#Economie

“Éditeur, un vrai métier ?”

Les éditeurs sont de plus en plus nombreux à déclarer benoîtement qu'auteur « n’est pas un métier ». Qu'il est inutile de légiférer. Récemment, le président de la SGDL, Mathieu Simonet, encourageait les auteurs à devenir médiateurs culturels plutôt que de vouloir être payés pour leurs oeuvres. Les éditeurs sont pourtant les premiers à se placer dans le cadre de l’industrie culturelle, à en réclamer les avantages, à trouver naturel que chaque acteur du livre, de l’imprimeur au libraire, soit un professionnel... à l’exception de l’auteur. Mais d’où vient cette assurance selon laquelle eux-mêmes méritent de vivre de leur travail quand les auteurs ne le pourraient pas ?

Le 05/02/2020 à 10:57 par Auteur invité

69 Réactions |

Publié le :

05/02/2020 à 10:57

Auteur invité

69

Commentaires

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté
par Christophe Arleston et Audrey Alwett

Arleston © Etienne Clotis / Audrey Alwett © 

Alors que la confiance est indispensable pour concevoir ensemble de beaux livres et les porter vers le succès, la négation du métier d’auteur sape de plus en plus la relation auteur-éditeur et biaise leurs rapports. Pire, les déclarations de quelques dirigeants répandent dans l'esprit de trop d'éditeurs salariés l'idée que les auteurs sont des denrées méprisables. « Nous prenons tous les risques ! » nous disent régulièrement des salariés qui touchent des revenus pérennes et décents, qu'ils publient des succès ou de retentissants échecs.

Il en résulte des comportements qui ne sont plus supportables, et qui nous amènent à nous poser les questions suivantes : qu'est-ce que le professionnalisme ? Est-il normal que les éditeurs remettent toujours en question celui des auteurs, mais jamais le leur ?

C'est alors que nous reviennent en mémoire quelques exemples. Tous authentiques, tous advenus dans de grandes maisons d'édition francophones...

Et éditeur, c’est un métier ?

Cet éditeur presse les auteurs, les fait travailler jour, nuit et week-end pour rendre un projet dans de très courts délais. Quand les auteurs envoient les fichiers définitifs, ils reçoivent un mail-retour automatique : l'éditeur est parti en vacances pour trois semaines et reprendra tout cela à son retour. Cela est-il professionnel ?

Cette éditrice promet tout ce qu'elle veut à une autrice qui n'a aucune difficulté à être publiée, mais qui cherche avant tout une collaboratrice solide avec qui faire de beaux livres. Cette éditrice confie le projet à une assistante incompétente qui fait un travail lamentable. Cette éditrice ne donnera plus jamais de nouvelles malgré ses engagements premiers. Cela est-il professionnel ?

Cet éditeur est ivre à toutes les soirées et tous les festivals de BD et ne perd jamais une occasion de dénigrer les auteurs absents. Cet éditeur se moque ouvertement des jeunes auteurs venus lui présenter un dossier (il les reçoit parfois un joint à la main). Cela est-il professionnel ?

Cet éditeur exige un travail documenté, précis et pointu pour un travail de commande. Les scénaristes reçoivent le livre imprimé quelques mois après. Il est truffé d'erreurs, de bulles manquantes, de fautes d'orthographe. Pire : le dessinateur a parfois mal compris et il y a plusieurs contresens. L'éditeur avait refusé de faire contrôler les fichiers aux scénaristes. Hélas, il semble qu'il ne l'ait pas fait non plus. Cela est-il professionnel ?

Cet autre éditeur envoie lui aussi un album de bandes dessinées à l’imprimerie en prétendant l’avoir contrôlé et sans avoir permis aux auteurs de voir le lettrage réalisé par ses « opérateurs » : résultat, 57 erreurs, textes manquants ou déplacés, voire répétés, queues de bulles allant vers les mauvais personnages, bulles vides... Cela est-il professionnel ?

Cette éditrice passe une commande. Elle se montre très exigeante tout en donnant des directions contradictoires. Finalement le travail est achevé. La même éditrice ne donne plus de nouvelles malgré des relances répétées. Les auteurs ne seront pas payés. Cela est-il professionnel ?

Cette éditrice demande un énorme travail de recherche à des scénaristes pour un ambitieux projet historique. Il faut rassembler toute la coûteuse documentation et rédiger un long synopsis en une semaine, pas plus. Les scénaristes y travaillent jour et nuit. Finalement, plus de nouvelles. L'éditrice relancera mollement le projet presque un an plus tard. Cela est-il professionnel ?

Cette éditrice va chercher une autrice experte sur un sujet particulier. Elle se montre enthousiaste devant les textes remis. Quand l'autrice reçoit le bon à tirer, elle saute au plafond. Dans la plus totale illégalité et avec la bénédiction de l'éditrice, la stagiaire a tout réécrit. L'autrice devra péniblement en expurger les anachronismes, légions d'adjectifs et d'adverbes lourdingues, phrases sans queue ni tête, anacoluthes qui n'étaient pas dans la version initiale. Cela est-il professionnel ?

Cet important éditeur retient parfois les droits SOFIA de ses auteurs sur leurs avances. Quand les auteurs exigent leur versement, la comptabilité leur explique, contre la loi, que cette retenue est normale. Les auteurs doivent alors faire intervenir la SOFIA pour régulariser la situation. Cela est-il professionnel ?

Cet éditeur prétend haut et fort que les auteurs sont des illettrés. Il tient son discours face à une autrice qu'il prend de haut, lui explique que ni elle ni aucun auteur ne devraient avoir le droit d'écrire puisqu'ils n'ont pour la plupart pas lu l'Odyssée. Il s'avèrera que lui-même n'a lu qu'une version abrégée pour enfants, quand l'autrice a étudié le texte en grec ancien pendant un semestre entier. Cela est-il professionnel ?

Cette autrice se marie. Elle prévient un an à l'avance qu'elle sera absente durant cinq jours pour son voyage de noces. Les fichiers sont rendus très en amont. Finalement, le département de fabrication n'a le temps de s'en occuper qu'à la date fatidique. Il exige des corrections urgentes pendant le voyage. L'autrice en sacrifie trois jours sur cinq. Le département de fabrication ne prendra la peine de reporter les corrections qu'un mois après le retour de l'autrice. Cela est-il professionnel ?

Un mépris systémique

Ces personnes au comportement plus qu'amateur ont pourtant toutes été rémunérées, grâce au travail des auteurs, comme des professionnels.
Nous allons nous arrêter là. Parmi tous les exemples que nous venons d'énumérer, ce qui ressort n'est pas uniquement l'incompétence ou le manque de sérieux de quelques salariés. Le véritable point commun de toutes ces situations, c'est un mépris des auteurs. Un mépris de ceux dont le travail permet de payer les salaires et de faire vivre toute une maison d’édition.
Ce mépris est devenu systémique.
Il est insupportable.
Il doit cesser.

Nous ne pouvons plus tolérer que se banalisent les propos selon lesquels les auteurs ne sont que des amateurs. Nous avons pour beaucoup atteint un niveau d'expertise hors du commun. Nous travaillons de cinquante à soixante-dix heures par semaine, au point que nos dos finissent brisés par de trop longues heures passées assises. Nombreux sont les dessinateurs qui doivent s'arrêter six mois, un an, pour des tendinites extrêmement graves. Nous ne prenons jamais de vraies vacances ou si peu, tout juste partons-nous travailler au vert. Si nous ne sommes pas des professionnels, alors quoi d'autre ?

Évidemment, nous ne prétendons pas qu'il n'y ait jamais aucun comportement regrettable du côté des auteurs, et nous ne voulons pas non plus stigmatiser les éditeurs dans leur ensemble. Il en existe qui travaillent merveilleusement et sont de véritables alliés, qui ont compris que c’est en respectant les auteurs qu’on obtient les plus grands succès. Ils se reconnaîtront, nous leur manifestons notre reconnaissance, notre respect et nos remerciements sincères. Avec ceux-là, nous nous sentons en confiance et donnons le meilleur de nous-mêmes. Ils sont d'ailleurs la raison pour laquelle, de notre côté, nous n'aurions jamais l'arrogance de stigmatiser leur profession dans son entièreté, en la taxant d’amateurisme.

Que ces éditeurs-là soient remerciés du respect avec lequel ils nous traitent. Toutefois, nous aimerions qu'ils soient conscients des difficultés que nous rencontrons et qu'ils ne permettent plus que de tels propos contre les auteurs se répandent dans leurs rangs. Ce n'est dans l'intérêt de personne. Nous ne sommes pas deux camps qui s'affrontent. Nous voulons être des alliés qui regardent ensemble dans la même direction.

69 Commentaires

 

Luc Orient

05/02/2020 à 12:01

n'importe qui peut être éditeur, et ce n'est pas indispensable, ce n'est rien d'autre que de l'intendance et de la logistique. 90 % livres n'ont aucune promotion, le maquettage et le scannage de planche les artistes peuvent le faire en mieux avec la technologie d'aujourd'hui, et divers circuit de diffusion et financement existent. Ce microcosme incarne simplement la perversité du monde néolibéral; ils ne savent qu'exploiter la richesse des autres, et c'est pour ça qu'ils sont si agressifs ; parce qu'ils sont inadaptés à un monde pluriel et qu'ils ne supportent pas de voir leur monde disparaître, alors qu'ils sont parfaitement inutiles

Florent Maudoux

05/02/2020 à 14:36

C'est vraiment dommage qu'un billet bien écrit et exposant la situation avec nuance soit suivi d'un commentaire aussi basique recraché d'une rhétorique usée jusqu'au trognon.

Djilali KADID

06/02/2020 à 00:31

Entierement d'accord avec vous! Comment peut on autant mépriser son partenaire vital, celui sans qui on n'existerait pas ? Cest très drôle! Et pendant ce temps on vit sur son dos corvéable à merci!!!!

joe boudienny

12/12/2020 à 00:34

Le métier d'éditeur, au sens d'éditer, ne va évidemment pas disparaître. C'est bien son modèle économique actuel qui est menacé

joe boudienny

12/12/2020 à 17:00

Le métier d'éditeur, au sens d'éditer, ne va évidemment pas disparaître. C'est bien son modèle économique actuel qui est menacé

Esperluette

07/02/2020 à 14:21

Entièrement d'accord avec vous. Le problème, il me semble, ne vient ni des auteurs ni des éditeurs. Certes, il y a de mauvais éditeurs, dont on peut légitimement se demander ce qu'ils font des textes qui leur sont confiés. Mais il y a aussi de mauvais auteurs, dont on peut tout aussi légitimement se demander pourquoi ils sont publiés (bientôt plus d'auteurs que de lecteurs, le monde à l'envers). Le problème, c'est la surproduction dont pâtit tout le monde, dans ce qu'il est encore convenu d'appeler la chaîne éditoriale. Auteurs négligés, rémunérés au lance-pierre ; éditeurs qui ne peuvent plus exercer leur métier (non, il ne s'agit pas que d'intendance !), parce qu'ils n'ont tout simplement plus le temps de se pencher sur les textes : comment le faire quand on produit à tire-larigot dans des délais indécents ? J'insiste, car c'est pour moi une évidence : la faute à la surproduction, dont sont responsables les directeurs éditoriaux avec leur modèle économique inadapté au livre, à moins d'en faire un produit de consommation à bas coût comme les autres. L'erreur, c'est de se tourner vers Amazon, adepte de ce modèle : publions, publions, oublions tout travail éditorial, tout souci de qualité, puisque tout se vaut pour les consommateurs que sont devenus les lecteurs. Il faudrait rebrousser chemin : moins de livres, plus de temps, de la qualité, chacun rémunéré de façon juste. Ça n'en prend vraiment pas le chemin et c'est tragique.

Ubik

10/12/2020 à 05:52

Bonjour,

Quand vous dites que les lecteurs sont devenus des consommateurs, je trouve la formule pertinente. Mais il me semble que vous oubliez de dire que les autres, et la population en général, sont devenus des bourrins. On vit de plus en plus dans un monde qui s'auto abrutit, sciemment, qui bombarde les individus de stimuli, de sensationnel. De plus en plus de contenant, de moins en moins de contenu. Les jeunes, j'en fréquente, ne lisent plus. On vit dans une société de pléthore, qui pratique à foison l'Art de la Confusion. Tout se vaut, tout est partout, accessible en instant. C'est l'obsession de Vendre, Vendre, Vendre toujours plus qui arrive aux limites de sa propre logique, au point de se saborder, je trouve. Bref, la situation me parait pire que ce que vous énoncez. C'est peut-être moi, ma vision des choses... Je ne sais plus. Et c'est bien symptomatique, justement, que je ne sache plus. C'est presque dans l'ordre des choses, vu l'état auquel nous en sommes arrivés. J'avoue que tout ça m'écoeure.

A part ça, j'ai écrit un gros roman qui se situe en Allemagne et en Pologne, entre les années 20 et les années 50, refusé, refusé, refusé. Pourtant, la qualité y est. Un ami libraire m'a expliqué : pléthore, tout simplement. Et puis, trop épais, ne rentre pas dans le format.
C'est assez décourageant, quand on sait que j'ai travaillé dessus pendant huit ans.
Auto édition ?
Se jeter dans les bras d'Amazon ?
Là non plus, je n'ai pas la réponse.

Je sature.

Granger Maxence

05/02/2020 à 12:45

On peut remplacer un éditeur, pas un auteur. Va falloir qu'ils se mettent bien ça dans le crâne !

Lindingre

05/02/2020 à 13:17

:j’aime beaucoup ce texte. Je suis à présent dessinateur de presse après que des cretins de représentants aient décidé de leur propre chef que je ne valais plus rien. Après 25 albums, après aussi une vie de rédacteur en chef et d’éditeur, je tourne le dos à la BD. Je confirme que tout ce qui est écrit au dessus n’est qu’un vague aperçu de la crétinerie qui règne dans les maisons d’edition. J’ai connu des éditeurs illettrés, des attachées de presse à la limite de la débilité et des représentants qui décidaient sans avoir lu de ce qui devait se vendre ou pas. D’ou une idiocratie qui domine dans la BD (notamment).

claire henriet

29/03/2021 à 21:52

J'ai été dans le même cas aujourd'hui, j'ai eu la bêtise de vouloir réaliser mon rêve de publier mon manuscrit mais l'éditeur m'a répondu en m'humiliant et en m'insultant sur le fait qu'il y avait deux fautes d'orthographes dans mon mail, je n'ai jamais dit être parfaite mais je pensais que le corps du manuscrit pouvait atténuer les soucis d'orthographe qui pouvaient être corrigés par les relecteurs. Mais bon... Mon destin est peut-être de ne pas réaliser ce rêve-là. Actuellement j'ai honte et peur d'écrire, mais j'avais besoin d'extérioriser. En tout cas, si je dois publier, ce ne sera jamais avec l'aide d'un de ses requins.

Jean d'Aillon

05/02/2020 à 13:30

Tout ceci est bien vrai. Le mépris de certains éditeurs (heureusement pas tous) est intolérable. La situation de la bande dessinée est particulière car les auteurs ne peuvent encore se substituer aux éditeurs. Mais dans la littérature générale, c'est de plus plus possible avec Amazon, à la fois le pire ennemi et le meilleur ami des auteurs. Pour ma part, je pense que dans dix ou vingt ans, beaucoup d'éditeurs auront disparus. Pas les auteurs.

JB

05/02/2020 à 13:39

Il est important de préciser que tous les éditeurs ne sont pas les mêmes. Certains ont un parfait respect de l'auteur (dont le mien).

Certains des cas ci-dessus son hallucinants. Notamment le coup de la Sofia retenue contre l'avance. Là ça vaudrait le coup de poursuites légales, et de savoir qui c'est.

Tarek (scénarsite)

05/02/2020 à 13:43

Cet article de Christophe Arleston et Audrey Alwett est fort juste. Il résume bien la situation du monde de l'édition BD depuis une vingtaine d'années. J'ajouterai comme exemple du manque de professionnalisme des éditeurs :

1. Mon premier album a été publié chez Vents d'Ouest et l'éditeur de l'époque qui coulé une maison d'édition par la suite avait utilisé la mauvaise illustration de couverture pour l'impression finale. Une excuse du bout des lèvres puis des promesses de retirer le livre de la vente et de le réimprimer avec la bonne couverture... Rien n'a été fait bien sûr !
2. A l'époque où j'étais chez EP édition, l'éditeur passait son temps à pester contre le FIBD car nos albums n'étaient jamais dans la sélection d'Angoulême. Après enquête auprès d'anciens membres du jury, j'ai eu la confirmation que l'éditeur n'avait jamais envoyé nos albums pour la sélection. Quel grand professionnel !
3. Le même triste sire a saboté ses séries qui fonctionnaient le plus en terme de ventes pour se venger des auteurs qui ne souhaient plus travailler avec lui.

Et après ces mêmes messieurs se plaignent des ventes qui ne suivent pas. Ce cas qui pourrait paraitre isolé n'est pourtant pas unique dans notre profession, d'autres collègues ont connu la même chose ailleurs.

4. Un éditeur en Suisse qui préferre se ruiner en frais d'avocat et en pénalités judiciaires plutôt que de donner les véritables chiffres de vente et payer ce qu'il doit aux auteurs.
5. Cet éditeur qui utilise une partie des ventes directes en salon BD pour passer des nuits avec des call-girls. Et ensuite expliquer que les temps sont durs pour la structure et que l'on doit se serrer la ceinture !
6. Cet éditeur qui refuse d'augmenter le prix de la planche de 20 euros mais qui t'invite au restaurant et fait ouvrir des bouteilles de vin à 75 euros, voire plus ! Et en fin de soirée tu comptes une douzaine de bouteilles sur la table.
6. PANAMA PAPERS
...

Et je pourrais en dresser une liste à la Prévert !
Oui les éditeurs (pas tous bien sûr) sont certainement les moins professionnels dans la chaîne du livre et les auteurs (la plupart) avec de nombreux libraires et animateurs de salons BD sont les vériatbles défenseurs de cet art qui est une richesse pour la communauté ! Les dernières sorties du président du SNE est à l'image de ce gouvernement hors sol qui ne comprend plus son pays à force de ne lire que des tableurs et écouter des conseillers qui n'ont qu'un but ; rentablité !

John Espe

06/02/2020 à 10:43

Salut Tarek, A mon sens, ne devrais-tu pas virer l'allusion au call-girls, histoire que notre ami helvète ne te tombe dessus ?

Tarek

06/02/2020 à 18:26

Ce n'est pas lui... l'éditeur en question est Français et vit à Paris.

P.R.

05/02/2020 à 13:45

Le problème, c'est que tant que vous ne citez pas les noms réels, tout ceci ne reste que rumeurs, qui n'inquiètent personne...

Arleston

05/02/2020 à 15:59

Ce ne sont hélas pas des rumeurs mais des exemples concrets de ce qui nous est arrivé personnellement, à Audrey Alwett et moi-même. Et la liste aurait pu être plus longue.

Carye

05/02/2020 à 13:52

Intéressant le commentaire de Luc qui semble sacrément en colère. J'ai vu passer de nombreux manuscrit qui ne seraient pas ceux imprimés sans l'éditeur. Le problème dans ce débat, c'est qu'on ne creuse pas la question selon les domaines. Un auteur en sciences humaines n'a absolument pas les mêmes attentes de professionnalisation que des auteurs jeunesse, littérature...
Il est essentiel de repenser l'ensemble de la place des acteurs... que penser de la diffusion et distribution par exemple ? N'y a-t-il pas aussi de la part de tous les professionnels (auteur compris), une honnêteté intellectuelle à dire qu'il y a trop de livres pour pas assez de lecteur. Tout le monde veut publier alors que si peu achète et lise des livres. beaucoup de questions à se poser. Personnellement, je n'ai pas de réponse car l'économie du livre est extrêmement bancale pour beaucoup d'éditeur

ubik

18/10/2021 à 20:38

Bonjour,

Il est clair que nous nous acheminons vers un monde où il y a pléthore. Ceci à cause d'une confusion essentielle. Je ne sais comment la nommer, mais ça consiste à dire que tout le monde ne sait pas forcément faire, voilà.
Par exemple : on a imaginé les karaokés. Les gens y vont, ça leur fait plaisir, passer la soirée, certes. Mais tout le monde ne sait pas chanter ! Et quand on va là-bas, on entend des gens qui bêlent comme des chèvres malades, parfois non seulement faux, avec voix atroces, mais une mesure en retard. Bref, désastre.
Ensuite, confusion dans les arts plastiques : on a noyé la frontière entre art, et artisanat. Résultat, n'importe quel zozo qui dessine un peu s'imagine qu'il a créé quelque chose. Bientôt, on verra fleurir sur tous les blogs de la planète de la peinture par numéros, des bouteilles en verre avec de la laine au crochet, du patchwork, des dessous de verres en papier collé... Bref, là encore, tout le monde s'imagine qu'il peut produire, et on met tout au même rang. Aussi bien le boulot d'un super peintre que le Donald Duck qu'a crayonné le petit dernier en le recopiant dans un illustré, avec un papier calque. Je grossis le trait, mais on n'en est pas loin.
Idem, pour l'écriture. Que tout le monde ait des souvenirs ou des impressions à raconter, certes. Mais tout le monde ne sait pas écrire, loin s'en faut, très loin. Et j'ai vu passer des textes, c'était hallucinant. Même si on ferme les yeux sur les pléthores de fautes, orthographe, accords, et autres... Mais le truc ne tenait pas debout, c'était impossible de se taper ça plus de deux paragraphes, une vraie torture. De ces textes dont on ne sait pas, au bout d'une page ou deux, seulement, de quoi ça parle. Si si, véridique. Et là encore, effectivement, dans ce domaine, on en arrive à la situation où, tout à l'heure, il y aurait plus d'auteurs que de lecteurs !
Dans tous les domaines à l'heure actuelle, tout le monde s'imagine qu'il peut faire. Eh bien non, ça n'est pas donné à tout le monde, désolé de le dire. Et on voit les effets. N'importe quel clampin qui gratouille un peu la guitare s'imagine qu'il a composé un morceau parce qu'il a flanqué trois accords ensemble. N'importe quelle chèvre malade s'imagine qu'elle est chanteuse. N'importe quel gribouilleur ou amateur de macramé se prend pour un grand créateur. A mon avis, il faut arrêter le délire et si on en est là, c'est parce que des spéculateurs misent sur cet état de fait. Ceux qui vendent du "loisir créatif", ceux qui proposent de l'auto édition ou de l'édition à compte d'auteur, ceux qui filent des cours de musique à un tas de gens, qui, en réalité, sont des brêles finies...

Certes, on doit encourager la création, et je suis à fond pour. Il faut créer les conditions favorables. Mais encourager aveuglément tout et tout le monde, en dépit du bon sens, est finalement contre productif. On en vient à noyer le talent et à submerger le public d'offre, alors que par ailleurs, la demande semble bien décroitre, concurrencée par télé, réseaux sociaux, jeux vidéo et autres distractions. La multiplication à la fois des sollicitations pour qui voudrait lire, et des textes de très mauvaise qualité, tout ça combiné avec un laisser aller général (en tous cas, c'est mon sentiment), bref, je me demande bien comment de bons auteurs pourraient encore s'en sortir, de nos jours. Et même sans chercher à en vivre : quand on voit qu'on propose parfois des textes qui sont refusés, justement, car trop élaborés, trop complexes, trop ambitieux, trop créatifs...

Je livre tout ça tel quel, je ne sais pas ce que ça vaut au fond, juste je m'interroge. Mon sentiment est que, actuellement, on voudrait tout faire pour tuer la culture, on ne s'y prendrait pas autrement.

Docteurjivago

05/02/2020 à 13:58

PAS D'AUTEURS, PAS DE LIVRES...
PAS D'AUTEURS, PAS D'EDITEURS...

Hélène

05/02/2020 à 14:06

J'ai l'impression d'avoir rencontré les deux extrêmes… Un éditeur qui a donné sa chance à mon premier roman, m'a aidée à l'améliorer, et je lui serai toujours reconnaissante pour ses critiques et ses encouragements. A peu près au même moment, j'ai publié une nouvelle (chez une autre maison d'édition !) dont le texte a été dénaturé (fautes d'orthographe de la relectrice, point de vue massacré…) le tout dans des délais expéditifs, une communication qui passe par facebook etc. Morale : bien examiner la maison d'édition avant de signer un contrat; se méfier des amateurs !

pacotine

06/02/2020 à 14:08

Se méfier des amateurs peut être bien plus difficile qu'il n'y parait .
Ma pire expérience en illustration de livres jeunesse , c'était chez un gros éditeur de qui on serait en droit d'attendre un certain professionnalisme .... ce n'était le cas sur AUCUN aspect de mon travail avec eux , de la remise des textes au paiement de mes contrats jusqu'à la qualité déplorable de l'impression en passant par tout le reste qu'il serait trop long de citer ici.
Tout ça pour dire que si je suis bien d'accord avec cette morale , je pense qu'il est bien difficile de l'appliquer dans les faits !

Ismaël

05/02/2020 à 14:50

Ce type de tribune peut poser question... la multiplication d'exemples d'un manque de professionnalisme ou d'incompétences chez des éditeurs pourrait sans difficulté s'effectuer de la même manière de l'autre côté, en multipliant les exemples d'auteurs méprisants, prétentieux ou suffisants, faisant preuve d'un manque de professionnalisme ou d'un comportement lamentable, et se moquant ouvertement de tel ou tel éditeur. Au même titre que d'autres auteurs sont des professionnels aguerris, respectueux du travail de chacun, et font preuve d'une bonne entente, voire d'une complicité réelle, avec leur éditeur. En ce sens, on pourrait renvoyer dos à dos les deux parties, le mépris existant des deux côtés. En outre, l'essentiel des exemples cités renvoient au milieu éditorial de la BD et de l'illustré, avec, il faut le souligner, de fréquentes références de commandes d'un éditeur au créateur, or le mot « auteur » englobe tous les genres, tous les créateurs du livre, et donc en face le mot « éditeur » devrait renvoyer à des exemples puisés aussi du côté des éditeurs de romanciers, nouvellistes, dramaturges, poètes, essayistes, etc, ce qui n'est pas le cas, notamment parce que la question de la « commande » est moins marquée dans ces secteurs qu'en BD. La tribune paraît ainsi s'adresser à tous les auteurs mais est portée, et nourrie d'exemples, d'auteurs de l'univers de la BD, et paraît adresser un questionnement sur le professionnalisme de tous les éditeurs, alors qu'il s'agit visiblement essentiellement de ceux du même univers bédéiste. Peut-être eut-il été plus juste de clairement identifier ces éléments. En revanche, cette tribune participe d'un « sentiment général » des auteurs au sein de la chaîne du livre, une sorte d'atmosphère parfois délétère (et parfois seulement) dans les relations entre les auteurs et de nombreux intervenants de la chaîne : pas uniquement avec leurs éditeurs d'ailleurs, mais aussi avec des attaché(e)s de presse bien souvent dénigrées, des commerciaux considérés comme incultes, des libraires jugés pas assez accueillants ou militants, etc etc. Ces remarques sont fréquentes chez les auteurs. Plus que le « mépris », il est surtout question derrière ces maux relationnels avec les éditeurs et cette remise en cause de leur professionnalisme d'une souffrance générale, d'une situation de paupérisation qui étrangle bien des auteurs jusque dans leur geste créatif, et d'une colère (plus ou moins larvée). Et pour aller au bout du raisonnement, il aurait peut-être été intéressant qu'Arleston (qui vient de créer une collection chez Bamboo), et Alwett citent et nomment : « les déclarations de quelques dirigeants », « l'important éditeur » qui retient parfois les droits SOFIA de ses auteurs, l'éditeur qui prétend « que les auteurs sont des illettrés », de cette éditrice qui ne respecte pas le droit moral de l'auteur en faisant réécrire tout son texte sans la prévenir avant le BAT, etc... que l'on sache de qui on parle, de quel groupe éditorial ou maison d'édition dont les mauvaises pratiques paraissent flagrantes. Rester dans l'anonymisation des exemples donne l'impression pour finir que chez tous les éditeurs ce type de comportement se produit. Est-ce le cas ? Non visiblement puisque les auteurs s'en défendent en fin de tribune, afin sans doute d'adoucir un peu leur propos, comme une sorte de coup de gueule mais... « à demi ». Derrière cette tribune, il me semble que la question du « métier », de la reconnaissance du travail d'auteur vs celui d'éditeur, de sa valeur et de son exigence, plusieurs points sont soulevés : celui d'une filière professionnalisante qui n'existe pas ou peu chez les auteurs (romanciers, dramaturges, poètes, traducteurs, etc.), là où on peut trouver certes des formations pour les illustrateurs (voire les scénaristes) mais qui ne sont pas non plus légion ; celui d'un statut véritablement défini en droit et d'une représentation réelle (cf. le rapport Racine) ; mais surtout, surtout, le « duel » entre, comme il est dit, des « salariés qui touchent des revenus pérennes et décents » et des auteurs qui, littéralement pour certains, crèvent de faim en étant au-dessous du seuil de pauvreté. D'un côté des éditeurs, dont certains ne se comportent pas professionnellement, mais « rémunérés grâce au travail des auteurs », et de l'autre des auteurs « considérés comme des amateurs » « de manière systémique », sous-entendant que cela explique une rémunération au rabais (puisque ne tenant pas compte du professionnalisme des auteurs/illustrateurs). Ici sont clairement opposés les « salariés » face aux « indépendants ». On peut cependant s'interroger sur cette manière de placer ainsi l'éditeur en position de « bourgeois » puisque touchant un salaire, et l'auteur en « gilet jaune », pauvre, exploité de manière « systémique »... sans doute est-ce trop réducteur au sens d'une généralisation facile des deux côtés, oubliant d'une part tout le réseau des petits éditeurs indépendants qui, eux aussi, crèvent de faim... face aux grands groupes et d'autre part certains auteurs qui vivent dignement ou mieux de leurs œuvres (certes, il n'y avait que 40000 auteurs affiliés en 2017 et donc au-dessus du plafond, ce qui est peu comparé aux 200000 assujettis). La question du professionnalisme ne se posait pas, ou peu, quand la plupart des auteurs qui souhaitaient en faire un métier (vivre seulement de cela, sans autre activité par ailleurs) parvenaient à en vivre (même petitement). Si elle se pose aujourd'hui, si on remet en cause tel ou tel éditeur et sa façon de travailler (mal), si elle devient une forme de « lutte des classes » entre auteurs et éditeurs, c'est essentiellement pour des raisons financières. Si certains éditeurs, comme celui d'Arleston, Bamboo, ont revu leurs conditions de droits d'auteur à la hausse, ce dernier avouait que seuls 20 % ses auteurs parvenaient à toucher des droits (et donc dépasser l'avance versée). Dans un monde où donc 80 % auteurs/illustrateurs de BD ne peuvent vivre (survivre, voire pas même...) qu'avec une avance sur droits qui n'atteindra que rarement le niveau d'un salaire mensuel (même au SMIC)... entrer dans une sorte de guerre de territoire opposants les salariés et les indépendants semble un peu vain, au sens où même en modifiant le taux de droits (à 10% systématique puis 12%), il y aura toujours une minorité d'artistes parvenant à vivre de leur production (sauf à livrer 3 ou 4 volumes par an, ce que tous ne sont pas à même de faire, et ce qui pose ensuite le problème d'une surproduction).

Tangocharlie

05/02/2020 à 15:10

Bonjour,
Je suis l'auteure de douze romans, de tout genre, et un éditeur refuse mon manuscrit, car "cela n'entre pas dans leurs critères".
Ensuite un autre qui en garde un 6 mois, en e m'envoyant ni courrier, ni mail, pour m'informer du refus, égare l'enveloppe réponse (6€50).ils se fichent vraiment de nous.
Ils préfèrent publier des gens dont la notoriété n'est plus à faire.
Ça me révolte, car j'ai fait lire certains de mes romans à des gens compétents, et m'ont conseillé de les envoyer, et voilà le résultat. On dépense de l'argent pour:imprimer, faire relier, envoyer.

ubik

18/10/2021 à 22:23

Je crois qu'au fond, ils misent sur nous comme les propriétaires sur leurs chevaux.

L'analogie me frappe entre auteurs et canassons, lesquels appartiennent à des écuries, ont chacun une côte, des pronostics, etc.

Nous ne sommes, pour beaucoup d'éditeurs, qu'un placement. On place dans les tableaux de maîtres, dans l'immobilier, dans les bourrins... Et, faute de mieux, dans des auteurs qui sont connus, qui réussissent.
Les autres, bof. Les autres...

Jean Chris

05/02/2020 à 15:15

Hachette baisse chaque année les revenus de tous ses auteurs et collaborateurs et utilisant le fait qu'ils possèdent 90 % la diffusion et une bonne partie des éditeurs : sont-ce des amateurs ??? Arrêtons de croire qu'"il en a des sympas". Quand c'est le cas, c'est juste qu'ils ne sont pas encore assez gros pour vous exploiter. Laissez leur le temps d'avoir du succès sur votre dos et de se faire racheter... Sinon encore merci pour un article sans noms, ni influence, ni utilité.

Arnaud THULY

05/02/2020 à 15:54

Avec ce genre de généralité absurde (parce que c'est précisément le cas) on peut tout aussi bien dire que les auteurs sont tous millionnaires et n'ont alors aucune raison de se plaindre et réclamer plus ! Mais si voyons ! Après tout stephen king, jk rowling, marc levy, guillaume musso, anna gavalda, bernard werber, fred vargas et bien d'autres gagnent des millions chaque année! Alors de quoi se plaignent les auteurs puisqu'ils sont si bien payés ? Et pis pareil, pourquoi dire que les librairies vont mal ou demandent une meilleure remise ? Après tout amazon, la fnac, les espaces culturels leclerc, cultura, les furets du nord et tant d'autres gagnent des millions ! Alors de quoi se plaignent les libraires ? Ca vous paraît stupide? C'est pourtant exactement ce que fait cet article ! 74 % éditeurs français sont en situation financière critique. 80 % éditeurs ne se payent pas de salaire, et une partie non négligeable y va de sa poche pour financer sa maison d'édition et ses ouvrages, pour beaucoup déficitaires. Cracher à la figure de l'ensemble des acteurs de l'édition au prétexte de quelques connards qui gagnent des milliards comme s'ils étaient représentatifs est vraiment détestable et publier ce genre de torchon revient à le cautionner. Ne vous plaignez pas d'avoir du mépris si vous même n'êtes pas capable de voir plus loin que ça ! La majeure partie des éditeurs sont POUR une reconnaissance des droits des auteurs. La majeure partie des éditeurs font d'ailleurs déjà de leur mieux pour répartir autant que possible les droits pour que tout le monde s'y retrouve. Seulement ils demandent aussi la prise en compte du fait que eux-même galèrent pour la plupart et n'ont qu'une très faible marge de manœuvre. Est-ce absurde de demander ça ? Rappelons au passage que les aides du CNL & co sont totalement trustées par les grands groupes, et pas par les éditeurs indépendants qui ne touchent rien et qui font pourtant les frais de vos propos inconséquents. Et même si certains se versent des salaires, il ne faut pas oublier que ces salaires existent grâce à des best sellers comme ceux d'auteurs évoqués plus haut, qui eux aussi gagnent très bien leur vie (je doute ici que qui que ce soit vienne s'apitoyer sur les revenus de musso ou de levy par ex). Et au lieu de cracher au visage de la profession, il serait aussi bon de prendre une réalité en compte : Aucun auteur ne découvre a posteriori le pourcentage de droits qu'il va toucher. Par conséquent quand il accepte de signer un contrat à 5 ou 6%, il fait un choix ! Si cela ne lui convient pas, le meilleur moyen de changer les choses reste encore de ne pas publier dans cette maison d'édition, ou à renégocier son contrat pour avoir un montant plus raisonnable ! Mais voilà, être publié par les grands de ce monde fait briller l'oeil de beaucoup, en s'imaginant qu'être publié par hachette, gallimard & co va engendrer des dizaines de milliers de ventes, alors qu'il n'en est rien. Et après on vient cracher sur toute la profession en croyant que c'est une généralité. Alors que non. Mais vous mêmes aussi êtes responsables de ça, avec les chiffres absurdes que vous faites miroiter dans plusieurs de vos articles, écrits par des gens qui n'y connaissent rien ou qui se contentent de vouloir apparaître sous un bon jour. Vous publiez des bêtises prétendant que les "ventes moyennes" d'un livre sont de 2000 exemplaires, et les auteurs croient que c'est un vrai chiffre, alors que vous oubliez de dire que cette "moyenne" intègre les ventes de musso, levy & co, ramenant la réalité à moins de 500 livres vendus pour 70s auteurs, ce qui n'est rentable pour personne. Si les auteurs avaient une vision plus réaliste du marché, probablement qu'ils seraient moins enclins à signer n'importe quoi comme contrat. Cracher sur les éditeurs, cracher sur les libraires, cracher sur les diffuseurs, cracher sur les auteurs... c'est devenu la norme alors que nous cherchons tous à exister et à vivre ensemble, en bonne intelligence. La chaîne du livre porte très bien son nom : quand un maillon cède, tout le monde se casse la figure. C'est vrai pour les auteurs, pour les éditeurs, pour les diffuseurs, pour les libraires et pour toutes les professions qui découlent de cette chaîne

GL

05/02/2020 à 16:19

Auteur / Illustrateurs, passez par les plateformes de campagne de financement participatives, les fans vous suivront (par contre ça fait bcp plus de taf pour vous, mais tous les benef sont pour vous)

Pasd'auteurspasdelivres

05/02/2020 à 16:58

Dans l’inventaire de mes déboires dans l'édition, je garde :

- l’éditeur qui m’a dit, lors d’une signature de contrat que « Un bon auteur est un auteur mort, parce qu’on n’a pas besoin de lui payer ses droits. » Je ne me doutais pas à ce moment que j’étais passée du côté de l’armée des morts-vivants sans m’en apercevoir, puisqu’il n’a ensuite jamais fait de reddition des comptes et ne m’a jamais versé un centime de droits d’auteur. Il a ensuite été rejoint par une troupe de comiques (huissiers, juges, etc.) qui, n’ayant sans doute pas jugé nécessaire de se bouger pour une autrice, ont suffisamment fait traîner l’exécution du jugement (en ma faveur) pour que l’éditeur ait le temps de se déclarer en faillite.

- l’éditeur qui, pour mon premier livre, a mélangé toutes les légendes des photos et s’est insurgé quand je lui ai fait remarquer que ce n’était pas professionnel. Sachant que j’avais bien évidemment pris la peine de faire un fichier avec les numéros de photos et les légendes correspondantes.

- l’éditrice qui m’a proposé un travail de réécriture non rémunéré « parce que ça allait m’amuser ».

- l'éditrice qui m’a informée que je ne toucherai pas d’à-valoir sur mon livre « parce que ce n’est pas la politique de la maison. »

- celle qui a validé un titre et une couv tellement pourris et à côté de la plaque qu’il ne s’est vendu qu’à quelques dizaines d’exemplaires.

- l'éditrice qui a également « oublié » de m’informer qu’elle mettait mon livre en même temps que sa parution en accès gratuit sur Google Books.

- l'éditeur qui, pour un ouvrage de référence sur la langue française, dans une maison dont c'est la spécialité, m'a collé en guise d'« éditrice » une graphiste, qui a « coulé » le texte dans la maquette sans aucune lecture critique. Elle m'a ensuite demandé des textes supplémentaires car « ça serait plus joli pour la maquette ». Enfin, le livre est sorti sans aucune relecture. J'en tremble encore.

- l'éditeur qui, encore une fois, m'a mise devant le fait accompli pour la couv, avec une illustration qui ne correspondait pas du tout à l’ouvrage.

- L’éditeur qui se fait figurer comme co-auteur sur le livre, sous l’argument que c’est un ouvrage collectif, dont il n’a pas écrit une ligne et moi 100 % du contenu.

Et encore, je suis sûre que j’en oublie…

o'zanna

05/02/2020 à 17:54

... et quand on n'a pas de fans ?

marlene

05/02/2020 à 18:23

c'est exactement ça et il ne manque rien. il faudrait faire une action conjointe: envoyer notre travail un an après la comma.de aux éditeurs.

Marlène

Gigi

05/02/2020 à 19:25

"Nous ne sommes pas deux camps qui s'affrontent." Ah si si ! Les éditeurs comme les macs. Y a pas que les écrivains, illustrateurs et autre ! Allez voir du côté des correcteurs précaires où encore le scandale de la privatisation des articles scientifiques par des éditeurs. Je ne comprends pas que ce métier existe encore ! Je suppose que trop de gens pensent encore que c'est prestigieux d'être édité même si c'est pour signer pour 2 % droit d'auteur ...

Pierre gay

05/02/2020 à 19:29

Cela fait du bien cette "diatribe" justifiée.
Aucun professionnel dans quelques bizness que ce soit se permettrait ces facecies.
On se croirait au ministere du sport...branlots!!!!

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

"Les IA génératives menacent aujourd’hui l’activité des auteurs des arts visuels"

L'ADAGP l'affirme : « Les systèmes d’intelligence artificielle (IA) générative, capables de produire instantanément des contenus visuels à la demande des utilisateurs, menacent aujourd’hui l’activité des auteurs des arts visuels. » En réaction à ce constat, la société de perception et de répartition des droits d'auteur a publié une déclaration générale d’opposition. Elle s'explique dans un communiqué, reproduit ici par ActuaLitté.

23/02/2024, 17:08

ActuaLitté

Mort d'Alexeï Navalny : “Il n’a jamais reculé devant le pouvoir”

Le décès d’Alexeï Navalny, survenu ce 16 février au centre pénitentiaire de Kharp à l'âge de 47 ans, provoque un soulèvement — et les regards fusent vers Vladimir Poutine, qui se serait définitivement débarrassé d’un opposant. Le Pen Club français a diffusé un hommage, ici proposé en intégralité.

17/02/2024, 10:49

ActuaLitté

L'étude sur le partage de la valeur du SNE, “un éclairage partiel et biaisé”

Dévoilée le 1er février dernier, l'étude sur le partage de la valeur du livre, commandée par le Syndicat national de l'édition, n'a pas vraiment convaincu. La quasi-totalité des organisations d'auteurs ont dénoncé ses résultats, assimilés à une pure et simple tentative de manipulation. L'Association des traducteurs littéraires français (ATLF) ajoute sa voix revendicative, dans un texte reproduit ci-dessous.

15/02/2024, 10:03

ActuaLitté

Une étude sur les revenus qui “ne reflète en rien la réalité” des auteurs

Le Syndicat national de l'édition, organisation patronale du secteur, a présenté le 1er février les données de son étude sur le partage de la valeur du livre entre les maisons d'édition et les auteurs. Une étude dont les méthodes et la présentation des résultats ont été largement décriées par les auteurs et leurs représentants. Le Conseil Permanent des Écrivains (CPE), dans un texte reproduit ci-dessous, signifie ses propres réserves, mais aussi ses attentes vis-à-vis du ministère de la Culture.

14/02/2024, 11:46

ActuaLitté

“La juste rémunération des auteurs et autrices est cruciale”

La Ligue des auteurs professionnels a pris connaissance de l'étude du Syndicat National de l'Édition (SNE) publiée le 1er février dernier. Dans une tribune adressée à ActuaLitté, l'organisation remet en cause la méthodologie, déjà amplement pointée. Leur texte est ici diffusé dans son intégralité.

06/02/2024, 11:03

ActuaLitté

L'étude irréelle où “les éditeurs sont moins payés que les auteurs”

Au moment même où l’Europe envisage de légiférer sur un statut professionnel pour les auteurs, incluant notamment de meilleures rémunérations et une lutte contre les contrats abusifs, le Syndicat national de l’édition a publié une enquête sur « le partage de la valeur entre auteurs et éditeurs ». Or, la présentation des données a révélé un biais tel qu’il laisse entendre que les éditeurs sont moins bien payés que les auteurs. La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse réagit dans les colonnes de ActuaLitté.

04/02/2024, 10:15

ActuaLitté

L'industrie du livre redoute le projet européen sur les délais de paiement

En Belgique, l'interprofession s'est regroupée pour interpeller les députés européens, sur la question des retards de paiements. Le projet qu’examinent en effet le Parlement et le Conseil ramènerait à 30 jours le délai maximum. Une modification que l’industrie du livre ne supportera pas sans de lourdes conséquences.

31/01/2024, 10:19

ActuaLitté

IA : les industries culturelles veulent rencontrer Attal “sans délai”

Quelques jours après une missive adressée à Rachida Dati pour l'exhorter à garantir « l'avenir du droit d'auteur » face au développement de l'intelligence artificielle, les industries culturelles maintiennent la pression. Elles communiquent cette fois avec Gabriel Attal, directement, pour faire part de leurs inquiétudes et solliciter « un échange sans délai ». Nous reproduisons ci-dessous le courrier envoyé au Premier ministre, ce 25 janvier 2024.

25/01/2024, 15:38

ActuaLitté

“Icône réactionnaire” : parrain du Printemps des poètes, Sylvain Tesson dérange

Le printemps des poètes, manifestation qui se déroule chaque année à Paris – du 9 au 25 mars 2024 –, a choisi Sylvain Tesson comme parrain de son édition 2024. Un coup pour l’événement poétique, puisqu’il s’agit par ailleurs de la 25e édition. Le choix, que la directrice artistique depuis 2017, Sophie Nauleau, a amplement salué… mais que nombre de poètes et artistes contestent vivement.

17/01/2024, 18:52

ActuaLitté

Québec : l’industrie du livre se prononce sur l’intelligence artificielle et le droit d’auteur  

Dans le cadre de la consultation publique en cours sur l'intelligence artificielle générative et le droit d'auteur, les associations du milieu du livre rappellent au gouvernement canadien l’importance cruciale de favoriser un développement responsable de l’intelligence artificielle et de promouvoir le respect du droit d’auteur.

15/01/2024, 16:22

ActuaLitté

Pendant la crise, “c’est avant tout la création qui trinque”

Consacrée à la littérature contemporaine, la maison d'édition Onlit, « reposant exclusivement sur une petite équipe d’indépendants », nous informe de la fin de ses activités. Pierre de Mûelenaere, à la tête de la structure, en explique les raisons, et en profite pour remercier tous ceux qui ont participé au projet, ou l'ont soutenu.

15/01/2024, 11:35

ActuaLitté

AI Act : les industries culturelles sollicitent Elisabeth Borne

L'Union européenne tente d'encadrer le secteur des intelligences articielles, avec un texte inédit, travaillé depuis plusieurs mois, l'IA Act. La France fait partie des pays où une opposition à une régulation trop stricte s'exprime, ce qui n'est pas pour satisfaire les représentants des industries culturelles, attentifs au respect du droit d'auteur. Dans un courrier à la Première ministre reproduit ci-dessous, ils font part de leurs inquiétudes.

22/12/2023, 16:33

ActuaLitté

Face à la loi immigration, les bibliothèques et “l’accueil inconditionnel”

L'adoption de la loi immigration marque un tournant dans le second quinquennat d'Emmanuel Macron, avec un texte qui penche très à droite et remet en question quelques acquis en matière d'accueil et de traitement des étrangers. L'Association des bibliothécaires de France (ABF) répond à cette actualité dans une tribune tournée vers l'engagement, le partage et la solidarité à l'égard des nouveaux arrivants sur le territoire français.

22/12/2023, 12:32

ActuaLitté

Vers une modernisation des outils de gestion pour les éditeurs de livres

Les industries culturelles ont toujours été au premier plan des innovations de rupture — IA Générative, streaming audio, NFT — se positionnant même au centre des débats sur l’intelligence artificielle. Pour autant, leur gestion des flux de données s’appuie encore sur des infrastructures des années 2000. Cela a tendance à freiner leur propre évolution au sein des changements sociétaux et technologiques. Une tribune de Crealo.

21/12/2023, 10:36

ActuaLitté

Vera Molnár (1924-2023), ou la géométrie du sensible

C’est avec une profonde tristesse que l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) rend hommage à l’artiste de l’abstraction géométrique et de l’art génératif, Vera Molnár, décédée aujourd’hui à l’âge de 99 ans. Elle avait noué avec l’INHA des liens profonds qui se sont concrétisés par le don d’un corpus important d’estampes en 2022 dans lequel la dimension pionnière et généreuse de son œuvre, reflétait pleinement sa personnalité. 

08/12/2023, 11:59

ActuaLitté

Les auteurs jeunesse s'engagent contre le pilon des livres

À l’occasion du salon de Montreuil, La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse lance une action militante en s’opposant au pilon ! L'objectif : en finir avec le pilon en participant à une campagne de dons.

30/11/2023, 17:31

ActuaLitté

Achats de livres : la Normandie incite les maires à “privilégier” les librairies

Hervé Morin, président de la région Normandie, et Philippe Normand, président de Normandie Livre & Lecture, ont uni leurs forces pour une noble cause : le soutien public aux librairies locales. Dans un courrier aux édiles, ils incitent ces derniers à préférer les enseignes indépendantes pour les achats de livres des médiathèques et des écoles. Nous reproduisons ci-dessous l'intégralité de la missive.

30/11/2023, 10:41

ActuaLitté

400 salons BD en France : “Faire un festival, c’est faire société”

9 manifestations tournées vers le 9e art fondent le Club 99, une fédération des festivals BD & Arts associés destinée à faciliter les échanges et la valorisation des événements. Un manifeste accompagne cette création, qui rappelle et proclame la diversité des festivals et salons, ainsi que leur rôle indispensable à l'écosystème du livre.

29/11/2023, 11:42

ActuaLitté

AI Act : la culture réclame une régulation des modèles de fondation

Les négociations européennes autour de l'AI Act, texte censé encadrer le développement et l'usage des technologies d'intelligence artificielle, sont plus mouvementées que prévu. Des pays membres, dont la France, souhaitent désormais limiter l'intervention de l'Union, pour ne pas freiner la compétitivité des acteurs européens. Des organisations du secteur de la culture s'inquiètent de cette analyse, dans un texte que nous reproduisons ci-dessous.

17/11/2023, 13:59

ActuaLitté

La bonne résolution du Parlement européen pour les auteurs

Trois organisations d'auteurs se réjouissent du vote de deux commissions du Parlement européen en faveur d'un cadre de l’Union pour la situation sociale et professionnelle des artistes et des travailleurs des secteurs de la culture et de la création. Elles appellent le Parlement européen à voter la proposition lors de la séance plénière, le 20 novembre, dans un texte que nous reproduisons ci-dessous.

16/11/2023, 13:16

ActuaLitté

Label Emmaüs, un combat pour la solidarité et le réemploi en ligne

#LabelEmmaus - Label Emmaüs est la marketplace de la solidarité et du réemploi. Le site offre un catalogue de plus de 900.000 références de livres d’occasion mis en ligne par des structures solidaires, mais pas que. Tous les univers d’objets sont présents sur le site, de la décoration vintage aux vêtements en passant par le high-tech / électroménager reconditionné. Il livre pour ActuaLitté un véritable manifeste, pour un autre e-commerce...

10/11/2023, 12:26

ActuaLitté

“Ne pas céder aux intimidations” : les bibliothèques et l'actualité “brûlante”

La pandémie de coronavirus, l'agression russe de l'Ukraine et, plus récemment, le conflit israélo-palestinien, sont autant de sujets sur lesquels les positions se polarisent, où les nuances disparaissent. Des situations qui débouchent parfois sur des menaces, des violences, des censures : dans un communiqué que nous reproduisons ci-dessous, l'Association des Bibliothécaires de France rappelle le cadre légal et déontologique qui gouverne l'évocation de l'actualité et la diffusion de l'information dans les établissements de lecture publique.

10/11/2023, 12:01

ActuaLitté

”Nulle prison n’enfermera ton poème“ : quand la beauté défie l'interdit

Nulle prison n'enfermera ton poème est une anthologie réunie par la poète afghane Somaia Ramish. 95 voix venues du monde entier ont participé à ce projet dont plusieurs membres du Parlement des écrivaines francophones. Cécile Oumhani, nouvelle responsable au sein du Pen Club français du comité pour les écrivains persécutés, signe cette présentation du texte pour ActuaLitté. 

09/11/2023, 13:00

ActuaLitté

1227 pénétrations sans consentement : la douleur derrière les nuits

Les Confidentielles réunit un collectif d’autrices et d’interprètes, qui se sont donné pour mission d’exprimer l’intimité, de l’écriture à la scène. Tous les deux mois, ces femmes se racontent à travers un sujet imposé. « En basant leurs écritures sur leur propre vécu, elles vous emmènent, à travers les mots au cœur de leur intimité, dans leur univers personnel. »

08/11/2023, 11:57

ActuaLitté

Livres, Amazon et frais de port : comment la loi Darcos redistribuera les cartes ?

Depuis le 7 octobre 2023, la réglementation sur les frais de livraison des livres neufs est entrée en vigueur en France. Elle s’applique aux vendeurs de livres en France et impose pour toute commande contenant moins de 35 € de livres neufs un minimum de 3 € de frais de livraison. C’est par ces mots clairs qu’Amazon a informé ses clients de la loi Darcos contre laquelle l’Américain aura tout tenté et intenté, de Paris à Bruxelles, du Conseil d’État à la Commission européenne. 

09/10/2023, 16:44

ActuaLitté

“Publier moins, pour publier mieux”

Créée en 2018 par Marc Duteil, M+ éditions développe depuis plus de cinq ans une politique éditoriale généraliste. Cette structure dont le siège est basé à Lyon a confié en France sa diffusion et sa distribution à Geodif et Sodis pour la France. En Suisse, elle passe par Albert Legrand, en Belgique travaille avec Nord Sud et pour le au Canada, Socadis. Mais M+ a surtout révisé sa stratégie édioriale : moins, c'est plus. Le fondateur en détaille ici les modalités.

27/09/2023, 17:26

ActuaLitté

Evelyne Guyot, figure historique d'Albin Michel, nous a quittés

Éditrice chez Albin Michel jeunesse de 1981 à 2019, Evelyne Guyot est décédée le 6 septembre dernier. Durant des années, elle a mis les livres animés à l'honneur, ainsi que des artistes tels que David Carter, Lucy Cousins et Marion Bataille. Ses amis et collègues ont partagé à ActuaLitté un texte en forme  d'hommage.

18/09/2023, 16:35

ActuaLitté

Hold-up 21 : l'utopie érotique rencontre le braquage du siècle !

#Holdup21 – Vingt autrices unissent leurs voix pour valoriser désir et plaisir dans le féminisme. Leur collaboration donne 20 récits de passion et d'aventures, émouvants et libérateurs. Hold-up 21 ne se limite pas aux mots : Abigaïl Auperin transforme leurs histoires en 100 autofictions photographiques, rappelant David Lynch et Guy Bourdin. Une fusion de textes et d'art moderne. Stephen Carrière, éditeur de l'ouvrage, entame ici un premier lever de rideau. 

13/09/2023, 11:47

ActuaLitté

Bien trop petit : Darmanin dans les traces de son mentor Sarkozy

#BienTropPetit - L'interdiction aux mineurs du livre Bien trop petit de Manu Causse, publié par les éditions Thierry Magnier, inquiète considérablement les professions du livre. Cette décision, qui émane du ministère de l'Intérieur, découle d'une loi de 1949 que beaucoup jugent d'un autre temps. Gérald Darmanin, qui entretient une relation déjà compliquée avec le livre, la réactive en 2023, des décennies après un certain... Nicolas Sarkozy, rappelle l’Observatoire de la liberté de création, créé par la Ligue des droits de l'Homme. Nous reproduisons son message ci-dessous.

28/07/2023, 10:56

ActuaLitté

La Société des Gens de Lettres dénonce la censure de Bien trop petit

#BienTropPetit - Le ministère de l’Intérieur a signé un décret, le 17 juillet dernier, qui interdit à la vente le roman Bien trop petit de Manu Causse. En cause : un contenu jugé, pour certains passages, pornographique. Face à cette décision, la Société des Gens de Lettres (SGDL) exprime son étonnement et confirme son engagement pour le principe de liberté de création et de publication. Nous reproduisons ci-dessous son message.

26/07/2023, 13:16

ActuaLitté

Vers un appauvrissement de la culture canadienne

Copibec, société québécoise de gestion collective des droits de reproduction, réagit à la nouvelle décision du conseil d'administration d'Access Copyright. Elle y voit la conséquence d'une inaction du gouvernement fédéral...

21/07/2023, 11:43

ActuaLitté

La dédicace comme expérience de l'autre

Patrick Méheust souligne l'exigence que demande l'exercice de la dédicace par les auteurs et autrices. Ce rite de passage dans le métier n'est pas sans risque pour l'auteur qui doit susciter de la bienvaillance, inspirer confiance, toucher son public... 

20/07/2023, 10:32

ActuaLitté

URSSAF : La Charte craque et en appelle au Défenseur des Droits

La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse lance une action collective face aux insuffisances supposées de l’Urssaf Limousin, dont dépend l’association, et du fait de « l’inaction des ministères de tutelle ». Dans cette optique, elle invite chacun de ses adhérents, « qui rencontre une difficulté non résolue », à saisir le Défenseur des Droits.

18/07/2023, 14:50

ActuaLitté

Milan Kundera : dissiper les malentendus

Décédé ce 11 juillet 2023, Milan Kundera aura reçu nombre d’hommages, à l’aune de ce que son oeuvre laissera à la littérature. Guillaume Basset, directeur de la programmation du Salon du livre de Prague, a communiqué à ActuaLitté un récit retraçant le parcours du romancier.

14/07/2023, 12:33

ActuaLitté

Auteur, un métier que le fisc français ne comprend toujours pas

Une vingtaine d’organisations s’agace passablement de ce que leur situation fiscale soit toujours aussi ubuesque. Le gouvernement s’entête dans son incompréhension des métiers avec des cotisations hors sol. Dans une déclaration commune, toutes appellent à ouvrir les yeux, avant de contraindre les auteurs à fermer la page…

10/07/2023, 12:53

ActuaLitté

Impression de livres : l'heure est aux synergies

Partenaire des éditeurs, Typolibris partage leur passion du livre. Et notre secteur perd son souffle : après une flambée des ventes, furent enregistrés d’importants retours de libraires, ces derniers mois. Une nouvelle pression qui s’exerce, ajoutée à celle de ces deux dernières années : la hausse des coûts d’impression. Par Gérard Dahan, président de Typolibris.

06/07/2023, 12:59

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Partage de la valeur : cette étude “apporte des éléments de compréhension” (SNE)

L'étude du Syndicat national de l'édition (SNE) consacrée au partage de la valeur entre auteurs et éditeurs, présentée au début de ce mois de février, a été accueillie froidement par les organisations d'auteurs. Ces dernières reprochaient une approche « biaisée » et des résultats qui masquaient la situation économique des écrivains. Renaud Lefebvre, directeur général du SNE, répond aux critiques.

22/02/2024, 11:49

ActuaLitté

Librimania : le jeu que toute l'édition va s'arracher

#Noshorizonsdesirables – Foin des IUT et autres Masters pros Métiers du livre : voici le futur compagnon et prochain best-seller en librairie — s’il est un jour commercialisé — Librimania plonge les joueurs dans l’univers impitoyable… du monde du livre. Accrochez-vous à un dictionnaire ou une encyclopédie, ça décoiffe !

21/02/2024, 19:22

ActuaLitté

Barbara Kingsolver, Prix Pulitzer 2023 : “Je ne crois pas au talent”

Le Prix Pulitzer de la fiction, qui récompense un roman qui raconte cette démente Amérique, a été décerné à deux auteurs ex-aequo en 2023 : Hernan Diaz pour son texte sur les coulisses de la Grande Dépression des années 30, Trust, et Barbara Kingsolver. D’un côté, le gros argent, de l'autre, les prolos d'une campagne des Appalaches, à travers les aventures de Demon Copperhead. Un David Copperfield contemporain dans les terres contrariées de l'OxyconTin et des champs de tabac…

21/02/2024, 16:00

ActuaLitté

Pour le livre de Turin, "un salon qui aide au dialogue"

Du 9 du 13 mai, le Salon international du livre de Turin incarne un événement majeur autour du livre sur le territoire italien. Entre défis antérieurs et direction nouvelle, Annalena Benini, directrice du Salon pour cette édition, fait part à Actualitté des conditions à réunir, pour mener à bien les ambitions prochaines, notamment quant à la jeunesse. 

19/02/2024, 12:07

ActuaLitté

Une nuit dans une yourte kirghize, bercés par la pluie

#AVeloEntreLesLignes — Partis à la conquête de nouveaux horizons, Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek pédalent à travers une odyssée littéraire. Leur défi ? Explorer le plus grand nombre possible de librairies sur un itinéraire qui les mène à vélo de Paris jusqu'à Oulan-Bator. Ils partagent avec ActuaLitté leurs aventures et découvertes dans ce journal de voyage.

16/02/2024, 15:24

ActuaLitté

“Le livre et la lecture comme biens communs”

Noshorizonsdesirables – Dans le paysage littéraire des Hauts-de-France, une révolution jusqu’alors silencieuse entend faire grand bruit. François Annycke, directeur de l’Agence Régionale du Livre Hauts-de-France (AR2L), inaugurera les 21 et 22 février deux journées professionnelles. Objectif : collaborer, en redéfinissant le rôle de l’Agence et de ses partenaires, pour plus d’efficacité.

16/02/2024, 12:00

ActuaLitté

À vélo entre les montagnes et les yourtes

#AVeloEntreLesLignes — Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek se sont lancés dans une aventure exceptionnelle, celle de parcourir la distance entre Paris et Oulan-Bator à vélo. Tout au long de leur parcours, ils font escale dans autant de librairies que possible. Leur odyssée est couverte par ActuaLitté, qui partage leurs histoires au fur et à mesure.

14/02/2024, 10:33

ActuaLitté

Livres audio : saga, c'est plus fort que toi

Dans un nouvel article, Nathan Hull, responsable de la stratégie de Beat Technology, s'intéresse aux sagas littéraires et à leur capacité à captiver les lecteurs sur le long terme. Comment expliquer ce succès durable ? Et, surtout, comment le reproduire dans un domaine bien particulier, celui du livre audio numérique ?

13/02/2024, 12:48

ActuaLitté

“Le lecteur français veut comprendre l'Italie à travers sa littérature”

Dans une interview menée par Federica Malinverno, Florence Raut revient sur la création de La libreria, librairie-café parisienne cofondée aux côtés d'Andrea De Ritis en 2006, se définissant comme un « espace petit mais riche dédié à l’Italie, situé dans le cœur du IXe arrondissement de Paris ».

13/02/2024, 11:38

ActuaLitté

“Il faut tenir sur le fil, à la frontière, et c’est de là que nait la littérature”

#PrixFrontieres2024 – L'édition 2024 du prix Frontières a été lancée, avec la liste des 10 titres retenus. La lauréate de 2023, la romancière Dima Abdallah avait été été saluée pour son deuxième roman Bleu nuit aux éditions Sabine Wespieser. Présidente d'honneur du jury de cette édition 2024, elle nous délivre un texte, en exclusivité pour ActuaLitté, sur ce terme étrange... frontières...

12/02/2024, 16:35

ActuaLitté

Durant les JO, il est important de rester à Paris... en télétravail

Les usagers occasionnels du métro parisien n’ont pas manqué la campagne de communication orchestrée dans les rames : l’invitation au RTT – Reste chez Toi Travailler. À l’approche des Jeux olympiques, les injonctions contradictoires pleuvent : rester ou ne pas rester sur Paris, prendre ou ne pas prendre les transports, travailler ou ne pas travailler… On ne fait pas d’Hamlet, sans casser des noeuds….

12/02/2024, 14:46

ActuaLitté

“Pour être un libraire, il faut porter la casquette d’agent culturel”

Pleine d’énergie et toute souriante, Prudientienne Gbaguidi est une figure de la librairie francophone en Afrique de l’Ouest. Très engagée pour faire rayonner son métier, elle suit tout ce qui se publie dans la sous-région. A la tête de la librairie Savoir d’Afrique (Bénin), elle est aussi présidente de l’Association des Libraires professionnels du Bénin (ALPB) et vice-présidente de l’Association internationale des Libraires francophones (AILF). Propos recueillis par Agnès Debiage, fondatrice d’ADCF Africa.

06/02/2024, 13:07

ActuaLitté

“Nutri-score du livre” et autres projets d’avenir pour une édition écologique

D’après Erri de Luca, l’impossible caractérise « ce qui n’a pas encore été fait » (trad. Danièle Valin). La chaîne du livre — mais par cette dénomination, ne réduit-on pas ses acteurs à des maillons ignorants les uns des autres ? — était conviée à une journée de réflexion, ce 29 janvier. Dans les locaux du groupe Bayard, on se réunissait pour « décarboner le livre et l’édition ». 

29/01/2024, 20:08

ActuaLitté

Au-delà de la polémique Tesson, “faire vivre le Printemps des poètes”

« Au-delà des polémiques de toutes sortes, il nous appartient de faire vivre cette édition du Printemps des Poètes coûte que coûte, et de penser d'abord au public », déclarent les cofondateurs des éditions Doucey. Cette réaction intervient peu après l'annonce de la démission de Sophie Nauleau, directrice artistique du Printemps des Poètes. 

27/01/2024, 12:21

ActuaLitté

Vers le Kirghizistan, à la recherche de la fraicheur perdue

#AVeloEntreLesLignes — C'est l'aventure de Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek, deux cyclistes qui se sont donné pour challenge de rejoindre Oulan-Bator depuis Paris, à la force de leurs cuisses. En chemin, ils visitent autant de librairies qu'ils peuvent. ActuaLitté suit ce périple en publiant leurs récits.

26/01/2024, 14:40

ActuaLitté

“Il faut être un idiot majuscule pour écrire de la poésie”

La protestation virera bientôt au Tessongate, tant opposants et défenseurs de Sylvain Tesson en parrain du Printemps des poètes s’écharpent. Poliment. Avec le récent soutien de la ministre de la Culture, Rachida Dati, le débat se colore définitivement de politique. Le romancier et poète Patrick Varetz suggère ce qui serait une alternative à la discorde ambiante.

22/01/2024, 13:35

ActuaLitté

Statut européen des artistes-auteurs : “C'est un nouvel espoir”

Depuis plusieurs semaines, des organisations françaises d'auteurs de l'écrit se sont lancées dans une campagne de soutien à une initiative législative du Parlement européen. L'objectif ? Inciter la Commission européenne à agir pour améliorer les conditions de vie des artistes-auteurs, notamment par la création d'un statut. 

18/01/2024, 15:15

ActuaLitté

Pas de visa, pas de chocolat

#AVeloEntreLesLignes — Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek se sont lancés dans une aventure folle : rallier Paris et Oulan-Bator à vélo, visitant au passage des librairies dans chaque pays, périple qu'ils racontent pour ActuaLitté. Cela faisait quelques semaines que les deux cyclistes pédalaient en silence, nous les retrouvons aujourd'hui à Samarcande, au bout de l'Ouzbékistan.

17/01/2024, 17:02

ActuaLitté

Résolument ancré dans la Fantasy, Leha crée Majik sa collection poche

ENTRETIEN – Apparu en 2017 dans le paysage des Littératures de l’Imaginaire, Leha Editions amorce 2024 avec un gros dossier : la création d’une collection de poche, Majik. Un pari audacieux, autant qu’une nouvelle corde à l’arc de cet éditeur, installé à Marseille depuis quelques années. 

17/01/2024, 10:08

ActuaLitté

Livre audio : détourner la loi des séries, à son avantage

Secteur des plus dynamiques depuis plusieurs années, le livre audio numérique est porteur de mille promesses pour les éditeurs. Mais serait-il déjà calcifié dans des habitudes tirées de l'âge de la lecture imprimée ? Nathan Hull, responsable de la stratégie de Beat Technology, revient sur l'intérêt, pour l'éditeur et l'auditeur, de faire un peu de découpage...

10/01/2024, 09:06

ActuaLitté

Louise Boudonnat : traduire, “c’est aussi une rencontre avec soi-même”

Dans une interview menée par Federica Malinverno, Louise Boudonnat revient sur son travail de traduction (de l'italien) de l'ouvrage Absolutely Nothing. Histoires et disparitions dans les déserts américains, de Giorgio Vasta et Ramak Fazel, paru aux éditions Verdier en 2023.

02/01/2024, 14:52

ActuaLitté

Domaine public : Disney a fini par se faire “Mickey”

Dans les studios Disney, la poule aux œufs d’or serait plutôt un rongeur, qui après un siècle de bons et loyaux services a bien mérité une retraite non commerciale. Car ce 1er janvier 2024, Mickey Mouse entrera dans le domaine public. Autrement dit, la plus grande entreprise de divertissement de la planète perd l’exclusivité de sa manne financière. Émouvants adieux…

30/12/2023, 12:35

ActuaLitté

Line Papin et les Lettres Zola : "Cette démarche me garde constamment en éveil"

LaLettreZola — La première Lettre Zola est toujours disponible à la prévente sur la plateforme KissKissBankBank. La première romancière à offrir aux futurs lecteurs un texte inédit, entre réel et fiction, est Blandine Rinkel. Mais chaque mois est l'occasion de découvrir une nouvelle plume, et pour ce faire, Louis Vendel, créateur de ce singulier et enthousiasmant concept, a dû façonner une véritable équipe autour de lui. Une trentaine de trentenaires, parmi lesquels Line Papin, qui triche un peu, puisqu'elle a 27 ans, mais déjà six ouvrages derrière elle.

26/12/2023, 17:06

ActuaLitté

David Duchovny : “Les écrivains ont le devoir d'écrire tout ce qu'ils veulent”  

David Duchovny, pour les plus anciens, c’est l’agent Fox Mulder, pour les plus au fait, le romancier Hank Moody de Californication. L’enfant de New York est aussi un écrivain : son premier texte fut un conte animalier, Oh la vache ! (trad. Claro, Grasset) « entre Georges Orwell et Tex Avery », rien que ça. Le second publié en France, La Reine du Pays-sous-la-Terre, est un texte étonnant, riche, non sans humour et d'un beau romantisme suranné.

20/12/2023, 18:08

ActuaLitté

Centenaire de la République de Turquie (1/2) : La librairie d'Efy 

Le 23 octobre dernier, les turcs célébraient le centenaire de la République turque, fondée par Mustafa Kemal Atatürk sur les ruines de l'Empire ottoman. À cette occasion, ActuaLitté propose un diptyque à Istanbul, où l'Orient rencontre l'Occident. Ville monde, trois fois née, au sept collines, vibrante d'histoires, de cultures, et de saveurs, étendue majestueusement sur les rives du Bosphore.

15/12/2023, 19:46

ActuaLitté

Thierry Fraysse (Éditions Callidor) : passés recomposés

Pour quiconque les croise en librairie, les ouvrages siglés Callidor sont de ceux que l'on n'oublie pas. Couvertures illustrées, titres calligraphiés, dessins cryptiques et intrigants cisèlent un écrin de choix pour des textes exhumés avec la patience d'un chercheur d'or par Thierry Fraysse, qui dirige la maison. Avec de la suite dans les idées, et une obsession assumée.

15/12/2023, 16:07

ActuaLitté

“Faire simple, c’est compliqué” : le FALC vu par ses traducteurs et traductrices

FALC – Des livres d’un genre nouveau apparaissent sur le marché éditorial afin de rendre accessible la lecture et la littérature aux publics empêchés de lire. Ce sont des livres en Facile à lire et à comprendre (FALC), un outil de rédaction et de simplification de la langue développé au niveau européen pour autonomiser les personnes présentant des troubles du développement intellectuel. Mais comment traduire en FALC ?

12/12/2023, 11:57

ActuaLitté

Attention à la clause de préférence insérée au sein des contrats d’édition

Véritable engagement de l’auteur envers un éditeur, la clause dite de « préférence » octroie à ce dernier de se voir proposer en priorité l’édition d’œuvres futures de l’auteur. La justification de son insertion au sein du contrat est historiquement économique, étant à l’origine destinée à limiter les risques financiers pris par un éditeur en publiant un auteur ne jouissant pas encore d’une particulière renommée. Me Adélie Denambride, avocate exerçant en droit d'auteur, de l'édition et du marché de l'art revient sur ce sujet.

07/12/2023, 17:00

ActuaLitté

Main à plume : la résistance surréaliste sous l'Occupation

Épisode aussi bref qu’intense, aujourd’hui oublié, l’aventure de la « Main à plume » constitue pourtant un des éléments majeurs de l’histoire du surréalisme. En 1940, suite au départ d’André Breton, plusieurs jeunes créateurs se regroupent pour résister à l’occupant, tout en poursuivant une intense activité créatrice, avec la publication de plaquettes, aujourd’hui introuvables. Huit de vingt-trois membres périront : déportés, fusillés, ou tombés au front. Docteure ès Lettres, mais aussi traductrice et autrice, Léa Nicolas-Teboul a retracé le parcours du groupe. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

06/12/2023, 15:37

ActuaLitté

L'édition jeunesse au Maroc : rencontre avec Nadia Essalmi

Nadia Essalmi est une femme de cœur et d’engagement. Une fonceuse qui ne se pose pas mille questions en amont mais qui agit pour faire bouger les lignes et surtout pour apporter aux autres.  C’est aussi une grande rêveuse qui suit son cœur, mais n’est-ce pas le moteur pour innover et avancer ? Editrice jeunesse, promotrice culturelle, militante associative, Nadia est sur tous les fronts quand il s’agit de défendre et valoriser le livre et la lecture au Maroc. Propos recueillis par Agnès Debiage, fondatrice d’ADCF Africa.

05/12/2023, 13:07

ActuaLitté

Malaise dans l'Éducnat : “Mes élèves me donnent matière à espérance”

Qu’est-ce que la précarité ? Qu’est-ce que le démantèlement méthodique du service public ?  Qu’est-ce qu’être un professeur précaire dans le secondaire, de surcroît « (grand) remplaçant » dans les territoires abandonnés de la République ? Qu’est-ce qu’enseigner et transmettre ? Autant de questions qui interpellent notre temps. Propos recueillis par Faris Lounis.

04/12/2023, 14:54

ActuaLitté

“Stig Dagerman va plus loin que Camus : il supprime l’espoir”

Claude Le Manchec, essayiste et traducteur français,  nous parle de l’œuvre de Stig Dagerman (1923-1954), de sa place et de sa réception en France, en évoquant son étude Stig Dagerman, la vérité pressentie de tous (Éditions du Cygne, Paris, 2020). Propos recueillis par Karim El Haddady

04/12/2023, 12:22

ActuaLitté

Mytho ou Mytho ? Trouvez la vérité entre légende et canular

JEU D'APÉRO – Vous pensiez tout savoir sur la mythologie ? Vous avez suivi les scènes de ménage entre Héra et Zeus comme des épisodes d'Amour, gloire et beauté ? Les divinités aztèques et mayas n'ont aucun secret pour vous ? Thor, Loki et les Valkyries vous attendent au Valhalla pour des célébrations ? Fort bien : essayons donc Mytho ou Mytho ?, un jeu qui mélange intox, affabulations et théogonie...

03/12/2023, 11:58

ActuaLitté

Pour une industrie du livre plus forte en Italie

Dans un entretien accordé à ActuaLitté, le président de l'Associazione Italiana Editori dévoile ses objectifs pour l'industrie du livre en Italie. Il aborde la nécessité d'une croissance culturelle, la promotion de la lecture, l'internationalisation de l'édition italienne et les défis du dialogue avec les institutions.

27/11/2023, 15:29

ActuaLitté

Tom Buron : "Le danger est un élément central de mon travail"

Jeune poète francilien, Tom Buron pratique la boxe, écoute du jazz, écrit de brefs recueils percutants. Dernier en date, La Chambre et le Barillet (éditions « Angle mort », 2023), présente une suite de vers-libres, souvent rageurs, parfois énigmatiques. Familier de l’univers urbain, guidé par un certain rythme incantatoire, habitué des scènes poétiques, l’auteur semble refuser la tyrannie du sens, de l’intelligibilité, tout en favorisant l’oralité. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

27/11/2023, 10:04

ActuaLitté

Un Black Friday désuet : Label Emmaüs revendique l'éthique contre le profit

#LabelEmmaus - En ce mois de novembre, dédié à l’Économie Sociale Solidaire, Label Emmaüs a préparé un plaidoyer à sa manière, pour évoquer quelques sujets précieux : au menu, un éclairage sur les pratiques peu éthiques des géants du ecommerce, sous la forme d’un jeu engagé et décalé… qui a été révélé sur Linkedin. « De quoi affronter le Black Friday et les fêtes de fin d’année, pour faire que chaque achat, chaque cadeau, devienne un acte militant », assure Maud Sarda, la directrice générale, dans un texte qu’elle a adressé à ActuaLitté.

24/11/2023, 10:33