#Droit / Justice

Avec ou sans pandémie, le difficile accès aux livres des détenus français

La pandémie de Covid-19 aura fait vivre à l'ensemble de la population l'expérience du confinement, de la privation de liberté et des difficultés qui les accompagnent. Parmi ces dernières, l'accès aux livres et à la lecture. Pour les détenus des prisons françaises, ce droit reste très difficile à faire appliquer, les progrès sont timides et le statu quo souvent de mise. La crise sanitaire, évidemment, n'améliore pas les conditions.

Le 02/04/2021 à 11:53 par Antoine Oury

3 Réactions | 168 Partages

Publié le :

02/04/2021 à 11:53

Antoine Oury

3

Commentaires

168

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Le 8 mars dernier, Nicolas Norrito, cofondateur des éditions Libertalia, découvre à l'ouverture de la librairie, située à Montreuil, un colis renvoyé à l'expéditeur. Envoyé le 2 mars, le colis contient plusieurs ouvrages, signés par Jack London et Rosa Parks, destinés à un détenu de la Maison d'arrêt de Bois d'Arcy. Celui-ci en avait fait la demande, par courrier, à la maison d'édition.

L'éditeur est surpris par ce retour à l'envoyeur, d'autant plus qu'il a « souvent envoyé des livres aux détenus, même si cela faisait un moment », nous explique Nicolas Norrito. « Je pensais que la législation n'avait pas changé. Mais, désormais, il faut passer par une visite au parloir ou un avocat », constate-t-il.

Le colis envoyé par Libertalia (source)

Pour ce détenu en particulier, les livres arriveront finalement à bon port : la direction de l'établissement et la direction interrégionale, alertées, feront en sorte que le colis atteigne son destinataire. « Sur ce coup-là », conclut Norrito, « ça a fonctionné, mais de façon plus générale, force est de constater que l'accès aux livres est compliqué pour les détenus isolés ». 

Les colis de livres en sursis

Il l'est particulièrement, en effet, tant le Code de procédure pénale et les arrêtés réglementaires compliquent la procédure. « La procédure d'envoi de colis répond aux règles en vigueur relatives au maintien des liens extérieurs des personnes détenues par les visites et l'envoi ou la réception d'objets. La réception ou l'envoi des objets autorisés, par une personne détenue, de la part de leurs proches ou de leurs visiteurs de prison peut s'effectuer par colis postal », nous indique ainsi la Direction de l'administration pénitentiaire.

Les règles en vigueur ne sont pas spécialement favorables aux livres envoyés par colis, justement. L'article 43 de la loi n° 2009-1436 du 24 novembre 2009 pénitentiaire précise que « [l]es personnes détenues ont accès aux publications écrites et audiovisuelles », dans des limites fixées par l'autorité administrative. Quant aux possibilités d'envoi et de réception d'objets par colis, selon l'article Article D430 du Code de procédure pénale (CPP), elles dépendent d'un arrêté du ministre de la Justice : le dernier en date remonte à 2011 et il ne cite pas les livres, à l'exception des « documents scolaires (cahiers, carnets de correspondance, livret) »...

La possibilité d'un envoi de livres par un éditeur (Article D443-2 du CPP), elle, a été abrogée en 2013.

Autrement dit, la bonne réception d'un colis de livres en prison « dépend d'un grand nombre de réactions, et notamment de la tolérance de certains chefs d'établissements », remarque-t-on.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L'Intérieur garde le livre à l'extérieur

Quelques jours avant les déboires de Libertalia, une autre situation a révélé des problèmes d'accès aux livres, dans un cadre différent. Ce 25 février marque le dernier jour d'un procès d'assises où plaide notamment Me Safya Akorri. La cour vient de partir en délibéré, laissant une dizaine d'accusés dans l'attente de leur jugement.

« 10 à 12 heures de délibéré sont prévues », nous raconte l'avocate. « Sur la dizaine d'accusés, les trois les plus proches de moi ont pris des livres pour patienter, dans l'attente du verdict, qu'on leur a retirés au matin, sans motif particulier. » Décidée à ne pas laisser les accusés sans lecture, Me Akorri propose aux gendarmes présents alors de prêter ses propres livres, en se pliant bien entendu à un éventuel contrôle à des fins de sécurité.

« Selon eux, l'administration pénitentiaire n'acceptera en aucun cas. Et effectivement, elle n'a rien voulu savoir. » Un appel à la direction régionale de la pénitentiaire permettra de débloquer la situation, puisqu'elle autorise l'avocate à prêter ses livres, à condition de les récupérer à son départ. Cette fois encore, cette situation particulière s'est résolue grâce à la volonté de l'avocate — et de l'avocat général, souligne-t-elle —, mais la règle générale semble, elle, défaillante.

En effet, nous rappelle la Direction de l'administration pénitentiaire, les personnes détenues en transit, « au dépôt », comme ici, relèvent du ministère de l'Intérieur, et non de la Justice. Toutefois, les agents chargés de la sécurité, ce jour-là, sont rattachés au Centre Pénitentiaire de Paris La Santé, qui dépend, lui, de l'administration pénitentiaire, donc du ministère de la Justice.

De plus, souligne Me Safya Akorri, « ce n'est pas parce qu'une circulaire existe [concernant l'accès aux livres des détenus] que cette culture-là est transmise aux agents pénitentiaires : je ne pense pas que cet aspect soit forcément présent dans leur formation. Pourtant, les délinquants et criminels n'en sont pas moins des personnes, qui peuvent aussi être cultivées », conclut-elle.

Des inégalités entre les bibliothèques

Ces événements « en périphérie » de la prison laissent imaginer la situation à l'intérieur des établissements. Pourtant, la question de l'éducation des détenus survient rapidement au cours de l'histoire pénitentiaire. La politique carcérale prône en effet la réhabilitation des détenus par le redressement religieux, puis moral à la faveur de la laïcisation, mais aussi par l'apprentissage manuel et intellectuel.

Si la présence de professeurs reste pratiquement un vœu pieux, les bibliothèques de prison apparaissent dès le milieu du XIXe siècle, puis « leur développement et leur mise en avant au sein des établissements pénitentiaires s'inscrivent plus particulièrement depuis les années 1980 dans la cadre de la politique culturelle menée par les deux ministères [Justice et Culture, NdR] », rappelle l'administration pénitentiaire.

Bibliothèque de la Santé (photo Jean-Baptiste Devouassoux)

Aujourd'hui, « [l]a bibliothèque en détention a acquis au sein de chaque établissement une véritable légitimité », poursuit l'administration. Et pour cause, puisqu'elle constitue la principale voie d'accès aux œuvres et en particulier à l'écrit. Le Décret n° 2013-368 du 30 avril 2013 indique à ce titre que la personne détenue « se voit proposer un choix de livres, journaux et périodiques du fonds documentaire de la médiathèque de l'établissement ».

Malheureusement, ces bibliothèques de prison, bien qu'anciennes, restent la plupart du temps sous-dotées et insuffisamment considérées par l'administration et les directions.

« Les bibliothèques, vecteur central de l’accès aux livres en détention, existent dans l’ensemble des établissements, mais le Contrôleur général des lieux de privation de liberté constate de fortes disparités entre elles (accessibilité, qualité et diversité des fonds documentaires, etc.) », nous indique Dominique Simonnot, qui assume ce rôle de contrôle du respect des droits fondamentaux des détenus. L'administration pénitentiaire, de son côté, précise que « [s]ur les 188 établissements pénitentiaires, seules 2 maisons d'arrêt en outre-Mer ne disposent pas d'une bibliothèque et deux centres de semi-liberté en métropole ne bénéficient pas de cet espace ».

POLITIQUE : Banksy rend hommage au pouvoir émancipateur de l'écriture

Le rapport Orsenna, consacré à la lecture publique et remis en 2018 à la ministre de la Culture de l'époque, s'était d'ailleurs intéressé à l'accès aux livres dans les prisons, où le public peut être considéré comme prioritaire. Trois ans plus tard, ses recommandations n'ont pas été suivies, et un récent rapport parlementaire souligne que « l’accès des détenus aux bibliothèques est très contraint et les moyens budgétaires consacrés aux bibliothèques (le plus souvent associatives), sont très limités ».

En 2019, l'axe « Bibliothèques », fléché dans le cadre des consommations annuelles, « s'est élevé à hauteur de 785.562 €, soit une hausse de 5,94 % depuis 2017 », précise le ministère de la Justice. « Ces consommations financent aussi bien la gestion quotidienne de la bibliothèque que la mise en œuvre d'activités collectives en son sein. »

Le quotidien d'une bibliothèque

Pour le grand public, difficile d'imaginer à quoi peut ressembler une bibliothèque de prison, considérablement éloignée des bibliothèques publiques. Depuis le 1er juillet 2020, Jean-Baptiste Devouassoux, auparavant à la Bibliothèque publique d'information, est chargé de la gestion de la bibliothèque de la maison d'arrêt de la Santé, située dans le 14e arrondissement de Paris.

Salarié de l'association Lire pour en Sortir, il est mis à disposition de l'établissement pénitentiaire dans le cadre d'une convention tripartite entre l'association, la maison d'arrêt et le Service pénitentiaire d'insertion et de probation. « À ma connaissance, il s'agit de la seule maison d'arrêt à avoir mis cela en place », nous explique-t-il. « Cela me permet de disposer d'un bureau au sein de la détention, ce qui offre une proximité avec les détenus. Je peux aussi me rendre dans tous les quartiers de la prison, y compris disciplinaires et celui des détenus radicalisés ». 

Bibliothèque de la Santé (photo Jean-Baptiste Devouassoux)

Abritant 970 personnes, la prison de la Santé a été ouverte en 1867, puis rouverte après travaux en 2018 : elle est séparée en 7 secteurs, pour autant d'espaces bibliothèques — à savoir une bibliothèque principale et 6 annexes, dans les différents bâtiments, auxquelles viennent s'ajouter quelques boîtes à livres. Ces espaces sont ouverts 3 heures le matin et 3 heures l'après-midi, gérés par Jean-Baptiste Devouassoux et des auxiliaires de bibliothèque — des détenus rémunérés qui effectuent des tâches de magasiniers.

« Chaque auxiliaire est dédié à une annexe, avec deux auxiliaires affectés à la bibliothèque principale », précise le bibliothécaire. Les accès aux bibliothèques sont, bien entendu, réglementés au sein de l'établissement, qui applique un régime « porte fermée », exige ainsi une autorisation de déplacement et la mise en place de créneaux d'accès aux bibliothèques. Les jauges de présence y sont également limitées — sans lien avec la crise sanitaire : 3 personnes maximum dans les annexes, et 5 dans la bibliothèque principale.

Très bien dotée, de l'aveu même de Jean-Baptiste Devouassoux, la bibliothèque de la Santé compte un fonds de 8600 livres, bientôt porté à 10.000, notamment grâce à un don de la Ville de Paris. Au moment de la réouverture de la Santé, la prison a par ailleurs bénéficié d'un budget conséquent, à hauteur de 100.000 €, grâce aux dons de partenaires, au Centre national du Livre et à l'administration pénitentiaire, pour constituer un fonds conséquent.

Dans un cadre plus général, les bibliothèques de prison constituent leurs fonds par des acquisitions, donc, mais aussi les dons d'ouvrages par des bibliothèques publiques, associations, et autres partenaires, ou encore le prêt d'ouvrages par des bibliothèques publiques.

La politique documentaire de ces bibliothèques est particulière : « L'idée est d'avoir des livres assez généralistes, des ouvrages qui seront lus. Nous transmettons la liste des acquisitions à la Direction de l'Administration pénitentiaire (DAP), qui la contrôle. Pour les quartiers sensibles, notamment celui des détenus radicalisés, la DAP fournit elle-même une sélection de livres sur certains sujets, comme le djihadisme », nous décrit Jean-Baptiste Devouassoux.

Une attention est aussi portée aux ouvrages en langue étrangère, notamment l'arabe, le russe, le roumain, l'anglais et l'espagnol, une partie des détenus lisant avec difficulté le français.

Les détenus peuvent emprunter deux livres pour une durée de 30 jours, avec un renouvellement possible. « Nous les gérons avec le SIGB Biblix, en mode hors ligne [la connexion à Internet est très limitée dans l'enceinte de la prison, NdR], qui couvre nos besoins », indique la bibliothécaire. « Nous ne sommes pas très pointilleux sur les retards, mais il est parfois difficile de récupérer les livres, en raison des sorties sèches [du jour au lendemain, NdR] et des changements de cellules. Nous essayons de sensibiliser les personnes détenues. »

Médiation et remise de peine

Si elle s'est impliquée dans la gestion de la bibliothèque de la Santé, le cœur du projet de l'association Lire pour en Sortir se trouve dans son programme de lecture. Des bénévoles viennent, par ce biais, rencontrer les détenus d'une quarantaine de prisons françaises. L'objectif étant d'effectuer un travail de suivi d'une lecture, avec un détenu, avec la possibilité de mentionner ce travail dans son dossier en vue de l'obtention d'un aménagement de remise de peine.

Récit de vie, BD, histoire, romans... Les personnes détenues choisissent leurs ouvrages, avant de bénéficier du suivi du ou de la bénévole. L'idée étant de faire découvrir la lecture, ou de donner une habitude de lecture, à des personnes qui sont parfois très éloignées du livre et de la lecture. 

L'importance de ces actions de médiation n'est plus à prouver. D'ailleurs, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté nous indique, citant le personnel pénitentiaire, que « les détenus lisent de moins en moins et ce sujet n’est dès lors pas considéré comme un enjeu majeur [par l'administration pénitentiaire] ».

Bibliothèque de la Santé (photo Jean-Baptiste Devouassoux)

Par ailleurs, si le souci des livres en langues étrangères existe, il ne semble pas généralisé. « Les fonds des bibliothèques sont pauvres en livres en langues étrangères ou alors dans des langues peu adaptées aux besoins. En outre, l’accès aux livres en arabe est plus difficile depuis les attentats de 2015. Le contrôle de ces livres s’est généralisé pour des raisons sécuritaires, car tout livre en arabe venant de l’extérieur est considéré comme un potentiel vecteur de diffusion d’une idéologie violente, ce qui peut entraîner des vérifications très longues voire des rejets non justifiés », ajoute le CGLPL.

La délégation de la politique du livre et de la lecture à des partenaires de l’administration (comme des associations ou des unités locales d’enseignement) vient renforcer des disparités selon les établissements. Le même rapport parlementaire cité plus haut suggère, à ce titre, qu'un « responsable de l’accès à la culture et la lecture [soit] désigné dans chaque établissement », tout en recommandant de laisser davantage d'autonomie aux associations.

Jean-Baptiste Devouassoux, fort de son expérience en bibliothèques publiques, remarque en tout cas que les publics en prison sont demandeurs de médiation et de prescription. « Nous avons beaucoup plus de temps pour échanger avec les personnes détenues, faire du conseil et créer des liens qui sont plus difficiles à tisser dans le service public, ou qui sont peut-être réservés à de petites structures. »

Les conséquences de la crise sanitaire

Particulièrement touchés par la crise sanitaire pour des raisons évidentes liées à la promiscuité et à l'enfermement, les lieux de privation de liberté ont dû s'adapter, le plus souvent au détriment des droits des personnes détenues.

Ainsi, à la prison de la Santé, depuis le mois d'octobre 2020, les rencontres avec les bénévoles et l'accès aux bibliothèques sont suspendus. Toutefois, « l'équipe de direction est particulièrement attentive à la circulation du livre », se félicite Jean-Baptiste Devouassoux. Une solution de distribution a donc été mise en place, avec un chariot de livres qui passe de cellule en cellule et fournit ainsi des livres.

Bien que salutaire, cette solution reste assez lourde à mettre en place : elle mobilise 3 à 4 auxiliaires, mais aussi un surveillant, qui doit être présent en permanence. Par ailleurs, « 3 jours complets sont nécessaires pour faire le tour de la prison », indique le bibliothécaire, ce qui ralentit l'accès aux ouvrages. Mais le succès est au rendez-vous, avec « des statistiques de prêt plus élevées qu'en temps normal », ajoute-t-il.

Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté a aussi constaté ce recul net de l'accès aux livres. « Dans la plupart des établissements, les bibliothèques sont fermées. Le prêt de livre se fait dès lors majoritairement par demande écrite, mais en l’absence de catalogue des livres dans de nombreux établissements, cela revient à faire des demandes à l’aveugle, seuls les détenus les plus motivés se saisissent de cette possibilité », nous indique-t-on. « Dans le meilleur des cas, le prêt de livre est proposé en cellule via un chariot poussé par l’auxiliaire bibliothèque, mais le choix est extrêmement restreint. »

Pour les échanges avec les bénévoles, la situation est plus compliquée, avec une dématérialisation qui s'est imposée et un accompagnement dégradé. Si la visio s'est développée, elle reste réservée aux avocats, sans possibilité d'extension aux activités culturelles. Rencontres avec les auteurs, partenariats avec les musées et autres ateliers d'écriture sont eux aussi suspendus, faute de mieux. Le concours d'écriture de Lire pour s'en Sortir, lui, a été maintenu : l'année dernière, une personne détenue de la Santé a été lauréate...

 

Photographie : illustration, Centre pénitentiaire sud-francilien, en 2014 (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

3 Commentaires

 

Dura Lex Sed Lex

03/04/2021 à 09:50

Franchement, je ne vois pas le problème.

La loi veut qu'on n'envoie pas directement aux détenus les bouquins ? Il suffit de l'envoyer aux bibliothèques des prisons, qui sont EXTRAORDINAIREMENT bien fournies. Combien de bibliothèques municipale de commune de moins de 2000 habitants ont près de 10 000 ouvrages ? Quant à celle de moins de 1000 habitants...

Les jauges ? Sécurité. C'est normal. Pas de bouquin en langue étrangère et arabe en particuliers. Bien qu'il y ait une sur-représentation du monde africano-maghrébin en prison, l'administration n'a pas à se payer des traducteurs pour jauger la qualité d'un ouvrage. Principe de précaution : pas d'ouvrage en langue étrangère ou alors des classiques. Je parie que les Shakespeare ne sortiront pas !

Bref, tout cela me parait une tempête dans un verre d'eau. Ces gens-là seraient plutôt choyés pour des criminels. Ils ont la possibilité et le temps de s'instruire auprès de milliers de bouquins, voire de s'alphabétiser pour les plus en retard.

À raison d'un bouquin par jour, un détenu pourrait donc lire pendant 30 ans d'affilée sans jamais relire le même bouquin !

Forbane

03/04/2021 à 13:49

La littérature étant le parent pauvre de nos sociétés modernes, rien de ce qui est dit dans l'article n'étonne.
Le plus triste étant sans doute cette désaffection pour la lecture de la part des détenus eux-mêmes : "Les détenus lisent de moins en moins et ce sujet n’est dès lors pas considéré comme un enjeu majeur [par l'administration pénitentiaire] ».
Quant au portrait de Genet glorieusement affiché, sa peau blanche suffit sans doute à le disqualifier aux yeux de nombreux prisonniers... car oui, nous en sommes là aujourd'hui.

Olga

06/04/2021 à 14:17

Je trouve cet article très bien.
Je regrette que le journaliste n’ait pas contacté sur ce sujet l’association Lire C’est Vivre qui gère depuis des années les 10 bibliothèques de la plus grande prison d’Europe avec Environ 3800 détenus et qui a ce titre à une expérience certaine.
Voir son site et le film «  entre les barreaux les mots »

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Du père de famille au psychanalyste : dans l'intimité de Sigmund Freud

La famille Freud vivait au rythme des consultations que Sigmund donnait dans cet appartement au coeur de Vienne. Rouvert depuis août 2020, le Sigmund Freud Museum s’inscrit dans un héritage pluriel : celui de la médecine, de l’oeuvre et de la vie quotidienne. Au coeur de l’immeuble situé au Berggasse 19, les visiteurs remontent le temps, entre publications et travaux du père de la psychanalyse.

28/11/2022, 14:51

ActuaLitté

Le château de Chantilly célèbre le “plus grand bibliophile de son temps”

À l’occasion du bicentenaire de la naissance d’Henri d’Orléans, dit le duc d’Aumale, grand bibliophile et reconstructeur du château de Chantilly, plusieurs expositions ont été organisées dans l’ancienne demeure des Condé. Depuis le 5 octobre et jusqu’au 2 octobre 2023, le cabinet des livres du fils du « roi des Français », Louis Philippe, se présente, de sa création aux plus précieux de ses trésors. Le tout sous le regard pénétrant du buste du grand Condé.

14/11/2022, 16:48

ActuaLitté

Comment la traduction a contribué à la libération des femmes

PORTRAITS – La traduction contribue à la libération des femmes depuis des siècles. Voici quelques portraits de femmes qui ouvrent la voie aux traductrices contemporaines, de Marie de Cotteblanche (première traductrice française) à Shirin Daneshvar (traductrice iranienne) en passant par Anne Dacier (première traductrice d’Homère), Claudine Picardet (première traductrice scientifique) et Clémence Royer (première traductrice de Darwin). 

10/11/2022, 10:25

ActuaLitté

Des églises à l'art urbain : cheminement littéraire et historique dans Porto

LECFestival22 – Créée en 2016, la résidence d’écriture Jean Monnet est dédiée à la création littéraire européenne et accueille en priorité des auteurs émergents, en lien avec la thématique du LEC Festival. Elle est soutenue par la Ville de Cognac et dotée d’une bourse de résidence de 2000 €. Cette année, Nuno Gomes Garcia, auteur de La Domestication (trad. Clara Domingues chez IXe Editions), en est le bénéficiaire. Et il poursuit avec nous son tour littéraire et historique de Porto. (retrouver l'épisode précédent)

07/11/2022, 10:05

ActuaLitté

Voyage littéraire et historique à Porto, avec Nuno Gomes Garcia

LECFestival22 – Depuis le 24 octobre, l’écrivain d’origine portugaise, Nuno Gomes Garcia, auteur de La Domestication (trad. Clara Domingues chez IXe Editions), est en résidence d’auteur à la villa Jean Monnet de Cognac. Il y séjournera jusqu’au 20 novembre, date de clôture du festival des littératures européennes de Cognac. Il nous invite à un voyage dans la ville de Porto, dont il est originaire, entre littérature, archéologie et découvertes… Première étape : la librairie Lello. Et bien d'autres arrêts à prévoir.

27/10/2022, 10:38

ActuaLitté

Écologie et sobriété : quelles actions dans les bibliothèques ?

Le Plan Sobriété du gouvernement, présenté au début du mois d'octobre, ne concerne que de loin les bibliothèques territoriales, placées sous la responsabilité des collectivités. Heureusement pour la planète, la réflexion écologique des bibliothécaires est en cours depuis quelques années désormais, et les idées fusent, même si les moyens d'action restent encore limités.

21/10/2022, 11:16

ActuaLitté

À la recherche de Marcel Proust, tome après tome  

2022 ne marque pas seulement le centenaire de la naissance de Jack Kerouac, mais également de la mort d’un des géants du XXe siècle, Marcel Proust. Après le Musée Carnavalet ou encore le Musée de l’Histoire du Judaïsme, la BnF propose une exposition autour de l’auteur d’À l’ombre des jeunes filles en fleur. Près de 350 pièces sont réunies – inédits jamais révélés au public, tableaux de grands maîtres ou robes somptueuses prêtées par le Palais Galliera. 

11/10/2022, 14:25

ActuaLitté

Access+, le studio d'Asmodee, inaugure sa gamme de jeux accessibles

Trois titres phares de l'éditeur Asmodee sont désormais proposés aux personnes touchées par des troubles psychiques et cognitifs. Grands et plus petits, personnes dys et neuroatypiques retrouveront chez le studio de jeux de société Access+ trois titres retravaillés en ce sens : Dobble, Timeline et Cortex challenge. En avant !

05/10/2022, 12:14

ActuaLitté

Écrivains menacés : traduire Rushdie, Saviano et les autres

Ce samedi 1er octobre, le Pôle Média Culture Edmond Gerrer (Colmar) accueillait l’Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts : Vincent Raynaud recevait le Prix Maurice-Betz 2022, pour l’ensemble de son travail de traduction — en particulier les œuvres de Roberto Saviano, qu’il a traduit dans sa quasi-totalité. Lors de cet évènement, le traducteur, auteur et éditeur a donné une conférence intitulée « Écrivains menacés, le point de vue du traducteur ». 

04/10/2022, 11:28

ActuaLitté

Hiboux et renards pour voisins : une résidence d'auteur dans les bois

#Terresdeparoles22 – Auteur et ancien journaliste, Stéphane Nappez a troqué durant quelques mois le clavier pour le marteau. Et la scie. Et le fil à plomb. Et les clous pour AÏE ! — « Navré Nicolas… fallait pas laisser traîner ta main sur la planche. » En effet, fallait pas… Mais quelle réalisation que cette cabane, installée en lisière de la forêt, au sein du parc de l’abbaye de Jumièges (Seine-Maritime) !

04/09/2022, 15:32

ActuaLitté

Au coeur du Marais, rue des Rosiers, s'installe une librairie

Célébrissime, auprès des gourmets, pour son restaurant L’As du Fallafel, la rue des rosiers porte de nombreux symboles. Située dans le Marais, emblématique de la communauté juive, elle accueillera mi-septembre une librairie. Et pas n’importe laquelle : il s’agit d’une extension de Smith&Son (anciennement nommée WH Smith) sise au 248 rue de Rivoli. Le tout porté par Patrick Moynot, qui avait repris l’établissement en 2017. 

01/09/2022, 14:20

ActuaLitté

Exode, voyage et sans-papiers : Les Turbulents, à même le ressenti

Portés par Thierry Van Hasselt, Thisou Darthois et Romane Armand, des étudiants en bande dessinée et des personnes en exil ont constitué un studio de bande dessinée expérimentale afin de raconter collectivement des exodes vécus par certains des dessinateurs investis. Jusqu’au 15 septembre au Centre Belge de la Bande Dessinée se tiendra l'exposition qui présente ce travail collectif absolument fascinant. 

23/08/2022, 16:03

ActuaLitté

La guerre des tranchées : visite avec Gilles Marchand en Virgile

Ce 19 août, Gilles Marchand publiera Le Soldat désaccordé (Aux Forges de Vulcain), et pour le coup, nous souhaitions battre le fer tant qu’il était chaud — plutôt que de le porter dans la plaie. À la demande de ActuaLitté, le romancier a accepté de réaliser un making-of de son ouvrage, résolument ancré dans l’histoire : celle des tranchées, des poilus, de la Grande Guerre qui ne devait pas prendre plus de quelques semaines. Le temps d’y aller, et de revenir… 

12/08/2022, 09:00

ActuaLitté

L'armure d'un hors-la-loi australien, un petit air d'Iron Man

Héros ou bandit selon les sources avant de devenir une icône populaire, Ned Kelly fabrique cette armure en 1879 pour combattre la police australienne avant sa capture puis sa mort par pendaison à l’âge de 25 ans. Son armure, exposée dans la Bibliothèque de l’État de Victoria (Melbourne), est l’objet le plus célèbre de la bibliothèque. Un autre objet célèbre est sa Lettre de Jerilderie, pour expliquer ses actes.

28/06/2022, 11:22

ActuaLitté

Opposer libraires et algorithmes : Fnac, en Tartuffe 2.0 

DECRYPTAGE – Fnac a inondé les panneaux d’affichage publicitaires d’une brillante campagne. Le message est simple : vive l’être humain, à bas les algorithmes ! Et plus encore dans cette délicate relation qui consiste à recommander un livre à un lecteur. « Faites confiance à l’intelligence non artificielle de nos conseillers », affirme la réclame de l’ex-agitateur culturel. Jusqu’à tenter de faire oublier que l’algorithme demeure au cœur de la stratégie de l’enseigne. Quand le sage montre la Lune…

21/06/2022, 15:10

ActuaLitté

Pascal Mériaux, celui qui “alimente la machine à imaginer”

PORTRAIT – Amiens. Sa tour Perret digne de Gotham City : la capitale historique de la Picardie a dressé cet immeuble comme pour oublier les désastres de la Seconde Guerre mondiale. Depuis 2018, un autre lieu, plus industriel, occupe l’esprit des Amiénois : la Halle Freyssinet. 8000 m2 qui, une fois l’an, déploient des trésors de bandes dessinées, pour adultes, jeunes, amateurs, experts, curieux, timides. Avec un architecte dont l’enthousiasme devient contagieux.

17/06/2022, 10:24

ActuaLitté

Créativité et innovation chez les éditeurs indépendants 

L’union fait la force, personne n’en doutera : réunissant les éditions Helvetiq, La Salamandre et Antipodes, la matinée professionnelle Nouvelles têtes visait avant tout la proximité. En partenariat avec ActuaLitté, les trois maisons suisses romandes donnaient rendez-vous aux professionnels pour une rencontre avec café, thé, croissants autour d’ouvrages et d’auteurs.

08/06/2022, 17:03

ActuaLitté

Marcel Proust, ce professeur de sensibilité  

Ce 30 mai, à l’Hôtel Littéraire Le Swann, était officiellement dévoilé le visuel du timbre Marcel Proust, créé à l’occasion du centenaire de sa disparition. Ces timbres commémoratifs seront disponibles pour tous à partir du 25 juillet. À l’occasion de cette soirée, ActuaLitté a pu s’entretenir avec la créatrice de la vignette littéraire, Sophie Beaujard, et le président des Amis de Marcel Proust et directeur adjoint du Quai Branly, Jérôme Bastianelli, pour qui lire l’auteur de La Recherche est avant tout une manière de mieux vivre.

01/06/2022, 09:27

ActuaLitté

Musée de Cluny : reliures et manuscrits médiévaux d'exception

Depuis le 12 mai, le musée de Cluny a rouvert ses portes, avec une approche résolument modernisée – les comptes sociaux le démontrent amplement. Mais derrière une communication Moyen Âge Nouvelle Génération, se cachent bien des trésors : les tapisseries de La Dame à la licorne, de toute évidence, ainsi que des manuscrits pour le moins sublimes. Visite guidée de ces trésors.

30/05/2022, 14:37

ActuaLitté

Paroles d'autrices : créer des archives, pour la mémoire des autrices de BD

Pouvez-vous citer, en moins de quelques secondes, trois créatrices et autrices de bande dessinée ? À moins que cela ne soit votre sujet de prédilection, l'exercice n'est pas si simple. En cause : le manque flagrant de sources et d'archives relatives à ces femmes créatrices. Pour y remédier, le collectif Les Bréchoises a rassemblé, dans une exposition, des dizaines d'heures d'entretiens et de recherches universitaires, pour que l'histoire des femmes dans la bande dessinée ne soit pas ignorée, démentie ou occultée. 

25/05/2022, 16:30

ActuaLitté

6 pieds sous terre : Rions beaucoup, et continuons de creuser

Comediedulivre2022 — Passer à Montpellier sans se rendre à l’atelier En traits libres (pun intented...) relèverait de l’affront. Depuis six ans, les éditions 6 pieds sous terre y ont installé leurs bureaux — profitant d’une salle d’exposition, d’un lieu de rencontres. Convergences, camaraderie, et apéros. Donc brainstorming permanent. Rencontre avec Miquel Clemente, directeur de la maison.

21/05/2022, 16:10

ActuaLitté

Joyce, anniversaires, expo virtuelles : le Centre Culturel Irlandais dans tous ses états  

Riche saison 2022 pour le Centre Culturel Irlandais (CCI) : installé dans l’ancien Collège des Irlandais au coeur du Quartier Latin, l'organisme célèbre cette année le centenaire de la publication du plus célèbre des romans irlandais du XXe siècle, Ulysse (Trad. Jacques Aubert) de James Joyce, l’indépendance de l’Irlande, et surtout les 20 ans de ce centre dédié à la culture du pays d’Edna O’Brien. A cette occasion, l’institution inaugure cette semaine un module d’expositions virtuelles : 8 propositions inédites pour permettre de découvrir les collections patrimoniales du centre, entre imprimés datant du XVe au XIXe siècle, manuscrits ou encore archives historiques. 

20/05/2022, 13:08

ActuaLitté

Crise du papier : “On est pris en otage par ces hausses de prix" 

#PenuriePapier - En marge du Prix Maison de la Presse, remis ce mardi 10 mai au siège de la SGDL, crise du papier et difficultés dans l'édition sont sur toutes les lèvres. Sophie de Baere, lauréate, et Constance Trapenard, son éditrice, se réjouissent des retombées de la récompense sur l'avenir des Ailes Collées. Toutefois, Arnaud Ayrolles, président fondateur du groupe NAP, estime que l'augmentation du coût des matières premières reste une vraie préoccupation. 

12/05/2022, 15:45

ActuaLitté

L'art délicat de la désinformation, cette “arme de guerre”

UkraineUnderAttack – La désinformation, comme arme de destruction massive : cette idée revient en force avec le conflit en Ukraine. Une forme de guerre moins coûteuse, qu’expose depuis une dizaine d’années le chef d’État major des forces russes, le général Valeri Gerasimov. Mais en remontant le fil de l’histoire même du terme, on retrouve un écrivain d’origine russe, qui en avait fait un thème majeur de ses romans : Vladimir Volkoff.

27/04/2022, 16:49

ActuaLitté

Pierre Buraglio : “J'ai mis ma maison dans celle de Balzac”

EXPOSITION — La maison de Balzac accueille du 13 avril au 4 septembre prochain l’exposition Buraglio à l’épreuve de Balzac. Sous forme de carte blanche à Pierre Buraglio et à travers une quarantaine d’œuvres préexistantes, mais aussi inédites, le parcours réécrit Balzac sous l’œil de celui qui est surnommé « le peintre sans pinceau ».

20/04/2022, 10:54

ActuaLitté

Champollion ou la renaissance des Pharaons  

Environ 1500 ans : c’est le nombre d'années qui séparent la dernière inscription hiéroglyphique connue, et le déchiffrage de cette écriture énigmatique par Champollion. Après plus d’un millénaire de silence, la langue figurative avait été reléguée au rang de symboles hermétiques – porte vers des secrets ensevelis. Du 12 avril au 24 juillet, la BnF propose une exposition en forme d'initiation ludique et savante à la « méthode Champollion ». L’occasion de redonner corps à une des civilisations les plus fascinantes que la terre ait jamais portées. Une exposition qu’a pu visiter ActuaLitté en avant-première. 

13/04/2022, 15:30

ActuaLitté

France et Italie, sœurs jumelles de l’édition

En prévision du Festival Italissimo, qui se déroule du 6 au 10 avril à Paris, une table ronde a eu lieu le 4 avril 2022 à l’Institut italien de Culture à Paris – L’édition en France et en Italie : problématiques, transformations et traductions. Diego Marani, l’actuel directeur a rappelé les paroles d'Umberto Eco, « la traduction est la langue de l’Europe ». « Le rêve », souligne encore Marani, est celui d’un « monde bilingue avec une distribution commune. »

06/04/2022, 17:02

ActuaLitté

“C'est demain que nous partons”, des lettres pour raconter l'indicible

À l'occasion du 80e anniversaire de la rafle du Vel d'Hiv, au sous-sol de son bâtiment inauguré en septembre 2012, le mémorial de la Shoah de Drancy présente de nouveaux trésors, les lettres d’internés des camps de Drancy et du Loiret, du Vel d’hiv à Auschwitz. C'est demain que nous partons est une exposition à découvrir du 27 mars au 22 décembre 2022, et raconte l'histoire de la Shoah différemment.

29/03/2022, 15:47

ActuaLitté

Tatsuki Fujimoto sème le chaos à Angoulême

FIBD22 – Le 16 mars s’ouvrait à l’Alpha l’exposition « Tatsuki Fujimoto, héros du chaos » dans le cadre du FIBD 2022 à Angoulême. Cette exposition, visible jusqu’au 20 mars, est la première en France sur le mangaka. Pour un auteur de seulement 28 ans, qui n’est publié en volumes reliés que depuis 2016, on peut considérer que la consécration est rapide. 

18/03/2022, 09:26

ActuaLitté

Guerre en Ukraine : boycotter les livres et l'édition russes, une terrible perspective

UkraineUnderAttack – Le boycott de l’édition russe deviendrait une solution pour venir en aide à l’Ukraine ? Depuis le début du conflit, plusieurs institutions ukrainiennes comme internationales ont appelé ou souscrit au boycott total de l'industrie du livre russe en quelques jours à peine. Bella Ostromooukhova, maîtresse de conférences de langue et de civilisation russe à la Sorbonne Université, qui travaille notamment sur les politiques éditoriales russes et françaises, met toutefois en garde quant aux conséquences qu'un boycott inconsidéré pourrait avoir sur la bibliodiversité russe.

04/03/2022, 11:52

ActuaLitté

Du Bénin au Togo, les libraires sur la voie de la professionnalisation

Accueil, conseil et vente : sous cet intitulé était monté un projet de formation de libraires début 2021. Pour les libraires du Bénin, c’était une aubaine : depuis une vingtaine d’années, aucun accompagnement professionnel n’avait eu lieu. Pas faute pourtant d’entendre les besoins qu’exprimaient les professionnels. En associant leurs confrères du Togo, a été monté un projet de formation, en partenariat avec l’Association internationale des libraires francophones. 

23/02/2022, 12:55

ActuaLitté

Saint-Exupéry et le Petit Prince s'installent au Musée des Arts Décoratifs 

« Un sourire est souvent l’essentiel. On est payé par un sourire, on est récompensé par un sourire » disait Antoine de Saint-Exupéry dans Lettres à un otage. Sourire, voilà un mot qui décrit tout aussi bien l’exposition dédiée à sa plus grande oeuvre, À la rencontre du Petit Prince, présentée dès le 17 février 2022 au Musée des Arts décoratifs, à Paris. Aquarelles inédites, manuscrits, portée philosophique et questionnements perpétuels de ce grand écrivain : la poésie nous emporte dans le dédale de cette exposition, mettant fièrement en valeur ce chef-d’oeuvre intemporel de la littérature.  

17/02/2022, 11:40

ActuaLitté

Médiation animale : nos amis les bêtes s’invitent en bibliothèque  

Il existe des chiens guides pour les personnes malvoyantes, d’autres apportent assistance aux personnes épileptiques : C’est connu, le chien est le meilleur ami de l’Homme. Un constat qui ne date pas d'hier mais tarde à s'accompagner de nouvelles synergies. Ainsi, la présence d'animaux, encore problématique dans certains établissements de culture, mériterait amplement d'être réévaluée.

07/01/2022, 10:36

ActuaLitté

Pour Noël, visiter la librairie qui a presque inspiré Rowling et Harry Potter (Porto)

Pour avoir vécu dans le début des années 90 à Porto, quelques années avant de publier le premier tome des aventures d’Harry Potter, JK Rowling se vit prêter un lien entre l’œuvre et la librairie Lello. Située non loin de la Tour des Clercs — fascinant édifice, gorgée d’une histoire, elle, tout à fait vérifiée — la librairie fait recette depuis des années. Établissement historique de la ville portugaise, elle a célébré son 115e anniversaire en 2021, après un sauvetage in extremis.

23/12/2021, 12:38

ActuaLitté

Bubble Tea raffinés, patisseries japonaises et mangas : bienvenue au Renard Café

L’épidémie Covid a vu naître de splendides collaborations — certaines aboutissant même à des créations d’entreprises. Tout commence quand, durant le Confinement 2, Romain Gaia, propriétaire de Tomo, maison de dorayaki (les succulentes pâtisseries japonaises) contacte Mickaël Brun-Arnaud, propriétaire de la librairie Le Renard doré, spécialisée dans les manga et la culture japonaise. Un dénominateur commun qui, près d’un an et demi plus tard, débouche sur Le Renard Café… Rencontre avec ces entrepreneurs, sur les lieux du crime.

22/11/2021, 15:19

ActuaLitté

Profession : petites (et grandes) mains d'un festival littéraire

Débarquer à la gare, trouver un sosie de George RR Martin qui attend, panneau dans les mains, béret vissé sur la tête et longue barbe débordant sous le masque. « Je suis votre chauffeur », assure-t-il avec le sourire que l’on devine. Marc* est l’un des cinquante bénévoles qui mèneront durant six jours les navettes, l’installation des tables, des décorations et tant d’autres détails. Profession : bénévoles. Option : passionnés.

18/11/2021, 16:25

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Des livres vierges : l'industrie du livre menacée d'asphyxie

Sans une révision de la loi sur le droit d’auteur, l’édition canadienne se trouve devant une page blanche. À ce titre, l'Association nationale des éditeurs de livres, représentant les éditeurs de langue française au Québec et dans le Canada tire la sonnette d'alarme. Et presse le gouvernement d'agir. À ses côtés, plusieurs autres organisations rallient le mouvement.

29/11/2022, 17:24

ActuaLitté

Suisse : recours des librairies Payot auprès du conseil d’État du Valais

Après avoir proposé au service de la culture du Valais de revenir sur les critères qui ont été fixés pour l’opération de soutien aux librairies qu’il a annoncée et lancée le 14 novembre, et qui excluent les librairies Payot du périmètre, Payot SA a décidé de faire recours auprès du Conseil d’État à défaut d’avoir obtenu une réponse satisfaisante. Par Pascal Vandenberghe, PDG de Payot.

29/11/2022, 11:21

ActuaLitté

Odessa l’éclaireuse, qui “a jalousement pris soin de sa liberté”

#WeekEndEst — S’expliquer la guerre ? Une tentative souvent rendue vaine par le désarroi qu’elle suscite. Prendre conscience de ce que la guerre sème et produit comme sentiments afin de les transcender et de les élever contre la guerre à travers la culture est une nécessité, beaucoup plus qu’un pari utopique, de l’équipe du festival Un week-end à l’Est créé en 2016 dans le Quartier latin. Par Brigitte Bouchard, directrice artistique.

22/11/2022, 10:21

ActuaLitté

“J’écris pour aller chercher cet enfant abandonné voilà longtemps”

À paraître le 25 novembre 2022, Monstrueuse féérie est ce récit de fin d’année de Laurent Pépin où se côtoient à la fois enchantement et tragédie, férocité et poésie, entraînant le lecteur dans un vertige monstrueux — monstrueusement attachant. Entretien avec Laurent Pépin ; chronique d’un écrivain parti à la recherche de l’enfant, de l’adolescent meurtri abandonné sur le bord de la route, il y a bien longtemps… Propos recueillis par Guylian Dai. 

22/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Iran : la vie de Hossein Ronaghi est en danger

Libérez Hossein Ronaghi ! Le Comité de défense des auteurs en danger du PEN Club français apporte son plein soutien à l'auteur, emprisonné en Iran, et actuellement dans un terrible danger. Antoine Spire, président du Pen Club français et Jean-Philippe Domecq, président au Pen club français du Comité des écrivains persécutés adressent à ActuaLitté une tribune d'importance.

18/11/2022, 14:41

ActuaLitté

Nicolas Feuz : “Je n’ai jamais rêvé d’être quelqu’un d’autre… sauf peut-être Dark Vador !”

Ce 10 novembre, Nicolas Feuz publie Les larmes du lagon, aux éditions Slatkine & Cie. Un polar qui nous entraîne en Polynésie française, où la tranquillité du motu de Bora Bora est perturbée par la découverte d’un corps. Ce nouveau roman nous offre l’occasion d’en apprendre plus sur l’écrivain, dans un questionnaire de Proust revu, corrigé et bien soigné !

18/11/2022, 10:59

ActuaLitté

Écrire contre la haine et l'intolérance, l’injustice et la barbarie

La liberté d'expression ne connaît pas de frontières, mais, aujourd'hui, elle est en grand danger. En Suisse ou en France, écrire est un acte si simple. Mais, dans de nombreux pays, les auteurs risquent d'être accusés d'espionnage ou considérés comme des ennemis publics. À cause de leurs écrits, leurs paroles, leurs dessins, leurs récits, leurs témoignages, leurs chansons, la liste des écrivains, des journalistes, des blogueurs, des traducteurs, des artistes harcelés, arrêtés, torturés, tués ou contraints à l'exil ne cesse de s’allonger tristement. 

18/11/2022, 09:04

ActuaLitté

“La Bibliothèque Doucet est devenue un lieu de conservation vivant”

La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet (BJD) avait attiré l'attention de l'Inspection générale des bibliothèques, qui pointait des problématiques liées à la gestion des collections et de l'espace disponible. En octobre dernier, une enquête du Monde pointait des responsabilités dans les dysfonctionnements, avant le suicide d'une ancienne directrice adjointe de l'établissement. Des écrivains, universitaires, chercheurs, conservateurs et bibliothécaires, directeurs de musée et de galeries, commissaires d’exposition apportent leur soutien à la directrice de la BJD et tiennent à « témoigner » des collaborations qu’ils ont eues avec cette institution et son équipe de direction. Nous reproduisons ci-dessous leur lettre.

15/11/2022, 16:56

ActuaLitté

“Tous les usages possibles d’une bibliothèque sont à préserver”

Stéphanie Khoury, bibliothécaire, et Maël Rannou, ancien directeur de bibliothèques, auteur et critique de bande dessinée, s'interrogent dans un court ouvrage, didactique et synthétique, sur les missions et les enjeux des établissements de lecture publique. Les bibliothèques de proximité (Presses universitaires Blaise Pascal) évoque également ces usages créés par les citoyens, avec la complicité ou à l'insu des bibliothécaires et des pouvoirs publics eux-mêmes.

14/11/2022, 11:37

ActuaLitté

Jón Kalman Stefánsson : “Je veux saisir l'univers dans mes écrits”

LECFestival22- Jón Kalman Stefánsson est le lauréat 2022 du Prix Jean Monnet de Lectures Européeennes pour Ton absence n’est que ténèbres, traduit par Éric Boury. Son 13e opus, publié chez Grasset, avait déjà remporté le Prix du livre étranger. L’islandais est tout à la fois romancier, poète, mais également traducteur. Nous lui avons posé quelques questions.

10/11/2022, 17:16

ActuaLitté

Galien Sarde : “C’est après l’écoute d’images oniriques que la dystopie a surgi”

Surprenant premier roman : enfermés dans un monde souterrain surveillés par une mystérieuse milice, plusieurs hommes et femmes parviennent à s’échapper, et sillonnent le désert à bord d’une jeep. Apocalyptique, effrayant, le livre se situe à mi-chemin entre le roman de science-fiction et le récit poétique. Galien Sarde, quarante-six ans, agrégé ès lettres, y déploie une langue riche, en une sorte de lyrisme sombre, sinon apocalyptique. Deuxième ouvrage publié par Fables fertiles, la toute jeune maison de Guylian Dai, Échec, et Mat, loin des grosses machines littéraires et des prix de la rentrée, tranche par son originalité, sa force onirique. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

10/11/2022, 11:36

ActuaLitté

Arthur de Pins : “Zombillénium dévoile le monstre qu'on abrite”

Quatorze ans, six albums, un film d’animation et une attraction plus tard, c’est tout un cycle de Zombillénium – ce parc d'attractions aux authentiques zombies et vrais démons – qui touche à sa fin. Ce dernier opus sportif et haletant promet d’effroyables surprises et de diaboliques retournements de situation – avec un final à la hauteur de la série. Nous avons rencontré Arthur de Pins, toujours aux commandes de la machinerie infernale et ses milliers d’âmes prisonnières.

04/11/2022, 12:23

ActuaLitté

La fin du tableur Excel pour la gestion des droits d'auteurs ?

Quand on se penche sur la gestion des droits d’auteur, on s’aperçoit que les petites et moyennes structures sont rapidement débordées — faute de disposer d’un outil sur mesure ou de moyens pour souscrire à un logiciel dédié. Conclusion : c’est avec un bon vieux tableur Excel que cela se résout. Et pourtant…

03/11/2022, 12:55

ActuaLitté

“La Chine me met de bonne humeur”

Ma relation à la Chine a été d’emblée une relation sensible, sans connaissances préalables, sans curiosité particulière pour ce pays où je n’avais pas envie d’aller. Je m’y suis rendue par amour non pas de la Chine, mais de l’homme qui m’invitait à l’y retrouver. Par Christine Cayol.

03/11/2022, 10:41

ActuaLitté

Jacques Cauda : “Prose comme poésie. J’écris.”

Initiateur du mouvement surfiguratif, Jacques Cauda, soixante-sept ans, manie la plume comme il manie le pinceau, soit avec passion, gourmandise, frénésie. Ancien étudiant en philosophie, ancien documentariste professionnel, l’homme publie depuis 2002, à un rythme soutenu, tout en dirigeant « La Bleu-Turquin », collection des éditions Douro. Privilégiant les formes expérimentales, riche de nombreuses références, l’homme poursuit une œuvre singulière, loin des modes du moment. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

02/11/2022, 10:39

ActuaLitté

Face au péril nucléaire en Ukraine, agir, “avant qu'il ne soit trop tard”

UkraineUnderAttack – « Avant qu'il ne soit trop tard. » Cet appel à la raison et à l'humanisme réunit à cette heure plus de 130 poètes, écrivains, artistes, universitaires et intellectuel(le)s (français mais pas seulement) : toutes et tous l'ont signé afin de mettre en garde l'opinion publique devant le péril nucléaire qui menace en raison de la Guerre en Ukraine. ActuaLitté le propose ici dans son intégralité.

30/10/2022, 14:18

ActuaLitté

Mieux que l’auteur mort : l’auteur pauvre ?

Ce 24 octobre, un nouveau rendez-vous réunissant auteurs, éditeurs et ministère de la Culture fut annulé. Un délai de plus dans la signature d’accords qui n’en finissent plus de traîner. Denis Bajram fait parvenir un texte à ActuaLitté, pour signaler un changement de paradigme des plus cyniques : un bon auteur n’est plus un auteur mort, mais un auteur pauvre…

27/10/2022, 17:03

ActuaLitté

Odile Cohen-Abbas : ”Dans les à-côtés, on trouve les choses qui nous intéressent”

Née en 1957, ancienne danseuse professionnelle, Odile Cohen-Abbas participa longtemps de l’aventure Supérieur Inconnu, revue fondée par le surréaliste Sarane Alexandrian. Collaborant régulièrement aux "Hommes sans épaules", périodique fondé en 1953 par Jean Breton, et dirigé depuis 1997 par Christophe Dauphin, auteure de nombreux recueils et récits, Odile vient ici nous surprendre avec Perditio, nouvel opus hybride décrivant un monde infernal, peuplé de chimères, de monstres, se livrant à de singuliers rites. Déroutant peut-être, riche à coup sûr, le livre étonne, détonne. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

27/10/2022, 09:16

ActuaLitté

“Les monstruosités en Ukraine dépassent même les scénarios les plus noirs”

« Considérée de seconde main par les Russes, la langue des Moldaves a été mutilée. Si, dans un amphithéâtre, il y avait 50 étudiants moldaves et un seul étudiant russe, le cours devait avoir lieu en langue russe. » Entretien avec Tatiana Țîbuleac, écrivaine roumaine (originaire de la République de Moldavie), Prix de littérature de l'Union européenne pour Le Jardin de verre, éd. des Syrtes, traduction de Philippe Loubière.

25/10/2022, 10:05

ActuaLitté

Salman Rushdie vivra, ”c'est la chose la plus importante“

AttaqueRushdie - En marge de la Foire du livre de Francfort, l’agent littéraire Andrew Wylie a répondu à quelques questions de El Pais. Une rare apparition dans les médias pour Le Chacal, surnommé ainsi pour sa manière abrupte de traiter avec les éditeurs. Et au cœur du sujet, Salman Rushdie, victime d’une tentative de meurtre.

24/10/2022, 10:47

ActuaLitté

“Publier n’est pas un droit, c’est un devoir”

Et Archimède s'écria : « Eurêka ! » Il avait trouvé une idée... Qu’est qui vous met une idée en tête ? Pourquoi dit-on qu’une idée « traverse l’esprit » ? Elle viendrait d’on ne sait où et repartirait immédiatement ? Pour se rendre où, alors ? Dans un autre esprit qui l’attend ailleurs, dans un autre espace ou dans un autre temps. Pourquoi pas...

23/10/2022, 23:12

ActuaLitté

“Écrire, lire tout autant c’est retrouver une terre d’enfance”

PORTRAIT – Né en 1964, libraire dans le Poitou, Stéphane Émond rend une nouvelle fois hommage à sa région d’origine. Seize ans après Pastorales de guerre, l’homme revient avec un nouveau récit au titre programmatique, géographique. Magnifique évocation de la région Est, Argonne raconte également l’Histoire : le récit officiel et les tragédies familiales, l’une et l’autre intimement mêlées.

21/10/2022, 15:54

ActuaLitté

Du livre au film : les souffrances d’un romancier

Son roman Pleurer des rivières, paru en 2018, a été porté à l’écran par Léopold Legrand, sous le titre Le Sixième enfant. Dans les salles depuis le 28 septembre, ce film fut coadapté avec l’aide de Catherine Paillé. Mais la métamorphose d’un roman en oeuvre audiovisuelle n’a rien d’un chemin tranquille. Alain Jaspard raconte, pour ActuaLitté, cette aventure.

14/10/2022, 15:47

ActuaLitté

La musique en bibliothèque n'est pas “une variable d’ajustement pratique”

L'annonce de la fermeture de la Médiathèque musicale de Nanterre par la municipalité, concrétisée le 2 juillet 2022 mais aussi les disparitions des collections musicales dans certains établissements constituent « des signaux très inquiétants », indique l'ACIM, Association pour la Coopération des professionnels de l'Information Musicale. Dans un texte reproduit ci-dessous, l'organisation rappelle que les supports musicaux restent indispensables en bibliothèque.

14/10/2022, 07:55

ActuaLitté

Plan sobriété : “opportunité et risque” en bibliothèques

La raréfaction des matières premières – gaz et pétrole – doublée d'une hausse de leurs coûts a poussé le gouvernement à présenter un Plan sobriété : des suggestions plus que des obligations. Depuis quelques mois, la commission Bibliothèques Vertes de l'Association des Bibliothécaires de France planche justement sur la réduction de l'empreinte énergétique, et l'information des usagers, dans les établissements de proximité. Quelques réponses se profilent, sur des sujets qui recoupent des préoccupations bien connues des bibliothécaires.

12/10/2022, 15:13

ActuaLitté

“Le terrorisme de l’URSSAF cherche à m’extorquer des cotisations indues”

Dominique Sels écrit depuis toujours : son premier livre est paru en 1989, chez Denoël, Eden en friche. Elle avait tout juste trente ans. Et quelque trente années plus tard, la voici, comme tant d’autres, confrontée aux errances d’un système administratif qui n’en finit plus de chanceler. Dans un courrier adressé à l'URSSAF et transmis à ActuaLitté, elle raconte, entre Charybde et Scylla et Charybde encore… ad nauseam.

12/10/2022, 10:22

ActuaLitté

“Défendre le Wokistan, c’est défendre la liberté”

Repli sur soi, communautarisme, revendication identitaire, séparatisme, cancel culture… Voilà quelques-uns des termes qui restent accolés au "wokisme" dans le débat public, et y compris jusque dans cet espace de réflexion. Bref, c’est un concept qui fait peur, et pour ses détracteurs, l’enjeu est clairement que ce mot soit systématiquement associé à des notions, pas seulement négatives, mais surtout contraires à ce qui est censé constituer l’identité française. Par David Carzon.

12/10/2022, 08:21

ActuaLitté

Caroline Lamarche : “Bach... Bach, quelle merveille !”

Nouvelliste et romancière, Caroline Lamarche a publié plusieurs livres chez Gallimard, dont La Mémoire de l’air (2014), Dans la maison un grand cerf (2017) et Nous sommes à la lisière (Prix Goncourt de la nouvelle 2019). Invitée de Lire en Poche, à Gradignan, elle s'est livrée avec enthousiasme et avec nous, au questionnaire de Proust.

09/10/2022, 18:48

ActuaLitté

Michel Bussi : “Les réalisateurs ont besoin de tomber amoureux des romans”

#LireEnPoche22 – Roman qui devient livre de poche, le schéma est classique. Et particulièrement pour Michel Bussi, l’un des plus grands vendeurs de polars en France. L’univers de l’écrivain normand se décline en audiolivres, bandes dessinées, séries, films… Parfois au point de lui échapper. Ainsi, quand Maman a tort est diffusé sur Netflix, des années après l’adaptation sur France 2, il s’en étonne : « Je n’avais pas été informé… Je l’ai appris par des amis. Mais c’est une agréable surprise. »

09/10/2022, 16:42

ActuaLitté

“N'oublions pas Anna Politkovskaïa”

Anna Politkovskaïa, éminente journaliste d’investigation et écrivain russe, a été tuée par balles le 7 octobre 2006, dans sa cage d’escalier, à Moscou. Ses dénonciations des horribles et cruels crimes de guerre et des violations des droits de l’homme en Russie et en Tchétchénie ont entraîné des menaces permanentes contre sa vie de la part des autorités russes. Par Nguyên Hoàng Bao Viêt.

08/10/2022, 12:00

ActuaLitté

Djaïli Amadou Amal : “Refuser d'être une victime”

#LireEnPoche22 — Militante. Pour elle, dès son premier roman, ce terme revêtait un sens tout particulier. Djaïli Amadou Amal, Prix Goncourt des lycéens 2020 avec Les Impatientes (Ed. Emmanuelle Collas), venait pour la première fois à Gradignan. Son roman, publié chez J’ai lu, évoque des sujets douloureux et profonds. Qui justifient, selon la romancière, cet engagement en littérature.

07/10/2022, 17:03

ActuaLitté

Philippe Delerm : “Proust m'a autorisé à écrire des textes courts” 

« À quoi bon ? » Philippe Delerm a vingt ans lorsqu'il découvre À la recherche du temps perdu lors de ses années de licence. Une question l'obsède : « Comment écrire après ça ? » Cinquante ans plus tard, il publie le 4 novembre prochain Proust Instantanés (Éditions Points), dans lequel il commente une soixantaine d'extraits de la somme romanesque avec sa marque de fabrique : des textes courts. 

07/10/2022, 11:55

ActuaLitté

Lire en Poche : “Observer et appréhender des fragments d'un monde”

#LireEnPoche22 – Dans quelques jours s'ouvrira le festival Lire en Poche, à Gradignan – trois journées de rencontres et de festivités autour des petits formats. Le commissaire général de l'événement, Lionel Destremau, aborde cette 17e édition avec prudence et optimisme. Entretien.

05/10/2022, 11:32

ActuaLitté

Crises et climat – Que sème la littérature ?  

Samedi dernier, à l’occasion de ses 20 ans d’existence, l’A*dS, Association des autrices et auteurs de Suisse, invitait à réfléchir lors d’un symposium à Olten à sa propre perception politique et aux potentialités du travail littéraire face aux crises de notre époque. Avec trois conférences, une table ronde et huit ateliers, 75 auteur·ices ont questionné le rôle et la responsabilité de la littérature dans les crises actuelles en analysant des phénomènes tels que la propagande, la censure, les discours emphatiques et la biodiversité dans l’écriture.

05/10/2022, 09:25

ActuaLitté

“Quand la culture ne soutient plus le peuple, alors il se soumet”

Que reste-t-il d’un être, à sa disparition ? Il reste les souvenirs communs, les photographies, les objets qui ont émaillé sa vie et témoignent pour l’absent, comme autant de preuves de son ancienne présence. De la même façon, si la culture d’un pays venait à disparaître, quels vestiges survivraient à cette absence ? Ceux-ci formeraient-ils un socle suffisant pour qu’un peuple y prenne encore appui ? Par Alexandra Koszelyk, auteure de L'Archiviste (ed. Aux Forges de Vulcain).

04/10/2022, 12:18

ActuaLitté

Meral Şimşek : “Je me battrai pour porter la voix du peuple kurde”

L'autrice et éditrice kurde Meral Şimşek a subi, comme d'autres en Turquie, la sévérité du régime de Recep Tayyip Erdoğan à l'égard des dissidents, opposants et artistes critiques à son égard. Mais Şimşek est kurde, ce qui redouble la violence systémique à son égard. Condamnée à 20 mois de prison en septembre dernier, elle est réfugiée en Allemagne, d'où elle a accepté de répondre à nos questions.

03/10/2022, 11:37