#Auteurs

J.K. Rowling au coeur d’une nouvelle controverse sur les personnes transgenres

Après plusieurs interventions sur les réseaux sociaux, l'année dernière principalement, J.K. Rowling est pointé du doigt pour des propos « transphobes ». Un récent commentaire de l’autrice sur Twitter a donné naissance à une nouvelle polémique : ce tweet de Rowling est en réalité une réponse en soutien à Milli Hill, autrice, journaliste, et fondatrice du mouvement « Positive Birth ». Créé en 2012, celui-ci vise à changer la vision autour de la naissance au sein de notre société.

Le 20/07/2021 à 10:39 par Valentine Costantini

64 Réactions | 1659 Partages

Publié le :

20/07/2021 à 10:39

Valentine Costantini

64

Commentaires

1659

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Rappel des faits : la débâcle autour de J.K. Rowling a commencé en juin 2020, suite à des propos sur Twitter jugés transphobes : elle affirmait que les menstrues sont le propre des femmes – laissant donc aux femmes trans le soin de considérer qu'elles ne rentraient pas dans cette définition du terme, “femme”. Des propos qui ont déchaîné les foudres des internautes, dont certains, des lecteurs et lectrices de Rowling, s'affirmaient déçus. 

Depuis, cette polémique ne cesse de suivre J.K Rowling — après tout, Internet n’oublie rien, c’est un fait.

Cette fois-ci, le contexte est un peu différent, et découle d’une conversation bien complexe. Milli Hill avait déclaré que la violence obstétricale – décrite comme un « mauvais traitement et abus envers les personnes qui accouchent, généralement dans un contexte médical » d’après LGBTQ Nation – ne concernait que les femmes. Cette affirmation, en réponse à un tweet disant que la violence obstétricale « affecte les hommes trans et les personnes non binaires », avait fait des remous sur la toile.

Suivant cet échange, Hill a ensuite écrit un article à propos du contrecoup de son intervention, intitulé « Je ne serai pas réduite au silence ». Elle y décrit les abus qu’elle a subis sur les réseaux sociaux, dont des menaces de mort, mais aussi la perte de son emploi et l’expérience de violences physiques à son égard.

Elle a également expliqué son raisonnement : « Mon travail et ma réflexion sur la violence obstétricale m'avaient conduite à penser qu'il s'agissait de "violence fondée sur le sexe". Veuillez noter mon utilisation du mot sexe ici, pas de genre. Le sexe comme dans le sexe biologique, pas le genre comme dans les constructions sociales autour des rôles, des vêtements, du comportement, etc. Comme d'autres formes de violence contre les femmes, la violence obstétricale arrive aux femmes parce qu'elles sont des femmes. »

Un homme trans aura alors répondu à ce tweet, en mentionnant la créatrice de Harry Potter : « Vous n'avez pas tort de dire que la violence obstétricale est fondée sur le sexe. Mais à quel point est-il difficile de reconnaître que toutes les personnes capables d'accoucher ne s'identifient pas à l'étiquette de femelle ou de femme ? »

Indirectement impliquée dans cet échange, Rowling s’est à son tour exprimée sur la question, avec un tweet, accompagné d’une capture d’écran de l’échange original : « À en juger par le tsunami d'e-mails et de lettres de soutien que j'ai reçus, si les femmes ont appris quelque chose de la réponse à mon message, ce n'était pas qu'elles devraient s'asseoir et se taire. »

Retour de bâton

Forcément, les réactions de la tweetosphère n’ont pas traîné, et, en plus d’avoir été nombreuses, ont souvent été virulentes. Par exemple, une internaute est intervenue, annonçant qu’elle et ses connaissances « rejetaient » J.K. Rowling : « Le message que vous avez capturé n'a rien à voir avec le fait de dire aux femmes de "s'asseoir et de se taire", il demande aux gens d'être prévenants et empathiquesAu nom de presque toutes les femmes cis que je connais, je vous supplie d'arrêter d'utiliser des slogans féministes pour masquer votre fanatisme... »

Une autre réponse souligne l’absence d’interventions de la part de l’autrice autour de l’enlèvement, viol et meurtre de Sarah Everard, responsable marketing de 33 ans – une affaire qui avait suscité l’émotion au Royaume-Uni, comme expliqué par L’Express. Et ajouter : « C'est juste très intéressant qu'elle ne parle plus de violence à l'égard des femmes que pour exclure les femmes trans. »

Source : The Mary Sue

Crédits photos : Daniel Ogren, CC BY 2.0

 
 
 
 
 
 

64 Commentaires

 

Camille

20/07/2021 à 12:53

Les humains sont des mammifères. A ce titre, ils ont un sexe biologique, déterminé par leur ADN, XX ou XY dans plus de 99% des cas. Les adultes humains femelles sont appelées en français des "femmes". Ainsi, seules les adultes femelles peuvent accoucher et subir éventuellement des violences obstétricales. Arrêtez de réduire ce débat à une polémique avec JK Rowling. On se moque de JK Rowling. Sur ce sujet, la plupart des mouvements féministes et lesbiens disent la même chose qu'elle en l'occurrence, et dénoncent les pressions récentes pour interdire de parler de femme pour un adulte humain femelle. Le genre est une construction sociale, qu'on peut contester comme on veut, dont on peut faire ce qu'on veut. Le sexe est un fait biologique. Voir la vidéo du Fou Allié sur le sujet. https://www.youtube.com/watch?v=HhpT4d9IUEo
Sortez de la polémique gratuite, et regardez d'autres mouvements qui disent la même chose :
https://lgballiance.org.uk/endconversiontherapy/
https://www.womensdeclaration.com/fr/
http://www.gettheloutuk.com/blog/category/research/lesbians-at-ground-zero.html
https://www.youtube.com/watch?v=w8taOdnXD6o
Et remettez un peu en cause le discours trans ultraprésent et agressif; qui est financé par des multinationales qui rêvent de la médicalisation massive de la jeunesse : https://frayingthenet.com/2021/05/24/the-business-model-of-youth-transitioning/

NAUWELAERS

20/07/2021 à 20:40

Camille,
Intéressant la fin de votre post !
De gros intérêts financiers sont à l'oeuvre.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Aradigme

21/07/2021 à 11:43

Bonjour Nauwelaers,

Je crains que vous mélangiez cause et effet. La cause des trans et ses déviations multiples m"apparaissent depuis des années promues pas la gauche "progressiste" qui ne sait plus quels "droits" abscons revendiquer et empiler les uns sur les autres.
Il se fait que cette idéologie supportée cette gauche extrême développe un marché dont certains profitent.
Ceux qui en profitent ne créent pas le marché. Ils y répondent, tout comme ceux qui fabriquaient autrefois des drapeaux rouges avec la faucille et le marteau.

Salutations
Aradigme

NAUWELAERS

21/07/2021 à 16:04

Bonjour Aradigme,
Quel rapport entre la gauche de Jaurès à Mendes France, et question hommes des médias un Cavanna par exemple, voire un Jack Dion aujourd'hui («Marianne» et oui il est de gauche) qui s'occupe des gens et des conditions économico-sociales-ce qui est lié-de nos vies, et le profitariat gluant et abject de ceux qui tirent les marrons d'un feu mercantile allumé pour faire croire que le sexe n'est pas une réalité ?
Ne me parlez pas de progressisme quand il n'y a que le culte obscène du dieu Pognon.
Ne me parlez pas de gauche avec cela...
Assez d'enfumage honteux et abject.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Aradigme

21/07/2021 à 19:06

Bonjour Nauwelaers,

Je crains que vous soyez dans le déni le plus total. Cela dit, je n'ai pu m'empêcher de sourire en lisant cette phase où vous parlez du "profitariat gluant et abject". Cela fleure bon la réthorique stalinienne d'antan, avec ses expressions toutes faites telles que "vipères lubriques"... Avez-vous fait vos classes au PC? Regrettez-vous le bon vieux temps où l'on pouvait envoyer au goulag ceux qui déviaient d'un poil de la ligne du parti? Au fait, considérez-vous comme de gauche tous ces communistes qui ont édifié des systèmes totalitaires un peu partout dans le monde à la sueur de leurs fronts prolétaires?

Salutations souriantes
Aradigme

NAUWELAERS

22/07/2021 à 20:12

Aradigme,
Vous me répondez à moi ou vous vous trompez d'interlocuteur ?
Je ne pige rien du tout à votre réponse, excusez-moi...
Le profitariat, quels que soient les mots: j'approuve ce qu'écrit Camille à ce sujet (le commerce de la transidentité encouragé pour raisons financières) avec des arguments factuels.
Je hais les totalitarismes de droite comme de gauche, c'est tout.
Et les atteintes scandaleuses à la liberté, qui auront toujours toutes les autojustifications possibles à faire accepter aux petits censeurs et néocenseurs à la manque et aux gogos.
Oui dans certains cas le culte effréné du pognon est gluant et abject: mes termes sont ceux d'un citoyen non encarté, et humaniste et fou de liberté.
Si vous ne pouvez ou voulez comprendre cela, ne peux rien pour vous.
Penser librement avec une vision panoptique, c'est une attitude que j'aime et pratique au quotidien.
Que les sectaires de tous bords récitent leurs dogmes comme les bigots d'autrefois faisaient rouler leur chapelet dans leurs mains pieuses...
Bonne continuation quand même.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Aradigme

23/07/2021 à 12:14

Bonjour Nauwelaers,

Je réponds à votre première question. A partir du moment où je commence mon message par "Bonjour Nauwelaers", il me semble que je m'adresse clairement à vous.
J'avais remarqué que certaines de vos expressions ressemblaient à de la réthorique stalinienne et je vous avais donc posé une question sur leur origine. Vous m'affirmez avec une certaine véhémence que vous n'avez rien à voir avec le PC, et je veux bien vous croire.
Quant au commentaire de Camille qui affirme que l'idéologie trans est financée par des multinationales afin de développer un marché des hormones et de la chirurgie, permettez moi de rester dubitatif. Elle apporte pour seule preuve de son affirmation une présentation amateur sans grand intérêt.
La réalité me parait plus simple: des groupes d'activistes qui parlent au nom des trans effectuent des pressions sur les adolescents ainsi que sur les entreprises. Certaines y succombent par crainte d'être accusées de "transphobie" et livrent les biens et services requis par les convaincus de ce mouvement. Donc, pour moi, pas de complot des multinationales, juste une nouvelle idéologie qui se répand. Ce n'est pas la première, ce ne sera pas la dernière...

Salutations
Aradigme

PS: ne vous énervez pas quand vous découvrez une opinion différente de la vôtre. On peut très bien en discuter calmement.

Camille

23/07/2021 à 14:30

Bonjour Aradigme,
Je vous recommande la lecture des articles suivants. Je préfèrerais avoir tort sur les lobbys qui profitent de la soif de liberté de nos gosses, convaincus d'agir contre les discriminations en se jetant dans la transidentité.
Les articles ci-dessous sont des articles de journalistes professionnels.
https://tradfem.wordpress.com/2021/07/03/il-est-temps-de-se-mettre-en-colere-lexploitation-dillusions-sur-le-genre-est-en-voie-de-transformer-notre-societe/comment-page-1/#comment-7654
https://womensspaceireland.ie/articles/arc-international-canadas-dark-rainbow/
https://www.theamericanconservative.com/articles/foundations-are-setting-the-transgender-agenda-and-targeting-children/
https://www.spectator.co.uk/article/the-document-that-reveals-the-remarkable-tactics-of-trans-lobbyists
Thomson Reuters, Denton, Iglyo, font du lobbying contre l’autorisation parentale
https://www.iglyo.com/wp-content/uploads/2019/11/IGLYO_v3-1.pdf
https://www.rollonfriday.com/news-content/dentons-campaigns-kids-switch-gender-without-parental-approval
Ferring Pharmaceuticals (labo fabriquant les bloqueurs de puberté) finance un parti britannique à coups de millions
https://www.technicalpolitics.com/articles/puberty-blocker-firm-funded-uks-liberal-democrats/
https://frayingthenet.com/2021/05/24/the-business-model-of-youth-transitioning/
Billionaires Behind The New ‘LGBT’ Movement https://uncommongroundmedia.com/stryker-arcus-billionaires-lgbt/
https://thefederalist.com/2018/02/20/rich-white-men-institutionalizing-transgender-ideology/
https://www.the11thhourblog.com/post/follow-the-money-how-the-pritzker-family-makes-a-killing-from-the-transgender-industry-flow-chart#viewer-98aof

Aradigme

23/07/2021 à 17:23

Bonjour Camille,
Merci pour les liens. Je vais lire ces articles.
Salutations
Aradigme.

NAUWELAERS

23/07/2021 à 14:36

Bonjour Aradigme,
Je ne comprenais rien à votre message, d'où ma question ironique !
Tout dépend du ton du message: quand il est outrancier, c'est irritant...
Pour celui auquel je réponds ce 23 juillet...eh bien je ne prends pas position.
Pas expert sur ces questions qui prennent tant d'importance...
Ce qui se passe en France me préoccupe mille fois plus: des gens sans PS refusés dans les hôpitaux ?
Et s'ils ont un test positif (non vaccinés)...on ne les prend pas en charge?
C'est ignoble et non, je reste mesuré.
Cauchemar.
Bien à vous.

Aradigme

23/07/2021 à 17:34

Bonjour Nauwelaers,
Merci pour ces éclaircissements. En ce qui concerne la nécessité d'un pass sanitaire pour accéder aux urgences, c'est apparemment une affirmation de la députée Martine Wonner et elle a été immédiatement réfutée par les députés de la majorité.
https://www.bfmtv.com/sante/le-pass-sanitaire-exige-a-l-hopital-ce-que-dit-precisement-le-projet-de-loi_AV-202107220148.html
Cela n'aurait en effet guère de sens...
Salutations
Aradigme

NAUWELAERS

24/07/2021 à 19:37

Aradigme (votre message du 23 juillet, 17h34),
Vous déformez ce que j'ai écrit !
Je pensais à des cas NON URGENTS...et absolument rien à voir avec ces déclarations de Martine Wonner (que j'apprends grâce à vous et hors sujet puisqu'elle mentionne les urgences, non concernées et pas dans mon post, mal interprété par vous).
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

24/07/2021 à 20:31

Bonjour Aradigme,
Seconde réponse avec précisions de franceinfo (entre guillemets) à votre message du 23 juillet, 17h34.
Oubliez Martine Wonner et lisez ce qui suit !
«En toute fin des discussions vers 5 heures du matin, le gouvernement est revenu sur deux amendements votés plus tôt. Un nouveau vote a notamment remis l'obligation du pass sanitaire pour les patients non urgents et les visiteurs dans les établissements de santé et maisons de retraite.»
Captez-vous cette ignominie que les gens ne semblent pas encore réaliser ?
Vous vous sentez mal, pas vacciné, pas de passe sanitaire...
Vous devriez passer un test antigénique en urgence...alors que vous vous sentez mal ?
ET SI LE RÉSULTAT EST POSITIF: PAS DE PASSE SANITAIRE QU'IL FAUDRAIT OBTENIR AU PLUS VITE ET ON OSE VOUS REFUSER DES SOINS ET UNE CONSULTATION À L'HÔPITAL ?
Cela est crapuleux et bien entendu, des actions en justice vont de toute évidence commencer...
L'ivresse du pouvoir peut rendre fous(s), la preuve...
On recule les limites de l'infamie: le refus de soins !
Je précise: ma réaction n'est teintée d'aucune couleur politique.
C'est celle d'un citoyen normal, révolté par le fait que l'on taille en pièces la démocratie, sous couvert de débats.
REFUS DE SOINS À L'HÔPITAL...
Et les alcooliques, drogués, outremangeurs, fumeurs (donc fumeuses)etc.
On les «responsabilise» en leur refusant l'accès à l'hôpital ?
Il faut se réveiller...
CHRISTIAN NAUWELAERS

Aradigme

25/07/2021 à 17:39

Bonjour Nauwelaers,

Je propose d'attendre que députés et sénateurs aient fini de débattre et sorti un texte définitif avant de s'indigner (ou pas). Si vous me posez la question, j'estime que le pass sanitaire ne devrait pas s'avérer nécessaire pour se faire soigner (urgences ou cas "normaux").
Par contre, je conçois son utilité pour les visiteurs des ehpad où résident des patients fragiles. Attendons que les élus de la nation arrivent à une conclusion.

Salutations
Aradigme

NAUWELAERS

25/07/2021 à 20:41

Aradigme,
Votre post du 25 juillet, 17h39.
D'accord pour attendre le texte définitif...même s'il n'est valide «que» jusqu'au 31 décembre (...pour le moment !) selon Véran, dans «Aujourd'hui», le samedi 24 juillet.
Les prolongations risquent fort de débouler vers la fin de l'année...
Pas de passe sanitaire, pas de visite en maison de retraite...
Ah bon !
Mais on est obligé d'y être masqué(s).
Si des gens sans PS mais masqués sont interdits d'entrée...quel est le degré de protection alors de ces masques qui sont même rétablis depuis peu à l'extérieur dans certains coins de France ?
Il y a très peu de temps, on claironnait que non, ils n'étaient pas utiles à l'extérieur sauf en cas de foule et de maintien impossible d'une distance d'au moins un mètre -ce qui est vraiment l'exception: sur un marché en plein air ou dans un stade, d'accord...
Maintenant, certains malchanceux doivent les supporter pour marcher en plein air !
Et donc, les masques pourtant imposés et exigés ne suffisent plus pour visiter sa famille en maison de retraite, sans PS.
Tout cela est d'une logique et d'une cohérence totales, selon vous sans doute.
Je pense que les innombrables critiques qui pleuvent sur les politiques sanitaires successives sont souvent dans le vrai.
Loin de ces étoiles jaunes idiotes dont on s'empare pour tenter de flinguer toute opposition.
Des idiots utiles dans toute leur stupidité, qu'on est enchanté(s) de mettre en avant avec l'effet de loupe -fallacieux, la vieille et grossière technique de l'amalgame, le premier outil de tous les racismes et de toutes les stigmatisations (réelles, je précise) - destiné à en faire de parfaits repoussoirs pour ceux qu'il s'agit de convaincre...
Des dérives certes honteuses mais qui ne concernent qu'une petite minorité de demeurés -les porteurs d'étoile jaune, entre autres- qu'il est vil et bas de présenter comme les opposants-types pour tenter de faire passer l'inacceptable...
Macron peut donner des leçons de civisme en Polynésie;qui souffre encore, notamment sur le plan sanitaire -tiens, on s'en préoccupe beaucoup moins ici - des nombreux essais nucléaires français, qui se sont poursuivis jusque sous Chirac.
Il n'empêche que le président parjure -désolé, les déclarations précises et datées et reniées depuis lors existent - tente, avec certes le gouvernement et les responsables, d'empêcher les hôpitaux de s'occuper de gens sans PS qui ont besoin de soins, sauf urgences;et qui décidera de ce qui est ou non urgent ?
C'est déjà abject et moi je n'attends pas, figurez-vous !
Si la maison commence à brûler, on n'attend pas qu'elle soit réduite en cendres pour réagir, Aradigme...
Je vous rappelle ou vous apprends qu'une profession aussi exposée que la police, au contact avec le public, se voit, elle, exemptée de passe sanitaire...
Et c'est déjà acquis et acté !
Deux poids, deux mesures.
Discriminations, clivages créés expressément, mesures qui enfreignent gravement la liberté: pas de PS, pas de voyage en TGV...mais ok pour de courtes distances, le métro et le RER bondés.
Et...votre PS obligatoire ne vous délivre pas du port de ce masque en TGV ou avion, parfois pour des trajets de trois ou quatre heures !
Dans l'autre sens, la joie de respirer dans ce tissu durant des heures...est jugée insuffisante néanmoins puisque sans PS, on ne peut voyager même contraint(s) à ce port du masque.
Jusqu'où cela ira-t-il ?
La vie n'est pas que survie biologique.
Tous les dirigeants ne sont pas des tyranneaux...voyez Boris Johnson qui a décrété que le lundi 19 juillet serait le «Freedom Day» (s'attirant des salves de critiques, je sais, mais dans le sens exactement inverse !).
Si cela vous convient, la politique sanitaire française si souvent au doigt mouillé et de plus en plus autoritariste et aberrante par de nombreux aspects, pas à moi.
Et inutile d'essayer de me classer dans tel ou tel petit tiroir: je suis un homme libre, amoureux de la démocratie, et en désaccord total avec ce qui se passe.
En n'étant pas un complotiste d'extrême ceci ou cela, un “terreplatiste» ou ce que vous voulez...
Ce genre de classification ne me sied en rien du tout et je laisse les laborantins déchaînés à leurs délires et leurs réductions «ad hitlerum»...
Ces manipulateurs omettent souvent de préciser que de nombreux vaccinés également, et si significativement, sont en colère contre le passe sanitaire, malgré leurs deux piqûres !
Bravo à ceux d'entre eux, en possession d'un PS, qui boycotteront malgré tout les lieux où on l'exigera, devant pour cela réorganiser leur vie sociale.
Certaines personnes l'ont annoncé...
Ces gens-là, citoyennes et citoyens de haute volée, ne sont pas des politicards de basse extraction, ni des oligarques tyranniques, ni des gens dévorant leur chapeau d'un bel appétit (la ministre de la Culture, naguère opposée à toute idée de passe sanitaire pour la culture, se tait dans toutes les langues) : ce sont des citoyens, et citoyennes qui résistent dignement et avec toute leur conscience éveillée face à ce glissement terrible, cet effondrement lent mais qui semble inéluctable de notre mode de vie.
Je suis dans leur camp.
Pour le reste, on attendra le résultat final pour terminer cette discussion hautement littéraire (!).
Et avril 2022: non je ne pronostique rien...en espérant un coup d'arrêt à tout ce qui précède (les libertés confisquées ne reviennent que très difficilement, et presque jamais spontanément -tous les sociologues et politologues crédibles le répètent à l'envi).
CHRISTIAN NAUWELAERS

Aradigme

26/07/2021 à 10:50

Bonjour Nauwelaers,

Votre plume me semble bien alerte aujourd'hui. Je me permets de relever deux points dans votre long discours. Vous écrivez à un moment: "votre PS obligatoire". Non, ce ce n'est pas le mien, c'est celui du gouvernement démocratiquement élu.

En ce qui concerne l'obligation d'une vaccination pour entrer dans les ehpad, je me base sur ma formation de scientifique (je suis chimiste et ingénieur biochimiste de formation) pour estimer que cela a du sens si l'on désire éviter que la vie de certains seniors dépendants qui y résident soit tristement abrégée. La vaccination ne suffit d'ailleurs pas. Elle doit se combiner au masque et aux "gestes barrières".
Je vous explique pourquoi. La vaccination constitue pour le système immunitaire l'équivalent d'un exercice pour des forces armées. Elle permet au corps de réagir à un simulacre d'invasion virale et de mettre en place les dispositifs de défense appropriés sans encourir les risques qui accompagnent une vraie infection virale.
La vaccination n'empêche pas de se retrouver contaminé une fois immunisé, mais permet au corps de réagir plus vite et donc de gagner la bataille avant que des dommages importants lui soient causés par le virus. Comme le système immunitaire expérimenté d'un vacciné réagit mieux et plus vite, le nombre de virus qui se développera dans son corps sera réduit.
Ceci génère trois effets: (1) un patient vacciné et contaminé sera moins malade, souvent au point de ne pas s'en rendre compte.(2) Un patient vacciné et contaminé sera moins contagieux. Il dispersera toujours des virus autour de lui, mais en moindre quantité (3) Un patient vacciné et contaminé réduira le temps de résidence du virus dans son corps ainsi que le nombre de reproductions du virus, ce qui réduira la probabilité de voir apparaître un variant.

Comme vous pouvez le constater, le vaccin n'apporte pas une solution à 100%. Il constitue une arme supplémentaire contre le virus, améliore grandement la situation, mais n'exclut pas des contaminations, même s'il en réduit fortement le risque. C'est pourquoi il me parait logique de combiner vaccin, masque et gestes barrière en présence de personnes affaiblies susceptibles de développer des troubles graves, même si elles ont été vaccinées (NB: les vaccins sont moins efficaces sur les personnes âgées au système immunitaire affaibli).

Voilà ma vue de la situation, basée sur les connaissances scientifques dont je dispose au terme d'une longue carrière de chercheur et de développeur de produits pour les labos pharmaceutiques (entre autres).

Salutations
Aradigme

prentyss

21/07/2021 à 03:45

Oh une terf...

Vous confondez sexe biologique et genre, qui est une construction sociale mais bon, c'est habituel chez vous.

Camille

21/07/2021 à 09:21

Je ne confonds pas sexe et genre. Le sexe est une réalité biologique. De tous temps, les mots "femme" et "homme" se réfèrent aux sexes femelle et mâle de notre espèce humaine.
En revanche, le mot "genre" désigne toutes les normes sociales arbitraires attachées aux sexes mâle et femelle. Je ne sais pas ce que c'est une "TERF" (si ce n'est une insulte misogyne ultraviolente accompagnée généralement de menaces de mort ou de viol, du genre "suce ma bite de femme" https://terfisaslur.com/)
Le féminisme a toujours lutté pour affirmer que l'on peut combattre les stéréotypes de genre. Ainsi, la vulgate trans actuelle affirmant que les "sciences biomédicales assignent un sexe à la naissance", et que les humains auraient une "identité de genre profonde" est un contresens épouvantable. Voir l'excellente (et très posée) vidéo sur Sexe et Genre ici https://www.youtube.com/watch?v=HhpT4d9IUEo
Aujourd'hui, les droits des femmes sont menacés puisque la catégorie "femme" est contestée. Les droits des femmes comme adulte humain femelle, c'est ce qui est revendiqué par la déclaration internationale ici https://www.womensdeclaration.com/fr/
Quant aux pressions épouvantables qu'il y a à l'heure actuelle pour pousser le discours trans, demandez-vous à qui elles profitent. Ni aux femmes, ni aux enfants, ni aux lesbiennes, ni aux gays.
En témoignent le film suédois "The Trans Train" (https://www.youtube.com/watch?v=3lMa8ph_Xrs) ou l'explosion triste à pleurer des témoignages de détransitionneurs floués ( des dizaines de milliers sur reddit ici https://www.reddit.com/r/detrans/wiki/support)
Toute cette idéologie virulente des 5 à 10 dernières années profite plutôt à de riches milliardaires du monde médical qui exploitent la crédulité des jeunes qui souhaitent lutter contre les discriminations en incitant d'autres jeunes à des mutilations sans même se rendre compte du crime auquel ils participent. Lisez, vérifiez avant d'insulter les féministes qui luttent pour l'intégrité physique et mentale de leurs gosses.

https://www.theamericanconservative.com/articles/foundations-are-setting-the-transgender-agenda-and-targeting-children/

Thomson Reuters, Denton, Iglyo, contre l’autorisation parentale
https://www.iglyo.com/wp-content/uploads/2019/11/IGLYO_v3-1.pdf

https://www.rollonfriday.com/news-content/dentons-campaigns-kids-switch-gender-without-parental-approval

Ferring Pharmaceuticals (labo fabriquant les bloqueurs de puberté) finance un parti britannique à coups de millions
https://www.technicalpolitics.com/articles/puberty-blocker-firm-funded-uks-liberal-democrats/

https://frayingthenet.com/2021/05/24/the-business-model-of-youth-transitioning/

Billionaires Behind The New ‘LGBT’ Movement https://uncommongroundmedia.com/stryker-arcus-billionaires-lgbt/

https://thefederalist.com/2018/02/20/rich-white-men-institutionalizing-transgender-ideology/

https://www.the11thhourblog.com/post/follow-the-money-how-the-pritzker-family-makes-a-killing-from-the-transgender-industry-flow-chart#viewer-98aof

NAUWELAERS

21/07/2021 à 15:53

Camille,
Ce que vous écrivez est essentiel.
Et l'intégrité physique et mentale des enfants doit être considérée comme une nécessité absolue, au-delà de la cause féministe...
TOUS les enfants y ont droit.
Lorsque les enfants à l'école avaient huit ou dix ans, il y a encore peu d'années, on les laissait encore être de petites filles ou de petits garçons.
Même s'il faut absolument prendre en considération le malaise existentiel des quelques enfants qui ne sont pas à l'aise dans le sexe -pas le genre, le sexe-que l'hérédité leur a attribué !
Les spéculateurs que cela dérange sont des ordures pourries par la religion de l'argent, voilà...
Et des vautours.
Pas gentil pour les vautours peut-être...
CHRISTIAN NAUWELAERS

Sorairo

02/08/2021 à 21:09

Cher Christian,
Femme trans, j'ai été un 'petit garçon' dans l'école d'antan que vous regrettez tant. J'ai mis le doigt sur mon malaise dès mes 10 ans, en 1984, et ai traîné ma transidentité dans un désespoir croissant jusqu'à ma transition il y a 4 ans.
Si vous me croisez, pensez d'ailleurs à prendre votre test génétique, car à moins de discerner les chromosomes à l'oeil nu comme la grande majorité des commentateurs qui brandissent XX et XY à longueur de phrase, vous ne me reconnaîtrez sans doute pas comme un "mâle" - au même titre d'ailleurs que vous ne verrez pas la grande majorité de mes adelphes qui vivent dans leur genre ressenti sans que personne ne le sache.
Quoi qu'il en soit, mon comportement assez éloigné des stéréotypes masculins m'a valu les harcèlements violents tant des garçons qui me traitaient de p. que des filles qui évidemment ne pouvaient savoir que j'étais une des leurs et me voyaient juste comme une sorte d'ovni dont on pouvait faire sa victime dans le joyeux consensus général.
Pour autant, j'ai joué honnêtement et du mieux que je le pouvais le rôle que l'on attendait de moi, jusqu'à passer pour un gentil ours qui restait seul par goût personnel et ne gênait vraiment personne.
Sans doute cela m'a t'il évité aussi les traitements par neuroleptiques voire la lobotomie que l'on a essayée sur mes adelphes précoces - pour rien évidemment : la transidentité n'est hélas pas une maladie mentale mais un handicap physique et jamais aucune personne trans n'a été "guérie" par quelque moyen médical que ce soit. Mais je comprends que notre simple existence puisse mettre mal à l'aise les gens, et qu'il est préférable que nous soyons cachés, de préférence avec des électrodes dans le crâne et bavotant dans des cellules capitonnées pour ne pas pervertir la jeunesse, nous qui ne sommes selon les propos de certains que des imitations malsaines et pitoyables vivant dans le déni et l'illusion que nous pouvons prendre notre vie en main, nous affirmer comme ce que nous sommes et cesser de supporter la honte qui devrait rester notre juste part.
J'ai été une enfant trans, et en ai souffert en silence. Comme j'aurais aimé alors que l'on me reconnaisse avec un sourire et que je puisse vivre la vie que j'aurais dû avoir. Comme mon existence aurait été différente! Et pour autant, jamais je ne pousserai aucune gamine ou gamin dans cette voie. En discuter, oui, soulager la souffrance ressentie à se faire ostraciser par des bien pensants sensibles comme des parpaings, je l'ai fait maintes fois. Mais certainement pas inciter à emprunter dans la légèreté ce chemin pavé d'épines dont les moindres ne sont pas les propos méprisants des gens normés - lesquels sont d'ailleurs repris par certaines âmes simples qui les voient comme les justifications d'actes un peu plus physiques et radicaux : récemment, l'une de mes amies - docteure en mathématiques et pas franchement du type revendicatif - s'est faite sur dénonciation attaquer à la machette dans la banlieue de Lille, tout de même.
Ah, une dernière chose, par pitié, arrêtez de fantasmer sur les agendas LGBT et les richesses supposées des mouvements trans. Y croire est du même niveau que croire au Protocole des Sages de Sion. Nous sommes pauvres comme Job, et moi, petite fonctionnaire à l'Education Nationale, fais partie des plus privilégiées - et de loin. Si vous voulez gagner des sous, vendez plutôt des éoliennes ou des médocs homéopathiques contre le nez qui coule, vous aurez beaucoup moins d'ennuis et beaucoup plus de revenus.
Bien à vous,
Mitsuiro.
PS : au passage, je me contrefiche des déclarations de Rowling qui n'est qu'une auteure médiocre écrivant avec ses pieds et qui n'arrive pas à la cheville d'un Bottero ou d'un De Fombelle - pour comparer ce qui est comparable sans dériver vers les classiques éternels...

Camille

21/07/2021 à 09:36

Vous prétendez que je confonds "sexe" et "genre" qui est une construction sociale. Mais relisez mon message, c'est exactement ce que je dis. Sexe = donnée biologique déterminée par les chromosomes, que la testostérone et l'ablation des seins ne changeront pas.
Genre = normes sociales, qui peuvent être questionnées et renversées sans pour autant mutiler les gosses. https://www.genderhq.org/

Quant à l'insulte TERF, merci de vous en dispenser. Dire que le sexe est une réalité biologique n'est pas transphobe, et c'est le seul "crime" de JK Rowling, qui utilise courageusement sa notoriété pour défendre la catégorie "femme" sans laquelle la défense des droits des femmes (les plus opprimées dans toutes les sociétés) est impossible.

Martin

14/08/2022 à 15:43

Hem. Vos notions de biologie de la sexuation semblent ici plus que datées.
Il existe des femmes cisgenre au caryotype XY. Des femmes XY qui naissent avec une vulve, qui développent des caractère sexuels secondaires féminins à la puberté. Qui sont en accord avec ce sexe féminin qu'on leur a assigné à la naissance, sur la base de l'apparence de leurs organes génitaux externes. Pourtant, elles n'auront pas toute un vagin, et ni utérus, ni ovaires.

Il existe d'autres configurations des 23e chromosomes - X, XXX, XXY, et quelques autres encore, sans parler des personnes dont le corps présente simultanément deux caryotypes, selon la partie que l'on considère. Sans parler des multiples variations qu'il existe parmi l'ensemble des gènes aujourd'hui connus pour avoir une possible incidence au cours du processus de sexuation - gènes qui ne se trouvent pas tous situés sur cette 23e paire.
Au sein du vivant, la variation est la règle. Il existe de multiples causes biologiques à cela. Des causes "normales". Des causes qui participent de la complexité des processus biologiques, qui sont inscrits dans le temps et soumis aux effets du contexte dans lequel ils ont lieu.
Ne parlez pas donc trop vite ni avec trop d'assurance d'un "sexe biologique" binaire, surtout en croyant le distinguer d'un genre social.

L'histoire humaine témoigne des la diversité des corps sexués: des existences intersexes (et transgenres).
En particulier, 70 ans de pathologisations médicales, de "corrections" chirurgicales non consenties, de traitements lourds, invalidant et traumatisant entourées de mensonges médicaux, de honte et de secret, infligées aux bébés et enfants intersexués témoignent de la complexité et de la diversité des corps sexués, et témoignent aussi de l'incapacité de les connaître, les comprendre et accepter leurs existences, lorsque l'on n'a recours qu'aux seuls concepts de "male" et "femelle", de "masculin" et "féminin" qui sous-tendent l'inégalitaire dualité patriarcale. Dans un tel paradigme, quiconque est hors norme est pathologisé, invalidé, pensé comme accident, erreur, défaut, anomalie.

Pour le dire autrement, la binarité du "sexe biologique" existe: la preuve, cela fait déjà 70 ans que la société occidentale aujurd'hui mondialisée, sa médecine et sa chirurgie, s'efforcent vainement de le fabriquer en mutilant et torturant les personnes intersexuées. Ainsi qu'en s'en prenant aux personnes transgenres.
Quand l'on creuse cette histoire à la fois sinistre et passionnante, on apprend assez vite que c'est pour des raisons de genre - de sexisme, d'homophobie, de transphobie: de normativité cishétérosexiste, endosexiste: la société patriarcale idéale étant encore et toujours composée exclusivement, ou le plus exclusivement possible, de femmes et d'hommes cisgenres, endosexes, hétérosexuels - que ces pratiques de pathologisation et de "correction" ont été instaurées et se sont répandues.
Les manuels médicaux en usage durant la seconde moitié du XXème siècle et le début du XXIème en témoignent: une fille doit dès la petite enfance avoir un vagin pénétrable pour justifier son existence, et un garçon, ça doit pouvoir bander droit pour pénétrer, et être capable d'inscrire son nom en faisant pipi dans la neige*, sous peine de risquer de devenir gay.

*source: Alice Dreger, "Galileo's Middle Finger", pour l'argument médical de l'écriture en faisant pipi dans la neige; multiples sources disponibles en études de genre, féministes, intersexes, pour l'ensemble du sujet

NAUWELAERS

15/08/2022 à 09:34

Quand je lis du baratin odieux du type «normativité hétérosexiste», je lâche prise...
Largué.
Moi je suis hétéro naturellement et je ne m'en prends qu'au sectarisme et à la novlangue qui condamne des gens qui sont ce qu'ils sont.
Vous voulez faire progresser votre cause: vous en êtes un très, très mauvais avocat.
Cela tourne au délire obsessionnel.
Eh bien, pas question de vous suivre en dépit de vos anathèmes intolérants.
Lisez les posts de Forbane !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Martin

16/08/2022 à 14:36

Monsieur Nauwelaers,

ces mots que j’emploie, que vous semblez ne pas connaître, ne sont pas des insultes, ni des termes infâmants pour personne. Ce sont des termes de sciences sociales, de critique féministe, de lutte politique, qui désignent certaines caractéristiques des structures sociales dans lesquelles vous et moi vivons.
Vous avez parfaitement le droit de ne pas en connaître le sens, de vous interroger, et même de demander poliment des explications, voir de râler à raison parce que je n’ai pas fait l’effort d’employer des termes plus communs.
Normativité hétérosexiste : dans notre société, l’hétérosexualité est la norme, et considérée comme naturelle. Quand vous écrivez « moi je suis hétéro naturellement », vous exprimez exactement le fait de votre conformité à cette norme tel que vous le vivez, et le fait que vous y adhérez au moins par défaut. Norme selon laquelle les individus sont supposés être tou.te.s mâles ou femelle, et naturellement désirer sexuellement le sexe « opposé ». A cause de la normativité hétérosexistes, les comportements jugés déviants vis à vis de l'hétérosexualité "naturelle" sont vus comme pathologiques, comme problématiques. La persistance de l’homophobie dans nos sociétés témoigne de la force de cette normativité.
Ce n’est ni odieux ni du baratin, tout au plus du jargon, et cela, vous étiez tout à fait fondé à me le reprocher, vous l’avez d’ailleurs fait en employant « novlangue ».
La novlangue, « C'est une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l'expression des idées potentiellement subversives et à éviter toute formulation de critique de l’État, l'objectif ultime étant d'aller jusqu'à empêcher l'« idée » même de cette critique » .
Wikipedia précise que dans l’usage le terme en est effectivement venu à désigner le jargon, mais alors, ‘’novlangue’’ perd alors toute sa charge critique, pour devenir éventuellement un anathème : tout ce qui est qualifié de novlangue se trouvant aussitôt chargé de l’aura radicalement totalitaire repoussante que le terme hérité de 1984. De manière générale, dans un contexte de guerre culturelle réactionnaire, à rebours du sens initial que lui donnait Orwell, ce sont toujours des termes nouveaux, des termes produits par la lutte politique – lutte antiraciste, antisexiste, LGBTQIA+ - exprimant des critiques nouvelles, nommant et qualifiant des faits sociaux qui sont eux très souvent moins nouveaux, qui sont communément disqualifiés comme « novlangue ».

Normativité cishétérosexiste : dans notre société, ça n’est pas seulement le sexisme, l’hétérosexisme qui sont la norme. Cis est un préfixe latin qui s'oppose à trans. Comme dans cisalpin/transalpin.
Etre cisgenre, c’est-à-dire, être du genre qui nous a été attribué à la naissance, sur la base de l'apparence des organes génitaux externes, et de la croyance en un genre fondé sur le sexe, c’est la norme, et cette norme est aussi vue comme naturelle. Les personnes transgenres - qui ne se reconnaissent pas dans le genre qu'on leur a attribué, qui s'affirment d'un genre autre - sont donc pathologisées et disqualifiées. Le cishétérosexisme est toujours la norme par défaut dans notre société.

Normativité endosexiste : endosexe désigne une personne dont le corps sexué correspond aux stéréotypes de l’un ou l’autre des deux sexes que connaît notre société. A contrario, une personne dont le corps sexué ne correspond pas à la norme endosexe est alors intersexuée. Là encore, deux préfixe latins: endo, à l'intérieur (des deux catégories de sexe), inter, entre ces deux catégories.
Etre endosexe est la norme, et cette norme est elle aussi vue comme "naturelle". Les personnes intersexes sont donc socialement pathologisées et disqualifiées: anormales, innommables, impensables dans un cadre de pensée, un paradigme, qui ne connaît et ne peut connaître que des mâles et des femelles - et des exceptions ou des monstres socialement problématiques.

NAUWELAERS

17/08/2022 à 10:24

Martin,
Même des émissions de télévision de grande écoute célèbrent les non hétéros.
Les drag queens etc. («Dressed as a girl»).
Les films.
Plein d'artistes à succès et même dans une manifestation à grand succès populaire comme l'Eurovision !.
Une miss Transgenre au concours de miss France (je ne me prononce pas, j'énonce: si votre sens des nuances éventuel et souhaité peut faire le distinguo).
Vous vivez où en fait ?
En 1970 ?
Ce que je vous reproche, c'est de nier l'évidence.
Oui on peut être naturellement hétérosexuel et ne pas être intolérant contre celles et ceux et «iels» qui ne le sont pas.
Ce n'est pas de «l'hétéronormativité», c'est comme ça que je suis né.
Et je n'en suis pas fier mais certainement pas honteux.
Cela me convient totalement.
Ce qui ne va pas, c'est votre déni des réalités.
Et il y a diverses tendances féministes...heureusement.
Même si ce sont les radicales qui crient le plus fort et parfois disent ou écrivent de véritables énormités.
Ce qui risque de faire du tort aux progressistes authentiques qui ne croient pas nécessaire de verser dans une sorte de triomphalisme agressif et hystérique tout en accusant sans arrêt les autres.
Je m'informe au quotidien, surtout pas uniquement par des forums, et je sais un peu de quoi il s'agit...
Bonne journée.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Martin

18/08/2022 à 09:44

Je constate que vous vous méprenez encore, je vais donc essayer d’expliquer mieux.

Vous écrivez :

« Vous vivez où en fait ? En 1970 ? »

Figurez vous que c'est dans cette décennie là que je suis né.
Et que je fais très bien la différence entre ce qu’il est possible de faire aujourd’hui, lorsqu’on est intersexe, et ce qu’il n’était même pas possible de penser alors : comme les autres personnes intersexes de ma génération, je l’ai vécu à la première personne, cette différence a un impact majeur sur ma vie.
Dans les années 70, les mutilations étaient la règle – elles le sont toujours – mais il ne se trouvait alors personne pour les qualifier ainsi: la médecine cishétérosexiste réparait au plus vite les corps sexués qu’elle jugeait défectueux, ratés, anormaux, malformés, ambigus, corrigeait les anomalies, normalisait les monstres, exigeait le secret. Personne de devait savoir, et surtout pas l'enfant lui même. Les personnes grandissaient isolées dans la honte et les séquelles traumatiques.
Les parents, la société, voulaient des mâles et des femelles typiques, ne savaient accueillir que des mâles et des femelles typiques. Les parents avaient peur: que dirait la nounou, ou la tante ou la belle soeur en changeant nos couches?
Nous étions des urgences de genre. Nous étions des "hermaphrodites" !
La médecine cishétérosexiste a progressivement étoffé son catalogue de pathologies du développement génital, face aux luttes, elle a dû changer à la marge son vocabulaire, elle nous perçoit désormais comme des DSD – « désordre » du développement sexuel, les plus généreux disent « différences » – mais toujours comme des urgences de genre: toujours, il ne doit exister que des mâles et des femelles typiques. Aujourd'hui encore, elle répare donc toujours, corrige, normalise celleux qu'elle persiste à juger comme des problèmes.

Le mot mutilation, j’avais 15 ans lorsque je l’ai pensé, c'était le milieu des années 80. J'ai du vivre seul avec. J’ai dû attendre d’en avoir presque 50 pour apprendre que je n’étais pas le seul, que j’étais légitime à le penser, pour comprendre enfin mon histoire, mettre les mots qui convenaient sur les violences qui m’avaient été faites, les conséquences qu’elles ont, avec lesquelles je vis et vivrai ; et pouvoir enfin le dire. Pour apprendre que ce que je vivais était un effacement médical et social, et que cet effacement était le résultat d'une politique de genre. Cette histoire de décennies d'errance est tristement banale pour les personnes intersexes nées dans la deuxième moitié du XXe siècle. Comme l’a justement formulé il y a 15 ans l'activiste Vincent Sarita Guillot, « Nous n’avions pas le droit de dire ce qu’on ne nous avait pas dit que nous étions ».
Pouvoir parler, nommer ce que j'ai vécu, et que tant d'autres vivent, je le dois aux luttes féministes radicales, aux luttes LGBTQIA+. En particulier, je le dois au courage exceptionnel des premières personnes intersexes qui il y a 25 ans ont osé parler publiquement, malgré la chape de honte, de secret, contre les mensonges médicaux qui pathologisent nos corps et effacent nos existences.
Les activistes trans ont été nos premières alliées.

Les mutilations et les tortures médicales au prétexte de « normaliser » les corps intersexués continuent aujourd'hui en France – condamnée 3 fois par l’ONU pour cela depuis 2016 -, et quasiment partout dans le monde. Depuis le milieu des années 2010, un premier pays – Malte ! -, rejoint par une petite poignée d’autres depuis, les condamne officiellement, mais la réalité du terrain est toute autre. Une idéologie hégémonique toujours rigide et étroite, des décennies de pratique médicale, et de pratique du secret et du mensonge, ne s’effacent ni en un jour, ni même en quelques années. Même lorsque cela a été interdit, trop souvent on opère encore, ou on envoie discrètement l’enfant être opéré ailleurs.
Parce qu'il ne suffit pas d'interdire: il faut lever la panique de genre.
Il faut déconstruire les représentations fausses et anxiogènes dans les têtes.
JK Rowling et celleux qui la soutiennent font l'exact contraire.
Pour que les mutilations des enfants intersexes cessent, il faut faire savoir publiquement, massivement, que nos corps sont sains, que la diversité des corps sexués est naturelle, que la biologie complexe des processus de sexuation produit cette diversité normalement, que nous pouvons vivre tels que nous sommes nés, et que si vraiment nous voulons être normalisés, nous saurons une fois suffisamment matures faire un choix librement consenti et éclairé.
Il faut faire savoir que nos identités de genre et nos orientations sexuelles sont diverses, qu'elles nous appartiennent et qu'elles ne sont une menace pour personne.
JK Rowling et celleux qui la soutiennent font le contraire.

Le paradigme médical qui requiert nos « normalisations » a été produit dans les années 50, et il pèse encore de tout son poids - le changement commence à peine, et seulement parmi les plus jeunes médecins et chirurgiens.
En parlant des années 70, vous faisiez donc une erreur généreuse de 20 ans. C'est pire.
Le monde médical, lui, vit encore massivement dans les années 50 face aux corps intersexes. Il n’a commencé à changer timidement, à la marge, que durant les deux dernières décennies, et seulement parce que les personnes intersexes parlent et luttent et ne se laissent pas impressionner par le pouvoir, le déni, les invalidations, les infonctions au silence. Lorsque les premières militantes intersexuées de l’ISNA (intersex society of north america) ont pris la parole à la fin des années 90, et sont allées voir ces chirurgiens qui opéraient les enfants « pour leur bien », pour les informer de ce que vivraient ces enfants en grandissant, des conséquences dramatiques que ces opérations génitales cosmétiques non consenties auraient sur leurs vies d’adultes, sur leur santé, sur leur sexualité, sur leur vie sociale et affectives, elles pensaient que devant le tableau de résultats aussi clairement contraires aux objectifs affichés, les pratiques changeraient. C’est le contraire qui a eu lieu : les chirurgiens alors se sont alors braqués contre leurs victimes, et une grande partie d'entre eux refusent toujours de le faire. La lutte dure donc depuis plus de 25 ans.

Cela, vous pouvez l’ignorer. Je ne le peux pas, je ne le peux plus.

Vous écrivez:

« Ce n'est pas de «l'hétéronormativité», c'est comme ça que je suis né. »

Je n’en doute pas. Ce n’est pas l’hétéronormativité qui vous a fait hétérosexuel. L’hétéronormativité est une croyance. C’est la croyance hégémonique en la "normalité" de l’hétérosexualité. Personne ne vous stigmatisera pour être hétérosexuel, personne ne remettra jamais en doute que vous soyez « né ainsi ». Les institutions sociales ont une longue histoire structurée autour de l’hétérosexualité, qui apparaît comme une évidence inquestionnable, "nécessaire à la reproduction" (souvenez vous des pauvres slogans de la manif pour tous, qui croit parler de biologie quand elle parle de société), et naturelle.
Dans ce contexte, toute autre identité ou orientation sexuelle par contre paraît artificielle, résultant d’un caprice plus ou moins incompréhensible, d'un égarement social, d'un accident regrettable, comme contre nature, et socialement problématique, potentiellement menaçante. Et les corps atypiques sont une menace, une urgence sociale.
Au mieux, on se convaincra qu’elle peut être inoffensive, voir une richesse culturelle, et alors on la tolèrera.

Mais je ne veux pas être « toléré », nous ne voulons pas être « tolérés ».
La tolérance, c’est le pouvoir qui reste tel quel, mais qui garde son gourdin dans sa poche. Il promet juste de l'y laisser.
Et nous connaissons le pouvoir et sa force: nous y avons goûté et y goûtons encore, entre deux "tolérances".
Nos luttes n'aboutiront que lorsque ce pouvoir sera défait, et son gourdin brisé.

« Ce que je n'arrive pas à comprendre, c'est que les homos, trans et LGBT refusent de reconnaître que leurs droits et leur identité sont reconnues plus fort ici et maintenant que ce ne fut jamais le cas dans l'histoire ! »

Vous semblez projeter sur nous votre perception de notre situation : ce que vous croyez en comprendre depuis votre point de vue situé. Le même « argument » est toujours employé contre les combats féministes : c’était pire avant, ou c’est pire ailleurs. Vous ne semblez pas parvenir à concevoir que nous disposons pleinement de facultés de jugement opérationnelles et que nous ne nous exprimons pas inconséquemment. Que nous savons que nos prises de paroles rencontreront au mieux de l’incompréhension, et trop sûrement de l’hostilité.

Je saute à votre conclusion. Vous parlez de vos passions.

J’en ai aussi, nous en avons toutes et tous. Et beaucoup d’autres luttes sociales m’importent depuis... depuis des décennies – toutes celles dont j’ai connaissance, en fait. Tou.te.s les militant.e.s et activistes intersexes ou trans que je connais sont engagé.e.s sur plusieurs luttes, tou.te.s sont solidaires et impliquées pour d’autres causes. Mais ce n’est pas ici le lieu d’en parler. Ailleurs, je vous parlerais d’animalisme, de décolonialité, d’anarchie, d’anticapitalisme, de luttes ouvrières, de féminisme, de libération de l'enfance, de neuroatypisme, du désastre climatique, et de bien d’autres luttes encore.

Mais pas ici.

Lorsque des personnes aussi influentes que JK Rowling propagent des représentations aussi grossièrement fausses, infâmantes, effrayantes : hostiles et lourdes de conséquences des personnes non conformes aux yeux des croyances hégémoniques de genre et de sexe, et alors que je vis et que je sais que des millions d’autres trans et intersexes vivent aussi les conséquences de ces représentations fallacieuses de qui nous sommes et de nos luttes, ce n’est certainement pas le moment pour moi de venir parler ni de mes hobbies, ni d’autres luttes qui me sont chères.
Ici, c’est le lieu de venir rétablir les faits, de venir déconstruire les mensonges répandus sur nous, contre nous, de rappeler que ce qui est dit sans nous est dit contre nous; et de contribuer depuis mon expérience vécue à défendre celleux qui pâtissent et pâtiront encore – excusez le gros mot, mais désormais, je considère que je vous l’ai expliqué, et il nous permet d’exprimer, ramassé en un seul terme ce que nous subissons – du même cishétérosexisme normatif.

NAUWELAERS

18/08/2022 à 11:02

Martin,
Réponse finale dans le sens de «ultime».
-On peut être en désaccord avec les propos de Rowling sur les femmes et les trans.
Ce qui me donne la nausée, c'est cette mentalité abjecte d'hallali en ligne pour la détruire socialement.
Savez-vous que Rowling est à nouveau ou encore menacée de mort suite à son soutien à Rushdie ?
Non, la fin ne justifie pas les moyens.
Je ne suis pas d'accord.
Si cela vous laisse indifférent avec approbation tacite même fausse, votre parole devient moins audible.
Vous devez vous désolidariser de ces pratiques à vomir.
-Vous ne répondez qu'à moi, moi, moi, moi...
Il y autres que moi sur ce forum et il ne faut pas vous adresser qu'à moi seul.
Alors que vos obsessions ne sont pas les miennes.
-Si vous avez d'autres convictions (moi j'en ai mais pas l'écriture pseudo-inclusive), vous auriez intérêt au contraire à en faire état.
Vos posts et autres du même genre d'autres personnes intersexes donnent l'impression pénible de gens incapables de penser à autre chose que les obsessionnelles questions de genre.
C'est pénible et les obsessions étalées sans arrêt suscitent le rejet.
C'est comme cela pour tout le monde et vous ne changerez pas cela.
-Les mutilations de personnes intersexes, on n'en parle pas dans la presse généraliste.
Ce n'est pas ma faute et il faut que la presse s'en empare.
Alors alertez les grands journaux, les médias avec des faits que des journalistes dignes de ce nom vérifieront et dénonceront s'il y a lieu.
Inutile de m'envoyer à moi des foules de liens scientifiques.
Le grand public ne prendra jamais le temps -qu'il n'a pas -de s'y intéresser.
Il faut une info grand public et non spécialisée seulement.
C'est une base mais qui doit ensuite percoler dans l'info générale.
-En attendant, on est inondés de pubs inclusives, de séries télé inclusives, de films inclusifs, de cérémonies inclusives, d'articles grand public glorifiant les drag queens, sorties de la marginalité et triomphantes.
Et les transgenres.
Disney est un moteur énorme de cette cause alors qu'un autre correspondant osait dénoncer une malheureuse princesse de Disney qui embrassait un hétéro !
Cela sent l'intolérance à rebours qui est contre-productive.
Donc la balle est dans votre camp et je ne vais plus passer mon temps à répéter à l'envi ce que vous ne voulez pas lire.
Je pense enfin qu'il y a un vrai mouvement pour «informer» de jeunes enfants -je parle bien de tout jeunes élèves -sur des questions de genre dont jamais on ne nous parlait si tôt et jamais pour attaquer frontalement notre identité sexuée de départ.
Cela s'appelle: du prosélytisme scandaleux avec un esprit de secte totalitaire.
Vous défendre ou défendre les autres, les victimes, contre ces odieuses avanies dénoncées par vous mais pas par la presse généraliste, c'est pleinement justifié.
Se livrer à du prosélytisme scolaire tel que décrit ci-dessus est nauséabond.

Vous me parlez de cause, mais c'est votre mot à vous.
Mes convictions: on ne doit pas plonger de jeunes enfants dans les affres de ces questions de genre qui sont de trop à l'école jusqu'à un certain âge.
Quel âge ?
Je n'en sais rien.
Mais l'entrisme de ces questions existe bel et bien et c'est inadmissible.
Ce sont des faits et non des fantasmes.
Les enfants ne vont pas à l'école pour cela.
Pour finir: arrêtez vos grands mélanges de confusion.
Je suis totalement opposé aux maltraitances que vous dénoncez et qui devraient faire les gros titres des journaux !
L'époque n'a jamais été aussi favorable pour dénoncer cela.
Le terrain est mûr: arrêtez de m'écrire à l'infini et alertez les médias, vous.
Envoyez-leur à eux et non à moi tous les liens que vous voudrez.
Et j'ai tout exprimé de A à Z, à vous de comprendre ou non.
J'arrête ici, tournez-vous enfin vers d'autres interlocuteurs ou pensez enfin à autre chose à la fin !
Stop obsessions et en les étalant, vous faites fuir tout le monde.
Je vous mets en garde et je n'irai pas plus loin, on a fait le tour pour vous et moi et ce site est un site littéraire, rappel utile.
Bonne chance à vous et changez de registre, de direction ou faites ce que vous voulez mais moi, j'arrête -j'ai cent autres sujets dont je veux m'occuper et la vie est courte.
J'adore les jours où je ne sais même plus que les questions de genre existent !
CHRISTIAN NAUWELAERS CITOYEN et c'est tout et ras-le-bol de tous ces qualificatifs !

NAUWELAERS

17/08/2022 à 10:53

Martin,
On tourne en rond.
Je suis pour la tolérance mais dans tous les sens.
Mais non à des présupposés du style «stéréotype hétéronormatif»...
L'hétérosexualité est un fait naturel qui n'est pas un stéréotype.
C'est ce mot-là qui est une création intellectuelle s'inscrivant dans le cadre d'un certain discours général.
Et on peut parfaitement questionner et relativiser ce discours qu'on veut imposer comme une religion nouvelle.
Assez de religions.
Cette novlangue me dérange.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Sorairo

17/08/2022 à 14:31

Cher Christian,
L'hétérosexualité est un fait naturel. L'homosexualité l'est tout autant. De même que la transidentité, l'intersexualité...
Toutes ces notions ont une validité égale et existent depuis l'aube des temps.
J'irai jusqu'à vous accompagner lorsque vous dites que l'hétérosexualité cisgenre (oups, désolée, de la novlangue soviético-orwelienne!) est la "norme". Car la notion même de "norme" est très humaine : elle signifie simplement que les plus nombreux décident de la supériorité définitive de leur unique vision et l'imposent définitivement à tous. Tel est le sens du terme.
C'est très compatible, en fait avec la "tolérance" dont beaucoup se rengorgent. Car "tolérer", c'est juste laisser faire avec un tantinet de condescendance... jusqu'à ce que l'on change d'avis.
Ce qui va évidemment un peu à l'encontre de toute prétention à l'humanisme...
Ce que souhaitent les LGBT, c'est plutôt l' "acceptation". Et là, il y a encore du chemin à parcourir...

NAUWELAERS

17/08/2022 à 22:14

Mais Sorairo,
Ce que je n'arrive pas à comprendre, c'est que les homos, trans et LGBT refusent de reconnaître que leurs droits et leur identité sont reconnues plus fort ici et maintenant que ce ne fut jamais le cas dans l'histoire !
Cette passion de la victimisation, c'est cela qui est une cause de rejet et non une transphobie, une «haine» imaginaire (sauf chez certains fanatiques) ni rien !
Ouvrez les yeux et arrêtez de vous plaindre enfin...
On a l'impression que rien n'existe dans le monde sauf vous, vous, vous vous !
Et les autres, vous y pensez ?
Votre combat est encore à mener dans des pays où ces droits ne sont pas reconnus voire persécutés.
Mais ne mélangeons pas tout...!
Et la vie ne s'arrête pas aux questions de communautarisme sexuel.
Moi j'ai des passions qui me font vivre, très loin de tout cela !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Martin

18/08/2022 à 09:51

En fait, je crois qu'il y a une question que vous pourriez, devriez vous poser.

A vous même.

La réponse ne me concerne pas, je ne vous la demande pas.

Cette question, que vous n'avez cessé de m'adresser de façon plus ou moins directe, et à laquelle j'ai longuement répondu, la voici:

Que venez vous défendre ici? Quelle est cette cause?

Sorairo

18/08/2022 à 11:12

Cher Christian,

Les rodéos dans les cités sont interdits par la loi, mais il y en a tous les soirs deux rues après la mienne.

La vitesse est limitée sur autoroute, mais sitôt passé le radar automatique, les automobilistes accélèrent.

J'ai été insultée, maltraitée, sans l'ombre d'un motif, y compris par des représentants de l'état, et je m'estime heureuse de n'avoir pas été agressée à la machette comme l'une de mes amies. Ou renvoyée de mon poste comme une autre à l'annonce de sa transition.

La loi punit mais ne protège pas. Ce qui protège, c'est le consensus, et le consensus s'obtient par l'éducation.

La haine n'est pas le fait des fanatiques, mais des personnes ordinaires qui la banalisent par des paroles ordinaires. Qui disent au victimes de se taire, elles qui n'ont jamais été victimes de rien.

Et lutter contre cette banalisation est un combat de tous les jours. Local et nécessaire.

Croyez-vous réellement que je n'ai d'autre passion que celle de me plaindre sur internet?

Voyons Christian, vous qui vous dites "vivre très loin de tout cela", sur ce simple fil, vous avez posté dix fois plus de volume que moi... et j'aimerais tellement ne pas avoir eu à envoyer une seule ligne, pour consacrer le temps à le faire à de plus gratifiants loisirs...

NAUWELAERS

18/08/2022 à 12:00

J'ai posté à l'infini suite aux posts incessants de Martin !
Oui moi j'ai d'autres problèmes et je n'en fais pas étalage.
Ce site est un site littéraire et non un grand entonnoir où tout le monde doit venir étaler sa vie et ses problèmes et difficultés.
Pour rappel: des personnes qui regrettent vivement leur changement de genre, c'est comme pour les victimes des effets secondaires des vaccins.
On assimile leur parole à des mensonges, à des sites conspirationnistes d'extrême droite, etc.
Sinon, pour l'ultime fois: toutes les maltraitances contre toutes les personnes intersexes ou appelez-les comme vous voulez, contre les trans, les LGBT, les hétéros, les asexué(e)s, les enfants (y compris leur voler leur enfance, c'est crapuleux) sans oublier les animaux...cela m'est insupportable.
Comme ces rodéos urbains glorifiés dans un film par une jeune cinéaste évidemment portée aux nues dans la presse !
Cela m'est intolérable mais ActuaLitté n'est PAS un forum sociétal et qu'on arrête d'étaler ses problèmes ici.
OK pour le faire ailleurs y compris dans la presse mais ne m'écrivez plus.
C'est soûlant maintenant.
J'arrête ici et il y a d'autres gens que moi sur ce forum qui devient fou.
En clair, je tire le rideau car il faut savoir dire stop, en dépit de ma longue patience.
Bon vent à vous et portez-vous bien et bonne chance pour ces avanies qui sont pénibles et insupportables -j'en suis très conscient et il est inutile de vouloir me conscientiser à ce sujet.
Vous perdez votre temps jusqu'à ce que je devienne votre nouveau commissaire de quartier ou le nouveau ministre de l'Intérieur !
Adressez-vous à qui de droit, Sorairo, loin de ce forum qui déborde à l'infini mais STOP.
Un nouveau post à moi, cela sera du harcèlement et je répondrai comme à quiconque harcèle les autres.
Évitez pour que je puisse vous conserver un minimum de respect et choisissez d'autres gens à qui écrire, merci !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Forbane

21/07/2021 à 09:37

Merci pour la clarté et l'évidence de votre propos.
Je n'ai rien à ajouter.

Martin

03/08/2022 à 09:01

Comme toutes celles et ceux qui viennent essayer de discréditer les personnes trans en assénant au calme, tranquilles, avec une certitude en béton armé: "le sexe biologique est vrai", ou "le sexe biologique est réel", J. K. Rowling est au mieux très mal renseignée sur l'existence des personnes intersexuées, et des individus intersexués au sein des espèces sexuées.
Afficher publiquement son ignorance de la complexité de la biologie du processus de sexuation, ainsi que de la part que prend le genre comme ordre social et comme idéal binaire produisant une lecture réductrice et binaire de "la biologie", sans s'exposer à risquer d'en subir la moindre conséquence, est un privilège.
Les personnes intersexués n'ont pas ce privilège. Pour nous, l'ignorance et la désinformation hégémoniques ne sont pas une option. Pour notre malheur, nous naissons dans un monde genré qui croit et veut quoi qu'il arrive continuer de croire en la biologie de sa binarité. Au moment de notre vie où nous sommes les plus vulnérables, pour une partie d'entre nous, nos corps expriment déjà visiblement cette complexité de la biologie, et la richesse de la diversité des sexuations qui en est la conséquence nécessaire et inévitable. Pour une partie d'entre nous, nos naissances sont donc un démenti flagrant de cette croyance dominante, hégémonique en un monde binaire ou n'existeraient que des "hommes" et des "femmes" typiques: et face à nous, les croyants paniquent. Les parents et la société attendent un genre et donc il faut produire d'urgence cette apparence de sexe typique qui le justifieront, les médecins doivent trancher. Littéralement.
Pour d'autres, le démenti a lieu plus tard dans l'enfance, ou à la puberté. D'autres enfin n'apprendront jamais qu'iels ne correspondent pas aux stéréotypes de sexuation dite "mâle" ou "femelle".
Mais nous représentons environ 2% des naissances: plus de 13000 naissances par an en France.

Aux yeux des personnes considérées comme typiquement sexuée, cette richesse et cette diversité n'apparaissent jamais, leur sexuation leur paraît simple, évidente - et pour la majorité d'entre elle, leur genre leur sera aussi invisible. Pourtant, une exploration biologique poussée de leurs corps - de leur caryotype, génotype, taux d'hormones..., et des comparaisons de ces explorations entre elles témoigneraient aussi de leur diversité, mais elle ne sont pas faites: puisque ces personnes sont vues comme "normales".
Au nom de l'idéalisme cishétérosexiste, endosexe, et des deux idéaux types qu'il a construit, une partie des sexuations sont elles perçues, construites comme "différentes", elles ne sont pas seulement atypiques, au nom de considérations sociales, elles sont toujours pathologisée. Une grande partie des personnes dont la sexuation est socialement considérée comme atypique se voit donc infliger parfois dès les premiers jours de vie des chirurgies et des traitements médicaux de "correction" et de "normalisation" qui sont autant de thérapies de conversion. Ces "normalisations" visent à effacer nos différences, à nier que nous soyons nés ainsi - à "corriger", "normaliser", effacer ce que nous sommes, puisque socialement il n'est pas envisagé que puissent exister des individus qui ne soient ou ne paraissent typiquement mâles ou femelles.
Ces normalisations chirurgicales et médicales lourdes, ainsi que les examens, "soins" et explorations médicales génitales répétées, - il ne s'agit presque jamais d'une seule chirurgie, mais de plusieurs, parfois jusqu'à des dizaines, tout au long de l'enfance et de l'adolescence - ont des effets dévastateurs et définitifs: perte plus ou moins complète de fonctionnalité génitale, traumatismes psychologiques profonds, stérilisation, santé physique détruite et dépendance à vie à des traitements hormonaux...
Ce vécu spécifique de stigmatisation, pathologisation et de déni de nos droits humains élémentaires - droit à l'intégrité corporelle, à l'autonomie de nos choix - mène une partie de celleux qui le subissent à assumer publiquement la politisation de ce vécu intersexe.

La notion de "dimorphisme sexuel" au sein d'une espèce ne signifie pourtant pas qu'elle serait exclusivement et normalement composée de "males" et de "femelles" typiques: mais seulement qu'elle comporte en nombre significatif des individus à nos yeux suffisamment physiquement différenciés pour y constituer sur la base de cette apparence des "mâles typiques" et "femelles typiques". Mâle et femelle, masculin et féminin ne sont pas des essences, mais des concepts et des normes sociales. La lecture étroitement binaire, délibérément réductrice, de "la biologie" est un produit du genre, c'est cette lecture qui nous pathologise, qui fait de nous des personnes intersexuées. Cette lecture sociale de nos corps sexués le fait toujours à partir d'une conception téléologique de la sexuation, et en employant les termes de cette téléologie: malformations, défauts, désordres, différences du développement sexuel, qui sont stigmatisant et pathologisant. Dans cette lecture téléologique, les concepts et les idéaux typiques sont conçus comme préexistant le processus de sexuation, qui s'efforcerait d'y aboutir - et échouerait parfois, aboutissant à des aberrations, des monstres, des erreurs de la nature. La tératologie est la conséquence de la téléologie.
Cette lecture binaire ne connaît et ne veut jamais connaître que deux types, et exclut donc comme pathologique toute sexuation qui n'entre pas dans ses catégories étroites. Mais la biologie ignore les types idéaux et la téléologie:

la variation est la norme au sein du vivant, y compris au sein des espèces sexuées.

Quand les personnes, qui de leur propre aveu, revendiquent un "Féminisme Radical Excluant les personnes Trans", un 'Trans Exclusionary Radical Feminism" (et si un tel engagement politique est mal vécu, il est heureusement possible d'en changer), parlent toujours sans complexe, comme le fait J. K. Rowling avec tout le poids de sa célébrité, "d'effacer" les femmes, ou de "vrai sexe biologique", ou de "sexe biologique réel", ou affirment qu'on ne peut être que soit mâle, soit femelle, iels affichent en toute décontraction leur ignorance des connaissances et des recherches contemporaines concernant la biologie de la sexuation.
S'entêter, s'acharner à vouloir toujours penser et présenter la sexuation en des termes aussi scientifiquement inappropriés que le sont ceux de l'idéalisme binaire du genre et du sexe, en des termes socialement aussi lourds de conséquences pour la vie d'autres personnes, est un choix politique, et un choix éthique. Ce choix mène à caractériser certaines sexuations comme atypiques et à justifier sur ce fondement leur rejet et leur déshumanisation: c'est sur ce prétexte et lui seul que les personnes intersexuées sont déchues des droits humains élémentaires qui protègent les personnes endosexes.

Dans leur obsession à chercher à discréditer et stigmatiser les personnes trans sur la base des croyances dominantes et des représentations hégémoniques du sexe et de la biologie de la sexuation, les TERFS traitent la centaine de millions de personnes intersexuées qui existe de par le monde, qui sur la base de ces mêmes représentations et croyances sont stigmatisées, pathologisées, souvent mutilées, torturées, toujours socialement niées et effacées, comme leur paillasson.
L'idéalisme "biologique" et la désinformation scientifique répandus par la propagande TERF nient le fait de nos existence, nie nos luttes, rendent nos corps, nos vies, nos combats inintelligibles.

Iels ne devraient vraiment pas faire ça, ça n'est pas bon pour iels.

Sorairo

03/08/2022 à 15:54

Très belle réponse, Martin. Eclairante, documentée et sensible. Mais personne ne la lira, il est plus simple d'asséner des mensonges 'évidents' que de les réfuter avec une argumentation intelligente. Ou de balancer des listes interminables de sites webs aux financements douteux allant de l'anti-trans au catho ultra en passant par le conspirationnisme primaire, que de chercher de vraies sources scientifiques...

Martin

11/08/2022 à 10:20

Merci de votre réaction ;-)

J'ai au moins déjà été lu par vous, ce n'est pas rien.
Au stade ou nous en sommes, jeter des bou...ssoles à la mer vaut aussi le coup d'être tenté.
Je m'efforce donc parfois d'écrire et poster ce que trop longtemps je n'ai pas eu l'occasion de lire, qui m'aurait alors été précieux, et qui pourrait l'être à beaucoup d'autres: l'essentiel de la difficulté à être intersexe tient d'abord à l'effacement social et épistémique du fait de nos existences.
Les occasions de poster où l'on ne s'y attend pas sont donc la norme - nous ne sommes attendus nulle part! - j'ai moi même rencontré les informations les plus déterminantes pour moi sur l'intersexuation sans les avoir cherchées. J'ai appris depuis la banalité de ce parcours d'errance, qui peut être long - jusqu'à des décennies.

Si ne serais ce qu'une seule personne en retire quelque chose, cela n'aura pas été vain!

NAUWELAERS

11/08/2022 à 13:12

Martin,
L'info entre guillemets sous ce message date d'hier, le 10 août.
Pourquoi ignorer que les droits des personnes LGBT sont maintenant pris en compte partout ?
En France, en Belgique...
Pas dans les pays où les persécutions continuent mais ici votre cause a gagné.
Y compris dans les médias audiovisuels et tout le monde peut le voir.
Arrêtez le déni et vivez votre vie, loin de l'autoflagellation toxique.
Vous serez bien mieux !
C'est le vivre ensemble et arrêtons de monter communautés de tous genres contre autres communautés.
Moi cela m'insupporte.
Bien à vous et bonne chance, vous n'avez qu'une vie et cela seul compte.
CHRISTIAN NAUWELAERS

«LGBT : et pourquoi pas un siège au Conseil de Sécurité de l’ONU ?»

Martin

13/08/2022 à 00:33

Et si vous commenciez donc par accepter de lire et d'apprendre, plutôt que de vous empresser de venir avec paternalisme me recommander de me taire - tout en faisant étalage de votre ignorance?

Je l'ai déjà écrit, mais vous me contraignez à le réécrire:

Les personnes intersexuées ne sont pas vos paillassons.

Vous ne devriez vraiment pas oser parler de ''vivre ensemble'' en nous piétinant aussi ostensiblement, encore moins en nous enjoignant d'accepter de passer nos vies à essuyer vos semelles.
ça n'est pas bon pour vous.

NAUWELAERS

13/08/2022 à 12:44

Et si vous lisiez ce que j'ai véritablement écrit au lieu de faire étalage de votre mauvaise foi invraisemblable ?
Jamais je ne vous ai enjoint de vous taire.
Il se fait que je suis en total désaccord avec vous, que j'ai le droit de l'exprimer et que le paternalisme n'a strictement rien à voir avec ce désaccord.
Pas possible, je me pince...
Vous avez parfaitement le droit de vous exprimer.
Et moi aussi.
Voilà.
Vos jérémiades déplacées deviennent agaçantes au possible, désolé.
J'attends les accusations gémissantes et totalement fausses -pour ce qui me concerne -de transphobie, etc.
Je pourrais les écrire à votre place mais je m'abstiendrai.
Salutations.
CHRISTIAN NAUWELAERS

NAUWELAERS

23/08/2022 à 21:25

Martin,
Je crois que vous êtes cinglé, ni plus ni moins.
Ne peux rien pour vous.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Martin

14/08/2022 à 15:52

Etes vous seulement capable de me dire avec quoi, précisément, de ce que j'ai posté, vous êtes en désaccord?
De citer complètement une phrase, un paragraphe, de reformuler vous même mes propres arguments, et de formuler les contre arguments sur lesquels vous prétendez appuyer ce "désaccord"? Un désaccord incapable d'exposer précisément la thèse qu'il prétend contredire, et comment il s'y prend pour le faire, ça n'est pas un désaccord. C'est du vent. Ce n'est que du bruit avec la bouche, ou avec le clavier, mais pour autant, cela n'est pas pour autant dépourvu de conséquences.

Parce que venir seulement "exprimer votre désaccord" avec les faits des existences intersexuées sur la seule et unique base de votre sentiment d'avoir bien le droit de le faire, autrement dit, sur la base de votre plate ignorance concernant le contenu factuel de mon commentaire, ça n'est pas une "opinion" cantonnée au monde des opinions. Les idées sont aussi matérielles: elles produisent des effets, et celleux qui prennent comme vous la peine de venir les avancer et les promouvoir le font pour que cette expression soit agissante.

Ni l'existence factuelle de nos vies, de nos corps et encore moins de la manière dont la société endosexiste et fanatiquement cishétérosexiste nous traite ne sont matière à "accord" ou "désaccord": nous ne sommes pas une question d' "opinion". Mais vous semblez vouloir fortement que cela puisse être le cas.
Venir se dire "en désaccord" avec les faits de nos existences intersexuées, cela se peut: mais alors, cela s'appelle du déni, de l'invalidation, et c'est soit une rhétorique délibérément hypocrite et hostile que les personnes intersexuées connaissent déjà trop bien - soit une forme d'inconséquence grotesque d'arrogance et de certitude, qui vient en renfort de cette même hostilité, et que nous connaissons tout aussi bien, sinon mieux encore.
Expliquez moi donc que vous ne faites pas celà: je suis curieux de vous lire!

En attendant cela, comme JK Rowling, et comme d'autres personnes qui sont venues commenter ici, vous y avez donné à lire que vous ne savez littéralement pas à quel point la biologie des corps sexués, le processus biologique de sexuation ne connaissent pas l'étroite et rigide binarité de votre idéologie. Grand bien vous fasse, si cette méconnaissance n'impacte pas votre vie quotidienne.

Seulement, le monde ne s'arrête aux frontières de l'ignorance de personne.

Nous sommes plus nombreux que vous ne l'imaginez à naître et vivre au-delà de votre horizon étroit. Les êtres vivants sexués sont bien plus divers, leurs corps, leurs sexuations sont bien plus diverses que ne permettent de le penser le paradigme endosexiste. La biologie de la sexuation est tout sauf simpliste, et les découvertes de l'endocrinologie, la génétique et l'épigénétique contemporaines ne cessent de rendre apparentes des complexités jusqu'ici ignorées.
Nous sommes des personnes. Des personnes intersexes, des personnes transgenres, parfois les deux.
Et nous savons pour le vivre comment un monde binaire qui ne veut connaître que les mâles et les femelles que le patriarcat a idéalisé nous traite, et combien il ne veut pas que cela soit nommé, soit dit, soit connu. Combien il tient à nous invalider, nous pathologiser, nous délégitimer.

Vous venez faire chorus avec ce monde, et me dire que tout va bien ( "les LGBT sont pris en compte") et que je ferais mieux de vivre tranquille ma vie, avec ce ton d'assurance que confère la certitude aveugle d'être soi même dans la norme, d'être soi-même légitime: on ne saurait être plus ouvertement, ostensiblement paternaliste, ni exposer le voeu de me voir retourner au silence.
Mais vous n'assumez pas vos propres écrits: vous essayez de vous persuadez que face à vous, l'on gémirait des accusations fausses!

Apprenez qu'on ne vit paisiblement ni avec des mutilations génitales infligées par la société et sa médecine au nom de notre différence pathologisée, ni avec les multiples autres traumatismes infligés - agressions sexuelles et viols perpétrés médicalement, légalement, souvent à répétition durant des années, au nom de notre impossible écart à ses normes, au nom de la panique de genre face à nos corps sexués, au nom de la nécessité de nous "corriger", dans la société même qui continue de pathologiser et d'infliger les mêmes traumatismes et les mêmes mutilations aux personnes intersexuées qui continuent d'y naître et d'y grandir,.
Mais vous qualifiez cela de jérémiades déplacées, et vous les jugez agaçantes!
Ah oui, le fait de nos existences, le récit de ce que la société nous fait vous agace!
Vous êtes bien à plaindre!
Vous allez devoir subir pire que nos opinions: vous allez devoir subir le fait de nos existences et de notre parole politique, parce que nous ne cesserons pas d'être et de manifester nos existences pour vous épargner cet agacement.

Faut-il donc vraiment vous l'écrire en toutes lettres?
Ne comprenez vous vraiment pas que je n'écris pas ces lignes particulièrement pour moi: rien ne me rendra jamais ce que le cishétérosexisme, l'endosexisme hégémonique, socialement structurant, m'ont pris, rien n'effacera ce qu'ils m'ont fait subir, ni ce qu'ils ont pris et fait subir à des millions d'intersexués de par le monde depuis les années 50.
Ne comprenez vous vraiment pas que j'écris pour contribuer à amener notre commune société à se regarder en face, et pour que les plus jeunes intersexués ne subissent plus, dans les traumatismes, la honte et le secret, ce que cette société a pratiqué depuis 70 ans, ce que j'ai subi et tu pendant 40 ans, ce qu'elle continue à faire et ne veut pas arrêter de faire? Pour que les personnes cisgenres, endosexes, ne subissent plus de police des genres et des corps?
Ou bien comprenez vous très bien, trop bien que j'écris ceci pour que le confort autosatisfait d'un idéalisme binaire Procuste cède la place au courage de connaître et reconnaître les existant.e.s dans leur irréductible diversité. Y compris la légitimité de l'existence des personnes transgenres, non binaires, agenres.

Ayez le courage d'assumer vos "opinions" cishétérosexistes et endosexistes, ou ayez celui d'apprendre à les taire quand on vous expose combien votre ignorance y cautionne l'oppression d'autrui.
Ayez le courage de vous mettre tout simplement à commencer d'apprendre de ce que vous ne connaissiez pas: sachez que si vous preniez cette décision, personne ne vous en voudrait.

Si de cela aussi vous n'avez pas conscience, je ne peux que vous plaindre.


Vous concluez votre message ainsi:
"LGBT : et pourquoi pas un siège au Conseil de Sécurité de l’ONU ?"

J'ai un petit cadeau pour vous.
Une citation:
"la Théorie du Genre est la nouvelle idéologie qui sert ouvertement de référence à l'ONU et à ses diverses agences en particulier l'OMS"
Ce sont littéralement les premières lignes de la préface donnée par Tony Anatrella, prètre et psychanaliste, à l'ouvrage "GENDER La controverse", publié en 2011 par le Conseil Pontifical pour la Famille.

NAUWELAERS

15/08/2022 à 09:29

Martin,
Vos problèmes ne sont pas de la faute des hétéros.
Des types comme moi ne vous ont rien «pris» du tout et si certains se comportent mal contre les trans, LGBT et autres, c'est de leur faute.
Et je les condamne.
Sur le plan institutionnel et dans nos pays (pas partout) et même jusqu'au niveau de l'Europe, vos droits SONT reconnus.
Il n'y a de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.
Je compte sur vous pour ne pas comprendre, en dépit du soutien d'Elisabeth Borne en personne.
Ci-dessus entre guillemets une nouvelle que je n'ai PAS écrite, c'est une info !
Vous m'attribuez à moi une info que je ne fais que relayer...!
«LGBT : et pourquoi pas un siège au Conseil de Sécurité de l’ONU ?»
«Cishétérosexiste»: épargnez-moi votre novlangue absurde sur le fond comme sur la forme.
Non ce n'est pas drôle
Vous êtes le roi de la confusion mentale, désolé.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Martin

16/08/2022 à 14:59

Vous vous méprenez. Je n’ai jamais écrit que « c’est la faute des hétéros ». J’ai parlé de structures sociales, d’idéologies, dans lesquels nous sommes toutes et tous pri.se.s, quelle que soit notre orientation sexuelle, notre genre, notre corps sexué.
Sur le plan institutionnel et dans nos pays, votre avis sur l’état des droits LGBTQIA+, qui ne vous affectent pas personnellement puisque vous êtes « naturellement hétéro », c’est juste votre avis. Vous avez le droit d’en avoir un. Vous avez même le droit de l’exprimer, et vous ne vous privez pas de le faire.
Si, pour des raisons qui vous regardent, vous décidez unilatéralement que votre avis de personne « naturellement hétéro » plus ou moins informée doit prévaloir sur celui des personnes qui vivent « l’état des droits » en question, qui en supportent les conséquences, et qui sont elles, au vu de ce qu’elles vivent, d’avis de lutter pour leurs droits et leurs conditions d’existences ; et que votre avis est que ces luttes sont superflues puisqu’elle n’ont plus lieu d’être et que celleux qui les mènent sont un problème, cela devient tout autre chose.

Cishétérosexiste : aucune novlangue ici - au pire, du jargon -, et je vous ai déjà expliqué dans mon autre réponse. Cis, trans, préfixes latins. Cisalpin, transalpin, cisgenre, transgenre. Cissexisme: sexisme qui stigmatise le fait de ne pas être cisgenre. Le cissexisme pathologise et disqualifie les personnes trans.

Enfin, vous vous méprenez derechef : je ne vous ai évidemment pas attribué la paternité de l’info que vous avez relayé.
J’ai bien noté, par contre, que vous aviez jugé pertinent de la relayer.
Et c’est à ce jugement de votre part que j’ai répondu.

JFC

20/07/2021 à 15:11

« elle affirmait que seules les femmes avec des menstrues méritaient ce nom, point»
C'est faux et vous déformé ses propos par votre militantisme.

«En décembre 2019, J. K. Rowling affiche son soutien à Maya Forstater, une chercheuse britannique ayant été licenciée après avoir affirmé que personne ne pouvait « changer son sexe biologique ». Selon Rowling, la scientifique aurait été injustement licenciée pour avoir simplement déclaré que « le sexe [était] réel ». À la suite de son soutien public, l'auteure est à son tour accusée de « transphobie » par certains fans et médias biaisés totalement obsédé par le genre.

Le tweet original est ‘People who menstruate.’ I’m sure there used to be a word for those people. Someone help me out. Wumben? Wimpund? Woomud?

Opinion: Creating a more equal post-COVID-19 world for people who menstruate
https://twitter.com/jk_rowling/status/1269382518362509313

NAUWELAERS

20/07/2021 à 20:41

Ces polémiques incessantes sont insupportables quand on voit tout ce qui nous afflige dans la réalité d'aujourd'hui !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Etienne Denis

20/07/2021 à 22:12

« Une autre réponse souligne l’absence d’interventions de la part de l’autrice autour de (...) » ---> Affirmer que JK Rowling n'a rien à foutre de la violence envers les femmes en utilisant un argument aussi faible est risible. Actuallité ne devrait pas reprendre de telles niaiseries sans les contextualiser.

Au fait, est-ce que JK Rowling a dit que les femmes trans ne sont pas des femmes? Si j'ai bien compris, son « crime transphobe » consiste à dire qu'on devrait utiliser le mot « femme » quand 99,999% des personnes concernées sont des femmes.

Athanase45

20/07/2021 à 22:42

JFC a parfaitement raison de pointer que vous avez déformé les propos de JK Rowling. Elle ironisait sur l'emploi d'une périphrase "people who menstruate", faisant semblant de s'interroger, avec des mots inventés mais proches de "woman", sur le nom que l'on pouvait attribuer à cette "catégorie" en apparence impossible à désigner plus directement. Mais sa phrase n'interdisait pas à des femmes trans de se considérer et d'être considérées comme des femmes, avec ou sans menstrues.
C'est devenu une tactique de certaines minorités d'enrôler dans leurs combats des personnes célèbres, à leur insu, pour doper l'audience de leurs thèses à l'aide de polémiques inventées de toutes pièces. Mais la ficelle est un peu grosse.

NAUWELAERS

20/07/2021 à 23:49

Athanase45,
Peut-on sortir de ces obsessions qui ne mènent absolument nulle part ?
Mais cela concerne et passionne qui ?
CHRISTIAN NAUWELAERS

Camille

21/07/2021 à 09:30

Cela concerne tous les parents de tous les gosses enrolés dans cette idéologie sans se rendre compte que leur dysphorie de genre est surement due à leur homosexualité, ou autisme, ou ...
Ce débat se déroule à bas bruit, et a l'air de concerner TERF contre TRANS autrement dit deux signes inintéressants.
Non, le nombre de transitions médicales de jeunes filles mineures a été multiplié par 1500 à 4000% cette dernière décennie en occident. C'est irréversible et dangereux. C'est ce qui remplace l'anorexie mentale. Et l'ignorance de la plupart des gens (qui était la mienne il y a 2 mois) rend ce crime possible. On se dit que ca ne concerne que les trans. Mais ... ils mutilent nos gosses! gosses mal dans leur peau face à l'adolescence, au covid, à la crise climatique, et qui se réveillent 5 à 10 ans plus tard, horrifiés par ce qui leur est arrivé...
https://post-trans.com/
Les parents (https://genspect.org/) , les féministes (https://www.womensdeclaration.com/fr/), les homosexuels (https://lgballiance.org.uk/endconversiontherapy/) , et les professionnels de santé (https://segm.org/) s'organisent. Mais le lobby trans a beaucoup d'argent et des relais médiatiques considérables. L'immense majorité du camp "progressiste" de gauche (dont je suis ...) pense que pou être anti-discriminations il faut être pro-LGBT , sans voir le profond antagonisme aujourdhui entre les droits des jeunes homosexuels (à préserver leur intégrité physique) et le mouvement trans.
Si des gens ordinaires pouvaient s'intéresser à tout cela, cela aiderait nos enfants...

Abel

20/07/2021 à 23:58

L'inclusivité est importante. Ceci est un fait. Les personnes intersexes existe en ce monde. Lorsque l'on est une personnalité connue, qui est plus ou moins près de la communauté LGBTQ+ ou qui a témoigné plusieurs fois son envie de l'être, certaines responsabilités sont de mise et jk Rowling a prouvé mainte et mainte fois sont côté transphobe au courant des dernières années de part sa es tweet sur les menstruations, les nombreux commentaires qui s'en sont suivi, les pins relié a un site transphobe, le nouveau roman d'un tueur en série qui se déguise en femme pour en tué d'autre. Elle se cache sous son masque de féministe pour justifié ses propos transphobe et ça me désole de voir autant de commentaires ignorant sur la simple existence de personne trans.

Aradigme

21/07/2021 à 10:36

Bonjour Abel,

Vous écrivez pour débuter: "L'inclusivité est importante. Ceci est un fait."... Euh non, c'est une opinion. Respectable, certes, mais une opinion. Un fait, c'est un élément matériel bien circonscrit.

Quant à JK Rowlings, elle a simplement rappelé qu'un mâle transformé en une imitation de femelle par traitement hormonaux et opérations chirurgicales reste un mâle, car son ADN, au coeur de chacune de ses cellules, reste celui d'un mâle avec un chromosome X et un chromosome Y. Cela, par contre, c'est un fait, pas une opinion.

Salutations
Aradigme

Laure

21/07/2021 à 15:33

Camille confond ses croyances avec des faits scientifiques. Elle cherche juste à distiller sa haine sous couvert d une rétorique de pseudoscience en réduisant la réalité à sa convenance. Et elle connait mal la réalité et la diversité des femmes et des personnes transgenres. Alors elle brode. Un peu de reflexion http://www.macabann.com/fr/la-cabane-de-yvan-besnard/textes-et-idees/chroniques-du-xxi-siecle/1298-est-ce-que-les-transgenres-sont-malades

NAUWELAERS

21/07/2021 à 17:36

Laure,
Désolé mais c'est Camille qui a raison.
Arrêtez de parler de «haine» absolument imaginaire !
CHRISTIAN NAUWELAERS

Sorairo

02/08/2021 à 20:23

Honnêtement, avez-vous jeté un oeil sur les sources de Camille? Leur panel s'étale de l'orienté au franchement complotiste... le plus drôle étant le reddit detrans qui avoue lui-même que la grande majorité des "témoignages" de détransitions qu'il reçoit sont des fakes...

Adrien F.

21/07/2021 à 10:07

Ouai fin après faut appeler un chat, un chat hein.. Et les trans pas content me parler pas et vivons notre meilleur vie chacun dans son coin, ils n'acceptent déjà pas le genre qu'ils ont à la naissance faudrais pas s'attendre à se qu'ils acceptent que la science dit, leur sexe est celui correspondant à celui de leur genre à leur naissance.

AD

21/07/2021 à 14:04

L'article semble sous-entendre que les accusations de transphobie contre J.K Rowling ne sont le fait que de quelques tweets. Il serait bon de noter qu'elle a écrit tout un billet, assez long qui plus est, à ce sujet sur son blog : https://www.jkrowling.com/opinions/j-k-rowling-writes-about-her-reasons-for-speaking-out-on-sex-and-gender-issues/ Elle a clairement du mal à accepter que les femmes trans sont des femmes et les assimile des prédateurs envers les femmes. Si ce n'est pas de la transphobie, alors dites-moi ce que c'est.

Aussi, il faut peut-être arrêter de croire en un lobby trans qui contrôlerait tout dans l'ombre. On se calme sur les théories du complot, il faudrait peut-être se renseigner sur les conditions réelles des personnes trans (en France et ailleurs) : taux de suicide élevé, violences médicales et refus de soin, agressions, discriminations à l'emploi, pour trouver un logement,... Il est complexe d'accéder au processus de transition (suivi médical très lourd, etc). Les enfants ne sont pas des victimes qui transitionnent sur un coup de tête, c'est n'importe quoi de dire ça, et si les statistiques augmentent c'est peut-être qu'on vit dans une société plus ouverte : fait dont on devrait se réjouir plutôt que de le brandir comme la preuve d'une mode ou tendance éphémère. La notion de transidentité ne date pas du siècle dernier et est très ancienne dans les sociétés humaines !

Enfin, la notion de sexe biologique n'est pas non plus si exempt de construction sociale que ça. Je vous renvoie à cet article : http://uneheuredepeine.blogspot.com/2011/09/le-sexe-est-bien-une-construction.html

Camille

21/07/2021 à 17:02

Je réponds à AD mais aussi à Laure. Je respecte les personnes trans en tant que personnes. Je respecte leurs droits, leur dignité, leur légitimité à vivre en paix, sans être discriminées à l'embauche, dans une recherche de logement, l'accès à la santé, et tout autre droit. Et je respecte le droit des adultes à choisir, en toute connaissance de cause, de quelle manière ils et elles souhaitent mener leur vie et utiliser leur corps.
Et d'ailleurs, si la transidentité n'est pas une maladie, et peut se décider sur simple autodétermination, alors je respecte le droit à la transition hormonale et chirurgicale des adultes, sur le même plan que la chirurgie esthétique, non remboursée par la sécurité sociale, du coup.

Mais je crois que la liberté des uns s'arrête où commence celle des autres.
La dysphorie de genre est le plus souvent transitoire, et le plus souvent liée à l'homosexualité ou l'autisme, pas à la transidentité. Ainsi, la liberté des trans de défendre leur choix de vie s'arrête là où commence la liberté des enfants homosexuels à prendre le temps de comprendre la cause de leur dysphorie avant d'entamer une transition hormonale irréversible et dangereuse pour la santé.

Je comprends également que pour une personne qui a fait le choix en toute liberté d'être trans, il est très dérangeant d'entendre parler de lobbys financiers poussant à la transition médicale. Mais c'est une réalité. De même que l'explosion des détransitions de jeunes femmes souvent lesbiennes ou autistes. https://post-trans.com/

De nombreuses personnes trans (https://www.gdalliancecanada.com/ ou https://www.genderhq.org/ par exemple) ont une position modérée, reconnaissent que
-> la transition médicale ne peut pas concerner des enfants et adolescents pas encore matures psychiquement
-> le sexe est une réalité biologique, chromosomique, et que femme = adulte humain XX, et que par conséquent, JK Rowling n'a rien dit de transphobe
-> la transition médicale est une aventure difficile qui doit être murement réfléchie.
-> une personne FtM est une femme qui a choisi de faire une transition, une personne MtF est un homme qui a choisi de faire une transition.
Ce n'est pas transphobe de dire cela. C'est factuel. Les faits sont têtus ...

Ah oui, dernière chose. Merci de ne pas dysqualifier systématiquement les personnes qui ne pensent pas comme vous. Qui sont possiblement des scientifiques, ou des féministes, ou des citoyen.nes, ayant passé de nombreuses heures, jours, semaines à lire et réfléchir à ces questions Ce n'est pas transphobe de ne pas penser comme vous. C'est la diversité de la pensée humaine.
La démocratie, le fait de vivre en société nécessitent d'apprendre la tolérance. Aujourd'hui, la violence vient de l'activisme d'une frange extrémiste du mouvement trans (une fois encore, de nombreuses personnes trans sont tout à fait capables de discuter et raisonner logiquement et posément, dans le respect de leurs interlocuteurs.).
https://christinedelphy.wordpress.com/2020/08/28/insulte-terf-des-feministes-menacent-de-mort-des-femmes-vlog/
Depuis quand peut-on menacer de mort des femmes juste parce qu'elles revendiquent de toujours pouvoir nommer femme la catégorie adulte humain femelle ?
Depuis quand n'a-t-on plus le droit de dire que les hommes n'ont pas leurs règles ? que seules des femmes peuvent avoir leurs règles ? (sans contresens logique SVP, ça ne veut pas dire que toutes les femmes ont des règles, juste que les hommes n'auront jamais de règles)

NAUWELAERS

21/07/2021 à 17:32

Camille,
Et moi je me permets de vous répondre: vous avez raison de A à Z.
L'extrémisme a toujours tort, et peut parfois se révéler infiniment toxique et dangereux.
Merci de nous faire part de votre lucidité et de votre humanisme évident pour tout le monde.
Ou presque...
Je ne suis pas du tout d'accord avec quiconque s'identifie à ce «presque», mais ce sont les tonneaux vides qui font le plus de bruit (notamment sur les réseaux parfois mais pas toujours sociaux !).
Bien à vous.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Camille

22/07/2021 à 01:00

Merci de votre soutien. Si vous saviez à quel point nos enfants sont menacés... j'ai la peur au ventre!
Regardez et médiatisez les documentaires suivants :
The train trans, documentaire suédois
https://www.youtube.com/watch?v=sJGAoNbHYzk
Dysphoric documentaire 1 à 4
https://www.youtube.com/watch?v=w8taOdnXD6o
https://www.partage-le.com/2018/11/26/les-enfants-trans-il-est-temps-den-parler-documentaire-realise-par-stella-omalley/
Ainsi que les sites de GENSPECT, SEGM, post-trans, GenderHealthquery, GD Alliance Canada, LGB Alliance, Get the L out UK, AMQG, Womensdeclaration, Résistance lesbienne, observatoire de la petite sirène, ... tous ceux qui luttent contre cette idéologie qui détruit nos enfants.

Forbane

22/07/2021 à 10:03

A ce titre, je veux témoigner de ce qu'ont vécu mes propres voisins, parents d'une adolescente victime d'un viol à 14 ans. Cette jeune fille, traumatisée par ce qu'elle avait subi, ne pouvait plus supporter d'être une fille, d'avoir un corps de fille.
Elle a commencé à suivre une psychothérapie mais on ne sait trop comment (ses parents ne le savent pas), a commencé d'être approchée par ce qu'il faut bien appeler le lobby trans, afin de changer de sexe, qui lui a fait croire qu'ainsi elle viendrait à bout de tous ses problèmes et qu'une psychothérapie en l'espèce ne servait à rien.
A partir de là, elle a coupé les ponts avec ses parents, sa famille, ses amis, s'est jetée dans les bras de ce lobby qui a opéré sur elle un véritable lavage de cerveau tout comme savent si bien le faire les sectes qui ont l'art et la manière d'isoler leur victime fin d'avoir entièrement barre sur elle.
Aujourd'hui, elle est un homme d'âge adulte et elle le regrette profondément. Non seulement elle reste toujours traumatisée par le viol dont elle a été victime à l'adolescence, mais à ce traumatisme viennent s'ajouter ceux d'avoir été manipulée par un groupe et d'être devenu un homme.

Fort heureusement, il semble qu'on commence ici et là à se rendre compte de la réalité et de l'ampleur du problème.
Les jeunes sont fragiles par définition, un Etat digne de ce nom a le devoir de les protéger de tout ce qui attente à leur intégrité psychique et physique.

NAUWELAERS

11/08/2022 à 12:56

Forbane comme je vous comprends et d'autres faits d'actualité récents vont dans le même sens.
Mais quand une réalité avérée gêne, certains la nient ou font semblant de l'ignorer.
Bien à vous.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Martin

19/08/2022 à 09:27

Je ne vous réponds que parce que vous êtes venu et revenu vous exprimer avec insistance ici, et réitérer encore et encore vos assertions mal ou non informées à propos des personnes trans, intersexes, de leurs luttes respectives, des luttes LGBTQIA+. Et vous m’y contraignez encore.
Moi aussi, j’aimerais faire autre chose. Et je ne répondrai certainement pas à tout ce que vous avez dit.
La Loi de Brandolini est dure, mais c'est la loi. (et votre moteur de recherche favori est votre ami)

Personne ici n’a menacé JK Rowling.
Personne ici n’invite à s’en prendre à elle d’aucune façon, ni à qui que ce soit d’autre d’ailleurs. Personne ici n'encourage, ne cautionne, ne laisse entendre que de telles pratiques seraient bienvenues.
Mais vous venez la défendre face à moi comme si c’était ce que qu’il se passait. Donc, que cela soit clair: les attaques inacceptables dont JK Rowling a été l’objet ne sont pas le fait des personnes qui interviennent ici. Et je n'ai pas à comparaître dans ce faux procès que vous venez m'intenter.

Par ailleurs, vous me reprocher de parler de genre sur un site consacré à la littérature.
«Ce site est un site littéraire et non un grand entonnoir où tout le monde doit venir étaler sa vie et ses problèmes et difficultés. »
Mais on parle ici de ce qu’une autrice parmi les plus médiatiques de ce début de XXIeme siècle a pris l’habitude de faire de sa notoriété, qu’elle emploie à propager ce qu’elle ne veut ni comprendre ni connaître du genre et du sexe. Ce qu’elle tweete avec insistance depuis des années a des conséquences toxiques sur la vie de millions d’anonymes qui n’ont aucun des moyens dont elle dispose pour se défendre. Je suis l’un de ces anonymes. Si JK Rowling "a des difficultés" à comprendre le genre, les luttes trans, les luttes LGBT, qu'elle s'instruise, plutôt que de tweeter son ignorance.
Que celleux qui apprécient JK Rowling cessent donc de venir cautionner la même ignorance navrante et toxique sur ces mêmes sujets, qu’iels l’enjoignent à cesser de s’exprimer à tort et à travers sur ces questions, qu'iels l'enjoignent à s’informer, à s’éduquer auprès des personnes qui les vivent.
Et personne ne sera plus contraint de devoir lui répondre longuement.

Vous me faites longuement la leçon sur la visibilité de la cause intersexe. Vous imaginez la connaître assez bien déjà pour en comprendre mieux que moi l’histoire militante, les enjeux, les spécificités.
Vous ne devriez pas faire ça. Ni à propos de cette cause, ni à propos d’aucune autre que vous ne vivez pas à la première personne.
Croyez bien que j’ai à peine effleuré le sujet dans mes quelques commentaires ici. Et que j’en apprends tous les jours. Que ma curiosité est insatiable.
Ce temps que vous dépensez si aisément à venir donner des leçons de savoir vivre et de savoir lutter, vous pourriez en consacrer ne serait-ce qu’une partie à vous instruire vous-même sur l’infinie diversité, l’infinie complexité du monde.

Et Sorairo, qui parvient à être plus sobre et succincte que moi, vous a très, très bien répondu. Je répète ici ses mots très justes.

« La loi punit mais ne protège pas. Ce qui protège, c'est le consensus, et le consensus s'obtient par l'éducation.
La haine n'est pas le fait des fanatiques, mais des personnes ordinaires qui la banalisent par des paroles ordinaires. Qui disent au victimes de se taire, elles qui n'ont jamais été victimes de rien.
Et lutter contre cette banalisation est un combat de tous les jours. Local et nécessaire. »

Ce que vous décidez de faire de mes posts ici est de votre responsabilité. J'ai pris le temps d'expliquer, de préciser, de définir pour vous les termes que j'emploie. Et je vais continuer à prendre ce temps, ici ou ailleurs, face à vous ou à d'autres. Je ne peux parler aux fanatiques, mais je n'ai pas d'autres choix que d'essayer de parler aux personnes ordinaires. Et tant pis si vous ne me lisez plus, une autre personne ordinaire le fera peut être.
Si vous ne voulez pas tenir compte de ce que j'écris, si vous ne voulez rien en apprendre, il ne faut pas venir me reprocher de ne pas l'avoir posté au bon endroit. Mes mots sont sous vos yeux, ils vous sont personnellement adressés: peut on imaginer meilleur endroit?

Les accusations de « prosélytisme sectaire » sont odieuses et hypocrites. Ne les reprenez pas à votre compte.
Un progressiste ne devrait jamais faire ça.
Les questions de genre, nous y sommes tou.te.s plongé.e.s dès la plus petite enfance – dès avant la naissance. Ça commence avec la question aux parents « fille ou garçon ? Rose ou bleu pour la layette ? ». Nous vivons dans une société littéralement obsédée par le genre, fondée sur un ordre de genre, qui police et réprime sans cesse les genres dès avant la naissance - jusqu'au point où, par exemple, certaines formes d'intersexuations potentielles sont in utero l'objet de traitements médicaux "préventifs" lourdement dommageables pour la santé de l'enfant, et je me tiens à votre disposition pour vous proposer des sources sérieuses -, mais qui refuse obstinément de se voir elle même à l'oeuvre.
Quand une personne est cisgenre, hétérosexuelle, et que son corps sexué est considéré comme typique, dans cette société, son propre genre ne lui est pas plus perceptibles que ne l’est l’air qu'elle respire, que ne l’est l’eau pour un poisson, et cela doit certainement être une absence de sensation très confortable. Elle "est" son genre. Point. Vous éprouvez être "naturellement" un homme hétérosexuel, c'est ainsi que vous le vivez, et cela n'est pas contestable. JK Rowling éprouve très certainement être "naturellement" une femme.
L’existence des enfants intersexes et ou trans, des personnes LGBTQIA+ ne font que rendre visible un phénomène qui n’épargne personne. Le genre est partout, tout le temps - mais, quand on est dans la norme, on ne le perçoit pas, on coïncide avec lui. Alors sitôt qu'une personne queer devient visible, c'est le choc.
Pour nous au contraire, le genre a la densité et la rugosité d’un mur contre lequel l’ensemble de l'ordre social tient à nous pousser de toutes ses forces, en permanence. Vous n'avez pas le bon numéro de sécurité sociale, pas la bonne lettre sur la carte, pas la bonne apparence physique, pas le bon prénom, pas le bon pronom, pas le corps sexué qu'il faut, pas la bonne sexualité, la liste est infinie... – et cette même société nous fait alors le reproche de le voir, de le connaître, de le dire, d'y penser! Et cet ordre social hypocrite nous accuse de sectarisme et de prosélytisme.
Nous voulons une société où la même fluidité et la même insouciance de genre soit possible pour tou.te.s. Où l’anatomie ne soit plus un destin pour personne. Ou l'avenir de chacun.e soit ouvert. Une société sans police ni ordre de genre. Vous y auriez votre place pleine et entière.
Les personnes cisgenres, hétérosexuelles, endosexes y seraient probablement encore la majorité. Mais elles y auraient conscience de leur genre. Les bébés intersexués y seraient accueillis avec la même joie que les petits garçons et petites filles typiques. Personne ne paniquerait, personne ne les pathologiserait. Iels pourraient même choisir des chirurgies génitales esthétiques une fois suffisamment mûrs pour le faire en connaissance de cause. Les personnes trans auraient inconditionnellement accès aux mêmes soins aux mêmes conditions de maturité et de connaissance. Le consentement éclairé serait la règle.
Promouvoir la connaissance et le consentement éclairé!
Quel terrifiant sectarisme! Quel scandaleux prosélytisme!

Vous parlez de « progressisme », mais à vous lire, vous n'êtes venus dans cette discussion que pour y demeurer en permanence centré sur votre personne et elle seule: sur votre perception agacée du vécu des autres, sur votre perception des personnes différentes de vous, et des perturbations que leurs luttes pour exister, ou la visibilité de leurs existences entraînent ou pourraient entraîner dans vos habitudes.

Le progressisme, je ne crois pas que cela soit garder obstinément le nez fixé sur son nombril, se boucher les oreilles, se plaindre du bruit et réclamer que l'on se taise ou que l'on parle autrement, ou ailleurs ou d'autre chose, lorsque juste à côté de vous on crie que l’on lutte pour exister.

NAUWELAERS

19/08/2022 à 10:03

Désolé, je décroche de vos obsessions.
Pas lu, ne peux plus.
Insupportable.
Il y a d'autres interlocuteurs et correspondantes.
Adressez-vous ailleurs, Martin.
J'ai ma vie à vivre.
Ce que vous en pensez m'indiffère totalement.
Ce site est un site littéraire.
CHRISTIAN NAUWELAERS

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : le mille feuille des lecteurs gourmands

Au fil des jours, nos chroniqueurs et rédacteurs publient des découvertes sur leurs réseaux, avec délectation. Et non sans plaisir, nous proposons chaque samedi une reprise de ces mini-chroniques dans nos colonnes : #ActuaLittéAime. Un hashtag à suivre, pour ne rien manquer.

01/10/2022, 14:35

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : le mille-feuille sans modération

Au fil des jours, l’équipe ouvre et ferme des dizaines d’ouvrages, dans un flux continu, presque sans fin. Et au gré des envies, chacun publie sur ses réseaux un petit mot, sur l’un ou l’autre de ces titres. Chaque samedi, ces posts sont réunis dans un article : #ActuaLittéAime.

24/09/2022, 09:40

ActuaLitté

BookTok : TikTok ouvre une nouvelle fonctionnalité autour des livres

Un nouveau partenariat entre TikTok et l’éditeur Penguin Random House offre une nouvelle fonctionnalité aux créateurs de contenus livresques sur la plateforme, les BookTokers des États-Unis et du Royaume-Uni. Il est dorénavant possible de créer un lien vers son livre favori et de le taguer dans les vidéos. 

22/09/2022, 15:29

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : notre savoureux mille-feuille du samedi 

Les jours se suivent, mais les pages ne se ressemblent pas : les membres de la rédaction au gré de leurs lectures, publient sur leurs réseaux de petits mots ou de grands coups de cœur. Et chaque samedi, ces derniers se retrouvent dans nos colonnes : #ActuaLittéAime.

17/09/2022, 10:23

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : le mille-feuille du samedi, juste sorti du four

Tout le monde a repris la route du travail, semble-t-il, et la rédaction renoue avec un rythme de croisière – assez frénétique, à en croire les volumes de café et de thé avalés. Et pourtant, chaque semaine, les membres postent sur leurs réseaux leurs coups de cœur du moment : #ActuaLittéAime. Lesquels sont ensuite repris dans une revue de presse sabbatique autant que sympathique.

10/09/2022, 09:00

ActuaLitté

#ActualittéAime : le mille-feuille de la rentrée, bien coloré

Les jours se suivent sans se ressembler, d’une lecture à l’autre : pour les membres de la rédaction, les réseaux deviennent l’endroit privilégié pour partager les coups de cœur du moment. Et chaque samedi, #ActuaLittéAime réunit l’ensemble de leurs publications, pour une sélection originale.

03/09/2022, 11:33

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : un mille-feuille aux dernières heures estivales

Les vacances furent reposantes ? Merveilleux. La rédaction, elle, n'a pas chômé. Et reprend surtout les bonnes habitudes. #ActuaLittéAime, ce sont les lectures de nos journalistes, partagées sur leurs comptes sociaux au fil de la semaine, et repris dans nos colonnes chaque samedi. Un clin d'oeil, une mention, pour parler des livres autrement.

27/08/2022, 12:15

ActuaLitté

TikTok Book Club : l'application ouvre son club de lecture

Un des réseaux sociaux les plus populaires, TikTok, lance son club de lecture numérique. Cette initiative fait suite au succès de #BookTok et ses 65 milliards de vues cumulées. C’est Jane Austen et son roman Persuasion (traduit en français par Jean-Yves Cotté) qui inaugura le TikTok Book Club, et sera l’objet de critiques dans l’espace nouvellement créé pour les passionnés de littérature de l'application. Chaque mois, un livre différent sera sous les projecteurs...

20/07/2022, 17:02

ActuaLitté

Devenez juré du Booker Prize 2022 avec votre club de lecture

Le Booker Prize lance un concours inédit à destination des clubs de lecture anglo-saxons. Six d’entre eux seront sélectionnés pour lire un livre de la shortlist du Booker prize et le défendre sur leurs réseaux respectifs. À la clé ? Une place pour deux des membres du club gagnant à la cérémonie de remise du prix en octobre prochain. Mais avant de faire partie du juré, les clubs devront faire leurs preuves avec les critiques les plus « originales et engageantes ».

13/07/2022, 09:45

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : en juillet, un mille-feuille de héros et héroïnes

Juillet, mois impérial par excellence. Alors, certes, pas de Jules César l’intrépide, dans notre sélection de la semaine mais un gentilhomme de fortune, Corto Maltese, ou les femmes de Roxane Gay et de Mia Oberländer, toutes prêtes à assumer leurs singularités. Et bien plus encore dans ce nouvel #ActuaLittéAime, où l’on a lu pour partager. 

02/07/2022, 11:02

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : ce samedi, le mille-feuille de la Dolce Vita

L'été est là ! Il porte les vacances pour certains ou simplement le soleil pour d'autres. L'occasion de découvrir, sur un transat, un ou plusieurs titres de notre sélection hebdomadaire #ActuaLittéAime. Le maître du cinéma italien qui se raconte, la campagne présidentielle croquée (à pleines dents), les coulisses de la vente en ligne par un pro du reportage gonzo, une belle histoire filiale, ou encore, entre autres, les femmes de l'ombre dans l'Histoire... Faites votre choix.

25/06/2022, 09:00

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : pour étancher sa soif, rien ne vaut notre mille-feuille 

La météo est accablante, nous étions avertis : ce week-end, il fera chaud. Que les heureuses et heureux qui peuvent profiter d’une bassine d’eau, d’un lac ou de tout ce qui permet de se rafraîchir soient bénis. Pour tous les autres, notre sélection hebdomadaire #ActuaLittéAime apportera, nous vous le souhaitons, de quoi traverser la période caniculaire. 

18/06/2022, 09:00

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : le mille-feuille du samedi, garanti 100 % plaisir

Les semaines se suivent, filent, se ressemblent et parfois nous inquiètent tant elles passent vite : pour les journalistes de la rédaction, elles sont parsemées de petites chroniques déposées sur leurs comptes sociaux, mises en partage pour qui veut. Et en fin de semaine, nous réunissons l’ensemble pour proposer #ActuaLittéAime, un instantané de plaisirs communicatifs.

11/06/2022, 10:02

ActuaLitté

#ActualitteAime : pour la Pentecôte, un mille-feuille de lectures 

De semaine en semaine, de ville en ville, de port en frais de ports, les journalistes de ma rédaction égrènent leurs lectures du moment sur leurs comptes sociaux. L’assurance d’une véritable diversité et de découvertes que nous recompilons tous les samedis dans un post insolite autant qu’original. Ainsi, le samedi matin, c’est #actualitteaime qui ouvre les réjouissances du week-end.

04/06/2022, 09:05

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : on va vous faire toute une histoire de ce mille-feuille

Au fil de la semaine, les journalistes de la rédaction effeuille la marguerite et les ouvrages reçus, proposant sur leurs comptes sociaux des lectures du moment. Chaque samedi, ces propositions de lectures, garanties sans engagement, sont proposées dans nos colonnes, dans une chronique bien particulière : #ActuaLittéAime. Ne nous privons pas des bonnes choses.

28/05/2022, 09:00

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : le seul mille-feuille à partager, sans restriction

Le samedi, c’est permis, et si ce ne l’était pas, on ne se priverait pas pour autant : chaque semaine, nos journalistes disséminent sur leurs comptes sociaux des lectures du moment, des coups de coeur et autres petites gourmandises. Ce mille-feuille est réuni chaque semaine dans notre nouvelle rubrique, #ActuaLittéAime. Et ce jour ne fait pas exception.

21/05/2022, 09:30

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : 6 nuances de lectures pour un mille-feuille

Samedi, c’est permis. D’ailleurs, si mercredi c’est ravioli, samedi, c’est librairie. Nourritures spirituelles pour accompagner celles plus terrestres. Et chaque samedi, les membres de la rédaction vous proposent une compilation de leurs lectures du moment. Leurs commentaires partagés sur leurs réseaux, à travers #ActuaLittéAime, qui se retrouvent compilés dans nos colonnes chaque semaine.

14/05/2022, 10:57

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : le mille-feuille de nos envies

Il y a des hasards qui ressemblent à des rencontres, et des rencontres qui deviennent des évidences : chaque semaine, #ActuaLittéAime réunit les lectures du moment, de chaque membre de l’équipe. Le tout dans un petit billet d’amour, de partage et d’échange. Loin des chroniques qui animent nos colonnes, ce sont là des mots plus personnels, pour parler de livres lus, appréciés, et hautement recommandables.

07/05/2022, 09:00

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : un mille-feuille de lecture au muguet

La colère, la rage, le dépit… un premier mai qui tombe un dimanche. Aussi déplorable qu’une pluie diluvienne durant un concert en plein air. Plus contrariant encore qu’une bavette saignante quand on est végétarien. Alors, cette semaine, pour #ActuaLittéAime, toute l’équipe s’est mobilisée pour plus de choix encore : qu’au moins ce dimanche maudit se passe en agréables compagnies…

30/04/2022, 08:30

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : un mille-feuille de lectures garanti sans élection

Au fil de la semaine, les journalistes de la rédaction partagent sur leurs réseaux leur lecture du moment : des coups de coeur, des découvertes, de joyeuses surprises… Bref, des choses qui marquent. Et le samedi, ces instantanés de lecteurs et lectrices sont réunis dans un article, sous la bannière #ActuaLittéAime. Et quand on aime, on en fait profiter tout le monde…

23/04/2022, 09:51

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : tout en finesse, le mille-feuille de livres

Chaque samedi, le rendez-vous est désormais instauré : #ActuaLittéAime, ce sont les publications des journalistes à travers leurs comptes Facebook, Twitter ou Instagram et consorts. Des moments de lecture qui sont avant tout partagés avec leurs amis, proches et contacts… avant de se retrouver ici, pour un concentré de propositions.

18/04/2022, 10:50

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : un mille-feuille, façon Pâques en avance

Chaque samedi, la rédaction récupère les lectures mises en partage par nos journalistes, sur leurs propres comptes sociaux. Et avec leur autorisation. Et uniquement les posts de celles qui savent lire... Un condensé de bouche-à-oreille, refaçonné ici pour lui donner un peu de sérieux, et une belle présence. #ActuaLittéAime, c'est un lièvre en chocolat, la veille de Pâques...

09/04/2022, 09:00

ActuaLitté

Accusée de transphobie, J.K. Rowling menacée dans un clip musical 

La créatrice d'Harry Potter semble aujourd'hui plus connue pour des accusations de transphobie que pour l'univers magique qu'elle a imaginé en 1990. Sur Twitter, J.K. Rowling a encore une fois fait l'objet d'une polémique : dans un clip musical de l'activiste trans Faye Fadem, connue sous le nom de Trust Fund Ozu, la romancière est priée de « rentrer dans un corbillard ». Acteurs et soutiens s'offusquent contre ces menaces de mort, tandis que la chanteuse évoque le « danger et la menace » que représenterait J.K. Rowling envers les personnes transgenres. 

05/04/2022, 15:47

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : les douces saveurs notre mille-feuille, goût lecture

Samedi, rendez-vous est pris avec les lectures du moment qui obsèdent nos journalistes. Au fil de la semaine, ils partagent sur leurs réseaux les ouvrages qu’ils ont dévorés, avec ou sans modération. Et sans recherche promotionnelle particulière, voici que les livres ressortent dans un article à l'intitulé puissamment évocatoire : ActuaLittéAime. Quelle créativité, tout de même !

19/03/2022, 11:06

ActuaLitté

Sur LinkedIn, un groupe consacré à la chaîne du livre 

Le réseau social LinkedIn, tourné vers la carrière professionnelle, fête ses 20 ans cette année et accueille de nombreux acteurs de la filière du livre : auteurs, traducteurs, bibliothécaires, libraires, médiateurs... Pourtant, aucun groupe officiel ne permettait de joindre les différents maillons de la chaîne. C'est désormais chose faite : un nouveau groupe LinkedIn, « Le livre et la lecture, des métiers » vient d'être lancé par la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (Fill).

17/03/2022, 14:53

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : poésie, magie et avenir dans le mille-feuille du samedi

Chaque samedi, la rédaction regroupe dans un article les différentes lectures mises en partage sur les réseaux sociaux de chacun. Une manière d’élargir le champ des ouvrages à découvrir, avec une note plus personnelle. Bienvenue dans la 8e édition de #ActuaLittéAime, notre chronique gourmande.

12/03/2022, 10:00

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : un mille-feuille de lectures pour le week-end 

C’est avec un vrai plaisir que l’on poursuit cette entreprise sabbatique, depuis deux mois bientôt. #ActuaLittéAime, c’est un petit rendez-vous, instauré au hasard de discussions sur les lectures que chacun faisait dans son coin. Et la manière dont il deviendrait possible de les partager plus largement. Après tout, les lecteurs restent les premiers prescripteurs qui soient. Alors, hors de tout cadre, nous avons imaginé cette rencontre entre des livres et des lecteurs.

05/03/2022, 08:00

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : la rédaction aux fourneaux, et son mille-feuille surprise

Chaque samedi, alors que l'équipe a oeuvré sans démériter au fil de la semaine, nous vous proposons de retrouver un florilège des lectures du moment. Diffusées sur les comptes de chacun, ces chroniques à l'ère 2.0 sont autant des moments de partages que des suggestions de livres à découvrir. Chacun ses goûts, certes, mais l'union fait la force des propositions. 

26/02/2022, 08:00

ActuaLitté

#Perec40 : rendez-vous le 3 mars pour un hommage planétaire à Georges Perec

Commémorer les 40 ans de la mort de Georges Perec par une performance collective, voilà ce que proposent Pierre Ménard, Emmanuel Vaslin, Thomas Baumgartner et Hélène Paumier. Ils donnent rendez-vous à qui le veut sur Twitter le 3 mars prochain pour une « Tentative d’épuisement d’un lieu planétaire ».

23/02/2022, 11:50

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : le mille-feuille du samedi, pour lecteurs gourmets

Bienvenue à notre rendez-vous aussi sabbatique que sympathique : tout au long de la semaine, les membres de la rédaction partagent leurs petits plaisirs solitaires de lecteurs sur les réseaux. Et chaque samedi, les voici réunis dans un concentré de livre, une explosion de PAL, un délicieux mille-feuille, garanti sans calorie.

19/02/2022, 08:00

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : un mille-feuille bien touffu pour ce samedi

Toute la rédaction est à pied d’oeuvre, pour vous proposer un concentré de lectures, les plus variées possibles – et les plus personnelles également. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, mais rien n’empêche de les partager, sait-on jamais ? Sur les réseaux, certes, mais chaque samedi matin, c’est dans nos colonnes que vous retrouvez cet aperçu du moment.

12/02/2022, 09:30

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : le mille-feuille de la rédaction, un fondant de livres 

Chaque samedi, la rédaction compile ses différentes lectures, partagées au gré des réseaux sociaux et accompagnées d’un hashtag maison. Un peu comme les gâteaux, ou la cuisine en général : c'est toujours meilleurs quand  c'est fait maison. Avec #ActuaLitteAime, les journalistes parlent de leur coup de cœur du moment, en toute simplicité. 

05/02/2022, 08:00

ActuaLitté

Cette première lecture qui a tout changé : 150 livres qui ont compté

Quel rapport entretenons-nous aujourd'hui avec la littérature ? Quelle importance tient-elle dans notre existence ? Ces questions, l'association bastiaise Musanostra les a posées à un grand panel de personnes, mettant en lumière leur premier contact à la lecture. Une série de vidéos, intitulée Le livre qui compte et diffusée sur les réseaux sociaux, dévoile le témoignage de ces lecteurs et lectrices afin de promouvoir le livre auprès de tous les publics. 

01/02/2022, 16:37

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : le mille-feuille de la rédaction, toujours plus gourmand

Fidèle au rendez-vous du samedi matin, la rédaction vous propose désormais une sélection d’ouvrages qui lui ont tapé dans l’œil — sans finalement trop de brutalité ni d’ecchymoses. Des lectures que chacune et chacun a partagées sur ses réseaux, avec dans l’idée que ce qui fait plaisir mérite d’être suggéré à d’autres. Voici notre rubrique #ActuaLitteAime, le mille-feuille de la rédaction. Et sur les réseaux, avec le même hashtag !

29/01/2022, 10:12

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : le mille-feuille de la rédaction, désormais chaque samedi

Avant de chausser ses bottes de sept lieues, pour se ruer en librairie, autant avoir quelques indications à se mettre sous la dent. La rédaction, en ce début d'année, mobilise les réseaux sociaux et présente une sélection de ces lectures qui nous accompagnent. Des aperçus, dispersés au fil des comptes, qui se retrouveront désormais chaque samedi dans nos colonnes regroupés. Mais si l'impatience guette, ces coups de coeur sont à suivre avec #ActuaLitteAime, tous réseaux confondus.

22/01/2022, 12:14

ActuaLitté

Personnalités, influenceurs : la communauté de followers fait-elle les ventes de livres ?

Du haut de ses 24 ans, Lena Situations compte 2,14 millions d’abonnés YouTube et 3,4 millions sur Instagram. Elle totalisait également 1,12 million de Twittos avant de couper son compte, voilà quelques jours. En comparaison, son ouvrage Toujours plus. + = + a totalisé 321.876 ventes (6,179 millions € de CA, données : Edistat). Corrélation directe ? 

14/12/2021, 10:44

Autres articles de la rubrique Médias

ActuaLitté

Dune : la série La communauté des soeurs se précise

Le film Dune de Denis Villeneuve n'était que le commencement. Prenant en compte le succès de ce long-métrage sorti en 2021, le groupe Warner Bros capitalise évidemment sur la licence tirée de l'œuvre de Frank Herbert. Et cherche même plus loin que les origines : La communauté des sœurs, roman de Brian Herbert et Kevin J. Anderson paru en 2012, deviendra une série.

05/10/2022, 15:50

ActuaLitté

Le développeur CD Projekt Red confirme une nouvelle trilogie The Witcher

La trilogie vidéoludique The Witcher, sortie entre 2007 et 2015, a marqué les joueurs et fait la réputation du développeur polonais CD Projekt Red. Ce dernier a confirmé, dans un document révélant sa stratégie pour les prochaines années, de nouveaux titres inspirés de l'œuvre d'Andrzej Sapkowski...

05/10/2022, 10:54

ActuaLitté

Une deuxième saison pour Lastman Heroes, sur france.tv

Plusieurs années après une première série animée en 26 épisodes, la saga de Bastien Vivès, Balak et Michaël Sanlaville est de retour sur les écrans avec Lastman Heroes, 6 épisodes et autant de moyen-métrages à retrouver sur la plateforme france.tv à partir du vendredi 28 octobre.

04/10/2022, 17:03

ActuaLitté

“Qui suis-je ?” : La Grande Librairie interroge les identités

« Qui suis-je ? » C’est une question difficile, à laquelle on est tous pourtant amenés à répondre, quotidiennement, quand on remplit un formulaire administratif, quand on se présente à quelqu’un, quand on raconte un peu de soi. Cette semaine, dans La Grande Librairie, quatre invités interrogent nos identités multiples, mouvantes, troublantes - et usent de l’écriture comme d’un moyen privilégié pour ne jamais être figé.

03/10/2022, 11:48

ActuaLitté

La Jeune fille et la nuit, d'après Musso, dès le 17 octobre sur France 2

Particulièrement attendue, l'adaptation de La Jeune fille et la nuit, roman de Guillaume Musso paru en 2018 chez Calmann-Lévy, sera diffusée à partir du 17 octobre 2022 sur France 2. Six épisodes de 52 minutes seront à découvrir, scénarisés par Marston Bloom, Guillaume Musso et Sydney Gallonde.

28/09/2022, 09:52

ActuaLitté

Carta Marina, une carte maritime du XVIe inspire un jeu vidéo

Le studio Furoshiki Lab., basé à Tokyo, au Japon, a ouvert un projet Kickstarter pour une proposition insolite : la création d'un jeu vidéo entièrement basé sur une carte de près de 500 ans, la Carta Marina. Ce document présente les étendues d'eau du nord de l'Europe, monstres marins inclus et deviendra le terrain de jeu d'un titre axé sur la simulation.

26/09/2022, 16:18

ActuaLitté

Stephen King dans La Grande Librairie pour son polar Billy Summers

Comme un air de famille cette semaine dans La Grande Librairie ! Des frères, des sœurs, des parents dépassés, des enfants qui composent avec un héritage complexe, un oncle d'Amérique et même une fée marraine ! Ce ne sera pas comme dans Festen, mais souvenez-vous quand même de la phrase de Philip Roth : « Quand un écrivain naît dans une famille, alors cette famille est foutue. »

26/09/2022, 13:17

ActuaLitté

Le Problème à trois corps, d'après Liu Cixin, en 2023 sur Netflix

David Benioff et Dan Weiss, créateurs et coscénaristes de la série Game of Thrones, ont choisi la plateforme Netflix pour leur projet d'adaptation tourné vers la science-fiction, Le Problème à trois corps, tiré du roman de Liu Cixin. En révélant quelques images au passage, la firme annonce une diffusion en 2023.

26/09/2022, 11:04

ActuaLitté

Laurent Ruquier : “vulgariser la culture”, sur Paris Première

Nouvelle aventure pour l’animateur télé de 59 ans : Laurent Ruquier quitte France 2 et Léa Salamé, pour un talk-show de deuxième partie de soirée. Prévu sur Paris Première, le rendez-vous se consacrera à la culture et au divertissement – théâtre, livres et films, le tout dans un restaurant parisien.

24/09/2022, 15:09

ActuaLitté

Dans Littérature sans frontières, RFI met l'Afrique de l'Ouest à l'honneur

Littérature sans frontières, l'émission littéraire de RFI, emmène les auditrices et auditeurs sur les terres d’origines d’auteurs issus des quatre coins de la planète. Ce samedi 24 septembre à 15h30, Catherine Fruchon-Toussaint propose un reportage réalisé à Ouagadougou, où elle a rencontré les actrices du milieu littéraire ouest-africain.

22/09/2022, 17:46

ActuaLitté

Les Invisibles d'Olivier Norek de retour pour une saison 2

La saison 2 de la série Les Invisibles, créée par Olivier Norek, Christian Mouchart et Patrick Tringale d'après une idée originale d'Olivier Norek, sera diffusée à partir du 12 octobre prochain sur France 2, à 21h10. 6 nouveaux épisodes de 52 minutes seront à découvrir.

22/09/2022, 16:11

ActuaLitté

Un tournage en Corse pour l'adaptation de la BD La Grande Odalisque

La Grande Odalisque, saga dessinée signée Bastien Vivès, Ruppert et Mulot, connaitra bientôt les joies d'une adaptation sur la plateforme Netflix. La production réunit Adèle Exarchopoulos, Mélanie Laurent, Manon Bresch et Isabelle Adjani, devant la caméra de Mélanie Laurent elle-même.

22/09/2022, 16:04

ActuaLitté

Arte s'engage sur l'adaptation d'un roman de Jérôme Ferrari

Réuni le 15 septembre dernier, le comité de sélection d’ARTE France Cinéma s'est engagé sur le financement de quatre nouveaux films, dont le long-métrage À son image de Thierry de Peretti. Il s'agit d'une adaptation du roman homonyme de Jérôme Ferrari, paru en 2018 chez Actes Sud.

21/09/2022, 15:12

ActuaLitté

Les hiéroglyphes, de Champollion aux visites virtuelles en 3D

Le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion, en 1822, donne lieu à de nombreux événements, y compris à la télévision. France 5 diffuse ainsi, le 6 octobre prochain, un épisode de « Science grand format » consacré au travail de l'égyptologue et de ses descendants contemporains.

21/09/2022, 15:01

ActuaLitté

Quelles émissions la télévision consacre-t-elle aux livres ?

Livres et télévision ne font pas forcément bon ménage. Il est en effet difficile de regarder la télévision et de lire en même temps. Difficile en réalité de faire autre chose en même temps que lire…On peut même considérer que la télévision est une concurrence sévère à l’encontre de la lecture. Cependant, le livre n’est pas pour autant absent des plateaux de télévision.

21/09/2022, 13:00

ActuaLitté

La série animée Les filles de Dad, dès le 12 octobre sur M6

Bruno Chevrier — dit Nob — a proposé en 2015 le quotidien d'un père célibataire, « Dad », et de ses filles, Pandora, Ondine, Roxane et Bébérenice, dans une bande dessinée aux éditions Dupuis. Après huit albums, une série animée prend place sur M6, dès le mois d'octobre, et propose cette fois le point de vue des jeunes filles...

21/09/2022, 11:47

ActuaLitté

Un jeu vidéo Iron Man en développement chez Electronic Arts

À la liste des jeux Marvel à paraître, de Spider-Man 2 au projet sans titre impliquant Black Panther et Captain America, s'ajoute un titre Iron Man développé par un studio d'Electronic Arts. Plusieurs autres jeux super-héroïques seront visiblement proposés par EA, à l'avenir.

21/09/2022, 10:43

ActuaLitté

Touchées de Quentin Zuttion adapté en téléfilm par Alexandra Lamy

Pour sa première expérience de réalisatrice, Alexandra Lamy adapte Touchées, le roman graphique de Quentin Zuttion. Le téléfilm, diffusé ce jeudi 22 septembre à 21 h 10 sur TF1, a déjà été récompensé par le Prix du Meilleur unitaire lors du dernier Festival Fiction TV de La Rochelle.

19/09/2022, 15:24

ActuaLitté

La Grande Librairie : une histoire de sexe et de pouvoir

Cette semaine, Augustin Trapenard reçoit Hélène Devynck pour Impunité (Seuil), la philosophe Cynthia Fleury, la sociologue Irène Théry avec Moi aussi (Seuil) et l’historien Georges Vigarello pour Histoire du viol (Seuil). Rendez vous ce 21 septembre, à 21 h, sur France 5.

17/09/2022, 09:00

ActuaLitté

À peine publié, Fairy Tale, de Stephen King, déjà adapté

La grande histoire d'amour entre Stephen King et le cinéma se poursuit, toujours aussi ardente : le réalisateur Paul Greengrass a visiblement apprécié la lecture de Fairy Tale, le dernier livre de l'auteur à succès, au point d'en acquérir les droits d'adaptation. Le Maître de l'horreur lui-même est ravi : il est un grand fan de Greengrass.

16/09/2022, 12:57

ActuaLitté

Un livre de Nathalie Saint-Cricq adapté sur France 2

Je vous aiderai à vivre, vous m'aiderez à mourir, récit de l'étrange relation entre Georges Clémenceau, au crépuscule de sa vie, et Marguerite Baldensperger, éditrice de quarante ans sa cadette, deviendra un téléfilm réalisé par Lorraine Lévy, pour France 2.

16/09/2022, 10:42

ActuaLitté

Si on lisait à voix haute : François Busnel à la recherche de lecteurs

Si on lisait à voix haute, le grand concours de lecture de France Télévisions organisé avec le ministère de l'Éducation nationale de la Jeunesse et Lumni, recommence. Partout en France, des écrivains iront à la rencontre de classes participant à l'opération et plusieurs étapes de sélections permettront de désigner les finalistes qui se retrouveront à la fin de l'année scolaire lors d'une grande finale diffusée sur France 5 et présentée par François Busnel. 

15/09/2022, 12:10

ActuaLitté

Romans du scandale et adaptations : Arte fait sa rentrée (littéraire)

La chaine franco-allemande Arte a dévoilé son programme de rentrée 2022, qui détaille notamment le retour de la série documentaire « Les romans du scandale », avec quatre nouveaux épisodes. Notons aussi l'adaptation, entre autres, de la BD Le patient de Timothé Le Boucher, avec Txomin Vergez et Clotilde Hesme.

14/09/2022, 10:34

ActuaLitté

La Grande Librairie : une vie en marge, et quatre écrivains

Cette semaine, Augustin Trapenard reçoit Léonora Miano pour Stardust (Grasset), Alain Mabanckou pour Le commerce des Allongés (Le Seuil), Monica Sabolo pour La vie clandestine (Gallimard), et Anthony Passeron pour son premier roman, Les enfants endormis (Globe). Rendez-vous ce 14 septembre, à 21 h, sur France 5.

12/09/2022, 12:59

ActuaLitté

Devenir un super-héros grâce à un jeu mobile, Marvel World of Heroes

Le groupe Disney et sa filiale Marvel ont présenté leurs projets en matière de jeux vidéo à l'occasion d'un événement en ligne, le premier du genre pour la multinationale. En vingt minutes, plusieurs titres ont été révélés, dont une application mobile développée par Niantic, les créateurs de Pokémon GO. Marvel World of Heroes reprendra (une nouvelle fois) le concept.

12/09/2022, 10:23

ActuaLitté

Arte tire le portrait du maître de la science-fiction, Isaac Asimov

Arte diffusera le mercredi 5 octobre à 22h40 un portrait inédit de l'écrivain visionnaire, Isaac Asimov, considéré comme l’un des maîtres de la science-fiction. L'auteur russe naturalisé américain a exploré des thématiques futuristes qui font écho aux grands défis actuels. Ce documentaire invite à se plonger dans une œuvre prolifique pour méditer sur les messages livrés, 30 ans après la mort de l'écrivain.

09/09/2022, 16:50

ActuaLitté

Des livres et des notes : Radio Classique recrute Fabrice Luchini

En cette rentrée 2022, Frédéric Beigbeder ne sera pas le seul homme de lettres à rejoindre la grille de Radio Classique. Fabrice Luchini, connu pour sa passion des lettres, du théâtre et du cinéma, anime en effet « Des livres et des notes », un rendez-vous où il se prêtera à un exercice qu'il connait bien, celui de la lecture à voix haute.

08/09/2022, 09:44

ActuaLitté

À la 1ère page : Caroline Musquet, Michel Zecler et Téhem

L'émission À la 1ère page, diffusée sur la plateforme La1ere.fr, met en lumière trois auteurs par mois, avec leurs ouvrages respectifs. Le programme annonce, pour ce mois de septembre, des rendez-vous avec Caroline Musquet, Michel Zecler et Téhem.

06/09/2022, 14:50

ActuaLitté

La Grande Librairie : une rentrée sous le signe de la réconciliation

La Grande librairie fait donc sa rentrée, et littéraire, qui plus est, avec ce nouveau visage : Augustin Trapenard remplace François Busnel pour animer l’émission. Une grande première, donc, pour le présentateur, qui officiera ce 7 septembre à 21h sur France 5. De ce point de vue, on ne change pas une équipe qui gagne. Cependant, si cette émission pilote est enregistrée, les prochaines devraient être diffusées en direct. 

06/09/2022, 09:38

ActuaLitté

Un best-seller caché dans les émissions télé favorites des Français

En imaginant un programme qui établirait le Top 50 des émissions télévisées préférées du public, TF1 espérait certainement plus qu'apparaître en 7e position, seulement, surtout avec The Voice. Et si le podium accueille en 2e place feus Les Guignols de l'Info, on cherchera en vain La Grande librairie qu'animait jusqu'à cette année François Busnel. Pas de littérature, donc, dans ce classement ? Non, mais un auteur qui depuis 2005 a vendu des palettes : bientôt 3 millions d'exemplaires... 

04/09/2022, 16:10

ActuaLitté

Xénophobie et écocide : Ann-Helén Laestadius conquiert Netflix

Publié précisément pour la rentrée littéraire, le roman d'Ann-Helén Laestadius, Stöld, a séduit les acheteurs de Netflix. Les éditions Robert Laffont se réjouissent de ce que l’ouvrage soit prochainement porté sur les écrans par le géant du streaming. En France, l’ouvrage a été traduit par Anna Postel – et coup de chance, il s’agit du premier roman que la romancière publie dans l’Hexagone.

01/09/2022, 16:09

ActuaLitté

Mettre une raclée à Hemingway : le Street Fighter des écrivains !

Sorti le 22 août dernier, le jeu de combat indépendant, Write'n'fight, des studios AVOS', a gagné en popularité après un tweet montrant une capture d’écran du logiciel en pleine action. On y aperçoit Ernest Hemingway attaquer H.P. Lovecraft à mains nues. Alors, prêt à en découdre ?

01/09/2022, 12:27

ActuaLitté

Le tournage de la série Les Lions de Sicile a commencé

Le tournage de la série télévisée sur Les Lions de Sicile a commencé en août 2022 à Rome, et durera jusqu'à Noël. Le réalisateur est Paolo Genovese et la série est produite par Disney+ Italie. Huit épisodes pour transposer au cinéma les aventures du premier tome de la saga italienne à succès publiée en France par Albin Michel.

31/08/2022, 12:35

ActuaLitté

La saison 4 des Rivières Pourpres diffusée à partir du 19 septembre

La série Les Rivières pourpres, suite dérivée du roman éponyme de Jean-Christophe Grangé publié aux éditions Albin Michel, connaîtra une quatrième saison. Les 8 épisodes, toujours diffusés par France 2, se déclineront en 4 soirées à partir du 19 septembre, 21h05.

31/08/2022, 12:04

ActuaLitté

Les nouvelles aventures de Gulliver, par Zelensky

Désormais disponible en VOD sur différentes plateformes de streaming, Les nouvelles aventures de Gulliver, film d’animation imaginé par le président ukrainien sera diffusé ce soir sur Gulli. Issu de la boîte de production de Volodymyr Zelensky, ce projet d’adaptation du classique de Jonathan Swift est en gestation depuis bientôt 15 ans. L’actuel président faisait alors carrière dans le monde du cinéma.

30/08/2022, 11:18

ActuaLitté

Ce 15 septembre, Tokyo Vice arrive sur Canal + 

La série HBO créée par Michael Mann et adaptée du roman de jake Adelstein (trad. Cyril Gay), sera diffusée en exclusivité sur Canal+ à partir du 15 septembre et disponible sur mycanal. La sortie d'une suite serait prévue pour avril 2023 aux éditions Marchialy sous le nom de Tokyo Detective.

30/08/2022, 11:16