#Economie

L’avenir du livre : payer encore moins les auteurs pour produire encore plus ?

Depuis la diffusion du rapport de Bruno Racine, une certaine crispation règne dans l’industrie du livre. À ce titre, les tensions vécues lors du festival de la BD d’Angoulême sont particulièrement évocatrices. Au-delà du constat posé sur la situation des artistes-auteurs, ses recommandations font grincer des dents. Avec même un esprit corporatiste qui surgit — renvoyant notamment les parties à une étude d’impact.

Le 06/02/2020 à 10:44 par Nicolas Gary

22 Réactions | 1 Partages

Publié le :

06/02/2020 à 10:44

Nicolas Gary

22

Commentaires

1

Partages

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

La vice-présidente de la Ligue des auteurs professionnels, Samantha Bailly, s’était lancée dans un exercice d’explication méthodique. Nous revenons avec elle sur certains éléments.

© Benjamin Chaud

ActuaLitté : Le rapport Racine fait l’unanimité chez les artistes-auteurs. Mais le Syndicat national de l'Édition fait montre de plus de réserves. De même que les organismes de gestion collective, qui ne l’accueillent que du bout des lèvres. Pourquoi, selon vous ?

Mais comme le souligne le rapport, le droit d’auteur s’intéresse uniquement à l’exploitation des œuvres, pas à ce qui préexiste : nos conditions de création. Plus encore, le rapport pointe la question des « irrépartissables », c’est-à-dire l’argent non réclamé par les auteurs et autrices, qui au bout de plusieurs années alimente la trésorerie des OGC et/ou des dispositifs d’action culturelle. Le rapport met en exergue ce paradoxe : l’argent généré au nom du droit d’auteur finance finalement très peu… les auteurs et autrices eux-mêmes.

© Roland Garrigue
Le rapport recommande de renforcer la défense collective par leurs syndicats, les seuls à même de représenter les intérêts moraux et matériels d’une profession. Nous sommes aujourd’hui dans une situation où les syndicats de tous les métiers créatifs survivent sur le bénévolat de quelques bonnes âmes, parvenant parfois à recruter des salariés en multipliant des subventions et des projets culturels… qui les éloignent de leur but premier. Ces subventions ne vont pas sans poser des questions de dépendance.

Or, en France, la représentation professionnelle se base sur des critères clairs, l’indépendance étant l’un d’entre eux.

Samantha Bailly : Oui. Ainsi, la brillante solution proposée par le rapport Racine est de réorienter une partie des irrépartissables vers le financement pérenne de syndicats élus via des élections professionnelles, et ce sans condition, assurant ainsi moyens et indépendance. Concrètement, cela signifie donc rerouter une partie de l’argent du droit d’auteur perçu par les sociétés de gestion collectives vers les organisations professionnelles élues par les artistes-auteurs eux-mêmes. L’argent des auteurs et autrices qui retourne à la défense des intérêts de la profession.

Aucun OGC n’a montré à ce jour son soutien à ce dispositif, les communiqués allant plutôt dans le sens inverse. Cela dévoile une simple réalité : une société de gestion collective doit défendre les intérêts de sa société. C’est normal. Mais, en attendant, il ne faudrait pas que les auteurs et autrices voient d’un côté les OGC avec de somptueux hôtels particuliers et la gestion de millions d’euros, et de l’autre des syndicats exsangues avec une population d’auteurs et d’autrices dont 41 %, vivent avec moins que le SMIC.


Est-ce qu’un OGC montrera bientôt son soutien à ce mécanisme visant à soutenir la défense collective des artistes-auteurs ? Ou y verront-ils une opposition à l’idée de financer enfin la défense de leurs professions, avec une approche leur permettant d’améliorer leurs conditions de vie ? L’avenir nous le dira rapidement.

En fait, le rapport Bruno Racine agit comme un révélateur qui permet à tous les auteurs et autrices de voir de façon très lucide les forces en jeu. Et une question doit se poser : qui aujourd’hui défend non pas « le droit d’auteur » au sens large, mais les « droits des auteurs ». Autrement dit, qui défend les conditions de création des artistes-auteurs, et avec quels moyens ? La réponse : les syndicats, et sans moyens. Ce qui explique aussi notre faiblesse dans les négociations et la dégradation si rapide de nos conditions.

Le Syndicat national de l'Édition regrette qu’il n’y ait pas d’étude d’impact. Qu’est-ce que cela apporterait ? 

Samantha Bailly : Il y a un dessin très drôle de Sylvain Frécon à ce sujet, qui résume sans doute bien la situation… Les études sont une façon de gagner du temps. Exemple : en 2017, on a proposé de répondre à nos inquiétudes sur la rémunération en littérature jeunesse par une étude de secteur jeunesse. Nous sommes en 2020, l’étude n’est toujours pas sortie. Honnêtement, des chiffres, des études, des constats, nous en avons déjà assez. D’ailleurs, nous avons joué le jeu, et au final, le temps s’écoule et rien ne change.

Le rapport Racine ne traite pas de la chaîne du livre, sa mission était bien d’enfin mettre le projecteur sur les artistes-auteurs et de trouver des solutions pour les remettre au centre et des politiques culturelles, et des industries créatives. C’est chose faite. Si évidemment certains sujets méritent un véritable dialogue social et une structuration interprofessionnelle, comme le contrat de commande, le ministre a été très clair. Ce rapport est fait pour être mis en œuvre.

Quelle menace pèserait sur la chaîne du livre, si la rémunération des auteurs était réévaluée ?

Samantha Bailly : J’aimerais bien d’abord qu’on cible le sujet : les auteurs et autrices français. Car de fait, ces derniers ne représentent finalement qu’une portion des auteurs et autrices publiés sur le territoire français, quand on voit le nombre important d’importations via les traductions. Le SNE donne le chiffre de droits d’auteur générés dans le livre, mais le résultat de ces calculs est biaisé : dans ces droits d’auteur, combien sont reversés à des auteurs et autrices français, combien à l’étranger ?

Nous savons que, de fait, les cessions étrangères représentent des montants faramineux en comparaison de nos maigres à-valoir. Et combien parmi ces droits d’auteur sont reversés aux directeurs de collection de façon légale... ou illégale ?

En fait, quand des groupes éditoriaux font des acquisitions de droits à l’étranger, il n’y a aucun problème pour verser des montants d’à-valoir à cinq chiffres, voire plus, des pourcentages à 10-12-14 % – cela uniquement pour les droits d’exploitation France, sur une durée limitée et en plus d’importants frais de traduction [Ndlr : le Centre national du livre a apporté en 2018 plus de 3,3 millions € d’aides à la traduction pour les éditeurs]. De l’autre côté, nous avons les auteurs et autrices français, avec des à-valoir moindres, des pourcentages moindres, qui n’engendrent aucun frais de traduction, qui cèdent la totalité de leurs droits patrimoniaux sur le périmètre de l’édition, et plus encore (audiovisuel, produits dérivés, droits étranger, etc.) et ceci pour 70 ans après leur mort.

Je ne vois pas en quoi revaloriser les rémunérations des auteurs et autrices français « menacerait » la chaîne du livre : la chaîne du livre est tout à fait capable de s’adapter à une rémunération des auteurs et autrices plus importante, comme elle le fait avec ses acquisitions de droits étrangers. D’ailleurs, notez que ce sont ces titres qui ont été acquis pour d’importantes sommes qui sont les plus visibles et défendus. Logique : les groupes éditoriaux ont investi, donc le tirage va avec, le plan de communication, la mise en place, et donc les ventes.


© Xavier Collette

En quoi accorder une rémunération minimale – les fameux 10 % de droits d’auteurs demandés – aurait pour conséquence de publier moins ?


© Paul Bona

Cependant, dans une récente interview aux Échos, le président du SNE parle bien de “métier” pour les auteurs : n’est-ce pas une avancée ?

Dessin de Morvandiau (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
Nous l’avons vu lors des États Généraux du livre, cela illustrait bien finalement ces négociations : on demande 10 %, on nous répond non. Nous voilà bien avancés. Je l’ai dit lors des États Généraux publiquement, et je le pense toujours : notre seul recours désormais est l’intervention de l’État, pour rebattre les cartes et créer un cadre plus favorable à des avancées majeures. La crise est trop grande pour nous contenter de petites avancées, il faut bien plus d’ambition et une vision plus transversale.

En peu de temps, nous nous sommes rapprochés d’autres syndicats de métiers créatifs (scénaristes, vidéastes, peintres, plasticiens, etc.). Nous construisons actuellement, et c’est inédit, notre culture artistes-auteurs. Peu importe le secteur économique, nous avons les mêmes problèmes structurels avec les exploitants des œuvres. Les organisations professionnelles sont trop faibles dans le rapport de force.

D’où la nécessité de revoir la représentativité professionnelle de façon claire et démocratique, avec des critères objectifs, tout en équipant et finançant enfin les syndicats pour que ces derniers puissent peser dans les négociations, selon leurs secteurs bien sûr, mais avec cette vision transversale qui manque tant. Cela veut dire reconstruire un cadre de négociation beaucoup plus encadré, sous l’égide de l’Etat, avec un calendrier de résultats, une obligation de négociation et dans un état d’esprit plus transversal.

Nous sommes artistes-auteurs parce que nous créons, pas en fonction de notre secteur économique. C’est dans ce sens que va la proposition du Conseil des Artistes-Auteurs du rapport Racine, que de nombreux syndicats estiment être l’une des mesures prioritaires, pour nous redonner une chance de peser dans les négociations.

Le rapport de Bruno Racine porte absolument toutes les clefs dont nous avons besoin pour enfin sortir de cette triple crise : économique, sociale et administrative. Nous espérons vivement que le ministre de la Culture s’emparera de ces 23 propositions pour les entériner à la fois rapidement pour celles qui le permettent, mais aussi de façon très construite. De fait, on le voit, c’est un véritable chantier. Nous devons rebâtir. 

Dossier - De l'auteur à la création : le rapport Racine, une nouvelle politique publique

22 Commentaires

 

Toto

06/02/2020 à 11:33

La solution : dans un gâteau, on coupe à part égale. C'est le minimum quand on est honnête.
Tout le reste est du vent...
Ça fait donc 20% pour les auteurs. C'est donc un... minimum.

koinsky

22/02/2020 à 22:36

Eh oui, bien évidement ! Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement.

Pedro Mota

06/02/2020 à 13:20

Je suis libraire depuis 25 ans et indépendant depuis 2003.
J'ai vu mon métier évolué, en mal: surproduction éditoriale, difficulté à faire un véritable travail de valorisation du fond, l’impression de faire du remplissage de rayons plutôt que de valoriser les livres.
Je lis et j'entends toutes les remarques amplement fondées sur les difficultés des auteurs, leur paupérisation croissante.
Je suis le premier à le déplorer car quand je propose un livre à un lecteur, je propose le travail d'un auteur et/ou illustrateur, je propose quelque chose qui m'a plu en tant que lecteur et que j'ai envie de partager, de transmettre.
Je suis le premier à dire qu'il faudrait améliorer les rémunérations des auteurs.
Petite anecdote; récemment je reçois un représentant d'un grand groupe de distribution. On m'annonce que les CGV consenties vont évoluer, que mon CA BD a baissé de 1000€ sur l'année 2019. Je lui réponds que je comprends, et que si la baisse de ma remise venait à permettre l'augmentation de celles des auteurs, je trouverai cela normal. Non, je n'y était pas du tout, ce groupe de distribution avait plutôt comme objectif de réorganiser les remises consenties entre les différents circuits de distribution...
L'article évoque aussi un aspect qui trop souvent échappe au radar : la question des groupes qui possèdent également leur propre structure de diffusion/distribution.
Pour rappel, Vincent Bolloré a racheté Editis en fin d'année 2018. Et ce n'est certainement pas par philanthropie ou par amour de l'art...

Geoffrey Finance

08/02/2020 à 21:10

Libraire et indépendant également, je ne peux qu'appuyer ce commentaire.

Personnellement, je ne cesse de me poser la question de savoir qui, parmi les acteurs du monde du livre, tire réellement son épingle du jeu? Pas les auteurs, on est d'accord, pas les libraires non plus (CA en hausse légère ici, mais taux de retours explosé avec repercussion sur les frais de transport correlés en plus à des achats/mises en place galopantes quand bien même on essaye de faire le contraire...), pas les éditeurs si on en croit leurs déclarations...
Je me pose sérieusement la question quant aux diffuseurs (et distributeurs) qui semble t'il dégagent des marges assez honorables et qui se permettent encore le luxe de réorganiser leurs équipes de diffusion de façon incompréhensible en leur demandant toujours plus, toujours mieux à l'encontre parfois du bon sens.

Tout ça est très nébuleux.

Fantöm

06/02/2020 à 13:34

Je suis très engagé dans le combat des auteurs, mais 20%, c'est méconnaitre totalement le milieu. Avec notre maison d'édition, beaucoup de nos contrats montent à 15 % droits d'auteur, c'est extrêmement rare. Nos contrats sont parmi les plus protecteurs que j'ai pu voir en 11 ans de carrière. On a la chance d'avoir aussi des crowdfundings, une grosse communauté, de faire des salons deux fois par mois, donc on a pas mal de ventes en direct et pourtant, ça fait deux ans que notre société est en négatif de 30 000 euros. Les choses ne fonctionnent pas ainsi. La revendication des 20%, je veux bien, mais il faut que tu complètes ton message en précisant que le diffuseur, le distributeur et le libraire ainsi que la TVA se délectent d'une partie des 60 à 70% qu'ils ponctionnent sur chaque livre, sans parler de l'imprimeur, du maquettiste, etc... Avec 20% pour l'auteur, il resterait moins de 10% pour l'éditeur, donc je ne vois pas comment il pourrait rembourser ses 25 000 euros d'investissement sur une BD à moins d'en vendre minimum 40 000, choque que TRES PEU d'auteurs arrivent à faire. Donc oui, il faut un minimum de 10% c'est indispensable, mais pour 20%, il faudrait que l'auteur en question offre une garantie de vendre au moins 40 000 bouquin, ce qui ne concerne même pas 5 % auteurs en activité. Bref, c'est un vaste sujet. ^^

Black Bullet

07/02/2020 à 03:34

Bonjour, comment ça se passe entre un éditeur / un auteur et un crowdfunding, je sais que l'argent au delà du minimum requis par Aerinn était pour elle (pour prendre un exemple), cela remplace l'acompte ? ou cet argent est "bonus" pour l'auteur ?

koinsky

07/02/2020 à 10:15

Absolument ! Vous oubliez juste le distributeur.

Toto

07/02/2020 à 07:34

Je pense que je me suis mal fait comprendre...
20%, ce n'est pas la galette de l'auteur sur la part de l'éditeur : c'est la répartition juste du coût final de l'œuvre réparti entre les cinq acteurs majeurs : auteur, éditeur, imprimeur, diffuseur et libraire.
Il est sûr que ça va en faire grincer des dents, mais réparti ainsi, l'éditeur et l'auteur ont un combat COMMUN à mener...
En tout cas, ravi que vous ayez cette politique envers les auteurs : c'est quand même très rare aujourd'hui.

koinsky

23/02/2020 à 06:30

"20%, le minimum des 100 !".

Vous l'avez dit, c'est pas politiquement correct mais c'est ça : "(...) pour 20%, il faudrait que l'auteur en question offre une garantie de vendre au moins 40 000 bouquin, ce qui ne concerne même pas 5 % auteurs en activité." Il faut donc une sélection des manuscrits bien plus rigoureuse, beaucoup moins de livres édités, un bien meilleur accompagnement pour chacun, bref sortir de la logique productiviste industrielle pour entrer dans une logique de qualité, de rareté...".

"20%, le minimum des 100".

WizardSpike

06/02/2020 à 17:10

Bonjour à tous.

Je n'y connais rien du tout, je me positionne en toute fin de chaine : consommateur.


OU va l'argent d'une oeuvre ?
Si l'on réduit la chaine de création d'une oeuvre papier (une BD par exemple) à sa plus simple [removed]de manière théorique), on arrive à ça:

Auteur => Imprimeur => Libraire

Alors certes, les auteurs ne peuvent pas se diffuser seuls, s'ajoute alors l'éditeur:

Auteur => Editeur => Imprimeur => Libraire

On a 4 parts:
Sur le prix final de l'oeuvre en librairie, on retire :
- le prix de la matière première utilisée par l'imprimeur (papier/encre),
- La TVA
- ainsi que le prix de la livraison (que je ne fait délibérément pas apparaitre dans les acteurs d'une oeuvre)

Il serait intéressant de savoir à combien se chiffrent ces 3 dépenses incompressibles. Si ça représente déjà la moitié du prix du bouquin, alors il est évident que la partie 'auteur' ne pourra pas toucher les 20 pourcents proposés par Toto, mais seulement 12.5. (on s'approche de ce qu'explique Fantöm).


Le reste, qui est donc la marge (non nette d'impot), serait alors divisé par 4, chacun sa part. Et chacun paierait ses impots sur son quart (ce qui diminue encore le pourcentage...).

Les différentes parties (Auteur/Editeur/Imprimeur/Libraire) seront souvent composées de plusieurs personnes ou entitées (prestataires...), qui devront se partager le quartier respectif.

Que l'une des parties considère qu'elle investit plus que les autres, qu'elle est plus méritante ou autre, apparait irrecevable. Chacun se doit d'être rentable à son niveau, car tous profiterons, à part égale, du succès potentiel de l'oeuvre en question. C'est un travail collectif.


Ce raisonnement purement théorique me met le doute sur un point:

Si on parle en terme de projet dans sa globalité:
Auteur (création) => Editeur (Diffusion) => Imprimeur (Contruction) => Libraire (Mise à Disposition)

La partie 'Auteur' doit vivre sur ses propres créations, sur les seuls projets qu'il créé.
En revanche, les 3 autres parties vont avoir facilement accès à plusieurs projets, et constituer un chiffre d'affaire basé sur la quantité de projets qui leur passera dans les mains. Mais il faut aussi comprendre qu'ils ont beaucoup plus de dépense et d'investissement (locaux, multiple salariés, machines etc...).


Mais c'est un vaste sujet comme le dit Fantöm...


Comme rien n'est quantifiable humainement, j'aurais tendance à penser qu'il faut rester sur cette simple division par 4 de la marge de la vente.

... mais qui pour piloter tout ça ???

FrancoisBegnez

06/02/2020 à 20:56

@WizardSpike : il manque le distributeur dans l'équation.
Si l'investissement financier est plutôt facile à mesurer pour l'éditeur (maquette, impression, distribution...) qu'en est-il de l'investissement l'auteur ? Il passe entre 6 mois et 10 ans pour créer sa BD (je fais large, mais c'est ça) pour ne gagner que 5 à 10% du prix de vente du livre, rarement plus.

WizardSpike

07/02/2020 à 10:38

C'est pas l'Editeur qui distribue ?

Parce qu'il sert à quoi sinon ? Pour moi l'éditeur fait le lien entre l'auteur, l'imprimeur et les libraires.
Sinon à quoi sert-il ? certes, il peut avoir également quelque expérience du métier, apporter éventuellement quelques conseils aux auteurs (surtout pour ceux qui débutent), mais pour moi son rôle est surtout administratif et relationnel, donc il devrait remplir la fonction du distributeur.
Et c'est la raison pour laquelle, dans mon raisonnement précédent, j'ai pris en compte la livraison dans le prix final du livre. (lorsque je parlais de livraison, je parlais de la livraison en librairie, et non de la livraison chez le consommateur qui est forcément un coût supplémentaire ajouté après la vente)

FrancoisBegnez

07/02/2020 à 11:07

J'ai écrit "distributeur", mais le terme exact est diffuseur.
C'est-à-dire celui qui s'occupe de la livraison. Il est choisi par l'éditeur, comme l'imprimeur. En tout cas, cela représente une partie du coût d'un livre.

Raz

07/02/2020 à 11:35

Pensez à rajouter les postes suivants dans la chaîne de création du livre : compositeur, maquettiste, relecteur, fabricant, photograveur et papetier.

Avec tous les acteurs de la chaîne, vous verrez que c'est bien plus compliqué que ça. Et j'en ai forcément oublié.

Hervé

07/02/2020 à 12:13

Alors en fait c'est en 6 qu'il faut diviser le gâteau:
Auteur(création) => Editeur(pilotage global et apport financier de démarrage) => Diffuseur(commercial et vente) => Distributeur(stockage et livraison aux librairies) => Libraire(Mise à dispo lecteurs) + TVA & taxes diverses

Les coûts de l'imprimeur sont apportés par l'éditeur, tout comme l'avance sur droit de l'auteur.

WizardSpike

07/02/2020 à 15:55

Bah le problème c'est que si pour vendre une pomme, il faut considérer avoir le propriétaire du terrain, le planteur de pommier, le soigneur de pommier, l'épandeur (pour les fertilisants), le vérificateur, le récolteur, le transporteur, le trieur, l'higiène, le stockeur, le négociant, le commercial, le publicitaire (publiciste ?), l'organisateur de panier.... Enfin on ne s'en sort plus... :)

Hervé

07/02/2020 à 16:49

Eh oui!! :-)
C'est justement le souci de toute cette histoire, hélas...
Maintenant, de plus en plus d'éditeurs ont aussi leur propre diffuseur et leur propre distributeur.
Donc ça limite les acteurs (Auteur=>Editeur(Imprimeur+Diffuseur+Distributeur)=>Libraire)
Mais le souci, c'est que l'éditeur dans ce cas, ne réduits pas les prix cumulés...

koinsky

07/02/2020 à 06:25

Ce rapport aura au moins eu le mérite, s'il est mis en oeuvre, de briser l'omettra sur les conditions de vie de l'auteur dont aucun autre acteur de la chaîne du livre ne voudrait pour lui-même. Il porte un coup de projecteur sur un déni de réalité et sur la mauvaise foi de ceux-ci pour tenter de justifier leurs gains indus et scandaleux obtenus sur le dos des auteurs.

JB

07/02/2020 à 08:23

Je suis chez un éditeur qui m'a tout de suite proposé 10% au minimum, et une avance. L'idée selon laquelle ce minimum, ou le versement d'avances, serait un coût insupportable pour l'industrie, est absolument ridicule. Un mensonge absolument éhonté propagé en général, si vous regardez bien, par des messieurs d'un certains âge pour qui tout changement est douloureux, à cause de leur arthrose.

Lily

07/02/2020 à 10:37

L'auteur est et restera le mouton de la farce! Financièrement parlant. Le papier ruine l'économie
du livre et la couche d'ozone... sans oublier la TVA. La littérature, une peau de chagrin dans le domaine éditorial. Qui s'en soucie ? Que les gros salaires lèvent le doigt. Mister, plume! Revenons à la craie et écrivons sur les trottoirs, oeuvre éphémère, ça leur coûtera pas un rond!

Jujube

08/02/2020 à 05:29

Dialogue sur un trottoir:

- La craie, ça existe encore?
- M'enfin, c'est quoi, à ton avis, une craie-ation!

Lily

08/02/2020 à 10:48

(Jujube) ... craie-action. Très joli! Merci pour ce bon mot, bitumé!

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Chi Ta-wei, le premier auteur de la SF Queer en langue chinoise  

Taiwan fait régulièrement l’actualité de ces derniers mois pour le risque non nul que la Chine envahisse l’île. Quand l’Empire du Milieu s’est développé dans la tyrannie, l’ancienne île Formose s’est tournée vers la démocratie. Un de ses plus célèbres auteurs de science-fiction, Chi Ta-wei, était récemment présent dans l’hexagone pour présenter son travail d’écrivain et ses combats passés et actuels en faveur de plus de tolérance et d’inclusion. ActuaLitté s’est entretenu avec l'écrivain.

30/05/2023, 18:08

ActuaLitté

“Il faut savoir se mettre dans l’inconfort pour créer de belles choses”

#Imaginales23 – Pour chaque livre, sa couverture. Pour chaque auteur, son illustrateur. Cette année, un certain Laurent Gapaillard est mis en avant par Les Imaginales, à travers une exposition au Musée départemental d’art ancien et contemporain d’Épinal. Malgré une journée pleines d’obligations, l’artiste a accepté d’échanger en fin de soirée, le temps d’un diabolo-citron

29/05/2023, 09:38

ActuaLitté

Claire Garand : “Le livre permet une relation intime instantanée”

#Imaginales23 – Les Imaginales sont l’occasion pour tous les auteurs et autrices de l’imaginaire de se rassembler et rencontrer leur lectorat. En fin de journée, en longeant une dernière fois les tables recouvertes de livres, le besoin de discuter émerge avant de quitter la Bulle aux livres. Petit entretien en douceur avec Claire Garand, autrice de Paideia (éditions La Volte).

28/05/2023, 19:00

ActuaLitté

Rakel Haslund, nouvelle voix dans l’écriture de l’Imaginaire

La Bulle aux livres des Imaginales regroupe des profils d’auteurs et d’autrices très différents. La science-fiction, la fantasy et autres genres de l’imaginaire se côtoient, sans a priori, dans une ambiance joyeuse. Et puis, au milieu de la foule, une figure calme, qu’on ne peut s’empêcher d’aborder : Rakel Haslund, dont le premier roman Après nous les oiseaux a été publié aux éditions Robert Laffont (trad. Catherine Renaud).

28/05/2023, 14:01

ActuaLitté

Montmorillon : pour 2023, “concilier les attentes et la nouveauté”

#MontmorillonLivre23 – Rebaptisé Rencontres de Montmorillon, le festival du livre qu’avait fondé Régine Deforges en 1990 a pris une nouvelle orientation. Depuis 2022, Anne-Lise Dyck-Daure en assure la programmation, une “année zéro” qui inaugurait la formule repensée. Pour 2023, Franck Bouysse sera mis à l’honneur, et avec lui, 35 auteurs invités. Un changement d’envergure pour cette commune de 6000 habitants.

27/05/2023, 10:46

ActuaLitté

Aux Imaginales, Brian Evenson et ses récits post-apocalyptiques

#Imaginales23 – Parmi les invités étrangers mis en avant cette année par le festival, quel plaisir que de découvrir le visage souriant de Brian Evenson. Avec déjà de nombreux romans à son actif, dont La Confrérie des mutilés (Le Cherche-Midi, trad. Françoise Smith), il se présente ce week-end avec deux récits post-apocalyptiques époustouflants : Immobilité (Payot et Rivage, trad. Jonathan Baillehache) et L’Antre (Quidam Éditeur, trad. Stéphane Vanderhaeghe). Petite discussion dans la Bulle du livre.

27/05/2023, 10:29

ActuaLitté

Jérôme Thélot : “La poésie ne veut pas l’irréalité”

Yves Bonnefoy (1923-2016) est à juste titre considéré comme l’un des poètes majeurs de la moitié du XXe siècle et du début du XXIe. D’abord proche des Surréalistes, il s’en détachera très rapidement pour mener une œuvre personnelle et exigeante, avec notamment la parution, en 1953, de Du mouvement et de l’immobilité de Douve, unanimement salué par la critique de l’époque.

26/05/2023, 12:03

ActuaLitté

“Le Musée a très tôt fait le choix de soutenir une littérature forte, engagée, vivante”

PrixPorteDoree23 – Nommée directrice générale du Palais de la Porte Dorée, Constance Rivière a pris ses fonctions en septembre 2022. Elle accompagne donc pour la première fois la remise des prix littéraire et BD du Palais de la Porte Dorée 2023. Un lien de l’établissement avec le monde de l’écrit qu’elle évoque avec nous, alors que les lauréats viennent d’être dévoilés.

25/05/2023, 20:30

ActuaLitté

Bookconekt : une librairie numérique pousse la lecture au Bénin

ENTRETIEN – Grand communicant, Augustino Agbemavo a co-créé Bookconekt pour faciliter l’accès au livre via le digital. C’est un pari sur le développement du numérique et d’autres modes de « consommation » du livre. Il commercialise les accès à la bibliothèque numérique YouScribe et mise sur la promotion des auteurs béninois. Propos recueillis par Agnès Debiage, fondatrice d’ADCF Africa.

23/05/2023, 10:15

ActuaLitté

Exofictions : 10 ans d'Imaginaire “avec le coup de cœur pour radar” (Actes Sud)

Depuis une quinzaine d’années, Manuel Tricoteaux officie chez Actes Sud : à son actif, la collection Actes noirs et le coup de génie rencontré avec Nicolas Mathieu, Goncourt 2018, alors passé en domaine français. Depuis 2013, il a ajouté la corde Imaginaire à son arc : Exofictions. Une collection qui s’est ouverte avec Silo de Hugh Howey (trad. Yoann Gentric et Laure Manceau). 10 ans, donc…

17/05/2023, 14:37

ActuaLitté

Javier Cercas : “Notre époque est celle de la révolution des femmes”

#LaComedieDuLivre23 – Montpellier lui remettra bien un jour les clefs de la ville : presque chez lui, l'Espagnol Javier Cercas navigue de plaisanteries en commentaires sur la littérature, devant une salle comble. L'auditoire jubile à mesure que le romancier régale d'anecdotes des lecteurs conquis. Et s’il convoque Don Quichotte, Dostoïevski et, bien entendu, Borges, le plaisir n’en est que plus grand.

14/05/2023, 10:15

ActuaLitté

La traduc-parodie du Cid : “Pourquoi ne pas m’en prendre à Corneille ?”

ENTRETIEN – ActuaLitté se targuera longtemps d’avoir découvert Vyctor Ego, jeune auteur qui doit tout au domaine public. Il s’est lancé dans la traduction parodique du Cid de Corneille, revisitant l’ouvrage avec un vocabulaire nettement plus contemporain. Le Dic, l’œuvre qui en résulte, ne compte pour l’heure qu’un seul acte, le premier, comme un morceau de bravoure.

04/05/2023, 13:10

ActuaLitté

Les Intergalactiques, nées “de la créativité des personnes qui y ont contribué”

Du jeudi 13 au dimanche 18 avril, les férus de science-fiction se sont rassemblés à la MJC Monplaisir, à Lyon. Le temps de quelques jours, ils et elles ont pu se laisser porter par la programmation du festival des Intergalactiques. Une onzième édition pleine de surprises… et surtout très prisée des lecteurs et des lectrices de tout l’hexagone. 

04/05/2023, 12:27

ActuaLitté

Les Rendez-vous de la Bande dessinée : en juin, Amiens devient capitale

#RDVBDAmiens2023 – Il faut l’admettre : une manifestation reposant sur un modèle mensuel a bien quelque chose d’infiniment singulier sur les territoires francophones. Mais quoi de mieux pour que le plaisir se prolonge, tout en répondant à une demande du public ? Les 27es Rendez-vous de la Bande dessinée, à Amiens, bien entendu, ouvriront leurs portes du 3 au 25 juin. En avant la musique (si, si : en plus !). 

03/05/2023, 13:12

ActuaLitté

Académie française : Eduardo Pisani “essaie de battre Zola, 25 fois candidat”

ENTRETIEN – Edouardo, connu pour le titre de Je t'aime le lundi, dédie une chanson à l'Académie française. Ce titre accompagne la 19e candidature du chanteur pour un des fauteuils laissé vacant sous la Coupole.  

03/05/2023, 11:41

ActuaLitté

John Waters : “Tous veulent être des outsiders, alors je suis devenu un insider”  

ENTRETIEN — L’une des plus importantes figures du cinéma Underground américain de ces 50 dernières années, John Waters, publie en France son premier roman, Sale menteuse, sous-titré, Une Romance feel-bad (trad. Laure Manceau, Gaïa, sorti le 26 avril). Trois années d'écriture pour celui qui n’a plus réalisé de films depuis 2004. ActuaLitté s'est entretenu avec le cinéaste, et depuis peu donc, romancier, présent à Paris entre le 25 et le 28 avril.

29/04/2023, 14:30

ActuaLitté

Jean Renaud, le heurt des mots

Né en 1948, normalien, agrégé de Lettres et spécialiste du XVIIIe siècle, Jean Renaud a écrit 67 compressions suivi de petite suite racine (éditions Unicité). L'ouvrage postfacé par Jacques Demarcq est sorti en avril 2023. Entretien réalisé par Étienne Ruhaud.

25/04/2023, 11:25

ActuaLitté

Dima Abdallah : “C’est l’histoire d’un homme en marge du monde”

#PrixFrontieres23 – Le 7 mars, le jury du Prix Frontières-Léonora Miano dévoilait la lauréate 2023, Dima Abdallah, pour son deuxième roman Bleu nuit (Sabine Wespieser éditeur). À l’occasion du festival Livre à Metz, cette dernière a été reçue au Palais du Gouverneur de la ville. ActuaLitté en a profité pour s’entretenir avec la gagnante.

17/04/2023, 17:33

ActuaLitté

Nathacha Appanah : "Le mot même de vérité est un vertige"

LeLivreaMetz23 — Après avoir séduit Nancy, où elle reçut le Prix des Libraires de la ville en 2021 pour son texte, Rien ne t’appartient, c’est Metz qui consacre Nathacha Appanah. Invitée d’honneur du festival Livre à Metz, elle discutera avec une autre invitée d’honneur, la journaliste Émilie Aubry, autour du thème de cette édition 2023 : le vertige... L’auteure de Tropique de la violence révèlera également sa bibliothèque idéale, qu’elle partage en partie avec ActuaLitté en avant-première...

15/04/2023, 19:54

ActuaLitté

Pierre Haski face au vertige du pouvoir absolu

LeLivreaMetz23 — « Le pouvoir rend fou, et le pouvoir absolu rend absolument fou. » Une citation plus célèbre que son auteur, John Emerich Dalberg-Acton, qui rend bien compte du vertige de la puissance. Le pouvoir peut s’appuyer sur des moyens financiers, le patriarcat ou une position dans l'appareil d'État. Les dictateurs, le journaliste Pierre Haski s’y est beaucoup intéressé, que ce soit en tant que correspondant en Chine, ou par son activité quotidienne d’observateur de la géopolitique mondiale.

15/04/2023, 19:12

ActuaLitté

Raphaël Nedilko, le flic qui répare les humains

Dès lors qu’une affaire de meurtre est rapportée aux autorités, sa résolution se change en tâche collective. Raphaël Nedilko, qui souhaita devenir prêtre et s’engage comme enquêteur de la PJ (Police Judiciaire), sait quel est le prix de cette responsabilité. Avec son autobiographie L’Obstiné (co-écrit avec Catherine Siguret, StudioFact), il livre un portrait à charge sur son institution et témoigne de l’impossibilité d’oublier les victimes et leurs familles. Entretien avec un idéaliste acharné.

14/04/2023, 10:42

ActuaLitté

Jeunesse, cuisine, beaux-livres... La délicate accessibilité des livres illustrés

Le format EPUB a offert des fonctionnalités précieuses pour l'accessibilité des livres numériques. Mais pour une partie de la production seulement : les ouvrages illustrés, de jeunesse, de cuisine ou encore les beaux-livres, restent encore illisibles pour un lectorat empêché. Mais la recherche progresse, en témoigne un projet de la Fondation italienne LIA.

07/04/2023, 12:42

ActuaLitté

Juan Branco : “Je n’y survivrai pas. Vous et moi le savons”

ENTRETIEN - L'ancien conseiller juridique de Julian Assange, avocat de la ligue de football espagnole contre le PSG, ou de certains Gilets jaunes, Juan Branco, clôt une trilogie commencée avec Crépuscule (près de 110.000 ex. vendus en grand format, 57.000 ex. en poche, données Edistat). Le titre de l’ouvrage parle de lui-même : Coup d’État, sous-titré Manuel insurrectionnel. L’ambition est claire : offrir les outils pour mener une révolution et en accepter toutes les conséquences…

30/03/2023, 16:27

ActuaLitté

Guy Darol : “L’imagination est fille de l’enfance”

Écrivain, essayiste, biographe, le Morlaisien Guy Darol signe là son second récit autobiographique. S’y mêlent plusieurs portraits vivants, le tableau d’un pays disparu, un peu rude, mais marqué par une grande solidarité. Village fantôme est paru en mars 2023 chez Nadeau. Entretien réalisé par Étienne Ruhaud.

28/03/2023, 11:23

ActuaLitté

Remettre les parents au cœur de l’éducation et de la lecture

Laure Blédou est partout, sur tous les fronts pour œuvrer au rayonnement de Bayard Afrique. En un mois, la directrice éditoriale et marketing passe d’Abidjan à Dakar où je la croise. Puis, elle s’envole pour Bamako avant d’aller vers Kigali. Mais qu’est-ce qui fait tant bouger cette franco-ivoirienne à la personnalité rayonnante ? Propos recueillis par Agnès Debiage, fondatrice d’ADCF Africa.

20/03/2023, 13:16

ActuaLitté

“Rêver d’être un autre, c’est courir après une chimère”, Marc Voltenauer

Le romancier suisse le plus épris de montagnes et de tranquillité publie son dernier polar, Cendres ardentes, aux éditions Slatkine & Cie. Un ouvrage qui signe le grand retour de l'inspecteur Auer. Et pour l'occasion, son créateur s'est plié, de bonne grâce, au jeu du questionnaire de Proust. 

17/03/2023, 09:28

ActuaLitté

Le podcast Oublieuse Postérité, une autre mémoire pour la littérature

Créé en début d'année 2023, le podcast littéraire « Oublieuse Postérité » remet en lumière des œuvres - principalement des romans et récits - ainsi que des écrivains oubliés, des années 1920 au années 1970. Les épisodes se consacrent à un livre et paraissent de manière bimensuelle le 1er et 3e mercredi du mois. Exploration au cœur de « l' abîme de l'oubli ».

13/03/2023, 15:17

ActuaLitté

Urban Nomad, “une véritable révolution copernicienne à notre échelle”

Inaugurée en août 2022, la collection Urban Nomad chez Urban Comics (Média Participations), incarne la proposition de la maison pour des titres plus accessibles, notamment au niveau tarifaire. François Hercouët, directeur éditorial d'Urban Comics, revient pour nous sur les motivations et la mise en œuvre de cette offre particulière au sein du catalogue.

13/03/2023, 11:50

ActuaLitté

Précipice de Céline Denjean : la jeunesse est un brasier

Prix polar au festival de Cognac 2018, Céline Denjean publie son 7e roman, Précipice, chez Michel Lafon sa nouvelle maison d’édition. Louise, Violaine et Thierry reprennent du service pour la seconde fois après Matrices (Marabout, 2022) et son enfer des usines à bébés. Cette fois, ce n’est pas Souviens toi l’été dernier, mais les réminiscences d'une époque vieille de 20 ans. 

08/03/2023, 17:50

ActuaLitté

Jacques Lucchesi : "Tout cela participe de la connaissance de soi"

Journaliste, essayiste, le Marseillais Jacques Lucchesi est entré en littérature par la poésie. En témoigne le catalogue du Port d’Attache, sa maison d’édition associative fondée en 2006. En témoignent également ses nombreux recueils, et notamment Choses vécues, paru en 2022 chez Sinope. Peut-on, ici, toutefois, parler de poésie ? Entretien réalisé par Étienne Ruhaud.

08/03/2023, 14:25

ActuaLitté

Aurélien Bellanger : Walter Benjamin c’est moi (et le XXe siècle)  

Walter Benjamin ce grand méconnu. Aurélien Bellanger le prouve avec son roman au titre évocateur, Le vingtième siècle. Une pensée et des textes souvent posthumes, fragmentaires comme le dernier ouvrage de l’auteur du Grand Paris. L’écrivain radicalise ici son approche et taille dans les intrigues sentimentales pour se concentrer sur ce qui l’intéresse véritablement : quelle place pour une métaphysique au XXIe siècle ?

07/03/2023, 16:10

ActuaLitté

“La mission des BücherFrauen est avant tout féministe”

L'Allemagne connaitra en mai prochain sa première Semaine du livre féministe. Derrière cet événement, l'association de travailleuses du monde du livre BücherFrauen. Charlotte Fondraz, autrice de romans historiques féministes, anthropologue et traductrice, membre du réseau professionnel et du groupe de travail consacré à cette Feministische Buchwoche, a répondu à quelques questions sur cette dernière.

06/03/2023, 16:31

ActuaLitté

Tous pour le livre s'engage à “développer petit à petit un réseau de bibliothèques”

Au Bénin, l’ONG Tous pour le livre a déjà créé 7 bibliothèques dans le département du Zou et elle se fixe comme objectif, pour 2023, de couvrir le département voisin, Les collines. 17 bénévoles autour de Chédrack Dègbé œuvrent pour que les enfants puissent se retrouver dans un lieu de lecture, ouvrir leurs horizons et améliorer leurs connaissances.

06/03/2023, 15:57

ActuaLitté

Marie-Anne Bruch : “J’ai du mal à considérer l’écriture comme une thérapie”

Série de proses courtes, publiées par Rafael de Surtis, La portée de l’ombre évoque l’enfermement psychiatrique, et s’apparente ainsi à un récit autobiographique entrecoupé de réflexions autour de la musique. Merveilleusement lisible, composé dans un style sobre et clair, l’ouvrage nous livre ainsi quelque chose d’intime, à valeur universelle. Par Étienne Ruhaud.

25/02/2023, 09:30

ActuaLitté

Changer l'Afrique en terre de lecteurs : quand la lecture devient essentielle

Après ses études, Christian Elongué fonde Muna Kalati, une association panafricaine dédiée à la production éditoriale jeunesse en Afrique, à la mise en réseau de ses professionnels, à la structuration de la filière, qui entend jouer un rôle impactant pour l’avenir de la lecture sur le continent et au-delà. Propos recueillis par Agnès Debiage, créatrice de ADCF Consulting.

22/02/2023, 18:05

ActuaLitté

Alexis Denuy : “Je suis une voix du pays de la liberté”

Originaire de Seine–Saint-Denis, petit-neveu de l’historien Camille Jullian, Alexis Denuy est à la fois performeur, vociférateur, plasticien, commissaire d’expositions et surtout écrivain. L’homme, qui a fondé en 2017 le collectif « NAO » avec Catherine Poulain, propose ici un livre singulier, déroutant, hybride. Déroulant une série de textes en prose conçus pour être dits, déclamés, criés en pleine rue, le jeune homme retrouve ici le chemin de la révolte, à mi-chemin entre le théâtre, la poésie, et le récit. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

15/02/2023, 12:33

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Bulle en stock : à Amiens, la librairie engagée et passionnée

#RDVBDAmiens2023 – Rarement une librairie aura entretenu des liens si étroits avec un festival littéraire. Rarement, voire jamais, tant la relation entre les Rendez-vous de la Bande dessinée d’Amiens et Bulle en stock relève de la quasi-filiation. Si la manifestation inaugura sa première édition en juin 1996, la librairie, elle, avait ouvert en novembre de l’année précédente. Et son fondateur compte parmi les créateurs de l’événement : des bulles et des amis, CQFD.

02/06/2023, 22:01

ActuaLitté

Qu’est-ce qu’un bibliothécaire vert ?

Le thème de la transition écologique s’est imposé à toute vitesse dans le monde des bibliothèques. Il vient  bousculer nos habitudes de travail mais aussi tout le projet de la bibliothèque. Et, fatalement, le métier des bibliothécaires. Il apparaît que cette transformation du métier ressemble à un changement de posture professionnelle. Pascal Krajewski, Conservateur de bibliothèque, en balaye les principales facettes.

31/05/2023, 09:54

ActuaLitté

Quand “librairie” s'écrit avec deux roues : Bienvenue en Arménie !

#AVeloEntreLesLignes – Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek sont partis à la découverte des librairies francophones et locales, depuis la France vers la Mongolie. Depuis août 2022 qu’ils sont partis, les deux cyclistes racontent leur périple dans un carnet de bord que ActuaLitté publie. Le récit de cette aventure humaine, c’est À Vélo, entre les lignes.

26/05/2023, 10:31

ActuaLitté

La ruralité, un idéal salvateur ?

#MontmorillonLivre23 – Le festival littéraire de Montmorillon revient du 2 au 4 juin prochain avec une programmation variée ouverte à tous. Lectures, rencontres, débats, projections, ateliers et spectacles seront proposés. L'événement partage des horizons inattendus, souvent négligés par les circuits commerciaux et médiatiques, offrant ainsi une vision alternative de la société. 

20/05/2023, 09:24

ActuaLitté

José Rodrigues Dos Santos : esprit hors du commun... au service du grand public

Dans son pays, la rumeur est tenace : J.R. dos Santos aurait une équipe entièrement dédiée à ses recherches pour l’écriture de ses romans. Comment expliquer autrement le parcours de cet homme ? Reporter de guerre, présentateur du JT depuis vingt-cinq ans sur la première chaîne du Portugal, auteur de best-sellers internationaux. Et tout cela, en même temps ? 

19/05/2023, 16:03

ActuaLitté

Telavi : le plaisir retrouvé des choses simples

#AVeloEntreLesLignes – Le défi est immense : explorer autant de librairies que possible, en parcourant la distance entre Paris et Oulan-Bator. Et pourtant, Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek ont décidé de se lancer dans cette aventure en août 2022. ActuaLitté les accompagne en partageant leur récit de ce voyage incroyable intitulé À vélo, entre les lignes.

17/05/2023, 16:52

ActuaLitté

Le binôme Fnac/Editis : seule réponse de Kretinsky à l'empire Bolloré

Entre les négociations exclusives et la promesse d’achat dévoilée le 24 avril, un gros mois s’est écoulé. Daniel Kretinsky, sauf retournement de situation, deviendra propriétaire d’Editis, à 100 %. De son côté, l’industrie du livre a modéré ses attaques sur l’hypothétique rapprochement avec Hachette Livre. Elle a cependant trouvé un autre cheval de bataille : Fnac, dont le milliardaire tchèque possède 25 %.

11/05/2023, 19:10

ActuaLitté

Festival des Passeurs de livres 2023 : forger ses opinions

Le Festival des Passeurs de livres ouvrira ses portes du 1er au 4 juin 2023. À cette occasion, Franck Belloir - le directeur du festival — s’adresse au plus grand nombre. Il invite et encourage chacun à forger ses propres opinions grâce à des dialogues entre chercheurs et auteurs de fictions. Le texte est ici proposé en intégralité.

11/05/2023, 09:36

ActuaLitté

Les mauvaises critiques de livres qui vous ruinent la vie

Les horribles médias : bien moins de pouvoir qu’on ne pense, mais plus d’influence qu’on ne croit ? Les cyniques répondront qu’il n’existe ni bonne ni mauvaise publicité : tout serait bon à prendre. Pourtant, une récente étude a montré que dès le premier ouvrage publié, la santé mentale des auteurs en prenait un coup. Alors… comment endurer la critique sans provoquer un ulcère ?

05/05/2023, 10:07

ActuaLitté

À la rencontre des libraires-antiquaires de Géorgie, à bicyclette...

#AVeloEntreLesLignes – Partir à la découverte du plus grand nombre de librairies possible, entre Paris et Oulan-Bator, le défi est de taille. À vélo, c'est confirmé : c'est de la folie douce. C’est pourtant l’aventure que Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek ont démarrée en août 2022. ActuaLitté les accompagne, en publiant leur récit de ce périple, À vélo, entre les lignes.

04/05/2023, 09:40

ActuaLitté

Solidarité avec Aslı Erdoğan et les démocrates en Turquie

L’alliance des femmes pour la démocratie et les éditions des femmes-Antoinette Fouque clame haut et fort leur soutient indéfectible à Aslı Erdoğan, Pinar Selek et tous les intellectuels et démocrates persécutés par l’État turc. Leur texte est ici proposé en intégralité.

26/04/2023, 16:43

ActuaLitté

L'éditeur comme certificateur de la pensée, vraiment ?

Dans le cadre du master Métiers du livre et de l’édition que propose l’université Sorbonne Paris Nord, les étudiants de première année en apprentissage ont été sollicités. Charge à eux de parler, sous la forme d’un billet d’humeur, de ce qu'évoque l’industrie du livre à leurs yeux. Visions d’avenir, visions passées, rencontre entre la formation et le réel… des témoignages étonnants. Par Soufiane Elkhayati.

26/04/2023, 15:40

ActuaLitté

La littérature indienne et la France

#DemainLeLivre - Découvrir l’industrie et ses métiers — la chaîne du livre, selon l’expression consacrée —, voilà le lot des étudiants de Master 1 en apprentissage. À travers la formation Commercialisation du livre, les voici engagés dans l’édition. Au fil de billets d’humeur, ActuaLitté propose des témoignages de celles et ceux qui seront les professionnels de demain.

25/04/2023, 15:31

ActuaLitté

Route écroulée, crevaisons, fatigue : “Nous voici entrés en Géorgie...”

#AVeloEntreLesLignes – Partir à la découverte du plus grand nombre de librairies possible, entre Paris et Oulan-Bator, le défi est de taille. À vélo, cela frise la folie douce. C’est pourtant l’aventure que Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek ont démarrée en août 2022. ActuaLitté les accompagnera désormais, en publiant le récit de leur voyage, À vélo, entre les lignes.

25/04/2023, 14:30

ActuaLitté

Librairie : la relation client, “c'est la base du vivre ensemble”

WelcomeToMiami – Que l’on parle d’internet ou d’une boutique, le cœur du commerce réside dans les relations entretenues avec les clients. Ici, comme ailleurs ? Nicolas Pacaud dirige My Bulle Toys, librairie francophile et jeunesse, située non loin de Miami. Il a choisi de tenir un carnet de bord dans nos colonnes, pour partager son expérience. Il évoque cet aspect si spécifique de l’activité : écouter, conseiller, considérer.

25/04/2023, 09:26

ActuaLitté

Journée mondiale du livre : Quelle place aux lecteurs aveugles ?

À l’occasion de la journée mondiale du livre, le 23 avril 2023, la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France appelle au soutien de l’alignement des prix des livres adaptés en braille sur le prix de l’édition classique/ ordinaire / en noir. Leur texte est ici proposé en intégralité.

22/04/2023, 10:13

ActuaLitté

Exceptionnelle exception culturelle française : Facebook, non. TikTok, oui

On n’est pas à un paradoxe près, dans l’édition. Et moins encore, quand il s’agit de l’univers numérique. On se souvient qu’au lancement d’Amazon en France, il s’était trouvé des éditeurs pour affirmer : « Des livres vendus sur internet ? Aucun avenir. » 23 ans plus tard, un livre sur cinq est vendu sur le net. Mais le traitement des acteurs du web demeure à géométrie variable.

20/04/2023, 18:29

ActuaLitté

Scotland Yard confond éditeur et terroriste : Interdiction de publier !

L’arrestation en début de semaine d’un agent littéraire français, à Londres, a littéralement frappé de stupeur l’industrie. Venu pour la Foire du livre de Londres, Ernest, 28 ans, a été interpellé, car soupçonné de représenter un danger du type terrorisme. Une procédure choquante pour Jean-Yves Mollier, universitaire et spécialiste de l’édition contemporaine. Il signe ici un texte en soutien pour ActuaLitté.

20/04/2023, 12:08

ActuaLitté

Suspecté de terrorisme, un agent littéraire français arrêté à Londres 

Le 17 avril, un responsable d’édition français en déplacement au Royaume-Uni a été arrêté pour suspicion de terrorisme. Les éditions La fabrique (Paris) et Verso Books (Londres) appellent à un rassemblement en soutien et réclament sa libération ainsi que l’abandon des poursuites. Leur message est ici reproduit en intégralité. (Pour des raisons de sécurité, la personne concernée sera appelée X)

18/04/2023, 10:13

ActuaLitté

Le roman de Dima Abdallah “réaffirme la force salvatrice de la littérature”

#PrixFrontieres23 – Pour sa troisième édition, le prix que coorganisent l’Université de Lorraine (Crem, Loterr) avec l’Université de la Grande Région (UniGR), a récompensé la romancière Dima Abdallah. Son deuxième roman, Bleu nuit, aura fait l'unanimité du jury. La présidente du prix Frontières-Léonora Miano, Carole Bienius-Penin, répond à quelques questions.

15/04/2023, 16:32

ActuaLitté

Ce 15 avril, les librairies offrent une fleur et un livre en plumes

On célébrera ce 15 avril la Journée mondiale du livre et du droit d'auteur, ainsi que Fête de la librairie indépendante par les libraires indépendants. Depuis 2011, une cinquantaine de librairies indépendantes en Belgique a emboité le pas à leurs confrères français, luxembourgeois et suisses pour fêter les auteurs, les livres, la librairie ! Les voici qui publient un manifeste, cette année très politisé, en regard de l'actualité.

10/04/2023, 10:00

ActuaLitté

Adaptation des oeuvres du passé : limites et perspectives

#DemainLeLivre - Découvrir l’industrie et ses métiers — la chaîne du livre, selon l’expression consacrée —, voilà le lot des étudiants de Master 1 en apprentissage. À travers la formation Commercialisation du livre, les voici engagés dans l’édition. Au fil de billets d’humeur, ActuaLitté propose des témoignages de celles et ceux qui seront les professionnels de demain.

07/04/2023, 12:35

ActuaLitté

Une TVA à 5,5 % pour les correcteurs

L’Association des correcteurs de langue française (ACLF) a demandé l’été dernier au ministère de la Culture de se prononcer de façon claire et explicite sur le taux de TVA applicable aux travaux de correction. Les conditions d’exercice des correcteurs ont évolué ces dernières décennies, depuis le temps où ce métier ressortissait à l’imprimerie et souvent au salariat. Or, même si un certain nombre de correcteurs sont toujours salariés de maisons d’édition, beaucoup sont désormais indépendants. 

05/04/2023, 17:28

ActuaLitté

André Comte-Sponville et l’euthanasie : le littéraire au service du politique

#DemainLeLivre - Découvrir l’industrie et ses métiers — la chaîne du livre, selon l’expression consacrée —, voilà le lot des étudiants de Master 1 en apprentissage. À travers la formation Commercialisation du livre, les voici engagés dans l’édition. Au fil de billets d’humeur, ActuaLitté propose des témoignages de celles et ceux qui seront les professionnels de demain.

04/04/2023, 14:10

ActuaLitté

Exposition : Louis XVI, Marie-Antoinette & la Révolution

C’est à un remarquable travail collectif que nous convient les Archives nationales et les éditions Gallimard : Jusqu’au 6 novembre 2023 à l’hôtel de Soubise (Paris) est à découvrir, l’exposition gratuite Louis XVI, Marie-Antoinette & la Révolution

03/04/2023, 11:31

ActuaLitté

Pourquoi Emmanuel Macron s'exprime dans Pif Gadget ?

Voici un magazine qu’avait soutenu — sans excès — le parti communiste, dont le héros naquit dans les colonnes de L’Humanité. Et qui depuis décembre 2020, est devenu un trimestriel, propriété d’un ex-UMP, ex-LR, et de secrétaire d’État de Nicolas Sarkozy. Mais pourquoi diable un président parle dans Pif Gadget ?

30/03/2023, 11:27

ActuaLitté

Soutien au livre : le gouvernement du Canada déçoit les éditeurs

Coup dur pour l’industrie de l’édition, qui découvre, désarmée, les sommes allouées par le gouvernement fédéral. En dépit des promesses formulées durant sa campagne, le pouvoir fait défaut… et provoque une montée de colère. Le texte de l'ANEL est ici reproduit en intégralité.

30/03/2023, 10:59

ActuaLitté

Plutôt qu'une hausse de la TVA du livre, la Belgique demande sa suppression

D’après la refonte des taux de TVA et de leur assiette qu'annoncée le ministre des Finances belge, le livre passerait de 6 % à 9 %. Les associations professionnelles de la chaîne du livre la refusent et appellent à la mobilisation en signant une pétition destinée au Parlement fédéral et au ministre Van Peteghem. Leur texte est ici proposé en intégralité.

29/03/2023, 17:39

ActuaLitté

Festival du livre et géométrie euclidienne : bien choisir ses convives

REPORTAGE – Pour 2023, le Festival du Livre de Paris accueillera les lettres italiennes. La proximité culturelle entre les deux pays relève de l'évidence et les relations politiques et commerciales sont étroites. Pour l'organisation, les défis ne manquent pas : quels auteurs, quels secteurs éditoriaux, quels éditeurs mettre en avant ? 

29/03/2023, 16:08

ActuaLitté

”La marge est le royaume de ceux qui s'en emparent“

#LectureetLittoral – Aventurier impénitent, soucieux de partager sa passion, Marc Roger a débuté ce 21 janvier un périple de 5000 km, longeant la côte atlantique. À la limite invite au voyage, à la découverte, au gré de rencontres agrémentées de lectures... et de récolte de déchets sur les plages...

29/03/2023, 09:30

ActuaLitté

La technologie au service du livre 

#DemainLeLivre – Découvrir l’industrie et ses métiers — la chaîne du livre, selon l’expression consacrée —, voilà le lot des étudiants de Master 1 en apprentissage. À travers la formation Commercialisation du livre, les voici engagés dans l’édition. Au fil de billets d’humeur, ActuaLitté propose des témoignages de celles et ceux qui seront les professionnels de demain.

27/03/2023, 12:29

ActuaLitté

Denis Olivennes : l'homme médiatique de Kretinsky, futur patron d'Editis ?

Depuis quelques années, le binôme Denis Olivennes / Daniel Kretinsky va à l’amble. Cette association connut un point d’orgue quand le second signa un chèque de 14 millions € à Libération, dont le premier était directeur général. Avec la perspective du rachat d’Editis, dans son intégralité, le nom du haut fonctionnaire revient, revient, revient…

24/03/2023, 17:32

ActuaLitté

Le livre de Niki de Saint Phalle sur l'inceste, Mon secret  

À l’heure où la survie des éditeurs indépendants se trouve fragilisée par une logique mercantile brutale, lancer une maison d’édition est un vrai défi. C’est aussi une joie. Traverser des œuvres, les donner à lire dans leur singularité et contribuer à la biodiversité du paysage éditorial français. Au fondement de ce métier, Paul Otchakovsky-Laurens évoque « une vérité » dans son film Éditeur — « une note juste ». Par Ariana Saenz Espinoza.

24/03/2023, 11:45

ActuaLitté

Intelligence artificielle et traduction littéraire : exiger la transparence

Les deux associations françaises représentant traductrices et traducteurs littéraires – ATLF et ATLAS –, s'inquiètent du recours grandissant aux outils de traduction automatisés. Elles réclament aux éditeurs qu'ils fassent preuve d'un peu plus d'honnêteté dans leur utilisation.

23/03/2023, 10:47

ActuaLitté

La fabrique fête ses 25 ans !

#DemainLeLivre – Découvrir l’industrie et ses métiers — la chaîne du livre, selon l’expression consacrée —, voilà le lot des étudiants de Master 1 en apprentissage. À travers la formation Commercialisation du livre, les voici engagés dans l’édition. Au fil de billets d’humeur, ActuaLitté propose des témoignages de celles et ceux qui seront les professionnels de demain.

21/03/2023, 15:55

ActuaLitté

La lecture en prison, ou l’évasion à voix haute

#Lectureetlittoral - L’homme est âgé, petit, le cheveu rare et gras, gris, tiré en arrière sur un crâne à la peau tavelée. Fragile d’aspect et de constitution, il a ce regard apeuré, légèrement circulaire, de celui, habitué aux moqueries, qui redoute de prendre la parole en public mais qui ne peut s'empêcher de le faire. Un cheveu s’est glissé sur sa langue. (Note de l’auteur : les noms de famille et les prénoms ont été modifiés.)

21/03/2023, 11:04