Médiathèque Françoise Sagan : du cluster inavouable à la fermeture au public

Clément Solym - 11.09.2020

Edition - Bibliothèques


Le Premier ministre doit parler. Le pays écoutera. Ou pas. Dans tous les cas, de nouvelles mesures surgiraient au terme de l’allocution macronienne prévue ce 11 septembre. D’ici là, les établissements publics pourraient cesser de se débattre avec l’administration. La médiathèque Sagan a obtenu un soutien inattendu, après qu’un cas Covid s’est déclaré.

Exposition Perec au fil médiathèque Françoise Sagan
 

Fin août, l’établissement de prêt du Xe arrondissement de Paris fermait ses portes. Un message laconique, mais radical s’imposait aux usagers. « Pour des raisons sanitaires, la médiathèque sera fermée ce vendredi et samedi 29 août. Merci de votre compréhension. »

La décision intervenait quelques semaines après la fermeture d’une autre médiathèque, Marguerite Duras, dans le XXe. Une clôture exceptionnelle découlant d’un droit de retrait manifesté par les personnels.

Le cas Sagan n’allait cependant pas s’arrêter là. Selon les autorités sanitaires, la médiathèque représentait un « foyer de contamination », ou cluster pour employer des termes plus épidé (r) miques. La CGT le clamait haut et fort, « on dénombre au moins trois cas confirmés ou supposés de contamination à la Covid-19, sur une période de sept jours et que ces personnes appartiennent à la même communauté ».
 

La médecine du travail intervient


Face à cette situation, la Ville de Paris semblait indiquer que non, non, Madame la Marquise, tout allait bien. Or, note la CGT Culture, une représentante de la médecine du travail, épaulée par la MISST, service de santé et sécurité de la capitale, ont balayé les arguments de la mairie. « Nous sommes là pour appliquer nos missions : protéger les agents dans le cadre de leur travail. Et encore plus avec la situation sanitaire actuelle », ont-elles déclaré.

Et plus encore, « notre visite matinale du bâtiment nous a éclairées sur les fort possibles raisons de la contamination des trois bibliothécaires, car pour nous il y a clairement des problèmes de ventilation, de fenêtres et de promiscuité dans les bureaux ». 

Des circonstances qui ne permettraient donc pas aux personnels de faire correctement leur travail, attendu que les conditions sanitaires ne répondaient pas aux impératifs. Et la médiathèque d’emboîter le pas, quand l’encadrement déclare que « vu la configuration des bureaux et l’effectif global de la bibliothèque (46 personnes), la seule solution est le retour au temps partiel de cet été ». 

La Direction des Affaires Culturelles n’aurait pas vu le coup venir, et se retrouve donc avec un établissement qui, ce 11 septembre, doit tenir une réunion du Comité d’Hygiène et de Sécurité. Les étages ouverts au public de la médiathèque Sagan ont déjà été fermés, et seul le rez-de-chaussée est accessible — pour une durée indéfinie. 


illustration ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Commentaires
"La seule solution est le retour au temps partiel comme cet été." Revendications bien pusillanimes. Un "cas" de covid : cela mérite bien une fermeture pour dix ans (personnel payé bien entendu) pour s'assurer que le terrible virus n'aille pas se tapir entre les pages de quelque livre.
Merci pour "foyer de contamination"...Et si ce virus numéroté devenait porteur d'une "endémie"? Une de mes connaissances en a été récemment..."victime" : 3 jours de gêne, bien moins handicapants que la "vraie" grippe saisonnière de 2018.Quand on lit que le moindre rhume affole les parents d'écoliers, que l'on est étonné (sic) que ce virus n'entraîne pas plus de décès...on peut se demander si les experts ne sont pas tombés sur la tête??
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.