#Interviews

VanRah, créatrice de manga français, au pays des mythes légendaires

Avec Stray Dog et Ayakashi, Mortician est la troisième série de VanRah à paraître chez Glénat. Elle fait partie des pionnières du manga français, et participait à la conférence « Devenir mangaka en France » proposée par la maison lors de la Japan Expo au début du mois. Nous l’avons rencontrée par la suite pour revenir plus en détails sur son parcours hors du commun.

Le 19/07/2018 à 15:52 par Fasseur Barbara

0 Réactions | 4 Partages

Publié le :

19/07/2018 à 15:52

Fasseur Barbara

4

Partages

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
Ostéopathe pédiatre de formation, elle exerce toujours à l’heure actuelle. VanRah se met au dessin pour ses petits patients et continue de développer ce moyen d’expression en autodidacte auprès d’auteurs de comics américains. Elle avait exercé le métier d'encreuse pour le magazine Inkblazers, avant de se mettre au manga.
ActuaLitté : Lors de la conférence « Devenir mangaka en France », vous évoquiez le fait d’avoir fait partie de la première vague de mangakas français édités en France. Quelles difficultés avez-vous rencontré ?
VanRah : J’ai commencé à présenter mes titres aux maisons d’éditions françaises il y a 10 ans, en 2008. Seulement, à l’époque, il n’existait pas de section création de manga ni de ligne éditoriale dédiée chez les éditeurs de manière générale. Les publications résultaient essentiellement de rachats de licences depuis le Japon. J’essayais de percer dans un secteur qui ne publiait pas ce genre d’œuvre sans aucun bagage professionnel, étant autodidacte à 100 %, avec des scénarios de réécriture de contes et de mythes, que les maisons ne traitent pas à l’époque. C’est passé pour Reno Lemaire avec Dreamland, mais pas pour moi.

Mes séries ne rentrant dans aucune case, elles se sont vu refuser de partout, Stray Dog inclus. Les refus étaient le plus souvent accompagnés de commentaires péjoratifs sur mon travail, sans pour autant me donner de pistes pour améliorer mes titres. Mais je ne me suis pas laissé aller, j’avais pleine confiance en mes personnages, en leurs histoires et je voulais comprendre ce qui n’allait pas, ce qui manquait pour être publiée. Alors, un peu par dépit, j’ai commencé à envoyer des dossiers à l’étranger et notamment aux États-Unis, grâce au tremplin de la maison pour laquelle je travaillais déjà en temps qu’encreuse.

J’ai posté les premières pages de Stray Dog, la version encore brouillonne, sur la plateforme d’auteurs indépendants InkBlazers et en l’espace d’un mois, j’étais première du site en termes de fréquentation et d’audience. Stray Dog récoltait plus d’un million de pages vues par jour. Alors forcément, ça a fait réagir l’éditeur américain qui m’a contactée et qui est devenu mon premier éditeur sur la série.

Et pourtant, je voulais vraiment voir mes mangas publiés en France. Entre-temps, 4 ou 5 ans s’étaient écoulés, le lectorat avait changé et avec lui l’éditoriat. Il y avait moins de ségrégation au niveau des styles et des genres de manga. Je pense en particulier à la collection Seinen dans laquelle je publie actuellement. Elle s’est ouverte à cette époque-là, permettant à des titres sans genre précis de faire leurs débuts comme les miens ! Pour autant, le succès n’a pas été immédiat. J’ai essuyé de nouveaux refus dus à une autre particularité de mon travail.

Contrairement à d’autres mangakas, je ne présente pas une ébauche de projet aux éditeurs, je remets des séries clé en main. L’éditeur n’a pas de droit de regard à proprement parler sur ce que je propose. Or, de manière générale, ils ont l’habitude d’accompagner un projet dans sa construction, de donner leur avis afin de façonner les titres en fonction des attentes du public. Or si l’on prend l’exemple de Stray Dog, la série était déjà très avancée aux États-Unis et les attentes du public étaient déjà remplies. Accepter mon titre, c’était donc prendre un risque supplémentaire pour l’éditeur.

Mais encore une fois je n’ai rien lâché. Et tout a fini par se débloquer suite à ma rencontre avec Izu [Guillaume Dorison, NDLR], le coauteur d’Ayakashi. Il avait un scénario et il cherchait un univers graphique pour le mettre en image. C’est en convention qu’il a flashé sur mon style et c’est ensemble que nous nous sommes rendus une nouvelle fois chez Glénat. Grâce à lui, j’ai pu rencontrer l’ancien directeur éditorial, Stéphane Ferrant, à qui j’ai pu présenter une nouvelle fois Stray Dog.

Petite anecdote amusante, il se trouve qu’il lisait déjà ma série en ligne. Alors quand il a vu mes planches la toute première fois, il a cru à un plagiat ! Il a sorti son portable pour me montrer quel artiste j’étais censé copier et la page qu’il m’a montrée… c’était la mienne ! Au final j’ai envoyé mon dossier 4 fois chez Glénat, mais c’est la première fois que je tombais au bon endroit et j’étais ravie. Si j’avais choisi Glénat plus qu’aucune autre maison, c’est qu’à l’époque ils publiaient la majorité des mangas que je suivais comme Bleach, DGray Man ou encore Kenshin.

Alors, si l’on doit retenir quelque chose de mon parcours, c’est sans doute que pour tous les jeunes mangakas qui veulent percer dans le milieu de l’édition, il faut certes de bonnes idées, mais aussi être terriblement persévérant. Même s’il faut savoir se remettre en question pour faire évoluer son travail dans le bon sens, je pense qu’il ne faut jamais jeter l’éponge, car c’est un milieu incroyablement sélectif et compétitif. Quand on pense que Joann Sfar a dû présenter son Chat du Rabbin une dizaine de fois avant qu’il ne soit accepté, on comprend qu’il ne faut jamais cesser de croire en son projet.
Vous aviez déjà un pied dans l’édition comics avec votre emploi d’encreuse chez InkBlazers, d'où est venue cette envie de passer au manga ?
VanRah : Et bien, même si j’adore lire des comics, graphiquement, le support m’ennuie. C’est principalement le mode de déroulement de l’action qui ne me correspond pas, j’ai beaucoup moins d’affinité à les dessiner, car au final, c’est très plat, lisse et policé malgré les implications plus profondes qu’il peut y avoir dans les histoires de super-héros. La mise en page est relativement restrictive et ça se ressent dans le rythme du récit.

Dans un comics, on peut stopper sa lecture à tout moment et la reprendre plus tard. En revanche, on quitte rarement un manga en plein milieu d’un chapitre. La mise en page y est bien plus vivante et dynamique, on y est tenu en haleine. Qui plus est, ce qui m’intéresse, c’est de construire mes histoires pour qu’elles puissent être lues comme si l’on regardait un film au cinéma.

C’est aussi pour ça que mes mangas contiennent autant de pages. Ce n’est pas courant de voir des tomes si épais, comme Stray Dog 3 qui dépasse les 450 pages… Mais chaque case est construite comme un close-up, un screenshot du film qui se déroule dans ma tête au moment de l’écriture. Ainsi tant que le film n’est pas terminé, il reste des choses à dire et des pages à dessiner.

Malgré un parcours un peu chaotique en France, aujourd’hui vous êtes éditée dans quatre pays différents, aux États-Unis avec Inkblazers, au Japon avec Shonen Jump Plus, en France avec Glénat et aussi en autopublication avec TeGami Den. Faites-vous une différence entre ces quatre éditions ?
VanRah : Bon tout d’abord, je tiens à préciser que je ne considère pas mon stand personnel comme étant de l’édition à proprement parler, c’est plus du brouillon, des ébauches. Je n’ai pas la prétention de penser que mes titres autopubliés sont au niveau d’un circuit d’édition professionnel. Je profite justement du fait qu’il n’y ait aucun filtre ni aucun contrôle pour sortir des choses qui sont entièrement en accord avec moi et moi-même.

Mon stand me sert aussi à présenter les titres que je suis en train de construire, de les présenter en avant-première à mon lectorat. C’est un vrai petit laboratoire, je montre ce sur quoi je suis en train de travailler et avant même d’avoir pleinement abouti les titres, je peux avoir des retours sur ce qui plaît et ce qui plaît moins. Grâce à ce genre de critiques, je décide ce que je peux me permettre de défendre dans l’immédiat et ce qui mérite d’être retravaillé pour pouvoir le présenter plus tard.

Car même si je raconte toujours la même histoire, l’angle et la manière de raconter changent à chaque édition. Je retravaille en permanence mes titres, je reviens à chaque fois sur ma copie afin d’être la plus précise possible. Quand mes lecteurs passent au stand pour me demander si ce qu’ils ont acheté et lu en autopublication deux ans auparavant est semblable à ce qu’il trouve aujourd’hui chez Glénat, je peux leur répondre que non, ça n’a rien à voir avec le premier jet.

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
Finalement, ces différentes éditions vous permettent de retravailler et d'affiner l'histoire ?
VanRah : Pour Stray Dog, entre la version américaine d’InkBlazers et la française publiée chez Glénat, j’ai tout redessiné. Je considérais que la série commençait à dater, mais ça m’a aussi permis de retravailler certains points du scénario. Des passages en particulier méritaient que j’y revienne. Quand ces derniers ont eu de mauvais retours ou bien qu’ils ont été mal compris, ça me met la puce à l’oreille.

Par exemple, il y a une cinquantaine de pages additionnelles exclusives dans le tome deux de Stray Dog, car la réaction d’un des personnages a été mal interprétée et a déstabilisé les lecteurs américains et je ne voulais pas que la situation se reproduise en France.

C’est une scène de combat entre Tarot et Toru qui nécessitaient plus d’explications. C’est là que les commentaires de la plateforme américaine m’ont permis de retravailler le passage de manière pertinente pour dissiper la confusion. Et c’est vraiment efficace puisqu’avec la version américaine, le personnage de Tarot était détesté par les lecteurs jusqu’au tome 3 qui apporte des éclaircissements alors qu’en France, grâce aux ajustements, il a tout de suite été adopté par les lecteurs.

Vous accordez une grande importance aux retours et aux commentaires des lecteurs. À quel point influencent-ils votre travail ?
VanRah : Et bien, ils sont vraiment importants à mes yeux : ces retours sont la raison pour laquelle je continue à faire tourner mon stand personnel en marge de ma présence sur le stand Glénat. Cela me demande beaucoup de travail, car je fais en sorte de venir avec des nouveautés chaque année, mais c’est un outil indispensable pour juger de la portée et de la pertinence des séries. Je peux ainsi me rendre compte des personnages qui sont aimés, des sujets qui intéressent, des angles et des techniques narratives qui attirent les lecteurs.

C’est aussi pour ça que je tenais autant à être publiée en France. C’est très valorisant de voir ses titres ainsi suivis à l’étranger, mais rencontrer son public, échanger avec ses lecteurs et recueillir leurs impressions devient vite compliqué quand des milliers de kilomètres vous séparent d’eux. Sans parler de la barrière de la langue. J’ai beau très bien comprendre l’anglais, je fais partie de ces Français incapables de le parler...

Ce sont mes lecteurs et leurs retours qui font évoluer mon travail et mes séries. Même si je suis publiée, je ne me considère toujours pas comme une professionnelle. Il me reste encore beaucoup à apprendre et à améliorer alors je prends en compte toutes critiques allant en ce sens.

Vous êtes confrontée à trois voir quatre lectorats différents, voyez-vous des différences ? Des adaptations ont-elles parfois été nécessaires ?
VanRah : Oui, en particulier au niveau des différences culturelles. C’est une variable non négligeable fascinante à saisir. En France, par exemple, l’attachement du lectorat à un auteur, à une série, est incroyable. En revanche, aux États-Unis, la fidélité n’est pas la même : s’il se passe un mois sans un nouveau chapitre, il y fort à parier que les lecteurs auront lâché l’affaire.

En contrepartie, les Américains sont bien plus expansifs et font énormément de commentaires lorsque je publie des planches. D’ailleurs si mes lecteurs français pouvaient entendre mon appel et s’exprimer un petit peu plus j’en serais ravie (rires), leur avis me manque et j’apprécie d’autant plus de l’entendre en convention.

Il y a aussi une bien-pensance aux États-Unis qui n’est pas la même en France. Je m’y suis heurté après avoir utilisé une expression relativement utilisée en France qui existe aussi là bas. Dans Stray Dog, pour qualifier un personnage en complète autarcie, qui ne communique pas, un des personnages dit : « C’est un autiste dans son coin ». De nombreux lecteurs américains m’ont envoyé des messages, car ils étaient choqués que j’utilise l’autisme dans ce contexte. J’ai préféré changer l’expression en français pour ne pas risquer de blesser qui que ce soit.


(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
La sensibilité des lecteurs varie selon les pays, mais qu'en est-il avec les sujets abordés ? 
VanRah : Non, dans chacun des pays j’ai proposé mes histoires telles quelles, sans les changer ou les adapter à un lectorat en particulier. Je n’ai pas adapté les sujets pour plaire à l’un ou à l’autre. Même pour Ayakashi qui est très marqué par l’ambiance nippone, nous n’avons pas spécifiquement travaillé avec le folklore japonais dans le but de l’exporter.

Avec Izu, nous avons voulu faire un manga qui parlait de sujets dont nous étions friands et dont nous aimons parler et même si nous avons poussé le vice avec une immense documentation, ce n’était pas dans le but d’adapter. C’est plutôt pour s’assurer que si un jour nous avions un regard japonais sur la série, nous n'étions pas trop éloignés de la vérité et que le lecteur puisse s’y retrouver.

Lors du panel, vous avez évoqué votre travail sur cinq séries en simultané. Pour l’instant, avec Mortician, qui vient de commencer, on en compte seulement trois sur les étagères de Glénat. Quand vos autres séries suivront-elles ?
VanRah : Je ne peux pas encore révéler chez qui les autres séries sortiront, mais en effet, il est prévu que NeverenD et RED arrivent dans les années à venir. Et ce ne sont pas les seules puisque je suis également en train de défendre une autre série, Karnival Gate, qui est le prequel de NeverenD. C’est une série qui me tient très à cœur, alors j’espère la voir suivre le même chemin.
En plus de vos séries originales, il vous est arrivé sur votre stand de proposer des fanzines ou des fanfictions. Récemment, une directive européenne a été mise en place pour protéger plus efficacement les créateurs contre le plagiat. Elle a été controversée, car mettant possiblement à mal la liberté d’expression, qu’en pensez-vous ?
VanRah : Honnêtement je n’étais n’étais pas au courant de cette directive. Mais étant moi même victime de nombreux cas de plagiats, ça me convient très bien. Certains ont repris à leur compte des planches entières de mon travail alors que j’étais déjà publiée ailleurs, par exemple. Et je n’ai pas le temps de passer des heures à traquer ce genre de pratique alors si une directive s’en charge convenablement, pourquoi pas. Mais, malheureusement, le plagiat ne se cantonne pas aux plateformes numériques.

En allant sur une convention, j’ai déjà repéré des stands avec des illustrations très similaires aux miennes. Mais le pire, c’est quand je me suis rendu compte qu’une artiste s’était fait publier chez Delcourt en reprenant NeverenD. Même panel de personnages avec des noms différents, mêmes illustrations, même organisation, bien qu’elle y ait ajouté son trait d’auteur, ça n’en devenait pas quelque chose d’original pour autant.

La situation a été très compliquée à démêler, car à l’époque, je n’étais pas encore publiée sur le sol français et ça a été terrible de passer pour la plagieuse pendant des années quand ce travail m’appartenait. Et je sais qu’aujourd’hui encore il y a certains de mes travaux qui circulent sans mon autorisation, alors si cette directive est réellement un outil supplémentaire permettant aux auteurs et créateurs de conserver leur originalité et de préserver leur réputation, je ne suis pas contre.

Mais c’est dommage de devoir en arriver là, ça peut aussi très bien se passer. De temps en temps, je fais moi-même des illustrations reprenant des œuvres qui m’ont particulièrement plu. Mais en amont je demande toujours l’autorisation à l’auteur de reprendre son dessin. Un petit mail pour expliquer les choses et demander la permission, ça ne coûte rien.

Et il faut bien entendu attendre la réponse. Enfin si l’artiste accepte et que l’illustration est vouée à être partagée alors je prends la peine d’identifier la source originale en dessous pour faire un peu de pub à la personne qui m’a inspirée, indiquant aux gens que je ne suis pas à l’origine de l’illustration. Ça ne coûte rien, mais peu de gens le font parce que ça remet probablement en cause leur créativité...


(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
D’après vous, où se situe la frontière entre plagiat et inspiration dans le cas des fanarts et autres fanfictions ?
VanRah : À partir du moment où l’on parle de fan art, il n’est plus question de réappropriation étant donné que l’on se base sur un univers créé par quelqu’un. En revanche, la grande différence entre plagiat et fan art, ce sont les recettes que l’on en tire. Est-ce que l’œuvre est vouée à être vendue ? Quels seront les bénéfices ? L’auteur original est-il au courant de ces recettes ? Les droits lui sont-ils attribués ?

Lorsque j’avais sorti une fan fiction basée sur l’univers de Kingdom Hearts par exemple, j’avais bien précisé que certains personnages étaient tirés d'un univers qui ne m’appartient pas. Même si tout le reste est une création personnelle, j’ai bien conscience que les créateurs sont en mesure de récupérer ce que j’ai fait et ce ne sera pas un souci, c’est annoncé.

Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Souvent en convention, je croise des stands qui ne présente que du fan art sans une once de création originale. Beaucoup se défendent en assurant qu’ils ont redessiné avec leur style, certes, mais encore une fois, ça n’en fait pas une création originale pour autant. Ces stands font recette grâce à des personnages qui ne leur appartiennent pas, sur des droits d’auteur qui ne leur appartiennent pas non plus et qu’ils ne reverseront d’ailleurs jamais. À ce niveau-là, j’appelle ça du plagiat.

Avec le fan art, on va dire qu’il y a une sorte de charte intégrée. On peut réaliser de petites choses, et s’octroyer le droit de les vendre à raison de 20 % de la totalité du stand. Quand on dépasse cela, ça devient de la contrefaçon. À partir du moment où la recette est importante alors qu’on a ajouté son nom d’artiste sur un concept qui ne nous appartient pas, pour moi ça devient du vol.

Je dirais que je distingue trois degrés de fan art : l’hommage, la copie et pire encore, le vol. Lorsque l’on rend hommage au travail d’un artiste, on ne se met pas en avant en tant qu’auteur et on ne vit pas des recettes. C’est fait par les fans, pour les fans et si l’envie d’aller plus loin se fait sentir, on demande l’autorisation. Ça s’est vu avec Huke, l’illustrateur de Black Rock Shooter. À la base, c’est un fan art de la vocaloid Miku Hatsune version rock qui est finalement devenue un manga. Mais il a fait les choses dans l’ordre, il a demandé l’autorisation et ça a marché.

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

Commenter cet article

 

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Lise Boëll dirigera Mazarine, qui s'émancipe de Fayard

Arnaud Lagardère, le PDG de Hachette Livre, a confié à Lise Boëll le poste de directrice générale chez Mazarine. Avec une carrière dédiée à rendre la littérature accessible à tous et à promouvoir la diversité, elle est chargée d'enrichir le catalogue de l'éditeur avec des titres de fiction et de non-fiction.

22/02/2024, 22:03

ActuaLitté

Le livre Vous ne me trouverez pas sur Amazon ! disponible... sur Amazon ?

Certaines maisons d'édition ont de la suite dans les idées pour garder leur indépendance, mais la frontière entre affranchissement total et dépendance, par exemple à un distributeur, s'avère parfois poreuse. Les éditions Divergences en ont fait les frais : l'un de leurs derniers ouvrages à paraître, Vous ne me trouverez pas sur Amazon !, s'avère pourtant bien « disponible à la précommande »... sur Amazon.

21/02/2024, 18:31

ActuaLitté

La Bibliothèque à remonter le temps, nouvelle collection pour les ados

Les éditions du Cerf lancent en mars une collection à destination des jeunes à partir de 14 ans. « Les plus grands historiens » entendent rendre l'histoire accessible à tous, couvrant des périodes allant de la Préhistoire au monde moderne, incluant l'Antiquité, le Moyen Âge et le siècle des Lumières. Chaque livre résume les connaissances essentielles, présente les dates importantes et explore les théories encore sujettes à discussion, le tout en une dizaine de chapitres enrichis d'illustrations.

19/02/2024, 13:05

ActuaLitté

Réseaux sociaux, POD, promos : la recette gagnante des éditions 38

Fondées en 2015, les Éditions du 38 ont récemment révélé ses résultats 2023, impressionnants : une croissance du chiffre d'affaires de 39 % et des ventes de 32 % par rapport à 2022. Quelles sont les raisons de ce succès, déjà en germe en 2021 avec une augmentation de 10 % du CA ? Entre autres, en deux mots, les réseaux sociaux.

16/02/2024, 18:10

ActuaLitté

Editis, "en faveur d'une chaîne du livre écoresponsable"

En 2023, Editis a publié son premier bilan global et intégral des émissions de gaz à effet de serre (BEGES), couvrant les scopes 1, 2 et 3, avec l'appui de SOCOTEC Environnement, chef de file dans le secteur de la durabilité.

16/02/2024, 16:45

ActuaLitté

“Le plus beau film jamais réalisé en costumes” a son beau livre

Certains diront que si le théâtre a Shakespeare, le roman Dostoïevski, la poésie Rimbaud ou la philosophie Kant, le cinéma a Stanley Kubrick. Le cinéaste a adapté de nombreux livres durant sa carrière, toujours signés par de grands auteurs. Son film de 1975 est ainsi tiré du roman picaresque de William Makepeace Thackeray, Mémoires de Barry Lyndon (trad. Léon de Wailly), paru en 1844. Le réalisateur avait souhaité qu'il soit « le plus beau film jamais réalisé en costumes ».

16/02/2024, 11:29

ActuaLitté

"Le chef d'œuvre inédit" de Takashi Murakami sur l'IA émotionnelle 

Le 3 avril prochain, Pika Graphic publie « le chef d'œuvre inédit » du mangaka Takashi Murakami, Pino, l'IA émotionnelle. Il a été publié dans sa version originale en 2020 dans le magazine Manga Action de Futabasha, puis en un tome relié en 2022, avant d'arriver dans l'hexagone, dans une traduction de Victoria Okada.

13/02/2024, 14:25

ActuaLitté

Verso, le nouveau label des littératures de genre du Seuil

Les Éditions du Seuil annoncent le lancement, en mai, de Verso, leur nouveau label grand public dédiée aux différentes formes de littérature de genre. Sous la direction de Glenn Tavennec, Verso entend publier avant l'été quatre œuvres littéraires, chacune représentant un genre distinct, accompagné de campagnes de promotion numérique et marketing conséquentes. 

12/02/2024, 10:31

ActuaLitté

Le dernier livre de Philippe Sollers, le couteau de Salman Rushdie

L'écrivain, essayiste et éditeur français, figure première du monde littéraire et de Gallimard des dernières décennies, Philippe Sollers, s'en est allé le 5 mai dernier. Après un ouvrage hommage à l'auteur de Paradis, « le dernier livre de Philippe Sollers, écrit jusqu’au bout d’une main claire », présente son ancien auteur, Yannick Haenel. Un ouvrage au titre programmatique, La Deuxième Vie. 

08/02/2024, 14:49

ActuaLitté

Le créateur de la collection Terre humaine de Plon, Jean Malaurie, est mort

L'éminent ethno-historien, géographe et écrivain français, Jean Malaurie, est décédé ce 5 février à Dieppe à l'âge de 101 ans. Outre ses contributions significatives à l'anthropologie et à la géographie polaire, il est le fondateur de l'historique collection Terre humaine chez Plon, fondée en 1954, et inaugurée l'année suivante avec un ouvrage signé du même, Les Derniers Rois de Thulé.

05/02/2024, 17:41

ActuaLitté

En 2021-2022, 13 % des ouvrages produits envoyés au pilon

Selon les données communiquées par le Syndicat national de l'édition, 13 % de la production de livres, en 2021-2022, a été envoyé au pilon, autrement dit au recyclage. L'industrie a réduit les volumes d'ouvrages transportés vers les points de vente, mais les retours ont subi un effet de rattrapage par rapport aux années précédentes, perturbées par le Covid, puis par les difficultés d'approvisionnement en papier.

01/02/2024, 16:48

ActuaLitté

Lecture : la labellisation des manuels, “complexe et coûteuse” ?

Le rapport consacré à l'apprentissage de la lecture, présenté par les députés Annie Genevard (Les Républicains) et Fabrice Le Vigoureux (Renaissance) le 24 janvier dernier, a réservé une large place au livre imprimé. Et notamment aux manuels scolaires, dont la labellisation est recommandée par les rapporteurs. Si les éditeurs accueillent favorablement le travail des députés, cette proposition ne fait pas l'unanimité.

30/01/2024, 12:43

ActuaLitté

Philosophie : les éditions Ancrages lancent leurs premiers titres en mai 2024  

Les éditions philosophiques Ancrages, qui prévoient de lancer treize ouvrages au cours de l'année 2024, font leur entrée sur la scène éditoriale en mai 2024. Distribuées par Sofedis et Sodis, La maison aspire à revitaliser la philosophie en la rendant vivante, interactive et accessible à tous. 

29/01/2024, 16:56

ActuaLitté

Le Renard doré, collection manga pour la jeunesse et les enfants

Les éditions Rue de Sèvres annoncent la création de leur première collection de manga, Le Renard Doré. Sous la direction de Rémi Inghilterra et les conseils de Mickaël Brun-Arnaud, ces publications cherchent avant tout des œuvres de poésie et d'humour.

27/01/2024, 11:15

ActuaLitté

Livres invendus : le ministère de la Culture recommande le don

Publiée en février 2020, la loi Anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) a d'abord concerné les invendus alimentaires, puis non-alimentaires. Y compris les livres invendus, dont la destruction est désormais interdite. Ce qui n'empêche pas le pilon, considéré comme une opération de recyclage. Néanmoins, le ministère de la Culture oriente vers une évolution des pratiques, en direction du don.

26/01/2024, 11:44

ActuaLitté

Dupuis-Kadokawa : bientôt, Spirou et Lucky Luke version manga ?

Depuis le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, assez logiquement, la maison d'édition Dupuis et son homologue japonais Kadokawa annoncent un partenariat autour de la marque Vega-Dupuis. Une coentreprise, plus exactement, qui portera sur le marché français des « lights novels et aux autres contenus japonais ».

25/01/2024, 12:52

ActuaLitté

Antoinette Fouque : comment rendre les femmes plus visibles

Ce 9 mars, les Éditions des femmes — Antoinette Fouque rendront un femmage à leur créatrice. Toute une année d'anniversaire débutera ce samedi 9 mars, au Campus des Cordeliers, célébrant les 50 ans de la maison et commémorant les dix ans de la disparition de la psychanalyste, députée au Parlement européen et directrice de recherches à l’université Paris 8.

25/01/2024, 08:38

ActuaLitté

Nexus, le nouvel essai de Yuval Noah Harari, sortira à l'automne

Dans son prochain ouvrage, l'historien, philosophe et auteur, entre autres, de Sapiens, une brève histoire de l’humanité, (trad. Pierre-Emmanuel Dauzat, chez Albin Michel) entame un nouveau périple. Nexus détaillera « une brève histoire des réseaux d’information, de l’âge de pierre à l’intelligence artificielle », selon son éditeur français.

24/01/2024, 19:06

ActuaLitté

JC Lattès : Marie Grée rejoint Mahir Guven et le label La Grenade

JC Lattès annonce l'arrivée de Marie Grée en tant qu'éditrice du label La Grenade, dirigé par Mahir Guven.

24/01/2024, 18:04

ActuaLitté

Lancement des éditions Bakélite avec un roman Féroce

Bakélite est un « laboratoire d'exploration littéraire » qui publie déjà deux revues autonomes sur internet, fmr et tmp. Le 7 février 2024 sera publié le premier roman de la nouvelle maison d'édition : Féroce, de Benoît Vincent. Pour l'occasion, une soirée de lancement est organisée ce même jour à 19h30 au café à la librairie L'ours et la vieille grille à Paris, avec la présence de l'auteur et de Guillaume Vissac, directeur de Bakélite.

23/01/2024, 17:24

ActuaLitté

XIII : Jean Van Hamme de retour pour les 40 ans de la BD culte

Cette année 2024 n'est pas seulement celle du centenaire de la mort de Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine, mais aussi des 40 ans de la naissance d'une série culte de la bande dessinée belge, XIII. Le scénariste Jean Van Hamme, qui a également façonné les cultes Thorgal et Largo Winch, a accepté de retrouver l'un de ses personnages fétiches à l'occasion d'un album très spécial, qui réunit une pléiade de dessinateurs.

22/01/2024, 16:44

ActuaLitté

Les Éditions du Portrait fêtent leurs 10 ans

Publier des livres pour changer le monde, telle fut l’ambition de Rachèle Bevilacqua lorsqu’en 2014, elle crée les Éditions du Portrait. Pour célébrer les 10 années de création de cette maison, plusieurs titres du fonds sont remis en avant, avec une opération spéciale pour les libraires.

22/01/2024, 15:58

ActuaLitté

Deux journées de rencontres interprofessionnelles dans les Hauts-de-France

Noshorizonsdesirables – Confrontés à des défis cruciaux dans le domaine du livre, les acteurs et volontaires du secteur s'activent. Les Rencontres régionales du livre et de la lecture des Hauts-de-France, organisées par l’Agence, visent à collaborer pour façonner l'avenir du domaine et envisager des futurs prometteurs. Rendez-vous donc à Boulogne-sur-Mer les 21 et 22 février pour cette première édition !

19/01/2024, 14:50

ActuaLitté

En 2024, Michel Lafon Jeunesse lance deux nouvelles collections

Depuis 20 ans, les éditions Michel Lafon entendent ravir les jeunes lecteurs avec des romans qui stimulent leur réflexion et les transportent dans des univers fantastiques, enrichissant leur imaginaire. En 2024, Michel Lafon Jeunesse présente deux nouvelles collections, Chifoumi et Le Club.

19/01/2024, 14:23

ActuaLitté

Julien Papelier, directeur général du groupe Média-Participations

Directeur général adjoint de Média-Participations depuis janvier 2022, Julien Papelier remplace Claude de Saint Vincent au poste de directeur général depuis le 1er janvier 2024. Une succession longuement préparée, validée par le conseil d'administration du groupe en fin d'année dernière.

19/01/2024, 11:12

ActuaLitté

Julie Cartier est nommée directrice des éditions Fleuve

Catherine Lucet, directrice générale du groupe Editis, et Marie-Christine Conchon, directrice générale adjointe, annoncent la nomination de Julie Cartier comme directrice des éditions Fleuve, placées sous la responsabilité de Sophie Charnavel. Elle demeure directrice de la maison Chatterley aux côtés de Sarah Rigaud.

19/01/2024, 07:44

ActuaLitté

Ellipse Animation à l'assaut du phénomène webtoon

Avec une expérience de plus de 60 ans dans la production d'animation française, Ellipse Animation se lance désormais dans l'univers du webtoon, cherchant à exploiter son expertise dans ce domaine en plein essor.

18/01/2024, 16:08

ActuaLitté

“Je veux rendre hommage à l'inimaginable”

Sandra Mathieu nous raconte les coulisses de rédaction de Merci Julie, paru aux éditions Télémaque. Un ouvrage dans lequel un écrivain parisien demande à rencontrer une jeune femme victime d’une agression homophobe.

18/01/2024, 15:44

ActuaLitté

Former les professionnels du livre aux enjeux écologiques, vaste programme

Depuis plusieurs années, les professionnels du livre, des éditeurs aux bibliothécaires, en passant par les auteurs et les libraires, se soucient de leur empreinte carbone. Signe de cette préoccupation nouvelle, les agences régionales du livre se dotent de spécialistes en la matière. Et s'unissent en 2024, avec la Fédération interrégionale du livre et de la lecture, autour d'un programme commun de formations.

18/01/2024, 12:51

ActuaLitté

Guillaume Meurice et le NetanyahouGate, le retour de Damasio et du Prix Nobel 82

Après l'attaque du Hamas, le 7 octobre, le contexte en France, avec sa plus grande communauté juive d'Europe et musulmane d'Europe de l'Ouest, était des plus tendu. Guillaume Meurice a subi ce contexte inflammable en tentant une blague sur le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, dans une de ses chroniques pour France Inter...

18/01/2024, 12:42

ActuaLitté

L’arbre qui marche, la nouvelle maison qui prend ses racines pour des pieds

Le 14 mars 2024 marquera l'arrivée d'une nouvelle entité dans le paysage éditorial hexagonal. Baptisée L'arbre qui marche, cette maison d'édition naissante « souhaite améliorer le monde en le racontant ».

17/01/2024, 11:40

ActuaLitté

Elsevier veut mettre l'IA au service de la recherche scientifique

Si les usages génératifs de l'intelligence artificielle font polémique, ceux liés à la recherche suscitent beaucoup moins de débats. Pour les chercheurs, ces technologies permettent de traiter des volumes de données sans commune mesure. Elsevier présente un nouvel outil, Scopus AI, qui entend allier le meilleur des deux mondes.

17/01/2024, 11:21

ActuaLitté

Juliette Ponce et Marie-Anne Lacoma poursuivent l'aventure de Dalva

Créées au sein du groupe Christian Bourgois Editeur, les éditions Dalva prennent leur indépendance. ActuaLitté apprend que Juliette Ponce, directrice éditoriale, a décidé de poursuivre l’aventure éditoriale, en collaboration avec Marie-Anne Lacoma, chargée des relations libraires. Avec un catalogue de 23 titres, la maison prolongera donc le plaisir.

15/01/2024, 17:50

ActuaLitté

Marie Portolano raconte le sexisme des plateaux télé, Lorie l'endométriose

En mars prochain, deux figures médiatiques, la journaliste, auteure, scénariste et réalisatrice Marie Portolano, et la chanteuse Lorie Pester, publient chacune un ouvrage, respectivement chez Stock et Robert Laffont. La première raconte la difficulté de s'épanouir professionnellement pour les femmes dans un milieu prétendant l'égalité mais les cantonnant à des rôles stéréotypés. La seconde aborde l'endométriose, les douleurs, la maternité, jusqu'à l'hystérectomie... 

15/01/2024, 16:57

ActuaLitté

Noëlle Meimaroglou, nouvelle directrice générale des éditions Hermann

Avec l’arrivée de Noëlle Meimaroglou, la maison Hermann affiche de nouvelles ambitions : insuffler un nouvel élan à l’aube de ses 150 ans ! Elle aura pour mission de dynamiser l’éditorial en développant notamment un catalogue plus grand public, et, si possible, en suscitant quelques best-sellers. 

15/01/2024, 16:30

ActuaLitté

Après “une année difficile”, les éditions du Caïman appellent à l'aide

La maison d'édition créée en 2010 à Saint-Étienne révèle dans un édito : « 2023 fut encore une belle année, mais aussi "une année compliquée" ! » Face à cet état de fait, la structure tournée vers le polar lance un financement participatif pour assurer un peu de trésorerie et publier le plus sereinement possible son « panier polar de printemps ».

15/01/2024, 16:06

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Économies de l'État : la Culture perd plus de 200 millions €

Il aura suffi de quelques points sur des prévisions de croissance pour pousser le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a décrété 10 milliards € de coupes dans le budget de l'État. Le ministère de la Culture n'y échappe pas, avec une annulation de crédits à hauteur de 200 millions € dans son budget.

23/02/2024, 12:26

ActuaLitté

Avec La Bourse aux Livres, l'occasion fait le larron

Aidé par la multiplication des plateformes spécialisées, le tarif minimum des frais de port à 3 € pour les livres neufs, mais aussi l'inflation générale et la hausse des prix des livres, le marché du livre d'occasion se développe. Avec une problématique centrale : ces ventes ne rémunèrent pas les auteurs, lesquels commencent à déplorer cette situation... La Bourse aux Livres, acteur de la seconde main, avance sa solution.

23/02/2024, 11:05

ActuaLitté

Street football, basket ou golf : la langue française à la rue ?

L'année est décidément très sportive pour la Commission d'enrichissement de la langue française. Jeux olympiques et paralympiques obligent, elle s'est récemment penchée sur des termes français liés à différentes disciplines. Dans une nouvelle recommandation, elle évoque cette fois les sports de rue, comme le football, le basket, ou même le golf.

23/02/2024, 10:13

ActuaLitté

Gaza : une nouvelle bibliothèque part en fumée

Ce 19 février, Ramy Abdu, président de l'Euro-Med Human Rights Monitor (Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l'Homme), révèle la destruction de la maison d'édition et bibliothèque d'Al-Kalima par les forces israéliennes. Le bâtiment était situé dans le quartier Sheikh Radwan, à Gaza.

22/02/2024, 16:46

ActuaLitté

Le célèbre égyptologue allemand Jan Assmann n'est plus

Né le 7 juillet 1938 à Langelsheim, Jan Assmann était un éminent égyptologue, universitaire en études religieuses et spécialiste en culture allemande. Il a contribué de manière significative à l'élaboration, l'édition et l'interprétation de sources sur la religion égyptienne, intégrant les analyses philologiques des textes dans leur contexte archéologique, culturel et socio-économique. Il s'est éteint dans la nuit du 18 au 19 février, à l'âge de 85 ans.

22/02/2024, 12:16

ActuaLitté

Un libraire au tribunal pour le manuscrit de “Hotel California”

Ce mercredi 21 février s'est déroulé à Manhattan un procès inhabituel, avec des accusés peu familiers des cours de justice. Parmi eux, Glenn Horowitz, un libraire spécialisé dans les pièces rares et uniques. Avec deux autres hommes, il est accusé d'avoir obtenu et revendu, de manière illégale, des manuscrits de chansons du groupe Eagles, dont le fameux « Hotel California ».

22/02/2024, 10:04

ActuaLitté

“Les librairies sont des endroits magiques, irremplaçables”

#Noshorizonsdesirables – La signature de conventions réunissant l’interprofession du livre des Hauts-de-France intervenue ce 21 février précédait une autre séance de signatures. En effet, un contrat de filière réunissant la DRAC, le CNL, la Région et l’AR2L était au programme des Rencontres régionales qui se tiennent actuellement à Boulogne-sur-Mer.

21/02/2024, 20:42

ActuaLitté

Une 13e librairie Decitre s'installe à Saint-Etienne

La chaîne de librairies Decitre a jeté son dévolu sur Saint-Étienne pour l'ouverture de sa treizième librairie au niveau national, et une dixième dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Cet établissement verra le jour en juin. Il s'installera au rez-de-chaussée du centre commercial Centre Deux, dans un espace de plus de 850 m2, précédemment occupé par un H&M, et libéré en décembre dernier.

21/02/2024, 15:53

ActuaLitté

Librairie : mort de Fadi Zahar, fondateur de La Chambre Claire

Le libraire et galeriste Fadi Zahar, fondateur en 1980 de La Chambre Claire, est mort, annonce La Nouvelle Chambre Claire, qui a pris la relève de son enseigne, dans le 5e arrondissement de Paris. Il faisait figure de référence dans le domaine.

21/02/2024, 14:56

ActuaLitté

Cancer ou assassinat, l'enquête sur la mort de Neruda rouverte

Un long feuilleton qui connait aujourd'hui un nouveau rebondissement. La justice chilienne a ordonné ce mardi 20 février la rouverture de l'enquête sur la mort du plus fameux poète du pays, et ancien sénateur communiste : Pablo Neruda.

21/02/2024, 14:13

ActuaLitté

Libraires, éditeurs, auteurs : “On ne peut pas vivre seul”

#Noshorizonsdesirables – Réunir les partenaires de la Région des Hauts de France, autour d’une envie, c’est déjà, pour paraphraser Jacques Brel, faire preuve d’un certain talent. Dans le cadre des deux journées professionnelles qu’organise l’Agence régionale du livre et de la lecture, cinq structures s’engagent dans un contrat de filière pour trois années. Mais pourquoi et dans quelle perspective ?

21/02/2024, 13:05

ActuaLitté

Pierre Loti, amoureux du Pays Basque

Pierre Loti était un voyageur. Il aimait les lieux atypiques : Tahiti, le Sénégal, le Japon, la Turquie... c'est d'eux qu'il puisait l'inspiration de ses écrits. Parmi ces régions exotiques, le Pays Basque eut une place toute particulière dans son coeur, il tirera de son attachement à cette terre le roman Ramuntcho. Une exposition en cours jusqu'au 1er septembre 2024 au musée Basque et de l'histoire de Bayonne retrace l'amour de l'écrivain pour le patrimoine naturel et culturel de l'Euskal Herria.

20/02/2024, 16:53

ActuaLitté

Les deux acteurs de Roméo et Juliette récidivent au tribunal

Olivia Hussey et Leonard Whiting, acteurs vedettes du film Roméo et Juliette (1968) de Franco Zeffirelli, persistent auprès des tribunaux. Tous deux ont de nouveau porté plainte contre le studio Paramount, cette fois autour des éditions DVD et Blu-Ray de la Criterion Collection, parues en février 2023.

20/02/2024, 16:25

ActuaLitté

Antoinette Fouque : une vie féministe

Il y a 10 ans s'éteignait Antoinette Fouque. Figure historique du féminisme au XXe siècle, elle était psychanalyste, essayiste et militante au sein du Mouvement de Libération des Femmes (MLF). C'est aussi elle qui fonda les Éditions des femmes en 1972, dans le but de promouvoir la littérature et les luttes féminines.

20/02/2024, 13:11

ActuaLitté

Ukraine : le lourd tribut payé par la culture en temps de guerre

UkraineUnderAttack - L'UNESCO, organe des Nations Unies centré sur la culture et la science, entre autres, a dressé un bilan économique de la guerre en Ukraine, deux ans après les premières agressions russes. Le coût total des dégâts sur les secteurs de la culture et du tourisme s'élève désormais à près de 3,5 milliards $ et au moins 9 milliards $ seront nécessaires, sur les 10 prochaines années, pour les redresser.

20/02/2024, 10:02

ActuaLitté

Missak Manouchian, la littérature comme pays d'adoption

Missak Manouchian entrera au Panthéon, avec sa femme Mélinée, ce mercredi 21 février. Ouvrier communiste arménien immigré en France, directeur de journal et leader d'un groupe de résistants dont la plupart des membres, Manouchian compris, furent exécutés le 21 février 1944, il était aussi poète et amoureux de littérature. Manouchian sera le premier résistant étranger, et communiste, à recevoir un tel hommage. 

19/02/2024, 17:14

ActuaLitté

Délais de paiement et retours : les librairies “menacées”

Pour protéger les petites et moyennes entreprises, la Commission européenne a avancé en septembre 2023 un projet de règlement encadrant les délais et retards de paiement. L'enfer est pavé de bonnes intentions, dénonce à présent le Syndicat de la librairie française. Sans exception claire pour le secteur de la librairie, un tiers des commerces français seraient menacés de disparition...

19/02/2024, 11:17

ActuaLitté

"Je me suis demandé jusqu'où pouvait aller le pardon"

PrixdulivredelavilledeLausanne24 – Du 1er janvier au 29 février 2024, vous pouvez élire votre roman favori parmi cinq œuvres en lice pour le Prix du Livre de la Ville de Lausanne. Les titres nominés peuvent être lus en ligne et sont également disponibles en version audio. Jean-François Haas, auteur nominé pour son roman La folie du Pélican (Bernard Campiche Éditeur), revient en vidéo sur son parcours et sur son travail d'écriture.

17/02/2024, 14:02

ActuaLitté

En Hongrie, une virgule ridiculise l'homophobie d'État

La deuxième plus grande librairie de Hongrie, Lira, avait écopé en juillet 2023 d'une lourde amende, reconnue coupable d'avoir vendu des livres « au contenu LGBT » sans emballages plastiques, et disponibles pour les moins de 18 ans. Elle violait ainsi une loi homophobe adoptée en 2021, qu'elle a contestée à son tour devant la justice. Avec succès...

16/02/2024, 15:33

ActuaLitté

L'Académie française reporte l'élection au fauteuil de VGE

Le mois de février s'annonçait chargé pour l'Académie française, qui devait élire deux nouveaux Immortels. Après le choix du philosophe Christian Jambet pour occuper le fauteuil 6, ce 8 février, l'institution repousse la seconde échéance de février, pour le fauteuil de Valéry Giscard d'Estaing, à une date ultérieure.

16/02/2024, 10:55

ActuaLitté

Le piège de papier : quand littérature et amitié ne font pas bon ménage

PrixdulivredelavilledeLausanne24 – Du 1er janvier au 29 février 2024, les lecteurs sont appelés à voter pour le roman de leur choix parmi une liste de cinq candidats au Prix du Livre de la Ville de Lausanne. Les œuvres nominées sont accessibles pour lecture en ligne à cette adresse, et disponibles également en format audio ici. Retrouvez ci-dessous les présentations en vidéo de Kyra Dupont Troubetzkoy et de son livre Le piège de papier (Éditions Favre).

16/02/2024, 10:42

ActuaLitté

La Bibliothèque publique juive renonce à la censure d'Élise Gravel

Les prises de position d'Élise Gravel contre la guerre à Gaza, sur les réseaux sociaux, lui avaient valu une mise à l'index au sein de la Bibliothèque publique juive de Montréal, au Québec. Sans mentionner le nom de l'illustratrice, l'institution a diffusé un communiqué indiquant que « l’ensemble des collections [...] demeure accessible ».

16/02/2024, 10:27

ActuaLitté

Changement de programme pour le prochain Édouard Louis 

La prochaine sortie d'Édouard Louis était initialement prévue pour le 5 janvier 2024. La publication du texte, qui a pour titre L'Effondrement, avait ensuite été reportée au printemps sur décision de l'auteur. Nous apprenons aujourd'hui que, si l'écrivain fera bien son retour fin avril de cette année, ce sera finalement avec un autre texte : Monique s'évade.

15/02/2024, 17:45

ActuaLitté

Un éditeur jeunesse arnaqué : sa banque BRED-ouille

La recrudescence d’arnaques en ligne n’épargne plus personne. La mondialisation, simplifiant le commerce par-delà les frontières, offre toute latitude à l’imagination galopante des cybercriminels. Et comme le dirait la fable, tout escroc vit aux dépens de celui qu’il entourloupe…

15/02/2024, 12:55

ActuaLitté

Noor : “J'éprouvais le besoin de faire vivre sa mémoire”

PrixdulivredelavilledeLausanne24 – Du 1er janvier au 29 février 2024, c'est aux lecteurs de choisir leur œuvre favorite parmi une sélection de cinq romans en compétition pour le Prix du Livre de la Ville de Lausanne. Les livres nominés peuvent être lus en ligne à cette adresse et sont également disponibles en livres audio ici. Étienne Barilier, auteur de Noor (Éditions Phébus), revient en vidéo sur son aventure littéraire pour la ville de Lausanne.

15/02/2024, 11:55

ActuaLitté

OpenAI devra répondre d'accusations de violations du copyright

Engagée dans plusieurs procès aux États-Unis, la société OpenAI fait notamment face aux accusations de plusieurs auteurs, en Californie, autour de l'entrainement de son outil d'intelligence artificielle, ChatGPT. La justice examinera ainsi si l'utilisation sans autorisation d'œuvres protégées par le copyright relève de la compétition déloyale.

15/02/2024, 11:32

ActuaLitté

Ramasse-et-va, contre-mêlée... Le glossaire du rugby s'étend

Sur le devant de la scène médiatique avec le Tournoi des Six Nations, qui se déroule encore en février et mars, le rugby sera aussi au rendez-vous des Jeux olympiques français, en 2024. La Commission d'enrichissement de la langue française (CELF) fait le point sur quelques termes, pour éviter l'utilisation des mots anglais...

15/02/2024, 10:10

ActuaLitté

L'Association des lecteurs et usagers de la BnF n'est plus la bienvenue

L'Association des lecteurs et usagers de la Bibliothèque nationale de France (ALUBnF) définitivement persona non grata à la Bibliothèque nationale de France (BnF) ? La première révèle ce début février avoir été « dédomiciliée », du site de Tolbiac par l'institution, « afin d'éviter toute ambiguïté sur les liens existants entre notre établissement et votre association ». C'était l'adresse de l'ALUBnF depuis 2014, sauf qu'en 2022, l'opposition de cette dernière à la restriction des communications décidée par la direction, est allée jusque devant les tribunaux. Alors, vengeance ?

14/02/2024, 18:14

ActuaLitté

Le poète Jean-Michel Maulpoix condamné pour violences conjugales

Le lauréat du Prix Goncourt de la poésie 2022 a été condamné ce 13 février par le tribunal correctionnel de Strasbourg à 18 mois de prison avec sursis pour violences conjugales sur son épouse. Cette dernière, qui était également poursuivie, a été relaxée au motif de la « légitime défense ».

14/02/2024, 16:55

ActuaLitté

Face à l'urgence climatique, faire bonne impression

Dans une mobilisation sans précédent, les membres du World Print & Communication Forum (WPCF), organisation mondiale d'imprimeur, ont déclaré leur engagement à réduire significativement l'empreinte carbone de l'industrie graphique. Face à l'urgence climatique et à la prise de conscience accrue du public concernant les enjeux environnementaux, l'initiative du WPCF pourrait marquer un tournant important pour le secteur de l'imprimerie, consommateur intensif de ressources.

14/02/2024, 13:15

ActuaLitté

Vocabulaire : le terme “wokisme” est à proscrire

La Commission d'enrichissement de la langue française s'attaque à un vocable brûlant, utilisé au quotidien par la sphère médiatique. Une nouvelle liste de termes étrangers, relatifs au domaine de la culture, compte en effet l'expression « woke culture », à laquelle un équivalent français est attribué.

14/02/2024, 09:59

ActuaLitté

JO 2024 : Emmanuel Macron annule le déplacement des bouquinistes

Emmanuel Macron a pris la décision de ne pas procéder au déplacement temporaire des bouquinistes parisiens situés le long des quais de Seine pour la durée des Jeux Olympiques de 2024. Cette annonce a été faite par l'Élysée ce mardi 13 février, relayée par l'AFP.

13/02/2024, 18:44

ActuaLitté

Dans Generator, Rinny Gremaud part en quête de ses origines sud-coréennes

PrixdulivredelavilledeLausanne24 – Du 1er janvier au 29 février 2024, les amateurs de littérature sont conviés à choisir leur ouvrage favori parmi une sélection de cinq romans candidats au Prix du Livre de la Ville de Lausanne. Ces œuvres sont accessibles pour lecture à cette adresse (et également disponibles en format audio ici). L'autrice de Generator (Sabine Wespieser éditions), Rinny Gremaud, se présente et présente son projet pour la Ville de Lausanne.

13/02/2024, 16:47

ActuaLitté

Pardon my French : en Inde, un petit coin de France dans les librairies

L'Institut français en Inde dévoile son opération Pardon my French, destinée à rendre plus accessible la littérature francophone dans les librairies du sous-continent indien. Des ouvrages en français, mais aussi des traductions, seront mis à disposition des lecteurs et lectrices. 

13/02/2024, 15:05

ActuaLitté

Fétichisme olympique et folie des grandeurs  

Paris. Vendredi, 9 février 2024. Pérégrination rituelle sur les quais de Seine. Discussion avec Jean-Pierre Mathias, ancien professeur de philosophie, bouquiniste depuis trente-cinq ans sur le quai Conti. Bouquiniste n'est pas uniquement un métier, un gardien de la tradition médiévale de la boutique permanente dans la rue, c'est une vocation. Par Mustapha Saha.

13/02/2024, 14:48

ActuaLitté

Le CNL envoie les auteurs en colonies de vacances

Le Centre national du livre (CNL) relance, pour la quatrième année consécutive, son programme de résidences d'auteurs en colonies de vacances et centres de loisirs, une initiative démarrée en juillet 2021 et développée en partenariat avec la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse. 

13/02/2024, 12:30