medias

Roselyne Bachelot-Narquin souscrit à “la nécessité de sécurisation” de la BnF

Antoine Oury - 05.08.2020

Edition - Bibliothèques - bnf suicide agent - Roselyne Bachelot-Narquin - bnf jardin danger


Le 3 août au matin, un agent de la Bibliothèque nationale de France, magasinier au sein du département Droit, Économie et Politique, a mis fin à ses jours dans le jardin du site François-Mitterrand. Un lieu tristement connu pour les accidents et suicides qui s'y sont succédé ces dernières années – 3 en 2019. Les organisations du personnel demandent la sécurisation de cet espace depuis longtemps, sans succès. La ministre de la Culture Roselyne Bachelot-Narquin assure qu'elle souscrit « à la nécessité de sécurisation des lieux ».

bnf


L'agent de la Bibliothèque nationale de France a mis fin à ses jours sur son lieu de travail, dans le jardin de l'établissement : un espace depuis longtemps pointé du doigt par les syndicats comme dangereux, et nécessitant des aménagements pour prévenir les suicides et accidents. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de l'événement tragique, et si des raisons professionnelles sont en cause.

Sollicité par ActuaLitté, le ministère de la Culture indique que « la Ministre a témoigné à la direction de l'établissement son émotion et son soutien, et à travers elle aux proches, à la famille de l'agent et à ses collègues ». Un message plus personnel sera adressé à la famille de l'agent, précisent les services.

Roselyne Bachelot-Narquin « a demandé à la BnF de répondre, en liaison avec la direction de tutelle de l'établissement et l'architecte, à la nécessité de sécurisation des lieux à laquelle elle souscrit pleinement », ajoute la rue de Valois.
 

Un budget qui prime sur la sécurité


Lancée l'année dernière après un nouveau suicide, une étude de faisabilité est en cours auprès de l'agence DPA, Dominique Perrault Architecture, pour « la modification structurelle des garde-corps du jardin-foret ». Un aménagement soumis à l'autorisation de Dominique Perrault, l'architecte du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France. 

Les syndicats dénoncent la lenteur de cette procédure, qui ne devrait pas aboutir avant l'année 2021. « Ces dernières années, nombreux sont en effet les projets où la BnF a engagé des moyens financiers et humains qui n’ont pu aboutir faute de l’accord de D. Perrault qui garde, en tant qu’architecte, un droit de regard et de véto sur les aménagements du site François Mitterrand. Cela a été encore le cas dernièrement au sujet du réaménagement du hall est, c’est aussi le cas concernant le dispositif anti suicide qui devait être validé en conseil d’administration fin 2017 », souligne ainsi la CGT dans un communiqué.

Contactée, l'agence Dominique Perrault Architecture n'a pas encore donné suite.

Toujours au sujet du dispositif anti-chutes, les organisations du personnel rappellent qu'un projet n'avait pas abouti en 2017, faute d'un budget évalué à 3 millions €. Interrogé par mail sur les fonds nécessaires aux aménagements, le ministère de la Culture, tutelle de la BnF, n'a pas répondu.
Dans un communiqué sur le suicide de l'agent, la CGT indique que « [p]endant le confinement deux autres collègues ont tenté de mettre fin à leurs jours. Fin juillet, un troisième a menacé de passer à l’acte après s’être mutilé sur son lieu de travail. » L'organisation syndicale SUD mettait aussi en cause la « désorganisation du travail » au sein de l'établissement.


Photographie : Juozas Šalna, CC BY 2.0


Commentaires
Qu'ils financent les travaux alors !!! Tout le monde est d'accord mais il faut les budgets… argent qui va finir comme d'habitude dans les poches de Dominique Perrault :sic:
Ce n'est pas le lieu le responsable du suicide... Je propose donc d'enchaîner tous les employés pour les empêcher de se suicider.

Il y a deux responsables éventuellement : peut-être les conditions de travail et la médecine du travail. Si cette dernière faisait son travail, l'employé serait en congé maladie/soin pour dépression.
Je plussoie mon camarade "pas comprendre".



L'un des plus grands dangers, ce sont bien les conditions de travail : et plus systémiquementla logique décadente de la "nouvelle gestion publique"/le "new public management".

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle_gestion_publique



Dont nous savons qu'il est une menace pour les travailleurs :

https://youtu.be/AAVQ-mvoS_w?t=255

https://www.erudit.org/fr/revues/mi/2012-v16-n3-mi0157/1011413ar.pdf

https://inegalites.be/La-nouvelle-gestion-publique-ou-l

https://www.village-justice.com/articles/les-effets-new-public-management-npm-dans-secteur-public-france,32054.html



Et ce n'est pas avec Amélie de Montchalin à la réforme de la fonction publique que ça va changer en bien...

https://nantessecteurouest.wordpress.com/2020/07/07/amelie-de-montchalin-fer-de-lance-de-la-transformation-du-service-public7-juillet-2020-par-romaric-godin-mediapart/

Il est donc temps d'exiger par la lutte sociale, d'autres organisations du travail :

https://www.bastamag.net/1200-salaries-pas-de-patron-et-aucune-hierarchie-les-secrets-de-la-cooperative



Plus que jamais il est temps de combattre le mal à la racine et de lutter, pour ne plus que des logiques spéculatives inacceptables ne menacent la vie de nos collègues.
On ne peut pas faire une manif devant le cabinet d'architecte de Dominique Perraut ? c'est dingue que les architectes soient comme Dieu sur terre et qu'on ne puisse rien leur dire et qu'on ne puisse rien changer sans un gros paquet de fric dans les poches des architectes ! Pourquoi on n'a pas fait un établissement tout banal, pas prestigieux, qui serait plus pratique pour les gens et qui n'aurait pas cet effet anxiogène ?
Deux seuls fautifs depuis 25 ans : Monsieur Perrault qui se prend pour l'élu de Mitterrand et ne supporte pas qu'on nuise à la "beauté de son œuvre" en y ajoutant le moindre post-it (ce sont ses mots ; mais est-ce cela qu'il a rétorqué aux familles des multiples suicidés qui lui font un procès ??) et les dirigeants successifs de la BnF totalement à l'ouest des réalités quotidiennes de ses fourmis laborieuses et qui gèrent cet établissement comme une entreprise commerciale ! Moi je comprends tous désespérés et c'est un miracle qu'il n'y en ai pas plus...dans ce bâtiment anxiogène où derrière chaque porte on trouve la possibilité du saut de l'ange...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.