#Bibliothèque

La Bibliothèque Doucet est devenue un lieu de conservation vivant

La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet (BJD) avait attiré l'attention de l'Inspection générale des bibliothèques, qui pointait des problématiques liées à la gestion des collections et de l'espace disponible. En octobre dernier, une enquête du Monde pointait des responsabilités dans les dysfonctionnements, avant le suicide d'une ancienne directrice adjointe de l'établissement. Des écrivains, universitaires, chercheurs, conservateurs et bibliothécaires, directeurs de musée et de galeries, commissaires d’exposition apportent leur soutien à la directrice de la BJD et tiennent à « témoigner » des collaborations qu’ils ont eues avec cette institution et son équipe de direction. Nous reproduisons ci-dessous leur lettre.

Le 15/11/2022 à 16:56 par Auteur invité

21 Réactions | 499 Partages

Publié le :

15/11/2022 à 16:56

Auteur invité

21

Commentaires

499

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Lettre ouverte à Monsieur le Recteur, Chancelier des Universités de Paris,

Monsieur le Recteur, 

Nous avons lu avec stupéfaction l’article publié dans Le Monde le 17 octobre dernier (édition papier datée du 19 octobre) mettant gravement en cause le fonctionnement de la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet. Sa direction est accusée de négligences, voire de malversations. Le suicide de Sophie Lesiewicz, dénoncée nommément en tant qu’ancienne directrice adjointe, accroît notre sidération. 

En marge des enquêtes en cours avec lesquelles nous ne souhaitons pas interférer, nous tenons à témoigner publiquement notre soutien à Isabelle Diu, directrice de l’institution, et à Christophe Langlois, devenu directeur adjoint en 2021, eu égard au travail qu’ils ont accompli depuis leur prise de fonction respectivement en 2011 et 2016, et à rendre hommage au travail effectué par Sophie Lesiewicz, directrice adjointe de 2017 à 2021, en poste depuis 2006.

En tant que professeurs d’université, doctorants, chercheurs, conservateurs, bibliothécaires, archivistes, directeurs de musées et de fondations, commissaires d’exposition, galeristes et experts, en tant qu’écrivains et ayants droit donateurs, nous connaissons bien les locaux de « Doucet » où nous avons toujours été bien accueillis. Notre expérience du lieu et nos échanges avec l’équipe de direction ne correspondent en rien à ce qu’évoque l’article. 

La bibliothèque Littéraire Jacques Doucet (BLJD) a évolué de manière extrêmement positive sous l’impulsion de sa nouvelle directrice Isabelle Diu. Notices de catalogue, signalement des collections dans SUDOC (imprimés) ou CALAMES (manuscrits), numérisation de manuscrits et de livres d’artistes, ont mis à disposition des chercheurs des références et des documents inestimables sur la création littéraire et éditoriale. Les ressources numériques concernant les livres d’artistes - fruit du travail de Sophie Lesiewicz - sont d’une qualité technique qui montre le degré d’exigence des responsables. Nombre de programmes de recherche en ont bénéficié.

Citons le programme financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) « Le Livre : espace de création - XIXe-XXIe » dont la BLJD et Paris 3 étaient partenaires de 2011 à 2014, et que ces deux institutions ont prolongé dans le projet « LivrEsC », « HyperApollinaire » et le projet Ponge du Laboratoire d’Excellence (Labex ) OBVIL de Paris 4, ou encore le projet également financé par l’ANR « CINÉ08-19 » de la Sorbonne Nouvelle, portant sur l’histoire du cinéma en France de 1908 à 1919. De ces programmes ont découlé des partenariats entre les laboratoires universitaires et « Doucet » et des réalisations ou publications scientifiques de grande tenue.

Ni Isabelle Diu, ni Sophie Lesiewicz n’ont ménagé leur peine. Elles ont accueilli chercheurs et étudiants à la Bibliothèque pour montrer et expliquer les fonds, soulever avec eux les questions d’acquisition et de conservation. Elles ont participé à nos séminaires de Master et de Doctorat, y apportant leur expertise ; elles ont rédigé des présentations et recensements, collaborant à l’organisation de colloques et à des publications importantes, stimulant des explorations scientifiques nouvelles et inventives. 

En voici deux exemples : en novembre 2017, Isabelle Diu, Sophie Lesiewicz et Candice Nivette (webmestre et archiviste contractuelle à la BLJD) ont accompagné l’organisation d’un colloque sur Desnos sous l’égide de Paris 3. Elles sont intervenues notamment dans l’atelier « Que demandons-nous aux manuscrits numérisés ? ». Depuis 2021, Isabelle Diu co-anime dans le même cadre un séminaire sur « Éditer la poésie - XIXe-XXe siècles » qui s’est clos en juin 2022 par un colloque consacré aux poètes éditeurs. 

Notons que toutes ces dernières années, de nombreux fonds d’archives ont intégré la Bibliothèque Doucet. Citons l’entrée de Jean Echenoz, Laurent Mauvignier, Marcelin Pleynet, Guy Goffette, Pierre et Ilse Garnier et Jorge Semprun, ainsi que l’enrichissement des fonds Vercors et Claude Simon. Des fonds de maisons d’édition ont également été accueillis en cohérence avec les thématiques de Doucet comme ceux de La Délirante (éditeur de poésie), des Éditions Écarts (livres d’artistes), et de l’Atelier des Grames (éditeur de livres-objets). Cet énorme travail, dévoreur en temps et en espace, a été réalisé rapidement, par une équipe réduite, et doit être porté au crédit de la direction et de ses adjoints. L’entrée de ces fonds et leur mise à disposition ont renforcé l’institution en renouvelant son attractivité.

Contrairement au tableau dressé dans l'article, sur la foi du témoignage d'un seul usager nostalgique d’un fonctionnement d’un autre siècle, la Bibliothèque Doucet est devenue un lieu de conservation vivant, ouvert aux nouvelles formes de diffusion et d’usage des archives. Tous, chercheurs et commissaires d’exposition, nous pouvons témoigner du professionnalisme de l’équipe de direction.

De nombreuses institutions culturelles en ont fait l’expérience à l’occasion d’expositions et par le canal des emprunts. Citons « Dadaglobe reconstructed » en partenariat avec le Kunsthaus de Zürich et le Moma de New-York (2016); « Jean Echenoz, romans, rotor / stator » au Centre Pompidou (2017); « André Frénaud le Très- Vivant » à la galerie du CROUS à Paris (2017) ; « Paul Claudel, voyage dans l'espace des livres » en partenariat avec la Bibliothèque Sainte-Geneviève et la Bibliothèque Sainte-Barbe (2018) ; « René Char, l'homme qui marche dans un rayon de soleil » avec le Musée Angladon d'Avignon (2018) ; « L'Invention du surréalisme » avec la BnF (2020) ; « Nadja, un itinéraire surréaliste » avec le Musée des Beaux-Arts de Rouen (2022) ; « Matisse, le désir de la ligne » avec le Musée Angladon d’Avignon (2022). La Bibliothèque Doucet a aussi été partie prenante de l’exposition « Ils y viennent tous... au cinéma ! L’essor d’un spectacle populaire (1908-1919) » aux Archives départementales de la Gironde à Bordeaux (2022).

Actuellement des dessins de Nadja sont exposés à la Biennale d'art de Venise et d’autres prêtés pour l’exposition Dufy au Palazzo Cipolla à Rome. Enfin, nous le rappelons, le bureau d’André Breton est exposé depuis près de dix ans devant les œuvres d’art du “mur Breton”, au Musée National d’Art Moderne, à la suite d’un dépôt permanent de la BLJD. 

Est-il besoin de préciser que préparer une exposition est aussi un geste scientifique, et qui se poursuit dans l’édition de catalogues et opus, puis dans la mise en ligne comme pour les expositions sur Pierre Bettencourt, André Suarez et André Frénaud ? En répondant aux invitations et aux demandes de prêts, la Bibliothèque Doucet fait valoir la richesse de ses fonds, rendant ainsi honneur aux déposants, à leurs ayants droit et aux chercheurs. 

Isabelle Diu a mené une politique patrimoniale intelligente et ambitieuse, une politique du gagnant-gagnant pour tous. Outre le catalogage et l’enrichissement des fonds, leur transmission a été au cœur de cette politique. Des stagiaires, des étudiants de Master et des doctorants d’universités ont été formés à la manipulation d’archives, à la lecture de manuscrits, à la fouille de dossiers, à la numérisation de manuscrits, ce qui a utilement étendu leurs compétences professionnelles.

À titre d’exemple, avec l’appui d’Isabelle Diu, une jeune chercheuse a procédé en 2018-2019 à la numérisation de manuscrits d’André Frénaud dans le cadre du consortium Cahier, assurant la promotion du fonds en même temps que la sienne propre au bénéfice du laboratoire qui l’a recrutée. 

La Bibliothèque Doucet sous l’autorité d’Isabelle Diu et de ses adjoints a stimulé les fouilles de toutes sortes, a suscité de nouveaux sujets de mémoire et de thèse, de nouvelles vocations en recherche, et de nouveaux projets ont émergé. Les chercheurs ont apporté leur expertise scientifique et ont aussi valorisé les fonds. Ils ont pu, dans des cadres formalisés, associer leurs efforts et ceux de leurs laboratoires à l’entreprise de numérisation, rendant un service inestimable à tous dans le monde. 

Ce sont ces professionnels dont nous connaissons la valeur et le sens des responsabilités, ce sont ces efforts et ces travaux qui suscitent le respect, que l’article du Monde du 17 octobre dernier a anéantis aux yeux du grand public, avec une partialité dévastatrice. Au mépris de la présomption d’innocence, le nom de Sophie Lesiewicz a été jeté en pâture au grand public, l’accusant lourdement et selon un scénario univoque. Le geste désespéré de cette jeune femme, mère d’une petite fille de 9 ans, suggère d’abord son épuisement face à un harcèlement trop longtemps subi.

Les enquêtes en cours établiront les faits. Il nous importe quant à nous d’exprimer notre reconnaissance du travail de Sophie Lesiewicz. Et nous le disons tout net : c’est un fleuron de la recherche française qui vient de disparaître. Cette jeune conservatrice était en même temps une chercheuse remarquable et singulièrement créative. Elle conjuguait plusieurs disciplines et compétences.

Elle a été notamment une des maîtres d’œuvre de l’extraordinaire projet « LivrEsC » ou « Livre espace de création» dont l’objectif était de numériser des ouvrages remarquables par leur typographie et leur mise en page. Le but poursuivi était de renouveler les approches du livre de création à l’époque moderne et contemporaine en mêlant l’histoire du livre, la bibliographie matérielle, l’histoire de l’art et les études littéraires. Ces orientations théoriques ont nourri sa thèse sur « Le “livre (typo)graphique”, de 1890 à nos jours », recherche portant sur plus de 500 ouvrages de 224 auteurs différents, thèse qui a suscité l'admiration unanime de tous les examinateurs. Elle y invente un nouvel objet de l'historiographie éditoriale.

Peu de conservateurs déploient autant d'énergie et de talent que Sophie Lesiewicz pour enrichir la connaissance et l'analyse scientifiques du livre moderne et contemporain, en plus des missions de préservation et de diffusion des collections dont ils ont la charge. Pour notre communauté de chercheurs et pour le monde des bibliothèques et des conservateurs, la perte de Sophie Lesiewicz est irréparable. 

Nous témoignons que dans le cadre des collaborations nourries que nous avons eues depuis 2011 avec la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet, Isabelle Diu, Sophie Lesiewicz, Christophe Langlois et leurs proches collaborateurs ont mené leur mission de service public de manière exemplaire. 

Nous vous remercions, Monsieur le Recteur, de l’attention que vous voudrez bien porter à notre témoignage. 

Premiers signataires : 

Bernard Alligand, Artiste, peintre, graveur, livres d'artistes

Carole Aurouet, Maîtresse de conférences, Habilitée à diriger des recherches à l'Université Gustave Eiffel, spécialiste de littérature et de cinéma

Coralie Barbe, Restauratrice du patrimoine, Paris, Ancienne pensionnaire de l’Académie de France à Rome, Villa Médicis 2020-2021

Loïc Bertrand, Professeur de chaire supérieure, lettres et latin, Prépa Chartes, Lycée Henri IV

Jacqueline Bigallet, Présidente de l’Association des amis de la Maison Ravier (Morestel) 

Violaine Bonzon, Ayant-droit Claudel

Michael Caine, MA Royal Collège of Art, Professeur Typographie École Estienne, Éditions Petropolis - Paris Florence

Calame-Levert, Conservateur en chef du patrimoine, en charge des collections modernes et contemporaines, Musée des Beaux-Arts de Rouen, co-commissaire de « Nadja, un itinéraire surréaliste »

Mireille Calle-Gruber, Professeur, Université Sorbonne Nouvelle, Ayant droit moral pour l'œuvre de Claude Simon

Laurence Campa, Professeur de littérature française du 20e siècle, Université Paris Nanterre.

Elsa Camus, Bibliothécaire (contractuelle à la BLJD 2013-2014)

Pierre Caye, Directeur de recherche au CNRS, Directeur du Centre Jean-Pépin (UMR 8230, ENS Ulm-CNRS-PSL)

Jean-Marc Chatelain, Directeur de la Réserve des livres rares de la BnF, Commissaire exposition Baudelaire

Martine Colin-Picon, Ayant droit moral pour l'œuvre de Gaëtan Picon

Michael de Saint-Chéron, Donateur (fonds Malraux, Président du Centre international de recherche André Malraux (CIRAM), Président du comité 10 de la SMLH (Société des membres de la Légion d’honneur)

Roselyne de Villeneuve, MCF en stylistique du XIXe siècle, Sorbonne Université

Béatrice Didier, Professeur d’Université honoraire ENS Ulm, spécialiste de littérature française du XIXe siècle.

Joëlle Ducos, Professeur Paris Sorbonne, directrice de l’UFR de Langue française (2018-2020)

Jacques Dürrenmatt, Professeur de philologie, poétique et stylistique, Sorbonne Université, organisateur d'un séminaire commun entre la Sorbonne et la BLJD

Sün Evrard, Artiste de la reliure, donatrice

Christiane Fortin, Lectrice, Professeur documentaliste retraitée

Jacques Fraenkel, Ayant droit de Robert Desnos

Marianne Froye, Maître de conférences Université de Franche-Comté, spécialiste d'André Frénaud, porteuse du projet "Frénaud numérique" et co-commissaire de l’exposition « Frénaud le Très Vivant »

Jean-Michel Galland, Docteur en Histoire, École nationale des chartes - journée d'étude organisée par Sophie Lesiewicz et Anne-Christine Royère à la Bibliothèque de l'Arsenal.

Violette Garnier, Ayant-droit de Pierre et Ilse Garnier

Christophe Gauthier, Professeur d'histoire du livre et des médias (XIXe-XXIe s.) à l’École nationale des chartes

Emmanuel Godo, Professeur de lettres au lycée Henri-IV, écrivain et poète

Guy Goffette, Donateur de ses archives

Pierre Jourde, Écrivain, Professeur émérite à l’université de Grenoble-Alpes

Anthony JP Meyer, Antiquaire/Expert, Galerie Meyer - Oceanic & Eskimo Art. Membre du Comité Scientifique André Breton

Sophie Kimenau, Directrice du Lieu d'Europe, Strasbourg - exposition Tzara au Musée d’art moderne de la ville de Strasbourg

Dominique Landman, Ayant droit de Jorge Semprun

Lauren Laz, Directrice du Musée Angladon-Collection Jacques Doucet, Avignon - Plusieurs expositions dont René Char, Man Ray, Matisse

Fabienne Le Bars, BnF, Réserve des livres rares. Adjointe au directeur

Anne Le Diberder, Directrice de la Maison-atelier Foujita

Serge Linares, Professeur de littérature française contemporaine, Université Sorbonne Nouvelle.

Jean Lissarague, Auteur, animateur fondateur des Éditions Écarts, donateur des archives du fond Écarts

Alexandre Mare, Directeur de la Galerie Duchamp, Centre d’art contemporain d’intérêt national, Yvetot, Commissaire d'exposition et chercheur. Commissaire de l’exposition Nadja à Rouen

Didier Mathieu, Directeur du Centre des livres d'artistes

Monique Mathieu-Frénaud, Artiste de la reliure, ayant droit d’André Frénaud

Laurent Mauvignier, Ecrivain, donateur de ses archives

Catherine Mayaux, Professeur émérite, spécialiste de littérature française contemporaine, CY Cergy Paris Université ; Co-commissaire d’exposition « Frénaud le Très Vivant » ; « Claudel et Saint-John Perse ».

Barbara Meazzi, Professeur de littérature italienne (futurisme et avant-gardes), Université Côte d'Azur

Martin Mégevand, MCF, Université Paris 8, Correspondant pour le fonds Robert Pinget, Rédacteur en chef de la revue « Littérature »

François Michaud, Directeur de la Bibliothèque Sainte-Geneviève - exposition Paul Claudel, colloque « les poètes éditeurs de poésie »

Emmanuelle Minault-Richomme, Directrice des bibliothèques de Reims - colloque et journées d’études en partenariat avec la BLJD et l’université de Reims

Marie Minssieux-Chamonard, Conservatrice en chef, responsable des collections XXe-XXIe siècles à la Réserve des livres rares, BnF 

Jean-Yves Mollier, Professeur émérite d’histoire contemporaine, Université Paris Saclay/Versailles Saint- Quentin, directeur de la thèse de Sophie Lesiewicz

Marie-Victoire Nantet, Ayant droit de Paul Claudel

Elisabeth Parinet, Professeur émérite d'histoire du livre et des médias, École nationale des chartes

Olivier Piveteau, enseignant, docteur (thèse en littérature comparée Paris IV Sorbonne) et chercheur, Président de l'association Les Amis de Milosz 

Marie-Françoise Quignard, Conservatrice en chef honoraire à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France

Francesco Rapazzini, écrivain

Peter Read, Professeur émérite, Université du Kent 

Annie Renonciat, Professeur honoraire des universités, École normale supérieure de Lyon

Suzanne Robichon, Essayiste et éditrice, spécialiste de Natalie Clifford Barney,

Anne-Christine Royère, Maîtresse de Conférences en Littérature, Histoire et métiers du livre, Université de Reims Champagne-Ardenne

Marc Scherer, Directeur scientifique de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, exposition Paul Claudel, colloque
« les poètes éditeurs de poésie »

Peter Schnyder, Président de la Fondation Catherine Gide

Julien Schuh, Maître de Conférences, Littérature du XIXe siècle, fin de siècle et d’avant-garde, Université de Paris Nanterre

Anne Simonin, Directeur de recherche au CNRS (CESPRA -EHESS).

Emmanuël Souchier, Professeur émérite, Lettres, Sorbonne Université - Celsa

Evanghélia Stead, Professeur de littérature comparée et de culture de l’imprimé, Université Versailles Saint- Quentin

Bérénice Stoll, Conservatrice en chef à la Réserve des livres rares de la BnF- co-commissaire de l’exposition Invention du surréalisme à la BnF

Patricia Sustrac, Présidente des amis de Max Jacob, donateur fonds Max Jacob.

Cecilia Suzzoni, Professeur de lettres

Gaëlle Théval, Université de Rouen / Chercheuse membre - laboratoire MARGE (Université Lyon 3) Chercheuse associée - UMR THALIM (CNRS-Université Paris 3-Sorbonne nouvelle-ENS) / membre du programme ANR LEC, bibliothèque numérique Livresc / Co-éditrice, avec Sophie Lesiewicz et Hélène Campaignolle-Catel, des ouvrages : Livre/Poésie : une histoire en pratique(s) (Cendres, 2016) et Livre/Typographie : une histoire en pratique(s) (Cendres, 2020)

Christophe Thomet, Chef du service du développement des collections à la Bibliothèque de l'INHA

Jérôme Trollet, Président des amis de Vialatte

Hélène Védrine, Maître de conférences en littérature française, Sorbonne Université

Laurent Véray, Professeur en études cinématographiques, Université Sorbonne-Nouvelle, porteur de l'ANR Ciné08-19

Olivier Wagner, Conservateur au département des manuscrits de la BnF - co-commissaire de l’exposition Invention du surréalisme à la BnF

Photographie : Bibliothèque littéraire Jacques Doucet

 
 
 

21 Commentaires

 

Simon Dominique

16/11/2022 à 10:34

Merci d'avoir partagé cet article témoignage.

Jean-Michel Burille

16/11/2022 à 10:46

"Nous avons lu avec stupéfaction l’article publié dans Le Monde le 17 octobre dernier (édition papier datée du 19 octobre)"
Stupéfaction un peu tardive vu que les faits avaient été évoqués dans Le Canard enchaîné en avril 2018 puis Le Figaro quelques jours plus tard et qu'une mission de l'Inspection générale des bibliothèques avait la même année relever de graves dysfonctionnements à la BLJD. Dysfonctionnements dont on n'a pu connaître l'étendue et la nature vu que la ministre en charge a choisi malgré les demandes du SNASUB de ne pas rendre public le rapport dont on peut avoir une idée à travers le bilan annuel de l'IGB.

"nous tenons à témoigner publiquement notre soutien à Isabelle Diu, directrice de l’institution, et à Christophe Langlois, devenu directeur adjoint en 2021"
et... ? pas un mot sur les lanceurs d'alerte ? Pourtant l'article du Monde évoque largement des faits qui caractériseraient une situation de harcèlement sils venaient à être confirmés par les juridictions compétentes. Sophie Lesiewicz n'est certainement pas la seule victime de l'affaire Doucet.

Ni "professeurs d’université, doctorants, chercheurs, conservateurs, bibliothécaires, archivistes, directeurs de musées et de fondations, commissaires d’exposition, galeristes et experts ... écrivains et ayants droit donateurs" juste bibliothécaire assistant spécialisé exerçant à la bibliothèque Sainte-Geneviève (qui partage les locaux avec la BLJD).

Jean-Michel Burille

Al Capone

17/11/2022 à 12:14

Le lobby de l'entre soi et de l'impunité joue en défense. Il n'y aura pas de sanction judiciaire, ou bien symbolique et dans dix ans, puisqu'on a un bouc émissaire décédé pour sauver les autres.

El Jo de la Vega

17/11/2022 à 21:32

Ce drame met sous les feux de la rampe l'intenable ambivalence du statut des conservateurs, qu'ils soient des bibliothèques comme du patrimoine. Leur recrutement et leur formation sont centrés sur les critères scientifiques qui sont leur cœur de métier. Mais les institutions qui les emploient les évaluent principalement sur des critères managériaux, auxquels ils ne sont pas préparés, ni même, pour les plus hautement qualifiés d'entre eux, adaptés. On ne peut attendre de la même personne qu'elle soit à la fois un chercheur de haut niveau, apte à satisfaire les attentes d'autres chercheurs de haut niveau ET un as du la GRH et du commandement de simples magasiniers. Sophie Lesiewicz aura été l'albatros de Baudelaire. QUAND les institutions se décideront-elles à faire doubler les personnels scientifiques que sont les conservateurs, par des cadres administratifs rompus à l'art du commandement (c'est à dessein que j'use de cette expression toute militaire). Institution scientifique, une grande bibliothèque de conservation a besoin de distinguer "master" et "commander" à son bord. Confondre lesdeux sous la même casquette c'est institutionnaliser l'injonction paradoxale. A Doucet, beaucoup en ont souffert, Sophie Lesiewicz en est morte. "Chacun son métier, les vaches seront bien gardées".

Al Capone

18/11/2022 à 09:49

Belle tentative pour reporter sur les conditions d'ensemble et le système de formation la responsabilité des intéressé(e)s dans une affaire d'affranchissement des règles qui s'appliquent à la gestion du patrimoine public, de mélange des genres et éventuellement du tien et du mien, et du côté de la direction, pour le moins, d'un échec dans l'exercice de la responsabilité vis à vis des agissements des agents placés sous votre autorité hiérarchique. D'autre part, les conservateurs, sont formés à l'exercice de la gestion administrative et budgétaire autant qu'aux aspects scientifiques de leur métier, et depuis longtemps, et votre proposition d'y substituer dans les fonctions de responsabilité de service des "cadres administratifs rompus au commandement", sans doute des énarques ou simili-énarques, ou ce qui les remplacera, ne ferait qu'éradiquer une culture professionnelle et procurer une nouvelle extension de débouchés à ceux-ci qui colonisent déjà tous les étages de l'appareil culturel. J'ai vu à l’œuvre un certain nombre de ces courtisans spécialistes du turnover et du carnet d'adresse (toujours un œil sur le prochain poste), à la pensée à la fois formatée et inconsistante (faute de bagage scientifique) et je peux vous dire qu'à part eux personne n'y gagnerait. Et dans le cas qui nous intéresse, l'alerte est venue du bas ...

El Jo de la Vega

18/11/2022 à 11:20

Il ne s'agit pas d'exonérer la direction de Doucet des conséquences de son mépris du Code du Patrimoine, dont elle devra répondre devant la Justice. Par ailleurs, étant moi-même conservateur, je confirme que L'ENSSIB passait (de mon temps) la formation juridique des conservateurs PAR DESSUS LA JAMBE. Pour ce qui est de Mme Lesiewicz, je ne l'ai quasiment pas connue, bien qu'elle fût de ma promotion: c'était une personne extrêmement discrète, pour ne pas dire timide. Elle vivait son engagement professionnel comme une vocation religieuse. C'est EXACTEMENT le profil de personne qui, ne sachant dire NON, devient la proie des harceleurs tels que les définit Marie-France Hirigoyen. Car le scandale du trafic de legs ne doit pas occulter l'autre scandale: Celui du harcèlement moral systémique. Je répète que, quels que soient les défauts des cadres administratifs qu'accable partialement "Al Capone", ils sont beaucoup plus aptes à gérer les ressources humaines que des conservateurs docteurs en histoire de l'art, qui partagent avec leurs usagers universitaires une haute exigence culturelle, sans bénéficier de leur statut hyper-protecteur. En ce qui concerne mon humble personne, je viens de décliner une offre de poste de conservateur que me faisait une grande bibliothèque patrimoniale. Sous le titre flatteur de "responsable des services aux publics", je n'y aurais tenu qu'un rôle de gendarme J'ai donc conseillé à sa Direction de requalifier ce poste dans la filière administrative, particulièrement au grade d'Attaché principal, pourvu d'une forte expérience d'encadrement, notamment de personnels ouvriers fortement syndicalisés. Comment voulez-vous que des érudis s'en sortent avec ce milieu qui leur est parfaitement étranger? Je persiste et signe à citer le vieux Florian: chacun son métier, les vaches seront bien gardées.

Al Capone

18/11/2022 à 12:01

Pour les chartistes, on ne peut pas grand chose, étant donné l'endogamie de leur recrutement héréditaire dans les milieux traditionalistes,mais ils ne sont qu'une infime minorité. Il n'y plus guère que là qu'on fait des études d'histoire de l'art. Les autres conservateurs que j'ai côtoyés aussi ont ou avaient des profils diversifiés et une éthique et des compétences de fonctionnaires gestionnaires, et l'assumaient. Quant à Doucet, le harcèlement semble avoir fonctionné surtout du haut vers la bas.

Al Capone

18/11/2022 à 10:19

Petit rappel des faits établis (voir articles précédents) entre deux remises de certificats de bonne moralité : à la bibliothèque Doucet, des pièces arrivées dans les collections publiques par legs ont été vendues sur le marché dans des conditions opaques en utilisant des prête noms. Les lanceurs d'alerte du bas de l'échelle ont en butte à des pressions et à des représailles de la part de la hiérarchie, qui a bénéficié d'une impunité prolongée.

Antoine Jaccottet

18/11/2022 à 11:45

Ainsi, si l'on comprend bien ce texte, ne pas ménager sa peine et faire son travail ou, plus encore, « être un fleuron de la recherche française » pourrait vous dispenser de toute honnêteté. Ne serait-il pas plus sage, et surtout plus honnête, d'attendre les décisions de la justice avant de lancer une pétition de soutien signée par des personnes qui ignorent ce qui s'est réellement passé ?

CVB

18/11/2022 à 11:54

A ma connaissance, les personnes mises en cause dans cette affaire n'ont pas porté plainte pour diffamation. Pourquoi ?

El Jo de la Vega

18/11/2022 à 13:04

Une fois de plus, il ne s'agit pas d'exonérer la Direction de la bibliothèque de ses turpitudes. Il s'agit simplement de lutter contre tous les corporatismes, tous sources d'abus: celui des conservateurs comme celui des universitaires (ces derniers, bénéficiant d'un statut d'"intouchables", se permettent en effet d'ignorer l'enquête judiciaire en cours. Ils sont du même tonneau que les Chartistes que vous dénoncez, toute sensibilité politique égale d'ailleurs). Je persiste une fois de plus à affirmer qu'un conservateur de bibliothèque est et doit rester un personnel scientifique avant tout et que le management d'équipes importantes doit échoir en première ligne à des administratifs. Les bibliothèques n'ont pas vocation à être les sanctuaires d'un clergé culturel. c'est particulièrement vrai pour les conservateurs d'Etat: l'INET se charge bien mieux que l'ENSSIB de la formation réglementaire des conservateurs territoriaux. Mais au temps du "tout-ENSSIB, celle-ci se drapait dans un discours scientiste (bien plus que réellement scientifique), faisant fi des "bassesses" réglementaires. Les promotions qui ont subi ce prêchi-prêcha sont arrivées désarmées en plein terrain miné. Il nous a fallu du temps et du tourment pour surmonter ces lacunes initiales.
Ayant dit ce que j'avais à dire, je ne considère plus nécessaire de prendre part à ce débat, qui risque fort de déraper. Il n'y a pas LES conservateurs, LES chartistes, LES administrateurs, LES énarques. Il y a seulement DES gens, qui ont plus ou moins de force de caractère pour résister à ce mal bien français qu'est l'esprit de corps, pour ne pas dire de caste!

AZE

18/11/2022 à 12:42

Merci infiniment de mettre du sentiment humain là où malheureusement il avait été totalement omis.
Seul regret que cette tribune qui témoigne du travail accompli et de la valeur professionnelle des personnes mises en cause ne soit pas publiée dans le journal Le Monde.
Et comme le signifiait de manière magistrale un commentaire de l'article sur l'affaire de la Bibliothèque Littéraire Jacques Doucet, publié dans ce même journal, pour toutes autres considérations, attendons patiemment les lumières d'une enquête véritable.
Citation : "Approximations, amalgames, informations parcellaires, conclusions hâtives, ignorance du fonctionnement d'une bibliothèque patrimoniale comme de la nature exacte du legs, rumeurs, fantasmes bref, rien de tangible, sinon le règne de l'opinion. Même les quelques voix mesurées cherchant à rétablir un semblant d'équilibre sont aussitôt taxées de corporatisme si ce n'est pire. La mort tragique d'une jeune femme devrait pourtant nous inciter tous à la prudence. Et si on laissait la police enquêter avant de se ruer sur nos claviers? Attendons le rapport établissant les faits, basé sur une enquête en profondeur auprès de tous les acteurs de cette triste affaire..."


RTY

18/11/2022 à 14:03

Tous n'ont pas forcément loisir d'attendre "patiemment les lumières d'une enquête véritable" notamment les usagers et surtout les agents qui ont dénoncé les faits de harcèlement commis par la direction. Agents qui ont alerté il y a longtemps la chancellerie et le ministère sans susciter autre chose que de l'indifférence. Au mieux. L'action pénale en cours ne dispense pas l'administration de conduire sa propre enquête sur les faits évoqués et sur ses abstentions passées. Il serait pertinent de mettre en place une inspection indépendante (professionnels de la gestion, de la culture, représentants syndicaux...) pour examiner comment le recteur -aujourd'hui ambassadeur en Autriche- et de la ministre ESR informé il y a quelques années des disparitions de pièces du legs Bélias et des situations de harcèlement ont géré l'affaire.

Elliot Ness

18/11/2022 à 16:31

D’expérience, il y a quatre types principaux de voleurs en bibliothèque

Les idiots, qui se font attraper à la sortie parce qu’ils dégradé le code barre en pensant déjouer ainsi le système antivol. Ceux-là volent parce qu’ils pensent que c’est facile et que c’est plus simple de se servir que d’en passer par une inscription, ou bien parce qu’ils sont exclus du prêt, soit parce qu’ils ont déjà des ouvrages en retard, soit parce que la bibliothèque ne prête pas, ou pas à la catégorie de public à laquelle ils appartiennent. D’une certaine façon ils sont fabriqués par les règles restrictives mises en place par la bibliothèque, et sensibles aux mesures de dissuasion mises en œuvre par le personnel, comme la réponse systématique aux alarmes antivol.

Les voleurs par nécessité, fréquents dans les filières juridiques et médicales des bibliothèques universitaires, les plus pillées, qui volent pour remédier aux limites de la bibliothèque quand ils tombent sur un ouvrage rarement disponible care très demandé, et pensent aussi se donner ainsi un avantage sur leurs condisciples dans un contexte très concurrentiel en les privant de l’ouvrage en question. Ce sont des gens qui n’aiment pas le collectivisme bibliothécaire et refusent de se plier aux règles égalitaires de la propriété collective.

Les professionnels du vol qui volent pour revendre, ce qui supposent de bien connaître le fonctionnement de la bibliothèque et de disposer d’une connaissance du marché et d’un accès à celui-ci, complicités comprises. Ils sont rares mais extrêmement nocifs parce que quand ils s’y prennent bien ils sont pris après avoir écoulé de gros volumes de documents irremplaçables. Ils opèrent éventuellement à une échelle internationale et parfois sur commande, à un niveau qu’on peut qualifier de criminalité organisée, comme la bande hongroise de six personnes spécialisée dans les cartes anciennes qui avait notamment sévi ans les bibliothèques de Dijon, Besançon, Nancy, Lille, Toulouse, Albi, Narbonne, Coutances entre 2011 et juin 2013, qui alimentait des marchands spécialisés ayant pignon sur rue en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis et qui a été jugée en 2018 après une prise douanière et une enquête.

Les intouchables, les voleurs de droit divin qui privatisent pour leur compte un bien collectif parce qu’ils le valent bien en utilisant les facilités et privilèges conférés par leur statut, comme l’accès aux magasins (personnel et usagers privilégiés), l’exemption des règles de prêt habituel, en volume et en durée et des sanctions prévues dans le cas de leur non respect, qui ne s’appliquent qu’au commun des mortels et pas aux notables ou aux membres de l’institution. J’ai pu constater en travaillant sur la collection de livre qu’il avait généreusement léguée à la France (qui l’avait déposée à la bibliothèque municipale de Nevers) que François Mitterrand était de ceux-là, puisque j’ai retrouvé dans cette collection des ouvrages de la bibliothèque Jacques Doucet, justement. Je ne sais pas s’ils se les étaient fait livrer par un motard de la gendarmerie ou s’il les avait obtenus dans le cadre d’une liaison extraconjugale et c’était avant Madame Diu. Je l’ai signalé sans suite connue de moi à l’inspection générale. J’ai fait une autre expérience de ce genre avec le legs de la collection de livres d’un professeur des universités dont sa famille ne savait que faire, ce qui a permis le retour des documents après de longues années d'indisponibilité pour le public.
Au croisement de cette catégorie (ce ne sont pas des voleurs professionnels), et de la précédente (le butin est parfois écoulé sur le marché de l’art), je mets les vols commis par des conservateurs, comme ceux commis par le conservateur en chef et responsable du fonds de manuscrits hébraïques à la BNF, mis en examen pour « vol aggravé» le 30 juillet 2004, accusé du vol accusé du vol de 147 volumes (145 imprimés, deux manuscrits), puis finalement condamné pour la seule soustraction du manuscrit hébreu 52, en première instance et en appel, puis admis à faire valoir ses droits à la retraite en 2008 après avoir purgé sa peine. Après avoir avoué dans un moment de faiblesse il avait clamé son innocence, plaidé l’arrangement de bonne foi (expliquant avoir permis la délivrance d'un bon de sortie de ce manuscrit "pour rendre service à un ami" qui lui avait permis d'acquérir, en 1998, un manuscrit médiéval du 14e siècle, ce qui rappelle quelque chose), crié au complot. Il avait bénéficié du soutien public de conservateurs et de chercheurs du sérail sous forme d’une pétition en 2006. Si celle-ci n’a pas été volée on peut la consulter dans le fonds des Archives de la directrice générale de la BNF Agnès Saal (1998-2006) (cote 2006/050/023/101-2006/050/028, sous unité de description 2006/050/001-2006/050/028)


Jean-Michel Burille

19/11/2022 à 17:58

La longue enquête de Victor Castanet sur les œuvres qui disparaissent de la BLJD publiée dans Le Monde du 19 octobre gêne considérablement le milieu des bibliothèques patrimoniales.
D'abord un long courrier adressé au Recteur-Chancelier par l'une des personnes mise en cause mais qui fuite immédiatement sur des réseaux professionnels. Où elle circule toujours sous le manteau non pour son caractère licencieux mais plus probablement pour ne pas risquer de poursuite en diffamation. Une lettre d'ailleurs sympathique car autant le contenu et le style sont périssables autant on rit en découvrant des tentatives d’"assassinat par voie de presse" commises par des employés d'une "incompétence crasse", "champion du retard", "misogyne", "écrivain fanfaron" mais "bénéficiant d'une impunité", on frémit presque à l'évocation d'une photographie de nu interrogeant sur les mœurs de ce club". Bref on rit avant de se rappeler que l'auteur exerce une responsabilité hiérarchique sur les agents qu'il décrit ainsi, que les appels à l'aide de ces agents subordonnés n'ont jamais été entendus et qu'il y a un mois une personne s'est suicidé.
Dans un papier "Le Monde face au drame du suicide d'une mise en cause" publié le 26 octobre, "Arrêt sur images" évoque ce courrier qui dénonce une ambiance délétère sans donner aucun élément précis concernant les soupçons qui pèsent sur son l'ancienne directrice-adjointe mais dont l'auteur n'a pas souhaité répondre aux sollicitations d'ASI.
Mais après cette initiative individuelle, un premier jet aussi malodorant qu'inutile, arrive les salves. Un appel est fait pour que les généraux montent en première ligne. Un comité de soutien se forme afin de "témoigner de la qualité irréprochable et de l’exigence intellectuelle des collaborations qu’ils ont eues depuis 2011 (date de la prise de fonction comme directrice d’Isabelle Diu) avec cette institution". Avec la vocation de
- d’apporter un soutien moral aux personnes atteintes par des accusations diffusées par voie de presse au mépris des enquêtes administratives et judiciaires en cours et de le faire savoir par la publication commune des noms des membres de ce comité (notamment sur un site dédié) ;
- de faire valoir la confiance de ses membres en l’équipe dirigée par Isabelle Diu depuis 2011, et plus généralement en l’institution exceptionnelle que représente Doucet dont cette équipe a défendu les intérêts et le rayonnement ;
- de défendre la mémoire de Sophie Lesiewicz, gravement atteinte dans son honneur de professionnelle par des accusations lourdes proférées au mépris de toute déontologie.
Toutes les âmes charitables sont bienvenues, mêmes celles qui "n'ont pas nécessairement eu d’expérience collaborative avec la Bibliothèque Doucet" mais qui bien entendu pourront témoigner ;-)) Comité qui "en aucun cas il n’interférera avec les enquêtes administratives ou judiciaires". Il s'agit de soutien moral à moins que l'on ne puisse faire un don, comité avec cagnotte Leetchi associée ;-)))))
Il est toujours délicat d'évoquer les morts mais je ne suis pas certain que Mme Lesiewicz eut apprécié cette attention posthume de personnes motivées par des intérêts matériels bien plus mesquins et autres relations endogamiques.

Rez

21/11/2022 à 10:24

Un peu dégueu ces faux intellos : noyer des propos a côté de la plaque juste pour, a la fin, quand les lecteurs seront fatigués, défendre de façon improcedente cette femme qui s'est suicidé me semble pathétique. Ils veulent quoi en fait? Marquer un point envers le ministère, la hiérarchie de l'université ?

Car franchement je ne doute un seul moment que cette dame décédée aie fait tout ce qui est décrit dans cette note de service (des actions pour lesquelles elle était payée avec notre argent) mais s'attaquer à un média d'information juste parce qu'il a aussi fait son boulot d'informer que sa mère s'amusait a vendre aux enchères des objets et documents de oa bibliothèque (et que j'espère elle dort en prison depuis l'apparition de l'article) est infecte.

Elle peut suicider tout ce qu'elle veut (et franchement petite pensée pour sa famille) mais utiliser cela pour justifier le vol de biens communs c'est un refus de pensée et une indignité dignes des loas à Pétain et Hitler en raison des hôpitaux et autoroutes construites sous ses régimes.

Jean-Michel Burille

21/11/2022 à 15:31

La longue enquête de Victor Castanet sur les œuvres qui disparaissent de la BLJD publiée dans Le Monde du 19 octobre gêne considérablement le milieu des bibliothèques patrimoniales.
D'abord un long courrier adressé au Recteur-Chancelier par l'une des personnes mise en cause qui fuite immédiatement sur des réseaux professionnels. Courrier qui circule depuis sous le manteau non pour son caractère licencieux mais plus probablement pour éviter des poursuites en diffamation.
Une lettre d'ailleurs sympathique car autant le contenu et le style sont périssables autant on rit en découvrant des tentatives d’"assassinat par voie de presse" commises par des employés d'une "incompétence crasse", "champion du retard", "misogyne", "écrivain fanfaron" mais "bénéficiant d'une impunité", on frémit presque à l'évocation d'une photographie de nu interrogeant sur les "mœurs de ce club". Bref on rit avant de se rappeler que l'auteur exerce une responsabilité hiérarchique sur les agents qu'il attaque ainsi, que les appels à l'aide de ces personnels subordonnés n'ont jamais été entendus et qu'il y a un mois une personne s'est suicidé.
Dans un papier "Le Monde face au drame du suicide d'une mise en cause" publié le 26 octobre, "Arrêt sur images" évoque ce courrier qui dénonce une ambiance délétère sans donner aucun élément précis concernant les soupçons qui pèsent sur son l'ancienne directrice-adjointe mais dont l'auteur n'a pas souhaité répondre aux sollicitations d'ASI.

Après cette initiative individuelle, un premier jet aussi malodorant qu'inutile, arrivent les salves. Un appel est fait pour que les généraux montent en première ligne. Un comité de soutien est constitué afin de "témoigner de la qualité irréprochable et de l’exigence intellectuelle des collaborations qu’ils ont eues depuis 2011 (date de la prise de fonction comme directrice d’Isabelle Diu) avec cette institution". Avec les objectifs suivants :
- d’apporter un soutien moral aux personnes atteintes par des accusations diffusées par voie de presse au mépris des enquêtes administratives et judiciaires en cours et de le faire savoir par la publication commune des noms des membres de ce comité (notamment sur un site dédié) ;
- de faire valoir la confiance de ses membres en l’équipe dirigée par Isabelle Diu depuis 2011, et plus généralement en l’institution exceptionnelle que représente Doucet dont cette équipe a défendu les intérêts et le rayonnement ;
- de défendre la mémoire de Sophie Lesiewicz, gravement atteinte dans son honneur de professionnelle par des accusations lourdes proférées au mépris de toute déontologie.
Toutes les âmes charitables sont bienvenues, mêmes celles qui "n'ont pas nécessairement eu d’expérience collaborative avec la Bibliothèque Doucet" mais qui bien entendu pourront témoigner ;-)) Comité qui "en aucun cas il n’interférera avec les enquêtes administratives ou judiciaires". Il s'agit de soutien moral à moins que l'on ne puisse faire un don, comité avec cagnotte Leetchi associée ;-)))))

Il est toujours délicat d'évoquer les morts mais je ne suis pas certain que Mme Lesiewicz eut apprécié cette attention posthume de personnes motivées par des relations endogamiques ou intérêts matériels bien plus mesquins.

JBB

22/11/2022 à 12:10

Ainsi donc quatre conservateurs(trices) de la Réserve des livres rares de la BNF + un conservateur du département des manuscrits prennent fait et cause pour une consoeur gravement soupçonnée de vol de livres rares et manuscrits. Notre patrimoine littéraire est entre de bonnes mains !

JMB

23/11/2022 à 08:56

Cette pétition offre une nouvelle illustration d'un esprit de corps -si ce n'est de classe- lamentable de fonctionnaires et autres satellites des mannes étatiques autour de semblables accusés de vol. Ces personnes oublient la gravité des charges pesant sur la direction de la BLJD : non seulement le vol d'œuvres uniques léguées à la bibliothèque mais aussi le harcèlement des personnels ayant dénoncé ces faits.
Si les vols et le harcèlement sont des infractions qui seront examinées par les juridictions compétentes, il n'y a aucun doute sur le contexte de travail à Doucet existant depuis des années alors que quelques agents -magasiniers et contractuels- impavides dénoncent leurs chef.fe.s. Comment la chancellerie a-t-elle pu rester inerte devant un tel contexte ? La question se pose aussi pour le ministère.
Ensuite que les gloires bibliothéconomiques et littéraires dégainent leurs plumes pour rejoindre une tribune oubliant la souffrance des employés qui au quotidien assurent le fonctionnement de la bibliothèque n'est qu'un épiphénomène.
N'est pas Zola qui veut.

Clarisse

24/11/2022 à 09:35

J'ai beau relire, je ne vois nulle réponse aux éléments rapportés par Castanet dans son article du Monde. Les accusations de harcèlement, de vols méritent des réponses qui ne peuvent être balayées par le simple fait d'accomplir les quelques missions pour lesquelles on est rémunérés. Tout ceci est extrêmement triste.

COI

24/11/2022 à 10:22

Euh, faut signer pour pas perdre une perspective de devenir cons. général ? Sinon outre le conflit d'intérêts ici manifeste (les responsables mis en cause ont continué d'encadrer les personnes qui les dénonçaient) je vois nettement une collusion d'intérêts.
Allez on prendra l'ascenseur ensemble ;-))

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Pass Culture : le CNL défend son engagement à l'égard des auteurs

DROIT DE RÉPONSE – Un récent article de ActuaLitte, suite à un communiqué de presse conjoint de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, de la Ligue des auteurs professionnels, le Trait et CAAP, appelait un sérieux correctif. En effet, le Centre national du Livre, mis en cause, propose une offre de Masterclasses du livre et de l’écrit dans le cadre de la part collective du Pass culture, depuis l’ouverture de cette dernière en janvier 2022. Et ce afin de jouer un rôle de facilitateur dans l’organisation de rencontres d’auteurs en milieu scolaire. 

02/12/2022, 10:07

ActuaLitté

Des livres vierges : l'industrie du livre menacée d'asphyxie

Sans une révision de la loi sur le droit d’auteur, l’édition canadienne se trouve devant une page blanche. À ce titre, l'Association nationale des éditeurs de livres, représentant les éditeurs de langue française au Québec et dans le Canada tire la sonnette d'alarme. Et presse le gouvernement d'agir. À ses côtés, plusieurs autres organisations rallient le mouvement.

29/11/2022, 17:24

ActuaLitté

Suisse : recours des librairies Payot auprès du conseil d’État du Valais

Après avoir proposé au service de la culture du Valais de revenir sur les critères qui ont été fixés pour l’opération de soutien aux librairies qu’il a annoncée et lancée le 14 novembre, et qui excluent les librairies Payot du périmètre, Payot SA a décidé de faire recours auprès du Conseil d’État à défaut d’avoir obtenu une réponse satisfaisante. Par Pascal Vandenberghe, PDG de Payot.

29/11/2022, 11:21

ActuaLitté

Iran : la vie de Hossein Ronaghi est en danger

Libérez Hossein Ronaghi ! Le Comité de défense des auteurs en danger du PEN Club français apporte son plein soutien à l'auteur, emprisonné en Iran, et actuellement dans un terrible danger. Antoine Spire, président du Pen Club français et Jean-Philippe Domecq, président au Pen club français du Comité des écrivains persécutés adressent à ActuaLitté une tribune d'importance.

18/11/2022, 14:41

ActuaLitté

Écrire contre la haine et l'intolérance, l’injustice et la barbarie

La liberté d'expression ne connaît pas de frontières, mais, aujourd'hui, elle est en grand danger. En Suisse ou en France, écrire est un acte si simple. Mais, dans de nombreux pays, les auteurs risquent d'être accusés d'espionnage ou considérés comme des ennemis publics. À cause de leurs écrits, leurs paroles, leurs dessins, leurs récits, leurs témoignages, leurs chansons, la liste des écrivains, des journalistes, des blogueurs, des traducteurs, des artistes harcelés, arrêtés, torturés, tués ou contraints à l'exil ne cesse de s’allonger tristement. 

18/11/2022, 09:04

ActuaLitté

Face au péril nucléaire en Ukraine, agir, “avant qu'il ne soit trop tard”

UkraineUnderAttack – « Avant qu'il ne soit trop tard. » Cet appel à la raison et à l'humanisme réunit à cette heure plus de 130 poètes, écrivains, artistes, universitaires et intellectuel(le)s (français mais pas seulement) : toutes et tous l'ont signé afin de mettre en garde l'opinion publique devant le péril nucléaire qui menace en raison de la Guerre en Ukraine. ActuaLitté le propose ici dans son intégralité.

30/10/2022, 14:18

ActuaLitté

La musique en bibliothèque n'est pas “une variable d’ajustement pratique”

L'annonce de la fermeture de la Médiathèque musicale de Nanterre par la municipalité, concrétisée le 2 juillet 2022 mais aussi les disparitions des collections musicales dans certains établissements constituent « des signaux très inquiétants », indique l'ACIM, Association pour la Coopération des professionnels de l'Information Musicale. Dans un texte reproduit ci-dessous, l'organisation rappelle que les supports musicaux restent indispensables en bibliothèque.

14/10/2022, 07:55

ActuaLitté

Crises et climat – Que sème la littérature ?  

Samedi dernier, à l’occasion de ses 20 ans d’existence, l’A*dS, Association des autrices et auteurs de Suisse, invitait à réfléchir lors d’un symposium à Olten à sa propre perception politique et aux potentialités du travail littéraire face aux crises de notre époque. Avec trois conférences, une table ronde et huit ateliers, 75 auteur·ices ont questionné le rôle et la responsabilité de la littérature dans les crises actuelles en analysant des phénomènes tels que la propagande, la censure, les discours emphatiques et la biodiversité dans l’écriture.

05/10/2022, 09:25

ActuaLitté

Affaire Meurice : “plaisanterie insoutenable” et liberté d'expression

Suite à la décision de suspendre la parution d’un ouvrage chez Editis, coécrit par Guillaume Meurice, le Comité directeur du PEN Club français adresse à ActuaLitté un texte. Reproduit ici dans son intégralité, il revient sur ce que beaucoup voient comme un acte de censure.

24/09/2022, 10:34

ActuaLitté

Trump et les archives nationales : le fait du prince

L’association des archivistes français (AAF) réagit suite au contentieux qui oppose le département de la Justice les archives nationales des USA à Donald Trump, au sujet de documents présidentiels : en contravention de la législation fédérale, ils n’auraient pas été remis aux archives en 2021, à la fin de son mandat. Suite à la perquisition conduite par le FBI dans la résidence personnelle de l’ancien président en Floride où ont été découverts des documents présidentiels, les Archives nationales américaines ont fait l’objet d’attaques répétées – accusées de corruption et de conspiration.

16/09/2022, 09:29

ActuaLitté

Cession de Chapitre.com : quel sort réservé aux auteurs ?

Parmi les créanciers de Chapitre figurent les auteurs des Éditions du 123, marque de Chapitre, qui n’ont pas reçu l’intégralité de leurs droits d’auteurs bien que les livres soient toujours commercialisés. Cette précision, pourtant essentielle, eu égard à la précarité desdits auteurs. Édouard Brasey, publié par cette structure, écrit à ActuaLitté pour tirer la sonnette d'alarme. 

09/09/2022, 15:34

ActuaLitté

“Si Google s’octroie les archives de tous les écrivains français...”

Entre protection de la vie privée d’un utilisateur décédé et patrimoine littéraire pris en otage, difficile de trancher. Car au cœur de cette inextricable intrigue juridique, se pose le géant Google, et son service Gmail. Héloïse Jouanard, fille de l’écrivain Gil Jouanard, s’est débattue longuement contre les services de l’entreprise, avant de s’entendre répondre que l’accès aux emails de son père lui était refusé. Catégoriquement et sans autre forme de procès.

07/09/2022, 11:01

ActuaLitté

Avec Vivendi, un futur Hachette trop puissant ?

L’annonce d’une cession du groupe Editis par Vivendi n’apaise pas les esprits. La décision de Vincent Bolloré de céder l’entreprise, pour obtenir l’assentiment de la Commission européenne préoccupe auteurs, éditeurs et libraires. Leur mobilisation, contre la fusion que l’on imaginait des deux structures, se reporte aujourd’hui sur l’avenir de Hachette Livre, filiale de Lagardère dont Vivendi possède 57 %. 

13/08/2022, 12:35

ActuaLitté

“Non pas mettre l'humour dans un musée, mais l'ouvrir à tous”

Étienne Moulron porte depuis un bon moment ce projet d’une Maison de l'Humour de la francophonie à la campagne. Deux parrains d’honneur se sont déjà joints à la fête : Pierre Richard et Dany Boon. Maintenant, ne reste qu’à la financer et l’ouvrir, ainsi qu'il l'explique dans ce texte.

04/08/2022, 09:28

ActuaLitté

Affirmer à Stéphanie Nicot “confiance, estime et fidélité”

La ville d'Épinal a décidé d'ouvrir un appel d'offres pour recruter un directeur littéraire. Une décision que Stéphane Wieser, directeur de la Culture, expliquait à ActuaLitté voilà quelques semaines. Une action qui conduit la manifestation à se séparer de la directrice artistique, Stéphanie Nicot. Un collectif réunissant professionnels, festivaliers a souhaité apporter son soutien dans un texte ici proposé dans son intégralité.

20/07/2022, 10:28

ActuaLitté

Réseaux sociaux : guerre ouverte entre Triller et TikTok

Mahi de Silva, PDG de la plateforme Triller, fondée en 2015, lance un appel au boycott de son concurrent, ni plus, ni moins. Présentée comme un concurrent — et pourtant ouvert un an avant l’entreprise chinoise — l’application revendique plus de 100 millions d’utilisateurs et 250 millions de téléchargements. Tous deux reposent sur un format de diffusion de brefs clips vidéos, avec une perspective marketing commune. Sauf que…

19/07/2022, 14:32

ActuaLitté

Réfugiés italiens : “Il faut protéger la prescription, le droit à l’oubli” (Éric Vuillard)

Répondant à une demande pressante de l'État italien, le président de la République Emmanuel Macron a enclenché des procédures d'extradition visant une dizaine de réfugiés italiens, installés en France depuis des années, en raison de leur implication supposée dans des actions violentes de l'extrême gauche entre la fin des années 1960 et le début des années 1980. Un collectif d'écrivains s'oppose à ce qu'il décrit comme un « acharnement » envers ces individus : parmi eux, Éric Vuillard, auteur d'un texte que nous reproduisons ci-dessous, en intégralité.

12/07/2022, 10:18

ActuaLitté

Une librairie écoresponsable : bonnes pratiques et démarches d'amélioration

RNL22 — La commission Développement durable du Syndicat de la librairie française, créée récemment, travaille sur un sujet qui est revenu de manière constante lors des discussions des Rencontres nationales de la librairie d'Angers. L'empreinte écologique de leur activité, et par extension celle de l'industrie du livre, préoccupe en effet un grand nombre de libraires. La commission propose quelques bonnes pratiques, dans un document que nous reproduisons ci-dessous.

05/07/2022, 10:58

ActuaLitté

La précarité des auteurs, situation “de plus en plus alarmante”

L'inflation, galopante, touche tous les secteurs d'activité ; et le monde de la culture n'est pas épargné. La Charte, association de défense des droits des auteurs et illustrateurs jeunesse, alerte sur la paupérisation des auteurs et autrices. Elle appelle la chaîne du livre à se mobiliser pour lutter contre cette précarité dans une tribune, reproduite intégralement ci-dessous. 

29/06/2022, 11:57

ActuaLitté

La Bibliothèque nationale de France, “nouveau type d’institution publique en crise” ?

Un collectif rassemblant plus de 350 acteurs du monde universitaire et culturel dénonce, dans une tribune, les mesures récemment mises en place par une réforme à la Bibliothèque nationale de France. Les conditions de communication des documents, notamment, font l'objet de vives critiques, tout comme les moyens humains et financiers accordés à l'établissement pour assurer ses missions. Initialement publiée dans Le Monde, cette tribune est reproduite ci-dessous.

24/06/2022, 16:42

ActuaLitté

Russie : “Le pouvoir s’en prend également aux artistes protestataires”

UkraineUnderAttack — L'ordre donné par Vladimir Poutine d'entrer sur le territoire ukrainien, le 24 février 2022, a déclenché un conflit installé au cœur de l'Europe. En Russie, l'opposition à cette guerre existe, mais muselée par un pouvoir dont le ton se durcit jour après jour. Pour avoir exprimé son dégoût de la guerre russe, l'écrivain Dmitry Glukhovsky est désormais recherché par la justice dans son pays. L'Observatoire de la liberté de création lui apporte son soutien, dans un texte reproduit ci-dessous.

21/06/2022, 10:56

ActuaLitté

Quand le refus de la guerre mène en prison : le cas Dmitri Gloukhovski

UkraineUnderAttack – Le mandat d’arrêt que les autorités russes ont émis contre l’écrivain Dmitri Gloukhovski laisse planer de lourdes menaces sur son avenir. Ce sont dix années de réclusion qu’il encourt, pour avoir critiqué, dans les médias, aussi bien que sur les réseaux sociaux, le comportement de l’armée russe. Un collectif intersyndical des artistes-auteurs apporte dans nos colonnes son plein soutien à Dmitry Glukhosky. 

15/06/2022, 15:38

ActuaLitté

L'anglais en langue commune de l'Europe, “une dérive inadmissible”

Le Haut Conseil international de la Langue française et de la Francophonie en appelle à Emmanuel Macron pour qu’il agisse fermement contre l’adoption par les institutions européennes de l’anglais comme “langue commune”. Langue de collaboration et de travail, elle représenterait « une dérive doublement inadmissible : elle est contraire aux traités qui régissent la politique linguistique de l’ U.E, donc illégale, et absurde après le départ du Royaume-Uni (Brexit) ».

18/05/2022, 11:55

ActuaLitté

Monsieur le Président, travailler avec vous “afin de renforcer la place des bibliothèques”

L'Association des Bibliothécaires de France avait sollicité les différents candidats de l'élection présidentielle pour connaitre leur programme pour les bibliothèques et la lecture publique. Désormais réélu, Emmanuel Macron n'avait pas répondu aux interrogations. Pas rancunière, l'organisation professionnelle propose désormais un rendez-vous au chef de l'État, pour discuter des chantiers à venir. Nous reproduisons ci-dessous cette lettre au président de la République, en intégralité.

12/05/2022, 15:19

ActuaLitté

"À force de maltraitance, c’est la vigueur de la création qu’on ensevelit" 

En cette veille de remaniement ministériel, la Charte, association de défense des droits des auteurs et illustrateurs jeunesse, profite de l'occasion pour alerter sur le recul de la condition des artistes et écrivains. Rapport Racine, contrat de commande, rémunération : l'association demande, dans une tribune reproduite ci-dessous, « plus de vitalité et de sécurité pour la création ». 

05/05/2022, 12:40

ActuaLitté

En Ukraine, 242 crimes russes recensés "contre le patrimoine culturel"

UkraineUnderAttack - Depuis plus de deux mois, l’Ukraine lutte contre l’invasion russe menée par Poutine. Le Pen Club français, qui défend la liberté des auteurs, fait état des centaines de crimes contre des lieux culturels, et du bilan humain qui ne cesse de s’allonger. Nous reproduisons ci-dessous la lettre de l’organisation.

04/05/2022, 12:39

ActuaLitté

Une ballade pour Robbie

Le romancier et écrivain américain Robert Goolrick, auteur de Féroces et d'Une femme simple et honnête, est décédé ce 29 avril, à l’âge de 73 ans. Les éditions Anne Carrière saluent aujourd'hui un auteur sensible et amoureux de la France, notamment distingué par le Prix Fitzgerald 2015 pour La Chute des princes. Stephen Carrière a fait parvenir à ActuaLitté un texte, en hommage. Le voici proposé dans son intégralité.

04/05/2022, 11:47

ActuaLitté

Perpétuité pour Osman Kavala et urgence à sanctionner la Turquie

La condamnation de l'homme d'affaires et éditeur Osman Kavala à la prison à vie par un tribunal turc a été perçue comme une nouvelle étape dans la répression de l'opposition par le régime de Recep Tayyip Erdoğan. La Ligue des droits de l’Homme (LDH) et la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) demandent à Emmanuel Macron d'intervenir pour sa libération ou pour sanctionner la Turquie.

28/04/2022, 14:56

ActuaLitté

Condamnation d'Osman Kavala : un “verdict injuste” pour le PEN Club

La condamnation à la prison à vie du mécène et éditeur Osman Kavala, prononcée ce lundi 25 avril par un tribunal turc, a représenté une nouvelle manifestation de la répression de l'opposition par le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan. Le PEN Club français, comme d'autres organisations internationales, dénonce cette parodie de justice destinée à faire taire tous les opposants au régime. Nous reproduisons ci-dessous le texte qu'ils nous ont communiqué, en intégralité.

27/04/2022, 09:30

ActuaLitté

Élection présidentielle : “Plus qu’un choix de société, un choix de civilisation”

#Presidentielle2022 — Le débat entre les deux candidats passé, la prochaine échéance de l'élection présidentielle n'est autre que le second tour, ce dimanche 24 avril. Une partie du monde de la culture s'est exprimé sur les dangers de l'extrême droite, et les élus de Fédération Nationale des Collectivités territoriales pour la Culture (FNCC) invitent à leur tour à bien peser les conséquences du vote. Tout en appelant, dans la tribune reproduite ci-dessous, à plus de budget pour la culture.

22/04/2022, 09:39

ActuaLitté

À quand un vrai “Marché des droits” en France ?

L’Alliance des agents littéraires français (AALF) profite de l’occasion qui lui est donnée pour ouvrir le débat : du 22 au 24 avril, s’ouvre le Festival du livre de Paris, destiné au public. En parallèle, un marché de vente de droits, réunissant éditeurs étrangers et français s’est organisé. Il exclut cependant les agents littéraires, pourtant parmi les premiers concernés. Dans une tribune communiquée à ActuaLitté, l’AALF relève quelques points qui interrogent. Leur texte est ici proposé dans son intégralité.

21/04/2022, 12:34

ActuaLitté

De Kyiv à Paris, deux éditeurs entrent en résistance contre Poutine

UkraineUnderAttack – Les éditions Medusa (Kyiv) et Syllepse (Paris) ont communiqué à ActuaLitté une déclaration commune. Cette dernière pose les bases d'une collaboration entre les deux structures, pour résister à l'oppression et l'invasion russes. Leur texte, sous forme d'un quasi Manifeste, est proposé ci-dessous en intégralité. 

20/04/2022, 16:59

ActuaLitté

Festival littéraire ou cluster : “La pandémie n’est pas terminée”

Les manifestations littéraires reprennent, et les risques de contamination Covid avec elles. Un collectif d’une centaine d’auteurs signe une tribune pour rappeler les impératifs sanitaires et s'engage à ne plus participer aux événements qui ne mettraient pas œuvre des mesures simples.. Du bon sens et ce, pour la protection du plus grand nombre. Leur texte est ici publié dans son intégralité. 

18/04/2022, 22:34

ActuaLitté

Des lecteurs de la BnF pointent une “dégradation définitive du service public”

Lecteurs, lectrices et personnel de la Bibliothèque nationale de France se sont accordés pour dénoncer de nouvelles conditions d'accueil du public, qui changent notamment les modalités de communication des documents. La direction a avancé des arguments dans nos colonnes, mais l'opposition persiste et signe. Elle déplore une « fin de non-recevoir » adressée par la direction à l'Association des lecteurs et usagers de la Bibliothèque nationale de France (ALUBnF), en refusant de recevoir l'organisation lors d'un comité technique, ce 14 avril.

15/04/2022, 15:18

ActuaLitté

Les auteurs montent au créneau pour leurs revenus

Officialisée par les services de Valois, la mission confiée au professeur de droit Pierre Sirinelli aura pour objet d’aborder la question de la rémunération, entre auteurs et éditeurs. Une déclaration de la Société des Gens de Lettres et de l’Association des Traducteurs Littéraires de France savoure ce qui ressemble à une victoire : « Les demandes des auteurs ont été entendues », indiquent les associations. Leur message est ici présenté dans son intégralité.

14/04/2022, 12:46

ActuaLitté

“Ensemble, c'est mieux” : entre manifestations littéraires, une nécessaire solidarité

LAM2022 – Travailler avec des partenaires, Le Livre à Metz sait faire et développe un bon nombre de ses actions en collaboration avec des institutions locales depuis plusieurs années. Claire de Guillebon, responsable de la programmation de l'événement qui se tiendra du 8 au 10 avril 2022, expose ici les bases d'un projet fédérateur et collectif.

29/03/2022, 15:30

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Jérémie Guez : “Je n'ai jamais eu ce dilemme entre littérature et cinéma”

Auteur de plusieurs ouvrages publiés aux éditions La Tengo et 10/18, Jérémie Guez est aussi un cinéaste dont le style s'affirme rapidement. Kanun, la loi du sang, en salles le 7 décembre prochain, constitue une nouvelle occasion de s'en apercevoir, après Bluebird (2018), Sons of Philadelphia (2020) et la mini-série, BRI (2022).

02/12/2022, 10:01

ActuaLitté

La science-fiction, de la pop culture à “l'art contemporain”  

Un lieu d’enregistrement de l’angoisse ? De révélation d’une société sous couvert d’évasion et de divertissement ? Analyse plus véritable que vraisemblable des ressorts qui transforment le réel ? Toutes ces dimensions caractérisent la science-fiction. Si la littérature, la bande dessinée et le cinéma ont été les importants réceptacles du genre, les arts plastiques ne sont pas en reste. 

01/12/2022, 13:07

ActuaLitté

Diane de Selliers, “une quête de perfection”

Saluer le travail des éditeurs tant de livres que de presse, voilà tout l’objet de la Confrérie Gutenberg. À l’occasion d’une récente réunion, les compagnons ont intronisé comme Chevalier l’éditrice Diane de Selliers, parrainée par Vincent Montagne et Philippe Jourdan. Leur laudatio est proposée ici en intégralité.

01/12/2022, 10:06

ActuaLitté

Du père de famille au psychanalyste : dans l'intimité de Sigmund Freud

La famille Freud vivait au rythme des consultations que Sigmund donnait dans cet appartement au coeur de Vienne. Rouvert depuis août 2020, le Sigmund Freud Museum s’inscrit dans un héritage pluriel : celui de la médecine, de l’oeuvre et de la vie quotidienne. Au coeur de l’immeuble situé au Berggasse 19, les visiteurs remontent le temps, entre publications et travaux du père de la psychanalyse.

28/11/2022, 14:51

ActuaLitté

Odessa l’éclaireuse, qui “a jalousement pris soin de sa liberté”

#WeekEndEst — S’expliquer la guerre ? Une tentative souvent rendue vaine par le désarroi qu’elle suscite. Prendre conscience de ce que la guerre sème et produit comme sentiments afin de les transcender et de les élever contre la guerre à travers la culture est une nécessité, beaucoup plus qu’un pari utopique, de l’équipe du festival Un week-end à l’Est créé en 2016 dans le Quartier latin. Par Brigitte Bouchard, directrice artistique.

22/11/2022, 10:21

ActuaLitté

“J’écris pour aller chercher cet enfant abandonné voilà longtemps”

À paraître le 25 novembre 2022, Monstrueuse féérie est ce récit de fin d’année de Laurent Pépin où se côtoient à la fois enchantement et tragédie, férocité et poésie, entraînant le lecteur dans un vertige monstrueux — monstrueusement attachant. Entretien avec Laurent Pépin ; chronique d’un écrivain parti à la recherche de l’enfant, de l’adolescent meurtri abandonné sur le bord de la route, il y a bien longtemps… Propos recueillis par Guylian Dai. 

22/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Nicolas Feuz : “Je n’ai jamais rêvé d’être quelqu’un d’autre… sauf peut-être Dark Vador !”

Ce 10 novembre, Nicolas Feuz publie Les larmes du lagon, aux éditions Slatkine & Cie. Un polar qui nous entraîne en Polynésie française, où la tranquillité du motu de Bora Bora est perturbée par la découverte d’un corps. Ce nouveau roman nous offre l’occasion d’en apprendre plus sur l’écrivain, dans un questionnaire de Proust revu, corrigé et bien soigné !

18/11/2022, 10:59

ActuaLitté

Le château de Chantilly célèbre le “plus grand bibliophile de son temps”

À l’occasion du bicentenaire de la naissance d’Henri d’Orléans, dit le duc d’Aumale, grand bibliophile et reconstructeur du château de Chantilly, plusieurs expositions ont été organisées dans l’ancienne demeure des Condé. Depuis le 5 octobre et jusqu’au 2 octobre 2023, le cabinet des livres du fils du « roi des Français », Louis Philippe, se présente, de sa création aux plus précieux de ses trésors. Le tout sous le regard pénétrant du buste du grand Condé.

14/11/2022, 16:48

ActuaLitté

“Tous les usages possibles d’une bibliothèque sont à préserver”

Stéphanie Khoury, bibliothécaire, et Maël Rannou, ancien directeur de bibliothèques, auteur et critique de bande dessinée, s'interrogent dans un court ouvrage, didactique et synthétique, sur les missions et les enjeux des établissements de lecture publique. Les bibliothèques de proximité (Presses universitaires Blaise Pascal) évoque également ces usages créés par les citoyens, avec la complicité ou à l'insu des bibliothécaires et des pouvoirs publics eux-mêmes.

14/11/2022, 11:37

ActuaLitté

Jón Kalman Stefánsson : “Je veux saisir l'univers dans mes écrits”

LECFestival22- Jón Kalman Stefánsson est le lauréat 2022 du Prix Jean Monnet de Lectures Européeennes pour Ton absence n’est que ténèbres, traduit par Éric Boury. Son 13e opus, publié chez Grasset, avait déjà remporté le Prix du livre étranger. L’islandais est tout à la fois romancier, poète, mais également traducteur. Nous lui avons posé quelques questions.

10/11/2022, 17:16

ActuaLitté

Galien Sarde : “C’est après l’écoute d’images oniriques que la dystopie a surgi”

Surprenant premier roman : enfermés dans un monde souterrain surveillés par une mystérieuse milice, plusieurs hommes et femmes parviennent à s’échapper, et sillonnent le désert à bord d’une jeep. Apocalyptique, effrayant, le livre se situe à mi-chemin entre le roman de science-fiction et le récit poétique. Galien Sarde, quarante-six ans, agrégé ès lettres, y déploie une langue riche, en une sorte de lyrisme sombre, sinon apocalyptique. Deuxième ouvrage publié par Fables fertiles, la toute jeune maison de Guylian Dai, Échec, et Mat, loin des grosses machines littéraires et des prix de la rentrée, tranche par son originalité, sa force onirique. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

10/11/2022, 11:36

ActuaLitté

Comment la traduction a contribué à la libération des femmes

PORTRAITS – La traduction contribue à la libération des femmes depuis des siècles. Voici quelques portraits de femmes qui ouvrent la voie aux traductrices contemporaines, de Marie de Cotteblanche (première traductrice française) à Shirin Daneshvar (traductrice iranienne) en passant par Anne Dacier (première traductrice d’Homère), Claudine Picardet (première traductrice scientifique) et Clémence Royer (première traductrice de Darwin). 

10/11/2022, 10:25

ActuaLitté

Des églises à l'art urbain : cheminement littéraire et historique dans Porto

LECFestival22 – Créée en 2016, la résidence d’écriture Jean Monnet est dédiée à la création littéraire européenne et accueille en priorité des auteurs émergents, en lien avec la thématique du LEC Festival. Elle est soutenue par la Ville de Cognac et dotée d’une bourse de résidence de 2000 €. Cette année, Nuno Gomes Garcia, auteur de La Domestication (trad. Clara Domingues chez IXe Editions), en est le bénéficiaire. Et il poursuit avec nous son tour littéraire et historique de Porto. (retrouver l'épisode précédent)

07/11/2022, 10:05

ActuaLitté

Arthur de Pins : “Zombillénium dévoile le monstre qu'on abrite”

Quatorze ans, six albums, un film d’animation et une attraction plus tard, c’est tout un cycle de Zombillénium – ce parc d'attractions aux authentiques zombies et vrais démons – qui touche à sa fin. Ce dernier opus sportif et haletant promet d’effroyables surprises et de diaboliques retournements de situation – avec un final à la hauteur de la série. Nous avons rencontré Arthur de Pins, toujours aux commandes de la machinerie infernale et ses milliers d’âmes prisonnières.

04/11/2022, 12:23

ActuaLitté

La fin du tableur Excel pour la gestion des droits d'auteurs ?

Quand on se penche sur la gestion des droits d’auteur, on s’aperçoit que les petites et moyennes structures sont rapidement débordées — faute de disposer d’un outil sur mesure ou de moyens pour souscrire à un logiciel dédié. Conclusion : c’est avec un bon vieux tableur Excel que cela se résout. Et pourtant…

03/11/2022, 12:55

ActuaLitté

“La Chine me met de bonne humeur”

Ma relation à la Chine a été d’emblée une relation sensible, sans connaissances préalables, sans curiosité particulière pour ce pays où je n’avais pas envie d’aller. Je m’y suis rendue par amour non pas de la Chine, mais de l’homme qui m’invitait à l’y retrouver. Par Christine Cayol.

03/11/2022, 10:41

ActuaLitté

Jacques Cauda : “Prose comme poésie. J’écris.”

Initiateur du mouvement surfiguratif, Jacques Cauda, soixante-sept ans, manie la plume comme il manie le pinceau, soit avec passion, gourmandise, frénésie. Ancien étudiant en philosophie, ancien documentariste professionnel, l’homme publie depuis 2002, à un rythme soutenu, tout en dirigeant « La Bleu-Turquin », collection des éditions Douro. Privilégiant les formes expérimentales, riche de nombreuses références, l’homme poursuit une œuvre singulière, loin des modes du moment. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

02/11/2022, 10:39

ActuaLitté

Mieux que l’auteur mort : l’auteur pauvre ?

Ce 24 octobre, un nouveau rendez-vous réunissant auteurs, éditeurs et ministère de la Culture fut annulé. Un délai de plus dans la signature d’accords qui n’en finissent plus de traîner. Denis Bajram fait parvenir un texte à ActuaLitté, pour signaler un changement de paradigme des plus cyniques : un bon auteur n’est plus un auteur mort, mais un auteur pauvre…

27/10/2022, 17:03

ActuaLitté

Voyage littéraire et historique à Porto, avec Nuno Gomes Garcia

LECFestival22 – Depuis le 24 octobre, l’écrivain d’origine portugaise, Nuno Gomes Garcia, auteur de La Domestication (trad. Clara Domingues chez IXe Editions), est en résidence d’auteur à la villa Jean Monnet de Cognac. Il y séjournera jusqu’au 20 novembre, date de clôture du festival des littératures européennes de Cognac. Il nous invite à un voyage dans la ville de Porto, dont il est originaire, entre littérature, archéologie et découvertes… Première étape : la librairie Lello. Et bien d'autres arrêts à prévoir.

27/10/2022, 10:38

ActuaLitté

Odile Cohen-Abbas : ”Dans les à-côtés, on trouve les choses qui nous intéressent”

Née en 1957, ancienne danseuse professionnelle, Odile Cohen-Abbas participa longtemps de l’aventure Supérieur Inconnu, revue fondée par le surréaliste Sarane Alexandrian. Collaborant régulièrement aux "Hommes sans épaules", périodique fondé en 1953 par Jean Breton, et dirigé depuis 1997 par Christophe Dauphin, auteure de nombreux recueils et récits, Odile vient ici nous surprendre avec Perditio, nouvel opus hybride décrivant un monde infernal, peuplé de chimères, de monstres, se livrant à de singuliers rites. Déroutant peut-être, riche à coup sûr, le livre étonne, détonne. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

27/10/2022, 09:16

ActuaLitté

“Les monstruosités en Ukraine dépassent même les scénarios les plus noirs”

« Considérée de seconde main par les Russes, la langue des Moldaves a été mutilée. Si, dans un amphithéâtre, il y avait 50 étudiants moldaves et un seul étudiant russe, le cours devait avoir lieu en langue russe. » Entretien avec Tatiana Țîbuleac, écrivaine roumaine (originaire de la République de Moldavie), Prix de littérature de l'Union européenne pour Le Jardin de verre, éd. des Syrtes, traduction de Philippe Loubière.

25/10/2022, 10:05

ActuaLitté

Salman Rushdie vivra, ”c'est la chose la plus importante“

AttaqueRushdie - En marge de la Foire du livre de Francfort, l’agent littéraire Andrew Wylie a répondu à quelques questions de El Pais. Une rare apparition dans les médias pour Le Chacal, surnommé ainsi pour sa manière abrupte de traiter avec les éditeurs. Et au cœur du sujet, Salman Rushdie, victime d’une tentative de meurtre.

24/10/2022, 10:47

ActuaLitté

“Publier n’est pas un droit, c’est un devoir”

Et Archimède s'écria : « Eurêka ! » Il avait trouvé une idée... Qu’est qui vous met une idée en tête ? Pourquoi dit-on qu’une idée « traverse l’esprit » ? Elle viendrait d’on ne sait où et repartirait immédiatement ? Pour se rendre où, alors ? Dans un autre esprit qui l’attend ailleurs, dans un autre espace ou dans un autre temps. Pourquoi pas...

23/10/2022, 23:12

ActuaLitté

“Écrire, lire tout autant c’est retrouver une terre d’enfance”

PORTRAIT – Né en 1964, libraire dans le Poitou, Stéphane Émond rend une nouvelle fois hommage à sa région d’origine. Seize ans après Pastorales de guerre, l’homme revient avec un nouveau récit au titre programmatique, géographique. Magnifique évocation de la région Est, Argonne raconte également l’Histoire : le récit officiel et les tragédies familiales, l’une et l’autre intimement mêlées.

21/10/2022, 15:54

ActuaLitté

Écologie et sobriété : quelles actions dans les bibliothèques ?

Le Plan Sobriété du gouvernement, présenté au début du mois d'octobre, ne concerne que de loin les bibliothèques territoriales, placées sous la responsabilité des collectivités. Heureusement pour la planète, la réflexion écologique des bibliothécaires est en cours depuis quelques années désormais, et les idées fusent, même si les moyens d'action restent encore limités.

21/10/2022, 11:16

ActuaLitté

Du livre au film : les souffrances d’un romancier

Son roman Pleurer des rivières, paru en 2018, a été porté à l’écran par Léopold Legrand, sous le titre Le Sixième enfant. Dans les salles depuis le 28 septembre, ce film fut coadapté avec l’aide de Catherine Paillé. Mais la métamorphose d’un roman en oeuvre audiovisuelle n’a rien d’un chemin tranquille. Alain Jaspard raconte, pour ActuaLitté, cette aventure.

14/10/2022, 15:47

ActuaLitté

Plan sobriété : “opportunité et risque” en bibliothèques

La raréfaction des matières premières – gaz et pétrole – doublée d'une hausse de leurs coûts a poussé le gouvernement à présenter un Plan sobriété : des suggestions plus que des obligations. Depuis quelques mois, la commission Bibliothèques Vertes de l'Association des Bibliothécaires de France planche justement sur la réduction de l'empreinte énergétique, et l'information des usagers, dans les établissements de proximité. Quelques réponses se profilent, sur des sujets qui recoupent des préoccupations bien connues des bibliothécaires.

12/10/2022, 15:13

ActuaLitté

“Le terrorisme de l’URSSAF cherche à m’extorquer des cotisations indues”

Dominique Sels écrit depuis toujours : son premier livre est paru en 1989, chez Denoël, Eden en friche. Elle avait tout juste trente ans. Et quelque trente années plus tard, la voici, comme tant d’autres, confrontée aux errances d’un système administratif qui n’en finit plus de chanceler. Dans un courrier adressé à l'URSSAF et transmis à ActuaLitté, elle raconte, entre Charybde et Scylla et Charybde encore… ad nauseam.

12/10/2022, 10:22

ActuaLitté

“Défendre le Wokistan, c’est défendre la liberté”

Repli sur soi, communautarisme, revendication identitaire, séparatisme, cancel culture… Voilà quelques-uns des termes qui restent accolés au "wokisme" dans le débat public, et y compris jusque dans cet espace de réflexion. Bref, c’est un concept qui fait peur, et pour ses détracteurs, l’enjeu est clairement que ce mot soit systématiquement associé à des notions, pas seulement négatives, mais surtout contraires à ce qui est censé constituer l’identité française. Par David Carzon.

12/10/2022, 08:21

ActuaLitté

À la recherche de Marcel Proust, tome après tome  

2022 ne marque pas seulement le centenaire de la naissance de Jack Kerouac, mais également de la mort d’un des géants du XXe siècle, Marcel Proust. Après le Musée Carnavalet ou encore le Musée de l’Histoire du Judaïsme, la BnF propose une exposition autour de l’auteur d’À l’ombre des jeunes filles en fleur. Près de 350 pièces sont réunies – inédits jamais révélés au public, tableaux de grands maîtres ou robes somptueuses prêtées par le Palais Galliera. 

11/10/2022, 14:25

ActuaLitté

Caroline Lamarche : “Bach... Bach, quelle merveille !”

Nouvelliste et romancière, Caroline Lamarche a publié plusieurs livres chez Gallimard, dont La Mémoire de l’air (2014), Dans la maison un grand cerf (2017) et Nous sommes à la lisière (Prix Goncourt de la nouvelle 2019). Invitée de Lire en Poche, à Gradignan, elle s'est livrée avec enthousiasme et avec nous, au questionnaire de Proust.

09/10/2022, 18:48

ActuaLitté

Michel Bussi : “Les réalisateurs ont besoin de tomber amoureux des romans”

#LireEnPoche22 – Roman qui devient livre de poche, le schéma est classique. Et particulièrement pour Michel Bussi, l’un des plus grands vendeurs de polars en France. L’univers de l’écrivain normand se décline en audiolivres, bandes dessinées, séries, films… Parfois au point de lui échapper. Ainsi, quand Maman a tort est diffusé sur Netflix, des années après l’adaptation sur France 2, il s’en étonne : « Je n’avais pas été informé… Je l’ai appris par des amis. Mais c’est une agréable surprise. »

09/10/2022, 16:42

ActuaLitté

“N'oublions pas Anna Politkovskaïa”

Anna Politkovskaïa, éminente journaliste d’investigation et écrivain russe, a été tuée par balles le 7 octobre 2006, dans sa cage d’escalier, à Moscou. Ses dénonciations des horribles et cruels crimes de guerre et des violations des droits de l’homme en Russie et en Tchétchénie ont entraîné des menaces permanentes contre sa vie de la part des autorités russes. Par Nguyên Hoàng Bao Viêt.

08/10/2022, 12:00

ActuaLitté

Djaïli Amadou Amal : “Refuser d'être une victime”

#LireEnPoche22 — Militante. Pour elle, dès son premier roman, ce terme revêtait un sens tout particulier. Djaïli Amadou Amal, Prix Goncourt des lycéens 2020 avec Les Impatientes (Ed. Emmanuelle Collas), venait pour la première fois à Gradignan. Son roman, publié chez J’ai lu, évoque des sujets douloureux et profonds. Qui justifient, selon la romancière, cet engagement en littérature.

07/10/2022, 17:03

ActuaLitté

Philippe Delerm : “Proust m'a autorisé à écrire des textes courts” 

« À quoi bon ? » Philippe Delerm a vingt ans lorsqu'il découvre À la recherche du temps perdu lors de ses années de licence. Une question l'obsède : « Comment écrire après ça ? » Cinquante ans plus tard, il publie le 4 novembre prochain Proust Instantanés (Éditions Points), dans lequel il commente une soixantaine d'extraits de la somme romanesque avec sa marque de fabrique : des textes courts. 

07/10/2022, 11:55

ActuaLitté

Access+, le studio d'Asmodee, inaugure sa gamme de jeux accessibles

Trois titres phares de l'éditeur Asmodee sont désormais proposés aux personnes touchées par des troubles psychiques et cognitifs. Grands et plus petits, personnes dys et neuroatypiques retrouveront chez le studio de jeux de société Access+ trois titres retravaillés en ce sens : Dobble, Timeline et Cortex challenge. En avant !

05/10/2022, 12:14