#Théâtre

Les Ensablés - "Madame Orpha" de Marie Gevers (1883-1975)

Bien que plusieurs récits de Marie Gevers soient disponibles dans la collection de poche « Espace Nord », on ne peut pas dire que l’écrivaine soit très connue à l’extérieur de sa Belgique natale. C’est pourtant une œuvre très belle, à redécouvrir.

Le 17/03/2019 à 09:00 par Les ensablés

0 Réactions |

Publié le :

17/03/2019 à 09:00

Les ensablés

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté
Par François Ouellet

Marie Gevers est née à Edegem, près d’Anvers, dans le domaine familial de Missembourg, qui tiendra une place centrale dans son œuvre et qu’elle ne quittera jamais, puisqu’elle s’y installe avec son mari en 1908, un an après la mort de son père, et qu’elle y meurt elle-même à l’âge de 91 ans. Pendant la guerre, elle publie un premier recueil de poésie : Missembourg (1917). D’autres suivent dans les années 1920. Un premier roman paraît en 1931, La Comtesse des digues (éd. Victor Attinger), préfacé par Charles Vildrac, poète aujourd’hui oublié mais réédité par Le Temps des cerises il y a une dizaine d’années.

En 1938, après la publication de quelques romans : Guldentop (Durendal, 1935), Le Voyage de frère Jean (Plon, 1935), La Ligne de vie (Plon, 1937), Gevers est élue à l’Académie royale de langue et de littérature française de Belgique, où elle siégera jusqu’à sa mort. Le Grand Prix Quinquennal de littérature française vint couronner l’ensemble de son œuvre en 1960. Son fils et dramaturge Paul Willems recevra ce prix à son tour vingt ans plus tard.

En 1934, Gevers fut lauréate du Prix du roman populiste pour Madame Orpha ou la Sérénade de mai (éd. Victor Attinger, 1933), devançant Quand les sirènes se taisent de Maxence Van der Meersh qui avait été donné comme le grand favori. Le populisme des années 1930, ce n’est pas seulement la représentation des quartiers ouvriers, même si les théoriciens-romanciers du mouvement, Léon Lemonnier et André Thérive, privilégiaient cet univers social ; c’est aussi le monde paysan. Madame Orpha est « un livre où l’on respire fortement les odeurs de la terre, sans littérature et sans apprêt, où les sentiments humains s’expriment dans une grave et délicate correspondance avec les rythmes de la terre », écrivait Marcel Martinet dans Europe le 15 juin 1934.

« Sans littérature et sans apprêt » ? C’était certainement l’idéal du roman populiste, comme du roman prolétarien, mais c’est ici dire les choses un peu vite. Pour raconter des histoires avec cette assurance d’écriture qui est celle de Gevers, il faut tout de même avoir une certaine conscience de ce qu’est la littérature et de ses effets. Semblant de rien, c’est un roman très construit. L’art de Gevers, c’est aussi que cela ne le paraisse pas. Et puis, cette histoire paysanne, c’est aussi une enfant de la bourgeoisie flamande qui la raconte, ce qui relativise un peu les choses et fait de Madame Orpha un tout autre roman, par exemple, que Sophie de Tréguier d’Henri Pollès, qui avait, un an avant Marie Gevers, mérité également le Prix du roman populiste.

Madame Orpha se lit aujourd’hui avec le plaisir qu’on devait y prendre autrefois. On y trouve, par l’exposition des sentiments et dans la couleur des descriptions, tout ce qui assure à la littérature sa pérennité. On pense à Colette et à tant d’autres romancières du siècle passé, où la narratrice vit en harmonie avec la nature, s’intéresse avec une justesse très fine à l’arôme du terroir, aux variations du temps et des saisons, etc. Marie Gevers a ce talent d’écrivaine, universel et pourtant si personnel.

La première phrase donne le ton : « Le goût de l’eau diffère selon les puits. » Quelques lignes plus loin : « Le pain de mon enfance aussi a la saveur particulière du four où on le cuit, et qui varie un peu, selon que ce four est chauffé au bois de sapin résineux, ou au juteux bois d’érable. » Toutes ces choses qui vibrent et égayent, qui élargissent la vie et la rendent précieuses, « qui chantent les transports des esprits et des sens », comme le disait Baudelaire, si elles ne composent pas une intrigue en soi, sont peut-être, tout de même, la part la plus belle de la littérature ; c’est sans doute à cet art que pensait le romancier et pamphlétaire Robert Poulet (dans la revue alsacienne Le Point) lorsqu’il parlait d’un sommet de « délicatesse narrative » au sujet de Madame Orpha.

L’intrigue à laquelle les sensations servent de décor est mince mais explosive : elle expose la relation adultère de la femme du receveur, Orpha, avec le jardinier illettré du père, Louis van Elsen. Mais comme le récit qu’en fait la narratrice est largement postérieur aux faits, celle-ci ne s’en souvient « ni quand je le voudrais, ni comme je le voudrais ». « Que je retrouve deux ou trois notes, tout le trait suivra ; que je regarde “à côté”, et je verrai ces choses, comme le postillon de la Grande Ourse ; que je saisisse une couleur, une saveur, une lumière de ce temps-là, et leur amour renaîtra de la mer chantante du passé, comme la buée du printemps en ce jour de mon enfance, comme Vénus de l’écume. Je retrouverai leur histoire, comme on découvre la nébuleuse d’Orion par les claires nuits de gelée sans lune. »

En outre, l’histoire des amours de Louis et d’Orpha nous est livrée parcimonieusement par la jeune narratrice, qui elle-même, entre une séance de grande lessive et une excursion à la pêche avec son père (c’est de lui qu’elle tient sa sensibilité toute poétique), la découvre progressivement d’après les conversations de son père avec son ami Max Suremont et les on-dit du village.

Cette histoire d’amour aussi nécessaire que le pain, il n’est peut-être pas utile d’en donner les détails. Elle est violente. Elle est belle et légitime, et pourtant injuste et immorale, puisque les histoires d’amour ont un potentiel destructeur. Mais comme on ne peut rien contre ce qui est, les choses, après les pleurs, rentreront dans l’ordre, le père de la jeune narratrice faisant preuve de beaucoup de sagesse en réembauchant son ancien jardinier. L’amour aura toujours le dernier mot, vaut mieux le reconnaître.

En ce sens, cette histoire a valeur d’éducation. À l’époque des faits qu’elle rapporte, la narratrice ne va pas à l’école ; elle fait son apprentissage auprès de sa mère qui lui apprend le français en lui faisant faire des dictées puisées dans Télémaque. L’anecdote est authentique, et la mère de la romancière apprenait aussi à sa fille l’histoire et la géographie, tandis que le père herborisait, chassait et lisait les grands auteurs. La narratrice de Madame Orpha précise : « Intelligence française, mais tout ce qui était mon expérience personnelle, choses perçues par les sens, se développait en flamand ».

Si donc, dans cet autre roman d’éducation, trois siècles après celui de Fénelon, la narratrice peut témoigner de l’histoire des amours d’Orpha, si elle trouve le désir et les mots pour la raconter, c’est nécessairement parce qu’elle-même aura connu plus tard un amour comparable. D’ailleurs, le titre du roman se borne à nommer Orpha et exclut le jardinier (pourtant plus présent dans l’histoire puisque la narratrice le voit quotidiennement s’occuper du jardin de son père) : c’est que le roman se donne à lire à partir du point de vue du « cœur féminin », comme le dit le poète Guy Goffette dans sa belle préface à la réédition de Madame Orpha en 1992 (collection « Espace Nord »). La femme et l’amour en sortent gagnants.

Avec la nature, l’amour est le grand thème de l’œuvre de Marie Gevers. Ces thèmes peuvent être liés étroitement, comme dans La Grande Marée (Plon, 1943), celle-ci symbolisant à la fois le désir amoureux qui submerge la jeune Gabrielle et la rupture des digues qui menace le village. « Et si l’amour, trop fort, rompt tout, je verrai peut-être un paysage de lendemain de déluge, c’est vrai, mais je verrai aussi miroiter les étendues au soleil et au clair de lune », s’exclame la narratrice à la fin. Mais La Comtesse des digues, premier roman, mettait déjà en scène la quête amoureuse d’une jeune femme, comme Paix sur les champs (Plon, 1941), dix ans plus tard, sera l’histoire d’un amour contrarié par les querelles familiales.

Ajoutons à ces titres, parmi d’autres qu’elle écrira après la Seconde Guerre, le très beau récit Vie et mort d’un étang, (1950), les contes floraux qui composent L’Herbier légendaire (1949) et des réflexions sur le Rwanda (Des mille collines aux neufs volcans, 1953), où Marie Gevers s’est rendue à quelques reprises pour visiter sa fille.

François Ouellet
Mars 2019

Commenter cet article

 

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Les Ensablés - Soldats bleus, journal intime (1914-1918) de Pierre Loti

A priori, publier le journal intime de Pierre Loti, sur la période couvrant la Première Guerre mondiale relève de la gageure, tant le style et l’œuvre de cet écrivain sont aujourd’hui passés de mode. Sa ferveur patriotique, sa soif d’en découdre avec l’ennemi, qui le pousse, alors qu’il a dépassé l’âge d’être mobilisé, à faire intervenir les plus hautes autorités, pour prendre part malgré tout à la guerre, nous est difficile à comprendre.  par Carl Aderhold  

10/12/2023, 09:08

ActuaLitté

Les Ensablés - Ces messieurs du rugby, anthologie littéraire

 Alors que la coupe du monde de rugby vient de s’achever laissant un goût d’amertume aux Français sortis pour un petit point d’écart en quart de finale par les sud-Africains, on peut se consoler avec ces Messieurs du rugby, excellente anthologie littéraire consacrée uniquement à l’ovalie et publiée en poche dans la collection La Petite Vermillon à la Table ronde. Les maux s’envolent, les écrits restent. 

Par Denis Gombert.

26/11/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le voleur de Georges Darien, par Marie Coat

Si le nom de Georges Darien (1862-1921) ne vous évoque rien, c’est que vous n’avez lu ni Biribi ni Bas les cœurs ... ni surtout Le voleur, mais peut-être avez-vous vu l’adaptation qu’en fit Louis Malle en 1967 dans son film éponyme ? Ou la bande dessinée de Bernard Seyer en 1986, presque un siècle après la parution, en 1897, du roman d’origine (le premier d’un cycle intitulé Comédie inhumaine qui ne connaîtra qu’un second opus, L’épaulette). Par Marie Coat

12/11/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Martel en tête, d'André Vers (1924-2002)

André Vers, j’en ai déjà parlé avec émotion il y a quelques années, lors de la réédition chez Finitude de son roman « Misère du matin » (1953) qui relatait, avec drôlerie et mélancolie la vie en usine d’un jeune homme. Cette fois, je reprends la plume pour lui, à l’occasion de la réédition de son deuxième roman « Martel en tête » publié en 1967 aux éditions Edmond Nalis, et que la fidèle maison d'édition Finitude réédite. Dans ses mémoires « C’était quand hier ? » (1990), André Vers raconte toutes les péripéties qui ont accompagné sa parution. Par Hervé BEL.

29/10/2023, 22:17

ActuaLitté

Les Ensablés - L'hôtel du Nord d'Eugène Dabit, “triste, poignant et beau”

Publié en 1929, L’Hôtel du Nord est le premier roman d'Eugène Dabit ((1898-1936voir ici et ici). Ce roman connut un succès inégalé dans la courte carrière de l'auteur, disparu brutalement en 1936 alors qu'avec un groupe d'écrivain français, il accompagnait André Gide dans un voyage en URSS. Issu d'un milieu modeste, marqué comme tous les jeunes gens de sa génération par la guerre de 1914, Eugène Dabit a fréquenté les milieux artistiques après la guerre et a gravi l'échelle sociale, sans jamais renier ses origines. Par Isabelle Luciat

15/10/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Ciel de Nieflheim de Jacques Chardonne

Jacques Chardonne (1884-1968), le « romancier du couple », de Destinées sentimentales et de Romanesques, dont Gallimard a édité récemment la correspondance en trois volumes avec Paul Morand, a encore des lecteurs fidèles et convaincus — j’en connais quelques-uns. Ce n’est donc pas tout à fait d’un écrivain ensablé qu’il sera ici question, mais d’un livre que presque personne n’a lu, puisqu’il s’agit d’un ouvrage, écrit en 1943, qui était prêt pour l’impression, mais que Chardonne renonça à publier: Le Ciel de Nieflheim. Pour ses amis, Chardonne avait néanmoins procédé à un faible tirage privé ; on en trouve parfois un exemplaire en vente à fort prix en ligne.  Par François Ouellet

24/09/2023, 12:11

ActuaLitté

Les Ensablés - Oeuvres de Hugues Rebell (1867-1905)

Avec une préface documentée de Nicolas d’Estienne d’Orves (notamment romancier « Prix Roger Nimier » et spécialiste de Rebatet), la collection « Bouquins » a publié récemment un recueil des œuvres principales de Hugues Rebell dont seuls les gens de mon âge rappelleront qu’elles furent rééditées dans les années 80 par Hubert Juin, dans la collection 10/18, avec d’autres auteurs « fin de siècle ». Par Hervé Bel.

11/09/2023, 11:55

ActuaLitté

Les Ensablés - Le meneur de Loup (1857) d'Alexandre Dumas (1802-1870)

Dumas ? c’est Gaston Pescou, signant Peskow ou Peskov, mais aussi G. de Morlon, baron de Cherville, qui est en réalité –pour les trois-quarts- l’auteur caché de ce roman. Il est dans sa spécialité : le roman de chasse. Qu’on en juge par quelques titres tirés de sa bibliographie : Les Aventures d'un chien de chasse, Histoire d'un trop bon chien, Contes de chasse et de pêche, Contes d'un coureur des bois, Montcharmont le braconnier, Le Gibier plume et la même année Le Gibier poil, sa science s’étendant même aux sauvages horizons de l’Afrique et de l’Asie avec Les Éléphants, état sauvage, domestication.

Par Antoine Cardinale

27/08/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les Étangs de la Double, de Geneviève Fauconnier

En 1995, les éditions Le Croît vif, à Royan (Charente Maritime), rééditaient trois romans de Geneviève Fauconnier (1886-1969) : Les Trois Petits Enfants bleus (1927), Claude (1933) et Les Étangs de la Double (1935). La même année, Omnibus reprenait Pastorale (1942), intégrant cet autre roman de la même auteure dans Gens de Charente et de Poitou, au sommaire duquel figurent aussi des romans de Jean-Richard Bloch, Pierre Véry, Ernest Pérochon, André Theuriet et Pierre Loti. En outre, Les Étangs de la Double reparaissait en 2020 aux éditions La Geste, à Niort, en Nouvelle-Aquitaine. Par François Ouellet.

13/08/2023, 11:19

ActuaLitté

Les Ensablés - Le fer rouge de Paul-André Lesort, ou l'emprise

Paul-André Lesort (1915-1997) aurait pu intituler son cinquième roman L’emprise, mais il a choisi un titre plus incisif : Le fer rouge. Paru en 1957, l’ouvrage de ce romancier étiqueté « grand écrivain catholique » choqua autant les lecteurs que la critique, à quelques rares exceptions près comme Jean Cayrol (« Ce n’est pas un spectacle auquel il nous convie,...mais une quête, une aventure avec « risques et périls»... Son honneur est de déranger et de se déranger...Beaucoup n’ont pas compris la route surprenante qu’il put choisir sans avertissement »). Par Marie Coat.

30/07/2023, 10:05

ActuaLitté

Les Ensablés - Petit Louis, d'Eugène Dabit

Chers amis des Ensablés, notre site accueille aujourd'hui une nouvelle contributrice, Isabelle Luciat, à qui nous souhaitons la bienvenue au sein de notre équipe. Pour son premier article, elle a choisi "Petit Louis" deuxième roman d'Eugène Dabit, qui avait rencontré le succès avec L'Hôtel du Nord, paru en 1929. Hervé BEL.

16/07/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés – Des hommes passèrent…, de Marcelle Capy

Pendant la première moitié du XXe siècle, de nombreux romans « champêtres » ont été publiés, et les Ensablés n’ont pas manqué d’en chroniquer. Parmi ceux qui nous ont particulièrement marqués, rappelons l’admirable Campagne (prix Femina 1937) de Raymonde Vincent que les éditions Le passeur viennent de rééditer et La vie d’un simple, d’Émile Guillaumin. Il me faut en ajouter un autre, récemment paru chez La Thébaïde d’une romancière complètement oubliée, Marcelle Capy. Par Hervé BEL

02/07/2023, 12:20

ActuaLitté

Les Ensablés - Cinis in cinerem, de Régis Messac (1893-1945)

Les Éditions de La Grange Batelière achève par Cinis in cinerem (allusion à la Genèse « tu es poussière et tu retourneras à la poussière), la publication des quatre romans policiers de Régis Messac, auteur que nos amis des Ensablés commencent à connaître (Quinzinzinzilli, Le mystère de Monsieur Ernest). A mon goût, c’est le roman plus étonnant, le plus attachant aussi, car il s’y mêle le gothique, le fantastique, la psychanalyse et le scientisme du XIXème siècle, dans une ambiance mystérieuse : plaisir assuré pour tous ceux qui ont aimé Gaston Leroux, Maurice Leblanc, Stevenson, Edgar Poe, et j’en passe. Par Hervé Bel

11/06/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le tramway des officiers (1973) de Georges Thinès

Georges Thinès  (1923-2016) est un écrivain belge de langue française né en 1923 à Liège et décédé en 2016 à Court-Saint-Étienne. D’abord attiré par les lettres classiques, il fut étudiant en philosophie et lettres à la Faculté universitaire Saint-Louis de Bruxelles. Après son engagement à la Royal Navy durant la guerre, Georges Thinès renonce à la philologie et s’oriente vers la psychologie. Professeur à l’université de Louvain, il fut un spécialiste de renommée mondiale dans le domaine de l’éthologie animale. Excellent musicien, fondateur de l’orchestre symphonique de Louvain, il fut encore poète, nouvelliste, romancier, dramaturge, essayiste. Par Armel Job

28/05/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les aiguilles à tricoter de Denis Belloc, le bas bruit de la violence

Décédé en 2013 à l’âge de 64 ans, Denis Belloc ( (1949-2013) a marqué d’une empreinte noire la littérature française. Son œuvre, une dizaine de romans parus, s’abreuve au sirop de la rue. Mais ce liquide est violent et amer. C’est l’univers de la toxicomanie dans Képas (Lieu commun, 1989) ou de la prostitution dans Suzanne (Lieu commun 1988) qui forme le décor des romans de Belloc dont l’entière matière est autobiographique. Par Denis Gombert.

14/05/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Heureux les pacifiques de Raymond Abellio (1907-1986)

En janvier 1947, les éditions du Portulan publièrent un épais volume au titre biblique, « Heureux les pacifiques », que la critique accueillit avec force éloges, n’hésitant pas à parler de «roman fracassant et excitant » (Pierre de Boisdeffre), de « roman d’une génération » (Maurice Nadeau), tous se montrant impressionnés par  la justesse d’un tableau riche et complexe d’une époque charnière (1934-1945): ainsi Pierre Descaves, selon lequel ce roman est « sans aucun doute, le document le plus important, le plus impressionnant qui nous ait été donné depuis quinze ans, sur l’état d’une jeunesse que guettait le conflit de 1939-1940 et les années, noires et rouges, des refus ou des abandons ». Par Marie Coat

30/04/2023, 16:45

ActuaLitté

Les Ensablés - Le renard à l'anneau d'or, de Nelly Kristink    

Mariève a vingt-trois ans lorsqu’elle épouse Gilles, de dix ans son aîné. Ce mariage la conduit à s’installer chez lui, dans un domaine forestier des Hautes Fagnes, à l’est de la Belgique. Le manoir du Rondbuisson, situé à l’orée du bois, est la résidence de quelques personnages rustiques et gentiment intrigants. Tout semble en place pour assurer le confort de Mariève, dans un cocon où l’on ressent plus qu’ailleurs le rythme envoûtant des saisons. Mais pourquoi n’y semble-t-elle pas heureuse ? C’est l’histoire de la lente dégradation d’un amour s’abîmant au grattage de l’écorce. Par Louis Morès. 

10/04/2023, 09:47

ActuaLitté

Les Ensablés - Jeunes femmes en uniforme, de Terreska Torrès

« Elles sont les premières. Cinq filles. Jeunes, timides, heureuses, excités, cœurs battants et prêtes à mourir pour la France. » Nous sommes en 1940. La France vient de perdre la guerre. À Londres, la France libre sous l’impulsion du général de Gaulle fait ses premiers pas. Pour la première fois, les femmes prennent part au conflit sous l’uniforme français. Un Corps féminin de Volontaires de la France libre est créé, dans lequel s’enrôlent les héroïnes de ce roman, ainsi que son autrice, Tereska Torrès. Par Carl Aderhold.

26/03/2023, 17:17

ActuaLitté

Les Ensablés - Kikou Yamata (1897-1975), la Japolyonnaise

Qui se souvient aujourd’hui de Kikou Yamata, une écrivaine née à Lyon en 1897 d’un père japonais et d’une mère française et décédée en 1975 à Genève ? Étonnante et attachante figure, auteure d’une œuvre importante. Par François Ouellet

12/03/2023, 10:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Génération hussards, de Marc Dambre

En septembre 2022, Marc Dambre, spécialiste de Roger Nimier, a publié chez Perrin une somme passionnante (je pèse mes mots) intitulée Génération hussards, en référence à une mouvance littéraire des années 50. L’occasion d’aborder avec lui non seulement la vie et la production littéraire des « hussards » les plus connus, mais aussi d’en (re)découvrir d’autres, dont Stephen Hecquet, objet d’un récent article des Ensablés, et de revisiter trente années de vie culturelle française. Par Hervé Bel

20/02/2023, 09:56

ActuaLitté

Les Ensablés - Henry Thoreau sauvage, de Léon Bazalgette

Emmanuel Bluteau m’a envoyé ce livre, Henri Thoreau sauvage, qu’il vient de rééditer dans sa maison d’édition, la Thébaïde, avec ce petit mot : « Voilà un vrai ensablé ! ». Par Hervé Bel.

05/02/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Deutschland de René Trintzius (1898-1953)

Quiconque vous demanderait ce qu’évoque pour vous le nom de Trinztius, vous resteriez coi ou chercheriez en vain du côté des érudits anversois de la Renaissance. Bien oublié aujourd’hui, René Trintzius fut très connu dans le monde des lettres de la première moitié du siècle dernier. Né en 1898 dans une famille bourgeoise de Rouen -son père était un architecte renommé- il abandonna très en amont une carrière de magistrat pour se consacrer dans un premier temps au journalisme, puis rapidement à l’écriture de pièces de théâtre et de romans. Par Marie Coat

22/01/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Malpertuis (1943) de Jean Ray (1887-1964)

Au carrefour de ruelles obscures se dresse Malpertuis. Quentin Moretus Cassave, le maître de cette grande maison, s’éteint sur son lit de mort et fait lire à sa famille réunie les articles de son testament. Pour recevoir l’héritage, les héritiers doivent s’engager à venir vivre au sein de ce lieu rempli de mystères et seul le dernier d’entre eux recevra la fortune. Le dernier ? Dans cette demeure hantée peuplée d’une faune étrange et où le temps s’étire à la croisée des mondes, les périls sont immenses. Jean-Jacques Grandsire, un jeune neveu de Cassave, nous confie avec effroi les heurts et malheurs de Malpertuis. Un chef-d’œuvre du fantastique belge à redécouvrir. Par Louis Morès. 

08/01/2023, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - une biographie de Marie Borrély (1890-1963)

J’ai parlé, il y a quelques mois dans cette chronique, de Maria Borrély (1890-1963), une romancière d’exception de la Haute-Provence. Voici qu’une belle biographie vient de lui être consacrée par Danièle Henky aux éditions Le Papillon rouge, Maria Borrély. La Vie d’une femme éblouie. La biographe, qui a commencé à s’intéresser à Maria Borrély au début des années 2000, a pu avoir accès aux archives de l’écrivaine, se nourrir des souvenirs de Pierre Borrély, le cadet des deux fils de l’écrivaine, qu’elle a maintes fois rencontré, travailler aux premières rééditions avec Paulette Borrély, la femme de Pierre. Par François Ouellet

25/12/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - La baie des Wallons (1991) de Viviane Dumont

Dernier tome d’une trilogie de romans historiques suivant sur trois générations l’histoire d’une famille aux XVIe et XVIIe siècles dans les Provinces-Unies et les Pays-Bas espagnols, La Baie des Wallons relate les aventures du jeune Tristan de Noirfontaine, un orphelin seul héritier de sa lignée ne rêvant que d’exploration au point de s’embarquer dans un navire à la conquête du Nouveau Monde. C’est avec enthousiasme qu’il participera àl’émergence d’une nouvelle ville et d’une société lui offrant une vie pleine de promesses, à condition de faire preuve de prudence et de ne pas oublier ses racines.

Par Louis Morès.

11/12/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Adieu mes quinze ans de Claude Campagne

Un chef-d’œuvre de la littérature jeunesse : Adieu mes quinze ans fut en 1960 un véritable phénomène éditorial : plus de 650.000 exemplaires écoulés. Le livre fut traduit en 11 langues et adapté en un feuilleton de 10 épisodes qui fit les beaux jours de l’ORTF au tout début des années 70. Il faut croire que ce roman sur l’adolescence possédait quelque chose de particulier qui avait pu toucher toute une génération. Elle se retrouvait dans le portrait de Fanny, l’héroïne du roman qui voyait du jour au lendemain sa vie bousculée avec l’apparition de deux êtres et d’un secret. Mais quoi ? Par Denis Gombert

27/11/2022, 11:34

ActuaLitté

Les Ensablés – Stephen Hecquet, vie et trépas d’un maudit de Frédéric Casotti

Stephen Hecquet, avocat, écrivain… Pour beaucoup, ce nom ne dit plus rien. Auteur d’une dizaine de romans publiés dans les années cinquante, il est pourtant considéré comme l’un des membres de ce groupe que Bernard Frank appela les « hussards ». Ses romans n’ont jamais été réédités (sauf en 1993 pour « Les collégiens »). Début 2022, est parue chez Séguier une courte et bienvenue biographie de Stephen Hecquet par Frédéric Casotti intitulée Stephen Hecquet, vie et trépas d’un maudit, dont les Ensablés se devaient de rendre compte, d’autant qu’en 2013 notre ami Henri-Jean Coudy (dont les parents connaissaient bien Hecquet) avait déjà fait un article à propos d’Anne ou le garçon de verre.

13/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Régis Messac et le polar lettré, par François Ouellet

Romancier, essayiste, pamphlétaire, journaliste, professeur, historien de la littérature populaire, du roman policier et de la science-fiction, rédacteur en chef des Primaires, revue de gauche anticléricale, syndicale et pacifiste, etc., Régis Messac (1893-1945) a été de bien des engagements littéraires et politiques. Par François Ouellet.

30/10/2022, 09:22

ActuaLitté

Les Ensablés : Passage des émigrants, de Jacques Chauviré

Prendre soin des seniors, des anciens, du quatrième âge, des personnes âgées, bref : des vieux, problème de société rebattu, mais irrésolu, au parfum de désolant scandale malgré d’indéniables avancées... En 1977, paraissait sur ce sujet Passage des émigrants, un remarquable roman écrit par un médecin, Jacques Chauviré (1915-2005), dernier d’une trilogie mettant en scène le parcours du Dr Desportes, médecin du travail puis gériatre. Par Marie Coat.

09/10/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Un jardin pour l'éternel, de Jean Carrière

« Tout a commencé en Champagne, fin mars 1915, lors de l’offensive menée par Joffre. Durant l’attaque, Pierre-Ézéchiel Séguier eut la moitié inférieure de sa jambe fracassée par un éclat d’obus. Il fallut l’amputer […] Il ne restait plus assez de morphine. […] “Je suis fait au fer et au sang”, rétorqua le blessé avec la raideur de ceux qui méprisent les faiblesses du corps et de l’âme. » Par Carl Aderhold

25/09/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Greco (1931) de Camille Mauclair, seconde partie

En 1905, Camille Mauclair, sentit qu’avec le fauvisme et le début du cubisme en 1905, apparaissait un nouveau paradigme, auquel il était incapable en tant que critique de donner une réponse. Et cette incapacité signa la rupture de Mauclair avec l’art moderne.  En 1931, il écrira un ouvrage critique sur le Greco, dont l’originalité le confrontera à nouveau au problème de la rupture de la tradition dans l’art pictural. Ceci est la deuxième partie de notre article (voir la première partie). Par Antoine Cardinale

04/09/2022, 14:40

ActuaLitté

Les Ensablés - Le Greco (1931) de Camille Mauclair (1/2)

En 1905, Camille Mauclair (1872-1945), sentit qu’avec le fauvisme et le début du cubisme en 1905, apparaissait un nouveau paradigme, auquel il était incapable en tant que critique de donner une réponse. Et cette incapacité signa la rupture de Mauclair avec l’art moderne. En 1931, il écrira un ouvrage critique sur le Greco, dont l’originalité le confrontera à nouveau au problème de la rupture de la tradition dans l’art pictural. Cet article paraît en deux parties. La seconde est programmée pour la semaine prochaine. Par Antoine Cardinale

 

21/08/2022, 12:20

ActuaLitté

Les Ensablés - Ma vie entre les lignes d'Antoine Blondin

Les vacances sont là, et pour ceux qui aiment ou ne connaissent pas Antoine Blondin (il aurait cent ans cette année...), l'occasion rêvée de (re) découvrir ses chroniques publiées entre 1943 et le début des années 80. Les éditions de La Table Ronde ont eu la bonne idée de les rééditer dans sa collection "La petite Vermillon. Pour un prix modique (11,2 euros), un plaisir assuré, à goûter sous les tilleuls en buvant un petit blanc sec, bien glacé, à la santé de ce cher Blondin pour qui la littérature était exigence mais aussi amitié. Hervé BEL

07/08/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - L'Abbaye d'Evolayne de Paule Régnier (1888-1950)

Je ne sais plus où et quand je suis tombé sur ce livre L’abbaye d’Evolayne de Paule Régnier (Grand prix de l’Académie Française 1933), avec sa couverture jaune défraichie des éditions Plon. Longtemps, je l’ai gardé dans mes réserves : j'avais d’autres priorité de lectures. Il y a peu, fouillant ma bibliothèque, je l’ai redécouvert, l’ayant totalement oublié. Allons, il fallait quand même me renseigner sur cette Paule Régnier ! Le destin tragique de cet auteur, il faut bien le dire, m’a conduit à lire enfin son roman. Ce n’est pas un chef-d’œuvre, j’en conviens, il peut paraître dépassé, appartenir à un autre monde (mais n’est-ce pas après tout un motif de le parcourir ?), mais il palpite dans ce texte quelque chose de bouleversant et de prenant. Par Hervé BEL

24/07/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés - Les Javanais de Jean Malaquais (1908-1998)

Dans ces temps de résurgence de nationalismes, chauvinismes et prurits identitaires, la littérature nous offre heureusement quelques pépites à leur encontre… Figure en bonne place parmi ces romans salutaires une œuvre qui obtint un franc succès juste avant le deuxième guerre mondiale : refusé par Gallimard, publié par Denoël, le roman «Les Javanais» fut couronné du prix Renaudot en 1939 et traduit en plusieurs langues. Par Marie Coat

03/07/2022, 09:00

ActuaLitté

Les Ensablés : Echec au temps de Marcel Thiry (1897-1977)

Sur la plaine de la bataille de Waterloo, une aigle impériale trône au sommet de la butte monumentale. Le 18 juin 1815, c’est Napoléon qui a remporté cette victoire décisive. Plus d’un siècle après les faits, le descendant d’un capitaine anglais est résolu à corriger l’erreur de son ancêtre, qui avait donné de mauvaises informations à Wellington et précipité la défaite des Alliés. L’invention d’une machine à remonter le temps lui permet de tenter une modification avec ses amis, mais à quel prix et pour quelles conséquences historiques et humaines ? Par Louis Morès

19/06/2022, 09:00

Autres articles de la rubrique Livres

ActuaLitté

Cauchemar de Pierre Ferrero : malheureusement, vous ne rêvez pas  

Avec le truculent Cauchemar, Pierre Ferrero réinvente la bande dessinée politique et exploite au mieux les ressources du 9e art pour donner à lire une fiction ubuesque, outrancière, qui sonne terriblement juste.

10/12/2023, 08:58

ActuaLitté

Aifa : l'intelligence artificielle qui révolutionnera l'amour

BONNES FEUILLES — Perchée au sommet d'une tour, l'entreprise Key&Co se prépare à lancer une nouvelle application de rencontre, pilotée par Aifa, une intelligence artificielle avant-gardiste conçue par Martin Ruy-Querem. À l'approche du lancement, Martin devient de plus en plus captivé, voire obsédé, par Aifa, au point de s'interroger sur ses sentiments envers sa création.

10/12/2023, 08:32

ActuaLitté

La lutte des exilés contre la frontière, une ethnographie

Cette étude ethnographique, menée pendant cinq ans avec deux séjours annuels à la frontière franco-italienne des Hautes-Alpes près de Briançon, documente de manière inédite les trajets des exilés depuis leurs pays d'origine. Elle implique des entretiens avec les exilés eux-mêmes, le personnel soignant, les habitants locaux, les associations de solidarité, les forces de l'ordre (policiers, gendarmes), les magistrats et les représentants des pouvoirs publics.

10/12/2023, 07:45

ActuaLitté

Le Petit Chaperon rouge : la tradition orale VS Grimm et Perrault

BONNES FEUILLES — Le Petit Chaperon Rouge, un conte populaire rendu célèbre par Charles Perrault et les frères Grimm, ne révèle qu'une partie de sa riche symbolique. En effet, il existe de nombreuses versions orales de cette histoire, souvent racontées par des conteurs près du foyer ou dans les champs.

10/12/2023, 06:45

ActuaLitté

Barcelone : une ville à découvrir aussi par les livres

La capitale de la région espagnole de la Catalogne finit par être victime de son succès. Mise en lumière par l’accueil des Jeux Olympiques en 1992, la ville a depuis connu une inflation continue de la masse des touristes attirés par ses singularités et son charme incroyable. 

09/12/2023, 11:52

ActuaLitté

Un motel, quelques magasins, et une station-service

BONNES FEUILLES - Soyez prudents avec les lieux isolés et apparemment sans importance, car ils ont souvent la capacité inquiétante d'engloutir ceux qui s'y aventurent par mégarde. Prenons l'exemple de Cortez, dans le Colorado, une petite ville de passage consistant en une route principale, un motel, quelques magasins, et une station-service – une escale dans sa forme la plus pure. 

09/12/2023, 08:30

ActuaLitté

Romain Slocombe : un opiniâtre policier de province

BONNES FEUILLES - Dans l'après-guerre de la Seconde Guerre mondiale, les services de renseignement fidèles à de Gaulle pourchassent les collaborateurs présumés des nazis. Parmi eux, deux jeunes femmes portant toutes deux le prénom Aline, avec des noms presque identiques, attirent l'attention.

09/12/2023, 07:30

ActuaLitté

Mélangez le tout avec soin et faites cuire avec des énergies fossiles

BONNES FEUILLES - Incorporez dans votre récit plusieurs éléments divers : quelques éoliennes, un ou deux individus originaires de Tchétchénie, un membre de la gendarmerie et une personne transgenre. 

09/12/2023, 06:30

ActuaLitté

Des poèmes pour les jours qui passent plus lentement que les anges

Un recueil simple, comme une journée d’hiver. Ou, dit autrement, un livre de « recettes d’hiver » pour « quand la vie est dure », pour supporter les jours qui raccourcissent et les températures qui baissent, pour supporter le moment où l’on doit accepter que « tout est changement […] et tout est relié. — Également, tout revient, mais ce qui revient n’est pas ce qui est parti. »

08/12/2023, 16:08

ActuaLitté

Lagaffe et les Gaulois d'Astérix se tirent toujours la bourre

48e semaine de l'année (du 27 novembre au 3 décembre), Lagaffe ralentit légèrement, quand Astérix met un petit coup d'accélérateur. Les deux titres sont au coude à coude, mais c'est Gaston qui passe la ligne d'arrivée en premier, avec 88.844 exemplaires vendus contre 82.299 pour le Gaulois. Le Goncourt Veiller sur elle de Jean-Baptiste Andréa (L'Iconoclaste) prend la 3e place avec 33.498 ventes. Aucun changement sur le podium, donc, par rapport à la semaine dernière.

08/12/2023, 12:38

ActuaLitté

Des livres pour voyager à Londres et Venise

Si vous hésitez entre partir à Londres ou aller à Venise, ne cherchez plus. Il existe pour vous une solution simple : entrer dans la découverte de chacune de ces deux villes d’exception par les livres. Dans un premier temps, cela vous permettra de voyager à petit prix. Et dans un second temps, vous ferez certainement un choix de destination de façon très éclairée.

08/12/2023, 09:44

ActuaLitté

Aristophane fait parler les hommes et les oiseaux

BONNES FEUILLES — Deux amis se promènent à travers les champs, fatigués de tout. Ils décident de s'éloigner, de quitter l'agitation de la ville. Leur quête est celle de la légèreté et du bonheur. Ils se posent une question fondamentale : où est le meilleur endroit pour vivre ?

08/12/2023, 08:48

ActuaLitté

Un photographe syrien face au régime de Bachar al-Assad

BONNES FEUILLES — Ce roman, inspiré par le photographe syrien César dont les clichés ont révélé les cruautés du régime de Bachar al-Assad, raconte l'histoire poignante d'un homme qui se lève contre l'inhumanité.

08/12/2023, 07:34

ActuaLitté

Philippe Besson, un été au soir de sa jeunesse

BONNES FEUILLES — Dans les années 1980, durant un été exceptionnellement chaud, un événement tragique bouleverse la vie de six jeunes adultes, les confrontant brusquement à la réalité de l'âge adulte. Ce roman de Philippe Besson, inspiré d'événements réels, revisite le style autobiographique de son œuvre précédente, Arrête avec tes mensonges.

 

08/12/2023, 06:48

ActuaLitté

À Tokyo durant la saison des cerisiers en fleurs, un séisme dévastateur

BONNES FEUILLES - Au printemps 2024, Line, une hôtesse de l’air, se trouve à Tokyo durant la saison des cerisiers en fleurs lorsqu'un séisme dévastateur, le fameux Big One redouté par tous, se produit. Engouffrée par la terre lors du tremblement, Line réapparaît miraculeusement quelques jours plus tard. 

07/12/2023, 08:30

ActuaLitté

Trois communautés de Galicie, ukrainienne, juive et polonaise

BONNES FEUILLES - Ce livre d'Omer Bartov explore l'imaginaire des trois communautés de Galicie - ukrainienne, juive et polonaise - et son impact sur la modernité.

07/12/2023, 07:30

ActuaLitté

Leurs parcours s'entremêlent, leurs exils les unissent

BONNES FEUILLES - Dans Les Échappés, Lauren, accablée par le mutisme de sa petite ville du Kansas, s'enfuit à New York après avoir été faussement impliquée dans une fusillade tragique. Aaron, devenu chef d'un empire criminel après la mort de son père, lutte pour utiliser son héritage au profit de ses victimes. 

07/12/2023, 06:30

ActuaLitté

Deux albums 4/5 ans, et pour les plus grands, pour ne plus avoir peur

LireEtFaireLire2023 – Chaque année, l'association Lire et Faire Lire conçoit une sélection de livres spécialement destinés aux bénévoles qui participeront dans les établissements associés. En partenariat avec ActuaLitté, les différents ouvrages sont dévoilés dans nos colonnes...

06/12/2023, 17:45

ActuaLitté

Ces livres qui vous apprennent tout sur l’épargne

L’épargne permet de constituer des fonds en vue d’imprévus ou de projets futurs. Découvrez ici les livres qui vous seront utiles pour votre discipline financière.

06/12/2023, 15:48

ActuaLitté

Touche pas à mon poste et l'empire Bolloré décryptés

Claire Sécail, historienne spécialisée dans les médias, suit de près les émissions de Cyril Hanouna depuis leurs débuts, les examinant minutieusement pour en offrir une analyse détaillée. Pour la première fois, elle présente au public une évaluation éclairée et approfondie du paysage télévisuel qui a évolué ces dix dernières années, influencé par Bolloré et l'extrême droite.

06/12/2023, 08:32

ActuaLitté

Hypnose, réincarnation, vies antérieures, que nous dit la science ?

Ce livre plonge dans l'univers de l'hypnose régressive, une forme d'hypnothérapie particulièrement prisée en Inde, emmenant le lecteur dans les expériences mentales de patients qui explorent leurs « vies antérieures ». À travers ces histoires, l'ouvrage propose une vision alternative aux théories transhumanistes occidentales et une étude captivante sur les méthodes de l'imagination.

06/12/2023, 07:40

ActuaLitté

Alexandre Koyré, de l'univers infini au monde du mensonge

BONNES FEUILLES — Exilé à New York durant la Seconde Guerre mondiale, Alexandre Koyré a écrit en 1943 sur le rôle du mensonge dans les sociétés totalitaires. Selon lui, ces régimes se fondent sur une altération de la vérité.

06/12/2023, 06:30

ActuaLitté

Erri De Luca et les fils de leurs pères

Le premier des récits de ce recueil est une monumentale mise en parallèle de trois couples. Trois couples formés par des pères et des fils. D’abord, il y a Abraham et Izaac : l’un obéit à « une voix que personne d’autre n’entend ». Izaac, lui, obéit à son père sans résistance, passivement. Peut être que, en laissant son père aller au bout de son obéissance, celui-ci découvrira pleinement sa trahison vis-à-vis de son épouse Sarah, dont Izaac est « l’unique bénédiction de son sein ».

05/12/2023, 11:57

ActuaLitté

Les signes du zodiaque décryptés par Liv Strömquist

Êtes-vous plutôt Bélier, et donc dominant, en colère et polyamoureux, ou bien Lion, un peu « m’as-tu-vu », acheteur compulsif et addict aux réseaux sociaux ? Liv Strömquist décrypte les signes du zodiaque avec une mauvaise fois revendiquée mais une quantité étonnante d’exemples venant étayer cette science approximative.

05/12/2023, 11:37

ActuaLitté

Un couple âgé dans le tourisme de masse

BONNES FEUILLES - Dans son œuvre suivant Seuil de Tolérance, Thomas King nous entraîne dans un périple divertissant à travers l'Europe, où un couple aussi charmant que comique part à la recherche d'un sac de médecine.

05/12/2023, 08:30

ActuaLitté

"J’ai un ami bipolaire. Il s’appelle Solal"

BONNES FEUILLES - « J’ai un ami bipolaire. Il s’appelle Solal. Ce livre raconte son histoire vraie. Du jour où je l’ai poussé vers la phase haute la plus terrible de sa vie à sa chute. De sa renaissance aux premières années de son tour du monde à pied. 

05/12/2023, 07:30

ActuaLitté

De l'obélisque de Louqsor sur la place de la Concorde

BONNES FEUILLES - « Croirez-vous avoir donné beaucoup d’éclat à votre nation, croirez-vous l’avoir fort rehaussée, quand vous aurez enfoui dans la vase de la Tamise, ou dans la boue de la Seine, l’œuvre de deux ou trois mille ans, les chefs-d’œuvre de quinze ou vingt peuples ; quand vous aurez empilé dans vos carrefours, et dans vos magasins, Romains sur Etrusques, Egyptiens sur Hindous, Italiens sur Arabes, Grecs sur Mexicains ? »

05/12/2023, 06:30

ActuaLitté

Hervé deviendra bonne soeur

BONNES FEUILLES — Hélène, une jeune femme que rien de prédestinait à la vie monastiques, est sur le point de prendre l'habille. Les vocations se faisant de plus en plus rares, rien ne semble s'opposer à son engagement. La réalité, cependant, se révèle plus nuancée.

04/12/2023, 16:17

ActuaLitté

Théodore : un Dorian Gray français

BONNES FEUILLES — « Que dirais-tu de ne plus vieillir, de ne jamais mourir, d’être imperméable au temps qui passe, sans être seule puisque je serai toujours là ? » 

04/12/2023, 16:03

ActuaLitté

Shlomo Sand revient sur les dangers d'un État juif exclusif

BONNES FEUILLES — « Ayons un regard rétrospectif pour revitaliser les espérances et les rêves qui ont nourri les meilleurs des cerveaux qui ont immigré, ou qui sont nés sur ce morceau de terre. Même si la volonté ne suffit pas à transformer une légende en une réalité, des volontés peuvent, peut-être encore empêcher des tragédies. »

04/12/2023, 15:30

ActuaLitté

Bretagne secondaire

04/12/2023, 14:49

ActuaLitté

Les 20 plus belles cartes du monde

04/12/2023, 14:46

ActuaLitté

Fantaisie : une existence à reconstruire, par Murielle Magellan

HIVER2024 – Sortant d’une cruelle et longue dépression où elle a failli perdre tout ce qu’elle aime, Mona tente de se reconstruire en s’installant dans un minuscule appartement d’une tour de banlieue parisienne. 

04/12/2023, 12:24

ActuaLitté

Entre le Morvan brumeux et le Hollywood éblouissant

BONNES FEUILLES - Le roman, couvrant les périodes des années 1990 aux années 2010, tisse un récit riche et diversifié, se déplaçant entre le Morvan brumeux et le Hollywood éblouissant, entre les vignobles français et les déserts américains.

03/12/2023, 09:00

ActuaLitté

Est-elle innocente ou coupable, perverse ou résiliente ?

BONNES FEUILLES - Le livre se concentre sur l'histoire d'Astrid, une lycéenne vivant avec sa mère Émilie, tandis que ses frères et sœurs sont en famille d'accueil. La trame se déroule autour de la mort tragique d’Émilie, brûlée vive dans son appartement. 

03/12/2023, 08:00

ActuaLitté

Le monde politique français, un univers impitoyable

BONNES FEUILLES - L'histoire commence avec une révélation de Mediapart concernant Serge Ruggieri, ministre sous François Hollande, accusé de dissimulation de fonds au Luxembourg. Alors que l'image d'un État irréprochable s'effrite, une bataille médiatique s'ensuit. 

03/12/2023, 07:00