#Essais

Camille Kouchner : “L'inceste n'est pas la liberté.” C'est un crime.

RECIT - Le Libé du 12 janvier 2021 nous apprend que dans son livre daté de 2005 Une question d’âge, Evelyne Pisier évoquait sous couvert de fiction les soupçons de pédophilie et d’inceste pesant sur le politologue Duhamel. Dans son premier livre qui, comme dans un film très Rive gauche, débute par la fin – l’enterrement de sa mère en 2017 - Camille Kouchner ne mentionne nullement cet épisode littéraire de 2005 qui doit lui être difficile de se remémorer. 

Le 25/01/2021 à 12:12 par Auteur invité

20 Réactions | 4 Partages

Publié le :

25/01/2021 à 12:12

Auteur invité

20

Commentaires

4

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Après lecture de La familia grande, on ne sait plus trop tout compte-fait qui savait quoi et surtout, depuis quand. 2005 ? 2008 ? Le lecteur, lui, qui n’a pas lu Evelyne Pisier, s’en tient à ceci : « Fin 2008. Fin du secret. Fin 2008, le monde s’est écroulé ». Et Camille Kouchner expose avec beaucoup de dignité et de courage un témoignage renversant, bouleversant, qui fera date. Après trente ans de silence, le récit brise l’omerta clanique autour de l’inceste et sans voyeurisme jamais, remonte à la source des faits, comme on remonte le ruisseau.

C’est le récit d’une délivrance. D’une libération. L’auteur dit « je », reconnaît sa place tout en se faisant le porte-voix d’un frère jumeau, qui, lui, ne voulait pas parler. Elle a 14 ans quand tout survient, et c’est une vie qui bascule. Seul le chemin de l’écriture permettra de lever le voile sur des faits malheureusement prescrits aujourd’hui. Seul ce besoin viscéral de l’écriture permettra la résilience. Le fait de pouvoir enfin désigner les choses, de se savoir à la fois témoin, victime et complice collatérale permet de s’extraire du gouffre créé par l’emprise, et de la tétanie de la peur. Camille Kouchner invoque longuement sa sidération et la paralysie qui en découle.

Sa prise de conscience, qui fut longue à pouvoir s’exprimer tant ce qu’elle a vécu lui a semblé irréel, ne travestit aucune persécution. Bien sûr, elle s’emploie à ne vouloir trahir personne et à protéger tout le monde. Surtout : pas sa mère qu’elle aime d’un amour plein et entier, surtout : pas ce beau-père qui l’a prise sous son aile et dont elle n’ignore rien des prédations. Il lui a appris la vie, l’ironie quand elle n’était qu’un enfant du divorce. Ecartelée, elle le demeurera alors longtemps. Jusqu’à cet assaut final qui a permis la réflexion et la préparation de l’écriture et la publication de ce livre. 

C’est l’histoire des familles permissives, dysfonctionnelles, toxiques composées d’adultes hystériques, que la libération sexuelle des années 70 a renforcées dans leurs certitudes. C’est l’histoire de la toute-puissance de ces adultes et de ce monde fallacieux créé par eux, à leur image, et des méfaits qu’ils ont exercés sur leur progéniture qu’ils traitaient avec une rare désinvolture. Dans ce livre-ci, on passe de la gauche révolutionnaire à l’entre-soi caviar avec une facilité déconcertante. « La familia grande » est une smala avec à sa tête un capitaine au long cours doublé d’un ogre insoupçonné : ce beau-père qui du haut de son magistère embarque et gouverne tout un monde qui n’en finit pas, pion par pion, de s’agrandir.

Ici, les enfants ne sont pas rois mais traités tels des larbins : bons à aller dans leurs chambres, à s’occuper des petits, à jouer les nounous, à offrir des gâteaux apéros aux invités. Surtout, alors qu’on ne leur explique jamais rien, ils sont invités à se taire, à s’endormir tôt, pour ne pas déranger les adultes. Un père absent, une mère totalement décalée qui finit par abandonner ses enfants, Camille Kouchner entend beaucoup de choses désagréables. Qui plus est : ce qu’on lui dit ainsi qu’à ses deux frères est formulé de manière expéditive, quand ce n’est pas punitif.

Le livre évoque parfaitement les troubles relatifs à la parentalité défaite, la démission parentale, le drame de certaines familles recomposées, et la perte de repères et de limites entre les corps des adultes et les corps des enfants. Ces derniers sont des amuse-gueules. Et l’emprise de l’incestueux pédophile et son esprit dévoyé viennent subrepticement se loger partout, sans porosité et dans les interstices du silence exigé par le frère. 

C’est un livre formidable sur les non-dits familiaux. Sur les secrets qui forgent la honte et le repli sur soi. Qui interrogent sur les deuils nombreux : ce sont des départs volontaires. Et le drame incestueux dont Victor est la victime ne semble être que la face immergée de l’iceberg. 

Dans le regard de ma mère, pour moi, plus rien, plus jamais. Le jour où ma grand-mère s’est suicidée, c’est moi que ma mère a voulu tuer. L’existence de ses enfants lui interdisait de disparaître. Nous étions le rappel de sa vie obligée. J’étais sa contrainte, son impossibilité. Le jour où j’ai perdu ma grand-mère, j’ai perdu ma mère. À jamais. (p.99)

C’est un livre qui démonte les mécanismes de l’emprise et de la souffrance morale. Un livre qui évoque les atmosphères familiales pesantes, où ni les tabous ni les barrières n’existent. Un livre qui, heureusement, fait mentir le célèbre adage : « Il est interdit d’interdire ». Souvent l’auteur nous aiguille pour signifier combien l’interdit aurait dû supplanter cette notion de liberté délibérément bafouée, forme de paravent à tous ces adultes qui ne veulent rien se refuser. D’ailleurs, le contraste est saisissant entre la soi-disant liberté (sexuelle) et le crime commis.

Dans ce dialogue avec sa fille qui a choisi d’allaiter, Evelyne Pisier qui s’est toujours prétendue figure de proue du féminisme, prouve, ici comme ailleurs, combien, en se laissant dominer par son compagnon, elle a toujours fait finalement l’inverse de ce qu’elle professait.  

« Ma mère enrage lorsque la sage-femme me tend mon enfant pour que je lui donne le sein. Et l’exprime par de simples questions, évidemment – ne jamais attaquer la liberté frontalement. « Tu allaites ? » Pourquoi ? Ils t’ont forcée ? Tu n’as pas peur de perdre ta liberté ? C’est au nom de la nature ? La nature a bon dos lorsqu’il s’agit d’enfermer les femmes, tu le sais… » Moi, je me marre : « Là-dessus, tu es d’accord avec Thialgo. Mais lui, c’est parce que ça le dégoute. Chacun vos affichages, chacun vos prétextes pour masquer votre refus de me partager. J’ai adoré la grossesse et j’adore allaiter. Ne t’inquiète pas., il n’y a rien d’idéologique là-dedans, juste une déclaration d’amour à la liberté. Ma liberté, cette fois. » (p.145)

 

« Je les ai si souvent vus faire. Je connais bien leur jeu. A Sanary, certains des parents et enfants s’embrassent sur la bouche. Mon beau-père chauffe les femmes de ses copains. Les copains draguent les nounous. Les jeunes sont offerts aux femmes plus âgées. Je me souviens du clin d’œil que mon beau-père m’a adressé lorsque, petite, j’ai découvert que sous la table il caressait la jambe de la femme de son copain, le communicant avec lequel nous étions en train de dîner. Je me souviens du sourire de cette femme aussi. Je me souviens des explications de ma mère à qui je l’ai raconté : « Il n’y a rien de mal à ça, mon Camillou. Je suis au courant. La baise, c’est notre liberté. » (p.106)

C’est un livre important sur la gémellité, et Camille Kouchner de rappeler que « Victor est mon jumeau, pas mon double ». Difficile de ne pas ressentir également une pseudo-gémellité entre ces deux sœurs inséparables, qui, à deux ans d’écart, ont à peu près tout fait pareil, et se sont sans doute prêté les hommes. Marie-France, la tante de l’auteur, à qui le livre est dédié, vivra avec le cousin germain du beau-père.

Dévastée par l’annonce du crime commis, elle tempêtera avec acharnement, contrairement à sa sœur, pour faire éclore la vérité, et se débattra, contre cette sœur aînée, pour que Camille parle à son père Bernard. Hélas, elle disparaît trop tôt en 2011. 

Enfin, - et c’est l’un des points les plus forts de ce livre remarquable – le phénomène de culpabilité qui envahit corps et esprit, est particulièrement bien traité. Les images de l’hydre et du serpent sont employées à foison pour exprimer le trop-plein du silence qui vous enserre la gorge, les mensonges, le vide autour de soi, les frustrations de se voir refuser les pleurs et le droit de souffrir. 

[Premières pages] Camille Kouchner - La familia grande


Avec ce livre, C. Kouchner s’est dite affranchie et elle a raison. La familia grande présente quelques aspects de ce qui ressemble de manière non furtive à une forme de malédiction familiale. Pourquoi tant d’éléments perturbateurs viennent finalement aider le travail de sape du persécuteur ? L’affaire n’est pas finie, et d’autres points doivent être élucidés.

Après plusieurs lectures, il reste des crimes impardonnables et des enfants à qui on a volé une partie de leur enfance. Il reste que la condamnation d’une mère envers sa fille est un sacré poison. Ce livre, comme d’autres à son image, est fondamental pour permettre la libération de la parole de toutes les victimes d’agressions sexuelles et de l’inceste qui sévit dans tous les environnements familiaux. De surcroît, il doit permettre que plus aucun prédateur d’où qu’il vienne ne doive dormir tranquille. 

 

Laurence Biava,

fille de jumelle, et mère de jumeaux.

 
 
 
 

 

20 Commentaires

 

NAUWELAERS

25/01/2021 à 20:44

La fin de cette critique signifie-t-elle que l'inceste sévit dans «tous les environnements familiaux» ?
Ah bon...?
CHRISTIAN NAUWELAERS

Forbane

26/01/2021 à 07:48

Elle veut dire sans doute dans toutes les classes sociales.

Je suis quant à moi gênée par les nombreuses fautes d'accord du participe passé qui émaillent cet article.

NAUWELAERS

26/01/2021 à 12:34

Il y a dans le livre, p.145 (passage repris dans la chronique): «...ça le dégoute...», il faudrait mieux: «...ça le dégoûte».
Où sont les fautes d'accord du participe passé imaginaires, voyons Forbane ?
Avez-vous des exemples ?
Il n'y en a pas une seule...
«...se sont prêté les hommes...» est invariable puisque là il s'agit d'un complément d'objet indirect.
Non d'un complément d'objet direct, là où cette chroniqueuse a chaque fois accordé comme il fallait les participes passés.
On ne peut accuser quelqu'un de fautes à tort et sans aucun exemple pour étayer cela...
Voilà sans rancune.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Forbane

26/01/2021 à 13:23

Christian, vous m'excuserez, mais il n'est pas dans mes habitudes de signaler des fautes imaginaires.
J'ai lu cet article (très bien écrit par ailleurs) à 7 h 30 du matin et il n'avait pas encore été corrigé.
Ainsi pouvait-on lire par exemple ce matin à 7 h 30 :
"C’est l’histoire des familles permissives, dysfonctionnelles, toxiques composées d’adultes hystériques, que la libération sexuelle des années 70 a renforcé dans leurs certitudes."
Il y avait d'autres fautes d'accord du participe, dont "méfaits qu’ils ont exercé", je crois.
En outre, "tout compte fait" s'écrit sans tiret.

Laurence Biava

26/01/2021 à 13:34

Bonjour et merci pour votre lecture vigilante

Je mets un point d'honneur à ne jamais faire de fautes d'orthographe ou de ponctuation ; pourtant, il peut m'arriver, comme tout un chacun, d'en commettre. L'essentiel est de s'en rendre compte et de se corriger.

Merci à Actualitté qui a rectifié fautes et coquilles. Leurs relectures scrupuleuses sont précieuses.

Forbane

26/01/2021 à 13:55

Je vous en prie !
Cette réponse vous honore.

Bravo encore pour votre excellent texte.

NAUWELAERS

26/01/2021 à 17:15

Hello Forbane,
Mais alors...nous sommes d'accord !
Vous avez lu ce texte avant les corrections et ne pouviez savoir qu'elles surviendraient ensuite, bien entendu...
La seule à ajouter: «dégoûte» et non «dégoute» car l'accent circonflexe n'est jamais présent par hasard, contre une certaine doxa réductrice mais je ne m'appesantis pas là-dessus ici..
Je suis ravi que vous et cette nouvelle chroniqueuse soyez attachées à l'orthographe, et donc à la syntaxe etc.
Tout comme moi, amoureux transi de notre langue française, que cela plaise ou non...!
Moi j'ai seulement tiqué (quant au fond) pour une remarque finale: «...l'inceste qui sévit dans tous les environnements familiaux»...en fait, non: cette autrice a raison !
Je retire cette réticence ici.
Elle ne dit pas que l'inceste sévit dans des foules de familles -ce qui serait faux, comme de présenter les hommes blancs de plus de cinquante ans comme lestés de la «culture du viol», c'est insupportable car c'est une généralisation absurde aussi inacceptable que tout racisme -mais donc elle prétend que l'inceste peut survenir dans n'importe quel type d'environnement familial.
Donc quels que soient leur positionnement politique, leur condition sociale,leur niveau intellectuel, leurs convictions religieuses etc.
Et oui je suis pleinement d'accord avec cela.
Je suis contre les effets de mode abusifs et pour la recherche de la réalité dans toute sa complexité et parfois son ambiguïté.
Bonne continuation à vous !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Caviar

26/01/2021 à 07:49

C'est avant tout l'âme profonde de la gauche qui est mise à nu...

La gauche, depuis sa naissance, a engendré des monstres à la Duhamel. L'URSS était empli de « cadres de parti » dont les pratiques n'avaient rien à envier. La gauche, ce n'est pas seulement les camps de la mort du Goulag, ce n'est pas seulement une idéologie mortifère qui a marqué au fer rouge l'humanité, c'est aussi et avant tout cette perversion des mœurs, cette transgression absolue de l'homme, sous un discours faussement humaniste.

Et pourtant, ils sont toujours là et viennent parader à la TV. Lang, Con-Bendit & consort... Il y a des preuves et personnes ne fait rien, ne dit rien. C'est la preuve que le système, bien gangrené par les idées de gauche dont les puissants qui nous gouvernent ont les mêmes mœurs, les protège. Sauf bien sûr quand il y a besoin de lâcher un peu de lest pour que le système ne leur explose pas à la figure. Duhamel fut donc lâcher sur l'autel du sacrifice, pour que les autres pervers puissent continuer.

NAUWELAERS

26/01/2021 à 12:54

Caviar,
Il ne faut pas caricaturer non plus...!
Il y a de tels monstres à «gauche» (?) mais des foules de gens de gauche lambda ne sont pas coupables de telles dérives qui leur sont totalement étrangères et qui les écoeurent.
Gare à l'effet de loupe démesurément amplifié par les médias traditionnels plus les nouveaux numériques (plus si nouveaux) qui donnent une perception fausse des choses.
Et qui à travers quelques cas inadmissibles de prédations et crimes divers finissent par jeter d'opprobre sur des catégories de population entières.
Ou à accréditer l'idée que l'inceste serait si répandu...
Cela reste une anomalie monstrueuse et très rare tout de même.
C'est justement cette tare sociétale actuelle (présenter des exceptions comme des faits habituels) qui tend à croître comme un goître affreux sur notre tissu social qu'il ne faut PAS imiter, voyez-vous !
Que l'on soit de gauche, de droite, du centre si cela existe encore où de n'importe où...!
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

26/01/2021 à 12:58

Rectification dernière ligne, ma réponse à Caviar: «ou» de n'importe où !
CHRISTIAN NAUWELAERS

CHRISTOPHE AUBERT

28/01/2021 à 05:44

Si la gauche se résume, dans votre pensée, aux camps en Sibérie et aux dérivent de la nomenklatura soviétique, alors la droite ne serait que la nazisme, le colonialisme et la vente d'esclave ? C'est absurde de penser comme ça, de ne voir que l'extrême en tout.

NAUWELAERS

28/01/2021 à 11:47

Christophe Aubert, au départ le nazisme c'est: national-socialisme !
Les mots ont un sens.
L'extrême droite a eu ensuite des accointances avec ce mouvement pourtant défini à gauche à l'origine et créé avec des postulats plutôt marqués à gauche avant que le pire ne se dévoile...
Et qui a emballé le peuple au départ avant que l'on n'ait idée de ce qui allait suivre.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

28/01/2021 à 18:05

Rectification à mon premier message à Christophe Aubert: «avant que l'on n'aie», un subjonctif...!
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

28/01/2021 à 17:18

Christophe Aubert,
Le nazisme au départ, cela veut dire: «national-socialisme» !
Les gens au départ ont été séduits par un discours marqué à gauche sans avoir la moindre idée de ce qui allait suivre.
Par la suite, on connaît les liens étroits qui se sont tissés entre l'extrême droite et le nazisme mais à la base, il s'agit d'une idéologie marquée à gauche...
Ce qui prouve à quel point les étiquettes peuvent être relatives !
CHRISTIAN NAUWELAERS

LOL

29/01/2021 à 05:28

La droite serait le colonialisme selon vous ? Sachant que c'est la gauche qui l'a crée, ça ne manque pas de sel... Quant au fascisme, il est de gauche (Mussolini et Hitler étaient socialistes...). La gauche n'a jamais cessé d'avoir des divisions internes pour se mettre sur la g.. et prendre le pouvoir. Par exemple, Lénine a « gagné » contre Trotsky (en le faisant zigouiller au passage... Ah l'amour du prochain de la gauche !).

Quant à la vente d'esclave, c'est assez amusant comme référence; même la gauche (qu'on peut beaucoup critiquer) ne l'a jamais fait. De fait, d'ailleurs, la colonisation a fait cesser cette pratique africaine (et soutenue par l'Islam encore de nos jours).

Comme quoi, le colonialisme de gauche a eu des effets positifs en Afrique !

REDELER G.

26/01/2021 à 18:49

Si vous avez regardé Camille Kouchner dans l'émission de M. Busnel, vous avez pu constater qu'elle parlait du livre de sa mère.
Qu'on s'écharpe sur des fautes de grammaire et ou d'orthographe à propos de cet article me sidère. Serait-ce le fond du problème ? Quant à être de gauche ou de droite (et l'affaire des fils de Philippe De Villiers, gauchiste bien connu), est-ce aussi le fond du problème ? Depuis la nuit des temps, des hommes, en très grande majorité, violent leurs enfants ou ceux des autres et trouvent cela normal. Là est le problème.

NAUWELAERS

26/01/2021 à 19:52

Je suis d'accord avec votre conclusion, monsieur (ou madame ?) Redeler.
Et les gens attachés à la qualité de la forme de l'écriture s'intéressent tout autant au fond.
C'est le cas des deux dames à qui je réponds et de moi-même.
Rien ne vous oblige à vous intéresser à ces questions d'orthographe etc.
Ce qui me sidère, c'est de nous le reprocher en fabriquant des oppositions fond-forme qui n'ont pas lieu d'être.
Si un sujet ne m'intéresse pas, je ne tape pas sur les doigts de qui souhaite en discuter.
Un peu de tolérance svp.
Et l'inceste, les viols etc., une fois pour toutes, ne sont pas l'apanage d'une seule catégorie de familles ni d'individus.
J'espère que tout est clair enfin (pour tout le monde ce l'était déjà, je pense).
Je n'ai pas regardé l'émission de François Busnel et je ne vois d'ailleurs pas trop le rapport avec vos remarques mais peu importe.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Nic

28/01/2021 à 07:45

On peut toujours trouver des exemples ailleurs : un cas ne fait pas une généralité.

Malheureusement, à gauche, il est urgent de dire que cela fait partie du fond de commerce. C'est intrinsèque à leur volonté de déconstruire la société « traditionnelle », d'où leurs appels incessants à mettre sur le devant de la scène les acteurs actuels de la déconstruction (les activistes LGBT, les indigénistes, etc.).

Le sexe fait intégralement partie de cette stratégie. Il y a des obsédés partout, mais à gauche ça confine quand même à l'horreur : entre le DSK pris la « main » dans le sac et surtout les affaires glauques de pédophilie SYSTÉMATIQUES dont on couvre le nom des soutiens et acteurs (Bergé, Lang, Kouchner, Con Bendit, etc. pour les hommes, Libé, le Monde, etc. pour les journaux), il y a un quand même un monde entre des cas isolés et une pratique répandue, soutenue et encouragée.

Un jour, il va falloir ouvrir les yeux...

François

28/01/2021 à 12:21

NIC, CAVIAR : les curés pédophiles seraient-ils donc "de gauche "? Il semble totalement insupportable de "politiser" le débat.

Nic

29/01/2021 à 05:36

Personne ne dit qu'il n'existe pas de pédophilie partout. Le premier pédophile est dans la famille.

En revanche, il existe des courant philosophiques qui la favorisent. La gauche avec son déconstructivisime le fait.

Epstein, le fournisseur de gamin(e)s aux grands de ce monde, curieusement beaucoup de gauche (Gates, Bergé, Zuckerberg, etc.) en est un bon exemple.

Heureusement, il s'est suicide de 10 balles dans la tête, sinon il aurait pu en raconter de belles !

Nos élites actuelles qui couvent tous ces pédophiles de gauche est un autre bon exemple : la presse les couvre (tenez, Libération avait dans son sein un violeur pédophile et curieusement était un journal pro-pédophilie) et curieusement tout le monde politico-médiatique (entendre la gauche) feint de découvrir ce qui est de notoriété publique... Le pédophile franco-allemand rouquin est toujours invité à la TV débattre (enfin, répondre comme un hystérique : il ne sait faire que cela... le manque de petits garçons à se mettre sous la dent ?).

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Holocauste : “l’aller-retour“ de Franci

MEMOIRES - J’ai vu Nuit et Brouillard d’Alain Resnais, Shoah de Claude Lanzmann et bien d’autres films. J’ai lu beaucoup de livres et notamment, évidemment dirais-je presque, Le journal d’Anne Frank. Par deux fois, j’ai été voir de mes propres yeux l’impensable, l’inimaginable, à Auschwitz-Birkenau. 

05/03/2021, 11:35

ActuaLitté

Spiderman, de père en fils : quand l'enfant est appelé à régner...

COMICS - Il fallait que le Tisseur fît acte de procréation. Il le fallait. Et si Ben n’est pas son premier enfant, Peter Parker, aka Spider-Man comptant plusieurs enfants méconnus (et petits-enfants…), aura tout fait pour le protéger lui de la filiation. Mais parler de fils quand on évoque l’Homme Araignée, cela implique évidemment de trancher quelques nœuds gordiens.

03/03/2021, 18:44

ActuaLitté

Les métamorphoses : Une pandémie, vengeance du règne animal

ROMAN FRANCOPHONE - Dans Les métamorphoses, Camille Brunel réinvente la pandémie mondiale. Ici, pas besoin de masque, rien ne saurait vous protéger des transformations animalières qui gagnent la planète… Une vision loufoque qui vient bousculer les clichés d’une société étouffée par les médias et la technologie. Dans la lignée de La guérilla des animaux, le roman dénonce et défend également la condition animale.

 

02/03/2021, 10:32

ActuaLitté

Mon père et ma mère : la beauté cristalline de l'hommage d'Aharon Appelfeld

ROMAN ETRANGER - Le roman est l’expression de cette idée ancestrale que la mère et le père sont l’origine, le terreau biologique, culturel et émotionnel de l’enfant : ils couvent et ils couvrent de leurs ailes l’être en évolution. L’hommage que leur rend, dans Mon père et ma mère, Aharon Appelfeld, est ici d’une beauté cristalline.

01/03/2021, 14:42

ActuaLitté

Ce genre de petites choses, rendre ce que l'on a reçu

ROMAN ETRANGER - Bill Furlong est né le 1er avril 1947. Ce n'est pas une blague et, dans son malheur, il a eu beaucoup de chance. Sa mère n'avait que seize ans à sa naissance. Et pas de mari. Pas terrible comme entrée dans la vie dans ces années-là, en terres d'Irlande. Toute son enfance, il sera poursuivi par les lazzis des autres enfants du village tant dans la rue qu'à l'école.

01/03/2021, 12:36

ActuaLitté

Books by Women : Abby Geni et Louise Mey

Le printemps semble pointer le bout de son nez, on n'a qu’une envie, c’est de lire dans un parc non ? Foutu virus. En attendant, Elsa et Elura vous présentent aujourd’hui 2 romans/thrillers qui, le temps de leur lecture, feront oublier le reste du monde. D'ailleurs, les deux libraires entrent dans la dernière semaine de leur projet de crowdfunding : il reste à peine 2000 € à récolter, et elles ont besoin de soutien plus que jamais ! Le lien vers la cagnotte se trouve en fin d'article.

01/03/2021, 09:29

ActuaLitté

Peintres femmes : exceptions en marche 

BEAUX ARTS - Les carnets d’expo de la collection Découvertes Gallimard sont toujours un réel plaisir ! Ils le sont d’autant plus en ce moment puisque les musées restent fermés aux publics. Le dernier en date, Peintres femmes – 1780 -1830, à paraître ce 25 février et signé de la docteure en histoire et théorie de l’art, Martine Lacas, sort à l’occasion de l’exposition Peintres femmes -1780-1830 – Naissance d’un combat qui doit se tenir au musée du Luxembourg du 3 mars au 4 juillet. S’il semble exclu que nous puissions y aller dès le 3 mars peut-être nous est-il permis d’espérer de nous y rendre d’ici le 4 juillet. 

26/02/2021, 09:00

ActuaLitté

Naoto, le gardien de Fukushima : la vie avant tout le reste

BANDES DESSINEES - Qu'avons-nous retenu de Fukushima ? Un nom de lieu, des images glaçantes, des mensonges officiels à la chaîne et l'idée, terrible, qu'une fois de plus la Nature a été plus forte que le pari des hommes. Contre les discours prétendant que l'énergie nucléaire est sûre et que les accidents du passé ne peuvent plus se reproduire, la réalité s'est imposée, forçant peu à peu les autorités à perdre la face et à admettre que le cœur de trois réacteurs de la centrale de Fukushima-Daiichi étaient entrés en fusion. Et qu'il faudra probablement attendre trente ou quarante ans pour en finir avec les conséquences de la catastrophe. À partir de l'histoire vraie de Naoto Matsumura, Fabien Grolleau et Ewen Blain revisitent les événements du côté non pas de la mort, mais de la vie qui suit son cours par-delà l'effondrement.

24/02/2021, 09:02

ActuaLitté

Patagonie route 203 : un road trip comme un tango

ROMAN ETRANGER - L’Argentin Eduardo Fernando Varela a attendu l’âge de soixante ans pour écrire son premier roman, et c’est un chef-d’oeuvre ! La sidération admirative si savoureuse que suscite sa lecture et que je peine à quitter rend le partage hasardeux. Je vais, par conséquent, vous en parler de façon très simple, pressée par la peur de trahir un tant soit peu ce merveilleux roman qui va forcément faire date dans la production littéraire contemporaine latino-américaine.

24/02/2021, 09:01

ActuaLitté

Diplomates et espions français, héros oubliés : les ombres des Balkans

HISTOIRE - Expropriations, humiliations, privations, spoliations, travail forcé, tortures, fusillades massives, trains de la mort, sous-alimentation dans les camps de concentration, et dans les chambres à gaz des camps d’extermination, fours crématoires… Tel fut le triste sort de millions de Juifs d’Europe au cours de la Seconde Guerre mondiale, avec environ six millions de personnes, femmes, hommes, vieillards, enfants, éradiqués dans le cadre de la solution finale promulguée par les nazis à partir du 31 juillet 1941. 

 

24/02/2021, 09:00

ActuaLitté

Shy : 14 ans et timide à en mourir, pourra-t-elle sauver le monde ?

MANGA SHONEN - Au milieu du 21e siècle, des héros sont apparus sur Terre, et y maintiennent la paix depuis. Chaque pays a le sien, sauvant les citoyens des dangers du quotidien. Mais l’héroïne du Japon est plutôt mal taillée pour son rôle : réservée et solitaire, elle est surtout bien frêle du haut de ses 14 ans. Quand une mystérieuse menace surgit de l’ombre, sera-t-elle à la hauteur ?

24/02/2021, 09:00

ActuaLitté

Permafrost : au final, apprendre ce qui compte

RÉCIT ÉTRANGER - Permafrost, un mot avec lequel se définit Eva Baltasar. Comme gelée à l’extérieur, elle s’est construit une carapace et plus rien ne l’atteint. Elle fait pourtant preuve d’une grande sensibilité dans ce récit intimiste écrit à la première personne.

24/02/2021, 08:58

ActuaLitté

Eliete, la vie normale, et bousculer les contours du monde 

ROMAN ETRANGER - Dulce Maria Cardoso m’était inconnue avant que Valério Romão (écrivain portugais magistral, également publié chez Chandeigne) me glisse son nom alors qu’il regardait le rayon lusophone de la librairie. Du genre : « Ah ? Vous n’avez pas Dulce Maria Cardoso en rayon ? » Il n’en fallait pas beaucoup plus pour que le libraire (un peu vexé) que je suis se jette sur Eliete, la vie normale, de cette romancière mystérieuse et adulée.

24/02/2021, 08:57

ActuaLitté

Quand la mémoire flanche, le combat de Clémence contre Alzheimer

ROMAN GRAPHIQUE - Premier roman graphique d’Alix Garin, Ne m’oublie pas aux éditions Le Lombard, aborde avec douceur un sujet lourd, la maladie d’Alzheimer et ses retentissements. Envers et contre tout Clémence emmènera Marie-Louise, atteinte d’Alzheimer, réaliser la dernière volonté de sa propre mère : aller embrasser la mer. Courir après le passé pour rattraper sa mémoire, voilà le projet de la jeune femme pour sa grand-mère, seulement tout ne passera pas comme prévu.

17/02/2021, 16:48

ActuaLitté

Le Chien noir : les princesses ne s'en laissent plus conter 

ROMAN FRANCOPHONE - Il était une fois une jeune autrice, très inspirée par Angela Carter, par les écrits des Précieuses, par la littérature en général et féminine en particulier. Après avoir réalisé divers ouvrages en microédition, elle se mit en quête d’une maison qui pourrait accueillir son premier roman, un conte gothique intitulé Le Chien noir. Et c’est ainsi qu’elle rencontra les singulières éditions du Typhon, qui publièrent grâce à ce texte leur première autrice « vivante »… Vous aimez cette histoire ? Elle ne fait que commencer.

17/02/2021, 16:47

ActuaLitté

Dans le silence du vent, les crimes d'Etat 

ROMAN ETRANGER - Au moment des faits, Antoine Bazil Courts vivait avec son père, juge au Tribunal Tribal de la Réserve, et sa mère, Géraldine, spécialiste des appartenances tribales, dans une petite maison de la réserve indienne Ojibwé (Dakota du Nord). Mais, même si c'étaient bien ses nom et prénoms, il les détestait, détestait s'appeler comme son père, détestait qu'on puisse un instant envisager de l'appeler Junior, et avait décidé, une bonne fois pour toutes, qu'il devait être appelé Joe, ce qui n'était pas dénué de sens car, bien involontairement, c'était le prénom de son grand-père !

17/02/2021, 16:46

ActuaLitté

L'enfant céleste : en Baltique, sur les traces de l'astronome au nez d'or

ROMAN ETRANGER - Avec L’Enfant Céleste, Maud Simonnot signe son premier roman. L’auteure nous offre une grande respiration, une parenthèse enchantée inspirée de ses années en Norvège. Ce récit est avant tout celui d’une guérison, celle de Mary et de son fils Célian. La jeune femme fuit l’étouffante grisaille parisienne sur les traces de Tycho Brahe, astronome danois dont la destinée rocambolesque nourrit l’imagination et les fantasmes de nos deux protagonistes.

17/02/2021, 16:45

ActuaLitté

Corps Solitaires : que faire quand votre mari ne veut plus de vous ?

MANGA - Michi est mariée depuis quatre ans. Ça en fait deux qu'elle n'a plus couché avec son mari. Elle veut des enfants, mais surtout, elle veut se sentir complète et aimée. Plus elle essaie, et plus il lui semble que tout lui échappe... Corps solitaires met le doigt dans une faille de la société japonaise, mais aussi dans celle des couples qui ne se comprennent plus. Une plongée dans des sentiments dont on a du mal à parler.

17/02/2021, 16:44

ActuaLitté

La belle lumière : la mère solaire d'Helen Keller 

ROMAN FRANCOPHONE - Helen Keller est la première femme sourde, aveugle et muette à obtenir un diplôme universitaire et connaître un destin hors du commun. Toute sa vie, elle a milité pour la défense du droit des femmes et des handicapés. Comment un tel parcours a-t-il été possible ? Angélique Villeneuve met toute la lumière, la belle lumière, sur sa mère.

17/02/2021, 16:44

ActuaLitté

Books by Women : Clémence Michallon et Deb Caletti

Nous espérons que le couvre-feu ne vous démoralise pas trop, que les conditions de vie actuelles ne pèsent pas trop sur votre moral. De notre côté, nous faisons tout ce que nous pouvons pour ouvrir notre librairie à temps et qu’elle soit la plus belle possible. Vous trouverez le lien vers notre campagne de financement en fin d’infolettre, nous avons plus que jamais besoin de vous ! En attendant, voici des idées de lectures qui vous changeront les idées ! À bientôt ! Elsa et Elura

12/02/2021, 09:25

ActuaLitté

Blanc Autour : Black Schools Matter

BANDE-DESSINÉE – Quand l'école de Canterbury au Connecticut accepte en 1832 une jeune fille noire parmi ses élèves, la directrice ne se rend pas compte qu'elle vient de franchir une limite invisible et que ce geste va faire basculer le destin de son établissement à tout jamais. Loin de reculer face aux protestations qui s'élèvent de toutes parts, Prudence Crandall fait au contraire le choix de réserver son enseignement aux seules élèves de couleur et de remercier sans délai toutes les autres jeunes filles. Une décision qui n'est pas de nature à apaiser les esprits, bien au contraire.

09/02/2021, 17:18

ActuaLitté

Des diables et des saints, de Jean-Baptiste Andréa : les destins sidérés 

ROMAN FRANCOPHONE - Foudroyé par un destin cruel, Joseph Marty est propulsé martyr. Devenu orphelin il est recueilli aux Confins, un orphelinat dirigé d'une main de fer par l'abbé Sénac, un homme aux allures de vautour sincèrement dévoué au salut des âmes pécheresses de ces enfants seuls. 

09/02/2021, 13:39

ActuaLitté

Une bête aux aguets : troublants territoires de l'enfance 

ROMAN FRANCOPHONE - Une bête aux aguets, troublant et envoûtant, échappe à toute tentative de définition – c’est à la fois un récit initiatique, un conte noir, un roman gothique. Comme dans ses livres précédents, Florence Seyvos y observe avec une précision d’entomologiste le territoire de l’enfance, ses jeux et ses cauchemars, ses secrets et sa cruauté.

09/02/2021, 13:37

ActuaLitté

Le lièvre d'Amérique :  Kafka à l’ère des open-spaces. 

ROMAN FRANCOPHONE - Le lièvre d'Amérique de Mireille Gagné fait partie des 36 titres de la dernière rentrée littéraire sélectionnés par les Libraires en Seine 2021. Un roman étonnant et très fort, La Métamorphose de Kafka à l'ère des openspaces, mâtinée de grandes marées et de sous-bois. 

09/02/2021, 13:36

ActuaLitté

Un bonheur parfait de James Salter et Désert solitaire, d'Edward Abbey

Toute la semaine, la librairie La Cour des grands propose de redécouvrir l’un de ses livres phares, « plus qu’une bibliothèque idéale, des titres emblématiques ». Le parcours se poursuit avec Un bonheur parfait de James Salter et Désert solitaire, d'Edward Abbey.

09/02/2021, 12:58

ActuaLitté

Erri de Luca, Le poids du papillon : minuscules importances 

ROMAN ETRANGER – Si Le poids du papillon est le titre éditorial du roman d’Erri de Luca, il est aussi le titre de la plus importante des deux nouvelles qui sont rassemblées dans ce petit opuscule. Il ne faut pas entendre le mot « importante » de manière erronée : en fait, c'est la nouvelle la plus longue. Et tous les écrits d'Erri de Luca sont importants !

09/02/2021, 10:38

ActuaLitté

Naufrages, d'Akira Yoshimura, “texte subtil nourri d’une tradition orale”

Toute la semaine, la librairie La Cour des grands propose de redécouvrir l’un de ses livres phares, « plus qu’une bibliothèque idéale, des titres emblématiques ». Nous débutons aujourd’hui avec Akira Yoshimura et Naufrages.

08/02/2021, 15:19

ActuaLitté

Le Pont de Bezons : Jean Rolin en terrain connu

ROMAN FRANCOPHONE – Avant, quand la production éditoriale ne nous inondait pas encore de « témoignages nécessaires » (= sordides) ou de « vibrants hommages » (= chiants) à je ne sais quel énième père résistant ou quelle mère courage ou ta grand-mère sur la commode aux tiroirs de couleur,  goudronnés bien sûr d’une « écriture sublime » (= pauvre comme un étudiant sous Covid), il y avait la littérature, et Jean Rolin, avec son délicat et poétique Pont de Bezons (POL, 2020), se promène tranquillement, à part, sur ses berges.

 

01/02/2021, 15:07

ActuaLitté

L'homme qui plantait des arbres : Giono le visionnaire 

NOUVELLE – Retour sur l’un des immenses classiques français du XXe siècle, dont l’actualité résonne encore longuement. Au cours d'une randonnée « dans cette très vieille région des Alpes qui pénètre en Provence », le narrateur croise sur son chemin un vieux berger avec son chien et son troupeau de quelques brebis.

 

01/02/2021, 14:40

ActuaLitté

Kukum, récit poignant à hauteur de femme

ROMAN FRANCOPHONE - Voici l’histoire simple d’Almanda Siméon, Innue du Québec, qui vécut presque centenaire sur les rives du lac Pekuakami. Malgré l’éloignement géographique, temporel et culturel, on vibre à l’unisson de cette femme courageuse, éprise de liberté, qui jamais ne baissa les bras.

01/02/2021, 12:27

ActuaLitté

Les Graciées : polaire chasse aux sorcières

ROMAN ETRANGER - Les Graciées de Kiran Millwood Hargrave fait partie des 36 titres de la dernière rentrée littéraire sélectionnés par les libraires pour le Prix Libraires en Seine 2021. Une merveilleuse saga historique pleine de poésie, de fougue et d'exaltation.

29/01/2021, 13:45

ActuaLitté

Ce qu'il faut de nuit, ce qu'ils doivent aux jours

ROMAN FRANCOPHONE - Ce qu'il faut de nuit de Laurent Petit Mangin fait partie des 36 titres de la dernière rentrée littéraire sélectionnés par les libraires pour le Prix Libraires en Seine 2021. Multi-récompensé, ce premier roman trouve auprès des libraires un écho très particulier. 

29/01/2021, 13:45

ActuaLitté

Chavirer de Lola Lafon : la grande leçon 

ROMAN FRANCOPHONE – Chavirer de Lola Lafon fait partie des 36 titres de la dernière rentrée littéraire sélectionnés par les libraires pour le Prix Libraires en Seine 2021. Un grand roman sensible et juste, physique et social, efficace et bouleversant.

29/01/2021, 13:45

ActuaLitté

Apeirogon de Colum McCann : rhapsodie littéraire 

ROMAN ETRANGER - Apeirogon de Colum Mc Cann fait partie des 36 titres de la dernière rentrée littéraire sélectionnés par les libraires pour le Prix Libraires en Seine 2021. Un roman brillant inspiré de personnes réelles, un livre nécessaire. 

29/01/2021, 13:45

ActuaLitté

Un jour ce sera vide : On est très sérieux quand on a 10 ans

ROMAN FRANCOPHONE - Un jour ce sera vide d'Hugo Lindenberg faisait partie des 36 titres de la dernière rentrée littéraire sélectionnés par les libraires pour le Prix Libraires en Seine 2021, qui vient d'annoncer sa sélection finale. Un premier roman étonnant de grâce et de maîtrise.

29/01/2021, 08:44

ActuaLitté

Jazz à l'âme : calvaire et rédemption, les prix à payer 

ROMAN ETRANGER - A Drop of Patience : comme l’indique son titre original Jazz à l'âme de William Melvin Kelley sera un long chemin de patience, au fil des confessions de Ludlow, à la fois édifiantes et bouleversantes. L'évocation de sa vie est certes une peinture de ce que peut être la vie d'un Afro-américain. Il est littéralement abandonné à un institut qui pourvoie à son éducation. Mais un autre handicap (si l'on veut bien considérer que le fait d'être noir aux États-Unis en est un) caractérise Ludlow : il est aveugle.

27/01/2021, 11:13

Autres articles de la rubrique Livres

ActuaLitté

Les Ensablés - Marthe, femme seule, d’Antonine Coullet-Tessier

Pour le moins précoce, Antonine Coullet-Tessier (1892-1983) publie son premier recueil de poésie à l’âge de 11 ans. Intitulé Poésies d’une enfant, il paraît aux éditions Lemerre et est préfacé par le poète François Coppée. Suivront deux autres recueils de poèmes, L’Envolée, en 1911, puis Un Visage à la fenêtre, en 1930, peu de temps après la parution de son premier roman, Marthe, femme seule à la fin de 1929 à La Renaissance du livre. Dorénavant, le roman est le genre qu’elle va privilégier et qui, pendant les années 1930, en fera une des meilleures représentantes du roman populiste. Par François Ouellet

07/03/2021, 08:43

ActuaLitté

Académie française : Pascal Ory élu au fauteuil de Weyergans 

Quelques semaines après l’élection de Chantal Thomas un nouvel immortel a été nommé par l’Académie. L’auteur et historien de 72 ans Pascal Ory siégera au fauteuil 32, précédemment occupé par François Weyergans. Avec cette nouvelle nomination, il ne reste aujourd’hui plus que cinq places à pourvoir pour que les 40 soient au complet.

 

04/03/2021, 17:51

ActuaLitté

L’irlandaise Edna O’Brien nommée Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres

La prestigieuse distinction est décernée à O’Brien en reconnaissance de « la lutte d’une féministe engagée qui a offert une voix aux femmes du monde entier ». Elle sera remise le 7 mars prochain, veille de la Journée internationale des droits des femmes.

04/03/2021, 12:45

ActuaLitté

Gadou fait tout, le panda mignon et super craquant de Mr Tan

AVANT-PREMIÈRE – Avec cette nouvelle mascotte pour les petits, on ne s'ennuie jamais. Chaque moment de sa vie se prête à une multitude de scènes qui expriment ses joies et ses découvertes. Créé par Mr Tan, Gadou est un petit panda malicieux qui déborde d'imagination. Le monde est pour lui un grand terrain d'exploration!

03/03/2021, 18:42

ActuaLitté

Le Vallon des lucioles d' Isla Morley : hymne à la tolérance 

ROMAN ETRANGER - 1937, Kentucky. La carrière de photographe de Clay Havens ne décolle pas. Lorsqu'il est envoyé avec un journaliste dans le cadre du New Deal faire un documentaire sur un coin reculé des Appalaches, c'est peut-être sa dernière chance. Et dès leur arrivée, les habitants du village les mettent en garde sur une famille qui vit au cœur de la forêt. 

03/03/2021, 17:26

ActuaLitté

L'autobiographie de l'autrice de BD Trina Robbins traduite à l'automne 2021

Les éditions Bliss Comics annoncent la parution de leur première sortie « purement littéraire », l'autobiographie de l'autrice de BD Trina Robbins, Last Girl Standing. En précommande sur Ulule, l'ouvrage retrace la vie et l'œuvre de l'autrice, militante féministe, de sa friperie underground à New York à l'anthologie Wimmen’s comix, publiée entre 1972 et 1991.

03/03/2021, 16:24

ActuaLitté

Loin de la folie des hommes, le Vert samba de Charles Aubert

AVANT-PREMIÈRE – France 2 est actuellement en cours de travail sur l’adaptation de Bleu Calypso, livre qui fut finaliste du Prix de l’Embouchure, remis au salon Polars du Sud. Et choisi également pour le Prix Nouvelles voix du polar. Charles Aubert, qui aime la couleur, nous avait déjà gratifiés d’un délicieux Rouge tango, qui sort chez Pocket. Et cela, en même temps que son dernier roman, Vert Samba

03/03/2021, 16:22

ActuaLitté

Corps public : Entre poésie et colère, les complexités du désir 

ROMAN GRAPHIQUE - Avec Mathilde Ramadier au scénario et Camille Ulrich au dessin et à la couleur, Corps public suit le parcours de Morgan de ses douze ans et son premier rendez-vous chez le gynécologue à son retour à la scène comme comédienne après son accouchement. Dans une société où le corps des femmes est sans cesse une affaire publique, derrière les petites violences du quotidien, Camille Ulrich et Mathilde Ramadier explorent les complexités du désir et osent nous montrer des images rares sur l'accouchement et le post-partum.

02/03/2021, 12:15

ActuaLitté

Nuit bleue de Simone Buchholz : « Partir seule à la campagne, c’est comme bouffer du Scotch. » 

POLAR ETRANGER - Au bar Blaue Nacht, la procureure Chastity Riley écluse les bières et trouve réconfort auprès de Carla, Rocco, Calabretta et Klatsche. Collègue, amis, amant… Elle ne pourrait pas affronter le monde du crime sans eux. Mise sur la touche, pour avoir voulu convaincre de corruption son patron, Chastity est désormais chargée de la « protection des victimes ». 

02/03/2021, 12:08

ActuaLitté

Marc Levy présente Le Crépuscule des fauves, suite de son roman d'espionnage

Avec Le Crépuscule des fauves, Marc Levy va vite : ce tome 2 sort le 2 mars, prolongeant les aventures du Groupe 9 entamées dans C’est arrivé la nuit. Le premier volume de son techno-thriller marquait une certaine rupture avec l’écriture qu’on lui connaît (ou attribue). Avec ce 22e roman, il n’a qu’une observation : « La réalité a amplement dépassé la fiction. »

02/03/2021, 09:28

ActuaLitté

Décès de l'archiviste paléographe Benoît Van Reeth, père de la philosophe

L’École nationale des Chartes vient de communiquer l’information : Benoît Van Reeth, archiviste paléographe, de la promotion 1984 est décédé ce 28 février. Né le 17 février 1956 à Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), il était conservateur général du patrimoine, ancien directeur des Archives nationales d’outre-mer. Françoise Banat-Berger Cheffe du Service interministériel des Archives de France vient de lui rendre hommage.

01/03/2021, 17:24

ActuaLitté

François Cusset, Le Génie du confinement : on ne pense Covid qui s'impose

AVANT-PREMIÈRE – Pendant ce moment où tout s’est arrêté, quelque chose a commencé, qui n’a pas de forme. Pendant ce moment où rien n’avait lieu, quelque chose s’est passé, dont on n’a pas de trace. Ce moment d’involution sur soi a eu quelque chose de révolutionnaire. Un ouvrage qui s'inscrit dans la nouvelle collection Trans, dirigée par Raphaël Liogier et Dominique Quessada.

01/03/2021, 16:11

ActuaLitté

L'hommage de Joseph Ponthus à Henri Calet, illustre “maître oublié”

Les Presses universitaires de Lyon publient ce 11 mars un ouvrage d’Henri Calet, Je ne sais écrire que ma vie. Ce texte avait été préfacé par Joseph Ponthus, mettant en lumière l’admiration qu’il portait à l’œuvre de Calet, autant que les liens entrevus entre son propre travail et celui de l’écrivain. La diffusion de cette préface se fait en hommage des PUL à Joseph Ponthus.

01/03/2021, 14:44

ActuaLitté

De Rome à Angoulême : une résidence consacrée à la bande dessinée

Un appel à projets a été lancé par l'Académie de France à Rome-Villa Médicis et la Cité Internationale de la bande dessinée et de l'image avec l'ADAGP pour une résidence de bande dessinée. Cette résidence de quatre mois se déroulera sur deux temps, l’un à Rome à la Villa Médicis du 2 novembre 2021 au 2 janvier 2022 et le second à la Maison des auteurs de la Cité, à Angoulême, du 3 janvier au 1er mars 2022.

01/03/2021, 14:40

ActuaLitté

Wendy Delorme : “Toutes brisées et pourtant incassables”

AVANT-PREMIÈRE – « Parce que son texte est magnifique, parce qu’elle a le cœur pur et le feu, parce que Wendy Delorme est une grande autrice. » C'est Ovidie qui a ces mots pour Wendy Delorme. Avec Viendra le temps du feu, l'autrice nous démontre que l'on peut lui faire confiance pour surprendre, prendre de court, et bien plus encore.

27/02/2021, 10:00

ActuaLitté

Dernier tour lancé d'Antonin Varenne : à n'importe quel prix

Julien Perrault a tout perdu en percutant deux de ses concurrents sur le circuit du Mans. Lui qui avait été le prodige du Grand Prix Moto est devenu le paria, « l’assassin ». Mais un sponsor sulfureux propose au jeune homme de revenir sur le devant de la scène. Courir de nouveau. Pour son retour à la manufacture de livres, Antonin Varenne signe avec Dernier tour lancé un roman plein de fureur. 

26/02/2021, 14:58

ActuaLitté

Gianrico Carofiglio : L’Été froid, une nouvelle saison en enfer

AVANT-PREMIÈRE – Nous sommes en 1992, entre mai et juillet. À Bari, comme ailleurs, tirs en embuscade et meurtres sont monnaie courante. Quand la nouvelle arrive qu’un enfant, fils d’un chef de clan, a été enlevé, le maréchal Pietro Fenoglio se rend compte que le point de non-retour a été atteint. Maintenant tout peut arriver.

25/02/2021, 14:09

ActuaLitté

Mon livre à malaxer Le chemin du lapin, pour stimuler la motricité

Un livre-tissu original pour stimuler la motricité fine des plus petits, avec un lapin à guider à travers le tissu pour rejoindre le potager.  L'enfant doit aider un petit lapin à rejoindre un tas de carottes, en manipulant un galet en bois (représentant l'animal) à travers un labyrinthe en tissu. 

25/02/2021, 14:08

ActuaLitté

J'aime mon corps : apprendre aux enfants que leur corps leur appartient

« J’aime mon corps, je le protège. Il est à moi, personne n’a le droit d’y toucher si je ne veux pas », affirme une petite fille. Il n'est jamais trop tôt pour apprendre aux enfants que leur corps leur appartient. Un livre coup de coeur. 

25/02/2021, 14:07

ActuaLitté

Wild Child : Neil Connelly embarque la littérature jeunesse sur le ring

Quand Wild Child entre sur le ring, c’est son futur qu’il gagne à coups de poing. Ce roman de Neil Connelly s'inscrit dans la lignée des plus grandes œuvres sur le thème de la boxe, tels que Fight Club et Raging Bull. Une magnifique histoire d’amitié, de vengeance et de repentir : un texte intense qui ne prend pas de détour.

25/02/2021, 14:06

ActuaLitté

Ballerines et voyages dans le temps :  Elisa Villebrun, Les voyageurs de la danse

AVANT-PREMIÈRE – Voici une nouvelle série Passion qui mêle danse, aventure et magie, pour un voyage dans le temps à la découverte des grands danseurs de l’histoire ! La danse, une activité pratiquée par 18 % des enfants français et un univers qui les passionne, revisité sous l’angle original du voyage dans le temps : chaque tome nous transporte dans un moment clé de l’histoire de la danse.

25/02/2021, 14:05

ActuaLitté

Le petit livre pour parler des enfants migrants : en parler, en bande dessinée

AVANT-PREMIÈRE – Sur Internet, à la télé ou dans la rue, les enfants sont exposés aux problématiques des migrations. Ce sujet fort d'actualité se retrouve dans la collection des Petits livres : les enfants migrants, abordé par le biais de vraies questions d'enfants traitées sous forme de petites BD. Le livre répond ainsi aux questions des enfants, faisant écho à des situations de leur quotidien. 

25/02/2021, 14:04

ActuaLitté

Le Numérique pas bête : décrypter le web et ses régles

AVANT-PREMIÈRE – Dans la collection à succès Pas bêtes, des spécialistes répondent à de vraies questions d'enfants pour mieux comprendre le monde numérique dans lequel ils grandissent. Voici un livre qui décrypte le monde du web, son histoire, ses possibilités infinies, et liste les comportements responsables à adopter, et les règles à suivre.

25/02/2021, 14:02

ActuaLitté

Le Petit Ogre à l'aventure : un jeu de mémoire coopératif

Le Petit Ogre a soif de découvertes : il veut partir à l’aventure autour du monde et se faire des amis. Le but du jeu : chacun son tour, déplacer Petit Ogre sur le plateau de jeu grâce à des cartes déplacement, afin de retrouver les six tuiles spéciales cachées. La partie est gagnée si les tuiles spéciales sont découvertes avant la fin de la pioche.

24/02/2021, 16:17

ActuaLitté

Les Traqueurs de cauchemars : si la forêt chuchote, gare à qui l'écoute

La série frisson de Marie-Hélène Delval ressort avec de nouvelles couvertures ! Quatre copains découvrent le moyen d’entrer dans les cauchemars pour en délivrer leurs amis et forment l’équipe des Traqueurs de cauchemars. Bienvenue dans La forêt qui chuchote, premier tome de l'aventure.

24/02/2021, 15:35

ActuaLitté

Un conte-randonnée de Suzanne Strasser : En voiture Renard ! 

Le renard conduit sa voiture. « Tip tap tip tap » font ses pieds sur le sol. Petit à petit, des passagers s’invitent au voyage, et le renard ne remarque rien. Mais jusqu’à quand ? Un conte-randonnée hilarant ! Un nouvel album de Susanne Strasser, 5e album dans sa série à succès, vendue à plus de 34.500 exemplaires.

24/02/2021, 15:32

ActuaLitté

Monstres et frissons avec Le Collège Lovecraft de Charles Gilman 

AVANT-PARUTION – Mattéo fait sa rentrée au collège Lovecraft, un bâtiment ultramoderne construit quelques mois plus tôt. Il ne connaît personne, excepté Glenn Torkells, sa bête noire depuis l’école primaire... Bienvenue au collège Lovecraft, un établissement affreusement pas comme les autres... La série à succès, avec plus de 50.000 exemplaires vendus, fait son passage en poche…

24/02/2021, 15:30

ActuaLitté

Je veille sur ma planète : ces jeunes qui oeuvrent pour l'écologie intégrale 

AVANT-PREMIÈRE – Un guide avec des ateliers brico, des quizz, des pages à remplir, des portraits de précurseurs (François d’Assise, Mohamed Yunus), des citations du Pape François, des témoignages de jeunes qui œuvrent pour la planète, des prières, des réflexions et des infos pour te convertir à l’écologie intégrale. 

24/02/2021, 15:28

ActuaLitté

Niko, de Paco Sordo : catastrophe et rigolade...

AVANT-PREMIÈRE – Niko a des parents inventeurs et ça tombe bien, car il a beaucoup d'imagination lui aussi. Mais quand il leur "emprunte" leurs machines, la vie déraille très vite. Résultat ? Des catastrophes en cascade, et une bonne dose de rigolade!

24/02/2021, 15:26

ActuaLitté

Mort de l'écrivain Joseph Ponthus, emporté par un cancer

Les éditions de la Table ronde annoncent dans un bref communiqué le décès de l’écrivain Joseph Ponthus. Né en 1978, il avait bouclé des études de littérature à Reims et de travail social à Nancy. Durant plus de dix ans, il a exercé le métier d'éducateur spécialisé en banlieue parisienne où il a notamment dirigé et publié Nous... La Cité (Editions Zones, 2012) et le multi-récompensé À la ligne (Editions La Table ronde).  

24/02/2021, 12:59

ActuaLitté

Serena Giuliano : “Ne jamais se précipiter, au risque de tout foutre en l’air”

AVANT-PREMIÈRE – Mamma Maria sortira en poche ce 18 mars (Pocket), mais Serena Giuliano réserve à ses lecteurs une belle surprise : Luna, son nouveau roman prévu également le 18 mars — le hasard fait bien les choses. Même quand il n’existe pas.

24/02/2021, 12:09

ActuaLitté

Si mes souvenirs sont bons : l'impossible amour de Delphine Benattar

AVANT-PREMIÈRE – Lola et Lenny se retrouvent à Ibiza, où leurs parents passent les vacances chaque été. Elle a huit ans. Il en a quinze. Au fil du temps, un lien invisible et singulier se tisse entre eux, dont Lola ignore encore toute la portée, jusqu’à ce qu’elle tombe éperdument amoureuse. Cet adolescent devient son obsession. 

24/02/2021, 11:55

ActuaLitté

Les Déraisonnables, d'Olivier Auroy : désapprendre à raison garder

AVANT-PREMIÈRE – Ce qu’il faut d’audace pour changer le cours de son existence ! Comment Madeleine, paisible sexagénaire brutalement licenciée, et Camille, une jeune geek un peu paumée, un peu rebelle, vont-elles nouer une amitié improbable et s’offrir un nouvel élan ? Jusqu’où Pietro, retraité, est-il prêt à aller pour ranimer la mémoire défaillante de sa femme ? Ce voyage sur les traces d’un fantôme dans le sud de l’Italie ne risque-t-il pas de lui faire perdre son grand amour s’il parvient à ses fins ? 

23/02/2021, 15:23

ActuaLitté

Des Zigues et des Âmes : banlieue, immigration et autres découvertes

AVANT-PREMIÈRE – Husayn a treize ans lorsqu’il est emporté par son cerf-volant bien au-delà de Jalaland, son pays natal. Un voyage initiatique qui le conduira de la rivière des Perles à Cergy dans le Val-d’Oise. En France, le garçon découvre la banlieue, ses cités, ses jeunes, ses migrants, ses barbus. Rattrapé par les autorités, il fait connaissance avec les mystères de l’administration, explore la capitale, se lie d’amitié avec des femmes et des hommes de tous horizons.

23/02/2021, 14:56

ActuaLitté

Sexuellement vôtre, de Murielle Lévêque

Sexuellement Vôtre est un ensemble de petites histoires pornographiques que j'écrivais chaque jour à mon ex-compagnon. Au départ il s'agissait d'un petit jeu pour pimenter notre relation à distance. Pour tout avouer, il n'était pas dédié à être publié, mais les aléas de la vie ont fait que nous nous sommes séparés et après avoir mûrement réfléchis et en avoir parlé à ma famille, j'ai pris la décision de le publier.

23/02/2021, 14:49

ActuaLitté

Quid du stress ? Quid du bien-être ?,  Denise Perigault    

Le stress est un concept à la mode : tout le monde en parle car chacun peut en ressentir les effets, plutôt négatifs d'ailleurs. En effet, nous n'entendons pas ou peu les gens parler de stress lorsqu'il est question de bon stress.
Qu'est-ce en fait que le stress ? Pourquoi le stress ? Comment réagir au stress ? Comment éviter un très mauvais stress ? Autant de questions auxquelles on ne prend pas le temps de réfléchir.

 

23/02/2021, 12:38