#Politique publique

Écologie : faut-il interdire le recyclage des livres ?

La pratique est ancienne, courante pour certains éditeurs, mais reste recouverte d'un voile pudique : le pilon, ou la destruction des exemplaires invendus, reste indissociable de l'industrie du livre. Justifiée par les incertitudes du marché, la maitrise des coûts de fabrication et les frais de stockage, elle se trouve néanmoins de plus en plus critiquée, face à l'impératif de la sobriété environnementale...

Le 21/06/2023 à 16:56 par Antoine Oury

18 Réactions | 2468 Partages

Publié le :

21/06/2023 à 16:56

Antoine Oury

18

Commentaires

2468

Partages

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

C'est le secret le mieux connu, mais aussi le plus strictement gardé, du secteur. Chaque année, des milliers d'ouvrages disparaissent. Invendus et retournés chez les distributeurs, ils sont détruits sur décision de l'éditeur, estimant qu'il ne les écoulera pas à court et moyen termes, et que leur entreposage sera trop coûteux.

D'après le Syndicat national de l'édition, qui représente plusieurs centaines de structures françaises, 26.300 tonnes de livres par an sont pilonnées, en moyenne.

Ce qui représente, toujours en moyenne, 13,2 % de la production apportée par les distributeurs aux points de vente (librairies, grandes surfaces culturelles, hypermarchés...). Mais aussi plus de la moitié des volumes d'ouvrages invendus (42.200 tonnes par an) : un livre sans lecteur aura donc de bonnes chances d'être purement et simplement broyé.

Cibler la destruction des invendus

Publiée en février 2020, la loi AGEC (anti-gaspillage pour une économie circulaire) entend réduire les destructions des produits invendus, qu'ils soient alimentaires ou non-alimentaires. Elle s'attaque d'abord à la première catégorie, en introduisant des obligations — limitées — de non-destruction des invendus et de don.

Les consommateurs sont aussi encouragés, notamment par la diffusion de messages relatifs aux dates de durabilité minimale des produits alimentaires : le pictogramme et le slogan « Observez, sentez, goûtez » sont désormais connus.

Pour les invendus non-alimentaires, cette même loi AGEC oblige les producteurs, importateurs et distributeurs à les réemployer, réutiliser ou recycler, depuis le 1er janvier 2022. Le secteur du livre était largement épargné par cette législation, mais bien concerné par l'interdiction de la destruction des invendus, souligne Karen Politis Boublil, chargée de mission pour les commissions Économique et Environnement et Fabrication du Syndicat national de l'édition.

« Au sens de la loi, la “destruction” consiste en une incinération ou un enfouissement. Dans le secteur de l’édition, les invendus ne sont pas détruits, mais recyclés, pour produire de la pâte à papier qui retourne ensuite dans les circuits de production », nous précise-t-elle. Le SNE insiste d'ailleurs sur ce point depuis plusieurs années : 100 % des livres pilonnés seraient recyclés.

Quel recyclage pour nos lectures ?

La pratique du recyclage constituait il y a quelques années un véritable progrès, par rapport à l'anéantissement pur et simple. Le développement de cette seconde vie du papier et des cartons est indéniable et, estime Karen Politis Boublil, « [l]es papiers graphiques et les cartons sont plutôt bien recyclés en France, avec un volume de l’ordre de 70 % de la production ».

En 2021, d'après l'Actualisation 2021 des flux de produits graphiques en France proposée par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), 6,8 millions de tonnes de papiers graphiques et de cartons ont été recyclées. « L’édition, sur la même année, représente 26.300 tonnes d’ouvrages recyclés, soit 0,38 % de l’ensemble », remarque la chargée de mission du SNE.

Crédits photo : ActuaLitté, CC B SA 2.0
Crédits photo : ActuaLitté, CC B SA 2.0

Un volume qui parait négligeable, mais que l'urgence environnementale remet néanmoins en perspective. D'autant plus que ce recyclage n'est pas sans perte qualitative pour le papier en question : « Une petite part de cette pâte à papier issue de livres recyclés est réutilisée pour la fabrication de livres. Elle est plutôt utilisée pour d’autres emplois, notamment le papier destiné à l’impression de journaux », détaille Karen Politis Boublil. 

Le secteur de l'édition lui-même n'utilise qu'une très faible proportion de papier recyclé, autour de 1 % de ses achats totaux, un volume qui n'a pas évolué depuis des années. En cause, une qualité moindre du papier, qui ne laisserait pas les lecteurs satisfaits.

En somme, si un bouquin se recycle, cette opération ne compense pas totalement les ressources utilisées pour le fabriquer, d'autant qu'un titre recyclé n'équivaut pas à un neuf.

Recycler, la « fausse bonne idée » ?

Le livre ne se recycle pas à l'infini, et ce recyclage lui-même a par ailleurs un coût énergétique. Des voix s'élèvent donc contre un pilon qui, s'il a changé de moyen en délaissant l'incinération, reste problématique, dans la mesure où il « excuse » une production de masse.

Sans surprise, ce discours s'entend du côté du marché de l'occasion, voire de l'économie sociale et solidaire. Représentant le premier, le groupe allemand Momox, géant de la reprise et de la revente de livres et de produits culturels, a diffusé un communiqué à l'occasion de la Journée mondiale du recyclage, le 18 mars, pour attirer l'attention sur le cas de l'édition.

« À titre d’exemple, interdire le pilonnage des livres invendus permettrait une réduction de plus de 47.000 tonnes de CO2/an, si on considère qu’un livre neuf peut émettre jusqu’à 1,8 kg de gaz à effet de serre », souligne le message en citant des données de l'association française The Shift Project, présidé par Jean-Marc Jancovici.

Le raccourci doit être explicité : la remarque de Momox vise moins le recyclage que la surproduction d'ouvrages : le chiffre de The Shift Project, établissant l'émission de 1,8 kg de gaz à effet de serre à un livre neuf, recouvre toute son existence, de sa fabrication à son achat par le client, et pas du tout la phase de recyclage à proprement parler.

Interrogé, Heiner Kroke, président directeur général de Momox, précise : « Aujourd’hui, les méthodes de production les moins durables sont celles qui coûtent le moins cher et le pilonnage des invendus constitue l’une des seules solutions pour minimiser les frais de stockage. » 

Évoquant surtout la fabrication et le transport du livre, Kroke poursuit en suggérant des leviers d'amélioration, comme « l’utilisation de papiers recyclés et issus de ressources durables, la réduction des déchets d’emballage et des émissions liées au transport, ainsi que la baisse de la consommation d’énergie liée à la fabrication et l’impression des livres ».

Interrogé sur la situation en Allemagne, le PDG de Momox ajoute qu'il n’existe pas de réglementation spécifique au pilonnage des livres outre-Rhin, lequel « reste malheureusement une pratique courante, bien que plus limitée qu’en France ».

Le livre, industrie comme une autre

Du côté de l'économie sociale et solidaire, l'un des acteurs, Ammareal, se prononce aussi en faveur d'une régulation. « Qu’il y ait une loi qui cherche à interdire ou limiter cette mise au pilon, cela me semble quelque chose de complément pertinent », assure Renan Ayrault, cofondateur et président de la société. « J’imagine que, pour les éditeurs, cela ferait réfléchir aux quantités produites, aux méthodes de production, à la gestion du réassort. »

Selon lui, « contraindre les éditeurs changerait un mode de production bien établi » et les habitudes d'un autre temps. « Il n’y a pas de raison que le secteur soit traité autrement que d’autres producteurs ou industries », affirme-t-il.

Un discours en faveur de la législation et de la responsabilisation qui fait son chemin dans le secteur, où les études et formations des agences régionales et autres associations sur le sujet se multiplient.

Depuis 2019, l'Association pour l'écologie du livre propose ainsi un autre discours pour penser l'impact écologique, considéré comme un objet social, d'une part, mais aussi comme un produit souvent fabriqué en série, dont l'existence a des conséquences environnementales.

L'exclusion du livre de la filière à responsabilité élargie des producteurs, encore confirmée en début d'année 2023, témoigne d'une aura persistante, l'objet étant abordé comme un bien culturel à part. « La presse et le livre ne sont pas des contenants polluants, mais des contenus vertueux sur lesquels nous devons nous appuyer pour ne pas sombrer dans une société où les mots, noyés dans un torrent numérique, perdraient de leur valeur et de leur sagesse », annonçait ainsi Laurent Esquenet-Goxes, député Démocrate et apparentés, en janvier dernier.

Une déclaration à laquelle répondait Thomas Bout, membre de l'Association pour l'écologie du livre et fondateur des éditions Rue de l’échiquier, dans nos colonnes : « Il est évident que le secteur doit s’interroger sur ses pratiques et que nous sommes concernés, en tant que producteurs, par une empreinte environnementale. Exclure le livre, sur ce plan-là, me semble extrêmement hypocrite et contestable. »

Faciliter la seconde vie du livre

Les acteurs de l'occasion auraient bien sûr intérêt à une limitation des destructions d'ouvrages, comme le reconnait Renan Ayrault : la société assume parfois le rôle d'un soldeur, en reprenant à moindre coût des exemplaires invendus. « Ammareal en bénéficierait un peu, puisque nous devrions voir, logiquement, plus d'éditeurs se tourner vers nous. Cela dit, on ne pourrait pas se permettre non plus de reprendre des milliers d'exemplaires invendus, et à des tarifs trop élevés, car cela serait trop risqué. »

Dans le domaine de l'occasion, « notre offre alimente notre demande : nous sommes en recherche de titres », précise-t-il. Toutefois, un stock de 2000 à 3000 ouvrages invendus du même ouvrage ne représente qu'un faible intérêt : les ventes d'occasion sont constituées d'une multitude de références qui s'écoulent à un ou deux exemplaires, sauf exception — les best-sellers d'un temps et certains classiques.

Présentoir de livres d'occasion chez Boulinier, Paris - ActuaLitté, CC BY SA 2.0
Présentoir de livres d'occasion chez Boulinier, Paris - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

À ce jour, Ammareal travaille avec 6 éditeurs, auxquels elle rachète des ouvrages, mais aussi avec un grand nombre de librairies, qui souhaitent se séparer de titres de leur stock qu'il n'est plus possible de retourner. Sans oublier les bibliothèques, à l'occasion d'un désherbage des collections.

La société Ammareal elle-même a recours au recyclage, « pour un certain nombre de titres dont nous avons trop d'exemplaires. Nous essayons toutefois de les donner, auparavant, notamment à des associations ou à des écoles. » L'entreprise cède gratuitement entre 30.000 et 50.000 exemplaires par an, selon son cofondateur. Pour le recyclage, elle se tourne principalement vers Paprec, qui s’est engagé par écrit à un traitement de 80 % des volumes en France et 20 % en Espagne et en Allemagne.

Assouplir le prix unique ?

« La cession d'ouvrages à des soldeurs précède la fin de l'exploitation d'un livre », précise Renaud Lefebvre, directeur général du Syndicat national de l'édition. « Il ne peut s'agir que d'un solde total : en application de la loi de 1981 sur le prix unique du livre, des livres en librairie au prix public ne peuvent pas coexister avec des ouvrages soldés. Dans le cadre de cette opération, un certain volume d’exemplaires trouve acquéreur auprès d’un soldeur intéressé. Cette exploitation concerne une part faible des ouvrages vendus, bien inférieure à 1 % du marché du livre. »

Une pratique marginale, donc, qui rapporte assez peu d'argent à l'éditeur, et parfois moins — voire rien du tout — à l'auteur. À ce sujet, « [l]e SNE travaille actuellement avec les organisations d’auteurs pour mettre en place une rémunération des auteurs qui n’existe pas encore dans la quasi-totalité des cas », ajoute Renaud Lefebvre. « Les montants seront surtout symboliques », prévient-il, « car les prix de cession aux soldeurs sont très bas, sans commune mesure avec les prix de vente publics en librairies ».

Outre-Rhin, un aménagement dans la loi sur le prix unique du livre permet « aux vendeurs de fixer le prix de leur choix si un ouvrage neuf ne s’est pas vendu dans les 18 premiers mois » détaille Heiner Kroke, le PDG de Momox. Par ailleurs, « le pilonnage des livres est très impopulaire dans l’opinion allemande, c’est pourquoi de nombreux éditeurs préfèrent donner leurs invendus à des associations ou les revendre à d’autres libraires, puisqu’ils en ont la possibilité, contrairement à la France ». 

Modifier la loi sur le prix unique, afin d'ouvrir les possibilités d'écouler plus facilement des stocks ferait sans doute courir un risque aux librairies, notamment les plus fragiles économiquement.

D'après GfK, les fonds récent (1 à 2 ans après la parution) et ancien (3 ans et plus) représentent en effet une part significative des ventes de livres. Mieux encore, le fonds ancien « contribue à la performance des circuits », avec une dynamique conséquente entre 2012 et 2021, surtout dans les librairies, où fonds récent et ancien pèsent pour plus de la moitié du chiffre d'affaires.

/uploads/images/gfk-fonds-recent-ancien-librairie-64929df433438705868119.png

Extrait d'une étude GfK Market & Consumer Intelligence pour le Syndicat de la Librairie française (2022)

Contraindre à l'écoconception

Parallèlement à la responsabilisation des producteurs, l'écoconception des ouvrages est devenue une question centrale, tant pour l'industrie que pour les observateurs. L'écoconception du livre consiste à prendre en compte l'impératif de sobriété énergétique et l'impact environnemental de la production avant même la fabrication. Une démarche par laquelle un éditeur vise le plus petit bilan carbone, le plus faible coût sociétal pour sa parution.

Outre l'utilisation d'encres particulières, l'écoconception peut limiter l'usage de certains matériaux, difficilement recyclables, bannir le pelliculage des livres — qui donne un aspect brillant —, ou encore s'assurer que le lieu de fabrication se trouve le plus proche possible du lieu de distribution, voire de vente.

« Contraindre à l'écoconception augmenterait les coûts de fabrication, ce qui conduirait mécaniquement à une baisse de la production », souligne Anaïs Massola, présidente de l'Association pour l'écologie du livre. Elle cite en exemple la hausse récente des tarifs du papier, qui a eu pour effet de réduire le rythme de parution de Gallimard Jeunesse, entre autres...

Imposer certaines obligations en matière de fabrication éviterait par ailleurs certaines situations aberrantes, comme l'impression d'ouvrages très loin de leurs lieux de vente, notamment en Chine, fait relevé par plusieurs études passées. L'édition déplore souvent un manque de savoir-faire technique en France ou en Europe, mais l'écoconception pourrait peut-être, justement, faire renoncer à certains produits éditoriaux...

Produire mieux, ou produire moins ?

L'écoconception suffirait-elle à circonscrire les productions carbone ? Elle a, pour commencer, certaines limites, rappelées par le Syndicat national de l'édition. « Il faut garder à l’esprit la durabilité du livre : pour un manuel scolaire, il peut être plus pertinent de le doter d’une couverture plus solide, plus épaisse, certes, mais qui permettra de multiples usages, sur la durée », souligne Karen Politis Boublil. « À chaque projet éditorial correspond une écoconception. »

Par ailleurs, plusieurs analyses pointent les conséquences d'une logique de surproduction, en l'attribuant majoritairement aux grands groupes éditoriaux, comme l'a fait le Shift Project dans un rapport de 2021. Citant des données de 2015 relevées par le SNE, l'organisme rappelle qu'« entre 2012 et 2013, le nombre de nouveautés produites par les cinq plus importantes maisons d’édition adhérentes au SNE a augmenté de 23,3 % contre 0,3 % en moyenne pour les autres » (p. 119).

Si 10 années se sont écoulées, les fondamentaux n'ont pas vraiment changé. 69.577 titres (nouveautés et réimpressions) ont été mis sur le marché en 2021, contre 59.461 en 2020 — année exceptionnelle —, 62.483 en 2019 et 61.831 en 2018. S'il faut prendre en compte un possible effet de rattrapage dû au Covid en 2021, l'inflation de la production reste de mise.

Crédits photo : ActuaLitté, CC B SA 2.0
Crédits photo : ActuaLitté, CC B SA 2.0

Et les habitudes commerciales ont la peau dure : dans une librairie, une grande surface spécialisée ou alimentaire, une pile d'ouvrages ou un présentoir rempli d'exemplaires du même titre sont réputés plus vendeurs.

Nouveaux outils et « travail de fond »

L'organisation professionnelle des éditeurs, dont le bureau est majoritairement composé de représentants d'importants groupes éditoriaux, assure par la voix de son directeur général qu'elle « mène un travail de fond engagé sur ces questions environnementales, qui vont rester primordiales sur les 10 prochaines années ».

Pour lutter contre la surproduction et le « gaspillage » d'exemplaires, le SNE met en avant le développement de son outil Booktracking, attendu de longue date. Celui-ci « vise à fournir prochainement aux éditeurs des données quotidiennes sur les ventes réelles en librairies, ce qui leur permettra d’estimer les stocks en magasin et de prendre des décisions de retirage en connaissance de cause. À l’heure actuelle, ils ne disposent pas de ces informations », souligne Renaud Lefebvre.

« Ne pas réimprimer un ouvrage dont les stocks excèdent la demande est évidemment la meilleure option du point de vue environnemental », complète-t-il.

Comme d'autres structures professionnelles, notamment les agences régionales et la Fédération interrégionale du livre, le SNE se penche effectivement sur la question, à travers un « Club environnement » qui réunit régulièrement la Commission Environnement du SNE et les adhérents du syndicat intéressés par ces questions, en ligne, afin de faire émerger les interrogations, d’éventuelles solutions et de partager les bonnes pratiques.

« Nous avons lancé un chantier sur l’analyse du cycle de vie de plusieurs types d’ouvrages, pour aller plus loin que le simple bilan carbone », ajoute encore Karen Politis Boublil. « Il s’agit de mesurer l’impact environnemental du livre, de la conception au lecteur. L’Ademe, très intéressée, nous assiste sur le sujet. » L'Association pour l'écologie du livre, pour sa part, dévoilera prochainement une cartographie « écologie du livre ». Pratique, pour un cheminement qui ne fait que commencer...

Photographie : illustration, Ana Guzzo, CC BY-NC 2.0

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

18 Commentaires

 

Vasseur Laurence

22/06/2023 à 00:05

Très riche article...
Les marchés secondaires comme BookOff ou Gilbert Jeune contribuent largement au recyclage des livres et évitent sans doute des mises au pilon de livres, non?
Dommage que des éditeurs brandissent toujours le même bouclier des coûts de fabrication plus élevés si on produit local plutôt qu'en Chine .. ils ont pensé au coût du fret maritime, la pollution des mers??
Alors que les " gros éditeurs" se font de jolies marges, par rapport à leurs auteurs, dernière roue du carrosse mais oh! combien précieux 🙏🤣🙏...
J'adresse mes meilleures salutations aux courageux qui commencent à prendre fait & cause pour l'eco-conception !
Je la soutiens à 150%....


Stop tout

22/06/2023 à 08:02

Et si tout simplement les éditeurs prenaient en compte les remarques des forces de vente des éditeurs : d’arrêter d’avoir la grosse tête et de vouloir faire plus que la demande. La finalité c’est trop de retours, du pilon etc etc..

sandra ZTL

22/06/2023 à 17:47

Vous parlez bien des Gros et Grands éditeurs là, voir groupe éditorial ? On est bien d'accord ?

JBC Toulouse

22/06/2023 à 08:45

Bel article, bon résumé. Comme tous les produits ayant une date limite de consommation, le livre doit être mangé rapidement, ou finir à la poubelle. C’est en toute connaissance de cause que l’édition continue inexorablement à publier des milliers de romans à deux balles et d’essais non transformables pour continuer d’exister. Surproduction à la base, pilonnage en fin de course. Mais de quoi nous plaignons-nous ? La filière consomme du papier issu de forêts plantées à cet effet, imprime avec des encres en voie d'innocuité, protège du mieux qu’elle peut les circuits courts, développe ses propres réseaux d’occasion, donne à des associations ou des bibliothèques, recycle son trop-plein et réfléchit à son empreinte écologique…
La problématique est celle de faire correspondre l’offre et la demande pour générer le moins de déchets possible. Sachant qu’à l’origine il n’y a PAS de demande, il suffirait de n’avoir rien à offrir pour limiter à tout jamais la casse. Plus sérieusement, tout est question de dosage et de réglage. Éviter la surproduction, mieux répartir. Quant au pilon, il est pour l’heure inévitable et sert au recyclage.
À titre comparatif, je crois me souvenir que 80% des magazines et journaux des kiosques finissent eux aussi pilonnés.

Marie

22/06/2023 à 17:37

La DLC pour les livres? Je ne comprends pas. Il ne vous est jamais arrivé de "relire" un livre, une ou plusieurs fois?Si le mot "consommation" incluant la notion de destruction plus ou moins lent, ne s'applique pas pour tout, c'est bien, "en premier", pour le livre. De plus l'offre et la demande ne s'appliquent pas non plus au livre...Ou alors vous écrivez au second degré, au temps pour moi!!!

Éric Dumas

22/06/2023 à 09:56

Enfin un article sur cette question !

À mon sens, la question n'est pas de savoir si le pilon représente 0.38 % ou 38 % des déchets de la filière papier, pas seulement de l'éco-conception du livre.

La question est plutôt simplement de notre acceptation à vendre des dizaines de livres sur les scandales écologiques dans les autres filières de l'économie, sans accepter de se poser la question sur notre propre comportement.

La surproduction a un coût écologique. Pour tous, dans le secteur du livre comme dans celui de la mode, chez Shein et chez Gallimard.

Il n'est pas plus acceptable de consommer des matières premières, de produire des déchets et de la pollution (je vous invite dans ma ville de Tarascon pour constater dans les eaux et sentir, au sens olfactif au plus près ce que veut dire l'industrie papetière, en France), pour des livres sans avenir ou pour des fringues sans avenir.

Pour la première fois aux RNL de Marseille, nous avions posé cette question, avec un succès d'estime, avec des réponses de nos interlocuteurs peu convaincantes.
Essayer de nous faire croire que ce sont des gestes dans nos librairies (nombre de PLV, ampoules LED, recyclage...) qui changeront l'impact environnemental de la filière est un leurre, cela ne suffira pas.

La réalité est que si la distribution reste le maillon de la chaîne du livre le plus rentable, il est impossible de bouger, et tant que des très gros éditeurs ont la double casquette....

Et voilà comment nous participons sereinement à ce que nous dénonçons avec vigueur dans nos merveilleux rayons "écologie et environnement"...

Domino

22/06/2023 à 11:38


Et l’écologie de la vie des écrivains ? C’est-à-dire l’économie de la création ?Un certain agacement m’a prise, j’ai lâché la lecture car au bout de quatre paragraphes de l’article, il n’est toujours pas question de la rémunération des auteurs lors de la vente d’un livre, d’occasion ou pas. Je ne saurai donc pas si vous en parlez, de cette priorité des priorités, mais si c'est le cas, c'est trop loin dans l'article. Dès que vous parlez de vente d’occasion, il est impératif d’exiger une rémunération de l’auteur. Ne pas en parler est un scandale. Comparer avec les auteurs de musique ou de cinéma. Le cinéma a trouvé un système, de prélever sur le ticket une part qui va aux auteurs. Tout prix de livre, tout acte marchand relatif au livre neuf ou d'occasion, doit être prélevé, de la même façon, d’une fraction qui doit financer la création des auteurs et leur vieillesse, et leur dignité. Bonjour les rémunérés de la chaîne du livre, éditeurs, journalistes, utilisateurs de livres, professeurs, bibliothécaires, qui maniez des livres au travail et vivez votre vie de bourgeois, en nous bouffant le foie. Quelle honte ! Au combat ! J'entends votre objection, "ce n'est pas le sujet". Précisément, comment se fait-il que ce ne soit jamais le sujet ?

Gilles

22/06/2023 à 13:15

Le cinéma ne vend rien d'occasion, donc la comparaison est nulle et non avenue.
Sinon, du coup, si j'achète un livre neuf et que je le revends sur le Bon Coin, comment on me taxe pour l'auteur et combien ?
Si vous revendez une table de jardin de la même manière, vous devrez donc repayer le fabricant/détenteur du brevet ?

Domino

22/06/2023 à 14:34


Actualitte a d’ailleurs commis une coquille éloquente dans son message envoyé aux boîtes aux lettres courriel : « Le scandale écologique du pillon ».
C’est « Le scandale écologique du Pillons ! (les auteurs) qu’il eût fallu orthographier
(notamment en espérant regratter sur le bon coin trois sous pour sa pomme tandis que les auteurs crèvent bouche ouverte). Allez-y, « Pillons », Pillez ! Je ne compte pas convaincre la Noblesse ni le Clergé, il y a mieux à faire.

Domino

22/06/2023 à 14:38

Actualitte a d’ailleurs commis une coquille éloquente dans son message envoyé aux boîtes aux lettres courriel : « Le scandale écologique du pillon ».
C’est « Le scandale écologique du Pillons ! (les auteurs) qu’il eût fallu orthographier
(notamment quand on espère regratter sur le bon coin trois sous pour sa pomme tandis que les auteurs crèvent bouche ouverte).
Allez-y, « Pillons », Pillez ! Je ne compte pas convaincre la noblesse ni le clergé, il y a mieux à faire.

Guigue

22/06/2023 à 16:05

Bonjour,
La différence entre votre table de jardin (ou votre livre) est que vous l'avez acheté... et donc que ceux l'a créée, fabriquée, distribuée ont été rémunérés.
Par contre, quand un livre invendu revient de chez un libraire, l'éditeur est facturé par le distributeur car il n'a fait que le déposer..
Quand il est ensuite stocké, l'éditeur est facturé par le distributeur...
Quand il est ensuite pilonné, l'éditeur est facturé par le distributeur...
Et comme il a été imprimé et ensuite retourné, stocké, pilonné, l'éditeur a tout de même payé l'imprimeur...

Et si l'éditeur revend ensuite ce livre à un soldeur, c'est à un prix tellement minime qu'il ne couvre qu'une minuscule part des dépenses citées plus haut et que cela représente une perte pour lui.

Je me demande ce que dirait un auteur si on lui demandait de contribuer à cette perte...

Scan le Gentil

22/06/2023 à 13:26

Les bouquins des politiques qui ne se vendent presque pas, voire jamais, mais que les éditeurs produisent pour copiner, rien que ça, c'est une catastrophe. Et quand on voit qu'ils sont distribués et disposés en rayonnage pour juste donner une "couleur" politique au présentoir, ça donne une idée du gâchis.

Yves Morel, Librairie eMLS

22/06/2023 à 13:35

Merci pour la qualité de cet article. Je jette un autre éclairage dans ce débat, celui du livre numérique, et de son développement.

Le numérique est souvent décrié comme source importante d'émission de CO2, et c'est vrai car un terminal numérique peu utilisé est une cause inutile d'émission de CO2. Pourtant, dans bien des usages, le numérique est une voie intéressante pour parvenir à la nécessaire réduction de notre impact. Il n'y qu'à comparer le bilan carbone d'une réunion en visio, et en présentiel.

En ce qui concerne le livre numérique, il peut aujourd'hui être lu sur son smartphone de manière relativement confortable. Là, l'émission de CO2 est très faible, le smartphone est déjà là.

Pourquoi les éditeurs ne testeraient-ils pas les volumes devant être imprimés en effectuant un pré-lancement numérique ? Que pourrait-on faire pour permettre au numérique de prendre une place plus importante dans le lectorat ?

Comme vous, je préfère lire sur un support papier que sur un support numérique, et, en tant que libraire numérique et papier, je suis attaché au livre papier. Mais encore plus soucieux de l'avenir du climat et de la planète.

marion

22/06/2023 à 16:28

Très bel article qui fait la synthèse sur le plan de la fabrication.
Un élément qui n'est pas cité : la trésorerie ! Les maisons d'édition, et surtout les grands groupes éditoriaux, fonctionnent sur le paiement des mises en place chez les libraires que le livre se vende ou non : donc même si le livre n'est pas vendu, il a généré un capital qui permet de fabriquer le livre suivant et d'envoyer le premier au pilon ! Ce système vicié implique beaucoup de nouveautés, ce qui ne rend pas la tâche aisée pour les libraires et qui obstrue la visibilité des plus petites structures.

sandra ZTL

23/06/2023 à 10:19

Merci Marion pour cet éclairage que peu de personnes connaissent, et qui en effet met à mal de petites structures comme la mienne.

Denis

23/06/2023 à 07:22

Pas un mot sur le print on demand !?

Vanessa Chauvin-Degenne

24/06/2023 à 17:51

Article vraiment intéressant. Merci à so auteur.

Aurelien Terrassier

25/06/2023 à 11:56

Vaste question aux réponses pas si simples. En effet, s'il faut éviter de réimprimer des ouvrages à faible demande et éviter le transport longue distance pour le recyclage de papier, il n'existe toujours pas une machine de la taille d'une imprimante avec laquelle chaque personne pourrait recycler ses anciens livres et autres prospectus et emballages. Epson avait déjà conçu un prototype de la taille d'une armoire il y a quelques années déjà. Pour ma part, même si ce n'est pas l'unique solution, ça pourrait changer beaucoup de choses car même si la majorité des papiers dans les bacs jaunes sont recyclés le compte n'y est pas. Les éditeurs eux et c'est précisé en début de page adoptent une éthique ecoresponsable contre la déforestation. C'est en tout cas la politique du Livre de poche. C'est pas mal il faut que ça continue et cela doit inciter les éditeurs à faire de leur mieux pour l'eco-conception tout en sachant que les liseuses par ailleurs ne sont pas si écologiques que ça vu qu'elles usent de certains métaux rares et qu'il n'y a pas d'eco-conception. Après le recyclage des composants existe aussi. C'est tout un programme.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Après Fayard, quelle maison d'édition pour Isabelle Saporta ?

Son départ fracassant des éditions Fayard en mars dernier n’aura pas laissé la direction de la maison trop longtemps vacante. Mais depuis, l’ancienne de Marianne et France Inter n’est pas restée inactive. Licenciée en avril, elle attend son heure…

18/06/2024, 16:34

ActuaLitté

Adeline Gaüzere et Elisabeth D’Adderio intègrent la maison Dargaud

Le comité de direction de Dargaud vient d’intégrer deux nouvelles recrues, Adeline Gaüzere et Elisabeth D’Adderio, à la suite du départ de Marie Parisot,  directrice marketing depuis janvier 2018.

17/06/2024, 18:13

ActuaLitté

Barry Lyndon, un ouvrage hors norme autour du film de Stanley Kubrick

Barry Lyndon, ce film emblématique, incarne le summum du perfectionnisme cinématographique grâce à l'attention minutieuse de son réalisateur pour les détails et les images. Pourtant, peu d'écrits ont exploré cette immersion picaresque dans le XVIIIe siècle tourmenté depuis un demi-siècle. Les éditions Simeio initient un financement participatif pour réaliser un ouvrage hors norme autour de ce film...

17/06/2024, 11:43

ActuaLitté

TAS Éditions, la maison qui rend le sport accessible à tous et à toutes

Alors que les Jeux Paralympiques s'ouvriront le 28 août à Paris, pour se tenir jusqu'au 6 septembre, TAS Éditions, la première maison d'édition spécialisée dans le sport pour tous, a été officiellement lancée cet hiver, à Noisy-le-Grand.

17/06/2024, 10:51

ActuaLitté

Malgré la mort de Tim Sale, conclusion annoncée pour Un long Halloween

Quelques mois après la mort Tim Sale, décédé en juin 2022 à l'âge de 66 ans, DC Comics en révèle un peu plus sur The Last Halloween, un récit en dix épisodes. Celui-ci devrait poursuivre et conclure le légendaire Long Halloween, paru au cours des années 1990.

12/06/2024, 11:36

ActuaLitté

J'ai tout lu : la collection pour apprendre à tout lire

Auzou Éditions annonce la sortie de sa nouvelle collection J'ai tout lu, prévue pour le 6 septembre 2024. Destinée aux jeunes lecteurs dès 5 ans, cette série de premiers romans a été conçue pour rendre la lecture accessible et plaisante.

11/06/2024, 16:24

ActuaLitté

275 livres queer recensés, pour varier lectures et points de vue

Le blog La mare aux mots, qui s'efforce depuis 2011 de promouvoir une culture pour la jeunesse de qualité, a publié un supplément, Plouf !, entièrement consacré aux ouvrages queer. Soit 275 chroniques de livres, pour aider à s'y retrouver dans une production de plus en plus foisonnante. 

11/06/2024, 12:57

ActuaLitté

D'après les contes de Perrault... mais pas trop... juste ce qu'il faut...

Les éditions L’Élan Vert présentent une nouvelle collection signée Sophie Dieuaide : « D’après Perrault mais pas trop ! » Cette année, la maison d'édition met ainsi le conte à l’honneur, avec une approche originale et moderne. Et certainement un joli brin d'humour.

10/06/2024, 11:01

ActuaLitté

Sophie Berlin à la tête des Éditions Tallandier à partir de novembre 2024

Sophie Berlin rejoindra les éditions Tallandier à la rentrée et en assumera la présidence à partir du 1er novembre 2024. Elle prendra le relais de Xavier de Bartillat qui, après avoir dirigé la maison pendant 14 ans, a décidé de « prendre du recul », tout en continuant de servir les éditions Tallandier en tant que conseiller.

07/06/2024, 11:55

ActuaLitté

Un nouveau roman Hunger Games en 2025, au cinéma en 2026

La romancière Suzanne Collins a annoncé la sortie du prochain opus Hunger Games, Sunrise on the Reaping (Levé de soleil sur la Moisson). Prévu pour le 18 mars 2025 en version anglaise, il s'agit d'un préquel qui se situe quarante ans après les événements décrits dans le quatrième tome, La Ballade du serpent et de l'oiseau chanteur (trad. Guillaume Fournier).

06/06/2024, 18:19

ActuaLitté

Un regard neuf sur les luttes féministes, venu du Brésil

Angélica Lopes est une autrice jeunesse primée et très populaire au Brésil. Elle publie son premier texte en France, qui est aussi son tout premier roman « pour adultes », La Malédiction des Flores (trad. Marine Duval) au Seuil. À l'occasion d'une rencontre de presse à Paris, ActuaLitté a pu s'entretenir avec cette dernière.

06/06/2024, 17:17

ActuaLitté

Éric Hazan, fondateur des éditions La Fabrique, est mort

Éric Hazan, fondateur des éditions La Fabrique et reconnu pour son engagement à la gauche, est décédé le jeudi 6 juin à l'âge de 87 ans.

06/06/2024, 13:59

ActuaLitté

Confessions d'un tableau vénitien et aventures baroques

Depuis mon enfance, j’ai toujours dialogué avec les tableaux anciens. Je leur parlais et ils me répondaient, ou m’apostrophaient eux-mêmes. Avec certains, je suis devenu ami. Je leur confiais des secrets, et ils me dévoilaient les grands événements de leur longue existence. 

05/06/2024, 18:18

ActuaLitté

Léon le bourdon, Mireille l'abeille et les autres fêtent leur 30 ans

Aux noms de Mireille l'abeille, Margot l'escargot, Loulou le pou ou Georges le rouge-gorge, plusieurs générations se souviennent avec émotion, nostalgie et bonheur, de leur enfance. L’univers des Drôles de Petites Bêtes d'Antoon Krings célèbre ses 30 ans. 73 petites bêtes, 21 millions d'albums vendus, 18 langues dans le monde, et la petite dernière, Lily Pissenlit. 

05/06/2024, 18:12

ActuaLitté

Lise Boëll nouvelle PDG des Éditions Fayard

« Éditrice chevronnée au parcours marqué par de nombreux succès éditoriaux », Lise Boëll aura pour mission de poursuivre le développement des Éditions Fayard en fiction et non fiction, « au service du rayonnement des auteurs et du catalogue prestigieux de la maison », dévoile Hachette Livre dans un communiqué.

05/06/2024, 15:56

ActuaLitté

Européennes : libraires et éditeurs déroulent leurs propositions

À quelques jours des élections européennes, qui se déroulent le 9 juin prochain en France (et le 8 pour certains territoires d'outre-mer), la Fédération des éditeurs européens (FEE) et la Fédération européenne et internationale des libraires (EIBF) ont publié des manifestes adressés aux candidats. Une série de suggestions, entre la défense du droit d'auteur, le soutien à l'innovation et l'incitation au développement durable.

04/06/2024, 14:17

ActuaLitté

Les Impressionnistes, désormais accessibles à toutes et tous

Voici une Histoire de l’Impressionnisme accessible à tous : les éditions Kilema et le Musée d’Orsay ont travaillé à une collection d’ouvrages racontant l’histoire de l’art, en version FALC – Facile à Lire et à Comprendre. Cet ouvrage, avec le soutien du CNL, devient le premier à aborder le mouvement pictural.

04/06/2024, 14:09

ActuaLitté

Aux États-Unis, Naver Webtoon prépare son entrée en bourse

Aux États-Unis, Naver Webtoon, alias Webtoon Entertainment sur le territoire, prépare son entrée en bourse, une décision économique qui devrait lui permettre de lever 500 millions $ à cette occasion. Ce qui valoriserait par ailleurs l'entité à 4 milliards $ tout de même, malgré 140 millions $ de pertes l'année dernière.

03/06/2024, 15:15

ActuaLitté

20 éditeurs, autant de journalistes et 10 minutes pour convaincre

RDVBDAmiens2024 – Après une quinzaine d’années d’expérimentation très fructueuse à Blois durant le BD Boum (du 22 au 24 novembre 2024), le Speed Editing pose ses valises à Amiens. L’Association des critiques et journalistes de bande dessinée a travaillé avec les Rendez-vous de la BD pour organiser ces rencontres entre éditeurs et journalistes. Une mission : faire exister les titres de la rentrée littéraire.

01/06/2024, 18:13

ActuaLitté

Hugues Jallon trop à gauche pour rester patron du Seuil ?

Hugues Jallon, président des éditions du Seuil, a été invité par Vincent Montagne, patron de Média-Participations et du Syndicat National de l'Edition (SNE), à quitter son poste, rapporte La Lettre. Selon le média, seraient en cause le profil anticapitaliste de celui qui est par ailleurs écrivain, des résultats économiques en berne, et plus généralement des tensions en interne, notamment après le départ du directeur de l'édition du Seuil, Adrien Bosc, chez la concurrence Editis.

31/05/2024, 16:50

ActuaLitté

Editis : Lucie Dugit-Gros à la tête de la communication en jeunesse

Mouvement interne au sein du groupe CMI, désormais propriétaire d'Editis. Lucie Dugit-Gros a été nommée directrice de la communication du pôle jeunesse de la structure éditoriale, quittant ses responsabilités en tant que directrice de la communication de CMI France. 

31/05/2024, 10:09

ActuaLitté

Menacées, Les éditions sociales et La Dispute en appellent à l'aide

Les maisons engagées à gauche, La Dispute et Les éditions sociales, portées par la même équipe de trois éditrices, ont besoin d'aide. « Aujourd’hui, des défauts de trésorerie menacent la pérennité de nos maisons. Nous avons besoin de trouver 50.000 € dans les toutes prochaines semaines pour payer nos fournisseurs et nos salaires et passer le cap des prochains mois », partagent-elles. Pour ce faire, elles ont lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule, le 25 mai dernier. 

30/05/2024, 20:21

ActuaLitté

Geraldine Ghislain rejoint les éditions Julliard et Sous-sol

Les éditions Julliard et Adrien Bosc sont heureux d’annoncer l’arrivée de Géraldine Ghislain au poste d’attachée de presse des Editions Julliard et sous-sol. 

29/05/2024, 15:05

ActuaLitté

Paul Eluard, Didier Daeninckx et Bruno Pilorget pour sauver les vacances

Pour son 21e Été des bouquins solidaires, Rue du Monde célèbre les 80 ans du Débarquement et de la Libération en mettant en avant trois ouvrages symboliques : Liberté de Paul Eluard, et deux enquêtes des enfants Sami et Lola signés Didier Daeninckx et Bruno Pilorget. Du 31 mai au 15 août, en achetant un de nos 3 titres, vous nous permettez d'offrir un livre à 5000 enfants « oubliés des vacances ».

27/05/2024, 16:57

ActuaLitté

Mélie Chen quitte Stock et rejoint Bayard

Les éditions Bayard annoncent l'arrivée de Mélie Chen en tant que responsable d’édition de « Bayard Récits », « Littérature intérieure » et « À vif », auprès de Florence Lotthé, directrice générale de Bayard Éditions avec Louis-Pascal Deforges.

27/05/2024, 12:39

ActuaLitté

Redécouverte d'un texte perdu de Philip K. Dick

Philip K. Dick est l’auteur d’une œuvre de science-fiction complexe et foisonnante, régulièrement adaptée au cinéma et plus récemment en série télévisée. Désormais, un texte inédit de ce dernier habillera le sommaire de Multiversalités, premier livre de la collection L'oeil d'or, aux éditions Angle Mort. Un texte de Julien Wacquez.

27/05/2024, 12:00

ActuaLitté

Heropolis : rêve et réalité d'une utopie moderne  

Je me souviens de l’étincelle qui traversa - Zwizz ! - mon cerveau à la lecture de cet article lu sur le site de France Info. C’était juste après la période du Covid. Les multimilliardaires du web, ceux-là mêmes qui nous vendaient leur techno-monde radieux dûment numérisé et métaversé, veillaient, en dignes dévots d’un New Age élitiste et écolo-friendly, à limiter voire interdire l’usage des technologies numériques à leur progéniture.

21/05/2024, 18:37

ActuaLitté

Adeline Barré prend la direction d'Occitanie Livre & Lecture

Cécile Jodlowski-Perra, directrice de l'agence Occitanie Livre & Lecture depuis 2010, se tourne vers le 7e art et prendra au mois de juin la direction de Normandie Images, la structure dédiée au cinéma de la région. Sa successeure a été désignée.

21/05/2024, 10:18

ActuaLitté

L'Ours Paddington, médaille d'or aux prochains JO ?

Avec Michel Lafon, l'Ours Paddington se refait une beauté. Une série de rééditions des albums de Michael Bond est à venir, avec une maquette modernisée et des titres liés à l'actualité. Pour ouvrir cette nouvelle jeunesse, l'album Paddington remporte la médaille d'or sortira le 13 juin, juste avant les Jeux Olympiques de Paris.

17/05/2024, 14:58

ActuaLitté

Les éditions Martin de Halleux s'essayent au financement participatif

Pour la première fois de leur histoire, les éditions Martin de Halleux ouvrent un financement participatif, afin de publier l'ensemble des livres-arbres de la collection Carl Schildbach. Une entreprise inédite autour d'un trésor de la botanique, et deux ouvrages prévus : un broché, l'autre relié, limité et numéroté.

17/05/2024, 10:43

ActuaLitté

La carte de Cassini, première carte générale et particulière de France  

La carte de Cassini, premier relevé général et particulier du royaume de France, et chef-d’œuvre cartographique du XVIIIe siècle, a été reproduite pour la première fois en un seul volume qui se veut d’exception. Édité par Conspiration Éditions, le beau livre comprend 181 feuilles rehaussées à l’aquarelle, reproduites à l’échelle originale pour en restituer toute la splendeur dans les moindres détails. Une vision fascinante de la France de l'époque.

16/05/2024, 18:18

ActuaLitté

Tombée aux mains des promoteurs, Paris n'est plus une fête

Il y eut Les Furtifs d’Alain Damasio, explorant un avenir où en France, l’espace public en tant que bien commun a été totalement privatisé. Par conséquent, les citoyens achètent des droits d’accès. Les riches en tout cas. Et l’ouvrage restait une fiction : dans Paris n’est plus une fête, Hacène Belmessous propose le revers de la médaille. Un essai cette fois, rendant le roman de Damasio plus terrifiant encore.

16/05/2024, 14:13

ActuaLitté

Roman Milan : une nouvelle ère de lecture pour les enfants

RomanMilan — Les éditions Milan lancent en septembre 2024 leur toute nouvelle collection, Roman Milan, des livres conçus pour captiver l’imagination des jeunes lecteurs et les transporter dans des mondes remplis d’aventure, de découverte et de créativité.

14/05/2024, 15:20

ActuaLitté

Mélissa Da Costa revient en août avec Tenir debout

Celle qui en 2023 atteignait la première place du palmarès du Figaro des auteurs français ayant vendu le plus de livres, Melissa Da Costa, revient le 14 août prochain avec son huitième roman, Tenir Debout, édité chez Albin Michel. Un premier extrait : « Nous ne sommes pas le genre de couple à nous embrasser dans un troquet. Nous sommes de ceux qui s’abîment la peau, qui se causent des tourments. Depuis le premier soir. »

13/05/2024, 17:52

ActuaLitté

Climaticide, bigorexie, tchip... Les mots de l'époque, selon Le Petit Robert

En librairie le 16 mai prochain, quelques jours avant son principal concurrent, le Larousse, Le Petit Robert de la langue française a intégré plusieurs mots et définitions supplémentaires. Les dizaines de nouvelles entrées témoignent des « principales préoccupations de notre époque », selon Géraldine Moinard, directrice de la rédaction des Éditions Le Robert.

13/05/2024, 12:54

ActuaLitté

Albin Michel publiera les Mémoires d'Angela Merkel en novembre

Seize années durant, Angela Merkel a porté sur ses épaules le gouvernement de l’Allemagne. À la tête du pays, elle a traversé de nombreuses crises et a marqué la politique et la société allemandes et internationales par son action et sa personnalité. FREIHEIT. Erinnerungen 1954 – 2021 (LIBERTÉ. Mémoires 1954-2021), sortira en Allemagne chez Kiepenheuer & Witsch et paraîtra dans plus de 30 pays.

13/05/2024, 11:36

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

“La même machine qui enterre les librairies indépendantes dirige CNews”

La semaine passée, la librairie Un Livre et une tasse de thé (Paris Xe) décide avec une centaine de consoeurs et confrères d’un message en soutien au nouveau Front populaire. Un post réseau, des centaines de réactions et un engagement pour la mobilisation du 15 juin. Mais le collectif ne s’est pas arrêté à la manifestation…

18/06/2024, 17:10

ActuaLitté

David Ribet, éditeur jeunesse, s'oppose à "une idéologie dangereuse"

Petit à petit, les langues se délient... Depuis l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale par Emmanuel Macron le 09 juin, la coalition de gauche, et de droite, ne laisse personne indifférent. Pas même le secteur du livre, qui a récemment diffusé un texte appelant à faire barrage au RN, relayé par ActuaLitté. C'est désormais au tour de David Ribet, éditeur jeunesse et fondateur de la maison Evalou, de prendre position, dans une tribune publiée sur Linkedin ce mardi 18 juin.

18/06/2024, 16:02

ActuaLitté

Les nouveaux libraires, passionnés mais sans-le-sou

RNL24 — Malgré les difficultés présentes et à venir, le métier de libraire reste attractif, à en croire plusieurs chiffres présentés pendant les Rencontres nationales de la librairie. Les ouvertures de commerces se maintiennent, année après année. Mais, passés l'enthousiasme et l'effervescence de l'inauguration, que reste-t-il ? Une étude du cabinet Axiales fait le point.  

18/06/2024, 15:55

ActuaLitté

Écologie du livre : “Le système actuel nous amène dans le mur”

RNL24 — En une poignée d'années, l'écologie sera passée des marges des Rencontres nationales de la librairie à sa matinée d'ouverture. Les signes, si cela restait à démontrer, d'une inquiétude et d'une certaine impatience qui montent au sein de la profession, mais plus largement dans la chaine du livre.

18/06/2024, 11:41

ActuaLitté

La Dante de Montpellier promeut la création franco-italienne

L’association culturelle La Dante de Montpellier s’est associée à un magazine littéraire indépendant et autofinancé — Fumo Magazine — pour produire ensemble D’Ailleurs, une anthologie illustrée de 10 textes, strictement bilingue. Leurs deux chemins se sont croisés pour célébrer la passion littéraire.

18/06/2024, 11:30

ActuaLitté

Influenceurs, auteurs, éditeurs, libraires : la volonté de résister

Tribunes pour faire barrage au Rassemblement national, prises de positions contre les propositions de ce parti, appel à voter pour le Nouveau Front Populaire... À moins de deux semaines du premier tour d'un scrutin historique pour la politique française moderne, les acteurs de la culture et des métiers de l'écrit, éditeurs, auteurs, illustrateurs ou encore scénaristes, se mobilisent.

18/06/2024, 10:24

ActuaLitté

Le groupe Delcourt chercherait un repreneur

Réunissant les maisons Delcourt, Soleil et Tonkam, le groupe dirigé par Guy Delcourt aurait confié à la banque Rothschild le mandat pour une cession, apprend ActuaLitté. La structure, qui s'était déjà vu prêter (à tort) un rapprochement capitalistique avec Hachette Livre en 2017, n’a pour l’heure pas fait de commentaires.

17/06/2024, 18:18

ActuaLitté

Disparition du dessinateur Étienne Willem

Auteur publié chez Grand Angle (Bamboo), le dessinateur Étienne Willem est décédé ce 16 juin, confirme son éditeur. « Cette nouvelle nous laisse tous, ses proches et ses amis, dans une sidération douloureuse », indique le groupe Bamboo dans un communiqué.

17/06/2024, 18:06

ActuaLitté

“Barrage au Rassemblement national” : l'appel des acteurs du livre

Les différents partis ont présenté la liste des candidats qui se présenteront pour les élections législatives de ces 30 juin et 7 juillet. Alors qu’un silence confus s’installait, une cinquantaine de libraires, éditeurs, éditrices, auteurs et autrices se mobilisent pour un lancer appel au vote. Objectif : ne pas laisser l’extrême droite l’emporter.

17/06/2024, 17:01

ActuaLitté

En 2023, le Québec comptait une librairie de plus sur son territoire

Paradoxale situation, pour les librairies de la Belle Province : alors que l’industrie québécoise a appris l’implosion d’une des deux organisations professionnelles de libraires, le nombre de commerces se stabilise. Avec une croissance continue depuis 2016.

17/06/2024, 15:46

ActuaLitté

Motivés et combattifs face à l'adversité : les libraires tournés vers l'avenir

RNL24 — Les libraires ont investi le Palais des Congrès et de la Musique de Strasbourg pour deux jours, le temps des Rencontres nationales de la profession. La stagnation des ventes, les projections quelque peu déprimantes et la banalisation de l'extrême droite n'ont pas entamé l'enthousiasme des participants ni leur confiance en la résilience de la librairie.

17/06/2024, 13:47

ActuaLitté

Rencontres et dédicaces d'auteurs : les tarifs Charte pour 2025

Les recommandations de la Charte en matière de rémunération sont révisées et votées chaque année lors de l'Assemblée générale. Le 13 juin 2024, l'Assemblée générale a approuvé l'indexation des recommandations tarifaires sur l'indice des prix à la consommation, entraînant une augmentation de 2,2 % (indice Insee de mai 2024). Ces révisions n'affectent pas les engagements pris avant cette date.

17/06/2024, 12:11

ActuaLitté

À Argenteuil, poursuivre l'histoire de la librairie Presse Papier

Argenteuil, ville marquée par son dynamisme culturel, abrite la librairie Presse Papier depuis 44 ans. Fondée par Gilles et Catherine Bruey, cette institution de 300 mètres carrés ne s'est pas contentée de vendre des livres. Elle est devenue un pilier de la culture locale, organisant des salons littéraires et des festivals pour enfants, tout en collaborant avec les écoles et les comités d'entreprise de la région.

17/06/2024, 10:08

ActuaLitté

Audiolivres : un auteur ouvre un recours collectif contre Amazon

Convaincu que le géant américain a instauré un monopole sanctionnant les auteurs, un écrivain appelle ses confrères à un recours collectif. Selon lui, Amazon empêche toute concurrence, en pénalisant l’impudent qui vendrait ses audiolivres sur d’autres plateformes.

17/06/2024, 09:49

ActuaLitté

Une étude annonce des années noires pour la librairie indépendante

RNL24 — Le cabinet Xerfi, partenaire de longue date du Syndicat de la librairie française, présente aux Rencontres nationales de la librairie des études consacrées au commerce du livre. Cette année, les professionnels s'en seraient bien passés : des projections 2024-2025 annoncent d'importantes difficultés pour les librairies, avec des résultats nets inférieurs à 0, en moyenne, quelle que soit la taille de l'établissement.

16/06/2024, 18:14

ActuaLitté

Librairies : “N'attendez pas fermetures et licenciements pour agir”

RNL24 — Les 7es Rencontres nationales de la librairie se sont ouvertes ce 16 juin au matin, à Strasbourg, dans un contexte particulier. Déjà préoccupée par la réduction des marges et la hausse des charges, la profession n'ignore pas non plus la prochaine échéance électorale et le risque d'une extrême droite au pouvoir.

16/06/2024, 14:26

ActuaLitté

Faut-il une trêve des nouveautés pour faire la guerre à la surproduction ?

RNL24 — Le Syndicat de la librairie française (SLF), organisateur des Rencontres nationales de la librairie, a réclamé aux éditeurs une « baisse drastique de la production de livres ». La plupart des librairies, asphyxiées par un système en roue libre, aspire en effet à un peu d’air. Depuis plusieurs mois, quelques points de vente forcent le passage au sein de la foule des nouveautés, en imposant leur rythme et une trêve pas toujours bien acceptée par les distributeurs-diffuseurs.

16/06/2024, 10:40

ActuaLitté

Mobilisations en France : “La promesse du RN ? Le Retour en Narrière !”

« Faites attention, quand une démocratie est malade, le fascisme vient à son chevet, mais ce n’est pas pour prendre de ses nouvelles. » Cette citation attribuée à Albert Camus, sans trop de certitudes, n’en illustre pas moins la situation actuelle. Celle qui conduirait quelque 350.000 personnes à descendre dans les rues de France, ce 15 juin.

15/06/2024, 18:08

ActuaLitté

Google Books numérise les recherches de l'armée américaine

Google Books annonce un vaste projet de numérisation d’archives, en partenariat avec la bibliothèque du Centre de recherche et de développement des ingénieurs de l’armée américaine (ERDC). Cela permettra de multiplier le volume d’informations disponible en ligne, via le Corps du génie de l’armée de terre des États-Unis, par quatre, assurant une diffusion du savoir au plus grand nombre.

15/06/2024, 10:28

ActuaLitté

Cinq personnes condamnées pour des menaces contre Bastien Vivès

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné, ce 13 juin, cinq personnes à des peines allant de deux à sept mois de prison avec sursis, ainsi qu'à des amendes, pour avoir proféré des menaces à l'encontre de Bastien Vivès. Après l'ouverture d'une enquête pour diffusion d'images pédopornographiques, l'auteur avait reçu plusieurs messages.

14/06/2024, 09:58

ActuaLitté

Autour de Matzneff, une plaignante dénonce un réseau pédocriminel

Auprès du quotidien Libération, Inès Chatin a décrit un réseau pédocriminel dont elle aurait été la victime, « les hommes de la rue du Bac ». Dans un appartement du 7e arrondissement de Paris, plusieurs hommes, dont Gabriel Matzneff, Jean-François Revel et Claude Imbert, se seraient livrés à des sévices sexuels et des viols sur des mineurs.

14/06/2024, 09:26

ActuaLitté

Inquiété par l'extrême droite, le secteur du livre attentiste

Les résultats obtenus par les partis d'extrême droite, à l'occasion des élections européennes, font déferler une véritable vague brune sur le Parlement. En France, la dissolution de l'Assemblée nationale annoncée par Emmanuel Macron, après la défaite de son parti, laisse craindre un gouvernement d'extrême droite. Les principales organisations du livre réagissent timidement, sur la défensive, à ces bouleversements politiques.

13/06/2024, 16:46

ActuaLitté

Une librairie 100 % anglophone remplace Stéphane Plaza à Versailles

Versailles comptera un établissement de plus avec l’ouverture prochaine d’une librairie Smith&Son – soit la troisième que dirige Patrick Moynot. Et pour la petite histoire, c’est dans une ancienne agence Stephane Plaza, qui a fermé, que se déploiera cette offre 100 % anglophone.

13/06/2024, 13:12

ActuaLitté

Porter la BD sur scène, le nouveau projet de Comics Beyond

Le dispositif Comics Beyond, soutenu par la Commission européenne dans le cadre du programme Europe Créative, revient en force pour mettre la BD en lumière et révéler de nouveaux talents. C’est par des appels à candidatures que l’initiative prend vie. Fort d’une première session qui a suscité nombre de participations, Comics Beyond élargit son offre en proposant une seconde occasion, ouverte à tous, la seule frontière étant celle de la créativité.

13/06/2024, 11:40

ActuaLitté

À la prison de Tarbes, une offre socioculturelle “quasi inexistante”

La Contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL), Dominique Simonnot, a publié plusieurs recommandations « en urgence » après le constat « de nombreux dysfonctionnements entraînant des atteintes graves aux droits des personnes » détenues au sein de la maison d'arrêt de Tarbes. Parmi ces manquements, une offre socioculturelle « quasi inexistante » et un accès à la bibliothèque très compliqué.

13/06/2024, 10:06

ActuaLitté

Arnaud Nourry, ancien PDG de Hachette, fonde Les Nouveaux éditeurs

Ce mercredi 12 juin, Arnaud Nourry, ancien PDG de Hachette Livre et de Lagardère Publishing, annonce la création de « Les Nouveaux Éditeurs », un groupe de maisons d’édition indépendant permettant à tous les éditeurs qui le souhaitent, la possibilité de réaliser leur projet éditorial en créant leur maison d’édition au sein du nouveau Groupe.

12/06/2024, 17:07

ActuaLitté

La Commission européenne ouvre son enquête sur les contrats d'édition

Pressée par le Parlement quant à la situation des artistes auteurs, la Commission européenne se penche sur le sujet de manière concrète, en ouvrant une enquête sur les conditions contractuelles pratiquées dans l'édition et d'autres domaines artistiques. Les réponses doivent être données avant le 21 juin prochain.

12/06/2024, 16:40

ActuaLitté

Québec : Moins de livres chez Costco, plus de monde en librairie ?

Le géant américain Costco, enseigne de grande distribution discount, comptait jadis nombre de livres sur ses étals, et représentait ainsi une part importante du marché de l’édition au Québec. Récemment, l’entreprise a annoncé l’arrêt de la commercialisation des livres au sein de ses magasins dès janvier 2025. Une mesure d’abord effective aux États-Unis, qui pourrait se poursuivre au Québec, privant ainsi le marché « d’environ 10 % de son chiffre d’affaires ».

12/06/2024, 16:31

ActuaLitté

La maison d'Ursula K. Le Guin devient une résidence d'auteurs

La maison d'Ursula K. Le Guin, située à Portland, dans l'Oregon, état de l'ouest des États-Unis, accueillera prochainement des auteurs en résidence. La famille de l'écrivaine, décédée en 2018, a confié la bâtisse du XIXe siècle à l'organisation à but non lucratif Literary Arts.

12/06/2024, 14:34

ActuaLitté

La police britannique s'excuse de l'arrestation d'un éditeur français

Le 17 avril 2023, alors qu'il se rendait à la Foire du Livre de Londres, Ernest Moret, des éditions de La Fabrique, était arrêté et détenu 24h durant par la police antiterroriste britannique. Cette action de la Metropolitan Police était qualifiée un an plus tard d'illégale. L'institution s'excuse à présent publiquement auprès du principal intéressé, nous rapporte La Fabrique.

12/06/2024, 14:34

ActuaLitté

Mort et renaissance d'une librairie emblématique

La Livraria Cultura de Conjunto Nacional, située sur la fameuse Avenida Paulista, à São Paulo, était un lieu de culture en même temps qu'une attraction touristique. Faisant face à de sérieux problèmes financiers, l'adresse ouverte à la fin des années 1960 a dû définitivement fermer ses portes ce printemps. 

12/06/2024, 12:54

ActuaLitté

Françoise Hardy, entre les lignes

L'autrice-compositrice-interprète Françoise Hardy, qui a signé plusieurs livres au cours de carrière, est décédée ce 11 juin 2024 à l'âge de 80 ans, a annoncé son fils Thomas Dutronc. Outre sa discographie éclectique, ancrée dans les années yéyé mais développée ensuite du côté de la pop, du funk ou du disco, elle laisse quelques textes derrière elle.

12/06/2024, 09:58

ActuaLitté

Dolpo : les nouveaux libraires en ligne

Face aux récents changements qu'a connus l'industrie du livre ces dernières années, trois passionnés de littérature ont uni leurs forces pour créer une librairie en ligne, offrant un conseil personnalisé des plus précis. Dolpo ambitionne de redorer l'image du livre en ligne, en offrant une expérience client au plus proche des librairies traditionnelles.

11/06/2024, 16:50

ActuaLitté

Les éditeurs belges réunis pour conquérir la France et ses librairies

L’union fera la force, et ce, dès la rentrée 2024 : les éditeurs francophones de Belgique disposeront d’une solution mutualisée pour rendre leurs ouvrages plus visibles en librairies. Ce modèle inversera la situation observée en proposant de regrouper une vingtaine de structures autour d’une diffusion-distribution collective.

11/06/2024, 15:00

ActuaLitté

La dépouille du Prix Nobel Miguel Angel Asturias rentre au Guatemala

Le célèbre poète et écrivain guatémalien Miguel Angel Asturias, Prix Nobel de littérature en 1967, reposait au cimetière du Père-Lachaise, à Paris, depuis son décès en 1974. Sa dépouille sera prochainement exhumée pour rejoindre le Guatemala, alors que le pays est en pleine transformation politique.

11/06/2024, 14:59

ActuaLitté

Matita : des silent books d'architectes alliant beauté et écologie

Matita - qui en italien signifie « crayon » - est une maison d'édition indépendante fondée à Venise il y a deux ans par Delphine Trouillard. Sa production éditoriale se déploie en une collection de silent books écologiques, conçus par des architectes. En septembre sortira le « Livre 3 », la dernière
parution de cette initiative franco-italienne.

11/06/2024, 12:54