#Economie

Les Ensablés - La logique du grain de sable: "Le journal d'un homme de 40 ans", de Jean Guéhenno (1890-1978)

Le Journal d’un homme de 40 ans de Jean Guéhenno « Nul de nous n’a l’honneur d’avoir une vie qui soit à lui ». L’exercice autobiographique et plus largement celui des mémoires constitue un genre à part entière avec ses contraintes et ses règles. Sous-jacents à l’entreprise, l’autojustification, le narcissisme et la posture sont parmi les écueils principaux. Dans son Journal d’un homme de 40 ans, Jean Guéhenno réussit avec une sincérité et une force étonnante à les éviter pour nous donner un témoignage à la fois singulièrement individuel et générationnel.

Le 19/04/2015 à 14:18 par Les ensablés

0 Réactions |

Publié le :

19/04/2015 à 14:18

Les ensablés

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article

Par Carl Aderhold.

L’exergue qui ouvre l’ouvrage écrit en 1933 et paru un an plus tard, en résume bien l’esprit : « Nul de nous n’a l’honneur d’avoir une vie qui soit à lui » (Victor Hugo). Né en 1890, l’auteur, rendu « au milieu du chemin de [sa] vie » avoue avoir longtemps résisté au désir d’écrire ce journal : « Je craignais jusqu’au semblant d’orgueil qu’il y a dans des "confessions" ». S’il s’y résout malgré tout, c’est parce que « chacun ne fait jamais que porter témoignage » et qu’ayant « conscience d’appartenir à une espèce commune de l’humanité », cela l’aide à « croire qu’en parlant de moi, je parlerai aussi des autres ».

L’originalité de ses mémoires tient tout entier dans cette double position de principe : s’interdire l’anecdote pour rendre ce qui dans son existence ressortit d’un fonds commun à l’humanité et d’autre part inscrire cette autobiographie dans le temps de sa rédaction. De nombreux allers et retours entre son passé et l’année 1933, qui voit entre autres l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler, ponctue le récit. Cette double mise en perspective, ne garder que ce qui dans son histoire renvoie à celle de sa génération et relire ses souvenirs à l’aune de l’actualité, donne une tonalité particulière à l’ensemble de l’ouvrage.

Fils d’un cordonnier syndicaliste et d’une piqueuse de chaussures très croyante, Jean Guéhenno grandit à Fougères, une ville qu’il nomme F… S’il décrit la misère de sa condition, ce n’est jamais avec emphase. Aucune recherche d’apitoiement facile du lecteur. Les événements racontés, la visite du Président de la République, les grèves qui privaient sa famille de ressources, son entrée dans le monde du travail à 14 ans, n’ont qu’un but : retrouver avec précision les sentiments de l’enfant commun qu’il fut. Commun c’est-à-dire semblable aux autres. Tout concourt à dresser le portrait d’un monde, la France profonde d’avant 14.

Il y a d’un côté son père qui entend lutter pour sa dignité, n’hésite pas à prendre la tête de plusieurs grèves, et de l’autre, sa mère attachée à son travail, par une sombre résignation empreinte de religion qui trouve dans ses interminables journées au-dessus de sa machine un sens à son existence, l’instinct de son utilité sociale, quelque chose qui remplit son temps sur terre, en justifie la dureté. Comme deux versants du monde ouvrier d’alors, ceux qui entendent lutter pour améliorer leur condition et ceux qui s’y résignent, sûrs qu’il faut gagner son pain à la sueur de son front. La description de la honte de son père obligé de prendre des commandes malgré la grève car sa femme est malade est particulièrement forte car jamais Guéhenno ne juge ni ne conclue.

Le danger de cette méthode réside dans le fait de réduire chaque personnage à un type, en faire le représentant d’une tendance, d’une philosophie, ramener chaque fait à leur signifiance, mais l’art de Guéhenno consiste justement à brouiller ces contours trop nets, à gripper les mécanismes trop bien huilés de la démonstration en s’appuyant sur la précision de ses souvenirs qui rendent aux scènes leur unicité et en rendant à chacun sa profonde humanité, débarrassé de tout jugement. Il constate, raconte, décrit.

La Première Guerre mondiale à laquelle il participe en tant qu’officier au 77e RI en est le plus bel exemple. Point de scènes de combat, point de longues diatribes sur la violence de la guerre, ni sur l’inanité d’une telle boucherie. Il ne s’abandonne jamais au récit de la vie dans les tranchées, à son quotidien de poilu. Même sa grave blessure en 1915 ne donne lieu qu’à une rapide description. L’important pour lui est ailleurs. Il est double. Il s’agit d’une part de rendre compte le plus justement possible de l’état d’esprit, l’exaltation patriotique qui fut la sienne ainsi que celle de ses camarades au début de la guerre. Dénoncer la guerre à ses yeux n’est rien si on ne met pas à jour ce qui la rendit possible et même souhaitée par l’opinion publique. Symptomatique est la coupure qui intervient dans le récit au moment de décrire la guerre. Il préfère évoquer les événements qui ont lieu pendant qu’il écrit ses mémoires comme une mise en garde : les mécanismes qui ont permis 1914 sont toujours à l’œuvre.

C’est à une autre lecture de la guerre que nous conduit la méthode de Guéhenno. On l’a rangé un peu vite dans le camp de ce pacifisme bêlant et sans réel contenu, si répandu parmi les anciens combattants durant l’entre-deux-guerres. Cela me semble extrêmement réducteur car la critique que porte Guéhenno est à la fois plus forte et plus complexe. Ce n’est pas tant la fameuse « brutalisation » mise en avant aujourd’hui par les historiens qu’il pointe. Ce ne sont pas tant les survivants qui l’intéressent mais les morts et plus encore leur absence. La disparition de ses amis, tous ces jeunes de vingt ans, dont l’ombre portée plane sur son existence et sur celle de la France des années vingt et trente. Toutes ces destinées qui n’ont pas été, ces êtres qui prêts d’entrer dans la vie ont été sacrifiés par la génération précédente. Le poids de cette absence se fait obsédante au fil du récit. Au fond il y a chez Guéhenno une souterraine culpabilité, vieux fond chrétien sans doute hérité de sa mère : culpabilité d’avoir quitté la classe ouvrière pour devenir un intellectuel, culpabilité d’en être revenu alors que ses amis sont morts.

Cette absence devient une présence entêtante qui le conduit à s’emporter contre la façon dont elle a été effacée au lendemain de la guerre par toutes sortes de subterfuges. Il faut lire les pages fortes - d’autant plus fortes que le style de Guéhenno n’est pas celui de Céline, mais d’un classicisme très IIIe République – sur la supercherie que constitue à ses yeux l’érection de 36 000 monuments aux morts ou de la tombe du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe : « comme durant la guerre, on décimait parfois, pour l’exemple, les régiments des vivants, on décima cette fois, pour notre édification encore. […] Les gouvernements ont fait de ce pauvre mort […] l’idole qui dit toujours oui, chargée de justifier le monde comme il va, comme ils veulent qu’ils aillent. »

S’il insiste comme la plupart des anciens combattants (terme qu’il récuse pour lui-même) sur la déception du retour, l’absence de leçons tirées, de changements importants, ce n’est pas seulement pour stigmatiser les gouvernants et leur duplicité politique. Il pointe aussi la lassitude des soldats revenus du front. « Au fond de nous renaissait une hypocrite joie, qui dans le deuil de la terre, n’osait se manifester, la joie de vivre encore, la joie animale d’homme qui savaient qu’ils pourraient donner encore du plaisir aux femmes, coucher encore avec elles, cette joie, qui gonflant nos artères et faisant battre plus vite le cœur, nous rend sourds au reste de l’univers. »

Là où la plupart des historiens voient aujourd’hui dans cette guerre le suicide de l’Europe, la mort de sa puissance et de sa civilisation, Guéhenno au contraire y décèle la naissance d’une conscience européenne. « Il n’y avait pas d’Europe quand nous étions enfants. » Elle est née « de notre sang et de nos larmes. » Une Europe qui, victime du même cataclysme, saura placer désormais au centre de sa civilisation, la valeur de la vie humaine. L’histoire de Guéhenno est toujours à hauteur d’homme. Humaniste si le terme ne s’était démonétisé à force d’être devenu une sorte de lieu commun pour chantres du camp du bien. Notre époque empreinte d’un cynisme censé être de bon aloi, la garantie de ne plus se faire avoir, raille facilement la naïveté d’une telle pensée. Mais l’humanisme de Guéhenno n’a rien d’une candide glorification des vertus de l’homme.

Au contraire, ses origines et la guerre ont forgé une lucidité qui lui vaut de professer une croyance en les hommes, les hommes réels. Refusant de verser dans le nihilisme d’une partie de sa génération ou dans la béate croyance en la lueur venue de l’Est même si pendant un moment, il partagera l’illusion d’un monde meilleur né de la Révolution russe, Guéhenno entend faire avec les moyens du bord, les limites de chaque génération et pourtant ne jamais s’en contenter ou se convaincre d’un horizon aussi bas. « Mangeurs de pain ! » Il ne peut se résoudre à croire que les hommes ne sont que cela. À la fin de l’introduction, il souhaite à ceux qui le suivent « plus de sagesse, plus de courage et plus de chance ». La Seconde Guerre mondiale viendra sonner comme un démenti à cet homme (qui rejoindra la Résistance, membre fondateur des Lettres Françaises et laissera un passionnant Journal des années noires) qui ne perdra cependant jusqu’à sa mort en 1978, aucunement la croyance en l’homme, en la valeur de sa vie et son aspiration au bonheur. « Qui sait si nos songes ne sont pas notre plus vraie justification ? Peut-être ne naissons-nous que pour ces songes, pour nous les transmettre les uns aux autres, et notre destin est-il rempli quand nous nous sommes acquittés de cette tradition sacrée. »

Commenter cet article

 

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Les Ensablés - Henry Thoreau sauvage, de Léon Bazalgette

Emmanuel Bluteau m’a envoyé ce livre, Henri Thoreau sauvage, qu’il vient de rééditer dans sa maison d’édition, la Thébaïde, avec ce petit mot : « Voilà un vrai ensablé ! ». Par Hervé Bel.

05/02/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Deutschland de René Trintzius (1898-1953)

Quiconque vous demanderait ce qu’évoque pour vous le nom de Trinztius, vous resteriez coi ou chercheriez en vain du côté des érudits anversois de la Renaissance. Bien oublié aujourd’hui, René Trintzius fut très connu dans le monde des lettres de la première moitié du siècle dernier. Né en 1898 dans une famille bourgeoise de Rouen -son père était un architecte renommé- il abandonna très en amont une carrière de magistrat pour se consacrer dans un premier temps au journalisme, puis rapidement à l’écriture de pièces de théâtre et de romans. Par Marie Coat

22/01/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Malpertuis (1943) de Jean Ray (1887-1964)

Au carrefour de ruelles obscures se dresse Malpertuis. Quentin Moretus Cassave, le maître de cette grande maison, s’éteint sur son lit de mort et fait lire à sa famille réunie les articles de son testament. Pour recevoir l’héritage, les héritiers doivent s’engager à venir vivre au sein de ce lieu rempli de mystères et seul le dernier d’entre eux recevra la fortune. Le dernier ? Dans cette demeure hantée peuplée d’une faune étrange et où le temps s’étire à la croisée des mondes, les périls sont immenses. Jean-Jacques Grandsire, un jeune neveu de Cassave, nous confie avec effroi les heurts et malheurs de Malpertuis. Un chef-d’œuvre du fantastique belge à redécouvrir. Par Louis Morès. 

08/01/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - une biographie de Marie Borrély (1890-1963)

J’ai parlé, il y a quelques mois dans cette chronique, de Maria Borrély (1890-1963), une romancière d’exception de la Haute-Provence. Voici qu’une belle biographie vient de lui être consacrée par Danièle Henky aux éditions Le Papillon rouge, Maria Borrély. La Vie d’une femme éblouie. La biographe, qui a commencé à s’intéresser à Maria Borrély au début des années 2000, a pu avoir accès aux archives de l’écrivaine, se nourrir des souvenirs de Pierre Borrély, le cadet des deux fils de l’écrivaine, qu’elle a maintes fois rencontré, travailler aux premières rééditions avec Paulette Borrély, la femme de Pierre. Par François Ouellet

25/12/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - La baie des Wallons (1991) de Viviane Dumont

Dernier tome d’une trilogie de romans historiques suivant sur trois générations l’histoire d’une famille aux XVIe et XVIIe siècles dans les Provinces-Unies et les Pays-Bas espagnols, La Baie des Wallons relate les aventures du jeune Tristan de Noirfontaine, un orphelin seul héritier de sa lignée ne rêvant que d’exploration au point de s’embarquer dans un navire à la conquête du Nouveau Monde. C’est avec enthousiasme qu’il participera àl’émergence d’une nouvelle ville et d’une société lui offrant une vie pleine de promesses, à condition de faire preuve de prudence et de ne pas oublier ses racines.

Par Louis Morès.

11/12/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Adieu mes quinze ans de Claude Campagne

Un chef-d’œuvre de la littérature jeunesse : Adieu mes quinze ans fut en 1960 un véritable phénomène éditorial : plus de 650.000 exemplaires écoulés. Le livre fut traduit en 11 langues et adapté en un feuilleton de 10 épisodes qui fit les beaux jours de l’ORTF au tout début des années 70. Il faut croire que ce roman sur l’adolescence possédait quelque chose de particulier qui avait pu toucher toute une génération. Elle se retrouvait dans le portrait de Fanny, l’héroïne du roman qui voyait du jour au lendemain sa vie bousculée avec l’apparition de deux êtres et d’un secret. Mais quoi ? Par Denis Gombert

27/11/2022, 11:34

ActuaLitté

Les Ensablés – Stephen Hecquet, vie et trépas d’un maudit de Frédéric Casotti

Stephen Hecquet, avocat, écrivain… Pour beaucoup, ce nom ne dit plus rien. Auteur d’une dizaine de romans publiés dans les années cinquante, il est pourtant considéré comme l’un des membres de ce groupe que Bernard Frank appela les « hussards ». Ses romans n’ont jamais été réédités (sauf en 1993 pour « Les collégiens »). Début 2022, est parue chez Séguier une courte et bienvenue biographie de Stephen Hecquet par Frédéric Casotti intitulée Stephen Hecquet, vie et trépas d’un maudit, dont les Ensablés se devaient de rendre compte, d’autant qu’en 2013 notre ami Henri-Jean Coudy (dont les parents connaissaient bien Hecquet) avait déjà fait un article à propos d’Anne ou le garçon de verre.

13/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Régis Messac et le polar lettré, par François Ouellet

Romancier, essayiste, pamphlétaire, journaliste, professeur, historien de la littérature populaire, du roman policier et de la science-fiction, rédacteur en chef des Primaires, revue de gauche anticléricale, syndicale et pacifiste, etc., Régis Messac (1893-1945) a été de bien des engagements littéraires et politiques. Par François Ouellet.

30/10/2022, 09:22

ActuaLitté

Les Ensablés : Passage des émigrants, de Jacques Chauviré

Prendre soin des seniors, des anciens, du quatrième âge, des personnes âgées, bref : des vieux, problème de société rebattu, mais irrésolu, au parfum de désolant scandale malgré d’indéniables avancées... En 1977, paraissait sur ce sujet Passage des émigrants, un remarquable roman écrit par un médecin, Jacques Chauviré (1915-2005), dernier d’une trilogie mettant en scène le parcours du Dr Desportes, médecin du travail puis gériatre. Par Marie Coat.

09/10/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Un jardin pour l'éternel, de Jean Carrière

« Tout a commencé en Champagne, fin mars 1915, lors de l’offensive menée par Joffre. Durant l’attaque, Pierre-Ézéchiel Séguier eut la moitié inférieure de sa jambe fracassée par un éclat d’obus. Il fallut l’amputer […] Il ne restait plus assez de morphine. […] “Je suis fait au fer et au sang”, rétorqua le blessé avec la raideur de ceux qui méprisent les faiblesses du corps et de l’âme. » Par Carl Aderhold

25/09/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Greco (1931) de Camille Mauclair, seconde partie

En 1905, Camille Mauclair, sentit qu’avec le fauvisme et le début du cubisme en 1905, apparaissait un nouveau paradigme, auquel il était incapable en tant que critique de donner une réponse. Et cette incapacité signa la rupture de Mauclair avec l’art moderne.  En 1931, il écrira un ouvrage critique sur le Greco, dont l’originalité le confrontera à nouveau au problème de la rupture de la tradition dans l’art pictural. Ceci est la deuxième partie de notre article (voir la première partie). Par Antoine Cardinale

04/09/2022, 14:40

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Greco (1931) de Camille Mauclair (1/2)

En 1905, Camille Mauclair (1872-1945), sentit qu’avec le fauvisme et le début du cubisme en 1905, apparaissait un nouveau paradigme, auquel il était incapable en tant que critique de donner une réponse. Et cette incapacité signa la rupture de Mauclair avec l’art moderne. En 1931, il écrira un ouvrage critique sur le Greco, dont l’originalité le confrontera à nouveau au problème de la rupture de la tradition dans l’art pictural. Cet article paraît en deux parties. La seconde est programmée pour la semaine prochaine. Par Antoine Cardinale

 

21/08/2022, 12:20

ActuaLitté

Les Ensablés - Ma vie entre les lignes d'Antoine Blondin

Les vacances sont là, et pour ceux qui aiment ou ne connaissent pas Antoine Blondin (il aurait cent ans cette année...), l'occasion rêvée de (re) découvrir ses chroniques publiées entre 1943 et le début des années 80. Les éditions de La Table Ronde ont eu la bonne idée de les rééditer dans sa collection "La petite Vermillon. Pour un prix modique (11,2 euros), un plaisir assuré, à goûter sous les tilleuls en buvant un petit blanc sec, bien glacé, à la santé de ce cher Blondin pour qui la littérature était exigence mais aussi amitié. Hervé BEL

07/08/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - L'Abbaye d'Evolayne de Paule Régnier (1888-1950)

Je ne sais plus où et quand je suis tombé sur ce livre L’abbaye d’Evolayne de Paule Régnier (Grand prix de l’Académie Française 1933), avec sa couverture jaune défraichie des éditions Plon. Longtemps, je l’ai gardé dans mes réserves : j'avais d’autres priorité de lectures. Il y a peu, fouillant ma bibliothèque, je l’ai redécouvert, l’ayant totalement oublié. Allons, il fallait quand même me renseigner sur cette Paule Régnier ! Le destin tragique de cet auteur, il faut bien le dire, m’a conduit à lire enfin son roman. Ce n’est pas un chef-d’œuvre, j’en conviens, il peut paraître dépassé, appartenir à un autre monde (mais n’est-ce pas après tout un motif de le parcourir ?), mais il palpite dans ce texte quelque chose de bouleversant et de prenant. Par Hervé BEL

24/07/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les Javanais de Jean Malaquais (1908-1998)

Dans ces temps de résurgence de nationalismes, chauvinismes et prurits identitaires, la littérature nous offre heureusement quelques pépites à leur encontre… Figure en bonne place parmi ces romans salutaires une œuvre qui obtint un franc succès juste avant le deuxième guerre mondiale : refusé par Gallimard, publié par Denoël, le roman «Les Javanais» fut couronné du prix Renaudot en 1939 et traduit en plusieurs langues. Par Marie Coat

03/07/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés : Echec au temps de Marcel Thiry (1897-1977)

Sur la plaine de la bataille de Waterloo, une aigle impériale trône au sommet de la butte monumentale. Le 18 juin 1815, c’est Napoléon qui a remporté cette victoire décisive. Plus d’un siècle après les faits, le descendant d’un capitaine anglais est résolu à corriger l’erreur de son ancêtre, qui avait donné de mauvaises informations à Wellington et précipité la défaite des Alliés. L’invention d’une machine à remonter le temps lui permet de tenter une modification avec ses amis, mais à quel prix et pour quelles conséquences historiques et humaines ? Par Louis Morès

19/06/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Suzanne Chantal et Le roman de Lisbonne, 1940

Spécialiste du Portugal où elle a vécu une bonne partie de sa vie, Suzanne Chantal (1908-1994) a notamment publié une Histoire du Portugal (Hachette, 1965), que précédait La vie quotidienne au Portugal après le tremblement de terre de Lisbonne de 1755 (Hachette, 1962). Vers la fin de sa vie, elle publiera un roman historique (Ervamoïra, éd. Olivier Orban, 1982), qui raconte, autour de l’évolution d’une famille sur six générations, l’histoire du vin de Porto, avec ses luttes, ses négociants, ses propriétaires, etc. Par François Ouellet

05/06/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Fil d'or, de Susy Solidor (1900-1983)

Suzy avait de grandes jambes. Longues et musclées, assez affolantes. Et un nez fort, signe de caractère. Une blondeur pâle, des yeux délavés par la mer, une frange au carré, du talent et de l’énergie à revendre. Introduite dans les milieux parisiens par Yvonne de Bremond d’Ars, célèbre antiquaire, Suzy va vite mettre Paris à ses pieds. Symbole de la « garçonne » des années folles, Suzy Solidor s’illustra comme actrice et comme chanteuse dans les années 30 et 40.  Mais peu le savent, la grande Suzy fut aussi romancière. Par Denis Gombert

22/05/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les saints vont en enfer, de Gilbert Cesbron

Ses romans ont connu de grands succès de librairie, vendus à plusieurs reprises à plus de 1 million d’exemplaires, et même largement au-delà (Chiens Perdus sans Collier, porté au cinéma avec Jean Gabin dans le rôle principal frôla les 4 millions d’exemplaires). Gilbert Cesbron (1911-1979) a donc été un écrivain célèbre dans la deuxième moitié du XX siècle ; il est aujourd’hui inconnu des moins de cinquante ans, un cas exemplaire d’ensablé et peut être d’enterré. Par Henri-Jean Coudy

08/05/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Direction Etoile (1937) de Francis de Miomandre

Les éditions de l’Arbre Vengeur nous ont donné une réédition de Direction Etoile, de Francis de Miomandre (1880-1959). Bernard Quiriny, par ailleurs biographe de Henri de Régnier, auteur cher aux Ensablés , signe une préface pleine d’humour ; les dessins de Regis Lejonc accompagnent merveilleusement le lecteur dans ce conte désenchanté. Puisse cette réédition rendre de nombreux lecteurs au sixième lauréat du prix Goncourt ! Par Antoine Cardinale.

 

24/04/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les enfants aveugles, de Bruno Gay-Lussac (1918-1995) par Hervé Bel

C’était il y a peu dans le 6ème arrondissement, un samedi, jour béni entre tous puisque le dimanche nous protège encore du lundi. En passant devant la librairie « Le dilettante », maison d’édition dont les Ensablés affectionnent les publications, je tombe sur des bacs remplis de livres d’occasion. L’un d’eux attire mon attention : « Les enfants aveugles » d’un certain Bruno Gay-Lussac, avec une introduction de François Mauriac. Mauriac? Il fallait que ce roman oublié ait quelque qualité... Alors je l’ai acheté. Par Hervé Bel 

10/04/2022, 09:00

ActuaLitté

“Raymond Schwab : mystification littéraire d’un génie méconnu” par François Ouellet

Les Sept dormants (1896), Confession de Sainte-Croix (1902), les deux volumes de poèmes Feuilles sous la glace écrits entre 1899 et 1913 ou encore l’autobiographie posthume Mon Bourreau, vous connaissez ? Ce sont quelques-unes des œuvres du poète Mathias Crismant (1882-1913), dont Raymond Schwab (1884-1956) entreprit de raconter la vie singulière et tourmentée dans un livre simplement intitulé Mathias Crismant, paru chez Plon en 1925. Par François Ouellet.

27/03/2022, 08:25

ActuaLitté

Les Ensablés - Avec le feu de Victor Barrucand (1864-1934)

« Décennie de la bombe», les dernières années du 19ème siècle furent marquées en France par l’anarchisme insurrectionnel: attentats à la dynamite, assassinat du Président Carnot et autres pratiques de «propagande par le fait», dans un pays par ailleurs perturbé par d’autres mouvements révolutionnaires et déchiré par l’affaire Dreyfus. Remettant en cause la logique de subordination des gouvernés aux gouvernants, l’anarchisme -malgré sa violence terroriste et une certaine naïveté idéologique- fascine nombre d’intellectuels et artistes tel que Mallarmé («Le poème est comme une bombe»). Par Marie Coat

 

13/03/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Siège de Bruxelles (1996) de Jacques Neirynck

Au milieu des années 1990 paraît ce détonnant roman à clefs, une politique-fiction imaginant la fin de la Belgique par la prise d’indépendance de la Flandre et le déclenchement d’une guerre civile dans la capitale. Soulevés par une atmosphère décliniste, violente et baroque, des personnages symboliques hauts en couleur discourent et agissent au nom de passions diverses, confrontés aux mystères du sens du hasard et de l’Histoire. Racontés a posteriori sous forme de mémoires, ces événements sont censés s’être déroulés en l’an 2007. Par Louis Morès. 

27/02/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - La psychanalyse de Freud de Pierre Janet, par Armel Job

Quand on parle de maladies mentales, s’il est un nom qui accourt spontanément sur toutes les lèvres, c’est bien celui de Sigmund Freud (1856-1939). Freud a été élevé au rang des grands génies de l’humanité pour avoir exploré un véritable continent, terra incognita avant lui, à savoir le monde de l’inconscient. La méthode psychanalytique qu’il mit au point s’est frayé un chemin dans cet univers ténébreux afin d’en révéler les mystères. De nos jours, le public cultivé pourra citer quelques noms supplémentaires des explorateurs de ce monde parmi les disciples ou les épigones du maître viennois, tels Jung, Adler, ou Lacan. Mais qui se souvient de Pierre Janet ? Par Armel Job, écrivain

06/02/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés – Hélène ou la solitude, de Jean Gaulmier

Roman fleuve, roman monde, Hélène ou la solitude de Jean Gaulmier avait il y a quelques années déclenché l’enthousiasme de notre ami et fondateur des Ensablés, Hervé Bel. Son engouement a suscité l’envie d’un éditeur, en l’occurrence les éditions de la Belle Étoile, de republier cet ouvrage. Que cet éditeur soit ici remercié d’avoir fait confiance au goût d’un lecteur pour prendre un tel pari. Doublement remercié même, car ce roman mérite assurément de sortir du petit cercle des amateurs éclairés auxquels il était jusqu’alors confiné pour être désormais disponible auprès d’un public plus large. Par Carl Aderhold, écrivain.

23/01/2022, 10:17

ActuaLitté

Les Ensablés - On ne revient pas, le roman exupérien d'Hélène Froment

Hélène Froment (1908-2003), auteure d’un excellent premier roman paru chez Gallimard en 1941, On ne revient pas, est le pseudonyme d’Hélène Jaunez, qui a épousé l’aristocrate Jean de Vogüé (futur chef de la Résistance) en 1927. Dite Nelly de Vogüé, elle est surtout connue pour avoir été la maîtresse de Saint-Exupéry à partir de leur rencontre chez Louise de Vilmorin en 1929, deux ans avant le mariage de l’écrivain avec Consuelo. En 1949, cette fois-ci sous le pseudonyme de Pierre Chevrier, Nelly va lui consacrer un ouvrage, Antoine de Saint-Exupéry (Gallimard, 1949), et sera responsable de l’édition posthume de Citadelle (1948) et des Carnets (1953) de l’écrivain. par François Ouellet.

02/01/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Batouala (1921) de René Maran (1887-1960)

Les Ensablés ont le plaisir d'accueillir aujourd'hui dans leur rubrique Marie Coat, grande lectrice, qui nous fera partager au fil du temps ses découvertes. Merci à elle. Il y a tout juste un siècle, le 14 décembre 1921, le prix Goncourt fut attribué à René Maran, administrateur des colonies, pour son roman Batouala, proposé au jury par Henri de Régnier. Par Marie Coat

19/12/2021, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Amour étrusque (1898) de JH Rosny aîné (1856-1940)

La littérature française est riche d’innombrables récits tirés de l’Antiquité grecque ou romaine. Sans remonter aux Aventures de Télémaque, nous avons tous lu La Venus d’Ille de Mérimée et son cruel dénouement, Gautier et Arria Marcella, Dumas et sa sulfureuse Acté et bien entendu Salammbô dans lequel Flaubert, de son aveu même, voulut appliquerà l’Antiquité les règles du roman moderne. L’Antiquité comme décor fabuleux et comme recueild’exemples politiques, mais aussi l’Antiquité onirique, féroce et sensuelle dont les jeunes latinistes découvraient avec ébahissement qu’elle reposait, au sens chrétien, sur une immoralité sans limite. Par Antoine Cardinale.

05/12/2021, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Quinze rounds de Henri Decoin

Henri Decoin a connu plusieurs vies. Il fut tour à tour sportif de haut niveau – et le livre du jour fera montre de la science qu’il avait du noble art, la boxe -, héros de guerre, journaliste et cinéaste. Il fut aussi romancier. L’arbre vengeur a la bonne idée de rééditerune petite pépite, Quinze rounds, récit retraçant l’histoire d’une rencontre de boxe commentée par un boxeur sur le ring en temps réel. L’expérience littéraire y croise étonnamment les gants avec l’expérience sportive. Par Denis Gombert

21/11/2021, 09:19

ActuaLitté

Les Ensablés – Les Maîtres du vertige, six romans de “merveilleux scientifique”

L’Arbre Vengeur, jamais en reste pour nous surprendre, nous offre aujourd’hui un très beau livre (sur la forme et le fond), Maîtres du Vertige, qui regroupe six romans de science-fiction — ou plutôt de « merveilleux scientifique », ayant été écrit par des auteurs de langue française du début du vingtième siècle… L’occasion, pour tous les curieux, épris de bonne littérature, de découvrir, non plus un seul auteur oublié, mais toute une littérature « ensablée », un continent, aurais-je envie de dire, dont j’ignorais jusqu’à l’existence. Par Hervé Bel.

08/11/2021, 16:26

ActuaLitté

Les Ensablés – La Cité ardente d’Henry Carton de Wiart (1869-1951)  

La ville de Liège doit son célèbre surnom au titre de ce roman historique publié en 1905 (Paris, Perrin) par le comte Henry Carton de Wiart, le premier d’une série de cinq livres constituant le « cycle de la Destinée nationale ». L’ambition de l’auteur, qui s’apprête à occuper d’importantes fonctions gouvernementales au seuil de la guerre, est de renforcer le sentiment national belge en illustrant littérairement des épisodes de vaillance, de courage et de résistance puisés dans l’Histoire. Par Louis Mores

24/10/2021, 16:00

ActuaLitté

Les Ensablés - La grande peur dans la montagne (1925) de Charles-Ferdinand Ramuz

L’œuvre de Ramuz comprend une vingtaine de romans. La grande peur dans la montagne est un texte de 1925 qui fait montre d’une grande maturité d’un auteur qui a entamé une carrière littéraire à Paris en 1900, à l’âge de vingt ans. Cependant, à Paris, là où son éditeur Bernard Grasset lui demandera toute sa vie de « se montrer », Charles Ferdinand Ramuz aura à cœur de toujours se mettre en retrait des mondanités. Par pudeur ainsi que par méfiance de la corruption urbaine, Ramuz est avant tout un homme de la terre. Par Denis Gombert

11/10/2021, 16:51

ActuaLitté

Les Ensablés - L’univers sévère et lumineux de Maria Borrély (1890-1963)

Maria Borrély, le nom n’est pas connu. Pourtant, il devrait !...Il est toujours émouvant de découvrir des auteurs du passé. Je ne parle pas d’auteurs renommés qu’on lit pour la première fois, mais de ces auteurs complètement oubliés, que plus personne ne lit depuis longtemps, si tant est qu’ils ont déjà été lus. Par François Ouellet. 

27/09/2021, 09:39

ActuaLitté

Les Ensablés - Les quatre éléments (1935) d'André Chamson (1900-1983)

« Mort sont les beaux diseurs/Mais le livre est écrit/Morts sont les bâtisseurs/mais le temple est bâti » (F.Mistral) André Chamson fit un voyage au Japon qu’il relate dans ses souvenirs. Nous avons été naturellement chez les geishas qui ne sont pas ce que l’on peut croire. La fille qui était venue sur le tatami pour allumer ma cigarette m’a dit « Monsieur, j’ai lu votre livre les Quatre éléments ». Les quatre éléments étaient devenus « le soleil, la rivière, la montagne » et je ne sais plus quoi… Par Antoine Cardinale

12/09/2021, 14:02

ActuaLitté

Les Ensablés – La Rédemption de Mars de Pierre Nothomb (1887-1966)

Au sortir de la Première Guerre mondiale, durant laquelle il a travaillé pour le Gouvernement belge en exil au Havre (Sainte-Adresse) et publié des essais défendant et illustrant les positions de son pays, Pierre Nothomb (1887-1966) mène une vie littéraire entre la Belgique et la France et fait notamment paraître à Paris le roman La Rédemption de Mars (Paris, Plon, 1922). Par Louis Morès.

18/07/2021, 10:00

Autres articles de la rubrique Livres

ActuaLitté

Plongée dans l'univers

09/02/2023, 13:32

ActuaLitté

Andreï Makine : l’îlot Crimée  

La colline Crimée, on y entend le crime et on entrevoit sa douce vie au bord de la mer Noire. Le plus français des Sibériens, Andreï Makine, nostalgique comme jamais et toujours aussi pudique, raconte le XXe siècle de la Russie révulsée, dans l’Ancien calendrier d’un amour.

09/02/2023, 11:33

ActuaLitté

La grande biographie romanesque de Franz Kafka

BONNES FEUILLES - Une fascinante biographie de Franz Kafka, un travail de plus de quinze ans, qui allie la précision historique et le souffle romanesque. « Cet ouvrage condense ce que le genre biographique peut donner de mieux. Ce livre, en lui-même, est déjà un grand roman. » Imre Kertész, Prix Nobel de littérature 

09/02/2023, 09:30

ActuaLitté

Neal Stephenson face à l'urgence climatique

BONNES FEUILLES - Parce que la montée des eaux menace l’existence même des Pays-Bas, leur reine Frederika Mathilde Louisa Saskia comprend mieux que quiconque la notion d’urgence climatique. 

09/02/2023, 09:00

ActuaLitté

Michelle Good : 751 sépultures  

BONNES FEUILLES - Le 28 mai 2021, les restes de 215 enfants sont retrouvés près de l’ancien pensionnat autochtone de Kamloops en Colombie-Britannique. Le 23 juin, ce sont 751 sépultures anonymes qui sont découvertes près de celui de Marieval en Saskatchewan. 

09/02/2023, 08:00

ActuaLitté

Sous le soleil

08/02/2023, 14:57

ActuaLitté

L'Histoire du suppositoire qui voulait échapper à sa destinée

08/02/2023, 14:55

ActuaLitté

Femmes remarquables. Une autre histoire du Moyen Age

08/02/2023, 14:50

ActuaLitté

Colossale Tome 1

08/02/2023, 14:48

ActuaLitté

Poèmes de minuit, inédits 1936-1940

08/02/2023, 14:45

ActuaLitté

Garth Ennis présente Shadowman

08/02/2023, 14:43

ActuaLitté

Des livres classiques pour initier son enfant à la lecture 

Découvrez les trois meilleurs livres pour apprendre à son enfant à maîtriser la lecture tout seul. 

08/02/2023, 10:56

ActuaLitté

Ishmael Beah : cinq orphelins dans une carcasse d’avion

BONNES FEUILLES - Dans un pays d’Afrique qui n’est jamais nommé, cinq orphelins s’improvisent un foyer dans une carcasse d’avion abandonnée, relique du chaos et de la guerre qui a ensanglanté la région, et élèvent la survie au rang d’art, subsistant grâce à de menus larcins et des missions douteuses.

08/02/2023, 09:30

ActuaLitté

Six foyers prêts à livrer leurs secrets dans Un Coup de Soleil

BONNES FEUILLES - Salerno. Six foyers italiens, et un point commun : Eléonore, femme de ménage. Mais la routine bien huilée risque de se voir bientôt chamboulée...

08/02/2023, 09:00

ActuaLitté

DIdier Van Cauwelaert ressuscite Jacques, 25 ans après

BONNES FEUILLES - Vingt-cinq ans après l’immense succès de La vie interdite, Didier van Cauwelaert « ressuscite » l’un de ses personnages emblématiques : Jacques, le quincailler d’Aix-les-Bains, mort à trente-quatre ans dont l’esprit continue de se promener dans la vie de ses proches.

08/02/2023, 08:00

ActuaLitté

Au plus beau pays du monde

07/02/2023, 10:45

ActuaLitté

J'ai oublié comment ça s'appelle

07/02/2023, 10:45

ActuaLitté

Ceux qui s’aiment se laissent partir

07/02/2023, 10:45

ActuaLitté

L'amour des grands

07/02/2023, 10:45

ActuaLitté

L'archipel des oubliés

07/02/2023, 10:45

ActuaLitté

Sonja Delzongle : pompes funèbres au cœur du lac Léman

BONNES FEUILLES - Sur cette île qui ne figure sur aucune carte, les morts sont rois. Thanatea. Un nom qui sonne comme celui d’une femme ou d’une déesse. Un mot plutôt agréable, exotique, à condition de ne pas en connaître la racine grecque, thanatos, la mort. Le plus long des voyages. L’éternité.

07/02/2023, 09:30

ActuaLitté

Alia Cardyn s'immisce dans la lignée des Rosas

BONNES FEUILLES - Après le succès de Mademoiselle Papillon, une saga familiale d'un genre nouveau. L'histoire des Rosas, un clan de femmes puissantes.

07/02/2023, 09:00

ActuaLitté

Charles W. Mills : contrat social ou contrat racial ?

BONNES FEUILLES - Un livre-monument traduit pour la première fois en français : le philosophe Charles W. Mills expose les failles du contrat social qui est avant tout un contrat racial.

07/02/2023, 08:00

ActuaLitté

Benoit Cohen : empêcher son père de souffrir

BONNES FEUILLES - « Mon père ne devait pas souffrir », écrit Benoit Cohen. Dix ans après, l’auteur revient sur la disparition de son père, mort d’un cancer du pancréas. 

06/02/2023, 18:45

ActuaLitté

L'impératrice de Pierre : A travers le temps et l'Histoire

BONNES FEUILLES - Catherine Ire est née Marta Skowronska en 1684. Issue d’une famille lituanienne appauvrie, la première impératrice de Russie, épouse du tsar Pierre le Grand, fut qualifiée par Voltaire de « Cendrillon du xviiie siècle ». En mai 1727, sur son lit de mort, elle remonte le temps et le cours de l’histoire, où l’on verra que sa vie était loin de ressembler à un conte de fées.

06/02/2023, 16:31

ActuaLitté

La fabrique des livres anonymes, hommage à la création littéraire

Le dernier roman d’Isabelle Marsay, La fabrique des livres anonymes, est à la fois un beau roman et une ambitieuse fresque.

06/02/2023, 15:08

ActuaLitté

Takopi : un petit alien peut-il sauver un enfant du désespoir ?  

Takopi est un petit poulpe de l’espace venu rendre les humains heureux. La première qu’il rencontre s’appelle Shizuka, de l’espèce « CM1 ». Elle ne sourit pas beaucoup et a le visage plein de marques violacées. Takopi pourra-t-il lui rendre son sourire ? Découvrez la série coup de poing qui a ému le Japon.

06/02/2023, 10:29

ActuaLitté

Meilleures ventes : Sarah Rivens renverse la domination du prince Harry

Alors que les deux dernières semaines du classement des meilleures ventes étaient dominées par le livre Le Suppléant du prince Harry, ce dernier perd sa couronne au profit de la jeune Sarah Rivens. Le tome 2 de son roman Captive, qu'elle avait d'abord publié sur Wattpad, a convaincu 53.257 acheteurs pour sa première semaine sortie, plus du double que les mémoires du duc de Sussex (21.383 ex.).

03/02/2023, 15:28

ActuaLitté

Le vêtement masculin en littérature : l'émergence du dandy

Avoir « la classe » comme on dit aujourd'hui revient souvent pour un homme à arborer avec une certaine distinction un beau costume. Si le choix en matière de garde-robe est plus restreint pour les hommes que pour les femmes, il y a tout un art qui s'immisce dans les détails pour rejoindre la catégorie tant recherchée du dandy !

03/02/2023, 11:03

ActuaLitté

Chloé Thomas explore le monde du sommeil  

BONNES FEUILLES - Nous n’avons jamais appris à dormir. Une exploration du monde du sommeil par son envers. 

03/02/2023, 08:00

ActuaLitté

L'Altus : ouvrez le coffre et acceptez d’être changé à jamais...

BONNES FEUILLES - Tous les vœux sont-ils bons à exaucer? Et si votre plus grand désir était l’enfer? Un thriller fantastique haletant avec un scénario digne des meilleures séries pour les adolescents ! 

02/02/2023, 09:00

ActuaLitté

Sugar Street : chronique d’une disparition annoncée

Nous suivons le chemin, la disparition, d’un homme blanc d’un certain âge qui est en fuite. Peu de détails nous sont donnés, il rejette sa vie passée, possède un petit magot dans une enveloppe posée sur le siège avant droit de sa voiture.  

02/02/2023, 08:15

ActuaLitté

Un portrait original de Barbey d'Aurevilly

BONNES FEUILLES - Les Rêveries de Barbey forment un portrait original : une flânerie vagabonde sur les pas de Barbey d'Aurevilly, au-delà des éternels clichés du dandy catholique réfractaire au progrès. Le regard singulier d'un écrivain contemporain déjà lauréat de plusieurs prix sur un autre écrivain 

02/02/2023, 08:00

ActuaLitté

Zombillénium Tome 6 : Sabbath Grand Derby

01/02/2023, 10:45

ActuaLitté

Si les hommes avaient leurs règles

01/02/2023, 10:45

ActuaLitté

Celle qui fit le bonheur des insectes

01/02/2023, 10:45