#Rencontres / dédicaces

Payer les dédicaces, “je trouve cela presque contre nature” (Jacques Glénat)

RNL19 — Aux Rencontres nationales de la librairie, à Marseille, Jacques Glénat, fondateur et PDG des éditions Glénat, est intervenu à l'occasion du demi-siècle de sa maison d'édition de bandes dessinées. Un secteur particulièrement important pour la librairie, mais qui n'échappe pas à de nombreuses interrogations, comme le reste du marché du livre.

Le 03/07/2019 à 16:50 par Antoine Oury

40 Réactions |

Publié le :

03/07/2019 à 16:50

Antoine Oury

40

Commentaires

linkedin mail print
ActuaLitté
Jacques Glénat (photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

Face aux libraires réunis à l'occasion des Rencontres nationales de la librairie, Jacques Glénat est revenu sur un monde de la bande dessinée qu'il avait vu radicalement se transformer en 50 ans de métier, entre des lettres de noblesse acquises avec difficulté par ce mode d'expression et l'émergence de nouveaux publics, attirés par d'autres formats récents comme le manga.

L'éditeur se devait aussi de saluer les libraires, dont certains se sont engagés rapidement pour défendre la bande dessinée : aujourd'hui encore, le format profite aux libraires, et ces derniers le lui rendent bien. La librairie réunit 34 % des acheteurs de BD, soit 2,2 millions de lecteurs, dont le panier annuel atteint 57 €. On compte d'ailleurs parmi ces acheteurs 45 % de moins de 40 ans avec, parmi eux, 24 % de 15-29 ans, une tranche d'âge souvent absente des librairies.

Malgré des chiffres de vente impressionnants, avec 24,1 millions d'exemplaires vendus en 2018 pour un total de 337 millions € (en hausse de 9 % par rapport à 2016) pour la seule BD franco-belge, le secteur de la bande dessinée traverse une crise profonde, pointée du doigt par les auteurs depuis plusieurs années. 

La surproduction d'albums, au risque de noyer tous les albums au démarrage pas assez spectaculaire, fait notamment partie des explications données aux difficultés des auteurs contemporains. Interrogé, Jacques Glénat nous explique qu'il voit « le côté positif : avant, il n'y avait pas d'auteurs de BD. À présent, il y en a beaucoup, et cela représente une créativité extraordinaire. Que tout le monde n'arrive pas à en vivre, c'est un peu comme si un sculpteur ou un peintre expliquait qu'il arrêtait parce qu'il n'arrive pas à vendre ses œuvres. Oui, c'est embêtant, mais malheureusement, c'est le succès qui fait la différence. »

Il reconnait cependant que la surproduction représente un problème, pour tous les éditeurs, « qui sont tous d'accord pour baisser les volumes... chez leurs concurrents », s'amuse-t-il. « Nous, nous avons réduit la voilure : au total, il y en a un peu plus chaque année, avec les catégories en croissance comme le manga, générateur de nombreuses parutions régulières et rapprochées. Mais, en BD, nous avons dû baisser d'une quinzaine de nouveautés par an environ, parallèlement à la baisse des tirages », souligne Jacques Glénat.

Rémunérer les dédicaces, vers un « rapport un peu bizarre »

L'une des pistes évoquées par les auteurs de bandes dessinées pour améliorer leurs conditions de vie porte sur la rémunération des dédicaces, étant donné que la réalisation d'un dessin original et personnalisé est monnaie courante lors de ces rendez-vous très prisés des lecteurs.

Le rapport de Pierre Lungheretti sur le monde de la BD le soulignait, d'ailleurs : « La notion de “dédicaces” est très différente selon qu’il s’agit d’auteurs de littérature ou de bande dessinée, la dédicace réalisée par un auteur de BD s’assimile à un travail de création puisqu’il s’agit la plupart du temps d’un dessin personnalisé offert par l’auteur à son lecteur. » 

Et les auteurs eux-mêmes l'ont récemment souligné lors d'une discussion qui évoquait notamment l'année de la BD, en 2020 : « Mais de la même manière qu’on prévoit les frais de transport et d’assurance pour déplacer des planches originales dans le cadre d’une exposition, de même l’intervention d’un auteur devrait être financée », indiquait ainsi Denis Bajram.

Une hypothèse de travail qui laisse Jacques Glénat dubitatif : « Comme l'a montré une étude présentée ce matin, un des freins des libraires à faire venir les auteurs, ce sont les coûts », rappelle l'éditeur, qui évoque aussi le cas des salons, y compris ceux dont l'entrée est payante. « Ces événements invitent déjà les auteurs : le budget invitations d'Angoulême, pour l'organisation et pour les éditeurs est déjà gigantesque. Si ces salons doivent en plus payer les auteurs pour leur temps de présence, je ne sais pas comment ils vont réussi à équilibrer leurs comptes. Finalement, c'est l'État qui va se retrouver à payer. »

Sauf que l'État, par l'intermédiaire des aides que peut octroyer le Centre national du livre, apporte d'ores et déjà des subsides publiques aux manifestations, aux librairies, aux maisons d'édition.

L'éditeur estime que « l'auteur qui fait une conférence, cela me parait normal qu'il soit rémunéré, mais celui qui vient faire la promotion de son livre, rencontrer des gens, je ne vois pas pourquoi on le payerait, c'est déjà une opportunité. Qu'on soit payé pour signer un livre, je trouve cela presque contre nature, car l'auteur est content de partager son travail avec les gens, d'entendre des questions, des commentaires... Ce serait un rapport un peu bizarre », conclut-il.

40 Commentaires

 

Laure Bertrand

03/07/2019 à 18:12

À propos de la rémunération des auteurs en dédicace : Heureusement que M Glénat est là pour nous dire ce qu’est au juste le travail d’un auteur / dessinateur. Je pensais jusqu’à présent que leur boulot c’était juste de créer le bouquin. Grâce à M Glénat, on sait maintenant que la promotion gratuite fait aussi partie de leur taf. Rassurez-moi : les auteurs en dédicace doivent aussi alimenter le buffet ?

Eurg

03/07/2019 à 22:27

Si les auteurs ne veulent pas soutenir leurs livres, rien ne les y oblige hein... C'est pas comme si éditeurs libraires et salons leur payaient déplacements, gîte et couvert...

JH

04/07/2019 à 11:13

"Les auteurs quant à eux, viennent tous frais payés : transport (en première et en taxi s'il vous plait)"
Haha.
Mais bien sûr. Et même en Concorde, parfois, avec massage durant le trajet et petits fours au caviar.

Cati baur

04/07/2019 à 11:27

Je dois en déduire que vous, quand vous partez en déplacement pour le boulot (admettons: vous êtes professeur des écoles, vous animez une classe verte/ Vous êtes commercial, vous avez un salon à 500 km de chez vous.) vous refusez d’être payé sous prétexte qu’on vous paye/rembourse le trajet, le gîte et le couvert?
Personnellement si je pars bosser tout un week-end j’exige d’etre rémunérée, et je trouve ça bien normal, « petits miquets» ou pas.

Madame Eléphant

05/07/2019 à 08:56

Et oui, incroyable, les personnes qui travaillent espèrent avoir un salaire. C'est fou ce que les gens sont exigeants aujourd'hui.

Fishdrake

27/08/2019 à 15:51

"Si les auteurs ne veulent pas soutenir leurs livres, rien ne les y oblige hein..."

Propos d'un simplisme affligeant.

"C'est pas comme si éditeurs libraires et salons leur payaient déplacements, gîte et couvert..."

Parce que vous croyez vraiment que les salons payent les déplacement de TOUS les auteurs ??? redescendez un peu sur terre.

Samantha Bailly

03/07/2019 à 19:26

J'ai hâte qu'une décennie passe, et qu'on relise les déclarations publiques d'un certain nombre d'individus qui auront essayé d'empêcher les auteurs et autrices d'acquérir des droits fondamentaux - par exemple, en l'occurence ici, le droit de faire reconnaître son travail. C'est peut-être d'ailleurs sur le Code du travail qu'on devrait aller.

Bref, Jacques Glénat, éditeur français de la maison du même nom, s'oppose à la rémunération des auteurs et autrices de BD à la présence. Il dit trouver ça "bizarre".

Au.
Secours.

On dirait Livre Paris 2018 bis, avec les mêmes arguments : les auteurs et autrices ont de la "visibilité", ils font "leur promotion", ou encore "ils aiment leur public". L'histoire a montré que le public est choqué d'apprendre les auteurs et autrices travaillent bénévolement dans un cadre lucratif. Car oui, les livres sont vendus dans ces événements. Et eux voient rarement un centime sur ces ventes, comme je l'ai expliqué.

Dans un cadre non lucratif, par exemple, une médiathèque, il ne vient pas à l'esprit des équipes de demander aux auteurs et autrices de travailler gratuitement !

Vous savez quelle BD jeunesse j'adore ? "Lou !", de Julien Neel. Un summum de poésie et de justesse. Parce que je suis dans le milieu du livre, je connais l'éditeur qui publie la série, mais la grande majorité des lecteurs et lectrices ignorent les noms des maisons d'édition qui publient telle ou telle œuvre.

On aime un auteur et on aime son œuvre.

Il se trouve que l'éditeur de Julien Neel est Glénat.

Vous savez quoi ?

Quand je vais en festival BD, et que je vois mes pairs dessiner non stop plusieurs jours d'affiliée, que je sais pour connaître l'envers du décor qu'ils ne sont pas payés, je me demande qui fait la promotion de qui/quoi. En festival, je viens voir un AUTEUR ou une AUTRICE d'un livre que J'AIME. Souvent, d'ailleurs, d'un livre qui a bouleversé ma vie. En festival, le public vient pour les auteurs et autrices, pour la rencontre, le dialogue, la découverte, le supplément d'âme qu'apporte une signature, parfois carrément une œuvre sur la page de garde...

Bref, auteurs et autrices, durant ces moments, nous TRAVAILLONS. Oui. C'est un temps de présence que nous ne passons pas à créer, c'est de la représentation, c'est de l'échange, c'est aussi parfois un acte de création à part entière.

Signer un contrat de cession de droit avec un éditeur, cela n'engage en rien à devenir corvéable à merci au nom de la "visibilité" et de la "promotion".

Rappelons les rôles de chacun : nous, nous créons.

Ensuite, le reste de la chaîne du livre vend nos créations.

Pour le reste, notre temps à une valeur.

Je le disais, ce sont les éditions Glénat qui ont publié "Lou !", de Julien Neel.

Eh bien, si je savais que l'auteur d'une série qui a bouleversé ma vie était rémunéré à sa juste valeur, pour sa création et pour tout le temps et l'énergie engagés en parallèle, je trouverais ça tout simplement... normal.

Thierry MARTINET

03/07/2019 à 22:18

Navrant... Quel mépris. Pendant ce temps là Mr Glénat investit dans des tableaux de maîtres grâce aux auteurs...

koinsky

04/07/2019 à 06:28

D'accord monsieur Glénat, mais dans ce cas, que l'auteur et/ou dessinateur touche un pourcentage double ou triple lors de ses dédicaces..

Piepla

04/07/2019 à 09:46

Les éditions Glénat sont mes éditions préférées: j'ai toujours admiré leur originalité et leur diversité, surtout dans leurs publications jeunesse. J'ai été élevée à grand coup de Tchô, bref, je soutient cette maison depuis toujours.

Mais je suis véritablement choquée des propos de M. Glénat ! Il me semble évident qu'un auteur ait le droit à une rémunération pour tout travail qu'il accomplit. Les arguments qu'il avance me font un peu penser à ceux qui essaient d'exploiter les illustrateurs, surtout dans le milieu de la publicité: "oui, mais ça te fera de la pub..."

C'est navrant qu'un si grand nom, derrière une des maisons d'édition françaises les plus intéressantes à mes yeux, n'ait même pas d'ampathie à l'égard de ceux qui ont fait son succès. A quoi bon changer une recette qui marche, hein, si le profit est là...

marie

04/07/2019 à 10:24

Sans connaître particulièrement les contrats auteurs / éditeurs, je note simplement que sans les 1ers, les seconds n'existeraient pas. Il est normal de payer le travail réalisé ! Je suis curieuse de savoir si les éditeurs enclins à considérer que les dédicaces sont du temps de promotion qui permet aux auteurs de se faire connaître, d'échanger avec leurs lecteurs chéris, auraient le même discours sur eux-mêmes. Après tout, ces dédicaces font connaître leur ligne éditoriale, leurs collections... : pourquoi dans ce cas ne pas reverser leur marge sur chaque vente lors des séances de dédicaces (aux auteurs par exemple, soyons fous ! après tout ce sont eux qui y passent leurs week-ends) ?

Eurg

04/07/2019 à 11:01

Mais oui, bien sûr, que les éditeurs reversent aux auteurs leur marge sur les salons ! ça ira très vite puisque... quasiment aucun stand n'est bénéficiaire sur un salon. Et les ventes des auteurs en dédicace ne compensent pas ne seraient-ce que que les frais engendrés par leurs auteurs.

Ceux qui passent le plus de temps sur les salons, ce sont les employés des éditeurs, qui ne sont généralement pas compensés pour les heures supplémentaires effectuées (debout toute la journée, bien sûr), faute d'argent. Donc oui, Marie, pas d'inquiétude, ils ont bien le même discours pour eux-mêmes.

Les auteurs quant à eux, viennent tous frais payés : transport (en première et en taxi s'il vous plait), logement et nourriture. Si ce n'est pas une compensation suffisante pour venir rencontrer leurs lecteurs, ils n'ont aucune obligation contractuelle à venir, et peuvent parfaitement rester chez eux. C'est le choix, tout à fait respectable, de certains. Ou alors il faut traiter les auteurs comme les employés sur les salons : d'accord ils seront payés pour leurs 2h de dédicaces, mais ils se déplacent, se logent, et mangent à leurs frais.

Je pense que personne ici n'est conscient des sommes colossales que les éditeurs doivent verser pour les salons, entre le prix (généralement très élevé) du stand, la commande et son transport (et le pilonnage ou le triage des retours), les badges, le matériel et son installation, la main d'oeuvre, et bien sûr tous les frais auteurs mentionnés précédemment. Il y a un moment, il faut peut-être arrêter de leur demander de payer pour tout.

Jean-pierre

04/07/2019 à 11:33

Dans quel dimension vous vivez ou lorsque un employé est en déplacement professionnel son entreprise ne paie pas (en partie ou totalement) son logement/transports/repas? Vous dites vraiment n'importe quoi.

Quant aux employés des maisons d’éditions non rémunérés pour leur heures sup, c'est tout aussi abject. Mais ça ne diminue en rien les revendications des auteurs, au contraire, ça montre d'autant plus que le système est pourri.

marie

04/07/2019 à 12:26

je reprendrai votre phrase : "ils n'ont aucune obligation contractuelle à venir, et peuvent parfaitement rester chez eux. C'est le choix, tout à fait respectable, de certains" pour l'appliquer aux éditeurs qui font le choix de se rendre sur les salons...
Je suis bibliothécaire et n'envisage pas de faire venir un auteur sans le rémunérer pour le trajet et le travail fourni. je ne demande rien à l'éditeur dans ce cas. Et je demande à mon libraire de venir vendre les ouvrages : tout bénef pour l'éditeur qui récupère sa marge ! Je ne sais pas comment monsieur Glénat paie "ses" auteurs, mais critiquer le fait que les auteurs soient rémunérés lors des dédicaces est totalement déplacé de sa part, lorsqu'on sait que c'est souvent la ressource principale des auteurs qui tentent de vivre de leur travail.
quand les éditeurs font travailler "leurs" auteurs sur des salons il est normal qu'ils les paient. et qu'il paient leurs employés. y compris le défraiement. dans quelle autre profession imagine t'on que la satisfaction intellectuelle suffise comme rémunération ?
Quant aux 1eres classes, taxis, logements et nourriture, je n'ai jamais croisé d'auteurs qui avaient ce genre d'exigences... j'ai plutôt eu des retours du type "je peux loger chez l'habitant, et sinon, une bouteille d'eau me suffira"...

Geo

05/07/2019 à 10:52

2 heures de dédicace? Il faut se renseigner mon gars. C'est 6 heures sur un festival, et ça deux jours d'affilée. Quand ce n'est pas plus. Et honnêtement, le public est souvent un public déjà acquis. Peu de "découvreurs". Quand ces festivals se passent plus de 3mois après la sortie de l'album, on fait surtout la promo de la ville ou de l'association.tout est payé, y compris les chapiteaux... Et pourquoi pas les auteurs? Les frais de déplacement ne sont pas des rémunérations, et le "personnel" qui paierait son hôtel, ses repas... Être serait pas rémunéré, mon œil!

Fishdrake

27/08/2019 à 16:00

"Les auteurs quant à eux, viennent tous frais payés : transport (en première et en taxi s'il vous plait), logement et nourriture."

Non mais faut arrêter avec votre délire. Seuls les auteurs les plus célèbres, les plus populaire et les plus vendeurs bénéficient d'un tel traitement. Et ils ne représentent pas la majorité. Les autres, ils viennent à leur frais !

Eurg

04/07/2019 à 12:00

Dans la dimension du monde réel où les éditeurs gagnent à peine 20% du prix misérable des livres, malgré les frais et investissements énormes qu'ils doivent supporter, et ne peuvent donc pas assurer à eux seuls la rémunération de toute la chaîne du livre.

Si les auteurs veulent une rémunération de leurs dédicaces, le plus logique serait de facturer la dédicace au lecteur (puisque c'est lui qui "gagne" quelque chose en plus dans l'histoire).

koinsky

04/07/2019 à 13:52

Êtes-vous rémunéré 10% du travail que vous fournissez ?

wiwi

07/07/2019 à 10:11

Je vous invite à vérifier les revenus/fortunes de quelques uns des grands éditeurs BD, vous verrez que ce ne sont pas eux qui se serrent la ceinture, malgré leurs pauvres " 20%"

Luc

17/07/2019 à 13:57

Dans la dimension du monde réel où les éditeurs ont un budget destiné à la promotion, il ne tient qu'à eux d'en dédier une partie aux auteurs en dédicace plutôt qu'à l'impression de 3000 flyers qui finiront dans les poubelles du salon.

Fishdrake

27/08/2019 à 15:58

"Dans la dimension du monde réel où les éditeurs gagnent à peine 20% du prix misérable des livres"

20 euros le livres, vous trouvez ça misérable ? Les livres en un tome ailleurs découpé en trois dans l’Hexagone (Le Trone de Fer par exemple)


Ces 20 % constituent pourtant la part du lion.

"malgré les frais et investissements énormes qu'ils doivent supporter"

Si ces 20 % ne suffisaient pas pour faire tourner la boutique, croyez bien qu'ils auraient tous mis la clé sous la porte, ou auraient augmenté cette part. Est-ce le cas ?

"et ne peuvent donc pas assurer à eux seuls la rémunération de toute la chaîne du livre."

Ce n'est pas ce qu'on leur demande. Ne mélangez pas tout.

Giemsi

04/07/2019 à 12:17

C'est devenu une vieille habitude : le dessin est juste un plaisir. Pas question de rémunérer les auteurs qui passent leurs WE loin de leur famille puisqu'ils sont heureux de travailler bénévolement à la promotion de leurs livres. Le gîte et le couvert (quand ils sont assurés et ce n'est même parfois pas le cas !) devrait les contenter...
J'aimerais savoir si Monsieur le PDG n'est pas rémunéré lorsqu'il fait la promotion de ses auteurs. Si ! Car c'est son taf. Et lui l'est sûrement grassement.

Seb

04/07/2019 à 13:31

Il est bien de préciser que dédicace n'est pas synonyme d'autographe.
Un auteur de livre, un romancier va apposer sa signature sur le bouquin que vous achetez. L'auteur Bd va réaliser quant à lui un dessin original. Il faut compter ce temps de labeur et le matériel nécessaire (vous avez vu le prix des copic?)
Certes lorsqu'on débute ou qu'on s'autofinance, le déplacement et l'exercice des dédicaces à ses propres frais semble inévitable.
Même si je trouve qu'un autographe n'a pas grand intérêt à part de marquer la rencontre avec son auteur, une rémunération par dédicace devrait être normalisée sans que qui que ce soit n'y prenne sa marge.

Ismaël

04/07/2019 à 15:09

Mme Bailly. Il y a quelque chose qui m'étonne dans votre argumentation. Vous écrivez :

« On dirait Livre Paris 2018 bis, avec les mêmes arguments : les auteurs et autrices ont de la "visibilité", ils font "leur promotion", ou encore "ils aiment leur public". L'histoire a montré que le public est choqué d'apprendre les auteurs et autrices travaillent bénévolement dans un cadre lucratif. Car oui, les livres sont vendus dans ces événements. Et eux voient rarement un centime sur ces ventes, comme je l'ai expliqué. Dans un cadre non lucratif, par exemple, une médiathèque, il ne vient pas à l'esprit des équipes de demander aux auteurs et autrices de travailler gratuitement ! »

La question d'une rémunération des auteurs et autrices n'est pas à remettre en cause. Cependant, pour connaître le monde des médiathécaires, lorsque les artistes auteurs/autrices vont dans une médiathèque, en général ils ne dédicacent pas d'ouvrages vendus sur place (sauf si un libraire est présent pour cela). Ils sont rémunérés pour une présence-prestation si je puis dire (le plus souvent une rencontre-débat). Quand ils effectuent une dédicace à la suite de cette rencontre-débat, ce qui est loin d'être toujours le cas, il est très très rare qu'ils/elles soient rémunéré(e)s pour cette dédicace en plus de la rémunération pour leur rencontre-débat. Il me semble que c'est aujourd'hui ce qui se passe aussi dans de très nombreux salons, où les auteurs/autrices en rencontre ou en atelier ou en animation ou en spectacle, sont bien sûr rémunéré(e)s pour cela.

Mais comme dans les médiathèques, rarement pour les dédicaces en plus des rencontres. Votre exemple me paraît donc assez mal choisi, d'autant que vous dites qu'ils/elles sont payé(e)s « dans un cadre non lucratif » en médiathèque mais pas dans un cadre lucratif en salon. Or 90 % salons où j'ai pu aller sont ouverts gratuitement au public et sont donc eux aussi des lieux non-lucratifs pour leurs organisateurs (Livre Paris, avec une entrée payante, étant un des quelques contre-exemples absolus qui confirment cette règle générale), les ventes et le chiffre d'affaire généré dans un salon allant aux libraires et/ou aux éditeurs exposants, mais pas aux salons eux-mêmes. Seuls les quelques salons (et ce ne sont pas les plus fréquents, la plupart des manifestations en France sont organisées par des association loi 1901 à but non lucratif justement, parfois par des mairies) organisés par des libraires directement pourraient être considérés comme de véritables « cadres lucratifs ». Et justement, vous n'en faites pas mention, mais les auteurs/autrices qui vont en dédicaces promotionnelle dans des librairies, sont bien dans un pur cadre lucratif (une librairie est un commerce, qui génère un chiffre d'affaires), mais ils/elles n'y sont pas rémunérés ou sans doute très rarement, ni pour une rencontre-débat, et encore moins pour des dédicaces, sinon par le faible % droits qu'ils/elles vont toucher pour ces ventes. Alors pourquoi ils/elles seraient considéré(e)s « en promotion » en librairies, mais « en travail » en salons ? Quelque chose m'échappe dans cette illogisme. Ne faudrait-il pas plutôt instaurer dans ce cas une grille de rémunération des artistes auteurs/autrices qui, en tout lieu, tiendrait compte de leur travail effectif, du temps pris sur leur création, et comme vous dites de « l'énergie engagée en parallèle de leur oeuvre » ?

Dès lors, il faudrait tout simplement annuler le terme de « promotion » dans tous ces cadres (salons, médiathèques, librairies etc.) et ne le réserver qu'à l'espace médiatique et uniquement à lui, où un artiste, sur un plateau télé, au micro d'un journaliste, fait effectivement la promotion de son ouvrage.

Aloes

04/07/2019 à 21:22

On parle depuis le début ici de dédicace de bande dessinée. Une œuvre visuelle qui prend parfois jusqu'à vingt minutes de réalisation, à l'encre, à l'aquarelle etc. Donc en fait si vous ne comprenez qu'il s'agit d'offrir contre aucune rémunération une œuvre originale signée, ça ne vous choque pas vous ? OK. reprenez le contexte d'origine stp. On ne par que de dédicace de BD.

Ismaël

05/07/2019 à 10:16

Aloes : Je crois que vous n'avez pas tout saisi du débat. Si au départ le questionnement de la rémunération s'est posée à partir des dédicaces plus spécifiquement de BD (et il y a déjà quelques années de cela), il a depuis largement dépassé ce cadre. Pour plusieurs raisons :
1- la question ne se pose pas seulement pour les dessinateurs de BD, mais aussi pour les illustrateurs jeunesse qui eux-aussi effectuent une « œuvre originale » lors d'une dédicace.
2- les syndicats d'auteurs ne demandent pas ou plus une rémunération des dédicaces (selon les tarifs de la charte des auteurs par exemple), mais « à la présence » ce qui implique évidemment tous les genres d'invités dans une manifestation soit dessinateurs BD, mais aussi illustrateurs jeunesse et autres, et encore les scénaristes et écrivains.
3- A partir du moment où l'on s'engage vers une rémunération à la présence, il est inenvisageable d'effectuer une sorte de sélection, incluant quelques-uns (dessinateurs/illustrateurs) et pas les autres (auteurs/scénaristes). Je vois mal comment un scénariste de BD puisse gentiment se retrouver assis à côté de son compère dessinateur à dédicacer, l'un étant payé et pas l'autre... !
4- Voir les multiples tribunes d'auteurs/autrices à droite et à gauche, sur ce site ou ailleurs, notamment tout récemment celui de Silène Edgar (ici : https://www.actualitte.com/article/tribunes/dedicaces-remunerees-que-gagne-un-editeur-a-denigrer-ainsi-notre-travail/95663), laquelle est autrice et explique bien que les mêmes problématiques se posent pour les écrivains ou scénaristes. A savoir paupérisation généralisée des créateurs, coût personnel et professionnel des déplacements en salons, etc.
5- La demande de rémunération « à la présence », implique un revenu accessoire supplémentaire pour tous les artistes auteurs qu'ils soient écrivains ou dessinateurs BD, ce n'est plus tant la seule question de la création d'une œuvre originale à « offrir » par le biais de la dédicace et qui devrait être payée comme telle qui est débattue aujourd'hui que le soutien aux auteurs/autrices en grande difficulté dans le cadre d'un marché du livre qui va mal, d'une surproduction éditoriale, d'une baisse des ventes moyennes, d'un taux de droits souvent réduit, de droits sociaux en berne, etc etc...

Inbor

04/07/2019 à 16:00

Il me semble que tout le monde est d'accord pour dire qu'un travail doit, en toute logique, être rémunéré. Mais la question centrale reste : qui paie la dédicace ?

L'éditeur ? Comme il a été dit plus haut, quand il se déplace en festival, l'éditeur investit déjà énormément (entre la location de l'emplacement pour un salon, la main d'oeuvre, les frais pour déplacer, loger et nourrir les auteurs...) et ne rentre quasiment jamais dans ses frais. On peut donc se dire que sa part dans la promotion de l'oeuvre est remplie. Si on lui ajoute des frais supplémentaires, il invitera tout simplement moins d'auteurs ou ne viendra plus du tout.
Donc pas sûr que les auteurs s'y retrouvent.

Le lecteur ? Quelque part, lui aussi paie de sa personne et de son temps en attendant parfois des heures dans des conditions difficiles. Ajoutez à cela le prix de l'ouvrage et, éventuellement, l'entrée du salon qui est souvent payante elle aussi. Pas sûr qu'il voudra encore ajouter un coût supplémentaire, ou alors que pour un nombre restreint d'auteurs, qu'il estimera suffisamment "cotés". Mathématiquement, les gros vendeurs en bénéficieront et les petits auront encore moins de monde.
Donc pas sûr que les auteurs s'y retrouvent.

L'organisateur de l'événement ? C'est une économie que je maîtrise moins, mais j'imagine que lui-aussi a des frais considérables, et que les conséquences de frais supplémentaires seront de le forcer : pour un salon, à augmenter le prix de ses entrées, à réduire sa voilure (donc moins d'auteurs invités), voire disparaître ; pour une librairie, de se concentrer sur les auteurs qui vendent beaucoup et qui leur permettront un meilleur retour sur investissement. Et une fois encore, ce sont les "petits" qui trinqueront.
Donc pas sûr que les auteurs s'y retrouvent.

Personnellement, je ne serais pas contre le fait de répartir le "coût" de cette dédicace sur les différents acteurs (lecteurs compris) qui profitent tous de la venue des auteurs et de leur travail sur place. Mais cela demande une véritable réflexion de fond qui risque d'apporter son lot de nouvelles problématiques. Genre la loi du prix unique du livre par exemple...

Eurg

04/07/2019 à 16:27

Très bon récapitulatif de la situation

Fich

04/07/2019 à 16:59

Je suis consterné par ces propos. C'est mal connaître ou ne pas vouloir voir que les conditions dans lesquelles vivent la plupartdes auteurs aujourd'hui sont déplorables, sauf pour ceux qui ont du succès. A tout travail mérite salaire, dit-on ! Cela mériterait d'y réfléchir car on est loin du compte. Faire payer les dédicaces serait une façon pour un auteur de vivre un peu mieux de son art, sans vraiment résoudre le problème de fond. Si on fait des dédicaces, c'est pour le plaisir du lecteur. Mais 0.40 centimes de droits d'auteur par bouquin pour 15 ou 30 minutes de dédicace, qui peut dire qu'il s'agit là d'un réel privilège ? On fait certes la promo de son bouquin, mais au final, qui en retire le plus de bénéfices de cette promos ? Sûrement pas les auteurs. Aujourd'hui, j'en arrive à me demander si je continue ce métier ou pas, tellement les conditions sont devenues difficiles. Et je sais que de nombreux auteurs se posent la même question. S'il y avait un peu plus d'équité dans le partage des royalties, les auteurs n'auraient pas à se demander quelles astuces trouver pour boucler leurs fins de mois difficiles. Si on veut tuer un métier qui est censé faire rêver, c'est sûr, on est sur le bon chemin.

Neril

04/07/2019 à 17:36

Quand on regarde la répartition du prix d'un livre, on a (dans les grandes largeurs) :
10% pour l'auteur, 30% éditeur + imprimeur, 10% diffuseur, 10 % distributeur, 40% point de ventes.

Le problème est que sur un salon, ca devrait être autrement :
Le Diffuseur : il est hors de coup. Il ne fait rien sur le salon puisque justement, le but de la dédicace est de se montrer en direct sans son intermédiaire.
De la même façon, le salon est souvent adossé à une librairie. Maintenant la dite libraire est un des grands gagnants : un CA énorme par rapport à un jour normal, moins de frais de stock, batiment, etc. Dans d'autres cas, c'est l'éditeur qui vend directement (mais dans ce cas, il paye son stand, et ce n'est pas forcément donné).

Si on ne veut pas rémunérer l'auteur à l'heure pour sa présence, la moindre des choses serait de revoir les % pour les ventes en salon.

1- l'auteur assure lui-même sa diffusion. C'est lui qui est visité par le lecteur, c'est lui qui va "vendre". On peut donc déjà lui reverser les 10%.
Ensuite sur la part commerciale (les 40%), ce n'est pas choquant que l'auteur en prenne une partie, même faible pour lui.

Au total, si l'auteur touchait 25 à 30% du prix de vente, ça n'aurait rien de choquant et ne remettrai pas en cause la répartition. Evidemment, ça rognerait sur la part d'autres. Mais justement, c'est cette part qui est problématique. Ces 15 à 20% du prix de vente qui vont dans la poche de personnes qui n'ont pas de légitimité à toucher cette somme parce que c'est l'auteur qui fait leur part de boulot sur un salon

koinsky

04/07/2019 à 17:40

S'ils continuent à se foutre ouvertement de nous, on va finir par trouver comment se passer d'eux.

BAD

05/07/2019 à 00:11

Je viens de parcourir de nombreux avis et je suis moi-même auteur de BD. Je vais donc parler de ce que je vis dans le métier, ce qui pourra peut-être éclairé un peu le sujet de la rémunération des dédicaces.
J'ai travaillé pendant plus de 12 mois sur un album très technique, de par son sujet, mais aussi, de par mon graphisme puisque je suis un dessinateur réaliste ; dans la veine "Largo Winch", "XIII", "Michel Vaillant", pour vous situer mon coup de crayon...
J'attaquais mon travaille vers 7h00 du matin, pour finir, grosso-modo, vers 22h30, voir 23h00. Du lundi au vendredi, car le samedi et dimanche y compris les jours fériés, je levais un peu le pied mais pas trop, pour ne pas prendre de retard sur le délai de réalisation imposé par l'éditeur. Une vie de dingue, où les amis et la famille y ont une toute petite place. Tout cela, pour le formidable salaire de 600 euros environ, par mois. En effet, avec le dessin réaliste, qui est une école de travail exigeante, complexe à mettre en place, plus, toute la doc à ingurgiter pour être efficace et qui devient vite chronophage, je tournais à 3 planches par mois. Arriva donc ce qui devait arriver : 10 mois pour boucler l'album, délai trop court pour ce type de boulot, j'ai pris du retard sur le délai. Je m'en suis expliqué avec moult déférence et humilité, le directeur de collection m'a fait un peu la gueule, mais sans plus... Sauf qu'au bout de quelques temps, lorsque je me suis aperçu que la personne nommé à la colorisation faisait tout et n'importe quoi, j'ai commencé à m'insurger. Normal, lorsque l'on passe autant de temps devant sa planche à dessin et que quelqu'un de la boîte vous fusille le travail, ça à le mérite de vous crisper quelque peu. Pas de panique me suis-je dit, j'ai un contrat d'auteur, qui m'autorise en plus à changer de coloriste, autant le faire puisque je ne suis pas satisfait du travail. Résultat, l'éditeur m'a dit "pas de problème, t'es en retard sur le délai, la personne à la colorisation reste, mais c'est toi qui saute" !
On m'a donc viré, l'album a été finit (à 10% restant...) par un autre dessinateur, je me suis retrouvé du jour au lendemain au RMI et j'ai même failli finir à la rue. Mon contrat d'édition n'a pas été respecté, le pot de fer gagne toujours contre le pot de terre. Bref, si on veut continuer à créer dans ce pays, on la met en veilleuse, on produit comme un malade même si c'est pour faire de la bonne grosse daube et tout le monde est content ! C'est pas formidable la démocratie ? Alors forcément, en passant par tout ça, je me dis qu'avant la rémunération pour des dédicaces, il serait déjà pas mal que les droits des auteurs sur les contrats, leur avis professionnel, soit respectés par les éditeurs. On ne brise pas les reins de quelqu'un ou sa vie, juste parce-qu'il est en désaccord avec les désidérata du staff éditorial ! C'est ubuesque...
Ha oui, j'allais oublier, qui est l'éditeur ?... roulement de tambour... les éditions Glénat !!!

Manu

02/09/2021 à 22:47

Franchement si tu ne peux pondre que 3 planches en 1 mois (peu importe le style, aussi "complexe" soit il) c'est que tu n'es pas fait pour le métier

je suis moi même auteur de BD (plutôt style Marcinelle mais c'est pas non plus des trucs torchés en 5 minutes). Même en glandant, je fais une planche en 2 jours. 3 si c'est super complexe et encore.

Bref, si je bossais à fond de mon potentiel, je peux réaliser un album entier en 3 ou 4 mois maxi. Et à vrai dire on est nombreux dans ce cas là.

Après je reconnais volontiers que dessiner dans un style réaliste à la "Alix" ou "Largo Winch" demande plus de temps, mais quand même. Faut pas une semaine pour faire une planche non plus, aussi complexe soit elle. T'es ce que j'appelle un dessinateur "appliqué" mais au final pas le style de dessinateur fait pour la BD du coup

wiwi

03/09/2021 à 11:09

Bravo de tenir ce rythme, cher collègue! J'imagine cependant que vous travaillez avec un scénariste ? Comment quantifier le temps de conception, les story, les recherches de perso, de décor ? Faire 3 pages par semaine d'une série avec des persos et environnements qu'on maitrise, oui c'est facile, mais quid de ceux qui entament un projet ? Y a t-il une BD qui vaut plus que l'autre, ou doit on être tous soumis à la productivité, ce qui revient à en nier la dimension artistique ? Il y a plein de Romans grphiques dont on peut imaginer que la moindre planche prend une semaine oui. Les pages de Barbe ou de M-A Mathieu demandaient peut-être juste un jour de dessin, mais combien de story et découpages pour en arriver là ?

Bref, il n'y a pas une vérité.

Manu

03/09/2021 à 13:01

Non je travaille seul, je suis mon propre scénariste et mes BD demandent aussi pas mal de recherches en amont. (C’est au final ce qui prend le plus de temps quand j’entame un nouvel album). Je fais tout, dessin, décors, texte et le plus souvent aussi les couleurs. (Toutefois quand je disais qu’il me faut « seulement » 3 ou 4 mois pour faire un album complet je ne parle que du dessin, encré, ça va de soi. Sans la couleur donc).

Après, oui c’est vrai, il est plus facile de dessiner un environnement qu’on connaît, des personnages qu’on dessine depuis toujours, etc…bref, de rester dans son univers c’est plus facile. Mais je pense que cela ne fait pas tout. Il y a simplement des dessinateurs qui sont très « graphiques » et dessinent vite et bien (ce qui, sans prétention est mon cas). J’en connais d’autres, même des dessinateurs très connus, ils leur faut déjà 10 minutes pour faire une ébauche d’un personnage… et en dédicace. Partant de là, j’imagine la productivité…

Je pense que simplement on est tous différents. Certains arrivent à dessiner vite et bien parce que c’est dans leur nature, ils ont toujours dessiné comme ça, avec aisance, et pour d’autres, on est plus proche du dessin « appliqué » qui prend plus de temps. Ca ne s’explique pas, c’est comme ça. C’est comme en animation, en général les mecs ont un dessin plus spontané, donc plus rapide. Je pense que ça vient aussi de ses habitudes depuis qu’on dessine.

Personnellement je suis toujours étonné de voir un dessinateur BD s’appliquer comme s’il faisait un dessin d’art, en dessinant son personnage avec plein de petits traits et d’hésitations alors qu’habituellement beaucoup fond ça en 4 traits, vite fait, sans hésitation et c’est nickel. C’est une manière de travailler qui est différente mais peut être ont-ils plus ça dans le sang, alors ça sort plus facilement que le gars qui sait dessiner mais doit quand même s’appliquer pour cela. Hélas la BD demande une certaine productivité, c’est pourquoi, comme je le disais, ce n’est pas un métier adapté aux dessinateurs « appliqués ». Ce n’est pas rentable pour eux, ils passent trop de temps sur une planche.

Après il y a aussi la méthode de travail. Personnellement ça fait un moment que j’ai abandonné la manière « traditionnelle ». Je réalise toutes mes cases séparément sur des feuilles volantes. Je suis plus spontané et comme je n’ai pas peur de foutre en l’air ma planche (qui n’existe plus en tant que telle du coup) à cause d’une case ratée, ça me stresse moins et au final je me plante moins souvent et donc je travaille plus vite. Cette technique m’a beaucoup aidé car avant j’avais le « syndrome de la planche bien faite » comme une unité qu’est la planche dans son ensemble. Aujourd’hui, je m’en fiche, seul le résultat compte. Donc je travaille façon puzzle et je réassemble tout ensuite sur Photoshop. (J’ai vu d’ailleurs que nous sommes de plus en plus nombreux à travailler de cette manière. Comme David De Thuin par exemple) Enfin, j’utilise des crayons inactiniques, ce qui m’épargne aussi l’étape longue et laborieuse du gommage. Je peux scanner directement mes dessins encrés

J’ai donc développé une technique, une méthode de travail qui me permet de travailler rapidement et sereinement, sachant qu’en plus à la base, je suis déjà plutôt rapide.

Je pense que BAD devrait trouver sa méthode de travail, qui lui convienne et lui permette de rester aussi qualitatif mais en étant plus productif.

Après,y a t-il une BD qui vaut plus que l'autre, ou doit on être tous soumis à la productivité, ce qui revient à en nier la dimension artistique ? Non, je ne le pense pas. Mais là nous ne sommes plus dans la discussion de comment être productif sans se stresser et sans sacrifier la qualité pour autant. Comme je l’ai dit, je pense que cela vient de deux facteurs : sa propre facilité naturelle à dessiner rapidement (et bien) et trouver sa méthode de travail. Si ce n’est pas le cas, forcément ça devient plus compliqué.

Enfin, pour répondre à votre dernière question, oui il y a des planches qui peuvent prendre une semaine mais ce n’est pas TOUTES les planches d’un album. Dans un album on a toujours 4 ou 5 planches plus complexes que d’autres qui demandent plus de temps parce que grand décors, poses complexes, etc…Mais on peut se « rattraper » sur le reste. Faire une planche en 1 semaine, revient en gros à faire 1 case par jour. Honnêtement ça me dépasse. Il ne faut pas une journée pour dessiner un personnage en plan américain. On peut consacrer une journée à une demie planche particulièrement complexe et fournie en détail, mais plusieurs jours…Franchement j’avoue ne pas comprendre comment c’est possible.

Regardez des dessinateurs comme Alexis Nesme. C’est en couleurs directes, c’est bourré de détails, etc…chaque case c’est une illustration à elle seule. Et pourtant il est productif si on compare à la somme de travail que demande la réalisation de ses albums. Et sans tomber dans cet exemple extrême, du temps des périodiques (Journal Tintin, Spirou qui existe encore, etc…) les dessinateurs arrivaient bien à pondre 3 planches par semaine sans souci. Aujourd’hui les auteurs qui sortent un album par an sont légions aussi. Et si c’est seulement un album par an, c’est par ce que c’est une limitation de l’éditeur, mais beaucoup peuvent techniquement en réaliser 2 par an.

Je sais pas…Je suis de la vieille école, j’ai principalement connu l’ancienne génération des dessinateurs de chez Spirou et les mecs étaient plutôt productifs. Les auteurs qui aujourd’hui prennent leur temps c’est parce qu’ils sont plus âgés et/ou se reposent sur le succès de leur série donc s’en fichent un peu d’être plus réguliers dans les sorties. Mais les Wasterlain, les Derib et tous ceux de cette génération arrivaient à sortir facilement 2 albums par an. Et c’était autrement plus détaillé que les BD « humour » nullisimes qu’on peut voir aujourd’hui où le décor se résume à un fond de couleur et les personnages, souvent dessinés avec le minimum syndical.

Alors, c’est triste pour les gens de talents, il y en a beaucoup, mais je crois vraiment qu’on est fait pour la BD ou pas. Tout comme on l’est pas pour l’animation ou l’illustration, la peinture, etc... La base reste le dessin, mais la manière de travailler, les impératifs, etc… Ne sont pas les mêmes. Chacun son truc en fait. Par exemple, autant je m’estime bon dessinateur, autant je suis un peintre médiocre. J’en ai conscience donc je me suis plutôt tourné vers la BD et l’illustration jeunesse. Logique. J’ai laissé la peinture comme loisirs. Parce que je n’ai ni la technique ni la « mentalité » peintre à vrai dire. Donc par rapport aux « vrais » peintres, je ne vaux pas tripettes. Je n’essaie donc pas de m’imposer dans un domaine où je sais que ne peux pas concurrencer les autres. A l’inverse, j’ai vu des peintres s’essayer à la BD, c’était une catastrophe. On peut donc être bon dans sa discipline et pas dans les autres mêmes si elles sont proches.

Bref, la seule vérité est que la BD demande une certaine rapidité d’exécution (sans sacrifier la qualité). Si on ne peut pas la fournir parce que son style ou sa méthode de travail ne le permet pas, alors je pense que l’on est pas fait pour ce média. Vincent Dutrait par exemple l’a bien compris. Il s’est essayé à la BD mais a vite pigé que sa technique ne lui permettrait pas d’être productif, sans parler du style un peu rigide de son dessin. Il ne serait donc pas « rentable ». Au final, il est mieux dans l’illustration et ça lui convient à mon avis aussi, mieux. (Autant par rapport à sa technique, son style que sa méthode de travail).

Pourquoi Patrice Pellerin n’est pas capable de sortir un album en moins de 5 ans voire plus quand Jean Yves Delitte, pour une qualité équivalente, est capable d’en sortir au moins un par an ? On en revient au fond du problème et à ce que je disais au début de ce message.

C’est pourquoi je pense qu’on ne doit pas s’obstiner sur un média qui ne nous correspond pas. On peut se faire plaisir si on veut faire une BD pour l’expérience, mais après il faut être lucide aussi et sur ses capacités et sur le métier. Après c’est un choix personnel mais il ne faut pas non plus venir se plaindre de s’obstiner dans un domaine où les autres font aussi bien que vous en 3 fois moins de temps. Parce que la BD c’est certes un art, mais aussi un business et dans le business, nos considérations artistiques pèsent hélas peu de poids

Em

06/07/2019 à 10:06

Eurg, vous portez fort bien votre pseudo.
« Les éditeurs gagnent à peine 20% du prix misérable du livre »
Hahahhahaha!!! Et l’auteur standard lui, 8%
Connaissez-vous les prix proposés aux auteurs pour un album? Savez vous ce que « rapporte » à un auteur un an de sa vie à créer une bd qui ne rapportera que 20% du prix misérable du livre??

Vous me répondrez sans aucun doute qu’on a cas trouver un vrai métier.
Et à vous lire, c’est presque à souhaiter.

Mcb

07/07/2019 à 00:01

Mr Glénat, vous ne manquez pas d'air ! "C'est contre nature de payer les auteurs qui dédicacent ?"
Mr Glénat, ça s'appelle comment de faire travailler des gens gratuitement et de ramasser le fruit de leur labeur ?
Mr Glénat, vous ne voulez pas un fouet pour obtenir plus de rendement ?

BAD

07/07/2019 à 01:24

Le problème dans ce métier, c'est qu'il n'y a pas de véritable solidarité entre auteurs. C'est un job d'individualiste. Tout le monde à peur de ne plus trouver de contrat chez les éditeurs. Lorsqu'un auteur est accablé par les évènements, tous les autres se disent "Oh, le pauvre ! Il n'a pas de chance...", mais ça ne va pas plus loin, chacun priant pour que ça ne lui arrive pas un jour. Les conditions de contrat se durcissent de plus en plus, contrairement à ce que l'on entend dans les médias il y a de moins en moins de lecteur, surtout chez les plus jeunes, même si depuis quelques années la gente féminine est beaucoup plus présente dans les rayons BD. Les années qui viennent vont être terribles ; au mieux, tu as un autre boulot indépendamment de la BD et ça roule, au pire, tu ne trouve plus d'éditeur et tu abandonnes le métier. L’hécatombe que ça va être… l’hécatombe ! Car s'en sortir juste en faisant de la BD, c'est impossible, sauf si on aime les nouilles à tous les repas, rester reclus chez soi pour ne pas trop dépenser et vivre en dehors de la marche de la société. Quant à l'auto-édition, cet espèce d'eldorado fantasmé, c'est pire. Tout au plus on peut espérer gagner entre 200 et 400 euros par mois, si tout va bien sur les festivals BD en terme de vente. Ce n’est pas du pessimisme, c’est juste la réalité, certes, ça n’est pas très glamour, mais ça fait bien longtemps que la BD n’est plus un métier. De toute façon, en tant qu’auteur, vous êtes soumis aux lois du marché et on vous fait vite comprendre que si vous n’êtes pas content, il y en a 50 qui attendent derrière la porte...

BAD

07/07/2019 à 01:40

Dernier point et non des moindres ; si vous voulez toucher des droits d'auteur (un pourcentage sur chaque album) sur les ventes, il vaut mieux atteindre les 50.000 exemplaires écoulés. Ce qui, avec la surproduction actuelle, est quasiment impossible. Sauf, énorme coup de bol, le public vous découvre et fait votre succès. Autant jouer au Loto, on a plus de chance de gagner le "gros lot"... Bref, en plus de dix ans de métier, je n'ai jamais touché un seul centimes d'euros de droit d'auteur ! Et je ne suis pas un cas isolé dans la profession. Pourtant, mes ventes d'albums sont très honorables, mais c'est le système qui veut ça. D'ailleurs, peu importe vos ventes ; si vous êtes un auteur dont les albums partent bien auprès du public mais que vous n'en faites qu'un tous les deux ans, l'éditeur préfèrera garder l'auteur dont les ventes seront peut-être médiocres, mais capable de pondre deux albums par an !

Captain Kérosène.

13/07/2019 à 05:05

Les artistes devraient faire payer la dédicace, tout simplement. Comme le font les dessinateurs américains qui les mettent aussi parfois aux enchères.
Surtout que les festivals sont aussi visités par "des pros" qui revendent immédiatement la dédicace sur ebay ou sont organisés pour empêcher les autres d'en avoir (sacs posés dans les files d'attente).
Et puis, enfin, un dessin c'est quelque chose, quoi ! Ce n'est pas anodin. Si les auteurs eux-mêmes considèrent que cela n'a aucune valeur, pourquoi les éditeurs ne feraient pas de même à plus vaste échelle ?
Faire payer les dédicaces serait une manière de récupérer une partie de la plus-value que prend le livre orné d'un dessin inédit et une compensation au fait de devoir rester assis à une table pendant des heures à dessiner pour des gens qui souvent ne vous adressent même pas la parole et estiment qu'une dédicace est un droit.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Rassemblement de l'édition indépendante internationale à Pampelune

Les Assises internationales de l’édition indépendante auront lieu cette année du 23 au 26 novembre. Organisées par l’Alliance internationale des éditeurs indépendants et l’Association des éditeurs indépendants de Navarre (EDITARGI), elles sont un des rassemblements importants de l’édition indépendante annuelle. Réunissant des actrices et acteurs de tous les continents, elles permettent notamment chaque année d’établir collectivement un portrait de l’édition indépendante mondiale.

16/09/2021, 11:03

ActuaLitté

Directrice générale de Points : Cécile Boyer-Runge d'Editis à Seuil, destin connu 

ActuaLitté avait appris en avril dernier que Cécile Boyer-Runge avait quitté le groupe Editis : ancienne présidente de Robert Laffont, nommé en 2020, elle était passée secrétaire générale du groupe. Mais des projets personnels l’appelaient vers d’autres horizons. Il s’agit d’intégrer le groupe Média Participations, propriétaire de Seuil-La Martinière.

15/09/2021, 17:11

ActuaLitté

À nous la terre ! Les auteurs engagés “pour demain” avec le WWF

Neuf plumes contemporaines, françaises et étrangères joignent leurs voix pour témoigner de leur amour de la nature. Les bénéfices de ce livre caritatif au contenu inédit en poche seront intégralement reversés à WWF France. Catherine Cusset, Erri De Luca, Jean-Baptiste Del Amo, Sonja Delzongle, Luc Lang, Carole Martinez, Ron Rash, Jean-Christophe Rufin, Monica Sabolo, le tout préfacé par Isabelle Autissier : À nous la Terre marque l’engagement de ces auteurs « pour demain ».

13/09/2021, 17:35

ActuaLitté

Les Presses de la Renaissance deviennent une collection de Plon

Créé en 1997, Les Presses de la Renaissance se sont attelés à proposer des livres « pour construire l’homme », répondant aux questionnements humains et à la quête de sens. La maison d'édition se transforme et devient une collection au sein des éditions Plon. C'est Valérie Rossellini qui prend la tête de cette nouvelle aventure qui offrira un premier catalogue de 11 auteurs, dont Valérie Rossellini elle-même.

13/09/2021, 16:02

ActuaLitté

Pif : un illustré aux gadgets légendaires

Créé il y a un peu plus de 50 ans, le journal Pif a révolutionné la presse pour enfants. Rempli de bandes dessinées, de jeux, d’interviews et d’articles, il contenait surtout un bonus qui a fait une grande partie de sa réputation : un gadget ! Véritables pifophiles ou acheteurs occasionnels, nous avons tous (au moins) un gadget Pif qui nous a marqués, quelle que soit notre génération... 

13/09/2021, 10:11

ActuaLitté

S'engager dans la sauvegarde des animaux, et d'une faune fragile

« La France est directement concernée par la préservation de la biodiversité. Plus que jamais, alors que nous progressons chaque année davantage dans la 6e grande crise d’extinction des espèces », indique Sébastien Moncorps, directeur du comité français de l’UICN. Pour sensibiliser le public et l’amener à réagir, un ouvrage, Faune Fragile, est signé par Florian Kirchner, avec des illustrations de Sandrot. 

10/09/2021, 16:36

ActuaLitté

Susanna Clarke, prix Women's Prize for Fiction, publiée chez Robert Laffont

Le prix Women's Prize for Fiction a récompensé cette année Susanna Clarke pour son roman Piranesi. On y déambule avec Piranèse dans sa maison aux pièces et couloirs infinis où est emprisonné un océan. Piranèse écrit ses errances dans son journal et va faire la rencontre de quelqu'un qui vit aussi dans cette cité enfouie : l'Autre. La traduction française, par Isabelle D. Philippe, Piranèse, sera publiée par les éditions Robert Laffont le 7 octobre prochain.

10/09/2021, 14:33

ActuaLitté

Censurée par un éditeur, une BD sur les violences policières finalement publiée

L'auteur et illustrateur Remedium aura finalement le plaisir de voir sa bande dessinée Cas de force majeure, consacrée aux violences policières, publiée. Mais pas par l'éditeur d'origine : les éditions des Équateurs avaient annulé la parution, considérant qu'elle pourrait froisser Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur. Les éditions Stock feront finalement paraitre l'ouvrage.

09/09/2021, 11:50

ActuaLitté

Une Tour Lefebvre Dalloz à La Défense à l'automne 2022

Le premier acteur de l’édition et de la formation juridique et fiscale en France sous la marque Lefebvre Dalloz, Lefebvre Sarrut, prend à bail la totalité de l’immeuble AKORA, propriété d’Elysées Pierre. Les 1300 collaborateurs de Lefebvre Sarrut travaillant en Île-de-France y seront regroupés à l’automne 2021, date de livraison du nouveau bâtiment flambant neuf.

 

 

09/09/2021, 11:34

ActuaLitté

Le cycle romanesque d'Albert Cohen dans un coffret collector 

Décédé le 17 octobre 1981 à Genève, l’écrivain Albert Cohen aura légué le splendide Belle du Seigneur, dont la rédaction débuta dans les années 30. Mais la publication n’intervint qu’en 1968. Sur l’influence de Gaston Gallimard, certains passages en furent d’ailleurs coupés pour figurer dans un autre ouvrage, Les Valeureux, paru l’année suivante. Commémorant le 40e anniversaire de sa disparition, un coffret collector est à venir.

08/09/2021, 16:59

ActuaLitté

Sfar, Pratt, Manara, Mirales : 30 auteurs fêtent les 75 ans du Petit Prince

EXCLUSIF – Le 75e anniversaire du Petit Prince sera célébré dans quelques jours avec une double publication. Entre la sortie aux États-Unis en 1943, et celle survenue en France trois ans plus tard, le succès ne s’est depuis jamais démenti. 14 millions d’exemplaires vendus en France, cinq millions par an dans le monde, les aventures du renard, de la rose et du blondinet ont conquis les lecteurs. Lesquels méritaient bien de prendre part à la fête.

07/09/2021, 12:28

ActuaLitté

10 vidéos et un podcast en 22 épisodes pour raffoler de la rentrée littéraire

Évènement immanquable de la fin d’été, la rentrée littéraire rassemble cette année 50 titres des maisons d’édition du groupe Editis à retrouver sur Lisez.com.

06/09/2021, 12:08

ActuaLitté

LVMH achète Citadelles & Mazenod pour le lier à Connaissance des Arts

Le groupe LVMH, propriété de Bernard Arnault, annonce l'acquisition de la maison d'édition de beaux-livres Citadelles & Mazenod, qui propose des ouvrages d'art de luxe. L'éditeur sera rapproché de la revue spécialisée Connaissance des Arts. Matthieu de Waresquiel restera directeur général de Citadelles & Mazenod au sein du Pôle Arts du Groupe LVMH, chargé de développer ses activités d'édition.

06/09/2021, 11:32

ActuaLitté

Riad Sattouf et Vincent Lacoste signent une nouvelle bande dessinée

« C’est avec beaucoup de joie et d’émotion que Vincent et moi vous annonçons la sortie le 4 novembre prochain, de notre bande dessinée : Le jeune acteur, aventures de Vincent Lacoste au cinéma . » En effet, Riad Sattouf était manifestement très emballé à l’idée de dévoiler cette nouvelle aventure éditoriale. Et son éditeur, Les Livres du future, en dévoile les grandes lignes !

06/09/2021, 11:27

ActuaLitté

Les éditions Dupuis renforcent leur équipe éditoriale en cette rentrée

Cartables sur le dos, les écoliers ont repris le chemin des écoles et pour la maison du groupe Média Participation, la rentrée rime avec nouvelles troupes. Ainsi, la structure annonce un renforcement de son équipe éditoriale.

03/09/2021, 16:32

ActuaLitté

Patrice Évenor nommé directeur général des éditions Thierry Souccar

Thierry Souccar Éditions annonce la nomination de Patrice Évenor au poste de Directeur Général, à compter du 1er septembre 2021. Dans sa nouvelle fonction, il assurera le développement stratégique de la maison d’édition, fondée en 2007 par Thierry Souccar.

03/09/2021, 15:57

ActuaLitté

Histoire, littérature et journalisme : RetroNews la revue, partenariat entre Lattès et la BnF

Depuis 2016, RetroNews, le site de presse de la Bibliothèque nationale de France, permet de naviguer à travers trois siècles d’archives de presse (1631-1950), soit 1500 titres de presse française et 15 millions d’articles numérisés, accompagnés de contenus spécifiquement rédigés par des historiens, des journalistes et des écrivains. Dans une période où prospèrent faits alternatifs et contre-vérités, RetroNews s’appuie sur la recherche et les sources historiques pour raconter le passé et éclairer le temps présent.

03/09/2021, 14:26

ActuaLitté

Le Chevalier noir enfile cape et masque pour un Mois Batman à Paris

Bien que depuis ces derniers mois les chauves-souris ont mauvaise réputation, la figure iconique de Batman sera, elle, honorée du 1er au 18 septembre. Rendez-vous annuel de tous les fans du chevalier noir, le « Mois Batman » propose des activités — et cette année, pas des moindres : la Batmobile elle-même, de multiples évènements et la vente de nombreux produits dérivés. Il est donc temps pour les fans de connaître, dès à présent, le menu des festivités.

01/09/2021, 16:35

ActuaLitté

Shed Publishing : un éditeur pour “dépasser l’impensé”

Née en 2020, Shed publishing est une toute jeune maison d’édition indépendante, basée à Marseille. Elle entend publier des essais critiques, des écrits théoriques, ainsi que de la littérature jeunesse. La maison d’édition est un espace de débat des enjeux sociaux contemporains et de leurs dimensions urbaines, spatiales, politiques, artistiques, symboliques et historiques.

01/09/2021, 12:24

ActuaLitté

Fabrique de la présidentielle : une revue éphémère, dans les coulisses

Période délicate pour la vente de livres, l’élection présidentielle crispe et tend le marché traditionnellement. De ce constat, répété encore et encore, les éditions Robert Laffont proposeront à partir de novembre une revue éphémère. Une approche similaire à la revue America, initiée par François Busnel, Éric Fottorino et Julien Bisson, qui suivait le mandat de Donald Trump, Deux mille vingt-deux, La Fabrique de la présidentielle durera quelques mois.

01/09/2021, 08:49

ActuaLitté

Une romancière, Irlandaise de 23 ans, à la recherche de ses lecteurs

Dans le Comté de Down, en Irlande du Nord, une jeune étudiante a publié son troisième livre, The Wonders of Life List, plus tôt ce mois-ci. Et ce, en tant qu’éditrice indépendante. Tout juste âgée de 23 ans, Gabrielle McMaster, qui avait signé par le passé avec Zenith Publishing, a décidé de prendre les choses en main, dans l’optique de s’assurer une connexion plus directe avec son lectorat.

01/09/2021, 07:38

ActuaLitté

Lise Boëll prend la direction des éditions Plon

Qui dit rentrée littéraire, dit mercato dans les maisons d’édition. Ayant quitté dans un doux fracas les éditions Albin Michel, suite à l’affaire Zemmour, l’éditrice Lise Boëll va prendre la direction des éditions Plon. Elle sera accompagnée par d'anciens collaborateurs de la maison de la rue Huygens, Estelle Cerutti et Mickaël Palvin, à compter du 11 octobre. Quelques points contractuels étaient en effet à régler.

31/08/2021, 11:09

ActuaLitté

Points veut redonner une chance aux classiques, avec une nouvelle collection

Le 7 octobre, Points lance sa nouvelle collection Points classiques, dirigée par Vincent Casanova. Alors que Points n’avait jusqu’alors aucune collection dédiée aux ouvrages du patrimoine littéraire francophone, voici venu le vent du changement. Découvrez dès à présent les quatre premiers titres…

30/08/2021, 16:50

ActuaLitté

Le grand retour de Kazuo Umezu, après 26 ans !

Après des années sans proposer un nouveau manga à ses lecteurs, voilà que Kazuo Umezu fait trembler le monde du manga d’horreur. Le dernier tome de Fourteen remonte à 1995 – et demeure sans traduction française pour le moment. Or, Umezu s'est exprimé sur son site officiel révélant son intention de finaliser un nouveau projet, sur lequel il travaille depuis quatre ans...

30/08/2021, 15:57

ActuaLitté

Solenn de Royer révèle Le Dernier Secret de Mitterrand : un amour “à huis clos”

Pour la rentrée littéraire, les éditions Grasset annoncent la sortie du livre de Solenn de Royer : Le Dernier Secret. Un ouvrage centré sur la dernière relation de François Mitterrand… avec une jeune étudiante. À découvrir en librairie dès le 6 octobre prochain. 

30/08/2021, 12:15

ActuaLitté

La Princesse qui rêvait d'être une petite fille, un roman illustré par des images et chansons

L'écrivain et parolier Jérôme Attal, la chanteuse et compositrice Élise Reslinger, les arrangeurs Simon Louveau et Léandre Villechaise et l'auteur de BD et illustrateur Fred Bernard se sont réunis pour signer un roman illustré, La Princesse qui rêvait d'être une petite fille : Sauvons les abeilles. Le titre paraîtra le 8 octobre au Label dans la forêt.

30/08/2021, 11:28

ActuaLitté

L’écrivain national par temps de mondialisation : portraits...

« Pas de véritable nation sans littérature, pas de véritable littérature qui ne soit nationale », affirme Anne-Marie Thiesse dans l’ouvrage qu’elle consacre à la fabrique de l’écrivain national français. C’est avec cette accroche qu’est amorcé un appel à texte – contribution en français ou anglais – à faire parvenir avant le 1er janvier 2022. Elles comprendront un résumé d’environ 350 mots, un titre provisoire, vos coordonnées, l'affiliation institutionnelle et une courte notice bio-bibliographique (150-200 mots). La sélection des propositions de contribution aura lieu début 2022 et celle des textes intégraux à l’automne 2022, pour une publication envisagée des articles retenus dans un ouvrage bilingue en 2023.

30/08/2021, 09:46

ActuaLitté

Insa Sané : une bande-son inédite pour son roman Cité Les Argonautes

On l’a connu comme écrivain, mais la musique jusque dans ses romans, n’était jamais bien loin. Avec la nouvelle série inaugurée chez Milan, Cité Les Argonautes, Insa Sané profite des pages pour apporter du son. Une nouvelle collaboration avec l’éditeur, autour d’une histoire de collégiens, qui se double d’une bande-son, pour le premier tome. Et pour chacun des cinq autres à venir.

27/08/2021, 16:44

ActuaLitté

Faction !, des livres qui “travaillent la noirceur du monde”

Pour inaugurer cette rentrée littéraire, les éditions In8 accueillent une nouvelle collection pour leur jeune public (12-14 ans) : Faction ! Cette dernière regroupera des ouvrages jeunesses qui abordent, sans aucune mièvrerie, des questions sociétales, contemporaines, qui sont trop souvent attribuées, à tord, aux adultes. Fini d’entendre les fameux « Tu comprendras quand tu seras plus grand », avec Faction !, comprendre c’est maintenant. A découvrir en librairie dès le 7 septembre.

24/08/2021, 15:33

ActuaLitté

Sociologia : la société en questions, nouvelle collection chez Armand Colin

Sociologia proposera, à compter de la rentrée, « des livres éclairants, toujours scientifiquement bien informés, pour explorer et décrypter les principaux aspects de la vie sociale », indique les éditions Dunod. De quoi travailler sur les sujets qui font débat comme ceux qui nourrissent l’actualité – en la matière, rien ne manque actuellement. Cette nouvelle collection Armand Colin vise à en observer l’envers du décor. 

23/08/2021, 11:30

ActuaLitté

153 000 $ dépensés par le sénateur Ted Cruz pour acheter son propre livre

Le livre de Ted Cruz, One Vote Away: How a Single Supreme Court Seat Can Change History, a paru en librairies le 29 septembre 2020. Cette publication lui aurait valu un paiement anticipé de près de 320.000 $ de l'éditeur Regnery Publishing, montant utilisé pour financer sa campagne. Or, au cours des deux mois qui ont suivi la sortie du livre en question, une somme estimée à 153.000 $ aurait été dépensée afin d'acheter un nombre conséquent d'exemplaires de ce même livre...

20/08/2021, 16:55

ActuaLitté

Nouvelles éditions, événements... Harry Potter à l’école des sorciers a 25 ans !

En 2022, le premier tome de la saga Harry Potter de J.K. Rowling soufflera ses vingt-cinq bougies ! Un anniversaire de taille, que Bloomsbury compte fêter de manière grandiose ! Au programme, un plan du publication sur une année entière, avec une édition revisitée de Harry Potter à l’école des sorciers, et plus bien encore…

20/08/2021, 14:52

ActuaLitté

Québec : une augmentation inévitable du prix des livres ?

La pandémie a frappé le monde du livre de plein fouet, partout dans le monde. Dernière victime en date : le prix des livres au Québec, alors que les éditeurs du pays bataillent sur tous les fronts. Une explosion du prix du papier – surtout recyclé –, du carton et de l’encre, des imprimeries surchargées et incapables de tenir la cadence, des coûts de livraison exorbitants… À ce stade, plus de doute, les prix vont donc augmenter : mais quand ?

20/08/2021, 08:18

ActuaLitté

Les éditions Steinkis annoncent leur programme de la rentrée

Les éditions Steinkis, spécialisées dans les bandes dessinées, les romans graphiques, les livres d’humour et jeunesse illustrés, et les livres jeunesse, amorcent la rentrée littéraire. La maison vient d’annoncer plusieurs titres à paraître dans les mois à venir. 

19/08/2021, 16:05

ActuaLitté

Agir pour le climat : une lettre ouverte d'auteurs aux éditeurs

Alors que l’urgence climatique se précise chaque jour, une lettre ouverte, signée par plus de 100 écrivains et illustrateurs britanniques, a été adressée aux éditeurs et agents littéraires du pays. Cressida Cowell, Dara McAnulty, ou encore Piers Torday somment les maisons d’édition de s'engager à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et ce, conformément à l'Accord de Paris.

19/08/2021, 09:03

ActuaLitté

Russie : frappé par une loi homophobe, un album jeunesse interdit aux moins de 18 ans

Early One Morning, un album destiné aux enfants et signé par l'auteur américain Lawrence Schimel, avait suscité l’agitation en Hongrie, parce qu'il évoquait une famille avec des parents du même sexe. L'ouvrage a été traduit et publié en Russie. Tout comme en Hongrie, cet album n'a pas été publié par une maison d'édition traditionnelle, mais par la Fondation Sphere, qui milite pour les droits des personnes LGBTQ dans le pays.

18/08/2021, 16:15

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Pour les jeunes, la rentrée littéraire “n'a pas grand intérêt”

Moteur financier largement épaulé par les prix remis durant l’automne, la rentrée littéraire pèse lourd dans les finances de ses participants — les maisons de littérature blanche. Avec près de 500 romans publiés durant la période, l'attention est plus importante, et la période propice pour vendre. A condition que le public réponde présent.

18/09/2021, 16:37

ActuaLitté

Grèves renconduites en bibliothèques contre le Pass sanitaire

Les mouvements de grève se suivent et se rassemblent et se ressemblent, en bibliothèques. Le syndicat SUD Collectivités Territoriales Brest Métropole a diffusé ce 18 septembre un tract invitant à un débrayage ce 22 septembre à 12 h 30. Il interviendra cette fois-ci devant la médiathèque Jo-Fourn-Europe. Avec une nouvelle séance de lectures d’histoire pour enfants, débutée la semaine dernière à Bellevue. 

18/09/2021, 11:11

ActuaLitté

L'idée : vendre le livre de Zemmour, reverser l'argent en aide aux réfugiés

Avant même les premiers temps de ce livre, les commentateurs aiguisent leurs couteaux : manifeste politique – comme l'avait prétexté son éditeur sans en avoir pris connaissance ? Plaidoyer électoral ? Ou encore tout autre chose ? Depuis le divorce d’avec sa maison d’édition, Éric Zemmour a pris en charge la publication de son ouvrage, La France n’a pas dit son dernier mot. Vendre ou ne pas être vendu, telle est la question d’une libraire qui a tranché, d’une manière bien particulière.

18/09/2021, 10:44

ActuaLitté

ALCA Nouvelle-Aquitaine met en place un incubateur de l'édition

Pour mener à bien le rôle de valorisation et de soutien des professionnels que s'est donné ALCA, l'agence culturelle souhaite proposer un « incubateur des éditeurs et des éditrices ». Cet accompagnement à la structuration des entreprises qui se veut nouveau, est dédié aux porteurs de projets dans la phase de création de leur structure éditoriale. 

17/09/2021, 16:08

ActuaLitté

Un éditeur d'Ariège accusé de liens avec le djihadisme : Darmanin intervient

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a lancé la procédure de dissolution de « Nawa », une maison d’édition basée en Ariège. Motif : la diffusion de « plusieurs ouvrages légitimant le djihad ». « Sa ligne éditoriale est clairement anti-universaliste et en contestation directe des valeurs occidentales. Elle a diffusé plusieurs ouvrages légitimant le jihad », précise l’AFP qui a interrogé l’entourage du ministre.

17/09/2021, 16:06

ActuaLitté

Sorbonne Université inaugure sa bibliothèque numérique en accès libre

Après la Jubilothèque qui avait été mise en place en 2006, une nouvelle bibliothèque numérique patrimoniale de Sorbonne Université prend la relève, SorbonNum. Cette bibliothèque est dédiée aux sciences dite dures, à la medecine et aux aux sciences humaines. Déjà 1 800 documents disponibles pour les étudiants, les chercheurs, mais également le grand public.

17/09/2021, 15:42

ActuaLitté

Cannabis : “La prohibition a lamentablement échoué” 

Amplement critiqué pour ses positions sur la dépénalisation de drogues – au point d’être déchu de la citoyenneté d’honneur accordée par la ville de Vérone – Roberto Saviano en appelle une fois de plus à la réflexion. Dans les colonnes du Corriere della Sera, il demande un référendum, toujours avec les mêmes arguments : soustraire aux organisations mafieuses des millions d’euros issus de ce commerce…

17/09/2021, 11:29

ActuaLitté

Brésil : un atelier pour permettre aux autochtones de publier leurs histoires

Dans l’atelier KMÃNÃÑ HÊSUKA (« Fabriquer des livres »), les Xakriabá, peuple amérindien du centre du Brésil, ont appris les étapes du processus de publication afin de créer leurs propres publications. L’objectif : transmettre à travers l’écrit et diffuser à travers le livre, une voix autochtone. Cinq livres sortiront cette année à la suite du projet. Les sujets comprennent des chants de cérémonie, l’histoire orale, les techniques de travail du bois, et une biographie de l'un des principaux dirigeants de Xakriabá.

 

17/09/2021, 11:06

ActuaLitté

Frais de port : les librairies appelées en renfort contre le lobbying d'Amazon

Déposée le 15 juin à l’Assemblée nationale et renvoyée à la Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation, la proposition de loi adoptée au Sénat concernant les frais de port — entre autres — est portée par Aurore Bergé. Les premiers échanges interviendront à la Chambre d'ici une dizaine de jours. Or, ce texte, 4253, qui vise « à améliorer l’économie du livre et à renforcer l’équité et la confiance entre ses acteurs », fait l’objet de vives négociations en coulisses.

17/09/2021, 10:14

ActuaLitté

Pass sanitaire : “Le rôle social des bibliothèques est désavoué”

L’enquête auprès des personnels de bibliothèques qu’a initiée l’ABF a rencontré un certain succès. Si l’on compte près 20.000 agents publics dans les établissements, ils étaient plus de 1445 à avoir répondu en moins de 24 heures. Les données collectées confortent les premières analyses que nous communiquions hier. La présidente de l’Association des bibliothécaires de France, Alice Bernard, en tire elle-même quelques conclusions.

17/09/2021, 10:02

ActuaLitté

HarperCollins lance une intitiative pour soutenir les librairies indépendantes

La maison d’édition HarperCollins lance « Indie Initiative » (Initiative indépendante), pour soutenir les librairies indépendantes du Royaume-Uni. Cette campagne, qui comprendra quatre volets, est conçue pour aider les libraires nouveaux et indépendants dans l’industrie. Des avantages supplémentaires pour renforcer les ventes dans le secteur indépendant seront également offerts par la filiale anglo-saxonne.

 

 

16/09/2021, 16:38

ActuaLitté

Marie Fradette, directrice littéraire de la collection Romans aux éditions D'eux

Les éditions D’Eux (Québec) annoncent la venue de Marie Fradette comme directrice littéraire de leur nouvelle collection Romans. « Marie étudie, lit, analyse, critique et enseigne la littérature jeunesse à l’université Laval et à l’UQTR depuis une vingtaine d’années. Du roman au théâtre en passant par la poésie, elle s’intéresse à toutes les formes, fouille les nouveautés comme les classiques, reste à l’affût de ce milieu qui bouge vite et continuellement », indique la maison avec malice.

16/09/2021, 15:31

ActuaLitté

Boxeur, éditeur d'Easton Ellis, Carver ou DeLillo : Naples pleure une légende

Tullio Pironti n’est certainement pas l’éditeur italien le plus réputé en dehors des frontières. Originaire de Naples, issu d’une famille de libraires, il fut boxeur dans son jeune âge — 50 matches dans la catégorie des poids welters et sélectionné en équipe nationale. Il devint par la suite éditeur et propriétaire de la librairie historique Piazza Dante à Naples : un symbole de la vie culturelle dans le centre de la cité…

16/09/2021, 15:19

ActuaLitté

Un Webinaire sur l'histoire des bibliothèques en prison

Normandie Livre & Lecture organise le jeudi 25 novembre à 10h un webinaire autour de l’histoire des bibliothèques de prisons, de la Libération au début des années 80. 

16/09/2021, 15:09

ActuaLitté

Éditeurs et auteurs se partageront 26,7 millions € de photocopies

26,742 millions €, c’est le montant de la cagnotte que le Centre français d’exploitation du droit de copie va répartir entre éditeurs et auteurs. Il s’agit là des montants perçus auprès des établissements d’enseignement, entreprises ou administrations autorisées à photocopier des œuvres. En tout, 76.285 œuvres sont concernées.

16/09/2021, 14:04

ActuaLitté

Dilicom / Cyber Scribe : après la prise d'otage, les éditeurs “couteau sous la gorge”

La situation entre Cyber Scribe et Dilicom a définitivement viré à l’eau de boudin. « Et nous, petits éditeurs, ça nous met dans la merde, ce chantage pur et simple », s’agace une structure auprès de ActuaLitté. Il est vrai que depuis janvier dernier, la guerre des nerfs avait atteint son paroxysme… avant que Dilicom ne hisse un drapeau blanc. Une trêve de courte durée, comme le montre un récent email adressé aux éditeurs… David et Goliath, le retour.

16/09/2021, 11:58

ActuaLitté

Un prix spécial pour “la bibliothécaire favorite des États-Unis”

La National Book Foundation a annoncé le 8 septembre un prix spécial décerné à Nancy Pearl, pour service exceptionnel à la communauté littéraire américaine. Bibliothécaire de renom et ancienne directrice exécutive du Washington Center for the Book de Seattle, elle recevra son prix honorifique lors de la 72e cérémonie des National Book Awards, ce 17 novembre. C’est Ron Charles du Washington Post qui lui remettra son prix.

 

16/09/2021, 11:56

ActuaLitté

Baisse de fréquentation, incivilités : l'opposition des bibliothécaires au Pass sanitaire 

Un sondage mis en ligne ce 15 septembre par l’Association des bibliothécaires de France visait à répondre aux sollicitations, nombreuses et diverses. En l’espace de quelques heures, plus de 700 réponses sont parvenues. Évidemment, le sujet central est celui du Pass sanitaire et du contrôle des usagers à l’entrée des établissements. Épineux et plutôt intéressant, pour dépasser le clivage pour ou contre : un véritable instantané des ressentis terrains…

16/09/2021, 10:15

ActuaLitté

OPA : Vivendi lancé dans l'absorption complète de Lagardère

Amber Capital et Vivendi ont décidé de s’entendre sur les actions du premier, que le second a manifesté l'envie de racheter. En somme, Vivendi, selon le communiqué diffusé ce jour, reprendrait les 25,3 millions d’actions d’Amber, soit 17,93 % du capital, sur la base de 24,10 € par action. Ce qui, avec un bref calcul mental, permet de mesurer la somme qu’il faudrait demander à son banquier. Lequel pourrait sourire, quand on ne s’appelle pas Vincent Bolloré…

15/09/2021, 20:09

ActuaLitté

Les Immortels : une librairie située Quai de Conti pour l'Institut de France

Elle est installée à l’adresse du Quai de Conti où se trouve l’Académie française, et rejoint donc la bibliothèque Mazarine : en hommage à ses prestigieux voisins, elle est baptisée Les Immortels. Car elle partage avec eux des origines anciennes : une époque où les échoppes de libraires siégeaient en majesté. L’institut de France a désormais sa librairie, et son chancelier, Xavier Darcos, ne peut que s’en féliciter…

15/09/2021, 15:49

ActuaLitté

Une nouvelle histoire de Tennessee Williams publiée pour la première fois

Une œuvre de 1952 de l’auteur d’Un Tramway nommé désir (traduit par Pierre Laville aux éditions Robert Laffont), Tennessee Williams, a été retrouvée dans les archives de l’Université de Yale. Publié pour la première fois cette semaine dans le Strand Magazine, The Summer Woman se déroule en Italie, pays d’adoption du grand dramaturge tourmenté. Un universitaire américain revient à Rome régulièrement poursuivre une relation avec une Italienne et vit la montée de l’hostilité envers les Américains.

 

 

15/09/2021, 15:34

ActuaLitté

Wikipédia décliné en un sérieux jeu de société encyclopédique

Le partage de la connaissance et l’enrichissement collectif dudit savoir fondent les piliers du projet Wikipédia. L’encyclopédie participative, libre et ouverte, s’articule sur trois missions, déclinant son identité. Et après les livres imprimant les articles de l’encyclopédie, une nouvelle déclinaison s’en vient : le jeu de société Wikipédia.

15/09/2021, 13:34

ActuaLitté

Le Costa Rica instaure la lecture comme un droit essentiel dans la loi

Le président Carlos Alvarado vient de ratifier un texte visant la promotion de la lecture, des livres et des bibliothèques pour le Costa Rica. Une nouvelle démonstration du chef de l’État, convaincu d’un nécessaire engagement des pouvoirs publics dans la vie des citoyens. Et puis, celui qui revendiquait Ernest Hemingway dans ses influences (avec Pink Floyd !) devait bien intervenir pour favoriser la lecture.

15/09/2021, 11:47

ActuaLitté

Croissance du livre audio en Turquie : l'éditeur ABP Publishing en croissance

Éditeur de livres audio et numériques, ABP Publishing propose des ouvrages dans le monde entier, avec une centaine d’audiolivres édités chaque année. La structure diffuse également ses résultats intermédiaires du premier semestre 2021. Une tendance ? La croissance.

15/09/2021, 11:24

ActuaLitté

Manuels scolaires : une entreprise “massive et stupéfiante” de contrefaçon

Ô cruelle virevolte du sort taquin : en mars 2017, plusieurs gros éditeurs scolaires d’Amérique décidaient d’une union sacrée avec les distributeurs, pour lutter contre le piratage et la contrefaçon. Parmi ces acteurs, Pearson, côté édition, Chegg, côté distribution. Quatre ans plus tard, l’éditeur se retourne contre le distributeur, accusé de violation « massive » du droit d’auteur. Vous avez dit ironie ? 

15/09/2021, 10:53

ActuaLitté

Premier prix Goncourt, orignaire de Martinique, pas de bibliothèque pour René Maran

Mort en mai 1960, René Maran avait obtenu le prix Goncourt en 1921 avec Batouala, sous-titré alors « véritable roman nègre ». Un scandale alors, un succès pour Albin Michel son éditeur — qui a choisi de rééditer l’ouvrage, préfacé par Amin Maalouf. Mais la presse, vindicative et peu en phase, y voit la victoire d’un noir qui pour la première fois était en lice pour le Goncourt. Étonnamment, l’hommage prévu à Bacalan (Gironde), a lui aussi pris le large…

15/09/2021, 10:17

ActuaLitté

L'écrivain Édouard Limonov vengé par la Cour européenne des Droits de l'Homme 

Edouard Limonov, de son véritable nom Edouard Veniaminovitch Savenko, était un auteur russe, et membre fondateur du Parti national bolchevik. Dirigeant d’une coalition faîtière rassemblant l’opposition, il est décédé en mars 2020. La Cour européenne des Droits de l’Homme vient de lui rendre justice, en condamnant la Russie. En 2005, le pays avait décidé de dissoudre l’organisation de Savenko, et de faire taire l’opposition par conséquent…

14/09/2021, 16:15

ActuaLitté

Le poète et dramaturge Michel Garneau décédé à 82 ans

Le poète et dramaturge Michel Garneau est décédé ce lundi à l’âge de 82 ans dans la ville de Magog au Québec, a annoncé son éditeur, L’Oie de Cravan. Poète d’abord, puis dramaturge auteur d’une vingtaine de pièces, mais également homme de radio, il aura notamment inscrit l’art de l’improvisation au cœur de son œuvre théâtrale.

14/09/2021, 16:06

ActuaLitté

Le SNE se dote d'une société pour organiser le Festival du Livre de Paris

Maintenant que le futur projet événementiel du Syndicat national de l’édition a un directeur, il lui fallait bien une structure. Ainsi, une assemblée générale est prévue ce 30 septembre pour adopter la constitution de ladite société. Une Société anonyme, à Directoire et Conseil de Surveillance, pour l’heure baptisée FL Paris. F...L, F...L, F...L, comme la tour ?

14/09/2021, 15:39

ActuaLitté

Certificat Covid : le pass vaccinal obligatoire dans les bibliothèque de Suisse

Dès le 13 septembre 2021, suite à la décision des autorités fédérales, un certificat Covid (vaccination, maladie Covid-19 guérie ou test PCR ou antigénique négatif) et une pièce d'identité sont demandés à l'entrée des établissements du pays. Les quatre sites de la Bibliothèque de Genève diffusent un message commun pour alerter leurs usagers. 

14/09/2021, 15:03

ActuaLitté

Une correctrice aux Prud'Hommes pour obtenir la requalification de son emploi

Ce 16 septembre, le Conseil des Prud’Hommes devra trancher dans une affaire qui oppose les éditions Robert Laffont à une correctrice. Selon les informations communiquées par la CGT Livre, cette dernière aurait travaillé de nombreuses années sous le statut d’autoentrepreneur. Or, la convention collective dans sa célèbre Annexe IV impose un salariat.

14/09/2021, 14:45

ActuaLitté

Amazon : nouvelle politique salariale au Canada et embauches massives

Amazon continue son expansion et souhaite se rendre attractive. La preuve au Canada : le géant du commerce électronique annonce augmenter le salaire des travailleurs « de la première ligne » jusqu’à 21,65 $ l’heure, et prévoit d’embaucher 15.000 personnes supplémentaires. L’entreprise dirigée par Andy Jassy a besoin de main-d’œuvre pour soutenir son développement et profiter à plein de l’essor des achats en ligne.

14/09/2021, 12:11

ActuaLitté

De l'italien au monde : le Salon de Turin pour la traduction

Le Salon international du livre de Turin consacre un événement numérique aux traducteurs de l’italien. Il se tiendra le 24 septembre 2021 de 16 h à 20 h en ligne sur la plateforme numérique SalTo +. « La traduction est le système circulatoire de la littérature mondiale », affirme Susan Sontag. Et son importance est bien reconnue par le Salon international du livre de Turin, comme le rappelle le communiqué de presse.

14/09/2021, 10:25

ActuaLitté

Le manga représente 5,1 % des ventes de livres en librairies, sur 2021

Nous évoquions hier les ventes de mangas qui connaissent depuis le début de l’année des poussées de fièvre fulgurante. Évidemment, l’incidence du Pass culture destiné aux jeunes de 18 ans n’y est pas étranger. Mais la tendance en librairies mérite un coup d’œil prolongé.

14/09/2021, 10:21

ActuaLitté

Des Moomins au Hobbit : Tove Jansson, illustratrice de génie

Décrit avec force de détails comme savait si bien le faire l’auteur du Seigneur des Anneaux, et avant Peter Jackson, les Hobbits de la Comté ont été représentés par la dessinatrice, Tove Jansson, entre 1962 et 1973. La dessinatrice qui fut avant tout réputée pour ses Moomins – personnages pour enfants connus internationalement – eut l'envie de basculer du côté de l'Anneau de pouvoir...

13/09/2021, 17:19

ActuaLitté

Librairies : vendre plutôt des mangas pour la rentrée littéraire ?

Rentrée littéraire rime avec abondance de biens à proposer en librairie. Mais cette année, les libraires ne trouvent pas spécialement de gros moteurs de vente pour accompagner la disparition automnale de chlorophylle. Mais si les feuilles passent donc du vert au rouge, les résultats de vente demeurent bons. Et même en belle progression en regard de l’année Covid 2020 ou 2019. 

13/09/2021, 16:10