#Droit / Justice

#MeToo dans l'édition : “Je suis Jeanne”, une témoin se dévoile

« Je suis Jeanne, l’une des témoins cités sous pseudo par Médiapart dans son enquête du 21 avril 2021. M. Marsan a répondu à cet article en identifiant les témoins, les unes après les autres, dans un exercice d’intimidation qui doit figurer dans un chapitre du Nécronomicon. Dans l’un des derniers paragraphes et sous couvert d’éloges contrits, il rend mon identité publique en citant Albin Michel, ma maison d’édition. Déjà, tout le monde s’en fout, de mon identité, donc joke’s on you. » Par Marguerite Imbert.

Le 01/05/2021 à 12:50 par Auteur invité

36 Réactions | 3979 Partages

Publié le :

01/05/2021 à 12:50

Auteur invité

36

Commentaires

3979

Partages

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

De plus, ce droit de réponse contourne soigneusement les accusations qui l’ont rendu nécessaire. Il est donc urgent qu’on parle de la manière dont le rapport de force entre l’auteur et l’éditeur favorise et renforce les violences sexistes. 

Les conditions d’un crash

Chaque année de nouveaux arrivages de chair fraîche font grossir les rangs des aspirants à l’édition. Banalisés par le nombre, lissés par l’anonymat, on peine à distinguer les candidats les uns des autres. Beaucoup de jeunes, et beaucoup de femmes qui s’offrent en lamelles dactylographiées. Cet abandon de soi au profit du livre est un péril dont le point de bascule oscille entre l’espoir et la vulnérabilité. L’obsession de l’artiste est doublée par la rage de réussir que la société a su infliger à la plupart d’entre nous. Il semble, à ces auteurs et autrices, qu’il y a tout à gagner et peu à perdre, car ils n’ont rien à se reprocher : ils ne font que proposer leur travail à des gens dont le jugement est absolu. Tout au plus les portes fermées le resteront-elles. La littérature est bâtie sur le risque d’être rejeté.

Affaire Marsan: l'édition face à ses responsabilités

Ce sont les règles d’un jeu aussi cruel qu’universel : celui de la sélection. Un jeu à la perversion subtile, qui gagne malgré eux tous les joueurs à sa cause. Les perdants n’ont guère l’occasion de se faire entendre, frappés qu’ils sont par la honte. Quant aux gagnants, il serait malvenu de mordre la main qui les relève.

Les auteurs, tout entiers dévoués à leurs livres-totems, perdent parfois de vue qu’au fil des pages c’est eux qu’on scrute.

L’une de mes nombreuses qualités

En 2019, c’est avec un cerveau sous vide et 4 heures de sommeil à mon actif que j’arrive aux Imaginales. Comme les autres, j’ai investi pour être là. Je ne me fais pas d’espoirs inutiles, mais j’ai payé une centaine d’euros pour aller à Épinal et y passer la nuit. Je dois donner le meilleur de moi-même. J’ai été sélectionnée pour participer au speed-dating et, déjà, ce champ lexical de la rencontre amoureuse jette le trouble parmi les candidats. Nous sommes à la merci d’un coup de foudre. Exceptionnellement, nous savons qu’aujourd’hui on ne nous jugera pas sur nos compétences d’écrivains, mais sur notre capacité à convaincre.

Et en face, les juges — les éditeurs — attendent d’être séduits. C’est un exercice de charme qui ne dit pas son nom et ignore ses limites.

Quant à moi, je veux renvoyer l’image d’une autrice fiable et mature. Je m’assure d’avoir les ongles propres, le dos droit et de bien connaître la ligne éditoriale de chaque maison à laquelle je vais pitcher mon roman. J’aimerais paraître intelligente sans suggérer la prétention, comme dans n’importe quel entretien d’embauche. C’est donc pressurisée jusqu’au trognon que je me présente enfin devant Stéphane Marsan.

L’article de Médiapart déroule très bien la suite, jusqu’à sa conclusion odieuse. Tout le temps qu’auront duré mes échanges avec Stéphane Marsan, je me suis reprochée d’être paranoïaque (il ne pensait pas à mal en me demandant où j’allais passer la soirée) et imbue de moi-même (pourquoi cet homme mondain me ferait-il des avances ?). Après tout, il voulait m’éditer. Et n’avait-il pas dit que « ses auteurs » lui devaient la gratitude ? N’avait-il pas cité, sans la nommer, l’une de ses protégées qui l’avait injustement trahi ? N’avait-il pas justifié ses manières par l’extraordinaire particularité de la relation auteur/éditeur, intimement dysfonctionnelle et si troublante ?

Par chance, d’autres maisons s’intéressaient à mon texte. Si bien que ce soir-là, j’avais demandé à Stéphane Marsan un délai pour signer mon contrat. Poussant la crétinerie jusqu’au bout, j’ai même expliqué mon dilemme. Nous nous quittons donc et j’entre dans la bouche de métro, déraisonnablement heureuse de commencer ma carrière et impatiente de progresser. La rame n’a pas le temps d’arriver que, déjà, je reçois un SMS de lui. Je me demande ce qu’il a pu oublier de dire ; je m’attends à un commentaire badin, sans doute amical. Et je lis :

« Vu miss nibs. Haut blanc transparent sur un sous tif en dentelles. Ah ça pour négocier un contrat elle sait faire ! :)”

Je passe une seconde interloquée, encore embuée par la joie, avant de comprendre. Envahie par la honte, je baisse les yeux sur mon tee-shirt blanc, porté toute la journée au bureau. Le métro arrive, et avant de perdre tout amour-propre, je lui réponds pour lui signaler sa misérable erreur :

« C’est l’une de ses nombreuses qualités, M. Marsan. »

C’est purement bravache et ça ne me fait pas rire. Je me mets à pleurer, coincée entre deux voyageurs un peu embarrassés.

Rétrospectivement, je m’étonne de l’intensité avec laquelle j’ai vécu cette humiliation. Cet homme s’était ridiculisé en se trompant de destinataire. Pourtant, j’étais honteuse au-delà de l’insulte. Je l’ai sentie faire écho à d’autres attaques, comme tant de femmes en ont vécu. Je n’avais pas prévu que cette violence s’inviterait dans ma profession rêvée. Au cœur de ma dimension littéraire — la plus cérébrale, la moins incarnée — cet éditeur m’avait épinglée comme un objet excitant. Ce SMS m’avait durablement convaincue que j’étais nulle.

Que je ne devais mon contrat qu’au contenu de mon tee-shirt blanc. Que j’avais été provocante, vulgaire, insipide, soumise, aveugle, tout et son contraire. Je me suis retournée comme une chaussette, à l’image de toutes ces femmes qui doutent d’elles-mêmes après avoir été bafouées. Une expérience familière.

Une Jeanne parmi d’autres

Qui sont les responsables de cette dangereuse fusion publique entre l’œuvre et le corps ? L’oligopole culturel qui rend certains hommes incontournables, malgré leur réputation de prédateur ? L’exigence de rentabilité imposée aux artistes ? La société du spectacle, qui réclame toujours plus de chair à vif et attend de ses écrivains qu’ils aient plus à offrir que des livres ? Je pense que ces paramètres font système, et que ce système se referme autour des plus fragiles.

Le métier d’écrivain est intrinsèquement précaire. Merveilleux, mais précaire. L’auteur débutant est placé sous la gouvernance d’un éditeur dont le rayonnement protège et éclipse tout à la fois. Quoiqu’asymétrique, cette relation est souvent enrichissante et donne à l’auteur les outils de son indépendance au fil des années et de ses publications. Mais parfois, la maison d’édition se transforme en huis clos.

Et l’éditeur, investi des espérances d’auteurs et autrices précaires, abuse de sa position. Pour les femmes, c’est double peine. Lorsque la relation de travail tourne au harcèlement sexuel, l’autrice est piégée dans une rhétorique sexiste : le soupçon s’abat sur elle et son talent.

Il faut le rappeler : le contrat d’édition et les négociations qui le précèdent posent les bases d’un rapport strictement professionnel. L’autrice n’engage ni sentiments ni sexualité, et ne doit rien d’autre que son texte. Pourtant, il est trop courant de voir les éditeurs recourir au chantage émotionnel — voire économique — pour faire pression sur une jeune femme inexpérimentée. « Je prends des risques pour toi », « Je dois bien te connaître pour travailler avec toi », autant d’éléments de langage qui repositionnent la relation de travail dans le champ de l’affect. Première étape, volontaire ou non, d’un processus manipulatoire, ce décalage émotionnel peut déboucher sur une emprise paralysante pour l’autrice.

À cela s’ajoutent l’intimidation, l’humiliation systématique des femmes qui ne souscrivent pas au silence et la crainte d’être exclue d’un milieu où tout le monde se connaît : comment s’étonner que #MeToo débarque à peine dans l’édition ? Et pourtant, le phénomène ne date pas d’hier, comme les réactions en attestent : tout le monde savait. Le harcèlement sexuel serait une variable fâcheuse du milieu, un peu comme le coût des impressions en couleur.

À la fin de sa communication, Stéphane Marsan brise mon anonymat avec l’élégance qu’on lui connaît désormais. En citant ma maison d’édition, il s’est assuré une réaction : aujourd’hui, chez Albin Michel, tout le monde sait que j’ai témoigné sous le pseudonyme de Jeanne. Cet accueil réservé à mon début de carrière est, pour tous les acteurs de l’édition, une injure déguisée en connivence.

Il pense que vous lui ressemblez. Il sollicite votre complicité. Il s’attend à ce qu’une fois au courant, ses confrères s’affolent de voir une autrice parler et rompre le pacte tacite. Mais il oublie que partout, des hommes et des femmes solidaires s’investissent pour rendre le monde meilleur. Y compris dans l’édition. Cela ne fait que quelques mois que je suis publiée, mais j’ai déjà eu la chance de rencontrer certaines de ces personnes. Je suis soutenue par ceux qui m’ont publiée, et entendent me publier à nouveau.

Peu importe qu’on les menace, qu’on salisse leur travail, les autrices placeront toujours les livres comme des douves entre elles et le reste du monde et continueront d’écrire. C’est l’une de leurs nombreuses qualités, M. Marsan.

 

Marguerite Imbert est l'autrice de Qu'allons-nous faire de ces jours qui s'annoncent, publié aux éditions Albin Michel. Le lien vers le site de son éditeur a été rajouté à l'initiative de ActuaLitté. Il ne figurait pas dans le texte qu'elle nous a fait parvenir.

 

NDRL : ActuaLitté se doit de rappeler que M. Marsan bénéficie pleinement de la présomption d’innocence, n’ayant par ailleurs, selon ses propres termes « jamais été mis en examen, gardé à vue ou fait l’objet d’une enquête judiciaire ».

 

mise à jour 2/05 - 18 h : 

Gilles Haéri, président des éditions Albin Michel, joint par ActuaLitté, apporte ce message, pour « marquer notre attachement à cette auteure » : 

Albin Michel est heureux d’avoir édité en janvier dernier le premier roman de Marguerite Imbert, publié dans la maison par Véronique Ovaldé. C’est assurément une jeune romancière de talent, dont le premier texte avait fait l’unanimité au comité de lecture, et avec qui nous venons d’ailleurs de nous engager pour un impressionnant second roman de science-fiction.

 

mise à jour 19/05 - 17 h 10 : 

L'avocat de Stéphane Marsan nous a fait parvenir le droit de réponse suivant :

 

Crédit photo : engin akyurt/ Unsplash ; Marguerite Imbert © Albin Michel

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

36 Commentaires

 

Albertine

01/05/2021 à 13:23

Bravo pour ce courage !

Jean

01/05/2021 à 13:25

Les mutations de #MeToo dans les différents secteurs, s'il est encore difficile de dire si elles parviendront à faire bouger les choses, ont au moins le mérite de donner une voix, et de rassurer un peu toutes celles qui se trouvent dans ces situations de merde. J'espère qu'un maximum d'entre elles tomberont sur cette affaire, et verront que c'est un truc qu'on tait de moins en moins.

Et personnellement, en lisant ça et sans rapport avec la sympathie que j'ai par ailleurs pour les victimes de ces sales types, j'ai très envie d'aller voir ce que Marguerite écrit d'autre ! Belle verve !

G.D.

01/05/2021 à 13:32

Merci à Marguerite Imbert de décrire si bien le processus d'assujettissement mis en place par encore trop d'"hommes de pouvoir", de le démonter tranquillement pour en montrer les rouages simples et misérables. Et merci de finir néanmoins par cette note d'espoir qui parle d'humanité, d'intégrité et de talent.

Lyo

01/05/2021 à 14:08

Je suis surprise que les médias généralistes n'en parlent pas du tout. Mais c'est vrai que la maison Bragelonne publié surtout de la SFF, genre très mal vu en France.

En tout cas, courage aux victimes. C'est absolument effroyable ce genre de témoignage.

Louis

01/05/2021 à 16:05

Je suis vraiment désolé de vous lire. Étant moi-même amateur du catalogue Bragelone dans mon adolescence (gros lecteur Fantasy/SF), j'en éprouve maintenant un désagréable remord. C'est une chose difficile à croire, qu'il existe encore des porcs pareils prêts à abuser de leurs position. En tant qu'homme, ça me révulse et, encore une fois, ça me fait honte.
Hâte de vous lire, en vous espérant le meilleur.

Marco

01/05/2021 à 19:03

Bravo. C'est très éclairant sur ce qui peut se passer en "arrière-plan", dans la tête (pour rester poli) d'un gros dégueulasse. Heureusement, tous le éditeurs ne sont pas à mettre dans le même sac : beaucoup ne rencontrent même pas les auteurs avant de signer un contrat. Et c'est très appréciable (selon moi). Ces "speed-dating" initiés par des éditeurs sont-ils une marque de leur professionnalisme ? On peut en douter. Présenter un book de visu pour les illustrateurs à peut-être encore du sens (et encore)... mais pour les écrivains ?
Personnellement (en jeunesse et BD), les seuls éditeurs que j'ai rencontrés, je travaillais avec eux depuis des années et, à l'occasion d'un projet (souvent une commande), d'un passage ou d'un prix, on a partagé un café, parfois un repas. Et ensuite, chacun est reparti de son côté faire sa part de boulot. Et c'est téléphone/mail si on a une question à régler, une négociation, un échange sur un texte.
Donc, méfions-nous de ces éditeurs qui aiment "voir" les auteurs avant même de lire leur texte. Cette expérience (malheureuse et traumatisante, on n'en doute pas) peut servir de leçon et d'avertisseur. Prudence !

NAUWELAERS

01/05/2021 à 21:44

Personnellement, j'apprends cette pratique bizarre de «speed dating» par les éditions Bragelonne...
Effectivement, les éditeurs et éditrices et comités éditoriaux jugent de textes, tout de même.
Même si -ne nous cachons pas derrière notre petit doigt -le talent seul n'est pas toujours le seul critère qui préside à la sélection ou non d'une plume nouvelle.
Souvent l'histoire personnelle de l'auteur ou auteure, ce qu'il y a comme caisse de résonance médiatique possible peut jouer.
Pas toujours, espérons-le !
Je constate que Marguerite Imbert, fort choquée, a répliqué du tac au tac et que l'histoire se finit au mieux: elle est publiée dans une grande maison d'édition !
Ce qui prouve tout de même que malgré la précarité, l'incertitude, l'absence de réseau...une autrice peut et doit se faire respecter sans s'imaginer figurer sur une liste noire.
Puisqu'il y a de nombreux éditeurs et beaucoup d'éditrices qui sont à la hauteur de leur tâche.
Donc oui, avoir le courage et tout bêtement la lucidité de ne jamais se laisser faire.
Non cela ne condamne pas à l'abandon de ses rêves.
MAIS...De nombreuses plumes même ferventes ne seront jamais publiées par les éditeurs classiques: encore plus d'appelés (depuis le Covid qui pousse tout le monde à écrire) et moins d'élus et élues...
Cette voie est étroite et pas facile, comme les métiers artistiques.
Bonne chance à Marguerite Imbert...et si on arrêtait les «speed datings» dans un domaine où ils ne sont pas pertinents voire un peu...malsains (en tout cas, potentiellement) ?
CHRISTIAN NAUWELAERS

Johnny

02/05/2021 à 08:37

Bonjour,
Aucune surprise.. J'ai participé plusieurs fois aux Imaginales, j'ai toujours refusé de participer aux speed dating, car je n'appreciais pas ce principe. D'autres éditeurs que Bragelonne sont entrés dans la même mouvance, je m'en suis rendu compte à l'époque quand une maison d'éditions liée au monde sfff avait sélectionné une autrice après une rencontre. Maison d'éditions sélective, je le sais pour avoir reçu un message m'expliquant qu'ils publiaient peu de nouveaux auteurs, un à deux par an. L'Autrice, pour avoir personnellement retravaillé l'un de ses textes je peux l'affirmer, a été publiée après ce speed dating et c'est triste à dire, mais ce n'était pas pour son talent littéraire. Donc maison très sélective mais pas pour des critères littéraires.
Bragelonne n'est pas la seule dans ce petit milieu à agir ainsi. Je pourrai en parler des heures.
Bonne journée et bon courage aux femmes qui subissent ça, mais il ne faut pas oublier les hommes auteurs qui subissent aussi à différents niveaux, rejets des éditeurs pour leur physique ou inversement. Là on rejoint les propos ignobles de Fabien Lecoeuvre envers Hoshi.

Sylvie sehili

01/05/2021 à 21:06

Au nom des femmes, de toutes les femmes, Merci Marguerite de ne pas vous être laissée effeuiller....ni un peu, ni beaucoup, ni à la folie, mais pas du tout !
Tout mon soutien pour l'avenir
Merci aussi à Médiapart, j'ai désormais bien envie de vous lire...
Sylvie

Ariane

02/05/2021 à 09:48

Si vous ne vous laissez pas faire vous passez vite pour une femme qui a un problème (laide, puritaine, caractérielle, ou psychopathe)si vous êtes mignonne ,charmante et pleine d'esprit, alors vous êtes le diable!!!
Quoiqu'il en soit si vous dénoncez les mauvaises pratiques des éditeurs vous êtes à l'index ...!

Ariane

02/05/2021 à 09:40

Ce que décrit cette Jeanne est parfaitement exact...j'ai subi tout ce qu'elle décrit...toutes ces humiliations des plus grossières aux plus subtiles...
Je me croyais paranoïaque, j'étais seulement bafouée...La méthode des éditeurs bien éduqués se veut subtile : si on n'accepte pas un jeu de séduction tacite rien ne se passe.. ni édition ni parution on reste dans le néant et avec la honte d'être sans doute une autrices sans talent!
Malheureusement beaucoup de femmes s'exécutent, pensant que dans cette société organisée par les hommes c'est un passage obligé...


NAUWELAERS

02/05/2021 à 12:02

Ariane,
Bien entendu je déplore votre expérience semblable à celle de Marguerite Imbert.
C'est choquant.
Pensez aux très nombreuses maisons d'édition dont les responsables sont féminines...
Enfin ce milieu est fortement féminisé, il n'y a pas que Bragelonne !
Ne les invisibilisez pas s'il vous plaît pas en globalisant une expérience négative tout à fait scandaleuse, c'est vrai.
Mais pourquoi rester sur une posture d'impuissance et de vision noircie et faussement ultramasculine du monde littéraire ?
J'ai l'impression d'assister à une sorte de conditionnement négatif répandu qui s'autopersuade en une spirale mentale infernale qui enferme...
Qui a du talent et de la passion ne se laisse pas arrêter par cela.
«Where there's a will there's a way»...
Les gens sont-ils devenus incapables de lutter autrement que par les réseaux sociaux ?
On vous traite comme cela, si mal ?
Arrêtez de vous dévaloriser en croyant qu'un milieu éditorial très féminisé n'est qu'un monde d'hommes.
Enfin c'est faux !
Et que tous les éditeurs se livrent sans aucune vergogne à ces pratiques qui sont inadmissibles (ce que je ne conteste pas une seconde, je ne les comprends même pas) et qui, si avérées -et je veux bien vous croire, c'est honteux -doivent absolument disparaître.
Mais pas d'accord avec un discours de généralisation abusive en décalage complet avec une réalité que tout le monde peut voir.
Enfin si vous avez un peu de confiance en vous, vous fulminez quand cela arrive, même après un temps de latence vu le grand choc; vous l'envoyez paître dès que vous reprenez vos esprits et vous avancez puisque non, vous ne serez pas blacklistée, Ariane...
Vous allez voir ailleurs fissa...!
Assez de mauvais films et de la résistance et persistance indissociable de qui croit à son talent et à ses projets.
Suivez votre fil d'Ariane - facile je sais !- sans vous laisser arrêter par un mauvais, même puissant -ou il l'était car le vent tourne.

Mais certes les places sont chères, même dans les vraies maisons d'édition à la hauteur de leur tâche.
Je vous souhaite d'y parvenir, mais par ce que vous avez à offrir.
En tombant sur des pros intègres et positifs qui vous redonneront la confiance en vous qui semble un poil vous manquer, ne le prenez pas mal...
Mais c'est vrai, cela s'apprend et croyez bien que je me mets pleinement dans le lot.
Il faut savoir ce que l'on veut et ce que l'on refuse dans la vie.
Voilà ce qu'on devrait apprendre en premier à tous les mioches...
C'est un mâle blanc hétéro et non cisgenre -à la poubelle, la novlangue-et non macho ni soumis le moins du monde qui s'exprime ici.
La culture du viol m'est étrangère.
Savoir ce que on veut et donc fatalement ce que l'on refuse, loin des jérémiades mais à fond dans l'action (et la réaction contre ceux voire-si cela se produit-celles qui abusent !), cela s'appelle: la FORCE.
Et...c'est un nom féminin !

Vous êtes jeune, je crois ?
L'avenir est à vous !
Et gardez la santé vraiment...
Amitiés et ne voyez plus tout en noir...
Et Marguerite Imbert est publiée comme nous le savons maintenant !
Bonne chance, Ariane.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

02/05/2021 à 12:16

Ariane,
Bien entendu je déplore votre expérience semblable à celle de Marguerite Imbert.
C'est choquant.
Pensez aux très nombreuses maisons d'édition dont les responsables sont féminines...
Enfin ce milieu est fortement féminisé, il n'y a pas que Bragelonne !
Ne les invisibilisez pas s'il vous plaît pas en globalisant une expérience négative tout à fait scandaleuse, c'est vrai.
Mais pourquoi rester sur une posture d'impuissance et de vision noircie et faussement ultramasculine du monde littéraire ?
J'ai l'impression d'assister à une sorte de conditionnement négatif répandu qui s'autopersuade en une spirale mentale infernale qui enferme...
Qui a du talent et de la passion ne se laisse pas arrêter par cela.
«Where there's a will there's a way»...
Les gens sont-ils devenus incapables de lutter autrement que par les réseaux sociaux ?
On vous traite comme cela, si mal ?
Arrêtez de vous dévaloriser en croyant qu'un milieu éditorial très féminisé n'est qu'un monde d'hommes.
Enfin c'est faux !
Et que tous les éditeurs se livrent sans aucune vergogne à ces pratiques qui sont inadmissibles (ce que je ne conteste pas une seconde, je ne les comprends même pas) et qui, si avérées -et je veux bien vous croire, c'est honteux -doivent absolument disparaître.
Mais pas d'accord avec un discours de généralisation abusive en décalage complet avec une réalité que tout le monde peut voir.
Enfin si vous avez un peu de confiance en vous, vous fulminez quand cela arrive, même après un temps de latence vu le grand choc; vous l'envoyez paître dès que vous reprenez vos esprits et vous avancez puisque non, vous ne serez pas blacklistée, Ariane...
Vous allez voir ailleurs fissa...!
Assez de mauvais films et de la résistance et persistance indissociables de qui croit à son talent et à ses projets.
Suivez votre fil d'Ariane - facile je sais !- sans vous laisser arrêter par un mauvais, même puissant -ou il l'était car le vent tourne.

Mais certes les places sont chères, même dans les vraies maisons d'édition à la hauteur de leur tâche.
Je vous souhaite d'y parvenir, mais par ce que vous avez à offrir.
En tombant sur des pros intègres et positifs qui vous redonneront la confiance en vous qui semble un poil vous manquer, ne le prenez pas mal...
Mais c'est vrai, cela s'apprend et croyez bien que je me mets pleinement dans le lot.
Il faut savoir ce que l'on veut et ce que l'on refuse dans la vie.
Voilà ce qu'on devrait apprendre en premier à tous les mioches...
C'est un mâle blanc hétéro et non cisgenre -à la poubelle, la novlangue-et non macho ni soumis le moins du monde qui s'exprime ici.
La culture du viol m'est étrangère.
Savoir ce que on veut et donc fatalement ce que l'on refuse, loin des jérémiades mais à fond dans l'action (et la réaction contre ceux voire-si cela se produit-celles qui abusent !), cela s'appelle: la FORCE.
Et...c'est un nom féminin !

Vous êtes jeune, je crois ?
L'avenir est à vous !
Et gardez la santé vraiment...
Amitiés et ne voyez plus tout en noir...
Bonne chance, Ariane.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Forbane

02/05/2021 à 14:53

Bravo à cette jeune femme...
Certaines autrices sont victimes de harcèlement sexuel, d'autres de harcèlement moral (ce fut mon cas).
Toutes nous devons faire front et parler.
Le #MeToo de l'édition le permet désormais, et c'est un immense réconfort que de savoir qu'enfin nous ne sommes plus seules.

NAUWELAERS

02/05/2021 à 19:11

Et les femmes dotées d'un vrai caractère se défendaient déjà sans MeToo et bien avant MeToo !
Les meilleures féministes, ce sont elles.
Qui n'ont pas besoin d'une bannière derrière laquelle marcher...
Foin des dogmes à la fin, soyons nous-mêmes, faisons-nous respecter.
Les hommes également qui peuvent en prendre plein la gueule...
Il faut réagir sans marcher au pas de l'oie.
Par soi-même !

CHRISTIAN NAUWELAERS

r'gil

12/05/2021 à 23:02

Vos réponses me laisse plus que songeur.
Dans certaines, vous faites remarquer que les femmes sont nombreuses aux postes de responsabilité dans l'édition. Certes, mais... ce n'est pas le sujet.
Dans d'autres vous dites "Et les femmes dotées d'un vrai caractère se défendaient déjà sans MeToo et bien avant MeToo !".
Donc celles qui ne savent pas comment s'y prendre pour se défendre, qui se retrouvent surpriese, coincées, isolées, trop jeunes, ce sont des moins que rien, qui n'ont pas "un vrai caractère" puisqu'elles "ne savent pas se défendre", c'est ça ?
Vous rendez-vous compte de ce que vous écrivez ? Ou est-ce que vous n'êtes même pas capable de vous rendre compte du problème, de l'existence de personnes qui utilisent leur position pour du harcèlement envers souvent des personnes jeunes, inexpérimentées ou en "situation d'infériorité" dans la relation ?
Que ces comportements systémiques ne soient pas systématiques, que notre société avance - petit à petit - dans le bon sens, on peut le penser. Certaines grandes entreprises traitent par exemple ce sujet avec la plus grande fermeté, licenciement à la clef. Mais pourtant, de façon très régulière encore, de nouvelles affaires sortent, on découvre que dans certaines institutions, certaines entreprises, certains clubs de sports, certains mouvements politiques, une personne, un homme toujours, utilisait le "pouvoir" conféré par son poste pour harceler ou profiter de jeunes femmes, de jeunes filles ou de jeunes garçons. Et que presque toujours, "ça se savait". Vous ne lisez pas les journaux ou c'est un peu trop compliqué pour vous.

Vos réponses sont justes odieuses, et c'est un homme qui vous le dit.

NAUWELAERS

13/05/2021 à 00:03

Non mes réponses ne sont pas «odieuses» et c'est un humaniste progressiste mais pas extrémiste qui vous le dit.
Vous êtes d'une mauvaise foi confondante et je ne laisse pas passer cela.
Je déteste et condamne autant que vous les rapports de pouvoir odieux et abusifs.
Contre des femmes, des jeunes filles et parfois aussi contre des hommes dont des jeunes hommes.
Je dois l'écrire en japonais ?
Vous faire un dessin ?
Pourquoi faites-vous semblant de ne pas comprendre ?
Vraiment cette manière de certains et certaines de clouer au pilori qui ne raisonne pas à 100% comme eux ou elles est absolument insupportable.
Non monsieur, votre sectarisme, retour à l'envoyeur.
Je plaide pour la dignité humaine avant tout et l'assertivité: se faire respecter.
Apprendre cela à tout le monde dès le plus jeune âge.
Cela vous gêne, monsieur le redresseur de torts ?
Je prétends que si on se défend dès le départ, c'est beaucoup mieux que via des réseaux sociaux et longtemps après.
J'affirme que des preuves restent nécessaires.
Je soutiens qu'une parole seule ne vaut encore pas accusation dans une démocratie.
Et qu'il faut absolument agir en amont pour éviter des possibilités d'abus...et que ce n'est pas facile.
C'est évidemment le but à atteindre et il semble que toute l'évolution actuelle va bien dans ce sens.
Maintenant je ne prends pas position quand je ne sais pas.
Contrairement aux procureurs Twitter ou autres qui sont stupides, odieux et insignifiants...insignifiants sauf hélas s'ils parviennent à interférer avec une justice digne de ce nom.
Enfin je reconnais que ce n'est absolument pas facile et je ne dispose pas plus que quiconque (et surtout pas vous évidemment) de solutions toutes faites.

CHRISTIAN NAUWELAERS

dombout

05/12/2021 à 13:00

Belle joute oratoire aux effluves enivrants de testostérone hahaha

NAUWELAERS

13/05/2021 à 00:13

r'gil
«Donc celles qui ne savent pas comment s'y prendre pour se défendre, qui se retrouvent surpriese, coincées, isolées, trop jeunes, ce sont des moins que rien,»
Votre tronçon de phrase du 12 mai (tel quel), ci-dessus entre guillemets.
Vous me faites écrire ce que je n'ai ni écrit ni pensé et vous m'accusez ensuite d'apporter une réponse «odieuse»...
Un procédé de bas étage, fort utilisé mais qui ne passe pas.
Ici nous ne sommes pas sur Twitter mais sur un forum de qualité.
ENCOURAGER LES GENS à se défendre, c'est défendre la dignité humaine.
Ce qui ne signifie absolument pas prendre la défense des prédateurs.
Pour ne pas comprendre cela, il faut le vouloir...!
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

13/05/2021 à 00:27

Encore une chose, r'gil (votre message du 12 mai): des femmes nombreuses aux postes à responsabilité, parfois au plus haut niveau ( comme Fayard), cela contredit l'argument selon lequel l'édition est -encore - un monde d'hommes.
Ce le fut, c'est beaucoup moins vrai maintenant et on peut penser que de jeunes et moins jeunes autrices ne se trouveront pas en position insupportable de proies.
Donc votre objection était à côté de la plaque, monsieur.
Cela fait totalement partie du sujet et prouve que non, la situation n'est pas sans issue pour des victimes dans un monde qui ne serait peuplé en majorité que d'hommes et prédateurs.
Ce qui ne justifie en rien le comportement des prédateurs qui subsistent encore.
Si vous continuez à faire semblant de ne pas comprendre, tout en déformant mes propos, cela devient incurable.

CHRISTIAN NAUWELAERS

Marco

02/05/2021 à 15:02

Il faut arrêter de penser que de supporter les avances d'un éditeur permettrait de se faire éditer. Ce sont les hommes comme Marsan qui tentent de convaincre les auteurs du contraire, et ils y parviennent. Mais aucun éditeur ne laissera passer un texte qu'il juge intéressant pour son catalogue et capable potentiellement de répondre à une attente de son public. Certains essaient de faire croire qu'il leur faut la crémière... mais c'est faux : tous se contentent de l'argent et du beurre.
Petite histoire : il y a bientôt 20 ans, nous avions en jeunesse une éditrice (eh oui !) qui aimait beaucoup les jeunes illustrateurs. Elle faisait son marché du côté des Beaux-arts de Strasbourg et son favori (celui que j'ai bien connu) était convaincu qu'il fallait donner de sa personne pour être édité. Ce qui lui valut donc de tromper sa femme et de participer à un nombre très important de salons jeunesse où l'éditrice prenait une chambre non loin de la sienne. Le pauvre garçon était souvent épuisé, croulait en semaine sous le travail que lui confiait l'éditrice et le WE pas seulement sous les dédicaces (il rencontrait en effet un grand succès auprès du public).
Mais cette éditrice publiait beaucoup d'autres illustrateurs qui avaient refusé ce jeu dangereux. Tous ceux dont le graphisme correspondait à la maison d'édition se voyaient confier des livres à illustrer. Et ceux dont les ventes étaient bonnes avaient du travail pour des semaines entières et pouvaient disposer à leur guise de leur WE...
Quant à notre illustrateur, le favori, il n'était pas conscient de son talent (et il en débordait), convaincu que sa réussite était liée à cette relation (et qu'y mettre fin aurait des conséquences terribles !).
Puis l'éditrice s'en est allée (elle ne travaille plus dans l'édition)... et l'illustrateur a pu constater qu'il avait toujours autant de travail.
Puis il a changé d'éditeur... toujours avec le même succès.
Tout cela n'était qu'une illusion, une force de persuasion issue d'une pensée collective qu'utilisent certains hommes (et donc parfois des femmes).
Débarrassé de cette relation toxique, notre illustrateur a pu passer de paisibles WE chez lui en compagnie de ses enfants... ah non ! Entre temps, sa femme avait appris qu'il l'avait trompée pendant des années.
Et l'éditrice ? Elle a changé de métier, s'est mariée et vient d'avoir son deuxième enfant. Elle rayonne de bonheur.
FIN

NAUWELAERS

02/05/2021 à 19:05

MERCI à Marco qui flingue ce «storytelling» inepte qui fait croire à de jeunes autrices inexpérimentées que l'édition n'est qu'un monde d'hommes -il suffit de regarder l'ours de très nombreuses maisons d'édition françaises -et que le droit de cuissage est un passeport anti-sanitaire pour mener à la réussite.
Plutôt que de pétitionner (ce qui mène à quoi ?) et balancer des lamentations sur les réseaux sociaux, prendre le taureau par les cornes et se défendre illico, point.
Cette attitude-là est crédible.
Et efficace..
CHRISTIAN NAUWELAERS

Cabinet Pierrat & associés - Droit de réponse Stéphane MARSAN

12/05/2021 à 20:30

ActuaLitté a publié un article le 1er mai 2021 intitulé « #MeToo dans l'édition : “Je suis Jeanne”, une témoin se dévoile » dans lequel je suis expressément visé et que je ne peux laisser sans réponse.

Cet article vise « l’enquête » et l’article de MEDIAPART publié le 21 avril 2021.

La journaliste de MEDIAPART a déclaré publiquement qu’à sa connaissance aucune plainte n’a été déposée ni avant, ni après, la publication de l’enquête.

Je tiens à récuser tous les faits qui me sont imputés et à réfuter formellement toute prétendue accusation de harcèlement sexuel ou moral.

Il semble que la frontière entre une prétendue morale et le droit pénal soit parfois poreuse faisant régner une confusion intolérable.

Cette auteure m’a pitché ses projets aux Imaginales ; puis nous avons pris un verre ensemble à Paris pour une longue discussion pendant laquelle je l’ai encouragée à me proposer un roman politique. Elle m’a confié un formidable roman, que j’ai accepté. Je lui ai adressé malencontreusement un message destiné à un ami et me suis confondu en excuses.

Mes prétendus propos cités dans cet article n’ont donc pas le sens qu’on entend leur prêter. Il est soutenu que j’aurais dit après cette bourde : « Je devrais vous obliger à signer ici et maintenant. Mais je ne le ferai pas parce que je souhaite bien me comporter avec vous. ».

Mon intention était de lui dire : vous avez un contrat sous les yeux, je devrais vous inciter à signer avec moi plutôt que d’accepter que vous attendiez la réponse d’un éditeur et « je souhaite bien me comporter avec vous » doit être compris comme dans le sens « je ne veux pas vous mettre la pression pour que vous signiez ». En effet, si je la surnommais souris intelligente, c’était parce qu’en étant très discrète elle faisait montre à mon avis d’une attitude réflexive très juste. A ma connaissance, l’expression « souris intelligente » n’est ni une insulte ni une expression outrageante ou dégradante...

Je tiens à rappeler que je bénéficie de la présomption d’innocence. Je n’ai jamais été mis en examen, gardé à vue ou fait l’objet d’une enquête judiciaire.

La propagation publique de rumeurs, particulièrement graves, à l’encontre d’hommes et de femmes accablés a des conséquences irréversibles telles que le suicide, à l’instar d’une affaire récente.

Je me réserve le droit d’intenter toute action à l’encontre de toute personne me portant directement ou indirectement atteinte afin de faire valoir mes droits par le biais de mes avocats.

Pierre.Anecem@gmail. Com

12/05/2021 à 23:08

Vous êtes toujours en poste Monsieur Marsan ? Qu'en dit hachette ?

Marco

13/05/2021 à 09:22

Mediapart et Stéphane Marsan, réaction du SELF (Syndicat des Ecrivains de Langue Française) :
"(...) Ce n’est pas une surprise. Des adhérentes du SELF avaient déjà évoqué en privé des faits similaires qu’elles avaient subis de sa part, et nous les avions alors assurées de notre soutien (...)"
Les exemples sont nombreux (Charte, Ligue...). Ces pratiques sont vieilles comme le monde mais, la nouveauté, c'est que de (très) nombreuses personnes n'en veulent plus. Savions nous ? oui. Avons-nous trop tardé à nous révolter ? Certainement. Droit à la présomption d'innocence ? Bien sûr... mais aussi le droit de se méfier de ceux qui sont largement dénoncés, par de multiples sources, qui ne cachaient pas leur façon d'approcher les auteurs jusqu'à ce qu'on le leur reproche, droit de boycotter leur échoppe, droit de ne pas participer à leur façon de sélectionner les projets, etc.
Les priver de mots à publier, ne pas les fréquenter, c'est leur reprendre le pouvoir dont ils aiment abuser.

Robert

28/05/2021 à 20:15

De toute façon, depuis qu'Amazon a inventé son kdp, pourquoi s'embêter à chercher un éditeur classique ? La moyenne des ventes d'un roman publié par une maison classique doit être de 500 exemplaires. Pas de quoi pavoiser, et pas de quoi s'acharner à convaincre untel ou untel de vous publier.

NAUWELAERS

28/05/2021 à 21:09

Réponse à Robert (28 mai): parce qu'un vrai éditeur, cela reste un pro.
Les éditeurs du web n'en sont pas.
Déjà lu des livres au sigle d'un pseudo-simili- éditeur du web...
Affligeant.
On juge l'arbre à ses fruits.
Sauf si on se moque de la qualité, évidemment...

CHRISTIAN NAUWELAERS

Vertigo

28/05/2021 à 22:11

Ce n'est plus aussi simple.
Je connais de bons auteurs qui, parce que leurs livres ne sont pas "commerciaux", ne trouvent plus d'éditeur pour les publier.
A contrario, un manuscrit passable sinon mauvais, parce que vendeur, pourra très bien trouver preneur chez une maison d'édition en bonne et due forme.
Il n'y a qu'à voir les affligeantes productions de Marc Lévy, Guillaume Musso, Clémentine Beauvais, Agnès Martin-Lugand et j'en passe.

Robert

29/05/2021 à 00:28

Vous savez, la "biographie" d'une pseudo-vedette de TV réalité ou un livre de recettes de tel ou tel animateur de jeu TV ne deviennent pas de la littérature par magie juste parce qu'ils sont publiés par Gallimard ou Grasset. Votre vision de l'auto-édition est malheureusement très répandue et fausse dans de nombreux cas. Oui, vous trouverez des très mauvais bouquins auto-édités, mais vous en trouverez aussi beaucoup qui n'auront pas grand-chose à envier à la majorité de ceux publiés par des maisons ayant pignon sur rue. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas le problème ici. Ici on parle de personnes qui se prêtent à ce jeu stupide de "speed dating" pour espérer être publié par une maison d'édition. C'est presque pathétique de se vendre ainsi. Qu'est-ce que la littérature vient faire là-dedans ?

NAUWELAERS

29/05/2021 à 11:28

Robert,
Ce que vous écrivez tombe sous le sens -je ne lis pas n'importe quoi, fût-ce sous le label d'éditeurs (encore) prestigieux.
Mais dans l'océan de livres autoédités sans travail éditorial, bonne chance pour séparer le bon grain de l'ivraie !
Certains, au sein de maisons comme Michel Lafon, sont payés pour ça et se spécialisent dans «l'hélitreuillage» de jeunes plumes prometteuses vers l'édition classique pour leur donner la consécration de publier un vrai livre.
Qui parfois peut cartonner...
Certes il ne faut pas oublier pour autant que qualité et quantité forment un couple bien désuni !
Et le plus trivial opportunisme commercial est souvent de mise.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Robert

30/05/2021 à 13:51

C'est vrai qu'il faut chercher un peu. Mais depuis que je publie sur Amazon, il n'est plus nécessaire de trop chercher ;)

Vertigo

30/05/2021 à 13:13

D'accord avec vous, sur tout.
J'ignorais l'existence du speed-dating dans le monde littéraire et m'étonne que des auteurs et autrices y recourent.
Comme vous dites, où est la littérature (avec un L) dans tout cela ?...
Imaginons Steinbeck, London, Kerouac dans ce genre d'entreprises... Inconcevable ! Autant que De Gaulle en train de faire le pitre avec d'autres pitres médiatiques.
Décidément notre époque est on ne peut plus basse et en phase de décadence accélérée.

Questcequonlit

11/06/2021 à 11:18

La palme du mansplaining est attribuée à... C NAUWELAERS !
Petit jeu : lisez chacun de ses commentaires avec une bouteille de Tequila et buvez à chaque fois qu'il :
* explique aux femmes leurs propres problèmes
* dit qu'on n'a pas besoin des réseaux sociaux
* parle de "avant Me Too" #cetaitmieuxavant
* dit qu'il n'y a pas de vrai problème dans le monde de l'édition car il y a beaucoup de femmes dans le milieu
* exprime des opinions paternalistes et condescendantes

Certains feraient mieux de ne pas s'exprimer du tout et de COMPRENDRE qu'ils font partie du problème.

Et chapeau à Marguerite pour sa prise de parole courageuse.

NAUWELAERS

11/06/2021 à 16:11

Palme de la mauvaise foi la plus totale et de la malhonnêteté intellectuelle la plus monolithique et incurable à celui ou celle qui se cache derrière le pseudo Qu'estcequ'on lit !
Tant de bigoterie et de malveillance laisse pantois ou pantoise.
Quand vous prendrez la peine de lire mes contributions avant d'y répondre sans les connaître, faites-moi signe (mais venant de vous, je ne suis pas pressé)...!
-Il existe des tas de dérives des réseaux sociaux que des foules de gens dénoncent à juste titre.
J'en fais partie et désolé si j'offense votre religion...
-Je ne suis pas paternaliste; quant à vous, je pourrais prendre chez vous des leçons de condescendance et de tartufferie -celle qui consiste à travestir les propos de celui ou celle que l'on attaque «ad hominem» faute de vrais arguments...on en invente dans ce cas.
-Souhaiter que les femmes se défendent correspond à une vision honnête et émancipatrice de la femme, partagée par les vraies et vrais féministes dont je suis.
La mauvaise foi gluante, c'est votre domaine.
-Je n'explique pas aux femmes leurs propres problèmes; je souhaite qu'elles se défendent illico et fissa.
Vous préférez qu'elles morflent durant des années avant de se répandre sur vos sacro-saints réseaux sociaux (dont je ne nie pas la nécessité lorsque cela se passe bien, mais vous occultez cela bien entendu) ?
Voilà, je suis en désaccord total avec vous.
Les lectrices et lecteurs du site en jugeront.
Avec moi, la tricherie et la sournoiserie ne passent pas...
Monsieur ou madame questcequon lit, qui que vous soyez, confite ou confite dans votre dogmatisme stérile et négatif...
Ravi que plein de personnes ne vous ressemblent ni de près, ni de loin.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

11/06/2021 à 16:29

Rectification mais tout le monde aura compris, à la fin de ma réponse au procureur ou la procureuse questcequonlit: confit ou confite...
Petite distraction, désolé.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

11/06/2021 à 16:35

RECTIFICATION: confit ou confite, évidemment !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Qu'allons-nous faire de ces jours qui s'annoncent ?

Marguerite Imbert

Paru le 03/02/2021

311 pages

Albin Michel

18,90 €

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

"Les IA génératives menacent aujourd’hui l’activité des auteurs des arts visuels"

L'ADAGP l'affirme : « Les systèmes d’intelligence artificielle (IA) générative, capables de produire instantanément des contenus visuels à la demande des utilisateurs, menacent aujourd’hui l’activité des auteurs des arts visuels. » En réaction à ce constat, la société de perception et de répartition des droits d'auteur a publié une déclaration générale d’opposition. Elle s'explique dans un communiqué, reproduit ici par ActuaLitté.

23/02/2024, 17:08

ActuaLitté

Mort d'Alexeï Navalny : “Il n’a jamais reculé devant le pouvoir”

Le décès d’Alexeï Navalny, survenu ce 16 février au centre pénitentiaire de Kharp à l'âge de 47 ans, provoque un soulèvement — et les regards fusent vers Vladimir Poutine, qui se serait définitivement débarrassé d’un opposant. Le Pen Club français a diffusé un hommage, ici proposé en intégralité.

17/02/2024, 10:49

ActuaLitté

L'étude sur le partage de la valeur du SNE, “un éclairage partiel et biaisé”

Dévoilée le 1er février dernier, l'étude sur le partage de la valeur du livre, commandée par le Syndicat national de l'édition, n'a pas vraiment convaincu. La quasi-totalité des organisations d'auteurs ont dénoncé ses résultats, assimilés à une pure et simple tentative de manipulation. L'Association des traducteurs littéraires français (ATLF) ajoute sa voix revendicative, dans un texte reproduit ci-dessous.

15/02/2024, 10:03

ActuaLitté

Une étude sur les revenus qui “ne reflète en rien la réalité” des auteurs

Le Syndicat national de l'édition, organisation patronale du secteur, a présenté le 1er février les données de son étude sur le partage de la valeur du livre entre les maisons d'édition et les auteurs. Une étude dont les méthodes et la présentation des résultats ont été largement décriées par les auteurs et leurs représentants. Le Conseil Permanent des Écrivains (CPE), dans un texte reproduit ci-dessous, signifie ses propres réserves, mais aussi ses attentes vis-à-vis du ministère de la Culture.

14/02/2024, 11:46

ActuaLitté

“La juste rémunération des auteurs et autrices est cruciale”

La Ligue des auteurs professionnels a pris connaissance de l'étude du Syndicat National de l'Édition (SNE) publiée le 1er février dernier. Dans une tribune adressée à ActuaLitté, l'organisation remet en cause la méthodologie, déjà amplement pointée. Leur texte est ici diffusé dans son intégralité.

06/02/2024, 11:03

ActuaLitté

L'étude irréelle où “les éditeurs sont moins payés que les auteurs”

Au moment même où l’Europe envisage de légiférer sur un statut professionnel pour les auteurs, incluant notamment de meilleures rémunérations et une lutte contre les contrats abusifs, le Syndicat national de l’édition a publié une enquête sur « le partage de la valeur entre auteurs et éditeurs ». Or, la présentation des données a révélé un biais tel qu’il laisse entendre que les éditeurs sont moins bien payés que les auteurs. La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse réagit dans les colonnes de ActuaLitté.

04/02/2024, 10:15

ActuaLitté

L'industrie du livre redoute le projet européen sur les délais de paiement

En Belgique, l'interprofession s'est regroupée pour interpeller les députés européens, sur la question des retards de paiements. Le projet qu’examinent en effet le Parlement et le Conseil ramènerait à 30 jours le délai maximum. Une modification que l’industrie du livre ne supportera pas sans de lourdes conséquences.

31/01/2024, 10:19

ActuaLitté

IA : les industries culturelles veulent rencontrer Attal “sans délai”

Quelques jours après une missive adressée à Rachida Dati pour l'exhorter à garantir « l'avenir du droit d'auteur » face au développement de l'intelligence artificielle, les industries culturelles maintiennent la pression. Elles communiquent cette fois avec Gabriel Attal, directement, pour faire part de leurs inquiétudes et solliciter « un échange sans délai ». Nous reproduisons ci-dessous le courrier envoyé au Premier ministre, ce 25 janvier 2024.

25/01/2024, 15:38

ActuaLitté

“Icône réactionnaire” : parrain du Printemps des poètes, Sylvain Tesson dérange

Le printemps des poètes, manifestation qui se déroule chaque année à Paris – du 9 au 25 mars 2024 –, a choisi Sylvain Tesson comme parrain de son édition 2024. Un coup pour l’événement poétique, puisqu’il s’agit par ailleurs de la 25e édition. Le choix, que la directrice artistique depuis 2017, Sophie Nauleau, a amplement salué… mais que nombre de poètes et artistes contestent vivement.

17/01/2024, 18:52

ActuaLitté

Québec : l’industrie du livre se prononce sur l’intelligence artificielle et le droit d’auteur  

Dans le cadre de la consultation publique en cours sur l'intelligence artificielle générative et le droit d'auteur, les associations du milieu du livre rappellent au gouvernement canadien l’importance cruciale de favoriser un développement responsable de l’intelligence artificielle et de promouvoir le respect du droit d’auteur.

15/01/2024, 16:22

ActuaLitté

Pendant la crise, “c’est avant tout la création qui trinque”

Consacrée à la littérature contemporaine, la maison d'édition Onlit, « reposant exclusivement sur une petite équipe d’indépendants », nous informe de la fin de ses activités. Pierre de Mûelenaere, à la tête de la structure, en explique les raisons, et en profite pour remercier tous ceux qui ont participé au projet, ou l'ont soutenu.

15/01/2024, 11:35

ActuaLitté

AI Act : les industries culturelles sollicitent Elisabeth Borne

L'Union européenne tente d'encadrer le secteur des intelligences articielles, avec un texte inédit, travaillé depuis plusieurs mois, l'IA Act. La France fait partie des pays où une opposition à une régulation trop stricte s'exprime, ce qui n'est pas pour satisfaire les représentants des industries culturelles, attentifs au respect du droit d'auteur. Dans un courrier à la Première ministre reproduit ci-dessous, ils font part de leurs inquiétudes.

22/12/2023, 16:33

ActuaLitté

Face à la loi immigration, les bibliothèques et “l’accueil inconditionnel”

L'adoption de la loi immigration marque un tournant dans le second quinquennat d'Emmanuel Macron, avec un texte qui penche très à droite et remet en question quelques acquis en matière d'accueil et de traitement des étrangers. L'Association des bibliothécaires de France (ABF) répond à cette actualité dans une tribune tournée vers l'engagement, le partage et la solidarité à l'égard des nouveaux arrivants sur le territoire français.

22/12/2023, 12:32

ActuaLitté

Vers une modernisation des outils de gestion pour les éditeurs de livres

Les industries culturelles ont toujours été au premier plan des innovations de rupture — IA Générative, streaming audio, NFT — se positionnant même au centre des débats sur l’intelligence artificielle. Pour autant, leur gestion des flux de données s’appuie encore sur des infrastructures des années 2000. Cela a tendance à freiner leur propre évolution au sein des changements sociétaux et technologiques. Une tribune de Crealo.

21/12/2023, 10:36

ActuaLitté

Vera Molnár (1924-2023), ou la géométrie du sensible

C’est avec une profonde tristesse que l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) rend hommage à l’artiste de l’abstraction géométrique et de l’art génératif, Vera Molnár, décédée aujourd’hui à l’âge de 99 ans. Elle avait noué avec l’INHA des liens profonds qui se sont concrétisés par le don d’un corpus important d’estampes en 2022 dans lequel la dimension pionnière et généreuse de son œuvre, reflétait pleinement sa personnalité. 

08/12/2023, 11:59

ActuaLitté

Les auteurs jeunesse s'engagent contre le pilon des livres

À l’occasion du salon de Montreuil, La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse lance une action militante en s’opposant au pilon ! L'objectif : en finir avec le pilon en participant à une campagne de dons.

30/11/2023, 17:31

ActuaLitté

Achats de livres : la Normandie incite les maires à “privilégier” les librairies

Hervé Morin, président de la région Normandie, et Philippe Normand, président de Normandie Livre & Lecture, ont uni leurs forces pour une noble cause : le soutien public aux librairies locales. Dans un courrier aux édiles, ils incitent ces derniers à préférer les enseignes indépendantes pour les achats de livres des médiathèques et des écoles. Nous reproduisons ci-dessous l'intégralité de la missive.

30/11/2023, 10:41

ActuaLitté

400 salons BD en France : “Faire un festival, c’est faire société”

9 manifestations tournées vers le 9e art fondent le Club 99, une fédération des festivals BD & Arts associés destinée à faciliter les échanges et la valorisation des événements. Un manifeste accompagne cette création, qui rappelle et proclame la diversité des festivals et salons, ainsi que leur rôle indispensable à l'écosystème du livre.

29/11/2023, 11:42

ActuaLitté

AI Act : la culture réclame une régulation des modèles de fondation

Les négociations européennes autour de l'AI Act, texte censé encadrer le développement et l'usage des technologies d'intelligence artificielle, sont plus mouvementées que prévu. Des pays membres, dont la France, souhaitent désormais limiter l'intervention de l'Union, pour ne pas freiner la compétitivité des acteurs européens. Des organisations du secteur de la culture s'inquiètent de cette analyse, dans un texte que nous reproduisons ci-dessous.

17/11/2023, 13:59

ActuaLitté

La bonne résolution du Parlement européen pour les auteurs

Trois organisations d'auteurs se réjouissent du vote de deux commissions du Parlement européen en faveur d'un cadre de l’Union pour la situation sociale et professionnelle des artistes et des travailleurs des secteurs de la culture et de la création. Elles appellent le Parlement européen à voter la proposition lors de la séance plénière, le 20 novembre, dans un texte que nous reproduisons ci-dessous.

16/11/2023, 13:16

ActuaLitté

Label Emmaüs, un combat pour la solidarité et le réemploi en ligne

#LabelEmmaus - Label Emmaüs est la marketplace de la solidarité et du réemploi. Le site offre un catalogue de plus de 900.000 références de livres d’occasion mis en ligne par des structures solidaires, mais pas que. Tous les univers d’objets sont présents sur le site, de la décoration vintage aux vêtements en passant par le high-tech / électroménager reconditionné. Il livre pour ActuaLitté un véritable manifeste, pour un autre e-commerce...

10/11/2023, 12:26

ActuaLitté

“Ne pas céder aux intimidations” : les bibliothèques et l'actualité “brûlante”

La pandémie de coronavirus, l'agression russe de l'Ukraine et, plus récemment, le conflit israélo-palestinien, sont autant de sujets sur lesquels les positions se polarisent, où les nuances disparaissent. Des situations qui débouchent parfois sur des menaces, des violences, des censures : dans un communiqué que nous reproduisons ci-dessous, l'Association des Bibliothécaires de France rappelle le cadre légal et déontologique qui gouverne l'évocation de l'actualité et la diffusion de l'information dans les établissements de lecture publique.

10/11/2023, 12:01

ActuaLitté

”Nulle prison n’enfermera ton poème“ : quand la beauté défie l'interdit

Nulle prison n'enfermera ton poème est une anthologie réunie par la poète afghane Somaia Ramish. 95 voix venues du monde entier ont participé à ce projet dont plusieurs membres du Parlement des écrivaines francophones. Cécile Oumhani, nouvelle responsable au sein du Pen Club français du comité pour les écrivains persécutés, signe cette présentation du texte pour ActuaLitté. 

09/11/2023, 13:00

ActuaLitté

1227 pénétrations sans consentement : la douleur derrière les nuits

Les Confidentielles réunit un collectif d’autrices et d’interprètes, qui se sont donné pour mission d’exprimer l’intimité, de l’écriture à la scène. Tous les deux mois, ces femmes se racontent à travers un sujet imposé. « En basant leurs écritures sur leur propre vécu, elles vous emmènent, à travers les mots au cœur de leur intimité, dans leur univers personnel. »

08/11/2023, 11:57

ActuaLitté

Livres, Amazon et frais de port : comment la loi Darcos redistribuera les cartes ?

Depuis le 7 octobre 2023, la réglementation sur les frais de livraison des livres neufs est entrée en vigueur en France. Elle s’applique aux vendeurs de livres en France et impose pour toute commande contenant moins de 35 € de livres neufs un minimum de 3 € de frais de livraison. C’est par ces mots clairs qu’Amazon a informé ses clients de la loi Darcos contre laquelle l’Américain aura tout tenté et intenté, de Paris à Bruxelles, du Conseil d’État à la Commission européenne. 

09/10/2023, 16:44

ActuaLitté

“Publier moins, pour publier mieux”

Créée en 2018 par Marc Duteil, M+ éditions développe depuis plus de cinq ans une politique éditoriale généraliste. Cette structure dont le siège est basé à Lyon a confié en France sa diffusion et sa distribution à Geodif et Sodis pour la France. En Suisse, elle passe par Albert Legrand, en Belgique travaille avec Nord Sud et pour le au Canada, Socadis. Mais M+ a surtout révisé sa stratégie édioriale : moins, c'est plus. Le fondateur en détaille ici les modalités.

27/09/2023, 17:26

ActuaLitté

Evelyne Guyot, figure historique d'Albin Michel, nous a quittés

Éditrice chez Albin Michel jeunesse de 1981 à 2019, Evelyne Guyot est décédée le 6 septembre dernier. Durant des années, elle a mis les livres animés à l'honneur, ainsi que des artistes tels que David Carter, Lucy Cousins et Marion Bataille. Ses amis et collègues ont partagé à ActuaLitté un texte en forme  d'hommage.

18/09/2023, 16:35

ActuaLitté

Hold-up 21 : l'utopie érotique rencontre le braquage du siècle !

#Holdup21 – Vingt autrices unissent leurs voix pour valoriser désir et plaisir dans le féminisme. Leur collaboration donne 20 récits de passion et d'aventures, émouvants et libérateurs. Hold-up 21 ne se limite pas aux mots : Abigaïl Auperin transforme leurs histoires en 100 autofictions photographiques, rappelant David Lynch et Guy Bourdin. Une fusion de textes et d'art moderne. Stephen Carrière, éditeur de l'ouvrage, entame ici un premier lever de rideau. 

13/09/2023, 11:47

ActuaLitté

Bien trop petit : Darmanin dans les traces de son mentor Sarkozy

#BienTropPetit - L'interdiction aux mineurs du livre Bien trop petit de Manu Causse, publié par les éditions Thierry Magnier, inquiète considérablement les professions du livre. Cette décision, qui émane du ministère de l'Intérieur, découle d'une loi de 1949 que beaucoup jugent d'un autre temps. Gérald Darmanin, qui entretient une relation déjà compliquée avec le livre, la réactive en 2023, des décennies après un certain... Nicolas Sarkozy, rappelle l’Observatoire de la liberté de création, créé par la Ligue des droits de l'Homme. Nous reproduisons son message ci-dessous.

28/07/2023, 10:56

ActuaLitté

La Société des Gens de Lettres dénonce la censure de Bien trop petit

#BienTropPetit - Le ministère de l’Intérieur a signé un décret, le 17 juillet dernier, qui interdit à la vente le roman Bien trop petit de Manu Causse. En cause : un contenu jugé, pour certains passages, pornographique. Face à cette décision, la Société des Gens de Lettres (SGDL) exprime son étonnement et confirme son engagement pour le principe de liberté de création et de publication. Nous reproduisons ci-dessous son message.

26/07/2023, 13:16

ActuaLitté

Vers un appauvrissement de la culture canadienne

Copibec, société québécoise de gestion collective des droits de reproduction, réagit à la nouvelle décision du conseil d'administration d'Access Copyright. Elle y voit la conséquence d'une inaction du gouvernement fédéral...

21/07/2023, 11:43

ActuaLitté

La dédicace comme expérience de l'autre

Patrick Méheust souligne l'exigence que demande l'exercice de la dédicace par les auteurs et autrices. Ce rite de passage dans le métier n'est pas sans risque pour l'auteur qui doit susciter de la bienvaillance, inspirer confiance, toucher son public... 

20/07/2023, 10:32

ActuaLitté

URSSAF : La Charte craque et en appelle au Défenseur des Droits

La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse lance une action collective face aux insuffisances supposées de l’Urssaf Limousin, dont dépend l’association, et du fait de « l’inaction des ministères de tutelle ». Dans cette optique, elle invite chacun de ses adhérents, « qui rencontre une difficulté non résolue », à saisir le Défenseur des Droits.

18/07/2023, 14:50

ActuaLitté

Milan Kundera : dissiper les malentendus

Décédé ce 11 juillet 2023, Milan Kundera aura reçu nombre d’hommages, à l’aune de ce que son oeuvre laissera à la littérature. Guillaume Basset, directeur de la programmation du Salon du livre de Prague, a communiqué à ActuaLitté un récit retraçant le parcours du romancier.

14/07/2023, 12:33

ActuaLitté

Auteur, un métier que le fisc français ne comprend toujours pas

Une vingtaine d’organisations s’agace passablement de ce que leur situation fiscale soit toujours aussi ubuesque. Le gouvernement s’entête dans son incompréhension des métiers avec des cotisations hors sol. Dans une déclaration commune, toutes appellent à ouvrir les yeux, avant de contraindre les auteurs à fermer la page…

10/07/2023, 12:53

ActuaLitté

Impression de livres : l'heure est aux synergies

Partenaire des éditeurs, Typolibris partage leur passion du livre. Et notre secteur perd son souffle : après une flambée des ventes, furent enregistrés d’importants retours de libraires, ces derniers mois. Une nouvelle pression qui s’exerce, ajoutée à celle de ces deux dernières années : la hausse des coûts d’impression. Par Gérard Dahan, président de Typolibris.

06/07/2023, 12:59

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

“Nos points communs sont simples : le territoire et le livre.”

#Noshorizonsdesirables – Durant cinq années de librairie au Québec chez Pantoute, Benoît Vanbeselaere est passé de la communication et de l’événementiel à la direction générale d’une des deux succursales. Depuis avril 2023, il a pris ses fonctions comme coordinateur de l’Association des éditeurs des Hauts-de-France. En marge des Rencontres régionales du Livre et de la Lecture 2024, à Boulogne-sur-Mer, il revient avec nous sur les actions menées et à mener.

26/02/2024, 15:13

ActuaLitté

Partage de la valeur : cette étude “apporte des éléments de compréhension” (SNE)

L'étude du Syndicat national de l'édition (SNE) consacrée au partage de la valeur entre auteurs et éditeurs, présentée au début de ce mois de février, a été accueillie froidement par les organisations d'auteurs. Ces dernières reprochaient une approche « biaisée » et des résultats qui masquaient la situation économique des écrivains. Renaud Lefebvre, directeur général du SNE, répond aux critiques.

22/02/2024, 11:49

ActuaLitté

Librimania : le jeu que toute l'édition va s'arracher

#Noshorizonsdesirables – Foin des IUT et autres Masters pros Métiers du livre : voici le futur compagnon et prochain best-seller en librairie — s’il est un jour commercialisé — Librimania plonge les joueurs dans l’univers impitoyable… du monde du livre. Accrochez-vous à un dictionnaire ou une encyclopédie, ça décoiffe !

21/02/2024, 19:22

ActuaLitté

Barbara Kingsolver, Prix Pulitzer 2023 : “Je ne crois pas au talent”

Le Prix Pulitzer de la fiction, qui récompense un roman qui raconte cette démente Amérique, a été décerné à deux auteurs ex-aequo en 2023 : Hernan Diaz pour son texte sur les coulisses de la Grande Dépression des années 30, Trust, et Barbara Kingsolver. D’un côté, le gros argent, de l'autre, les prolos d'une campagne des Appalaches, à travers les aventures de Demon Copperhead. Un David Copperfield contemporain dans les terres contrariées de l'OxyconTin et des champs de tabac…

21/02/2024, 16:00

ActuaLitté

Pour le livre de Turin, "un salon qui aide au dialogue"

Du 9 du 13 mai, le Salon international du livre de Turin incarne un événement majeur autour du livre sur le territoire italien. Entre défis antérieurs et direction nouvelle, Annalena Benini, directrice du Salon pour cette édition, fait part à Actualitté des conditions à réunir, pour mener à bien les ambitions prochaines, notamment quant à la jeunesse. 

19/02/2024, 12:07

ActuaLitté

Une nuit dans une yourte kirghize, bercés par la pluie

#AVeloEntreLesLignes — Partis à la conquête de nouveaux horizons, Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek pédalent à travers une odyssée littéraire. Leur défi ? Explorer le plus grand nombre possible de librairies sur un itinéraire qui les mène à vélo de Paris jusqu'à Oulan-Bator. Ils partagent avec ActuaLitté leurs aventures et découvertes dans ce journal de voyage.

16/02/2024, 15:24

ActuaLitté

“Le livre et la lecture comme biens communs”

Noshorizonsdesirables – Dans le paysage littéraire des Hauts-de-France, une révolution jusqu’alors silencieuse entend faire grand bruit. François Annycke, directeur de l’Agence Régionale du Livre Hauts-de-France (AR2L), inaugurera les 21 et 22 février deux journées professionnelles. Objectif : collaborer, en redéfinissant le rôle de l’Agence et de ses partenaires, pour plus d’efficacité.

16/02/2024, 12:00

ActuaLitté

À vélo entre les montagnes et les yourtes

#AVeloEntreLesLignes — Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek se sont lancés dans une aventure exceptionnelle, celle de parcourir la distance entre Paris et Oulan-Bator à vélo. Tout au long de leur parcours, ils font escale dans autant de librairies que possible. Leur odyssée est couverte par ActuaLitté, qui partage leurs histoires au fur et à mesure.

14/02/2024, 10:33

ActuaLitté

Livres audio : saga, c'est plus fort que toi

Dans un nouvel article, Nathan Hull, responsable de la stratégie de Beat Technology, s'intéresse aux sagas littéraires et à leur capacité à captiver les lecteurs sur le long terme. Comment expliquer ce succès durable ? Et, surtout, comment le reproduire dans un domaine bien particulier, celui du livre audio numérique ?

13/02/2024, 12:48

ActuaLitté

“Le lecteur français veut comprendre l'Italie à travers sa littérature”

Dans une interview menée par Federica Malinverno, Florence Raut revient sur la création de La libreria, librairie-café parisienne cofondée aux côtés d'Andrea De Ritis en 2006, se définissant comme un « espace petit mais riche dédié à l’Italie, situé dans le cœur du IXe arrondissement de Paris ».

13/02/2024, 11:38

ActuaLitté

“Il faut tenir sur le fil, à la frontière, et c’est de là que nait la littérature”

#PrixFrontieres2024 – L'édition 2024 du prix Frontières a été lancée, avec la liste des 10 titres retenus. La lauréate de 2023, la romancière Dima Abdallah avait été été saluée pour son deuxième roman Bleu nuit aux éditions Sabine Wespieser. Présidente d'honneur du jury de cette édition 2024, elle nous délivre un texte, en exclusivité pour ActuaLitté, sur ce terme étrange... frontières...

12/02/2024, 16:35

ActuaLitté

Durant les JO, il est important de rester à Paris... en télétravail

Les usagers occasionnels du métro parisien n’ont pas manqué la campagne de communication orchestrée dans les rames : l’invitation au RTT – Reste chez Toi Travailler. À l’approche des Jeux olympiques, les injonctions contradictoires pleuvent : rester ou ne pas rester sur Paris, prendre ou ne pas prendre les transports, travailler ou ne pas travailler… On ne fait pas d’Hamlet, sans casser des noeuds….

12/02/2024, 14:46

ActuaLitté

“Pour être un libraire, il faut porter la casquette d’agent culturel”

Pleine d’énergie et toute souriante, Prudientienne Gbaguidi est une figure de la librairie francophone en Afrique de l’Ouest. Très engagée pour faire rayonner son métier, elle suit tout ce qui se publie dans la sous-région. A la tête de la librairie Savoir d’Afrique (Bénin), elle est aussi présidente de l’Association des Libraires professionnels du Bénin (ALPB) et vice-présidente de l’Association internationale des Libraires francophones (AILF). Propos recueillis par Agnès Debiage, fondatrice d’ADCF Africa.

06/02/2024, 13:07

ActuaLitté

“Nutri-score du livre” et autres projets d’avenir pour une édition écologique

D’après Erri de Luca, l’impossible caractérise « ce qui n’a pas encore été fait » (trad. Danièle Valin). La chaîne du livre — mais par cette dénomination, ne réduit-on pas ses acteurs à des maillons ignorants les uns des autres ? — était conviée à une journée de réflexion, ce 29 janvier. Dans les locaux du groupe Bayard, on se réunissait pour « décarboner le livre et l’édition ». 

29/01/2024, 20:08

ActuaLitté

Au-delà de la polémique Tesson, “faire vivre le Printemps des poètes”

« Au-delà des polémiques de toutes sortes, il nous appartient de faire vivre cette édition du Printemps des Poètes coûte que coûte, et de penser d'abord au public », déclarent les cofondateurs des éditions Doucey. Cette réaction intervient peu après l'annonce de la démission de Sophie Nauleau, directrice artistique du Printemps des Poètes. 

27/01/2024, 12:21

ActuaLitté

Vers le Kirghizistan, à la recherche de la fraicheur perdue

#AVeloEntreLesLignes — C'est l'aventure de Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek, deux cyclistes qui se sont donné pour challenge de rejoindre Oulan-Bator depuis Paris, à la force de leurs cuisses. En chemin, ils visitent autant de librairies qu'ils peuvent. ActuaLitté suit ce périple en publiant leurs récits.

26/01/2024, 14:40

ActuaLitté

“Il faut être un idiot majuscule pour écrire de la poésie”

La protestation virera bientôt au Tessongate, tant opposants et défenseurs de Sylvain Tesson en parrain du Printemps des poètes s’écharpent. Poliment. Avec le récent soutien de la ministre de la Culture, Rachida Dati, le débat se colore définitivement de politique. Le romancier et poète Patrick Varetz suggère ce qui serait une alternative à la discorde ambiante.

22/01/2024, 13:35

ActuaLitté

Statut européen des artistes-auteurs : “C'est un nouvel espoir”

Depuis plusieurs semaines, des organisations françaises d'auteurs de l'écrit se sont lancées dans une campagne de soutien à une initiative législative du Parlement européen. L'objectif ? Inciter la Commission européenne à agir pour améliorer les conditions de vie des artistes-auteurs, notamment par la création d'un statut. 

18/01/2024, 15:15

ActuaLitté

Pas de visa, pas de chocolat

#AVeloEntreLesLignes — Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek se sont lancés dans une aventure folle : rallier Paris et Oulan-Bator à vélo, visitant au passage des librairies dans chaque pays, périple qu'ils racontent pour ActuaLitté. Cela faisait quelques semaines que les deux cyclistes pédalaient en silence, nous les retrouvons aujourd'hui à Samarcande, au bout de l'Ouzbékistan.

17/01/2024, 17:02

ActuaLitté

Résolument ancré dans la Fantasy, Leha crée Majik sa collection poche

ENTRETIEN – Apparu en 2017 dans le paysage des Littératures de l’Imaginaire, Leha Editions amorce 2024 avec un gros dossier : la création d’une collection de poche, Majik. Un pari audacieux, autant qu’une nouvelle corde à l’arc de cet éditeur, installé à Marseille depuis quelques années. 

17/01/2024, 10:08

ActuaLitté

Livre audio : détourner la loi des séries, à son avantage

Secteur des plus dynamiques depuis plusieurs années, le livre audio numérique est porteur de mille promesses pour les éditeurs. Mais serait-il déjà calcifié dans des habitudes tirées de l'âge de la lecture imprimée ? Nathan Hull, responsable de la stratégie de Beat Technology, revient sur l'intérêt, pour l'éditeur et l'auditeur, de faire un peu de découpage...

10/01/2024, 09:06

ActuaLitté

Louise Boudonnat : traduire, “c’est aussi une rencontre avec soi-même”

Dans une interview menée par Federica Malinverno, Louise Boudonnat revient sur son travail de traduction (de l'italien) de l'ouvrage Absolutely Nothing. Histoires et disparitions dans les déserts américains, de Giorgio Vasta et Ramak Fazel, paru aux éditions Verdier en 2023.

02/01/2024, 14:52

ActuaLitté

Domaine public : Disney a fini par se faire “Mickey”

Dans les studios Disney, la poule aux œufs d’or serait plutôt un rongeur, qui après un siècle de bons et loyaux services a bien mérité une retraite non commerciale. Car ce 1er janvier 2024, Mickey Mouse entrera dans le domaine public. Autrement dit, la plus grande entreprise de divertissement de la planète perd l’exclusivité de sa manne financière. Émouvants adieux…

30/12/2023, 12:35

ActuaLitté

Line Papin et les Lettres Zola : "Cette démarche me garde constamment en éveil"

LaLettreZola — La première Lettre Zola est toujours disponible à la prévente sur la plateforme KissKissBankBank. La première romancière à offrir aux futurs lecteurs un texte inédit, entre réel et fiction, est Blandine Rinkel. Mais chaque mois est l'occasion de découvrir une nouvelle plume, et pour ce faire, Louis Vendel, créateur de ce singulier et enthousiasmant concept, a dû façonner une véritable équipe autour de lui. Une trentaine de trentenaires, parmi lesquels Line Papin, qui triche un peu, puisqu'elle a 27 ans, mais déjà six ouvrages derrière elle.

26/12/2023, 17:06

ActuaLitté

David Duchovny : “Les écrivains ont le devoir d'écrire tout ce qu'ils veulent”  

David Duchovny, pour les plus anciens, c’est l’agent Fox Mulder, pour les plus au fait, le romancier Hank Moody de Californication. L’enfant de New York est aussi un écrivain : son premier texte fut un conte animalier, Oh la vache ! (trad. Claro, Grasset) « entre Georges Orwell et Tex Avery », rien que ça. Le second publié en France, La Reine du Pays-sous-la-Terre, est un texte étonnant, riche, non sans humour et d'un beau romantisme suranné.

20/12/2023, 18:08

ActuaLitté

Centenaire de la République de Turquie (1/2) : La librairie d'Efy 

Le 23 octobre dernier, les turcs célébraient le centenaire de la République turque, fondée par Mustafa Kemal Atatürk sur les ruines de l'Empire ottoman. À cette occasion, ActuaLitté propose un diptyque à Istanbul, où l'Orient rencontre l'Occident. Ville monde, trois fois née, au sept collines, vibrante d'histoires, de cultures, et de saveurs, étendue majestueusement sur les rives du Bosphore.

15/12/2023, 19:46

ActuaLitté

Thierry Fraysse (Éditions Callidor) : passés recomposés

Pour quiconque les croise en librairie, les ouvrages siglés Callidor sont de ceux que l'on n'oublie pas. Couvertures illustrées, titres calligraphiés, dessins cryptiques et intrigants cisèlent un écrin de choix pour des textes exhumés avec la patience d'un chercheur d'or par Thierry Fraysse, qui dirige la maison. Avec de la suite dans les idées, et une obsession assumée.

15/12/2023, 16:07

ActuaLitté

“Faire simple, c’est compliqué” : le FALC vu par ses traducteurs et traductrices

FALC – Des livres d’un genre nouveau apparaissent sur le marché éditorial afin de rendre accessible la lecture et la littérature aux publics empêchés de lire. Ce sont des livres en Facile à lire et à comprendre (FALC), un outil de rédaction et de simplification de la langue développé au niveau européen pour autonomiser les personnes présentant des troubles du développement intellectuel. Mais comment traduire en FALC ?

12/12/2023, 11:57

ActuaLitté

Attention à la clause de préférence insérée au sein des contrats d’édition

Véritable engagement de l’auteur envers un éditeur, la clause dite de « préférence » octroie à ce dernier de se voir proposer en priorité l’édition d’œuvres futures de l’auteur. La justification de son insertion au sein du contrat est historiquement économique, étant à l’origine destinée à limiter les risques financiers pris par un éditeur en publiant un auteur ne jouissant pas encore d’une particulière renommée. Me Adélie Denambride, avocate exerçant en droit d'auteur, de l'édition et du marché de l'art revient sur ce sujet.

07/12/2023, 17:00

ActuaLitté

Main à plume : la résistance surréaliste sous l'Occupation

Épisode aussi bref qu’intense, aujourd’hui oublié, l’aventure de la « Main à plume » constitue pourtant un des éléments majeurs de l’histoire du surréalisme. En 1940, suite au départ d’André Breton, plusieurs jeunes créateurs se regroupent pour résister à l’occupant, tout en poursuivant une intense activité créatrice, avec la publication de plaquettes, aujourd’hui introuvables. Huit de vingt-trois membres périront : déportés, fusillés, ou tombés au front. Docteure ès Lettres, mais aussi traductrice et autrice, Léa Nicolas-Teboul a retracé le parcours du groupe. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

06/12/2023, 15:37

ActuaLitté

L'édition jeunesse au Maroc : rencontre avec Nadia Essalmi

Nadia Essalmi est une femme de cœur et d’engagement. Une fonceuse qui ne se pose pas mille questions en amont mais qui agit pour faire bouger les lignes et surtout pour apporter aux autres.  C’est aussi une grande rêveuse qui suit son cœur, mais n’est-ce pas le moteur pour innover et avancer ? Editrice jeunesse, promotrice culturelle, militante associative, Nadia est sur tous les fronts quand il s’agit de défendre et valoriser le livre et la lecture au Maroc. Propos recueillis par Agnès Debiage, fondatrice d’ADCF Africa.

05/12/2023, 13:07

ActuaLitté

Malaise dans l'Éducnat : “Mes élèves me donnent matière à espérance”

Qu’est-ce que la précarité ? Qu’est-ce que le démantèlement méthodique du service public ?  Qu’est-ce qu’être un professeur précaire dans le secondaire, de surcroît « (grand) remplaçant » dans les territoires abandonnés de la République ? Qu’est-ce qu’enseigner et transmettre ? Autant de questions qui interpellent notre temps. Propos recueillis par Faris Lounis.

04/12/2023, 14:54

ActuaLitté

“Stig Dagerman va plus loin que Camus : il supprime l’espoir”

Claude Le Manchec, essayiste et traducteur français,  nous parle de l’œuvre de Stig Dagerman (1923-1954), de sa place et de sa réception en France, en évoquant son étude Stig Dagerman, la vérité pressentie de tous (Éditions du Cygne, Paris, 2020). Propos recueillis par Karim El Haddady

04/12/2023, 12:22

ActuaLitté

Mytho ou Mytho ? Trouvez la vérité entre légende et canular

JEU D'APÉRO – Vous pensiez tout savoir sur la mythologie ? Vous avez suivi les scènes de ménage entre Héra et Zeus comme des épisodes d'Amour, gloire et beauté ? Les divinités aztèques et mayas n'ont aucun secret pour vous ? Thor, Loki et les Valkyries vous attendent au Valhalla pour des célébrations ? Fort bien : essayons donc Mytho ou Mytho ?, un jeu qui mélange intox, affabulations et théogonie...

03/12/2023, 11:58

ActuaLitté

Pour une industrie du livre plus forte en Italie

Dans un entretien accordé à ActuaLitté, le président de l'Associazione Italiana Editori dévoile ses objectifs pour l'industrie du livre en Italie. Il aborde la nécessité d'une croissance culturelle, la promotion de la lecture, l'internationalisation de l'édition italienne et les défis du dialogue avec les institutions.

27/11/2023, 15:29

ActuaLitté

Tom Buron : "Le danger est un élément central de mon travail"

Jeune poète francilien, Tom Buron pratique la boxe, écoute du jazz, écrit de brefs recueils percutants. Dernier en date, La Chambre et le Barillet (éditions « Angle mort », 2023), présente une suite de vers-libres, souvent rageurs, parfois énigmatiques. Familier de l’univers urbain, guidé par un certain rythme incantatoire, habitué des scènes poétiques, l’auteur semble refuser la tyrannie du sens, de l’intelligibilité, tout en favorisant l’oralité. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

27/11/2023, 10:04