#Edition

Réponse de Stéphane Marsan à l'article de Médiapart

ActuaLitté vient de recevoir une communication émanant de Me. Marie Pétrement du cabinet Pierrat. « Monsieur Stéphane Marsan, dont je suis le conseil, étant expressément désigné dans cet article, adresse une réponse à la suite des propos contestables tenus à son encontre. » Nous reproduisons ici son texte, dans son intégralité.

Le 22/04/2021 à 16:20 par La rédaction

42 Réactions | 733 Partages

Publié le :

22/04/2021 à 16:20

La rédaction

42

Commentaires

733

Partages

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

MEDIAPART a publié un article le 21 avril 2021 intitulé « #MeToo : le patron d’une maison d’édition mis en cause » dans lequel je suis expressément visé et que je ne peux laisser sans réponse au regard des propos préjudiciables tenus.

Il s’agit d’un article à charge. Je tiens à récuser tous les faits qui me sont imputés et à réfuter formellement toute accusation de harcèlement sexuel ou moral.

Le 30 septembre 2020, j’ai déposé une plainte avec constitution de partie civile du chef de diffamation à la suite de la publication d’un article extrêmement contestable sur le site internet de Francetvinfo concernant l’édition française et ne donnant pas mon nom, mais aux allusions plus que contestables et erronées. 

Je tiens à rappeler que je bénéficie pleinement de la présomption d’innocence. Je n’ai jamais été mis en examen, gardé à vue ou fait l’objet d’une enquête judiciaire et, en revanche, entends utiliser les moyens de droit nécessaires au profit des personnes injustement mises en cause. 

Votre article contient des supposés faits qui sont soit explicables, soit incomplets et en tout état de cause non illicites.

Je constate ainsi que les captures d’écran de mon compte twitter diffusées dans l’article de MEDIAPART relatives aux brèves ont été méthodiquement sélectionnées. Il s’agit de brèves n’ayant jamais engendré de censure de la part de Twitter dans un pays où la liberté d’expression demeure encore un principe fondamental.

Il m’est arrivé de twitter les phrases les plus cocasses des réunions « couverture » et parfois entendues en festival littéraire - ce qu’adorait Samantha Bailly avec qui je les faisais à cette époque. Ces phrases n’étaient jamais de moi, mais des éditrices présentes lors de ces réunions et c’était l’époque où l’on publiait notamment des livres de romance érotique. Parfois je citais l’auteure de la phrase qui nous avait fait sourire, mais j’ai arrêté pour ne pas l’embarrasser. Comme par hasard les captures d’écran mises en avant dans votre article ne comprennent pas ces tweets-là.

De même, Catherine Dufour rappelle qu’elle a entretenu une relation amicale avec moi et n’a jamais pu vérifier les actes dont on m’accuse. Je réfute catégoriquement avoir eu le moindre geste déplacé.


Elle m’a invité cependant chez elle à diner en présence de l’auteur Fabrice Colin et son épouse, ce qui n’est pas une attitude défiante à mon égard. 

Concernant la personne qui a préféré conserver l’anonymat et que MEDIAPART a surnommé Sophie, lors d’une soirée évoquée dans l’article, qu’elle avait organisée, je lui ai posé la main en haut du dos et lui ai dit « Super boulot ». Je me souviens que je l’avais, ainsi que sa collègue, incitée à programmer des déjeuners réguliers avec des journalistes et leur avait proposé de déjeuner avec moi pour leur parler de la façon d’aborder la presse pour évoquer la littérature de l’imaginaire. Je n’ai pas eu le moindre contact avec elle ni à ce moment-là ni depuis. Étant en alternance, il n’a jamais été question qu’elle signe un CDI au sein de Bragelonne. Un contrat en alternance ne correspond pas à un contrat d’embauche en CDI. Il y a là une confusion quant à deux statuts différents en droit du travail.

A titre d’exemple encore, pour ce qui est de la personne ayant préféré « témoigner » en gardant l’anonymat et que MEDIAPART a surnommée Violaine, les propos rapportés sont pour le moins surprenants. Proposer un verre en fin de journée n’est, à ce jour, toujours pas un délit prévu par le Code pénal. Le diner collectif auquel Violaine a souhaité participer n’était pas un diner en tête à tête mais en terrasse. 

Il semble que la frontière entre une prétendue morale et le droit pénal soit parfois poreuse faisant régner une confusion intolérable.
Cette même personne m’a contacté sur Linkedin. Je lui ai confié deux missions d‘essai, mais le rendu n’était pas à la hauteur de nos exigences. J’ai quand même demandé à mon équipe édito de lui faire passer un test, pour éventuellement envisager de conclure un contrat. 
Elle n’a pas manqué de me relancer à maintes reprises après le fameux dîner qui l’aurait « effrayée ». 
Quelques mois après elle m’a écrit : « J'ai l'impression d'être une harceleuse mais tant pis, j'assume ! As tu reçu mon mail où je te disais que je me voyais bien être testée pour la prépa française ? Est-ce que je dois "prendre rdv" avec les filles de la prison de femme ? ». Puis m’a relancé des mois plus tard en m’écrivant : « Quand as-tu du temps pour qu'on se voit ? ».
Tout ceci est suffisamment éloquent et atteste d’une tout autre réalité que celle clamée aujourd’hui.

Concernant la personne qui a préféré témoigner en gardant l’anonymat et que MEDIAPART a surnommé Julie. Cette personne recrutée chez Bragelonne par le directeur marketing en qualité d’attachée de presse a été remerciée par la directrice des affaires financières en raison d’un manque de professionnalisme et de sérieux.

Quant à Samantha Bailly, vice-présidente de la Ligue des auteurs professionnels, elle mène une croisade très générale à l’encontre de l’édition française, mais aussi à mon encontre, depuis quelques années, pour des raisons que j’ignore. 
Elle colportait des propos erronés et extrêmement péjoratifs à l’encontre de la société Bragelonne, ce qui causait à la société un préjudice certain. Dans de telles conditions la relation contractuelle a dû prendre fin.
Elle continue de tenir des propos plus que contestables notamment dans un article publié sur le site internet de Francetvinfo contre lequel j’ai déposé plainte en diffamation en septembre dernier.


Dans votre article me sont aussi imputées des « soufflantes » appelées en internes les « marsannades ». 
Cette expression est née à l’origine lorsque, les premières années de Bragelonne, nous jouions régulièrement en réseau au bureau à un jeu video, Warcraft. 
La « marsannade », c’était lorsqu’on attaquait les ennemis et qu’arrivés devant leur camp, tous les autres joueurs qui m’accompagnaient étaient partis et je me retrouvais seul. 
La dombretade - cf. Olivier Dombret notre directeur commercial de l’époque et aujourd’hui secrétaire général - c’était quand son personnage nous flinguait de loin en traître, habitude qui l’amusait beaucoup. 
Je suis l’auteur de ces deux expressions qui ne sont donc pas des noms donnés par nos équipes à notre encontre. 
Plus tard cette expression s’est appliquée à des comportements typiques de plusieurs d’entre nous. La marsannade était un moment où je prenais un ton moins jovial au bureau. La dombretade, c’est une gaffe, un lapsus ou une confusion amusante. La nevantade (Alain Nevant est un associé historique et est à mes côtés depuis le début de Bragelonne), c’est un jugement laconique tel que « ça prend 5 minutes » pour toute tâche qu’il n’a pas à effectuer lui-même et qui peut prendre plus de temps, etc.

Le festival Les Imaginales est le premier festival des littératures de l’imaginaire en France se tenant durant quatre jours dans les Vosges. 
Le festival des imaginales a créé un speed dating littéraire depuis dix ans, où je suis, en tant que l’un des principaux éditeurs, conviés pour me faire « pitcher » les projets de candidats présélectionnés. La première année du speed dating nous étions quatre éditeurs. La dernière fois, nous étions dix-neuf, tous les éditeur.trices d’imaginaire présents au festival, dans une grande salle à l’entrée du musée. Nous sommes donc très nombreux à y participer et les rendez-vous se déroulent toujours dans des immenses salles accessibles à tous et à tout moment.
J’ai trouvé cette initiative intéressante. J’ai publié une demi-douzaine d’auteurs rencontrés lors de cet événement. Or, en dehors de ce moment, de plus en plus d’auteurs en herbe venaient, à l’issue d’un débat ou à n’importe quel autre moment durant le festival, me demander s’ils pouvaient me présenter leur projet. Je me suis dit qu’il serait bon d’encourager les plus timides à le faire. J’ai donc fait chaque année un tweet pour proposer de me rencontrer sur une terrasse ou à une buvette du festival. L’initiative a plu et a amusé beaucoup de gens qui retweetaient ce tweet et ça a détendu de jeunes auteurs qui n’osaient pas venir me parler de peur de me déranger. 

Lorsque je proposais, avec humour, d’écouter les pitch de romans en contrepartie de bières c’était parce que nous avions réfléchi avec l’équipe de Bragelonne à une manière de ne pas rendre les speed dating trop formels et impressionnants pour les jeunes auteurs qui n’ont que peu de temps pour présenter leurs projets. Il s’agissait donc d’humour afin de ne pas rendre l’exercice pressurisant. Il va de soi que j’ai, la plupart des fois, réglé ma boisson… 
Betty Piccioli, qui témoigne par ailleurs dans cet article, a trouvé ça amusant, comme on peut le voir sur une de ses réponses sur Twitter. Elle est venue me proposer un roman à la cafeteria de la bulle du livre, lors d’un entretien d’une demi-heure, parmi une bonne quinzaine de personnes attablées autour de nous. Je lui ai dit d’envoyer son roman à mon éditrice jeunesse de l’époque, Barbara Bessat-Lelarge - aujourd’hui chez Gallimard - qui l’a accepté. Je n’ai plus jamais eu la moindre interaction avec elle.

Concernant la personne qui a préféré témoigner en gardant l’anonymat et que MEDIAPART a surnommée Jeanne, cette auteure m’a pitché ses projets aux Imaginales ; puis nous avons pris un verre ensemble à Paris pour une longue discussion pendant laquelle je l’ai encouragée à me proposer un roman politique. Elle m’a confié un formidable roman, que j’ai accepté. Je lui ai adressé malencontreusement un message destiné à un ami et me suis confondu en excuses.
Mes prétendus propos cités dans cet article n’ont donc pas le sens qu’on entend leur prêter. Il est soutenu que j’aurais dit après cette bourde : « Je devrais vous obliger à signer ici et maintenant. Mais je ne le ferai pas parce que je souhaite bien me comporter avec vous. ».
Mon intention était de lui dire : vous avez un contrat sous les yeux, je devrais vous inciter à signer avec moi plutôt que d’accepter que vous attendiez la réponse d’Albin Michel et « je souhaite bien me comporter avec vous » doit être compris comme dans le sens « je ne veux pas vous mettre la pression pour que vous signiez ». En effet, si je la surnommais souris intelligente, c’était parce qu’en étant très discrète elle faisait montre à mon avis d’une attitude réflexive très juste. À ma connaissance, l’expression « souris intelligente » n’est ni une insulte ni une expression outrageante ou dégradante...

À propos de Betty Piccioli, que j’ai déjà évoquée, alors que l’équipe de Bragelonne avait déjà versé la première partie de son à-valoir en lui indiquant que la seconde partie allait être réglée rapidement, s’excusant de devoir faire face à quelques problèmes de trésorerie, cette auteure n’a pas manqué de répandre sur les réseaux sociaux des propos diffamatoires à l’égard de Bragelonne.

Alors, sur demande de mon service communication, je lui ai écrit sur facebook pour lui dire que c’était injuste et que ça pouvait nuire à sa carrière si d’autres éditeurs constataient la délation, par ailleurs fausse et préjudiciable, dont elle faisait preuve.
Betty Piccioli n’est absolument pas blacklistée par les équipes de Bragelonne.


Je tiens à rappeler que je bénéficie de la présomption d’innocence. Je n’ai jamais été mis en examen, gardé à vue ou fait l’objet d’une enquête judiciaire.
La propagation publique de rumeurs, particulièrement graves, à l’encontre d’hommes et de femmes accablés a des conséquences irréversibles telles que le suicide, à l’instar d’une affaire récente.
Je me réserve le droit d’intenter toute action à l’encontre de toute personne me portant directement ou indirectement atteinte afin de faire valoir mes droits par le biais de mes avocats.

***

Conformément aux règles déontologiques qui régissent mon ordre, je vous précise être à la disposition du conseil d’Actualitté pour tout entretien qu’il pourrait souhaiter avoir.

 
 
 
 
 

 

 

42 Commentaires

 

osaxon

22/04/2021 à 17:45

Je crois que monsieur Marsan ignore que tout le monde dans le milieu connaît son comportement qui dépassait les limites autorisées, et ce, depuis 15 ans au moins. On connait tous des autrices s'étant sauvées en courant de chez Bragelonne à cause de ce fameux comportement. On plein tous celles qui n'ont pas couru assez vite.

Mariuspompeo

22/04/2021 à 19:03

"Tout le monde dans le milieu, de source bien informé, il est notoire que.."
Non, je ne connais pas d'autrices (ou d'auteures) qui sont parties en courant de cet éditeur. J'imagine bien en revanche qu'il y en a un plus grand nombre qui n'ont jamais été publiées chez lui. Parce qu'elle n'ont pas couché ou par ce qu'ils n'avaient pas de talent ? Il y en a même une qui se plaint d'avoir été invité à boire un verre dans un bar...De quoi parle-t-on ? Est-il accusé de viol ? A-t-il même commis un délit ? Une plainte a-t-elle été déposée ?
"On plaint même celles qui n'ont pas couru assez vite" Vous n'allez pas un peu trop loin là ?

Sarouspete

27/04/2021 à 14:32

Avez-vous au moins pris le temps de lire le long et très détaille dossier publié dans mediapart avant d’avancer que les propos tenus contre cet éditeur seraient ceux de personnes à qui l’on a refusé une publication ?
La réponse de l’éditeur ne reprend que des morceaux choisis, face auxquels il est facile de se défendre (défense transmise par l’avocat qui très certainement dû relire ce papier avant de le remettre). Il serait donc judicieux de construire plus solidement vos arguments très désuets et qui invalident les témoignages de victimes.

Bébé Fricotant

23/04/2021 à 14:55

Je rejoins Mariuspompeo sur un point : vous allez un peu vite en besogne, osaxon. Je suis dans le milieu depuis une vingtaine d'années (je connais personnellement certaines des personnes qui témoignent dans l'article de Mediapart) et la première fois que j'ai entendu parler d'un tel comportement de Stéphane Marsan, c'était il y a trois ans, via https://www.theyakitten.net/2018/02/12/a-comprehensive-list-of-the-recent-kidlit-sexual-harassment-allegations/ .

Je ne partage PAS, en revanche, ce que je comprends de la position de Mariuspompeo à travers ses questions : "A-t-il même commis un délit ? Une plainte a-t-elle été déposée ? ".

Mariuspompeo

22/04/2021 à 18:49

Bonjour
Ci-dessous un commentaire posté et dépublié quelques secondes plus tard par Mediapart. Un deuxième identique dans lequel j'avais supprimé les lettres "PD" a subi le même sort. Un troisième dans lequel j'indique simplement que 2 commentaires ont été dépubliés à lui aussi été refusé.
Je ne connais pas cet éditeur mais la réaction de cette meute justiciers des lecteurs de ce média, qui n'en savent pas plus que moi, en regard de la gravité des faits supposés m'indigne et m'inquiète. Et je commence à me poser des questions sur l'objectivité des articles et des enquêtes faîtes sur les autres sujets.

"Pourquoi les shorts les plus courts, ceux qui découvrent plus que le haut des cuisses, ceux dont l'entrejambe pénètre entre les fesses sont-ils plus portés par les femmes que par les hommes ? Attention ! Pas le droit de regarder ! Ça frise l'agression sexuelle aujourd'hui.  Moi, si je m'habille comme ça, non seulement je n'exite personne mais en plus je me fais traiter de  PD..."

FCN

28/04/2021 à 16:07

Un peu beaucoup homophobe, le monsieur... en plus !

Jean-François Paillard

22/04/2021 à 19:33

Je n'ai pas bien compris le texte de ce monsieur Marsan, mais si j'étais l'éditeur de Barcelone, je le refuserais, car, bien que cette fiction relève manifestement de la "Fantasy", elle est vraiment trop mal écrite.

NAUWELAERS

23/04/2021 à 03:24

On plaint, svp...

NAUWELAERS

23/04/2021 à 03:26

Monsieur Paillard,
Il s'agit de l'édition Bragelonne, non Barcelone.
CHRISTIAN NAUWELAERS

FCN

28/04/2021 à 16:05

j'espère pour vous que vous avez d'autres talents qu'une bonne connaissance de l'orthographe...

NAUWELAERS

28/04/2021 à 19:09

Vous, c'est qui, FCN ?

F. CHARON NOCHER

28/04/2021 à 20:02

Je réponds à celui qui me demande qui est FCN, on m'a demandé un pseudo j'ai donné mes initiales : F pour François
C pour CHARON
N pour NOCHER
Cette réponse vous satisfait elle ?
Dois-je m'attendre à quelques ? représailles ?

NAUWELAERS

29/04/2021 à 01:18

Les représailles, décidément c'est une obsession chez certains...!
CHRISTIAN NAUWELAERS

FCN

28/04/2021 à 15:56

Bien dit Monsieur Paillard.

rontraroi

22/04/2021 à 20:28

J'ai l'impression d'entendre un enfant dire que ce n'est pas lui qui a fini le gâteau au chocolat alors qu'il en a plein la figure.

koinsky

23/04/2021 à 08:36

Exactement ça : immature, puérile, pathétique...

NAUWELAERS

23/04/2021 à 03:30

Et voilà les témoins qui se manifestent ?
Merci de dévoiler les faits avec précision.
Moi je ne sais pas et vous non plus, rontraroi.
Admettez-le et n'abaissons pas le niveau de ce site au niveau de Twitter !

CHRISTIAN NAUWELAERS

Milo

23/04/2021 à 09:38

Que c’est long pour quelqu’un qui n’aurait « rien » fait. La présomption d’innocence ne permet pas tous les outrages. On parle d’un milieu très hermétique, pour y travailler, et encore plus pour être édité.
On a de nombreux hommes à la tête de maison d’édition devenues des empires, pouvant faire le froid et le chaud sur la carrière d’un aspirant écrivain, c’est un fait. Se mettre quelqu’un à dos c’est prendre le risque que cela s’ébruite (même si l’on est dans son bon droit) et de se voir fermer les portes une à une. Donc merci, mais venant d’un grand patron, on aurait attendu un peu d’humilité et de modestie face à ces accusations graves mais on a, par deux fois, des menaces judiciaires car la présomption d’innocence (qui ne fait pas de vous un innocent, entendons-nous) prime sur la libération de la parole. Il y a un travail journalistique derrière, des témoignages accumulés, des preuves données, un autre média qui s’en fait l’écho. Jusqu’à quand conservons-nous des œillères ?
Rien que l’anecdote du message envoyé suite à la signature du contrat est abject et suffit à se donner une image du personnage. On ne parle non pas du travail ou de l’imaginaire de l’autrice, mais de ses vêtements forcément aguicheurs et provocateurs par dessein. Quand bien même le petit sobriquet met en avant une personnalité timide et réservée... non ce n’est pas maladroit. Non ce n’est pas une blague. C’est sexiste et c’est un délit.
Encore une fois, on voit se dessiner le même canevas. L’homme outré, blessé, qui lorsqu’il aura compris que sa situation ne le protège plus de tous ses abus, fera son mea culpa.
Là, où l’on parle de suicide, nous retiendrons les défenses similaires d’autre hommes publics, sommés de s’expliquer sur leurs comportements déviants, ont adopté tour à tour la même tactique avant d’être acculés et d’avouer.
La justice par voie de presse a ses limites. Mais il faut bien admettre qu’elle offre une oreille à celles et ceux que l’on fait taire. Cela a assez duré. Il est temps que les grands patrons et hommes d’influence comprennent que leur pouvoir et leurs professions ne les protègent plus. Ils sont, comme nous, soumis à la loi. Et le corps des autres n’est pas un petit divertissement pour attiser sa libido.
Merci aux témoins d’avoir osé parler. Car si le directeur était connu dans le monde de l’édition, il faut énormément de courage pour faire entendre tout haut ce que tout le monde savait tout bas.

NAUWELAERS

24/04/2021 à 03:07

Milo,
D'abord, ignorez-vous que le milieu de l'édition s'est fortement féminisé ?
Pourquoi occulter l'évidence ?
Cela peut contribuer à réduire de mauvais comportements masculins.
Pour le reste...
Il vaut mieux se défendre et se faire respecter immédiatement.
Question de dignité.
Et c'est du vrai féminisme que de croire que les femmes en sont capables.
Celles qui ne se laissent pas faire dès le départ ont raison.
Tant pis s'il y a un prix à payer et il est évident que des éditeurs concurrents et très différents ne vont pas se donner le mot pour blacklister une femme qui veut être traitée dignement !
Sans compter toutes les éditrices qui existent...et vous le savez parfaitement.
Respectons les faits, la réalité.
Les femmes qui se font respecter seraient grillées...?
Là on est dans le «storytelling» et la langue de bois.
Du pipeau.
Je ne peux pas croire à cela.
Donc avoir le courage de mettre la collaboration dans la balance et de refuser la position de victime qui se plaint longtemps après via les réseaux sociaux ou tel ou tel média...
Zéro complicité «bourreau» (mot excessif évidemment) -victime.
Et zéro ambiguïté dès le départ ou par la suite !
Maintenant on entre dans une ère malsaine de polémiques quasi quotidiennes (voir sur ce site par exemple -c'est un feuilleton sans fin et ActuaLitté ne les crée évidemment pas: il nous informe et à nous de juger).
Enfin les avocats au moins et avocates s'en frottent les mains...
On dirait une atmosphère...d'épuration.
Des relents pas engageants...
Pour contrer cela: franchise ferme, pas d'ambiguïté, et refuser d'emblée tout ce qui est inacceptable.
Les victimes par passivité qui réagissent longtemps après...
Sans parler des calomnies et mensonges possibles pour des raisons soit d'intérêt soit de vengeance, hélas cela existe.
Honte à celles et ceux qui croient à un monde en noir et blanc, dual, qui n'existe pas et n'existera jamais !
Je pense à Béatrice Dalle: face à une question non sexiste mais sournoise de PPDA, encore le roi de l'info sur TF1 (il a rappelé un vol de bijoux dont elle s'était rendue coupable), l'actrice l'a rembarré devant les millions de spectateurs par rapport...à des lettres qu'il lui avait écrites !
Alors ce cas est extrêmement particulier.
Mais c'est la fin qui compte: interrogée récemment par le magazine belge «Ciné Revue» au sujet des ennuis de PPDA (qui lui aussi donc este en justice contre son accusatrice), Dalle a dit qu'elle ne commenterait pas ce qu'elle ignore et qu'elle s'en fout !
Elle aurait pu l'enfoncer, tirer sur l'ambulance...
Non, pas son genre de vraie féministe.
Ou de femme qu'on respecte naturellement et pas seulement à cause de sa célébrité !
Elle est la plus forte et elle ne se plaint pas.
Voilà une attitude valable, loin de l'hallali qui semble devenir un plaisir, un passe-temps de très vil acabit pour trop de monde...
On n'a pas le droit d'accuser sans savoir.
Ni d'oublier la gradation des comportements répréhensibles, lorsqu'ils ont été prouvés...
Tout en condamnant le harcèlement et les abus voire pire...lorsqu'ils sont établis.
Mais la meilleure défense, c'est l'attaque ou la self-défense avant...quand on peut.
Et se créer un mental d'acier face à la vie.

CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

29/04/2021 à 01:29

Milo,
La justice par voie de presse est un DÉNI DE JUSTICE.
Il est faux de prétendre qu'«elle a ses limites».
C'est honteux.
La presse enquête mais n'a pas le droit de juger ni de dicter un jugement.

Les tribunaux en général n'apprécient pas qu'on tente de leur forcer la main.
Certes les juges iniques, cela existe...
Mais des juges qui rendent leur sentence en négligeant le factuel, les faits avérés ou non, les preuves...
Des juges sous influence trahissent leur fonction !
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

23/04/2021 à 11:40

Forbane,
Ou...qu'elles ne lui plaisaient pas physiquement, osons l'écrire ?
Allons jusqu'au bout du raisonnement qui n'est pas aberrant, je précise.
Pas d'hypocrisie ni de non-dit.
Mais ce qui est profondément gênant, c'est le côté irrationnel, sans preuves concrètes possibles.
Enfin sans toutes les preuves...
Des deux côtés s'entend.Des deux côtés...
Il y a un comportement répréhensible possible ou probable dans le chef de cet éditeur connu: je ne le connais pas du tout et je ne peux en parler avec compétence.

Mais les dénonciations calomnieuses pour se venger, cela existe aussi.
Je n'accuse personne mais il est certain que c'est une arme qui existe.
Une personne licenciée pour vraie incompétence peut se venger de cette façon...
Alors qu'elle peut être licenciée également pour raison putride (excellente sur le plan professionnel...refus d'entrer dans un registre de séduction non partagée).
Le droit de cuissage existe sans doute encore dans la tête de certains dinosaures...
J'ai lu très attentivement le texte de l'avocate de Marsan.
J'ignore si tous les commentateurs l'ont fait mais passons...
Sinon l'omerta existe mais aujourd'hui...ce système s'effondre.
Ma conclusion: REMETTRE EN PLACE TOUT DE SUITE face à un comportement inacceptable de quelqu'un détenant une parcelle de puissance...
Tout de suite, tout de suite.
Cela s'appelle: se défendre.
Mais seule la qualité d'une proposition d'ouvrage ou de collaboration professionnelle doit jouer.
Cela c'est ce qui est idéal et normal...
Pas évident, qu'on le veuille ou non.
Impossible d'éliminer la séduction de tous les rapports professionnels tout le temps.
La jolie jeune femme préférée pour un emploi à une dame revêche mais plus compétente, impossible d'éliminer cela.
Impossible d'éviter la discrimination sur le physique...qui affecte des hommes également.
Le nier est malhonnête.
La réalité a ses droits.
Soyons francs, honnêtes et cash...
Non un monde pur et idéal n'existe pas.
Et gare à la pureté mortifère: bientôt exiger de tout filmer et enregistrer ?
Big Brother ?Je plaisante (tout de même)...
Non tout cela est lamentable: et là, aucun doute possible !

CHRISTIAN NAUWELAERS

PJ

23/04/2021 à 14:42

M. Nauwelaers,
Cela fait plusieurs fois que je remarque vos commentaires qui comportent toujours le même ton culpabilisant envers les victimes. NON, ce n'est pas aux personnes harcelées ou attaquées d'apprendre à "se défendre" – ce n'est d'ailleurs pas si facile à faire lorsqu'il y a un rapport hiérarchique voire même de force physique – c'est aux agresseurs d'apprendre à ne pas violenter, abuser, faire pression. Éduquons plutôt les hommes plutôt que d'obliger les femmes à apprendre à se défendre.
Je finirais par dire que OUI, il est possible "d'éliminer la séduction de tous les rapports professionnels tout le temps", il suffit pour cela d'être… professionnel, justement.

NAUWELAERS

23/04/2021 à 18:02

Monsieur ou Madame PJ,
On ne se comprend pas.
Malgré notre langue commune.
C'est vous qui me faites la morale.
Le ton culpabilisant émane de vous et non de moi.
Vous me lisez avec un prisme déformant.
C'est moi qui souhaite que les personnes s'émancipent et se défendent !
Des artistes connues comme Béatrice Dalle ou Nicoletta tiennent le même raisonnement pour les femmes.
Y compris pour toutes celles qui ne sont ni puissantes ni connues.
Elles sont culpabilisantes ?
Elles défendent le patriarcat ?
Arrêtons un peu...
Et vos souhaits sont légitimes mais arrêtez de croire que les gens seront parfaits et irréprochables comme on pense qu'ils devraient l'être.
Dans un monde idéal: oui.
Sur notre vieille planète épuisée: non.
Que chacune et chacun apprenne à se défendre.
Je sais que ce n'est pas évident.
Mais la vie ne l'est pas !
La morale à deux sous l'est...mais ne mène à rien, PJ (monsieur ou madame).
Bonne continuation.

CHRISTIAN NAUWELAERS

koinsky

23/04/2021 à 19:39

J'ai remarqué ça aussi...

NAUWELAERS

23/04/2021 à 20:04

Koinsky,
Vous avez remarqué «ça» sans explications !
On ignore de quoi il s'agit.
CHRISTIAN NAUWELAERS

koinsky

23/04/2021 à 22:49

La mise en doute systématique des propos des victimes est une tendance lourde et tactique de ceux qui veulent fragiliser la dénonciation des faits et la manifestation de la vérité.

Lyo

23/04/2021 à 13:44

La présomption d'innocence est un concept juridique qui ne s'applique qu'aux juges, aux policiers et à la justice en général.

Effectivement, si on s'estime lésé par les réseaux sociaux, le seul moyen est de porter plainte pour diffamation car ce concept ne s'applique pas en-dehors de la justice.

Vous pensez bien que si c'était le cas en-dehors de la vague metoo, beaucoup de journaux tel que le canard enchaîné aurait mis la clef sous la porte.

Mytwocents

23/04/2021 à 19:48

La première chose qui m'a interpellée à la lecture de cet article, c'est que le "présumé innocent" a fait appel à une avocate. Comme beaucoup d'hommes à qui on reproche des faits de ce genre.

NAUWELAERS

23/04/2021 à 20:11

Mytwocents,
Cela vous «interpelle» qu'il ait une avocate: cela veut dire quoi ?
Moi je ne capte pas ce que vous insinuez, merci d'être explicite.
L'avocate travaille avec Me Pierrat (un homme), lui-même en délicatesse juridique avec le PEN France.
Et les vrais faits pour Stéphane Marsan, nous ne les connaissons pas.

CHRISTIAN NAUWELAERS

Sylvain Veruche

24/04/2021 à 01:30

Si je vous suis bien, une personne qui fait l'objet d'accusations - qu elles soient justifiées ou non (cela, ce sera à la justice de l'établir) -, serait suspect, du fait même de s'en défendre ? La présomption d'innocence, cela vous dit quelque chose ?

Mytwocents

26/04/2021 à 08:37

Tout le monde a droit à une défense et c'est tant mieux. Mon commentaire portait sur le fait qu'il ait choisi de se faire représenter par une femme et non par un homme, comme la plupart des hommes sur lesquels pèsent de lourds soupçons de harcèlement sexuel ou pire (on pense à DSK). Quelqu'un devrait leur dire que ça donne tout de suite au public l'impression qu'ils ont quelque chose à se repprocher. Tout comme la suppression du compte Twitter, mauvaise idée.

NAUWELAERS

28/04/2021 à 20:04

Mytwocents,
Ce que le public en pense et le tribunal Twitter n'ont justement rien à voir avec la vraie Justice.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Denis

23/04/2021 à 21:13

Samantha Bailly propagerait des mensonges et des contre-vérités ??? Non, vraiment, qui pourrait le croire ?...

Arthur Magnus

24/04/2021 à 09:38

Vous-même Denis seriez malhonnête et de mauvaise foi dans vos commentaires sur ActuaLitté ? Non, qui pourrait le croire ?
(C'est facile, hein ? On jette en un ligne le discrédit sur une personne, sans avancer le moindre élément, le moindre fait précis.)

Gemme

24/04/2021 à 13:41

Je parcours les commentaires et une sérieuse envie de vomir se pointe.
Je connais personnellement plusieurs personnes ayant eu maille à partir avec ce triste sire. J'en connais au moins une dont la vie professionnelle a quasiment été détruite, et personnelle bien abîmée.
Il faut se rappeler qu'au début des années 2000, Il existait tres peu de ME de l'imaginaire.
Des personnes se sont vues blacklistée de festival, traitées de folles et d'hysteriques, ayant tenté de remettre à sa place ce type, bien avant Meetoo.
Et beaucoup d'autrices et d'auteurs connaissent bien le côté hyper procédurier dudit personnage.
J'ai, un temps, moi aussi rêvé d'être publiée par Bragelonne et de bénéficier de sa force de frappe.
Maintenant, soyez un peu honnête : un type qui supprime son compte Twitter juste après des tentatives de contact de journalistes ne doit pas se sentir les fesses tres propres, si ?
S'il n'a strictement rien à se reprocher, pourquoi l'avoir fait ?
Rien que cela devrait amener les sceptiques à se poser des questions, il me semble.
Jusqu'il y a une dizaine d'années (Bragelonne en a 20) il n'existait que très peu de ME de l'imaginaire independantes.
Et, fréquentant le milieu de l'imaginaire depuis un peu plus d'une quinzaine d'années, je peux vous assurer que la mysogynie (et la transphobie by the way, mais ce n'est pas ici le sujet) sont encore bien presents dans le milieu.
Quant à stigmatiser les victimes, c'est un bon vieux réflexe patriarcal français.
Je tiens aussi à préciser que des auteurs aussi, ont rencontré des problèmes avec cet individu.
Rien de sexuel à ma connaissance, mais de sérieuses pressions éditoriales, oui.
Et je tiens aussi à préciser qu'il n'y a pas que des autrices qui ont subi des remarques et pressions sexuelles déplacées. Parmi les victimes, on compte aussi des libraires, des attachées de presse, des bibliothécaires.
Dernière chose : j'ai tenu un petit salon, il y a un peu plus de dix ans, en banlieue, réservé aux petits éditeurs et aux auto-entrepreneur édités.
Bragelonne a réussi à s'y incruster dans mon dos ( je n'étais pas la seule décisionnaire).
Ah, dernière anecdote : la fille d'une mienne amie a fait un stage chez Milady ( branche essentiellement poche de Bragelonne) en tant qu'assistante d'édition.
Le toujours même triste sire lui a dit que chez Brage, on se foutait de la qualité littéraire, les lectrices veulent de la merde, on leur vend de la merde.
Édifiant, non ?

NAUWELAERS

24/04/2021 à 21:53

Gemme,
Vous connaissez des choses de l'intérieur à ce sujet: moi j'en prends acte.
Inutile cette envie de vomir puisque personne ne «stigmatise les victimes» par «réflexe patriarcal»: si vous nous épargniez ces clichés mensongers, qui ne correspondent en rien à ce forum-ci ?
Si vous lisiez ce qui est vraiment écrit sans le réécrire dans votre tête pour monter ensuite sur de grands chevaux qu'il vaudrait mieux laisser paître tranquillement ?
Je ne parle que pour moi: je stigmatise, madame, l'arbitraire, l'injustice, le cloutage au pilori de gens.
Et le tribunal Twitter et le règne -pas nouveau certes -de la Rumeur.
Presque la Tumeur...
Cela n'a rien d'un réflexe patriarcal...
Une femme que l'on traite ainsi -je pense à l'actrice et réalisatrice Maiwenn, que de sinistres crétins ont agonie d'injures sur les réseaux avec l'appui d'une presse de bas étage et bas étiage -je n'accepte pas non plus.
Alors j'enfonce une porte ouverte...mais que certains veulent fermer: tout accusé a droit à une défense et le nier, cela donne le fait du prince, l'avènement d'une sorte de dictature.
Et moi j'ai envie de vomir du coup...
Si -au conditionnel -si ce que vous écrivez est exact, Stéphane Marsan est un odieux personnage.
Et j'espère pas du tout un cas d'école...
Il me semble que l'ère de ce genre de dinosaures se termine vraiment.
Enfin espérons-le mais cela semble être le cas.
Pour le cynisme des marchands de soupe et d'idéologie, on pourrait mentionner beaucoup d'éditeurs voire d'éditrices, et des titres de presse...
Ce qui ne justifie pas un tropisme de ce genre chez Bragelonne, dont je ne peux juger -pas mon genre de littérature- mais je suis prêt à vous faire confiance pour votre jugement (dans les deux sens de ce mot).

CHRISTIAN NAUWELAERS

Nathy

28/04/2021 à 15:48

Je pourrais presque dire la même chose mais c'est tellement facile de faire des raccourcis. Une lectrice de Milady, comme il y en a beaucoup, m'a dit un jour à propos d'un roman que j'essayais de lui vendre :
- Il y a du cul ?
- Euh non pas spécialement.
- ALors ça ne m'intéresse pas !
De là à dire que Marsan ai dit ça dans cette optique, why not mais ça n'excuse pas tout.

FCN

28/04/2021 à 15:51

Il n'y a pas de fumée....
Quand ça pue si fort, n'y a-t-il pas anguille sous...
Plaignons le personnel féminin comme masculin de Bragelonne (pauvre vicomte !) qui a du voir échapper vers d'autres maisons (d'édition, pas closes...) de possibles succès. De grosses lunettes ne cachent pas les regards torves... Pourquoi ne pas lui envoyer un travesti musclé ? Il serait capable d'en redemander, le coquin !

Marco

28/04/2021 à 17:36

A partir du moment où tout le monde le sait (et les infos circulent vite dans notre petit milieu), pourquoi présenter des manuscrits chez cet éditeur ? Ecrivains et écrivaines peuvent boycotter, les premiers par soutien et protestation, les secondes par prudence et solidarité. Marsan n'est quand même pas le seul éditeur dans ce genre et, heureusement, ils ne sont pas si nombreux dans SON genre.
Rien de pire pour un éditeur d'être privé de manuscrits et de voir les bonnes ventes partir chez la concurrence...

NAUWELAERS

28/04/2021 à 19:10

Marco,
Vos propos sont frappés au coin du bon sens.
CHRISTIAN NAUWELAERS

karinebride@laposte.net

23/07/2021 à 05:00

Je me contrefout de votre faux ou vrai attentat par meetoo l'affaire est inéteressantes et complexes. Des éditeurs volent nos oeuvres, des réseaux muslmans nous insultent et tout cela communiquent. Comme cela est déporté sur l'état à présent je pense que l'attentat valait le coup . Pour ma part je tente ailleurs que chez vous si Alice aux pays des merveilles, peter pan et tout shakespeare ne sont pas fantasy . ce sont des chefs d'oeuvres trans genres et inclassable dans des dites collections traditionnelles. Ce sont trois normes livrées à l'homme à la science au spectacle au secrets fort périlleuses si elles génèrent des formes antinaturelles. je crois que malheureusement vous en tenez une et peut-etre d'autres, qui se doivent d'etre savamment accompagné vers un public qui les comprend mais ne les reproduit pas, sinon c'est le désastre. Laissez courir mieux vaut sauver les meilleurs. Certains réaffleurent.

k

23/07/2021 à 05:17

Cher monsieur toute l'ensemble contestataire dit féminin vise des petits garçons tuées violés souillés partout pour tenter le déicide par transfert. Je ne suis pas Macroniste. mais cet ensemble vise la domination sans etre mue par une quelconque forme d'intelligence capable de se dissocier de l'homme pour tuer Monsieur Macron. Enfin c'est ce que vous avez réussi à faire. On ne tue pas un chef d'étaT. On ne le juge pas non plus si ce qu'on propose d'autre est la chaos idéologie de ces femmes. On dispose de leurs insultes et on les transfère en haut lieu pour analyse. Monsieur Macron en qui nous croyons ou ne croyons pas sait que sa vie est en danger mais que des élections jugeront son effort pour la France et ses implications dans metoo

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

L'Autrichien qui avait fait plier Facebook s'attaque à Meta

Voilà dix ans, cet activiste originaire de Salzbourg publiait un ouvrage mettant farouchement en cause le fonctionnement du réseau social Facebook : Kämpf um deine Daten (Luttez pour vos données), dénonçait le moissonnage d’informations que pratique la société de Mark Zukerberg. Mais Max Schrems n’en a résolument pas fini avec Meta…

19/04/2024, 15:45

ActuaLitté

Reconnue coupable de faute, l'Agessa condamnée à indemniser un auteur

30.000 €, pas moins. Voilà le montant des dommages et intérêts que le tribunal judiciaire de Paris a sommé à feue l’Agessa d’indemniser, pour avoir porté préjudice à un artiste auteur. Un montant qui donnera le hoquet aux pouvoirs publics : de fait, quelque 200.000 personnes seraient concernées par les 40 années d’incurie de l’organisme. Rapide calcul : faudrait-il trouver 6 milliards € ?

18/04/2024, 18:50

ActuaLitté

En Italie, le procès de Luciano Canfora attendu en octobre

À Bari, une audience préliminaire très attendue s'est déroulée ce mardi 16 avril, en présence de l'accusé, l'historien Luciano Canfora. Attaqué pour diffamation après avoir qualifié la Première ministre Giorgia Meloni de « néonazie dans l'âme », il sera jugé le 7 octobre prochain.

16/04/2024, 16:36

ActuaLitté

En Norvège, qui a voulu tuer l'éditeur des Versets sataniques ?

En 1993, William Nygaard, directeur de la maison d'édition norvégienne Aschehoug, reçoit trois balles devant son domicile, à Oslo. 25 ans plus tard, en 2018, deux personnes étaient arrêtées, accusées de tentative de meurtre avec préméditation. Le 9 avril dernier, le bureau du procureur d'Oslo a toutefois annoncé la clôture de la procédure, faute de preuves.

15/04/2024, 14:43

ActuaLitté

Meloni “néonazie dans l'âme” : l'historien Luciano Canfora en procès

En Italie, est-il encore possible d'appeler un chat un chat ? Pour avoir déclaré que Giorgia Meloni, présidente du Conseil des ministres italien, était « néonazie dans l'âme », l'historien italien Luciano Canfora a écopé d'une plainte pour diffamation. Une audience préliminaire est fixée au 16 avril prochain.

11/04/2024, 11:39

ActuaLitté

François Bégaudeau au tribunal : "C'est une offense sexiste"

Riche semaine pour l'auteur François Bégaudeau : finaliste du Prix du Livre Inter ce 3 avril, et devant la 17e chambre du tribunal de Paris le 4. Que lui reproche-t-on ? D'avoir affirmé que « tous les auteurs » des éditions engagés à gauche, La Fabrique, « étaient passés » sur l’historienne Ludivine Bantigny, sur le forum de son site en 2020. Cette dernière avait alors déposé une plainte pour diffamation en raison de l’appartenance à un sexe, accompagnée de l’association féministe Chiennes de garde. L'écrivain de son côté évoque « un sketch ».

05/04/2024, 16:10

ActuaLitté

Un journaliste gagne post-mortem son procès contre l'écrivain Nicolas Rey

Le journaliste AFP Médias, Paul Ricard, révèle sur X que le journaliste Alexandre Comte, décédé le 2 mars dernier, « à seulement 40 ans », a remporté un procès qu'il avait engagé contre l'écrivain Nicolas Rey, de manière posthume et suite à un appel. C'est l'avocat du plaignant, Vincent Toledano, qui en a informé l'AFP. Le romancier était accusé d'avoir utilisé plusieurs des textes de l'accusateur, sans lui en attribuer le crédit.

03/04/2024, 18:27

ActuaLitté

The Batman : le scénario n'est pas un plagiat, selon la justice

Sorti en 2022 sur les écrans, The Batman, de Matt Reeves, présentait une nouvelle version du Chevalier noir, un peu plus âpre, dans une ambiance de film noir. Un succès au box-office mondial, contesté par Chris Wozniak, scénariste et dessinateur, qui affirmait que le scénario du long-métrage plagiait un de ses récits, écrit et proposé à DC Comics dans les années 1990.

29/03/2024, 11:16

ActuaLitté

Le justice annule la fermeture de la libraire accusée de “fondamentalisme”

Ce mardi 5 mars, le tribunal administratif de Nice a suspendu l'arrêté de la préfecture des Alpes-Maritimes, Hugues Moutouh. Selon la juridiction, la décision de fermer l'enseigne pour une période de trois mois « n’est pas proportionnée à l’objectif de prévention ». En réaction, le préfet a fait appel.

06/03/2024, 13:24

ActuaLitté

Gérard Miller démissionne de ses activités liées à la psychanalyse

Le psychanalyste Gérard Miller, auteur de plusieurs ouvrages publiés chez des éditeurs comme le Seuil ou Desclée de Brouwer, fait face à des accusations d'agressions sexuelles, et même de viols, portées par une cinquantaine de femmes. Lui parle de relations caractérisées par « un rapport inégalitaire » avec des femmes « plus jeunes que moi ». Il aurait renoncé à toutes ses fonctions professionnelles liées à la psychanalyse.

29/02/2024, 17:54

ActuaLitté

Un libraire au tribunal pour le manuscrit de “Hotel California”

Ce mercredi 21 février s'est déroulé à Manhattan un procès inhabituel, avec des accusés peu familiers des cours de justice. Parmi eux, Glenn Horowitz, un libraire spécialisé dans les pièces rares et uniques. Avec deux autres hommes, il est accusé d'avoir obtenu et revendu, de manière illégale, des manuscrits de chansons du groupe Eagles, dont le fameux « Hotel California ».

22/02/2024, 10:04

ActuaLitté

Les deux acteurs de Roméo et Juliette récidivent au tribunal

Olivia Hussey et Leonard Whiting, acteurs vedettes du film Roméo et Juliette (1968) de Franco Zeffirelli, persistent auprès des tribunaux. Tous deux ont de nouveau porté plainte contre le studio Paramount, cette fois autour des éditions DVD et Blu-Ray de la Criterion Collection, parues en février 2023.

20/02/2024, 16:25

ActuaLitté

Un éditeur jeunesse arnaqué : sa banque BRED-ouille

La recrudescence d’arnaques en ligne n’épargne plus personne. La mondialisation, simplifiant le commerce par-delà les frontières, offre toute latitude à l’imagination galopante des cybercriminels. Et comme le dirait la fable, tout escroc vit aux dépens de celui qu’il entourloupe…

15/02/2024, 12:55

ActuaLitté

OpenAI devra répondre d'accusations de violations du copyright

Engagée dans plusieurs procès aux États-Unis, la société OpenAI fait notamment face aux accusations de plusieurs auteurs, en Californie, autour de l'entrainement de son outil d'intelligence artificielle, ChatGPT. La justice examinera ainsi si l'utilisation sans autorisation d'œuvres protégées par le copyright relève de la compétition déloyale.

15/02/2024, 11:32

ActuaLitté

Image ou texte, l'IA face à des procès en série

De l'autre côté de l'Atlantique, les procès contre l'intelligence artificielle se multiplient depuis quelques mois déjà. Ou, plutôt, contre les sociétés qui développent des outils basés sur cette technologie. Artistes et auteurs affirment avoir été victimes de vols, pour nourrir les machines...

13/02/2024, 11:09

ActuaLitté

Archives “empruntées” : Joe Biden échappe au procès

Comme Donald Trump avant lui, l'actuel président des États-Unis Joe Biden a quitté son poste de vice-président de Barack Obama, entre 2009 et 2017, en emportant quelques souvenirs. Des archives secrètes, normalement destinées à l'administration américaine : le procureur spécial Robert Hur a toutefois décidé de ne pas poursuivre Biden, candidat à sa réélection en novembre prochain.

09/02/2024, 11:44

ActuaLitté

Métadonnées : une plainte contre le catalogue pirate Anna's Archive

Présenté comme un site miroir pour les catalogues pirates des plateformes Sci-Hub, LibGen ou encore Z-Lib, Anna's Archive cherche à garantir l'accès à leurs ressources, malgré les actions en justice. OCLC, organisation à but non lucratif qui gère le catalogue bibliographique commun WorldCat, a porté plainte contre Anna's Archive pour vol de métadonnées.

08/02/2024, 12:40

ActuaLitté

Droit du travail : lourd redressement pour l'éditeur de Riad Sattouf

L'organisme chargé de la sécurité sociale des auteurs, l'Agessa, avait pris les éditeurs la main dans le sac : en rémunérant directeurs et directrices de collection selon le régime des artistes auteurs, ils se rendaient coupables de fraude vis-à-vis de leurs obligations fiscales. La maison de L'arabe du futur, les éditions Allary, n'a pas coupé à un important rattrapage de ses cotisations, s'élevant à plus de 200.000 €...

06/02/2024, 09:50

ActuaLitté

Japon : deux hommes arrêtés pour diffusion illégale de mangas

La police japonaise a arrêté deux ressortissants étrangers pour avoir prétendument publié en ligne des images de manga du magazine Weekly Shōnen Jump de Shueisha, avant leur publication prévue. L'enquête a révélé que les suspects avaient acheté les magazines avant leur date de sortie officielle dans une ou plusieurs librairies de Tokyo.

05/02/2024, 11:08

ActuaLitté

Face aux majors musicaux, Internet Archive joue piano

En août 2023, différents labels musicaux, dont Universal Music Group, Sony Music Entertainment ou encore Capitol portaient plainte contre Internet Archive pour « violation du copyright ». En cause, la diffusion sur la plateforme de titres numérisés à partir de 78 tours, sans autorisation des ayants droit.

31/01/2024, 10:08

ActuaLitté

Coupable de diffamation, Trump versera 83 millions $ à une autrice

Jugé coupable d'une agression sexuelle commise en 1996 sur l'autrice et journaliste E. Jean Carroll, Donald Trump devait aussi répondre d'une accusation de diffamation à l'encontre de cette dernière. Ce vendredi 26 janvier, il a été condamné à verser à sa victime 83,3 millions $ (soit 76 millions €). Le candidat à la présidentielle 2024 a annoncé qu'il ferait appel de la décision.

29/01/2024, 10:11

ActuaLitté

Nul ne démonte impunément Lego : la brique, c'est chic

Justice est faite — ou injustice, suivant le côté de la décision où l’on se place. La brique de jeu Lego est assurée d’être pleinement protégée contre les vils et autres malintentionnés. Désormais, aux yeux de l'Europe, les éléments de construction bénéficient pleinement de la protection qu'accorde la propriété intellectuelle. 

24/01/2024, 10:53

ActuaLitté

Relier la lecture et la justice : mode d'emploi et suggestions

Au sein des 188 établissements pénitentiaires et 103 services pénitentiaires d'insertion et de probation français, la culture peut se faire une place, malgré les situations et conditions de détention. Ouvert par la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (Fill), en partenariat avec le ministère de la Culture et le ministère de la Justice, un portail réunit les initiatives et intervenants.

17/01/2024, 12:53

ActuaLitté

Un gang géorgien sévit, spécialisé dans le vol de livres précieux

Depuis plusieurs mois, des enquêteurs de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) suivent le curieux manège de plusieurs ressortissants géorgiens. Fin novembre 2023, trois suspects ont été mis en examen pour « vol en bande organisée » et « association de malfaiteurs ». Leur cible : de rares livres russes, dérobés dans des bibliothèques européennes...

12/01/2024, 12:53

ActuaLitté

À Perpignan, Astérix et le droit d'auteur ont du “front dans l'aile”

Avec plus de 1,5 million d’exemplaires vendus, L’Iris blanc a placé Asterix en tête des meilleures ventes de 2023, largement. Et sans abus de potion magique. Mais quand Louis Aliot, maire FN de Perpignan utilise le personnage pour présenter ses vœux 2024, on verse dans la violation de droit d’auteur, allégrement. Et sans vergogne ?

11/01/2024, 11:22

ActuaLitté

Morris, Franquin, Hergé... Midjourney, très inspirée par le 9e art

Les applications génératives basées sur l'intelligence artificielle attirent les procès : à l'instar de ChatGPT, Midjourney, dont la 6e version vient d'être présentée, suscite l'ire des créateurs. Auteurs de bande dessinée et illustrateurs dénoncent une exploitation sans autorisation de leurs œuvres, utilisées par l'outil pour produire des contenus. Un document de travail détaille à présent les nombreuses inspirations de la machine...

04/01/2024, 14:00

ActuaLitté

Le procès de l'agresseur de Salman Rushdie reporté

Le procès de Hadi Matar, auteur d'une tentative d'assassinat de Salman Rushdie le 12 août 2022 à Chautauqua, ville de l’État de New York, ne s'ouvrira pas ce 8 janvier 2024, comme prévu. La publication du livre Le Couteau par l'écrivain, le 18 avril prochain, a bouleversé le calendrier judiciaire.

04/01/2024, 09:57

ActuaLitté

Dans l'Iowa, la justice met un frein à la censure des livres

BookBanUSA — Une fois de plus, une injonction préliminaire, aux États-Unis, vient contrarier les actes de censure d'un État républicain réactionnaire. Dans l'Iowa, de larges parties de la loi SF 496, qui interdit les ouvrages comportant des actes sexuels et les discussions autour du genre et de la sexualité dans les établissements scolaires, ont été écartées par un juge.

03/01/2024, 10:41

ActuaLitté

Travail dissimulé : Robert Laffont corrigé aux Prud'hommes de Paris

Le Syndicat Général du livre et de la communication écrite CGT, et en particulier la section des correcteurs, fait état de la condamnation des éditions Robert Laffont par le Conseil des Prud'hommes de Paris. Une « victoire historique pour notre métier », souligne le Syndicat des correcteurs, qui établit une jurisprudence concernant le recours aux autoentrepreneurs par les maisons d'édition.

02/01/2024, 16:35

ActuaLitté

Affaire Depardieu : l'impunité des puissants, confortée par leurs pairs ?

L’affaire Gégé accompagnera donc la fin de cette année 2023, comme une traînée de poudre divisant à proprement parler le monde culturel. Réagissant à une première tribune de soutien parue dans le Figaro ce 25 décembre, un collectif s’est monté pour cette fois exprimer leur désaccord. Ces 55 personnalités empressées à défendre l’acteur contre le lynchage en cours dévoilent « un vieux monde qui s’écroule ».

31/12/2023, 10:41

ActuaLitté

“Miracle de Noël” : un voleur rend son butin à la librairie spoliée

À Lille, la librairie La Lison pousse un grognement satisfait : si le vol de livres relève du quotidien le moins plaisant du métier, récupérer son bien (voire, son stock dérobé…) est toujours appréciable. Alix Mutte, qui dirige le commerce, se réjouit d’un petit miracle de Noël.

25/12/2023, 11:43

ActuaLitté

Procès, déni d'auctorialité : l'IA, trop haïe ?

L'année 2023 aura été émaillée de polémiques, réflexions et, surtout, procès autour des technologies basées sur l'intelligence artificielle. Outre-Atlantique, de nombreux auteurs ont porté plainte contre OpenAI et Microsoft, tandis que les juridictions de plusieurs pays concluent que les IA ne peuvent pas être reconnues comme auteures ou co-auteures.

22/12/2023, 11:11

ActuaLitté

L'essayiste russe engagé à gauche Boris Kagarlitsky libéré de prison

Le 26 juillet dernier, l'essayiste spécialisé de la gauche en Russie, Boris Kagarlitsky, était inculpé dans son pays pour « appels publics au terrorisme », et placé en détention provisoire à Syktyvkar, dans le Grand Nord russe. Une arrestation qui suivait une prise de parole publique critique de l'offensive en Ukraine. Il a finalement été libéré ce 13 décembre, alors qu'il risquait jusqu'à sept ans de prison.

21/12/2023, 15:42

ActuaLitté

Absent chez Dumas : mais d'où vient le mousquetaire noir du film Milady ?

Les Trois mousquetaires ont rempilé pour une nouvelle aventure, sous la direction de Martin Bourboulon. Milady, campée par Eva Green, est au coeur de ce nouvel épisode, avec un invité inattendu chez Dumas : un mousquetaire noir, personnage historique révélé dans le roman Prince Ébène, dont la présence dans la production de Dimitri Rassam (Chapter 2) pose quelques questions de respect… du droit d’auteur.

20/12/2023, 11:37

ActuaLitté

Tolkien : l'auteur qui accusait Amazon de plagiat condamné à payer 120 000 €

Tolkien Estate et Amazon ont remporté leur procès contre l'auteur et éditeur, Demetrious Polychron, qui avait initialement publié un livre intitulé, The Fellowship of the King, avant de réclamer 250 millions $, affirmant qu'Amazon Prime Video l'avait plagié pour sa série télévisée, Les Anneaux de Pouvoir. Résultat : le tribunal du district de Californie a condamné l'écrivain a payer près de 134.000 $ (environ 122.000 €) de frais juridiques aux premiers, révèlent des documents émis ce 14 décembre.

19/12/2023, 16:26

ActuaLitté

États-Unis : Internet Archive, pas “prêt” de rendre les armes

ProcesIA - L'organisation non gouvernementale Internet Archive, reconnue coupable de violation du copyright en mars 2023, persiste et signe. Dans un document transmis à la justice, elle fait appel de la décision et défend son « prêt numérique contrôlé » en l'inscrivant dans les missions et usages des bibliothèques, au même titre que la mise à disposition d'ouvrages imprimés au public.

18/12/2023, 14:35

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Un écrivain italien interdit de télé : le spectre de Meloni plane

La relation entre intellectuels et pouvoir a toujours été un sujet de débat, tout comme le lien entre politique et littérature. Mais, depuis l’arrivée de Giorgia Meloni en octobre 2022, le débat s’est enflammé en Italie. Preuve, suite à la décision d’annuler le monologue d’Antonio Scurati prévu sur la télévision publique italienne, la Rai, au sujet de l’antifascisme.

20/04/2024, 18:56

ActuaLitté

Mort de Georges Forestier, spécialiste de Molière, Corneille et Racine

Georges Forestier, né le 13 juin 1951 à Nice et décédé le 18 avril 2024 d'un cancer annonce Sorbonne Université, était un éminent professeur de littérature française et un historien du théâtre reconnu, particulièrement spécialisé dans le théâtre du XVIIe siècle. Il a enseigné à l'Université Paris-Sorbonne de 1995 à 2020, avant de devenir professeur émérite à Sorbonne Université. 

19/04/2024, 20:35

ActuaLitté

Des livres neufs à prix réduit : une solution pour les collectivités

Depuis cinquante ans, Expodif fournit collectivités et revendeurs : quelque 5000 références dans son catalogue, issues de lots rachetés auprès d’une centaine de fournisseurs. Et des livres neufs revendus à des prix concurrentiels – entre 40 et 65 % du prix éditeur. 

19/04/2024, 17:32

ActuaLitté

L'immense collection de VHS de Scorsese entre à la bibliothèque

52 mètres linéaires, et autant de boîtes de conservation. À la tête d'une des filmographies les plus imposantes de l'histoire, le réalisateur américain Martin Scorsese a pourtant trouvé le temps, des années 1980 aux années 2000, de s'adonner à une occupation pour le moins étrange. Il a enregistré des milliers d'heures de programmes télévisés sur des centaines de VHS...

19/04/2024, 12:36

ActuaLitté

Chine, Occident et Liu Cixin : un Problème à trois corps

Le roman culte de Liu Cixin a très récemment été adapté en série par Netflix. Le géant américain n'a pas hésité à sortir les grands moyens pour faire de cette histoire la nouvelle grande saga de la pop culture du XXIe siècle. Le succès attendu est au rendez-vous pour la plateforme de streaming, mais la série reflette-t-elle vraiment toute la complexité que recouvre « le problème à trois corps » ?

19/04/2024, 11:14

ActuaLitté

À Manhattan, une douce France dans la librairie de Cyril Dewavrin

Cyril Dewavrin a de la suite dans les idées : propriétaire de l'enseigne La Comédie Humaine à Avignon, inaugurée en 2018, c'est au cours d'un voyage aux États-Unis qu'il décide de tenter l'aventure outre-Atlantique. Depuis début décembre 2023, La Joie de Vivre propose, dans le quartier de Chelsea, à Manhattan, un petit coin de France aux New-Yorkais.

19/04/2024, 10:53

ActuaLitté

Erri De Luca, Lola Lafon ou Javier Cercas rêvent l'Europe dans une revue

À l'approche des élections européennes, en juin 2024, la revue Zadig et la chaine franco-allemande Arte s'associent autour d'une publication exceptionnelle, sous le mot d'ordre « Rêver l'Europe ». Dans ses pages, plusieurs plumes se croisent, dont Erri De Luca, Lola Lafon, Javier Cercas ou encore François-Henri Désérable.

18/04/2024, 14:52

ActuaLitté

Académie des beaux-arts : Thierry Groensteen élu correspondant

La bande dessinée renforce encore sa place au sein de la prestigieuse Académie des beaux-arts, abritée par l'Institut de France, à Paris. Ce 17 avril a en effet été élu Thierry Groensteen, historien et théoricien du 9e art, en tant que correspondant de la section de gravure et dessin.

18/04/2024, 12:52

ActuaLitté

Promotion de la transphobie : mode d'emploi d'une Transmania

Suite aux pressions exercées par des activistes et quelques élus municipaux de Paris et de Lyon, JCDecaux a annoncé procéder au retrait des affiches publicitaires de l'ouvrage Transmania, jugé « transphobe et complotiste ». Un retrait qui a fait plus parler de lui que l'ouvrage en lui-même... Il n'y a pas de mauvaise publicité : tout est bon à prendre...

18/04/2024, 12:33

ActuaLitté

Budget 2024-2025 du Canada : où sont passés les engagements ?

Personne ne digère vraiment la présentation du budget 2024-2025 par la ministre des Finances, Chrystia Freeland. Les organisations professionnelles du monde de la culture attendaient fermement que s’y retrouve la Loi sur le droit d’auteur. Espoir déçu et mauvaise nouvelle en perspective.

18/04/2024, 11:44

ActuaLitté

L'enfer pour le “paradis du manga” : quel avenir pour piccoma France ?

Malgré des résultats au Japon sidérants en 2023, le propriétaire sud-coréen de la plateforme piccoma, Kakao Entertainment Corp. enclenche une restructuration. Les nouveaux dirigeants se sont engagés auprès des actionnaires à rechercher une croissance organique désormais.

18/04/2024, 11:20

ActuaLitté

IA et culture : Rachida Dati missionne le CSPLA

Devant la commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale, Rachida Dati avait annoncé qu'elle saisirait prochainement le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA) sur plusieurs points liés à l'intelligence artificielle. Deux missions ont été officialisées, sur la transparence et l'effectivité des droits.

17/04/2024, 16:13

ActuaLitté

Des pubs télé pour le livre, une décision qui favorisera Vivendi ?

Après le SNE, c'est au tour du Conseil permanent des écrivains (CPE) - ADAGP, ATLF, Cose-Calcre, EAT, Maison de Poésie, Pen Club, Sacem, SAIF, SAJ, Scam, SELF, SGDL, SNAC, Union des Poètes, UPP -, et la Fédération des éditions indépendantes (FEDEI), d'affirmer leur opposition à la publicité pour le livre à la télévision, et le décret no 2024-313 du 5 avril 2024 qui la rend possible pendant une période d'au moins deux ans.

17/04/2024, 12:43

ActuaLitté

À Hong Kong, la loi sur la “sécurité” met le livre en danger

À Hong Kong, l'emprise de la Chine est désormais une réalité quotidienne. Depuis la rétrocession du territoire au géant voisin par le Royaume-Uni, le régime communiste s'impose, petit à petit. Ses lois sur « la sécurité nationale » se succèdent, avec des conséquences importantes pour les libertés individuelles. Y compris dans le monde du livre, qui s'en inquiète.

17/04/2024, 12:17

ActuaLitté

Le SNE contre la publicité télévisée pour les livres (sans régulation)  

Le Syndicat national de l'édition (SNE) exprime de sérieuses préoccupations suite à la publication du décret du 5 avril dernier, autorisant la publicité pour les livres à la télévision pour une période de deux ans. Les éditeurs craignent que cette mesure ne fragilise le secteur de l'édition et n'appauvrisse la création littéraire, en l'absence de régulations spécifiques pour cette « expérimentation ».

17/04/2024, 10:52

ActuaLitté

Dans l'Iowa, une censure combattue par les “Big Five” de l'édition

BookBanUSA — De l'autre côté de l'Atlantique, de nombreux États se sont dotés de législations très contestées, qui facilitent le signalement et le retrait d'ouvrages des collections des bibliothèques publiques ou scolaires. Dans l'Iowa, une action en justice s'oppose à ces lois de censure, avec le soutien des plus grands groupes éditoriaux américains...

17/04/2024, 10:41

ActuaLitté

Jean-Baptiste Passé nommé directeur général des éditions Michelin

En poste depuis la mi-septembre de 2021, l’ancien directeur général du Festival du livre de Paris quitte ses fonctions comme prévu. Selon les informations de ActuaLitté, il gagne le groupe Média Participations, où il prenda la tête de la coentreprise Michelin Éditions, qui édite guides gastronomiques, touristiques, cartes et plans.

16/04/2024, 18:46

ActuaLitté

Les Cahiers d’Esther : en juin s'achève la saga de Riad Sattouf

Esther atteint sa majorité dans ce tome 9, Histoires de mes 18 ans, qui marque une étape cruciale dans sa vie... Alors qu'elle termine sa terminale, elle fait face au baccalauréat, aux choix d'orientation difficiles via Parcoursup, et à la fin imminente des Cahiers d'Esther...

16/04/2024, 18:11

ActuaLitté

Construire une offre de lecture pour les handicapés visuels, un temps long

Mi-mars, deux députés prenaient d’assaut le ministère de la Culture que Rachida Dati investissait tout juste. Et d’interpeller la rue de Valois quant à la politique d’aide à la lecture pour les personnes atteintes de handicaps. Plus spécifiquement, pour ce qui touche à l’édition en braille…

16/04/2024, 16:54

ActuaLitté

Pham Doan Trang, autrice et éditrice en prison, honorée par un prix

L'autrice et éditrice vietnamienne Pham Doan Trang, qui purge actuellement neuf années de prison au sein d'un établissement de la province de Bình Dương, a été désignée lauréate du Barbey Freedom to Write Award. Cette distinction salue l'engagement d'un « écrivain de conscience emprisonné ».

16/04/2024, 16:10

ActuaLitté

À Mayotte, la chaine du livre face aux difficultés “permanentes”

À une intense crise de l'eau en 2023, a succédé, à Mayotte, une crise sociale, de grande ampleur également, consécutive à d'importants flux de population en provenance des Comores et de Madagascar, notamment. La chaine du livre de l’île, déjà fragile, se retrouve dans une situation délicate.

16/04/2024, 12:56

ActuaLitté

Le Condottière, un mercenaire dans l'édition

Avec plus d’une vingtaine de titres déjà au catalogue, les éditions Le Condottiere se spécialisent dans la publication d’ouvrages traitant des sciences humaines, de l’histoire et de la musique. Elles proposent également des témoignages, des romans et des pièces de théâtre et se placent bien entendu sous le patronage d’André Suarès et de son ouvrage Le Voyage du condottiere (paru à partir de 1910).

16/04/2024, 12:29

ActuaLitté

Décès de Bruno Combes, “révélation de l’autoédition française”

Bruno Combes, né en 1962, était un écrivain français reconnu pour ses romans d’amour et de suspense. Il est décédé ce 13 avril 2024, des suites d’une crise cardiaque, apprend ActuaLitté de son éditeur. Il avait commencé sa carrière littéraire relativement tard, mais il a rapidement gagné en popularité grâce à son style émotionnellement engageant et ses intrigues captivantes.

15/04/2024, 17:30

ActuaLitté

Plus grand que le ciel :  Virginie Grimaldi et Olivier Adam de retour en mai

Virginie Grimaldi, qui a vendu en 2023 plus d’un million d’exemplaires de ses livres en France, est de retour ce 1er mai avec Plus grand que le ciel, qui paraît chez Flammarion. Son second roman dans la maison de Sophie de Closets après Une belle vie, paru l'année dernière. Toujours dans la même maison et le même, le nouveau Olivier Adam sort également, Il ne se passe jamais rien ici.

15/04/2024, 16:23

ActuaLitté

L'autrice autrichienne Elfriede Jelinek ordonnée Commandeur

L'autrice autrichienne Elfriede Jelinek a reçu ce dimanche 14 avril les insignes de Commandeur dans l'ordre des Arts et des Lettres, des mains de l'ambassadeur de France en Autriche, Gilles Pécout. Lauréate du Prix Nobel de littérature en 2004, cette romancière et dramaturge est publiée en France aux éditions du Seuil, Jacqueline Chambon et l'Arche.

15/04/2024, 15:46

ActuaLitté

Editis : Marie-Pierre Sangouard, cinquième directrice générale

Marie-Pierre Sangouard a été nommée par Denis Olivennes et Catherine Lucet à la tête d'Editis, en tant que nouvelle directrice générale adjointe du groupe. La directrice de la diffusion d'Interforum depuis 2018 intègre l'équipe de direction 100 % féminine, en tant que cinquième élément. Une belle promotion donc.

15/04/2024, 14:57

ActuaLitté

Murielle Magellan signe Danse ta vie, pour France 2

L'autrice, scénariste et réalisatrice Murielle Magellan signera pour France 2 le scénario d'un nouveau téléfilm, intitulé Danse ta vie. Elle s'inspirera pour ce long-métrage d'une idée de Jean-Pierre Améris, avec laquelle elle a déjà collaboré à plusieurs reprises.

15/04/2024, 14:11

ActuaLitté

Pourquoi opposer droits d’auteur et transition écologique ?

Lors du Festival du livre de Paris, Emmanuel Macron a annoncé une nouvelle mesure affectant le marché du livre d'occasion, qui consiste en une « contribution » destinée à « protéger le prix unique du livre neuf ». Les détails devaient être précisés par la ministre de la Culture, Rachida Dati, ce week-end, on attend d'ailleurs toujours... Les premiers visés par la décision du président : les plateformes de ventes d'ouvrages usagés. Maud Sarda, co-fondatrice et directrice générale de l'une d'entre elles, Label Emmaüs, réagit.

15/04/2024, 11:49

ActuaLitté

Les Mémoires posthumes d'Alexeï Navalny publiés par Robert Laffont

Mort le 16 février 2024 au centre pénitentiaire de Kharp à l'âge de 47 ans, Alexeï Navalny reste dans les mémoires comme l'un des plus fervents opposants à Vladimir Poutine. Il avait écrit, peu après son empoisonnement en 2020, un livre retraçant son parcours et les racines de son engagement contre l'autoritarisme installé en Russie depuis plusieurs années.

15/04/2024, 11:20

ActuaLitté

Robin Book : 12 ans de prison pour le plus grand voleur de livres

Ancien directeur de la bibliothèque Girolamini de Naples, Massimo Marino De Caro a obtenu d'entrer dans l'Histoire. Après un procès de la durée de 12 ans, il a été condamné par le tribunal de Naples à une nouvelle peine, pour un total de 12 ans de prison.

14/04/2024, 10:02

ActuaLitté

Le livre d'occasion en France : la grande étude

Pour rendre compte et comprendre les transformations du marché des livres d'occasion en France au cours de la dernière décennie, une vaste étude a été menée en 2022-2023 par le ministère de la Culture et la Sofia, sous la supervision du spécialiste du monde de l'édition, Bertrand Legendre. L'objectif : quantifier et comprendre ce secteur de la seconde main, en plein essor. 

12/04/2024, 18:05

ActuaLitté

Books By Women : le métier évolue, surtout ne pas se perdre en route

Avril signe le retour des beaux jours, l'impératifs de ne pas se découvrir d'un fil, mais surtout des nouvelles de la lettre Books By Women. Et comme toujours, la voici proposée en intégralité, rien que pour vos yeux, comme dirait l'autre...

12/04/2024, 17:17

ActuaLitté

2023, l'ère des lecteurs multimédias et multisupports ?

La Sofia, le SNE et la SGDL ont dévoilé les résultats de la 13ème édition du baromètre des usages du livre, qui couvre les formats imprimés, numériques et audio. Réalisée par Médiamétrie au début de 2024, cette enquête examine les comportements d'achat et de lecture des Français âgés de 15 ans et plus pour l'année 2023.

12/04/2024, 16:36

ActuaLitté

Emmanuel Macron : "une contribution" prélevée sur le livre d'occasion    

Lors de sa visite au Festival du livre de Paris qui s'est ouvert ce vendredi, le président Emmanuel Macron a annoncé l'introduction d'une nouvelle mesure pour préserver la loi sur le prix unique du livre neuf face à la concurrence croissante du marché du livre d'occasion. 

12/04/2024, 15:33

ActuaLitté

Internet : France et Québec réunis contre Chinois et Américains

La mission franco-québécoise initiée en 2019 avait débouché sur un appel à candidatures présenté trois ans plus tard. Au cœur de la collaboration entre la Belle Province et l’Hexagone, la découvrabilité des œuvres francophones. Ou comment exister dans un internet où d’un côté les GAFA américains, de l’autre les BATX asiatiques règnent en maîtres… 

12/04/2024, 14:47

ActuaLitté

En 2023, moins de livres achetés, plus d'argent engrangé

À l'occasion de l'inauguration du Festival du livre ce vendredi 12 avril au Grand Palais éphémère à Paris, le ministère de la Culture diffuse les « chiffres-clés de 2023 » relatifs au monde du livre et de l'édition, issus des analyses d'Electre Data Services, Kantar, GfK Market Intelligence, de l'Observatoire de l'économie du livre, du service du livre et de la lecture, de la direction générale des médias et des industries culturelles, ainsi que du Ministère de la Culture.

12/04/2024, 14:42