#Droit / Justice

Affaire Marsan : huit autrices de Bragelonne “rappellent la société à ses obligations

Une enquête de Mediapart, en avril dernier, a fait état des témoignages d'une vingtaine de femmes, qui pointaient le comportement « déplacé » de l'éditeur Stéphane Marsan, directeur du groupe Bragelonne, dans un cadre professionnel, à l'occasion de réunions ou lors de festivals. Depuis, la société n'a pas réagi publiquement, et aucune mesure ne semble avoir suivi ces révélations. Huit autrices de livres publiés par le groupe rappellent la société à ses obligations, menaçant de reprendre leurs droits sur leurs créations. Nous reproduisons ci-dessous, en intégralité, leurs revendications et leur lettre ouverte.

Le 28/05/2021 à 09:00 par Collectif

55 Réactions | 851 Partages

Publié le :

28/05/2021 à 09:00

Collectif

55

Commentaires

851

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Plus d’un mois après la mise en cause de l’éditeur Stéphane Marsan par Médiapart, des autrices de Bragelonne ont pris leur décision : si aucune enquête sérieuse n’est menée, elles partent. 

Depuis la publication de l’article Médiapart le 21 avril 2021, aucune enquête interne n’a été menée sur les accusations de harcèlement sexuel visant Stéphane Marsan, laissant à penser que la société Bragelonne n’entend pas respecter son obligation légale de sécurité prévue par l’article L-1153-5 du Code du travail.

Dans une action commune inédite au sein du monde de l’édition française, huit autrices de la maison d’édition rappellent la société à ses obligations.

Mel Andoryss, Samantha Bailly, Sabrina Calvo, Cécile Duquenne, Mélanie Fazi, Betty Piccioli, Véronique Roméo et Marie Valente ont co-écrit et co-signé une lettre ouverte qui a été envoyée ce jour aux administrateurs et actionnaires de la société Bragelonne, lettre dans laquelle elles exigent une prise de responsabilité de la part des sociétaires, eu égard aux faits dénoncés dans les articles intitulés « #MeToo : le patron d’une maison d’édition mis en cause », publié par MEDIAPART le 21 avril 2021, et « #MeToo dans l'édition : “Je suis Jeanne”, une témoin se dévoile », publié par ACTUALITTE.

La lettre envoyée à Bragelonne souligne sans équivoque le fait que, à l’heure actuelle, une enquête sur les faits allégués devrait déjà avoir été entamée, en sollicitant à tout le moins les instances représentatives compétentes, à savoir l’inspection du travail et la médecine du travail. L'absence complète de réaction de la société Bragelonne laisse à penser que cette dernière cautionne les agissements de son président dans un cadre professionnel.

Par conséquent, les autrices signataires réclament de connaître « les actions que la société entend effectuer pour prévenir toute situation outrageante ou de harcèlement pour ses salariées, ses autrices, traductrices et ses autres prestataires ». Le manquement aux obligations légales de sécurité n’est en effet pas assuré par les sociétaires, monsieur Stéphane Marsan continuant à ce jour d’exercer et d’être en contact avec de nombreuses autrices et collaboratrices, et ce, en dépit du fait que certaines d’entre elles aient manifesté leur réticence à travailler avec lui depuis la parution des articles cités plus haut.

En cas d’absence de réaction ou de prise de responsabilité de la part des sociétaires, les autrices signataires comptent exercer leur droit moral de retrait, tel que prévu par l’article L121-4 du code de la propriété intellectuelle. Certaines des concernées ont jusqu’à 7 ouvrages publiés par Bragelonne, voire des projets en cours ou prévus. Au total, si les autrices venaient à reprendre leurs droits, cela représenterait une perte de près de 20 ouvrages au catalogue de la maison d’édition Bragelonne et ses labels Milady/Castelmore, sans compter les titres prévus, qu’ils soient déjà à paraître ou en cours d’écriture.

C’est la première fois dans le monde de l’édition française que des autrices d’une même maison d’édition se réunissent dans ce type d’action commune et réclament des comptes suite à une affaire de harcèlement sexuel de cette ampleur. Bien qu’elles ne soient que huit, les autrices signataires de cette lettre ne sont pas seules : elles sont soutenues par de nombreuses autrices et traductrices de la maison d’édition, telles que Lise Syven, Marie Caillet, Sophie Dabat et Isabelle Troin, mais également des auteurs et traducteurs.

Dans les jours prochains, les autrices signataires vont publier cette lettre sur leurs réseaux sociaux respectifs afin que leur lectorat, fidèle et de longue date, soit informé de leur engagement contre le harcèlement sexuel, un engagement qui ne se réduit pas aux paroles. Dont acte.

NDLR : un site internet a été mis en place par le collectif

Photographie : illustration, Giulia Forsythe, CC BY 2.0

 
 
 

55 Commentaires

 

Dura Lex Sed Lex

28/05/2021 à 09:29

Ces femmes peuvent bien écrire ce qu'elles veulent : elles ont signé un contrat qui les empêchent de faire ce qu'elles veulent faire. Donc à moins de démontrer que leur signature de contrat a été contrainte, ou bien que le contrat est caduque pour une raison légale, elles font surtout du bruit... pour rien.

À moins que ce ne soit leur but ?

Cécile Duquenne

28/05/2021 à 12:31

Bonjour,
Le droit de retrait pour cause de préjudice moral est prévu dans les contrats de propriété littéraire et intellectuelle. Écrire est un métier, et nous savons quand même ce que nous faisons, et ce que nous signons...
Bien à vous,
Cécile Duquenne.

Sophie Dabat

28/05/2021 à 13:58

Et quand bien même elles ne récupéreraient pas leurs droits, elles auront au moins eu le mérite de dénoncer l'immobilisme d'une société face aux agissements de son fondateur et de s'opposer à ces actes.
A moins que vous ne considériez les violences sexuelles et le harcèlement comme "du bruit pour rien"...

Contractore

06/07/2021 à 19:35

En tout cas leur courrier semblait suffisamment justifié juridiquement pour que les administrateurs et associés y répondent favorablement...
Quant à votre interprétation "dura lex sed lex", je me permets de rappeler que les autrices ont opposé une obligation légale de sécurité à un contrat... et qu'en matière de hiérarchie des normes la loi s'impose encore au contrat... Dura lex sed lex effectivement...

Une lectrice

28/05/2021 à 14:03

Bonjour,

J'entends bien que par cette lettre, vous ne souhaitez plus être associées à cette maison d'édition. Mais je n'en vois pas la portée: vous retirez vos œuvres de leur catalogue, oui mais je ne vois pas en quoi cela impacte réellement la maison d'édition.

Les faits dénoncés sont graves. Il est impératif de déposer plainte même si les démarches sont longues.

MLD

28/05/2021 à 14:04

Et sinon question bête : pourquoi ces femmes ne peuvent-elles pas porter plainte tout simplement ?

Oni

28/05/2021 à 16:46

Parce que même lorsqu'il y a plainte pour viol, c'est classé sans suite dans 70% à 80% des cas.

Hors, ici ne s'agit "que" de harcèlement moral, de gestes déplacés, de climat de travail délétère. Chaque geste, pris indépendamment est quasi inattaquable, c'est l'accumulation (sur des années et un nombre effarant de femmes) qui pose problème, mais si même les viols ne sont pas punis les trois quart du temps alors des mains aux fesses, des regards, des remarques, aussi lourd et pénible que ça ait pu être pour les victimes, n'ont presque aucune chance de finir en condamnation.

Marsan le sait très bien et depuis toujours, ce pourquoi il attend juste que ça passe en traitant joyeusement en privé les plaignantes de frustrées jalouses.

Une lectrice

28/05/2021 à 21:18

Justement, la lettre indique bien que l'enquête est documentée avec des écrits donc une plainte peut tout à fait aboutir.

J'ajoute que si un regard ne peut être sanctionné, ce n'est pas le cas d'une main aux fesses: dans le cadre professionnel, cela relève bien de harcèlement sexuel d'après la loi et donc tout à fait sanctionable devant la justice

NAUWELAERS

28/05/2021 à 23:01

Oni (votre message du 28 mai), je pense que vous êtes réaliste, tout simplement...
S'il n'y a pas de réaction concrète eh bien...
Qu'elles partent et aillent s'épanouir chez d'autres éditeurs et éditrices plutôt que de rêver de procès sans aucune chance de l'emporter, faute de preuves.
Un départ collectif sera le meilleur désaveu possible...
Mais il reste le vrai problème des liens contractuels !Sur lesquels je ne peux me prononcer faute des compétences juridiques nécessaires.
Là avec un arrêt de collaboration, on reste dans le champ du possible qui n'est pas aussi illimité qu'on voudrait le croire !
Pas contentes, pas de réaction des responsables, on claque la porte et on va travailler chez d'autres éditeurs (voire éditrices) qui ne demanderont qu'à tirer les marrons chauds du feu de la discorde !
Un soutien certes mais qui porte ses fruits...
Il restera le sort des livres déjà publiés chez Bragelonne qui sera en balance de tout cela, c'est vrai.
Et pour la suite, on peut espérer que les comportements litigieux appartiendront au passé !

CHRISTIAN NAUWELAERS

MLD

29/05/2021 à 16:37

Désolée de ne pas m'émouvoir pour un regard déplacé ou un sentiment d'être mal à l'aise face aux victimes de viol et d'abus sexuels. Ces femmes n'ont qu'à le dire sur le moment au lieu de se reposer sur le tribunal populaire.

NAUWELAERS

28/05/2021 à 22:40

Et comment prouver les allégations ?
Là est le problème évidemment...
CHRISTIAN NAUWELAERS

Alfred

28/05/2021 à 15:02

Assez de cet horrible autrice !

Auteure c'est tellement plus beau. On évoque la professeure, la docteure, et non pas la futile actrice ou la funeste directrice, les deux étant toutefois moins dissonants que l'autriste par la présence du c.

Locke

28/05/2021 à 17:12

Beau sens des priorités, Alfred...

Fraternité (nom féminin) Sentiment de solidarité et d'amitié entre personnes de la famille humaine

28/05/2021 à 15:28

Bonjour,
Pour ma part, je m'engage à ne plus acheter de parution Bragelonne, dont pourtant j'apprécie le catalogue, tant que des mesures sérieuses n'auront pas été prises. Et j'espère que nous serons nombreux·ses à sanctionner l'inaction complice de cet éditeur.
Courage !

Une lectrice

28/05/2021 à 15:47

Ce mode d'action me pose problème car boycotter une maison d'édition signifie sanctionner les salariés et potentiellement leur faire perdre leur travail.

Ils n'y sont strictement pour rien concernant cette affaire qui ne concerne qu'une seule personne: un de leurs dirigeants.

Non, il faut porter plainte, c'est le mode d'action le plus efficace et ce d'autant plus, d'après la lettre publiée dans l'article, que l'enquête journalistique est documentée

NAUWELAERS

28/05/2021 à 22:43

N'oubliez pas que plainte ne vaut pas accusation et qu'il faut parvenir à réunir des preuves...
Je ne sais pas ce que je ferais, je l'avoue, si j'étais personnellement impliqué.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Une lectrice

29/05/2021 à 10:40

La lettre indique clairement que l'enquête est documentée ce qui signifie qu'il y a des preuves écrites qui prouvent le comportement inapproprié de cet homme dans le cadre professionnel.

Par conséquent, les preuves écrites constituent a minima un fondement juridique pour déposer plainte.

Il doit forcément exister un moyen pour les autrices de porter l'affaire devant la justice. Il faut que des avocats, des juristes, des syndicats, des associations....
les aident pour y parvenir.

Dura Lex Sed Lex

29/05/2021 à 09:37

L'appel au boycott est puni par la loi. Non seulement vous pouvez être poursuivie, mais Actualitté aussi comme relais de l'appel.

Locke

29/05/2021 à 14:00

Bonjour,
C'est faux.

https://www.estrepublicain.fr/societe/2020/11/20/oui-l-appel-au-boycott-d-amazon-pour-noel-est-legal

Cordialement.

Team ActuaLitté

29/05/2021 à 14:04

Bonjour
Un lecteur vous a répondu avant que je ne puisse le faire, mais en effet, l'appel au boycott, s'il a pu être interdit par la justice, n'a rien d'illegal.
Par ailleurs, la France avait été condamnée par la Cour européenne des Droits de l'Homme pour avoir déclaré le boycott illégal – et ce, dans un contexte extrêmement spécifique.
https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/06/11/la-cedh-condamne-la-france-dans-l-affaire-des-appels-au-boycottage-de-produits-israeliens_6042493_3224.html
Merci de vérifier vos propos, avant de les poster.

Dura Lex Sed Lex

31/05/2021 à 10:46

La loi n'a jamais été amendée, donc le boycott est toujours illégal en France. Et ce n'est pas la première fois que la France s’assiérait sur une jurisprudence européenne...

Après, vous gagnerez sans doute en grimpant jusqu'à la CEJ, après avoir franchi tous les obstacles, tels que les appels successifs. Disons qu'en quelques années, l'affaire sera pliée.

À vous de voir...

NAUWELAERS

31/05/2021 à 11:57

Cette idée de boycott est d'une stupidité sans nom.
Cela ne mène à rien...et heureusement pour toutes les personnes qui n'auront pas à pâtir de tels délires.
La confusion mentale et l'absence totale d'un strict minimum de jugement tend à s'étendre dans l'espace public, et en tête le cybermonde, comme des fumées toxiques dans l'atmosphère...
Enfin pas chez tout le monde encore !
Il faut empêcher les comportements litigieux d'une seule personne, la rappeler à l'ordre, que sais-je...
Sanctionner au besoin mais seulement en cas de délits avérés et prouvés.
Un article de journal même en ligne ne suffit pas pour cela, il faut des témoignages étayés par des preuves (ce qu'on lit sur les réseaux n'ayant rien à voir avec le fonctionnement de la justice) mais je ne fais qu'enfoncer une porte ouverte.
Que certaines personnes semblent ne pas vouloir voir...
Et on peut parfaitement considérer les autres maisons d'éditions qui se frotteront les mains à l'idée d'accueillir des mécontentes voire mécontents, qui le sont pour raisons directes ou de solidarité avec des collègues...
Tout en jetant avec entrain -d'autres éditions- des rafales de pierres dans le jardin d'un concurrent prestigieux...!
Je reconnais à part cela que l'idée de «speed dating» «littéraire» (?) est aberrante.
C'est n'importe quoi et je ne sais pas qui a eu l'idée d'instaurer de tels dysfonctionnements.
Sinon rappelons-nous quand même que lors d'une rencontre fortuite avec une papesse du monde éditorial, Françoise Verny, Yann Queffélec qui n'avait encore rien publié s'est entendu dire: «Vous avez une vraie tête d'écrivain !»
Et elle l'a convoqué pour un rendez-vous...
La carrière de Queffélec était lancée.
Toujours trouvé cette anecdote véridique un peu étrange et moi elle m'indispose un peu -ne saisis pas ce que cela veut dire- mais avec Queffélec, elle a eu le nez fin.
Malgré déjà un début de dérive, de mélange indu des genres...
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

29/05/2021 à 20:01

Bonjour Fraternité,
En total désaccord avec vous: ce que vous proposez est une dérive détestable (même si moi je ne m'intéresse pas à ce genre de littérature mais question de goût uniquement, rien à voir avec Stéphane Marsan).
Que ce type de boycott soit légal ou illégal, peu me chaut.
Ce que je déteste: on se moque des effets collatéraux !
Ou bien on fait semblant, en toute tartufferie et hypocrisie, de les ignorer...
Où est la sororité tant proclamée -faites ce que je dis, pas ce que je fais ?
Des femmes (autrices, traductrices etc.) travaillant pour Bragelonne devraient être boycottées dans leur travail à cause du mauvais comportement possible ou probable d'UN SEUL dirigeant (et des hommes parfaitement corrects également en pâtiraient, on punit des innocents mais on a Raison, toujours Raison) ?
On marche sur la tête, cela ne va plus.
Vous perdez votre crédibilité selon moi (celles qui appellent au boycott de Bragelonne), et votre capital de sympathie.
Pour moi, c'est un déni de justice, quelles que soient les données légales à ce sujet.
Attention à ne pas nous engager dans un processus de justiciers et «justicières» qui confine au totalitarisme !
Je regrette: se moquer des effets collatéraux dans un État de droit, c'est inacceptable.
Et quels sont les faits avérés, une fois pour toutes, à part des regards lourdingues ou des réflexions malaisantes ?
C'est une question...
J'attends une réponse de qui de droit.
CHRISTIAN NAUWELAERS  Démocrate progressiste universaliste

Balayer devant sa porte

28/05/2021 à 17:08

Alors ceux qui boycottent une ME en sanctionnant, par la même occasion, des dizaines de salariés et une multitude d'auteurs et de créateurs... Comment dire ???
Vous allez me faire croire que dans votre quotidien vous boycottez TOUS les salauds et là je parle bien de salauds qui peuplent cette planète ??? Et pourtant il y aurait tellement d'autres choses à boycotter beaucoup plus graves en premier lieu.
ça me fait bien rire les gens qui croient mener une belle bataille en n'achetant pas de livres (soit dit en passant : Waouh quel acte de courage ! Certains peuvent aller se rhabiller face à un acte aussi révolutionnaire) alors qu'ils n'hésitent pas à manger des Ferrero ou à prendre de l'essence chez Total, ou à acheter sur Amazon, ou à être abonné chez Free... Ce ne sont que des exemples, malheureusement pour l'humanité, il y en beaucoup d'autres ! Suffit de s'informer et de prioriser les batailles au lieu de s'éparpiller. A vouloir tout faire, on ne fait rien !

UN ACHAT = UN VOTE

28/05/2021 à 21:54


UN ACHAT = UN VOTE

Et on retire le doit grève aussi pour pas pénaliser les non-gréviste et l'entreprise ?
Eh bien non et c'est mon droit, de ne pas cautionner Bragelonne dans ce déni.
Je ne suis pas révolutionnaire mais j'essaie d'être responsable, a mon humble mesure. Et je n'utilise effectivement plus les services de Total, Lactalis, etc.. et c'est quelques fois un casse tête.

Bonne soirée.


Pic

29/05/2021 à 09:39

Oulala... Ne pas manger du chocolat Ferrero ou ne pas être abonné chez Free...

Mon Dieu, quel scandale !

On a les combat qu'on peut.

Balayer devant sa porte

29/05/2021 à 16:32

Oui vous avez raison... Que sont le travail abusif des enfants et le suicide de ses salariés face à un mail ou des mots déplacés...
Voyons, voyons !

Pic

31/05/2021 à 10:49

Votre ordinateur est fabriqué où ? Votre smartphone ? Votre connexion internet est fourni par qui ?

Vous jouez les redresseurs de torts, mais vous êtes bien ancré dans la vie réelle, celle du mondialisme forcené qui exploite (entre autres) les enfants sans pitié.

Soyez logique et revendez vos babioles électroniques. Coupez vos abonnements et utiliser un papier (recyclé) avec un crayon à papier.

Flo

28/05/2021 à 20:50

L’inaction de Bragelonne face à ces accusations graves reflète la position de toute une « élite » intellectuelle française à l’écrasante majorité masculine. Ces autrices, ainsi que toutes les femmes ayant témoignées et toutes les victimes silencieuses, ont tout mon soutien et toute mon admiration. Bravo à elles. J’aimerai que nous n’ayons pas besoin d’être fortes et de devoir élever nos voix de cette façon.

CHRISTIAN NAUWELAERS

28/05/2021 à 22:28

«Le manquement aux obligations légales de sécurité n’est en effet pas assuré par les sociétaires, »
Ci-dessus un beau contresens, repris de la lettre ouverte, entre guillemets !
On reproche aux sociétaires de ne pas assurer un «manquement» (sic !) aux obligations légales...!

CHRISTIAN NAUWELAERS

Lectrice

28/05/2021 à 22:31

Si je soutiens ses femmes dans leurs causes, je ne les soutiens pas dans cette action.

Elles restent maîtresses de leur texte donc si elles veulent partir, j estime que la maison doit se faire le devoir de leur rendre leur droit et leur payer ce quelle leur doit.

Marsan mérite d être condamné pour son comportement, cependant un regard déplace n est aujourd'hui pas condamnable.

Sans compte que je trouve le terme victime plus que déplacé, pour beaucoup de femmes qui se plaignent des propos de Marsan, pour une personne comme moi qui a été violé est exagéré, je peux comprendre et j approuve qu'elles demandes justice.

Après actuellement au vu des comportement de certaines qui appellent à couler la maison d édition, je trouve que leur comportement n est pas mieux que celui de Marsan.

J espere sincèrement quelles se réuniront pour prendre un avocat, plutôt que de continuer cette guerre sur les réseaux qui visiblement ne mène nulle part.

Une lectrice

29/05/2021 à 11:19

Je compatis à ce qui vous est arrivé. J'espère que vous avez obtenu justice.

Cependant, ces femmes sont victimes. Victimes du comportement inapproprié d'un homme dans le cadre professionnel. Ce qui ne devrait pas avoir lieu. Le travail, c'est le travail.

Au contraire, les autrices ont raison de le dénoncer sur les réseaux sociaux : c'est la première étape avant l'action juridique

Une lectrice

29/05/2021 à 14:38

Ne pouvant pas éditer mon précédent commentaire, je poste de nouveau pour le rectifier.

Les signataires de la lettre n'indiquent pas avoir été victimes elles-mêmes de comportement inapproprié de la part de cet homme. Elles demandent l'ouverture d'une enquête interne suite à l'article du journal.

Pour le moment cet homme bénéficie de la présomption d'innocence puisque aucun procès n'a eu lieu.

D'où la nécessité de porter plainte car les faits sont graves. Dénoncer sur les réseaux sociaux dans un premier temps mais il faut que cela soit suivi d'un dépôt de plainte.

Pour ce faire, les signataires doivent se faire aider car les faits sont graves et d'autant plus dans le cadre professionnel

Une lectrice

29/05/2021 à 21:40

Le soucis C est que certaines d entre elles agissent comme si x était une vendetta une vengeance personnelle contre Marsan :/ et justement ce comportement gâche l action de toute les autres :(

Quoi qu il en soit, j ai peur que cette action ne servent à rien

NAUWELAERS

29/05/2021 à 21:46

Oui lectrice: certaines signataires reconnaissent n'avoir rien à reprocher personnellement à Marsan.
Alors l'appel au boycott, le côté lynchage...cela ne sent pas bon.
D'accord avec vous donc.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Une lectrice

29/05/2021 à 22:25

La vengeance personnelle n'a rien à faire ici. L'affaire qui nous occupe est le harcèlement sexuel au travail. C'est très grave.

Je refuse également le boycott qui met en péril l'emploi des salariés qui n'y sont pour rien. Ils n'ont pas à subir les conséquences d'une affaire qui ne les concernent pas.

Je me répète mais le dépôt de plainte est la seule option valable. Ces femmes dénoncent un homme. Le dire sur les réseaux sociaux et actualitte c'est une chose mais ça ne peut pas en rester là. Il faut passer à l'étape suivante qui est la plainte et laisser la justice faire son travail.

Lectrice

29/05/2021 à 15:59

Merci c est gentille

Oui elles ont raisons de dénoncer le comportement de Marsan

Cependant le comportement de certaines d entre elles ne donne pas envie de soutenir l action

Je prends l'exemple de l une d entre elle qui appelle à carrément couler la maison, et qui parle mal aux gens qui ne partage pas leur avis

Je regrette de n est pas en pénalisant les autres auteurs et les employés quelles auront gain de cause.

Au contraire part cette attitude elles ne valent pas mieux que Marsan.
Et le résultat est là

Elles ne sont pas soutenue
Très peu de personne partage leur action et encore moins les soutiennes

NAUWELAERS

29/05/2021 à 11:55

Lectrice,
En réponse à votre message du 28 mai, 22h31: êtes-vous sûre qu'un contrat n'est qu'un chiffon de papier ?
Certes les autrices ont un droit moral sur leur travail mais elles sont liées contractuellement.
Sinon aucun avocat ne pourra défendre des femmes qui n'ont été victimes que de regards déplacés -allez prouver cela - ou d'une réflexion sur un décolleté...
Là je regrette, on tombe dans une atmosphère irrespirable.
Comme je l'ai écrit maintes fois en ne parvenant pas à me faire comprendre de certaines personnes bornées et fans d'une «judiciarisation» absurde et insupportable de notre société, en suivant les pires dérives américaines...
Si une jeune fille ou une femme se sent mal à l'aise face à un comportement masculin de ce type, y compris une réflexion lourdingue, elle doit le remettre à sa place immédiatement tout de même !
Entre adultes responsables et sans infantilisation ni défaitisme victimaire qui remplace une saine assertivité défensive.
Il s'agit du respect de la dignité humaine, c'est tout.
La médecine du travail non plus ne va pas prendre en charge une dame qui se plaindrait d'un regard concupiscent ou lubrique sur son décolleté, ou un compliment sur ses beaux yeux.
Que d'autres femmes crèvent de ne jamais recevoir mais elles, on les invisibilise en toute non-sororité, elles n'existent pas...
Jamais un traître mot sur celles qui ne séduisent pas.
Alors moi je l'écris, voilà.
Mais pour du VRAI harcèlement persistant, voire évidemment une vraie agression physique, là cela relève du pénal.
Seulement le pénal et la médecine du travail ne peuvent être sollicitées pour un sentiment de malaise ressenti lors d'un entretien...
Tout le monde d'un peu sensé sait cela: j'enfonce une porte ouverte.
Et si on prend ça, de façon stupide (je reste poli), pour une «défense du patriarcat», je jette l'éponge...
Moi je ne veux pas de ce genre de littérature, et rien à voir avec le cas Marsan: cela ne m'intéresse pas mais à chacun ses goûts !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Lectrice

29/05/2021 à 16:03

Je vous répondrai une chose CHRISTIAN, quand on est édité chez un éditeur on peu être édité ailleurs

Personnellement j'ai vu comment Marsan agissait j ai étais m adresser ailleurs c est aussi simple que ça.

Adulte on donne la force que l on veut bien à ce genre de comportement a un moment il faut arrêter ce n est pas parce que tu donne une claque à quelqu'un que toute les maisons te sont fermés

MLD

29/05/2021 à 16:29

Je n'aurais pas mieux dit !
Utiliser le terme victime pour un regard appuyé ou un mail grossier est pour moi d'un irrespect monstrueux face aux vraies victimes qui manquent déjà cruellement de justice dans ce pays. Un peu de décence ! Et jugeons en fonction des actes sans tomber dans la démesure.

NAUWELAERS

29/05/2021 à 20:03

Bravo MLD.
Ce que vous écrivez tombe sous le sens.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Ploufplouf

29/05/2021 à 11:48

#brion#ppda, jamais de plaintes mais toujours de la publicité !

Ed

29/05/2021 à 21:57

Je comprends bien que ce n'est pas de la responsabilité des rédacteurs du site, et de cet article moins encore, mais il y a tout de même des pitres qui sont récurrents ici.
La loi oblige un employeur à intervenir (d'ailleurs, il y avait un papier assez bien fichu ici https://actualitte.com/article/100022/droit-justice/metoo-autrices-salariees-affaire-marsan-l-edition-face-a-ses-responsabilites), pour garantir la sécurité de ses salariés. Il ne s'agit plus de l'homme concerné, mais de la structure juridique, alors cessons deux secondes les querelles de vocabulaire. Qu'a dit Bragelonne depuis le début de cette affaire ? Rien : faire le dos rond, attendre que passe l'orage. Brillante stratégie. Toute l'édition (qui se sent concernée) a même dû entendre parler de cette réaction interne qui dénoncerait une cabale motivée par la jalousie qu'inspire la réussite de l'entreprise. Mais rien n'a encore été sorti.
L'entreprise a des responsabilités, ses salariés ont manifestement quelques problèmes (sauf erreur ?) à s'exprimer – j'imagine qu'ActuaLitté et les autres tentent de les contacter – mais il n'empêche que le Code du travail existe. Et que pour faire bonne figure, Bragelonne aurait tout intérêt à montrer patte blanche en mettant en place cette enquête interne.
Pas de vendetta contre ce monsieur Marsan ici : juste le respect de la loi. Est-ce trop demander ?

NAUWELAERS

05/06/2021 à 22:41

Ed,
Votre réaction du 29 mai est publiée avec un grand retard !
Vous faites allusion à des pitres sur ce forum, très bien.
Mais est-ce de l'humour lorsque vous rappelez, certes à juste titre, que la loi oblige l'employeur à intervenir dans un cas comme celui-ci...alors que l'employeur est Stéphane Marsan et que c'est bien lui qui est mis en cause ?
Je ne vois pas quelle «structure juridique» pourrait intervenir.
La seule question est de savoir si des attitudes, ou des faits, des paroles et/ou actes de Stéphane Marsan sont pénalement répréhensibles.
Le reste...je crains que ce soit beaucoup de vent vu l'absence de résultats concrets sauf un: sa réputation est gravement entachée et je serais étonné que cela lui soit indifférent.
Sinon des appels au boycott de livres Bragelonne relèvent d'une pitrerie plus odieuse que drôle.
Dès qu'une (ré)action risque de faire des victimes collatérales innocentes, il est honteux de persévérer.
Mais je ne crois pas à la moindre chance de succès d'un boycott.
Et les concurrents de Bragelonne sont bien attentifs à la polémique en cours et prêts à accorder de nombreux rendez-vous à des transfuges éventuel(le)s...
Donc les situations sans issue, on peut s'en sortir...puisque issues il y a et au pluriel.
Même si je me doute que cela n'est sans doute pas facile de sauter le pas.
N'oublions pas que des autrices n'ont pas eu à se plaindre du tout de monsieur Marsan...
Mais je n'ai aucun contact avec cette maison d'éditions !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Yukio

02/06/2021 à 15:05

Les écrivaines de Bragelonne devraient calmement et consciencieusement négocier leur départ, afin de s'assurer de la garantie entière de la propriété intellectuelle de leurs oeuvres, de celle de leurs droits d'autrices et de la liberté de transférer leurs oeuvres, ailleurs si elles le désirent et pour éviter en cas de saga toutes formes de saisies et chute vers et sur une liste noire, cela afin, oui, d'écrire dans des conditions confortables et rassurantes. Si monsieur Marsan ne peut faire l'objet d'une plainte, c'est qu'il n'est pas justiciable et qu'il existe des faits dans le domaine éditorial moins graves et plus graves : contrats signés en fin de vie, alors que l'auteur est gravement malade, insultes, pressions menaces, contrats confidentiels pour taire des mauvais traitements et du racisme sexuel. Pour donner plus d'ampleur à la lutte de ces femmes et permettre à la presse générale de s'y intéresser, il faudrait bien évidemment évoquer les cas où et cela ne me semble pas etre le cas des écrivaines de Bragelonne, où les auteurs sont encore jugés précaires, handicapés ou bien les cas où vue la taille de la maison d'édition, aucun avocat n'ose vous représenter meme en cas de non respect du contrat, c'est à dire de non paiment des droits alors que l'oeuvre est toujours en vente.
Bon courage à vous mais désolée, je ne boycotterai pas un éditeur qui a survécu à Bret Easton Ellis, les policiers suédois et le Millénium. Pour le moment, je m'y intéresse mollement.

Lyu

06/06/2021 à 08:46

Je suis peut-etre un pitre mais j'ai pu constater que des éditeurs fantasy moins bons ( et non faisant partie de l'élité si le fantasy n'est pas l'élite) sont envieux de la réussite de Monsieur Marsan. Leurs méthodes sont ou similaires ou plus lourdes alors?N Que fait-on? On les mets tous en prison? ET n bousille nt leur structure éditoriale? NON

Math

06/06/2021 à 08:53

On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre, ce que semblent vouloir ces femmes et qui au fond dépend d'une activité commerciale virile gérée par monsieur Marsan. Parfois, quitter un éditeur comporte des risques: perdre, ses droits, son identité intellectuelle, sa propriété sur une oeuvre. il faudrait évaluer les risques avant d'en faire tout un patacaisse auprès de gens au fond peu intéressés par toute cette histoire et qui continuent de travailler si eux se sentent libres à l'encontre de tous ces paramètres de vie dite "intellectuelle"

Shima

07/06/2021 à 16:35

En ces Temps troublés de fusion des genres des sexes, et d'hystérie féminine allant vers un versant combattant, d'hystérie agressive pour trouver l'homme doux et tendre, je repense à la phrase de l'Apotre Saint Jean: " Moi, ceux que j'aime, je les trouve coupables et je les forme". Donc j'en déduis que peu nombreux seront les élus et que malheureusement, si accuser peut etre tuer, ce n'est en rien se blanchir non plus. Monsieur Marsan et son co-directeur compteront donc parmi les élus d'un genre neutre? Ou castré Mesdames les autrices? Si Jean, l'Apotre dit le vrai, il faut seulement qu'ils tiennent le coup.

LSK

07/06/2021 à 17:16

Que ces femmes envahissent les terrains du feel good des LGTB et d'une elles auront la chance de faire un faux best sellers et de deux elles nous foutront la paix!

karinebride@laposte.net

05/07/2021 à 15:27

Eh ! les filles Stéphane Marsan, n'a meme pas eu le Temps de se marier. Je pense la meme chose d'Alain Nevant. Meme Mozart avait ce genre d'attitudes envers les soi-disant diva. Vous etes des moins que rien. Je me répète : "les flics sont des pourritures, vous aussi, les filles, surémunérées par Monsieur Marsan. Il n'y aura plus d'enquetes, plus de preuves. Marsan est injusticiable. Je me répète mais votre degré d'intelligence et de gratitude frise la trahison d'un type qui en a ras le bol de vous payer! Pour récolter quoi ! des insultes qui vous ressemble. Vous en connaissez pas marsan. Il m'a écrit un mail une fois. Je peux vous dire qu'il a du style. Vous aucun! Cette histoire est finie. je vous insulte si vous m'écrivez à moi. Mais essayez de le faire au moins une seule fois avec grace ! On se sert des poulets pour justicier quoi des poules, des pompes à blé, des filles imbaisables en somme! Venez mes chéries.

MLD

05/07/2021 à 16:13

Bien d'accord avec vous !
J'espère que ces femmes le paieront cher un jour !
Bande de grognasses indignes de l'intérêt qu'on vous porte !
Vous me faites honte d'être une femme...

karine bride

10/07/2021 à 13:33

Je ne suis pas votre muse c'est clair mes textes sont en voie de premiation sans exposition de mon cul mon visage je ne suis pas votre pute mais je crois que vous allez controler vos délires sinon vous finirez non pas dans mon enfer je n'ai pas que cela a faire vous finirez en sibérie pour avoir cautionné, sans assistance à ma personne quatre ans d'esclavage sous haute torture chimique pour cautionner macron et son génocide on a prélevé mon sang mon foutre pour prolonger vos vies malheursement il est entrain d'inoculer voter martyre. je me répète et je suis sure de moi seul monsieur Nevant peut s'en sortir je ne révèlerai pas mes sources. je choisis mes hackeurs ils ont russes et auprès de Monsieur Poutine, ils ont tous les droits, non parce que je suis russe mais parce je ne tolérerai pas un manque d'instruction logique envers un peuple qui m'a instruite dans une norme religieuse parfaite. Oui je tiens à monsieur Nevant et alors il faut qu'il pige le problème cela devient ingérable pour vous si je reçois des nouvelles de très gros éditeurs qui m'ont formée et à qui je dois de la reconnaissance pour avoir eu le courage de ne pas se soumettre à l'islam. Nous on l'a fait ! Vous? Pas vraiment! Dégagez rapidement du net disparaissez sinon tous les deux vous finirez torturés à vie!

karine

10/07/2021 à 13:49

Le problème est résolu oubliez toute forme de violence, Monsieur Sarkosy a été reconnu par l'ordre qu'il a su créé pour vous appaiser. Point barre!

karine delphine sonia

24/07/2021 à 06:15

Comment vous permettez-vous Monsieur de citer ma vie mon expérience à France Loisirs où j'ai démontré que seul un auteur que je ne citerai était valable et que vos "daubes" le fantasy n'étaient achetées que par des adultes bourrins, mysogines comme vous monsieur Marsan et Monsieur Nevant. Vous m'avez un jour, proposé de me suivre. Moi ? Non seulement c'est impossible, non seulement vous m'exposée à des risques vos autrices aussi de précarité mais on est pas et on ne sera jamais plus vos putes pauvre timbré ! Vous ne savez ni qui je suis ni d'où je viens alors si un politique veut un n conseil, qu'il vous coffre et que vous soyez contraint d'avouer où vous avez semé mon opéra et un petit roman intitulé Tik tok. L'islam est avec moi, les juifs, ceux qui le peuvent. On est bien pire que des terroristes. Nous sommes des enragés du Seigneur. Ma famille a freiné le progrès partout de tous temps pour sauver le monde mais les couillons dans votre genre et tout le fantasy je vous coule comme mes ancetres au prix de leur vie ont coulé le titanic. Méfiez-vous . S'il vous reste un peu d'argent dédommagez vos écrivains sinon le pire vous attend. Dites à Monsieur Nevant que Poutine a évalué sa valeur nulle j'obéis au chef moi mais je suis très en colère.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

En Afghanistan, “les créateurs sont pourchassés, risquent la torture et la mort”

La progression et le retour des talibans au pouvoir, à la faveur du retrait des forces internationales de l'Afghanistan, inquiètent le monde entier. Le devenir des libertés individuelles semble plus que jamais menacé dans le pays, et le Pen club français, qui défend la liberté d'expression, appelle le gouvernement français à prendre des mesures d'accueil fortes.

24/08/2021, 09:31

ActuaLitté

Biélorussie : la France doit “déclencher une initiative internationale” contre Loukachenko

L'anniversaire de la réélection contestée d'Alexandre Loukachenko à la présidence de la Biélorussie d'août 2020 fut marqué par la dissolution du Centre PEN national, qui lutte pour la liberté d'expression des écrivains. Le triste symbole d'un régime autoritaire qui s'installe et perdure : le Club PEN français, dans un courrier à Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, exhorte celui-ci à l'action. Nous reproduisons ci-dessous le texte envoyé, en intégralité.

16/08/2021, 10:44

ActuaLitté

Le Pass sanitaire : “Bombe à fragmentation pour la lecture publique”

Déjà préoccupés depuis la publication du décret d’application, les établissements de lecture publique s’inquiètent plus encore de voir la législation poindre. L’accord trouvé par la Commission mixte paritaire sur le projet de loi sanitaire laisse planer plus d’inquiétudes encore. L’interassociation des bibliothèques et bibliothécaires diffuse un message d’alerte, ici reproduit dans son intégralité.

26/07/2021, 18:44

ActuaLitté

La loi Climat et résilience briderait inutilement “l’activité de l’industrie papetière”

La « Convention citoyenne pour le climat » est, depuis sa création, présentée comme un moyen pour accélérer la lutte contre le changement climatique. LObjectif premier : réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici 2030, partout en France. Bien qu’engagée dans cet effort vers une industrie plus « verte », l’Union Française des Industries des Cartons, Papiers et Celluloses a exprimé ses inquiétudes. Nous publions ici leur réaction dans son intégralité.

22/07/2021, 13:17

ActuaLitté

Maroc : le procès Radi et Stitou dévoile “une gouvernance par la terreur”

Reporters Sans Frontières parlent d’un « procès de la honte » après que le verdict ait été rendu : la justice marocaine condamne Omar Radi et Imad Stitou au terme d’une « procédure entachée d’irrégularité ». Accusés de viol, d’espionnage ou encore de non-dénonciation d’un crime, la cour de Casablanca n’a pas fait dans la demi-mesure. Jean-Philippe Domecq, Président au PEN Club français du Comité des écrivains persécutés livre ici un texte pétri d’indignation.

21/07/2021, 14:53

ActuaLitté

Aux auteurs biélorusses, “nous redisons notre admiration” (Pen Club français)

Les citoyens, militants de la démocratie et auteurs biélorusses viennent de subir une nouvelle vague répressive, en Biélorussie. Sur ordre du président Alexandre Loukachenko, plusieurs centaines d'organisations non gouvernementales ont été visées par des perquisitions, le 14 juillet dernier. Parmi celles-ci, l'Union des écrivains biélorusses et le Pen Club local. Le Pen Club français exprime sa solidarité, dans nos colonnes.

19/07/2021, 09:47

ActuaLitté

Les auteurs existent-ils vraiment ?

Avons-nous réellement progressé depuis le bureau de législation dramatique par Beaumarchais, précurseur de la Sacd ou de la Sacem ? Nous en sommes toujours à « Compose Le Boléro ou Born to be alive… scénarise un block-buster… Sois téléchargé un million de fois ou tais-toi ! » ! par Olivier Cohen, membre du conseil syndical de la Ligue des auteurs professionnels.

15/07/2021, 12:23

ActuaLitté

“Nous sommes des centaines, chaque année, à rencontrer élèves et étudiants”

La Maison des écrivains est soutenue par les auteurs et les autrices qui la font vivre, qui travaillent avec son équipe au quotidien, et qui rencontrent, avec elle, leurs lecteurs, notamment grâce aux actions importantes, uniques au plan national, que conduit la Maison pour l'éducation artistique et culturelle. Une lettre ouverte au Président de la République le rappelle au moment où celui-ci vient, ce 17 juin, de déclarer vouloir faire de la lecture une grande cause nationale.

14/07/2021, 09:23

ActuaLitté

“40 ans après la loi Lang, c’est toute la chaîne du livre qu’il faut sécuriser”

Parce qu'un peu d'histoire ne fait jamais de mal, surtout à une époque de contre-vérités rapidement disséminées, Gilles Kujawski, ancien commercial d’Editis, militant à La France Insoumise nous propose un retour dans le temps. Et de ramener de ce voyage quelques éléments pour éclairer le présent. Voire, qui sait : trouver des perspectives pour consolider la chaîne du livre dans son ensemble.  

10/07/2021, 10:14

ActuaLitté

“En réalité, Milan Kundera écrivait déjà en français dans ses romans tchèques”

Paru en italien en 2013, puis aux éditions Gallimard en avril 2014, La fête de l’insignifiance fait désormais l’objet d’une édition en tchèque. Anna Kareninová — traductrice éminente et reconnue — a la responsabilité de rendre les textes de Milan Kundera en tchèque. Elle signe également la postface de cette édition (dans une traduction opérée par Anna Kubišta). Les éditions Atlantis, qui ont publié ce livre en 2020, nous offrent ainsi un regard inédit, personnel et complexe sur le travail même de traduction.

06/07/2021, 13:50

ActuaLitté

Feel good books ? “Est-ce que Sagan, Duras, écrivaient pour faire du bien ?”

Écrire ne m'a jamais fait manger.J'ai fait ce que l'on appelle délicatement des "succès d'estime", ce qui veut dire que je n'ai eu aucune critique négative - quelle chance !-  mais que mes livres se sont vendus au mieux à 2000 ex. Tout cela en étant publiée par de belles maisons. Par Cathy Galliegue.

01/07/2021, 09:09

ActuaLitté

Amis auteurs, “ne nous trompons pas de combat”

Avant même le rapport Racine, remis en janvier 2020 au ministre de la Culture, qui reconnaissait la paupérisation des artistes-auteurs, ces derniers alertaient sur une baisse de leurs revenus et une dégradation de leurs conditions de travail et de vie. Selon Paola Appelius, traductrice littéraire et présidente de l'Association des traducteurs littéraires de France, les préoccupations ont été entendues, et le travail d'amélioration a bel et bien commencé. Nous reproduisons ci-dessous sa lettre ouverte aux auteurs.

29/06/2021, 09:04

ActuaLitté

Rentrée littéraire : la critique, le lecteur, le libraire et le quatre-quart

Encore deux mois de patience avant de trouver sur les tables de librairies, dans les dossiers ventrus de la presse, les titres de la prochaine rentrée littéraire. Alors parleront auteurs, éditeurs, journalistes, parfois quelques lecteurs dont la notoriété médiatique fera croire à une influence réelle sur les envies mouvantes des lecteurs. Qui mieux qu'un libraire, artisan besogneux de cette grand'messe dont il ne retirera lui-même ni lauriers ni couronne, pour poser un regard distancié, frondeur, amusé, bienveillant sur ce rituel que d'aucuns conspuent à loisir, avant que de s'y sacrifier ?

27/06/2021, 11:04

ActuaLitté

Chris Ware : “Aux États-Unis, la BD n'est même pas considérée comme un art”

Grand Prix de la ville d'Angoulême 2021, l'auteur américain Chris Ware rejoint un panthéon qui réunit déjà Emmanuel Guibert, Rumiko Takahashi, Katsuhiro Ōtomo, Art Spiegelman ou encore François Schuiten. Dans une lettre reproduite ci-dessous, il salue l'affection et la déférence que la France consacre au 9e art.

23/06/2021, 10:28

ActuaLitté

La lecture dans les établissements de santé, “espace d’intimité, d’évasion, de liberté”

La Fédération interrégionale du livre et de la lecture (Fill) s'engage dans une vaste opération de rapprochement entre les professionnels de la santé et ceux de la lecture publique, pour multiplier les projets culturels autour du livre et de la lecture dans les établissements de santé. Nous reproduisons ci-dessous le plaidoyer de la fédération, destiné à convaincre de l'importance cruciale de la lecture dans le parcours de soins.

18/06/2021, 15:06

ActuaLitté

FIBD : les Autrices et Auteurs en Action “demandent maintenant des actes”

Le collectif AAA (Autrices et Auteurs en Action) entend attirer l'attention des pouvoirs publics sur les suites données au rapport Racine sur la condition des auteurs, qu'il estime « enterré ». Après une proposition de boycott du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême 2021, le collectif a proposé un vote pour Bruno Racine, pour le Grand Prix. Vote qui ne sera pas comptabilisé, a confirmé l'organisation. Le collectif prend acte, mais demande à présent au festival de démontrer son soutien aux auteurs, lors de la prochaine édition. Nous reproduisons le courrier de réponse au FIBD ci-dessous.

09/06/2021, 14:49

ActuaLitté

Les auteurs de Suisse s'expriment en faveur de la loi Covid-19 

La Suisse doit prochainement s’exprimer sur une législation et les débats vont bon train. Le secteur de la Culture touché au même titre que d’autres reste en demande d’actions. Et le collectif Suisse Culture, dont l’association des auteurs partage le message, demande donc que la loi Covid-19 fasse l’unanimité. « Qui dit non à la loi Covid-19 rend impossible tout soutien aux branches les plus durement touchées : la culture, l’événementiel, la gastronomie et le sport. » Leur appel est ici reproduit dans son intégralité.

31/05/2021, 17:01

ActuaLitté

En Biélorussie, la liberté d'expression et l'opposition en danger

Le détournement d'un avion de ligne par un appareil militaire, pour arrêter l'opposant et journaliste Roman Protassevitch, constitue le dernier « coup d'éclat » du régime autoritaire d'Alexandre Loukachenko. Depuis les résultats des élections présidentielles de 2020, contestés par une partie de la population, la répression s'intensifie. Le PEN Club français fait part de son inquiétude pour la liberté d'expression, dans un texte que nous reproduisons ci-dessous.

27/05/2021, 09:26

ActuaLitté

Perdue en mer de Chine ? Roselyne Bachelot face à ses contradictions

Voilà quelques jours, la ministre de la Culture se lançait dans d’hasardeuses comparaisons : d’un côté les tensions en mer de Chine, de l’autre celles entre organisations représentatives des artistes-auteurs, qui seraient plus ardues à résoudre que les premières. Les intéressés — les artistes-auteurs, pas les Chinois… — ont décidé de répondre à Roselyne Bachelot, considérant que le mépris avait des limites… Leur texte est ici proposé dans son intégralité. 

17/05/2021, 15:21

ActuaLitté

“Essentiel c’est-à-dire absolument nécessaire” : des libraires privés d'activité

Malgré les menaces de la crise sanitaire, le retour des beaux jours ouvre des perspectives plus heureuses, avec une reprise d'activité. Certains libraires, notamment ceux proposant des livres d'occasion, se trouvent toutefois privés de participation aux marchés en extérieur. Une situation incompréhensible, portée à la connaissance de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, par Frédéric Mignon et Pascale Chassang, libraires à la Librairie Sans Nom, au Mans, dans une lettre ouverte publiée dans nos colonnes, en intégralité.

07/05/2021, 14:56

ActuaLitté

Une loi sur les bibliothèques, “un marqueur fort et une opportunité”

Déposée au Sénat le 3 février dernier, la proposition de loi de Sylvie Robert (Ille-et-Vilaine), relative aux bibliothèques et au développement de la lecture publique, a bien sûr attiré l'attention des professionnels du secteur. Trois associations professionnelles saluent cette proposition de loi dans un communiqué, reproduit intégralement ci-dessous.

07/05/2021, 11:29

ActuaLitté

Institut du service public : les conservateurs généraux des bibliothèques volontaires

Dans la foulée de l'Association des directrices et directeurs des bibliothèques municipales et groupements intercommunaux des villes de France, l'Association française des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation plaide pour une intégration des conservateurs généraux des bibliothèques au sein du futur Institut du service public (ISP). Nous reproduisons le texte de l'association ci-dessous.

06/05/2021, 11:24

ActuaLitté

“Oui, on le savait. Mais personne n’a rien dit, surtout par peur”

Le 21 avril dernier, un article de Médiapart dévoilait les nombreux témoignages de professionnelles. Chacune pointait, dans ses relations, le responsable éditorial des éditions Bragelonne, Stéphane Marsan. Après la vague de révélations viennent les interrogations, les inquiétudes, les attentes. Adrien Tomas, auteur de fantasy, avait vivement réagi, et accepte de nous confier son texte. Le voici publié dans son intégralité.

04/05/2021, 11:32

ActuaLitté

#MeToo dans l'édition : “Je suis Jeanne”, une témoin se dévoile

« Je suis Jeanne, l’une des témoins cités sous pseudo par Médiapart dans son enquête du 21 avril 2021. M. Marsan a répondu à cet article en identifiant les témoins, les unes après les autres, dans un exercice d’intimidation qui doit figurer dans un chapitre du Nécronomicon. Dans l’un des derniers paragraphes et sous couvert d’éloges contrits, il rend mon identité publique en citant Albin Michel, ma maison d’édition. Déjà, tout le monde s’en fout, de mon identité, donc joke’s on you. » Par Marguerite Imbert.

01/05/2021, 12:50

ActuaLitté

Haute fonction publique : les conservateurs des bibliothèques attentifs

Après la suppression de l'École nationale d'administration (ENA), Emmanuel Macron propose une réforme de la haute fonction publique, avec pour principale mesure la « fonctionnalisation » de l’Inspection générale des Finances (IGF), de l’Inspection générale de l’Administration (IGA) et de l’Inspection générale des Affaires sociales (Igas). Les conservateurs et conservatrices des bibliothèques saisissent l'occasion pour demander une prise en considération de certaines revendications, portées par l'Association des directrices et directeurs des bibliothèques municipales et groupements intercommunaux des villes de France (ADBGV), dont nous reproduisons le texte ci-dessous.

29/04/2021, 16:20

ActuaLitté

Harcèlement sexuel : soutien à "celles et ceux qui osent témoigner publiquement" 

Dans le contexte de l'enquête menée par Médiapart publiée le 21 avril dernier, où plusieurs autrices, auteurs et anciens salariés de la maison d'édition Bragelonne témoignent d'une attitude déplacée de Stéphane Marsan, directeur des éditions. Une pétition a été initiée sur le site de Chance.org par Lionel Evrard pour mettre fin à cette « omerta ». Nous reproduisons ici ses propos, dans leur intégralité. 

28/04/2021, 17:40

ActuaLitté

Archives : le déménagement qui interroge

Le ministère de la Culture a récemment annoncé le dépôt des archives municipales de Troyes et des archives de Troyes Champagne Métropole aux Archives départementales de l’Aube, dans le cadre des dispositions prévues par le Code du patrimoine. Cette situation, inédite à cette échelle, soulève des questions sur la responsabilité et l’investissement des collectivités envers leur patrimoine archivistique, ainsi que le détaille l'Association des archivistes français dans une tribune, ici reproduite en intégralité.

23/04/2021, 09:21

ActuaLitté

“Face à la détresse scolaire des étudiants, faire de l’enseignement supérieur une priorité”

Devant l'ampleur de la crise sanitaire, le groupe des éditeurs universitaires du Syndicat national de l'édition lance un appel, voire un cri d'alerte. Leur message est ici reproduit dans son intégralité. 

19/04/2021, 09:33

ActuaLitté

Égypte : un chercheur détenu pour son travail sur les droits des femmes

74 organisations non gouvernementales internationales cosignent une tribune pour exiger la libération de l'étudiant et chercheur égyptien Ahmed Samir Santawy. Le 1er février dernier, il a été interpelé alors qu'il rendait visite à sa famille en Égypte, et reste aujourd'hui en détention provisoire, pour des motifs non expliqués. Nous reproduisons ci-dessous le texte des ONG, en intégralité.

16/04/2021, 16:57

ActuaLitté

Québec : le devenir des écrivains au coeur des préoccupations

L’Union des écrivaines et écrivains québécois fait état de la publication de deux sondages convergents. Le premier, auprès de la population du Québec, le second auprès des écrivains, mais tous deux font état d’une prise de conscience et d’un réel soutien aux artistes. Nous reproduisons ici leur tribune, dans son intégralité. 

16/04/2021, 13:29

ActuaLitté

Les bibliothèques universitaires demandent “une offre riche et diversifiée” d'ebooks

Les bibliothèques françaises des établissements de l’Enseignement Supérieur et des écoles de management, soutenues par le consortium Couperin, qui négocie les accès aux œuvres au format numérique, demandent dans une tribune un accès plus large et économiquement viable aux catalogues numériques des éditeurs. Nous reproduisons ci-dessous, en intégralité, leur texte.

15/04/2021, 16:58

ActuaLitté

Roselyne Bachelot et l'Observatoire des métiers : “Un problème de méthode”

ActuaLitté reproduit ici une lettre ouverte de l’intersyndicale signée par 20 organisations professionnelles d’artistes-auteurs. Datée du 8 avril, elle concerne l’une des rares promesses de la ministre Roselyne Bachelot sur un Observatoire des métiers. Une annonce qui semble déjà fortement compromise compte tenu de la méthodologie du ministère, analysent-elles.

08/04/2021, 10:19

ActuaLitté

“Le poids parfaitement illégitime de la commandite” d'Arnaud Lagardère

En tant qu’actionnaires minoritaires des Éditions Calmann-Lévy aux côtés de Hachette Livre, Éliane et Christopher Calmann-Lévy ont pris acte du départ d’Arnaud Nourry qui présidait aux destinées de Hachette Livre depuis 18 années. Dans un message communiqué à ActuaLitté, ils évoquent cette rupture, pour l’ex-PDG passé de « l’homme fort » au « maillon faible ».

03/04/2021, 17:24

ActuaLitté

Ouverture des bibliothèques : “Aucune solution unique ne saurait être imposée”

Après les annonces présidentielles de ce mercredi 31 mars, les mêmes questions reviennent, du côté des professionnels des bibliothèques. Encore une fois, les associations interprofessionnelles apporteront des réponses, mais l'Association des Bibliothécaires de France (ABF) tient à avertir les autorités de la situation et des difficultés actuelles. Nous reproduisons ci-dessous le message de l'organisation.

02/04/2021, 14:47

ActuaLitté

“Opacité, manipulation et atteinte aux droits syndicaux des artistes-auteurs”

L'intersyndicale des artistes-auteurs apprend aujourd'hui, le 29 mars, que la Direction générale de la création artistique du ministère de la Culture (DGCA) a convié les organismes de gestion collective et diffuseurs à des « groupes de travail utilisateurs, en visioconférence, sur la nomenclature de revenus d’artistes auteurs à laquelle travaille le ministère de la Culture et qui servira de base à la nouvelle interface informatique de déclaration des revenus d’artistes auteurs ». Nous reproduisons ici l'intégralité de leur texte.  

29/03/2021, 16:58

ActuaLitté

Mahomet supprimé de La Divine Comédie : Dante victime du “politiquement correct”

Une traduction de La Divine Comédie de Dante expurgée de Mahomet « pour ne pas blesser » : le choix d'un éditeur néerlandais fait couler beaucoup d'encre, avec des accusations de censure qui se multiplient. Le PEN Club français s'inquiète lui aussi de précautions qui finissent par porter atteinte à l'œuvre et à la « dimension transculturelle » de Dante. Nous reproduisons ci-dessous, en intégralité, le texte de l'organisation.

29/03/2021, 16:44

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Babel, Sisyphe et Tantale dans un bateau : mettre le Horla à la rentrée littéraire

Outre le raccourcissement désormais flagrant des journées, les aléas météorologiques qui contraignent à troquer bermudas et t-shirts pour jeans et chemises, tout va bien madame la Marquise. Alors d’où me vient cette langueur que Verlaine n’aurait pas boudée ? Une anémie qui ne doit rien à mes globules rouges, merci pour eux, et pourtant sévit, jour après jour… La réponse était dans l’énoncé. Ou plutôt, sur le bureau d’en face…

17/09/2021, 13:01

ActuaLitté

Raphaël Glucksmann : “La politique souffre d’abord d’une absence de littérature”

ÉVÉNEMENT – Au fil des éditions, les Bibliothèques idéales de Strasbourg voient de plus en plus grand. Cette année, malgré les complications épidémiques, « les Livres ont pris le pouvoir », bel et bien : 200 écrivains, intellectuels, acteurs et musiciens ont investi la capitale alsacienne pendant 10 jours pour faire de ces rencontres un rendez-vous incontournable de la vie culturelle d’abord strasbourgeoise, ensuite alsacienne, bientôt française. Retour d’expérience. 

15/09/2021, 17:33

ActuaLitté

Pourquoi le journaliste littéraire redouterait l'internaute critique ? 

Auteur Gallimard, juré Prix Goncourt, auteur d'une étude sur les traducteurs pour le CNL, journaliste, bloggueur et despote éclairé de la République des livres : Pierre Assouline est multi-casquette, solidement implanté dans l'industrie. Dans La revue des médias, il dénigre avec ardeur les réseaux de lecteurs, des « plateformes [qui] sont des sites marchands ». Et finalement, déplore une médiocrité propre à l'époque. Pierre Fremaux, cofondateur de Babelio, apporte les nuances impératives.

15/09/2021, 07:42

ActuaLitté

La Peste d'après Albert Camus inaugure Kazoku, label manga chez Michel Lafon

En 2016, Ki&Hi devint le premier manga des éditions Michel Lafon : 6 tomes et un agenda plus tard, le succès dépasse 1,03 million d’exemplaires (donnée Edistat) sur cinq années. 2021 amorce alors une nouvelle voie : Kazoku, le label manga de la maison. Et pour l’inaugurer, c’est le roman d’Albert Camus, La Peste, adapté par Ryota Kurumado. Une aventure éditoriale peu banale, dont les deux premiers tomes sortiront d’ici 10 jours.

14/09/2021, 11:33

ActuaLitté

Dicker, Zemmour et Sattouf : comment l'indépendance des auteurs effraie l'édition

Dicker, Zemmour, Sattouf : trois noms significatifs dans l’édition puisqu’ils pèsent à eux seuls plusieurs millions d'euros de chiffre d’affaires. Ils ont tous opté pour un changement de paradigme, mais réellement en rupture avec l’industrie du livre jusqu’à lors connue ? Pour point commun, un outil de diffusion et distribution qui leur ouvrira les portes des libraires, grandes surfaces culturelles et autres enseignes… Bref, les points de vente du livre. Un schéma disruptif, supposément, qui provoque des sueurs froides dans l’ensemble du milieu. Panique à Saint-Germain ?

10/09/2021, 11:52

ActuaLitté

Patrick Imbert (Le Sommet des Dieux) : “Chez Taniguchi, je sens toujours une tonalité humaine”

En salles le 22 septembre prochain, Le Sommet des Dieux adapte le récit homonyme de Jirō Taniguchi, en 5 tomes (parus aux éditions Kana dans une traduction de Sylvain Chollet). L'histoire d'une passion vertigineuse pour l'alpinisme, où chaque sommet vaincu n'est qu'un seuil devant le prochain... Entretien avec Patrick Imbert, le réalisateur du long-métrage.

08/09/2021, 16:21

ActuaLitté

Seghers : une rentrée à la recherche du lien entre tradition et modernité

La réorganisation des maisons décidée en octobre 2020 aura conduit Antoine Caro à la tête de Seghers. Une première rentrée littéraire, donc, qui amorce les trois axes de développement — tout en renouant avec l’histoire même de la maison. Poésie, beaux livres, littérature, la transition s’inscrit dans la tradition, celle d’une époque où Pierre Seghers conjuguait les genres et les talents. 

07/09/2021, 11:01

ActuaLitté

Issues de la collection de Stefan Zweig, deux partitions inédites de Schumann retrouvées

Il est des vieux papiers que l’on exhume, avec une odeur d’antan, mais dont on ne soupçonne pas que leur histoire nous emportera loin, bien loin. Au sein de la Fondation Martin Bodmer (Cologny, canton de Genève), quatre pièces inédites ont été retrouvées. Muriel Brandt, chargée de mission pour la mise en valeur des partitions autographes en aurait dansé au son des lieder de Robert Schumann, ainsi que deux autres pièces, de Georges Bizet et Charles Gounod. 

03/09/2021, 13:17

ActuaLitté

Masque sous le nez, Plume dans le postérieur : Saint-Germain des Près a encore frappé

Depuis 1955 que l’émission littéraire hebdomadaire critique les univers culturels — cinéma, théâtre ou livres — on pourrait s’attendre à un minimum de connaissances économiques sur ces secteurs. Pourtant, Le Masque et la plume, que Jérôme Garcin présente depuis plus de 30 ans, démontre que le germanopratisme a de beaux jours devant lui. Comprendre : quand les chroniqueurs s’en prennent sévèrement à Virginie Grimaldi, on touche le fond du fond radiophonique. 

01/09/2021, 12:50

ActuaLitté

Vente d'épreuves non corrigées : collectionneur illuminé ou attrape-nigaud ?

Le marché du livre d’occasion fait pousser des soupirs désabusés aux organisations d’auteurs depuis bien longtemps. C’est pourtant en toute légalité que l’acheteur de livre papier peut revendre on exemplaire. Il existerait en revanche un autre marché, navigant dans une zone grise nettement plus contestable, installé sur le net français : celui des épreuves non corrigées. Des textes et des ouvrages non-commercialisables, mais qui servent aux éditeurs à faire connaître leurs publications très en amont…

31/08/2021, 13:04

ActuaLitté

Eric Zemmour : “Comment je suis devenu auteur-éditeur”

ENTRETIEN EXCLUSIF – La France n'a pas dit son dernier mot sera le prochain livre d'Éric Zemmour. Une aventure éditoriale qui commence avec une rupture à l’initiative de son ancien éditeur, Albin Michel. Sans maison pour son prochain livre, le polémiste a choisi de monter sa propre société d’édition — Rubempré. Et de confier à Interforum la distribution de ses livres sur le territoire, et dans la francophonie. Il revient avec nous sur cette démarche, plutôt inédite pour un auteur de best-sellers.

25/08/2021, 17:32

ActuaLitté

Crise du papier en France : pourra-t-on imprimer le prix Goncourt ?

En 2019, l’industrie papetière représentait 5,4 milliards €, incluant papiers et cartons, selon Copacel, organisation patronale. En somme, un douzième de ce que pèse la filière forêt-bois, matière première essentielle. Or, depuis fin 2019, plusieurs facteurs distincts provoquent une pénurie de papier. Et si les usages graphiques — incluant la production de livres — ne représentaient que 1,6 million de tonnes sur les 7,3 millions globales, la situation va en s’aggravant depuis la pandémie. 

 

24/08/2021, 14:47

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 7. XXe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette septième partie est consacrée aux traducteurs du XXe siècle, qui prônent une traduction non littérale pour les œuvres de fiction et qui créent une nouvelle discipline dénommée traductologie. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

20/08/2021, 10:03

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 6. XIXe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette sixième partie est consacrée aux traducteurs du XIXe siècle, qui affinent leurs méthodes et tentent de nouvelles approches dans leur art. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

19/08/2021, 10:24

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 5. XVIIIe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette cinquième partie est consacrée aux traducteurs du XVIIIe siècle, qui prennent pour habitude de traduire d’une langue étrangère vers leur langue maternelle, et non le contraire. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

18/08/2021, 11:07

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 4. XVIIe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette quatrième partie est consacrée aux traducteurs du XVIIe siècle, dont les traductions tentent d’être plus fidèles et transparentes que celles de leurs collègues des siècles passés. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

17/08/2021, 10:36

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 3. XVIe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette troisième partie est consacrée aux traducteurs du XVIe siècle, qui traduisent les auteurs classiques et la Bible dans des langues modernes (anglais, allemand, français, etc.). Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

16/08/2021, 10:46

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 2. Moyen Âge

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette deuxième partie est consacrée aux traducteurs du Moyen Âge, qui favorisent le développement des langues et cultures vernaculaires. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

14/08/2021, 10:48

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 1. Antiquité

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette première partie est consacrée aux traducteurs de l’Antiquité et à leur rôle de passerelle entre plusieurs langues, cultures et civilisations. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

13/08/2021, 13:35

ActuaLitté

“Connaître et comprendre : les traducteurs ont toujours eu ce rôle d’explorateurs”

Docteure en littérature française et comparée, Lise Chapuis s’est un beau jour passionnée pour l’italien. Au point de faire métier de traduction. Elle dirige également la collection Selva selvaggia, des éditions L’Arbre vengeur, où, là aussi, elle offre aux lecteurs français de découvrir de nombreuses oeuvres du Bel paese – classiques et contemporaines. Entretien, tout en nuances.

11/08/2021, 10:46

ActuaLitté

Finalement, Éric Zemmour a trouvé presque mieux qu'un éditeur

Secret de polichinelle, peut-être, mais bien conservé tout de même. Et surtout coup de maître, quand on pense aux ramifications, de la part d’Editis. Eric Zemmour, auteur esseulé, qu’Albin Michel avait dégagé de son catalogue de rentrée, n’avait d’autres options que l’autopublication pour maintenir la sortie de son livre. Il a donc ajouté une société d’édition aux cordes de sa propre entreprise, Rubempré. Et tant qu'à faire, autant se trouver une structure de diffusion, pour assurer la présence dans les points de vente, non ?

09/08/2021, 11:20

ActuaLitté

BD 20-21 : “La bande dessinée vit une crise de croissance particulièrement aiguë”

L'année de la bande dessinée, imaginée pour l'année 2020 et finalement étendue sur une partie de 2021 en raison de la crise sanitaire, s'est terminée en juin dernier. Voulue par le ministère de la Culture, organisée par le Centre national du livre et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, l'opération s'organisait parallèlement à la remise du rapport Racine, très attendue par les auteurs et autrices. Pierre Lungheretti, directeur général de la Cité de la BD, estime que l'année de la BD a permis de mettre en avant la situation des créateurs et de lancer le processus de réformes.

05/08/2021, 17:16

ActuaLitté

Alessio Forgione : un dialecte napolitain qui “s’étend bien au-delà des mots”

Le dernier livre d’Alessio Forgione, Napoli mon amour, est paru en début d’année chez Denoël. Traduit par Lise Caillat, ce roman parcourt une ville où désespoir et solitude s’entremêlent, pour Amoresano. Jusqu’à l’arrivée de Nina. Et soudainement, les rues napolitaines n’ont plus la même saveur. Entretien avec la traductrice.

05/08/2021, 11:54

ActuaLitté

Bob Morane, ou l'ombre jaune de Roselyne Bachelot

Une nouvelle fois, le cabinet de la ministre fait grincer des dents. Ou bien faut-il considérer que l’année de la BD étant close, tout ce qui touche au 9e art se relaie à l’arrière-plan ? Henri Vernes ne méritait pas même un tweet, service de communication ministérielle a minima ? Non, manifestement non. Parce qu’en effet, Bob Morane n’a pas vraiment l’ampleur ni la présence justifiant que l’on se fende d’un hommage, même concis. Et puis, ce sont les vacances, pas question de faire du zèle ?

28/07/2021, 12:27

ActuaLitté

“Je voudrais que l’oral fasse suer l’écrit”, Gilles Defacque

Voilà maintenant un mois que le ministère de la Culture a annoncé le départ de Gilles Defacque de la direction du Prato, pôle national du cirque de Lille. Remplacé par Célia Deliau, directrice du Cirque Jules Verne, pôle national du cirque d’Amiens, depuis 2016, c’est une page qui se tourne. Départ dans cette bibliothèque peu commune, celle du metteur en scène, clown, poète, Gilles Defacque.

26/07/2021, 12:18

ActuaLitté

Un procès insensé : “L’Internet Archive a un cœur, et sait s’en servir”

Lorsque j'ai entendu parler des poursuites judiciaires pour non-respect du droit d’auteur intentées le 1er juin 2020 aux États-Unis par quatre grands éditeurs (Hachette, Penguin Random House, Wiley, HarperCollins) à l’Internet Archive pour son Open Library, et ce en pleine pandémie, je n’arrivais pas à y croire. Et ce mauvais rêve se transforme en cauchemar puisqu'un procès retentissant doit débuter le 12 novembre 2021.

22/07/2021, 10:42

ActuaLitté

Luca di Fulvio : “Mes personnages veulent suivre leur propre chemin”

Son sourire enjôleur et lutin fascine : rencontrer Luca Di Fulvio, c’est plonger dans le charme d’une autre langue, et dans une littérature d’un autre monde. Les lecteurs qui l’ont découvert avec Le Gang des rêves auront le bonheur de le retrouver dans un roman plus italien cette fois. Conversation avec un dilettante particulièrement attaché à son art…

15/07/2021, 16:46

ActuaLitté

Brewster Kahle, archiviste ultra

PORTRAIT – Bientôt au cœur d'un tonitruant procès intenté par quatre grands groupes d'édition américains, la plateforme Internet Archive célèbre, en 2021, ses 25 ans. Depuis 1996, elle abrite des sauvegardes du web mondial, mais aussi des exemplaires numériques de films, enregistrements audio, jeux vidéo, journaux ou encore livres. Portrait du bâtisseur de cette bibliothèque d'Alexandrie, Brewster Kahle.

14/07/2021, 14:53

ActuaLitté

La littérature, cet outil de connaissance

Le PEN Club, au carrefour international des cultures, est de ce fait bien placé pour constater que la littérature est au croisement de la création et de la connaissance. Ayant pour mission fondatrice la défense de la liberté d’expression et celle-ci n’étant pas divisible, le réseau solidaire des PEN Clubs nationaux a à connaître et faire connaître toute forme d’expression qui est opprimée parce qu’elle porte l’émancipation, la pensée mobile, donc critique, et les mutations de la sensibilité — autant dire : la littérature. Par Jean-Philippe Domecq.

06/07/2021, 10:07

ActuaLitté

Philipp Weiss : “Nous n’avons pas de langue pour décrire le temps présent”

Pour la rentrée littéraire, certains se satisfont d’un roman. Avec Le grand rire des hommes assis au bord du monde, dans une traduction de l'allemand par Olivier Mannoni, Philipp Weiss s'aventure dans une oeuvre totale : cinq livres, dont un manga, à travers les 1200 pages d'une épopée rare. Rencontre avec cet auteur à l'oeuvre hors norme. 

05/07/2021, 10:38

ActuaLitté

Le livre numérique, 50 ans d'existence et de lectures

Il fut le compagnon des lecteurs, au cours de cette année pandémique 2020, certains en ont découvert les vertus, par l’offre gratuite et libre de droit, d’autres le coût avec des titres plus récents. Mais le livre numérique, ou ebook, n’est pas ce jeune premier que la presse présente depuis quelques années. Voilà désormais 50 ans que ce format se construit, évolue, à travers les progrès technologiques et les investissements d’entreprises. Bon anniversaire, petit cinquantenaire.

03/07/2021, 11:35

ActuaLitté

Des éditions collector de mangas victimes de la spéculation

Depuis le début de l'année 2021, le manga bat tous les records de vente dans les librairies françaises. Pour entretenir l'engouement et s'assurer la fidélité d'un public qui pourrait se contenter de versions numériques, voire de scans illégaux, les éditeurs n'hésitent pas à publier des versions collector, en quantité limitée. Maisons d'édition et libraires ne peuvent toutefois que constater le développement d'un marché parallèle, où la revente se fait au prix d'une intense spéculation.

02/07/2021, 13:23

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #17 - Les grandes dates du Projet Gutenberg

« Nous considérons le texte électronique comme un nouveau médium, sans véritable relation avec le papier. Le seul point commun est que nous diffusons les mêmes œuvres, mais je ne vois pas comment le papier peut concurrencer le texte électronique une fois que les gens y sont habitués, particulièrement dans les établissements d’enseignement. » (Michael Hart, fondateur du Projet Gutenberg et père de l’ebook)

02/07/2021, 09:21

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #15 - Un hommage aux bibliothécaires

Le/la bibliothécaire a toujours eu un rôle charnière dans le monde du livre, y compris numérique. Les bibliothèques sont largement couvertes par les médias, mais qu’en est-il de ceux et celles qui les font fonctionner ? Une première version de ce texte fut publiée dans ActuaLitté en 2016. Voici aujourd'hui une version revue et actualisée pour inclure les ultimes développements de la profession. L’auteure fut elle-même bibliothécaire avant d’être traductrice.

30/06/2021, 10:29

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #14 - L’ebook vu par quelques pionniers

Voici le sentiment de plusieurs pionniers du livre numérique interviewés par courriel au fil des ans pour mes articles et livres sur le sujet: Michael Hart (Projet Gutenberg), John Mark Ockerbloom (The Online Book Page), Robert Beard (A Web of Online Dictionaries), Jean-Paul (Cotres.net), Nicolas Pewny (Le Choucas), Marc Autret (Indiscripts), Pierre Schweitzer (@folio), Denis Zwirn (Numilog) et Henri “Henk” Slettenhaar (Silicon Valley Association).

29/06/2021, 09:23

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #13 - L'Internet Archive, une bibliothèque planétaire

L’Internet Archive est fondée en avril 1996 par Brewster Kahle à San Francisco (Californie) pour préserver un historique de l’internet. D'abord « bibliothèque de l’internet » avec la Wayback Machine, qui permet de voir l’évolution d’un site web depuis 1996, elle devient ensuite « une bibliothèque numérique à but non lucratif destinée à procurer un accès universel au savoir humain ». Elle propose deux millions de livres numérisés en mars 2010. Dix ans plus tard, elle est la plus grande bibliothèque numérique publique mondiale.

28/06/2021, 09:32