#Economie

Création de l'Association des correcteurs de langue française

Ce samedi 17 mars est née l'Association des correcteurs de langue française, destinée à rassembler et fédérer la profession et ses représentants, qu'ils travaillent dans le domaine de l'édition, de la presse, de la communication ou de l'audiovisuel, sous le statut de salarié ou en indépendant. « C'est la correction que nous voulons défendre, la qualité de l'écrit et de nos conditions de vie », nous précise Solène Bouton, la présidente de l'association.

Le 20/03/2018 à 12:58 par Antoine Oury

29 Réactions | 0 Partages

Publié le :

20/03/2018 à 12:58

Antoine Oury

29

Commentaires

0

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté
Le correcteur, par Yvan Pommaux (photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

La première assemblée générale de l'Association des correcteurs de langue française a pris place samedi dernier, en marge du salon du livre de Paris. « La création de l'association part des négociations en cours par rapport aux conditions de travail des correcteurs travailleurs à domicile en négociation avec le Syndicat national de l'édition », nous explique Solène Bouton, présidente de l'association. « On renvoie dos à dos les correcteurs salariés et les correcteurs microentrepreneurs, alors que c'est la correction qui est mise à mal et qui constitue une étape malmenée dans l'édition. »

Face à une technique de base en matière de casse sociale — l'opposition des avantages d'un statut à la liberté de l'indépendance —, l'association se pose comme un fédérateur pour le métier de correcteur dans son ensemble. « L'association vise à donner une visibilité au métier et à ceux qui le pratiquent, quelles que soient leurs conditions, mais aussi à fédérer tous les correcteurs pour qu'ils puissent se rencontrer et se connaître, ce qui n'est pas négligeable étant donné l'isolement dans lequel on se retrouve parfois. »

Ainsi, tous les correcteurs sont accueillis par l'association, qu'ils travaillent dans l'édition, la communication, la presse, l'audiovisuel ou pour plusieurs de ces secteurs, comme cela arrive souvent. « Nous sommes tous attachés à une certaine qualité de l'écrit, et c'est la correction que nous voulons défendre, en même temps que nos conditions de vie », précise la présidente de l'association, correctrice depuis plus de 10 ans, mais aussi secrétaire d'édition et rédactrice.

Accompagner le métier et ses pratiques

Contrairement aux syndicats de correcteurs, l'association n'aura pas pour vocation de participer aux négociations, « mais nous pouvons par exemple aider un microentrepreneur à rappeler que tel tarif n'est pas acceptable ». Parmi les premiers chantiers de l'association, la rédaction d'une charte des bonnes pratiques du métier, sur le modèle de la charte des auteurs jeunesse. Un référentiel, sans caractère contraignant, mais qui pourra servir à la fois aux correcteurs et à ceux qui souhaitent faire appel à leurs services. « L'idée est de tirer vers le haut, pour assurer des conditions de travail décentes à tous, à la fois pour les salariés et pour les microentrepreneurs. »

Les correcteurs réunis lors de l'assemblée générale de l'Association des correcteurs de langue française

L'association pourra aussi accompagner les jeunes correcteurs à leur entrée dans le métier, « en fournissant un certain encadrement », et les correcteurs plus chevronnés en mettant en place des opérations de « formation continue ». « L'idée serait d'avoir des rencontres, pour faire vivre le métier : les traducteurs le font avec les assises de la traduction, et une telle initiative serait aussi bénéfique pour les correcteurs », souligne Solène Bouton.

Enfin, l'association se donne une mission de visibilité, avec l'ouverture prochaine d'un site internet adressé aux correcteurs, aux acteurs de la chaîne du livre et au grand public, pour faire connaître le métier. Des points concrets seront évoqués, comme « l'intervention d'un correcteur au sein d'une petite maison d'édition, par exemple ».

La première assemblée générale de l'Association des correcteurs de langue française a rassemblé une vingtaine de personnes, avec moitié d'indépendants et de salariés, « ce qui prouve qu'il n'y a pas d'opposition malgré le contexte de mise en concurrence de la profession ». Les adhésions seront possibles très bientôt, une fois les bulletins mis au point...

29 Commentaires

 

Pouchet

20/03/2018 à 14:53

Bonjour
Je suis intéressée par votre publication et aimerais pouvoir suivre ses informations. J’aimerais devenir correctrice. Je suis professeur certifié de Lettres Modernes et je pratique déjà la correction de manuscrits à titre gracieux pour ma famille ou mes amis. Vous remerciant, B.P

COESY Jocelyn dit "COLYN"

20/03/2018 à 22:04

Bonjour,
Je ne suis pas un correcteur déclaré, mais je suis écrivain et poète avec à mon actif 4 publications,et depuis peu, je corrige pour certains auteurs en vue de leur publication. Puis-je donc adhérer à votre association ? Si oui, veuilez bien me transmettre les imprimés nécessaires.
Avec mes remerciements anticipés, cordialement.

J. COESY

Michèle DUCHENY

21/03/2018 à 08:14

Bonjour,
Correctrice "bénévole" pour les éditions Lansman en Belgique, et pour les amis de Giono à Manosque, je suis évidemment très sensible à votre cause et souhaiterais adhérer à votre association, si c'est envisageable.
Bien cordialement.
Michèle Ducheny

Mathias Lair

21/03/2018 à 09:05

Mais il existe déjà un syndicat des correcteurs ! Vieux de plus d'un siècle. Avait-il disparu, ou s'agit-il de diviser pour moins régner ?

I.T.

21/03/2018 à 11:56

Le Syndicat des correcteurs ne s'occupe que des salariés. Donc c'est lui qui divise, de facto.

L. D.

21/03/2018 à 10:57

J'espère que l'adhésion sera réservée aux "vrais" correcteurs, et non à tous ceux (écrivains, profs de français, étudiants en lettres...) qui s'improvisent correcteurs sans jamais avoir suivi de formation, et qui tirent le métier vers le bas, sinon cette association risque d'être contre-productive...

I.T.

21/03/2018 à 11:32

L'idée de cette association est intéressante, mais son cadre mérite d'être explicité.
Parlera-t-on de tarifs ? du problème des correcteurs improvisés qui ne sont parfois pas au niveau requis et pratiquent des prix ridicules ? d'aide sous forme de questions/réponses sur des points d'orthographe, se syntaxe... ? de sujets plus globaux (parfois politiques) sur la façon de contrer la baisse du niveau, notamment dans la presse en ligne ?
Il y a de quoi faire !

Sandrine Scardigli

21/03/2018 à 14:57

En réponse à certains commentaires :
La correction est un métier qui ne s'improvise pas. Il est nécessaire d'être formé, et pas seulement de maîtriser l'orthographe ou la grammaire. Cela consiste aussi (et ce qui suit n'est pas une liste exhaustive) à utiliser la typographie dans les règles de l'art, à savoir pratiquer la vérification des faits, à s'assurer de la cohérence de l'intrigue, à traquer barbarismes et pléonasmes... Bref, c'est une activité professionnelle à part entière.
Le syndicat historique mène une action vitale pour la protection des personnes qui pratiquent la correction tout en étant salariées. Toutefois, la correction est effectivement souvent externalisée (voire assurée par des stagiaires...). Il est donc nécessaire d'avoir une structure qui rassemble les correctrices & correcteurs, quel que soit leur statut.
Enfin, la correction est un travail qui mérite salaire. Comme la création.

Guillaume Goutte

21/03/2018 à 22:57

Bonjour,

Il est faux de dire que la CGT ne syndique pas les auto-entrepreneurs. Certains ont adhéré depuis des années au Syndicat des correcteurs (aujourd'hui devenu une section du Syndicat général du Livre et de la communication écrite CGT). Seulement, et nous ne le cachons pas, nous syndiquons surtout les auto-entrepreneurs "contraints", c'est-à-dire ceux qui, dans l'absolu, aspireraient à être salariés (parce que mieux protégés, attachés au salaire socialisé, etc.). Parce que nous n'en démordons pas : la relation de travail garantie par la convention collective est celle du salariat. Mais nos ennemis resteront toujours les employeurs voyous, jamais les correcteurs auto-entrepreneurs – même ceux qui ont vraiment fait le choix de ce statut. Nous ne nous trompons pas de combat.

Maintenant, de même qu'il ne faut pas diviser les correcteurs en bons et mauvais (d'autant que beaucoup d'AE subissent cette situation plus qu'ils ne la recherchent), il ne faut pas commencer à opposer le syndicat CGT et cette nouvelle association. En tout cas, en ce qui nous concerne, nous n'irons pas sur ce terrain-là. Nous prenons acte de cette naissance et nous espérons que nous saurons travailler ensemble en bonne intelligence, sur certains sujets, pour faire avancer la cause des correcteurs. Le reste nous importe peu.

Guillaume Goutte
Secrétaire des correcteurs CGT
www.correcteurs-cgt.fr

MDM

21/03/2018 à 23:45

Pour info, le syndicat des correcteurs a un nouveau site et s'attache, comme toujours, à tirer vers le haut le métier de correcteur (défense d'un bon statut pour le salarié) de même qu'il s'ouvre aux micro-entrepreneurs. Tous les détails ici : https://www.correcteurs-cgt.fr/
Bien cordialement à vous tous!

LMMRM

22/03/2018 à 02:02

Bonne chance à l'association et comptez surtout sur vous-mêmes.
Bien, les commentaires. La correction est en effet un métier, il ne faut pas le laisser envahir par des gens non formés ou par des dilettantes.

Sandrine Scardigli

22/03/2018 à 09:44

"il ne faut pas commencer à opposer le syndicat CGT et cette nouvelle association." Vous avez tout à fait raison, les objectifs, rôles et actions des syndicats et des associations ne s'opposent pas, mais souvent se complètent.
Le nouveau site du syndicat est en effet bien plus clair, bravo pour ce changement.
"nos ennemis resteront toujours les employeurs voyous" : nombre de maisons d'édition connaissent des problèmes financiers et "rognent" de partout. Correction, création, voire impression en faisant appel à des imprimeries hors de France voire d'Europe... Ce sont en fait tous les maillons de la chaîne du livre qui se paupérisent (à l'exception de quelques gros groupes d'édition et de distribution). Il me semble que la solidarité, importante au niveau des métiers, peut s'élargir à toute la chaîne.

Marc Mejun

22/03/2018 à 14:02

En raison notamment de ses pratiques obscures, de son fonctionnement d'un autre temps et de ses incessantes luttes intestines, le Syndicat des correcteurs a causé énormément de tort au métier et à l'image qu'en ont les autres corps de métier de l'édition et de la presse (il fallait voir la composition des cassetins il y a quelques décennies...). Son état actuel, proche de l'agonie, ne doit rien au hasard, et explique aussi la création d'entités telles que les Correcteurs précaires ou cette nouvelle association. Cela dit, on ne peut que se réjouir de voir qu'il semble vouloir repartir sur des bases saines et continuer à défendre la profession.

G.G.

22/03/2018 à 17:46

– Poursuites aux prud'hommes de plusieurs grands éditeurs pour : paiement en droits d'auteur, mutuelle discriminatoire, baisse du volume d'activité.
– Participation aux commissions paritaires de l'édition et aux groupes de travail paritaires autour du statut des TAD.
– Organisation de rassemblements pour dénoncer la précarité des correcteurs de l'édition ou soutien à ceux initiés par d'autres.
– Négociations en presse pour la création de cassetins spécifiquement dédiés à la correction du Web.
– Organisation de rassemblements devant les sièges de journaux où des PSE actuellement en cours visent la suppression ou l'amputation des effectifs des correcteurs.
– Permanence en droit du travail et veille juridique hebdomadaires.
– Publication semestrielle d'un bulletin et trimestrielle d'une lettre d'information sur le métier, son actualité et ses enjeux politiques et syndicaux.
– Mobilisations interprofessionnelles, notamment auprès des travailleurs sans-papiers et des autres secteurs de notre profession (photograveurs, ouvriers d'imprimerie, etc.).

On fait pire comme syndicat "proche de l'agonie".

En plus de 120 ans d'existence, le syndicat des correcteurs a forcément été traversé par des luttes intestines, a certainement raté des coches, eu parfois à sa tête des personnes dont il aurait mieux fallu qu'elles restent à distance. Peut-être, sans doute, c'est la vie des organisations. Mais, aujourd'hui, la moyenne d'âge de la direction des correcteurs CGT est de 42 ans ; son secrétaire n'a même pas 30 ans. Les cassetins "d'il y a quelques décennies", elle ne les a pas connus. On peut ressasser le passé éternellement ou aller de l'avant, y compris, surtout, avec ce qui, entre-temps, a pu émerger ailleurs.

Cordialement,

G.G.

Sabine

23/03/2018 à 06:09

Bonjour,
Pourra-t-on faire partie de l'Association si on vit et travaille à l'étranger en tant que correcteur ? Cela m'intéresserait d'avoir des informations sur le milieu et l'évolution de la profession. Merci !

MP

23/03/2018 à 11:53

Bonjour, et merci pour ce débat très intéressant.

Je rebondis sur cet échange "J'espère que l'adhésion sera réservée aux "vrais" correcteurs, et non à tous ceux (écrivains, profs de français, étudiants en lettres...) qui s'improvisent correcteurs sans jamais avoir suivi de formation"

Pourriez-vous préciser s'il vous plait quelles sont les "bonnes" formations qui permettent de prétendre adhérer à cette nouvelle association ?

Merci beaucoup d'avance, bonne journée. MP

Correcteur

23/03/2018 à 15:28

En réponse à MP :

Il existe plusieurs formations : la plus reconnue est celle du Greta CDMA, qui a repris la formation dispensée autrefois par Formacom ; c'est la seule formation qui débouche sur un diplôme d’État (contrairement à ce qu'on entend parfois, le diplôme de correcteur existe donc bel et bien).

Il y a aussi la formation "Écrire, réécrire, corriger" à l'EMI-CFD ou la formation du Centre d’écriture et de communication (CEC), qui peut se faire à distance.

D'autres organismes (Asfored, CFPJ, etc.) proposent des modules courts qui sont plutôt des introductions au métier et qui ne permettent guère d'en maîtriser toutes les subtilités.

Cela dit, la formation, quelle qu'elle soit, ne fait pas tout. L'apprentissage auprès d'autres correcteurs peut aussi être très enrichissant. D'ailleurs, pendant longtemps, aucune formation n'existait, et les correcteurs apprenaient sur le tas auprès de correcteurs plus expérimentés — on appelait ça le "nourrissonnage" –, mais comme les cassetins ont quasiment disparu, ça ne se fait plus trop, voire plus du tout... Ensuite, c'est aussi en corrigeant qu'on parvient à élargir ses connaissances sur la langue, les règles typo, etc.

LMMRM

25/03/2018 à 01:08

Si j'avais l'audace de donner un conseil à aspirant correcteur ou à un correcteur débutant, je dirais qu'en plus de faire une formation et ensuite d'avoir une activité professionnelle de correction, tenir régulièrement un site ou un blogue est une activité qui complète et parfait l'activité de correction, et que corriger quand on n'écrit pas soi-même c'est un peu marcher d'un seul pied ; c'est aussi peut-être un peu culpabilisant : je corrige, mais je ne me risque pas à écrire, et donc à être corrigé ni jugé.
Il est plus crédible celui qui corrige et qui par ailleurs écrit.

Ecrire permet de fréquenter les deux côtés de la barrière (lisant/lu) et d'acquérir une chose très utile, qui rend le métier bien plus confortable ou bien moins inconfortable, l'assurance de la plume.
En outre, le correcteur qui écrit trouve bien plus rapidement la solution aux problèmes de reformulation que celui qui se contente de lire.

C'est parce que j'ai pratiqué les deux en même temps que je me permets de l'affirmer : écrire a accru et mon assurance et ma vitesse de résolution des problèmes — et peut-être ma crédibilité.
Dans certains cas, votre site pourra vous apporter des clients ou des employeurs, vous donner un poids supplémentaire et être ajouté à votre carte de visite.

I.T.

25/03/2018 à 15:14

Personnellement j'ai suivi la formation CEC au métier de correcteur, suivie d'une formation à la réécriture : c'est aussi un plus très utile, qui aide non seulement à la correction mais aussi à l'écriture.

Coralie Le van van

25/03/2018 à 10:56

:-) Correctrice professionnelle depuis vingt ans, issue de Coforma (Formacom), je connais aussi bien le travail salarié que l'auto-entrepreunariat. Il faut défendre notre métier, avant notre statut. Je suis ravie qu'une association prenant en compte tous les cas de figure se crée et je serai ravie d'y adhérer.

N.A.T.H.

27/03/2018 à 03:22

Bonjour,
Bravo pour votre association et merci d'y avoir pensé :)
Il est bon de se sentir soutenue lorsque de grandes maisons d'édition vous demandent un certain niveau de compétences et vous proposent néanmoins un forfait, en raison de prétendus "budget serrés" (!), très loin de correspondre auxdites compétences et au nombre d'heures effectivement travaillées ! Comment vivre de ce métier qu'on aime quand les "clients" minimisent la valeur de votre travail.
Comment peut-on vous contacter ?
Je m'inscris à la newsletter et encore merci !

LMMRM

27/03/2018 à 17:22

Pour se faire plus visible, l'Association des correcteurs de langue française ne projette-t-elle pas d'ouvrir un blogue, une page Facebook, un compte Twitter? Ça manque.

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

2,5 millions de personnes encore confrontées à l'illettrisme en France

L'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme (ANLCI) fête ses 20 ans, et organise à cette occasion un festival numérique, fait de dictées et de tables rondes. Mesure de l'illettrisme, ouverture des bibliothèques, goût de la lecture ou encore intégration des entreprises aux stratégies de lutte feront notamment partie des sujets abordés.

08/12/2020, 11:19

ActuaLitté

Un délai de 6 mois pour l'ordonnance sur la responsabilité des plateformes

Le gouvernement français se lance concrètement dans la transposition de la directive européenne sur le droit d'auteur et les droits voisins dans le marché unique numérique, comme l'indique la loi n° 2020-1508 du 3 décembre 2020. Cette dernière laisse un délai de 6 mois maximum pour la prise d'une ordonnance. Elle affirmera la responsabilité pénale des services de communication au public en ligne « dont l'objet principal est de porter atteinte aux droits d'auteur et aux droits voisins ».

04/12/2020, 10:21

ActuaLitté

“Pandémie”, mot de l'année du dictionnaire américain Merriam-Webster

Avec la fin d'année se multiplient les bilans et autres classements : les dictionnaires et encyclopédies anglophones se sont fait une spécialité des « mots de l'année ». Merriam-Webster, éditeur américain qui se consacre à la publication de livres de référence, a ainsi désigné « pandémie » mot de l'année 2020, en se basant sur les statistiques de consultation.

01/12/2020, 16:49

ActuaLitté

Des écrivaines extraordinaires pour sauver le monde, en pulps féministes

Les Saisons de l’Étrange présentent un projet savoureux : La Ligue des écrivaines extraordinaires. Directement inspiré d’un comics d’Alan Moore, ce nom délicat cache, à peine, une collection féministe. Et qui se veut un hommage pulp aux grandes écrivaines, dirigée par une femme, écrite par des femmes, et des romans publiés pour tous.

25/11/2020, 10:43

ActuaLitté

“Quarantaine” devient le mot de l'année 2020

Le Cambridge Dictionary, ouvrage de référence pour la langue anglaise, a dévoilé son mot de l'année 2020. De toute évidence, pas besoin d'aller chercher bien loin pour cette fois : les experts ont choisi le nom « quarantine », que l'on traduit aisément en français par « quarantaine ». Début novembre seulement, le terme a été recherché 183.000 fois dans le Cambridge Dictionary.

25/11/2020, 10:08

ActuaLitté

Île-de-France : 10 millions d'euros supplémentaires pour le fonds d’urgence pour la culture

La région Île-de-France a présenté, ce vendredi 20 novembre, la reconduction de ses aides d’urgence en faveur des acteurs de la culture, alors que la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus a une nouvelle fois fait cesser les activités des librairies, mais aussi les événements liés au spectacle vivant. En conséquence, le fonds d'urgence pour la culture est porté à 20 millions €.

20/11/2020, 16:34

ActuaLitté

Québec : pour une meilleure protection des auteurs

Ce 19 novembre, le Québec entame un vaste processus de consultations, mené jusqu’au 1er février 2021. Ce dernier concerne la révision des deux lois sur le statut de l’artiste. Le processus avait été stoppé net après le déclenchement de la pandémie, depuis le 30 mars. 

20/11/2020, 13:50

ActuaLitté

Un rassemblement contre l'installation d'Amazon à Montbert

Des organisations du livre de la région des Pays de la Loire se mobilisent depuis plusieurs semaines pour opposer une résistance à l'installation d'un entrepôt Amazon à Montbert, à 20 km au sud de Nantes. Des ONG – Attac 44, J'achète dans ma zone 44, Alternatiba et I-Buycott Nantes – appellent à un rassemblement, le samedi 28 novembre prochain, pour concrétiser la mobilisation.

19/11/2020, 17:02

ActuaLitté

En attendant le Goncourt 2020, le prestigieux prix littéraire en huit points

Confinement oblige, librairies contraintes, lecteurs éparpillés, l’académie Goncourt a décidé de reporter la remise de son prix cette année, du 10 au 30 novembre. La récompense serait conditionnée « à la réouverture des librairies », déclarait le jury, avant de finalement se résigner, après les annonces de Jean Castex, Premier ministre.

19/11/2020, 12:34

ActuaLitté

Arnaud Roffignon, chargé du suivi des réformes au cabinet de la ministre de la Culture

Roselyne Bachelot-Narquin, par un arrêté du 12 novembre, nomme Arnaud Roffignon directeur adjoint de cabinet, chargé de la transformation du ministère, de la relance, du budget, de la fiscalité et du suivi de l'exécution des réformes qui touchent à la rue de Valois.

17/11/2020, 09:24

ActuaLitté

Jean Teulé est l'invité d'Augustin Trapenard dans 21 CM

Pour clore 2020 avec panache, quoi de mieux qu’un grand romancier du macabre, obsédé par les épidémies, les puissants qui perdent la tête et les artistes en galère, ancien chroniqueur mythique de "Nulle Part Ailleurs" qui plus est ?

16/11/2020, 10:14

ActuaLitté

Paris vaut bien une messe, Adrienne Monnier une plaque commémorative

Reporté de Calendes en Calendes, le projet de commémoration d’Adrienne Monnier est sur la table du conseil municipal de Paris. Examiné ce 17 novembre, il devrait aboutir à une plaque posée sur la façade du 7 rue de l’Odéon (VIe arrondissement). Le quartier de l’édition, pour celle qui est présentée comme la « sainte patronne des libraires ». 

12/11/2020, 16:41

ActuaLitté

Pays de la Loire : les acteurs du livre se dressent contre l'installation d'Amazon à Montbert

Plusieurs organisations du livre des Pays de la Loire le crient haut et fort « Contre Amazon à Montbert ! Contre Amazon et son monde ! » À l'origine d'une pétition, des représentants du monde du livre, acteurs de la filière du livre et de la lecture en Pays de la Loire tiennent à sensibiliser les citoyens, pour s'opposer à l'implantation d'un entrepôt de 185.000 m2 de la firme à 20 km au sud de Nantes, à Montbert.

06/11/2020, 11:31

ActuaLitté

Imaginer des villes durables et ouvertes : liste de lecture

Les villes ne représentent que 3 % de la surface de la Terre, mais abritent 3,5 milliards de personnes : l'Organisation des Nations Unies ouvre son club de lecture consacré aux cités et communautés durables avec ces quelques chiffres. Parmi les objectifs de développement durable fixés par l'organisation, la création d'espaces de vie urbains confortables figure en bonne place...

04/11/2020, 09:42

ActuaLitté

Confinement total sur le territoire : le plan de sauvetage d'Emmanuel Macron

Toute la journée, les rumeurs alimentées par les craintes ont nourri les discussions. Confinement, couvre-feu avancé, les options avancées depuis des jours participaient grandement au stress ambiant. Et voilà : après l’appel à une union nationale, le président de la République a posé les bases de ces prochaines semaines.

28/10/2020, 20:40

ActuaLitté

Parents, pourquoi refuser la lecture à voix haute aux enfants ?

C'est un fait de plus en plus connu, fruit de nombreuses recherches en la matière : l'amour de la lecture des enfants provient directement de celui des parents. En Allemagne, une étude s'est penchée sur les raisons qui expliquent pourquoi des parents renoncent à une séance de lecture à voix haute aux côtés de leur progéniture.

28/10/2020, 12:29

ActuaLitté

L'auteure sud-africaine Mohale Mashigo en résidence internationale à Nancy

L’Université de Lorraine accueille l’auteure sud-africaine Mohale Mashigo en résidence internationale à Nancy pendant 4 mois, d’octobre 2020 à janvier 2021, dans le cadre de la 3e édition de la résidence ARIEL (Auteur en Résidence Internationale En Lorraine), portée par l'UFR Arts, Lettres et Langues de Nancy et l'IUT Nancy-Charlemagne.

28/10/2020, 11:35

ActuaLitté

Noël Corbin entre au comité stratégique du Pass Culture

Le comité stratégique de la société par actions simplifiée Pass Culture accueille un nouveau représentant de l'État, en la personne de Noël Corbin, qui vient ainsi remplacer Marie Villette, secrétaire générale de la ville de Paris depuis quelques semaines. 

23/10/2020, 09:45

ActuaLitté

Jean-Philippe Mochon nommé médiateur du livre

Autorité de conciliation créée par la loi du 17 mars 2014 relative à la consommation, le médiateur du livre aura poussé à la création d'une autorité semblable pour le secteur de la musique, deux ans plus tard. Jean-Philippe Mochon, conseiller d'État, assumera les deux fonctions, en vertu du décret en date du 22 octobre 2020.

23/10/2020, 09:18

ActuaLitté

Interroger le métier d'auteur : créer, est-ce un travail ?

Créer est-il un travail ? C’est la question qui était posée dans la webémission « Artistes-auteurs : un statut ! ». Pour l’occasion, c’est le célèbre sociologue Pierre-Michel Menger, spécialiste du monde des arts et de la création, qui est intervenu autour d’un panel d’auteurs et autrices. Invité par la Ligue des auteurs professionnels dans cette cinquième rencontre, il échange avec les auteurs.

17/10/2020, 10:51

ActuaLitté

Franck Bouysse : polar, roman noir, qu'importe, “tant que le lecteur s'y retrouve”

Ce soir-là, La Machine à Lire accueillait dans la salle de conférences de La Machine A Musique (Rue du Parlement Sainte Catherine à Bordeaux), dans le cadre du « Salon Lire en Poche » de Gradignan fortement éprouvé par la pandémie, l’écrivain Franck Bouysse.

16/10/2020, 08:06

ActuaLitté

François Sureau élu à l'Académie française, au fauteuil de Max Gallo

Le fauteuil de Max Gallo a finalement été attribué, à l'issue d'une session de votes des Académiciens. L'écrivain et avocat François Sureau est l'heureux élu, à 19 voix sur 27. Premier rédacteur des statuts du parti En Marche d'Emmanuel Macron en 2016, il avait dénoncé en 2019 le tournant autoritaire du gouvernement face au mouvement des Gilets Jaunes...

15/10/2020, 16:45

ActuaLitté

CFC : Sabine Madeleine devient présidente du Collège des éditeurs de presse

Depuis le 1er octobre 2020, le Comité du Centre Français d'exploitation du droit de Copie (CFC) est présidé par Sabine Madeleine (secrétaire générale et directrice juridique du Groupe Bayard) à la suite de son élection à la présidence du collège des éditeurs de presse du CFC lors de son assemblée générale, le 22 septembre 2020.

14/10/2020, 09:13

ActuaLitté

50 auteurs et 100 lycées franciliens pour des Leçons de littérature

Pour la quatrième année, la région Île-de-France institue dans les lycées des Leçons de littérature, qui permettent de faire se rencontrer des auteurs et des élèves. Une cinquantaine d'auteurs participent, et tenteront de transmettre leur amour des mots, leur créativité et leur regard sur les enjeux de la littérature contemporaine, dans les salles de classe.

13/10/2020, 15:45

ActuaLitté

Esquisse, pour un nouveau lieu dédié au livre et à la lecture à Nantes

Imaginer un nouveau lieu du livre et de la lecture sur le territoire nantais, d'ici 2 ans : telle est la mission que se donne Esquisse, un groupe de « réflexion-action » mis en place par Mobilis, le pôle régional des acteurs du livre et de la lecture des Pays de la Loire. Ce lieu coopératif permettrait notamment la mutualisation, la facilitation des échanges, l’accompagnement à l’émergence de projets et le partage spatial.

12/10/2020, 10:03

ActuaLitté

Aude Accary-Bonnery devient directrice, secrétaire générale adjointe du ministère de la Culture

Lors du Conseil des ministres du 7 octobre 2020, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot-Narquin a proposé de nommer Aude Accary-Bonnery directrice, secrétaire générale adjointe du ministère de la Culture. Elle était directrice générale adjointe en charge de la stratégie et du contrôle au Centre national du Cinéma (CNC).

07/10/2020, 17:46

ActuaLitté

Le "scandaleux" procès de Tsitsi Dangarembga au Zimbabwe

Arrêtée le 31 juillet dernier au Zimbabwe pour avoir participé à une manifestation, l’autrice Tsitsi Dangarembga devrait comparaitre ce mercredi pour « intention d’inciter à la violence publique ». Devant cet abus judiciaire, des auteurs se mobilisent et appellent à l’abandon des charges contre l’écrivaine.

07/10/2020, 12:21

ActuaLitté

Académie française : quelles candidatures pour les fauteuils de Gallo et d'Ormesson ?

La fin de l'année sera chargée pour les Immortels : l'Académie française accueillera peut-être deux nouveaux membres, installés aux fauteuils laissés vacants par Max Gallo et Jean d'Ormesson. Les candidatures sont déposées, avec des habitués et de nouveaux entrants... 

02/10/2020, 09:48

ActuaLitté

Pass Culture : le livre, expérience culturelle la plus populaire sur l'appli

Quelque peu oubliée pendant la crise sanitaire, confinement et fermetures obligent, l'expérimentation du Pass Culture s'est poursuivie et rassemble désormais plus de 100.000 inscrits, pour 500.000 réservations effectuées, au total. 75 % des réservations totales concernent des biens et activités culturelles, avec 55 % d'entre elles représentées par le livre.

30/09/2020, 12:18

ActuaLitté

Vocabulaire : quelques mots pour un rendez-vous spatial, en orbite

Le prochain Eldorado des explorateurs et autres colonisateurs, 50 ans après le premier pas de l'homme sur la Lune, se trouve du côté des étoiles. L'exploration spatiale passionne à nouveau, et la Commission d'enrichissement de la langue française propose quelques termes, définitions et expressions, dans le domaine de la spatiologie et de l'astronomie.

28/09/2020, 09:39

ActuaLitté

Bolo bolo : une formation pour mener des projets éditoriaux responsables

Mobilis, pôle régional de coopération des acteurs du livre et de la lecture en Pays de la Loire, et Open Lande, fabrique de projets évolutionnaires installée à Nantes, annonce une première session de la formation en ligne Bolo Bolo, du 4 au 10 novembre prochain. Celle-ci propose une initiation à la création de projets à impact social et environnemental positif dans le monde du livre.

24/09/2020, 09:45

ActuaLitté

La présence de livres éducatifs à domicile, facteur de réussite scolaire des enfants

L'organisation UNICEF France, dans un rapport consacré aux enfants des pays riches, alerte sur le mal-être et les difficultés, notamment en matière de lecture, d'un grand nombre de jeunes. L'étude met notamment en relation les compétences de lecture et de calcul et le bien-être des enfants, ainsi que la présence de livres dans les foyers et le niveau de réussite scolaire.

23/09/2020, 11:56

ActuaLitté

Cannabis : le CBD permet-il aux écrivains d'ouvrir les portes de la perception ?

Pour créer des histoires toujours plus passionnantes, les écrivains doivent être concentrés, créatifs et faire appel à tout leur talent. Ce n’est pas toujours chose facile, et avoir quelques petits coups de main dans leur quotidien est parfaitement appréciable. Justement, en la matière, le CBD, ou cannabidiol, exerce-t-il une influence ? On vous apporte quelques précisions sur les liens entre création et stupéfiants.

23/09/2020, 05:51

ActuaLitté

Harcèlement sexuel : le libraire Charles Kermarec renvoyé en correctionnelle

En 2018, Charles Kermarec, cofondateur de la librairie Dialogues à Brest, était mis en examen pour agression et harcèlement sexuel. Après deux ans d’instruction, le libraire comparaîtra finalement devant un tribunal correctionnel. 

15/09/2020, 16:28

ActuaLitté

Leila Slimani : Magistrale, sur Canal+

Magistral·e est la collection de masterclasses de CANAL + pour laquelle sont invités des artistes que la chaîne chérit et qui font l’époque. Ils racontent alors les différentes étapes de leur processus de création.

15/09/2020, 11:36

ActuaLitté

“Les organismes de gestion collective ne sont pas des syndicats !”

La sénatrice du Val-de-Marne, Laurence Cohen, vient d’enfoncer le clou sur la question de la représentativité. Alors que dans le rapport Racine, était posé noir sur blanc l’instauration d’élections pour les artistes-auteurs, Franck Riester avait simplement balayé l’idée. Pourquoi ? Le locataire de la rue de Valois ne s’en expliqua jamais. Quid de la position de Roselyne Bachelot, nouvelle ministre de la Culture ?

12/09/2020, 11:34