#Droit / Justice

Avec ou sans pandémie, le difficile accès aux livres des détenus français

La pandémie de Covid-19 aura fait vivre à l'ensemble de la population l'expérience du confinement, de la privation de liberté et des difficultés qui les accompagnent. Parmi ces dernières, l'accès aux livres et à la lecture. Pour les détenus des prisons françaises, ce droit reste très difficile à faire appliquer, les progrès sont timides et le statu quo souvent de mise. La crise sanitaire, évidemment, n'améliore pas les conditions.

Le 02/04/2021 à 11:53 par Antoine Oury

3 Réactions | 163 Partages

Publié le :

02/04/2021 à 11:53

Antoine Oury

3

Commentaires

163

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Le 8 mars dernier, Nicolas Norrito, cofondateur des éditions Libertalia, découvre à l'ouverture de la librairie, située à Montreuil, un colis renvoyé à l'expéditeur. Envoyé le 2 mars, le colis contient plusieurs ouvrages, signés par Jack London et Rosa Parks, destinés à un détenu de la Maison d'arrêt de Bois d'Arcy. Celui-ci en avait fait la demande, par courrier, à la maison d'édition.

L'éditeur est surpris par ce retour à l'envoyeur, d'autant plus qu'il a « souvent envoyé des livres aux détenus, même si cela faisait un moment », nous explique Nicolas Norrito. « Je pensais que la législation n'avait pas changé. Mais, désormais, il faut passer par une visite au parloir ou un avocat », constate-t-il.

Le colis envoyé par Libertalia (source)

Pour ce détenu en particulier, les livres arriveront finalement à bon port : la direction de l'établissement et la direction interrégionale, alertées, feront en sorte que le colis atteigne son destinataire. « Sur ce coup-là », conclut Norrito, « ça a fonctionné, mais de façon plus générale, force est de constater que l'accès aux livres est compliqué pour les détenus isolés ». 

Les colis de livres en sursis

Il l'est particulièrement, en effet, tant le Code de procédure pénale et les arrêtés réglementaires compliquent la procédure. « La procédure d'envoi de colis répond aux règles en vigueur relatives au maintien des liens extérieurs des personnes détenues par les visites et l'envoi ou la réception d'objets. La réception ou l'envoi des objets autorisés, par une personne détenue, de la part de leurs proches ou de leurs visiteurs de prison peut s'effectuer par colis postal », nous indique ainsi la Direction de l'administration pénitentiaire.

Les règles en vigueur ne sont pas spécialement favorables aux livres envoyés par colis, justement. L'article 43 de la loi n° 2009-1436 du 24 novembre 2009 pénitentiaire précise que « [l]es personnes détenues ont accès aux publications écrites et audiovisuelles », dans des limites fixées par l'autorité administrative. Quant aux possibilités d'envoi et de réception d'objets par colis, selon l'article Article D430 du Code de procédure pénale (CPP), elles dépendent d'un arrêté du ministre de la Justice : le dernier en date remonte à 2011 et il ne cite pas les livres, à l'exception des « documents scolaires (cahiers, carnets de correspondance, livret) »...

La possibilité d'un envoi de livres par un éditeur (Article D443-2 du CPP), elle, a été abrogée en 2013.

Autrement dit, la bonne réception d'un colis de livres en prison « dépend d'un grand nombre de réactions, et notamment de la tolérance de certains chefs d'établissements », remarque-t-on.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L'Intérieur garde le livre à l'extérieur

Quelques jours avant les déboires de Libertalia, une autre situation a révélé des problèmes d'accès aux livres, dans un cadre différent. Ce 25 février marque le dernier jour d'un procès d'assises où plaide notamment Me Safya Akorri. La cour vient de partir en délibéré, laissant une dizaine d'accusés dans l'attente de leur jugement.

« 10 à 12 heures de délibéré sont prévues », nous raconte l'avocate. « Sur la dizaine d'accusés, les trois les plus proches de moi ont pris des livres pour patienter, dans l'attente du verdict, qu'on leur a retirés au matin, sans motif particulier. » Décidée à ne pas laisser les accusés sans lecture, Me Akorri propose aux gendarmes présents alors de prêter ses propres livres, en se pliant bien entendu à un éventuel contrôle à des fins de sécurité.

« Selon eux, l'administration pénitentiaire n'acceptera en aucun cas. Et effectivement, elle n'a rien voulu savoir. » Un appel à la direction régionale de la pénitentiaire permettra de débloquer la situation, puisqu'elle autorise l'avocate à prêter ses livres, à condition de les récupérer à son départ. Cette fois encore, cette situation particulière s'est résolue grâce à la volonté de l'avocate — et de l'avocat général, souligne-t-elle —, mais la règle générale semble, elle, défaillante.

En effet, nous rappelle la Direction de l'administration pénitentiaire, les personnes détenues en transit, « au dépôt », comme ici, relèvent du ministère de l'Intérieur, et non de la Justice. Toutefois, les agents chargés de la sécurité, ce jour-là, sont rattachés au Centre Pénitentiaire de Paris La Santé, qui dépend, lui, de l'administration pénitentiaire, donc du ministère de la Justice.

De plus, souligne Me Safya Akorri, « ce n'est pas parce qu'une circulaire existe [concernant l'accès aux livres des détenus] que cette culture-là est transmise aux agents pénitentiaires : je ne pense pas que cet aspect soit forcément présent dans leur formation. Pourtant, les délinquants et criminels n'en sont pas moins des personnes, qui peuvent aussi être cultivées », conclut-elle.

Des inégalités entre les bibliothèques

Ces événements « en périphérie » de la prison laissent imaginer la situation à l'intérieur des établissements. Pourtant, la question de l'éducation des détenus survient rapidement au cours de l'histoire pénitentiaire. La politique carcérale prône en effet la réhabilitation des détenus par le redressement religieux, puis moral à la faveur de la laïcisation, mais aussi par l'apprentissage manuel et intellectuel.

Si la présence de professeurs reste pratiquement un vœu pieux, les bibliothèques de prison apparaissent dès le milieu du XIXe siècle, puis « leur développement et leur mise en avant au sein des établissements pénitentiaires s'inscrivent plus particulièrement depuis les années 1980 dans la cadre de la politique culturelle menée par les deux ministères [Justice et Culture, NdR] », rappelle l'administration pénitentiaire.

Bibliothèque de la Santé (photo Jean-Baptiste Devouassoux)

Aujourd'hui, « [l]a bibliothèque en détention a acquis au sein de chaque établissement une véritable légitimité », poursuit l'administration. Et pour cause, puisqu'elle constitue la principale voie d'accès aux œuvres et en particulier à l'écrit. Le Décret n° 2013-368 du 30 avril 2013 indique à ce titre que la personne détenue « se voit proposer un choix de livres, journaux et périodiques du fonds documentaire de la médiathèque de l'établissement ».

Malheureusement, ces bibliothèques de prison, bien qu'anciennes, restent la plupart du temps sous-dotées et insuffisamment considérées par l'administration et les directions.

« Les bibliothèques, vecteur central de l’accès aux livres en détention, existent dans l’ensemble des établissements, mais le Contrôleur général des lieux de privation de liberté constate de fortes disparités entre elles (accessibilité, qualité et diversité des fonds documentaires, etc.) », nous indique Dominique Simonnot, qui assume ce rôle de contrôle du respect des droits fondamentaux des détenus. L'administration pénitentiaire, de son côté, précise que « [s]ur les 188 établissements pénitentiaires, seules 2 maisons d'arrêt en outre-Mer ne disposent pas d'une bibliothèque et deux centres de semi-liberté en métropole ne bénéficient pas de cet espace ».

POLITIQUE : Banksy rend hommage au pouvoir émancipateur de l'écriture

Le rapport Orsenna, consacré à la lecture publique et remis en 2018 à la ministre de la Culture de l'époque, s'était d'ailleurs intéressé à l'accès aux livres dans les prisons, où le public peut être considéré comme prioritaire. Trois ans plus tard, ses recommandations n'ont pas été suivies, et un récent rapport parlementaire souligne que « l’accès des détenus aux bibliothèques est très contraint et les moyens budgétaires consacrés aux bibliothèques (le plus souvent associatives), sont très limités ».

En 2019, l'axe « Bibliothèques », fléché dans le cadre des consommations annuelles, « s'est élevé à hauteur de 785.562 €, soit une hausse de 5,94 % depuis 2017 », précise le ministère de la Justice. « Ces consommations financent aussi bien la gestion quotidienne de la bibliothèque que la mise en œuvre d'activités collectives en son sein. »

Le quotidien d'une bibliothèque

Pour le grand public, difficile d'imaginer à quoi peut ressembler une bibliothèque de prison, considérablement éloignée des bibliothèques publiques. Depuis le 1er juillet 2020, Jean-Baptiste Devouassoux, auparavant à la Bibliothèque publique d'information, est chargé de la gestion de la bibliothèque de la maison d'arrêt de la Santé, située dans le 14e arrondissement de Paris.

Salarié de l'association Lire pour en Sortir, il est mis à disposition de l'établissement pénitentiaire dans le cadre d'une convention tripartite entre l'association, la maison d'arrêt et le Service pénitentiaire d'insertion et de probation. « À ma connaissance, il s'agit de la seule maison d'arrêt à avoir mis cela en place », nous explique-t-il. « Cela me permet de disposer d'un bureau au sein de la détention, ce qui offre une proximité avec les détenus. Je peux aussi me rendre dans tous les quartiers de la prison, y compris disciplinaires et celui des détenus radicalisés ». 

Bibliothèque de la Santé (photo Jean-Baptiste Devouassoux)

Abritant 970 personnes, la prison de la Santé a été ouverte en 1867, puis rouverte après travaux en 2018 : elle est séparée en 7 secteurs, pour autant d'espaces bibliothèques — à savoir une bibliothèque principale et 6 annexes, dans les différents bâtiments, auxquelles viennent s'ajouter quelques boîtes à livres. Ces espaces sont ouverts 3 heures le matin et 3 heures l'après-midi, gérés par Jean-Baptiste Devouassoux et des auxiliaires de bibliothèque — des détenus rémunérés qui effectuent des tâches de magasiniers.

« Chaque auxiliaire est dédié à une annexe, avec deux auxiliaires affectés à la bibliothèque principale », précise le bibliothécaire. Les accès aux bibliothèques sont, bien entendu, réglementés au sein de l'établissement, qui applique un régime « porte fermée », exige ainsi une autorisation de déplacement et la mise en place de créneaux d'accès aux bibliothèques. Les jauges de présence y sont également limitées — sans lien avec la crise sanitaire : 3 personnes maximum dans les annexes, et 5 dans la bibliothèque principale.

Très bien dotée, de l'aveu même de Jean-Baptiste Devouassoux, la bibliothèque de la Santé compte un fonds de 8600 livres, bientôt porté à 10.000, notamment grâce à un don de la Ville de Paris. Au moment de la réouverture de la Santé, la prison a par ailleurs bénéficié d'un budget conséquent, à hauteur de 100.000 €, grâce aux dons de partenaires, au Centre national du Livre et à l'administration pénitentiaire, pour constituer un fonds conséquent.

Dans un cadre plus général, les bibliothèques de prison constituent leurs fonds par des acquisitions, donc, mais aussi les dons d'ouvrages par des bibliothèques publiques, associations, et autres partenaires, ou encore le prêt d'ouvrages par des bibliothèques publiques.

La politique documentaire de ces bibliothèques est particulière : « L'idée est d'avoir des livres assez généralistes, des ouvrages qui seront lus. Nous transmettons la liste des acquisitions à la Direction de l'Administration pénitentiaire (DAP), qui la contrôle. Pour les quartiers sensibles, notamment celui des détenus radicalisés, la DAP fournit elle-même une sélection de livres sur certains sujets, comme le djihadisme », nous décrit Jean-Baptiste Devouassoux.

Une attention est aussi portée aux ouvrages en langue étrangère, notamment l'arabe, le russe, le roumain, l'anglais et l'espagnol, une partie des détenus lisant avec difficulté le français.

Les détenus peuvent emprunter deux livres pour une durée de 30 jours, avec un renouvellement possible. « Nous les gérons avec le SIGB Biblix, en mode hors ligne [la connexion à Internet est très limitée dans l'enceinte de la prison, NdR], qui couvre nos besoins », indique la bibliothécaire. « Nous ne sommes pas très pointilleux sur les retards, mais il est parfois difficile de récupérer les livres, en raison des sorties sèches [du jour au lendemain, NdR] et des changements de cellules. Nous essayons de sensibiliser les personnes détenues. »

Médiation et remise de peine

Si elle s'est impliquée dans la gestion de la bibliothèque de la Santé, le cœur du projet de l'association Lire pour en Sortir se trouve dans son programme de lecture. Des bénévoles viennent, par ce biais, rencontrer les détenus d'une quarantaine de prisons françaises. L'objectif étant d'effectuer un travail de suivi d'une lecture, avec un détenu, avec la possibilité de mentionner ce travail dans son dossier en vue de l'obtention d'un aménagement de remise de peine.

Récit de vie, BD, histoire, romans... Les personnes détenues choisissent leurs ouvrages, avant de bénéficier du suivi du ou de la bénévole. L'idée étant de faire découvrir la lecture, ou de donner une habitude de lecture, à des personnes qui sont parfois très éloignées du livre et de la lecture. 

L'importance de ces actions de médiation n'est plus à prouver. D'ailleurs, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté nous indique, citant le personnel pénitentiaire, que « les détenus lisent de moins en moins et ce sujet n’est dès lors pas considéré comme un enjeu majeur [par l'administration pénitentiaire] ».

Bibliothèque de la Santé (photo Jean-Baptiste Devouassoux)

Par ailleurs, si le souci des livres en langues étrangères existe, il ne semble pas généralisé. « Les fonds des bibliothèques sont pauvres en livres en langues étrangères ou alors dans des langues peu adaptées aux besoins. En outre, l’accès aux livres en arabe est plus difficile depuis les attentats de 2015. Le contrôle de ces livres s’est généralisé pour des raisons sécuritaires, car tout livre en arabe venant de l’extérieur est considéré comme un potentiel vecteur de diffusion d’une idéologie violente, ce qui peut entraîner des vérifications très longues voire des rejets non justifiés », ajoute le CGLPL.

La délégation de la politique du livre et de la lecture à des partenaires de l’administration (comme des associations ou des unités locales d’enseignement) vient renforcer des disparités selon les établissements. Le même rapport parlementaire cité plus haut suggère, à ce titre, qu'un « responsable de l’accès à la culture et la lecture [soit] désigné dans chaque établissement », tout en recommandant de laisser davantage d'autonomie aux associations.

Jean-Baptiste Devouassoux, fort de son expérience en bibliothèques publiques, remarque en tout cas que les publics en prison sont demandeurs de médiation et de prescription. « Nous avons beaucoup plus de temps pour échanger avec les personnes détenues, faire du conseil et créer des liens qui sont plus difficiles à tisser dans le service public, ou qui sont peut-être réservés à de petites structures. »

Les conséquences de la crise sanitaire

Particulièrement touchés par la crise sanitaire pour des raisons évidentes liées à la promiscuité et à l'enfermement, les lieux de privation de liberté ont dû s'adapter, le plus souvent au détriment des droits des personnes détenues.

Ainsi, à la prison de la Santé, depuis le mois d'octobre 2020, les rencontres avec les bénévoles et l'accès aux bibliothèques sont suspendus. Toutefois, « l'équipe de direction est particulièrement attentive à la circulation du livre », se félicite Jean-Baptiste Devouassoux. Une solution de distribution a donc été mise en place, avec un chariot de livres qui passe de cellule en cellule et fournit ainsi des livres.

Bien que salutaire, cette solution reste assez lourde à mettre en place : elle mobilise 3 à 4 auxiliaires, mais aussi un surveillant, qui doit être présent en permanence. Par ailleurs, « 3 jours complets sont nécessaires pour faire le tour de la prison », indique le bibliothécaire, ce qui ralentit l'accès aux ouvrages. Mais le succès est au rendez-vous, avec « des statistiques de prêt plus élevées qu'en temps normal », ajoute-t-il.

Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté a aussi constaté ce recul net de l'accès aux livres. « Dans la plupart des établissements, les bibliothèques sont fermées. Le prêt de livre se fait dès lors majoritairement par demande écrite, mais en l’absence de catalogue des livres dans de nombreux établissements, cela revient à faire des demandes à l’aveugle, seuls les détenus les plus motivés se saisissent de cette possibilité », nous indique-t-on. « Dans le meilleur des cas, le prêt de livre est proposé en cellule via un chariot poussé par l’auxiliaire bibliothèque, mais le choix est extrêmement restreint. »

Pour les échanges avec les bénévoles, la situation est plus compliquée, avec une dématérialisation qui s'est imposée et un accompagnement dégradé. Si la visio s'est développée, elle reste réservée aux avocats, sans possibilité d'extension aux activités culturelles. Rencontres avec les auteurs, partenariats avec les musées et autres ateliers d'écriture sont eux aussi suspendus, faute de mieux. Le concours d'écriture de Lire pour s'en Sortir, lui, a été maintenu : l'année dernière, une personne détenue de la Santé a été lauréate...

 

Photographie : illustration, Centre pénitentiaire sud-francilien, en 2014 (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

3 Commentaires

 

Dura Lex Sed Lex

03/04/2021 à 09:50

Franchement, je ne vois pas le problème.

La loi veut qu'on n'envoie pas directement aux détenus les bouquins ? Il suffit de l'envoyer aux bibliothèques des prisons, qui sont EXTRAORDINAIREMENT bien fournies. Combien de bibliothèques municipale de commune de moins de 2000 habitants ont près de 10 000 ouvrages ? Quant à celle de moins de 1000 habitants...

Les jauges ? Sécurité. C'est normal. Pas de bouquin en langue étrangère et arabe en particuliers. Bien qu'il y ait une sur-représentation du monde africano-maghrébin en prison, l'administration n'a pas à se payer des traducteurs pour jauger la qualité d'un ouvrage. Principe de précaution : pas d'ouvrage en langue étrangère ou alors des classiques. Je parie que les Shakespeare ne sortiront pas !

Bref, tout cela me parait une tempête dans un verre d'eau. Ces gens-là seraient plutôt choyés pour des criminels. Ils ont la possibilité et le temps de s'instruire auprès de milliers de bouquins, voire de s'alphabétiser pour les plus en retard.

À raison d'un bouquin par jour, un détenu pourrait donc lire pendant 30 ans d'affilée sans jamais relire le même bouquin !

Forbane

03/04/2021 à 13:49

La littérature étant le parent pauvre de nos sociétés modernes, rien de ce qui est dit dans l'article n'étonne.
Le plus triste étant sans doute cette désaffection pour la lecture de la part des détenus eux-mêmes : "Les détenus lisent de moins en moins et ce sujet n’est dès lors pas considéré comme un enjeu majeur [par l'administration pénitentiaire] ».
Quant au portrait de Genet glorieusement affiché, sa peau blanche suffit sans doute à le disqualifier aux yeux de nombreux prisonniers... car oui, nous en sommes là aujourd'hui.

Olga

06/04/2021 à 14:17

Je trouve cet article très bien.
Je regrette que le journaliste n’ait pas contacté sur ce sujet l’association Lire C’est Vivre qui gère depuis des années les 10 bibliothèques de la plus grande prison d’Europe avec Environ 3800 détenus et qui a ce titre à une expérience certaine.
Voir son site et le film «  entre les barreaux les mots »

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Sexisme, harcèlement : “Moi aussi, j'aurais dû être protégée.”

Institution dans le milieu de l’Imaginaire, le festival d’Épinal représente un moment précieux pour les professionnels. Au point de parvenir à faire la pluie et le beau temps sur des carrières, suivant que l’on soit accepté ou blacklisté. Nombre de livres s’y sont décidés lors de rencontres informelles, tandis qu’au cours de ses quatre journées, la manifestation rassemble une véritable communauté – le Fandom. L’édition 2021, elle, aura marqué un tournant.

21/10/2021, 15:06

ActuaLitté

Rencontres avec ces libraires qui s’en foutent de la rentrée littéraire

REPORTAGE – Avec ses chiffres clinquants, ses stars qui pavoisent, ses nouveautés « jubilatoires » et ses jurys qui polémiquent, la rentrée littéraire devrait tous nous passionner. Et quand on dit “tous”, on pense en premier lieu, bien évidemment, aux libraires. Et pourtant… ActuaLitté est allé à la rencontre de plusieurs commerçants du livre, à Strasbourg. Il s'en dégage comme une odeur d'indifférence pugnace.

18/10/2021, 10:35

ActuaLitté

Raphaël Glucksmann : “La politique souffre d’abord d’une absence de littérature”

ÉVÉNEMENT – Au fil des éditions, les Bibliothèques idéales de Strasbourg voient de plus en plus grand. Cette année, malgré les complications épidémiques, « les Livres ont pris le pouvoir », bel et bien : 200 écrivains, intellectuels, acteurs et musiciens ont investi la capitale alsacienne pendant 10 jours pour faire de ces rencontres un rendez-vous incontournable de la vie culturelle d’abord strasbourgeoise, ensuite alsacienne, bientôt française. Retour d’expérience. 

15/09/2021, 17:33

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 7. XXe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette septième partie est consacrée aux traducteurs du XXe siècle, qui prônent une traduction non littérale pour les œuvres de fiction et qui créent une nouvelle discipline dénommée traductologie. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

20/08/2021, 10:03

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 6. XIXe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette sixième partie est consacrée aux traducteurs du XIXe siècle, qui affinent leurs méthodes et tentent de nouvelles approches dans leur art. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

19/08/2021, 10:24

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 5. XVIIIe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette cinquième partie est consacrée aux traducteurs du XVIIIe siècle, qui prennent pour habitude de traduire d’une langue étrangère vers leur langue maternelle, et non le contraire. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

18/08/2021, 11:07

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 4. XVIIe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette quatrième partie est consacrée aux traducteurs du XVIIe siècle, dont les traductions tentent d’être plus fidèles et transparentes que celles de leurs collègues des siècles passés. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

17/08/2021, 10:36

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 3. XVIe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette troisième partie est consacrée aux traducteurs du XVIe siècle, qui traduisent les auteurs classiques et la Bible dans des langues modernes (anglais, allemand, français, etc.). Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

16/08/2021, 10:46

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 2. Moyen Âge

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette deuxième partie est consacrée aux traducteurs du Moyen Âge, qui favorisent le développement des langues et cultures vernaculaires. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

14/08/2021, 10:48

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 1. Antiquité

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette première partie est consacrée aux traducteurs de l’Antiquité et à leur rôle de passerelle entre plusieurs langues, cultures et civilisations. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

13/08/2021, 13:35

ActuaLitté

“Je voudrais que l’oral fasse suer l’écrit”, Gilles Defacque

Voilà maintenant un mois que le ministère de la Culture a annoncé le départ de Gilles Defacque de la direction du Prato, pôle national du cirque de Lille. Remplacé par Célia Deliau, directrice du Cirque Jules Verne, pôle national du cirque d’Amiens, depuis 2016, c’est une page qui se tourne. Départ dans cette bibliothèque peu commune, celle du metteur en scène, clown, poète, Gilles Defacque.

26/07/2021, 12:18

ActuaLitté

Brewster Kahle, archiviste ultra

PORTRAIT – Bientôt au cœur d'un tonitruant procès intenté par quatre grands groupes d'édition américains, la plateforme Internet Archive célèbre, en 2021, ses 25 ans. Depuis 1996, elle abrite des sauvegardes du web mondial, mais aussi des exemplaires numériques de films, enregistrements audio, jeux vidéo, journaux ou encore livres. Portrait du bâtisseur de cette bibliothèque d'Alexandrie, Brewster Kahle.

14/07/2021, 14:53

ActuaLitté

Le livre numérique, 50 ans d'existence et de lectures

Il fut le compagnon des lecteurs, au cours de cette année pandémique 2020, certains en ont découvert les vertus, par l’offre gratuite et libre de droit, d’autres le coût avec des titres plus récents. Mais le livre numérique, ou ebook, n’est pas ce jeune premier que la presse présente depuis quelques années. Voilà désormais 50 ans que ce format se construit, évolue, à travers les progrès technologiques et les investissements d’entreprises. Bon anniversaire, petit cinquantenaire.

03/07/2021, 11:35

ActuaLitté

Des éditions collector de mangas victimes de la spéculation

Depuis le début de l'année 2021, le manga bat tous les records de vente dans les librairies françaises. Pour entretenir l'engouement et s'assurer la fidélité d'un public qui pourrait se contenter de versions numériques, voire de scans illégaux, les éditeurs n'hésitent pas à publier des versions collector, en quantité limitée. Maisons d'édition et libraires ne peuvent toutefois que constater le développement d'un marché parallèle, où la revente se fait au prix d'une intense spéculation.

02/07/2021, 13:23

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #17 - Les grandes dates du Projet Gutenberg

« Nous considérons le texte électronique comme un nouveau médium, sans véritable relation avec le papier. Le seul point commun est que nous diffusons les mêmes œuvres, mais je ne vois pas comment le papier peut concurrencer le texte électronique une fois que les gens y sont habitués, particulièrement dans les établissements d’enseignement. » (Michael Hart, fondateur du Projet Gutenberg et père de l’ebook)

02/07/2021, 09:21

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #15 - Un hommage aux bibliothécaires

Le/la bibliothécaire a toujours eu un rôle charnière dans le monde du livre, y compris numérique. Les bibliothèques sont largement couvertes par les médias, mais qu’en est-il de ceux et celles qui les font fonctionner ? Une première version de ce texte fut publiée dans ActuaLitté en 2016. Voici aujourd'hui une version revue et actualisée pour inclure les ultimes développements de la profession. L’auteure fut elle-même bibliothécaire avant d’être traductrice.

30/06/2021, 10:29

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #14 - L’ebook vu par quelques pionniers

Voici le sentiment de plusieurs pionniers du livre numérique interviewés par courriel au fil des ans pour mes articles et livres sur le sujet: Michael Hart (Projet Gutenberg), John Mark Ockerbloom (The Online Book Page), Robert Beard (A Web of Online Dictionaries), Jean-Paul (Cotres.net), Nicolas Pewny (Le Choucas), Marc Autret (Indiscripts), Pierre Schweitzer (@folio), Denis Zwirn (Numilog) et Henri “Henk” Slettenhaar (Silicon Valley Association).

29/06/2021, 09:23

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #13 - L'Internet Archive, une bibliothèque planétaire

L’Internet Archive est fondée en avril 1996 par Brewster Kahle à San Francisco (Californie) pour préserver un historique de l’internet. D'abord « bibliothèque de l’internet » avec la Wayback Machine, qui permet de voir l’évolution d’un site web depuis 1996, elle devient ensuite « une bibliothèque numérique à but non lucratif destinée à procurer un accès universel au savoir humain ». Elle propose deux millions de livres numérisés en mars 2010. Dix ans plus tard, elle est la plus grande bibliothèque numérique publique mondiale.

28/06/2021, 09:32

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #12 - De Google Print à Google Books

Google lance Google Print en mai 2005 en partenariat avec des éditeurs et des bibliothèques, puis le suspend trois mois plus tard suite à un conflit avec les associations américaines d'auteurs et d'éditeurs. Le programme reprend en août 2006 sous le nom de Google Books (Google Livres) et numérise les milliers de livres de bibliothèques partenaires. Mais Google continue de numériser des livres sous droits sans l'autorisation préalable des ayants droit, et le conflit se poursuit. Après une longue saga judiciaire de près de dix ans, la justice américaine tranche en octobre 2015 en faveur de Google.

27/06/2021, 10:34

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #11 - La licence Creative Commons

Créée en 2001 à l'initiative de Lawrence “Larry” Lessig, la licence Creative Commons a pour but de favoriser la diffusion et la réutilisation d'œuvres numériques tout en protégeant le droit d'auteur. De nombreux auteurs et autres créateurs souhaitent en effet utiliser le réseau de diffusion qu’offre l’internet tout en contrôlant les droits sur leurs œuvres, mais le copyright traditionnel leur semble trop restrictif. Creative Commons fête ses 20 ans en juin 2021 avec 2 milliards d’œuvres sous licence Creative Commons.

25/06/2021, 09:58

ActuaLitté

Histoire de l'ebook #10 - Wikipédia, une encyclopédie planétaire

Lancée en janvier 2001 par Jimmy Wales et Larry Sanger, Wikipédia est une encyclopédie gratuite en ligne écrite collectivement et dont le contenu est librement réutilisable. Rédigés par des milliers de volontaires dans des dizaines de langues, les articles et les illustrations restent la propriété de leurs auteurs. Leur libre utilisation est régie par la licence GFDL puis par la licence Creative Commons. Wikipédia comprend 17 millions d’articles dans 270 langues en 2011, avec 400 millions de visiteurs par mois. D'autres encyclopédies collaboratives suivent, par exemple l’Encyclopedia of Life.

24/06/2021, 09:42

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #9 - L’EPUB devient le format standard

Le format EPUB succède au format OeB (Open eBook) en avril 2005 en tant que standard du livre numérique et supplante peu à peu le format pionnier PDF. « Totalement différent du PDF, le format EPUB permet d’afficher un texte ajusté au tout dernier moment en fonction de l’écran et des choix du lecteur au moment précis de la lecture. Plusieurs applications permettent de créer un fichier EPUB directement, dont des logiciels libres. La plupart des liseuses sont compatibles avec le format EPUB. » (Nicolas Pewny, consultant en édition électronique)

23/06/2021, 09:27

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #8 - Premières expériences d’auteurs de best-sellers

Le maître du suspense américain Stephen King est le premier auteur de best-sellers à se lancer dans l’aventure numérique en 2000, malgré les risques commerciaux encourus. Il autopublie un roman épistolaire inédit en plusieurs épisodes sur un site web créé à cet effet, avec un résultat mitigé, avant de nouvelles expériences avec son éditeur. D'autres auteurs de best-sellers tentent eux aussi l’aventure numérique avec leurs éditeurs, par exemple Frederick Forsyth en Grande-Bretagne, Arturo Pérez-Reverte en Espagne et Paulo Coelho au Brésil.

22/06/2021, 10:05

ActuaLitté

Queenie, histoire d'une gangster venue de Martinique, pour conquérir Harlem

Stephanie Saint-Clair. Avec un nom pareil, elle aurait pu faire du music-hall. Et d’une certaine manière, elle fut la reine de la nuit. Au cœur de Harlem, elle devint Queenie, cheffe de gang respectée au sein de Harlem : protectrice d’une communauté noire contre les policiers — déjà ! —, elle mena tambour battant une carrière dans la loterie clandestine. Nous sommes en 1933, la prohibition a pris fin, et cette Martiniquaise, ayant migré une vingtaine d’années plus tôt à New York affronte la mafia italienne, regardant les hommes droit dans les yeux. Queenie, plus qu’une gangster généreuse : un symbole.

22/06/2021, 08:05

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #7 - Premiers dictionnaires et encyclopédies en ligne

Disponibles en ligne au tournant du millénaire, les premiers dictionnaires et encyclopédies de référence émanent de versions imprimées, par exemple le Dictionnaire universel francophone (Hachette), WebEncyclo (Atlas) ou encore le site de l’Encyclopaedia Universalis. Suivent des outils de référence conçus directement pour le web, par exemple le Grand dictionnaire terminologique (GDT) du Québec et WordReference.com. Wikipédia fera l’objet d’un article spécifique.

21/06/2021, 09:28

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #6  - E Ink, une technologie d'encre électronique

Les recherches sur l’encre électronique débutent à la fin des années 1990 au sein de la société E Ink pour offrir un meilleur écran aux liseuses en attendant le papier électronique. E Ink présente le prototype de son écran en 2002 et le commercialise en 2004. Un projet un peu différent est la technologie Gyricon développée par Xerox. Radicalement novateur lui aussi dans un domaine connexe, le projet @folio voit le jour en France dès 1996 mais reste malheureusement à l’état de prototype faute de soutien financier.

19/06/2021, 11:19

ActuaLitté

Histoire de l'ebook #5 - Les premières liseuses    

Sans surprise, les premières liseuses voient le jour dans la Silicon Valley, terre des projets technologiques les plus fous, avec les fonds nécessaires pour les développer. Ces liseuses sont le Rocket eBook (de NuvoMedia) et le SoftBook Reader (de SoftBook Press), qui virent le jour en 1998. D'autres modèles suivent, par exemple le Gemstar eBook (de Gemstar) en 2000, le LIBRIe (de Sony) en 2004, le Cybook Gen2 (de Bookeen) à la même date, le Sony Reader (de Sony) en 2006, le Kindle (d'Amazon) en 2007, le Nook (de Barnes & Noble) en 2009 et l'iPad (d'Apple) en 2010. 

 

18/06/2021, 11:31

ActuaLitté

Histoire de l'ebook #4 - Du PDA au smartphone

En 2001, la liseuse n’a pas encore gagné son pari. On compte 17 millions de PDA (Personal Digital Assistants) dans le monde pour seulement 100.000 liseuses, d'après un Seybold Report publié en avril 2001. 13,2 millions de PDA sont vendus en 2001, dont le Palm Pilot (lancé en mars 1996) et le Pocket PC de Microsoft (lancé en mars 2000). En 2005, le PDA laisse progressivement la place au smartphone. L’iPhone d’Apple (lancé en juin 2007) devient le produit phare de toute une génération.

17/06/2021, 09:43

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #3 - Les débuts de Gallica, bibliothèque numérique de la BnF

Gallica est inauguré en octobre 1997 avec des textes et des images du XIXe siècle francophone, « siècle de l’édition et de la presse moderne, siècle du roman mais aussi des grandes synthèses historiques et philosophiques, siècle scientifique et technique ». Gallica élargit ensuite son champ d’action et devient rapidement l’une des grandes bibliothèques numériques mondiales.

16/06/2021, 13:19

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #2 - Gabriel, portail des bibliothèques nationales européennes

Mis en ligne en janvier 1997, Gabriel est un portail trilingue (anglais, allemand, français) offrant un point d’accès unique aux services internet des bibliothèques nationales européennes. Sans les patients efforts de Gabriel (et de l’European Library), la bibliothèque numérique européenne Europeana n’aurait peut-être jamais vu le jour dix ans plus tard.

15/06/2021, 09:29

ActuaLitté

Librairie Les mots à la bouche : transmettre culture et héritage LGBT+, inlassablement

Nouvellement installée dans le XIe arrondissement de Paris, la librairie LGBT+ Les mots à la bouche lançait ce 31 mai un crowdfunding pour changer son modèle économique et devenir une société coopérative. Avec 40.000 euros réunis en à peine trois jours, les membres de la SCOP sont aujourd’hui assurés de pouvoir reprendre l'entreprise. Une façon pour le lieu de continuer à vivre dans les mains d’une nouvelle génération de libraires engagés, ayant à cœur de prolonger l’héritage LBGT. Mais aussi de proposer une littérature qui raconte ses luttes et son histoire.

14/06/2021, 18:01

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #1 - Le PDF, format pionnier lancé par Adobe

L’ebook aura bientôt 50 ans. Non, il ne fait pas son âge. Mais pour mieux contextualiser son existence, ActuaLitté vous propose de retrouver une série d’articles, rédigés par Marie Lebert, pour bien mener les célébrations. Peu après les débuts du web en 1990, la société Adobe lance en juin 1993 le format PDF (Portable Document Format), tout comme l’Acrobat Reader (gratuit, pour lire les PDF) et l’Adobe Acrobat (payant, pour créer les PDF).

14/06/2021, 09:51

ActuaLitté

Des dessins inédits de Milan Kundera exposés à Paris

« Par mes expériences et mes goûts je suis centre-européen […], mais au milieu de ma vie, ma femme et moi avons émigré en France. Cet événement est le plus décisif de toute mon existence : il est la clef de ma vie et de mon travail », écrivait Milan Kundera. Français, Tchèque, et Centre-européen, l’écrivain est au cœur d’une exposition organisée par le Centre tchèque de Paris, offrant un regard inédit sur les dessins de l’auteur.

21/05/2021, 10:25

ActuaLitté

Marcel Proust devenu auteur de science-fiction

Chercher, Pierre-Carl Langlais adore : il s’est lancé dans des études en histoire de la presse, mobilisant les ressources de l’Intelligence Artificielle pour analyser des corpus entiers. Et au fil des morceaux de code, s’est intéressé à l’outil GPT-2 – logiciel de traitement automatique du langage, produit par OpenAI (société de Elon Musk). « À partir d’un corpus, on propose à la machine un début de phrase, et elle génère le texte qui suit. On peut ainsi croiser deux types de textes, pour emprunter un style à l’un et un univers à l’autre », nous explique le post-doctorant.

13/05/2021, 16:24

ActuaLitté

Covid : fatigue et inquiétude gagnent des bibliothèques

Depuis le 28 novembre, les bibliothèques, aux côtés des services d'archives et centres de documentation, font partie des seuls lieux culturels de proximité à être ouverts au public, malgré le contexte sanitaire. Ce sort réservé aux établissements de lecture publique, qui reconnaît leur caractère essentiel, en vient toutefois à peser sur certains professionnels des bibliothèques, qui craignent pour leur santé et soulignent une fatigue générale. À ce contexte viennent souvent s'ajouter des revendications plus larges, sur les conditions de travail.

09/04/2021, 16:32

ActuaLitté

Antonio Tabucchi, “le plus italien des écrivains portugais”

Écrivain, certes, mais aussi traducteur de Fernando Pessoa en italien, Antonio Tabucchi a lié avec le Portugal une relation particulière. Enseignant tout à la fois la langue et la littérature lusophone, à Sienne, il est décédé à Lisbonne en mars 2012. Comme si quelque chose devait s’écrire ainsi. Clelia Bettini, de l’université de Coimbra, faculté de Lettres, nous en offre un portrait inédit.

01/04/2021, 16:33

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Manuscrits musicaux : le nécessaire rééquilibrage de la relation avec les éditeurs

Le Syndicat français des compositrices et compositeurs de musique contemporaine (SMC) vient de réagir suite à la vente aux enchères de manuscrits de compositrices et compositeurs vivants. Le syndicat dénonce notamment les dérives non-déontologiques entraînées par certaines clauses abusives dans les contrats d’édition musicale et appelle à un rééquilibrage des relations entres les éditeurs et les compositrices et compositeurs.

22/10/2021, 12:50

ActuaLitté

Lettres du monde : Essentiel !, comme une évidence

Festival des littératures du monde, la prochaine et 18e édition de Lettres du monde se tiendra du 19 au 28 novembre, à travers la métropole bordelaise et la Nouvelle-Aquitaine. Partenaires privilégiés de cet événement où auteurs et lecteurs convergent, les librairies de toute la Région. Cécile Bory, Présidente des Librairies Indépendantes en Nouvelle-Aquitaine et Directrice de la librairie Georges (Talence), nous en dit quelques mots.

15/10/2021, 13:18

ActuaLitté

Fils de Zeus, Dionysos s'étonne : “Une brigade des mœurs pour festival, vraiment ?”

LA VRAIE-FAUSSE INTERVIEW – En littérature, la prosopopée consiste à faire parler les morts, les entités divines ou autres abstractions. Joueurs, nous avons invoqué les mânes de Dionysos, dieu accessoirement dédicataire de la première scène antique. En effet, son théâtre à Athènes accueillit les chants rituels préfigurant les tragédies classiques. Ce qui en fait aussi le premier organisateur de manifestations littéraires en Europe. Vous avez dit événementiel ?

14/10/2021, 15:32

ActuaLitté

“L'édition indépendante est une fiction”

L’indépendance éditoriale, entendue comme une liberté de publier, ne se laisse pas définir facilement. Elle est affaire de jugement, d’auteur(e)s, d’éditeurs(trices), selon des critères qui leur appartiennent, et des publics aussi — et de la nature du régime politique en cours. Par Gilles Kujawski, ancien commercial d’Editis, militant à La France Insoumise.

12/10/2021, 12:47

ActuaLitté

Agnès Ledig : “J'aime l'image du livre comme un lien de cœur à cœur “

Elle attend souriante : l’heure matinale n’affecte en rien l’immédiate bienveillance. Partager quelques instants avec Agnès Ledig, c’est une mise en danger quand on ne la connaît pas. Elle saisit les nuances, les allusions : elle écoute et l’on perçoit que ses questions ne sont pas des marques d’intérêts feints. Son dernier livre, Se le dire enfin, est sorti en poche en mars dernier (J’ai lu) : mais elle, que nous dira-t-elle finalement ?

12/10/2021, 11:30

ActuaLitté

Jean-Claude Mourlevat : ”Auteur jeunesse, cela m'agace quand c'est méprisant“

Il a remporté le prix Astrid Lindgren, qui allait pour la première fois de son histoire à un auteur français. Cette récompense littéraire et suédoise est souvent présentée comme le Prix Nobel consacrant la littérature pour la jeunesse. Jean-Claude Mourlevat, lauréat 2021 était avec nous à Gradignan, pour le salon Lire en Poche. Opportunité rare…

10/10/2021, 20:29

ActuaLitté

Villon, Rimbaud ou Verlaine, de “sales types” : Crénom, Teulé !

Jean Teulé, président. Voilà qui claque, et aurait peut-être même de la gueule : avec lui, une palanquée de poètes rentrerait à l’Élysée. Mais en attendant que l’écrivain prenne la tête de l’État, c’est à Gradignan qu’il pose ses valises, pour Lire en Poche, comme parrain de l’édition 2021. Rendez-vous pris avec celui qui revendique, comme Aragon, « ce sale type », de n’avoir jamais appris à écrire. En avant la musique.

09/10/2021, 12:05

ActuaLitté

“Quand t’auras 12 ans, tu seras privé de bibliothèque”

Depuis les extensions du Pass sanitaire dans les lieux culturels à des tranches d’âge plus jeunes, les phénomènes d’exclusion s’amplifient. Si bien des gens n’avaient pas mesuré ce que ces décisions impliqueraient, voici les effets pervers qui se profilent. Alors qu’une nouvelle mobilisation nationale est annoncée pour mercredi 13 octobre dans les bibliothèques municipales, un collectif de professionnels signe dans nos colonnes une tribune allant dans ce sens diffusée ci-dessous dans son intégralité.

09/10/2021, 10:20

ActuaLitté

“Le Salon de Turin n’a pas de public : il rassemble une communauté”

#SALTO21 – Une nouvelle fois, les organisateurs du Salon du livre de Turin ont jonglé entre les difficultés, pour que la manifestation piémontaise ait lieu. Son commissaire général, également romancier, Nicola Lagioia, accorde à ActuaLitté un entretien exclusif. Du 14 au 18 octobre, le Lingotto célébrera le livre, la lecture, les auteurs, avec passion.

07/10/2021, 15:22

ActuaLitté

Prix du livre et frais de port : “Le marché va en souffrir, pas Amazon”

Arrivée à l’Assemblée nationale pour son adoption, la loi concernant les frais de port fera florès : qui, après l’année 2020, refuserait un projet de soutien aux libraires ? Qui, devant le vorace Amazon, éconduirait l’effort pour rétablir une concurrence saine sur la vente à distance de livres ? En somme, qui aurait intérêt à ce que les frais d’envois postaux d’un livre n’augmentent pas ? De fait… quelques nuances s’imposent.

06/10/2021, 11:33

ActuaLitté

Retraites : quand l'ADAGP a vite fait de jeter les artistes-auteurs en Ehpad

Il suffit parfois d’un message publicitaire bien tourné pour qu’une population entière s’engouffre dans un produit. Et aussi d’un martèlement régulier — comme le savent les enseignants, pour que ça rentre, faut répéter… Mais en d’autres moments, plus sensibles, la réclame fait bondir à s’en enfourner la tête dans l’écran. Le traducteur littéraire et syndicaliste Lionel Evrard nous en donne ici une illustration…

04/10/2021, 16:31

ActuaLitté

Les “opposants politiques” et le régime de Loukachenko en Biélorussie

Les réactions se multiplient pour dénoncer le régime mis en place par Alexandre Loukachenko, président de Biélorussie. Réélu en août 2020, il a marqué son retour par plusieurs attaques portées contre la liberté d’expression. Et plus spécifiquement des associations d’auteurs. L’association professionnelle des autrices et auteurs de Suisse monte à son tour au créneau, dans un texte communiqué à ActuaLitté, ici reproduit en intégralité.

04/10/2021, 12:17

ActuaLitté

Complaintes de la bibliothèque

Ce matin, ton regard était froid et distant. Presque je t’aurais entendu ravaler tes sanglots, quand entrant dans la pièce, tu m’as tourné le dos. Enfin, tu l’aurais certainement souhaité, mais inamovible, tu m’as battu froid. Dans ce silence que je connais, tu m’as laissé déposer ce vélo coutumier, sans broncher. Et après le premier café, timidement, tu as geint : « Tu ne me regardes plus comme avant ! » Mince : ma bibliothèque parle ?

01/10/2021, 13:59

ActuaLitté

Hommage aux traducteurs et aux traductrices, artistes du verbe depuis plus de deux millénaires

La journée mondiale de la traduction (30 septembre) pourrait sans problème être renommée journée mondiale des traducteurs et des traductrices. Ceux-ci sont souvent peu visibles derrière leur art alors qu’ils contribuent au savoir et à la culture depuis plus de deux millénaires. Leur apport est immense, au passé comme au présent. 

30/09/2021, 09:59

ActuaLitté

Chroniques de la Lune Noire : “Au départ, c'était un roman... mais j'ai tout perdu”

L'aventure des Chroniques de la Lune noire, saga entamée en 1989 par Olivier Ledroit, au dessin, et François Froideval, ne se résume pas en quelques mots. On notera simplement qu’au commencement, un souci informatique provoqua la perte du roman que Froideval avait entamé. Qu’importe, elles verront tout de même le jour, en BD. 13 ans après le 14e tome, Les Chroniques de la Lune noire, ce sont, en bande dessinée, plus de 559.000 exemplaires vendus (données Edistat). Et un redémarrage s’amorce avec Jeanne-A Debats quand surgit un roman, chez Leha.

29/09/2021, 10:04

ActuaLitté

Des ministres de la Culture francophones s'engagent à “promouvoir l’accès au livre”

Les 23 et 24 septembre derniers, des ministres de la Culture de plusieurs États francophones ont participé aux États généraux du livre en langue française, échangeant avec les professionnels du secteur pour élaborer une stratégie visant à dynamiser le secteur et la circulation du livre dans l'espace francophone. Parallèlement, les ministres de la Culture de 9 États francophones cosignent une déclaration, reproduite ci-dessous en intégralité.

28/09/2021, 16:34

ActuaLitté

Région Grand Est : “Encourager les auteurs de l’écrit à la création de projets audiovisuels”

Rapprocher les auteurs de l’écrit du monde audiovisuel, voici le projet que porte la Région Grand Est à travers l’opération Du livre à l’écran. Cinq livres, cinq auteurs, cinq maisons d’édition, et en parallèle, un programme d’accompagnement, avec Daniel Picouly comme parrain : objectif, connecter les filières du livre et du cinéma.

28/09/2021, 09:18

ActuaLitté

Traduire Conceição Evaristo, la Toni Morrison brésilienne

PORTRAIT – Première invitée du festival VoVf, traduire le monde, la traductrice Izabella Borges est venue présenter le recueil de nouvelles Ses Yeux d’eau (Ed. des femmes) et évoquer son autrice, immensément populaire au Brésil, Conceição Evaristo.

27/09/2021, 15:07

ActuaLitté

“Il manque de toute évidence au sein du Goncourt une grande figure morale”

Voilà une semaine que l’histoire se ressasse à l’envi : comment les jurés du prix Goncourt, comment l’Académie tout entière, a pu se faire prendre de la sorte ? Un roman retenu, écrit par le compagnon d’une des membres du jury… et personne pour trouver ce lien étrange. Seule colère du président, quand ladite jurée se fend d’une chronique dans Le Monde, pour sabrer un autre livre retenu dans la liste 2021 ?  

27/09/2021, 12:02

ActuaLitté

Comment lire un roman écrit par une voiture ? 
La doxa littéraire face à l’Intelligence artificielle

Dans son roman de 2002, Exemplaire de démonstration, Philippe Vasset vantait ironiquement les vertus du Scriptgenerator, un logiciel rédacteur de best-sellers paramétrable par l’éditeur en fonction d’un public cible. En 2016, avec Ada, Antoine Bello imaginait à son tour une intelligence artificielle spécialisée dans le roman sentimental. Il se trouve que ces fictions de robots-écrivains sont de moins en moins improbables. Par Pascal Mougin, université Paris-Saclay.

27/09/2021, 09:48

ActuaLitté

Crise à l'Academie : du prix Goncourt au prix d’amis ?

Tout cela ne manque pas de piquant, il faut le croire... Récuser un membre du jury, quand c’est une femme ? La chose passerait mal – le Goncourt n’en compte que trois, sur ses dix membres. Se récuser, quand on a possiblement franchi la ligne rouge ? Les statuts de l’Académie, modifiés en 2008, n’en font pas expressément état. Pour autant, les dernières révélations de France Inter sur un possible conflit d'intérêt interrogent le lecteur. La Littérature, certes, mais à tout prix ?

23/09/2021, 07:29

ActuaLitté

“Un libraire doit-il vendre le livre d’Eric Zemmour ?”

Voilà une semaine maintenant que La France n’a pas dit son dernier mot est disponible dans les différents points de vente et en ligne. Un succès revendiqué par l’auteur du Destin français, dont la mise en place dépassait les 150.000 exemplaires. Avec un cas de conscience qui se pose chez les libraires : vendre ou ne pas vendre Éric Zemmour. Marc Georges, qui dirige La Demeure du livre, à La Perrière (Orne), intervient dans nos colonnes avec quelques réflexions à partager.

20/09/2021, 09:04

ActuaLitté

Babel, Sisyphe et Tantale dans un bateau : mettre le Horla à la rentrée littéraire

Outre le raccourcissement désormais flagrant des journées, les aléas météorologiques qui contraignent à troquer bermudas et t-shirts pour jeans et chemises, tout va bien madame la Marquise. Alors d’où me vient cette langueur que Verlaine n’aurait pas boudée ? Une anémie qui ne doit rien à mes globules rouges, merci pour eux, et pourtant sévit, jour après jour… La réponse était dans l’énoncé. Ou plutôt, sur le bureau d’en face…

18/09/2021, 13:01

ActuaLitté

Pourquoi le journaliste littéraire redouterait l'internaute critique ? 

Auteur Gallimard, juré Prix Goncourt, auteur d'une étude sur les traducteurs pour le CNL, journaliste, bloggueur et despote éclairé de la République des livres : Pierre Assouline est multi-casquette, solidement implanté dans l'industrie. Dans La revue des médias, il dénigre avec ardeur les réseaux de lecteurs, des « plateformes [qui] sont des sites marchands ». Et finalement, déplore une médiocrité propre à l'époque. Pierre Fremaux, cofondateur de Babelio, apporte les nuances impératives.

15/09/2021, 07:42

ActuaLitté

La Peste d'après Albert Camus inaugure Kazoku, label manga chez Michel Lafon

En 2016, Ki&Hi devint le premier manga des éditions Michel Lafon : 6 tomes et un agenda plus tard, le succès dépasse 1,03 million d’exemplaires (donnée Edistat) sur cinq années. 2021 amorce alors une nouvelle voie : Kazoku, le label manga de la maison. Et pour l’inaugurer, c’est le roman d’Albert Camus, La Peste, adapté par Ryota Kurumado. Une aventure éditoriale peu banale, dont les deux premiers tomes sortiront d’ici 10 jours.

14/09/2021, 11:33

ActuaLitté

Dicker, Zemmour et Sattouf : comment l'indépendance des auteurs effraie l'édition

Dicker, Zemmour, Sattouf : trois noms significatifs dans l’édition puisqu’ils pèsent à eux seuls plusieurs millions d'euros de chiffre d’affaires. Ils ont tous opté pour un changement de paradigme, mais réellement en rupture avec l’industrie du livre jusqu’à lors connue ? Pour point commun, un outil de diffusion et distribution qui leur ouvrira les portes des libraires, grandes surfaces culturelles et autres enseignes… Bref, les points de vente du livre. Un schéma disruptif, supposément, qui provoque des sueurs froides dans l’ensemble du milieu. Panique à Saint-Germain ?

10/09/2021, 11:52

ActuaLitté

Patrick Imbert (Le Sommet des Dieux) : “Chez Taniguchi, je sens toujours une tonalité humaine”

En salles le 22 septembre prochain, Le Sommet des Dieux adapte le récit homonyme de Jirō Taniguchi, en 5 tomes (parus aux éditions Kana dans une traduction de Sylvain Chollet). L'histoire d'une passion vertigineuse pour l'alpinisme, où chaque sommet vaincu n'est qu'un seuil devant le prochain... Entretien avec Patrick Imbert, le réalisateur du long-métrage.

08/09/2021, 16:21

ActuaLitté

Seghers : une rentrée à la recherche du lien entre tradition et modernité

La réorganisation des maisons décidée en octobre 2020 aura conduit Antoine Caro à la tête de Seghers. Une première rentrée littéraire, donc, qui amorce les trois axes de développement — tout en renouant avec l’histoire même de la maison. Poésie, beaux livres, littérature, la transition s’inscrit dans la tradition, celle d’une époque où Pierre Seghers conjuguait les genres et les talents. 

07/09/2021, 11:01

ActuaLitté

Issues de la collection de Stefan Zweig, deux partitions inédites de Schumann retrouvées

Il est des vieux papiers que l’on exhume, avec une odeur d’antan, mais dont on ne soupçonne pas que leur histoire nous emportera loin, bien loin. Au sein de la Fondation Martin Bodmer (Cologny, canton de Genève), quatre pièces inédites ont été retrouvées. Muriel Brandt, chargée de mission pour la mise en valeur des partitions autographes en aurait dansé au son des lieder de Robert Schumann, ainsi que deux autres pièces, de Georges Bizet et Charles Gounod. 

03/09/2021, 13:17

ActuaLitté

Masque sous le nez, Plume dans le postérieur : Saint-Germain des Près a encore frappé

Depuis 1955 que l’émission littéraire hebdomadaire critique les univers culturels — cinéma, théâtre ou livres — on pourrait s’attendre à un minimum de connaissances économiques sur ces secteurs. Pourtant, Le Masque et la plume, que Jérôme Garcin présente depuis plus de 30 ans, démontre que le germanopratisme a de beaux jours devant lui. Comprendre : quand les chroniqueurs s’en prennent sévèrement à Virginie Grimaldi, on touche le fond du fond radiophonique. 

01/09/2021, 12:50

ActuaLitté

Vente d'épreuves non corrigées : collectionneur illuminé ou attrape-nigaud ?

Le marché du livre d’occasion fait pousser des soupirs désabusés aux organisations d’auteurs depuis bien longtemps. C’est pourtant en toute légalité que l’acheteur de livre papier peut revendre on exemplaire. Il existerait en revanche un autre marché, navigant dans une zone grise nettement plus contestable, installé sur le net français : celui des épreuves non corrigées. Des textes et des ouvrages non-commercialisables, mais qui servent aux éditeurs à faire connaître leurs publications très en amont…

31/08/2021, 13:04

ActuaLitté

Eric Zemmour : “Comment je suis devenu auteur-éditeur”

ENTRETIEN EXCLUSIF – La France n'a pas dit son dernier mot sera le prochain livre d'Éric Zemmour. Une aventure éditoriale qui commence avec une rupture à l’initiative de son ancien éditeur, Albin Michel. Sans maison pour son prochain livre, le polémiste a choisi de monter sa propre société d’édition — Rubempré. Et de confier à Interforum la distribution de ses livres sur le territoire, et dans la francophonie. Il revient avec nous sur cette démarche, plutôt inédite pour un auteur de best-sellers.

25/08/2021, 17:32

ActuaLitté

Crise du papier en France : pourra-t-on imprimer le prix Goncourt ?

En 2019, l’industrie papetière représentait 5,4 milliards €, incluant papiers et cartons, selon Copacel, organisation patronale. En somme, un douzième de ce que pèse la filière forêt-bois, matière première essentielle. Or, depuis fin 2019, plusieurs facteurs distincts provoquent une pénurie de papier. Et si les usages graphiques — incluant la production de livres — ne représentaient que 1,6 million de tonnes sur les 7,3 millions globales, la situation va en s’aggravant depuis la pandémie. 

 

24/08/2021, 14:47

ActuaLitté

En Afghanistan, “les créateurs sont pourchassés, risquent la torture et la mort”

La progression et le retour des talibans au pouvoir, à la faveur du retrait des forces internationales de l'Afghanistan, inquiètent le monde entier. Le devenir des libertés individuelles semble plus que jamais menacé dans le pays, et le Pen club français, qui défend la liberté d'expression, appelle le gouvernement français à prendre des mesures d'accueil fortes.

24/08/2021, 09:31

ActuaLitté

Biélorussie : la France doit “déclencher une initiative internationale” contre Loukachenko

L'anniversaire de la réélection contestée d'Alexandre Loukachenko à la présidence de la Biélorussie d'août 2020 fut marqué par la dissolution du Centre PEN national, qui lutte pour la liberté d'expression des écrivains. Le triste symbole d'un régime autoritaire qui s'installe et perdure : le Club PEN français, dans un courrier à Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, exhorte celui-ci à l'action. Nous reproduisons ci-dessous le texte envoyé, en intégralité.

16/08/2021, 10:44

ActuaLitté

“Connaître et comprendre : les traducteurs ont toujours eu ce rôle d’explorateurs”

Docteure en littérature française et comparée, Lise Chapuis s’est un beau jour passionnée pour l’italien. Au point de faire métier de traduction. Elle dirige également la collection Selva selvaggia, des éditions L’Arbre vengeur, où, là aussi, elle offre aux lecteurs français de découvrir de nombreuses oeuvres du Bel paese – classiques et contemporaines. Entretien, tout en nuances.

11/08/2021, 10:46