#Droit / Justice

#MeToo dans l'édition : “Je suis Jeanne”, une témoin se dévoile

« Je suis Jeanne, l’une des témoins cités sous pseudo par Médiapart dans son enquête du 21 avril 2021. M. Marsan a répondu à cet article en identifiant les témoins, les unes après les autres, dans un exercice d’intimidation qui doit figurer dans un chapitre du Nécronomicon. Dans l’un des derniers paragraphes et sous couvert d’éloges contrits, il rend mon identité publique en citant Albin Michel, ma maison d’édition. Déjà, tout le monde s’en fout, de mon identité, donc joke’s on you. » Par Marguerite Imbert.

Le 01/05/2021 à 12:50 par Auteur invité

35 Réactions | 3977 Partages

Publié le :

01/05/2021 à 12:50

Auteur invité

35

Commentaires

3977

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

De plus, ce droit de réponse contourne soigneusement les accusations qui l’ont rendu nécessaire. Il est donc urgent qu’on parle de la manière dont le rapport de force entre l’auteur et l’éditeur favorise et renforce les violences sexistes. 

Les conditions d’un crash

Chaque année de nouveaux arrivages de chair fraîche font grossir les rangs des aspirants à l’édition. Banalisés par le nombre, lissés par l’anonymat, on peine à distinguer les candidats les uns des autres. Beaucoup de jeunes, et beaucoup de femmes qui s’offrent en lamelles dactylographiées. Cet abandon de soi au profit du livre est un péril dont le point de bascule oscille entre l’espoir et la vulnérabilité. L’obsession de l’artiste est doublée par la rage de réussir que la société a su infliger à la plupart d’entre nous. Il semble, à ces auteurs et autrices, qu’il y a tout à gagner et peu à perdre, car ils n’ont rien à se reprocher : ils ne font que proposer leur travail à des gens dont le jugement est absolu. Tout au plus les portes fermées le resteront-elles. La littérature est bâtie sur le risque d’être rejeté.

Affaire Marsan: l'édition face à ses responsabilités

Ce sont les règles d’un jeu aussi cruel qu’universel : celui de la sélection. Un jeu à la perversion subtile, qui gagne malgré eux tous les joueurs à sa cause. Les perdants n’ont guère l’occasion de se faire entendre, frappés qu’ils sont par la honte. Quant aux gagnants, il serait malvenu de mordre la main qui les relève.

Les auteurs, tout entiers dévoués à leurs livres-totems, perdent parfois de vue qu’au fil des pages c’est eux qu’on scrute.

L’une de mes nombreuses qualités

En 2019, c’est avec un cerveau sous vide et 4 heures de sommeil à mon actif que j’arrive aux Imaginales. Comme les autres, j’ai investi pour être là. Je ne me fais pas d’espoirs inutiles, mais j’ai payé une centaine d’euros pour aller à Épinal et y passer la nuit. Je dois donner le meilleur de moi-même. J’ai été sélectionnée pour participer au speed-dating et, déjà, ce champ lexical de la rencontre amoureuse jette le trouble parmi les candidats. Nous sommes à la merci d’un coup de foudre. Exceptionnellement, nous savons qu’aujourd’hui on ne nous jugera pas sur nos compétences d’écrivains, mais sur notre capacité à convaincre.

Et en face, les juges — les éditeurs — attendent d’être séduits. C’est un exercice de charme qui ne dit pas son nom et ignore ses limites.

Quant à moi, je veux renvoyer l’image d’une autrice fiable et mature. Je m’assure d’avoir les ongles propres, le dos droit et de bien connaître la ligne éditoriale de chaque maison à laquelle je vais pitcher mon roman. J’aimerais paraître intelligente sans suggérer la prétention, comme dans n’importe quel entretien d’embauche. C’est donc pressurisée jusqu’au trognon que je me présente enfin devant Stéphane Marsan.

L’article de Médiapart déroule très bien la suite, jusqu’à sa conclusion odieuse. Tout le temps qu’auront duré mes échanges avec Stéphane Marsan, je me suis reprochée d’être paranoïaque (il ne pensait pas à mal en me demandant où j’allais passer la soirée) et imbue de moi-même (pourquoi cet homme mondain me ferait-il des avances ?). Après tout, il voulait m’éditer. Et n’avait-il pas dit que « ses auteurs » lui devaient la gratitude ? N’avait-il pas cité, sans la nommer, l’une de ses protégées qui l’avait injustement trahi ? N’avait-il pas justifié ses manières par l’extraordinaire particularité de la relation auteur/éditeur, intimement dysfonctionnelle et si troublante ?

Par chance, d’autres maisons s’intéressaient à mon texte. Si bien que ce soir-là, j’avais demandé à Stéphane Marsan un délai pour signer mon contrat. Poussant la crétinerie jusqu’au bout, j’ai même expliqué mon dilemme. Nous nous quittons donc et j’entre dans la bouche de métro, déraisonnablement heureuse de commencer ma carrière et impatiente de progresser. La rame n’a pas le temps d’arriver que, déjà, je reçois un SMS de lui. Je me demande ce qu’il a pu oublier de dire ; je m’attends à un commentaire badin, sans doute amical. Et je lis :

« Vu miss nibs. Haut blanc transparent sur un sous tif en dentelles. Ah ça pour négocier un contrat elle sait faire ! :)”

Je passe une seconde interloquée, encore embuée par la joie, avant de comprendre. Envahie par la honte, je baisse les yeux sur mon tee-shirt blanc, porté toute la journée au bureau. Le métro arrive, et avant de perdre tout amour-propre, je lui réponds pour lui signaler sa misérable erreur :

« C’est l’une de ses nombreuses qualités, M. Marsan. »

C’est purement bravache et ça ne me fait pas rire. Je me mets à pleurer, coincée entre deux voyageurs un peu embarrassés.

Rétrospectivement, je m’étonne de l’intensité avec laquelle j’ai vécu cette humiliation. Cet homme s’était ridiculisé en se trompant de destinataire. Pourtant, j’étais honteuse au-delà de l’insulte. Je l’ai sentie faire écho à d’autres attaques, comme tant de femmes en ont vécu. Je n’avais pas prévu que cette violence s’inviterait dans ma profession rêvée. Au cœur de ma dimension littéraire — la plus cérébrale, la moins incarnée — cet éditeur m’avait épinglée comme un objet excitant. Ce SMS m’avait durablement convaincue que j’étais nulle.

Que je ne devais mon contrat qu’au contenu de mon tee-shirt blanc. Que j’avais été provocante, vulgaire, insipide, soumise, aveugle, tout et son contraire. Je me suis retournée comme une chaussette, à l’image de toutes ces femmes qui doutent d’elles-mêmes après avoir été bafouées. Une expérience familière.

Une Jeanne parmi d’autres

Qui sont les responsables de cette dangereuse fusion publique entre l’œuvre et le corps ? L’oligopole culturel qui rend certains hommes incontournables, malgré leur réputation de prédateur ? L’exigence de rentabilité imposée aux artistes ? La société du spectacle, qui réclame toujours plus de chair à vif et attend de ses écrivains qu’ils aient plus à offrir que des livres ? Je pense que ces paramètres font système, et que ce système se referme autour des plus fragiles.

Le métier d’écrivain est intrinsèquement précaire. Merveilleux, mais précaire. L’auteur débutant est placé sous la gouvernance d’un éditeur dont le rayonnement protège et éclipse tout à la fois. Quoiqu’asymétrique, cette relation est souvent enrichissante et donne à l’auteur les outils de son indépendance au fil des années et de ses publications. Mais parfois, la maison d’édition se transforme en huis clos.

Et l’éditeur, investi des espérances d’auteurs et autrices précaires, abuse de sa position. Pour les femmes, c’est double peine. Lorsque la relation de travail tourne au harcèlement sexuel, l’autrice est piégée dans une rhétorique sexiste : le soupçon s’abat sur elle et son talent.

Il faut le rappeler : le contrat d’édition et les négociations qui le précèdent posent les bases d’un rapport strictement professionnel. L’autrice n’engage ni sentiments ni sexualité, et ne doit rien d’autre que son texte. Pourtant, il est trop courant de voir les éditeurs recourir au chantage émotionnel — voire économique — pour faire pression sur une jeune femme inexpérimentée. « Je prends des risques pour toi », « Je dois bien te connaître pour travailler avec toi », autant d’éléments de langage qui repositionnent la relation de travail dans le champ de l’affect. Première étape, volontaire ou non, d’un processus manipulatoire, ce décalage émotionnel peut déboucher sur une emprise paralysante pour l’autrice.

À cela s’ajoutent l’intimidation, l’humiliation systématique des femmes qui ne souscrivent pas au silence et la crainte d’être exclue d’un milieu où tout le monde se connaît : comment s’étonner que #MeToo débarque à peine dans l’édition ? Et pourtant, le phénomène ne date pas d’hier, comme les réactions en attestent : tout le monde savait. Le harcèlement sexuel serait une variable fâcheuse du milieu, un peu comme le coût des impressions en couleur.

À la fin de sa communication, Stéphane Marsan brise mon anonymat avec l’élégance qu’on lui connaît désormais. En citant ma maison d’édition, il s’est assuré une réaction : aujourd’hui, chez Albin Michel, tout le monde sait que j’ai témoigné sous le pseudonyme de Jeanne. Cet accueil réservé à mon début de carrière est, pour tous les acteurs de l’édition, une injure déguisée en connivence.

Il pense que vous lui ressemblez. Il sollicite votre complicité. Il s’attend à ce qu’une fois au courant, ses confrères s’affolent de voir une autrice parler et rompre le pacte tacite. Mais il oublie que partout, des hommes et des femmes solidaires s’investissent pour rendre le monde meilleur. Y compris dans l’édition. Cela ne fait que quelques mois que je suis publiée, mais j’ai déjà eu la chance de rencontrer certaines de ces personnes. Je suis soutenue par ceux qui m’ont publiée, et entendent me publier à nouveau.

Peu importe qu’on les menace, qu’on salisse leur travail, les autrices placeront toujours les livres comme des douves entre elles et le reste du monde et continueront d’écrire. C’est l’une de leurs nombreuses qualités, M. Marsan.

 

Marguerite Imbert est l'autrice de Qu'allons-nous faire de ces jours qui s'annoncent, publié aux éditions Albin Michel. Le lien vers le site de son éditeur a été rajouté à l'initiative de ActuaLitté. Il ne figurait pas dans le texte qu'elle nous a fait parvenir.

 

NDRL : ActuaLitté se doit de rappeler que M. Marsan bénéficie pleinement de la présomption d’innocence, n’ayant par ailleurs, selon ses propres termes « jamais été mis en examen, gardé à vue ou fait l’objet d’une enquête judiciaire ».

 

mise à jour 2/05 - 18 h : 

Gilles Haéri, président des éditions Albin Michel, joint par ActuaLitté, apporte ce message, pour « marquer notre attachement à cette auteure » : 

Albin Michel est heureux d’avoir édité en janvier dernier le premier roman de Marguerite Imbert, publié dans la maison par Véronique Ovaldé. C’est assurément une jeune romancière de talent, dont le premier texte avait fait l’unanimité au comité de lecture, et avec qui nous venons d’ailleurs de nous engager pour un impressionnant second roman de science-fiction.

 

mise à jour 19/05 - 17 h 10 : 

L'avocat de Stéphane Marsan nous a fait parvenir le droit de réponse suivant :

 

Crédit photo : engin akyurt/ Unsplash ; Marguerite Imbert © Albin Michel

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Marguerite Imbert Albin Michel
Qu'allons-nous faire de ces jours qui s'annoncent ?
03/02/2021 311 pages 18,90 €
Scannez le code barre 9782226450326
9782226450326
© Notice établie par ORB
plus d'informations

35 Commentaires

 

Albertine

01/05/2021 à 13:23

Bravo pour ce courage !

Jean

01/05/2021 à 13:25

Les mutations de #MeToo dans les différents secteurs, s'il est encore difficile de dire si elles parviendront à faire bouger les choses, ont au moins le mérite de donner une voix, et de rassurer un peu toutes celles qui se trouvent dans ces situations de merde. J'espère qu'un maximum d'entre elles tomberont sur cette affaire, et verront que c'est un truc qu'on tait de moins en moins.

Et personnellement, en lisant ça et sans rapport avec la sympathie que j'ai par ailleurs pour les victimes de ces sales types, j'ai très envie d'aller voir ce que Marguerite écrit d'autre ! Belle verve !

G.D.

01/05/2021 à 13:32

Merci à Marguerite Imbert de décrire si bien le processus d'assujettissement mis en place par encore trop d'"hommes de pouvoir", de le démonter tranquillement pour en montrer les rouages simples et misérables. Et merci de finir néanmoins par cette note d'espoir qui parle d'humanité, d'intégrité et de talent.

Lyo

01/05/2021 à 14:08

Je suis surprise que les médias généralistes n'en parlent pas du tout. Mais c'est vrai que la maison Bragelonne publié surtout de la SFF, genre très mal vu en France.

En tout cas, courage aux victimes. C'est absolument effroyable ce genre de témoignage.

Louis

01/05/2021 à 16:05

Je suis vraiment désolé de vous lire. Étant moi-même amateur du catalogue Bragelone dans mon adolescence (gros lecteur Fantasy/SF), j'en éprouve maintenant un désagréable remord. C'est une chose difficile à croire, qu'il existe encore des porcs pareils prêts à abuser de leurs position. En tant qu'homme, ça me révulse et, encore une fois, ça me fait honte.
Hâte de vous lire, en vous espérant le meilleur.

Marco

01/05/2021 à 19:03

Bravo. C'est très éclairant sur ce qui peut se passer en "arrière-plan", dans la tête (pour rester poli) d'un gros dégueulasse. Heureusement, tous le éditeurs ne sont pas à mettre dans le même sac : beaucoup ne rencontrent même pas les auteurs avant de signer un contrat. Et c'est très appréciable (selon moi). Ces "speed-dating" initiés par des éditeurs sont-ils une marque de leur professionnalisme ? On peut en douter. Présenter un book de visu pour les illustrateurs à peut-être encore du sens (et encore)... mais pour les écrivains ?
Personnellement (en jeunesse et BD), les seuls éditeurs que j'ai rencontrés, je travaillais avec eux depuis des années et, à l'occasion d'un projet (souvent une commande), d'un passage ou d'un prix, on a partagé un café, parfois un repas. Et ensuite, chacun est reparti de son côté faire sa part de boulot. Et c'est téléphone/mail si on a une question à régler, une négociation, un échange sur un texte.
Donc, méfions-nous de ces éditeurs qui aiment "voir" les auteurs avant même de lire leur texte. Cette expérience (malheureuse et traumatisante, on n'en doute pas) peut servir de leçon et d'avertisseur. Prudence !

NAUWELAERS

01/05/2021 à 21:44

Personnellement, j'apprends cette pratique bizarre de «speed dating» par les éditions Bragelonne...
Effectivement, les éditeurs et éditrices et comités éditoriaux jugent de textes, tout de même.
Même si -ne nous cachons pas derrière notre petit doigt -le talent seul n'est pas toujours le seul critère qui préside à la sélection ou non d'une plume nouvelle.
Souvent l'histoire personnelle de l'auteur ou auteure, ce qu'il y a comme caisse de résonance médiatique possible peut jouer.
Pas toujours, espérons-le !
Je constate que Marguerite Imbert, fort choquée, a répliqué du tac au tac et que l'histoire se finit au mieux: elle est publiée dans une grande maison d'édition !
Ce qui prouve tout de même que malgré la précarité, l'incertitude, l'absence de réseau...une autrice peut et doit se faire respecter sans s'imaginer figurer sur une liste noire.
Puisqu'il y a de nombreux éditeurs et beaucoup d'éditrices qui sont à la hauteur de leur tâche.
Donc oui, avoir le courage et tout bêtement la lucidité de ne jamais se laisser faire.
Non cela ne condamne pas à l'abandon de ses rêves.
MAIS...De nombreuses plumes même ferventes ne seront jamais publiées par les éditeurs classiques: encore plus d'appelés (depuis le Covid qui pousse tout le monde à écrire) et moins d'élus et élues...
Cette voie est étroite et pas facile, comme les métiers artistiques.
Bonne chance à Marguerite Imbert...et si on arrêtait les «speed datings» dans un domaine où ils ne sont pas pertinents voire un peu...malsains (en tout cas, potentiellement) ?
CHRISTIAN NAUWELAERS

Johnny

02/05/2021 à 08:37

Bonjour,
Aucune surprise.. J'ai participé plusieurs fois aux Imaginales, j'ai toujours refusé de participer aux speed dating, car je n'appreciais pas ce principe. D'autres éditeurs que Bragelonne sont entrés dans la même mouvance, je m'en suis rendu compte à l'époque quand une maison d'éditions liée au monde sfff avait sélectionné une autrice après une rencontre. Maison d'éditions sélective, je le sais pour avoir reçu un message m'expliquant qu'ils publiaient peu de nouveaux auteurs, un à deux par an. L'Autrice, pour avoir personnellement retravaillé l'un de ses textes je peux l'affirmer, a été publiée après ce speed dating et c'est triste à dire, mais ce n'était pas pour son talent littéraire. Donc maison très sélective mais pas pour des critères littéraires.
Bragelonne n'est pas la seule dans ce petit milieu à agir ainsi. Je pourrai en parler des heures.
Bonne journée et bon courage aux femmes qui subissent ça, mais il ne faut pas oublier les hommes auteurs qui subissent aussi à différents niveaux, rejets des éditeurs pour leur physique ou inversement. Là on rejoint les propos ignobles de Fabien Lecoeuvre envers Hoshi.

Sylvie sehili

01/05/2021 à 21:06

Au nom des femmes, de toutes les femmes, Merci Marguerite de ne pas vous être laissée effeuiller....ni un peu, ni beaucoup, ni à la folie, mais pas du tout !
Tout mon soutien pour l'avenir
Merci aussi à Médiapart, j'ai désormais bien envie de vous lire...
Sylvie

Ariane

02/05/2021 à 09:48

Si vous ne vous laissez pas faire vous passez vite pour une femme qui a un problème (laide, puritaine, caractérielle, ou psychopathe)si vous êtes mignonne ,charmante et pleine d'esprit, alors vous êtes le diable!!!
Quoiqu'il en soit si vous dénoncez les mauvaises pratiques des éditeurs vous êtes à l'index ...!

Ariane

02/05/2021 à 09:40

Ce que décrit cette Jeanne est parfaitement exact...j'ai subi tout ce qu'elle décrit...toutes ces humiliations des plus grossières aux plus subtiles...
Je me croyais paranoïaque, j'étais seulement bafouée...La méthode des éditeurs bien éduqués se veut subtile : si on n'accepte pas un jeu de séduction tacite rien ne se passe.. ni édition ni parution on reste dans le néant et avec la honte d'être sans doute une autrices sans talent!
Malheureusement beaucoup de femmes s'exécutent, pensant que dans cette société organisée par les hommes c'est un passage obligé...


NAUWELAERS

02/05/2021 à 12:02

Ariane,
Bien entendu je déplore votre expérience semblable à celle de Marguerite Imbert.
C'est choquant.
Pensez aux très nombreuses maisons d'édition dont les responsables sont féminines...
Enfin ce milieu est fortement féminisé, il n'y a pas que Bragelonne !
Ne les invisibilisez pas s'il vous plaît pas en globalisant une expérience négative tout à fait scandaleuse, c'est vrai.
Mais pourquoi rester sur une posture d'impuissance et de vision noircie et faussement ultramasculine du monde littéraire ?
J'ai l'impression d'assister à une sorte de conditionnement négatif répandu qui s'autopersuade en une spirale mentale infernale qui enferme...
Qui a du talent et de la passion ne se laisse pas arrêter par cela.
«Where there's a will there's a way»...
Les gens sont-ils devenus incapables de lutter autrement que par les réseaux sociaux ?
On vous traite comme cela, si mal ?
Arrêtez de vous dévaloriser en croyant qu'un milieu éditorial très féminisé n'est qu'un monde d'hommes.
Enfin c'est faux !
Et que tous les éditeurs se livrent sans aucune vergogne à ces pratiques qui sont inadmissibles (ce que je ne conteste pas une seconde, je ne les comprends même pas) et qui, si avérées -et je veux bien vous croire, c'est honteux -doivent absolument disparaître.
Mais pas d'accord avec un discours de généralisation abusive en décalage complet avec une réalité que tout le monde peut voir.
Enfin si vous avez un peu de confiance en vous, vous fulminez quand cela arrive, même après un temps de latence vu le grand choc; vous l'envoyez paître dès que vous reprenez vos esprits et vous avancez puisque non, vous ne serez pas blacklistée, Ariane...
Vous allez voir ailleurs fissa...!
Assez de mauvais films et de la résistance et persistance indissociable de qui croit à son talent et à ses projets.
Suivez votre fil d'Ariane - facile je sais !- sans vous laisser arrêter par un mauvais, même puissant -ou il l'était car le vent tourne.

Mais certes les places sont chères, même dans les vraies maisons d'édition à la hauteur de leur tâche.
Je vous souhaite d'y parvenir, mais par ce que vous avez à offrir.
En tombant sur des pros intègres et positifs qui vous redonneront la confiance en vous qui semble un poil vous manquer, ne le prenez pas mal...
Mais c'est vrai, cela s'apprend et croyez bien que je me mets pleinement dans le lot.
Il faut savoir ce que l'on veut et ce que l'on refuse dans la vie.
Voilà ce qu'on devrait apprendre en premier à tous les mioches...
C'est un mâle blanc hétéro et non cisgenre -à la poubelle, la novlangue-et non macho ni soumis le moins du monde qui s'exprime ici.
La culture du viol m'est étrangère.
Savoir ce que on veut et donc fatalement ce que l'on refuse, loin des jérémiades mais à fond dans l'action (et la réaction contre ceux voire-si cela se produit-celles qui abusent !), cela s'appelle: la FORCE.
Et...c'est un nom féminin !

Vous êtes jeune, je crois ?
L'avenir est à vous !
Et gardez la santé vraiment...
Amitiés et ne voyez plus tout en noir...
Et Marguerite Imbert est publiée comme nous le savons maintenant !
Bonne chance, Ariane.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

02/05/2021 à 12:16

Ariane,
Bien entendu je déplore votre expérience semblable à celle de Marguerite Imbert.
C'est choquant.
Pensez aux très nombreuses maisons d'édition dont les responsables sont féminines...
Enfin ce milieu est fortement féminisé, il n'y a pas que Bragelonne !
Ne les invisibilisez pas s'il vous plaît pas en globalisant une expérience négative tout à fait scandaleuse, c'est vrai.
Mais pourquoi rester sur une posture d'impuissance et de vision noircie et faussement ultramasculine du monde littéraire ?
J'ai l'impression d'assister à une sorte de conditionnement négatif répandu qui s'autopersuade en une spirale mentale infernale qui enferme...
Qui a du talent et de la passion ne se laisse pas arrêter par cela.
«Where there's a will there's a way»...
Les gens sont-ils devenus incapables de lutter autrement que par les réseaux sociaux ?
On vous traite comme cela, si mal ?
Arrêtez de vous dévaloriser en croyant qu'un milieu éditorial très féminisé n'est qu'un monde d'hommes.
Enfin c'est faux !
Et que tous les éditeurs se livrent sans aucune vergogne à ces pratiques qui sont inadmissibles (ce que je ne conteste pas une seconde, je ne les comprends même pas) et qui, si avérées -et je veux bien vous croire, c'est honteux -doivent absolument disparaître.
Mais pas d'accord avec un discours de généralisation abusive en décalage complet avec une réalité que tout le monde peut voir.
Enfin si vous avez un peu de confiance en vous, vous fulminez quand cela arrive, même après un temps de latence vu le grand choc; vous l'envoyez paître dès que vous reprenez vos esprits et vous avancez puisque non, vous ne serez pas blacklistée, Ariane...
Vous allez voir ailleurs fissa...!
Assez de mauvais films et de la résistance et persistance indissociables de qui croit à son talent et à ses projets.
Suivez votre fil d'Ariane - facile je sais !- sans vous laisser arrêter par un mauvais, même puissant -ou il l'était car le vent tourne.

Mais certes les places sont chères, même dans les vraies maisons d'édition à la hauteur de leur tâche.
Je vous souhaite d'y parvenir, mais par ce que vous avez à offrir.
En tombant sur des pros intègres et positifs qui vous redonneront la confiance en vous qui semble un poil vous manquer, ne le prenez pas mal...
Mais c'est vrai, cela s'apprend et croyez bien que je me mets pleinement dans le lot.
Il faut savoir ce que l'on veut et ce que l'on refuse dans la vie.
Voilà ce qu'on devrait apprendre en premier à tous les mioches...
C'est un mâle blanc hétéro et non cisgenre -à la poubelle, la novlangue-et non macho ni soumis le moins du monde qui s'exprime ici.
La culture du viol m'est étrangère.
Savoir ce que on veut et donc fatalement ce que l'on refuse, loin des jérémiades mais à fond dans l'action (et la réaction contre ceux voire-si cela se produit-celles qui abusent !), cela s'appelle: la FORCE.
Et...c'est un nom féminin !

Vous êtes jeune, je crois ?
L'avenir est à vous !
Et gardez la santé vraiment...
Amitiés et ne voyez plus tout en noir...
Bonne chance, Ariane.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Forbane

02/05/2021 à 14:53

Bravo à cette jeune femme...
Certaines autrices sont victimes de harcèlement sexuel, d'autres de harcèlement moral (ce fut mon cas).
Toutes nous devons faire front et parler.
Le #MeToo de l'édition le permet désormais, et c'est un immense réconfort que de savoir qu'enfin nous ne sommes plus seules.

NAUWELAERS

02/05/2021 à 19:11

Et les femmes dotées d'un vrai caractère se défendaient déjà sans MeToo et bien avant MeToo !
Les meilleures féministes, ce sont elles.
Qui n'ont pas besoin d'une bannière derrière laquelle marcher...
Foin des dogmes à la fin, soyons nous-mêmes, faisons-nous respecter.
Les hommes également qui peuvent en prendre plein la gueule...
Il faut réagir sans marcher au pas de l'oie.
Par soi-même !

CHRISTIAN NAUWELAERS

r'gil

12/05/2021 à 23:02

Vos réponses me laisse plus que songeur.
Dans certaines, vous faites remarquer que les femmes sont nombreuses aux postes de responsabilité dans l'édition. Certes, mais... ce n'est pas le sujet.
Dans d'autres vous dites "Et les femmes dotées d'un vrai caractère se défendaient déjà sans MeToo et bien avant MeToo !".
Donc celles qui ne savent pas comment s'y prendre pour se défendre, qui se retrouvent surpriese, coincées, isolées, trop jeunes, ce sont des moins que rien, qui n'ont pas "un vrai caractère" puisqu'elles "ne savent pas se défendre", c'est ça ?
Vous rendez-vous compte de ce que vous écrivez ? Ou est-ce que vous n'êtes même pas capable de vous rendre compte du problème, de l'existence de personnes qui utilisent leur position pour du harcèlement envers souvent des personnes jeunes, inexpérimentées ou en "situation d'infériorité" dans la relation ?
Que ces comportements systémiques ne soient pas systématiques, que notre société avance - petit à petit - dans le bon sens, on peut le penser. Certaines grandes entreprises traitent par exemple ce sujet avec la plus grande fermeté, licenciement à la clef. Mais pourtant, de façon très régulière encore, de nouvelles affaires sortent, on découvre que dans certaines institutions, certaines entreprises, certains clubs de sports, certains mouvements politiques, une personne, un homme toujours, utilisait le "pouvoir" conféré par son poste pour harceler ou profiter de jeunes femmes, de jeunes filles ou de jeunes garçons. Et que presque toujours, "ça se savait". Vous ne lisez pas les journaux ou c'est un peu trop compliqué pour vous.

Vos réponses sont justes odieuses, et c'est un homme qui vous le dit.

NAUWELAERS

13/05/2021 à 00:03

Non mes réponses ne sont pas «odieuses» et c'est un humaniste progressiste mais pas extrémiste qui vous le dit.
Vous êtes d'une mauvaise foi confondante et je ne laisse pas passer cela.
Je déteste et condamne autant que vous les rapports de pouvoir odieux et abusifs.
Contre des femmes, des jeunes filles et parfois aussi contre des hommes dont des jeunes hommes.
Je dois l'écrire en japonais ?
Vous faire un dessin ?
Pourquoi faites-vous semblant de ne pas comprendre ?
Vraiment cette manière de certains et certaines de clouer au pilori qui ne raisonne pas à 100% comme eux ou elles est absolument insupportable.
Non monsieur, votre sectarisme, retour à l'envoyeur.
Je plaide pour la dignité humaine avant tout et l'assertivité: se faire respecter.
Apprendre cela à tout le monde dès le plus jeune âge.
Cela vous gêne, monsieur le redresseur de torts ?
Je prétends que si on se défend dès le départ, c'est beaucoup mieux que via des réseaux sociaux et longtemps après.
J'affirme que des preuves restent nécessaires.
Je soutiens qu'une parole seule ne vaut encore pas accusation dans une démocratie.
Et qu'il faut absolument agir en amont pour éviter des possibilités d'abus...et que ce n'est pas facile.
C'est évidemment le but à atteindre et il semble que toute l'évolution actuelle va bien dans ce sens.
Maintenant je ne prends pas position quand je ne sais pas.
Contrairement aux procureurs Twitter ou autres qui sont stupides, odieux et insignifiants...insignifiants sauf hélas s'ils parviennent à interférer avec une justice digne de ce nom.
Enfin je reconnais que ce n'est absolument pas facile et je ne dispose pas plus que quiconque (et surtout pas vous évidemment) de solutions toutes faites.

CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

13/05/2021 à 00:13

r'gil
«Donc celles qui ne savent pas comment s'y prendre pour se défendre, qui se retrouvent surpriese, coincées, isolées, trop jeunes, ce sont des moins que rien,»
Votre tronçon de phrase du 12 mai (tel quel), ci-dessus entre guillemets.
Vous me faites écrire ce que je n'ai ni écrit ni pensé et vous m'accusez ensuite d'apporter une réponse «odieuse»...
Un procédé de bas étage, fort utilisé mais qui ne passe pas.
Ici nous ne sommes pas sur Twitter mais sur un forum de qualité.
ENCOURAGER LES GENS à se défendre, c'est défendre la dignité humaine.
Ce qui ne signifie absolument pas prendre la défense des prédateurs.
Pour ne pas comprendre cela, il faut le vouloir...!
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

13/05/2021 à 00:27

Encore une chose, r'gil (votre message du 12 mai): des femmes nombreuses aux postes à responsabilité, parfois au plus haut niveau ( comme Fayard), cela contredit l'argument selon lequel l'édition est -encore - un monde d'hommes.
Ce le fut, c'est beaucoup moins vrai maintenant et on peut penser que de jeunes et moins jeunes autrices ne se trouveront pas en position insupportable de proies.
Donc votre objection était à côté de la plaque, monsieur.
Cela fait totalement partie du sujet et prouve que non, la situation n'est pas sans issue pour des victimes dans un monde qui ne serait peuplé en majorité que d'hommes et prédateurs.
Ce qui ne justifie en rien le comportement des prédateurs qui subsistent encore.
Si vous continuez à faire semblant de ne pas comprendre, tout en déformant mes propos, cela devient incurable.

CHRISTIAN NAUWELAERS

Marco

02/05/2021 à 15:02

Il faut arrêter de penser que de supporter les avances d'un éditeur permettrait de se faire éditer. Ce sont les hommes comme Marsan qui tentent de convaincre les auteurs du contraire, et ils y parviennent. Mais aucun éditeur ne laissera passer un texte qu'il juge intéressant pour son catalogue et capable potentiellement de répondre à une attente de son public. Certains essaient de faire croire qu'il leur faut la crémière... mais c'est faux : tous se contentent de l'argent et du beurre.
Petite histoire : il y a bientôt 20 ans, nous avions en jeunesse une éditrice (eh oui !) qui aimait beaucoup les jeunes illustrateurs. Elle faisait son marché du côté des Beaux-arts de Strasbourg et son favori (celui que j'ai bien connu) était convaincu qu'il fallait donner de sa personne pour être édité. Ce qui lui valut donc de tromper sa femme et de participer à un nombre très important de salons jeunesse où l'éditrice prenait une chambre non loin de la sienne. Le pauvre garçon était souvent épuisé, croulait en semaine sous le travail que lui confiait l'éditrice et le WE pas seulement sous les dédicaces (il rencontrait en effet un grand succès auprès du public).
Mais cette éditrice publiait beaucoup d'autres illustrateurs qui avaient refusé ce jeu dangereux. Tous ceux dont le graphisme correspondait à la maison d'édition se voyaient confier des livres à illustrer. Et ceux dont les ventes étaient bonnes avaient du travail pour des semaines entières et pouvaient disposer à leur guise de leur WE...
Quant à notre illustrateur, le favori, il n'était pas conscient de son talent (et il en débordait), convaincu que sa réussite était liée à cette relation (et qu'y mettre fin aurait des conséquences terribles !).
Puis l'éditrice s'en est allée (elle ne travaille plus dans l'édition)... et l'illustrateur a pu constater qu'il avait toujours autant de travail.
Puis il a changé d'éditeur... toujours avec le même succès.
Tout cela n'était qu'une illusion, une force de persuasion issue d'une pensée collective qu'utilisent certains hommes (et donc parfois des femmes).
Débarrassé de cette relation toxique, notre illustrateur a pu passer de paisibles WE chez lui en compagnie de ses enfants... ah non ! Entre temps, sa femme avait appris qu'il l'avait trompée pendant des années.
Et l'éditrice ? Elle a changé de métier, s'est mariée et vient d'avoir son deuxième enfant. Elle rayonne de bonheur.
FIN

NAUWELAERS

02/05/2021 à 19:05

MERCI à Marco qui flingue ce «storytelling» inepte qui fait croire à de jeunes autrices inexpérimentées que l'édition n'est qu'un monde d'hommes -il suffit de regarder l'ours de très nombreuses maisons d'édition françaises -et que le droit de cuissage est un passeport anti-sanitaire pour mener à la réussite.
Plutôt que de pétitionner (ce qui mène à quoi ?) et balancer des lamentations sur les réseaux sociaux, prendre le taureau par les cornes et se défendre illico, point.
Cette attitude-là est crédible.
Et efficace..
CHRISTIAN NAUWELAERS

Cabinet Pierrat & associés - Droit de réponse Stéphane MARSAN

12/05/2021 à 20:30

ActuaLitté a publié un article le 1er mai 2021 intitulé « #MeToo dans l'édition : “Je suis Jeanne”, une témoin se dévoile » dans lequel je suis expressément visé et que je ne peux laisser sans réponse.

Cet article vise « l’enquête » et l’article de MEDIAPART publié le 21 avril 2021.

La journaliste de MEDIAPART a déclaré publiquement qu’à sa connaissance aucune plainte n’a été déposée ni avant, ni après, la publication de l’enquête.

Je tiens à récuser tous les faits qui me sont imputés et à réfuter formellement toute prétendue accusation de harcèlement sexuel ou moral.

Il semble que la frontière entre une prétendue morale et le droit pénal soit parfois poreuse faisant régner une confusion intolérable.

Cette auteure m’a pitché ses projets aux Imaginales ; puis nous avons pris un verre ensemble à Paris pour une longue discussion pendant laquelle je l’ai encouragée à me proposer un roman politique. Elle m’a confié un formidable roman, que j’ai accepté. Je lui ai adressé malencontreusement un message destiné à un ami et me suis confondu en excuses.

Mes prétendus propos cités dans cet article n’ont donc pas le sens qu’on entend leur prêter. Il est soutenu que j’aurais dit après cette bourde : « Je devrais vous obliger à signer ici et maintenant. Mais je ne le ferai pas parce que je souhaite bien me comporter avec vous. ».

Mon intention était de lui dire : vous avez un contrat sous les yeux, je devrais vous inciter à signer avec moi plutôt que d’accepter que vous attendiez la réponse d’un éditeur et « je souhaite bien me comporter avec vous » doit être compris comme dans le sens « je ne veux pas vous mettre la pression pour que vous signiez ». En effet, si je la surnommais souris intelligente, c’était parce qu’en étant très discrète elle faisait montre à mon avis d’une attitude réflexive très juste. A ma connaissance, l’expression « souris intelligente » n’est ni une insulte ni une expression outrageante ou dégradante...

Je tiens à rappeler que je bénéficie de la présomption d’innocence. Je n’ai jamais été mis en examen, gardé à vue ou fait l’objet d’une enquête judiciaire.

La propagation publique de rumeurs, particulièrement graves, à l’encontre d’hommes et de femmes accablés a des conséquences irréversibles telles que le suicide, à l’instar d’une affaire récente.

Je me réserve le droit d’intenter toute action à l’encontre de toute personne me portant directement ou indirectement atteinte afin de faire valoir mes droits par le biais de mes avocats.

Pierre.Anecem@gmail. Com

12/05/2021 à 23:08

Vous êtes toujours en poste Monsieur Marsan ? Qu'en dit hachette ?

Marco

13/05/2021 à 09:22

Mediapart et Stéphane Marsan, réaction du SELF (Syndicat des Ecrivains de Langue Française) :
"(...) Ce n’est pas une surprise. Des adhérentes du SELF avaient déjà évoqué en privé des faits similaires qu’elles avaient subis de sa part, et nous les avions alors assurées de notre soutien (...)"
Les exemples sont nombreux (Charte, Ligue...). Ces pratiques sont vieilles comme le monde mais, la nouveauté, c'est que de (très) nombreuses personnes n'en veulent plus. Savions nous ? oui. Avons-nous trop tardé à nous révolter ? Certainement. Droit à la présomption d'innocence ? Bien sûr... mais aussi le droit de se méfier de ceux qui sont largement dénoncés, par de multiples sources, qui ne cachaient pas leur façon d'approcher les auteurs jusqu'à ce qu'on le leur reproche, droit de boycotter leur échoppe, droit de ne pas participer à leur façon de sélectionner les projets, etc.
Les priver de mots à publier, ne pas les fréquenter, c'est leur reprendre le pouvoir dont ils aiment abuser.

Robert

28/05/2021 à 20:15

De toute façon, depuis qu'Amazon a inventé son kdp, pourquoi s'embêter à chercher un éditeur classique ? La moyenne des ventes d'un roman publié par une maison classique doit être de 500 exemplaires. Pas de quoi pavoiser, et pas de quoi s'acharner à convaincre untel ou untel de vous publier.

NAUWELAERS

28/05/2021 à 21:09

Réponse à Robert (28 mai): parce qu'un vrai éditeur, cela reste un pro.
Les éditeurs du web n'en sont pas.
Déjà lu des livres au sigle d'un pseudo-simili- éditeur du web...
Affligeant.
On juge l'arbre à ses fruits.
Sauf si on se moque de la qualité, évidemment...

CHRISTIAN NAUWELAERS

Vertigo

28/05/2021 à 22:11

Ce n'est plus aussi simple.
Je connais de bons auteurs qui, parce que leurs livres ne sont pas "commerciaux", ne trouvent plus d'éditeur pour les publier.
A contrario, un manuscrit passable sinon mauvais, parce que vendeur, pourra très bien trouver preneur chez une maison d'édition en bonne et due forme.
Il n'y a qu'à voir les affligeantes productions de Marc Lévy, Guillaume Musso, Clémentine Beauvais, Agnès Martin-Lugand et j'en passe.

Robert

29/05/2021 à 00:28

Vous savez, la "biographie" d'une pseudo-vedette de TV réalité ou un livre de recettes de tel ou tel animateur de jeu TV ne deviennent pas de la littérature par magie juste parce qu'ils sont publiés par Gallimard ou Grasset. Votre vision de l'auto-édition est malheureusement très répandue et fausse dans de nombreux cas. Oui, vous trouverez des très mauvais bouquins auto-édités, mais vous en trouverez aussi beaucoup qui n'auront pas grand-chose à envier à la majorité de ceux publiés par des maisons ayant pignon sur rue. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas le problème ici. Ici on parle de personnes qui se prêtent à ce jeu stupide de "speed dating" pour espérer être publié par une maison d'édition. C'est presque pathétique de se vendre ainsi. Qu'est-ce que la littérature vient faire là-dedans ?

NAUWELAERS

29/05/2021 à 11:28

Robert,
Ce que vous écrivez tombe sous le sens -je ne lis pas n'importe quoi, fût-ce sous le label d'éditeurs (encore) prestigieux.
Mais dans l'océan de livres autoédités sans travail éditorial, bonne chance pour séparer le bon grain de l'ivraie !
Certains, au sein de maisons comme Michel Lafon, sont payés pour ça et se spécialisent dans «l'hélitreuillage» de jeunes plumes prometteuses vers l'édition classique pour leur donner la consécration de publier un vrai livre.
Qui parfois peut cartonner...
Certes il ne faut pas oublier pour autant que qualité et quantité forment un couple bien désuni !
Et le plus trivial opportunisme commercial est souvent de mise.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Robert

30/05/2021 à 13:51

C'est vrai qu'il faut chercher un peu. Mais depuis que je publie sur Amazon, il n'est plus nécessaire de trop chercher ;)

Vertigo

30/05/2021 à 13:13

D'accord avec vous, sur tout.
J'ignorais l'existence du speed-dating dans le monde littéraire et m'étonne que des auteurs et autrices y recourent.
Comme vous dites, où est la littérature (avec un L) dans tout cela ?...
Imaginons Steinbeck, London, Kerouac dans ce genre d'entreprises... Inconcevable ! Autant que De Gaulle en train de faire le pitre avec d'autres pitres médiatiques.
Décidément notre époque est on ne peut plus basse et en phase de décadence accélérée.

Questcequonlit

11/06/2021 à 11:18

La palme du mansplaining est attribuée à... C NAUWELAERS !
Petit jeu : lisez chacun de ses commentaires avec une bouteille de Tequila et buvez à chaque fois qu'il :
* explique aux femmes leurs propres problèmes
* dit qu'on n'a pas besoin des réseaux sociaux
* parle de "avant Me Too" #cetaitmieuxavant
* dit qu'il n'y a pas de vrai problème dans le monde de l'édition car il y a beaucoup de femmes dans le milieu
* exprime des opinions paternalistes et condescendantes

Certains feraient mieux de ne pas s'exprimer du tout et de COMPRENDRE qu'ils font partie du problème.

Et chapeau à Marguerite pour sa prise de parole courageuse.

NAUWELAERS

11/06/2021 à 16:11

Palme de la mauvaise foi la plus totale et de la malhonnêteté intellectuelle la plus monolithique et incurable à celui ou celle qui se cache derrière le pseudo Qu'estcequ'on lit !
Tant de bigoterie et de malveillance laisse pantois ou pantoise.
Quand vous prendrez la peine de lire mes contributions avant d'y répondre sans les connaître, faites-moi signe (mais venant de vous, je ne suis pas pressé)...!
-Il existe des tas de dérives des réseaux sociaux que des foules de gens dénoncent à juste titre.
J'en fais partie et désolé si j'offense votre religion...
-Je ne suis pas paternaliste; quant à vous, je pourrais prendre chez vous des leçons de condescendance et de tartufferie -celle qui consiste à travestir les propos de celui ou celle que l'on attaque «ad hominem» faute de vrais arguments...on en invente dans ce cas.
-Souhaiter que les femmes se défendent correspond à une vision honnête et émancipatrice de la femme, partagée par les vraies et vrais féministes dont je suis.
La mauvaise foi gluante, c'est votre domaine.
-Je n'explique pas aux femmes leurs propres problèmes; je souhaite qu'elles se défendent illico et fissa.
Vous préférez qu'elles morflent durant des années avant de se répandre sur vos sacro-saints réseaux sociaux (dont je ne nie pas la nécessité lorsque cela se passe bien, mais vous occultez cela bien entendu) ?
Voilà, je suis en désaccord total avec vous.
Les lectrices et lecteurs du site en jugeront.
Avec moi, la tricherie et la sournoiserie ne passent pas...
Monsieur ou madame questcequon lit, qui que vous soyez, confite ou confite dans votre dogmatisme stérile et négatif...
Ravi que plein de personnes ne vous ressemblent ni de près, ni de loin.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

11/06/2021 à 16:29

Rectification mais tout le monde aura compris, à la fin de ma réponse au procureur ou la procureuse questcequonlit: confit ou confite...
Petite distraction, désolé.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

11/06/2021 à 16:35

RECTIFICATION: confit ou confite, évidemment !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Manuscrits musicaux : le nécessaire rééquilibrage de la relation avec les éditeurs

Le Syndicat français des compositrices et compositeurs de musique contemporaine (SMC) vient de réagir suite à la vente aux enchères de manuscrits de compositrices et compositeurs vivants. Le syndicat dénonce notamment les dérives non-déontologiques entraînées par certaines clauses abusives dans les contrats d’édition musicale et appelle à un rééquilibrage des relations entres les éditeurs et les compositrices et compositeurs.

22/10/2021, 12:50

ActuaLitté

“L'édition indépendante est une fiction”

L’indépendance éditoriale, entendue comme une liberté de publier, ne se laisse pas définir facilement. Elle est affaire de jugement, d’auteur(e)s, d’éditeurs(trices), selon des critères qui leur appartiennent, et des publics aussi — et de la nature du régime politique en cours. Par Gilles Kujawski, ancien commercial d’Editis, militant à La France Insoumise.

12/10/2021, 12:47

ActuaLitté

“Quand t’auras 12 ans, tu seras privé de bibliothèque”

Depuis les extensions du Pass sanitaire dans les lieux culturels à des tranches d’âge plus jeunes, les phénomènes d’exclusion s’amplifient. Si bien des gens n’avaient pas mesuré ce que ces décisions impliqueraient, voici les effets pervers qui se profilent. Alors qu’une nouvelle mobilisation nationale est annoncée pour mercredi 13 octobre dans les bibliothèques municipales, un collectif de professionnels signe dans nos colonnes une tribune allant dans ce sens diffusée ci-dessous dans son intégralité.

09/10/2021, 10:20

ActuaLitté

Les “opposants politiques” et le régime de Loukachenko en Biélorussie

Les réactions se multiplient pour dénoncer le régime mis en place par Alexandre Loukachenko, président de Biélorussie. Réélu en août 2020, il a marqué son retour par plusieurs attaques portées contre la liberté d’expression. Et plus spécifiquement des associations d’auteurs. L’association professionnelle des autrices et auteurs de Suisse monte à son tour au créneau, dans un texte communiqué à ActuaLitté, ici reproduit en intégralité.

04/10/2021, 12:17

ActuaLitté

Des ministres de la Culture francophones s'engagent à “promouvoir l’accès au livre”

Les 23 et 24 septembre derniers, des ministres de la Culture de plusieurs États francophones ont participé aux États généraux du livre en langue française, échangeant avec les professionnels du secteur pour élaborer une stratégie visant à dynamiser le secteur et la circulation du livre dans l'espace francophone. Parallèlement, les ministres de la Culture de 9 États francophones cosignent une déclaration, reproduite ci-dessous en intégralité.

28/09/2021, 16:34

ActuaLitté

Comment lire un roman écrit par une voiture ? 
La doxa littéraire face à l’Intelligence artificielle

Dans son roman de 2002, Exemplaire de démonstration, Philippe Vasset vantait ironiquement les vertus du Scriptgenerator, un logiciel rédacteur de best-sellers paramétrable par l’éditeur en fonction d’un public cible. En 2016, avec Ada, Antoine Bello imaginait à son tour une intelligence artificielle spécialisée dans le roman sentimental. Il se trouve que ces fictions de robots-écrivains sont de moins en moins improbables. Par Pascal Mougin, université Paris-Saclay.

27/09/2021, 09:48

ActuaLitté

En Afghanistan, “les créateurs sont pourchassés, risquent la torture et la mort”

La progression et le retour des talibans au pouvoir, à la faveur du retrait des forces internationales de l'Afghanistan, inquiètent le monde entier. Le devenir des libertés individuelles semble plus que jamais menacé dans le pays, et le Pen club français, qui défend la liberté d'expression, appelle le gouvernement français à prendre des mesures d'accueil fortes.

24/08/2021, 09:31

ActuaLitté

Biélorussie : la France doit “déclencher une initiative internationale” contre Loukachenko

L'anniversaire de la réélection contestée d'Alexandre Loukachenko à la présidence de la Biélorussie d'août 2020 fut marqué par la dissolution du Centre PEN national, qui lutte pour la liberté d'expression des écrivains. Le triste symbole d'un régime autoritaire qui s'installe et perdure : le Club PEN français, dans un courrier à Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, exhorte celui-ci à l'action. Nous reproduisons ci-dessous le texte envoyé, en intégralité.

16/08/2021, 10:44

ActuaLitté

Le Pass sanitaire : “Bombe à fragmentation pour la lecture publique”

Déjà préoccupés depuis la publication du décret d’application, les établissements de lecture publique s’inquiètent plus encore de voir la législation poindre. L’accord trouvé par la Commission mixte paritaire sur le projet de loi sanitaire laisse planer plus d’inquiétudes encore. L’interassociation des bibliothèques et bibliothécaires diffuse un message d’alerte, ici reproduit dans son intégralité.

26/07/2021, 18:44

ActuaLitté

La loi Climat et résilience briderait inutilement “l’activité de l’industrie papetière”

La « Convention citoyenne pour le climat » est, depuis sa création, présentée comme un moyen pour accélérer la lutte contre le changement climatique. LObjectif premier : réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici 2030, partout en France. Bien qu’engagée dans cet effort vers une industrie plus « verte », l’Union Française des Industries des Cartons, Papiers et Celluloses a exprimé ses inquiétudes. Nous publions ici leur réaction dans son intégralité.

22/07/2021, 13:17

ActuaLitté

Maroc : le procès Radi et Stitou dévoile “une gouvernance par la terreur”

Reporters Sans Frontières parlent d’un « procès de la honte » après que le verdict ait été rendu : la justice marocaine condamne Omar Radi et Imad Stitou au terme d’une « procédure entachée d’irrégularité ». Accusés de viol, d’espionnage ou encore de non-dénonciation d’un crime, la cour de Casablanca n’a pas fait dans la demi-mesure. Jean-Philippe Domecq, Président au PEN Club français du Comité des écrivains persécutés livre ici un texte pétri d’indignation.

21/07/2021, 14:53

ActuaLitté

Aux auteurs biélorusses, “nous redisons notre admiration” (Pen Club français)

Les citoyens, militants de la démocratie et auteurs biélorusses viennent de subir une nouvelle vague répressive, en Biélorussie. Sur ordre du président Alexandre Loukachenko, plusieurs centaines d'organisations non gouvernementales ont été visées par des perquisitions, le 14 juillet dernier. Parmi celles-ci, l'Union des écrivains biélorusses et le Pen Club local. Le Pen Club français exprime sa solidarité, dans nos colonnes.

19/07/2021, 09:47

ActuaLitté

Les auteurs existent-ils vraiment ?

Avons-nous réellement progressé depuis le bureau de législation dramatique par Beaumarchais, précurseur de la Sacd ou de la Sacem ? Nous en sommes toujours à « Compose Le Boléro ou Born to be alive… scénarise un block-buster… Sois téléchargé un million de fois ou tais-toi ! » ! par Olivier Cohen, membre du conseil syndical de la Ligue des auteurs professionnels.

15/07/2021, 12:23

ActuaLitté

“Nous sommes des centaines, chaque année, à rencontrer élèves et étudiants”

La Maison des écrivains est soutenue par les auteurs et les autrices qui la font vivre, qui travaillent avec son équipe au quotidien, et qui rencontrent, avec elle, leurs lecteurs, notamment grâce aux actions importantes, uniques au plan national, que conduit la Maison pour l'éducation artistique et culturelle. Une lettre ouverte au Président de la République le rappelle au moment où celui-ci vient, ce 17 juin, de déclarer vouloir faire de la lecture une grande cause nationale.

14/07/2021, 09:23

ActuaLitté

“40 ans après la loi Lang, c’est toute la chaîne du livre qu’il faut sécuriser”

Parce qu'un peu d'histoire ne fait jamais de mal, surtout à une époque de contre-vérités rapidement disséminées, Gilles Kujawski, ancien commercial d’Editis, militant à La France Insoumise nous propose un retour dans le temps. Et de ramener de ce voyage quelques éléments pour éclairer le présent. Voire, qui sait : trouver des perspectives pour consolider la chaîne du livre dans son ensemble.  

10/07/2021, 10:14

ActuaLitté

“En réalité, Milan Kundera écrivait déjà en français dans ses romans tchèques”

Paru en italien en 2013, puis aux éditions Gallimard en avril 2014, La fête de l’insignifiance fait désormais l’objet d’une édition en tchèque. Anna Kareninová — traductrice éminente et reconnue — a la responsabilité de rendre les textes de Milan Kundera en tchèque. Elle signe également la postface de cette édition (dans une traduction opérée par Anna Kubišta). Les éditions Atlantis, qui ont publié ce livre en 2020, nous offrent ainsi un regard inédit, personnel et complexe sur le travail même de traduction.

06/07/2021, 13:50

ActuaLitté

Feel good books ? “Est-ce que Sagan, Duras, écrivaient pour faire du bien ?”

Écrire ne m'a jamais fait manger.J'ai fait ce que l'on appelle délicatement des "succès d'estime", ce qui veut dire que je n'ai eu aucune critique négative - quelle chance !-  mais que mes livres se sont vendus au mieux à 2000 ex. Tout cela en étant publiée par de belles maisons. Par Cathy Galliegue.

01/07/2021, 09:09

ActuaLitté

Amis auteurs, “ne nous trompons pas de combat”

Avant même le rapport Racine, remis en janvier 2020 au ministre de la Culture, qui reconnaissait la paupérisation des artistes-auteurs, ces derniers alertaient sur une baisse de leurs revenus et une dégradation de leurs conditions de travail et de vie. Selon Paola Appelius, traductrice littéraire et présidente de l'Association des traducteurs littéraires de France, les préoccupations ont été entendues, et le travail d'amélioration a bel et bien commencé. Nous reproduisons ci-dessous sa lettre ouverte aux auteurs.

29/06/2021, 09:04

ActuaLitté

Rentrée littéraire : la critique, le lecteur, le libraire et le quatre-quart

Encore deux mois de patience avant de trouver sur les tables de librairies, dans les dossiers ventrus de la presse, les titres de la prochaine rentrée littéraire. Alors parleront auteurs, éditeurs, journalistes, parfois quelques lecteurs dont la notoriété médiatique fera croire à une influence réelle sur les envies mouvantes des lecteurs. Qui mieux qu'un libraire, artisan besogneux de cette grand'messe dont il ne retirera lui-même ni lauriers ni couronne, pour poser un regard distancié, frondeur, amusé, bienveillant sur ce rituel que d'aucuns conspuent à loisir, avant que de s'y sacrifier ?

27/06/2021, 11:04

ActuaLitté

Chris Ware : “Aux États-Unis, la BD n'est même pas considérée comme un art”

Grand Prix de la ville d'Angoulême 2021, l'auteur américain Chris Ware rejoint un panthéon qui réunit déjà Emmanuel Guibert, Rumiko Takahashi, Katsuhiro Ōtomo, Art Spiegelman ou encore François Schuiten. Dans une lettre reproduite ci-dessous, il salue l'affection et la déférence que la France consacre au 9e art.

23/06/2021, 10:28

ActuaLitté

La lecture dans les établissements de santé, “espace d’intimité, d’évasion, de liberté”

La Fédération interrégionale du livre et de la lecture (Fill) s'engage dans une vaste opération de rapprochement entre les professionnels de la santé et ceux de la lecture publique, pour multiplier les projets culturels autour du livre et de la lecture dans les établissements de santé. Nous reproduisons ci-dessous le plaidoyer de la fédération, destiné à convaincre de l'importance cruciale de la lecture dans le parcours de soins.

18/06/2021, 15:06

ActuaLitté

FIBD : les Autrices et Auteurs en Action “demandent maintenant des actes”

Le collectif AAA (Autrices et Auteurs en Action) entend attirer l'attention des pouvoirs publics sur les suites données au rapport Racine sur la condition des auteurs, qu'il estime « enterré ». Après une proposition de boycott du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême 2021, le collectif a proposé un vote pour Bruno Racine, pour le Grand Prix. Vote qui ne sera pas comptabilisé, a confirmé l'organisation. Le collectif prend acte, mais demande à présent au festival de démontrer son soutien aux auteurs, lors de la prochaine édition. Nous reproduisons le courrier de réponse au FIBD ci-dessous.

09/06/2021, 14:49

ActuaLitté

Les auteurs de Suisse s'expriment en faveur de la loi Covid-19 

La Suisse doit prochainement s’exprimer sur une législation et les débats vont bon train. Le secteur de la Culture touché au même titre que d’autres reste en demande d’actions. Et le collectif Suisse Culture, dont l’association des auteurs partage le message, demande donc que la loi Covid-19 fasse l’unanimité. « Qui dit non à la loi Covid-19 rend impossible tout soutien aux branches les plus durement touchées : la culture, l’événementiel, la gastronomie et le sport. » Leur appel est ici reproduit dans son intégralité.

31/05/2021, 17:01

ActuaLitté

Affaire Marsan : huit autrices de Bragelonne “rappellent la société à ses obligations”

Une enquête de Mediapart, en avril dernier, a fait état des témoignages d'une vingtaine de femmes, qui pointaient le comportement « déplacé » de l'éditeur Stéphane Marsan, directeur du groupe Bragelonne, dans un cadre professionnel, à l'occasion de réunions ou lors de festivals. Depuis, la société n'a pas réagi publiquement, et aucune mesure ne semble avoir suivi ces révélations. Huit autrices de livres publiés par le groupe rappellent la société à ses obligations, menaçant de reprendre leurs droits sur leurs créations. Nous reproduisons ci-dessous, en intégralité, leurs revendications et leur lettre ouverte.

28/05/2021, 09:00

ActuaLitté

En Biélorussie, la liberté d'expression et l'opposition en danger

Le détournement d'un avion de ligne par un appareil militaire, pour arrêter l'opposant et journaliste Roman Protassevitch, constitue le dernier « coup d'éclat » du régime autoritaire d'Alexandre Loukachenko. Depuis les résultats des élections présidentielles de 2020, contestés par une partie de la population, la répression s'intensifie. Le PEN Club français fait part de son inquiétude pour la liberté d'expression, dans un texte que nous reproduisons ci-dessous.

27/05/2021, 09:26

ActuaLitté

Perdue en mer de Chine ? Roselyne Bachelot face à ses contradictions

Voilà quelques jours, la ministre de la Culture se lançait dans d’hasardeuses comparaisons : d’un côté les tensions en mer de Chine, de l’autre celles entre organisations représentatives des artistes-auteurs, qui seraient plus ardues à résoudre que les premières. Les intéressés — les artistes-auteurs, pas les Chinois… — ont décidé de répondre à Roselyne Bachelot, considérant que le mépris avait des limites… Leur texte est ici proposé dans son intégralité. 

17/05/2021, 15:21

ActuaLitté

“Essentiel c’est-à-dire absolument nécessaire” : des libraires privés d'activité

Malgré les menaces de la crise sanitaire, le retour des beaux jours ouvre des perspectives plus heureuses, avec une reprise d'activité. Certains libraires, notamment ceux proposant des livres d'occasion, se trouvent toutefois privés de participation aux marchés en extérieur. Une situation incompréhensible, portée à la connaissance de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, par Frédéric Mignon et Pascale Chassang, libraires à la Librairie Sans Nom, au Mans, dans une lettre ouverte publiée dans nos colonnes, en intégralité.

07/05/2021, 14:56

ActuaLitté

Une loi sur les bibliothèques, “un marqueur fort et une opportunité”

Déposée au Sénat le 3 février dernier, la proposition de loi de Sylvie Robert (Ille-et-Vilaine), relative aux bibliothèques et au développement de la lecture publique, a bien sûr attiré l'attention des professionnels du secteur. Trois associations professionnelles saluent cette proposition de loi dans un communiqué, reproduit intégralement ci-dessous.

07/05/2021, 11:29

ActuaLitté

Institut du service public : les conservateurs généraux des bibliothèques volontaires

Dans la foulée de l'Association des directrices et directeurs des bibliothèques municipales et groupements intercommunaux des villes de France, l'Association française des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation plaide pour une intégration des conservateurs généraux des bibliothèques au sein du futur Institut du service public (ISP). Nous reproduisons le texte de l'association ci-dessous.

06/05/2021, 11:24

ActuaLitté

“Oui, on le savait. Mais personne n’a rien dit, surtout par peur”

Le 21 avril dernier, un article de Médiapart dévoilait les nombreux témoignages de professionnelles. Chacune pointait, dans ses relations, le responsable éditorial des éditions Bragelonne, Stéphane Marsan. Après la vague de révélations viennent les interrogations, les inquiétudes, les attentes. Adrien Tomas, auteur de fantasy, avait vivement réagi, et accepte de nous confier son texte. Le voici publié dans son intégralité.

04/05/2021, 11:32

ActuaLitté

Haute fonction publique : les conservateurs des bibliothèques attentifs

Après la suppression de l'École nationale d'administration (ENA), Emmanuel Macron propose une réforme de la haute fonction publique, avec pour principale mesure la « fonctionnalisation » de l’Inspection générale des Finances (IGF), de l’Inspection générale de l’Administration (IGA) et de l’Inspection générale des Affaires sociales (Igas). Les conservateurs et conservatrices des bibliothèques saisissent l'occasion pour demander une prise en considération de certaines revendications, portées par l'Association des directrices et directeurs des bibliothèques municipales et groupements intercommunaux des villes de France (ADBGV), dont nous reproduisons le texte ci-dessous.

29/04/2021, 16:20

ActuaLitté

Harcèlement sexuel : soutien à "celles et ceux qui osent témoigner publiquement" 

Dans le contexte de l'enquête menée par Médiapart publiée le 21 avril dernier, où plusieurs autrices, auteurs et anciens salariés de la maison d'édition Bragelonne témoignent d'une attitude déplacée de Stéphane Marsan, directeur des éditions. Une pétition a été initiée sur le site de Chance.org par Lionel Evrard pour mettre fin à cette « omerta ». Nous reproduisons ici ses propos, dans leur intégralité. 

28/04/2021, 17:40

ActuaLitté

Archives : le déménagement qui interroge

Le ministère de la Culture a récemment annoncé le dépôt des archives municipales de Troyes et des archives de Troyes Champagne Métropole aux Archives départementales de l’Aube, dans le cadre des dispositions prévues par le Code du patrimoine. Cette situation, inédite à cette échelle, soulève des questions sur la responsabilité et l’investissement des collectivités envers leur patrimoine archivistique, ainsi que le détaille l'Association des archivistes français dans une tribune, ici reproduite en intégralité.

23/04/2021, 09:21

ActuaLitté

“Face à la détresse scolaire des étudiants, faire de l’enseignement supérieur une priorité”

Devant l'ampleur de la crise sanitaire, le groupe des éditeurs universitaires du Syndicat national de l'édition lance un appel, voire un cri d'alerte. Leur message est ici reproduit dans son intégralité. 

19/04/2021, 09:33

ActuaLitté

Égypte : un chercheur détenu pour son travail sur les droits des femmes

74 organisations non gouvernementales internationales cosignent une tribune pour exiger la libération de l'étudiant et chercheur égyptien Ahmed Samir Santawy. Le 1er février dernier, il a été interpelé alors qu'il rendait visite à sa famille en Égypte, et reste aujourd'hui en détention provisoire, pour des motifs non expliqués. Nous reproduisons ci-dessous le texte des ONG, en intégralité.

16/04/2021, 16:57

ActuaLitté

Québec : le devenir des écrivains au coeur des préoccupations

L’Union des écrivaines et écrivains québécois fait état de la publication de deux sondages convergents. Le premier, auprès de la population du Québec, le second auprès des écrivains, mais tous deux font état d’une prise de conscience et d’un réel soutien aux artistes. Nous reproduisons ici leur tribune, dans son intégralité. 

16/04/2021, 13:29

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Ma toute première page, toute, toute première page 

Elles se ressemblent, passé le carton de la couverture, dont le dos gémit dans un mouvement inconnu encore. Ces premières pages passées distraitement, avant de parvenir au sésame : le premier chapitre d’une nouvelle histoire. Ces premières pages, à peine regardées, dégagées du pouce, dans un feuilletage méthodique : une, deux, trois peut-être, quatre rarement, recto-verso méticuleusement évacuées… Ah, ces toutes premières pages.

22/10/2021, 16:31

ActuaLitté

Sexisme, harcèlement : “Moi aussi, j'aurais dû être protégée.”

Institution dans le milieu de l’Imaginaire, le festival d’Épinal représente un moment précieux pour les professionnels. Au point de parvenir à faire la pluie et le beau temps sur des carrières, suivant que l’on soit accepté ou blacklisté. Nombre de livres s’y sont décidés lors de rencontres informelles, tandis qu’au cours de ses quatre journées, la manifestation rassemble une véritable communauté – le Fandom. L’édition 2021, elle, aura marqué un tournant.

21/10/2021, 15:06

ActuaLitté

Rencontres avec ces libraires qui s’en foutent de la rentrée littéraire

REPORTAGE – Avec ses chiffres clinquants, ses stars qui pavoisent, ses nouveautés « jubilatoires » et ses jurys qui polémiquent, la rentrée littéraire devrait tous nous passionner. Et quand on dit “tous”, on pense en premier lieu, bien évidemment, aux libraires. Et pourtant… ActuaLitté est allé à la rencontre de plusieurs commerçants du livre, à Strasbourg. Il s'en dégage comme une odeur d'indifférence pugnace.

18/10/2021, 10:35

ActuaLitté

Lettres du monde : Essentiel !, comme une évidence

Festival des littératures du monde, la prochaine et 18e édition de Lettres du monde se tiendra du 19 au 28 novembre, à travers la métropole bordelaise et la Nouvelle-Aquitaine. Partenaires privilégiés de cet événement où auteurs et lecteurs convergent, les librairies de toute la Région. Cécile Bory, Présidente des Librairies Indépendantes en Nouvelle-Aquitaine et Directrice de la librairie Georges (Talence), nous en dit quelques mots.

15/10/2021, 13:18

ActuaLitté

Fils de Zeus, Dionysos s'étonne : “Une brigade des mœurs pour festival, vraiment ?”

LA VRAIE-FAUSSE INTERVIEW – En littérature, la prosopopée consiste à faire parler les morts, les entités divines ou autres abstractions. Joueurs, nous avons invoqué les mânes de Dionysos, dieu accessoirement dédicataire de la première scène antique. En effet, son théâtre à Athènes accueillit les chants rituels préfigurant les tragédies classiques. Ce qui en fait aussi le premier organisateur de manifestations littéraires en Europe. Vous avez dit événementiel ?

14/10/2021, 15:32

ActuaLitté

Agnès Ledig : “J'aime l'image du livre comme un lien de cœur à cœur “

Elle attend souriante : l’heure matinale n’affecte en rien l’immédiate bienveillance. Partager quelques instants avec Agnès Ledig, c’est une mise en danger quand on ne la connaît pas. Elle saisit les nuances, les allusions : elle écoute et l’on perçoit que ses questions ne sont pas des marques d’intérêts feints. Son dernier livre, Se le dire enfin, est sorti en poche en mars dernier (J’ai lu) : mais elle, que nous dira-t-elle finalement ?

12/10/2021, 11:30

ActuaLitté

Jean-Claude Mourlevat : ”Auteur jeunesse, cela m'agace quand c'est méprisant“

Il a remporté le prix Astrid Lindgren, qui allait pour la première fois de son histoire à un auteur français. Cette récompense littéraire et suédoise est souvent présentée comme le Prix Nobel consacrant la littérature pour la jeunesse. Jean-Claude Mourlevat, lauréat 2021 était avec nous à Gradignan, pour le salon Lire en Poche. Opportunité rare…

10/10/2021, 20:29

ActuaLitté

Villon, Rimbaud ou Verlaine, de “sales types” : Crénom, Teulé !

Jean Teulé, président. Voilà qui claque, et aurait peut-être même de la gueule : avec lui, une palanquée de poètes rentrerait à l’Élysée. Mais en attendant que l’écrivain prenne la tête de l’État, c’est à Gradignan qu’il pose ses valises, pour Lire en Poche, comme parrain de l’édition 2021. Rendez-vous pris avec celui qui revendique, comme Aragon, « ce sale type », de n’avoir jamais appris à écrire. En avant la musique.

09/10/2021, 12:05

ActuaLitté

“Le Salon de Turin n’a pas de public : il rassemble une communauté”

#SALTO21 – Une nouvelle fois, les organisateurs du Salon du livre de Turin ont jonglé entre les difficultés, pour que la manifestation piémontaise ait lieu. Son commissaire général, également romancier, Nicola Lagioia, accorde à ActuaLitté un entretien exclusif. Du 14 au 18 octobre, le Lingotto célébrera le livre, la lecture, les auteurs, avec passion.

07/10/2021, 15:22

ActuaLitté

Prix du livre et frais de port : “Le marché va en souffrir, pas Amazon”

Arrivée à l’Assemblée nationale pour son adoption, la loi concernant les frais de port fera florès : qui, après l’année 2020, refuserait un projet de soutien aux libraires ? Qui, devant le vorace Amazon, éconduirait l’effort pour rétablir une concurrence saine sur la vente à distance de livres ? En somme, qui aurait intérêt à ce que les frais d’envois postaux d’un livre n’augmentent pas ? De fait… quelques nuances s’imposent.

06/10/2021, 11:33

ActuaLitté

Retraites : quand l'ADAGP a vite fait de jeter les artistes-auteurs en Ehpad

Il suffit parfois d’un message publicitaire bien tourné pour qu’une population entière s’engouffre dans un produit. Et aussi d’un martèlement régulier — comme le savent les enseignants, pour que ça rentre, faut répéter… Mais en d’autres moments, plus sensibles, la réclame fait bondir à s’en enfourner la tête dans l’écran. Le traducteur littéraire et syndicaliste Lionel Evrard nous en donne ici une illustration…

04/10/2021, 16:31

ActuaLitté

Complaintes de la bibliothèque

Ce matin, ton regard était froid et distant. Presque je t’aurais entendu ravaler tes sanglots, quand entrant dans la pièce, tu m’as tourné le dos. Enfin, tu l’aurais certainement souhaité, mais inamovible, tu m’as battu froid. Dans ce silence que je connais, tu m’as laissé déposer ce vélo coutumier, sans broncher. Et après le premier café, timidement, tu as geint : « Tu ne me regardes plus comme avant ! » Mince : ma bibliothèque parle ?

01/10/2021, 13:59

ActuaLitté

Hommage aux traducteurs et aux traductrices, artistes du verbe depuis plus de deux millénaires

La journée mondiale de la traduction (30 septembre) pourrait sans problème être renommée journée mondiale des traducteurs et des traductrices. Ceux-ci sont souvent peu visibles derrière leur art alors qu’ils contribuent au savoir et à la culture depuis plus de deux millénaires. Leur apport est immense, au passé comme au présent. 

30/09/2021, 09:59

ActuaLitté

Chroniques de la Lune Noire : “Au départ, c'était un roman... mais j'ai tout perdu”

L'aventure des Chroniques de la Lune noire, saga entamée en 1989 par Olivier Ledroit, au dessin, et François Froideval, ne se résume pas en quelques mots. On notera simplement qu’au commencement, un souci informatique provoqua la perte du roman que Froideval avait entamé. Qu’importe, elles verront tout de même le jour, en BD. 13 ans après le 14e tome, Les Chroniques de la Lune noire, ce sont, en bande dessinée, plus de 559.000 exemplaires vendus (données Edistat). Et un redémarrage s’amorce avec Jeanne-A Debats quand surgit un roman, chez Leha.

29/09/2021, 10:04

ActuaLitté

Région Grand Est : “Encourager les auteurs de l’écrit à la création de projets audiovisuels”

Rapprocher les auteurs de l’écrit du monde audiovisuel, voici le projet que porte la Région Grand Est à travers l’opération Du livre à l’écran. Cinq livres, cinq auteurs, cinq maisons d’édition, et en parallèle, un programme d’accompagnement, avec Daniel Picouly comme parrain : objectif, connecter les filières du livre et du cinéma.

28/09/2021, 09:18

ActuaLitté

Traduire Conceição Evaristo, la Toni Morrison brésilienne

PORTRAIT – Première invitée du festival VoVf, traduire le monde, la traductrice Izabella Borges est venue présenter le recueil de nouvelles Ses Yeux d’eau (Ed. des femmes) et évoquer son autrice, immensément populaire au Brésil, Conceição Evaristo.

27/09/2021, 15:07

ActuaLitté

“Il manque de toute évidence au sein du Goncourt une grande figure morale”

Voilà une semaine que l’histoire se ressasse à l’envi : comment les jurés du prix Goncourt, comment l’Académie tout entière, a pu se faire prendre de la sorte ? Un roman retenu, écrit par le compagnon d’une des membres du jury… et personne pour trouver ce lien étrange. Seule colère du président, quand ladite jurée se fend d’une chronique dans Le Monde, pour sabrer un autre livre retenu dans la liste 2021 ?  

27/09/2021, 12:02

ActuaLitté

Crise à l'Academie : du prix Goncourt au prix d’amis ?

Tout cela ne manque pas de piquant, il faut le croire... Récuser un membre du jury, quand c’est une femme ? La chose passerait mal – le Goncourt n’en compte que trois, sur ses dix membres. Se récuser, quand on a possiblement franchi la ligne rouge ? Les statuts de l’Académie, modifiés en 2008, n’en font pas expressément état. Pour autant, les dernières révélations de France Inter sur un possible conflit d'intérêt interrogent le lecteur. La Littérature, certes, mais à tout prix ?

23/09/2021, 07:29

ActuaLitté

“Un libraire doit-il vendre le livre d’Eric Zemmour ?”

Voilà une semaine maintenant que La France n’a pas dit son dernier mot est disponible dans les différents points de vente et en ligne. Un succès revendiqué par l’auteur du Destin français, dont la mise en place dépassait les 150.000 exemplaires. Avec un cas de conscience qui se pose chez les libraires : vendre ou ne pas vendre Éric Zemmour. Marc Georges, qui dirige La Demeure du livre, à La Perrière (Orne), intervient dans nos colonnes avec quelques réflexions à partager.

20/09/2021, 09:04

ActuaLitté

Babel, Sisyphe et Tantale dans un bateau : mettre le Horla à la rentrée littéraire

Outre le raccourcissement désormais flagrant des journées, les aléas météorologiques qui contraignent à troquer bermudas et t-shirts pour jeans et chemises, tout va bien madame la Marquise. Alors d’où me vient cette langueur que Verlaine n’aurait pas boudée ? Une anémie qui ne doit rien à mes globules rouges, merci pour eux, et pourtant sévit, jour après jour… La réponse était dans l’énoncé. Ou plutôt, sur le bureau d’en face…

18/09/2021, 13:01

ActuaLitté

Raphaël Glucksmann : “La politique souffre d’abord d’une absence de littérature”

ÉVÉNEMENT – Au fil des éditions, les Bibliothèques idéales de Strasbourg voient de plus en plus grand. Cette année, malgré les complications épidémiques, « les Livres ont pris le pouvoir », bel et bien : 200 écrivains, intellectuels, acteurs et musiciens ont investi la capitale alsacienne pendant 10 jours pour faire de ces rencontres un rendez-vous incontournable de la vie culturelle d’abord strasbourgeoise, ensuite alsacienne, bientôt française. Retour d’expérience. 

15/09/2021, 17:33

ActuaLitté

Pourquoi le journaliste littéraire redouterait l'internaute critique ? 

Auteur Gallimard, juré Prix Goncourt, auteur d'une étude sur les traducteurs pour le CNL, journaliste, bloggueur et despote éclairé de la République des livres : Pierre Assouline est multi-casquette, solidement implanté dans l'industrie. Dans La revue des médias, il dénigre avec ardeur les réseaux de lecteurs, des « plateformes [qui] sont des sites marchands ». Et finalement, déplore une médiocrité propre à l'époque. Pierre Fremaux, cofondateur de Babelio, apporte les nuances impératives.

15/09/2021, 07:42

ActuaLitté

La Peste d'après Albert Camus inaugure Kazoku, label manga chez Michel Lafon

En 2016, Ki&Hi devint le premier manga des éditions Michel Lafon : 6 tomes et un agenda plus tard, le succès dépasse 1,03 million d’exemplaires (donnée Edistat) sur cinq années. 2021 amorce alors une nouvelle voie : Kazoku, le label manga de la maison. Et pour l’inaugurer, c’est le roman d’Albert Camus, La Peste, adapté par Ryota Kurumado. Une aventure éditoriale peu banale, dont les deux premiers tomes sortiront d’ici 10 jours.

14/09/2021, 11:33

ActuaLitté

Dicker, Zemmour et Sattouf : comment l'indépendance des auteurs effraie l'édition

Dicker, Zemmour, Sattouf : trois noms significatifs dans l’édition puisqu’ils pèsent à eux seuls plusieurs millions d'euros de chiffre d’affaires. Ils ont tous opté pour un changement de paradigme, mais réellement en rupture avec l’industrie du livre jusqu’à lors connue ? Pour point commun, un outil de diffusion et distribution qui leur ouvrira les portes des libraires, grandes surfaces culturelles et autres enseignes… Bref, les points de vente du livre. Un schéma disruptif, supposément, qui provoque des sueurs froides dans l’ensemble du milieu. Panique à Saint-Germain ?

10/09/2021, 11:52

ActuaLitté

Patrick Imbert (Le Sommet des Dieux) : “Chez Taniguchi, je sens toujours une tonalité humaine”

En salles le 22 septembre prochain, Le Sommet des Dieux adapte le récit homonyme de Jirō Taniguchi, en 5 tomes (parus aux éditions Kana dans une traduction de Sylvain Chollet). L'histoire d'une passion vertigineuse pour l'alpinisme, où chaque sommet vaincu n'est qu'un seuil devant le prochain... Entretien avec Patrick Imbert, le réalisateur du long-métrage.

08/09/2021, 16:21

ActuaLitté

Seghers : une rentrée à la recherche du lien entre tradition et modernité

La réorganisation des maisons décidée en octobre 2020 aura conduit Antoine Caro à la tête de Seghers. Une première rentrée littéraire, donc, qui amorce les trois axes de développement — tout en renouant avec l’histoire même de la maison. Poésie, beaux livres, littérature, la transition s’inscrit dans la tradition, celle d’une époque où Pierre Seghers conjuguait les genres et les talents. 

07/09/2021, 11:01

ActuaLitté

Issues de la collection de Stefan Zweig, deux partitions inédites de Schumann retrouvées

Il est des vieux papiers que l’on exhume, avec une odeur d’antan, mais dont on ne soupçonne pas que leur histoire nous emportera loin, bien loin. Au sein de la Fondation Martin Bodmer (Cologny, canton de Genève), quatre pièces inédites ont été retrouvées. Muriel Brandt, chargée de mission pour la mise en valeur des partitions autographes en aurait dansé au son des lieder de Robert Schumann, ainsi que deux autres pièces, de Georges Bizet et Charles Gounod. 

03/09/2021, 13:17

ActuaLitté

Masque sous le nez, Plume dans le postérieur : Saint-Germain des Près a encore frappé

Depuis 1955 que l’émission littéraire hebdomadaire critique les univers culturels — cinéma, théâtre ou livres — on pourrait s’attendre à un minimum de connaissances économiques sur ces secteurs. Pourtant, Le Masque et la plume, que Jérôme Garcin présente depuis plus de 30 ans, démontre que le germanopratisme a de beaux jours devant lui. Comprendre : quand les chroniqueurs s’en prennent sévèrement à Virginie Grimaldi, on touche le fond du fond radiophonique. 

01/09/2021, 12:50

ActuaLitté

Vente d'épreuves non corrigées : collectionneur illuminé ou attrape-nigaud ?

Le marché du livre d’occasion fait pousser des soupirs désabusés aux organisations d’auteurs depuis bien longtemps. C’est pourtant en toute légalité que l’acheteur de livre papier peut revendre on exemplaire. Il existerait en revanche un autre marché, navigant dans une zone grise nettement plus contestable, installé sur le net français : celui des épreuves non corrigées. Des textes et des ouvrages non-commercialisables, mais qui servent aux éditeurs à faire connaître leurs publications très en amont…

31/08/2021, 13:04

ActuaLitté

Eric Zemmour : “Comment je suis devenu auteur-éditeur”

ENTRETIEN EXCLUSIF – La France n'a pas dit son dernier mot sera le prochain livre d'Éric Zemmour. Une aventure éditoriale qui commence avec une rupture à l’initiative de son ancien éditeur, Albin Michel. Sans maison pour son prochain livre, le polémiste a choisi de monter sa propre société d’édition — Rubempré. Et de confier à Interforum la distribution de ses livres sur le territoire, et dans la francophonie. Il revient avec nous sur cette démarche, plutôt inédite pour un auteur de best-sellers.

25/08/2021, 17:32

ActuaLitté

Crise du papier en France : pourra-t-on imprimer le prix Goncourt ?

En 2019, l’industrie papetière représentait 5,4 milliards €, incluant papiers et cartons, selon Copacel, organisation patronale. En somme, un douzième de ce que pèse la filière forêt-bois, matière première essentielle. Or, depuis fin 2019, plusieurs facteurs distincts provoquent une pénurie de papier. Et si les usages graphiques — incluant la production de livres — ne représentaient que 1,6 million de tonnes sur les 7,3 millions globales, la situation va en s’aggravant depuis la pandémie. 

 

24/08/2021, 14:47

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 7. XXe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette septième partie est consacrée aux traducteurs du XXe siècle, qui prônent une traduction non littérale pour les œuvres de fiction et qui créent une nouvelle discipline dénommée traductologie. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

20/08/2021, 10:03

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 6. XIXe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette sixième partie est consacrée aux traducteurs du XIXe siècle, qui affinent leurs méthodes et tentent de nouvelles approches dans leur art. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

19/08/2021, 10:24

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 5. XVIIIe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette cinquième partie est consacrée aux traducteurs du XVIIIe siècle, qui prennent pour habitude de traduire d’une langue étrangère vers leur langue maternelle, et non le contraire. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

18/08/2021, 11:07

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 4. XVIIe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette quatrième partie est consacrée aux traducteurs du XVIIe siècle, dont les traductions tentent d’être plus fidèles et transparentes que celles de leurs collègues des siècles passés. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

17/08/2021, 10:36

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 3. XVIe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette troisième partie est consacrée aux traducteurs du XVIe siècle, qui traduisent les auteurs classiques et la Bible dans des langues modernes (anglais, allemand, français, etc.). Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

16/08/2021, 10:46