#Essais

Les Ensablés – Les origines de la Renaissance d'Émile Gebhart (1839-1908)

Elle raisonnait facilement sur la peinture italienne ou flamande, sur le moyen âge ou la renaissance. Le bal de Sceaux est une nouvelle publiée en 1830, dans laquelle Balzac nous donne la peinture admirable d’une époque, nouvelle dont la profonde leçon morale qui frappe Emilie de Fontaine a été méditée par tous ceux qui furent tentés de soumettre l’amour à un calcul social.

Le 20/12/2020 à 09:00 par Les ensablés

2 Réactions |

Publié le :

20/12/2020 à 09:00

Les ensablés

2

Commentaires

linkedin mail print
ActuaLitté

C’est donc dans cette courte citation que le mot de renaissance fait son entrée, avec une minuscule, dans la littérature. Vingt-cinq ans plus tard, Michelet intitule La Renaissance -avec une majuscule- le septième volume de son Histoire de France, dans lequel l’historien voit devant Charles VIII descendu en Italie, une colonne de feu qu’on appela Renaissance. Un évènement immense s’était accompli. Le monde était changé.

Quelques années encore et le terme trouve sa consécration en 1860 en faisant le titre du classique de Burckhardt : La civilisation de la Renaissance. Burckhardt et Michelet, ces deux  figures immenses, peuvent bien partager sur ce terrain le droit du premier occupant, mais juste après eux, et ce ne n’est pas rien de venir après ces deux géants, après eux vient Emile Gebhart dont je vous propose de faire la connaissance.

Par Antoine Cardinale


En passant par la Lorraine

Emile Gebhart naquit en 1839 à Nancy, ville paisible, dans ce monde de la bourgeoisie de province dont Balzac a tout dit. L’économie, le sens de la famille, le rang social vécu comme un treizième commandement, un patriotisme plus vif qu’ailleurs : c’est la physionomie morale de ce monde-là. Le général Drouot est de la famille. Il est le héros de Fleurus, de Somosierra, de Wagram et de la Moskowa, un de ces hommes qui survivant à l’Empire, semblaient sortir d’une légende, de ces hommes qui tout chenus et tout caducs qu’ils fussent, faisaient passer dans le cœur des images de bravoure et des tentations d’aventure : il semblait aux passants, en croisant cet homme dans les rues mélancoliques et froides de la capitale du bon roi Stanislas, que se faisaient entendre les hourras d’une charge et les buccins des triomphes. Auprès de ce vieil oncle, le jeune Emile respira le parfum de la Révolution, du Consulat et de l’Empire : il en faut moins pour prendre goût à l’Histoire.

Son père est un commerçant important et président du Tribunal de commerce ; il fait donc son droit à Paris tout en poursuivant des études de lettres. Reçu à l’Ecole française d’Athènes en 1861, son mémoire est distingué pour son style, mais cependant étrillé pour le peu de fond de ses travaux historiques. Ses hypothèses sur l’emplacement de l’Olympe véritable sont jugées très aventureuses. Il voit en artiste plutôt qu’en historien et on lui recommande davantage de rigueur ainsi qu’une meilleure maîtrise de ses sources. Il n’est donc pas le premier de la classe et la poésie lui est certainement plus chère que l’érudition. Sa tête est plutôt aux voyages et à l’aventure. Il fit partie de la dernière génération de poètes et de savants à avoir vu de Rome les ruines abandonnées, la glycine disjoindre les marbres glorieux et les grives nichant au forum de Trajan. Et le Tibre, l’antique dieu Tibre couché dans son lit de vase et de roseaux, il le connut aussi, avant que le progrès ne lui fasse un corset de béton. Au terme de ce Grand Tour, en quittant la Grèce, une de ces lettres porte cette sobre et magnifique notation : Je pars demain matin. Funérailles de ma jeunesse. Il a vingt-six ans.

Il revient à Nancy, s’inscrit au barreau de sa ville mais prend à plein temps un poste de professeur de littérature. Examinateur redoutable, craint de ses élèves, il a la charge de faire passer le baccalauréat en 1870, l’année terrible. Dans la ville de Nancy on peut entendre le roulement de la canonnade prussienne, tandis qu’en flots désolés les réfugiés entrent dans la ville. Les adolescents qui sont venus de Metz, de Thionville ou de Sarrebourg pour passer l’examen ignorent même s’ils pourront rentrer chez eux le lendemain. Le professeur Gebhart dicte le sujet de la composition, donne les consignes et les avertissements nécessaires et, superbe, sans rien concéder au grave cérémonial qui entourait en ce temps une épreuve du baccalauréat, leur annonce qu’ils seront tous, à cette heure grave de la patrie blessé, reçus d’office. Ceux qui ont vu ces choses ne les oublieront jamais écrivit de cet épisode un grand contemporain.

Il collabore aux revues parisiennes, publie beaucoup. Emile Gebhart n’est encore que professeur de littérature étrangère à Nancy et seul le titre d’ancien membre de l’Ecole française d’Athènes vient donner un peu de lustre à ses publications. Le désir de Paris le travaille, ce désir qui habite la province, qui fait le fond de son caractère et qui justifie bien des destins, les ambitions les plus hautes comme les convoitises les moins avouables.

Dans le journal de Léon Gambetta, il signe ses articles du pseudonyme d’Atticus, du nom de ce Titus Pomponius, ami de Cicéron, dont une large correspondance nous est restée, et qui à son nom ajouta celui d’Athénien, soit qu’il revendiquât son appartenance à la sagesse grecque et qu’il désirât se tenir, au nom de la philosophie, à distance des troubles civils de l’Urbs, soit que la pureté de son élocution lui en eût mérité le nom. Cette collaboration aux journaux parisiens lui assura des amitiés politiques bien choisies qui lui furent utiles pour se frayer un chemin. La qualité de sa réflexion, la sûreté de ses intuitions historiques feront le reste. Sa bibliographie compte plus de vingt ouvrages. Il sera reçu en 1904 à l’Académie française.

Mme Passini a rendu un hommage appuyé[1] à la curiosité du savant et l’a remis dans une position centrale, en tant qu’historien de la culture, aux côtés des Burckhardt, Renan, Michelet ou Thode. Ajoutons que sa réflexion sur la Renaissance rencontre souvent celle d’Eugène Müntz, et ses recherches sur Pétrarque celles de Pierre de Nolhac, que nos lecteurs connaissent maintenant assez bien.

C’est en 1879 qu’il publie les Origines de la Renaissance, qui va nous occuper maintenant. Cet ouvrage va définitivement fonder sa réputation et l’année suivante on créera pour lui, à la Sorbonne, la chaire de littérature méridionale.

La courte introduction de l’ouvrage va droit au but : Les origines de la Renaissance sont donc très lointaines et précèdent de beaucoup l’éducation savante que les lettrés du XVème siècle répandirent autour d’eux. J’entreprends dans ce livre, de déterminer les raisons historiques, religieuses, intellectuelles, morales, qui peuvent expliquer un réveil si précoce de la civilisation.

"Eureuse" et désirable renaissance !

Du terme renaissance, le sujet  le plus passionnément débattu de l’historiographie moderne[2], Balzac en réalité n’en aurait la primeur qu’en tant qu’il désigne une période. Car ce mot de renaissance figure fréquemment chez Stendhal, par exemple, mais il est alors toujours complémenté : renaissance des arts, renaissance de la peinture. Il désigne donc davantage une manière, par opposition aux primitifs en peinture et à l’art gothique en architecture, plutôt qu’une tentative de périodisation. De la même manière si l’on veut, que les néo-classiques désignaient le rococo comme la décadence des arts.

Remontons aux origines : le terme de rinascita se trouve à plusieurs reprises chez Vasari : j’ai rapporté les vies de tous ceux qui ont ressuscité les arts figure dans la préface de 1550[3] et le mot même, comme lorsqu’il observe dans les arts il progresso della sua rinascita, les progrès de leur renaissance ou bien lorsqu’il évoque la restauration des arts et pour mieux dire leur renaissance. Le succès du terme est tel, il circule si vite en Europe qu’on le retrouve sous la plume de l’humaniste Pierre Bellon dès 1553 dans l’orthographe audacieuse du temps : eureuse et désirable renaissance.
Nous sommes donc face à une périodisation parfaitement identifiée par les contemporains eux-mêmes, et revendiquée par eux. Si les croisés qui poussaient leurs piétons sous les murs de Jérusalem ne s’encourageaient probablement pas en criant « En avant, chevaliers du Moyen-Age ! », il ne fait pas de doute en revanche qu’on porta, dans maints cercles humanistes vers 1450, des vœux pour la renaissance des arts, tant l’idée de vivre et de créer une époque nouvelle faisait peu de doute. Cette croyance leur était si familière, il s’y reconnaissait tellement qu’on peut dire qu’elle faisait le fond de leur doctrine au point qu’ils baptisèrent rapidement les nouveaux canons de l’art la bonne manière, la buona maniera moderna.

Vint ensuite le lent effacement du mot jusqu’à ce retour de fortune, dans les premières années du XIXème siècle où se constitua l’histoire de l’art en tant que science humaine.

Il serait donc légitime de réserver cette périodisation à ce moment de prise de conscience de la part des artistes et des philosophes qu’ils écrivaient une page nouvelle de la civilisation. Et si on souhaitait l’élargir la période, il faudrait s’en remettre de confiance à Vasari.

Ce dernier pousse en effet la précision jusqu’à diviser cette rinascita en trois âges qui recoupent trois générations : il nomme bien sûr Giotto pour le premier eta, Brunelleschi dans l’architecture pour le second âge, tandis que la dernière période s’ouvre avec Léonard et se termine par Michel-Ange. Il pousse même la théorisation  jusqu’à nous indiquer très explicitement à quel rythme marchait la nouvelle manière : d’abord l’architecture, inspirée par la redécouverte des règles classiques, ensuite la peinture guidée par une soif de revenir à la nature, et enfin la sculpture sous ces deux influences conjuguées.

Disons-le, Emile Gebhart qui n’ignorait pas ces sources, adopte un point de vue assez différent.

Le rêve dans le royaume

La Renaissance des arts et des Lettres devait revenir à la France comme de bonne prise ainsi que l’on disait dans ce XIIème siècle. Cela ne fut pas et il faut expliquer ce rendez-vous manqué : c’est ce qu’examine Gebhart en premier lieu. Car ce siècle-là, et le suivant furent les deux grands siècles de la France. Elle a la primauté en Occident par sa puissance politique, par la supériorité intellectuelle de ses universités et par sa production artistique.

Le royaume, il est vrai, est alors nettement divisé entre le sud et le nord. Dans les pays de langue d’oc, le souvenir de la grandeur de Rome est encore vivace. C’est le mot d’Emile Mâle : On doit se représenter pendant tout le Moyen-Age une France aux trois quarts romaine. L’université de Montpellier échange avec les cultures juive et musulmane ; le commerce est prospère et la bourgeoise veille aux libertés communales auxquelles une aristocratie plus éclairée qu’ailleurs ne s’oppose pas. La poésie est si savante, si avancée, embrassant tous les genres, qu’elle est réputée être la première en Europe.

Le nord du royaume –l’Ile de France, la Picardie et la Champagne- se couvre de cathédrales dès 1150. Elles sont le manifeste d’un l’art nouveau, dans lequel s’engagent toutes les forces d’un pays jeune. A la suite de l’architecture vient la sculpture à Chartres et à Amiens qui renouvelle l’art plastique ; à leur suite l’enluminure et la miniature des maîtres imagyers. L’autorité du roi et de la féodalité est dans ce nord, il est vrai, plus sensible ; celle de l’Université de Paris n’a pas de rivale en Occident.

Par ces différences entre nord et sud, il semblait que le royaume doublait ses chances de porter le renouveau : la Renaissance devait lui appartenir. Las ! Au sud, dans les trente premières années du XIIIème siècle, la croisade de l’Albigeois sous Philippe-Auguste et Louis VIII vont détruire les libertés politiques. En 1229, par le fer et le feu, la liberté de penser et de croire est mise à raison.

Au nord, le roi de France va abattre son gant de fer sur le clergé, sur les grands féodaux et sur les libertés communales et Philippe le Bel, dès 1285, finira par lâcher sur eux ses légistes, ses gens d’armes et des juges à sa main : le niveau qui passe sur la France abaissera tout, l’art comme la philosophie.

Viennent le temps de la guerre franco-anglaise et les désordres civils : au milieu du XIVème siècle, le rêve d’une « renaissance française » aura passé. Les conséquences s’en feront sentir longtemps, particulièrement dans les humanités. En 1395, les vieilles chroniques nous disent que l’ambassadeur de l’empereur byzantin Manuel Paléologue, arrivant en France,  ne put se faire entendre de personne. Le premier livre en grec ne fut imprimé en France qu’en 1507 alors qu’Alde Manuce, à Venise, avait depuis longtemps déjà donné Aristophane, Aristote et Platon. Dans le royaume de France, au début du règne de François 1er, personne ne possédait même les premiers éléments de la langue, et ne pouvait lire un livre grec.

Ces vieux murs…

Le foyer des arts et des lettres qui s’était éteint à la fin de l’Empire romain, que Charlemagne avait tenté de rallumer, que la France des cathédrales avait pensé rendre au monde, c’est à l’Italie qu’il va appartenir d’en devenir le génial gardien.

Emile Gebhart va dénombrer les facteurs essentiels. D’abord le climat intellectuel : la scolastique médiévale ne parvint jamais à faire disparaître en Italie cette philosophie d’instinct pratique, et le goût des méthodes expérimentales. Ce penchant vers le concret, cette reconnaissance de la sphère rationnelle, ce matérialisme se traduit d’ailleurs par la prépondérance du Droit romain. A Paris la philosophie, à Bologne la jurisprudence. Ajoutons un naturalisme qui naquit avec la rencontre des formes antiques, affleurant partout dans cette terre d’Italie. Ce naturalisme s’imposa rapidement aux artistes, et dès 1310 chez Nicola Pisano[4], anticipant de deux siècles sur cette préoccupation qu’exprima Léonard que le tableau ou la statue ressemblât de plus près à la chose à imiter.

La religion ensuite, qui a toujours présenté en Italie un caractère bien différent qu’ailleurs. L’Italien voit dans le catholicisme une création italienne qui lui donne le pas sur les autres nations dans lesquels après mille ans d’histoire, il voit encore des barbares : après tout le pontife a pris le rayonnement des Césars, à commencer par leur capitale. De cette proximité physique, l’Italien n’est pas étonné des faiblesses toutes humaines du haut clergé, il les regarde avec une tolérance amusée. La foi chrétienne ne lui est pas trop lourde, il en a rejeté le poids de superstitions et de terreur. Il s’en accommode si bien que le pays ne connaîtra pas d’hérésies majeures – même si la prédication de saint François manqua, c’est vrai, en devenir une-  facteur que Gebhart identifie comme un retardant à l’éclosion des arts.

La Renaissance réalisa en effet, selon le mot des Goncourt., cette vie en famille du catholicisme et du paganisme.

Car le dernier facteur, et il est essentiel, c’est la permanence, la vigueur de ce que Gebhart nomme la tradition classique. Rome et l’orgueil de ses monuments, vieux murs, que le monde admire et respecte comme le dit Pétrarque. Le culte de Virgile eut une part immense dans cette tradition. En lui, les lettrés admiraient le docteur en sagesse, les hommes de cour celui qui avait chanté l’empire prenant le monde sous sa coupe, les chrétiens celui qui avait annoncé, disait-on, l’ère de la Grâce. Mais venait aussi le souvenir de Rome, berceau de la République, qui enflamme encore Cola di Rienzo et Crescentius. Mille témoignages des traditions et des contes montrent que ce sentiment d’appartenance est un sentiment populaire.

La passion de tout un peuple

Car il faut le redire, cette passion classique ne fut pas simplement une quête d’esprits éclairés, et si elle conçut les résultats plus heureux, c’est qu’ayant pénétré les coutumes, la vie civile, la conscience religieuse, elle pouvait accueillir sans effort la révélation des humanistes et même y voir l’accomplissement de sa personnalité propre et l’expression de son génie. Cette passion naquit au milieu du XIIIème siècle, et on peut en donner les dates.

Cet enthousiasme pour les lettres antiques, il est chez Brunetto Latini, si classique qu’il parut tout naturel qu’on le mît au nombre des grands orateurs de l’Antiquité. Il fut le maître de Dante et disparaît en 1294.

Boccace naît en 1313 : sa liberté est si peu croyable que lorsqu’on se risque à mettre des images sur certains de ces contes, ni le scandale ni la censure ne sont loin. En témoigne l’histoire de ce jardinier aussi malin que vigoureux qui se fait embaucher dans un couvent, séduit les nonnes qui se rendent par petits groupes dans son cabanon, et dont il va détromper l’innocence, tant et plus que l’abbesse, en devient furieuse, non que la règle et les dernières convenances fussent bafouées, mais ne pas profiter de la chose selon son rang ; à l’heureux jeune homme elle réserve pour ses heures et à sa commodité une chambre près de la sienne… Ce conteur licencieux ? c’est l’humaniste le plus acharné de son temps, si passionné qu’il fit recopier à frais ruineux l’unique exemplaire du De architectura de Vitruve.

Et Pétrarque, mort en 1374, le véritable homme de la Renaissance, le grand précurseur, celui que Michelet nomme l’Alpha de la Renaissance. En lui le goût de la nature, inspiré d’Horace ; en lui l’amitié dont il parle comme le faisait Cicéron ; en lui l’amour de la patrie, qu’il ne sépare pas des grands rêves d’une Antiquité ressuscitée ; en lui la passion des lettres anciennes au point que, souhaitant dans son vieil âge apprendre le grec et n’y parvenant pas, dans son dernier asile d’Arqua, au cœur des monts Euganéens, où vous vous rendrez, la prochaine fois que vous irez à Venise ou à Padoue, il écrit à son ami : Ton Homère gît muet à côté de moi ; mais cependant je jouis de sa vue et souvent je l’embrasse.

Il nous semble l’entendre prophétiser de très loin et cependant il est le premier homme moderne.

On le voit, pour Emile Gebhart la renaissance est un phénomène qu’il faut sans hésiter « recaler «  entre 1250 et 1550 et situer dans un « temps long ». Il oppose avec beaucoup de perspicacité  la lente maturation de la renaissance italienne, se frayant un chemin avec peine, non exempte de retours en arrière et de « prises de bénéfice », avec la Renaissance française, tardive mais fulgurante, qui n’aura qu’à s’engouffrer dans la brèche.

Manque à cet ouvrage essentiel une observation approfondie de l’évolution des formes : il ne faut pas attendre de Gebhart –mais le reproche s’applique aussi à Burkhart et à Michelet - la finesse du connaisseur et l’érudition du savant. Le nom des artistes, la méditation de leurs œuvres apparaissent moins que les noms des philosophes. Il aura essentiellement essayé d’identifier, en historien, les formes diffuses de la sensibilité dans un processus de transformation lente et profonde.

Dans le même esprit, Emile Gebhart s’essaya au roman et à la nouvelle, et le succès de ses ouvrages fit beaucoup pour sa carrière. Cette incursion dans la littérature mérite qu’on s’y attarde un instant car en France, on le sait, l’Histoire sort de la littérature et l’historien était un écrivain autant qu’un savant.

Dans ce genre historique se mesurèrent les grands écrivains du siècle. Leurs lecteurs, familiers de l’histoire et des lettres voyaient dans cette sorte d’ouvrages une récréation, et les éléments simplifiés d’une philosophie de l’histoire.

Les romans et les nouvelles d’Emile Gebhart sont-ils de médiocre invention ou bien valent-ils qu’on s’y intéresse sérieusement ? Il est permis de les apprécier[5], et on y retrouve en tout cas  l’historien soucieux, à travers une narration libre, de restituer la physionomie morale de ces temps lointains.

Amis et Amile

Emile Gebhart se reconnaissait dans l’équilibre auquel parvint, à un certain point, l’humanisme de la Renaissance : le respect des traditions et la curiosité pour la science, la dévotion totale pour la Beauté et l’enquête historique minutieuse, le sérieux de la bourgeoisie et un épicurisme tranquille. Il fut de gauche, mais vigilant défenseur des humanités ; savant mais regardant les vieilles légendes et les contes populaires comme des documents bien intéressants ; partageant le patriotisme sourcilleux des Lorrains mais s’étant fait une place au foyer latin ; il préférait un préjugé, pourvu qu’il fût vénérable, à une hypothèse, tant que celle-ci n’était pas transformée en vérité scientifique ; enfin, s’il fut esprit fort à vingt ans, le libre penseur demanda à être enterré catholiquement.

Il aima les vieilles légendes : celle où saint Nicolas descend dans une caverne de brigands pour jouer aux dés la rançon d’un imprudent voyageur ; ces contes de l’an mil, lorsque les nations farouches pensèrent voir le Jour du Jugement ; ce fabliau, d’une conception charmante, dans lequel l’Enfant Dieu dans sa crèche dort, tandis que les rois de la Terre mettent à ses pieds les trésors du monde et qui ouvrira ses bras seulement au malheureux qui pleure devant lui d’arriver les mains vides. Dans ce trésor des contes et des légendes du moyen-âge on peut, comme Emile Gebhart, puiser à pleines mains.
On permettra que je ramasse dans ce coffre fabuleux la légende d’Amis et Amile. Sans y regarder de trop près, la Rome catholique inscrivit longtemps à son martyrologue ces deux saints, qui n’existèrent jamais. L’âge moderne, qui n’a pas de tendresse pour les vieilles légendes, les en effaçât impitoyablement.

Amis et Amile étaient deux amis, et leur profonde ressemblance physique constitue le ressort permanent de ce petit roman. Ils sont dévoués l’un à l’autre, liés par une merveilleuse amitié que Castor et Pollux n’eussent pas désavouée, et à laquelle ils sacrifient tout. Tournois et fêtes, pestes et batailles, prisons profondes et évasions fantastiques, preuses et belles enchanteresses, les forêts et les landes : c’est le rameau chrétien enté sur le vieux chêne celtique. Après qu’Amis et Amile furent tombés en martyrs, ensemble, on leur consacra deux églises : mais le lendemain de la consécration, on trouva le sarcophage de pierre de l’un près du sarcophage de l’autre, magiquement déplacé par l’invincible attraction de l’amitié. C’était un signe qu’il fallait se garder d’ignorer : on décida alors de ne pas les séparer, et ils passèrent, si l’on peut dire, l’éternité de compagnie.

Qu’il en aille de même de la Renaissance et du Moyen Age : ces deux âges ont plus de ressemblance qu’on le pense et invinciblement ils vont l’un à l’autre. Ils gisent ensemble dans le brouillard du Passé. Ce que la pensée de l’historien, sinon le miracle, a réuni, ne le séparons pas.
  

[1]   Notice INHA https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/gebhart-emile.html. Mme Passini fait dans sa notice une place nécessaire à L’Italie mystique, Hachette 1890, l’autre œuvre majeure d’Emile Gebhart.
[2] Erwin Panofsky La Renaissance et ses avant-courriers dans l’art d’occident, Flammarion, 1976
[3] Préface de 1550 aux Vies. Observons le frontispice de l’édition de 1568 . Il représente les Muses jugeant une assemblée d’hommes : elles sont aidées d’un ange qui tient les trompettes de la Renommée, et dont on devine qu’à leur signal, il appellera les élus à une vie nouvelle. C’est explicitement une scène de résurrection, une renaissance. La légende latine est : … jamais ces hommes n’ont péri.
[4] Nicola de Pise prit la sculpture là où les derniers artistes de l’Antiquité l’avaient laissé et donne, à s’y tromper, l’impression des œuvres des beaux temps de l’Empire. Vasari nous dit qu’à Pise des sarcophages furent ramenés d’Orient en grand nombre : celui qui représentait le mythe de Phèdre et d’Hyppolite lui fut un modèle. Nicola ne l’examina pas en archéologue, mais l’étudia en technicien et l’imita en artiste : c’est la beauté du modèle et son naturalisme qui le subjugua.
[5] On recommandera particulièrement Autour d’une tiare, Armand Colin, 1894 et Au son des cloches, Librairie Hachette, 1898.

2 Commentaires

 

LINK

20/12/2020 à 12:50

Belle analyse. J’ai personnellement un faible pour La Renaissance italienne.

jpducasse

24/12/2020 à 20:14

Merci pour ce très beau texte, qio promet une belle levture

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Les Ensablés - Prétextat, de Pierre Bost (1901-1975)

Nos fidèles lecteurs n'ignorent pas que nous aimons Pierre Bost (1), écrivain d'avant-guerre devenu scénariste célèbre après 1945, et que nous aimons aussi les Editions de la Thébaïde qui, il y a deux ans, ont publié un recueil de nos articles sur les écrivains oubliés (Lectures en stock). Il était donc évident et naturel que nous parlions aujourd'hui de la réédition de Prétextat (1925) de Pierre Bost, d'autant plus que la préface a pour auteur François Ouellet, chroniqueur des "Ensablés", et par ailleurs grand spécialiste de l'écrivain. Par Hervé Bel.

27/06/2021, 13:22

ActuaLitté

Les Ensablés – La Maison Camille, (1935) de Henri Duvernois

Les fidèles de notre rubrique se rappelleront que nous avons déjà chroniqué deux romans de cet auteur prolixe (Edgar, L’homme qui s’est retrouvé) mort en 1937, juste avant la guerre ; ce qui lui fut peut-être fatal, car, en 1945, on était passé à un autre monde, pas forcément meilleur. À côté de Camus, Sartre, et tant d’autres, Duvernois ne faisait plus très sérieux, d’autant que l’homme, dans sa vie comme dans ses écrits, avait toujours imité la légèreté. Je dis « imité » à dessein, car l’œuvre de Duvernois, sous des apparences d’ironie et de comique, dissimule une profonde mélancolie, une réflexion désabusée sur l’homme. Par Hervé Bel.

06/06/2021, 19:41

ActuaLitté

Les Ensablés - Voyage d’un livre à travers la Bibliothèque Nationale de  Henri Beraldi

Exhumé de l’oubli, ce petit texte écrit par un bibliophile passionné raconte et s’inquiète de la croissance des arrivées des livres en masse à la Bibliothèque Nationale. Nous sommes à la fin du XIXe siècle et la noble institution enregistre déjà 500.000 références disponibles (14 millions aujourd’hui !). « La vérité, annonce l’auteur, est que, de ces espaces, aujourd’hui, il n’y en a plus. La Bibliothèque est pleine, archipleine, bondée, bourrée jusqu’à refus. » Voyage au cœur de la Bibliothèque, ogre-machine qui tourne à plein régime. 

23/05/2021, 20:41

ActuaLitté

Les Ensablés - Hiver 1814, de Bernard Michel, la Campagne de France

Les Ensablés ont plusieurs fois évoqué Napoléon pour rappeler que dans sa jeunesse, il avait écrit des nouvelles, et qu’à Sainte-Hélène, il avait retrouvé son désir d’écrire et pu assouvir sa passion pour la lecture. Il faut lire Le Mémorial pour mesurer l’étendue de sa culture littéraire. Il profita de son inactivité pour écrire quelques ouvrages, dont une étude sur « La guerre des Gaules », et une espèce de fiction sur son exil à Sainte-Hélène. Par Hervé Bel

 

09/05/2021, 10:22

ActuaLitté

Les Ensablés - Black (1858) d’Alexandre Dumas (1802-1870)

« Pas de mystère, pas de souterrain, pas de ténèbres dans cette œuvre ; partout le rayonnement, partout le plein midi », disait Victor Hugo. L’œuvre d’Alexandre Dumas n’intéresse pas l’Histoire de l’art. En 1840 certes, résidant à Florence, il lui fut commandé, pour la somme considérable de dix mille francs, un ouvrage sur la galerie des Offices. La description des trois cent cinquante portraits de peintres qui sont dans ce fameux musée devait former L’histoire biographique et anecdotique de la peinture depuis huit siècles. Par Antoine Cardinale.

25/04/2021, 10:12

ActuaLitté

Les Ensablés - Le grand coucher, de Guy Dupré (1981)

Guy Dupré (1925-2018) ne fut un écrivain ni prolixe ni facile. Son œuvre littéraire ne comporte que trois ouvrages, si l’on met de côté des chroniques diverses : Les Fiancées sont Froides (paru en 1953 et salué par Gracq et par Breton), Le Grand Coucher (1981) et Les Mamantes (1986). par Henri-Jean Coudy

04/04/2021, 09:08

ActuaLitté

Les Ensablés - L’œil et la connaissance de Jean-François Revel

« Philosopher n’est pas régner sur les connaissances du reste du genre humain comme un lointain propriétaire terrien sur des domaines qu’il administre nonchalamment et ne visite jamais. » (Revel, La connaissance inutile) Visitons ensemble le domaine de Jean-François Revel. Son nom est familier à ceux qu’intéressent les joutes politiques qui eurent lieu entre les années soixante-dix et le début du vingt et unième siècle. C’est un nom aimé ou détesté selon le bord duquel on considère ces choses. Par Antoine Cardinale.

21/03/2021, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Marthe Femme seule, d’Antonine Coullet-Tessier

Pour le moins précoce, Antonine Coullet-Tessier (1892-1983) publie son premier recueil de poésie à l’âge de 11 ans. Intitulé Poésies d’une enfant, il paraît aux éditions Lemerre et est préfacé par le poète François Coppée. Suivront deux autres recueils de poèmes, L’Envolée, en 1911, puis Un Visage à la fenêtre, en 1930, peu de temps après la parution de son premier roman, Marthe Femme seule à la fin de 1929 à La Renaissance du livre. Dorénavant, le roman est le genre qu’elle va privilégier et qui, pendant les années 1930, en fera une des meilleures représentantes du roman populiste. Par François Ouellet

07/03/2021, 08:43

ActuaLitté

Les Ensablés - Vache tachetée et concombre fugitif d'Octave Mirbeau

Octave Mirbeau (1848-1917) n'est pas un ensablé, ne serait-ce que par le film tiré de son roman, Journal d'une femme de chambre, avec Jeanne Moreau et Michel Piccoli, et sa pièce célèbre Les Affaires sont les affaires. Mais c'est peu au regard de la masse d'écrits qu'il a laissée à la postérité. Et notamment, trop oubliés, ses contes publiés dans la presse, et qu'il considérait comme alimentaires... À tort. Je puis l'affirmer après avoir lu la réédition d'une partie d'entre eux par l'Arbre Vengeur dans sa collection "L'exhumérante". Par Hervé Bel.

21/02/2021, 07:31

ActuaLitté

Les Ensablés – Le pain quotidien d'Henri Poulaille

Henri Poulaille, Henry Poulaille en littérature (1896-1980), est souvent considéré comme le créateur du courant de la littérature prolétarienne. Directeur de presse chez Grasset, il fonde également une dizaine de revues libertaires dans lesquelles il promeut la littérature d’expression populaire et les utopies sociales : Nouvel Âge, Prolétariat ou encore À Contre-courant. Il publie ou fait publier de nombreux auteurs français et étrangers, parmi lesquels Henri Barbusse, Lucien Bourgeois, Blaise Cendrars, Eugène Dabit, John Dos Passos, Jean Giono, Panaït Istrati, Charles Ferdinand Ramuz... Le Pain quotidien a obtenu en 1954 le prix des bouquinistes. Par Pascal Malbrunot

31/01/2021, 14:03

ActuaLitté

Les Ensablés – Le crime de l'omnibus, de Fortuné de Boisgobey

Aujourd’hui, un roman de Fortuné de Boisgobey (1821-1891), Le crime de l’omnibus (1881) ; une curiosité assurément, mais dont la lecture reste un plaisir... peut-être parce que, comme le nom de son auteur, elle évoque un temps suranné. Avec ce texte, c’est tout un monde qui ressuscite, une ambiance qui annonce les enquêtes de Gaston Leroux ou de Maurice Leblanc. Plongeons-nous donc, ensemble dans le Paris de la fin du dix-neuvième siècle.

Par Hervé Bel

17/01/2021, 10:55

ActuaLitté

Les Ensablés – Confession de minuit, de Georges Duhamel, un inconnu au pays des anti-héros

L’écrivain et académicien Georges Duhamel (prix Goncourt 1918 pour son roman Civilisation) entamait en 1920 avec Confession de minuit un cycle romanesque Vie et aventures de Salavin tout entier consacré à un personnage de parfait antihéros : Louis Salavin. Les éditions de la Belle Étoile ont la bonne idée de ressusciter en format poche ce texte oublié et pourtant majeur par bien des aspects. Ce titre, la Confession de minuit, a été classé par Le Figaro littéraire comme un des douze meilleurs romans de la première partie du XXe siècle. Inconnu, levez-vous ! 

03/01/2021, 10:07

ActuaLitté

Les Ensablés - "La vie d'un simple" d'Emile Guillaumin (1873-1951)

Le prix Renaudot 2020 attribué à Marie-Hélène Lafon pour Histoire du fils nous rappelle que les romans paysans ont souvent recueilli le suffrage des prix littéraires. Récemment, nous évoquions Campagne de Raymonde Vincent récompensée en 1937 par le prix Femina. Cette même année, Jean Rogissart avec son roman Mervale obtenait le Renaudot... Aujourd'hui, nous parlerons de l'admirable Vie d'un simple de Emile Guillaumin qui, par sa facture, fait aussitôt penser à Marie-Claire (Prix Femina 1910) de Marguerite Audoux.

06/12/2020, 00:00

ActuaLitté

Les Ensablés - « L’axel littéraire de Jeanine Garanger » par François Ouellet

Voici un cas inattendu : Jeanine Garanger, née Hagnauer, étudiante en droit et championne de patin artistique qui devait publier deux ou trois choses assez délicates dans les années 1930, avant de disparaître complètement de la scène littéraire.

22/11/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - À l'ombre de Maurice Genevoix, par Elisabeth Guichard-Roche

Le 6 novembre 2018, le Président de la République était dans la Meuse, aux Eparges, lieu d’une terrible boucherie durant la première guerre mondiale. Recueilli devant la statue de Genevoix, il annonçait son entrée au Panthéon pour le 11 novembre 2020. Il y aura deux panthéonisations : celle du romancier et celle à titre collectif de ceux de quatorze annonçant la Nation combattante.

Depuis 10 années, les Ensablés explorent la littérature du XXème siècle, et il nous est venu l’idée de répertorier les écrivains qui ont connu la Grande Guerre et dont nous avons abordé les œuvres. Cela constitue en quelque sorte notre Monument aux morts, pour ne jamais oublier…

11/11/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - "Il nous est arrivé d'être jeunes" de François Bott

Une fois de plus, on en revient à cette collection de poche dirigée par Alice Déon, "La petite Vermillon" qui m'enchante depuis plusieurs années. Indifférente à la mode, La Table Ronde ose rééditer des textes qui ne feront certes pas la une des journaux littéraires de plus en plus conformistes, mais ravissent ceux pour qui la littérature est l'affaire de leur vie.

Aujourd'hui, il me faut parler d'un livre qui m'a ravi "Il nous est arrivé d'être jeune" de François Bott.

01/11/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - "Captain Cap" d'Alphonse Allais

« Jetons par-dessus bord paperasses et registres, et avec les ronds de cuir de ces incapables, faisons des bouées de sauvetage. »
Tel est l’un des principaux points de la profession de foi d’Albert Caperon, dit Captain Cap, candidat aux élections législatives de 1893. « Anti bureaucrate » et anti européen » il se présente comme un aventurier qui a passé « les trois quarts de sa vie sur mer et les deux tiers de son existence sur les terres vierges. »

18/10/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés – Ange-Jacques Gabriel (1698-1782) par le comte de Fels

Le temps des vacances s'approche, ou s'éloigne : souvenez-vous, nous avions passé l’été à travers la Provence, en compagnie de Jean-Louis Vaudoyer. Cette fois, nous n’irons pas si loin, à peine pousserons-nous aux limites du département de la Seine-et-Oise ! Car nous sommes en 1927 et Jean-Louis Vaudoyer m’a demandé d’interviewer le comte de Fels, pour sa biographie d’Ange-Jacques Gabriel [1]. Le moyen de refuser ?

04/10/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - L’incertitude amoureuse de René Laporte (1905-1954)

René Laporte est né à Toulouse dans une famille bourgeoise de magistrats et d’universitaires. Il fait des études de droit, mais lance, à dix-neuf ans, une revue bi-mestrielle, Les Cahiers libres, artistiques et littéraires, puis fonde les éditions du même nom qui, entre 1925 et 1934, publieront environ 150 ouvrages.

20/09/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Chroniques du Lac: “Le vélo” de René Fallet

L’actualité récente a mis le vélo sous les feux de la rampe. La grève des transports de Décembre et Janvier derniers incite des milliers de cyclistes à enfourcher leur bécane pour se rendre au travail, au mépris de la pluie et des frimas hivernaux. Les programmes des candidats aux élections municipales font la part belle au vélo dans les grandes métropoles françaises.

06/09/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - "Une belle journée" d'Henry Céard (1851-1924)

Avec Henry Céard, nous en aurons fini de parler de ceux que l’on nommait, non sans méchanceté et envie, « la queue » d’Émile Zola, à savoir les écrivains les plus proches du maître naturaliste dans les années 1880, dont deux fort connus (Maupassant et Huysmans), trois autres beaucoup moins (Hennique, Alexis et Céard). C’est Céard que nous abordons aujourd’hui, avec son roman Une belle journée, publié en 1881, un an après la parution du recueil « Soirées de Médan » auquel il avait contribué avec sa nouvelle « La saignée ». Une belle journée qui peut être consulté sur Gallica est un charmant roman, un trésor du naturalisme, un accomplissement en quelque sorte.

23/08/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - "Mal'Concilio" de Jean-Claude Rogliano, par Denis Gombert

C’est un village corse niché au cœur de la montagne. Un village austère avec son église et ses maisons uniformes toutes en pierres de granit. Il peut y souffler par bourrasque un vent mauvais. Ici les femmes respectent le deuil et sont habillées de noir. On croit autant à la puissance de Dieu qu’aux esprits. Ainsi de Mal’ concilio, l’arbre de la nuit qui se dresse à la sortie du village, près des maisons abandonnées. Cet arbre géant domine le village « cramponné à un versant où rien ne pousse ». Majestueux et effrayant, châtaigner sans âge, il est le seul grand arbre de la province de la Tèvola, région sèche et aride. On dit que le Mal’ concilia est hanté.

09/08/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - “L'homme de choc” de Joseph Peyre (1892-1968)

Joseph Peyré était béarnais. Après des études littéraires où il eut Alain comme professeur de classes préparatoires, il s’essaya au barreau puis à l’administration territoriale. Mais c’est dans le journalisme puis dans l’écriture de romans qu’il trouva sa voie. Ses œuvres sont celles de l’action et de l’énergie allant de l’aventure saharienne à la tauromachie (Sang et Lumières lui valut en 1935 le prix Goncourt et fit l’objet d’une adaptation au cinéma en 1954 avec Daniel Gélin et Zsa Zsa Gabor, dialogues de Michel Audiard) et à la haute montagne (Matterhorn- le nom alémanique du Cervin en 1939).

26/07/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - "L'ordre" de Marcel Arland (1899-1986), par François Ouellet

Après plusieurs mois d'absence, nous retrouvons avec une grande joie notre excellent ami et chroniqueur François Ouellet. Qu'il soit remercié pour sa fidélité à notre équipe.

Il y a des écrivains plus profondément ensablés que Marcel Arland. Pourtant, aujourd’hui, Arland n’est pas tellement plus que l’évocation d’un nom. Il survit tant bien que mal par le souvenir de sa collaboration à La Nouvelle Revue française, dont il a pris la direction avec Jean Paulhan au lendemain de la Seconde Guerre. Chez les libraires, on trouvera, avec un peu de chance, un ou deux titres, comme son premier livre, Terres étrangères, un récit de 1923 réédité dans la collection L’Imaginaire en 1996, ce qui commence à dater ; on trouvera plus facilement sa correspondance avec Paulhan, éditée par Jean-Jacques Didier chez Gallimard en 2000.

12/07/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - "Raphael" (1886) de Eugène Müntz – 2e partie

Cet article fait suite à celui du 14 juin sur Eugène Müntz. Après avoir replacé, selon sa méthode, l’activité artistique comme un facteur central de compréhension de la civilisation de la renaissance, tout en se livrant à un examen documentaire des premières années de Raphaël, Eugène Müntz nous accompagne dans le développement du jeune peintre, fraîchement sorti de son apprentissage dans l’atelier du Pérugin pour partir à la conquête de Florence.

28/06/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - "Raphael" (1886) de Eugène Müntz (1845-1902) 1ère Partie

Sous son imposante reliure de basane noire, c’est un intimidant in-quarto de plus de sept cent pages ; sur le plat figure un lourd médaillon de cuivre doré légendé Raphael Sanctius, représentant en buste le profil d’un homme jeune, aux cheveux longs, coiffé d’une barrette aux revers élégants.

A l’abri de cette présentation austère, dorment en sûreté, sous les serpentes qui craquent encore sous le doigt, de riches illustrations. Le trésor des notes critiques, le précieux catalogue des œuvres et la substance d’un texte éloquent font à ce livre un fermoir invisible dont seules la curiosité du savant et l’intrépidité de l’érudit possèdent la clef. C’est un livre réservé aux études profondes et au calme des bibliothèques, parlant à voix basse dans le silence des lampes. Le temps venu, on en soulève la lourde couverture comme on pousse la porte d’un ami qu’on ne se savait pas avoir.

14/06/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - "Un amour platonique" de Paul Alexis (1847-1901)

Découvrir la littérature, c'est dérouler une pelote. En allant d'un auteur lié à un autre, voilà, comment le paysage littéraire se dessine peu à peu... Les Ensablés ont abordé récemment Léon Hennique (à lire ) et son roman étrange Un caractère. Voici maintenant Paul Alexis (1847-1901). Comme Hennique, il fut un fidèle d'Emile Zola et fournit l'une des six nouvelles du recueil des Soirées de Médan (1880).

31/05/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - "Le soleil des indépendances" de Ahmadou Kourouma

Chers lecteurs, nous sommes heureux d'accueillir à nouveau Henri-Jean Coudy qui, après de longs mois de silence, nous revient avec un nouvel ensablé, Ahmadou Kourouma.

Ahmadou Kourouma, né en 1927, en Afrique Occidentale Française, était Ivoirien même s’il suivit des études secondaires à Bamako, alors grande ville du Soudan français devenue après 1960  la capitale de l’état du Mali. Il aura donc connu les dernières années de la colonisation française puis le début des nouveaux états indépendants.

17/05/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - "Un caractère" de Léon Hennique (1851-1935)

Je suis tombé par hasard sur un roman de Léon Hennique, paru en 1889, intitulé "Un caractère". Il s'agit d'un livre qui a certes vieilli, mais mérite, comme le soulignait Octave Mirbeau, d'être lu. Surtout, il permet de découvrir son auteur qui joua un grand rôle dans l'histoire littéraire française, tout comme son camarade Lucien Descaves, d'ailleurs, que nos lecteurs connaissent mieux désormais (voir ici). Avec Hennique, on retrouve Goncourt, le naturalisme et... l'occultisme de la fin du dix-neuvième siècle.

01/05/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés – "Ecrits sur l’art" de Joris Karl Huysmans (1848-1907)

Joris-Karl Huysmans tenait à distance le grand public : même dans la période où la charité chrétienne gagna un petit avantage sur son pessimisme natif, il douta toujours qu’il fût possible de ramener par l’éducation, ou par l’admiration, le public vers l’art[1].

Ce grand solitaire est maintenant entré dans cette constellation très peuplée, la Pléiade ; avec Soumission, M. Houellebecq a remis Durtal à la mode ; cet hiver encore, le musée d’Orsay a consacré à Huysmans critique d’art une curieuse exposition dont il y aurait beaucoup à dire ; les rééditions se multiplient, comme celle que les Cahiers de l’Herne consacrèrent en 1985 à l’auteur.

Les éditions Bartillat se joignent à cette vogue en apportant leur contribution : la riche édition des Ecrits sur l’art, établie par Patrick Lormant, deviendra inévitablement le bréviaire des amateurs de Huysmans. Tout le parcours critique de l’auteur est rassemblé là, des premiers et respectueux essais du début de la carrière littéraire jusqu’à la grande conversion à l’art chrétien des années 1890, en passant par le chamboule-tout des critiques des Salons annuels.

19/04/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - "Sur le chemin des glaces" (1988) de Werner Herzog

La marche comme expérience mystique... En novembre 1974, le réalisateur Werner Herzog apprend que sa grande amie Lotte Eisner, célèbre critique de cinéma allemande qui vit et travaille à Paris à la cinémathèque française, est très gravement malade. Elle risque de mourir.  « J’ai répondu : cela ne se peut pas ». Saisissant une veste, une boussole et un sac, Herzog part sur le champ pour la retrouver. Mais il fera le voyage à pied, convaincu que c’est par la marche, vécue comme un acte de foi, qu’il sauvera son ami. Tête baissée, il se lance dans un improbable périple au cœur de l’hiver, quittant Munich pour rejoindre Paris. Sur le chemin des glaces est le journal de bord de sa folle aventure.

05/04/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - "le dernier dimanche de Sartre" de Jean-Pierre Enard

Dans son essai "Un bon écrivain est un écrivain mort", Jean-Pierre Enard insistait sur le fait qu'un roman, comme le cinéma, le théâtre, la peinture ou n'importe quel autre mode d'expression, s'apprend. Ce qui ne signifie pas qu'il s'enseigne (...) Le langage, c'est comme le bois ou la pierre: un matériau. Écrire, c'est le travailler. On admet qu'un sculpteur apprenne sa technique. Et qu'un acteur fasse de la gymnastique ou place sa voix avant de monter sur scène. C'est pareil pour l'écrivain. Il doit s'exercer.

La mort est  une condition nécessaire mais non suffisante pour faire un bon écrivain. Enard en est la preuve: il est mort, c'était un bon écrivain, mais il n'est toujours pas considéré comme méritant une redécouverte. Faute de chance, seulement. Parce que ses livres valent d'être lus. Ce ne sont pas des grands crus, plutôt de la catégorie agréable des rosés, des blancs frais, avec de la buée sur le verre, qu'on boit avec plaisir en été à la terrasse des cafés, avec l'impression fugace d'être heureux.

22/03/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - "La Maternelle" de Léon Frapié (1863-1949)

Parue en 1904, "La Maternelle" obtint le prix Goncourt au deuxième tour de scrutin, face, notamment, à Charles-Louis Philippe (que nos lecteurs des Ensablés connaissent bien) et Emile Guillaumin (pourtant favori avec son roman "La vie d'un simple"). Son auteur, Léon Frapié, était employé à l'hôtel de ville de Paris et marié à une institutrice qu'il avait beaucoup interrogée pour écrire ce roman étonnant, à mi-chemin entre la fiction et le documentaire. Il n'a pas perdu de son actualité quant aux questions qu'il pose sur l'école. Il vient de reparaître grâce aux éditions L'Eveilleur.

08/03/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - "Anna" d'André Thérive

Chers lecteurs des Ensablés, La Thébaïde publie ces jours-ci un des romans que je place parmi les meilleurs. Jusqu'à ce jour, il n'avait pas été réédité. Nous en avions déjà parlé en 2014: il s'agit d'Anna. Précipitez-vous si vous aimez Maupassant, Flaubert et Huysmans (dont d'ailleurs Thérive était un spécialiste). Il vous faut d'autant plus vous procurer ce texte exceptionnel qu'il est préfacé par notre excellent ami, collaborateur des Ensablés, François Ouellet qui, depuis des années, pour notre plaisir, explore la littérature française des années 30.

23/02/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - “Histoire artistique des ordres mendiants”, de Louis Gillet (1876-1943)

« …dans le silence de ce jour naissant, je veux regarder le monde avec des yeux remplis d’amour »
Saint François d’Assise

Ce livre est un cours d’histoire de l’art que l’auteur donna à l’Institut catholique de Paris. Il est composé de dix leçons, qui suivent le développement des formes artistiques qu’inspirèrent les ordres mendiants du XIIIème siècle au milieu du XVIIème siècle ; le titre répond de l’austérité du sujet, mais il paraît utile de redonner vie à cette étude, en particulier lorsque l’occasion se trouve de mesurer l’état d’ignorance qui règne sur cette matière.

09/02/2020, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - "Le rire de Caïn" de José-André Lacour (1919-2005)

Comment est-il possible que ce livre ait échappé à ma vigilance ? A sa parution, en 1980, je n'avais pas encore 20 ans, mais je lisais déjà beaucoup. Sans doute a-t-il été signalé dans quelque journal et l'ai-je ignoré parce qu'à l'époque je ne lisais que des classiques, et qu'en plus ce Rire de Caïn était un roman d'un Belge obscur, un certain José-André Lacour. De la littérature belge, je ne connaissais que Simenon et Rodenbach, ce qui m'allait assez, et depuis je n'ai gère progressé, ajoutant simplement à ma liste Armel Job... Mais la Petite Vermillon (la Table ronde) m'a envoyé récemment ce "Rire de Caïn" réédité pour le centenaire de son auteur, et je l'ai lu... C'est admirable de bout en bout!

26/01/2020, 09:00

Autres articles de la rubrique Livres

ActuaLitté

La disparition de Jim Thompson, de Vincent Hein : éclairer les zones d'ombre 

Pour la rentrée littéraire, les éditions Arléa publient le nouveau roman de Vincent Hein : La disparition de Jim Thompson. Dans ce livre, l’auteur revient sur la vie de cet homme d’affaires américain, anciennement lié au service de renseignements américain, disparu mystérieusement en 1967. « Il ajouta enfin – et rien à ses yeux n’avait plus de prix – qu’il avait eu l’impression ce soir de tenir dans le creux de sa main le personnage accompli d’un roman qu’il aimerait écrire. »

04/08/2021, 09:03

ActuaLitté

Bel Abîme, de Yamen Manai : cruel éveil d’un adolescent révolté 

BONNES FEUILLES – A l’occasion de cette nouvelle rentrée littéraire, les éditons Elyzad vous proposent de découvrir le nouveau roman de Yamen Manai. En un monologue fiévreux et haletant, un jeune homme s’adresse tour à tour à son avocat et à un expert psychiatrique venus lui rendre visite en prison.

04/08/2021, 09:02

ActuaLitté

Les Narcisses blancs, de Sylvie Wojcik : rencontre en nature sauvage

BONNES FEUILLES – A l’occasion de cette nouvelle rentrée littéraire, les éditons arléa vous proposent de découvrir le nouveau roman de Silvie Wojcik. Roman sur le dépassement de soi, sur la puissance des rencontres et sur le grandiose d’une nature sublimée, Les Narcisses blancs nous conduisent avec grâce et émotion vers le partage d’un grand moment de vie, porté par une écriture sobre et inspirée.

04/08/2021, 09:02

ActuaLitté

Disparition de l’écrivain libanais Jabbour Douaihy

Jabbour Douaihy est décédé ce 23 juillet, à l’âge de 72 ans des suites d’une longue maladie, à Ehden, village montagnard au nord nord du Liban, et sa ville natale. Il laisse derrière lui une importante œuvre romanesque, ancrée dans la culture libanaise.

03/08/2021, 12:02

ActuaLitté

Ceci est ma chair, de Marc Villemain : cannibalisme, tabou fascinant et futur de l'humain

BONNES FEUILLES – À l'approche de la rentrée littéraire, les éditions les Pérégrines publient le nouveau roman de Marc Villemain. La mise en œuvre romanesque d’une idée folle : le summum de la civilisation, par protection des animaux et de la planète, et respect de l’homme, serait le cannibalisme. L’humour se mêle à des personnages hauts en couleurs pour questionner en creux l’humaine et tragique condition.

03/08/2021, 10:45

ActuaLitté

Danger en rive, de Nathalie Rheims : d’une disparition, l’autre

BONNES FEUILLES – Pour cette rentrée littéraire, les éditions Léo Scheer publient le prochain roman de Nathalie Rheims. Dans ses livres, l’autrice évoque souvent les disparus et sa relation avec les défunts. Dans ce roman, la narratrice met en scène une autre forme de disparition, celle qui consiste à fuir sans laisser de traces, pour commencer une autre vie.

03/08/2021, 10:30

ActuaLitté

Jean-Baptiste Andréa, magicien des mots et des histoires

Dans les halls de gare ou d’aéroports, les foules passent à proximité de lui, l’oreille distraite, emmaillotées dans leurs soucis et leurs préoccupations. Pourtant, ils sont nombreux à ralentir, à s’arrêter même, pour l’écouter jouer. Lui, c’est Joe. Autrefois, c’était Joseph. Mais il préfère Joe. Il est assis face à un piano posé là, aux quatre vents de toutes les migrations quotidiennes, et il joue. Merveilleusement !

03/08/2021, 10:17

ActuaLitté

Fenrir : entre rêves, légendes et combats, l’épopée de Gengis Khan

Temüjin est le second du chef de son clan, des nomades dans les steppes mongoles. Dans leur monde, il faut tuer pour éviter d’être tué. Mais son demi-frère le chef fait le choix de la soumission, ce qui finira par lui coûter la vie. Temüjin, lui, échappe de justesse à la mort, sauvé par l’esprit Fenrir, en forme de femme séduisante. Elle lui dévoile le destin qu’il devra faire sien : unifier la terre entière pour y régner en paix. 

03/08/2021, 10:17

ActuaLitté

Mamma Roma, de Luca Di Fulvio : entre rêves et destin 

BONNES FEUILLES – Pour la rentrée littéraire, les éditions Slatkine & Cie publient le nouveau roman de l’auteur très médiatisé, Luca Di Fulvio : Mamma Roma (traduit par Elsa Damien, aux éditions Pocket). Transporté dans le coeur de l’Italie, Rome, le lecteur fera la connaissance de trois personnages aux rêves bien définis. Malheureusement, un évènement dramatique risque rapidement de les compromettre.

03/08/2021, 10:05

ActuaLitté

Les ombres filantes, de Christian Guay-Poliquin : sauver l'avenir de la jeunesse

BONNES-FEUILLES – Pour la rentrée littéraire, les éditions La Peuplade publient le nouveau roman de l'auteur québécois Christian Guay-Poliquin, récompensé par de nombreux Prix. Les ombres filantes retrace le parcours d'un homme, à travers la forêt, qui tente de rejoindre sa famille. Construit comme une fable politique, ce livre revendique l'importance de protéger l'avenir de la jeunesse. 

03/08/2021, 09:59

ActuaLitté

Mégafauna : quand Sapiens et Néandertaliens se partageaient le monde

BANDE DESSINÉE – En 1488 après Kmaresh coexistent sur Terre deux grandes civilisations d’Homo : des Sapiens d’un côté, des Néandertaliens de l’autre. Séparées par une muraille monumentale, bâtie par les Néandertaliens, qui constitue une frontière quasi infranchissable, les deux populations, qui se font régulièrement la guerre, ne manquent pas de profiter des suspensions des conflits pour commercer et échanger tous les produits qui leur font respectivement défaut puisque les divergences culturelles et les richesses naturelles des territoires respectifs ont fini par leur attribuer des valeurs bien différentes de part et d’autre de la muraille !

02/08/2021, 12:26

ActuaLitté

Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon, ou Sisyphe revisité

Il peut à première vue sembler étrange, voire incongru qu’un roman dont le narrateur est enfermé dans une prison canadienne soit une telle ode au libre arbitre. Pourtant, dans Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon, lauréat du Goncourt 2019, Jean-Paul Dubois affirme la puissance du choix dans un monde livré à l’absurdité. L'ouvrage s'est déjà vendu à plus de 633.000 exemplaires (données Edistat).

02/08/2021, 11:10

ActuaLitté

La maison des solitudes, de Constance Rivière : une fresque de secrets

BONNES FEUILLES — « Au jeu des Sept familles, je demande la famille silence. Le grand- père secret. La grand-mère mystère. La mère mutique. Le père motus. La fille bouche cousue. Une seule règle du jeu : pas de question. » Pour cette rentrée littéraire, les éditions Stock publient le prochain roman de l’autrice Constance Rivière.

02/08/2021, 10:57

ActuaLitté

Bucket list of the dead : les zombies, mieux que les antidépresseurs

Akira était ravi d’intégrer le marché du travail dans une grosse boîte. Mais voilà, trois ans après, il est tellement exploité et opprimé qu’il ne lui reste même pas l’énergie de démissionner. Plus mort que vivant, il se traîne. Jusqu’à ce qu’arrive une apocalypse zombie : les rues en sont remplies, impossible d’aller au boulot ! Akira va pouvoir reprendre sa vie en main, à commencer par dresser sa liste de choses à faire avant de se faire zombifier. 

02/08/2021, 10:44

ActuaLitté

Alerte 5, de Max de Radiguès : comme des mouches dans un bocal

Imaginez une fusée sur son pas de tir, la mise à feu, le lancement et, zou, sous les yeux admiratifs de la foule et des hauts gradés de l’armée, une explosion vient anéantir des mois et de mois de préparatifs. Sans parler du coût en vies humaines. Et si la catastrophe semble causée par un sabotage volontaire, on peut redouter le pire pour l’ensemble des opérations spatiales en cours. Notamment pour un groupe de jeunes adultes installés dans un camp de recherche sur la planète rouge… Ne risquent-ils pas d’être les prochaines victimes ? Mieux vaut se montrer prudent. Quitte à les mettre en danger sans le savoir.

02/08/2021, 09:41

ActuaLitté

Gaëlle Josse : Ce matin-là, renouer avec les rêves de l'enfance

ROMAN FRANCOPHONE – « Un matin, ça ne sert à rien », chantait Goldman. Sauf ces matins de terribles révélations, façon théophanie où apparaîtrait une divinité maléfique. Le ciel vous tombe sur la tête, embarquant les satellites et les astres. Dans l’histoire Clara, ce matin-là, celui-ci plus que tous les autres, est devenu le bac révélateur : avant toute photo, un négatif, qui a capté ce que l’on souhaitait ignorer.

31/07/2021, 07:31

ActuaLitté

OK Ici, la Béringie, de Jeremie Brugidou : plongée surprenante dans le détroit de Béring

BONNES FEUILLES - Jeremie Brugidou, surtout connu comme réalisateur de film s’essaie à l’écriture dans son premier roman Ici, la Béringie, publié par les éditions de l’Ogre, qui sortira pour la rentrée littéraire. Au sein de ce récit qui lie le destin de trois protagonistes, il « [part] de la science, d’une perspective anthropologique et animiste, pour proposer une nouvelle lecture du monde par la fiction ». Le livre sortira en librairie le 19 août 2021. 

31/07/2021, 07:19

ActuaLitté

L'inexistence de David Turgeon : entre histoire, sociologie, art et politique 

[BONNES FEUILLES] Pour cette rentrée littéraire, les éditions Le Quartanier publie le cinquième roman de David Turgeon : L’inexistence. Dans l’Empire fictif de Privine, Carel Ender fait le lien entre différentes réalités, propres à chaque personnage, dans un monde où la guerre approche à grands pas. Ce roman est « une fiction politique et un conte tout à la fois, qui examine l’influence structurante de la vie sociale, artistique et politique d’une époque sur les parcours artistiques individuels ».

31/07/2021, 07:18

ActuaLitté

La grande vie, de Jean-Pierre Martinet, “Feel bad book de chevet !”

Grâce au buzz international autour de la table « feel bad books » montée par Maldoror. books et Electron_livre au Furet du nord de Lille, il est peut-être temps de parler du plus feel bad book de tous les feel bad. Voici celui qui fera tourner les corbeaux au-dessus de vos têtes, bouffant chacun de vos cheveux blancs en guise de mise en bouche. Vous allez crever, c’est une certitude, mais sans avoir lu La grande vie de Jean-Pierre Martinet, ce serait pire que tout. Pas le temps ? 48 pages. Pas les sous ? 9 euros. OK c’est parti.

30/07/2021, 09:41

ActuaLitté

L'Enfer de Dante, mis en vulgaire parlure, par Antoine Brea : entre rimes et rires 

[BONNES FEUILLES] Pour cette rentrée littéraire, les éditions Le Quartanier rend hommage à Dante à travers une « révision » de son oeuvre : l’Enfer de Dante, mis en vulgaire parlure, signée par Antoine Brea. « Le livre propose une adaptation souriante de l’Enfer de Dante où l’invention langagière la plus débridée puise dans l’argot populaire et les archaïsmes français. »

30/07/2021, 09:04

ActuaLitté

Ultramarins, de Mariette Navarro : voyage dans la désorientation

BONNES FEUILLES – « Il y a les vivants occupés à construire et les morts calmes au creux des tombes. Et il y a les marins. » Pour cette nouvelle rentrée littéraire, les éditions Quidam publient le premier roman de Mariette Navarro, Ultramarins. A bord d’un cargo qui traverse l’Atlantique, l’équipage décide un jour, après l’accord inattendu de la Commandante de bord, de s’offrir une baignade en pleine mer, totalement gratuite et clandestine. De cette baignade, à laquelle seule la Commandante ne participe pas, naît un vertige qui contamine toute la suite du voyage.

30/07/2021, 08:51

ActuaLitté

Téké, de Mika Biermann : kaléidoscopique cosmique

BONNES FEUILLES – Pour cette nouvelle rentrée littéraire, les éditions Anacharsis publient le prochain livre de Mika Biermann. Téké se fait roman métaphysique, alternativement bouffon, terrifiant et splendide, par lequel l’auteur parvient à l’impossible : dire l’indicible.

30/07/2021, 08:43

ActuaLitté

Les Aquatiques, de Osvalde Lewat : Africaine, au présent 

BONNES FEUILLES — Pour cette rentrée littéraire, les éditions Les Escales publient le premier roman de l’autrice franco-camerounaise Osvalde Lewat. Dans une écriture ciselée, Les Aquatiques porte un regard éclairé sur les enjeux des sociétés d'Afrique francophone d’aujourd'hui. La révélation d’une nouvelle voix…

30/07/2021, 08:40

ActuaLitté

Le saut d’Aaron, de Magdaléna Platzová : une fresque politique et artistique

BONNES FEUILLES – Pour cette nouvelle rentrée littéraire, les éditions Agullo publient le prochain livre de l’autrice tchèque Magdaléna Platzová, traduit du tchèque par Barbora Faure. Le destin tragique d'une artiste fauchée par l'Histoire, assassinée à Auschwitz en 1944.

29/07/2021, 08:53

ActuaLitté

Les Bourgeois de Calais, de Michel Bernard : découvrir Rodin, passionnément

BONNES FEUILLES – Pour cette nouvelle rentrée littéraire, les éditions de la Table Ronde publient le prochain roman de Michel Bernard. Le monument des Bourgeois de Calais – hommage à l’héroïsme de six riches habitants qui se livrèrent au roi d’Angleterre à l’issue d’un long siège, au début de la guerre de Cent Ans, pour que soient épargnés leurs concitoyens – exerce une fascination universelle.

29/07/2021, 08:35

ActuaLitté

Six pieds sur terre, de Antoine Dole : et l’amour ?

BONNES FEUILLES – Pour cette nouvelle rentrée littéraire, les éditions Robert Laffont publient le premier roman de Antoine Dole, alias Mr Tan, auteur de la série jeunesse Mortelle Adèle. Sans le savoir, Camille et Jérémy marchent l'un vers l'autre depuis leur naissance…

29/07/2021, 08:11

ActuaLitté

La maison des solitudes de Constance Rivière : lorsque la ritournelle accélère 

BONNES FEUILLES - « Au jeu des Sept familles, je demande la famille silence. Le grand-père secret. La grand-mère mystère. La mère mutique. Le père motus. La fille bouche cousue. Une seule règle du jeu : pas de question. » La maison des solitudes de Constance Rivière, à paraître lors de la prochaine rentrée littéraire chez Stock, se lit d’une traite, et porte avec délicatesse les questions de la transmission, du secret et de la réconciliation dans un style d’une grande maturité.

28/07/2021, 15:57

ActuaLitté

Madame, de Gisèle Berman : entre folie et émancipation

BONNES FEUILLES – A l’occasion de cette nouvelle rentrée littéraire, les éditons arléa vous proposent de découvrir le premier roman de Gisèle Berkman, Madame. L’autrice donne ici un premier roman vertigineux. Le style, la maîtrise de l’écriture et de l’émotion, la gravité du sujet changée en grâce, tout cela fait de Madame un grand texte.

28/07/2021, 14:38

ActuaLitté

La Vie interrompue de Sergueï Alexandrovich Essenine, de Jean de Boishue : traque politique, littéraire et historique 

Pour la rentrée littéraire, les éditions Bartillat publie le premier roman de Jean de Boishue : La Vie interrompue de Sergueï Alexandrovich Essenine. Ce dernier retrace l’enquête, menée par l’officier du KGB, Alexis Kars, sur les circonstances de la mort de l’un des plus grands poètes russes. 

28/07/2021, 14:38

ActuaLitté

Les oracles de Teresa, de Arianna Cecconi : secrets de famille

BONNES FEUILLES – « Grand-mère rêvait tout en nous écoutant, elle dormait tout en veillant sur nous. Ses paupières étaient closes, mais dessous, ses yeux étaient grands ouverts. » A l’occasion de cette nouvelle rentrée littéraire, les éditons la Belle étoile vous proposent de découvrir le premier roman de Arianna Cecconi, Les oracles de Teresa., traduit de l’italien par Marianne Faurobert.

28/07/2021, 14:37

ActuaLitté

Sous le ciel immense selon O'Keeffe, de Catherine Guennec : histoire d'un chef d'oeuvre

Pour la rentrée littéraire, les éditions Ateliers Henry Dougier publient le nouveau roman de Catherine Guennec : Sous le ciel immense selon O’Keeffe. Basé sur la vie de la peintre américaine, l’histoire raconte celle d’un tableau de manière romancée et historique. Un livre à découvrir en parallèle de l’exposition sur O’Keeffe à Pompidou.

28/07/2021, 14:37

ActuaLitté

Jeu-concours 2022 : entre écologie et territoires 

Les éditions Terre Urbaine, qui sensibilisent aux questions écologiques et territoriales, proposent aux jeunes de 18 à 36 ans de participer à leur jeu-concours. Celui-ci consistera à la rédaction d’un manuscrit sur le thème imposé par la maison. Vous avez jusqu’au 31 décembre 2021 pour participer !

28/07/2021, 10:14

ActuaLitté

34 centimes la minute, de Sophie Boursat : avenir, que seras-tu ?

BONNES FEUILLES – A l’occasion de cette nouvelle rentrée littéraire, les éditions du Canoë vous proposent de découvrir le prochain roman de Sophie Boursat. Un récit qui suit le quotidien d'Olivia...

28/07/2021, 08:55

ActuaLitté

L'étonnante facilité de Louise Erdrich

Seize nouvelles composent ce recueil qui fait suite à un premier tome,  La Décapotable Rouge (paru aux mêmes éditions, mais que, fidèle à mon habitude, je n’ai pas encore lu), et présente des textes déjà parus (certains, mais pas tous, loin de là) dans des revues littéraires et des magazines américains. Il eût été dommage que, sans l’intervention de proches de l’auteure, cette dernière ne les fasse pas paraître sous la forme de ces recueils comme elle laisse entendre qu’elle en avait bien l’intention : les garder dans ses cahiers semblait la satisfaire en les considérant comme des « textes embryonnaires » qui étaient terminés, mais qui auraient pu recevoir retouches et modifications. Voire, parfois, devenir de véritables romans.

27/07/2021, 13:11

ActuaLitté

René Crevel, à la recherche de Paul Klee

Les éditions de la variation publient dans leur collection « regard(s) » des petits carnets contenant de grands écrits. Vient ainsi de paraître une critique d’art sur Paul Klee signée René Crevel et publiée pour la première fois en 1930 à la NRF ; un essai poétique qui s’inspire du parcours des sœurs Brontë et de leur frère Patrick Branwell, toujours signé René Crevel, et enfin un texte d’Antonin Artaud qui déplore l’arrivée du cinéma parlant. Des petits délices. 

27/07/2021, 10:20

ActuaLitté

La femme qui n'aimait plus les hommes, d'Isabelle Le Nouvel : vivre, envers et contre tout

BONNES FEUILLES – Quand la violence du présent convoque celle du passé : Jeanne, harcelée et frappée par son mari, va devoir affronter, pour pouvoir revivre, le bourreau de son enfance… A l’occasion de cette nouvelle rentrée littéraire, les éditions Michel Lafon vous proposent de découvrir le premier roman d’Isabelle Le Nouvel. « On ne guérit pas d’être morte. »

27/07/2021, 09:51