Les droits d'auteur du cardinal Barbarin reversés aux victimes de la pédophilie

Antoine Oury - 06.10.2020

Edition - Les maisons - barbarin livre - victimes pedophilie - pedophilie eglise


Ce 1er octobre, les éditions Plon ont publié En mon âme et conscience, un ouvrage signé par le cardinal Philippe Barbarin, relaxé en janvier dernier, en appel, des accusations de non-dénonciation d’agressions sexuelles commises par le prêtre Bernard Preynat, entre 1972 et 1991. Ce livre, qui présente le point de vue de Barbarin sur l'affaire judiciaire, et ses bénéfices iront aux « victimes d'agressions sexuelles », a indiqué le diocèse de Lyon.

Philippe Barbarin, painted portrait _DDC2743


Relaxé en janvier dernier des accusations de non-dénonciation d’agressions sexuelles, Philippe Barbarin, désormais aumônier en Bretagne, a publié un livre aux éditions Plon, En mon âme et conscience, ce 1er octobre dernier. Interrogé sur cette parution, Olivier Savignac, président de l'association Parler et Revivre, avait souhaité que les revenus du livre aillent aux associations de victimes de violences sexuelles pendant leur enfance.

« Le cardinal Barbarin, s'il veut aider les victimes, peut le faire grâce à son livre, en reversant les bénéfices », avait-il souligné auprès de France Info.

Sur RTL, le 5 octobre, l'aumônier avait souligné qu'il revenait au diocèse de Lyon de décider : « Je ne touche rien du tout, je ne touche aucun droit d'auteur depuis que j'écris des livres. Tout ce que j'ai signé, c'est signé par mon diocèse et l'argent va au diocèse, donc ça ne me concerne pas », assurait l'auteur. « Si le diocèse prend cet argent pour cela, ce sera très bien », précisait Philippe Barbarin.

Interrogé par l'AFP, le diocèse de Lyon a accédé à la demande, semble-t-il. « Ce que propose le cardinal, nous le ferons. Il nous semble normal que les droits d'auteur soient destinés aux victimes », a indiqué un porte-parole du diocèse, sans préciser à quelles organisations seraient reversés ces droits d'auteur. « Maintenant, on attend des actes parce que, dans l'Église, la parole est souvent mise en avant », a terminé Olivier Savignac, après les déclarations du diocèse de Lyon.


Photographie : portrait de Philippe Barbarin, thierry ehrmann, CC BY 2.0


Commentaires
Ouais, ouais, mais tous ces droits d'auteur versés au diocèse -est-ce Dieu- et qui ont nourris pendant des années le ventre mou des porcs, n'est-ce pas une coresponsabilité de crime ça ? Je pose la question.
Les bonnes intentions ne dédouanent pas des crimes commis en leur nom.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.