#Edition

Réponse de Stéphane Marsan à l'article de Médiapart

ActuaLitté vient de recevoir une communication émanant de Me. Marie Pétrement du cabinet Pierrat. « Monsieur Stéphane Marsan, dont je suis le conseil, étant expressément désigné dans cet article, adresse une réponse à la suite des propos contestables tenus à son encontre. » Nous reproduisons ici son texte, dans son intégralité.

Le 22/04/2021 à 16:20 par La rédaction

42 Réactions | 731 Partages

Publié le :

22/04/2021 à 16:20

La rédaction

42

Commentaires

731

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

MEDIAPART a publié un article le 21 avril 2021 intitulé « #MeToo : le patron d’une maison d’édition mis en cause » dans lequel je suis expressément visé et que je ne peux laisser sans réponse au regard des propos préjudiciables tenus.

Il s’agit d’un article à charge. Je tiens à récuser tous les faits qui me sont imputés et à réfuter formellement toute accusation de harcèlement sexuel ou moral.

Le 30 septembre 2020, j’ai déposé une plainte avec constitution de partie civile du chef de diffamation à la suite de la publication d’un article extrêmement contestable sur le site internet de Francetvinfo concernant l’édition française et ne donnant pas mon nom, mais aux allusions plus que contestables et erronées. 

Je tiens à rappeler que je bénéficie pleinement de la présomption d’innocence. Je n’ai jamais été mis en examen, gardé à vue ou fait l’objet d’une enquête judiciaire et, en revanche, entends utiliser les moyens de droit nécessaires au profit des personnes injustement mises en cause. 

Votre article contient des supposés faits qui sont soit explicables, soit incomplets et en tout état de cause non illicites.

Je constate ainsi que les captures d’écran de mon compte twitter diffusées dans l’article de MEDIAPART relatives aux brèves ont été méthodiquement sélectionnées. Il s’agit de brèves n’ayant jamais engendré de censure de la part de Twitter dans un pays où la liberté d’expression demeure encore un principe fondamental.

Il m’est arrivé de twitter les phrases les plus cocasses des réunions « couverture » et parfois entendues en festival littéraire - ce qu’adorait Samantha Bailly avec qui je les faisais à cette époque. Ces phrases n’étaient jamais de moi, mais des éditrices présentes lors de ces réunions et c’était l’époque où l’on publiait notamment des livres de romance érotique. Parfois je citais l’auteure de la phrase qui nous avait fait sourire, mais j’ai arrêté pour ne pas l’embarrasser. Comme par hasard les captures d’écran mises en avant dans votre article ne comprennent pas ces tweets-là.

De même, Catherine Dufour rappelle qu’elle a entretenu une relation amicale avec moi et n’a jamais pu vérifier les actes dont on m’accuse. Je réfute catégoriquement avoir eu le moindre geste déplacé.


Elle m’a invité cependant chez elle à diner en présence de l’auteur Fabrice Colin et son épouse, ce qui n’est pas une attitude défiante à mon égard. 

Concernant la personne qui a préféré conserver l’anonymat et que MEDIAPART a surnommé Sophie, lors d’une soirée évoquée dans l’article, qu’elle avait organisée, je lui ai posé la main en haut du dos et lui ai dit « Super boulot ». Je me souviens que je l’avais, ainsi que sa collègue, incitée à programmer des déjeuners réguliers avec des journalistes et leur avait proposé de déjeuner avec moi pour leur parler de la façon d’aborder la presse pour évoquer la littérature de l’imaginaire. Je n’ai pas eu le moindre contact avec elle ni à ce moment-là ni depuis. Étant en alternance, il n’a jamais été question qu’elle signe un CDI au sein de Bragelonne. Un contrat en alternance ne correspond pas à un contrat d’embauche en CDI. Il y a là une confusion quant à deux statuts différents en droit du travail.

A titre d’exemple encore, pour ce qui est de la personne ayant préféré « témoigner » en gardant l’anonymat et que MEDIAPART a surnommée Violaine, les propos rapportés sont pour le moins surprenants. Proposer un verre en fin de journée n’est, à ce jour, toujours pas un délit prévu par le Code pénal. Le diner collectif auquel Violaine a souhaité participer n’était pas un diner en tête à tête mais en terrasse. 

Il semble que la frontière entre une prétendue morale et le droit pénal soit parfois poreuse faisant régner une confusion intolérable.
Cette même personne m’a contacté sur Linkedin. Je lui ai confié deux missions d‘essai, mais le rendu n’était pas à la hauteur de nos exigences. J’ai quand même demandé à mon équipe édito de lui faire passer un test, pour éventuellement envisager de conclure un contrat. 
Elle n’a pas manqué de me relancer à maintes reprises après le fameux dîner qui l’aurait « effrayée ». 
Quelques mois après elle m’a écrit : « J'ai l'impression d'être une harceleuse mais tant pis, j'assume ! As tu reçu mon mail où je te disais que je me voyais bien être testée pour la prépa française ? Est-ce que je dois "prendre rdv" avec les filles de la prison de femme ? ». Puis m’a relancé des mois plus tard en m’écrivant : « Quand as-tu du temps pour qu'on se voit ? ».
Tout ceci est suffisamment éloquent et atteste d’une tout autre réalité que celle clamée aujourd’hui.

Concernant la personne qui a préféré témoigner en gardant l’anonymat et que MEDIAPART a surnommé Julie. Cette personne recrutée chez Bragelonne par le directeur marketing en qualité d’attachée de presse a été remerciée par la directrice des affaires financières en raison d’un manque de professionnalisme et de sérieux.

Quant à Samantha Bailly, vice-présidente de la Ligue des auteurs professionnels, elle mène une croisade très générale à l’encontre de l’édition française, mais aussi à mon encontre, depuis quelques années, pour des raisons que j’ignore. 
Elle colportait des propos erronés et extrêmement péjoratifs à l’encontre de la société Bragelonne, ce qui causait à la société un préjudice certain. Dans de telles conditions la relation contractuelle a dû prendre fin.
Elle continue de tenir des propos plus que contestables notamment dans un article publié sur le site internet de Francetvinfo contre lequel j’ai déposé plainte en diffamation en septembre dernier.


Dans votre article me sont aussi imputées des « soufflantes » appelées en internes les « marsannades ». 
Cette expression est née à l’origine lorsque, les premières années de Bragelonne, nous jouions régulièrement en réseau au bureau à un jeu video, Warcraft. 
La « marsannade », c’était lorsqu’on attaquait les ennemis et qu’arrivés devant leur camp, tous les autres joueurs qui m’accompagnaient étaient partis et je me retrouvais seul. 
La dombretade - cf. Olivier Dombret notre directeur commercial de l’époque et aujourd’hui secrétaire général - c’était quand son personnage nous flinguait de loin en traître, habitude qui l’amusait beaucoup. 
Je suis l’auteur de ces deux expressions qui ne sont donc pas des noms donnés par nos équipes à notre encontre. 
Plus tard cette expression s’est appliquée à des comportements typiques de plusieurs d’entre nous. La marsannade était un moment où je prenais un ton moins jovial au bureau. La dombretade, c’est une gaffe, un lapsus ou une confusion amusante. La nevantade (Alain Nevant est un associé historique et est à mes côtés depuis le début de Bragelonne), c’est un jugement laconique tel que « ça prend 5 minutes » pour toute tâche qu’il n’a pas à effectuer lui-même et qui peut prendre plus de temps, etc.

Le festival Les Imaginales est le premier festival des littératures de l’imaginaire en France se tenant durant quatre jours dans les Vosges. 
Le festival des imaginales a créé un speed dating littéraire depuis dix ans, où je suis, en tant que l’un des principaux éditeurs, conviés pour me faire « pitcher » les projets de candidats présélectionnés. La première année du speed dating nous étions quatre éditeurs. La dernière fois, nous étions dix-neuf, tous les éditeur.trices d’imaginaire présents au festival, dans une grande salle à l’entrée du musée. Nous sommes donc très nombreux à y participer et les rendez-vous se déroulent toujours dans des immenses salles accessibles à tous et à tout moment.
J’ai trouvé cette initiative intéressante. J’ai publié une demi-douzaine d’auteurs rencontrés lors de cet événement. Or, en dehors de ce moment, de plus en plus d’auteurs en herbe venaient, à l’issue d’un débat ou à n’importe quel autre moment durant le festival, me demander s’ils pouvaient me présenter leur projet. Je me suis dit qu’il serait bon d’encourager les plus timides à le faire. J’ai donc fait chaque année un tweet pour proposer de me rencontrer sur une terrasse ou à une buvette du festival. L’initiative a plu et a amusé beaucoup de gens qui retweetaient ce tweet et ça a détendu de jeunes auteurs qui n’osaient pas venir me parler de peur de me déranger. 

Lorsque je proposais, avec humour, d’écouter les pitch de romans en contrepartie de bières c’était parce que nous avions réfléchi avec l’équipe de Bragelonne à une manière de ne pas rendre les speed dating trop formels et impressionnants pour les jeunes auteurs qui n’ont que peu de temps pour présenter leurs projets. Il s’agissait donc d’humour afin de ne pas rendre l’exercice pressurisant. Il va de soi que j’ai, la plupart des fois, réglé ma boisson… 
Betty Piccioli, qui témoigne par ailleurs dans cet article, a trouvé ça amusant, comme on peut le voir sur une de ses réponses sur Twitter. Elle est venue me proposer un roman à la cafeteria de la bulle du livre, lors d’un entretien d’une demi-heure, parmi une bonne quinzaine de personnes attablées autour de nous. Je lui ai dit d’envoyer son roman à mon éditrice jeunesse de l’époque, Barbara Bessat-Lelarge - aujourd’hui chez Gallimard - qui l’a accepté. Je n’ai plus jamais eu la moindre interaction avec elle.

Concernant la personne qui a préféré témoigner en gardant l’anonymat et que MEDIAPART a surnommée Jeanne, cette auteure m’a pitché ses projets aux Imaginales ; puis nous avons pris un verre ensemble à Paris pour une longue discussion pendant laquelle je l’ai encouragée à me proposer un roman politique. Elle m’a confié un formidable roman, que j’ai accepté. Je lui ai adressé malencontreusement un message destiné à un ami et me suis confondu en excuses.
Mes prétendus propos cités dans cet article n’ont donc pas le sens qu’on entend leur prêter. Il est soutenu que j’aurais dit après cette bourde : « Je devrais vous obliger à signer ici et maintenant. Mais je ne le ferai pas parce que je souhaite bien me comporter avec vous. ».
Mon intention était de lui dire : vous avez un contrat sous les yeux, je devrais vous inciter à signer avec moi plutôt que d’accepter que vous attendiez la réponse d’Albin Michel et « je souhaite bien me comporter avec vous » doit être compris comme dans le sens « je ne veux pas vous mettre la pression pour que vous signiez ». En effet, si je la surnommais souris intelligente, c’était parce qu’en étant très discrète elle faisait montre à mon avis d’une attitude réflexive très juste. À ma connaissance, l’expression « souris intelligente » n’est ni une insulte ni une expression outrageante ou dégradante...

À propos de Betty Piccioli, que j’ai déjà évoquée, alors que l’équipe de Bragelonne avait déjà versé la première partie de son à-valoir en lui indiquant que la seconde partie allait être réglée rapidement, s’excusant de devoir faire face à quelques problèmes de trésorerie, cette auteure n’a pas manqué de répandre sur les réseaux sociaux des propos diffamatoires à l’égard de Bragelonne.

Alors, sur demande de mon service communication, je lui ai écrit sur facebook pour lui dire que c’était injuste et que ça pouvait nuire à sa carrière si d’autres éditeurs constataient la délation, par ailleurs fausse et préjudiciable, dont elle faisait preuve.
Betty Piccioli n’est absolument pas blacklistée par les équipes de Bragelonne.


Je tiens à rappeler que je bénéficie de la présomption d’innocence. Je n’ai jamais été mis en examen, gardé à vue ou fait l’objet d’une enquête judiciaire.
La propagation publique de rumeurs, particulièrement graves, à l’encontre d’hommes et de femmes accablés a des conséquences irréversibles telles que le suicide, à l’instar d’une affaire récente.
Je me réserve le droit d’intenter toute action à l’encontre de toute personne me portant directement ou indirectement atteinte afin de faire valoir mes droits par le biais de mes avocats.

***

Conformément aux règles déontologiques qui régissent mon ordre, je vous précise être à la disposition du conseil d’Actualitté pour tout entretien qu’il pourrait souhaiter avoir.

 
 
 
 
 

 

 

42 Commentaires

 

osaxon

22/04/2021 à 17:45

Je crois que monsieur Marsan ignore que tout le monde dans le milieu connaît son comportement qui dépassait les limites autorisées, et ce, depuis 15 ans au moins. On connait tous des autrices s'étant sauvées en courant de chez Bragelonne à cause de ce fameux comportement. On plein tous celles qui n'ont pas couru assez vite.

Mariuspompeo

22/04/2021 à 19:03

"Tout le monde dans le milieu, de source bien informé, il est notoire que.."
Non, je ne connais pas d'autrices (ou d'auteures) qui sont parties en courant de cet éditeur. J'imagine bien en revanche qu'il y en a un plus grand nombre qui n'ont jamais été publiées chez lui. Parce qu'elle n'ont pas couché ou par ce qu'ils n'avaient pas de talent ? Il y en a même une qui se plaint d'avoir été invité à boire un verre dans un bar...De quoi parle-t-on ? Est-il accusé de viol ? A-t-il même commis un délit ? Une plainte a-t-elle été déposée ?
"On plaint même celles qui n'ont pas couru assez vite" Vous n'allez pas un peu trop loin là ?

Sarouspete

27/04/2021 à 14:32

Avez-vous au moins pris le temps de lire le long et très détaille dossier publié dans mediapart avant d’avancer que les propos tenus contre cet éditeur seraient ceux de personnes à qui l’on a refusé une publication ?
La réponse de l’éditeur ne reprend que des morceaux choisis, face auxquels il est facile de se défendre (défense transmise par l’avocat qui très certainement dû relire ce papier avant de le remettre). Il serait donc judicieux de construire plus solidement vos arguments très désuets et qui invalident les témoignages de victimes.

Bébé Fricotant

23/04/2021 à 14:55

Je rejoins Mariuspompeo sur un point : vous allez un peu vite en besogne, osaxon. Je suis dans le milieu depuis une vingtaine d'années (je connais personnellement certaines des personnes qui témoignent dans l'article de Mediapart) et la première fois que j'ai entendu parler d'un tel comportement de Stéphane Marsan, c'était il y a trois ans, via https://www.theyakitten.net/2018/02/12/a-comprehensive-list-of-the-recent-kidlit-sexual-harassment-allegations/ .

Je ne partage PAS, en revanche, ce que je comprends de la position de Mariuspompeo à travers ses questions : "A-t-il même commis un délit ? Une plainte a-t-elle été déposée ? ".

Mariuspompeo

22/04/2021 à 18:49

Bonjour
Ci-dessous un commentaire posté et dépublié quelques secondes plus tard par Mediapart. Un deuxième identique dans lequel j'avais supprimé les lettres "PD" a subi le même sort. Un troisième dans lequel j'indique simplement que 2 commentaires ont été dépubliés à lui aussi été refusé.
Je ne connais pas cet éditeur mais la réaction de cette meute justiciers des lecteurs de ce média, qui n'en savent pas plus que moi, en regard de la gravité des faits supposés m'indigne et m'inquiète. Et je commence à me poser des questions sur l'objectivité des articles et des enquêtes faîtes sur les autres sujets.

"Pourquoi les shorts les plus courts, ceux qui découvrent plus que le haut des cuisses, ceux dont l'entrejambe pénètre entre les fesses sont-ils plus portés par les femmes que par les hommes ? Attention ! Pas le droit de regarder ! Ça frise l'agression sexuelle aujourd'hui.  Moi, si je m'habille comme ça, non seulement je n'exite personne mais en plus je me fais traiter de  PD..."

FCN

28/04/2021 à 16:07

Un peu beaucoup homophobe, le monsieur... en plus !

Jean-François Paillard

22/04/2021 à 19:33

Je n'ai pas bien compris le texte de ce monsieur Marsan, mais si j'étais l'éditeur de Barcelone, je le refuserais, car, bien que cette fiction relève manifestement de la "Fantasy", elle est vraiment trop mal écrite.

NAUWELAERS

23/04/2021 à 03:24

On plaint, svp...

NAUWELAERS

23/04/2021 à 03:26

Monsieur Paillard,
Il s'agit de l'édition Bragelonne, non Barcelone.
CHRISTIAN NAUWELAERS

FCN

28/04/2021 à 16:05

j'espère pour vous que vous avez d'autres talents qu'une bonne connaissance de l'orthographe...

NAUWELAERS

28/04/2021 à 19:09

Vous, c'est qui, FCN ?

F. CHARON NOCHER

28/04/2021 à 20:02

Je réponds à celui qui me demande qui est FCN, on m'a demandé un pseudo j'ai donné mes initiales : F pour François
C pour CHARON
N pour NOCHER
Cette réponse vous satisfait elle ?
Dois-je m'attendre à quelques ? représailles ?

NAUWELAERS

29/04/2021 à 01:18

Les représailles, décidément c'est une obsession chez certains...!
CHRISTIAN NAUWELAERS

FCN

28/04/2021 à 15:56

Bien dit Monsieur Paillard.

rontraroi

22/04/2021 à 20:28

J'ai l'impression d'entendre un enfant dire que ce n'est pas lui qui a fini le gâteau au chocolat alors qu'il en a plein la figure.

koinsky

23/04/2021 à 08:36

Exactement ça : immature, puérile, pathétique...

NAUWELAERS

23/04/2021 à 03:30

Et voilà les témoins qui se manifestent ?
Merci de dévoiler les faits avec précision.
Moi je ne sais pas et vous non plus, rontraroi.
Admettez-le et n'abaissons pas le niveau de ce site au niveau de Twitter !

CHRISTIAN NAUWELAERS

Milo

23/04/2021 à 09:38

Que c’est long pour quelqu’un qui n’aurait « rien » fait. La présomption d’innocence ne permet pas tous les outrages. On parle d’un milieu très hermétique, pour y travailler, et encore plus pour être édité.
On a de nombreux hommes à la tête de maison d’édition devenues des empires, pouvant faire le froid et le chaud sur la carrière d’un aspirant écrivain, c’est un fait. Se mettre quelqu’un à dos c’est prendre le risque que cela s’ébruite (même si l’on est dans son bon droit) et de se voir fermer les portes une à une. Donc merci, mais venant d’un grand patron, on aurait attendu un peu d’humilité et de modestie face à ces accusations graves mais on a, par deux fois, des menaces judiciaires car la présomption d’innocence (qui ne fait pas de vous un innocent, entendons-nous) prime sur la libération de la parole. Il y a un travail journalistique derrière, des témoignages accumulés, des preuves données, un autre média qui s’en fait l’écho. Jusqu’à quand conservons-nous des œillères ?
Rien que l’anecdote du message envoyé suite à la signature du contrat est abject et suffit à se donner une image du personnage. On ne parle non pas du travail ou de l’imaginaire de l’autrice, mais de ses vêtements forcément aguicheurs et provocateurs par dessein. Quand bien même le petit sobriquet met en avant une personnalité timide et réservée... non ce n’est pas maladroit. Non ce n’est pas une blague. C’est sexiste et c’est un délit.
Encore une fois, on voit se dessiner le même canevas. L’homme outré, blessé, qui lorsqu’il aura compris que sa situation ne le protège plus de tous ses abus, fera son mea culpa.
Là, où l’on parle de suicide, nous retiendrons les défenses similaires d’autre hommes publics, sommés de s’expliquer sur leurs comportements déviants, ont adopté tour à tour la même tactique avant d’être acculés et d’avouer.
La justice par voie de presse a ses limites. Mais il faut bien admettre qu’elle offre une oreille à celles et ceux que l’on fait taire. Cela a assez duré. Il est temps que les grands patrons et hommes d’influence comprennent que leur pouvoir et leurs professions ne les protègent plus. Ils sont, comme nous, soumis à la loi. Et le corps des autres n’est pas un petit divertissement pour attiser sa libido.
Merci aux témoins d’avoir osé parler. Car si le directeur était connu dans le monde de l’édition, il faut énormément de courage pour faire entendre tout haut ce que tout le monde savait tout bas.

NAUWELAERS

24/04/2021 à 03:07

Milo,
D'abord, ignorez-vous que le milieu de l'édition s'est fortement féminisé ?
Pourquoi occulter l'évidence ?
Cela peut contribuer à réduire de mauvais comportements masculins.
Pour le reste...
Il vaut mieux se défendre et se faire respecter immédiatement.
Question de dignité.
Et c'est du vrai féminisme que de croire que les femmes en sont capables.
Celles qui ne se laissent pas faire dès le départ ont raison.
Tant pis s'il y a un prix à payer et il est évident que des éditeurs concurrents et très différents ne vont pas se donner le mot pour blacklister une femme qui veut être traitée dignement !
Sans compter toutes les éditrices qui existent...et vous le savez parfaitement.
Respectons les faits, la réalité.
Les femmes qui se font respecter seraient grillées...?
Là on est dans le «storytelling» et la langue de bois.
Du pipeau.
Je ne peux pas croire à cela.
Donc avoir le courage de mettre la collaboration dans la balance et de refuser la position de victime qui se plaint longtemps après via les réseaux sociaux ou tel ou tel média...
Zéro complicité «bourreau» (mot excessif évidemment) -victime.
Et zéro ambiguïté dès le départ ou par la suite !
Maintenant on entre dans une ère malsaine de polémiques quasi quotidiennes (voir sur ce site par exemple -c'est un feuilleton sans fin et ActuaLitté ne les crée évidemment pas: il nous informe et à nous de juger).
Enfin les avocats au moins et avocates s'en frottent les mains...
On dirait une atmosphère...d'épuration.
Des relents pas engageants...
Pour contrer cela: franchise ferme, pas d'ambiguïté, et refuser d'emblée tout ce qui est inacceptable.
Les victimes par passivité qui réagissent longtemps après...
Sans parler des calomnies et mensonges possibles pour des raisons soit d'intérêt soit de vengeance, hélas cela existe.
Honte à celles et ceux qui croient à un monde en noir et blanc, dual, qui n'existe pas et n'existera jamais !
Je pense à Béatrice Dalle: face à une question non sexiste mais sournoise de PPDA, encore le roi de l'info sur TF1 (il a rappelé un vol de bijoux dont elle s'était rendue coupable), l'actrice l'a rembarré devant les millions de spectateurs par rapport...à des lettres qu'il lui avait écrites !
Alors ce cas est extrêmement particulier.
Mais c'est la fin qui compte: interrogée récemment par le magazine belge «Ciné Revue» au sujet des ennuis de PPDA (qui lui aussi donc este en justice contre son accusatrice), Dalle a dit qu'elle ne commenterait pas ce qu'elle ignore et qu'elle s'en fout !
Elle aurait pu l'enfoncer, tirer sur l'ambulance...
Non, pas son genre de vraie féministe.
Ou de femme qu'on respecte naturellement et pas seulement à cause de sa célébrité !
Elle est la plus forte et elle ne se plaint pas.
Voilà une attitude valable, loin de l'hallali qui semble devenir un plaisir, un passe-temps de très vil acabit pour trop de monde...
On n'a pas le droit d'accuser sans savoir.
Ni d'oublier la gradation des comportements répréhensibles, lorsqu'ils ont été prouvés...
Tout en condamnant le harcèlement et les abus voire pire...lorsqu'ils sont établis.
Mais la meilleure défense, c'est l'attaque ou la self-défense avant...quand on peut.
Et se créer un mental d'acier face à la vie.

CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

29/04/2021 à 01:29

Milo,
La justice par voie de presse est un DÉNI DE JUSTICE.
Il est faux de prétendre qu'«elle a ses limites».
C'est honteux.
La presse enquête mais n'a pas le droit de juger ni de dicter un jugement.

Les tribunaux en général n'apprécient pas qu'on tente de leur forcer la main.
Certes les juges iniques, cela existe...
Mais des juges qui rendent leur sentence en négligeant le factuel, les faits avérés ou non, les preuves...
Des juges sous influence trahissent leur fonction !
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

23/04/2021 à 11:40

Forbane,
Ou...qu'elles ne lui plaisaient pas physiquement, osons l'écrire ?
Allons jusqu'au bout du raisonnement qui n'est pas aberrant, je précise.
Pas d'hypocrisie ni de non-dit.
Mais ce qui est profondément gênant, c'est le côté irrationnel, sans preuves concrètes possibles.
Enfin sans toutes les preuves...
Des deux côtés s'entend.Des deux côtés...
Il y a un comportement répréhensible possible ou probable dans le chef de cet éditeur connu: je ne le connais pas du tout et je ne peux en parler avec compétence.

Mais les dénonciations calomnieuses pour se venger, cela existe aussi.
Je n'accuse personne mais il est certain que c'est une arme qui existe.
Une personne licenciée pour vraie incompétence peut se venger de cette façon...
Alors qu'elle peut être licenciée également pour raison putride (excellente sur le plan professionnel...refus d'entrer dans un registre de séduction non partagée).
Le droit de cuissage existe sans doute encore dans la tête de certains dinosaures...
J'ai lu très attentivement le texte de l'avocate de Marsan.
J'ignore si tous les commentateurs l'ont fait mais passons...
Sinon l'omerta existe mais aujourd'hui...ce système s'effondre.
Ma conclusion: REMETTRE EN PLACE TOUT DE SUITE face à un comportement inacceptable de quelqu'un détenant une parcelle de puissance...
Tout de suite, tout de suite.
Cela s'appelle: se défendre.
Mais seule la qualité d'une proposition d'ouvrage ou de collaboration professionnelle doit jouer.
Cela c'est ce qui est idéal et normal...
Pas évident, qu'on le veuille ou non.
Impossible d'éliminer la séduction de tous les rapports professionnels tout le temps.
La jolie jeune femme préférée pour un emploi à une dame revêche mais plus compétente, impossible d'éliminer cela.
Impossible d'éviter la discrimination sur le physique...qui affecte des hommes également.
Le nier est malhonnête.
La réalité a ses droits.
Soyons francs, honnêtes et cash...
Non un monde pur et idéal n'existe pas.
Et gare à la pureté mortifère: bientôt exiger de tout filmer et enregistrer ?
Big Brother ?Je plaisante (tout de même)...
Non tout cela est lamentable: et là, aucun doute possible !

CHRISTIAN NAUWELAERS

PJ

23/04/2021 à 14:42

M. Nauwelaers,
Cela fait plusieurs fois que je remarque vos commentaires qui comportent toujours le même ton culpabilisant envers les victimes. NON, ce n'est pas aux personnes harcelées ou attaquées d'apprendre à "se défendre" – ce n'est d'ailleurs pas si facile à faire lorsqu'il y a un rapport hiérarchique voire même de force physique – c'est aux agresseurs d'apprendre à ne pas violenter, abuser, faire pression. Éduquons plutôt les hommes plutôt que d'obliger les femmes à apprendre à se défendre.
Je finirais par dire que OUI, il est possible "d'éliminer la séduction de tous les rapports professionnels tout le temps", il suffit pour cela d'être… professionnel, justement.

NAUWELAERS

23/04/2021 à 18:02

Monsieur ou Madame PJ,
On ne se comprend pas.
Malgré notre langue commune.
C'est vous qui me faites la morale.
Le ton culpabilisant émane de vous et non de moi.
Vous me lisez avec un prisme déformant.
C'est moi qui souhaite que les personnes s'émancipent et se défendent !
Des artistes connues comme Béatrice Dalle ou Nicoletta tiennent le même raisonnement pour les femmes.
Y compris pour toutes celles qui ne sont ni puissantes ni connues.
Elles sont culpabilisantes ?
Elles défendent le patriarcat ?
Arrêtons un peu...
Et vos souhaits sont légitimes mais arrêtez de croire que les gens seront parfaits et irréprochables comme on pense qu'ils devraient l'être.
Dans un monde idéal: oui.
Sur notre vieille planète épuisée: non.
Que chacune et chacun apprenne à se défendre.
Je sais que ce n'est pas évident.
Mais la vie ne l'est pas !
La morale à deux sous l'est...mais ne mène à rien, PJ (monsieur ou madame).
Bonne continuation.

CHRISTIAN NAUWELAERS

koinsky

23/04/2021 à 19:39

J'ai remarqué ça aussi...

NAUWELAERS

23/04/2021 à 20:04

Koinsky,
Vous avez remarqué «ça» sans explications !
On ignore de quoi il s'agit.
CHRISTIAN NAUWELAERS

koinsky

23/04/2021 à 22:49

La mise en doute systématique des propos des victimes est une tendance lourde et tactique de ceux qui veulent fragiliser la dénonciation des faits et la manifestation de la vérité.

Lyo

23/04/2021 à 13:44

La présomption d'innocence est un concept juridique qui ne s'applique qu'aux juges, aux policiers et à la justice en général.

Effectivement, si on s'estime lésé par les réseaux sociaux, le seul moyen est de porter plainte pour diffamation car ce concept ne s'applique pas en-dehors de la justice.

Vous pensez bien que si c'était le cas en-dehors de la vague metoo, beaucoup de journaux tel que le canard enchaîné aurait mis la clef sous la porte.

Mytwocents

23/04/2021 à 19:48

La première chose qui m'a interpellée à la lecture de cet article, c'est que le "présumé innocent" a fait appel à une avocate. Comme beaucoup d'hommes à qui on reproche des faits de ce genre.

NAUWELAERS

23/04/2021 à 20:11

Mytwocents,
Cela vous «interpelle» qu'il ait une avocate: cela veut dire quoi ?
Moi je ne capte pas ce que vous insinuez, merci d'être explicite.
L'avocate travaille avec Me Pierrat (un homme), lui-même en délicatesse juridique avec le PEN France.
Et les vrais faits pour Stéphane Marsan, nous ne les connaissons pas.

CHRISTIAN NAUWELAERS

Sylvain Veruche

24/04/2021 à 01:30

Si je vous suis bien, une personne qui fait l'objet d'accusations - qu elles soient justifiées ou non (cela, ce sera à la justice de l'établir) -, serait suspect, du fait même de s'en défendre ? La présomption d'innocence, cela vous dit quelque chose ?

Mytwocents

26/04/2021 à 08:37

Tout le monde a droit à une défense et c'est tant mieux. Mon commentaire portait sur le fait qu'il ait choisi de se faire représenter par une femme et non par un homme, comme la plupart des hommes sur lesquels pèsent de lourds soupçons de harcèlement sexuel ou pire (on pense à DSK). Quelqu'un devrait leur dire que ça donne tout de suite au public l'impression qu'ils ont quelque chose à se repprocher. Tout comme la suppression du compte Twitter, mauvaise idée.

NAUWELAERS

28/04/2021 à 20:04

Mytwocents,
Ce que le public en pense et le tribunal Twitter n'ont justement rien à voir avec la vraie Justice.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Denis

23/04/2021 à 21:13

Samantha Bailly propagerait des mensonges et des contre-vérités ??? Non, vraiment, qui pourrait le croire ?...

Arthur Magnus

24/04/2021 à 09:38

Vous-même Denis seriez malhonnête et de mauvaise foi dans vos commentaires sur ActuaLitté ? Non, qui pourrait le croire ?
(C'est facile, hein ? On jette en un ligne le discrédit sur une personne, sans avancer le moindre élément, le moindre fait précis.)

Gemme

24/04/2021 à 13:41

Je parcours les commentaires et une sérieuse envie de vomir se pointe.
Je connais personnellement plusieurs personnes ayant eu maille à partir avec ce triste sire. J'en connais au moins une dont la vie professionnelle a quasiment été détruite, et personnelle bien abîmée.
Il faut se rappeler qu'au début des années 2000, Il existait tres peu de ME de l'imaginaire.
Des personnes se sont vues blacklistée de festival, traitées de folles et d'hysteriques, ayant tenté de remettre à sa place ce type, bien avant Meetoo.
Et beaucoup d'autrices et d'auteurs connaissent bien le côté hyper procédurier dudit personnage.
J'ai, un temps, moi aussi rêvé d'être publiée par Bragelonne et de bénéficier de sa force de frappe.
Maintenant, soyez un peu honnête : un type qui supprime son compte Twitter juste après des tentatives de contact de journalistes ne doit pas se sentir les fesses tres propres, si ?
S'il n'a strictement rien à se reprocher, pourquoi l'avoir fait ?
Rien que cela devrait amener les sceptiques à se poser des questions, il me semble.
Jusqu'il y a une dizaine d'années (Bragelonne en a 20) il n'existait que très peu de ME de l'imaginaire independantes.
Et, fréquentant le milieu de l'imaginaire depuis un peu plus d'une quinzaine d'années, je peux vous assurer que la mysogynie (et la transphobie by the way, mais ce n'est pas ici le sujet) sont encore bien presents dans le milieu.
Quant à stigmatiser les victimes, c'est un bon vieux réflexe patriarcal français.
Je tiens aussi à préciser que des auteurs aussi, ont rencontré des problèmes avec cet individu.
Rien de sexuel à ma connaissance, mais de sérieuses pressions éditoriales, oui.
Et je tiens aussi à préciser qu'il n'y a pas que des autrices qui ont subi des remarques et pressions sexuelles déplacées. Parmi les victimes, on compte aussi des libraires, des attachées de presse, des bibliothécaires.
Dernière chose : j'ai tenu un petit salon, il y a un peu plus de dix ans, en banlieue, réservé aux petits éditeurs et aux auto-entrepreneur édités.
Bragelonne a réussi à s'y incruster dans mon dos ( je n'étais pas la seule décisionnaire).
Ah, dernière anecdote : la fille d'une mienne amie a fait un stage chez Milady ( branche essentiellement poche de Bragelonne) en tant qu'assistante d'édition.
Le toujours même triste sire lui a dit que chez Brage, on se foutait de la qualité littéraire, les lectrices veulent de la merde, on leur vend de la merde.
Édifiant, non ?

NAUWELAERS

24/04/2021 à 21:53

Gemme,
Vous connaissez des choses de l'intérieur à ce sujet: moi j'en prends acte.
Inutile cette envie de vomir puisque personne ne «stigmatise les victimes» par «réflexe patriarcal»: si vous nous épargniez ces clichés mensongers, qui ne correspondent en rien à ce forum-ci ?
Si vous lisiez ce qui est vraiment écrit sans le réécrire dans votre tête pour monter ensuite sur de grands chevaux qu'il vaudrait mieux laisser paître tranquillement ?
Je ne parle que pour moi: je stigmatise, madame, l'arbitraire, l'injustice, le cloutage au pilori de gens.
Et le tribunal Twitter et le règne -pas nouveau certes -de la Rumeur.
Presque la Tumeur...
Cela n'a rien d'un réflexe patriarcal...
Une femme que l'on traite ainsi -je pense à l'actrice et réalisatrice Maiwenn, que de sinistres crétins ont agonie d'injures sur les réseaux avec l'appui d'une presse de bas étage et bas étiage -je n'accepte pas non plus.
Alors j'enfonce une porte ouverte...mais que certains veulent fermer: tout accusé a droit à une défense et le nier, cela donne le fait du prince, l'avènement d'une sorte de dictature.
Et moi j'ai envie de vomir du coup...
Si -au conditionnel -si ce que vous écrivez est exact, Stéphane Marsan est un odieux personnage.
Et j'espère pas du tout un cas d'école...
Il me semble que l'ère de ce genre de dinosaures se termine vraiment.
Enfin espérons-le mais cela semble être le cas.
Pour le cynisme des marchands de soupe et d'idéologie, on pourrait mentionner beaucoup d'éditeurs voire d'éditrices, et des titres de presse...
Ce qui ne justifie pas un tropisme de ce genre chez Bragelonne, dont je ne peux juger -pas mon genre de littérature- mais je suis prêt à vous faire confiance pour votre jugement (dans les deux sens de ce mot).

CHRISTIAN NAUWELAERS

Nathy

28/04/2021 à 15:48

Je pourrais presque dire la même chose mais c'est tellement facile de faire des raccourcis. Une lectrice de Milady, comme il y en a beaucoup, m'a dit un jour à propos d'un roman que j'essayais de lui vendre :
- Il y a du cul ?
- Euh non pas spécialement.
- ALors ça ne m'intéresse pas !
De là à dire que Marsan ai dit ça dans cette optique, why not mais ça n'excuse pas tout.

FCN

28/04/2021 à 15:51

Il n'y a pas de fumée....
Quand ça pue si fort, n'y a-t-il pas anguille sous...
Plaignons le personnel féminin comme masculin de Bragelonne (pauvre vicomte !) qui a du voir échapper vers d'autres maisons (d'édition, pas closes...) de possibles succès. De grosses lunettes ne cachent pas les regards torves... Pourquoi ne pas lui envoyer un travesti musclé ? Il serait capable d'en redemander, le coquin !

Marco

28/04/2021 à 17:36

A partir du moment où tout le monde le sait (et les infos circulent vite dans notre petit milieu), pourquoi présenter des manuscrits chez cet éditeur ? Ecrivains et écrivaines peuvent boycotter, les premiers par soutien et protestation, les secondes par prudence et solidarité. Marsan n'est quand même pas le seul éditeur dans ce genre et, heureusement, ils ne sont pas si nombreux dans SON genre.
Rien de pire pour un éditeur d'être privé de manuscrits et de voir les bonnes ventes partir chez la concurrence...

NAUWELAERS

28/04/2021 à 19:10

Marco,
Vos propos sont frappés au coin du bon sens.
CHRISTIAN NAUWELAERS

karinebride@laposte.net

23/07/2021 à 05:00

Je me contrefout de votre faux ou vrai attentat par meetoo l'affaire est inéteressantes et complexes. Des éditeurs volent nos oeuvres, des réseaux muslmans nous insultent et tout cela communiquent. Comme cela est déporté sur l'état à présent je pense que l'attentat valait le coup . Pour ma part je tente ailleurs que chez vous si Alice aux pays des merveilles, peter pan et tout shakespeare ne sont pas fantasy . ce sont des chefs d'oeuvres trans genres et inclassable dans des dites collections traditionnelles. Ce sont trois normes livrées à l'homme à la science au spectacle au secrets fort périlleuses si elles génèrent des formes antinaturelles. je crois que malheureusement vous en tenez une et peut-etre d'autres, qui se doivent d'etre savamment accompagné vers un public qui les comprend mais ne les reproduit pas, sinon c'est le désastre. Laissez courir mieux vaut sauver les meilleurs. Certains réaffleurent.

k

23/07/2021 à 05:17

Cher monsieur toute l'ensemble contestataire dit féminin vise des petits garçons tuées violés souillés partout pour tenter le déicide par transfert. Je ne suis pas Macroniste. mais cet ensemble vise la domination sans etre mue par une quelconque forme d'intelligence capable de se dissocier de l'homme pour tuer Monsieur Macron. Enfin c'est ce que vous avez réussi à faire. On ne tue pas un chef d'étaT. On ne le juge pas non plus si ce qu'on propose d'autre est la chaos idéologie de ces femmes. On dispose de leurs insultes et on les transfère en haut lieu pour analyse. Monsieur Macron en qui nous croyons ou ne croyons pas sait que sa vie est en danger mais que des élections jugeront son effort pour la France et ses implications dans metoo

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

"Réparer les violences" : un podcast en immersion à La Maison des femmes

La Maison des femmes de Saint-Denis lance un podcast pour comprendre et agir face aux violences faites aux femmes. Créée en juillet 2016 par Ghada Hatem, médecin et auteure d'Aux pays du machisme ordinaire édité aux éditions de l'Aube, l'association soigne et accompagne les femmes en difficulté ou victimes de violences. Ce podcast se veut avoir une double vocation : faire entendre directement les voix des femmes et de celles et ceux qui les soignent. 

27/10/2021, 06:58

ActuaLitté

Japon : arrêté, un chômeur volait des mangas pour subsister 

La série de Ken Wakui, mangaka japonais, survolte les fans depuis quelque temps maintenant. Sorti en France en 2019, sur une traduction d’Aurélien Estager, le manga Tokyo Revengers met en scène des voyous, vus… par un ancien délinquant. Wakui s’est inspiré pour partie de son propre passé, ajoutant une touche romantico-fantastique. Moralité, carton pour Glénat, avec plus de 393. 314 (donnée : Edistat). Mais la réussite induit aussi la criminalité…

24/10/2021, 09:49

ActuaLitté

Iran : l'écrivain Arash Ganji convoqué pour purger sa peine

Arrêté en décembre 2019, l'écrivain et traducteur iranien Arash Ganji avait précédemment été condamné à 11 ans de prison. Libéré sous caution à l’époque, il a été convoqué par les autorités pénitentiaires la semaine dernière pour purger sa peine. Cette convocation est, d’après PEN America, la dernière l'agression en date « contre la liberté d'expression et les droits de l'Homme en Iran ».

21/10/2021, 16:13

ActuaLitté

Un éditeur marocain porte plainte contre Zemmour pour contrefaçon

Trop, c’est trop : pour l’éditeur marocain Abdelkader Retnani, Éric Zemmour est pris en flagrant délit de… contrefaçon. En cause, l’utilisation du nom La croisée des chemins, site officiel où l’ouvrage du polémiste est en vente, qui s’avère être le nom de la maison d’édition fondée voilà 40 ans par Retnani. Or, et l’on s’en doute, les ouvrages de la maison basée à Casablanca sont à des années-lumière du dernier ouvrage du réactionnaire, La France n’a pas dit son dernier mot.

19/10/2021, 15:06

ActuaLitté

Accusé de divulgation de secrets d'État, Ahmet Altan de nouveau en procès

En avril dernier prenait fin une autre parodie de justice dont l’écrivain Ahmet Altan — et d’autres à sa suite — était victime. Son emprisonnement, que la Cour européenne des Droits de l’Homme avait qualifié d’abusif, était enfin terminé. L’opinion internationale se soulageait de ce qu’il allait sortir de prison, toutes charges étant abandonnées. Mais la justice turque a plus d’un turc dans son sac…

18/10/2021, 13:28

ActuaLitté

Un escroc engrange 1,5 million $ en flouant Amazon

Un résident de la petite ville de Portage (Michigan, 50.000 habitants…) vient d’être reconnu coupable d’une lourde infraction. Entre 2016 et 2021, il aura loué des manuels scolaires, dans le cadre d’un programme mis en place par Amazon. De quoi récolter plus de 1,5 million $ dans un exercice d’arnaque de haut niveau.

18/10/2021, 11:46

ActuaLitté

Le procès opposant Scarlett Johansson à Disney est finalement réglé

L’actrice américaine qui campe la Veuve noire dans les films Avengers, et la récente production éponyme, avait intenté un procès à Disney pour une peccadille : la perte, estimée par ses avocats, de 50 millions $ sur l’exploitation du dernier film. Son cachet était calculé sur les ventes liées au box-office. Mais en sortant en salles et sur Disney+, la firme avait semble-t-il lésé la comédienne…

01/10/2021, 16:51

ActuaLitté

Des “soutiens incompréhensibles” à Matzneff : en 2021, “rien n'a changé pour lui” 

Avec L’Arme la plus meurtrière, en référence aux propos mêmes de Gabriel Matzneff sur le plateau d’Ardisson, Francesca Gee perçait l’abcès. L’ancienne journaliste, qui se présentait comme victime de l’écrivain, soumettait un récit rejeté par l’édition… à l’époque. Mais depuis Le Consentement de Vanessa Springora, elle estime que l’accusé s’en sort bien. Et s’en sortira, de toute manière.

27/09/2021, 13:19

ActuaLitté

Avengers : Marvel en justice pour ne pas partager ses milliards

Iron Man, Spider-Man, entre autres, placés au cœur d’un procès que Marvel intente pour conserver les droits sur les personnages de Avengers. La saga ne fait que commencer, cette fois, loin des cinémas : pour la filiale de Disney, l’enjeu réside dans le contrôle des droits sur les super héros – ajoutons donc Dr Strange, Hulk, Ant-Man, Hawkeye, Black Widow, Falcon, Thor…

25/09/2021, 11:45

ActuaLitté

La tablette de Gilgamesh volée enfin rendue à l'Irak

L'épopée de Gilgamesh semble enfin prendre fin... La tablette vieille de 3600 ans avait été retrouvée entre les mains d’une enseigne de loisirs créatifs américaine. Saisie par le ministère de la Justice américaine en 2019, elle sera bien restituée à l’Irak, dont le territoire recouvre l’ancienne Babylone d’où est originaire la tablette millénaire. Le tout, garanti par la Convention de 1970 de l’Unesco.

22/09/2021, 17:27

ActuaLitté

Une conspiration d'éditeurs pour rendre Amazon plus puissant : “illogique”

Les poursuites lancées contre Amazon et les cinq plus grands groupes éditoriaux américains exaspèrent : le tribunal fédéral de New York qui doit trancher, acceptera-t-il de rejeter le recours collectif ? Ce dernier accuse les parties de fixer secrètement un prix aux livres numériques, au détriment des consommateurs. Retour dans un mauvais rêve pour HarperCollins Publishers, Hachette Book Group, Penguin Random House, Simon & Schuster et Macmillan.

21/09/2021, 10:22

ActuaLitté

Un éditeur d'Ariège accusé de liens avec le djihadisme : Darmanin intervient

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a lancé la procédure de dissolution de « Nawa », une maison d’édition basée en Ariège. Motif : la diffusion de « plusieurs ouvrages légitimant le djihad ». « Sa ligne éditoriale est clairement anti-universaliste et en contestation directe des valeurs occidentales. Elle a diffusé plusieurs ouvrages légitimant le jihad », précise l’AFP qui a interrogé l’entourage du ministre.

17/09/2021, 16:06

ActuaLitté

Frais de port : les librairies appelées en renfort contre le lobbying d'Amazon

Déposée le 15 juin à l’Assemblée nationale et renvoyée à la Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation, la proposition de loi adoptée au Sénat concernant les frais de port — entre autres — est portée par Aurore Bergé. Les premiers échanges interviendront à la Chambre d'ici une dizaine de jours. Or, ce texte, 4253, qui vise « à améliorer l’économie du livre et à renforcer l’équité et la confiance entre ses acteurs », fait l’objet de vives négociations en coulisses.

17/09/2021, 10:14

ActuaLitté

Manuels scolaires : une entreprise “massive et stupéfiante” de contrefaçon

Ô cruelle virevolte du sort taquin : en mars 2017, plusieurs gros éditeurs scolaires d’Amérique décidaient d’une union sacrée avec les distributeurs, pour lutter contre le piratage et la contrefaçon. Parmi ces acteurs, Pearson, côté édition, Chegg, côté distribution. Quatre ans plus tard, l’éditeur se retourne contre le distributeur, accusé de violation « massive » du droit d’auteur. Vous avez dit ironie ? 

15/09/2021, 10:53

ActuaLitté

L'écrivain Édouard Limonov vengé par la Cour européenne des Droits de l'Homme 

Edouard Limonov, de son véritable nom Edouard Veniaminovitch Savenko, était un auteur russe, et membre fondateur du Parti national bolchevik. Dirigeant d’une coalition faîtière rassemblant l’opposition, il est décédé en mars 2020. La Cour européenne des Droits de l’Homme vient de lui rendre justice, en condamnant la Russie. En 2005, le pays avait décidé de dissoudre l’organisation de Savenko, et de faire taire l’opposition par conséquent…

14/09/2021, 16:15

ActuaLitté

Une correctrice aux Prud'Hommes pour obtenir la requalification de son emploi

Ce 16 septembre, le Conseil des Prud’Hommes devra trancher dans une affaire qui oppose les éditions Robert Laffont à une correctrice. Selon les informations communiquées par la CGT Livre, cette dernière aurait travaillé de nombreuses années sous le statut d’autoentrepreneur. Or, la convention collective dans sa célèbre Annexe IV impose un salariat.

14/09/2021, 14:45

ActuaLitté

Roselyne Bachelot : le syndicalisme à géométrie variable 

« Ça ne compte pas, pour les artistes, les syndicats. » Cette sortie de piste option dérapage incontrôlé de la ministre de la Culture n’était pas passée inaperçue. À l’antenne de France Culture, Roselyne Bachelot indiquait passer son « temps à recevoir des gens ». Des gens. Pas des syndicats, parce que… probablement qu’elle préférerait des voyages en mer de Chine ?

13/09/2021, 15:07

ActuaLitté

Hergé : pour les Casterman, l'affaire Lotus bleu est “pliée”

Depuis l’annonce de la mise aux enchères, la couverture du Lotus bleu, deuxième album d’Hergé chez Casterman, a provoqué colères et débats. D’un côté, les ayants droit – Nick Rodwell, le bien connu – en revendiquent la propriété, de l’autre, les héritiers de Jean-Paul Casterman, fils de Louis l’éditeur, se voient accusés de vol. Entre déclaration de guerre et prise d’otage, ces derniers tentent d’apporter leur vérité à l’affaire.

10/09/2021, 14:26

ActuaLitté

Les éditeurs chercheraient à consolider le monopole d'Amazon ? Délirant...

Ironie du sort : la France célèbre les 40 ans de la loi Lang qui autorise les éditeurs à fixer un prix unique pour la vente de livres. Mais l’idée de cette mesure de protectionnisme commercial reste toujours en travers de la gorge du législateur américain. Preuve, les éditeurs et Amazon sont au cœur d’une procédure les accusant d’entente…

10/09/2021, 12:36

ActuaLitté

Sergio Ramirez, lauréat du prix Cervantes, accusé de complot contre l’État

La vague de répression contre les opposants au régime du président du Nicaragua Daniel Ortega continue. Le parquet nicaraguayen a lancé un mandat d'arrêt contre l'écrivain et ancien compagnon de lutte de l’actuel président Ortega, Sergio Ramírez. À l’étranger, le lauréat du prestigieux prix Cervantes en 2017 ne compte pas retourner dans son pays.

 

09/09/2021, 15:25

ActuaLitté

Fraude fiscale aggravée pour Jacques Glénat : 9,9 millions € dissimulés au fisc

Il avait juré n’être en rien lié à des procédures d’évasion fiscale, quand en avril 2016 était sortie l’affaire des Panama Papers. Pourtant, Jacques Glénat vient d’écoper de 200.000 € d’amende. Le verdict du Tribunal correctionnel de Paris ajoute d’ailleurs 18 mois de prison avec sursis pour l’éditeur de la maison éponyme.

07/09/2021, 16:03

ActuaLitté

Lettre au père : une collaboration littéraire franco-allemande

Depuis 2020, le Réseau des Autrices et Other Writers Need to Concentrate éveillent l’attention des internautes sur les difficultés liées au genre et à la parentalité. À présent, ces deux initiatives d’autrices et d’auteurs francophones et germanophones se rencontrent pour une collaboration littéraire autour d’un thème riche en sens : une lettre au père.  

07/09/2021, 14:48

ActuaLitté

Le combat d'une autrice contre l'homophobie examiné par la justice européenne

Autrice du livre Gintarine Sirdis (Cœur d'ambre, en lituanien), Neringa Dangvydė avait vu la diffusion de son ouvrage, en Lituanie, perturbée par l'intervention de l'inspection de la déontologie journalistique. Cette dernière avait effectué un rappel à la loi, considérant que des récits de Gintarine Sirdis évoquaient des relations homosexuelles, et nécessitaient un avertissement. Dangvydė avait alors saisi la justice européenne, considérant que cette obligation était homophobe.

07/09/2021, 14:43

ActuaLitté

The Ghostwriter, ou l'étrange contrat d'édition de François Fillon

Succès non négligeable pour un livre politique, Faire, signé François Fillon, s'est vendu à près de 122.300 exemplaires (données Edistat). À 20 € pièce, le chiffre d’affaires représentait plus de 2,4 millions € pour l'éditeur. Sorti en septembre 2015, le document allait préfigurer la campagne présidentielle du candidat, vainqueur de la primaire de droite. L'auteur est revenu sous le feu des projecteurs judiciaires, avec des hoquets quant au contrat de l'ouvrage.

04/09/2021, 12:55

ActuaLitté

François Fillon a-t-il détourné des fonds pour la plume de l'écrivain Maël Renouard ?

D'autres soupçons de détournement de fonds publics pèsent sur François Fillon, et ils ne sont pas nouveaux. Le parquet national financier aurait en effet ouvert une enquête préliminaire en 2017 à propos de l'emploi de Maël Renouard, recruté entre novembre 2013 et septembre 2015 comme assistant parlementaire et plume de l'homme politique pour son livre Faire (Albin Michel).

03/09/2021, 10:54

ActuaLitté

Un jeune sympathisant nazi condamné à lire Austen, Shakespeare et Dickens

Un jeune sympathisant nazi de 21 ans a échappé de peu à un séjour en prison, à Leicester, en Angleterre. Reconnu coupable de possession de documentation terroriste, il s'est finalement vu ordonner par le juge la lecture de plusieurs classiques de la littérature britannique, signés par Jane Austen, William Shakespeare ou encore Charles Dickens.

01/09/2021, 10:39

ActuaLitté

États-Unis : un ancien libraire en procès contre l’université qui l’employait

Andre Brady a perdu son emploi en tant que directeur des ventes à la librairie de l'Université d'État de Youngstown en 2016. À l’époque, plusieurs universités publiques subissaient des pressions de la part du gouverneur républicain, John Kasich, pour réduire leurs coûts. Depuis cinq ans maintenant, Brady se bat dans l’espoir d’obtenir une réponse : son emploi a-t-il été supprimé pour des « raisons d'économie » ? Depuis mercredi, l’affaire se poursuit. 

23/08/2021, 17:00

ActuaLitté

56 ans plus tard, Bob Dylan ciblé par une plainte pour agression sexuelle

Les faits incriminés remonteraient à l’année 1965, durant six semaines entre avril et mai. Un dépôt de plainte pour agression sexuelle accuse ainsi Bob Dylan, alias Robert Zimmerman, d’abus sexuels sur une mineure de 12 ans, alors qu’il vivait dans un appartement au sein du fameux Chelsea Hotel, à New York. Pour le Prix Nobel de littérature 2016, voici un retour, quelque 56 années auparavant…

17/08/2021, 12:08

ActuaLitté

Procès Internet Archive : les éditeurs refusent de fournir des données

Quelques jours après la demande de la plateforme Internet Archive, qui réclamait un accès à des données de vente de livres des éditeurs pour assurer sa défense, la réponse des intéressés est franche : pas question. Les plaignants estiment que fournir ces données représenterait une charge massive et, qui plus est, qu'elles ne prouveraient rien du tout.

13/08/2021, 16:20

ActuaLitté

Rentrée littéraire 2021 : la justice française interdit la vente d'un roman

EXCLUSIF – La rentrée littéraire s’ouvrira donc sous des auspices judiciaires : selon les informations de ActuaLitté, le roman de Pascal Herlem, Fatum (Ed. Bouquins), vient d’être interdit à la vente. Une ordonnance du tribunal, du 9 août, contraint la maison à suspendre la mise en vente, et bien plus encore. Coup dur pour un ouvrage de fiction, qui aurait été le sixième de l’auteur.

13/08/2021, 13:14

ActuaLitté

Inde : appel à la libération du poète Varavara Rao

Le 28 août 2018 aura été un jour sombre pour l’Inde, où la répression et les arrestations ont ciblé de nombreux militants pour les droits humains. Parmi eux, Varavara Rao, poète, militant et enseignant, a été arrêté subitement, tandis que des perquisitions approfondies ont été menées à son domicile. Il semblerait que, depuis son arrestation, Rao ait été détenu dans des conditions catastrophiques. Incarcéré dans la prison centrale de Taloja, son âge et sa santé fragile ne sont pas prises en considération. 

13/08/2021, 09:02

ActuaLitté

La justice indienne ouvre grand les portes du pays à Amazon

Les obstacles qui empêchaient Amazon de s’étendre en Inde viennent de fondre : la plus haute juridiction de New Delhi a statué en faveur de l’entreprise américaine. L’enjeu était le rachat de Future Retail, revendeur local, que convoitait une société indienne, Reliance. Le conglomérat que possède Mukesh Ambani, puissant homme d’affaires asiatique, essuie là un sérieux revers.

09/08/2021, 11:59

ActuaLitté

Travailleurs étrangers exploités : un imprimeur italien gravement mis en cause

Grafica Veneta, dont le siège se trouve à Trebaseleghe (Padoue), est la première entreprise d’impression de livres en Italie. Vers la fin du mois de juillet, elle fait l’objet d’une enquête sur l’exploitation de travailleurs étrangers. Deux dirigeants ont été placés en résidence surveillée. 

09/08/2021, 11:14

ActuaLitté

Bookcrossing : en Italie, le partage de livres passible d'une amende

Après avoir banni du centre historique de la ville les immenses paquebots, Venise prend de nouvelles mesures… difficiles à comprendre. En effet, une boîte à livres, encourageant à prendre et à déposer en échange des ouvrages, relèverait d’une pratique illégale. Un kiosque vient ainsi de prendre une amende, et son propriétaire n’en revient toujours pas. 

05/08/2021, 12:15

ActuaLitté

Toujours aucune confirmation officielle de la mort de l'éditeur Michel Brûlé

Le 31 mai dernier, l’éditeur québécois Michel Brûlé, créateur de la maison Les Intouchables, trouvait la mort tragiquement des suites d’un accident de vélo, à Buenos Aires. Cependant, les documents officiels qui doivent attester son décès peinent à revenir aux mains du gouvernement canadien.

05/08/2021, 09:29

ActuaLitté

À Marseille, l'immeuble pas très stable de Jean-Paul Capitani (Actes Sud)

Les opérations immobilières du couple formé par Françoise Nyssen et Jean-Paul Capitani, derrière le groupe d'édition Actes Sud, sont désormais largement connues. À Paris, la gestion des locaux historiques de la maison avait été visée par la justice, quand à Arles, fief de la maison d'édition, cette dernière achète son siège au couple... À Marseille, une SCI de Jean-Paul Capitani est à présent mise en demeure pour la réalisation de travaux sur un immeuble sujet aux « mouvements structurels »...

04/08/2021, 16:09

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

En Europe, des contrats pas vraiment à l'avantage des traducteurs

Le Conseil Européen des Associations de Traducteurs Littéraires (CEATL) a obtenu les réponses de 27 de ses membres sur les usages en matière de contrats dans leurs pays respectifs. Les éléments dessinent une situation peu protectrice pour les traducteurs littéraires, où les rémunérations sont limitées et pas vraiment transparentes.

28/10/2021, 10:26

ActuaLitté

Quand les politiciens invitent à acheter leur livre sur Amazon…

Que dirait-on si Jean-Yves Le Drian sortait un nouveau livre, et mobilisait les lecteurs intéressés à se le procurer sur Amazon uniquement ? C’est pourtant ce que le ministre des Affaires étrangères italien, Luigi di Maio, membre du Cinque Stelle — plutôt orienté à gauche — vient de réaliser. La réaction du président de ALI, l’Association des libraires italiens, ne s’est pas fait attendre. 

28/10/2021, 09:12

ActuaLitté

Mythe 1 : Avec le marché carbone, verdir la planète à moindre coût, c’est possible !

Aujourd’hui, il existe un fossé immense entre les solutions avancées pour résoudre la crise climatique et la gravité réelle de la situation en tant que telle : on assiste à ce que Arnaud Theurillat-Cloutier décrit comme une « erreur de diagnostic sur les causes profondes » de ce que nous traversons. Pour une écologie du 99%, co-écrit avec Frédéric Legault et Alain Savard, propose de renverser 20 mythes sur le capitalisme. Voici donc un premier mythe : celui du marché carbone. 

28/10/2021, 07:26

ActuaLitté

Une mobilisation internationale pour l'autrice et éditrice Pham Doan Trang

Le procès de l'autrice et éditrice Pham Doan Trang, prévu le 4 novembre prochain au Vietnam, est précédé d'un appel cosigné par 28 organisations défendant les droits humains et la liberté d'expression. Elles demandent au gouvernement d'abandonner les accusations portées contre Pham Doan Trang, arrêtée depuis plus d'un an : elle est soupçonnée d'avoir diffusé des informations « qui portent atteinte à la République socialiste du Vietnam ».

27/10/2021, 16:58

ActuaLitté

France Loisirs : “En juillet et août, les gens ont disparu”

Les déboires de France Loisirs se poursuivent : malgré un plan de continuation et une transformation du modèle commercial de la chaîne de librairies, l'enseigne est à la recherche d'un repreneur. Selon Adrian Diaconu, président du groupe Actissia, dont France Loisirs est une filiale, cette dernière a considérablement souffert de la crise sanitaire et des confinements, malgré un intérêt des lecteurs pour son nouveau système d'abonnements. 

27/10/2021, 16:11

ActuaLitté

Uruguay : moins de la moitié de la population lit encore des livres

ENQUÊTE – Une récente étude portant sur les citoyens d’Uruguay, alors que s’approche le Salon du livre de Montevideo, se consacre aux habitudes de lecture. Les résultats montrent des comportements étonnants, indique l’agence CIFRA. Avec toujours la même conclusion : saisir les jeunes rapidement, pour les attirer vers les livres, demeure l’enjeu primordial.

27/10/2021, 14:55

ActuaLitté

Dans l'édition scientifique, des “prédateurs” usurpent identités et revenus

La diffusion des articles scientifiques, facilitée par les réseaux numériques, a débouché sur un phénomène de contrefaçon prévisible : des revues d'éditeurs « prédateurs » attirent les chercheurs du monde entier en faisant miroiter un suivi scientifique et éditorial, ainsi qu'une réputation usurpée. Et récoltent les droits de publication versés par les auteurs...

27/10/2021, 12:31

ActuaLitté

Le Syndicat national de l'édition publie sa charte environnementale

Le Syndicat national de l'édition (SNE) s'engage pour l'environnement à travers une charte de l’édition de livres. Eco-conception, choix des encres et du papier, façonnage, tirage, promotion, distribution, gestion des flux… Le syndicat souhaite présenter les solutions techniques et logistiques existantes pour réduire l’impact environnemental de l’édition de livres.

 

27/10/2021, 12:05

ActuaLitté

Vers un plan national pour les bibliothèques universitaires ?

Les bibliothèques universitaires et la stratégie publique en matière d'accès à l'information et à la documentation ont fait l'objet d'un examen attentif de la Cour des comptes, qui avait remis ses observations et recommandations au ministère de l'Enseignement supérieur en juillet dernier. Considérant les réponses du ministère, l'Association française des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation appelle de ses vœux un plan national, pour pallier les carences relevées par la Cour des comptes.

27/10/2021, 11:25

ActuaLitté

La crise sanitaire a eu raison de France Loisirs, qui cherche un repreneur 

En octobre 2020, le groupe Actissia obtenait de l’État un prêt de 10 millions €, pour l’aider à travers la crise Covid. Une somme qui devait aider l’entreprise à achever sa transformation, après deux années de restructuration. Sauf que la crise sanitaire a été compliquée, bien plus que prévu encore. Et les derniers chiffres de vente affichent une baisse en regard de l’historique.

26/10/2021, 19:46

ActuaLitté

L'éditeur américain Farrar, Straus and Giroux officialise son 3e président en 75 ans

Filiale de Macmillan, la maison Farrar, Straus and Giroux accueillera ce 1er janvier 2022 sa troisième présidente — et première femme — en 75 ans d’histoire. Succédant à Roger Strauss et Jonathan Galassi, Mitzi Angel a été nommé pour prendre les commandes de la société. 

26/10/2021, 16:59

ActuaLitté

Le Prince Harry altruiste : les ventes de son livre reversées à une ONG –  pour partie

Son contrat d’édition fait vibrer les éditeurs anglo-saxons, et la générosité du duc de Sussex fait maintenant fondre le cœur des ménagères. En effet, Harry vient d’annoncer qu’il ferait don de 1,5 million $ à l’association caritative Sentebale, qu’il a fondée en 2006 avec son ami, le prince Seeiso. Cet organisme cible les enfants d’Afrique australe, et particulièrement ceux touchés par la pauvreté et le SIDA.

26/10/2021, 16:47

ActuaLitté

Daniel Pennac signe délicieux un éloge de la lecture : Lire

« Voilà pourquoi nous lisons, tous autant que nous sommes. Pour la nostalgie de l’émerveillement. » En matière de lecture, Daniel Pennac, auteur des 11 commandements (si, si, 11….) du lecteur se pose là. Aussi, quand il décide de sortir un ouvrage sobrement appelé LIRE, avec l’illustrateur Lorenzo Terranera, on s’assoit, on ouvre les yeux, et on écoute.

26/10/2021, 15:55

ActuaLitté

Get Busy, le magazine Hip-Hop pour people et voyous, sort son Anthologie

Get Busy, c’est le magazine qui se veut un improbable trait d’union entre « le Hip Hop, le sport, les people, les voyous et... le porno ». Fanzine de rap, magazine de société, mais également émission de web TV animée par une légende du journalisme Hip-Hop, Sear, c’est ici sous la forme d’une anthologie d’entretiens publiés entre juin 1990 et aujourd’hui, que Get Busy recrée l’événement. À découvrir, ici grâce aux éditions Marabout : de l’irrévérence, de l’humour, de la provocation, et surtout, un ton.

26/10/2021, 15:32

ActuaLitté

Le Ministère de la Culture se penche sur les achats de livres des bibliothèques

Le ministère de la Culture a décidé de se pencher sur les achats de livres non scolaires des bibliothèques à travers une étude. Cette analyse intervient cinq ans après la mise en place d'une disposition visant à simplifier l'accès des librairies de proximité aux marchés publics en établissant un seuil de dispense de mise en concurrence, dans le cas des commandes publiques, comme celles des bibliothèques. L'étude débute par une enquête publique en ligne disponible jusqu'au 5 novembre prochain.

 

26/10/2021, 15:29

ActuaLitté

La librairie en ligne Abo-manga fête ses un an et se lance dans la BD

Spécialisé dans l’abonnement manga et BD, Abo-manga fête son premier anniversaire. Son principe : fournir chaque mois à ses abonnés des mangas à domicile. Et avec la célébration de ce premier anniversaire, l'offre d'Abo-manga s'enrichit pour proposer des nouveaux abonnements BD franco-belge.

 

26/10/2021, 15:28

ActuaLitté

Juliette de Maupeou nommée DRH du groupe Editis

 Juliette de Maupeou rejoint le groupe Editis le 2 novembre et intègre le comité exécutif. Titulaire d’un DESS en droit et pratique des relations sociales de l’université Paris II Panthéon-Assas, et d’un DU de management international de l’université Paris IX-Dauphine, Juliette de Maupeou a exercé pendant plus de 10 ans différentes responsabilités en matière de ressources humaines au sein de plusieurs entités du Groupe Total.

26/10/2021, 15:20

ActuaLitté

Amazon : touche pas à ma marketplace (ne t'y intéresse pas non plus, d'ailleurs)

Depuis que les autorités scrutent la marketplace et les possibles dérives d’Amazon, le nouveau PDG affûte ses punchlines. Andy Jassy, successeur de Jeff Bezos, tente par tous les moyens d’écarter le législateur de son espace de commerce pour vendeurs tiers. Quelque chose à cacher ? Non, évidemment : c’est uniquement pour ne pas entraver la liberté de commerce que ces précautions sont prises.

26/10/2021, 11:02

ActuaLitté

Abolition des pénalités de retard : les partis politiques s’engagent enfin ? 

Le Manifeste sur la bibliothèque publique de l'UNESCO affirme que « tous les citoyens, peu importe leur lieu de résidence, ont droit à un accès libre et sans restriction à l’information, à des ressources et à des services diversifiés qui leur permettent de développer leurs connaissances, leur créativité, leur ens démocratique et leur responsabilité citoyenne », rapporte le communiqué des Lignes directrices pour les bibliothèques publiques du Québec. En ce sens, rendre la culture accessible à tous apparaît aujourd’hui comme un enjeu politique. Et cette visée semble dépendre de l’abolition des frais de retards des livres empruntés.

26/10/2021, 10:10

ActuaLitté

Le Japon perd deux grands mangakas : Shirato Sanpei et son frère Tetsuji Okamoto

Douloureuse semaine au Japon, après que l’éditeur Shogakukan a annoncé la mort de deux mangakas. Sanpei Shirato et Tetsuji Okamoto sont morts ces 8 et 12 octobre. Tous deux frères — le véritable nom de Shirato était Noboru Okamoto — ils ont été emportés par des formes distinctes de pneumonie.

26/10/2021, 09:31

ActuaLitté

États-Unis : dans les livres, en cours, la diversité mise à l'écart

Le système éducatif américain se tend autour de la représentation de la diversité dans les programmes scolaires. Outre la polémique sur la théorie critique de la race, dans les universités, certains ouvrages se trouvent pointés du doigt, tandis que le législateur s'en mêle, dans plusieurs États. 

25/10/2021, 16:48

ActuaLitté

Canada : entre le Covid et l'accès à distance, les archives à la traîne

Les historiens et archivistes canadiens se disent particulièrement inquiets des difficultés d'accès aux documents conservés par Bibliothèque et archives Canada (Library and Archives Canada, LAC), les archives nationales canadiennes. Les salles de lecture ne sont plus ouvertes que trois jours par semaine, avec une obligation de réservation qui congestionne l'ensemble. Après la pandémie, il semblerait que les budgets de l'institution viennent limiter les possibilités d'accueil...

25/10/2021, 15:40

ActuaLitté

Emmanuel Macron consacre les liens entre Alfred Dreyfus et Émile Zola 

Les beaux jours nous ont abandonnés depuis quelque temps : peut-être la météo impliquait-elle le déplacement présidentiel pour l’occasion. Car Emmanuel Macron va inaugurer, à Médan (Yvelines), la maison Émile Zola — à deux pas du musée Alfred Dreyfus. Deux hommes intrinsèquement liés par l’Histoire. Et que le locataire de l’Élysée va rapprocher un peu plus.  

25/10/2021, 13:43

ActuaLitté

Prêt numérique : le Covid, meilleur ami des bibliothèques ?

Covid un jour, Covid toujours ? Les signes avant-coureurs d’un redémarrage de l’épidémie commencent à préoccuper les pouvoirs publics. Modéré, ce redémarrage tiendrait surtout aux températures qui chutent et à l’efficacité diminuant des vaccins de début d’année. Moralité, les éditeurs américains décident de prolonger leurs offres pour les bibliothèques.

25/10/2021, 11:45

ActuaLitté

Goldorak : prince de l'espace depuis 1975, seigneur des étoiles en 2021 

Démarrage fulgurant pour l’adaptation de l’œuvre de Gô Nagai par les cinq compères : Xavier Dorison, Denis Bajram, Brice Cossu, Alexis Sentenac et Yoann Guillo. Goldorak, projet immense opposant Hydragon au robot que pilote Actarus. Fulguran-poing même, puisque tant l’édition collector que l’album classique font exploser les ventes pour la maison Kana.

25/10/2021, 11:04

ActuaLitté

47 Super héros antiques : redécouvrir les légendes grecques 

« Même l’amoureux du mythe est en un sens un amoureux de la sagesse, car le mythe est fait de miracles », écrivait Aristote. Les éditions Taschen proposent un ouvrage réunissant 47 légendaires super-héros de l'antiquité, extraits des célèbres récits de Gustav Schwab sur la mythologie grecque. Des illustrations signées par Clifford Harper ou Walter Crane, Arthur Rackham et Virginia Frances Sterrett, et le monde des légendes s’éveille à une nouvelle vie.

24/10/2021, 11:24

ActuaLitté

Dilaceratio corporis, une collection pour mieux vivre la mort

En novembre, les éditions Fage proposent de remettre au goût du jour un thème parfois compliqué à aborder dans nos sociétés : celui de la mort. Avec la collection Dilaceratio Corporis, plongez dans les trefonds de la mort, à travers une multitude d'approches et de visons...

22/10/2021, 16:56

ActuaLitté

Groupe Fnac Darty : Pass Culture et Pass sanitaire s'opposent 

La sucession de confinements a permis à la vente en ligne de considérablement se développer. Une aubaine pour certaines entreprises. Parmi celles-ci, le groupe Darty, spécialisé dans la distribution de matériel électroménager, électronique et de produits culturels, a annoncé jeudi 21 octobre un chiffre d’affaires de 1,85 milliard d’euros au troisième trimestre, un chiffre en légère baisse (-0,3%) par rapport au troisième trimestre 2020. Ce résultat s’expliquerait par l’instauration du pass sanitaire.

22/10/2021, 14:56

ActuaLitté

Une librairie entièrement consacrée à nos amies les bêtes

Les trois règles, quand on ouvre un commerce, sont limpides : l’emplacement, l’emplacement, l’emplacement. Ensuite, le concept suivra bien, et les chalands s’arrêteront. Cleo Le-Tan a suivi ce conseil, en ouvrage sur East 9th street, dans l’East Village de Manhattan une librairie, Pillow-Cat Books. Celle se se présente comme la première qui soit centrée sur les animaux. Uniquement sur nos amies les bêtes…  

22/10/2021, 10:52

ActuaLitté

FIBD 2022 : Shoot the book ! espère susciter des adaptations

FIBD22 - Annoncée en mars dernier, la venue de Shoot the Book ! au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, en 2022, se précise. 10 ouvrages auront la chance d'être présentés à un panel de producteurs, le mercredi 26 janvier, avant des rencontres face à face entre éditeurs et producteurs.

22/10/2021, 10:35

ActuaLitté

Vivendi boucle un troisième trimestre tout sourire à + 10 %

Les derniers mois furent mouvementés pour le groupe Vivendi, avec notamment cet accord avec Amber Capital pour le rachat des actions de Lagardère. Au moment des comptes, les chiffres sont dans le vert avec un troisième trimestre en hausse de 10,3 %, à 2,476 milliards €. Pour Editis, la filiale éditoriale, c’est un recul qui est enregistré, au sein d’une année qui demeure exceptionnelle.

22/10/2021, 09:14

ActuaLitté

Kitab : la plateforme digitale pour les archives en arabe et français du Maroc

Un communiqué de la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM) vient d’annoncer le lancement de sa plateforme numérique Kitab. Cette dernière permettra de consulter les publications nationales diffusées depuis 2020, mais aussi celles à venir. En arabe, kitab désigne, tout simplement, un livre.

22/10/2021, 08:02

ActuaLitté

Réformer la formation des bibliothécaires territoriaux : rendez-vous à la Bpi

Le rapport Orsenna, remis à Emmanuel Macron en 2018, établissait plusieurs constats, notamment celui d'une formation initiale et continue des bibliothécaires territoriaux à faire évoluer, notamment vers la relation avec les usagers. Le 30 novembre 2021, le ministère de la Culture organise une journée d'échanges pour ouvrir le chantier de cette réforme de la formation.

21/10/2021, 16:48

ActuaLitté

Jeunesse : disparition de l'auteur et illustrateur américain Jerry Pinkney

À l'âge de 82 ans, l'auteur et illustrateur américain de livres pour la jeunesse Jerry Pinkney a tiré sa révérence. Relativement peu traduit en français, il a pourtant signé ou cosigné plus d'une centaine de livres au cours de sa carrière, et aura notamment reçu un prix couronnant l'ensemble de son œuvre, décerné par la Society of Illustrators.

21/10/2021, 15:43

ActuaLitté

Comic Art Europe : faciliter la mobilité des oeuvres et des créateurs

Après sa première année d’existence, Comic Art Europe, visant à renforcer le secteur de la bande dessinée sur le continent en expérimentant des méthodes de travail collaboratives, fait le bilan de ses actions et lance deux nouveaux appels à participation aux auteurs et autrices du 9e art.

21/10/2021, 15:07

ActuaLitté

Réflexion, détachement et rondeur : Milan explore une nouvelle identité

Depuis bientôt 40 ans, les éditions Milan, un des premiers éditeurs sur le marché du documentaire jeunesse, invitent leurs lecteurs à « ouvrir grand les yeux » en transmettant, grâce à ses auteurs et à leurs œuvres, un précieux savoir, qui donne du sens, et rend confiant dans la vie. 

21/10/2021, 12:42