#Librairie

Excédés, des libraires boycottent le prix Renaudot et son livre Amazon

Libraire durant 10 années, à Acheres dans les Yvelines (Librairie Neverland, aujourd'hui fermée), Mélanie Le Saux a découvert comme d'autres la liste du prix Renaudot. Son sang n'a fait qu'un tour. « Je ne suis peut-être pas la plus légitime, mais mon écœurement a pris le dessus et j’ai écrit une lettre ouverte au jury du Prix Renaudot », indique-t-elle.

Le 10/09/2018 à 11:09 par Auteur invité

60 Réactions | 0 Partages

Publié le :

10/09/2018 à 11:09

Auteur invité

60

Commentaires

0

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

David, hilare, après avoir triomphé de Goliath - domaine public, d'après Caravage

Dans le même temps, l’association Lil – Libraires indépendantes de Lorraine –, qui regroupe les libraires du Grand Est, réfléchit à un boycot du prix Renaudot, par un retour massif des livres présentés dans la liste. Un autre mouvement d'agacement, qui rejoint celui de Mélanie Le Saux.

Dans une lettre ouverte, elle explique ce ras-le-bol, cette exaspération, face au choix des jurés de retenir un titre commercialisé en autopublication, via Amazon. Une injure ? Face à une situation impossible, les libraires protestent.  « Merci de faire suivre si vous la pensez digne de l’être... Et si des libraires voulaient me faire l’honneur de la soutenir, peut-être aurions-nous l’opportunité de la faire publier dans les médias. Seule je ne suis rien. »

Lettre ouverte à l’attention des membres du jury du prix Renaudot.

Madame, Messieurs, c’est avec stupéfaction, incrédulité d’abord, indignation ensuite que j’ai découvert que vous aviez choisi de sélectionner un livre auto-édité chez… Amazon.

Autant dire que si cet ouvrage gagne le prix, et même s’il ne l’emporte pas d’ailleurs, les libraires se verront contraints de le commander chez leur concurrent le plus féroce. Celui-là même qui se targue d’éradiquer toutes les librairies, puis les éditeurs, pour avoir le monopole du circuit du livre.

Merci, donc, à vous président Frédéric Beigbeder, à Patrick Besson en particulier, qui a amené et défendu le livre en question, et aux autres. Merci madame Bona, messieurs Giudicelli, Giesbert, Chateaureynaud, Le Clézio, Pancrazi, Gardel et Garcin d’avoir créé ce précédent, d’avoir ouvert la porte bien grande à la « bête »… 

Alors bien sûr une question se pose. Sous prétexte de défendre un (peut-être) bon livre, de soutenir un auteur rejeté par le même milieu de l’édition qui l’avait jadis publié, de montrer du doigt je cite « l’israélophobie délirante des éditeurs traditionnels »… Vous êtes prêt à abandonner les librairies ?

Je ne peux pas croire un instant que vous soyez inconscients de la portée de votre acte, que vous ne vous rendiez pas compte que les libraires vont devoir désormais acheter et donc rapporter de l’argent à celui-là même qui veut leur fin. Je ne peux pas croire non plus que vous pensiez sérieusement, tout comme l’auteur, qu’Amazon puisse être garant du pluralisme que nous chérissons tous (et ne nous trompons pas de bataille, en aucun cas il ne s’agit de se battre contre l’auto-édition mais bien contre le géant américain, dont la nocivité, n’a plus à être démontrée…)

Car enfin le message que vous envoyez signifie que la librairie serait désormais superflue, libraire une profession en voie de disparition, un métier qui prendra place demain entre le cocher de fiacre et le poinçonneur des Lilas.
Alors je veux être « bienveillante » et m’interdire de penser qu’il n’est ici question que d’un coup de buzz, mais dans ce cas pourquoi Amazon ? Pourquoi pas n’importe quel autre auto-éditeur ?

Je peux également être optimiste (après tout, ouvrir et tenir pendant 10 ans une librairie en banlieue sans me payer…) et continuer à travailler sur un nouveau projet, dans une autre banlieue qui m’accueille.

Mais je ne dois pas être naïve… Comment aborder aujourd’hui ce métier si passionnant autant que difficile, si désormais la trahison vient de ceux qui devraient être les premiers défenseurs des libraires, ces libraires qui depuis toujours œuvrent en faveur de la diffusion du livre.

Ceux-ci devront-ils à leur tour boycotter le livre auto-édité, le Prix, voir les auteurs composant le jury, pour se faire entendre ? Certains commencent déjà à le murmurer… Mais de ce fait Amazon aurait déjà gagné. Heureusement beaucoup d’auteurs nous ont fait part de leur soutien, et je me garderais bien de les mettre tous dans le même sac !

Libraire pendant 10 ans et désireuse de le redevenir, je refuse de baisser les bras, je veux continuer à me battre, mais pourrais-je le faire dans un monde où désormais Amazon peut remporter un prix et nous balayer sans que cela ne choque personne ? Dans un monde où, je viens à peine de l’apprendre, le ministère de la Culture proposerait un pass culture jeunesse de 500 euros, dont seulement 100 pour les livres, à dépenser y compris chez Amazon.

Madame, Messieurs, il ne me reste plus qu’à espérer que les autres membres des jurys littéraires ne suivront pas votre détestable exemple.

Mélanie Le Saux

Mise à jour 15 h 40 : 

Marie-Pierre Reibel, coordinatrice de l’association LIL, jointe par ActuaLitté, nous indique que, pour l’heure, « nous n’avons pas encore de position officielle. Plusieurs libraires adhérents ont, en signe de protestation, retourné les ouvrages de M. Besson, mais avant de mettre en place une action collective, nous attendons un peu ». 

De fait, l’ouvrage pointé par les libraires, commercialisé via Amazon, avait été largement soutenu par Patrick Besson, juré du prix Renaudot. « Les libraires attendent surtout la deuxième liste, pour tâter le terrain. Si ce fameux livre est toujours présent, alors il y a de fortes chances que ce ne soient pas que les livres de M. Besson qu’ils retourneront. »

Et d’indiquer, surtout, qu’il ne faut pas se méprendre sur la démarche. Le problème n’est certainement pas celui de l'auteur autopublié, mais « bien la plateforme sur laquelle elle est pratiquée. Les gens n’aiment pas l’entendre, quand ils sont clients d’Amazon, mais en achetant là, il cautionnent l’optimisation fiscale, autant que des pratiques qui ne sont pas propres, vis-à-vis des salariés ». 

Elle poursuit : « Nos emplois sont tous corrélés les uns aux autres, avec un impact sur les fournisseurs – les éditeurs en l’occurrence – qui sont significatifs. En achetant local, c’est leur propre emploi qu’ils préservent. » Dans le grand Est, plusieurs libraires ont rapidement réagi en choisissant le boycott pur et simple. Nous attendons désormais de plus amples informations.

60 Commentaires

 

Henri Mojon

10/09/2018 à 11:49

Enfin une réaction contre le rouleau compresseur Amazon qui veut tuer tous les acteurs de l'édition pour assoir son monopole. Et pourquoi donc les medias ne précisent jamais que les livres Amazon ne sont pas disponibles en librairie mais uniquement sur leur site.
Pour une autoédition en librairie, choisissez Les Editions du Net qui sont le leader français devant Amazon !!! (source BNF)
http://www.leseditionsdunet.com/authentication.php?back=steps.php

JC Heckers

10/09/2018 à 13:31

Sauf que chez Les Editions du Net, "L’auteur peut mettre à jour son livre à tout moment (frais : 80 €)."

Henri Mojon

10/09/2018 à 15:24

L'édition d'un livre étant totalement gratuite, nous avons dû mettre en place ces frais de mise à jour suite à de trop nombreuses demandes d'auteurs. Maintenant que la mise à jour est payante et que c'est clairement indiqué sur notre site, les auteurs portent plus d'attention à la finalisation de leur ouvrage.

Henri Mojon

10/09/2018 à 15:35

Et nous vous rappelons que les Éditions du Net publient des livres papier et que donc la moindre correction entraîne un nouveau dépôt légal à la BNF et la destruction du stock donc des frais.

AB

10/09/2018 à 22:02

C'est drôle, sur BOD, ils demandent seulement 19 euros ! ;) ( soit le coût d'un livre et ses frais postaux pour la BNF, effectivement... )

henri mojon

10/09/2018 à 23:12

Vous vous trompez, ça c'est le prix de la publication d'un livre qui est gratuite aux Editions du Net. Merci de comparer ce qui est comparable, Bod est un imprimeur en ligne qui ne finalise pas le livre.

AB

11/09/2018 à 23:05

Alors " finaliser " un livre .... hum ... Autoédition ou édition? Faut savoir hein. Et si, si, BOD " finalise " les livres, c'est pas encore au lecteur d'agrafer les pages ! :D BoD envoie bien les livres à la BNF, et en cas de "révision du livre", ça ne coûte que 19 euros, effectivement comparons ce qui est comparable ... :)

JS

13/09/2018 à 11:57

L'envoi à la BNF est franco de port... ;-)

Garenne

11/09/2018 à 12:33

Ah bon, il n'est pas - ou plus - sûr de ce qu'il publie ? :

Association LIL

10/09/2018 à 12:35

L'association des Libraires Indépendants de Lorraine regroupe les libraires du Grand Est. Bien que nous partagions le point de vue de Mme Le Saux, nous souhaitons préciser qu'elle n'est pas adhérente de notre association.

Team ActuaLitté

10/09/2018 à 12:36

Bonjour,
cela a en effet été modifié après coup.
Merci : pourriez-vous d'ailleurs nous joindre sur ng@actualitte.com je vous prie ?

Coolwriter

10/09/2018 à 16:03

:bug: Les Editions du Net, la nouvelle et vaste arnaque de l'auto-édition... quoi que s'en défende Henri Mojon. Le CALCRE saura bien mieux le dire...

JK

10/09/2018 à 17:52

Si les libraires étaient plus agréables avec les nouveaux auteurs, si le circuit des ME était plus ouvert, à l’écoute et respectueux, on en serait pas à trouver de meilleures solutions pour contrer cette condescendance, ce mépris dont vous nous faites part. Vous ne faites que récolter que ce que vous avez semé.
Si vous ne comprenez pas que c’est votre propre comportement qu’il faut modifier, alors mourrez.
C’est tout ce que vous méritez.

Lortal/VL

10/09/2018 à 19:06

Les librairies ne vendent quasiment que des best sellers. Les maisons d'éditions ne font plus leur travail qui consistent à lire et signer de nouveaux auteurs. Comment voulez-vous que les nouveaux créateurs atteignent leur public ?
Proposez de nouvelles solutions aux auteurs afin qu'ils existent et qu'on puisse les lire. Amazon vous fait de l'ombre ? Les réseaux sociaux vous dépassent ? A vous d'essayer de découvrir de nouveaux talents. Je serais ravie d'aller dans une bibliothèque ou dans une librairie qui me fassent découvrir de nouvelles plumes.

Melalivres

10/09/2018 à 20:48

Les maisons d'édition ne font plus leur travail de découverte ? "Le cru 2018 est marqué par une ouverture vers de nouveaux territoires et de nouvelles générations d'auteurs, avec un nombre de premiers romans record. 94 titres incarnent le renouveau, soit un quart de la production des romans français de la rentrée et le niveau le plus élevé depuis 2007. "
Source : http://www.livreshebdo.fr/article/567-romans-pour-la-rentree-litteraire-2018

S'il est si simple de publier sur Amazon, c'est qu'on peut tout y faire, quelle que soit la qualité de ce qu'on écrit. Les éditeurs, eux, sont garants du niveau des romans qu'ils nous proposent.

Quant aux libraires qui ne vendent plus que des best-sellers... contrairement aux algorithmes d'Amazon, les libraires proposent un vrai conseil à leurs clients et sont toujours à la recherche de nouveautés. Nombreuses sont les librairies qui proposent des vitrines sur le thème des premiers romans.

VL

12/09/2018 à 20:10

Je soutiens pour l'avoir vécu avec un proche que non seulement les maisons d'éditions ne lisent pas les nouveaux auteurs et en plus 1) ils perdent vos manuscrits 2) vous envoient des réponses standard prouvant bien qu'ils ne vous ont pas lu et qu'ils ne vous liront jamais 3) Changent de staffs tous les mois 4) préfèrent, comme les maisons de disques que vous ayez une base-fan énorme avant de signer (ahahaha !).
Quant aux libraires et, pour l'avoir aussi vécu 1) ils ne vous lisent pas car "ils n'ont pas le temps" x si vous êtes dans une petite maison d'édition ou auto-édité (Ils préfèrent sans doute lire Bernard Weber ???) 2) ne vous répondent jamais ou vous prennent de haut, genre "vous voyez bien que vous êtes inconnus au bataillon" 3) vous demandent de repasser mille fois et vous évitent si vous le faites.
Bref : au lieu de vous tirer sur les nouveaux auteurs, vous feriez mieux de les défendre et de les lire !

Clemso

10/09/2018 à 21:50

Mais LOL !

Tu es en train d'accuser toute la chaîne du livre de ton manque de curiosité... Je n'avais pas autant rit depuis il y a au moins dix minutes. Merci à toi.

PF

12/09/2018 à 10:07

"Les librairies ne vendent quasiment que des best sellers."si vous faites référence au rayon livres de votre supermarché, c'est vrai. Avez-vous essayé une véritable librairie ?
"Les maisons d'éditions ne font plus leur travail qui consistent à lire et signer de nouveaux auteurs." des nouveaux romans à la pelle en cette rentrée littéraire, comme chaque année. Demandez à un(e) libraire, il/elle vous renseignera.

Joseph Kochmann

12/09/2018 à 21:00

Oui, Melalivres, PF and cie, c'est bien gentil de citer des articles. Maintenant, sortez de votre petite chambre et d'Internet et confrontez-vous à la réalité.

Allez dialoguer avec des auteurs auto-édités, des libraires et des éditeurs. Regardez les démarches, rencontrez les gens qui en chient, malgré l'énorme boulot, l'expérience et le talent.

Sortez de votre bulle et confrontez-vous à ce que subit un auteur, même avec des années d'expérience et une grosse fanbase (et je ne parle pas de famille et d'amis ; je parle de vrais chroniqueurs et fans).

Si vous achetez des romans nouveaux et cool, c'est bien, tant mieux pour vous. Qu'on continue à vous faire avaler la belle pilule Disney du "tout le monde à sa chance, seuls les mauvais se cassent la gueule".

Sortez un peu de la Matrix.

Encore une fois, je parie qu'aucun d'entre vous n'a ouvert ne serait-ce qu'une page d'un livre auto-édité.

Merde. The Martian, qui est devenu un blockbuster au cinéma, était un roman auto-édité, premier livre de son auteur. Le mec a été refusé par toutes les ME possibles.

Ce ne sont pas les ME qui l'ont choisi, mais les lecteurs. C'est le lectorat qui compte, pas les profiteurs de talent.

Korkablor

10/09/2018 à 20:04

Je vous soutiens a 100% Amazone ne cherche qu à asseoir son pouvoir de detruire des libraires indépendants des librairies des editeurs et renforcer sa position afin d avoir le monopole

Mégahomme

10/09/2018 à 20:11

L' arrogance de cette commerçante ses menaces ainsi que la terreur qu' elle ose insinuer est une insulte non seulement à l' intelligence , au jury et au public. Je ne connais aucunement ce livre mais le choix d' un livre présent sur une plateforme de vente par internet est une avancé car il y a effectivement un problème avec le système des éditeurs et de facto avec les libraires qui soutiennent ce système inique et totalement dépassé et corrompu. Tout ce à quoi cette libraire pense ç' est son portefeuille ainsi que la remise en question d' un monopole oú seul la bourgeoisie écrit et pense.

Thierry Reboud

11/09/2018 à 00:12

Au risque de contrarier votre vision idyllique des choses, un.e commerçant.e (quel que soit le commerce) qui ne penserait pas à son chiffre d'affaire ne durerait pas assez longtemps pour satisfaire vos besoins ou vos envies (quel.le.s qu'ils ou elles soient).
Amazon est un outil de distribution : c'est de la logistique, rien de plus. Amazon ne discrimine rien et présente tout uniformément, et c'est précisément la raison pour laquelle Amazon peut se permettre de proposer à la vente n'importe quelle bouse que vous ou moi aurions écrite puisque c'est vous ou moi qui nous chargerons de la commercialisation et des (éventuels) frais de publicité. Dans ce coup-là, Amazon gagne à tous les coups et les auteur.e.s édité.e.s à leurs frais perdent à (presque) tous les coups.
Dans le cas particulier de Koskas, le coup ne peut marcher que parce que Koskas bénéficie du recours d'un compère (comme au bonneteau) qui fait croire à son indépendance et permet aux benêts et aux candides de croire que Koskas illustre la défense des auteur.e.s raté.e.s que les libraires (je l'ai été) voient défiler avec leurs piles de livres invendus et invendables sous le bras.
Quand il m'arrivait de prendre en dépôt (faut pas pousser le bouchon trop loin non plus) 3 exemplaires de ces improbables chefs-d'oeuvre et que, deux ou trois ans plus tard, ils n'avaient pas bougé, les mêmes auteur.e.s (qu'on ne revoyaient jamais entre-temps) ne se posaient toujours aucune question sur la "qualité" de leurs livres mais incriminaient systématiquement autrui. Et je vous promets qu'au début au moins j'ai essayé d'en lire, de ces trucs ni faits ni à faire !
Eh bien si Amazon débarrasse les libraires d'avoir à se taper ces génies incompris (sinon incompréhensibles), ce sera toujours un petit bénéfice.

JC Heckers

11/09/2018 à 09:20

"Quand il m'arrivait de prendre en dépôt (faut pas pousser le bouchon trop loin non plus) 3 exemplaires de ces improbables chefs-d'oeuvre et que, deux ou trois ans plus tard, ils n'avaient pas bougé, (...)"

Vous ne jetiez même pas un oeil avant d'accepter? Hum. Bref.

"l'auto-édition, la nouvelle litote à la mode pour parler du compte d'auteur."

Où l'on constate que vous savez de quoi vous parlez. Alors qu'il s'agit de deux choses très différentes.

"On sent vaguement derrière ces commentaires une cohorte d'auteur.e.s raté.e.s qui n'ont pas encore compris que dans l'immense majorité des cas le compte d'auteur publie des livres qui n'ont à peu près aucun intérêt (sinon pour leurs auteur.e.s)."

En gros, autoédition et compte d'auteurs mêlés, plus de 9 livres sur 10, mais c'est à peu près aussi le cas dans l'édition traditionnelle (différence: on publie alors des livres qui n'ont à peu près aucun intérêt, sinon pour leur éditeur). Vous pouvez toujours estimer que l'autoédition c'est de la merde sur du papier, vous n'empêcherez pas qu'il s'y publie d'excellents livres qui n'auraient pas trouvé éditeur moins en raison de leur absence de qualité que parce qu'ils ne seraient pas (assez) rentables. Le problème essentiel est que le volume de publications est devenu tel qu'il est impossible de dénicher par chance une perle que (malheureusement) le classement des plateformes de vente ne met pas en avant, ce qui explique sans doute qu'on ait le sentiment que l'autoédition s'assimile à une déchetterie. (Note: le compte d'auteur étant réservé désormais aux pigeons, il est vrai que la proportion de [très] mauvais livres publiés par ce biais semble supérieure, mais je me trompe peut-être).

Entre les éditeurs qui ne pensent pas qualité mais rentabilité assurée (rares sont ceux qui semblent daigner prendre des risques, désormais), les libraires qui leurs crachent dessus, et la perspective de se goinfrer avec les 70% du prix de vente concédés par Amazon (qui a vraiment bien joué son coup), pas mal d'autoédités qui n'écrivent pas d'immondes bouses ne se posent plus de questions et se dispensent d'états d'âmes. (Et les autres n'ont eux jamais hésité, certains sont dépourvus de toute décence dès qu'il s'agit de se faire du fric, quitte à mettre en ligne des pages dignes d'une rédaction de sixième - après tout puisque ça se vend, hein...)

Je ne vous convaincrai pas que vous avez tort de restreindre l'autoédition à une autosatisfaction du genre onaniste (le compte d'auteur pour sa part lui sert avant tout à alléger un compte en banque), mais qu'importe. Les libraires de votre trempe (imbibés de mépris) sont destinés à disparaître, reste à faire survivre les autres. Et, concernant l'autoédition, à tenter de la faire sortir du piège amazonien qui est d'abord un asservissement volontaire à un système pernicieux et fermé. Mais si on dit "gagner moins en publiant mieux", allez savoir pourquoi, on vous considère vite comme un taré... Mais le jour où Amazon fera ce qu'il veut avec les auteurs (comme il le fait déjà avec les éditeurs) et dictera ses conditions à tous, je sens qu'il y en a qui viendront chialer. Trop tard.

Thierry Reboud

10/09/2018 à 20:11

Très drôle, cet afflux de défenseur.e.s de l'auto-édition, la nouvelle litote à la mode pour parler du compte d'auteur. Très drôle aussi, la propension à flétrir les libraires (qui ne vendent que ce qui marche, et patati et patata, la preuve ils ont refusé mon sublime recueil de poésie publié à la Pensée universelle).
On sent vaguement derrière ces commentaires une cohorte d'auteur.e.s raté.e.s qui n'ont pas encore compris que dans l'immense majorité des cas le compte d'auteur publie des livres qui n'ont à peu près aucun intérêt (sinon pour leurs auteur.e.s).
Koskas est bien mignon, mais s'il ne s'était pas fait connaître par le biais de l'édition normale (celle à compte d'éditeur), et s'il ne bénéficiait pas du soutien d'un Besson tout à fait institutionnel et qui navigue parfaitement dans le marigot germano-pratin que ledit Koskas fait mine de dénoncer, eh bien le roman à compte d'auteur de Koskas ne serait connu que de sa mère et de ses ami.e.s.
La petite manip de Koskas autour de son compte d'auteur ne fonctionne que parce que ses précédents livres ont été lus et validés par des gens dont le métier est de lire (éditeur.rice.s, critiques ou libraires) et qui, tout compte fait, ne s'y entendent pas si mal.
Cela dit, il ne faut pas surestimer le tintouin fait autour de ce roman : il ne s'agit que d'orchestrer une campagne publicitaire gratuite à laquelle nous participons tou.te.s un peu. Ni plus ni moins.

Elodie Torrente

11/09/2018 à 08:43

Bravo Thierry Reboud. J’ai tenté de leur faire comprendre sous le premier article paru sur le sujet. Mais s’ils sont ratés à l’écriture, je crois qu’ils le sont aussi à la lecture. ? et comme dirait l’autre, « lisez, bordélique, lisez ! »

AB

10/09/2018 à 21:26

Franchement ridicule cette levée de bouclier contre l'autoédition et contre Amazon.

Sachez qu'Amazon permet à grand nombre d'auteurs de VIVRE de leur art, contrairement aux libraires qui vivent plutôt de l'art des autres ! Amazon est d'ailleurs une énorme vitrine pour les autoédités qui le sont par CHOIX, souvent après une mauvaise expérience avec une maison d'édition traditionnelle, tandis que les libraires " de quartier " refusent de vendre les auto-édités.

Messieurs les Libraires, si vous voulez boycotter Amazon et leurs auto-édités, dans ce cas, boycottez aussi TOUS les éditeurs qui vendent aussi sur cette plateforme, ça sera plus logique ... (c'est marrant, eux ne boycottent pas, c'est pourtant AUSSI des concurrents directs ... Ah mais non suis-je bête, les auto-édités c'est nul... Sauf que maintenant qu'ils sont sélecttionnés pour les prix prestigieux, ça gueule ... ;))

Roger Raynal

11/09/2018 à 01:45

Ils auront beau s'en défendre, les menaces, voire davantage, de boycott des libraires contre les nominés du Renaudot sont bien une attaque contre l'auto-édition.
Certes, le nominé ne l'a été que parce qu'il était connu du milieu, et dûment "parrainé"... comme les autres !
Mais, comme le souligne AB, s'il s'agit de lutter contre le grand méchant Amazon, alors il faut être crédible, et boycotter aussi tous les éditeurs qui vendent par ce biais, c'est à dire...tous! Tiens, dès lors, comme c'est étonnant, les criailleries des libraires se font moins véhémentes... C'est même un grand silence...
Un petit auteur, qui jamais ne sera en librairie et encore moins nominé dans un prix quelconque, pourrait en déduire, en tâcheron mal pendant de la chaine du livre qui emprisonne les auteurs et les contraint à la mendicité, ou pas loin, que ce qu'ils redoutent surtout c'est de voir leur échapper le juteux marché des lauréats des prix littéraires, qui font le gros volume de ventes sur lesquelles, rappelons le, ils prélèvent entre 33 et 39 % alors que l'auteur, ce pelé, ce galeux, qui ose sortir du carcan des Grandes Maisons, émarge royalement à 10% maximum (le grand méchant Amazon offrant quatre fois plus sur du livre papier, sans compter l'offre numérique auquel se rajoute celle de la location...).
Il n'y a rien de mal à défendre son commerce, encore faut il l'afficher clairement en assumer jusqu'au bout les conséquences : Amazon étant un acteur majeur de l'auto-édition, le combat d'arrière garde contre ce dernier est aussi un combat contre celle ci, qu'on le veuille ou non, qu'on le reconnaisse ou non.
Il est aussi étonnant que les libraires puissent avoir leur mot à dire que les nominés d'un prix parce que son "éditeur" ne leur plait pas, et de frapper de leur ire funeste les autres nominés, qui ne sont pour rien dans l'affaire. Cette réaction épidermique, donc l'excessivité porte en germe son insignifiance, peut se résumer en un cri : "que rien ne change !" . Zarathoustra lui même savait combien il est vain.

JK

11/09/2018 à 02:47

C'est bien, continuez à vivre dans votre tour d'ivoire.

J'ai personnellement eu de très bonnes ventes et des critiques excellentes quand je suis sorti du circuit classique, qui lisait deux pages et demi de mes romans avant de mettre six mois pour me répondre que c'était "trop bizarre" tout en m'insultant à moitié. Et après, on critique les auteurs de manquer d'originalité, de ne pas être polis ni ponctuels. (Un "bonjour monsieur", apparemment, c'est trop demandé de la part d'un pauvre puceron qu'est un auteur peu populaire.)
Plus de 40 maisons d'édition, allez ! Démarche chez les libraires... "Ah bon ? Vous n'êtes pas Fred Vargas ? Dehors !"

Continuez à gentiment vous satisfaire d'un système daté qui vous fait, chaque jour, croire qu'il est objectif et parfait. J'aurais fort à parier qu'aucun d'entre vous ne l'a ne serait-ce qu'une page d'un livre auto-édité.

Seulement voilà, à la fin, faut appeler un chat un chat : ce n'est pas une question de glorifier Amazon, qui a ses problèmes, mais d'attaquer cette pensée ridicule et encore une fois profondément élitiste.

En boycottant Amazon, ce n'est pas l'entreprise que vous ferez souffrir. Amazon ne va pas fermer ces portes parce qu'un livre n'est pas acheté par des librairies de France. Ce sont les auteurs que vous détruisez en poussant les festivals à ne plus récompenser ceux qui tentent de voler de leurs propres ailes.

"Oh, mais les pauvres petites libraires qui ne gagnent plus de sous..."

C'est ça, oui. Et moi, quand je mettais des années à retravailler mes livres depuis ma chambre, tout en alternant avec un boulot alimentaire, je pouvais tout aussi bien manger mes chaussures et sucer les parties génitales des "majestueuses maisons d'édition" tout en me roulant dans leurs déjections... C'est beaucoup moins grave.

Bienvenue dans la Matrix. Gardez bien les yeux fermés surtout. Et continuez à rire et à citer des sources "prestigieuses" qui vendent votre "si magnifique" monde littéraire. Du moment que vous restez dans vos bulles, moi, ça me va parfaitement.

Gueulez forts. De toute manière, nous, on garde la fenêtre fermée.

koinsky

11/09/2018 à 06:58

Pathétique ce pré-carré autoproclamé de petites baronnies aigües et fières (la chaîne du livre) arc-bouté sur son pactole qui veut chasser le grand méchant loup mangeur de libraires et d'éditeurs.
Si le bouquin est bon, il est bon nom de Dieu.
Vous vous occupez de littérature, de textes ou de droit moral ?
Le monde de l'édition crève de son embourgeoisement vertueux, de son embonpoint. Amazon a peut être tous les défauts du monde mais il est aveugle et chaque plume peut ainsi s'y déployer sans devoir courber l'échine devant un parterre de poudreux hautains, méprisants et sachants. C'est déjà ça et ça fait un bien fou. Amazon libère quelque chose cloisonné, opère une mue nécessaire, c'est pas si mal, non.
Aux libraires de proposer une alternative, mais y'a du boulot vu l'effet repoussoir qu'engendre l'entrée d'une librairie dans le subconscient des français, dont le mien (peu éduqué il est vrai). Désolé, je vous dis les choses. Pourquoi les gens qui osent pousser la porte d'une librairie se font de plus en plus rares. Vous remettre un peu en question, ça ne vous viendrait pas à l'idée...
Alors, plutôt que de désigner un bouc émissaire et de la charger de tous nos maux, débusquons la bête en nous et combattons-là mano a mano, c'est plus courageux.
Révolutionnez les librairies si vous voulez survivre en milieu hostile. Et y'a du boulot croyez-moi !
Dans l'édition comme ailleurs, le mal est invisible, il campe sur nos certitudes et se nourrit de nos petites lâchetés quotidiennes. Amen.

Max Heratz

11/09/2018 à 09:08

Estelas Editions est une petite ME. On se débrouille comme on peut pour être diffusé et ça marche plutôt pas mal. Il y a 3 ans, on a demandé à 1830 librairies si elles étaient intéressées pour qu'on fasse un dépôt-vente chez elles. Seules 2 nous on dit Oui, les autres refusant, arguant que ça leur ferait trop de travail.
Pour nous développer il a bien fallu trouver quelqu'un qui accepte de nous les commercialiser. Devinez qui. Les libraires se tirent une balle dans le pied et après ils viennent nous dire que ça fait mal.
Après cette expérience, nous avons chnagé notre façon de voir les choses et surtout les libraires. On a compris que ce ne sera pas eux qui commercialiseront nos titres. Et on a bien fait. Notre maison se porte comme un charme, pas 1€ de dette, de crédit, d'en-cours ou de je ne sais quoi. Une distribution de nos ouvrages en gandes surfaces et dans des chaînes spécialisées. Et c'est très bien comme ça puisque notre ligne éditoriale vise le grand public. On l'a trouvé là où il se trouve.

Lily

11/09/2018 à 09:25

Très chouette l'illustration!
Dans la chaîne du livre, le maillon faible c'est l'auteur. Payé ou non, par des éditeurs ( des vrais ) fâchés avec les chiffres, voué aux gémonies sitôt qu'il sort du moule éditorial ambiant, boycotté enfin par des libraires allergiques au principe de l'auto édition.
Madame Saux, en attaquant de front Amazon, grand méchant loup dévoreur de galette et de petit chaperon rouge, pensez-vous aider votre belle profession ?
Le bon libraire, et ils sont nombreux en France, est un amoureux du Livre. Son contenu passe avant son contenant. Belle couverture, foutaise! Prix à la clef, même pas un critère.
Le bon libraire a des coups de coeur et non des coups de sang; il ne devrait pas "sabrer", comme vous le faites, la tête pensante de la chaîne du livre... je veux parler de l'auteur, tout simplement.
Car sans auteur, plus de livres bien sûr et, in fine, plus de librairie non plus!
Et comme le disait si bien notre facétieux Voltaire: " Les Français n'ont pas la tête épique".

Tara

11/09/2018 à 09:30

Bonjour à tous et à toutes,
… Le moins que l’on puisse dire c’est que le sujet extra-sensible entraîne sans doute le plus gros score de réactions. Et il y a de quoi.

Si je puis me permettre, je dirais « Tout poison se transforme en élixir »… cette « affaire » car oui, c’est une affaire est à exploiter de manière positive. Il est grand temps que tout cela explose et qu’on rebatte les cartes.

Le monde a changé. Le monde du livre aussi.

La plupart des éditeurs d’ailleurs tous unis et réunis en grands groupes ne jouent plus le jeu. C’est indiscutable. Je peux témoigner : j’ai écrit 24 livres : 3 sont passés chez un éditeur. Pour 2 d’entre eux je n’ai jamais touché mes droits d’auteur. Le comble j’ai porté les cartons des 500 livres vendus le jour d’un salon et on m’a répondu que le livre ne se vendait pas…
Au final, j’ai fini par créer une petite structure et là… après le mépris des éditeurs, j’ai rencontré celui de libraires qui placent votre ouvrage au ras du sol derrière un panneau publicitaire et… s’étonnent de ne pas en vendre ! Quand le personnage principal est Sissi, il y a de quoi surprendre. Surtout lorsqu’en 2 h de dédicace ailleurs (hors librairie !!!) vous en vendez 52…

C’est tout un monde qui est à revoir et c’est urgent.

Bien sûr qu’Amazon est un monstre, une pieuvre dont les tentacules étouffent les libraires. Nous ne sommes pas coupables mais… tous responsables. Nous les écrivains dont les manuscrits n’ont pas encore été ouverts au bout de 6 mois et laissons faire, tellement nous espérons… Et pire, craignons les représailles car dans ce monde-là tout le monde, c’est la mafia « tous unis », je n’ose dire tous pourris… Certains se démarquent : ce sont souvent les éditeurs d’ouvrages professionnels. Je pense aux éditions Chronique sociale à Lyon qui font du bon travail et payent leurs auteurs.

Restent aussi que des éditeurs se sentent tout puissants se permettant de changer le titre ou la couverture que vous souhaitez. Pas le choix, tu dis OK… ou tu vas te faire voir ailleurs. Même si tu as proposé un titre de 3 mots que tout le monde retiendra et qu’il en fait un de… 12 mots !
Alors que la règle marketing insiste « pas plus de 6 mots » !

Je pourrais aussi vous parler d’un prix littéraire dont je fus jury et pour lequel on avait déjà préparé les bandes rouge destinées à un auteur très connu… C’est normal, ces livres sont de grande qualité. Sauf que celui présenté au jury n’était… qu’un quasi copié/collé d’un autre paru 20 ans plus tôt… Nous avons dû menacer de « balancer » pour que l’auteur choisi à 80

Éditions Piatnitsa

11/09/2018 à 09:32

Amazon, pas obligé, je pense qu'on peut publier, vivre et réussir sans Amazon. Les amis du livre trouvent et trouveront d'autres alternatives.
Il reste un public en France pour les bons livres , des lecteurs qui se fichent, voire fuient les prix littéraires convenus, des éditeurs et des auteurs qui ont du talent. Des petits malins qui voient qu'Amazon n'est pas toujours à jour et accessoirement massacre notre belle langue française. Des gens qui privilégient le contact humain et de vraies compétences continuent à se tourner vers les libraires qui peuvent retourner les offices qui les embêtent. Alors arrêtez de pleurnicher que l'ogre Amazon va tout avaler, la crise est générale et hélas en France il y a beaucoup de commerces, autre que librairies qui ont fermé ces deux dernières années. Lorsque l'on arrive à des fins de cycle, on boit la coupe jusqu'à la lie, créons du renouveau. Avec tout mon respect et mon amour envers les libraires physiques qui vont opter pour des dimensions humaines et culturelles qui vont leur permettent de renaître, j'en suis persuadée. Et laissons Amazon prospérer sur le lowcost.

TAEA

11/09/2018 à 09:34

... J'ai oublié le meilleur !
J'ai même reçu le refus d 'un éditeur à qui... je n'avais jamais envoyé de manuscrits !!! Qui dit mieux ? :lol: 8-/ :down:

Christine Belcikowski

11/09/2018 à 10:12

Même si Amazon vend un certain nombre de navets auto-édités, les éditeurs vendent aussi des navets. Reste la question de fond : faut-il défendre les textes, ou bien les éditeurs et les libraires ?

Nicolas

11/09/2018 à 15:32

Je lis tout le fiel de certains, essentiellement auteurs, contre la librairie et l'édition ("traditionnelles" ?). Il s'agit pourtant, dans le texte proposé, d'une libraire donnant son avis de professionnelle sur un livre que les libraires, s'il est bon, ne pourront pas vendre.

Le propos n'est pas ici de ne pas vouloir donner sa chance à un auteur, mais plutôt de pouvoir le mettre en avant si son travail est jugé bon.


Par ailleurs, il est question dans ce texte de défense des libraires contre Amazon... Vous trouvez tous les libraires pédants, incompétents, etc. (notamment parce qu'ils ne vous choisissent pas) ? Très bien. Mais les lecteurs qui vont acheter chez eux y vont pour quelles raisons ? Peut-être le libraire fait-il un choix personnel dans l'offre ? Qui plait aux lecteurs ? (Sans algorithme...) Vous avez le droit de ne pas aimer ces libraires qui ne vous choisissent pas, comme ils ont le droit de ne pas vous mettre en avant. Par contre, il me semble assez facile de considérer le gentil Amazon comme votre sauveur contre les méchants libraires ; Amazon n'est pas plus neutre dans l'offre proposée aux lecteurs que le libraire.
Questions subsidiaires (qui n'est pas une provocation, plutôt une boutade) : que répondent les grandes surfaces quand vous les démarchez pour acheter vos livres ? Que répond Amazon quand vous aimeriez faire une séance de dédicace pour vous mettre en avant ?


Contrairement à certains qui semblent ne pas savoir de quoi il retourne, je ne parlerai pas ici de rémunération, sachant bien les disparités qui existent entre l'auteur, un fiscaliste d'Amazon, l'éditeur qui prend les risques et le libraire sans cœur.

Belle rentrée littéraire à tous

Roger Raynal

11/09/2018 à 19:07

Qu'en termes délicats ces choses là sont dites.
Non, il ne s'agit pas, loin s'en faut du simple "avis de professionnelle sur un livre que les libraires, s'il est bon, ne pourront pas vendre.", Ou alors nous n'avons pas lu le même texte.
Il s'agit bel et bien de la pression d'une représentante des libraires contre un jury littéraire qui a eu l'outrecuidance de choisir un nominé qui n'a pas emprunté les voix canoniques de l'édition "traditionnelle", mais a osé s'allier au croquemitaine Amazon. D'un appel au boycott. A travers cela, il s 'agit s'une attaque directe contre 'auto-édition, comme l'ont très bien ressentis les "sous auteurs" qui y font appel, et ont osé, les gueux, faire état de leurs récriminations.

Amazon n'a rien de neutre, mais il est clair : il veut gagner de l'argent, un maximum d'argent. Les libraires aussi, les éditeurs itou. Et pour cela, il offre aux auteurs des conditions que pas un des éditeurs traditionnels et de leurs affidés libraires ne semble capable d'égaler.
Qui t'a fait roi, pourrait t'on demander au grand méchant. Qu'ont fait les libraires et les éditeurs lors de ascension d'Amazon ? Rien. Ils sont restés les bras ballants, à se gausser, entre gens de bien, du numérique et de ces idiots qui commandaient leurs livres via des modem 1200 bauds (ou presque). Ha, si, avec les éditeurs, ils ont obtenu une belle avancée : que les fichiers soient vendus au prix du papier, détruisant tout développement réel de la lecture électronique en France.

Alors, Questions subsidiaires (qui ne sont pas une provocation, plutôt une boutade) : que répondent les libraires quand vous les démarchez pour acheter des livres scientifiques d'occasion parus aux USA et non importés en France ? Que répondent-ils quand vous aimeriez publier votre livre et le mettre à disposition d'une bonne partie du monde ?

Jadis il y eut, dans ma bonne ville, une belle et grande librairie. Elle est morte. Amazon m'a tuer ? Certes pas. Il tétait encore sa mère. Ce qui l'a tuée, c'est la hausse continue du loyer de l'immobilier en centre villes. C'est aussi, en ayant chassé la voiture de la ville, la fin de la clientèle de la plèbe de banlieue qui a préféré se rabattre, si ce n'est que le grand méchant loup, sur des chaines de librairies, ou des grandes surfaces où l'on peut (encore) se garer.

Quand à la rémunération, oui, évitons d'en parler. "Par de semblables objets les âmes sont blessées, et cela fait venir de coupables pensées". Où irions nous si les gueux ne se contentaient plus de leurs 5 à 10

Thierry Reboud

12/09/2018 à 00:15

Parlons un peu de choses sérieuses, si vous voulez bien : de caillasse, de flouze, d'artiche, de blé, de picaillon, de braise, de thune et de fric.
Les prix littéraires ne sont pas une consécration artistique (il suffit, si vous voulez vous en convaincre, de parcourir la liste des titres qui ont été couronnés), ils sont un évènement économique du marché du livre. Pas de la littérature : du livre.
Si (par très loufoque hypothèse), les jurés du Renaudot couronnait l'indispensable chef-d'oeuvre du très méconnu Koskas, le prix Renaudot se tirerait une balle (que dis-je, une balle : une rafale) dans le pied parce que le jury Renaudot n'a qu'une chose à faire valoir : son influence commerciale. C'est vrai des autres jurys également, et si le Goncourt trône au sommet, c'est bien parce que c'est le prix qui (normalement) assure le nombre de ventes le plus conséquent. Le pouvoir du jury Renaudot est symbolique, mais il a une traduction économique. Couronner un livre publié à compte d'auteur et distribué en dehors des plus gros pourvoyeurs de produits éditoriaux serait une monumentale erreur qui, j'en suis certain, n'échappe à personne.
Tout ça pour dire que Koskas fera très probablement un petit tour dans la sélection et s'en fera éjecter avec les honneurs dus à son rang.
Même Patrick Besson risque d'en revenir lorsqu'il constatera avec un généreux effroi que son prochain et périssable monument littéraire (Le Milieu de terrain, à paraître le 10 octobre chez Grasset) sera absent des tables des libraires ou disponible seulement à la commande. Pour le coup, sa rémunération, il n'oubliera certainement pas d'en parler... et il est possible que son éditer lui rappelle le confortable à-valoir qu'il a touché pour des ventes qui risquent bien d'être des plus chétives.
Maintenant, sans vouloir me mêler du commerce d'ouvrages scientifiques étasuniens épuisés (commerce auquel je n'entends rien... mais je me demande ce que dirait votre concessionnaire Renault si vous vouliez lui commander une Cadillac 1967), j'ai une petite idée de ce qu'il pense par-devers lui (s'il est poli) quand vous lui faites part de votre désir de publier votre livre et de le mettre à disposition d'une bonne partie du monde.
Il pense probablement que, si vous voulez que votre livre soit édité, le mieux est que vous vous tourniez vers des éditeurs dont c'est le métier. Il y a assez d'éditeurs en France pour qu'un livre correct soit, tôt ou tard, édité parce qu'aucun éditeur ne refusera de gagner de l'argent avec un livre qui peut se vendre. Si un livre fait l'unanimité des éditeurs pour ne pas le publier, alors (dût votre modestie en souffrir) il est probable que c'est une daube de fort calibre.
Il (votre librairie) pensera probablement aussi que vous n'avez aucune idée de la bonne partie du monde qui est véritablement intéressée par (ce n'est qu'un exemple) une première étreinte ou des néoptères idéalement spleenétiques et qui serait disposée à claquer 8,99 € hors taxe au nom de cet intérêt, et que les 3 exemplaires qu'il acceptera peut-être de prendre en rayon vont moisir pendant quelques années avant que vous vous souciez de venir lui en demander des nouvelles : il le sait, parce que vous le 4478ème cette année à lui avoir fait le coup.
Votre libraire et moi penserons également que vous n'avez pas la moindre idée de ce qu'est le commerce du livre pour de vrai, et pas dans vos fantasmes. Les conditions commerciales tellement avantageuses que vous offre Amazon, combien vous feront-elles de sous dans la poche avec vos 17 exemplaires vendus (en comptant votre famille et vos amis) ?
La réalité, c'est qu'un livre représente une certaine somme d'argent (plutôt moins qu'un nouveau téléphone ou une fringue à la mode, mais tout de même) et que le rôle des libraires est de vous aider à vous orienter, en fonction de vos goûts, au milieu d'une production dont vous n'avez manifestement pas la moindre idée.
C'est tout l'intérêt des éditeurs et des libraires : contrairement à Amazon, ils discriminent, c'est-à-dire qu'ils sont capables de distinguer les qualités de tel ou tel livre, ce qui est le dernier souci du site logistique Amazon.

Roger Raynal

12/09/2018 à 14:07

Lorsque l'on se pique d'écrire, il faut encore savoir lire, ce qui, me semble t'il, ne semble pas donné à tout le monde. Alors clarifions ce qui semble obscurcit par les lumières (post)modernes des adeptes des néologismes de l'extrême (gauche).
Ma boutade sur les libraires reprenait celle de Nicolas, plus haut. Encore fallait-il le lire, lui aussi.
Je ne parle nullement d'ouvrages "épuisés" (où donc ai-je dit cela?) mais bien au contraire, d'ouvrages si récents qu'ils n'ont pas encore été traduits alors qu'ils sont disponibles d'occasion dans leur pays d'origine.
Quand à ma seconde remarque vous semblez prendre au premier degré ce qui relève évidemment du second. Singulier manque de discernement, qui rend sans objet votre pénible discours sur les mérites des rôles respectifs des libraires et des éditeurs (à moins que je ne vous écrive depuis le 17e siècle).
Pour information, il se trouve que je suis édité à la fois comme traducteur et comme auteur.
Vous évitez soigneusement de répondre sur le fond : pour vous, auto-édition = merde. Fort heureusement, comme vous le dites, les éditeurs et les libraires "discriminent". Cette fois, c'est le mot juste. Bravo.
Pour le reste, je vous laisse à vos illusions, et à votre défense d'un système a bout de souffle, qui réponse que l'exploitation de la majorité des auteurs, s'en délecte et le revendique. Que ces gueux se taisent avec leurs 5 à 10 %, et laissent officier ceux qui ont la noblesse nécéssaire à jouer les arbitres des élégances et des qualités. Peut être, si vous y croyez très fort, cela deviendra réel.

Joseph Kochmann

12/09/2018 à 21:34

Oui, M. Reboud, surtout que vous parlez des plaintes répétées des auteurs ratés voués à disparaître face aux grands éditeurs "dont c'est le métier", mais, en attendant, ce sont ces mêmes auteurs qui percent et les autres qui se meurent.

La frustration, elle vient de vous, libraires. C'est vous qui appelez à ce boycott stupide parce que vous vous sentez menacés.

Et si vous agissez ainsi, c'est bien parce qu'il y a une menace conséquente.
Et cette menace, elle est née de cette attitude méprisante.

Intéressez-vous de plus près l'auto-édition. Nuancez les choses. Nombreux sont les livres publiés tout aussi lamentables et nombreux sont les livres auto-édités qui ont du succès.

The Martian ? Auto-édité, refusé par tout le monde. C'est les lecteurs qui l'ont choisi et après seulement il a été racheté. Harry Potter ? Publié sur un coup de tête par un éditeur minuscule qui l'a fait sans conviction parce que sa fille voulait savoir la suite. JK Rowling avait enchaîné les refus avant. Si l'auto-édition avait été plus conséquente à cette époque, il y aurait fort à parier qu'elle y serait allée.

On sent le pognon qu'après pour les ME. "Si un livre se vend, on l'achète." Faites pas l'âne : un livre se vend quand il est en vente. La qualité n'a jamais été le seul argument de vente. (Et des fois, il ne l'est même pas... Y a qu'à voir Werber par exemple.)

Je le répète, pour ma part, je n'ai jamais eu un refus qui critiquait la qualité de mes livres. On me disait juste qu'on avait peur de le faire ou qu'on avait pas envie ou que j'étais pas connu... et ça, c'est quand on me répondait encore. Et sans insulte. Parce que souvent mes "bonjour monsieur, merci de votre temps, cordialement" se répondaient par un "allez vous faire voir".

J'ai été publié un an dans une maison d'édition et c'était une catastrophe. Mauvaises corrections, pas de pubs, distribution mal menée... Je n'ai réussi qu'à rattraper les meubles qu'une fois les droits récupérés, seul. En somme, je m'en sors mille fois mieux et parvient à être bien plus professionnel à mon compte. Et, pour connaître le milieu, à voir mes collègues, je ne suis ni le premier ni le dernier.

A savoir que c'était lorsque j'étais publié que j'ai démarché auprès des libraires et qu'on m'a parlé exactement comme vous le faites aujourd'hui : avec mépris. Ma maison était trop petite donc j'étais forcément nul, hein. Mes années d'études, mon expérience dans les milieux de l'écriture depuis plus de dix ans, c'était secondaire. Et puis, ils n'allaient pas lire une page de mon livre non plus. Il suffisait de voir mon visage pour savoir que j'étais mauvais. Même ma couverture était bonne, dessinée par un pro, mais ça suffisait pas. Rien de ça ne suffisait.

Le refus n'est pas forcément lié à la qualité. Des fois, c'est la peur du risque ou le simple mépris et désintérêt... comme le vôtre.
"Je ne vais pas me fatiguer à découvrir quelque chose de nouveau."
Et là, d'un coup, merde... Ces mêmes trucs que j'ai méprisés commencent à prendre de l'importance.
Battons-nous les amis !

Si vous nous prenez de haut, soit, mais foutez-nous la paix.

C'est vous qui hurlez parce que les choses ne vont pas dans votre sens. C'est vous qui agissez de façon pitoyable.

Thierry Reboud

13/09/2018 à 07:33

Quoique je ne sois plus libraire aujourd'hui, je ne suis pas candide au point de croire que les efforts conjugués de professionnels suffiront à éradiquer le tsunami d'auteur.e.s diversement accompli.e.s (je sens bien que "raté.e.s" vous chagrine), et à vrai dire c'est très bien.
J'ai reconnu, dans un autre commentaire, un mérite à Amazon, celui de purger les librairies de ces livres invendus parce que bien souvent invendables et ni faits ni à faire.
Je n'ai pas lu The Martian (et peut-être n'avez-vous pas lu Du côté de chez Swann ou Au château d'Argol). Peut-être The Martian est-il un chef-d'oeuvre, il n'en restera pas moins qu'une exception demeurera longtemps encore une exception. Néanmoins, et quoique je sois assez porté sur la littérature et le cinéma de science-fiction, ni le roman de Weir, ni le film de Ridley Scott (Ridley Scott pourtant...) ne m'ont incité à m'y intéresser : c'est peut-être une erreur de ma part, soit, mais je crois fermement que ni le succès ni l'insuccès ne font le chef-d'oeuvre.
En outre, à m'en tenir à ce qu'en dit Wikipedia, Weir a commencé en proposant gratuitement son roman, puis (sur la demande de lecteurs) l'a proposé en édition numérique : je ne vois dans cette histoire édifiante rien qui mentionne les multiples refus d'éditeurs. Au contraire, il semble même que ce soit parce qu'il était devenu une des meilleures ventes sur Kindle qu'un agent a pris contact avec lui pour le faire éditer chez Crown : la consécration par les éditeurs professionnels, en somme !
La belle histoire de Rowling suggère les mêmes précautions : peut-être avez-vous raison et peut-être aurait-elle eu recours au compte d'auteur s'il avait été plus performant... Peut-être. Mais, outre que je ne vois pas bien que cela prouve quoi que ce soit, êtes-vous certain qu'elle aurait ainsi connu le même succès ?
Aussi, lorsque vous soutenez avec une candeur certaine que ce sont les auteurs auto-édités qui percent et les autres qui meurent, j'ai tendance à penser que vous ne livrez en fait qu'un seul scoop : c'est que vous n'avez pas une idée très précise de ce qui se lit et se vend en France.
Venons-en à d'autres histoires de muet, d'aveugle et de sourd...
Je comprends bien que vous visez une clientèle adolescente et que c'est donc à cette aune qu'il faudrait que je lise vos romans (ce que je ne ferai probablement pas). Me permettez-vous, en préambule, de vous faire remarquer que vous ne devriez peut-être pas tirer des conclusions définitives à partir de votre seule expérience avec une maison d'édition aussi éminente que Boz'Dodor ?
Autant que je vous avoue que je connais de votre muet que le (très bref) résumé qu'en donne le site marchand de Decitre et de votre aveugle que ce même résumé et ce que j'ai pu en lire sur votre page d'un réseau social bien connu (outre les couvertures qui offensent un tantinet mon sens de l'esthétique, mais le goût n'est certes pas une chose universelle).
Si vous rencontrez un certain succès avec ce genre d'histoires, j'en suis très heureux pour vous. Je ne vous cache pas que je n'ai quant à moi eu aucun mal à réfréner mon enthousiasme. A votre tour, vous devriez être très heureux pour les libraires qui n'auront pas à surmonter le sentiment d'accablement (plus que de mépris) lorsque quelqu'un (vous peut-être) viendra leur demander d'en accepter un nombre d'exemplaires qui reste à déterminer.
Vous avez parfaitement raison : des livres dispensables publiés à compte d'éditeur, les librairies en regorgent déjà. Quand ils se vendent, c'est moindre mal. Quand ils ne se vendent pas, c'est carrément la double peine. Raison de plus pour ne pas les laisser proliférer.

Joseph Kochmann

13/09/2018 à 09:30

Ha ha ! Cher Thierry ! Bravo ! Vous m'avez attaqué exactement là où je m'attendais que vous le fassiez. Vous ne m'avez pas déçu.

Et encore : je pensais qu'il aurait fallu que j'insiste un peu pour que vous fassiez des recherches sur moi. Sur ce point, donc, vous m'impressionnez.

Donc forcément, blessé et têtu comme vous l'êtes, vous êtes allé chercher sur mes pages la moindre information pouvant me descendre, pour confirmer votre point de vue.

Seulement voilà, je me connais et je connais mon travail. Face aux excellentes critiques et à mes résumés sans faute, vous n'avez rien trouvé à vous mettre sous la dent.

Donc vous y êtes allé au plus grossier : disons que les couvertures sont laides (mon illustrateur en aurait le sourire aux lèvres) et que c'est un livre pour adolescents... donc mauvais. J'imagine.

Parce que maintenant, on va souligner que la romance jeunesse, c'est du caca aussi. On va tout faire pour montrer que l'auto-édition, c'est de la merde.

Allez ! On va même dire que The Martian, ça a du succès, mais c'est pas bien en réalité. Et puis si, c'était mérité parce que ça a été signé à la fin... Trois ans plus tard, une fois que le gars avait bien ramé tout seul. Donc exactement ce que fait un auto-édité lambda.

Je vous invite à lire sinon. Après avoir lu la page Wikipédia, comme vous dites... Oui, les deux premières lignes en somme. Je cite : "Après un premier contact infructueux avec des éditeurs, le roman est mis en ligne par son auteur sur son site internet en 2011. Une version, commercialisée sur le site du marchand en ligne Amazon.com à un prix plancher (99 cents), rencontre un grand succès. Celui-ci attire l'attention des éditeurs et Andy Weir vend les droits à Crown Publishing Group (en)."

Mais c'est vrai que lire avant d'émettre un jugement, pour vous, c'est un peu difficile. On reste en surface.

C'est comme parler à un tourne-disque sur un mur. On ne fait rien avancer. L'important, c'est d'avoir raison.

Le fait que vous réagissiez comme tel, que vous ne prenez même pas la peine de lire mon travail ni mes chroniques prouvent, de ce fait, bien mon point. Vous êtes méprisant, hautain et incapable de dépasser vos propres préjugés. Surtout, vous ne lisez pas. Vous vous contentez d'imaginer.

"C'est mauvais, c'est tout. C'est impossible que ça ne soit pas mauvais. Ou alors c'est une exception. Oui, c'est ça. Les ME sont formidables (sauf celle que vous aviez, M. Kochmann : elle est scandaleuse). Le succès n'est pas un gage de qualité, l'insuccès, pas celui d'un manque de qualité... Ce qui va complètement à l'encontre de mon affirmation que les auto-édités sont tous très mauvais. Quoi qu'il arrive, j'ai raison. Allez-y, écoutez-moi. J'ai raison !"

Vous êtes l'exacte représentation de ce que je critiquais. Je n'ai même pas besoin d'en faire la démonstration. Vous êtes une caricature.

Après, en toute honnêteté, et j'insiste, on n'a pas besoin de gens comme vous. On s'en moque : on se débrouille très bien sans. Tant que vous ne marchez pas sur nos plates-bandes, vous pouvez continuer à râler et à prendre le monde de haut. Vous êtes dans vos bulles : qu'on vous y laisse.

Maintenant, quand vous commencez à appeler le boycott parce que vous vous sentez menacés, comme des petits animaux en danger, là ça nous embête. Voir votre propre incompétence vous revenir dessus comme un boomerang... C'est votre problème, pas le nôtre.

Et après, vous osez me dire que les libraires n'ont pas peur de mourir ? Qu'ils se portent au mieux ?

Alors pourquoi tout ce cinéma ?

Nous, on est très bien sans ça.

Et puis, qui dit boycott des librairies dit plus d'achats sur Amazon.

Donc, en somme, de quoi je me plains ? Merci beaucoup pour votre aide.

Pour une fois, votre ignorance aura du bon.

Thierry Reboud

13/09/2018 à 12:01

Mais où donc avez-vous vu que je vous attaque ?
Si j'ai pris la précaution de vous écrire que je ne vous ai pas lu, c'est précisément parce que ça me rend parfaitement incapable de porter le moindre jugement (dans un sens ou dans l'autre) sur vos livres ! J'ajoute que si j'ai précisé que je ne vous lirai probablement pas, c'est pour vous indiquer qu'il y a fort à parier que cette impossibilité de porter un jugement sur votre production dure encore un peu de temps.
Où avez-vous vu que j'ai porté un quelconque jugement sur le livre de Weir ? Je n'ai aucune opinion à son sujet, pas plus qu'au sujet du film qui en a été tiré.
Que vos livres ou celui de Weir (ou le film de Ridley Scott) ne m'attirent pas ne signifient pas qu'ils sont mauvais... mais ça ne signifie pas non plus qu'ils sont bons. En fait, ça ne signifie qu'une chose (et vous devriez vous en tenir à cela), c'est qu'ils ne m'attirent pas.
De même, sur les couvertures de vos livres : en quoi le fait qu'elles me piquent les yeux les rend-elles laides ou belles ? Aussi longtemps que votre illustrateur ne se mêlera pas de redécorer mon domicile, ça n'a aucune importance.
A titre indicatif, j'ai présenté et vendu aux libraires (pendant assez longtemps tout de même !) les livres des éditions Bragelonne dont la ligne esthétique n'est pas précisément ma tasse de thé. Et alors ? Ces couvertures étaient bien faites, et mon (peu de) goût pour elles n'avaient rigoureusement aucun intérêt. Les vôtres vous plaisent, fort bien ; elles plaisent à votre lectorat, c'est mieux encore.
Si vous alliez plus souvent en librairie, vous constateriez sans doute que le nombre de couvertures qui offensent votre esthétique est considérable et que, néanmoins, plusieurs d'entre elles rencontrent l'assentiment du lectorat qu'elles visent : sur ce point (comme sur le fait que vous jugiez le travail d'une maison d'édition à partir du seul exemple de Boz'Dodor), vous devriez essayer de sortir de votre tout petit sillon et considérer les choses dans leur ensemble. Votre clairvoyance ne s'en trouverait probablement pas amoindrie.
Je vous parle de commerce, pas de littérature ou de beaux-arts. Les prix littéraires sont du commerce, pas de la littérature. Vous avez trouvé un créneau commercial qui vous convient, c'est parfait.
Encore une fois, vous vous faites plaisir en publiant des livres sur lesquels je n'ai aucune opinion et vous faites plaisir à des lecteurs : la vie est belle. Si tous les livres publiés à compte d'auteur en faisaient autant en épargnant les libraires, ce n'en serait que mieux parce que le constat trop souvent vérifié, crûment commercial, c'est que les livres publiés à compte d'auteur(sauf exceptions, notamment dans le domaine de l'édition régionaliste) ne se vendent pas dans les librairies.
Pour le reste, vous ne m'ôterez pas de l'idée que, compte tenu du nombre très considérable de maisons d'éditions professionnelles et compétentes en France, j'ai du mal à croire qu'un livre bien foutu (je ne vous parle même pas de chef-d'oeuvre) et susceptible de rapporter un tantinet d'argent (je ne vous parle même pas de jackpot) échappe à toutes. Et si ça arrive une fois, cela ne fera que vérifier l'adage selon lequel l'exception confirme la règle.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Nadine Perreault nommée directrice générale de Diffusion Dimedia

Le conseil d'administration de Diffusion Dimedia, société de distribution et de diffusion de livres en langue française au Québec et au Canada, annonce la nomination de Nadine Perreault au poste de directrice générale. Celle-ci fait suite au départ à la retraite de Serge Théroux le 31 décembre dernier, après 45 ans au service de Dimedia.

26/01/2021, 15:52

ActuaLitté

Dilibel reste en Belgique pour “privilégier la qualité de service de proximité“

L’instauration du prix unique du livre en Belgique n’allait pas sans poser quelques interrogations aux libraires. Si la majorité des groupes français officiant outre-Quiévrain ont appliqué une tarification unique entre France et Belgique, le groupe Hachette Livre faisait de la résistance. Et le Syndicat des Libraires francophones de Belgique faisait les gros yeux, menaçant même de boycott, à demi-mot. 

21/01/2021, 18:35

ActuaLitté

En 2019, Amazon France enregistrait près de 3 accidents du travail par jour

Depuis son ouvrage de 2013, En Amazonie. Infiltré dans le “meilleur des mondes”, le journaliste Jean-Baptiste Malet détaille le fonctionnement de la société de Jeff Bezos en France. Et ailleurs. Il vient de publier dans L’Humanité un nouvel article, faisant état de révélations sur les « données statistiques pourtant élémentaires concernant les conditions de travail dans les entrepôts français ». Un véritable choc. 

21/01/2021, 10:26

ActuaLitté

En conflit avec Cyber Scribe, Dilicom renonce à facturer les éditeurs en 2021

La structure Dilicom, pointée par son partenaire CyberScribe, n’avait pas encore pris officiellement la parole. Pourtant mise en cause, la directrice générale, Véronique Backert vient d’adresser aux éditeurs un email apportant plusieurs précisions sur le conflit ouvert. Précisant par ailleurs que la rupture qui intervient entre les sociétés n’a « pas à être mise selon moi sur la place publique ».

20/01/2021, 13:14

ActuaLitté

Interforum fournira les librairies belges depuis la France 

La semaine passée, les libraires de Belgique adressaient un message sans ménagement au groupe Hachette Livre, et sa filiale Dilibel. Cette dernière, accusée de maintenir une surtaxe sur le coût des livres importés de France, est menacée de boycott, tout bonnement. En effet, Hachette maintient un delta entre le prix France et le prix Belgique — alors que les ouvrages devraient être commercialisés à un prix unique. 

18/01/2021, 10:28

ActuaLitté

France : libraires et éditeurs en première ligne d'une prise d'otage

Bisbille dans l’interprofession ? De toute évidence : la société Cyber Scribe, connue par ses services de référencements d’ouvrages pour les petites maisons et éditeurs autodistribués, fait les frais d’une colère de Dilicom. Dans un courrier émanant de la directrice générale, Véronique Backert, les clients découvrent un changement contractuel majeur : l’obligation de passer par Dilicom pour assurer « le référencement de vos titres dans le FEL et pour la transmission des commandes ». 

14/01/2021, 08:51

ActuaLitté

Editis : “Toutes les branches d'Interforum n’ont pas une santé financière égale”

Les changements qui se profilent pour 2021 au sein de la filiale diffusion-distribution d’Editis ont provoqué de vives réactions. Certains, inéluctables, d’autres laissant les partenaires sociaux interrogatifs. D’un côté, le départ des maisons Le Seuil et La Martinière, qui ne devait intervenir qu’en 2024. De l'autre, la fermeture des trois salles de ventes, lieux d’accueil privilégiés pour les libraires.

06/01/2021, 15:02

ActuaLitté

Interforum ferme trois salles de vente, MDS diffusera Seuil/ La Martinière en janvier 2022

L’année commence fort pour la filiale diffusion-distribution Interforum. Au terme d’une série de réunions survenues ce 5 janvier, plusieurs lignes de force se dégagent… à commencer par un Plan de Sauvegarde de l’Emploi. En cause, les mouvements qui sont à venir, avec le départ des fonds La Martinière groupe, incluant Le Seuil. Si les maisons d’édition avaient rejoint le giron de Média Participations en 2017, la diffusion-distribution restait chez Interforum, théoriquement jusqu’au terme du contrat de 2024. Mais plus pour longtemps.

05/01/2021, 18:06

ActuaLitté

Des mangas érotiques, retirés de la vente chez Amazon ?

Apparemment, tous les mangas ne sont pas bons à vendre chez Amazon. Le géant en ligne a expulsé de ses étagères des titres avec un genre en commun, le ecchi. Autrement dit, tout ce qui a une connotation sexuelle. Cachez-moi ce sein que je ne saurais voir ? Pour le moment, personne ne se prononce officiellement.

18/12/2020, 12:40

ActuaLitté

Des livres plus facilement pour les commerces de proximité

Le groupe de distribution NAP, qui anime le réseau Maison de la Presse, dispose de 1350 points de vente en France. Et revendique quelque 800.000 clients chaque jour. Il annonce avoir mis en place « une solution d’approvisionnement inédite » permettant aux commerçants de proximité de commander 38 000 références de livres, expédiées sous 24 à 48 heures partout en France.

11/12/2020, 17:22

ActuaLitté

Les éditeurs demandent à Apple une meilleure remise sur les ebooks

Janvier 2021 marquera un grand tournant dans le monde de l’application : en effet, Apple va baisser le montant de la commission prise sur toutes les ventes réalisées via l’App Store. Passant de 30 % à 15 %, l’entreprise espère ainsi calmer la grogne ambiante, qui accuse la firme à la Pomme de croquer à trop grandes dents dans le business des développeurs. La remarque a été entendue… et suivie.

07/12/2020, 17:18

ActuaLitté

20 millions € pour Relay@ADP, avec un prêt garanti par l'État

La société Relay@ADP, détenue à 49 % par Aéroports de Paris, à 49 % par Lagardère Travel Retail et à 2 % par Société de Distribution Aéroportuaire, responsable des activités de presse et de librairie dans les aéroports de Paris, contractera un prêt de 20 millions € auprès de BNP Paribas. La garantie de l'État est assurée, par un arrêté du 1er décembre dernier.

04/12/2020, 09:54

ActuaLitté

Livr&co, la librairie en ligne qui assure une traçabilité des livres

S'il devient de plus en plus simple de s'informer pour consommer de manière écoresponsable, le lecteur se trouve parfois assez dépourvu. Les livres signalent généralement où leur impression a été réalisée, mais la librairie en ligne Livr&co souhaite faciliter les choix écoresponsables des lecteurs. Pour ce faire, la plateforme propose une traçabilité complète des livres...

02/12/2020, 12:36

ActuaLitté

Black Friday : des employés d'Amazon en grève dans plusieurs pays

Derrière le slogan-hashtag #MakeAmazonPay, des travailleurs employés par Amazon dans plusieurs pays vont coordonner des actions de grève pour le Black Friday, jour de promotions organisé ce 27 novembre 2020 dans plusieurs pays et le 4 décembre prochain en France. Cette journée, traditionnellement très profitable pour Amazon, sera marquée par des actions aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Belgique, au Mexique ou encore au Bangladesh. Et peut-être en France...

27/11/2020, 10:23

ActuaLitté

Liz et Grimm, des contes défaits, sous les voix de Féfé et Mélodie Orru

Destinée aux enfants à partir de 7 ans, portée par la petite Liz et son grand copain, le chat Grimm, la série les emmène dans le monde revisité des contes de fées, pour les aider à surmonter leurs grandes peurs et leurs petits tracas. Une collection inédite de livres audio jeunesse aux éditions Lizzie : les contes de fées remis au goût du jour.

25/11/2020, 17:03

ActuaLitté

Les éditions Leduc rachètent la marque de papeterie Le Papier fait de la Résistance

Les éditions Leduc (groupe Albin Michel) annoncent l'acquisition de la marque de papeterie lyonnaise Le Papier fait de la Résistance, fondée en 2013 par Nicolas Guillemot. Calepins, cahiers, pochettes sont conçus par cette marque, qui s'est fait une spécialité des collaborations avec des maisons de haute couture comme Kenzo, Chanel ou le groupe LVMH.

24/11/2020, 11:50

ActuaLitté

Anticiper les achats de livres pour Noël : la Belgique se mobilise

À compter du 30 octobre, la Belgique est entrée dans une nouvelle phase de confinement, déclarée par le Premier ministre, Alexander De Croo. Pour une durée de six semaines au moins, nos voisins d’outre-Quiévrain allaient vivre à domicile. Avec quelques aménagements toutefois en regard de la situation française.

23/11/2020, 13:55

ActuaLitté

Macron : assouplir, ou la valse Covid en trois temps

Pas de déclarations fracassantes avant son allocution du 24 novembre : Emmanuel Macron prépare les Français à plusieurs scénarios. Mais un seul reste assuré : pas de déconfinement précipité, comme le confirme le ministre de la Santé, Olivier Véran. 

22/11/2020, 13:07

ActuaLitté

Les Jeux olympiques de Paris 2024 recherchent des éditeurs, pour différents projets

Bon an mal an, les Jeux olympiques de Paris 2024 se préparent : un grand événement sportif, qui suppose aussi l'investissement de sommes démesurées, dans l'organisation et diverses opérations. Le Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 lance un appel à manifestation d'intérêt auprès des éditeurs, pour l'exploitation de la licence Paris 2024 dans plusieurs catégories éditoriales.

20/11/2020, 09:51

ActuaLitté

Des livres en Ehpad : Korian, partenaire trop particulier pour les libraires ?

Toutes les librairies se valent-elles ? À l’heure du second confinement français, où le conseil de libraire a laissé place au retrait en magasin, on s’interroge. Amazon, l’épouvantail habituel, reste brandi comme il se doit, et la France est parvenue à empêcher la vente de livres dans les supermarchés et autres Fnac, pour ne pas concurrencer le click and collect des établissements. Mais ensuite, quoi ?

19/11/2020, 16:08

ActuaLitté

Un nouveau cadre légal pour accompagner l'industrie du livre en Italie

À l’occasion de la conférence de presse de #ioleggoperché — le principal événement de promotion de la lecture en Italie — le ministre de la Culture annonce qu’il travaille à une loi pour réglementer la filière italienne du livre. L’AIE (Association des éditeurs italiens) s’en réjouit et confirme son soutien. 

19/11/2020, 11:31

ActuaLitté

La fronde française : Pour un Noël sans Amazon

Passera-t-on Noël au balcon, mais sans Amazon ? Par une pétition adressée au Père Noël, sous la forme d’une lettre assez classique, un collectif en appelle à boycotter la firme américaine. Initiée par Matthieu Orphelin, député du Maine-et-Loire (ex-LREM), elle entend réaffirmer la nécessité d’un commerce de proximité, plus que d’un géant du net…

17/11/2020, 16:49

ActuaLitté

Pour une littérature qui a la frite : “Lisez-vous le belge ?”

C’est inédit dans le monde du livre belge : des éditeurs et éditrices aux auteurs et autrices, en passant par les libraires et les bibliothécaires, l’ensemble du secteur se mobilise à l’occasion d’une campagne de promotion du livre belge francophone. Celle-ci s’étendra du 16 novembre au 25 décembre et posera à tous et toutes une question simple, mais primordiale : « Lisez-vous le belge ? ».

17/11/2020, 12:53

ActuaLitté

Italie : faillite du plus ancien éditeur de dictionnaires et d'encyclopédies

UTET Grandi Opere (Grandes Œuvres) — la branche de la maison d’édition UTET, fondée en 1791 à Turin – spécialisée dans les dictionnaires, les encyclopédies et les beaux livres — a fait faillite. Une conséquence de la crise sanitaire et économique due à la pandémie de Covid-19 ?

17/11/2020, 11:07

ActuaLitté

Amertume et inquiétude : l'occasion manquée pour les librairies

Après les annonces de Jean Castex, Premier ministre, le Syndicat de la librairie française fait état d'une déception non feinte. Quinze jours de lobbying intense n'auront abouti qu'à l'interdiction de vente de livres dans d'autres espaces – grandes surfaces et enseignes type Fnac. Mais pas à la réouverture des librairies ni l'accueil des clients. Leur message est ici proposé dans son intégralité.

13/11/2020, 21:09

ActuaLitté

Travailleurs noirs et latinos “intentionnellement” mis en danger chez Amazon

Pour effarant que soit le terme de “minorités” il pointe dans une procédure contre le géant du commerce les victimes toutes désignées. Le recours collectif pour discrimination présumée, porté devant le tribunal fédéral de New York, ce 12 novembre en fait amplement état.

13/11/2020, 12:28

ActuaLitté

Confinement : l'édition soutient la librairie, à bonne distance sanitaire

Dès l'hypothèse d'un deuxième confinement posée, accompagnée par la fermeture des commerces, le Syndicat national de l'édition s'est manifesté aux côtés du Syndicat de la librairie française pour réclamer une dérogation pour les libraires. Mais la mobilisation conjointe des deux syndicats patronaux n'aura pas suffi, et voilà les librairies fermées au public pour deux semaines supplémentaires, au moins.

13/11/2020, 12:07

ActuaLitté

Seine-Saint-Denis : le Salon du livre et de la presse jeunesse offre 25 000 livres

L'édition 2020 du Salon du livre et de la presse jeunesse sera quelque peu bouleversée par l'épidémie de Covid-19, qui oblige l'organisation à quelques ajustements. Le salon en lui-même ne pourra pas avoir lieu, mais plusieurs solutions ont été trouvées pour maintenir malgré tout l'événement et les festivités. Pour s'adresser aux enfants, le salon viendra directement à eux, notamment par l'intermédiaire d'un don de 25.000 livres.

12/11/2020, 16:25

ActuaLitté

Librairies Gibert : “Nous ne quittons pas le quartier Saint-Michel”

En cette période, le moindre mouvement a des répercussions — l’effet papillon, dira-t-on. Il en va de même pour les librairies Gibert, dont la réunification de Joseph et Jeune en novembre 2017 a mis fin à un ancien conflit familial. Mais le coronavirus, entre autres, joue un rôle de catalyseur pour cette entreprise.

12/11/2020, 13:45

ActuaLitté

Pour Roselyne Bachelot, “on ne pourra pas feuilleter les livres” dans les librairies

Le Premier ministre Jean Castex propose, ce jeudi 12 novembre, un point sur la progression de l'épidémie de coronavirus en France et sur les effets du deuxième confinement. Les libraires, qui espéraient une réouverture au public possible à partir du 13 novembre, ont pour la plupart renoncé à cette échéance. La date du 1er décembre est désormais au centre des discussions, mais les conditions restent compliquées : ainsi, pour Roselyne Bachelot, « il ne faut absolument pas feuilleter les livres » dans les librairies.

12/11/2020, 11:05

ActuaLitté

La revue Audimat inaugure sa maison d'édition avec Simon Reynolds

La revue biannuelle Audimat, créée en 2012 par Guillaume Heuguet et Étienne Menu et soutenue financièrement par le festival Les siestes électroniques, monte le son avec une maison d'édition, elle aussi consacrée à la musique, à ses liens avec le monde et à l'expérience de l'auditeur. La première parution est une traduction d'un livre du critique musical britannique Simon Reynolds par Hervé Loncan, Le choc du glam.

12/11/2020, 10:20

ActuaLitté

Concurrence : Amazon sous le coup d'une enquête de l'Europe

Les législateurs de l’Union européenne viennent déposer un recours contre Amazon, accusant le géant de comportement anticoncurrentiel. Ce dernier aurait recours aux données des vendeurs de sa marketplace, pour s’octroyer un avantage économique et commercial. Les motifs de cette accusation ont été transmis ce 10 novembre à la firme.

10/11/2020, 13:07

ActuaLitté

Toujours aucune nouvelle de l'éditeur ivoirien Anges Félix N'Dakpri

Président de l’Association des éditeurs de Côte d’Ivoire (Assedi) et Commissaire général du Salon international du livre d’Abidjan, Anges Félix N’Dakpri a été enlevé le 25 octobre dernier à Abidjan. Depuis plusieurs semaines, la Côte d’Ivoire est en proie à de fortes tensions politiques dans le contexte des élections présidentielles. Sa famille et ses proches restant sans nouvelles depuis.

10/11/2020, 12:08

ActuaLitté

Un “front commun” contre Amazon : l'édition se révolte

Depuis janvier 2020, Paon diffusion et Seerendip-Livres ont uni leurs forces afin de promouvoir et distribuer, principalement, des éditeurs d'art, de littérature, de jeunesse ou de bande dessinée. L’une de ses spécificités est d’avoir toujours refusé de travailler « avec Amazon et son monde ». Aujourd’hui, les quelque 80 éditeurs imaginent « un front commun ».

10/11/2020, 08:57

ActuaLitté

Cinquante éditeurs appellent à “boycotter et saboter le monopole” d'Amazon

Entre anaphore et anathème, ces maisons n’ont pas choisi. « Nous ne vendrons plus de livres sur Amazon », martèle la cinquantaine de signataires d’un manifeste aux petits oignons. Dans un texte diffusé ce jour, les voici, idéalistes, partis même à constituer un mouvement de boycott réunissant « l’ensemble des maisons d’édition et acteurs·rices de la chaîne du livre ».

09/11/2020, 17:15

ActuaLitté

Après 10 jours de confinement, les ventes de livres “en baisse” chez Amazon

Régulièrement fustigée, la firme américaine ne profiterait pas autant qu’on l’aurait imaginé de ce retour au confinement. Selon les données d’un distributeur, loin de se réjouir toutefois, l’activité du cybermarchand est « plutôt en baisse ». Et ce, sur l’ensemble de la semaine passée. 

09/11/2020, 13:08

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Quelques nominations au conseil d'administration de l'agence Ciclic

L'établissement public de coopération culturelle Ciclic, agence régionale du Centre pour le livre, l'image et la culture numérique, annonce l'arrivée de nouvelles personnalités qualifiées au sein de son conseil d'administration.

26/01/2021, 16:04

ActuaLitté

Travaux du Centre Pompidou : la Bpi relogée à Paris intra-muros

La Bpi - Bibliothèque publique d'information du Centre Pompidou sera bien sûr concernée par les travaux de rénovation dont va bénéficier l'institution patrimoniale dédiée à l'art contemporain. L'établissement aura même droit à deux phases de labeurs, avec des travaux d’aménagement dès 2021 et des travaux structurels à partir de 2024.

26/01/2021, 13:05

ActuaLitté

Japon : légiférer sur le cosplay, délicat exercice du gouvernement

Dès les années 90, les premiers fans japonais ont reproduit, avec ingéniosité et patience, les costumes de personnages de mangas. Ce principe de déguisement, parfois avec une fidélité ahurissante, fait des émules à travers la planète — et le bonheur des conventions comics, mangas et autres salons du livre. Au risque de froisser la susceptibilité des avocats, soucieux de préserver le droit d’auteur des créateurs. Et de leurs éditeurs…

26/01/2021, 12:36

ActuaLitté

Conserver et valoriser les collections patrimoniales : appel à projets

L’appel à projets national « Patrimoine écrit » du ministère de la Culture entend une nouvelle fois, en 2021, soutenir des projets concernant les collections patrimoniales des bibliothèques relevant des collectivités territoriales ou de leurs groupements. Un appel à projets est lancé, ouvert jusqu'au 19 mars 2021.

26/01/2021, 11:34

ActuaLitté

Japon : les ventes numériques atteignent 24 % du marché

2020 aura fait transpirer à grosses gouttes, mais une nouvelle fois, l’industrie du livre s’en tire plutôt bien. Au Japon, on apprend que les ventes de livres papier et numériques enregistrent une hausse de 5 % en valeur. Le marché affiche ainsi un résultat de 1616,8 milliards de yens, soit 12,84 milliards €, tout de même. Notamment grâce à un titre…

26/01/2021, 10:33

ActuaLitté

La Chine inaugurera une librairie entièrement imprimée en 3D

En matière de livres et de lecture, la Chine n'en est pas aux pièces : à la fin du mois de janvier ouvrira la première librairie entièrement conçue en impression 3D. Shanghai accueillera l'établissement qui s'est spécialisé dans l'industrie de l'impression 3D sur le site de Wisdom Bay, à proximité de la rivière Wenzaobang.

25/01/2021, 15:55

ActuaLitté

Après la démission d'Olivier Duhamel, Laurent Bigorgne dirige seul la collection À Savoir

Conçue en 2006, la collection À savoir, publiée par les éditions Dalloz, change de direction. En effet, fondée à l’origine par Évelyne Pisier (décédée en 2017) et Olivier Duhamel, elle était dirigée par ce dernier et Laurent Bigorgne, essayiste et directeur de l’Institut Montaigne depuis 2011. A l’annonce de la parution du livre de Camille Kouchner, le cofondateur et codirecteur de la collection a démissionné. 

25/01/2021, 12:39

ActuaLitté

À Bordeaux, la bibliothèque Mériadeck poursuit sa modernisation

La Bibliothèque Mériadeck de Bordeaux est l'une des toutes premières de France par l'ampleur et la richesse du patrimoine écrit et graphique qu'elle abrite. Ses fonds patrimoniaux s'élèvent à environ 500.000 volumes, dont plus de 200.000 imprimés. Avec ses 9000 m2 ouverts au public, 27.500 m2 au total, les enjeux liés au bâtiment sont essentiels. 2500 usagers franchissent ses portes chaque jour d'ouverture. 150 agents y travaillent.

25/01/2021, 12:18

ActuaLitté

Centre-Val de Loire : le Covid-19, vecteur d'inquiétudes pour le secteur du livre

Ciclic, l'agence régionale du Centre-Val de Loire pour le livre, l'image et la culture numérique, dévoile les résultats d'une enquête menée auprès des acteurs du livre, auteurs, éditeurs et libraires sur l'impact de la crise du coronavirus. Si la situation est parfois moins critique que l'on ne pourrait le penser, l'inquiétude pour l'avenir reste toutefois importante, pour tous les professionnels.

25/01/2021, 11:59

ActuaLitté

Habiter : interroger les lieux et les populations

Les éditions Imbernon publient une collection intitulée Habiter. Cahiers transdisciplinaires (sous la direction d'Éleonora Canepari et de Brigitte Marin). Organisée en volumes thématiques, elle se veut un lieu d'expérimentation, accueillant des articles théoriques, aussi bien que des présentations d’expériences de terrain et des « regards » d'artistes sur la thématique abordée.

25/01/2021, 11:40

ActuaLitté

Royaume-Uni : le marché du livre imprimé en bonne santé, en 2020

L'année 2020, marquée par des confinements et des mesures sanitaires au Royaume-Uni, n'aura finalement pas laissé d'empreinte si négative sur l'industrie du livre. Au contraire, même : selon des données de l'institut Nielsen BookScan, les ventes de livres imprimés, en volume, ont augmenté de 5,2 % sur l'année écoulée.

25/01/2021, 10:24

ActuaLitté

Dans l’attente des données officielles, le livre italien est-il en reprise ?

Les librairies seront ouvertes aussi dans les centres commerciaux, selon le dernier décret du Président du Conseil des Ministres. De plus, les données sur les ventes de Noël semblent encourageantes. Des signaux d’une industrie du livre en reprise ? 

25/01/2021, 09:43

ActuaLitté

Un troisième confinement envisagé pour Emmanuel Macron

Redoutée depuis plusieurs jours, avec la propagation des variants britannique et sud-africain, l’annonce d’un nouveau confinement devient imminente. D'après le JDD qui évoque « une question de jours », le président de la République préparerait une intervention – mercredi selon toute vraisemblance, au sortir du conseil de défense. Selon les sources qu'avance le journal, « la décision est sur le point d’être prise ». Restent les quand et comment.

24/01/2021, 17:20

ActuaLitté

Le Virus de la recherche court toujours, aux Presses universitaires de Grenoble

Les Presses universitaires de Grenoble (PUG) avaient mis en œuvre, dans les premières semaines de l'épidémie de Covid-19, une collection de textes courts consacrés à cette dernière. Une saison 2 est annoncée, et les textes sont toujours gratuits pour une lecture en ligne, et téléchargeables aux formats PDF ou EPUB pour 0,99 €.

22/01/2021, 14:37

ActuaLitté

L’historien Alessandro Barbero déplore l’état des bibliothèques en Italie

Dans un article publié dans La Stampa, l’historien italien, connu du grand public grâce à ses podcasts et conférences, dénonce l’abandon dans lequel se trouvent les bibliothèques italiennes : désertes et désertées par le public, seul le prêt (parfois à domicile) leur est consenti. Il déplore « l’état comateux » des établissements italiens.

22/01/2021, 14:33

ActuaLitté

La Bibliothèque nationale de France met en lumière les autrices oubliées

La Bibliothèque nationale de France annonce un nouveau cycle de conférences, consacré aux autrices oubliées de l'histoire littéraire. Quatre figures seront mises en avant, pour commencer, entre janvier et avril 2021 : Catherine Bernard, Marie-Anne Barbier, Marceline Desbordes-Valmore et Hélène Bessette. Les conférences seront bien sûr accessibles en ligne.

22/01/2021, 12:35

ActuaLitté

Cat Stevens publie un livre jeunesse, d'après une de ses chansons

À partir d'un certain âge, ou d'un nombre d'années de carrière, les vétérans du rock ou de la musique folk semblent se tourner vers la littérature jeunesse. Après Bob Dylan, Paul McCartney ou encore Bruce Springsteen, c'est Cat Stevens, pourtant connu sous le nom Yusuf Islam depuis quelques années, qui publie un ouvrage sous ce nom, intitulé Peace Train, chez HarperCollins.

22/01/2021, 12:15

ActuaLitté

La bibliothèque présidentielle de Donald Trump ouvre ses portes numériques

Les Archives nationales américaines ont ouvert ce 20 janvier la bibliothèque numérique consacrée à Donald Trump. Le site recense entre autres les entrées web et comptes réseau dédiés à l’archivage des années présidentielles du milliardaire. Idéal pour les nostalgiques de ces 4 années riches en rebondissements…

22/01/2021, 11:45

ActuaLitté

Rapport Racine : près de 500 signataires pour un boycott du FIBD d'Angoulême

Comme en 2020, l'édition 2021 du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême sera revendicative, pour les auteurs. Ou ne sera pas : une tribune, réunissant près de 500 signatures à l'heure de la publication de cet article, assure que les artistes-auteurs seront prêts à appliquer « le boycott total du versant public du Festival d’Angoulême », en juin 2021, si le Rapport Racine n'est pas suivi de plus d'effets.

22/01/2021, 09:54

ActuaLitté

Death Note censuré en Russie, pour violence excessive...

Un tribunal russe vient de rendre justice — et les utilisateurs lui feraient volontiers rendre gorge. En effet, plusieurs sites de streaming se voient interdire la diffusion de l’anime Death Note, ainsi que d’autres mangas qualifiés de violents par la décision. Au menu, Tokyo Ghoul et Inuyashiki, qui sont également frappés d’ostracisme par le verdict.

22/01/2021, 09:45

ActuaLitté

Thomas Rabe reconduit à la tête de Bertelsmann jusqu'en 2027

Le PDG du groupe Bertelsmann, Thomas Rabe, a été reconduit dans ses fonctions pour un troisième mandat, comme l'indique un communiqué du conseil d'administration du groupe médiatique. Rabe devrait ainsi rester en poste jusqu'au 1er janvier 2027.

21/01/2021, 18:00

ActuaLitté

L'auteure camerounaise Hermine Yollo en résidence à Bordeaux

L'auteure camerounaise Hermine Yollo est accueillie en résidence à La Prévoté à Bordeaux, du 6 janvier au 15 février 2021, dans le cadre d’un partenariat entre l’Institut des Afriques (IdAf) et l'agence du livre en Nouvelle-Aquitaine ALCA. Elle est la lauréate de la résidence d’écriture francophone « Afriques-Haïti 2021 ».

21/01/2021, 17:09

ActuaLitté

Paris : une médiathèque portera le nom de James Baldwin

Le permis de construire a été validé l’été dernier. La première médiathèque du XIXe arrondissement sera nommée en l’honneur du célèbre écrivain, figure de l’émancipation des Afro-américains et des homosexuels aux États-Unis.

21/01/2021, 16:12

ActuaLitté

Une norme pour les catastrophes patrimoniales : journée professionnelle

La Bibliothèque nationale de France, le musée du quai Branly-Jacques Chirac et Sorbonne-Université s'associent avec l'Association française de normalisation (AFNOR) pour une conférence en ligne, ce lundi 25 janvier, consacrée à la norme volontaire NF ISO 21110 sur la préparation et la réponse aux situations d’urgence dans les bibliothèques, archives et musées.

21/01/2021, 15:47

ActuaLitté

La Hongrie impose un avertissement sur un livre aux thématiques LGBT

Emboîtant le pas à la Russie, notamment, la Hongrie vient d'imposer à une association la mise en place d'un avertissement sur la couverture d'un livre pour enfants abordant des thèmes LGBT, intitulé Meseország mindenkié (Le pays des merveilles est ouvert à tous). L'organisation Labrisz, qui milite pour les droits des personnes homosexuelles, bisexuelles et transsexuelles, avait conçu l'ouvrage pour inciter au respect de tous et toutes...

21/01/2021, 11:28

ActuaLitté

La direction générale des médias et des industries culturelles s'étoffe

Suivant la nouvelle organisation du ministère de la Culture, la direction générale des médias et des industries culturelles s'est dotée de nouveaux départements et bureaux, y compris au sein du service du livre. Le Journal officiel révèle désormais les quelques noms à la tête de ces départements.

21/01/2021, 10:38

ActuaLitté

Investiture : la bible de Douai réunit Joe Biden et Kennedy, 60 ans plus tard

La tradition veut que lors de la cérémonie d’investiture, le président américain prête serment sur la Bible. Un procédé certes très inclusif pour qui ne s’y reconnaît pas, mais on ne déroge pas aux vieilles habitudes. Joe Biden, qui est catholique, a cédé au rituel, avec une vieille bible familiale de 127 ans. Et qui appartient aux Biden depuis 1893. 

21/01/2021, 10:10

ActuaLitté

Fayard orchestre le retour de Mein Kampf en librairie

Tombé dans le domaine public en 2016, le texte fondateur de l’antisémitisme nazi aura droit à une nouvelle édition française. Fayard prévoit de commercialiser cette version critique courant 2021. Cette version des écrits d’Adolf Hitler comprend un appareil critique conséquent de près de 500 pages. D’abord édité en polonais par Bellona, le texte sera disponible en français cette année.

20/01/2021, 17:09

ActuaLitté

Marseille : la librairie Transit à la recherche d'un nouveau local

La Librairie Transit, installée depuis 8 ans au 45, boulevard de la Libération, à Marseille, recherche activement et de manière plutôt urgente un nouveau local. Le risque encouru est simple : cesser son activité. La structure associative doit quitter les lieux le 10 mars 2021 au plus tard.

20/01/2021, 16:50

ActuaLitté

Les ventes internet sauvent le résultat 2020 de Fnac Darty

Autant se réjouir des bonnes nouvelles quand elles se profilent : le groupe Fnac Darty, avec un petit mois d’avance sur les résultats définitifs, présente une estimation des revenus 2020. Une croissance de 0,6 % sur le chiffre d’affaires global, avec un quatrième trimestre à près de 10 % de hausse. Le tout, grâce à internet : les ventes en ligne auront représenté 29 % des ventes globales, soit 10 % de mieux qu’en 2019.

20/01/2021, 15:18

ActuaLitté

Amanda Gorman, 22 ans, déclamera un poème à l'investiture de Biden

Ce 20 janvier prendra place l'investiture de Joe Biden, qui deviendra à cette occasion le 46e président des États-Unis. Comme le veut une tradition démocrate mise en place depuis John F. Kennedy en 1961, un poème, composé spécialement, sera lu à cette occasion. Amanda Gorman, jeune poétesse à la carrière déjà fulgurante, a signé un texte intitulé « The Hill We Climb » (La colline que nous gravissons).

20/01/2021, 12:03

ActuaLitté

Concours “WC et bibliothèques” : arranger soigneusement sa toilette

« Vous qui venez ici/ Dans une humble posture/ De vos flancs alourdis/ Décharger le fardeau… » Ah, Musset ! Alfred sera-t-il le parrain de l’initiative portée par l’Association des Bibliothécaires de France ? Pour l’année 2021, l’organisme a décidé de mettre en lumière le petit coin des établissements. « Sujet atypique, mais essentiel. » Certes... Alors, vos toilettes, à quoi ressemblent-elles ?

20/01/2021, 09:59

ActuaLitté

Bouquins aborde “le plus bel âge de sa vie”

« On s’émancipe à tout âge. Bouquins a attendu quarante ans avant de devenir une maison d’édition à part entière. C’était le rêve de Guy Schoeller, le fondateur, de ne dépendre que de lui-même — ce qu’il faisait déjà en grande partie. Rêve aujourd’hui exaucé », se réjouit Jean-Luc Barré, le directeur. Qui dévoile par là même les grandes lignes à venir de la maison.

20/01/2021, 09:06

ActuaLitté

Crise Covid : Le difficile retour des usagers en bibliothèques

Au cours de la crise Covid de 2020, les librairies bénéficièrent d’un éclairage inouï. Considérées comme lieux privilégiés de l’accès au livre, on est venu – par de malhabiles pétitions… – à confondre l’objet et la lecture. Or, en la matière, l’ouverture des bibliothèques aurait certainement apporté plus de réponses. Comment ont-elles traversé la période ? Normandie Livre et Lecture propose un retour d’enquête

19/01/2021, 18:06

ActuaLitté

“Pas de contrat pour les traîtres” : l'édition fait payer l'attaque du Capitole

« Pas de contrat d'édition pour les traîtres. » L'intitulé de la pétition est fort, mais celle-ci fédère déjà de nombreux travailleurs de l'industrie du livre américaine, des auteurs aux éditeurs, en passant par les responsables des ventes et les agents. Ils revendiquent un blocage complet et sans exception des contrats d'édition passés avec des membres de l'administration de Donald Trump.

19/01/2021, 16:05

ActuaLitté

Alain Mabanckou à la tête de la collection Poésie Points

EXCLUSIF – « Je considère la poésie comme l’un des langages primordiaux vers lesquels nous nous retournons lorsque, dans sa course effrénée, le Temps ne nous permet plus que la capitulation et la désertion comme alternative », écrit Alain Mabanckou. À compter du 25 février, le romancier reprendre la collection de poésie, aux éditions Points. Un ensemble d’ouvrages comme lieu de convergences de voix venues des quatre coins du monde — débutantes, majeures ou classiques…

19/01/2021, 15:53