#Edition

La poésie d'Amanda Gorman doit-elle être seulement traduite par une personne noire ?

Depuis ses interventions à l'investiture de Joe Biden, puis au Super Bowl, la poétesse afro-américaine Amanda Gorman jouit d'une popularité exceptionnelle, entraînant un intérêt de l'édition mondiale pour ses textes. Aux Pays-Bas, la traduction d'un recueil de ses poèmes a toutefois créé une polémique : l'éditeur a choisi de confier la traduction à une personne blanche, l'auteur·e Marieke Lucas Rijneveld, une décision critiquée.

Le 02/03/2021 à 10:00 par Antoine Oury

76 Réactions | 35 Partages

Publié le :

02/03/2021 à 10:00

Antoine Oury

76

Commentaires

35

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

L'auteur·e néerlandais·e Marieke Lucas Rijneveld a préféré renoncer à la traduction d'un recueil de poèmes d'Amanda Gorman, qui incluait notamment The Hill We Climb, le fameux texte écrit pour l'investiture du président Joe Biden. Le choix de l'éditeur Meulenhoff, annoncé la semaine dernière, a rapidement suscité des critiques.

La journaliste Janice Deul, dans une tribune publiée par le titre Volkskrant, s'est ainsi interrogée sur la décision de l'éditeur, qui a confié la traduction à l'auteur·e, lauréat·e du Prix international Booker 2020, plutôt qu'à « une artiste spoken-word, jeune, une femme, qui n'aurait pas honte d'être noire ». « N'est-ce pas une regrettable occasion manquée ? Rijneveld est blanc, non binaire, n'a jamais traduit, mais, d'après l'éditeur Meulenhoff, s'impose néanmoins comme un “traducteur de rêve” ? »

Dans un message publié sur le réseau social Twitter, Marieke Lucas Rijneveld indique renoncer à la traduction des textes de Gorman. « Je m'étais volontiers consacré à la traduction du travail d'Amanda, considérant que mon plus grand devoir était de garder sa force, son ton et son style. Cependant, je me rends compte que je pense et ressens sincèrement les faits ainsi, mais que ce n'est pas le cas pour beaucoup. J'espère néanmoins que ses idées atteindront le plus de lecteurs possible, pour ouvrir les cœurs. »

L'éditeur a regretté la décision, rappelant que Rijneveld avait été choisi en accord avec Gorman elle-même, mais a indiqué qu'une « nouvelle option serait choisie, avec ces précautions en tête ». « Nous allons nous tourner vers une équipe afin de traduire le plus fidèlement possible le message d'Amanda [...]. »

LITTERATURE: la traduction, un art à part entière

En France, les éditions Fayard ont choisi l'auteure-compositrice-interprète, rappeuse et mannequin belgo-congolaise Lous and the Yakuza, née au Congo en 1996.

La polémique autour du choix pour la traduction du texte de Gorman en rappelle d'autres, portant sur la manière dont les idées ou personnages noirs sont représentés ou portés vers le grand public. Exemple parmi d'autres, les choix de doubleurs blancs pour le personnage principal — afro-américain — du dernier film Pixar, Soul, au Danemark et au Portugal, avaient suscité des critiques.

via The Guardian

Photographie : Marieke Lucas Rijneveld (Oskardebot, CC BY SA 4.0) et Amanda Gorman (Chairman of the Joint Chiefs of Staff, CC BY 2.0)

 
 
 
 
 

76 Commentaires

 

Isadora

02/03/2021 à 13:07


Je suis traductrice et cette décision m'interroge. Nous sommes confronté.es à des textes venant d'autres milieux et reflétant d'autres expériences que les nôtres lors du processus de traduction. C'est pour moi ce qui fait l'intérêt de la traduction et cela contribue également à nôtre rôle médiateur entre des auteur.es et des publics non-locuteurs.

Si , comme c'est souvent le cas, j'hésite sur la nuance d'un mot à traduire ou d'une tournure de phrase je me renseigne par rapport au contexte de la phrase , de l'ouvrage et aux environments sociaux ,historiques et politiques des personnages et de l'auteure. Ce travail de recherche fait ,selon moi, partie intégrante d'une bonne traduction et de la déontologie qui doit régir notre tentative de traduction.

Certes il probable qu'une personne racisée aura une expérience personnelle du racisme et que sa compréhension de textes relatant des faits de racisme sera plus riche de la compréhension des sous-entendus , allusions ,ressentis qui informent l'écriture d'un.e auteur.e relatant des faits de discrimination par exemple mais cela ne devrait pas discréditer avant l'heure un projet de traduction plutôt qu'un autre.

De plus cette sensibilité accrue serait présente également ,selon moi, en ce qui concerne la relation de faits d'autres types de discrimination (LGBTQI+phobie,misogynie,validisme...) et leur traduction par une personne qui n'aurait pas fait l'expérience de ces discrimination. Tout ce qui importe est d'être de bonne foi tout en étant curieux.se et soucieux.se d'une bonne traduction. Le choix de Luz and the Yakuza me semble toutefois un excellent choix pour l'édition française.

Koala

02/03/2021 à 21:13

En tant que personne de couleur voici mon avis : Je ne vois pas en quoi une personne noire serait plus apte à traduire cette écrivaine noire. Qu'ont en commun une femme noire Française et une afro-américaine ? Leur culture ? Non, leur culture n'est pas la-même (et jusqu'à preuve du contraire, la discrimination n'est pas une culture). Leur couleur de peau ? Accorder tant d'importance à cette caractéristique physique relève du racialisme.

Enfin, je ne vois pas en quoi traduire relève du vol. La traduction a pour but de véhiculer au mieux (c'est difficile) un sens originel, forgé dans une langue source, vers une autre langue elle avec une structure mentale toute différente... cela pour que les arts et savoir se diffusent dans l'humanité, en dépit de ses différence de culture, de langue... et de PEAU !

Bien que s'originant dans pléthore de foyers culturels, l'art appartient à l'humanité toute entière (sinon l'existance de l'UNESCO serait une absurdité). Un blanc qui joue du Jazz n'est pas plus un voleur qu'un noir interprétant du Mozart... Alors pourquoi une hollandaise blanche volerait l'oeuvre d'une afro-américaine, alors qu'elle ne fait que traduire l'oeuvre d'une humaine seulement différente ?

Mary

03/03/2021 à 20:47

Bonjour Koala. Vous dites que vous êtes une personne de couleur. Moi je suis une personne dite noire.
mais si je traduis un texte ou il y a écrit "colored people", je ne traduirais pas "personne de couleur", parce qu'en français je suis heurtée par l'expression personne de couleur. Pour moi c'est obsolète.
est ce que pour une personne dite blanche , on dit personne sans couleur ???
Pour "colored people" je traduirais noire. on ne fait pas de la traduction littérale. Je fais du doublage et des fois je surprise par les traductions.
Nous n'avons pas la même culture avec les noirs-americains mais nous avons les mêmes origines.
idem pour le livre de Ta-Nehisi Coates "une colère noire " en français. en anglais le titre est "Between the world and me". pour quoi une colère noire ???? Il y aurait beaucoup à dire.C'est mon point de vue. Bien à vous;

Koala

03/03/2021 à 21:34

Bonsoir,
Dans la vie de tous les jours, j'utilise moi aussi l'appellation noire, mais bon comme certains (toujours des blancs) se sont déjà indigné que je qualifie x personne de noire, je "polisse" quand-même mon langage afin d'éviter cette polémique quand elle ne m'intéressent pas (comme maintenant ^^').
Mais je me réjouis la tournure "personne de couleur" vous déplaise autant qu'à moi !

Pour en revenir au sujet de l'article, plus que d'origine commune, je parlerai de vécu commun (notament le vécu avec les blancs, un certain contexte socio-économique) même s'il y a forcément de grosses différences culturelles et symboliques (un fils d'immigré africain et un créole n'auront pas forcément les mêmes représentations culturelles).

Pour l'exemple de "la colère noire" , peut-être est-ce un choix de la maison d'édition pour faire vendre, parce que "la colère de x opprimé" ça marche toujours... J'ai l'impression que beaucoup d'oeuvres (en particulier cinématographiques) sont touchés par ce mercantilisme, quel que soit l
a couleur de leur créateur...
Quoi qu'il en soit, j'ose croire que cette traductrice (approuvée par Gorman elle-même) connait les écrits de cette poétesse (un blanc peut s'instruire sur les cultures étrangères, tout comme un chinois peut devenir professeur de civilisation américaine).

NAUWELAERS

02/03/2021 à 23:44

Luz (rappeuse, mannequin, auteure-compositrice-interprète) est-elle traductrice ?
Isadora donc qu'on soit traductrice ou pas, ce critère ne compte pas selon vous ?
Ou bien Luz prête-t-elle son nom et sa couleur de peau à une traduction qui sera effectuée par quelqu'un dont c'est le métier et qu'on doit cacher ?
Naguère on disait...un nègre !
Désolé je n'ai pas inventé cette expression...
Décision absurde dans la mesure ou le choix de cette Néerlandaise avait été validé par Amanda Gorman elle-même.
Et on se couche devant les justiciers des réseaux sociaux, dont c'est le seul et unique talent.
Impression qu'on touche le fond...
Lisons donc Gorman en VO pour quiconque maîtrise un peu l'anglais !
Et faisons-le savoir !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Forbane

04/03/2021 à 13:16

J'admire votre persévérance Nauwelaers, notamment face à la dénommée Nat.
Vous avez tout dit et je manque en ce moment de temps, donc je me dispense d'en perdre en vains échanges avec des gens qui, parce que nous sommes Blancs, nous tiennent d'emblée pour des ennemis racistes et réactionnaires.
Cette époque est décidément une tragédie de la bêtise.

NAUWELAERS

04/03/2021 à 18:23

Oui Forbane mais ces échanges sont un peu moins vains peut-être que vous ne pensez...
Car ils sont publics et permettent à tout le monde de les lire et de se faire son propre jugement.
Et croyez-moi j'aimerais tant que ces discussions ne soient pas ou plus nécessaires !
Mais s'en moquer et rester coi dans son coin, ce n'est pas constructif quand on a des convictions démocratiques et de liberté -je suis un petit-fils de résistant et les attaques ( y compris étatiques dans le cadre de la crise sanitaire qui est aussi une crise mentale) -contre la liberté et l'honnêteté intellectuelle la plus élémentaire, au profit de l"émocratie et du relativisme voire du révisionnisme culturel et du racialisme intransigeant, non je ne peux pas.
Si certains ou certaines jugent cela insignifiant, autant ne pas intervenir et se contredire soi-même par des écrits qui dans ce cas n'ont pas lieu d'être !
Ce qui (selon moi)n'a aucun intérêt ni aucune importance, je l'ignore au lieu de commenter pour rien.
N'oubliez pas, Forbane, que des personnes de couleur -certains s'insurgent maintenant contre ce terme: zut !- ne tombent pas dans ce genre de pièges grossiers identitaires et qui emprisonnent !
Comme le brillant et intelligent essayiste Thomas Chatterton Williams.
Il y a pas mal d'années, le Noir Gaston Kellman (avant l'hystérisation actuelle)...mais j'ignore ce qu'il devient.
Je précise qu'il est noir pour souligner que cela ne l'entraîne pas dans ses dérives: sa couleur de peau cesse d'avoir de l'importance.
Victoire de l'humanisme et de l'intelligence.
Amicalement Forbane.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

04/03/2021 à 18:50

Deuxième réponse à Forbane avec rectification !
Gaston Kelman et non Kellman...
Quelqu'un à redécouvrir !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Isadora

04/03/2021 à 17:54


En ce qui concerne le choix de Luz pour la traduction française même si elle n'est pas traductrice je pensais plus à une proximité générationelle avec Gorman qui pourrai lui permettre de saisir plus facilement les allusions et implications du texte .

Sa multiculturalité me semble aussi un atout qui la rend peut être plus sensible à certains aspects de la poésie d'Amanda Gorman (que pour ma part je ne connais que grâce à son poème de l'investiture , il faudrait que je lise le recueil pour m'en faire une idée) notamment en ce qui concerne le racisme même si ni la proximité par l'âge , ni l'expérience de vie ne garantissent une bonne traduction en eux-mêmes

Je ne sais pas si une autre traductrice ou un autre traducteur était pressenti pour l'édition française avant elle et il est tout a fait possible ,comme vous le suggérez ,qu'elle ne traduise pas bien ce texte ou d'autres. Il est bien possible qu'une traduction faite par un traducteur ou un traductrice formé.e à la traduction soit meilleure et que l'édition doive être révisée mais de nombreux ouvrages ont été bien traduits par des traducteurs et traductrices dont ce n'était pas le métier premier (auteurs et actrices , universitaires, ami.es de l'auteur ou autrice...) . le succès du livre et son retentissement en version française en décideront.

Je suis d'accord avec vous , pour les personnes lisant couramment l'anglais il vaut mieux découvrir l'original de la bouche d'Amanda Gorman si c'est possible.

NAUWELAERS

06/03/2021 à 01:48

«À noter que la version francophone du poème d’Amanda Gorman ne sera pas réalisée par une traductrice. La maison d’édition Fayard a en effet choisi la jeune artiste belgo-congolaise Lous and the Yakuza pour s’en charger.»
Isadora: je découvre à l'instant cette phrase ci-dessus (entre guillemets) qui clôt l'article sur ce thème, sur le site de l'hebdo belge «Le Moustique».
Voilà l'excellent choix selon vous: une personne qui n'est pas traductrice...
Combien d'années d'études de traduction pour vous ?
Voilà ce que vous semblez trouver normal...
CHRISTIAN NAUWELAERS

Isadora

06/03/2021 à 13:16


Le fait de ne pas avoir fait d'études de traduction ne discrédite pas selon moi quelqu'un en tant que traducteur ou traductrice. Actualitté avait , il me semble publié un article il y a quelques années qui indiquait que , selon un sondage, 50 % des traducteurs et traductrices professionnelles n'avaient pas de diplôme de traduction (ce n'est d'ailleurs pas mon cas et je traduis depuis des années).

Pour moi c'est justement la phase de recherche , réflexion et relecture qui permet de relativiser la différence entre une personne formée à la traduction et une personne qui ne l'est pas ou qui l'est incidemment (en ayant fait des études de lettres ou une formation théâtrale ou en arts du spectacle, ou encore en ce qui concerne la traduction non-littéraire une formation spécialisée relative au sujet du texte à traduire doublée d'une bonne connaissance de la langue et de l'accès à des dictionnaires spécialisés).

Ne connaissant pas la formation de Luz and the Yakuza "excellent choix" était peut être un peu emphatique mais je persiste à penser que c'est un bon choix et que sa traduction ne sera pas nécessairement moins bonne que celle d'une traductrice ou d'un traducteur apparemment dûment formés.

NAUWELAERS

06/03/2021 à 21:01

Merci Isadora et j'apprends quelque chose de vraiment surprenant...
L'absence de nécessité de diplôme dans un domaine où je le croyais (erronément ?) nécessaire...
Il est vrai qu'autrefois le diplôme de journaliste n'était pas toujours jugé indispensable non plus et de très grands noms de cette profession ne sont pas diplômés car ils sont assez âgés pour cela: les deux Philippe (Bouvard et Val), voire -sans le comparer à ces deux cadors bien entendu...! -un Nicolas Demorand.
Depuis lors les écoles de journalisme chères ont réussi à faire croire à leur nécessité -excellent «storytelling», bingo tintinnabulant - et sans diplôme,à moins d'un bel et bon piston de chez piston de supérieure extraction, on n'arrive plus à rien dorénavant en journalisme.
Voire souvent même en ayant décroché le sésame qui s'avère en peau de lapin -ou d'âne puisque les diplômes étaient surnommés «peau d'âne» autrefois.
(Lorsqu'on l'obtenait, on allait fêter cela en buvant un bon Demy entre amis au café estudiantin le plus proche.)
Le talent et les capacités véritables semblent devenues trop souvent une variable d'ajustement à passer par pertes et profits (ou par pertes et pertes).
Ce que vous révélez pourrait être plutôt considéré comme une bonne nouvelle.
Mais il ne faut pas qu'un effet de mode et de buzz préside au choix d'un traducteur ou d'une traductrice à compétence douteuse et évanescente, diplôme ou pas s'entend, selon votre éclaircissement.
Pour Luz: laissons le champ ouvert et attendons le résultat final.
Ce procédé et ce rejet de la traductrice pressentie, bien qu' adoubée par Gorman, sont étrillés sauvagement par le très fameux critique littéraire -responsable de la rubrique littéraire -du «Soir» (belge)- Jean-Claude Vantroyen, ce w-e des 6-7 mars.
Le titre de sa rubrique-brûlot à ce sujet: «Diktats de la bien-pensance» !

«Alea Jacta Est» et attendons le résultat mais si je lis Gorman, j'apprécierai mieux de la poésie en version originale, quoi qu'il en soit.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Isadora

16/03/2021 à 13:20


En fait il s'agissait d'un article du "Nouvel Obs'"(https://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20140116.OBS2713/traduire-plus-pour-gagner-moins-grandeur-et-misere-des-traducteurs.html) mais vous avez raison Christian il semble que l'accès au métier soit comparable à celui de journaliste dans le sens où la familiarité avec les textes et l'écriture peuvent l'emporter sur la formation professionnelle et également car le plaisir de traduire et de lire dépendent beaucoup du style de l'auteur ou de l'autrice comme de celui du traducteur ou de la traductrice.

Malheureusement comme vous le dites pour les écoles de journalisme il est devenu quasiment impossible d'être recruté.e dans une rédaction ou même stagiaire sans se prévaloir du fameux diplôme ou d'études de journalisme. Vous m'apprenez vous même quelque chose au sujet des diplômes qu'on appelaient "peaux d'ânes".

Je vous rejoint à propos de la traduction de Luz , une fois parue ce sera l'occasion de juger de sa qualité. Je vais me pencher sur la chronique du "Soir" dont vous parlez. Cette polémique m'aura au moins fait découvrir Marieke Lucas Rijneveld dont certains poèmes me semblent émouvants et dont le roman pourrait bien m'intéresser (d'habitude j'apprécie beaucoup les romans qui abordent l'éducation religieuse et ses effets comme les excellents romans de Marilynne Robinson ou "The Poisonwood Bible" de Barbara Kingsolver) et au vu de la popularité soudaine d'Amanda Gorman son recueil de poèmes rejoindra certainement ma "pile à lire".

NAUWELAERS

16/03/2021 à 18:14

Merci Isadora pour votre réponse très intéressante.
Pour les «peaux d'ânes», cette expression s'appliquait à tous les diplômes en général !
Moi je vous suis: il faudra juger sur pièce le travail de Lous...mais s'il est jugé concluant, qu'en conclure nous vis-à-vis des études de traduction ?
Quant au journalisme, il est évident que cette profession est beaucoup trop corsetée voire «matée» et j'ai lu tant d'excellents textes de journalistes chevronnés sans diplôme effectif que cela m'a rendu sceptique vis-à-vis de ce supposé certificat de compétence.
On juge le maçon au mur qu'il a construit et le cuisinier du restaurant à ses plats.
On se moque de son diplôme (s'il en possède un) en fait...
Mais l'époque est au formatage plutôt qu'à la créativité dans maints milieux...
CHRISTIAN NAUWELAERS

Alfref

02/03/2021 à 13:13

Ridicule.

tartopom

02/03/2021 à 18:48

C'est négrifiant !

Damnad

02/03/2021 à 22:51

Si on suit ce chemin...bientôt les traductions de livres écrits par des femmes à la chevelure rousse seront traduit exclusivement par des femmes à la chevelure rousse, les livres écrits par des politiques seront traduit par des politiques du même bord et bien entendu du même sexe et de la même couleur de peau. On peut éventuellement ajouter que le traducteur doit faire la même taille et si l’auteur porte des lunettes, il faut que le traducteur en porte aussi bien évidemment...on peut continuer cette liste absurde longtemps...

Ça devient vraiment triste ce monde ou on est incapable de faire confiance à l’autre sous prétexte de sa couleur de peau...

Nat

03/03/2021 à 03:56

Je pense que la réaction de la journaliste est malsaine mais cette réaction vient d'un réel problème. Combien de maison d'édition font appel à des traducteurs noirs ou autres que blancs? Combien de livres traduits par ces traducteurs? Est-ce qu'il y a des chiffres? Parce qu'il n'y a pas que des blancs qui savent traduire. Pourquoi le choix penche moins pour eux pour tous les livres écrits par des personnes de toutes de les couleurs. Mais il ne faut pas s'y tromper, la réaction de la journaliste est malsaine car elle enferme les traducteurs dans des cases aussi racistes que ce qu'elle dit combattre, mais je vois ça comme la réaction d'une personne en détresse qui est dos au mur. Désespérée mais qui tente maladroitement sa dernière chance. Et c'est triste pour nous tous au final.

Kolaï

03/03/2021 à 10:59

Que cette réaction vienne ou non d'un réel problème (personnellement, je ne le crois pas) elle perd totalement de vue les vrais problèmes de société pour d'absurdes vétilles...

Nat

03/03/2021 à 14:52

Si ce sont d'absurdes vétilles, pourquoi perdez-vous votre temps à lire et commenter cet article? Le racisme est un vrai problème de société. Beaucoup de gens préfèrent balayer sous le tapis ou hurler que ça n'existe pas ou que ce n'est pas un problème avant même de se renseigner. C'était autrefois facile. Le monde a changé: les gens, peu importe leur couleur, peuvent maintenant donner leur avis sur tout et être entendu grâce aux réseaux sociaux et ça a un poids. Plus de poids que ce que vous vous pensez puisque ça a poussé la maison d'édition à revenir sur son choix. L'argument ce ne sont que des vétilles, occupons nous des vrais problèmes est dépassé. Vous avez intérêt à en trouver d'autres avec chiffres et actions à l'appui. Car la nouvelle génération va pas se gêner à critiquer tous les choix qui seront faits et rendus publics. C'est une bonne nouvelle pour la société même si les réactions sont maladroites. À tous les Mrs ou Mmes "ça n'est pas un vrai problème", personne n'est à l'abri, trouvez d'autres arguments. Là ça ne passe plus.

NAUWELAERS

03/03/2021 à 15:55

Réponse à Nat,
Non cette «cancel culture» absurde et liberticide est un grave problème !
Et j'attends que vous vous insurgiez contre des artistes noirs qui reprennent des rôles dévolus en principe à des Blancs ?
Même en remontant le temps, ce que ne manquent pas de faire les nouveaux garde-chiourme du politiquement correct (mais je suis révolté également par les abus étatiques comme dans les États arabes unis: voir article récent sur ce site, et c 'est bien pire bien entendu).
Si les Stones n'avaient pas le droit de reprendre du blues noir, Otis Redding n'avait pas celui de donner une formidable version de «Satisfaction», désolé.
Etc.
Quand on est contre l'appropriation culturelle, on se comporte comme un taliban anti-culture sous couvert de progressisme...
Je suis pour le vrai progressisme, pas pour la tartufferie sans légitimité aucune.
Et priver une vraie traductrice d'un travail confié à quelqu'un dont ce n'est pas le métier (voir la chronique) -mais ce sera discrètement sous-traité j'imagine -cela sent la magouille bien-pensante mais-périssologie-totalement malhonnête.
Non, pas du tout d'accord avec vous et ce ne sont pas du tout des vétilles.
Et faites attention à ce que cela ne devienne pas très vite totalement contre-productif !
Gare à ce qu'on appelle des idiots utiles d'une cause...
Utiles ou plutôt nuisibles à l'action abusive.
«L'enfer est pavé de bonnes intentions» et cette atmosphère quasi orwellienne (ces nouveaux mots: «cisgenre» etc.) devient irrespirable.
Je suis un vrai progressiste et rien à voir avec la fachosphère, merci.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Nat

03/03/2021 à 16:27

Franchement votre commentaire ne fait que confirmer ce que je dis: vous répondez avec un vrai bouillon de culture sans épaisseur, et sans même avoir apparemment lu ma réponse (à aucun moment je ne dis que ce sont des vétilles). Votre réponse ne repose sur aucune argumentation qui tienne la route, juste un mélange sans logique qui contient tous les termes et associations à la mode, aussi clichés que vos opposants: "cancel culture", "talibans", "appropriation culturelle", etc. En bref, ça veut tout simplement dire que vous n'avez pas d'arguments solides à opposer à ces gens qui n'ont fait que se plaindre, comme vous, et ils en ont le droit. Ça ne fait pas d'eux des talibans ou des SS. La liberté d'expression est pour tout le monde. Ensuite c'est la maison d'édition et la traductrice qui ont pris la décision de ne plus faire traduire le livre par la traductrice. Donc un aveu que même derrière le tollé, il y avait une vérité et qu'ils n'ont pas trouvé d'autres réponses à donner que celui d'annuler leur première décision. En bref, bienvenu au XXIème siècle, le monde des réseaux sociaux, où les décisions ne se feront plus aussi facilement à la légère, dans un entre-soi d'un autre temps, à moins de savoir répondre...avec des arguments solides, des chiffres! Ce n'est pas l'expression Cancel culture ou appropriation culturelle qui vont arrêter quoi que ce soit.

NAUWELAERS

03/03/2021 à 17:03

UNE journaliste s'est plainte, Nat et a réussi à empêcher cette traductrice adoubée par la poétesse de faire son travail.
Quant à votre argumentation qui défend la légitimité des réseaux sociaux, vous me laisserez en rire...
Avec votre phrase: «La liberté d'expression est pour tout le monde»...mais vous vous moquez de qui ?
On traverse une phase négative mais les temps changent et on reviendra vite de ces dérives actuelles.
Désolé mais je n'accepte pas cet ordre nouveau du tribunal Twitter et des diktats des réseaux sociaux (et parfois, pas toujours, antisociaux).
Une grande pro est privée d'un travail qu'elle aurait pu et dû accomplir et on jette cela à la poubelle alors que la remplaçante n'a jamais prouvé la moindre compétence dans ce domaine -malgré son talent artistique.
Cela est une injustice, c'est tout.
Assez de rotations autour du pot.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

03/03/2021 à 17:09

Nat,
UNE journaliste s'est plainte du choix de cette traductrice reconnue et une vraie pro a été privée de travail au profit d'une personne dont on ne connaît aucune compétence prouvée dans ce domaine.
Il s'agit d'une injustice et «la liberté d'expression est pour tout le monde» (pour vous citer, j'hallucine ici) ne consiste pas à éjecter des gens valables. sous des prétextes aberrants ne tenant pas la route.
Réclamez plutôt la liberté de censurer que de toute façon vous approuvez.
Moi non.
Et les réseaux sociaux n'ont pas à imposer leur loi de cette façon.
Assez de rotations autour du pot et de déni du réel.
Et ce n'est en rien du racisme, évidemment.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Nat

03/03/2021 à 17:52

Une journaliste a commenté une décision rendue publique et comme vous le dites, une vraie pro (sans expérience en traduction en passant) a été privée de travail. Mais PAR QUI a-t-telle été privée de travail? Par des gens qui n'ont pas su assumer leur choix, c'est-à-dire la traductrice elle-même et la maison d'édition. C'est ce que vous omettez de manière consciente ou inconsciente, en utilisant la voix passive dans la deuxième partie de la première phrase de votre commentaire (: une vraie pro a été privé de son travail). Et bien sûr que vous hallucinez. Liberté d'expression pour vous, ça veut dire liberté de dire ce que je pense sans avoir à répondre aux critiques qui ne vont pas dans le même sens que vous. Cancel culture? Vous plaisantez, c'est plutôt la culture de la paresse intellectuelle, celle qui ne se bouge pas pour aller vérifier ce qu'on lui reproche et contre-argumenter en connaissance de cause. C''est une réaction d'enfants gâtés...ET en pleine hallucination. J'espère que vous sortirez de cet état. Le monde va pas vous attendre pour continuer à tourner.

Kolaï

03/03/2021 à 20:01

Je n'ai pas dit que le racisme était une absurde vétille, j'ai dis que CE problème de traduction était une absurde vétille qui se fait passer pour un problème de racisme. Et je me permet de lire cet article qui a le mérite d'informer sur le fait qu'au pays bas, des gens s'indignent pour des vétilles au lieu de se préoccuper de vrai problèmes. Je suis de couleur, je connais le racisme, et ça, c'est une vétille. Une personne blanche est tout à fait capable de traduire une personne noire et vice-versa.

Pour ce qu'il s'agit de savoir si les traducteurs noirs sont moins sollicité dans l'édition, c'est un autre débat (que je n'ai pas qualifié de vétille). J'ai cependant di que je ne pense que ce problème-ci à l'origine de ce que vous qualifiez comme moi d'interrogation malsaine.

Mais soit-dit en passant, je pense qu'avant de suspecter que les traducteurs noirs ne sont pas assez utilisés on devrait voir s'il y a beaucoup de traducteurs noirs, par exemple. Attention je n'affirme rien, je n'ai aucun chiffre !

Aussi je me permet de douter (sans affirmer) que le milieu de la traduction discrimine les traducteur noirs, puisqu'il que le secteur culturel (que je connais en partie : orchestre, théâtre,...) m'apparait comme le secteur le moins discriminant.

Je ne dis pas qu'il n'y a pas de discrimination dans le milieu de la traduction, mais qu'à vu de nez, j'en serait étonné.

Samuel

12/03/2021 à 22:31

Je pense que vous touchez là un point important : y a-t-il beaucoup de traducteurs (qui sont à 80% des traductrices) dit.es noir.es, ou autrement ravisé.es? Ce genre de chiffre n'existe évidemment pas, mais pour avoir suivi une formation universitaire de traduction littéraire et exercer ce métier depuis 10ans, je constate un manque criant de diversité dans le métier, comme dans toute l'édition française. Il ne s'agit pas d'une discrimination à l'emploi des personnes noires pour traduire, mais leur absence du champ professionnel résulte d'un racisme structurel, que dénonce précisément Janice Deul.

NAUWELAERS

13/03/2021 à 11:39

Samuel,
Le professeur noir -et non «dit noir»: il est noir et pourquoi ne pas écrire ce qui est ?-Alain Mabanckou du Collège de France a communiqué tout récemment à ce sujet via sa chaîne Youtube et ActuaLitté a repris ses propos, clairs comme de l'eau de roche.
Je vous invite à les lire: lui ne prétend pas du tout la même chose que vous.
J'ai foi en sa compétence.
«Racisme structurel»: oui si on empêche des traducteurs noirs et traductrices de travailler malgré leur compétence et leur couleur de peau...
Si cela existe, j'y suis aussi opposé que vous.
Mais monsieur Mabanckou n'en fait pas état.
Lous d'autre part, chanteuse et mannequin belgo-congolais et non traductrice, traduira pour Fayard le livre de Gorman.
Et deux cas maintenant de personnes qualifiées privées d'un travail qu'elles auraient très bien accompli.
Alors pour éviter un émiettement sémantique grave et préoccupant du mot «racisme»...veillez à ne pas employer cette expression à tort et à travers.
Si vous avez des preuves concrètes de discrimination, eh bien vous pouvez les divulguer.
Je précise que je suis anti-raciste mais de façon universaliste.
La seule chance pour la gauche de ne pas couler à pic, selon certains...
L'avenir nous le dira !
On a le droit d'accuser...mais avec des preuves, loin de modes fétides de tribunaux médiatiques...
CHRISTIAN NAUWELAERS

Kolaï

03/03/2021 à 20:14

Qu'on se permette de douter le l'activisme des gens parce qu'ils refusent de se livrer à des parties de br*nlettes intellectuelles tout sauf concrètes, est un peu déplacé. Pour m'a part, je suis préfère contre la discrimination là où elle existe (il y a encore pleins de manifestation réelles du racisme, du sexisme, etc. que ce soit dans le milieu scolaire, sur le marché de l'emploie, etc.).

Nat

03/03/2021 à 21:45

Vous plaisantez ou quoi? Ce n'est pas à vous de décider pour tous les noirs ce qui doit être du racisme ou pas, ce qui est un vrai problème ou pas.. Votre expérience est peut-être (sûrement) pas la même que la journaliste noire et les autres auteurs qui ont commenté négativement la décision. Si eux sont dans le milieu et disent que c'en est trop et qu'ils considèrent que le milieu est biaisé depuis trop longtemps. La première chose à faire est de les écouter et d'aller faire une enquête. Comme vous le dites vous avez aucun chiffre.

Kolaï

04/03/2021 à 08:05

Sauf que je n'affirme rien ! Je me contente d'exprimer un doute, conscient que je suis des initiatives de certains milieux pour briser les stéréotypes, conscients que les musiciens d'orchestre sont souvent recrutés à l'aveugle, etc.
Me permettez-vous de douter tant que je n'affirme rien ? Merci.
Et si vous avez des chiffres à ce sujet j'aimerais les voir.

Partons du principe qu'il y ait une discrimination dans le milieu de la traduction ! Ce que je voulais dire c'est qu'à mon avis, la préoccupation type "seul une noire peut traduire une noire" (la vétille) n'en provient pas.

Tidalium

03/03/2021 à 19:46

Parce que pensez que le fait que l'éditeur ait renoncé à commander la traduction à une auteure blanche, est une preuve de la légitimité de l'indignation de cette journaliste et de tous ceux qui pensent qu'une blanche ne peut pas traduire l'œuvre d'une noire ? Vous plaisantez j'espère. Il ne vous est pas venu à l'idée que l'éditeur compte bien en vendre et essentiellement à des gens qui, comme vous, seront tout à fait sensible au fait que seule une personne noire puisse traduire le texte d'une auteure noire même si il s'agit d'une congolaise vivant en Belgique et que l'auteure est Afro américaine ( il faut vraiment être blanche pour imaginer que parce que noires, elles partagent la même culture). Personnellement, je travaille dans le spectacle vivant ( théâtre, opéra ) et je peux vous dire qu'on est là sur un terrain bien glissant dont votre assurance ne mesure à mon avis pas les conséquences. Quand à votre enthousiasme pour le monde nouveau où tous pourront s'exprimer sans appartenir aux "milieux autorisés" (blancs, hétéro, bourgeois, votre père en un mot..) , je vous trouve bien optimiste, on fera les comptes dans quelques années.

Nat

03/03/2021 à 21:50

Je vous conseille d'aller relire mes commentaires et de ne pas me prêter des pensées que je n'ai jamais eu. Arrêtez de prendre vos fantasmes pour des réalités et cela fera avancer les choses. À aucun moment je n'ai dit que le fait que l'éditeur soit finalement revenu sur son choix est preuve de la légitimité. Allez relire. Si vous ne voyez pas la différence entre ce que j'ai écrit et votre mauvaise interprétation de ce que je dis, c'est soit de la mauvaise foi, soit des difficultés de lecture. Tout comme je n'ai jamais dit que c'était à une personne noire de traduire un auteur noir. Comme je l'ai écrit clairement c'est pour moi une demande raciste. Et oui, désolée tout le monde a le droit de s'exprimer librement, et de plus en plus de gens en profite, en quoi ça vous dérange? Que des gens soient pas d'accord avec vous? Ou que vous ne sachiez pas quoi leur répondre? Ou que vous ayez perdu le privilège de prendre des décisions sans avoir affaire aux critiques? C'est ça la démocratie. Plus de liberté mais plus de débats intellectuels. Step up your game.

NAUWELAERS

03/03/2021 à 22:36

Nat,
Plus vous écrivez, moins je comprends où vous voulez en venir.
Mon argumentation à moi est compréhensible par tout le monde, pas du tout vos circonvolutions alambiquées et parfois totalement hors sujet.
De la confusion mentale de la plus belle eau (trouble).
CHRISTIAN NAUWELAERS

Natacha

04/03/2021 à 00:28

Oui, tout le monde vous comprend, à tel point que vous ressentez le besoin de préciser à la fin de vos commentaires que vous n'êtes pas raciste ni d'extrême droite. Juste au cas où.

NAUWELAERS

04/03/2021 à 11:13

Natacha,
Lorsque je vois, y compris sur d'autres fils de discussion où je n'interviens surtout pas -ActuaLitté est parfait, plus évolué que les réseaux - des commentaires de gens qui taxent d'extrême droite et raciste les ennemis et ennemies de la «cancel culture», oui je précise.
Je suis un progressiste et au fait...vous ne me connaissez pas.
Cela vous gêne tant que j'aie cru bon de le préciser (ce que je pense) ?
Merci et désolé...
CHRISTIAN NAUWELAERS

Jujube

04/03/2021 à 00:02

Petit détail comme vous les aimez, cher Christian: un garde-chiourme, des gardes-chiourme. (S'agit pas du "verbe garder" mais du "substantif garde").
Bien à vous,
Jujube

Ah! ce petit slogan: "Traduire c'est trahir". Tout vrai traducteur le connaît et s'évertue à trouver, pour chaque langue en contact, les mots-substituts qui évitent cet impardonnable impair. C'est tout un art et traduire tient une bonne part de sensibilité créative. Le traducteur-polyglotte expert peut atteindre des sommets s'il opère dans cette voie. Les autres qualités - vertu, genre, aspect physique, etc. - sont secondaires. Le lecteur lit des mots: qu'il soient les plus proches de la vérité de l'auteur.

PS Je n'utilise pas l'écriture inclusive, navré pour les fans.

N

04/03/2021 à 11:31

Cher ou chère Jujube,
EXACT et désolé...!
Des garde-chiourme...honte à moi !
Et le proverbe bien connu: Traduttore, traditore !
Amicalement.

Corrado

03/03/2021 à 22:13

La journaliste (cherchez-la sur Google est regardez son compte Twitter même si vous ne lisez pas le néerlandais) est un mannequin et influenceuse dans le domaine de la mode aux Pays-Bas. Médiatisée, certainement pas "en détresse" ni "le dos au mur", mais "inclusive", comme on dit.

Quant à ses objections – et c'est clair dans son billet du Volkskrant ("Hen is wit, non-binair, heeft geen ervaring op dit gebied") – l'une est le statut spécial revendiqué par Marieke et/ou Lucas, accentué par sa célébrité (le Booker International 2020), qui peut interférer avec le message de la poétesse. L'autre étant qu'il n'est pas traducteur, au sens où il n'a pas encore traduit d'ouvrage. Mais c'était là l'occasion rêvée de mettre son talent au service d'un autre auteur. Il semble maintenant que l'éditeur se dirige vers une solution impliquant un collectif de traducteurs diluant la responsabilité – et réduisant les délais – plus un examen par des "sensitivity readers" pour détecter d'éventuels problèmes extralinguistiques. En somme, on traiterait comme celle d'un vulgaire essai politique d'actualité la traduction d'un recueil de poèmes, tâche ingrate qui, en général, relève plutôt d'un travail solitaire, même avec la collaboration – pas toujours acquise – de l'auteur.

Natacha

04/03/2021 à 00:26

Excusez-moi, mais j'imagine qu'on peut être influenceuse, mannequin, médiatisée et subir du racisme et se sentir dos au mur psychologiquement. Barack Obama subissait, subit toujours du racisme à haut niveau malgré son statut. Sinon pour la deuxième partie de votre texte, pouvez-vous me préciser qui prend les décisions dans la maison d'édition? L'éditeur? Ou la journaliste? Ce n'est pas très clair dans votre commentaire. À moins que vous me dites que l'éditeur a été exorcisé par la journaliste après que celle-ci ait publiée son billet vaudou dans le Volkskrant. La responsabilité revient à l'éditeur. Il faut assumer ces choix.

NAUWELAERS

04/03/2021 à 11:20

Natacha,
Ce n'est pas le problème même si cette personne est en détresse...
C'est tout mélanger.
L'éditeur a cédé à la pression de la «cancel culture» qui compte un grand réac bien connu parmi ses ennemis: Obama que vous mentionnez Dieu sait pourquoi (quel rapport je vous prie avec ce qui nous occupe) ?
Puisque vous le mettez dans le débat, tant qu'à faire: il s'est exprimé publiquement devant de jeunes démocrates pour expliquer à quel point on fait fausse route avec cette «cancel culture» qui correspond au proverbe: «L'enfer est pavé de bonnes intentions».
Chapeau bas à Obama donc.
Et non à l'éditeur ni à ceux qui baissent pavillon devant cette «cancel culture» qui est le contraire du vrai progressisme, dussé-je vous irriter...
CHRISTIAN NAUWELAERS

Nat

05/03/2021 à 00:35

Bonjour Christian,
Je cite Obama parce que le message précédent semblait sous entendre que, comme la journaliste est une influenceuse-mannequin, elle ne pouvait pas subir de racisme. Et je ne suis vraiment pas désolée de NE PAS reconnaitre ici de cancel culture. Obama lui le cautionne dans un contexte bien précis (celui des universités américaines). Je me souviens de mes cours de biologie dans lesquels j'ai appris qu'il y avait des êtres vivants qui pouvaient se reproduire seuls sans partenaire. Pour moi la cancel culture, ce sont des gens qui s'annulent tout seuls et ensuite viennent se rouler par terre dans les médias en hurlant cancel culture. Ils ne veulent pas admettre qu'ils ont pas su faire face aux critiques ou prendre des décisions et assumer. Et je ne parle pas des auteurs ou traducteurs, je parle des gens responsables de prendre la décision de l'annulation. Je ne pense pas que la journaliste, que tous les médias présentent comme la sorcière qui a annulé le contrat de traduction, ait fauté en faisant part de son point de vue. C'est son droit. À moins qu'elle ait menacé ou usé de la violence. Donc arrêtons de coller des expressions qui viennent d'ailleurs sur tout et assumons qu'on a été pris la main dans le sac et qu'on a décidé de changer notre décision. À moins que la journaliste ait mis la main seulement sur la pointe de l'iceberg et que si on était rentré dans le débat intellectuel on aurait eu des chiffres, des informations qui pousseraient à faire des changements plus profonds que des changements cosmétiques.

NAUWELAERS

05/03/2021 à 13:13

Nat,
Je me pince en vous lisant.
Obama «cautionne» la «cancel culture» dans le cadre bien précis des campus américains, selon vous ?
Fin octobre 2019, dans un meeting à son Obama Foundation, il a déclaré à des étudiants: «That's not activism» et «You should get over that quickly» à propos de la «cancel culture» !
Donc il reconnaît l'évidence -ce grave problème -et il s'y oppose avec courage.
Biden n'a donné aucun signe en ce sens (encore ?) mais on verra bien.
La «cancel culture», c'est la faute de ceux qui s'annulent tout seuls selon vous !
Je suis sidéré de lire cela.
Que la journaliste-influenceuse ait été victime de racisme (ce que je désapprouve à 150%) ou non, mais quel rapport avec une manifestation de «cancel culture» que tout le monde a bel et bien constaté ? ?
Il est inadmissible que le choix d'une très bonne traductrice -j'écris au féminin même si elle est non binaire, ce qui introduit un autre élément polémique et totalement hors sujet -ait été refusé à cause de la campagne menée par cette personne contre le choix de la traductrice, qu'elle a refusé en se donnant le droit de faire valider son refus.
Avec quelle légitimité, je vous prie ?
Cela heurte le sens de la vraie justice.
Surtout, surtout et surtout (j'insiste) qu'Amanda Gorman avait approuvé ce choix qu'elle aurait pu peut-être imposer si elle était plus chevronnée et implantée dans le monde littéraire américain !
Comme un Philip Roth qui avait établi des liens étroits avec sa traductrice et qui veillait au grain.
Privilège blanc ?
Peut-être ou privilège du succès...qui est en fait normal: l'auteur peut veiller à ce que son oeuvre soit bien rendue...une faculté qui devrait échoir à Amanda Gorman par exemple.
C'est un privilège car réservé aux «big wheels» qui peuvent imposer leurs choix voire refus...
L'éditeur hollandais s'est couché et l'éditeur américain soit a fait de même, soit contractuellement n'avait aucun droit de regard sur les choix européens dont hollandais; cela je l'ignore.
Sur le web, lire la tribune «LA CANCEL CULTURE A ASSEZ DURÉ» du 24 août 2020.
Parmi les signataires, des militantes féministes se revendiquant comme telles: Isabelle Alonso (un nom connu et qui revient à cette occasion), et Julie Go qui précise: «féministe et lesbienne».
Ce qui coupe l'herbe sous les lourds sabots de qui viendrait protester avec les accusations inévitables et mensongères dans ce cas (j'ai écrit «Dans ce cas»): «Racisme !
Sexisme !...(etc.)»...alors qu'il s'agit d'une défense démocratique de la liberté.
Si vous voulez laisser cette défense à la seule extrême droite, vous savez ce qui risque de se passer...
Heureusement que l'opposition contre ces dérives inadmissibles importées des campus américains -et c'est factuel, désolé -surplombent tous les clivages politiques et toutes les assignations identitaires contre lesquelles nous devons lutter comme contre la gale.
Lisez cette tribune en question pour commencer, Nat...
En désaccord avec vous mais sans rancune.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Jujube

05/03/2021 à 17:27

Cher Christian Nauwelaers,

Bonjour.
J'espère que vous allez bien.

Auriez-vous le temps de répondre à cette question:
Pourquoi utilisez-vous constamment ces deux mots anglais "cancel culture" quand il existe plusieurs équivalents français de cette expression très faciles d'accès sur Internet?

Je m'étonne car vous prenez grand soin de votre style et polissez chaque phrase de vos commentaires. Si, par hasard, surgit - sans préméditation - une erreur grammaticale ou orthographique dans votre texte, vous réagissez, pour la corriger, avec la vitesse des grands vents d'orage. Tout démontre votre passion pour la langue française.

Alors, pourquoi cette pérenne apparition de ladite "cancel culture"?
Le maintien de l'anglais originel et l'usage des guillemets servent-ils à donner à l'expression le relief adéquat qui la puisse, ainsi, tourner en dérision?
Possible, puisque cette fameuse "CC" n'a pas l'air d'être objet de votre dévotion.

Mais j'aimerais beaucoup lire votre propre opinion.

Ces anglicismes envahissants, qui peut-être à certains usagers leur "donne un genre", je les perçois comme une dangereuse pandémie linguistique et même un linguicide.
Voilà pourquoi j'ai posé la question.

Natacha

07/03/2021 à 03:54

Je voulais dire que Obama cautionne le concept cancel culture pour parler ce qui se passe dans le contexte précis des universités américaines. J'ai sauté des mots et le français n'est que ma cinquième langue. Et enfin on se comprend: comme vous le dites (enfin!) "l'éditeur hollandais s'est couché". Il en aura fallu du temps pour vous faire accoucher de cette réalité. "L'éditeur hollandais s'est couché"! C'est tout ce qu'il faut retenir de cette histoire. La journaliste n'a rien annulé. Vous lui prêtez inconsciemment trop de pouvoir et refusez toujours inconsciemment de le donner à celui qui l'a vraiment au final, l'éditeur. C'est sur lui que repose la responsabilité de la décision. Mais vous n'êtes pas seul dans ce cas à faire ce transfert et je trouve cela fascinant. À quel point peut-on collectivement décider de jeter le blâme de nos propres actions sur d'autres pour échapper à nos responsabilités et ne pas assumer nos décisions. Paresse intellectuelle. Comme si les gens allaient se taire un jour sur les réseaux sociaux quand vous rendrez publiques vos décisions. Au contraire, ça va être de plus en plus bruyant. À moins qu'il y ait un crash majeur de facebook, twitter, et autres. Si les décideurs gardent cette mentalité, cette faiblesse de revenir sur leurs décisions parce que X a écrit ou dit que, vous avez pas fini d'en voir passer des auto-annulations donc je vous conseille d'attacher votre ceinture.

NAUWELAERS

07/03/2021 à 12:04

«Les diktats de la bien-pensance

Si on comprend bien la militante noire néerlandaise Janice Deul et sa bande, seule une Noire peut traduire une Noire !»
JEAN-CLAUDE VANTROYEN («Le Soir»)

Natacha,
Ci-dessus le titre de la chronique au lance-flammes du responsable des pages Livres du quotidien belge leader «Le Soir», Jean-Claude Vantroyen, extrêmement reconnu.
Édition de ce w-e: 6-7 mars.
Cela est d'autant plus remarquable que ce quotidien est assez perméable aux nouvelles idéologies «woke», «cancel culture» et autres.
La campagne de Janice Deul contre le choix d'une excellente traductrice approuvée par Amanda Gorman a entraîné une véritable injustice.
Vu la levée de boucliers que cela entraîne -l'indignation -j'espère que ce genre de processus ne va pas se répéter de plus en plus.
Et que le public en majorité ne...cautionnera pas cela.
La journaliste est partiellement responsable de cela, je regrette et c'est évident, mais le premier responsable est l'éditeur.
Auto-annulation ?
Pas dans le chef de la traductrice.
Privation de boulot pour cette vraie pro adoubée par Amanda Gorman -donc un comble -sous cette pression numérique à laquelle l'éditeur n'a pas eu le courage de résister.
Obama ne «cautionne» pas du tout la culture «woke» et la «cancel culture» mais il la désapprouve publiquement !
Je comprends que le français n'est pas votre langue maternelle, Natacha, mais «cautionner» veut dire: approuver.
Ou encore: valider, en gros.
Obama la reconnaît, il ne nie pas l'évidence contrairement à certains mais il met en garde la jeunesse de sa Fondation CONTRE ces dérives qui sont totalement liberticides avec les meilleures intentions du monde.
Celles dont l'enfer est pavé...un vieux proverbe infiniment vrai, plus que jamais.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

04/03/2021 à 01:27

Nat,
Vous commentez ce que vous ne connaissez pas.
NON il ne s'agit pas d'une «personne en détresse» qui a tout fait pour priver la traductrice d'un travail qu'elle aurait sans doute accompli parfaitement !
C'est une militante et journaliste qui a trouvé le moyen de faire un bon buzz, voilà.
En faisant du tort à quelqu'un d'autre qui ne lui a rien fait.
C'est bas de gamme.
De quel droit va-t-elle décider que telle professionnelle reconnue n'est pas le bon choix ?
Et (se) manifester pour la faire passer par-dessus bord ?
Bonjour malveillance...
Arrêtez avec votre «détresse» de cette militante...
Et quand cela serait, pas une raison pour s'abaisser aussi bas?
Bonjour tristesse !

Quant à la traductrice, elle est la victime de cette situation.
C'est elle la victime et je suis du côté des victimes.
Je réponds factuellement à vos arguments.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Natacha

05/03/2021 à 01:09

Non, les vrais victimes de cette affaire ce sont les traducteurs noirs, à qui on va faire appel seulement pour traduire des auteurs noirs à partir de maintenant, si on continue à accepter ce genre de demande (des noirs pour traduire des noirs, des X pour traduire des X, etc.). Dans leur cas, on les sort d'une case pour les enfermer dans une autre. et ce sera aussi l'occasion pour certains de se moquer d'eux comme dans un des commentaires plus bas au sujet de la traductrice noire pour la version française si je ne me trompe pas.

Exclusif

03/03/2021 à 08:29

Tiens, Actuallité passe à l'écriture inclusive dans ses articles avec ses journalistes officiels... Passe encore quand vous avez un invité (encore que, la question pourrait vraiment se poser : quel est votre rapport avec la langue française ?).

Le nouveau site est déjà moins lisible que l'ancien (ce qui est dommage : je découvre parfois des articles sur Facebook qui m'avait échappé sur le site !), mais vous tenez vraiment à perdre tous vos lecteurs ?

Je sais bien que vous n'aimez pas trop quand on vous attaque frontalement, mais là, vous tendez vraiment le bâton pour vous faire battre...

Team ActuaLitté

03/03/2021 à 08:52

Bonjour
Il doit y avoir une erreur : ActuaLitté et non Actuallite. Sinon, vous parlez d'un autre média ! :-)
Mais comme vous n'avez pas laissé de coordonnées mail, on peut imaginer que le commentaire n'avait pas d'autres visées que celle de nous être agréable.
Excellente journée.

Père Kolateur

03/03/2021 à 13:56

Bonjour cher(?e) ActuaLitté

Il n'empêche que la question posée (sous-tendue ?) par Exclusif se pose et qu'ActuaLitté n'y répond pas ;-)

Soutenir l'écriture inclusive est indubitablement un geste politique aujourd'hui (dans la lignée LGBT/indigénisme/etc.) et donc l'apparition dans un article du site sous la signature d'un journaliste attitré est un marqueur fort.

Est-ce une orientation qu'ActuaLitté désire mettre en place ? Une tentative pour voir comment réagissent les lecteurs ? Un engagement politique ?

Il va de soi qu'ActuaLitté a toujours été assez transparent sur sa manière d'agir. Je ne doute pas que vous aurez la bienveillance de me répondre avec votre clarté habituelle, sans botter en touche comme vous l'avez fait en répondant à Exclusif ;-)

Antoine Oury

03/03/2021 à 14:22

Bonjour,

L'usage de l'écriture inclusive a été privilégié ici car Marieke Lucas Rijneveld se décrit comme une personne non binaire, et utilise un pronom neutre (iel en langue française) pour se désigner. L'utilisation du point médian ou d'un tel pronom ne me dérange pas, à titre personnel. Dans votre propre relecture, rien ne vous interdit de ne pas prendre en compte ces choix, et de les remplacer par il ou elle, ou ce qui vous convient.
Cordialement,
Antoine Oury

Poil à gratter

04/03/2021 à 07:31

Bonjour Antoine,

Donc on y vient progressivement. Un commentaire plus haut dévoile le fond du problème. Il s'agit donc d'une journaliste activiste (joli mot pour politisée de gauche) qui met en avant ainsi son activisme.

Manifestement, vous étiez au courant puisque vous allez dans son sens en mettant de l'écriture inclusive pour souligner son comportement. Pourquoi ne pas être aller jusqu'au bout en précisant qu'elle était politisée et donc que son action relevait du militantisme pur ?

Enfin, pour répondre à votre commentaire au Père Kolateur, je trouve assez étrange que l'argument de soutien à l'écriture inclusive se fasse au détriment de celui qui doit lire. Si c'est celui qui lit qui doit faire tout le boulot pour comprendre et déchiffrer un texte obscur aux règles imbitables (qui empêche d'ailleurs toute compréhension aux mal-voyants au passage...sympa l'inclusion par l'exclusion !), on marche vraiment sur la tête ! Moi qui croyais benoîtement qu'un journaliste écrivait pour se faire comprendre...

Antoine Oury

04/03/2021 à 09:11

Je pense qu'il y a méprise : l'écriture inclusive n'a rien à voir avec les convictions de Janice Deul, mais avec le souhait de l'auteur·e Marieke Lucas Rijneveld d'être désigné·e comme tel·le. Personnellement, je peux comprendre et respecter ce souhait.
Cordialement,

Poil à gratter

04/03/2021 à 09:36

(je continue, à cause de mon pseudo)

Donc si l'auteur avait voulu que l'on écrivît son nom avec des lettres en cunéiforme ou en hiéroglyphe, voire dans une lettre à la graphie imaginaire, vous auriez suivi au risque que personne ne puisse déchiffrer son nom ?

Bien cordialement également,

Aïe

03/03/2021 à 08:39

Sublime commentaire dans FB au sujet de cet article : est-ce qu'une personne non noire peut lire cet ouvrage ?

Si on suit donc la logique qui prévaut à cet article, seuls les personnes noires peuvent comprendre ce livre et donc il faut le réserver aux personnes noires. Il faut donc en librairie ne le vendre (et le marquer comme tel...) qu'aux personnes noires.

On n'a pas fini de se marrer dans le monde moderne...

Forbane

03/03/2021 à 10:43

L'art est universel et se moque bien des différences raciales, sexuelles, etc.
Cette déviance d'une partie de la société moderne, crispée sur la notion de race, est grave, dangereuse et inquiétante.
Interdire à une personne blanche de traduire une personne noire étant, de plus, raciste - tout comme le serait l'inverse.

NAUWELAERS

03/03/2021 à 11:19

Forbane a raison bien entendu !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Pseudo Mathieu

03/03/2021 à 21:01

Paroles de Lous and the Yakuza :
Ô plus j'ai la haine
Ô plus ils me font de la peine
Ce n'est pas un drame
Si je ne fais plus la fête (fais plus la fête)
Lous, es-tu sereine
Ou fais-tu juste la guerre?
La vie est une chienne qu'il faut tenir en laisse
Vivre me hante
Tout ce qui m'entoure m'a rendu méchante
Si je rate, je recommence
Quand je suis triste, je chante
Ne jamais tout donner de moi
Dans ce monde c'est le diable qui est roi
Elles me disent que j'ai la poisse
"Blague à part" devient "Lous à part"
Etc...
Effectivement, c’était le bon choix...

NAUWELAERS

03/03/2021 à 21:08

Pseudo Mathieu, vous plaisantez sans doute ?
Et écrire une chanson, cela n'a rien à voir avec une traduction...!
CHRISTIAN NAUWELAERS

Pseudo Mathieu

03/03/2021 à 21:22

Je n’ai pas le cœur à plaisanter à propos de cet article et de certains commentaires. Ce n’était que de l’ironie, qui me semblait évidente devant cette poésie délicate...

NAUWELAERS

03/03/2021 à 21:52

« Nous comblons le fossé, parce que nous savons que pour donner la priorité à notre avenir, nous devons d’abord mettre nos différences de côté. Nous déposons nos armes pour pouvoir nous ouvrir les bras », écrit Amanda Gorman.
Et voilà une polémique absurde limite odieuse qui contredit frontalement ces écrits d'Amanda Gorman.
Si j'étais Gorman, je serais en colère.
Lire la VO de l'ouvrage d'Amanda Gorman !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Jujube

04/03/2021 à 00:56

Amanda Gorman aura-t-elle accès à tous ces commentaires (traduits en anglais, of course!)? Mais non! Quant à qui et comment traduira ses poèmes, elle devra se taire...puisque ce sont les Editeurs qui décident, commandent et attendent l'argent des ventes. Pareil livre, en quelle que langue qu'il soit traduit, doit être vendu à grande échelle et vaste espace: voilà la préférence de l'édition.

Nous, les commentateurs, on fait pas le poids. On échange entre nous, ça nous occupe. On retrouve des noms connus, jour après jour. On saisit des styles nouveaux, des traits de caractères; on essaie de deviner qui sont les autres; on a ses chouchous et ses affreux. Dans le fond, je crois qu'on s'amuse bien et qu'on est content d'être les fidèles lecteurs d'ActuaLitté.
Très bonne nouvelle!

Durozoi

08/03/2021 à 11:46

Oui, j'ai lu ce poème en V.O. Je n'ose ajouter : Hélas ! car on va évidemment crier au scandale et que je ne comprends rien à la "poésie"... C'est un poème tout à fait dans l'héritage d'un certain courant de la poésie américaine, attaché à la nation U.S., à ses valeurs officielles (même si elles sont bafouées), porté par l'espoir que les choses, à force de bonne volonté, pourront aller mieux. On peut comprendre que le public américain en soit friand (comme il peut l'être des images d'un Norman Rockwell), mais je crains que, notamment pour certains lecteurs français (et peut-être au-delà), cela fasse penser à quelques textes d'Aragon des années quarante, ou même (si l'on est cruel) à Déroulède...

Jujube

04/03/2021 à 00:24

Pauvre pauvre texte! La musique est-elle aussi sublime que la lettre?
Ben, ça promet pour la traduction des poèmes!

Attention, certains punissent cruellement les caricatures...

Bovellois

04/03/2021 à 21:43

La vieille querelle entre les apparences et le contenu mise au goût du jour.

Eric0981

05/03/2021 à 08:01

L'utilisation de l'écriture inclusive dans votre article est tout aussi débile que la polémique qui y est dénoncée.
En plus, elle est mal utilisée (auteur.e néerlandais.e) puisqu'on parle ici d'une seule personne bien identifiée de sexe féminin et non d'un ensemble de personnes... Vous êtes comme la lessive qui lave plus blanc que blanc...

NAUWELAERS

05/03/2021 à 13:24

Eric 0981,
Non cette personne est «non binaire» et se définit comme femme ET homme d'où ces deux prénoms: l'un masculin et l'autre féminin.
Voilà pourquoi Antoine Oury a orthographié «auteur.e» -cette personne étant homme et femme selon elle et comme vous, j'ai cru à une erreur.
Je vous avoue que j'ai le plus grand mal à suivre mais voilà, cela existe et nous sommes informés.
Même si dur à comprendre...
Ce qui n'enlève rien aux capacités professionnelles de cette personne victime d'une cabale honteuse -débile peut-être mais scandaleuse - approuvée par des gens se croyant très sincèrement progressistes -ce qui est glaçant -mais qui en révolte bien d'autres.
Polémique débile ?
Oui et non; dans un esprit journalistique, je pense: signe des temps.
C'est important car il s'agit d'une tendance lourde de notre société.
On ne peut l'ignorer.
Et ActuaLitté nous permet d'observer tout cela dans un esprit précieux de débat démocratique et pluraliste.
Au contraire de tant de réseaux sociaux.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Eric0981

07/03/2021 à 19:49

Homme et femme ?
Elle n'a pas deux chromosomes X ? Ce qui suffit à la définir comme une femme ?
Ou bien un vagin et des seins ? Ce qui suffit aussi à la définir comme une femme ?

Cachemiridon

07/03/2021 à 22:19

Je citerai les mots de la traductrice Valérie Znatti : "La traduction est un lieu d'altérité. Il s'agit d'établir un corps à corps entre deux langues différentes. Par définition, la traduction n'est jamais du côté de l'identique : si on allait vers l'identique, on resterait dans la langue d'origine et donc on ne pourrait pas traduire. Traduire, c'est une quête de justesse où l'on traque tout ce qui permet de rendre justice au textee.

Jujube

13/03/2021 à 22:05

Les couleurs, ah! ces couleurs qui peuplent notre langage, cher Christian, comme nous avons l'art de les plaquer un peu partout, à la va je te pousse, parfois comme des daltoniens ou des victimes de cataractes, parfois comme de vrais petits impressionnistes.

La couleur, ça donne charme et chaleur à ce qui nous entoure. Quoi de plus chaleureux que "gilet jaune" ou "jaune d'envie", de plus apaisant que "blanc comme neige", de plus dynamique que "rouge comme une tomate", de plus mystérieux que "bleu de peur", de plus végétal et charmant que "les Verts"- ces écologistes ou les "vieux verts" - toujours actifs malgré l'âge?

Pour "noir" et "blanc", certains hésitent: sont-ce vraiment des couleurs ou leur absence? Appliquer ces termes à la peau des gens risque de nous fourvoyer sur les sentes trompeuses des nuances.

Prenons le blanc. Il passe du gris au jaunasse, au verdâtre et même parfois au mauve discret; sans oublier toute la gamme des roses. Moi, selon les autres, je suis ce qu'on appelle "un Blanc" (avec majuscule, hé hé!). Pour moi, sincèrement, je suis rose et même "rose cochon". Puis-je me présenter ainsi en public: "Bonjour, je suis un Rose cochon" ?Passe encore. Mais si je perds, en bafouillant, le "un" de ma phrase et orne aussi mon adjectif d'une majuscule ("Bonjour, je suis Rose Cochon.") pour qui me prendra-t-on, pour "une Madame" sans doute.

Voyons maintenant le noir. "Un Noir" est-il vraiment noir ? (Noir anthracite, d'ébène, de nuit, noir-bleu: merci, les poètes). Ou toutes les variétés de brun, marron, noisette, chocolat, café (au lait, au rhum, au cognac), etc. ne recouvrent-elles pas ce noir prétendu?
Et pourtant, des personnes préfèrent s'identifier ainsi: "Je suis un Noir" (avec majuscule, hé hé!). Souvent avec fierté. Chacune doit avoir sa bonne raison. L'important est qu'elles soient heureuses malgré la maltraitance dont elles sont honteusement victimes, trop souvent.
Nous sommes tous, couleur incluse, des êtres humains: traitons-nous bien, caramba!

NAUWELAERS

14/03/2021 à 13:06

Bonjour Jujube !
Bien sûr que je vous comprends...
Un Blanc n'est pas blanc d'albâtre, un Noir n'est pas noir d'ébène...
Un Asiatique tend vers le jaune mais sans l'être !
Un Gilet jaune, non cela n'est plus chaleureux: cela exprime la révolte, bien étouffée et cadenassée depuis mars 2020.
Mais totalement d'accord avec tout le reste de votre commentaire.
Mais bon Dieu tout le monde comprend tout de même «Noir» ou «Blanc» et j'aimerais qu'on s'écartât de cette manie de couper les cheveux en quatre à l'infini dans la langue.
C'est de la pure et simple cuistrerie soi-disant bien-pensante mais ne rimant ni ne servant à rien..
Enfin la mienne, de cuistrerie, si elle existe (selon certains mais pas moi !), est plutôt un amour profond et intense de notre langue française.
Comme celle de feu Cavanna, par exemple.
Comme il me et nous manque...
Sinon...
Les Noirs s'exclament bien: Black Lives matter...
Et James Brown chantait, lui: «I'm black and I'm proud» !
Alain Mabanckou dans son intervention début mars parlait normalement de «noirs» et «blancs», comme adjectifs qualifiant des auteurs et traducteurs.
Sans ambages et sans ces rotations ridicules autour du pot aujourd'hui, question langage précautionneux et vétilleux mais passant à côté de l'essentiel.
Encore une fois, il ne faut pas dévaluer le vrai progressisme -que je partage avec vous -avec...du n'importe quoi, disons.
Ni pour la forme ni pour le fond, certes le plus important.
Veut-on convaincre ou rebuter ?
Avancer ou stagner voire reculer ?
Bonne semaine !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Jujube

14/03/2021 à 19:27

Cher Christian, "je reste paf" devant votre phénoménale énergie à défendre vos idées et ravigoter vos arguments - au long cours - de commentaire en commentaire. Vous pétez le feu, votre fouge est, je crois, capable de ressusciter les morts (ascendance christique?). Félicitation pour cette excellente santé et cette increvable jeunesse!
A la prochaine joute oratoire...avec tous vos interlocuteurs. J'y assiste avec jubilation!

Une excellente semaine - vitaminée - à vous.
Cordialement,
Jujube

NAUWELAERS

14/03/2021 à 20:04

Merci Jujube mais je passe ma vie à m'informer (y compris sur cet excellent site et via moult sources de diverses obédiences -foin de toute pensée unique) et cela me motive pour me livrer à des commentaires, c'est vrai.
Peut-être trop, je le conçois... mais n'oubliez pas que tant que je ne serai pas devenu le Dictateur suprême de ce site -ce trône étant occupé par le seul Maître avant Dieu d'ActuaLitté, Nicolas Gary -eh bien tout le monde peut encore s'exprimer à loisir !
(Lorsque j'aurai atteint le Pouvoir suprême, je resterai un despote éclairé puisque tous les opposants côté idées -certes et normalement emprisonnés à vie -ne seront en aucun cas torturés.
Ou bien relativement rarement, et seulement pour leur bien; la démocratie est ma passion depuis toujours !)
Bonne semaine !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Jujube

14/03/2021 à 22:55

Soyez prudent, cher Christian, dans votre quête du trône en question: il pourrait être percé et, l'âge aidant, vous pourriez malencontreusement passer au travers (et qui sait ce qu'il y a au fond).

Quant à Monsieur Nicolas Gary, pas de problème, dans mes cartes je lis ceci: après avoir obtenu le Nobel de la patience pour la lecture de vos commentaires, il sera ardemment sollicité par le clan des Immortels qui lui réservent un fauteuil confortable, avec vue sur les Pyrénées. Tous ses écrits seront traduits en vingt langues différentes par vingt traducteurs qui lui ressemblent comme des clones. Sera ainsi assurée la fidélité du texte à la pensée de l'auteur.

Pour vos projets de torture modérée, vous pouvez faire appel à moi: je connais des trucs à faire mourir de rire. Pour la décoration de votre nouvel intérieur, j'ai quelques idées subtiles aussi.
C'est quand vous voulez.

Cordialement,
Jujube




NAUWELAERS

15/03/2021 à 11:01

Parfait Jujube !
Il ne me reste plus qu'à devenir Calife à la place du Maître avant Dieu !
Mais quand ?
Cela me fait penser à une chanson où le groupe vocal des Parisiennes, produites par le regretté Claude Bolling, chantaient ceci -notamment par rapport à une demande d'augmentation de Monsieur Dupont (j'ignore si c'est le même que chanta en français l'Anglaise Sandie Shaw !); une requête accueillie ainsi par le patron:
«Revenez me voir le 30 février, le 30 février, le tren-te février !»
Écouter ce titre n'est pas une torture modérée ou prophylactique: mais un bonheur !
Et si vous passez par l'écran, le défilé des pochettes d'époque est un pur régal, une merveille...
Je conseille à tout le monde (le temps des tortures n'est donc pas encore arrivé) !
Bonne semaine !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Italie : l'édition indépendante boycotte un événement littéraire national

Cette année, sept maisons d’éditions indépendantes renoncent au festival Più Libri Più Liberi et lancent leur propre contre-foire en réponse. Greffé à La notte Bianca del Racconto, le contre-évènement se déroulera la nuit du mercredi 7 décembre de 20h à 4h du matin, à l’ASC atelier de Rome.

02/12/2022, 11:18

ActuaLitté

Le poète kurde Nedim Türfent recouvre la liberté

Le journaliste et poète kurde Nedim Türfent a été libéré de la prison de Karakoçan (Turquie), après six ans et demi de détention, ce 29 novembre. Il avait été transféré de la prison de haute sécurité de Van à la prison fermée, de type K-1, d’Elazig Karakoçan le 23 août dernier. En prison, il a été nommé membre honoraire du PEN anglais et du PEN Melbourne.

01/12/2022, 16:23

ActuaLitté

Rencontre et animation annulées en 2023 : la colère d'un libraire allemand

Coup de tonnerre en Allemagne : un libraire de la ville de Rostock accuse la commune d’avoir enfreint la législation, entraînant des pertes à six chiffres pour son commerce. En effet, les commandes en fournitures scolaires des écoles sont toutes perdues, depuis le nouveau système d’attribution en vigueur au 1er juillet 2022.

01/12/2022, 14:57

ActuaLitté

Vénézuela : Editorial Dahbar salué pour sa défense de la liberté de publier

L'association des éditeurs américains (AAP, Association of American Publishers) a décerné son Prix de la liberté de publier/Jeri Laber à la maison d'édition vénézuélienne Editorial Dahbar, fondée au début des années 2010 par Sergio Dahbar. L'organisation salue la persistance d'Editorial Dahbar, malgré des pressions politiques et mafieuses.

01/12/2022, 14:30

ActuaLitté

Une bibliothèque sauve 3000 livres voués au pilon

Lorsque les bibliothèques font équipe avec des associations sociales et culturelles, de petits miracles de solidarité peuvent naître. Par exemple, on peut donner une nouvelle vie à 3000 livres, les sauver du pilon et les remettre en circulation, entre les mains des lecteurs…

01/12/2022, 09:56

ActuaLitté

Algérie : éditeur, poète et journaliste, Lazhari Labter finalement libéré

Incarcéré le 20 novembre, Lazhari Labter a été libéré ce 29 novembre. Sans apporter de précisions sur les motifs ayant conduit à son arrestation, il remercie les soutiens reçus durant cette dizaine de jours derrière les barreaux. Pour ce défenseur de la liberté d’expression, journaliste, poète et éditeur, la solidarité manifestée fut un véritable réconfort.

30/11/2022, 08:55

ActuaLitté

L'écrivain Volodymyr Vakulenko aurait été assassiné par les forces russes

UkraineUnderAttack - L’écrivain Volodymyr Vakulenko aurait été tué par les forces d'occupation russes. En mars dernier, lui et son fils avaient été capturés dans le village de Kapitolivka, près d’Izyum, dans la région de Kharkiv. L'arrivée des soldats ukrainiens sur le territoire a permis de mettre au jour de nouveaux éléments.

29/11/2022, 12:21

ActuaLitté

Russie : une nouvelle loi homophobe “menace la liberté de publier”

Une décennie de lois homophobes en Russie, et le gouvernement ne compte pas s'arrêter là. Le Parlement a voté une loi prohibant la promotion des « relations sexuelles non traditionnelles » - autrement dit celles qui sortent d'un cadre hétérosexuel. Et cette dernière renforce des textes de 2013 persécutant les membres de la communauté LGBTQIA+. Outre les effets délétères sur les vies des citoyens et citoyennes, la liberté d'expression se trouve bien sûr un peu plus amoindrie.

28/11/2022, 11:06

ActuaLitté

Les procès de Roberto Saviano : la pression des politiques sur les intellectuels

Roberto Saviano, auteur du best-seller international Gomorra, publié en Italie en 2006 (Mondadori) et en France l'année suivante chez Gallimard, est aujourd'hui au centre d'une affaire médiatique bouillante. En effet, l’écrivain a à son actif trois procès pour diffamation contre trois membres actuels du gouvernement italien… Comment défendre dans ce contexte, la liberté d’expression, ainsi que le rôle symbolique des intellectuels ? 

25/11/2022, 16:57

ActuaLitté

Les Islandais lisent de plus en plus : en moyenne, 2 livres et demi par mois

L'Islande n'usurpe pas son titre de nation de lecteurs et de lectrices. Connu pour profiter d'un très grand nombre de livres publiés dans l'année par habitant, le pays abrite les plus grands lecteurs d'Europe, voire du monde. En 2022, la moyenne passe ainsi à 2,4 livres lus par mois...

24/11/2022, 17:10

ActuaLitté

En Italie, un nouveau livre posthume d'Andrea Camilleri

Un nouveau livre d'Andrea Camilleri est sorti en Italie ce 8 novembre, trois ans après la mort de l'auteur. La guerra privata di Samuele e altre storie di Vigàta (La guerre privée de Samuel et autres histoires de Vigàta) est publié, comme beaucoup des précédents, par l'éditeur palermitain Sellerio. Il est composé de nouvelles publiées à différentes époques, dont deux inédites.

24/11/2022, 16:49

ActuaLitté

Amazon et cinq éditeurs américains (encore) accusés d'entente

Le cabinet d'avocats Hagens Berman, qui avait obtenu la tête d'Apple en justice, reconnue coupable d'entente sur les prix des livres numériques, entend bien se payer Amazon, désormais. Après le classement sans suite de deux plaintes, une nouvelle réapparait ainsi devant une cour new-yorkaise, revue et consolidée.

24/11/2022, 12:19

ActuaLitté

En Ukraine, la “littérature prorusse” des monastères saisie

UkraineUnderAttack - Les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont repéré et arrêté des ressortissants russes dans différents monastères relevant du patriarcat de Moscou. Ils y ont découvert plusieurs milliers de dollars, mais également de la « littérature prorusse utilisée lors d’études dans les séminaires et dans les écoles paroissiales, y compris pour la propagande du monde russe », explique l’institution dans un communiqué repris par l'AFP.

24/11/2022, 10:49

ActuaLitté

En Tunisie, l'ouverture en décembre d'“une librairie unique”

La librairie Al Kitab de Tunis, fondée en 1967, souhaite à présent innover au pays d’Albert Memmi. Ce 12 décembre, la structure ouvre une « librairie espace-café-espace culturel, [...] qui veut faire évoluer le concept de librairie en Tunisie ». Ce projet « unique », entre librairie généraliste, galerie d’art, zone d’animation et espace café, sera situé dans le quartier de Mutuelleville à Tunis. Une troisième enseigne après le Al Kitab historique et Al Kitab La Marsa.

24/11/2022, 09:54

ActuaLitté

Stéphanie Hénault nommée directrice des affaires juridiques de l'ANEL

L’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) est heureuse d’annoncer la nomination de Me Stéphanie Hénault à titre de directrice des affaires juridiques. L’ANEL regroupe plus de 100 maisons d’édition de langue française au Québec et au Canada. Sa mission est de soutenir la croissance de l’industrie de l’édition et d’assurer le rayonnement du livre québécois et franco-canadien à l’échelle nationale et internationale.

23/11/2022, 12:01

ActuaLitté

À Milan, une boutique temporaire vend les éditions limitées Henry Beyle

Vincenzo Campo, fondateur de la maison d'édition Henry Beyle, a décidé d'ouvrir une petite boutique temporaire dans la Via Solferino, à Milan. 287 petits livres, presque toujours imprimés en monotype, sur papier coton, cousus à la main, sont exposés et disponibles à la vente. 

21/11/2022, 16:22

ActuaLitté

Candidat en 2024, Trump devra répondre de son usage des archives

La candidature de Donald Trump à l'élection présidentielle 2024 aux États-Unis n'empêchera pas le ministère de la Justice américain de tirer au clair son usage quelque peu débonnaire des archives. Sommé de restituer tous les documents relatifs à son mandat au moment de son départ de la Maison-Blanche, l'ex-président en avait conservé quelques-uns dans sa résidence privée, en Floride...

18/11/2022, 15:48

ActuaLitté

États-Unis : Shakespeare, Mark Twain, Batman et les X-Men censurés

BookBanUSA — L'Amérique de 2022 censure volontiers, prétextant une protection des plus jeunes de l'influence néfaste de certains titres. L'État du Missouri est particulièrement touché par les retraits d'ouvrages des bibliothèques, après l'entrée en vigueur en août dernier d'une loi restreignant l'accès à des « contenus sexuels explicites ». Depuis, près de 300 titres ont été retirés des bibliothèques.

18/11/2022, 12:07

ActuaLitté

Ukraine : l’Académie de l’imprimerie à Lviv menacée de fermeture 

Les éditions Syllepse tirent la sonnette d'alarme, alors que pèsent des menaces de fermeture sur l’Académie de l’imprimerie de Lviv, basée en Ukraine. Leur message est ici reproduit en intégralité.

17/11/2022, 16:57

ActuaLitté

Helena Bonham Carter devient présidente de la London Library

Institution indépendante fondée en 1841 par Thomas Carlyle, la London Library est ouverte à tous, moyennant finances tout de même, puisque l'inscription annuelle coûte de 262 £ à 525 £, soit de 300 à 600 €. Parmi ses adhérentes, l'actrice britannique Helena Bonham Carter, qui vient d'en être élue présidente par le conseil d'administration.

17/11/2022, 16:30

ActuaLitté

Z-Library : deux citoyens russes inculpés aux États-Unis

Les actions judiciaires contre Z-Library, gigantesque site pirate de livres numériques, s'accélèrent. Aux États-Unis, le procureur général pour le district est de New York a annoncé, ce mercredi 16 novembre, l'inculpation de deux citoyens russes pour violation du droit d'auteur, fraude et blanchiment d'argent.

17/11/2022, 12:28

ActuaLitté

Margaret Atwood interdite de séjour en Russie

UkraineUnderAttack - L'autrice canadienne Margaret Atwood (La servante écarlate, Robert Laffont, traduit par Michèle Albaret-Maatsch) fait partie de la centaine de citoyens canadiens désormais interdits de séjour en Russie. Le ministère des Affaires étrangères du pays a diffusé une liste de personnalités mises à l'index. Une sanction collective qui fait suite aux engagements du gouvernement canadien en soutien à l'Ukraine.

17/11/2022, 11:08

ActuaLitté

Saviano et les salauds : un procès en diffamation ou celui de la honte ?

La liberté d’opinion permet-elle de traiter des personnalités politiques – voire de premier rang – de salauds ? Le procès qui a débuté en Italie permettra de trancher : il découle de la plainte qu’a déposée Giorgia Meloni, actuellement Première ministre, suite aux propos de Roberto Saviano lors d’une émission de télévision.

16/11/2022, 12:13

ActuaLitté

Justice : Donald Trump n'a pas enfermé son ex-avocat pour un livre

Auteur d'un livre à charge contre Donald Trump, paru en 2020, Michael Cohen avait fait un court passage en prison la même année, alors que l'épidémie de Covid-19 battait son plein. Il avait porté plainte contre son ancien client en l'accusant de censure, soulignant que les autorités fédérales l'avaient envoyé en prison en raison de son ouvrage...

16/11/2022, 12:12

ActuaLitté

Jeff Bezos donne 100 millions à Dolly Parton, promotrice de la lecture

Quand sa fortune personnelle est estimée à 124 milliards $, donner quelques millions peut relever de l'acte quotidien. Jeff Bezos, ex-PDG et fondateur de la multinationale Amazon, a indiqué qu'il souhaitait en donner la majeure partie à des organisations caritatives. Dolly Parton fait partie des premières désignées, avec 100 millions $ donnés par l'ultra-riche.

15/11/2022, 10:41

ActuaLitté

Chimamanda Ngozi Adichie : Rowling victime d'un “abominable” sexisme

J.K. Rowling victime d’un sexisme « abominable » ? C’est ce qu’affirme l’écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie au sujet des attaques contre l’auteure de la saga Harry Potter, après ses prises de position jugées transphobes. Contre un homme, les charges n’auraient ni cette violence ni cette virulence, développe, entre autres, l’auteure d’Americanah (trad. Anne Damour). Une forme de solidarité, puisque l'autrice est elle-même accusée de transphobie, pour des propos non moins polémiques.

14/11/2022, 13:25

ActuaLitté

Diffamation et droits l'Homme : Saviano menacé de 3 ans de prison

La présence de Matteo Salvini, leader de la Lega, parti d’extrême droite anti-immigration, dans le gouvernement de Giorgia Meloni ne laissait pas entendre le meilleur. Nous étions donc avertis. La cheffe de file de Fratelli d’Italia, devenue Première ministre, a positionné Salvini aux Infrastructures et la Mobilité durable : presque un gag. Mais dans le même temps, se règlent de vieilles rancoeurs…

13/11/2022, 16:17

ActuaLitté

Banksy en Ukraine ? Sur les murs dévastés, écrire ton nom, Liberté...

UkraineUnderAttack – Il aura suffi d’une série de publications sur Instagram pour enflammer la toile : Banksy, fameux street-artist (ou le groupe ?) était en Ukraine, le temps de quelques pochoirs sur les murs de la ville de Borodyanka, située à une cinquantaine de kilomètres de Kyiv. Une histoire qui affiche, à sa manière, un soutien au pays toujours victime de l’agression russe.

13/11/2022, 15:28

ActuaLitté

Les Grecs et la lecture : enjeu démocratique autant qu'économique

ETUDE – Voici la première grande enquête depuis 2010 à proposer un panorama de la lecture en Grèce. Réalisée par le professeur de sociologie à l’université d’Athènes, Nikos Panagiotopoulos, coordinateur et éditeur du sujet, pour l’OSDEL (organisme de gestion collective), elle s’est appuyée sur 1500 répondants âgés de 25 à plus de 65 ans, à travers tout le territoire. Seuls 35 % des personnes sont sans enfant — ce qui marque déjà une orientation dans les rapports à la lecture.

10/11/2022, 15:05

ActuaLitté

Nouveau report pour la Foire internationale du livre pour enfants de Shanghai

Les autorités chinoises, qui font appliquer des mesures sanitaires drastiques face à l'épidémie de Covid-19, s'inquiètent visiblement d'une recrudescence de cas positifs et de la viralité du variant omicron. La Foire internationale du livre pour enfants de Shanghai en fait les frais, avec un nouveau report, le troisième, de la 9e édition.

10/11/2022, 11:32

ActuaLitté

Les lecteurs, véritables moteurs de la vie culturelle

On tient désormais pour admis que les pirates de livres se révèlent également de grands acheteurs. Mais il s’avère que les lecteurs participent grandement à la vie culturelle : d’après une enquête de l’association italienne des éditeurs, les livres ne sont pas leur unique passion, bien au contraire.

09/11/2022, 17:48

ActuaLitté

Accusée de complicité de l'antisémitisme, l'Académie Goncourt répond

L’Académie Goncourt ne sait plus où donner de la tête. D’abord accusée « d’embrasser les projets sionistes » par Mohammad Mortada, ministre de la Culture libanais par leur présence à Beyrouth Livres certains membres se désistaient. En réponse au silence des autres, l’Ambassadrice d’Israël en France les accuse d’être « les complices directs de l’antisémitisme ». L’Académie Goncourt, par l’intermédiaire de son président Didier Decoin, a écrit une lettre à Yaël German, pour rétablir son juste positionnement.

09/11/2022, 15:31

ActuaLitté

Décès de l'autrice belge Irène Kaufer

« C’est avec une grande tristesse que nous venons d’apprendre le décès d’Irène Kaufer, samedi 5 novembre à Bruxelles » annoncent Anne-Sophie Dreyfus et Gilles Rozier des éditions de l’Antilope. 

08/11/2022, 19:02

ActuaLitté

Irene Vallejo : “Je pensais que mon père était Homère”

Irene Vallejo est l’auteure du best-seller L’infini dans un roseau (trad. Anne Plantagenet). Écoulé à 15.865 exemplaires (chiffres Edistat) depuis sa parution en septembre 2021 chez Les Belles Lettres, l'ouvrage plonge le lecteur dans l’histoire de l’objet livre à travers les siècles. Le texte a remporté de nombreux prix en Espagne, dont le prix national de l'essai. Selon l'autrice, de la grande bibliothèque d’Alexandrie à l’Internet, il n’y a qu’un pas. 

08/11/2022, 16:31

ActuaLitté

Pour Noël, l'Italie reçoit Éric Chevillard en cadeau

La maison d’édition Prehistorica a été fondée par Gianmaria Finardi en 2019 à Valeggio sul Mincio (Vérone). Elle est spécialisée dans la traduction de la littérature française en italien et a consacré une collection, la Chevillardiana, à l’œuvre d’Éric Chevillard. À l'occasion de la publication de Santo Cielo (Juste ciel, Ed. Minuit - pour l'italien, trad. Gianmaria Finardi) en Italie, l’auteur fera une tournée dans le Bel Paese jusqu’au 26 novembre. 

08/11/2022, 14:36

ActuaLitté

Meurtres, prison, exil : la violence en Iran

Depuis septembre, la révolte gronde, portée par les femmes du pays. Et une violente répression répond aux revendications qu’elles portent. En l’espace de deux semaines, une centaine de personnes avait perdu la vie au cours des manifestations. Des voiles brandis en protestation, réclamant une liberté interdite, à laquelle répondent des tirs à balles réelles. Et ce 15 novembre, une nouvelle pierre s’ajoute à l’édifice.

08/11/2022, 11:15

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

La France, plus que jamais, deuxième pays du manga

Les 3 et 4 décembre, les amateurs de pop culture se donneront rendez-vous à Paris Nord Villepinte pour la 32ème édition du Paris Manga & Sci-Fi Show pour découvrir les nouveautés mangas, séries TV, cosplay et tout l’univers des comics japonais. L'occasion de revenir sur le lien particulier entre les Français et les mangas. Une étude d'Ipsos, signée Yves Bardon, nous permet d'y voir plus clair. 

02/12/2022, 17:56

ActuaLitté

Dégradations, inauguration : les statues de Victor Hugo chahutées

Ville natale de Victor Hugo, Besançon connaît une relation ambiguë avec l’auteur. Ce jeudi, le musée des Beaux Arts et d’Archéologie de la ville accueillait une nouvelle œuvre d’art monumentale pour lui rendre hommage. En parallèle, deux jeunes étudiants ont reconnu avoir vandalisé une autre statue le 20 novembre dernier.

02/12/2022, 17:10

ActuaLitté

Appel à une grève nationale dans les magasins Cultura ce 3 décembre

Annoncé pour ce 3 décembre, période de plus en plus cruciale dans le commerce du livre, un vaste débrayage surviendra dans les magasins Cultura. La demande est simple : l’augmentation des salaires pour les employés revendique la CGT Cultura. De 15 à 17h, tous les personnels des boutiques sont invités à faire front ensemble.

02/12/2022, 16:41

ActuaLitté

La Grèce règle le droit de prêt “avec plusieurs années de retard”

La loi 4996/2022 sur le droit d'auteur a été adoptée par le Parlement, qui intègre les directives (UE) 789/2019 et 790/2019 et réglemente le droit d'emprunt public. La nouvelle loi est extrêmement importante pour l'OSDEL et pour les bénéficiaires qu'elle représente, car elle résout une série de problèmes critiques pour l'industrie du livre et de la presse.

02/12/2022, 11:21

ActuaLitté

Hong Kong repousse le procès de l'éditeur Jimmy Lai

John Lee, dirigeant du pouvoir exécutif de Hong Kong, a déclaré ce lundi vouloir faire appel à Pékin afin de statuer sur l’opportunité d’autoriser des avocats étrangers à être impliqués dans des affaires de sécurité nationale. Cette décision fait suite à l’autorisation donnée par le plus haut tribunal de la ville à Jimmy Lai, magnat de l’édition prodémocratie, d’engager un avocat britannique pour son futur procès. 

01/12/2022, 12:40

ActuaLitté

Disparition d'Aline Kominsky–Crumb, figure de la BD indépendante

À Sauve, dans le Gard, où elle était installée depuis le début des années 1990 avec son mari Robert Crumb, Aline Kominsky–Crumb est décédée à l'âge de 74 ans des suites d'un cancer. Elle gérait avec Julie Katan la galerie du Vidourle, fondée en 2005 à Sauve.

01/12/2022, 11:52

ActuaLitté

Allaiter en bibliothèque ? Un “geste naturel, pas une source de honte”

Le 10 novembre dernier, Diane Pico publiait sur son profil Facebook une vidéo pour raconter sa mésaventure. Dans un établissement de lecture publique de la ville de Nice, l'allaitement de son enfant de 10 mois a été interrompu par une bibliothécaire. Et ce, au motif que ce geste était « interdit dans l'enceinte de la bibliothèque municipale ».

01/12/2022, 10:54

ActuaLitté

Rachat de Lagardère : l'Europe craint des livres plus chers et mauvais

Sans grande surprise, la Commission européenne déclenche donc une enquête approfondie sur le projet d’acquisition de Lagardère par Vivendi. Deux groupes français, engagés dans le multimédia, l’édition de presse et de livres plus spécifiquement : or, Vivendi possède aussi Editis, depuis 2018, numéro deux de l'édition française. La présence de Hachette Livre, premier éditeur en France, au sein de Lagardère, dont Vivendi détient 57 %, pose bel et bien problème.

30/11/2022, 22:56

ActuaLitté

Marlene van Niekerk, le sous-prolétariat en Afrique du Sud

PODCAST — Marlene van Niekerk retrace la vie d’une famille blanche pauvre, les Benade, au cours des deux mois qui ont précédé les premières élections libres en Afrique du Sud, en novembre 1994. Chez les Benade, l’inceste est érigé au rang de tradition.

30/11/2022, 15:29

ActuaLitté

Au moins 65 millions de livres jeunesse vendus en France en 2022

Alors que s'ouvre le Salon du Livre et de la Presse Jeunesse (SLPJ), à Montreuil, l'institut GfK propose un bilan de l'année 2022 pour le secteur de la littérature jeunesse. 65,1 millions d'exemplaires relevant de ce secteur éditorial ont ainsi été vendus au cours de l'année selon le panéliste. Le chiffre d'affaires global est en légère baisse, mais s'explique par l'effet de comparaison avec 2021, année exceptionnelle.

30/11/2022, 13:08

ActuaLitté

Paris : 17 bouquinistes recherchés sur les quais de Seine

Jusqu’au 30 janvier 2023, les amoureux des livres ou de Paris peuvent candidater pour les 17 emplacements de bouquinistes disponibles sur les quais de Seine. 18 nouveaux bouquinistes se sont installés sur les bords de Seine en 2022. Les heureux sélectionnés obtiendront une autorisation d’exploitation pour une durée de cinq ans. Ces derniers profiteront, comme leurs prédécesseurs, d’une absence de loyer et de taxe, en échange de leur présence régulière.

30/11/2022, 12:58

ActuaLitté

Point Godwin, menaces de mort : prison avec sursis pour un écrivain

Il est parfois difficile de rester calme face à l’administration, mais certaines limites ne doivent pas être franchies. Un écrivain des Yvelines a été rappelé à l'ordre face aux services des impôts de Mantes-la-Jolie, il s’est emporté plus que de raison. Cela lui a valu d’être jugé au tribunal de Versailles, ce lundi 28 novembre 2022.

30/11/2022, 12:46

ActuaLitté

La Fnac réintègre Antifa le jeu, des éditions Libertalia, à ses rayons

L'enseigne Fnac fait machine arrière. Ce 27 novembre, le réseau de grandes surfaces spécialisées annonçait le retrait de ses rayons du jeu de société Antifa le jeu, publié par les éditions Libertalia et conçu avec le site antifasciste La Horde. Après une « vérification approfondie », le produit est de retour en rayon — mais reste en rupture de stock.

30/11/2022, 12:26

ActuaLitté

La Fondation Hachette pour la lecture soutient 8 projets

En 2022, la Fondation Hachette pour la lecture accompagne huit initiatives qui favorisent l’accès à la lecture et donnent le goût et le plaisir de lire au plus grand nombre en leur attribuant des dotations allant de 30.000 à 100.000 €. Les projets retenus reflètent les différents engagements de la Fondation en faveur de la promotion de la lecture, de l’écriture et de la langue française, auprès de tous les publics. Une attention particulière a été portée aux jeunes et aux publics éloignés de la lecture.

30/11/2022, 10:55

ActuaLitté

Deux inédits de Cavanna pour le centenaire de sa naissance

Les Nouvelles Éditions Wombat, à l'occasion du centenaire de la naissance de François Cavanna (1923-2014), célèbrent l'événement avec la publication de deux ouvrages inédits de l'auteur, cofondateur des magazines Hara-Kiri, Hara-Kiri hebdo, Charlie et Charlie Hebdo.

30/11/2022, 09:33

ActuaLitté

Les éditions du Souffle d'Or et Yves Michel ont besoin de soutien

Les éditions Le Souffle d’Or et Yves Michel ont lancé une campagne de financement participatif pour assurer leurs prochaines parutions. Après bientôt 40 ans d’expérience, la maison d’édition entend toujours faire partie du paysage éditorial français en 2023, et ce, malgré les crises actuelles. 

29/11/2022, 15:36

ActuaLitté

Hachette/Editis : Vivendi n'échappera pas à l'enquête approfondie

Les craintes de Vincent Bolloré étaient fondées : selon les informations de Marianne, le groupe Vivendi n’échapperait pas à l’enquête approfondie. La Commission européenne doit rendre officiellement son avis ce 30 novembre, suite à la notification d’octobre dernier. Mais le couperet semble être déjà tombé.

29/11/2022, 10:57

ActuaLitté

Face à la police et à l'extrême droite, la Fnac censure le jeu d'un éditeur

Les éditions Libertalia ont travaillé avec le site antifasciste La Horde pour concevoir Antifa le jeu, un jeu de société, comme son nom l'indique, mais aussi un outil de formation dans la lutte contre les idées nauséabondes de l'extrême droite. Sous la pression de « certains de [ses] publics », la Fnac a procédé au retrait du produit de ses magasins et de sa boutique en ligne.

29/11/2022, 10:28

ActuaLitté

Plongée au coeur de la presse régionale

Presse et Territoires, une si fertile proximité a été conçu et réalisé, à la demande de Stéphane Delaporte, directeur général de 366 par Jean-Clément Texier avec le concours opérationnel de Richard Werly, directeur de la collection L'âme des Peuples. La maison l'a accueilli comme hors-série dans cette collection qui célèbre son dixième anniversaire chez Nevicata après la publication de plus de 75 titres.

29/11/2022, 09:56

ActuaLitté

Pass Culture : la part collective accusée de “maltraitance des artistes-auteurs”

Mise en œuvre à partir de janvier 2022, la part collective du Pass Culture permet à un professeur de collège ou de lycée de financer des activités d'éducation artistique et culturelle (EAC) pour ses élèves. Pour ce faire, il choisit parmi des offres proposées par la plateforme : des artistes-auteurs dénoncent une « maltraitance » dans le processus d'inscription et de mise en ligne de ces offres.

28/11/2022, 16:20

ActuaLitté

En 2021, le Prix Enrico Filippini revenait aux Éditions d'en bas

Depuis plus d’un siècle, le Monte Verità, la petite colline qui surplombe le bourg d’Ascona (dans le Tessin, la Suisse italianophone), se veut un pôle attractif de rencontres et d’échange d’idées. Depuis sa création en 2013, le Festival Eventi letterari Monte Verità bâtit sa raison d’être sur cette inaltérable source d’inspiration. Il se propose de recréer l’atmosphère de vif débat culturel propre à ces années du début du XXe siècle. Écrivains, philosophes, artistes et penseurs de notre époque. En 2021, Jean Richard et les éditions d'en bas sont récompensés par le prix Enrico Filippini.

28/11/2022, 11:46

ActuaLitté

Le livre et la lecture face aux défis écologiques

La Fill, Fédération interrégionale du livre et de la lecture, publie un nouveau dossier documentaire en ligne. Consacré à l’écologie dans la filière du livre, il met à l’honneur les nombreuses initiatives des acteurs et actrices qui, sur tout le territoire et dans tous les secteurs, se montrent inventifs, volontaires et impliqués en la matière. À leurs côtés, les structures régionales pour le livre membres de la Fill accompagnent et sont les témoins privilégiés de ces actions.

28/11/2022, 11:18

ActuaLitté

#Actualitteaime : un mille-feuille tentateur

Dans cette semaine d'#ActuaLittéAime, on est tenté : par la puissance financière d’une monarchie et ses ressources gazières, d'anciens jeunes rockstars qui chantaient et chantent encore, Sympathy for the devil, ou par le plus séduisant des personnages du roman mondial, Dorian Gray. Son créateur, le flamboyant Oscar Wilde, disait : « Le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder... »

26/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Les offres déposées pour le rachat d'Editis

L'homme d'affaires tchèque Daniel Kretinsky ne serait donc pas le seul intéressé par une reprise d'Editis. La Lettre A avance, dans un article, trois autres prétendants au rachat du groupe d'édition. Xavier Niel, Reworld Media et Mondadori seraient également dans la course.

25/11/2022, 17:08

ActuaLitté

L'imprimeur Maury reçoit 12 millions € d'aides de l'État

Dans le cadre des mesures de soutien du gouvernement face à l’explosion des prix de l’énergie, l’imprimeur Maury est la première entreprise, avec la verrerie Duralex, à bénéficier du nouveau guichet d'aide mis en place le week-end des 20-21 novembre. Une annonce réalisée à l’occasion de la Semaine de l’industrie par Roland Lescure, le ministre délégué chargé de l’Industrie. La structure du Loiret imprime notamment des ouvrages de la maison Gallimard ou encore les magazines Paris Match ou L’Express.

25/11/2022, 16:40

ActuaLitté

Benoît Pollet (Dargaud) attendu à la direction des éditions Glénat

Jean Paciulli, directeur général des éditions Glénat, partira à la retraite à la fin de cette année 2022. Le directeur général des éditions Dargaud, Benoît Pollet le remplacerait dès le mois de janvier 2023.

25/11/2022, 16:26

ActuaLitté

Mort de Christian Bobin, “ermite du Creusot”, à l'âge de 71 ans

Les éditions Gallimard ont fait part du décès de l'écrivain Christian Bobin, décédé ce jeudi 24 novembre à l'âge de 71 ans. Entré en littérature dès l'âge de 22 ans avec Lettre pourpre, en 1977, il a composé une œuvre prolifique et vécu à l'écart du monde, dans une maison en lisière d'un bois, en Saône-et-Loire.

25/11/2022, 13:06

ActuaLitté

Diplomatie culturelle : le Sénat dénonce “une ambition de façade”

Dans le cadre de l'examen du Projet de loi de finances 2023, la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat a rendu un avis plutôt sévère sur les moyens consacrés à la diplomatie culturelle par le gouvernement. Elle regrette ainsi l'absence d'investissement pour les Instituts français et les Alliances françaises.

25/11/2022, 12:39

ActuaLitté

À l'IFLA, une “culture du silence” dans un environnement “toxique”

En avril 2022, l'IFLA, organisation internationale des associations de bibliothécaires, annonçait une mise à pied de son secrétaire général, Gerald Leitner, motivée par deux avis d'experts indépendants sur les conditions de travail au sein de la structure. Si la personnalité du responsable est mise en cause, l'environnement de travail et les protections dont il a pu bénéficier se révèlent petit à petit.

25/11/2022, 11:25

ActuaLitté

Jean Spiri, nouveau directeur de cabinet de Brigitte Macron

L'actuel secrétaire général du groupe Editis, Jean Spiri, est nommé directeur de cabinet de Brigitte Macron, nous apprend le Journal du Dimanche.

24/11/2022, 15:46

ActuaLitté

Suisse : face aux librairies Payot, le Valais fait machine arrière  

Afin de soutenir les librairies du Valais dans l’après-Covid, les autorités cantonales ont annoncé le 14 novembre dernier une opération, un livre acheté, un livre d’un auteur valaisan offert. Problème, les deux grands groupes Payot et Fnac n’ont pas été inclus dans la procédure. Pascal Vandenberghe, directeur de Payot, ne s’est pas gêné pour exprimer publiquement (et franchement) son mécontentement. Face à cette levée de boucliers, le Valais a suspendu son dispositif dans la partie germanique du Haut-Valais, où se nichent les raisons de la colère.

24/11/2022, 15:05

ActuaLitté

Pierre Nora, grand-croix de l'ordre national du Mérite

Le Journal officiel de ce 24 novembre fait état de plusieurs élévations au sein de l'ordre national du Mérite, ordre honorifique venant saluer les « mérites distingués » de citoyens français. Parmi les personnalités distinguées, l'historien, membre de l'Académie française et directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, Pierre Nora.

24/11/2022, 09:44

ActuaLitté

Espagne : la justice bloque un site pirate pour 2410 livres 

Le volume semble dérisoire, mais l’atteinte au droit d’auteur n’en demeure pas moins constatée. Le tribunal national espagnol vient d’ordonner le blocage sans réserve du site libronube.com pour avoir facilité le téléchargement pirate de 2400 ouvrages. L’association des auteurs et éditeurs ne se contient plus devant cette victoire.

23/11/2022, 16:52

ActuaLitté

Europe : un adepte de l'optimisation fiscale pour reprendre Editis ?

Le milliardaire tchèque, Daniel Křetínský, a récemment fait savoir son intérêt pour le groupe Editis, que Vivendi met en vente. Ce 30 novembre, la Commission européenne doit rendre un premier avis sur les éléments portés à sa connaissance. Le projet notifié vise à l’intégration de Hachette Livre (Lagardère Publishing), tout en se séparant d’Editis. 

23/11/2022, 16:05

ActuaLitté

À Tigery, les salariés d'Interforum demandent l'équité des primes

Ce lundi 21 novembre, une quarantaine de salariés du site Interforum de Tigery (Essonne) ont débrayé pour réclamer une plus grande équité entre les salariés des différents sites de la filiale du groupe Editis. À Malhesherbes, une prime transport sera en effet prochainement mise en place, et les employés de Tigery souhaitent eux aussi une révision des primes qui leur sont accordées.

23/11/2022, 15:17

ActuaLitté

Humensis : le déficit mène au Scor

Au terme d’une année 2021 qui a fait plonger le résultat du groupe, le devenir de Humensis — fruit de la réunion entre Belin et Presses Universitaires de France — devenait complexe. Avec plus de 4,2 millions € de pertes, pour 41,4 millions € de chiffre d’affaires, l’entreprise connaissait sa pire année depuis sa création.

23/11/2022, 15:01