#Economie

“Éditeur, un vrai métier ?”

Les éditeurs sont de plus en plus nombreux à déclarer benoîtement qu'auteur « n’est pas un métier ». Qu'il est inutile de légiférer. Récemment, le président de la SGDL, Mathieu Simonet, encourageait les auteurs à devenir médiateurs culturels plutôt que de vouloir être payés pour leurs oeuvres. Les éditeurs sont pourtant les premiers à se placer dans le cadre de l’industrie culturelle, à en réclamer les avantages, à trouver naturel que chaque acteur du livre, de l’imprimeur au libraire, soit un professionnel... à l’exception de l’auteur. Mais d’où vient cette assurance selon laquelle eux-mêmes méritent de vivre de leur travail quand les auteurs ne le pourraient pas ?

Le 05/02/2020 à 10:57 par Auteur invité

69 Réactions |

Publié le :

05/02/2020 à 10:57

Auteur invité

69

Commentaires

linkedin mail print
ActuaLitté
par Christophe Arleston et Audrey Alwett

Arleston © Etienne Clotis / Audrey Alwett © 

Alors que la confiance est indispensable pour concevoir ensemble de beaux livres et les porter vers le succès, la négation du métier d’auteur sape de plus en plus la relation auteur-éditeur et biaise leurs rapports. Pire, les déclarations de quelques dirigeants répandent dans l'esprit de trop d'éditeurs salariés l'idée que les auteurs sont des denrées méprisables. « Nous prenons tous les risques ! » nous disent régulièrement des salariés qui touchent des revenus pérennes et décents, qu'ils publient des succès ou de retentissants échecs.

Il en résulte des comportements qui ne sont plus supportables, et qui nous amènent à nous poser les questions suivantes : qu'est-ce que le professionnalisme ? Est-il normal que les éditeurs remettent toujours en question celui des auteurs, mais jamais le leur ?

C'est alors que nous reviennent en mémoire quelques exemples. Tous authentiques, tous advenus dans de grandes maisons d'édition francophones...

Et éditeur, c’est un métier ?

Cet éditeur presse les auteurs, les fait travailler jour, nuit et week-end pour rendre un projet dans de très courts délais. Quand les auteurs envoient les fichiers définitifs, ils reçoivent un mail-retour automatique : l'éditeur est parti en vacances pour trois semaines et reprendra tout cela à son retour. Cela est-il professionnel ?

Cette éditrice promet tout ce qu'elle veut à une autrice qui n'a aucune difficulté à être publiée, mais qui cherche avant tout une collaboratrice solide avec qui faire de beaux livres. Cette éditrice confie le projet à une assistante incompétente qui fait un travail lamentable. Cette éditrice ne donnera plus jamais de nouvelles malgré ses engagements premiers. Cela est-il professionnel ?

Cet éditeur est ivre à toutes les soirées et tous les festivals de BD et ne perd jamais une occasion de dénigrer les auteurs absents. Cet éditeur se moque ouvertement des jeunes auteurs venus lui présenter un dossier (il les reçoit parfois un joint à la main). Cela est-il professionnel ?

Cet éditeur exige un travail documenté, précis et pointu pour un travail de commande. Les scénaristes reçoivent le livre imprimé quelques mois après. Il est truffé d'erreurs, de bulles manquantes, de fautes d'orthographe. Pire : le dessinateur a parfois mal compris et il y a plusieurs contresens. L'éditeur avait refusé de faire contrôler les fichiers aux scénaristes. Hélas, il semble qu'il ne l'ait pas fait non plus. Cela est-il professionnel ?

Cet autre éditeur envoie lui aussi un album de bandes dessinées à l’imprimerie en prétendant l’avoir contrôlé et sans avoir permis aux auteurs de voir le lettrage réalisé par ses « opérateurs » : résultat, 57 erreurs, textes manquants ou déplacés, voire répétés, queues de bulles allant vers les mauvais personnages, bulles vides... Cela est-il professionnel ?

Cette éditrice passe une commande. Elle se montre très exigeante tout en donnant des directions contradictoires. Finalement le travail est achevé. La même éditrice ne donne plus de nouvelles malgré des relances répétées. Les auteurs ne seront pas payés. Cela est-il professionnel ?

Cette éditrice demande un énorme travail de recherche à des scénaristes pour un ambitieux projet historique. Il faut rassembler toute la coûteuse documentation et rédiger un long synopsis en une semaine, pas plus. Les scénaristes y travaillent jour et nuit. Finalement, plus de nouvelles. L'éditrice relancera mollement le projet presque un an plus tard. Cela est-il professionnel ?

Cette éditrice va chercher une autrice experte sur un sujet particulier. Elle se montre enthousiaste devant les textes remis. Quand l'autrice reçoit le bon à tirer, elle saute au plafond. Dans la plus totale illégalité et avec la bénédiction de l'éditrice, la stagiaire a tout réécrit. L'autrice devra péniblement en expurger les anachronismes, légions d'adjectifs et d'adverbes lourdingues, phrases sans queue ni tête, anacoluthes qui n'étaient pas dans la version initiale. Cela est-il professionnel ?

Cet important éditeur retient parfois les droits SOFIA de ses auteurs sur leurs avances. Quand les auteurs exigent leur versement, la comptabilité leur explique, contre la loi, que cette retenue est normale. Les auteurs doivent alors faire intervenir la SOFIA pour régulariser la situation. Cela est-il professionnel ?

Cet éditeur prétend haut et fort que les auteurs sont des illettrés. Il tient son discours face à une autrice qu'il prend de haut, lui explique que ni elle ni aucun auteur ne devraient avoir le droit d'écrire puisqu'ils n'ont pour la plupart pas lu l'Odyssée. Il s'avèrera que lui-même n'a lu qu'une version abrégée pour enfants, quand l'autrice a étudié le texte en grec ancien pendant un semestre entier. Cela est-il professionnel ?

Cette autrice se marie. Elle prévient un an à l'avance qu'elle sera absente durant cinq jours pour son voyage de noces. Les fichiers sont rendus très en amont. Finalement, le département de fabrication n'a le temps de s'en occuper qu'à la date fatidique. Il exige des corrections urgentes pendant le voyage. L'autrice en sacrifie trois jours sur cinq. Le département de fabrication ne prendra la peine de reporter les corrections qu'un mois après le retour de l'autrice. Cela est-il professionnel ?

Un mépris systémique

Ces personnes au comportement plus qu'amateur ont pourtant toutes été rémunérées, grâce au travail des auteurs, comme des professionnels.
Nous allons nous arrêter là. Parmi tous les exemples que nous venons d'énumérer, ce qui ressort n'est pas uniquement l'incompétence ou le manque de sérieux de quelques salariés. Le véritable point commun de toutes ces situations, c'est un mépris des auteurs. Un mépris de ceux dont le travail permet de payer les salaires et de faire vivre toute une maison d’édition.
Ce mépris est devenu systémique.
Il est insupportable.
Il doit cesser.

Nous ne pouvons plus tolérer que se banalisent les propos selon lesquels les auteurs ne sont que des amateurs. Nous avons pour beaucoup atteint un niveau d'expertise hors du commun. Nous travaillons de cinquante à soixante-dix heures par semaine, au point que nos dos finissent brisés par de trop longues heures passées assises. Nombreux sont les dessinateurs qui doivent s'arrêter six mois, un an, pour des tendinites extrêmement graves. Nous ne prenons jamais de vraies vacances ou si peu, tout juste partons-nous travailler au vert. Si nous ne sommes pas des professionnels, alors quoi d'autre ?

Évidemment, nous ne prétendons pas qu'il n'y ait jamais aucun comportement regrettable du côté des auteurs, et nous ne voulons pas non plus stigmatiser les éditeurs dans leur ensemble. Il en existe qui travaillent merveilleusement et sont de véritables alliés, qui ont compris que c’est en respectant les auteurs qu’on obtient les plus grands succès. Ils se reconnaîtront, nous leur manifestons notre reconnaissance, notre respect et nos remerciements sincères. Avec ceux-là, nous nous sentons en confiance et donnons le meilleur de nous-mêmes. Ils sont d'ailleurs la raison pour laquelle, de notre côté, nous n'aurions jamais l'arrogance de stigmatiser leur profession dans son entièreté, en la taxant d’amateurisme.

Que ces éditeurs-là soient remerciés du respect avec lequel ils nous traitent. Toutefois, nous aimerions qu'ils soient conscients des difficultés que nous rencontrons et qu'ils ne permettent plus que de tels propos contre les auteurs se répandent dans leurs rangs. Ce n'est dans l'intérêt de personne. Nous ne sommes pas deux camps qui s'affrontent. Nous voulons être des alliés qui regardent ensemble dans la même direction.

69 Commentaires

 

Luc Orient

05/02/2020 à 12:01

n'importe qui peut être éditeur, et ce n'est pas indispensable, ce n'est rien d'autre que de l'intendance et de la logistique. 90 % livres n'ont aucune promotion, le maquettage et le scannage de planche les artistes peuvent le faire en mieux avec la technologie d'aujourd'hui, et divers circuit de diffusion et financement existent. Ce microcosme incarne simplement la perversité du monde néolibéral; ils ne savent qu'exploiter la richesse des autres, et c'est pour ça qu'ils sont si agressifs ; parce qu'ils sont inadaptés à un monde pluriel et qu'ils ne supportent pas de voir leur monde disparaître, alors qu'ils sont parfaitement inutiles

Florent Maudoux

05/02/2020 à 14:36

C'est vraiment dommage qu'un billet bien écrit et exposant la situation avec nuance soit suivi d'un commentaire aussi basique recraché d'une rhétorique usée jusqu'au trognon.

Djilali KADID

06/02/2020 à 00:31

Entierement d'accord avec vous! Comment peut on autant mépriser son partenaire vital, celui sans qui on n'existerait pas ? Cest très drôle! Et pendant ce temps on vit sur son dos corvéable à merci!!!!

joe boudienny

12/12/2020 à 00:34

Le métier d'éditeur, au sens d'éditer, ne va évidemment pas disparaître. C'est bien son modèle économique actuel qui est menacé

joe boudienny

12/12/2020 à 17:00

Le métier d'éditeur, au sens d'éditer, ne va évidemment pas disparaître. C'est bien son modèle économique actuel qui est menacé

Esperluette

07/02/2020 à 14:21

Entièrement d'accord avec vous. Le problème, il me semble, ne vient ni des auteurs ni des éditeurs. Certes, il y a de mauvais éditeurs, dont on peut légitimement se demander ce qu'ils font des textes qui leur sont confiés. Mais il y a aussi de mauvais auteurs, dont on peut tout aussi légitimement se demander pourquoi ils sont publiés (bientôt plus d'auteurs que de lecteurs, le monde à l'envers). Le problème, c'est la surproduction dont pâtit tout le monde, dans ce qu'il est encore convenu d'appeler la chaîne éditoriale. Auteurs négligés, rémunérés au lance-pierre ; éditeurs qui ne peuvent plus exercer leur métier (non, il ne s'agit pas que d'intendance !), parce qu'ils n'ont tout simplement plus le temps de se pencher sur les textes : comment le faire quand on produit à tire-larigot dans des délais indécents ? J'insiste, car c'est pour moi une évidence : la faute à la surproduction, dont sont responsables les directeurs éditoriaux avec leur modèle économique inadapté au livre, à moins d'en faire un produit de consommation à bas coût comme les autres. L'erreur, c'est de se tourner vers Amazon, adepte de ce modèle : publions, publions, oublions tout travail éditorial, tout souci de qualité, puisque tout se vaut pour les consommateurs que sont devenus les lecteurs. Il faudrait rebrousser chemin : moins de livres, plus de temps, de la qualité, chacun rémunéré de façon juste. Ça n'en prend vraiment pas le chemin et c'est tragique.

Ubik

10/12/2020 à 05:52

Bonjour,

Quand vous dites que les lecteurs sont devenus des consommateurs, je trouve la formule pertinente. Mais il me semble que vous oubliez de dire que les autres, et la population en général, sont devenus des bourrins. On vit de plus en plus dans un monde qui s'auto abrutit, sciemment, qui bombarde les individus de stimuli, de sensationnel. De plus en plus de contenant, de moins en moins de contenu. Les jeunes, j'en fréquente, ne lisent plus. On vit dans une société de pléthore, qui pratique à foison l'Art de la Confusion. Tout se vaut, tout est partout, accessible en instant. C'est l'obsession de Vendre, Vendre, Vendre toujours plus qui arrive aux limites de sa propre logique, au point de se saborder, je trouve. Bref, la situation me parait pire que ce que vous énoncez. C'est peut-être moi, ma vision des choses... Je ne sais plus. Et c'est bien symptomatique, justement, que je ne sache plus. C'est presque dans l'ordre des choses, vu l'état auquel nous en sommes arrivés. J'avoue que tout ça m'écoeure.

A part ça, j'ai écrit un gros roman qui se situe en Allemagne et en Pologne, entre les années 20 et les années 50, refusé, refusé, refusé. Pourtant, la qualité y est. Un ami libraire m'a expliqué : pléthore, tout simplement. Et puis, trop épais, ne rentre pas dans le format.
C'est assez décourageant, quand on sait que j'ai travaillé dessus pendant huit ans.
Auto édition ?
Se jeter dans les bras d'Amazon ?
Là non plus, je n'ai pas la réponse.

Je sature.

Granger Maxence

05/02/2020 à 12:45

On peut remplacer un éditeur, pas un auteur. Va falloir qu'ils se mettent bien ça dans le crâne !

Lindingre

05/02/2020 à 13:17

:j’aime beaucoup ce texte. Je suis à présent dessinateur de presse après que des cretins de représentants aient décidé de leur propre chef que je ne valais plus rien. Après 25 albums, après aussi une vie de rédacteur en chef et d’éditeur, je tourne le dos à la BD. Je confirme que tout ce qui est écrit au dessus n’est qu’un vague aperçu de la crétinerie qui règne dans les maisons d’edition. J’ai connu des éditeurs illettrés, des attachées de presse à la limite de la débilité et des représentants qui décidaient sans avoir lu de ce qui devait se vendre ou pas. D’ou une idiocratie qui domine dans la BD (notamment).

claire henriet

29/03/2021 à 21:52

J'ai été dans le même cas aujourd'hui, j'ai eu la bêtise de vouloir réaliser mon rêve de publier mon manuscrit mais l'éditeur m'a répondu en m'humiliant et en m'insultant sur le fait qu'il y avait deux fautes d'orthographes dans mon mail, je n'ai jamais dit être parfaite mais je pensais que le corps du manuscrit pouvait atténuer les soucis d'orthographe qui pouvaient être corrigés par les relecteurs. Mais bon... Mon destin est peut-être de ne pas réaliser ce rêve-là. Actuellement j'ai honte et peur d'écrire, mais j'avais besoin d'extérioriser. En tout cas, si je dois publier, ce ne sera jamais avec l'aide d'un de ses requins.

Jean d'Aillon

05/02/2020 à 13:30

Tout ceci est bien vrai. Le mépris de certains éditeurs (heureusement pas tous) est intolérable. La situation de la bande dessinée est particulière car les auteurs ne peuvent encore se substituer aux éditeurs. Mais dans la littérature générale, c'est de plus plus possible avec Amazon, à la fois le pire ennemi et le meilleur ami des auteurs. Pour ma part, je pense que dans dix ou vingt ans, beaucoup d'éditeurs auront disparus. Pas les auteurs.

JB

05/02/2020 à 13:39

Il est important de préciser que tous les éditeurs ne sont pas les mêmes. Certains ont un parfait respect de l'auteur (dont le mien).

Certains des cas ci-dessus son hallucinants. Notamment le coup de la Sofia retenue contre l'avance. Là ça vaudrait le coup de poursuites légales, et de savoir qui c'est.

Tarek (scénarsite)

05/02/2020 à 13:43

Cet article de Christophe Arleston et Audrey Alwett est fort juste. Il résume bien la situation du monde de l'édition BD depuis une vingtaine d'années. J'ajouterai comme exemple du manque de professionnalisme des éditeurs :

1. Mon premier album a été publié chez Vents d'Ouest et l'éditeur de l'époque qui coulé une maison d'édition par la suite avait utilisé la mauvaise illustration de couverture pour l'impression finale. Une excuse du bout des lèvres puis des promesses de retirer le livre de la vente et de le réimprimer avec la bonne couverture... Rien n'a été fait bien sûr !
2. A l'époque où j'étais chez EP édition, l'éditeur passait son temps à pester contre le FIBD car nos albums n'étaient jamais dans la sélection d'Angoulême. Après enquête auprès d'anciens membres du jury, j'ai eu la confirmation que l'éditeur n'avait jamais envoyé nos albums pour la sélection. Quel grand professionnel !
3. Le même triste sire a saboté ses séries qui fonctionnaient le plus en terme de ventes pour se venger des auteurs qui ne souhaient plus travailler avec lui.

Et après ces mêmes messieurs se plaignent des ventes qui ne suivent pas. Ce cas qui pourrait paraitre isolé n'est pourtant pas unique dans notre profession, d'autres collègues ont connu la même chose ailleurs.

4. Un éditeur en Suisse qui préferre se ruiner en frais d'avocat et en pénalités judiciaires plutôt que de donner les véritables chiffres de vente et payer ce qu'il doit aux auteurs.
5. Cet éditeur qui utilise une partie des ventes directes en salon BD pour passer des nuits avec des call-girls. Et ensuite expliquer que les temps sont durs pour la structure et que l'on doit se serrer la ceinture !
6. Cet éditeur qui refuse d'augmenter le prix de la planche de 20 euros mais qui t'invite au restaurant et fait ouvrir des bouteilles de vin à 75 euros, voire plus ! Et en fin de soirée tu comptes une douzaine de bouteilles sur la table.
6. PANAMA PAPERS
...

Et je pourrais en dresser une liste à la Prévert !
Oui les éditeurs (pas tous bien sûr) sont certainement les moins professionnels dans la chaîne du livre et les auteurs (la plupart) avec de nombreux libraires et animateurs de salons BD sont les vériatbles défenseurs de cet art qui est une richesse pour la communauté ! Les dernières sorties du président du SNE est à l'image de ce gouvernement hors sol qui ne comprend plus son pays à force de ne lire que des tableurs et écouter des conseillers qui n'ont qu'un but ; rentablité !

John Espe

06/02/2020 à 10:43

Salut Tarek, A mon sens, ne devrais-tu pas virer l'allusion au call-girls, histoire que notre ami helvète ne te tombe dessus ?

Tarek

06/02/2020 à 18:26

Ce n'est pas lui... l'éditeur en question est Français et vit à Paris.

P.R.

05/02/2020 à 13:45

Le problème, c'est que tant que vous ne citez pas les noms réels, tout ceci ne reste que rumeurs, qui n'inquiètent personne...

Arleston

05/02/2020 à 15:59

Ce ne sont hélas pas des rumeurs mais des exemples concrets de ce qui nous est arrivé personnellement, à Audrey Alwett et moi-même. Et la liste aurait pu être plus longue.

Carye

05/02/2020 à 13:52

Intéressant le commentaire de Luc qui semble sacrément en colère. J'ai vu passer de nombreux manuscrit qui ne seraient pas ceux imprimés sans l'éditeur. Le problème dans ce débat, c'est qu'on ne creuse pas la question selon les domaines. Un auteur en sciences humaines n'a absolument pas les mêmes attentes de professionnalisation que des auteurs jeunesse, littérature...
Il est essentiel de repenser l'ensemble de la place des acteurs... que penser de la diffusion et distribution par exemple ? N'y a-t-il pas aussi de la part de tous les professionnels (auteur compris), une honnêteté intellectuelle à dire qu'il y a trop de livres pour pas assez de lecteur. Tout le monde veut publier alors que si peu achète et lise des livres. beaucoup de questions à se poser. Personnellement, je n'ai pas de réponse car l'économie du livre est extrêmement bancale pour beaucoup d'éditeur

ubik

18/10/2021 à 20:38

Bonjour,

Il est clair que nous nous acheminons vers un monde où il y a pléthore. Ceci à cause d'une confusion essentielle. Je ne sais comment la nommer, mais ça consiste à dire que tout le monde ne sait pas forcément faire, voilà.
Par exemple : on a imaginé les karaokés. Les gens y vont, ça leur fait plaisir, passer la soirée, certes. Mais tout le monde ne sait pas chanter ! Et quand on va là-bas, on entend des gens qui bêlent comme des chèvres malades, parfois non seulement faux, avec voix atroces, mais une mesure en retard. Bref, désastre.
Ensuite, confusion dans les arts plastiques : on a noyé la frontière entre art, et artisanat. Résultat, n'importe quel zozo qui dessine un peu s'imagine qu'il a créé quelque chose. Bientôt, on verra fleurir sur tous les blogs de la planète de la peinture par numéros, des bouteilles en verre avec de la laine au crochet, du patchwork, des dessous de verres en papier collé... Bref, là encore, tout le monde s'imagine qu'il peut produire, et on met tout au même rang. Aussi bien le boulot d'un super peintre que le Donald Duck qu'a crayonné le petit dernier en le recopiant dans un illustré, avec un papier calque. Je grossis le trait, mais on n'en est pas loin.
Idem, pour l'écriture. Que tout le monde ait des souvenirs ou des impressions à raconter, certes. Mais tout le monde ne sait pas écrire, loin s'en faut, très loin. Et j'ai vu passer des textes, c'était hallucinant. Même si on ferme les yeux sur les pléthores de fautes, orthographe, accords, et autres... Mais le truc ne tenait pas debout, c'était impossible de se taper ça plus de deux paragraphes, une vraie torture. De ces textes dont on ne sait pas, au bout d'une page ou deux, seulement, de quoi ça parle. Si si, véridique. Et là encore, effectivement, dans ce domaine, on en arrive à la situation où, tout à l'heure, il y aurait plus d'auteurs que de lecteurs !
Dans tous les domaines à l'heure actuelle, tout le monde s'imagine qu'il peut faire. Eh bien non, ça n'est pas donné à tout le monde, désolé de le dire. Et on voit les effets. N'importe quel clampin qui gratouille un peu la guitare s'imagine qu'il a composé un morceau parce qu'il a flanqué trois accords ensemble. N'importe quelle chèvre malade s'imagine qu'elle est chanteuse. N'importe quel gribouilleur ou amateur de macramé se prend pour un grand créateur. A mon avis, il faut arrêter le délire et si on en est là, c'est parce que des spéculateurs misent sur cet état de fait. Ceux qui vendent du "loisir créatif", ceux qui proposent de l'auto édition ou de l'édition à compte d'auteur, ceux qui filent des cours de musique à un tas de gens, qui, en réalité, sont des brêles finies...

Certes, on doit encourager la création, et je suis à fond pour. Il faut créer les conditions favorables. Mais encourager aveuglément tout et tout le monde, en dépit du bon sens, est finalement contre productif. On en vient à noyer le talent et à submerger le public d'offre, alors que par ailleurs, la demande semble bien décroitre, concurrencée par télé, réseaux sociaux, jeux vidéo et autres distractions. La multiplication à la fois des sollicitations pour qui voudrait lire, et des textes de très mauvaise qualité, tout ça combiné avec un laisser aller général (en tous cas, c'est mon sentiment), bref, je me demande bien comment de bons auteurs pourraient encore s'en sortir, de nos jours. Et même sans chercher à en vivre : quand on voit qu'on propose parfois des textes qui sont refusés, justement, car trop élaborés, trop complexes, trop ambitieux, trop créatifs...

Je livre tout ça tel quel, je ne sais pas ce que ça vaut au fond, juste je m'interroge. Mon sentiment est que, actuellement, on voudrait tout faire pour tuer la culture, on ne s'y prendrait pas autrement.

Docteurjivago

05/02/2020 à 13:58

PAS D'AUTEURS, PAS DE LIVRES...
PAS D'AUTEURS, PAS D'EDITEURS...

Hélène

05/02/2020 à 14:06

J'ai l'impression d'avoir rencontré les deux extrêmes… Un éditeur qui a donné sa chance à mon premier roman, m'a aidée à l'améliorer, et je lui serai toujours reconnaissante pour ses critiques et ses encouragements. A peu près au même moment, j'ai publié une nouvelle (chez une autre maison d'édition !) dont le texte a été dénaturé (fautes d'orthographe de la relectrice, point de vue massacré…) le tout dans des délais expéditifs, une communication qui passe par facebook etc. Morale : bien examiner la maison d'édition avant de signer un contrat; se méfier des amateurs !

pacotine

06/02/2020 à 14:08

Se méfier des amateurs peut être bien plus difficile qu'il n'y parait .
Ma pire expérience en illustration de livres jeunesse , c'était chez un gros éditeur de qui on serait en droit d'attendre un certain professionnalisme .... ce n'était le cas sur AUCUN aspect de mon travail avec eux , de la remise des textes au paiement de mes contrats jusqu'à la qualité déplorable de l'impression en passant par tout le reste qu'il serait trop long de citer ici.
Tout ça pour dire que si je suis bien d'accord avec cette morale , je pense qu'il est bien difficile de l'appliquer dans les faits !

Ismaël

05/02/2020 à 14:50

Ce type de tribune peut poser question... la multiplication d'exemples d'un manque de professionnalisme ou d'incompétences chez des éditeurs pourrait sans difficulté s'effectuer de la même manière de l'autre côté, en multipliant les exemples d'auteurs méprisants, prétentieux ou suffisants, faisant preuve d'un manque de professionnalisme ou d'un comportement lamentable, et se moquant ouvertement de tel ou tel éditeur. Au même titre que d'autres auteurs sont des professionnels aguerris, respectueux du travail de chacun, et font preuve d'une bonne entente, voire d'une complicité réelle, avec leur éditeur. En ce sens, on pourrait renvoyer dos à dos les deux parties, le mépris existant des deux côtés. En outre, l'essentiel des exemples cités renvoient au milieu éditorial de la BD et de l'illustré, avec, il faut le souligner, de fréquentes références de commandes d'un éditeur au créateur, or le mot « auteur » englobe tous les genres, tous les créateurs du livre, et donc en face le mot « éditeur » devrait renvoyer à des exemples puisés aussi du côté des éditeurs de romanciers, nouvellistes, dramaturges, poètes, essayistes, etc, ce qui n'est pas le cas, notamment parce que la question de la « commande » est moins marquée dans ces secteurs qu'en BD. La tribune paraît ainsi s'adresser à tous les auteurs mais est portée, et nourrie d'exemples, d'auteurs de l'univers de la BD, et paraît adresser un questionnement sur le professionnalisme de tous les éditeurs, alors qu'il s'agit visiblement essentiellement de ceux du même univers bédéiste. Peut-être eut-il été plus juste de clairement identifier ces éléments. En revanche, cette tribune participe d'un « sentiment général » des auteurs au sein de la chaîne du livre, une sorte d'atmosphère parfois délétère (et parfois seulement) dans les relations entre les auteurs et de nombreux intervenants de la chaîne : pas uniquement avec leurs éditeurs d'ailleurs, mais aussi avec des attaché(e)s de presse bien souvent dénigrées, des commerciaux considérés comme incultes, des libraires jugés pas assez accueillants ou militants, etc etc. Ces remarques sont fréquentes chez les auteurs. Plus que le « mépris », il est surtout question derrière ces maux relationnels avec les éditeurs et cette remise en cause de leur professionnalisme d'une souffrance générale, d'une situation de paupérisation qui étrangle bien des auteurs jusque dans leur geste créatif, et d'une colère (plus ou moins larvée). Et pour aller au bout du raisonnement, il aurait peut-être été intéressant qu'Arleston (qui vient de créer une collection chez Bamboo), et Alwett citent et nomment : « les déclarations de quelques dirigeants », « l'important éditeur » qui retient parfois les droits SOFIA de ses auteurs, l'éditeur qui prétend « que les auteurs sont des illettrés », de cette éditrice qui ne respecte pas le droit moral de l'auteur en faisant réécrire tout son texte sans la prévenir avant le BAT, etc... que l'on sache de qui on parle, de quel groupe éditorial ou maison d'édition dont les mauvaises pratiques paraissent flagrantes. Rester dans l'anonymisation des exemples donne l'impression pour finir que chez tous les éditeurs ce type de comportement se produit. Est-ce le cas ? Non visiblement puisque les auteurs s'en défendent en fin de tribune, afin sans doute d'adoucir un peu leur propos, comme une sorte de coup de gueule mais... « à demi ». Derrière cette tribune, il me semble que la question du « métier », de la reconnaissance du travail d'auteur vs celui d'éditeur, de sa valeur et de son exigence, plusieurs points sont soulevés : celui d'une filière professionnalisante qui n'existe pas ou peu chez les auteurs (romanciers, dramaturges, poètes, traducteurs, etc.), là où on peut trouver certes des formations pour les illustrateurs (voire les scénaristes) mais qui ne sont pas non plus légion ; celui d'un statut véritablement défini en droit et d'une représentation réelle (cf. le rapport Racine) ; mais surtout, surtout, le « duel » entre, comme il est dit, des « salariés qui touchent des revenus pérennes et décents » et des auteurs qui, littéralement pour certains, crèvent de faim en étant au-dessous du seuil de pauvreté. D'un côté des éditeurs, dont certains ne se comportent pas professionnellement, mais « rémunérés grâce au travail des auteurs », et de l'autre des auteurs « considérés comme des amateurs » « de manière systémique », sous-entendant que cela explique une rémunération au rabais (puisque ne tenant pas compte du professionnalisme des auteurs/illustrateurs). Ici sont clairement opposés les « salariés » face aux « indépendants ». On peut cependant s'interroger sur cette manière de placer ainsi l'éditeur en position de « bourgeois » puisque touchant un salaire, et l'auteur en « gilet jaune », pauvre, exploité de manière « systémique »... sans doute est-ce trop réducteur au sens d'une généralisation facile des deux côtés, oubliant d'une part tout le réseau des petits éditeurs indépendants qui, eux aussi, crèvent de faim... face aux grands groupes et d'autre part certains auteurs qui vivent dignement ou mieux de leurs œuvres (certes, il n'y avait que 40000 auteurs affiliés en 2017 et donc au-dessus du plafond, ce qui est peu comparé aux 200000 assujettis). La question du professionnalisme ne se posait pas, ou peu, quand la plupart des auteurs qui souhaitaient en faire un métier (vivre seulement de cela, sans autre activité par ailleurs) parvenaient à en vivre (même petitement). Si elle se pose aujourd'hui, si on remet en cause tel ou tel éditeur et sa façon de travailler (mal), si elle devient une forme de « lutte des classes » entre auteurs et éditeurs, c'est essentiellement pour des raisons financières. Si certains éditeurs, comme celui d'Arleston, Bamboo, ont revu leurs conditions de droits d'auteur à la hausse, ce dernier avouait que seuls 20 % ses auteurs parvenaient à toucher des droits (et donc dépasser l'avance versée). Dans un monde où donc 80 % auteurs/illustrateurs de BD ne peuvent vivre (survivre, voire pas même...) qu'avec une avance sur droits qui n'atteindra que rarement le niveau d'un salaire mensuel (même au SMIC)... entrer dans une sorte de guerre de territoire opposants les salariés et les indépendants semble un peu vain, au sens où même en modifiant le taux de droits (à 10% systématique puis 12%), il y aura toujours une minorité d'artistes parvenant à vivre de leur production (sauf à livrer 3 ou 4 volumes par an, ce que tous ne sont pas à même de faire, et ce qui pose ensuite le problème d'une surproduction).

Tangocharlie

05/02/2020 à 15:10

Bonjour,
Je suis l'auteure de douze romans, de tout genre, et un éditeur refuse mon manuscrit, car "cela n'entre pas dans leurs critères".
Ensuite un autre qui en garde un 6 mois, en e m'envoyant ni courrier, ni mail, pour m'informer du refus, égare l'enveloppe réponse (6€50).ils se fichent vraiment de nous.
Ils préfèrent publier des gens dont la notoriété n'est plus à faire.
Ça me révolte, car j'ai fait lire certains de mes romans à des gens compétents, et m'ont conseillé de les envoyer, et voilà le résultat. On dépense de l'argent pour:imprimer, faire relier, envoyer.

ubik

18/10/2021 à 22:23

Je crois qu'au fond, ils misent sur nous comme les propriétaires sur leurs chevaux.

L'analogie me frappe entre auteurs et canassons, lesquels appartiennent à des écuries, ont chacun une côte, des pronostics, etc.

Nous ne sommes, pour beaucoup d'éditeurs, qu'un placement. On place dans les tableaux de maîtres, dans l'immobilier, dans les bourrins... Et, faute de mieux, dans des auteurs qui sont connus, qui réussissent.
Les autres, bof. Les autres...

Jean Chris

05/02/2020 à 15:15

Hachette baisse chaque année les revenus de tous ses auteurs et collaborateurs et utilisant le fait qu'ils possèdent 90 % la diffusion et une bonne partie des éditeurs : sont-ce des amateurs ??? Arrêtons de croire qu'"il en a des sympas". Quand c'est le cas, c'est juste qu'ils ne sont pas encore assez gros pour vous exploiter. Laissez leur le temps d'avoir du succès sur votre dos et de se faire racheter... Sinon encore merci pour un article sans noms, ni influence, ni utilité.

Arnaud THULY

05/02/2020 à 15:54

Avec ce genre de généralité absurde (parce que c'est précisément le cas) on peut tout aussi bien dire que les auteurs sont tous millionnaires et n'ont alors aucune raison de se plaindre et réclamer plus ! Mais si voyons ! Après tout stephen king, jk rowling, marc levy, guillaume musso, anna gavalda, bernard werber, fred vargas et bien d'autres gagnent des millions chaque année! Alors de quoi se plaignent les auteurs puisqu'ils sont si bien payés ? Et pis pareil, pourquoi dire que les librairies vont mal ou demandent une meilleure remise ? Après tout amazon, la fnac, les espaces culturels leclerc, cultura, les furets du nord et tant d'autres gagnent des millions ! Alors de quoi se plaignent les libraires ? Ca vous paraît stupide? C'est pourtant exactement ce que fait cet article ! 74 % éditeurs français sont en situation financière critique. 80 % éditeurs ne se payent pas de salaire, et une partie non négligeable y va de sa poche pour financer sa maison d'édition et ses ouvrages, pour beaucoup déficitaires. Cracher à la figure de l'ensemble des acteurs de l'édition au prétexte de quelques connards qui gagnent des milliards comme s'ils étaient représentatifs est vraiment détestable et publier ce genre de torchon revient à le cautionner. Ne vous plaignez pas d'avoir du mépris si vous même n'êtes pas capable de voir plus loin que ça ! La majeure partie des éditeurs sont POUR une reconnaissance des droits des auteurs. La majeure partie des éditeurs font d'ailleurs déjà de leur mieux pour répartir autant que possible les droits pour que tout le monde s'y retrouve. Seulement ils demandent aussi la prise en compte du fait que eux-même galèrent pour la plupart et n'ont qu'une très faible marge de manœuvre. Est-ce absurde de demander ça ? Rappelons au passage que les aides du CNL & co sont totalement trustées par les grands groupes, et pas par les éditeurs indépendants qui ne touchent rien et qui font pourtant les frais de vos propos inconséquents. Et même si certains se versent des salaires, il ne faut pas oublier que ces salaires existent grâce à des best sellers comme ceux d'auteurs évoqués plus haut, qui eux aussi gagnent très bien leur vie (je doute ici que qui que ce soit vienne s'apitoyer sur les revenus de musso ou de levy par ex). Et au lieu de cracher au visage de la profession, il serait aussi bon de prendre une réalité en compte : Aucun auteur ne découvre a posteriori le pourcentage de droits qu'il va toucher. Par conséquent quand il accepte de signer un contrat à 5 ou 6%, il fait un choix ! Si cela ne lui convient pas, le meilleur moyen de changer les choses reste encore de ne pas publier dans cette maison d'édition, ou à renégocier son contrat pour avoir un montant plus raisonnable ! Mais voilà, être publié par les grands de ce monde fait briller l'oeil de beaucoup, en s'imaginant qu'être publié par hachette, gallimard & co va engendrer des dizaines de milliers de ventes, alors qu'il n'en est rien. Et après on vient cracher sur toute la profession en croyant que c'est une généralité. Alors que non. Mais vous mêmes aussi êtes responsables de ça, avec les chiffres absurdes que vous faites miroiter dans plusieurs de vos articles, écrits par des gens qui n'y connaissent rien ou qui se contentent de vouloir apparaître sous un bon jour. Vous publiez des bêtises prétendant que les "ventes moyennes" d'un livre sont de 2000 exemplaires, et les auteurs croient que c'est un vrai chiffre, alors que vous oubliez de dire que cette "moyenne" intègre les ventes de musso, levy & co, ramenant la réalité à moins de 500 livres vendus pour 70s auteurs, ce qui n'est rentable pour personne. Si les auteurs avaient une vision plus réaliste du marché, probablement qu'ils seraient moins enclins à signer n'importe quoi comme contrat. Cracher sur les éditeurs, cracher sur les libraires, cracher sur les diffuseurs, cracher sur les auteurs... c'est devenu la norme alors que nous cherchons tous à exister et à vivre ensemble, en bonne intelligence. La chaîne du livre porte très bien son nom : quand un maillon cède, tout le monde se casse la figure. C'est vrai pour les auteurs, pour les éditeurs, pour les diffuseurs, pour les libraires et pour toutes les professions qui découlent de cette chaîne

GL

05/02/2020 à 16:19

Auteur / Illustrateurs, passez par les plateformes de campagne de financement participatives, les fans vous suivront (par contre ça fait bcp plus de taf pour vous, mais tous les benef sont pour vous)

Pasd'auteurspasdelivres

05/02/2020 à 16:58

Dans l’inventaire de mes déboires dans l'édition, je garde :

- l’éditeur qui m’a dit, lors d’une signature de contrat que « Un bon auteur est un auteur mort, parce qu’on n’a pas besoin de lui payer ses droits. » Je ne me doutais pas à ce moment que j’étais passée du côté de l’armée des morts-vivants sans m’en apercevoir, puisqu’il n’a ensuite jamais fait de reddition des comptes et ne m’a jamais versé un centime de droits d’auteur. Il a ensuite été rejoint par une troupe de comiques (huissiers, juges, etc.) qui, n’ayant sans doute pas jugé nécessaire de se bouger pour une autrice, ont suffisamment fait traîner l’exécution du jugement (en ma faveur) pour que l’éditeur ait le temps de se déclarer en faillite.

- l’éditeur qui, pour mon premier livre, a mélangé toutes les légendes des photos et s’est insurgé quand je lui ai fait remarquer que ce n’était pas professionnel. Sachant que j’avais bien évidemment pris la peine de faire un fichier avec les numéros de photos et les légendes correspondantes.

- l’éditrice qui m’a proposé un travail de réécriture non rémunéré « parce que ça allait m’amuser ».

- l'éditrice qui m’a informée que je ne toucherai pas d’à-valoir sur mon livre « parce que ce n’est pas la politique de la maison. »

- celle qui a validé un titre et une couv tellement pourris et à côté de la plaque qu’il ne s’est vendu qu’à quelques dizaines d’exemplaires.

- l'éditrice qui a également « oublié » de m’informer qu’elle mettait mon livre en même temps que sa parution en accès gratuit sur Google Books.

- l'éditeur qui, pour un ouvrage de référence sur la langue française, dans une maison dont c'est la spécialité, m'a collé en guise d'« éditrice » une graphiste, qui a « coulé » le texte dans la maquette sans aucune lecture critique. Elle m'a ensuite demandé des textes supplémentaires car « ça serait plus joli pour la maquette ». Enfin, le livre est sorti sans aucune relecture. J'en tremble encore.

- l'éditeur qui, encore une fois, m'a mise devant le fait accompli pour la couv, avec une illustration qui ne correspondait pas du tout à l’ouvrage.

- L’éditeur qui se fait figurer comme co-auteur sur le livre, sous l’argument que c’est un ouvrage collectif, dont il n’a pas écrit une ligne et moi 100 % du contenu.

Et encore, je suis sûre que j’en oublie…

o'zanna

05/02/2020 à 17:54

... et quand on n'a pas de fans ?

marlene

05/02/2020 à 18:23

c'est exactement ça et il ne manque rien. il faudrait faire une action conjointe: envoyer notre travail un an après la comma.de aux éditeurs.

Marlène

Gigi

05/02/2020 à 19:25

"Nous ne sommes pas deux camps qui s'affrontent." Ah si si ! Les éditeurs comme les macs. Y a pas que les écrivains, illustrateurs et autre ! Allez voir du côté des correcteurs précaires où encore le scandale de la privatisation des articles scientifiques par des éditeurs. Je ne comprends pas que ce métier existe encore ! Je suppose que trop de gens pensent encore que c'est prestigieux d'être édité même si c'est pour signer pour 2 % droit d'auteur ...

Pierre gay

05/02/2020 à 19:29

Cela fait du bien cette "diatribe" justifiée.
Aucun professionnel dans quelques bizness que ce soit se permettrait ces facecies.
On se croirait au ministere du sport...branlots!!!!

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

L'anglais en langue commune de l'Europe, “une dérive inadmissible”

Le Haut Conseil international de la Langue française et de la Francophonie en appelle à Emmanuel Macron pour qu’il agisse fermement contre l’adoption par les institutions européennes de l’anglais comme “langue commune”. Langue de collaboration et de travail, elle représenterait « une dérive doublement inadmissible : elle est contraire aux traités qui régissent la politique linguistique de l’ U.E, donc illégale, et absurde après le départ du Royaume-Uni (Brexit) ».

18/05/2022, 11:55

ActuaLitté

Monsieur le Président, travailler avec vous “afin de renforcer la place des bibliothèques”

L'Association des Bibliothécaires de France avait sollicité les différents candidats de l'élection présidentielle pour connaitre leur programme pour les bibliothèques et la lecture publique. Désormais réélu, Emmanuel Macron n'avait pas répondu aux interrogations. Pas rancunière, l'organisation professionnelle propose désormais un rendez-vous au chef de l'État, pour discuter des chantiers à venir. Nous reproduisons ci-dessous cette lettre au président de la République, en intégralité.

12/05/2022, 15:19

ActuaLitté

"À force de maltraitance, c’est la vigueur de la création qu’on ensevelit" 

En cette veille de remaniement ministériel, la Charte, association de défense des droits des auteurs et illustrateurs jeunesse, profite de l'occasion pour alerter sur le recul de la condition des artistes et écrivains. Rapport Racine, contrat de commande, rémunération : l'association demande, dans une tribune reproduite ci-dessous, « plus de vitalité et de sécurité pour la création ». 

05/05/2022, 12:40

ActuaLitté

En Ukraine, 242 crimes russes recensés "contre le patrimoine culturel"

UkraineUnderAttack - Depuis plus de deux mois, l’Ukraine lutte contre l’invasion russe menée par Poutine. Le Pen Club français, qui défend la liberté des auteurs, fait état des centaines de crimes contre des lieux culturels, et du bilan humain qui ne cesse de s’allonger. Nous reproduisons ci-dessous la lettre de l’organisation.

04/05/2022, 12:39

ActuaLitté

Une ballade pour Robbie

Le romancier et écrivain américain Robert Goolrick, auteur de Féroces et d'Une femme simple et honnête, est décédé ce 29 avril, à l’âge de 73 ans. Les éditions Anne Carrière saluent aujourd'hui un auteur sensible et amoureux de la France, notamment distingué par le Prix Fitzgerald 2015 pour La Chute des princes. Stephen Carrière a fait parvenir à ActuaLitté un texte, en hommage. Le voici proposé dans son intégralité.

04/05/2022, 11:47

ActuaLitté

Perpétuité pour Osman Kavala et urgence à sanctionner la Turquie

La condamnation de l'homme d'affaires et éditeur Osman Kavala à la prison à vie par un tribunal turc a été perçue comme une nouvelle étape dans la répression de l'opposition par le régime de Recep Tayyip Erdoğan. La Ligue des droits de l’Homme (LDH) et la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) demandent à Emmanuel Macron d'intervenir pour sa libération ou pour sanctionner la Turquie.

28/04/2022, 14:56

ActuaLitté

Condamnation d'Osman Kavala : un “verdict injuste” pour le PEN Club

La condamnation à la prison à vie du mécène et éditeur Osman Kavala, prononcée ce lundi 25 avril par un tribunal turc, a représenté une nouvelle manifestation de la répression de l'opposition par le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan. Le PEN Club français, comme d'autres organisations internationales, dénonce cette parodie de justice destinée à faire taire tous les opposants au régime. Nous reproduisons ci-dessous le texte qu'ils nous ont communiqué, en intégralité.

27/04/2022, 09:30

ActuaLitté

Élection présidentielle : “Plus qu’un choix de société, un choix de civilisation”

#Presidentielle2022 — Le débat entre les deux candidats passé, la prochaine échéance de l'élection présidentielle n'est autre que le second tour, ce dimanche 24 avril. Une partie du monde de la culture s'est exprimé sur les dangers de l'extrême droite, et les élus de Fédération Nationale des Collectivités territoriales pour la Culture (FNCC) invitent à leur tour à bien peser les conséquences du vote. Tout en appelant, dans la tribune reproduite ci-dessous, à plus de budget pour la culture.

22/04/2022, 09:39

ActuaLitté

À quand un vrai “Marché des droits” en France ?

L’Alliance des agents littéraires français (AALF) profite de l’occasion qui lui est donnée pour ouvrir le débat : du 22 au 24 avril, s’ouvre le Festival du livre de Paris, destiné au public. En parallèle, un marché de vente de droits, réunissant éditeurs étrangers et français s’est organisé. Il exclut cependant les agents littéraires, pourtant parmi les premiers concernés. Dans une tribune communiquée à ActuaLitté, l’AALF relève quelques points qui interrogent. Leur texte est ici proposé dans son intégralité.

21/04/2022, 12:34

ActuaLitté

De Kyiv à Paris, deux éditeurs entrent en résistance contre Poutine

UkraineUnderAttack – Les éditions Medusa (Kyiv) et Syllepse (Paris) ont communiqué à ActuaLitté une déclaration commune. Cette dernière pose les bases d'une collaboration entre les deux structures, pour résister à l'oppression et l'invasion russes. Leur texte, sous forme d'un quasi Manifeste, est proposé ci-dessous en intégralité. 

20/04/2022, 16:59

ActuaLitté

Festival littéraire ou cluster : “La pandémie n’est pas terminée”

Les manifestations littéraires reprennent, et les risques de contamination Covid avec elles. Un collectif d’une centaine d’auteurs signe une tribune pour rappeler les impératifs sanitaires et s'engage à ne plus participer aux événements qui ne mettraient pas œuvre des mesures simples.. Du bon sens et ce, pour la protection du plus grand nombre. Leur texte est ici publié dans son intégralité. 

18/04/2022, 22:34

ActuaLitté

Des lecteurs de la BnF pointent une “dégradation définitive du service public”

Lecteurs, lectrices et personnel de la Bibliothèque nationale de France se sont accordés pour dénoncer de nouvelles conditions d'accueil du public, qui changent notamment les modalités de communication des documents. La direction a avancé des arguments dans nos colonnes, mais l'opposition persiste et signe. Elle déplore une « fin de non-recevoir » adressée par la direction à l'Association des lecteurs et usagers de la Bibliothèque nationale de France (ALUBnF), en refusant de recevoir l'organisation lors d'un comité technique, ce 14 avril.

15/04/2022, 15:18

ActuaLitté

Les auteurs montent au créneau pour leurs revenus

Officialisée par les services de Valois, la mission confiée au professeur de droit Pierre Sirinelli aura pour objet d’aborder la question de la rémunération, entre auteurs et éditeurs. Une déclaration de la Société des Gens de Lettres et de l’Association des Traducteurs Littéraires de France savoure ce qui ressemble à une victoire : « Les demandes des auteurs ont été entendues », indiquent les associations. Leur message est ici présenté dans son intégralité.

14/04/2022, 12:46

ActuaLitté

“Ensemble, c'est mieux” : entre manifestations littéraires, une nécessaire solidarité

LAM2022 – Travailler avec des partenaires, Le Livre à Metz sait faire et développe un bon nombre de ses actions en collaboration avec des institutions locales depuis plusieurs années. Claire de Guillebon, responsable de la programmation de l'événement qui se tiendra du 8 au 10 avril 2022, expose ici les bases d'un projet fédérateur et collectif.

29/03/2022, 15:30

ActuaLitté

Ukraine : “Nous sommes prêts à accueillir ceux qui n'ont que leur plume et leur voix”

UkraineUnderAttack - Depuis 20 jours et lancement de l'invasion russe de l'Ukraine, l'émotion internationale reste vive, et les soutiens à la population et au pays agressés très forts. Le Pen Club français, qui défend la liberté d'expression des auteurs, assure les écrivains ukrainiens de son soutien, mais refuse toute « censure culturelle » à l'égard des créateurs russes. Nous reproduisons ci-dessous le texte de l'organisation. 

15/03/2022, 10:16

ActuaLitté

ImagiNon : des auteurs de BD s'opposent au parc d'attractions Imagiland

À la veille du festival d'Angoulême, une tribune contre Imagiland, projet de parc d'attractions sur le thème de la BD, a été signée par 51 auteurs et autrices de BD. Parmi les signataires, Lewis Trondheim, Catherine Meurisse, Marion Montaigne, Manuele Fior ou encore François Bégaudeau. Cette tribune est à l'initiative du collectif ImagiNon, qui s'oppose depuis l'été 2020 à la construction du parc sur la ville de La Couronne (16). Le texte est retranscrit ici dans son intégralité.

14/03/2022, 14:24

ActuaLitté

Appel à manifester pour protéger une langue française en danger

C’est un grand rendez-vous qui est donné, ce 20 mars à 14 h, et devant l’un des bâtiments les plus emblématiques peut-être, le Panthéon. Pourquoi cette manifestation ? Eh bien, les attaques perpétrées contre la langue française que dénonce le Haut Conseil international de la Langue française et de la Francophonie. Interpellant les gouvernements, l'organisation appelle à « proclamer leur rejet de l’arrachage de la langue française et réclamer un sursaut civilisationnel urgent ».

14/03/2022, 00:29

ActuaLitté

Sécurité sociale : des auteurs désormais démunis

Le gouvernement a diminué par décret la protection sociale des artistes-auteurs et autrices qui en ont le plus besoin, indique un collectif d'organisations d'artistes-auteurs dans une lettre ouverte. Ils appellent donc au rétablissement du bouclier social pour les artistes-auteurs et autrices. Leur courrier est ici présenté dans son intégralité.

11/03/2022, 11:18

ActuaLitté

Bibliothèques, lecture publique : quelles ambitions pour les présidentielles ?

#Presidentielle2022 — 12 candidats sont donc officiellement lancés dans l'élection présidentielle 2022. L'actualité chargée, par la guerre en Ukraine, bien sûr, mais aussi et toujours par la pandémie, laisse peu de place aux débats. L'association des bibliothécaires de France (ABF) adresse une lettre ouverte aux candidats et candidates pour connaitre leurs propositions en matière de lecture publique, que nous reproduisons en intégralité ci-dessous.

07/03/2022, 15:59

ActuaLitté

“Chacun fait ce qu'il peut pour aider à sauver notre peuple, notre Ukraine”

UkraineUnderAttack – Les gestes de solidarité à l'égard du peuple ukrainien passent par de multiples choses, parfois avec de toutes petites initiatives. Mais chacune à sa manière apporte un peu plus à l'édifice. Alain Serres, directeur des éditions Rue du monde, a fait parvenir à ActuaLitté un courrier, pour expliquer son engagement. Ainsi que le témoignage de deux auteurs de sa maison, Romana Romanyshin et Andriy Lesiv.

07/03/2022, 10:35

ActuaLitté

“L’avenir des éditeurs indépendants russes semble bien sombre”

UkraineUnderAttack – Depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, les manifestations ou actes de soutien à l'égard des Ukrainiens se multiplient. À l'international, mais aussi depuis la Russie, pays agresseur, où l'ensemble de la population russe ne soutient pas les décisions guerrières de Vladimir Poutine, bien au contraire. Avec son autorisation, nous reproduisons ci-dessous la déclaration de Vitali Ziusko, éditeur et fondateur de la maison d’édition de livres jeunesse russe KompasGuide.

05/03/2022, 08:30

ActuaLitté

Ukraine : les bibliothécaires français s'engagent à diffuser “une information vérifiée”

UkraineUnderAttack — Dans le conflit ouvert par la Russie contre l'Ukraine, au coeur de l'Europe, le sentiment d'impuissance est parfois grand. Il est pourtant possible d'aider le peuple ukrainien agressé : l'Association des bibliothécaires de France appelle ainsi la profession à se mobiliser pour diffuser « une information vérifiée » sur le conflit. Nous reproduisons ci-dessous en intégralité le communiqué de l'ABF. 

01/03/2022, 15:43

ActuaLitté

Les auteurs de Suisse solidaires “de la toute jeune démocratie ukrainienne”

UkraineUnderAttack – Les combats se poursuivent en Ukraine, alors que l’armée russe intensifie son action. Un important convoi de véhicules militaires a été observé ce 1er février, non loin de la capitale Kyiv. Malgré les premiers pourparlers, le conflit ne semble pas s’apaiser. Les condamnations et sanctions se multiplient contre la Russie, sans pour autant tempérer la volonté de Moscou.

01/03/2022, 08:56

ActuaLitté

“Décoloniale, écologique, féministe, libre, sociale et solidaire” : une bibliodiversité à défendre

Des éditeurs et éditrices du monde entier se sont réunis à Pampelune-Iruñea, en novembre dernier, pour les Assises internationales de l’édition indépendante, organisées par EDITARGI (Association des éditeurs indépendants de Navarre) et l’Alliance internationale des éditeurs indépendants. L'événement a aussi été l'occasion d'adopter la Déclaration de Pampelune, qui rappelle les engagements pour « une édition indépendante décoloniale, écologique, féministe, libre, sociale et solidaire ». Nous reproduisons ci-dessous cette déclaration.

25/02/2022, 15:33

ActuaLitté

Festival littéraire annulé, auteurs à moitié payés ?

« Pas de garanties pour une rémunération des auteurs et autrices jeunesse à 100 % en cas d’annulation des salons. » Dans un courrier adressé à ses membres, la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse revient sur une problématique que l'on pensait réglée : celle du maintien du paiement des auteurs invités pour une manifestation, même en cas d'annulation. Leur communication est ici reproduite dans son intégralité.

24/02/2022, 10:45

ActuaLitté

#StopBolloré : “La tradition démocratique est aujourd’hui menacée”

Ils sont issus des milieux d’avocats et juristes et se présentent comme des lanceurs d’alerte. On y retrouve également des figures. Le collectif StopBolloré pointe du doigt les dérives de la concentration, désignant spécifiquement le patron du groupe Vivendi, mais déployant une vigilance plus large. Ce 16 février, ils tiennent une conférence pour dénoncer toutes les dérives qu'engendre ce regroupement des pouvoirs dans les mains de quelques-uns.

16/02/2022, 00:21

ActuaLitté

En Algérie, une multiplication des “mesures attentatoires à l’État de droit”

En Algérie, le mouvement populaire désigné sous le nom de « Hirak » (« mouvement »), réclamait en 2019 le départ d'Abdelaziz Bouteflika, resté 19 ans à la tête de l'État. Après le départ de ce dernier, les citoyens avaient dénoncé la mainmise de l'armée et des anciens responsables, qui prolongeaient finalement le régime contesté. Le contexte sanitaire a permis aux autorités de sévir, en visant directement les manifestants et opposants. Le Pen Club français, dans un texte reproduit ci-dessous, appelle à la libération des opposants et prisonniers politiques.

15/02/2022, 09:55

ActuaLitté

L'édition indépendante appelle “à lutter pour la défense de la bibliodiversité”

L'association L'Autre livre multiplie les interventions depuis quelques semaines : réunissant des structures d'édition indépendantes, loin des salons parisiens, elle avait déjà annoncé sa volonté de cannibaliser le Festival du Livre de Paris. Un geste empli de panache, dans la veine de Cyrano de Bergerac. Mais désormais, l'organisation appuie ses positions concernant la fusion Edithachette.

14/02/2022, 09:16

ActuaLitté

Bibliothèques : la suspension du passe nécessaire à “la reconquête de nos publics”

Quelques heures après l'annonce de la fin de l'obligation de port du masque dans les bibliothèques, dès le 28 février prochain, l'interprofession appelle les pouvoirs publics à « programmer rapidement » la suspension des contrôles des passes sanitaire et vaccinal, « afin de pouvoir enfin travailler à la reconquête de nos publics ». Nous reproduisons ci-dessous le communiqué de l'interprofession.

12/02/2022, 07:02

ActuaLitté

Présidentielle : des autrices et auteurs de BD s'adressent aux candidats et candidates

#Presidentielle2022 — Déplorant un faible intérêt témoigné pour les questions culturelles par les candidats et candidates, à quelques semaines des deux tours de l'élection présidentielle, le collectif AAA (Autrices Auteurs en Action) a rédigé une lettre ouverte à leur intention. Nous la reproduisons ci-dessous, en intégralité.

07/02/2022, 16:01

ActuaLitté

La lecture comme facteur d'inclusion sociale : le manifeste de l'Alliance pour la lecture

Suivant l'annonce du gouvernement, qui a fait de la lecture une Grande cause nationale pour l'année 2021-2022, 70 associations, organismes et fédérations se sont coordonnés pour obtenir, ensemble, le Label Grande cause nationale attribué par le Premier ministre. L'objectif ? Rendre encore plus efficace le plaidoyer pour la lecture. Nous reproduisons ci-dessous le manifeste de cette Alliance pour la lecture.

01/02/2022, 11:35

ActuaLitté

La stratégie Audible auprès des éditeurs : “Aidez-nous à éliminer la concurrence”

Depuis quelques années maintenant, la filiale Audiolivre d’Amazon a posé le pied en France, les achats de droits d’adaptation fleurissent. Audible travaille activement à développer ce marché, de même que Kindle tentait de structurer celui de l’ebook voilà quelques années. Volonté hégémonique reproduite, en changeant de support, les mêmes causes provoqueraient les mêmes effets… 

31/01/2022, 11:55

ActuaLitté

Bibliothèques : les mesures sanitaires risquent “de rompre durablement un lien social”

Depuis le mois d'août 2021, les bibliothèques et médiathèques territoriales, en France, doivent se plier à des impératifs de contrôle, tant pour les usagers que pour les agents, du passe sanitaire et, à présent, du passe vaccinal. Ces restrictions d'accès à la lecture publique ne sont pas sans conséquences, préviennent les élus de la Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC). Nous reproduisons ci-dessous leur communication, en intégralité.

28/01/2022, 12:12

ActuaLitté

Censure, gratuité, formation : les bibliothèques désormais protégées par la loi

Promulguée avec une étonnante rapidité, la loi Bibliothèques, aussi dite Robert, du nom de la sénatrice Sylvie Robert qui l’a portée, fut une avancée que la profession a savourée. Pour autant, nuance l’interprofession, plusieurs points nécessitent d’être éclaircis. Et de se dire prête à prendre part aux échanges qu’ils impliqueront.

26/01/2022, 15:03

ActuaLitté

Festival du livre de Paris : en 2022, ce sera sans les Régions

FLP2022 – On savait qu’autour du Festival du livre de Paris, il y avait de l’eau dans le gaz entre les organisateurs et les éditeurs indépendants. Empêchés, pour des raisons tarifaires, de prendre part à l’événement, ces derniers déploraient « un coup sévère porté à l’édition indépendante ». Dans un courrier commun, porté par la Fédération interrégionale du livre et de la lecture, ils annoncent la couleur : Paris se fera sans les régions.

20/01/2022, 17:43

ActuaLitté

Plus de 600 acteurs de la culture dénoncent la politique sanitaire, “outil puissant de division”

Corinne Masiero, Alain Damasio, Edmond Baudoin, Dominique A, Alexandre Jardin... L’appel à sortir du silence lancé par des bibliothécaires le 14 janvier dernier, et que nous avions relayé, semble avoir été entendu. Plus de 600 artistes, professionnels et professionnelles du secteur culturel (dont nombre d’acteurs du livre) s’associent pour dénoncer une politique sanitaire « dangereuse » et stigmatisante.

18/01/2022, 12:39

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Paroles d'autrices : créer des archives, pour la mémoire des autrices de BD

Pouvez-vous citer, en moins de quelques secondes, trois créatrices et autrices de bande dessinée ? À moins que cela ne soit votre sujet de prédilection, l'exercice n'est pas si simple. En cause : le manque flagrant de sources et d'archives relatives à ces femmes créatrices. Pour y remédier, le collectif Les Bréchoises a rassemblé, dans une exposition, des dizaines d'heures d'entretiens et de recherches universitaires, pour que l'histoire des femmes dans la bande dessinée ne soit pas ignorée, démentie ou occultée. 

25/05/2022, 16:30

ActuaLitté

Pierre Mérot : "Ce livre est tout entier tourné vers la passion"

Journaliste, éditeur, puis enseignant, Pierre Mérot construit, depuis 1987, une œuvre exigeante, singulière. Proche du premier Houellebecq, l’homme accède à une certaine célébrité grâce à Mammifères, roman d’inspiration autobiographique, autofictionnelle, succès commercial paru en 2003. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

23/05/2022, 10:57

ActuaLitté

Vaccin anti-Covid : les effets boomerang

Ndlr : Ce texte est proposé en tant que témoignage émanant d’un auteur, faisant état de ce qu’il considère comme l’incidence de la vaccination sur son état de santé. Il atteste autant d’une douleur que d’un drame personnel, dont on comprend qu’ils soient vécus avec crainte et appréhension. S’il devient nécessaire de rappeler que la peur entraîne des réactions parfois irrationnelles, elle peut aussi engendrer une colère qui n’en est pas moins compréhensible. Si le propos semble excessif, c’est qu’il reflète plus la détresse d’une personne que sa volonté d’apporter de la confusion dans un débat où la prudence doit demeurer la ligne de conduite. Proposées dans nos colonnes pour garantir une diversité de l'expression, les humeurs et tribunes publiées n'engagent pas la rédaction, pas plus qu'elles n'expriment l'avis de ses membres.

22/05/2022, 15:59

ActuaLitté

“Durant le confinement, certains sont tombés dans Netflix. Moi, la bioéthique”

Comediedulivre2022 – Au terme de trois mois d’une résidence à Lattes (au sud de Montpellier), Annie Ferret a le sentiment de quitter « ma maison adoptive ». Entrée ce 6 mars, dans l’enceinte du Musée Lattara, elle aura traversé cette expérience avec une passion communicative. « Je suis sortie de mes sellettes, le temps s’est suspendu pour moi, avec une magie dont je ne reviens encore pas », nous raconte-t-elle. Car, quand elle n’écrit pas, Annie Ferret pose. Littéralement, et dans tous les sens. Parfois, en tous cas.

22/05/2022, 15:45

ActuaLitté

6 pieds sous terre : Rions beaucoup, et continuons de creuser

Comediedulivre2022 — Passer à Montpellier sans se rendre à l’atelier En traits libres (pun intented...) relèverait de l’affront. Depuis six ans, les éditions 6 pieds sous terre y ont installé leurs bureaux — profitant d’une salle d’exposition, d’un lieu de rencontres. Convergences, camaraderie, et apéros. Donc brainstorming permanent. Rencontre avec Miquel Clemente, directeur de la maison.

21/05/2022, 16:10

ActuaLitté

Joyce, anniversaires, expo virtuelles : le Centre Culturel Irlandais dans tous ses états  

Riche saison 2022 pour le Centre Culturel Irlandais (CCI) : installé dans l’ancien Collège des Irlandais au coeur du Quartier Latin, l'organisme célèbre cette année le centenaire de la publication du plus célèbre des romans irlandais du XXe siècle, Ulysse (Trad. Jacques Aubert) de James Joyce, l’indépendance de l’Irlande, et surtout les 20 ans de ce centre dédié à la culture du pays d’Edna O’Brien. A cette occasion, l’institution inaugure cette semaine un module d’expositions virtuelles : 8 propositions inédites pour permettre de découvrir les collections patrimoniales du centre, entre imprimés datant du XVe au XIXe siècle, manuscrits ou encore archives historiques. 

20/05/2022, 13:08

ActuaLitté

“La Comédie du Livre – Dix jours en mai continue d'écrire son histoire”

Imaginée au milieu des années 80 par des libraires qui rêvaient de rencontres au grand air, la Comédie du Livre à Montpellier a connu, au cours des 37 dernières années, de nombreuses métamorphoses. Attentive à l’évolution des pratiques, à celle des attentes du public, des autrices et auteurs, des libraires, des éditeurs, la manifestation a su se réinventer régulièrement, étoffer sa programmation, accueillir des écrivains venus du monde entier. Par Régis Penalva Directeur littéraire et artistique.

19/05/2022, 11:27

ActuaLitté

L'incroyable histoire du vin, le jeu : grains de raisin et vendanges s'emmêlent 

Le jeu de société, un temps oublié, revient sur le devant de la scène : soirées, bars à jeux et parties en tout genre font de cette activité un passe-temps de plus en plus plébiscité. Les Arènes surfent sur la vague avec ludicité et pédagogie : un nouveau jeu de plateau, L'incroyable Histoire du Vin, nous apprendra l'histoire du vin... en s'amusant. Pas même besoin de modération. De quoi profiter d'une partie, sans se refuser un verre ou deux.

19/05/2022, 08:01

ActuaLitté

Valoriser la présence web pour ne pas “occulter le savoir-faire de l'éditeur”

Voilà bien longtemps, dans une galaxie bien éloignée de l’internet que nous pratiquons aujourd’hui, surgissait un site : Le Domaine de Gorn. Cet espace, fut développé par un passionné autour de la bande dessinée éponyme de Tiburce Oger, parue en 1992. Matthieu Moreau, comme d’autres à cette époque, constatait le peu d’engouement des éditeurs pour la Toile. Alors, avec une approche communautaire, le voici parti en vadrouille.

18/05/2022, 10:05

ActuaLitté

Belgheis Jafari-Alavi : “Dans la culture persane, la poésie fait partie du quotidien”

ENTRETIEN – Belgheis Jafari-Alavi, enseignante-chercheuse, officie à l'INALCO, l'Institut national des Langues et Civilisations orientales, où elle enseigne la langue persane. Durant son cursus de recherche, elle a étudié la culture orale persane, et en particulier de l'Afghanistan, pour en détailler certains thèmes récurrents, notamment celui de l'exil.

17/05/2022, 11:00

ActuaLitté

Ce cafard qui surgit à la fin d'un livre, ou le mal de lire

La lecture, remède contre le stress, plus personne ne le nie. D’autant que la science l'affirme : les bienfaits de cette activité sur le cerveau font l’objet d’études multipliées — l’imagerie cérébrale aidant les chercheurs dans leur démarche. Qu’une œuvre suscite également des émotions, les plus diverses, se comprend par certains mécanismes. Mais pourquoi, une fois l’ouvrage achevé, garde-t-on en soi une certaine mélancolie ?

17/05/2022, 09:15

ActuaLitté

Écrivains : de joyeux lurons aux espoirs aussi hauts qu’un gratte-ciel

Le Graal dans l’édition, c’est d’être publié dans une maison d’édition respectable ni à compte d’auteur, encore moins sur Amazon. Certes, ils sont légions à voir leur manuscrit refusé, et par paresse souvent, ou par urgence, se précipitent tels les figurants de la littérature. Ils ne risquent pas pour la plupart d’en devenir les acteurs. Il faut choisir. Quant au Graal, on finit par l’oublier, on veut tout, le beurre, l’argent du beurre, la fermière et sa ferme. Par Gilles Paris.

16/05/2022, 13:04

ActuaLitté

Crise du papier : “On est pris en otage par ces hausses de prix" 

#PenuriePapier - En marge du Prix Maison de la Presse, remis ce mardi 10 mai au siège de la SGDL, crise du papier et difficultés dans l'édition sont sur toutes les lèvres. Sophie de Baere, lauréate, et Constance Trapenard, son éditrice, se réjouissent des retombées de la récompense sur l'avenir des Ailes Collées. Toutefois, Arnaud Ayrolles, président fondateur du groupe NAP, estime que l'augmentation du coût des matières premières reste une vraie préoccupation. 

12/05/2022, 15:45

ActuaLitté

Nathalie Bauer : l'expérience d'un italien atypique et international

ENTRETIEN – Elle vient de traduire le roman de Fabio Bacà pour les éditions Gallimard, Une chance insolente : Nathalie Bauer entretient avec l’italien une relation nécessairement passionnée, pour avoir fait métier de donner voix aux auteurs et autrices du Bel Paese. Et les projets ne manquent pas en cette année 2022.

12/05/2022, 10:19

ActuaLitté

Webtoon : piccoma, “l'ambition de faire lire un petit peu tous les jours”

Depuis maintenant un mois et demi, la plateforme de webtoons piccoma Europe est disponible pour les utilisateurs français. Hyung-Rae Kim, président de la filiale européenne d'une des principales applications manga du monde, a accepté de répondre à quelques questions. Une façon de faire le point alors que l’application iOS est disponible – et bientôt, une solution directement accessible sur navigateur.

12/05/2022, 10:06

ActuaLitté

Eszter T. Molnar : “La langue est une partie importante de la personnalité”  

FLP2022 - Parmi les stands d’éditeurs, comme à chaque édition, le salon de Paris, devenu festival, offre une tribune aux littératures nationales. À côté d’un pavillon grec et ukrainien, s’est installé le stand hongrois. Entre agrégation de maisons et uniformité, sous la bannière de la langue de Sandor Marai. L’occasion pour l’écrivaine Eszter T. Molnar de nous présenter son premier roman traduit en français chez Actes Sud, Teréz, ou la mémoire du corps, mais également d’évoquer la littérature hongroise contemporaine avec Zoltán Jeney, qui a monté l’emplacement.

11/05/2022, 15:47

ActuaLitté

“Il est possible de proposer de nouvelles expériences littéraires”

Les genres de l’imaginaire se prêtent extrêmement bien au transmédia. Voilà longtemps que le Japon l’a compris – un peu moins longtemps que manga et anime sont acceptés comme d’authentiques véhicules culturels en France. Voilà longtemps, aussi, que les pays anglo-saxons nous abreuvent de films, de jeux vidéo, de romans tirés de licences, quand ce n’est pas l’inverse. Par l’équipe Pangar Studio.

10/05/2022, 17:46

ActuaLitté

“Le renouvellement des générations joue en faveur de l'Imaginaire”, Lloyd Chéry

ENTRETIEN – En quelques années, il s’est imposé comme le journaliste incontournable dans le domaine de l’Imaginaire. Depuis ses premières armes de lecteur, à son passage en bibliothèque, Lloyd Chéry en a fait une signature. Créateur du podcast C’est plus que de la SF, il récidivera prochainement avec une nouvelle émission : C’est plus que de la Fantasy. Car tout cela, c'est plus que de la passion...

09/05/2022, 11:24

ActuaLitté

Médiateur du livre : “Ce qui compte, c’est la clarté du cadre juridique”

Le Médiateur du livre, autorité indépendante chargée de traiter les litiges concernant le prix unique du livre entre les acteurs du secteur, a récemment fait le bilan d'une année 2021 bien chargée, et des prochains mois de 2022 qui s'annoncent tout aussi studieux. Le Médiateur et ses services comptent d'ailleurs communiquer plus souvent et largement sur leurs actions : Jean-Philippe Mochon, titulaire du poste, a répondu à nos questions.

02/05/2022, 09:55

ActuaLitté

L'art délicat de la désinformation, cette “arme de guerre”

UkraineUnderAttack – La désinformation, comme arme de destruction massive : cette idée revient en force avec le conflit en Ukraine. Une forme de guerre moins coûteuse, qu’expose depuis une dizaine d’années le chef d’État major des forces russes, le général Valeri Gerasimov. Mais en remontant le fil de l’histoire même du terme, on retrouve un écrivain d’origine russe, qui en avait fait un thème majeur de ses romans : Vladimir Volkoff.

27/04/2022, 16:49

ActuaLitté

Michaela Pavlátová : “En Afghanistan, l’intimité est très importante”

ENTRETIEN - Adaptation du roman Freshta de Petra Procházkova, le film d'animation My Sunny Maad sera diffusé dans les salles de cinéma sous le titre Ma Famille Afghane dès ce mercredi 27 avril. Herra, jeune femme d’origine tchèque, quitte tout pour épouser Nazir, désireux de retourner en Afghanistan. Le film, qui suit le regard d'une femme européenne dans un pays aux traditions diamétralement opposées, est notamment nommé aux Golden Globes. Sa réalisatrice, Michaela Pavlátová, nous a accordé un entretien. 

26/04/2022, 16:02

ActuaLitté

“Ainsi disparaît cette sagesse de ne plus avoir de guerre sur le continent européen”

UkraineUnderAttack – Le Pen club français poursuit ses attaques et déclarations contre le régime de Vladimir Poutine. Cette fois, c'est en citant Léon Trotski que l'organisme de défense de la liberté d'expression, accompagne ses réflexions. « Peut-être ne vous intéressez-vous pas à la guerre, mais elle s’intéresse à vous. » Leur texte est ici proposé dans son intégralité.

                                                                                                          

26/04/2022, 08:00

ActuaLitté

Strasbourg Capitale du livre ? “Cette candidature s’est imposée à nous”  

ENTRETIEN - La maire de Strasbourg a profité du premier jour du nouveau Festival de Paris, le 22 avril, pour annoncer la candidature de sa ville au label Capitale du livre de l’UNESCO. À cette occasion, ActuaLitté a pu s’entretenir avec Jeanne Barseghian, afin d'évoquer avec elle les atouts de la ville du Bas-Rhin et tracer les contours du projet porté par la mairie écologiste. Si la préfecture alsacienne est choisie, elle deviendra la première ville française à recevoir ce label. 

25/04/2022, 16:20

ActuaLitté

Le livre d'occasion à l'âge des grandes plateformes

ENTRETIEN - Engagé dans des recherches sur le marché du livre depuis une quinzaine d'années, le sociologue Vincent Chabault dévoile cinq ans d'études sur le livre d'occasion avec Le livre d'occasion. Sociologie d'un commerce en transition. Dans la continuité de son livre précédent, Eloge du magasin : contre l'amazonisation, sorti en 2020 aux éditions Gallimard,  le maître de conférences et chercheur au CNRS s'attelle à décrire un marché en constante évolution depuis une trentaine d'années – et sa nécessaire transition vers le numérique.

22/04/2022, 09:51

ActuaLitté

Pierre Buraglio : “J'ai mis ma maison dans celle de Balzac”

EXPOSITION — La maison de Balzac accueille du 13 avril au 4 septembre prochain l’exposition Buraglio à l’épreuve de Balzac. Sous forme de carte blanche à Pierre Buraglio et à travers une quarantaine d’œuvres préexistantes, mais aussi inédites, le parcours réécrit Balzac sous l’œil de celui qui est surnommé « le peintre sans pinceau ».

20/04/2022, 10:54

ActuaLitté

La résurrection de Gaston Lagaffe “trahit la volonté d’un auteur”

Mi-mars, Dupuis dévoilait le retour du Héros Sans Emploi, Gaston Lagaffe, création d’André Franquin. Le dessinateur québécois Delaf se voyait confier une délicate mission de poursuite de l’œuvre. Mais rapidement, la fille de l’auteur, Isabelle Franquin, a décidé de s’interposer, et d’attaquer en justice, faisant valoir son droit moral dans la procédure.

20/04/2022, 09:47

ActuaLitté

Marine Le Pen, “des pressions inédites et dangereuses” sur la presse

Ce 24 avril interviendra le second et dernier tour de l’élection présidentielle. Face à face, un revival de 2017, avec Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Or, le PEN Club français manifeste dans nos colonnes différentes préoccupations en regard du traitement de la presse. Et du travail de journaliste.

15/04/2022, 11:54

ActuaLitté

“La fatigue d'esprit de Descartes n'a pas grand-chose à voir avec celle de l'ouvrier”

LAM2022 - L'historien Georges Vigarello a construit une bonne partie de ses recherches - et de sa bibliographie - autour du corps, de la manière dont les sociétés et les personnes le considèrent, parce que, selon ses propres termes, « faire l’histoire du corps montre autre chose que le corps ». Son Histoire de la fatigue (Seuil, 2020) dresse ainsi une considération changeante des sociétés à l'égard de cette dernière...

15/04/2022, 11:17

ActuaLitté

Une chevauchée de quelques instants avec Craig Johnson

Du 8 au 10 avril dernier, se tenait, comme d’habitude hors les périodes d’aléas sanitaires, entre l’Église Sainte Croix et le Conservatoire National de Musique à Bordeaux, une belle manifestation mettant à l’honneur le livre et nombre de tous ceux qui sont les acteurs de son rayonnement local : L’Escale du Livre. 

15/04/2022, 09:58

ActuaLitté

Champollion ou la renaissance des Pharaons  

Environ 1500 ans : c’est le nombre d'années qui séparent la dernière inscription hiéroglyphique connue, et le déchiffrage de cette écriture énigmatique par Champollion. Après plus d’un millénaire de silence, la langue figurative avait été reléguée au rang de symboles hermétiques – porte vers des secrets ensevelis. Du 12 avril au 24 juillet, la BnF propose une exposition en forme d'initiation ludique et savante à la « méthode Champollion ». L’occasion de redonner corps à une des civilisations les plus fascinantes que la terre ait jamais portées. Une exposition qu’a pu visiter ActuaLitté en avant-première. 

13/04/2022, 15:30

ActuaLitté

“Tout le tragique du XXe siècle se lit sur le visage” de Milan Kundera

LAM2022 — Connue pour ses enquêtes publiées par le journal Le Monde, consacrées à des figures littéraires ou non, Ariane Chemin s'est arrêtée au festival Le Livre à Metz pour évoquer le livre dans lequel elle tente d'approcher Milan Kundera - sans jamais le rencontrer. Disparu volontaire depuis près de 40 ans, l'écrivain tchèque vivant à Paris incarne pour elle « l'histoire tragique du XXe siècle ».

11/04/2022, 11:09

ActuaLitté

“On ne trouve jamais sa place tout seul” (Claire Marin)

LAM2022 — « Même pas peur ! » proclamait fièrement le festival Le Livre à Metz. Inventer sa propre vie peut faire partie des défis que nous lancent la société, les proches et le regard porté de l'extérieur. La philosophe Claire Marin, après avoir étudié les ruptures, s'intéresse à cette définition de soi dans Être à sa place: Habiter sa vie, habiter son corps, publié aux éditions de l'Observatoire.

10/04/2022, 19:33

ActuaLitté

“Le féminisme est devenu très mainstream, ce qui peut être un problème”

LAM2022 - Invitée du festival Le Livre à Metz, l'autrice allemande Julia Korbik sortait d'une résidence à la Maison Robert Schuman, à Scy-Chazelles, non loin de Metz. Elle a pu travailler avec des habitants de la commune et des alentours, mais aussi parfaire sa maitrise du français en l'écrivant, ou encore poursuivre des travaux sur Unica Zürn. Rencontre avec l'autrice qui a remis en avant Simone de Beauvoir avec Oh, Simone ! (traduit par Julie Tirard, La Ville Brûle).

10/04/2022, 19:28

ActuaLitté

“L'Odyssée est un roman d’aventures, mais aussi un texte très contemplatif”

LAM2022 – Mariette Navarro est la lauréate du prix littéraire Frontières – Léonora Miano 2022. Pourtant, son roman se déroule sur les mers, dans un cargo où les marins s'agitent : les vagues, les embruns, les étoiles, c'est pour les poètes. Eux traversent l'Atlantique dans un voyage extrêmement structuré. Jusqu'à un événement... inapproprié dans la vie de ces hommes et leur commandante.

 

09/04/2022, 15:26

ActuaLitté

France et Italie, sœurs jumelles de l’édition

En prévision du Festival Italissimo, qui se déroule du 6 au 10 avril à Paris, une table ronde a eu lieu le 4 avril 2022 à l’Institut italien de Culture à Paris – L’édition en France et en Italie : problématiques, transformations et traductions. Diego Marani, l’actuel directeur a rappelé les paroles d'Umberto Eco, « la traduction est la langue de l’Europe ». « Le rêve », souligne encore Marani, est celui d’un « monde bilingue avec une distribution commune. »

06/04/2022, 17:02

ActuaLitté

Exploding Kittens : si tu aimes les chatons, ils ne te le rendront pas...

JEU D'APÉRO – De par son succès lors d’une campagne de financement participatif – 8,7 millions $… – et avec plus de 10 millions d’exemplaires écoulés, Exploding Kittens DEVAIT figurer parmi les jeux que la rédaction expérimente. Nous avons traîné, depuis juillet 2015, et arrivant amplement après la bataille, nous n’aurons rien de plus à ajouter – tout a déjà été dit. Fort bien, et tant pis : on a tout de même envie de vous en parler !

04/04/2022, 09:22