L’alphabet du mystérieux Manuscrit de Voynich se rapprocherait finalement... de l’hébreu

Camille Cado - 19.06.2020

Patrimoine et éducation - A l'international - manuscrit de Voynich - secrets manuscrits de Voynich - decrypter langue manuscrit


Jusqu’à présent, toutes tentatives de déchiffrer le célèbre Manuscrit de Voynich se sont conclues par des échecs. Cependant, de nombreux chercheurs continuent d’espérer un jour révéler les mystères de cet ouvrage vieux de 600 ans. Parmi eux, un égyptologue allemand, qui affirme avoir découvert le code permettant de décrypter le manuscrit médiéval.
 

Si l’on se fie aux diverses illustrations, le Manuscrit de Voynich se rapprocherait d’un herbier. L’ouvrage contient également des éléments d’astronomie, de cosmologie et de balnéothérapie. Si la date de rédaction a été estimée entre 1404 et 1438, l’auteur du manuscrit ainsi que son alphabet restent pour le moment inconnus. Et ce, malgré de nombreuses tentatives de la part des chercheurs d’en percer les secrets.

C’est au tour d’un égyptologue allemand du nom de Rainer Hannig du Musée Roemer et Pelizaeus d’Hildesheim d’annoncer avoir identifié la langue et déchiffré l’écriture utilisée.

« D’innombrables tentatives de déchiffrement ont déjà été faites par le passé », reconnaît le chercheur (via The Art Newspaper). « Beaucoup de langues ont été proposées, comme le latin, le tchèque ou le nahuatl pour n’en nommer que quelques-unes. Mais la structure des mots ne laisse qu’une seule explication possible : le manuscrit n’a pas été écrit en Langue indo-européenne. »

Après avoir conclu que le texte devait être écrit dans une langue sémitique, Rainer Hannig a choisi de limiter ces recherches à l’arabe, l’araméen et l’hébreu, compte tenu des illustrations que renferme l’ouvrage, justifie-t-il. C’est alors qu’il a identifié des similitudes entre certains caractères Voynich et l’hébreu. 
 

Le Manuscrit de Voynich, révèlera-t-il enfin ses secrets ?


L’hypothèse de l’hébreu n’est pas nouvelle, mais a été contredite à plusieurs reprises. En effet, elle n’a jusqu’alors jamais révélé de preuves concluantes ni donné lieu à des traductions jugées sérieuses. Contrairement à Rainer Hannig, qui aurait réussi à traduire les premiers mots, mais également des phrases entières, affirme-t-il.

« La traduction nécessitera quelques années de travail, et ce, même si des spécialistes de la langue hébraïque, qui connaissent bien l’hébreu médiéval et la terminologie des textes botaniques et médicaux, prennent le relai », confie le chercheur. Et d’ajouter : « Même un locuteur natif de l’hébreu rencontrerait des difficultés à cause du caractère du script ou encore de la particularité du vocabulaire de l’époque. »

Une conférence est prévue à Hildesheim en août pour permettre aux chercheurs de discuter de cette percée. Enfin, si les contradictions ne viennent pas mettre à mal la théorie d’ici là. Dans un précédent article, Kate Wiles, médiéviste et linguiste, rappelait qu’une nouvelle théorie sur le Voynich débarquait tous les six mois en moyenne.

La dernière en date était celle d’un chercheur de l’Université de Bristol du nom de Gerard Cheshire. D’après lui, il s’agissait d’une langue proto-romane, sorte de chaînon manquant entre le latin et les langues romanes. Mais les objections n’ont pas trainé. « Navrée, mais la langue proto-romane n’existe pas » affirmait ainsi Dr Lisa Fragin Davis, directrice de la Medieval Academy of American, avant d’évoquer « un non-sens ».

Récemment encore, des chercheurs turcs déclaraient que le texte était en réalité une transcription phonétique du turc.

Ainsi, les révélations de Rainer Hannig se rapprocheraient-elles de simples spéculations ou de véritables découvertes ? Seul le temps pourra le dévoiler... 

Photographie : Une page du mystérieux manuscrit de Voynich, domaine public



Commentaires
Selon les préceptes ancestraux de l'alchimie et de la spagyrie, les adeptes doivent "écrire le secret de telle sorte qu'il ne puisse être compris". L'auteur spagyriste ou alchimiste de cet ouvrage a donc bien réussi ce projet smile (l'alchimie, ce n'est pas uniquement la recherche de la pierre philosophale et la fabrication de l'or, il y a tout un pan d'alchimie végétale, de cosmologie et de philosophie qui est assez méconnu)
Tout Babel dans un manuscrit!
Ce manuscrit illustre l'immense difficulté qu'on peut avoir, même lorsqu'on connait plusieurs langues orales et les systèmes d'écriture (représentant du sens par écrit), pour commencer par apprendre à lire comme on le fait encore malheureusement en France. Ce qu'il faut commencer à apprendre, en respectant la genèse historique de l'écrit, c'est de coder le sens graphiquement.

De cette façon on peut ensuite lire ce qu'on a écrit et apprendre à lire (une nouvelle fonction mentale à mettre en place en s'aidant de l'écriture réalisée).

Lorsqu'on écrit on lit avec assurance dans 100Þs cas. Si on écrit /oiseau/ avec alorsse décode, se lit oiseau.

Mais si on veut commencer par lire, on ne dispose pas des graphèmes, encore moins de leurs sons puisqu'on n'a pas codé. Ainsi le mot  pour un analphabète parce qu'il ne sait pas combien de graphèmes constituent ce mot et même s'il en avait connaissance, il ne disposerait pas du son des graphèmes pour ne pas les avoir écrits.

Mais ceci est difficile à comprendre pour les méthodistes qui enseignent par exemple que "a" se décode /a/. C'est un douzième de vérité, une probabilité car "a" se décode de 12 manières différentes pour être utilisé au codage de beaucoup de sons différents (rayer, football, manger, mauvais, speaker, etc.)

Le jour où on commencera par enseigner le codage (et pas le décodage), les élèves comprendront enfin le fonctionnement de l'écriture. Il y aura beaucoup moins d'échecs, parfois aucun !

Pour plus de renseignements, voir le site ecrilu.
Merci pour le site "ecrilu", clair et généreux dans ses offres d'enregistrement variables.

Le français n'est pas une langue facile à décoder pour ceux qui ne la connaissent pas ni la pratiquent. Que penser alors du mystère Voynich et ses courageux démystificateurs!
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.