#Droit / Justice

L'humanité disparaîtra, bon débarras : prémonitions...

ESSAI —Le coronavirus ou Covid 19, apparu en janvier de cette année en Chine, est devenu en moins de trois mois une véritable pandémie planétaire avec une propagation exponentielle particulièrement rapide et fulgurante, mais surtout meurtrière. D’où une inquiétude grandissante au sein de tous les États impactés, malgré quelques accalmies ici et là, mais pour combien de temps ?  

Le 24/04/2020 à 15:39 par Jean-Luc Favre

11 Réactions |

Publié le :

24/04/2020 à 15:39

Jean-Luc Favre

11

Commentaires

linkedin mail print
ActuaLitté

Avec à ce jour pas moins de 200 000 morts et des milliers de personnes contaminées. Une Europe frappée de plein fouet et qui peine encore à trouver son équilibre avec des mesures sanitaires variant d’un pays à l’autre ; face à ce virus démoniaque qui ne semble pas vouloir s’éteindre, malgré des progrès scientifiques encourageants.

Pourtant ce n’est pas la première fois dans l’histoire que l’humanité doit faire face à des cataclysmes planétaires d’une telle amplitude, notamment au cours du XXe, qui a vu disparaître des millions de femmes, hommes et enfants. Pour ne citer que la grippe espagnole entre 1918-1919 avec ses 59 millions de disparitions. La grippe asiatique en 1957-1958. 1,1 million. La grippe de Hong Kong. 1968-1970, 1 million, et bien entendu le Sida apparu dans les années 1980. Avec ses 32 millions de morts jusqu’à aujourd’hui. Au fait, au passage, qu’est devenue « la vache folle » des années 80 ? Elle doit courir dans les près britanniques assurément.

À mort les insectes !

Or ce massacre, digne d’un film d’épouvante, se poursuit à un rythme vertigineux qui fait froid dans le dos. Grippe aviaire, principalement animalière, en 2003, 400 morts. 2002-2003, le Sras ou syndrome respiratoire aigu sévère apparu en 2002 dans le sud de la Chine, transmis par la chauve-souris à l’homme par la civette, un mammifère sauvage vendu sur les marchés chinois. 800 morts ! Ouf, on l’a échappé belle !

Entre 2009 – 2010, la grippe A (H1N1) apparue au Mexique et dénommée dans un premier temps grippe porcine. 18 500 morts. Entre 151 700 et 575 400 selon d’autres sources plus officieuses. Ebola, identifié dès 1978, avec plus de 11 300 morts entre 2013 et 2016. Et 2273 en 2018.

Certes, ces pandémies à répétition sont pour le moins effrayantes et donnent effectivement matière à réflexion sur les causes de leur émergence. Mais il n’y a pas qu’elles malheureusement qui tuent. Il existe d’autres formes de fléaux bien plus meurtriers et dont on se garde bien de souffler trop régulièrement les chiffres afin de ne pas céder à une panique généralisée.

20 millions de personnes pourraient ainsi disparaître des causes de la famine en ce début de siècle. Et en 2015, plus de 9 millions de personnes sont mortes de la pollution de l’air et qui affecte essentiellement les pays les plus touchés par la pauvreté. Cela en dit long sur la localisation géographique du désastre humain !

Abeilles, papillons et autres insectes volants sont aussi en voie de disparition. Depuis au moins 30 ans, 80 % de la population de ces espèces se sont brusquement éteintes. Un déclin alarmant qui s’étend dans toute l’Europe, lié entre autres à l’intensification des pratiques agricoles et l’emploi en abondance de pesticides pour accélérer les rendements productifs.

Et alors que des écosystèmes entiers dépendent des insectes pour la nourriture et la pollinisation. Sans oublier le fameux changement climatique, rentré abruptement dans notre vocabulaire et qui vraisemblablement connaitra un pic fatal aux alentours de 2050. Ça nous laisse un peu de temps pour réagir. Là, j’ironise !

Yves Paccalet, le prophète et le visionnaire !

Et ce n’est pas faute d’être informé massivement des risques encourus par la folie humaine. Il y a belle lurette que d’éminents scientifiques mondiaux tirent la sonnette d’alarme.

Parmi certains militants de la première heure, le dénommé Yves Paccalet, philosophe, écrivain, journaliste, naturaliste, homme politique aussi, bras droit du commandant Cousteau pendant plus d’une quinzaine d’années, auteur à ce jour de plus de quatre-vingt ouvrages consacrés à la révolution planétaire dont certains d’ailleurs en collaboration avec le commandant Cousteau — parmi ceux-ci « L’humanité disparaitra, bon débarras », paru dans une première version en 2007, et qui suscita dès sa publication de vives polémiques, y compris dans les rangs écologistes.

Il faut dire qu’Yves Paccalet avec lequel j’ai eu l’occasion de m’entretenir longuement dans le cadre d’une émission radiophonique ne mâche pas ses mots. On ne pourra ni le taxer d’être un menteur, ni un obscurantiste. Voilà un personnage qui dit ce qu’il pense, et alerte sur ce qu’il sait, sans pour autant tout condamner ou tout rejeter en bloc. Le personnage parait plutôt sincère et mesuré ! Mais il sait c’est certain ! Un ouvrage qui n’a jamais été autant d’actualité...

J’aime tellement l’humanité que j’ai fini par la détester

« J’ai eu confiance en l’humanité : C’est terminé », « Une ruine, l’humanité est une ruine! » écrit-il, en citant au passage Saint-Augustin qui lui voulait « respirer Dieu ». « La menace est imminente, la conclusion approche ». La faute à la croissance et au progrès, semble persuadé l’auteur.

Ainsi depuis plus de cinq décennies Yves Paccalet ne cesse de dénoncer les dangers que nous courons en rêvant d’un monde meilleur, avec des engagements politiques souvent vifs. Coco ! Écolo ! Qu’est devenu Billancourt ? 1972, aura été un échec cuisant ! Puis il y a eu Nairobi en 1982, mis au piquet en raison de la guerre froide. Rio en 1992, avec un flop percutant. 2002, le Sommet de Johannesburg, un espoir avorté. 1997, signature du Protocole de Kyoto, avec une application fort tardive et ratée.

Ayant été brièvement conseiller spécial consultatif de Joe Waller Hunter, Secrétaire Exécutive pour les Changements climatiques auprès des Nations Unies à laquelle je tiens à rendre un vif hommage, j’ai pu mesurer les difficultés, voire les insurmontables vétos rencontrés auprès de certains États trop enclins à garder une mainmise économique sur le monde. D’ailleurs j’ai fini par baisser les bras. Révulsé ! « Ils sont tous devenus fous », me suis-je alors dit en sourdine ! Mais advienne que pourra ! 2002, Sommet mondial pour le Développement Durable, un léger mieux dans les négociations. 2007, Grenelle de l’environnement, vite oublié ! 2015, sommet des Nations Unies sur le Développement Durable, je te tiens, tu me tiens par le portefeuille.

Certes, et il faut bien le reconnaître les rencontres multilatérales n’ont jamais été aussi nombreuses et rapprochées, avec parfois une lueur d’espoir. Certes, les mouvements populaires internationaux se multiplient et pèsent de tout leur poids pour tenter de sauver cette pauvre planète.

Quand le bateau tangue

Mais quels sont finalement les résultats produits, et plus encore les solutions qui devraient logiquement en découler ? Zéro pointé ! Car il ne suffit pas de mettre sa signature sur un bout de papier, pour qu’il soit applicable. Preuve en est, de nombreux États rechignent et se dédisent.

Bref ! C’est pourquoi Yves Paccalet, lui ne fait pas de quartier, car il n’a pas de temps à perdre, il y a urgence selon lui. La plupart des modèles économiques et sociaux sont en faillite et produisent du brouhaha. « Aveuglé par la crise et submergé par les messages publicitaires, le consommateur ne désire même plus savoir que la science des relations entre les êtres vivants et son milieu existe et qu’elle parle juste. »

Un constat plus qu’une formulation de mauvais augure qui en dit long sur la manière dont les humains gèrent leur destinée. Bon d’accord, « les écolos, ça suffit » ! Il n’empêche qu’ils n’ont pas complètement tort.

[Premières pages] Yves Paccalet — L’humanité disparaîtra, bon débarras. 

Ainsi tout le mérite de cet ouvrage est-il d’instruire le citoyen lambda ; bien plus que médire sur son sort futur ! En montrant plus qu’en démontrant que le monde s’il ne peut être intégralement « refait » à la manière d’un Eden impossible, il existe encore quelques solutions possibles pour inverser la courbe du temps, sauf de vouloir nous mener au désastre. Et là finalement que pourrons-nous y faire ? « Ô que ma quille éclate, ô que j’aille à la mer » gémissait le Bateau ivre de Rimbaud. Un doux réconfort pour cet auteur, à découvrir ou à redécouvrir d’urgence. 

Yves Paccalet — L’humanité disparaitra, bon débarras, nouvelle édition revue et aggravée — Arthaud — 9782081285088 - 15 €. 

Use o site HTML cleaner on-line para editar facilmente e converter o código de marcação para páginas da web! Tem muitas opções de limpeza úteis.

Yves Paccalet Flammarion
L'humanité disparaîtra, bon débarras !
20/03/2013 262 pages 15,00 €
Scannez le code barre 9782081285088
9782081285088
© Notice établie par ORB
plus d'informations

11 Commentaires

 

NAUWELAERS

25/04/2020 à 23:47

Il y a une calamité que l'on oublie: le terrible «smog» londonien qui tua
des gens dans la rue en 1952...mais encore en jusqu'en décembre 1962 (ce dont faisait état «Le Figaro» à l'époque mais cela semble échapper à la vigilance des historiens).
C'est dès l'année 1970 que les premières conférences internationales pour l'environnement se tinrent et que la pollution devint un sujet de préoccupation récurrent et oh combien justifié hélas...
Qui entra même dans le domaine de la chanson populaire française (notamment)dès le tout début de cette décennie.
Sur son album «Vie» paru en décembre 1970, Johnny Hallyday chantait l'impressionnante adaptation de la 7e Symphonie de Beethoven par Philippe Labro: «Poème sur la 7e», une sorte de petit film de science-fiction décrivant un homme bouleversé se souvenant après une apocalypse d'un monde disparu où on trouvait des torrents,des oiseaux, de la nature...
Il se demande si tout cela a vraiment existé.
Le tout avec un crescendo dramatique implacable qui en fait rire certains mais pas l'auteur de cette petite contribution.
Car cela sonne juste mais à l'auditeur de juger !
Rien à voir avec tout ce que le chanteur a pu faire auparavant ni depuis lors.
On note également dans cet album «Vie» dans l'air du temps (l'obsession naissante,en 1970, de la pollution et les deux cents ans de la naissance de Beethoven)la chanson «La Pollution», paroles de Jacques Lanzmann,qu'on associe avant tout,comme parolier, à Jacques Dutronc.
Et puis une pensée pour un des premiers visionnaires écologistes français, dont certains visiteurs du site se souviennent sans doute: René Dumont.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Martine-livres Enfin, on se souvient de RenéDumont!

26/04/2020 à 21:01

Enfin, on se souvient de René Dumont!

jean luc favre reymond

27/04/2020 à 17:10

merci Christian ! merveilleux compléments !

NAUWELAERS

27/04/2020 à 19:03

Merci à vous,cher Jean-Luc Favre.
Il est évident qu'on pourrait ajouter des foules de choses mais on n'en finirait plus.
En ce moment, en Belgique, le gouvernement nanti de pouvoirs spéciaux (ce qui m'effraie un peu) claironne -via notre Première ministre Sophie Wilmès, en conférence de presse le 24 avril -que les transports en commun doivent être réservés aux gens qui vont au travail et en reviennent ou se rendent à une consultation médicale.
Cela malgré les masques obligatoires dans nos transports publics dès le 4 mai...et dont notre ministre de la Justice Geens vient d'avouer que la distribution promise à tout citoyen belge ne pourra être effectuée intégralement (...mais l'amende pour contrevenants est fixée à...250 euros,vous avez dit racket ?).
Pour autres motifs de déplacement,il est conseillé d'éviter les transports en commun tellement prônés par les écologistes ou les gens à sensibilité écolo,hors toute appartenance politique.
On recommande benoîtement et sans rire d'aller à pied (!), à vélo ou trottinette (oui sous les averses notamment !) ou...de PRENDRE SA VOITURE !
On sait à quel point la gent politique peut être tétanisante de médiocrité, avec une vision de taupe, mais ici on bat les records.
L'obsession compréhensible du virus maudit ne doit absolument pas faire passer par-dessus bord les enjeux écologiques et sociaux absolument essentiels dont nous sommes tributaires.
En tout cas bravo pour avoir attiré notre attention sur ce livre.
Bon déconfinement...
CHRISTIAN NAUWELAERS

jean luc favre reymond

29/04/2020 à 23:14

j'ai le sentiment cher Christian que d'autres calamités nous attendent au tournant

Jujube

30/04/2020 à 05:29

On se reconfinera certainement! Belle occasion de lire le bouquin d' Yves Paccalet.

Liger

30/04/2020 à 10:52

Mieux vaut relire " L'Étoile mystérieuse " : dans les premières pages, on y voit le grotesque " prophète " Philippulus qui prédit la fin du monde. C'est plus drôle et plus instructif que les éructations haineuses de M. Paccalet ou les couinements immatures de Greta la Gourette...

Liger

30/04/2020 à 08:49

« L'Humanité disparaîtra, bon débarras », quel programme !

Et c'est au nom de leurs « grands idéaux » que :

- les escrologistes imposent progressivement leur hystérie antinucléaire aux décideurs après avoir tétanisé une partie importante des citoyens avec la complicité, passive ou active, des médias ignares ;

- les escrologistes imposent l'éolien, énergie intermittente (qui oblige donc à disposer de centrales fonctionnant avec des énergies fossiles pour prendre le relai quand il n'y a pas de vent), aléatoire et au coût bien plus élevé que les énergies fossiles et l'énergie nucléaire ; les seuls assurances en ce qui concerne l'éolien sont :
. c'est ruineux (coût du Kw), d'autant plus qu'un certain nombre de questions ne sont pas correctement posées, comme l'usure : cf. notamment l'érosion des pales et mâts due au sel de l'atmosphère marine en ce qui concerne les champs d'éoliennes au large où est la soi-disant gratuité de fonctionnement ?
. la construction de ces installations consomme des matières premières coûteuses et qui proviennent notamment de Chine (terres rares, notamment) ;
. ces installations bousillent nos paysages ;
. ces installations génèrent des nuisances (bruits, ondes, etc.) pour les personnes et animaux qui en sont proches ;
. cela génère une masse de déchets (socles en béton, pales géantes, etc.) compliqués et coûteux à éliminer ;

- les escrologistes imposent le solaire, énergie intermittente (qui oblige donc à disposer de centrales fonctionnant avec des énergies fossiles pour prendre le relai quand il n'y a pas de soleil), aléatoire et au coût bien plus élevé que les énergies fossiles et l'énergie nucléaire ; les seuls assurances en ce qui concerne le solaire sont :
. c'est ruineux (coût du Kw), d'autant plus que les panneaux solaires nécessitent un entretien suivi, faute de quoi leurs performances baissent : où est la soi-disant gratuité de fonctionnement ?
. la construction de ces installations consomme des matières premières coûteuses et qui proviennent notamment de Chine, laquelle a un quasi-monopole sur la fabrication des panneaux solaires ;
. ces installations bousillent nos paysages urbains : les toits couverts de des surfaces noires sont hideux ; adieu ardoises, tuiles et autres matériaux qui composent la beauté des toits de Paris, de Beaune ou de Toulouse, tout le monde doit passer à la couleur cercueil et à l'esthétique de la Tour Montparnasse ;
. cela génère une masse de déchets compliqués et coûteux à éliminer ;

- les escrologistes n'émettent par contre aucune critique à l'encontre du recours aux énergies fossiles, qui est inévitable pour pallier le recul imposé de l'énergie nucléaire et l'intermittence du fonctionnement de l'éolien et du solaire ; même le recours au lignite, énergie particulièrement polluante qui rappelle les heures « glorieuses » de la RDA, ne leur arrache pas une protestation, tant ils sont obnubilés par les couinements antinucléaires ;

- au passage, les lubies des escrologistes ont déjà coûté des milliards d'euros en France en finançant des énergies ayant un prix de revient réel très élevés (éolien, solaire) et en voulant jeter à la poubelle des installations efficaces : ainsi, fermer la centrale nucléaire de Fessenheim revient à perdre 6 milliards d'euros.

Les escrologistes font régner dans l'opinion un terrorisme intellectuel hystérique et fanatique, exercice que beaucoup de leurs cadres maîtrisent à la perfection grâce à leur passé d'extrême-gauche (ce sont les fameuses « pastèques », vertes à l'extérieur mais rouges à l'intérieur) : l'ignorance et le conformisme des médias fait le reste.

Et c'est ainsi que l'on nie des faits élémentaires, notamment à propos de l'énergie nucléaire en France :
- elle est sûre : combien de morts avérés dus à l'énergie nucléaire en France ? Oublions les délires complotistes des escrologistes, lesquels, pour pallier leur manque d'argumentation, nous tympanisent avec des accidents comme celui de Tchernobyl survenu dans un tout autre contexte, en particulier l'irresponsabilité criminelle des régimes communistes en matière de sécurité et d'environnement et hors de France ; il suffit de comparer avec les autres sources d'énergie sérieuses parmi lesquelles seule l'hydraulique peut présenter un bilan aussi bon : mais, à part quelques possibilités, auxquelles s'opposent d'ailleurs les escrologistes, tous les sites utilisables en France sont déjà équipés en barrages ;
- l'énergie nucléaire est de plus en plus contrôlée, à un niveau assurément supérieur à celui appliqué aus autres industries, y compris celles qui sont les plus dangereuses (ex : installations de type « Seveso ») ;
- cette énergie est propre : la qualité de l'air en France est largement due au recours (pas encore assez) massif à l'énergie nucléaire alors que le charbon et la lignite allemands - sehr oekologisch, natürlich - enrichissent généreusement l'atmosphère de soufre, assurément écologique ;
- les perspectives de l'énergie nucléaire (centrales de 4ème génération) sont prometteuses ; mais, si nous continuons à laisser les escrologistes infiltrer et paralyser notre politique énergétique, ce seront les Chinois, les Coréens, les Étasuniens... voire les Indiens qui maîtriseront (et nous vendront chèrement) ces techniques bien plus efficaces pendant que la France restera au bord de la route assourdie par les pleurnichements de Greta la Gourette.

La nullité des escrologistes en matière économique est déjà suffisamment néfaste. Mais, quand on écrit « L'Humanité disparaîtra, bon débarras », on entre dans un délire mortifère relevant de l'asile psychiatrique ! Cela me rappelle la politique de la terre brûlée décidée par Hitler en 1945 qui aurait fait quasiment disparaître les Allemands puisqu'ils n'avaient pas été à la hauteur de la vision sublime de ce Monsieur... Dieu nous garde de l'amour extrême d'individus comme ce sinistre Paccalet lequel, classiquement, passa de l'amour fou à la haine illimitée : il y a des bibliothèques entières d'ouvrages romanesques ou non qui décrivent cela.

Pour ma part, plus banalement, en dépit d'Auschwitz, de la Révolution culturelle ou des crimes des morts-vivants islamistes, j'aime l'Humanité qui a su créer « La chute d'Icare » (Breughel), « Sur les falaises de marbre » (Jünger) ou la Pace Stanislas (Nancy). Alors, longue vie à l'Humanité - y compris les escrologistes, en tant qu’individus - en essayant de contribuer à l'amélioration de son sort et de ses conduites. En revanche, je souhaite la disparition de l'escrologie en tant que mouvement d' « idées » (si l'on peut dire...)

Marie

30/04/2020 à 10:13

Le manque d'inspiration, c'est un peu comme le manque de réflexion ! Je déplore que, au-delà de l'atteinte physique ( et donc morale)ce virus soit aussi omniprésent (que l'air respiré et auquel on ne pense pas).Vivre dans l'inquiétude ce n'est plus vivre, et comme on ne peut qu'être "passif" (quand on ne sait rien ou pas grand chose), réfléchir positivement me semble plus adéquat.("La langue des médias" de Ingrid Riocreux est une vraie réflexion).

NAUWELAERS

30/04/2020 à 10:37

Aïe !
On ne peut pas vivre sans espérer un peu de meilleur tout de même...
Moi déjà ces masques obligatoires qui entravent même la respiration,cela me fait flipper...
Je n'attends qu'une chose: la fin de la pandémie et/ou un médicament et/ou un vaccin qui permettra de desserrer l'étau.
Et n'oublions pas,de grâce, que la pollution tue elle aussi !
Sans parler de toutes les maladies graves qui ne se confinent pas.
Bon arrêtons avec cela et ActuaLitté est un site du livre en général, se concentrer là-dessus !
CHRISTIAN NAUWELAERS

hhhh

28/01/2021 à 14:02

mmm

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Milwaukee Blues : vision douloureusement réaliste des États-Unis

« Je n’aurais jamais dû composer ce foutu numéro. » Une première phrase, qui ouvre ce roman de Louis-Philippe Dalembert, et happe. Pas question de s’arrêter de lire, lorsque l’écriture, incisive et exacte en tout point, nous invite à dévorer chaque page. S’offre alors au lecteur une histoire fictive, qui sonne pourtant si terriblement vrai. 

15/10/2021, 12:20

ActuaLitté

Kukum : le lac, les rivières et le couple

Années 18... et quelques, sur les bords du lac Saint Jean, au fond du fjord du Saguenay au Québec. Almanda est une jeune orpheline qui vit avec un couple d’agriculteurs, qu’elle appelle « mon oncle » et « ma tante », qui triment chaque jour pour arracher à leur lopin de terre des bords du lac une maigre subsistance. Du haut de ses quinze ans, Almanda leur donne un coup de main à la petite ferme — elle adore traire les vaches — quand elle n’est pas à l’école où ses résultats sont prometteurs. Mais face à ce lac grandiose, Almanda rêve.

14/10/2021, 11:43

ActuaLitté

Moi, Calife... Iznogoud et c'est comme cela qu'on l'aime

Six années depuis le dernier tome qu’avaient cosigné Laurent Vassilian et Nicolas Tabary — et qui très personnellement, ne m’avait pas emballé. « Moi président », clamait voilà peu encore un heureux candidat à l’Élysée, dont on se gardera bien de dire que les promesses n’engagent que ceux qui les croient (ah, tiens, non…) ! Eh bien, ô Grand Vizir, qu’en est-il de votre débordante ambition : vous, Calife, que gagnerait le bon peuple de Bagdad ?  

13/10/2021, 13:08

ActuaLitté

Mashle : invasion de choux à la crème et de coups de poing à Poudlard

Mash est né sans magie dans un monde où les non-magiciens sont tués à la naissance. Mais son papa d’adoption l’a protégé au fin fond d’une forêt. Mash a donc grandi à l’écart du monde, en ne faisant que… de la musculation. Désormais menacé, notre héros va devoir intégrer l’académie de magie la plus prestigieuse du pays. Ses muscles suffiront-ils à sa survie ? Un manga hilarant qui brise tous ses propres codes. 

13/10/2021, 11:28

ActuaLitté

Mathieu Lindon : seul contre tous

Après Hervelino paru en début d’année, où Mathieu Lindon évoquait son compagnonnage avec l’écrivain Hervé Guibert, l’auteur revient cette même année avec un texte tout d’un bloc. Un bloc de haine, contre les « autres ». Une centaine de pages d’éructations qui prennent sens dans l’intégralité du texte, même si cette haine sans objet autre que ces autres confine à la répétition. 

 

13/10/2021, 10:34

ActuaLitté

Andrée Viollis : Criquet. “Être une femme, c'est être empêchée”

Dans les premières années du XXe siècle, la famille Dayrolles a l’habitude de passer l’été dans une vieille maison sur une île de la côte vendéenne. C’est là que, jeune fille de presque quatorze ans, Camille, que tout le monde surnomme Criquet, retrouve, avec un bonheur à chaque fois renouvelé, ses vêtements élimés de garçonne pour courir, sauter, parcourir les plages, les rochers, la campagne en compagnie de son cousin Michel, chasser avec son arc les poulpes dans les creux d’eau, profiter de ces moments privilégiés de liberté et de vacances.

12/10/2021, 14:38

ActuaLitté

Les vivants et les morts en quatre livres

De la poésie de Bukowski à la folie cyberpunk de Philip K. Dick, du prophétisme d'un génie russe inconnu à la biographie d'un des plus grands représentants du spectacle vivant, une question : où est la vie et où est la mort ? Quatre livres de poche posent la question, chacun à sa manière.

 

 

12/10/2021, 14:06

ActuaLitté

Troisième tome : le dernier Atlas tire en pleine cible

Dire qu’on attendait le troisième et ultime tome du Dernier Atlas est un euphémisme. Les deux premiers volets avaient prouvé à quel point Vehlmann et Bonnneval ont peaufiné leur scénario et leur univers d’anticipation pour aboutir à un des projets les plus solides et novateurs de la décennie. Ce dernier tome, plus sombre, plus fort, démontre que les scénaristes avaient gardé des atouts dans leur manche pour transformer ce récit d’anticipation en fable morale et politique, mais toujours aussi palpitante et bourrée d’action.

11/10/2021, 10:23

ActuaLitté

La Princesse rebelle : déconstruire les conceptions traditionnelles du genre

Pour amorcer la rentrée littéraire 2021, les éditions du Rouergue ont dévoilé un nouveau album jeunesse : La Princesse rebelle se dévoile, scénarisé par Guillaume Guéraud et illustré par Henri Meunier. À travers l'incarnation de cette princesse fougueuse, les parents sont invités à amener leurs enfants - filles et garçons, bien entendu - à déconstruire pas à pas les constructions traditionnelles autour du genre. Loin de vouloir se positionner explicitement et uniquement comme un livre politique, les auteurs cherchent avant tout à donner la force à leurs jeunes lecteurs de devenir les maîtres de leur destin. 

07/10/2021, 17:08

ActuaLitté

Se perdre dans Blizzard, pour mieux se retrouver

Alaska. Une tempête effroyable – et un garçon égaré. Il n’a fallu qu’une minute, le temps pour Bess de refaire son lacet, et le voilà disparu au cœur de ce blizzard impétueux. L’espoir de le retrouver est infime. Pourtant, elle n’hésite pas et se lance à sa recherche, désespérée, suivie de près, sans le savoir, par les autres protagonistes de ce roman tissé avec justesse par Marie Vingtras.

07/10/2021, 15:58

ActuaLitté

Jacques Schiffrin, ou l’édition hissée au rang des beaux-arts

Alors que sort ce 7 octobre, L'Espèce humaine et autres écrits des camps dans la plus prestigieuse des collections française, la Pléiade, Amos Reichman publie au Seuil le même jour, une biographie du créateur de la collection, Jacques Schiffrin. Ce juif russe adopté par la France sera lui-même victime de cette époque tragique. Sacrifié par une France défaite et pour beaucoup, antisémite, il restera un éternel apatride et un éditeur qui tenta de hisser son métier au sommet.

 

07/10/2021, 08:10

ActuaLitté

Je connais peu de mots : Elisa Sartori interroge plus que le langage

Une femme exprime les difficultés d’apprentissage d’une langue étrangère. Mais à travers ces confidences d’une gêne de communication, il nous semble qu’Élisa Sartori raconte autre chose, qu’un récit enchâssé se love dans ces images, un drame ineffable, beau, profondément intime et éminemment visuel.

06/10/2021, 15:13

ActuaLitté

Banana Fish, les mots qui tuent

Banana Fish. C’est la dernière chose qu’a dite ce soldat américain au Vietnam, après avoir disjoncté et tué trois de ses camarades, et juste avant qu’on perde sa trace. 12 ans plus tard, ces mots refont surface. Le jeune chef de gang Ash Lynx les entend d’un homme qu’on assassine dans une ruelle. Et plus Ash cherchera à comprendre, plus le mystère s’épaissira. Dans le même temps, l’étau de la mafia se resserre sur lui… 

05/10/2021, 10:16

ActuaLitté

Vertèbres : ne pas confondre philanthropie et lycanthropie 

« Vous qui venez ici dans une humble posture », chantait le poète. Oui, n’en déplaise aux commentateurs chafouins, j’aime bien Musset... Le poète chantait, donc, mais n’avait pas conscience ce que sa fulgurance poétique aboutirait, deux cents ans et quelques brindilles plus tard, au roman de Morgane Caussarieu. Et comme l’époque est à l’injonction de « faire ses propres recherches », les miennes m’ont conduit en ces territoires…

05/10/2021, 09:18

ActuaLitté

Des hommes sans femmes : Murakami, au rythme de la musique

Au sortir de la lecture de Birthday Girl (trad. Hélène Morita) avec laquelle Haruki Murakami m’avait ravi, j’ai voulu poursuivre ma découverte de ses autres écrits. Sur les conseils de mon libraire, je suis donc reparti avec, dans ma poche, Des Hommes Sans Femmes, un recueil de nouvelles (trad. Hélène Morita) de cet auteur dont j’avais tant apprécié les talents de narrateur.

04/10/2021, 09:49

ActuaLitté

Alexandre Najjar : 20 années d'un territoire, Le syndrôme de Beyrouth

Embrasser et saisir Beyrouth par le biais du regard d’une femme et le déploiement d’une fresque déroulée sur trente ans, c’est le pari osé et réussi que relève Alexandre Najjar dans son nouveau roman Le syndrome de Beyrouth. Par Denis Gombert.

03/10/2021, 15:49

ActuaLitté

 Alice Guy de Catel & Bocquet : première réalisatrice que l'histoire a enterrée

Alice Guy n’est pas n’importe qui : cette Française fut la première réalisatrice de l’histoire du cinéma, créant pour Gaumont plusieurs centaines de films, depuis les premiers courts métrages muets jusqu’à d’impressionnants films à (très) gros budgets. De succès en flops, de découvertes techniques en explorations artistiques, la vie d’Alice Guy se confond avec l’histoire du septième art, alors balbutiante. La voici à présent immortalisée en bande dessinée, grâce à l’impressionnant duo de biographes de Casterman : José-Louis Bocquet au scénario et Catel Muller au dessin.

01/10/2021, 16:23

ActuaLitté

Fanny Taillandier étend ses Empires

Quelque part au milieu du XXIe siècle. La physionomie politique de l’Europe a bien changé, certaines frontières ont disparu pour laisser la place à une autre organisation de l’espace. Par exemple, les bords de la Méditerranée, de Marseille à Gênes, font partie de la nouvelle région, La Ligurie, qui tient son nom des occupants que ses rivages escarpés et difficiles d'accès ont pu protéger des envahisseurs depuis le Néolithique.

01/10/2021, 13:12

ActuaLitté

David Diop : Féérie pour cette fois-ci

Après Frère d’Âmes, prix Goncourt des lycéens 2018, puis Booker Prize en 2021, David Diop revient cette année avec La Porte du voyage sans retour. Le spécialiste du XVIIIe siècle nous plonge cette fois-ci dans son siècle de prédilection, fait de bouillonnement intellectuel, de scientisme balbutiant, et de grands principes philosophiques en contradiction avec l’« inégalité systémique » de l’Ancien Régime. Un roman qui dépeint également le Sénégal peu connu du XVIIIe siècle et ses royaumes : dépaysement garanti.

30/09/2021, 17:14

ActuaLitté

Sylvie Wojcik : au bout du chemin, Les narcisses blancs

Gaëlle en a assez de cette vie étriquée avec Ludovic qui, alors qu’ils étaient, ensemble, partis pour « être libres, sillonner le pays […], rencontrer de gens […], faire une halte […] et repartir, un jour », s’était posé avec elle dans un squat minable, au fond d’une impasse et, « le jour de leur nouveau départ n’était jamais venu ». Mais surtout, « la passivité et la dépendance » avaient pris la place de « l’envie [… et de] l’insouciance choisie ».

29/09/2021, 10:51

ActuaLitté

Sexe, flingue et Paul Verlaine : enquête au coeur de Mon maître et mon vainqueur

Quatre ans après Un certain M. Piekielny qui lui valut, comme ses précédents, un certain succès (près de 45.400 exemplaires vendus, selon Edistat), François-Henri Désérable sort un roman au titre verlainien : Mon Maître et mon vainqueur (Gallimard). Blogs, sites, presse, Insta : tout le petit monde s’accorde pour le couvrir de bouquets de houx vert et de bruyère en fleur. Sauf que moi, dès l’aube, à l’heure où blanchit la rentrée littéraire, j’en ai marre.

28/09/2021, 17:01

ActuaLitté

Mort aux girafes – et aux cons, avec... si possible

C’est dans la chambre 46 de l’Hôtel de Trêve sis à Bar-le-Duc qu’a été découvert par Solveig Trève, la fille de Madame Trève, propriétaire de l’établissement, chargée par sa mère de porter, tous les matins, les plateaux du petit déjeuner aux hôtes ne fréquentant pas la salle commune de restauration, aux environs de 8 heures, un triste dimanche de janvier 2011, le sieur Frédéric Berthier qui avait eu l’idée saugrenue, après seulement trois jours passés à l’hôtel sans n’avoir jamais une seule fois quitté sa chambre, de se suspendre, par le cou et avec les draps du lit savamment détournés de leur fonction première, à la poutre d’entrait du plafond de ladite chambre...

28/09/2021, 14:29

ActuaLitté

Rien ne t'appartient de Nathacha Appanah : aux “petites filles gâchées”

Dans son dernier roman, Rien ne t’appartient, Nathacha Appanah nous raconte l’histoire tragique de Tara, jeune femme venue d’un pays lointain, sauvée par un médecin lors d’une mission humanitaire. Celui-ci, Emmanuel, amoureux d’elle, la ramènera en France et l’y épousera. Mais, une quinzaine d’années plus tard, Emmanuel meurt brusquement. L’univers de Tara s’écroule et, peu à peu, elle sombre dans une profonde dépression. Par MarieDo.

27/09/2021, 09:51

ActuaLitté

L'île des âmes : Pergiorgio Pulixi et les ombres des disparues...

1961. Montagne sarde. Un jeune garçon, tiré du sommeil en pleine nuit par les bruits de son chien, se lève et suit ce dernier dans les bois. Attiré par une odeur de sang, le chien fonce dans la végétation qui les griffe au passage et finit par s’arrêter à bonne distance d’un spectacle horrible : une jeune femme, emmaillotée de peaux de bêtes, est recroquevillée au sol, le visage recouvert d’un masque en bois représentant une figure bovine, les cheveux éparpillés, son sang s’éculant par une sorte de canal de pierres vers un puits.

24/09/2021, 13:02

ActuaLitté

Moon River : Fabcaro dessine des bites sur les joues

Non, ce n'est pas une blague : le nouvel album de Fabcaro raconte bien l'enquête du lieutenant Baxter, chargé de mettre la main sur le mystérieux inconnu qui a dessiné une bite sur la joue d'une actrice hollywoodienne en plein tournage d'un western romantique. Moitié film noir, moitié récit autobiographique, moitié délire prépubère, moitié thriller angoissant, Moon River tire dans tous les sens et dans le mille à la fois. Ce récit, d'une liberté débridée et totalement assumée, démontre que Fabcaro peut désormais emporter ses lecteurs n'importe où et qu'ils le suivront pliés en deux. C'est un régal.

22/09/2021, 18:00

ActuaLitté

L'Italie de Simonetta Greggio, Bellissima ?

Avec La Dolce Vita qui parcourt l’Italie des années 1959 à 1979 puis avec Les Nouveaux Monstres qui poursuit le voyage des années 1978 à 2014, je pensais que Simonetta Greggio devait en avoir plus ou moins terminé avec l(a psych)’analyse (très) critique de son pays d’origine et des pages sombres qu’il avait inscrites à son palmarès après les années de fascisme mussolinien.

22/09/2021, 10:31

ActuaLitté

Célia Houdart : Voyage autour d’une photo

AVANT-CRITIQUE – L’idée est plutôt audacieuse : partir de deux simples photos pour construire un récit. Le résultat est un texte fragmentaire, léger et sans prétention, même si un sommet de finesse comme Blow Up d’Antonioni est invoqué.

22/09/2021, 08:22

ActuaLitté

Annie Muktuk : attention ! Humour inuk noir et féroce !

Du sexe, de la tendresse, de l’humour – noir −et de la violence, c’est tout un concentré d’humanité que l’auteure inuk Norma Dunning nous offre dans ce recueil de nouvelles. Par Laurence Baulande.

21/09/2021, 11:49

ActuaLitté

Roberto Saviano : De Tobrouk, en taxi

Après s’être essayé au roman et aux essais-documentaires, Roberto Saviano revient à ses premiers amours : l’enquête. Photos à l’appui, quatre photoreporters et une infirmière acceptent de témoigner, à partir de leur expérience de terrain, sur la réalité des migrations vers l’Europe d’hommes et de femmes en quête d’un destin plus favorable. À travers ces entretiens, le livre, richement illustré, propose une réflexion plus globale sur l’accueil, la migration et les enjeux du témoignage photographique.

20/09/2021, 09:44

ActuaLitté

Va au diable, Charles Bukowski ! (ou peut-être y es-tu déjà ?)

La formidable maison d’édition Au Diable Vauvert nous a encore gâtés : « Un uppercut illustré. » Deux grands artistes subversifs à la manœuvre : l’illustrateur Crumb et ce diable de Charles Bukowski...

18/09/2021, 10:56

ActuaLitté

Paula Hawkins : Celle qui brûle et celles qui se consument...

Londres. Par un matin banal, est retrouvé mort sur sa péniche, Daniel, un jeune homme. Sa voisine le découvre poignardé. Et autour de lui, plusieurs figures féminines gravitent, inquiétantes. Ce nouveau roman de Paula Hawkins poursuit la veine de La fille du train et Au fond de l’eau. Parce qu’un mort, pour trois femmes, cela fait toujours beaucoup…

15/09/2021, 16:26

ActuaLitté

Mohican : Éric Fottorino et la paysannerie du Jura

Éric Fottorino a choisi de se confronter au monde rural français pour son 14e roman. Entrepris dès 2015, celui qui fut un jeune journaliste agricole au Monde, raconte le destin d’une terre agricole du Jura et de la famille qui s’y consacre depuis des générations. Une lignée, les Danthôme : des aïeux convoqués par le souvenir, un vieux paysan empoisonné, son frère muet, et un fils, Mo, sacrifié d’une terre familiale qu’il chérit.

15/09/2021, 11:57

ActuaLitté

Juliana Léveillé-Trudel, Catherine Meurisse et Coralie Bickford-Smith : Books By Women

Début septembre, la newsletter Books By Women prenait fin. Mais en accord avec sa créatrice, ActuaLitté propose de retrouver les archives de ces chroniques, dans un exercice de remontée dans le temps. « Nous n’aurons plus rien d’autre à faire, plus rien que pleurer le jour défunt. Du temps passera. Du temps seulement. Et du temps va venir. Du temps viendra. Où nous ne saurons plus du tout nommer ce qui nous unira. Le nom s’en effacera peu à peu de notre mémoire. Puis, il disparaîtra tout à fait. » (Marguerite Duras, Hiroshima mon amour)

15/09/2021, 10:21

ActuaLitté

Hanako-kun : pactiserez-vous avec l’espiègle esprit des toilettes ?

L’école Kamome grouille de rumeurs — elle serait hantée par sept esprits différents. Nene Yashiro, élève en seconde là-bas, est encore tombée amoureuse d’un garçon. Puisqu’il paraît que l’esprit qui hante les toilettes des filles exauce les vœux, elle tente sa chance. Mais l’esprit des toilettes a une sacrée personnalité, et un vœu exaucé exige toujours des contreparties ! Voilà Nene embarquée dans un monde qui la dépasse. 

14/09/2021, 10:28

ActuaLitté

Du cunéiforme aux émojis : la grande histoire de l'écriture

Attention, petite splendeur, en grand format : Vitali Konstantinov (dans une traduction de l’allemand par Hélène Boisson), réalise un album de noir, de blanc et de rouge, pour raconter l’histoire de l’écrit. Somme scientifique vulgarisée avec patience, l’ouvrage se résume assez facilement avec ce dessin de Thoto, dieu égyptien à tête d’ibis, qui manipule (à l’envers) un smartphone. Tout est là : des origines des signes, à la nécessité d’un langage, en passant par la métamorphose des sons… Une merveille. 

14/09/2021, 10:15

ActuaLitté

Le Loup, l'Épée et les Etoiles : les années Lola Lafon

L’auteure de la petite communiste qui ne souriait jamais retrouve les librairies en septembre avec un recueil de textes. Parus pour la majorité dans l’hebdomadaire le 1 et la revue trimestriel Zadig, beaucoup de thèmes passent pour des textes parfois cinglants, parfois tendres, jamais dogmatiques, toujours radicaux, toujours humbles, et colorés d’une profonde nostalgie.

 

13/09/2021, 14:56

Autres articles de la rubrique Livres

ActuaLitté

Avec Mater, Stanislas Moussé poursuit “son improbable tapisserie de Bayeux”

BONNES FEUILLES – Un mal étrange et profond ronge le château familial et s’attaque aux héritiers de la dynastie du roi. Alors que le royaume est en danger, c’est une femme, une mère, une magicienne, qui va entamer un combat avec les forces obscures pour la survie de son enfant et de sa lignée. 

15/10/2021, 11:26

ActuaLitté

Ascension fulgurante de Patrick Modiano : les 200 meilleures ventes de la semaine (40)

Pas de grands mouvements cette semaine, l’hydre Musso/Zemmour continue de monopoliser l’attention des lecteurs. En termes de chiffre d’affaires, le premier représente 3,36 millions € et le second 4,05 millions €. Non négligeable. Mais voici qu’une lueur surgit : Chevreuse de Patrick Modiano. Plus de 11.600 exemplaires en l’espace d’une semaine.

15/10/2021, 10:29

ActuaLitté

Avec Liberty, Simon Liberati inclassable et caractéristique

BONNES FEUILLES – Les Éditions Séguier, connues pour leur catalogue de « curiosités », publieront un récit d’une nature à la fois inclassable et néanmoins caractéristique du style Liberati. Auteur de onze ouvrages, Simon Liberati fut lauréat du Prix de Flore pour L’Hyper Justine ainsi que du Prix Femina pour Jayne Mansfield 1967. Son livre Eva a été unanimement salué par la critique. 

15/10/2021, 10:07

ActuaLitté

Les Ensablés - La grande peur dans la montagne (1925) de Charles-Ferdinand Ramuz

L’œuvre de Ramuz comprend une vingtaine de romans. La grande peur dans la montagne est un texte de 1925 qui fait montre d’une grande maturité d’un auteur qui a entamé une carrière littéraire à Paris en 1900, à l’âge de vingt ans. Cependant, à Paris, là où son éditeur Bernard Grasset lui demandera toute sa vie de « se montrer », Charles Ferdinand Ramuz aura à cœur de toujours se mettre en retrait des mondanités. Par pudeur ainsi que par méfiance de la corruption urbaine, Ramuz est avant tout un homme de la terre. Par Denis Gombert

11/10/2021, 16:51

ActuaLitté

Blacksad, Cyril Lignac et Star Wars : les 200 meilleures ventes de la semaine (39)

Le duo de la rentrée, Guillaume Musso et Éric Zemmour, continue de truster les deux meilleures places du classement. Si Blacksad — la première partie du tome 6 de Juan Díaz Canales et Juanjo Guarnido –, entre à la troisième place, Cyril Lignac occupe la quatrième. Et la science-fiction fait soudainement son apparition… Avec une bande dessinée Star Wars. Eh oui, les goûts et les couleurs, comme chaque semaine…

09/10/2021, 16:07

ActuaLitté

Le dessinateur Vincent Mallié s'empare des aventures d'Arsène Lupin

BONNES FEUILLES – Découvrez les aventures d’Arsène Lupin, le plus téméraire des cambrioleurs, dont les seules armes sont l’esprit et l’audace ! Dans ces neuf nouvelles, il réalise d’incroyables tours de passe-passe pour voler les bourgeois. Jamais vraiment le même, toujours différent, Arsène Lupin est insaisissable ! 

05/10/2021, 11:34

ActuaLitté

Les ombres du passé de Gabriel Zallas  

Une heure du matin, un coup de téléphone mystérieux sur le portable de Bernard sonne et le réveille. Un bref échange de phrases avec son interlocutrice, une attitude inhabituelle qui l’intrigue mais, demain, finies les vacances, il est prévu qu’il parte prendre son avion tôt le matin. Sa nuit sera courte… et agitée. 

04/10/2021, 15:48

ActuaLitté

La maison des Kalonoros de Gabriel Zallas 

Dans le nord de Madagascar, dans la région Diana, une petite municipalité en plein développement, où l’on y trouve de l’or, des pierres précieuses et surtout, on y cultive la vanille, cet « or vert ». Ses richesses naturelles attirent bon nombre d’aventuriers, y compris des astrologues, guérisseurs, marabouts, etc., surtout à Sengolaka, à quelques kilomètres avant l’entrée de la ville.

04/10/2021, 15:48

ActuaLitté

Cet Autre Moi de Denise Périgault

Ce moi que j’ai construit depuis ma naissance pourrait-il être autre ? Ou, suis-je destiné(e) à être le MOI que je suis, que je l’estime être bon ou mauvais ?

04/10/2021, 15:20

ActuaLitté

Chaud, de Victoire Loup : une co-édition par Hachette Cuisine et Human Humans 

Hachette Cuisine & Human Humans lancent en commun une collection capsule de livres de recettes de chefs. Chaud, le nouveau titre de Victoire Loup, journaliste gastronomique et consultante culinaire entre autres, inaugurera la collection et réunira 60 recettes de chefs « pour séduire ». Le livre paraîtra le 3 novembre prochain. 

04/10/2021, 12:01

ActuaLitté

Fabien Vinçon raconte le “tabou de l’inceste féminin” dans La Cul-Singe 

BONNES FEUILLES – La Cul-singe, c'est le surnom que lui donnaient ses petits-fils. Gabriel, son préféré, est aspiré depuis toujours dans le huis clos incestueux qu'a construit cette grand-mère hors norme. Deux obsessions la hantent : le sexe et son gendre. Racontée à travers un regard d'enfant, cette autre Folcoche incarne les femmes d'une certaine époque. Épouse au foyer, elle n'a pas le permis de conduire, ni la permission de signer ses chèques.

04/10/2021, 11:10

ActuaLitté

Comme une Déesse : Roxane Malone s'occupe des coeurs brisés

Nina, pétillante trentenaire, est à la tête des Déesses, une agence conçue pour aider les femmes à tourner la page après une rupture... Soutenue par Marie-Jeanne, une septuagénaire bikeuse et bricoleuse, et par Jade, son assistante administrative, elle a réussi à créer un lieu cosy, qui offre aux femmes tout ce qu’il leur faut pour retrouver confiance en elles et démarrer une nouvelle vie. Spa, relooking, shopping, cours de pole dance, gogo dancers, il y en a pour tous les goûts !

 

04/10/2021, 10:30

ActuaLitté

Les 200 meilleures ventes de la semaine : Musso passe devant Zemmour (38) 

Dans une rentrée littéraire un peu moribonde, où les prix littéraires sont chahutés par d’épineuses questions d’éthique, voici que jaillit Guillaume Musso. Sur la semaine passée, du 20 au 26 septembre, son nouveau roman L’inconnue de la Seine prend l’ascendant, avec un démarrage foudroyant – plus de 75.000 exemplaires. Et sur le marché global, Star Wars et Cyril Lignac pointent le bout de leur nez…

01/10/2021, 13:07

ActuaLitté

La mer, sous toutes les coutures : Atlas insolite des grandes bleues

Si la Terre est bleue comme une orange, vue par les poètes et les astronautes, la mer, elle, a bien plus de couleurs et de secrets à dévoiler. Un Atlas insolite de la mer sortira prochainement chez Lapérousse éditions, explorant fonds marins, étranges phénomènes, mais également citées englouties et autres créatures étranges…

01/10/2021, 12:00

ActuaLitté

Jack et la grande aventure du cochon de Noël, nouveau roman de JK Rowling

Après Harry Potter et L’Ickabog, Jack et la grande aventure du cochon de Noël sera le nouveau roman jeunesse de J.K. Rowling. Il sortira ce 12 octobre. Le livre est illustré par Jim Field, et traduit, comme il se doit, par Jean-François Ménard. 

30/09/2021, 12:12

ActuaLitté

Karel Čapek, de la poésie des jardins à l'avénement du jardinier...

BONNES FEUILLES – Qui mieux que le poète peut nous faire sentir les fleurs, humer la terre et respirer la beauté d’un jardin ? Les éditions de l'Aube republient le livre de Karel Čapek, dans une traduction de Joseph Gagnaire. « Contre toute attente, le jardinier ne sort pas d'une graine, ni d'un bourgeon, ni d'un oignon, ni d'un bulbe, ni d'un provin : il devient jardinier avec l'expérience, sous l'influence du voisinage et des conditions naturelles. »

30/09/2021, 07:58

ActuaLitté

Autoportrait en thérapies : Marcel Rufo en apprenti psychiatre

BONNES FEUILLES – Dans ce livre, Marcel Rufo se dévoile. Il raconte son enfance et son apprentissage en psychiatrie. Comment vit-on ce métier ? « En nous appuyant sur nos peines, nous devenons plus forts, plus modestes et plus déterminés dans le soin. » 

29/09/2021, 10:20

ActuaLitté

Mobylette, “un premier roman désopilant”

À quinze ans, Dominique se voyait déjà promener ses presque deux mètres à travers la campagne vosgienne sur une Peugeot 103 orange. Il a fait beaucoup d'efforts pour l'avoir à Noël et en finir ainsi avec la série des Noël pourris. Il y a cru, il a été très déçu. Le roman a reçu le prix Stanislas 2021, remis lors du Livre sur la Place, à Nancy.

28/09/2021, 09:30

ActuaLitté

Viet Thanh Nguyen : Le Dévoué, trafic de cannabis et guerre de gangs

BONNES FEUILLES – Été 1981. Après avoir réchappé d’un camp de rééducation, Vo Danh atterrit à Paris, accompagné de Bon, son frère de sang. Aidés du Boss, leur seul contact sur place, tous deux se lancent dans un lucratif trafic de cannabis auprès d’intellectuels de gauche et autres philosophes marxistes. 

27/09/2021, 15:28

ActuaLitté

À Kaboul rêvait mon père : le mystère afghan d'André Malraux

BONNES FEUILLES – Régis Koetschet publiera prochainement un essai littéraire et atypique sur le voyage d’André Malraux en Afghanistan en 1930. Le récit d'un épisode peu connu de la vie du grand homme, revisité à la lumière de nombreux documents et témoignages. 

27/09/2021, 12:38

ActuaLitté

Les Ensablés - L’univers sévère et lumineux de Maria Borrély (1890-1963)

Maria Borrély, le nom n’est pas connu. Pourtant, il devrait !...Il est toujours émouvant de découvrir des auteurs du passé. Je ne parle pas d’auteurs renommés qu’on lit pour la première fois, mais de ces auteurs complètement oubliés, que plus personne ne lit depuis longtemps, si tant est qu’ils ont déjà été lus. Par François Ouellet. 

27/09/2021, 09:39

ActuaLitté

Bienvenue au “petit endroit” : Toilettes Un monde merveilleux

Nous passons près d’un an de notre vie aux toilettes… et certains plus que d’autres! Mais que savons-nous de ces lieux ? Où se trouvent les plus belles toilettes du monde ? Combien coûtent des toilettes en or ? Le sujet a-t-il toujours été tabou ? Quel avenir nous réservent les inventeurs et designers ? Comment se soulager sur une île déserte ou dans l’espace ?

24/09/2021, 12:02

ActuaLitté

Les 200 meilleures ventes (semaine 37) : Zemmour, inlassablement...

Invraisemblable, prévisible, choquant ou désespérant… Le fait est que le livre d’Éric Zemmour écrase toute concurrence cette semaine. S’installant loin devant Amélie Nothomb, une nouvelle fois la star de la rentrée littéraire, le polémiste s’installe confortablement. Pour la suite, il suffira de suivre la liste.

24/09/2021, 11:02

ActuaLitté

À quoi penses-tu ? de Jean-Louis Fournier : derrière le regard des animaux, 

BONNES FEUILLES– Dans ce livre inattendu et surprenant, Jean-Louis Fournier interroge les animaux. Leurs réponses n’épargnent pas l’espèce humaine. Un pauvre crocodile pleure en pensant à sa mère et « à tous les gros salauds qui se promènent avec sur eux des morceaux de sa peau, un portefeuille dans la poche ». 

24/09/2021, 08:40

ActuaLitté

Three Dark Crowns, Kendare Blake imagine le Game of Thrones au féminin

BONNES FEUILLES –  Best-seller du New York Times, vendu à plus de 600.000 exemplaires et traduit en 21 langues, le livre de Kendare Blake arrivera mi-octobre en France, sur la traduction de Hermine Hémon. Une lutte pour le pouvoir sans merci et non dénuée de violence, mais sans complaisance malsaine, à travers quatre tomes.

24/09/2021, 07:23

ActuaLitté

S'adapter ou mourir : heureusement, vous n'aviez pas tout vu sur les réseaux...

Elle a 17 ans et s'est enfuie de chez sa mère pour se sentir enfin libre. Accompagnée de son petit ami, elle fait escale chez un homme qu'elle n'a jamais rencontré mais avec lequel elle discute depuis des mois sur Internet. Elle en a fait son confident. Alors qu'il pourrait bien s'agir du plus abject des monstres... Un thriller décapant sur l'univers des modérateurs de contenus.

23/09/2021, 12:09

ActuaLitté

Renvoyé par Gaston Gallimard : Jacques Schiffrin, fondateur de la Pléiade

BIOGRAPHIE – Amos Reichman livre un bouleversant portrait de Jacques Schiffrin, fondateur de « La Pléiade ». Une existence romanesque, héroïque et tragique, avec son lot de malheurs personnels et de succès magnifiques.

22/09/2021, 11:40

ActuaLitté

La Petite boutique aux poisons, de Sarah Penner : doux parfums londoniens

BONNES FEUILLES – Règle 1 : le poison ne doit jamais être utilisé pour blesser ou tuer une autre femme. Règle 2 : le nom de la meurtrière et celui de sa victime doivent être notés dans les registres de l’apothicairesse..

20/09/2021, 15:55

ActuaLitté

Grangé, Nothomb et My Hero Academie : les 200 meilleures ventes de la semaine

La 36e semaine de l’année, s’étale du 6 au 12 septembre 2021, montre bien que la rentrée littéraire s’installe. Quelques noms du moment percent – notamment chez Albin Michel (Amélie Nothomb et Jean-Christophe Grangé) et le 30e tome de My Hero Academia…. 

17/09/2021, 12:56

ActuaLitté

Les 200 meilleures ventes en librairie : rentrée scolaire ou littéraire ? (semaine 36)

La semaine 36 — qui prenait ses quartiers le 6 pour s’achever le 12 septembre 2021 — dévoile enfin ses résultats. Notre partenaire Edistat nous a ainsi fait parvenir les 200 livres qui se sont le plus vendus au cours de cette période en librairies, strictement. Et la rentrée littéraire le dispute à la rentrée scolaire — notamment parce que Jean-Luc Lagarce est au programme du bac de français de 1ère. Et dépasse donc Amélie Nothomb : étonnant, non ?

14/09/2021, 14:03

ActuaLitté

Les Ensablés - Les quatre éléments (1935) d'André Chamson (1900-1983)

« Mort sont les beaux diseurs/Mais le livre est écrit/Morts sont les bâtisseurs/mais le temple est bâti » (F.Mistral) André Chamson fit un voyage au Japon qu’il relate dans ses souvenirs. Nous avons été naturellement chez les geishas qui ne sont pas ce que l’on peut croire. La fille qui était venue sur le tatami pour allumer ma cigarette m’a dit « Monsieur, j’ai lu votre livre les Quatre éléments ». Les quatre éléments étaient devenus « le soleil, la rivière, la montagne » et je ne sais plus quoi… Par Antoine Cardinale

12/09/2021, 14:02

ActuaLitté

Mangas, dictionnaires : les 200 meilleures ventes de livres de la semaine 

Sur la semaine dite 35, allant du 30 août au 5 septembre 2021, notre partenaire Edistat annonce la liste des 200 meilleures ventes de livres. Et, paradoxe des plus séduisants, la rentrée littéraire bat son plein, mais le manga demeure le genre le plus prisé — occupant cinq des dix premières places. Seule Amélie Nothomb parvient à tirer son épingle du jeu, en prenant la troisième place du top. Et sans trop d’étonnement, le classement fait la part belle aux ouvrages scolaires de référence…

11/09/2021, 12:50

ActuaLitté

Explorateur d'océans de Jean-Louis Étienne : préserver la Terre...

BONNES FEUILLES – Le XXIe siècle sera maritime. Tous s’accordent à le dire. Jean-Louis Étienne revient sur son parcours d’exploration des pôles et des océans. Un livre très personnel dans lequel il rappelle à quel point l’océan mondial, l’autre poumon de la planète, est au coeur de l’avenir du climat de la Terre et des ressources pour l’humanité.

09/09/2021, 11:31

ActuaLitté

Orsenna réconcilie chauve-souris et humains dans Marcel le Petit Rhinolophe

La mission de Noé n’est pas mince : mettre fin à la guerre qui oppose les Chauves-souris et les Hommes... Au-delà du fantasque de son conte, qui fait bien sûr écho à l’actualité – des accusations de transmission du SARS-1 et du SARS-2 par les chauves-souris à l’Homme –, Érik ORsenna emmène le lecteur dans une histoire d’entraide et de partage, propre à démontrer l’incroyable unicité du vivant et l’importance de la coévolution.

09/09/2021, 07:21

ActuaLitté

Jonathan de Cosey : La piste de Yéshé met un terme à la série

BONNES FEUILLES – C’est une lettre, reçue poste restante à Delhi la veille de son retour en Europe, qui entraîne Jonathan sur La Piste de Yéshé. Là, alors que les « libérateurs » venus de Beijing cherchent à anéantir l’identité tibétaine, Jonathan, installé dans un monastère perdu au cœur de l’Himalaya, retrouve après de longues années celle qui donnera une réponse à ses questions.

08/09/2021, 13:06

ActuaLitté

Adaptée en BD, La Commode d'Olivia Ruiz révèle de nouvelles couleurs

Après l’adaptation en BD du roman Jukebox Motel de Tom Graffin, assurée par Marie Duvoisin parue en avril dernier, les éditions JC Lattès, en partenariat avec les éditions Bamboo/Grand Angle, renouvellent l'expérience en choisissant d’adapter le roman à succès d’Olivia Ruiz au plus de 300.000 lecteurs, La Commode aux tiroirs de couleurs. Le roman, reposant sur un faisceau d'émotions, rejoint ainsi la ligne éditoriale de la maison d'édition.

07/09/2021, 12:25