#Economie

“Nous, éditeurs, sommes des horlogers du livre” Moïse Kissous (SNE)

À l’exception de rares interventions dans la presse, et d’un communiqué laconique, le Syndicat national de l’édition est resté très en réserve suite à la publication du rapport Racine. Des éditeurs qui seraient “vent debout” ? Dans un entretien accordé à ActuaLitté, Moïse Kissous, PDG du groupe Steinkis et président du groupe BD au SNE apporte un éclairage, par le prisme du 9e Art. 

Le 16/02/2020 à 14:23 par Nicolas Gary

4 Réactions | 2 Partages

Publié le :

16/02/2020 à 14:23

Nicolas Gary

4

Commentaires

2

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Volonté de dialogue, solutions concrètes, explications sur la crise de confiance : un tour d’horizon du marché BD et de la situation des auteurs… autant que des éditeurs.

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

En avril 2014, Antoine Gallimard assurait que rares étaient les maisons à pratiquer moins de 10 % de droits d'auteurs. Où en est-on aujourd’hui ? Quid de la différence entre avances aux auteurs français et étrangers dans la BD ?

Moïse Kissous : J’ai lu dans une interview publiée sur votre site que les avances versées pour les achats de droits étrangers étaient très importantes. Je ne sais pas ce qu’il en est pour la littérature, mais je peux vous dire qu’en BD, l’avance que l’on verse aux éditeurs étrangers pour des achats de droit est le plus souvent très faible – quelques milliers d’euros. Certes, il y a des titres qui font l’objet d’enchères, et cela fait monter les prix, mais c’est minoritaire.

[NdR : référence à l’entretien avec Samantha Bailly : “Payer encore moins les auteurs pour produire encore plus” ]

Sur le pourcentage de droit, c’est pareil : sauf cas rares, il n’est pas plus élevé pour les auteurs étrangers que pour les Français.

Je prends un cas : les romans graphiques pour adolescents, un genre qui se développe en s’appuyant fortement sur des achats de droits à des éditeurs étrangers. Rares sont les titres avec des ventes significatives — quelques milliers d’exemplaires au mieux. Pourquoi verser des sommes trop importantes ? Les éditeurs ne disposent pas de capacités extensibles de versements d’avances, et s’interrogent aussi sur la situation.

Personne n’est insensible à ce que nous vivons ces dernières années. Mais, le côté solution magique au niveau des droits m’inquiète : ce type d'approche ressemble plus à des perspectives démagogiques. Imaginons : dans trois ans, on s’aperçoit que c’était de la poudre aux yeux, comment réagira la profession ? D’autant que, l’enquête présentée par les EGBD en 2015 indiquait plutôt que les auteurs étaient satisfaits de leur relation avec l’éditeur : il y avait encore une approche positive.

Alors, parlons de chiffres : sur la reddition de comptes, avez-vous des auteurs obligés de demander leurs ventes ?

Moïse Kissous : Chez les éditeurs membres du groupe BD du SNE, les relevés interviennent le plus souvent deux fois par an. Est-ce qu’il peut y avoir des retards, est-ce que des auteurs sont contraints de demander leurs relevés ? Cela peut arriver, quand un éditeur traverse une période de turbulence. Mais là aussi, il ne faut pas en faire une généralité : la majorité des structures font le nécessaire pour honorer leurs obligations et sans attendre d’être relancées.

Ce qui pose question, c’est l’image de l’éditeur qui aurait la vie simple, et se contenterait d’imprimer les livres et d’empocher les recettes des ventes. C’est bien méconnaitre notre travail. Avec des résultats qui varient, suivant les maisons, qui sont d’ailleurs très différentes les unes des autres. Nous sommes dans un écosystème où chacun apporte sa contribution : les maisons alternatives par exemple en défrichant, repoussant les limites, testant des approches…

Et certains auteurs aujourd’hui reconnus ont démarré dans ces maisons, avant d’évoluer vers d’autres, plus grandes, qui leur ont accordé plus de moyens.


© David Bou Aziz

Aujourd’hui, dénombre-t-on plus de personnes qui travaillent dans les maisons d’édition, alors que la production a considérablement augmenté en trente ans ?

Moïse Kissous : Je n’ai pas de chiffres sur le sujet, mais nous savons par contre que le nombre de maisons d’édition BD a progressé très significativement, donc on peut penser que oui. Cela ne signifie pas pour autant que tous parviennent à vivre de leur activité d’éditeur, il serait probablement intéressant de mener une recherche sur le sujet.

Comment accompagner correctement un auteur, alors qu’ils doivent multiplier les contrats chez différents éditeurs ? Un problème de cohérence se pose, non ?

Moïse Kissous : Il y a le désir, et la réalité : toute maison voudrait accompagner ses auteurs le plus longtemps possible. Seulement, les chemins peuvent diverger, sans que ce ne soit un désaccord ou une fâcherie. L’auteur souhaite orienter son œuvre vers d’autres horizons, qui ne correspondent plus à la ligne de son éditeur. Ou inversement.

Peut-être se retrouveront-ils sur d’autres projets d’ailleurs. Cela n’a, en somme, rien de malsain. Mais nous ne sommes plus dans une période où un auteur est certain de faire toute sa vie chez un même éditeur, que ce soit sa décision ou celle de l’éditeur.

Quelle est alors la stratégie du SNE ? Les dernières prises de paroles d’éditeurs ont mené les auteurs dans la rue…

Moïse Kissous : Certains d’entre nous ont pu faire preuve de maladresses ou avoir été mal compris. Mais nous sommes tous investis. Se rendre à la rencontre de jeunes talents, à Angoulême, à Lyon, c’est se tourner vers l’avenir. Parfois pour dire que le moment de la publication n’est pas venu, qu’il faut travailler encore. C’est là notre métier. Mais d'autres fois pour avoir le bonheur de découvrir un nouveau talent.

Autre chose : nous sommes dans une époque qui laisse accroire que tout le monde peut se lancer. Et l’offre est devenue très riche. Les éditeurs n’ont pas décidé du jour au lendemain de gonfler artificiellement leurs catalogues avec de nouveaux projets. Ce sont des propositions reçues qui nous ont séduits et ont modifié sensiblement ce qu’est la BD aujourd’hui. Aucun d’entre nous ne s’est dit, “Hop, je passe à 50 albums de plus !”. Il faudrait rappeler parfois combien de projets nous recevons, et combien nous en acceptons, cela représente à peine quelques pourcents du total…

Les auteurs s’inquiètent pourtant de ce que l’éditeur ne soutiendrait pas chacun des livres publiés. Tout le monde peut se regarder dans une glace en disant : “J’ai fait le maximum. Et tous les ouvrages publiés ont reçu un traitement égal !”

Moïse Kissous : Sauf qu’aucun livre ne peut recevoir le même traitement. Voilà un autre biais : chaque fois qu’un éditeur s’exprime, il est pointé du doigt, caricaturé, mis à l’encan, via les réseaux sociaux. Aucun dialogue sérieux n’est possible. Or, ce n’est pas parce que nous ne détaillons pas tout ce qui est fait que l’on ne fait rien. De même, comment passer notre temps à informer les auteurs, sans que cela ne se répercute sur le travail qui est à faire ? L’enjeu est de trouver un équilibre.

Revenons à l’accompagnement : une BD, du côté de l’éditeur, c’est de l’investissement, de l’analyse, une discussion d’équipe, de l’accompagnement… du temps. Les projets que nous retenons, le marketing, les relations presse les examinent, pour définir des stratégies. Ce n’est jamais parfait, mais nous réunissons des personnes avec des compétences et du talent : beaucoup veulent faire nos métiers, car ce sont des métiers qui portent du sens et, dans le domaine de la BD, intègrent une dimension artistique, mais ils ne sont pas accessibles à tous.

Quand des choses magnifiques ne trouvent pas leur public, est-ce systématiquement la responsabilité de l’éditeur ? Je ne crois pas : l’alchimie nécessite différents éléments, qui s’alignent, ou non.


Moïse Kissous - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Quant aux moyens, ils s’adaptent au cas par cas : un best peut nécessiter une campagne d’affichage. Un auteur inconnu, quel en serait le résultat ? Tous les éditeurs ont expérimenté un soutien promotionnel très fort à un livre qui fait un flop et inversement le livre inattendu qui fait son chemin dans le temps, il n’y a pas de recette toute faite du succès.

Par contre, le cocktail et les ingrédients, les éditeurs les connaissent : nous sommes des horlogers du livre, et n’importe qui ne peut pas faire ce que nous réalisons. Le métier implique de la précision, de l’apprentissage, quotidien presque et un dosage point par point. Or, même ainsi, on peut se planter.

D’ailleurs, il faut tordre le cou à l'idée que les livres vont et viennent dans le circuit : il y a effectivement des livres qui réussissent rapidement à trouver leurs lecteurs et d’autres qui repartent rapidement des librairies. mais il en existe un certain nombre qui trouvent leurs lecteurs sur la durée. Il ne faut pas minorer le rôle du libraire qui joue un rôle important dans la réussite de ce type de livres. Et moins encore, les pointer du doigt en disant qu’ils captent 30 à 40 % de la valeur d’un livre alors que leur rentabilité est faible.

Dans le même esprit, lorsqu’un éditeur BD tient le même discours sur une rentabilité pas si élevée, on doute de sa parole. Alors, lorsque le chiffre d’affaires est plus élevé, les bénéfices semblent plus importants, mais nos marges sont réinvesties. Je ne crois pas que beaucoup de dirigeants de maisons d’édition BD aient la possibilité de se verser des dividendes. En revanche, j’insiste, pourquoi mettrions-nous du temps, de l’argent, pour laisser un livre se planter ? Aucun éditeur sérieux n’a cette bêtise. Les auteurs peuvent en éprouver l’impression, mais c’est inconcevable.

Une seconde : pourquoi publier un livre si l’on n’est pas totalement certain de pouvoir l’accompagner ?

Moïse Kissous : L’idée est de le faire. J’ignore si tout le monde y parvient. Il peut surtout arriver qu’on n’y parvienne pas comme on le souhaiterait. Mais aucune maison ne mettrait de ressources de productions juste pour jouer au loto, en disant : “On verra bien...”

Dans le cas de séries installées – contre-exemple –, une certaine mécanique s’enclenche, un lectorat fidélisé, etc. Dans ce cas, les actions peuvent intervenir plus ponctuellement, et plutôt sur le fonds. Car n’oublions pas que le catalogue représente une assise importante — même s'il arrive qu'il ne corresponde plus aux attentes.

Bruxelles - la bande dessinée
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Bien entendu, il y a des choses à améliorer. Les éditeurs ne sont pas conduits par des intérêts catégoriels. Maladroits, oui peut-être parfois, discrets, aussi — parce qu’ils ont souvent le sentiment que, quoi qu’ils disent, ils ne peuvent pas être entendus. Nous devrions plutôt nous entendre sur des règles élémentaires de dialogue et sortir de la police de la pensée.

Comment comprendre la situation actuelle alors ?

Moïse Kissous : Voici quelques chiffres issus de la base GfK : en 2017, 260 titres avaient vendu plus de 10.000 exemplaires sur 3221 nouveautés parues dans l’année — nous parlons strictement de production dite franco-belge. Contre 217, en 2008, avec 3095 nouveautés. Depuis dix ans, la progression de l’offre est ralentie, et j’ai le sentiment que l’on se fourvoie sur les analyses : les maisons historiques ont agi avec responsabilité.

D’autant qu’entre 2008 et 2018, nous sommes passés de 80 éditeurs à 130 réalisant plus de 100.000 € de CA.

Parlons de ce fameux point mort par titre. Non pas celui de l’avance, mais celui des frais de structure…

Moïse Kissous : Il est tellement variable d’un livre à l’autre ! Et quand je rentre dans les détails, on me dit que c’est inaudible. Le groupe BD du SNE a le désir de partager des données sur la rentabilité des BD pour arrêter la propagation d’idées fausses qui entravent la bonne compréhension de ce qui se passe.

Parce qu’en réalité, il n’existe pas “les auteurs” et “les éditeurs” dans l’absolu. Tout cela revient à essentialiser les personnes, et figer la situation. Il faut avant tout tenir compte de ce qu’il y a une grande variété de situations et qu’il n’y a ni indifférence, ni cynisme de la part de la grande majorité des éditeurs BD.

Alors, on va tout se dire, les uns les autres ?

Moïse Kissous : Je suis partisan de la transparence sur les données de marchés, mais aussi que tout ne soit pas présenté comme noir et insupportable. Montrer un tableau équilibré. Rappelons que les grands groupes qui sont pointés du doigt par certains – et dont je peux d’autant mieux parler que je n’en dirige pas un – ont aussi mis au point des outils, comme la diffusion et la distribution, qui permettent à des éditeurs plus petits de pouvoir diffuser leurs titres. Ils ont pour grandir pris des risques avec des auteurs, français comme étrangers, et ont participé à donner à la BD l’importance qu’elle a aujourd’hui.


© Rémy Catt

Mais dire que le secteur est dur, quand il y a des rachats (ie : Seuil/La Martinière, par Média Participations), c’est une drôle de pilule à avaler… Si les rachats de maisons se font par croissance externe, c’est qu’il y a des marges qui se dégagent. Si ce sont des investisseurs qui interviennent, c’est qu’ils croient aux marges à dégager…

Moïse Kissous : Plusieurs structures ont tenté de se développer dans la BD sans y parvenir, vous avez fait l’écho dans Actualitté cette semaine d’une maison qui a dû déposer le bilan. [Ndr : les éditions du Long Bec]

Pour ce qui est de la croissance externe, très peu de maisons en ont les moyens, et encore moins d’investisseurs extérieurs au métier s’intéressent à l’édition en général et à la BD, ils préfèrent investir dans des activités bien plus prévisibles et à potentiels de croissance plus limpides à court terme. On ne choisit pas l’édition pour faire fortune et très rares sont celles qui se sont construites dans l’édition BD au regard du nombre de maisons d’édition qui ont pu exister ou existent encore.

[NdR : lors de ses vœux, Vincent Montagne a évoqué les difficultés des éditeurs en France. 74 % des maisons d’édition sont en difficulté, et sur les 720 qui sont membres du SNE, la moitié réalise moins de 350.000 € de chiffre d’affaires. De quoi inviter à réfléchir à la création d’un « fonds d’aide aux éditeurs défaillants à l’égard de leurs auteurs », indiquait-il]

Que penser de ces éditeurs qui aujourd’hui n’ont plus peur d’affirmer que ce sont les contrôleurs de gestion qui font leur boulot ?

Moïse Kissous : Je ne peux pas m’exprimer pour les autres. Dire que le financier décide, c’est aller loin. Et les éditeurs sont humains : leur propos peut dépasser leur pensée. En revanche, négliger le financier est impensable : personne ne fait n’importe quoi. Les éditeurs qui trient, cela n’a rien d’une plaisanterie. La philosophie n’a pas changé : publier, c’est choisir.

Que les auteurs demandent une relation forte avec leur éditeur, c’est normal, et nous tentons de satisfaire tout le monde. À ce titre, je ne crois pas que passer de 10 à 5 titres améliorerait les relations, au contraire. En fait, la liberté de publier est un objet à chérir, et les logiques malthusiennes n’ont aucun sens. Quand un éditeur publie, il sait ce qu’il fait. D’ailleurs, qui déciderait de contingenter les livres ?

Enfin, les lecteurs ont changé : les séries tout public de jadis ont laissé place à des séries plus variées, à destination de lecteurs diversifiés. Le collectionneur homme d’avant correspondait à une offre. Depuis, on produit plus de titres, parce que l’on s’adresse à des publics plus segmentés.

En somme, on passe dans les années 90 de 500 BD, une offre « triste », mais assurant de meilleurs revenus, à 5500 en 2019, mais qui font vivre moins d’auteurs ?

Moïse Kissous : À cette époque, l’album représentait une récompense, parce que même sur le déclin, les journaux qui prépubliaient étaient encore forts. Nous avons désormais beaucoup plus d’auteurs et de toute évidence, on ne peut pas se satisfaire de la situation. Je ne sais pas si désormais, moins d’auteurs gagnent leur vie que trente ans auparavant : la réalité, c’est que des centaines d’autres ont du mal à boucler leurs fins de mois, et nous n’avons pas encore de solution pour cela.

Sauf qu’il est trop simple de pointer la responsabilité sur les éditeurs. Et au final, la croissance des titres n’est pas si grande, en regard du nombre de maisons nouvelles.

 © TB & Wikto 

C’est moins une question de responsabilité que d’avenir : les auteurs demandent ce qui va être fait, proposé concrètement…

Moïse Kissous : Personnellement, je refuse les solutions trop faciles sur le papier et trop évidentes. Dire oui à une hypothèse dont on se rendra compte dans trois ans des méfaits, ce n’est pas élogieux. Nous avons, avec mes confrères, décidé de monter les Assises de la bande dessinée. Ce n’est pas une solution à tout, mais elle peut apporter un échange constructif.

Que penser du refus du SNE de légiférer sur une rémunération minimum ?

Moïse Kissous : Il faut poser votre question à Vincent Montagne qui préside le SNE. [NdR : Vincent Montagne n’aurait pas refusé la rémunération minimum : il sous-entendrait que les échanges peuvent se dérouler entre auteurs et éditeurs, comme dans le cadre des négociations entre CPE et SNE. Le passage législatif ne serait pas utile.]

Évoquer le CPE revient à parler de la représentativité des artistes auteurs, au cœur du rapport de Bruno Racine.

Moïse Kissous : Oui. À ce sujet, il n’existe pas de position monolithique. Les éditeurs qui souhaitent s’exprimer le font, pas au nom de tous. Chacun a la faculté de présenter son point de vue et sa position. Mais il est faux de dire comme je l’ai lu que nous serions tous vent debout contre ce rapport. Comme tous les rapports, il présente des aspects avec lesquels on peut être d’accord et d’autres qui en l’état sont peu compréhensibles ou discutables et doivent être a minima étayés.

Alors, revenons sur l’une des déclarations. Publier moins reviendrait à donner moins à lire, estime Antoine Gallimard.

Moïse Kissous : Quand on choisit d’accompagner un auteur et de publier son livre, on ignore son avenir. Ce qui importe, c’est l’envie de publier. Mais une donnée existe : quatre livres, avec des genres et des publics différents, toucheront plus de lecteurs que trois livres de genres et publics distincts. En réalité, supprimer l’un des quatre ouvrages ne fera pas augmenter les ventes des trois autres. Parce qu’en délaissant un segment, les lecteurs se dirigeront vers d’autres formes d’activités, de l’ordre du divertissement. Dire que l’on publie trop est une rengaine ancestrale…

Antoine Gallimard
Antoine Gallimard, ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Alors, on revient à un système de loterie ?

Moïse Kissous : Absolument pas. Contrairement au hasard de la loterie, nous accompagnons les ouvrages. On ne sait pas ce qui va marcher, c’est certain, mais le loto est une image totalement fausse.

Ce serait plutôt une course hippique, où chacun investit sur son poulain, en croisant les doigts ?

Moïse Kissous : Je n’aime pas non plus cette image, d’autant que gagner, cela revient à quoi ? L’enjeu, c’est que ce que l’auteur a fait soit partagé avec le plus grand nombre, que le résultat soit satisfaisant pour lui et nous. Et si ce n’est pas le cas au premier livre, ce le deviendra au suivant, ou après, ou chez un autre éditeur. Mais chacun aura contribué à apporter sa pierre.

Mandela disait : « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. » C’est le cœur de notre métier, et de la relation. Partenaire, ami, psychologue, défouloir… l’éditeur écoute, guide, ou pas, selon les besoins du créateur. Il est complexe pour tout le monde de trouver sa place, il ne faut pas pour autant renoncer à trouver une solution. Sauf qu’elle doit arriver dans un climat de respect, sans que l’on brocarde sans cesse.

Qu’en est-il de la question de la dédicace rémunérée ?

Moïse Kissous : Sujet délicat. Nous sommes défavorables, pas pour être dans le plaisir du blocage. D’ailleurs, nous avions formulé des propositions alternatives, dont on nous a répondu [NdR : le Snac BD], qu’elles n’intéressaient personne. En l’occurrence, nous pensions que dans certains salons, il serait préférable que l’on octroie aux auteurs des espaces pour vendre leurs planches au public, une action qui compléterait leurs revenus.

Manifestement, nos interlocuteurs étaient accrochés à leur idée, et nous n’avons pas pu avancer. Pour un éditeur, le coût d’une manifestation est déjà extrêmement élevé, en termes de déplacement, logistique, etc.

Alors, tout le monde est payé, sauf l’auteur qui fait venir le public ?

Moïse Kissous : Je comprends ce point, bien entendu. Sur le fond, si nous éditeurs n’étions pas persuadés des effets retors, nous pourrions avancer. Mais j’aimerais trouver d’autres solutions.

Par effet retors, c’est l’invitation des seuls best-sellers, critique qui fut formulée par les organisateurs de manifestations, quand le CNL a conditionné ses aides à la rémunération des auteurs… Mais Cassandre s’est trompée pour le coup.

Moïse Kissous : Alors, oui, dans ce cas de figure, cela se comprend aussi. Mais si la Sofia et le CNL apportaient des garanties sur une période longue, alors nous pourrions l’imaginer plus sereinement. Sauf qu’un détail demeure : les organisateurs de festivals ne sont pas des vendeurs de livres. Leur offre éditoriale prime, quand les maisons, dont les stands sont souvent tenus par des libraires, ont aussi des objectifs de ventes. Le risque est plus réel de ne voir que des bests — et la question s’est sincèrement posée au groupe BD du SNE.

Comment analysez-vous la crise contemporaine, plus globalement ?

Moïse Kissous : Dans le rapport Racine, l’unanimité se fait sur la question sociale : la responsabilité de l’État et sa légèreté dans le traitement de l’Agessa sont évidentes. D’ailleurs, les éditeurs ont toujours été aux côtés des auteurs sur cette question. Comme quoi, nous ne rejetons pas en masse le document.

Mobilisation des auteurs - FIBD 2020
ActuaLitté, CC BY SA 2.0 - manifestation lors du FIBD d'Angoulême 2020

Corollaire : les gouvernements se succèdent, et les ministres de la Culture ont du mal à se faire entendre de leurs collègues des Affaires sociales et des Finances. Nous ne pouvons qu’espérer de réelles annonces ce 18 février — et on comprend bien que ces problématiques ont largement contribué à agacer les auteurs et créer des tensions.

Sur la surproduction, j’ai déjà évoqué le point. Nous sommes dans un métier de prototype, plus que par le passé. S’il continue de se produire des séries, c’est particulièrement vrai en jeunesse, le one shot prend une place de plus en plus importante.

Sur la standardisation de la production, là, je suis en désaccord : aujourd’hui, il faut présenter de beaux albums. Les frais de production ont peut-être baissé par rapport à il y a 30 ans, mais les fabrications doivent être plus soignées qu’avant, par exemple la couverture présenter une dorure, un vernis ou une découpe, pour se faire remarquer en librairie. Les livres se ressemblent de moins en moins et ne permettent plus d’avoir les économies de standardisation que l’on pouvait trouver il y a 20 ou 30 ans.

Et s’il semble sur le papier plus simple de créer des séries, cela n’entraîne pas une plus grande prévisibilité : l’attention doit être constante.

Nous parlions en début d’entretien de crise de la confiance : d’où tire-t-elle ses racines ?

Moïse Kissous : Elle existe, et je la déplore. Les Assises permettront d’ouvrir quelque chose. Personnellement j’aimerais bien avoir une idée claire de ses origines. Je constate tout de même que les éditeurs n’ont pas assez communiqué, individuellement aux auteurs et collectivement, sur leurs actions.. En revanche, j’ai des pistes de réflexion à partager, mais je n’ai pas d’idée arrêtée sur les solutions à apporter.

Pourtant, les États généraux de la BD en de 2015 avaient largement alerté, sans aucune réaction du SNE. En 2020, la situation a empiré…

Moïse Kissous : Plusieurs exemples attestent que nous ne sommes pas restés totalement inactifs. À titre personnel, j’ai initié en 2013 les 48 H BD, suivies cette année par 13 éditeurs, dans 1500 librairies. Le projet est simple : trouver de nouveaux lecteurs, avec des auteurs systématiquement rémunérés pour les animations proposées. Pour 2015, je ne peux pas dire : je venais de rejoindre le groupe BD du SNE, et pas en responsabilité.

En revanche, le constat reste le même : collaborer avec les libraires généralistes pour accorder plus de place à la BD. C’est un axe-clé, et nous avons échangé avec la profession lors des Rencontres nationales de la librairie, proposant des études sur l’évolution du lectorat, la féminisation, et d’autres sujets. Peut-être la BD n’avait pas alors la place qu’elle méritait chez les généralistes. Mais tout cela est de longue haleine, avec des résultats qui n’interviennent pas du jour au lendemain.

La Marche des auteurs
ActuaLitté, CC BY SA 2.0 - manifestation au Salon du livre de Paris, mars 2015

Ce serait simplement un manque de communication ?

Moïse Kissous : Les éditeurs ont fait aussi un gros boulot pour développer les cessions internationales et audiovisuelles : création de la French comics association pour développer les cessions aux US (qui ont une belle progression, mais je n’ai pas les chiffres avec moi là), participation à davantage de salons dans le monde, encouragement et soutien à l’extension du centre de droits à Angoulême. C’est un bon moyen de compenser la baisse ou stagnation des ventes pour les segments de la BD qui n’ont pas fait partie de la hausse des ventes (vs manga, bd jeunesse, romans graphiques).

Pour le volet scolaire, nous avons mis en place un guide, suite au rapport remis à l’Éducation nationale, pour montrer comment la BD peut servir en classe. Voilà deux ans, nous les avions approchés, sans aucun résultat : ils ne voulaient pas en entendre parler. Cette fois, la réussite du guide montre qu’il y a une écoute et une excellente réception chez les enseignants.

Comme Bruno Patino l’avait souligné durant les assises de l’édition numérique, l’économie de l’attention est brusque, elle évolue rapidement. Élargir le lectorat et donner envie de lire n’est pas si simple. Surtout qu’au cours des dernières années, c’est avant tout le manga qui a apporté une grande partie de la création de valeur.

L’avenir serait donc à l’importation et la traduction ? Pourquoi les éditeurs étrangers ne le feraient pas eux-mêmes ?

Moïse Kissous : Attention, un éditeur de manga a une vraie valeur ajoutée, dans l’identification, le repérage et l’accompagnement des ouvrages. La BD est un genre en très forte croissance, mais si on enlève Astérix, la jeunesse, le roman graphique et le manga, le reste souffre — et pas d’un manque d’effervescence.

Même si on augmente le nombre de lecteurs de mangas, il n’est pas assuré qu’on opère par ruissellement sur les autres genres. Et si l’on n’avait pas le manga, on perdrait une grande partie du jeune lectorat ado/jeune adulte

Comment l’aspect économique ne vient-il pas en premier lieu, pour expliquer cette crise de confiance ?

Moïse Kissous : Nous souhaitons travailler à une meilleure information sur les réalités économiques de la BD. Parmi les axes de progrès et qui débordent du cadre de la BD, le SNE travaille en faveur d’un accès des auteurs en temps réel aux données d’écoulement.

L’aspect économique, c’est aussi la chute de la rémunération et des avances…

Moïse Kissous : Nous manquons d’informations précises en réalité…

Sauf que le système de prêt bancaire, que représente l’avance fournie par l'éditeur, s’étiole…

Moïse Kissous : Sur la comparaison avance et prêt, il y a une différence majeure, c’est que l’avance est amortissable sur les droits, mais elle est non remboursable : c’est le risque pris par l’éditeur, et il n’est pas neutre puisque beaucoup de titres ne couvrent pas les avances, variable d’un éditeur à l’autre selon les avances qu’il consent. L’éditeur doit trouver le juste équilibre entre point mort de l’ouvrage (qui inclut ses frais de structure) et niveau d’amortissement de l’avance. Nos contrats stipulent d’ailleurs “non remboursable”.

[NdR : le rapport Racine souligne que « le régime juridique de l’à-valoir n’est pas clair. Théoriquement, il constitue une avance sur les droits que l’artiste-auteur pourrait tirer de l’exploitation de son œuvre. Aussi, en cas d’abandon du projet ou d’un nombre de ventes inférieur aux projections réalisées, l’éditeur serait en droit de demander à l’artiste-auteur de rembourser cette somme ».]

Marche des auteurs à Angoulême
ActuaLitté, CC BY SA 2.0 - manifestation au FIBD, janvier 2015

Le risque de vivre une année avec une avance qui représente moins qu’un SMIC mensuel n’est pas moins important, et touche directement à la dignité humaine.

Moïse Kissous : On l’a évoqué, il y a environ 250 titres BD par an qui se vendent à plus de 10.000 Exemplaires. Il y a une polarisation des ventes de BD qui se traduit aussi par une polarisation des revenus des auteurs. La situation est un peu différente du côté des éditeurs où les plus importants ont perdu depuis 10 ans des parts de marché au bénéfice de nouveaux éditeurs ou d’éditeurs de taille moyenne qui se sont développés.

L’accroissement très fort de la concurrence entre éditeurs a ceci d’intéressant qu’elle joue en faveur des auteurs dont la singularité, le talent est repéré et/ou dont les ventes de livres commencent à passer au-dessus de la moyenne. Elle peut amener à une polarisation des moyens des éditeurs en faveur de ceux-ci. On retrouve cela dans tous les métiers de création et ce n’est pas nouveau.

La question est de savoir quelles solutions peuvent être identifiées pour accompagner ceux qui ne sont pas encore dans cette situation. C’est une question de solidarité qui est posée et en cela elle fait écho à de nombreux sujets posés aujourd’hui dans nos sociétés.

L’implication des auteurs ne serait-elle pas meilleure, avec des pourcentages revus à la hausse et un seuil de progression plus rapide ?

Moïse Kissous : C’est à chaque éditeur de décider de sa politique en la matière, en fonction entre autres de ses capacités économiques, sachant que c’est un atout compétitif dans un univers concurrentiel. Mais la question des droits concerne avant tout ceux dont les ventes permettent de dépasser les avances, ce qui n’est pas la majorité des cas en BD. Cela ne répondra pas en tout cas à l’enjeu des auteurs dont les œuvres n’ont pas atteint les lecteurs.

Ndlr : Franck Riester, ministre de la Culture, a annoncé qu'il présenterait ce 18 février les mesures découlant du rapport Racine. 

4 Commentaires

 

Solzasco

17/02/2020 à 12:38

Merci pour les relances insistantes et les questions précises, de la Rédaction. Auxquelles cet expert en langue de bois se garde bien de répondre sinon en prétextant des maladresses de certains éditeurs... sans doute les mêmes que les "n'importe qui " incapables de faire "notre métier" et patin couffin. Quant à la comparaison avec le métier d'horloger, elle vient à point nommé souligner le vrai changement d'époque en cours: de même que jadis l'horlogerie traditionnelle a disparu avec l'arrivée des circuits électroniques, de même l'édition doit impérativement s'adapter à l'arrivée du numérique. Ce ne sont pas seulement les éditeurs, mais tout autant les libraires les diffuseurs et les distributeurs qui vont devoir évoluer, volens nolens, face à l'irruption annoncée - et déjà en cours - des moyens numériques permettant notamment l'impression à la demande...

Jean-Paul NADDEO

17/02/2020 à 15:56

Un des gros problèmes est que aujourd'hui, on publie près de 65.000 titres par an
L'Edition est le seul métier ou on augmente l'offre quand la demande diminue.
A la fin des années 70 on publiait 17.000 titres/an En 2000 on passait le cap des 30.000 titres/ans…Aujourd'hui près de 65 000 titres /an. Pas un libraire est capable ''d'absorber'' un tel flux Comment les éditeurs peuvent t'il défendre une telle quantité de nouveautés et s'occuper de leurs auteurs ? Le taux des retours d'invendus flirte souvent avec les 40%, quelle gabegie ! Si j'en crois ma libraire les acheteurs de livres ont en majorité plus de 55 ans, les jeunes sont sur les tablettes,les téléphones très chronophage et ne prennent plus le temps d'ouvrir un livre. Il serait temps que l'on ai une vrai politique envers la lecture que l'on redonne l'envie de lire Sujet pas simple je vous l'accorde !

Black Bullet

01/03/2020 à 07:02

C'est pas seulement le livre mais aussi le Cinéma : https://alain.le-diberder.com/cinema-en-salles-tout-va-tres-bien-madame-la-marquise/

la vidéo souffre :down: : https://www.zdnet.fr/blogs/digital-home-revolution/la-video-physique-limite-la-casse-en-2019-39899519.htm

(je juge pas, je suis largement au dessus de 3h14 mais rien sur portable (j'en ai pas)) mais Internet : le mobile prend le pouvoir : https://www.zdnet.fr/blogs/digital-home-revolution/internet-le-mobile-prend-le-pouvoir-39899787.htm

Je me demande quel est le bilan du Pass Culture :question:

Black Bullet

01/03/2020 à 07:13

Enterrer le Pass Culture mais pas son diagnostic : https://www.franceculture.fr/emissions/la-theorie/la-theorie-du-jeudi-06-fevrier-2020

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Fils de Zeus, Dionysos s'étonne : “Une brigade des mœurs pour festival, vraiment ?”

LA VRAIE-FAUSSE INTERVIEW – En littérature, la prosopopée consiste à faire parler les morts, les entités divines ou autres abstractions. Joueurs, nous avons invoqué les mânes de Dionysos, dieu accessoirement dédicataire de la première scène antique. En effet, son théâtre à Athènes accueillit les chants rituels préfigurant les tragédies classiques. Ce qui en fait aussi le premier organisateur de manifestations littéraires en Europe. Vous avez dit événementiel ?

14/10/2021, 15:32

ActuaLitté

Agnès Ledig : “J'aime l'image du livre comme un lien de cœur à cœur “

Elle attend souriante : l’heure matinale n’affecte en rien l’immédiate bienveillance. Partager quelques instants avec Agnès Ledig, c’est une mise en danger quand on ne la connaît pas. Elle saisit les nuances, les allusions : elle écoute et l’on perçoit que ses questions ne sont pas des marques d’intérêts feints. Son dernier livre, Se le dire enfin, est sorti en poche en mars dernier (J’ai lu) : mais elle, que nous dira-t-elle finalement ?

12/10/2021, 11:30

ActuaLitté

Jean-Claude Mourlevat : ”Auteur jeunesse, cela m'agace quand c'est méprisant“

Il a remporté le prix Astrid Lindgren, qui allait pour la première fois de son histoire à un auteur français. Cette récompense littéraire et suédoise est souvent présentée comme le Prix Nobel consacrant la littérature pour la jeunesse. Jean-Claude Mourlevat, lauréat 2021 était avec nous à Gradignan, pour le salon Lire en Poche. Opportunité rare…

10/10/2021, 20:29

ActuaLitté

Villon, Rimbaud ou Verlaine, de “sales types” : Crénom, Teulé !

Jean Teulé, président. Voilà qui claque, et aurait peut-être même de la gueule : avec lui, une palanquée de poètes rentrerait à l’Élysée. Mais en attendant que l’écrivain prenne la tête de l’État, c’est à Gradignan qu’il pose ses valises, pour Lire en Poche, comme parrain de l’édition 2021. Rendez-vous pris avec celui qui revendique, comme Aragon, « ce sale type », de n’avoir jamais appris à écrire. En avant la musique.

09/10/2021, 12:05

ActuaLitté

“Le Salon de Turin n’a pas de public : il rassemble une communauté”

#SALTO21 – Une nouvelle fois, les organisateurs du Salon du livre de Turin ont jonglé entre les difficultés, pour que la manifestation piémontaise ait lieu. Son commissaire général, également romancier, Nicola Lagioia, accorde à ActuaLitté un entretien exclusif. Du 14 au 18 octobre, le Lingotto célébrera le livre, la lecture, les auteurs, avec passion.

07/10/2021, 15:22

ActuaLitté

Chroniques de la Lune Noire : “Au départ, c'était un roman... mais j'ai tout perdu”

L'aventure des Chroniques de la Lune noire, saga entamée en 1989 par Olivier Ledroit, au dessin, et François Froideval, ne se résume pas en quelques mots. On notera simplement qu’au commencement, un souci informatique provoqua la perte du roman que Froideval avait entamé. Qu’importe, elles verront tout de même le jour, en BD. 13 ans après le 14e tome, Les Chroniques de la Lune noire, ce sont, en bande dessinée, plus de 559.000 exemplaires vendus (données Edistat). Et un redémarrage s’amorce avec Jeanne-A Debats quand surgit un roman, chez Leha.

29/09/2021, 10:04

ActuaLitté

Région Grand Est : “Encourager les auteurs de l’écrit à la création de projets audiovisuels”

Rapprocher les auteurs de l’écrit du monde audiovisuel, voici le projet que porte la Région Grand Est à travers l’opération Du livre à l’écran. Cinq livres, cinq auteurs, cinq maisons d’édition, et en parallèle, un programme d’accompagnement, avec Daniel Picouly comme parrain : objectif, connecter les filières du livre et du cinéma.

28/09/2021, 09:18

ActuaLitté

Traduire Conceição Evaristo, la Toni Morrison brésilienne

PORTRAIT – Première invitée du festival VoVf, traduire le monde, la traductrice Izabella Borges est venue présenter le recueil de nouvelles Ses Yeux d’eau (Ed. des femmes) et évoquer son autrice, immensément populaire au Brésil, Conceição Evaristo.

27/09/2021, 15:07

ActuaLitté

“Il manque de toute évidence au sein du Goncourt une grande figure morale”

Voilà une semaine que l’histoire se ressasse à l’envi : comment les jurés du prix Goncourt, comment l’Académie tout entière, a pu se faire prendre de la sorte ? Un roman retenu, écrit par le compagnon d’une des membres du jury… et personne pour trouver ce lien étrange. Seule colère du président, quand ladite jurée se fend d’une chronique dans Le Monde, pour sabrer un autre livre retenu dans la liste 2021 ?  

27/09/2021, 12:02

ActuaLitté

Pourquoi le journaliste littéraire redouterait l'internaute critique ? 

Auteur Gallimard, juré Prix Goncourt, auteur d'une étude sur les traducteurs pour le CNL, journaliste, bloggueur et despote éclairé de la République des livres : Pierre Assouline est multi-casquette, solidement implanté dans l'industrie. Dans La revue des médias, il dénigre avec ardeur les réseaux de lecteurs, des « plateformes [qui] sont des sites marchands ». Et finalement, déplore une médiocrité propre à l'époque. Pierre Fremaux, cofondateur de Babelio, apporte les nuances impératives.

15/09/2021, 07:42

ActuaLitté

La Peste d'après Albert Camus inaugure Kazoku, label manga chez Michel Lafon

En 2016, Ki&Hi devint le premier manga des éditions Michel Lafon : 6 tomes et un agenda plus tard, le succès dépasse 1,03 million d’exemplaires (donnée Edistat) sur cinq années. 2021 amorce alors une nouvelle voie : Kazoku, le label manga de la maison. Et pour l’inaugurer, c’est le roman d’Albert Camus, La Peste, adapté par Ryota Kurumado. Une aventure éditoriale peu banale, dont les deux premiers tomes sortiront d’ici 10 jours.

14/09/2021, 11:33

ActuaLitté

Patrick Imbert (Le Sommet des Dieux) : “Chez Taniguchi, je sens toujours une tonalité humaine”

En salles le 22 septembre prochain, Le Sommet des Dieux adapte le récit homonyme de Jirō Taniguchi, en 5 tomes (parus aux éditions Kana dans une traduction de Sylvain Chollet). L'histoire d'une passion vertigineuse pour l'alpinisme, où chaque sommet vaincu n'est qu'un seuil devant le prochain... Entretien avec Patrick Imbert, le réalisateur du long-métrage.

08/09/2021, 16:21

ActuaLitté

Seghers : une rentrée à la recherche du lien entre tradition et modernité

La réorganisation des maisons décidée en octobre 2020 aura conduit Antoine Caro à la tête de Seghers. Une première rentrée littéraire, donc, qui amorce les trois axes de développement — tout en renouant avec l’histoire même de la maison. Poésie, beaux livres, littérature, la transition s’inscrit dans la tradition, celle d’une époque où Pierre Seghers conjuguait les genres et les talents. 

07/09/2021, 11:01

ActuaLitté

Eric Zemmour : “Comment je suis devenu auteur-éditeur”

ENTRETIEN EXCLUSIF – La France n'a pas dit son dernier mot sera le prochain livre d'Éric Zemmour. Une aventure éditoriale qui commence avec une rupture à l’initiative de son ancien éditeur, Albin Michel. Sans maison pour son prochain livre, le polémiste a choisi de monter sa propre société d’édition — Rubempré. Et de confier à Interforum la distribution de ses livres sur le territoire, et dans la francophonie. Il revient avec nous sur cette démarche, plutôt inédite pour un auteur de best-sellers.

25/08/2021, 17:32

ActuaLitté

“Connaître et comprendre : les traducteurs ont toujours eu ce rôle d’explorateurs”

Docteure en littérature française et comparée, Lise Chapuis s’est un beau jour passionnée pour l’italien. Au point de faire métier de traduction. Elle dirige également la collection Selva selvaggia, des éditions L’Arbre vengeur, où, là aussi, elle offre aux lecteurs français de découvrir de nombreuses oeuvres du Bel paese – classiques et contemporaines. Entretien, tout en nuances.

11/08/2021, 10:46

ActuaLitté

BD 20-21 : “La bande dessinée vit une crise de croissance particulièrement aiguë”

L'année de la bande dessinée, imaginée pour l'année 2020 et finalement étendue sur une partie de 2021 en raison de la crise sanitaire, s'est terminée en juin dernier. Voulue par le ministère de la Culture, organisée par le Centre national du livre et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, l'opération s'organisait parallèlement à la remise du rapport Racine, très attendue par les auteurs et autrices. Pierre Lungheretti, directeur général de la Cité de la BD, estime que l'année de la BD a permis de mettre en avant la situation des créateurs et de lancer le processus de réformes.

05/08/2021, 17:16

ActuaLitté

Alessio Forgione : un dialecte napolitain qui “s’étend bien au-delà des mots”

Le dernier livre d’Alessio Forgione, Napoli mon amour, est paru en début d’année chez Denoël. Traduit par Lise Caillat, ce roman parcourt une ville où désespoir et solitude s’entremêlent, pour Amoresano. Jusqu’à l’arrivée de Nina. Et soudainement, les rues napolitaines n’ont plus la même saveur. Entretien avec la traductrice.

05/08/2021, 11:54

ActuaLitté

Luca di Fulvio : “Mes personnages veulent suivre leur propre chemin”

Son sourire enjôleur et lutin fascine : rencontrer Luca Di Fulvio, c’est plonger dans le charme d’une autre langue, et dans une littérature d’un autre monde. Les lecteurs qui l’ont découvert avec Le Gang des rêves auront le bonheur de le retrouver dans un roman plus italien cette fois. Conversation avec un dilettante particulièrement attaché à son art…

15/07/2021, 16:46

ActuaLitté

Philipp Weiss : “Nous n’avons pas de langue pour décrire le temps présent”

Pour la rentrée littéraire, certains se satisfont d’un roman. Avec Le grand rire des hommes assis au bord du monde, dans une traduction de l'allemand par Olivier Mannoni, Philipp Weiss s'aventure dans une oeuvre totale : cinq livres, dont un manga, à travers les 1200 pages d'une épopée rare. Rencontre avec cet auteur à l'oeuvre hors norme. 

05/07/2021, 10:38

ActuaLitté

Le livre, bien essentiel : “L’une des plus importantes victoires” de 2020

Près de soixante-dix maisons françaises et italiennes auront pris part aux journées d’échanges organisées à l’initiative de l’Association des éditeurs italiens. Engagé à la tête de cette organisation depuis 2017, Ricardo Franco Levi intervient régulièrement dans nos colonnes, apportant éclairages et interventions sur le marché italien. Depuis Milan, il revient sur ces trois jours, manifestement riches.

24/06/2021, 15:36

ActuaLitté

Entretien avec Emanuela Canali, responsable des droits étrangers de Mondadori Libri

Le site NewItalianBooks, qui promeut les maisons d'édition et la culture italiennes à l'étranger, a réalisé un entretien avec Emanuela Canali, responsable des droits étrangers chez Mondadori Libri. Ce dernier est le groupe de presse le plus influent en Italie. Interrogée par Paolo Grossi, directeur du site, elle revient sur l'influence du livre italien à l'étranger. Par Paolo Grossi.

22/06/2021, 12:25

ActuaLitté

D'Amélie à Mademoiselle Nothomb : “Tu es encore là toi ?!’

Amélie Nothomb rencontrera pour la première fois depuis très longtemps son public ce samedi 12 juin, dans le cadre du Festival Les mots libres à Courbevoie. On sait combien elle entretient un rapport très particulier, dans tous les sens du terme, avec ses lecteurs, et son impatience à l’idée de les revoir n’était pas feinte. En attendant la rentrée littéraire et son prochain titre, Premier Sang, discussion autour de son dernier roman paru, Les aérostats, des monstres et de l’écriture, et de ses lecteurs.

04/06/2021, 11:47

ActuaLitté

Voutch : “Un dessin d’humour, c’est un rébus, entre le texte et le visuel”

Avec une exposition en trois parties, Voutch régalera le public des Mots libres, festival qui s’ouvre ce 1er juin à Courbevoie. Une composition réunissant ses dessins réalisés pour un livre sur les Fables de La Fontaine en 2018, ainsi que des dessins de son dernier album De surprise en surprise. Et puis, des strips, ces petites BD commencées en 2016 sur un blog du Monde, avant de devenir deux livres au Cherche midi.

31/05/2021, 09:13

ActuaLitté

Karl Zéro : l'absence de pub “donne une indépendance éditoriale”

À 59 ans, le journaliste Karl Zéro se lance dans une nouvelle aventure : il vient de lancer avec les éditions Télémaque L’Envers des affaires, un trimestriel décidé à prendre son temps. Une revue consacrée aux grandes enquêtes de notre époque, entre décryptages, analyses et théories. Et qu’il nous présente, avec élégance et sourires.

10/05/2021, 09:10

ActuaLitté

Écouter des bandes dessinées, l'audacieux pari de Blynd

La jeune société de production audiovisuelle Blynd, installée à Lyon, s'est lancée dans un projet relevé : adapter des bandes dessinées au format audio, en s'affranchissant du support graphique. Tim Borne, cofondateur, revient avec nous sur les enjeux et les défis de ces adaptations sonores.

27/04/2021, 14:58

ActuaLitté

La Grange Batelière : éditer “de la littérature populaire dans des livres précieux”

Antoine Cardinale collabore aux Ensablés depuis plusieurs année : cette interview qu'il nous propose a été réalisée suite à la publication d'un livre "oublié" d'Alexandre Dumas, Black, par une maison d'édition courageuse, qui soigne en outre la présentation de ses livres.. Par ailleurs, les Ensablés cherchent également à promouvoir les maisons d'édition pas forcément très connues, mais qui ont le courage de publier des livres... perdus dans les sables.

25/04/2021, 10:23

ActuaLitté

“Le livre résiste partout, en France et en Italie” (Vincent Raynaud)

ENTRETIEN – « Je suis devenu traducteur d’italien parce que c’est l’une des langues que je lisais et quand j’ai commencé, il y a 20 ans, fin 2001, bizarrement il n’y avait pas beaucoup de traducteurs de l’italien. Il y avait d’excellents traducteurs, mais ils n’étaient pas très nombreux », nous explique Vincent Raynaud, qui officie également en espagnol et en anglais. Un entretien croisé entre France et Italie, autour de la littérature et de ses auteurs.

23/04/2021, 14:10

ActuaLitté

Voyage dans la Rome de Gianfranco Calligarich, avec sa traductrice

Voici l’un des textes « intemporels » de la littérature italienne : Le dernier été en ville de Gianfranco Calligarich. Depuis 1973, date de sa parution, l’ouvrage du cinéaste et dramaturge, L'ultima estate in città, était resté inédit en France. Ancré à Rome, dans les années 60, il suit les déboires du jeune milanais Leo Gazzarra, perdu dans une vie privée de sens. Entretien avec la traductrice Laura Brignon.

13/04/2021, 09:51

ActuaLitté

Bientôt morts, vivants en sursis : Pré-Mortem, à découvrir en 6 séries et films

Patrick McSpare vient de faire paraître aux éditions Leha son dernier roman, Pré-Mortem. Ce passionné de mythologie celtique fait toujours naviguer ses univers entre un monde réel et des créatures fantastiques, pas toujours commodes. Dans ce livre, l’humanité tout entière apprend le jour précis de sa mort, lors de l’apparition de Banshees, le 31 octobre. Joyeux Hallloween…

02/04/2021, 09:43

ActuaLitté

Juan Branco : “Il y a encore la possibilité d’une guerre civile dans ce pays”

ENTRETIEN — En 2018, Juan Branco publiait Crépuscule, un ouvrage qui mettait en lumière les puissances à l’œuvre derrière l’ascension d’Emmanuel Macron. Devenu un best-seller, le pamphlet avait accompagné l’élan révolutionnaire des Gilets jaunes. Aujourd’hui, l’avocat dissident publie un nouveau manifeste aux éditions Michel Lafon : Abattre l’Ennemi. Au sein de cette œuvre dont le titre annonce déjà la couleur, c’est une refonte totale de la politique française qui est proposée au lecteur « Ce livre est là pour aider ceux qui le souhaitent à rompre avec le système existant dans les mois et années à venir. »

 

31/03/2021, 15:27

ActuaLitté

“Chaque traduction est une nouvelle traduction“, Nathalie Bauer

Assise à un ancien bureau en bois, une série de gravures raffinées derrière elle, une femme élégante répond avec affabilité et calme à nos questions. Il s'agit de Nathalie Bauer, l'une des plus célèbres traductrices de l'italien vers le français, avec plus de cent cinquante ouvrages à son actif. Sa passion pour la langue italienne est née à l'âge de quinze ans et s’est développée en autodidacte à l’aide d’un livre, L’italien en 90 leçons. Son travail a commencé par hasard, à une époque plus facile, où l’on pouvait encore faire de la traduction littéraire son seul métier.  Par Thea Rimini.

09/03/2021, 08:57

ActuaLitté

Seuss, le vivre-ensemble et la cancel culture

Cesser la commercialisation de livres du Dr Seuss, accusés de véhiculer un « racisme infect » par certains commentateurs, voilà qui donne à réfléchir. Les ouvrages jeunesse de l’Américain n’ont pas connu en France le succès d’outre-Atlantique. Pourtant, leur traducteur français s’inquiète, à plus d’un titre, de ces comportements. D’autant que Stephen Carrière, qui a traduit une dizaine d’oeuvres de Seuss, est également éditeur, directeur des éditions Anne Carrière. Il nous répond.

05/03/2021, 14:37

ActuaLitté

Lise Caillat, traductrice : “Aujourd’hui, quand je ne traduis pas, je lis”

Après une Maîtrise de Langue, Littérature et Civilisation italiennes (Université Stendhal-Grenoble III) et un DESS Édition (Université Paris XIII), Lise Caillat a travaillé pendant dix ans dans l’édition puis en librairie, tout en développant son activité de traduction littéraire. Depuis 2017, elle se consacre totalement à cette dernière ainsi qu’à la recherche d’auteurs et d’ouvrages italiens à faire découvrir au public français. Elle anime également des ateliers de traduction qui visent à sensibiliser les lecteurs et les amoureux des mots aux joies et aux défis du métier. Par Paolo Grossi.

01/03/2021, 09:10

ActuaLitté

Traduire Dante : “En poésie, le rythme impose un sens supérieur au sens.”

Coutumier des grands noms de la littérature italienne, Michel Orcel a fréquenté Giacomo Leopardi, aussi bien que Lorenzo Da Ponte. En 2019, La Dogana publiait sa traduction de La Divine Comédie (Enfer, Purgatoire, celle du Paradis arrivera au printemps), en édition bilingue. Alors que 2021 rime avec les célébrations du 700e anniversaire de la mort de Dante, le traducteur revient avec nous sur ce travail du texte d’Aligheri, les choix opérés et la relation au poète italien. Propos recueillis par Federica Malinverno.

22/02/2021, 12:28

ActuaLitté

Aramebook : précurseur du livre numérique pour les lecteurs d'Algérie

Créée en 2018, la plateforme Aramebook propose des livres numériques au format PDF. Première du genre en Algérie, cette plateforme dont le nom vient de Aram – ces grosses pierres qui servaient de repères aux voyageurs –, et ebook, a pour vocation de promouvoir la lecture et la littérature algérienne à travers le monde. Rencontre avec sa fondatrice, Nacéra Khiat, également éditrice chez Sedia.

Propos recueillis par Chloé Martin pour ActuaLitté

19/02/2021, 13:09

ActuaLitté

Les Sept Péchés capitaux, entre “parfum d’éternité et aperçu d’anthropologie”

7... chiffre sacré, mystique, évocateur s’il en est ! Il se trouve tout aussi bien associé aux merveilles du monde antique, qu’aux péchés capitaux. À ce titre, sept écrivains ont été mis au défi : produire un texte, libre, s’emparant de l’un de ces péchés sur un mode contemporain, dans le cadre d’une aventure collective et totalement incarnée. La collection regroupant leurs œuvres vient de sortir aux éditions du Cerf, sous l'appellation, Les Sept Péchés capitaux. 

06/02/2021, 12:55

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Rencontres avec ces libraires qui s’en foutent de la rentrée littéraire

REPORTAGE – Avec ses chiffres clinquants, ses stars qui pavoisent, ses nouveautés « jubilatoires » et ses jurys qui polémiquent, la rentrée littéraire devrait tous nous passionner. Et quand on dit “tous”, on pense en premier lieu, bien évidemment, aux libraires. Et pourtant… ActuaLitté est allé à la rencontre de plusieurs commerçants du livre, à Strasbourg. Il s'en dégage comme une odeur d'indifférence pugnace.

18/10/2021, 10:35

ActuaLitté

Lettres du monde : Essentiel !, comme une évidence

Festival des littératures du monde, la prochaine et 18e édition de Lettres du monde se tiendra du 19 au 28 novembre, à travers la métropole bordelaise et la Nouvelle-Aquitaine. Partenaires privilégiés de cet événement où auteurs et lecteurs convergent, les librairies de toute la Région. Cécile Bory, Présidente des Librairies Indépendantes en Nouvelle-Aquitaine et Directrice de la librairie Georges (Talence), nous en dit quelques mots.

15/10/2021, 13:18

ActuaLitté

“L'édition indépendante est une fiction”

L’indépendance éditoriale, entendue comme une liberté de publier, ne se laisse pas définir facilement. Elle est affaire de jugement, d’auteur(e)s, d’éditeurs(trices), selon des critères qui leur appartiennent, et des publics aussi — et de la nature du régime politique en cours. Par Gilles Kujawski, ancien commercial d’Editis, militant à La France Insoumise.

12/10/2021, 12:47

ActuaLitté

“Quand t’auras 12 ans, tu seras privé de bibliothèque”

Depuis les extensions du Pass sanitaire dans les lieux culturels à des tranches d’âge plus jeunes, les phénomènes d’exclusion s’amplifient. Si bien des gens n’avaient pas mesuré ce que ces décisions impliqueraient, voici les effets pervers qui se profilent. Alors qu’une nouvelle mobilisation nationale est annoncée pour mercredi 13 octobre dans les bibliothèques municipales, un collectif de professionnels signe dans nos colonnes une tribune allant dans ce sens diffusée ci-dessous dans son intégralité.

09/10/2021, 10:20

ActuaLitté

Prix du livre et frais de port : “Le marché va en souffrir, pas Amazon”

Arrivée à l’Assemblée nationale pour son adoption, la loi concernant les frais de port fera florès : qui, après l’année 2020, refuserait un projet de soutien aux libraires ? Qui, devant le vorace Amazon, éconduirait l’effort pour rétablir une concurrence saine sur la vente à distance de livres ? En somme, qui aurait intérêt à ce que les frais d’envois postaux d’un livre n’augmentent pas ? De fait… quelques nuances s’imposent.

06/10/2021, 11:33

ActuaLitté

Retraites : quand l'ADAGP a vite fait de jeter les artistes-auteurs en Ehpad

Il suffit parfois d’un message publicitaire bien tourné pour qu’une population entière s’engouffre dans un produit. Et aussi d’un martèlement régulier — comme le savent les enseignants, pour que ça rentre, faut répéter… Mais en d’autres moments, plus sensibles, la réclame fait bondir à s’en enfourner la tête dans l’écran. Le traducteur littéraire et syndicaliste Lionel Evrard nous en donne ici une illustration…

04/10/2021, 16:31

ActuaLitté

Les “opposants politiques” et le régime de Loukachenko en Biélorussie

Les réactions se multiplient pour dénoncer le régime mis en place par Alexandre Loukachenko, président de Biélorussie. Réélu en août 2020, il a marqué son retour par plusieurs attaques portées contre la liberté d’expression. Et plus spécifiquement des associations d’auteurs. L’association professionnelle des autrices et auteurs de Suisse monte à son tour au créneau, dans un texte communiqué à ActuaLitté, ici reproduit en intégralité.

04/10/2021, 12:17

ActuaLitté

Complaintes de la bibliothèque

Ce matin, ton regard était froid et distant. Presque je t’aurais entendu ravaler tes sanglots, quand entrant dans la pièce, tu m’as tourné le dos. Enfin, tu l’aurais certainement souhaité, mais inamovible, tu m’as battu froid. Dans ce silence que je connais, tu m’as laissé déposer ce vélo coutumier, sans broncher. Et après le premier café, timidement, tu as geint : « Tu ne me regardes plus comme avant ! » Mince : ma bibliothèque parle ?

01/10/2021, 13:59

ActuaLitté

Hommage aux traducteurs et aux traductrices, artistes du verbe depuis plus de deux millénaires

La journée mondiale de la traduction (30 septembre) pourrait sans problème être renommée journée mondiale des traducteurs et des traductrices. Ceux-ci sont souvent peu visibles derrière leur art alors qu’ils contribuent au savoir et à la culture depuis plus de deux millénaires. Leur apport est immense, au passé comme au présent. 

30/09/2021, 09:59

ActuaLitté

Des ministres de la Culture francophones s'engagent à “promouvoir l’accès au livre”

Les 23 et 24 septembre derniers, des ministres de la Culture de plusieurs États francophones ont participé aux États généraux du livre en langue française, échangeant avec les professionnels du secteur pour élaborer une stratégie visant à dynamiser le secteur et la circulation du livre dans l'espace francophone. Parallèlement, les ministres de la Culture de 9 États francophones cosignent une déclaration, reproduite ci-dessous en intégralité.

28/09/2021, 16:34

ActuaLitté

Comment lire un roman écrit par une voiture ? 
La doxa littéraire face à l’Intelligence artificielle

Dans son roman de 2002, Exemplaire de démonstration, Philippe Vasset vantait ironiquement les vertus du Scriptgenerator, un logiciel rédacteur de best-sellers paramétrable par l’éditeur en fonction d’un public cible. En 2016, avec Ada, Antoine Bello imaginait à son tour une intelligence artificielle spécialisée dans le roman sentimental. Il se trouve que ces fictions de robots-écrivains sont de moins en moins improbables. Par Pascal Mougin, université Paris-Saclay.

27/09/2021, 09:48

ActuaLitté

Crise à l'Academie : du prix Goncourt au prix d’amis ?

Tout cela ne manque pas de piquant, il faut le croire... Récuser un membre du jury, quand c’est une femme ? La chose passerait mal – le Goncourt n’en compte que trois, sur ses dix membres. Se récuser, quand on a possiblement franchi la ligne rouge ? Les statuts de l’Académie, modifiés en 2008, n’en font pas expressément état. Pour autant, les dernières révélations de France Inter sur un possible conflit d'intérêt interrogent le lecteur. La Littérature, certes, mais à tout prix ?

23/09/2021, 07:29

ActuaLitté

“Un libraire doit-il vendre le livre d’Eric Zemmour ?”

Voilà une semaine maintenant que La France n’a pas dit son dernier mot est disponible dans les différents points de vente et en ligne. Un succès revendiqué par l’auteur du Destin français, dont la mise en place dépassait les 150.000 exemplaires. Avec un cas de conscience qui se pose chez les libraires : vendre ou ne pas vendre Éric Zemmour. Marc Georges, qui dirige La Demeure du livre, à La Perrière (Orne), intervient dans nos colonnes avec quelques réflexions à partager.

20/09/2021, 09:04

ActuaLitté

Babel, Sisyphe et Tantale dans un bateau : mettre le Horla à la rentrée littéraire

Outre le raccourcissement désormais flagrant des journées, les aléas météorologiques qui contraignent à troquer bermudas et t-shirts pour jeans et chemises, tout va bien madame la Marquise. Alors d’où me vient cette langueur que Verlaine n’aurait pas boudée ? Une anémie qui ne doit rien à mes globules rouges, merci pour eux, et pourtant sévit, jour après jour… La réponse était dans l’énoncé. Ou plutôt, sur le bureau d’en face…

18/09/2021, 13:01

ActuaLitté

Raphaël Glucksmann : “La politique souffre d’abord d’une absence de littérature”

ÉVÉNEMENT – Au fil des éditions, les Bibliothèques idéales de Strasbourg voient de plus en plus grand. Cette année, malgré les complications épidémiques, « les Livres ont pris le pouvoir », bel et bien : 200 écrivains, intellectuels, acteurs et musiciens ont investi la capitale alsacienne pendant 10 jours pour faire de ces rencontres un rendez-vous incontournable de la vie culturelle d’abord strasbourgeoise, ensuite alsacienne, bientôt française. Retour d’expérience. 

15/09/2021, 17:33

ActuaLitté

Dicker, Zemmour et Sattouf : comment l'indépendance des auteurs effraie l'édition

Dicker, Zemmour, Sattouf : trois noms significatifs dans l’édition puisqu’ils pèsent à eux seuls plusieurs millions d'euros de chiffre d’affaires. Ils ont tous opté pour un changement de paradigme, mais réellement en rupture avec l’industrie du livre jusqu’à lors connue ? Pour point commun, un outil de diffusion et distribution qui leur ouvrira les portes des libraires, grandes surfaces culturelles et autres enseignes… Bref, les points de vente du livre. Un schéma disruptif, supposément, qui provoque des sueurs froides dans l’ensemble du milieu. Panique à Saint-Germain ?

10/09/2021, 11:52

ActuaLitté

Issues de la collection de Stefan Zweig, deux partitions inédites de Schumann retrouvées

Il est des vieux papiers que l’on exhume, avec une odeur d’antan, mais dont on ne soupçonne pas que leur histoire nous emportera loin, bien loin. Au sein de la Fondation Martin Bodmer (Cologny, canton de Genève), quatre pièces inédites ont été retrouvées. Muriel Brandt, chargée de mission pour la mise en valeur des partitions autographes en aurait dansé au son des lieder de Robert Schumann, ainsi que deux autres pièces, de Georges Bizet et Charles Gounod. 

03/09/2021, 13:17

ActuaLitté

Masque sous le nez, Plume dans le postérieur : Saint-Germain des Près a encore frappé

Depuis 1955 que l’émission littéraire hebdomadaire critique les univers culturels — cinéma, théâtre ou livres — on pourrait s’attendre à un minimum de connaissances économiques sur ces secteurs. Pourtant, Le Masque et la plume, que Jérôme Garcin présente depuis plus de 30 ans, démontre que le germanopratisme a de beaux jours devant lui. Comprendre : quand les chroniqueurs s’en prennent sévèrement à Virginie Grimaldi, on touche le fond du fond radiophonique. 

01/09/2021, 12:50

ActuaLitté

Vente d'épreuves non corrigées : collectionneur illuminé ou attrape-nigaud ?

Le marché du livre d’occasion fait pousser des soupirs désabusés aux organisations d’auteurs depuis bien longtemps. C’est pourtant en toute légalité que l’acheteur de livre papier peut revendre on exemplaire. Il existerait en revanche un autre marché, navigant dans une zone grise nettement plus contestable, installé sur le net français : celui des épreuves non corrigées. Des textes et des ouvrages non-commercialisables, mais qui servent aux éditeurs à faire connaître leurs publications très en amont…

31/08/2021, 13:04

ActuaLitté

Crise du papier en France : pourra-t-on imprimer le prix Goncourt ?

En 2019, l’industrie papetière représentait 5,4 milliards €, incluant papiers et cartons, selon Copacel, organisation patronale. En somme, un douzième de ce que pèse la filière forêt-bois, matière première essentielle. Or, depuis fin 2019, plusieurs facteurs distincts provoquent une pénurie de papier. Et si les usages graphiques — incluant la production de livres — ne représentaient que 1,6 million de tonnes sur les 7,3 millions globales, la situation va en s’aggravant depuis la pandémie. 

 

24/08/2021, 14:47

ActuaLitté

En Afghanistan, “les créateurs sont pourchassés, risquent la torture et la mort”

La progression et le retour des talibans au pouvoir, à la faveur du retrait des forces internationales de l'Afghanistan, inquiètent le monde entier. Le devenir des libertés individuelles semble plus que jamais menacé dans le pays, et le Pen club français, qui défend la liberté d'expression, appelle le gouvernement français à prendre des mesures d'accueil fortes.

24/08/2021, 09:31

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 7. XXe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette septième partie est consacrée aux traducteurs du XXe siècle, qui prônent une traduction non littérale pour les œuvres de fiction et qui créent une nouvelle discipline dénommée traductologie. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

20/08/2021, 10:03

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 6. XIXe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette sixième partie est consacrée aux traducteurs du XIXe siècle, qui affinent leurs méthodes et tentent de nouvelles approches dans leur art. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

19/08/2021, 10:24

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 5. XVIIIe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette cinquième partie est consacrée aux traducteurs du XVIIIe siècle, qui prennent pour habitude de traduire d’une langue étrangère vers leur langue maternelle, et non le contraire. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

18/08/2021, 11:07

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 4. XVIIe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette quatrième partie est consacrée aux traducteurs du XVIIe siècle, dont les traductions tentent d’être plus fidèles et transparentes que celles de leurs collègues des siècles passés. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

17/08/2021, 10:36

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 3. XVIe siècle

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette troisième partie est consacrée aux traducteurs du XVIe siècle, qui traduisent les auteurs classiques et la Bible dans des langues modernes (anglais, allemand, français, etc.). Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

16/08/2021, 10:46

ActuaLitté

Biélorussie : la France doit “déclencher une initiative internationale” contre Loukachenko

L'anniversaire de la réélection contestée d'Alexandre Loukachenko à la présidence de la Biélorussie d'août 2020 fut marqué par la dissolution du Centre PEN national, qui lutte pour la liberté d'expression des écrivains. Le triste symbole d'un régime autoritaire qui s'installe et perdure : le Club PEN français, dans un courrier à Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, exhorte celui-ci à l'action. Nous reproduisons ci-dessous le texte envoyé, en intégralité.

16/08/2021, 10:44

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 2. Moyen Âge

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette deuxième partie est consacrée aux traducteurs du Moyen Âge, qui favorisent le développement des langues et cultures vernaculaires. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

14/08/2021, 10:48

ActuaLitté

Une histoire de la traduction au fil des siècles. Partie 1. Antiquité

Les traducteurs et traductrices ont toujours joué un rôle majeur dans la société, tout en contribuant à la richesse des langues et des cultures. Cette première partie est consacrée aux traducteurs de l’Antiquité et à leur rôle de passerelle entre plusieurs langues, cultures et civilisations. Cette série est réalisée en collaboration avec Anna Alvarez, traductrice professionnelle.

13/08/2021, 13:35

ActuaLitté

Finalement, Éric Zemmour a trouvé presque mieux qu'un éditeur

Secret de polichinelle, peut-être, mais bien conservé tout de même. Et surtout coup de maître, quand on pense aux ramifications, de la part d’Editis. Eric Zemmour, auteur esseulé, qu’Albin Michel avait dégagé de son catalogue de rentrée, n’avait d’autres options que l’autopublication pour maintenir la sortie de son livre. Il a donc ajouté une société d’édition aux cordes de sa propre entreprise, Rubempré. Et tant qu'à faire, autant se trouver une structure de diffusion, pour assurer la présence dans les points de vente, non ?

09/08/2021, 11:20

ActuaLitté

Bob Morane, ou l'ombre jaune de Roselyne Bachelot

Une nouvelle fois, le cabinet de la ministre fait grincer des dents. Ou bien faut-il considérer que l’année de la BD étant close, tout ce qui touche au 9e art se relaie à l’arrière-plan ? Henri Vernes ne méritait pas même un tweet, service de communication ministérielle a minima ? Non, manifestement non. Parce qu’en effet, Bob Morane n’a pas vraiment l’ampleur ni la présence justifiant que l’on se fende d’un hommage, même concis. Et puis, ce sont les vacances, pas question de faire du zèle ?

28/07/2021, 12:27

ActuaLitté

Le Pass sanitaire : “Bombe à fragmentation pour la lecture publique”

Déjà préoccupés depuis la publication du décret d’application, les établissements de lecture publique s’inquiètent plus encore de voir la législation poindre. L’accord trouvé par la Commission mixte paritaire sur le projet de loi sanitaire laisse planer plus d’inquiétudes encore. L’interassociation des bibliothèques et bibliothécaires diffuse un message d’alerte, ici reproduit dans son intégralité.

26/07/2021, 18:44

ActuaLitté

“Je voudrais que l’oral fasse suer l’écrit”, Gilles Defacque

Voilà maintenant un mois que le ministère de la Culture a annoncé le départ de Gilles Defacque de la direction du Prato, pôle national du cirque de Lille. Remplacé par Célia Deliau, directrice du Cirque Jules Verne, pôle national du cirque d’Amiens, depuis 2016, c’est une page qui se tourne. Départ dans cette bibliothèque peu commune, celle du metteur en scène, clown, poète, Gilles Defacque.

26/07/2021, 12:18

ActuaLitté

La loi Climat et résilience briderait inutilement “l’activité de l’industrie papetière”

La « Convention citoyenne pour le climat » est, depuis sa création, présentée comme un moyen pour accélérer la lutte contre le changement climatique. LObjectif premier : réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici 2030, partout en France. Bien qu’engagée dans cet effort vers une industrie plus « verte », l’Union Française des Industries des Cartons, Papiers et Celluloses a exprimé ses inquiétudes. Nous publions ici leur réaction dans son intégralité.

22/07/2021, 13:17

ActuaLitté

Un procès insensé : “L’Internet Archive a un cœur, et sait s’en servir”

Lorsque j'ai entendu parler des poursuites judiciaires pour non-respect du droit d’auteur intentées le 1er juin 2020 aux États-Unis par quatre grands éditeurs (Hachette, Penguin Random House, Wiley, HarperCollins) à l’Internet Archive pour son Open Library, et ce en pleine pandémie, je n’arrivais pas à y croire. Et ce mauvais rêve se transforme en cauchemar puisqu'un procès retentissant doit débuter le 12 novembre 2021.

22/07/2021, 10:42

ActuaLitté

Maroc : le procès Radi et Stitou dévoile “une gouvernance par la terreur”

Reporters Sans Frontières parlent d’un « procès de la honte » après que le verdict ait été rendu : la justice marocaine condamne Omar Radi et Imad Stitou au terme d’une « procédure entachée d’irrégularité ». Accusés de viol, d’espionnage ou encore de non-dénonciation d’un crime, la cour de Casablanca n’a pas fait dans la demi-mesure. Jean-Philippe Domecq, Président au PEN Club français du Comité des écrivains persécutés livre ici un texte pétri d’indignation.

21/07/2021, 14:53