#Presse

La bioéthique face à l’eugénisme : deux ouvrages de référence

Une tribune de la ministre de la Santé Marisol Touraine sur l’innovation en matière de santé et un récent article du Monde sur les progrès de la correction du génome humain relancent la polémique sur les limites éthiques de la science. C’est une bonne occasion de relire deux ouvrages majeurs sur cette problématique du devenir de l’être humain : L’avenir de la nature humaine de Jürgen Habermas et Règles pour le parc humain de Peter Sloderdijk. Leur querelle, désormais célèbre, a opposé deux conceptions bien différentes de ce que l’homme est et doit être.

Le 09/09/2015 à 08:34 par La rédaction

0 Réactions | 0 Partages

Publié le :

09/09/2015 à 08:34

La rédaction

0

Commentaires

0

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Sloterdijk et la domestication

Billet écrit en partenariat avec

La-philosophie.com

Dans les Règles pour le parc humain, Sloterdijk tente de retracer l’histoire de l’hominisation de l’humain à travers une triple relecture des concepts nietzschéens, de la Politique de Platon et de la Lettre sur l’humanisme de Heidegger. Dans cette dernière, le philosophe de Fribourg diagnostique l’échec de l’humanisme, en ce qu’il était incapable d’ouvrir l’homme sur la pensée de l’être, inapte à penser la clairière. L’humanisme, comme primauté absolue accordée au sujet, occulte l’être et détourne le Dasein de son essence véritable, qui est de recueillir l’être en recourant à la pensée méditante, en se faisant l’ami de l’être, et non plus l’ami des autres hommes. Sloterdijk, s’il reprend à son compte le diagnostic heideggérien sur la fin de l’humanisme, n’en partage cependant pas les motifs.

Pour Heidegger, en effet, l’humanisme doit être dépassé, son dépassement exige une rupture, une volonté d’arrachement à la métaphysique de la subjectivité, alors que Sloterdijk estime, de son côté, que l’humanisme, de fait, ne peut que constater ses propres ruines et, de plus, que l’humanisme et le post-humanisme possèdent une contiguïté. Chez Heidegger, le dépassement de l’humanisme classique signifie la fin de l’anthropocentrisme, chez Sloterdijk, il signifie persistance dans l’anthropocentrisme. Si Heidegger s’est proposé de dégager l’impensé de l’humanisme, qu’il caractérise comme l’oubli de l’être, Sloterdijk définit cet impensé comme l’auto-domestication de l’humanité. En effet, selon lui, l’humanisme classique, à travers le média de la lecture, ambitionnait d’apprivoiser les instincts bestiaux au profit des instincts de la sociabilité, favorisant l’hominisation, le devenir-homme. Cette dialectique entre bestialité et apprivoisement se réfère, de manière plus ou moins explicite, aux concepts nietzschéens de « Dionysos » et d’« Apollon ».

En bonus, Sloterdijk affirme que l’éducation et la scolarité humanistes sont apolliniennes en ce qu’elles inhibent, les forces destructrices de l’homme. C’est pourquoi elles représentent une sélection génétique intuitive, non réfléchie. Cependant, cet auto-élevage de l’humanité a échoué en raison de la victoire du média du divertissement sur celui de la lecture, libérant ainsi, de manière inquiétante selon Sloterdijk, « les tendances actuelles qu’a l’être humain à retourner à l’état sauvage ». Passant de fondements sociaux littéraires à post-littéraires, il faudrait nécessairement en conclure que les fondements sociaux sont désormais post-humanistes. Il faut néanmoins s’interroger sur cette équation, ce lien d’implication entre la lecture, l’humanisme et l’apprivoisement. De fait, il est peut-être réducteur de considérer la lecture, et en général l’écriture, comme l’unique source de l’éducation humaniste : la socialisation s’effectue également par des voies orales. De plus, il semble que Sloterdijk ait une conception quelque peu monolithique de l’humanisme : la lecture de Sade au dix-huitième siècle et après, et tout le mouvement libertin, peut-elle être considérée comme une force inhibitrice, un élément de synthèse sociale ?

Reprenant la définition de l’homme heideggérienne, voire sartrienne, selon laquelle il est un « être des lointains », un « pour-soi », il considère que les progrès de la biologie ouvrent précisément, nous dit Sloterdijk, la voie de l’anthropotechnique, c’est-à-dire « la conscience des productions de l’homme ». Ainsi son projet ne tendrait qu’à nous rendre conscients de ce qui est déjà à l’œuvre, d’une part que l’humanisme classique se fondait sur l’auto-élevage des hommes, et d’autre part qu’il n’est plus à même de remplir cette fonction aujourd’hui.

Se rendre conscient signifie pour lui se rendre sujet, et non plus objet, de la sélection, vouloir et non plus être voulu selon les catégories nietzschéennes. La conséquence de cela, nous dit-il, aux dépens des humanistes contemporains qu’ils considèrent comme des « conservateurs [...] à la fois nostalgiques et désemparés », est qu’il faut déterminer une « politique de l’espèce », une anthropotechnologie qui endigue la désinhibition causée par le média du divertissement. Cette biopolitique, que Sloterdijk fait remonter à Platon , lequel définissait la tâche du politique comme la gestion du parc humain, doit décider s’il est possible, sinon envisageable, d’engager à l’avenir « une planification explicite des caractéristiques ». Il formule ainsi la question qui, selon lui, traversera les siècles prochains : « L’humanité pourra-t-elle accomplir, dans toute son espèce, un passage du fatalisme des naissances à la naissance optionnelle et à la sélection prénatale ? »

L’interprétation d’une telle question, cruciale dans l’interprétation générale de cette conférence, tient à deux éléments : d’une part dans le sens que l’on donne au terme « pourra », qui apparaît ici chargé d’ambiguïté. Si on le comprend comme synonyme de « aura le courage », ou bien de « risquera », la conception de Sloterdijk en est bien sûr changée. Il en de même si l’on considère cette question comme une question rhétorique, qui ne servirait qu’à masquer le fait qu’il pose une idée, voire un impératif plus qu’une véritable interrogation. Mais il semble que la suite de la conférence indique quelle interprétation de cette question il est justifié que le lecteur se fasse. La conférence se clôt en effet sur l’analyse du Politique, sans prise de position claire de la part de Sloterdijk à l’égard de ce dialogue, dans lequel le politique, ou art royal, consiste à gérer le parc humain de sorte qu’il relie l’ensemble des membres de la communauté politique de sorte que des élites sont chargées d’élever le reste du « troupeau ». Ainsi, il est possible d’interpréter l’interrogation citée plus haut comme une affirmation déguisée, comme une prescription. Ce post-humanisme élitiste et libéral, fondé sur une biopolitique réflexive utilisant l’anthropotechnique comme un ensemble de codes servant à planifier et à sélectionner la future humanité.

Dans la postface de la conférence et dans La domestication de l’être, Sloterdijk se livre à une sorte d’« exercice de rattrapage » : il affirme n’avoir que décrit les enjeux que soulevaient les progrès des biotechnologies, et en aucun cas donné des injonctions et affirme d’autre part que « la technique biologique [...] pourrait dégénérer en une prise d’otages des sociétés par leurs propres technologies avancées ». Il déclare également dans un entretien « ne prôner ni le clonage ni la sélection : je souligne une menace, j’indique un risque ». Cependant on peut voir dans ces propos une volte-face, lié au fait que Sloterdijk recule devant les conclusions induites par des prémisses qu’il a lui-même posées. Il semble ainsi qu’il n’assume pas les conséquences du post-humanisme qu’il appelle de ses vœux. D’autre part, le post-humanisme esquissé par Sloterdijk laisse entrevoir un eugénisme qui nie toute interrogation bioéthique : en cela il reprend le projet de Heidegger, qui souhaitait « penser contre les valeurs ».

Or c’est précisément à un niveau éthique, plus qu’ontologique, que la réponse de Habermas se situe : c’est le caractère a-éthique de ce post-humanisme qui posera problème, plus que les fondements ontologiques heideggériens ou nietzschéens de la pensée de Sloterdijk. Habermas essaie de juger la perspective de ce dernier à l’aune des conséquences qu’induisent ses prémisses. Dans L’avenir de la nature humaine, Habermas tente ainsi de démontrer, en anticipant la réalisation du projet philosophique de Sloterdijk, celui d’un post-humanisme, rendu possible par les biotechnologies, fondé sur une anthropotechnique réflexive, en quoi le développement d’un eugénisme libéral fait, selon lui, fausse route.

Habermas et l’angoisse de l’hétéronomie

L’avenir de la nature humaine, s’il serait réducteur de l’analyser comme une simple réplique aux Règles pour le parc humain, peut cependant être lu comme un texte réactif à la pensée de Sloterdijk. Les arguments utilisés contre Sloterdijk se situent à un quadruple niveau : historique, éthique, politique et enfin du point de vue systémique, c’est-à-dire celui de la théorie communicationnelle. Les sociétés occidentales sont entrées dans ce que Rawls appelle le « fait du pluralisme », ou ère post-métaphysique, c’est-à-dire une période où coexistent pacifiquement les modèles de vie bonne, où la philosophie renonce à donner des définitions substantielles du bien, fait le deuil du dogmatisme. Or, selon Habermas, le post-humanisme eugéniste implique une prise de position métaphysique sur ce que doit être une vie bonne ou souhaitable. La sélection de caractères déterminés constitue en effet une conception compréhensive du bien qui implique que l’on pose en modèle le choix des parents, ou quiconque décidant de cette planification. Ainsi, d’emblée, le soupçon est jeté sur ce post-humanisme qui réhabiliterait la compétition entre les différentes définitions substantielles de la vie bonne, et donc le retour des représentations métaphysiques du monde. Cet eugénisme libéral semblerait de la sorte constituer une position réactionnaire à l’égard de la modernité philosophique.

À cet argument historique s’ajoute une objection de type éthique. Habermas s’appuie sur l’éthique kierkegaardienne et son concept de « pouvoir-être-soi-même ». L’intervention sélective sur le génome humain, ou eugénisme positif, introduit dans la biographie de la personne concernée une intention étrangère, qui précède sa vie, autrement dit à laquelle il ne peut échapper ni être tenu pour imputable. Cette ingérence pose de considérables problèmes : la liberté de cet individu, au sens kantien ou arendtien de commencement d’une série, de nouveau commencement, se trouve sapée. Ainsi, Habermas retourne contre Sloterdijk la définition « existentialiste » de l’homme : l’arrachement à la facticité ne peut exister que de manière endogène, l’individu ne peut en être dispensé. Ainsi, la manipulation génétique agirait en quelque sorte comme le « fatum » pesait sur les héros grecs, à savoir une aliénation, un enchaînement irrémédiable. De même, le projet qu’il ferait de lui-même se verrait limité par le choix de ses parents, ce qui pose la question de l’hétérodétermination.

Si l’on considère que l’autonomie est le fondement de la responsabilité, alors comment ne pas conclure que l’eugénisme positif pose des limites lourdes et dommageables à la responsabilité individuelle. Mieux, la dignité de l’individu dont le matériel génétique aurait été « amélioré » bénéficierait d’une dignité « au rabais », liée à sa caractéristique d’être vivant et non en tant que membre universelle, en tant qu’être générique : il lui serait reconnu une dignité d’être vivant et non une dignité proprement humaine. Par conséquent, Habermas estime que la liberté eugénique des parents et la liberté éthique des enfants entrent en contradiction, et qu’il faut, au nom d’une éthique de l’espèce humaine, ne pas hypothéquer le droit des générations futures à disposer d’elles-mêmes, ne pas les assujettir aux décisions de celles d’aujourd’hui. Le refus de l’eugénisme libéral prend donc pied dans la volonté de « continuer à nous appréhender comme les auteurs sans partage de l’histoire de notre vie et nous reconnaître comme des personnes agissant de manière autonome ».

Jason Ralston, CC BY 2.0

Un autre problème éthique, selon Habermas, est posé par la possible libéralisation de l’eugénisme positif, de l’instrumentalisation de la vie humaine. En effet, la logique de manipulation, opposé à l’attitude clinicienne, fait de la vie humaine l’enjeu d’un marché régulé par la seule loi du marché, à savoir l’offre et la demande. Ce risque est d’autant plus patent si l’on envisage que la recherche scientifique sur le génome ne soit financée que par des fonds privés. L’absence de fonds publics permettrait de décharger la recherche scientifique et ses applications de tout contenu normatif, de toute autolimitation en raison des impératifs capitalistes.

Habermas conclut au nécessaire contrôle que doit exercer la sphère publique sur les progrès des biotechnologies. C’est à cette dernière qu’il convient, selon lui, de précéder et conditionner les décisions et les recherches sur le génome, et non la sphère scientifique. La raison en est que, dans le contexte post-métaphysique des sociétés libérales, la formation d’une opinion rationnelle au sein d’une sphère publique constitue l’unique moyen de trouver le point de vue moral, autrement dit un consensus acceptable par tous. Ceci nous conduit au troisième type d’argument utilisé par Habermas contre Sloterdijk, à savoir les exigences politiques de la modernité. De fait, lorsqu’une opinion publique est issue de la sphère publique, elle doit être traduite par le droit, traduction qui échoit à la sphère politique.

De plus, le refus de l’eugénisme positif s’appuie sur les fondements constitutionnels des sociétés libérales, reconnaissant à chacun les mêmes droits, que formalise le principe de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : « Tous les hommes naissent et demeurent égaux ». Or, précisément, l’eugénisme positif, qui vise l’amélioration des caractères, introduit un biais, une différenciation dès la naissance et rompt en cela l’essence générique de l’homme, le fait qu’il soit un universel concret. L’égalité des chances, fondement des sociétés ouvertes se trouverait donc affaiblie par un eugénisme qui restreindrait les choix et les possibilités offertes aux individus. La dimension inégalitaire d’un post-humanisme eugéniste renvoie ainsi à une société rétive à la démocratie, réactive à la modernité politique.

Enfin, Habermas justifie son opposition à l’eugénisme positif, censé ouvrir la voie au post-humanisme, du point de vue de son propre système, celui de l’activité communicationnelle. Nous l’avons dit plus haut, l’eugénisme sous-tend une intention étrangère dans la biographie de l’individu manipulé. Or, selon Habermas, l’intrusion de la manipulation génétique ne peut pas reposer sur l’assentiment virtuel de l’enfant, nécessaire à la symétrie des rapports. L’unilatéralité et l’irréversibilité de la décision empêchent l’enfant concerné de pouvoir s’opposer, à la différence de la socialisation, aux choix que font pour lui ses parents. La programmation prénatale interdit entre le programmateur et le « programmé » tout échange des rôles, toute empathie, bref la reconnaissance mutuelle qui fonde l’activité communicationnelle : rompre la possibilité de l’accord signifie rompre la communication.

La manipulation génétique, dont le cœur est l’égocentrisme et le paternalisme, constitue « une réalité muette [...] qui ne souffre aucune réponse », qui, à long terme, conduirait à la dislocation du monde vécu. C’est, en dernier ressort, ce qui conduit Habermas à opter pour un eugénisme négatif, fondé sur la logique clinicienne. Ce dernier, contrairement à la logique de manipulation, ne viserait pas à améliorer le génome, mais à éliminer les pathologies héréditaires dans une démarche thérapeutique. Cette élimination maintient la possibilité de la symétrie des relations enfants/parents puisque les parents peuvent légitimement supputer l’assentiment de l’enfant. Par sa défense de l’eugénisme négatif, il est intéressant de noter que Habermas n’a pas d’opposition de principe contre la technologie génétique : il en distingue clairement deux types de finalité : l’une instrumentale, l’autre communicationnelle. Ceci éclaire sous un nouveau jour l’opposition de Habermas et de Sloterdijk.

Tandis que le second prône un post-humanisme eugéniste fondé sur une raison instrumentale, l’autre entend défendre un humanisme conforme à la raison communicationnelle.

Il apparaît donc que le refus de l’eugénisme libéral ne signifie pas résistance aveugle à la modernité technologique. Bien au contraire, c’est ce refus qui permet de sauvegarder, en garantissant les conditions de possibilité de son émergence, le sujet moderne : l’autonomie, l’égalité, la dignité. Le dessin post-humaniste, anthropotechnique désigne, quant à lui, une humanité qui a perdu sa normativité, assujettie à la raison technique et aux impératifs du Système, bref une humanité auto-instrumentalisée.

Si les eugénistes libéraux et post-humanistes avaient à fonder une société dans les conditions du voile d’ignorance rawlsien, il est peu probable qu’ils accepteraient que leurs propres principes soient mis en œuvre. Certains souhaiteraient l’optimisation de la force physique, d’autre celle de l’intelligence, ou encore être dotés de talents artistiques, mais ils refuseraient vraisemblablement que l’on décide, à leur place, des caractères qu’ils n’auront pas choisis ni que leurs positions sociales soient scellées. C’est pourquoi seul l’eugénisme négatif, qui fait le pari de l’auto-invention de l’homme, semble à même de concilier modernité technologique et modernité politique, équilibre à partir duquel peut être pensé une bioéthique de l’écologie humaine. Celle-ci rend possible l’auto-invention de l’homme tout en interdisant son instrumentalisation.

0 Commentaires

 

Aucun commentaire.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Lunch box : vous prendrez bien un drame pour le déjeuner

ROMAN FRANCOPHONE – Véritable institution américaine, ayant accompagné des générations d’enfants par millions, la lunch-box est au déjeuner, ce que les frites sont au hamburger, un accompagnement indissociable. Emilie de Turckheim nous emporte loin, dans des Etats-Unis rêvés, au coeur d'une ville de fiction : les familles y vivent heureuses, entre détente et école. Et toujours, ces journées rythmées par l'apparition de la lunch-box...

14/01/2021, 08:55

ActuaLitté

Le détour : la folle puissance de Luce d'Eramo

ROMAN ETRANGER - Le détour de Luce d'Eramo fait partie des 36 titres de la dernière rentrée littéraire sélectionnés par les libraires pour le Prix Libraires en Seine 2021 dont ActuaLitté est partenaire. Un destin unique et bouleversant d’une puissance rare. 

13/01/2021, 15:33

ActuaLitté

Penser comme un iceberg : faire alliance avec la planète-mère 

ESSAI - Un iceberg ? Penser comme un iceberg !!! Quelle vue de l'esprit ! Qu'est-ce qui a piqué Olivier Remaud ? Serait-il revenu profondément marqué de son voyage, raconté dans son magnifique livre Errances, dans les traces de Vitus Bering ? Marqué à jamais par le froid ?!

13/01/2021, 15:32

ActuaLitté

Vue mer : radiographie d'un terrain miné

ROMAN FRANCOPHONE - Malgré les promesses d’horizon qu’offrent ces simples mots accolés, Vue mer n’est que le banal nom d’un dossier de restructuration de l’entreprise Bouké-Parteneure dont le sort se jouera au cinquième étage d’une tour d’affaires, dans le décor limité d’un open space. La nouvelle, telle une grenade dégoupillée, va être balancée au personnel. Mais, en ce lundi maussade, Stefan, le codirigeant, reste cloué au siège de sa voiture, sa main refusant d’actionner le démarreur. 

13/01/2021, 15:31

ActuaLitté

Entre toutes les femmes : fracassantes et intimes

TEMOIGNAGES - Dans le préambule de son excellent dernier livre, Marlène Schiappa rappelle qu’elle a toujours aimé aller à la rencontre des femmes, qu’elle aime fédérer, aider, soutenir, promouvoir et unir, et je peux personnellement en témoigner ! Elle raconte ici des rencontres marquantes avec quelques-unes d’entre nous, qui tentent de faire changer les mentalités dans la société française et internationale, et dont le seul leitmotiv semble être d’améliorer la condition féminine. Marlène Schiappa leur rend justice et hommage dans un livre très altruiste et généreux.

13/01/2021, 15:05

ActuaLitté

Dans la gueule de l’ours : roman noir sauvage 

ROMAN ETRANGER - Aux États-Unis, pour peu que vous soyez un défenseur des animaux et que vous ayez du fric, vous pouvez vous acheter une montagne et interdire à tous les bouseux du coin de venir déverser leur surplus de testostérone sur vos terres. Bien sûr, et malgré un respect sacré de la propriété privée, il faut quand même y mettre un peu de barbelés autour et un gardien, au milieu, pour faire joli… 

13/01/2021, 10:24

ActuaLitté

Diane Meur, Sous le ciel des hommes : Choisir de ne pas subir

ROMAN FRANCOPHONE - Qui connaît le grand-duché d’Eponne ? Ni vous, ni moi, mais il rappelle furieusement nos petits paradis fiscaux européens. Bien lové dans ses montagnes et ses traditions, le grand-duché respire la prospérité. Mais si les premières pages du roman plantent un décor (presque) d’opérette, la suite du récit ne laisse aucun doute, nous sommes bien dans le monde d’aujourd’hui !

13/01/2021, 10:23

ActuaLitté

Atchoum ! Aventures piquantes, drôles, entraînantes, à petites touches

MANGA - Atchoum ! est une anthologie compilant 8 histoires courtes du grand maître du récit Naoki Urasawa.  Des aventures que lui seul saurait rendre aussi intrigantes et variées en si peu de pages, de l’humour, et des récits autobiographiques sur le monde de la musique, basés sur les voyages de l’auteur aux États-Unis.

13/01/2021, 09:03

ActuaLitté

Dune, le roman graphique : bienvenue en Arrakis (ou pas)

ROMAN GRAPHIQUE – Août 2017. Le fils de Frank Herbert, Brian, annonce que trois romans graphiques viendront agrémenter la franchise que devient Dune. L’œuvre de son père, à compter de novembre 2016, entrait dans une logique d’exploitation commerciale par l’intermédiaire de Legendary Entertainement. Raúl Allén et Patricia Martín signent les illustrations d’une adaptation sans grande envergure — mais à défaut, plutôt fidèle.

12/01/2021, 09:22

ActuaLitté

La trajectoire des confettis : éclats de vie 

ROMAN FRANCOPHONE - Avec ces quelque six cents pages, La Trajectoire des confettis est de ces livres avec lesquels il faudra prendre son temps. Celui de rencontrer une riche galerie de personnages enthousiasmants et d’éprouver une narration en labyrinthe faite de courts sous-chapitres, aération subtile pour mieux nous surprendre.

06/01/2021, 18:42

ActuaLitté

Albert Memmi, Journaux de Guerre : Résister dans les ténèbres de l'Histoire 

RECITS - Albert Memmi nous a quittés aux abords de sa centième année, le 22 mai dernier. J’ai eu quant à moi la chance de rencontrer à plusieurs reprises au cours de l’année 2007, cet intellectuel quelque peu atypique, voire volontairement hors du temps - répondant au souhait de mon ami Émile Malet, directeur du Magazine Passages, afin de réaliser un entretien pour sa revue et avec lequel j’entretins par la suite une correspondance féconde. Personnage hospitalier, mais peu bavard, si ce n’est méfiant, au regard particulièrement sombre et aux propos toujours très mesurés, Albert Memmi ne laissait pas ses hôtes indifférents, tant la force et la précision de sa pensée, portait en elle un constant devenir, mais profondément marqué par les vicissitudes d’une époque non révolue, et demeurant au cœur d’une contemporanéité soumise à l’interrogation et au désir probant de vérité. 

05/01/2021, 15:30

ActuaLitté

Apprendre à parler avec les plantes : aux racines de soi 

ROMAN ETRANGER - Il fait partie des 36 titres de la dernière rentrée littéraire sélectionnés par les libraires pour le Prix Libraires en Seine 2021 dont ActuaLitté est partenaire. On y rit, on pleure, on chemine dans cette vie pleine de détours, d'impasses mais aussi de chemins de traverse.

05/01/2021, 12:04

ActuaLitté

Nord Est d'Antoine Choplin : de l'évasion au périple, la confrérie des infortunés 

ROMAN FRANCOPHONE  - Lire pour la première fois un roman d’Antoine Choplin, c’est comme tomber en amour. Tomber en amour d’un auteur, tellement tout ce qu’il écrit, la façon de l’écrire, tout ce qu’il évoque résonne en soi.

04/01/2021, 15:57

ActuaLitté

L’attaque des titans 32 : dernière ligne droite pour l’humanité

MANGA - Le nouveau tome de L’Attaque des Titans est là, et on sent que la fin arrive. Alors que les héros se retrouvent de plus en plus acculés, les titans des murs se mettent en mouvement pour la première fois. Le grand terrassement commence. Est-il encore possible d’arrêter Eren ? Est-ce que tout le monde va mourir ? La pression est plus intense que jamais. Et il ne reste sans doute plus que deux tomes… (Attention aux spoils si vous ne connaissez pas la série.)

04/01/2021, 15:25

ActuaLitté

Niko Tackian : Solitudes, ou petits meurtres dans le Vercors

POLAR – Un homme se fait tirer dans la tête, dans une casse de voitures. En une seconde, nous plongeons dans l’univers de Niko Tackian. Parce qu’au moment de l’autopsie, les légistes s’aperçoivent que le mort… respire encore. Étrange habitude, pour un cadavre.

 

04/01/2021, 14:29

ActuaLitté

Mémoire de soie : remonter le fil des loyautés enfouies 

ROMAN FRANCOPHONE - Mémoire de soie, que signe Adrien Borne, fait partie des 36 titres de la dernière rentrée littéraire sélectionnés par les libraires pour le Prix Libraires en Seine 2021 dont ActuaLitté est partenaire.  Un premier roman très fort dont l’écriture sobre et délicate nous plonge dans les secrets et les non-dits d’une famille qui ressemble un peu à la nôtre. 

04/01/2021, 13:51

ActuaLitté

Carnaval : dans la grisaille, à bout de voix plutôt qu'à bout de souffle

ROMAN FRANCOPHONE - Il fait partie des 36 titres de la dernière rentrée littéraire sélectionnés par les libraires pour le Prix Libraires en Seine 2021 dont ActuaLitté est partenaire. Carnaval se révèle être un texte percutant où l'on retrouve Hector Mathis, l'auteur de K.O, dans un deuxième roman à l'écriture verte et ciselée, comme scandée. 

 

29/12/2020, 08:44

ActuaLitté

La Prière des oiseaux : quand le griot chante le destin de l'homme qu'il habite 

ROMAN ETRANGER - Selon la mythologie igbo, ethnie du sud-est du Nigéria, chaque humain reçoit à sa naissance un Chi, une entité spirituelle, entre le guide moral et l’ange gardien, qui l’accompagne tout au long de sa vie terrestre. Un de ces êtres multiséculaires conte ici l’histoire de l’homme qu’il habite, son hôte, comme il le nomme, sous forme d’une longue incantation adressée à Chukwu, la divinité suprême des Igbo.

29/12/2020, 08:16

ActuaLitté

Le champ : redonner leurs voix aux morts de la Marktstrasse 

ROMAN ETRANGER - Les premières pages de cet extraordinaire roman posent la question : « Si les morts pouvaient parler, que diraient-ils ? » Ce sont à ces voix, de femmes et d’hommes disparus, que Robert Seethaler donne vie dans Le champ. Plus qu’un roman, une variation autour de la vie, poétique et pudique.

29/12/2020, 08:09

ActuaLitté

Chacun ses goûts :  Bentô et bonne humeur

MANGA - Haru est une petite otaku introvertie qui ne pense qu’à ses personnages préférés… jusqu’à ce qu’un soir, sous l’effet de l’alcool, elle s’engage dans une collocation avec Ao, un homme au charme féminin. Ayant tout à apprendre sur chacun, leur amitié va se développer à travers des bentô préparés avec soin l’un pour l’autre. Un manga doux et touchant où la cuisine japonaise occupe une place importante.

28/12/2020, 10:04

ActuaLitté

Rendez-vous à Gibraltar : chasse à l'homme

POLAR ETRANGER - Une banlieue chic d'Estepona, province de Malaga, Andalousie. Un vieux monsieur, alors qu'il se prépare pour aller se coucher, aperçoit des lueurs dans l'immense villa voisine dont le propriétaire lui a dit, le matin même, qu'il partait avec son épouse à Barcelone pour quelques jours de vacances. Et s'empresse aussitôt d'alerter par téléphone la police !

28/12/2020, 09:57

ActuaLitté

Garçon, un pastis et un peu moins de vent : un crépuscule plein de soleil.

ROMAN FRANCOPHONE - Le soleil, c'est celui de la Provence où évoluent deux seniors infiniment sympathiques. La volonté de bien y vivre le temps qu’il leur reste les anime, au son du chant des cigales et du jazz qui swingue et qui envoûte. Tout cela fait diablement penser à quelqu’un… Pour son sixième ouvrage, Guy Marchand nous livre un joli opuscule d’à peine une petite centaine de pages mais qui nous entraîne sur des routes et des champs qui font rêver, et des péripéties que nous aimons de suivre…

28/12/2020, 09:48

ActuaLitté

Traquemage : le fromage de cornebiques au service de l'heroic fantasy

Débutée en septembre 2015, la série de Wilfrid Lupano, et Relom, avec Degreff aux couleurs, sent le fromage de chèvres paissant dans les hautes et le dragon arthritique. Par conséquent, s’il est recommandé de l’approcher en se pinçant le nez, on se lâche rapidement l’orifice nasal, de fous rires en fous rires. Traquemage ou l’histoire d’un berger dans un monde de magie dégoulinante et de fées alcooliques. Et de frometons qui puent, pourtant très convoités.

26/12/2020, 10:58

ActuaLitté

Le tram de Noël de Giosuè Calaciura : Un conte à la Dickens, sur les urgences de notre temps

ROMAN ETRANGER - C'est le soir de Noël dans cette ville qui étend ses tentacules vers les banlieues lointaines et, pour certaines, déshéritées, où retournent leurs habitants après une journée pénible. Le tramway 14 assure l'une de ces lignes qui renvoie à leurs nuits ceux qui ont profité, ou pas, du jour de la ville. Chacun traîne avec lui ses soucis, ses misères, ses rêves, ses désespoirs, ses envies trop grandes, ses défaites, ses craintes, ses espoirs insensés...

24/12/2020, 09:00

ActuaLitté

Peau d'homme : explorer un continent qui restera étranger 

BANDES DESSINEES - Il était une fois Bianca, une jeune aristocrate promise, la majorité atteinte, à un bel homme du nom de Giovanni. Ne voulant pas décevoir ses parents, Bianca accepte le mariage sans aucune manière. Seule une chose la chagrine : ne pas pouvoir connaître son futur époux avant les noces prochaines. Heureusement, sa marraine possède en sa demeure un secret de famille qui tombe à point nommé : une peau d’homme. Cette seconde peau permettra à la jeune demoiselle, sous les traits de Lorenzo, d’explorer ce continent étranger que sont les hommes et leurs moeurs.

23/12/2020, 14:22

ActuaLitté

Tenir debout dans la nuit : "pas un seul endroit au monde où une fille puisse être en sécurité"

ROMAN JEUNESSE - Nous suivons Lalie lors de sa déambulation nocturne en plein milieu de New York. Lalie qui marche beaucoup et qui réfléchit encore plus. Après le mouvement #metoo, qu’est-ce qui a changé pour les femmes ? Et pour les filles ? Et pour les jeunes filles ? Et pour les jeunes filles qui viennent de se faire agresser sexuellement, comme c’est le cas pour Lalie ?

 

23/12/2020, 14:20

ActuaLitté

La chambre des dupes de Camille Pascal : dans l’intimité de Louis XV

ROMAN FRANCOPHONE - Il fait partie de la sélection de 36 titres choisis par les libraires pour le Prix Libraires en Seine 2021, dont ActuaLitté est partenaire. Avec La chambre des dupes, sélectionné dans la première liste Goncourt, Camille Pascal nous invite, dans une langue délicieuse, dans l'intimité de Louis XV. 

23/12/2020, 14:10

ActuaLitté

Petit-Loup, de Pittau et Woignier : une douce et malicieuse nature 

ALBUM JEUNESSE - Petit-Loup et Kroc, un louveteau grisé et un jeune écureuil, passent l’été à jouer ensemble et à faire les quatre cents coups dans la forêt, malgré les réprobations récurrentes de leurs mamans respectives. Mais l’hiver arrive bientôt et la neige recouvre les paysages, annonçant une période de longue disette. Petit-Loup se retire alors dans la chaleur du terrier familiale tandis que son père parcourt la forêt et les champs à la recherche de vivres qui se raréfient. Après des journées infructueuses, Petit-Loup accompagne son père dans ces excursions pour se former à l’art délicat de la chasse.

23/12/2020, 14:10

ActuaLitté

De Gaulle, l'homme du siècle : une certaine vérité sur l'homme 

ESSAI - En cette année de triple anniversaire gaullien, le 130ème de sa naissance, le 80ème de son célèbre Appel et le 50ème de sa mort, la France célèbre légitimement l’un de ses héros presque devenus légendaire. Un vibrant hommage national voulu par le Chef de l’État, dans une période complexe, voire littéralement confuse tant sur le plan intérieur, qu’international, au moment où notre pays s’interroge sur le sens de ses valeurs et de son devenir, mais plus encore sur le vrai contenu de ses racines et de ses responsabilités présentes et à venir. 

23/12/2020, 14:09

ActuaLitté

La Tannerie de Célia Levi : l'art de plonger dans le panier de crabes 

ROMAN FRANCOPHONE - À quelques stations de métro de Paris, au bord du canal de l’Ourcq, la Tannerie accueille artistes, circassiens, danseurs, dans une friche industrielle réhabilitée en centre d’art. C’est là que Jeanne débarque, perdue pour son premier jour de travail. Aux côtés de la jeune Bretonne venue découvrir la capitale, on progresse à tâtons. Comme elle, on cherche à savoir qui est digne de confiance, qui pourrait être un ami.

23/12/2020, 13:36

ActuaLitté

Ce qu'ici bas nous sommes, rien moins qu'humour et fantaisie 

ROMAN FRANCOPHONE - Il fait partie de la sélection de 36 titres sélectionnés par les libraires pour le Prix Libraires en Seine 2021, dont ActuaLitté est partenaire. Avec Ce qu'ici-bas nous sommes, Jean-Marie Blas de Roblès signe un petit bijou d’humour loufoque et de fantaisie.

22/12/2020, 16:16

ActuaLitté

Trencadis de Caroline Deyns : les éclats flamboyants de Niki de Saint-Phalle 

BIOGRAPHIE ROMANCEE - Trencadis est un mot catalan désignant un type de mosaïque à base d’éclats de céramique et de verre. Au parc Güell, ces éclats enchantent Niki. Niki de Saint Phalle, dont les éclats ont parsemé la vie. Éclats de brillance, joies et couleurs ; mais aussi débris de verre, cassants, douloureux. Débris qu’elle gardait sous le matelas de son lit en pensant à la mort ; ou débris métaphoriques, les douleurs ayant parsemé sa vie. Vous ne lâcherez pas les pages de cette vie de l’artiste Niki de Saint Phalle, et vous en resterez longtemps imprégnés. Bouleversant, magnifique, un plaisir immense de lecture et de découverte !

21/12/2020, 16:01

ActuaLitté

Là où chantent les écrevisses : la lumineuse fille des marais 

ROMAN ETRANGER - Retenez ce nom : Kya. Là où chantent les écrevisses, l'Homme n'y a encore jamais mis les pieds. C'est là que vit Kya, 10 ans, dans un marais loin de tout. Publié par les éditions du Seuil,  le roman fait partie de la sélection de 36 titres sélectionnés par les libraires pour le Prix Libraires en Seine 2021, dont ActuaLitté est partenaire. 

15/12/2020, 14:28

ActuaLitté

L’autre moitié de soi : À la recherche des identités perdues

ROMAN ETRANGER - L’autre moitié de soi de Brit Bennett, publié cette rentrée par les éditions Autrement, fait partie de la sélection de 36 titres sélectionnés par les libraires pour le Prix Libraires en Seine 2021, dont ActuaLitté est partenaire. 

15/12/2020, 13:53

ActuaLitté

Les Abattus : des arbres aux hommes, jouer son jeu 

POLAR - Excellente et prolifique dramaturge, Noëlle Renaude abandonne ici les planches du théâtre. Une telle expérience, aussi protéiforme, faite de rigueur et de sens de la mise en scène, lui permet une bascule parfaitement maîtrisée dans la littérature de genre, en imposant un style unique. Dans une petite ville de province, le narrateur est un jeune garçon que nous suivrons jusqu’à… Non, ne pas trop en dire. 

15/12/2020, 11:22

ActuaLitté

Chants d’esclaves des États-Unis : des pires souffrances la plus belle musique 

ESSAI - Depuis l’Antiquité, l’esclavage est une réalité tragique voire épouvantable qui a fait tache sur la grande Histoire de l’humanité, dans bien des civilisations et sous la plupart des latitudes, à diverses époques. Mais la traite négrière atlantique est sans doute celle qui est la mieux documentée, et ses conséquences se sont prolongées bien au-delà de son abolition américaine, le 18 décembre 1865.

15/12/2020, 09:41

Autres articles de la rubrique Livres

ActuaLitté

Spinoza, une vie : la biographie la plus complète, édition révisée de Steven Nadler

La biographie de Spinoza par Steven Nadler est exemplaire. Essentielle pour la compréhension des œuvres, elle donne vie à cet homme exceptionnel et nous plonge dans le Siècle d’or des Pays-Bas, au cœur d’Amsterdam, véritable et unique creuset de libertés. Voicir, traduit par Jean-François Sené et Olivier Bosseau, une nouvelle édition, revue et augmentée de l’œuvre certainement la plus complète et la plus documentée jamais publiée à ce jour. 

15/01/2021, 13:25

ActuaLitté

Marc Levy présente Le Crépuscule des fauves, suite de son roman d'espionnage

Avec Le Crépuscule des fauves, Marc Levy va vite : ce tome 2 sortira le 2 mars, prolongeant les aventures du Groupe 9 entamées dans C’est arrivé la nuit. Le premier volume de son techno-thriller marquait une certaine rupture avec l’écriture qu’on lui connaît (ou attribue). Avec ce 22e roman, il n’a qu’une observation : « La réalité a amplement dépassé la fiction. »

15/01/2021, 09:28

ActuaLitté

Pas de Panthéon pour Rimbaud, selon Emmanuel Macron : reste Verlaine

Septembre 2020 : le deuxième confinement n’a pas encore avancé ses semelles de vent, mais un groupe d’intellectuels parisiens estime qu’une injustice doit être réparée. L’absence du binôme, pour ne pas dire le couple, Verlaine-Rimbaud, nécessite l’intervention du chef de l’État. Emmanuel Macron vient de répondre : pas de Panthéon pour Arthur, conformément à la volonté exprimée de la famille.

14/01/2021, 17:19

ActuaLitté

Le Loup dans la bergerie, de Fabio M. Mitchelli : Le monstre de Caussols

AVANT-PARUTION – À mille mètres d’altitude au-dessus de Grasse s’étend le plateau de Caussols, lunaire et envoûtant. En son coeur : la bergerie de Jean-Michel Auban, accusé de cannibalisme et désormais sous les verrous. La première fois qu’il s’y rend, Samuel Steiner, qui est pourtant un commandant de police aguerri, est saisi de vertige. Mais « Il est des bergeries dans lesquelles même le loup n’ose pas entrer... »

12/01/2021, 16:51

ActuaLitté

Thémistocle, d'Olivier Delorme : politique, amour et guerre à Athènes

AVANT-PARUTION – Il y a 2500 ans, dans une Athènes où la démocratie, encore en devenir, est contestée par ceux qui ont tout, mais n’ont pourtant jamais assez, un homme contribue à l’enraciner tout en devenant l’âme de la Résistance à l’invasion perse. Il s’appelle Thémistocle. 

12/01/2021, 14:51

ActuaLitté

Décès de Vassilis Alexakis, homme du français et du grec

Vassilis Alexakis, prix Médicis 1995, Grand Prix du roman de l’Académie française en 2007, cela ne dit pas grand-chose de l’écrivain qui nous quitte. Né à Athènes en 1943, l’auteur franco-grec écrivait dans les deux langues. Arrivé en France à l’âge de 17 ans grâce à une bourse d’études, il reviendra s’y installer après le coup d’État de 1967. Diplômé de journalisme, il collaborera avec plusieurs médias et journaux — dont le Monde des livres, durant une quinzaine d’années.

12/01/2021, 09:52

ActuaLitté

Gatsby le Magnifique : avec le domaine public vient le prequel, Nick

Avec l’entrée dans le domaine public de nombreuses œuvres chaque année, des pans de littérature, de musique ou de cinéma deviennent biens communs. Cette année, au 1er janvier, les droits sur l’œuvre de F.Scott Fitzgerald s’épuisent : The Great Gatsby sera alors propriété de tout un chacun. Les héritiers de Fitzgerald et l’éditeur Scribner’s le déplorent — en regard des dizaines de millions d’exemplaires vendus. Mais les écrivains se frottent les mains.

09/01/2021, 12:15

ActuaLitté

Ta main sur ma bouche : #MeToo, et l'accusation fait mouche

AVANT-PARUTION – Le 14 janvier sera publié Ta main sur ma bouche des scénaristes Déborah Saïag et Mika Tard. Elles ont notamment créé avec Katia Lewkowicz la série documentaire Kings, diffusée sur Canal +. Dans ce premier roman, elles questionnent les conséquences d’une accusation sexuelle ainsi que les séquelles physiques et mentales qui en découlent sur les femmes, mais également sur les hommes.

08/01/2021, 15:34

ActuaLitté

Dominique Sylvain publiera son prochain roman chez Robert Laffont

Suite au rachat des Éditions Viviane Hamy par Flammarion, Dominique Sylvain, auteur de polars à succès, rejoint Robert Laffont. Elle publiera Mousson froide, le 11 mars. Selon son éditeur, il s’agit là d’un « roman choral, remarquablement écrit, une histoire captivante où les destins se croisent et se heurtent ».

07/01/2021, 16:36

ActuaLitté

Destination Terra, de la mangaka Keiko Takemiya, publié en 2021

Les éditions naBan annoncent la parution, pour la fin du premier semestre 2021, de la traduction de Terra e, de la mangaka Keiko Takemiya, sous le titre Destination Terra. Ce shōnen publié entre 1977 et 1980 au Japon est resté inédit en France, malgré un accueil public et critique très enthousiaste.

07/01/2021, 11:03

ActuaLitté

“Eric Jerome Dickey adorait être écrivain, avec tout ce que cela implique”

À 59 ans, Eric Jerome Dickey disparaît : l’auteur n’avait pas été traduit en français, mais outre-Atlantique son succès fut retentissant. Dans ses ouvrages, se mêlaient érotisme, crimes et romances. Il laisse une trentaine d’oeuvres, décédé d’une longue maladie, ainsi que l’a déclaré la responsable communication de son éditeur, Penguin Random House.

06/01/2021, 16:57

ActuaLitté

La Robe, de Catherine Le Goff : “Elle avança timidement face au miroir en pied”

AVANT-PARUTION – « Elle avança timidement face au miroir en pied. Ce qu’elle vit la bouleversa. Cette frontière entre la fermière et la bourgeoise qui lui paraissait jusqu’ici infranchissable venait de disparaître grâce à un morceau de tissu. Dans le reflet de la glace, la petite domestique auvergnate avait fait place à une femme du monde. » 

06/01/2021, 15:43

ActuaLitté

Des Assassins : le chef-d'oeuvre du Taïwanais Chen Uen publié en France

AVANT-PARUTION – En ce début d’année, Patayo Editions inaugure sa nouvelle collection, « des cases, des langues, des mondes », sous la direction de Laurent Mélikian, avec un premier album à paraître le 15 janvier 2021 : une adaptation Des Assassins, œuvre du manhuajia taïwanais Chen Uen disparu en 2017 et pour la première fois traduite en français.

06/01/2021, 15:21

ActuaLitté

Philippe Delerm : plutôt que rose, voir La vie en relief

AVANT-PARUTION – « Je ne suis pas de mon temps. Je suis de tout mon temps. » Ce livre est un aboutissement : celui d’une carrière, celui d’une vie d’homme. La vie en relief, c’est ce sentiment qu’on a parfois de vivre un instant qui convoque tous les âges de notre existence – l’enfant, l’adulte et la personne d’âge mûr que nous sommes, tous rassemblés en quelques minutes d’une intensité inégalée. Un recueil de textes courts – le genre à succès de Delerm – qui est certainement un de ses plus grands livres.

05/01/2021, 13:16

ActuaLitté

L'Empire du non-sens. L'art et la société technicienne, de Jacques Ellul

AVANT-PARUTION Dans notre monde envahi par les technologies et leur recherche frénétique de l’efficacité, l’art pourrait apparaître comme une oasis vouée à la contemplation et à la méditation. Il n’en est pourtant rien. L’art de notre temps emprunte à l’industrie ses objets et ses matériaux, peuple ses expositions d’écrans, et rêve de cyborgs et de réseaux. Ici, le grand penseur Jacques Ellul montre comment les artistes contemporains ont succombé au règne de la technique. 

 

05/01/2021, 13:02

ActuaLitté

Traduire #12 : Un album dans Google Photos pour les traducteurs et traductrices du passé

Les œuvres traduites sont omniprésentes dans nos vies. Mais qu'en est-il de leurs traducteurs? Depuis deux millénaires, ils travaillent patiemment aux côtés des auteurs (et sont souvent auteurs eux-mêmes), ils influent sur les langues et les cultures et ils jouent un rôle majeur dans la société. 

04/01/2021, 10:32

ActuaLitté

Les Ensablés – Confession de minuit, de Georges Duhamel, un inconnu au pays des anti-héros

L’écrivain et académicien Georges Duhamel (prix Goncourt 1918 pour son roman Civilisation) entamait en 1920 avec Confession de minuit un cycle romanesque Vie et aventures de Salavin tout entier consacré à un personnage de parfait antihéros : Louis Salavin. Les éditions de la Belle Étoile ont la bonne idée de ressusciter en format poche ce texte oublié et pourtant majeur par bien des aspects. Ce titre, la Confession de minuit, a été classé par Le Figaro littéraire comme un des douze meilleurs romans de la première partie du XXe siècle. Inconnu, levez-vous ! 

03/01/2021, 10:07

ActuaLitté

Traduire #11 : Jacques Amyot, traducteur des Vies parallèles de Plutarque

Jacques Amyot (1513-1593), homme de lettres de la Renaissance, est aussi (et surtout) traducteur de classiques grecs et latins. Il introduit en France l’oeuvre de Plutarque, l’un des grands penseurs de la Rome antique, et celle-ci devient une source d’inspiration pour nombre d’écrivains.

02/01/2021, 09:51

ActuaLitté

Le comédien et metteur en scène Robert Hossein est mort

Connu pour son rôle de Geoffrey de Peyrac dans Angélique, marquise des anges, il a su brillamment mêler théâtre et cinéma tout au long de sa carrière. Il s’est éteint aujourd’hui à l’hôpital des suites de la Covid-19. Il était âgé de 93 ans.

31/12/2020, 14:18

ActuaLitté

Traduire #10 : Antoine Galland, premier traducteur des Mille et une nuits en français

Antoine Galland (1646-1715), orientaliste, archéologue et grand voyageur, traduit pour la première fois en Europe Les mille et une nuits, un ensemble de contes populaires compilés en arabe pendant l’âge d’or de l’Islam. Sa traduction en français inspire des traductions dans d’autres langues dans toute l’Europe.

31/12/2020, 10:52

ActuaLitté

Aventurier de l'Arctique et écrivain, Barry Lopez meurt à 75 ans

Il fut chercheur et conteur, explorant tout à la fois le monde naturel et celui des mots… Barry Lopez, auteur récompensé en 1986 par le National Book Award en catégorie non-fiction, vient de décéder. À l’âge de 75 ans, cet explorateur qui s’était aventuré dans l’Arctique avait fait de ses voyages la matière même de ses livres. Au cours d’un demi-siècle de voyages, il traversa quelque 80 pays, et publia une vingtaine d’œuvres en fiction et non-fiction.

30/12/2020, 12:49

ActuaLitté

Traduire #9: Anne Dacier, première traductrice d’Homère en français

Anne Dacier (1654-1720), philologue et traductrice, passe à la postérité avec sa traduction des poèmes épiques d'Homère. Elle est aussi l’une des premières femmes à signer ses traductions de son vrai nom, contrairement à tant de femmes de lettres dont les traductions sont anonymes ou publiées sous un pseudonyme masculin.

30/12/2020, 09:42

ActuaLitté

Traduire #8 : Boris Vian, écrivain, traducteur de romans américains et auteur traduit en anglais

Boris Vian (1920-1959), romancier, poète et musicien aux multiples talents, est aussi le traducteur de quelques grands noms du roman noir et fantastique américain. Ses propres œuvres sont traduites en anglais par Stanley Chapman, écrivain et membre du Collège de Pataphysique comme Boris Vian. 

29/12/2020, 08:47

ActuaLitté

Décès du dessinateur de bandes dessinées Berck

Berck, Arthur Berckmans de son vrai nom, était un illustrateur et scénariste belge. Connu pour sa série Sammy, il s’est éteint ce 28 décembre.

28/12/2020, 14:06

ActuaLitté

La Cité de Larmes : Kate Mosse dans les fureurs de l'Histoire 

THRILLER ETRANGER - 1572. Depuis dix ans, les guerres de Religion ravagent la France. Aujourd’hui, enfin, un fragile espoir de paix renaît : Catherine de Médicis a manœuvré dans l’ombre et le royaume s’apprête à célébrer le mariage de la future reine Margot et d’Henri, le roi protestant de Navarre. Minou Joubert et son époux Piet quittent le Languedoc pour assister à la cérémonie.

28/12/2020, 10:01

ActuaLitté

Vladimir Nabokov, le troisième tome en Pleiade

AVANT-PARUTION  – Après le succès planétaire de Lolita, Nabokov jouit d’une grande liberté créatrice. La suite de son œuvre lance au lecteur, à son intelligence, à son imaginaire, un défi permanent. Le héros de Pnine (roman de 1957 ici proposé dans une nouvelle traduction), professeur d’origine russe enseignant dans une université américaine, c’est-à-dire doté d’une biographie proche de celle de son créateur, sera évincé de son poste par le narrateur du récit, qui se révèle être... Nabokov lui-même. 

28/12/2020, 09:54

ActuaLitté

Traduire #7: Don Quichotte de Cervantes, roman le plus traduit au monde ?

Publié en deux volumes à Madrid, Don Quichotte de Cervantes (1547-1616) conquiert l’Europe après avoir été traduit en anglais, en français et en italien. L’engouement pour ce roman ne cesse de croître au fil des siècles. De l’avis de certains, il s’agirait du roman le plus lu et le plus traduit au monde.

28/12/2020, 09:38

ActuaLitté

Traduire #6 : Claudine Picardet, pionnière de la traduction scientifique

Claudine Picardet (1735-1820), chimiste, minéralogiste et météorologue française, est l’une des rares scientifiques de l'époque maîtrisant cinq langues étrangères, à savoir l'anglais, l'allemand, l'italien, le suédois et le latin.

26/12/2020, 11:03

ActuaLitté

Léo Malet et Jean-Patrick Manchette : confidences du roman noir français

Sorties coup sur coup cette année, deux correspondances nous font survoler plus de trente ans de roman noir français. Un feuilleton épistolaire drôle, tragique, engagé et acide, avec comme acteurs principaux Léo Malet, François Guérif, Jean-Patrick Manchette, et une pléiade de prestigieux seconds rôles. La première, signée Manchette, Lettres du mauvais temps, Correspondance, 1977-1985 (La Table ronde, 2020) et la seconde de Malet Mon vieux Guérif Lettres et dédicaces pour collectionneurs avertis, La Grange Batelière, 2020.

 

24/12/2020, 09:58

ActuaLitté

Traduire #5: Clémence Royer, traductrice de L'origine des espèces de Charles Darwin

Clémence Royer (1830-1902), philosophe et scientifique autodidacte, traduit L’origine des espèces du naturaliste anglais Charles Darwin et contribue à la diffusion de ses idées en France et en Europe, malgré des relations houleuses entre l'auteur et la traductrice.

24/12/2020, 09:23

ActuaLitté

Qu'allons-nous manger demain ? de Louis Goupilleau

En proposant un voyage au cœur de la chaîne alimentaire, de la « terre à l’assiette », ce livre s’inscrit dans une démarche de « consommateur-citoyen ». Il montre comment les grands groupes ont la mainmise sur nos habitudes de consommation. Un pouvoir qui s’exerce au détriment des producteurs, au risque de dénaturer l’élément le plus essentiel à la vie, puisqu’il s’agit de notre nourriture !

24/12/2020, 00:00

ActuaLitté

Rimbaud et Douai : premières fugues de l’homme aux semelles de vent

« On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans... » Arthur Rimbaud alimente les passions. En 1973, Patti Smith imagine passer la nuit sur sa tombe à Charleville. Pour avoir grimpé illégalement par-dessus le mur du cimetière, elle se retrouva au poste de police. En 2017, elle achète une bicoque dont le seul mérite est d’être à Roche, sur le site de l’ancienne ferme de la mère Rimbaud... Là où Arthur écrivit Une saison en enfer. Avant l’arrivée de l’artiste américaine, la maison était habitée par un certain Paul Boens qui passa sa vie à creuser les alentours, à la recherche d’une ceinture d’or que Rimbaud, de retour du Harar, aurait enterrée. 

23/12/2020, 11:29

ActuaLitté

Traduire #4: Chateaubriand, traducteur du Paradis perdu de John Milton

Lors de son exil à Londres, bien avant ses propres succès littéraires, Chateaubriand (1768-1848) traduit Le paradis perdu de John Milton, chef-d’œuvre de la poésie anglaise. Chateaubriand rejoint en 1792 l’armée contre-révolutionnaire formée à l’étranger sous la Révolution française. Blessé au siège de Thionville, il est transféré à Bruxelles, d’où il est transporté convalescent dans l’île de Jersey.

23/12/2020, 10:15

ActuaLitté

Traduire #3 : Elizabeth Ashurst et Matilda Hays, traductrices de George Sand

Elizabeth Ashurst (1813-1850), activiste radicale anglaise, et Matilda Hays (1820-1897), journaliste et romancière féministe anglaise, sont les premières traductrices de Georges Sand dans la langue de Shakespeare. Elizabeth Ashurst appartient à une famille de militants radicaux qui soutient des causes allant du suffrage féminin au Risorgimento (unification italienne).

22/12/2020, 09:13

ActuaLitté

Frères d'âme, un dialogue entre Edgar Morin et Pierre Rabhi

Maison d'édition d'Edgar Morn et de Pierre Rabhi à la fois, les éditions de l'Aube ont décidé de réunir les deux hommes, pour un dialogue coordonné par le journaliste Denis Lafay. Visiblement, le courant est passé : Frères d'âme paraîtra le 21 janvier 2021.

21/12/2020, 09:46

ActuaLitté

Traduire #2: Charles Baudelaire, traducteur d’Edgar Allan Poe

Charles Baudelaire (1821-1867), auteur des Fleurs du mal et de tant d’autres poèmes inspirant toute une génération, est aussi le traducteur d’Edgar Poe en français. Ses traductions scrupuleuses font connaître le génie de Poe en France et en Europe.

21/12/2020, 08:06