#Librairie

Excédés, des libraires boycottent le prix Renaudot et son livre Amazon

Libraire durant 10 années, à Acheres dans les Yvelines (Librairie Neverland, aujourd'hui fermée), Mélanie Le Saux a découvert comme d'autres la liste du prix Renaudot. Son sang n'a fait qu'un tour. « Je ne suis peut-être pas la plus légitime, mais mon écœurement a pris le dessus et j’ai écrit une lettre ouverte au jury du Prix Renaudot », indique-t-elle.

Le 10/09/2018 à 11:09 par Auteur invité

60 Réactions | 0 Partages

Publié le :

10/09/2018 à 11:09

Auteur invité

60

Commentaires

0

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

David, hilare, après avoir triomphé de Goliath - domaine public, d'après Caravage

Dans le même temps, l’association Lil – Libraires indépendantes de Lorraine –, qui regroupe les libraires du Grand Est, réfléchit à un boycot du prix Renaudot, par un retour massif des livres présentés dans la liste. Un autre mouvement d'agacement, qui rejoint celui de Mélanie Le Saux.

Dans une lettre ouverte, elle explique ce ras-le-bol, cette exaspération, face au choix des jurés de retenir un titre commercialisé en autopublication, via Amazon. Une injure ? Face à une situation impossible, les libraires protestent.  « Merci de faire suivre si vous la pensez digne de l’être... Et si des libraires voulaient me faire l’honneur de la soutenir, peut-être aurions-nous l’opportunité de la faire publier dans les médias. Seule je ne suis rien. »

Lettre ouverte à l’attention des membres du jury du prix Renaudot.

Madame, Messieurs, c’est avec stupéfaction, incrédulité d’abord, indignation ensuite que j’ai découvert que vous aviez choisi de sélectionner un livre auto-édité chez… Amazon.

Autant dire que si cet ouvrage gagne le prix, et même s’il ne l’emporte pas d’ailleurs, les libraires se verront contraints de le commander chez leur concurrent le plus féroce. Celui-là même qui se targue d’éradiquer toutes les librairies, puis les éditeurs, pour avoir le monopole du circuit du livre.

Merci, donc, à vous président Frédéric Beigbeder, à Patrick Besson en particulier, qui a amené et défendu le livre en question, et aux autres. Merci madame Bona, messieurs Giudicelli, Giesbert, Chateaureynaud, Le Clézio, Pancrazi, Gardel et Garcin d’avoir créé ce précédent, d’avoir ouvert la porte bien grande à la « bête »… 

Alors bien sûr une question se pose. Sous prétexte de défendre un (peut-être) bon livre, de soutenir un auteur rejeté par le même milieu de l’édition qui l’avait jadis publié, de montrer du doigt je cite « l’israélophobie délirante des éditeurs traditionnels »… Vous êtes prêt à abandonner les librairies ?

Je ne peux pas croire un instant que vous soyez inconscients de la portée de votre acte, que vous ne vous rendiez pas compte que les libraires vont devoir désormais acheter et donc rapporter de l’argent à celui-là même qui veut leur fin. Je ne peux pas croire non plus que vous pensiez sérieusement, tout comme l’auteur, qu’Amazon puisse être garant du pluralisme que nous chérissons tous (et ne nous trompons pas de bataille, en aucun cas il ne s’agit de se battre contre l’auto-édition mais bien contre le géant américain, dont la nocivité, n’a plus à être démontrée…)

Car enfin le message que vous envoyez signifie que la librairie serait désormais superflue, libraire une profession en voie de disparition, un métier qui prendra place demain entre le cocher de fiacre et le poinçonneur des Lilas.
Alors je veux être « bienveillante » et m’interdire de penser qu’il n’est ici question que d’un coup de buzz, mais dans ce cas pourquoi Amazon ? Pourquoi pas n’importe quel autre auto-éditeur ?

Je peux également être optimiste (après tout, ouvrir et tenir pendant 10 ans une librairie en banlieue sans me payer…) et continuer à travailler sur un nouveau projet, dans une autre banlieue qui m’accueille.

Mais je ne dois pas être naïve… Comment aborder aujourd’hui ce métier si passionnant autant que difficile, si désormais la trahison vient de ceux qui devraient être les premiers défenseurs des libraires, ces libraires qui depuis toujours œuvrent en faveur de la diffusion du livre.

Ceux-ci devront-ils à leur tour boycotter le livre auto-édité, le Prix, voir les auteurs composant le jury, pour se faire entendre ? Certains commencent déjà à le murmurer… Mais de ce fait Amazon aurait déjà gagné. Heureusement beaucoup d’auteurs nous ont fait part de leur soutien, et je me garderais bien de les mettre tous dans le même sac !

Libraire pendant 10 ans et désireuse de le redevenir, je refuse de baisser les bras, je veux continuer à me battre, mais pourrais-je le faire dans un monde où désormais Amazon peut remporter un prix et nous balayer sans que cela ne choque personne ? Dans un monde où, je viens à peine de l’apprendre, le ministère de la Culture proposerait un pass culture jeunesse de 500 euros, dont seulement 100 pour les livres, à dépenser y compris chez Amazon.

Madame, Messieurs, il ne me reste plus qu’à espérer que les autres membres des jurys littéraires ne suivront pas votre détestable exemple.

Mélanie Le Saux

Mise à jour 15 h 40 : 

Marie-Pierre Reibel, coordinatrice de l’association LIL, jointe par ActuaLitté, nous indique que, pour l’heure, « nous n’avons pas encore de position officielle. Plusieurs libraires adhérents ont, en signe de protestation, retourné les ouvrages de M. Besson, mais avant de mettre en place une action collective, nous attendons un peu ». 

De fait, l’ouvrage pointé par les libraires, commercialisé via Amazon, avait été largement soutenu par Patrick Besson, juré du prix Renaudot. « Les libraires attendent surtout la deuxième liste, pour tâter le terrain. Si ce fameux livre est toujours présent, alors il y a de fortes chances que ce ne soient pas que les livres de M. Besson qu’ils retourneront. »

Et d’indiquer, surtout, qu’il ne faut pas se méprendre sur la démarche. Le problème n’est certainement pas celui de l'auteur autopublié, mais « bien la plateforme sur laquelle elle est pratiquée. Les gens n’aiment pas l’entendre, quand ils sont clients d’Amazon, mais en achetant là, il cautionnent l’optimisation fiscale, autant que des pratiques qui ne sont pas propres, vis-à-vis des salariés ». 

Elle poursuit : « Nos emplois sont tous corrélés les uns aux autres, avec un impact sur les fournisseurs – les éditeurs en l’occurrence – qui sont significatifs. En achetant local, c’est leur propre emploi qu’ils préservent. » Dans le grand Est, plusieurs libraires ont rapidement réagi en choisissant le boycott pur et simple. Nous attendons désormais de plus amples informations.

60 Commentaires

 

Moon

12/09/2018 à 00:48

Je comprends la colère des libraires, et pourtant... pourquoi ce livre, s'il est bon au point de pouvoir concourir à un prix, n'est-il pas édité dans une maison d'édition du circuit traditionnel français ?
C'est là à mon sens la question. Je ne crois pas me tromper en disant que personne ne rêve véritablement de publier sur Amazon. KDP, pour les auteurs et autrices, c'est un pis-aller, quand les portes des maisons classiques se sont fermées, quand des personnes en ont marre qu'un travail de parfois plusieurs années pourrisse dans un tiroir sans être lu ni rien rapporter, que le manuscrit soit bon ou mauvais.
Le seul argument par rapport à tous les désavantages que garantissent les maisons d'édition traditionnelles, c'est d'être un filtre, un gage de qualité entre les écrivain•es et le lectorat, c'est de dire "On retient tout ce qui est bon, ce qui ne passe pas notre tamis n'est pas d'une qualité suffisante pour un lectorat exigeant". Mais si, au contraire, des ouvrages de qualité n'ont plus comme solution pour se faire connaître que de pactiser avec le Diable Amazon jusqu'à peut-être gagner des prix littéraires par son entremise, qu'est-ce que cela veut dire sur la qualité du filtre des maisons d'édition qui les ont refusés ?
Et est-ce que ce sont les auteurs et autrices ainsi mises aux bans, pour n'importe quelle raison, du système économique géré par ces maisons d'édition qui doivent payer les pots cassés et se trouver en plus de ça frappé•es d'anathème dans la sélection des œuvres pour les prix littéraires ?
Double peine et aucune considération pour ce qu'est censé récompenser un prix littéraire : la qualité de l'œuvre, pas la réputation de sa maison d'édition.
Les librairies devraient peut-être demander des comptes aux maisons d'édition, car manifestement ce sont les lacunes de leurs sélections qui laissent des trouées béantes à Amazon pour qu'il s'y engouffre.
Et punir par principe les auteurs et autrices qui, faute de mieux, ont recours à ses services, et ce alors qu'ils sont eux-mêmes le maillon le plus faible de la chaîne du livre n'est franchement pas glorieux.

Joseph Kochmann

12/09/2018 à 08:56

Merci beaucoup pour ce message : ça fait plaisir d'enfin lire ça. Là, on touche vraiment ce qui est important.

C'est ça le vrai problème.

Et en s'attaquant au concours et en boycottant le livre, on crée davantage de tension. On bloque l'auto-publication, pas Amazon. Le boycott, à cette échelle, ça ne fera rien au géant et, au contraire, ça rendra les auteurs auto-édités comme moi encore plus dégoûtés de ce système, nous poussant davantage à nous diriger vers ce type de solution.

Personnellement, on ne m'a jamais refusé mes manuscrits car ils étaient mal écrits, de mauvaise qualité... Le peu de fois où on daignait me répondre (et ce sans insulte, parce que c'est feu à volonté en général), c'était pour me dire qu'on n'avait pas envie de publier mon roman parce que c'était "trop original pour prendre le risque de rapporter".

Elle est belle la démarche. On vise l'originalité, on bosse dur, on nous envoie balader. A l'inverse, si on tape ce qui est plus populaire, on nous critique de ne pas être assez innovant.

On nous propose rien à côté. On se moque de nous en tant qu'auto-publiés car considérés comme des "ratés" qui n'ont pas réussi à "prouver leurs valeurs".

En quoi le nom d'une boîte qui ne fait rien d'autre qu'exploiter des artistes pour se faire des sous devrait justifier la qualité de notre boulot ?

J'ai fait des années d'études d'écriture en hautes écoles, j'ai bossé en tant que lecteur de scénarios chez France 3, je suis traducteur/correcteur depuis quatre ans à Hollywood, j'écris tous les jours depuis presque 10 ans... Mais ça, ça vaut que dalle j'imagine. Non. Il me faut la sainte maison d'édition dans le dos pour qu'on puisse me traiter avec respect. C'est obligatoire, bien entendu.

Parce qu'à la fin, c'est ça la plupart des ME modernes : des profiteurs. Des noms qui utilisent leur statut pour utiliser des gens qui eux, vraiment, ont du talent.

Alors quand on nous donne l'occasion d'accéder en quelques clics à un lectorat et de vendre sans que personne vienne nous emmerder, forcément, on saute sur l'occasion.

Et là wow... Non seulement ça se vend, mais on reçoit de très bonnes critiques. Incroyable ! Est-ce que ça signifierait peut-être... que les maisons d'édition sont inutiles ? Non. N'imaginons pas ça. Pas les saintes maisons d'édition !

Bref. Ironie à part, ce n'est pas Amazon la source du problème : ce n'est qu'une conséquence.

Et si on continue avec ce genre de réaction débile, on va droit dans le mur.

Enfin, les ME et les libraires en tout cas.

Nous, on a une solution de secours qui, même si elle n'est pas parfaite, marche plutôt bien pour le moment. Du moment que les ME ne nous mettent pas des bâtons dans les roues, elles peuvent pourrir d'elles-mêmes si ça leur chante. Et pour les libraires, il suffirait d'attaquer le problème dans le bon angle et d'arrêter de nous mépriser.

Oui, on est en colère. Mais nous aussi on a un métier. Nous aussi on essaye de ne pas mourir.

Moon

12/09/2018 à 11:30

Je vous en prie, Monsieur Kochmann, je partage votre constat.

Et je suis par ailleurs consternée de la virulence et du mépris de certains commentaires suite à cet article à l'encontre des autrices et auteurs publié·es à compte d'auteur ou grâce à KDP, et du jugement à l'emporte-pièce que toutes celles et ceux qui ne seront pas d'accord avec le constat de leur nullité ne peuvent être que des écrivain·es raté·es qui se prennent pour des génies incompris·es.

Est-ce que les questions de fond qui sont posées ici, au sujet du fonctionnement actuel des maisons d'édition françaises, sont à ce point épidermiques et impossibles à répondre avec honnêteté qu'elles ne peuvent recevoir pour seule réplique que des attaques ad hominem et des caisses de dénigrement pour les faire taire ?

Je tiens par ailleurs à souligner, pour clarifier d'où vient ma réflexion et couper court aux spéculations de ces censeurs méprisants, que je n'ai jamais publié quoi que ce soit, que ce soit à compte d'éditeur ou d'auteur, que je n'ai par ailleurs jamais acheté un livre publié sous KDP si ce n'est téléchargé une nouvelle gratuite (!) qui était franchement pas mal du tout... mais que par contre j'ai travaillé en maisons d'édition parisiennes. Et qu'au cours de mon expérience professionnelle, j'ai pu constater que des oeuvres qui n'avaient aucune valeur littéraire parvenaient à franchir le seuil de la publication, notamment quand l'auteur avait un Papa ou un Papy (ou les deux) de connu(s) qui lui permettai(en)t d'avoir des appuis de taille pour faire valoir son travail, ou bien par exemple quand il signait une (mauvaise) adaptation d'une oeuvre classique et canonisée, tandis que de meilleures oeuvres originales sans appui finissaient à la poubelle sans un deuxième regard malgré des "scores" bien plus honorables au stade des fiches de lecture.

J'ai eu l'occasion de défendre moi-même bec et ongles une oeuvre d'une splendeur et d'une finesse rares, et je n'étais pas la seule à en être convaincue, de relancer sans cesse la machine pour que l'on publie ce texte, écrit par un auteur par ailleurs déjà publié et récompensé pour d'autres oeuvres comme je l'ai ensuite constaté... tout ça pour assister, impuissante, au fait que celui qui gagnait au même moment le prix de la consécration était le fils à Papa qui avait joyeusement massacré un chef-d'oeuvre de la littérature mondiale, en y ajoutant des interpolations d'un autre auteur dont la pensée n'avait rien à voir avec celle de l'auteur original et ce sans le signaler (c'est moi qui ai tiré la sonnette d'alarme avant publication car personne d'autre ne l'avait remarqué, il a dû admettre que c'était bien une citation citée sans guillemets, et donc pas de lui, et ça a été mentionné en note de bas de page, mais ça n'a pas remis en cause sa publication). Auteur qui, par ailleurs, n'avait même pas été capable de copier l'oeuvre qu'il avait adaptée sans rajouter une myriade de fautes de français à longueur de pages de son manuscrit-torchon.

Last but not least : qui donc a été chargé·e de corriger les fautes d'orthographe, de syntaxe, de typographie et tout bonnement d'inattention de monsieur l'Auteur consacré par la maison censée être garante de notre horizon littéraire ?
Des stagiaires non rémunéré·es, exploité·es. Meilleur·es en orthographe et en écriture que Monsieur l'Auteur dont le nom apparaît en grandes lettres sur la couverture.

Il m'est depuis difficile de prendre vraiment au sérieux l'affirmation selon laquelle les maisons d'édition sont un gage de qualité et qu'elles opèrent une sélection salutaire pour ne dénicher que les diamants au sein de monceaux d'immondices qui leur arrivent par la Poste.
J'ai surtout pu constater qu'elles étaient une machine capable de rendre potables et bankables des textes sans intérêt (rendons-leur cette justice-là, c'est déjà un tour de force qui n'est pas donné à tout le monde), et aussi capable de laisser sans remords sur le bas côté de véritables pépites et ce sans autre explication qu'un argument commercial à mon sens douteux et cela a mis à rude épreuve ma volonté de persévérer comme professionnelle dans ce secteur.

Sur cette confirmation assez sombre vue depuis les rouages intérieurs, Monsieur Kochmann, je vous souhaite une bonne journée et une excellente continuation.

Nicolas

12/09/2018 à 13:09

Merci, Moon. J'ajouterais à l'orthographe, la typo, la syntaxe, etc. la mise en page et la présentation de l'ouvrage ; certains s'en sortent bien, mais vous avez vu combien de livres auto-édités ont des couvertures affreuses et des mises en page désastreuses ? Globalement, je comprends les libraires ne prenant pas de dépôts pour ces oeuvres. Et qu'on ne me parle pas du numérique ; la mise en page y est autant maltraitée que sur le papier.

Alors je sais que certains ici se sentiront visés, ce n'est pas mon but, mais effectivement, un auteur travaillant seul sur son livre manquera à coup sûr de réussite sur certaines étapes.

Pour les fans de numérique, ou ceux qui rêvent de percer grâce à ça, les formats proposés par Amazon vous en rendent dépendants. Les éditeurs américains ont laissé Amazon fixer le prix des ouvrages en numérique et s'en mordent les doigts. En France, heureusement, les règles sont différentes.


En dehors de ces points, pour les auteurs parfaits et se passant d'éditeur, de distributeur et de diffuseur, combien de temps devrait prendre un libraire, pour un stock de 8000 livres, à 3 titres par auteur, pour recevoir chaque auteur présentant son travail ?

Encore une fois, le sujet ici n'est pas l'opposition librairie et édition / auto-édition, c'est bien la défense d'un modèle, imparfait mais qui fonctionne, contre Amazon, dont le but est de vendre ses propres produits.

koinsky

12/09/2018 à 14:45

Ah bon, parce ce que le modèle français ne cherche pas lui aussi à vendre ses propres produits ?

Joseph Kochmann

12/09/2018 à 19:04

Je ne comprends pas bien votre point, Nicolas : Moon parlait justement de ce qui passait en interne dans les maisons d'édition, pas de l'auto-publication.

Si on travaille bien (j'ai un illustrateur pro et de multiples correcteurs, personnellement), on peut se permettre de faire du super boulot. L'auto-édition, ce n'est pas travailler seul. C'est travailler à son compte. C'est très différent.

Et vous dites que ce n'est pas une question des libraires contre l'auto-publication... Oui, l'auto-publication n'est pas directement visée. C'est pire que ça : c'est un dommage collatéral de ce boycott. On s'attaque à Amazon, mais si ça détruit les chances pour de futurs auteur auto-édités de recevoir des prix... bah tant pis.

Pardon, mais ça nique notre métier. On est obligés de le prendre personnellement.

Faut arrêter de prendre les auteurs comme des petits poissons qu'on peut balayer d'un coup de patte tandis que les pauvres ME et libraires doivent survivre. On se saigne aussi pour vivre de notre art... et d'ailleurs, nous, c'est un art. On ne se contente pas simplement de valider des manuscrits écrits par d'autres pour (en plus, souvent mal) les exploiter. Nous, on écrit vraiment.

Et pour nous aussi, le temps c'est de l'argent.

Je suis désolé d'être direct et cassant, mais faut bien mettre les points sur les i parce que c'est fatigant de se faire malmener comme ça.

Les libraires n'ont pas le temps de nous distribuer, malgré notre travail énorme ? Eh bien, on est obligés de trouver une solution. Et si ça les tue... Bah fallait essayer un minimum de travailler avec nous.

Je me suis fait traiter de "connard capitaliste" en proposant mon livre à une librairie parce qu'il était vendu sur Amazon. A l'époque, je n'étais même pas auto-édité. Je lui proposais justement de distribuer mon roman pour que les gens ne passent pas sur le site. Il m'a dit que c'était inutile parce que c'était sûrement nul... et il n'a pas lu une page. Pas une seule. Il n'avait pourtant rien à dire sur la couverture : elle avait été faite par un pro. Sa seule raison de penser que je ne savais pas écrire venait de préjugés ridicules.

Et sinon, Moon, merci beaucoup pour ces précisions. C'est effrayant, mais malheureusement peu surprenant.

En réalité, j'ai été édité (donc par une vraie ME, à compte d'éditeur) pendant un an et c'était une catastrophe. Le gros du boulot venait de moi seul. J'ai même perdu de potentiels lecteurs tellement le travail était bâclé et peu sérieux.

Donc, effectivement, non : une maison d'édition n'est pas un gage de qualité.

J'aimerais vraiment que les gens comprennent ça.

koinsky

12/09/2018 à 14:13

L'émergence d'un modèle comme celui d'Amazon révèle et accélère l'"obsolescence programmée" du modèle français. Je ne crois pas que les auteurs le regrettent un instant. Ceux qui le regrettent sont plutôt ceux qui ont intérêt à le maintenir artificiellement en vie le plus longtemps possible : éditeurs, diffuseurs, distributeurs, libraires.

Joseph Kochmann

12/09/2018 à 19:07

Tout à fait d'accord avec vous, koinsky. C'est de la belle hypocrisie.

On pointe du doigt le vilain loup Amazon pour se donner des allures d'agneau.

D'un seul coup, on perd sa légitimité. Donc, forcément, on accuse l'ennemi. C'est sa faute.

Encore une fois, si ces mêmes libraires essayaient plutôt de se concentrer sur le vrai problème, les difficultés qu'ont les jeunes auteurs pour bien se lancer, pour être considérés, pour trouver des lieux de partage... on en serait pas là.

C'est le retour du bâton.

Lily

12/09/2018 à 19:29

Parler d'argent on dirait un gros mot lâché dans le monde des livres... Et pourtant! Les uns pleurent, les autres se frottent les mains d'aise. Qui songe une seconde aux auteurs floués sur leurs droits ?
Le cas d'une écrivaine, Renée Bonneau, me vient à l'esprit. Ancienne agrégée de littérature, elle écrit divinement bien. Un très beau livre sur Monet, entre autres, éditée dans différentes maisons
de structure moyenne ayant pignon sur rue, la dame ne bénéficie d'aucune couverture médiatique ou presque, sans que l'on comprenne pourquoi.
Depuis deux ans Renée doit batailler ferme avec une maison d'édition qui ne lui paye pas ses droits.
Elle travaille à un nouveau livre, heureusement! La lecture comme l'écriture vous transporte dans un autre monde, moins moche et surtout, moins injuste.
Des histoires comme celle-là, il y en a des dizaines en France.
L'adage a menti: Tout travail ne mérite plus salaire!
Pour les écrivains auto édités, Amazon est un pis-aller... L'histoire de ce prix aura eu le mérite de sortir l'écharde de la main des grands groupes qui, loin de songer à la qualité, ne pensent qu'à la rentabilité. Ils critiquent Amazon mais sont "amazoniés". Peut-être que l'édition en France s'est arrêtée, non pas à Stromboli, mais à la disparition de grands noms de l'édition, ces femmes et
ces hommes découvreurs de talent et respectueux, quoi qu'il arrive, des auteurs et de l'écrit ?
Non, les auteurs refusés ne sont pas tous des ratés!
Oui, Tara, vous avez raison. Les éditeurs qui reçoivent des manuscrits ne jouent pas le jeu, façon
de parler. Ils ne les ouvrent, que si vous passez par Un tel ou Tartempion, des contacts, du réseau
et tout le tralala. Michelle, merci pour le petit mot.

Christine Belcikowski

12/09/2018 à 21:05

Je plussoie.

Tara

13/09/2018 à 10:53

Pour un groupe de presse, je suis critique littéraire. En ce moment j’analyse un livre qui s’est vendu à plus d‘un million d’exemplaires… (Un vrai petit bijou : Les neuf marches de Daniel Meurois et Anne Givaudan). Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir qu’il avait été… auto édité avant d’être maintenant en livre de poche ! Le hasard n’existe pas…
Devant tout ce tintouin, m’est venue une position qui résume tout (cela n’engage que moi !) : en France, certains éditeurs ET libraires, je dis bien, - CERTAINS – traitent les auteurs inconnus comme CERTAINS employeurs traitent les débutants sans expérience et comme CERTAINS agents immobiliers traitent les locataires en recherche d’habitation. C’est-à-dire sans aucune considération mais avec beaucoup de méfiance. On me pardonnera de conclure en oubliant ma bienveillance : ces attitudes franco-françaises rigides et fermées, font de nous un pays arriéré sur bien des plans ! Quel dommage pour un si beau pays et une si grande nation !...

Joseph Kochmann

14/09/2018 à 08:43

Je suis tout à fait d'accord avec votre analyse.
Et je rajouterai même que, pour beaucoup d'éditeurs (pas tous : c'est effectivement mal de faire des généralités), c'est devenu bien plus facile de repêcher ce qui est auto-édité et marche seul.
Pas de prise de risque de cette façon. On a juste à piocher.
Mais, de ce fait, la question est la suivante... Si une ME attend qu'un auteur réussisse seul pour le reprendre, à quoi sert-elle ? Enfin, mis à part à donner l'impression que l'auteur a de la valeur ?
Pourquoi une ME devrait automatiquement être une confirmation ? Surtout si elle ne fait qu'un travail de récupération ?
Si les préjugés disparaissaient, beaucoup de ME n'auraient plus la possibilité de jouer de cette hypocrisie.
En France, on a véritable problème avec le risque. Je vis maintenant dans un pays qui a la mentalité inverse et, franchement, ça fait un bien fou.

Nicolas

13/09/2018 à 14:59

Je tombe, en attendant que mon précédent post ne passe, sur un texte qui contient des choses qui me parlent, sur la page fb de Madame Aurore Drey.
https://www.facebook.com/auroredrey.ecrivain

John DOe

15/09/2018 à 16:12

La belle arrogance des libraires dont certains, heureusement, font un travail formidable.
Mais avec leur marge 4 fois supérieure à celle de l'auteur, c'est le moins qu'on puisse attendre.

Nicolas

17/09/2018 à 09:29

Il serait tout de même sain de ne pas confondre remise éditeur et marge... Je me demande ce qu'un lecteur intéressé par cette problématique retirera de ce fil de "discussion"

francois baudez

17/09/2018 à 10:35

On comprend l'inquiétude des librairies face à la montée en puissance d'Amazon... Mais prendre une attitude à la Trump, ou à la Orban, boycotter une oeuvre de l'esprit qui a été refusée par des éditeurs... C'est donner raison à un certain Bradbury et son Farenheit 451.
Ce n'est pas le premier boycott des librairies (on se souvient notamment de Rose Bonbon). Enterrer ainsi la loi Lang (il y a un codicille imposant aux libraires de ne pas refuser de distribuer des ouvrages, ne serait-ce que par la commande) est exactement ce qu'attend Amazon.
Rendez-vous donc place de Valois pour le premier autodafé de livres depuis quelque temps. Le danger, c'est qu'une profession transforme Amazon en défenseur de la liberté d'expression... Exactement le but contraire que ces défenseurs de la librairie s'est fixé... Car la censure existe bel et bien chez Amazon...

Nicolas

17/09/2018 à 10:59

Certains libraires demandent justement qu'Amazon leur permette de respecter la loi Lang : ils ne peuvent pas commander les livres que la plateforme ne met pas à disposition des détaillants, mais uniquement des clients en ligne. La faute est du coté d'Amazon et pas des libraires... les auteurs ont conscience de ça ?
Là encore, il est important d'appeler un chat "un chat".

Je ne dis pas que si Amazon se transforme en distributeur, les libraires seront ravis de travailler avec cet "acteur", mais au moins auront-ils un choix.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Impression à la commande : le site EPAC et Copernics à l'arrêt

Depuis plusieurs jours, les machines ne tournent plus sur le site EPAC Systèmes du Malesherbois (Loiret). Et, de fait, l'activité d'impression à la commande d'Interforum/Editis se trouve elle aussi à l'arrêt. La vingtaine de salariés du site a été placée au chômage technique, sans information sur la reprise du travail.

20/04/2021, 11:57

ActuaLitté

Harmonia Mundi signe trois nouveaux éditeurs

Un Mook féministe, une maison BD des plus outre-tombiennes et un éditeur d’imaginaire : trois structures viennent de rejoindre la diffusion/distribution d’Harmonia Mundi Livre, apprend ActuaLitté. Un nouvel exemple de la diversification que l’entreprise a mise en place.

08/04/2021, 09:31

ActuaLitté

Pause pipi : Amazon admet que ses employés urinent dans des bouteilles

En avril 2018, scandale chez Amazon : le leader occidental de la vente en ligne était envoyé au coin. Au petit coin auquel ses salariés n’ont pas accès… Les employés des entrepôts manquaient tellement de pause pipi, qu’ils étaient contraints d’utiliser des bouteilles en plastique. Et après avoir nié de toutes ses forces, la firme avoue. Un calice bien amer à avaler, assurément.

03/04/2021, 20:48

ActuaLitté

Comics et romans graphiques : un grand bouleversement aux États-Unis

Les bombes pleuvent : fin mars, un accord entre l’éditeur Marvel, premier groupe comics au monde et Penguin Random House, premier groupe littéraire au monde, s’avance. Il portera sur la distribution des titres du premier, par les services du second. Les périodiques hebdomadaires de Marvel parviendront donc aux lecteurs par l’intermédiaire de PRH, qui ouvre de nouveaux espaces de stockage pour l'occasion.

02/04/2021, 11:26

ActuaLitté

Tourner la page Covid pour l'industrie du papier...

Dans un monde de papier, la matière première reste cruciale. L’industrie papetière française dresse à ce titre un bilan 2020, évidemment frappé par l’épidémie Covid-19. Elle souligne les pressions inflationnistes qui sont à l’œuvre, mais 2021 serait porteuse d’espoirs pour les professionnels.

31/03/2021, 15:24

ActuaLitté

Arnaud Nourry remplacé par Pierre Leroy à la tête du groupe Hachette

Occupant jusqu’à présent les fonctions de co-Gérant et Secrétaire général du groupe Lagardère, Pierre Leroy vient d’être nommé Président Directeur général par Arnaud Lagardère, avec l’aval du conseil d’administration d’Hachette Livre, en remplacement d’Arnaud Nourry. 

29/03/2021, 18:23

ActuaLitté

Podcast Métiers du livre : savoir prendre les décisions

En partenariat avec Dlivrable, ActuaLitté vous propose de retrouver une série de podcasts autour des métiers du livre.  Ce troisième épisode du podcast propose deux pistes de réflexion pour continuer d’agir dans l’industrie du livre quand tout est incertain : piloter d’abord, tester ensuite. Pour le pilotage, des outils et des Hommes sont nécessaires. Piloter nécessite de définir un cap, d’utiliser les données et de les contextualiser.

09/03/2021, 09:03

ActuaLitté

L'imprimeur italien Grafica Veneta se développe sur le territoire américain

Une nouveauté dans le panorama des acteurs de la fabrication et impression des livres : l’Italienne Grafica Veneta S.p.A a acheté l’entreprise américaine Lake Book Manufacturing, Inc. et s’apprête à plusieurs développements sur le marché américain. 

08/03/2021, 16:56

ActuaLitté

La vente de livres en recul chez Fnac sur l'année 2020

Les résultats finaux du groupe Fnac/Darty rejoignent les projections avancées fin janvier : avec 7,491 milliards € de chiffre d’affaires en 2021, les enseignes rosissent. 1,9 % de croissance en données publiées et 0,6 en données comparables. Le tout avec un 4e trimestre qui enregistre 9,6 % de mieux, en données comparables. 

23/02/2021, 18:39

ActuaLitté

L'Amant de Duras n'est pas le prix Goncourt le plus vendu 

FACT CHECKING– La presse aurait-elle commis un impair, en suivant aveuglément l’Agence France Presse ? De son petit nom, l’AFP, qui alimente des milliers de rédactions partout dans le monde, diffusait sur les canaux francophones une intéressante dépêche. « L’Anomalie devient le deuxième Goncourt le plus vendu de l’histoire », pouvait-on lire. Message communiqué par les éditions Gallimard, pour saluer les ventes du roman d’Hervé Le Tellier. Mais avec une petite boulette à la clef.

22/02/2021, 16:34

ActuaLitté

Pour une réglementation du prix de vente des livres au Québec

Voilà près de dix ans que le sujet n’avait pas montré le bout de son marque-page : un prix unique du livre au Québec, en 2013, tout le monde en parlait, mais le gouvernement de Philippe Couillard en juin 2014 décidait de balayer la mesure. Pourtant, la ministre de la Culture de l’époque, Hélène David, avait promis une réflexion : ce furent des mesures ciblées à la place… au grand désespoir des professionnels. Un nouvel espoir est-il permis ?

22/02/2021, 12:57

ActuaLitté

La maison de disque Audiogram rachetée par Québecor

Premier groupe d’édition, incluant la diffusion et la distribution d’ouvrages en langue française au Canada, Québecor avance un peu plus encore dans l’industrie musicale. L’entreprise, via sa filiale Sports et divertissement, annonce l’acquisition de la maison de disques Audiogram. Une autre facette de la concentration et de la diversification de la société. 

11/02/2021, 10:23

ActuaLitté

2021 représentera un “véritable défi logistique” pour la livraison de livres

Le diffuseur et distributeur Harmonia Mundi se prépare à une année difficile. Avec plus d’un milliard de colis livrés au cours de 2020, les transporteurs partenaires ont « connu des perturbations ». De ce fait, la structure choisit de « revoir et adapter » les usages, « afin de répondre à vos attentes légitimes », indique-t-elle dans un courrier aux librairies.

03/02/2021, 16:57

ActuaLitté

Amazon : Jeff Bezos quitte le devant de la scène 

Fini, pour le milliardaire âgé de 57 ans : Jeff Bezos ne sera bientôt plus le CEO, laissant sa place à Andy Jassy, actuellement responsable de Amazon Web Service, ou AWS. Le fondateur de l’entreprise de cybercommerce a annoncé qu’il quitterait ses fonctions au troisième trimestre 2021. Il conservera toutefois un poste de président exécutif, au sein du conseil d’administration.

03/02/2021, 08:11

ActuaLitté

Données bibliographiques : la BTLF s’associe à Booknet Canada

Désireuse d’offrir à ses abonnés un outil de recherche et de gestion de l’information répondant plus adéquatement aux besoins spécifiques de la chaîne du livre, la BTLF est heureuse d’annoncer son association avec BookNet Canada pour l’hébergement de Memento 3, qui sera lancé en janvier 2022.

02/02/2021, 09:38

ActuaLitté

Nadine Perreault nommée directrice générale de Diffusion Dimedia

Le conseil d'administration de Diffusion Dimedia, société de distribution et de diffusion de livres en langue française au Québec et au Canada, annonce la nomination de Nadine Perreault au poste de directrice générale. Celle-ci fait suite au départ à la retraite de Serge Théroux le 31 décembre dernier, après 45 ans au service de Dimedia.

26/01/2021, 15:52

ActuaLitté

Dilibel reste en Belgique pour “privilégier la qualité de service de proximité“

L’instauration du prix unique du livre en Belgique n’allait pas sans poser quelques interrogations aux libraires. Si la majorité des groupes français officiant outre-Quiévrain ont appliqué une tarification unique entre France et Belgique, le groupe Hachette Livre faisait de la résistance. Et le Syndicat des Libraires francophones de Belgique faisait les gros yeux, menaçant même de boycott, à demi-mot. 

21/01/2021, 18:35

ActuaLitté

En 2019, Amazon France enregistrait près de 3 accidents du travail par jour

Depuis son ouvrage de 2013, En Amazonie. Infiltré dans le “meilleur des mondes”, le journaliste Jean-Baptiste Malet détaille le fonctionnement de la société de Jeff Bezos en France. Et ailleurs. Il vient de publier dans L’Humanité un nouvel article, faisant état de révélations sur les « données statistiques pourtant élémentaires concernant les conditions de travail dans les entrepôts français ». Un véritable choc. 

21/01/2021, 10:26

ActuaLitté

En conflit avec Cyber Scribe, Dilicom renonce à facturer les éditeurs en 2021

La structure Dilicom, pointée par son partenaire CyberScribe, n’avait pas encore pris officiellement la parole. Pourtant mise en cause, la directrice générale, Véronique Backert vient d’adresser aux éditeurs un email apportant plusieurs précisions sur le conflit ouvert. Précisant par ailleurs que la rupture qui intervient entre les sociétés n’a « pas à être mise selon moi sur la place publique ».

20/01/2021, 13:14

ActuaLitté

Interforum fournira les librairies belges depuis la France 

La semaine passée, les libraires de Belgique adressaient un message sans ménagement au groupe Hachette Livre, et sa filiale Dilibel. Cette dernière, accusée de maintenir une surtaxe sur le coût des livres importés de France, est menacée de boycott, tout bonnement. En effet, Hachette maintient un delta entre le prix France et le prix Belgique — alors que les ouvrages devraient être commercialisés à un prix unique. 

18/01/2021, 10:28

ActuaLitté

France : libraires et éditeurs en première ligne d'une prise d'otage

Bisbille dans l’interprofession ? De toute évidence : la société Cyber Scribe, connue par ses services de référencements d’ouvrages pour les petites maisons et éditeurs autodistribués, fait les frais d’une colère de Dilicom. Dans un courrier émanant de la directrice générale, Véronique Backert, les clients découvrent un changement contractuel majeur : l’obligation de passer par Dilicom pour assurer « le référencement de vos titres dans le FEL et pour la transmission des commandes ». 

14/01/2021, 08:51

ActuaLitté

Editis : “Toutes les branches d'Interforum n’ont pas une santé financière égale”

Les changements qui se profilent pour 2021 au sein de la filiale diffusion-distribution d’Editis ont provoqué de vives réactions. Certains, inéluctables, d’autres laissant les partenaires sociaux interrogatifs. D’un côté, le départ des maisons Le Seuil et La Martinière, qui ne devait intervenir qu’en 2024. De l'autre, la fermeture des trois salles de ventes, lieux d’accueil privilégiés pour les libraires.

06/01/2021, 15:02

ActuaLitté

Interforum ferme trois salles de vente, MDS diffusera Seuil/ La Martinière en janvier 2022

L’année commence fort pour la filiale diffusion-distribution Interforum. Au terme d’une série de réunions survenues ce 5 janvier, plusieurs lignes de force se dégagent… à commencer par un Plan de Sauvegarde de l’Emploi. En cause, les mouvements qui sont à venir, avec le départ des fonds La Martinière groupe, incluant Le Seuil. Si les maisons d’édition avaient rejoint le giron de Média Participations en 2017, la diffusion-distribution restait chez Interforum, théoriquement jusqu’au terme du contrat de 2024. Mais plus pour longtemps.

05/01/2021, 18:06

ActuaLitté

Des mangas érotiques, retirés de la vente chez Amazon ?

Apparemment, tous les mangas ne sont pas bons à vendre chez Amazon. Le géant en ligne a expulsé de ses étagères des titres avec un genre en commun, le ecchi. Autrement dit, tout ce qui a une connotation sexuelle. Cachez-moi ce sein que je ne saurais voir ? Pour le moment, personne ne se prononce officiellement.

18/12/2020, 12:40

ActuaLitté

Des livres plus facilement pour les commerces de proximité

Le groupe de distribution NAP, qui anime le réseau Maison de la Presse, dispose de 1350 points de vente en France. Et revendique quelque 800.000 clients chaque jour. Il annonce avoir mis en place « une solution d’approvisionnement inédite » permettant aux commerçants de proximité de commander 38 000 références de livres, expédiées sous 24 à 48 heures partout en France.

11/12/2020, 17:22

ActuaLitté

Les éditeurs demandent à Apple une meilleure remise sur les ebooks

Janvier 2021 marquera un grand tournant dans le monde de l’application : en effet, Apple va baisser le montant de la commission prise sur toutes les ventes réalisées via l’App Store. Passant de 30 % à 15 %, l’entreprise espère ainsi calmer la grogne ambiante, qui accuse la firme à la Pomme de croquer à trop grandes dents dans le business des développeurs. La remarque a été entendue… et suivie.

07/12/2020, 17:18

ActuaLitté

20 millions € pour Relay@ADP, avec un prêt garanti par l'État

La société Relay@ADP, détenue à 49 % par Aéroports de Paris, à 49 % par Lagardère Travel Retail et à 2 % par Société de Distribution Aéroportuaire, responsable des activités de presse et de librairie dans les aéroports de Paris, contractera un prêt de 20 millions € auprès de BNP Paribas. La garantie de l'État est assurée, par un arrêté du 1er décembre dernier.

04/12/2020, 09:54

ActuaLitté

Livr&co, la librairie en ligne qui assure une traçabilité des livres

S'il devient de plus en plus simple de s'informer pour consommer de manière écoresponsable, le lecteur se trouve parfois assez dépourvu. Les livres signalent généralement où leur impression a été réalisée, mais la librairie en ligne Livr&co souhaite faciliter les choix écoresponsables des lecteurs. Pour ce faire, la plateforme propose une traçabilité complète des livres...

02/12/2020, 12:36

ActuaLitté

Black Friday : des employés d'Amazon en grève dans plusieurs pays

Derrière le slogan-hashtag #MakeAmazonPay, des travailleurs employés par Amazon dans plusieurs pays vont coordonner des actions de grève pour le Black Friday, jour de promotions organisé ce 27 novembre 2020 dans plusieurs pays et le 4 décembre prochain en France. Cette journée, traditionnellement très profitable pour Amazon, sera marquée par des actions aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Belgique, au Mexique ou encore au Bangladesh. Et peut-être en France...

27/11/2020, 10:23

ActuaLitté

Liz et Grimm, des contes défaits, sous les voix de Féfé et Mélodie Orru

Destinée aux enfants à partir de 7 ans, portée par la petite Liz et son grand copain, le chat Grimm, la série les emmène dans le monde revisité des contes de fées, pour les aider à surmonter leurs grandes peurs et leurs petits tracas. Une collection inédite de livres audio jeunesse aux éditions Lizzie : les contes de fées remis au goût du jour.

25/11/2020, 17:03

ActuaLitté

Les éditions Leduc rachètent la marque de papeterie Le Papier fait de la Résistance

Les éditions Leduc (groupe Albin Michel) annoncent l'acquisition de la marque de papeterie lyonnaise Le Papier fait de la Résistance, fondée en 2013 par Nicolas Guillemot. Calepins, cahiers, pochettes sont conçus par cette marque, qui s'est fait une spécialité des collaborations avec des maisons de haute couture comme Kenzo, Chanel ou le groupe LVMH.

24/11/2020, 11:50

ActuaLitté

Anticiper les achats de livres pour Noël : la Belgique se mobilise

À compter du 30 octobre, la Belgique est entrée dans une nouvelle phase de confinement, déclarée par le Premier ministre, Alexander De Croo. Pour une durée de six semaines au moins, nos voisins d’outre-Quiévrain allaient vivre à domicile. Avec quelques aménagements toutefois en regard de la situation française.

23/11/2020, 13:55

ActuaLitté

Macron : assouplir, ou la valse Covid en trois temps

Pas de déclarations fracassantes avant son allocution du 24 novembre : Emmanuel Macron prépare les Français à plusieurs scénarios. Mais un seul reste assuré : pas de déconfinement précipité, comme le confirme le ministre de la Santé, Olivier Véran. 

22/11/2020, 13:07

ActuaLitté

Les Jeux olympiques de Paris 2024 recherchent des éditeurs, pour différents projets

Bon an mal an, les Jeux olympiques de Paris 2024 se préparent : un grand événement sportif, qui suppose aussi l'investissement de sommes démesurées, dans l'organisation et diverses opérations. Le Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 lance un appel à manifestation d'intérêt auprès des éditeurs, pour l'exploitation de la licence Paris 2024 dans plusieurs catégories éditoriales.

20/11/2020, 09:51

ActuaLitté

Des livres en Ehpad : Korian, partenaire trop particulier pour les libraires ?

Toutes les librairies se valent-elles ? À l’heure du second confinement français, où le conseil de libraire a laissé place au retrait en magasin, on s’interroge. Amazon, l’épouvantail habituel, reste brandi comme il se doit, et la France est parvenue à empêcher la vente de livres dans les supermarchés et autres Fnac, pour ne pas concurrencer le click and collect des établissements. Mais ensuite, quoi ?

19/11/2020, 16:08

ActuaLitté

Un nouveau cadre légal pour accompagner l'industrie du livre en Italie

À l’occasion de la conférence de presse de #ioleggoperché — le principal événement de promotion de la lecture en Italie — le ministre de la Culture annonce qu’il travaille à une loi pour réglementer la filière italienne du livre. L’AIE (Association des éditeurs italiens) s’en réjouit et confirme son soutien. 

19/11/2020, 11:31

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Quand l'argent public sert la promotion du livre d'un député

Voilà longtemps que l’on ne s’était pas interrogé sur les dépenses que permettent les deniers publics. Fort heureusement, le député Mickaël Nogal rappelle la République à ses devoirs. Député de Haute-Garonne (LREM), ce dernier publie un ouvrage, La séance est ouverte. Le livre, coécrit avec le journaliste Jean-Baptiste Bonaventure, porte la préface d’Emmanuel Macron. Un sésame. Mais pas pour les librairies.

21/04/2021, 16:00

ActuaLitté

Pass Culture : des rencontres entre éditeurs de mangas et lecteurs

Destiné aux jeunes de 18 ans, à qui il prodigue un billet de 500 € à dépenser en biens culturels, le Pass Culture joue son rôle d’agitateur public. En effet, fort de 156.354 usagers, il entend profiter de la Journée du livre, ce 23 avril, pour organiser une rencontre, le 21. Un événement virtuel, où plusieurs représentants de maisons d’édition manga françaises seront présents.

21/04/2021, 15:49

ActuaLitté

Un financement participatif pour installer une librairie à Agonac, en Dordogne

Delphine Grangier, forte d'une expérience au sein d'une maison d'édition, mais aussi en librairie et dans un Espace culturel Leclerc, a voulu concrétiser un projet « que j'ai en moi depuis longtemps ». Sur Ulule, elle a ouvert une campagne de financement participatif pour installer son enseigne, Ma Libraire Bien-Aimée, à Agonac, en Dordogne.

21/04/2021, 12:01

ActuaLitté

En Thaïlande, la monarchie utilise la loi pour museler les écrivains

En Thaïlande, la critique du pouvoir peut facilement mener à une procédure judiciaire, quand la loi punissant la diffamation et le crime de lèse-majesté reste à disposition des autorités. De nombreux écrivains, et notamment des poètes, font les frais de cette législation autoritaire.

21/04/2021, 11:19

ActuaLitté

La jeunesse de Léonard de Vinci en série fait décoller les ventes de livres

Leonardo, qui raconte la vie du génie de la Renaissance, est une coproduction internationale (Lux Vide et Sony Pictures Television, en collaboration avec Rai Fiction) diffusée en Italie par la chaîne de télévision Rai. Elle a réalisé d’excellentes audiences, mais son succès ne concerne pas seulement le domaine audiovisuel. Selon une étude de l’AIE, cette diffusion s’est traduite par une remarquable augmentation des ventes de livres en librairie.

21/04/2021, 09:41

ActuaLitté

Bibliothèques de l'Enseignement supérieur : les postes de magasiniers 2021 ouverts

Le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation a publié au Journal officiel les postes de magasiniers des bibliothèques d'établissements d'enseignement supérieur ouverts au titre de l'année 2021. Les candidatures peuvent être envoyées dès à présent.

21/04/2021, 09:40

ActuaLitté

Laëtitia Kulyk nommée déléguée générale de la Guilde française des scénaristes

La Guilde française des scénaristes est heureuse d’annoncer l’arrivée de sa nouvelle déléguée générale, Laëtitia Kulyk, le 3 mai prochain.

21/04/2021, 08:20

ActuaLitté

La BnF recherche un directeur délégué aux ressources humaines

Un avis publié au Journal officiel du 16 avril 2021 annonce la vacance prochaine de l'emploi de directeur délégué aux ressources humaines de la Bibliothèque nationale de France, le 10 mai prochain. L'établissement recherche donc un ou une remplaçante, pour proposer à la direction une politique de gestion des ressources humaines.

20/04/2021, 16:13

ActuaLitté

La librairie jeunesse Le chat de gouttière s'installe à Reims

Présente depuis 2014 à Troyes, installée rue de la Monnaie, la librairie jeunesse Le chat de gouttière aura bientôt une enseigne jumelle à Reims, dont l'ouverture est programmée pour le mois de mai 2021. La fondatrice, Inès Champion, assure concrétiser ainsi une envie de longue date.

20/04/2021, 16:00

ActuaLitté

Covid : la République tchèque rend hommage à un libraire historique

La République tchèque compte désormais plus de 28.530 morts de la Covid. Un an après l’enregistrement du premier décès, la pandémie dans ce pays d’Europe centrale a marqué une pause sur l’ensemble de son territoire. Un hommage rendu à tous les citoyens disparus, mais également à Jaromir Vytopil, l'une des premières victimes recensées, et libraire historique. Il officiait dans la petite ville de Pelhrimov.

20/04/2021, 13:28

ActuaLitté

Disney investit dans l'édition, suivant une logique transmédia

Plusieurs années après la vente d'une partie de ses filiales éditoriales au groupe Hachette, la multinationale Disney investit à nouveau dans l'édition, avec la création d'une structure dédiée aux ouvrages adultes, nommée Hyperion Avenue. Ce nom rappelle bien sûr celui de la structure précédente, Hyperion.

20/04/2021, 10:10

ActuaLitté

Afrique du Sud : une importante bibliothèque universitaire part en fumée

Ce dimanche 18 avril, un important incendie s'est déclaré sur la montagne de la Table, massif qui surplombe la ville du Cap, en Afrique du Sud. Des vents violents ont dirigé les flammes vers la ville et la bibliothèque de l'université du Cap en a fait les frais : « Des trésors de la littérature ont disparu de manière tragique », a confirmé la ville.

19/04/2021, 16:03

ActuaLitté

Biélorussie : arrestation de l'écrivain et politologue Aliaksandr Fiaduta

Depuis le 12 avril dernier, le Centre PEN biélorusse indique avoir perdu le contact avec l'écrivain et politologue Aliaksandr Fiaduta, par ailleurs membre de l'organisation. D'après l'organisation, Fiaduta serait désormais détenu en Russie, par la branche biélorusse du KGB, et aucun motif ne vient motiver son arrestation.

19/04/2021, 14:33

ActuaLitté

La Bibliothèque nationale brésilienne victime d'une attaque informatique

La Bibliothèque nationale du Brésil, installée à Rio de Janeiro depuis 1810, a révélé avoir été la victime d'une attaque informatique, détectée à partir du dimanche 11 avril dernier. Si l'institution assure que tout est sous contrôle, son site internet reste indisponible, pour des raisons de sécurité.

19/04/2021, 12:26

ActuaLitté

Indochine : un livre événement, coécrit par Nicola Sirkis

Les éditions du Seuil annoncent la parution du livre événement Indochine, par Nicola Sirkis et Rafaelle Hirsch-Doran. Il sortira le 30 septembre, soit 40 ans jour pour jour après le premier concert du groupe au Rose Bonbon. Une version collector à tirage limité sera mise en vente le 4 novembre.

19/04/2021, 12:07

ActuaLitté

Mort de Breonna Taylor : polémique autour du livre d'un des policiers impliqués

Aux États-Unis, la publication d'un livre signé par Jonathan Mattingly fait polémique : ce policier faisait en effet partie de l'équipe dont l'intervention a provoqué la mort de Breonna Taylor. L'ambulancière afro-américaine de 26 ans, est décédée dans la nuit du 12 au 13 mars 2020.

19/04/2021, 11:44

ActuaLitté

Vietnam : un poète interpellé pour son engagement politique ?

Au Vietnam, les engagements politiques d'un poète, Dong Chuong Tu, lui auraient valu quatre jours de détention au sein d'un commissariat. Nguyen Quoc Huy, de son vrai nom, a été interpellé le 7 avril dernier à Ma Lâm, sa ville natale, au sud du pays.

19/04/2021, 09:12

ActuaLitté

Les néonazis autorisés à se servir de textes classiques

Les classiques — comprendre, les œuvres versées dans le domaine public — appartiennent à tout un chacun. Et le récent exemple d’une traduction caviardée de Dante, d’où Mahomet fut supprimé, le démontre : tout un chacun peut en faire absolument n’importe quoi. En Suède, plusieurs auteurs viennent ainsi de servir la cause néonazie, bien malgré eux…

17/04/2021, 12:47

ActuaLitté

Centres commerciaux : les librairies enfin autorisées à ouvrir

Ah, les méandres administratifs : après avoir tenu les librairies comme commerces non essentiels durant près d’un an, l’État français a corrigé son erreur. Mais dans l’empressement à contenir la propagation du virus, en fermant les centres commerciaux, il condamnait par là même les librairies qui s’y trouvaient. Le décret 2021-455 vient de corriger le tir, sans pour autant emporter l’adhésion…

17/04/2021, 10:29

ActuaLitté

Des escrocs se font passer pour la lauréate d’un prix et empochent 30.000 £ 

En 2020, Valeria Luiselli était désignée lauréate du prix Rathbones Folio Prize pour son ouvrage Archives des enfants perdus, publié en France aux éditions de l’Olivier dans une traduction de Nicolas Richard. Généreusement doté, le prix a attiré l’attention de cybercriminels, qui se sont fait passer pour l’auteure, réussissant à tromper les organisateurs.

16/04/2021, 17:49

ActuaLitté

Suicide d'un agent de la BnF : deux enquêtes et des préconisations

Le 3 août 2020, un agent magasinier de la Bibliothèque nationale de France (BnF) mettait fin à ses jours, sur son lieu de travail. Deux enquêtes ont suivi : l'une, menée par la police judiciaire, l'autre par une délégation d’enquête paritaire, réunissant des représentants du personnel et de l'administration.

16/04/2021, 16:59

ActuaLitté

Vente de livres sur les marchés : un recours en référé devant le Conseil d'État

Depuis la publication du décret n° 2021-384 du 2 avril 2021, les cas d'interdiction de ventes de livres sur les marchés se multiplient. Les libraires, classés comme des commerces essentiels, se retrouveraient ainsi interdits d'activité en extérieur ? Frédéric Mignon et Pascale Chassang-Mignon, propriétaires de La Librairie sans nom, au Mans, ont formé contre le décret un recours en référé devant le Conseil d'État.

16/04/2021, 15:28

ActuaLitté

Les Éditions du Mont-Blanc Catherine Destivelle ouvrent une collection jeunesse

La nouvelle collection des Éditions du Mont-Blanc Catherine Destivelle, « La petite encyclopédie de la montagne », s'adresse à toutes et à tous à partir de 6 ans. Elle est composée de différents albums traitant chacun d'un sujet spécifique lié à la montagne et qui tous font la part belle aux illustrations de l'auteur Hervé Frumy.

16/04/2021, 14:49

ActuaLitté

Team AlexandriZ : la décision rendue le 14 mai prochain

Le tribunal correctionnel de Nanterre a donné suite à la plainte déposée par six éditeurs et le Syndicat national de l’édition contre le site Team AlexandriZ. 12 membres de l'équipe étaient sur le banc des accusés, parmi la trentaine qu'aurait compté le réseau. Le verdict sera connu le 14 mai prochain.

16/04/2021, 13:04

ActuaLitté

Même Jeff Bezos reconnait qu'Amazon doit mieux traiter ses employés

Personne ne s’engouffrera dans le piège : démissionnaire de son poste de CEO d’Amazon depuis février dernier — même s’il n’en partira réellement qu’à la fin du troisième trimestre —, les saillies de Jeff Bezos prêtent à sourire. Pourtant, elles trouvent un intéressant écho, alors que les bénéfices du dernier trimestre explosent, à 7,2 milliards $, soit 44 % de mieux, et 125,6 milliards $ de revenus. 

16/04/2021, 12:26

ActuaLitté

Bibliothèque Sainte-Barbe : la Sorbonne Nouvelle “prise en tenaille”

La bibliothèque interuniversitaire Sainte-Barbe a connu des semaines mouvementées, rythmées par le débrayage des personnels et la fermeture de l'établissement. Les bibliothécaires protestent contre la suppression des postes de deux contractuels, au profit de deux agents titulaires, et critiquent plus largement le manque de moyens humains pour la BSB. Jamil Dakhlia, président de l'université Sorbonne Nouvelle, à laquelle la bibliothèque est rattachée, souscrit aux demandes mais pointe des « exigences contradictoires » du ministère de l'Enseignement Supérieur.

16/04/2021, 11:52

ActuaLitté

100 € de prime à tout salarié qui lit un livre et le présente aux collègues

En Italie, le livre et les lecteurs sont en reprise, comme en témoignent de nombreuses initiatives collectives en soutien à la lecture : de la restructuration de cabines téléphoniques en bibliothèques à la création de bibliothèques de copropriété, en passant par les actions d’entreprises. 

16/04/2021, 10:33

ActuaLitté

Le congrès 2021 de l'ABF organisé uniquement en ligne

Les bibliothécaires français ne se retrouveront pas à Dunkerque, du 17 au 19 juin prochain. Pour la seconde année consécutive, l'Association des Bibliothécaires de France est contrainte de renoncer à l'événement. Les conditions sanitaires conduisent ainsi vers un congrès en ligne, en 2021.

16/04/2021, 10:00

ActuaLitté

Pour votre santé, et pas que mentale, 15 minutes de lecture par jour !

L’opération Tout le monde lit relance sa campagne de sensibilisation à la lecture dans le cadre de la journée mondiale du livre du 23 avril. À cette occasion, tout un chacun (des enfants aux grands-parents en passant par les écoles, les entreprises…) est invité à prendre 15 minutes de son temps pour lire. Le défi est de rendre la lecture virale et pérenne dans toutes les couches de la population. Prise de conscience et passage à l’action sont donc au rendez-vous. 

16/04/2021, 09:25

ActuaLitté

Vincent Monadé intègre les Éditions Héloïse d'Ormesson

Selon plusieurs sources concordantes, ActuaLitté apprend que Vincent Monadé, précédemment président du Centre national du Livre, est nommé secrétaire général des éditions Héloïse d’Ormesson. Chargé du développement de la maison, il travaillera sur les volets stratégiques et commerciaux.

16/04/2021, 06:30

ActuaLitté

La librairie Le Failler de Rennes inaugure son podcast

La librairie Le Failler, basée à Rennes, annonce la production et la diffusion de son propre podcast, intitulé « Ce qui se lie ». L'enseigne donne rendez-vous aux lecteurs chaque jeudi, avec deux nouveaux épisodes mis en ligne. Auteurs et éditeurs seront interrogés.

15/04/2021, 15:10

ActuaLitté

Olivier Duhamel reconnaît des faits d’inceste sur son beau-fils

C’est l’ancienne belle-fille du politologue, Camille Kouchner, qui avait levé le tabou de l’inceste dans son ouvrage, La Familia Grande, paru au Seuil ce 7 janvier. Une enquête pour « viols et agressions sexuelles par personne ayant autorité sur mineur de 15 ans »  avait ensuite été ouverte. 3 mois après le lancement de la procédure, Olivier Duhamel vient d’admettre les faits, évoquant « une grosse bêtise impardonnable ».

 

15/04/2021, 12:59

ActuaLitté

Michel Noël, personnage considérable au Canada, quasi inconnu en France ...

DISPARITION – Michel Noël, romancier, conteur, poète et dramaturge québécois d’origine anishinabek, est décédé le samedi 10 avril 2021. Il avait 76 ans. Né d’une mère et d’un père d’ascendance algonquine, élevé pauvrement, il partage, dans ses jeunes années, la vie souvent âpre des habitants des Territoires du nord-ouest du Québec.

15/04/2021, 11:01

ActuaLitté

Les Prix Hugo dévoilent leurs sélections de livres (et de jeux vidéo)

Régulièrement décriés, les Prix Hugo, ou Hugo Awards en version originale, pèsent toujours dans les domaines de la science-fiction et de la fantasy, outre-Atlantique. Les récompenses seront décernées en décembre prochain, notamment au sein de la nouvelle catégorie, celle consacrée aux jeux vidéo. Les sélections ont été dévoilées.

15/04/2021, 10:39

ActuaLitté

Cécile Boyer-Runge quitte Editis

Dans le cadre des différents mouvements présentés ce matin par le groupe Editis, celle qui fut le transfert le plus secret de 2013. Cécile Boyer-Runge, alors directrice générale de Livre de Poche (groupe Hachette Livre), allait remplacer Leonello Brandolini, PDG de Robert Laffont. Une information qu' Editis n'avait fini par confirmer que trois mois après notre scoop. 

15/04/2021, 10:21

ActuaLitté

Bibliothèques au Québec : un rôle entier dans les projets éducatifs

L’Association des bibliothèques publiques du Québec (ABPQ) a déposé à l’intention de Monsieur Jean-François Roberge, ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, son mémoire La réussite éducative : au centre de la mission des bibliothèques publiques québécoises, dans le cadre du Rendez-vous pour la réussite éducative. Par ce mémoire, l’ABPQ souhaite notamment faire reconnaître la mission des bibliothèques publiques et les quatre piliers sur lesquels elle repose, soit l’éducation, l’alphabétisation, l’information et la culture. 

15/04/2021, 10:14