#Archives

Les Ensablés – "Miroir du temps" d'André Suarès (1868-1948)

Paru aux éditions Bartillat, Miroir du temps est un recueil d’articles d’André Suarès - certains inédits - de préfaces, de fragments de correspondance, voire de documents plus intimes encore, comme le testament de l’écrivain : peu de livres permettront de saisir aussi complètement un auteur qui sort lentement d’un oubli et dont les plus connaisseurs parmi les lecteurs ne pouvaient citer que le Voyage du Condottiere.
Ce recueil de textes parvient à restituer, en marquant la chronologie, les thèmes qui habitent son oeuvre. Des thèmes dont l’actualité permet de rendre cet auteur à son temps tout en le ramenant au nôtre. André Suarès écrivit toute sa vie le manifeste d’un art nouveau, qu’il souhaitait tout à la fois classique et régénérateur ; à l’imitation aussi de ce Speculum majus, ce Miroir dans lequel Vincent de Beauvais mit toutes les certitudes du Moyen-Age et qui voulut, selon Louis Gillet, « lier en système tout l’héritage des connaissances venues de l’Antiquité, le legs intellectuel de la Grèce, avec les vérités de la Révélation ».             
Après avoir lu avec attention l’érudite préface de M.Barsacq, les amateurs feront de Miroir du temps l’avant-propos nécessaire aux œuvres de ce grand écrivain : toute la diversité, toutes les contradictions de l’écrivain, et l’essence de son style, sont là.

Le 01/12/2019 à 09:00 par Les ensablés

1 Réactions |

Publié le :

01/12/2019 à 09:00

Les ensablés

1

Commentaires

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

Où il n’y a ni forme, ni ordre, il n’y a rien. (André Suarès)

Par Antoine Cardinale

Une inépuisable curiosité
Dans son choix de textes, cet ouvrage n’écarte ni la question des origines, ni celle de cet éclectisme, par lequel l’écrivain tenta de faire vivre ensemble son aspiration à un art moderne et sa foi inébranlable dans l’art ancien ; ni cette formidable curiosité dont le sommaire de cet ouvrage nous donne le vertigineux résumé : Pétrone et Suétone ; Ronsard et Bossuet ; Charles Péguy, Bourdelle ; saint Paul et saint Augustin ; mais aussi la Peinture, la Danse et la Musique, Céline, Dostoïevski et d’Annunzio.

Il serait facile de mettre en avant, à travers son inépuisable curiosité, l’universalité de Suarès : ce mot flatte l’homme paresseux du XXIème siècle et il sonne pour lui comme la délectable promesse de réconcilier sans effort le tout et ses parties, de jeter des ponts prodigieux entre des productions que rien en réalité n’apparente, de marier le trivial et le sublime, de toujours en somme éviter le conflit et de jouer en somme la hiérarchie des œuvres au bonneteau de la mode.

Dans ce qui nous paraît une dispersion, André Suarès voulut au contraire voir un effort noble, paradoxal, et nécessaire : il reconnut d’ailleurs chez Léonard de Vinci cette ambition : Léonard est la preuve que l’artiste ne peut pas se répandre en tous sens, s’il veut s’accomplir dans une œuvre, mais il n’y a pas de générosité plus grande que de courir un tel risque. André Suarès a voulu courir ce risque, et cet ouvrage nous fait sentir l’organisation et le programme d’une œuvre dont il est difficile souvent de saisir le fil.

La tentation classique
Comme nous l’indique la citation de René Girard qui ouvre la préface de ce livre, c’est au « grand art classique » que Suarès aspirait. Et qu’il comptât pour y entrer sur la Fureur, comme le dit René Girard, ne doit pas totalement nous surprendre. Cet homme du Livre se sentait de force à donner à son pays, à son siècle, des institutions et peut-être même une religion ! Sa prose prend parfois des accents prophétiques, avec une forte tendance aux questions sociales, et un penchant pour l’utopie qui rendait impraticables les routes politiques qu’un sens moral élevé ouvrait devant lui. Il conciliait, avec le naturel du fanatique, le pessimisme hautain du présent et une confiance théologique dans l’avenir. Et, cela dût-il nous surprendre, c’est une attitude parfaitement classique : Racine, Bossuet aspirèrent toujours à donner une forme religieuse à l’art classique, qui n’y est pas entièrement contenu mais qui le marque fortement, et qui lui donne un accent parfaitement reconnaissable.

La disparition de Suarès de l’horizon littéraire, peut-on l’interpréter comme le rejet de la greffe de l’esprit classique sur celui du XXème siècle ? Car sa tentative fut de faire rentrer l’esprit classique dans ce siècle (1). On se trouverait bien mal, après M. Fumaroli, après Georges Steiner et tant d’autres esprits brillants, de vouloir définir l’art classique, ses canons et la hiérarchie de ses œuvres, et notamment ce que le classicisme emprunta aux différents climats : il fut en France, national, monarchiste, rénovateur chez Charles Perrault mais conservateur chez Boileau. En Italie en revanche ce classicisme fut antiquisant, historicisant, d’esprit républicain et marqué par une forte sensibilité aux arts plastiques. Suarès emprunte beaucoup à ce classicisme italien, qui transformait peu l’idéal humaniste des XVème et XVIème siècle qui forma le royaume de l’Homme renaissant (2).

Il était, il me semble, convaincu que le goût classique pouvait dominer le siècle à condition qu’il sût en affronter la nouveauté ; pour cela, il fut attentif à ne pas méconnaître les audaces de l’art de son temps. Dans le Voyage de Céline par exemple, il sut voir les caractères barbares et chrétiens, le message de Charité et le grouillement lugubre du cloaque. De même, avec une audace qui aujourd’hui nous échappe peut-être, il soutint Wagner, le rattachant à la vieille recherche classique : La grandeur de Tristan est effrayante. Tristan est conçu comme Phèdre ou Bérénice, un entretien acharné des passions face à face.

Il y eut en effet, au tournant du siècle, une aspiration, un retour extraordinaire du goût classique. Consulté sur le sujet (3) Marcel Proust, si circonvolutif, si subtil, s’exprime catégoriquement : Tout art véritable est un art classique mais dans sa courte réponse, n’explicite rien. Paul Valery, au même moment, en donne une définition élastique, voyant dans le « grand art » l’engagement de toutes les facultés de l’artiste et la mobilisation de toutes les facultés de l’amateur. Peut-être était-il nécessaire que cette aspiration nouvelle au classicisme en passât au préalable par un inventaire sans concession du XIXème siècle.

Le romantisme, cette maladie de jeune homme, avait relégué au magasin d’accessoires le théâtre classique ; la peinture du Grand Siècle pourrissait dans les greniers d’un Versailles abandonné, mais alors que la génération de 1820 naissait romantique, la génération de 1840 commençait à se déprendre de ce goût maniaque du contraste pour le contraste, de l’amoncellement de détails expressifs ou de la complaisance dans l’horrible (4). La littérature française se fragmentait en naturalisme, réalisme, symbolisme ; le romantisme devint une sorte de religion à laquelle on voulait bien croire mais dans laquelle on ne communiait plus guère, toute d’emprunt et de pure apparence. S’il confesse encore une tendresse pour les romantiques tardifs, il est sans pitié pour les Pères fondateurs. Dans Chateaubriand il scrute le chrétien et le monarchiste et ne trouve nulle sincérité dans le premier et peu de convictions dans le second ; enfin, donnant toujours à entendre un largo assai funèbre qui donne les mêmes couleurs aux landes bretonnes, aux forêts des Florides et à la Terre Sainte et qui finit par faire de ses déplorations une lassante ritournelle.
Après cet inventaire, André Suarès proposa une profession de foi du classique, ce que ni Proust, ni Valery ne se risquèrent à formuler : La culture est une autre nature, plus parfaite et plus vraie, qui dans l’homme accompli prend le pas sur la nature brute et sur l’homme imparfait. Pour lui, il existe une loi nécessaire qui nous rapproche des siècles passés. Cette loi rend visible, explique et unifie la succession des temps historiques, et dans ce cadre, le goût, les écoles et les techniques évoluent sans se renier. Cette confiance dans la culture, ce credo du continuum des siècles sont les colonnes du temple classique.
Les Classiques trouvaient à s’appuyer sur la religion de la Faute pour racheter l’infirmité humaine. Suarès ne trouve en lui qu’un fonds de nihilisme et de scepticisme qu’il tient de la génération de 1840, celle qui s’incarne en Anatole France. Ce dernier ne proposait qu’une voie spirituelle bien rétrécie : que l’Homme apprenne seulement à connaître sa triste et nulle condition. A renier l’espérance qui est dans la voie chrétienne, on s’interdit de rejoindre l’inspiration qui fut celle de la voie classique, on s’interdit d’entrer dans le temple.

Le retour à l’antique
C’est pourquoi Pétrone, fixé dans le doute salutaire et la sagesse d’Epicure incarna idéalement la tentation finale d’André Suarès. C’est le seul portrait où paraît une admiration sans conditions : des vingt lignes que Tacite réserve à la mort de Pétrone, il tire toute une philosophie, et construit un moment tragique sur lequel on pourrait modeler toute une vie : Les idées et l’expérience du monde n’ont pas labouré ce front. Elles n’y ont pas laissé la trace de l’effort, ni les marques de la défaite. Sur le front de Pétrone, je ne lis point la hauteur ni la mélancolie de la sérénité. Il a l’éclat de la grande intelligence, pour qui la vie est un plan à bien lire : la tranquille possession de soi, l’ordre dans les souvenirs, la promptitude dans le choix que l’action propose ; la volonté toujours prête. C’est le portrait d’une intelligence supérieure, d’un goût éclairé, faisant de sa sagesse, sans passion, sans mystique, un secret, et de ses mépris un talisman pour tenir l’infirmité du monde à distance.

Cette féerie de la vie heureuse, cette morale aristocratique, que Pétrone emporte avec lui, Suarès la retrouve dans le dessin et le frais coloris des Muses de Véronèse. « Des trois la plus séductrices, l’une, au fond, est assise et pince du théorbe. Près d’elle, la plus belle, debout, chante en lisant le texte dans un livre, qu’elle appuie sur son beau ventre d’ambre. Elle est longue, fine, et ces tendres seins ronds ont le galbe de la coupe et la fermeté souple du fruit. La plus charmante, au premier plan, vêtue de brocart à ramages d’or et de soie changeante plus étroitement que toutes les autres, joue d’une viole couchée sur ses genoux. Elle tourne le dos ; mais sa figure ravissante regarde, en souriant à peine, de profil ; à qui sourit-elle, cette Vénitienne d’Athènes et de Paris ? Elle a les traits les plus délicats et les plus nobles, une ligne exquise de long calice, un port d’anémone et de candide iris. Et sa chair, parce qu’elle est voilée, est celle que l’on désire ».

Tout lui plaît, tout lui est de plain-pied dans le monde antique. Ainsi lorsqu’il trouve aux vieilles légendes de la Rome ou de la Grèce ce tour barbare, cet air de contes pour enfants, atroces et naïfs à la fois, ce fond de magie un peu ridicule, mais inquiétant encore. Là encore, il est dans l’esprit des classiques :  Il faut toujours interpréter l’antique. Euripide et Eschyle le faisait déjà, et face à l’âpreté et parfois à l’obscénité de l’Histoire romaine et de l’Histoire sainte, Racine et Corneille les imitaient. Le point de vue du lycéen André Suarès dont l’Eloge d’Homère emporta le premier prix du Concours général et « saisit d’admiration » Anatole France, ce point de vue ne varia jamais.

Avec quelle délectation savante il retourne à ses préférences (2) ! Laissons-le nous plonger dans la double vie de ce Suétone écrivant les Portraits et menant l’enquête, interrogeant les archives secrètes de l’Empire et les derniers survivants pour retrouver les vérités formidables et atroces du siècle de Tibère et Néron : Gaius Suetonius Tranquillus, calme et sérieux, impénétrable, ayant travaillé avec l’empereur, sort du cabinet, comme tous les soirs, à la même heure. Du même pas, du même air assuré, il se rend à l’office des postes et transmet les ordres attendus. Il confie aux courriers les dépêches qu’il vient de libeller, touchant l’impôt d’une province, les mouvements d’une légion, ou seulement l’achat d’une statue, la recherche de quelque manuscrit rare. Et l’on pense qu’il a fini sa journée. Elle commence au contraire. Il sait entrer dans les lieux interdits. Il est habile à faire parler les vieux eunuques plissés par la rancune, à confesser les vieux esclaves ».

Des grands auteurs, il sut cependant faire un inventaire plein de discernement. Il porte un jugement sans aménité sur l’honnête et suave Marc-Aurèle comme disait Renan, incapable de décider du rôle qu’il lui fallait jouer sur la terre, et ne sachant s’il faut que la pitié commande à l’implacable application de lois ou l’ordre implacable de l’Empire aux conseils de la tolérance. Saint Augustin ? Suarès se confessera chrétien dans son testament - je suis fidèle à toute la beauté chrétienne – mais il n’a pas de mots assez durs pour le Père de l’Eglise. Saint Paul ? Il le met en scène devant l’Aéropage, mais sans beaucoup de tendresse.

Inscriptions
Qu’eût-il souhaité enfin ajouter à l’art ancien, qu’eût-il fallu ajouter au vieux corpus pour que la greffe prît ? Peut-être tient-on la réponse : La liberté est mon essence écrit-il dans une lettre. Ce mot de liberté, spécialement chargé de la transmission de choses vagues, et au sujet duquel Paul Valery se demandait avec ironie, qui de la philosophie ou de la police, avait commencé le débat, Suarès souhaitait que les artistes en fissent constamment le choix. Il y voyait la condition nécessaire pour acclimater l’idéal classique à l’esprit du temps. Que lui manqua-t-il, sinon d’écrire cette œuvre qui pût illustrer et défendre son approche de l’art ancien et qu’il n’écrivit jamais ?

Dans sa préface, Stéphane Barsacq nous propose trois manières délicieuses d’approcher André Suarès et je laisse aux lecteurs le soin de les découvrir. Je me permets d’en ajouter une quatrième, qui est tout uniment d’aborder à cette île-continent de la littérature par Miroir du temps.

Sur la foi de l’intéressante biographie de M.Pariente nous pensions connaître l’épitaphe, très conforme à son image de poète maudit, que l’écrivain voulut voir graver sur sa pierre tombale (5). Il semble que cet écrivain singulier se proposait en réalité différents textes pour entrer dans son au-delà et M.Barsaq nous permet de lire en quelque sorte le projet officiel, celui qui figure dans le testament de l’écrivain. L’inscription qu’il souhaita sur sa « dalle aux Baux » est toute simple : Il ne vécut que pour l’amour et la beauté.

(1) Antoine de Rosny La culture classique d’André Suarès, Garnier, 2019
(2)  [Il] a voulu l’héritage des siècles amoureux et guerriers, les trésors de la passion et de l’art, le royaume de l’Homme renaissant. Gabriel Bounoure, cité par S.Barsacq, Préface.
(3) Enquête sur le classicisme, La Renaissance, 1921
(4) Rolland Chollet, Préface au Colonel Chabert, Rencontres, 1959
(5) Laissez-moi loin de toute route / Si seul que j’ai toujours vécu/ Que le ciel et le vent écoutent / Mon silence de grand vaincu.

 

1 Commentaire

 

dugommier

09/04/2020 à 22:04

Heureusement que je n'avais pas lu ce commentaire avant d'attaquer "Le voyage du condottiere" qui m'attendait depuis des années ; sinon je ne l'aurais pas lu. Un texte pareil est à mes yeux le sommet du snobisme. Cela me rappelle les commentaires des premiers de classe de français qui étaient souvent les lèche-bottes lunettards de service. Désolé, mais la poésie de ce demi-juif, comme il se nomme, m'a beaucoup touché, et cela, bien que je fasse de l'allergie cutanée à la lecture des alexandrins et autres vers bien trop rigides pour notre siècle.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Les Ensablés - Waterloo, Belges ou Français d'Albert du Bois (1872-1940)

Dans cette fiction historique qui prend place durant les Cent-Jours avec comme moment culminant la bataille de Waterloo, un Bruxellois d’origine flamande, Jean Van Cutsem, vit une crise existentielle : alors que le frère de sa fiancée wallonne rejoint Napoléon, il est pour sa part enrôlé dans l’armée hollandaise sous le commandement du Prince d’Orange… Un roman engagé et détonnant, où les questions de l’identité, de la loyauté et du courage s’affrontent avant tout dans le for intérieur d’un jeune soldat jeté malgré lui sur les routes de la guerre.

Par Louis Morès. 

18/02/2024, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - À propos de Claude Dravaine, par François Ouellet

J’ai commenté ici même, précédemment, la biographie de Maria Borrély (1890-1963) publiée par Danièle Henky en 2022 (Maria Borrély. La Vie d’une femme épanouie). Les romans de Borrély, qui s’apparentent à ceux de Giono et de Ramuz, sont à redécouvrir impérativement. Danièle Henky, dont le « sujet de prédilection, c’est le destin des femmes », expliquait-elle récemment, s’intéresse, dans son nouvel ouvrage, à l’écrivaine et journaliste Claude Dravaine (1888-1957). La Livradoise. L’Énigme Claude Dravaine est publié chez Hauteur d’Homme, une maison régionaliste sise dans une commune du Massif central. Par François Ouellet.

04/02/2024, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Couleurs d'écriture, de Julien Blanc à Raymonde Vincent

Après Romans exhumés (chez EUD, 2014), Littérature précaire (toujours chez EUD, 2016), notre ami et chroniqueur des Ensablés, François Ouellet, publie aujourd’hui, sous sa direction, un nouvel opus dédié à la redécouverte d’auteurs oubliés, vaste domaine, on le sait, qu’une vie ne suffira jamais à explorer totalement. Il s’est entouré pour cela d’éminents spécialistes dont le regretté Bruno Curatolo, savant érudit, par ailleurs un des « redécouvreurs » de Raymond Guérin. Pour nos lecteurs assidus depuis quatorze ans (déjà !), ce livre est indispensable. Par Hervé Bel.

22/01/2024, 12:17

ActuaLitté

Les Ensablés - La jeune fille verte de Paul-Jean Toulet (1867-1920)

Chers lecteurs des Ensablés, avec cet article d'Isabelle Luciat, se terminent nos chroniques de l'année 2023, l'occasion pour nous de vous souhaiter une très bonne année 2024 et de vous remercier pour votre fidélité (15 ans déjà). Hervé BEL

 

Récit enlevé d'une éducation sentimentale, La jeune fille verte se déroule dans la station thermale imaginaire de Ribamourt, inspirée de la ville de Salies-de-Béarn. Ce court roman livre également (et ce n'est pas son moindre attrait) une amusante chronique de la vie de province à la Belle Époque qui n'est pas sans rappeler « L'orme du mail » d'Anatole France, quoique sur un mode résolument léger et qui peut parfois tomber dans la facilité. Par Isabelle Luciat.

31/12/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Soldats bleus, journal intime (1914-1918) de Pierre Loti

A priori, publier le journal intime de Pierre Loti, sur la période couvrant la Première Guerre mondiale relève de la gageure, tant le style et l’œuvre de cet écrivain sont aujourd’hui passés de mode. Sa ferveur patriotique, sa soif d’en découdre avec l’ennemi, qui le pousse, alors qu’il a dépassé l’âge d’être mobilisé, à faire intervenir les plus hautes autorités, pour prendre part malgré tout à la guerre, nous est difficile à comprendre.  par Carl Aderhold  

10/12/2023, 09:08

ActuaLitté

Les Ensablés - Ces messieurs du rugby, anthologie littéraire

 Alors que la coupe du monde de rugby vient de s’achever laissant un goût d’amertume aux Français sortis pour un petit point d’écart en quart de finale par les sud-Africains, on peut se consoler avec ces Messieurs du rugby, excellente anthologie littéraire consacrée uniquement à l’ovalie et publiée en poche dans la collection La Petite Vermillon à la Table ronde. Les maux s’envolent, les écrits restent. 

Par Denis Gombert.

26/11/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le voleur de Georges Darien, par Marie Coat

Si le nom de Georges Darien (1862-1921) ne vous évoque rien, c’est que vous n’avez lu ni Biribi ni Bas les cœurs ... ni surtout Le voleur, mais peut-être avez-vous vu l’adaptation qu’en fit Louis Malle en 1967 dans son film éponyme ? Ou la bande dessinée de Bernard Seyer en 1986, presque un siècle après la parution, en 1897, du roman d’origine (le premier d’un cycle intitulé Comédie inhumaine qui ne connaîtra qu’un second opus, L’épaulette). Par Marie Coat

12/11/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Martel en tête, d'André Vers (1924-2002)

André Vers, j’en ai déjà parlé avec émotion il y a quelques années, lors de la réédition chez Finitude de son roman « Misère du matin » (1953) qui relatait, avec drôlerie et mélancolie la vie en usine d’un jeune homme. Cette fois, je reprends la plume pour lui, à l’occasion de la réédition de son deuxième roman « Martel en tête » publié en 1967 aux éditions Edmond Nalis, et que la fidèle maison d'édition Finitude réédite. Dans ses mémoires « C’était quand hier ? » (1990), André Vers raconte toutes les péripéties qui ont accompagné sa parution. Par Hervé BEL.

29/10/2023, 22:17

ActuaLitté

Les Ensablés - L'hôtel du Nord d'Eugène Dabit, “triste, poignant et beau”

Publié en 1929, L’Hôtel du Nord est le premier roman d'Eugène Dabit ((1898-1936voir ici et ici). Ce roman connut un succès inégalé dans la courte carrière de l'auteur, disparu brutalement en 1936 alors qu'avec un groupe d'écrivain français, il accompagnait André Gide dans un voyage en URSS. Issu d'un milieu modeste, marqué comme tous les jeunes gens de sa génération par la guerre de 1914, Eugène Dabit a fréquenté les milieux artistiques après la guerre et a gravi l'échelle sociale, sans jamais renier ses origines. Par Isabelle Luciat

15/10/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Ciel de Nieflheim de Jacques Chardonne

Jacques Chardonne (1884-1968), le « romancier du couple », de Destinées sentimentales et de Romanesques, dont Gallimard a édité récemment la correspondance en trois volumes avec Paul Morand, a encore des lecteurs fidèles et convaincus — j’en connais quelques-uns. Ce n’est donc pas tout à fait d’un écrivain ensablé qu’il sera ici question, mais d’un livre que presque personne n’a lu, puisqu’il s’agit d’un ouvrage, écrit en 1943, qui était prêt pour l’impression, mais que Chardonne renonça à publier: Le Ciel de Nieflheim. Pour ses amis, Chardonne avait néanmoins procédé à un faible tirage privé ; on en trouve parfois un exemplaire en vente à fort prix en ligne.  Par François Ouellet

24/09/2023, 12:11

ActuaLitté

Les Ensablés - Oeuvres de Hugues Rebell (1867-1905)

Avec une préface documentée de Nicolas d’Estienne d’Orves (notamment romancier « Prix Roger Nimier » et spécialiste de Rebatet), la collection « Bouquins » a publié récemment un recueil des œuvres principales de Hugues Rebell dont seuls les gens de mon âge rappelleront qu’elles furent rééditées dans les années 80 par Hubert Juin, dans la collection 10/18, avec d’autres auteurs « fin de siècle ». Par Hervé Bel.

11/09/2023, 11:55

ActuaLitté

Les Ensablés - Le meneur de Loup (1857) d'Alexandre Dumas (1802-1870)

Dumas ? c’est Gaston Pescou, signant Peskow ou Peskov, mais aussi G. de Morlon, baron de Cherville, qui est en réalité –pour les trois-quarts- l’auteur caché de ce roman. Il est dans sa spécialité : le roman de chasse. Qu’on en juge par quelques titres tirés de sa bibliographie : Les Aventures d'un chien de chasse, Histoire d'un trop bon chien, Contes de chasse et de pêche, Contes d'un coureur des bois, Montcharmont le braconnier, Le Gibier plume et la même année Le Gibier poil, sa science s’étendant même aux sauvages horizons de l’Afrique et de l’Asie avec Les Éléphants, état sauvage, domestication.

Par Antoine Cardinale

27/08/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les Étangs de la Double, de Geneviève Fauconnier

En 1995, les éditions Le Croît vif, à Royan (Charente Maritime), rééditaient trois romans de Geneviève Fauconnier (1886-1969) : Les Trois Petits Enfants bleus (1927), Claude (1933) et Les Étangs de la Double (1935). La même année, Omnibus reprenait Pastorale (1942), intégrant cet autre roman de la même auteure dans Gens de Charente et de Poitou, au sommaire duquel figurent aussi des romans de Jean-Richard Bloch, Pierre Véry, Ernest Pérochon, André Theuriet et Pierre Loti. En outre, Les Étangs de la Double reparaissait en 2020 aux éditions La Geste, à Niort, en Nouvelle-Aquitaine. Par François Ouellet.

13/08/2023, 11:19

ActuaLitté

Les Ensablés - Le fer rouge de Paul-André Lesort, ou l'emprise

Paul-André Lesort (1915-1997) aurait pu intituler son cinquième roman L’emprise, mais il a choisi un titre plus incisif : Le fer rouge. Paru en 1957, l’ouvrage de ce romancier étiqueté « grand écrivain catholique » choqua autant les lecteurs que la critique, à quelques rares exceptions près comme Jean Cayrol (« Ce n’est pas un spectacle auquel il nous convie,...mais une quête, une aventure avec « risques et périls»... Son honneur est de déranger et de se déranger...Beaucoup n’ont pas compris la route surprenante qu’il put choisir sans avertissement »). Par Marie Coat.

30/07/2023, 10:05

ActuaLitté

Les Ensablés - Petit Louis, d'Eugène Dabit

Chers amis des Ensablés, notre site accueille aujourd'hui une nouvelle contributrice, Isabelle Luciat, à qui nous souhaitons la bienvenue au sein de notre équipe. Pour son premier article, elle a choisi "Petit Louis" deuxième roman d'Eugène Dabit, qui avait rencontré le succès avec L'Hôtel du Nord, paru en 1929. Hervé BEL.

16/07/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés – Des hommes passèrent…, de Marcelle Capy

Pendant la première moitié du XXe siècle, de nombreux romans « champêtres » ont été publiés, et les Ensablés n’ont pas manqué d’en chroniquer. Parmi ceux qui nous ont particulièrement marqués, rappelons l’admirable Campagne (prix Femina 1937) de Raymonde Vincent que les éditions Le passeur viennent de rééditer et La vie d’un simple, d’Émile Guillaumin. Il me faut en ajouter un autre, récemment paru chez La Thébaïde d’une romancière complètement oubliée, Marcelle Capy. Par Hervé BEL

02/07/2023, 12:20

ActuaLitté

Les Ensablés - Cinis in cinerem, de Régis Messac (1893-1945)

Les Éditions de La Grange Batelière achève par Cinis in cinerem (allusion à la Genèse « tu es poussière et tu retourneras à la poussière), la publication des quatre romans policiers de Régis Messac, auteur que nos amis des Ensablés commencent à connaître (Quinzinzinzilli, Le mystère de Monsieur Ernest). A mon goût, c’est le roman plus étonnant, le plus attachant aussi, car il s’y mêle le gothique, le fantastique, la psychanalyse et le scientisme du XIXème siècle, dans une ambiance mystérieuse : plaisir assuré pour tous ceux qui ont aimé Gaston Leroux, Maurice Leblanc, Stevenson, Edgar Poe, et j’en passe. Par Hervé Bel

11/06/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le tramway des officiers (1973) de Georges Thinès

Georges Thinès  (1923-2016) est un écrivain belge de langue française né en 1923 à Liège et décédé en 2016 à Court-Saint-Étienne. D’abord attiré par les lettres classiques, il fut étudiant en philosophie et lettres à la Faculté universitaire Saint-Louis de Bruxelles. Après son engagement à la Royal Navy durant la guerre, Georges Thinès renonce à la philologie et s’oriente vers la psychologie. Professeur à l’université de Louvain, il fut un spécialiste de renommée mondiale dans le domaine de l’éthologie animale. Excellent musicien, fondateur de l’orchestre symphonique de Louvain, il fut encore poète, nouvelliste, romancier, dramaturge, essayiste. Par Armel Job

28/05/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les aiguilles à tricoter de Denis Belloc, le bas bruit de la violence

Décédé en 2013 à l’âge de 64 ans, Denis Belloc ( (1949-2013) a marqué d’une empreinte noire la littérature française. Son œuvre, une dizaine de romans parus, s’abreuve au sirop de la rue. Mais ce liquide est violent et amer. C’est l’univers de la toxicomanie dans Képas (Lieu commun, 1989) ou de la prostitution dans Suzanne (Lieu commun 1988) qui forme le décor des romans de Belloc dont l’entière matière est autobiographique. Par Denis Gombert.

14/05/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Heureux les pacifiques de Raymond Abellio (1907-1986)

En janvier 1947, les éditions du Portulan publièrent un épais volume au titre biblique, « Heureux les pacifiques », que la critique accueillit avec force éloges, n’hésitant pas à parler de «roman fracassant et excitant » (Pierre de Boisdeffre), de « roman d’une génération » (Maurice Nadeau), tous se montrant impressionnés par  la justesse d’un tableau riche et complexe d’une époque charnière (1934-1945): ainsi Pierre Descaves, selon lequel ce roman est « sans aucun doute, le document le plus important, le plus impressionnant qui nous ait été donné depuis quinze ans, sur l’état d’une jeunesse que guettait le conflit de 1939-1940 et les années, noires et rouges, des refus ou des abandons ». Par Marie Coat

30/04/2023, 16:45

ActuaLitté

Les Ensablés - Le renard à l'anneau d'or, de Nelly Kristink    

Mariève a vingt-trois ans lorsqu’elle épouse Gilles, de dix ans son aîné. Ce mariage la conduit à s’installer chez lui, dans un domaine forestier des Hautes Fagnes, à l’est de la Belgique. Le manoir du Rondbuisson, situé à l’orée du bois, est la résidence de quelques personnages rustiques et gentiment intrigants. Tout semble en place pour assurer le confort de Mariève, dans un cocon où l’on ressent plus qu’ailleurs le rythme envoûtant des saisons. Mais pourquoi n’y semble-t-elle pas heureuse ? C’est l’histoire de la lente dégradation d’un amour s’abîmant au grattage de l’écorce. Par Louis Morès. 

10/04/2023, 09:47

ActuaLitté

Les Ensablés - Jeunes femmes en uniforme, de Terreska Torrès

« Elles sont les premières. Cinq filles. Jeunes, timides, heureuses, excités, cœurs battants et prêtes à mourir pour la France. » Nous sommes en 1940. La France vient de perdre la guerre. À Londres, la France libre sous l’impulsion du général de Gaulle fait ses premiers pas. Pour la première fois, les femmes prennent part au conflit sous l’uniforme français. Un Corps féminin de Volontaires de la France libre est créé, dans lequel s’enrôlent les héroïnes de ce roman, ainsi que son autrice, Tereska Torrès. Par Carl Aderhold.

26/03/2023, 17:17

ActuaLitté

Les Ensablés - Kikou Yamata (1897-1975), la Japolyonnaise

Qui se souvient aujourd’hui de Kikou Yamata, une écrivaine née à Lyon en 1897 d’un père japonais et d’une mère française et décédée en 1975 à Genève ? Étonnante et attachante figure, auteure d’une œuvre importante. Par François Ouellet

12/03/2023, 10:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Génération hussards, de Marc Dambre

En septembre 2022, Marc Dambre, spécialiste de Roger Nimier, a publié chez Perrin une somme passionnante (je pèse mes mots) intitulée Génération hussards, en référence à une mouvance littéraire des années 50. L’occasion d’aborder avec lui non seulement la vie et la production littéraire des « hussards » les plus connus, mais aussi d’en (re)découvrir d’autres, dont Stephen Hecquet, objet d’un récent article des Ensablés, et de revisiter trente années de vie culturelle française. Par Hervé Bel

20/02/2023, 09:56

ActuaLitté

Les Ensablés - Henry Thoreau sauvage, de Léon Bazalgette

Emmanuel Bluteau m’a envoyé ce livre, Henri Thoreau sauvage, qu’il vient de rééditer dans sa maison d’édition, la Thébaïde, avec ce petit mot : « Voilà un vrai ensablé ! ». Par Hervé Bel.

05/02/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Deutschland de René Trintzius (1898-1953)

Quiconque vous demanderait ce qu’évoque pour vous le nom de Trinztius, vous resteriez coi ou chercheriez en vain du côté des érudits anversois de la Renaissance. Bien oublié aujourd’hui, René Trintzius fut très connu dans le monde des lettres de la première moitié du siècle dernier. Né en 1898 dans une famille bourgeoise de Rouen -son père était un architecte renommé- il abandonna très en amont une carrière de magistrat pour se consacrer dans un premier temps au journalisme, puis rapidement à l’écriture de pièces de théâtre et de romans. Par Marie Coat

22/01/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Malpertuis (1943) de Jean Ray (1887-1964)

Au carrefour de ruelles obscures se dresse Malpertuis. Quentin Moretus Cassave, le maître de cette grande maison, s’éteint sur son lit de mort et fait lire à sa famille réunie les articles de son testament. Pour recevoir l’héritage, les héritiers doivent s’engager à venir vivre au sein de ce lieu rempli de mystères et seul le dernier d’entre eux recevra la fortune. Le dernier ? Dans cette demeure hantée peuplée d’une faune étrange et où le temps s’étire à la croisée des mondes, les périls sont immenses. Jean-Jacques Grandsire, un jeune neveu de Cassave, nous confie avec effroi les heurts et malheurs de Malpertuis. Un chef-d’œuvre du fantastique belge à redécouvrir. Par Louis Morès. 

08/01/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - une biographie de Marie Borrély (1890-1963)

J’ai parlé, il y a quelques mois dans cette chronique, de Maria Borrély (1890-1963), une romancière d’exception de la Haute-Provence. Voici qu’une belle biographie vient de lui être consacrée par Danièle Henky aux éditions Le Papillon rouge, Maria Borrély. La Vie d’une femme éblouie. La biographe, qui a commencé à s’intéresser à Maria Borrély au début des années 2000, a pu avoir accès aux archives de l’écrivaine, se nourrir des souvenirs de Pierre Borrély, le cadet des deux fils de l’écrivaine, qu’elle a maintes fois rencontré, travailler aux premières rééditions avec Paulette Borrély, la femme de Pierre. Par François Ouellet

25/12/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - La baie des Wallons (1991) de Viviane Dumont

Dernier tome d’une trilogie de romans historiques suivant sur trois générations l’histoire d’une famille aux XVIe et XVIIe siècles dans les Provinces-Unies et les Pays-Bas espagnols, La Baie des Wallons relate les aventures du jeune Tristan de Noirfontaine, un orphelin seul héritier de sa lignée ne rêvant que d’exploration au point de s’embarquer dans un navire à la conquête du Nouveau Monde. C’est avec enthousiasme qu’il participera àl’émergence d’une nouvelle ville et d’une société lui offrant une vie pleine de promesses, à condition de faire preuve de prudence et de ne pas oublier ses racines.

Par Louis Morès.

11/12/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Adieu mes quinze ans de Claude Campagne

Un chef-d’œuvre de la littérature jeunesse : Adieu mes quinze ans fut en 1960 un véritable phénomène éditorial : plus de 650.000 exemplaires écoulés. Le livre fut traduit en 11 langues et adapté en un feuilleton de 10 épisodes qui fit les beaux jours de l’ORTF au tout début des années 70. Il faut croire que ce roman sur l’adolescence possédait quelque chose de particulier qui avait pu toucher toute une génération. Elle se retrouvait dans le portrait de Fanny, l’héroïne du roman qui voyait du jour au lendemain sa vie bousculée avec l’apparition de deux êtres et d’un secret. Mais quoi ? Par Denis Gombert

27/11/2022, 11:34

ActuaLitté

Les Ensablés – Stephen Hecquet, vie et trépas d’un maudit de Frédéric Casotti

Stephen Hecquet, avocat, écrivain… Pour beaucoup, ce nom ne dit plus rien. Auteur d’une dizaine de romans publiés dans les années cinquante, il est pourtant considéré comme l’un des membres de ce groupe que Bernard Frank appela les « hussards ». Ses romans n’ont jamais été réédités (sauf en 1993 pour « Les collégiens »). Début 2022, est parue chez Séguier une courte et bienvenue biographie de Stephen Hecquet par Frédéric Casotti intitulée Stephen Hecquet, vie et trépas d’un maudit, dont les Ensablés se devaient de rendre compte, d’autant qu’en 2013 notre ami Henri-Jean Coudy (dont les parents connaissaient bien Hecquet) avait déjà fait un article à propos d’Anne ou le garçon de verre.

13/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Régis Messac et le polar lettré, par François Ouellet

Romancier, essayiste, pamphlétaire, journaliste, professeur, historien de la littérature populaire, du roman policier et de la science-fiction, rédacteur en chef des Primaires, revue de gauche anticléricale, syndicale et pacifiste, etc., Régis Messac (1893-1945) a été de bien des engagements littéraires et politiques. Par François Ouellet.

30/10/2022, 09:22

ActuaLitté

Les Ensablés : Passage des émigrants, de Jacques Chauviré

Prendre soin des seniors, des anciens, du quatrième âge, des personnes âgées, bref : des vieux, problème de société rebattu, mais irrésolu, au parfum de désolant scandale malgré d’indéniables avancées... En 1977, paraissait sur ce sujet Passage des émigrants, un remarquable roman écrit par un médecin, Jacques Chauviré (1915-2005), dernier d’une trilogie mettant en scène le parcours du Dr Desportes, médecin du travail puis gériatre. Par Marie Coat.

09/10/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Un jardin pour l'éternel, de Jean Carrière

« Tout a commencé en Champagne, fin mars 1915, lors de l’offensive menée par Joffre. Durant l’attaque, Pierre-Ézéchiel Séguier eut la moitié inférieure de sa jambe fracassée par un éclat d’obus. Il fallut l’amputer […] Il ne restait plus assez de morphine. […] “Je suis fait au fer et au sang”, rétorqua le blessé avec la raideur de ceux qui méprisent les faiblesses du corps et de l’âme. » Par Carl Aderhold

25/09/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Greco (1931) de Camille Mauclair, seconde partie

En 1905, Camille Mauclair, sentit qu’avec le fauvisme et le début du cubisme en 1905, apparaissait un nouveau paradigme, auquel il était incapable en tant que critique de donner une réponse. Et cette incapacité signa la rupture de Mauclair avec l’art moderne.  En 1931, il écrira un ouvrage critique sur le Greco, dont l’originalité le confrontera à nouveau au problème de la rupture de la tradition dans l’art pictural. Ceci est la deuxième partie de notre article (voir la première partie). Par Antoine Cardinale

04/09/2022, 14:40

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Greco (1931) de Camille Mauclair (1/2)

En 1905, Camille Mauclair (1872-1945), sentit qu’avec le fauvisme et le début du cubisme en 1905, apparaissait un nouveau paradigme, auquel il était incapable en tant que critique de donner une réponse. Et cette incapacité signa la rupture de Mauclair avec l’art moderne. En 1931, il écrira un ouvrage critique sur le Greco, dont l’originalité le confrontera à nouveau au problème de la rupture de la tradition dans l’art pictural. Cet article paraît en deux parties. La seconde est programmée pour la semaine prochaine. Par Antoine Cardinale

 

21/08/2022, 12:20

Autres articles de la rubrique Livres

ActuaLitté

Dubaï : une ville à découvrir par les livres

Devenue la première ville des Emirats arabes unis, la ville de Dubaï séduit de plus en plus une population cosmopolite venue des quatre coins du monde avec des mirages de réussite plein les yeux. Mais quand est-il réellement de cette ville qui s’est taillée une image de carte postale en quelques décennies.  

21/02/2024, 10:36

ActuaLitté

Tepe, fable aux prémices de la civilisation

Le récit se déroule il y a environ 9000 ans, à l’époque de la sédentarisation de l’homme, dans le sud de la Turquie, sur le site de Göbekli Tepe, considéré comme le premier temple de l'histoire. Pour rendre hommage à Père-ciel, la tribu qui a bâti ce lieu de culte souhaite sacrifier une biche nommée Murr et sa mère. Ces dernières se sauvent in extremis mais, dans le feu de l’action, sont contraintes de se séparer.

21/02/2024, 10:05

ActuaLitté

Dans les ombres chimériques de Shadow Hills...

Shadow Hills est frappée par une épidémie mystérieuse qui sème la désolation parmi ses habitants...

21/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Une blessure de loup...

Sophie Cauchy quitte son poste dans la gendarmerie de la région parisienne et déménage à Millau pour commencer un nouveau chapitre de sa vie, échappant ainsi à une relation amoureuse destructrice. 

21/02/2024, 07:30

ActuaLitté

  "À la même seconde, Ariane pense exactement la même chose que moi"

À cinquante ans, marié et père de deux enfants, Martin Faubert exerce la médecine générale avec une certaine désillusion, pratiquant des tarifs élevés pour ses patients aisés tout en offrant ses services aux plus démunis sans contrepartie. La routine de son quotidien est bouleversée par l'arrivée d'Aurore Rosier, une entrepreneuse confiante dont il tombe amoureux dès leur première rencontre.

21/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Vivre comme Les Fleurs sauvages

« Milva marchait dans la forêt. Son attirail, moins lourd qu’encombrant, cliquetait au bout de ses bras. Elle sentait le relief du sol sous la semelle de ses bottes. » Tout commence par une escapade dans la nature : un moment suspendu, sous le soleil, d’observation et d’attente le bord d’un étang. Milva a 16 ans et, ce jour-là, celui qui marque le début de ce roman, elle décide d’aller pêcher – tout simplement.

20/02/2024, 14:32

ActuaLitté

Les secrets d'une émancipation ancestrale

Deux époques, que séparent 35.000 années, et un trait d’union entre-deux : des doigts manquants sur un squelette — découvert lors de travaux de construction illégaux. Hannelore Cayre, dans Les Doigts coupés, se livre à une enquête préhistorique, entre humour et roman, noirs l’un comme l’autre.

20/02/2024, 14:22

ActuaLitté

Entre maternité et racines, la quête d'une nouvelle vie

Esther a accouché seule dans un hôpital à Paris. Aux prises avec une dépression post-partum, elle angoisse de ne pas apporter les soins nécessaires à son bébé prématuré, Pablo. Pour se rétablir, elle emménage chez son frère Xavier et sa femme. Une pause qui la ramènera aux huit années passées au Burkina Faso avec son partenaire, Pierre, et une lutte intérieure pour surmonter leur séparation.

20/02/2024, 12:42

ActuaLitté

La violence du bagne gravée à bout de bras

Aux débuts du XXe siècle, un jeune homme démuni est envoyé au bagne colonial de Guyane pour avoir commis deux menus larcins. Son itinéraire l’amènera malheureusement à parcourir les différentes bâtisses et cachots qui le composent pour réaliser différents travaux forcés avant d’y trouver une mort tragique.

20/02/2024, 10:16

ActuaLitté

Goa : depuis les premiers émois

HIVER2024 - Pour son douzième anniversaire, le vœu le plus cher de Goa est... Un retour à la normale, avant la séparation de ses parents, avant de naviguer entre deux foyers, avant l'annonce d'un demi-frère ou d'une demi-sœur à venir. 

20/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Kylian Mbappé : "la réussite, ça se convoque"

HIVER2024 - Kylian Mbappé, symbole de l'excellence sportive, s'est hissé au sommet de l'arène internationale en peu de temps. Reconnu comme une figure de proue et un exemple à suivre, il rejoint les légendes du football français telles que Kopa, Platini et Zidane, bénéficiant même de la reconnaissance de Pelé. 

20/02/2024, 07:30

ActuaLitté

Lionel Duroy : après Le Chagrin, les criminels en question

HIVER2024 - Au fil des siècles, les forces armées ont développé un cadre moral justifiant l'homicide contre d'autres. La question de la fidélité aux commandes, surtout face à des directives contraires à l'éthique, demeure cruciale. 

20/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Amour, jalousie et amitié : les joies du triangle amoureux

Il est des dîners dont on se passerait volontiers. Paul et Clara ne se connaissent pas, pas encore. Dans quelques mois, ils seront amoureux transis, s’inventant une vie commune, chargée de sens. D’une attraction construite sur la retenue et le non-dit, où chacun guettera les réactions de l’autre, timidement, leur couple deviendra trouble… ou trouple…

19/02/2024, 17:10

ActuaLitté

L'Inconnu de la rue Vivienne : Uchronie culinaire, en plein Directoire

Paris janvier 1794. Un jeune garçon se réveille dans l’obscurité, effrayé par les créatures imaginaires cachées dans sa chambre… L’inconnu de la rue Vivienne de Blandine de Lestrange nous plonge dans un monde ancien, après la Révolution française. Entre crimes étranges et meurtres à répétition, les rues de Paris ne sont plus sures…

19/02/2024, 16:28

ActuaLitté

Good Material : rupture annoncée

Andy aime Jen. Jen aime Andy. Jusqu’ici, tout allait bien, avant que Jen décide de tout arrêter au retour d’un voyage à Paris. Comment repartir de zéro quand on a 35 ans ? L’autrice à succès Dolly Alderton est de retour avec un roman à la fois drôle et attendrissant, dont on attend avec impatience la traduction française.

19/02/2024, 15:08

ActuaLitté

Quand l’art de la fête s’invite en littérature

Associer la littérature et la fête, c’est souvent penser rapidement à Gadsby le Magnifique, le splendide roman de Francis Scott Fitzgerald. Pourtant, nombreuses sont les scènes de grands romans à mettre en scène des moments particulièrement exaltants ou, au contraire, très déceptifs et teintés de mélancolie, avec la fête et le jeu en arrière-plan.

19/02/2024, 11:40

ActuaLitté

À Lisbonne, comment divague-t-on ?

Il y a toujours une certaine fascination à feuilleter un premier roman, on ne sait pas à quoi s’attendre faute de repères. C’est dans la surprise qu’on s’apprête à rencontrer un auteur, une écriture, une histoire. Parfois cette surprise se transforme en agréable découverte. C’est exactement ce saisissement qu’on ressent en finissant le livre de Juliette Willerval, signant Sur la plage aux éditions de l’Alma, premier roman intriguant, déchaînement de sensations et d’émotions.

19/02/2024, 10:46

ActuaLitté

Daredevil : tant à faire... trop coupable pour y parvenir ?

Être le représentant du diable, vêtu de rouge et rongé par une culpabilité toute chrétienne et des questions d’éthique, pas évident… Matthew Murdock, alias Daredevil, ouvre un étonnant chapitre de ses aventures : après avoir frôlé la mort lors d’un accident — un camion qui lui est littéralement rentré dedans — reprendre du service en tant que Daredevil s’avère complexe. 

19/02/2024, 10:32

ActuaLitté

Sous les snipers, il erre dans Sarajevo assiégé

BONNES FEUILLES -Dans cette série émouvante de poèmes en prose, Semezdin Mehmedinović partage son vécu durant le siège de Sarajevo, offrant aux lecteurs une perspective personnelle et touchante sur la guerre.

19/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Les peurs les plus intimes d'une jeune femme de Tel-Aviv

BONNES FEUILLES - Dans ce récit, qui évoque l'esprit de Filles sages vont en enfer, Tohar Sherman-Friedman oriente sa réflexion non pas sur sa relation à la religion, mais plutôt sur une profonde introspection et sur sa position en tant que femme dans la société.

19/02/2024, 07:30

ActuaLitté

"Le lâche, pour le faire, utilise un baiser, et le courageux une épée !"

BONNES FEUILLES - « Et tout homme pourtant tue la chose qu’il aime, / Que tous entendent bien cela, / Il en est qui le font d’un simple regard aigre, / D’autres d’un mot de flatterie, / Le lâche, pour le faire, utilise un baiser, / Et le courageux une épée ! »

19/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Une ode romanesque aux gens ordinaires

BONNES FEUILLES - Dans son dernier ouvrage, Philippe Pollet-Villard tisse une histoire qui explore la vie des individus ordinaires, confrontés à des dilemmes moraux et sociaux.

18/02/2024, 08:45

ActuaLitté

Le Lotus jaune, à l'avant-garde des lanternes rouges

HIVER2024 - En 1870, la Chine est frappée par une famine dévastatrice. Lin Hei’er, une jeune fille issue d'une famille de bateliers, attire l'attention d'un directeur de cirque grâce à son exceptionnel talent d'acrobate...

18/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Le Petit Patron, en lumière face à l'ombre

HIVER2024 - Ce recueil de photographies, créé par Lecourieux-Bory pendant la récente récession, a joué un rôle cathartique pour l'auteur suite à l'arrêt de son entreprise en 2013, le menant à devenir un photographe de renom. Les difficultés comme le remboursement du Prêt Garanti par l'État (PGE), les futures convocations de l'URSSAF, et l'inflation accéléreront les faillites dans les mois à venir, l'affectant profondément tant sur le plan professionnel que personnel.

18/02/2024, 07:30

ActuaLitté

Enfin, ce n'est pas le genre de la maison...

HIVER2024 - « J’ai posé un jour pour l’occasion. Pour les parents ils vous le donnent. Pour la mort du conjoint aussi, je suppose. Mais la sœur, ça rentre pas dedans. » 

18/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Elric de Melniboné et Stormbringer, navigant sur les mers du Multivers

Quand Michael Moorcock himself se réjouit de redécouvrir ses propres œuvres, à travers le dessin et le scénario d’artistes — parce qu’il ne relit jamais ses romans, une fois la version finale rendue — on ferait la fine bouche à tort. Surtout quand l’illustrateur est Michael T. Gilbert. Et puis, de tous les personnages de Moorcock, faut avouer qu’Elric est le plus délicieusement torturé…

17/02/2024, 12:34

ActuaLitté

Face aux sévices, silence

HIVER2024 - Robert Lynen, l'étoile montante du cinéma français des années 1930 reconnu pour son rôle dans Poil de carotte, reste dans la mémoire de quelques-uns, notamment Georges Perec qui lui rend hommage dans Je me souviens

17/02/2024, 09:30

ActuaLitté

Comment s'échapper de sa jeunesse ?

HIVER2024 - Une journée ordinaire marque le début d'une transformation profonde pour Anna qui, en fin de compte, choisit de laisser derrière elle son époux Severino et la vie qu'ils ont partagée depuis leur jeunesse, quittant sa maison...

17/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Glenn Gould, par Glenn Gould, sur Glenn Gould

HIVER2024 - À l'âge de 32 ans, en 1964, Glenn Gould fait le choix de ne plus donner de concerts en public, préférant se consacrer aux enregistrements en studio...

17/02/2024, 07:30

ActuaLitté

Une vie entre amies, malgré la douleur inapaisée

HIVER2024 - Une amitié atteint son apogée à l'ombre imminente de la mort. Durant quelques mois intenses, vécus pleinement dans l'instant, Margarida transmet à la narratrice des messages chargés d'urgence, auxquels cette dernière répond en lui offrant quotidiennement la présence vocale tant désirée. 

17/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Lutter pour le livre, pendant que les rois dorment et mangent

« Taxer les riches, taxer les riches… ! » : lors de récentes manifestations, ce slogan s’est fait régulièrement entendre en un cri collectif. Mais qui taxer, et pourquoi ? Que nous reste-t-il à faire, commun.es des mortels, dans ce monde (cruel) et binaire, entre des « sulfureux oligopoles », et les plus petits, indépendants, qui résistent et tirent la sonnette d’alarme, un peu seul.es… ?

16/02/2024, 17:24

ActuaLitté

Le premier roman d'une jeune écrivaine de 74 ans

Plus grand que le monde est un roman écrit avec la maturité d'une autrice expérimentée et la vitalité d'une primo-romancière. Un plume fraîche trempée dans la sagesse de l'âge, c'est ainsi que Meredith Hall, écrivaine américaine de 74 ans, a construit cette grande fresque familiale qui s'étend sur une décennie et demie. (trad. Laurence Richard)

16/02/2024, 16:47

ActuaLitté

L'extravagante oubliée de la Comédie-Française...

C’est une biographie rocambolesque que signe le guide-conférencier Michel Faul, spécialiste de l’histoire de Paris. Publiée aux éditions Fernand Lanore, La sulfureuse Mlle Raucourt de la Comédie-Française, préfacée par l’une des plus grandes historiennes du théâtre du moment, Jacqueline Razgonnikoff, mériterait d’être portée à l’écran... 

16/02/2024, 16:01

ActuaLitté

Dragon ball en tête, les mangas quadrillent le marché

Semaine 6 (5 au 11 février) : la tête du classement est chamboulée par deux nouvelles entrées. Dragon Ball Super de Toyotarô et Akira Toriyama arrive en 1er place avec la sortie de son tome 21, qui s'écoule à 15.950 exemplaires. L'hiver confirme qu'il est à la romance, puisque le premier volume de la nouvelle série romantasy de Rebecca Yarros, Fourth wing (trad. Karine Forestier), entre directement en deuxième place avec 14.310 ventes. 

16/02/2024, 13:44

ActuaLitté

Et si vous étiez accusé d'avoir tué votre camarade ?

HIVER2024 - Alex, fils d'un policier et privé de mère, et Jules, élevé par une mère célibataire s'occupant également de sa sœur handicapée, sont deux cousins unis par un lourd secret. 

16/02/2024, 08:30

ActuaLitté

En mars, Federico García Lorca nous berce

HIVER2024 - Celui qui tente de plonger dans le sommeil se trouve blessé par le tranchant d'une lame.

16/02/2024, 07:30