#Economie

French Pulp Editions : on ne devient pas impopulaire sans raisons

ENQUÊTE – Montée fin 2016, la maison d’édition French Pulp repose sur Nathalie Carpentier, femme de tête. Et il en fallait, pour mener de front des activités éditoriales, d’agente littéraire et audiovisuelle ou encore de gestion patrimoniale. Beaucoup d’activités, prometteuses au demeurant, et complémentaires. À ceci près qu'auteurs, partenaires, prestataires dénoncent désormais une « gestion hasardeuse ». Voire, pour certains, « un comportement odieux ».

Le 17/12/2019 à 12:00 par Nicolas Gary

27 Réactions | 4 Partages

Publié le :

17/12/2019 à 12:00

Nicolas Gary

27

Commentaires

4

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

#WTF - pixabay licence

« C’est une femme de promesses non tenues et de menaces », nous explique une autrice, lésée comme nombre d’autres. « Il serait d’ailleurs plus simple de recenser les écrivains qui n’ont pas eu à subir son tempérament histrionique. » À ce jour, plusieurs auteurs publiés par French Pulp ont choisi de prendre un avocat, pour défendre leurs intérêts, premier indice.

Le diffuseur, source de tous les “mots”

Selon nos informations, confirmées chez Interforum, le diffuseur-distributeur, une procédure serait d’ailleurs en cours, portée par la responsable de French Pulp, qui met en cause son partenaire. « Sur 2019, la maison est passée dans l’équipe de diffusion Robert Laffont », nous précise-t-on. « La structure est petite, avec des tirages de 1500 à 3000 exemplaires, des textes qui sont parfois excellents, mais qui n'ont pas eu de chance », reconnaît-on dans la filiale d’Editis.

« Cependant, invoquer des “méventes” revient couramment chez les éditeurs qui ont en tête de casser leur contrat, mais ici c’est infondé : les mises en place sont effectives. Les livres ne trouvent pas leur public, tout bonnement. » Or, en l’état des relations, Éric Levy, ex-président d’Interforum, avait même accepté de mettre un terme par avance aux accords passés, dont l’échéance était à septembre 2020. Significatif.

« Fin 2018, les titres avaient été bloqués chez Interforum, suite à un différend avec French pulp », témoigne l'imprimeur Pulsio Print. « Un huissier était intervenu, parce que les exemplaires produits ne nous avaient pas été réglés par la maison. » Ce dernier a toutefois pu récupérer une partie des sommes – une partie seulement.

Des libraires, apprenant ce blocage, ont eu quelques réticences par la suite à accepter des offices — et la spirale s’enclenche alors, d’une défiance vis-à-vis de la maison, et par conséquent, de ses auteurs.


Nathalie Carpentier - DR

« De ce point de vue, la société a connu beaucoup de changement de partenaires pour l'impression », avoue pudiquement un ancien salarié. Un détail qui ne trompe pas : dans les relations commerciales qu’entretient un éditeur avec son imprimeur, plus la demande augmente, plus les délais et les coûts diminuent. « Changer trop fréquemment d'imprimeur, sur une aussi courte période, est rarement un indicateur positif  – souvent en lien avec la trésorerie », poursuit-il.

Chez Interforum on reconnaît « avoir rencontré plusieurs dysfonctionnements avec la maison, dans les remontées d’informations. French Pulp n’a jamais été l’un de nos éditeurs les plus commodes ». Or, la direction du diffuseur-distributeur avait même proposé, début septembre, des pistes pour améliorer le positionnement de la structure éditoriale à plusieurs niveaux.

“Plus commerçante qu'éditrice”

« Nathalie Carpentier décèle facilement des conspirations, pour justifier que la situation tourne en sa défaveur », ajoute une ex-salariée. « Nous étions assez jeunes dans l’équipe — pour ne pas dire inexpérimentés. » Et probablement plus enclin à plier l’échine. « Quand j’ai rencontré les premières difficultés avec elle, je n’avais que les salariés en interlocuteurs », se souvient Jean-Marc Pitte, écrivain qui a aujourd’hui décidé de confier son histoire à un avocat. « Ils avaient quelque chose de terrorisé, limite une loi du silence imposée, comme si personne d’autre qu’elle n’avait le droit de parler. »Il est l’un des rares à accepter de témoigner ouvertement : « Lors de notre première entrevue, Nathalie s’est présentée comme “plus commerçante qu’éditrice”. Original, mais pourquoi pas », relève ce journaliste et auteur de plusieurs essais. À la parution de son premier roman chez French Pulp, les obstacles viendront rapidement : « Plus de trois mois pour obtenir le règlement de l’à-valoir, une commercialisation effroyable… » La faute du diffuseur s'entendra-t-il répondre.

Et plus grave, alors que les ventes de La mutualisation du crime ne décollent pas, il reçoit une lettre RAR lui indiquant qu’en regard des résultats, la collaboration avec la maison cessait. « Elle a alors vendu le stock de livres à un soldeur, sans même me consulter, ce qui était dans notre contrat ! » Depuis, représenté par le cabinet Pierrat, le romancier veut obtenir réparation : « Ce livre, j’aurais pu le faire vivre dans les salons où je me rends, mais il n’existe plus — je n’ai même pas reçu ma dernière reddition de comptes. »

Or, si la version papier a été éradiquée, l’éditrice continue d’exploiter le titre en version numérique. « Mauvaise éditrice, mais bonne commerçante », résume-t-il.

Fermeture prochaine pour “effacer les dettes” ?

« Nathalie apprécie tout particulièrement le bénévolat, surtout quand il est involontairement pratiqué », dévoile avec aigreur une salariée. « À plusieurs reprises, nous avons dû demander le versement de notre salaire, avec ce paroxysme le 10 décembre, où elle nous a annoncé par mail que l’on ne serait pas payé de novembre ni de décembre. »


livres remisés, auteurs non avertis

À ce titre, les salariés ont eu le déplaisir d’apprendre de la directrice de la maison qu'elle allait lancer une procédure collective, de sauvegarde en l’occurrence. Cela signifie que les AGS, le régime de garantie des salaires, devait les prendre en charge, avec un délai d’un mois à compter du moment où la procédure est déclenchée. « Sauf que l’on a découvert que la procédure n'avait pas été enclenchée aux dates dites, ce qui diffère d’autant le paiement de nos salaires », se désole un salarié. 

Plus étrange encore : si la rotation des salariés est impressionnante, celle des fournisseurs et prestataires fait frémir. Un salarié insiste : « Imprimeurs, maquettistes, graphistes, correcteurs, attachés de presse externes : tout cela semble avoir obéi à une logique toujours identique. Trouver de nouveaux partenaires, et “planter” les anciens. » Avec l'assurance de règlements à venir, toujours à venir. Sollicités par ActuaLitté, nombre de partenaires ayant travaillé avec French Pulp confirment la situation.

Et de continuer : « Certains se sont même entendu répondre qu’ils seraient payés entre janvier et mars 2020, mais la société sera fermée d’ici là. » Fermée ? « Elle s’en est ouverte à nous : elle compte rouvrir une structure, pour effacer les dettes de French Pulp, tout en promettant de maintenir nos emplois. Un tel effort de transparence fait chaud au cœur », ironise-t-il.

Une force de conviction à toute épreuve

« Ce qui force l’admiration, en regard de tout tout cela, c’est sa force de persuasion à l’égard des auteurs. Car elle est bonne lectrice en plus. Elle brandit Interforum comme un Graal — tout en blâmant le distributeur en interne — et souligne la force de son réseau dans le secteur audiovisuel. Faire miroiter le cinéma devient rapidement convaincant, eu égard aux revenus que ce secteur génère pour un écrivain », insiste un ex-salarié.

Pour autant, la contractualisation et le respect des engagements laissent planer des doutes. « Il a fallu refaire tous les contrats, parce qu’ils n’étaient pas aux normes. Certains auteurs ont signé avec Nathalie Carpentier, et pas avec French Pulp. On a des exemples de livres publiés sans contrat, d’ailleurs, ou d’autres avec une seule exploitation numérique, dont il y eut pourtant des versions imprimées. »

Ce point soulève quelques interrogations, mais par contrat, il est en effet possible de signer avec une personne — une clause autorise alors à collaborer avec une société pour l’exploitation de l’œuvre. « Sauf que cela ne la protège pas le moins du monde. Et il faut encore l’autorisation de l’auteur pour que cette exploitation se fasse », nous indique une avocate.

Et puis, les cas s'empilent : qui n’a pas perçu son à-valoir pour un livre sorti voilà plus de deux ans, ou des arrêts de commercialisation effectués sans que les auteurs ne soient alertés « ni que la procédure leur permettant par exemple de racheter le stock, ne soit respectée ». Une situation qui concernerait aujourd’hui une petite dizaine d’auteurs, tout de même.

Blanc ou noir, avec moi ou contre moi

« Le plus insupportable reste la relation qu’elle entretient avec les uns et les autres : un manichéisme total. Soit on est avec sa société, soit on est contre. Et dans ce cas, l’insulte vient facilement », insiste une ex-salariée, Caroline Sauvage. 

pixabay licence

Sa situation prend un tout autre sens. Salariée en alternance, elle porte un regard désabusé sur l'expérience vécue, « qui heureusement s’est rapidement finie. C’est à vous en dégoûter de travailler dans l’édition, ce qui représentait pour moi un rêve ». 

La jeune femme découvrira en effet que son apprentissage n’avait pas été déclaré. « Je travaillais au black ! » Une erreur du côté du comptable, manifestement : « Les oublis existent, mais ils se corrigent aussi... » Profitant de ce défaut de contrat pour quitter l’entreprise, elle attaquera aux Prud’hommes, et vient de remporter la procédure. « Nous avons pu démontrer que mon travail consistait en tout, sauf ce pour quoi j’avais été embauchée. Elle vend du rêve, mais la réalité est glauque. »

Certains se rappellent d’ailleurs « sa demande d’arroser les plantes le dimanche au bureau », symptomatique. « Au-delà de mon cas personnel, ce qui se passait est inadmissible . Et je précise que depuis juillet que le tribunal m’a donné partiellement raison (le harcèlement n'a pas été reconnu), j’ai toutes les peines du monde à obtenir les sommes fixées », reprend Caroline Sauvage.

Pour une autre salariée, « nous entretenions toujours l’espoir que ça s’améliorerait », mais au quotidien, « et dès les premiers jours, j’ai assisté à ce qu’on qualifierait d’humiliations. Je parlerais même de maltraitance ». Phrases indélicates, situations inconfortables quand il s’agissait d’apporter des réponses à des interlocuteurs désemparés « et légitimement agacés » : les tensions « sont devenues monnaie courante ».

« À vous raconter tout cela, on se dit que c’est impensable, que rien n’a pu être aussi terrible. Mais c’est vrai. Et ce qui me dérange le plus, c’est que cette femme ne témoigne d’aucun respect pour quiconque. Je l’ai perçu dès le début, et cela n’a été que confirmé avec le temps. » 

Selon des salariés et des auteurs, elle aurait un exercice « quasi tyrannique de son pouvoir ». Et ce, jusqu’à « demander expressément aux employés de réaliser de petites choses, envoyer un mail, répondre », pour une autre structure qu’elle dirige, CAL France (Création Audiovisuelle Littéraire), originellement fondée par son mari, Jean-Marie Carpentier. « C’était la structure qui travaillait avec Editis pour les droits audiovisuels de nombre d’auteurs », qui réunit plusieurs maisons du groupe. « Mais là encore, il y aurait tellement à dire », affirme un ancien d’Editis.

Miroir aux alouettes

La question, l’évidente interrogation demeure : comment tout cela a-t-il pu fonctionner ? « Nathalie Carpentier est une femme avec une incroyable personnalité, un charisme et une assurance qui fascinent. Elle dispose d’un fonds éditorial impressionnant, et a su convaincre des auteurs contemporains de la rejoindre. French Pulp, sur le papier, avait tout pour réussir », analyse un proche. « Et puis, elle aime rappeler qu'elle a mis de son argent personnel, en plus de celui des investisseurs. »


pixabay licence

Plus encore, chacun reconnaît « cette faculté à convaincre, par des promesses qui miroitent sans cesse ». Ainsi, tant au sein de l’équipe, que chez les écrivains, « elle obtient ce qu’elle souhaite, la bonne volonté prend le pas, dans les premiers temps, avant la prise de conscience. Mais même si l’on s’en rend compte, les gens sont corvéables à merci, et les personnes compétentes rapidement lessivées », note une autrice. 

Du côté des auteurs, certains ont baissé les bras : « On sait que pour l’argent, c’est perdu. Certains lui doivent encore des livres, par engagement contractuel, d’autres ont carrément tous leurs ouvrages chez FP. Mais il faut empêcher cette nuisance, et que le désastre ne se prolonge », nous écrit l’une d’entre elles, exaspérée. « La perspective du cinéma, qu’elle m’a régulièrement brandie, séduirait n'importe qui, évidemment. C’est mirobolant ! Et elle sait jouer de son passé d’agente pour l’audiovisuel ! »

Les promesses n’engagent toutefois que ceux qui les écoutent. « À une époque où la précarité des auteurs devient enfin manifeste, des éditeurs de ce genre tuent la profession. Ça devient plus que nuisible, et elle en a conscience », reprend l’un d’eux. « Elle a été capable d’envoyer des lettres de menaces et d’injonctions, me sommant de ne pas raconter le différend que l’on avait à d’autres auteurs. » Voire, ce qui s’apparenterait à du chantage : « Je ne serai payé de mes droits que si je ne dis rien… »

Tout ça pour découvrir par hasard que ses ouvrages, plus exploités en papier, se retrouvent vendus… en numérique, « sans que j’en sois informé. Elle te déroule le tapis rouge, et quand tu es auteur, que tu as connu 100.000 galères, rencontrer une éditrice qui te traite bien, ça fait que tu ne vois que la moitié du loup venir ».

Société d'économies mixtes

Un ancien partenaire en atteste : « Après les levées de fonds qui ont permis de monter la société, elle s’est retrouvée dans une situation complexe : contrôler l’opérationnel, alors que ce n’était pas vraiment son fort. Il me semble alors que l’insécurité qu’elle a pu ressentie a été compensée par un surcontrôle, une agressivité. »

Et d’ajouter : « Dans cette logique, la question des factures a fini par tourner au vinaigre : il ne fallait payer qu’au dernier moment, à chaque fois attendre le plus possible. Mais entre imposer des délais de règlements de la sorte et arriver à ce qui paraît être une faillite, il y a un gouffre. »

Jusqu’à aboutir à des erreurs comptables étonnantes : ActuaLitté a notamment pu consulter ce courrier reçu par un auteur, qui apprend par RAR qu’il devra… s'acquitter des montants dus aux Agessa. Logiquement due par le diffuseur (ici l’éditeur), cette somme « suite à une erreur » lui a été versée, et charge à lui de la rembourser, évidemment.

Ce qui n’empêche manifestement pas de publier des livres… sans contrat comme nous l’évoquions. Un auteur nous raconte comment il aura refusé la première version du contrat qui lui fut présentée. Mais le livre paraît tout de même ! « Il s’est passé une dizaine de jours avant qu’elle ne me renvoie de nouveaux documents. J’étais comme pris au piège, avec un couteau sous la gorge : le livre était déjà en vente. Et bien entendu, le contrat qu’elle m’a fait parvenir était antidaté. »

Un autre découvrira par hasard la parution de son roman, et attendra près d’un mois pour qu’on lui soumette un accord. « J’ai été idiot, et coupable de signer un contrat illégal de surcroît. C’est ma faute, mais comme d’autres, j’ai cru, et j’étais à l’époque assez vulnérable, ce qu’elle savait. » Pour ce dernier, l’affaire va se poursuivre devant les tribunaux, avec son avocat. « Le plus ironique ? Le contrat est à son nom, pas celui de French Pulp. »

Démêlés juridiques, passés, présents, futurs

Maitre Emmanuel Pierrat, indique à ActuaLitté disposer à ce jour de « trois dossiers ouverts par des auteurs ». Selon l’avocat, quatre points ont été clairement identifiés à travers les témoignages apportés. « La société ne paye pas les auteurs, voire considérerait qu’elle n’a pas à le faire, sauf quand des moyens musclés sont employés », pointe-t-il.


y'a quelqu'un ? – pixabay licence

À ce titre, l’avocat a fait condamner le 20 septembre dernier la dirigeante de la maison : dans l’ordonnance de référé consultée par ActuaLitté, le tribunal de grande instance de Paris condamne à verser une somme de 3963 € à Jean-Pierre Ferrière, « à titre d’indemnité provisionnelle à valoir sur l’ensemble de son préjudice patrimonial ». Une astreinte de 200 € quotidienne sur six mois était aussi imposée à l’éditrice. 

Elle devait par ailleurs fournir les factures d’impression de l’ouvrage, La Seine est pleine de revolvers, ainsi que le nombre d’exemplaires vendus, papier et numérique pour 2017 et 2018 ou encore le nombre d’exemplaires hors droits et détruits sur ces mêmes années, avec le certificat de pilonnage. Enfin, de présenter les justificatifs de l’état des stocks sur les deux années.

Autre point, relève l’avocat, « la promesse de ses relations dans l’audiovisuel, qu’elle fait miroiter aux auteurs, sans éléments probants ». Contractuellement, l'avocat note la présence de « clauses de préférences extravagantes. La cession d’œuvres futures est extrêmement encadrée, mais il faut relever que depuis un an, les contrats proposés ont connu quelques changements ». 

Enfin, point délicat, « le recours au pilon, sans avertir les auteurs ni respecter les usages de la loi en la matière ». Emmanuel Pierrat conclut : « C’est un cas de figure exemplaire : des éditeurs qui se méprennent, se montrent inattentifs ou font une erreur, il en existe. Ici… » Dont acte.

D’ailleurs, dans le cadre d’une autre procédure initiée par un auteur, non payé de ses droits — engagé par contrat avec Nathalie Carpentier à titre personnel —, une assignation lui a été délivrée dans sa maison de campagne, l'intéressée ne laissant plus d’adresse à Paris.

“Un vampire qui s'est emparé de mon être”

Par ailleurs, certaines clauses détaillées virent à l’absurde, comme ce droit de préférence imposé au-delà du raisonnable. « Signer avec elle, c’est être lié corps et âme : toute la production doit lui être soumise. Et en somme, nos œuvres passées, présentes et futures lui appartiennent », constate une romancière, désemparée.


pixabay licence

« Ce qu’elle m’a fait », reprend-elle, résumant assez bien la pensée de nos différents interlocuteurs, « c’est désastreux. Je n’arrive plus à écrire, obsédée par ce désastre : c’est devenu une source d’insomnie, d’angoisses ». 

Un romancier qui a débuté sa carrière voilà une vingtaine d’années ajoute : « Ma chance, c'est qu'il s'agit moins d'une question d'argent que cette brutalité manifestée. Une fois qu’elle a obtenu de moi ce qu’elle attendait, je ne servais plus à rien. Elle n’a aucune idée de ce qu’est un auteur : elle me donne le sentiment d’un vampire qui s’est emparé de mon être. »

Lui, comme d’autres, avait pourtant servi de caution, permettant d’attirer de jeunes plumes. « Elle nous a utilisés, comme des garanties, des gages de fiabilité : si nous, auteurs confirmés, avions intégré French Pulp, alors la maison disposait de la légitimité et de la crédibilité nécessaires pour convaincre. » Chose que confirme l’un des derniers écrivains arrivés dans l’écurie, en flammes : « Nathalie m’a vanté la présence de telle ou tel, qui lui avaient fait confiance. Je pouvais être pleinement rassuré. » 

De quoi s’en mordre les doigts désormais. « Ces gamins dont le travail a été exploité, c’est dégueulasse », lance un romancier chevronné. « Tant chez les auteurs que les salariés, tous y ont cru, ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Tout ça pour ça. »

Sollicitée, la dirigeante de l'entreprise n'a pas souhaité répondre à nos questions, considérant par mail qu'elle était « seule personne habilitée à prendre toutes décisions pour cette société » et n'avait pas à être « interrogée de quelques façons de ce soit et encore moins  par voie de presse sur des questions internes à cette entreprise ». Ayant tenté de joindre son conseil, nous n'avons pas non plus reçu de réponses.

 

mise à jour 7 janvier 2021 : 

À peine un an après la parution de cet article, nous apprenons qu'au terme d'une procédure classique, la société de Nathalie Carpentier a été mise en liquidation. Pour les auteurs, l'occasion de reprendre leurs droits, tout en perdant de l'argent, évidemment, mais la fin d'une longue agonie pour eux.

 
 

27 Commentaires

 

Vie QuatreSixQuatre

17/12/2019 à 16:39

Très étonnée de trouver ici un article de ce genre. Je ne connais pas cette personne, mais cela à tout l'air d'un réglement de compte en bonne et due forme. Vous aurait-elle lésés également, chez Actualitté ?

Nicolas Gary

17/12/2019 à 16:43

Bonjour !
J'ignore ce qui provoque votre étonnement : nous avons déjà produit des enquêtes sur l'univers du livre. Et pour y répondre, non, cette personne ne nous a pas lésés. Mais nous n'avons jamais non plus travaillé avec elle – à l'exception de quelques chroniques de romans.

pitoff

18/12/2019 à 10:06

Bonjour effectivement ça pourrait ressembler un règlement de compte en fait il n'y a pas une seule petite virgule à changer dans cet article... nous sommes un de ses anciens fournisseurs elle nous a planté de plusieurs milliers d'euros

concernant son caractère c'est exactement ce que j'ai ressenti en contact avec elle

Jean-François Pré

17/12/2019 à 17:55

Le monde de l'édition est gangrené par des individus irresponsables, dans le meilleur des cas, ou malhonnêtes, dans le pire. J'ai eu affaire aux deux catégories. Récemment, une maison d'édition suisse, à laquelle j'ai commis l'erreur de faire confiance (Eaux troubles), est en gros retard de paiement. Tous les six mois, le directeur de cette maison, Nicolas Baron, me dit qu'il me paiera dans... six mois. Cela ressemble curieusement à l'article que je viens de lire. Sur 15 livres publiés, je n'ai touché des droits que sur 7... soit pratiquement la moitié. Un éditeur m'avait juré, la main sur le coeur, qu'il finirait par me payer puis... il a fait faillite. Et bien sûr, comme l'auteur passe après tous les créanciers, bernique ! En résumé, comme les auteurs ne sont payés que 15 mois après la parution de leur premier livre, il n'ont pas le temps de se rendre compte si l'éditeur est honnête quand le livre suivant sort.

Alcyon

23/12/2019 à 10:39

La même histoire ! Un éditeur qui me rend ma liberté (droit de préférence abusif) par un contrat de rupture à l'amiable, me rend donc mes droits mais... contre toutes les sommes qu'il me doit (pas le choix si je voulais encore être publié)... mais mon bouquin toujours en vente sur Amazon (alors qu'l me dit par mail les avoir détruits ou envoyé en Afrique ! Toujours très désagréable d'être pris pour un con mais comme m'a dit l'avocat consulté, "je n'attaque pas un franc maçon important" (sic). un autre éditeur local dont j'attends depuis 3 ans la reddition des comptes ! Bref...un milieu assez merdique où avec un peu de chance on tombe un jour sur une maison d'édition sérieuse. Mais la galère a duré une dizaine d'années... :cheese: :ahhh:

Jean-Michel Isèbe

17/12/2019 à 18:23

Scandaleux , ignoble , quand on a le melon , qu'on grimpe trop vite aux rideaux , qu'on a un comportement insoutenable avec l'ensemble des auteurs du livre , je conchie ! Cette personne est imbuvable , je la connais , comment peut-on travailler avec ça ??

noyelle

17/12/2019 à 20:05

bonsoir cette éditrice est elle sérieuse je connais le milieu de l'édition c'est tous des gens merdiques sur huit mille ou neuf mille éditeur se sont des véreux des cons un devait faire un livre avec moi je refusa ,un voleur il a laissé 70 personnes sur le sable devait au fisc de l'argent ,il s'est barré ,comptable en prison 240 000 euro volé ,ensuite je recherche ailleurs ,je m'entends dire ,du type ,je ne suis pas a votre disposition ,50 éditeurs contactés je remballe avec mes photos 25 000 photos très belles mais aucun succès ,on ne trouve rien c'est une mafia !

Jacques Vandroux

17/12/2019 à 20:19

Comme quoi l'autoédition n'a pas que des inconvénients. Nous avons toujours été payé rubis sur l'ongle et tous les mois par les différentes plateformes de vente. Certes, nous n'avons pas la reconnaissance du "milieu" pour les titres autopubliés mais nous avons celle des lecteurs.
Cela dit, avec Robert Laffont, nous avons la chance de ne pas avoir ce type de problèmes.

Fabien

17/12/2019 à 20:22

Et l'équipe dans tout ça, toute entière victime de leur patronne ? Ceux qui sont resté jusqu'au bout et qui ont attendu la fin des haricots (quand ils ont appris que les salaires ne seraient plus honorés) pour se rebeller et dénoncer ce que tout le petit monde de l'édition savait déjà ? Facile de jouer les lapins de deux semaines quand on avait connaissances de telles méthodes en interne... Leur inexpérience n'explique pas tout : les vraies victimes sont les auteurs !

Nizan

18/12/2019 à 15:38

Hum... Peut-être qu'ils dépendaient un peu de leur salaire pour vivre (payer le loyer toussa toussa) et que dans ces conditions ce soit *un peu* compliquer de se rebeller. Je suppose.

Ronseaux Emmanuel

17/12/2019 à 21:56

Edifiant, je me demande comment on peut traiter les auteurs de cette façon. Je suis peut-être naïf, mais en tant que libraire, j'aime trop les auteurs pour apprendre un tel désastre en ce qui concerne leurs conditions.
Vive la littérature et ses auteurs.

Emmanuel le libraire (95)

noyelle

18/12/2019 à 09:06

bjr, je suis photographe ,amateur les éditions de borée ,devait faire un livre avec moi ,vu mes photos très belles et intéressantes , le petit manuscrit ,il prenait ,tout sauf il me fallait poser texte aussi ,via web transfert fallait poser ceci sur logiciel photos , en plus ne connaissant rien déja ,pour 350 photos , c'était galère , deux jours après un courrier , pas de contrat ,veuillez signer en bas de cette feuille jointe ,si d'accord ,il voulait tout 350 photos pour faire le livre a 3500 exemplaires ,pour faire des calendriers des agendas ,des couvertures de livres , tout ceci pour 1 euro par livre , il avait mes photos ,pour 70 ans après ma mort ,et pouvait les vendre a autant d'éditeurs ,dont il désirait ,voyant ceci ,pas d'accord , il refusa de négocier , donc je stopais avec lui , je parlais avec des auteures ,femmes qui ont été éditées par lui, toutes me disaient ,c'est une galère ,voyant cela ,j'ai tout arrêté ,recherché ailleurs ,mais le livre photos et manuscrit ,et légende ,n'est plus demandé ,cher a éditer ce livre aurait été vendu 30 euros , j'ai visité les hangars ,ou étaient des palettes de livres , 70 personnes ,mais depuis des années le fisc aux fesses, donc il a organisé sa fuite ,disent les employées, j'avais vu clair, vu aussi, ce mec ,arrogant , prendre l'auteur pour un moins que rien, pour 1 euro, autant ne rien faire ,d'autres éditeurs m'ont envoyé sur les roses ,pas du tout gentils , des porcs , 50 ou 60 contactés ,rien des années après, le ministère de la culture, s'en balance ,n'est pas a la hauteur, la ministre, n'est autre que actes sud ,dont des auteurs ont eu des problèmes , faire seul est disons cher pas possible ,je sais mes photos ,très valables , photographes et éditeurs m'on confié ,il faut faire vivre ces merveilles, oui ,mais comment vu ce qui se passe, tous les éditeurs ne font pas du livre photos argentiques et numériques , mais des romans , le milieu est pourri, j'abandonne donc a 66 ans les recherches ,il n'y a pas de gens sérieux ,hélas !

Apothicaire

20/12/2019 à 11:59

Vous évoquez le De Borée d'avant 2015. Cette maison a été reprise depuis cette date par Centre France Livre et fonctionne parfaitement bien. J'en suis à mon troisième titre chez eux et suis satisfait en tous points.

Pascal

18/12/2019 à 09:06

Merci pour cet article édifiant. Il est utile de savoir tout ça.

CJ

18/12/2019 à 10:34

tiens, tiens. Eaux troubles. Encore un bel exemple. Arrogant, malhonnête et super désagréable. Cela fait plusieurs années que l'on s'efforce de récupérer ce qu'il nous doit.
Mais le pire de tous reste certainement Bertil Hessel (Editions Oskar) qui en est à sa 4ème société. Il poursuit la même activité depuis des années, voit ses sociétés liquidées en laissant plusieurs centaines de milliers d'euros d'impayés à chaque fois et continue avec la suivante. Tout ceci en toute impunité (les juges chargés des liquidations ont pourtant reçu des signalements)
Bravo et merci à Actualitté d'exposer ces pratiques. On attend l'article suivant sur les autres mauvais joueurs du secteur.

caroline Sauvage

18/12/2019 à 12:51

Et voici comment une éditrice de pacotille a été démasquée.
Visiblement il y a une justice et la roue tourne.

Durelavie

18/12/2019 à 12:55

Bonjour,
Ce milieu est malsain dans un sens comme dans l'autre.
Editeur par le passé, j'ai fait le choix de proposer des contrats avec à-valoirs. J'ai été submergé de manuscrits. Entre à-valoirs, imprimeur très bien et distributeur malhonnête payant à 180 jours, je me suis vite retrouvé sans trésorerie, puisant dans mes fonds propres et promettant de régler mes dettes rapidement.
J'ai été harcelé, menacé, acculé, par ma faute mais pas que. J'ai réduit mes impressions, je me suis endetté auprès d'une banque pour tout mettre à plat et fermer boutique avant de terminer au fond du trou. Je suis serein aujourd'hui car je ne dois rien à personne. Fournisseurs et auteurs sont réglés ; il me reste le prêt à rembourser.
Ce secteur doit être changé. Les éditeurs indépendants ne vivent pas, les libraires non plus et les artistes encore moins.

sanzo

18/12/2019 à 13:44

Il est terrible de voir ce genre de personnes profiter de la faiblesse des auteurs qui se battent pour survivre. Il faudrait faire une liste de ces escrocs afin de les empêcher de nuire. Le système, en l'état, permet d'effacer l'ardoise en recréant une nouvelle société, ce n'est pas normal.

Il est important d'informer les auteurs sur l'identité de ces escrocs afin de les protéger

Nina P

18/12/2019 à 16:01

Votre article ne m'étonne pas du tout.
Mais ce qui m'a surpris, c'est que j'ai cru au départ qu'il s'agissait d'un article sur la maison d'édition Komikku. Je vous le dis parce qu'Actualitté a fait un long article sur les difficultés rencontrées par cette maison d'édition le 13 Novembre dernier. A lire votre article, on avait l'impression que tout était de la faute du marché. Mais les difficultés rencontrées par Komikku sont de même nature que celles de French Pulp. Mêmes causes, même effet. A quelques détails près.
1) Les traducteurs de manga (qui sont légalement considérés comme des auteurs) n'ont AUCUN CONTRAT depuis le lancement de cette maison d'édition en 2012.
2) Certains auteurs de la collection “romans” (édités sous le label De Saxus) ont dû signer des contrats avec… une entité ukrainienne. Oui, j'ai bien dit ukrainienne, alors que les auteurs sont français et écrivent en Français. WTF!
Mais sinon, tout le reste est identique. (Imprimeur non payé, traducteurs et auteurs payés très très en retard, éditeur introuvable, promesses non tenues)
J'espère que mon commentaire sera publié. Car dans votre article du 13 Novembre, vous n'avez fait que reprendre les arguments avancés par l'éditeur

Fabien Lyraud

18/12/2019 à 17:03

Je suis éditeur. Mais j'ai choisi des tirages de 300 exemplaires, de travailler seul, de publier 4 titres par an et de faire de l'autodistibution.Je ne suis diffusé que partiellement, le reste c'est moi qui fait des démarchages par mail ou téléphones. Bref d'être une tortue et non un lièvre ou une grenouille. L'édition est une activité à décollage lent. Il faut du temps pour se faire connaître, pour tisser un réseau avec des libraires de confiance, pour trouver des partenaires diffuseurs. Faire baisser ses charges et trouver des imprimeurs relativement compétitifs niveau prix, faire baisser ses frais d'envois en alternant les prestataires. Mais en fait pour que nous nous développions, nous les petits éditeurs honnêtes, il faut que nous ayons vraiment des aides en communication pour nous faire connaître.

noyelle

18/12/2019 à 17:05

le pire c'est que les éditeurs sont reliés a un groupe d'éditeurs , ils font leurs besognes divers ,ils trompent les gens ,de borée a été racheté par un groupe la montagne ,qui continue les éditions de borée ,mais ceci ne marche pas ,source d'éditeurs qui me l'ont dit , j'ai contacté ,cette boite ,on ma laissé pourrir ,des mois sans rien me dire ,se sont des enfoirés ,
ou trouver éditeurs sérieux ,il n'y en a pas ,il ne reste que l'étranger pour trouver des gens ,qui veulent bosser ,et bien

Fabien Lyraud

18/12/2019 à 17:53

Les éditeurs galèrent, les auteurs galèrent, les libraires galèrent. Certains pour éviter de galérer se lancent dans l'illégalité pour faire des benefs plus vite. Mais pourquoi donc : parce que la France n'est pas un pays de lecteurs. 60% des Français lisaient de 1 à 2 livres par an au milieu des années 2000. Et je ne sais pas si ça c'est amélioré. Le livre pratique se vend plus que le roman, et ce n'est qu'en France ( la faute à une mentalité utilitariste). Si l'on veut que les auteurs gagnent plus, il faut que les éditeurs vendent plus et pour ça il faut plus de lecteurs. Et le storytelling du livre construit autour de la rentrée littéraire et d'une vision élitiste n'aide pas. C'est les littératures de genre qu'il faut mettre en avant. Et ça commence. Mais ce n'est pas encore suffisant. Tant que les classes moyennes et populaires ne se réapproprieront pas le livre, on aura de la précarité et des magouilleurs qui joueront au plus malin pour faire des bénéfices sur le dos des autres acteurs de la chaîne.

noyelle

18/12/2019 à 18:30

réponse de fabien lyraud c'est vrai ,il nous dit ,en tat que éditeur ce qui se passe, mais ce métier est tellement bizarre ,un éditeur venu chez moi, me disait les éditeurs marchent sur des tas de lettres ,de manuscrits ,que les éditeurs n'ouvrent même pas ,il a travaillé chez des éditeurs ,c'est une pagaille , pour cela que les auteurs ,n'ont jamais de réponse ,venu chez moi ,sympas il ne fait que peu d'éditions ,se consacre a des maquettes , de livres ,

noyelle

19/12/2019 à 12:35

un auteur touche 8 % c'est environ 1 euro par livre , un libraire 33% ,l'imprimeur 33% ,l'éditeur 20% environ ,mais ,il fait éditer a l'étranger , reste parfois le diffuseur , voila comment se réparti , la note

Yfig

21/12/2019 à 20:15

Les égotistes se ont encore une fois fait baiser !

Ne jamais rien payer !
Ne jamais signer un contrat qui soit abusif ... quelque soit l'envie nombriliste qu'on a de se voir éditer !

Que ça vous serve de leçon.
:lol:

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Covid : fatigue et inquiétude gagnent des bibliothèques

Depuis le 28 novembre, les bibliothèques, aux côtés des services d'archives et centres de documentation, font partie des seuls lieux culturels de proximité à être ouverts au public, malgré le contexte sanitaire. Ce sort réservé aux établissements de lecture publique, qui reconnaît leur caractère essentiel, en vient toutefois à peser sur certains professionnels des bibliothèques, qui craignent pour leur santé et soulignent une fatigue générale. À ce contexte viennent souvent s'ajouter des revendications plus larges, sur les conditions de travail.

09/04/2021, 16:32

ActuaLitté

Avec ou sans pandémie, le difficile accès aux livres des détenus français

La pandémie de Covid-19 aura fait vivre à l'ensemble de la population l'expérience du confinement, de la privation de liberté et des difficultés qui les accompagnent. Parmi ces dernières, l'accès aux livres et à la lecture. Pour les détenus des prisons françaises, ce droit reste très difficile à faire appliquer, les progrès sont timides et le statu quo souvent de mise. La crise sanitaire, évidemment, n'améliore pas les conditions.

02/04/2021, 11:53

ActuaLitté

Antonio Tabucchi, “le plus italien des écrivains portugais”

Écrivain, certes, mais aussi traducteur de Fernando Pessoa en italien, Antonio Tabucchi a lié avec le Portugal une relation particulière. Enseignant tout à la fois la langue et la littérature lusophone, à Sienne, il est décédé à Lisbonne en mars 2012. Comme si quelque chose devait s’écrire ainsi. Clelia Bettini, de l’université de Coimbra, faculté de Lettres, nous en offre un portrait inédit.

01/04/2021, 16:33

ActuaLitté

Québec : dix ans après, revient l'idée d'un prix unique du livre

La sortie de la députée Ruba Ghazal (Québec solidaire) a pris de court bien des observateurs et acteurs de l’industrie québécoise du livre. Pour autant, sa demande, « est pleinement pertinente », assure Katherine Fafard, directrice générale de l’Association des Libraires du Québec. Et pour cause, un prix réglementé sur la vente de livres intéresse. Et le Québec, de par sa position au sein du Canada, aurait toutes les armes pour se lancer dans la procédure législative.

02/03/2021, 09:12

ActuaLitté

Le Pass Culture et la lecture : et si ça fonctionnait ?

Toujours en phase d'expérimentation, le Pass Culture doit prochainement révéler les conditions de sa généralisation à tous les jeunes Français et Françaises de 18 ans, doté de 300 € et non 500 € comme prévu. Dans les librairies, les niveaux des réservations sont généralement très bons, malgré certaines réserves sur les effets concrets du Pass dans la promotion de la lecture.

26/02/2021, 13:00

ActuaLitté

Ankama, c’est aussi de la bande dessinée

RENCONTRE – Ankama Éditions fête ses quinze ans cette année. Occasion de revenir sur une initiative éditoriale née un peu par hasard. Ankama, c’est avant tout des jeux vidéo en ligne, mais aussi des livres. Si la société roubaisienne est toujours associée à Dofus, elle s’est aussi fait une place dans le monde de l’édition, et plus particulièrement de la bande dessinée, en une quinzaine d’années. 

09/02/2021, 13:06

ActuaLitté

Hélène Gaudy : une écriture, un abri

PORTRAIT – Chaque année, l’association de libraires Initiales édite un texte inédit d’un écrivain, dont le travail est suivi pas à pas. Avec le projet de mieux le ou la faire connaître à leurs lectrices et lecteurs. Hélène Gaudy a trouvé sa place naturellement et a offert le texte Névés. Née en 1979 à Paris, elle a étudié à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg. Autrice de divers articles et nouvelles parus dans des ouvrages et albums collectifs ou des revues, elle a également publié des romans et albums pour la jeunesse et des livres d’art. Elle est membre du collectif Inculte et vit à Paris. 

12/01/2021, 11:07

ActuaLitté

Utopia, Mauvais Livres et FVE : trois éditeurs nés pendant la pandémie

Ouvrir une maison d’édition pendant la pandémie ? Ce qui pourrait sembler un pari complètement fou est devenu une réalité pour trois maisons d’édition italiennes. Et la surprise… c’est que ça marche. Utopia, Mauvais Livres et FVE : voici les noms de trois maisons d’édition, situées dans deux villes différentes — Milan et Rome — et qui, malgré des identités très spécifiques, ont beaucoup de choses en commun : toutes les trois indépendantes, elles ont débuté leur activité pendant le confinement, et, depuis leurs premières parutions, ont rencontré un bon succès auprès du public.

30/12/2020, 16:15

ActuaLitté

Les Yeux qui pétillent : la jolie promesse d’une librairie valenciennoise

En septembre dernier, Céline Dereims a ouvert une librairie généraliste et indépendante, en plein cœur de Valenciennes. Baptisée Les Yeux qui pétillent, celle-ci a vu le jour dans le cadre d’une reconversion professionnelle, savamment conjuguée avec une passion de longue date pour la lecture.

28/12/2020, 10:04

ActuaLitté

Book d’Oreille, une nouvelle voie pour le livre

PORTRAIT – Passionné par le son, par la voix et par la littérature, Olivier Carpentier poursuit depuis 2009 une entreprise de développement du livre audio. Le Lillois se considère comme un libraire indépendant. Sa société Book d’Oreille propose aujourd’hui une nouvelle solution pour le prêt numérique de livres audio, à destination des bibliothèques et médiathèques.

24/12/2020, 11:08

ActuaLitté

Olivier Tallec : c'est MON auteur !

PORTRAIT – Olivier Tallec est breton d’origine et, après l’École supérieure des arts appliqués Duperré, il a beaucoup voyagé, notamment en Asie, au Brésil ou au Chili.Si aujourd’hui, il agrémente de ses dessins la presse nationale (Libération, Elle, Les Inrockuptibles), il est également l’auteur de nombreux livres pour la jeunesse ainsi que de livres d’illustration pour adultes aux éditions Rue de Sèvres comme

04/12/2020, 15:35

ActuaLitté

Dropshipping : ces intermédiaires qui vendent les livres à des prix prohibitifs

Présenté par ses promoteurs comme le moyen simple de devenir riche grâce à internet, le dropshipping flirte de très près avec l'arnaque, et pose des questions morales évidentes. Un « dropshipper » s'impose comme un intermédiaire entre un fournisseur et un acheteur, et s'attache à collecter la plus importante commission possible pour assurer le lien entre les deux. Le livre et les libraires ne sont pas épargnés, loin de là.

18/11/2020, 12:35

ActuaLitté

Librairie : Riad Sattouf, Houellebecq, stars des marchés parisiens

REPORTAGE – « Mettez m’en un kilo, si elles ont de belles feuilles. » Un maraîcher, un poissonnier, quelques fromages alléchants, cet enfant qui pleure dans les bras de son père, sans plus vraiment se souvenir pourquoi… et un libraire. Sur les marchés parisiens, on en attendait des dizaines, pour ce week-end des 7 et 8 novembre. Ils ne seront que cinq à prendre part à l’initiative de la mairie de Paris.

07/11/2020, 14:36

ActuaLitté

“Ce n'est pas eux qui sont mis en danger” : ces libraires inquiets d'une réouverture

ENQUÊTE – Depuis l'annonce du reconfinement et la fermeture des librairies, contraintes au système click and collecte (étrangement francisé en “clique et collecte”), les injonctions au gouvernement pour l'ouverture au public de ces points de vente se multiplient. Pourtant, des libraires se disent inquiets d'une telle réouverture. Ils déplorent même une campagne qui vient brouiller les messages quant au livre, au virus et même au maintien de l'activité des librairies. Et, derrière les discours, la lutte des classes et les inégalités face au coronavirus se révèlent à nouveau... 

03/11/2020, 12:13

ActuaLitté

Salons et festivals du livre : quand Paris méprise la province

ENQUÊTE – « Estomaqués. » « Aberrant. » « Marasme. » Les termes qui viennent à la bouche des organisateurs de salons du livre déclinent à l’envi l’exaspération. Découvrant les nouvelles dates de Livre Paris présentées en fin de semaine dernière, plusieurs d'entre eux ont fait part à ActuaLitté de leur vif mécontentement. Pour dire le moins. L'événement parisien n'a clairement pas regardé où il posait ses valises. Ni quand.

21/10/2020, 16:47

ActuaLitté

La vérité sur les fameux 511 romans de la rentrée littéraire 2020

FACT-CHECKING – 13 romans de moins que l’année passée. Peut-être bien 14 ou 15, parce que des désistements surviendront certainement. Entre mi-août et octobre 2020, 511 romans à sortir – c’est du moins ce que répète allègrement toute la presse, enthousiaste ou dépitée. L’avantage, avec les chiffres, c’est qu’ils souffrent rarement l’épreuve des faits.

21/08/2020, 17:36

ActuaLitté

Le château de Vascoeuil, habité par la présence de Jules Michelet

À l’orée de la forêt de Lyons, au cœur de la vallée de l’Andelle, dans l’Eure, se dresse le château de Vascœuil. Avec sa tour octogonale du XIIe, ses bâtiments annexes du XVIIe  et son magnifique colombier doté d’un système d’échelle tournante d’origine, le lieu est encore imprégné de la présence de Jules Michelet.

04/08/2020, 11:10

ActuaLitté

Affaire Internet Archive : “Les bibliothèques n'enrichissent pas les actionnaires”

Un important procès se profile dans le monde de l'édition : quatre éditeurs attaquent en justice une plateforme patrimoniale, Internet Archive. Ils accusent cette dernière d'avoir enfreint le droit d'auteur en prêtant des exemplaires numériques d'œuvres sous droits, sans licence ni autorisation. Au-delà des faits, le procès est révélateur du dialogue particulièrement difficile entre les bibliothèques et les éditeurs, dès qu'il s'agit des ressources numériques.

03/07/2020, 17:14

ActuaLitté

Budgets, fréquentation, sécurité... Les défis du déconfinement pour les bibliothèques

Malgré le confinement et la crise sanitaire liée au coronavirus, les bibliothèques se sont efforcées de maintenir un service public de la lecture. Ressources numériques, services de commande et de retrait, services « dégradés » pour garantir la sécurité des usagers : les solutions se sont multipliées, mais de nombreux défis se dessinent pour les prochains mois, dans un contexte toujours très incertain.

26/06/2020, 10:15

ActuaLitté

La crise sanitaire ouvre-t-elle une nouvelle ère pour la vente de livres en ligne ?

La période de confinement aura vérifié un fait assez évident : en 2020, vendre des livres en ligne est devenu quasi indispensable. Alors que les commerces fermaient leurs portes, les lecteurs se sont tournés vers leurs ordinateurs et smartphones pour commander des ouvrages auprès de différentes plateformes, qui ont toutes observé une croissance de leur fréquentation et de leurs ventes. Pour un certain nombre d'acteurs du secteur, l'épisode coronavirus pourrait marquer un tournant.

12/06/2020, 12:56

ActuaLitté

“Une catastrophe” : la librairie d'occasion fragilisée par la crise sanitaire

Particulièrement mise en avant et évoquée pendant le confinement, la vente de livres neufs aura occulté un autre marché cher aux cœurs des lecteurs, celui de l'occasion. Pourtant, les librairies spécialisées dans les livres de seconde main sortent particulièrement fragilisées de la crise sanitaire, quand des plateformes internet, elles, auront pu profiter de la période.

05/06/2020, 16:46

ActuaLitté

Aucune commande de nouveautés “livre” chez Fnac, sauf de best-sellers ?

ENQUÊTE – « On ne peut pas dire qu’ils jouent le jeu de la reprise. » Cet éditeur d’imaginaire n’a rien d’un cas isolé : depuis la réouverture partielle des boutiques Fnac, les maisons assistent à un étrange ballet de livres. Des retours, en masse, des commandes de nouveautés annulées pour les points de vente, et pourtant, un site internet hyperactif.

29/05/2020, 15:17

ActuaLitté

D’Agadir au Caire, les libraires d’Afrique du Nord s’adaptent et se déconfinent

La pandémie du Covid 19 aura affecté les libraires du monde entier. En Afrique du Nord, la situation varie d’un pays à l’autre. « Les libraires s’adaptent au risque sanitaire et aux mesures gouvernementales prises par ces différents états. L’AILF est en lien avec les librairies francophones du monde entier pour informer les pouvoirs publics français et l’interprofession sur la réalité dans ces zones, car plus que jamais le soutien à ce formidable réseau pour sa survie, mérite une attention constante », déclare Agnès Debiage, secrétaire générale de l’AILF.

15/05/2020, 10:00

ActuaLitté

Les éditions Nous, un élan collectif qui dure depuis deux décennies

Poésie ancienne et moderne, philosophie : des ouvrages qui comptent parmi les plus difficiles à faire connaitre et lire, dans le secteur de l'édition. Aussi, les 20 ans des éditions Nous pourraient passer pour une anomalie, mais ils s'expliquent au vu d'un catalogue de qualité, solide, et d'un travail qui ne ménage pas ses efforts pour des textes qui les méritent. Rencontre avec Benoît Casas, fondateur de la maison, qui s'efface volontiers derrière le « nous ».

10/04/2020, 10:38

ActuaLitté

Des outils solides pour les auteurs : bilan du hackathon de la Ligue

24 heures chrono pour réinventer la protection des auteurs. La Ligue des auteurs professionnels, cofondée par la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse et les États Généraux de la BD, s’est alliée avec la Guilde des scénaristes, les Juspi et l’Institut des sciences du travail de l’ouest pour cet événement. Les 13 et 14 mars, des auteurs du livre et de l’audiovisuel ont travaillé non-stop avec des juristes, avocats et universitaires spécialisés en propriété intellectuelle et en droit du travail.

16/03/2020, 09:24

ActuaLitté

Pour la justice sociale, le Book Bloc brandit des livres dans les manifestations

Mobilisé depuis le 5 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites, ce collectif de bibliothécaires défile avec son arme la plus puissante : le livre. Surnommés le Book Bloc, ces manifestants se retrouvent chaque semaine au cœur d’un squat d’artistes parisien pour confectionner leurs livres-boucliers. 

06/03/2020, 16:37

ActuaLitté

À Paris, cette nouvelle librairie vend des poèmes... au gramme

La librairie Lettres a ouvert ses portes le 10 février 2020 au cœur du Quartier latin dans le Ve arrondissement de Paris. Spécialisée dans les romans étrangers et français, elle fait également la part belle à la poésie des quatre coins du monde. Notamment à travers un concept inédit, la vente de poèmes au gramme. 

25/02/2020, 11:24

ActuaLitté

Féminisme, contes et érotisme : Les Petites Manies d'Isabelle Pellouin

Faire de chaque œuvre un livre unique devrait motiver tout éditeur digne de ce nom. Isabelle Pellouin, avec sa maison d'édition Les Petites Manies, fait en sorte que chaque exemplaire soit unique. En 18 années d'existence, elle a porté peu de livres, mais en s'investissant totalement pour chacun d'entre eux. Qu'il s'agisse d'une version illustrée du Corbeau d'Oscar Wilde ou d'une réédition très spéciale de l'utopie féministe Herland, de Charlotte Perkins Gilman.

24/01/2020, 09:20

ActuaLitté

8 libraires algériens à la rencontre de leurs confrères parisiens

Depuis 3 ans, l’Association internationale des Libraires francophones organise des cycles de professionnalisation au métier de libraire à la demande de l’Institut français d’Algérie. Après plusieurs formations animées à Alger, Agnès Debiage, qui œuvre pour l’association, a conçu cette année un programme unique alliant apprentissage théorique et visites de librairies parisiennes. L’occasion, pour huit participants, de porter un regard neuf sur leur métier et d’offrir de nouvelles perspectives au secteur, « ce monde si vaste qu’est le livre ».

17/01/2020, 15:55

ActuaLitté

“Éditer, c’est créer !” : par la poésie, réenchanter la vie

PORTRAIT – Ce n’est pas un métier, mais une manière d’être au monde. Pour Dominique Tourte, l’édition est une aventure du cœur et de l’esprit. Au travers du Laboratoire Novalis, l’ambition est à la mesure du rêve : par la poésie, il s’agit de réenchanter la vie.

14/01/2020, 08:00

ActuaLitté

S'évader au ciné, apprendre des livres : la bibliothèque de Fanny Bouyagui

PORTRAIT – « Je m’évade avec le cinéma, j’apprends avec les livres » Artiste plasticienne roubaisienne, Fanny Bouyagui crée depuis plus de trente ans des spectacles engagés, d’exubérantes parades ou des événements pérennes et très attendus comme la Braderie de l’Art ou le N.A.M.E Festival. Pour cette autodidacte qui s’inspire sans cesse des cultures urbaines et de l’air du temps, le livre marque le temps à soi et nourrit d’intimes passions.

06/12/2019, 12:50

ActuaLitté

Antony Huchette : imagination et travail, dans l'intimité du dessin

PORTRAIT – Installé à Roubaix depuis un an, Antony Huchette est rentré au pays après plusieurs années passées outre-Atlantique. C'est désormais depuis son atelier du Non-Lieu, ancienne usine textile investie par un collectif d'artistes, qu'il travaille sur sa prochaine BD et envoie ses dessins aux titres de presse internationale les plus prestigieux. Dans ses livres comme en interview, l'homme ne craint pas de se raconter. C’est heureux, car, en seulement trente et quelques années, son parcours est impressionnant.

15/11/2019, 10:10

ActuaLitté

À Caen, le centre de formation Profiile veut ouvrir le champ des libraires

Ouvert en 2004, le centre de formation aux métiers du livre Profiile a entamé la 11e session du brevet professionnel de libraire, fort d'une convention avec le Centre interprofessionnel de formation de l'artisanat du Calvados (Cifac). L'offre pédagogique, qui comprend aussi un CAP, va prendre une autre dimension avec un emménagement dans de nouveaux locaux, riches de projets pour l'avenir.

05/11/2019, 16:36

ActuaLitté

Pete Fromm : encaisser les coups, rebondir... le chantier d'une vie

RENCONTRE – En marge et en partenariat avec le salon Lire en Poche de Gradignan, entre 60 et 80 personnes accueillent avec beaucoup d’attention Anaïs Huchet qui représente la Librairie Mollat, Oliver Gallmeister, éditeur à la maison éponyme et Pete Fromm, écrivain résidant au Montana (USA) auteur de livres remarqués (Indian Creek, Lucy in the Sky, Le Nom des Etoiles, etc., ...), autour d’une table et de micros.

10/10/2019, 10:40

ActuaLitté

“Je ne pouvais pas imaginer Jérusalem sans sa librairie française”

ENTRETIEN – La librairie francophone Vice-Versa à Jérusalem a été créée le 14 juillet 2000 par trois associées. Dans une ville au coût de la vie élevé, caractérisée par une grande instabilité des commerces et de fréquentes faillites, une telle longévité constitue une gageure. Nathalie Hirschsprung, sa directrice, nous en dévoile les coulisses au quotidien.

08/10/2019, 11:35

ActuaLitté

Venir ou revenir à lire, ça peut être “facile”

REPORTAGE – Des livres courts et simples à lire, exigeants dans le fond, accessibles dans la forme. Voilà l'intention des espaces « Facile à lire » que de plus en plus de médiathèques expérimentent en France afin que des publics « éloignés » renouent avec le livre... avec facilité.

03/10/2019, 11:20

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Roselyne Bachelot et l'Observatoire des métiers : “Un problème de méthode”

ActuaLitté reproduit ici une lettre ouverte de l’intersyndicale signée par 20 organisations professionnelles d’artistes-auteurs. Datée du 8 avril, elle concerne l’une des rares promesses de la ministre Roselyne Bachelot sur un Observatoire des métiers. Une annonce qui semble déjà fortement compromise compte tenu de la méthodologie du ministère, analysent-elles.

08/04/2021, 10:19

ActuaLitté

“L'émotion suscitée par les événements les plus minuscules” : hommage à Gil Jouanard

Gil Jouanard est mort le 25 mars dernier à l'âge de 83 ans. Directeur de la Maison du Livre et des Écrivains pendant deux décennies, à l'origine de nombreux événements littéraires, le poète s'investissait considérablement dans la vie de l'écrit. L'écrivain Antoine Spire, président du PEN Club français, lui rend hommage dans un texte que nous reproduisons ci-dessous.

07/04/2021, 14:37

ActuaLitté

“Le poids parfaitement illégitime de la commandite” d'Arnaud Lagardère

En tant qu’actionnaires minoritaires des Éditions Calmann-Lévy aux côtés de Hachette Livre, Éliane et Christopher Calmann-Lévy ont pris acte du départ d’Arnaud Nourry qui présidait aux destinées de Hachette Livre depuis 18 années. Dans un message communiqué à ActuaLitté, ils évoquent cette rupture, pour l’ex-PDG passé de « l’homme fort » au « maillon faible ».

03/04/2021, 17:24

ActuaLitté

Ouverture des bibliothèques : “Aucune solution unique ne saurait être imposée”

Après les annonces présidentielles de ce mercredi 31 mars, les mêmes questions reviennent, du côté des professionnels des bibliothèques. Encore une fois, les associations interprofessionnelles apporteront des réponses, mais l'Association des Bibliothécaires de France (ABF) tient à avertir les autorités de la situation et des difficultés actuelles. Nous reproduisons ci-dessous le message de l'organisation.

02/04/2021, 14:47

ActuaLitté

Bientôt morts, vivants en sursis : Pré-Mortem, à découvrir en 6 séries et films

Patrick McSpare vient de faire paraître aux éditions Leha son dernier roman, Pré-Mortem. Ce passionné de mythologie celtique fait toujours naviguer ses univers entre un monde réel et des créatures fantastiques, pas toujours commodes. Dans ce livre, l’humanité tout entière apprend le jour précis de sa mort, lors de l’apparition de Banshees, le 31 octobre. Joyeux Hallloween…

02/04/2021, 09:43

ActuaLitté

Juan Branco : “Il y a encore la possibilité d’une guerre civile dans ce pays”

ENTRETIEN — En 2018, Juan Branco publiait Crépuscule, un ouvrage qui mettait en lumière les puissances à l’œuvre derrière l’ascension d’Emmanuel Macron. Devenu un best-seller, le pamphlet avait accompagné l’élan révolutionnaire des Gilets jaunes. Aujourd’hui, l’avocat dissident publie un nouveau manifeste aux éditions Michel Lafon : Abattre l’Ennemi. Au sein de cette œuvre dont le titre annonce déjà la couleur, c’est une refonte totale de la politique française qui est proposée au lecteur « Ce livre est là pour aider ceux qui le souhaitent à rompre avec le système existant dans les mois et années à venir. »

 

31/03/2021, 15:27

ActuaLitté

“Opacité, manipulation et atteinte aux droits syndicaux des artistes-auteurs”

L'intersyndicale des artistes-auteurs apprend aujourd'hui, le 29 mars, que la Direction générale de la création artistique du ministère de la Culture (DGCA) a convié les organismes de gestion collective et diffuseurs à des « groupes de travail utilisateurs, en visioconférence, sur la nomenclature de revenus d’artistes auteurs à laquelle travaille le ministère de la Culture et qui servira de base à la nouvelle interface informatique de déclaration des revenus d’artistes auteurs ». Nous reproduisons ici l'intégralité de leur texte.  

29/03/2021, 16:58

ActuaLitté

Mahomet supprimé de La Divine Comédie : Dante victime du “politiquement correct”

Une traduction de La Divine Comédie de Dante expurgée de Mahomet « pour ne pas blesser » : le choix d'un éditeur néerlandais fait couler beaucoup d'encre, avec des accusations de censure qui se multiplient. Le PEN Club français s'inquiète lui aussi de précautions qui finissent par porter atteinte à l'œuvre et à la « dimension transculturelle » de Dante. Nous reproduisons ci-dessous, en intégralité, le texte de l'organisation.

29/03/2021, 16:44

ActuaLitté

Auteurs professionnels : un statut non essentiel ?

Je ne suis pas le premier, je ne serai sûrement pas le dernier, mais je souhaitais m’exprimer sur la situation alarmante des artistes-auteurs dont je fais partie. Parce que pour parler net, il semblerait qu’on ait décidé en hauts lieux de nous laisser crever la bouche ouverte. Par Guilhem Meric.

25/03/2021, 10:01

ActuaLitté

"La Maison des écrivains est menacée parce que la littérature est menacée"

La Maison des écrivains est en proie à des difficultés persistantes, clame l’association, qui diffuse un manifeste. Ce dernier, que signe l’ensemble de son conseil d’administration et de direction, dévoile la réalité de cette situation. Une structure qui n’est pas « entendue à la hauteur de ses ambitions », et a recours actuellement à un appel aux dons pour se sortir de l’embarras. Leur plaidoyer est ici diffusé en intégralité.

23/03/2021, 16:18

ActuaLitté

L’appropriation culturelle et les Sensitivity readers

Ou la question du T’es-qui-toi-à-la-base-pour-causer-de-ça ? Suite à notre entretien avec l'éditeur Stephen Carrière, autour de la censure d'ouvrages, nous avons souhaité prolonger la réflexion posée sur l'avenir de l'édition. Et ce, à travers deux thématiques très contemporaines : le rôle du trigger warning, détaillé la semaine passée. Il évoque cette fois-ci les sensitivity readers et la notion d'appropriation culturelle autre enjeu pour l'industrie du livre.

22/03/2021, 08:11

ActuaLitté

La lutte pour l’organisation d’élections professionnelles n’est pas un détail

L'écrivain Frédéric Maupomé vient de signer une tribune évoquant la question des élections professionnelles pour les artistes auteurs. Il nous propose ici un texte mettant à plat toutes les problématiques de ce sujet. Son plaidoyer est proposé en intégralité.

22/03/2021, 07:57

ActuaLitté

Le ministère de la Culture donne “le coup de grâce au rapport Racine”

La semaine dernière, le ministère de la Culture a dévoilé, d'une manière assez discrète, 15 premières mesures qui doivent « améliorer les conditions de création des auteurs ». Les principaux intéressés ne cachent pas leur déception : la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse y voit ainsi « le coup de grâce au rapport Racine ». Nous reproduisons ci-dessous le message diffusé par l'organisation.

15/03/2021, 16:09

ActuaLitté

Hongrie : l'autrice Krisztina Tóth accusée de cancel culture par le gouvernement Orbán

De quoi l'expression cancel culture est-elle le nom ? Selon les contextes, elle est adaptée : quand le gouvernement de Viktor Orbán l'utilise, en Hongrie, c'est pour remettre en question la parole d'une autrice, Krisztina Tóth, vis-à-vis de l'histoire littéraire telle qu'elle a été écrite par la postérité. Le PEN Club français, dans une tribune, défend Tóth, accusée de « censure féministe » et menacée sur les réseaux sociaux. Nous reproduisons ce texte ci-dessous, en intégralité.

15/03/2021, 09:35

ActuaLitté

Trigger warning en littérature : du danger d'avertir du danger

La censure de six ouvrages du Dr Seuss nous avait donné l’opportunité d’interviewer le traducteur français de certains titres. Stephen Carrière est avant tout éditeur, et posait les bases de réflexions plus profondes sur ce qu’il identifiait comme des menaces pour l’industrie du livre. Devant l'enthousiasme suscité par ce premier entretien, nous lui avons demandé de développer plus largement ses intuitions et de revenir sur la question du trigger warning. Un principe d’avertissement pas forcément charitable.

15/03/2021, 07:05

ActuaLitté

Maroc : Maâti Monjib et les détenus politiques en besoin “urgent” de solidarité

Condamné le jeudi 28 janvier dernier à un an d'emprisonnement, jugé coupable de « fraude » et d'« atteinte à la sécurité de l'État », l'historien Maâti Monjib a entamé il y a quelques jours une grève de la faim pour protester contre une peine qu'il juge arbitraire. Le PEN Club français appelle à la solidarité envers l'écrivain et les autres détenus politiques au Maroc dans un texte que nous reproduisons en intégralité ci-dessous.

11/03/2021, 12:51

ActuaLitté

“Chaque traduction est une nouvelle traduction“, Nathalie Bauer

Assise à un ancien bureau en bois, une série de gravures raffinées derrière elle, une femme élégante répond avec affabilité et calme à nos questions. Il s'agit de Nathalie Bauer, l'une des plus célèbres traductrices de l'italien vers le français, avec plus de cent cinquante ouvrages à son actif. Sa passion pour la langue italienne est née à l'âge de quinze ans et s’est développée en autodidacte à l’aide d’un livre, L’italien en 90 leçons. Son travail a commencé par hasard, à une époque plus facile, où l’on pouvait encore faire de la traduction littéraire son seul métier.  

09/03/2021, 08:57

ActuaLitté

Développement rural et de sécurité alimentaire : La dernière mission

Auteur de l’essai La Faim du monde (Balland 2019), Nasser Brahimi travaille auprès d’agences internationales et pour des programmes liés aux Nations Unies. Le consultant, fils de parents algériens, a vécu à Paris, avant de retourner à Alger et de s’installer finalement à Rome. Expert en communication, il travaille au développement de deux agences, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture et le Fonds international de développement agricole. Son texte raconte un moment de ces expériences.

07/03/2021, 17:31

ActuaLitté

Seuss, le vivre-ensemble et la cancel culture

Cesser la commercialisation de livres du Dr Seuss, accusés de véhiculer un « racisme infect » par certains commentateurs, voilà qui donne à réfléchir. Les ouvrages jeunesse de l’Américain n’ont pas connu en France le succès d’outre-Atlantique. Pourtant, leur traducteur français s’inquiète, à plus d’un titre, de ces comportements. D’autant que Stephen Carrière, qui a traduit une dizaine d’oeuvres de Seuss, est également éditeur, directeur des éditions Anne Carrière. Il nous répond.

05/03/2021, 14:37

ActuaLitté

Objet : atteinte aux droits sociaux des artistes-auteurs et autrices

Il n’y aura pas de confinement du week-end, ainsi l’a voulu Emmanuel Macron. Voilà qui laissera plus de temps encore aux ministres interpellés par une vingtaine d’organisations professionnelles, sur la question des cotisations sociales. Un courrier enlevé et senti, qui remet l’église au centre du village. Leur texte est ici relayé dans son intégralité.

04/03/2021, 14:31

ActuaLitté

#AdopteUnLibraire : “Il n’y a pas d’écrivain sans librairie”

Les librairies ont été hissées au rang de commerces essentiels dans le décret n° 2021-217. Ou plus précisément « les commerces de détail de livres ». Contraint et forcé, comme tant d'autres, non plus d'imaginer, mais de vivre dans un pays aux librairies fermées, le romancier Gilles Marchand, auteur entre autres d’un Funambule sur le sable, adresse à ActuaLitté un texte passionné. 

03/03/2021, 11:10

ActuaLitté

La Commission européenne en conflit avec les éditeurs et auteurs belges 

Depuis 2019, La Commission européenne refuse de verser une rémunération aux éditeurs belges pour la photocopie de leurs œuvres par des entreprises et des institutions publiques. L'organisme de gestion collective des ayants droit belges Reprobel publie aujourd'hui un communiqué pour protester contre cette décision. Selon eux, la Commission prétendrait à tort que cette rémunération constituerait une "taxe" dont elle-même et les institutions européennes qu'elle représente en sont exonérées. Nous publions ici leur texte dans son intégralité. 

 

 

03/03/2021, 11:09

ActuaLitté

Rapport Racine : “Un an plus tard, nous n’oublions pas”

« Un an après la remise du rapport Bruno Racine, rien ne bouge plus. Notre situation économique et sociale n’a jamais même été aussi catastrophique ! Vous êtes donc nombreux et nombreuses à vouloir agir. Des actions sont nées spontanément de toutes parts (BD, audiovisuel, etc.), et ont été plus ou moins bien médiatisées. Mais, malgré des problèmes communs, rien n’avait encore été rédigé pour l’ensemble des créateurs et créatrices, qui sont pourtant unis par un même statut social et fiscal », indique la Ligue des Auteurs Professionnels.

02/03/2021, 15:43

ActuaLitté

France : Amazon assigné en justice pour concurrence déloyale

EXCLUSIF – Le confinement a révélé, à son insu, quelques secrets de fabrication et autres télescopages douteux chez Amazon France. Un différend juridique entre une éditrice et son prestataire a mis en lumière de manière flagrante les arrangements de la firme, aboutissant à une distorsion de concurrence. Tout à la fois revendeur et fournisseur de services, elle aura rendez-vous avec la justice française pour en répondre.

02/03/2021, 15:10

ActuaLitté

Les bibliothèques, “des biens communs au service de tous” (ABF)

L'Association des Bibliothécaires de France (ABF) et d'autres organisations rappellent, dans un communiqué, la politique documentaire qui constitue le cadre du travail des bibliothécaires, garants des « équilibres de toutes sortes, à l’indispensable pluralisme des goûts, genres et orientations, sans jamais faire prévaloir leurs propres opinions ». Cette piqûre fait suite à deux événements récents qui illustrent une possible ingérence d'une hiérarchie administrative dans ce cadre et ces missions... Nous reproduisons ci-dessous l'intégralité du texte communiqué.

02/03/2021, 14:45

ActuaLitté

Lise Caillat, traductrice : “Aujourd’hui, quand je ne traduis pas, je lis”

Après une Maîtrise de Langue, Littérature et Civilisation italiennes (Université Stendhal-Grenoble III) et un DESS Édition (Université Paris XIII), Lise Caillat a travaillé pendant dix ans dans l’édition puis en librairie, tout en développant son activité de traduction littéraire. Depuis 2017, elle se consacre totalement à cette dernière ainsi qu’à la recherche d’auteurs et d’ouvrages italiens à faire découvrir au public français. Elle anime également des ateliers de traduction qui visent à sensibiliser les lecteurs et les amoureux des mots aux joies et aux défis du métier.

01/03/2021, 09:10

ActuaLitté

Vivants à l'unisson : à la défense du spectacle et des artistes

Ne pas laisser mourir les artistes et le spectacle : voici en quelques mots le sens du texte écrit et diffusé par le chanteur Cali, la thérapeute Anne-Laure Buffet et le poète Éric Poindron. Plus qu’un mouvement d’humeur, un appel à l’aide, parti à la défense (et illustration ?) du spectacle vivant. Un manifeste que ActuaLitté diffuse dans son intégralité.

28/02/2021, 10:35

ActuaLitté

Édition : M. le ministre, “les procédures bâillons menacent l’information”

La liberté d'information, mais aussi la liberté de publier, sont toutes deux menacées par un processus judiciaire vieux de cent quarante ans, dénonce l'éditeur Florent Massot dans un courrier envoyé au Garde des Sceaux, ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti. D'après Florent Massot, le coût pour l'accusé de la citation directe, dans le cadre d'une plainte en diffamation, est dangereux pour la liberté d'informer. Nous reproduisons ci-dessous le courrier envoyé par l'éditeur au ministre de la Justice, en intégralité.

26/02/2021, 15:11

ActuaLitté

La “censure politique et idéologique” menace en Pologne

Le PEN Club polonais vient de communiquer à ActuaLitté une déclaration officielle sur la situation juridique du pays. Au cœur de cette intervention, un exercice de censure « politique et idéologique ». Une situation d’autant plus délicate qu’elle découle d’une destruction méthodique du travail universitaire, autant que d’une réécriture de l’Histoire. Le texte est ici présenté dans son intégralité.

26/02/2021, 14:16

ActuaLitté

“La responsabilité sociale et environnementale est au cœur de notre projet”, Éditions Leduc

Les éditions Leduc viennent de communiquer un détail, non exhaustif, de leurs engagements écoresponsables, « mis en pratique depuis des années maintenant ». Et d’ajouter : « Comme toujours, ce sont tous nos services et chacun de nos salariés qui portent individuellement et collectivement ces engagements. » Le texte est proposé dans son intégralité.

25/02/2021, 09:54

ActuaLitté

Recherche universitaire : une “police de la pensée” bientôt à l'oeuvre ?

Quand les situations économiques et sociales des étudiants et des universités frisent la catastrophe, les responsables politiques évoquent l'« islamo-gauchisme » qui orienterait de nos jours la recherche universitaire. Un concept aux contours flous, adopté par Jean-Michel Blanquer, Gérald Darmanin et désormais Frédérique Vidal, dont la Ligue des Droits de l'Homme pointe la dangerosité. Nous reproduisons ci-dessous le texte que nous a fait parvenir l'organisation.

23/02/2021, 15:01

ActuaLitté

Étudier la Shoah en Pologne et risquer un procès en diffamation...

Pour défendre la liberté d’expression et exprimer sa solidarité avec les professeurs et historiens Barbara Engelking et Jan Grabowski, le Centre PEN suisse romand interpelle le président de la République de Pologne. L’organisation fait part d’une grave inquiétude au sujet du procès en diffamation contre ces deux chercheurs de renommée internationale et co-auteurs d’une publication intitulée Night without End (Plus loin, c’est encore la Nuit) et publiée en 2018.

23/02/2021, 10:04

ActuaLitté

Le PEN Club français condamne les violations évidentes des droits humains par le Maroc

Le jeudi 28 janvier dernier, l'historien et intellectuel Maâti Monjib a été condamné à un an d'emprisonnement, jugé coupable de « fraude » et d'« atteinte à la sécurité de l'État ». Un verdict qui survient plusieurs années après le début du procès en question, ouvert en 2015, et qui évoque une « mesure arbitraire » au PEN Club français. Nous reproduisons ci-dessous, en intégralité, le texte diffusé par l'organisation.

22/02/2021, 16:44

ActuaLitté

Traduire Dante : “En poésie, le rythme impose un sens supérieur au sens.”

Coutumier des grands noms de la littérature italienne, Michel Orcel a fréquenté Giacomo Leopardi, aussi bien que Lorenzo Da Ponte. En 2019, La Dogana publiait sa traduction de La Divine Comédie (Enfer, Purgatoire, celle du Paradis arrivera au printemps), en édition bilingue. Alors que 2021 rime avec les célébrations du 700e anniversaire de la mort de Dante, le traducteur revient avec nous sur ce travail du texte d’Aligheri, les choix opérés et la relation au poète italien. Propos recueillis par Federica Malinverno.

22/02/2021, 12:28

ActuaLitté

Portrait des bibliothèques en ”sociétés d'émulation“, ou laboratoires d'idées

Les bibliothèques auraient l'environnement nécessaire pour devenir des think tank modernes – quoique le terme soit désormais connoté. L'auteur Jean Behue le suggère : il présente une invitation à réinventer les bibliothèques en sociétés d'émulation, ces cercles d'amateurs et de passionnés qui ont fleuri dès le XVIIIe siècle, et se sont prolongés par la suite dans un bel élan de libération individuelle et collective. Un billet à savourer.

22/02/2021, 09:36

ActuaLitté

Aramebook : précurseur du livre numérique pour les lecteurs d'Algérie

Créée en 2018, la plateforme Aramebook propose des livres numériques au format PDF. Première du genre en Algérie, cette plateforme dont le nom vient de Aram – ces grosses pierres qui servaient de repères aux voyageurs –, et ebook, a pour vocation de promouvoir la lecture et la littérature algérienne à travers le monde. Rencontre avec sa fondatrice, Nacéra Khiat, également éditrice chez Sedia.

Propos recueillis par Chloé Martin pour ActuaLitté

19/02/2021, 13:09