#Humeurs

L'âme des rivages : sirènes, dauphins et souvenirs

#Lectureetlittoral - Au cours d'une odyssée de 5000 km sur le littoral atlantique, Marc Roger, le conteur voyageur, projette de traverser 555 villes en une année, explorant 16 régions. Et ce n'est que le début ! À chaque étape, il dévoile ses lectures favorites tout en se faisant le champion de la cause écologique, ramassant 3 kg de déchets. Qui oserait dire que l'art et la protection de la planète ne vont pas de pair ? (Suivre Marc Roger sur Instagram)

Le 03/10/2023 à 13:49 par Marc Roger

0 Réactions | 364 Partages

Publié le :

03/10/2023 à 13:49

Marc Roger

364

Partages

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

Le corps tendu voulait marcher. La tête suivait, heureuse dans cette affaire de n’avoir rien à dire, heureuse ou saoule d’entendre le cœur battre et lui donner du sang pour commander aux muscles. Jambes, genoux, orteils, chevilles, hanches et cuisses, en ordonnées fragiles sur une abscisse horizontale, j’étais aux ordres, humain, debout sur une plage immense. De face et de profil, l’estran, la mer, le vent, le ciel, me ventilaient. L’estran, la mer, le vent, le ciel, entraient dans mes poumons. Six cents millions d’alvéoles, trois cents millions de chaque côté de ma trachée-artère criaient « moi aussi, moi aussi, j’en veux ! »

Trop d’air marin nuit-il à la raison ?

Ce fut folie ce jour, d’abord avec cet homme d’une soixantaine alerte, Yves-Marie de son prénom, à l’heure du flot, photographiant les vagues. Le déroulé puissant et continu des rouleaux blancs le faisait constamment reculer. Un œil sur son viseur, un œil sur la montée de l’eau, ses mocassins de ville lui importaient autant que le cadrage de ses photos. Tandis qu’il tentait de figer l’impossible, il ne cessait de dire « On est dedans, on est dans le jus, c’est un bonheur. C’est en train de monter, Marc. » Nous venions d’échanger nos prénoms. Je le photographiais photographiant la mer.

L’intitulé de mon voyage, Lecture et Littoral – À la limite… écrit sur le livret que je venais de lui remettre, le mit, si besoin fut, dans un état de verve supérieur. « Entre la grève et le ciel… » s’apercevant que je notais, « non ! non ! je ne veux pas être connu… je dis parfois des trucs, comme ça… entre la grève et le ciel, j’ai bâti une église… » Un mot sur deux partait dans le fracas assourdissant des vagues.

— Dites-moi ce que vous faites en dehors de votre passion pour la photo.

— Architecte ! Artiste de la baie vitrée. Comme un poète… Si vous avez des questions, voici mon zéro six. Désolé, je dois y aller, j’ai rendez-vous…

Il me tendit la main puis me tourna le dos. D’un pas rapide, il remontait la plage pour n’être plus qu’un point près de sa voiture garée sur le parking, une voiture noire vitres fumées sur lesquelles les nuages défilèrent quand il quitta la dune.

Place de Porce
Place de Porce

Artiste de la baie vitrée.

Toutes les villas de bord de mer, depuis, me confirmèrent l’idée du voir sans être vu depuis sa salle de bain, sa cuisine ou son salon, derrière un verre non traversant, le ciel, les vagues, les levers et couchers de soleil sur la mer,réfléchissant ce qui est vu de l’intérieur en donnant l’impression à celles et ceux tenus au large, à l’extérieur, que la paroi de verre contenant le tableau de la mer réfléchie depuis la plage ou le chemin qu’ils empruntent, était une limite de possession infranchissable. Néanmoins, dans ce jeu alliant le construit au sauvage, j’y voyais une recherche esthétique respectueuse du cadre où vivaient ces nantis, une poésie de riches qui n’était pas pour me déplaire.

Enfin, mon delirium varech toucha les cimes

lorsque je vis un groupe de sirènes.

D’un côté deux novices, deux jeunes filles apeurées, maigrelettes et timides, chaperonnées par leurs mères – pour les sortir un peu de leurs téléphones – arguaient-elles, et de l’autre, une huitaine de jeunes femmes amoureuses de leurs corps atrophiés d’une prothèse en plastique qu’elles traînaient sur le sable.

Serviettes et sacs étaient posés au pied d’une cale en pente douce vers la mer qui ne cessait de héler les créatures hybrides. Elles en tiraient des nécessaires à maquillage, de minuscules miroirs à mains, réajustaient un pendentif à leur oreille, le galbé d’une coquille à la taille de leurs seins, choisissaient des voilages pour souligner le vent, l’une jouait d’un trident qu’une Vénus aurait pris à Neptune, tout était décliné en étoiles de mer, en couleurs de corail et en bracelets de nacre.

/uploads/images/sirene-3-651bfe036b173333195907.jpeg

Le narcissisme volontairement provocateur de ces jeunes femmes attirait les voyeurs. J’en étais, fasciné par cette exhibition clinquante de la légende revisitée par Walt Disney, mais repensai aussitôt à Ulysse et au chant XII de L’Odyssée d’Homère où les sirènes étaient encore mi-femmes-mi-oiseaux pour devenir au fil des siècles et au contact des légendes nordiques mi-femmes-mi-poissons tels qu’aujourd’hui notre folklore les représente.

Ulysse et les Sirènes Stamnos attique à figures rouges – v.480-470 av. J.-C.  Londres - British Museum
Ulysse et les Sirènes Stamnos attique à figures rouges – v.480-470 av. J.-C. Londres - British Museum

« Alors, la vénérable Circé me dit :

— Maintenant, écoute ce que je vais te dire. Un Dieu lui-même fera que tu t'en souviennes. Tu rencontreras d'abord les Sirènes qui charment tous les hommes qui les approchent ; mais il est perdu celui qui, par imprudence, écoute leur chant, et jamais sa femme et ses enfants ne le reverront dans sa demeure, et ne se réjouiront. Les Sirènes le charment par leur chant harmonieux, assises dans une prairie, autour d'un grand amas d'ossements d'hommes et de peaux en putréfaction. Navigue rapidement au-delà, et bouche les oreilles de tes compagnons avec de la cire molle, de peur qu'aucun d'eux entende. Pour toi, écoute-les, si tu veux ; mais que tes compagnons te lient, à l'aide de cordes, dans la nef rapide, debout contre le mât, par les pieds et les mains, avant que tu écoutes avec une grande volupté la voix des Sirènes. Et, si tu pries tes compagnons, si tu leur ordonnes de te délier, qu'ils te chargent de plus de liens encore. »

Homère – Odyssée, Chant XII (vers 29 à 58)

Traduction de Leconte de Lisle (1867)

Je m’étais joint aux photographes d’une boîte de com’ venus spécifiquement saisir le show en espérant ne pas céder à leur pouvoir de séduction. Je résistai.

Gwenn la Sirène, Célia, Morgane, prénoms ou avatars que je parvins à retenir, prouvaient qu’entre la mer et l’âme humaine rôdaient encore de vieilles histoires de monstres sous des allures de petites filles aux accessoires un peu datés pour m’entraîner personnellement au fond de leurs palais.

De loin, je préférais Chantal Thomas que je n’osai leur lire…

Il était tôt. L’air était tendre, d’une douceur saline. L’eau des œillets multipliait Vénus dans chacun des carreaux composant le puzzle des marais de Guérande, qui peu à peu, sous la montée du jour, s’animaient de lumières grises-noires, puis soudain, roses-bleues, à chaque degré franchi par le soleil à l’horizon. La salicorne en fleur mauve-bruyère se tenait en retrait des cônes blanc-étincelant des ladurées et des mulons dont le sel sur l’argile s’égouttait en silence, mais le petit échassier élégant et fluet répondant au nom de Chevalier Sylvain apostrophait sans-gêne le réveil de la terre de kip kip bruyants.

Je marchais vers le port du Croisic. La marée entamait sa renverse. Les étiers se vidaient par le traict de l’estuaire et le port s’éveillait juste en face de la Pointe de Pen Bron.

La Gwerz était à quai. Son matricule – SN 683849 – en chiffres et lettres blancs, crevait l’écran de sa coque verte. Le patron, seul à bord, dans le halo ambré de la passerelle vérifiait le fonctionnement du poste radio. Je ne voyais que ses lèvres remuer, d’où j’étais, je n’entendais aucun son. À l’arrière du bateau, à l’aplomb du portique, trois enrouleurs de chaluts grinçaient au rythme de la houle qui soulevait les eaux du port. 

À la Pointe du Croisic, le sable roule sous le pied. Il est gros, granuleux et les chaussures enfoncent. La plage de Port aux Rocs attend encore son sable fin. La mer a tout son temps pour éroder le gneiss folié de la Grande Côte où deux dauphins se sont échoués.

Le temps est relatif à la fragilité que la vie nous accorde.

Sans blessure, aucune ne trace de filets, ils gisent dans un sourire de sang figé. Le village de vacances Le Paradis dort encore, mais l’alerte est donnée. Branle-bas d’hygiène. Les services municipaux interviennent avec une telle hâte, une telle célérité, qu’il me semble assister aux funérailles de deux pestiférés, à la va-vite et sans témoins. « Mesdames, messieurs, jouissez ! Nos plages sont propres. La mer est belle. »

Il est si beau d’observer un dauphin aux jumelles. Tout en lui est Mozart de l’hydrodynamisme. Impuissant au-dessus de leurs cadavres, je regarde leur peau se couvrir de mouches. Une peau contenant l’expérience de milliers de plongeons dans la mer. Une peau de plaisir, une peau de vitesse, arrêtée en plein-vivre.

J’aimerais qu’un jour, les vingt-deux grammes que pèse supposément mon âme aillent se perdre dans la poussière de ces dauphins.

Dauphin échoué sur la plage de Port aux Rocs
Dauphin échoué sur la plage de Port aux Rocs

Le vent. Le vent. Vienne le vent.

Je veux voir Saint-Nazaire se lever sur le fleuve, franchir le pont qui relie le sud de la Bretagne aux Pays de la Loire, là où s’achève le GR 34, ce chemin de randonnée dit chemin des douaniers qui de la passerelle sur le Couesnon face au Mont-Saint-Michel m’aura guidé jusqu’au chantier naval de Penhouet.

Saint-Nazaire et l’estuaire des Géants.

Tout y est démesure. Des hangars d’un demi-kilomètre de long, d’une hauteur de vingt mètres, blocs de tôle blanc ou crème, des chaussées de goudron par où passent des poids lourds et des trains de marchandises pour fournir aux 4 000 sous-traitants qui travaillent sur le site.

Vu du ciel, j’imagine une feuille, des nervures, un grand arbre dessiné aux commissures d’un fleuve impatient de jeter son eau douce à la mer. Là, des hommes, ingénieurs au service de grands groupes armateurs, y dirigent des esclaves-ouvriers et construisent des jouets pour les classes moyennes. 1 000 euros ou 2 000 la semaine sur des paquebots de rêve.

Harmony, Serenade ou Jewel of the Seas.

Des Tyroliennes, des murs d’escalade, des simulateurs de surf, des piscines, des bains à remous, des toboggans aquatiques, des théâtres, des spas, des casinos, des mini-golfs, des restaurants, des patinoires, des boutiques, des commerces, même des parcs naturels. 20, 25, 30 étages. Des milliers de passagers, des milliers de personnels.

On ne peut plus à l’étroit dans la forme Joubert, protégé de hautes grilles, vidéo-surveillé vingt-quatre heures sur vingt-quatre, à quelques jours de ses premiers essais en mer, le petit dernier en date, le Celebrity Ascent, le plus propre des paquebots que le monde ait construits à ce jour, piaffe de brûler du méthanol. Objectif écoénergétique affiché : le zéro émission de carbone.

Un opéra de propagande.

Le Celebrity Ascent
Le Celebrity Ascent

Je demande à Steph, soixante-deux ans :

— Vous, chaudronnier-tuyauteur-soudeur, vous pensez quoi ?

— Je suis réaliste, c’est de la folie. En attendant, on bosse. Moi, je rêve d’un petit quillard, pas plus de six mètres. J’sais pas si j’ai assez de côté. Ce serait la liberté. Je vis dans un van. Je suis garé là sur le parking. J’ai pas de famille. Un peu à Palavas. C’est loin. J’y vais jamais.

Ludo, Riri, Mohamed-bouffe-tout-la-gamelle, Nico et Yann, écoutent Stef, le plus ancien des six, assis, trois-trois sur deux blocs de béton, dos au mur d’un hangar pour une pause d’un quart d’heure.

— On est tous fatigués. On est sourdingues. Y’a un bruit là-dedans.

Je leur ai demandé si je pouvais les prendre en photo. Surpris, ils ont souri.

— Oui, pourquoi pas.

Du moment que Stef est d’accord, les autres suivent bien que l’un d’eux demeure méfiant. Dans ses yeux, c’est écrit – qu’est-ce qui nous veut?

— Vous connaissez Louis Oury ?

— Qui ça ?

— Louis Oury. Un homme qui a débuté ici comme chaudronnier.

— Comme nous !

— Vous avez entendu parler de la grève de 55 ?

— Vaguement.

— Ouvriers, syndicats, revendiquaient 30% d’augmentation de salaire, les patrons, eux,proposaient 4,7%. Six mois de lutte, des affrontements d’une violence inouïe entre les grévistes et les CRS, enfin, le gouvernement et le patronat lâchaient 22% d’augmentation contre une reprise immédiate du travail.

Ces chiffres les laissent incrédules.

— Aujourd’hui, ça ne sert à rien, regarde les retraites. On a perdu sur toute la ligne.

— Samedi prochain, je lis au Centre de Culture Populaire de Saint-Nazaire des extraits de son livre Les Prolos dans lequel il raconte ses débuts, la dureté de votre travail et les grèves. Devenu alzheimer, Louis Oury ne sera pas là, sa famille ne le souhaite pas. On fêtera malgré tout ses quatre-vingt-dix ans puisqu’il est né le 23 septembre 1923. Sa femme, ses enfants et ses petits-enfants seront présents. Une salle à son nom va être inaugurée. Promis, je lirai pour lui, je lirai pour vous.

Ludo, Stef et Riri
Ludo, Stef et Riri
Ludo Stef Riri Mohammed Bouffe tout la gamelle Nico et Yann
Ludo Stef Riri Mohammed Bouffe tout la gamelle Nico et Yann

Il fait froid.

Le barnum installé sur le parking devant les locaux du Centre de Culture Populaire, ouvert sur un côté, ne nous protège pas des courants d’air. Enfin, c’est toute une histoire pour se procurer des chaises. Les organisateurs pensent que le public peut écouter debout. Si le texte est vivant, réaliste, très violent, cinquante minutes debout pour des personnes qui n’ont jamais assisté à une lecture publique me paraissent une option qu’il vaut mieux écarter.

J’ai lu Les Prolos de Louis Oury devant Jeanine, son épouse, qui fut aussi sa secrétaire. Elle tapait tous ses textes à la machine avant de les envoyer aux éditeurs. Le grand succès de son récit lors de sa parution en 1973 l’encouragea à devenir écrivain. Écrivain-historien.

Émue et fière du moment accordé à la mémoire de son époux, elle est assise au premier rang près de ses enfants et des anciens camarades d’atelier de son mari, tous assis sur de vieilles chaises rouillées dénichées je ne sais où juste avant de commencer la lecture.

Frères et sœurs de l’auteur, ses enfants et ses petits-enfants, aucun n’a lu le livre. L’une de ses filles me remercie.

— C’était comme un film. Ça donne envie.

Contrat rempli.

Je retourne à Penhouët au pays des géants. Dans la rue, tout y est minuscule. Les ouvriers. Le godet de la pelleteuse qui rebouche une tranchée a l’allure d’une cuillère de dînette pour enfant. Au milieu des hangars et des rails qui sillonnent la voirie, par on ne sait quel hasard d’urbanisme, un kebab, un café, des maisons d’un étage, façades blanches, se blottissent sous le plus grand portique d’Europe, l’une des fiertés de Saint-Nazaire.

Rouge et blanc, l’acier règne, peu lui chaut ce que pense l’ouvrier. L’ouvrier ne pense pas. Faut-il voir cependant un esprit de résistance dans le mot VIENNOISERIE en majuscules jaunes sur fond noir que l’artisan-boulanger de Penhouët a cru bon de faire peindre au-dessus de sa vitrine, opposant au portique le plus lourd de l’Europe ses croissants ordinaires ? 5 000 tonnes d’acier. 50 grammes de farine.

/uploads/images/viennoiserie-1-651bff0812f39386283211.jpeg

La mer monte. C’est grandiose.

Et le pont de Saint-Nazaire se profile sur des eaux vert-marron qui remplissent l’estuaire. Une Loire océane qui souhaiterait remonter comme un fleuve à l’envers jusqu’au Gerbier-de-Jonc.

Tom m’appelle, me dissuade de traverser à pied.

— Prends la navette ou fais du stop. Là-haut, il y a un vent terrible. J’ai eu un mal fou à tenir le camping-car.

— Il n’y a pas de trottoir ? 

— Laisse tomber. Il est large comme ton sac. Ce n’est qu’un dégagement de secours pour les automobilistes en panne. Je t’attends de l’autre côté à Saint-Brévin-les-Pins.

Je passe outre son conseil.

Je veux voir de mes yeux la limite entre le nord et le sud. Les ardoises d’un côté et de l’autre, les tuiles. L’océan, côté ouest et à l’est l’eau douce. Soixante mètres de vide sous mes pieds entre moi et le fleuve. Un vent fort qui me pousse du côté des voitures. Euphorique et conscient du danger, je tiens ferme la rampe durant quatre kilomètres. Une rambarde de fer qui me poudre l’avant-bras et la paume de la main d’une fine pellicule de ciel bleu. Au plus haut de l’ouvrage, à l’abri d’un hauban, je m’arrête pour souffler.

Une couronne de fleurs artificielles est attachée à la rambarde. Le vent chahute une feuille A4 plastifiée.

Greg, mon amour,

pourquoi as-tu sauté ?

Chevaliers Sylvain
Chevaliers Sylvain

Crédits photo : Marc Roger / ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 
 
 
 

DOSSIER - Lecture et Littoral : une année de lectures à travers 5000 km de rencontres

Commenter cet article

 

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Livraison gratuite de livres : le Père Noël concurrent déloyal des libraires

L’inflation battait la campagne dans l’Hexagone quand la loi Darcos fut pleinement mise en application : entrée en vigueur en avril dernier, elle imposerait un tarif fixe de 3 € de frais de port pour les livres achetés en ligne. Amazon perdait la bataille, étant désormais contrainte à gagner plus d’argent : en librairie, on criait victoire, sans imaginer avoir à porter le fer contre... le Père Noël...

28/11/2023, 15:20

ActuaLitté

Entre mer et marais : l'odyssée solitaire et silencieuse

#Lectureetlittoral - Toutes les bonnes choses ont une fin : pour Marc Roger, ce sont les quelque 5000 km de ballade au fil du littoral atlantique qui s’achèveront prochainement. Son périple, alternant collecte de déchets sur les bords de mer et lectures d’ouvrages, a encore quelques étapes en réserve… (Suivre Marc Roger sur Instagram)

21/11/2023, 16:59

ActuaLitté

Voyage à travers les vignobles d'Italie, avec Alexis Rautureau

LECFestival23 – Dans le monde viticole, l'Italie se distingue par sa richesse et sa diversité. Alexis Rautureau, auteur de Découvrir les vins d'Italie - L'essentiel pour comprendre, choisir et déguster, offre un aperçu fascinant de cette mosaïque viticole. Selon lui, « l'esprit de clocher a encore de l’avenir en Italie », tant la concurrence est réelle et reflète l'impressionnante variété des vins italiens.

19/11/2023, 09:02

ActuaLitté

KFC sort un manga pour vous faire manger toujours plus de poulet

Les géants des enseignes de fast-food redoublent d'imagination pour nous convaincre de manger la mal-bouffe qu'ils proposent. Cette fois-ci, KFC fait fort en sortant son manga : Crispy 2052. Une oeuvre signée Fabien Dalmasso et Stanley à destination de l'agence de communication Havas Paris, filiale d'Editis, et publiée chez Editis, qui passe sous pavillon Kretinsky ce 15 novembre.

13/11/2023, 17:02

ActuaLitté

Un livre de cuisine partage les recettes préférées des joueurs du PSG

En janvier dernier, ActuaLitté révélait le partenariat entre les éditions Amphora, spécialisées dans le livre de sport, et le Paris Saint-Germain, sur le modèle de Barça Books, initié par le FC Barcelone et le Grupo Planeta. De cette collaboration naît ce 9 novembre un livre de cuisine qui rassemble les plats préférés de dix joueurs emblématiques du club, parmi lesquels Kylian Mbappé, Ousmane Dembélé, Marquinhos, Achraf Hakimi, Kang-in Lee, ou encore Gianluigi Donnarumma.

 

10/11/2023, 11:52

ActuaLitté

Quand Arthur Rimbaud, clochard céleste, se paie une chemise hors de prix

Le 150e anniversaire de l'un des principaux textes de la poésie universelle, Une Saison en enfer, a engendré plusieurs nouvelles éditions, opportunistes pour certains, appréciables pour la découverte ou la redécouverte du texte pour d'autres. Parmi celles-ci, une qui fait beaucoup parler, l'édition grand format conçue par la rockeuse Patti Smith pour Gallimard. Si certains ont notamment critiqué l'approche peu convaincante de l'artiste sur le poète, que dire de la collection signée Figaret Paris, spécialiste de la belle chemise pour jeune entrepreneur...

09/11/2023, 16:45

ActuaLitté

400 ans du Folio de Shakespeare : le dramaturge envoyé en orbite

À l'occasion du 400e anniversaire de la publication du premier Folio de Shakespeare, le cinéaste britannique Jack Jewers célèbre l'œuvre du dramaturge. Comment ? En envoyant un portrait de Shakespeare vers la voûte céleste, attaché à un ballon météo... Une vidéo a par ailleurs été filmée de cette initiative, baptisée Shakespeare dans l'espace...

09/11/2023, 12:35

ActuaLitté

La littérature à l'estomac : ça mange quoi, un académicien Goncourt ?

#PrixAutomne23 — Le prix littéraire le plus convoité du secteur, le Prix Goncourt, a été décerné ce 7 novembre, à 12h45, entre les murs du restaurant Drouant, à Paris. Cette institution culinaire a dévoilé le menu réservé aux membres de l'Académie Goncourt, qu'elle propose de partager à ses (fortunés) clients.

09/11/2023, 12:09

ActuaLitté

Soutien-gorge oublié à la bibliothèque, rayon Livres de cuisine, attend sa propriétaire

Au sortir d’Halloween, ou peu s’en faut, la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges a fait une découverte des plus étonnantes : au rayon Livres de cuisine, a négligemment été oublié (ou déposé en hommage ?) un soutien-gorge. 

06/11/2023, 10:42

ActuaLitté

Sauver les livres de la poubelle : les vendeurs ambulants de Naples

À Naples il existe une rue consacrée aux vendeurs des livres, où se trouve la « bancarella » de Lello Feltrinelli, un des derniers vendeurs ambulants de livres à Naples, acteur dans une économie circulaire qui permet de sauver des ouvrages destinés à la destruction.

03/11/2023, 18:20

ActuaLitté

Les Américains et leur bibliothèque : passion ou décoration ?

L'institut de sondages et d'études de marché YouGov a interrogé en ligne, entre le 20 et 23 octobre dernier, plus de 29.397 Américains pour en savoir plus sur leur rapport à l'achat de livres. Verdict : si une grande partie des enfants de Benjamin Franklin abritent des livres à domicile, une autre, non négligeable, n'en possède pas en grande quantité. Autre question importante : bibliothèque triée ou sauvage ?

03/11/2023, 13:02

ActuaLitté

Florence : la cache de Michel-Ange, couverte de dessins, s'ouvre

Pendant quelques mois de l'année 1530, un des plus grands artistes de la Haute Renaissance italienne vécut entre quatre murs, dans un espace de quelques mètres carrés. Soutien du régime républicain de Florence contre ses propres mécènes, les Médicis, Michel-Ange court un grand danger au moment de leur retour dans la ville. Caché, il entretient néanmoins ses talents, sur un terrain inattendu...

03/11/2023, 10:41

ActuaLitté

Halloween spécial démons : en fait de meuble, “possession” vaut titre ?

Alors que la plus païenne des fêtes commerciales (ou inversement) peuple les devantures de citrouilles et d’évocations lugubroranges, Halloween sonnera le dernier jour du Mois de l’Imaginaire. Eh oui. Octobre, période désormais consacrée à ces mauvais genres méritait bien un coup de chapeau, avec ou sans tête. Avec une évidente Sympathy for the Devil, ActuaLitté rend justice à ces créatures mal-aimées que sont… les démons…

30/10/2023, 11:46

ActuaLitté

Mirage à l'horizon sur l'Île d’Yeu : “Le réel a parfois la peau dure” 

#Lectureetlittoral - Marc Roger, le voyageur littéraire, s'apprête à arpenter 5000 km le long des côtes atlantiques. Ses seules interruptions? Lire un passage d'un livre ou se pencher pour ramasser un déchet. Au fil de son périple d'un an, de port en port, il nous fera découvrir l'univers maritime et côtier, mettant en lumière ses trésors, ses splendeurs, mais aussi ses menaces. Il nous sensibilisera aux défis écologiques, économiques, culturels et touristiques de ces régions. (Suivre Marc Roger sur Instagram)

28/10/2023, 09:51

ActuaLitté

Vous avez une baignoire ? Chic, ça tombe bien : j’ai apporté mon livre

Et vous, oulizévou ? ActuaLitté a posé la question à six autrices, par curiosité : loin des images d'Épinal et des confortables fauteuils du salon, toutes nous répondent sans malice. Parce qu'écrire, c'est avant tout lire. Et qui sait si l'on écrit comme on lit ?

20/10/2023, 10:25

ActuaLitté

Une heure en voiture avec Eric-Emmanuel Schmitt

#FetedulivredeSaintEtienne23 – Il était un peu plus de 14 heures lorsque le TGV en provenance de Bruxelles s'immobilisa en gare de Lyon Part-Dieu. Les voyageurs, pressés et fatigués, se hâtaient de récupérer leurs bagages et de quitter le train. Parmi eux, une silhouette familière émergea, celle d'Éric-Emmanuel Schmitt, l'écrivain et dramaturge de renom. Enfin, presque. Mais qu'importe...

14/10/2023, 09:07

ActuaLitté

Des influenceurs aux éditions du Fion : “Savoir écrire, c'est pas l'idée”

Gonzague, fondateur de la fameuse maison, est un éditeur comme tant d’autres : il cherche des auteurs, certes, mais à faire de l’argent en vendant des livres. On lui a souvent répété que pour devenir millionnaire dans l’édition, il fallait commencer milliardaire. Ne disposant pas de telles ressources, il a opté pour une stratégie tout autre : racoler large. Parce que la rentabilité, ce n’est pas de la littérature.

13/10/2023, 11:53

ActuaLitté

La vie et l'oeuvre de Marcel Proust écartent des éoliennes de Combray

Le Conseil d'État, dans une décision rendue ce mercredi 4 octobre, a rejeté le pourvoi de la société Combray Énergie, qui s'était vu refuser l'installation et l'exploitation d'un parc éolien près des communes de Montigny-le-Chartif et Vieuvicq. Parmi les obstacles à la présence des aérogénérateurs, l'intérêt paysager et patrimonial du village d'Illiers-Combray et de ses abords, central dans l'œuvre et la vie de Marcel Proust...

06/10/2023, 11:31

ActuaLitté

Ce club de lecture a mis 28 ans pour lire Finnegans Wake

Vous ressentez une pointe de culpabilité en posant les yeux sur votre pile à lire, et cet ouvrage qui vous résiste, encore et encore. Procrastinez sans honte, en pensant qu'un club de lecture originaire de Los Angeles a fait durer sa lecture de Finnegans Wake, de James Joyce, 28 années...

06/10/2023, 10:42

ActuaLitté

À vendre : manuscrit d'un génie, machouillé par son chien

L'anecdote littéraire est fameuse : Des souris et des hommes, un des chefs-d’œuvre de John Steinbeck, paru en 1937, aurait pu être tout à fait différent. La première version du texte fut en effet impitoyablement déchiquetée par Toby, le setter de l'auteur... Un fragment du manuscrit sera vendu aux enchères le 25 octobre prochain à New York.

03/10/2023, 11:34

ActuaLitté

C'est prouvé : des livres derrière vous, en visio, ça fait mieux

Pour un usage personnel, mais surtout professionnel, la visio oblige à quelques aménagements esthétiques. Mieux vaut veiller, en effet, à un arrière-plan neutre, a minima, ou agréable à l'œil, si possible. Une étude de chercheurs de l'université de Durham, en Angleterre, confirme ce que l'on pressentait : se présenter devant une bibliothèque bien garnie améliore considérablement sa crédibilité.

02/10/2023, 11:41

ActuaLitté

Au Chili, un sanctuaire rend hommage à Jujutsu Kaisen

Les aficionados de Jujutsu Kaisen vouent un tel culte à Gojo qu'ils lui ont érigé un sanctuaire Une image d'une publicité Crunchyroll dans un métro au Chili présente Gojo de Jujutsu Kaisen. Cette publicité est ornée de dessins et de mots doux dédiés au personnage. 

29/09/2023, 16:53

ActuaLitté

Vilain défaut ou vertu : la curiosité, vue par les bâtisseurs d'abbaye

Ce haut lieu du Rouergue et étape du pèlerinage de Saint-Jaques-de-Compostelle est connu des bibliophiles pour l’ouvrage de Bernard d’Angers, qui à trois reprises s’arrêta dans les lieux. Dubitatif quant au culte de la statue de Sainte Foy, il finit par changer d’avis, pour écrire un livre : Les Miracles de Sainte Foy. La curiosité, dites-vous ? 

28/09/2023, 09:45

ActuaLitté

"Le Coran restera dans nos cœurs", une réponse aux profanations  

Le 22 septembre, Sondos Sidawi, une Jordanienne de 21 ans, a remporté le premier prix du concours international de récitation du Coran, face à une soixantaine de concurrentes. « Même s’ils brûlent le Coran, il restera dans nos cœurs », déclarait-elle au terme de l'événement. Une allusion pas même voilée aux profanations récentes et autres autodafés du livre en Suède, au Danemark et aux Pays-Bas...

 

27/09/2023, 11:50

ActuaLitté

Oubliez les textes à l'eau de rose, voici l'écriture dans l'eau

Nombreux sont ceux qui ont déjà écrit sur l’eau, sur son mouvement tranquille, sur l’impression d’infinité qu’elle laisse, sur les monstres qu'elle abrite, sur le mystère de ses profondeurs... L’élément liquide est un fabuleux objet littéraire et poétique, un classique du genre. Mais combien se vantent d’avoir vraiment écrit sur l’eau, ou plutôt dans l’eau ? Peu de personnes visiblement, si ce n’est un groupe de scientifiques qui a accompli ce qui semble relever du miracle, presque biblique.

25/09/2023, 13:22

ActuaLitté

Neil Gaiman ou Colleen Hoover dans les 100 personnes les plus influentes de 2023

Comme chaque année, le magazine Time, qui célèbre cette année les 100 ans de sa création, révèle ces 100 personnalités — 50 femmes et 50 hommes —, les plus influentes de 2023. Figures de la politique, du sport, des affaires, des sciences, et de la culture et du divertissement. On y trouve plusieurs auteurs, parmi lesquels Neil Gaiman, un certain Salman Rushdie, ou encore la directrice générale l’American Library Association, Tracie D. Hall, en première ligne contre la censure qui sévit dans le pays de Jack London…

14/09/2023, 16:39

ActuaLitté

“Arc-boutée sur son socle, la presqu’île protège la baie de Quiberon”

#Lectureetlittoral - Lors d'un périple de 5000 km le long de la côte atlantique, Marc Roger, le narrateur itinérant, envisage de parcourir 555 communes en douze mois, sillonnant 16 territoires. Mais ce n'est pas tout ! À chaque halte, il partage ses ouvrages de prédilection et endosse le rôle de défenseur de l'environnement, collectant 3 kg d'ordures. Qui prétend que culture et préservation de la nature sont incompatibles ? (Suivre Marc Roger sur Instagram)

11/09/2023, 12:47

ActuaLitté

Les sensitivity readers rêvent-ils de réactionnaires qui rougissent ?

Ne pardonnerait-on pas un dérapage découlant d’une sélection dans la liste Goncourt ? Un excès d’enthousiasme, une publication qui pousse le bouchon un peu trop loin… Bref, les sensitivity readers font de nouveau parler d’eux. 

09/09/2023, 17:31

ActuaLitté

Le chef se sépare de 4000 ouvrages : 50 ans de livres de cuisine rares

La maison Drouot dispersera ce 23 septembre une collection de 4000 ouvrages – des dizaines de milliers de recettes, donc – dont le chef André Antoni souhaite se défaire. Propriétaire de L’Auberge de Delme (Metz), il part en retraite à 67 ans et n’entend pas conserver ses ouvrages.

05/09/2023, 13:26

ActuaLitté

Les conseils mortels de l'IA sur la cueillette de champignons

Le mois de septembre approchant, les chasseurs de champignons affûtent leur panier. Mais gare aux novices en la matière, qui s’en remettraient à des ouvrages pour vérifier que leur cueillette soit comestible. Prolifèrent actuellement des guides générés par intelligence artificielle, vendus sur Amazon, dont les conseils s’avèrent littéralement mortels…

30/08/2023, 11:33

ActuaLitté

Avant les usines à trolls et les bêtes de guerre, Evgueni Prigojine auteur jeunesse

Evgueni Prigojine est mort dans l’écrasement d’un avion qui reliait Moscou et Saint-Pétersbourg. On en saura bientôt plus : Vladimir Poutine promet qu’une enquête sera « menée jusqu’au bout » sur les circonstances de l’accident... En attendant, c’est l’occasion de revenir sur le parcours d'un homme qui vécut mille vies : la délinquance et la prison, avant de devenir le restaurateur préféré de Vladimir Poutine, créateur d’usines à trolls, chef du tristement célèbre groupe de mercenaires russes Wagner, et auteur jeunesse...

25/08/2023, 12:10

ActuaLitté

Hommage aux livres sans lecteurs, devenus du papier toilette

Star du Covid lors des premières semaines de confinement, le papier toilette s’arrachait partout dans le monde, tant la crainte panique de manquer rendait les consommateurs idiots. Or, il existe une Journée mondiale du petit coin, depuis le 19 novembre 2001, précède, le 26 août, celle du Papier Toilette. Une célébration qui se déroule aux États-Unis, depuis quelques années…

24/08/2023, 11:13

ActuaLitté

Ecouter Victor Hugo récitant son poème “Demain, dès l'aube...”

À travers la chaîne Short & Petit, Pascal Ferrère diffuse des courts métrages, mais aussi de la poésie animée. En ayant recours aux dernières technologies 3D, il redonne vie aux poètes d’antan. Après une première expérimentation, à laquelle Charles Baudelaire s’est prêté, de profundis, voici le grand Victor récitant le poème de septembre 1847 adressé à Léopoldine, quatre ans après son décès.

22/08/2023, 17:25

ActuaLitté

Pour la première fois, la saga Harry Potter réunie en un seul (très gros) livre

Le premier tome de Harry Potter fait quelques centaines de pages, quand les derniers peuvent dépasser le millier... Une grande richesse sur sept volumes qui a démotivé la plupart des éditeurs à soumettre une édition intégrale, jusqu’à aujourd’hui... La maison Carlsen publie le 30 août prochain une telle version, à l’occasion des 25 ans de la sortie du premier livre dans la langue de Goethe. Une première mondiale…

22/08/2023, 16:57

ActuaLitté

Bibliothèque, bureau, cuisine : une France miniaturisée en 30 tableaux

Le musée de la miniature est une association sise à Saint Savinien qui illustre la vie rurale avant la Première Guerre mondiale à travers diverses régions et strates sociales, présentée dans des vitrines miniatures. On y découvre la Provence, l'atelier d'un menuisier ou encore les marais salants de Guérande aussi bien qu'une ferme d'Auvergne. Des réalisations époustouflantes de minutie et de précision...

22/08/2023, 15:09

ActuaLitté

Lecteur pour l'éternité : des sculptures absorbées par leur livre

Aussi concentrées que silencieuses, les sculptures installées à Saint-Savinien (Charente-Maritime) surprennent le visiteur. La quiétude de leur visage, autant que la sérénité qui s’en dégage, montre toute l’attention portée à des lectures figées dans la pierre. Et pas n’importe laquelle : celles de Crazannes.

17/08/2023, 13:18