#Economie

Les Ensablés – Ange-Jacques Gabriel (1698-1782) par le comte de Fels

Le temps des vacances s'approche, ou s'éloigne : souvenez-vous, nous avions passé l’été à travers la Provence, en compagnie de Jean-Louis Vaudoyer. Cette fois, nous n’irons pas si loin, à peine pousserons-nous aux limites du département de la Seine-et-Oise ! Car nous sommes en 1927 et Jean-Louis Vaudoyer m’a demandé d’interviewer le comte de Fels, pour sa biographie d’Ange-Jacques Gabriel [1]. Le moyen de refuser ?

Le 04/10/2020 à 09:00 par Les ensablés

1 Réactions |

Publié le :

04/10/2020 à 09:00

Les ensablés

1

Commentaires

linkedin mail print
ActuaLitté
Par Antoine Cardinale

J’avais rendez-vous dans l’hôtel particulier du comte qui est sis au 135 du faubourg Saint-Honoré. A peine son secrétaire m’eut-t-il annoncé que le comte sortit en coup de vent.
« Non, je n’aurais pas le temps, je vais à la Chambre pour le débat sur la nationalité[2], j’aurai dix minutes peut-être mais mon livre mérite mieux que ça ! Venez ce samedi à Voisins, nous parlerons de Gabriel et vous resterez ! ! je ne suis pas homme à laisser perdre la précieuse tradition de l’hospitalité française, nous aurons de la compagnie et on s’amusera, mais rassurez-vous, nous ne dépasserons pas les limites d’une aimable gaieté ! Et quand vous craindrez de niaiser dans mon salon, il vous restera la forêt, les étangs et la bibliothèque ! »
Et déjà dans sa voiture, le comte me cria :
« Laissez votre adresse, monsieur Cardinale, mon chauffeur vous attendra ».
Je n’avais pas encore eu le temps d’ouvrir la bouche.

La vie de château
Quelle belle ville que Paris et comme la vie est simple, assis au fond d’une Chenard et Walker Y3Le Mans ! Passé la porte de Saint Cloud et le faubourg de Billancourt, quelle riante campagne ! Sèvres, Versailles, Rambouillet enfin ! Sur la Nationale 10, dégagés des encombrements, les neufs chevaux, quatre cylindres en ligne, moteur semi-culbuté et arbre à cames latéral avec deux soupapes par cylindre sont lancés à cent kilomètres à l’heure et avant qu’on ait pu se reconnaître, on entre dans le parc du château de Voisins.
Le château était comme un beau corps doré, se rafraîchissant au milieu d’un gazon de velours piqué de grands buis sombres. Au-delà des pelouses, saules, platanes et tilleuls versaient une ombre bleue sur le sable des allées.
Attendu sur le perron, je montais par un grand escalier aux degrés de marbre sur lequel veillait une statue de Venus chasseresse et j’entrais dans la bibliothèque. Par de grandes croisées, le regard donne sur l’horizon d’un large étang dont l’eau semble dormir ; sur ses rives plates, viennent boire les lourdes frondaisons de groupes d’arbres immenses. Sur les murs, derrière les vitrines d’une bibliothèque où le ciseau du sculpteur a posé le chiffre du comte, veillent en rang silencieux de lourdes reliures d’un or passé.
Ai-je fait le portrait du comte de Fels ? Un air de grandeur remarquable, l’aisance que donne un corps rompu aux exercices de la chasse, avec un naturel qui rend son abord plein d’agrément, mais en face de laquelle la familiarité est interdite. Vêtu d’un costume de laine d’un gris de fumée, d’une cravate en tricot de soie d’un bleu profond sur une chemise au col souple, on ne pouvait douter qu’un esprit vif et distingué répondît à une élégance si parfaite.
« Bonjour monsieur Cardinale, un instant encore, prenez place, je termine mon service de presse. Voilà… celui-là est A Monsieur Henry Bordeaux, admiration, sympathie, gratitude. De toute façon il ne lit jamais les livres qu’on lui envoie, je le tiens de source sûre. M. Vaudoyer vous a dépêché pour chroniquer mon Ange-Jacques Gabriel. J’aime bien monsieur Vaudoyer, j’ai publié de ces textes dans la Revue de Paris  et il est d’une famille de grands architectes français, ce qui est pour me plaire. Vous êtes envoyé par lui, vous êtes le bienvenu ! Et c’est heureux, vous voyez le château de Voisins dans l’état où j’ai rêvé qu’il soit, il y a vingt-cinq ans ».
Je voulus manifester ma connaissance du sujet.
« Ne serait-ce pas trente-cinq ans, monsieur le comte ? Je vous pensais propriétaire depuis 1892 ? »
« Certes, mais les travaux ne commencèrent vraiment qu’en 1903. M.Sergent fut mon architecte, je lui ai pris le meilleur de son génie et après j’ai laissé ce qui en restait à Rothschild et à Camondo. Sur le domaine croulaient les vestiges du château du marquis de Croismare qui était gouverneur de la petite Ecurie du Roi, un château dont Gabriel avait donné les plans. J’ai retrouvé ces plans, je les ai, et j’ai rebâti le château. « Une chimère » comme dit ma femme. Savez-vous que les titres de la propriété remontent à l’an 768 ? à ce compte-là je suis de la vieille roche !
Combien cela m’a coûté ? Je vais vous le dire mais vous ne l’écrirez pas, ou plutôt non, c’est plus beau de laisser rêver. Vous écrirez : des millions. Dites que le gros œuvre m’a coûté quatre millions de francs-or. Oui, l’argent de ma femme. Sur ces sujets, je me suis mithridatisé des moqueries et de la calomnie. Ce n’est que ma résidence de campagne. Je chasse, en saison. Tout le confort moderne comme on dit : monte-plats, monte-charge, trente-six chambres, chauffage central et air pulsé dans les pièces de réception, l’eau chaude partout. Si j’étais américain, je serai une légende : mais je suis français ! J’ai fait à Voisins selon ce que j’ai écrit : dans l’architecture de l’époque Louis XV nous constatons deux tendances : l’une d’ordre artistique, c’est l’évolution du goût vers la pureté classique, l’autre d’ordre pratique, c’est la recherche de la commodité dans les aménagements intérieurs. Et bien voyez-vous, j’ai voulu remettre l’architecture dans cette voie.
Avec mes plans de deux-cent ans d’âge sur les bras, on peut dire que j’ai acquis un château d’Ange-Jacques Gabriel en état d’achèvement ! M.Duchêne en a achevé l’an passé les jardins, Si l’envie vous vient de vous promener, vous verrez les sculptures : []Jean de Bologne, Girardon, Clodion. »
« Il y a aussi, dis-je, des œuvres plus modernes dans la chapelle ».
Je me mordis les lèvres en me rappelant soudain que la chapelle conservait le triste souvenir d’un fils tombé au champ d’honneur. Le regard du comte se perdit un instant et doucement, sans répondre, il me désigna un volume posé à portée de sa main.
« Connaissez-vous  ce livre ? Il est plaisant : La ménagerie du Vatican[3] »
Il me mit le passage sous les yeux.
Le comte de Fels, même dépouillé du Frisch natal, était autrefois de Marseille. Maintenant il est originaire du Luxembourg. Il était reporter à Paris, quand il rencontra Mlle Lebaudy, fille de l'illustre marraine du nationalisme. M. Frisch épousa l'héritière du grand manufacturier et devint comte par l'appui de M. Lefebvre, dit de Béhaine, ambassadeur de France près le Saint-Siège. On regrette d'autant plus de ne pas donner les armes de ce gentilhomme qu'il les montre volontiers : à un grand dîner, elles étaient dessinées en fleurs sur la table. Elles ont paru en feu dans une pièce d'artifice. On les aperçut imprimées sur un accessoire de cotillon. Depuis 1905, M. Frisch a abandonné son titre romain pour prendre un titre ducal. Il a acheté une terre en Luxembourg qui s'appelle presque Frisch et qui fut un duché. Le nouveau duc a eu, en cette circonstance, un mot de charmante délicatesse : — Je ne suis pas entré sans émotion, avoua-t-il, dans cette demeure que les miens ont quittée depuis neuf cents ans. J'y ai trouvé partout des souvenirs chers. »
Le duc et la duchesse Frisch sont d'ailleurs renommés pour la bonne grâce et la simplicité de leur accueil.

« On ne peut pas être au goût de tout le monde, monsieur Cardinale, mais dans les grandes lignes, ce que vous avez lu est vrai. Mais au moins mon titre est documenté : il n'y a eu, doctus cum libro, depuis la chute de Charles X que trois cents familles françaises titrées par le pape. Et pourtant notre auteur croit savoir qu’il y a plus de deux mille personnes qui portent des titres pontificaux ! J’ajoute, pour vous montrer tout le prix que j’y attache, que comte romain est une inexactitude, et que je peux l’entendre comme une injure. On devrait dire et écrire comte du palais apostolique et de la cour du Latran. Mais je peux souffrir comte palatin, il faut bien vivre avec son temps. Croyez-vous que le roi d’Espagne, qui est un bon fusil et qui aime à venir à Voisins se compromettrait avec un usurpateur de particules ? Je porte d’argent à la croix ancrée de gueules. Diable ! j’oubliais, je suis aussi prince de Heffingen !
Voilà pour ma biographie ! Voulez-vous que nous parlions d’Ange-Jacques Gabriel ? »

Commander aux Dehors et aux Dedans
« Prenons les choses dans l’ordre, voulez-vous ? Quels furent les grands maîtres de l’architecture française classique ? Le Vau, Mansart et Gabriel.
Les Gabriel, c’est une dynastie, comme les de Brosse, comme les Mansart –qui s’apparentèrent d’ailleurs vers 1700 aux Gabriel. On retrouve les traces d’un Gabriel, maître-maçon à Argentan au XVIème siècle et pour faire court –la généalogie est dans mon livre- son grand père est déjà sur les chantiers de Versailles ; mais son père monte encore : il est reçu à l’Académie et reçoit ses lettres de noblesse. En 1734, il atteint le sommet : Premier architecte du Roi. Depuis 1729, Ange-Jacques travaillait avec son père, et partageait avec lui la confiance du Roi. Dès 1734 il est nommé contrôleur du château de Versailles. Lorsque son père meurt en 1742, il est immédiatement choisi par le Roi pour lui succéder, ce qui pourrait surprendre si la nomination ne précisait que le Roi prit cette décision connaissant ses talents et sa capacité. Jusqu’à la mort de Louis XV en 1774, il sera celui qui assistera, conseillera le souverain, contrôlant les dépenses, recevant les chantiers, distribuant les tâches. Mais que d’obstacles à surmonter, quelle guerre permanente contre les bureaux ! Le temps lui manqua toujours, et il n’est pas une lettre où ne paraisse la nécessité d’avancer les fonds ou de régler ce qui est dû pour mener à bien les chantiers. La versatilité du souverain ne lui facilite pas la tâche.

Le Roi ne travaille qu’avec Gabriel, et Gabriel ne connaît pas d’autres commanditaires que le Roi. Nous avons sur cette relation des témoignages sans équivoque, comme celui du duc de Luynes : il travaille très souvent seul avec le Roi pour des plans et des projets ou celui du marquis d’Argenson : le Roi fait continuellement dessiner devant lui le jeune Gabriel. Sa situation lui donne un droit de regard sur tous les projets monumentaux, sur toutes les résidences royales, et particulièrement sur ce qu’on appelait délicieusement les Dedans et les Dehors de Versailles. L’architecture, les décors, les jardins, il est celui qui donna le ton de l’art français entre 1730 et 1770 ; avec un caractère et dans un temps bien différent, il répond à l’emprise qu’eut Charles Lebrun sous le règne de Louis le Grand.
Puisque l’histoire d’Ange-Jacques Gabriel nous plonge dans le siècle de Louis XV, je ne ferai pas l’effort de dissiper les sottises écrites sur un règne qui ne se résume ni aux Parc aux Cerfs ni à l’abandon du Canada et des Indes.
Pour la simplicité de l’Histoire et la commodité idéologique, il fallait que le siècle conduisît par une pente fatale à la rédemption politique, à la Révolution. Vous sentez toute l’importance d’un système qui mît en opposition la vertu de Robespierre et les polissonneries du roi ; le peuple levé en masse, dictant ses lois à l’Europe et le maréchal de Soubise déconfit à Rossbach, cherchant une lanterne à la main où diable était son armée ; les tortillements du rococo et les Romains de David, dont Stendhal trouvait déjà qu’ils avaient l’air un peu bête.
Comme on voulut faire croire que la Révolution exerça une purification, il fallait donc que ce siècle fût infecté : les mœurs, les institutions, et les arts aussi. Tout fut enveloppé dans la condamnation haineuse du règne du Bien-Aimé : rien de ce qui avait été bien fait dans ce temps, ne put trouver grâce, et les arts tombèrent dans la dernière décadence.
Vous êtes parfaitement instruit de la réputation qu’on fit au Roi : le dissipateur des biens de ses sujets, l’esclave de ses vices, le plus faible des hommes, l’anti-modèle des rois vraiment grands, que sais-je encore ! Caricature : une espèce de libertinage de l’imagination, c’est la définition qu’en donne l’Encyclopédie en 1751, et bien nous sommes dans la caricature ! Il faudrait pour la défense du règne de Louis XV qu’on eût laissé parler le siècle. Vous connaissez la nouvelle de Rétif de la Bretonne : un prêtre va porter le viatique à un scieur de bois : « Vous aurez dans l’autre vie les consolations dont vous fûtes privé dans celle-là ». Et le bonhomme de s’écrier « Mais j’ai toujours eu du travail, de la santé, la meilleure des femmes et de bons enfants ! J’ai été des plus heureux ! « Oui, ce siècle fut des plus heureux, voilà ce qu’il nous dirait, ce dix-huitième siècle, si on le laissait parler !
Prenons 1761 : l’ordre d’exécuter le projet de Trianon porte la date du 2 octobre 1761. Je veux me représenter cette date comme le sommet de la civilisation française : sur cette pointe se tient en équilibre le passé et le futur. C’est quinze ans pour tard que la France va dévaler la pente effrayante qui la mènera à la Révolution. Mais en 1761, si le parti féodal ne trouve plus guère de soutien, si l’irréligion se manifeste partout, l’utilité sociale de la monarchie est en revanche attestée par tout ce qui pense. La monarchie héréditaire présente la forme de gouvernement le plus parfait : c’est de Voltaire.
Tandis que les républicains ne sont encore qu’une secte bruyante, le parti nouveau, celui qui se réclame à la fois de l’intelligence et de l’expérience, celui qui veut donner des lois à l’économie, c’est celui des physiocrates, autour de Quesnay, qui publie en 1758, sous la surveillance du Roi lui-même, qui a une véritable vénération pour l’auteur, son Tableau économique. Avec Buffon, et son Histoire naturelle, voilà les deux grands hommes ! Un savant a dépouillé cinq cent bibliothèques privées de cette époque : Buffon et Quesnay se trouve des centaines de fois, le Contrat social une seule fois ! Quant à Diderot dont on nous rebat les oreilles, et dont le clergé a eu la sottise de poursuivre la Lettre sur les aveugles, eh bien ! Le neveu de Rameau ou le Voyage de Bougainville n’ont été publiés qu’à la Restauration ! Les philosophes agaçaient tellement qu’ils arrachèrent à un cardinal, aimable sceptique à la mode du temps, cette exclamation : ils en feront tant, qu’ils finiront par me faire aller à la messe ! Dans les arts et dans les sciences, ce fut décidément le beau temps de la monarchie. »
« Mais dans l’économie ? » risquai-je.
« L’économie ? Parlons-en ! La population passe de dix-huit millions sous Louis XIV à vingt-sept millions à la veille de la Révolution ; le commerce extérieur quadruple ente 1715 et 1787. La débâcle monétaire de la Régence est réparée, et de 1726 à 1785, la monnaie est parfaitement stable. Le règne de Louis XV se tient au milieu de ces dates : je ne vois pas que la monarchie ait à rougir de ces chiffres, ni que les affaires furent si mal conduites. Mais après, les choses allèrent là où on n’aime pas qu’elles se dirigent. »

L’architecte et ses œuvres
« Ange-Jacques Gabriel est le véritable créateur du style officiel du règne, par sa position d’intermédiaire entre les artistes et le souverain. Il n’a pas fait, et c’est heureux, le voyage d’Italie : son dessin, ses idées se fussent gâtées. Après lui les Romains deviendront à la mode. Le pompéisme et le paestisme allait infecter l’art français. Gabriel préserva au contraire le meilleur des bonnes règles antiques en empruntant à l’art grec son élégance, la pureté de son langage, sans renier pour autant l’héritage français.
Il a brillé également dans des exercices aussi différents que celui de l’Ecole militaire, bâtiment clôturé et dans celui de la place Louis XV, gigantesque espace ouvert auquel il donna un caractère unique. Hélas, dans ce dernier cas, il est bien difficile d’en juger sur pièce : il y a loin de la place Louis XV,  avec sa statue du roi et dont un tableau de Jean Baptiste le Prince nous donne une charmante évocation, à cet espèce de circuit pour automobile, que l’on nomme place de la Concorde et que l’on a décoré d’un obélisque donné par un satrape à la France, enlaidie de réverbères en fonte et de statues noircies ! L’article du Mercure de France du mois d’aout 1763 qui décrit la place aux lecteurs prédit qu’elle sera extrêmement fréquenté ! c’est bien vu, mais les contemporains de Gabriel ne s’y reconnaîtraient pas.
Une grande partie de l’œuvre d’Ange-Jacques a disparue –comme le château de Saint-Hubert - ou a été défigurée, comme à Compiègne, les frontons et l’ornementation datent du règne de Louis XVI, la salle des Fêtes de celui de Napoléon 1er, les frontons des pavillons de l’entrée de Napoléon III. Et que dire du parterre du château avec l’admirable percée qui lui donnait toute sa grandeur et dont nous n’avons plus que quelques gravures !
Non, je ne vois que la salle de l’Opéra à Versailles, quand on l’aura rendu dans son état d’origine pour témoigner par exemple du talent de coloriste qu’employa Gabriel pour décorer cette salle dans une harmonie de vert clair et d’or avec des touches lumineuses de marbres gris et jaunes.
Et certes il y a le Petit Trianon. Il fut conçu pour Madame de Pompadour : la sculpture, les boiseries furent exécutées entre 1765 et 1768. Dire qu’il passe pour incarner le style Marie-Antoinette ! Elle n’apporta que des exagérations, et un mauvais goût très allemand dans le mobilier et dans l’art décoratif en général. Les documents nous la montrent versatile dans ses choix et inconsciente des embarras financiers qui pèsent sur la couronne, et surtout d’une sotte imprudence devant l’opinion. C’est elle qui à la place du jardin botanique dont Jussieu fit le classement, et pour lequel on alla chercher au fond du Liban et de l’Anti-Liban les cèdres et les pins -des spécimens que l’on voit encore - c’est elle, Marie-Antoinette, qui a imposé ce jardin anglo-chinois qui défigure ce côté-là. Gabriel, qui dessinait les jardins autour des bâtiments dont on lui demandait les plans, n’eût pas aimé, croyez-moi !
Il prit son livre sur une table chiffonnière du travail le plus délicat, feuilleta un peu et lut à haute voix.

Il est à peine nécessaire de combattre cette erreur dans laquelle ne peuvent tomber les amateurs ayant une connaissance élémentaire de l’histoire de l’art français. Le Petit Trianon est l’œuvre de Gabriel où apparaissent le plus nettement ses qualités caractéristiques. Le grand artiste, parvenu au terme de son évolution, dégagé des influences qui l’ont guidé au début de sa carrière, affirme ici sa manière personnelle et sa maîtrise indiscutable. Le caractère propre d’un chef d’œuvre, en architecture, aussi bien qu’en peinture, en musique ou en littérature, est de s’imposer à l’admiration de la foule de manière à être apprécié par les ignorants aussi bien que par les délicats. Le Petit Trianon jouit de ce privilège et de toutes les œuvres de notre architecture classique, c’est certainement celle dont les profanes saisissent le plus aisément le charme et l’harmonie. Quelle perfection ! Le soubassement a les deux tiers de l’ordonnance et la hauteur de l’attique est de un tiers par rapport à l’étage noble.

Mais il y a un passif à l’œuvre de Gabriel : c’est vrai, le château de Fontainebleau ne fut pas respecté. Il fallut détruire sous la consigne du roi la galerie d’Ulysse, la gallerie d’Ullice, comme on la trouve nommée dans la simplicité de l’orthographe du temps. Gabriel en est responsable, même s’il le fit sur ordre : disparue à jamais la galerie décorée par Nicola dell Abate sur les dessins du Primatice, qui fut l’école de la peinture française : admirée par Poussin, par Rubens qui en en copia les morceaux, et dont tous nos maîtres firent leur éducation. Gabriel donna en compensation -mais c’est bien insuffisant car le dommage était irréparable- la salle du Conseil et la Chambre du roi. Dans cette dernière, j’ai observé que c’est la porte, qui remontait au temps de Louis XIII, qui donne le thème des panneaux de boiseries que Verberckt a sculpté. Si c’est un larcin, on ne pouvait le prendre à un meilleur endroit ; si c’est un hommage, il nous signale que Gabriel n’a pas voulu que tout ce décor renaissant disparût pour jamais.
En revanche, inscrire une seconde fois Gabriel dans le livre infamant du vandalisme pour la destruction de l’escalier des Ambassadeurs à Versailles est plus contestable, mais c’est un vaste débat !"

Amusons nous !
« Gabriel n’avait jamais fait l’objet d’une biographie un peu détaillée[4]. Les dictionnaires sont inexacts ou incomplets ; le portrait de Greuze qu’on vous donne partout pour celui de Gabriel est le portrait d’un illustre inconnu ! Le seul portrait certain d’Ange-Jacques est le buste que sculpta Lemoyne, qui est au Louvre. Les documents les plus intéressants, c’est une Anglaise, lady Dilke, qui les a trouvés et qui les a donnés dans un ouvrage plus général sur l’architecture française[5]. Une Anglaise, et même pas une historienne, un amateur, comme moi ».
Je vis passer une ombre sur son visage.
« Non, je n’ai pas été un dilettante, les recherches m’ont coûté ; j’ai travaillé comme un étudiant, fouillant aux cartons des Archives nationales, au Cabinet des Estampes et à la Bibliothèque nationale ; j’ai persécuté les notaires, demandant des contrats ensevelis sous plus de paperasse qu’il n’y a de sable dessus les sarcophages d’Egypte ! J’ai recopié les inventaires, les testaments. Tout est de première main, tout ce que j’ai trouvé n’avait jamais été exploité. Les professeurs seront obligés de citer mon ouvrage, même si cela doit leur déchirer la bouche.
Souvent, la prose de l’amateur sent la peinture fraîche : des connaissances apprises d’hier et dont l’assimilation hésitante se trahit de mille façons. Je trouve que mon livre n’est pas cela. Mais pour le milieu des historiens d’art, je ne suis ni savant, ni critique, ni même écrivain d’art. L’histoire de l’art ne laisse aujourd’hui aucune place à l’amateur : on tolère le curé qui fait l’histoire de son église, la dame un peu toquée qui fait la généalogie de sa famille, mais l’amateur est réputé n’avoir pas les qualifications, c’est-à-dire ni les connaissances ni les méthodes pour s’attaquer aux sujets de prestige.
Sa place n’est marqué que si, fortuné, il a donné, et s’est gardé d’écrire ; dans ce cas-là on pose une plaque en bronze et tout le monde est content[6]. Il est à l’histoire de l’art ce que le rebouteux est à la médecine moderne : le témoignage inquiétant, voire dangereux de l’âge obscur de la discipline, et une menace professionnelle. Qui osera ouvrir dans les manuels d’histoire de l’art un chapitre sur les amateurs ?
J’étais confiant au temps où j’écrivais Ange-Jacques Gabriel. Les pamphlets à la fin du XVIIIème siècle incriminaient déjà les gabriélistes ; les critiques me traitèrent de gabriélâtre. Cela ne me faisait rien.
Je pensais avoir édifié un manifeste à l’art classique, je pensais avoir écrit une œuvre solide comme la pierre. C’était très prétentieux. Au moins aurai-je rendu au public les noms un peu oubliés de ceux qui furent au cœur de ces chantiers et dont nous sentons le génie : Verberckt et Rousseau pour les boiseries, Oudry, Carle Van Loo pour les peintures, pour la sculpture Falconet et Pigalle...
Ai-je porté les dernières chances de l’art classique ? Au lieu de cela voyez comme l’époque dégénère : le moderne triomphe et on me confond avec un certain Laurent Fels qui écrit sur les cubistes. L’art moderne déferlait sur le monde et je lui criai qu’il eût à se retirer ! C’était cela la chimère ! Dame ! C’était en 1912, j’étais confiant ! Je ne le suis plus. »
J’observais un silence convenable à cette déploration finale quand le comte me tendit un exemplaire du livre.
« Vous lisez le latin, monsieur Cardinale ? «
Je lus : A monsieur Cardinale, Poterunt discussis forte tenebris  Ad purum priscumque iubar remeare nepotes. »
Soudain une cavalcade, des bruits et des rires arrivèrent jusqu’à nous et répondirent drôlement à des  pronostics qui me ramenait à la fois aux âges sombres de la civilisation –je sentais que c’était à cela que devait se référer ce tenebris-  et à d’épouvantables souvenirs de version latine.
« Allons, dit le comte, je crois qu’on se remue au salon et que l’heure des cocktails est arrivée. Cocktails : peut-être entendez-vous mieux l’anglais que le latin ? « 

[1] Jacques-Ange Gabriel, premier architecte du roi, Emile-Paul, 1912. La deuxième édition  (Henri Laurens, 1924) que j’ai utilisée pour cette chronique, a été enrichie par l’auteur, particulièrement dans sa partie consacrée aux jardins.
[2] La loi du 10 aout 1927 réduisit de dix à trois ans le période de séjour pour être naturalisé français. Il n’est pas certain que le nationalisme ombrageux du comte s’en trouvât content.
[3] Jean de Bonnefon, La Ménagerie du Vatican ou le Livre de la noblesse pontificale, 1906, disponible sur Gallica.
[4] Il faudra attendre 1933 avec Ange-Jacques Gabriel par Georges Gromont, pour avoir une étude comparable à celle du comte de Fels.
[5] Parmi les ouvrages les plus complets sur l’architecte, on peut mentionner Gabriel, par Jean-Marie Pérouse de Montclos, Editions du patrimoine, 2012 et Christopher Tadgell, Ange-Jacques Gabriel, A.Zwemmer, 1978
[6] En 1930, à la tête d’un comité de donateurs, c’est notamment la générosité du comte de Fels qui permit à l’Institut catholique de Paris de se doter d’une bibliothèque moderne qui porte encore son nom.

1 Commentaire

 

Christine Belcikowski

07/10/2020 à 09:07

Que d'esprit !

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Les Ensablés - Adieu mes quinze ans de Claude Campagne

Un chef-d’œuvre de la littérature jeunesse : Adieu mes quinze ans fut en 1960 un véritable phénomène éditorial : plus de 650.000 exemplaires écoulés. Le livre fut traduit en 11 langues et adapté en un feuilleton de 10 épisodes qui fit les beaux jours de l’ORTF au tout début des années 70. Il faut croire que ce roman sur l’adolescence possédait quelque chose de particulier qui avait pu toucher toute une génération. Elle se retrouvait dans le portrait de Fanny, l’héroïne du roman qui voyait du jour au lendemain sa vie bousculée avec l’apparition de deux êtres et d’un secret. Mais quoi ? Par Denis Gombert

27/11/2022, 11:34

ActuaLitté

Les Ensablés – Stephen Hecquet, vie et trépas d’un maudit de Frédéric Casotti

Stephen Hecquet, avocat, écrivain… Pour beaucoup, ce nom ne dit plus rien. Auteur d’une dizaine de romans publiés dans les années cinquante, il est pourtant considéré comme l’un des membres de ce groupe que Bernard Frank appela les « hussards ». Ses romans n’ont jamais été réédités (sauf en 1993 pour « Les collégiens »). Début 2022, est parue chez Séguier une courte et bienvenue biographie de Stephen Hecquet par Frédéric Casotti intitulée Stephen Hecquet, vie et trépas d’un maudit, dont les Ensablés se devaient de rendre compte, d’autant qu’en 2013 notre ami Henri-Jean Coudy (dont les parents connaissaient bien Hecquet) avait déjà fait un article à propos d’Anne ou le garçon de verre.

13/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Régis Messac et le polar lettré, par François Ouellet

Romancier, essayiste, pamphlétaire, journaliste, professeur, historien de la littérature populaire, du roman policier et de la science-fiction, rédacteur en chef des Primaires, revue de gauche anticléricale, syndicale et pacifiste, etc., Régis Messac (1893-1945) a été de bien des engagements littéraires et politiques. Par François Ouellet.

30/10/2022, 09:22

ActuaLitté

Les Ensablés : Passage des émigrants, de Jacques Chauviré

Prendre soin des seniors, des anciens, du quatrième âge, des personnes âgées, bref : des vieux, problème de société rebattu, mais irrésolu, au parfum de désolant scandale malgré d’indéniables avancées... En 1977, paraissait sur ce sujet Passage des émigrants, un remarquable roman écrit par un médecin, Jacques Chauviré (1915-2005), dernier d’une trilogie mettant en scène le parcours du Dr Desportes, médecin du travail puis gériatre. Par Marie Coat.

09/10/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Un jardin pour l'éternel, de Jean Carrière

« Tout a commencé en Champagne, fin mars 1915, lors de l’offensive menée par Joffre. Durant l’attaque, Pierre-Ézéchiel Séguier eut la moitié inférieure de sa jambe fracassée par un éclat d’obus. Il fallut l’amputer […] Il ne restait plus assez de morphine. […] “Je suis fait au fer et au sang”, rétorqua le blessé avec la raideur de ceux qui méprisent les faiblesses du corps et de l’âme. » Par Carl Aderhold

25/09/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Greco (1931) de Camille Mauclair, seconde partie

En 1905, Camille Mauclair, sentit qu’avec le fauvisme et le début du cubisme en 1905, apparaissait un nouveau paradigme, auquel il était incapable en tant que critique de donner une réponse. Et cette incapacité signa la rupture de Mauclair avec l’art moderne.  En 1931, il écrira un ouvrage critique sur le Greco, dont l’originalité le confrontera à nouveau au problème de la rupture de la tradition dans l’art pictural. Ceci est la deuxième partie de notre article (voir la première partie). Par Antoine Cardinale

04/09/2022, 14:40

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Greco (1931) de Camille Mauclair (1/2)

En 1905, Camille Mauclair (1872-1945), sentit qu’avec le fauvisme et le début du cubisme en 1905, apparaissait un nouveau paradigme, auquel il était incapable en tant que critique de donner une réponse. Et cette incapacité signa la rupture de Mauclair avec l’art moderne. En 1931, il écrira un ouvrage critique sur le Greco, dont l’originalité le confrontera à nouveau au problème de la rupture de la tradition dans l’art pictural. Cet article paraît en deux parties. La seconde est programmée pour la semaine prochaine. Par Antoine Cardinale

 

21/08/2022, 12:20

ActuaLitté

Les Ensablés - Ma vie entre les lignes d'Antoine Blondin

Les vacances sont là, et pour ceux qui aiment ou ne connaissent pas Antoine Blondin (il aurait cent ans cette année...), l'occasion rêvée de (re) découvrir ses chroniques publiées entre 1943 et le début des années 80. Les éditions de La Table Ronde ont eu la bonne idée de les rééditer dans sa collection "La petite Vermillon. Pour un prix modique (11,2 euros), un plaisir assuré, à goûter sous les tilleuls en buvant un petit blanc sec, bien glacé, à la santé de ce cher Blondin pour qui la littérature était exigence mais aussi amitié. Hervé BEL

07/08/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - L'Abbaye d'Evolayne de Paule Régnier (1888-1950)

Je ne sais plus où et quand je suis tombé sur ce livre L’abbaye d’Evolayne de Paule Régnier (Grand prix de l’Académie Française 1933), avec sa couverture jaune défraichie des éditions Plon. Longtemps, je l’ai gardé dans mes réserves : j'avais d’autres priorité de lectures. Il y a peu, fouillant ma bibliothèque, je l’ai redécouvert, l’ayant totalement oublié. Allons, il fallait quand même me renseigner sur cette Paule Régnier ! Le destin tragique de cet auteur, il faut bien le dire, m’a conduit à lire enfin son roman. Ce n’est pas un chef-d’œuvre, j’en conviens, il peut paraître dépassé, appartenir à un autre monde (mais n’est-ce pas après tout un motif de le parcourir ?), mais il palpite dans ce texte quelque chose de bouleversant et de prenant. Par Hervé BEL

24/07/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les Javanais de Jean Malaquais (1908-1998)

Dans ces temps de résurgence de nationalismes, chauvinismes et prurits identitaires, la littérature nous offre heureusement quelques pépites à leur encontre… Figure en bonne place parmi ces romans salutaires une œuvre qui obtint un franc succès juste avant le deuxième guerre mondiale : refusé par Gallimard, publié par Denoël, le roman «Les Javanais» fut couronné du prix Renaudot en 1939 et traduit en plusieurs langues. Par Marie Coat

03/07/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés : Echec au temps de Marcel Thiry (1897-1977)

Sur la plaine de la bataille de Waterloo, une aigle impériale trône au sommet de la butte monumentale. Le 18 juin 1815, c’est Napoléon qui a remporté cette victoire décisive. Plus d’un siècle après les faits, le descendant d’un capitaine anglais est résolu à corriger l’erreur de son ancêtre, qui avait donné de mauvaises informations à Wellington et précipité la défaite des Alliés. L’invention d’une machine à remonter le temps lui permet de tenter une modification avec ses amis, mais à quel prix et pour quelles conséquences historiques et humaines ? Par Louis Morès

19/06/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Suzanne Chantal et Le roman de Lisbonne, 1940

Spécialiste du Portugal où elle a vécu une bonne partie de sa vie, Suzanne Chantal (1908-1994) a notamment publié une Histoire du Portugal (Hachette, 1965), que précédait La vie quotidienne au Portugal après le tremblement de terre de Lisbonne de 1755 (Hachette, 1962). Vers la fin de sa vie, elle publiera un roman historique (Ervamoïra, éd. Olivier Orban, 1982), qui raconte, autour de l’évolution d’une famille sur six générations, l’histoire du vin de Porto, avec ses luttes, ses négociants, ses propriétaires, etc. Par François Ouellet

05/06/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Fil d'or, de Susy Solidor (1900-1983)

Suzy avait de grandes jambes. Longues et musclées, assez affolantes. Et un nez fort, signe de caractère. Une blondeur pâle, des yeux délavés par la mer, une frange au carré, du talent et de l’énergie à revendre. Introduite dans les milieux parisiens par Yvonne de Bremond d’Ars, célèbre antiquaire, Suzy va vite mettre Paris à ses pieds. Symbole de la « garçonne » des années folles, Suzy Solidor s’illustra comme actrice et comme chanteuse dans les années 30 et 40.  Mais peu le savent, la grande Suzy fut aussi romancière. Par Denis Gombert

22/05/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les saints vont en enfer, de Gilbert Cesbron

Ses romans ont connu de grands succès de librairie, vendus à plusieurs reprises à plus de 1 million d’exemplaires, et même largement au-delà (Chiens Perdus sans Collier, porté au cinéma avec Jean Gabin dans le rôle principal frôla les 4 millions d’exemplaires). Gilbert Cesbron (1911-1979) a donc été un écrivain célèbre dans la deuxième moitié du XX siècle ; il est aujourd’hui inconnu des moins de cinquante ans, un cas exemplaire d’ensablé et peut être d’enterré. Par Henri-Jean Coudy

08/05/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Direction Etoile (1937) de Francis de Miomandre

Les éditions de l’Arbre Vengeur nous ont donné une réédition de Direction Etoile, de Francis de Miomandre (1880-1959). Bernard Quiriny, par ailleurs biographe de Henri de Régnier, auteur cher aux Ensablés , signe une préface pleine d’humour ; les dessins de Regis Lejonc accompagnent merveilleusement le lecteur dans ce conte désenchanté. Puisse cette réédition rendre de nombreux lecteurs au sixième lauréat du prix Goncourt ! Par Antoine Cardinale.

 

24/04/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les enfants aveugles, de Bruno Gay-Lussac (1918-1995) par Hervé Bel

C’était il y a peu dans le 6ème arrondissement, un samedi, jour béni entre tous puisque le dimanche nous protège encore du lundi. En passant devant la librairie « Le dilettante », maison d’édition dont les Ensablés affectionnent les publications, je tombe sur des bacs remplis de livres d’occasion. L’un d’eux attire mon attention : « Les enfants aveugles » d’un certain Bruno Gay-Lussac, avec une introduction de François Mauriac. Mauriac? Il fallait que ce roman oublié ait quelque qualité... Alors je l’ai acheté. Par Hervé Bel 

10/04/2022, 09:00

ActuaLitté

“Raymond Schwab : mystification littéraire d’un génie méconnu” par François Ouellet

Les Sept dormants (1896), Confession de Sainte-Croix (1902), les deux volumes de poèmes Feuilles sous la glace écrits entre 1899 et 1913 ou encore l’autobiographie posthume Mon Bourreau, vous connaissez ? Ce sont quelques-unes des œuvres du poète Mathias Crismant (1882-1913), dont Raymond Schwab (1884-1956) entreprit de raconter la vie singulière et tourmentée dans un livre simplement intitulé Mathias Crismant, paru chez Plon en 1925. Par François Ouellet.

27/03/2022, 08:25

ActuaLitté

Les Ensablés - Avec le feu de Victor Barrucand (1864-1934)

« Décennie de la bombe», les dernières années du 19ème siècle furent marquées en France par l’anarchisme insurrectionnel: attentats à la dynamite, assassinat du Président Carnot et autres pratiques de «propagande par le fait», dans un pays par ailleurs perturbé par d’autres mouvements révolutionnaires et déchiré par l’affaire Dreyfus. Remettant en cause la logique de subordination des gouvernés aux gouvernants, l’anarchisme -malgré sa violence terroriste et une certaine naïveté idéologique- fascine nombre d’intellectuels et artistes tel que Mallarmé («Le poème est comme une bombe»). Par Marie Coat

 

13/03/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Siège de Bruxelles (1996) de Jacques Neirynck

Au milieu des années 1990 paraît ce détonnant roman à clefs, une politique-fiction imaginant la fin de la Belgique par la prise d’indépendance de la Flandre et le déclenchement d’une guerre civile dans la capitale. Soulevés par une atmosphère décliniste, violente et baroque, des personnages symboliques hauts en couleur discourent et agissent au nom de passions diverses, confrontés aux mystères du sens du hasard et de l’Histoire. Racontés a posteriori sous forme de mémoires, ces événements sont censés s’être déroulés en l’an 2007. Par Louis Morès. 

27/02/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - La psychanalyse de Freud de Pierre Janet, par Armel Job

Quand on parle de maladies mentales, s’il est un nom qui accourt spontanément sur toutes les lèvres, c’est bien celui de Sigmund Freud (1856-1939). Freud a été élevé au rang des grands génies de l’humanité pour avoir exploré un véritable continent, terra incognita avant lui, à savoir le monde de l’inconscient. La méthode psychanalytique qu’il mit au point s’est frayé un chemin dans cet univers ténébreux afin d’en révéler les mystères. De nos jours, le public cultivé pourra citer quelques noms supplémentaires des explorateurs de ce monde parmi les disciples ou les épigones du maître viennois, tels Jung, Adler, ou Lacan. Mais qui se souvient de Pierre Janet ? Par Armel Job, écrivain

06/02/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés – Hélène ou la solitude, de Jean Gaulmier

Roman fleuve, roman monde, Hélène ou la solitude de Jean Gaulmier avait il y a quelques années déclenché l’enthousiasme de notre ami et fondateur des Ensablés, Hervé Bel. Son engouement a suscité l’envie d’un éditeur, en l’occurrence les éditions de la Belle Étoile, de republier cet ouvrage. Que cet éditeur soit ici remercié d’avoir fait confiance au goût d’un lecteur pour prendre un tel pari. Doublement remercié même, car ce roman mérite assurément de sortir du petit cercle des amateurs éclairés auxquels il était jusqu’alors confiné pour être désormais disponible auprès d’un public plus large. Par Carl Aderhold, écrivain.

23/01/2022, 10:17

ActuaLitté

Les Ensablés - On ne revient pas, le roman exupérien d'Hélène Froment

Hélène Froment (1908-2003), auteure d’un excellent premier roman paru chez Gallimard en 1941, On ne revient pas, est le pseudonyme d’Hélène Jaunez, qui a épousé l’aristocrate Jean de Vogüé (futur chef de la Résistance) en 1927. Dite Nelly de Vogüé, elle est surtout connue pour avoir été la maîtresse de Saint-Exupéry à partir de leur rencontre chez Louise de Vilmorin en 1929, deux ans avant le mariage de l’écrivain avec Consuelo. En 1949, cette fois-ci sous le pseudonyme de Pierre Chevrier, Nelly va lui consacrer un ouvrage, Antoine de Saint-Exupéry (Gallimard, 1949), et sera responsable de l’édition posthume de Citadelle (1948) et des Carnets (1953) de l’écrivain. par François Ouellet.

02/01/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Batouala (1921) de René Maran (1887-1960)

Les Ensablés ont le plaisir d'accueillir aujourd'hui dans leur rubrique Marie Coat, grande lectrice, qui nous fera partager au fil du temps ses découvertes. Merci à elle. Il y a tout juste un siècle, le 14 décembre 1921, le prix Goncourt fut attribué à René Maran, administrateur des colonies, pour son roman Batouala, proposé au jury par Henri de Régnier. Par Marie Coat

19/12/2021, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Amour étrusque (1898) de JH Rosny aîné (1856-1940)

La littérature française est riche d’innombrables récits tirés de l’Antiquité grecque ou romaine. Sans remonter aux Aventures de Télémaque, nous avons tous lu La Venus d’Ille de Mérimée et son cruel dénouement, Gautier et Arria Marcella, Dumas et sa sulfureuse Acté et bien entendu Salammbô dans lequel Flaubert, de son aveu même, voulut appliquerà l’Antiquité les règles du roman moderne. L’Antiquité comme décor fabuleux et comme recueild’exemples politiques, mais aussi l’Antiquité onirique, féroce et sensuelle dont les jeunes latinistes découvraient avec ébahissement qu’elle reposait, au sens chrétien, sur une immoralité sans limite. Par Antoine Cardinale.

05/12/2021, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Quinze rounds de Henri Decoin

Henri Decoin a connu plusieurs vies. Il fut tour à tour sportif de haut niveau – et le livre du jour fera montre de la science qu’il avait du noble art, la boxe -, héros de guerre, journaliste et cinéaste. Il fut aussi romancier. L’arbre vengeur a la bonne idée de rééditerune petite pépite, Quinze rounds, récit retraçant l’histoire d’une rencontre de boxe commentée par un boxeur sur le ring en temps réel. L’expérience littéraire y croise étonnamment les gants avec l’expérience sportive. Par Denis Gombert

21/11/2021, 09:19

ActuaLitté

Les Ensablés – Les Maîtres du vertige, six romans de “merveilleux scientifique”

L’Arbre Vengeur, jamais en reste pour nous surprendre, nous offre aujourd’hui un très beau livre (sur la forme et le fond), Maîtres du Vertige, qui regroupe six romans de science-fiction — ou plutôt de « merveilleux scientifique », ayant été écrit par des auteurs de langue française du début du vingtième siècle… L’occasion, pour tous les curieux, épris de bonne littérature, de découvrir, non plus un seul auteur oublié, mais toute une littérature « ensablée », un continent, aurais-je envie de dire, dont j’ignorais jusqu’à l’existence. Par Hervé Bel.

08/11/2021, 16:26

ActuaLitté

Les Ensablés – La Cité ardente d’Henry Carton de Wiart (1869-1951)  

La ville de Liège doit son célèbre surnom au titre de ce roman historique publié en 1905 (Paris, Perrin) par le comte Henry Carton de Wiart, le premier d’une série de cinq livres constituant le « cycle de la Destinée nationale ». L’ambition de l’auteur, qui s’apprête à occuper d’importantes fonctions gouvernementales au seuil de la guerre, est de renforcer le sentiment national belge en illustrant littérairement des épisodes de vaillance, de courage et de résistance puisés dans l’Histoire. Par Louis Mores

24/10/2021, 16:00

ActuaLitté

Les Ensablés - La grande peur dans la montagne (1925) de Charles-Ferdinand Ramuz

L’œuvre de Ramuz comprend une vingtaine de romans. La grande peur dans la montagne est un texte de 1925 qui fait montre d’une grande maturité d’un auteur qui a entamé une carrière littéraire à Paris en 1900, à l’âge de vingt ans. Cependant, à Paris, là où son éditeur Bernard Grasset lui demandera toute sa vie de « se montrer », Charles Ferdinand Ramuz aura à cœur de toujours se mettre en retrait des mondanités. Par pudeur ainsi que par méfiance de la corruption urbaine, Ramuz est avant tout un homme de la terre. Par Denis Gombert

11/10/2021, 16:51

ActuaLitté

Les Ensablés - L’univers sévère et lumineux de Maria Borrély (1890-1963)

Maria Borrély, le nom n’est pas connu. Pourtant, il devrait !...Il est toujours émouvant de découvrir des auteurs du passé. Je ne parle pas d’auteurs renommés qu’on lit pour la première fois, mais de ces auteurs complètement oubliés, que plus personne ne lit depuis longtemps, si tant est qu’ils ont déjà été lus. Par François Ouellet. 

27/09/2021, 09:39

ActuaLitté

Les Ensablés - Les quatre éléments (1935) d'André Chamson (1900-1983)

« Mort sont les beaux diseurs/Mais le livre est écrit/Morts sont les bâtisseurs/mais le temple est bâti » (F.Mistral) André Chamson fit un voyage au Japon qu’il relate dans ses souvenirs. Nous avons été naturellement chez les geishas qui ne sont pas ce que l’on peut croire. La fille qui était venue sur le tatami pour allumer ma cigarette m’a dit « Monsieur, j’ai lu votre livre les Quatre éléments ». Les quatre éléments étaient devenus « le soleil, la rivière, la montagne » et je ne sais plus quoi… Par Antoine Cardinale

12/09/2021, 14:02

ActuaLitté

Les Ensablés – La Rédemption de Mars de Pierre Nothomb (1887-1966)

Au sortir de la Première Guerre mondiale, durant laquelle il a travaillé pour le Gouvernement belge en exil au Havre (Sainte-Adresse) et publié des essais défendant et illustrant les positions de son pays, Pierre Nothomb (1887-1966) mène une vie littéraire entre la Belgique et la France et fait notamment paraître à Paris le roman La Rédemption de Mars (Paris, Plon, 1922). Par Louis Morès.

18/07/2021, 10:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Prétextat, de Pierre Bost (1901-1975)

Nos fidèles lecteurs n'ignorent pas que nous aimons Pierre Bost (1), écrivain d'avant-guerre devenu scénariste célèbre après 1945, et que nous aimons aussi les Editions de la Thébaïde qui, il y a deux ans, ont publié un recueil de nos articles sur les écrivains oubliés (Lectures en stock). Il était donc évident et naturel que nous parlions aujourd'hui de la réédition de Prétextat (1925) de Pierre Bost, d'autant plus que la préface a pour auteur François Ouellet, chroniqueur des "Ensablés", et par ailleurs grand spécialiste de l'écrivain. Par Hervé Bel.

27/06/2021, 13:22

ActuaLitté

Les Ensablés – La Maison Camille, (1935) de Henri Duvernois

Les fidèles de notre rubrique se rappelleront que nous avons déjà chroniqué deux romans de cet auteur prolixe (Edgar, L’homme qui s’est retrouvé) mort en 1937, juste avant la guerre ; ce qui lui fut peut-être fatal, car, en 1945, on était passé à un autre monde, pas forcément meilleur. À côté de Camus, Sartre, et tant d’autres, Duvernois ne faisait plus très sérieux, d’autant que l’homme, dans sa vie comme dans ses écrits, avait toujours imité la légèreté. Je dis « imité » à dessein, car l’œuvre de Duvernois, sous des apparences d’ironie et de comique, dissimule une profonde mélancolie, une réflexion désabusée sur l’homme. Par Hervé Bel.

06/06/2021, 19:41

ActuaLitté

Les Ensablés - Voyage d’un livre à travers la Bibliothèque Nationale de  Henri Beraldi

Exhumé de l’oubli, ce petit texte écrit par un bibliophile passionné raconte et s’inquiète de la croissance des arrivées des livres en masse à la Bibliothèque Nationale. Nous sommes à la fin du XIXe siècle et la noble institution enregistre déjà 500.000 références disponibles (14 millions aujourd’hui !). « La vérité, annonce l’auteur, est que, de ces espaces, aujourd’hui, il n’y en a plus. La Bibliothèque est pleine, archipleine, bondée, bourrée jusqu’à refus. » Voyage au cœur de la Bibliothèque, ogre-machine qui tourne à plein régime. 

23/05/2021, 20:41

ActuaLitté

Les Ensablés - Hiver 1814, de Bernard Michel, la Campagne de France

Les Ensablés ont plusieurs fois évoqué Napoléon pour rappeler que dans sa jeunesse, il avait écrit des nouvelles, et qu’à Sainte-Hélène, il avait retrouvé son désir d’écrire et pu assouvir sa passion pour la lecture. Il faut lire Le Mémorial pour mesurer l’étendue de sa culture littéraire. Il profita de son inactivité pour écrire quelques ouvrages, dont une étude sur « La guerre des Gaules », et une espèce de fiction sur son exil à Sainte-Hélène. Par Hervé Bel

 

09/05/2021, 10:22

ActuaLitté

Les Ensablés - Black (1858) d’Alexandre Dumas (1802-1870)

« Pas de mystère, pas de souterrain, pas de ténèbres dans cette œuvre ; partout le rayonnement, partout le plein midi », disait Victor Hugo. L’œuvre d’Alexandre Dumas n’intéresse pas l’Histoire de l’art. En 1840 certes, résidant à Florence, il lui fut commandé, pour la somme considérable de dix mille francs, un ouvrage sur la galerie des Offices. La description des trois cent cinquante portraits de peintres qui sont dans ce fameux musée devait former L’histoire biographique et anecdotique de la peinture depuis huit siècles. Par Antoine Cardinale.

25/04/2021, 10:12

Autres articles de la rubrique Livres

ActuaLitté

Véronique Ovaldé laisse s'exprimer la Fille en colère sur un banc de pierre

BONNES FEUILLES - Quand elle décroche, Aïda entend sa sœur lui lancer un grotesque « coucou » ; on ne dit pas coucou à quelqu’un qu’on n’a pas vu (et pas voulu voir) pendant quinze ans. 

27/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Thibaut Solano met Clermont à l'épreuve dans Les Dévorés

BONNES FEUILLES - Un roman social avec comme toile de fond le mouvement des gilets jaunes et la sauvagerie d'un grand méchant loup moderne. 

27/11/2022, 08:00

ActuaLitté

Rodolphe Danjou imagine Ces vies d'où l'on vient

BONNES FEUILLES - Faut-il retourner aux sources pour rebattre les cartes ? Faut-il revenir d’où l’on vient pour tout recommencer ? Tel est le pari d’Adrien, quadra. 

26/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Mickaël Brun-Arnaud explore Les vallées closes

BONNES FEUILLES - On pardonne rarement à celui qui s'éloigne du troupeau. Une tragédie moderne et poignante sur le déterminisme social. 

26/11/2022, 08:00

ActuaLitté

Le temps des orphelins, autofiction de Claude Rodhain

Avocat honoraire, désormais installé dans les Bouches-du-Rhône, Claude Rodhain a fort bien évoqué son parcours d’enfant abandonné devenu notable dans Le Destin bousculé, autobiographie parue chez Robert Laffont en 1986, deuxième prix des lectrices du magazine Elle, succès de librairie. Vingt-six ans plus tard, l’homme revient avec une suite, plus romancée, plus sombre aussi. Texte d'Étienne Ruhaud.

25/11/2022, 15:35

ActuaLitté

Meilleures ventes : l'éternel effet prix

On le sait, nous le savons, ils savent. Les prix littéraires ont une influence considérable sur les meilleures ventes des livres, en fin d'année. Alors un prix Goncourt à un petit mois de Noël, c'est quasi synonyme de première place au classement. Cette année, c'est Brigitte Giraud qui en profite : son roman Vivre vite (Flammarion) a convaincu 24.048 lecteurs cette semaine.

25/11/2022, 12:22

ActuaLitté

Eric Faye présente sa petite saga des années 2010

BONNES FEUILLES - Dans les années 2010, un journaliste vit, de l’intérieur, les convulsions de l’entreprise de presse dans laquelle il travaille depuis de nombreuses années : rachat, brutalité managériale, obsession du profit envers et contre tout... 

25/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Boris, 1985 : un premier “je” pour Douna Loup

BONNES FEUILLES - Janvier 1985. Boris Weisfeiler, quarante-quatre ans, disparaît dans le Chili de Pinochet. Né en URSS au sein d’une famille juive, ce surdoué des chiffres s’exile aux États-Unis pour pouvoir exercer librement les mathématiques. 

25/11/2022, 08:00

ActuaLitté

Nesrine Slaoui à la croisée des vies d'Anissa et de Nora avec Seule

BONNES FEUILLES - À la mort d'Anissa qu'elle était trop loin pour empêcher, Nora décide d'en finir radicalement avec la violence des hommes.

25/11/2022, 07:30

ActuaLitté

Moïse ou la Chine, un monde sans Dieu

Le titre est lié à une pensée de Pascal, qu'il a ensuite raturée : « Lequel est le plus croyable des deux ? Moïse ou la Chine ? ». L’enjeu, mettre Dieu en comparaison, est de taille ! Et propre à effrayer. François Jullien pratique un vis-à-vis des deux cultures, il ne les mesure pas, ne mesure pas leur distance, leurs écarts, il ne les frotte pas l’une contre l’autre ni pour faire des étincelles, ni pour les faire briller. S’il dit l’une de la fenêtre de l’autre, en alternance et réciprocité, c’est pour les écrire au mieux, les décrire mieux. Texte d'Orelien Péréol. 

24/11/2022, 15:38

ActuaLitté

Une somme humaine : coup de projecteur sur l’humanité

La narratrice n’est jamais nommée, pourtant c’est l’entièreté de sa vie qu’elle offre à travers le voile de la mort. Son passé, ses pensées, ses espoirs et ses déboires, mais aussi une vision de l’humanité — crue, accusatrice, féroce. Son récit débute avec la fin de sa vie : le souhait de disparaître, ces moments où elle imagine comme s’y prendre, puis le saut sur les rails, devant un train à Paris, cette ville devenue son refuge face à une enfance d’une violence inouïe.

24/11/2022, 12:17

ActuaLitté

Isabelle Rodriguez dévoilent Les Orphelines du mont Luciole

BONNES FEUILLES - Un retour envoûtant sur les lieux de l’enfance et l’imaginaire qui s’y déploie. Une supplique pour que la mémoire des campagnes ne s’efface jamais.

24/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Samuel Dock fait la lumière sur une triste vérité avec L'enfant thérapeute

BONNES FEUILLES - Quand faire le deuil de son enfance implique de faire celui de l’enfance que sa propre mère n’a jamais eue. Samuel Dock livre un récit poignant sur l’enfance maltraitée, ses saccages, la reconstruction et la puissance du lien filial.

24/11/2022, 08:00

ActuaLitté

Trillion game : gagner 1000 milliards de dollars à partir de rien  

Haru et Gaku, meilleurs amis depuis le lycée, tentent de trouver leur premier emploi. Ils visent tous deux la prestigieuse Dragon Bank – mais beaucoup trop introvertis, Gaku échoue lamentablement à l’entretien. Ce n’est pas ça qui va les séparer ! Haru leur lance un défi : à eux deux, ils vont monter une boîte, et obtenir 1000 milliards de dollars.

23/11/2022, 15:22

ActuaLitté

Héliotrope, l’amour déjanté

Le prolifique Joann Sfar commence une nouvelle série fantastique en collaboration avec Benjamin Chaud. Le Tome 1 d’Héliotrope, publié en juin 2022 aux Éditions Dupuis (le T.2 ce 18 novembre), est empreint de toute la verve de Sfar. Mais convainc moins que la saga Petit Vampire

23/11/2022, 09:59

ActuaLitté

Le retour de Janvier ou la France des tempêtes

BONNES FEUILLES - Dans un monde qui refuse de voir son lent effondrement, l’odyssée de Janvier Bonnefoi pour rentrer chez lui et tenter de reconstruire sur les ruines. Un premier roman remarquable, d’une étonnante crédibilité.

23/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Les heures abolies, entre sauvagerie et civilisation

BONNES FEUILLES - Dans un golfe étroit veillé par des montagnes jumelles et des forêts ogresses, un couple traverse l’obscurité de l’hiver boréal pendant plusieurs semaines.

23/11/2022, 08:00

ActuaLitté

Sonia Mossé, biographie d'une reine sans couronne

Sans ambitionner d’être catalogué biographe, Gérard Guégan s’est montré fort habile, depuis une douzaine d’années, à filmer littérairement des Français au destin tragique : Jean Fontenoy, Aragon, Drieu La Rochelle, Théodore Fraenkel, qui avaient en commun d’être nés à l’extrême fin du XIXe siècle. Après eux, on espérait une femme. La voici enfin. Plus jeune que les précédents (née à Paris en 1917), belle et blonde, Sonia Mossé est juive comme Fraenkel et plus franchement homosexuelle qu’Aragon. Sa vie sera plus brève, puisque, arrêtée à Paris par des inspecteurs du service des Affaires juives, elle mourra gazée à Sobibór avec sa demi-sœur en 1943. Texte par Adrien Le Bihan.

22/11/2022, 12:33

ActuaLitté

Philippe Besson de retour : Ceci n'est pas un fait divers

BONNES FEUILLES - « Papa vient de tuer maman. » Passée la sidération, deux enfants brisés vont devoir se débattre avec le chagrin, la colère, la culpabilité. Et réapprendre à vivre.

22/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Sous les apparences, les vrais Monstres

Paris, dans la France du XVIIe siècle. Un lieu, à l’époque, où règnent le chaos et l’immondice en termes d’hygiène. Ici, tout est « gris, sale, étroit, boueux, disparate », au point que les rues et les parcs sont devenus les poubelles et les latrines des habitants — impossible, donc, de naviguer dans cette ville sans heurter ses narines ou crotter ses chaussures. Pourtant, au cœur de Paris se dresse Le Louvre, ce palais merveilleux de beauté et de parfums épicés, « une perle dans une huître ».

21/11/2022, 12:53

ActuaLitté

La Main de Dieu : l'Église, la mafia ou les deux

En ce matin de 13 janvier, après un bref passage au bureau, le Commissaire Soneri était parti faire un tour dans les rues de Parme pour faire passer sa mauvaise humeur quand le téléphone le ramena à la triste réalité : un policier l’appelait pour lui annoncer la découverte d’un cadavre échoué sur la grève de la Parma au niveau du Ponte di Mezzo. Comme il était juste à deux pas dudit pont, il put observer un moment, avec les badauds qui se délectaient du spectacle et immortalisaient l’instant avec leurs téléphones portables, l’agitation des agents autour du corps que la baisse du niveau de l’eau avait dû déposer là après les grosses pluies des jours précédents.

21/11/2022, 12:12

ActuaLitté

Zanzibar, l'autre voie d'Altaïr Despres

BONNES FEUILLES - Ce premier roman raconte une île tropicale d’une beauté franche et sale, théâtre de rencontres exaltées entre des jeunes Européennes qui ont tout plaqué pour faire leur vie loin de chez elles, et des beach boys, décidés à saisir les opportunités laissées par un tourisme écrasant.

21/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Les désobéissantes dévoilent les secrets de Marcus Solar

BONNES FEUILLES - On dit de lui qu’il a eu mille vies. Une enfance passée à l’orphelinat, une jeunesse marquée par le succès et, au faîte de sa gloire, des fiançailles avec une riche Américaine.

21/11/2022, 08:00

ActuaLitté

Le Roitelet, de l'oiseau fragile au roi sans prestige

BONNES FEUILLES - Un homme vit paisiblement à la campagne avec sa femme Livia, son chien Pablo et le chat Lennon. Pour cet écrivain parvenu à l’aube de la vieillesse, l’essentiel n’est plus tant dans ses actions que dans sa façon d’habiter le Monde, et plus précisément dans la nécessité de l’amour.

21/11/2022, 07:00

ActuaLitté

Défaire l'amour : l'art de l'autosabotage amoureux

BONNES FEUILLES - À vingt ans, fuyant Paris et mon chaos intérieur, je débarquai dans un Istanbul en pleine effervescence. 

20/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Ta seule issue, un premier thriller glaçant pour Giles Kristian

BONNES FEUILLES - Une nature hostile. Un tueur impitoyable. Qui sera la proie ?

20/11/2022, 08:00

ActuaLitté

Les Ravissements, ou le "réalisme magique" de Jan Carson

BONNES FEUILLES - Hannah, le personnage principal des Ravissements, est une petite fille de onze ans née dans une famille de fondamentalistes protestants – les chrétiens charismatiques évangélistes – à Ballylack, un village imaginaire d’Irlande du Nord, qui n’est pas sans rappeler Ballymena, où est née l’écrivaine, elle-même issue d’une famille presbytérienne très stricte.

19/11/2022, 09:30

ActuaLitté

La Promesse d'un homme par Marie de Lattre

BONNES FEUILLES - La Promesse raconte le destin de quatre adultes et d'un enfant pendant la Seconde Guerre mondiale et ses lendemains, tous liés par un secret qui, encore aujourd'hui, stupéfie.

19/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Lettre à Vouchka, "La quête du pardon ne doit pasêtre une figure de style"

BONNES FEUILLES - Un deuil. De cette séparation brutale renaît progressivement un chaos de souvenirs fait de lieux revisités, de rencontres, de conversations à bâtons rompus, où la stricte chronologie cède aux caprices de la mémoire.

19/11/2022, 08:00

ActuaLitté

Bambine, la vie au féminin d'Alice Ceresa

BONNES FEUILLES – Avec un regard désenchanté mais d’une précision chirurgicale implacable, et maniant une ironie savamment dissimulée, Alice Ceresa dresse le portrait intimiste d’une famille ordinaire, pour mettre au jour la structure profonde de la famille patriarcale et l’aliénation qui, inexorablement en découle.

19/11/2022, 07:30

ActuaLitté

Modernité du livre : de nouvelles maisons d’édition pour de nouveaux lectorats

BONNES FEUILLES – Le livre semble à la peine dans la société contemporaine, détrôné par les objets connectés. Les sondages inquiétants sur l'évolution de la lecture font apparaître un tassement du goût pour les livres, notamment chez les jeunes générations. 

18/11/2022, 11:56

ActuaLitté

Meilleures ventes : un prix littéraire, sinon rien ?

Noël approche, plus question de plaisanter : désormais, les prix littéraires s’imposent comme des bulldozers. Certes, le roman de Giuliano Da Empoli, Le mage du Kremlin (Prix de l’Académie française) déroule un 115.710 ventes cumulées. Mais le Prix Goncourt, Vivre vite de Brigitte Giraud, prend la tête des meilleures ventes de la semaine passée avec 19.228 exemplaires écoulés (35.503 ventes cumulées) – contre 16.436 pour Da Empoli. 

18/11/2022, 10:32

ActuaLitté

Un bon endroit pour vivre, un recueil de nouvelles hypnotisant et poétique

BONNES FEUILLES - Une cabane dans les arbres, une ancienne maison dans les montagnes, une piscine…

18/11/2022, 09:30

ActuaLitté

Les femmes de dispensaire : sur les docks de Hambourg

BONNES FEUILLES - Port de Hambourg, 1910. De retour de Londres qu’elle a dû fuir sous un faux nom, Anne Fitzpatrick retrouve sa ville natale, les docks flottants de Steinwerder, les quais et les canaux grouillant d’ouvriers et de mendiants et les splendides hôtels et boutiques chics des faubourgs mondains.

18/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Makeup with Mud : les visages sous le maquillage  

« Je te préfère au naturel. » Compliment ou injonction ? Miku n’a jamais très bien su se maquiller, mais ces derniers temps, elle se fait critiquer par sa supérieure au travail. Sauf que ses efforts sont sans cesse dénigrés par son petit ami… Suffoquant sous les critiques contradictoires, Miku ne sait plus où donner de la tête. Jusqu’à sa rencontre avec un beau jeune homme qui se maquille mieux que personne.

17/11/2022, 14:54

ActuaLitté

Les mémoires les plus controversés des athlètes professionnels

Il est courant de voir certaines personnes écrire une œuvre autobiographique où elles narrent : leurs parcours, expériences, réussites échecs, etc. Ceux qui s'adonnent à cet exercice de souvenir sont généralement des personnes célèbres dans un domaine ou dans un autre.

17/11/2022, 11:47