#Economie

François et Emmanuel Lepage : Vous pouvez leur demander la lune !

La lune est blanche

Le 04/01/2016 à 08:30 par Cécile Pellerin

0 Réactions |

Publié le :

04/01/2016 à 08:30

Cécile Pellerin

linkedin mail print
ActuaLitté

Il n'est sans doute pas besoin d'être amateur de bande dessinée pour apprécier . Récompensé à juste titre par de nombreux prix, ce livre, oscille entre roman graphique, photographique et documentaire,  entre histoire personnelle, intime et expédition scientifique, éveille nos sens comme notre soif de connaissance, contente notre curiosité, assure un absolu dépaysement, touche notre âme. Magnifique !

Esthétique et sensible, instructif  et sans ennui, multiple et ouvert, empreint d'humanité,  il interpelle, quelle que soit la manière de l'appréhender.

A l'occasion de la sortie d'un Coffret limité regroupant la bande dessinée documentaire de François et Emmanuel Lepage en Antarctique avec le livre de photographies que François Lepage a réalisé sur ce même voyage, ActuaLitté.com vous livre sa rencontre avec ces deux auteurs.

L'expédition en Antarctique

CP. D’où vient votre attirance pour les contrées polaires ? Etiez-vous tous les deux passionnés par ces régions extrêmes ou la passion de l’un a-t-elle déteint sur l’autre ?

Emmanuel. Je n’avais pas d’attirance particulière pour les régions polaires. J’y suis venu par ce premier voyage dans les terres australes en 2010. Outre la fascination d’aller dans des terres où  peu d’hommes mettent les pieds, j’étais enthousiaste à l’idée de passer un mois sur un bateau. L‘intérêt pour la mer et les bateaux, par contre, est très ancien puisque enfant et adolescent, nombre des histoires que je dessinais se passaient en mer.

François. Je n’ai jamais rêvé d’aller à Kerguelen, ni en Antarctique. Et je n’ai jamais imaginé que mon métier me permettrait de tels voyages.  J’étais attiré par l’Asie. Très jeune j’ai eu cette certitude qu’il me fallait voyager. Pour moi le voyage était lié à l’érotisme. Et l’érotisme à l’Asie… Ce premier voyage dans les Australes a été une découverte inouïe : une sorte de plongée dans la pureté du monde, d’un monde d’avant l’homme.

CP. Qu’est-ce qui a été le plus difficile dans cette expédition ?

Emmanuel. Le fait de ne rien pouvoir anticiper et d’être dépendant des conditions climatiques et des décisions, souvent changeantes, de la logistique polaire. De par mon métier j’aime avoir prise sur les choses et je suis maître de mon travail… Là tout m’échappait et nous devions nous soumettre…. Le mal de mer à côté,  c’était anecdotique !

François. Je ne peux pas dire qu’il y ait eu pour ma part de moments vraiment difficiles dans cette expédition, si ce n’est l’inconfort du voyage. A bord de l’Astrolabe, même si je n’étais pas vraiment malade en bateau, j’avais  toujours cette sensation d’être nauséeux, de ne pas être dans mon assiette, de manquer d’énergie, probablement parce que l’on en dépense beaucoup à tenter de garder l’équilibre. Et le retour en bateau a été très pénible. A l’aller,  le rêve, l’aventure nous faisaient tenir !

Ensuite, il y a le raid, les maux de tête liés à l’altitude et la déshydratation. La fatigue de plus d’un mois de voyage non-stop pour atteindre Concordia.

Et puis il y a la dimension psychologique. L’incertitude permanente. Va-t-on partir, ne pas partir, rester dans le pack, s’en sortir, monter à bord du raid ou pas, rester à Concordia pour l’hivernage ou voir arriver l’avion ?… Mais cela fait partie de l’aventure, c’est ce qui donne le goût du voyage ! Un grand sentiment de vivre en fait ! Et c’est moins dur que l’incertitude professionnelle !

CP. Votre plus bel étonnement en Antarctique ?

Emmanuel. Probablement le moment où l’on sort de notre gangue de glace et où nous nous retrouvons dans une mer intérieure plate comme un miroir où dérivent des icebergs gigantesques. Nous entrions dans un autre monde.

François. Il y  en a eu plusieurs et il n’est pas facile de trancher. Le moment le plus émouvant fut pour moi ce qui m’est resté comme étant «  la nuit aux glaçons » : glisser dans l’aube bleue sur une houle glacée, ce moment où la mer commence à figer… Nous étions, Emmanuel et moi seuls sur le pont, il était deux ou trois heures du matin… Ce sentiment  de vivre un moment unique et de le partager dans l’intimité fraternelle. Puis l’arrivée au milieu des icebergs, ce que j’ai décrit comme ceci dans la Lune est Blanche : Nous glissons sans bruit sur le miroir d’une autre réalité, accrochés au bastingage comme à un rêve, sidérés, immobiles dans la beauté des choses… Les icebergs sont comme les dômes d’une ville engloutie. On vient de nous tendre la clef d’un monde inaccessible et lointain, d’une nature gigantesque et confidentielle.

CP. Etait-il concevable de réaliser cette expédition en Antarctique l’un sans l’autre ? Pourquoi ?

Emmanuel. Dès le début il était prévu de faire ce voyage ensemble. Sans doute aurait-il pu se faire séparément, mais ça aurait fait un livre différent !

François. Pour moi, la question au départ ne s’est pas posée car c’est Emmanuel qui m’a proposé de me joindre à cette aventure. Par contre, lorsque nous sommes arrivés à Dumont D’Urville et que le chef des expéditions nous a demandé de partir séparément, moi sur le Raid et Emmanuel à DDU, je m’y suis opposé. Ce n’était pas de partir seul sur le raid qui m’effrayait mais de ne pas mener à bout ce projet ensemble. Pour moi ce voyage en Antarctique c’était avant toute chose un voyage avec mon frère, entre frangins, et une expérience artistique commune. De se séparer au milieu du voyage était à mon sens absurde ! Et je voyais à ce moment-là, déjà, cette hypothèse  comme un évènement qui allait peser sur nos rapports de frères, sur notre complicité. Je me voyais déjà porter le poids de cette culpabilité d’avoir laissé mon frère à DDU alors que j’allais moi partir faire ce voyage au bout de la terre, voyage dans lequel il m’avait entraîné !

CP. Quel souvenir (s’il n’y en avait qu’un) de complicité  gardez-vous  de ce voyage?

Emmanuel. Lorsque nous nous sommes retrouvé face au chef de la logistique polaire et que François lui a dit : "nous partons ensemble sur le raid".

François. Ce souvenir justement. Ce moment dans lequel, par un coup de bluff incompréhensible - et non prémédité - j’ai dit au chef d’expédition que nous avions changé d’avis et que nous partions tous les deux sur le raid … Pour la première fois de ma vie, j’ai eu le sentiment que le petit frère avait modifié sa place auprès du grand frère : qu’il n’y avait plus le petit frère et le grand frère ; mais deux frères avec leurs forces et leur faiblesses.

©François Lepage

Le projet artistique

CP. Vous aviez déjà travaillé ensemble lors d’un précédent voyage. Pourquoi cette envie de renouveler l’expérience ?

Emmanuel. Lors du précédent voyage dans les terres australes, s'il n’avait pas été question de faire un livre ensemble. François et Caroline, la journaliste qui avait été à l’initiative de ce projet, ont fait un livre sur le bateau ravitailleur sur lequel nous avions embarqué et moi une bande dessinée.

Par contre nous avions conçu une exposition qui associait nos trois regards. L’idée est sans doute venue de là.

François. Lors du voyage à bord du Marion Dufresne nous n’avions pas de projet commun. Et je me rappelle être descendu sur le quai avec ce petit regret, celui qu’Emmanuel ne m’ait pas proposé de s’associer à lui sur une œuvre commune.

Près de deux ans plus tard Emmanuel me proposa de partir en Antarctique pour faire un livre à deux. Je venais tout juste de faire un rêve dans lequel je regrettais de n’avoir pas fait ce livre dans les îles australes… Peut-on vraiment parler de coïncidence ? Peut-être étions-nous enfin prêts pour ce livre ensemble? Pour moi l’envie et le défi étaient dans cette rencontre artistique. De marcher avec Emmanuel sur un autre terrain, celui de la création. L’Antarctique était un beau prétexte, le décor insensé  et improbable d’une aventure avant tout fraternelle.

CP. Comment est né ce projet artistique ? Etait-il clairement défini avant le départ ou a-t-il mûri, s’est-il plutôt construit pendant et après le voyage ?

Emmanuel. Il était convenu que j’écrive le scénario et conçoive la bande dessinée dès le départ et que les photos de François seraient intégrées dans le récit. Rien de plus.

François. La seule chose que nous savions avant de partir était que nous allions faire une BD qui associerait dessins, grandes illustrations, croquis et photos. Qu’il s’agirait du récit de cette aventure, qu’on y parlerait de l’Antarctique et des activités menées par l’institut polaire et la recherche française sur ces territoires. Pour le reste, les choses se sont construites tout au long du voyage puis au retour bien évidemment.

CP. Comment avez-vous travaillé ? En solitaire, indépendamment  chacun de votre côté ou au contraire, le plus souvent ensemble ? Comment l’insertion des photos à l’intérieur du roman graphique s’est-elle réalisée ?

Emmanuel. Chacun a travaillé de son côté pendant le voyage. François sur ses photos, moi sur mes croquis. Je prenais des notes et François témoignait de son voyage dans des longs mails envoyés à sa compagne.
Au retour j’ai demandé à François de faire une sélection des photos qu’il voulait voir publier et de me raconter par écrit son voyage. Il m’a donné les lettres à sa compagne. Je suis parti de cela pour construire l’histoire.

François. Sur place, nous ne parlions pas du projet. Chacun vivait l’aventure, accumulait sa matière. Pour ma part, le travail photographique s’est nécessairement fait dans son intégralité sur place. Cependant, le travail d’éditing au retour, a été très important et relativement long. En effet, il s’agissait pour moi de choisir dans les milliers de photographies, les 70 à 80 photos que m’avait demandées Emmanuel. Mon intention était de faire un choix qui corresponde à ma vision de ce territoire. J’ai voulu écarter toutes celles qui ne participaient pas à donner une image mystérieuse et énigmatique du continent. Toutes celles qui me semblaient trop illustratives. Ce que j’ai cherché dans mes photographies ce sont des images qui participaient à écrire ce qui était pour moi l’essence de ce territoire, et du voyage que j’y ai fait.

Par exemple, la photo de la page 208 -209  (l’Homme qui marche) est pour moi l’une de celle qui restera de ce voyage. Elle  a d’ailleurs servi de couverture pour mon livre Les Ombres Claires* et devait composer la couverture de la Lune est Blanche. Elle n’a rien de spectaculaire. Mais elle représente pour moi ce voyage, l’aventure humaine et fraternelle. En effet, la solitude de cet homme qui marche, le fait qu’il semble s’apprêter à sortir du cadre, qu’il soit aussi sombre que son ombre, aussi énigmatique, l’apparente pour ma part à une représentation symbolique de ce voyage : un voyage sur un continent qui est un grand écran blanc où tout est à écrire. Comme un territoire imaginaire, où la seule chose à observer sont les ombres qu’on y laisse, celles de nos tracteurs, de nos fumées, de nos silhouettes, nos propres ombres, nos propres peurs, démons et fantasmes…

J’ai donné à Emmanuel un « second choix » d’images, qui me semblait moins intéressantes mais qui pouvaient participer à l’écriture du récit. Emmanuel a choisi certaines photos dans cette sélection pour faire avancer le récit. Tout comme il a supprimé certaines photos qui étaient importantes pour moi mais qui lui ont paru redondantes et qui – pour cette raison - auraient pu ralentir le rythme du livre.

CP. Etiez-vous d’accord sur tout ?

Emmanuel. Pas toujours. Je faisais lire les textes et les planches à François et parfois il nuançait les propos. Il modifiait aussi les mots quand c’était lui qui parlait. Mais globalement je n’ai pas le souvenir de désaccords.

François. Après notre retour d’Antarctique, nous avons laissé passer quelques temps, deux mois peut-être. Quand nous nous sommes revus et avons discuté du projet, nous étions d’accord sur une chose fondamentale, c’est qu’il fallait aborder notre relation de frère. 

Pour le reste les choses ont été assez fluides. Dans cette collaboration, il me semblait évident que nous devions nous faire confiance. J’ai fait confiance à Emmanuel dans sa capacité à construire le récit (ce qu’il m’avait demandé dès le début, lorsqu’il m’a proposé de faire ce livre) et les choix parfois radicaux qu’il fallait faire, comme par exemple sur la question des photos intégrées ou non.

Tout comme nous avons fait confiance au graphiste de Futuropolis lorsqu’il nous a proposé une couverture avec une photo qui ne faisait pas partie des photographies du « premier choix ».

CP. Avez-vous pensé un moment que le projet artistique pouvait ne pas aboutir ? Y-a-t-il eu des moments de doute ? A quels moments ?

Emmanuel. Au début. Je me suis demandé comment raconter une histoire où finalement rien ne s’est passé comme prévu, où nous avons passé le plus clair de notre temps à attendre. Comment dire cette attente ? L’attente concrète, avant de partir, sur le bateau, à Concordia, mais aussi l’attente des scientifiques, des hivernants par rapport à ce qu’on allait raconter. Oui, ce livre a été très complexe à monter et j’ai douté souvent de pouvoir y arriver.

François. JE n’ai pas eu ce type de question. Il n’y avait pas de doute pour ma part que ce projet aboutirait !

CP. Qu’est-ce qui a été le plus difficile dans ce projet artistique ?

Emmanuel. Sans doute d’organiser tous ces éléments disparates (bandes dessinées, illustrations, photos, lettres, croquis …) sans perdre le lecteur.

CP. Comment le talent et la sensibilité de l’un sert le talent et la sensibilité de l’autre ?

Emmanuel. Les photos de François ont porté le récit puisque qu’elles étaient là avant la bande-dessinée ! L’histoire a été construire et organisée à partir d’elles. J’ai voulu les mettre en scène de manière à ce que, quand elles surgissent, elles prennent toute leur force. Les photos de François sont tellement fortes et exigeantes que je me devais d’assurer de mon côté aussi !

François. Je ne peux vraiment m’avancer sur cette question… Je ne peux vraiment pas y répondre! Il faudrait le demander aux lecteurs !

La relation fraternelle

CP. Est-il simple de travailler ensemble lorsqu’on est frère ? La complicité sait-elle se passer de longues explications  ou bien avez-vous besoin d’échanger longuement ?

Emmanuel. Oui et non ; d’un côté nous nous connaissons bien et parfois nous n’avons pas besoin de parler pour nous comprendre .Je m’amuse parfois à repérer ce que François a lui aussi   a repéré de son côté dans une scène qui se passe sous nos yeux, une silhouette, un visage.

Mais par ailleurs il y a aussi tout notre passé, nos mythologies vis à vis de l’autre, celles sur lesquelles nous nous sommes construits  et dont il est bien difficile de se défaire lorsqu’on est tous les deux.

François. On ne peut pas dire qu’il a été compliqué de travailler avec Emmanuel sur ce projet. Les choses ont été fluides au niveau de la création. Tout comme l’a été le voyage, si ce n’est de brefs moments de tensions, comme il en existe nécessairement dans toute aventure humaine qui nécessite confinement et promiscuité ! En général, nous n’avons pas besoin d’échanger longuement. Les choses se passent de mots, et il y a des sujets que l’on n'aborde pas : comme notre relation de frère par exemple, sujet que nous n’avons jamais je pense abordé si ce n’est dans le livre justement.

CP. Etes-vous complémentaires ou indispensables l’un à l’autre ? Que vous apporte ce travail fraternel qu’un travail plus personnel et individuel ne permettrait pas ?

Emmanuel. Dans ce livre, plutôt complémentaires. Mais je crois que c’est important aussi de faire et d’exister individuellement. Savoir que l’on n'a pas « besoin » de l’autre mais que de faire des choses ensemble ne peut que nous enrichir.

François. Je pense que nous avons réussi dans ce travail à créer de la complémentarité dans nos créations. A mettre nos travaux en résonance en quelque sorte.

Je ne parlerai pas d’influence mais plutôt d’une attention à nos créations et sensibilités respectives. Et je pense aussi que nous ne sommes pas frères pour rien. Que nos sensibilités sont assez proches, notre idée du beau aussi.

CP. Etes-vous influençable l’un envers l’autre ?

Emmanuel. Oui, je suis très admiratif des choix de compositions de François, du regard qu’il porte sur le monde. C’est un grand photographe (indépendamment que ce soit mon frère !)

François. Pour ma part, j’ai une grande admiration pour le travail d’Emmanuel, pour l’artiste qu’il est. Et travailler près de lui m’a appris à mieux vivre l’insatisfaction que je peux ressentir parfois à la fin d’une journée de travail quand je n’ai pas réussi à obtenir ce que je cherche. Son regard sur la création m’a permis d’approfondir mon approche Comprendre que la création est un travail avant tout. Avec ses recherches, ses découragements, ses petites victoires. Que ce qui compte est ce que l’on fait à un moment donné, dans les conditions qui nous sont données. L’essentiel, C’est la quête !

CP. Comment on s’y prend pour trouver sa place dans un duo,  se sentir bien au cœur du succès, ni trop haut ni trop bas ?

François. C’est une bonne question ! Et je ne suis pas certain d’avoir trouvé la réponse ! C’est une question d’équilibre, qu’il faut tenter de garder ou de retrouver à chaque instant. Ce n’est pas simple, parfois douloureux. Depuis la sortie du livre, nous avons beaucoup voyagé avec Emmanuel à la rencontre de nos lecteurs, dans les festivals, auprès des auteurs, avec l’éditeur… Et le fait est que dans ce monde, qui est celui d’Emmanuel, celui dans lequel il évolue depuis près de 30 ans, je n’existe pas…  Ou du moins un petit peu maintenant avec la sortie de ce livre. Je crois que ma réponse est de prendre ce qui m’est donné, par le succès de ce livre (les rencontres, les touchants retours des lecteurs, les confidences qu’ils vous font, ce qu’ils vous donnent)  plutôt que de m’attacher au reste. C’est aussi pour moi une aventure qui m’est donnée, une quête, celle de l’humilité… Tenter de ne pas accorder trop d’importance à l’égo, permet de se sentir plus libre, et d’aborder les choses avec moins de pesanteur, y compris la création.

CP. Cette aventure familiale a-t-elle fait naître d’autres projets communs ou aspirez-vous plutôt à retrouver votre indépendance ?

Emmanuel. Pour l’instant chacun retravaille sur des projets indépendamment de l’autre. On verra si une autre opportunité se présente…

François. Je crois que pour ma part, en ce moment, j’ai besoin de retourner à mes projets, à mon monde, celui de la photographie. Je n’exclus pas du tout l’idée - ni le désir  - de me relancer un jour dans un projet artistique avec Emmanuel ! Mais il faudra se renouveler et  penser une autre forme de collaboration.

CP. A travers cette expérience peu ordinaire, racontée avec une belle sensibilité et beaucoup de précisions passionnantes, vous avez assurément donné des envies de voyage et d’évasion mais vous avez aussi offert aux lecteurs l’image saisissante d’une relation fraternelle intime, touchante de sincérité, d’une tonalité juste.  Etait-ce important pour vous  de transmettre cela ? Vous sentez-vous privilégié dans ce domaine ?

Emmanuel. Il était pour nous évident, très vite, que partir ensemble allait nous obliger à « lâcher » des choses de notre propre histoire familiale, non par envie mais pour comprendre ;  parce que ce qui se jouait à certains moments, trouvait sa source dans notre relation intime.

Comment dire les choses sans tomber dans le pathos ou l’impudeur. Là a été, pour moi, l’équilibre le plus difficile à trouver.

François. Je pense vraiment que c’est une chance de pouvoir à l’âge adulte partager une aventure humaine et artistique aussi forte avec son frère, ou avec un membre de sa famille. Beaucoup de gens viennent nous voir pour nous parler de leur relation à leur fratrie, des rivalités auxquelles elle est confrontée, ce qu’ils auraient souhaité, ce à côté de quoi ils sont passés ou ce qu’ils ont pu réaliser. Je crois que dans le livre au fond, c’est ce qui touche le plus les gens, dans leur intimité. Nous avons évoqué cette relation avec justesse c’est vrai, avec pudeur. La pudeur, c’est ce qui caractérise le mieux notre relation, et la justesse, c’est ce qui m’intéresse le plus dans la vie, que ce soit dans mon travail, ma photographie et ma relation avec les gens.

©François Lepage

Les projets à venir

CP. Et maintenant ? Quels projets à venir (s'il est possible d'en parler) ?

François. J’ai différents projets en cours d’élaboration dont un sur les terres isolées et protégées. Ce projet s’appelle Réserves. Il se nourrit du travail que j’ai fait en Antarctique et dans les australes ainsi que d’autres réalisés dans les réserves naturelles de France. Je m’intéresse dans ce projet aux rapports qu’entretiennent  les Hommes avec ces territoires protégés. Je cherche désormais à partir dans le grand nord - en Arctique en particulier - pour prolonger ce travail.

*Et pour prolonger le voyage :

François Lepage,

Bibliographie Emmanuel Lepage

Pour acheterLa lune est blanche

Pour acheterLes ombres claires

Commenter cet article

 

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

“J’écris pour aller chercher cet enfant abandonné voilà longtemps”

À paraître le 25 novembre 2022, Monstrueuse féérie est ce récit de fin d’année de Laurent Pépin où se côtoient à la fois enchantement et tragédie, férocité et poésie, entraînant le lecteur dans un vertige monstrueux — monstrueusement attachant. Entretien avec Laurent Pépin ; chronique d’un écrivain parti à la recherche de l’enfant, de l’adolescent meurtri abandonné sur le bord de la route, il y a bien longtemps… Propos recueillis par Guylian Dai. 

22/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Nicolas Feuz : “Je n’ai jamais rêvé d’être quelqu’un d’autre… sauf peut-être Dark Vador !”

Ce 10 novembre, Nicolas Feuz publie Les larmes du lagon, aux éditions Slatkine & Cie. Un polar qui nous entraîne en Polynésie française, où la tranquillité du motu de Bora Bora est perturbée par la découverte d’un corps. Ce nouveau roman nous offre l’occasion d’en apprendre plus sur l’écrivain, dans un questionnaire de Proust revu, corrigé et bien soigné !

18/11/2022, 10:59

ActuaLitté

“Tous les usages possibles d’une bibliothèque sont à préserver”

Stéphanie Khoury, bibliothécaire, et Maël Rannou, ancien directeur de bibliothèques, auteur et critique de bande dessinée, s'interrogent dans un court ouvrage, didactique et synthétique, sur les missions et les enjeux des établissements de lecture publique. Les bibliothèques de proximité (Presses universitaires Blaise Pascal) évoque également ces usages créés par les citoyens, avec la complicité ou à l'insu des bibliothécaires et des pouvoirs publics eux-mêmes.

14/11/2022, 11:37

ActuaLitté

Jón Kalman Stefánsson : “Je veux saisir l'univers dans mes écrits”

LECFestival22- Jón Kalman Stefánsson est le lauréat 2022 du Prix Jean Monnet de Lectures Européeennes pour Ton absence n’est que ténèbres, traduit par Éric Boury. Son 13e opus, publié chez Grasset, avait déjà remporté le Prix du livre étranger. L’islandais est tout à la fois romancier, poète, mais également traducteur. Nous lui avons posé quelques questions.

10/11/2022, 17:16

ActuaLitté

Galien Sarde : “C’est après l’écoute d’images oniriques que la dystopie a surgi”

Surprenant premier roman : enfermés dans un monde souterrain surveillés par une mystérieuse milice, plusieurs hommes et femmes parviennent à s’échapper, et sillonnent le désert à bord d’une jeep. Apocalyptique, effrayant, le livre se situe à mi-chemin entre le roman de science-fiction et le récit poétique. Galien Sarde, quarante-six ans, agrégé ès lettres, y déploie une langue riche, en une sorte de lyrisme sombre, sinon apocalyptique. Deuxième ouvrage publié par Fables fertiles, la toute jeune maison de Guylian Dai, Échec, et Mat, loin des grosses machines littéraires et des prix de la rentrée, tranche par son originalité, sa force onirique. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

10/11/2022, 11:36

ActuaLitté

Arthur de Pins : “Zombillénium dévoile le monstre qu'on abrite”

Quatorze ans, six albums, un film d’animation et une attraction plus tard, c’est tout un cycle de Zombillénium – ce parc d'attractions aux authentiques zombies et vrais démons – qui touche à sa fin. Ce dernier opus sportif et haletant promet d’effroyables surprises et de diaboliques retournements de situation – avec un final à la hauteur de la série. Nous avons rencontré Arthur de Pins, toujours aux commandes de la machinerie infernale et ses milliers d’âmes prisonnières.

04/11/2022, 12:23

ActuaLitté

Jacques Cauda : “Prose comme poésie. J’écris.”

Initiateur du mouvement surfiguratif, Jacques Cauda, soixante-sept ans, manie la plume comme il manie le pinceau, soit avec passion, gourmandise, frénésie. Ancien étudiant en philosophie, ancien documentariste professionnel, l’homme publie depuis 2002, à un rythme soutenu, tout en dirigeant « La Bleu-Turquin », collection des éditions Douro. Privilégiant les formes expérimentales, riche de nombreuses références, l’homme poursuit une œuvre singulière, loin des modes du moment. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

02/11/2022, 10:39

ActuaLitté

Odile Cohen-Abbas : ”Dans les à-côtés, on trouve les choses qui nous intéressent”

Née en 1957, ancienne danseuse professionnelle, Odile Cohen-Abbas participa longtemps de l’aventure Supérieur Inconnu, revue fondée par le surréaliste Sarane Alexandrian. Collaborant régulièrement aux "Hommes sans épaules", périodique fondé en 1953 par Jean Breton, et dirigé depuis 1997 par Christophe Dauphin, auteure de nombreux recueils et récits, Odile vient ici nous surprendre avec Perditio, nouvel opus hybride décrivant un monde infernal, peuplé de chimères, de monstres, se livrant à de singuliers rites. Déroutant peut-être, riche à coup sûr, le livre étonne, détonne. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

27/10/2022, 09:16

ActuaLitté

“Les monstruosités en Ukraine dépassent même les scénarios les plus noirs”

« Considérée de seconde main par les Russes, la langue des Moldaves a été mutilée. Si, dans un amphithéâtre, il y avait 50 étudiants moldaves et un seul étudiant russe, le cours devait avoir lieu en langue russe. » Entretien avec Tatiana Țîbuleac, écrivaine roumaine (originaire de la République de Moldavie), Prix de littérature de l'Union européenne pour Le Jardin de verre, éd. des Syrtes, traduction de Philippe Loubière.

25/10/2022, 10:05

ActuaLitté

Salman Rushdie vivra, ”c'est la chose la plus importante“

AttaqueRushdie - En marge de la Foire du livre de Francfort, l’agent littéraire Andrew Wylie a répondu à quelques questions de El Pais. Une rare apparition dans les médias pour Le Chacal, surnommé ainsi pour sa manière abrupte de traiter avec les éditeurs. Et au cœur du sujet, Salman Rushdie, victime d’une tentative de meurtre.

24/10/2022, 10:47

ActuaLitté

“Écrire, lire tout autant c’est retrouver une terre d’enfance”

PORTRAIT – Né en 1964, libraire dans le Poitou, Stéphane Émond rend une nouvelle fois hommage à sa région d’origine. Seize ans après Pastorales de guerre, l’homme revient avec un nouveau récit au titre programmatique, géographique. Magnifique évocation de la région Est, Argonne raconte également l’Histoire : le récit officiel et les tragédies familiales, l’une et l’autre intimement mêlées.

21/10/2022, 15:54

ActuaLitté

Plan sobriété : “opportunité et risque” en bibliothèques

La raréfaction des matières premières – gaz et pétrole – doublée d'une hausse de leurs coûts a poussé le gouvernement à présenter un Plan sobriété : des suggestions plus que des obligations. Depuis quelques mois, la commission Bibliothèques Vertes de l'Association des Bibliothécaires de France planche justement sur la réduction de l'empreinte énergétique, et l'information des usagers, dans les établissements de proximité. Quelques réponses se profilent, sur des sujets qui recoupent des préoccupations bien connues des bibliothécaires.

12/10/2022, 15:13

ActuaLitté

Caroline Lamarche : “Bach... Bach, quelle merveille !”

Nouvelliste et romancière, Caroline Lamarche a publié plusieurs livres chez Gallimard, dont La Mémoire de l’air (2014), Dans la maison un grand cerf (2017) et Nous sommes à la lisière (Prix Goncourt de la nouvelle 2019). Invitée de Lire en Poche, à Gradignan, elle s'est livrée avec enthousiasme et avec nous, au questionnaire de Proust.

09/10/2022, 18:48

ActuaLitté

Michel Bussi : “Les réalisateurs ont besoin de tomber amoureux des romans”

#LireEnPoche22 – Roman qui devient livre de poche, le schéma est classique. Et particulièrement pour Michel Bussi, l’un des plus grands vendeurs de polars en France. L’univers de l’écrivain normand se décline en audiolivres, bandes dessinées, séries, films… Parfois au point de lui échapper. Ainsi, quand Maman a tort est diffusé sur Netflix, des années après l’adaptation sur France 2, il s’en étonne : « Je n’avais pas été informé… Je l’ai appris par des amis. Mais c’est une agréable surprise. »

09/10/2022, 16:42

ActuaLitté

Djaïli Amadou Amal : “Refuser d'être une victime”

#LireEnPoche22 — Militante. Pour elle, dès son premier roman, ce terme revêtait un sens tout particulier. Djaïli Amadou Amal, Prix Goncourt des lycéens 2020 avec Les Impatientes (Ed. Emmanuelle Collas), venait pour la première fois à Gradignan. Son roman, publié chez J’ai lu, évoque des sujets douloureux et profonds. Qui justifient, selon la romancière, cet engagement en littérature.

07/10/2022, 17:03

ActuaLitté

Philippe Delerm : “Proust m'a autorisé à écrire des textes courts” 

« À quoi bon ? » Philippe Delerm a vingt ans lorsqu'il découvre À la recherche du temps perdu lors de ses années de licence. Une question l'obsède : « Comment écrire après ça ? » Cinquante ans plus tard, il publie le 4 novembre prochain Proust Instantanés (Éditions Points), dans lequel il commente une soixantaine d'extraits de la somme romanesque avec sa marque de fabrique : des textes courts. 

07/10/2022, 11:55

ActuaLitté

Lire en Poche : “Observer et appréhender des fragments d'un monde”

#LireEnPoche22 – Dans quelques jours s'ouvrira le festival Lire en Poche, à Gradignan – trois journées de rencontres et de festivités autour des petits formats. Le commissaire général de l'événement, Lionel Destremau, aborde cette 17e édition avec prudence et optimisme. Entretien.

05/10/2022, 11:32

ActuaLitté

Meral Şimşek : “Je me battrai pour porter la voix du peuple kurde”

L'autrice et éditrice kurde Meral Şimşek a subi, comme d'autres en Turquie, la sévérité du régime de Recep Tayyip Erdoğan à l'égard des dissidents, opposants et artistes critiques à son égard. Mais Şimşek est kurde, ce qui redouble la violence systémique à son égard. Condamnée à 20 mois de prison en septembre dernier, elle est réfugiée en Allemagne, d'où elle a accepté de répondre à nos questions.

03/10/2022, 11:37

ActuaLitté

Nathan Harris : “J'essaie de faire face aux problèmes qui affligent encore l'Amérique”  

Avec le premier roman de la Rwandaise Dominique Celis, Ainsi pleurent nos Hommes, la maison Philippe Rey a misé cette année sur un autre premier primo-romancier, cette fois-ci américain, Nathan Harris, et son best-seller La douceur de l’eau (trad. Isabelle Chapman). À l’occasion de la 10e édition du Festival America qui s’est tenu du 22 au 25 septembre, ActuaLitté en a profité pour l’interroger sur ce texte qui raconte les suites d’un affranchissement, comme sur sa rencontre avec les lecteurs français.

30/09/2022, 15:10

ActuaLitté

Occasion : une taxe aurait “un impact direct sur le budget des consommateurs” (momox)

Géant de l’achat et de la revente de livre d’occasion, momox s’est fait une place auprès des lecteurs français, avec son application et un redoutable système d’envoi des livres rachetés. L’offre d’achat de livres — et d’autres biens — d’occasion s’est également renforcée avec les années. Heiner Kroke, PDG du groupe, revient pour ActuaLitté sur les développements du marché du livre d’occasion, ses futurs enjeux et les projets de la société.

20/09/2022, 17:08

ActuaLitté

“Le patrimoine local ne vit que s’il est reconnu et admiré”

Claude Rayon est un historien de terrain qui n’hésite pas à chausser ses bottes pour arpenter les chemins normands et à parler avec tout le monde, pour apprendre et pour transmettre – et faire connaître ainsi le patrimoine local et régional, surtout les édifices religieux normands du haut Moyen Âge. Il est aussi musicien dans le groupe de folk marin normand Strand Hugg. Propos recueillis par Marie Lebert.

15/09/2022, 10:46

ActuaLitté

Lire à l'heure anglaise, en VO, avec Joya Books

Lancée en mai 2021, Joya Books est une box littéraire qui se distingue de l'offre habituelle. Elle est ainsi la première à proposer des livres en anglais dans chaque envoi, deux pour être exact. Chaque trimestre, vous recevrez dans votre boîte aux lettres le livre coup de coeur de la créatrice de la box, ainsi qu'un second ouvrage, soigneusement sélectionné… par l’auteur du livre principal. Le tout accompagné d’une petite gourmandise.

09/09/2022, 16:36

ActuaLitté

Pacôme Thiellement et les 7 poètes de Paris  

Paris de rêve, de rêverie, ou le seul véritable ? C’est en tout cas celui de Pacôme Thiellement. Après la pop culture, l’enquête policière, le cinéma, les « Sans Roi » ou encore l’amour, l’exégète s’attaque au Paris qui l’a vu naître, toujours avec sa vision si personnelle et féconde. L’envers de Paris et de ces lieux communs : le Quartier latin, Montmartre, l’île Saint-Louis, Les Champs-Élysées… Entre l’Histoire, les grands maudits, les assommeurs de dragons et sa vie dans la Ville Lumière.

07/09/2022, 10:07

ActuaLitté

Des Russes devenus zombies : “La propagande n'aspire même pas à la crédibilité”

#UkraineUnderAttack – Iegor Gran, originaire de Moscou, journaliste et écrivain publie chez P.O.L Z comme zombie, un essai troublant. « Depuis le 24 février, tout autre sujet devenait dérisoire : ce que je redoutais depuis 20 ans a fini par arriver », nous explique-t-il. « J’ai saisi chaque occasion, pour exposer ma vision des Russes et de la Poutinie : la réalité est que l’Occident n’a pas pris la mesure du danger. Or, nous voici face à un enjeu de vie et de mort : la fin de la civilisation occidentale, devant l’avancée des zombies. »

06/09/2022, 16:02

ActuaLitté

Yann Moix : “Dès lors que j'avais publié mon premier roman, j’étais sauvé” 

Après Orléans et la violence familiale, Reims et l’école de commerce, Verdun et le service militaire, Yann Moix arrive à Paris. Dernier tome de cette tétralogie « au pays de l’enfance immobile », toujours rempli de peine et d’ambition. Yann Moix assume sa honte et son ressentiment, non sans humour, et achève son œuvre au noir à 27 ans, pour enfin mourir et renaître par l’entremise de la littérature, qui n’est pas écrire des livres. Avec en exclusivité, les premières pages du roman qui sortira le 31 août.

26/08/2022, 09:27

ActuaLitté

Iran : la fatwa, l'accord nucléaire et Salman Rushdie

AttaqueRushdie - Le cas de la fatwa contre Salman Rushdie : entre coût diplomatique et ambitions révolutionnaires, que signifie sur l'échiquier géopolitique l'attentat perpétré contre le romancier britannique ? Pour y répondre, ActuaLitté a sollicité Clément Therme, chercheur associé à l’Institut international d’études iraniennes et chargé de cours à l’Université Paul Valéry de Montpellier.

23/08/2022, 10:10

ActuaLitté

“Une bonne traduction, cela donne une autre dimension à un texte”

Autrice de 3 romans et pilier des éditions québécoises Mémoire d’encrier, Yara El-Ghadban est également traductrice. Celle qui a grandi entre plusieurs langues et cultures a accepté de nous parler de son travail de traductrice, comme de nous éclairer sur les spécificités du statut de traducteur en Amérique du Nord. Son ambition : transmettre au mieux la voix d’un auteur dans le respect de l’intégrité de sa langue.

03/08/2022, 10:53

ActuaLitté

“Si nous savions l'impact de la lecture à haute voix sur l'esprit...”

ENTRETIEN – Associer la dimension industrielle aux mondes de la culture et de l’art : voici le pari de Industria & Letteratura, une maison d’édition italienne de Massa (Toscane). Cette structure indépendante, que dirige Gabriel del Sarto, le directeur éditorial, parie sur des genres éditoriaux traditionnellement pas vendeurs : des nouvelles longues et la poésie. Tout en restant ouverte à d’autres formes de narration, comme la revue, dans un contexte de recherche littéraire et d’innovation.

25/07/2022, 10:51

ActuaLitté

Nadja, victime ou protégée d'André Breton ?

Depuis le 24 juin, et jusqu’au 6 novembre, le musée des Beaux-Arts de Rouen organise une exposition autour de la figure littéraire mythique de Nadja, muse surréaliste au destin tragique. En parallèle, Gallimard édite un catalogue d’exposition riche en articles pointus et illustrations. Parmi les contributeurs, on trouve celui qui connut André Breton à la fin de sa vie, et participa au mouvement surréaliste dernière forme, Georges Sebbag. Il a accepté d'évoquer sa Nadja, fruit de décennies entourés en esprit des figures du mouvement qui redécouvrit Lautréamont ou encore Alfred Jarry.

22/07/2022, 16:45

ActuaLitté

Écologie du livre : “Le train passe, il faut monter ou le regarder passer”

La filière du livre a commencé depuis quelques années son introspection écologique, identifiant divers travers de son fonctionnement, avec, entre autres, la surproduction, la multiplication des flux aller et retour et un recul de la bibliodiversité concomitante à la concentration éditoriale. Mais les solutions sont encore méconnues, voire inconnues. Mobilis, pôle régional de coopération des acteurs du livre et de la lecture en Pays de la Loire, avec l'aide de l'Agence de la Transition écologique, se donne 3 ans pour mettre en œuvre des actions et en évaluer la portée.

19/07/2022, 11:22

ActuaLitté

25 ans de One Piece, shōnen où les personnages “ne sont pas monolithiques”

2022 marque le 25e anniversaire de la publication de la saga One Piece au Japon, commencée en 1997 dans le magazine Weekly Shōnen Jump, et, pour la parution du tome 102 en France, Glénat célèbre cet anniversaire. Une nuit One Piece permettra de réunir les amateurs à l'occasion d'un événement en librairie.

15/07/2022, 18:00

ActuaLitté

Ariel Holzl : “J’aime être un peu touche-à-tout”

Une catastrophe menace les Royaumes Immobiles. La princesse sans visage est l’une des seules à pouvoir prémunir le monde des Feys de s’effondrer. Loin de la Grisaille des Sœurs Carmines, Ariel Holzl revient avec une nouvelle série pleine de mystère et de cruauté. Inspirées par le classique shakespearien Songe d’une nuit d’été, les aventures d’Ivy ne font que commencer. À l’occasion de la sortie de ce dixième roman chez Slalom, nous en avons rencontré l’auteur, Ariel Holzl. 

12/07/2022, 14:41

ActuaLitté

“Le poche fait mécaniquement grimper le prix du grand format”

ENTRETIEN – Les vacances estivales – et probablement n’ont-elles pas le privilège de ce fait – voient les ventes de livres de poche s’emballer. Compacts, à petit prix, ces ouvrages fournissent aux lecteurs qui renâclent à adopter les liseuses une solution éprouvée au fil du temps. De petits livres, certes, mais aux grandes conséquences : Olivier Bessard-Banquy, professeur des universités Pôle des métiers du livre Université de Bordeaux-Montaigne, l'évoque avec nous.

11/07/2022, 10:11

ActuaLitté

Améliorer “constamment les fondamentaux” de la librairie

RNL22 — Premier rendez-vous des libraires français depuis le début de la crise sanitaire, les Rencontres nationales de la librairie 2022 seront notamment l'occasion de dresser un bilan de cette période particulière. Mais d'autres questions seront abordées, comme le tarif plancher des frais de port du livre, le marché de l'occasion ou encore l'empreinte environnementale des libraires... Anne Martelle, présidente du Syndicat de la librairie française, qui organise les RNL, a accepté de répondre à quelques questions.

03/07/2022, 08:00

ActuaLitté

"Beaucoup de complotistes sont des idéalistes contrariés"

Reporter pour le magazine Society, Anthony Mansuy a fait paraître, en mai dernier, Les Dissidents, chez Robert Laffont. Cette enquête, fruit d’une année en immersion au sein des différentes communautés du conspirationnisme à la française, est d’abord le constat des multiples fractures de notre société dans les années 2010-2020. À base de témoignage des acteurs du « complotisme » et d’analyses socio-historiques, le journaliste révèle des mondes, entre quête de sens et appât du gain.

01/07/2022, 10:30

ActuaLitté

“La poésie est sûrement le genre le plus pratiqué, le plus populaire”

Annulé en 2020 du fait de la pandémie, déplacé en octobre 2021, le marché de la poésie en est à sa trente-neuvième édition. Installée en juin place Saint-Sulpice, aux pieds de la majestueuse cathédrale, la manifestation permet aux auteurs de se retrouver, mais aussi de faire connaître ce genre quelque peu oublié, ce parent pauvre de la littérature, qu’est la poésie. 

21/06/2022, 16:13

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Des livres vierges : l'industrie du livre menacée d'asphyxie

Sans une révision de la loi sur le droit d’auteur, l’édition canadienne se trouve devant une page blanche. À ce titre, l'Association nationale des éditeurs de livres, représentant les éditeurs de langue française au Québec et dans le Canada tire la sonnette d'alarme. Et presse le gouvernement d'agir. À ses côtés, plusieurs autres organisations rallient le mouvement.

29/11/2022, 17:24

ActuaLitté

Suisse : recours des librairies Payot auprès du conseil d’État du Valais

Après avoir proposé au service de la culture du Valais de revenir sur les critères qui ont été fixés pour l’opération de soutien aux librairies qu’il a annoncée et lancée le 14 novembre, et qui excluent les librairies Payot du périmètre, Payot SA a décidé de faire recours auprès du Conseil d’État à défaut d’avoir obtenu une réponse satisfaisante. Par Pascal Vandenberghe, PDG de Payot.

29/11/2022, 11:21

ActuaLitté

Du père de famille au psychanalyste : dans l'intimité de Sigmund Freud

La famille Freud vivait au rythme des consultations que Sigmund donnait dans cet appartement au coeur de Vienne. Rouvert depuis août 2020, le Sigmund Freud Museum s’inscrit dans un héritage pluriel : celui de la médecine, de l’oeuvre et de la vie quotidienne. Au coeur de l’immeuble situé au Berggasse 19, les visiteurs remontent le temps, entre publications et travaux du père de la psychanalyse.

28/11/2022, 14:51

ActuaLitté

Odessa l’éclaireuse, qui “a jalousement pris soin de sa liberté”

#WeekEndEst — S’expliquer la guerre ? Une tentative souvent rendue vaine par le désarroi qu’elle suscite. Prendre conscience de ce que la guerre sème et produit comme sentiments afin de les transcender et de les élever contre la guerre à travers la culture est une nécessité, beaucoup plus qu’un pari utopique, de l’équipe du festival Un week-end à l’Est créé en 2016 dans le Quartier latin. Par Brigitte Bouchard, directrice artistique.

22/11/2022, 10:21

ActuaLitté

Iran : la vie de Hossein Ronaghi est en danger

Libérez Hossein Ronaghi ! Le Comité de défense des auteurs en danger du PEN Club français apporte son plein soutien à l'auteur, emprisonné en Iran, et actuellement dans un terrible danger. Antoine Spire, président du Pen Club français et Jean-Philippe Domecq, président au Pen club français du Comité des écrivains persécutés adressent à ActuaLitté une tribune d'importance.

18/11/2022, 14:41

ActuaLitté

Écrire contre la haine et l'intolérance, l’injustice et la barbarie

La liberté d'expression ne connaît pas de frontières, mais, aujourd'hui, elle est en grand danger. En Suisse ou en France, écrire est un acte si simple. Mais, dans de nombreux pays, les auteurs risquent d'être accusés d'espionnage ou considérés comme des ennemis publics. À cause de leurs écrits, leurs paroles, leurs dessins, leurs récits, leurs témoignages, leurs chansons, la liste des écrivains, des journalistes, des blogueurs, des traducteurs, des artistes harcelés, arrêtés, torturés, tués ou contraints à l'exil ne cesse de s’allonger tristement. 

18/11/2022, 09:04

ActuaLitté

“La Bibliothèque Doucet est devenue un lieu de conservation vivant”

La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet (BJD) avait attiré l'attention de l'Inspection générale des bibliothèques, qui pointait des problématiques liées à la gestion des collections et de l'espace disponible. En octobre dernier, une enquête du Monde pointait des responsabilités dans les dysfonctionnements, avant le suicide d'une ancienne directrice adjointe de l'établissement. Des écrivains, universitaires, chercheurs, conservateurs et bibliothécaires, directeurs de musée et de galeries, commissaires d’exposition apportent leur soutien à la directrice de la BJD et tiennent à « témoigner » des collaborations qu’ils ont eues avec cette institution et son équipe de direction. Nous reproduisons ci-dessous leur lettre.

15/11/2022, 16:56

ActuaLitté

Le château de Chantilly célèbre le “plus grand bibliophile de son temps”

À l’occasion du bicentenaire de la naissance d’Henri d’Orléans, dit le duc d’Aumale, grand bibliophile et reconstructeur du château de Chantilly, plusieurs expositions ont été organisées dans l’ancienne demeure des Condé. Depuis le 5 octobre et jusqu’au 2 octobre 2023, le cabinet des livres du fils du « roi des Français », Louis Philippe, se présente, de sa création aux plus précieux de ses trésors. Le tout sous le regard pénétrant du buste du grand Condé.

14/11/2022, 16:48

ActuaLitté

Comment la traduction a contribué à la libération des femmes

PORTRAITS – La traduction contribue à la libération des femmes depuis des siècles. Voici quelques portraits de femmes qui ouvrent la voie aux traductrices contemporaines, de Marie de Cotteblanche (première traductrice française) à Shirin Daneshvar (traductrice iranienne) en passant par Anne Dacier (première traductrice d’Homère), Claudine Picardet (première traductrice scientifique) et Clémence Royer (première traductrice de Darwin). 

10/11/2022, 10:25

ActuaLitté

Des églises à l'art urbain : cheminement littéraire et historique dans Porto

LECFestival22 – Créée en 2016, la résidence d’écriture Jean Monnet est dédiée à la création littéraire européenne et accueille en priorité des auteurs émergents, en lien avec la thématique du LEC Festival. Elle est soutenue par la Ville de Cognac et dotée d’une bourse de résidence de 2000 €. Cette année, Nuno Gomes Garcia, auteur de La Domestication (trad. Clara Domingues chez IXe Editions), en est le bénéficiaire. Et il poursuit avec nous son tour littéraire et historique de Porto. (retrouver l'épisode précédent)

07/11/2022, 10:05

ActuaLitté

La fin du tableur Excel pour la gestion des droits d'auteurs ?

Quand on se penche sur la gestion des droits d’auteur, on s’aperçoit que les petites et moyennes structures sont rapidement débordées — faute de disposer d’un outil sur mesure ou de moyens pour souscrire à un logiciel dédié. Conclusion : c’est avec un bon vieux tableur Excel que cela se résout. Et pourtant…

03/11/2022, 12:55

ActuaLitté

“La Chine me met de bonne humeur”

Ma relation à la Chine a été d’emblée une relation sensible, sans connaissances préalables, sans curiosité particulière pour ce pays où je n’avais pas envie d’aller. Je m’y suis rendue par amour non pas de la Chine, mais de l’homme qui m’invitait à l’y retrouver. Par Christine Cayol.

03/11/2022, 10:41

ActuaLitté

Face au péril nucléaire en Ukraine, agir, “avant qu'il ne soit trop tard”

UkraineUnderAttack – « Avant qu'il ne soit trop tard. » Cet appel à la raison et à l'humanisme réunit à cette heure plus de 130 poètes, écrivains, artistes, universitaires et intellectuel(le)s (français mais pas seulement) : toutes et tous l'ont signé afin de mettre en garde l'opinion publique devant le péril nucléaire qui menace en raison de la Guerre en Ukraine. ActuaLitté le propose ici dans son intégralité.

30/10/2022, 14:18

ActuaLitté

Mieux que l’auteur mort : l’auteur pauvre ?

Ce 24 octobre, un nouveau rendez-vous réunissant auteurs, éditeurs et ministère de la Culture fut annulé. Un délai de plus dans la signature d’accords qui n’en finissent plus de traîner. Denis Bajram fait parvenir un texte à ActuaLitté, pour signaler un changement de paradigme des plus cyniques : un bon auteur n’est plus un auteur mort, mais un auteur pauvre…

27/10/2022, 17:03

ActuaLitté

Voyage littéraire et historique à Porto, avec Nuno Gomes Garcia

LECFestival22 – Depuis le 24 octobre, l’écrivain d’origine portugaise, Nuno Gomes Garcia, auteur de La Domestication (trad. Clara Domingues chez IXe Editions), est en résidence d’auteur à la villa Jean Monnet de Cognac. Il y séjournera jusqu’au 20 novembre, date de clôture du festival des littératures européennes de Cognac. Il nous invite à un voyage dans la ville de Porto, dont il est originaire, entre littérature, archéologie et découvertes… Première étape : la librairie Lello. Et bien d'autres arrêts à prévoir.

27/10/2022, 10:38

ActuaLitté

“Publier n’est pas un droit, c’est un devoir”

Et Archimède s'écria : « Eurêka ! » Il avait trouvé une idée... Qu’est qui vous met une idée en tête ? Pourquoi dit-on qu’une idée « traverse l’esprit » ? Elle viendrait d’on ne sait où et repartirait immédiatement ? Pour se rendre où, alors ? Dans un autre esprit qui l’attend ailleurs, dans un autre espace ou dans un autre temps. Pourquoi pas...

23/10/2022, 23:12

ActuaLitté

Écologie et sobriété : quelles actions dans les bibliothèques ?

Le Plan Sobriété du gouvernement, présenté au début du mois d'octobre, ne concerne que de loin les bibliothèques territoriales, placées sous la responsabilité des collectivités. Heureusement pour la planète, la réflexion écologique des bibliothécaires est en cours depuis quelques années désormais, et les idées fusent, même si les moyens d'action restent encore limités.

21/10/2022, 11:16

ActuaLitté

Du livre au film : les souffrances d’un romancier

Son roman Pleurer des rivières, paru en 2018, a été porté à l’écran par Léopold Legrand, sous le titre Le Sixième enfant. Dans les salles depuis le 28 septembre, ce film fut coadapté avec l’aide de Catherine Paillé. Mais la métamorphose d’un roman en oeuvre audiovisuelle n’a rien d’un chemin tranquille. Alain Jaspard raconte, pour ActuaLitté, cette aventure.

14/10/2022, 15:47

ActuaLitté

La musique en bibliothèque n'est pas “une variable d’ajustement pratique”

L'annonce de la fermeture de la Médiathèque musicale de Nanterre par la municipalité, concrétisée le 2 juillet 2022 mais aussi les disparitions des collections musicales dans certains établissements constituent « des signaux très inquiétants », indique l'ACIM, Association pour la Coopération des professionnels de l'Information Musicale. Dans un texte reproduit ci-dessous, l'organisation rappelle que les supports musicaux restent indispensables en bibliothèque.

14/10/2022, 07:55

ActuaLitté

“Le terrorisme de l’URSSAF cherche à m’extorquer des cotisations indues”

Dominique Sels écrit depuis toujours : son premier livre est paru en 1989, chez Denoël, Eden en friche. Elle avait tout juste trente ans. Et quelque trente années plus tard, la voici, comme tant d’autres, confrontée aux errances d’un système administratif qui n’en finit plus de chanceler. Dans un courrier adressé à l'URSSAF et transmis à ActuaLitté, elle raconte, entre Charybde et Scylla et Charybde encore… ad nauseam.

12/10/2022, 10:22

ActuaLitté

“Défendre le Wokistan, c’est défendre la liberté”

Repli sur soi, communautarisme, revendication identitaire, séparatisme, cancel culture… Voilà quelques-uns des termes qui restent accolés au "wokisme" dans le débat public, et y compris jusque dans cet espace de réflexion. Bref, c’est un concept qui fait peur, et pour ses détracteurs, l’enjeu est clairement que ce mot soit systématiquement associé à des notions, pas seulement négatives, mais surtout contraires à ce qui est censé constituer l’identité française. Par David Carzon.

12/10/2022, 08:21

ActuaLitté

À la recherche de Marcel Proust, tome après tome  

2022 ne marque pas seulement le centenaire de la naissance de Jack Kerouac, mais également de la mort d’un des géants du XXe siècle, Marcel Proust. Après le Musée Carnavalet ou encore le Musée de l’Histoire du Judaïsme, la BnF propose une exposition autour de l’auteur d’À l’ombre des jeunes filles en fleur. Près de 350 pièces sont réunies – inédits jamais révélés au public, tableaux de grands maîtres ou robes somptueuses prêtées par le Palais Galliera. 

11/10/2022, 14:25

ActuaLitté

“N'oublions pas Anna Politkovskaïa”

Anna Politkovskaïa, éminente journaliste d’investigation et écrivain russe, a été tuée par balles le 7 octobre 2006, dans sa cage d’escalier, à Moscou. Ses dénonciations des horribles et cruels crimes de guerre et des violations des droits de l’homme en Russie et en Tchétchénie ont entraîné des menaces permanentes contre sa vie de la part des autorités russes. Par Nguyên Hoàng Bao Viêt.

08/10/2022, 12:00

ActuaLitté

Access+, le studio d'Asmodee, inaugure sa gamme de jeux accessibles

Trois titres phares de l'éditeur Asmodee sont désormais proposés aux personnes touchées par des troubles psychiques et cognitifs. Grands et plus petits, personnes dys et neuroatypiques retrouveront chez le studio de jeux de société Access+ trois titres retravaillés en ce sens : Dobble, Timeline et Cortex challenge. En avant !

05/10/2022, 12:14

ActuaLitté

Crises et climat – Que sème la littérature ?  

Samedi dernier, à l’occasion de ses 20 ans d’existence, l’A*dS, Association des autrices et auteurs de Suisse, invitait à réfléchir lors d’un symposium à Olten à sa propre perception politique et aux potentialités du travail littéraire face aux crises de notre époque. Avec trois conférences, une table ronde et huit ateliers, 75 auteur·ices ont questionné le rôle et la responsabilité de la littérature dans les crises actuelles en analysant des phénomènes tels que la propagande, la censure, les discours emphatiques et la biodiversité dans l’écriture.

05/10/2022, 09:25

ActuaLitté

“Quand la culture ne soutient plus le peuple, alors il se soumet”

Que reste-t-il d’un être, à sa disparition ? Il reste les souvenirs communs, les photographies, les objets qui ont émaillé sa vie et témoignent pour l’absent, comme autant de preuves de son ancienne présence. De la même façon, si la culture d’un pays venait à disparaître, quels vestiges survivraient à cette absence ? Ceux-ci formeraient-ils un socle suffisant pour qu’un peuple y prenne encore appui ? Par Alexandra Koszelyk, auteure de L'Archiviste (ed. Aux Forges de Vulcain).

04/10/2022, 12:18

ActuaLitté

Écrivains menacés : traduire Rushdie, Saviano et les autres

Ce samedi 1er octobre, le Pôle Média Culture Edmond Gerrer (Colmar) accueillait l’Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts : Vincent Raynaud recevait le Prix Maurice-Betz 2022, pour l’ensemble de son travail de traduction — en particulier les œuvres de Roberto Saviano, qu’il a traduit dans sa quasi-totalité. Lors de cet évènement, le traducteur, auteur et éditeur a donné une conférence intitulée « Écrivains menacés, le point de vue du traducteur ». 

04/10/2022, 11:28

ActuaLitté

Louis Pasteur, ou comment la vaccination fit “rage”

Paola Nicolas publiera ce 6 octobre Les Enragés, un ouvrage retraçant les recherches de Louis Pasteur autour d’un vaccin contre la rage. Un premier roman qui éclaire le présent, à la lumière du passé, alors que les débats demeurent houleux autour de la vaccination contre le Covid-19. L'autrice revient sur son projet, dans un texte proposé à ActuaLitté.

26/09/2022, 12:40

ActuaLitté

Affaire Meurice : “plaisanterie insoutenable” et liberté d'expression

Suite à la décision de suspendre la parution d’un ouvrage chez Editis, coécrit par Guillaume Meurice, le Comité directeur du PEN Club français adresse à ActuaLitté un texte. Reproduit ici dans son intégralité, il revient sur ce que beaucoup voient comme un acte de censure.

24/09/2022, 10:34

ActuaLitté

Qu'adviendrait-il si Bernard Arnault rachetait Editis ?

Qui reprendra Editis — du moins, les parts du groupe Bolloré ? La question agite le Landerneau de l’édition, avec un nom qui revient depuis quelques jours : Bernard Arnault. Que diable irait-il faire dans cette galère, le patron de LVMH ? Exercice prospectif d’éditoriale fiction, option grosse phynance.

20/09/2022, 14:55

ActuaLitté

Trump et les archives nationales : le fait du prince

L’association des archivistes français (AAF) réagit suite au contentieux qui oppose le département de la Justice les archives nationales des USA à Donald Trump, au sujet de documents présidentiels : en contravention de la législation fédérale, ils n’auraient pas été remis aux archives en 2021, à la fin de son mandat. Suite à la perquisition conduite par le FBI dans la résidence personnelle de l’ancien président en Floride où ont été découverts des documents présidentiels, les Archives nationales américaines ont fait l’objet d’attaques répétées – accusées de corruption et de conspiration.

16/09/2022, 09:29

ActuaLitté

Cession de Chapitre.com : quel sort réservé aux auteurs ?

Parmi les créanciers de Chapitre figurent les auteurs des Éditions du 123, marque de Chapitre, qui n’ont pas reçu l’intégralité de leurs droits d’auteurs bien que les livres soient toujours commercialisés. Cette précision, pourtant essentielle, eu égard à la précarité desdits auteurs. Édouard Brasey, publié par cette structure, écrit à ActuaLitté pour tirer la sonnette d'alarme. 

09/09/2022, 15:34

ActuaLitté

Kylian Mbappé a-t-il lu Spider-Man  ?

Oh, la boulette ! Oh, la plaisanterie de mauvais goût, qui conduit à accuser la petite planète de n’avoir pas d’humour. Mais quand on est entraîneur du PSG, n’a-t-on pas, avant de faire des blagounettes, quelques responsabilités ? Mieux : quand on est l’idole des jeunes comme Kylian Mbappé — et qu’on a créé une maison d’édition — n’y aurait-il pas des lectures obligatoires ?

08/09/2022, 14:12

ActuaLitté

“Si Google s’octroie les archives de tous les écrivains français...”

Entre protection de la vie privée d’un utilisateur décédé et patrimoine littéraire pris en otage, difficile de trancher. Car au cœur de cette inextricable intrigue juridique, se pose le géant Google, et son service Gmail. Héloïse Jouanard, fille de l’écrivain Gil Jouanard, s’est débattue longuement contre les services de l’entreprise, avant de s’entendre répondre que l’accès aux emails de son père lui était refusé. Catégoriquement et sans autre forme de procès.

07/09/2022, 11:01

ActuaLitté

Hiboux et renards pour voisins : une résidence d'auteur dans les bois

#Terresdeparoles22 – Auteur et ancien journaliste, Stéphane Nappez a troqué durant quelques mois le clavier pour le marteau. Et la scie. Et le fil à plomb. Et les clous pour AÏE ! — « Navré Nicolas… fallait pas laisser traîner ta main sur la planche. » En effet, fallait pas… Mais quelle réalisation que cette cabane, installée en lisière de la forêt, au sein du parc de l’abbaye de Jumièges (Seine-Maritime) !

04/09/2022, 15:32

ActuaLitté

“Nous luttons contre la malnutrition culturelle des enfants”

Chaque année, l’association Lire et Faire Lire sollicite des structures d’accueil où se rendront les bénévoles pour des séances de lectures aux plus jeunes. Et chaque année, de nouveaux bénévoles rejoignent l’organisme, donnant de leur temps pour partager le goût et le plaisir des livres. 

03/09/2022, 11:54