#Economie

“Nous, éditeurs, sommes des horlogers du livre” Moïse Kissous (SNE)

À l’exception de rares interventions dans la presse, et d’un communiqué laconique, le Syndicat national de l’édition est resté très en réserve suite à la publication du rapport Racine. Des éditeurs qui seraient “vent debout” ? Dans un entretien accordé à ActuaLitté, Moïse Kissous, PDG du groupe Steinkis et président du groupe BD au SNE apporte un éclairage, par le prisme du 9e Art. 

Le 16/02/2020 à 14:23 par Nicolas Gary

4 Réactions | 2 Partages

Publié le :

16/02/2020 à 14:23

Nicolas Gary

4

Commentaires

2

Partages

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

Volonté de dialogue, solutions concrètes, explications sur la crise de confiance : un tour d’horizon du marché BD et de la situation des auteurs… autant que des éditeurs.

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

En avril 2014, Antoine Gallimard assurait que rares étaient les maisons à pratiquer moins de 10 % de droits d'auteurs. Où en est-on aujourd’hui ? Quid de la différence entre avances aux auteurs français et étrangers dans la BD ?

Moïse Kissous : J’ai lu dans une interview publiée sur votre site que les avances versées pour les achats de droits étrangers étaient très importantes. Je ne sais pas ce qu’il en est pour la littérature, mais je peux vous dire qu’en BD, l’avance que l’on verse aux éditeurs étrangers pour des achats de droit est le plus souvent très faible – quelques milliers d’euros. Certes, il y a des titres qui font l’objet d’enchères, et cela fait monter les prix, mais c’est minoritaire.

[NdR : référence à l’entretien avec Samantha Bailly : “Payer encore moins les auteurs pour produire encore plus” ]

Sur le pourcentage de droit, c’est pareil : sauf cas rares, il n’est pas plus élevé pour les auteurs étrangers que pour les Français.

Je prends un cas : les romans graphiques pour adolescents, un genre qui se développe en s’appuyant fortement sur des achats de droits à des éditeurs étrangers. Rares sont les titres avec des ventes significatives — quelques milliers d’exemplaires au mieux. Pourquoi verser des sommes trop importantes ? Les éditeurs ne disposent pas de capacités extensibles de versements d’avances, et s’interrogent aussi sur la situation.

Personne n’est insensible à ce que nous vivons ces dernières années. Mais, le côté solution magique au niveau des droits m’inquiète : ce type d'approche ressemble plus à des perspectives démagogiques. Imaginons : dans trois ans, on s’aperçoit que c’était de la poudre aux yeux, comment réagira la profession ? D’autant que, l’enquête présentée par les EGBD en 2015 indiquait plutôt que les auteurs étaient satisfaits de leur relation avec l’éditeur : il y avait encore une approche positive.

Alors, parlons de chiffres : sur la reddition de comptes, avez-vous des auteurs obligés de demander leurs ventes ?

Moïse Kissous : Chez les éditeurs membres du groupe BD du SNE, les relevés interviennent le plus souvent deux fois par an. Est-ce qu’il peut y avoir des retards, est-ce que des auteurs sont contraints de demander leurs relevés ? Cela peut arriver, quand un éditeur traverse une période de turbulence. Mais là aussi, il ne faut pas en faire une généralité : la majorité des structures font le nécessaire pour honorer leurs obligations et sans attendre d’être relancées.

Ce qui pose question, c’est l’image de l’éditeur qui aurait la vie simple, et se contenterait d’imprimer les livres et d’empocher les recettes des ventes. C’est bien méconnaitre notre travail. Avec des résultats qui varient, suivant les maisons, qui sont d’ailleurs très différentes les unes des autres. Nous sommes dans un écosystème où chacun apporte sa contribution : les maisons alternatives par exemple en défrichant, repoussant les limites, testant des approches…

Et certains auteurs aujourd’hui reconnus ont démarré dans ces maisons, avant d’évoluer vers d’autres, plus grandes, qui leur ont accordé plus de moyens.


© David Bou Aziz

Aujourd’hui, dénombre-t-on plus de personnes qui travaillent dans les maisons d’édition, alors que la production a considérablement augmenté en trente ans ?

Moïse Kissous : Je n’ai pas de chiffres sur le sujet, mais nous savons par contre que le nombre de maisons d’édition BD a progressé très significativement, donc on peut penser que oui. Cela ne signifie pas pour autant que tous parviennent à vivre de leur activité d’éditeur, il serait probablement intéressant de mener une recherche sur le sujet.

Comment accompagner correctement un auteur, alors qu’ils doivent multiplier les contrats chez différents éditeurs ? Un problème de cohérence se pose, non ?

Moïse Kissous : Il y a le désir, et la réalité : toute maison voudrait accompagner ses auteurs le plus longtemps possible. Seulement, les chemins peuvent diverger, sans que ce ne soit un désaccord ou une fâcherie. L’auteur souhaite orienter son œuvre vers d’autres horizons, qui ne correspondent plus à la ligne de son éditeur. Ou inversement.

Peut-être se retrouveront-ils sur d’autres projets d’ailleurs. Cela n’a, en somme, rien de malsain. Mais nous ne sommes plus dans une période où un auteur est certain de faire toute sa vie chez un même éditeur, que ce soit sa décision ou celle de l’éditeur.

Quelle est alors la stratégie du SNE ? Les dernières prises de paroles d’éditeurs ont mené les auteurs dans la rue…

Moïse Kissous : Certains d’entre nous ont pu faire preuve de maladresses ou avoir été mal compris. Mais nous sommes tous investis. Se rendre à la rencontre de jeunes talents, à Angoulême, à Lyon, c’est se tourner vers l’avenir. Parfois pour dire que le moment de la publication n’est pas venu, qu’il faut travailler encore. C’est là notre métier. Mais d'autres fois pour avoir le bonheur de découvrir un nouveau talent.

Autre chose : nous sommes dans une époque qui laisse accroire que tout le monde peut se lancer. Et l’offre est devenue très riche. Les éditeurs n’ont pas décidé du jour au lendemain de gonfler artificiellement leurs catalogues avec de nouveaux projets. Ce sont des propositions reçues qui nous ont séduits et ont modifié sensiblement ce qu’est la BD aujourd’hui. Aucun d’entre nous ne s’est dit, “Hop, je passe à 50 albums de plus !”. Il faudrait rappeler parfois combien de projets nous recevons, et combien nous en acceptons, cela représente à peine quelques pourcents du total…

Les auteurs s’inquiètent pourtant de ce que l’éditeur ne soutiendrait pas chacun des livres publiés. Tout le monde peut se regarder dans une glace en disant : “J’ai fait le maximum. Et tous les ouvrages publiés ont reçu un traitement égal !”

Moïse Kissous : Sauf qu’aucun livre ne peut recevoir le même traitement. Voilà un autre biais : chaque fois qu’un éditeur s’exprime, il est pointé du doigt, caricaturé, mis à l’encan, via les réseaux sociaux. Aucun dialogue sérieux n’est possible. Or, ce n’est pas parce que nous ne détaillons pas tout ce qui est fait que l’on ne fait rien. De même, comment passer notre temps à informer les auteurs, sans que cela ne se répercute sur le travail qui est à faire ? L’enjeu est de trouver un équilibre.

Revenons à l’accompagnement : une BD, du côté de l’éditeur, c’est de l’investissement, de l’analyse, une discussion d’équipe, de l’accompagnement… du temps. Les projets que nous retenons, le marketing, les relations presse les examinent, pour définir des stratégies. Ce n’est jamais parfait, mais nous réunissons des personnes avec des compétences et du talent : beaucoup veulent faire nos métiers, car ce sont des métiers qui portent du sens et, dans le domaine de la BD, intègrent une dimension artistique, mais ils ne sont pas accessibles à tous.

Quand des choses magnifiques ne trouvent pas leur public, est-ce systématiquement la responsabilité de l’éditeur ? Je ne crois pas : l’alchimie nécessite différents éléments, qui s’alignent, ou non.


Moïse Kissous - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Quant aux moyens, ils s’adaptent au cas par cas : un best peut nécessiter une campagne d’affichage. Un auteur inconnu, quel en serait le résultat ? Tous les éditeurs ont expérimenté un soutien promotionnel très fort à un livre qui fait un flop et inversement le livre inattendu qui fait son chemin dans le temps, il n’y a pas de recette toute faite du succès.

Par contre, le cocktail et les ingrédients, les éditeurs les connaissent : nous sommes des horlogers du livre, et n’importe qui ne peut pas faire ce que nous réalisons. Le métier implique de la précision, de l’apprentissage, quotidien presque et un dosage point par point. Or, même ainsi, on peut se planter.

D’ailleurs, il faut tordre le cou à l'idée que les livres vont et viennent dans le circuit : il y a effectivement des livres qui réussissent rapidement à trouver leurs lecteurs et d’autres qui repartent rapidement des librairies. mais il en existe un certain nombre qui trouvent leurs lecteurs sur la durée. Il ne faut pas minorer le rôle du libraire qui joue un rôle important dans la réussite de ce type de livres. Et moins encore, les pointer du doigt en disant qu’ils captent 30 à 40 % de la valeur d’un livre alors que leur rentabilité est faible.

Dans le même esprit, lorsqu’un éditeur BD tient le même discours sur une rentabilité pas si élevée, on doute de sa parole. Alors, lorsque le chiffre d’affaires est plus élevé, les bénéfices semblent plus importants, mais nos marges sont réinvesties. Je ne crois pas que beaucoup de dirigeants de maisons d’édition BD aient la possibilité de se verser des dividendes. En revanche, j’insiste, pourquoi mettrions-nous du temps, de l’argent, pour laisser un livre se planter ? Aucun éditeur sérieux n’a cette bêtise. Les auteurs peuvent en éprouver l’impression, mais c’est inconcevable.

Une seconde : pourquoi publier un livre si l’on n’est pas totalement certain de pouvoir l’accompagner ?

Moïse Kissous : L’idée est de le faire. J’ignore si tout le monde y parvient. Il peut surtout arriver qu’on n’y parvienne pas comme on le souhaiterait. Mais aucune maison ne mettrait de ressources de productions juste pour jouer au loto, en disant : “On verra bien...”

Dans le cas de séries installées – contre-exemple –, une certaine mécanique s’enclenche, un lectorat fidélisé, etc. Dans ce cas, les actions peuvent intervenir plus ponctuellement, et plutôt sur le fonds. Car n’oublions pas que le catalogue représente une assise importante — même s'il arrive qu'il ne corresponde plus aux attentes.

Bruxelles - la bande dessinée
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Bien entendu, il y a des choses à améliorer. Les éditeurs ne sont pas conduits par des intérêts catégoriels. Maladroits, oui peut-être parfois, discrets, aussi — parce qu’ils ont souvent le sentiment que, quoi qu’ils disent, ils ne peuvent pas être entendus. Nous devrions plutôt nous entendre sur des règles élémentaires de dialogue et sortir de la police de la pensée.

Comment comprendre la situation actuelle alors ?

Moïse Kissous : Voici quelques chiffres issus de la base GfK : en 2017, 260 titres avaient vendu plus de 10.000 exemplaires sur 3221 nouveautés parues dans l’année — nous parlons strictement de production dite franco-belge. Contre 217, en 2008, avec 3095 nouveautés. Depuis dix ans, la progression de l’offre est ralentie, et j’ai le sentiment que l’on se fourvoie sur les analyses : les maisons historiques ont agi avec responsabilité.

D’autant qu’entre 2008 et 2018, nous sommes passés de 80 éditeurs à 130 réalisant plus de 100.000 € de CA.

Parlons de ce fameux point mort par titre. Non pas celui de l’avance, mais celui des frais de structure…

Moïse Kissous : Il est tellement variable d’un livre à l’autre ! Et quand je rentre dans les détails, on me dit que c’est inaudible. Le groupe BD du SNE a le désir de partager des données sur la rentabilité des BD pour arrêter la propagation d’idées fausses qui entravent la bonne compréhension de ce qui se passe.

Parce qu’en réalité, il n’existe pas “les auteurs” et “les éditeurs” dans l’absolu. Tout cela revient à essentialiser les personnes, et figer la situation. Il faut avant tout tenir compte de ce qu’il y a une grande variété de situations et qu’il n’y a ni indifférence, ni cynisme de la part de la grande majorité des éditeurs BD.

Alors, on va tout se dire, les uns les autres ?

Moïse Kissous : Je suis partisan de la transparence sur les données de marchés, mais aussi que tout ne soit pas présenté comme noir et insupportable. Montrer un tableau équilibré. Rappelons que les grands groupes qui sont pointés du doigt par certains – et dont je peux d’autant mieux parler que je n’en dirige pas un – ont aussi mis au point des outils, comme la diffusion et la distribution, qui permettent à des éditeurs plus petits de pouvoir diffuser leurs titres. Ils ont pour grandir pris des risques avec des auteurs, français comme étrangers, et ont participé à donner à la BD l’importance qu’elle a aujourd’hui.


© Rémy Catt

Mais dire que le secteur est dur, quand il y a des rachats (ie : Seuil/La Martinière, par Média Participations), c’est une drôle de pilule à avaler… Si les rachats de maisons se font par croissance externe, c’est qu’il y a des marges qui se dégagent. Si ce sont des investisseurs qui interviennent, c’est qu’ils croient aux marges à dégager…

Moïse Kissous : Plusieurs structures ont tenté de se développer dans la BD sans y parvenir, vous avez fait l’écho dans Actualitté cette semaine d’une maison qui a dû déposer le bilan. [Ndr : les éditions du Long Bec]

Pour ce qui est de la croissance externe, très peu de maisons en ont les moyens, et encore moins d’investisseurs extérieurs au métier s’intéressent à l’édition en général et à la BD, ils préfèrent investir dans des activités bien plus prévisibles et à potentiels de croissance plus limpides à court terme. On ne choisit pas l’édition pour faire fortune et très rares sont celles qui se sont construites dans l’édition BD au regard du nombre de maisons d’édition qui ont pu exister ou existent encore.

[NdR : lors de ses vœux, Vincent Montagne a évoqué les difficultés des éditeurs en France. 74 % des maisons d’édition sont en difficulté, et sur les 720 qui sont membres du SNE, la moitié réalise moins de 350.000 € de chiffre d’affaires. De quoi inviter à réfléchir à la création d’un « fonds d’aide aux éditeurs défaillants à l’égard de leurs auteurs », indiquait-il]

Que penser de ces éditeurs qui aujourd’hui n’ont plus peur d’affirmer que ce sont les contrôleurs de gestion qui font leur boulot ?

Moïse Kissous : Je ne peux pas m’exprimer pour les autres. Dire que le financier décide, c’est aller loin. Et les éditeurs sont humains : leur propos peut dépasser leur pensée. En revanche, négliger le financier est impensable : personne ne fait n’importe quoi. Les éditeurs qui trient, cela n’a rien d’une plaisanterie. La philosophie n’a pas changé : publier, c’est choisir.

Que les auteurs demandent une relation forte avec leur éditeur, c’est normal, et nous tentons de satisfaire tout le monde. À ce titre, je ne crois pas que passer de 10 à 5 titres améliorerait les relations, au contraire. En fait, la liberté de publier est un objet à chérir, et les logiques malthusiennes n’ont aucun sens. Quand un éditeur publie, il sait ce qu’il fait. D’ailleurs, qui déciderait de contingenter les livres ?

Enfin, les lecteurs ont changé : les séries tout public de jadis ont laissé place à des séries plus variées, à destination de lecteurs diversifiés. Le collectionneur homme d’avant correspondait à une offre. Depuis, on produit plus de titres, parce que l’on s’adresse à des publics plus segmentés.

En somme, on passe dans les années 90 de 500 BD, une offre « triste », mais assurant de meilleurs revenus, à 5500 en 2019, mais qui font vivre moins d’auteurs ?

Moïse Kissous : À cette époque, l’album représentait une récompense, parce que même sur le déclin, les journaux qui prépubliaient étaient encore forts. Nous avons désormais beaucoup plus d’auteurs et de toute évidence, on ne peut pas se satisfaire de la situation. Je ne sais pas si désormais, moins d’auteurs gagnent leur vie que trente ans auparavant : la réalité, c’est que des centaines d’autres ont du mal à boucler leurs fins de mois, et nous n’avons pas encore de solution pour cela.

Sauf qu’il est trop simple de pointer la responsabilité sur les éditeurs. Et au final, la croissance des titres n’est pas si grande, en regard du nombre de maisons nouvelles.

 © TB & Wikto 

C’est moins une question de responsabilité que d’avenir : les auteurs demandent ce qui va être fait, proposé concrètement…

Moïse Kissous : Personnellement, je refuse les solutions trop faciles sur le papier et trop évidentes. Dire oui à une hypothèse dont on se rendra compte dans trois ans des méfaits, ce n’est pas élogieux. Nous avons, avec mes confrères, décidé de monter les Assises de la bande dessinée. Ce n’est pas une solution à tout, mais elle peut apporter un échange constructif.

Que penser du refus du SNE de légiférer sur une rémunération minimum ?

Moïse Kissous : Il faut poser votre question à Vincent Montagne qui préside le SNE. [NdR : Vincent Montagne n’aurait pas refusé la rémunération minimum : il sous-entendrait que les échanges peuvent se dérouler entre auteurs et éditeurs, comme dans le cadre des négociations entre CPE et SNE. Le passage législatif ne serait pas utile.]

Évoquer le CPE revient à parler de la représentativité des artistes auteurs, au cœur du rapport de Bruno Racine.

Moïse Kissous : Oui. À ce sujet, il n’existe pas de position monolithique. Les éditeurs qui souhaitent s’exprimer le font, pas au nom de tous. Chacun a la faculté de présenter son point de vue et sa position. Mais il est faux de dire comme je l’ai lu que nous serions tous vent debout contre ce rapport. Comme tous les rapports, il présente des aspects avec lesquels on peut être d’accord et d’autres qui en l’état sont peu compréhensibles ou discutables et doivent être a minima étayés.

Alors, revenons sur l’une des déclarations. Publier moins reviendrait à donner moins à lire, estime Antoine Gallimard.

Moïse Kissous : Quand on choisit d’accompagner un auteur et de publier son livre, on ignore son avenir. Ce qui importe, c’est l’envie de publier. Mais une donnée existe : quatre livres, avec des genres et des publics différents, toucheront plus de lecteurs que trois livres de genres et publics distincts. En réalité, supprimer l’un des quatre ouvrages ne fera pas augmenter les ventes des trois autres. Parce qu’en délaissant un segment, les lecteurs se dirigeront vers d’autres formes d’activités, de l’ordre du divertissement. Dire que l’on publie trop est une rengaine ancestrale…

Antoine Gallimard
Antoine Gallimard, ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Alors, on revient à un système de loterie ?

Moïse Kissous : Absolument pas. Contrairement au hasard de la loterie, nous accompagnons les ouvrages. On ne sait pas ce qui va marcher, c’est certain, mais le loto est une image totalement fausse.

Ce serait plutôt une course hippique, où chacun investit sur son poulain, en croisant les doigts ?

Moïse Kissous : Je n’aime pas non plus cette image, d’autant que gagner, cela revient à quoi ? L’enjeu, c’est que ce que l’auteur a fait soit partagé avec le plus grand nombre, que le résultat soit satisfaisant pour lui et nous. Et si ce n’est pas le cas au premier livre, ce le deviendra au suivant, ou après, ou chez un autre éditeur. Mais chacun aura contribué à apporter sa pierre.

Mandela disait : « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. » C’est le cœur de notre métier, et de la relation. Partenaire, ami, psychologue, défouloir… l’éditeur écoute, guide, ou pas, selon les besoins du créateur. Il est complexe pour tout le monde de trouver sa place, il ne faut pas pour autant renoncer à trouver une solution. Sauf qu’elle doit arriver dans un climat de respect, sans que l’on brocarde sans cesse.

Qu’en est-il de la question de la dédicace rémunérée ?

Moïse Kissous : Sujet délicat. Nous sommes défavorables, pas pour être dans le plaisir du blocage. D’ailleurs, nous avions formulé des propositions alternatives, dont on nous a répondu [NdR : le Snac BD], qu’elles n’intéressaient personne. En l’occurrence, nous pensions que dans certains salons, il serait préférable que l’on octroie aux auteurs des espaces pour vendre leurs planches au public, une action qui compléterait leurs revenus.

Manifestement, nos interlocuteurs étaient accrochés à leur idée, et nous n’avons pas pu avancer. Pour un éditeur, le coût d’une manifestation est déjà extrêmement élevé, en termes de déplacement, logistique, etc.

Alors, tout le monde est payé, sauf l’auteur qui fait venir le public ?

Moïse Kissous : Je comprends ce point, bien entendu. Sur le fond, si nous éditeurs n’étions pas persuadés des effets retors, nous pourrions avancer. Mais j’aimerais trouver d’autres solutions.

Par effet retors, c’est l’invitation des seuls best-sellers, critique qui fut formulée par les organisateurs de manifestations, quand le CNL a conditionné ses aides à la rémunération des auteurs… Mais Cassandre s’est trompée pour le coup.

Moïse Kissous : Alors, oui, dans ce cas de figure, cela se comprend aussi. Mais si la Sofia et le CNL apportaient des garanties sur une période longue, alors nous pourrions l’imaginer plus sereinement. Sauf qu’un détail demeure : les organisateurs de festivals ne sont pas des vendeurs de livres. Leur offre éditoriale prime, quand les maisons, dont les stands sont souvent tenus par des libraires, ont aussi des objectifs de ventes. Le risque est plus réel de ne voir que des bests — et la question s’est sincèrement posée au groupe BD du SNE.

Comment analysez-vous la crise contemporaine, plus globalement ?

Moïse Kissous : Dans le rapport Racine, l’unanimité se fait sur la question sociale : la responsabilité de l’État et sa légèreté dans le traitement de l’Agessa sont évidentes. D’ailleurs, les éditeurs ont toujours été aux côtés des auteurs sur cette question. Comme quoi, nous ne rejetons pas en masse le document.

Mobilisation des auteurs - FIBD 2020
ActuaLitté, CC BY SA 2.0 - manifestation lors du FIBD d'Angoulême 2020

Corollaire : les gouvernements se succèdent, et les ministres de la Culture ont du mal à se faire entendre de leurs collègues des Affaires sociales et des Finances. Nous ne pouvons qu’espérer de réelles annonces ce 18 février — et on comprend bien que ces problématiques ont largement contribué à agacer les auteurs et créer des tensions.

Sur la surproduction, j’ai déjà évoqué le point. Nous sommes dans un métier de prototype, plus que par le passé. S’il continue de se produire des séries, c’est particulièrement vrai en jeunesse, le one shot prend une place de plus en plus importante.

Sur la standardisation de la production, là, je suis en désaccord : aujourd’hui, il faut présenter de beaux albums. Les frais de production ont peut-être baissé par rapport à il y a 30 ans, mais les fabrications doivent être plus soignées qu’avant, par exemple la couverture présenter une dorure, un vernis ou une découpe, pour se faire remarquer en librairie. Les livres se ressemblent de moins en moins et ne permettent plus d’avoir les économies de standardisation que l’on pouvait trouver il y a 20 ou 30 ans.

Et s’il semble sur le papier plus simple de créer des séries, cela n’entraîne pas une plus grande prévisibilité : l’attention doit être constante.

Nous parlions en début d’entretien de crise de la confiance : d’où tire-t-elle ses racines ?

Moïse Kissous : Elle existe, et je la déplore. Les Assises permettront d’ouvrir quelque chose. Personnellement j’aimerais bien avoir une idée claire de ses origines. Je constate tout de même que les éditeurs n’ont pas assez communiqué, individuellement aux auteurs et collectivement, sur leurs actions.. En revanche, j’ai des pistes de réflexion à partager, mais je n’ai pas d’idée arrêtée sur les solutions à apporter.

Pourtant, les États généraux de la BD en de 2015 avaient largement alerté, sans aucune réaction du SNE. En 2020, la situation a empiré…

Moïse Kissous : Plusieurs exemples attestent que nous ne sommes pas restés totalement inactifs. À titre personnel, j’ai initié en 2013 les 48 H BD, suivies cette année par 13 éditeurs, dans 1500 librairies. Le projet est simple : trouver de nouveaux lecteurs, avec des auteurs systématiquement rémunérés pour les animations proposées. Pour 2015, je ne peux pas dire : je venais de rejoindre le groupe BD du SNE, et pas en responsabilité.

En revanche, le constat reste le même : collaborer avec les libraires généralistes pour accorder plus de place à la BD. C’est un axe-clé, et nous avons échangé avec la profession lors des Rencontres nationales de la librairie, proposant des études sur l’évolution du lectorat, la féminisation, et d’autres sujets. Peut-être la BD n’avait pas alors la place qu’elle méritait chez les généralistes. Mais tout cela est de longue haleine, avec des résultats qui n’interviennent pas du jour au lendemain.

La Marche des auteurs
ActuaLitté, CC BY SA 2.0 - manifestation au Salon du livre de Paris, mars 2015

Ce serait simplement un manque de communication ?

Moïse Kissous : Les éditeurs ont fait aussi un gros boulot pour développer les cessions internationales et audiovisuelles : création de la French comics association pour développer les cessions aux US (qui ont une belle progression, mais je n’ai pas les chiffres avec moi là), participation à davantage de salons dans le monde, encouragement et soutien à l’extension du centre de droits à Angoulême. C’est un bon moyen de compenser la baisse ou stagnation des ventes pour les segments de la BD qui n’ont pas fait partie de la hausse des ventes (vs manga, bd jeunesse, romans graphiques).

Pour le volet scolaire, nous avons mis en place un guide, suite au rapport remis à l’Éducation nationale, pour montrer comment la BD peut servir en classe. Voilà deux ans, nous les avions approchés, sans aucun résultat : ils ne voulaient pas en entendre parler. Cette fois, la réussite du guide montre qu’il y a une écoute et une excellente réception chez les enseignants.

Comme Bruno Patino l’avait souligné durant les assises de l’édition numérique, l’économie de l’attention est brusque, elle évolue rapidement. Élargir le lectorat et donner envie de lire n’est pas si simple. Surtout qu’au cours des dernières années, c’est avant tout le manga qui a apporté une grande partie de la création de valeur.

L’avenir serait donc à l’importation et la traduction ? Pourquoi les éditeurs étrangers ne le feraient pas eux-mêmes ?

Moïse Kissous : Attention, un éditeur de manga a une vraie valeur ajoutée, dans l’identification, le repérage et l’accompagnement des ouvrages. La BD est un genre en très forte croissance, mais si on enlève Astérix, la jeunesse, le roman graphique et le manga, le reste souffre — et pas d’un manque d’effervescence.

Même si on augmente le nombre de lecteurs de mangas, il n’est pas assuré qu’on opère par ruissellement sur les autres genres. Et si l’on n’avait pas le manga, on perdrait une grande partie du jeune lectorat ado/jeune adulte

Comment l’aspect économique ne vient-il pas en premier lieu, pour expliquer cette crise de confiance ?

Moïse Kissous : Nous souhaitons travailler à une meilleure information sur les réalités économiques de la BD. Parmi les axes de progrès et qui débordent du cadre de la BD, le SNE travaille en faveur d’un accès des auteurs en temps réel aux données d’écoulement.

L’aspect économique, c’est aussi la chute de la rémunération et des avances…

Moïse Kissous : Nous manquons d’informations précises en réalité…

Sauf que le système de prêt bancaire, que représente l’avance fournie par l'éditeur, s’étiole…

Moïse Kissous : Sur la comparaison avance et prêt, il y a une différence majeure, c’est que l’avance est amortissable sur les droits, mais elle est non remboursable : c’est le risque pris par l’éditeur, et il n’est pas neutre puisque beaucoup de titres ne couvrent pas les avances, variable d’un éditeur à l’autre selon les avances qu’il consent. L’éditeur doit trouver le juste équilibre entre point mort de l’ouvrage (qui inclut ses frais de structure) et niveau d’amortissement de l’avance. Nos contrats stipulent d’ailleurs “non remboursable”.

[NdR : le rapport Racine souligne que « le régime juridique de l’à-valoir n’est pas clair. Théoriquement, il constitue une avance sur les droits que l’artiste-auteur pourrait tirer de l’exploitation de son œuvre. Aussi, en cas d’abandon du projet ou d’un nombre de ventes inférieur aux projections réalisées, l’éditeur serait en droit de demander à l’artiste-auteur de rembourser cette somme ».]

Marche des auteurs à Angoulême
ActuaLitté, CC BY SA 2.0 - manifestation au FIBD, janvier 2015

Le risque de vivre une année avec une avance qui représente moins qu’un SMIC mensuel n’est pas moins important, et touche directement à la dignité humaine.

Moïse Kissous : On l’a évoqué, il y a environ 250 titres BD par an qui se vendent à plus de 10.000 Exemplaires. Il y a une polarisation des ventes de BD qui se traduit aussi par une polarisation des revenus des auteurs. La situation est un peu différente du côté des éditeurs où les plus importants ont perdu depuis 10 ans des parts de marché au bénéfice de nouveaux éditeurs ou d’éditeurs de taille moyenne qui se sont développés.

L’accroissement très fort de la concurrence entre éditeurs a ceci d’intéressant qu’elle joue en faveur des auteurs dont la singularité, le talent est repéré et/ou dont les ventes de livres commencent à passer au-dessus de la moyenne. Elle peut amener à une polarisation des moyens des éditeurs en faveur de ceux-ci. On retrouve cela dans tous les métiers de création et ce n’est pas nouveau.

La question est de savoir quelles solutions peuvent être identifiées pour accompagner ceux qui ne sont pas encore dans cette situation. C’est une question de solidarité qui est posée et en cela elle fait écho à de nombreux sujets posés aujourd’hui dans nos sociétés.

L’implication des auteurs ne serait-elle pas meilleure, avec des pourcentages revus à la hausse et un seuil de progression plus rapide ?

Moïse Kissous : C’est à chaque éditeur de décider de sa politique en la matière, en fonction entre autres de ses capacités économiques, sachant que c’est un atout compétitif dans un univers concurrentiel. Mais la question des droits concerne avant tout ceux dont les ventes permettent de dépasser les avances, ce qui n’est pas la majorité des cas en BD. Cela ne répondra pas en tout cas à l’enjeu des auteurs dont les œuvres n’ont pas atteint les lecteurs.

Ndlr : Franck Riester, ministre de la Culture, a annoncé qu'il présenterait ce 18 février les mesures découlant du rapport Racine. 

4 Commentaires

 

Solzasco

17/02/2020 à 12:38

Merci pour les relances insistantes et les questions précises, de la Rédaction. Auxquelles cet expert en langue de bois se garde bien de répondre sinon en prétextant des maladresses de certains éditeurs... sans doute les mêmes que les "n'importe qui " incapables de faire "notre métier" et patin couffin. Quant à la comparaison avec le métier d'horloger, elle vient à point nommé souligner le vrai changement d'époque en cours: de même que jadis l'horlogerie traditionnelle a disparu avec l'arrivée des circuits électroniques, de même l'édition doit impérativement s'adapter à l'arrivée du numérique. Ce ne sont pas seulement les éditeurs, mais tout autant les libraires les diffuseurs et les distributeurs qui vont devoir évoluer, volens nolens, face à l'irruption annoncée - et déjà en cours - des moyens numériques permettant notamment l'impression à la demande...

Jean-Paul NADDEO

17/02/2020 à 15:56

Un des gros problèmes est que aujourd'hui, on publie près de 65.000 titres par an
L'Edition est le seul métier ou on augmente l'offre quand la demande diminue.
A la fin des années 70 on publiait 17.000 titres/an En 2000 on passait le cap des 30.000 titres/ans…Aujourd'hui près de 65 000 titres /an. Pas un libraire est capable ''d'absorber'' un tel flux Comment les éditeurs peuvent t'il défendre une telle quantité de nouveautés et s'occuper de leurs auteurs ? Le taux des retours d'invendus flirte souvent avec les 40%, quelle gabegie ! Si j'en crois ma libraire les acheteurs de livres ont en majorité plus de 55 ans, les jeunes sont sur les tablettes,les téléphones très chronophage et ne prennent plus le temps d'ouvrir un livre. Il serait temps que l'on ai une vrai politique envers la lecture que l'on redonne l'envie de lire Sujet pas simple je vous l'accorde !

Black Bullet

01/03/2020 à 07:02

C'est pas seulement le livre mais aussi le Cinéma : https://alain.le-diberder.com/cinema-en-salles-tout-va-tres-bien-madame-la-marquise/

la vidéo souffre :down: : https://www.zdnet.fr/blogs/digital-home-revolution/la-video-physique-limite-la-casse-en-2019-39899519.htm

(je juge pas, je suis largement au dessus de 3h14 mais rien sur portable (j'en ai pas)) mais Internet : le mobile prend le pouvoir : https://www.zdnet.fr/blogs/digital-home-revolution/internet-le-mobile-prend-le-pouvoir-39899787.htm

Je me demande quel est le bilan du Pass Culture :question:

Black Bullet

01/03/2020 à 07:13

Enterrer le Pass Culture mais pas son diagnostic : https://www.franceculture.fr/emissions/la-theorie/la-theorie-du-jeudi-06-fevrier-2020

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

“Rien de plus important que de se nourrir des fictions des autres”

Politiquement engagée, féministe, Laurence Biava est aussi et peut-être d’abord essayiste et romancière, comme en témoigne une production variée, abondante, et originale. Née en 1964, chroniqueuse pour divers médias (dont ActuaLitté), coach littéraire, animatrice d’ateliers d’écriture, Laurence Biava a notamment créé le prix Rive gauche à Paris en 2011. Par Étienne Ruhaud.

01/02/2023, 13:58

ActuaLitté

Éditions indépendantes : “Nous incarnons une mosaïque, pas un monolithe”

#AssisesEditionsIndépendantes23 – Deux journées consacrées aux éditions indépendantes — une formulation dont le pluriel évoque déjà la diversité autant que la difficile définition. Éditeur indépendant, en regard de quoi, comment et quelle identité ? Dominique Tourte, président de la Fédération qui regroupe les associations nationales d’éditeurs, ouvrira les échanges à Aix-en-Provence.

01/02/2023, 12:22

ActuaLitté

Céline Laurens : “Anoblir le quotidien, en le ré-enchantant”

ENTRETIEN – En 2021, paraissait chez Albin Michel le premier roman de Céline Laurens, Là où la Caravane passe : s'y révélait une approche entre réalisme et onirisme, à la Jean-Jacques Beineix, saluée par le prix Roger Nimier. Après le pèlerinage à Lourdes en plein air, direction le métro parisien avec Sous un ciel de faïence. Humour, drame et poésie : la romancière s’intéresse toujours à tous ces « autres », et à travers eux, poursuit sa quête du primordial.

27/01/2023, 12:57

ActuaLitté

Au Mali, les professions du livre réunies pour “décloisonner l'Afrique” 

Comment l’Afrique est racontée ? C’est l’une des idées initiales qui ont motivé Ibrahima Aya et un groupe d’auteurs maliens à lancer la Rentrée littéraire du Mali. C’était en 2008. Cette manifestation venait de naître, elle est désormais incontournable et très attendue. Propos recueillis par Agnès Debiage, créatrice de ADCF Consulting.

24/01/2023, 14:56

ActuaLitté

Comment faire de la crise en médiathèque un “apprentissage”

En tant qu'établissements recevant du public, les médiathèques peuvent devenir les lieux de conflits sociaux. Mais des crises d'autres natures les guettent aussi, qu'elles soient climatiques, politiques, budgétaires... Dans l'ouvrage Penser la médiathèque en situation de crise (Presses de l'ENSSIB), un collectif d'auteurs rend compte de l'expérience d'une crise vécue avec des usagers au sein d'une médiathèque de la banlieue parisienne. Et des instruments mobilisés pour la prendre à bras-le-corps et la résoudre.

20/01/2023, 11:28

ActuaLitté

“Aux éditeurs de savoir donner envie aux lecteurs d’aller vers leurs ouvrages”

À l’occasion de la parution prochaine de son dernier ouvrage, Modernité du livre (éditions Double ponctuation), nous avons échangé avec Olivier Bessard-Banquy, spécialiste de l’édition contemporaine et enseignant au Pôle des métiers du livre à l’université Bordeaux Montaigne. 

17/01/2023, 15:50

ActuaLitté

L'extrême droite et ses symboles, “pour conquérir le territoire de la pensée”

La montée internationale des mouvements d'extrême droite s'accorde avec une légitimation des discours racistes et fascistes. du « Grand remplacement » à la stigmatisation de certaines populations, ces discours se retrouvent dans les médias, auprès des responsables politiques et même au Parlement. Elle s'entend et elle s'observe : des symboles ou gestes symboliques se multiplient aussi dans l'espace public. Le site Indextreme recense, analyse et explique ces manifestations graphiques, pour mieux les identifier. 

11/01/2023, 16:03

ActuaLitté

Vincent Calvet : “L’origine du mal, ce sont aussi des mots”

Né en 1980 à Carcassonne, Vincent Calvet grandit à Perpignan. Titulaire d’une maîtrise de Lettres, instituteur spécialisé en région toulousaine, l’homme anime des ateliers d’écriture à destination d’élèves handicapés, tout en faisant intervenir divers auteurs. Animateur de plusieurs revues, comme le défunt Mange-Monde publié par Paul Sanda, ou Sémaphore, Vincent Calvet a en outre dirigé plusieurs anthologies. Lauréat du prix de la vocation Bleustein-Blanchet de Paris, il est l’auteur de nombreux recueils, entre autres pour la jeunesse, ainsi que de livres d’artistes. Certains de ses textes ont été traduits en russe ainsi qu’en arabe. Également plasticien, Vincent Calvet a exposé dans diverses galeries. Propos recueillis par Étienne Ruhaud. 

10/01/2023, 12:51

ActuaLitté

Patrick Grainville : "J’ai commencé par la peinture"  

Le grand lyrique devant l’éternel, Patrick Grainville, a trouvé depuis quelques romans, un sujet propice à ces fulgurations : la peinture. Falaise des fous racontait une France par l’entremise du face à face entre Claude Monet et Gustave Courbet sur les falaises d’Etretat, Les Yeux de Milos, le triomphant Picasso et le torturé Nicolas de Staël sous le soleil d’Antibes. Trio des Ardents relate cette fois-ci une soixantaine d’années par le prisme de trois artistes vibrants.

09/01/2023, 17:52

ActuaLitté

Auteure, éditrice : Lalao-Elina Razanadriaka défend la lecture à Madagascar

L’une de ses premières phrases m’intrigua « J’ai créé ma maison d’édition Mpariaka Boky, en 2020 en plein COVID-19, juste avant de prendre ma retraite. » Lalao-Elina Razanadriaka est une engagée, une volontaire. Cette Malgache, auteure et éditrice, véritable autodidacte, croit fermement en sa mission et en parle pendant des heures. Propos recueillis par Agnès Debiage, créatrice de ADCF Consulting.

05/01/2023, 12:41

ActuaLitté

“L’intelligence artificielle représente de nouvelles façons de créer”

En novembre 2022, les éditions Michel Lafon ont publié le livre Poster Girl, de Veronica Roth (trad. Alice Delarbre). Pour la couverture de ce roman, la maison a eu recours à une Intelligence artificielle — un procédé qui a provoqué de nombreuses levées de boucliers. Pour certains, la méthode révélait un mépris à l’égard des professionnels de l’illustration. Elsa Lafon, directrice générale, revient sur une polémique montée en épingle. Et qui aurait nécessité un peu plus de recul.

03/01/2023, 10:21

ActuaLitté

Muriel Barbery : "l’écriture d’un roman demande une énergie considérable"

L’auteure de L’élégance du hérisson publie le deuxième tome d’un diptyque ayant pour décor la ville de Kyoto. Elle nous a confié ses envies et ses réflexions au cours d’une rencontre à Villefranche sur Saône.

27/12/2022, 15:53

ActuaLitté

MOBiDYS : les livres adaptés pour “soutenir l’effort de lecture”

Proposer des lectures pour tous, telle est la mission fondamentale de MOBiDYS, qui apporte sa pierre à l'accès aux textes en réalisant des adaptations numériques et imprimées à destination des élèves, de l'école primaire aux lycées, atteints de troubles DYS. Anne Thay, responsable du développement et des partenariats, est revenue avec nous sur les évolutions et projets de la société nantaise.

21/12/2022, 13:39

ActuaLitté

BookBeat : “Établir un modèle équitable et transparent” pour les audiolivres

Nouvel acteur sur le marché des distributeurs de livres audio en France, BookBeat vient du Nord. Et plus précisément de la Suède, où le groupe éditorial Bonnier l'a créé en 2016. Une plateforme par les éditeurs pour les éditeurs, donc ? Nous avons posé quelques questions à Niclas Sandin, PDG de BookBeat, et William Jakoby, le responsable de l’expansion et du développement commercial.

14/12/2022, 17:06

ActuaLitté

Grégory Rateau : “Je ne conçois pas l’écriture comme une activité immobile”

Né en 1984 à Drancy, réalisateur, scénariste puis romancier, Grégory Rateau vient de publier trois recueils, chez trois éditeurs différents. Sans pour autant céder à la facilité, à la mièvrerie, le jeune auteur propose ici une poésie particulièrement lisible, limpide, éloignée de toute forme d’abstraction ou d’expérimentation sonore. Une poésie du quotidien, teintée de mélancolie, habitée par des lieux bien précis, des situations, des souvenirs… Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

14/12/2022, 10:03

ActuaLitté

"Chez Grasset, ce sont vraiment les coups de cœur qui guident nos choix"

Nous avons rencontré Audrey Scarbel, responsable du domaine italien aux éditions Grasset, pour découvrir sa vision de la littérature italienne ainsi que les choix éditoriaux qui guident la publication des auteurs transalpins au sein de la maison. En 1982, cette même maison a publié Le nom de la rose de Umberto Eco. Quarante ans plus tard, l'ouvrage est republié dans une édition augmentée avec un habillage graphique renouvelé.

06/12/2022, 12:45

ActuaLitté

Jérémie Guez : “Je n'ai jamais eu ce dilemme entre littérature et cinéma”

Auteur de plusieurs ouvrages publiés aux éditions La Tengo et 10/18, Jérémie Guez est aussi un cinéaste dont le style s'affirme rapidement. Kanun, la loi du sang, en salles le 7 décembre prochain, constitue une nouvelle occasion de s'en apercevoir, après Bluebird (2018), Sons of Philadelphia (2020) et la mini-série, BRI (2022).

02/12/2022, 10:01

ActuaLitté

“J’écris pour aller chercher cet enfant abandonné voilà longtemps”

À paraître le 25 novembre 2022, Monstrueuse féérie est ce récit de fin d’année de Laurent Pépin où se côtoient à la fois enchantement et tragédie, férocité et poésie, entraînant le lecteur dans un vertige monstrueux — monstrueusement attachant. Entretien avec Laurent Pépin ; chronique d’un écrivain parti à la recherche de l’enfant, de l’adolescent meurtri abandonné sur le bord de la route, il y a bien longtemps… Propos recueillis par Guylian Dai. 

22/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Nicolas Feuz : “Je n’ai jamais rêvé d’être quelqu’un d’autre… sauf peut-être Dark Vador !”

Ce 10 novembre, Nicolas Feuz publie Les larmes du lagon, aux éditions Slatkine & Cie. Un polar qui nous entraîne en Polynésie française, où la tranquillité du motu de Bora Bora est perturbée par la découverte d’un corps. Ce nouveau roman nous offre l’occasion d’en apprendre plus sur l’écrivain, dans un questionnaire de Proust revu, corrigé et bien soigné !

18/11/2022, 10:59

ActuaLitté

“Tous les usages possibles d’une bibliothèque sont à préserver”

Stéphanie Khoury, bibliothécaire, et Maël Rannou, ancien directeur de bibliothèques, auteur et critique de bande dessinée, s'interrogent dans un court ouvrage, didactique et synthétique, sur les missions et les enjeux des établissements de lecture publique. Les bibliothèques de proximité (Presses universitaires Blaise Pascal) évoque également ces usages créés par les citoyens, avec la complicité ou à l'insu des bibliothécaires et des pouvoirs publics eux-mêmes.

14/11/2022, 11:37

ActuaLitté

Jón Kalman Stefánsson : “Je veux saisir l'univers dans mes écrits”

LECFestival22- Jón Kalman Stefánsson est le lauréat 2022 du Prix Jean Monnet de Lectures Européeennes pour Ton absence n’est que ténèbres, traduit par Éric Boury. Son 13e opus, publié chez Grasset, avait déjà remporté le Prix du livre étranger. L’islandais est tout à la fois romancier, poète, mais également traducteur. Nous lui avons posé quelques questions.

10/11/2022, 17:16

ActuaLitté

Galien Sarde : “C’est après l’écoute d’images oniriques que la dystopie a surgi”

Surprenant premier roman : enfermés dans un monde souterrain surveillés par une mystérieuse milice, plusieurs hommes et femmes parviennent à s’échapper, et sillonnent le désert à bord d’une jeep. Apocalyptique, effrayant, le livre se situe à mi-chemin entre le roman de science-fiction et le récit poétique. Galien Sarde, quarante-six ans, agrégé ès lettres, y déploie une langue riche, en une sorte de lyrisme sombre, sinon apocalyptique. Deuxième ouvrage publié par Fables fertiles, la toute jeune maison de Guylian Dai, Échec, et Mat, loin des grosses machines littéraires et des prix de la rentrée, tranche par son originalité, sa force onirique. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

10/11/2022, 11:36

ActuaLitté

Arthur de Pins : “Zombillénium dévoile le monstre qu'on abrite”

Quatorze ans, six albums, un film d’animation et une attraction plus tard, c’est tout un cycle de Zombillénium – ce parc d'attractions aux authentiques zombies et vrais démons – qui touche à sa fin. Ce dernier opus sportif et haletant promet d’effroyables surprises et de diaboliques retournements de situation – avec un final à la hauteur de la série. Nous avons rencontré Arthur de Pins, toujours aux commandes de la machinerie infernale et ses milliers d’âmes prisonnières.

04/11/2022, 12:23

ActuaLitté

Jacques Cauda : “Prose comme poésie. J’écris.”

Initiateur du mouvement surfiguratif, Jacques Cauda, soixante-sept ans, manie la plume comme il manie le pinceau, soit avec passion, gourmandise, frénésie. Ancien étudiant en philosophie, ancien documentariste professionnel, l’homme publie depuis 2002, à un rythme soutenu, tout en dirigeant « La Bleu-Turquin », collection des éditions Douro. Privilégiant les formes expérimentales, riche de nombreuses références, l’homme poursuit une œuvre singulière, loin des modes du moment. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

02/11/2022, 10:39

ActuaLitté

Odile Cohen-Abbas : ”Dans les à-côtés, on trouve les choses qui nous intéressent”

Née en 1957, ancienne danseuse professionnelle, Odile Cohen-Abbas participa longtemps de l’aventure Supérieur Inconnu, revue fondée par le surréaliste Sarane Alexandrian. Collaborant régulièrement aux "Hommes sans épaules", périodique fondé en 1953 par Jean Breton, et dirigé depuis 1997 par Christophe Dauphin, auteure de nombreux recueils et récits, Odile vient ici nous surprendre avec Perditio, nouvel opus hybride décrivant un monde infernal, peuplé de chimères, de monstres, se livrant à de singuliers rites. Déroutant peut-être, riche à coup sûr, le livre étonne, détonne. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

27/10/2022, 09:16

ActuaLitté

“Les monstruosités en Ukraine dépassent même les scénarios les plus noirs”

« Considérée de seconde main par les Russes, la langue des Moldaves a été mutilée. Si, dans un amphithéâtre, il y avait 50 étudiants moldaves et un seul étudiant russe, le cours devait avoir lieu en langue russe. » Entretien avec Tatiana Țîbuleac, écrivaine roumaine (originaire de la République de Moldavie), Prix de littérature de l'Union européenne pour Le Jardin de verre, éd. des Syrtes, traduction de Philippe Loubière.

25/10/2022, 10:05

ActuaLitté

Salman Rushdie vivra, ”c'est la chose la plus importante“

AttaqueRushdie - En marge de la Foire du livre de Francfort, l’agent littéraire Andrew Wylie a répondu à quelques questions de El Pais. Une rare apparition dans les médias pour Le Chacal, surnommé ainsi pour sa manière abrupte de traiter avec les éditeurs. Et au cœur du sujet, Salman Rushdie, victime d’une tentative de meurtre.

24/10/2022, 10:47

ActuaLitté

“Écrire, lire tout autant c’est retrouver une terre d’enfance”

PORTRAIT – Né en 1964, libraire dans le Poitou, Stéphane Émond rend une nouvelle fois hommage à sa région d’origine. Seize ans après Pastorales de guerre, l’homme revient avec un nouveau récit au titre programmatique, géographique. Magnifique évocation de la région Est, Argonne raconte également l’Histoire : le récit officiel et les tragédies familiales, l’une et l’autre intimement mêlées.

21/10/2022, 15:54

ActuaLitté

Plan sobriété : “opportunité et risque” en bibliothèques

La raréfaction des matières premières – gaz et pétrole – doublée d'une hausse de leurs coûts a poussé le gouvernement à présenter un Plan sobriété : des suggestions plus que des obligations. Depuis quelques mois, la commission Bibliothèques Vertes de l'Association des Bibliothécaires de France planche justement sur la réduction de l'empreinte énergétique, et l'information des usagers, dans les établissements de proximité. Quelques réponses se profilent, sur des sujets qui recoupent des préoccupations bien connues des bibliothécaires.

12/10/2022, 15:13

ActuaLitté

Caroline Lamarche : “Bach... Bach, quelle merveille !”

Nouvelliste et romancière, Caroline Lamarche a publié plusieurs livres chez Gallimard, dont La Mémoire de l’air (2014), Dans la maison un grand cerf (2017) et Nous sommes à la lisière (Prix Goncourt de la nouvelle 2019). Invitée de Lire en Poche, à Gradignan, elle s'est livrée avec enthousiasme et avec nous, au questionnaire de Proust.

09/10/2022, 18:48

ActuaLitté

Michel Bussi : “Les réalisateurs ont besoin de tomber amoureux des romans”

#LireEnPoche22 – Roman qui devient livre de poche, le schéma est classique. Et particulièrement pour Michel Bussi, l’un des plus grands vendeurs de polars en France. L’univers de l’écrivain normand se décline en audiolivres, bandes dessinées, séries, films… Parfois au point de lui échapper. Ainsi, quand Maman a tort est diffusé sur Netflix, des années après l’adaptation sur France 2, il s’en étonne : « Je n’avais pas été informé… Je l’ai appris par des amis. Mais c’est une agréable surprise. »

09/10/2022, 16:42

ActuaLitté

Djaïli Amadou Amal : “Refuser d'être une victime”

#LireEnPoche22 — Militante. Pour elle, dès son premier roman, ce terme revêtait un sens tout particulier. Djaïli Amadou Amal, Prix Goncourt des lycéens 2020 avec Les Impatientes (Ed. Emmanuelle Collas), venait pour la première fois à Gradignan. Son roman, publié chez J’ai lu, évoque des sujets douloureux et profonds. Qui justifient, selon la romancière, cet engagement en littérature.

07/10/2022, 17:03

ActuaLitté

Philippe Delerm : “Proust m'a autorisé à écrire des textes courts” 

« À quoi bon ? » Philippe Delerm a vingt ans lorsqu'il découvre À la recherche du temps perdu lors de ses années de licence. Une question l'obsède : « Comment écrire après ça ? » Cinquante ans plus tard, il publie le 4 novembre prochain Proust Instantanés (Éditions Points), dans lequel il commente une soixantaine d'extraits de la somme romanesque avec sa marque de fabrique : des textes courts. 

07/10/2022, 11:55

ActuaLitté

Lire en Poche : “Observer et appréhender des fragments d'un monde”

#LireEnPoche22 – Dans quelques jours s'ouvrira le festival Lire en Poche, à Gradignan – trois journées de rencontres et de festivités autour des petits formats. Le commissaire général de l'événement, Lionel Destremau, aborde cette 17e édition avec prudence et optimisme. Entretien.

05/10/2022, 11:32

ActuaLitté

Meral Şimşek : “Je me battrai pour porter la voix du peuple kurde”

L'autrice et éditrice kurde Meral Şimşek a subi, comme d'autres en Turquie, la sévérité du régime de Recep Tayyip Erdoğan à l'égard des dissidents, opposants et artistes critiques à son égard. Mais Şimşek est kurde, ce qui redouble la violence systémique à son égard. Condamnée à 20 mois de prison en septembre dernier, elle est réfugiée en Allemagne, d'où elle a accepté de répondre à nos questions.

03/10/2022, 11:37

ActuaLitté

Nathan Harris : “J'essaie de faire face aux problèmes qui affligent encore l'Amérique”  

Avec le premier roman de la Rwandaise Dominique Celis, Ainsi pleurent nos Hommes, la maison Philippe Rey a misé cette année sur un autre premier primo-romancier, cette fois-ci américain, Nathan Harris, et son best-seller La douceur de l’eau (trad. Isabelle Chapman). À l’occasion de la 10e édition du Festival America qui s’est tenu du 22 au 25 septembre, ActuaLitté en a profité pour l’interroger sur ce texte qui raconte les suites d’un affranchissement, comme sur sa rencontre avec les lecteurs français.

30/09/2022, 15:10

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Une Fédération des éditeurs indépendants : “J’en ai eu les larmes aux yeux”

#AssisesEditionsIndépendantes23 – La notion d’édition indépendante, qui s’est imposée dans le vocabulaire du monde du livre, se rapporte aux structures ne relevant pas d’un grand groupe. Mais encore ? Qu’est-ce qui lie Actes Sud, 9e maison française en termes de taille, et un humble éditeur de Colmar ? C’est pourquoi, à l’occasion des 1ères assises de l’édition indépendante, nous sommes allés interroger ces acteurs qui font vivre cette fameuse « bibliodiversité », et leur demander : qu’est-ce que signifie pour vous, « être indépendant » ?

03/02/2023, 09:54

ActuaLitté

Une année de lecture, en bordure d'océan : “Le voyage, enfin, commence”

#LectureetLittoral – Oubliée, la tempête Gérard, le soleil est glorieux, la grande plaine horticole de Bray-Dunes étincelle de givre. De la route de Furnes où circule le bus direction la frontière, l’on peut voir le maillage serré des canaux du polder. Les fortes pluies des derniers jours ont inondé les champs. L’eau stagne en de petits étangs d’argent où les mouettes profitent du calme. Par Marc Roger.

02/02/2023, 15:32

ActuaLitté

“Éradication linguistique” ? Langue française contre idéologie anglo-saxonne

« La langue française est sacrifiée en ce moment sur l’autel d’une “anglolâtrie” qui ne fait que croître tous azimuts et qui pervertit même l’esprit le plus réfractaire à tout endoctrinement. » Le propos est virulent, la situation en deviendrait critique. Défense et illustration de la langue française, nous revoilà ? Par Philippe Carron.

02/02/2023, 13:03

ActuaLitté

Il fit entrer la photo contemporaine à la BnF : hommage à Jean-Claude Lemagny

Ancien conservateur général du département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France, le conservateur Jean-Claude Lemagny est décédé le 17 janvier 2023. L'établissement public patrimonial salue cette figure qui a marqué sa politique et ses collections par une attention inédite portée à la photographie contemporaine.

02/02/2023, 09:15

ActuaLitté

“J’ai redonné une voix à cette femme, réduite au silence”

« C’est tellement juste que ce doit être vécu. » Il n’y a rien qui m’énerve plus que cette phrase prononcée à propos de mes deux premiers romans. Eh bien non, si une scène est juste, c’est parce que j’ai fait mon job d’écrivain : rendre présents mes personnages, donner un décor à voir, à sentir, à toucher. Par Stéphanie Dupays.

01/02/2023, 11:41

ActuaLitté

Serge Gainsbourg : portrait d'un esthète aux airs de pochtron  

Ronsard 59, Le sonnet d’Arvers, Victor Hugo, Baudelaire, Musset, Nabokov… L’immense œuvre, en quantité, mais aussi en qualité, de Serge Gainsbourg, est nourrie de lectures ressassées. Gainsbourg en quête du mot exact, voilà ce que met en scène une exposition de la Bibliothèque publique d’information (BPI) depuis le 25 janvier, jusqu’au 8 mai. 

30/01/2023, 14:40

ActuaLitté

Omar Sy et les Tirailleurs, ”loin de l'image assez floue, et caricaturale“

Film de Mathieu Vadepied avec Omar Sy sorti début janvier, Tirailleurs revient sur une douloureuse époque. En pleine Première Guerre mondiale, des forces armées issues des colonies françaises grossissent les rangs. Combattre les troupes allemandes, dans les tranchées : la Der des Ders ne nous a-t-elle pas tout dit ? Par Jean-Baptiste Dufour.

28/01/2023, 11:35

ActuaLitté

L’Attaque des Titans : mise en lumière d’une œuvre colossale  

#FIBD23 – Du 25 au 29 janvier se tient, à l’Alpha Médiathèque d’Angoulême, une exposition consacrée à l’œuvre maîtresse de Hajime Isayama, L’Attaque des Titans : De l’ombre à la lumière. Accompagnée de la venue de l’auteur dans l’Hexagone, il s’agit également de la première fois que ses planches sont exposées hors d’Asie. L’occasion d’explorer toute l’évolution graphique et l’émotion qui se dégage des dessins du maître des géants tétanisants.

26/01/2023, 16:52

ActuaLitté

L'ANEL entend accroître la compétitivité des maisons d'édition

Dans le cadre des consultations prébudgétaires 2023, l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) interpelle le gouvernement du Québec, et demande une bonification et une simplification du crédit d’impôt pour l’édition de livres, dans un mémoire présenté au ministère des Finances.

19/01/2023, 17:27

ActuaLitté

Dans les bourrasques de la tempête Gérard

#LectureetLittoral – Du 21 janvier 2023 au 16 décembre 2023, Marc Roger, lecteur public, avancera livres en main, sur les côtes atlantiques. 5000 km de marche à pied et à chaque arrêt, des lectures. ActuaLitté aura le plaisir d'accompagner et suivre cette route en caravelle médiatique d'un tour de France insolite. À quelques heures du départ, voici un ultime texte, liminaire à son départ, que Marc Roger nous propose.

19/01/2023, 10:47

ActuaLitté

Voyage à Auschwitz avec "la petite fille qui ne savait pas haïr"

Depuis 19 ans, le Consistoire central israélite de France organise un voyage à Auschwitz, car « la mémoire de ce crime sans nom ne peut, ne doit, être effacée » dans un contexte de hausse de l’antisémitisme. Pour cette édition 2022, sont conviés par le grand-rabbin de France, une survivante de la Shoah, des collégiens et lycéens, des religieux, des politiques, des directrices de maison d’édition et donc... ActuaLitté.

18/01/2023, 18:14

ActuaLitté

Moi je lis de la merde, et je vous emmerde

On connaît la chanson, ses paroles et son refrain : ne pas juger un livre sur sa couverture, ouvrir avant de critiquer (si seulement…), attention aux préjugés, etc. Quand le monde moderne pousse à sortir de sa « zone de confort », voire de se « mettre en danger », pour le lecteur, qu’est-ce à dire ? Passer de Paul Valéry à Thomas Piketty ? Peut-être bien… mais pas seulement. 

13/01/2023, 18:09

ActuaLitté

“Selon que vous serez puissant ou misérable” : l'art subtil des lois adoptées

Des sénateurs ont récemment cherché à introduire un cavalier législatif dans la loi DADUE, qui aurait conduit à une modification du Code de la Propriété Intellectuelle. Jugé irrecevable, car contraire à la Constitution, l'amendement n'aura donc pas été discuté en séance. Pour Katerine Louineau, représentante du CAAP (Comité Pluridisciplinaire des Artistes-Auteurs·trices), voilà qui interroge : certains cavaliers tiendraient mieux sur leur selle que d'autres ?

11/01/2023, 14:33

ActuaLitté

“L’appel au SAMU s’impose comme un dernier recours”

Maud Santini publiera en février aux éditions Globe un récit résultat d'une année passée en immersion avec le SAMU de Paris. Son livre est une plongée au coeur de la médecine d'urgence, du côté des centres d'appel d'un côté, et des interventions de l'autre. Anthropologue, elle travaille depuis longtemps sur la notion de déplacement, comment le déplacement modifie les rapports entre personnes, objets, et pas seulement changement de lieu. 

11/01/2023, 13:28

ActuaLitté

150e anniversaire de la naissance de Colette : rendez-vous avec l'Histoire

Les éditions des femmes -Antoinette Fouque , « militantes de l’écriture et de la cause des femmes », et Colette, femme indépendante, grande écrivaine aimée d’un immense public, avaient un rendez-vous nécessaire, au-delà du temps qui passe. De nombreuses publications, choisies dans une œuvre féconde, en attestent. Par Catherine Guyot.

10/01/2023, 15:18

ActuaLitté

L'historien Benjamin Stora victime d'un “antisémitisme insupportable”

Certains y lisent une nouvelle preuve de ce que l’Aglérie se replie sur elle-même, mais d’aucuns constatent surtout l’agressivité et la violence du propos. L’universitaire Benjamin Stora, qui enseigne l’histoire du Maghreb contemporain, est pris à partie dans un média algérien. Et ce, alors que les journaux indépendants endurent de virulentes attaques.

07/01/2023, 12:57

ActuaLitté

Angoulême : et si l'on parlait de Prévention des Violences sur les enfants ?

FIBD23 - Arnaud Gallais multiplie les appels, alors que s’approche le festival de la bande dessinée d’Angoulême. Dans une lettre ouverte, le cofondateur de Be Brave France et du collectif Prévenir et Protéger revient sur la programmation de l’événement. Alors que le Parquet de Nanterre vient d’ouvrir une enquête, Arnaud Gallais propose de profiter de l’occasion pour sensibiliser le plus grand nombre.

06/01/2023, 18:14

ActuaLitté

Pour vendre Editis, faut-il museler ActuaLitté ?

Quiconque parcourt nos colonnes l'a constaté : ActuaLitté attache la plus grande importance à ce que l’information objective et plurielle du public soit respectée. Des règles déontologiques gouvernent notre profession, à raison : notre journal se fait un devoir de les suivre. 

06/01/2023, 09:50

ActuaLitté

“On peut l’affirmer : le paysage de la lecture publique en France est sinistré”

#LectureetLittoral – Aventurier impénitent, soucieux de partager sa passion, Marc Roger entamera ce 21 janvier un périple inédit : un parcours de 5000 km, longeant la côte atlantique. À la limite invite au voyage, à la découverte, sans pour autant décrocher du monde. Le lecteur itinérant adresse à Rima Abdul-Malak un courrier, qui salue une louable initiative : la consultation citoyenne pour développer le goût de la lecture.

05/01/2023, 14:56

ActuaLitté

Révolution : en 2023, des livres en braille vendus au “prix unique”

Éclipsés ces dernières années par les livres audio et numérique, les ouvrages en braille restent un support crucial pour l'accès des personnes aveugles et malvoyantes à la lecture. Ces imposants volumes, très coûteux à produire, seront pourtant proposés à un tarif correspondant au « prix unique du livre », dès ce 4 janvier. Une prouesse et une garantie d'accès rendues possibles par le Centre de Transcription et d'Édition en Braille (CTEB) de Toulouse.

03/01/2023, 11:13

ActuaLitté

2023, année “sexual reading” : bonnes lectures, fidèles ou non

Basculer de 2022 à 23 ne changera rien à l’amoncellement de romans éparpillés à même le plancher. Ce mal compulsif rapproche le lecteur de l’être enrhumé : ça commence par un ou deux mouchoirs à côté du lit, ça se conclut avec une bibliothèque foutraque qui s’est érigée à côté de la couette. 

30/12/2022, 16:25

ActuaLitté

Le syndrome du livre cadeau préféré de Noël illico revendu

Chaque année, le même enfer : les rues se peuplent de créatures mues par un désir frénétique de consommation. Comme possédées, elles déambulent d’un pas grotesque, bras décharnés tendus sans but, l’œil hagard, un mot à la bouche : « Cadooooo… » Heureusement, pour ces zombies de Noël en quête d’un truc à empaqueter, il existe des librairies. Et des livres, ce fameux cadeau favori des Français… 

27/12/2022, 11:03

ActuaLitté

Sarkozy et les contrats de Jean d'Ormesson : une langue trop bien pendue ?

« Si la vérité blesse, c’est la faute de la vérité », assurait le frais ministre de l'Économie lors d’une conférence de presse. Mai 2004, Nicolas Sarkozy prenait fraîchement ses quartiers à Bercy et l’Élysée était encore loin. Depuis, et sans rouler des épaules — plutôt des mécaniques — le voici prodigue de conseils aux professionnels du livre. Administrateur du groupe Lagardère, donc de Hachette Livre, la fonction lui donnerait des ailes ?  

21/12/2022, 16:26

ActuaLitté

De la fiction au réel : Bastien Vivès, auteur de bande dessinée

Chaque personne qui a eu accès aux médias ces derniers jours est informée d’au moins deux faits d’actualité. L’Argentine a remporté la Coupe du monde de football, et Bastien Vivès est dans la tourmente. Suite à plusieurs pétitions, l’exposition du dessinateur, prévue pour la prochaine édition du Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême, est annulée. Par Vivian Petit.

21/12/2022, 11:23

ActuaLitté

“La solidarité par la lecture, y’a plus que ça pour nous sauver”

Empruntant à la Fonky Familiy, le groupe de hip-hop marseillais, l’association Lire et Faire Lire va plus loin. Dans Verset IV, les rappeurs scandaient : « La solidarité j’crois qu’il y a plus que ça pour nous sauver. » Et si la lecture incarnait cette expression solidaire impérative à notre société ? Leur texte est ici proposé en intégralité.

17/12/2022, 11:30

ActuaLitté

Bastien Vivès accusé : “Représenter des tabous est donc désormais interdit”

En l’espace de quelques jours, le revirement a presque pris de court. Le FIBD, évoquant des « menaces physiques » proférées contre Bastien Vives, a décidé d’annuler l’exposition qui lui était consacrée dans le cadre de son édition 2023. Une décision prise sur fond de vive polémique, où l’auteur s’est vu reprocher dessins et déclarations, qualifiés de « pédopornographiques ». 

15/12/2022, 12:19

ActuaLitté

“À quoi pensez-vous lorsque vous regardez la mer ?”

#LectureetLittoral – Une année de marche sur les côtes du littoral atlantique, entre embruns et et marées, et l’horizon pour compagnon. Oh, quelques livres, bien entendu, et des lectures — donc, des auditeurs, voire des lecteurs. Marc Roger s’apprête à donner le coup d’envoi de À la limite, sa nouvelle aventure littéraire, entre terres et mers…

13/12/2022, 09:00

ActuaLitté

La littérature jeunesse à l’épreuve du Grand Méchant Mot !

Christian Bruel est un pilier de la littérature jeunesse en France. Depuis quarante ans, il a écrit une quarantaine de titres, sans oublier ceux qu’il a publiés comme éditeur du Sourire qui mord (1975-1996) puis des éditions Être (1997-2012). Parallèlement à son activité d’auteur et d’éditeur, il a consacré nombre d’analyses et de réflexions à ce secteur de l’édition. Par Fulvio Caccia.

12/12/2022, 10:31

ActuaLitté

“En Inde, une femme est violée toutes les 20 minutes”

Décembre 2012. Comme beaucoup d'autres en Inde où je vivais depuis 7 ans, je découvrais avec horreur le viol brutal, commis à l'encontre d'une jeune femme dans un bus de New Delhi. Jyoti Singh, que l'Inde a renommée symboliquement Nirbhaya, celle qui est sans peur, est morte de ses blessures, dans une agonie dont la presse s'est délectée, voyant là une nouvelle occasion de rappeler à quel point le pays, figé dans une psyché patriarcale et misogyne, était dangereux pour les femmes. Par Clea Chakraverty.

08/12/2022, 10:59

ActuaLitté

“L’Europe fourmille de peuples. On ne prend jamais congé des peuples”

Dans sa lettre de décembre 2022, le PEN Club français diffuse une adresse poignante de Chus Pato, de son nom d’écrivaine. María Xesús Pato Díaz, dans sa vie universitaire, est originaire de Galice : poétesse parmi les plus remarquées dans sa langue, elle interpelle l’Europe tout entière. 

07/12/2022, 09:19

ActuaLitté

Pass Culture : le CNL défend son engagement à l'égard des auteurs

DROIT DE RÉPONSE – Un récent article de ActuaLitte, suite à un communiqué de presse conjoint de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, de la Ligue des auteurs professionnels, le Trait et CAAP, appelait un sérieux correctif. En effet, le Centre national du Livre, mis en cause, propose une offre de Masterclasses du livre et de l’écrit dans le cadre de la part collective du Pass culture, depuis l’ouverture de cette dernière en janvier 2022. Et ce afin de jouer un rôle de facilitateur dans l’organisation de rencontres d’auteurs en milieu scolaire. 

02/12/2022, 10:07

ActuaLitté

La science-fiction (SF), de la pop culture à “l'art contemporain”  

Un lieu d’enregistrement de l’angoisse ? De révélation d’une société sous couvert d’évasion et de divertissement ? Analyse plus véritable que vraisemblable des ressorts qui transforment le réel ? Toutes ces dimensions caractérisent la science-fiction. Si la littérature, la bande dessinée et le cinéma ont été les importants réceptacles du genre, les arts plastiques ne sont pas en reste. 

01/12/2022, 13:07

ActuaLitté

Diane de Selliers, “une quête de perfection”

Saluer le travail des éditeurs tant de livres que de presse, voilà tout l’objet de la Confrérie Gutenberg. À l’occasion d’une récente réunion, les compagnons ont intronisé comme Chevalier l’éditrice Diane de Selliers, parrainée par Vincent Montagne et Philippe Jourdan. Leur laudatio est proposée ici en intégralité.

01/12/2022, 10:06

ActuaLitté

Des livres vierges : l'industrie du livre menacée d'asphyxie

Sans une révision de la loi sur le droit d’auteur, l’édition canadienne se trouve devant une page blanche. À ce titre, l'Association nationale des éditeurs de livres, représentant les éditeurs de langue française au Québec et dans le Canada tire la sonnette d'alarme. Et presse le gouvernement d'agir. À ses côtés, plusieurs autres organisations rallient le mouvement.

29/11/2022, 17:24

ActuaLitté

Suisse : recours des librairies Payot auprès du conseil d’État du Valais

Après avoir proposé au service de la culture du Valais de revenir sur les critères qui ont été fixés pour l’opération de soutien aux librairies qu’il a annoncée et lancée le 14 novembre, et qui excluent les librairies Payot du périmètre, Payot SA a décidé de faire recours auprès du Conseil d’État à défaut d’avoir obtenu une réponse satisfaisante. Par Pascal Vandenberghe, PDG de Payot.

29/11/2022, 11:21

ActuaLitté

Du père de famille au psychanalyste : dans l'intimité de Sigmund Freud

La famille Freud vivait au rythme des consultations que Sigmund donnait dans cet appartement au coeur de Vienne. Rouvert depuis août 2020, le Sigmund Freud Museum s’inscrit dans un héritage pluriel : celui de la médecine, de l’oeuvre et de la vie quotidienne. Au coeur de l’immeuble situé au Berggasse 19, les visiteurs remontent le temps, entre publications et travaux du père de la psychanalyse.

28/11/2022, 14:51