#Droit / Justice

Exception conservation : Vol de corbeau sur la numérisation en bibliothèque

La Hadopi a lancé en octobre 2011 un chantier piloté par Jacques Toubon, membre du collège de la Haute Autorité, sur l'exercice effectif des exceptions au droit d'auteur. Ces exceptions constituent des mécanismes essentiels d'équilibre du droit d'auteur en permettant aux particuliers (courtes citations, copie privée, représentation dans le cadre du cercle de famille, etc), mais aussi à certaines institutions comme les bibliothèques, d'effectuer des usages protégés, malgré le monopole dont bénéficient les titulaires de droit. La Hadopi s'est lancée dans une démarche de consultation, par le biais d'un questionnaire qui liste les exceptions existant en droit français et pose une série de questions pour cerner les usages et attentes les concernant.

Le 01/04/2012 à 16:07 par Clément Solym

0 Réactions | 0 Partages

Publié le :

01/04/2012 à 16:07

Clément Solym

0

Commentaires

0

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Publié sur S.I.Lex, par Calimaq

reproduction sur ActuaLitté avec

son aimable autorisation

Jusque là fort bien…

Sauf que l'expert juridique Hadopi qui suit ce chantier, Christophe Alleaume (c_alleaume sur Twitter), agrégé de droit privé et professeur à la Faculté de Droit et des Sciences Politiques de Caen, s'est fendu cette semaine de plusieurs propos, concernant l'exception conservation bénéficiant aux services d'archives , de bibliothèques et de musées, qui en disent long sur l'esprit dans lequel cette problématique est abordée.

Cette charge s'inscrit dans un climat général de défiance vis-à-vis des exceptions en France, qui soulèvent de vives inquiétudes concernant l'évolution du droit d'auteur et son équilibre.

Et appelle réaction !

Ami bibliothécaire, entends-tu le vol noir des corbeaux sur tes exceptions ? (Crow. Par Smabs Sputzer. CC-BY-. Source : Flickr)

Alleaume hééééééneaurme (comme dirait Flaubert) !

C'est @BlankTextField qui a levé le lièvre cette semaine et relate le début de l'affaire sur son TumblR.

Le 20 mars 2012, à l'occasion d'une table ronde réunie par la commission des affaires culturelles du Sénat (Comment concilier liberté de l'Internet et rémunération des créateurs ?) où il était chargé de présenter le cadre juridique français, Christophe Alleaume, professeur de droit, mentionnait l'exception conservation, sans la nommer, dans les termes suivants :

 “L'exception en faveur des bibliothèques, musées et autres archives, qui peuvent dupliquer les oeuvres pour maintenir un certain nombre de copies et permettre à leurs usagers d'accéder plus facilement aux oeuvres sans renouveler leur stock, ce qui n'était pas une bonne nouvelle pour les libraires et les éditeurs”.

Cette attaque s'inscrivait dans un propos plus large de Christophe Alleaume, par lequel il dénonçait la multiplication des exceptions au droit d'auteur, qui “n'ont pas été compensées pour les auteurs“. 

Un volatile qui correspond peut-être mieux encore que le corbeau aux propos du sieur Alleaume sur l'exception conservation. Gonflé !

Il est vrai que l'exception conservation, introduite lors du vote de la loi DADVSI au bénéfice des services d'archives, de bibliothèques et de musées, permet en effet à ces institutions de reproduire et de diffuser des œuvres dont les supports sont en voie de dégradation, en vue de préserver les originaux pour communiquer à la place les versions numérisées. Pour faire ces reproductions, elles n'ont ni besoin de demander une autorisation aux titulaires de droits, ni de rémunération à verser. Elles sont toutefois limitées au niveau de leur diffusion, car les reproductions ne peuvent être communiquées que sur place à partir de postes dédiés, et non à distance, via un extranet ou sur Internet.

Réagissant à ces premiers propos de Christophe Alleaume, le site Actualitté a publié mardi 27 mars un article intitulé “Alleaume assimile l'exception conservation à une perte financière“, qui critiquait ce point de vue comme outrancier. Le sieur Alleaume n'ayant visiblement pas apprécié cette mise en perspective, il demanda à faire jouer son droit de réponse pour publier sur Actualitté une mise au point le vendredi 30 : “Droit de réponse : Sans livres, que prêteraient les bibliothèques ?“.

Et c'est là que les choses deviennent à proprement parler hééééneaurmes !

Christophe Alleaume revient en premier lieu sur le fait que cette exception n'ouvre pas droit à compensation financière pour les auteurs :

[...] l'exception de conservation autorise les reproductions publiques (papier ou numériques) sans aucune compensation pour les titulaires de droits. Alors que la copie privée est compensée, la copie publique ne l'est pas ici ! Les auteurs ou leurs ayants droit n'étant pas compensés/indemnisés, est-il interdit de soutenir que ce sont eux qui financent l'exception ?

En outre, en ne fixant pas le nombre maximum de copies autorisées, le texte laisse au pouvoir des bénéficiaires de l'exception le soin de décider de l'étendue de cette exception… [...] le texte permet parfaitement aux établissements visés de reproduire tout ou partie de leur collection y compris pour des ouvrages qui sont encore dans le commerce.

Et de terminer comme il se doit par un couplet apocalyptique sur la fin de la création :

Sans auteurs, sans livres, que prêteraient les bibliothèques ? Regretter l'absence de compensation d'une exception qui profite aux bibliothèques c'est prendre position pour les auteurs. Ce n'est pas prendre position contre les prêteurs.

Vous avez donc bien lu comme moi. A cause de l'exception conservation ouverte au profit des bibliothèques, les auteurs et la création tout entière seraient gravement menacés en France, au point que l'on peut s'attendre à une disparition du livre si l'on ne met pas rapidement en place une rémunération pour compenser ces reproductions !

Et le pire, c'est que le sieur Alleaume n'est visiblement pas le seul juriste distingué à trembler à cause de l'exception conservation, puisqu'il cite au soutien de ses propos une analyse de Pierre-Yves Gautier encore plus alarmiste :

Les bibliothèques et les musées sont en droit de reproduire les œuvres sur papier et par voie de numérisation, afin de faciliter leur conservation et leur « consultation sur place ». Entendu pour la conservation, encore qu'il ne soit pas interdit de racheter des supports matériels. En revanche, on ne voit pas pourquoi l'exception devrait aider à poursuivre la consultation sur place, acte de communication publique et de prêt intra-muros – sauf à ce que le droit de prêt soit dûment exercé à ce titre, lequel ne se trouve cependant pas réservé par le texte (…) Le texte est également muet sur le nombre d'exemplaires qui peuvent être reproduits (…) Bref, exception vague et assez dangereuse pour les titulaires de droits.

Hééééénaurme, vous dis-je !

Pierre-Yves Gautier souhaiterait que l'exception conservation permette uniquement de faire des reproductions et pas de communiquer les versions numériques sur place à nos usagers ! La belle affaire ! On pourrait alors sauver des ouvrages menacés de dégradation en les numérisant, mais à condition de cacher soigneusement ensuite les reproductions sur des serveurs. On croit rêver ! Je relève également cette fascinante notion inédite de “prêt intra-muros” qui impliquerait, si l'on pousse la logique sous-jacente jusqu'au bout, que les bibliothèques payent chaque fois qu'un lecteur va prendre un livre sur une étagère ! Notons au passage que parler de “prêt intra-muros” n'a juridiquement pas de sens, car la directive européenne de 1992 indique explicitement que le droit de prêt ne concerne pas la consultation sur place.

Mais la rigueur juridique ne semble de toutes façons pas la préoccupation principale de ces pourfendeurs de l'exception conservation. Christophe Alleaume dans son droit de réponse sur Actualitté se fend par exemple de cette phrase, qui vaudrait sans doute une bien mauvaise note à un étudiant en droit : “L'idéal serait quand même que la Loi fixe elle-même les limites aux monopoles qu'elle crée”. Comment peut-on parler de monopole à propos d'une exception au droit d'auteur ? Juridiquement, c'est exactement le monde à l'envers ! Zéro pointé, M. Alleaume, l'agrégé !

Tout cela pourrait être amusant, si ces propos ne visaient pas à travestir la réalité et à véhiculer une idéologie plus que douteuse.

L'exception conservation, fantasmes des juristes et réalité des bibliothèques

Dans les sous-sols des bibliothèques de France, c'est bien connu, des armées de bibliothécaires en train de scanner des livres protégés sur du matériel high-tech... (Interlock MCLS Digitization Tour. Par bert_m_b. CC-BY-NC. Source : Flickr)

Les propos de Christophe Alleaume sous-entendent que les bibliothèques pourraient utiliser l'exception conservation de manière dévoyée pour refaire leurs stocks  sans racheter de livres, voire même en reproduisant “tout ou partie de leurs collections“, le “tout” impliquant une réplication totale de l'ensemble des ouvrages d'un établissement (!). On peut comprendre sur la base de tels préjugés que ces éminents professeurs puissent nourrir quelques craintes concernant l'avenir de la création…

Sauf que ces propos sont sans lien avec la réalité de l'emploi de cette exception en bibliothèque. Ils méconnaissent d'abord un paramètre fondamental que tous les professionnels confirmeront : la numérisation est une opération complexe, qui coûte cher, aussi bien en termes de prestations que d'infrastructures, surtout lorsqu'on la pratique dans le but de préserver des documents sur le long terme.

Pour ces raisons, eu égard à l'état des budgets des bibliothèques françaises, il est complètement fantasmatique de croire que des établissements pourraient se mettre en tête de numériser l'intégralité de leurs collections, surtout si la diffusion reste limitée sur place et non sur Internet. Les bibliothèques françaises, dans leur immense majorité, numérisent avant tout des oeuvres du domaine public, afin de pouvoir les mettre en ligne.

Lorsque les bibliothèques, archives et musées utilisent l'exception conservation, c'est comme une mesure de dernier recours, pour sauver un document fragile dont l'état physique fait craindre qu'il ne se détruise ou ne puisse plus être communiqué.

Pour prendre un exemple dans le champ des archives (car les bibliothèques ne sont pas les seules concernées), les Archives nationales ont numérisé, à des fins de conservation, la collection d'affichesconstituée par le Comité d'histoire de la deuxième guerre mondiale, difficilement communicable en raison, notamment, du format de certains documents. Les images correspondant à des documents sous droit ne sont consultables que localement. Frédéric Blin, conservateur à la BNU de Strasbourg m'indiquait récemment que son établissement avait fait de même pour certains fonds d'affiches. Ces documents, souvent de grande taille et fragiles, sont difficiles à communiquer physiquement au lecteur, et cette opération finit rapidement par altérer les supports, d'où l'intérêt de pouvoir les numériser pour communiquer à la place une version numérique.

Christophe Alleaume semble également ignorer que beaucoup de supports physiques se dégradent rapidement, et en tout cas, beaucoup plus vite que les droits d'auteur ne s'éteignent (vie de l'auteur + 70 ans, 140 ans en moyenne !). C'est le cas pour beaucoup de papiers acides ou de mauvaise qualité, employés dans la première moitié du XXème siècle, qui s'autodétruisent. Ce fléau affecte tout particulièrement la presse, mais d'autres supports sont sujets à des phénomènes similaires, comme des photographies ou des bandes magnétiques, et même les CD ont une durée de vie très courte  (10 ans ?), qui justifie que des plans de sauvegarde doivent d'ores et déjà être mis en place !

La question sous-jacente et alors la suivante : eu égard aux coûts d'une opération de numérisation faite dans les règles de l'art, peut-on décemment penser qu'un auteur préférerait voir son oeuvre disparaître purement et simplement, plutôt que de percevoir quelques deniers pour cette opération, si tant est que le moindre centime lui parvienne au terme de la nouvelle usine à gaz de gestion collective qu'il faudrait mettre en place pour organiser ce type de rémunération ?

J'irais même plus loin. J'ai déjà écrit – et je persiste – que l'exception conservation est avant tout un “trompe-l'oeil juridique”, tout comme la plupart des exceptions votées lors de la loi DADVSI. Passée méthodiquement à la moulinette de la navette parlementaire, l'exception a été déjà été assortie de multiples restrictions, qui la rendent très difficile à mettre en oeuvre en bibliothèque. Tout ceci fait que cette exception reste d'un usage limité parmi les établissements français, bien loin de cette image de machine à détruire la création qu'en donne Christophe Alleaume. Et ce sont pourtant de nouvelles restrictions que cet expert Hadopi voudrait voir encore rajoutées dans la loi, avec en prime, une rémunération à verser ! Autant dire que si l'on fait cela, l'exception conservation ne sera plus du tout utilisée en France et que les oeuvres pourront pourrir doucement au fond de nos magasins !

Voilà la réalité de l'exception conservation en France, une fois mis de côté les fantasmes des juristes de salon !

Mais tout comme la rigueur juridique, le souci de la réalité n'est manifestement pas le but premier visé par ces attaques contre l'exception conservation. Leurs motivations sont essentiellement d'ordre symbolique et idéologique.

Dans le collimateur : la gratuité

Christophe Alleaume avoue lui-même qu'au fond, la réalité des faits lui importe peu. Dans son droit de réponse sur Actuallité, il dit bien :

Tant mieux si, comme l'affirme monsieur GARY – ce que nous ne remettons pas en cause –,  les établissements culturels n'abusent pas de leur pouvoir.

Son propos ne vise pas à dénoncer directement un usage abusif de l'exception par les bibliothèques, mais l'attaque vise le fait même, pour le principe, que l'exception conservation ne fasse pas l'objet d'une compensation financière. C'était d'ailleurs également le sens de son intervention au Sénat, où il avait mis en cause le fait que les exceptions auraient été multipliées “sans avoir été compensées pour les auteurs“.

Ce qui dérange, ce n'est donc pas en tant que tel le fait que des copies multiples puissent être faites, mais qu'un usage d'une oeuvre protégée puisse être opéré à titre gratuit, au nom de l'intérêt général. La charge vise donc la gratuité et elle s'appuie sur une idéologie du droit d'auteur qui ne tolère pas que des principes supérieurs à ce droit puissent justifier des usages gratuits.

Pan gratuité ! (Magnum. Par Zorin Denu. CC-BY-NC-ND. Source : Flickr)

Ces attaques contre la gratuité sont à vrai dire à la mode et tout à fait dans l'air du temps. Lors du vote de la loi sur les livres indisponibles, nous avons pu voir notamment Hervé Gaymard défendre exactement la même idéologie du droit d'auteur compris comme un droit absolu à ce que qu'aucun usage ne se fasse jamais à titre gratuit.

Le Sénat avait en effet introduit une disposition qui aurait permis aux bibliothèques de recevoir des autorisations d'usage, à titre gratuit, pour des oeuvres orphelines non-réclamées au bout de dix ans par leurs titulaires. Rapidement, cette disposition (dont l'effet pratique aurait sans doute été très limité) est devenu littéralement le chiffon rouge de ce texte et l'article à abattre pour la majorité. Il est d'ailleurs intéressant de constater que le mécanisme a rapidement été assimilé à une exception au droit d'auteur, pour le mieux le discréditer (et ce, en dépit une fois encore de la plus élémentaire rigueur juridique).

Au final, devenu point d'achoppement principal entre la majorité et l'opposition, il a fini lui-aussi laminé par la moulinette des amendements en Commission paritaire, jusqu'à ce qu'il n'en reste plus, une fois encore, qu'un “trompe-l'oeil” vidé de sa substance et inutile.

Dominique Gillot, sénatrice à l'origine de ce mécanisme d'exploitation gratuite des orphelines, a tenté de défendre sa mesure par ces mots :

Nous défendons comme vous les droits d'auteur, mais considérons que le législateur doit valoriser les bibliothèques, outils de formation et d'accès à la lecture. Beaucoup craignent, avec le développement de l'Internet, de les voir disparaître. Nous devons leur témoigner notre soutien. C'est une question de symbole.

Ce à quoi, Hervé Gaymard a répondu :

Le symbole compte aussi pour le droit d'auteur.

Plus que la rigueur juridique, plus que la réalité économique, c'est le symbole avant tout que représente l'usage gratuit qui compte désormais et c'est la même idéologie du droit d'auteur que l'on retrouve à l'oeuvre, chez Gaymard et chez Alleaume. A ce propos, j'avais écrit ceci :

La vérité, c'est que nous sommes arrivés à un stade où toute forme d'accès gratuit à la culture dérange, fût-ce au nom de l'intérêt général, et que l'exploitation commerciale est conçue comme l'alpha et l'omega en matière de droit d'auteur. Le droit à la culture, à la connaissance et à l'information sont systématiquement balayés face à la toute puissance de la propriété intellectuelle, conçue comme un dogme que rien ne doit entamer.

Notons que cette chasse systématique à la gratuité (chasse Alleaume !) est typiquement française, pays de Beaumarchais et d'Hadopi. Aux Etats-Unis, le fair use (usage équitable), ainsi que d'autres exceptions bénéficient assez largement aux bibliothèques, sans faire l'objet d'une compensation financière. En 2008, une étude commandée par l'OMPI au professeur Kenneth Crews avait montré que loin d'être une anomalie française, l'exception conservation existait dans 72 pays dans le monde. Et elle n'est JAMAIS compensée. Nulle part ! Parce ce qu'on estime qu'il relève de l'intérêt général que les oeuvres menacées de destruction soient sauvegardées. Mais peut-être ne sait-on plus ce qu'est l'intérêt général en France, à force de prêter une oreille complaisante aux intérêts privés…

Voilà donc l'idéologie à l'oeuvre derrière les propos de Christophe Alleaume. Elle s'en prend ici aux bibliothèques pour le symbole qu'elles représentent encore au sein de la Culture, mais livrons-nous à un petit exercice de science-fiction juridique pour voir jusqu'où une telle logique pourrait nous entraîner…

Bienvenue sur la planète Alleaume

Cher lecteur, je te convie à un petit voyage en navette spatiale, jusqu'à la Planète Alleaume, où enfin tout usage gratuit d'une oeuvre protégée a été systématiquement éradiqué. Il s'agit d'un véritable paradis de la Création et de l'Esprit, avec cependant quelques menues différences par rapport à la terre.

Planète Alleaume en vue ! (Dark Planet. Par Dioboss. CC-BY-SA. Source : Flickr)

En premier lieu, sur la planète Alleaume, on a heureusement mis fin à ce scandale intolérable que constituait le fait de pouvoir faire de courtes citations sans payer les auteurs. Comment avait-on pu tolérer pendant si longtemps que les créateurs soient ainsi martyrisés dans leur chair et dans leur âme par cette insupportable débauche de gratuité ? Des barèmes très précis ont été mis en place suite à une – toujours – fructueuse collaboration entre le Gouvernement et les sociétés de gestion collective.

Une équation fort simple, prenant en compte le nombre de caractères au centimètres carré, pondérés par la racine cubique de la taille de la police et du support, permet de calculer les sommes légitimement prélevées sur chaque citation. Pour goûter tout l'intérêt de cette mesure, sachez par exemple que sur la planète Alleaume ce simple billet comportant 9 citations aurait permis de générer 6 euros et 13 centimes, dont une partie aurait pu bénéficier au sieur Alleaume lui-même, puisque j'emprunte quelques uns de ces propos fleuris d'expert Hadopi ! Par contre, en raison des mécanismes savants de gestion collective nécessaires pour accomplir ce bienfait de l'Humanité, les auteurs sont également obligés de payer pour se citer eux-mêmes, mais ils en sont très heureux, car ils donnent ainsi le bon exemple et cela évite de laisser le moindre interstice possible à la gratuité.

Une autre exception a pareillement été remaniée sur la planète Alleaume, qui constitue sur Terre une injure à l'Intelligence et cause la mort directe par famine de centaines de milliers de créateurs : il s'agit de la représentation dans le cadre du cercle de famille. Sur la planète Alleaume, l'achat d'un CD ou d'un DVD ne vous dispense pas de payer une somme d'argent chaque fois que vous en jouissez chez vous, avec vos proches. Quoi de plus normal, car comment pourrait-on tolérer que l'usage d'une oeuvre puisse avoir lieu gratuitement ? La gestion de cette exception est très simple. Il a suffit d'implanter une petite puce dans tous les appareils de lecture qui alerte immédiatement une société de gestion collective de votre usage, laquelle débite directement votre compte en banque. Les citoyens de la planète Alleaume ne se plaignent nullement de l'intrusion dans leur vie privé, ayant bien conscience que celle-ci est peu de chose comparé à l'objectif supérieur d'empêcher toute gratuité. Un système similaire est prochainement à l'étude pour les livres papier, mais pour l'instant, les lecteurs doivent envoyer un formulaire dûment rempli chaque fois qu'ils ouvrent un livre (ce qu'ils font d'ailleurs de moins en moins).

Enfin, même si cette mesure a semblé plus douloureuse à mettre en place sur un plan symbolique, il n'était pas tolérable sur la planète Alleaume de laisser persister la gratuité pour l'exception bénéficiant aux handicapés, qui leur permet d'obtenir des oeuvres adaptées. Afin que la réforme ne soit pas trop vexatoire pour des personnes déjà éprouvées cruellement par le destin, une élégante taxe sur les cannes blanches et les lunettes noires a été instaurée, sur le modèle de la taxe pour copie privée. Elle génère trois cacahuètes et demi par an, mais permet de clamer haut et fort que sur la planète Alleaume, la gratuité a bel et bien été éradiquée.

Les auteurs n'en sont pas plus riches, mais on vient de tous les coins de la galaxie pour visiter les somptueux palais de marbre et de jade des sociétés de gestion collective, avec leurs fontaines de champagne jaillissant, leurs plafonds d'or et leurs statues de crystal. La pyramide d'argent et de diamant des professeurs de droit de la propriété intellectuelle vaut également le détour. Pour leur charme romantique, on conseille également de visiter quelques ruines de bibliothèques, dont certaines sont encore joliment préservées, ce qui constitue d'ailleurs sur la planète Alleaume le métier des anciens conservateurs.

Les exceptions, la ©orde au cou

On me dira sans doute que j'exagère ! (Si peu pourtant ;-)

Pour autant, la sortie de Christophe Alleaume contre l'exception conservation s'inscrit bel et bien dans un climat général de franche hostilité envers les exceptions. Et vous me direz dans quelques paragraphes si j'exagère !

Les exceptions ont de plus en plus de mal à respirer dans ce pays (Hanging Rope. Ryan. J. Nicholson. Source : Flickr)

 Lors du dernier Salon du livre par exemple, le SNE a fait paraître (toujours sur Actualitté) un texte vibrant pour promouvoir la lecture. J'avais noté avec intérêt que le mot bibliothèque en est quasiment absent, sinon dans le paragraphe intitulé “Réaffirmer le droit d'auteur à l'ère du numérique”, lequel commence (tiens donc quelle surprise !) par une véritable communion avec les idées de M. Alleaume : une dénonciation du “mythe de la gratuité” !

Par un curieux retournement, le droit d'auteur, acquis révolutionnaire, droit de l'homme et liberté du créateur face au Prince, est désormais présenté par les nouveaux chantres de la gratuité comme liberticide et contraire à la liberté d'expression.

Plus loin on pourra apprécier des propos nuancés et fleuris concernant les exceptions au droit d'auteur (je vous invite à relire le passage en remplaçant “exception” par “plus grave fléau connu de l'humanité” et vous verrez que ça marche aussi) :

Lutter contre les atteintes au droit d'auteur au niveau européen et international

Pays du droit d'auteur, la France doit s'opposer fermement aux nouvelles exceptions mondiales au droit d'auteur.

[...] la France doit continuer de s'opposer fermement à toute demande de traité international sur les exceptions « bibliothèque» et « pédagogique », vu l'absence de carence du marché en la matière et le risque évident de porter atteinte à l'exploitation normale des œuvres.

A l'heure où l'édition a la lourde tâche de renouveler ses modèles économiques et de passer au numérique, il serait absurde de redéfinir le cadre juridique du droit d'auteur.

Mais oui, bien sûr ! Ce serait tellement absurde de vouloir changer le droit d'auteur si parfait que c'est sans doute pour cela qu'un nouveau traité est en préparation à l'OMPI en ce moment consacré aux exceptions et limitations du droit d'auteur en faveur des bibliothèques. Il comporte d'ailleurs de nombreuses dispositions qui entraîneraient des usages gratuits des oeuvres (dont l'exception conservation).

Mais nous pouvons visiblement compter sur le SNE pour éviter à tout prix que cette horreur ne parvienne jamais en France ! Nul doute qu'il y trouvera quelques alliés…

Et pour dire exactement où nous en sommes arrivés sur le sujet des exceptions, je noterai simplement que la semaine dernière, à l'occasion d'un vote important au sein d'une commission du Parlement européen, le résultat a été purement et simplement TRUQUÉ ! Oui, vous avez bien entendu, TRUQUÉ : alors que la commission comportait 23 membres votants, le texte a été repoussé par 14 voix contre 12, soit 26 (…). Or sur quoi portait ce vote ? Sur une exception en cours de négociation au niveau européen visant à instaurer une possibilité d'usage gratuit des oeuvres orphelines par les bibliothèques dans le cadre de leur mission d'intérêt public…

Alors ! Vous croyez toujours que j'exagère ? Réveillez-vous ! Voilà où nous en sommes !

L'objectif : “dégraisser” les exceptions ?

Mais revenons à ce cher Christophe Alleaume.

Le personnage possède un compte Twitter sur lequel il se prête volontiers à la discussion, ce qui est tout à son honneur et permet d'obtenir de très intéressantes informations sur sa vision des exceptions (je vous conseille d'essayer, ça marche à tous les coups).

Beurk ! Dégraissez-moi cet article L.122-5 ! (Ribeye. Par davidrdesing. CC-BY-NC. Source : Flickr)

Si l'on en croit ses propos, l'objectif de cet expert Hadopi semble d'arriver à “dégraisser” le code de propriété intellectuelle, belle expression ayant déjà opéré son charme dans d'autres domaines, et notamment son article L. 122-5 consacré aux exceptions.

Du muscle et pas du gras… sache donc, cher collègue bibliothécaire, que lorsque tu t'échines à numériser un ouvrage pour le sauver de la destruction et continuer à le communiquer à tes lecteurs, tu fais du gras. Et c'est bien logique, car dans l'optique Alleaume, le muscle, c'est celui qui active la pompe à fric pour rémunérer les ayants droit (nouvelle définition de l'intérêt général).

D'autres déclarations du sieur Alleaume sur son compte Twitter laissent quelque peu songeur :

Il y aurait donc de bonnes exceptions et de mauvaises exceptions, ce que je reconnaîtrais volontiers, sauf qu'à la différence de Christophe Alleaume, mon critère de distinction ne consiste pas dans la rémunération des titulaires, mais dans l'effectivité des usages qu'elles autorisent ! Et rappelons-nous encore qu'aux Etats-Unis, le fair use, parce qu'il est conçu comme la condition de possibilité de la liberté d'expression ne fait l'objet d'AUCUNE compensation !

Tout ceci ne serait pas si grave, après tout, si le sieur Alleaume n'était pas l'expert juridique retenu par Hadopi pour intervenir sur le chantier consacré aux exceptions au droit d'auteur. Or comme le fait remarquer @BlankTextField dans son billet l'un des objectifs de cette consultation consiste à :

 savoir si le développement des nouveaux usages numériques doit conduire à modifier la définition, la nature et la portée de certaines exceptions, en appréciant leur légitimité.

Apprécier la légitimité des exceptions ? Relisez ce billet et vous comprendrez qu'à la lumière des propos de Christophe Alleaume, on commence à voir plus clair concernant le sens de cette entreprise.

Laisserons-nous à Hadopi la question essentielle des exceptions ?

Test de mise en place du "DRM Alleaume", pour limiter par audestruction explosive les usages gratuits des livres en bibliothèque. La charge se déclenche notamment dès qu'on approche le livre d'un scanner. (Volume transpercé par un obus, provenant de la bibliothèque de Verdun. Domaine public. Source : Gallica/BnF)

Bien entendu, Christophe Alleaume, sentant sans doute qu'il avait été un peu trop loin dans sa réponse sur Actualitté a pris le soin d'apporter cette précision oratoire :

Sans doute, Alleaume parle-t-il en son nom, mais comment penser qu'une personne ayant des positions idéologiques si affirmées et n'hésitant pas à les semer aux quatre vents, alors même que la consultation dont il a la charge est en cours, puisse constituer un animateur équitable pour un débat portant sur un sujet aussi sensible que les exceptions au droit d'auteur en France ?

Ces faits ne font que confirmer des craintes plus générales qui portent sur la légitimité d'un organisme comme la Hadopi pour traiter le sujet des exceptions.

A vrai dire et je dois le porter au crédit de M. Alleaume, le texte même de la consultation constitue un travail remarquable. J'ai bien relevé quelques imprécisions (il est fait allusion à des photocopies dans la partie portant sur l'exception pédagogique, alors que la loi indique explicitement que l'exception ne s'applique pas à cette hypothèse). Mais passons…

Le texte pose de véritables questions, qu'il est très rare de voir abordées en France, comme par exemple l'opportunité d'introduire un fair use dans notre pays, la possibilité de créer un véritable “droit aux exceptions”, le fait de créer une exception pour le “prêt numérique”, et jusqu'à l'hypothèse d'une exception pour le partage non marchand des oeuvres en ligne !

D'autres que moi , comme Guillaume Champeau, qu'on ne peut soupçonner de connivences avec Hadopi, ont salué la parution de ce questionnaire qui “bouscule le droit d'auteur”, à un moment où nous avons besoin que les vraies questions soient posées (c'est-à-dire pas comme dans la campagne présidentielle, quoi…).

Mais je n'en ai été que plus déçu de lire ces propos de Christophe Alleaume sur l'exception conservation et tout l'arrière-plan idéologiques qu'ils charrient.

Toi aussi lecteur, tu as peut-être reçu comme moi un courrier de Jacques Toubon en personne, qui te dit combien il serait “iiiiiiiindispensaaaaable” que tu participes à cette consultation. Et tu as pensé que cela ferait sans doute plaisir à te mère que tu acceptes l'invitation.

Mais réfléchis bien à ce que tu vas faire… As-tu envie de participer à cette jolie opération d'Open Washing d'Hadopi, qui a l'instar des gros pollueurs pratiquant le Green Washing a sans doute trouvé là un excellent moyen de redorer son image, à un moment où sa survie est en jeu ?

Laisserons-nous réellement à Hadopi un sujet aussi essentiel que celui des exceptions au droit d'auteur ?

Vu le contexte démentiel de tensions autour des questions de propriété intellectuelle, le seul lieu où l'on pourrait espérer discuter du sujet des exceptions, c'est une commission parlementaire !

Les exceptions au droit d'auteur sont si importantes que les élus de la nation devraient s'en saisir, pour ouvrir un cadre équitable de débat.

Il se produit avec cette consultation sur les exceptions ce qu'on ne peut que déplorer à plus large échelle avec les Labs Hadopi. Voilà des lieux de haute “branchitude techno-juridique” où il devient de bon ton d'aller se montrer et où la société civile va se perdre. Mais c'est avant tout l'absence de cadre alternatif de débat qui créée cette opportunité pour Hadopi.

En cela, il faut sans doute remercier Christophe Alleaume d'avoir fait ainsi sortir le loup du bois et de nous laisser entrevoir la finalité de cette opération.

Cet éminent juriste (ou doit-on dire plutôt légiste, comme sous l'Ancien Régime ?) est bien entendu cordialement invité à venir exercer son droit de réponse sur S.I.Lex, si ça le chante.

En attendant, ami bibliothécaire, ne vient pas te plaindre ensuite, si tu laisses ainsi ce vol noir de corbeaux s'abattre sur tes exceptions #OuiJeSaisPointGodwin ;-)

PS : mille mercis à @BlankTextField pour sa vigilance, ses recherches et ses arguments sur le sujet. Merci aussi au boulot remarquable d'@ActuaLitte sur ces questions.

Retrouver tous les billets de Calimaq sur S.I.Lex

0 Commentaires

 

Aucun commentaire.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

La Bibliothèque nationale de France met en lumière les autrices oubliées

La Bibliothèque nationale de France annonce un nouveau cycle de conférences, consacré aux autrices oubliées de l'histoire littéraire. Quatre figures seront mises en avant, pour commencer, entre janvier et avril 2021 : Catherine Bernard, Marie-Anne Barbier, Marceline Desbordes-Valmore et Hélène Bessette. Les conférences seront bien sûr accessibles en ligne.

22/01/2021, 12:35

ActuaLitté

Une norme pour les catastrophes patrimoniales : journée professionnelle

La Bibliothèque nationale de France, le musée du quai Branly-Jacques Chirac et Sorbonne-Université s'associent avec l'Association française de normalisation (AFNOR) pour une conférence en ligne, ce lundi 25 janvier, consacrée à la norme volontaire NF ISO 21110 sur la préparation et la réponse aux situations d’urgence dans les bibliothèques, archives et musées.

21/01/2021, 15:47

ActuaLitté

Concours “WC et bibliothèques” : arranger soigneusement sa toilette

« Vous qui venez ici/ Dans une humble posture/ De vos flancs alourdis/ Décharger le fardeau… » Ah, Musset ! Alfred sera-t-il le parrain de l’initiative portée par l’Association des Bibliothécaires de France ? Pour l’année 2021, l’organisme a décidé de mettre en lumière le petit coin des établissements. « Sujet atypique, mais essentiel. » Certes... Alors, vos toilettes, à quoi ressemblent-elles ?

20/01/2021, 09:59

ActuaLitté

Crise Covid : Le difficile retour des usagers en bibliothèques

Au cours de la crise Covid de 2020, les librairies bénéficièrent d’un éclairage inouï. Considérées comme lieux privilégiés de l’accès au livre, on est venu – par de malhabiles pétitions… – à confondre l’objet et la lecture. Or, en la matière, l’ouverture des bibliothèques aurait certainement apporté plus de réponses. Comment ont-elles traversé la période ? Normandie Livre et Lecture propose un retour d’enquête

19/01/2021, 18:06

ActuaLitté

Des bibliothécaires se changent en tableaux vivants de maîtres

Sachant qu’ils ne profiteront plus autant de leurs établissements — couvre-feu oblige — les bibliothécaires s’adonnent à des activités plus ludiques que jamais. Ainsi, 18 bibliothécaires du Réseau des médiathèques du Beauvaisis se sont mis en scène à la façon du Getty Challenge. Au menu, quelques grandes œuvres de la peinture, reproduites pour des tableaux vivants parfois bien cocasses !

15/01/2021, 16:21

ActuaLitté

La BnF inaugure des Rendez-vous du jeu vidéo, une série de conférences

La Bibliothèque nationale de France collecte, à des fins patrimoniales, les jeux vidéo et consoles diffusés en France. Pour valoriser cet héritage vidéoludique et mettre en avant l'histoire de ce médium, l'établissement inaugure en 2021 les Rendez-vous du jeu vidéo, avec 5 conférences, de janvier à mai.

13/01/2021, 11:14

ActuaLitté

Le nouveau confinement au Québec réaffirme le rôle social des bibliothèques 

Les mesures concernant le confinement ont été resserrées partout au Québec ce samedi. Dans ce contexte, l’Association des bibliothèques publiques du Québec (ABPQ) souhaite préciser que les bibliothèques publiques qui le désirent pourront offrir des espaces d’études ainsi qu’un accès aux postes informatiques aux élèves et aux étudiants allant du primaire à l’université. 

12/01/2021, 09:11

ActuaLitté

20 ans de patrimoine écrit des bibliothèques françaises avec le Catalogue collectif de France

Instrument de coopération pour le monde des bibliothèques et de la documentation, le Catalogue collectif de France permet gratuitement de localiser documents, fonds ou institutions de conservation partout en France et dans tous types de bibliothèques.

07/01/2021, 15:40

ActuaLitté

Paris : réouverture des salles de lecture de la BnF, sous contraintes 

La bibliothèque rouvre peu à peu ses locaux et des mesures sanitaires ont été mises en place pour garantir une protection maximale. Des modalités d’accès, qui diffèrent en fonctions des salles, ont donc été annoncées par l’établissement. 

07/01/2021, 15:15

ActuaLitté

Que peut faire la bibliothèque dans une ville en crise ?

L’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) propose une journée d’étude intitulée « Ville en crises : mais que fait la bibli ? Bibliothèques et stratégies urbaines de résilience », organisée en visioconférence le vendredi 29 janvier 2021.

06/01/2021, 12:27

ActuaLitté

Une étude invite les bibliothèques à se passer des enceintes connectées

Les enceintes connectées font désormais partie du paysage technologique, et se sont même frayé un chemin jusqu'aux foyers. Ces appareils reliés à internet permettent d'accéder à toutes sortes de services rien qu'au son de la voix, mais soulèvent des questions cruciales sur la vie privée et la confidentialité des données. Deux chercheuses de l'université de l'Alabama invitent ainsi les bibliothécaires à soigneusement éviter l'enceinte Alexa d'Amazon.

05/01/2021, 10:09

ActuaLitté

Paris : les agents de la Bibliothèque Goutte d'Or interpellent Emmanuel Macron

La bibliothèque située dans le 18e arrondissement de Paris avait fermé ses portes au mois de novembre pour alerter sur l’insécurité grandissante qui sévissait aux abords de l’établissement. Déplorant des réactions trop mesurées des autorités et de la maire de Paris Anne Hidalgo, les agents ont signé une lettre ouverte, envoyée au président Emmanuel Macron, au préfet de Police et au procureur de la République de Paris.

 

23/12/2020, 17:00

ActuaLitté

Alain Colas reconduit à la tête de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

L'arrêté du 12 décembre 2020, publié au Journal officiel du 20 décembre, reconduit dans ses fonctions de directeur de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNUS) Alain Colas. Ce dernier dirige la « deuxième bibliothèque de France » depuis 2016.

21/12/2020, 08:28

ActuaLitté

Un congrès 2021 en ligne pour les bibliothécaires musicaux

L'ACIM, l'Association pour la coopération des professionnels de l'information musicale, organise son congrès 2021 en ligne, pour parer à toute éventualité sanitaire. L'événement se déroulera les 15 et 16 mars prochains, autour du thème « Accueil, marketing, advocacy : la bibliothèque musicale transmet ses valeurs et construit sa communication ».

18/12/2020, 16:23

ActuaLitté

Paris : la bibliothèque Goutte d'Or, dégradée, reste fermée

La série noire continue pour la bibliothèque Goutte d'Or, située dans le quartier du même nom, dans le 18e arrondissement de Paris. Alors que l'établissement devait rouvrir ses portes, plusieurs vitres ont été fracturées. L'équipe de la bibliothèque, qui dénonçait un climat de violence, a renoncé à la réouverture, pour le moment.

16/12/2020, 16:09

ActuaLitté

PNB : des prêts numériques en hausse de 78 % en 2020

Sans surprise, 2020 s'annonçait comme une année particulière pour les prêts de livres numériques. Confinés, parfois privés de librairies, les lecteurs français auront profité des collections dématérialisées des médiathèques, parfois pour la première fois. PNB, le système de prêt numérique porté par Dilicom, annonce des prêts en hausse de 78 % en 2020.

16/12/2020, 15:51

ActuaLitté

Les moniteurs étudiants de Saint-Barbe reconduisent leur grève

Le samedi 5 décembre dernier marquait le premier débrayage des moniteurs étudiants de la bibliothèque universitaire Sainte-Barbe, liée à l'université Sorbonne Nouvelle Paris III. Les grévistes, à nouveau mobilisés ce samedi 12 décembre, demandent des garanties à l'administration, en matière de protection et de sécurité, dans une période particulièrement difficile.

11/12/2020, 16:44

ActuaLitté

Wikipédia compte à nouveau sur les bibliothécaires pour #1Lib1Ref, en 2021

Chaque année, l'encyclopédie collaborative Wikipédia lance un appel général aux bibliothécaires pour améliorer la qualité et la fiabilité des informations mises en ligne. #1Lib1Ref, comme son nom l'indique, souhaite faire en sorte que chaque bibliothécaire participant ajoute au moins une référence, pour multiplier les sources secondaires dans l'encyclopédie.

10/12/2020, 11:04

ActuaLitté

Appel au don de livres après l'incendie d'une bibliothèque d'école maternelle

C’est une centaine d’écoliers qui, au matin du 17 octobre, se sont retrouvés sans bibliothèque. Dans la matinée du 16, un incendie parti d’un local technique ravageait l’espace de l’école maternelle Saint-Honoré de Fontainebleau. Ironie, le réfrigérateur, puis la gazinière ont pris feu, provoquant une lourde colonne de fumée…

09/12/2020, 17:10

ActuaLitté

Des étudiants grévistes à la Bibliothèque Sainte-Barbe

Au moment de la publication de cet article, l'établissement interuniversitaire n'est pas en mesure de garantir l'ouverture de ses locaux, ce samedi 5 décembre, et pour cause. Les moniteurs et monitrices étudiants de la Bibliothèque Saint-Barbe (Sorbonne Nouvelle Paris 3) ont déposé un préavis de grève pour tout le mois de décembre. Ils dénoncent une précarité aggravée par la crise sanitaire.

04/12/2020, 17:29

ActuaLitté

Une université japonaise ouvrira une bibliothèque Haruki Murakami en 2021

Auteur toujours évincé du Prix Nobel, Haruki Murakami pourra toutefois se vanter d'avoir une bibliothèque à son nom. L'université de Waseda, à Tokyo, prévoit en effet pour 2021 l'ouverture d'un établissement dédié à l'œuvre de l'auteur de Kafka sur le rivage, pensé par l'architecte japonais Kengo Kuma. La Waseda International House of Literature abritera notamment les archives données par Murakami il y a quelques années.

03/12/2020, 10:43

ActuaLitté

Bibliothèques : une infographie expose le protocole sanitaire après le 28 novembre

Dès ce samedi 28 novembre, les bibliothèques territoriales seront vivement invitées à réouvrir leurs portes au public, après plusieurs semaines de fonctionnement en « clique et collecte » pour certaines. Comme d'habitude, l'interprofession et les associations professionnelles ont conçu un protocole sanitaire strict, détaillé en une infographie.

27/11/2020, 12:55

ActuaLitté

Malgré la grève des agents, la BnF rouvre ses salles de lecture

Ce mardi 24 novembre, à partir de 10h, les salles de lecture de la Bibliothèque de recherche rouvrent leurs portes sur les sites François-Mitterrand, Richelieu, Arsenal et Opéra, annonce la Bibliothèque nationale de France (BnF). Réunie en assemblée générale le jeudi 19 novembre à l'appel de l'intersyndicale, une partie des agents de l'établissement avait voté la grève, pour trois jours à partir de ce même 24 novembre. Le mouvement est reconductible.

24/11/2020, 09:55

ActuaLitté

L'ABF publie un nouveau “Code de déontologie des bibliothécaires”

17 ans après sa première version, le Code de déontologie proposé par l'Association des Bibliothécaires de France s'enrichit et se transforme légèrement. Il devient ainsi le « Code de déontologie des bibliothécaires », et non plus « du bibliothécaire », et corrige « des obsolescences et insuffisances de formulation et de contenu », indique l'organisation professionnelle.

23/11/2020, 16:31

ActuaLitté

Le développement durable au coeur des préoccupations des bibliothécaires

Si le pangolin a largement été disculpé dans cette grossière histoire de virus planétaire, il n’en aura pas moins ouvert les yeux sur deux ou trois dysfonctionnements mondiaux. Comme la démultiplication des voyages, avec pour conséquence de dégrader l’environnement – réchauffement climatique, gaz à effets de serre, et on en passe et on en oublie. Mais on se mobilise tout de même.

23/11/2020, 15:23

ActuaLitté

Bibliothèque : des ressources en ligne pour des projets de médiation numérique

La médiation numérique en bibliothèque faisait partie des grandes orientations données à la politique dans les établissements par le ministère de la Culture, avant même la crise liée au Covid, qui a renforcé les besoins — et les inégalités — en matière de numérique. L'agence Auvergne–Rhône-Alpes Livre et Lecture propose une publication, Médiation numérique en bibliothèque et ailleurs, accompagnée de quarante fiches projets, pour ne jamais être à court d'idées...

23/11/2020, 09:44

ActuaLitté

Covid : trois jours de grève reconductibles votés par les agents de la BnF

L'assemblée générale des personnels, organisée en partie physiquement et en partie en visio, ce jeudi 19 novembre à la BnF, s'est achevée sur le vote de trois jours de grève, à partir du mardi 24 novembre prochain. Ce jour-là, la Bibliothèque nationale de France devait rouvrir ses portes au public, sous certaines conditions. Cette réouverture inquiète les personnels et les organisations syndicales, dans un contexte sanitaire toujours tendu.

19/11/2020, 16:15

ActuaLitté

Violences : “Quarante dealers opèrent devant les portes” de la bibliothèque

Voici quelques jours, la mairie de Paris recevait des personnels de la bibliothèque Goutte d’or (XVIIIe) un courrier d’alerte. Ces derniers faisaient état de conditions de travail inimaginables, alors qu’une vague de criminalité a littéralement pris possession du territoire. Pour l’heure, la mairie semble plus préoccupée par la réouverture des librairies… 

19/11/2020, 14:23

ActuaLitté

De nouveaux membres au conseil d'administration de la Bpi

La Bpi, Bibliothèque publique d'information du Centre Pompidou, accueille de nouveaux membres au sein de son conseil d'administration, selon un arrêté du 12 novembre 2020 signé par la ministre de la Culture. Quatre nouveaux membres rejoignent le CA, nommés en raison de leur compétence dans le domaine.

19/11/2020, 10:48

ActuaLitté

6,2 millions de Français inscrits dans les bibliothèques publiques, en 2020

Belle hausse des inscriptions en bibliothèques, pour l'année 2020 : 6,2 millions de Français ont une carte de bibliothèque en 2020, selon le relevé établi par le ministère de la Culture. Évidemment, le coronavirus n'est sans doute pas étranger à cette croissance, qui réjouira assurément les professionnels de la lecture publique.

19/11/2020, 10:16

ActuaLitté

Bilan : les livres canadiens les plus empruntés dans les bibliothèques, en 2020

Comme chaque année, l'organisme BookNet Canada propose un petit bilan des opérations en bibliothèques, avec un relevé des ouvrages signés par des auteurs canadiens les plus empruntés dans les établissements de prêt du pays. En 2020, Margaret Atwood, Louise Penny et Malcolm Gladwell sortent grands gagnants de ce classement, et Robert Munsch domine la catégorie jeunesse...

18/11/2020, 12:22

ActuaLitté

Japon : les bibliothèques autorisées à envoyer des ebooks directement aux usagers ?

Au Japon, l'agence pour les Affaires culturelles a jeté un véritable pavé dans la mare, un pavé numérique, pour être précis. L'administration propose une révision des lois sur le droit d'auteur, pour permettre aux bibliothèques d'envoyer une partie ou l'intégralité d'une œuvre au format numérique à un usager, accessible sur les smartphones et ordinateurs, et qu'il serait même possible d'imprimer.

17/11/2020, 11:10

ActuaLitté

Comment la Bibliothèque apostolique vaticane se protège des pirates

Confortablement installée dans le palais du Vatican, la Bibliothèque apostolique n'est pas pour autant à l'abri des menaces modernes. L'établissement patrimonial recevrait une centaine de menaces numériques par mois, qui visent à la fois la structure de la bibliothèque numérique et les collections. Pour faire face à ces risques et éviter les piratages, la Bibliothèque apostolique vaticane s'est offert les services d'une intelligence artificielle...

09/11/2020, 12:09

ActuaLitté

Du prêt numérique au prêt à domicile : l’évolution des bibliothèques

Le réseau des bibliothèques italiennes a su s’adapter aux urgences de la pandémie : le nombre de prêts numériques a remarquablement augmenté au printemps dernier et l’extension généralisée du système de prêt à domicile sera bientôt effective pour plusieurs établissements. 

09/11/2020, 09:46

ActuaLitté

La Bibliothèque nationale de France accueillera du public sur rendez-vous

Le décret n° 2020-1358 du 6 novembre 2020 vient préciser les mesures sanitaires prises pour faire face à l'épidémie de SARS-CoV-2 en France, quelques semaines après le texte principal, le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020. On apprend cette fois que la Bibliothèque nationale de France pourra accueillir du public, mais uniquement sur rendez-vous.

09/11/2020, 09:40

ActuaLitté

Bibliothèques : assurer une continuité des services, sans négliger “santé” et “sécurité”

Restée silencieuse dans les premiers jours du deuxième confinement, l'Association des Bibliothécaires de France (ABF) s'exprime sur la continuité des services dans les établissements. L'organisation professionnelle souligne la difficulté d'organiser et de maintenir un système de commandes et de retraits, pour les personnels, mais rappelle que « la sécurité sanitaire de tous et toutes » reste primordiale.

03/11/2020, 15:25

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Un troisième confinement envisagé pour Emmanuel Macron

Redoutée depuis plusieurs jours, avec la propagation des variants britannique et sud-africain, l’annonce d’un nouveau confinement devient imminente. D'après le JDD qui évoque « une question de jours », le président de la République préparerait une intervention – mercredi selon toute vraisemblance, au sortir du conseil de défense. Selon les sources qu'avance le journal, « la décision est sur le point d’être prise ». Restent les quand et comment.

24/01/2021, 17:20

ActuaLitté

Le Virus de la recherche court toujours, aux Presses universitaires de Grenoble

Les Presses universitaires de Grenoble (PUG) avaient mis en œuvre, dans les premières semaines de l'épidémie de Covid-19, une collection de textes courts consacrés à cette dernière. Une saison 2 est annoncée, et les textes sont toujours gratuits pour une lecture en ligne, et téléchargeables aux formats PDF ou EPUB pour 0,99 €.

22/01/2021, 14:37

ActuaLitté

L’historien Alessandro Barbero déplore l’état des bibliothèques en Italie

Dans un article publié dans La Stampa, l’historien italien, connu du grand public grâce à ses podcasts et conférences, dénonce l’abandon dans lequel se trouvent les bibliothèques italiennes : désertes et désertées par le public, seul le prêt (parfois à domicile) leur est consenti. Il déplore « l’état comateux » des établissements italiens.

22/01/2021, 14:33

ActuaLitté

Cat Stevens publie un livre jeunesse, d'après une de ses chansons

À partir d'un certain âge, ou d'un nombre d'années de carrière, les vétérans du rock ou de la musique folk semblent se tourner vers la littérature jeunesse. Après Bob Dylan, Paul McCartney ou encore Bruce Springsteen, c'est Cat Stevens, pourtant connu sous le nom Yusuf Islam depuis quelques années, qui publie un ouvrage sous ce nom, intitulé Peace Train, chez HarperCollins.

22/01/2021, 12:15

ActuaLitté

La bibliothèque présidentielle de Donald Trump ouvre ses portes numériques

Les Archives nationales américaines ont ouvert ce 20 janvier la bibliothèque numérique consacrée à Donald Trump. Le site recense entre autres les entrées web et comptes réseau dédiés à l’archivage des années présidentielles du milliardaire. Idéal pour les nostalgiques de ces 4 années riches en rebondissements…

22/01/2021, 11:45

ActuaLitté

Rapport Racine : près de 500 signataires pour un boycott du FIBD d'Angoulême

Comme en 2020, l'édition 2021 du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême sera revendicative, pour les auteurs. Ou ne sera pas : une tribune, réunissant près de 500 signatures à l'heure de la publication de cet article, assure que les artistes-auteurs seront prêts à appliquer « le boycott total du versant public du Festival d’Angoulême », en juin 2021, si le Rapport Racine n'est pas suivi de plus d'effets.

22/01/2021, 09:54

ActuaLitté

Death Note censuré en Russie, pour violence excessive...

Un tribunal russe vient de rendre justice — et les utilisateurs lui feraient volontiers rendre gorge. En effet, plusieurs sites de streaming se voient interdire la diffusion de l’anime Death Note, ainsi que d’autres mangas qualifiés de violents par la décision. Au menu, Tokyo Ghoul et Inuyashiki, qui sont également frappés d’ostracisme par le verdict.

22/01/2021, 09:45

ActuaLitté

Dilibel reste en Belgique pour “privilégier la qualité de service de proximité“

L’instauration du prix unique du livre en Belgique n’allait pas sans poser quelques interrogations aux libraires. Si la majorité des groupes français officiant outre-Quiévrain ont appliqué une tarification unique entre France et Belgique, le groupe Hachette Livre faisait de la résistance. Et le Syndicat des Libraires francophones de Belgique faisait les gros yeux, menaçant même de boycott, à demi-mot. 

21/01/2021, 18:35

ActuaLitté

Thomas Rabe reconduit à la tête de Bertelsmann jusqu'en 2027

Le PDG du groupe Bertelsmann, Thomas Rabe, a été reconduit dans ses fonctions pour un troisième mandat, comme l'indique un communiqué du conseil d'administration du groupe médiatique. Rabe devrait ainsi rester en poste jusqu'au 1er janvier 2027.

21/01/2021, 18:00

ActuaLitté

L'auteure camerounaise Hermine Yollo en résidence à Bordeaux

L'auteure camerounaise Hermine Yollo est accueillie en résidence à La Prévoté à Bordeaux, du 6 janvier au 15 février 2021, dans le cadre d’un partenariat entre l’Institut des Afriques (IdAf) et l'agence du livre en Nouvelle-Aquitaine ALCA. Elle est la lauréate de la résidence d’écriture francophone « Afriques-Haïti 2021 ».

21/01/2021, 17:09

ActuaLitté

Paris : une médiathèque portera le nom de James Baldwin

Le permis de construire a été validé l’été dernier. La première médiathèque du XIXe arrondissement sera nommée en l’honneur du célèbre écrivain, figure de l’émancipation des Afro-américains et des homosexuels aux États-Unis.

21/01/2021, 16:12

ActuaLitté

La Hongrie impose un avertissement sur un livre aux thématiques LGBT

Emboîtant le pas à la Russie, notamment, la Hongrie vient d'imposer à une association la mise en place d'un avertissement sur la couverture d'un livre pour enfants abordant des thèmes LGBT, intitulé Meseország mindenkié (Le pays des merveilles est ouvert à tous). L'organisation Labrisz, qui milite pour les droits des personnes homosexuelles, bisexuelles et transsexuelles, avait conçu l'ouvrage pour inciter au respect de tous et toutes...

21/01/2021, 11:28

ActuaLitté

La direction générale des médias et des industries culturelles s'étoffe

Suivant la nouvelle organisation du ministère de la Culture, la direction générale des médias et des industries culturelles s'est dotée de nouveaux départements et bureaux, y compris au sein du service du livre. Le Journal officiel révèle désormais les quelques noms à la tête de ces départements.

21/01/2021, 10:38

ActuaLitté

En 2019, Amazon France enregistrait près de 3 accidents du travail par jour

Depuis son ouvrage de 2013, En Amazonie. Infiltré dans le “meilleur des mondes”, le journaliste Jean-Baptiste Malet détaille le fonctionnement de la société de Jeff Bezos en France. Et ailleurs. Il vient de publier dans L’Humanité un nouvel article, faisant état de révélations sur les « données statistiques pourtant élémentaires concernant les conditions de travail dans les entrepôts français ». Un véritable choc. 

21/01/2021, 10:26

ActuaLitté

Investiture : la bible de Douai réunit Joe Biden et Kennedy, 60 ans plus tard

La tradition veut que lors de la cérémonie d’investiture, le président américain prête serment sur la Bible. Un procédé certes très inclusif pour qui ne s’y reconnaît pas, mais on ne déroge pas aux vieilles habitudes. Joe Biden, qui est catholique, a cédé au rituel, avec une vieille bible familiale de 127 ans. Et qui appartient aux Biden depuis 1893. 

21/01/2021, 10:10

ActuaLitté

Fayard orchestre le retour de Mein Kampf en librairie

Tombé dans le domaine public en 2016, le texte fondateur de l’antisémitisme nazi aura droit à une nouvelle édition française. Fayard prévoit de commercialiser cette version critique courant 2021. Cette version des écrits d’Adolf Hitler comprend un appareil critique conséquent de près de 500 pages. D’abord édité en polonais par Bellona, le texte sera disponible en français cette année.

20/01/2021, 17:09

ActuaLitté

Marseille : la librairie Transit à la recherche d'un nouveau local

La Librairie Transit, installée depuis 8 ans au 45, boulevard de la Libération, à Marseille, recherche activement et de manière plutôt urgente un nouveau local. Le risque encouru est simple : cesser son activité. La structure associative doit quitter les lieux le 10 mars 2021 au plus tard.

20/01/2021, 16:50

ActuaLitté

Les ventes internet sauvent le résultat 2020 de Fnac Darty

Autant se réjouir des bonnes nouvelles quand elles se profilent : le groupe Fnac Darty, avec un petit mois d’avance sur les résultats définitifs, présente une estimation des revenus 2020. Une croissance de 0,6 % sur le chiffre d’affaires global, avec un quatrième trimestre à près de 10 % de hausse. Le tout, grâce à internet : les ventes en ligne auront représenté 29 % des ventes globales, soit 10 % de mieux qu’en 2019.

20/01/2021, 15:18

ActuaLitté

En conflit avec Cyber Scribe, Dilicom renonce à facturer les éditeurs en 2021

La structure Dilicom, pointée par son partenaire CyberScribe, n’avait pas encore pris officiellement la parole. Pourtant mise en cause, la directrice générale, Véronique Backert vient d’adresser aux éditeurs un email apportant plusieurs précisions sur le conflit ouvert. Précisant par ailleurs que la rupture qui intervient entre les sociétés n’a « pas à être mise selon moi sur la place publique ».

20/01/2021, 13:14

ActuaLitté

Amanda Gorman, 22 ans, déclamera un poème à l'investiture de Biden

Ce 20 janvier prendra place l'investiture de Joe Biden, qui deviendra à cette occasion le 46e président des États-Unis. Comme le veut une tradition démocrate mise en place depuis John F. Kennedy en 1961, un poème, composé spécialement, sera lu à cette occasion. Amanda Gorman, jeune poétesse à la carrière déjà fulgurante, a signé un texte intitulé « The Hill We Climb » (La colline que nous gravissons).

20/01/2021, 12:03

ActuaLitté

Bouquins aborde “le plus bel âge de sa vie”

« On s’émancipe à tout âge. Bouquins a attendu quarante ans avant de devenir une maison d’édition à part entière. C’était le rêve de Guy Schoeller, le fondateur, de ne dépendre que de lui-même — ce qu’il faisait déjà en grande partie. Rêve aujourd’hui exaucé », se réjouit Jean-Luc Barré, le directeur. Qui dévoile par là même les grandes lignes à venir de la maison.

20/01/2021, 09:06

ActuaLitté

“Pas de contrat pour les traîtres” : l'édition fait payer l'attaque du Capitole

« Pas de contrat d'édition pour les traîtres. » L'intitulé de la pétition est fort, mais celle-ci fédère déjà de nombreux travailleurs de l'industrie du livre américaine, des auteurs aux éditeurs, en passant par les responsables des ventes et les agents. Ils revendiquent un blocage complet et sans exception des contrats d'édition passés avec des membres de l'administration de Donald Trump.

19/01/2021, 16:05

ActuaLitté

Alain Mabanckou à la tête de la collection Poésie Points

EXCLUSIF – « Je considère la poésie comme l’un des langages primordiaux vers lesquels nous nous retournons lorsque, dans sa course effrénée, le Temps ne nous permet plus que la capitulation et la désertion comme alternative », écrit Alain Mabanckou. À compter du 25 février, le romancier reprendre la collection de poésie, aux éditions Points. Un ensemble d’ouvrages comme lieu de convergences de voix venues des quatre coins du monde — débutantes, majeures ou classiques…

19/01/2021, 15:53

ActuaLitté

Coup de poing : des lectures “dont vous ne sortirez pas indemnes”

Six titres pour l’instant, mais un label en forme de crochet du gauche — les plus dangereux… La maison J’ai lu amorce un nouveau label éditorial réunissant différents titres, avec pour tous, le choc en ligne de mire. Et une punchline — d’autant plus appropriée ici… —, « les lectures dont vous ne sortirez pas indemne ».

19/01/2021, 15:15

ActuaLitté

À Strasbourg, une librairie emblématique ferme ses portes

La librairie-papeterie Broglie, située sur la place du même nom à Strasbourg, fermera ses portes le 27 février prochain. Un commerce du livre occupait les lieux depuis 1918, d'abord sous l'enseigne Berger-Levrault, puis Muller, avant de devenir Broglie en 2001. En l'absence de repreneurs, la librairie devrait disparaître.

19/01/2021, 12:49

ActuaLitté

Publier Mein Kampf, pour mettre en garde les générations futures

Publier les écrits du dictateur allemand n’est pas sans risques : la nouvelle traduction que propose le professeur Eugeniusz Cezary Król n’a pas vocation à toucher le grand public. Au contraire : elle se destine principalement aux universitaires et chercheurs qui travaillent sur le totalitarisme. Une édition critique qui sera la première en Pologne, à paraître ce 20 janvier…

19/01/2021, 12:24

ActuaLitté

L'Italie se dote d'un Prix Andrea Camilleri, pour promouvoir lecture et écriture

Personne ne doutait que l’héritage du romancier sicilien Andrea Camilleri se bornerait aux ouvrages qu’il a laissés. La ville de Varallo Pombia (région du Piémont), accueille l’école Andrea Camilleri, qui a institué le premier prix national de littérature. Et bien entendu, ce dernier porte le nom de l’auteur d’Empedocle.

19/01/2021, 11:16

ActuaLitté

John Bolton, mis en cause pour son livre, pourra se défendre

Le ministère de la Justice américain ne lâche pas l'ex-conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, John Bolton, après la publication de son livre, La pièce où ça s'est passé (traduit par Gregory Berge, Talent Éditions). Mais le juge fédéral Royce Lamberth vient de contrarier sa procédure, en accordant à la défense de Bolton le droit de plaider sa cause.

19/01/2021, 10:45

ActuaLitté

En Australie, les ventes de livres en hausse en 2020

Tous les marchés du livre, dans le monde, n'auront pas connu la récession en 2020. L'Australie fait ainsi état d'une hausse des ventes, en valeur, de 7,8 % en 2020, par rapport à l'année précédente. Malgré (ou grâce au ?) le Covid, les ventes de livres atteignent 1,25 milliard $ sur les douze derniers mois.

18/01/2021, 17:13

ActuaLitté

Neneuil, figure littéraire de Bordeaux, est décédé

Une figure littéraire bordelaise s'en est allée, ce samedi 16 janvier : Neneuil, bien connu pour sa bibliothèque/librairie de rue installée près du Palais des Sports, est décédé. Depuis 2015, Dominique, sans domicile, collectait des ouvrages qu'il proposait aux passants, en accès libre, en échange ou contre un peu de monnaie.

18/01/2021, 11:42

ActuaLitté

Interforum fournira les librairies belges depuis la France 

La semaine passée, les libraires de Belgique adressaient un message sans ménagement au groupe Hachette Livre, et sa filiale Dilibel. Cette dernière, accusée de maintenir une surtaxe sur le coût des livres importés de France, est menacée de boycott, tout bonnement. En effet, Hachette maintient un delta entre le prix France et le prix Belgique — alors que les ouvrages devraient être commercialisés à un prix unique. 

18/01/2021, 10:28

ActuaLitté

Les soutiens économiques au monde de la culture prolongés

Au lendemain de la conférence de presse du Premier ministre annonçant la généralisation du couvre-feu à 18h, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, et Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture, ont réuni le 15 janvier par visioconférence l’ensemble des secteurs de la Culture. A savoir spectacle vivant, arts visuels, musées et monuments historiques, cinéma, livre et médias locaux. Et ce, afin de préciser les conditions d’accompagnement économique durant cette période.

17/01/2021, 16:17

ActuaLitté

Elisabeth Tanner réélue à la tête du Syndicat français des agents artistiques et littéraires

Le Bureau du  Syndicat français des agents artistiques et littéraires (SFAAL), qui compte à ce jour 132 agents membres, a tenu ce mardi 12 janvier l’assemblée générale. L’assemblée réunie a notamment voté pour élire le Bureau du syndicat pour les deux années à venir et reconduit Elisabeth Tanner à la présidence du syndicat.

 

15/01/2021, 17:36

ActuaLitté

L'éditeur Dark Horse prend des mesures contre le harcèlement

En juin dernier, plusieurs accusations de harcèlement et d'agression émergeaient sur le réseau social Twitter, visant notamment l'auteur et éditeur Scott Allie et l'éditeur Brendan Wright. Tous deux collaboraient avec la maison d'édition Dark Horse, alors accusée d'avoir fermé les yeux sur ces agissements. L'éditeur américain révèle aujourd'hui plusieurs mesures pour éviter ces situations, à l'avenir.

15/01/2021, 16:33

ActuaLitté

Batman vient combattre le crime en Europe, dans une nouvelle série

Batman sans Gotham, est-ce vraiment le Chevalier noir ? DC Comics fait un peu voyager Bruce Wayne et son alter ego, à l'occasion d'une mini-série de comics qui fera voir l'Europe au justicier masqué. Le scénariste Tom Taylor et le dessinateur Andy Kubert signent cette aventure inédite, en six épisodes.

15/01/2021, 16:18

ActuaLitté

La finance revoit son vocabulaire pour le monde des actifs numériques

La Commission d'enrichissement de la langue française propose une incursion dans le monde de la finance contemporaine avec une liste de vocabulaire consacrée aux actifs numériques. Bienvenue dans un monde de cyberjetons et de protocole informatique...

15/01/2021, 15:14