#Edition

Trigger warning en littérature : du danger d'avertir du danger

La censure de six ouvrages du Dr Seuss nous avait donné l’opportunité d’interviewer le traducteur français de certains titres. Stephen Carrière est avant tout éditeur, et posait les bases de réflexions plus profondes sur ce qu’il identifiait comme des menaces pour l’industrie du livre. Devant l'enthousiasme suscité par ce premier entretien, nous lui avons demandé de développer plus largement ses intuitions et de revenir sur la question du trigger warning. Un principe d’avertissement pas forcément charitable.

Le 15/03/2021 à 07:05 par Auteur invité

30 Réactions | 248 Partages

Publié le :

15/03/2021 à 07:05

Auteur invité

30

Commentaires

248

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Trigger warning : de quoi parle-t-on ?

Une des traductions françaises de trigger warning propose un néologisme intéressant : le « traumavertissement ».

La pratique consiste à avertir (to warn) le lecteur de l’existence de passages contenant des actions ou propos pouvant déclencher (to trigger) une souffrance émotionnelle et réactiver un possible traumatisme. Citons les coupables les plus évidents : les descriptions de violences physiques ou verbales (agressions, viols, racisme, homophobie, etc…) et les représentations de troubles psychologiques (troubles alimentaires, dépression, tendances suicidaires, etc.…).

Il me semble important de préciser à ce stade que mon opposition au trigger warning est bien sûr restreinte à son utilisation à l’usage d’un public adolescent et adulte. Un éditeur d’ouvrages pour enfants est contraint par la loi de garantir un contenu approprié au jeune âge de ses lecteurs, et c’est la moindre des choses.

Exemples réels (liste non exhaustive) de trigger warning :

Page xx : consommation d’alcool

Page xx : consommation de drogues

Page xx : transphobie : personne non binaire mégenrée

Page xx : transphobie : personne trans deadnamée

Page xx : agression verbale lesbophobe

Page xx : cissexisme

Page xx : islamophobie et antisémitisme

Page xx : agression sexuelle

Page xx : bagarre violente

Page xx : bullying

Page xx : grossophobie

Page xx : crise d’angoisse

Page xx : anorexie

Page xx : accident de voiture.

Etc…

Au commencement...

Le trigger warning, importé des États-Unis, est souvent lié aux associations féministes et LGBTQIA+. S’il est vrai que ces associations l’ajoutent fréquemment à leurs revendications, il me semble plus pertinent de l’envisager comme une conséquence du concept de safe space (espace sécurisé). Un safe space est un environnement physique ou moral au sein duquel une personne se sentant marginalisée n’a pas peur de subir des regards ou des attitudes hostiles.

Le concept de safe space trouve aussi son origine dans les milieux activistes LGBT des années 60, mais je pense que cette notion s’est depuis tellement généralisée qu’elle dit quelque chose de toute une génération, d’un état d’esprit global dépassant largement le groupe qui lui a donné naissance.

Quitte à partager mes intuitions, j’avancerais que les concepts de trigger warnings et de safe spaces sont indissociables des nouvelles pratiques sociales numériques. Il me semble que le safe space est à la sensibilité, ce que l’echo chamber* (chambre d’écho) est à l’esprit critique.

Pourquoi cette introduction un peu didactique ? Parce qu’il serait malhonnête de parler de ces sujets dans le monde de l’édition en faisant comme s’ils n’étaient pas ultra-politisés.

La critique généralisée des républicains américains à l’égard de la génération des milléniaux consiste à se moquer de leur « susceptibilité » et de leur « fragilité », d’où les sobriquets de snowflakes (flocons de neige), thin-skinned (à la sensibilité exacerbée), emotional hephomiliacs (hémophiles émotionnels). Bienvenue sur Fox News.

Signe des temps, le débat s’est polarisé au point que tout individu se réclamant d’une pensée progressiste remettant en cause les notions dont on parle ici se voit immédiatement traité de réac.

Je ne veux pas transformer cet article en exposé, mais deux autres pistes de réflexion me semblent intéressantes à évoquer. La première est que de nombreux psychologues spécialistes du TSPT (Trouble de Stress Post-Traumatique) sont très critiques sur les dégâts des stratégies d’évitement dans le parcours thérapeutique des victimes. La deuxième est que cette soif d’avertissements peut nous interroger sur la part croissante des décisions prises par des personnes physiques ou morales au nom de la vertu quand elles ont en fait plus à voir avec la préservation à court terme de leurs intérêts économiques et la gestion de leur image.

La fonction de la fiction

Je ne suis bien sûr pas la personne la plus compétente pour faire une leçon sur le sujet. Le débat est partout, il est majeur, complexe. Mais avant de revenir à l’édition, et dans le souci d’assumer toutes mes positions, je partage tout de même les deux interrogations que cela m’inspire :

1/« Que nous disent ces jeunes réclamant à cor et à cri d’être protégés du monde réel ? »

2/« Que ne nous taisent leurs détracteurs plus âgés quand ils méprisent les jeunes en les taxant de “fragiles” en oubliant qu’ils sont supposés les avoir élevés ? »

Et la chaîne du livre dans tout ça ? D’abord, sachez que j’ai rencontré plusieurs jeunes libraires et bibliothécaires qui souscrivent au trigger warning. Je ne vous étonnerai pas en affirmant que je parle de professionnels charmants, intelligents et bien intentionnés.

Pourtant, il y a là une cause qui devrait nous fédérer au-delà de nos désaccords politiques, parce que le sujet dont on ne parle pas assez, il me semble, c’est la fonction de la fiction.

Ce serait le bon moment de rouvrir le « dossier mimesis » chez Platon et Aristote, mais, si cela me paraît particulièrement pertinent par rapport à notre thème, je laisse cette mission à un prof de philo parmi les lecteurs d’Actualitté.

Partons du principe que vous croyez que la fiction a un sens, une valeur pédagogique, une beauté propre. Partons du principe que vous êtes d’accord avec Emmanuel Carrère pour dire que le roman nous offre une sortie du temps et nous permet de vivre d’autres vies que la nôtre.

Si les listes de trigger warning se résumaient à : « attention baston et/ou orgie à la page XX », on pourrait lever un sourcil et penser qu’il existe des prescripteurs qualifiés appelés libraires et bibliothécaires et qu’ils ne doivent pas être remplacés par des algorithmes, des robots et des listes de T.W.

On pourrait sourire en imaginant les listes de T.W. préfaçant les Contes de la folie ordinaires, Orange mécanique ou American Psycho, et qui feraient presque la même taille que les ouvrages.

On pourrait surtout s’étonner que des adultes aient besoin d’être avertis de la présence d’idées ou descriptions dangereuses quand des siècles de culture de l’écrit nous hurlent : « Hé, mon têtard, c’est exactement comme ça qu’on grandit, en s’exposant à des idées dangereuses, sors de ta flaque, le monde est vaste et rempli de prodiges. »

Si l’on nous ramène au public adolescent, on pourrait rappeler que c’est justement un âge où l’on cherche la transgression et les sensations fortes et qu’on a plus de chance d’accrocher à la littérature avec Bukowski, Burgess et Easton Ellis qu’avec des couillonnades à jaquettes « trop mignonnes » dans lesquelles la seule chose choquante est la compétition entre la mièvrerie et la pauvreté du langage.

Mais le plus dangereux n’est pas là : « Page xx : agression verbale lesbophobe » !

Comprenons bien tous ensemble qu’il s’agit d’avertir un lecteur que, dans une œuvre de fiction, un personnage négatif va exprimer des propos négatifs. Avertissement : le méchant ne dit pas des choses gentilles, c’est même souvent à cela qu’on le reconnaît. 

Si cela vous fait marrer, je vous encourage à rechercher les nombreux exemples d’Américains qui ont perdu leur job pour avoir prononcé un mot « offensant » dans le but de prouver le racisme d’un texte dans lequel il figurait.

Les deux sujets sont intriqués parce que se dessine une pensée pas si nouvelle et qui devrait nous alerter. Un lecteur qui n’évoluerait qu’au sein d’une fiction safe ne me semble pas très éloigné d’un membre d’une secte ou d’un croyant radicalisé. Quand tous les gens qui veillent à votre tranquillité vous privent d’être exposé à une pensée contradictoire, c’est généralement le trigger que vous traînez en assez mauvaise compagnie.

Précisément pour cette raison, je trouve que les « conservateurs » jouent un jeu hypocrite et très dangereux en mettant tout sur le dos des LGBTQIA+, des intersectionnels, des anticapitalistes, bref des wokes. Il me semble que c’est même la plus grosse arnaque de notre époque. Partout dans le monde, les « gauches » se déchirent et les « droites » comptent les points quand ce ne sont pas les nouveaux militants.

Les diaboliques 

D’où vient le mal ? Je pense que les algorithmes favorisant les biais de confirmation* sur lesquels sont construits Google, Facebook et autres narcotrafiquants d’opinion sont les véritables prédateurs de notre idéal civilisationnel. Écoutez ceux qui les développent, ils sont les premiers à nous expliquer que leur marketing consiste à nous laisser nous auto-radicaliser.

Ce sont eux qui nous veulent fragiles, catégorisés, esclaves de pensées simples. Et eux, les trigger warnings, ils connaissent depuis longtemps, ils appellent ça les « conditions d’usage ».

C’est pour cela que je me permets de m’adresser à mes confrères de la chaîne du livre et plus particulièrement aux jeunes qui ne sont pas d’accord avec moi.

La littérature est un lieu de tumulte, de doutes, de grands bouleversements. Les coups qu’on y prend ne nous mettent pas à terre, mais nous dessillent les yeux. Aspirons à nous confronter à cette violence parce qu’elle est supposée nous botter le cul et nous décrotter de nos certitudes. Et quand nous sommes enfin choqués ? Remercions.

Dans l’histoire de la littérature, la pensée « progressiste » a avancé en abrasant, page après page, nos cerveaux encrassés de préjugés. Et nous voudrions avertir ? Atténuer ? Éviter l’émotion déplaisante ? Ce protocole existe déjà : il dessine les contours d’un divertissement consensuel. C’est le cahier des charges de toute émission de télé à une heure de grande écoute.

Confiez les trigger warnings aux éditeurs et ils en feront des « points forts » dans les PowerPoint de leurs réunions de représentants. Un peu plus d’édition se légitimant par « les attentes du public »… tout ce qu’on aime, n’est-ce pas ?

Pour conclure, la question que je pose (en m’excusant d’avoir été si long) est la suivante : si dans la fiction, on ne laisse plus au diable une chance de nous séduire, est-ce qu’on ne devient pas un peu des bêtes dans la réalité ? 

 

crédit illustrations : Cdd20, CC 0 ; Ramdlon CC 0

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

30 Commentaires

 

Crazy

15/03/2021 à 14:00

Le but des TW n'est pas de censurer ou de renforcer des biais de confirmation, mais de permettre aux personnes sensibles de pouvoir *faire le choix* de lire ou nom tel ou tel ouvrage.

Alors après, il faut voir sous quelle forme on peut les présenter, pour que ça ne gâche pas l'intrigue ni ne donne une mauvaise image de l'ouvrage.

N'oublions pas que ce genre de mécanisme est déjà présent dans d'autres médias (TV, jeux vidéo...) et que personne n'y trouve à redire.

J'ai détaillé mon avis ici, si ça vous dit de jeter un oeil : https://chezcrazy.blogspot.com/2021/01/to-pull-or-not-to-pull-trigger.html

NAUWELAERS

15/03/2021 à 21:51

Pas d'accord avec vous, Crazy.
On n'a pas à tenir compte de «trigger warnings» pour les ouvrages à publier.
C'est déjà avancer dans une mauvaise direction de censure.
Si on rejette celle pratiquée en Hongrie (nouvel article de ce 15 mars), alors autant abjurer de telles méthodes puisque des «trigger warnings» vont dans ce sens sans censurer tout à fait...
Mais modifier à l'avance des oeuvres pour de telles raisons, renoncer à sa liberté d'auteur ou autrice soit sous pression de «sensitivity readers» soit par autocensure frileuse, est-ce mieux ?
Je ne crois pas.
En tant qu'amoureux de littérature, à mon tour de me sentir offensé et indigné par ces reculs de la liberté - y compris dans bien d'autres domaines de la vie.
Moi je lance des «trigger warnings» contre les attaques concrètes contre la liberté, si essentielle.
Si un bon sens absolument progressiste et pas réac -n'en déplaise aux lanceurs d'anathèmes -subsiste, ces avertissements servent à éviter à des gens sensibles sur tel ou tel point...de lire tel ou tel ouvrage, qui n'a aucunement le devoir de se conformer à leur type de sensibilité.
La liste de Stephen Carrière est assez édifiante...
Son exposé est passionnant et très éclairant.
Mais il faut sortir du côté binaire: les progressistes sont woke, les républicains conservateurs de droite ne le sont pas...
Mais Obama n'est-il pas démocrate, lui qui s'en est pris frontalement à la «cancel culture» dont les «trigger warnings» sont des antennes...comme les «sensitivity readers», ce triste nouveau métier de censure moralisatrice moderne ?
Cela se passait fin octobre 2019 à sa Fondation devant des jeunes.
Et je recommande à tout le monde, si pas déjà fait, l'étincelante tribune «La cancel culture a assez duré»publiée en ligne par «Marianne» le 24 août 2020 et toujours lisible.
Et qui a été suivie de nombreux articles sur ce thème.
Il faut une mauvaise foi phénoménale -certaines personnes l'ont prouvé tout récemment -pour assimiler à de la réaction d'extrême droite tous les opposants la «cancel culture».
Il s'agit de mensonge pur et simple.
Cela me choque profondément.
Alors ne pas oublier la gauche universaliste: la gauche n'a pas à être victime dans sa totalité de telles dérives.
Qui n'apportent rien de bon.
Enfin très bon article -bravo - qui ajoute une pièce au débat fort présent et enflammé et qui ne risque pas de s'apaiser en France à mesure que l'on s'approchera de la prochaine période électorale.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Crazy

16/03/2021 à 11:26

Vous devriez vous renseigner davantage avant de vous indigner.

Il ne s'agit pas de "tenir compte" ni d'être (ou de s'auto-)censuré/r.

Il s'agit d'écrire *comme d'habitude*, *ce qu'on a envie d'écrire*, et de prévenir quelque part "attention, vous risquez d'y trouver tel contenu potentiellement dérangeant".

Les Sentitivity readers sont un autre sujet, même si leur travail peut être utile pour débusquer des TW.

Quant à vos digressions sur la cancel culture et le reste, elles ne sont pas le sujet.

Quelque part, il s'agit ici d'accessibilité, de compassion et d'empathie. Vous avez sans doute la chance d'avoir vécu une vie sans traumatismes, et c'est tant mieux, mais notre société a tendance à dire à ceux qui n'ont pas cette chance de serrer les dents, d'"être un homme" (sic). Ce n'est pas sain, ce n'est pas un modèle à reproduire, et la sensibilité n'est pas un défaut, "même" chez un homme.

Je comprends que vous vous préoccupiez de voir des changements de normes et de moeurs, c'est par nature déstabilisant, mais ça ne veut pas dire que ce soit une mauvaise chose.

NAUWELAERS

16/03/2021 à 18:00

Toujours pas d'accord, Crazy.
Non dans toutes les langues, espéranto compris.
Désolé.
Vous ne savez strictement rien de ma vie, que je ne vais pas étaler.
Ce n'est pas le sujet.
Le sujet est le suivant: si une oeuvre offense qui que ce soit, la personne en question n'a qu'à s'en écarter.
Et la «cancel culture» -ne pas se cacher derrière son petit doigt -est la prolongation inévitable de cette façon de voir les choses.
Je m'informe tout le temps et à des sources diverses.
Françaises et anglo-saxonnes.
Ce qui me permet d'en savoir beaucoup sur la question et donc de m'opposer à cette tendance lourde et dangereuse, même si d'aucuns la sous-estiment voire la justifient.
Autrefois les critiques de films dans un journal comme «La Libre Belgique» comportaient pour certains films la mention: «à déconseiller» ou «à proscrire»...
Et il y avait le fameux carré blanc sur l'écran qui apparaissait lors de certains programmes un peu sulfureux (à l'époque !).
Et la censure frappait de temps en temps...
L'Armée du Salut tempêtait contre le spectacle «Hair» dont la version française se tenait au théâtre de la Porte Saint-Martin.
Mais pas d'interdiction...
Vous voulez un retour à ce type de mentalité ?
Moi non.
Ne confondez pas tout: oui à l'empathie.
Non aux réactions abusives qui tendent à empêcher des oeuvres d'exister.
La seule attitude à avoir: ignorer ce qui ne nous convient pas.
Voire contester.
Mais de vrais amateurs de littérature n'ont pas envie de chaperons moraux qu'on appelle aujourd'hui «sensivity readers».
Il faut des «readers» -lecteurs -considérés comme des adultes libres de plein droit, Crazy.
Stop à cette chape de plomb «pour notre bien» (de telle communauté, et telle autre, et telle autre etc. sans fin discernable à ce processus absurde) qu'on voudrait nous imposer à tout le monde.
Il s'agit d'un abus caractérisé sous un vernis faussement progressiste qui risque de faire oublier le caractère indispensable du vrai progressisme...
Bien d'autres que moi tirent cette sonnette d'alarme.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Crazy

17/03/2021 à 07:12

>Non aux réactions abusives qui tendent à empêcher des oeuvres d'exister.
>La seule attitude à avoir: ignorer ce qui ne nous convient pas.
>Voire contester.
>Mais de vrais amateurs de littérature n'ont pas envie de chaperons moraux qu'on appelle aujourd'hui «sensivity readers».
>Il faut des «readers» -lecteurs -considérés comme des adultes libres de plein droit, Crazy.

On ne parle pas ici de censure.
On ne parle pas non plus de sensitivity reading (qui n'est PAS de la censure, mais se rapproche d'une chasse aux incohérences).

Quant à ignorer "ce qui ne nous convient pas", c'est justement le coeur des TW : comment vous allez deviner que tel ou tel roman contient quelque chose qui ne vous convient pas, sans liste de TW ?

Il ne s'agit pas d'infantiliser les lecteurs - et vous semblez avoir une définition bien restrictive de l'adulte : une personne qui encaisse tout, qui ne souffre pas de traumatismes et qui ne prend pas en compte les avis des autres.

Les gens qui, comme vous le dites, "tirent la sonnette d'alarme", ce sont ceux qui n'aiment pas être bouleversés dans leurs petites habitudes et ne veulent pas se remettre en question ni chercher à comprendre le point de vue de l'autre.
Ce n'est pas parce que "ça a toujours été comme ça" et que vous y avez survécu qu'il faut perpétuer un système.

Bref, vous campez sur vos positions, ça ne sert à rien d'argumenter davantage.

NAUWELAERS

17/03/2021 à 17:10


Non les «sensitivity readers» ne chassent pas les incohérences: c'est le rôle des correcteurs et relectrices.
Ce que vous appelez «petites habitudes», c'est l'attachement à la liberté, Crazy qui que vous soyez.
Vous campez sur une position qu'effectivement tous les amateurs de littérature, de démocratie et de liberté contestent.
Comme le dit l'expression anglaise: «We agree to disagree»...
On n'a pas à brider et orienter l'art pour ne pas offenser telle ou telle minorité.
Au degré pire, on en arrive aux talibans...qui agissent «pour le bien».
Eh bien non...
On a le droit de refuser cela.
Y compris dans les rangs de la gauche universaliste.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Vie Quatresixquatre

16/03/2021 à 07:28

Vous ne pouvez pas savoir à quel point cette prise de position me fait plaisir.
Concernant les enfants et les ados, bien évidement ils veulent voir et lire de préférence ce qu'on leur cache, ce qu'on leur interdit.
Que des parents qui ne sont pas fichus de paramétrer un smartphone ou un PC en cliquant sur une touche de façon à protéger leurs mômes des tarés en tous genres (et des multinationales) se sentent obligés de stigmatiser les points de vue des personnages de fiction est tout à fait significatifs quant à notre époque.
La violence existe. Le racisme existe. La connerie existe. L'important c'est de pouvoir en parler à quelqu'un.
Quant aux personnes sensibles adultes, elles ont besoin qu'on leur fiche la paix et qu'on les laisse faire leurs propres choix et leurs propres découvertes, à leur rythme.
Le puritanisme hypocrite a de beaux jours devant lui.
Pourtant, rappelons-le encore une fois. Lire un livre est une démarche active et le lecteur peut à tout moment interrompre sa lecture. Rien de commun avec le "visionnage" (le glandage sur canapé?) d'une fiction filmée.

Dominique Truteau

18/03/2021 à 14:36

islamophobie et antisémitisme ?
Pourquoi il n'y a pas la christianophobie ?

Aïe

19/03/2021 à 06:28

parce que, pour ces gens-là, vous avez le droit (et le devoir !) de taper sur les chrétiens : ce n'est pas un problème (voire, ce serait plutôt la solution).

Il faut quand même savoir que la cancel culture cherche à promouvoir une culture de remplacement (de la culture actuelle, judéo-chrétienne en ce qui concerne le monde occidental). Tout sera donc mis contre cette culture : on ne « dénoncera » donc aucune transgression contre cette culture (qui forme, quand on le regarde de près, la majorité des cas de transgressions dans la réalité).

NohGoa

18/03/2021 à 16:38

"narcotrafiquants d’opinion" : rien que pour cette expression, bravo !

Quant au Trigger Warnings, j'en exige deux :
Attention, ce livre parle de voyages dans le temps/super-héros/magie : le scénario va donc se vautrer dans l'incohérence !
Attention, ce livre relate une histoire d'amour : ça finit mal, en général !

Clairrr

21/03/2021 à 12:58

En réponse à Crazy : il me semble qu'on oublie une différence essentielle entre le livre et l'image. Une image choquante est imposée au spectateur. A part tourner la tête ou fermer momentanément les yeux, trop tard, il ne peut pas ne pas voir ce que l'écran lui montre. Dans un livre, ce que l'on ne peut pas supporter, on ne le comprend simplement pas. J'ai enseigné la littérature à des élèves pendant quinze ans, et j'ai toujours été frappée de constater que même en lisant attentivement un chapitre, ils ne voyaient littéralement pas ce qui risquait de les choquer.
Pour le reste, je souscris à ce qui est dit dans l'article: le pouvoir de la fiction est de nous confronter à l'autre, même "méchant", sans nous mettre en danger directement, mais de manière à ce qu'on puisse justement grandir de cette confrontation.
Et vous, Crazy, quels livres aimez-vous? pour quelles raisons?

Hoggystyles

21/03/2021 à 20:44

Je ne supporte pas les scènes de viol, peu importe le médium. C'est aussi le cas de beaucoup de femmes victimes ou non de violences sexuelles. Je suis déjà exposée à ça au quotidien en tant que femme, je n'ai pas envie de retrouver ça dans les livres que je lis.
En revanche, je n'ai aucun problème pour les scènes de guerre, le sang, le gore, les membres coupés etc. D'autres, si.
Les trigger warnings permettent d'en savoir davantage sur le contenu qu'on s'apprête à lire, point.

Cette page est importante pour ceux et celles qui ne veulent pas revivre des traumatismes ou ceux et celles qui veulent avoir le temps de se préparer avant. Mais il n'y a aucune obligation de lire cette page. Alors pourquoi vous venez pleurer pour une page qui ne change RIEN à votre vie ?

On vous plaque le visage contre le livre pour lire les trigger warnings ? On vous met un couteau sous la gorge pour que vous les récitiez à haute voix ? Les trigger warnings sont un complément du résumé, si ça ne vous plaît pas, vous passez la page. C'est beaucoup plus simple que d'en faire tout un article ou un commentaire victimaire sur la liberté d'expression (que personne n'a jamais touchée).

Cette injonction à tout encaisser sans distinction sous prétexte d'élévation spirituelle ou intellectuelle quelconque est un concept dépassé et affligeant.

NAUWELAERS

22/03/2021 à 12:39

Hoggystyles,
C'est vrai, les membres coupés sont tout à fait anodins...
Les «trigger warnings» sont une partie seulement, la plus acceptable à première vue de la «cancel culture», style cheval de Troie.
Mais vous omettez les «sensitivity readers» qui interviennent directement sur les textes.
Alors non, on doit traiter les lectrices et lecteurs comme des adultes.
Et non les infantiliser.
Si un roman noir, un polar est violent -et pour cela, la quatrième de couve suffit il me semble -il est grotesque et inconvenant d'avertir: attention, viol p.165 !; attention, parole homophobe p.215 !; attention, on maltraite un chat p.241; un peu d'antisémitisme en p.254; on mange un steak p.265 (les végétariens n'aimeront pas); etc.
Rien ne justifie ces délires.
Ou alors on censure tout ce qui est inconvenant.
Même Flaubert qui a évoqué une prostituée de douze ans sans condamner cela, vision de cette époque-là.
Sérieusement, on peut parfaitement éviter ce genre de romans pour éviter d'irréparables traumatismes...(!).
Mais cela posé, non, pas de problèmes avec les membres coupés...
Vous rendez-vous compte de cette contradiction ?
On va établir un hit-parade des exactions?
Moi je trouve cela monstrueux les membres coupés.
Mais si c'est décrit dans un texte: tant pis, c'est comme ça et je ne vais pas commencer à me plaindre et me lamenter car j'ai lu une horreur.
Si je n'avais que ces soi-disant soucis-là, mais je signe des deux mains (l'une après l'autre) !
On peut penser à vivre -vivre vraiment ! -loin de ces polémiques absurdes alors qu'il y a tant de vrais maux que je n'ai pas besoin d'énumérer...!
Quelle chance ont ces gens qui ont l'occasion de s'affliger avec ce genre de choses...beaucoup de nos frères humains qui eux souffrent vraiment (de tous sexes et genres) en rêveraient...!
Non mais quel luxe,excusez-moi...
CHRISTIAN NAUWELAERS

Hoggystyles

22/03/2021 à 14:33

Les sensitivity readers n'interviennent pas sur les textes, et j'en sais quelque chose puisque je suis modératrice sur un blog anglophone qui conseille les lecteurs sur leur manuscrit, en plus de connaître des auteurs qui y ont eu recours. Les sensitivity readers sont employés à la demande de l'AUTEUR le plus souvent, et comme pour les éditeurs/assistants d'édition, leurs conseils restent des CONSEILS. Les seules personnes à directement toucher au manuscrit dans la chaîne du livre sont l'auteur (qui écoute ou non les suggestions faites en annotations par son éditeur) et le correcteur.

Les trigger warnings sont établis le plus souvent à la demande de l'auteur également, je n'ai pour l'instant vu aucune maison d'édition les imposer. Pour le moment, on les retrouve surtout en littérature adolescente, ce que je trouve parfaitement justifié puisque cette catégorie a une définition très floue et que certains romans adultes s'y retrouvent par erreur.
Très souvent, les trigger warnings concernent les violences, les discriminations et les addictions. Donc non, il n'y aura pas de liste interminable comme vous semblez le fantasmer. Est-ce que vous avez aussi un problème avec les avertissements au début des films ou c'est simplement pour le plaisir d'être outré ?

Et rien à voir avec la cancel culture, au contraire. Les trigger warnings offrent plus de liberté aux auteurs qui savent qu'ils peuvent aller plus loin, leurs lecteurs seront de toute façon avertis. On parle d'une simple page ajoutée en début de roman lors de la finalisation du manuscrit, mais à vous entendre on fait des autodafés des livres sans avertissements.

NAUWELAERS

22/03/2021 à 19:47

Moi je veux bien, Hoggystyles...
Ma question: on s'en est parfaitement passé(s) durant des décennies, qu'est-ce qui justifie la nécessité de ces «trigger warnings» aujourd'hui ?
Il s'agit d'une fausse avancée et d'un vrai recul selon moi, franchement désolé.
Moi je préfère les écrivains et autrices vraiment libres qui n'ont pas recours à ce genre d'artifices.
Je n'adhère pas à l'esprit de soumission.
Jamais les innombrables auteurs vivants ou morts que j'aime n'y ont eu recours.
Je ne vais pas en infliger une liste, pour ne pas déborder.
Je comprends que si c'est votre activité, ma position vous déplaise fatalement.
Il n'empêche que cela reste celle de très nombreuses et nombreux lectrices et lecteurs qui n'ont rien à faire de ce genre d'avertissements.
J'ai vu des foules de films récents et anciens sans l'ombre d'un avertissement, parfois très durs et violents et j'ai survécu.
Vous faites donc allusion à des films que je ne connais pas.
J'adorais les dessins animés de Disney et heureusement, on ne devait pas supporter ces avertissements totalement débiles d'aujourd'hui.
Et non je ne suis pas devenu raciste à cause de cette absence d'avertissements pour nos âmes qui risqueraient de s'égarer parmi les stéréotypes racistes etc.
Je n'aime pas qu'on essaie d'imposer une sorte de religion ou de dogme.
C'est parfaitement contre-productif et on n'a pas à faire marcher les gens au pas de l'oie, une tendance actuelle qu'il ne faut pas accepter.

Nous n'envisagerons jamais le fait littéraire ni la vie de la même façon.
Désolé si cela heurte vos conceptions à vous...
CHRISTIAN NAUWELAERS

Crazy

23/03/2021 à 07:45

"Je, je, je, je, je"...

Je ne souhaitais plus répondre, mais franchement, Christian, regardez un peu plus loin que le bout de votre nez (et lisez réellement les réponses, au lieu de les survoler : j'ai déjà abordé ce point).

IL NE S'AGIT PAS DE VOUS.

Il s'agit de tous les autres, que vous trouverez sans doute inférieurs, puisque plus fragiles et nécessitant de tels avertissements afin de conserver leur santé mentale.

Le "on a jamais fait ça avant" n'est pas un argument. S'il l'était, nous serions tous encore à l'âge de pierre.

Sortez un peu, et apprenez à écouter les autres.

Aïe

23/03/2021 à 09:14

« "Je, je, je, je, je"...  »

De la part de soutiens inconditionnels à des mouvements autocentrés sur leurs sexes, leurs couleurs de peau ou leurs névroses, ça a un côté franchement hallucinant.

NAUWELAERS

23/03/2021 à 11:36

Crazy,
Merci de ne pas faire de discussions des prises de becs personnelles, je vous prie.
Ce qui ne convient pas à quelqu'un qui recommande à autrui d'écouter les autres...
Je vous lis correctement et intégralement mais cela ne m'oblige pas à être de votre avis,Crazy.
Il ne s'agit pas de vous ni de moi ni de quiconque en particulier mais d'un échange d'idées.
Vous n'avez pas à déclarer que je pense que les autres sont inférieurs etc.
Cela s'appelle: un procès d'intention.
Je désapprouve le principe du «trigger warning» et je vous recommande l'excellent article sur ce site -le deuxième -de Stephen Carrière, éditeur, à ce sujet, sur ce site productif et positif.
Il vient de paraître et il donne encore du grain à moudre...
Et je regrette, un recul comme le «trigger warning» est désolant et à combattre.
La comparaison avec l'âge de la pierre...
Oui, c'est très convaincant et cela justifie de tout lisser et de flinguer la liberté de l'auteur ou autrice !

La liberté est un progrès et non l'autoapitoiement permanent que je trouve assez méprisant par rapport aux gens qui vraiment souffrent dans la vraie vie.
Loin des pages d'un livre !
Quand on veut voir tout en noir et souffrir pour tout ou rien...
Quel nombrilisme, tout de même, de ne pouvoir supporter de lire quelque chose de problématique (mais tout ou presque finit par devenir problématique selon cette mentalité !).
Bon j'arrête ici.
Et cet espace de discussion est libre et le reste.
Ce n'est pas un espace d'imprécations ni d'attaques «ad hominem»..
Notre désaccord subsiste: eh bien il faut en prendre acte.
Souffrez que nous ne pensions pas pareillement, merci Crazy.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Aïe

23/03/2021 à 09:13

« Les sensitivity readers n'interviennent pas sur les textes, et j'en sais quelque chose puisque je suis modératrice sur un blog anglophone qui conseille les lecteurs sur leur manuscrit, en plus de connaître des auteurs qui y ont eu recours. Les sensitivity readers sont employés à la demande de l'AUTEUR le plus souvent, et comme pour les éditeurs/assistants d'édition, leurs conseils restent des CONSEILS. Les seules personnes à directement toucher au manuscrit dans la chaîne du livre sont l'auteur (qui écoute ou non les suggestions faites en annotations par son éditeur) et le correcteur. »

LOL. Leur emploi est quasi systématique dans l'édition aux États-Unis et au Québec. La peur terrible d'être attaqués par des « minorités » en proie à l'appât du gain que peut rapporter un procès dans le système judiciaire américain.

En France, on y vient aussi, notamment en jeunesse, où il n'est nul besoin d'avoir des spécialistes externes pour lisser les romans : les éditeurs sont parfaitement formatés pour exiger des auteurs tout ce qu'ils veulent : obligation d'un garçon et d'une fille, personnages de couleurs, handicap, etc.

Bref, une culture pré-formartée qui n'a plus rien d'artistique.

CHRISTIAN NAUWELAERS

23/03/2021 à 11:06

Aïe,
D'accord avec vous évidemment !
CHRISTIAN NAUWELAERS

clairrr

23/03/2021 à 13:03

Effectivement, je préfère qu'il y ait plus de pages que moins. Et la littérature jeunesse a un statut particulier, qui n'a rien de "flou". Heureusement quand même que les ados ont la possibilité de lire autre chose que de la littérature jeunesse, mais c'est un autre débat.
Comme cela a été dit plus bas, ces "avertissements" sont surtout une manière de prémunir auteur et éditeur contre des procès, pas forcément de protéger la sensibilité des lecteurs (puisque justement la loi sur les publications jeunesse a déjà ce rôle, c'est la loi de juillet 1949 modifiée en 2011). Bref, c'est un ajout qui n'ajoute rien, voire qui rend caduque une loi déjà appliquée en littérature jeunesse pour protéger les lecteurs de contenus choquants.
En revanche, l'idée de protéger les lecteurs adultes de contenus choquants (et la liste de ce qui choque étant tout de même assez idéologique et réductrice) me semble tout de même une conception de la lecture assez étrange, mais soit.
J'espère seulement que la sensibilité de ces lecteurs ne les empêche pas de voir l'injustice, la violence, la misère, à travers les fictions ou de leurs propres yeux, et de tenter de les combattre.
J'espère seulement que les livres, vidés de leurs contenus, ne sont pas en train de perdre tout ce qui en fait des moyens de contre-pouvoir au profit d'une hégémonie culturelle de "bon ton" , soft capitaliste si j'ose dire.
J'espère que le marché du livre de bon goût (car au fond, il s'agit de questions de goût) ne finira pas par étouffer encore un peu la littérature qui résiste à cet air du temps, et ses courageux éditeurs, qui nous aident à vivre, à penser, à comprendre soi-même et les autres, ceux qu'on ne sera jamais, et à accepter le paradoxe.

Hoggystyles

23/03/2021 à 14:52

Je n'ai jamais dit que la littérature jeunesse en tant que telle avait un statut flou. En revanche la littérature young adult, quand bien même sous-catégorie de la littérature jeunesse, voit parfois passer des titres classés adultes aux Etats-Unis (c'est le cas de quelques livres publiés chez Lumen ou Hachette par exemple). Pour ces livres, je pense que les trigger warnings seraient les bienvenus. J'ai des amies libraires qui ont découvert sur les réseaux sociaux l'existence de scènes de viol dans des livres qu'elles recommandaient aux jeunes ados, en pensant qu'ils étaient dans la lignée "magique" des précédents bouquins. La page d'avertissements est aussi un outil professionnel dans ce cas particulier.

Quand on est confrontés à la violence au quotidien, on a encore le droit de choisir si on veut la retrouver dans ses lectures. Parfois on veut des lectures légères, parfois on veut être surpris et déstabilisés. Beaucoup lisent pour s'évader de leur réalité, ça n'en fait pas pour autant des lâches qui ne combattent pas les injustices au quotidien.

Et je trouve ça extrêmement drôle qu'on parle de livres potentiellement "vidés de leurs contenus", alors que pour mon cas je défends farouchement la diversité dans la littérature justement parce qu'il y a d'énormes "vides" dans certains rayons. La seule "hégémonie culturelle" que je perçois, ce sont ces éditeurs qui affirment que des livres avec des personnages noirs ne se vendront pas, ou ignorent sciemment des best-sellers écrits par des auteurs musulmans voire des maisons d'édition qui n'ont publié que des auteurs blancs en 15 ans d'existence. J'espère que le livre de bon goût n'est pas celui qui n'est écrit et édité que par les mêmes personnes.

En tout cas, l'existence des trigger warnings fait couler beaucoup plus d'encre que son application n'en nécessite !

Aradigme

09/05/2021 à 10:28

Je connais au moins une maison d'édition qui exige des trigger warnings pour les manuscrits, afin d'éviter de choquer les membres du comité de lecture.

Lyo

23/03/2021 à 15:22

Mais il est où le problème ?
Il ne s'agit même pas de censure, juste de rajouter une page disant par exemple: "Attention ! Contient des violences sexuelles contre les enfants"
Au pire, si ça gêne, t'achète le livre et t'arrache la page ensuite.
Surtout, qu'en réalité, ce genre d'avertissement existe déjà. En tout cas, moi j'en ait déjà vu donc...

J'ai même vu des préfaces entières d'avertissement qui expliquaient pourquoi telle pratique était bien vue à l'époque et comme ça a été criminalisé de nos jours.

Il y a rien, strictement rien de nouveau.

Faudrait peut-être pas que ce genre d'avertissement fasse 30 pages non plus mais c'est tout quoi...

Sur les sites où des livres sont publiés gratuitement en ligne, il y a un système de tag, et tu peux les filtrer si par exemple tu ne veux pas lire de scène violente.

Les gens ont le droit de savoir sur quoi ils vont tomber. Faut arrêter de voir la censure partout.

Alex-si

25/03/2021 à 08:54

Je suis assez d'accord avec vous Lyo, si l'idée est que le lecteur est libre de sauter les passages qui le dérangent, alors il est tout aussi libre de sauter les TW.
Mon expérience personnelle de publication en ligne (et non pas d'ouvrage papier) est que le TW, qui se présente sous forme d'étiquette/tag, libère l'écriture. J'ai pu me permettre d'explorer des thèmes sensibles avec plus de confiance et d'aller plus loin que ce que j'aurai écrit normalement en sachant que quiconque lirait mon texte n'en serait pas surpris. Et inversement, certaines descriptions me dérangent profondément et les TW m'ont permis d'éviter ces lectures là.

Ceci posé, il faut tout de même distinguer plusieurs choses.

Tout d'abord, on ne lit pas toujours pour les mêmes raisons. Qu'on lise un essai ou de la fiction, on n'y cherche pas toujours la même chose. Évasion, ouverture à d'autres cultures/expériences de vie, philosophie, engagement politique, la liste est longue. Le simple fait d'ouvrir un livre dans notre société de surconsommation de l'image est déjà un exploit et je trouverai dommage que quelqu'un qui cherche à oublier momentanément ses soucis dans un bon roman se trouve brutalement ramené à la réalité par une description inattendue de ce qui fait son quotidien et décide ensuite que lire est trop "dangereux". Car oui, pour une personne en souffrance psychologique on parle bien de danger, réel, même s'il n'est pas physique et appelons un chat un chat, la maladie mentale n'est pas seulement faite d'extrêmes ni d'assassins à mitraillette. Elle ne se voit pas, elle est beaucoup plus répandue qu'on ne veut bien l'admettre et elle peut être très invalidante. On ne devrait pas demander à un cul-de-jatte de descendre un escalier. De même on ne devrait pas demander à une personne qui souffre mentalement de lire des textes qui sont dangereux pour son équilibre psychologique.
Avoir un complément du résumé qui indique qu'il y a des descriptions de violences est donc très utile pour les trop nombreuses personnes qui risquent de souffrir des conséquences réelles d'une telle lecture. Nous ne sommes hélas pas tous égaux en termes de santé mentale et je trouve bon de donner des outils aux personnes vulnérables -qui ne sont pas toujours vulnérables en raison de leur âge- qui leur permettent d'adapter leur choix de lectures à leurs capacités. Je vous accorde qu'un bon libraire devrait être capable de faire ça mais outre le fait que les libraires se raréfient, être vulnérable mentalement signifie aussi qu'on n'est pas toujours capable de demander l'aide d'autrui. Faut-il pour autant cesser de lire?
Et pour revenir à mon propos initial sur les raisons que l'on a de lire, si vous cherchez à élargir votre horizon mental, libre à vous de ne pas tenir compte des TW voire même (!) de ne pas les lire.

Ensuite il y a la crainte des dérives possibles. Je ne pense pas que l'auto censure soit un risque, comme je l'ai dit précédemment, de ma propre expérience c'est plutôt l'inverse qui se produit. Les éditeurs vont-ils utiliser les TW pour refuser de publier certains ouvrages? Peut-être, bien que ce soit aussi un outil qui les protège (du système judiciaire américain en tous cas). On peut s'en désoler mais les éditeurs aussi, sont libres de choisir ce qu'ils veulent publier. Fort heureusement car il existe aussi de nombreuses petites maisons d'édition qui vont à contre courant et publient des choses fort intéressantes qui ont été rejetées par les "grands". La censure tout court, elle, n'a pas attendu cette nouvelle invention. Elle sera toujours inventive pour s'insinuer partout sans qu'on la remarque et la résistance à cette oppression là ne sera jamais terminée. Les TW peuvent-ils être instrumentalisés par la censure, qu'elle soit officielle ou bien pensante ? Oui. Cela doit-il suffire à les rejeter avec horreur? Je ne pense pas.

En conclusion, je dirai que ce n'est pas parce qu'un outil peut être détourné et mal utilisé qu'il faut jeter le bébé avec l'eau du bain! Ne peut on pas s'emparer d'un nouvel outil pour ce qu'il a de bon, la protection des personnes fragiles, et rester vigilants sur ses dérives possibles?

J'attends vos réactions avec intérêt, et je finirai avec une citation inscrite sur la couverture de nombreux livres de ce grand écrivain qu'était Terry Pratchett : "attention, ce livre peut contenir des traces de noix" (noix=nuts pour les non anglophones, ce qui veut aussi dire idiots)

Femme blanche d'âge moyen

25/03/2021 à 23:59

Odieux, prétentieux, presomptueux, à côté de la plaque, d'un arrogant privilégié.
A 40 ans je souhaite des triggers warnings. Je fuis les histoires d'orphelins et de cancers. Les femmes violées ou battues ont le droit de ne pas revivre leur viol ou les coups. Cet article est d'une bêtise crasse, tout comme le suivant sur les sensitive readers. Le jaloux, c'est clairement l'auteur de ces articles qui se sent menacé. Se documenter et écrire sur un sujet inconnu oui. Mais pas si les personnes concernées n'ont pas un accès équivalent à la publication. Surtout s'il s'agit d'une communauté harcelée, trucidée, humiliée. Achetez vous de la décence et de l'humanité si vous en trouvez. L'education par la lecture n'a clairement pas su vous inculquer ces deux sentiments.

NAUWELAERS

26/03/2021 à 18:01

Femme blanche d'âge moyen,
Merci de ne pas vous attaquer à la liberté des autres.
On se passera de vos insultes.
Non vous n'avez pas à imposer vos besoins et conceptions à toute la littérature.
C'est totalement abusif et je suis ravi qu'une majorité de visiteuses et visiteurs de ce site raisonnent ainsi.
Soutien total au vrai progressisme, au respect d'autrui, à Nicolas Gary et non aux chevaux de Troie (des «trigger warnings» on passe aux «sensivity readers» puis à la censure) des attentats permanents et récurrents contre la liberté et la dignité des auteurs, autrices, du lectorat et de toute la sphère littéraire.
En France et partout ailleurs !
Arrêtez vos clichés méprisants à deux balles, de grâce: la passion de la liberté est partagée par des tas de gens beaucoup moins privilégiés que vous, qui ignorez la vraie souffrance humaine puisque vous focalisez sur ce thème en vous imaginant traumatisée potentiellement par quelques écrits...
C'est n'importe quoi, le virtuel qui efface le réel et les autres devraient en subir les conséquences...
Bénissez votre chance et laissez-nous jouir des livres et de nos lectures non épurées, lissées et pasteurisées !
Celles-là, je les boycotte.
Au pilon...
Ne nous imposez pas vos conceptions: fuyez ce qui vous déplaît, c'est tout.
Vous êtes d'âge moyen donc vous pouvez juger en connaissance de cause, sans plus.
Comme quelqu'une de sensée, tout bêtement...
Bien à vous.

CHRISTIAN NAUWELAERS

Sandale

28/03/2021 à 22:12

Ironique que vous soyez vous mêmes "triggered" par le concept de "trigger warning". Pour reprendre vos propres termes, si ça ne vous plait pas, ne le lisez pas.

NAUWELAERS

29/03/2021 à 11:24

Sandale,
On s'adresse à quelqu'un en particulier svp sinon personne ne comprend rien !
Je ne lirai pas de «trigger warning» puisque je ne perds pas mon temps avec ce genre de livres.
Je suis un grand lecteur avide...mais cela est rédhibitoire pour moi comme pour tant d'autres.
S'il n'y avait que cela, ce ne serait que moindre mal mais il y a tout ce que cela implique et entraîne: un «trigger warning» est un cheval de Troie de toutes ces restrictions et atteintes à la liberté littéraire.
Et celle de traduire avec une compétence jetée au rebut par une bien-pensance absurde qui fait du tort en croyant bien faire.
Les propos de Stephen Carrière, nettement plus étayés que les miens et émanant d'un professionnel, sont tout à fait clairs et explicites à cet égard.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Ecologie poétique

03/07/2021 à 12:29

Désolé de réagir à un article lu sur le tard. Mais je ne peux dès lors m'empêcher de penser que, par exemple, un ouvrage comme la Bible risque de doubler de volume. Quid des livres d'Histoire ? Sale temps pour la planète...

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Un procès insensé : “L’Internet Archive a un cœur, et sait s’en servir”

Lorsque j'ai entendu parler des poursuites judiciaires pour non-respect du droit d’auteur intentées le 1er juin 2020 aux États-Unis par quatre grands éditeurs (Hachette, Penguin Random House, Wiley, HarperCollins) à l’Internet Archive pour son Open Library, et ce en pleine pandémie, je n’arrivais pas à y croire. Et ce mauvais rêve se transforme en cauchemar puisqu'un procès retentissant doit débuter le 12 novembre 2021.

22/07/2021, 10:42

ActuaLitté

La littérature, cet outil de connaissance

Le PEN Club, au carrefour international des cultures, est de ce fait bien placé pour constater que la littérature est au croisement de la création et de la connaissance. Ayant pour mission fondatrice la défense de la liberté d’expression et celle-ci n’étant pas divisible, le réseau solidaire des PEN Clubs nationaux a à connaître et faire connaître toute forme d’expression qui est opprimée parce qu’elle porte l’émancipation, la pensée mobile, donc critique, et les mutations de la sensibilité — autant dire : la littérature. Par Jean-Philippe Domecq.

06/07/2021, 10:07

ActuaLitté

En ce 1er mai, “Hommage à tous mes collègues précaires”

Marie Lebert est traductrice et auteure. Depuis des années, elle propose dans nos colonnes des réflexions sur les métiers du livre, l'évolution numérique de l'objet et bien d'autres. Son dernier dossier, Portraits de traductrices et traducteurs du passé portait l'accent sur l'un des rôles invisibles et cruciaux de l'édition. Aujourd'hui, elle souhaite rendre un hommage « à tous mes collègues précaires ». 

01/05/2021, 11:12

ActuaLitté

“L'émotion suscitée par les événements les plus minuscules” : hommage à Gil Jouanard

Gil Jouanard est mort le 25 mars dernier à l'âge de 83 ans. Directeur de la Maison du Livre et des Écrivains pendant deux décennies, à l'origine de nombreux événements littéraires, le poète s'investissait considérablement dans la vie de l'écrit. L'écrivain Antoine Spire, président du PEN Club français, lui rend hommage dans un texte que nous reproduisons ci-dessous.

07/04/2021, 14:37

ActuaLitté

La lutte pour l’organisation d’élections professionnelles n’est pas un détail

L'écrivain Frédéric Maupomé vient de signer une tribune évoquant la question des élections professionnelles pour les artistes auteurs. Il nous propose ici un texte mettant à plat toutes les problématiques de ce sujet. Son plaidoyer est proposé en intégralité.

22/03/2021, 07:57

ActuaLitté

Développement rural et de sécurité alimentaire : La dernière mission

Auteur de l’essai La Faim du monde (Balland 2019), Nasser Brahimi travaille auprès d’agences internationales et pour des programmes liés aux Nations Unies. Le consultant, fils de parents algériens, a vécu à Paris, avant de retourner à Alger et de s’installer finalement à Rome. Expert en communication, il travaille au développement de deux agences, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture et le Fonds international de développement agricole. Son texte raconte un moment de ces expériences.

07/03/2021, 17:31

ActuaLitté

#AdopteUnLibraire : “Il n’y a pas d’écrivain sans librairie”

Les librairies ont été hissées au rang de commerces essentiels dans le décret n° 2021-217. Ou plus précisément « les commerces de détail de livres ». Contraint et forcé, comme tant d'autres, non plus d'imaginer, mais de vivre dans un pays aux librairies fermées, le romancier Gilles Marchand, auteur entre autres d’un Funambule sur le sable, adresse à ActuaLitté un texte passionné. 

03/03/2021, 11:10

ActuaLitté

Vivants à l'unisson : à la défense du spectacle et des artistes

Ne pas laisser mourir les artistes et le spectacle : voici en quelques mots le sens du texte écrit et diffusé par le chanteur Cali, la thérapeute Anne-Laure Buffet et le poète Éric Poindron. Plus qu’un mouvement d’humeur, un appel à l’aide, parti à la défense (et illustration ?) du spectacle vivant. Un manifeste que ActuaLitté diffuse dans son intégralité.

28/02/2021, 10:35

ActuaLitté

Portrait des bibliothèques en ”sociétés d'émulation“, ou laboratoires d'idées

Les bibliothèques auraient l'environnement nécessaire pour devenir des think tank modernes – quoique le terme soit désormais connoté. L'auteur Jean Behue le suggère : il présente une invitation à réinventer les bibliothèques en sociétés d'émulation, ces cercles d'amateurs et de passionnés qui ont fleuri dès le XVIIIe siècle, et se sont prolongés par la suite dans un bel élan de libération individuelle et collective. Un billet à savourer.

22/02/2021, 09:36

ActuaLitté

Éditeur indépendant : passion ou profession ?

« En avril 2021, cela fera 10 ans que je fais officiellement des livres, au sein de ma petite maison d’édition indépendante de livres d’art : les Éditions Hartpon. Si cette date anniversaire est une bonne occasion de constater que la “passion“ reste intacte, je me dis qu’elle pourrait l’être également pour faire un premier bilan de ma manière de considérer cette “profession“, aujourd’hui. » Par Caroline Perreau, fondatrice des Éditions Hartpon.

18/02/2021, 12:56

ActuaLitté

Les avanies des auteurs face à l'URSSAF : “C'est de mal en pis”

« L'impéritie informatique et téléphonique de l'Urssaf vis-à-vis des auteurs se perpétue. Matinées perdues à tenter de parler à un humain, site informatique nase, lettre comminatoire vous enjoignant de faire une déclaration en ligne sous peine de lourdes amendes, journées en vain perdues à tenter de le faire... » Dominique Sels est autrice, et comme d’autres, en proie aux affres de l’URSSAF. Dans un billet, elle évoque les difficultés rencontrées « avec ces bandits de grand chemin ».

16/02/2021, 09:22

ActuaLitté

Pour avoir préféré la croyance à la pensée, et pour le reste : “Ni oubli ni pardon”

Depuis des mois maintenant, le monde de la culture et de la création ne cesse de hurler  à la mort. La sienne. Mille fois, du plus humble au plus célèbre, les créateurs, auteurs ou interprètes, dans une unanimité inédite, ont répété partout que fermer durablement les lieux de spectacles, de monstration, de vente, était un désastre. Désastre culturel, désastre économique, désastre personnel, désastre social, désastre psychologique, désastre à tous les étages. Par Yves Frémion, écrivain animateur de PEPS-Culture.

09/02/2021, 11:10

ActuaLitté

Auteurs : “Si vous n’êtes pas à la table, c’est que vous êtes au menu.”

Début décembre, l’auteur et illustrateur Henri Fellner faisait parvenir à ActuaLitté et au CSPLA (ou inversement), un courrier passablement désabusé. Le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique, organisme chargé d’éclairer le ministère de la Culture sur des points de droit, venait de renouveler la liste des membres de sa commission consultative. Et au grand dam de l’écrivain, les représentants directs des auteurs faisaient défaut. Voici donc une seconde missive, plus claire peut-être...

12/01/2021, 12:13

ActuaLitté

Les voeux du Syndicat des éditeurs passent des chocolats à la soupe

L’année 2021 commencera avec la traditionnelle présentation des vœux du Syndicat national de l’édition. Mais, contraintes sanitaires obligent, ils se dérouleront par internet — et en visioconférence avec l’interview réorganisée de son président, Vincent Montagne. Pour nombre de librairies, subitement invitées à cette Grand-Messe, quelque chose cloche. Simple : un télescopage entre le syndicat patronal et le média le moins indépendant de la profession.

28/12/2020, 17:55

ActuaLitté

“Une petite page pour l’Homme, une grande page pour l’Humanité” : Joyeux Noël 

Au terme d’une année pas vraiment conciliante, les fêtes vécues sous contrainte, à l’image des mois passés, apportent un petit souffle. L’occasion pour toute la rédaction de vous les souhaiter excellentes – autant que faire se pourra. En tout cas, de partager avec chacune et chacun un moment pour remercier nos lecteurs de leur présence, à nos côtés.

24/12/2020, 23:59

ActuaLitté

Corona Papers : Écriture virale

Je m’appelle Corona Typewriters. Et je m’apprête à subir Noël. Un de plus dans la longue liste des années déjà encaissées sur ma tôle toute cabossée. Pour l’heure, mon maître-écrivain est sorti de sa quarantaine. Rassurons-nous. Il n’est pas question de virologie en l’espèce. Plutôt d’une léthargie éditoriale. D’une quarantaine littéraire. 

21/12/2020, 08:00

ActuaLitté

Noël coquin : 4 BD érotiques à mettre sous le sapin

Cette année, beaucoup ne fêteront pas Noël en famille en raison du COVID-19. C’est l’occasion d’offrir une BD sexy à son amoureux ou son amoureuse ! Voici notre sélection des bandes dessinées pour adultes à mettre sous le sapin. Comics, mangas, romans graphiques, la BD érotique conjugue fantasmes et divertissement. A travers un dessin les auteurs et autrices font monter la température. Il y en a pour tous les goûts : BD historiques, de science-fiction, sadomasochistes ou sur l’intimité des couples.

18/12/2020, 09:55

ActuaLitté

Les impôts contre les papillons : auteur, contribuable comme un autre

Récemment, Christophe Hardy, président de la Société des Gens de lettres, élu en mai dernier, a fait vrombir. Fin novembre, le ministère de la Culture exposait les conclusions de la mission Fiscalité, touchant aux revenus des artistes-auteurs. Pour les facturations qu’un auteur peut effectuer, une zone grise manifestement confortable existe — arrangeant certains, en dérangeant beaucoup d’autres. Frédéric Maupomé, écrivain et scénariste intervient ici en réponse à la tribune et aux étonnants propos du président de la SGDL dans Livres Hebdo.

12/12/2020, 10:33

ActuaLitté

Elena Ferrante et les 40 coups de bâton pour 20 Minutes, Figaro, RTBF

Les cons d’Audiard avaient cela pour eux qu’on les reconnaissait à leur audace sans borne : il en apparaît une espèce plus sournoise, celle dont le sentiment d’impunité, — doublé d’un « on sait jamais sur un malentendu ça peut passer » — sévit sur la toile. On l’appelle également la race des « vas-y on s’en fout », au prétexte que sur internet, personne ne vous entend crier.

10/12/2020, 09:46

ActuaLitté

Dans quelle France empêche-t-on des enfants hospitalisés de lire ?

Lors de son allocution du 28 octobre, Emmanuel Macron indiquait que le pays replongeait : d’abord dans la pandémie, ensuite dans les contaminations, enfin dans le confinement. Triple peine. Une nouvelle salve douloureuse pour les citoyens, après l’accalmie estivale. Mais il fallait préserver le milieu hospitalier d’une crise approchant.

18/11/2020, 16:48

ActuaLitté

Livres et librairies : tout et son contraire, pourvu que l'on parle fort

Oui nous sommes confinés. Tentons de ne pas être des cons finis. Le débat a fait rage, le lobbying fut actif. Résultat des courses ? Tout le pays a la nette impression qu’en France on ne peut plus acheter de livres. Il n’y a rien de plus faux. En revanche, ô infortune, il nous faut fournir plus d’efforts pour les obtenir. Las ! n’est-ce donc que cela ?

05/11/2020, 10:04

ActuaLitté

Comprendre l'Europe par les livres : l'Institut Delors et ActuaLitté s'associent

L’Institut Jacques Delors, think tank européen fondé en 1996 par l’ancien Président de la Commission européenne Jacques Delors, et ActuaLitté, magazine littéraire en ligne créé en 2008, s’associent dans le cadre du prix « Mieux Comprendre l’Europe ». Ce dernier récompense depuis 2009 les auteurs dont les ouvrages sont de véritables outils pédagogiques, notamment pour les jeunes, pour mieux appréhender les fondements de l’Europe.

25/08/2020, 11:00

ActuaLitté

Écoles, bibliothèques : Hong Kong soumise à la censure chinoise

Le mois de juillet avait à peine posé ses valises que l’on apprenait comment Hong Kong vacillait sous le poids de la Chine. Une loi sur la sécurité nationale entraînait la disparition de plusieurs ouvrages — trop axés sur les questions de démocratie. Les bibliothèques, lieux de diffusion de savoir par excellence, devenaient les premières victimes du pouvoir de Beijing.

18/07/2020, 12:27

ActuaLitté

Diffamation : les excuses du SNE à ActuaLitté

Suite à la propagation, d’origine indéterminée, sur les réseaux sociaux d’une vidéo filmée lors de l’Assemblée générale du Syndicat national de l’édition, plusieurs articles ont été publiés sur ActuaLitté. Le Syndicat avait alors vivement réagi sur son compte Twitter, alléguant que notre média avait eu recours à « un procédé illégal ». 

10/07/2020, 10:00

ActuaLitté

Corona papers : la complainte de la machine esseulée

Je m’appelle Corona Typewriters. J’ai allégrement franchi le seuil des 80 ans. Je suis donc un sujet à risque. Un sujet d’écriture. Et je subis la triple peine. Trop âgée, retranchée dans les confins d’un bureau désespérément vide, ostracisée sous mon propre toit du fait de mon nom. 

25/04/2020, 11:05

ActuaLitté

L'éthique de la papaye - à quoi sert un auteur en temps de guerre ?

Je ne sais à quoi peut servir un auteur par temps de guerre. Mais ce dont je suis certain, c’est qu’il peut, par exemple, se sentir légitime à « l’ouvrir », si dans son parcours, un « quelque chose de ses rencontres », l’expérience « d’un ou une autre » dans un « ailleurs et autrement », peuvent être versées à la compréhension, à la progression commune des choses.

04/04/2020, 09:48

ActuaLitté

Les libraires indispensables à la vie de la nation ? Les morts ne liront plus

BILLET DE MAUVAISE HUMEUR – Ce matin, le ministre de l’Économie a abordé l’éventualité de la réouverture des librairies, qui désormais redeviendraient indispensables à la nation. Je ronge mon frein depuis lors, je suis une grognarde. L’ « on » voudrait donc que les librairies réouvrent. « On ». Qui « on » ? Les libraires ? Les lecteurs ? Les éditeurs ? Les auteurs ? Le ministre de l’Économie ? Celui de la Culture ? Les journalistes parisiens qui s’intéressent soudainement au sort de la librairie indépendante ? Alors qu’ils reçoivent leurs livres sur leur bureau sans devoir y mettre les pieds habituellement ?

19/03/2020, 15:55

ActuaLitté

Stratégie Colibri : Achetez des livres plutôt que du PQ

BILLET D'HUMEUR - Oui le titre est cynique. OK. Nous voyons tous plus ou moins combien nos vies vont être bouleversées ces prochains jours. Que les plus débonnaires, ou carrément égoïstes, continuent à faire comme si de rien n’était. Que les plus inquiets cèdent aux cassandres télévisuelles avec des réactions quelque peu saugrenues. Que les plus sensés se demandent effarés ce qui est en train de se passer. Que les plus honnêtes essaient de se préparer avec un minimum de calme, mais à quoi ?

14/03/2020, 14:00

ActuaLitté

OVH et VadeSecure : le règne des imbéciles machines spamsophiles

Depuis maintenant quelques jours, ActuaLitté est privé d’un outil très prisé : sa newsletter. Envoyée à plusieurs dizaines de milliers d’inscrits, cette epistole ne faisait de mal à personne – voire, nous avons la faiblesse de le croire, servait à certains. Chaque matin, à 4 heures, elle partait sans un bruit et atterrissait dans les boîtes mail. Enfin… ça, c'était avant le drame.

30/12/2019, 16:38

ActuaLitté

Sapin, paquet, famille : Joyeux Noël à toutes et tous

Que l’on prône la décroissance ou la consommation raisonnée, que l’on ait des convictions politiques ou un ras-le-bol généralisé, que l’on ait été gréviste ou emmerdé, que l’on ne soit rien de tout cela et un peu de tout pourtant, alors… reposez-vous. S’il y a bien une journée dans l’année où chacune et chacun ont droit à un peu de calme, c’est le 25 décembre.

24/12/2019, 23:59

ActuaLitté

Au royaume des trophées de l'édition, l'éborgné-roi

Grande première que cette soirée du 10 décembre : les premiers trophées de l’édition étaient décernés, pour saluer le travail des éditeurs. Dix catégories pour évaluer l’investissement de chacun, et trois prix spéciaux qui découlaient des votes des abonnés de Livres Hebdo. Le magazine historique de l’industrie prenait l’initiative d’une cérémonie de récompenses.

11/12/2019, 08:57

ActuaLitté

Fréquentation : on s'en “chiffres” de tes “crisse”

CARNET DE BORD – 18 litres de café, plus ou moins allongés, auront suffi à lutter contre le décalage horaire. Les quelques bières échangées dans des micro-brasseries auront plutôt eu l’effet inverse. C’est dur, un salon, on ne se rend pas compte… 2019, dernière année à la place Bonaventure, il s’est cependant passé quelque chose : dans l’ambiance, dans les ventes, dans les allées… Vraiment...

24/11/2019, 14:26

ActuaLitté

Brioche à la cannelle : c'est angry birds chez les libraires

CARNET DE BORD – La neige a déserté les rues de la ville ; de nuit, les fenêtres illuminées semblent des étoiles qui observent les passants. Le salon vit, bouge, le flux de visiteurs ne discontinue pas, familles, curieux, adolescents. On jase. Et d’un stand à l’autre, on jase aussi, même des sujets qui fâchent.

23/11/2019, 16:21

ActuaLitté

Poutine gratuite : régalons-nous, encore, encore, encore, encore

CARNET DE BORD – « T’aimes-tu pas quand c’est gratuit ? » Cette phrase anodine s’est accrochée à mes basques dès le premier jour. Et de couloirs en escalators, dans les allées du Salon du livre, je l’ai traînée : au moindre café, à chaque rencontre, elle s’étalait, criante de vérité. Comme une serpillère dont personne n’aurait osé contester l’usage.

22/11/2019, 15:33

ActuaLitté

Politique du cookie au beurre de cacahuète, ou la francophonie vue de Paris

CARNET DE BORD – Montréal, jour 1 et demi. Partir à la découverte d’un pays étranger implique dès les premiers pas de s’identifier aux autochtones. Pour ce faire, il importe de disposer des mêmes solutions de transport que les habitants. En l’occurrence une carte OPUS, vendue pour quelque 26 $ CA, avec une durée d’une semaine — bus et métro. Mais encore faut-il savoir se servir du réseau routier et ferroviaire.

21/11/2019, 13:03

ActuaLitté

Montréal : sous les pavés et les livres, la neige

CARNET DE BORD – Allez, les grandes destinations appellent de grandes réflexions : en décidant de tenir une forme de carnet de bord de ce salon 2019 de Montréal, plusieurs points plaidaient favorablement. D’abord, ce sera la dernière édition place Bonaventure — quand le salon de Paris a tant de mal à contenir l’hémorragie et se réduit comme peau de chagrin depuis 10 ans, celui de Montréal franchit le cap et prend un nouvel élan. On sait ce que l’on quitte, pas ce que l’on trouve, évidemment.

19/11/2019, 21:50

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Le Pass sanitaire : “Bombe à fragmentation pour la lecture publique”

Déjà préoccupés depuis la publication du décret d’application, les établissements de lecture publique s’inquiètent plus encore de voir la législation poindre. L’accord trouvé par la Commission mixte paritaire sur le projet de loi sanitaire laisse planer plus d’inquiétudes encore. L’interassociation des bibliothèques et bibliothécaires diffuse un message d’alerte, ici reproduit dans son intégralité.

26/07/2021, 18:44

ActuaLitté

“Je voudrais que l’oral fasse suer l’écrit”, Gilles Defacque

Voilà maintenant un mois que le ministère de la Culture a annoncé le départ de Gilles Defacque de la direction du Prato, pôle national du cirque de Lille. Remplacé par Célia Deliau, directrice du Cirque Jules Verne, pôle national du cirque d’Amiens, depuis 2016, c’est une page qui se tourne. Départ dans cette bibliothèque peu commune, celle du metteur en scène, clown, poète, Gilles Defacque.

26/07/2021, 12:18

ActuaLitté

La loi Climat et résilience briderait inutilement “l’activité de l’industrie papetière”

La « Convention citoyenne pour le climat » est, depuis sa création, présentée comme un moyen pour accélérer la lutte contre le changement climatique. LObjectif premier : réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici 2030, partout en France. Bien qu’engagée dans cet effort vers une industrie plus « verte », l’Union Française des Industries des Cartons, Papiers et Celluloses a exprimé ses inquiétudes. Nous publions ici leur réaction dans son intégralité.

22/07/2021, 13:17

ActuaLitté

Maroc : le procès Radi et Stitou dévoile “une gouvernance par la terreur”

Reporters Sans Frontières parlent d’un « procès de la honte » après que le verdict ait été rendu : la justice marocaine condamne Omar Radi et Imad Stitou au terme d’une « procédure entachée d’irrégularité ». Accusés de viol, d’espionnage ou encore de non-dénonciation d’un crime, la cour de Casablanca n’a pas fait dans la demi-mesure. Jean-Philippe Domecq, Président au PEN Club français du Comité des écrivains persécutés livre ici un texte pétri d’indignation.

21/07/2021, 14:53

ActuaLitté

Aux auteurs biélorusses, “nous redisons notre admiration” (Pen Club français)

Les citoyens, militants de la démocratie et auteurs biélorusses viennent de subir une nouvelle vague répressive, en Biélorussie. Sur ordre du président Alexandre Loukachenko, plusieurs centaines d'organisations non gouvernementales ont été visées par des perquisitions, le 14 juillet dernier. Parmi celles-ci, l'Union des écrivains biélorusses et le Pen Club local. Le Pen Club français exprime sa solidarité, dans nos colonnes.

19/07/2021, 09:47

ActuaLitté

Luca di Fulvio : “Mes personnages veulent suivre leur propre chemin”

Son sourire enjôleur et lutin fascine : rencontrer Luca Di Fulvio, c’est plonger dans le charme d’une autre langue, et dans une littérature d’un autre monde. Les lecteurs qui l’ont découvert avec Le Gang des rêves auront le bonheur de le retrouver dans un roman plus italien cette fois. Conversation avec un dilettante particulièrement attaché à son art…

15/07/2021, 16:46

ActuaLitté

Les auteurs existent-ils vraiment ?

Avons-nous réellement progressé depuis le bureau de législation dramatique par Beaumarchais, précurseur de la Sacd ou de la Sacem ? Nous en sommes toujours à « Compose Le Boléro ou Born to be alive… scénarise un block-buster… Sois téléchargé un million de fois ou tais-toi ! » ! par Olivier Cohen, membre du conseil syndical de la Ligue des auteurs professionnels.

15/07/2021, 12:23

ActuaLitté

Brewster Kahle, archiviste ultra

PORTRAIT – Bientôt au cœur d'un tonitruant procès intenté par quatre grands groupes d'édition américains, la plateforme Internet Archive célèbre, en 2021, ses 25 ans. Depuis 1996, elle abrite des sauvegardes du web mondial, mais aussi des exemplaires numériques de films, enregistrements audio, jeux vidéo, journaux ou encore livres. Portrait du bâtisseur de cette bibliothèque d'Alexandrie, Brewster Kahle.

14/07/2021, 14:53

ActuaLitté

“Nous sommes des centaines, chaque année, à rencontrer élèves et étudiants”

La Maison des écrivains est soutenue par les auteurs et les autrices qui la font vivre, qui travaillent avec son équipe au quotidien, et qui rencontrent, avec elle, leurs lecteurs, notamment grâce aux actions importantes, uniques au plan national, que conduit la Maison pour l'éducation artistique et culturelle. Une lettre ouverte au Président de la République le rappelle au moment où celui-ci vient, ce 17 juin, de déclarer vouloir faire de la lecture une grande cause nationale.

14/07/2021, 09:23

ActuaLitté

“40 ans après la loi Lang, c’est toute la chaîne du livre qu’il faut securiser”

Parce qu'un peu d'histoire ne fait jamais de mal, surtout à une époque de contre-vérités rapidement disséminées, Gilles Kujawski, ancien commercial d’Editis, militant à La France Insoumise nous propose un retour dans le temps. Et de ramener de ce voyage quelques éléments pour éclairer le présent. Voire, qui sait : trouver des perspectives pour consolider la chaîne du livre dans son ensemble.  

10/07/2021, 10:14

ActuaLitté

“En réalité, Milan Kundera écrivait déjà en français dans ses romans tchèques”

Paru en italien en 2013, puis aux éditions Gallimard en avril 2014, La fête de l’insignifiance fait désormais l’objet d’une édition en tchèque. Anna Kareninová — traductrice éminente et reconnue — a la responsabilité de rendre les textes de Milan Kundera en tchèque. Elle signe également la postface de cette édition (dans une traduction opérée par Anna Kubišta). Les éditions Atlantis, qui ont publié ce livre en 2020, nous offrent ainsi un regard inédit, personnel et complexe sur le travail même de traduction.

06/07/2021, 13:50

ActuaLitté

Philipp Weiss : “Nous n’avons pas de langue pour décrire le temps présent”

Pour la rentrée littéraire, certains se satisfont d’un roman. Avec Le grand rire des hommes assis au bord du monde, dans une traduction de l'allemand par Olivier Mannoni, Philipp Weiss s'aventure dans une oeuvre totale : cinq livres, dont un manga, à travers les 1200 pages d'une épopée rare. Rencontre avec cet auteur à l'oeuvre hors norme. 

05/07/2021, 10:38

ActuaLitté

Le livre numérique, 50 ans d'existence et de lectures

Il fut le compagnon des lecteurs, au cours de cette année pandémique 2020, certains en ont découvert les vertus, par l’offre gratuite et libre de droit, d’autres le coût avec des titres plus récents. Mais le livre numérique, ou ebook, n’est pas ce jeune premier que la presse présente depuis quelques années. Voilà désormais 50 ans que ce format se construit, évolue, à travers les progrès technologiques et les investissements d’entreprises. Bon anniversaire, petit cinquantenaire.

03/07/2021, 11:35

ActuaLitté

Des éditions collector de mangas victimes de la spéculation

Depuis le début de l'année 2021, le manga bat tous les records de vente dans les librairies françaises. Pour entretenir l'engouement et s'assurer la fidélité d'un public qui pourrait se contenter de versions numériques, voire de scans illégaux, les éditeurs n'hésitent pas à publier des versions collector, en quantité limitée. Maisons d'édition et libraires ne peuvent toutefois que constater le développement d'un marché parallèle, où la revente se fait au prix d'une intense spéculation.

02/07/2021, 13:23

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #17 - Les grandes dates du Projet Gutenberg

« Nous considérons le texte électronique comme un nouveau médium, sans véritable relation avec le papier. Le seul point commun est que nous diffusons les mêmes œuvres, mais je ne vois pas comment le papier peut concurrencer le texte électronique une fois que les gens y sont habitués, particulièrement dans les établissements d’enseignement. » (Michael Hart, fondateur du Projet Gutenberg et père de l’ebook)

02/07/2021, 09:21

ActuaLitté

Feel good books ? “Est-ce que Sagan, Duras, écrivaient pour faire du bien ?”

Écrire ne m'a jamais fait manger.J'ai fait ce que l'on appelle délicatement des "succès d'estime", ce qui veut dire que je n'ai eu aucune critique négative - quelle chance !-  mais que mes livres se sont vendus au mieux à 2000 ex. Tout cela en étant publiée par de belles maisons. Par Cathy Galliegue.

01/07/2021, 09:09

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #15 - Un hommage aux bibliothécaires

Le/la bibliothécaire a toujours eu un rôle charnière dans le monde du livre, y compris numérique. Les bibliothèques sont largement couvertes par les médias, mais qu’en est-il de ceux et celles qui les font fonctionner ? Une première version de ce texte fut publiée dans ActuaLitté en 2016. Voici aujourd'hui une version revue et actualisée pour inclure les ultimes développements de la profession. L’auteure fut elle-même bibliothécaire avant d’être traductrice.

30/06/2021, 10:29

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #14 - L’ebook vu par quelques pionniers

Voici le sentiment de plusieurs pionniers du livre numérique interviewés par courriel au fil des ans pour mes articles et livres sur le sujet: Michael Hart (Projet Gutenberg), John Mark Ockerbloom (The Online Book Page), Robert Beard (A Web of Online Dictionaries), Jean-Paul (Cotres.net), Nicolas Pewny (Le Choucas), Marc Autret (Indiscripts), Pierre Schweitzer (@folio), Denis Zwirn (Numilog) et Henri “Henk” Slettenhaar (Silicon Valley Association).

29/06/2021, 09:23

ActuaLitté

Amis auteurs, “ne nous trompons pas de combat”

Avant même le rapport Racine, remis en janvier 2020 au ministre de la Culture, qui reconnaissait la paupérisation des artistes-auteurs, ces derniers alertaient sur une baisse de leurs revenus et une dégradation de leurs conditions de travail et de vie. Selon Paola Appelius, traductrice littéraire et présidente de l'Association des traducteurs littéraires de France, les préoccupations ont été entendues, et le travail d'amélioration a bel et bien commencé. Nous reproduisons ci-dessous sa lettre ouverte aux auteurs.

29/06/2021, 09:04

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #13 - L'Internet Archive, une bibliothèque planétaire

L’Internet Archive est fondée en avril 1996 par Brewster Kahle à San Francisco (Californie) pour préserver un historique de l’internet. D'abord « bibliothèque de l’internet » avec la Wayback Machine, qui permet de voir l’évolution d’un site web depuis 1996, elle devient ensuite « une bibliothèque numérique à but non lucratif destinée à procurer un accès universel au savoir humain ». Elle propose deux millions de livres numérisés en mars 2010. Dix ans plus tard, elle est la plus grande bibliothèque numérique publique mondiale.

28/06/2021, 09:32

ActuaLitté

Rentrée littéraire : la critique, le lecteur, le libraire et le quatre-quart

Encore deux mois de patience avant de trouver sur les tables de librairies, dans les dossiers ventrus de la presse, les titres de la prochaine rentrée littéraire. Alors parleront auteurs, éditeurs, journalistes, parfois quelques lecteurs dont la notoriété médiatique fera croire à une influence réelle sur les envies mouvantes des lecteurs. Qui mieux qu'un libraire, artisan besogneux de cette grand'messe dont il ne retirera lui-même ni lauriers ni couronne, pour poser un regard distancié, frondeur, amusé, bienveillant sur ce rituel que d'aucuns conspuent à loisir, avant que de s'y sacrifier ?

27/06/2021, 11:04

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #12 - De Google Print à Google Books

Google lance Google Print en mai 2005 en partenariat avec des éditeurs et des bibliothèques, puis le suspend trois mois plus tard suite à un conflit avec les associations américaines d'auteurs et d'éditeurs. Le programme reprend en août 2006 sous le nom de Google Books (Google Livres) et numérise les milliers de livres de bibliothèques partenaires. Mais Google continue de numériser des livres sous droits sans l'autorisation préalable des ayants droit, et le conflit se poursuit. Après une longue saga judiciaire de près de dix ans, la justice américaine tranche en octobre 2015 en faveur de Google.

27/06/2021, 10:34

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #11 - La licence Creative Commons

Créée en 2001 à l'initiative de Lawrence “Larry” Lessig, la licence Creative Commons a pour but de favoriser la diffusion et la réutilisation d'œuvres numériques tout en protégeant le droit d'auteur. De nombreux auteurs et autres créateurs souhaitent en effet utiliser le réseau de diffusion qu’offre l’internet tout en contrôlant les droits sur leurs œuvres, mais le copyright traditionnel leur semble trop restrictif. Creative Commons fête ses 20 ans en juin 2021 avec 2 milliards d’œuvres sous licence Creative Commons.

25/06/2021, 09:58

ActuaLitté

Le livre, bien essentiel : “L’une des plus importantes victoires” de 2020

Près de soixante-dix maisons françaises et italiennes auront pris part aux journées d’échanges organisées à l’initiative de l’Association des éditeurs italiens. Engagé à la tête de cette organisation depuis 2017, Ricardo Franco Levi intervient régulièrement dans nos colonnes, apportant éclairages et interventions sur le marché italien. Depuis Milan, il revient sur ces trois jours, manifestement riches.

24/06/2021, 15:36

ActuaLitté

Histoire de l'ebook #10 - Wikipédia, une encyclopédie planétaire

Lancée en janvier 2001 par Jimmy Wales et Larry Sanger, Wikipédia est une encyclopédie gratuite en ligne écrite collectivement et dont le contenu est librement réutilisable. Rédigés par des milliers de volontaires dans des dizaines de langues, les articles et les illustrations restent la propriété de leurs auteurs. Leur libre utilisation est régie par la licence GFDL puis par la licence Creative Commons. Wikipédia comprend 17 millions d’articles dans 270 langues en 2011, avec 400 millions de visiteurs par mois. D'autres encyclopédies collaboratives suivent, par exemple l’Encyclopedia of Life.

24/06/2021, 09:42

ActuaLitté

Chris Ware : “Aux États-Unis, la BD n'est même pas considérée comme un art”

Grand Prix de la ville d'Angoulême 2021, l'auteur américain Chris Ware rejoint un panthéon qui réunit déjà Emmanuel Guibert, Rumiko Takahashi, Katsuhiro Ōtomo, Art Spiegelman ou encore François Schuiten. Dans une lettre reproduite ci-dessous, il salue l'affection et la déférence que la France consacre au 9e art.

23/06/2021, 10:28

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #9 - L’EPUB devient le format standard

Le format EPUB succède au format OeB (Open eBook) en avril 2005 en tant que standard du livre numérique et supplante peu à peu le format pionnier PDF. « Totalement différent du PDF, le format EPUB permet d’afficher un texte ajusté au tout dernier moment en fonction de l’écran et des choix du lecteur au moment précis de la lecture. Plusieurs applications permettent de créer un fichier EPUB directement, dont des logiciels libres. La plupart des liseuses sont compatibles avec le format EPUB. » (Nicolas Pewny, consultant en édition électronique)

23/06/2021, 09:27

ActuaLitté

Entretien avec Emanuela Canali, responsable des droits étrangers de Mondadori Libri

Le site NewItalianBooks, qui promeut les maisons d'édition et la culture italiennes à l'étranger, a réalisé un entretien avec Emanuela Canali, responsable des droits étrangers chez Mondadori Libri. Ce dernier est le groupe de presse le plus influent en Italie. Interrogée par Paolo Grossi, directeur du site, elle revient sur l'influence du livre italien à l'étranger. Par Paolo Grossi.

22/06/2021, 12:25

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #8 - Premières expériences d’auteurs de best-sellers

Le maître du suspense américain Stephen King est le premier auteur de best-sellers à se lancer dans l’aventure numérique en 2000, malgré les risques commerciaux encourus. Il autopublie un roman épistolaire inédit en plusieurs épisodes sur un site web créé à cet effet, avec un résultat mitigé, avant de nouvelles expériences avec son éditeur. D'autres auteurs de best-sellers tentent eux aussi l’aventure numérique avec leurs éditeurs, par exemple Frederick Forsyth en Grande-Bretagne, Arturo Pérez-Reverte en Espagne et Paulo Coelho au Brésil.

22/06/2021, 10:05

ActuaLitté

Queenie, histoire d'une gangster venue de Martinique, pour conquérir Harlem

Stephanie Saint-Clair. Avec un nom pareil, elle aurait pu faire du music-hall. Et d’une certaine manière, elle fut la reine de la nuit. Au cœur de Harlem, elle devint Queenie, cheffe de gang respectée au sein de Harlem : protectrice d’une communauté noire contre les policiers — déjà ! —, elle mena tambour battant une carrière dans la loterie clandestine. Nous sommes en 1933, la prohibition a pris fin, et cette Martiniquaise, ayant migré une vingtaine d’années plus tôt à New York affronte la mafia italienne, regardant les hommes droit dans les yeux. Queenie, plus qu’une gangster généreuse : un symbole.

22/06/2021, 08:05

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #7 - Premiers dictionnaires et encyclopédies en ligne

Disponibles en ligne au tournant du millénaire, les premiers dictionnaires et encyclopédies de référence émanent de versions imprimées, par exemple le Dictionnaire universel francophone (Hachette), WebEncyclo (Atlas) ou encore le site de l’Encyclopaedia Universalis. Suivent des outils de référence conçus directement pour le web, par exemple le Grand dictionnaire terminologique (GDT) du Québec et WordReference.com. Wikipédia fera l’objet d’un article spécifique.

21/06/2021, 09:28

ActuaLitté

Italie et France : le livre en partage

Les liens qui rattachent la France et l’Italie se mesurent autant à la passion dévorante dont témoignait Stendhal qu’aux centaines de lecteurs venus à Turin, en 2017, assister à une rencontre avec Daniel Pennac. Dans les allées du Salon du livre, une file d’attente colossale, impatiente, témoignait d’une authentique ferveur.

21/06/2021, 09:00

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #6  - E Ink, une technologie d'encre électronique

Les recherches sur l’encre électronique débutent à la fin des années 1990 au sein de la société E Ink pour offrir un meilleur écran aux liseuses en attendant le papier électronique. E Ink présente le prototype de son écran en 2002 et le commercialise en 2004. Un projet un peu différent est la technologie Gyricon développée par Xerox. Radicalement novateur lui aussi dans un domaine connexe, le projet @folio voit le jour en France dès 1996 mais reste malheureusement à l’état de prototype faute de soutien financier.

19/06/2021, 11:19

ActuaLitté

La lecture dans les établissements de santé, “espace d’intimité, d’évasion, de liberté”

La Fédération interrégionale du livre et de la lecture (Fill) s'engage dans une vaste opération de rapprochement entre les professionnels de la santé et ceux de la lecture publique, pour multiplier les projets culturels autour du livre et de la lecture dans les établissements de santé. Nous reproduisons ci-dessous le plaidoyer de la fédération, destiné à convaincre de l'importance cruciale de la lecture dans le parcours de soins.

18/06/2021, 15:06

ActuaLitté

Histoire de l'ebook #5 - Les premières liseuses    

Sans surprise, les premières liseuses voient le jour dans la Silicon Valley, terre des projets technologiques les plus fous, avec les fonds nécessaires pour les développer. Ces liseuses sont le Rocket eBook (de NuvoMedia) et le SoftBook Reader (de SoftBook Press), qui virent le jour en 1998. D'autres modèles suivent, par exemple le Gemstar eBook (de Gemstar) en 2000, le LIBRIe (de Sony) en 2004, le Cybook Gen2 (de Bookeen) à la même date, le Sony Reader (de Sony) en 2006, le Kindle (d'Amazon) en 2007, le Nook (de Barnes & Noble) en 2009 et l'iPad (d'Apple) en 2010. 

 

18/06/2021, 11:31

ActuaLitté

Histoire de l'ebook #4 - Du PDA au smartphone

En 2001, la liseuse n’a pas encore gagné son pari. On compte 17 millions de PDA (Personal Digital Assistants) dans le monde pour seulement 100.000 liseuses, d'après un Seybold Report publié en avril 2001. 13,2 millions de PDA sont vendus en 2001, dont le Palm Pilot (lancé en mars 1996) et le Pocket PC de Microsoft (lancé en mars 2000). En 2005, le PDA laisse progressivement la place au smartphone. L’iPhone d’Apple (lancé en juin 2007) devient le produit phare de toute une génération.

17/06/2021, 09:43