagone, il s’agit également de la première fois que ses planches sont exposées hors d’Asie. L’occasion d’explorer toute l’évolution graphique et l’émotion qui se dégage des dessins du maître des géants tétanisants.

26/01/2023, 16:52

ActuaLitté

Au Mali, les professions du livre réunies pour “décloisonner l'Afrique” 

Comment l’Afrique est racontée ? C’est l’une des idées initiales qui ont motivé Ibrahima Aya et un groupe d’auteurs maliens à lancer la Rentrée littéraire du Mali. C’était en 2008. Cette manifestation venait de naître, elle est désormais incontournable et très attendue. Propos recueillis par Agnès Debiage, créatrice de ADCF Consulting.

24/01/2023, 14:56

ActuaLitté

Comment faire de la crise en médiathèque un “apprentissage”

En tant qu'établissements recevant du public, les médiathèques peuvent devenir les lieux de conflits sociaux. Mais des crises d'autres natures les guettent aussi, qu'elles soient climatiques, politiques, budgétaires... Dans l'ouvrage Penser la médiathèque en situation de crise (Presses de l'ENSSIB), un collectif d'auteurs rend compte de l'expérience d'une crise vécue avec des usagers au sein d'une médiathèque de la banlieue parisienne. Et des instruments mobilisés pour la prendre à bras-le-corps et la résoudre.

20/01/2023, 11:28

ActuaLitté

L'ANEL entend accroître la compétitivité des maisons d'édition

Dans le cadre des consultations prébudgétaires 2023, l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) interpelle le gouvernement du Québec, et demande une bonification et une simplification du crédit d’impôt pour l’édition de livres, dans un mémoire présenté au ministère des Finances.

19/01/2023, 17:27

ActuaLitté

Voyage à Auschwitz avec "la petite fille qui ne savait pas haïr"

Depuis 19 ans, le Consistoire central israélite de France organise un voyage à Auschwitz, car « la mémoire de ce crime sans nom ne peut, ne doit, être effacée » dans un contexte de hausse de l’antisémitisme. Pour cette édition 2022, sont conviés par le grand-rabbin de France, une survivante de la Shoah, des collégiens et lycéens, des religieux, des politiques, des directrices de maison d’édition et donc... ActuaLitté.

18/01/2023, 18:14

ActuaLitté

“Aux éditeurs de savoir donner envie aux lecteurs d’aller vers leurs ouvrages”

À l’occasion de la parution prochaine de son dernier ouvrage, Modernité du livre (éditions Double ponctuation), nous avons échangé avec Olivier Bessard-Banquy, spécialiste de l’édition contemporaine et enseignant au Pôle des métiers du livre à l’université Bordeaux Montaigne. 

17/01/2023, 15:50

ActuaLitté

Moi je lis de la merde, et je vous emmerde

On connaît la chanson, ses paroles et son refrain : ne pas juger un livre sur sa couverture, ouvrir avant de critiquer (si seulement…), attention aux préjugés, etc. Quand le monde moderne pousse à sortir de sa « zone de confort », voire de se « mettre en danger », pour le lecteur, qu’est-ce à dire ? Passer de Paul Valéry à Thomas Piketty ? Peut-être bien… mais pas seulement. 

13/01/2023, 18:09

ActuaLitté

L'extrême droite et ses symboles, “pour conquérir le territoire de la pensée”

La montée internationale des mouvements d'extrême droite s'accorde avec une légitimation des discours racistes et fascistes. du « Grand remplacement » à la stigmatisation de certaines populations, ces discours se retrouvent dans les médias, auprès des responsables politiques et même au Parlement. Elle s'entend et elle s'observe : des symboles ou gestes symboliques se multiplient aussi dans l'espace public. Le site Indextreme recense, analyse et explique ces manifestations graphiques, pour mieux les identifier. 

11/01/2023, 16:03

ActuaLitté

Vincent Calvet : “L’origine du mal, ce sont aussi des mots”

Né en 1980 à Carcassonne, Vincent Calvet grandit à Perpignan. Titulaire d’une maîtrise de Lettres, instituteur spécialisé en région toulousaine, l’homme anime des ateliers d’écriture à destination d’élèves handicapés, tout en faisant intervenir divers auteurs. Animateur de plusieurs revues, comme le défunt Mange-Monde publié par Paul Sanda, ou Sémaphore, Vincent Calvet a en outre dirigé plusieurs anthologies. Lauréat du prix de la vocation Bleustein-Blanchet de Paris, il est l’auteur de nombreux recueils, entre autres pour la jeunesse, ainsi que de livres d’artistes. Certains de ses textes ont été traduits en russe ainsi qu’en arabe. Également plasticien, Vincent Calvet a exposé dans diverses galeries. Propos recueillis par Étienne Ruhaud. 

10/01/2023, 12:51

ActuaLitté

Patrick Grainville : "J’ai commencé par la peinture"  

Le grand lyrique devant l’éternel, Patrick Grainville, a trouvé depuis quelques romans, un sujet propice à ces fulgurations : la peinture. Falaise des fous racontait une France par l’entremise du face à face entre Claude Monet et Gustave Courbet sur les falaises d’Etretat, Les Yeux de Milos, le triomphant Picasso et le torturé Nicolas de Staël sous le soleil d’Antibes. Trio des Ardents relate cette fois-ci une soixantaine d’années par le prisme de trois artistes vibrants.

09/01/2023, 17:52

ActuaLitté

L'historien Benjamin Stora victime d'un “antisémitisme insupportable”

Certains y lisent une nouvelle preuve de ce que l’Aglérie se replie sur elle-même, mais d’aucuns constatent surtout l’agressivité et la violence du propos. L’universitaire Benjamin Stora, qui enseigne l’histoire du Maghreb contemporain, est pris à partie dans un média algérien. Et ce, alors que les journaux indépendants endurent de virulentes attaques.

07/01/2023, 12:57

ActuaLitté

Angoulême : et si l'on parlait de Prévention des Violences sur les enfants ?

FIBD23 - Arnaud Gallais multiplie les appels, alors que s’approche le festival de la bande dessinée d’Angoulême. Dans une lettre ouverte, le cofondateur de Be Brave France et du collectif Prévenir et Protéger revient sur la programmation de l’événement. Alors que le Parquet de Nanterre vient d’ouvrir une enquête, Arnaud Gallais propose de profiter de l’occasion pour sensibiliser le plus grand nombre.

06/01/2023, 18:14

ActuaLitté

Pour vendre Editis, faut-il museler ActuaLitté ?

Quiconque parcourt nos colonnes l'a constaté : ActuaLitté attache la plus grande importance à ce que l’information objective et plurielle du public soit respectée. Des règles déontologiques gouvernent notre profession, à raison : notre journal se fait un devoir de les suivre. 

06/01/2023, 09:50

ActuaLitté

Auteure, éditrice : Lalao-Elina Razanadriaka défend la lecture à Madagascar

L’une de ses premières phrases m’intrigua « J’ai créé ma maison d’édition Mpariaka Boky, en 2020 en plein COVID-19, juste avant de prendre ma retraite. » Lalao-Elina Razanadriaka est une engagée, une volontaire. Cette Malgache, auteure et éditrice, véritable autodidacte, croit fermement en sa mission et en parle pendant des heures. Propos recueillis par Agnès Debiage, créatrice de ADCF Consulting.

05/01/2023, 12:41

ActuaLitté

Révolution : en 2023, des livres en braille vendus au “prix unique”

Éclipsés ces dernières années par les livres audio et numérique, les ouvrages en braille restent un support crucial pour l'accès des personnes aveugles et malvoyantes à la lecture. Ces imposants volumes, très coûteux à produire, seront pourtant proposés à un tarif correspondant au « prix unique du livre », dès ce 4 janvier. Une prouesse et une garantie d'accès rendues possibles par le Centre de Transcription et d'Édition en Braille (CTEB) de Toulouse.

03/01/2023, 11:13

ActuaLitté

“L’intelligence artificielle représente de nouvelles façons de créer”

En novembre 2022, les éditions Michel Lafon ont publié le livre Poster Girl, de Veronica Roth (trad. Alice Delarbre). Pour la couverture de ce roman, la maison a eu recours à une Intelligence artificielle — un procédé qui a provoqué de nombreuses levées de boucliers. Pour certains, la méthode révélait un mépris à l’égard des professionnels de l’illustration. Elsa Lafon, directrice générale, revient sur une polémique montée en épingle. Et qui aurait nécessité un peu plus de recul.

03/01/2023, 10:21

ActuaLitté

2023, année “sexual reading” : bonnes lectures, fidèles ou non

Basculer de 2022 à 23 ne changera rien à l’amoncellement de romans éparpillés à même le plancher. Ce mal compulsif rapproche le lecteur de l’être enrhumé : ça commence par un ou deux mouchoirs à côté du lit, ça se conclut avec une bibliothèque foutraque qui s’est érigée à côté de la couette. 

30/12/2022, 16:25

ActuaLitté

Muriel Barbery : "l’écriture d’un roman demande une énergie considérable"

L’auteure de L’élégance du hérisson publie le deuxième tome d’un diptyque ayant pour décor la ville de Kyoto. Elle nous a confié ses envies et ses réflexions au cours d’une rencontre à Villefranche sur Saône.

27/12/2022, 15:53

ActuaLitté

Le syndrome du livre cadeau préféré de Noël illico revendu

Chaque année, le même enfer : les rues se peuplent de créatures mues par un désir frénétique de consommation. Comme possédées, elles déambulent d’un pas grotesque, bras décharnés tendus sans but, l’œil hagard, un mot à la bouche : « Cadooooo… » Heureusement, pour ces zombies de Noël en quête d’un truc à empaqueter, il existe des librairies. Et des livres, ce fameux cadeau favori des Français… 

27/12/2022, 11:03

ActuaLitté

Sarkozy et les contrats de Jean d'Ormesson : une langue trop bien pendue ?

« Si la vérité blesse, c’est la faute de la vérité », assurait le frais ministre de l'Économie lors d’une conférence de presse. Mai 2004, Nicolas Sarkozy prenait fraîchement ses quartiers à Bercy et l’Élysée était encore loin. Depuis, et sans rouler des épaules — plutôt des mécaniques — le voici prodigue de conseils aux professionnels du livre. Administrateur du groupe Lagardère, donc de Hachette Livre, la fonction lui donnerait des ailes ?  

21/12/2022, 16:26

ActuaLitté

MOBiDYS : les livres adaptés pour “soutenir l’effort de lecture”

Proposer des lectures pour tous, telle est la mission fondamentale de MOBiDYS, qui apporte sa pierre à l'accès aux textes en réalisant des adaptations numériques et imprimées à destination des élèves, de l'école primaire aux lycées, atteints de troubles DYS. Anne Thay, responsable du développement et des partenariats, est revenue avec nous sur les évolutions et projets de la société nantaise.

21/12/2022, 13:39

ActuaLitté

“La solidarité par la lecture, y’a plus que ça pour nous sauver”

Empruntant à la Fonky Familiy, le groupe de hip-hop marseillais, l’association Lire et Faire Lire va plus loin. Dans Verset IV, les rappeurs scandaient : « La solidarité j’crois qu’il y a plus que ça pour nous sauver. » Et si la lecture incarnait cette expression solidaire impérative à notre société ? Leur texte est ici proposé en intégralité.

17/12/2022, 11:30

ActuaLitté

BookBeat : “Établir un modèle équitable et transparent” pour les audiolivres

Nouvel acteur sur le marché des distributeurs de livres audio en France, BookBeat vient du Nord. Et plus précisément de la Suède, où le groupe éditorial Bonnier l'a créé en 2016. Une plateforme par les éditeurs pour les éditeurs, donc ? Nous avons posé quelques questions à Niclas Sandin, PDG de BookBeat, et William Jakoby, le responsable de l’expansion et du développement commercial.

14/12/2022, 17:06

ActuaLitté

Grégory Rateau : “Je ne conçois pas l’écriture comme une activité immobile”

Né en 1984 à Drancy, réalisateur, scénariste puis romancier, Grégory Rateau vient de publier trois recueils, chez trois éditeurs différents. Sans pour autant céder à la facilité, à la mièvrerie, le jeune auteur propose ici une poésie particulièrement lisible, limpide, éloignée de toute forme d’abstraction ou d’expérimentation sonore. Une poésie du quotidien, teintée de mélancolie, habitée par des lieux bien précis, des situations, des souvenirs… Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

14/12/2022, 10:03

ActuaLitté

“L’Europe fourmille de peuples. On ne prend jamais congé des peuples”

Dans sa lettre de décembre 2022, le PEN Club français diffuse une adresse poignante de Chus Pato, de son nom d’écrivaine. María Xesús Pato Díaz, dans sa vie universitaire, est originaire de Galice : poétesse parmi les plus remarquées dans sa langue, elle interpelle l’Europe tout entière. 

07/12/2022, 09:19

ActuaLitté

"Chez Grasset, ce sont vraiment les coups de cœur qui guident nos choix"

Nous avons rencontré Audrey Scarbel, responsable du domaine italien aux éditions Grasset, pour découvrir sa vision de la littérature italienne ainsi que les choix éditoriaux qui guident la publication des auteurs transalpins au sein de la maison. En 1982, cette même maison a publié Le nom de la rose de Umberto Eco. Quarante ans plus tard, l'ouvrage est republié dans une édition augmentée avec un habillage graphique renouvelé.

06/12/2022, 12:45

ActuaLitté

Pass Culture : le CNL défend son engagement à l'égard des auteurs

DROIT DE RÉPONSE – Un récent article de ActuaLitte, suite à un communiqué de presse conjoint de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, de la Ligue des auteurs professionnels, le Trait et CAAP, appelait un sérieux correctif. En effet, le Centre national du Livre, mis en cause, propose une offre de Masterclasses du livre et de l’écrit dans le cadre de la part collective du Pass culture, depuis l’ouverture de cette dernière en janvier 2022. Et ce afin de jouer un rôle de facilitateur dans l’organisation de rencontres d’auteurs en milieu scolaire. 

02/12/2022, 10:07

ActuaLitté

Jérémie Guez : “Je n'ai jamais eu ce dilemme entre littérature et cinéma”

Auteur de plusieurs ouvrages publiés aux éditions La Tengo et 10/18, Jérémie Guez est aussi un cinéaste dont le style s'affirme rapidement. Kanun, la loi du sang, en salles le 7 décembre prochain, constitue une nouvelle occasion de s'en apercevoir, après Bluebird (2018), Sons of Philadelphia (2020) et la mini-série, BRI (2022).

02/12/2022, 10:01

ActuaLitté

La science-fiction (SF), de la pop culture à “l'art contemporain”  

Un lieu d’enregistrement de l’angoisse ? De révélation d’une société sous couvert d’évasion et de divertissement ? Analyse plus véritable que vraisemblable des ressorts qui transforment le réel ? Toutes ces dimensions caractérisent la science-fiction. Si la littérature, la bande dessinée et le cinéma ont été les importants réceptacles du genre, les arts plastiques ne sont pas en reste. 

01/12/2022, 13:07

ActuaLitté

Des livres vierges : l'industrie du livre menacée d'asphyxie

Sans une révision de la loi sur le droit d’auteur, l’édition canadienne se trouve devant une page blanche. À ce titre, l'Association nationale des éditeurs de livres, représentant les éditeurs de langue française au Québec et dans le Canada tire la sonnette d'alarme. Et presse le gouvernement d'agir. À ses côtés, plusieurs autres organisations rallient le mouvement.

29/11/2022, 17:24