Dossiers

Livres, actualités : tout sur Jane Austen

Née le 16 décembre 1775 à Steventon, en Angleterre, Jane Austen grandit au sein d'une famille de la petite noblesse britannique, entourée par six frères et une sœur. Elle accède dans sa jeunesse à la bibliothèque de son père, qui lui permet par ailleurs de s'entrainer à l'écriture : elle rédige alors des poèmes, de courts récits et des pièces de théâtre, dont elle fait le plus souvent profiter sa famille.

Le 28/02/2019

Le

28/02/2019

0

Partages

ActuaLitté

C'est au début des années 1790 que Jane Austen abord avec plus de sérieux l'écriture : après un roman épistolaire, elle signe First Impressions, qui deviendra ensuite Orgueil et Préjugés, un de ses romans les plus célèbres. Encore très jeune, Austen n'en poursuit pas moins ses activités littéraires, dotée d'un talent narratif certain, mais aussi d'une capacité à parodier certains genres, notamment les romans gothiques.

Il lui faudra attendre le début du XIXe siècle pour voir ses romans publiés : Sense and Sensibility, traduit en français sous le titre Le Cœur et la Raison, lui permettra de vivre de ses écrits, même s'il lui fallut au départ préserver son anonymat, en raison de la censure sexiste de l'époque.

Photographie : La table d'écriture de Jane Austen dans sa résidence de Chawton (Betsy Devine, CC BY-NC-SA 2.0)

Extraits

ActuaLitté

Critique littéraire

Une essentielle fragilité. Le roman à l'ère de l'image

La photographie dans le roman est une question qui n'intéresse pas grand monde, mais sur laquelle chacun a son avis, un peu comme le célibat des prêtres. Le mien a beaucoup évolué. Quand j'ai commencé à écrire, j'étais catégorique : un roman ne devait pas contenir de photographies. Plus tard, alors que mon opinion sur la question s'inversait diamétralement, au point de changer ma pratique, j'ai cherché à comprendre la nature de ma réticence passée, et pourquoi je l'avais surmontée. Ce livre est un dialogue avec cette réticence. C. B. Une variation allègre sur les mots et les images, qui convoque aussi bien l'émission Intervilles que Cyrano de Bergerac, Jane Austen que le basket-ball.

01/2019

ActuaLitté

Non classé

Orgueil et préjugés

Pour la famille Bennet, qui compte cinq filles à marier, l’arrivée de deux jeunes et riches célibataires dans le voisinage est une aubaine. Le sombre Mr Darcy saura-t-il vaincre le mépris d’Elizabeth? Les sœurs de Mr Bingley parviendront-elles à le dissuader de déclarer ses sentiments à Jane? Tissé de nombreuses péripéties cocasses et cruelles, Orgueil et préjugés s’achèvera-t-il par le happy end tant attendu? Du Journal de Bridget Jones à Orgueil et préjugés et zombies, en passant par l’adaptation bollywoodienne Bride and Prejudice, le chef-d’oeuvre de Jane Austen a inspiré des séries romanesques, des films, des bandes dessinées, et demeure, près de deux siècles après sa parution, l’un des romans anglais les plus lus dans le monde.

ActuaLitté

littÉrature anglo-saxonne

Les sautes d'humour de Jane Austen

Jane Austen (1775-1817) se considérait comme une auteure comique. C'est son humour, allié à un solide bon sens, qui lui a permis de si bien décrire la nature humaine en général, même réduite à la gentry anglaise du début du XIXe siècle dans de jolis décors de maisons de campagne. C'est lui encore qui, sous couvert de belles histoires d'amour, explique que ses livres continuent d'être autant lus et qu'ils aient souvent été adaptés à l'écran.

ActuaLitté

Non classé

Prodigieuses créatures

'La foudre m'a frappée toute ma vie. Mais une seule fois pour de vrai. ' Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces 'prodigieuses créatures' qui remettent en question les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune fille issue d'un milieu modeste se heurte à la communauté scientifique, exclusivement composée d'hommes. Elle trouve une alliée inattendue en Elizabeth Philpot, vieille fille intelligente et acerbe qui l'accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double de rivalité, elle reste, face à l’hostilité générale, leur meilleure arme. Avec une finesse qui rappelle Jane Austen, Tracy Chevalier raconte, dans Prodigieuses créatures, l'histoire d'une femme qui, bravant sa condition et sa classe sociale, fait l'une des plus grandes découvertes du XIXe siècle.

ActuaLitté

policier & thriller (grand format)

Une vérité si délicate

2008. Le rocher de Gibraltar, joyau des colonies britanniques, est le théâtre d’une opération de contre-terrorisme menée par un commando anglais et des mercenaires américains. Nom de code: Wildlife. Objectif: enlever un acheteur d’armes djihadiste. Commanditaires: un ambitieux ministre des Affaires étrangères et son ami personnel, patron d’une société militaire privée. Kit Probyn, un diplomate candide, est sommé d’être le téléphone rouge du politicien. L’opération est si délicate que même le secrétaire particulier du ministre, Toby Bell, est tenu à l’écart. 2011. Kit Probyn, désormais retraité, convoque Toby Bell dans son manoir de Cornouailles. Toby doit choisir entre sa conscience et sa loyauté de serviteur de l’État. Or si la passivité des hommes honnêtes suffit à faire triompher le mal, comment pourra-t-il garder le silence? D’une actualité brûlante – l’affrontement entre chrétienté et islam –, Une vérité si délicate, vingt-troisième roman de l’auteur, est percutant, resserré comme un poing. Magistral. Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Isabelle PerrinJohn le Carré, né en 1931, a étudié aux universités de Berne et d’Oxford, enseigné à Eton, et a été membre du service du renseignement britannique pendant la guerre froide. Depuis cinquante ans il se consacre à l’écriture et partage sa vie entre Londres et la Cornouailles. Isabelle Perrin, que tout destinait à une sage carrière universitaire, contracte le virus de la traduction littéraire auprès de sa mère Mimi. Les incurables duettistes cosigneront plus de trente traductions, dont tous les romans de John le Carré depuis La Maison Russie. Extraits de presse: « John le Carré transcende la simple littérature de genre et marquera l’histoire comme peut-être l’écrivain le plus important de la seconde moitié du XXe siècle. » Ian McEwan« Le Carré opère ici un retour aux sources. Jubilatoire, subtil, ce roman est le plus marquant de ses œuvres récentes. » The Times« Le meilleur roman de John le Carré! La cible choisie est atteinte: raconter une histoire palpitante sur les affaires étouffées par l’État, sur la conscience individuelle et sur le devoir envers son pays. » New York Times« Dans Une vérité si délicate, la tension monte à mesure que les révélations s’enchaînent. Le Carré, fin analyste du monde contemporain, sait provoquer tout en donnant à réfléchir. » The Independent« La voix de le Carré est aussi reconnaissable que celle de Dickens ou de Jane Austen: souvent imité, jamais égalé, il a créé son propre univers d’espions pathétiques, d’amants perfides, d’anciens élèves d’écoles privées rongés par la culpabilité, de figures d’un establishment impitoyable aussi séduisantes qu’immorales. » Financial Times

10/2013

ActuaLitté

policier & thriller (grand format)

La mort s'invite à Pemberley

Roman traduit de l'anglais par: Odile Demange Rien ne semble devoir troubler l’existence ordonnée et protégée de Pemberley, le domaine ancestral de la famille Darcy, dans le Derbyshire, ni perturber le bonheur conjugal de la maîtresse des lieux, Elizabeth Darcy. Elle est la mère de deux charmants bambins, sa sœur préférée, Jane, et son mari, Bingley, habitent à moins de trente kilomètres de là, et son père adulé, Mr Bennet, vient régulièrement en visite, attiré par l’imposante bibliothèque du château. Mais le climat s’alourdit soudain lorsque, à la veille du bal d’automne, un drame contraint les Darcy à recevoir sous leur toit la jeune sœur d’Elizabeth, Lydia, et son mari, Wickham, que leurs frasques passées ont rendu indésirables à Pemberley. Avec eux s’invitent la mort, la suspicion mais aussi le romanesque. Dans La mort s’invite à Pemberley, P. D. James associe sa longue passion pour l’œuvre de Jane Austen à son talent d’auteur de romans policiers pour imaginer une suite à Orgueil et Préjugés, six ans après la fin du roman, et y camper une intrigue à suspense. Elle le fait avec une grande fidélité aux personnages d'Austen, et en même temps dans le plus pur style de ses romans policiers, dans lesquels elle fait affleurer, et souvent approfondit, des problèmes de société - ici ceux de l’Angleterre du début du XIXe siècle: domestiques et maîtres, dureté de la justice, abîme entre le mode de vie des privilégiés et celui des petites gens. Un roman qui enchantera les admirateurs de P. D. James et, tout aussi nombreux, les nombreux aficionados de Jane Austen.

05/2012

ActuaLitté

littÉrature anglo-saxonne

Le roman du mariage

Jules et Jim, années 80
Université de Brown, années 80. Madeleine Hanna est l'intellectuelle par excellence, la jeune femme douée qui fait une thèse sur " Jane Austen, George Eliot et la question du mariage dans le roman anglais ". Comme dans ces fictions qu'elle dissèque, elle se retrouve au coeur d'un dilemme. Une femme, deux hommes : quelles possibilités ? Charismatique, séduisant, Leonard Bankhead n'en est pas moins dévoré par des accès maniaco-dépressifs. Mitchell Grammaticus, lui, est un étudiant presque trop sérieux, un ami fidèle.
Bien sûr, Madeleine tombe sous le charme de Leonard. Bien sûr, Mitchell tombe sous le charme de Madeleine.
Ils découvrent avec exaltation la littérature, Roland Barthes, les Talking Heads, la sémiologie et l'amour. Au fil des lectures, des discussions, des analyses, ils pensent apprendre à déchiffrer le monde. Mais la réalité ne fait pas de cadeaux, surtout à ceux qui pensent que les romans leur ont tout appris. Pour les trois jeunes gens, elle se révèle brutale : Madeleine et Leonard se marient, mais le jeune homme est rattrapé par ses pulsions autodestructrices. Mitchell fuit à Paris puis en Inde, sans parvenir tout à fait à oublier Madeleine.
Acclamé dans le monde entier, ce nouveau livre de l'auteur de Middlesex réinvente l'idée même d'intrigue conjugale. Que deviennent les histoires d'amour dans une époque qui dynamite tous les schémas ? D'un classique triangle amoureux, Jeffrey Eugenides tire un texte magistral, d'une ampleur comparable à Freedom de Jonathan Franzen.

01/2013

ActuaLitté

Littérature érotique et sentim

Le Journal de Mr Darcy

Quel amateur de Jane Austen n'a pas rêvé un jour de revivre Orgueil et préjugés à travers les yeux de son énigmatique héros ? Dans ce journal, auquel Darcy confie ses sentiments naissants et contradictoires pour la charmante Elizabeth Bennet, Amanda Grange donne la parole à ce personnage ô combien charismatique. Un récit teinté de nostalgie mené avec brio.

11/2012

ActuaLitté

Littérature érotique et sentim

Les Filles de Mr Darcy

Vingt années après Orgueil et Préjugés, nous faisons la connaissance des cinq filles d’Elizabeth et Darcy. Alors que leurs parents sont en voyage à Constantinople, les demoiselles viennent passer quelques mois à Londres chez leur oncle Fitzwilliam. La découverte de la vie citadine, des plaisirs et des disgrâces qu’elle offre, associée au caractère fort différent de ces jeunes personnes, va mener à des aventures, et des amours, inattendues, dans un cadre particulièrement mondain, où de nombreux individus se côtoient. On retrouve avec plaisir certains personnages créés par Jane Austen.

05/2012

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Persuasion

Pourquoi, peut-on se demander, cette affection de Jane Austen pour les titres abstraits ? Pourquoi Pride and Prejudice (Orgueil et préjugés), Sense and Sensibility (Le Coeur et la Raison) ? Un regard sur les titres des romans publiés à cette époque nous apprend que c’était là une habitude. Tous ces titres poursuivaient un même but : élever le roman au-dessus d'une simple histoire de coeur. Voici la nôtre : Huit ans auparavant, Anne, fille d’un aristocrate prétentieux et ruiné, a connu une histoire d’amour avec le capitaine Wentworth, avec qui elle avait rompu parce qu’il était sans fortune. Il revient maintenant, mais riche, ce qui rend le passé présent. La prudence, puis la romance, c’est l’histoire d’une seconde chance. « Quant à l'oubli du passé, comme il allait de soi, comme il était inévitable ! Huit ans ! C’était presque un tiers de sa propre vie. Hélas ! Malgré ses raisonnements, elle découvrit que, pour un coeur fidèle, huit ans pouvaient ne pas signifier grand-chose ». Les choses se compliquent : Anne est courtisée par un cousin, hériter du titre de son père. Wentworth est attiré par une belle-soeur d’Anne. Chez Jane Austen, tout finit pourtant par un mariage. Le dernier roman achevé de Jane Austen (1815) marque un tournant important dans son oeuvre. C’est celui où, selon Virginia Woolf, elle s’est embarquée pour un « voyage de découverte », qui, hélas ! sera interrompu par sa mort deux ans plus tard. La présence de l’histoire (napoléonienne), la maturité de héros qui ont déjà vécu, s’ajoute à un voile de tristesse. Il enveloppe Persuasion et rend l’ironie cruelle. Notre édition et notre traduction est due à Pierre Goubert, qui dirige l’édition de la Pléiade des romans de Jane Austen ; sa traduction a été faite spécialement pour Folio classique. La préface est due à Christine Jordis, dont le talent d’écrivain et la connaissance du monde britannique ne sont plus à souligner.

05/2011

ActuaLitté

Littérature étrangère

Prodigieuses créatures

"La foudre m'a frappée toute ma vie. Mais une seule fois pour de vrai" Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces "prodigieuses créatures" dont l'existence remet en question toutes les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune fille issue d'un milieu modeste se heurte aux préjugés de la communauté scientifique, exclusivement composée d'hommes, qui la cantonne dans un rôle de figuration. Mary Anning trouve heureusement en Elizabeth Philpot une alliée inattendue. Celte vieille fille intelligente et acerbe, fascinée par les fossiles, l'accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double peu à peu d'une rivalité, elle reste, face à l'hostilité générale, leur meilleure arme. Avec une finesse qui rappelle fane Austen, Tracy Chevalier raconte, dans Prodigieuses Créatures, l'histoire d'une femme qui, bravant sa condition et sa classe sociale, fait l'une des plus grandes découvertes du XIXe siècle.

05/2010

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté