Mon père, ma mère, mes tremblements de terre : Mon père s'appelle Alice

Fasseur Barbara - 17.09.2020

Livre


ROMAN FRANCOPHONE - Mon père, ma mère, mes tremblements de terre, un titre qui pourrait suffire à résumer cette épopée immobile de quatre heures dans laquelle nous embarque Julien Dufresme-Lamy pour son cinquième roman. « Heure de la mort de mon père 14h54. » Le père de Charlie vient d’entrer au bloc, derniers moments de complicité avant le grand saut. Au deuxième étage de la clinique, dans la salle d’attente, l’adolescent de 15 ans sera notre guide dans ce compte à rebours. Au sortir de tout cela, la fin de deux années de séismes, Aurélien, son père, sera enfin Alice. « Une mort, pas vraiment. Une absence pour toujours. »
 


Passionné de science et de réglisse, Charlie, 15 ans, du haut de son adolescence est plus que lucide. Au travers des chapitres courts et avec un vocabulaire simple, il lui reste quatre heures pour comprendre et réaliser. Quatre heures pour retracer deux années de tremblements de terre, de révélations, d’apprentissage et de transitions, quatre heures pour se souvenir d’une famille sur le point de renaître. Car son père n’est pas le seul à s’être transformé(e), à s’être révélé(e). Quatre heures entre souvenirs, ressentis, et réflexions pour préparer au mieux l’arrivée d’Alice qu’ils attendent tous de retrouver avec impatience.
 
Deux ans plus tôt, à Pâques, sous une tente mal montée d’un camping deux étoiles à Noirmoutier, un coup de tonnerre, une révélation tonitruante, un séisme silencieux qui n’affecte qu’une seule famille. Son père n’a jamais été un homme et ne peut plus le supporter. Jusqu’alors semblables l’un à l’autre, Charlie a eu deux ans pour apprendre, rencontrer et découvrir ce père au féminin qu’il a pourtant toujours côtoyé. « Mon père était ça pour moi, un ancrage. » Loin de leurs rituels, de leur rationalisme scientifique et de la douceur des bonbons partagés, il faut encaisser et avancer.
 
Pour Charlie, une seule voie possible, celle de la biologie. Il va dès lors prendre note, suivre et consigner « ses absences, ses étapes, ses aveux, ses métamorphoses » pour faire face et apprivoiser celle qu’il connaît depuis si longtemps. Apprendre, étudier, comprendre les molécules, les traitements, les effets secondaires et les évolutions pour être capable d’expliquer et de s’expliquer ce qui semble si éloigné de la réalité et des règles qu’il a toujours silencieusement acceptées. L’adolescent noircit alors les pages de ce carnet secret, comme un journal de l’intime d’une autre, et au rythme des observations scientifiques quotidiennes, c’est la métamorphose de toute une famille qu’il consigne. Entre présent, passé et angoisse du futur.
 
A travers les confessions de Charlie, l’auteur dépeint avec honnêteté toute la palette d’émotions complexes de ce presque deuil opéré par l’entourage. Beaucoup d’amour, c’est vrai, mais aussi de la colère, de la tristesse, de l’égoïsme et de la rancoeur. Car quand la colère de Charlie s’estompe, il doit affronter celle des autres. Au collège, le secret s’ébruite, auprès de ses tantes, des médecins de famille et bien vite le séisme s’étend malencontreusement hors de la maison. « Anormal : qui n’est pas conforme aux règles générales ou aux lois connues. » De l’incompréhension naît la haine dit-on, alors les menaces, les insultes, la solitude et le silence s’étendent autour du jeune adolescent. « Anormal est un mot qui parle de mon père et l’exclut. »
 
Certains s’excusent, d’autres continuent de le rejeter. Dans ce voyage, les rencontres et les épreuves de Charlie posent question. Doit-on vraiment prouver son genre, le mettre en scène? Doit-on vraiment tuer l’homme pour être reconnu en temps que femme? En exprimant le sexe au-delà du genre, de la grammaire et des pronoms, il se fera allié et guide pour le lecteur. Deux ans de séismes, de peur, de colère et de silence, de deuil, d’acceptation et de métamorphoses. Plus que le récit d’une transformation, d’une transition, Charlie donne une voix à ceux qui en théorie ne changent pas. Comment aimer une femme quand on a épousé un homme? Comment faire sa crise d’ado quand son père découvre son corps de femme? « Il faut accepter de ne pas comprendre les choses mais comprendre qu’elles existent. »
 
De la transphobie au sexisme le combat d’Aurélien deviendra celui d’Alice et de tout son entourage. Alors pour l’accompagner, sa famille vient à sa rencontre pas à pas. Ce nouveau père qui laisse naturellement place à celle qui vivait à l’abri de tous, en cage, en otage dans ce corps inadapté à celle qu’elle est depuis tant d’années.

Ensemble ils trouvent alors « le courage de tout recréer. » Loin d’être moralisateur, loin de la propagande, ce récit donne à voir les dommages collatéraux de ces séismes silencieux. Qu’est ce qui change pour ceux qui ne changent pas? Quelle forme prend leur transition pleine de révélations, de réalisations? Mon père, ma mère, mes tremblements de terre est une histoire d’amour, d’identité et de famille qui raconte tous ces combats qui doivent être menés pour être et devenir soi.
 
Julien Dufresne-Lamy - Mon père, ma mère, mes tremblements de terre - Belfond - 9782714493118 - 17 €


Dossier – Les romans de la rentrée littéraire : 2020, l'année inédite


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.