#Technologie

Projet Bradbury : comment j'ai écrit 52 nouvelles en 52 semaines

Apple iBookstore :

Le 15/08/2014 à 16:01 par Julien Simon

0 Réactions | 1 Partages

Publié le :

15/08/2014 à 16:01

Julien Simon

1

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

À l'occasion d'une conférence donnée en 2001, le regretté Ray Bradbury offrait aux auteurs présents dans la salle le conseil suivant :

“Écrire un roman, c'est compliqué: vous pouvez passer un an, peut-être plus, sur quelque chose qui au final, sera raté. Écrivez des histoires courtes, une par semaine. Ainsi vous apprendrez votre métier d'écrivain. Au bout d'un an, vous aurez la joie d'avoir accompli quelque chose: vous aurez entre les mains 52 histoires courtes. Et je vous mets au défi d'en écrire 52 mauvaises. C'est impossible.”

Il y a de cela 52 semaines, je décidai sur un coup de tête de prendre Ray Bradbury au mot et de me lancer dans un grand marathon d'écriture : chaque semaine pendant un an, j'écrirais une nouvelle pour la publier en ligne et témoigner de ma progression. Je n'étais pas à proprement parler un auteur débutant avant de commencer ce “Projet Bradbury”, mais je ressentais à ce moment le besoin de me centrer davantage sur l'écriture, de l'éprouver par la pratique, d'y consacrer tout mon temps et mon énergie. Le but était de me focaliser sur mon écriture comme un pianiste fait ses gammes, jour après jour, et rendre public ce cheminement était une manière de montrer que l'écriture est un artisanat qui s'améliore avec le temps et l'opiniâtreté de celui qui la pratique et que, contrairement à ce que l'on peut entendre ici et là, écrire est aussi — pas seulement, mais aussi — un métier.

Un an s'est écoulé depuis cette idée (stupide ?) de consacrer une année entière à l'écriture, et je repense souvent aux premières semaines d'écriture où j'imaginais sincèrement que je n'y arriverais jamais, mais le bout du chemin est enfin là. Aujourd'hui paraît la bien nommée Rideau, 52ème (et dernière) nouvelle du Projet Bradbury, ainsi que la quatrième intégrale incluant les nouvelles 40 à 52, venant s'ajouter aux trois premières (liste complète ici).

cover

cover

Ce Projet a occupé mes mains, mon esprit et mon temps pendant une année entière, mais s'il y a une chose que je retiens du Projet Bradbury, c'est bien celle-ci : ça valait vraiment le coup, ne serait-ce que pour la satisfaction d'en être venu à bout.

Ceux qui se sont fait l'écho de l'initiative ont souvent qualifié la démarche de folle (dans le bon sens du terme, pas dans le sens psychiatrique, enfin j'espère). Pour ma part, je ne l'ai jamais vue comme un défi insensé. Je me souviens clairement du moment où j'ai eu cette idée (sous ma douche, pour les curieux). À aucun moment elle ne m'a parue démesurée. À aucun moment je n'ai pensé que le but serait inaccessible. De fait, je ne me serais jamais lancé si je pensais — même juste un petit peu — que je n'avais pas les capacités de le faire. Je savais que j'avais l'énergie pour tenir : la vraie question était plutôt de savoir si la réalité rejoindrait l'image que je me faisais de mes propres capacités. De ce point de vue, je suis plutôt content ; car c'est aussi dans la satisfaction du travail terminé que je me trouve heureux du chemin parcouru.

Maintenant que le Projet Bradbury est terminé, plié, que les gaules sont rangées dans le coffre de la voiture et que je m'apprête  à publier le dernier article sur ce blog (rassurez-vous, je continuerai de vous raconter ma vie trépidante sur mon propre site), il est plus que temps de se retourner sur l'année écoulée et d'en tirer un bilan. Bien sûr, je vais essayer d'être exhaustif, mais je manquerai sûrement un ou deux points : n'hésitez pas à me le signaler si une question vous tarabuste.

Mais quelques remerciements s'imposent. D'abord et avant tout à ceux qui m'ont soutenu toute l'année, à commencer par ma femme, mes parents, ma famille et mes amis. Qu'importe la direction dans laquelle on se lance, se sentir épaulé quand on fait le choix du coeur est primordial. Je n'ai pas pris le chemin d'une carrière facile, j'en suis conscient, mais j'ai l'intuition d'avoir fait le bon choix. Mais faire le bon choix n'est pas tout : quand ceux que vous aimez l'acceptent et en assument les conséquences avec vous, c'est une vraie preuve d'amour que je reçois avec fierté.

Ensuite, un remerciement appuyé et plus que chaleureux à tous ceux qui se sont abonnés au Projet Bradbury :  en faisant le choix de soutenir une démarche de création originale, ancrée dans les pratiques numériques et délibérément placée sous licence Creative Commons, vous m'avez permis de me préoccuper un peu moins des questions matérielles et un peu plus des questions de création. Votre geste a été essentiel et a permis d'établir entre nous une relation privilégiée : vous avez été des soutiens fidèles et des lecteurs assidus. S'est tissée une relation de confiance et de partage qui me manquera beaucoup (mais je sais que nous continuerons de converser au-delà du Projet). Je pourrais me répandre en remerciements, mais je n'ai pas besoin de vous dire à quel point vous avez été exceptionnels : vous le savez déjà.

Merci aussi aux lecteurs qui ne se sont pas forcément abonnés, mais qui ont, à un moment ou à un autre, lu un article du blog et partagé leur impression, acheté une nouvelle sur une librairie en ligne, un recueil, à ceux aussi qui ont parlé du Projet sur leur blog, autour d'eux, qui ont décidé de le promouvoir en le citant ou carrément d'y consacrer un article tout entier.

Il y a également deux personnes sans lesquelles le Projet Bradbury n'aurait pas pu se faire à cette échelle et que je tiens à remercier chaleureusement.

D'abord, Nicolas Gary d'Actualitté, qui n'a pas hésité à m'ouvrir les portes de son journal pour soutenir le projet et y publier mes comptes-rendus hebdomadaires ; et qui, au-delà de cette année entre parenthèses, a toujours été un interlocuteur passionné, passionnant, et surtout un camarade à toute épreuve.

Ensuite, Roxane Lecomte, la graphiste aux doigts d'or, prêtresse des couvertures et petit génie de l'illustration, qui elle aussi a accompli un marathon en me proposant de façon adorable de réaliser les couvertures de l'intégralité des nouvelles du Projet Bradbury. Son imagination a fait des étincelles et offert un écrin magnifique à mes textes. Les mots me manquent pour dire à quel point je lui suis reconnaissant du beau cadeau qu'elle m'a fait, et je pense pouvoir dire sans trop me tromper que les lecteurs du Projet Bradbury ont adoré son travail. Grazie mille ! 

J'ajouterais également à mes remerciements certains lecteurs particulièrement assidus dont les retours m'ont été d'une grande aide et d'un grand soutien. D'abord et avant tout la fantastique @deuzeffe, dont les avis toujours circonstanciés, poétiques et réfléchis ont jalonné mon année d'écriture de bonheur et d'impatience. Ensuite, DeidreAmbre qui elle aussi a accompli un marathon, de lecture cette fois-ci, et qui a chaque semaine posté son avis sur sa page. Ses retours ont été précieux. Il y en a d'autres, bien entendu, je pourrais citer @TuLisQuoi, @ARRIBASNatalia, @Milena_Hime@Cultiste, @TheSFReader, Matthieu Vigouroux,  @oliviersaraja@paindesegle, il y en a tellement que j'en ai forcément oubliés, ne m'en voulez pas. Le Projet Bradbury a été une grande source de réjouissance pour moi, il est donc normal que j'aie des milliers de gens à remercier. Je remercie d'ailleurs également tous ceux qui n'en ont pas parlé, et même ceux qui en ont parlé en mal : on tire aussi de l'énergie de la critique, une autre sorte d'énergie, mais celle-ci n'est pas à sous-estimer pour autant. Inutile de s'appesantir là-dessus, bien sûr, mais tout est question d'équilibre.

J'avais promis un compte-rendu : le voici. On va essayer de faire dans l'ordre.

***

caffeinating, calculating, computerating

Quelques chiffres

Le Projet Bradbury, c'est certes 52 nouvelles publiées pendant 52 semaines, mais d'autres chiffres sont à prendre en considération.

D'abord, le nombre de souscripteurs : vous avez été 109 à vous abonner au Projet Bradbury, ce qui est à la fois peu et beaucoup. Beaucoup, parce que ma carrière en est à ses débuts et qu'on ne peut pas bâtir un plan marketing sur le seul nom de Neil Jomunsi, sans compter que le principe même de l'expérience était un peu inhabituel : les « mécènes » (que leurs noms soient loués pour les siècles des siècles) recevaient, en échange de leur participation, un accès à un dossier en ligne que je remplissais à mesure que je terminais l'écriture des textes. J'y proposais l'intégralité des textes aux formats .epub et .mobi, et j'ai aussi ajouté quelques bonus en cours de route. J'ignore la proportion d'abonnés qui ont lu ne serait-ce que la moitié des textes pour lesquels ils ont souscrit et je ne le saurai sans doute jamais, mais ce n'est pas plus mal, je ne suis pas un grand fan des discours chiffrés en règle générale (c'est aussi pour cela que mon blog n'a pas de compteur de visites).

Certains lecteurs ont préféré acheter les textes au fil de l'eau, via l'iBookstore, Smashwords, Kobo , Youscribe ou Amazon, les librairies sur lesquelles les nouvelles ont aussi été publiées. Voici le palmarès :

  1. 291 ebooks vendus ;
  2. Amazon : 280 ;
  3. Kobo : 111  ;
  4. Smashwords : 19 ;
  5. Youscribe : 12 ;
  6. Barnes & Noble : 3 ;

Total : 716 ebooks vendus.

Chose amusante, la progression des ventes à l'unité a augmenté au fil du temps (et sans doute à mesure que le Projet Bradbury était mieux référencé par les catalogues et les moteurs de recherche) alors que le nombre d'abonnements a connu une chute spectaculaire à partir du mois de novembre 2013. De fait, 85% des abonnements ont été souscrits dans les 3 premiers mois d'existence du Projet.

J'attribue cette tendance à la chronologie des médias (quelques articles sont parus au lancement, ce qui a sans conteste joué un rôle) et aussi à l'enthousiasme d'une poignée de lecteurs fidèles qui ont fait des pieds et des mains pour populariser l'initiative (qu'ils en soient encore remerciés). La lassitude et l'habitude aidant, les abonnements ont fini par décroître pour s'arrêter presque totalement, à de rares exceptions près, à partir de janvier.

STOP Snowing!

Je mesure la difficulté qu'il y a à maintenir l'enthousiasme autour d'une initiative si longue. Nous vivons une époque véloce où une information en chasse une autre, et je ne me faisais pas vraiment d'illusion, même si je n'ai pas pu m'empêcher d'être surpris par cette soudaine désaffection. J'imaginais, sans doute naïvement, que le projet gagnerait en notoriété et donc en nombre d'abonnés au fil du temps. On ne peut pas gagner à tous les coups. Les ventes à l'unité ne viennent pas compenser ce pseudo-manque à gagner, pas encore du moins, mais j'ai bon espoir de voir les ventes augmenter au fil des années, d'autant que les ebooks sont présents sur les librairies numériques pour de bon et que les lecteurs pourront encore les découvrir pendant longtemps. L'avenir nous le dira.

Dans un article intitulé Gagner sa vie avec ses mots, le métier d'écrivain, j'envisageais que ce crowdfunding improvisé et les ventes à l'unité pourraient, cumulés, subvenir à mes besoins (déjà à la base relativement restreints). Les deux premiers mois, j'ai même failli y croire, mais j'ai vite déchanté. Une initiative d'auto-édition, aussi originale soit-elle, n'est pas encore de mon propre point de vue (c'est-à-dire sans nom connu, ni stratégie marketing massive) viable sur le long terme, à moins peut-être de publier de l'érotique ou de la romance (ces deux secteurs d'édition connaissent des croissances fulgurantes et des chiffres de vente largement supérieurs aux secteurs traditionnels). J'ai donc continué de travailler à côté (je donne des cours de fabrication d'ebooks) et ma famille étant plus que compréhensive, j'ai plus ou moins réussi à joindre les deux bouts pendant l'année.

Le financement de la création est un enjeu crucial : sans ignorer les réalités inhérentes à internet (partage, copie illimitée, etc) et même en les utilisant en toute connaissance de cause (le Projet Bradbury est très rapidement passé sous licence Creative Commons afin d'en accélérer la diffusion), il est urgent de penser à des manières pérennes de subvenir aux besoins des artistes qui voient leurs revenus décroître d'année en année là où nous consommons de plus en plus de produits culturels. J'ai essayé, à mon échelle, de tester telle ou telle solution : je n'en ai pas trouvé de véritablement satisfaisante, ni de miraculeuse.

Le but pour 2014-2015 va donc être de VENDRE. J'ai de nombreux textes à faire publier, des romans inédits à soumettre aux éditeurs, et je compte bien essayer de générer des revenus d'écriture plus conséquents à partir de maintenant. Le Projet Bradbury était en quelque sorte mon starting-block. Maintenant que je me suis bien échauffé, je vais passer à la vitesse supérieure.

***

Inspire :)

Trouver l'inspiration

C'est une des questions qu'on m'a le plus souvent posées au cours des 12 mois qu'a duré le Projet Bradbury : “Comment tu fais pour trouver toutes ces idées ?” C'est assez amusant parce qu'il semblerait que ce soit une inquiétude largement partagée à la fois par les lecteurs, les auteurs et les spectateurs. D'ailleurs, c'était souvent la première question que les gens me posaient quand je leur expliquais en quoi le défi consistait. Je répondais la même chose à chaque fois : les idées n'ont pas pas du tout été un problème. Le plus dur, c'est de les transformer en histoires, puis de les retranscrire par écrit du début à la fin pour aboutir à un produit fini. Les idées, il suffit de regarder autour de soi : finalement, toutes les situations que nous vivons au quotidien peuvent se transformer en histoires. Mieux, elles sont des histoires. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder quelques épisodes de la série Seinfeld (“a show about nothing”).

Même si j'ai à deux reprises utilisé des rêves comme matériau principal d'une narration, je préfère de loin la technique du Et si... ? Un grand nombre de nouvelles écrites cette année partent de cette simple question, qui est également à l'origine de la plupart des histoires inventées depuis la nuit des temps. Et si un imposteur devenait un dieu vivant ? Et si les derniers survivants de l'humanité étaient des vampires en orbite autour de la terre, dans une capsule ? Et si une petite fille assassinée pouvait raconter son calvaire ? Et si on pouvait se promener dans les publicités comme dans une simulation 3D ? Etc etc.

Je tiens de nombreux carnets dans lesquels j'écris des bribes d'histoire à mesure qu'ils me viennent, quelquefois sans aucun sens logique. J'utilise également la fonction bloc-note de mon smartphone, assez utile quand je ne suis pas en mesure d'écrire à la main (même si ce dernier procédé a ma préférence). J'ai un fichier, sauvegardé régulièrement, dans lequel je note ces petits morceaux d'histoires, de contexte, quelques lignes d'un article scientifique, etc. J'expliquais l'autre jour que je note ces idées pas forcément pour les relire plus tard, mais pour les fixer dans ma mémoire. L'écriture manuelle est excellente pour fixer quelque chose dans ses souvenirs. Une fois que l'idée s'est nichée dans notre tête, on peut lui laisser le temps de mûrir, de se modifier, de disparaître pour réapparaître quelquefois sous une nouvelle forme. Par exemple, j'adore combiner deux bonnes idées pour en fabriquer une seule. Souvent, en associant des thèmes qui n'ont a priori rien à voir l'un avec l'autre, on obtient un résultat étonnant. L'exemple qui me vient tout de suite est celui de la nouvelle Pour Toujours. J'avais envie d'écrire une histoire de vampires — mais sans les poncifs romantiques du genre — et puis j'avais cette image qui me trottait dans la tête d'une capsule spatiale perdue en orbite autour du globe, dernière survivante d'une humanité éteinte depuis des siècles. Les deux idées se sont percutées dans ma tête : et si cette fameuse capsule abritait des vampires en stase éternelle ?  J'adore cette méthode. Elle me surprend toujours.

En résumé, les idées sont volatiles et capricieuses, mais elles sont nombreuses : elles flottent dans l'air et sont facilement atteignables pour celui qui tend le bras au bon moment. Avec le Projet Bradbury, j'ai acquis la certitude que si l'on est à court d'idées, c'est parce qu'on ne regarde pas assez autour de soi. Tout est là, prêt à être écrit. Il suffit d'être attentif. J'ai d'ailleurs encore de la matière pour écrire au moins 50 nouvelles supplémentaires. Certaines idées iront dans de futurs romans, car après avoir passé un an sur du format court, j'ai envie de m'épanouir sur des longueurs plus confortables.

Le principal défi a été de me surprendre moi-même en même temps que mes lecteurs, de m'attaquer à toutes sortes de thèmes avec lesquels je n'étais pas familier. Au début, j'ai sorti les idées qui me trottaient dans la tête depuis des années, mais il a vite fallu se renouveler. J'espère qu'au moins de ce point de vue, j'ai relevé le challenge. Ah, j'oubliais : il faut aussi lire beaucoup.

***

Clock

Motivation, gestion du temps et fabrication

Ces deux sujets ont été clairement les deux points les plus délicats du Projet Bradbury. Comme je l'avais expliqué dans l'un de mes premiers articles de blog, j'avais décidé de m'astreindre à un planning régulier : lundi et mardi, écriture, puis les jours suivants, corrections jusqu'au vendredi. Petit à petit, j'ai espacé la rédaction de la correction car je réalisais qu'un certain délai d'oubli était nécessaire pour avoir un regard plus ou moins objectif sur un texte. Evidemment, à si peu d'intervalle, on ne peut pas vraiment parler d'objectivité, mais l'idée était de s'en rapprocher au maximum. J'ai donc, au fil des jours, espacé ces deux phases pour finalement les faire basculer sur deux semaines : semaine A, j'écris le texte 1. Semaine B, j'écris le texte 2 et je corrige le texte 1. Semaine C, j'écris le texte 3 et je corrige le texte 2... etc. Ce rythme a plutôt bien fonctionné. Le tout était de se mettre à la table de travail.

Car quand on a 52 textes à produire, autant dire que la procrastination est un mot à bannir de son vocabulaire. J'ai éprouvé de la lassitude à de nombreuses reprises. Certaines semaines, je n'avais vraiment pas envie d'écrire, mais je me suis forcé en m'asseyant à mon bureau (ou plutôt sur la table de l'entrée, bizarrement, je n'arrivais pas à me sentir à l'aise dans le bureau) chaque jour. Se forcer est d'ailleurs un bien grand mot : une fois lancé dans le processus d'écriture, il était en général difficile de décrocher. C'est la fameuse technique du timer de Chuck Palahniuk : régler un minuteur sur une heure et écrire jusqu'à ce que ça sonne. Si à ce moment on a envie d'arrêter, pas de problème, mais la plupart du temps, on ne souhaite qu'une chose : continuer d'écrire. Se forcer est donc une solution que je conseille chaleureusement à tous ceux qui ne se sentent pas le courage de s'y mettre : ça fonctionne. La motivation est une non-question : il faut se motiver — même et surtout si on ne l'est pas —, sinon on n'écrit rien.

Evidemment, j'ai été contraint par de nombreuses obligations. Le planning est une bonne chose quand on peut s'y tenir, mais quand on ne peut pas, c'est plus compliqué de rattraper le retard. Certaines semaines où j'ai dû travailler à plein temps sur autre chose, j'ai donc été obligé de rédiger deux textes la semaine précédente. Je n'avais pas de textes d'avance, sauf en de rares occasion comme Noël ou des semaines de formation particulièrement chargées. Dans ce cas de figure, je me concentrais sur la correction le soir, mais le rythme était harassant. La dernière chose qu'on a envie de faire après une journée de travail éprouvante, c'est de corriger un texte de 40.000 signes.

Heureusement — et c'est une des conclusions majeures du Projet Bradbury —, plus on écrit, plus on gagne en aisance. Ce qui me prenait au début du projet 5 jours (écriture et correction comprises) ne m'en a bientôt plus demandé que 2 ou 3, si bien que je pouvais me concentrer sur des projets annexes tels que Nemopolis ou le Ray's Day. C'est vraiment étonnant comme le cerveau s'habitue. En septembre, écrire 15.000 signes en une journée me paraissait déjà être une belle performance. Courant juin, je pouvais écrire 30.000, 40.000, voire 50.000 signes dans la journée. Certes, je terminais les sessions harassé, mais le résultat était là. Et ce n'est pas qu'une question de quantité : plus j'écrivais, mieux j'écrivais. À force de correction rapprochées dans le temps, mon vocabulaire s'est enrichi, mes tournures de phrases se sont améliorées, je faisais moins de répétition et j'abandonnais petit à petit les métaphores trop convenues. Une production intensive telle que celle-ci m'a, bizarrement, permis d'avoir du recul sur mon travail. Se relire sans cesse est désagréable, c'est sûr, mais c'est tout à fait formateur.

J'ai lu un livre tout à fait passionnant sur les bienfaits de la répétition : en accumulant des heures de pratique, le cerveau réalise certaines tâches avec plus de facilité. Les connexions sont plus solides, plus fluides, et les réflexes sont améliorés, qu'il s'agisse de sport de haut niveau, d'apprentissage ou de pratique artistique. Le tout est de ne pas laisser cette machine se rouiller. En effet, sitôt le rythme pris, je pense qu'il faut le maintenir à un niveau acceptable si on ne veut pas voir tous ses efforts réduits à néant. Je vais néanmoins prendre quelques vacances.

De façon d'abord imperceptible, puis de manière de plus en plus flagrante, j'ai véritablement senti mon écriture évoluer au gré de mes lectures. C'est une matière vivante, une projection de soi vers le papier ou l'écran, et le constater jour après jour m'a fait comprendre à quel point le style est quelque chose de subtil et qu'il ne tient pas à grand-chose d'en changer complètement. Constater progressivement et surtout soi-même le changement est une expérience vraiment incroyable.

Pour ce qui est des outils employés, je restais fidèle à mon bon vieux carnet Moleskine pour barbouiller mes bribes d'idées. Une fois que le pitch avait fait son chemin, je reprenais mes notes et créais une première version sur l'ordinateur (j'utilise le logiciel iAWriter). Une fois cette première version terminée, j'en créais une copie que je renommais tout bêtement "v2", et que je corrigeais, etc. La plupart du temps, les nouvelles du Projet Bradbury ont nécessité quatre versions. Certaines ont été relues/réécrites jusqu'à six fois. Écrire, c'est réécrire, disait l'autre. Finalement, je reste assez proche du workflow papier, sinon que je le transpose à l'environnement numérique. iAWriter a une fonction d'export en .html qui me convient très bien. À partir de ce fichier, je peux très facilement créer une version ebook au format .epub. Pour réaliser mes livres numériques, j'utilise Sigil, un logiciel gratuit et open source formidable, le meilleur à mes yeux. J'avais créé une maquette, il me suffisait ensuite simplement de transposer le nouveau texte dans cette coquille vide pour gagner du temps. Ça, c'était la partie la plus simple du boulot.

Le fait d'instaurer une certaine régularité, un processus, m'a aidé à ne pas perdre pied. D'ailleurs, dès que je m'en éloignais un peu, j'étais vite en panique. Heureusement, un peu d'improvisation n'a jamais fait de mal à personne.

***

KISS ME KATE - 2014 Monomoy Theatre

Narration et dramaturgie

Écrire beaucoup, quelquefois plus que de raison au risque de me perdre dans mes différents chantiers, n'aura pas été profitable que d'un point de vue strictement physique (par là, j'entends les automatismes, l'entraînement) : le Projet Bradbury aura été également l'occasion d'approfondir la vision que j'avais des histoires et de la manière de les raconter.

Même si j'ai toujours lu depuis tout petit, mes bases formelles de dramaturgie m'ont été inculquées quand je suivais mes études de cinéma, et particulièrement pendant les cours de scénario. J'ai longtemps été fasciné par les structures de narration : introduction, développement, climax, résolution, découpage en actes, ont été longtemps des moteurs autant que des béquilles pour moi. L'attrait qu'offre une structure prédécoupée est indéniable : il suffirait, à en croire certains partisans de la narration mathématique, de placer les bons éléments aux bons endroits pour fabriquer une histoire qui se tienne du début à la fin. Malheureusement, les choses sont un peu plus compliquées, et si durant mes dix premières années d'écriture j'ai accordé une grande importance à ces mécanismes, cette obsession a eu tendance à se diluer au virage de la trentaine au profit de narrations plus souples, moins segmentées, quelquefois plus originales aussi. Le Projet Bradbury a été un catalyseur de réflexion sur ce point précis.

La nouvelle obéit à ses propres règles : le truc, c'est que ces règles changent à chaque nouveau texte. Une histoire est un univers clos, même s'il se raccorde par différents biais à d'autres informations et d'autres narrations : c'est un oeuf dans lequel on doit édicter toutes les règles de A à Z. Tout doit y passer, rythme, mode de narration, personnages, interactions, lois physiques, il s'agit à chaque fois de rebâtir un univers qui se tienne tout en gardant sa propre voix. À aborder différents thèmes et à utiliser différents modes de narration (première personne, narrateur omniscient, semi-omniscient, etc), se détachait petit à petit ce que j'ai finalement identifié comme ma voix, l'élément commun entre toutes les histoires, un certain ton, un certain rythme, qui font qu'une nouvelle devient une de mes histoires personnelles. Bien sûr, certains thèmes se recoupent : ainsi, j'ai remarqué que j'avais une forte tendance à raconter des histoires entre parents et enfants. La thématique du passage de flambeau, de la vieillesse confrontée à la jeunesse, du gouffre qui nous sépare et nous rassemble entre générations, est ainsi abordé dans bon nombre de mes textes. C'est intéressant parce que ça en dit long sur mes obsessions. L'amour romantique n'est presque pas abordé, par exemple. J'ai remarqué aussi que j'ai beaucoup parlé du fait d'être perdu, seul, décalé dans un univers auquel on ne comprend rien. Mes personnages sont souvent en léger décalage, et c'est ce qui fait aussi qu'une histoire devient une histoire, en usant de ce décalage nécessaire à toute narration. Il y a bien évidemment aussi la mélancolie de l'enfance que je partage avec Bradbury et dont j'ai usé et abusé ; et la difficulté de communiquer les uns avec les autres (qui rejoint la solitude). Il y en a sans doute d'autres que je n'ai pas identifiés.

Influencé par Bradbury, j'ai eu tendance à avoir la métaphore facile au début du Projet, avant de lever un peu le pied et, petit à petit, d'essayer de m'en détacher (trop de métaphore tue la métaphore). J'ai identifié cette tendance en moi à vouloir mettre en images les sentiments, et j'ai essayé d'alléger cette propension qui devenait pénible à la lecture. J'ai souvent lu qu'avec le temps, le vocabulaire s'allégeait. Il y a ce besoin de réduire les artifices, de trouver le mot juste pour le bon sentiment ou la bonne couleur : la langue française dispose d'un riche éventail de nuances et les utiliser à propos est la moindre des politesses. Je ne saurais trop conseiller l'emploi d'un dictionnaire de synonymes, et même d'un dictionnaire tout court, en permanence. Lire beaucoup aide à enrichir sa palette personnelle : dès que je tombe sur un mot que je ne connais, j'essaie d'en apprendre la définition et, si possible, de le réemployer dans un texte aussi vite que possible. L'usage direct favorise l'apprentissage dans mon cas, je pense que ça s'applique aux autres aussi.

À vivre en permanence en compagnie de personnages de fiction, on finit par s'interroger non plus sur leurs seules motivations, mais aussi sur leur essence. Même si j'ai lu énormément tout au long de l'année, deux lectures m'auront particulièrement marquées sur ce point précis.

D'abord, Screenwriting 101 de Film Crit. Hulk (qui tient par ailleurs un blog remarquable sur le cinéma, malheureusement plus beaucoup alimenté).  Dans ce petit compendium accessible à tous (pour peu que vous lisiez l'anglais), l'auteur démontre, entre autres, à quel point il est essentiel de bâtir des personnages cohérents (dans le sens cohérents avec eux-mêmes, pas forcément vis-à-vis du monde dans lequel ils évoluent) afin de leur insuffler la vie nécessaire à la suspension de l'incrédulité du lecteur et/ou du spectateur. Je ne saurais trop en conseiller la lecture à tous les écrivains et scénaristes, qu'ils soient des professionnels confirmés ou des débutants. Construire un personnage est une tâche plus ardue qu'il n'y paraît et tout à fait essentielle : car la définition d'une histoire, c'est “ce qui arrive aux personnages”.

Tout découle de la construction des personnages et de la manière dont ils interagissent avec l'univers qui les contient. Pourquoi faire tant de cas d'une apparente évidence ? Parce que justement, ce n'est pas une évidence. Beaucoup d'histoires sont construites à l'inverse de ce principe élémentaire, c'est-à-dire à partir d'une univers dans lequel les personnages ne font que subir les évènements qui les propulsent vers la suite de la narration. Selon l'auteur, les personnages doivent être proactifs en permanence, être les seuls moteurs de décision : ce sont eux qui font avancer l'histoire, par leurs décisions irrévocables. Et il n'y a que de cette façon que l'on peut susciter ce que nous cherchons tous pour nos écrits : l'empathie du lecteur.

Cette histoire d'empathie me tarabuste depuis des mois, et c'est là qu'intervient la deuxième lecture qui m'a bouleversée cette année, à savoir l'oeuvre de David Foster Wallace. Il y aurait trop à dire pour l'évoquer simplement dans ce compte-rendu, aussi vais-je me contenter de quelques lignes en attendant d'y revenir un jour plus en détail. Je connaissais déjà les écrits de DFW, j'avais même lu Le Roi Pâle il y a quelques années, ainsi que nombre de ses articles et textes courts. Le public le connait surtout pour son fabuleux discours This is Water, où il évoque justement l'empathie nécessaire à la construction de soi, et par extension à la construction des histoires.

L'empathie est la clef d'une histoire réussie, et pour cela, il n'y a qu'un seul moyen : faire en sorte que le lecteur, le spectateur, l'auditeur, s'identifie au maximum à ses personnages. J'ai redécouvert DFW cette année, car je pense que j'étais passé à côté autrefois et que j'avais besoin de le lire à ce moment pour que ses mots entrent véritablement en résonance avec moi. Ça a été le coup de foudre, un choc électrique, comme j'en avais eu autrefois pour Céline, Bradbury ou Lovecraft. Se mettre à la place des gens, se glisser dans leur peau, traquer leurs obsessions, leurs travers, mais aussi ce qui fait qu'ils peuvent être aimés malgré tout... Foster Wallace était un maître en la matière. Ses textes m'ont beaucoup inspirés sur la fin du Projet Bradbury, notamment dans l'emploi des dialogues que j'avais tendance à sous-utiliser, mais qui sont une arme redoutable de caractérisation des personnages. L'empathie, plus généralement, est un outil sous-estimé de création. Je réalise qu'en me mettant réellement à la place des gens, pas juste en imaginant furtivement ou en faisant semblant, qu'ils soient réels ou fictionnels, est un moyen rare d'atteindre une vérité qui m'échappait un peu jusqu'ici et dont je n'ai fait encore qu'effleurer la surface.

On m'a aussi plus d'une fois demandé, surtout dans le cadre de la nouvelle, si je connaissais ou pas la fin de mes histoires avant d'en commencer la rédaction. Pour tout dire, cela dépend de l'histoire et je n'avais pas de règle à ce sujet. Quelquefois, c'est la fin qui justifie toute l'histoire (une nouvelle dite à chute, où la fin vient illuminer sous un jour nouveau tout ce que l'on vient de lire) : j'ai utilisé ce principe notamment dans Onkalo, Chrono, Là-bas, En laisse, etc. D'autres fois c'est le chemin qui fait l'histoire : je pense par exemple à Sur la route, Pour toujours, Rideau... Souvent, c'est aussi un mélange des deux principes : on a une idée de la fin, mais on se laisse porter par l'écriture et les personnages pour voir si on aboutit bien à l'endroit prévu. Ça fonctionne convenablement pour la nouvelle. Néanmoins, je pense que le fait de se laisser voguer au gré du courant n'est pas toujours applicable dans des formats plus longs, à moins d'une intrigue très linéaire. D'une manière générale pour les romans et les films, on vous conseillera de connaître au moins la fin de l'histoire avant d'en commencer la rédaction. Mais encore une fois, les conseils des uns et des autres sont aussi faits pour ne pas être suivis, voire pour être pris complètement à contrepied. Il ne faut pas avoir peur d'essayer, de se tromper, de nager contre l'eau.

S'il y a une chose que ce marathon d'écriture m'aura appris, c'est d'essayer de nouvelles choses : ne pas avoir peur de changer de voix, ou du moins de la dissimuler, de la grimer, ne pas craindre de s'attaquer à un univers que l'on ne maîtrise pas (Bradbury se fichait totalement de la manière dont fonctionne une fusée, l'essentiel était qu'elle conduise ses personnages sur Mars pour un pique-nique), chercher la difficulté et la nouveauté pour ne pas s'ennuyer en rédigeant (l'ennui est un ennemi dangereux qu'il convient de chasser de toutes ses forces pour ne pas s'endormir sur la plume ou le clavier), sortir de sa zone de confort en s'inspirant des autres (nous sommes la somme de nos inspirations) et chercher sans cesse à se transformer. Plus j'en apprends, plus je réaliser à quel point il y a encore tellement de choses à apprendre, à voir, à comprendre, à attraper. Nous ne savons presque rien, vraiment, presque rien. On ne finit d'apprendre qu'avec la mort.

***

Rank

Le blog : un point d'ancrage nécessaire

J'en étais déjà persuadé, mais le projet Bradbury a été l'occasion de vérifier à quel point le blog est un outil de travail indispensable aujourd'hui pour tout écrivain qui se respecte. Bien sûr, Actualitté a hébergé un blog temporaire permettant au Projet Bradbury de bénéficier du flux de Google Actus, mais je tiens aussi un blog personnel [page42.org] sur lequel j'ai eu tout le loisir de partager mes sentiments et mes réflexions sur divers sujets. Le blog est une manière de faire des gammes, de maintenir le rythme, de s'évader un peu du quotidien tout en continuant d'écrire. C'est aussi une manière de susciter la réflexion, de remuer un peu le couteau là où ça fait mal. Le blog m'a plus d'une fois servi à fixer ma réflexion sur un sujet donné, en particulier autour des problématiques que soulève internet à l'heure de la connexion globale et du partage généralisé. Je pense que c'est plutôt une qualité : je n'arrête jamais ma réflexion. Je n'ai pas spécialement d'idées préconçues et je change volontiers d'avis si on me prouve que j'ai tort. Je sais dire que je ne sais pas, et le blog me projette en permanence vers l'extérieur, vers les autres gens, les autres pensées. C'est un processus salutaire. Pouvoir fixer sa réflexion à un instant T, reprendre ses textes, se contredire quelquefois, effacer, reprendre, est l'un des nombreux privilèges du numérique.

Grâce au blog, j'ai pu poser de nombreuses questions épineuses à mes lecteurs, et leurs retours ont été autant de balises précieuses sur le chemin.  Par exemple : écrire est-il un métier ?Le piratage des oeuvres est-il réellement néfaste pour les auteurs ?Comment imaginer des moyens de financement alternatif, notamment grâce à Flattr et d'autres services du même genre ?Quelle est la place des Creative Commons dans tout ça ? Quelle est celle des bibliothèques ? En fait, sitôt que j'ai une question qui me retourne le cerveau, j'en profite pour écrire un article. C'est quelquefois brouillon, la réflexion est parfois bloquée, mais ça se tient globalement. C'est assez intéressant de se relire avec le recul, d'ailleurs. Il m'arrive souvent, à mesure que les mois et les années passent, de ne plus être d'accord avec moi-même.

Le Projet Bradbury a pour moi été l'occasion d'approcher le monde du libre et des financements alternatifs. Il y a, comme partout ailleurs, beaucoup de chapelles dans ce petit monde : certains sont extrémistes, d'autres plus pondérés. Mais je suis du parti de considérer qu'il y a du bon à prendre dans tout et qu'il est idiot d'opposer des arguments d'autorité à ceux qui proposent des solutions alternatives ou qui veulent faire profiter d'une expérience. J'ai pu aussi expérimenter les tensions entre monde du papier et monde du numérique, une attitude que je ne comprends pas dans la mesure où nous avons chacun des choses à nous apporter mutuellement et que c'est justement dans une période de crise telle que celle-ci que toutes les bonnes volontés devraient se retrouver. Mais les lignes de front sont crispées et ne bougent pas beaucoup. J'essaie de faire le grand écart entre les deux univers, ce n'est pas toujours facile. Je reste convaincu que papier et numérique sont complémentaires, mieux, que s'ils sont chacun convenablement employés, ils ne se cannibaliseront pas. Mais quelquefois, la guerre fait tellement rage que j'ai l'impression de prêcher dans le désert. D'ailleurs, je ne prêche même pas : je poursuis mon petit chemin en racontant ce que j'en pense à qui veut bien l'entendre.

***

Bilan physique

Le Projet Bradbury n'a pas seulement été éprouvant pour ma petite tête : en effet, à force de rester à ma table de travail et de tapoter mon clavier comme un forcené, j'ai pris cinq kilos. Je vais m'employer à les perdre sitôt que je retrouverai un peu de temps libre et d'énergie. Mal au dos, céphalées, tendinites à répétition, ont été également mon lot quotidien sur la fin du marathon. L'écriture est un sport ! Plus sérieusement, il convient de trouver un peu de temps pour pratiquer une activité physique : marche, course, natation... N'importe quoi pourvu qu'on se bouge ! Il est également bon pour l'inspiration de s'aérer l'esprit de temps en temps. Écrire, c'est aussi ne pas écrire.

***

The Ray Bradbury Tree

En résumé

J'ai écrit 52 nouvelles et je suis plutôt content. Bien entendu, tous les textes ne se valent pas. Il y en a même certains, comme Carte Postale, que je trouve franchement ratés. Ça faisait aussi partie de l'expérience, cette possibilité de se tromper, de foirer, d'allonger un texte qui méritait d'être plus court ou de traiter une histoire trop brièvement là où il aurait fallu un développement plus conséquent. Je ne crois plus vraiment aux formats standardisés, même si je m'étais dès le départ fixé un objectif de 40 à 50.000 signes pour chaque texte (pour des raisons de prix, car j'ai pu remarquer qu'en dessous de 30.000 signes, de nombreux lecteurs se sentent floués d'avoir acheté, même à 0,99€... mais c'est une autre histoire. Ne devrait-on pas d'ailleurs penser non pas en terme d'ebook, mais en terme d'histoire ? Quel est le prix d'une histoire ? Coûte-elle moins cher qu'un café ? Plus cher qu'un paquet de cigarettes ?). Au final, les nouvelles oscillent entre 30 et 40.000 signes, ce que je trouve plutôt raisonnable. Je n'ai pas vraiment compté les signes, je me suis contenté de me laisser porter par l'histoire, d'attendre de voir ce que les personnages voulaient bien me raconter. Bien sûr, j'ai quelques textes préférés. Je vous en livre quelques uns (sans que cela fasse office de classement, surtout pas) : Là-bas, Echo, Rydstonberg, En laisse, Pour toujours, Ghostwriter, Spot, L'Oeil des Morts, Hacker, Inside Sherlock, Yokai, Toreador, Alexandria, Kindergarten... en fait, à relire les titres pour établir cette liste, je réalise que j'ai aimé écrire la plupart de ces 52 textes et qu'il est difficile de choisir parmi eux. Si je devais choisir seulement une, ou même trois de ces nouvelles, je serais bien embêté. Le plus simple, c'est peut-être que vous fassiez votre propre classement.

J'aimerais bien trouver un éditeur pour que le Projet Bradbury prenne vie sur papier. Peut-être pas en intégralité (ça ferait un sacré annuaire), mais peut-être une sélection à laquelle vous pourriez participer. Ce qui serait chouette, l'un dans l'autre, puisque la version numérique, avec l'intégralité des textes, deviendrait complémentaire de la version papier. Je tiens à cette complémentarité entre les univers et les supports.

Bien entendu, j'espérais en lançant une telle initiative soulever un minimum d'enthousiasme. Ce projet, au regard du monde de l'édition et de la publication sur le net, n'aura pourtant été qu'un épiphénomène... et c'est très bien comme ça, parce que le Projet Bradbury aura aussi été une formidable manière de faire le point sur moi-même, d'affronter mes démons et de formuler une bonne fois pour toutes ce que je veux pour demain. Il m'aura également convaincu que j'étais fait pour ce métier — ou plutôt que je voulais être fait pour ce métier — et que je désirais par-dessus tout poursuivre cette expérience, peut-être sous d'autres formes, d'autres médiums, avec d'autres partenaires. Il aura surtout réussi à cristalliser, le temps de quelques mois, une petite communauté de fidèles, pas grand-chose, quelques dizaines de personnes qui m'ont suivi, lu et épaulé quand j'en avais besoin. Car c'est là, je trouve, la grande force du numérique (peut-être la seule véritable) : il nous fait entrer en communication les uns avec les autres. Il nous rapproche, nous oppose quelquefois, mais toujours crée l'interaction en fragilisant les coquilles dans lesquelles nous nous enfermons.

Pendant 52 semaines, j'ai écrit. Quoi de plus solitaire que l'acte d'écrire ? Pourtant, pendant 52 semaines, je n'ai jamais — jamais — été seul un seul instant. Toujours, j'ai été accompagné. C'est sans doute l'une des plus belles choses, une des plus émouvantes aussi, que je retiendrai de ce Projet Bradbury.

Commenter cet article

 

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Au Royaume-Uni, un lien établi entre BookTok et les visites en librairies

Sur le réseau social chinois TikTok, le succès de la communauté BookTok, réunie autour des livres et de la lecture, est indéniable. Mais des questions subsistent quant à l'efficacité de l'activité en ligne pour promouvoir des ouvrages diversifiés, ou encore des points de vente qui ne se trouvent pas uniquement en ligne. Une étude britannique révèle des résultats prometteurs.

24/11/2022, 16:34

ActuaLitté

#Actualitteaime : un mille-feuille infernal

L’Enfer, dans la représentation commune, rime avec chaleur extrême, sévices, tortures, et plus généralement, avec le rouge. Serait-elle fausse ? Car, au contraire, l’Enfer serait glacé... Beaucoup le pensent en ce mois de novembre de plus en plus froid. Heureusement, personne n’a à veiller sur les fraîches brumes du ciel…

19/11/2022, 11:54

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : un mille-feuille nostalgique

La fin d’année pointe à l’horizon et avec elle ses baisses de température. Raison de plus pour s’installer chez soi et lire ce que la rédaction, et notre invité Vincent de BDFugue, conseillent sous le hashtag, #ActuaLittéAime. Retrouver son personnage favori né il y a plus d’un demi-siècle, Corto Maltese, rappeler aux peintres importantes des XIXe et XXe siècles, ou raviver le ton féroce et brillant d’une figure de Hara-Kiri, cette semaine, le passé fait de la résistance.

12/11/2022, 09:00

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : un mille feuille mortel

Cette semaine, Vincent de la librairie BDfugue, poursuit l'aventure, et une certaine Mortelle Adèle nous rejoint sous le hashtag #ActuaLittéAime. La bande dessinée est à nouveau à l'honneur en ces temps de refroidissement général. Bastien Vivès, les turpitudes de Passer P. Malta, deux sorties par L'étagère du bas à découvrir, ou encore un beau livre de l’auteure Maylis de Kerangal et du peintre et écrivain Jean-Philippe Delhomme…

 

 

05/11/2022, 09:00

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : un mille-feuille d'amour

Nouvelle session, et pas n'importe laquelle, puisqu'on accueille pour la première fois, sous le hashtag #ActuaLittéAime, Vincent de la librairie BDfugue. Une sélection partagée entre la bande dessinée qui tient la part belle, deux romans, un beau livre, et même un dictionnaire amoureux... de la Coupe du Monde. Un ouvrage bien à propos alors que se profile la prochaine édition au Qatar, qui fait couler beaucoup d'encre et pixel...

29/10/2022, 09:00

ActuaLitté

Le phénomène BookTok : entre tendance, recommandation et promotion

Après Facebook, Snapchat ou Instagram, il semblait à peu près logique que l'édition s'intéresse à TikTok, dont les utilisateurs ont rapidement créé la tendance #BookTok, pour évoquer leurs lectures. Mais la rapidité avec laquelle l'industrie s'est jetée sur l'outil n'est pas sans soulever quelques questions...

26/10/2022, 11:38

ActuaLitté

Kurokawa éjecté de Twitter

Kurokawa, qui signifie en japonais Fleuve Noir, appartient au groupe de maisons d’Univers poche. Spécialisé dans le manga, cet éditeur a récemment connu un délicat déboire, démontrant comme toujours la fragilité des outils sociaux — et le manque de maîtrise pour leurs utilisateurs sur ces solutions de communication.

22/10/2022, 10:48

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : le mille-feuille opère son tour du monde

Les semaines se suivent, mais les lectures ne se ressemblent pas forcément. La preuve avec ces nouveaux coups de cœur de la rédaction, rassemblés sous le hashtag #ActuaLittéAime. En ce samedi matin, nous vous proposons un voyage basculant de la prose d’un important auteur marocain, à la poésie enfantine et désespérée d’un russe absurde, en passant par l’Écosse et la Norvège, pour rien de moins que sauver l’humanité…

22/10/2022, 09:23

ActuaLitté

#ActuaLittéAime, un mille-feuille cosmique et graphique

Cette semaine encore, la rédaction partage ses coups de coeur et autres conseils de lecture sur les réseaux, avec le hashtag, #ActuaLittéAime. Retour dans le plus cauchemardesque des parcs d'attractions, voyage dans un pays merveilleux où les insectes sont rois et la reine pas commode, ou plongée dans l'univers par l'entremise d'un des plus importants couples de scientifiques du XXe siècle, avant de le mettre à l'envers...

15/10/2022, 08:00

ActuaLitté

#ActuaLittéAime, un mille feuille spécial pour tous les goûts

Chaque semaine, toute la rédaction se retrousse les manches et publie sur ses réseaux des petites lectures du moment. Ces posts, le samedi matin, sont repris dans nos colonnes pour offrir un éventail de possibilités nouvelles, outre les chroniques et avant-critiques que nous publions. Il s’agit de #ActuaLittéAime.

08/10/2022, 10:14

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : le mille feuille des lecteurs gourmands

Au fil des jours, nos chroniqueurs et rédacteurs publient des découvertes sur leurs réseaux, avec délectation. Et non sans plaisir, nous proposons chaque samedi une reprise de ces mini-chroniques dans nos colonnes : #ActuaLittéAime. Un hashtag à suivre, pour ne rien manquer.

01/10/2022, 14:35

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : le mille-feuille sans modération

Au fil des jours, l’équipe ouvre et ferme des dizaines d’ouvrages, dans un flux continu, presque sans fin. Et au gré des envies, chacun publie sur ses réseaux un petit mot, sur l’un ou l’autre de ces titres. Chaque samedi, ces posts sont réunis dans un article : #ActuaLittéAime.

24/09/2022, 09:40

ActuaLitté

BookTok : TikTok ouvre une nouvelle fonctionnalité autour des livres

Un nouveau partenariat entre TikTok et l’éditeur Penguin Random House offre une nouvelle fonctionnalité aux créateurs de contenus livresques sur la plateforme, les BookTokers des États-Unis et du Royaume-Uni. Il est dorénavant possible de créer un lien vers son livre favori et de le taguer dans les vidéos. 

22/09/2022, 15:29

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : notre savoureux mille-feuille du samedi 

Les jours se suivent, mais les pages ne se ressemblent pas : les membres de la rédaction au gré de leurs lectures, publient sur leurs réseaux de petits mots ou de grands coups de cœur. Et chaque samedi, ces derniers se retrouvent dans nos colonnes : #ActuaLittéAime.

17/09/2022, 10:23

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : le mille-feuille du samedi, juste sorti du four

Tout le monde a repris la route du travail, semble-t-il, et la rédaction renoue avec un rythme de croisière – assez frénétique, à en croire les volumes de café et de thé avalés. Et pourtant, chaque semaine, les membres postent sur leurs réseaux leurs coups de cœur du moment : #ActuaLittéAime. Lesquels sont ensuite repris dans une revue de presse sabbatique autant que sympathique.

10/09/2022, 09:00

ActuaLitté

#ActualittéAime : le mille-feuille de la rentrée, bien coloré

Les jours se suivent sans se ressembler, d’une lecture à l’autre : pour les membres de la rédaction, les réseaux deviennent l’endroit privilégié pour partager les coups de cœur du moment. Et chaque samedi, #ActuaLittéAime réunit l’ensemble de leurs publications, pour une sélection originale.

03/09/2022, 11:33

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : un mille-feuille aux dernières heures estivales

Les vacances furent reposantes ? Merveilleux. La rédaction, elle, n'a pas chômé. Et reprend surtout les bonnes habitudes. #ActuaLittéAime, ce sont les lectures de nos journalistes, partagées sur leurs comptes sociaux au fil de la semaine, et repris dans nos colonnes chaque samedi. Un clin d'oeil, une mention, pour parler des livres autrement.

27/08/2022, 12:15

ActuaLitté

TikTok Book Club : l'application ouvre son club de lecture

Un des réseaux sociaux les plus populaires, TikTok, lance son club de lecture numérique. Cette initiative fait suite au succès de #BookTok et ses 65 milliards de vues cumulées. C’est Jane Austen et son roman Persuasion (traduit en français par Jean-Yves Cotté) qui inaugura le TikTok Book Club, et sera l’objet de critiques dans l’espace nouvellement créé pour les passionnés de littérature de l'application. Chaque mois, un livre différent sera sous les projecteurs...

20/07/2022, 17:02

ActuaLitté

Devenez juré du Booker Prize 2022 avec votre club de lecture

Le Booker Prize lance un concours inédit à destination des clubs de lecture anglo-saxons. Six d’entre eux seront sélectionnés pour lire un livre de la shortlist du Booker prize et le défendre sur leurs réseaux respectifs. À la clé ? Une place pour deux des membres du club gagnant à la cérémonie de remise du prix en octobre prochain. Mais avant de faire partie du juré, les clubs devront faire leurs preuves avec les critiques les plus « originales et engageantes ».

13/07/2022, 09:45

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : en juillet, un mille-feuille de héros et héroïnes

Juillet, mois impérial par excellence. Alors, certes, pas de Jules César l’intrépide, dans notre sélection de la semaine mais un gentilhomme de fortune, Corto Maltese, ou les femmes de Roxane Gay et de Mia Oberländer, toutes prêtes à assumer leurs singularités. Et bien plus encore dans ce nouvel #ActuaLittéAime, où l’on a lu pour partager. 

02/07/2022, 11:02

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : ce samedi, le mille-feuille de la Dolce Vita

L'été est là ! Il porte les vacances pour certains ou simplement le soleil pour d'autres. L'occasion de découvrir, sur un transat, un ou plusieurs titres de notre sélection hebdomadaire #ActuaLittéAime. Le maître du cinéma italien qui se raconte, la campagne présidentielle croquée (à pleines dents), les coulisses de la vente en ligne par un pro du reportage gonzo, une belle histoire filiale, ou encore, entre autres, les femmes de l'ombre dans l'Histoire... Faites votre choix.

25/06/2022, 09:00

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : pour étancher sa soif, rien ne vaut notre mille-feuille 

La météo est accablante, nous étions avertis : ce week-end, il fera chaud. Que les heureuses et heureux qui peuvent profiter d’une bassine d’eau, d’un lac ou de tout ce qui permet de se rafraîchir soient bénis. Pour tous les autres, notre sélection hebdomadaire #ActuaLittéAime apportera, nous vous le souhaitons, de quoi traverser la période caniculaire. 

18/06/2022, 09:00

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : le mille-feuille du samedi, garanti 100 % plaisir

Les semaines se suivent, filent, se ressemblent et parfois nous inquiètent tant elles passent vite : pour les journalistes de la rédaction, elles sont parsemées de petites chroniques déposées sur leurs comptes sociaux, mises en partage pour qui veut. Et en fin de semaine, nous réunissons l’ensemble pour proposer #ActuaLittéAime, un instantané de plaisirs communicatifs.

11/06/2022, 10:02

ActuaLitté

#ActualitteAime : pour la Pentecôte, un mille-feuille de lectures 

De semaine en semaine, de ville en ville, de port en frais de ports, les journalistes de ma rédaction égrènent leurs lectures du moment sur leurs comptes sociaux. L’assurance d’une véritable diversité et de découvertes que nous recompilons tous les samedis dans un post insolite autant qu’original. Ainsi, le samedi matin, c’est #actualitteaime qui ouvre les réjouissances du week-end.

04/06/2022, 09:05

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : on va vous faire toute une histoire de ce mille-feuille

Au fil de la semaine, les journalistes de la rédaction effeuille la marguerite et les ouvrages reçus, proposant sur leurs comptes sociaux des lectures du moment. Chaque samedi, ces propositions de lectures, garanties sans engagement, sont proposées dans nos colonnes, dans une chronique bien particulière : #ActuaLittéAime. Ne nous privons pas des bonnes choses.

28/05/2022, 09:00

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : le seul mille-feuille à partager, sans restriction

Le samedi, c’est permis, et si ce ne l’était pas, on ne se priverait pas pour autant : chaque semaine, nos journalistes disséminent sur leurs comptes sociaux des lectures du moment, des coups de coeur et autres petites gourmandises. Ce mille-feuille est réuni chaque semaine dans notre nouvelle rubrique, #ActuaLittéAime. Et ce jour ne fait pas exception.

21/05/2022, 09:30

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : 6 nuances de lectures pour un mille-feuille

Samedi, c’est permis. D’ailleurs, si mercredi c’est ravioli, samedi, c’est librairie. Nourritures spirituelles pour accompagner celles plus terrestres. Et chaque samedi, les membres de la rédaction vous proposent une compilation de leurs lectures du moment. Leurs commentaires partagés sur leurs réseaux, à travers #ActuaLittéAime, qui se retrouvent compilés dans nos colonnes chaque semaine.

14/05/2022, 10:57

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : le mille-feuille de nos envies

Il y a des hasards qui ressemblent à des rencontres, et des rencontres qui deviennent des évidences : chaque semaine, #ActuaLittéAime réunit les lectures du moment, de chaque membre de l’équipe. Le tout dans un petit billet d’amour, de partage et d’échange. Loin des chroniques qui animent nos colonnes, ce sont là des mots plus personnels, pour parler de livres lus, appréciés, et hautement recommandables.

07/05/2022, 09:00

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : un mille-feuille de lecture au muguet

La colère, la rage, le dépit… un premier mai qui tombe un dimanche. Aussi déplorable qu’une pluie diluvienne durant un concert en plein air. Plus contrariant encore qu’une bavette saignante quand on est végétarien. Alors, cette semaine, pour #ActuaLittéAime, toute l’équipe s’est mobilisée pour plus de choix encore : qu’au moins ce dimanche maudit se passe en agréables compagnies…

30/04/2022, 08:30

ActuaLitté

#ActuaLitteAime : un mille-feuille de lectures garanti sans élection

Au fil de la semaine, les journalistes de la rédaction partagent sur leurs réseaux leur lecture du moment : des coups de coeur, des découvertes, de joyeuses surprises… Bref, des choses qui marquent. Et le samedi, ces instantanés de lecteurs et lectrices sont réunis dans un article, sous la bannière #ActuaLittéAime. Et quand on aime, on en fait profiter tout le monde…

23/04/2022, 09:51

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : tout en finesse, le mille-feuille de livres

Chaque samedi, le rendez-vous est désormais instauré : #ActuaLittéAime, ce sont les publications des journalistes à travers leurs comptes Facebook, Twitter ou Instagram et consorts. Des moments de lecture qui sont avant tout partagés avec leurs amis, proches et contacts… avant de se retrouver ici, pour un concentré de propositions.

18/04/2022, 10:50

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : un mille-feuille, façon Pâques en avance

Chaque samedi, la rédaction récupère les lectures mises en partage par nos journalistes, sur leurs propres comptes sociaux. Et avec leur autorisation. Et uniquement les posts de celles qui savent lire... Un condensé de bouche-à-oreille, refaçonné ici pour lui donner un peu de sérieux, et une belle présence. #ActuaLittéAime, c'est un lièvre en chocolat, la veille de Pâques...

09/04/2022, 09:00

ActuaLitté

Accusée de transphobie, J.K. Rowling menacée dans un clip musical 

La créatrice d'Harry Potter semble aujourd'hui plus connue pour des accusations de transphobie que pour l'univers magique qu'elle a imaginé en 1990. Sur Twitter, J.K. Rowling a encore une fois fait l'objet d'une polémique : dans un clip musical de l'activiste trans Faye Fadem, connue sous le nom de Trust Fund Ozu, la romancière est priée de « rentrer dans un corbillard ». Acteurs et soutiens s'offusquent contre ces menaces de mort, tandis que la chanteuse évoque le « danger et la menace » que représenterait J.K. Rowling envers les personnes transgenres. 

05/04/2022, 15:47

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : les douces saveurs notre mille-feuille, goût lecture

Samedi, rendez-vous est pris avec les lectures du moment qui obsèdent nos journalistes. Au fil de la semaine, ils partagent sur leurs réseaux les ouvrages qu’ils ont dévorés, avec ou sans modération. Et sans recherche promotionnelle particulière, voici que les livres ressortent dans un article à l'intitulé puissamment évocatoire : ActuaLittéAime. Quelle créativité, tout de même !

19/03/2022, 11:06

ActuaLitté

Sur LinkedIn, un groupe consacré à la chaîne du livre 

Le réseau social LinkedIn, tourné vers la carrière professionnelle, fête ses 20 ans cette année et accueille de nombreux acteurs de la filière du livre : auteurs, traducteurs, bibliothécaires, libraires, médiateurs... Pourtant, aucun groupe officiel ne permettait de joindre les différents maillons de la chaîne. C'est désormais chose faite : un nouveau groupe LinkedIn, « Le livre et la lecture, des métiers » vient d'être lancé par la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (Fill).

17/03/2022, 14:53

ActuaLitté

#ActuaLittéAime : poésie, magie et avenir dans le mille-feuille du samedi

Chaque samedi, la rédaction regroupe dans un article les différentes lectures mises en partage sur les réseaux sociaux de chacun. Une manière d’élargir le champ des ouvrages à découvrir, avec une note plus personnelle. Bienvenue dans la 8e édition de #ActuaLittéAime, notre chronique gourmande.

12/03/2022, 10:00

Autres articles de la rubrique Médias

ActuaLitté

Frank Miller pour adapter Corto Maltese, d'Hugo Pratt, en série

En collaboration avec Canal+, Studiocanal va développer six épisodes d'une heure tirés de la bande dessinée culte d'Hugo Pratt, Corto Maltese. Pour ce projet des plus ambitieux, le studio s'appuie sur l’auteur de Sin City, qui officiera en tant que créateur, scénariste et producteur exécutif.

29/11/2022, 17:09

ActuaLitté

Safy Nebbou adapte le livre Parents à perpétuité pour France 2

Ouvrage difficile s'il en est, Parents à perpétuité, paru en 2016 aux éditions Fayard, racontait l'expérience de Sophie et Dominique Moulinas, parents d'un jeune violeur et meurtrier. Ce récit sera adapté pour la télévision par le réalisateur Safy Nebbou, sur un scénario de Julie Jézéquel.

29/11/2022, 12:40

ActuaLitté

Scarlett Johansson dans une série tirée d'un livre de John Katzenbach

Pour la première fois de sa carrière, Scarlett Johansson s'engage dans un projet télévisuel, l'adaptation en série d'un roman de John Katzenbach, Just Cause, paru en 1992. These Pictures, la société de Johansson, produit l'ensemble aux côtés de Warner Bros TV, avec une diffusion attendue sur Amazon Prime Video.

29/11/2022, 11:34

ActuaLitté

Un futur, des avenirs : La Grande librairie s'ouvre à l'imaginaire

De quoi demain sera-t-il fait ? Cette semaine, dans La Grande Librairie, on imagine le futur ! À l'heure du repli sur soi, à l'heure des doutes, des crises et des peurs liées à l'autre et à l'ailleurs, on fera le pari de l'imaginaire pour penser un monde plus désirable, plus habitable, plus collectif. Qui mieux que des écrivains pour nous mettre sur cette voie ?

28/11/2022, 12:41

ActuaLitté

Netflix accueille une nouvelle série de Zerocalcare en 2023

Si la date de sortie de la prochaine série signée Zerocalcare n'est pas plus précise que l'année 2023, nous connaissons son titre : Questo mondo non mi renderà cattivo (Ce monde ne me rendra pas méchant). On peut déjà retrouver les éléments qui caractérisent les producteurs de l'auteur romain : une finesse psychologique couplée à une ironie légère.

28/11/2022, 12:28

ActuaLitté

Après Winnie l'Ourson, Bambi embarqué dans un film d'horreur

L'entrée des œuvres dans le domaine public rend libre la réutilisation de leur intrigue et, surtout, de leurs personnages. Ainsi Winnie l'ourson, la mignonne créature d'A.A. Milne se trouvera-t-il prochainement embarqué dans une sanglante épopée. Visiblement, un filon a été découvert : une autre production s'annonce, avec un Bambi revanchard...

26/11/2022, 11:44

ActuaLitté

12 ans, 7 mois, 11 jours : le livre de Lorris Murail adapté par France 2

France 2 annonce le tournage d'une adaptation du livre de Lorris Murail, Douze ans, sept mois et onze jours (Pocket Jeunesse), du 24 novembre au 2 décembre à Paris, puis du 5 au 23 décembre dans les forêts des Vosges, en région Grand Est.

24/11/2022, 13:05

ActuaLitté

Les 25 livres favoris des Français dévoilés

Le prime du livre favori des Français approche : il sera diffusé le 15 décembre sur France 2 à 21h10. Et, première nationale, les Français éliront leur livre favoris sans aucune liste préétablie. Ils ont été nombreux à en profiter et à voter pour l’ouvrage de fiction qui les a le plus marqués : on dénombre plus de 100.000 participants âgés de 15 à plus de 80 ans. Mangas, grands classiques, théâtre, polars… Tous les goûts se retrouvent dans le classement final.

24/11/2022, 12:06

ActuaLitté

Pour son premier film, Kristen Stewart adapte les Mémoires de Lidia Yuknavitch

L'actrice Kristen Stewart pourra bientôt ajouter une ligne à son CV avec la réalisation de son premier long-métrage, une adaptation des Mémoires de Lidia Yuknavitch, La mécanique des fluides. Devant sa caméra, notamment, l'actrice britannique Imogen Poots.

24/11/2022, 10:55

ActuaLitté

Gérard Philipe : un documentaire inspiré du livre de Jérôme Garcin

Le vendredi 16 décembre à 22h50, France 5 diffuse, dans la case « Aux arts et cætera » Gérard Philipe, le dernier hiver du Cid, un documentaire inédit librement inspiré du livre homonyme de Jérôme Garcin, paru en 2019 aux éditions Gallimard.

23/11/2022, 17:07

ActuaLitté

Marseille Series Stories distingue deux adaptations d'oeuvres littéraires

Organisé du 17 au 20 novembre, le festival consacré aux séries adaptées d'œuvres littéraires, Marseille Series Stories, a remis quelques récompenses. Deux productions ont été particulièrement remarquées par le jury : La disparition de John Darwin, de Chris Lang, et La edad de la ira, de Lucía Carballal et Juanma Ruiz de Córdoba.

22/11/2022, 12:05

ActuaLitté

Le pouvoir, ses dérives, ses attraits dans La Grande Librairie

Cette semaine, La Grande Librairie interroge le pouvoir. De la France de la Régence à l'Algérie d'hier et d'aujourd'hui, des dérives d'une dictature dans un pays jamais nommé jusqu'aux coulisses du pouvoir russe, il sera question d'alliances, de jeux de puissance, mais aussi de défiance. Qu'est-ce qui s'écrit à travers le pouvoir ? Comment mettre des mots sur ce qui est innommable ? Et comment raconter sans jamais se soumettre ?

22/11/2022, 11:28

ActuaLitté

Une saison 3 pour 50 nuances de Grecs, sur Arte

La série d’animation de Jul revisite notre patrimoine mythologique en surfant sur l’actualité dans une désopilante troisième saison ! Taramavirus, assaut de youtubeurs et d’influenceuses ou coupables dérives des locations Homère-bnb : rien n’échappe à la sagacité de Jul, observateur malicieux des grandeurs et petitesses divines, miroirs de la condition humaine.

21/11/2022, 12:42

ActuaLitté

Zoé Valdés, Chantal Clem et Hélène Ferrarini, À la 1ère page

L'émission À la 1ère page, diffusée sur la plateforme La1ere.fr, met en lumière trois auteurs par mois, avec leurs ouvrages respectifs. Des entretiens de 13 minutes chacun avec Zoé Valdés, Chantal Clem et Hélène Ferrarini permettront d'entrer dans leurs univers, en ce mois de novembre.

18/11/2022, 12:07

ActuaLitté

Gérard Mordillat enquête sur la propriété, pour Arte

Le poète, romancier et cinéaste Gérard Mordillat a réalisé une série documentaire, Le monde et sa propriété, pour étudier ce concept qui régit nos vies et porte des enjeux sociaux, économiques, politiques et, tout simplement, humains. La série en quatre épisodes sera diffusée le 13 décembre à 20h55 sur Arte, et disponible sur arte.tv, tandis qu'un livre est coédité avec les éditions du Seuil, en parallèle.

17/11/2022, 12:05

ActuaLitté

Valérie Manns sur les traces d'Albert Londres, sur France 5

À l'occasion des 90 ans de la création du prix Albert-Londres, France 5 propose L'odyssée d'Albert Londres, un film inédit écrit et réalisé par Valérie Manns. Ce documentaire raconte l'épopée du plus grand reporter du XXe siècle à travers des extraits de ses meilleurs articles.

17/11/2022, 10:12

ActuaLitté

Marcel Proust, ce grand mélomane

Le 18 novembre prochain, journée marquant le centenaire de la disparition de Marcel Proust, France Musique consacre plusieurs émissions à l’écrivain, qui était un grand mélomane. Un jour de programmes exceptionnels auxquels s'ajoute une série de quatre émissions, « Chauffe Marcel ! ».

16/11/2022, 15:58

ActuaLitté

La collectionneuse des mots oubliés adapté pour la télévision

La collectionneuse des mots oubliés, roman de Pip Williams paru en français en septembre 2022 dans une traduction d'Odile Demange aux éditions Fleuve, se dirige vers une adaptation télévisée. Les sociétés de production australiennes Highview Productions et Closer Productions ont en effet acquis les droits du roman.

16/11/2022, 10:22

ActuaLitté

Qui était Elsa Triolet ? Réponse sur France 5

Elle a dès lors été renvoyée au rang de muse, effacée derrière la figure écrasante du grand poète. Mais qui se cachait derrière les Yeux d’Elsa ? Qui était Elsa Triolet, l’écrivaine d’une œuvre considérable, née en Russie, débarquée à Paris en 1919, résistante pendant la guerre, première femme à obtenir le prix Goncourt ?

16/11/2022, 10:06

ActuaLitté

BD, musique, roman : Marcel Proust sous toutes les coutures de La Grande librairie

A l’occasion du centenaire de la disparition de Marcel Proust, La Grande Librairie lui consacre une émission spéciale, comme un feu d’artifice… en public ! Comment rentrer dans La Recherche quand on n’y a jamais mis un pied ? Que nous enseigne Proust sur la mémoire et ses étranges procédés ? Et quid de sa phrase que d’aucuns disent trop compliquée ?

14/11/2022, 09:48

ActuaLitté

Pour la promotion de son livre, Michelle Obama répondra à Leïla Slimani

Barack avait en son temps choisi l’animateur de La Grande Libraire pour accompagner la sortie de son ouvrage, Une Terre promise en France. François Busnel face au 44e président des États-Unis, c’était la grande classe sur France 5. Eh bien Michelle Obama suivra la même ligne, en choisissant la même chaîne et l’émission C à vous.

11/11/2022, 10:25

ActuaLitté

La revue XXI veut en finir avec les paradis fiscaux

La revue XXI, tournée vers le reportage, lance un numéro spécial autour des paradis fiscaux, en collaboration avec le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) basé à Washington. Par l’entremise de la plateforme KissKissBankBank, il est d’ores et déjà possible de précommander le hors-série, disponible à 400 exemplaires. Il propose 180 pages d’enquêtes, mêlant textes, dessins, photos et bande dessinée.

08/11/2022, 16:51

ActuaLitté

Le classique Homme invisible de H.G. Wells, de nouveau au cinéma

Après plusieurs adaptations cinématographiques, l’un des grands classiques de H.G. Wells, L’Homme invisible (trad. Philippe Jaworski), retrouvera les salles obscures, sous le titre, Fear the Invisible Man. Le long-métrage, réalisé par Paul Dudbridge a d’ores et déjà trouvé un acquéreur en France, en la personne de Factoris Films.

08/11/2022, 07:52

ActuaLitté

Origines et impact écologique du streaming : Frankenstream

Inoffensif en apparence, le streaming porte une lourde responsabilité dans la crise environnementale en cours. En quatre volets, relatée par la romancière Lison Daniel (Les Caractères, Grasset) est une fable écologique. Elle raconte l’irrésistible expansion d’une technologie devenue omniprésente et incontournable, ainsi que des propositions d’écogestes pour réduire son empreinte carbone.

07/11/2022, 12:17

ActuaLitté

Enquêtes, procès, aveux : La Grande Librairie et la justice

Cette semaine, dans La Grande Librairie, il sera question de justice... et d'injustice ! Procès-fleuves, contre-enquêtes, faits divers, erreurs judiciaires - comment l'écrivain s'empare-t-il de cette matière humaine, trop humaine, qui fascine autant qu'elle interroge ? Comment la raconter ? Et jusqu'à quel point, surtout, peut-on s'y confronter - pour la reprendre, la corriger, ou même, qui sait, pour réparer ?

07/11/2022, 09:26

ActuaLitté

L'appel à sauver Siné Mensuel, la satire contre vents et marées

Ce qui se joue maintenant, ce n’est pas seulement la survie d’un journal satirique. Pas seulement la continuation ou l’arrêt d’une aventure qui se poursuit joyeusement depuis onze ans – quatorze, si l’on compte les années Siné Hebdo –, contre vents et marées, non sans frayeurs diverses, en dépit d’un contexte économique et législatif hostile à ceux qui refusent de se plier à la dictature publicitaire.

03/11/2022, 11:40

ActuaLitté

La correspondance “amoureuse et intellectuelle” de Maria Casarès et Camus

La correspondance entre Albert Camus et Maria Casarès, s'étale de 1944 à 1960 et constitue le roman d’une relation amoureuse et intellectuelle hors norme. De la part de Camus, l’homme marié et infidèle, elle est étonnante car elle dévoile un Camus intime. Quant à Casarès connue comme une actrice au tempérament passionnel et fougueux, cette correspondance la révèle une écrivaine de talent, en quête d’elle-même et de son art.

02/11/2022, 12:00

ActuaLitté

Prix Goncourt 2020, L'anomalie de Hervé le Tellier adapté en série

Près de 1,34 million d’exemplaires vendus (grand format et poche, données : Edistat) et après avoir été traduit dans le monde entier, le Prix Goncourt 2020, l’anomalie, va connaître une nouvelle vie. Le romancier l’annonce lui-même sur son compte Twitter. Ce dernier a participé à l’écriture du scénario en collaboration avec le cinéaste et ancien diplomate, Antonin Baudry, réalisateur du Chant du Loup et scénariste de la bande dessinée Quai d’Orsay, éditée en deux volumes.

31/10/2022, 12:16

ActuaLitté

Pouvoir et fragilité : La Grande librairie plonge au coeur des mots

Cette semaine La Grande Librairie joue sur les mots, avec, au bas mot, cinq invités qui ne mâchent pas leurs mots ! Qu'est-ce qu'on fabrique avec des mots ? Qu'est-ce qu'on dit de soi, des autres, du monde que l'on habite ? Il y a ceux dont on hérite et ceux que l'on acquiert, ceux que l'on s'impose et ceux que l'on invente, ceux qui nous échappent, ceux qui nous trahissent, ceux qui nous manquent... Bref, on s'y demande, non sans une certaine joie, ce que peuvent les mots... et ce qu'ils ne peuvent pas !

31/10/2022, 09:55

ActuaLitté

Schtroumpfs Kart : laissez tomber Mario, préférez Gargamel

L’éditeur Microids et IMPS sont heureux de schtroumpfer une nouvelle vidéo du jeu Schtroumpfs Kart schtroumpfant quelques-uns des Super Pouvoirs des Schtroumpfs. Le jeu est schtroumpfé par Eden Games, studio connu pour ses jeux de schtroumpfs emblématiques (Gear.Club Unlimited, Test Drive Unlimited, V-Rally), il sera disponible sur Nintendo Switch le 15 novembre 2022.

29/10/2022, 08:00

ActuaLitté

Game of Thrones : après House of the Dragon, bien d'autres projets

Trois ans après la fin de la série Game of Thrones, le succès de House of the Dragon, toujours produite et diffusée par HBO, a remis une pièce dans la machine. Outre la saison deux confirmée de cette dernière, plusieurs projets progressent, dont Les Chroniques du chevalier errant, ainsi qu'une série centrée sur Jon Snow.

28/10/2022, 17:02

ActuaLitté

The Witcher aura son remake sous Unreal Engine 5

Revenir aux origines et proposer un remake du premier jeu The Witcher, sorti en 2007. Voilà le projet du développeur CD Projekt Red qui se cachait derrière le nom de code « Canis Majoris ». Ce remake sera développé par le studio externe Fool’s Theory sous la technologie Unreal Engine 5.

27/10/2022, 11:40

ActuaLitté

La vie mensongère des adultes, la série : rendez-vous en janvier 2023

Sensation italienne de l'édition à la véritable identité toujours inconnue, Elena Ferrante s'est fait connaitre auprès d'un large public avec sa tétralogie L'amie prodigieuse (Gallimard, traduction d'Elsa Damien), adaptée à l'écran. La vie mensongère des adultes, un autre de ses romans, deviendra aussi une série, diffusée par Netflix en janvier 2023.

27/10/2022, 09:52

ActuaLitté

Cent ans de solitude : Alex García López et Laura Mora à la réalisation

Trois ans après l'annonce d'une adaptation du roman Cent ans de solitude, de l'écrivain colombien Gabriel García Márquez, la plateforme Netflix donne quelques nouvelles du projet, dont le développement progresse à grands pas. Et annonce les noms de deux réalisateurs, pour diriger la première saison de la série : Alex García López et Laura Mora.

26/10/2022, 16:51

ActuaLitté

Centenaire de la mort de Proust : avec Céleste Albaret, “une intensité de plaisir”

100 ans après la mort de Marcel Proust et en partenariat avec l’exposition événement à la BnF, le documentaire Céleste et Monsieur Proust sera rediffusé sur France 5 le vendredi 18 novembre à 20h10. Réalisé par Élisabeth Kapnist, d'une durée de 52 minutes, il est narré par l’authentique voix de Céleste Albaret, la servante de l’auteur.

26/10/2022, 11:33

ActuaLitté

Nicolas Vanier adapte C'est le monde à l'envers, avec Michaël Youn

Le site Le film français a révélé le lancement du tournage de l'adaptation du roman C'est le monde à l'envers (XO Editions), entre fin octobre et début novembre. Nicolas Vanier, son auteur, enfile cette fois la casquette du réalisateur. Coproduit par Pioche Cinéma/Gaumont, le film peut se targuer d'un casting séduisant avec Michaël Youn, Valérie Bonneton ou encore Yannick Noah. 

 

25/10/2022, 09:06