Verlaine et Rimbaud : “Pas de Panthéon aux ordres du Pouvoir”

Auteur invité - 15.10.2020

Tribune - Verlaine Rimbaud Panthéon - pouvoir hommage symbole - pantheon accueil


L’affaire Rimbaud/Verlaine, et l’idée d’un accès au Panthéon des deux hommes, continue de faire couler de l’encre. Gérard Cherbonnier, des éditions du Petit Pavé, membre fondateur et président d’honneur de l’autre Livre, signe ici un texte engagé. Et engageant…

ActuaLitté le reproduit dans son intégralité.


 
 

Au moment où beaucoup d’entre nous réfléchissent pour faire vivre le livre en période de déconfinement aux règles confinées, les « pouvoirs » regardent ailleurs.
 

Instrumentalisation, faute politique, qui sait ?


Toujours est-il que c’en est une preuve supplémentaire avec ce projet de faire coucher ensemble Arthur Rimbaud et Paul Verlaine côte à côte au Panthéon, tout ça à coup d’annonces, de pétition...
 

Tentative de récupération sociétale et culturelle des plus indécentes. Si le gouvernement et sa ministre de la Culture voulaient faire un geste pour la poésie, pour la littérature, ils seraient mieux inspirés de répondre aux demandes de rendez-vous de l’Association des éditeurs indépendants de l’autre Livre adressées par deux courriers successifs.

Mais revenons à Verlaine et Rimbaud qui, que je sache, n’ont jamais partagé les tâches ménagères pour être ainsi de force réunis.
 

C’est oublier aussi que leur liaison s’est achevée sur un coup de révolver, ce qui a conduit Rimbaud à renoncer à la poésie. Ajoutons — ce qui ne retire rien à leur intime liaison de Paris à Bruxelles — que néanmoins cela n’a pas empêché Verlaine de terminer sa vie avec Eugénie Kruntz et que Rimbaud, depuis Harar, écrivait à sa mère — même si c’était pour lui faire plaisir — qu’il espérait gagner assez d’argent pour rentrer au pays et se trouver une gentille fille pour se marier.
 

Donc, pacser post-mortem ces deux amants sans leur consentement serait faire bien peu de cas de leurs fortes personnalités. Fortes personnalités qui n’apprécieraient certainement pas que, profitant de leur état de mort, un gouvernement décide pour eux. Eux, qui furent les deux seuls écrivains, avec Jules Vallès, à prendre le parti de la Commune de Paris de 1871.

Rappelons aussi que les communards firent retirer du Panthéon la croix de sa coupole. Puis Tiers fit remettre ce symbole chrétien qui trône toujours et encore aujourd’hui sur un Panthéon qui n’a donc rien de laïque. Aucun régime n’a le droit de s’approprier la vie de deux poètes pour l’ériger en symbole.
 

Elles ont pâli, merveilleuses

Au grand soleil d’amour chargé

Sur le bronze des mitrailleuses

À travers Paris insurgé !


Rimbaud (1871)

illustration, Rimbaud - Jeanne Menjoulet, CC BY ND 2.0




Commentaires
A lire l'excellente démonstration (plaidoyer) de Dominique de Villepin, parue dans un "Monde" de la semaine dernière. Rimbaud et Verlaine auraient sûrement refusé, de leur vivant, une telle fin, surtout les associant !
Qui fera donc tourner les tables pour écouter la voix des intéressés mêmes à ce sujet?



Qui parle de "les coucher ensemble" au Panthéon? Ils préfèreraient, peut-être, s'y retrouver debout, droits dans leurs charentaises, l'un dans le temple et l'autre sur le toit.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.