#Vie littéraire

L'autrice Denise Bombardier, qui dénonça Gabriel Matzneff, est morte

L’autrice et journaliste canadienne Denise Bombardier est décédée ce mardi 4 juillet, emportée par un cancer fulgurant. Cette figure des lettres et des médias est la première personnalité à avoir confronté Gabriel Matzneff publiquement, en 1990, sur un plateau télé. Alors qu’elle avait été lynchée et harcelée jusqu’à chez elle pour sa prise de position, elle n’a jamais regretté. Elle aura conservé toute sa vie, une appétence pour la polémique et la contradiction, qu’elle cultivait « par conviction et par plaisir ». 

Le 06/07/2023 à 12:52 par Zoé Picard

79 Réactions | 1327 Partages

Publié le :

06/07/2023 à 12:52

Zoé Picard

79

Commentaires

1327

Partages

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

D’après Le Journal de Montréal, elle s’est éteinte à l’âge de 82 ans, à la maison de soins palliatifs Saint-Raphaël, à Outremont (arrondissement de la ville de Montréal). « Ça a été la dernière étape d’une vie pleine, remplie de beaucoup de choses », explique son époux, l’historien James Jackson. 

Ascension par les mots 

Dans son autobiographie Une vie sans peur et sans regret (Plon), celle que l’on surnommait « Madame B » déclare être « [n]ée dans un milieu culturellement pauvre où l’on s’aimait sans se le dire, où les rancœurs ne manquaient pas, où l’argent faisait défaut à la différence de l’alcool ». Titulaire d’une maîtrise en science politique de l’Université de Montréal et d’un doctorat en sociologie de la Sorbonne, elle s’est finalement extirpée de son milieu familial et social pour devenir journaliste. 

Elle a été la première femme à produire et animer une émission d’affaires publiques à la télévision canadienne. Elle a reçu des hommes politiques tels que Pierre Elliott Trudeau, René Lévesque, Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand mais aussi l’auteur Georges Simenon, père du commissaire Maigret, et l’autrice Benoîte Groult.

Bombardier a également été chroniqueuse dans des journaux tels que Le Devoir, Le Journal de Montréal, Le Journal de Québec et sur QUB radio. 

Une plume littéraire 

Denise Bombardier a signé une vingtaine de romans et d’essais. Dans le livre Plus folles que ça tu meurs ! (Flammarion), elle explore l'idée que la vie peut être absurde et déconcertante, et met en scène des personnages excentriques qui se retrouvent dans des situations loufoques.

Avec L’Anglais (Robert Laffont), elle raconte, dans un texte autobiographique, comment une femme québécoise, engagée dans le combat féministe et ayant vécu des relations amoureuses compliquées, rencontre à un âge avancé, l'amour de sa vie lors d'un colloque à Belfast. L’autrice est aussi connue pour la biographie L’énigmatique Céline Dion (XO) qu’elle a rédigée après avoir suivi la chanteuse en tournée durant un an. 

“Monsieur Matzneff me semble pitoyable” 

Denise Bombardier s’est également fait remarquer lors d’une séquence télé, devenue culte. En mars 1990, elle est invitée à l’émission Apostrophes de l’animateur français Bernard Pivot, aux côtés de Gabriel Matzneff, aujourd'hui visé par une enquête de viols sur mineurs.  

Dans cette séquence, Bernard Pivot demande à Matzneff : « Pourquoi vous êtes-vous spécialisé dans les lycéennes et les minettes ? Au-dessus de 20 ans, on voit que ça ne vous intéresse plus ? » Celui qui faisait la promotion de son livre Mes amours décomposés (Gallimard) - dans lequel il met en avant ses relations sexuelles avec des enfants ainsi que ses pratiques de tourisme sexuel -, répond alors : « Je préfère avoir dans ma vie des gens qui ne sont pas encore durcis, qui sont plus gentils. Une fille très, très jeune est plutôt plus gentille. »

Denise Bombardier lui rétorque : « Je crois que je vis actuellement sur une autre planète, parce que j’arrive d’un continent où il y a un certain nombre de choses auxquelles on croit. Nous sommes à la fin du XXe siècle, et nous défendons le droit des enfants et on les protège ». Elle ajoute : « Monsieur Matzneff me semble pitoyable. [...] Dans son livre, extrêmement ennuyeux [...], il nous raconte qu’il sodomise des petites filles de 14 ans, 15 ans » Pour conclure : « Je crois que ces petites filles sont flétries jusqu’au restant de leurs jours ». 

L’amer prix de la parole

« La pédophilie, c’était un de ses combats, elle avait ça en horreur, ça la mettait hors d’elle », raconte James Jackson au Journal de Montréal. ​Mais cette répulsion n’était, à l’époque, pas partagée : Denise Bombardier a subi de violentes attaques après cette dénonciation publique, dans une période où la pédophilie était largement tolérée.

À LIRE - Affaire Matzneff : Beigbeder et Ardisson mis en cause dans une archive vidéo 

Quelques jours après cette séquence, Philippe Sollers, l’auteur de Femmes (Gallimard), décédé ce 5 mai, l’insulte publiquement de « mal baisée ». L’écrivain Jacques Lanzmann s’était également étonné qu’elle n’ait pas reçu une « baffe en pleine figure ». Bombardier a ensuite subi des appels anonymes, des lettres de menaces envers son fils et des actes de vandalisme sur sa maison au Canada. 

Comme le rappelle le média, la sortie de son roman a été totalement éclipsée par cette polémique. « Ça a été très difficile pour elle », racontait Yolande Cohen, professeure en études féministes et amie de Bombardier. Elle ajoutait : « Matzneff avait énormément d’appuis dans le milieu littéraire français, et c’est dans ce milieu qu’elle essayait de percer. Elle m’a dit: “J’ai été barrée après cette émission... parce que je me suis tenue debout” ».  

À l’avant-garde des mentalités

Denise Bombardier a longtemps dénoncé les abus sexuels qu'elle a elle-même subis. Après l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York, elle publie en 2011 un livre coécrit avec la journaliste Françoise Laborde : Ne vous taisez plus (Fayard).

Le temps — qui fut très long — lui donna finalement raison. Trente après cette séquence, Vanessa Springora, l’une des victimes de Matzneff, publie Le Consentement (Grasset) et revient sur ses années adolescentes, durant lesquelles elle a entretenu une relation avec l’auteur. Dans cet écrit autobiographique, elle déclare : « Rétrospectivement, je m’aperçois du courage qu’il a fallu à cette auteure canadienne pour s’insurger, seule, contre la complaisance de toute une époque. »

Denyse Baillargeon, professeure d’histoire à l’Université de Montréal, avait visionné la scène en 1990 et reconnaissait déjà le potentiel des propos de Bombardier : « J’étais sur le bout de ma chaise. J’étais... wow! Ça demandait un énorme courage. »

En 2020, le parquet de Paris a finalement ouvert une enquête pour viol sur mineurs contre Matzneff, avec trente ans de retard...

Crédits photo : Simon Villeneuve (CC BY-SA 3.0)

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

79 Commentaires

 

Aurelien Terrassier

06/07/2023 à 13:20

Paix à son âme. Denise Bombardier fut une brave dame qui a eu beaucoup de courage à l'époque pour denoncer les deviances pédophiles de Gabriel Matzneff qui sous couvert de talent littéraire était assez soutenu malheureusement à l'époque.

Marie

07/07/2023 à 08:16

Fort dommage qu'à son départ (pour où?), cette auteur ne soit identifiée aux lecteurs "que" par une dénonci

Marie

07/07/2023 à 08:24

Fort dommage que, à son départ, (pour où?), cette auteur ne soit identifiée essentiellement pour les lecteurs "que"pour une démarche , utile certes ( la dénonciation d'acte répréhensible de la part d'un auteur), mais occultant presque sa principale qualité d'écrivain. Infiniment plus...utile!

CHRISTIAN NAUWELAERS

08/07/2023 à 02:54

Exact.
Et les réactions largement négatives à cette époque contre sa charge contre Matzneff -à la mort de Sollers, on a évité de relater cet épisode peu glorieux de sa vie - prouvent à quel point la morale peut être traversée par les modes et changer au fil du temps...
L'idéologie du genre -je pense à son aboutissement: le changement de sexe considéré comme normal chez les jeunes (ce n'est pas «un fantasme d'extrême droite», c'est par exemple une réalité votée en Espagne et actée par la loi, je suis dans le factuel)-je suis persuadé que dans un futur plus ou moins rapproché, on en reviendra.
Comme on est revenu de la pédophilie considérée alors comme acceptable si pas souhaitable par une certaine doxa se croyant progressiste.
Avec l'appui de gens comme le psychanalyste Tony Duvert...
Il y aurait un essai accablant à publier: tous les articles, toutes les chroniques et tribunes publiées au siècle passé qui défendaient le droit de l'enfant à l'épanouissement sexuel.
Des aberrations mais totalement bien intentionnées.
Comme l'idéologie du genre aujourd'hui qui progresse de façon vertigineuse par contagion sociale.
Et tant pis pour les cultivateurs de la culture du déni et leurs cris d'orfraies dissonants.
Et hypocrites et basés sur un conditionnement à vaste échelle.
Certaines personnalités d'aujourd'hui encore vivantes (pas celles disparues bien entendu) seraient très embarrassées si de telles déclarations complaisantes envers la pédophilie étaient exhumées...
Les (pseudo) vérités d'aujourd'hui, dont l'acceptation large repose sur la force d'un martèlement orwellien, ne sont pas nécessairement celles de demain.
L'avenir nous le dira.
Le transhumanisme, la pulvérisation artificielle des limites naturelles sont toxiques.
Honte au faux progressisme dévoyé qui nie cela.
Et merci de ne pas me casser...les pieds en en faisant un débat politique: je ne marche pas.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Toinou

09/07/2023 à 11:29

C'est marrant comme vous arrivez à tout ramener à vos obsessions.
Puisqu'on fait dans la futurologie, je vais proposer un autre avenir : peut-être que dans quelques temps, la manie qu'on a de classer tout le monde selon son genre supposé sera perçu comme aussi préhistorique et incompréhensible que celle de les classer en fonction de leur race.
On verra bien.

NAUWELAERS

09/07/2023 à 15:59

Toinou,
Je pense que votre futurologie fantaisiste et créative ne correspond absolument à rien.
Je n'y crois pas du tout.
Et l'obsession récente de la fluidité du genre et du transgenrisme est, elle, omniprésente.
Du type nouvelle religion imposée.
Je vous la laisse volontiers.
Là est l'obsession qui fait réagir.
Je vous laisse à ce que vous pensez et je pense contre cela.
En toute liberté, et non, vous ne me convainquez pas.
Merci (et citer le nom de celui ou celle (ou iel ! Voilà une concession ! Pas mauvais bougre, non ?) à qui on répond, c'est mieux).
CHRISTIAN NAUWELAERS

Aurelien Terrassier

09/07/2023 à 22:00

Toinou La futurologie est une science trop sérieuse pour certains qui sont dans leurs convictions réactionnaires en pensant dans le fond "c'était mieux avant". Cela dit certains médiums notamment dans la mouvance conspirationniste donc contre la science, l'histoire et la rationalité instrumentalisent la futurologie et c'est pour le moins dangereux.

Laurence

07/07/2023 à 19:34

Une femme très courageuse, et qui a toujours défendu avec ardeur la langue française.

Aurelien Terrassier

08/07/2023 à 19:03

Il est vrai que Denise Bombardier qui fut animatrice de télévision au Canada ne peut pas être résumée à l'affaire Matzneff. Mais c'est quand même elle qui a pointé du doigt envers et contre tous les penchants pedophile d'un écrivain qui en a fait malheureusement l'éloge dans certains de ses livres. Par ailleurs, Philippe Sollers n'a jamais regretté d'avoir insulté Denise Bombardier et a aussi minimisé la pedophilie de son ami Matzneff en disant qu'il y a bien pire et que ça reste un écrivain... Je ne reviendrais pas sur les propos réactionnaires et transphobes plus haut qui ne fait que deshonorer son auteur alors que des familles réclament que leurs droits sont respectés car leurs enfants sont discriminés. C'est à l'inverse de ces intellectuels bernés dans les années 70 qui encourageaient la pedophilie contre la justice à l'époque ce qui a strictement rien à voir.

NAUWELAERS

08/07/2023 à 21:17

Je reviens sur les propos de ce contributeur hélas stakhanoviste (AT) qui ne se rend pas compte que des tas d'enfants subissent aujourd'hui un lavage de cerveau !
Certains devraient se le faire laver, leur cerveau.
Retour de ces commentaires de rien à l'envoyeur.
Même en tenant compte de ses limites, cela suffit !
Ras-le-bol des amalgames qui déshonorent leurs auteurs, pour le citer et lui appliquer ses propos.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Aurelien Terrassier

09/07/2023 à 21:53

Les amlgames vient de celui qui tient des propos reactionnaires et transphobes consciemment mais n'a peut-être pas trop conscience qu'à l'heure d'aujourd'hui des gens concernés par la transexualite et le genre souffrent de discriminations. L'amalgame avec une déviance ignoble, immorale et condamnable qu'est la pedophilie est tout simplement dégueulasse!

NAUWELAERS

10/07/2023 à 12:14

Aurelien Terrassier,
Je parie qu'en mars 1990, vous auriez jugé -en pensant au pas de l'oie -que Denise Bombardier attaquant Matzneff, la seule sur le plateau de Pivot, était une réactionnaire pensant que c'était mieux avant !
Enfin comme Toinou à qui vous répondez, vous ajoutez la futurologie à la liste de vos innombrables compétences.
J'ajoute celle qui vous revient de droit: celle d'apprenti censeur impuissant dans ses rêves liberticides, et de roi de la mauvaise foi la plus rance.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

10/07/2023 à 13:53

Aurelien Terrassier,
Être contre les discriminations dont souffrent les minorités -mais beaucoup moins qu'auparavant dans nos pays aujourd'hui qu'ailleurs, tant mieux -ne signifie pas pouvoir donner un chèque en blanc aux dérives d'endoctrinement d'enfants, qui ne vont pas à l'école pour se questionner sur leur genre...sous influences !
On leur torpille leur équilibre en construction et ce qui est effectivement dégueulasse, c'est de soutenir cela ou de le nier malgré les innombrables témoignages accablants.
Cela tourne à la maltraitance psychologique à faux nez d'inclusivité.
Laissez le genre des enfants tranquille !
Mais qu'on les laisse se construire et apprendre, pas à marcher au pas de l'oie sous la houlette d'extrémistes du transgenrisme (ou transolâtrie ou ce qu'on veut).
Apprenons-leur le respect mutuel et à rejeter le sexisme et le machisme...et que les petites filles ne deviennent pas des misandres plus tard.
Cela est tout à fait possible et on va dans ce sens, sans idéologie du genre perturbatrice et totalement toxique.
Vos cris d'orfraie n'y changent rien, je vous les laisse.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Lorraine Dubé

10/07/2023 à 11:09

Gabriel Matzneff subit enfin des conséquences. Mais ce que peu de gens savent, c'est qu'une autre victime avait écrit un livre en 2004 que personne n'a voulu publier. Pour justification, on prétend ne pas avoir voulu «black lister» l'écrivain mais en revanche, on a volontiers fait payer le prix à ceux ayant dénoncé le pédophile. Une éditrice mentionne qu'en 2004, les gens n'étaient pas prêts pour ce livre. Quel revers pour cette autre victime! Il faut lire ceux qui tentent de se donner bonne conscience. Les maisons d'édition ont cessé la complaisance dès que la controverse a éclaté en 2020. Ce n'était pas que la censure du milieu littéraire. Cette autre victime Francesca Gee dénonce la désinvolture de sa gynécologue. De plus, on constate que son père fermait les yeux et approuvait cette relation. Madame Gee a finalement écrit "L'Arme la plus meurtrière. Affaire Matzneff : le silence imposé." Nous apprenons également que l'écrivain avait appuyé Jean-Luc Mélenchon en 2012 et 2017 (...) https://fr.wikipedia.org/wiki/Gabriel_Matzneff

J'ajoute ces liens pertinents en référence:
«Tout le monde le savait» pour Gabriel Matzneff, dit Denise Bombardier:
https://www.ledevoir.com/societe/569861/tout-le-monde-le-savait
«Controverse autour du livre «Le consentement»:
https://www.youtube.com/watch?v=F0aOHuU7TEw
«Lorsque j'ai alerté sur Matzneff, un grand éditeur m'a dit que j'étais « blacklisté»: https://www.youtube.com/watch?v=ejBIbwhb5DY

Puisque vous en faites la mention, et je précise que je ne fais pas d'amalgame avec la pédophilie de Gabriel Matzneff, mais permettez-moi d'inclure un article sur «l'idéologie de genre». On doit valoriser l'estime de soi chez nos enfants mais on peut se questionner sur le rôle de l'école dans certains cas, sans pour autant être transphobes. (Par exemple, des suicides d'enfants de 10 ans):
Changement de sexe : il faut en finir avec l’omerta. Quelle genre de doctrine véhicule-t-on dans la société pour que des enfants de 10 ans se questionnent sur leur identité sexuelle comme jamais on ne l'a observé auparavant. C'est de l'endoctrinement. https://vigile.quebec/articles/changement-de-sexe-il-faut-en-finir-avec-l-omerta

Aurelien Terrassier

10/07/2023 à 11:50

Lorraine Dube Le soutien de Gabriel Matzneff pour Jean-Luc Melenchon en 2012 et 2017 était tout sauf nécessaire. D'ailleurs, ça n'a fait l'objet que d'une tribune dans le Point un magazine de centre-droit. Par contre, Gabriel Matzneff cultive des amitiés à l'extrême droite dont Jean-Marie Le Pen. https://www.liberation.fr/checknews/2020/01/10/gabriel-matzneff-est-il-ami-avec-jean-marie-le-pen_1772060/ Ce que vous ne mentionnait pas bizarrement.

Lorraine Dubé

10/07/2023 à 20:40

Je vous accorde que la mention du soutien de Gabriel Matzneff pour Jean-Luc Mélenchon en 2012 et 2017 n'était pas nécessaire. J'aurais pu retirer cette phrase du texte provenant de Wikipedia.

Vous m'apprenez que Gabriel Matzneff appuyait Jean-Marie Le Pen. Il n'y a rien de bizarre à ne pas l'avoir mentionné, je suis québécoise et je l'ignorais.
Je vous remercie de votre suivi.

NAUWELAERS

10/07/2023 à 12:10

Chère Lorraine Dubé,
Merci pour votre rappel concernant Francesca Gee -les victimes ont intérêt à être connues à un momentum qui leur devient favorable...
Cynique mais vrai.
On n'échappe pas à l'une ou l'autre réaction imbécile et hors sujet contre votre contribution...incluant même un appel du pied (qui écrit comme un pied...) à la censure, carrément...
On n'a qu'à en tirer les conclusions que l'on voudra.
Je ne commente pas plus.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

10/07/2023 à 13:37

Bonjour Lorraine Dubé,
Cet endoctrinement honteux existe et va bien au-delà du respect auquel les minorités sexuelles -mais extrêmement actives, agissantes et reconnues dans nos pays (pas partout certes)-ont droit.
Ce que des autruches bien-pensantes mais surtout d'une totale hypocrisie refusent de voir.
Des livres sont proposés à des enfants, qui font l'apologie de la fluidité des genres, de petits garçons qui se sentent filles et vice-versa, etc.
Avec le soutien de notre Fédération Wallonie-Bruxelles, dont l'enseignement belge fran cophone dépend.
Avec de jeunes cerveaux impressionnables, les résultats peuvent être catastrophiques et l'industrie médicale trouve un nouveau filon avec les changements de sexe qui augmentent fort !
Cette tendance lourde existe et est favorisée par l'effet de martèlement déjà dénoncé par le visionnaire Orwell...
Et l'effet de contagion sociale très puissant induit notamment par les réseaux sociaux, des artistes militants tels Christine and the Queens -qui exige d'être considéré au masculin après s'être appelé Chris et auparavant Christine and the Queens, retour à la case départ.
Christine qui a déclaré dans une interview dans le quotidien «La Libre Belgique»: «Tout corps est politique.»
Ah bon ?
La production de cette personne adoratrice des nouveaux dogmes à imposer par le «soft power» du type matraquage...est aussi émouvante et vibrante qu'un portillon de métro.
La pédophilie également a été en pointe d'un certain faux progressisme et ceux qui couinent à la transphobie tous azimuts auraient sans doute pensé que Bombardier attaquant Matzneff, seule contre les autres et contre un certain air du temps culturel (Pivot, mars 1990) -ces mêmes «penseurs» au pas de l'oie auraient sans doute accablé Bombardier en la traitant de réactionnaire,contre toute évidence.
Mais certaines évidences sont étouffées et bâillonnées... provisoirement.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Lorraine Dubé

10/07/2023 à 21:32

Je me demande quel commentaire de ma part a été refusé par les modérateurs?

Aurelien Terrassier

16/07/2023 à 15:04

Les comparaisons sont tellement ignobles que ça n'a pas de mot. Des gens se battent pour des droits humains aujourd'hui et il y a quarante ans des intellectuels et pas seulement de gauche légitimer ce qui est un crime c'est à dire la pédophilie en minimisant des faits graves. Par ailleurs je n'ai aucune leçon à recevoir car en 2013 j'ai signé une pétition contre la récompense du Renaudeau à Gabriel Matzneff.

NAUWELAERS

16/07/2023 à 20:08

Aurelien Terrassier,
Vous avez signé une pétition ?
C'est Renaudot, pas Renaudeau.
Mais ce n'est pas l'essentiel...
Des gens se battent pour le droit des élèves à ne pas être endoctrinés et gravement perturbés par du prosélytisme inacceptable se faisant passer pour de l'inclusivité !
Certains enfants souhaitent...essayer d'être homosexuels, selon un témoignage belge digne de foi.
Sous influence car ce n'est pas normal du tout de les bombarder à un jeune âge avec de l'idéologie du genre.
On n'est pas scolarisé pour cela: c'est une moderne trahison des clercs.
Une dérive nauséabonde d'un wokisme (qui existe) devenu fou !
Vos cris d'orfraie démontrent votre aveuglement insensé.
Vous me faites penser à un membre d'une secte ayant subi un lavage de cerveau...
Sans moi et sans les gens lucides.
Et mes propos ne sont ni d'extrême droite ni tombant sous le coup de la loi, ce qui vous fait fulminer et c'est votre problème.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Aurelien Terrassier

16/07/2023 à 20:30

Faire une telle comparaison obscène est diffamatoire et transphobe je le déplore! Vous avez le droit d'avoir vos convictions réactionnaires et vu vos opinions sur d'autres sujets comme le "wokisme" et le 'gauchisme", ça ne fait nul doute que je m'adresse à un militant d'extrême droite jusqu'à preuve du contraire.

NAUWELAERS

16/07/2023 à 23:42

Aurelien Terrassier,
Je n'ai rien à prouver à un pénible petit redresseur de soi-disant torts, un commissaire du peuple à la manque toujours prêt à extrême droitiser quiconque est plus lucide que lui...ce qui n'a rien d'un exploit.
Je milite pour l'honnêteté intellectuelle et le respect des faits et un vrai humanisme et progressisme.
Sans être encarté et en déchirant vos étiquettes d'extrême droite que votre impuissance intellectuelle vous pousse à coller sur le front de tout le monde, comme un laborantin délirant...
Style «Le Fou du Labo 4», film avec Jerry Lewis.
Mais lui était drôle, et pétri de talent !
Mes convictions qu'on ne doit pas perturber l'esprit de jeunes enfants malléables et influençables comme nous l'étions à leur âge, ne sont que normales et humanistes.
Même si votre aveuglement pathologique vous fait couiner avec toujours vos mêmes mots déplacés et rances de «transphobie», «réactionnaire» etc.
Pour quelqu'un d'ultramoderne marchant au pas de l'oie sous les injonctions de la doxa, vous êtes un retardataire: vous faites penser à un vieux disque usé.
Le saphir ou le diamant -plutôt le saphir, disons, quand même pas un diamant, sans vouloir être mesquin -reste bloqué au même endroit précis où le sillon est encrassé.
La crasse en question: une allégorie pour vos biais cognitifs inamovibles et votre incapacité totale de raisonner et observer par vous-même.
Vous êtes maté, dressé et drillé.
Comme trop d'autres gens -ce qu'on a vu durant la crise Covid, un révélateur de certaines grandes tendances à éviter de suivre.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Aurelien Terrassier

17/07/2023 à 08:33

Christian Nauwaelers ceux qui endoctrinent les enfants ce sont les neo-reacs suivis fachos et autres catholiques intégristes de la Manif Pour Tous. En plus de tenir la plupart du temps des propos insultants, vous êtes bel et bien. Un milirant d'extrême droite. Vous jouez sur les mots pareil et vous sympathiser toujours contre moi avec des gens qui eux à la différence de vous sont beaucoup plus sincères tel que Lorrain Dube ou encore adnstep. Votre talent d'écrivain se résume surtout aux attaques gratuites et non à l'argumentation et au débat. Il faut être cohérent et assumer ce n'est pas mettre des étiquettes. Bien des gens pourraient lire vos propos haineux et en déduire que vous êtes un militant d'extrême droite. Ce sont des faits! C'est ce qui fait votre différence avec d'autres militants d'extrême droite
Même si nous n'avons pas parlé d'immigration, j'imagine ce que vous pensez et que vos convictions sont d'extrême droite.

NAUWELAERS

17/07/2023 à 23:28

Aurelien Terrassier,
Nous ne vivons pas sur la même planète.
Les enfants ici sont endoctrinés par les tenants de la théorie du genre et absolument pas par les catholiques intégristes !
Vous délirez, vous retardez de cinquante ans (pour nos pays s'entend).
Je dénonce ce que des tas de scientifiques et d'observateurs dignes de foi et crédibles et sérieux dénoncent également.
Cela n'a rien à voir avec vos obsessions maladives d'extrême droite.
Vous pataugez dans votre idéologie à deux balles et vous n'avez pas plus de crédibilité qu'un témoin de Jéhovah qui, bave aux lèvres, menace de la damnation quiconque ne suit pas ses diktats.
Il faut foutre la paix avec le genre et la sexualité à de jeunes élèves qui doivent se construire et apprendre et non être perturbés parfois durablement avec des conséquences dramatiques !
Ce qui est crapuleux et dégueulasse !
Vraiment vos posts me donnent la nausée.
Ils me dégoûtent.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Aurelien Terrassier

18/07/2023 à 09:12

Vous êtes constamment dans l'insulte monsieur Nauwaelers. La théorie du genre dans l'enseignement est rejetée par l'extreme droite et ceux qui la soutiennent. seulement avec votre comparaison dégueulasse vous vous mettez hors sujet mais vous n'avez aucun argument si ce n'est que de défendre des convictions d'extrême droite il suffit de vous lire. Vos propos sont toujours outranciers monsieur Nauwaelers et rien d'étonnant que vos vrais amis ici tel que Lorraine Dube, Adnstep et aussi l'autre fois un anonyme qui se prétendait gaulliste sont des militants d'extrême droite.

NAUWELAERS

18/07/2023 à 18:59

Vous êtes constamment dans le mensonge éhonté et les anathèmes malhonnêtes, monsieur Terrassier.
Comme tout bon trotskyste fanatique, vous faites des fachos et des militants d'extrême droite de tous ceux qui ne vous suivent pas dans vos ratiocinations rances et fausses.
Vous leur délivrez leur carte du parti (toujours d'extrême droite, vous ne connaissez rien d'autre que les extrêmes, avec votre extrême bêtise), sans leur demander leur avis.
Comme un prêcheur cinglé en chaire de (sa) vérité en carton !
Non, le rejet de la théorie du genre...et surtout encore plus de l'endoctrinement dégueulasse de jeunes élèves n'est pas du tout le fait de la seule extrême droite.
Mais de tous les gens lucides et de tous bords (sauf le vôtre, qui sent très mauvais) qui s'opposent frontalement à ces délires dangereux que vous soutenez.
Vous n'avez jamais l'ombre du moindre argument valable à part diaboliser vos adversaires.
Je réitère ma phrase extraite d'un post du 10 juillet, ci-dessous entre guillemets.

«On leur torpille leur équilibre en construction et ce qui est effectivement dégueulasse, c'est de soutenir cela ou de le nier malgré les innombrables témoignages accablants.»
Votre impuissance intellectuelle est flagrante comme le soleil en pleine canicule.
Vos posts -au moins huit sur dix d'entre eux -méritent un classement vertical.
Je confirme qu'ils sont imbuvables et insupportables.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Lorraine Dubé

10/07/2023 à 12:05

Ce commentaire a été refusé parce qu’il contrevient aux règles établies par la rédaction concernant les messages autorisés. Les commentaires sont modérés a priori : lus par l’équipe, ils ne sont acceptés qu'à condition de répondre à la Charte. Pour plus d’informations, consultez la rubrique dédiée.

Aurelien Terrassier

10/07/2023 à 11:35

Lorraine Dube Votre article est néanmoins de la propagande transphobe et réactionnaire. Il y a des parents avec l'aide de psychiatres qui se battent au contraire pour que leurs enfants dès le plus jeune âge puissent vivre leur transition avec dignité et respect! https://grandirtrans.fr/ PS: Je ne comprends pas par ailleurs pourquoi Actualitte laisse publier des propos honteux et transphobes!

NAUWELAERS

10/07/2023 à 12:05

Aurelien Terrassier,
Vos propos à vous, tout nuls qu'ils soient (la forme mais surtout le fond) sont publiés par ActuaLitté alors laissez les autres s'exprimer !
Votre passion d'une certaine censure-qui-n'existe-pas, aux toilettes et tirez la chasse.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Aurelien Terrassier

10/07/2023 à 12:33

La censure n'existe pas chez moi je laisse ce fantasme à d'autres mais des propos qui pourraient tomber sous le coup de la loi et s'ils étaient supprimés, c'est de la justice et pas de la censure nuance.

NAUWELAERS

10/07/2023 à 13:06

Aurelien Terrassier,
Les propos soi-disant transphobes de cette lectrice, et d'autres, ne tombent en rien sous le coup de la loi.
Il n'empêche qu'avec votre basse mentalité liberticide, vous aimeriez qu'on les censure !
Un post de vous...non censuré (et tant pis pour vous, cela n'ajoute rien à votre renommée) en fait foi sur ce fil de discussions parfois animé(es).
Heureusement que vos délires rances n'influent en rien sur la réalité.
Les autres ne pensant pas comme vous ont mille fois le droit à la parole.
Et oui, des contributions vraiment répréhensibles sur le plan pénal ne peuvent être publiées.
Je pense d'ailleurs que le maître du site Nicolas Gary, sauf erreur, est responsable légalement de ce qui est publié par ActuaLitté.
Mais lui se tient au-dessus de la mêlée et vous laisse amplement vous exprimer -même à tort et à travers huit fois sur dix -ainsi que celles et ceux en désaccord avec vous.
Cet esprit oecuménique et respectueux de toutes les sensibilités sauf extrémistes et racistes (vraiment racistes et/ou extrémistes, s'entend) est aux antipodes du vôtre, et il me plaît très fort -le premier nommé dans la phrase, évidemment !
Vos imprécations et condamnations telles des baudruches envahissantes mais vides n'y changent heureusement rien du tout.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Lorraine Dubé

10/07/2023 à 21:23


Quel propos transphobe? Je précise qu'il y a plus de trente ans, deux personnes de mon entourage vivaient déjà ces difficultés. Imaginez, à l'époque...C'était un sujet tabou. J'étais leur confidente. Je suis consciente de ce que vous avancez, c'est pourquoi je mentionnais l'importance de l'estime de soi. Une enfant de 10 ans s'est suicidée dernièrement au Québec. Il est normal de se questionner sur le genre de doctrine véhiculée dans la société (et à l'école)pour que des enfants d'un si jeune âge se questionnent sur leur identité sexuelle comme jamais on ne l'a observé auparavant.
Il ne faut pas non plus laisser d'autres nous définir. (cis-genre, etc...)

NAUWELAERS

11/07/2023 à 10:37

Mille fois d'accord, Lorraine Dubé !
Non à cette novlangue abusive: cisgenre, hétéronormé etc.
Et vos mises en garde concernant l'explosion du mal-être lié au genre (qui ne surgit pas par hasard) chez des élèves qui n'ont pas à être endoctrinés ni perturbés, n'ont rien de transphobe.
Contrairement à ce que pérorent certains rois de l'amalgame.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Lorraine Dubé

11/07/2023 à 00:11

J''ai écrit: "Puisque vous en faites la mention, et je précise que je ne fais pas d'amalgame avec la pédophilie de Gabriel Matzneff, mais permettez-moi d'inclure cet article..." Je faisais allusion à un autre commentaire d'un lecteur à qui vous reprochiez de faire des amalgames.

Je ne voulais pas élaborer à ce sujet mais votre remarque m'y invite. Je vous précise d'ailleurs mon cheminement dans un autre message. Cet article que j'ajoutais n'est pas synonyme de transphobie mais fait état d'une autre réalité qu'on ne peut occulter: Le droit à la liberté de conscience, comme le droit à la dissidence.

La nuance est toujours préférable. La meilleure manière de faire taire quelqu'un, c'est de le qualifier de raciste ou transphobe, ce que je ne suis pas. Je précise que je suis Métis et Québécoise. Les Métis sont encore victimes de discrimination par omission.

Vous parlez de parents qui se battent pour faire respecter les droits de leurs enfants. Préconiser l'ouverture à la différence pour que cessent les préjugés, j'adhère à ce principe. Je n'ai jamais sous-estimé les préoccupations de ces parents. Ce n'est pas que le rôle de l'école d'instruire et éduquer nos enfants. Les parents ont définitivement un droit de regard. Je réitère et résume la préoccupation véhiculée dans l'article que vous qualifiez "transphobe": On n'a jamais vu autant de jeunes enfants se questionner sur leur identité sexuelle. Ce n'est pas anodin!

En terminant, puisque je ne reviendrai pas sur le sujet, voici une mère qui a le droit également d"exprimer ses réticences:
« Voilà la pseudoscience qu'on enseigne dans nos écoles. Je reproche à l’école les propos antiscientifiques. Présenter des vérités alternatives et non scientifiques est pour moi inacceptable, en plus.» https://libre-media.com/articles/une-mere-de-famille-se-bat-contre-la-propagande-trans-a-lecole

Thibaud

11/07/2023 à 10:21

Fautes de français : « confronter quelqu’un » (« […] elle a confronté Matzneff publiquement […]), double faute, de construction et de sens, par anglicisme ; et l’affreux « insulter de ».

Aurelien Terrassier

14/07/2023 à 12:09

Thibault Bien vu... Mais comme quoi même des gens qui prétendent écrire mieux que les autres en défendant et en tenant des idées et des propos néfastes et réactionnaires peuvent aussi faire des fautes d'orthographe. Certes j'en fais aussi mais je l'admets.

Lorraine Dubé

11/07/2023 à 12:49

Un suivi du Québec. Un dernier hommage à Denise Bombardier aura lieu le vendredi 14 juillet. Les funérailles seront ouvertes au public, car pour son mari des 20 dernières années, ce sera l’occasion de souligner à quel point sa femme était près de son public et combien elle aimait échanger avec les personnes qui l’abordaient.

Message de sa famille. Voyez la magnifique photo d’elle :
https://twitter.com/EtienneFG/status/1676309365622468642/photo/1

Hommage de son collègue et ami Richard Martineau!
https://www.journaldemontreal.com/2023/07/05/denise-la-vie-meme

L’héritage télévisuel de Denise Bombardier. par Mathieu Bock Côté
https://www.journaldemontreal.com/2023/07/06/lheritage-televisuel-de-denise-bombardier

Hommage de Julie Snyder. Voici un souvenir de Denise Bombardier, au cours de cette émission spéciale datant de 2007, où Céline Dion rencontre ces femmes derrière leurs textes pour son album « D’elles », dont Denise Bombardier, qui lui a offert la chanson « La diva ». https://www.noovomoi.ca/en-vedette/julie-snyder-hommage-denise-bombardier.html


Lorraine Dubé

11/07/2023 à 14:44

Dernièrement j'écrivais un courriel à plusieurs médias dont le Journal de Montréal. Madame Bombardier m'a répondu en me demandant de la contacter, et en me laissant son numéro personnel. C'est significatif de sa personnalité, de sa proximité avec les gens.

Témoignages concernant l'héritage de madame Denise Bombardier. Comme vous n'êtes pas abonnés au Devoir, j'inclus intégralement les articles du quotidien créé à Montréal en 1910 par Henri Bourassa.

Denise Bombardier a payé cher sa confrontation avec le pédophile Matzneff:
https://www.journaldemontreal.com/2023/07/04/denise-bombardier--elle-a-paye-cher-sa-confrontation-avec-le-pedophile-matzneff

Denise Bombardier et le courage. -Patrick Moreau, le 7 juillet 2023. L’auteur est professeur de littérature à Montréal.

«À rebours des insulteurs à la petite semaine qui attaquent généralement en bande, Denise Bombardier savait, elle, se retourner contre la meute et lui tenir tête quand besoin était.»

Comme bien des Québécois, je ne connaissais Denise Bombardier que par ses interventions publiques, et elle incarnait à mes yeux une qualité qui devient de plus en plus rare dans le monde médiatique et culturel d’aujourd’hui : le courage.

Nous prétendons, bien entendu, comme toutes les sociétés passées et à venir, honorer le courage, mais nous aimons en réalité les actes courageux seulement lorsqu’ils ne remettent pas en question les statu quo. Entrer dans une maison en flammes est éminemment courageux et demande de la part de celui qui l’ose énormément d’abnégation, mais cela ne remet rien en question. On peut alors lui donner une médaille, qu’il a, au demeurant, dûment méritée.

Mais il y a un autre courage qui fait quant à lui beaucoup moins l’unanimité, c’est le courage d’assumer ses convictions ; c’est ce courage qu’incarnait Denise Bombardier et qui lui valait ces titres ambigus de « polémiste » ou de personnalité médiatique « controversée », comme si la seule parole publique qui vaille était celle qui fait largement consensus. Ce courage, qu’elle a illustré tout au long de sa vie, c’est celui qui consiste à ne pas hésiter à aller à contre-courant si l’on croit sincèrement que les choses ne vont pas ou ne vont plus dans le sens souhaité. Quitte à en payer le prix.

En effet, ce courage-là n’attend pas le succès ; il ne compte pas les likes. Il est de l’ordre de la conviction. Le courageux n’hésite pas à aller à l’encontre de ses propres intérêts, comme de ceux de son camp ou de sa corporation ou de sa tribu. Le ressort de ce courage est en effet ce qui nous dicte, au plus profond de nous, ce que nous devons faire ou ne pas faire, dire ou ne pas dire, afin de demeurer nous-mêmes. Il est le fruit de la conscience. Est courageux celui qui est déterminé de l’intérieur et non soumis totalement aux influences de ce qui l’entoure. Celui-là agit parce qu’il ne peut faire autrement, du moins s’il veut continuer à pouvoir, comme on dit, se regarder dans un miroir. S’il les suscite parfois, le vrai courage ne prétend ni au succès ni aux applaudissements. Il est la plupart du temps exposé au mépris et aux haussements d’épaules. Il arrive même qu’on ne lui sache pas gré d’avoir eu raison trop tôt.

On trouve dans ces dernières remarques une des raisons pour lesquelles nous vivons actuellement dans des sociétés à la fois sans courage et profondément découragées. L’image dans le miroir à laquelle nous nous fions et à laquelle nous apprenons à nos enfants, dès leur plus jeune âge, à s’identifier, c’est celle que nous renvoie la foule approbatrice qui se manifeste notamment sur les réseaux sociaux. Le seul idéal qui demeure est celui de la réussite et du succès qui ont besoin l’un comme l’autre — mais c’est, bien sûr, un besoin un brin hypocrite et intéressé — de l’approbation d’autrui. Toute une école de conformisme ! Et de lâcheté…

Se retourner contre la meute
Cette pusillanimité de la majorité, ou encore ce repli de l’individu sur un quant-à-soi bien protégé, fait de nos sociétés des sociétés non seulement sans courage, mais aussi sans projet, qui se laissent porter par un laisser-aller qui ressemble de plus en plus à une abdication et à une pente fatale. Ce sont cette pusillanimité et ce quant-à-soi qui laissent également toute la place aux activistes les plus bruyants, qui sont aussi, souvent, ceux qui défendent les idées les plus insensées.

Le courage consiste en effet à ne pas accepter que les choses aillent simplement de soi, que l’avenir soit déjà écrit ; il pousse à refuser les fatalités, à oser dire non à ceux qui veulent dicter à tous un futur à leur avantage, mais dont le reste de la population ne veut pas nécessairement. Sans courage, il n’y a pas de monde partagé ni de monde véritablement humain, car un monde humain, c’est un monde que nous construisons librement. Et sans courage, la liberté ne vaut rien.

Or, ce courage ne peut être qu’individuel. Au moment de la décision, l’individu qui fait preuve de courage est toujours seul. Il sait ou du moins il se doute que personne n’interviendra à sa place. Il refuse, autrement dit, de se cacher derrière le paisible anonymat qui est à la source de bien des lâchetés, depuis les plus banales jusqu’aux plus atroces.

Pour autant, il est également conscient qu’être soi-même ne consiste pas à aduler un moi autosatisfait et revendicateur devant lequel tout devrait plier. L’âme humaine, l’esprit, le soi — appelons cela comme on voudra —, puise sa force et son identité dans autre chose que lui-même, dans un idéal, un ensemble de convictions et de valeurs, une morale en l’absence desquels l’individu ne sert que son propre intérêt égoïste, qui exige rarement que l’on prenne autrui à rebrousse-poil et le monde tel qu’il va en défaut.

Pour réagir avec courage, il faut être capable de percevoir ce qui, dans ce monde, peut être révoltant, voire carrément inacceptable. Il faut savoir s’opposer.

Mais dire non, ce n’est pas non plus hurler avec les loups, comme on aime tant le faire aujourd’hui, en croyant de façon bien illusoire que le lynchage, même des coupables avérés, apporte la preuve de notre vertu. À rebours des insulteurs à la petite semaine qui attaquent généralement en bande, Denise Bombardier savait, elle, se retourner contre la meute et lui tenir tête quand besoin était. Le courage dont elle faisait preuve dans la défense de ses convictions comme son franc-parler vont nous manquer. Souhaitons que la grande dame qu’elle a été continue, collectivement, de nous inspirer. Source: https://www.ledevoir.com/opinion/idees/794186/point-de-vue-denise-bombardier-et-le-courage

Le courage de la nuance de Denise Bombardier. -Yanick Binet, Professeur de philosophie au collège Lionel-Groulx. 8 juillet 2023 Lettres:

Depuis le décès de Denise Bombardier, on a beaucoup parlé de son courage. En particulier celui d’avoir dénoncé les actes pédophiles de Gabriel Matzneff sur le plateau d’Apostrophes. Et le courage d’avoir tenu tête à un milieu qui croyait encore que la littérature justifiait tout, et d’avoir accepté d’être ostracisée et même menacée pour cela.

On rappelle aussi que Mme Bombardier avait le courage de ses opinions. Elle ne craignait pas de dire ce qu’elle pensait, peu importe les conséquences. L’intégrité et la fermeté des convictions étaient des valeurs suprêmes pour elle. On a aussi souvent dit comment la recherche d’un consensus à tout prix et la peur de la « chicane », si répandues selon elle chez les Québécois, lui répugnaient.

Dans son texte du 7 juillet, Patrick Moreau vante la capacité de Denise Bombardier d’aller à contre-courant des idées dominantes, malgré les coups et le mépris, fût-ce même contre ses propres intérêts. C’est le lot, dit-il, de ceux qui font passer l’accord avec leur conscience avant toute autre considération.

Mais cette détermination amenait Mme Bombardier à soutenir certaines idées sans toujours s’embarrasser des nuances nécessaires ni toujours réfléchir à l’impact de ces idées. Francis Dupuis-Déri rappelle que la thèse selon laquelle le féminisme a provoqué un terrible désarroi chez les hommes a été récupérée par les masculinistes. De plus, l’affirmation de Denise Bombardier que le wokisme constituerait une menace existentielle pour un Québec en plein déclin fait l’impasse sur les avancées sociales permises par cette nouvelle gauche, comme une plus grande tolérance envers les personnes traditionnellement marginalisées.

Cela dit, il est tout à fait légitime de réfléchir aux dérives possibles d’un féminisme ou de la nouvelle gauche et de vouloir y débusquer de possibles tendances idéologiques. Mais il faut en même temps chercher à s’opposer aux biais et aux limites de ses propres convictions et pas seulement à celles des autres. Ce travail de nuance demande parfois autant de courage, sinon plus, que de tenir à ses idées jusqu’au bout…Source: https://www.ledevoir.com/opinion/lettres/794241/le-courage-de-la-nuance-de-denise-bombardier

Un autre témoignage: https://www.facebook.com/JoselitoMichaudOfficiel/posts/995703478403474?ref=embed_post

Émission avec Stéphan Bureau : Dans notre entretien, elle revient sur quelques chapitres importants de sa vie qui éclairent très certainement sa vision du monde. "J'ai été aimée par des hommes, et au fond, ils m'ont sauvée de mon père."

La confession explique sans doute son malaise face à ce qui ressemble beaucoup aujourd'hui à une guerre des sexes. "Il n'y a pas d'avenir sur terre si la moitié, si les femmes décident que les hommes sont en majorité des salauds, des violeurs." Une méfiance qui a tué le flirt, devenu de nos jours une forme subversive de riposte à l'étiquette dominant: https://www.youtube.com/watch?v=LmCSsNSuyrY

SOURCE https://ca.linkedin.com/posts/st%C3%A9phan-bureau-86a084240_contact-avec-st%C3%A9phan-bureau-19-denise-bombardier-activity-7066382308286582784-yLMX

Vanessa Springora raconte dans Le Consentement la relation qu’elle a eue à l’âge de 14 ans avec Gabriel Matzneff, de 36 ans son aîné. L’écrivain n’a jamais caché ses penchants pédophiles. En 1990, la Québécoise Denise Bombardier avait été l’une des rares à s’en indigner publiquement. Trente ans après, elle apparaît comme une “visionnaire”, salue Le Devoir dans un éditorial: https://www.courrierinternational.com/article/vu-du-quebec-la-revanche-des-minettes-abusees-par-gabriel-matzneff

Lorraine Dubé

11/07/2023 à 21:42

« L'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller jusqu'au bout de sa pensée » (Léon Blum)

Cette page est consacrée à la mémoire de madame Denise Bombardier, voici donc un nouveau partage avec vous. J'admirais entre autre madame Bombardier dans sa défense de la langue française.

Comme moi, madame Bombardier préférait « auteure ». L'avis de décès en témoigne. Si vous souhaitez laisser un message à sa famille, même sans l’avoir rencontrée personnellement, et partager avec ses proches votre souvenir d'elle, ne serait-ce que votre impression du moment inspirant en 1990 dont elle a subi des conséquences par la suite, je suis persuadée que sa famille vous en serait reconnaissante. https://www.lenecrologue.com/canada/quebec/montreal/montreal/outremont/les-espaces-memoria/eGsQpV/denise-bombardier/avis-de-deces/

«Une leçon de courage de Denise Bombardier. Elle suivait sa conscience au lieu de penser à sa carrière » -Richard Martineau. Un autre bel hommage de son collègue qui fait l'éloge de l'intégrité de son amie Denise. Il parle de l’évènement de mars 1990 et compare la vitrine qu’aurait été pour la carrière de Denise Bombardier l’émission de Bernard Pivot: «Quand le pape t’invite au Vatican, tu ne lui parles pas des histoires de cul de ses évêques et de ses curés! (…).» ( Inclus, un montage-hommage à Denise Bombardier, des entrevues, des chroniques et encore plus sur QUB radio ) : https://www.journaldemontreal.com/2023/07/06/une-lecon-de-courage-de-denise-bombardier#cxrecs_s

L'ex-premier ministre du Canada Brian Mulroney rend hommage à la journaliste et auteure. Denise Bombardier «nous manquera beaucoup». J’ai toujours eu une grande admiration pour son immense talent et sa plume d’une extraordinaire beauté. On se souviendra aussi de son courage dans l’expression de ses opinions. Véritable pionnière des femmes dans le journalisme, elle a ouvert la voie à de nombreuses autres. Nous nous connaissions depuis des décennies et j’étais fier de dire qu’elle était une amie. Elle était avec nous en Floride pour la célébration de la Noël 2022… https://www.journaldequebec.com/2023/07/04/denise-bombardier--nous-manquera-beaucoup

L’auteure, journaliste et chroniqueuse Denise Bombardier, décédée à la suite de complications suivant des examens médicaux, avait été grandement décorée par le passé pour son ardente défense de la langue française. https://www.journaldemontreal.com/2023/07/04/denise-bombardier-decoree-a-de-nombreuses-reprises-pour-sa-defense-de-la-langue-francaise

Lyo

11/07/2023 à 22:11

Cet article ne parle pas de genre ou de changement de sexe, mais du parcours de Denise Bombardier qui a été l'une des rares à se dresser contre une clique de pedocriminels.

Par contre, dire qu'à l'époque de son intervention la pédophilie était mieux tolérer, c'est un peu faux. Certes, il y a avait en France, un petit cercle qui encourageait la pedocriminalité mais de façon générale, il n'y avait que les médias qui les soutenaient.

Mes parents et grands-parents ont toujours pensé que Gabriel Matzneff était un gros singlé et que ses délires relevaient d'un milieu bourgeois.

Lorraine Dubé

12/07/2023 à 09:48

Le dernier article de Denise Bombardier:
«Justin Trudeau, lui, ne recule devant aucun exploit pour transformer le Canada postnational multireligieux et l’emmener vers des avenues opposées à celles du Québec. Un Québec non pas souverainiste, mais nationaliste, qui tente d’affirmer son identité définie par la langue et dorénavant par la loi sur la laïcité. Les Québécois sont encore perturbés par les retombées du catholicisme étouffant et par un complexe d’infériorité, étant des minoritaires francophones.»: https://www.journaldemontreal.com/2023/05/20/nos-fonctionnaires-federaux-payes-pour-prier-vaut-mieux-en-rire-quen-pleurer
La prière et la ségrégation sexuelle... au Parlement canadien! Photo de 2016 tirée d'un gazouillis dont voici le lien : https://twitter.com/muslimtv/status/788068213204643841

NAUWELAERS

12/07/2023 à 12:31

Lorraine Dubé,
Vous faites une entrée fracassante parmi les intervenant(e)s de fils de discussion ActuAlitté !
J'aime votre «gazouillis» qui remplace Twitter !
Je ne conteste qu'un seul mot canadien inventé pour contrer les anglicismes.
Le pompeux voire ridicule «divulgâcher» que l'on emploie maintenant souvent en France et en Belgique pour remplacer «spoiler».
Il y a le bien plus joli et tout aussi pertinent «déflorer» !
Que le chanteur Étienne Daho a eu la bonne idée d'utiliser dans une interview récente dans «Libération».
CHRISTIAN NAUWELAERS

Lorraine Dubé

12/07/2023 à 11:25

Rappel d'une autre intervention de madame Denise Bombardier, cette fois à Bouillon de culture. En réponse à la question de Bernard Pivot sur la langue française et la menace que représente l'anglais qui peu à peu grignote la langue française, Denise Bombardier défend avec beaucoup de conviction et de colère la défense du français, devenue une sorte d'égérie de la langue française. Elle parle en présence d'autres invités dont James Lipton et Amélie Nothomb: https://www.youtube.com/watch?v=KJcRudAfhRk
J'ai répondu à une lectrice: https://www.tiktok.com/@60s_pour_rire_2/video/7252353309632204058

NAUWELAERS

12/07/2023 à 12:24

Merci chère Lorraine Dubé de toutes ces informations !
Des posts ultra-intéressants au possible.
Oui le Québec a toujours été en pointe contre l'anglicisation forcenée, soit niée soit même justifiée par de pénibles linguistes-idéologues par ici...
Avec un soutien médiatique de moutons de Panurge.
Mais pas tous ni toutes les linguistes, heureusement.
Il faudrait une Denise Bombardier française, et paix à son âme.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Lorraine Dubé

19/07/2023 à 11:26

«On ne décide pas de la vérité d'une pensée selon qu'elle est de droite ou de gauche.»

Bonjour Christian Nauwelaers
Je reviens à cette discussion après une absence de quelques jours. Compte tenu du décalage horaire et de l'heure tardive, je n'ai pas le temps de consulter tous les messages.

Cadette de la famille, mes parents ayant été 10 ans sans enfant jusqu'à mon arrivée, je suis "le poteau de vieillesse" de ma mère qui a eu 100 ans le 1er avril dernier. Elle habite chez moi depuis bientôt 4 ans et j'en suis la curatrice. Par conséquent, j'ai d'autres préoccupations plus importantes que ces messages de gens ne tenant pas compte des nuances apportées dans mes arguments et n'ayant probablement pas pris le temps de lire les articles pertinents en références, pour appuyer mon opinion.

Je constate que vous avez pris la relève et vous en remercie. Il n'est pas normal d'imposer à une majorité d'enfants de se faire jouer ainsi dans la tête. C'est de l'endoctrinement. Ce n'est pas le rôle de l'école. Les parents ont leur mot à dire. L'article de la mère enseignante était clair et donnait la solution pour éviter qu'on retrouve un si grand nombre d'enfants visiblement perturbés qui se questionnent sur leur sexualité à un aussi jeune âge que 10 ans. Et comme jamais auparavant! Ces enfants ont aussi droit à la quiétude et la liberté de conscience. Ils ont le droit de vivre pleinement l'insouciance de l'enfance. Parlez-en à la maman qui dernièrement n'a pas pressenti le suicide de sa petite fille de 10 ans! C'est pourtant la conséquence de ce lavage de cerveau.

En réponse à la personne qui ne retient d'un long texte de ma part que la syntaxe et un supposé anglicisme dans une phrase concernant le premier ministre du Canada. Je mentionnais je crois que nous sommes confrontés aux pratiques de Justin Trudeau. En retirant un mot, on peut ne pas le remplacer, simplement par inadvertance. Ce que je trouve assez particulier, c'est l'absence de débat d'idée dans la réplique. Incluant les Francophones hors-Québec, nous représentons 2% de locuteurs français noyés dans une mer anglophone sur le continent américain. Nous pouvons parfois par inadvertance utiliser des anglicismes, ce que nous déplorons, conscients de l'influence néfaste de l'anglais. En revanche, nous francisons des termes et nous efforçons de ne pas utiliser de mots anglais. Je parie que la personne m'ayant fait cette remarque s'inscrit à des "news letters" et envoie des "emails" alors que pour ma part, ce sont des Infolettres et courriels. Quand on essaie de protéger notre langue en péril sur ce continent, on se fait parfois répondre: "Les Français utilisent ces mots, eux". C'est en effet étonnant, tous ces emprunts à la langue anglaise ainsi que l'apologie de ce qui provient des États-Unis.

Des gens sont sensibles à la façon dont se définit une minorité mais de manière incohérente n'hésitent pas à définir autrui en identifiant de "l’extrême droite" ceux qui pensent différemment. Tout est pourtant clair dans mon article sur l'élection de Gabriel Bouchard malgré ses sorties publiques déconcertantes. Je précise que l'unique personne m'ayant déjà associée à de l'ultra nationalisme n'avait même pas pris la peine de lire mon article. Le fait qu'il soit publié dans "Riposte laïque" lui suffisait pour s'octroyer le droit de me "cataloguer" ou "étiqueter" sans même consulter mes arguments. Quelle fermeture d'esprit!

De plus, que je sois inscrite à des Infolettres de différents groupes ne fait pas de moi une personne qu'on peut ranger dans un casier. Je suis simplement ouverte à la divergence d'opinions. J'aime me faire une idée par moi-même et débattre de nos opinions implique forcément de la dissidence.

Un contact du Québec ayant proposé ma publication à l'administration du site Riposte laïque, une autre personne m'associait à l’extrême droite ou à de l'ultra nationalisme sans même prendre connaissance de mes propos pourtant nuancés avec de nombreuses références pertinentes ajoutées à mon témoignage. Dans ce texte, j'avais d'ailleurs inclus un article éloquent "QUELLE EXTRÊME DROITE"?

Christian, comme vous le mentionnez, on tente de diaboliser celui qui pense différemment. C'est la tendance "woke".

Critiquer l'opinion d'une femme n'est pas nécessairement misogyne et nous ne sommes pas transphobes de remettre en question les idées saugrenues et dérives idéologiques d'une personne transgenre. Je précise que l'organisme FFQ risquant de perdre son financement public suite à de nombreuses controverses de la part de sa présidente, cette personne a dû démissionner. Dans un prochain message, j'aborderai les détails sur la présence de Gabrielle Bouchard à la "Fédération des femmes du Québec". L'organisme féminin étant abandonné par de nombreuses femmes pour des raisons évoquées dans un message précédent, personne d'autre que Bouchard ne voulait postuler à la présidence. On peut donc désormais affirmer comme ils le font qu'une personne transsexuelle y a été élue... Cependant, elle l'a été par défaut. Quelqu'un remettant en question les termes "maternité" et "femme" n'aurait pas dû avoir la légitimité de se présenter dans l'organisme "La Fédération des femmes du Québec". Pourquoi ne pas fonder son propre organisme?

Quels doubles standards que d'exiger qu'on banalise notre vécu pour être plus inclusifs face au "ressenti" d'une infime minorité de personnes! C'est pourquoi je m'oppose à ce qu'on me définisse "cis-genre". Il est paradoxal qu'une minorité nous oblige à les définir autrement et qu'on veuille en même temps effacer une majorité s'identifiant "femmes et hommes".

Une minorité refuse qu'on les identifie mais impose à la majorité des qualificatifs pour nous définir. Des activistes trans harcèlent littéralement des hommes et des femmes qui refusent d'être qualifiés cis-genre! Le grand patron Elon Musk est même intervenu pour confirmer que ces termes sont des insultes, ajoutant que si quelqu'un se fait harcelant à ce sujet, son compte peut être temporairement bloqué: https://twitter.com/JamesEsses/status/1671060322667380741
https://twitter.com/elonmusk/status/1671370284102819841

J'ajoute un article intéressant. Selon la ligue des droits et libertés, il serait justifié d’obliger les individus à s’adapter aux exigences de la majorité dans les cas de la protection de la langue, de la culture et de la vie même des Québécois en tant que collectivité. L'auteure: «Il convient de se demander si le droit à l’égalité ne serait pas en fait un droit collectif. Une des menaces contemporaines à l’égalité entre les sexes, c’est la sous-estimation de l’importance du droit à l’égalité, comme droit collectif» (…) «Pour l’émancipation des femmes de cultures ou religions misogynes, afin qu'elles puissent profiter des mêmes droits, les féministes de l’époque, à titre collectif, avaient obtenu l’ajout de l’article 28 à la Charte canadienne en tant que groupe défini par son sexe.» Source: https://www.ledevoir.com/opinion/idees/794562/idees-de-l-importance-des-droits-collectifs

En terminant
J'ai l'impression qu'on ne tient pas compte de nos arguments, de nos nuances. Avis à ceux qui aiment diaboliser les opinions adverses, je ne réponds pas à des accusations dignes de la gauche radicale.

Madame Denise Bombardier a également été critiquée pour avoir remis en cause l'élection de la personne transgenre à la présidence de la Fédération des femmes du Québec (FFQ). Encore dernièrement, sans aucune autre explication pour justifier son opposition, on a voulu simplement discréditer l'opinion de madame Bombardier en insinuant à tort qu'elle faisait preuve de transphobie.

Suite au décès de madame Bombardier, son fils Guillaume a exaucé les voeux de sa mère qui souhaitait des funérailles sobres.

Le jour même de son décès, un article du Devoir mentionnant le concert d'éloges que madame Bombardier recevait depuis le début de la journée, l'auteure faisant preuve de lâcheté répliquait à ces hommages en salissant la mémoire de Denise Bombardier tout en sachant que cette fois-ci, elle n'aurait pas d'écho de la principale intéressée. On y banalisait également son courage en mars 1990 face au pédophile Gabriel Matzneff et devant la complaisance de l'auditoire.

Être féministe ne signifie pas être constamment en accord avec les opinions ou gestes des femmes. Madame Bombardier était également solidaire des hommes. Dans cet article du Devoir le jour de son décès, par son raccourci l'auteure laissait sous-entendre avec mauvaise foi que Denise Bombardier avait fait preuve de transphobie et d'homophobie.

Un extrait de la réplique de sa collègue et amie Sophie Durocher:
« J’ai inscrit péniblement à mon calendrier, pour vendredi: «Funérailles Denise».
Deux mots qui ne vont pas ensemble.
Ma Denise plus vivante que la vie ne peut pas mourir.
Pour la première fois, vous m’avez fait de la peine.
Oui, après toutes ces années d’amitié, nous nous vouvoyions encore.
Mais nos cœurs se tutoyaient.
Je me sens privilégiée d’avoir compté parmi vos intimes.
Inspirée par la devise de ce Québec que vous aimiez tant,
«Je me souviens» de tant de moments mémorables à vos côtés.
Je me souviens quand vous arriviez déguisée à vos propres partys! »
(…)
Sophie Durocher termine en faisant allusion au texte du Devoir le jour du décès de l'auteure Denise Bombardier:
"Je me doutais que les vautours allaient tenter de salir votre héritage.
Mais je n’aurais pas pensé que Le Devoir, où vous avez été chroniqueuse, donnerait la parole à une obscure prof de l’UQAM qui a dénoncé vos soi-disant «positions féministes de droite et moralisatrices». Vous leur auriez sûrement répliqué en citant Albert Camus:
«On ne décide pas de la vérité d'une pensée selon qu'elle est de droite ou de gauche.»

NAUWELAERS

19/07/2023 à 13:15

Bonjour Lorraine,
MERCI pour cette longue et si belle contribution !
Une cascade de lucidité et d'intelligence qui élève le débat, loin au-dessus de certains remugles persistants et malodorants de bêtise totalitaire mais les vrais progressistes les combattent.
Amitiés.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Lorraine Dubé

21/07/2023 à 00:14

Denise Bombardier: «Le radicalisme féministe n’est pas moins dommageable que le machisme dominant de nos sociétés modernes»

La transgenre Gabrielle Bouchard à titre de présidente de la Fédération des Femmes du Québec avait mentionné sur Twitter en 2019 qu’on devrait discuter de la stérilisation obligatoire des hommes à 18 ans... Rien de moins! Avant de poursuivre avec la Fédération des femmes du Québec dont Denise Bombardier critiquait la gouvernance, si intéressés, je vous invite à consulter ces 3 liens:

«UNIQUE EN SON GENRE» : PROPAGANDE AU MUSÉE. Ariane Beauféray et Laurence Godin-Tremblay, deux doctorantes formées respectivement en science et en philosophie, nous expliquent pourquoi: https://le-verbe.com/reportage/unique-en-son-genre-propagande-au-musee/?fbclid=IwAR0UO9gwShx-jwGE1afCZh8T6trWwGlWKiEFC-eu2-8imXSKSj5blW6nnX4

«Je venais d'être agressée par des manifestants alors que je voulais simplement assister à une conférence à McGill et j'avais reçu des menaces à mon adresse courriel du travail.»: https://twitter.com/CollinAnnieEve1/status/1679839472651755522?cn=ZmxleGlibGVfcmVjcw%3D%3D&refsrc=email

La conférence en question: https://www.youtube.com/watch?v=jSFnmyzfWgg&;t=542s

Concernant la Fédération des femmes du Québec (FFQ) et l'arrivée de la présidente transgenre Gabrielle Bouchard accumulant les controverses...

Une approche alambiquée, indéfendable et intolérable:
Dans ce journal du 26 octobre 2013, Hélène Roulot-Ganzmann tentait de nous expliquer la nébuleuse approche dans son article intitulé «Intersection des oppressions - Le mouvement féministe peut lui aussi reproduire des inégalités» dans ces mots :

« L’intersectionnalité est aussi un outil pour remettre en question certains privilèges et les confronter, ajoute Sirma Bilge. Regardons toutes ces femmes qui se proposent de défendre la Charte des valeurs (Loi sur la Laïcité) au nom du féminisme. Si on veut bien mettre des lunettes intersectionnelles, il faut se demander au nom de qui ces personnes prennent la parole ? Au nom de quelles femmes ? Les femmes blanches, Québécoises de souche, appartenant à la classe moyenne? »

«Mais moi, je vous demande justement au nom de qui prenez-vous la parole ? Au nom de quelles femmes ? Les femmes violées, prostituées, voilées, battues, atteintes de maladie mentale, enfermées à la maison, noires, pauvres, dépendantes économiquement, droguées, déficientes intellectuelles etc…me direz-vous et je vous appuie là-dessus.»

«Et vous croyez que parmi les femmes blanches, Québécoises de souche, appartenant à la classe moyenne, donc «privilégiées» dites-vous, il n’y en a aucune qui soit droguée, battue, dépendante économiquement, violée, convertie-voilée, assujettie sexuellement, atteintes de maladie mentale etc…?»

«Votre approche intersectionnelle est alambiquée, indéfendable et intolérable. La FFQ doit parler au nom de toutes les femmes du Québec, sans qu'il faille se demander à tout moment quelles lunettes elle porte lorsqu'elle le fait. Le citoyen doit être certain que la FFQ milite pour l’amélioration du sort de chacune de ces femmes, quelle que soit leur classe sociale, la couleur de leur peau ou leur culture d’origine.»

«Si la FFQ maintien malgré tout cette approche intersectionnelle qui remet en question et confronte certains privilèges, elle doit changer de nom et peut-être former un parti politique.»

L'ARRIVÉE DE LA PRÉSIDENTE DE LA FÉDÉRATION DES FEMMES DU QUÉBEC (FFQ) GABRIELLE BOUCHARD
La transsexuelle Gabrielle Bouchard savait parfaitement qu’il n’y avait pas que son militantisme intransigeant qui dérangeait. Par conséquent, qualifier ses détracteurs de « transphobes » était d’une malhonnêteté incroyable. Ne pas appuyer ses dérives idéologiques et sa vision ferait donc de nous des êtres intolérants et transphobes?

La militante islamiste Samira Laouni est tolérée dans cet organisme FFQ après avoir qualifié impunément 4 femmes laïques de «cellules cancéreuses qui rongent notre société de l’intérieur.». Ces 4 femmes font désormais partie de l’organisme qui a pris la relève "Pour les droits des femmes du Québec" (PDF Québec) dont la transgenre Gabrielle Bouchard faisait la diffamation.

Comme certains le prétendent à tort, nous ne sommes pas des immigrants et des blancs colonisateurs! On qualifie même les Québécois d'Allochtones, ce qui est faux. Les villes de Montréal et Québec seraient à leur avis des territoires autochtones non cédés alors que c'est faux. Des historiens les contredisent mais ils persistent le révisionnisme. La mairesse de Montréal et les propriétaires de l'équipe de hockey "Canadiens de Montréal" se prêtent à cette réécriture de l'histoire.

Ma peau serait donc trop blanche pour des gens comme Gabrielle Bouchard. Ma mère est pourtant issue des Algonquins et mon père des Micmacs. Les termes diffamatoires sont une insulte à mes ancêtres autochtones ayant subi de la discrimination et du racisme systémique. Bouchard déclarait: «Ces femmes ont longtemps été exclues d’un mouvement porté par une majorité blanche et relativement aisée».

Je vous invite à consulter intégralement cet article décrivant le parcours abrupte et controversé de Gabrielle Bouchard au sein de la FFQ. Vous y trouverez de nombreuses références pertinentes et éclairantes:

LE QUÉBEC DIRA-T-IL ENFIN QUE C'EN EST ASSEZ À GABRIELLE BOUCHARD DE LA FFQ? 24 FÉVRIER 2020 par ELAINE GRISÉ. «La personne à la présidence de la Fédération des femmes du Québec, un homme s’identifiant comme femme, fait des déclarations controversées depuis des années, dressant les femmes les unes contre les autres. Est-elle finalement allée trop loin ?» Elaine Grisé est titulaire d’une maîtrise en sexologie et en études féministes. Elle est une abolitionniste du genre et de l’industrie du sexe vivant à Montréal. Cet article a d’abord été publié en anglais sur le site Feminist Current. On le trouve aussi sur le blogue Fleur Furieuse.»
(Extrait)
«Longtemps reconnue comme un groupe phare pour les droits des femmes au Québec et sur la scène internationale, la Fédération des femmes du Québec (FFQ) n’est plus ce qu’elle était et suscite régulièrement la controverse.

Au cours de la dernière décennie, la FFQ a connu de nombreuses démissions de ses membres en raison de conflits politiques et de l’absence de processus ouverts et démocratiques en son sein. La difficulté à recruter la dernière présidente montre que le poste suscitait bien peu d’intérêt. La présidente précédente ayant quitté son poste rapidement en raison de conflits internes, seul Bouchard a postulé pour la remplacer. Sans compétition, il a été élu par acclamation à l’automne 2017.

Bouchard était controversé avant même qu’il ne prenne la tête de la FFQ. En 2015, la Commission des institutions tenait des consultations et des audiences publiques dans le but de rédiger le Règlement relatif au changement de nom et d’autres qualités de l’état civil pour les personnes transsexuelles ou transgenres. Bouchard représentait le Centre de lutte contre l’oppression des genres de l’Université Concordia lors des audiences, au cours desquelles il a déclaré qu’il faudrait un jour abolir les sexes et qu’il ne devrait pas y avoir de mention des mots « homme » ou « femme » dans les registres d’état civil du Québec.

Depuis que Bouchard a pris la présidence, pas une semaine ne passe sans que lui ou l’organisation fasse les manchettes. Cependant, pas pour les raisons auxquelles l’on s’attendrait d’une organisation se réclamant du féminisme. Par exemple, en juin dernier, il a gazouillé que les vasectomies devraient être obligatoires pour les hommes de 18 ans. À l’automne, il a encouragé les femmes non musulmanes à se voiler pour soutenir une députée à qui on a refusé l’accès au Salon Bleu de l’Assemblée nationale parce qu’elle portait un coton ouaté, en disant que le hijab est « badass ». Bouchard fait régulièrement des déclarations désobligeantes sur les féministes critiques du genre, et utilise l’insulte « TERF » pour attaquer celles qui sont en désaccord avec son idéologie sur l’identité de genre.

Pour moi, le comportement et les commentaires de Bouchard ont toujours été inacceptables. Mais pour de nombreux membres du public, les politiciens et les médias, il a fallu les événements récents pour qu’ils mettent enfin leur pied à terre. (...) »
SOURCE INTÉGRALE: https://tradfem.wordpress.com/2020/02/25/le-quebec-dira-t-il-enfin-que-cen-est-assez-a-gabrielle-bouchard-de-la-ffq/

Dans l'article diffamatoire le jour du décès de madame Denise Bombardier, texte comportant des raccourcis volontaires pour discréditer l'ensemble de ses propos, il est injuste qu’on résume l’opposition de la défunte à de la transphobie ou homophobie. Et parler péjorativement de positions de droite, c'est la généralité pour définir une personne qui n'est pas woke, finalement. J'ai moi-même pris position contre les propos inconcevables de Gabrielle Bouchard qui s’apparentaient au "bannissement de la femme", parce qu’elle abordait ce sujet. Pourquoi alors se joindre à la présidence de "La Fédération des Femmes du Québec"? Pourquoi ne pas former une organisme transgenre?

Et ce qu'on passe sous silence avec mauvaise foi dans l'article, Gabrielle Bouchard a dû quitter ses fonctions. L'organisme FFQ avait perdu des appuis et allait perdre son financement du gouvernement du Québec.

Je partage cet extrait de l’article diffamatoire le jour du décès de madame Bombardier, dont sa collègue et amie madame Sophie Durocher faisait la mention dans mon message précédent.
«Elle rappelle la controverse que Mme Bombardier avait soulevée en 2017 en dénonçant le fait qu’une femme trans — Gabrielle Bouchard — se retrouve à la tête de la Fédération des femmes du Québec. Elle donne aussi en exemple son opposition au mariage homosexuel ou encore sa position pro-laïcité.» (Quel raccourci! Sa position pro-laïcité??? Et puis après! 70% des Québécois appuient la Loi 21 sur la laïcité de l'État. L.D.)

« Gabrielle » Bouchard, homme se prétendant femme, président de la très féministe Fédération des femmes du Québec a remis sa démission mardi dernier, 23 juin, document qui serait en vigueur depuis le vendredi 19 juin.

Selon Radio-Canada :
La présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ), Gabrielle Bouchard, a remis sa démission. L’annonce en a été faite aux membres mardi dans l’infolettre de l’organisme, mais la démission est en vigueur depuis vendredi, selon l’organisme.

Sans surprise, il semble qu’une certaine agitation au sein de la FFQ serait peut-être à l’origine de la démission de M. Bouchard. Selon les informations obtenues par La Presse canadienne, ce départ ne serait pas survenu dans des circonstances sereines. Mme Bouchard n’a pas pu être jointe pour faire plus de commentaires.

Il faut dire qu’une partie des adhérentes de cet organisme ne voyait sans doute pas d’un bon œil cet homme à la tête de leur mouvement féministe, ayant sans doute un reste de féminité (qu’abhorre le féminisme) qui ne pouvait accepter les conclusions fatales du féminisme, ou que les femmes soient les égales en tout des hommes, ce qui amène les hommes à être les égaux en tout aux femmes, et, pourquoi pas, rendu à ce point d’absurdité, que les hommes et les femmes puissent être semblables en tout, ce qui est dans les faits la doctrine du transgenrisme ; d’où les hommes-femmes et femmes-hommes.

En 2019, « Gabrielle » Bouchard, alors président de la FFQ, s’était distingué (si l’on peut dire) sur Twitter en déclarant qu’on devrait discuter de la stérilisation obligatoire des hommes à 18 ans… histoire de provoquer, prétendit-il par la suite.

Une autre fois en 2020, toujours sur Twitter, il avait lancé :
« Les relations de couple hétérosexuel sont vraiment violentes. En plus, la grande majorité sont [sic] des relations basées sur la religion. Il est peut-être temps d’avoir une conversation sur leur interdiction et abolition ». Il fit par la suite de plates excuses pour ses propos déplacés.

«Gabrielle» Bouchard (quel est son vrai prénom ?) est homme qui se prétend femme et qui a réussi le tour de force de se faire élire « présidente » de la très féministe Fédération des femmes du Québec (grassement subventionnée par le gouvernement québécois).

Par "Pour une école libre au Québec"— 30 janvier 2020, Augustin Hamilton :
M. Legault s’est dit satisfait des excuses (maladroites pour des propos aussi exécrables) de «Gabrielle» Bouchard. — A. H.

Mise à jour- À la lumière de la controverse mentionnée ci-dessous où le transsexuel Gabrielle Bouchard, président•e de la Fédération des femmes du Québec, déclarait qu’il fallait songer à interdire les couples hétérosexuels, le gouvernement Legault va reconsidérer le financement de la Fédération des femmes du Québec (FFQ) à la lumière de cette déclaration où Gabrielle Bouchard en appelait à discuter la possible « interdiction et abolition » des relations de couple hétérosexuelles. C’est ce qu’a indiqué le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, en entrevue avec le Journal de Québec.

La FFQ a reçu 120 000 $ en financement de la part de son ministère pour l’année 2019-2020. L’organisme s’est qualifié pour cette subvention puisqu’il répond à plusieurs critères d’un programme gouvernemental, a indiqué le cabinet du ministre Jean Boulet.

Or, selon lui, les propos tenus mardi par Gabrielle Bouchard sont « totalement inacceptables », même s’ils représentent une position personnelle.

«Quand tu t’exprimes dans la sphère publique, tu le fais de manière compatible avec la mission de l’organisation que tu es censé représenter. Donc, même si elle le fait en son nom personnel, ce sont des propos que je ne peux trouver plus [sic] acceptables», a expliqué le ministre Jean Boulet.

« Ça s’accumule dans ce dossier-là et ça fait en sorte que ça m’impose, à moi, d’évaluer le dossier, véritablement, en tenant compte des critères. On ne peut pas se cacher derrière la liberté d’expression et tenir des propos aussi irrespectueux et inacceptables », a-t-il ajouté.
(…)

Lettre de démission sur le site de la FFQ. On ne mentionne pas qu’avec toute la controverse que provoquaient ses propos et ses dérives, le gouvernement allait cesser le financement et peut-être dissoudre l’organisme: https://www.ffq.qc.ca/fr/nouvelles/depart-de-la-presidente-et-gouvernance

Source : https://www.cqv.qc.ca/tags/_gabrielle_bouchard
https://www.cqv.qc.ca/le_president_de_la_federation_des_femmes_du_quebec_demissionne

Gabrielle Bouchard: «Nos batailles sont plus difficiles à mener quand on part des positions marginalisées. Je veux cependant éviter de reproduire nos erreurs du passé. Par exemple, les femmes blanches ont obtenu le droit de vote bien avant les femmes autochtones, au Québec. Je ne veux pas laisser des gens derrière. J’ai un travail d’éducation à effectuer, mais c’est un travail important, qui va faire avancer le mouvement féministe.» (Gabrielle Bouchard comme toute personne au langage "woke" prétend vouloir nous "éduquer". Elle omet la responsabilité du gouvernement fédéral et évite la mention de la Loi infâme des Indiens toujours en vigueur au Canada depuis 1876 et même avant. Cette loi raciste toujours en vigueur au Canada fût même l'inspiration des politiques d'apartheid de l'Afrique du sud. L.D):
https://femmes-egalite-genres.canada.ca/fr/commemorations-celebrations/femmes-influence/droits-personne/gabrielle-bouchard.html

Le président de la Fédération des femmes du Québec voulait discuter de l’interdiction des couples hétérosexuels. FFQ: Gabrielle Bouchard rabrouée pour des propos «inacceptables» sur les hétérosexuels: https://journalmetro.com/actualites/national/2415611/ffq-gabrielle-bouchard-rabrouee-propos-inacceptables-heterosexuels/

Tweet controversé: la présidente de la FFQ veut discuter de l’interdiction des couples hétérosexuels: https://www.journaldemontreal.com/2020/01/28/un-nouveau-tweet-de-la-presidente-de-la-ffq-seme-la-controverse-1

Dans l'article diffamatoire le jour du décès de Denise Bombardier:
«Francis Dupuis-Déri, qui enseigne la science politique et les études féministes à l’UQAM, note que la chroniqueuse Denise Bombardier « partageait la thèse masculiniste des antiféministes selon qui le féminisme a provoqué un terrible désarroi chez les hommes ». « Un tel discours est non seulement faux, mais il mine la légitimité du féminisme», soutient-il.»

Madame Bombardier s'inquiétait avec raison des possibles dérives de ces mouvements, dont celui "moi aussi". Laissons Mathieu Bock Côté la défendre : «On croise aussi plusieurs goujats et autres harceleurs sexuels que Denise Bombardier saura rembarrer de belle manière. À l’heure d’une société marquée par le #MoiAussi, l’histoire intime de Denise Bombardier n’est pas sans intérêt. Elle tranche avec un certain féminisme radical, qui enferme les femmes dans le rôle de victimes. La formule frappe : «Le radicalisme féministe n’est pas moins dommageable que le machisme dominant de nos sociétés modernes»(Denise Bombardier).

« Qui aime bien châtie bien, clame l'amie de Denise Bombardier, Lise Ravary. Elle disait aux femmes des choses qui ne font pas du bien à entendre, qui choquent, mais qui sont nécessaires. Elle ne cherchait pas à faire l’unanimité.

Je rappelle la sortie de Denise Bombardier pour dénoncer un ancien collègue.
«La journaliste, auteure, animatrice et chroniqueuse au Journal de Montréal a parlé de l’ex-chef d’antenne, Simon Durivage en des termes peu flatteurs. Les deux communicateurs ont coanimé ensemble la tribune d’affaires publiques Le point, à Radio-Canada, lors de la création de l’émission, au début des années 80. «Il a heurté tant de gens (...) C’était quelqu’un qui ne respectait pas les autres, qui était grossier, vulgaire. J’entrais le matin, et je l’entendais dire : ‘‘La tabarnak, elle...’’», a martelé Denise Bombardier lors de l’émission, en écho au point de vue qu’elle émet dans son livre lancé récemment, Une vie sans peur et sans regret. » «Tout le monde en parle»: Denise Bombardier règle ses comptes avec Simon Durivage : https://www.huffpost.com/archive/qc/entry/tout-le-monde-en-parle-denise-bombardier-simon-durivage_qc_5ccccc08e4b03b38d695f14c

L’intégralité d'un autre article:
«Aujourd’hui, des féministes de la première heure ne s’y reconnaissent plus. Elles ont quitté le navire. C’est que la FFQ pratique désormais un «féminisme intersectionnel». Autrement dit, un féminisme qui place les groupes marginalisés au centre de ses actions : immigrantes, handicapées, lesbiennes, transgenres, etc.

Ces femmes ont longtemps été exclues d’un mouvement porté par une majorité blanche et relativement aisée, fait valoir Mme Bouchard. « On ne demande plus aux femmes minoritaires d’attendre que la majorité soit confortable. Et ça, il y a des gens qui ne sont pas capables de le prendre. »

Chez nous, on reproche à la FFQ de ne plus pratiquer un féminisme rassembleur. En effet, on peut très sérieusement se demander si la Québécoise moyenne se reconnaît dans les combats menés par l’organisme.

Je suis loin d’en être certaine.

Mais Gabrielle Bouchard est persuadée d’être sur la bonne voie. Que les combats d’antan ont été gagnés et qu’il faut maintenant en mener d’autres, plus difficiles.

La preuve que la FFQ gagne du terrain, assure la présidente, c’est qu’elle a recommencé à déranger. « On a une réaction physique. On saute sur le clavier pour demander ma démission, pour lancer des attaques transphobes… » C’est bon signe, croit-elle.
***
Gabrielle Bouchard sait parfaitement qu’il n’y a pas que son militantisme intransigeant qui dérange.

Son identité de femme trans aussi.

Que la présidente de la Fédération des femmes du Québec ait autrefois été un homme, c’est inconcevable pour une partie de la population.

Elle s’en moque. «Ça, ce n’est pas mon problème ; c’est le leur. Je suis protégée par la Charte, j’ai mon identité, je suis reconnue par le gouvernement. Je n’ai pas à obtenir l’approbation de ces gérants d’estrade.» Ici, les TERF ont fondé le groupe Pour les droits des femmes du Québec, après avoir claqué la porte de la FFQ en 2013. Leurs représentantes m’ont écrit en février pour me proposer d’enquêter sur « la supercherie de l’identité de genre ».

Dans leur courriel, elles s’indignaient : « Au Réseau des lesbiennes du Québec, maintenant, des “lesbiennes avec un pénis” siègent au conseil d’administration ».

Ici comme ailleurs, les TERF s’inquiètent des avancées de la communauté transgenre, comme si les droits civils étaient une ressource limitée qu’il fallait ménager – et accorder en priorité aux femmes non trans.

Surtout, elles n’acceptent pas le virage imposé à la FFQ, elles qui y ont milité toute leur vie, soupçonne Gabrielle Bouchard. « Le mouvement féministe a été bâti autour de l’utérus. Alors, arrêter de voir les femmes comme des objets reproducteurs et parler de la pluralité de leurs expériences, pour elles, c’est difficile. »

Les mots sont durs, elle en est consciente. Elle s’attend à être attaquée sur les réseaux sociaux, encore et encore, comme c’est le cas depuis son élection à la tête de la FFQ, en 2017. «Maintenant, je regarde juste pour voir si, au moins, il y a un peu d’imagination dans l’attaque. J’ai déjà eu toutes les blessures. » Ça ne la dérange plus.»

Revue de presse:
Gabrielle Bouchard : Les marginalisées d'abord. L'actualité
Transgenre et féministe : deux réalités irréconciliables.
Deux organisations de femmes larguent la FFQ (La Presse Canadienne)
Un regroupement d'organismes claque la porte de la Fédération des femmes du Québec (Radio-Canada)

29 octobre 2018. Quelques commentaires sur l'organisme FFQ:
"150 personnes, est-il mentionné dans l'article, voilà ce qu'est cette association de marginalisé-es qui ne représente que ces personnes et non plus un consensus de femmes au Québec.
Il est plus que temps que les femmes, et l'état, marginalisent à leur tour cette association vouée désormais à la défense des intérêts de certains lobbys et non plus à la défense des droits, communs à toutes les femmes. La FFQ a perdu de vue ce pourquoi elle a été créée."

"Un nouveau lobby est né. Il doit s'inscrire au registre national sans tarder. La FFQ n'a plus aucune crédibilité! Il faut que les gouvernements cessent de les financer."

"La FFQ nuisible...Et le voile ? "Mme Bouchard avait fait valoir que la FFQ ne veut pas «faire partie de la structure qui va empêcher [les femmes voilées] d’avancer […] ».»:
La "structure" n'empêche pas une femme d'avancer, moyennant qu'elle accepte de porter la tenue qui convient à son poste (comme les hommes d'ailleurs). Pour certaines c'est le casque et les bottes, d'autres c'est pas de tenue sexy, d'autres un uniforme, etc, et d'autres pas de signes politiques ou religieux. C'est pas sorcier il me semble. Mais la FFQ, depuis longtemps, semble victime de divers noyautages, et elle nuit au féminisme."


NAUWELAERS

21/07/2023 à 14:22

Rebonjour Lorraine,
Ne le prenez pas mal mais vos posts sont si longs et détaillés que cela risque d'en décourager la lecture pour une partie du lectorat, quelque intéressants soient-ils !
On ne connaît pas (encore) cette Gabrielle Bouchard de ce côté-ci de l'Atlantique, hors cercles militants sûrement.
Un nom dont il faudra se souvenir...pour s'y opposer.
Frédéric Beigbeder, lors de la promotion de son nouveau livre au printemps, a dénoncé courageusement une authentique hétérophobie qui monte, monte, monte...
En faisant face à une véritable campagne de mépris si pas de haine, dans le pire des cas.
De la part de gens pensant au pas de l'oie.
Hommage à Virginie Bloch-Lainé qui, dans «Libération», écrit parfois de façon honnête et décente (sans l'encenser) au sujet de ce personnage certes imparfait mais talentueux et cent fois plus talentueux que la moyenne de ses détracteurs et opposantes radicales -ce qui ne relève pas de l'exploit.
Mais si la supposée transphobie est dénoncée à tort et à travers, avec de très malhonnêtes amalgames, eh bien l'hétérophobie de ces fanatiques communautaristes liberticides et faussement progressistes (comme cette pénible et odieuse Bouchard)...est soit niée soit approuvée, à cause d'abus (certes scandaleux) commis par certains hétéros.
Des abus qui confèrent un soi-disant droit à l'ostracisation scandaleuse de toute une catégorie de la population -mâle, blanche (pas blanc ? OK, vous avez le bon tampon, vous êtes bien puisque votre couleur de peau vous définit globalement !), hétérosexuelle et que la novlangue totalitaire rebaptise hétéronormée et cisgenre.
Un vocabulaire malodorant, hélas repris par certains quotidiens belges et français et une majorité de médias.
Qui pratiquent une essentialisation que l'on reproche justement au racisme...
Il s'agit des mêmes dérives intellectuelles ou plutôt s'asseyant sur l'intelligence et la lucidité.
On instaure une véritable guerre des sexes avec le mot «inclusivité» répété en boucle...
Une inclusivité hautement sélective et excluante.
Des imbéciles pourront me qualifier de transphobe et de militant d'extrême droite -un terme qui, utilisé par eux, devient une coquille vide -cela roule sur la cuirasse de mon indifférence.
Je milite contre l'extrême bêtise, l'extrême hypocrisie et l'extrême faux progressisme.
Le vrai humanisme et le vrai progressisme me concernent, pas les viles contrefaçons envahissantes et même nauséabondes, oui -dans les cas extrêmes comme Bouchard, et la passion de certaines hyènes du web pour les hallalis en ligne, style: haro contre Rowling...
Autres exemples nauséabonds (encore et j'insiste) disponibles mais j'arrête ici.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Lorraine Dubé

21/07/2023 à 02:29

Bonjour
Je vous remercie Christian pour votre suivi.

J'aimerais aborder l'impunité que semble avoir Gabriel Matzneff. Pourquoi la justice n'est-elle pas intervenue plus tôt? Matzneff ne semble pas avoir de conséquences pénales. Quelqu'un peut-il me répondre?

Plus il avance en âge, moins il est un dangereux prédateur, par conséquent on finira par avoir pitié d'un vieillard inoffensif?

Comprenez que je n’ai pas suivi tous les développements. Je fais donc appel à votre indulgence. J’ai fait quelques recherches depuis le décès de madame Denise Bombardier et je me demande d’où provenait la notoriété de l’écrivain. A-t-il déjà vendu beaucoup de livres pour justifier cette reconnaissance?

Cela ne semble pas le cas:
"D’après des informations de presse, le CNL aurait versé plus de 160.000 euros en 18 ans à cet auteur connu dans certains milieux pour son goût des filles et garçons très jeunes. Cette somme, ainsi qu’un logement social, lui ont assuré sa subsistance, car ses nombreux ouvrages (tomes de journal, romans et essais) se vendaient globalement mal. Gabriel Matzneff doit être jugé en septembre 2021 dans une autre procédure, pour apologie de crime, devant le tribunal correctionnel de Paris, où il a été cité à comparaître par l’association de prévention de la pédophilie l’Ange Bleu."

Qu'est-il advenu de cette procédure en septembre 2021?

Matzneff a perdu un peu de lustre et un certain revenu, mais comment cet écrivain qui s’incrimine lui-même depuis si longtemps dans ses écrits, n’a-t-il pas subi les foudres de la justice? En 2013, on a même attribué le prix Renaudot Essai à Gabriel Matzneff, défenseur de la pédophilie. Je comprends une des victimes d'avoir trouvé cette récompense insoutenable.

1994 D8. La complaisance face au pédophile, et ce, malgré l’émission Apostrophe de mars 1990:
https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/2770455

En retard de près de 4 ans, j'ai consulté les gazouillis de Bernard Pivot et Josyane Savigneau. Également la réplique d'Alexandre Jardin qui était jeune, certes, mais présent et silencieux sur le plateau d'Apostrophe en 1990. Il n’a pas ricané avec désinvolture comme certains l'ont fait mais personne n'avait soutenu Denise Bombardier.

Ce qui surprend, c'est l'absence d'humilité de Josyane Savigneau qui en rajoute en appuis complaisants pour le pédophile, comme si personne ne pouvait admettre la tolérance démesurée et l'aveuglement volontaire dont ils ont fait preuve. On ne peut pas parler d'une autre époque pour se justifier. L'indignation de Denise Bombardier et de quelques autres par la suite les contredit.

Depuis longtemps, Gabriel Matzneff se vantait de son tourisme sexuel. Je ne crois pas la justification d'Alexandre Jardin en 2019. Plus les gens essaient de se justifier, plus ils perdent de la crédibilité... Personne sur le plateau ne pouvait ignorer les "exploits sexuels" pédophiles dont Matzneff se vantait ouvertement. Personne ne peut justifier le laxisme après mars 1990.

J'ai lu des articles dans le New-York Times qui démontrent la complaisance des élites.

Imaginons quand Denise Bombardier a fait sa sortie il y a 33 ans. Quel courage face à l'adversité!

Si les livres de Gabriel Matzneff se vendaient mal et qu'il fallait l'aider financièrement, pourquoi cette auréole de grand écrivain? Il semble que certains puissent avoir des squelettes dans le placard pour défendre un pédophile notoire. Comment Matzneff peut-il avoir eu autant de reconnaissance? Avec l'énumération de ses nombreuses conquêtes et les détails abordés dans ses écrits, on se demande qui pouvait être assez dépravé pour lire les abus sexuels dont le pédophile se vantait. Il faut être un peu pervers soi-même, non? En mars 1990, les mentions éloquentes de Bernard Pivot pour présenter le livre de l'écrivain ne portaient pas à confusion. Nul besoin de courir se procurer le livre. C'était autobiographique. On est loin du Marquis de Sade.

Un cercle fermé semble encore protéger Gabriel Matzneff. La justice française ayant été complaisante depuis si longtemps, le condamner serait probablement admettre les failles du système judiciaire?

Les livres de l'auteur témoignent pourtant de sa culpabilité. Cinq éditeurs ont cessé quelques ventes de livres, mais tous ces gens ne pouvaient ignorer que c'était un pervers. Matzneff s'en vantait partout. Certains qui tentent de justifier leur complaisance auraient intérêt à s'excuser. Ils s'enfoncent... Et si c'était leurs enfants?

J'ai l'impression que le pédophile va mourir sans être davantage inquiété. On parle de complaisance beaucoup plus grande que le milieu littéraire bien que ce domaine semble intouchable:

« L'édito- Hier et aujourd’hui : complaisance et aveuglement des élites. « Nos petites élites ressemblent terriblement à la « tribu délirante » des années 70. S’il y a un procès à faire dans le cas Matzneff/Springora ce n’est pas celui de la littérature. C’est peut-être celui de ses parents. Et de la justice. »

« L’autre démission est celle de la justice. Pourquoi diable le procureur de la République attend-il la publication d’un livre en 2020, alors qu’il y a prescription et que Vanessa Springora témoigne mais ne porte pas plainte ? Qu’est-ce qui empêchait la justice, dans les années 80 ou 90 par exemple, d’ouvrir une enquête ? Rien. Le procureur de la République peut agir de son propre chef même sans plainte. La loi interdit la relation sexuelle avec un enfant mineur de moins de 15 ans. Rien ne dit que Gabriel Matzneff aurait été condamné. Le droit s’exerce avec des preuves. Mais il n’exonère pas les écrivains ou les artistes. Les prédateurs prennent leurs risques.»

« Que Gabriel Matzneff ne soit pas empêché de faire de la littérature, c’est une chose. Qu’il soit demeuré un intouchable aux yeux de la justice est moins compréhensible. S’attaquer à un écrivain au sommet de sa gloire aurait eu tout de même plus de panache que de s’en prendre à un vieillard de 83 ans, qui est probablement devenu inoffensif ou beaucoup moins actif. »
Daniel Cohn-Bendit.»

Des informations éclairantes-
Enquête dans le New York Times, en français, sur Gabriel Matzneff l’écrivain poursuivi pour son éloge de la pédophilie, et l’élite qui l’a soutenu. Nous avons retrouvé l’écrivain, ostracisé, pour un long entretien sur la Riviera italienne: https://twitter.com/onishinyt/status/1227190628460699648

Malgré l’affaire Matzneff, le milieu littéraire reste muré dans l’entre-soi. Le scandale autour de l’écrivain pédophile a levé le voile sur l’hermétisme du monde de l’édition en France, où les prix s’attribuent souvent entre amis: https://www.nytimes.com/fr/2020/11/28/world/europe/Renaudot-prix-litteraires-matzneff.html

Un écrivain pédophile — et l’élite française — sur le banc des accusés. Gabriel Matzneff écrit ouvertement sur sa pédophilie depuis des décennies, protégé par des personnalités influentes des médias, de l’édition, du monde politique et du milieu des affaires. Désormais ostracisé, il attaque leur « lâcheté » dans un entretien rare: https://www.nytimes.com/fr/2020/02/11/world/europe/france-gabriel-matzneff-pedophilie.html

Référence: « Interpellé sur Twitter, l'écrivain Alexandre Jardin, lui aussi invité sur le plateau d'Apostrophes le 2 mars 1990, a répondu à cette polémique. Il a insisté sur le fait qu'il y a 30 ans, il ignorait "tout de ces gens. Qui Matzneff était, qui Bombardier était. Je n'ai d'ailleurs jamais lu une ligne des deux". L'auteur a également assuré être "épouvanté" d'apprendre les actes de Matzneff en 2020, "comme tout le monde. »

Je ne crois pas la justification d’Alexandre Jardin présent sur le plateau en mars 1990 lorsque Denise Bombardier a sermonné le pédophile Gabriel Matzneff à l’émission Apostrophe. Après avoir écouté l’émission en question, même s’il n’avait jamais lu les deux auteurs qu’il prétendait ne pas connaître, l’émission à elle seule dévoilait la pédophilie de Matzneff et la complaisance du milieu littéraire. La lecture de certains passages du livre de Matzneff par Bernard Pivot ne laissait aucun doute quant à ses abus d’enfants. L’écrivain se vantait même ouvertement de son tourisme sexuel.

Je ne crois pas qu’Alexandre Jardin soit "tombé de sa chaise" en 2020, soit trente ans plus tard. Déjà en mars 1990, à l’écoute de cette émission, on savait l’essentiel de la déviance de l’écrivain pédophile. Alexandre Jardin aurait dû être encore mieux renseigné par la suite. Il n'était pas curieux d'en savoir davantage? Depuis 30 ans, il ignorait? Foutaise! C'est de la complaisance. Je me doute qu'Alexandre Jardin ne voulait pas subir le même sort que Denise Bombardier. Alexandre Jardin : https://twitter.com/AlexandreJardin/status/1210467177666678784

Encore de la complaisance...
Maître Lévy : plaidoyer pédophile: https://www.youtube.com/watch?v=SB4yc1PuvG4

Justification de Bernard Pivot et suivi de lecteurs:
https://twitter.com/bernardpivot1/status/1210467542583726080
https://www.dailymotion.com/video/x9jasr

La réponse percutante de Zachary Richard à Bernard Pivot :
Apologisme. De dire que nous sommes plus ou moins les produits moraux d'une époque est de nier la responsabilité individuelle et la possibilité d'agir selon sa conscience: https://twitter.com/ZacharyOfficiel/status/1210771755935002625

Josyane Savigneau, celle qui insulte encore aujourd’hui Denise Bombardier répondait à Bernard Pivot sur twitter: "Cher Bernard Pivot j’admire votre optimisme. Vous semblez croire qu’un propos mesuré peut être entendu sur ce réseau. Les dizaines de cracheurs d’injures que j’ai bloqués depuis quelques jours prouvent le contraire. Et sur l’héroïne du jour, Denise Bombardier, il y aurait à dire." Source: https://twitter.com/josavigneau/status/1210819931710738433

En effet, Josyane Savigneau, vous qui soutenez encore un odieux pédophile, il y a beaucoup à dire sur madame Denise Bombardier qui a fracassé des plafonds de verre et ouvert la voie à d'autres femmes: Denise Bombardier; Chevalier de la Légion d'honneur en 1993, Chevalier de l'ordre national du Québec en 2000. Officier de la Légion d'honneur en 2009. Prix Reconnaissance - Francophonie en 2010. Membre de l'Ordre du Canada en 2016.

Madame Bombardier voulait être inhumée dans la sobriété et par conséquent n'a pas eu de funérailles nationales. Cependant, le drapeau du Québec était en berne à l'Assemblée nationale du Québec. Retournons en arrière...C’est la période de politique active. Denise Bombardier devient présidente du chapitre universitaire du Rassemblement pour l’indépendance nationale, auquel Pierre Bourgault vient d’adhérer. Rédactrice en chef du Quartier latin, le journal étudiant, elle écrit des textes enflammés que remarque Gérald Godin, le rédacteur en chef d’Aujourd’hui, émission d’affaires publiques de la télévision de Radio-Canada. Elle se voit offrir un poste à la société d’État mais le refuse, car elle ne veut pas renoncer à sa formation universitaire. Gérald Godin insiste. Elle fera les deux : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/12631/UdeM%20Les%20Diplomes%20Magazine%20(No%20429)WEB.pdf

Gabriel Matzneff a perdu un peu de lustre et un certain revenu, mais comment cet écrivain qui s’incrimine lui-même depuis si longtemps dans ses écrits, n’a-t-il pas subi les foudres de la justice? On parle de complaisance beaucoup plus grande que le milieu littéraire bien que ce domaine semble intouchable.

Entretiens avec Denis Bombardier:
"Un copinage dont elle dit avoir fait les frais. « Mon éditeur, Claude Cherki, m’avait prévenue. “Écoute Denise, je ne pense pas que tu te rends compte du pouvoir qu’ont ces gens dans la vie littéraire parisienne. Ça va nuire à ton livre [Tremblement de coeur] et à tous les livres que tu publieras par la suite.” » Il avait raison. « J’ai été boycottée par tous ces milieux durant trente ans.»

Affaire Matzneff : les droits des enfants avant la littérature.
https://www.lapresse.ca/arts/litterature/201912/26/01-5255046-affaire-matzneff-les-droits-des-enfants-avant-la-litterature.php

Gabriel Matzneff a reçu le prix Renaudot Essai pour "Séraphin c'est la fin". Plusieurs dizaines d'années plus tôt, il publiait un autre essai, "Les Moins de 16 ans", au sein duquel il affichait clairement son goût pour les enfants. Les artistes, sous prétexte qu'ils ont du talent, sont-ils au-dessus des lois ? Pour notre chroniqueuse, ce prix est une honte: https://leplus.nouvelobs.com/contribution/968288-quand-le-prix-renaudot-essai-est-attribue-a-gabriel-matzneff-defenseur-de-la-pedophilie.html

Prix Renaudot de Gabriel Matzneff en 2013 : une jurée de l’époque regrette.
Samedi, le New York Times est revenu sur les circonstances de l’attribution de ce prix, relevant des conflits d’intérêts manifestes: https://www.leparisien.fr/culture-loisirs/livres/prix-renaudot-une-juree-regrette-tout-ce-mal-apres-le-sacre-de-gabriel-matzneff-en-2013-30-11-2020-8411424.php

Les moins de seize ans ou les solitudes pédérastiques de Tonton Gabriel: https://www.juanasensio.com/archive/2013/11/27/les-moins-de-seize-ans-amours-pederastiques-solitude-gabriel-matzneff.html

"Denise Bombardier, sur le plateau d’« Apostrophes », dénonce, avec une rage froide et implacable, ses agissements qui tombent sous le coup de la loi. Dès le lendemain, l’auteure et journaliste québécoise est brocardée et ostracisée par le milieu intellectuel." "Ami de Matzneff, Philippe Sollers la qualifie publiquement de « mal baisée ». Dans Le Monde, Josyane Savigneau pourfend sa « sottise » et défend avec ardeur « l’homme qui aime l’amour»."

Sur Twitter, Josyane Savigneau, ancienne directrice du Monde des livres, le glorifie encore.
"Dans VSD, Jacques Lanzmann s’étonne que Matzneff n’ait pas « aligné la Bombardier d’une grande baffe en pleine figure ». À son retour au Québec, Denise Bombardier reçoit des lettres anonymes, des appels menaçants, sa maison est taguée, ses vitres cassées, ainsi qu’elle le raconte dans son autobiographie.

«C’est incroyable. On prend position dans la vie et on peut changer le cours des choses», constate Denise Bombardier, « ravie » de voir que Vanessa Springora prend la parole à son tour. Même après tout ce temps. « Elle n’était pas prête », dit-elle. Denise Bombardier est aussi heureuse de constater que ses propos, qui ont été tellement critiqués à l’époque, ont fait œuvre utile."

Nous apprenions que l'intervention de Denise Bombardier n'avait rien d'un coup de gueule impulsif. Elle avait lu le livre de Gabriel Matzneff. Elle savait qu’elle avait une tribune. Qu’elle devait l’utiliser. Son éditeur l’avait d’ailleurs prévenue qu’elle risquait de se mettre à dos une frange importante – et puissante – de l’institution littéraire française. «Je lui ai dit : “Je ne peux pas laisser passer ça”, raconte-t-elle aujourd’hui. “Je ne peux pas ne pas intervenir.”»

«Rétrospectivement, écrit Vanessa Springora, je m’aperçois du courage qu’il a fallu à cette auteure canadienne pour s’insurger, seule, contre la complaisance de toute une époque.»

Affaire Matzneff: qui s’est tu? https://blogs.mediapart.fr/yves-faucoup/blog/050220/affaire-matzneff-qui-s-est-tu

Renaudot essai à Gabriel Matzneff: le scandale n’aura pas lieu: https://www.slate.fr/culture/79903/renaudot-essai-scandale-matzneff

Voici quelques autres titres et sources:
Non #Gabriel_Matzneff, la pédophilie n’est pas un « style de vie » | Slate.fr.
Rappel : article et Renaudot de 2013 (c’était hier...) et bien peu s’en sont ému. Trois jours après l’Apostrophe de 1990 dans lequel il est dénoncé par Denise Bombardier, dans Le Monde, Philippe Sollers la traitait de "connasse", et 30 ans plus tard, Josianne Savigneau de "purge" [ La Presse écrit "merde" mais le twitt de Savigneau dit "purge"]Josyane Savigneau, ancienne directrice du Monde des livres, en a rajouté en disant sur Twitter avoir toujours détesté ce qu’écrit et dit Denise Bombardier... https://seenthis.net/messages/817715

Le courage de Denise Bombardier : http://alarpad.over-blog.com/2019/12/affaire-matzneff-et-le-courage-de-denise-bombardier-ecrivaine.html

C’était en 2018, c’est à dire hier - la suite du grand vertige - et la suite du #name_dropping:
https://seenthis.net/messages/817715#&;gid=1&pid=4

#metoo: Une vidéo de Denise Bombardier dénonçant un auteur refait surface:
"Dans une entrevue accordée au Devoir, Denise Bombardier rappelle qu’elle était la seule, il y a trente ans, à dénoncer les actes de l’écrivain de 83 ans. Elle affirme, entre autres, que tout le monde le savait, puisque c’était écrit dans ses livres. « Il y racontait comment il sodomisait les enfants. Et elle, Vanessa, le raconte aussi. »

"Denise Bombardier a lu l’ouvrage et ce dernier lui rappelle le discours qu’elle avait tenu sur le plateau de l’émission française « Apostrophes », en 1990. D'ailleurs, la vidéo a refait surface dans les derniers jours sur Twitter et elle a été partagée plus de 5 000 fois sur les réseaux sociaux. Parmi les invités de l'émission, dont Gabriel Matzneff, il n’y a qu’elle qui remet en question le «goût prononcé de Gabriel Matzneff pour les moins de 16 ans»."

"On y voit dans la vidéo une jeune Denise Bombardier assise tout juste à côté de l’auteur et qui le confronte devant les autres participants de l'émission et l'animateur Bernard Pivot. Elle y va d’affirmations éloquentes, mais subtiles, comme « On sait que les vieux messieurs attirent les enfants avec des bonbons; monsieur Matzneff les attire avec sa réputation ».

Denise Bombardier s’était, à l’époque, attiré les foudres des critiques littéraires français.
https://www.narcity.com/fr/une-video-de-denise-bombardier-denoncant-un-auteur-francais-refait-surface

«Depuis que la controverse a éclaté en France, plusieurs personnes ont pris la parole pour dénoncer l’écrivain. Le psychothérapeute et administrateur de l’Institut de la victimologie Pierre Lassus, notamment, a déclaré sur les ondes d’Europe 1 avoir tenté, il y a 20 ans, d’alerter l’Académie française, qui allait honorer Gabriel Mazneff.»

« Je trouvais que l’Académie française récompensant quelqu’un qui se vante, qui se glorifie de conquêtes de petits garçons et petites filles à la sortie du collège, c'était scandaleux.»

«Le psychothérapeute souligne que Denise Bombardier avait réagi parce qu'elle est canadienne, et qu’elle a fait preuve d’un grand courage:

«Ce qui est insupportable [dans l'extrait d'Apostrophe], c’est que tout le monde rigole de ça, tout le monde est complice sauf Bombardier. […] Au Canada, bien avant qu’on le fasse en France, on a pris conscience des maltraitances faites aux enfants, et notamment des agressions sexuelles.»— Une citation de Pierre Lassus.»

«Le psychothérapeute ajoute que Denise Bombardier en avait payé le prix à l’époque en étant mise sur une liste noire par le milieu littéraire, tout comme lui. Pierre Lassus termine l’entrevue en expliquant qu’il a rencontré une autre victime de Gabriel Matzneff qui n’a pas voulu en parler ouvertement par peur de représailles. »

Gabriel Matzneff avait prévu être publié après son décès???
«Après votre mort sera publiée l’intégralité des Carnets noirs. Pourquoi après ?
Il y a dix-huit années inédites, de 1989 à 2006. J’ai confié mes journaux à Antoine Gallimard qui les publiera après ma mort car si je les faisais publier tout de suite, je recevrais une avalanche de critiques. Ces journaux portent en effet sur ma vie amoureuse qui, alors, était tumultueuse. J’en ai assez des critiques. Je veux être louangé maintenant. Je n’ai plus envie de me faire insulter. Mais on ne sait jamais, peut-être que dans cinq ou dix ans, je déciderai de les publier…» https://www.chronicart.com/livres/matzneff-toujours-rebelle/

Gabriel Matzneff: « La morale se trouve partout, dans tous les domaines ! On n’arrête pas de nous dire comment vivre, boire, manger. « Manger cinq fruits et légumes par jour ». Quand j’entends ça, l’État me dire ça, je n’ai qu’une envie : me précipiter chez le premier boucher du coin. Non, c’est trop ! Vous savez que je suis, pourtant, un passionné de diététique. C’est insupportable. L’État nous dit quoi faire, quoi penser, qui aimer, ne pas aimer, quoi écrire, ne pas écrire. Je suis pessimiste pour les générations à venir. Mon œuvre à moi est accomplie, publiée, sauvegardée. Mais je plains les jeunes auteurs d’aujourd’hui, qui ne pourront écrire que des choses «tolérables». Le plus embêtant, du reste, c’est l’autocensure. C’est plus grave que la censure. Elle peut inhiber un artiste dans son travail créatif. C’est également valable pour les cinéastes et les jeunes peintres. (…) »

Vous, en revanche, semblez moins ostracisé qu’avant ; on vous accepte. Vous avez reçu l’an dernier le Renaudot de l’essai et vous tenez une chronique dans Le Point. Serait-ce la respectabilité, désormais ? Comment l’expliquez-vous ?

Vraiment, vous croyez que je suis moins ostracisé ? Vous savez, mon prix (je ne boude pas mon plaisir), j’aurais pu le recevoir en 1984 pour La diététique de Lord Byron, ou en 1987 pour Le Taureau de Phalaris, ou un autre ouvrage. A mon âge, on reçoit le Nobel, ou le Grand prix des lettres de l’Académie française… Mais n’allez pas me faire dire que cela ne m’a pas fait plaisir : j’en suis ravi. Vous savez, de plus, que certains ont protesté, ils ont trouvé que c’était un scandale… Quant au Point, je suis content d’y travailler, mais j’avais déjà travaillé pour Le Monde ou Combat, grands journaux. Mais allez : il est vrai qu’avant, j’étais davantage plus rejeté. Les têtes de turc changent. A un moment, c’était Houellebecq, attaqué par des associations ; je suis allé à son procès, alors qu’il n’était pas un ami. C’est là que j’ai fait sa connaissance. Oui, les gens ont dû trouver qu’il était ridicule de me diaboliser. Un écrivain, c’est d’abord une écriture, un univers qui s’incarne dans un style. On ne devrait jamais juger un livre sur son contenu. Il n’y a pas de sujet immoral ou moral…

Autres sources:
Nos petites élites ressemblent terriblement à la « tribu délirante » des années 70.
https://www.revuedesdeuxmondes.fr/hier-et-aujourdhui-complaisance-et-aveuglement-des-elites/

Matzneff : les signataires d’une pétition pro-pédophilie de 1977 ont-ils émis des regrets ? À lire!
Écoutez l’auteure parler de son livre LE CONSENTEMENT. https://www.pileface.com/sollers/spip.php?article2187

Lorsque Gabriel Matzneff sera mort. http://marcalpozzo.blogspirit.com/archive/2021/08/31/lorsque-gabriel-matzneff-sera-mort-3257628.html

23 décembre 2022- Entretien avec Gabriel Matzneff. Son Journal intime :
http://marcalpozzo.blogspirit.com/archive/2022/04/14/entretien-avec-gabriel-matzneff-son-journal-intime-3258289.html

J'ai aussi lu "Echos de l’affaire Matzneff 2020 (II) - Le Journal de Lolita."








NAUWELAERS

21/07/2023 à 13:48

Hello Lorraine,
Merci pour votre long et passionnant message !
Quelques remarques.
Cohn -Bendit est très mal placé pour s'exprimer sur Matzneff et la pédophilie vu ce qu'il n'a pas hésité à écrire dans son livre «Le Grand Bazar» en 1975.
Voyez le lien ci-dessous, inactif sur ce fil mais disponible en ligne.
Daniel Cohn-Bendit et la « pédophilie » : les faits sur les ...
Le Monde.fr
https://www.lemonde.fr › Les Décodeurs › Vérification
14 mai 2019 — Daniel Cohn-Bendit et la « pédophilie » : les faits sur les accusations qui refont surface. Des charges à l'encontre de l'homme politique ...

Matzneff n'a pas fait l'objet de plaintes à l'époque, c'est vrai.
Mais pour Springora, n'oublions pas que Mme Springora mère ne s'est pas opposée à la liaison de sa fille ado Vanessa avec un écrivain alors prestigieux !

Grand écrivain ou non ?
Je n'ai pas lu ses livres; seulement quelques chroniques culturelles qu'il écrivit dans les années soixante dans le mensuel «Combat».
Dont une sur...Adamo !
Du travail correct, sans plus et pas envie de découvrir ses livres sur le tard.
Mais on ne peut juger de la qualité d'un écrivain à l'aune de ses ventes: là non.
Qualité et quantité forment un couple souvent désuni et le succès ou non des auteurs et autrices (...sans compter les signataires connus de livres écrits par un nègre, ou par un prête-plume pour employer ce joli néologisme recommandé par l'Académie française !) dépend de nombreux facteurs, parmi lesquels la vraie qualité littéraire ne constitue qu'une variable d'ajustement sans importance aux yeux d'un certain système...
Les relations sexuelles entre un(e) mineur(e) de quinze ans ou moins avec un adulte âgé de plus de cinq ans de plus que le jeune en question, sont considérées comme un viol par la loi française.
Depuis 2021.
Mais avant...
7 juin 1962: la future psychanalyste Caroline Eliacheff épouse Robert Hossein.
Elle a ...quinze ans depuis deux jours et aujourd'hui, elle en dit du bien...
Jerry Lee Lewis a épousé Myra Lee Brown en décembre 1957: elle avait...treize ans.
Viol ?
Sauf que les lois de Louisiane (Lewis est un cador musical originaire de Louisiane) permettaient ce genre de situations.
Et Lewis et Myra ont vécu treize ans ensemble, avec deux enfants (hélas tous deux décédés accidentellement).
Il serait un violeur ?
Eh bien non.
C'étaient de vrais amoureux...atypiques selon les critères d'aujourd'hui.
Cela ne rend pas les abus sexuels sur les jeunes -et sur des adultes mais sur des jeunes ici -moins répréhensibles et dégueulasses.
Que l'on me comprenne sans déformer mes propos.
Mais des décisions législatives dans un cadre spatio-temporel ne peuvent jamais rendre compte de toute la complexité de la vie et des relations entre les êtres.
J'espère n'avoir choqué personne: je relate des faits et c'est tout.
Tout le monde se positionnera face à cela comme il l'entend.
Moi je m'abstiens à ce sujet: je rappelle ces faits, c'est tout.
Il est évident aujourd'hui qu'un adulte, même jeune, séduisant une jeune fille de quinze ans agit mal et qu'il ne peut prétendre l'ignorer.
Mais juger le passé à l'aune du présent et présupposer de la réalité de tels couples sur foi de ce que le législateur a édicté ici et maintenant, c'est une erreur courante.
CHRISTIAN NAUWELAERS







Lorraine Dubé

21/07/2023 à 23:31

« J'espère n'avoir choqué personne: je relate des faits et c'est tout. »

Bonjour Christian
Vous ne me choquez pas du tout. J'apprécie nos échanges.

Nul besoin de se justifier mais je comprends votre désir de nuancer vos propos. C'est un sujet délicat.

J’ai lu dernièrement un commentaire à propos de Cohn–Bendit et quelques autres, mais comprenez que je ne les connais pas. C'est pourquoi j'accueille votre objection avec l'ouverture qui se doit.

Vous mentionnez que la mère de Vanessa Springora approuvait leur relation. Pour ce qui est de l'autre victime de Gabriel Matzneff, on constate que son père fermait les yeux également. Je saisis parfaitement ce dont vous faites mention.

L’autre victime Francesca Gee dénonçait la désinvolture de sa gynécologue et de certains adultes.

Je réitère ce point important:
« Le récit de Vanessa Springora de ce point de vue est édifiant. Ses parents auraient pu être aveugles, dans le déni, ne pas s’être rendu compte de ce qui se passait… Pas du tout. Ils qualifient immédiatement eux-mêmes l’attitude du prédateur de pédophilie. Le père s’emporte une fois, puis disparaît. La mère, convaincue par sa fille et Matzneff de la pureté de leur amour, devient complice. Elle est séduite par le prestige de l’écrivain, sa notoriété sulfureuse, la fascination qu’il exerce sur le milieu littéraire. Qu’une adolescente de 14 ans soit envoûtée par un pygmalion initiateur sexuel de 50 ans, n’est pas chose rare. »

« Que sa mère applaudisse et borde le lit des « amoureux » tout en interdisant à sa fille d’en parler à l’extérieur, voilà qui dénote d’une démission, pire d’une complaisance narcissique perverse déroutante. Si sa mère avait flanqué Matzneff dehors et si son père lui avait cassé la gueule, Vanessa Springora aurait sûrement hurlé à l’oppression et au « fascisme parental », mais cette « limite » tracée par ses éducateurs aurait laissé des traces, peut-être plus positives que l’héritage voyeuriste qui est le sien. À l’époque, le respect de la liberté sexuelle de l’enfant était la doxa de certains parents progressistes qui rejetaient violemment la société bourgeoise et « liberticide » de leurs propres parents… Il y avait des choses à rejeter, certes. Mais on peut déplorer que trop souvent le bébé/l’enfant/l’adolescent ait été inconsidérément jeté avec l’eau du bain. »

« L’autre démission est celle de la justice. Pourquoi diable le procureur de la République attend-il la publication d’un livre en 2020, alors qu’il y a prescription et que Vanessa Springora témoigne mais ne porte pas plainte ? Qu’est-ce qui empêchait la justice, dans les années 80 ou 90 par exemple, d’ouvrir une enquête ? Rien. Le procureur de la République peut agir de son propre chef même sans plainte. La loi interdit la relation sexuelle avec un enfant mineur de moins de 15 ans. Rien ne dit que Gabriel Matzneff aurait été condamné. Le droit s’exerce avec des preuves. Mais il n’exonère pas les écrivains ou les artistes. Les prédateurs prennent leurs risques. »

« Que Gabriel Matzneff ne soit pas empêché de faire de la littérature, c’est une chose. Qu’il soit demeuré un intouchable aux yeux de la justice est moins compréhensible. S’attaquer à un écrivain au sommet de sa gloire aurait eu tout de même plus de panache que de s’en prendre à un vieillard de 83 ans, qui est probablement devenu inoffensif ou beaucoup moins actif. Les temps ont changé, nous explique-t-on de toute part. C’était une autre époque. Une autre époque ? Pas si sûr.(...)»

Avec le recul, seule la personne mineure au moment des faits peut mesurer l'impact et les séquelles dans son cheminement personnel. Le fait qu'un parent approuvait ne devrait pas dédouaner la responsabilité d'un adulte face à un possible abus de pouvoir, il me semble.

L'adulte devrait être plus raisonnable et clairvoyant que l'enfant. Je crois ne pas avoir besoin de m'expliquer davantage. Il est question d'un adulte en position d'autorité. Et quand on est aussi jeune, on peut confondre les sentiments qu'on éprouve, surtout quand la notoriété de l'adulte le précède et qu'on admire cette personne.

On ne peut généraliser. Je comprends parfaitement votre point de vue. Par exemple, permettez-moi d'évoquer les cas de Priscilla Beaulieu Presley et de Céline Dion où il est question de véritables histoires d’amour ayant mené à une vie commune, avec mariage et enfants. Par contre, en ce qui les concerne, personne ne peut prétendre de relations sexuelles abusives impliquant des personnes mineures. À partir du moment où le consentement est certain et l'amour réciproque, il me semble que ces détails concernant leur vie privée leur appartiennent. De plus, dans leurs cas, les parents étaient bien présents pour protéger leurs filles.

Je me souviens d’une émission au Québec où Céline Dion avait 18 ou 19 ans. S’étant mise à pleurer, elle avait avoué être amoureuse mais ne pas pouvoir en parler.

Pour vous, j’ai retrouvé dans les archives le meilleur exemple de la nuance que nous devons observer. L’enregistrement est parfois inaudible et la diction fait en sorte que vous puissiez ne pas comprendre l’ensemble de l’échange mais cette vidéo avec Céline Dion et Lise Payette corrobore votre point de vue. Je me souvenais de cet entretien et de la révélation de la jeune Céline Dion en larmes qui n’en pouvait plus de ne pas pouvoir déclarer publiquement l’amour sincère qu’elle éprouvait pour René Angélil, en plus du chagrin qu'elle éprouvait de savoir sa mère contre cette union. https://www.dailymotion.com/video/xpcuas

Longtemps la mère de Céline Dion n’approuvait pas. De plus, madame Dion ne supportait pas l'idée de voir sa fille épouser un homme de 26 ans son aîné: https://www.journaldequebec.com/2020/01/17/rene-angelil-avait-peur-de-maman-dion-au-debut-de-sa-relation-avec-celine-affirme-joselito-michaud

« C'est après avoir fêté ses 18 ans que la chanteuse se rapproche de son imprésario. Un rapprochement vu d'un très mauvais œil par la famille Dion. Pourtant, la relation ne prend pas forme avant 1988. Ce soir-là, la chanteuse représente la Suisse à l'Eurovision et remporte le concours avec sa chanson "Ne partez pas sans moi". Et c'est ce même soir, alors qu'ils se remettent de leurs émotions, que René Angélil et Céline Dion échangent leur premier baiser. Avec une différente d'âge de 26 ans, le couple le sait, leur relation aura du mal à être acceptée. Ils gardent ainsi le secret pendant 5 années. Cinq années durant lesquelles seuls leurs proches sont au courant.» https://www.leseclaireuses.com/divertissement/people/amour-de-stars-la-veritable-histoire-d-amour-entre-celine-dion-et-rene-angelil.html

NAUWELAERS

23/07/2023 à 00:16

Merci Lorraine.
Priscilla future Presley...souffrait fort du refus d'Elvis d'avoir la moindre relation sexuelle avec elle avant leur mariage en 1967 !
Elle était amoureuse folle de lui, qui refusait de consommer leur amour avant terme (avant ce qu'il avait décidé être le moment idoine)...tout en ne se privant évidemment de rien avec des foules d'autres femmes non nubiles durant ces années pré-mariage.
Si Elvis avait consommé leur amour plus tôt et selon le voeu le plus cher de Priscilla, les rééducateurs et rééducatrices du peuple mèneraient des campagnes contre lui maintenant.
En ignorant les désirs de Priscilla au nom de l'idéologie qui écrase les personnes (mais pour leur bien ! Il faut leur dire merci, aux prêcheuses et prêcheurs à qui personne ne demande rien mais qui s'imposent et que des foules de complicités médiatiques et politiques imposent !).
Comme quoi la réalité des affaires humaines est plus complexe que les jugements de forums et les modes...
Je vous rappelle que le dernier essai en date de Matzneff n'a pu être publié car l'éditeur français a été victime de menaces.
Enfin pour moi, l'affaire Matzneff est close.
SVP arrêtons d'en débattre sans arrêt, cela devient trop.
Saturation totale, ce n'est plus possible.
Plus envie du tout, et je crois que le lectorat d'ActuaLitté en a eu plus que son content, de son côté.
Finissons-en avec lui, svp, même après la mort récente de Bombardier.
Fin de la question Matzneff, et il est décrédibilisé à jamais et si la justice n'est pas intervenue plus tôt, c'était faute de plaintes et il fallait des plaintes, ne vous en déplaise, Lorraine !
Donc arrêtons. avec lui et n'argumentons pas sur les non-plaintes, c'est comme ça et on ne refait pas l'histoire: moi cela ne m'intéresse pas du tout.
Soyez réaliste mais arrêtons une fois pour toutes avec Matzneff, on en a fait tout le tour.
L'exposition permanente à l'école des élèves aux théories du genre, où à cet âge elles n'ont rien à faire, perturbe gravement l'équilibre de trop de jeunes, les empêche de se concentrer sur l'instruction dont ils ont besoin et pourrissent l'atmosphère pour raisons purement idéologiques.
Ce n'est plus Matzneff qui importe, c'est fini: c'est cette odieuse manipulation des masses juvéniles.
Laissons le genre et le sexe des enfants en paix !
Pas de drag queens face à des tout jeunes.
Plus tard seulement, à la rigueur et sans prosélytisme agressif et triomphaliste.
Qu'un certain terrorisme intellectuel voudrait imposer.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Lorraine Dubé

26/07/2023 à 14:31

Bonjour Christian Nauwelaers
Vous résumez bien l'histoire de Priscilla et Elvis et j'imagine que vous avez écouté l'enregistrement avec Céline Dion. L'animatrice Lise Payette déclarait par la suite qu'on lui avait raconté que René Angélil pleurait lui-même à l'arrière en écoutant Céline.

Je n'ai rien à ajouter. Surtout pas sur l'histoire de Gabriel Matzneff dont on a fait le tour.

J'aurais eu cependant encore à partager sur Denise Bombardier, sa défense du français, la liberté de parole et quelques anecdotes.

Vous écriviez: « Ne le prenez pas mal mais vos posts sont si longs et détaillés que cela risque d'en décourager la lecture pour une partie du lectorat, quelque intéressants soient-ils ! »

Je comprends et ne prends pas mal votre remarque mais les lecteurs n’avaient pas à consulter les liens placés en références pour appuyer mes commentaires. De plus, il faut parfois expliquer ou préciser davantage, compte tenu de nos différentes législations et de mes origines.

Une anecdote
Adolescente, j’ai lu « L’écume des jours» de Boris Vian, décédé trop jeune. J'ai appris dernièrement toute l’histoire derrière le livre "J'irai cracher sur vos tombes". Je l’ignorais.

J’avoue mon ignorance de l’ensemble de la législation française, de l’enseignement dans vos écoles et universités. Je m’intéresse donc à tout ce qui peut m’en apprendre davantage. J’évite le terme « éduquer », valorisé par certains qui veulent nous imposer leur doctrine.

Il me faut partager avec vous cette histoire dont je n'avais pas entendu parler. D'une tristesse infinie puisque cet homme a mis fin à ses jours. Il nous faut lutter contre ces dérives, la novlangue et l'écriture inclusive en faisant partie. Permettez ces références, car il ne faut surtout pas baisser la garde. Nous devons lutter farouchement contre ce fléau.

Comment un honnête homme fut broyé par l’antiracisme délirant:
https://www.journaldemontreal.com/2023/07/25/comment-un-honnete-homme-fut-broye-par-lantiracisme-delirant

Un point intéressant. Nous avons cette particularité en commun.
Orwell savait l’importance de l’histoire. « Qui contrôle le passé contrôle l’avenir. Qui contrôle le présent contrôle le passé. » Et de fait, c’est parce qu’on a diabolisé le passé de nos peuples qu’ils consentent à la déconstruction de leur identité. https://www.journaldemontreal.com/2019/06/11/1984-en-2019

L'écriture inclusive agresse la langue française.
Radio-Canada nous apprenait récemment qu’Ottawa a produit un guide pour favoriser et encadrer ce que certains appellent « l’écriture inclusive ». Cette dernière repose sur une thèse paranoïaque et fausse : la langue française serait patriarcale, sexiste, transphobe et discriminatoire, et il faudrait donc la réformer en lui imposant de nouvelles règles, censées rendre visibles les femmes, les trans et les non-binaires (ceux qui ne s’identifient ni au masculin ni au féminin). Qu’on se le dise : cette écriture relève de la prise de contrôle sur la langue française d’une minorité idéologique. Pire, cette manière d’écrire n’est plus exclusive aux néoféministes les plus radicales. Je l’ai dit, Ottawa en fait la promotion, et les militants de la non-binarité souhaitent la généraliser. Ils rêvent même de la rendre obligatoire à l’école au nom de l’inclusion. Cette manière d’écrire s’impose de plus en plus dans nos médias et dans les entreprises. Pire : des gens qui détestent cette manière d’écrire pratiquent désormais cette novlangue. Pourquoi ? Parce qu’ils se feront remarquer s’ils ne le font pas. Aujourd’hui, écrire en «inclusif» est une manière d’adhérer publiquement au politiquement correct, de montrer qu’on est « progressiste ». Alors ils se soumettent… https://www.journaldemontreal.com/2022/10/18/lecriture-inclusive-agresse-la-langue-francaise

UNE SOCIOLOGIE DE LA NOVLANGUE
J ' a i posé plus haut la question à savoir si la langue n'était qu'un instrument pour exprimer nos idées sur la liberté ou si elle participait à l'idée que nous nous en faisons. Aux yeux de mes observateurs, il est clair que la langue est un outil, mais aussi un cadre d'interprétation qui, dans une certaine mesure, peut court-circuiter la réflexion et la pensée individuelle. Dans un de ses éditoriaux , Lewis Lapham traduit bien le type de préoccupations qui les animent. Évoquant George Orwell dans sa critique des langages creux qu'il voyait envahir la sphère publique dans sa démocratie, Lapham disait à propos de la vérité qu'il était bien de vouloir s'en rapprocher, mais encore fallait-il, selon lui, les mots pour traduire nos idées, développer un langage qui nous permette de les exprimer. N'étudiant pas la langue c o m m e un objet fermé, chaque observateur identifie à chaque fois des causes sociales ou politiques différentes aux phénomènes linguistiques qu'ils ont observés. https://www.collectionscanada.gc.ca/obj/thesescanada/vol1/QQLA/TC-QQLA-25633.pdf

Ce matin, j’ai pris quelques minutes pour lire la plus récente chronique du sociologue québécois Mathieu Bock-Côté qui a été publié dans le Journal de Montréal. Intitulé « La wokisation du Petit Robert », il se prononce sur la décision prise par les documentalistes du dictionnaire français d’intégrer le pronom neutre « iel » à leur catalogue de mots. https://zonecampus.ca/la-zone-grise-mathieu-bock-cote-et-lecriture-inclusive/

Mathieu Bock-Côté « Lorsque la langue devient novlangue, certaines zones de la réalité deviennent inaccessibles. Les mots pour la saisir ne sont plus disponibles ou sont décrétés radioactifs. Pire encore : on ne peut y faire référence qu’à la manière d’un scandale moral. »
L’Empire du politiquement correct, Les Éditions du cerf, 2019

NAUWELAERS

26/07/2023 à 22:50

Merci chère Lorraine Dubé !
À part pour Céline Dion (désolé, je la fuis, n'y peux rien), je suis d'accord avec vous de A à Z.
Je vous félicite et vous remercie pour vos posts si détaillés et informatifs qui relèvent grandement le niveau...par rapport à certains autres (envahissants et insupportables) !
Très cordialement et une excellente continuation.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

31/07/2023 à 23:33

Bonjour Lorraine,
Une très longue réponse de moi vient d'être barrée !
Je suis d'accord avec vous.
J'espère que cela passe cette fois...
Et bien entendu, je m'oppose à cette lubie absurde d'écriture inclusive.
Je me suis prononcé maintes fois à ce sujet sur d'autres fils de discussion.
Bien à vous et merci pour nos échanges, en espérant que celui-ci ne soit pas bloqué (Dieu sait pourquoi...mais non au wokisme et bravo à l'humoriste Blanche Gardin, lisez son interview dans «Le Point» courant, si on le trouve au Canada -elle s'exprime à ce sujet et elle est à l'opposé de l'extrême droite, n'en déplaise aux idéologues extrémistes de la fausse gauche).
J'espère aucun message de blocage cette fois !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Lorraine Dubé

26/07/2023 à 15:12

Un autre article intéressant: Au Québec, l’ogre antiraciste dévore ses propres enfants.

La France insoumise et ses frères de lutte chez Québec solidaire.
Je me dois d'aborder la question du parti politique Québec solidaire (QS) très proche de la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon. Cette formation politique a tendance à sombrer dans ce genre de dérives idéologiques. Je vous épargne les détails mais j'en aurais long à écrire.

Christian
Une élection partielle aura lieu bientôt dans la circonscription Jean-Talon, dans la Ville de Québec. Un exemple de cette tendance, les sympathisants de QS se font fortement suggérer de choisir la candidature d'une femme (ou minorité visible).

Seulement, voyez la maladresse.
Après qu’un jeune homme Olivier Dubuc ait proposé sa candidature pour Québec solidaire (QS), voici que le parti invite ses membres à choisir une femme. Un gazouillis dans la tribune m’a particulièrement fait rire malgré tout, un lecteur trouvant la solution du jour:
« Dernière heure : Olivia Dubuc, femme trans (2 points de privilège) se présente pour Québec Solidaire. »

DISCRIMINATION POSITIVE DE QS (Gens de Québec, coupez leur le sifflet svp!)
https://twitter.com/hassinhadi/status/1683803082801528832

Voici ce que Denise Bombardier écrivait sur eux.
Québec solidaire versus le peuple. https://vigile.quebec/articles/quebec-solidaire-versus-le-peuple

Et l'opinion de Mathieu Bock Côté concernant la porte-parole de ce parti de la gauche radicale qui à peine 3 mois après le scrutin, nous annonçait vouloir "actualiser" leur position sur la laïcité et le port de signes religieux dans la fonction publique. Pour QS, actualiser n'est pas modifier!

Avis à leur électorat:
MBC "Elle parle bien la novlangue orwellienne, Mme. Massé."
Laïcité : QS ne veut pas modifier, mais «actualiser» sa position, dit Manon Massé https://twitter.com/mbockcote/status/1094801283352018944

Dossier QS anti-Québec https://vigile.quebec/dossiers/quebec-solidaire-anti-quebec?page=6

Jean-Luc Mélenchon salue ses frères de lutte, ses camarades!
À une prochaine fois! (Facebook) https://fr-ca.facebook.com/Quebecsolidaire/videos/jean-luc-m%C3%A9lenchon-%C3%A0-une-prochaine-fois/10156217699004218/

Une visite de Jean-Luc Mélenchon à Québec solidaire:
La journée du 23 avril aura constitué le temps fort du voyage de Jean Luc Mélenchon au Québec. La matinée était consacrée à la rencontre de nos camarades et amis de Québec Solidaire. Ce parti évoluant à l’échelle de la province du Québec est très proche de nos idées. https://melenchon.fr/2016/04/23/chroniques-quebecoises/

Merci Christian pour vos partages!

Lorraine Dubé

26/07/2023 à 17:09

Merci infiniment pour vos partages!

En observant un devoir de mémoire,
C'est une des dernières fois que j'en aurai l'occasion sur ce site.

Lorsque Denise Bombardier exprimait le fond de sa pensée à l’ancien premier ministre du Canada Jean Chrétien concernant la langue française au Canada, c’est ce qu’elle signifiait.

J'aimerais lui rendre hommage une dernière fois. Au Québec, nous avions l'occasion de lire et entendre madame Denise Bombardier très souvent, et comme pour vous c'était moins le cas, ce qui la caractérisait, c'était bien le courage de ses convictions.

Je résume.
Madame Bombardier prenait librement la parole en répliquant à l’ancien premier ministre Jean Chrétien. Début d’une polémique qui suivit la rencontre.

Finalement en réplique... la « profonde ignorance des Québécois »

Denise Bombardier « On ne peut pas dire que c’est le Canada qui a fait que les Québécois parlent encore français. À travers le Canada, toutes les communautés francophones ont à peu près disparu. Il en reste encore un peu en Ontario. Au Manitoba, je suis allée encore au mois de janvier, chez les Métis, on ne parle plus le français. C’est parce que le nationalisme québécois, ça a été le vecteur qui a permis au français d’exister et de persister »

Une des répliques...
« C’est choquant de voir comme des vieux clichés basés sur des préjugés continuent d’alimenter la profonde ignorance des Québécois sur ce qui se passe hors Québec concernant la francophonie », a poursuivi Bruno Lagacé. https://onfr.tfo.org/les-propos-de-denise-bombardier-sur-les-francophones-hors-quebec-font-reagir/

Pourtant, c’est beaucoup plus complexe.

Madame Bombardier avait raison.

Une Étude dont je parle plus loin précise que d'ici 2050, les Canadiens français de souche représenteront 45 % de la population du Québec, une part qui continuera de diminuer, selon une étude récente.

Montréal s'anglicise depuis longtemps.

L’objectif du premier ministre Justin Trudeau est bien d’ouvrir les frontières. Nous apprenions dernièrement le racisme d’Ottawa et les difficultés observés. On a vu des Français pourtant établis au Québec se faire montrer la porte. Même qu’un ancien député et ministre du parti québécois monsieur Maka Kotto est intervenu pour dénoncer la lenteur des procédures à Immigration Canada.

Que penser des Francophones hors Québec?!
La minorité francophone hors Québec n’est pas aussi choyée que la « fausse minorité » anglophone du Québec.

Dans une mer anglophone, il n’y a aucun danger.

Le financement de leurs institutions et le traitement des Francophones hors Québec n’a rien de comparable à notre minorité anglophone du Québec, une des minorités les plus choyées au monde. Pourtant le gouvernement fédéral n’y voit aucune différence lorsqu’il redistribue nos fonds publics.

Les institutions anglophones québécoises augmentent artificiellement leur nombre d’étudiants avec des étrangers. Elles sont sur financées au détriment des Universités françaises. Tel que je le mentionnais dans un autre message, les Allophones doivent s’intégrer.

Nous sommes "noyés" dans une mer anglophone.

Je rappelle ce que madame Denise Bombardier avançait concernant les politiques linguistiques et la survie du français au Canada. C’est un bref aperçu historique des politiques dévastatrices pour le français, le temps d’assimiler un peuple.

Cette langue française que nous partageons:
Renvoi-Droits linguistiques des francophones du Manitoba- 90 ans de suppressions des droits linguistiques des francophones malgré 78 commissions scolaires francophones en 1870 et les français majoritaires sur le territoire manitobain. Tout bascula en 1890 avec la mise en vigueur de la Official Language Act (ou Loi sur la langue officielle), qui faisait de l'anglais la seule langue des registres, des procès-verbaux et des lois du gouvernement manitobain. La loi ne contenait que deux articles dont voici le libellé (la version française n'étant qu'une simple traduction de l'auteur du site) 1890-Manitoba Official Language Act.

Loi sur la langue officielle déclarée inconstitutionnelle après 90 ans de ravage, le temps d'un génocide culturel des francophones: http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/amnord/manitoba-loi-1890.htm

La contestation judiciaire a été féroce au Manitoba, encore plus qu'en Alberta et en Saskatchewan. Cette véritable guérilla concerne à peu près tous les domaines touchés par la question de la langue: Législature, tribunaux, écoles, services gouvernementaux, etc...La guérilla judiciaire a commencé en 1976 lorsque l'homme d'affaires Georges Forest a contesté le fait qu'on lui avait servi une contravention unilingue anglaise sur le territoire de Winnipeg. Selon la requête, l'article de la Loi sur la langue officielle du Manitoba (ou Official Language Act), qui abolissait les droits du français dans la province (législature, lois et tribunaux), était illégal parce que le gouvernement de l'époque ne pouvait abroger la Loi de 1870 sur le Manitoba, qui était une loi constitutionnelle.

Cette loi prévoyait le bilinguisme législatif et judiciaire dans la province. La Cour suprême du Canada devait finalement donner raison à M. Forest en 1979. Elle a en effet déclaré inconstitutionnelle la Loi sur la langue officielle de 1890 (Official Language Act) parce que la Loi de 1870 sur le Manitoba, une loi constitutionnelle, n'a jamais été abrogée et que, par conséquent, elle demeure toujours en vigueur. La Législature provinciale doit donc rester bilingue, conformément à l'article 23 de la Loi de 1870 sur le Manitoba. Rappel: Vers 1915, le règlement 17 de la province de l’Ontario interdisait non seulement l’enseignement mais bannissait l’usage de la langue française: http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/amnord/ontario_reglement17.htm
Interdiction du français en Ontario- Règlement 17 sur les écoles séparées de l'Ontario pour l'année scolaire 1912-1913 http://www.axl.cefan.ulaval.ca/amnord/ontario_reglement17.htm

«Le Québec est le foyer national des francophones en Amérique- Le Canada est leur tombeau» Le Génocide culturel des francophones au Canada- Synthèse du déclin du français au Canada: Pour vous renseigner sur la disparition du français au Canada ainsi que toutes les lois qui ont été faites dans le ROC contre le français, par province. La conclusion est également un signal pour tous les francophones du Canada.
Pierre-Luc Bégin ISBN978-2-923365-34-3
Résumé : http://genocideculturel.lequebecois.info/apercu.html
PDF-Version intégrale http://www.vigile.net/IMG/pdf/24-Genocide.pdf
www.vigile.net/IMG/pdf/24-Genocide.pdf

Quelques déclarations en résumé...
«Il me semble qu’on sous-estime le nombre d’étudiants étrangers et internationaux parmi les Anglophones. Il faut aussi rappeler qu’il en coûte parfois plus cher pour étudier dans une université comme McGill ou Concordia», insistait l’étudiante universitaire Martine Desjardins. Les universités anglos : malades d’étudiants étrangers...

Louis Préfontaine auteur d' APARTHEID UNIVERSITAIRE
« Le sujet est tout à fait connexe à l’apartheid universitaire que je dénonce dans mon essai. »
« Si on finançait de manière équitable les universités au Québec, il faudrait franciser les Universités (anglophones) Bishop, McGill et la moitié de Concordia. Ça vous donne une idée de l’ampleur du surfinancement. »

Dans un gazouillis concernant cette étude accablante sur notre génocide culturel, le professeur québécophobe de l’Université d’Ottawa, Amir Attaran, nous suggérait de "nous assimiler avec grâce". Je vous épargne ses autres déclarations.

Dans un article de Diane Francis:
D'ici 2050, les Canadiens français de souche représenteront 45 % de la population du Québec, une part qui continuera de diminuer, selon une étude récente. Face à un virage démographique, le Québec redouble d'efforts sur ses lois linguistiques. La bataille linguistique devrait devenir de plus en plus radicale à mesure que l'utilisation de la langue française décline.

Etude
L’impact de l’immigration de masse sur le poids démographique de l’ethnie canadienne-française au Québec https://www.action-nationale.qc.ca/tous-les-articles/auteur/408-numeros-publies-en-2020/mars-2020/langue-et-demographie-avis-de-tempete/1581-l-impact-de-l-immigration-de-masse-sur-le-poids-demographique-de-l-ethnie-canadienne-francaise-au-quebec

Je termine avec ces deux citations.
Étienne Parent, journaliste en 1839: « L’assimilation, sous le nouvel état de choses, se fera graduellement et sans secousse et sera d’autant plus prompte qu’on la laissera à son cours naturel et que les Canadiens français y seront conduits par leur propre intérêt, sans que leur amour-propre en soit trop blessé ».

“Dans l’histoire de l’humanité, on est obligé de reprendre le combat qu’ont mené nos aînés et leurs aînés avant eux.” Kamel Daoud le Monde des Livres 16 janvier 2015

Au plaisir de partager à nouveau avec vous,
Mes salutations sincères!
Vous ressentez certainement toute la tristesse que serait pour moi cette assimilation.
LA SOLIDARITÉ EST LA TENDRESSE DES PEUPLES!

Une vie sans peur et sans regret

Denise Bombardier

Paru le 07/02/2019

459 pages

Plon

21,90 €

L'énigmatique Céline Dion

Denise Bombardier

Paru le 23/04/2009

233 pages

XO Editions

18,90 €

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

La maison d'Ursula K. Le Guin devient une résidence d'auteurs

La maison d'Ursula K. Le Guin, située à Portland, dans l'Oregon, état de l'ouest des États-Unis, accueillera prochainement des auteurs en résidence. La famille de l'écrivaine, décédée en 2018, a confié la bâtisse du XIXe siècle à l'organisation à but non lucratif Literary Arts.

12/06/2024, 14:34

ActuaLitté

Françoise Hardy, entre les lignes

L'autrice-compositrice-interprète Françoise Hardy, qui a signé plusieurs livres au cours de carrière, est décédée ce 11 juin 2024 à l'âge de 80 ans, a annoncé son fils Thomas Dutronc. Outre sa discographie éclectique, ancrée dans les années yéyé mais développée ensuite du côté de la pop, du funk ou du disco, elle laisse quelques textes derrière elle.

12/06/2024, 09:58

ActuaLitté

La dépouille du Prix Nobel Miguel Angel Asturias rentre au Guatemala

Le célèbre poète et écrivain guatémalien Miguel Angel Asturias, Prix Nobel de littérature en 1967, reposait au cimetière du Père-Lachaise, à Paris, depuis son décès en 1974. Sa dépouille sera prochainement exhumée pour rejoindre le Guatemala, alors que le pays est en pleine transformation politique.

11/06/2024, 14:59

ActuaLitté

Contrats d'édition : pour les auteurs européens, le compte n'y est pas

En se concentrant sur la situation des auteurs d'ouvrages de fiction, la Fédération des associations européennes d’écrivains (European Writers' Council, EWC) établit un état des lieux des pratiques contractuelles sur le continent. Bien que créateurs de la valeur par leurs œuvres, les écrivains restent peu considérés.

11/06/2024, 10:56

ActuaLitté

De Eco à Pessoa, décès de François Rosso, traducteur aux sept langues

François Rosso, natif de Nice, où il s’était réinstallé sur le tard après des décennies parisiennes, nous a quittés brutalement le 31 mai 2024. Les éditions Albin Michel lui rendent ainsi hommage dans un texte adressé à ActuaLitté.

10/06/2024, 16:16

ActuaLitté

Edgar Morin, 102 ans, publie un roman de jeunesse

Le plus jeune des centenaires français, le philosophe, sociologue, ancien résistant mais aussi influenceur aux 230.000 abonnés sur X Edgar Morin, a publié ce 5 juin un roman aux éditions Denoël. L'année a perdu son printemps a été rédigé alors que son auteur n'avait que 25 ans.

06/06/2024, 12:37

ActuaLitté

La "légende" Ben, artisan de la langue, est mort

Benjamin Vautier, plus connu sous le nom de Ben, est décédé à l'âge de 88 ans. Il a été retrouvé mort à son domicile à Nice, peu après la mort soudaine de son épouse d'un AVC, confirme sa fille auprès du Monde. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de sa mort après la découverte d'une plaie par arme à feu. D'après Nice Matin, le corps de l'artiste a été découvert en milieu de matinée. 

05/06/2024, 15:26

ActuaLitté

"C’est comme si quelqu’un me chuchotait ce que je devais écrire"

Christophe Mileschi est un homme aux multiples casquettes. À la fois professeur de langue et de littérature italienne, il est également traducteur de l'italien vers le français, auteur de divers essais et textes de création. Il a ainsi traduit de nombreux auteurs classiques, comme Italo Calvino, pour Gallimard. Dans ce premier entretien divisé en deux épisodes, il raconte la traduction de Chemins de fer du Mexique de Gian Marco Griffi (Gallimard, 2024).

04/06/2024, 11:49

ActuaLitté

Mort de l'écrivain et cinéaste argentin Edgardo Cozarinsky

L'écrivain et cinéaste argentin Edgardo Cozarinsky est mort ce dimanche 2 juin, à Buenos Aires, à l'âge de 85 ans, a indiqué le secrétariat d'État à la Culture de la République argentine. Auteur précoce, il maniait la caméra comme le stylo, exilé en Europe ou dans son pays natal, l'Argentine. En 2019, l'auteur franco-argentin avait même eu droit à sa rétrospective, à la Cinémathèque française.

04/06/2024, 11:23

ActuaLitté

Résidence d'auteur et gourmandise à Périgueux

Dans le cadre de la 20ème édition du Festival du Livre gourmand prévue en 2025, la Ville de Périgueux envisage d'accueillir sa toute première résidence d'auteur. Ce projet s'inscrit dans le réseau régional des résidences d'écriture de Nouvelle-Aquitaine, sous la tutelle de l'ALCA (agence livre, cinéma et audiovisuel en Nouvelle-Aquitaine).

04/06/2024, 10:53

ActuaLitté

Face à la maladie, Franz Kafka tourmenté par la page blanche

Une lettre de Kafka, mise au enchère par Sotheby's à l'occasion du centenaire de sa mort, dévoile les difficultés que l'auteur rencontrait lorsqu'il s'agissait de prendre la plume, notamment dans la dernière partie de sa vie. Il venait alors d'apprendre qu'il était atteint de la tuberculose.

03/06/2024, 14:56

ActuaLitté

Romancier et poète, l'auteur écossais John Burnside est mort

Lire John Burnside, c'était comme « si les ténèbres soudain s'illuminaient », selon Hannah Westland, directrice éditoriale au sein de sa maison Jonathan Cape. L'auteur écossais, âgé de 69 ans, s'est éteint le 29 mai dernier des suites d'une courte maladie. Il laisse une œuvre largement célébrée outre-Manche, et en partie traduite en France.

03/06/2024, 09:45

ActuaLitté

Col roulé et LSD : Michel Foucault, philosophe rebelle

Né en 1926 et mort brutalement du sida en 1984, Michel Foucault est l'un des philosophes français les plus influents du siècle dernier. Véritable intellectuel-star, le plus fameux des chauves du XXe siècle (avant l'arrivée de Zidane) est au coeur d'un documentaire inédit, sur France 5, diffusé le vendredi 21 juin.

29/05/2024, 14:02

ActuaLitté

Olivier Norek revient à la rentrée avec Les Guerriers de l'Hiver

L'ancien capitaine à la police judiciaire pendant dix-huit ans, devenu une des plumes françaises les plus populaires du polar, revient le 29 août prochain avec son nouveau roman, Les Guerriers de l’Hiver, publié chez Michel Lafon. Son précédent, Dans les brumes de Capelans, également édité chez Michel Lafon, s'est écoulé à plus de 300.000 exemplaires, tous formats confondus, selon Edistat.

28/05/2024, 18:40

ActuaLitté

Disparition de Caleb Carr, auteur de L'Aliéniste et amoureux d'un chat

L'auteur américain Caleb Carr est mort à l'âge de 68 ans, des suites d'un cancer, ce jeudi 23 mai, a annoncé son éditeur Little, Brown and Company. Si sa carrière a été marquée par le succès de L'Aliéniste (traduit par René Baldy et Jacques Martinache, Presses de la Cité), Carr a également signé des ouvrages d'analyse historique et militaire, ainsi qu'un hommage appuyé à sa chatte, Masha.

27/05/2024, 10:59

ActuaLitté

Jardins d'exil, un premier roman à la fois cartésien et poétique

Auteur né à l'aube des années 80, à Rabat, Yanis a passé ses jeunes années au Maroc, en France et aux États-Unis. Cette ouverture vers le monde a éveillé son attrait pour les langues, à l’art et aux cultures du monde entier. Dès l’adolescence, il a pris goût à la littérature grâce à l’impressionnante bibliothèque familiale, s'abreuvant d'écrivains internationaux : Proust, Kundera, Garcia Marquez, Borges, Saramago, Pessoa, Mishima, Yourcenar, Dostoïevski, Mahfouz, Maalouf, al-Aswany, etc. 

26/05/2024, 14:00

ActuaLitté

Censure à Champigny : face au silence de la mairie, Chloé Wary réplique

Le 7 octobre 2023 se déroulait sur le mur d'un parking de Champigny-sur-Marne une réjouissante et colorée fresque dessinée par Chloé Wary, réalisée avec l'aide des habitants. Un projet réduit à néant quelques jours plus tard, totalement recouvert de peinture blanche. L'effacement a été commandité par la mairie elle-même, qui ne s'est pas empressée de réparer son erreur. L'autrice choisit désormais d'autres leviers d'action, et prépare un dossier pour la justice.

24/05/2024, 10:33

ActuaLitté

L'autrice Claude Pujade-Renaud nous a quittés

Les éditions Actes Sud annoncent avec regret la disparition de Claude Pujade-Renaud, autrice d'innombrables romans, nouvelles, et poésies. Elle nous a quittés dans la nuit du 17 au 18 mai, ayant atteint l'âge de 92 ans, laissant derrière elle un fort patrimoine littéraire.

21/05/2024, 17:45

ActuaLitté

5 bonnes raisons de lire L'écrivain pour enfants qui détestait les enfants

Un écrivain, une princesse et un grand secret... Bertrand Santini, auteur et illustrateur de la série Le Journal de Gurty, s’est imposé comme un auteur jeunesse incontournable. Il revient cette année avec son nouveau roman, L'écrivain pour enfants qui détestait les enfants. En partenariat avec les éditions Pocket Jeunesse, nous vous proposons 5 bonnes raisons de plonger dans cette lecture !
 

21/05/2024, 11:21

ActuaLitté

Quand la Mort provoque le Rire : le paradoxe de Perséphone

Le vertige de la finitude, le déni enfantin dans lequel nous plongeons tête la première dès qu’il s’agit d’envisager notre propre mort forment paradoxalement un terreau fertile pour la comédie.

18/05/2024, 08:30

ActuaLitté

La poétesse Françoise Geier est décédée

La poétesse, nouvelliste et photographe Françoise Geier est décédée des suites d'une longue maladie, révèle la poétesse et peintre Colette Klein sur son profil Facebook.

16/05/2024, 17:47

ActuaLitté

Mort de Don Perlin, vétéran des comics et cocréateur de Moon Knight

Véritable vétéran des comics, qui croisa Will Eisner et connut plusieurs âges et modes du 9e art américain, Don Perlin est décédé ce 14 mai 2024 à l'âge de 94 ans. Il laisse derrière lui un personnage entré dans l'univers cinématographique et télévisuel Marvel, Moon Knight.

16/05/2024, 13:02

ActuaLitté

Mauvaise nouvelle : la novelliste de génie Alice Munro n'est plus

L'autrice canadienne Alice Munro, lauréate du Prix Nobel de Littérature en 2013, est décédée le 13 mai 2024 à l'âge de 92 ans, à son domicile de Port Hope, au sud du Canada. Elle laisse derrière elle une quinzaine de recueils de nouvelles, un unique roman, et une influence sensible sur une génération d'écrivains.

15/05/2024, 09:46

ActuaLitté

Achille Mbembe et Patrick Chamoiseau à la recherche du “Tout-monde”

À Marseille, à l'occasion du festival La 1ère qui se tient du 30 mai au 2 juin, aura lieu une conférence réunissant l'historien et politologue Achille Mbembe et l'écrivain Patrick Chamoiseau. Le Camerounais et le Martiniquais échangeront sur leurs visions du monde de demain. La conversation sera diffusée le jeudi 30 mai, à partir de 18h, sur La1ere.fr.

14/05/2024, 13:41

ActuaLitté

Zoé Derleyn écrit avec la peau

Les cuisses de l’une collent à la banquette d’un train sous l’effet de la chaleur. Le froid engourdit les doigts d’une autre, tandis qu’elle tente de se réchauffer aux flammes d’un feu de camp. La paume d’une autre encore est blessée par les ongles de l’amie qui serre trop fort sa main. Dix textes, dix femmes. Elles se demandent qui elles sont, à quoi elles ressemblent, elles font face à la brutalité, cherchent une consolation.

13/05/2024, 14:45

ActuaLitté

Belgique : des étudiants ne veulent pas de l'historien israélien Elie Barnavi

À l'Université libre de Bruxelles aussi des étudiants occupent le campus, dans ce cas précis depuis le 7 mai. Ils dénoncent ce qu'ils considèrent être un génocide à Gaza, mais aussi plus étonnant, exigent l'annulation de la venue d'Elie Barnavi, historien et ancien ambassadeur d’Israël en France, qui doit donner une conférence. C'est d'autant plus surprenant que l'Israélien plaide depuis longtemps pour une reconnaissance immédiate d’un État palestinien, et s'est vigoureusement opposé aux politiques des gouvernements Netanyahou.

10/05/2024, 13:56

ActuaLitté

Le troubadour occitan Henri Gougaud est mort

L'écrivain, poète, conteur et chanteur Henri Gougaud est mort ce 6 mai à l'âge de 87 ans. Né dans les terres rouges de l'Aude, il s'est voulu un descendant direct des troubadours occitans, portant en lui la poésie et l'art du conte et de l'imagination avec passion.

10/05/2024, 10:27

ActuaLitté

Face à J.K. Rowling, Daniel Radcliffe réitère son soutien aux LGBTQ+

L'acteur star de la saga Harry Potter, adaptée des livres éponymes de J.K. Rowling, a récemment confirmé sa « tristesse » face aux différentes sorties de l'autrice au sujet de la transsexualité. Dans une longue entrevue pour The Atlantic, il estimait que ne pas réagir serait, de sa part, faire preuve d'une « immense lacheté ».

09/05/2024, 17:30

ActuaLitté

Fred Dewilde, auteur de BD et survivant du Bataclan, s'est donné la mort

Fred Dewilde, ancien illustrateur médical qui s'est lancé dans la bande dessinée à la suite du traumatisme des attentats du 13 novembre 2015, s'est donné la mort ce dimanche 5 mai. Life for Paris, association dont il était un des piliers, a annoncé sur Twitter qu'il avait mis fin à ses jours « terrassé par la violence des traumas contre lesquels il luttait sans relâche ».

08/05/2024, 11:33

ActuaLitté

Un Kafka plus authentique que jamais, en poche chez Folio

Le 3 juin 1924 disparaissait Franz Kafka. L'auteur tchèque de langue allemande, qui avait alors publié un peu plus d'une dizaine de textes — dont La Métamorphose et La Colonie pénitentiaire —, laissait derrière lui un grand nombre de manuscrits — dont ses romans Le Château, Amerika et Le Procès — et d'écrits personnels, qu'il avait demandé à son ami et exécuteur testamentaire, le poète Max Brod, de détruire. Chose qui, bien évidemment, et pour le plus grand bien de la littérature, ne fut jamais faite.

07/05/2024, 17:32

ActuaLitté

L'éditeur Léo Scheer est mort

L'éditeur et personnalité de la télévision, Léo Scheer, est décédé à l'âge de 76 ans, a annoncé sa conjointe Nathalie Rheims dans Le Figaro. Il débuta en tant qu'écrivain, sociologue et publicitaire, avant de fonder en 2000 la maison d'édition qui porte son nom. Dans son catalogue, Eric Vuillard, Yves Bonnefoy, Chloé Delaume, Camille Laurens, Aurélien Bellanger, ou encore Louis-Henri de la Rochefoucauld.

07/05/2024, 14:03

ActuaLitté

Les Archives nationales accueillent les archives de Bruno Latour

Plus d'un an et demi après son décès, les archives de l'intellectuel Bruno Latour sont transférées aux Archives nationales, conformément au souhait de son épouse et de ses deux enfants.

06/05/2024, 16:44

ActuaLitté

Décès de Bernard Pivot, d'Apostrophes à l'Académie Goncourt

Bernard Pivot, figure emblématique de la culture française et ancien président de l'Académie Goncourt de 2014 à 2019, s'est éteint à l'âge de 89 ans. Sa famille a confirmé cette triste nouvelle, ce lundi 6 mai 2024 à l'AFP. Il se battait contre un cancer depuis plusieurs mois. Il était non seulement connu pour son rôle d'auteur et de présentateur de la culte émission littéraire Apostrophes, mais également pour son amour profond des livres et de la langue française.

06/05/2024, 15:09

ActuaLitté

L'écrivain Paul Auster emporté par le cancer

L'écrivain américain Paul Auster, connu pour ses romans existentialistes teintés de noir, est décédé à l'âge de 77 ans des suites d'un cancer du poumon, dans sa résidence de Brooklyn. Sa disparition a été annoncée ce 30 avril par Jacki Lyden, ami et collègue écrivain. Il est mort entouré de ses proches dont son épouse Siri Hustvedt et sa fille Sophie Auster. 

01/05/2024, 09:46

ActuaLitté

Avec la Villa Swagatam, des écrivains indiens accueillis en France

L'Ambassade de France en Inde et l'Institut français ont inauguré la deuxième édition de la Villa Swagatam, un réseau de résidences qui promeut les échanges culturels entre la France et l'Inde. Avec une nouveauté de taille : outre l'accueil des résidents français en Inde, mais aussi au Bangladesh, des artistes indiens auront l'opportunité de venir travailler dans l'Hexagone.

29/04/2024, 12:57

ActuaLitté

Olivia Arthur, lauréate du Fonds de soutien au livre photo jeunesse

Un tout nouveau fonds de soutien au livre photo jeunesse, mis en place par l’Institut pour la photographie, association et lieu de ressources et d'échanges situés à Lille, soutiendra la photographe documentaire Olivia Arthur. Cette dernière finalisera Lee and the Sea Things (Lee et les choses de la mer), un album réalisé avec des photo-collages.

26/04/2024, 15:12

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Cinq personnes condamnées pour des menaces contre Bastien Vivès

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné, ce 13 juin, cinq personnes à des peines allant de deux à sept mois de prison avec sursis, ainsi qu'à des amendes, pour avoir proféré des menaces à l'encontre de Bastien Vivès. Après l'ouverture d'une enquête pour diffusion d'images pédopornographiques, l'auteur avait reçu plusieurs messages.

14/06/2024, 09:58

ActuaLitté

Autour de Matzneff, une plaignante dénonce un réseau pédocriminel

Auprès du quotidien Libération, Inès Chatin a décrit un réseau pédocriminel dont elle aurait été la victime, « les hommes de la rue du Bac ». Dans un appartement du 7e arrondissement de Paris, plusieurs hommes, dont Gabriel Matzneff, Jean-François Revel et Claude Imbert, se seraient livrés à des sévices sexuels et des viols sur des mineurs.

14/06/2024, 09:26

ActuaLitté

Inquiété par l'extrême droite, le secteur du livre attentiste

Les résultats obtenus par les partis d'extrême droite, à l'occasion des élections européennes, font déferler une véritable vague brune sur le Parlement. En France, la dissolution de l'Assemblée nationale annoncée par Emmanuel Macron, après la défaite de son parti, laisse craindre un gouvernement d'extrême droite. Les principales organisations du livre réagissent timidement, sur la défensive, à ces bouleversements politiques.

13/06/2024, 16:46

ActuaLitté

Une librairie 100 % anglophone remplace Stéphane Plaza à Versailles

Versailles comptera un établissement de plus avec l’ouverture prochaine d’une librairie Smith&Son – soit la troisième que dirige Patrick Moynot. Et pour la petite histoire, c’est dans une ancienne agence Stephane Plaza, qui a fermé, que se déploiera cette offre 100 % anglophone.

13/06/2024, 13:12

ActuaLitté

Porter la BD sur scène, le nouveau projet de Comics Beyond

Le dispositif Comics Beyond, soutenu par la Commission européenne dans le cadre du programme Europe Créative, revient en force pour mettre la BD en lumière et révéler de nouveaux talents. C’est par des appels à candidatures que l’initiative prend vie. Fort d’une première session qui a suscité nombre de participations, Comics Beyond élargit son offre en proposant une seconde occasion, ouverte à tous, la seule frontière étant celle de la créativité.

13/06/2024, 11:40

ActuaLitté

À la prison de Tarbes, une offre socioculturelle “quasi inexistante”

La Contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL), Dominique Simonnot, a publié plusieurs recommandations « en urgence » après le constat « de nombreux dysfonctionnements entraînant des atteintes graves aux droits des personnes » détenues au sein de la maison d'arrêt de Tarbes. Parmi ces manquements, une offre socioculturelle « quasi inexistante » et un accès à la bibliothèque très compliqué.

13/06/2024, 10:06

ActuaLitté

Arnaud Nourry, ancien PDG de Hachette, fonde Les Nouveaux éditeurs

Ce mercredi 12 juin, Arnaud Nourry, ancien PDG de Hachette Livre et de Lagardère Publishing, annonce la création de « Les Nouveaux Éditeurs », un groupe de maisons d’édition indépendant permettant à tous les éditeurs qui le souhaitent, la possibilité de réaliser leur projet éditorial en créant leur maison d’édition au sein du nouveau Groupe.

12/06/2024, 17:07

ActuaLitté

La Commission européenne ouvre son enquête sur les contrats d'édition

Pressée par le Parlement quant à la situation des artistes auteurs, la Commission européenne se penche sur le sujet de manière concrète, en ouvrant une enquête sur les conditions contractuelles pratiquées dans l'édition et d'autres domaines artistiques. Les réponses doivent être données avant le 21 juin prochain.

12/06/2024, 16:40

ActuaLitté

Québec : Moins de livres chez Costco, plus de monde en librairie ?

Le géant américain Costco, enseigne de grande distribution discount, comptait jadis nombre de livres sur ses étals, et représentait ainsi une part importante du marché de l’édition au Québec. Récemment, l’entreprise a annoncé l’arrêt de la commercialisation des livres au sein de ses magasins dès janvier 2025. Une mesure d’abord effective aux États-Unis, qui pourrait se poursuivre au Québec, privant ainsi le marché « d’environ 10 % de son chiffre d’affaires ».

12/06/2024, 16:31

ActuaLitté

La police britannique s'excuse de l'arrestation d'un éditeur français

Le 17 avril 2023, alors qu'il se rendait à la Foire du Livre de Londres, Ernest Moret, des éditions de La Fabrique, était arrêté et détenu 24h durant par la police antiterroriste britannique. Cette action de la Metropolitan Police était qualifiée un an plus tard d'illégale. L'institution s'excuse à présent publiquement auprès du principal intéressé, nous rapporte La Fabrique.

12/06/2024, 14:34

ActuaLitté

Mort et renaissance d'une librairie emblématique

La Livraria Cultura de Conjunto Nacional, située sur la fameuse Avenida Paulista, à São Paulo, était un lieu de culture en même temps qu'une attraction touristique. Faisant face à de sérieux problèmes financiers, l'adresse ouverte à la fin des années 1960 a dû définitivement fermer ses portes ce printemps. 

12/06/2024, 12:54

ActuaLitté

Malgré la mort de Tim Sale, conclusion annoncée pour Un long Halloween

Quelques mois après la mort Tim Sale, décédé en juin 2022 à l'âge de 66 ans, DC Comics en révèle un peu plus sur The Last Halloween, un récit en dix épisodes. Celui-ci devrait poursuivre et conclure le légendaire Long Halloween, paru au cours des années 1990.

12/06/2024, 11:36

ActuaLitté

Dolpo : les nouveaux libraires en ligne

Face aux récents changements qu'a connus l'industrie du livre ces dernières années, trois passionnés de littérature ont uni leurs forces pour créer une librairie en ligne, offrant un conseil personnalisé des plus précis. Dolpo ambitionne de redorer l'image du livre en ligne, en offrant une expérience client au plus proche des librairies traditionnelles.

11/06/2024, 16:50

ActuaLitté

J'ai tout lu : la collection pour apprendre à tout lire

Auzou Éditions annonce la sortie de sa nouvelle collection J'ai tout lu, prévue pour le 6 septembre 2024. Destinée aux jeunes lecteurs dès 5 ans, cette série de premiers romans a été conçue pour rendre la lecture accessible et plaisante.

11/06/2024, 16:24

ActuaLitté

Les éditeurs belges réunis pour conquérir la France et ses librairies

L’union fera la force, et ce, dès la rentrée 2024 : les éditeurs francophones de Belgique disposeront d’une solution mutualisée pour rendre leurs ouvrages plus visibles en librairies. Ce modèle inversera la situation observée en proposant de regrouper une vingtaine de structures autour d’une diffusion-distribution collective.

11/06/2024, 15:00

ActuaLitté

275 livres queer recensés, pour varier lectures et points de vue

Le blog La mare aux mots, qui s'efforce depuis 2011 de promouvoir une culture pour la jeunesse de qualité, a publié un supplément, Plouf !, entièrement consacré aux ouvrages queer. Soit 275 chroniques de livres, pour aider à s'y retrouver dans une production de plus en plus foisonnante. 

11/06/2024, 12:57

ActuaLitté

Matita : des silent books d'architectes alliant beauté et écologie

Matita - qui en italien signifie « crayon » - est une maison d'édition indépendante fondée à Venise il y a deux ans par Delphine Trouillard. Sa production éditoriale se déploie en une collection de silent books écologiques, conçus par des architectes. En septembre sortira le « Livre 3 », la dernière
parution de cette initiative franco-italienne.

11/06/2024, 12:54

ActuaLitté

Lagardère "consolide" ses finances, avec l'aide de Vivendi

Lagardère a annoncé, le 7 juin dernier, avoir finalisé avec succès le refinancement de sa dette. L'acquisition de Lagardère SA par Vivendi SE, en novembre 2023, a entraîné le remboursement anticipé d'une grande partie de la dette financière de Lagardère SA, soit environ 1,2 milliard €. Ce remboursement a été financé par un prêt accordé par Vivendi SE à Lagardère SA le 12 décembre 2023, d'un montant maximal de 1,9 milliard €, avec une échéance au 31 mars 2025.

11/06/2024, 10:19

ActuaLitté

Livre audio : un marché de 14 milliards $ en 2030

Si la réalisation de ces ouvrages ne coûtait tant d’argent, l’audiolivre incarnerait le relais de croissance idéal pour l’industrie du livre. L’association américaine des éditeurs audio dévoile pourtant des données encourageantes : une croissance des ventes de 9 % en 2023. Et selon des analystes, il dépassera 13 milliards $ d’ici à six ans.

10/06/2024, 18:46

ActuaLitté

Nouveau revers judiciaire pour les censeurs de livres

BookBanUSA — Plus de deux ans après la plainte de sept habitants du comté de Llano, au Texas, contre les autorités et les responsables du réseau des bibliothèques, la justice a penché en faveur des plaignants. Les droits de ces derniers ont clairement été bafoués par le retrait d'ouvrages, qui devront être à nouveau rendus accessibles au public. Mais les juges restent partagés sur plusieurs titres, en raison d'un humour axé sur... les pets.

10/06/2024, 15:20

ActuaLitté

Désormais PDG, Lise Boëll réorganise Fayard

Les éditions Fayard annoncent du changement au sein de la direction. À compter de ce jour, Jérôme Laissus évolue en qualité de directeur général de la maison d’édition, aux côtés d’Estelle Cerutti, désormais directrice générale des Éditions Mazarine et directrice générale adjointe en charge de l’éditorial des Éditions Fayard. 

10/06/2024, 12:27

ActuaLitté

28 États s'engagent pour la survie de la culture en Ukraine

UkraineUnderAttack - Lors d'une réunion à Vilnius, 28 États ont promis de renforcer leur soutien à la reconstruction du secteur culturel ukrainien. Ce plan, coordonné par l'UNESCO, a été élaboré en collaboration avec plus de 40 institutions internationales et ukrainiennes et se déploiera à moyen et long terme.

10/06/2024, 11:54

ActuaLitté

D'après les contes de Perrault... mais pas trop... juste ce qu'il faut...

Les éditions L’Élan Vert présentent une nouvelle collection signée Sophie Dieuaide : « D’après Perrault mais pas trop ! » Cette année, la maison d'édition met ainsi le conte à l’honneur, avec une approche originale et moderne. Et certainement un joli brin d'humour.

10/06/2024, 11:01

ActuaLitté

Anne-Laure Bondoux et Anne Martelle entrent dans l'ordre du Mérite

Deuxième ordre national, aux côtés de la Légion d'honneur, le Mérite salue des personnalités issues de tous les domaines d'activité du pays. Un décret présidentiel du 7 juin, validé par le chancelier de l'ordre national du Mérite, procède aux nominations et promotions, avec plusieurs figures du livre et de l'écrit concernées...

10/06/2024, 09:47

ActuaLitté

Quebec : le marché du livre en très léger recul sur 2023

Après plus de 678 millions $ CA réalisés en 2022, le marché du livre neuf dans la Belle Province accuse un léger repli. Le résultat se monte à 677,3 millions $ CA, soit un recul de 0,2 % en valeur. Mais le chiffre d’affaires se maintient au-dessus des 650 millions $ CA, avec lequel l’industrie avait renoué en 2021. 

07/06/2024, 16:57

ActuaLitté

Christophe Desbonnet prend la tête du Groupe NOSOLI

Après le rapprochement des enseignes Furet et Decitre en janvier 2019, GROUPE NOSOLI a fait l’acquisition, en Octobre 2022, de Chapitre.com, l’opérateur historique du livre d’occasion. 

07/06/2024, 13:08

ActuaLitté

“Ce qui manque au Pass Culture, c'est la médiation”, selon Dati

À l'occasion du « Printemps de l'évaluation » des politiques publiques, la ministre de la Culture Rachida Dati a été invitée à s'exprimer devant la commission des finances de l'Assemblée nationale. Si la réforme de l'audiovisuel public et la fronde du spectacle vivant ont été largement évoquées, le Pass Culture a également eu droit à quelques mots.

07/06/2024, 12:39

ActuaLitté

Sophie Berlin à la tête des Éditions Tallandier à partir de novembre 2024

Sophie Berlin rejoindra les éditions Tallandier à la rentrée et en assumera la présidence à partir du 1er novembre 2024. Elle prendra le relais de Xavier de Bartillat qui, après avoir dirigé la maison pendant 14 ans, a décidé de « prendre du recul », tout en continuant de servir les éditions Tallandier en tant que conseiller.

07/06/2024, 11:55

ActuaLitté

Japon : la sexualisation des mineurs dans les mangas en question 

Au Japon, la députée Masako Ōkawara, membre du Parti démocrate constitutionnel (centre-gauche), porte une pétition adressée au gouvernement, afin de l'amener à réagir sur ce sujet. Elle souhaite améliorer le cadre législatif concernant la représentation des mineurs dans les mangas et les animes, en vue de limiter leur éventuelle sexualisation.

07/06/2024, 11:21

ActuaLitté

Une plainte à plus de 1 milliard £ déposée contre Amazon

L'association des détaillants indépendants britanniques (British Independent Retailers Association) a déposé un recours en justice contre Amazon. En cause, l’utilisation illégale de leurs données et la manipulation au strict profit de la firme américaine, de la Buy Box – ou Boîte d’achat. Le montant du préjudice est évalué à 1 milliard de livres sterling (1,17 milliard €). 

07/06/2024, 11:08

ActuaLitté

Promotion du piratage : des éditeurs scolaires font la leçon à Google

Aux États-Unis, quatre éditeurs scolaires, des groupes particulièrement puissants du secteur, ont entamé une procédure judiciaire contre Google. Ils reprochent au grand nom de la recherche en ligne d'avoir largement profité, indirectement, de la contrefaçon de leurs ouvrages, et de n'avoir pas suffisamment réagi à leurs signalements d'infraction au droit d'auteur.

07/06/2024, 10:19

ActuaLitté

Un nouveau roman Hunger Games en 2025, au cinéma en 2026

La romancière Suzanne Collins a annoncé la sortie du prochain opus Hunger Games, Sunrise on the Reaping (Levé de soleil sur la Moisson). Prévu pour le 18 mars 2025 en version anglaise, il s'agit d'un préquel qui se situe quarante ans après les événements décrits dans le quatrième tome, La Ballade du serpent et de l'oiseau chanteur (trad. Guillaume Fournier).

06/06/2024, 18:19

ActuaLitté

Achat de livres : des solutions pour les collectivités

Longtemps considéré avec dédain – du fait de l’opacité qui y régnait –, le secteur des soldeurs dans l’industrie du livre connaît un regain d’intérêt. Et ce principalement parce que des acteurs ont décidé de structurer leur activité avec plus de transparence vis-à-vis des fournisseurs autant que des acheteurs. Parmi ces acteurs, Expodif, soldeur de livre neuf, à prix réduit.

06/06/2024, 17:36

ActuaLitté

Déjà 53 000 € récoltés pour l’auto-édition de David & Öta

Nouveau projet d’auto-édition pour l’autrice-illustratrice Bleuts ! Prochainement, elle publiera le Tome 2 de David & Öta, un univers emprunt de fantasy, qui a fait ses débuts sur la page Instagram et Facebook que l’artiste. Déjà plus de 1300 dessins ont été publiés, permettant la publication d’un premier tome, réunissant des milliers de lecteurs. À présent, elle ouvre la possibilité à ces derniers de prendre part à une nouvelle aventure en soutenant son projet via un financement participatif sur Ulule.

06/06/2024, 17:28

ActuaLitté

Un regard neuf sur les luttes féministes, venu du Brésil

Angélica Lopes est une autrice jeunesse primée et très populaire au Brésil. Elle publie son premier texte en France, qui est aussi son tout premier roman « pour adultes », La Malédiction des Flores (trad. Marine Duval) au Seuil. À l'occasion d'une rencontre de presse à Paris, ActuaLitté a pu s'entretenir avec cette dernière.

06/06/2024, 17:17

ActuaLitté

Au Royaume-Uni, la lecture et l'écriture délaissées par les jeunes

Publiés le même jour, deux rapports britanniques font état d'une situation préoccupante pour la pratique de la lecture et de l'écriture par les jeunes âgés de moins de 18 ans. Les taux de satisfaction associés à ces deux activités se trouvent à des niveaux particulièrement bas, jamais atteints depuis près de 20 ans.

06/06/2024, 15:16