#Essais

Camille Kouchner : “L'inceste n'est pas la liberté.” C'est un crime.

RECIT - Le Libé du 12 janvier 2021 nous apprend que dans son livre daté de 2005 Une question d’âge, Evelyne Pisier évoquait sous couvert de fiction les soupçons de pédophilie et d’inceste pesant sur le politologue Duhamel. Dans son premier livre qui, comme dans un film très Rive gauche, débute par la fin – l’enterrement de sa mère en 2017 - Camille Kouchner ne mentionne nullement cet épisode littéraire de 2005 qui doit lui être difficile de se remémorer. 

Le 25/01/2021 à 12:12 par Auteur invité

20 Réactions | 5 Partages

Publié le :

25/01/2021 à 12:12

Auteur invité

20

Commentaires

5

Partages

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

Après lecture de La familia grande, on ne sait plus trop tout compte-fait qui savait quoi et surtout, depuis quand. 2005 ? 2008 ? Le lecteur, lui, qui n’a pas lu Evelyne Pisier, s’en tient à ceci : « Fin 2008. Fin du secret. Fin 2008, le monde s’est écroulé ». Et Camille Kouchner expose avec beaucoup de dignité et de courage un témoignage renversant, bouleversant, qui fera date. Après trente ans de silence, le récit brise l’omerta clanique autour de l’inceste et sans voyeurisme jamais, remonte à la source des faits, comme on remonte le ruisseau.

C’est le récit d’une délivrance. D’une libération. L’auteur dit « je », reconnaît sa place tout en se faisant le porte-voix d’un frère jumeau, qui, lui, ne voulait pas parler. Elle a 14 ans quand tout survient, et c’est une vie qui bascule. Seul le chemin de l’écriture permettra de lever le voile sur des faits malheureusement prescrits aujourd’hui. Seul ce besoin viscéral de l’écriture permettra la résilience. Le fait de pouvoir enfin désigner les choses, de se savoir à la fois témoin, victime et complice collatérale permet de s’extraire du gouffre créé par l’emprise, et de la tétanie de la peur. Camille Kouchner invoque longuement sa sidération et la paralysie qui en découle.

Sa prise de conscience, qui fut longue à pouvoir s’exprimer tant ce qu’elle a vécu lui a semblé irréel, ne travestit aucune persécution. Bien sûr, elle s’emploie à ne vouloir trahir personne et à protéger tout le monde. Surtout : pas sa mère qu’elle aime d’un amour plein et entier, surtout : pas ce beau-père qui l’a prise sous son aile et dont elle n’ignore rien des prédations. Il lui a appris la vie, l’ironie quand elle n’était qu’un enfant du divorce. Ecartelée, elle le demeurera alors longtemps. Jusqu’à cet assaut final qui a permis la réflexion et la préparation de l’écriture et la publication de ce livre. 

C’est l’histoire des familles permissives, dysfonctionnelles, toxiques composées d’adultes hystériques, que la libération sexuelle des années 70 a renforcées dans leurs certitudes. C’est l’histoire de la toute-puissance de ces adultes et de ce monde fallacieux créé par eux, à leur image, et des méfaits qu’ils ont exercés sur leur progéniture qu’ils traitaient avec une rare désinvolture. Dans ce livre-ci, on passe de la gauche révolutionnaire à l’entre-soi caviar avec une facilité déconcertante. « La familia grande » est une smala avec à sa tête un capitaine au long cours doublé d’un ogre insoupçonné : ce beau-père qui du haut de son magistère embarque et gouverne tout un monde qui n’en finit pas, pion par pion, de s’agrandir.

Ici, les enfants ne sont pas rois mais traités tels des larbins : bons à aller dans leurs chambres, à s’occuper des petits, à jouer les nounous, à offrir des gâteaux apéros aux invités. Surtout, alors qu’on ne leur explique jamais rien, ils sont invités à se taire, à s’endormir tôt, pour ne pas déranger les adultes. Un père absent, une mère totalement décalée qui finit par abandonner ses enfants, Camille Kouchner entend beaucoup de choses désagréables. Qui plus est : ce qu’on lui dit ainsi qu’à ses deux frères est formulé de manière expéditive, quand ce n’est pas punitif.

Le livre évoque parfaitement les troubles relatifs à la parentalité défaite, la démission parentale, le drame de certaines familles recomposées, et la perte de repères et de limites entre les corps des adultes et les corps des enfants. Ces derniers sont des amuse-gueules. Et l’emprise de l’incestueux pédophile et son esprit dévoyé viennent subrepticement se loger partout, sans porosité et dans les interstices du silence exigé par le frère. 

C’est un livre formidable sur les non-dits familiaux. Sur les secrets qui forgent la honte et le repli sur soi. Qui interrogent sur les deuils nombreux : ce sont des départs volontaires. Et le drame incestueux dont Victor est la victime ne semble être que la face immergée de l’iceberg. 

Dans le regard de ma mère, pour moi, plus rien, plus jamais. Le jour où ma grand-mère s’est suicidée, c’est moi que ma mère a voulu tuer. L’existence de ses enfants lui interdisait de disparaître. Nous étions le rappel de sa vie obligée. J’étais sa contrainte, son impossibilité. Le jour où j’ai perdu ma grand-mère, j’ai perdu ma mère. À jamais. (p.99)

C’est un livre qui démonte les mécanismes de l’emprise et de la souffrance morale. Un livre qui évoque les atmosphères familiales pesantes, où ni les tabous ni les barrières n’existent. Un livre qui, heureusement, fait mentir le célèbre adage : « Il est interdit d’interdire ». Souvent l’auteur nous aiguille pour signifier combien l’interdit aurait dû supplanter cette notion de liberté délibérément bafouée, forme de paravent à tous ces adultes qui ne veulent rien se refuser. D’ailleurs, le contraste est saisissant entre la soi-disant liberté (sexuelle) et le crime commis.

Dans ce dialogue avec sa fille qui a choisi d’allaiter, Evelyne Pisier qui s’est toujours prétendue figure de proue du féminisme, prouve, ici comme ailleurs, combien, en se laissant dominer par son compagnon, elle a toujours fait finalement l’inverse de ce qu’elle professait.  

« Ma mère enrage lorsque la sage-femme me tend mon enfant pour que je lui donne le sein. Et l’exprime par de simples questions, évidemment – ne jamais attaquer la liberté frontalement. « Tu allaites ? » Pourquoi ? Ils t’ont forcée ? Tu n’as pas peur de perdre ta liberté ? C’est au nom de la nature ? La nature a bon dos lorsqu’il s’agit d’enfermer les femmes, tu le sais… » Moi, je me marre : « Là-dessus, tu es d’accord avec Thialgo. Mais lui, c’est parce que ça le dégoute. Chacun vos affichages, chacun vos prétextes pour masquer votre refus de me partager. J’ai adoré la grossesse et j’adore allaiter. Ne t’inquiète pas., il n’y a rien d’idéologique là-dedans, juste une déclaration d’amour à la liberté. Ma liberté, cette fois. » (p.145)

 

« Je les ai si souvent vus faire. Je connais bien leur jeu. A Sanary, certains des parents et enfants s’embrassent sur la bouche. Mon beau-père chauffe les femmes de ses copains. Les copains draguent les nounous. Les jeunes sont offerts aux femmes plus âgées. Je me souviens du clin d’œil que mon beau-père m’a adressé lorsque, petite, j’ai découvert que sous la table il caressait la jambe de la femme de son copain, le communicant avec lequel nous étions en train de dîner. Je me souviens du sourire de cette femme aussi. Je me souviens des explications de ma mère à qui je l’ai raconté : « Il n’y a rien de mal à ça, mon Camillou. Je suis au courant. La baise, c’est notre liberté. » (p.106)

C’est un livre important sur la gémellité, et Camille Kouchner de rappeler que « Victor est mon jumeau, pas mon double ». Difficile de ne pas ressentir également une pseudo-gémellité entre ces deux sœurs inséparables, qui, à deux ans d’écart, ont à peu près tout fait pareil, et se sont sans doute prêté les hommes. Marie-France, la tante de l’auteur, à qui le livre est dédié, vivra avec le cousin germain du beau-père.

Dévastée par l’annonce du crime commis, elle tempêtera avec acharnement, contrairement à sa sœur, pour faire éclore la vérité, et se débattra, contre cette sœur aînée, pour que Camille parle à son père Bernard. Hélas, elle disparaît trop tôt en 2011. 

Enfin, - et c’est l’un des points les plus forts de ce livre remarquable – le phénomène de culpabilité qui envahit corps et esprit, est particulièrement bien traité. Les images de l’hydre et du serpent sont employées à foison pour exprimer le trop-plein du silence qui vous enserre la gorge, les mensonges, le vide autour de soi, les frustrations de se voir refuser les pleurs et le droit de souffrir. 

[Premières pages] Camille Kouchner - La familia grande


Avec ce livre, C. Kouchner s’est dite affranchie et elle a raison. La familia grande présente quelques aspects de ce qui ressemble de manière non furtive à une forme de malédiction familiale. Pourquoi tant d’éléments perturbateurs viennent finalement aider le travail de sape du persécuteur ? L’affaire n’est pas finie, et d’autres points doivent être élucidés.

Après plusieurs lectures, il reste des crimes impardonnables et des enfants à qui on a volé une partie de leur enfance. Il reste que la condamnation d’une mère envers sa fille est un sacré poison. Ce livre, comme d’autres à son image, est fondamental pour permettre la libération de la parole de toutes les victimes d’agressions sexuelles et de l’inceste qui sévit dans tous les environnements familiaux. De surcroît, il doit permettre que plus aucun prédateur d’où qu’il vienne ne doive dormir tranquille. 

 

Laurence Biava,

fille de jumelle, et mère de jumeaux.

 
 
 
 

 

20 Commentaires

 

NAUWELAERS

25/01/2021 à 20:44

La fin de cette critique signifie-t-elle que l'inceste sévit dans «tous les environnements familiaux» ?
Ah bon...?
CHRISTIAN NAUWELAERS

Forbane

26/01/2021 à 07:48

Elle veut dire sans doute dans toutes les classes sociales.

Je suis quant à moi gênée par les nombreuses fautes d'accord du participe passé qui émaillent cet article.

NAUWELAERS

26/01/2021 à 12:34

Il y a dans le livre, p.145 (passage repris dans la chronique): «...ça le dégoute...», il faudrait mieux: «...ça le dégoûte».
Où sont les fautes d'accord du participe passé imaginaires, voyons Forbane ?
Avez-vous des exemples ?
Il n'y en a pas une seule...
«...se sont prêté les hommes...» est invariable puisque là il s'agit d'un complément d'objet indirect.
Non d'un complément d'objet direct, là où cette chroniqueuse a chaque fois accordé comme il fallait les participes passés.
On ne peut accuser quelqu'un de fautes à tort et sans aucun exemple pour étayer cela...
Voilà sans rancune.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Forbane

26/01/2021 à 13:23

Christian, vous m'excuserez, mais il n'est pas dans mes habitudes de signaler des fautes imaginaires.
J'ai lu cet article (très bien écrit par ailleurs) à 7 h 30 du matin et il n'avait pas encore été corrigé.
Ainsi pouvait-on lire par exemple ce matin à 7 h 30 :
"C’est l’histoire des familles permissives, dysfonctionnelles, toxiques composées d’adultes hystériques, que la libération sexuelle des années 70 a renforcé dans leurs certitudes."
Il y avait d'autres fautes d'accord du participe, dont "méfaits qu’ils ont exercé", je crois.
En outre, "tout compte fait" s'écrit sans tiret.

Laurence Biava

26/01/2021 à 13:34

Bonjour et merci pour votre lecture vigilante

Je mets un point d'honneur à ne jamais faire de fautes d'orthographe ou de ponctuation ; pourtant, il peut m'arriver, comme tout un chacun, d'en commettre. L'essentiel est de s'en rendre compte et de se corriger.

Merci à Actualitté qui a rectifié fautes et coquilles. Leurs relectures scrupuleuses sont précieuses.

Forbane

26/01/2021 à 13:55

Je vous en prie !
Cette réponse vous honore.

Bravo encore pour votre excellent texte.

NAUWELAERS

26/01/2021 à 17:15

Hello Forbane,
Mais alors...nous sommes d'accord !
Vous avez lu ce texte avant les corrections et ne pouviez savoir qu'elles surviendraient ensuite, bien entendu...
La seule à ajouter: «dégoûte» et non «dégoute» car l'accent circonflexe n'est jamais présent par hasard, contre une certaine doxa réductrice mais je ne m'appesantis pas là-dessus ici..
Je suis ravi que vous et cette nouvelle chroniqueuse soyez attachées à l'orthographe, et donc à la syntaxe etc.
Tout comme moi, amoureux transi de notre langue française, que cela plaise ou non...!
Moi j'ai seulement tiqué (quant au fond) pour une remarque finale: «...l'inceste qui sévit dans tous les environnements familiaux»...en fait, non: cette autrice a raison !
Je retire cette réticence ici.
Elle ne dit pas que l'inceste sévit dans des foules de familles -ce qui serait faux, comme de présenter les hommes blancs de plus de cinquante ans comme lestés de la «culture du viol», c'est insupportable car c'est une généralisation absurde aussi inacceptable que tout racisme -mais donc elle prétend que l'inceste peut survenir dans n'importe quel type d'environnement familial.
Donc quels que soient leur positionnement politique, leur condition sociale,leur niveau intellectuel, leurs convictions religieuses etc.
Et oui je suis pleinement d'accord avec cela.
Je suis contre les effets de mode abusifs et pour la recherche de la réalité dans toute sa complexité et parfois son ambiguïté.
Bonne continuation à vous !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Caviar

26/01/2021 à 07:49

C'est avant tout l'âme profonde de la gauche qui est mise à nu...

La gauche, depuis sa naissance, a engendré des monstres à la Duhamel. L'URSS était empli de « cadres de parti » dont les pratiques n'avaient rien à envier. La gauche, ce n'est pas seulement les camps de la mort du Goulag, ce n'est pas seulement une idéologie mortifère qui a marqué au fer rouge l'humanité, c'est aussi et avant tout cette perversion des mœurs, cette transgression absolue de l'homme, sous un discours faussement humaniste.

Et pourtant, ils sont toujours là et viennent parader à la TV. Lang, Con-Bendit & consort... Il y a des preuves et personnes ne fait rien, ne dit rien. C'est la preuve que le système, bien gangrené par les idées de gauche dont les puissants qui nous gouvernent ont les mêmes mœurs, les protège. Sauf bien sûr quand il y a besoin de lâcher un peu de lest pour que le système ne leur explose pas à la figure. Duhamel fut donc lâcher sur l'autel du sacrifice, pour que les autres pervers puissent continuer.

NAUWELAERS

26/01/2021 à 12:54

Caviar,
Il ne faut pas caricaturer non plus...!
Il y a de tels monstres à «gauche» (?) mais des foules de gens de gauche lambda ne sont pas coupables de telles dérives qui leur sont totalement étrangères et qui les écoeurent.
Gare à l'effet de loupe démesurément amplifié par les médias traditionnels plus les nouveaux numériques (plus si nouveaux) qui donnent une perception fausse des choses.
Et qui à travers quelques cas inadmissibles de prédations et crimes divers finissent par jeter d'opprobre sur des catégories de population entières.
Ou à accréditer l'idée que l'inceste serait si répandu...
Cela reste une anomalie monstrueuse et très rare tout de même.
C'est justement cette tare sociétale actuelle (présenter des exceptions comme des faits habituels) qui tend à croître comme un goître affreux sur notre tissu social qu'il ne faut PAS imiter, voyez-vous !
Que l'on soit de gauche, de droite, du centre si cela existe encore où de n'importe où...!
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

26/01/2021 à 12:58

Rectification dernière ligne, ma réponse à Caviar: «ou» de n'importe où !
CHRISTIAN NAUWELAERS

CHRISTOPHE AUBERT

28/01/2021 à 05:44

Si la gauche se résume, dans votre pensée, aux camps en Sibérie et aux dérivent de la nomenklatura soviétique, alors la droite ne serait que la nazisme, le colonialisme et la vente d'esclave ? C'est absurde de penser comme ça, de ne voir que l'extrême en tout.

NAUWELAERS

28/01/2021 à 11:47

Christophe Aubert, au départ le nazisme c'est: national-socialisme !
Les mots ont un sens.
L'extrême droite a eu ensuite des accointances avec ce mouvement pourtant défini à gauche à l'origine et créé avec des postulats plutôt marqués à gauche avant que le pire ne se dévoile...
Et qui a emballé le peuple au départ avant que l'on n'ait idée de ce qui allait suivre.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

28/01/2021 à 18:05

Rectification à mon premier message à Christophe Aubert: «avant que l'on n'aie», un subjonctif...!
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

28/01/2021 à 17:18

Christophe Aubert,
Le nazisme au départ, cela veut dire: «national-socialisme» !
Les gens au départ ont été séduits par un discours marqué à gauche sans avoir la moindre idée de ce qui allait suivre.
Par la suite, on connaît les liens étroits qui se sont tissés entre l'extrême droite et le nazisme mais à la base, il s'agit d'une idéologie marquée à gauche...
Ce qui prouve à quel point les étiquettes peuvent être relatives !
CHRISTIAN NAUWELAERS

LOL

29/01/2021 à 05:28

La droite serait le colonialisme selon vous ? Sachant que c'est la gauche qui l'a crée, ça ne manque pas de sel... Quant au fascisme, il est de gauche (Mussolini et Hitler étaient socialistes...). La gauche n'a jamais cessé d'avoir des divisions internes pour se mettre sur la g.. et prendre le pouvoir. Par exemple, Lénine a « gagné » contre Trotsky (en le faisant zigouiller au passage... Ah l'amour du prochain de la gauche !).

Quant à la vente d'esclave, c'est assez amusant comme référence; même la gauche (qu'on peut beaucoup critiquer) ne l'a jamais fait. De fait, d'ailleurs, la colonisation a fait cesser cette pratique africaine (et soutenue par l'Islam encore de nos jours).

Comme quoi, le colonialisme de gauche a eu des effets positifs en Afrique !

REDELER G.

26/01/2021 à 18:49

Si vous avez regardé Camille Kouchner dans l'émission de M. Busnel, vous avez pu constater qu'elle parlait du livre de sa mère.
Qu'on s'écharpe sur des fautes de grammaire et ou d'orthographe à propos de cet article me sidère. Serait-ce le fond du problème ? Quant à être de gauche ou de droite (et l'affaire des fils de Philippe De Villiers, gauchiste bien connu), est-ce aussi le fond du problème ? Depuis la nuit des temps, des hommes, en très grande majorité, violent leurs enfants ou ceux des autres et trouvent cela normal. Là est le problème.

NAUWELAERS

26/01/2021 à 19:52

Je suis d'accord avec votre conclusion, monsieur (ou madame ?) Redeler.
Et les gens attachés à la qualité de la forme de l'écriture s'intéressent tout autant au fond.
C'est le cas des deux dames à qui je réponds et de moi-même.
Rien ne vous oblige à vous intéresser à ces questions d'orthographe etc.
Ce qui me sidère, c'est de nous le reprocher en fabriquant des oppositions fond-forme qui n'ont pas lieu d'être.
Si un sujet ne m'intéresse pas, je ne tape pas sur les doigts de qui souhaite en discuter.
Un peu de tolérance svp.
Et l'inceste, les viols etc., une fois pour toutes, ne sont pas l'apanage d'une seule catégorie de familles ni d'individus.
J'espère que tout est clair enfin (pour tout le monde ce l'était déjà, je pense).
Je n'ai pas regardé l'émission de François Busnel et je ne vois d'ailleurs pas trop le rapport avec vos remarques mais peu importe.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Nic

28/01/2021 à 07:45

On peut toujours trouver des exemples ailleurs : un cas ne fait pas une généralité.

Malheureusement, à gauche, il est urgent de dire que cela fait partie du fond de commerce. C'est intrinsèque à leur volonté de déconstruire la société « traditionnelle », d'où leurs appels incessants à mettre sur le devant de la scène les acteurs actuels de la déconstruction (les activistes LGBT, les indigénistes, etc.).

Le sexe fait intégralement partie de cette stratégie. Il y a des obsédés partout, mais à gauche ça confine quand même à l'horreur : entre le DSK pris la « main » dans le sac et surtout les affaires glauques de pédophilie SYSTÉMATIQUES dont on couvre le nom des soutiens et acteurs (Bergé, Lang, Kouchner, Con Bendit, etc. pour les hommes, Libé, le Monde, etc. pour les journaux), il y a un quand même un monde entre des cas isolés et une pratique répandue, soutenue et encouragée.

Un jour, il va falloir ouvrir les yeux...

François

28/01/2021 à 12:21

NIC, CAVIAR : les curés pédophiles seraient-ils donc "de gauche "? Il semble totalement insupportable de "politiser" le débat.

Nic

29/01/2021 à 05:36

Personne ne dit qu'il n'existe pas de pédophilie partout. Le premier pédophile est dans la famille.

En revanche, il existe des courant philosophiques qui la favorisent. La gauche avec son déconstructivisime le fait.

Epstein, le fournisseur de gamin(e)s aux grands de ce monde, curieusement beaucoup de gauche (Gates, Bergé, Zuckerberg, etc.) en est un bon exemple.

Heureusement, il s'est suicide de 10 balles dans la tête, sinon il aurait pu en raconter de belles !

Nos élites actuelles qui couvent tous ces pédophiles de gauche est un autre bon exemple : la presse les couvre (tenez, Libération avait dans son sein un violeur pédophile et curieusement était un journal pro-pédophilie) et curieusement tout le monde politico-médiatique (entendre la gauche) feint de découvrir ce qui est de notoriété publique... Le pédophile franco-allemand rouquin est toujours invité à la TV débattre (enfin, répondre comme un hystérique : il ne sait faire que cela... le manque de petits garçons à se mettre sous la dent ?).

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

À Tolède, une grande leçon de ténèbres

« Ma Nuit au Musée » est une collection originale créée par les Éditions Stock qui proposent à ainsi à des auteurs et autrices de passer une nuit dans un musée de leur choix et d’en faire naître un texte retraçant toutes les impressions, sensations, images, idées personnelle ou non, philosophiques ou non, sentimentales ou non, poétiques ou non, érotiques pourquoi pas, que pourraient faire éclore en eux ces heures passées dans la solitude et la proximité avec des artistes ou des collections de leur choix.

22/02/2024, 10:40

ActuaLitté

Tepe, fable aux prémices de la civilisation

Le récit se déroule il y a environ 9000 ans, à l’époque de la sédentarisation de l’homme, dans le sud de la Turquie, sur le site de Göbekli Tepe, considéré comme le premier temple de l'histoire. Pour rendre hommage à Père-ciel, la tribu qui a bâti ce lieu de culte souhaite sacrifier une biche nommée Murr et sa mère. Ces dernières se sauvent in extremis mais, dans le feu de l’action, sont contraintes de se séparer.

21/02/2024, 10:05

ActuaLitté

Vivre comme Les Fleurs sauvages

« Milva marchait dans la forêt. Son attirail, moins lourd qu’encombrant, cliquetait au bout de ses bras. Elle sentait le relief du sol sous la semelle de ses bottes. » Tout commence par une escapade dans la nature : un moment suspendu, sous le soleil, d’observation et d’attente le bord d’un étang. Milva a 16 ans et, ce jour-là, celui qui marque le début de ce roman, elle décide d’aller pêcher – tout simplement.

20/02/2024, 14:32

ActuaLitté

La violence du bagne gravée à bout de bras

Aux débuts du XXe siècle, un jeune homme démuni est envoyé au bagne colonial de Guyane pour avoir commis deux menus larcins. Son itinéraire l’amènera malheureusement à parcourir les différentes bâtisses et cachots qui le composent pour réaliser différents travaux forcés avant d’y trouver une mort tragique.

20/02/2024, 10:16

ActuaLitté

Amour, jalousie et amitié : les joies du triangle amoureux

Il est des dîners dont on se passerait volontiers. Paul et Clara ne se connaissent pas, pas encore. Dans quelques mois, ils seront amoureux transis, s’inventant une vie commune, chargée de sens. D’une attraction construite sur la retenue et le non-dit, où chacun guettera les réactions de l’autre, timidement, leur couple deviendra trouble… ou trouple…

19/02/2024, 17:10

ActuaLitté

L'Inconnu de la rue Vivienne : Uchronie culinaire, en plein Directoire

Paris janvier 1794. Un jeune garçon se réveille dans l’obscurité, effrayé par les créatures imaginaires cachées dans sa chambre… L’inconnu de la rue Vivienne de Blandine de Lestrange nous plonge dans un monde ancien, après la Révolution française. Entre crimes étranges et meurtres à répétition, les rues de Paris ne sont plus sures…

19/02/2024, 16:28

ActuaLitté

Good Material : rupture annoncée

Andy aime Jen. Jen aime Andy. Jusqu’ici, tout allait bien, avant que Jen décide de tout arrêter au retour d’un voyage à Paris. Comment repartir de zéro quand on a 35 ans ? L’autrice à succès Dolly Alderton est de retour avec un roman à la fois drôle et attendrissant, dont on attend avec impatience la traduction française.

19/02/2024, 15:08

ActuaLitté

Daredevil : tant à faire... trop coupable pour y parvenir ?

Être le représentant du diable, vêtu de rouge et rongé par une culpabilité toute chrétienne et des questions d’éthique, pas évident… Matthew Murdock, alias Daredevil, ouvre un étonnant chapitre de ses aventures : après avoir frôlé la mort lors d’un accident — un camion qui lui est littéralement rentré dedans — reprendre du service en tant que Daredevil s’avère complexe. 

19/02/2024, 10:32

ActuaLitté

Elric de Melniboné et Stormbringer, navigant sur les mers du Multivers

Quand Michael Moorcock himself se réjouit de redécouvrir ses propres œuvres, à travers le dessin et le scénario d’artistes — parce qu’il ne relit jamais ses romans, une fois la version finale rendue — on ferait la fine bouche à tort. Surtout quand l’illustrateur est Michael T. Gilbert. Et puis, de tous les personnages de Moorcock, faut avouer qu’Elric est le plus délicieusement torturé…

17/02/2024, 12:34

ActuaLitté

Le premier roman d'une jeune écrivaine de 74 ans

Plus grand que le monde est un roman écrit avec la maturité d'une autrice expérimentée et la vitalité d'une primo-romancière. Un plume fraîche trempée dans la sagesse de l'âge, c'est ainsi que Meredith Hall, écrivaine américaine de 74 ans, a construit cette grande fresque familiale qui s'étend sur une décennie et demie. (trad. Laurence Richard)

16/02/2024, 16:47

ActuaLitté

L'extravagante oubliée de la Comédie-Française...

C’est une biographie rocambolesque que signe le guide-conférencier Michel Faul, spécialiste de l’histoire de Paris. Publiée aux éditions Fernand Lanore, La sulfureuse Mlle Raucourt de la Comédie-Française, préfacée par l’une des plus grandes historiennes du théâtre du moment, Jacqueline Razgonnikoff, mériterait d’être portée à l’écran... 

16/02/2024, 16:01

ActuaLitté

Jean Mattern, vers les rives du Danube...

Introspectif, Jean Mattern ? Les eaux du Danube, tumultueuses comme on le sait, invitent bien à plonger dans une existence terne et monotone. Celle d’un pharmacien – mais pas de généralité sur une profession… D’autant que ce dernier souffre d’insomnie et développe une obsession sur ses origines, son passé, son identité…

15/02/2024, 18:24

ActuaLitté

Oink : l'humanité et les porcs, copains comme cochons ?

Dans un futur sinistre, des hommes-cochons, produits d’une modification génétique qui a échappé à ses concepteurs, travaillent sans relâche comme esclaves d’humains. Ils nourrissent une société qui leur demeure inaccessible, mentalement conditionnés à la soumission. Ici, on ne pose aucune question, sous peine de devenir l’un de ces porcs abattus qui serviront de repas aux maîtres.

15/02/2024, 09:40

ActuaLitté

Drame à Parme, voilà Soneri qui rapplique

La pluie qui tombe sur Parme a rendu le Commissaire Soneri, comme d’habitude, d’une mauvaise humeur prête à se transformer en ostensible agacement à la moindre occasion, y compris la plus bénigne...

14/02/2024, 10:42

ActuaLitté

Annie Le Brun : “Le sol est hauteur”

Poétesse, critique littéraire et essayiste, alors qu’elle est encore jeune étudiante, elle découvre le Surréalisme, qui, dit-elle, va changer le cours de son existence. Elle rencontre André Breton avec lequel elle se lit rapidement d’amitié. C’est en 1967 qu’elle publie un premier recueil, aux éditions Surréalistes illustré par l’artiste franco-tchèque Toyen. 

13/02/2024, 10:39

ActuaLitté

Pierre Loti à l’Académie française, le bal des hypocrites ?

Avertissement, toute ressemblance avec des personnages existants serait purement fortuite. 
Ceci étant dit voici un livre, de l’historien Alain Quella-Villéger, tout à fait fascinant, non pas parce qu’on y lit le discours de réception de Pierre Loti à L’Académie française le 7 avril 1892, mais bien parce qu’on y plonge dans un Paris littéraire de la fin du XIXe siècle tout à fait exaltant et … pathétique. 

12/02/2024, 12:32

ActuaLitté

On ne fait pas taire Madame !

Madame Palatine est un phénomène dans l’histoire de France. Peu de femmes, avant elle et après elle, ont eu son audace à la Cour. Personne ne lui a donné cette liberté de parole, elle l’a prise ! « Louis a pu châtrer sa famille et ses ministres, mais il n’a pas châtré Madame ». Grande épistolière, elle écrit comme elle parle, sans filtre, au grand bonheur des historiens mais au grand malheur de ses contemporains. 

12/02/2024, 10:55

ActuaLitté

Anatomie de la guerre et du corps, par Velibor Čolić

Velibor Čolić publie chez Gallimard son dernier livre, Guerre et Pluie, dans lequel il nous parle autobiographiquement d’un homme en proie aux doutes sur sa vie. Il y relate ses élucubrations et digressions sur son passé et son présent, sur la guerre et la maladie.

10/02/2024, 10:00

ActuaLitté

Dilemmes éthiques, moraux, sociaux : satanée intelligence artificielle

Hamlet s’interrogeait sur le sens de l’existence humaine, à une époque où l’on n’envisageait pas que des machines répondraient un jour. L’accès du grand public à des modèles de langage – ou intelligence artificielle – questionne à de multiples niveaux. Quelles implications aura cette intégration dans notre quotidien ? Vivien García propose en premier lieu… de prendre de la hauteur.

08/02/2024, 15:11

ActuaLitté

Vivre d'amour, d'eau fraîche et de littérature... du réel

Lire, oui, mais comment ? Ivan Jablonka enseigne l’Histoire, à l’université Sorbonne Paris Nord : à travers l’exploration de cette « littérature du réel », il examine nos lectures — et ce que disent donc les auteurs de notre monde. Le Troisième continent, ou celui des terres nouvelles ?

08/02/2024, 14:26

ActuaLitté

François Bégaudeau : l'amour ce sport d'endurance

Quel titre ! Encore plus ambitieux que Les Amours d'Ovide, plus disparate. Les Grecs ont scindé en quatre l'Amour - éros (passionnel), storgê (familial), philia (amical) et agapè (inconditionnel) -, François Bégaudeau les rejoint autour d'un couple, Jeanne et Jacques Moreau, qui ressemble à la majorité, à une humanité simple, populaire.

06/02/2024, 17:54

ActuaLitté

Des gerbes de blé à foison

Qui deviendrez-vous si vous deveniez subitement riches (navrée pour ceux qui le sont déjà) ? Voilà une des questions que ce premier roman d’Emma Tholozan, publié chez Denoël, pose. 
Satire sociale, conte, ce livre, qui n’épargne aucune CSP, décrit, non sans humour mais avec une acuité bluffante, notre société malade. 

06/02/2024, 12:08

ActuaLitté

"J’ai faim, j’ai froid, je suis seul", un premier roman urgent

À 21 ans, Max de Paz n'a pas attendu pour publier ce premier roman. C'est dans l'urgence qu'il dit avoir pris la plume. 3000 personnes dorment dehors toutes les nuits dans Paris : Max n'est pas l'un d'eux, il est de ceux qui ont décidé d'arrêter de les ignorer.

06/02/2024, 11:22

ActuaLitté

Aix-en-Provence : Le camp, dira-t-on...

Aix-en-Provence, 1940 : dans le Camp des Milles, sont internés intellectuels et artistes. La Seconde Guerre mondiale fait rage et le régime de Pétain change cette usine de tuiles désaffectées en antichambre d’Auschwitz. 2022 : d’une génération à l’autre, une montre s’est transmise. Aujourd’hui, c’est elle qui porte la marque de l’Histoire…

05/02/2024, 17:31

ActuaLitté

K comme almanach : la fable d’un autre monde, une lettre à la fois

Nous sommes sur Terre, dans un lieu sans nom. Aux alentours, la forêt et ses plantes folles. Non loin, le Lacmer et son étendue calme. Simon le lampiste habite cette petite ville qui est la sienne depuis toujours. Chaque soir, il allume diligemment les lampadaires, pour illuminer les rues et guider les pas de tous. « Simon et sa traînée lumineuse. » Pourtant, la ville se vide de ses habitants, jour après jour. 

05/02/2024, 14:29

ActuaLitté

Un monde à détricoter en 3 minutes 25...

Monsieur Morel, vous m’impressionnez autant que je m’interroge à votre sujet ! Comment avez vous pu passer de ce Monsieur Deschiens à l’humour foutraque et au regard vitreux à ce chroniqueur hebdomadaire de France Inter au propos si soigné, si précis, à l’humour redoutable, aux remarques acerbes et affûtées, au ton toujours posé, à la diction calme et au débit mesuré, même quand l’énervement où vous entraîne votre sujet du jour aurait tendance à vous emporter ?

05/02/2024, 10:17

ActuaLitté

Urbance : guerre des sexes dans un enclos de béton  

Une IST mortelle a conduit le monde au chaos : hommes et femmes vivent désormais séparés par un mur, et tout contact est interdit. Alors que Kenzell et Lesya tentent de s'intégrer dans leur communauté respective, ils se retrouvent pris en étau dans un affrontement qui les dépasse. Une dystopie à l'esthétique street art.

05/02/2024, 08:49

ActuaLitté

L'Algérie, tu l'aimes ou elle te quitte...

Situé dans un contexte algérien contemporain, Let It Bled de Marcel Audiard entrelace des histoires burlesques, bouffonnes, voire sinistres de personnages empêtrés dans un contexte de tensions politiques et sociales. Le roman explore des thèmes comme l'identité, la famille, la violence et la quête de sens dans un monde turbulent.

02/02/2024, 17:58

ActuaLitté

"Les punks sont souvent des fils de PDG"

Tout se passe en 2001. Deux femmes bulgares débarquent à Lyon. De la tête aux pieds, elles découvrent le fossé entre ce qu’on leur a vendu du French dream, et la vie réelle ...

01/02/2024, 17:52

ActuaLitté

Pas même pour tout l'or du monde ?

D’entre tous les moyens dans l’humanité, c’est noté pour produire de la richesse. Il en est un probablement plus abject que tous les autres. Celui qui consiste à fabriquer de l’argent avec de l’argent. Dans L'Or qui fait l'or, Albena Dimitrova raconte une quête du métal précieux : existe-t-il des chercheurs d'or qui ne soient pas cupides ?

30/01/2024, 11:30

ActuaLitté

Mazarine Pingeot : L’attrape secret !

Pourquoi François Mitterrand a-t-il cachée l’existence de sa fille aussi longtemps, dont un autre illustre écrivain en la personne du polémiste Jean-Edern Hallier, fera les frais à son tour, non sans mauvaise foi et esprit de vengeance, lorsqu’il tenta vainement de révéler l’existence de Mazarine dans un ouvrage finalement jamais publié, subissant de plein fouet le courroux présidentiel. Une chronique de Jean-Luc Favre Reymond.

29/01/2024, 15:38

ActuaLitté

Sans Panique mais contre l'indifférence

Une adolescente, unique survivante d’un accident d’hélicoptère, est secourue par les habitants très particuliers d’une petite île. Complètement impassibles et apathiques, ils ne comprennent pas les émotions qui traversent la jeune fille. Alors qu’un danger mortel est imminent, elle va devoir ruser pour les aider à sortir de cette torpeur… 

29/01/2024, 10:20

ActuaLitté

Premières plumes : ne pas savoir aimer, un trait de famille ?

Tout commence « [q]uelque part dans le sud-est de Londres », lorsqu’une jeune pie tombe de son nid. Autour d’elle, pas de nature verdoyante, mais des voitures cabossées, des déchets, des nuages de fumée. Rien de très accueillant pour ce petit oiseau, donc. « Si la nature est autorisée à suivre son cours, il sera probablement mort avant la fin du jour. » Mais il est emporté par un être humain, symbole de seconde chance.

29/01/2024, 08:30

ActuaLitté

L’étrange cas de Monsieur Jeffrey Epstein

Le 10 août 2019, le multi-millionaire Jeffrey Epstein, accusé de trafic sexuel de mineurs et d’avoir monté un véritable système, est retrouvé pendu dans la prison de New York où il est incarcéré. Visiblement, il s’agit d’un suicide avec un drap qu’il aurait accroché au montant de sa couchette. Mais certains, rapidement, en ont douté…

26/01/2024, 17:29

ActuaLitté

Les effluves séduisants des fruits défendus

Clémentine Beauvais défend une traduction libre et moderne du classique de la poésie victorienne, Laura, Lizzie et les Hommes-Gobelins (Goblins Market) de Christina Rossetti. Entre tentation, sororité et interdit, les éditions La ville brûle permettent de redécouvrir cette œuvre à l’aune des sensibilités contemporaines...

26/01/2024, 10:39

ActuaLitté

The Moon on a Rainy Night : subtil et touchant  

Dès l’instant où Saki a vu Kanon, elle a été frappée par sa beauté. Ce n’est que plus tard qu’elle a appris que la jeune femme était sourde. Kanon avait beau répéter qu’elle n’avait besoin d’aide, Saki était irrésistiblement attirée. Et à force, elle a brisé sa carapace. Entre les deux lycéennes se tisse une belle amitié… et des sentiments de plus en plus profonds surviennent. Un yuri sensible et rafraîchissant.

26/01/2024, 10:07

Autres articles de la rubrique Livres

ActuaLitté

Canada, terre de grands espaces et de beaux livres

Si l’on a souvent l’image du Canada comme d’une terre préservée, offrant des paysages naturels à perte de vue, on ne se trompe pas véritablement. Même quand on réside dans une grande métropole, comme Toronto, Montréal ou Calgary et Ottawa, on n’est jamais très loin des immensités sauvages.

22/02/2024, 10:27

ActuaLitté

Les Victoria peuvent courir

Victoria Nash, à la fin des années 1940, gère d'une main de fer le domaine de son père à Iola, une petite ville entre les montagnes et les rivières du Colorado. Elle est la seule survivante féminine de sa famille et doit cohabiter avec un père colérique, un oncle arachnophobe et un frère violent, tout en s'efforçant de protéger et de préserver le fruit de son amour interdit...

22/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Ferdinand, au bout de la (rude) nuit

Ce livre avait initialement pour but de communiquer avec Ferdinand, malgré son incapacité à parler ou à entendre. Toutefois, au cours de cette écriture, des expressions nouvelles ont émergé, pour capter l'expérience singulière et profonde de partager son quotidien. 

22/02/2024, 07:30

ActuaLitté

En mémoire, l'Espagne et ses démons

Face au contexte d'Espagne tendu, marqué par une recrudescence de discours révisionnistes, l'historienne Sophie Baby se penche sur une énigme complexe : pourquoi l'Espagne ne parvient-elle pas à condamner de manière unanime le régime de Franco ?

22/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Dubaï : une ville à découvrir par les livres

Devenue la première ville des Emirats arabes unis, la ville de Dubaï séduit de plus en plus une population cosmopolite venue des quatre coins du monde avec des mirages de réussite plein les yeux. Mais quand est-il réellement de cette ville qui s’est taillée une image de carte postale en quelques décennies.  

21/02/2024, 10:36

ActuaLitté

Dans les ombres chimériques de Shadow Hills...

Shadow Hills est frappée par une épidémie mystérieuse qui sème la désolation parmi ses habitants...

21/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Une blessure de loup...

Sophie Cauchy quitte son poste dans la gendarmerie de la région parisienne et déménage à Millau pour commencer un nouveau chapitre de sa vie, échappant ainsi à une relation amoureuse destructrice. 

21/02/2024, 07:30

ActuaLitté

  "À la même seconde, Ariane pense exactement la même chose que moi"

À cinquante ans, marié et père de deux enfants, Martin Faubert exerce la médecine générale avec une certaine désillusion, pratiquant des tarifs élevés pour ses patients aisés tout en offrant ses services aux plus démunis sans contrepartie. La routine de son quotidien est bouleversée par l'arrivée d'Aurore Rosier, une entrepreneuse confiante dont il tombe amoureux dès leur première rencontre.

21/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Les secrets d'une émancipation ancestrale

Deux époques, que séparent 35.000 années, et un trait d’union entre-deux : des doigts manquants sur un squelette — découvert lors de travaux de construction illégaux. Hannelore Cayre, dans Les Doigts coupés, se livre à une enquête préhistorique, entre humour et roman, noirs l’un comme l’autre.

20/02/2024, 14:22

ActuaLitté

Entre maternité et racines, la quête d'une nouvelle vie

Esther a accouché seule dans un hôpital à Paris. Aux prises avec une dépression post-partum, elle angoisse de ne pas apporter les soins nécessaires à son bébé prématuré, Pablo. Pour se rétablir, elle emménage chez son frère Xavier et sa femme. Une pause qui la ramènera aux huit années passées au Burkina Faso avec son partenaire, Pierre, et une lutte intérieure pour surmonter leur séparation.

20/02/2024, 12:42

ActuaLitté

Goa : depuis les premiers émois

HIVER2024 - Pour son douzième anniversaire, le vœu le plus cher de Goa est... Un retour à la normale, avant la séparation de ses parents, avant de naviguer entre deux foyers, avant l'annonce d'un demi-frère ou d'une demi-sœur à venir. 

20/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Kylian Mbappé : "la réussite, ça se convoque"

HIVER2024 - Kylian Mbappé, symbole de l'excellence sportive, s'est hissé au sommet de l'arène internationale en peu de temps. Reconnu comme une figure de proue et un exemple à suivre, il rejoint les légendes du football français telles que Kopa, Platini et Zidane, bénéficiant même de la reconnaissance de Pelé. 

20/02/2024, 07:30

ActuaLitté

Lionel Duroy : après Le Chagrin, les criminels en question

HIVER2024 - Au fil des siècles, les forces armées ont développé un cadre moral justifiant l'homicide contre d'autres. La question de la fidélité aux commandes, surtout face à des directives contraires à l'éthique, demeure cruciale. 

20/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Quand l’art de la fête s’invite en littérature

Associer la littérature et la fête, c’est souvent penser rapidement à Gadsby le Magnifique, le splendide roman de Francis Scott Fitzgerald. Pourtant, nombreuses sont les scènes de grands romans à mettre en scène des moments particulièrement exaltants ou, au contraire, très déceptifs et teintés de mélancolie, avec la fête et le jeu en arrière-plan.

19/02/2024, 11:40

ActuaLitté

À Lisbonne, comment divague-t-on ?

Il y a toujours une certaine fascination à feuilleter un premier roman, on ne sait pas à quoi s’attendre faute de repères. C’est dans la surprise qu’on s’apprête à rencontrer un auteur, une écriture, une histoire. Parfois cette surprise se transforme en agréable découverte. C’est exactement ce saisissement qu’on ressent en finissant le livre de Juliette Willerval, signant Sur la plage aux éditions de l’Alma, premier roman intriguant, déchaînement de sensations et d’émotions.

19/02/2024, 10:46

ActuaLitté

Sous les snipers, il erre dans Sarajevo assiégé

BONNES FEUILLES -Dans cette série émouvante de poèmes en prose, Semezdin Mehmedinović partage son vécu durant le siège de Sarajevo, offrant aux lecteurs une perspective personnelle et touchante sur la guerre.

19/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Les peurs les plus intimes d'une jeune femme de Tel-Aviv

BONNES FEUILLES - Dans ce récit, qui évoque l'esprit de Filles sages vont en enfer, Tohar Sherman-Friedman oriente sa réflexion non pas sur sa relation à la religion, mais plutôt sur une profonde introspection et sur sa position en tant que femme dans la société.

19/02/2024, 07:30

ActuaLitté

"Le lâche, pour le faire, utilise un baiser, et le courageux une épée !"

BONNES FEUILLES - « Et tout homme pourtant tue la chose qu’il aime, / Que tous entendent bien cela, / Il en est qui le font d’un simple regard aigre, / D’autres d’un mot de flatterie, / Le lâche, pour le faire, utilise un baiser, / Et le courageux une épée ! »

19/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Les Ensablés - Waterloo, Belges ou Français d'Albert du Bois (1872-1940)

Dans cette fiction historique qui prend place durant les Cent-Jours avec comme moment culminant la bataille de Waterloo, un Bruxellois d’origine flamande, Jean Van Cutsem, vit une crise existentielle : alors que le frère de sa fiancée wallonne rejoint Napoléon, il est pour sa part enrôlé dans l’armée hollandaise sous le commandement du Prince d’Orange… Un roman engagé et détonnant, où les questions de l’identité, de la loyauté et du courage s’affrontent avant tout dans le for intérieur d’un jeune soldat jeté malgré lui sur les routes de la guerre.

Par Louis Morès. 

18/02/2024, 09:00

ActuaLitté

Une ode romanesque aux gens ordinaires

BONNES FEUILLES - Dans son dernier ouvrage, Philippe Pollet-Villard tisse une histoire qui explore la vie des individus ordinaires, confrontés à des dilemmes moraux et sociaux.

18/02/2024, 08:45

ActuaLitté

Le Lotus jaune, à l'avant-garde des lanternes rouges

HIVER2024 - En 1870, la Chine est frappée par une famine dévastatrice. Lin Hei’er, une jeune fille issue d'une famille de bateliers, attire l'attention d'un directeur de cirque grâce à son exceptionnel talent d'acrobate...

18/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Le Petit Patron, en lumière face à l'ombre

HIVER2024 - Ce recueil de photographies, créé par Lecourieux-Bory pendant la récente récession, a joué un rôle cathartique pour l'auteur suite à l'arrêt de son entreprise en 2013, le menant à devenir un photographe de renom. Les difficultés comme le remboursement du Prêt Garanti par l'État (PGE), les futures convocations de l'URSSAF, et l'inflation accéléreront les faillites dans les mois à venir, l'affectant profondément tant sur le plan professionnel que personnel.

18/02/2024, 07:30

ActuaLitté

Enfin, ce n'est pas le genre de la maison...

HIVER2024 - « J’ai posé un jour pour l’occasion. Pour les parents ils vous le donnent. Pour la mort du conjoint aussi, je suppose. Mais la sœur, ça rentre pas dedans. » 

18/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Face aux sévices, silence

HIVER2024 - Robert Lynen, l'étoile montante du cinéma français des années 1930 reconnu pour son rôle dans Poil de carotte, reste dans la mémoire de quelques-uns, notamment Georges Perec qui lui rend hommage dans Je me souviens

17/02/2024, 09:30

ActuaLitté

Comment s'échapper de sa jeunesse ?

HIVER2024 - Une journée ordinaire marque le début d'une transformation profonde pour Anna qui, en fin de compte, choisit de laisser derrière elle son époux Severino et la vie qu'ils ont partagée depuis leur jeunesse, quittant sa maison...

17/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Glenn Gould, par Glenn Gould, sur Glenn Gould

HIVER2024 - À l'âge de 32 ans, en 1964, Glenn Gould fait le choix de ne plus donner de concerts en public, préférant se consacrer aux enregistrements en studio...

17/02/2024, 07:30

ActuaLitté

Une vie entre amies, malgré la douleur inapaisée

HIVER2024 - Une amitié atteint son apogée à l'ombre imminente de la mort. Durant quelques mois intenses, vécus pleinement dans l'instant, Margarida transmet à la narratrice des messages chargés d'urgence, auxquels cette dernière répond en lui offrant quotidiennement la présence vocale tant désirée. 

17/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Lutter pour le livre, pendant que les rois dorment et mangent

« Taxer les riches, taxer les riches… ! » : lors de récentes manifestations, ce slogan s’est fait régulièrement entendre en un cri collectif. Mais qui taxer, et pourquoi ? Que nous reste-t-il à faire, commun.es des mortels, dans ce monde (cruel) et binaire, entre des « sulfureux oligopoles », et les plus petits, indépendants, qui résistent et tirent la sonnette d’alarme, un peu seul.es… ?

16/02/2024, 17:24

ActuaLitté

Dragon ball en tête, les mangas quadrillent le marché

Semaine 6 (5 au 11 février) : la tête du classement est chamboulée par deux nouvelles entrées. Dragon Ball Super de Toyotarô et Akira Toriyama arrive en 1er place avec la sortie de son tome 21, qui s'écoule à 15.950 exemplaires. L'hiver confirme qu'il est à la romance, puisque le premier volume de la nouvelle série romantasy de Rebecca Yarros, Fourth wing (trad. Karine Forestier), entre directement en deuxième place avec 14.310 ventes. 

16/02/2024, 13:44

ActuaLitté

Et si vous étiez accusé d'avoir tué votre camarade ?

HIVER2024 - Alex, fils d'un policier et privé de mère, et Jules, élevé par une mère célibataire s'occupant également de sa sœur handicapée, sont deux cousins unis par un lourd secret. 

16/02/2024, 08:30

ActuaLitté

En mars, Federico García Lorca nous berce

HIVER2024 - Celui qui tente de plonger dans le sommeil se trouve blessé par le tranchant d'une lame.

16/02/2024, 07:30

ActuaLitté

Le Mitsubishi Zéro décolle dans un album plus qu'aérien

HIVER2024 - Le Mitsubishi A6M, mieux connu sous l'appellation « Zero », tint un rôle crucial au cours de la Seconde Guerre mondiale...

16/02/2024, 06:30

ActuaLitté

Johnny Biceps

15/02/2024, 15:57

ActuaLitté

Quand les maisons de jeu du Palais-Royal devenaient des scènes littéraires

Dans l'univers flamboyant des casinos, où les lumières étincelantes et les cliquetis des jetons créent une ambiance électrique, une dimension littéraire émerge, reliant l'art de la plume au frisson du jeu. Souvenons-nous des pages inaugurales de La Peau de chagrin de Balzac…

15/02/2024, 10:07

ActuaLitté

De passages, quand Walter Benjamin regardait Paris

HIVER2024 - Quant au flâneur, toujours en recherche d'un asile dans la foule... 

15/02/2024, 08:30

ActuaLitté

Digne d'un commandant-samouraï, une épopée

HIVER2024 - Sous le commandement du capitaine John Blackthorne, l'Érasme se perd en mer alors qu'il est à la recherche des côtes japonaises. L'équipage, épuisé et malade, fait face à l'épidémie de scorbut. Suite à leur naufrage, ils sont capturés par des samouraïs locaux. 

15/02/2024, 07:30