#Droit / Justice

#MeToo dans l'édition : “Je suis Jeanne”, une témoin se dévoile

« Je suis Jeanne, l’une des témoins cités sous pseudo par Médiapart dans son enquête du 21 avril 2021. M. Marsan a répondu à cet article en identifiant les témoins, les unes après les autres, dans un exercice d’intimidation qui doit figurer dans un chapitre du Nécronomicon. Dans l’un des derniers paragraphes et sous couvert d’éloges contrits, il rend mon identité publique en citant Albin Michel, ma maison d’édition. Déjà, tout le monde s’en fout, de mon identité, donc joke’s on you. » Par Marguerite Imbert.

Le 01/05/2021 à 12:50 par Auteur invité

36 Réactions | 3979 Partages

Publié le :

01/05/2021 à 12:50

Auteur invité

36

Commentaires

3979

Partages

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

De plus, ce droit de réponse contourne soigneusement les accusations qui l’ont rendu nécessaire. Il est donc urgent qu’on parle de la manière dont le rapport de force entre l’auteur et l’éditeur favorise et renforce les violences sexistes. 

Les conditions d’un crash

Chaque année de nouveaux arrivages de chair fraîche font grossir les rangs des aspirants à l’édition. Banalisés par le nombre, lissés par l’anonymat, on peine à distinguer les candidats les uns des autres. Beaucoup de jeunes, et beaucoup de femmes qui s’offrent en lamelles dactylographiées. Cet abandon de soi au profit du livre est un péril dont le point de bascule oscille entre l’espoir et la vulnérabilité. L’obsession de l’artiste est doublée par la rage de réussir que la société a su infliger à la plupart d’entre nous. Il semble, à ces auteurs et autrices, qu’il y a tout à gagner et peu à perdre, car ils n’ont rien à se reprocher : ils ne font que proposer leur travail à des gens dont le jugement est absolu. Tout au plus les portes fermées le resteront-elles. La littérature est bâtie sur le risque d’être rejeté.

Affaire Marsan: l'édition face à ses responsabilités

Ce sont les règles d’un jeu aussi cruel qu’universel : celui de la sélection. Un jeu à la perversion subtile, qui gagne malgré eux tous les joueurs à sa cause. Les perdants n’ont guère l’occasion de se faire entendre, frappés qu’ils sont par la honte. Quant aux gagnants, il serait malvenu de mordre la main qui les relève.

Les auteurs, tout entiers dévoués à leurs livres-totems, perdent parfois de vue qu’au fil des pages c’est eux qu’on scrute.

L’une de mes nombreuses qualités

En 2019, c’est avec un cerveau sous vide et 4 heures de sommeil à mon actif que j’arrive aux Imaginales. Comme les autres, j’ai investi pour être là. Je ne me fais pas d’espoirs inutiles, mais j’ai payé une centaine d’euros pour aller à Épinal et y passer la nuit. Je dois donner le meilleur de moi-même. J’ai été sélectionnée pour participer au speed-dating et, déjà, ce champ lexical de la rencontre amoureuse jette le trouble parmi les candidats. Nous sommes à la merci d’un coup de foudre. Exceptionnellement, nous savons qu’aujourd’hui on ne nous jugera pas sur nos compétences d’écrivains, mais sur notre capacité à convaincre.

Et en face, les juges — les éditeurs — attendent d’être séduits. C’est un exercice de charme qui ne dit pas son nom et ignore ses limites.

Quant à moi, je veux renvoyer l’image d’une autrice fiable et mature. Je m’assure d’avoir les ongles propres, le dos droit et de bien connaître la ligne éditoriale de chaque maison à laquelle je vais pitcher mon roman. J’aimerais paraître intelligente sans suggérer la prétention, comme dans n’importe quel entretien d’embauche. C’est donc pressurisée jusqu’au trognon que je me présente enfin devant Stéphane Marsan.

L’article de Médiapart déroule très bien la suite, jusqu’à sa conclusion odieuse. Tout le temps qu’auront duré mes échanges avec Stéphane Marsan, je me suis reprochée d’être paranoïaque (il ne pensait pas à mal en me demandant où j’allais passer la soirée) et imbue de moi-même (pourquoi cet homme mondain me ferait-il des avances ?). Après tout, il voulait m’éditer. Et n’avait-il pas dit que « ses auteurs » lui devaient la gratitude ? N’avait-il pas cité, sans la nommer, l’une de ses protégées qui l’avait injustement trahi ? N’avait-il pas justifié ses manières par l’extraordinaire particularité de la relation auteur/éditeur, intimement dysfonctionnelle et si troublante ?

Par chance, d’autres maisons s’intéressaient à mon texte. Si bien que ce soir-là, j’avais demandé à Stéphane Marsan un délai pour signer mon contrat. Poussant la crétinerie jusqu’au bout, j’ai même expliqué mon dilemme. Nous nous quittons donc et j’entre dans la bouche de métro, déraisonnablement heureuse de commencer ma carrière et impatiente de progresser. La rame n’a pas le temps d’arriver que, déjà, je reçois un SMS de lui. Je me demande ce qu’il a pu oublier de dire ; je m’attends à un commentaire badin, sans doute amical. Et je lis :

« Vu miss nibs. Haut blanc transparent sur un sous tif en dentelles. Ah ça pour négocier un contrat elle sait faire ! :)”

Je passe une seconde interloquée, encore embuée par la joie, avant de comprendre. Envahie par la honte, je baisse les yeux sur mon tee-shirt blanc, porté toute la journée au bureau. Le métro arrive, et avant de perdre tout amour-propre, je lui réponds pour lui signaler sa misérable erreur :

« C’est l’une de ses nombreuses qualités, M. Marsan. »

C’est purement bravache et ça ne me fait pas rire. Je me mets à pleurer, coincée entre deux voyageurs un peu embarrassés.

Rétrospectivement, je m’étonne de l’intensité avec laquelle j’ai vécu cette humiliation. Cet homme s’était ridiculisé en se trompant de destinataire. Pourtant, j’étais honteuse au-delà de l’insulte. Je l’ai sentie faire écho à d’autres attaques, comme tant de femmes en ont vécu. Je n’avais pas prévu que cette violence s’inviterait dans ma profession rêvée. Au cœur de ma dimension littéraire — la plus cérébrale, la moins incarnée — cet éditeur m’avait épinglée comme un objet excitant. Ce SMS m’avait durablement convaincue que j’étais nulle.

Que je ne devais mon contrat qu’au contenu de mon tee-shirt blanc. Que j’avais été provocante, vulgaire, insipide, soumise, aveugle, tout et son contraire. Je me suis retournée comme une chaussette, à l’image de toutes ces femmes qui doutent d’elles-mêmes après avoir été bafouées. Une expérience familière.

Une Jeanne parmi d’autres

Qui sont les responsables de cette dangereuse fusion publique entre l’œuvre et le corps ? L’oligopole culturel qui rend certains hommes incontournables, malgré leur réputation de prédateur ? L’exigence de rentabilité imposée aux artistes ? La société du spectacle, qui réclame toujours plus de chair à vif et attend de ses écrivains qu’ils aient plus à offrir que des livres ? Je pense que ces paramètres font système, et que ce système se referme autour des plus fragiles.

Le métier d’écrivain est intrinsèquement précaire. Merveilleux, mais précaire. L’auteur débutant est placé sous la gouvernance d’un éditeur dont le rayonnement protège et éclipse tout à la fois. Quoiqu’asymétrique, cette relation est souvent enrichissante et donne à l’auteur les outils de son indépendance au fil des années et de ses publications. Mais parfois, la maison d’édition se transforme en huis clos.

Et l’éditeur, investi des espérances d’auteurs et autrices précaires, abuse de sa position. Pour les femmes, c’est double peine. Lorsque la relation de travail tourne au harcèlement sexuel, l’autrice est piégée dans une rhétorique sexiste : le soupçon s’abat sur elle et son talent.

Il faut le rappeler : le contrat d’édition et les négociations qui le précèdent posent les bases d’un rapport strictement professionnel. L’autrice n’engage ni sentiments ni sexualité, et ne doit rien d’autre que son texte. Pourtant, il est trop courant de voir les éditeurs recourir au chantage émotionnel — voire économique — pour faire pression sur une jeune femme inexpérimentée. « Je prends des risques pour toi », « Je dois bien te connaître pour travailler avec toi », autant d’éléments de langage qui repositionnent la relation de travail dans le champ de l’affect. Première étape, volontaire ou non, d’un processus manipulatoire, ce décalage émotionnel peut déboucher sur une emprise paralysante pour l’autrice.

À cela s’ajoutent l’intimidation, l’humiliation systématique des femmes qui ne souscrivent pas au silence et la crainte d’être exclue d’un milieu où tout le monde se connaît : comment s’étonner que #MeToo débarque à peine dans l’édition ? Et pourtant, le phénomène ne date pas d’hier, comme les réactions en attestent : tout le monde savait. Le harcèlement sexuel serait une variable fâcheuse du milieu, un peu comme le coût des impressions en couleur.

À la fin de sa communication, Stéphane Marsan brise mon anonymat avec l’élégance qu’on lui connaît désormais. En citant ma maison d’édition, il s’est assuré une réaction : aujourd’hui, chez Albin Michel, tout le monde sait que j’ai témoigné sous le pseudonyme de Jeanne. Cet accueil réservé à mon début de carrière est, pour tous les acteurs de l’édition, une injure déguisée en connivence.

Il pense que vous lui ressemblez. Il sollicite votre complicité. Il s’attend à ce qu’une fois au courant, ses confrères s’affolent de voir une autrice parler et rompre le pacte tacite. Mais il oublie que partout, des hommes et des femmes solidaires s’investissent pour rendre le monde meilleur. Y compris dans l’édition. Cela ne fait que quelques mois que je suis publiée, mais j’ai déjà eu la chance de rencontrer certaines de ces personnes. Je suis soutenue par ceux qui m’ont publiée, et entendent me publier à nouveau.

Peu importe qu’on les menace, qu’on salisse leur travail, les autrices placeront toujours les livres comme des douves entre elles et le reste du monde et continueront d’écrire. C’est l’une de leurs nombreuses qualités, M. Marsan.

 

Marguerite Imbert est l'autrice de Qu'allons-nous faire de ces jours qui s'annoncent, publié aux éditions Albin Michel. Le lien vers le site de son éditeur a été rajouté à l'initiative de ActuaLitté. Il ne figurait pas dans le texte qu'elle nous a fait parvenir.

 

NDRL : ActuaLitté se doit de rappeler que M. Marsan bénéficie pleinement de la présomption d’innocence, n’ayant par ailleurs, selon ses propres termes « jamais été mis en examen, gardé à vue ou fait l’objet d’une enquête judiciaire ».

 

mise à jour 2/05 - 18 h : 

Gilles Haéri, président des éditions Albin Michel, joint par ActuaLitté, apporte ce message, pour « marquer notre attachement à cette auteure » : 

Albin Michel est heureux d’avoir édité en janvier dernier le premier roman de Marguerite Imbert, publié dans la maison par Véronique Ovaldé. C’est assurément une jeune romancière de talent, dont le premier texte avait fait l’unanimité au comité de lecture, et avec qui nous venons d’ailleurs de nous engager pour un impressionnant second roman de science-fiction.

 

mise à jour 19/05 - 17 h 10 : 

L'avocat de Stéphane Marsan nous a fait parvenir le droit de réponse suivant :

 

Crédit photo : engin akyurt/ Unsplash ; Marguerite Imbert © Albin Michel

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Qu'allons-nous faire de ces jours qui s'annoncent ?

Marguerite Imbert

Paru le 03/02/2021

311 pages

Albin Michel

18,90 €

36 Commentaires

 

Albertine

01/05/2021 à 13:23

Bravo pour ce courage !

Jean

01/05/2021 à 13:25

Les mutations de #MeToo dans les différents secteurs, s'il est encore difficile de dire si elles parviendront à faire bouger les choses, ont au moins le mérite de donner une voix, et de rassurer un peu toutes celles qui se trouvent dans ces situations de merde. J'espère qu'un maximum d'entre elles tomberont sur cette affaire, et verront que c'est un truc qu'on tait de moins en moins.

Et personnellement, en lisant ça et sans rapport avec la sympathie que j'ai par ailleurs pour les victimes de ces sales types, j'ai très envie d'aller voir ce que Marguerite écrit d'autre ! Belle verve !

G.D.

01/05/2021 à 13:32

Merci à Marguerite Imbert de décrire si bien le processus d'assujettissement mis en place par encore trop d'"hommes de pouvoir", de le démonter tranquillement pour en montrer les rouages simples et misérables. Et merci de finir néanmoins par cette note d'espoir qui parle d'humanité, d'intégrité et de talent.

Lyo

01/05/2021 à 14:08

Je suis surprise que les médias généralistes n'en parlent pas du tout. Mais c'est vrai que la maison Bragelonne publié surtout de la SFF, genre très mal vu en France.

En tout cas, courage aux victimes. C'est absolument effroyable ce genre de témoignage.

Louis

01/05/2021 à 16:05

Je suis vraiment désolé de vous lire. Étant moi-même amateur du catalogue Bragelone dans mon adolescence (gros lecteur Fantasy/SF), j'en éprouve maintenant un désagréable remord. C'est une chose difficile à croire, qu'il existe encore des porcs pareils prêts à abuser de leurs position. En tant qu'homme, ça me révulse et, encore une fois, ça me fait honte.
Hâte de vous lire, en vous espérant le meilleur.

Marco

01/05/2021 à 19:03

Bravo. C'est très éclairant sur ce qui peut se passer en "arrière-plan", dans la tête (pour rester poli) d'un gros dégueulasse. Heureusement, tous le éditeurs ne sont pas à mettre dans le même sac : beaucoup ne rencontrent même pas les auteurs avant de signer un contrat. Et c'est très appréciable (selon moi). Ces "speed-dating" initiés par des éditeurs sont-ils une marque de leur professionnalisme ? On peut en douter. Présenter un book de visu pour les illustrateurs à peut-être encore du sens (et encore)... mais pour les écrivains ?
Personnellement (en jeunesse et BD), les seuls éditeurs que j'ai rencontrés, je travaillais avec eux depuis des années et, à l'occasion d'un projet (souvent une commande), d'un passage ou d'un prix, on a partagé un café, parfois un repas. Et ensuite, chacun est reparti de son côté faire sa part de boulot. Et c'est téléphone/mail si on a une question à régler, une négociation, un échange sur un texte.
Donc, méfions-nous de ces éditeurs qui aiment "voir" les auteurs avant même de lire leur texte. Cette expérience (malheureuse et traumatisante, on n'en doute pas) peut servir de leçon et d'avertisseur. Prudence !

NAUWELAERS

01/05/2021 à 21:44

Personnellement, j'apprends cette pratique bizarre de «speed dating» par les éditions Bragelonne...
Effectivement, les éditeurs et éditrices et comités éditoriaux jugent de textes, tout de même.
Même si -ne nous cachons pas derrière notre petit doigt -le talent seul n'est pas toujours le seul critère qui préside à la sélection ou non d'une plume nouvelle.
Souvent l'histoire personnelle de l'auteur ou auteure, ce qu'il y a comme caisse de résonance médiatique possible peut jouer.
Pas toujours, espérons-le !
Je constate que Marguerite Imbert, fort choquée, a répliqué du tac au tac et que l'histoire se finit au mieux: elle est publiée dans une grande maison d'édition !
Ce qui prouve tout de même que malgré la précarité, l'incertitude, l'absence de réseau...une autrice peut et doit se faire respecter sans s'imaginer figurer sur une liste noire.
Puisqu'il y a de nombreux éditeurs et beaucoup d'éditrices qui sont à la hauteur de leur tâche.
Donc oui, avoir le courage et tout bêtement la lucidité de ne jamais se laisser faire.
Non cela ne condamne pas à l'abandon de ses rêves.
MAIS...De nombreuses plumes même ferventes ne seront jamais publiées par les éditeurs classiques: encore plus d'appelés (depuis le Covid qui pousse tout le monde à écrire) et moins d'élus et élues...
Cette voie est étroite et pas facile, comme les métiers artistiques.
Bonne chance à Marguerite Imbert...et si on arrêtait les «speed datings» dans un domaine où ils ne sont pas pertinents voire un peu...malsains (en tout cas, potentiellement) ?
CHRISTIAN NAUWELAERS

Johnny

02/05/2021 à 08:37

Bonjour,
Aucune surprise.. J'ai participé plusieurs fois aux Imaginales, j'ai toujours refusé de participer aux speed dating, car je n'appreciais pas ce principe. D'autres éditeurs que Bragelonne sont entrés dans la même mouvance, je m'en suis rendu compte à l'époque quand une maison d'éditions liée au monde sfff avait sélectionné une autrice après une rencontre. Maison d'éditions sélective, je le sais pour avoir reçu un message m'expliquant qu'ils publiaient peu de nouveaux auteurs, un à deux par an. L'Autrice, pour avoir personnellement retravaillé l'un de ses textes je peux l'affirmer, a été publiée après ce speed dating et c'est triste à dire, mais ce n'était pas pour son talent littéraire. Donc maison très sélective mais pas pour des critères littéraires.
Bragelonne n'est pas la seule dans ce petit milieu à agir ainsi. Je pourrai en parler des heures.
Bonne journée et bon courage aux femmes qui subissent ça, mais il ne faut pas oublier les hommes auteurs qui subissent aussi à différents niveaux, rejets des éditeurs pour leur physique ou inversement. Là on rejoint les propos ignobles de Fabien Lecoeuvre envers Hoshi.

Sylvie sehili

01/05/2021 à 21:06

Au nom des femmes, de toutes les femmes, Merci Marguerite de ne pas vous être laissée effeuiller....ni un peu, ni beaucoup, ni à la folie, mais pas du tout !
Tout mon soutien pour l'avenir
Merci aussi à Médiapart, j'ai désormais bien envie de vous lire...
Sylvie

Ariane

02/05/2021 à 09:48

Si vous ne vous laissez pas faire vous passez vite pour une femme qui a un problème (laide, puritaine, caractérielle, ou psychopathe)si vous êtes mignonne ,charmante et pleine d'esprit, alors vous êtes le diable!!!
Quoiqu'il en soit si vous dénoncez les mauvaises pratiques des éditeurs vous êtes à l'index ...!

Ariane

02/05/2021 à 09:40

Ce que décrit cette Jeanne est parfaitement exact...j'ai subi tout ce qu'elle décrit...toutes ces humiliations des plus grossières aux plus subtiles...
Je me croyais paranoïaque, j'étais seulement bafouée...La méthode des éditeurs bien éduqués se veut subtile : si on n'accepte pas un jeu de séduction tacite rien ne se passe.. ni édition ni parution on reste dans le néant et avec la honte d'être sans doute une autrices sans talent!
Malheureusement beaucoup de femmes s'exécutent, pensant que dans cette société organisée par les hommes c'est un passage obligé...


NAUWELAERS

02/05/2021 à 12:02

Ariane,
Bien entendu je déplore votre expérience semblable à celle de Marguerite Imbert.
C'est choquant.
Pensez aux très nombreuses maisons d'édition dont les responsables sont féminines...
Enfin ce milieu est fortement féminisé, il n'y a pas que Bragelonne !
Ne les invisibilisez pas s'il vous plaît pas en globalisant une expérience négative tout à fait scandaleuse, c'est vrai.
Mais pourquoi rester sur une posture d'impuissance et de vision noircie et faussement ultramasculine du monde littéraire ?
J'ai l'impression d'assister à une sorte de conditionnement négatif répandu qui s'autopersuade en une spirale mentale infernale qui enferme...
Qui a du talent et de la passion ne se laisse pas arrêter par cela.
«Where there's a will there's a way»...
Les gens sont-ils devenus incapables de lutter autrement que par les réseaux sociaux ?
On vous traite comme cela, si mal ?
Arrêtez de vous dévaloriser en croyant qu'un milieu éditorial très féminisé n'est qu'un monde d'hommes.
Enfin c'est faux !
Et que tous les éditeurs se livrent sans aucune vergogne à ces pratiques qui sont inadmissibles (ce que je ne conteste pas une seconde, je ne les comprends même pas) et qui, si avérées -et je veux bien vous croire, c'est honteux -doivent absolument disparaître.
Mais pas d'accord avec un discours de généralisation abusive en décalage complet avec une réalité que tout le monde peut voir.
Enfin si vous avez un peu de confiance en vous, vous fulminez quand cela arrive, même après un temps de latence vu le grand choc; vous l'envoyez paître dès que vous reprenez vos esprits et vous avancez puisque non, vous ne serez pas blacklistée, Ariane...
Vous allez voir ailleurs fissa...!
Assez de mauvais films et de la résistance et persistance indissociable de qui croit à son talent et à ses projets.
Suivez votre fil d'Ariane - facile je sais !- sans vous laisser arrêter par un mauvais, même puissant -ou il l'était car le vent tourne.

Mais certes les places sont chères, même dans les vraies maisons d'édition à la hauteur de leur tâche.
Je vous souhaite d'y parvenir, mais par ce que vous avez à offrir.
En tombant sur des pros intègres et positifs qui vous redonneront la confiance en vous qui semble un poil vous manquer, ne le prenez pas mal...
Mais c'est vrai, cela s'apprend et croyez bien que je me mets pleinement dans le lot.
Il faut savoir ce que l'on veut et ce que l'on refuse dans la vie.
Voilà ce qu'on devrait apprendre en premier à tous les mioches...
C'est un mâle blanc hétéro et non cisgenre -à la poubelle, la novlangue-et non macho ni soumis le moins du monde qui s'exprime ici.
La culture du viol m'est étrangère.
Savoir ce que on veut et donc fatalement ce que l'on refuse, loin des jérémiades mais à fond dans l'action (et la réaction contre ceux voire-si cela se produit-celles qui abusent !), cela s'appelle: la FORCE.
Et...c'est un nom féminin !

Vous êtes jeune, je crois ?
L'avenir est à vous !
Et gardez la santé vraiment...
Amitiés et ne voyez plus tout en noir...
Et Marguerite Imbert est publiée comme nous le savons maintenant !
Bonne chance, Ariane.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

02/05/2021 à 12:16

Ariane,
Bien entendu je déplore votre expérience semblable à celle de Marguerite Imbert.
C'est choquant.
Pensez aux très nombreuses maisons d'édition dont les responsables sont féminines...
Enfin ce milieu est fortement féminisé, il n'y a pas que Bragelonne !
Ne les invisibilisez pas s'il vous plaît pas en globalisant une expérience négative tout à fait scandaleuse, c'est vrai.
Mais pourquoi rester sur une posture d'impuissance et de vision noircie et faussement ultramasculine du monde littéraire ?
J'ai l'impression d'assister à une sorte de conditionnement négatif répandu qui s'autopersuade en une spirale mentale infernale qui enferme...
Qui a du talent et de la passion ne se laisse pas arrêter par cela.
«Where there's a will there's a way»...
Les gens sont-ils devenus incapables de lutter autrement que par les réseaux sociaux ?
On vous traite comme cela, si mal ?
Arrêtez de vous dévaloriser en croyant qu'un milieu éditorial très féminisé n'est qu'un monde d'hommes.
Enfin c'est faux !
Et que tous les éditeurs se livrent sans aucune vergogne à ces pratiques qui sont inadmissibles (ce que je ne conteste pas une seconde, je ne les comprends même pas) et qui, si avérées -et je veux bien vous croire, c'est honteux -doivent absolument disparaître.
Mais pas d'accord avec un discours de généralisation abusive en décalage complet avec une réalité que tout le monde peut voir.
Enfin si vous avez un peu de confiance en vous, vous fulminez quand cela arrive, même après un temps de latence vu le grand choc; vous l'envoyez paître dès que vous reprenez vos esprits et vous avancez puisque non, vous ne serez pas blacklistée, Ariane...
Vous allez voir ailleurs fissa...!
Assez de mauvais films et de la résistance et persistance indissociables de qui croit à son talent et à ses projets.
Suivez votre fil d'Ariane - facile je sais !- sans vous laisser arrêter par un mauvais, même puissant -ou il l'était car le vent tourne.

Mais certes les places sont chères, même dans les vraies maisons d'édition à la hauteur de leur tâche.
Je vous souhaite d'y parvenir, mais par ce que vous avez à offrir.
En tombant sur des pros intègres et positifs qui vous redonneront la confiance en vous qui semble un poil vous manquer, ne le prenez pas mal...
Mais c'est vrai, cela s'apprend et croyez bien que je me mets pleinement dans le lot.
Il faut savoir ce que l'on veut et ce que l'on refuse dans la vie.
Voilà ce qu'on devrait apprendre en premier à tous les mioches...
C'est un mâle blanc hétéro et non cisgenre -à la poubelle, la novlangue-et non macho ni soumis le moins du monde qui s'exprime ici.
La culture du viol m'est étrangère.
Savoir ce que on veut et donc fatalement ce que l'on refuse, loin des jérémiades mais à fond dans l'action (et la réaction contre ceux voire-si cela se produit-celles qui abusent !), cela s'appelle: la FORCE.
Et...c'est un nom féminin !

Vous êtes jeune, je crois ?
L'avenir est à vous !
Et gardez la santé vraiment...
Amitiés et ne voyez plus tout en noir...
Bonne chance, Ariane.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Forbane

02/05/2021 à 14:53

Bravo à cette jeune femme...
Certaines autrices sont victimes de harcèlement sexuel, d'autres de harcèlement moral (ce fut mon cas).
Toutes nous devons faire front et parler.
Le #MeToo de l'édition le permet désormais, et c'est un immense réconfort que de savoir qu'enfin nous ne sommes plus seules.

NAUWELAERS

02/05/2021 à 19:11

Et les femmes dotées d'un vrai caractère se défendaient déjà sans MeToo et bien avant MeToo !
Les meilleures féministes, ce sont elles.
Qui n'ont pas besoin d'une bannière derrière laquelle marcher...
Foin des dogmes à la fin, soyons nous-mêmes, faisons-nous respecter.
Les hommes également qui peuvent en prendre plein la gueule...
Il faut réagir sans marcher au pas de l'oie.
Par soi-même !

CHRISTIAN NAUWELAERS

r'gil

12/05/2021 à 23:02

Vos réponses me laisse plus que songeur.
Dans certaines, vous faites remarquer que les femmes sont nombreuses aux postes de responsabilité dans l'édition. Certes, mais... ce n'est pas le sujet.
Dans d'autres vous dites "Et les femmes dotées d'un vrai caractère se défendaient déjà sans MeToo et bien avant MeToo !".
Donc celles qui ne savent pas comment s'y prendre pour se défendre, qui se retrouvent surpriese, coincées, isolées, trop jeunes, ce sont des moins que rien, qui n'ont pas "un vrai caractère" puisqu'elles "ne savent pas se défendre", c'est ça ?
Vous rendez-vous compte de ce que vous écrivez ? Ou est-ce que vous n'êtes même pas capable de vous rendre compte du problème, de l'existence de personnes qui utilisent leur position pour du harcèlement envers souvent des personnes jeunes, inexpérimentées ou en "situation d'infériorité" dans la relation ?
Que ces comportements systémiques ne soient pas systématiques, que notre société avance - petit à petit - dans le bon sens, on peut le penser. Certaines grandes entreprises traitent par exemple ce sujet avec la plus grande fermeté, licenciement à la clef. Mais pourtant, de façon très régulière encore, de nouvelles affaires sortent, on découvre que dans certaines institutions, certaines entreprises, certains clubs de sports, certains mouvements politiques, une personne, un homme toujours, utilisait le "pouvoir" conféré par son poste pour harceler ou profiter de jeunes femmes, de jeunes filles ou de jeunes garçons. Et que presque toujours, "ça se savait". Vous ne lisez pas les journaux ou c'est un peu trop compliqué pour vous.

Vos réponses sont justes odieuses, et c'est un homme qui vous le dit.

NAUWELAERS

13/05/2021 à 00:03

Non mes réponses ne sont pas «odieuses» et c'est un humaniste progressiste mais pas extrémiste qui vous le dit.
Vous êtes d'une mauvaise foi confondante et je ne laisse pas passer cela.
Je déteste et condamne autant que vous les rapports de pouvoir odieux et abusifs.
Contre des femmes, des jeunes filles et parfois aussi contre des hommes dont des jeunes hommes.
Je dois l'écrire en japonais ?
Vous faire un dessin ?
Pourquoi faites-vous semblant de ne pas comprendre ?
Vraiment cette manière de certains et certaines de clouer au pilori qui ne raisonne pas à 100% comme eux ou elles est absolument insupportable.
Non monsieur, votre sectarisme, retour à l'envoyeur.
Je plaide pour la dignité humaine avant tout et l'assertivité: se faire respecter.
Apprendre cela à tout le monde dès le plus jeune âge.
Cela vous gêne, monsieur le redresseur de torts ?
Je prétends que si on se défend dès le départ, c'est beaucoup mieux que via des réseaux sociaux et longtemps après.
J'affirme que des preuves restent nécessaires.
Je soutiens qu'une parole seule ne vaut encore pas accusation dans une démocratie.
Et qu'il faut absolument agir en amont pour éviter des possibilités d'abus...et que ce n'est pas facile.
C'est évidemment le but à atteindre et il semble que toute l'évolution actuelle va bien dans ce sens.
Maintenant je ne prends pas position quand je ne sais pas.
Contrairement aux procureurs Twitter ou autres qui sont stupides, odieux et insignifiants...insignifiants sauf hélas s'ils parviennent à interférer avec une justice digne de ce nom.
Enfin je reconnais que ce n'est absolument pas facile et je ne dispose pas plus que quiconque (et surtout pas vous évidemment) de solutions toutes faites.

CHRISTIAN NAUWELAERS

dombout

05/12/2021 à 13:00

Belle joute oratoire aux effluves enivrants de testostérone hahaha

NAUWELAERS

13/05/2021 à 00:13

r'gil
«Donc celles qui ne savent pas comment s'y prendre pour se défendre, qui se retrouvent surpriese, coincées, isolées, trop jeunes, ce sont des moins que rien,»
Votre tronçon de phrase du 12 mai (tel quel), ci-dessus entre guillemets.
Vous me faites écrire ce que je n'ai ni écrit ni pensé et vous m'accusez ensuite d'apporter une réponse «odieuse»...
Un procédé de bas étage, fort utilisé mais qui ne passe pas.
Ici nous ne sommes pas sur Twitter mais sur un forum de qualité.
ENCOURAGER LES GENS à se défendre, c'est défendre la dignité humaine.
Ce qui ne signifie absolument pas prendre la défense des prédateurs.
Pour ne pas comprendre cela, il faut le vouloir...!
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

13/05/2021 à 00:27

Encore une chose, r'gil (votre message du 12 mai): des femmes nombreuses aux postes à responsabilité, parfois au plus haut niveau ( comme Fayard), cela contredit l'argument selon lequel l'édition est -encore - un monde d'hommes.
Ce le fut, c'est beaucoup moins vrai maintenant et on peut penser que de jeunes et moins jeunes autrices ne se trouveront pas en position insupportable de proies.
Donc votre objection était à côté de la plaque, monsieur.
Cela fait totalement partie du sujet et prouve que non, la situation n'est pas sans issue pour des victimes dans un monde qui ne serait peuplé en majorité que d'hommes et prédateurs.
Ce qui ne justifie en rien le comportement des prédateurs qui subsistent encore.
Si vous continuez à faire semblant de ne pas comprendre, tout en déformant mes propos, cela devient incurable.

CHRISTIAN NAUWELAERS

Marco

02/05/2021 à 15:02

Il faut arrêter de penser que de supporter les avances d'un éditeur permettrait de se faire éditer. Ce sont les hommes comme Marsan qui tentent de convaincre les auteurs du contraire, et ils y parviennent. Mais aucun éditeur ne laissera passer un texte qu'il juge intéressant pour son catalogue et capable potentiellement de répondre à une attente de son public. Certains essaient de faire croire qu'il leur faut la crémière... mais c'est faux : tous se contentent de l'argent et du beurre.
Petite histoire : il y a bientôt 20 ans, nous avions en jeunesse une éditrice (eh oui !) qui aimait beaucoup les jeunes illustrateurs. Elle faisait son marché du côté des Beaux-arts de Strasbourg et son favori (celui que j'ai bien connu) était convaincu qu'il fallait donner de sa personne pour être édité. Ce qui lui valut donc de tromper sa femme et de participer à un nombre très important de salons jeunesse où l'éditrice prenait une chambre non loin de la sienne. Le pauvre garçon était souvent épuisé, croulait en semaine sous le travail que lui confiait l'éditrice et le WE pas seulement sous les dédicaces (il rencontrait en effet un grand succès auprès du public).
Mais cette éditrice publiait beaucoup d'autres illustrateurs qui avaient refusé ce jeu dangereux. Tous ceux dont le graphisme correspondait à la maison d'édition se voyaient confier des livres à illustrer. Et ceux dont les ventes étaient bonnes avaient du travail pour des semaines entières et pouvaient disposer à leur guise de leur WE...
Quant à notre illustrateur, le favori, il n'était pas conscient de son talent (et il en débordait), convaincu que sa réussite était liée à cette relation (et qu'y mettre fin aurait des conséquences terribles !).
Puis l'éditrice s'en est allée (elle ne travaille plus dans l'édition)... et l'illustrateur a pu constater qu'il avait toujours autant de travail.
Puis il a changé d'éditeur... toujours avec le même succès.
Tout cela n'était qu'une illusion, une force de persuasion issue d'une pensée collective qu'utilisent certains hommes (et donc parfois des femmes).
Débarrassé de cette relation toxique, notre illustrateur a pu passer de paisibles WE chez lui en compagnie de ses enfants... ah non ! Entre temps, sa femme avait appris qu'il l'avait trompée pendant des années.
Et l'éditrice ? Elle a changé de métier, s'est mariée et vient d'avoir son deuxième enfant. Elle rayonne de bonheur.
FIN

NAUWELAERS

02/05/2021 à 19:05

MERCI à Marco qui flingue ce «storytelling» inepte qui fait croire à de jeunes autrices inexpérimentées que l'édition n'est qu'un monde d'hommes -il suffit de regarder l'ours de très nombreuses maisons d'édition françaises -et que le droit de cuissage est un passeport anti-sanitaire pour mener à la réussite.
Plutôt que de pétitionner (ce qui mène à quoi ?) et balancer des lamentations sur les réseaux sociaux, prendre le taureau par les cornes et se défendre illico, point.
Cette attitude-là est crédible.
Et efficace..
CHRISTIAN NAUWELAERS

Cabinet Pierrat & associés - Droit de réponse Stéphane MARSAN

12/05/2021 à 20:30

ActuaLitté a publié un article le 1er mai 2021 intitulé « #MeToo dans l'édition : “Je suis Jeanne”, une témoin se dévoile » dans lequel je suis expressément visé et que je ne peux laisser sans réponse.

Cet article vise « l’enquête » et l’article de MEDIAPART publié le 21 avril 2021.

La journaliste de MEDIAPART a déclaré publiquement qu’à sa connaissance aucune plainte n’a été déposée ni avant, ni après, la publication de l’enquête.

Je tiens à récuser tous les faits qui me sont imputés et à réfuter formellement toute prétendue accusation de harcèlement sexuel ou moral.

Il semble que la frontière entre une prétendue morale et le droit pénal soit parfois poreuse faisant régner une confusion intolérable.

Cette auteure m’a pitché ses projets aux Imaginales ; puis nous avons pris un verre ensemble à Paris pour une longue discussion pendant laquelle je l’ai encouragée à me proposer un roman politique. Elle m’a confié un formidable roman, que j’ai accepté. Je lui ai adressé malencontreusement un message destiné à un ami et me suis confondu en excuses.

Mes prétendus propos cités dans cet article n’ont donc pas le sens qu’on entend leur prêter. Il est soutenu que j’aurais dit après cette bourde : « Je devrais vous obliger à signer ici et maintenant. Mais je ne le ferai pas parce que je souhaite bien me comporter avec vous. ».

Mon intention était de lui dire : vous avez un contrat sous les yeux, je devrais vous inciter à signer avec moi plutôt que d’accepter que vous attendiez la réponse d’un éditeur et « je souhaite bien me comporter avec vous » doit être compris comme dans le sens « je ne veux pas vous mettre la pression pour que vous signiez ». En effet, si je la surnommais souris intelligente, c’était parce qu’en étant très discrète elle faisait montre à mon avis d’une attitude réflexive très juste. A ma connaissance, l’expression « souris intelligente » n’est ni une insulte ni une expression outrageante ou dégradante...

Je tiens à rappeler que je bénéficie de la présomption d’innocence. Je n’ai jamais été mis en examen, gardé à vue ou fait l’objet d’une enquête judiciaire.

La propagation publique de rumeurs, particulièrement graves, à l’encontre d’hommes et de femmes accablés a des conséquences irréversibles telles que le suicide, à l’instar d’une affaire récente.

Je me réserve le droit d’intenter toute action à l’encontre de toute personne me portant directement ou indirectement atteinte afin de faire valoir mes droits par le biais de mes avocats.

Pierre.Anecem@gmail. Com

12/05/2021 à 23:08

Vous êtes toujours en poste Monsieur Marsan ? Qu'en dit hachette ?

Marco

13/05/2021 à 09:22

Mediapart et Stéphane Marsan, réaction du SELF (Syndicat des Ecrivains de Langue Française) :
"(...) Ce n’est pas une surprise. Des adhérentes du SELF avaient déjà évoqué en privé des faits similaires qu’elles avaient subis de sa part, et nous les avions alors assurées de notre soutien (...)"
Les exemples sont nombreux (Charte, Ligue...). Ces pratiques sont vieilles comme le monde mais, la nouveauté, c'est que de (très) nombreuses personnes n'en veulent plus. Savions nous ? oui. Avons-nous trop tardé à nous révolter ? Certainement. Droit à la présomption d'innocence ? Bien sûr... mais aussi le droit de se méfier de ceux qui sont largement dénoncés, par de multiples sources, qui ne cachaient pas leur façon d'approcher les auteurs jusqu'à ce qu'on le leur reproche, droit de boycotter leur échoppe, droit de ne pas participer à leur façon de sélectionner les projets, etc.
Les priver de mots à publier, ne pas les fréquenter, c'est leur reprendre le pouvoir dont ils aiment abuser.

Robert

28/05/2021 à 20:15

De toute façon, depuis qu'Amazon a inventé son kdp, pourquoi s'embêter à chercher un éditeur classique ? La moyenne des ventes d'un roman publié par une maison classique doit être de 500 exemplaires. Pas de quoi pavoiser, et pas de quoi s'acharner à convaincre untel ou untel de vous publier.

NAUWELAERS

28/05/2021 à 21:09

Réponse à Robert (28 mai): parce qu'un vrai éditeur, cela reste un pro.
Les éditeurs du web n'en sont pas.
Déjà lu des livres au sigle d'un pseudo-simili- éditeur du web...
Affligeant.
On juge l'arbre à ses fruits.
Sauf si on se moque de la qualité, évidemment...

CHRISTIAN NAUWELAERS

Vertigo

28/05/2021 à 22:11

Ce n'est plus aussi simple.
Je connais de bons auteurs qui, parce que leurs livres ne sont pas "commerciaux", ne trouvent plus d'éditeur pour les publier.
A contrario, un manuscrit passable sinon mauvais, parce que vendeur, pourra très bien trouver preneur chez une maison d'édition en bonne et due forme.
Il n'y a qu'à voir les affligeantes productions de Marc Lévy, Guillaume Musso, Clémentine Beauvais, Agnès Martin-Lugand et j'en passe.

Robert

29/05/2021 à 00:28

Vous savez, la "biographie" d'une pseudo-vedette de TV réalité ou un livre de recettes de tel ou tel animateur de jeu TV ne deviennent pas de la littérature par magie juste parce qu'ils sont publiés par Gallimard ou Grasset. Votre vision de l'auto-édition est malheureusement très répandue et fausse dans de nombreux cas. Oui, vous trouverez des très mauvais bouquins auto-édités, mais vous en trouverez aussi beaucoup qui n'auront pas grand-chose à envier à la majorité de ceux publiés par des maisons ayant pignon sur rue. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas le problème ici. Ici on parle de personnes qui se prêtent à ce jeu stupide de "speed dating" pour espérer être publié par une maison d'édition. C'est presque pathétique de se vendre ainsi. Qu'est-ce que la littérature vient faire là-dedans ?

NAUWELAERS

29/05/2021 à 11:28

Robert,
Ce que vous écrivez tombe sous le sens -je ne lis pas n'importe quoi, fût-ce sous le label d'éditeurs (encore) prestigieux.
Mais dans l'océan de livres autoédités sans travail éditorial, bonne chance pour séparer le bon grain de l'ivraie !
Certains, au sein de maisons comme Michel Lafon, sont payés pour ça et se spécialisent dans «l'hélitreuillage» de jeunes plumes prometteuses vers l'édition classique pour leur donner la consécration de publier un vrai livre.
Qui parfois peut cartonner...
Certes il ne faut pas oublier pour autant que qualité et quantité forment un couple bien désuni !
Et le plus trivial opportunisme commercial est souvent de mise.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Robert

30/05/2021 à 13:51

C'est vrai qu'il faut chercher un peu. Mais depuis que je publie sur Amazon, il n'est plus nécessaire de trop chercher ;)

Vertigo

30/05/2021 à 13:13

D'accord avec vous, sur tout.
J'ignorais l'existence du speed-dating dans le monde littéraire et m'étonne que des auteurs et autrices y recourent.
Comme vous dites, où est la littérature (avec un L) dans tout cela ?...
Imaginons Steinbeck, London, Kerouac dans ce genre d'entreprises... Inconcevable ! Autant que De Gaulle en train de faire le pitre avec d'autres pitres médiatiques.
Décidément notre époque est on ne peut plus basse et en phase de décadence accélérée.

Questcequonlit

11/06/2021 à 11:18

La palme du mansplaining est attribuée à... C NAUWELAERS !
Petit jeu : lisez chacun de ses commentaires avec une bouteille de Tequila et buvez à chaque fois qu'il :
* explique aux femmes leurs propres problèmes
* dit qu'on n'a pas besoin des réseaux sociaux
* parle de "avant Me Too" #cetaitmieuxavant
* dit qu'il n'y a pas de vrai problème dans le monde de l'édition car il y a beaucoup de femmes dans le milieu
* exprime des opinions paternalistes et condescendantes

Certains feraient mieux de ne pas s'exprimer du tout et de COMPRENDRE qu'ils font partie du problème.

Et chapeau à Marguerite pour sa prise de parole courageuse.

NAUWELAERS

11/06/2021 à 16:11

Palme de la mauvaise foi la plus totale et de la malhonnêteté intellectuelle la plus monolithique et incurable à celui ou celle qui se cache derrière le pseudo Qu'estcequ'on lit !
Tant de bigoterie et de malveillance laisse pantois ou pantoise.
Quand vous prendrez la peine de lire mes contributions avant d'y répondre sans les connaître, faites-moi signe (mais venant de vous, je ne suis pas pressé)...!
-Il existe des tas de dérives des réseaux sociaux que des foules de gens dénoncent à juste titre.
J'en fais partie et désolé si j'offense votre religion...
-Je ne suis pas paternaliste; quant à vous, je pourrais prendre chez vous des leçons de condescendance et de tartufferie -celle qui consiste à travestir les propos de celui ou celle que l'on attaque «ad hominem» faute de vrais arguments...on en invente dans ce cas.
-Souhaiter que les femmes se défendent correspond à une vision honnête et émancipatrice de la femme, partagée par les vraies et vrais féministes dont je suis.
La mauvaise foi gluante, c'est votre domaine.
-Je n'explique pas aux femmes leurs propres problèmes; je souhaite qu'elles se défendent illico et fissa.
Vous préférez qu'elles morflent durant des années avant de se répandre sur vos sacro-saints réseaux sociaux (dont je ne nie pas la nécessité lorsque cela se passe bien, mais vous occultez cela bien entendu) ?
Voilà, je suis en désaccord total avec vous.
Les lectrices et lecteurs du site en jugeront.
Avec moi, la tricherie et la sournoiserie ne passent pas...
Monsieur ou madame questcequon lit, qui que vous soyez, confite ou confite dans votre dogmatisme stérile et négatif...
Ravi que plein de personnes ne vous ressemblent ni de près, ni de loin.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

11/06/2021 à 16:29

Rectification mais tout le monde aura compris, à la fin de ma réponse au procureur ou la procureuse questcequonlit: confit ou confite...
Petite distraction, désolé.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

11/06/2021 à 16:35

RECTIFICATION: confit ou confite, évidemment !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

L'ANEL entend accroître la compétitivité des maisons d'édition

Dans le cadre des consultations prébudgétaires 2023, l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) interpelle le gouvernement du Québec, et demande une bonification et une simplification du crédit d’impôt pour l’édition de livres, dans un mémoire présenté au ministère des Finances.

19/01/2023, 17:27

ActuaLitté

L'historien Benjamin Stora victime d'un “antisémitisme insupportable”

Certains y lisent une nouvelle preuve de ce que l’Aglérie se replie sur elle-même, mais d’aucuns constatent surtout l’agressivité et la violence du propos. L’universitaire Benjamin Stora, qui enseigne l’histoire du Maghreb contemporain, est pris à partie dans un média algérien. Et ce, alors que les journaux indépendants endurent de virulentes attaques.

07/01/2023, 12:57

ActuaLitté

Angoulême : et si l'on parlait de Prévention des Violences sur les enfants ?

FIBD23 - Arnaud Gallais multiplie les appels, alors que s’approche le festival de la bande dessinée d’Angoulême. Dans une lettre ouverte, le cofondateur de Be Brave France et du collectif Prévenir et Protéger revient sur la programmation de l’événement. Alors que le Parquet de Nanterre vient d’ouvrir une enquête, Arnaud Gallais propose de profiter de l’occasion pour sensibiliser le plus grand nombre.

06/01/2023, 18:14

ActuaLitté

“La solidarité par la lecture, y’a plus que ça pour nous sauver”

Empruntant à la Fonky Familiy, le groupe de hip-hop marseillais, l’association Lire et Faire Lire va plus loin. Dans Verset IV, les rappeurs scandaient : « La solidarité j’crois qu’il y a plus que ça pour nous sauver. » Et si la lecture incarnait cette expression solidaire impérative à notre société ? Leur texte est ici proposé en intégralité.

17/12/2022, 11:30

ActuaLitté

“L’Europe fourmille de peuples. On ne prend jamais congé des peuples”

Dans sa lettre de décembre 2022, le PEN Club français diffuse une adresse poignante de Chus Pato, de son nom d’écrivaine. María Xesús Pato Díaz, dans sa vie universitaire, est originaire de Galice : poétesse parmi les plus remarquées dans sa langue, elle interpelle l’Europe tout entière. 

07/12/2022, 09:19

ActuaLitté

Pass Culture : le CNL défend son engagement à l'égard des auteurs

DROIT DE RÉPONSE – Un récent article de ActuaLitte, suite à un communiqué de presse conjoint de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, de la Ligue des auteurs professionnels, le Trait et CAAP, appelait un sérieux correctif. En effet, le Centre national du Livre, mis en cause, propose une offre de Masterclasses du livre et de l’écrit dans le cadre de la part collective du Pass culture, depuis l’ouverture de cette dernière en janvier 2022. Et ce afin de jouer un rôle de facilitateur dans l’organisation de rencontres d’auteurs en milieu scolaire. 

02/12/2022, 10:07

ActuaLitté

Des livres vierges : l'industrie du livre menacée d'asphyxie

Sans une révision de la loi sur le droit d’auteur, l’édition canadienne se trouve devant une page blanche. À ce titre, l'Association nationale des éditeurs de livres, représentant les éditeurs de langue française au Québec et dans le Canada tire la sonnette d'alarme. Et presse le gouvernement d'agir. À ses côtés, plusieurs autres organisations rallient le mouvement.

29/11/2022, 17:24

ActuaLitté

Suisse : recours des librairies Payot auprès du conseil d’État du Valais

Après avoir proposé au service de la culture du Valais de revenir sur les critères qui ont été fixés pour l’opération de soutien aux librairies qu’il a annoncée et lancée le 14 novembre, et qui excluent les librairies Payot du périmètre, Payot SA a décidé de faire recours auprès du Conseil d’État à défaut d’avoir obtenu une réponse satisfaisante. Par Pascal Vandenberghe, PDG de Payot.

29/11/2022, 11:21

ActuaLitté

Iran : la vie de Hossein Ronaghi est en danger

Libérez Hossein Ronaghi ! Le Comité de défense des auteurs en danger du PEN Club français apporte son plein soutien à l'auteur, emprisonné en Iran, et actuellement dans un terrible danger. Antoine Spire, président du Pen Club français et Jean-Philippe Domecq, président au Pen club français du Comité des écrivains persécutés adressent à ActuaLitté une tribune d'importance.

18/11/2022, 14:41

ActuaLitté

Écrire contre la haine et l'intolérance, l’injustice et la barbarie

La liberté d'expression ne connaît pas de frontières, mais, aujourd'hui, elle est en grand danger. En Suisse ou en France, écrire est un acte si simple. Mais, dans de nombreux pays, les auteurs risquent d'être accusés d'espionnage ou considérés comme des ennemis publics. À cause de leurs écrits, leurs paroles, leurs dessins, leurs récits, leurs témoignages, leurs chansons, la liste des écrivains, des journalistes, des blogueurs, des traducteurs, des artistes harcelés, arrêtés, torturés, tués ou contraints à l'exil ne cesse de s’allonger tristement. 

18/11/2022, 09:04

ActuaLitté

“La Bibliothèque Doucet est devenue un lieu de conservation vivant”

La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet (BJD) avait attiré l'attention de l'Inspection générale des bibliothèques, qui pointait des problématiques liées à la gestion des collections et de l'espace disponible. En octobre dernier, une enquête du Monde pointait des responsabilités dans les dysfonctionnements, avant le suicide d'une ancienne directrice adjointe de l'établissement. Des écrivains, universitaires, chercheurs, conservateurs et bibliothécaires, directeurs de musée et de galeries, commissaires d’exposition apportent leur soutien à la directrice de la BJD et tiennent à « témoigner » des collaborations qu’ils ont eues avec cette institution et son équipe de direction. Nous reproduisons ci-dessous leur lettre.

15/11/2022, 16:56

ActuaLitté

Face au péril nucléaire en Ukraine, agir, “avant qu'il ne soit trop tard”

UkraineUnderAttack – « Avant qu'il ne soit trop tard. » Cet appel à la raison et à l'humanisme réunit à cette heure plus de 130 poètes, écrivains, artistes, universitaires et intellectuel(le)s (français mais pas seulement) : toutes et tous l'ont signé afin de mettre en garde l'opinion publique devant le péril nucléaire qui menace en raison de la Guerre en Ukraine. ActuaLitté le propose ici dans son intégralité.

30/10/2022, 14:18

ActuaLitté

La musique en bibliothèque n'est pas “une variable d’ajustement pratique”

L'annonce de la fermeture de la Médiathèque musicale de Nanterre par la municipalité, concrétisée le 2 juillet 2022 mais aussi les disparitions des collections musicales dans certains établissements constituent « des signaux très inquiétants », indique l'ACIM, Association pour la Coopération des professionnels de l'Information Musicale. Dans un texte reproduit ci-dessous, l'organisation rappelle que les supports musicaux restent indispensables en bibliothèque.

14/10/2022, 07:55

ActuaLitté

Crises et climat – Que sème la littérature ?  

Samedi dernier, à l’occasion de ses 20 ans d’existence, l’A*dS, Association des autrices et auteurs de Suisse, invitait à réfléchir lors d’un symposium à Olten à sa propre perception politique et aux potentialités du travail littéraire face aux crises de notre époque. Avec trois conférences, une table ronde et huit ateliers, 75 auteur·ices ont questionné le rôle et la responsabilité de la littérature dans les crises actuelles en analysant des phénomènes tels que la propagande, la censure, les discours emphatiques et la biodiversité dans l’écriture.

05/10/2022, 09:25

ActuaLitté

Affaire Meurice : “plaisanterie insoutenable” et liberté d'expression

Suite à la décision de suspendre la parution d’un ouvrage chez Editis, coécrit par Guillaume Meurice, le Comité directeur du PEN Club français adresse à ActuaLitté un texte. Reproduit ici dans son intégralité, il revient sur ce que beaucoup voient comme un acte de censure.

24/09/2022, 10:34

ActuaLitté

Trump et les archives nationales : le fait du prince

L’association des archivistes français (AAF) réagit suite au contentieux qui oppose le département de la Justice les archives nationales des USA à Donald Trump, au sujet de documents présidentiels : en contravention de la législation fédérale, ils n’auraient pas été remis aux archives en 2021, à la fin de son mandat. Suite à la perquisition conduite par le FBI dans la résidence personnelle de l’ancien président en Floride où ont été découverts des documents présidentiels, les Archives nationales américaines ont fait l’objet d’attaques répétées – accusées de corruption et de conspiration.

16/09/2022, 09:29

ActuaLitté

Cession de Chapitre.com : quel sort réservé aux auteurs ?

Parmi les créanciers de Chapitre figurent les auteurs des Éditions du 123, marque de Chapitre, qui n’ont pas reçu l’intégralité de leurs droits d’auteurs bien que les livres soient toujours commercialisés. Cette précision, pourtant essentielle, eu égard à la précarité desdits auteurs. Édouard Brasey, publié par cette structure, écrit à ActuaLitté pour tirer la sonnette d'alarme. 

09/09/2022, 15:34

ActuaLitté

“Si Google s’octroie les archives de tous les écrivains français...”

Entre protection de la vie privée d’un utilisateur décédé et patrimoine littéraire pris en otage, difficile de trancher. Car au cœur de cette inextricable intrigue juridique, se pose le géant Google, et son service Gmail. Héloïse Jouanard, fille de l’écrivain Gil Jouanard, s’est débattue longuement contre les services de l’entreprise, avant de s’entendre répondre que l’accès aux emails de son père lui était refusé. Catégoriquement et sans autre forme de procès.

07/09/2022, 11:01

ActuaLitté

Avec Vivendi, un futur Hachette trop puissant ?

L’annonce d’une cession du groupe Editis par Vivendi n’apaise pas les esprits. La décision de Vincent Bolloré de céder l’entreprise, pour obtenir l’assentiment de la Commission européenne préoccupe auteurs, éditeurs et libraires. Leur mobilisation, contre la fusion que l’on imaginait des deux structures, se reporte aujourd’hui sur l’avenir de Hachette Livre, filiale de Lagardère dont Vivendi possède 57 %. 

13/08/2022, 12:35

ActuaLitté

“Non pas mettre l'humour dans un musée, mais l'ouvrir à tous”

Étienne Moulron porte depuis un bon moment ce projet d’une Maison de l'Humour de la francophonie à la campagne. Deux parrains d’honneur se sont déjà joints à la fête : Pierre Richard et Dany Boon. Maintenant, ne reste qu’à la financer et l’ouvrir, ainsi qu'il l'explique dans ce texte.

04/08/2022, 09:28

ActuaLitté

Affirmer à Stéphanie Nicot “confiance, estime et fidélité”

La ville d'Épinal a décidé d'ouvrir un appel d'offres pour recruter un directeur littéraire. Une décision que Stéphane Wieser, directeur de la Culture, expliquait à ActuaLitté voilà quelques semaines. Une action qui conduit la manifestation à se séparer de la directrice artistique, Stéphanie Nicot. Un collectif réunissant professionnels, festivaliers a souhaité apporter son soutien dans un texte ici proposé dans son intégralité.

20/07/2022, 10:28

ActuaLitté

Réseaux sociaux : guerre ouverte entre Triller et TikTok

Mahi de Silva, PDG de la plateforme Triller, fondée en 2015, lance un appel au boycott de son concurrent, ni plus, ni moins. Présentée comme un concurrent — et pourtant ouvert un an avant l’entreprise chinoise — l’application revendique plus de 100 millions d’utilisateurs et 250 millions de téléchargements. Tous deux reposent sur un format de diffusion de brefs clips vidéos, avec une perspective marketing commune. Sauf que…

19/07/2022, 14:32

ActuaLitté

Réfugiés italiens : “Il faut protéger la prescription, le droit à l’oubli” (Éric Vuillard)

Répondant à une demande pressante de l'État italien, le président de la République Emmanuel Macron a enclenché des procédures d'extradition visant une dizaine de réfugiés italiens, installés en France depuis des années, en raison de leur implication supposée dans des actions violentes de l'extrême gauche entre la fin des années 1960 et le début des années 1980. Un collectif d'écrivains s'oppose à ce qu'il décrit comme un « acharnement » envers ces individus : parmi eux, Éric Vuillard, auteur d'un texte que nous reproduisons ci-dessous, en intégralité.

12/07/2022, 10:18

ActuaLitté

Une librairie écoresponsable : bonnes pratiques et démarches d'amélioration

RNL22 — La commission Développement durable du Syndicat de la librairie française, créée récemment, travaille sur un sujet qui est revenu de manière constante lors des discussions des Rencontres nationales de la librairie d'Angers. L'empreinte écologique de leur activité, et par extension celle de l'industrie du livre, préoccupe en effet un grand nombre de libraires. La commission propose quelques bonnes pratiques, dans un document que nous reproduisons ci-dessous.

05/07/2022, 10:58

ActuaLitté

La précarité des auteurs, situation “de plus en plus alarmante”

L'inflation, galopante, touche tous les secteurs d'activité ; et le monde de la culture n'est pas épargné. La Charte, association de défense des droits des auteurs et illustrateurs jeunesse, alerte sur la paupérisation des auteurs et autrices. Elle appelle la chaîne du livre à se mobiliser pour lutter contre cette précarité dans une tribune, reproduite intégralement ci-dessous. 

29/06/2022, 11:57

ActuaLitté

La Bibliothèque nationale de France, “nouveau type d’institution publique en crise” ?

Un collectif rassemblant plus de 350 acteurs du monde universitaire et culturel dénonce, dans une tribune, les mesures récemment mises en place par une réforme à la Bibliothèque nationale de France. Les conditions de communication des documents, notamment, font l'objet de vives critiques, tout comme les moyens humains et financiers accordés à l'établissement pour assurer ses missions. Initialement publiée dans Le Monde, cette tribune est reproduite ci-dessous.

24/06/2022, 16:42

ActuaLitté

Russie : “Le pouvoir s’en prend également aux artistes protestataires”

UkraineUnderAttack — L'ordre donné par Vladimir Poutine d'entrer sur le territoire ukrainien, le 24 février 2022, a déclenché un conflit installé au cœur de l'Europe. En Russie, l'opposition à cette guerre existe, mais muselée par un pouvoir dont le ton se durcit jour après jour. Pour avoir exprimé son dégoût de la guerre russe, l'écrivain Dmitry Glukhovsky est désormais recherché par la justice dans son pays. L'Observatoire de la liberté de création lui apporte son soutien, dans un texte reproduit ci-dessous.

21/06/2022, 10:56

ActuaLitté

Quand le refus de la guerre mène en prison : le cas Dmitri Gloukhovski

UkraineUnderAttack – Le mandat d’arrêt que les autorités russes ont émis contre l’écrivain Dmitri Gloukhovski laisse planer de lourdes menaces sur son avenir. Ce sont dix années de réclusion qu’il encourt, pour avoir critiqué, dans les médias, aussi bien que sur les réseaux sociaux, le comportement de l’armée russe. Un collectif intersyndical des artistes-auteurs apporte dans nos colonnes son plein soutien à Dmitry Glukhosky. 

15/06/2022, 15:38

ActuaLitté

L'anglais en langue commune de l'Europe, “une dérive inadmissible”

Le Haut Conseil international de la Langue française et de la Francophonie en appelle à Emmanuel Macron pour qu’il agisse fermement contre l’adoption par les institutions européennes de l’anglais comme “langue commune”. Langue de collaboration et de travail, elle représenterait « une dérive doublement inadmissible : elle est contraire aux traités qui régissent la politique linguistique de l’ U.E, donc illégale, et absurde après le départ du Royaume-Uni (Brexit) ».

18/05/2022, 11:55

ActuaLitté

Monsieur le Président, travailler avec vous “afin de renforcer la place des bibliothèques”

L'Association des Bibliothécaires de France avait sollicité les différents candidats de l'élection présidentielle pour connaitre leur programme pour les bibliothèques et la lecture publique. Désormais réélu, Emmanuel Macron n'avait pas répondu aux interrogations. Pas rancunière, l'organisation professionnelle propose désormais un rendez-vous au chef de l'État, pour discuter des chantiers à venir. Nous reproduisons ci-dessous cette lettre au président de la République, en intégralité.

12/05/2022, 15:19

ActuaLitté

"À force de maltraitance, c’est la vigueur de la création qu’on ensevelit" 

En cette veille de remaniement ministériel, la Charte, association de défense des droits des auteurs et illustrateurs jeunesse, profite de l'occasion pour alerter sur le recul de la condition des artistes et écrivains. Rapport Racine, contrat de commande, rémunération : l'association demande, dans une tribune reproduite ci-dessous, « plus de vitalité et de sécurité pour la création ». 

05/05/2022, 12:40

ActuaLitté

En Ukraine, 242 crimes russes recensés "contre le patrimoine culturel"

UkraineUnderAttack - Depuis plus de deux mois, l’Ukraine lutte contre l’invasion russe menée par Poutine. Le Pen Club français, qui défend la liberté des auteurs, fait état des centaines de crimes contre des lieux culturels, et du bilan humain qui ne cesse de s’allonger. Nous reproduisons ci-dessous la lettre de l’organisation.

04/05/2022, 12:39

ActuaLitté

Une ballade pour Robbie

Le romancier et écrivain américain Robert Goolrick, auteur de Féroces et d'Une femme simple et honnête, est décédé ce 29 avril, à l’âge de 73 ans. Les éditions Anne Carrière saluent aujourd'hui un auteur sensible et amoureux de la France, notamment distingué par le Prix Fitzgerald 2015 pour La Chute des princes. Stephen Carrière a fait parvenir à ActuaLitté un texte, en hommage. Le voici proposé dans son intégralité.

04/05/2022, 11:47

ActuaLitté

Perpétuité pour Osman Kavala et urgence à sanctionner la Turquie

La condamnation de l'homme d'affaires et éditeur Osman Kavala à la prison à vie par un tribunal turc a été perçue comme une nouvelle étape dans la répression de l'opposition par le régime de Recep Tayyip Erdoğan. La Ligue des droits de l’Homme (LDH) et la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) demandent à Emmanuel Macron d'intervenir pour sa libération ou pour sanctionner la Turquie.

28/04/2022, 14:56

ActuaLitté

Condamnation d'Osman Kavala : un “verdict injuste” pour le PEN Club

La condamnation à la prison à vie du mécène et éditeur Osman Kavala, prononcée ce lundi 25 avril par un tribunal turc, a représenté une nouvelle manifestation de la répression de l'opposition par le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan. Le PEN Club français, comme d'autres organisations internationales, dénonce cette parodie de justice destinée à faire taire tous les opposants au régime. Nous reproduisons ci-dessous le texte qu'ils nous ont communiqué, en intégralité.

27/04/2022, 09:30

ActuaLitté

Élection présidentielle : “Plus qu’un choix de société, un choix de civilisation”

#Presidentielle2022 — Le débat entre les deux candidats passé, la prochaine échéance de l'élection présidentielle n'est autre que le second tour, ce dimanche 24 avril. Une partie du monde de la culture s'est exprimé sur les dangers de l'extrême droite, et les élus de Fédération Nationale des Collectivités territoriales pour la Culture (FNCC) invitent à leur tour à bien peser les conséquences du vote. Tout en appelant, dans la tribune reproduite ci-dessous, à plus de budget pour la culture.

22/04/2022, 09:39

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Serge Gainsbourg : portrait d'un esthète aux airs de pochtron  

Ronsard 59, Le sonnet d’Arvers, Victor Hugo, Baudelaire, Musset, Nabokov… L’immense œuvre, en quantité, mais aussi en qualité, de Serge Gainsbourg, est nourrie de lectures ressassées. Gainsbourg en quête du mot exact, voilà ce que met en scène une exposition de la Bibliothèque publique d’information (BPI) depuis le 25 janvier, jusqu’au 8 mai. 

30/01/2023, 14:40

ActuaLitté

Omar Sy et les Tirailleurs, ”loin de l'image assez floue, et caricaturale“

Film de Mathieu Vadepied avec Omar Sy sorti début janvier, Tirailleurs revient sur une douloureuse époque. En pleine Première Guerre mondiale, des forces armées issues des colonies françaises grossissent les rangs. Combattre les troupes allemandes, dans les tranchées : la Der des Ders ne nous a-t-elle pas tout dit ? Par Jean-Baptiste Dufour.

28/01/2023, 11:35

ActuaLitté

Céline Laurens : “Anoblir le quotidien, en le ré-enchantant”

ENTRETIEN – En 2021, paraissait chez Albin Michel le premier roman de Céline Laurens, Là où la Caravane passe : s'y révélait une approche entre réalisme et onirisme, à la Jean-Jacques Beineix, saluée par le prix Roger Nimier. Après le pèlerinage à Lourdes en plein air, direction le métro parisien avec Sous un ciel de faïence. Humour, drame et poésie : la romancière s’intéresse toujours à tous ces « autres », et à travers eux, poursuit sa quête du primordial.

27/01/2023, 12:57

ActuaLitté

L’Attaque des Titans : mise en lumière d’une œuvre colossale  

#FIBD23 – Du 25 au 29 janvier se tient, à l’Alpha Médiathèque d’Angoulême, une exposition consacrée à l’œuvre maîtresse de Hajime Isayama, L’Attaque des Titans : De l’ombre à la lumière. Accompagnée de la venue de l’auteur dans l’Hexagone, il s’agit également de la première fois que ses planches sont exposées hors d’Asie. L’occasion d’explorer toute l’évolution graphique et l’émotion qui se dégage des dessins du maître des géants tétanisants.

26/01/2023, 16:52

ActuaLitté

Au Mali, les professions du livre réunies pour “décloisonner l'Afrique” 

Comment l’Afrique est racontée ? C’est l’une des idées initiales qui ont motivé Ibrahima Aya et un groupe d’auteurs maliens à lancer la Rentrée littéraire du Mali. C’était en 2008. Cette manifestation venait de naître, elle est désormais incontournable et très attendue. Propos recueillis par Agnès Debiage, créatrice de ADCF Consulting.

24/01/2023, 14:56

ActuaLitté

Comment faire de la crise en médiathèque un “apprentissage”

En tant qu'établissements recevant du public, les médiathèques peuvent devenir les lieux de conflits sociaux. Mais des crises d'autres natures les guettent aussi, qu'elles soient climatiques, politiques, budgétaires... Dans l'ouvrage Penser la médiathèque en situation de crise (Presses de l'ENSSIB), un collectif d'auteurs rend compte de l'expérience d'une crise vécue avec des usagers au sein d'une médiathèque de la banlieue parisienne. Et des instruments mobilisés pour la prendre à bras-le-corps et la résoudre.

20/01/2023, 11:28

ActuaLitté

Dans les bourrasques de la tempête Gérard

#LectureetLittoral – Du 21 janvier 2023 au 16 décembre 2023, Marc Roger, lecteur public, avancera livres en main, sur les côtes atlantiques. 5000 km de marche à pied et à chaque arrêt, des lectures. ActuaLitté aura le plaisir d'accompagner et suivre cette route en caravelle médiatique d'un tour de France insolite. À quelques heures du départ, voici un ultime texte, liminaire à son départ, que Marc Roger nous propose.

19/01/2023, 10:47

ActuaLitté

Voyage à Auschwitz avec "la petite fille qui ne savait pas haïr"

Depuis 19 ans, le Consistoire central israélite de France organise un voyage à Auschwitz, car « la mémoire de ce crime sans nom ne peut, ne doit, être effacée » dans un contexte de hausse de l’antisémitisme. Pour cette édition 2022, sont conviés par le grand-rabbin de France, une survivante de la Shoah, des collégiens et lycéens, des religieux, des politiques, des directrices de maison d’édition et donc... ActuaLitté.

18/01/2023, 18:14

ActuaLitté

“Aux éditeurs de savoir donner envie aux lecteurs d’aller vers leurs ouvrages”

À l’occasion de la parution prochaine de son dernier ouvrage, Modernité du livre (éditions Double ponctuation), nous avons échangé avec Olivier Bessard-Banquy, spécialiste de l’édition contemporaine et enseignant au Pôle des métiers du livre à l’université Bordeaux Montaigne. 

17/01/2023, 15:50

ActuaLitté

Moi je lis de la merde, et je vous emmerde

On connaît la chanson, ses paroles et son refrain : ne pas juger un livre sur sa couverture, ouvrir avant de critiquer (si seulement…), attention aux préjugés, etc. Quand le monde moderne pousse à sortir de sa « zone de confort », voire de se « mettre en danger », pour le lecteur, qu’est-ce à dire ? Passer de Paul Valéry à Thomas Piketty ? Peut-être bien… mais pas seulement. 

13/01/2023, 18:09

ActuaLitté

L'extrême droite et ses symboles, “pour conquérir le territoire de la pensée”

La montée internationale des mouvements d'extrême droite s'accorde avec une légitimation des discours racistes et fascistes. du « Grand remplacement » à la stigmatisation de certaines populations, ces discours se retrouvent dans les médias, auprès des responsables politiques et même au Parlement. Elle s'entend et elle s'observe : des symboles ou gestes symboliques se multiplient aussi dans l'espace public. Le site Indextreme recense, analyse et explique ces manifestations graphiques, pour mieux les identifier. 

11/01/2023, 16:03

ActuaLitté

“Selon que vous serez puissant ou misérable” : l'art subtil des lois adoptées

Des sénateurs ont récemment cherché à introduire un cavalier législatif dans la loi DADUE, qui aurait conduit à une modification du Code de la Propriété Intellectuelle. Jugé irrecevable, car contraire à la Constitution, l'amendement n'aura donc pas été discuté en séance. Pour Katerine Louineau, représentante du CAAP (Comité Pluridisciplinaire des Artistes-Auteurs·trices), voilà qui interroge : certains cavaliers tiendraient mieux sur leur selle que d'autres ?

11/01/2023, 14:33

ActuaLitté

“L’appel au SAMU s’impose comme un dernier recours”

Maud Santini publiera en février aux éditions Globe un récit résultat d'une année passée en immersion avec le SAMU de Paris. Son livre est une plongée au coeur de la médecine d'urgence, du côté des centres d'appel d'un côté, et des interventions de l'autre. Anthropologue, elle travaille depuis longtemps sur la notion de déplacement, comment le déplacement modifie les rapports entre personnes, objets, et pas seulement changement de lieu. 

11/01/2023, 13:28

ActuaLitté

150e anniversaire de la naissance de Colette : rendez-vous avec l'Histoire

Les éditions des femmes -Antoinette Fouque , « militantes de l’écriture et de la cause des femmes », et Colette, femme indépendante, grande écrivaine aimée d’un immense public, avaient un rendez-vous nécessaire, au-delà du temps qui passe. De nombreuses publications, choisies dans une œuvre féconde, en attestent. Par Catherine Guyot.

10/01/2023, 15:18

ActuaLitté

Vincent Calvet : “L’origine du mal, ce sont aussi des mots”

Né en 1980 à Carcassonne, Vincent Calvet grandit à Perpignan. Titulaire d’une maîtrise de Lettres, instituteur spécialisé en région toulousaine, l’homme anime des ateliers d’écriture à destination d’élèves handicapés, tout en faisant intervenir divers auteurs. Animateur de plusieurs revues, comme le défunt Mange-Monde publié par Paul Sanda, ou Sémaphore, Vincent Calvet a en outre dirigé plusieurs anthologies. Lauréat du prix de la vocation Bleustein-Blanchet de Paris, il est l’auteur de nombreux recueils, entre autres pour la jeunesse, ainsi que de livres d’artistes. Certains de ses textes ont été traduits en russe ainsi qu’en arabe. Également plasticien, Vincent Calvet a exposé dans diverses galeries. Propos recueillis par Étienne Ruhaud. 

10/01/2023, 12:51

ActuaLitté

Patrick Grainville : "J’ai commencé par la peinture"  

Le grand lyrique devant l’éternel, Patrick Grainville, a trouvé depuis quelques romans, un sujet propice à ces fulgurations : la peinture. Falaise des fous racontait une France par l’entremise du face à face entre Claude Monet et Gustave Courbet sur les falaises d’Etretat, Les Yeux de Milos, le triomphant Picasso et le torturé Nicolas de Staël sous le soleil d’Antibes. Trio des Ardents relate cette fois-ci une soixantaine d’années par le prisme de trois artistes vibrants.

09/01/2023, 17:52

ActuaLitté

Pour vendre Editis, faut-il museler ActuaLitté ?

Quiconque parcourt nos colonnes l'a constaté : ActuaLitté attache la plus grande importance à ce que l’information objective et plurielle du public soit respectée. Des règles déontologiques gouvernent notre profession, à raison : notre journal se fait un devoir de les suivre. 

06/01/2023, 09:50

ActuaLitté

“On peut l’affirmer : le paysage de la lecture publique en France est sinistré”

#LectureetLittoral – Aventurier impénitent, soucieux de partager sa passion, Marc Roger entamera ce 21 janvier un périple inédit : un parcours de 5000 km, longeant la côte atlantique. À la limite invite au voyage, à la découverte, sans pour autant décrocher du monde. Le lecteur itinérant adresse à Rima Abdul-Malak un courrier, qui salue une louable initiative : la consultation citoyenne pour développer le goût de la lecture.

05/01/2023, 14:56

ActuaLitté

Auteure, éditrice : Lalao-Elina Razanadriaka défend la lecture à Madagascar

L’une de ses premières phrases m’intrigua « J’ai créé ma maison d’édition Mpariaka Boky, en 2020 en plein COVID-19, juste avant de prendre ma retraite. » Lalao-Elina Razanadriaka est une engagée, une volontaire. Cette Malgache, auteure et éditrice, véritable autodidacte, croit fermement en sa mission et en parle pendant des heures. Propos recueillis par Agnès Debiage, créatrice de ADCF Consulting.

05/01/2023, 12:41

ActuaLitté

Révolution : en 2023, des livres en braille vendus au “prix unique”

Éclipsés ces dernières années par les livres audio et numérique, les ouvrages en braille restent un support crucial pour l'accès des personnes aveugles et malvoyantes à la lecture. Ces imposants volumes, très coûteux à produire, seront pourtant proposés à un tarif correspondant au « prix unique du livre », dès ce 4 janvier. Une prouesse et une garantie d'accès rendues possibles par le Centre de Transcription et d'Édition en Braille (CTEB) de Toulouse.

03/01/2023, 11:13

ActuaLitté

“L’intelligence artificielle représente de nouvelles façons de créer”

En novembre 2022, les éditions Michel Lafon ont publié le livre Poster Girl, de Veronica Roth (trad. Alice Delarbre). Pour la couverture de ce roman, la maison a eu recours à une Intelligence artificielle — un procédé qui a provoqué de nombreuses levées de boucliers. Pour certains, la méthode révélait un mépris à l’égard des professionnels de l’illustration. Elsa Lafon, directrice générale, revient sur une polémique montée en épingle. Et qui aurait nécessité un peu plus de recul.

03/01/2023, 10:21

ActuaLitté

2023, année “sexual reading” : bonnes lectures, fidèles ou non

Basculer de 2022 à 23 ne changera rien à l’amoncellement de romans éparpillés à même le plancher. Ce mal compulsif rapproche le lecteur de l’être enrhumé : ça commence par un ou deux mouchoirs à côté du lit, ça se conclut avec une bibliothèque foutraque qui s’est érigée à côté de la couette. 

30/12/2022, 16:25

ActuaLitté

Muriel Barbery : "l’écriture d’un roman demande une énergie considérable"

L’auteure de L’élégance du hérisson publie le deuxième tome d’un diptyque ayant pour décor la ville de Kyoto. Elle nous a confié ses envies et ses réflexions au cours d’une rencontre à Villefranche sur Saône.

27/12/2022, 15:53

ActuaLitté

Le syndrome du livre cadeau préféré de Noël illico revendu

Chaque année, le même enfer : les rues se peuplent de créatures mues par un désir frénétique de consommation. Comme possédées, elles déambulent d’un pas grotesque, bras décharnés tendus sans but, l’œil hagard, un mot à la bouche : « Cadooooo… » Heureusement, pour ces zombies de Noël en quête d’un truc à empaqueter, il existe des librairies. Et des livres, ce fameux cadeau favori des Français… 

27/12/2022, 11:03

ActuaLitté

Sarkozy et les contrats de Jean d'Ormesson : une langue trop bien pendue ?

« Si la vérité blesse, c’est la faute de la vérité », assurait le frais ministre de l'Économie lors d’une conférence de presse. Mai 2004, Nicolas Sarkozy prenait fraîchement ses quartiers à Bercy et l’Élysée était encore loin. Depuis, et sans rouler des épaules — plutôt des mécaniques — le voici prodigue de conseils aux professionnels du livre. Administrateur du groupe Lagardère, donc de Hachette Livre, la fonction lui donnerait des ailes ?  

21/12/2022, 16:26

ActuaLitté

MOBiDYS : les livres adaptés pour “soutenir l’effort de lecture”

Proposer des lectures pour tous, telle est la mission fondamentale de MOBiDYS, qui apporte sa pierre à l'accès aux textes en réalisant des adaptations numériques et imprimées à destination des élèves, de l'école primaire aux lycées, atteints de troubles DYS. Anne Thay, responsable du développement et des partenariats, est revenue avec nous sur les évolutions et projets de la société nantaise.

21/12/2022, 13:39

ActuaLitté

De la fiction au réel : Bastien Vivès, auteur de bande dessinée

Chaque personne qui a eu accès aux médias ces derniers jours est informée d’au moins deux faits d’actualité. L’Argentine a remporté la Coupe du monde de football, et Bastien Vivès est dans la tourmente. Suite à plusieurs pétitions, l’exposition du dessinateur, prévue pour la prochaine édition du Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême, est annulée. Par Vivian Petit.

21/12/2022, 11:23

ActuaLitté

Bastien Vivès accusé : “Représenter des tabous est donc désormais interdit”

En l’espace de quelques jours, le revirement a presque pris de court. Le FIBD, évoquant des « menaces physiques » proférées contre Bastien Vives, a décidé d’annuler l’exposition qui lui était consacrée dans le cadre de son édition 2023. Une décision prise sur fond de vive polémique, où l’auteur s’est vu reprocher dessins et déclarations, qualifiés de « pédopornographiques ». 

15/12/2022, 12:19

ActuaLitté

BookBeat : “Établir un modèle équitable et transparent” pour les audiolivres

Nouvel acteur sur le marché des distributeurs de livres audio en France, BookBeat vient du Nord. Et plus précisément de la Suède, où le groupe éditorial Bonnier l'a créé en 2016. Une plateforme par les éditeurs pour les éditeurs, donc ? Nous avons posé quelques questions à Niclas Sandin, PDG de BookBeat, et William Jakoby, le responsable de l’expansion et du développement commercial.

14/12/2022, 17:06

ActuaLitté

Grégory Rateau : “Je ne conçois pas l’écriture comme une activité immobile”

Né en 1984 à Drancy, réalisateur, scénariste puis romancier, Grégory Rateau vient de publier trois recueils, chez trois éditeurs différents. Sans pour autant céder à la facilité, à la mièvrerie, le jeune auteur propose ici une poésie particulièrement lisible, limpide, éloignée de toute forme d’abstraction ou d’expérimentation sonore. Une poésie du quotidien, teintée de mélancolie, habitée par des lieux bien précis, des situations, des souvenirs… Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

14/12/2022, 10:03

ActuaLitté

“À quoi pensez-vous lorsque vous regardez la mer ?”

#LectureetLittoral – Une année de marche sur les côtes du littoral atlantique, entre embruns et et marées, et l’horizon pour compagnon. Oh, quelques livres, bien entendu, et des lectures — donc, des auditeurs, voire des lecteurs. Marc Roger s’apprête à donner le coup d’envoi de À la limite, sa nouvelle aventure littéraire, entre terres et mers…

13/12/2022, 09:00

ActuaLitté

La littérature jeunesse à l’épreuve du Grand Méchant Mot !

Christian Bruel est un pilier de la littérature jeunesse en France. Depuis quarante ans, il a écrit une quarantaine de titres, sans oublier ceux qu’il a publiés comme éditeur du Sourire qui mord (1975-1996) puis des éditions Être (1997-2012). Parallèlement à son activité d’auteur et d’éditeur, il a consacré nombre d’analyses et de réflexions à ce secteur de l’édition. Par Fulvio Caccia.

12/12/2022, 10:31

ActuaLitté

“En Inde, une femme est violée toutes les 20 minutes”

Décembre 2012. Comme beaucoup d'autres en Inde où je vivais depuis 7 ans, je découvrais avec horreur le viol brutal, commis à l'encontre d'une jeune femme dans un bus de New Delhi. Jyoti Singh, que l'Inde a renommée symboliquement Nirbhaya, celle qui est sans peur, est morte de ses blessures, dans une agonie dont la presse s'est délectée, voyant là une nouvelle occasion de rappeler à quel point le pays, figé dans une psyché patriarcale et misogyne, était dangereux pour les femmes. Par Clea Chakraverty.

08/12/2022, 10:59

ActuaLitté

"Chez Grasset, ce sont vraiment les coups de cœur qui guident nos choix"

Nous avons rencontré Audrey Scarbel, responsable du domaine italien aux éditions Grasset, pour découvrir sa vision de la littérature italienne ainsi que les choix éditoriaux qui guident la publication des auteurs transalpins au sein de la maison. En 1982, cette même maison a publié Le nom de la rose de Umberto Eco. Quarante ans plus tard, l'ouvrage est republié dans une édition augmentée avec un habillage graphique renouvelé.

06/12/2022, 12:45

ActuaLitté

Jérémie Guez : “Je n'ai jamais eu ce dilemme entre littérature et cinéma”

Auteur de plusieurs ouvrages publiés aux éditions La Tengo et 10/18, Jérémie Guez est aussi un cinéaste dont le style s'affirme rapidement. Kanun, la loi du sang, en salles le 7 décembre prochain, constitue une nouvelle occasion de s'en apercevoir, après Bluebird (2018), Sons of Philadelphia (2020) et la mini-série, BRI (2022).

02/12/2022, 10:01

ActuaLitté

La science-fiction (SF), de la pop culture à “l'art contemporain”  

Un lieu d’enregistrement de l’angoisse ? De révélation d’une société sous couvert d’évasion et de divertissement ? Analyse plus véritable que vraisemblable des ressorts qui transforment le réel ? Toutes ces dimensions caractérisent la science-fiction. Si la littérature, la bande dessinée et le cinéma ont été les importants réceptacles du genre, les arts plastiques ne sont pas en reste. 

01/12/2022, 13:07