Joker. The Winning Card

De tous les super vilains qui peuplent les aventures de comics, le Joker a vraiment toute ma sympathie : je l’avais rencontré dans le film de Tim Burton, sous les traits de Jack Nicholson, quand j’étais minot. Quinze ans plus tard, je tombais sur Arkham Asylum, cette collaboration hors norme du scénariste Grant Morisson avec le travail graphique de dingue produit par Dave McKean.

Après The Killing Joke (par Alan Moore et Brian Bolland), les origines du Joker étaient gravées dans un marbre. Mais la première rencontre entre Chevalier Noir et son pire ennemi reste un sujet essentiel — depuis le Batman #1 de 1940 dans Detective Comics. Avec Joker — The Winning Card (traduction Julien Di Giacomo), Tom King prend le parti de renouer presque pas à pas avec cette histoire originelle : un alignement narratif étonnant, mais qui passe un cap fantastique.

D’abord, par la cruauté qui s’en dégage : le Joker n’est pas simplement fou, il est incompréhensible. Pour humain qu’il reste, il s’est détaché de tout sentiment social et Tom King ajoute une note horrifique – le récit de 1940 faisait 13 pages, ici 107 : il y avait matière à étoffer. Et pour y parvenir, le scénario plonge dans une démesure qui donne toute sa pleine puissance au Joker.

Le tout pour lecteurs avertis, d’autant que les illustrations de Mitch Gerads apportent une tension et une dynamique qui laisse sans voix. Cette séquence où le Joker jongle avec des globes oculaires, comme si de rien n’était, force le respect. Et l’admiration du lecteur, de plus en plus fasciné par la monstruosité du personnage.

« Batman, toi et moi ça promet d’être grandiose », dira-t-il comme pour modeler le justicier. On a les ennemis qu’on mérite. Personne n’a dit qu’ils n’avaient pas d’influence sur celui qui les traque… 

Un extrait de ce comic est proposé en fin d'article.

 
 

Une michronique de
Nicolas Gary

Publiée le
04/07/2024 à 12:22

Commenter cet article

 

Joker : The Winning Card

Tom King, Mitch Gerads trad. Julien Di Giacomo

Paru le 05/07/2024

112 pages

Urban Comics Editions

17,00 €

Killing Joke

Alan Moore, Brian Bolland trad. Jérôme Wicky

Paru le 26/08/2022

128 pages

Urban Comics Editions

5,90 €

Killing Joke

Alan Moore, Brian Bolland trad. Jérôme Wicky

Paru le 06/03/2014

72 pages

Urban Comics Editions

15,00 €